Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00069
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: July 11, 2001
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00069
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Full Text

--Haiiti en Marhe edition du11 au 17 Juillet 2001, Vol. XV, No. 23


Une r~cent sort,~,,~ie~ .q:,": du prsdntAitiedn l urte e e-


HAITI POLITIQUE


ANALYSE Dans cette proposition, le prdsi- (ASECS, CASECS et Diliguds de ville).
PORT-AU-PRINCE, 7 Juillet dent Jean-Bertrand Aristide accepted aussi De plus, que le nouveau conseil 61ecto-
- Les conversations entre le parti an de riduire de moitid le mandate de tous ral prochde A une evaluation des prdsi-


D6mocratique, ontachoppd
le mardi 3 juillet autour de
la question A savor quells c --
61ections serait charge d'or-
ganiser le nouveau consell
electoral (CEP) pour la com- .
position duquel une formula .
de compromise avait d'abord
it4 trouv6e le dimanche pr -
cident entre les deux prin-
cipaux protagonists de la
crise politique qui sdvit en
Halti depuis plus de trols
annies et a connu un rebound
aprbs les direction parlemen-
takes et locales du 21 mal .'. ,4
2000. .
Une proposition du
government Lavahas quin Leaders de la convergence : (de la gauche) Galliard, Reynold Georges, Peretra (RDNP),
trouv4 l' probationn de Pierre-Chnrles, Victor Benoit, Rosemond Pradel, Paul Dents photo Harti en Marche
"PI
I'Organiansion des Etata Amdriculu les parlementaires 6lus le11 mai 2000, en dentlelles du 26 novembre qul out
(rdsolution du 5 Juln de POEA, San tenant dea Idgi-slumes unticipdes en 2002, donud 6 M. Aristide on second mandat
Jose, t.'man Rica) utiple dea lowlions 2003 et 2004, priddentlel.
pour 7 -siburs sinniedout contenth per Do son e0td,1n coalition Conver, Man dh alors qu'nn capolr sem-
une comminalon d'observation do gonce edge la reprian do touton les dice- blnit luke aprbs to compromise trouv6
POEA tore dea 16gidatives du 21 mal tions du 21 mal 2000 ot 6 tous los nlveaux deux joura plus (At sur la formula do
2000, a 14gislatives, municipales of locales (voir CASECS / 4)

M AR CHE COMMON

Ha'iti : un problkme A


l'avancement de la Caricom


- ---- - --- --


& Nassau
petite ^de au sud-est des Bahamas. Plus
de70 autres ont surv6cu.
Aristide 6tait arrive & Nassau,
mercredi, pour as sister au sommet annual
de la Caricom. Les leaders de la region
devaient discuter entre autres de la crise
politique haltiemit. Les espoirs de par-
venir & un accord entre le parti au pou-
voir, Fanmi Lavalas, et une coalition des
principaux parties opposition nomm6e
Convergence D6mocratique, se sont va-
nouis quandles conversations ont 6chou6
le mardi 3 juillet.
Quoiqueles deux protagonists
se soient entendus surlaformule de com-
position d'un nouveau conseil 61ectoral
provisoire, ils n'ont pas pu trouper un
compromise sur quand tenir les prochai-
nes 61ections ni quells 61ections tenir.
Cependantl'assistantsecr6taire
g6n6ral de la Caricom, Albert Ramdin, a
exprim6 1'espoir pour une reprise des
n6gociations sans trop tarder.
(voir Nassau / 3)

TENNIS pages


Des supporters out lou6 le nom
d'Aristide avant son arrive dans
I'auditorium de l'6glise Church of God
of Prophecy. Le hall 6tait rempli au-delh
de sa capacity, environ 4.000 personnel A
l'int6rieur, et plusieurs millers d'autres
obliges de roster au dehors.
Quand vous souffrez, je souffre
avec vous a dit Aristide en cr601e A la
foule.
Il r6clama une minute de silence
A la m6moire des compatriots qui sont
morts en mer aprbs avoir laiss6 Haiti dans
desembarcationsdefortunedlarecherche
de cieux plus cl6ments.
La semaine derni6re encore, 17
haitiens sont morts quandleur embarkation
a fait naufrage au large de Rum Cay, une


Venus Williams champions de
Wimbledon pour la second ann6e
consecutive

.1'ti 011 MRTCile
Port-an-Prince
100 Avenue Uninnisinibe
Bois Verna
T61; 245 1910 Fu\ 221-0204
""""" ni. street

='".'.' -n
New York 91-1 448 7450

ER, RE


Aristide prend turbain de foule
NASSAUBahamas,4Juillet- Bahamas se sont rassembl6s dans bienvenue au president Jean-Bertrand
Plusieurs millers d'Haitiens vivant aux auditorium d'une 6glise pour souhaiter la Aristide aprbs son arrive mercredi &
Nassau, capital des Bahamas, pour un
sommet annual des chefs d' Etat et de
A government de la Communaut6 Caraibe
, J M ou Caricom.







EN PLUS ... EN B REF ...


I


w
.









8 jaillet 1801 8 millet 2001
Commdmoration du Bicentenaire de la Constitution de 1801


r6ussite.
14Mupanah, Mus6eduPanth6on
National Haitien, a fait pean neuve en la
circonstance. Une collection de tableaux
sur Toussaint Louverture et certain des
moments cruciaux de sa vie sont exposes,
ainsi que des objets ayant appartenu & cet
Hommeillustre qui d6passait de beaucoup
les dimensions haltiennes. On voit h, par
example, une photocopied de 1' Acte de
d6chs deToussaintsurvenudansuneprison
dans le Jura frangais le 7 avril 1803; son
chapelet en or et cuivre; samontre de style
consulate surmontde de pierres pricieuses;
divers m6daillons repr6sentant le G6n6ral
Toussaint, son spouse n6e Chancy, son fils
Isaac Louverture, son beau-fils Placide
Louverture ... Et toute une panoplie
d'armes offertes & Toussaint par arrat6 du
Directoire Ex6cutif du 17 Aoat 1798.
De splendides statues tellers que
celle d'une enclave en bronze et en marbre
blanc, de 1' artiste Bracony; celle de
I'esclave inconnu (Huberman Charles)
ainsi quele buste de Toussaint Louverture
parNormilCharles.
Mais le cloudel'exposition, c'est
la Constitution de 1801, reproduite dans
son int6gralit6 sur de grand paneaux que
le public lisait avec beaucoup attention.
Cette Constitutionpromulgu6ele
8 Juillet 1801, qui proclamait dans son
Article 3:
"Ilne peut exister d'esclaves sur
ce territoire, la servitude y est & jamais
abolie. Tousles homes y naissent, vivent
et meurent libres."


Mercredi 11 Juillet 2001


Page 2


Les voyages du president Aristide
A peine rentri de Nassau, Bahamas, on apprenait que le president Aristide partira
pour Port-de-Paix le landi 9 juillet pour une visit de 3 jours.
Le 16 juillet, le chef de I'Etat haltien doit se rendre & Cuba pour r6pondre A une
invitation du president Fidel Castro. La visit de M. Aristide & Cuba est en rap-
port avec le project d'une nouvelle icole de mddecine qui bndficiera de la collabo-
ration technique du government de La Havane.

Arrest ation du Dr Alix Charles ...
Le Dr. Alix Charles a it6 arr8td & Port-au-Prince par la police judiciaire en liaison
avec I'enquate sur I'assassinat de Jean Dominique et Jean-Claude Louissaint

Jean-Bertrand Aristide appelle les

parties en conflict A se d6passer en
vue de r6soudre la crise
Le president Jean-Bertrand Aristide a appel6 vendredi Fanmi Lavalas et la Con-
vergence Dimocratique A se ddpasser en vue d'arriver A la resolution de la crise
politique par le dialogue et le respect mutual.
< rats particuliers seraient I'un des plus grand sacrifices A consentir par les parties
en conflict pour le bien-Stre du people haltiens, a didard le chef de PEtat appellant
les acteurs impliquds A counter leur conscience sans chercher & impose aux autres
leurs points de vue.
Par ailleurs, le chef de Pitat a fait savor que le dossier d'Haiti a 4ti au centre
d'une rencontre parallble tenue & Grand-Bahama, A laquelle ont pris part le secrd-
taire g4ndral de la CARICOM, le secretaire g6ndral adjoint de POEA, Luigi Ei-
naudi et les chefs d'Etat et de government de la region.
Les officials caralbiens ont discuti pendant plus d'une heure sur le dossier d'Haiti,
a indiqud M. Aristide, soulignant que plusieurs autres sujets, dont la question mi-
gratoire, talent 6galement & Pordre du jour.
Le chef de Pitat a fait ces declarations & Pairoport international de Port-au-
Prince A son detour de Nassau, Bahamas oh il a particip6 & la 224me assemble
extraordinaire des chefs d' tat et de government de la CARICOM.

La conference Episcopale et la

crise
Le president de la Conf6rence Episcopale d'Halti (CEH), Mgr. Hubert Constant, a
invite vendredi les acteurs de la crise & revenir immidiatement A la table des ndgo-
ciations pour sortir le pays de Pimpasse actuelle.
L' v4que de Fort-Libert4 deplore que les discussions aient 6td interrompues alors
que les protagonists talent, selon Ini, sur le point de trouper un accord.

Jean-Bertrand Aristide renouvelle

la volonti de son government de

poursuivre le processes de ri-
FOrme agraire
Le president Jean-Bertrand Aristide a renouveld vendredi la volontd de son gou-
vernement de poursuivre le processes de rdforme agraire. Interrog4 par des jour-
nalistes & Padroport international A son return de Nassau, Bahamas oh il a parti-
cipd A la 226me assemble extraordinaire des chefs d'itat et de government de la
CARICOM, M. Aristide s'est
filicit4 d'avoir lanc6 puis institutionnalis4 la riforme agraire, en criant I son re-
tour d'exil en 1994, PInstitut National de la Riforme Agraire (INARA), conformi-
ment A la constitution de 1987.
Le chef de Pitat a fait savor que plusieurs rencontres out en lieu en ce sens entre
les autorit6s dont le Premier ministry, Jean Marie Ch6restal, le Ministre de PAgri-
culture, S6bastien Hilaire et le directeur g6ndral de PINARA, Bernard Ethdart
Au cours de ces rencontres, a-t-il soulign6, le Premier ministry et les instances con-
cern6es out fait une evaluation du travail dji rdalis4 en vue de ddfinir les prochai-
nes tapes & accomplir.
a Gouverner c'est pr6voir. Pour bien privoir, il faut bien valuer. C'est ce que nous
sommes en train de faire pour que la continuity en matibre de riforme agraire
puisse conduire & Paugmentation effective de la production nationale>, a dclard
le president Aristide, qui a lanc6 un appel aux paysans concerns par la r former
agraire pour qu'lls resent mobilisis parce que la machine ne s'est pas arratie, a-t-
il assure.
. ,
Republique domamcame : les en-
fants haltiens
Le president dominicain, Hipolito Mejia, a confirmed jeudi & Nassau, Bahamas que
P61imination de la procedure de soumassion d'acte de naissance dans les icoles do-
minicaines permettra A des millions de petits haltiens et dominicains d'avoir acchs
hPdducation.
M. Mejia a fait savoir que cette measure fait suite A une petition de P6glise catholi-
que faisant savoir qu'un nombre important d'enfants ne peuvent se rendre en
classes en reason du fait qu'ils n'ont jamais itd6claris par leurs parents.
Hipolito Mejia a soutenu qu'on ne peut empacher de petits haltiens et dominicains
d'aller & Picole par respect pour les droits humans.
L'annonce de cette measure a 6ti faite dimanche.
La prise de position du president Mdjia est considered comme un appui aux premib-
res declarations fates en ce sens dimanche par la Ministre dominicaine de Ptduca-
tion, Mme Ortiz Bosch.
Elle est susceptible de soulever les reactions hostile de plusieurs secteurs nationa-
listes et conservateurs de la R4publique Dominicaine, y comprise le president de
I'Assemblde Nationale (selon les dip8ches de PAHP. .
(voir p.17)


garantit lalibert6 et la street individuelle.
Article 28 : La Constitution
nomme Gouverneur le citoyen Toussaint
Inuverture, g6n6ral en chef del'Arm6e de
St-Domingue.
Article 83 : La mason de toute
personnel est un asile inviolable. Pendant
lanuit, nul n'ale droit d' y enter que dans
le cas d'incendie, d'inondation on de
reclamation de l'int6rieur.
Article 70 : La loi pourvoit & la
recompense des inventeurs de machines
rurales, ou au maintien de la propridt6 ex-
clusive de leurs ddcouvertes-
Article 75 : La loi proclaim que
c' est sur le respect des personnel et des
propri6t6s que reposent la culture des
terres, touted les productions, tout moyen
de travail et tout ordre social.
Article 76 : Elle proclame que
- tout citoyen doit ses services au sol qui le
nourrit ou qui1' a vu naltre, au maintien de
la liberty, de l'6galiti et de la propri6t6 ,
touted les fois que la loi l'appelle A les
d6fendre.
Et c'est sign6 du G6n6ral
Toussaint Inuverture.
Iss grand moments de la vie de
Toussaint Inuverture sont retraces grice
A des tableaux de grand mattres:
Toussaint rencontre les
members de la 2 Eme Commission Civile
(un tableau.de P.A. Augustin)
Toussaint revenant du Fort
Breda ( tableau de G.E. Ducasse).
Puis vinrent les temps de la
d6ch6ance : (voir Toussaint / 10)


8 Juillet 1801 8 Juillet 2001

dB t 8 RfeeHRH ICOI 1
e a
C t tt OHOSH 8 IO I
I'un des 6v6nements marquant Article 5 : 8 n'y existed d'autre
cette commemoration est l'Exposition : distinction que celle des vertus et des tal-
"De Toussaint Louverture Ala Citadelle ", ents et d'autre sup6riorit6 que celle que la
une exposition de haut niveau retragant le lot donne dans 1' exercise d'une function
monument que fut Toussaint Inuverture, publique. La loi y est la meme pour tous,
Rien n'a 6t6 m6nag6 ni laiss6 de soit qu'elle punisse, soit qu'elle protege.
c8t6, pour faire de cette exposition une Article 12: La Constitution








ACTUAITE |


--I--~~~~~~~~ --I --- --


~c~i~E~Tl~nlhml


A * e *
tuflSilde barn de
.& I
ROme R NRSSRH
(Nassau ... suite de la premiere page)
Il ya quelques semaines, I'environnement poli-
tique n'6tait pas propice A un accord. Cela a chang mainte-
nant. Nous avons le momentum qu'il faut maintenir a dit
Ramdin.
Deretour en Haiti,1epr6sident Aristide a deritune
lettre aux dirigeants de la Convergence D6mocratiquepour
les invited A reprendre les pourparlers. L'information a 6t6
confirmed du c8t6 de la Convergence, dont les dirigeants
disent vouloir cependant an engagement plus formel de la
part de M. Aristide
Haiti est un member, non encore A part entire, de
la Caricom, communaut6 de 15 members, former principa-
lement d'anciennes colonies britanniques.


mrrrrrr


maso


chaauemois
A travers notrb reseau de
succursales
> une Refngerateur de 2 portes
> un T61eviseur de 20"
> une Chaine Sterdo CD/Radio/Cassette
> un Four a Gaz de 4 foyers


chague mois
et dans cha ue
succirsale
une Bourse d'Etude
de Gdes.5000."
> quatre (4) Bons d'Achat
de Gdes.500.


Mercredi 11 Juille
oV PXV No 23


Pae3


'=2HEunbaindefoulehNaSOMMAIRE
Haiti, un problbme hl'avancement de la CARICOM p.1
Enquate sur Assassinat de Jean Dominique
Arrestation du Dr Alix Charles p.6
ANALYSE
La bataille pour les CASECS p.1
DIASPORA
L'Acte de Naissance ne seraplus eligible
pour inscription scolaire en R.D. p.7
Radio Carnivale, la premiere radio haltienne
de Miami p.11
Funrailles du pasteur Marc Dorvil p.7 .
Pagaillle dans le camp des Grees p.8
COMMEMORATION
8 Juillet 1801 8 Juillet 2001: Bicentenaire
dela Constitution de l801 p.2
SPORTS
Deuxibme victoire consecutive pour Venus Williams
& Wimbledon p.9
INTERNATIONAL
Alfredo Astiz, l'un des plus grand tortionnaires
de la dictature p.12
Un nouveau chef nomm6 A la tete du FBI p.12
Le Pape d6nonce embargo am6ricain centre Cuba p. 12
Un plan ambitieux de renaissance de l'Afrique pr6sent6
hl'OUA p.15
Amputation an Nig6ria pour le vol d'un mouton p.16
La Chine a exdcut6 1781 personnel en 3 mois p.17


Les Bahamas, qui se battent pour accomm*
der un influx de migrants haltiens, out signals qu'ils
ne participeraient pas pleinement au marchcommun
caraYbien, semblable A l'Union europdenne, sans une
protection centre immigration incontr814e.
Ce pays est particulibrement vulnerable A la
libre circulation des personnel, qui pourrait avoir des
implications sociales et politiques graves ", a dit jeudi
aux leaders participant au sommet Zhivargo Laing,
ministry du Diveloppement 6conomique des Bahamm'
Nassau recevait les chefs d'Etat et de gouver-
nement des 15 nations de la Communauti Caralbe ou
Caricom dans un sommet qui devait border diffdren-
tes questions, du Sida A certain problhmes frontaliers,
en passant par des dispositions pour iliminer les res-
trictions qui eloquent la libre circulation de l'argent,
des biens et des services dans la region, parmi les der-
nibres tapes vers la creation d'un march common de
style europden.
Ces changements doivent mieux preparer la
region pour Pintigration dans Piconomie global et la
Zone de Libre Echange des Amiriques, cette dernibre
deviant s'itendre de PAlaska & PArgentine.
Je pense que la probability que les Bahamas
acceptent de participer A cette dconomie de march
unique depend de ce que les members de la Caricom
seront capable de ndgocier eu igard & ... la libre cir-
culation des personnel a dit le ministry bahamden.
"Pour nous, c'est de la plus haute importance. "
La plupart des leaders caralbiens sont en fa-
veur du libre placement des ouvriers entre les pays
members. Mais les Bahamas, un archipel de 280.000
habitants s'4tendant du nord d'Haiti jusqu'd la cOte
est de la Floride, regoit presque quotidiennement des
embarcations charges d'illigaux haltiens fuyant l"
dures conditions dconomiques dans leur pays. On es"
time la environ 60.000 le nombre d'haltiens vivant illd-
galement aux Bahamas.
'' Aucun pays de la region n'est plus au cou-
rant des problbmes d'Halti que nous" a dit le Premier
ministry des Bahamas, Hubert Ingraham. Nous r*
cevons rdgulibrement des centaines d'haltiens qui ris-


Ir,^ -s.


President Aristide PPLTO


dans le but de dicourager la migration illigale.
Le president dominicain Hipolito Mejia, autre
participant au sommet, a appeal les institutions inter-
nationales & prendre part au financement d'un pro-
gramme pour d4velopper des.activitis iconomiques
crdatrices d'emplois A la frontibre haltiano-dominicaine
et aider A arrater le flot immigrants haltiens en Rd-
publique Dominicaine.
On estime A un demi-million le nombre d'hal-
tiens vivant illigalement en R4publique Dominicaine.
Halti a une population d'un peu plus de 8 mil-
lions d'Ames.
La solidarity de la Caricom et de la commu-
nautd international est urgemment nicessaire pour
faire face & In trag4die humane endure par le people
haltien a dit le Premier ministry Ingraham.
Cependant il avertit que les plans de la Caricom
pour la libre circulation des personnel (y comprise les
Haitiens) ... auraient de graves implications sociales et
(voir Caricom / 6)


Ha'iti un problbme A
*
I avanc ement de la Car Ic om
(Caricom ... suite de la premiere page) quent et parfois percent leur vie en voyageant sur
la Caricom de mercredi & vendredi & Nassau, Baha- des embarcations de fortune ... ".
mas. Le president Aristide a promise de travailler


rande To be a
7ame Masake Jtd e 2000 Juliet 2001


IR S ,e


.

I Ill
.







| UNE ANALYSE I


__ __ ____


recEOEKS

Cdramiques & Marbre



Trbs Grande Salle d'Exposition

D6pot et Salle d'Inventaire

Accessoires / C6ramiques/ Marbre pour Salle de bain

Diff


.7

Nous exportons vers Haiti


EAUTY SALON / an
10" DESIGNER CUT
First time customer only. Reg. 12.50
F RE CONDITIONING
TREATMENT
With this coupon
O 5 940- 9 O 70
15455 W. DIxle Hwy. Ste. N & O
N. Miarnix FL. 33162


Meilleurs prix de la place

Uenez done voir par uous-mime


3506 N.B. 79eme Ruenue, Miami, Florida

Tel:(305)592-2558

Fan:305-477-2675


Merc "e"i 11 oi 2 No 230


Page 4


les CASES
vrier dernier.
Oui, je vois l'idde qui est en train de germer
dans votre esprit : Si c'est le Conseil Electoral Perma-
nent qui fait problbme, ya encore moyen de moyenner !
Par example, Fanmi Lavalas qui ditient actuellement
plus de la majority des blus locaux, pourrait renoncer &
engager le processes de formation du Conseil Electoral
Permanent ?


et Diliguds de ville sont lb oil le bit blessed ...

La question du Conseil Electoral Per-
manent ...
Aussitat les observateurs de reliever queles blus
locaux ont en occurrence presque plus d'importance


Les deux camps ont ressenti aussitSt le m8me
besoin de se justifier deviant la population qui n'en peut
plus de subir les consequences de cette crise, et sans doute
anssi devant la communaut6 internationale...
Selon la version de opposition, les deux ad.
versaires suraient about & un "accord tacite". Le parti
au pouvoir, Fanmi Lavalas, accepte-
rait que routes les 61ections du 21mal
silent rejouies, A tous les niveaux.De
son c8td, Convergence renoncerait A
sa premise en question des prdsiden-
tielles.
A ce moment, toujours selon
les dirigeants de Convergence, les
n4gociateurs de Fanmi Lavalas
auraient pritendu qu'ils dolvent con-
sulter leur base avant de prendre une
telle decision, mais c'4tait tout sim-
plement une volte-face. Les mddia-
teursdePOEA/CARICOMontcom- '
pris que rien ne va plus et sont aus-
sitat repartis pour leur capital res-
pective.

L po d t ut neust est la
version rapport6e jeudi par le s6na- Midiateurs OEA
teur Yvon Neptune, coordonnateur
a.i. de Fanmi Lavalas, dont c'6tait au tour de faire le
point Selon Neptune, voici quells ont 6ti les dernibres
propositions de son parti : Des 61ections dans les pro-
chains mois pour 12 sieges de sinateur. En plus des 7
s6nateurs dimissionnaires, 5 autres out d6cid6 de sacri-
fier volontairement leur sibge si cela peut aider A ddblo-
quer le pays...
Puis des 16gislatives anticilides en november
2002 pour renouveler la totality de la chambre des dd-
putis et un tiers du snat; puis les deux autres tiers en .
2003 et 2004.
Mais nulle trace des municipals et locales dans
les concessions announces par IVI. Neptune, contraire-
ment aux informations rapporties & In conference de
press de Convergence* .


Retenons que les locales du 21
mai 2000 n'avaient td contest ties par
aucune mission d'observation interna-
tionale ni national ...
Or c'est justement la surprise
A la conference de pressed du s6nateur
Neptune. II nous apprend que sa for-
mation politique avait renonc6 aussi
A organisation immediate des blec-
tions indirectes on second aires ...
Par consequent, le problbme
Conseil Electoral Permanent tombe,
du moins dans l'immidiat.
Ce qui rend dbs lors plus fa-
cile la recherche d'un accord entre
Fanmi Lavalas et I'opposition dite
Convergence.
Une bonne parties du chemin
a en effet itdFaccanplileudes deux c6tis

(voir CASECS / 5)


/Caricom (au centre Cesar Gaviria) et au bout I droite Albert Ramdin
photo Harti en Marche
que sinateurs et d4put6s. En effet, c'est au ni-
yeau des blus locaux ou collectivitis territo-
riales (assemblies municipals, ddpartemen-
tales et interdipartementales) que dolvent
avoir lieu les 61ections indirectes ou secondai- BARBER / B
res deviant conduire, en vertu de la constitu- r
tion de 1987, A la formation du Conseil Elec- j*
toralPermanent La bataille pour les CASECS I
est done extr8mement d6terminante pour
I'avenir politique d4mocratique du pays.
Rappelons que depuis 14 ans que la
nouvelle constitution a 4td ratified, le pays Jean-Wood Julien 3
fonctionne toujours sur un Conseil Electoral Educator/Designer
Stylist Since 1976
Provisoire... et que de plus, celui actuellement
en formation sera le troisibme depuis le 7 fi-


Gratuit
6r unques nse


avec tout achat minimum
de 200 pieds carries
Apportez ce coupon


( SC i- POL TIIQ)UELabtilpo








I DE 'ACTULITE


a en arc e ,


Mem
Requs par le president Arlstide accompagn6 du ministry des Finances Gustave Faubert, des
dditeurs de lives scolaires haltiens contracts par le government dans un project pour la
reduction des prix de ces ouvrages photo Harti en Marche
mettre en jeu & 12 sibges, c'est qu'll ya encore de I'es- leur influence ne d6passe pas la capit
pace pour des ndgociations, c'est que le champ des nd- des d6partements gdographiques.
gociations n'est pas encore 6puisd. Cependant il ne s'agissait p
Ensuite, les Idgislatives anticipates fixes A no- d'une figure de style. Les association
vembre 2002 peuvent toujours Stre avancies advantage. portenses d'un message clair ... Le
D'autres arrangements sont encore possibles. vent pas ichapper non plus au coup
D'autant que les deux parties jurent leurs grand dieux En effet, moins de 24 heur
qu'elles veulent mettre fin A la crise afin de soulager la bassade des Etats-Unis A Port-au-P
population des multiples souffrances qu'elle est force leureusement la declaration patron
d'endurer A cause de cette situation. ne saura jamais combine de ces der
souscrit A cette position ... C'est une
La dernibre ligne de defense du pouvoir station (autrement dit, il existed aussi
Lavalas ... des patrons, comme il en existed auss
D'un autre cOtd, on compared la r pugnance
de Fanmi Lavalas A sacrifice les dlus locaux. Lavalas est Allo Miami
un movement sorti de la matrice du people. Va pour
les snateurs et d4putis qui sont la superstructure, mais
les CASECS, holk C'est la dernibre ligne de defense
du pouvoir Lavalas. Pour r6piter Sonthonax, celui qui
vous enlbve ce fusil voudrait vous rendre esclave MMSM
Ensuite, il n'a pas dO Stre facile de sensibiliser
la population A ce niveau & Pimportance pour elle des
elections. A present, lui expliquer que les 1ections doi- 8272 N.E
vent Stre rejoudes ... Analfabbt pa bbt, mais faut pas
carrier. = Parfums
En quelque sorte, I'opposition haltienne elle- = Cellulars & Beepers
m8me aurait intir8t que les chooses se passent sans trop = Souliers et Sandales
de heurt A ce niveau, si tant est qu'elle aspire elle aussi & = Produits pour la cuisine
une Haiti d6mocratique, et & une ddmocratie riellement
participative. = am
Mais voild, le principal int6ress6 dans la bataiHe = MONEYGRAM MONE
pour les CASECS, ce n'est pas tant la Convergence
D6mocratique...
L'un des derniers coups de thditre au fil des = Rdeeption de pale
mille et une surprises de cette crise, ce fut une procla- = Connection tdl4
p
motion par les Associations patronales haltiennes ...
Ces dernibres, fixant leur position sur la con-
troverse entre le parti au pouvoir, Fanmi Lavalas du
president Aristide,-et Convergence, la coalition de 15
parts opposition soutenue par les grades chancelle-
ries occidentales (dont Washington et Paris), vont sou- Ouvert.6 jours par remain
dain prendre tout le monde par surprise. Dans une atti- DeniST JOUj0U
tude absolument radical, les assemblies patronales se
,


S/ VORIET FOFSS OCORlo


ment pour Bell South, FPL, Gas, CableTV, Bel Mob81ty, etc ...
honique chez vous
TOLL FREE 877 485 4428
T41: (305) 757 4915
Fax (305) 757 6916

e: 8:30 am 7:30 pm


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH

NOM

ADRES SE RENOUVELLEMENT

6 MOIS NOVEL ABONNE
ETATS-UNIS US $ 40.00 UNAN
CANADA US$ 42.00 US$ 78.00
BUROPE US$ 70.00 US$ 80.00
AMERIQUE LATINO US$ 70.00 US$ 135.00
US$ 135.00


Mercredi 11 Juillet 2001
H iti M h Vol XV No 23


Page 5


tes, particulibrement la petite pressed des provinces, plus
proche des collectivitis territories, voild et le tour est
joue] ...

Scier la branch sur laquelle l'on est
asSIS ...En un mot, au fur et A measure que la crise sem-

ble approcher d'un denouement, les enjeux aussi pa-
raissent plus 6vidents.

constitueFI es n Sm d so isntepc :pl laq
des masses, en premier lieu les masses paysannes, sans
laquelle il n'est plus qu'une entity politique haltienne
comme les autres, une simple facade, une coquille vide,
comme la presque totality des 15 parties format la coa-
lition Convergence Dimocratique.
Convergence yondrait collector le maximum
mais doit commence A rdaliser que l'exchs de radica-
lisme auquel cette stratigie I'a entraini, pent I'alidner
d finitivement auprbs des masses (plus de 80% du corps
electoral si ce n'est advantage). Par consequent, Con-
vergence peut Stre aussi en train de scier la branch sur
laquelle elle est assise.
Les associations patronales ont prouvi par leur
dernibre prise de position qu'elles jouent un simple rble
de commissionaire on de porte-voix, c'est le moins
qu'on puisse dire. Par example, les voici soudain au nom-
bre des institutions deviant composer le nouveau counsel
electoral, alors que ce n'6tait pas privu dans la rdsolu-
tion vot4e le 5 juin dernier par I'Assemblie g6ndrale de
I'OEA...

Le rol sera nu ou il ne sera pas ...
Mais c'est la force qui prime. Une force tran-
quille qui dirige dans les coulisses ce grand ballet oh les
parties haltiennes ne sont que de simple marionettes
... Mais mieux vaut Stre une marionette qu'8tre laissi
hors du coup, n'est-ce pas !
La Force (celle avec un grand F) qui a d4cidd
queAristide restera jusqu'd la fin de son mandate parce
que alternative A ce niveau se fait encore attendre (le
renoncement A ce stade par Convergence de sa contes-
tation des prdsidentielles du 26 november n'a rien pour
4tonner les observateurs attentifs de la problimatique
haltienne). Mais qui a decide aussi, et avec In mame dd-
termination, que le rol sera nu on II ne sera pas ... D'ots
(voir CASECS / 6)


dbclarent en faveur de la reprise de toutes les elections


Les associations atronales orteuses
d'un InessauTs rats d fendent les patrons haltiens
9 P
dans les collectivitis territories ?
Haiti n's aucune industries agroalimentaire ou
forestibre, ou minibre. L'industrie conf orens

d'hui au bord de
la banqueroute,
et situdes touted
dans la piriphi-
rie de la capital.
C'est tout.
Le pays
n'a jamais it6 ex.
ploit4 au sens 6co-
nomique du mot,
mais plutat sai.
gnd A vif de tou-
tes ses resources
(caf6, cacao, co-
g 1 ton bois prd-
cleux) ...
Les rares
industries (ci-
ment, farine, bui.


les comestibles) se
sont depuis long-
temps reconver-
ties en services, et
ale et les chefs-lieux

as d'une erreur, ni
s patronales 6taient
s CASECS ne dbi-
eret.
es plus tard, I'Am.
rince endossait cha-
le. Bien entendu, on
niers ont rdellement
question d'organi-
une "convergence"
i une des journalis-


C'est un obstacle de premiere importance qui
tombe avec la proposition par opposition de renoncer
A contester I'61ection le 26 novembre dernier du prisi-
dent Aristide, ainsi que d'un tiers du s6nat
De son c8t6, si le pouvoir Lavalas a pu passer
de 7 sieges de sinateur qu'il acceptait d'abord de re-


Y ORDER


= CD's (Compas, Racine, Evangdlique
MM Amm)
= Video's (haltiens, amdricains, documentaries, dramas)
= Produits de beant6
= Produits pour cheveux


SCA SCE







I JUS ICE


ENQUETE ASSASSINATE DE JEAN DOIMINIQUE


PORT-AU-PRINCE, 6 Juillet -
Le Docteur Alix Charles a 6t6 arr8t6
vendrediparlapolicejudiciairedePort-au-
Prince, dans le cadre de l'enquate sur
l'assassinat du PDG de Radio Haiti Inter, le


CS ***
(suite de la page 5)
la bataille pour les CASECS la dernibre
ligne de defense de Lavalas.
Et pourquoi aussi la crise n'est
pas raiment au bout de sa course.
Haiti en Marche, 7 Juillet 2001


unepremibre autopsies qui eut lieule 3 juillet
2000, le cadavre disparnt myst6rieusement
de la morgue et n'a jamais 6t6 retrouv6,
rendant impossible une deuxibme autopsies
ordonn6e par le juge.
Pen de temps aprbs, le Dr Alix
Charles laissait le pays pour Miami, Horide.
On 6tait sans nouvelles de lui,
lorsque tomba la nouvelle de son arresta-
tion le vendredi 6 Juillet.


I


-


transport d' abord en prison oh il n' a requ
aucun soin.
Son 6tat ayant empire, 15 jours aprbs son
incarceration on dut I'emmener d'urgence
A 1' H8pital G6n6ral pour y subir une inter-
vention chirurgicale. Le Dr Alix Charles
avait 6t6 charge du cas.
Pour une reason inconnue, le
m6decin a fait transporter le malady dans
un centre hospitalier priv6. Le patient trouva
la mor t au cours de intervention
chirurgicale.
Deuxibme coup de th61tre, apres


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of the following
bid(s), which can be obtained through the Dade County Department of Procure-
ment Management, Vendor Information Center (VIC), 111 NW 1" Street, Suite
112, Miami, FL 33128 (Phone : 305-375-5773). There is a non-refundable dollar
fee for each bid package (see cost of each bid package below) and an additional
$5.00 handling charge for those vendors wishing to receive the bid package
through the United States Postal Service. All requests by inail must contain the
bid number, title, opening date, the vendor's complete return address and phone
number and a check for the correct dollar amount made payable to : "Miami-
Daile Board of County Commissioners."

Bids/proposals must be submitted in a sealed envelope or container and will be
opened promptly at the submittal deadline. Bids/proposals received after the
first bid/proposal envelope or container has been opened will not be opened or
considered. The responsibility for submitting a bid proposal to Miami-Dade
County on or before the stated time and date, is solely and strictly the responsi-
bili of the bidder. Miami-Dade County is not responsible for delays caused by
any mail, package or courier service, including the U.S. mail, or caused by any
other occurrence.

Bid proposals from prospective vendors must be received in the Clerk of the
Board Office located at 111 NW 1^ Street, 17' Floor, Suite 202, Miami, FL
33128, by no later than 2:00 PM on the bid opening date in order to be consid-

This bid solicitation is subject to the "Cone of Silence" in accordance with
County Ordinance No. 98-106.

The following bid(s) will open at 2:00 PM on Wednesday, July 25, 2001:

as7s-2/05-OTR-CW Variable Speed DM Pay-ts & Service Cost : $10:00
This contract requires Insurance.
Attendance at a Pre-Bid Conference is
scheduled on Thesday, July 10, 2001, at
10:00 A.M., at the Aviation Department
Maintenance Engineering Division, 2nd
Floor, Conference Room, located at
Building 3030 N.W. 22 nd Street and
Perimeter Road. (see attached map of
invitation to Bid Package for directions).
Attendance is recommended.
This contract is County-wide.
Multiple members of individual community
councils may be present

The following bid(s) will open at 2:00 PM on Wednesday, August 08, 2001:

6889-2/04-OTR Optial Scanning & Cost : $ 10:00
This contract requires Insurance.
Attendance at a Pre-Bid / Site Visit is
scheduled on Tuesday, July 10, 2001 at 9:00
A.M., at Miami International Airport
Building 5A, 4* Floor, located at 4200 N.W.
36* Street, Miami, FL.
Attendance is Mandatory.


Mercredi 11 Juillet 2001


Page 6


journalist Jean Dominique et du garden de
la station, Jean-Claude Louissaint.
I'arrestation s'est faite en vertu
d'unmandatd'arratinternationaletnational
lanc6 au mois de mai dernier par le juge
Cloudy Gassant, en charge du dossier. Ce
mandate avait 6t6 pris par le juge dans le cadre
d'une instruction parallble A celle sur
l'assassinat de Jean Dominique et
concernantlamort douteuse et la disparition
du corps d'un pr6venu nomm6 Jean Wilner
Lalanne.
Ce dernier bless par balls de
fagoninexplicable lors de son arrestationle
24 juin 2000 par des policies, avait 6t6


CARICOM * *
(suite de la page 3)
politiques pour les Bahamas ", vu la po-
sition unique de ce pays comme une cible
priviligide pour immigration illigale.
Les Bahamas ont un revenue an-
nuel par habitant de $20.000, compared &
$5.000 en Jamalque, et moins de $1.000
en Haiti, le pays le plus pauvre des
Ambriques.
LaCaricomparticipeauxefforts


- ---- ****
crise politique haltienne, en parties au nom
d'une solidarity avec le symbolism his-
torique que represented Haiti, la premiere
rdpublique noire n6e en 1804.
Mais m8me la patience de la
Caricom a ses limits.
Le president Aristide a tenu un
rally mercredi & Nassau, qui a attird plu-
sieurs millers d'haltiens vivant aux Ba-
hamas.


14st73 sw lo4 street


Fax (305) 387-4963, 756-0979


LISEZ HAITI EN MARCH


es 4


Mj cITO P. l.695


COSHIOs Industries Inc.


MIAM I-DADE


PUBLIC MEETING

Miami-Dade County will be conducting meetings regarding the
renewal of the cable television licenses for the following company:

AT& T BROADBAND

Miami-Dade County is holding meetings to assess the needs and
interests of the community regarding cable television services.
Your opinion counts and it is very important to us. Meetings to
hear your comments regarding future needs will be held at the fol-
Owing times and locations:

Thursday, July 12, 2001, 7:00 PN/
North Dade Regional Library
2455 NW 183 Street
Miami, FL


Wednesday, July 18, 2001, 7:00 PN|
Miami Lakes Library
6699 Windmill Gate Road
Miami Lakes, FL


Further information may be obtained by calling Miami-Da e
County Cable/Telecommunications Licensing at 305-375-3283.
Miami-Dade County
Consumer Services Department
CablelTelecommunications Licensing
140 West Flagler Street, Room 902
Miami, FL 33130








I DIAPORA


ta en arc e o o. ,


L'Acte de Naissance ne sera plus eligible



pour Pinscription scolaire en R.D.


OUVERTURE D'UN CONSULATE DOMINICAIN ABELLADERES


L


LA VOIX DE MIAMI

PHR failleS du

PRSteur MREC


Dor vil
C'est le samedi 23 juin qu'ont eu lieu A l'Eglise First Baptist
Church situde au coeur de la Petite Haiti et que dirige le Pasteur Renesca,
les fundrailles du Pasteur Mare Dorvil dic6d6 au cours du processes de
son arrestation par la Police de North Bay Village, le lundi 14 mai 2001.
Cet 6v6nement qui a caus6 un grand 6moi dans les communau-
tis haltiennes du Sud de la Floride et dont nous avions fait un long
expos6dansleNo l8deHaitienMarcheait6fortheureusementcon-
tr816 grice bla sagesse et la pond6ration des principaux leaders et orga-
nisations communautaires, tels Veye Yo, Fanm Vanyan, I'Association
des Officiels Haitiens elus, les Pasteurs des cults r6form6s pour ne
citer que ceux-14. Une assistance de de 250 & 300 personnel de touted
denominations et repr6sentant routes les couches sociales, a rendu un
homage m6rit6 au Pasteur Marc Dorvil.
PendantquelaversionofficielleaffirmaitquelePasteurDorvil
avait succomb6 & une maladies peu commune et d6nomm6e en jargon
m6dical"acuteexhaustivemania",safamillesesparentsetamiscon-
sidbrent cette trag6die comme le sacrifice d'un autre agneau A la bruta-
lit6decertainspoliciersop6rantencoredanslaFlorideduSud.C'estee
qui explique cette tongue attente pour les fun6railles, car parents, amis
(voir Fundrailles / 8)

HAITI NEWS NETWORK
The Premiere ource of ne s online about



WWW.HAITI-NEWS.NET
amps a

Find the latest news and headlines about Haiti
collected from newspapers and news agencies
worldwide.
Listen to Haitian radio stations online, learn about music
and Hatian culture.


#1 DES BUREAU DE
TRANSFERS D'ARGENT
SUR HAITI








CAM donne du travail 8 pr&s de 1000 haltiens en Haiti
aux USA et au Canada. Aucun autre bureau de transfer
.
n'offre autant d'emploi & la communaut6 haYtlenne.


CAM, le seul bureau qui respect les 2 heures de
.
livraison 8 domicile de vos transfers d'argent. C'est
une grande publicity et une grande r6alit6.

La livraison des products alimentaires se fait le
lendemain toujours & domicile-









.
Pour formations


I _


Mercredi 11 Juillet 2001
Hii M h VlXV N 23


Page7


"Nous avons pendant des nannies
men& une lutte en faveur de nos
compatriots; nous devons tous haltiens
de partout, de fagon solitaire, avec un
crayon, un cashier, ou des lines, apporter
notre collaboration a-t-il dit
Les reactions contraires ne se
sont pas attendre. Le chef de file de
Pantihaitianisme dominicain, le d4put6
Pelegrin Castillo, member d'un group
xenophobe de I'extr8me-droite
dominicaine Union Nationaliste ", a
commence & faire le tour des midias en
proclamant que le government
dominicainaveccetteposition,"conspire
centre li nation et ses intir8ts vitaux, et
fait le jeu des grades puissances qui
pensent que la RD peut risoudre les
problkmes d'Ha"iti ".
Adeux mois dela lentriescolaire
en RD, les responsables d'ONGs et les
reprisentants officials haltiens ont
main tenant la grande responsibility
d'assurer que ces exclus traditionnels, en
aussi grand nombre que possible,
commencent Pannie scolaire.

Jean B. Smith


Sonia Pierre dirige depuis des
annies le MUDHA, et est trbs solvent
l'objet de s6v6res critiques de la part de
certaines autoritis et mame du cardinal
catholique Jsus Lopez Rodriguez, qui
vont 'us u'd mettre en doute sa
nationality dominicaine pour Stre
d'origine haltienne.
Du c6td official, il faut dire que
pour pallier A cette situation, Pambassade
et les deux consults haltiens 6mettalent
sur demand des parents des actes de
naissance hditiens, ce qui permettait dans
plusieurs cas Pinscription des infants.
Pour le consul haltien &
Barahona Edwin Paraison, "la
communautd haltienne en RD a franchi
un grand pas, mais en m8me temps cela
implique un engagement de nous tous, A
garantir que ces infants de families
pauvres puissent effectuer la rentrie
scolaire 2001-2002 sans inconv6nients".
Le consul Paraison a souligne
qu'en RD, des dizaines de millers
d'enfants dominicains cheque annie ne
vont pas & Picole, des fois par manque
d'6coles, on par manque de moyens de la
part de leurs parents.


Ceci ne sera plus permits selon les
nouvelles dispositions, selon une
resolution qui sera bientat 6mise par le
Mnistbre de PEducation de la RD. L'acte
de naissance ne sera plus une pike indis-
pensable pour I'inscription scolaire.
Cette femme de prestige qui est
la personality No. 2 du pays, en a aussi
profits pour dire que sa mbre 4tait
a
haltienne. Je n'ai peut Stre pas la
couleur de Sonia Pierre, mais je suis fille
d'haltienne; ma maman est n4e en Haiti,
et nous les Dominicains, nous avons
presque tous un lien de parents avec une
,,
personnel d'Haiti .
La Vice-presadente dominicaine
a aussi soulign6 que le problbme est cr46
par un "courant de pensde conservateur
qui a rdussi & 6tablir dans ce pays un lien
entre la nationality et la negritude et qui
posse exclusion dans le champ de
,,
I'dducati r ailleurs, Mme Bosch qui n'a

raiment pas mAchises mots en cette oc-
casion, a ajouti que ceux qui excluent les
noirs et les pauvars des coles, sont les
m8mes qui profitent de leur exploitation
comme main d'oeuvre, pourles maintenir
en dehors du ddveloppement du monde
d'aujourd'hui.
Mme Bosch qui 6tait Pun des
collaborateurs les plus process de feu

les i e em ad e
peau noir sa ad on mi re s'est

d6clarde satisfaite de la position assume
*
par la Vace-presidente dominicaingrand
**
soulagement pour nous tous .


Enfin environ 200,000 infants
d'origine haltienne pourront bindficier
du pain de Pinstruction en R4pub ique
Dominicaine avec cette disposition
exprimbe par la vice-prisidente de la
R4publique, Milagros Ortiz Bosch.
Une victoire, pourrait on dire,
pour les HaTtiens dans ce pays, pour des
f ONGs comme le Mouvement des femmes
,
dominico-haitiennes (MUDHA) qui na
cess6 pendant les dernibres annies, h
cheque rentrde scolaire, de d noncer
Exclusion de ce nombre important
d'enfants nis dans ce pays dont la
nationality leur est refuse, en violation
de Particle 11 de la Constitution
dominicaine.
Milagros Ortiz Bosch, qui est en
m8me temps Ministre de IEducation,
participait a la fermeture du premier
symposium International sur les
problkmes de diversity et d'exclusion
dans son pays, organism par le City Col-
lege de New York. Activity a laquelle avait
6galement pris part comme oratrice,
Sonia Pierre, activist, et coordonnatrace

In no a e fonctionnaire.
Nous ne permettrons pas que
des infants solent exclus des icoles
seulement A cause de la poldmique &
,,
savoir s'ils sont des nationaux ou non a
d6clar6 la Vice-prisidente. Elle a aussi
ajout6 qu'"il n'est pas permits (aux
infants de peau noire) de s'inscrire dans
les icoles publiques, parce qu'en RD il y
a une volonti d'exclusion A cause de la
race on dela pauvretd", en soulignant que
cette volonti est le fait d'une minority.


auparavant au consult dominicain &
Port-au-Prince, puis & PAmbassade, est
le consul qui dirige cette mission.
Selon des sources diplomatiques,
la RD pense couvrir d'autres zones sur la
ligne frontalibre, notamment Anse-4-
Pitres. Du cati haltien, un project de
consult g6ndral & Santo Domingo est en
cours, ainsi que Pouvertme d'un consulate
& Elias Pina.


La RD a ricemment rocid6 &
Pouverture d'un consulate & Belladdres
pour faciliter les changes entre les habi-
tants des deux c8tis de la frontibre, ten.
ant compete particulibrement du march
qui fonctionne les landi et vendredi &
EliasPinaavecPindispensableparticipa-
tion de petite commergants haltiens. .
Mr. Amiable Nadal qui a travailli


III


T61. Gratuit USA:1-800-934-0400
T61. Gratuit Haliti: (509)256-8687









| LAV OI DE IA I


Pagaille dans le camp des Grees


homages rendus au Pasteur Dorvil, qui est
parti enlaissantapr6s luiune train6e de cha-
grin qui, pour longtemps encore, marquera
le passage courtde cet homme d'Eglise,
ce pbre soucieux du bien 8tre de sa famille,
de ce fits, ce frdre, ce parent, cet ami qui
tenaithautlerespect,1esensdelagratitude,
le maintain des traditions families. La
c6r6monie que pr6sidait 1'Eveque Joseph
Sterling, prit fin vers les deux heures de
I'aprbs-midi, et un long cortege sous une
pluiebattante accompagnala d6pouille du
Pasteur Marc Dorvil A sa dernibre demure.
La direction de l'hebdomadaire
Haiti en Marche prie la famille, les parents*
les amis du regrett6 Mare Dorvil de bien
vouloir accepted ses condolences et se jomt
A leurs pridres pour le repos 6ternel de son
Ame dans le sein du seigneur.

L'Ex-Maire de Miami Maurice
Ferre d6bute sa campaign 61ectorale dans
Little-Haiti
C'est dans la magnifique demure
r6nov6e d'une famille haltienne, et situde
en plein coeur de la Petite Haiti, que Mon-
sieur Maurice Ferre, ancient maire de la ville
de Miami, ouvrait sa champagne 61ectorale
pour la position de Maire de la Ville de
Miami.
Plus d'une vingtaine d'amis, tant
haitiens qu'6trangersavaientr6ponduhl'in-
vitation. Maurice Ferre a expose sa vision
pour la ville de Miami et a r6pondu en lan-
gage de politician avis6, aux diverse ques-
tions de assistance.
En tant que l'un des plus ancient
amis de notre communaut6, nous lui sou-
haitons bonne chance et suceds.

Viter JUSTE


Mercred "r'""'"'o 2 V o 2


Page *


D6finitivementnos analysespren-
nent I'allure de prediction parce que justi-
fides par les 6v6nements et le temps. Du-
rant la p6riode du coup d'6tat de C6dras et
consorts, j'6crivis un articlepubli6par Haiti
en March dans lequel je mettais en garde
les homes au pouvoir centre les change-
ments attitude souvent impr6visibles,
brusque etinconsid6r6s delapolitiqueam6-
ricaine. Hier, pour servir ses int6r8ts, elle
organize des turbulence politiquesinstalle
des gouvernements de facto tout d6vouds A
son service et incite les tenants du pouvoir
A l'ill6galiti, les pousse A traveller centre
les int6r8ts les plus sacr6s de leur pays, en
faisant miroiter A leurs yeux l'attrait de la
puissance du pouvoir et ses advantages. De-
main, si t8t que les besoins de sa politique
1' oblige h des changements imp6rieux, elle
laisse timber ses creatures et sans se gener
devient leur accusateur, lear juge et leur
bourreau. Hier c'6tait Trujillo, les Somoza,
phre et fils, Noriega, Pinochet et plus prbs
de nous Jean-Claude Duvalier et famille;
Milosevic, I'homme qui a facilit61e plan de
d6membrementdelaYougoslavieconqup"
la politique am6ricainemais ex6cut6 derriere
le paravent de l'OTAN. Ajoutons A laliste
Prosper Avril, un peintre en immondices;
les ex6cuteurs du sanglant coup d'6tat du
29 september 1991: C6dras, Biambi, Mi-
chel Frangois, Toto Constant, Dor61ien pour
ne citer que ceux-14.
Dans cet article, j'6crivis hl'inten-
tion deces militaires et civil 6gards que sit8t
que la politique ambricaine aura atteint son
but, elle les laissera timber et sans merci,
les livrera bla vindicate national et interna-
tionale.
Que voyons-nous aujourd'hui?
Ces potentates haltiens qui, hier,


s'empresser ensuite de l'accuser de viola-
tions des droits humans, de corruption etc.
Il se doit done de pratiquer aussi la Z6ro
tolerance A l'endroit de ses propres parti-
sans, qui peuvent Stre parfois des vers sou-
doyds et capable de longer le venture qui
les nourrit... Il se doit sans reliche de "Veye
en haut, en bas, A droite, A gauche, nan mi-
tan ... tou patou..." afin de se pr6munir de
tout cheval de Troie introduit dans ses rangs.
L'Opposition non plus n'est pas
immune et devrait se garden de certain ac-
tes de d6sespoir politique aux 6ch6ances
parfois lointaines, mais certaines. Elle de-
vrait tenir A distance ces deux trublions deer-
vel6s de Miami et porte-parole de PUDH,
Parti Uni pour la D6mocratie en Haiti,
d'autres dissent pour la Destruction d' Haiti,
qui avaient essay d' attaqi.er physiquement,
heureusementsans succbs,1ePr6sidentJean-
Bertrand Aristide, lors de son passage A
Miami, enroutepourlaconf6rence de Qu6-
bec. L'un de ces fauteurs de trouble, une
esp6ce d'amazonebavarde etirresponsable,
a meme d6clar6 sur les ondes que fort heu-
reusementl'escadrond6pach6surles lieux
ne croyait pas en la violence, sinon les cho-
ses auraient pu se passer autrement. Fanfa-
ronnade on acte de foi, ce sera Ma police et
Ala justice d'en decider un jour ...
Maintenant que la paix semble
vouloir retourner dans les rues, ce qui ne
manquera pas de faciliter le return Alapaix
dans les course, les esprits et le venture, tout
un chacun devrait pouvoir y codtribuer en
apportant la moderation dans le discourse et
dans les actes, si nous voulons 6viter que
nos ennemis communes ne profitent de nos
mutuelles faiblesses pour nous enterrer en-
semble dans la fosse commune de la haine
qui d6truit.
Le government Aristide-
Ch6restal a montr6 des dispositions pour
sauver la patrie de1' ouragan duvaliriste et
de ses lames de fond. Maintenant le ballon
se trouve dans le camp del'Opposition, cer-
tainement affaiblie par la perte de ses prin-
cipaux mentors strangers et la division qui
semble s'installer dans ses rangs. On n'en-
tend plus la voix du fameux et fulminant
professeur Sauveur Pierre Etienne; des dd-
clarations venues des milieu conver-
gents sont faites sans le sceau d'approba-
tion dxt president symbolique G6rard
Gourgue. Certain des 15 parties politiques
affili6s & la Convergence s'empressent de
saisir au vol le rameau d'olivier tendu par
le government et disputent du bec et des
ongles & la Convergence la place qui leur
est alloude dans le Conseil Electoral Provi-
soire, sans computer un membre actif et pro-
6minent de Convergence qui declare sup-
porter fermementla zro tolerance. Les jus-
qu'au-boutistes percent et percent du ter-
rain A moins qu'ils ne s'amendent et lais-
sent tomberleur intransigeance.11n'est pas
trop tard pour eux de consider les souf-
frances de la population et de rdpondre A
I'appel du pays en participant Ala sortie de
la crise national et A sa solution definitive.
Sinon, ce qui restera de I'Opposi-
tion porter A elle sede la responsibility
d' avoir favoris6 introduction du Cheval de
Troie de Jessie Helms dans la citadelle de
l'ind6pendance national, et portent dans ses
entrailles les processes mensongbres de la
politique ambricaine. Pour y avoir cru,
Gorbachev a facility le d6membrement g6o-
graphiquepolitiqueet6conomiquedel'em-
pire russe. Les Contras du Nicaragua out
attend jusqu'hleur effacement les scours
financiers promise A la fin de la guerre civil
et installation de Mme Chamorro. Les Pa-
namdens attendant encore les millions pro-
mis suite hl'invasion deleur pays et la cap-
ture de Noriega. Les millions promise aux
(voir Pagaille / 9)


le pays cherche sa voiepour unerdconcilia-
tion de la famille haltienne, il strait inop-
portun de remuer les cendres du pass6 qui
peuvent, commeles leaves d'un volcano, ca-
cher un brasier destructeur et que nos enne-
mis communes sont pr8ts & rallumer A la
moindre occasion,
Cependant une fois encore, nous
mettons en garde les dirigeants
d'aujourd'hui et les invitons A se surveiller
de prbs afin d'6viter au pays et A eux-me-
mes les erreurs du pass . A titre d' example,
pensez-y bien. Estim6, Paul Magloire, Du-
valier phre avaient 6t6 eTus sous l'6gide des
Constitutions de 1946, 1950, 1957. Ces trois
Constitutions interdisaient clairement lar66-
lection immediate. Leur mandate n'6tait
m8me pas achev6, qu'ils s'inventbrent des
subterfuges pour violet la constitution. A
I'exception de Frangois Duvalier qui mou-
rut aupouvoir, son successeur Jean-Claude
Duvalier et les deux autres durent prendre
la route habituelle de l'exil. Estim6 y
mourra; Paul Magloire reviendra au pays
aprbs la chute de la dynastic duvalidriste
pour y finir ses vieux jours.
Cependant de ces 4 chefs d'Etat,
la dynastic des Duvalier qui a gard61e pou-
voir durant 29 ans, a certainementfaitle plus
de torts au pays. Cette longue dictature,
comme un ouragan, alaiss6 derriere elle des
lames de fond qui vont parachever son
oeuvre de destruction. Elles out pour nom
l'Arm6e, revenue plus irresponsible que
jamais, les Tontons Macoutes,1es paramili-
taires connus sous le nom de Volontaires de
la S6curit6 Nationale, VSN, la corruption,
le commerce de la drogue, le d61abrement
du corps social etc ...
De nos jours, la declaration de
" z6ro tol trance par le Pr6sident Aristide
centre les Zenglendos et les malfaiteurs de
tous poils, a 6t6 approuv6e par acclamation
par plus de 95% du people haitien, en Haiti
comme A 1' stranger. Elle s' est prouv6e plus
efficacy depuis que, combine A l'arresta-
tion du G6n6ral-Pr6sident Prosper Avril, la
s6curit6 semble vouloir revenir non scule-
ment dans les villes mais aussi dans les cam-
pagnes. Les assassinate en plein jour ont
disparu, comme par enchantment. Les
transports publics ne sont plus attaquds sur
les autoroutes. Les families riches ou ce qui
reste de la classes moyenne, les Haitiens vi-
vant A l'6tranger et qui reviennent au pays
pourmilleraisonspeuventmaintenantdor-
mirles yeux ferm6s. La vie nocturnereprend
petit Apetit. La police 6pur6e de ses propres
zenglendos soudoyds pour ternir la r6puta-
tion du corps et justifier l'appel au return
des Forces armiesreprend avec une vigueur
nouvelle sa tiche de protectrice des vies et
des biens. Les habitats des villas, bourgs,
planes et campaigns qui content la garde,
comprennent d'instinct: qu'aux grand
maux, il faut appliquer les grand rem6des.
Mais 11 aussi se troupe un grand danger ...
Le government Aristide-
Ch6restal se doit d'8tre en perp6tuelle alerted
pour 6viter les d6rapages et empacher que
des partisans z616s n' absent de la popular
formula Z6ro tolerance pour r6gler leurs
propres affairs. Point n'est besoin d'ajou-
ter que ses ennemis politiques et tous les
brouilleurs de cartels de l'ext6rieur qui sou-
tiennent les faiblards de l'intdrieur par des
manoeuvres et des pitances, seront pr8ts &
sauter sur la premiere occasion pour crier A
la dictature.
Le Gouvernement devra en perma-
nence se surveiller pour 6viter de trdbucher
sur les obstacles qui seront sem6s A dessein
par certain de ses amis pour le porter A
baisser sa garde on sortir de ses gonds, et


6taient les chouchous de 1' Ambassade "
et se pavanaient dans les rues semant sur
leur passagela terreur, sont aujourd'hui des
b8tes traqu6es. Mme Duvalier est morte en
exil, Jean-Claude Baby Doc "Duvalier,1e
president macho et play-boy, qui sela cou-
lait douce en France, risque de finir, dit-on,
comme Boyer : "dans un 6tat de g8ne voi-
sin de la mistre. "
Actuellement Carl Dor61ien et
Jackson Joanis sont incarc6r6s au Krome
Detention Center & Miami, sous 1'accusa-
tion de crimes et violations des droits hu-
mains, tandis que Prosper Avril connait les
rigueurs de1' h8tel dela Rue du Centre.
Is reste dela couv6e, vivant dans l'angoisse,
uncertain du lendemain, tremble dans ses
culottes et se doit de changer de sous-vate-
ments A cheque heure.
Pris de panique, Dor61ien, jouant
le tout pour le tout, ne -se ghne point pour
d61ier sa league. II accuse nomm6ment1' ex.
president Jimmy Carter et le G6ndral Col-
linPowell,1'actuel Secr6taire d'Etat du gou-
vernement Bush fils, d'avoir ti ses men-
tors. Nous nous 6tonnons qu'il aitlaiss6 dans
1'ombre le fameux ambassadeur am6ricain
d'alors, I'ineffable Alvins P. Adams, dit
Bourik Chaje, la vraie cheville ouvribre du
coup d'6tat du 29 september 1991 qui con-
tinue de faire tant de torts A notre "petit pays
mais grand people". Malgr6 ses 200 ans de
d6boires orchestras del'ext6rieurmais ex-
cut6s par l'inconscience d'une minority
d' Haitiens de touted nuances, de touted pro-
fessions, de touted appartenances politiques,
le pays continue A survive.
Nous nous arretons 11. Alors que


de la communaut6 r6clamaient une second
autopsies qui viendrait ou justifier leur ac-
cusation de brutality policibre et leur de-
mande de justice pour Pasteur Dorvil, on
bien confirmed les r6sultats officials.
Jusqu'icihnotre connaissance,1es
r6sultats de la second autopsies n'ont pas
encore 6t6 rendus publics.
A ces c6r6monies pr6sid6es par
1' Ev8que Sterlin, beaucoup d' orateurs
avaient pris la parole. Sur le podium se re-
trouvaient des pasteurs de confessions dif-
f6rentes. S'y trouvaient aussi les members
de l'Organisation des Officiels 61us, h1'ex-
ception de Mr Joseph C61estin, Maire de
North Miami, et del'Assesseur Osman D6-
sir et d'autres personalities de notre monde
social.
Prbs d'une vingtaine d'orateurs se
succ6ddrent au Podium parmi lesquels nous
ne pouvons nous empacher de signaler le
tout jeune Kervins Dorvil, fils du d6funt
qui afaitpleurer l' assistance quand dans son
hom61ieil a demand& son pbre: Oh est le
computer que vous m'aviez promise ? ", tout
en lui promettant qu'en grandissant il va se
conduire de faqon A m6riter son es time et sa
fiert6. Sa fille Mimose a pris aussi la pa.
role.
Farah Juste, connue sous le nom
de Reine chanterelle, a chants pour Pasteur
Dorvil. Elle exhort la veuve au courage
pour affronter salourdetiche, enl'assurant
en m8me temps qu'elle ne sera pas seule
dans la lutte pour l'obtention de la justice.
Iss nombreux orateurs ont tous mis l'ac-
cent sur la rectitude du d6funt; y comprise
sonemployeur,1ui aussiles larmes aux yeux,
venu rendre homage A cet 6chantillon de
droiture. Ce fut le thbme central de tous les


tr a q Hes OS ujor d hu


I *
F BIler RIlles du Pasteur
DM
TC OF VII
(suite de la page 7)









TENNIS |


a en arc e ,


pc'








a...
11 o**ff
or.. e "
--





ivxiams vort-an-Prince wriami

Tous les j ours


( IVIardi Exceptd)




D6part MIA 8:00 am Arriv6e PAP 8:50 am
.
D6part PAP 9:40 am Arnvee MIA 12.35 pm



Les meilleurs prix
Un service de quality & bord

Un billet gratuity aprbs 7 voyages pendant I'ann6e





Pour informations et reservations, contacted votre agency de voyage ou la ALM
1-800-327-7230



Pour votre reservation sur internet, visited nous au:


W WY Wr. irallT.C OII


Mercredi 11 Juillet 2001
Hiti M h VolXV No23


Page 9


WIMBL

.
Williams are
de Wimbledo
cons cutive, e
Justine Henin


-. .. .. ... a fait la difference.


joueuses remportaient leur ser-
vice, avant que Williams ne
concede le break sur un reverse
trop long compl6t6 par une balle
dans le filet.
A 5-3 en sa faveur, la
Belge serrait les dents et
concluaitlamanchesurunpass-
ing de reverse.
Dans la dernibre
manche, Henin perdait d'entrde
sa mise en jeu, Williams
assurant les siennes pour mener
3-0. La Belge offrait deux
nouvelles balls de break A son
adversaire, qui aprbs avoir gich6
la premiere prenait le large (4-
0) sur une faute directed de
Henin.
Les gouttes se
remettaient A tomber et Will-
iams, pressed d'en finir,
confondait quelque peu vitesse
et precipitation, mende 15-30
aprbs une quatribme double
faute. La tenant du titre se
reprenaitetinscrivait
trois points d'affil6e: 5-0.
Henin n'y .croyait plus, et aprds
avoir sauv6 une premiere balle de match sur
son service c6dait sous le dernier coup de
boutoirdeWilliamsass6n6dufondducourt.
(AP)


L an n 6 e
dernibre, Williams avait
laiss6 6clater sa joie sur
le court central et
ponetu6 son triomphe de
quelques bonds. Cette
fois, la joueuse
originaire de Lynwood,
en Californie, s'est
content6e de saluer
sobrementlafoule.
Je ne pouvais
pas sauter A cause de la
plaie. Je ne voulais pas
tomber", a-t-elle
plaisant6 aprbs sa
victoire, avant de
complimenterHenin.
"C'estunetrbs
bonne joueuse, elle n'a
que 19 ans. Je me suis
d6jhretrouv6e dans cette
position pour ma
premiere finale d'un
Grand Chelem et je
trouve qu'elle s'en est
bien tir6e. Moi, je
n'avais meme pas


a;. .


Iv a.q :.:;.; ..
.
Venus Williams et son second trophie gagn6 dimanche
La tete de s6rie num6ro-2 du remport6 un se
tournoi devient ainsi la premiere joueuse "Cett
depuis Steffi Graf en 1995 et 1996 & plus de mal
reporter deux tires d'affil6e AWimbledon. poursuivi. "I'a
Justine Henin, tSte de s6rie
comme une b
num6ro-8, disputait dimanche sa premiere
finale d'un tournoi du Grand Chelem, A 19 feux de la r
contentais de
ans. La Belge, inconnue du grand pubhe en ,
annee, c' 6tait
d6but d' ann6e, est la veritable r6v61ation de
ce d6but de sidcle puisqu'elle avait d6ji j'aibeaucoupp
atteint les demi-finales A Roland Garros il y suis vraiment c
a un mons. 14.
Justin
La finale, qui aurait .dd se jouer
n'a jamais sem
samedi, a 6tf ixterrompue par la pluie au
de s'imposer,
deuxi&me set & 3-2 Henin. Une pause d'un
d6faite. "Elle
quart d'heure qui a peut-8tre fait du bien I
jouer et elle a m
la jeune joueuse, balayde 6-1 dans la
moi. Je review
premiere manche.
Mais Venus Williams, d6boussolde peut-Stre po
u
tournoi
dans le deuxibme set perdu 6-3, a ensuite
Avan
rapidement retrouv6 ses esprits pour
Henin et Willi
ex6cuter la brindille belge en lui infligeant


,--
La belge Justine Henin
Hors du coup dans le premier sets
la joueuse entrainde par Carlos Rodriguez
n'apused6fairedujougdesonadversaire
que dans la deuxibme manche.
DanscesetWilliamsauraitmeme


er.,,


t. Je tiens b la feticit
e annie, j'ai eu b
A m'imposer",
nn6e dernibre, j'6tai
iche sous les
ampe, je me
jouer. Cette
plus difficile,
lusr6fl6chi.Je
ontente d'8tre

e Henin, qui
bl6 en measure
a reconnu sa
est trds dure A
ieux jou6 que
drai, c'est s0r,
r gagner le

t la finale,
ams s' 6taient


Venus Williams n'a pas fait dans
la modestie aprbs sa deuxisme victoire de
suite A Wimbledon. Elle estime qu'en ce
moment, ellen'apas derivale surle circuit.
I'Am6ricaine aeuunmotdesympathiepour
son adversaire, Justine Henin. Elle pense
aussi que son experience a fait la difference
dans le troisibme set.
Venus Williams
"Si j'ai eu peur de la pluie ?
Seulement A la fin. Je n'ai pas bondi de joie
commel'anniedernibrecarjenevoulaispas
glisser sur I'herbe."


"Je suis tras content
de mes deux semaines et plus
particulibrement de la fagon
dont j'ai servi lors des points
important. L'ann6e dernibre,
je n'avais pas travaill6 autant
pour gagner. Cette ann6e j'ai
eu une approach different.
Sur le paper je suis no2
mondiale mais je suis la
meilleure. Je ne vois personnel
qui puisse se pritendre
(voir Williams / 10)


fort. Aussi Gouvernement, Oppo-
sition, Noirs, Mulatres, Bour-
geois, Gens du Peuple, faisons la
patx avec nous-memes afin de
nager ensemble pour sortir en-
semble des marais de la misbre,
de ignorance et des luttes sans
Issue.
Quand nous parvien-
drons ensemble Al'autre bord, le
monde enter nous applaudira, A
Exception pout-8tre de nos 6ter-
nels hourreaux de l'aprbs 1804.


*


(suite de la page 8)
vietnamiens on compensation pour la dd-
vastation de leur pays et la signature du
Trait6 de Paix, dormant toujours dans les
coffres de Fort Knox.
A lalumibre de cos faits histori-
ques, penan-vous chers concitoyens que
nous serous plus heuroux avoc les pro-
messes des impirialines internationaux,
surtout si le youvernement Aristide-
Chdrestal so refuse 4 souserive a lours
didata Pour notre part, nous on doutom


Viter Juste


Deuxieme victoure consecutive pour
EDON, e e 1 pu se d6tacher si & 2 jeux

.....Venus Williams a Wimbledon::--:::-::-b a
mport6 dimanchele tournoi un 6-0 dans le dernier set. d6ji rencontr6es, au mois de mai & Berlin, exp6diant un coup droit hors des limited du
n pour la deuxibme annie Tout au long de la partle, le phy- sur terre battle, et la Belge s'6tait impose court.
n battant en finale la Belge sique de 1' Am6ricaine, largement plus 6-1, 6-4. Mais la physionomie de la finale A 3-2 Henin, la pluie interrompait
, 6-1, 3-6, 6-0. athl6tique et puissante que son adversaire, n'a pas dG lui rappeler grand chose. la parties pendant quinze minutes. Les deux


Venu~s: "Je suis la meilleure"








| COMMEMORATIONS |


8 Juillet 1801 8 Juillet 2001


voulais pas qu'elle soit trop d69ue. Elle aura sa chance un
Jour.

CO H OSt q u parties
.
relBISe. pour Justine Henin


talkRollabros.climatiges,.tout confort;.tel6vision coultur pridesurveilli



Gaper tes miles American Airlines
.


S6journez 7 nuits payez poor 6, recevez 500 miles American AirlineS
US 485.00 + Taxe 2 personnel en chambre plus petit dbjeaner, 3"* Personne US $12, infant gratuit

AAAAAA .
Stay 7 nights pay for 6, Received 500 miles American Airlines
US 485.00 + Tax Room and Breakfast 2 person, 3" person same room US 12.00 daily, chHdren free

Reservation USA : 1-800-CHARMS (1-800-742-4276)
HaIti : 260-4011 / 260-4012 I 260-4013
PARIS : 1-4897-1644
H8tel Le Plaza (H. Inn), 10 Rue capois Champs de Mars, P.O. Box 1429 Fax :(509)260-4010 E-mail :
hiplaza@acn2.net / hiplaza@hotmail.com


Merred 11u"""et 2 V0 2


Page 10


Mr Isrebours : L'argent. Nous avons eu toute la
volont6 qu'il fallait. Nous avons travaill6 avec nos doigts
et nos ongles pour accoucher cette exposition que vous
regarded aujourd'hui. Mais c'estune exposition sans cata-
logue, sans d6pliant Et toute exposition pr6sent6e sans
support 6crit, estune exposition qui est condamn6e Amourir,
parce que sit8t lev6e, cette exposition n'existe plus. Or
1'argent a 6t6 notre plus grand probldme. Tous nos textes
existent, toutelaphotographie existed. Mais, et jene cesserai
deled6plorer,1'impressionn'apuavoirlieufauted'argent.
Toutefoisnous souhaitons que cetteexposition soit
capable de donner A la jeunesse une autre comprehension
de la r6alit6, telle qu'elle a exists. Lire dans des lives
d'histoire quenos ancetres 6taientenchain6s estunechose.
Mais voir les fers dans lesquels ils se trouvaient, comment
ils 6taient enchains A la file indienne, comment on les
mettait en croix au solely, c'est different. Voir aussi cette
situation criante et A c8t6 le texte sign6 par Toussaint
Louverture, cela d6montre un d6marquage entre la
souffrance qu'a v6cu ce people et la vision qu' avait
Toussaint Inuverture. Ce n'6tait pas une vision de ven-
geance, ce n'6tait pas une vision de kraze brize," mais
une vision pour une autre soci6t6 et une soci6t6 meilleure.
Nous allows faire tout ce qui est possible pour
attire la jeunesse vers cette exposition au Mus6e du
Pantheon National, mais le support crit, oui cela nous
manque.
Ma satisfaction ajourd'hui est de voir comment le
public r6agit. Parce qu'il a falut faire une section, il a
fallu choisir les documents & presenter et je vous assure
que ce sontdes documents qui sontmontr6s pourlapremibre
fois en Haiti.
HEM : D'autres expositions en perspective?
Mr Lerebours : En ce moment, nous allows nous
concentrer sur 2003. L' ann6e 2003 a beaucoup
d'6v6nements, y comprise le Drapeau, y comprise la Bataille
de Vertibres, ce sont tous de grand moments. Nous demons
preparer la collection maintenant. Il ya 6videmment aussi
2004, 1'Ind6pendance et aprbs 2004, il ya les debuts de
Dessali.. :.
Toute cette p6riode de notre Histoire est une
veritable mine et dont notre g6n6ration a besoin.
HEM : Pensez-vous A sortir de la R6publique de
Port-au-Princeetavoiruneexpositionitin6rantequipartirait
Ala rencontre de la jeunesse des autres villas du pays?
Mr Lerebours : Nous avons une 6quipe assez jeune
au MUPANAH. Nous avons la volont6. Il nous manque


l'argent.
Mais nous allows passer & une autre 6tape et je
vousendonnelaprimeur: NousallonslancerleConcours
International de peinture sur Toussaint Louverture. Cela
va 8tre le premier concourse international que r6alisera ce
pays et ce sera sur une figure international quest aussi
Toussaint Louverture.

En dehors de l'Exposition "De Toussaint
Louverture'd la Citadelle" d'autres activists se sont
diroul6es dans le cadre de la Comm6moration du
Bicentenaire de la Constitution de 1801.
Les 5 et 6 juillet, des conferences d6bat sur la
Constitution de 1801 et sur Toussaint Louverture ont en
lieuilaBibliothbque Nationale, animbes parleprofesseur-
historien Michel Hector et le professeur Mme Mirlande
Manigat.
Ouverturele 6 Juillet Ala Maison du Tourisme
de exposition des oeuvres s61ectionnies au concourse
organism par le Ministbre de la Culture et de la Communi-
cation.
Samedi7 Juillet : Habitation Brida au Haut du
Cap. Offrande florale. Champ de Mars : course
d'handicap6s sur chaises roulantes et Apartir de 19 heures,
soirde culturelle enl'honneur de Toussaint I.ouvertue au
Palais National.
Dimanche 8 Juillet : Pose de gerbe de fleurs sur
le Parvis de 1'ancienne Cath6drale. D6part du d6fil6
6questrehpartirdel'anciennecath6drale.Posed'unegerbe
de fleurs derant la Statue de Toussaint Louverture au
Champ de Mars. D6part du Pr6sident de la R6publique
vers la Place de la Constitution ( Champ de Mars). Pose
de la premiere pierre.
Lyc6e Toussaint Louverture, Inauguration.de
l'Infocentre Toussaint Louverture.
Palais National, c6r6monie de d6voilement du
buste de Toussaint Louverture. Message de Toussaint
I.auverture au Peuple de St. Domingue.
Enfin dans la soirde du dimanche 8 juillet, toute
une s6rie de manifestations culturelles et sportives
organises par le Ministbre de la Culture et de la
Communication, la mairie de Port-au-Prince et la
secr6tairerie d'Etat Ala Jeunesse, aux Sports et au Service
Civique se sont d6roul6es au Kiosque Occide Jeanty en
presence d'une foule de plusieurs millers de personnel.
Cette soiree a 6t6 anim6e par Mizik Mizik et
Boukman Eksperyans.


(Toussaint ... suite de la page 2)
Deportation de Toussaint Louverture ( M.M.
Obin)
Toussaint enferm6 au cachet du Fort de Joux,
dans les sommets du Jura.

Nous avons voulu en savoir advantage sur la
preparation de cette exposition et avons rencontr6 le
Curateur du Mus6e du Pantndon National Haitien, Mon-
sieur Lionel Lerebours.
HEM : Cette exposition vous a pris combien de
temps pour sa preparation ?
Mr Lerebours : Nous avons mis environ 8 mois
pour preparer I'exposition. Ce qui signifies que l'actuel
government n'6tait pas encore en place. Nous nous
sommes dits que m8me si le government n'embotte pas
le pas, nous sermons d6jiau travail. Heureusement qu'il ya
euuneparticipationactiveduPalaisnationalduministbre
de la Culture et d'autres partenaires et voild nous avons
cette exposition qui a pu voir le jour.
HEM : Quelestl'objectif vis6?
Mr Lerebours : I'6ducation d'abord. Parce que
pour moi, tout mus6e qui ne fait pas del'6ducation, rite sa
mission. Nous avons montr6 A la galerie le texte integral
de la Constitution de 1801. C'est une halte que nous
proposons Ala jeunesse qui passe, voit des images et s'en
va. LA, il ya occasion de s'y arr8ter. Pas pour lire tout le
texte, mais s'arrater & un article pour avoir une id6e de
cette vision qui s'est d6gag6e depuis 1801 et se poser
aujourd'hui la question: Oh en sommes nous? Comment
avons-nous exploit& cette vision ? Qu'est-ce que nous
voulons faire de notre avenir.
HEM : On pourrait parlor long temps de ces
nombreux tableaux que vous pr6sentez. D'ailleurs vous
avez remerci6 Georges Nader qui abien voulu mettre Ala
disposition du MUPANAH une parties de sa collection sur
cette 6poque de notre Histoire; vous avez 6galement obtenu
des tableaux de collectionneurs priv6s, mais qu'en est-il
de ces objets priv6s ayant appartenu & Toussaint. Son
chapeletsamontre.OGlesavez-vousd6nich6s?
Mr I.zrebours : Ca c'est un legs du Mus6e Na-
tional, de 1'ancien Mus6e National. Nous avons pu avoir
ce legs depuis la foundation de ce Mus6e et nous gardens
ces objets A notre exposition permanent 11a galerie
historique.
HEM : Quels ont 6t6 les principaux problbmes
dans la preparation del'exposition?


Venus Williams ...
(suite de la page 9)
sup6rieure A moi.
'Cela n'arrive pas souvent que le public soit
derribremoi. Cettefois encoreils 6taient contremoi. Peut-


** -un jour ce sera different. Mais ce n'est pas une grosse
affaire.
"Dans le troisibme je me suis senate trbs bien, trbs
relax, pr8te pour la bagarre. Peut-8tre mon experience m' a-
t-ellepermisdefaireladiffdrencecarellesemblaitnerveuse
A la fin. J'ai en un mot sympa pour elle parce que je ne


LONDRES, 8
Juillet Battue en finale

d1es Intena odnex de ten-
dimanche par 1' Am -
ricaine Venus Williams, la
jeune Belge Justine Henin
s'est promise de reporter
son prochain tournoi du
Grand chelem.
"La procaine
**<"e stai imanq

chelem, je gagnerai", a

=:':1'"'"=
la tenant du titre &
Wimbledon.
"Je reviendrai.
J'ai encore beaucoup de
Wimbledon A jouer dans
ma carribre. Ce n'est que
la deuxi&me fois que j' y
pa ipe", a-t-elle com-

Henin, tate de
s6rie num6ro huit, a touted
les reasons d'8tre
confiante. Avant de se faire
balayer par Venus Will-
iams, la wallonne n'avait
perdu aucune des finales
qu'elles avait disputes
depuis six ans.





SAge. Chasia au comit e. Men Port--au-Prince.


.


Special 6rt6 2001, Vacancebs







I DIASORA 1


.



Radio Carnivale


La premiere radio haltienne de Miami


Une nouvelle radio vient de voir le jour & Miami.
Une radio 100 pour 100 haltienne. C'est la premiere exp6-
rience du genre. Radio Carnivale.

Nous avons rencontr6 son directeur de program-
mation, un vieux routier de la radiodiffusion, Ed Inzama.

Haiti en Marche : Quel d6fi, Ed R6ussir la pre-
midre station de radiodiffusion haltienne de la Floride Vous
sentez-vous de taille ?
Ed Lozama: C'esteneffetun d6fiextraordinaire.
Vous savez bien Elsie, de m8me que Marcus, ce que c'est
que la radio A Miami. Aprds 4 ans de retraite, d'6loigne-
ment de la profession, j'ai d6cid6 de reliever le d6fi. Et jus-
qu'd present tout march bien. Nous sommes en ondes.
Nous n'avons pas encore notre programmation complete.
Mais la reception, I'accueil du public est plus qu'encoura-
geante.

HenM : Il nous fautpeut-8tre pour commencer ex-
pliquer au public ce que ce que nous entendons par une
radio 100 pour 100 haltienne. Jusqu' A present, mise A part
l'exp6rience de la radio collective de notre confrbre
Carmeteau Monestime qui n6cessite pour Stre captie un
poste r6cepteur special, il n'y avait pas de station apparte-
nant A des haltiano-am6ricains en Horide. Nous avons eu
jusqu'd present des animateurs-radio, achetant le temps
d'antenne aux stations am6ricaines, chacun avec sa philo
sophie, son orientation politique, parfois diam6tralement
oppose A celle de l'6mission pric6dente. Ce qui rapport
des millions aux stations amdricaines en question. Mais
comment peut vivre une radio en diaspora, si elle ne vend
pas de temps d'antenne ?
Ed Inzama: La communaut6 a 6volu6, tant du
point de vue politique que 6conomique. Nous avons des
d6putis blus A la Chambre de la Floride, des magistrates et
des assesseurs 61us dans diverse administrations commu
nales des villes de Floride. Au point de vue dconomique, il
ya aussi utie certain expansion. Wallgreen est venu ins-
taller un grand magasin au coin de la 54 kme Rue et de la
26me Avenue Nord Est, c'est-h-dire au cour meme de la
Petite Haiti. Done si le blanc voit un advantage finan-
cier, nous aussi nous le voyous.


Ed Imzama : Pour nous autres A Radio Carnivale,
, 1'Information est I'616ment essential de notre programma-
tion. Nous ne voulons pas nous contender de relayed les in-
formations diffus6es dans les radios de la capital haltienne ;
nous voulons innover dans le genre, en ayant des corres-
pondants dans les diverse grades villas d'Haiti; nous
voulons non seulement donner des informations, mais cons-
tituer des dossiers sur ces zones, parlor dealers problbmes.
C' est la seule fagon de sensibiliser I' auditeur haitten de Flo-
ride qui peut Stre int6ress6 & r6soudre tel ou tel probl6me
confront par la ville dont il est originaire. Par example,
entendant que sa ville d'origine a un besoin urgent d'une
ambulance, en dcoutant des reportage faisant 6tat de cas
de mortality dues A l'absence d'une ambulance dans la
locality en question, l'auditeur peut avoir envie d'aider sa
ville A r6parer ce problbme.

HenM : Que soubaiter & Radio Carnivale?
Ed Lozama : Nous aurions aim un partenariat
avec M6lodie FM, parce que & Miami quand on parle de
1 arcus et Elsie, c'est comme un Household Name ", non
sedement du point de vue de laradiodiffusion, mais anssi
del'Information. Et je pense sinchrement que si aujourd'hui
il peut y avoir Radio Carnivale dans Miami, c'est grace
au travail que Marcus et Elsie ontfaitpendant des ann6es
et avec des moyens pricaires. Bien qu'il y avait beaucoup
d'autres missions, la communaut6 a toujours eu un en-
gouementpour La Radio hl'Haitienne. Grice au traitement
professionnel de vos nouvelles, les gens ne pouvaient pas
s'en passer. Beaucoup de inspiration dont je fais monte
aujourd'hni vient de vous, de votre fagon de traitor les nou-
velles et de l'engouement manifesto par le public & votre
endroit.

Haiti en Marche : Merci Ed. Ett bien, yous pou-
vez consider cepartenariat d'ores et d6jiassur6. Etbien-
t8t, M610die FM A Port-au-Prince et Radio Carnivale, A
Uttle-Haiti, Miami, seront jumel6es, et pour le plus grand
bien du public haltien des deux cot6s.

LISEZ HAITI EN MARCH
509 -221-8596


Lesellier, de "poursuivre notre action de relation, d'aide et
de conseil auprbs de tous les jeunes qui nous contactent. En

'::rs"--:"::":- ::

Source:SIDAInfoServices,28mai2001

MELODIE103.3FM
PORT-AU-PRINCE, HAITI


Mercredi 11 Juillet 2001
Haiti en Marche Vol XV No 23


ras


Par example, au cours de ces diverse missions
de radio que vous avez 6voqu6es, on extend de plus en
plus de voix qui ne sont pas haltiennes, tenant de vendre
soit leurs products, soit leurs services. La demand pour le
dollar haltien est done de plus en plus croissante. Le pou-
voir d'achat de l'Haitien a augment et il represented de
plus en plus une force 6conomique.
Avec Radio Carnivale, nous voulons offrir au pu-
blic non sculement une radio de quality avec des profes-
sionnels de la radiodiffusion, une programmation bien ba-
lanc6e, mais aussi une avenue au commanditaire 6tran-
ger d6sireux d'offrir ses products ou ses services bla com-
munaut6.
H est certain en effet que la communaut6 haltienne re-
pr6sente de plus en plus une force. Nous le constatons cha-
que jour dans vos colonies. Aprbs 15 ans existence, Haiti
en March est revenue une institution, inspirant une cer-
taine confiance. Et c'est ce qui attire des institutions tells
que Metro-Dade, le Miami-Dade College ou City of Miami.
Elles ont comprise qu'il faut computer avec la communaut6
haltienne.
Le moment est done arrive pour Radio Carnivale et
nous n'avons aucun doute sur sa r6ussite A tous points de
vue. Nous nous proposons d'8tre tr6s agressif sur le mar-
ch6. Notre section Marketing veut non seulement atteindre
les petites enterprises, genre Mom and Dad Shop "loca-
lis6es sur la Deuxibme Avenue Nord Est, mais 6galement
rapper Alaporte des agencies gouvernementales et des mul-
tinationales.
Prenons le cas de du programme de sensibilisa-
tion de Metro Dade dans la communaut6 haltienne pen-
dant la p6riode des cyclones. I'Agence est oblige de trai-
ter avec diverse missions haltiennes dans diverse sta-
tions de radio. Tandis qu'une station de radio pourrait sen-
sibiliser la communaut6 de fagon continue. I.e moment est
done arrive pour une pareille enterprise. Et nous voulons
salstr le moment.
HenM : Maintenant au point de vue du contend
des nouvelles, pensez-vous donner la pr6sdance A cells
concernant Haiti ? Ou bien aux informations sur les diver-
ses communaut6s installers en Floride et aux Etats-Unis en
g6n6ral ?


Un m illiar d de

fraHCS centre le

SIDA en Afrique
La France va donner 155 millions d'euros au tout
nouveau Fonds international centre le VIHISIDA, la
tuberculose et le paludisme dont le Secr6taire g6n6ral des
Nations-unies, Kofi Annan, vient d'annoncer la creation,
Cettecontributionseraventil6esurtroisansetdesremises
dedettesAhauteurd'unmilliardd'eurosserontichelonn6es
sur dix ans. .
La France est le premier pays de I'Union A
s'impliquer h une telle hauteur, marquant la continuity de
engagement qu'elle avait lanc6, voici deux ans, avec
l'Initiative de solidarity th6rapeutique Nord-Sud.
Alors que le VIH fait trois millions de victims
par an sur le continent africain et queles s ropositifs y sont
au nombre de 26 millions, les fonds seront affects A des
chats de medicaments. Mais aussi Ala prise en charge des
malades.Leministred616gu6hlaSant6,BernardKouchner,
a pour sa part annonc6 la creation d'un Fonds de solidarity
th6rapeutiquesurfonddecoop6rationhospitalibre.
Un jumelage entre des h8pitaux frangais et
africains soutiendra les programmes de treatment. Une
cinquantaine d'6tablissements sont d6ji volontaires. Il ne
s'agit pas de faire revenir des maladies africains en France,
mais de faire traveller ensemble des m6decins des deux
continents.
I'int6rat de cette operation est d'6viter une dif-
fusion non mattris6e des traitements, qui favoriserait
l'6mergence de resistances au virus ", estime Bernard
Kouchner. En clair, les treatments doivent Stre administers
par des professionnels bien forms, et pas dans des condi-
tions plus oumoins approximatives.

Source :Ministbre frangais de la Sant6, ler juin


2001


S ANT E / JEUNES SE


Se xualiti : un


jeune sur quatre

prend des risque
Le bilan 2000 de SIDA Info Service
fait froid dans le dos. II d6note en effet une
baisse pr occupante dela vigilance des jeunes
dans leurs comportements sexuels ... Pour sa
campaign 2001, SIDA Info Service a
directement cibl6 les 15-25 ans,
particulibrement vuln6rables au SIDA. Et
pour cause En fait, 27% d'entre eux .
reconnaissent prendre des risque. Par
exempleenn'utilisantpasdepr6servatif.En
1999, ils 6taient plus de 19% A oublier de
se prot6ger... c
En 2000, ce service joignable 24 E
heures sur 24 et confidential et gratuit ", a -
enregistr6 une moyenne de 1000 appeals
quotidiens Et selon Thierry Lesellier, 2 .17
responsible de la communication, si le -
nombre d'appels est rest6 stable, les $
demanded d'entretiens ont augment. Un gg g
appelant sur deux en 2000. Les jeunes ne so
s'arr8tent plus seulement hune simple ques-
tion. Ils veulent toujours plus d'informations a
" AlSO IEA
D'une manibre g6n6rale, les jeunes
THE lADI
gens s'interrogent plus fr6quemment sur les
risques de transmission que les jeunes filled 85011 OI
(39% centre 29%). Mais ces dernibres sont lilE GRES
plus sensible aux questions li6es an NANCY CA
d6pistage. Et malheureusement, la difficult **THE:
des jeunes filled 4 impose le pr6servatif
revient encore de fagon trop r6currente...
D'oil importance, pour Thierry








JUSTICE ET DROITS HUMANS I


Alfredo Astiz, I'un des plus grands


Mercredi 11 Juillet 2001


Page 1


Le cas des deux religieuses frangaises


mass-PARIS eu de] Victimes d'Alfredo Astiz ----- '" d uxde i
1'ambassade de France & Buenos Aires. Au total,
et IAonie Rende Duquet, figuraient parmi les victims de perp6tuit6. Depuis, un mandate d'arrat international lui quatorzeressortissants frangais out 6t6 officiellementport6s
l'ancien capitaine defr6gate argentinAlfredoAstiz, qut s'est interdisait de quitter le territoire argentin sous peine d'8tre disparus pendant la dictature militaire. Un quinzibme, le
livr6 dimanche soir Ala justice argentine- arrat6 par Interpol. Paris a 6t6 6galement A l'origine de sa pr8tre Gabriel Longeville, a 6t6 assassin6par ballet au cours
Les deux femmes, qui appartenaient aux soeurs mise A la retraite anticip6e le ler september 1996. de la m8me pdriode. (AFP)


E TATS-UNIS


L'actualiti au quotidien de bon matin
6:30 AU PIPIRIT CHANTAN

7:00 Mblodie Matin
MELODIC 103.3 FM, PORT-AU-PRINCE, HAITI


. BAYCO AUTO SALES
9105 NW 27 AVE. MIAMI, FL 33147
OFFICE (305) 836-4333 EC LIST
a ro sAt..es FAX (305) 836-0230 4X4 VEHICLES
E-MAIL: BA .0 AUTO A(M-tCOM

a
--
















D C)LI LI L2 LU U .NET


Le pape dinonce I'embargio


BUENOS AIRES, 2 Juillet L'ancien capitaine
de frigate Alfredo Astiz, qui s'est livr6 dimanche b la jus-
tice & Buenos Aires, aprbs avoir fait 1'objet d'un mandate
d'arrat d'Interpol A la demand de la justice italienne, est
consid6r6 comme l'un des plus grand tortionnaires de la
dictature argentine (1976- 1983).
Surnomm6 "I'ange blond de la mort", Alfredo
Astiz, d6tenu dimanche soir au D6partement central de la
police & Buenos Aires, a 6t6 transf6r6 dans la nuit A la
Prefecture Navale & Buenos Aires, dans 1'attente de sa
comparution devantla juge f6d6rale argentine Maria Servini
de Cubria.
Cemagistratavaitannonc6samedi avoir mis un
mandate d'arrat, A la demand d'Interpol, centre l'ancien
capitaine de frigate pour sa participation pr6sum6e pen-
dant la dictature dans la disparition de trois .
ressortissants italiens, Angela Maria Aieta, Juan Pegoraro
et Susana Pegoraro.
Le mandate mis par Maria Servini de Cubria
concern 6galement un autre ancient capitaine de frigate,


Jorge Vildoza, dontla justice n'a apparemmentpas retrouv6
la trace.
Alfredo Astiz est consid6r6 commel'un des plus
grand tortionnaires del'Ecole de M6canique dela Marine
(ESMA) A Buenos Aires od ont disparu aumoins 5.000 des
30.000 victims attributes Ala dictature, aumame titre que
Jorge Acosta, dit "Le Tigre" ou Miguel Angel Cavallo,
actuellement d6tenu & Mexico dans1'attente d'ane extradi-
tion en Espagne sur mandate du juge Garzon.
L'ex-capitaine de frigate, Ag6 de 49 ans, a 6t6
condamn6 A la prison A perp6tuit6 par contumace par la
justice frangaise en 1990 pour 1' enlbvement et la disparition
de deux religieuses frangaises, Alice Domon et L60nie
Duquet, en d6cembre 1977.
II fait 6galement I'objet d'un mandate de detention
dujuge espagnol Baltasar Garzon, avec 97 autres militaries,
mais le government argentin n'a pas donn6 de suite a
cette requate.
Alfredo Astiz a aussi 6t6 poursuivi l'an dernier
pour apologizee du crime" aprbs avoir d6clar6 en janvier


1998 hun magazine argentin qu'il 6tait "I'homme le mieux
pr6pard pour tuer un homme politique ou un journaliste.
"L'arm6e m'a apprise A d6truire, A poser des
bombers, A m'infiltrer, A tuer", avait-il dit, estimate par
ailleurs "juste et r6volutionnaire" la repression centre les
opposants sous la dictature.
AlasuitedecetentretienlecapitaineAstizavait
6t6 ray6 des cadres de l'arm6e de son pays.
Alfredo Astiz est 6galement accuse de la mort
d'uneressortissante suddoise, Dagmar Hagelin, et de celle
de la premiere president de1' Association des M&res de la
Place de Mai, Azuzena Villaflor.
Ilavaitb6n6fici6desloisd'amnistieditesdu"Point
final" et de l'"ob6issance due", d6cr6t6es dans les ann6es
80 par le government du president Raul Alfonsin.
L'Italie souhaite obtenir son extradition, ainsi que
celle de Vildoza, mais l'Argentine a toujours d6fendu le
principle de la territoriality6" de la justice et s'est toujours
oppos6eauxdemandesd'extraditiondesanciensbourreaux.
(AFP)


des Missions Etrangbres, dont le sidge est & Toulouse,
travaillaient dans les bidonvilles, de Buenos Aires auprbs
des families des "disparus" de la repression militaire.
Astiz, consid6r6 comme 1'un des plus grand
tortionnairesdel'EcoledeMicaniquedelaMarine(ESMA)
& Buenos Aires pendant la dictature militaire de 1976 & 1983
avaitli6 connaissance avec les religieuses en affirmant 8tre
11arecherched'unfrdredisparu.
Alice Domon, alors Ag6e de -40 ans, avait 6t6
enlev6e le 8 d4-embre 1977 deviant 1'6glise de Santa Cruz
de Buenos Ain o par un commando de l'ESMA, avant d'8tre
torture, puis tu6e par les homes du capitaineAstiz. Deux
jours plus tard, IAonie Duquet avait 6t6 enlevie dans des
conditions similaires dans la paroisse de San Pablo, une
banlieue pauvre de la capital argentine.
Iss deux soeurs ont 6t6 vues en vie pourlademibre
fois le 13 d6cembre 1977 dans le camp de retention de
1'ESMA. I.xurs corps n'ont jamais 6t6 retrouv6s.
En d6cembre 1990, un tribunal frangais avait
condamn61ecapitaineAstizparcontumacehlar6clusiond


<


les details, George W. Bush a 6voqu6 "la grande tradition"
du FBI que Mueller "doit d6sormais affirmer" ainsi que
'Tes grand d6fis qu'il doit reliever dont la lutte anti-
terroriste et le contre-espionnage.
La tAche qui income & Mueller, 56 ans, durant
les dix ann6es de son mandate, semble en effet clairement
ddfinie.
"Quel qu'il soit, il strait mieux que (le nouveau
directeur du FBI) soitun superman, car les Am6ricains out
besoindequelqu'unquipuisserestaurerleurconfiancedans
cette agency", a r6cemment d6clar6 le gouverneur de
l'Oldahoma Frank Keating, un temps present pour le poste.
Is nouveau chef du FBI succhde & Louis Freeh,
mis A plusieurs reprises sur la sellette, et qui a choisi de
d6missionner deux ans avant la fin de son mandate, afin
d'int6grerlesecteurpriv6.
Mueller a servi au d6but de l'ann6e d'adjomt &
John Ashcroft, avant de retourner le mois dernier en
Californie. Ilavait6t6nomm6en1999parl'ancienpr6sident
Bill Clinton auposte deprocureur f6d6ral & San Francisco.
"Je suis profond6menthonor6parlaconflance que
le president Bush a plac6 en moi", s' est content d' af firmer
Mueller
Pour en 8tre digne, le nouveau patron dela police
f6d6rale va devoir faire oublier la dernibre b6vue en date
commie par le FBI durant I'affaire Timothy McVeigh,
l'auteur de l'attentat d'Oklahoma City, en 1995.
L'institution a en effet reconnu avoir omis de
remettre 11a defense de McVeigh, avant son procks, des
millers de documents relatifs A1'enqu8te auteur de cet at-
(voir FBI / 14)


WASHINGTON, 5 J
George W. Bush a nomm6 je
Mueller, un jurist qui n'est p
la plus c616bre du monde et q
son unage.
Le choix du preside
confirmpar le S6nat, a appa
dence en reason des affairs
mois institution f6d6ra
consid6rablementsonimagea
Le FBI est d'ailleu


uillet Le president amricain
udi A la t8te du FBI Robert
as issu des rangs de la police
ui devra notamment restaurer

nt Bush, qui doit encore stre
remment 6t6 dict6 par la pm-
qui ont 6bran16 ces derniers
le, au point d' enticher
uxEtats-Uniset11'6tranger.
rs soumis A une "enqu8te
global" ordonn6e par
l'Attorney General
ministrye de la Justice)
amricain, John Ashcroft,
Alasuitedercentesmises
en cause de son
fonctionnement. Des
recommendations de
r6formes doivent 8tre
6mises d'ici le ler janvier
2002
u
lourdes rellommb 1 8.
a 6t6 choisi avec une
grandeattentionetilamon
entire confiance", a
d6clar6 le president lors
d'une c6r6monie & la
Mason Blanche.
Sans enter dans


CITE DU
VATICAN, 6 Juillet It
pape Jean Paul lI a d6nonc6
vendredi l' embargo
am6ricain centre Cuba,
qu'il a jug6 "injuste et
unacceptable 6thiquement".
Au cours d'un
discoursdevantles 6veques
cubains en visited au


Vatican, il a critique ces measuress de restriction 6conomique
imposes de l'ext6rieur" et a rappel sa visited
bistorique dans l'lle castriste en 1998.
A cette occasion, il avait d6ji critique l'embargo
amricain, mais sa visited avait incite Fidel Castro A accorder
plus delibert6 aux catholiques et A l'6glise.
Depuis lors, beaucoup a 6t6 fait, a-t-il soulign6,
saluant les efforts des 6v6ques pour raviver cette foi
catholique sur une fle od la soif de spirituality n'est pas
combl6e par les "vieilles ideologies" s6culaires. AP





~ I__ __ __


Hati en Marche o. o.


_______


MIAMI-DADE
M
KONTE MIAMI-DADE FLORIDA
AVI PUBL IK
Pemi Travay Konte Miami-Dade pou ane fiscal 2001-2002.

NI NOUVO PEMI NI RENOUVELMAN
.
YO 8ViZ8 00u ke, dept le 1mye jou DaiWou 2001 a 8:30 A.M., P&mi
Travay pou ane fiscal 2001-2002 ap an vant nan: 140 W Flagler St.,
Room 1407, Miami Florida 33130 epi nan 10710 SW 211 St. Suite
#104 Miami, Florida 33189.

TOut pbmi ki pa renouvle pa pi ta ke 30 Septanm, va considered
enpeye e va genyen yon amann pou yo peye de dis (10) pousan
pou mwa Oktob la, nap genyen senk (5) pousan pou nou peye
chak mwa jiskaske nou a jou. Mbzald, se pa pou amann nan
depase vennsenk (25) pousan totalite taks pbmi travay la.

Anplis de sa, nenp6t moun ki pa peye taks pbmi travay la nan
period sansenkant (150) jou apre yo finn reseywa b6dro taks la,
epi tou ki pa pran P&mi Travay nesesh an, agenda rejwenn tbt II
devan p6t lajistis ak lit amann, sa vie di frb tribunal yo, frb yon
8Voka, ak tout lit frb administratif ki nesesh pou rezoud d6t la.
Genyen yon amann de san (100.00) dola.

Se responsibility nou pou li renouvie pbmi an pou li ajou pou li
OVite peye amann.

Miami-Dade County Tax Collector
Xiomara Vuelta, Manager
Occupational License Section


Mercredi 11 Juillet 2001
VlXV N 23


NOs
p
s etite announces classes


Page 1


M6decins
Dr EnockiJoseph

AGcc7u le t
Op6rationpour
fibrome Family Planing
liigature es trompee
Tous les tests pour
immigration
Nous acceptons touted
sorts d'assurance ainst
quelacarte Medicaid
pour les femmes
enceintes. Nos maladies
accouchent dans des
hSpitaux priv6s
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertibres Shopping
center
(305)751-6081
Dr Sony Figaro
Gynicologue
accoucheur
Chemin des dallies
No 27

Products de
Beauty


6 j

ejoseph@princereigns.com
Entrepreneuring
Spirit Alive and
Well: Young Haitian
-American Male
Launches Online
Skin Care Line
Edoou d osep year
Amen ma nedethe
now reaching out to
customers through the
Internet and launched his
own website
"PrinceReigns Skincare"
at .
www.pmeereigns.com.
Princereigns
offers shave gels, skin
creamshealthand
wellness items and
specializesiningrown
hair mo al fo cm
"Princereignsbrowsers
can s mo s ety and
homewithfreeshipping
of items ordered.
Customers can register to
becomeafreemember
andreceivefabulous
offers, including free
certificates for dream
vacations. Those
preferring to order by
e7ri soro so
products by calling the
customer service toll free
number
(800) 290-3781.


iP ints


Ra


Port-au-Prince
M6lodie 103.3 FM
de 5:00 & minute
Tous les jours
7 jours sur 7
Musique retro, Jazz,
compass, salza, hiphop,
la bonne humeur est
de mise avec nous
captez M6lodie et
votre vie ne sera p us
la m8me...
.
Chicago
Radio l'Union
WLUW
88.7 FM
4:00 pm & 6:00 pm
module anglais
bulletin de nouelles
Harry Fouch6
4:20
Module frangais
bulletin de
nouvelles
Lion 5C'h6ry

Module Crdole
Nouvelles
Lionel Ch6ry
New York
Radio Eclair
1240 AM
WGBB
Chaque samedi
11:00 am

5163 1487
New York
Horizon 2000 Plus
WLIR
130 AM
every sunday
9:00 am
& Midi
New York
Haiti Diaspo Inter
1330AM
6-8 pm
dimanche
7-9 am

HaitienMarche
En vente dbs le
mercredi & Miami,
Port-au-Prince,
Chicago Boston
New York Montr6al
Pari B 11
s ruxe es
Berlin Genbve...
Pour 8tre A jour
avec l'actualit6 '
abonnez vous en
nous appellant:
305 754-7543
(305) 754-0705


A Vendre

A Pierre-Payen,

cmSe t1 e1rre
plant en bananas
matures prBes A 8tre
r6dlties. Revenue
annuel:US$ 5 & 6000.
Prix demand
US$ 2.000.-
Pour informations
A l'6tranger:
450-665-0907
En Haiti
509 279-9891
Announce
Investigator-
P t
riva

This is a rare chance
for you to join a
team that makes a
difference in our
world
We are the largest in
the US in this
industry and we are
still growing. We do
no surveillance.

Applicants must
have experience in
the investigative
field and at least 6
month Internet
experience.

Miami-based

pitmition ith xten-
Creole / Spanish
speaking .
Fax resume to
813 948-1025

Announce





EgliseAdventisteB6r6e
1377 Rogers Avenue
B'klynN.Y.11210
T61: (718)421-5093 Fax
(718) 531-3477
I'Association
AdventitstedeBrdeet
Le club des Parents
Organisent
Is Samedi 14 Juillet A
4h30 pm au
1377 Rogers Ave.
Une conference sur un
thbme de brtlante
actuality Le probl6me de
la violence domestique
dans la comunaut6
hartiano-amricaine.
Expos6 eh Crole et en
Frangais.Les questions
pourront stre formul6es
en anglaise, cr601e on
frangais
Iraders communautaires
Pasteurs, Travailleurs
Sociaux, Parents,
Enfants, Educateurs,
Activists, Journalistes.
vous 8tes tous invites.


FortLauderdale


Pman Bec


Boujolly Records
13148 WestaDixie

305 893 8950

Etiquette Barber
op
15455 West Dxie
Highway
305 940 9070

Lucas SuperMarket
14759 N.E. 6th
Avenue
305 940 9902

B & L Supermarket
& Produce
12041 West Dixie
Highway
Miami
305 893 0410

Eclipse
Communication
Services Inc.
9290 S.W. 150 Ave.

9%u 01106416


Danilos

376RO ve.
Pompano Beach
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample road
Pompano Beach
FI 33064
T61. : 954-781-7424

Chiropractic
office
910 East Atlantic
Blvd
Pompano Beach
954-781-2500



TELECOM PAW
206 North Flagler Ave
Pompano Beach
Flo 330608
954-941-7004


Notre Dame
Restaurant
4859 N. Dixie Hwy
Pompano
t61.: 954-421-4777

RADIO PAW
1108 NW 9Ave Suite 2
Ft Lauderdale, FI 33311
Tdl: 954 523 0767

Island
Supermarket
Beauty Supply
8079 West Sample
Road
954 345 0450


de VenteHa i en Marche
















de Soto


Mercredi 11 Juillet 2001


Page 14


De Soto ended up in Haiti at the be-


r I 1 TI r r rl 1


By MATTHEW MILLER
It'sMondaynightinHaitiandHernando Hernando
de Soto is talking about the barking dogs again.
They're everywhere. In his book. In his slide show. In brief- thrive and others don't.
ings at the palace for President Jean-Bertrand Aristide. In What's more, de Soto a
sweaty sessions with threadbare villagers. They're peppered world's pervasive denial of property
through the 60-year-old Peruvian's cocktail chatter, figure ing so much as the United States i
in his critique of the World Bank, sumup what he has done the gold rush, when all those min
to date in lima. De Soto came across the dogs in Bali, he their claims with shotguns? Over th
says, not long after he had begun what may, in the fullness Sam eventually ratified the owners
of time, prove to be among the more consequential cru- recognized by communities on the
sades in economic history. It was a simple question: How to do the same for the world's unti
do you know in Bali where one man's property ends and real-estate and business ownership
another's begins? capital into fuel for growth. This, i
Throughout the third world, the formal systems spiel.
of property rights taken for granted in advanced nations While economists call hi
simply don'texist. Even after decades, few people officially leaders justcallhim. Back when Me
own the land or homes they occupy; the notion of holding Fox, was governor of the state of
title to property is scarcely found outside of rigged schemes out de Soto for advice. President
serving a handful of elites. But, as de Soto explains this Gamal is his reform partner in E
evening in Haiti, his face full of fresh zeal although he is Estrada of the Philippines brought
telling the tale for what must be the thousandth time, you cessor, Gloria Arroyo, wants de So
know when you have crossed onto someone else's prop- came before thepublicationlastfall
erty in Bali because a different dog barks. The dogs know. "The Mystery of Capital."
It's de Soto's shorthand for the de facto property The book carries endorse
rights that rule the world, his crystallizing metaphor for the native icons Margaret Thatcher a
common law at working themostlawless spots on the planet. well as from Bill Bradley,1ast year
And even if the story is apocryphal and something in de presidential contender. The book
Soto's relentless proselytizing makes you suspect it might copies in Peru the equivalent,
be that hardly matters. Like Ronald Reagan's infamous of a million in the United States.
welfare queens, de Soto's barking dogs capture the heart of late it into a dozen languages, theb
a profound social problem in this case, the persistence mania to a new level.
of global poverty. African presidents are fa
"Imagine a country;" de Soto says, "where no- of the World Bank, James Wolfens
body can identify who owns what, addresses cannotbe veri- to a conference in Russia. To the le
fied and the rules that govern property vary from neighbor- de Soto's economic gospels one o
hood to neighborhood, or even from street to street." This they have heard in years, not leas
is what life is.1ike, he says, for 80 percent of the people in mand expensive solutions. "We s
the developing world and the former Communist countries. ready have a market economy," de
Through"extralegal"businesses andhomebuildingdeSoto such things as poor entrepreneurs.
reckons, the world's poor have accumulated assets worth But Haiti? This is pover
$9 trillion 20 times the direct foreign investment in the While there are few reliable figure
third world since the Berlin Wall fell and more than46 times thought that 80 percent of its rough
as much as the World Bank has lent in the last three de- live on less than a dollar a day and
cades. are illiterate. Most children suffer
But because these assets are not "paperized" in life expectancy is around 50. In Ha
the formal documents and legal structures common in the the streets. People get water at a
West, they can't function productively as capital. People what they can in unsanitized unde
can'tuse their homes as collateral for loans to expandbusi- ing the water before drinking or c
nesses, for example. They can't trade things beyond the jam the streets in Port-au-Princeha
small circle where they're known and trusted. The poor live shoes and motoi oil. Gas stations a
outside the law this way because living within the law is only decent structures in view. De S
impossible: corrupt legal systems and warped rules force make Haiti the perfect proving gr
o
those at the bottom of the world economy to spend years I didn't expect to agree, b
leaping absurd hurdles to do things by the book. It's this Port-au-Princefor three days, I bec
"legal apartheid," de Soto insists not "cultural" factors vert. Little wonder that his fans sa
like religion or the legacy of colonialism that explains ing Peruvian is on to something
why some peoples Brookings Institution economist wh
in the 80's, until he decided it wa
Lima, hopes his friend never ascen
FBI (De Soto seriously considered ru
n
tion.) "It would really limit Herna
(suite de la page 12) says.
tentat qui a fait 168 morts. In a simple church in th
Ces documents avaient ressurgi par surprise Port-au-Prince, Alan Etienne talk
quelque jours avant I'ex6cution programmed le 16 mai du hundreds of thousands of Haitians
,
terrorist, ce qui avait entrain6non sedement un report d'an ken man, came to Port-au-Prince
mois de sa mise A mort mais aussi de nombreuses interro- countryside. He set up on the stre
nations, encore vivaces, sur le caractbre equitable dela jus- built a small cement house on the
tice ambricaine. everyone was settling and moved i
Le FBI a 6galement it6 secou6 en f6vrier par their infant daughter. He saved en
l'affaire d'espionnage la plus grave de son histoire, avec rickety pickup trucks that serve a
I'arrestation de Robert Hanssen, I'un des responsables de because riders tap the side to sig
sadivision"s6curit6nationale",inculp6pouravoirespionn6 has driven his tap-tap 11 hours a d
pendant 15 ans au profit del'URSS puis des Russes. dream is to open a small food m
Autre affaire qui n'est pas Amettre hl'honneur du borrow money to startit, but his ho
FBI: l'enquate abusive mende centre up technician du because it's on state land. He fig
nucl6aire, Wen Ho Lee, naturalist amdricain. Lee avait 6t6 mand $20,000 if it were official
y
incarc6r6 pendant neuf mois, soumis A des interrogatoires borrow from the loan sharks: th
du FBI avant d'8tre relich6 en september aprbs le retrait month. If you have collateral, the
parla justice de58 des 59 chefs d'inculpation 6tablis centre year. Etienne isn't so much angry
lui, notamment pour espionage. Whende Sotoandhis Hait
Robert Mueller connait la capital f6d6rale pour y notion of giving folks formal title,
avoir d6ji exerc6 plusieurs functions importance, I'une So do his neighbors. They get it at
comme chef dela section homicides auprbs des services du whispers to me, even if Etienne w
procurer f6d6ral dela capital f6d6rale avant 1998, I'autre his property and use it to open a sh
comme responsible de la division criminelle au the wrong side of the law. That's b
D6partement dela Justice de 1990 & 1993, sous lapr6c6dente license, and obtaining one is so
administration de George Bush phre. 11 dirigeait alors could take him years if he ever
quelque 800 avocats et procureurs. (AFP) has to be fixed, de Soto says. One


CLED, the French acronym), which was the inspiration of
Lionel Delatour, a member of one of Haiti's leading intel-
lectual families. After United States troops restored Aristide
to power in 1994 (he had been ousted in a 1991 coup),
Delatour began calling de Soto, but the Peruvian had no
time. Two years of badgering later, he agreed to visit.
At a series of packed conferences, de Soto wowed
every sector of Haiti's elite. He chided them for being
"M.R.E.'s" Morally Repugnant Elites. They needed to
become Morally Responsible Entrepreneurs, he preached.
While he encountered some resistance from entrenched
landowners, de Soto was pleasantly surprised that a critical
mass of Haiti's leaders seemed sincerely interested in his
approach. And he liked the challenge that Haiti offered, a
laboratory in which to prove to the skeptics once and for all
that "culture" isn't a barrier to growth. If a voodoo-practic-
ing nation descended from slaves could title its poor and
grow, de Soto said, any nation could.
When members of de Soto's SWAT team enter a
country, they spend a year preparing an exhaustive topol-
ogy and valuation of informal landholdings. They also re-
cruit dozens of local slum leaders to help catalog the
byzantine rules that make doing business legally impracti-
cal for the poor. When they're done, de Soto presents offi-
cials with a picture of reality that can be eye-opening.
In Egypt, for example, de Soto likes to talk about
a public-housing project that was built some years back.
When it was erected, it was only three stories. Today, it has
grown to eight five floors have been tacked on, all off
the books, and God help the residents if Cairo is struck by
a serious earthquake.
In Haiti, de Soto first made the rounds with his
trademark one-page summary in 1998. Haiti's poor have
$5.2 billion in dead capital, he announced. That pool, he
added, is four times greater than the assets of Haiti's 123
largest private formal enterprises, 11 times greater than the
deposits in Haitian banks and 158 times the value of all
direct foreign investment in the country up to 1995. "The
poor are not the problem," de Soto concluded. "The poor
are the solution." Once those facts are on the table, de Soto
insists, things can never be the same.
Hernando de Soto didn't start outplanmag to save
the world. Born in southern Peru, he left early, after his
father, a diplomat, took a post abroad, eventually ending
up in Geneva. Returning to Peru for college was deeply
struckby the overwhelming poverty. The gulf between Eu-
rope and his homeland was inexplicable, he thought, when
"the quality of the people was the same.
After returning to Switzerland for his master's
degree, de Soto went to work for the General Agreement
on Tariffs and Trade. Soon he was lured away to run an
organization of copper-exporting nations based in Paris.
There he caught the eye of Swiss bank executives, and at
30 he became the chief executive of an engineering com-
pany controlled by the bank. His sales prowess won con-
tracts ranging from nuclear plants in Turkey to ports in
Congo, and by the age of 39 he had put together a comfort-
able nest egg. Divorced and bored, he felt it was time to go
home.
De Soto soon became obsessively curious about
the black market that seemed to comprise most of his
countrymen's economic activity. He walked Lima's streets
counting hundreds of illegal stalls. He drove out of town
and saw thousands of squatters living in tents made of straw
matting. And no one seemed to be studying the situation
pragmatically. He got a small grant and brought in an ob-
scure American anthropologist who had written what de
Soto thought was the only perceptive thing he had been
able to find on Lima's squatters. "He taught me how to
walk a shantytown," de Soto recalls.
In 1983, de Soto decided to start an institute to
study Peru's "real" economy and push reforms to help the
poor. The Institute for Liberty and Democracy was contro-
versial from the start because it saw poverty through a dif-
ferent lens than the one prevalent among I.atin America's
left. The Socialists told Peru's street vendors and bus driv-
ers that they were exploited proletarians. De Soto told them
they were small entrepreneurs victimized by legal discrimi-
nation. The Socialists focused on factory workers. De Soto
said this was silly when barely 10 percent of the population
earned its keep in such settings. Before long, de Soto reached
the conclusion that the left was great on social justice but
didn't know a thing about economics.
By 1986, he had readied a book on these themes,
provisionally titled "The Other Path." It was a slap at the
(voir De Soto / 15)


dds impishly, the third
y rights resembles noth
n the 1800's. Remember
ers squatted and staked
e ensuing decades, Uncle
ip realities thathadbeen
ground. De Soto wants
tled masses, formalizing
in ways that turn "dead"
n nutshell, is de Soto's

m simplistic, third world
xico's president, Vicente
Guanajuato, he sought
t Hosni Mubarak's son
gypt. President Joseph
de Soto in, and his suc-
to to press on. All this
of de Soto's latest book,

ments from the conser-
nd Milton Friedman, as
's unfashionably liberal
has sold 100,000 legal
adjusted for population,
And with plans to trans-
ookhas taken Hernando

xing him. The president
ohn, is taking him along
aders of poor countries,
f the most hopeful things
t because it doesn't de-
how them that they al-
Soto says. "There are
"
ty on a different scale.
s on Haiti, itis generally
ly eight million citizens
that 85 percent of them
from malnutrition, and
iti, naked men urinate in
community tap, storing
ground tanks and boil-
ooking. Ragtag vendors
wking old tires, clothes,
nd funeral homes are the
oto says that these woes
und for his ideas.
ut after rocketing around
ame something ofacon-
y that the bearded, bald
g big. Robert Litan, a
o consulted withde Soto
sn't safe to hang out in
ds to Peru's presidency.
ning in this year's elec-
ndo's global impact," he

e Carrefours section of
s about his dream. Like
Etienne, 36, a soft-spo-
from the impoverished
et selling auto supplies,
state-owned land where
n with his girlfriend and
ough to buy one of the
s buses (called tap-taps
nal their stops). Etienne
ay for 10 years, but his
arket. He would like to
use is worthless, he says,
ures that it would com-
his. He can't afford to
ey charge 25 percent a
bank rate is 25 percent a
as resigned.
ian partners explain their
Etienne nods and smiles.
once. Of course, de Soto
ere to gain legal title to
op, he would still be on
because he would need a
deliberately complex, it
gets one at all. This, too,
mess at a time.


POPULATION


The Poor Man's Capitalist:







S POPULATION


Haiti en Marche o. o. .


Un plan ambitieux de renaissance
e / / 1 p
de 1 Afr sque pr senate al OUA

JOHANNESBOURG, 5 Juillet Laprisident sud- Le soutien de Paris
africain Thabo Mbeki soumettraun plan ambitieux visant & Les autorit6s sud-africaines ont expliqu6 que
mettre un terme A la guerre, la faim et la maladies dans le Mbeki comptait sur adoption & Lusaka d'une resolution
continent africain lors du sommet de l'Organisation de soutenant son project, qui sera soumis ensuite A la Banque
l'unit6 africaine (OUA), les 9 au 11 juillet, A Lusaka. Mondiale et & la Commission des Nations unies pour
Ce project, dderit & Johannesbourg commeun"plan l'Afrique (CEA).
Marshall pour I'Afrique", est compl6mentaire, voire con- Mbeki a d6clar6 jeudi que le plan Omega, d6ji
current de celui, baptism Omega, d6fendu par le president avalis6parl'OUA etlaplupartdes pays francophones ainst
s6n6galais Abdoulaye Wade. Mais on semble s'acheminer que la France, serait inclus dans le Map.
vers une fusion des deux projects en un seul texte, qui serait Aprbs deux jours de negotiations & Pretoria, il a
alors pr6sent6 en september aux Nations unies. 6tidicid6 quele plan Om6ga etle Map fusionneraient "pour
Les dirigeants des pays les plus industrialists ne devenir qu'une scule et m8me initiative, avec un seul
devraient quant & eux approuver ce Plan de renaissance du document fondateur", indique un communique de Mbeki
Mill6naire pour l'Afrique (Map) lors du sommet du G7, A de la pr6sidence sud-africaine.
G8nes A partir du 20 juillet. Fin juin, le president frangais avait apport6 son
Mbeki a d6jh ardemment d6fendu ce nouveau plan soutien au plan "Omega" de sauvetage pour l'6conomie
de sauvetage en Europe, oit il est parvenu d rallier le soutien africainelanc6 en parallble avec le plan Mbeki, et encourage
du Premier ministry britannique, Tony Blair, et du chandelier les Africains sur la voie d'une initiative unique.
allemand Gerhard Schrader. Notant queles pays africains avaient entrepris de
Le president am6ricain George Bush Jr a aussi coordonner leurs initiatives de fagon A poursuivre une
cautionn6 le Map aprbs les explications d6taill6es fournies concertation efficacy avec les institutions financibres
par son homologue sud-africain lors d'une visit de ce international, Jacques Chirac avait indiqu6 que la France
dernier & Washingtonle 26 juin. 6tait pr8te A les souvenir auprbs des pays industrialists,
Iss dirigeants africains se verront expliquer dans notamment lors des prochains sommets du G7 et du G8 &
la capital zambienne les details techniques de ce plan G8nes.
61abor6 par Mbeki avec le concourse de ses homologues "Omega", d6ji cautionn6 par l'OUA et les pays
alg6rien Abdelaziz Bouteflika et nig6rian Olusegun francophones, est un plan d'action destiny A 6valuer les
Obasanjo. besoins du continent africain et A trouper des credits. Iss
Le sommet de l'OUA sera sans aucun doute remboursements de ces credits pourraient s'6taler sur une
domino par le Map et la fagon dont I'Afrique peut, grice A cinquantaine d'ann6es pour moderniser quatre secteurs
lui, progressed", a d6clar6 Sipho Pityana, directeur g6n6ral essentials: infrastructures (routes, ponts, chemins de fer,
au ministhre sud-africain des Affaires 6trang6res. barrages), education (ce qui inclut la formation), sant6 et
Pityana a d6crit le Map comme une sorte de "plan agriculture.
Marshall pour l'Afrique", comparable au programme Is Map propose quant Alui de coordonner les ef-
am6ricain de reconstruction de l'Europe aprbs 1945. forts africains sur les problbmes de la dette et des
II 6tablit comme priority l'instauration de la paix, investissements.
de la stability et dela d6mocratie; I'investissement dans la Abdoulaye Wade estime pour l'heure que la
main d'oeuvre africaine; le d6veloppement d'une strat6gie r6ussite du plan "Omega" exige, d'une part, use vision
industrielle; I'augmentation de l'investissement dans les r6gionale comme celle des Frangais jadis avec l'Afrique
secteurs de l'informatique et de la communication; et le occidental frangaise et I'Afrique 6quatoriale frangaise,
d6veloppement des infrastructures en matibre de transports d'autre part, une bonne gestion qui strait confide A un
et d'6nergie. repr6sentant des Etats africains avec l'aval de la Banque


mondiale. (Reuters)

9 A L
L OUA s appr ete a se tr ansformer
LUSAKA 8 * sur les modalitis de la mu-
Juillet Iss ministry des en Umon afr Icame station de l'OUA en Union
Affairs 6trang6res africains ont achev6 leurs travaux africaine, dicidant notamment que la pdriode de transition
pr6paratoires au dernier sommet del'Organisation de l'unit6 ne devrait pas exc6der un an.
africaine (OUA), qui d6bute lundi & Lusaka et consacrera Cette p6riode doit 8tre mise A profit pour mettre
la mutation de cette dernibre en Union africaine. en place les futures institutions de l'Union: Commission,
R6unis depuis jeudi dans la capital zambienne, Conseil des ministries, Cour de justice, Parlement. Des in-
les chefs de la diplomatic africaine ont longuement planch6 (voir OUA / 16)


Mercredi 11 Juillet 2001
VlXV N 23


Page 15


through his closed fist, then pulled the whole thing through
from that tiny corner. "Like any person with political quali-
ties," he said, "I know how to put a whole program behind
a very simple slogan." He is a former C.E.O., he reminded
me. There's a strategy here.
But what about culture? I asked again. The expa-
triate Chinese seem to rise wherever they go. So do Jews.
Doesn't that matter as much as getting property law right?
De Soto smiled. "It's a little bit like saying, 'You can say
whatever you want, but guys that are taller than six feet
have a better chance of playing on the basketball team,
he said. "This culture thing makes for good reading. But
what do you do with it?
"You see," de Soto said with his conspiratorial
grin, warming to the pitch again, "I'm a plumber." By that
he means that he studies the culture of the streets, to see
how people's hves really work and how he can actually
change a country. And as he sees things, it's just a matter of
time.
De Soto said he recently read about a South Pa-
cific island where the natives now worship in latter-day
"cargo cults," with religious ceremonies built around docu-
ments like bills of lading and purchase orders. They've fig-
ured out that after these papers get handled, fabulous things
start showing up in big ships.
De Soto loved it.
"They're close!" he said, laughing. "They just
need to get a little more secular.

Matthew Miller is a syndicated columnist and a senior fel-
low at the Annenberg Public Policy Center of the Univer-
sity of Pennsylvania.


De S oto
.te de I e 14)
Shining P1usthe M guerrilla group then terrorizing
the country. As the publication date approached, de Soto
began to have second thoughts about that title. If he went
ahead within, he thought, "they were going to killme." But
friends (these are friends?) told him he couldn't turn cow-
ard now. So instead of dropping the title, he got a bullet-
pro of car and learned how to use a gun.
The book became a sensation and made de Soto's
name across Latin America. As he had feared, it also made
him a target the institute's offices were bombed, and his
car was machine-gunned. He and his second wife put off
having children for fear of leaving them orphaned.
Real power came his way in 1990, when Alberto
Fujimori won the presidency of Peru on a platform of eco-
nomic efficiency and antiterrorism and made de Soto a top
adviser. De Soto's formalizationprogram titled 1.6 million
of the country's 2.3 million extralegal buildings and brought
280,000 illegal small businesses in from the cold.
Unfortunately, the impact of these steps remains
hard to gauge because Fujimori's interest fizzled before the
credit-promoting phase could be enacted. These measures
would have made it cheap and easy for banks to extend
credit using the new paper as collateral and to en
force collection for nonpayment. Still, de Soto did manage
to move much of Peru from barking dogs to paper a
serious, if incomplete, achievement. In a move that now
seems prescient, de Soto broke with Fujimoriin 1992 over
the president's refusal to enact democratic reforms. De Soto
found himself freer to answer calls from abroad.
Then President Aristide welcomed Delatour and

d eo ryMofoC tathepr sn@5a o '::::
tionship with Aristide had always been good, but Aristide
was growing increasingly wary of CLED. De Soto was
worried that the president's misgivings would poison the
well for an economic plan that had taken years to develop.
The risk was that Aristide would want his bureau-
crats to implement the titling process themselves, rather
than contract with private groups organized by CLED. The
private route, de Soto knew from experience, would title
Haitians far faster and more effectively. But Aristide, a
shrewd politician, knew that whoever went into the neigh-
borhoods to bestow these new rights would gain enormous
power.
De Soto and Delatour told the president that the
first step was to title poor squatters in places where there
couldbenoconflicting claims: the40percentoflandowned
by the state. Once Aristide gave the go-ahead, they could
recruit staff, prepare a huge communications effort and be-
gin titling in nine months. Private land would be messier.
They would need to create special arbitration panels to re-
solve ownership disputes; Haiti's judiciary wasn't up to it.
Further reforms would then be needed to limit the count-
less steps required to open a business legally. The effort
would take 5 to 10 years, they guessed.
Aristide said they would have to work to defuse
potential opposition. He had ideas on how to entice the no-
tary publics to the table. Corrupt officials who adminis-
tered public lands would also have to be co-opted. Aristide
said he would probably vest responsibility for the program
with his ministers of finance and commerce; both men were
from the private sector, he reminded de Soto and Delatour'
and were friendly with CLED.
Afterward, the president confided that de Soto's
"scientific" approach to development fit well with the hu-
man dimension he stressed in "Eyes of the Heart," his own
recent book attacking globalization. "I know the political
will I have," he said. "We can make it happen."
The United States ambassador, Brian Dean
Curran, wasn't so sure. "Ist me ask a fundamental ques-
tion," Curran said later that morning, after de Soto briefed
him. "It's not by chance that so much is in the informal
sector. The formal sector is the enemy. You do it on the sly'
you stay away from the authorities, work only with your
family that's how you get around in this country. How
do you bridge that cultural gap?' The short answer, de Soto
said, is that you work from the ground up. "We're going to
write the blurbs for him," de Soto said of Aristide. "We're
going to write ads for him. We're going to write jingles for
him. But he's got to go out and sell it"
To reach the Delmas section of Port-Au-Prince,
we took roads so pitted that my tape recorder flew from my
hand as we bounced along. A thin, grayish stream ran down
the side of the street carrying eMuent from people's wash-
ing. Improvised wires stole electricity from the main line.
Flies were everywhere. In an informal gathering of 15 Hai-
tians, a schoolteacher explained how he bought his home
nearby for $7,000. The seller didn't have any documents.
"How did you know you were buying the right
house on the right land?" de Soto asked. The teacher said


he knew the area and had sounded out the neighbors. Then,
he said, he made up a sales agreement of sorts and had it
witnessed by a few respected people on the block. In a court,
of course, this document would have no value. In Delmas
it did. '
I asked the group how they would react if the
government said it was starting a big new program to title
their property. Would they trust them to do it right? "They
never finish what they start," one man answered. "The
people who work for the government are just out for them-
elves "
s .
At our hotel the last night, I asked de Soto if he
expected to see any country he has ivorked in turn around
in his lifetime. If one nation succeeded with his plan on
each continent, he told me earlier, it would set the conti-
nent on fire. This night there was less bravado. "I'll prob-
ably see it by the end of my life," he said, shrugging:"You
don't know." One thing he felt sure of, however. If some-
thing like his agenda didn't catch on, a backlash against
globalization was unavoidable.
"The social war is going to be terrible unless you
do something," he said. "You can't wait 30 years, and it's
not just Oliver Twist. It's Oliver Twist with James Bond's
weapons." I asked about critics who say he's peddling an
idee fixe that ignores the critical role of culture in develop-
ment. De Soto could barely contain himself. "I'm not writ-
ing for Harvard students," he said. "I'm writing basically
for Aristide and Hosni Mubarak and Gloria Arroyo and Fox.
Political leaders know this isn't a one-shotidea. They know
it amounts to a revolution."
De Soto took his napkin and poked one corner up


C











La disparition d'une stagiaire: le nouveau


SOCIETY


GLOBAL FINANCIAL SERVICES &
LOAN EXPRESS INC.
FLASH FLASH FLASH
Du nouveau pour la communaut6 de la Floride et les commu-
nautis voisines Boston, Chicago, New York, Philadelphia,
Canada
Pour tous vos probl6mes de credit et de financement, Contactez nous.
Le d6vouement qui sera d6ploy6 & votte 6gard n'est pareil A aucune autre institu-
tion financibre.
<.
Pour planification, d6veloppement de project, placement, restructuration et
financement de projects et d'entreprises, FS. & L. E. Inc. est la seule source.
Parmi les services que nous offrons:
BAILBOND
Assurance g6ndrale 6
Achat et Vente de Maison
Unification des entrepreneurs et des investisseurs ..
Recouvrement / Collection
Pour de plus samples informations, composer sans frais le
L 1-8889888300 Fax:18882354774
' a 6116 S. W.7th street Margate Florida33072
FINANCIAL SERVICES & LOAN EXPRESS INC.COM
Professionalism, Compitence, Courtoisie et Divouement
sont les traits caract4ristiques attribuds A notre entreprise.


L'actualitd au quotidien
de bon matin


6:30 am Au Pipirit chantan

7:00 MELODIC MATIN

MilOdie 103.3 FM
221-8567 / 8568


B
obbyEx press
Rapiditi Conflance- et les Meilleurs Taux
Ici c'est pronto pronto!
Miami New York
5401 N.E. 2nd Avenue T61: 758-3278 Flatbush 1161 Flatbush Ave (718)287-5295
629 N.E. 125 St 892-6478 Church 2825 Church Ave (718)693-3798
b9325 W 2nd Avenue T61 654-2800 VM BSH a eS le (T4% 7747
28 West Sunlise Blvd 524-1574 Washington
West Palm Heach 835 Jumper Street T61202-722-4925
604 25th Street655-4166 CSo aT gt Blvd. Suite 1 (203)324-2816
4 porthoDixie Hwy 429-9552 Haiti
128 N. Flagler Ave 946-4469 Rue du Centre # 175
Orlando T61 23-0865 / 22-7913/ 22-8855
2469 South Orange Blossoms Trail (407)265-2100 Pour toute information, appelez Toll Free
Canada 1-800-388-3875 ( Floride)
7177 Rue St Denis, Montrial (514)270-5968 1-800-427-2622 (New York)
3820 Henri Boumssa, Est (514)852-9245 NaDIes
Massachusetts 506 11th Ave N. (941) 435-3994
Mattapan 508 River Street (617)298-9366 Immokalee
Cambridge 300 Broadway (617)354-6448 1011 W Main Street Kemp Plaza (941) 658-9229
r St. (941) 461-0343
Quel que soit I'endroit sur la planted ots veris voulez envoyer
une sornme pronto pronto, Faites confiance la
BOBBY EXPRESS

En plus des operations de transfer d'argent, nous nous chargeons de faire parvenir
imm6diatement au destinataire vos cassettes, letters, sacs de riz, gallons d'huile
et tous autres products alimentaires.

BOBBY EXPRESS, .
c'est 6galement une carte de t61ephone dont laligne d'accbs n'est jamais occup6e.
C'est tout simplernent le No.1 !


Marcredi 11 Juillet 2001


Page16


Am6ricains, c'est le feuilleton de l'6t6, avec un air de d6jh
vu: un homme politique de Washington de 53 ans, une
stagiaire de 24 ans...
Iss similitudes avec l'affaire Clinton-Irwinsky
s'arratent14, car la stagiaire, Chandra Levy, a disparu depuis
le 30 avril dernier. Iss enquateurs, cherchant des indices
dans les relations del'6tudiante, ont retrouv61e numdro de
t616phone d'un membre du Congrbs, le repr6sentant
d6mocrate Gary Condit. E1u de Modesto, la ville natale de
Chandra Levy, cet homme de 53 ans est une
personality de la vie politique & Washington et en
Californie.

refus6deM' li reedurl ble r Geo
avec la jeune femme qui avait fait un stage au bureau f6d6ral
des prisons. II faisait dire par son entourage que lui et
Chandra 6taient implement des amis.
Mais Gary Condit a reconnu vendredi, pour la
premiere fois, que cette relation d6passait le simple cadre
del'amiti6,10rs d'une audition par des agents du FBI et des
enquateurs du FBI, en presence de son avocat. I.4 d6put6
s'6tait montr6 plus 6vasif lors de deux pricidentes audi-
tions, expliquait-t-on samedi de source proche du dossier
en soulignant que Gary Conditn'est pas consid6r6 comme
un suspect dans la disparition de Chandra Levy, toujours
inexpliqude.


Terrance Gainer, un des responsables de la police
de Washington, a pour sa part d6clar6 que Gary Condit s' est
montr6 trbs coop6ratif. Le d6put6 "n'6tait pas un suspect
avant I'audition, il ne l'6tait pas pendant et il ne l'est pas
depuis", a-t-il d6clar6. Terrance Gainer a refuse de pr ciser


Mais, dit-il, le d6put6 s' est exprim6 avec clart6"
et"je crois quenous avonslesinformations dontnous avons
besoin". Les enquateurs, a ajout6 M. Gainer, n'ont pas eud
contraindre le d6put6 & t6moigner. Le parlementaire et
son spouse sont trbs coop ratifs". (AP)


condamn6 & 8tre amput6 pour le vol d'un mouton vient de
subir cette sentence dans le nord du Nigeria, conform6ment
A la charia, la loi islamique entire en vigueur r6cemment
dans cette region du pays et qui commence A Stre applique
dans toute sa rigueur.
Un repr6sentant du tribunal sup6rieur de l'Etat de
Sokoto a supervis61'op6ration qui a 6t6 effectu6e vendredi,
ontrapport6 dimancheles m6dias etles autorit6s nig6rianes.


du nord du Nigeria, oft l'islam est majoritaire, ont introduit
la charia il ya un an. Dans sa version la plus s6v6re, la loi
islamique pr6voit 1'amputation pour les voleurs et
1'ex caution capital pour certain actes tels que1'adult&re.
Des specialists de l'amputation venus de l'Etat
vision de Zamfara, otx a 6t6 ex6cut6e par deux fois cette
sentence, sont venus au Sokoto pour mettre en oeuvre la
(voir Peine / 17)


Le condamn6,


-z- my -y- 4
LU UAS apprete a se trans-

former en Union africaine
(suite de la page 15) g6n6ral de la Communaut6 dconomique des Etats
d'Afrique de l'ouest (CEDEAO) I'ancien ministry


,
ivoirien des Affaires 6trangbres Amara Essy, et le
ministry namibien des Affaires 6trangbres Theo Ben-
Gurirab.
'Ceseraune61ectiontrbsouverte",estiment
des sources diplomatiques qui affirment que
Mouamar Kadhitfi, le dirigeant libyen arrive samedi
ALusaka, pousse pour que Salim Ahmed Salim con-
serve son poste pendant la p6riode de transition en-
tre l'OUA et l'Umon caine.
Les ministers des Affaires etrangbres se sont
mis d'accord sur un ordre du jour qui, outre les
modalit6s du passage del'OUA hl'UA, pr6voit que
les chefs d'Etat discutent de plusieurs conflicts,
notamment ceux en R6publique d6mocratique du
Congo (RDC), au Burundi et en Angola.
Le sommet examiner 6galement un
programme global pour le d6veloppement de
1'Afrique, n de la fusion du plan "Omega" du
president s6nigalais Abdoulaye Wade et du
Programme de renaissance de 1'Afrique pour le
millionaire (MAP) du president sud-africain Thabo
Meki.
La synth&se Omega-MAP se veut une
"stratigie de d6veloppement et un plan d'action" A
- I'dchelle du continent, rationalisant et int6grant les
efforts des pays africains pour une "saine gestion
iconomique et une consolidation de la d6mocratie".
Cette initiative doit 8tre peaufinde dimanche
soir lors d'une reunion & Lusaka entre MM. Wade et
Mbeki, ainsi que les presidents du Nigeria, d' Alg6rie
et d'Egypte, qui avaient particip6 A l'61aboration du
"plan Mbeki".
De nombreux chefs d'Etat sont arrives
dimanche & Lusaka, parmi lesquels Thabo Mbeki et
Abdoulaye Wade, mais 6galement Paul Kagame
(Rwanda) et Pierre Buyoya (Burundi), ainsi que le
secretaire g6n6ral de l'ONU, Kofi Annan, qui
s'adressera lundi au sommet de Lusaka.
I'ancien president Nelson Mandela et
1'ancien president botswanais Ketumile Masire,
m6diateurs dans les conflicts en RDC et au Burundi,
s'adresseront 6galement aux chefs d'Etat africains.
(AFP)


situations que la soci6t6 civil
africaine, dont des repr6sentants sont
presents A Lusaka, propose de
finance en instituant un droit de 10
dollars US dont tout stranger se
.
endantnen Afnqu z, ou t ut an

ttacqux er
Enrevanche,1e sort qui sera
r6serv6 aufutur secretaire g6n6ral de
1' OUA deviendra-t-il le futur
pr6sidentdelaCommissionafricaine
.n'a pas encore 6t6 clairement
d6fun. .
L'61ection du secr6taire
g6ndral del'OUA seral'un des pre-
miers points abord6 par le sommet
de Lusaka, d&s lundimatin. Titulaire
dupostedepuisl2ansAhmedSalim
Ahmed, a indiqu6 qu'il n'6tait pas
candidate & un nouveau mandate.
Trois personalities sont
candidates A sa succession: le
GuindenLansanaKouyatisecr6taire


SCA NDALE iA1*








1 PENE CPITAE |


OKlahoma: le pinitencier de McAlester priv4 de


products chimiques pour executed se condamnes
MCALESTER, Oklahoma Un 17 juillet, le p6nitencier de McAlester l'H8pital regional de McAlester delamortgriceuneanalyseg6n6tiquequi
h8pitaldel'Etatdel'Oklahomaad6cid6de avertissant qu'il trouvera un autre d'interrompresesservicesdefournisseuren a permits de l'innocenter. Joyce Gilchrist
river le p6nitencier de McAlester des fournisseur d'ici14, selon Jerry Massie, un se r6f6rant & une chimiste de la police avatt travaill6 sur ce dossier,
products chimiques qu'il utilise pour porte-parole de administration scientifique d'Oklahoma City, Joyce Surl'Internet:
executer ses p6nitentiaire. Gilchrist, accuse d'avoir mal identified des McAlester Regional Health Cen-
condamn6s A mort, une decision prise avec Le product un melange de thio- 6chantillons de cheveux et de fibres pr61ev6s ter: http://www.mrhc.mcalester.ok.us/
le soutien de1'organisation de defense des penal sodique, de pancuroniumbromure et sur des lieux d'un crime. Corrections Department: http://
Droits del'Homme, Human Rights Watch. de chlorure de potassium sera fourni par I'organisation s'est notamment www.doc.state.ok.us/
Toutefois, cette measure ne devrait la pharmacies du p6nitencier, a ainsi pr6cis6 appuyde sur le cas du condamn6 Robert Lee Human Rights Watch: http://
pas modifier le sort du condamn6 & mort M. Massie. Miller, lib6r6 aprbs sept ans dans le couloir www.hrw.org/
Jerald Wayne Harjo qui doit 8tre ex6cut61e Human Rights Watch a convaincu


La Chine a ex4cuti 1.781 personnel en trois

n


Juillet PECKn dat6 MOIS
aux Jeux olympiques d' 6t6 de 2008 et A
1' Organisation mondiale du commerce
(OMC), la Chine a ex6cut6 plus de
personnel ces trois derniers mois que le
monde enter ces trois dernibres ann6es, a
accuse vendredi Amnesty International.
Selon1' ONG, 1.781 personnel out ainsi 6t6
mises Amort dans le cadre d'une campaign
anti-criminalit6 baptise "Frapper fort".
L' organisation de defense des
droits del'Homme affirmed queles autorit6s
chinoises n'ont pas seulement ex6cut6 des
condamnis pour des climes violent, mais
aussi pour corruption, d6tournement de
fonds, fraud, prox6n6tisme, vol de
carburants, vente de products alimentaires
avari6s et traffic de drogue.
"Cettecampagnen'estrienmoins
qu'une fr6n6sie d'ex6cutions, un 6norme
gichis de vies humaines", a d6plor6 Am-


En Bref

(suite de la page 2)

< drer des critiques dans les secteurs do-
minicains, mais je les attribute au com-
plexe et au syndrome historique des
deux pays>, a ddclard M. Mejia.
En R4publique dominicaine, plus de
200.000 descendants d'Hartiens ne
jouissent d'aucun statute juridique. Les
parents 4tant dipourvus d'actes de
naissance, ils n'ont pu les declarer au
registry civil dominicain. Actuellement,
ces infants pourront aller & Picole,
mais ne posshdent toujours aucun statute
16gal. Selon les autoratis ha"itiennes, ces
infants sont des dominicains & part
entire en vertu du < sol), tandis que les dominicains priten-
dent qu'lls sont des haYtiens.

,
Le pr resident
Ar is tide chaude-

ment accueilli

par des compa-
tr notes vivant


Amputation
au Nigeria ...
(Peine ... suite de la page 16)
condemnation. Iss autorit6s ontpr6cis6 que
la main serait enterr6e et que le condamn6
serait soign6 jusqu'd sa gudrison complete,
Une deuxitme amputation est
d'ores et d6jh announce au Sokoto, un
homme de 24 ans ayant 6t6 condamn6 pour
vol vendredi. II a reconnu avoir d6rob6 un
parebrise de voiture et divers objets, un butin
6valu6 & 17 dollars.


r t Mar o V No. 23


Page 17


Xinjiang, oil les Ouighours
al musulmans combattent le
pouvoir central, des personnel
ont 6t6 ex6cut6es pour s6paratisme.
La riche province du Guangdong,
prbs de Hong Kong, et d'autres regions ont
6galement ex6cut6 des personnel
condamn6es pour fraud, contrefagon de bil-
lets et "perturbation de la Bourse" afin de
r6duire la d61inquance 6conomique avant
que la Chine ne rejoigne l'OMC, affirmed
Amnesty International. Ce pourrait 8tre
chose faite d'ici la fin de l'ann6e ou d6but
2002.
Les n6gociateurs chinois espbrent
qu'aprbs 15 ans d'efforts, leur pays sera
officiellement acceptcommemembre de
I'Organisation mondiale du commerce A
1' occasion de la reunion minist6rielle qui se
tiendra au Qatar en novembre prochain.
(AP)


champagne Frapper fort", les autorit6s
chinoises n'ex6cutent des innocents. I' ONG
affirmed que la police et les magistrates ont
regul'ordred'agirpromptementenmatibre
d' arrestations et de proc6s.
Dans la province du Hunan (sud),
la police aurait ainsi annonc6 en avril dernier
avoir r6solu 3.000 affairs en deux jours.
Dans le Sichuan (sud-ouest), elle a affirm
. avoir interpell6 19.446 personnel en six
jours. Face A ces statistiques
impressionnantes, "le risque d'erreurs
judiciaires, de condemnations arbitraires et
d'ex6cutions d'innocents est immense",
s'alarmeAmnesty.
Destin6e originellement centre le
crime organism et les crimes violent, la
champagne "Frapper fort" a
consid6rablement 61argi son champ, selon
l'ONG. Dans la province occidental du


Maire du double meurtre du 3 avril
L'Alliance Internationale de Justice
pour Jean Dominique est compose de
222 personnalitis international du
monde des letters, des arts et des spec-
tacles.
Elle est igalement compose d'intellec-
tuels, de mddecins, d'avocats d'une di-
zaine de pays.

HaitilCrise* *

OHVer gence
La Convergence D6mocratique se dit
determine & revenir Ala table des n6go-
ciations
Au cours d'une conference de press,
un member du directoire de cover.
gence, Girard Pierre Charles, a indiqu6
que cette coalition politique est d4cid6e
A poursuivre son action patriotique
pour obliger ceux qu'll appelle usurpateurs> b parvenir & un accord
indispensable an return de la normality
d4mocratique dans le pays.
Gdrard Pierre Charles rend Fanmi
Lavalas responsible de Pichec des der.
nibres negotiations en reason de son

afulse d asitgn ru sandr os
tous les s6nateurs, les mares et de tous
les autres dlus des collectivitis territo-
riales (ASECs, CASECs et d614gu4s de
ville).
Selon le coordonnateur national de
I'Organisation du Peuple en Lutte
(OPL), le comportment de Fanmi
Lavalas tradult le pen de cas qu'il fait
de ses engagements et de ses processes
visA vis de la communaut4 internatio.
nale '
n .
<,r eation d une

IlOHVelle CORIi-


nesty dans un rapport.
L' association souligne que ses
chiffres -aumoins 1.781 executions et2.960
pines de mort depuis le placement de la
campaign en avril- proviennent de docu-
ments publics chinos. Par contrast, Am-
nesty a recens6 1.751 executions dans le
reste du monde ces trois dernibres ann6es.
Iz chiffre chinois pourrait 8tre plus 61ev6,
les autorit6s n'annon9ant qu'un nombre
rdduit d'ex6cutions et de pines capitals.
Ce rapport d'Amnesty parait une
semaine avant que le Comit6 international
olympique(CIO)ned6cidehMoscouquelle
villeorganiserales JOd'6t62008.Parmiles
cinq candidates, P6kin figure en bonne place
au c8t6 de Paris et de Toronto.
Amnesty International reroute
6galementquedansleurhRted'afficherdes
r6sultats probants dans le cadre de la


aux Bahamas
Le president Jean-Bertrand Aristide a
it6 longuement ovationni mercredi par
prbs de 10.000 compatriots lors d'une
rencontre avec la communautd hat-
tienne de Nassau, Bahamas.
Le president Aristide, a promise de tra-
vailler & Pamilioration des conditions
de vie des Haltiens, en dipit, dit-il, de la
difficile situation iconomique A laquelle
le pays fait face actuellement.
II a salub la grandeur et la bont6 des
Haltiens vivant & P6tranger qui, dit-il,
reprisentent une richesse indpuisable.
M. Aristide a fait part de sa decision de
discuter avec les autoritis
bahamdennes, en vue de determiner une
politique d'accompagnement pour les
haltiens vivant aux Bahamas. -
n A *
Enquete assasst-
*
nat Jean Doml-
*
nique
EAlhan whdan on edauJus s dpour
.
i den nf unH30n eng uts
,
Dans une letter datee du 3 juillet 2001,
PAlliance demand 4galement au prisi-
dent Aristide
d'utiliser le pouvoir que lui confbre sa
function pour garantir Pinstruction et
la mise en application des conclusions
de cette enquSte crucial.
L'Alliance Internationale de Justice
pour Jean Dominique, une initiative .
lance dans plus de 10 pays par le rdall-
sateur Jonathan Demme, appelle A
I'adoption de measures concretes pour
protection immediate du juge instruc-
teur Claudy Gassant
Dans une letter datie du 12 mars 2000
et adressie au president de la R4publi-
que, cette organisation avait demand
que les assassins de Jean Dominique
silent traduits en justice avant le 3
juillet, soit 90 jours aprbs le ler anni-


tiOn politique
Une coalition de petites formations politi-
ques de opposition a 6t6 cr66e lundi &
Port-au-Prince & Pinitiative du secrd-
taire g ndral de la < Unit6 D6mocratiques (KID en creole),
Evans Paul.
Cette coalition rdunit un ensemble de
petits groups politiques dont la plupart
sont considers comme des satellites de
la Convergence d6mocratique.
II s'agit notamment du MIRAY du phre
Amos Georges, du RANFO, de Jean
Nazaire Tid6 et du FRONCIP. Ce re-
groupement politique a vu le jour dans
la foul4e d'une rencontre convoquie
par POEA avec Pensemble des parts
politiques de Popposition non connus
officiellement comme members de la
Convergence.
Les d614gu6s de PAlternative pour le
Changement (AC), un autre regroupe-
ment politique de Popposition, ont it
obliges de quitter la rencontre suite A
des changes de propose injurieux.
Lors de cette rencontre, les parties de
Popposstion devalent cholsar le nom de
la personality qui pourrait les reprd-
senter au nouveau CEP.

la n uA1m Hai np HUqu6e ac a6 ions
on cours et la conclusion d'un accord
global avec le pouvoir en place en vue
de r6soudre la crise.
De son c8td, PAlternative pour le Chan-
gement qui a ddji ddsign6 son reprisen-
tant au nouveau CEP dinonce les ma-
noeuvres de la Convergence qui, dits
elle, cherche A la torpiller.
Le reprisentant d6sign6 de PAC au
CEP, Patrick Brutus, s'est ddelard frus-
trd de ce qui s'est passi lors de la ren-
contre de lundi.

Le Juge Claudy

Gassant de re-

tour en Ha'iti

( voir p.18)


SelOn. Amnesty Internation







I J


I


~~~~~~~~ ___ _II __ ~


ez de CIMENT A PELAIS, en utilisant
s mots du vocabulaire Frangais, et ne
angeant qu'une letter par ligne.



I-IORIZONTAL:
ougueux -
2. Platon y enseignait -
3. Lune -
4. Monnaie bulgare Cobalt -
5. Brillance 6. Rendre arabe -
7. Note Pronom -
8. Vase antique"
VERTICAL:
1. Salace -
2. d6gotter -
3. Pronom Par 4. Plante japonnaise Etain -
5. Article Ville Nord-Africaine 6. Tribunes -
7. Conjunction Pronom -
8 Calmer


SCRABBLE
Arrange les sept letters ci-dessous
pour former un mot Frangais

L

RAT



Solutions de la semaine passe:
S 0 RCIER


. .


MIAMI DADE

REKE T POU PWOPOZISYON

YO PO U 6 G AN IZASYON

ANVIWONN MENTAL YO KI

CH ITA NAN KO M INOTE AN
Konte Miami-Dade atrav6 Depatman DIo ak Egou, Depatman Jestyon
Resous Natirel ak Depatman de Jestyon de Dech6 Solid ap mande de
pwopozisyon ki pou s6ti nan men de 6ganizasyon ki chita e enk6pore nan
kominote an, ki pa pou profi, epi ki rekonit pa IRS kbm 6ganizasyon ki pa
peye taks. Se sou kategori finansman Devlopman ak Edikasyon
Anviwonnmantal ke yap asepte pwopozisyon yo.
Moun ki enterese yo kapab jwenn yon kopi Rekht pou Pwopozisyon yo a
pati de 16 Jiyd, 2001 di Lendi a Vandredi, de 8:30 a.m. 4:30 p.m. nan
adrbs sila oubyen rele la a:

Department of Environmental
Resources Management
33 SW 2nd Avenue, 12th Floor
Miami, Florida 33130
Herb Balfour
(305) 372-6422

RFP (Rekbt pou Pwopozisyon) an ap sou ent&nit ia vb 16 Jiyb, 2001
nan www.co.miami-dade.fl.us/derm/grants.
Pral genyen yon konferans Avan-pwopozisyon kap f6t le Jedi 26 Jiyb,
2001, nan Oditorybm Bibliyotbk Prensipal la ki anba lavil Miami, Main
Library Auditorium, 101 W. Flagler Street, a 5:30 p.m. Yo konseye nou ak
anpil f6mte pou nou prezan nan konferans Avan-pwopozisyon sa a.
Kopi nesesh yo fbt pou soumbt nan biwo Office of the Clerk of the Board
of County Commissioners, nan Stephen P. Clark Center, 111 N.W. First
Street, 17th floor, Suite 202, pa pita ke Lendi, 13 Dawou, 2001, 1:00p.m.
16 Iokal.


de




C /

gg e 44




I 0 5 3 FM

6 Port-au-Prince


Page 18


Mercredi 11 Juillet 2001
Haiti en Marche Vol XV No 23


MEN


A~ll





? Lde
Z ch
PELAIS

Souton del siaiepase


planification, Garry Valdemar, direc-
teur de production, Jean-Claude Desm-
siers, directeur de riseau, Garry
Ductan, disrcteur financier et de Mme
Kathleen Wainright, directeur commer-
cial.
Dans son discourse de circonstance, le
premier ministate a dclard espirer que
ces changements vont contribute A ren-
forcer la capacity de la companies &
fournir un service plus encace A la
clientele.
II a donn6 la garantie que le gouverne-
ment va traveller en vue d'augmenter
la production d'dnergie blectrique A
travers le pays.
Les demarches relatives & Pachat de
150 mdgawatts d'une companies
dominicano-internationale progressent,
a assure le Premier ministry, ajoutant
que les responsables de cette firme ont
e a us n oes gm

traqnsporter en Hati cette 6nergie dle-
Jean Marie Chirestal a averti par
ailleurs que des dispositions seront pri-
ses au niveau de PEtat en vue de com-
battre les praises clandestine qui reprd-
sentent le plus grand dfi & reliever par
I'Ed'H. Une commission de lutte centre
la fraud sera crdde A cet effet au sein
de la companies.
Pour sa part, le dixacteur g6ndral de la
companies national de PElectricit6,
Pierre Frangois Syldor, demand b ses
collaborateurs de s'armer de volonti
d'engagement et de determination du
leur travail.
M. Syldor appelle les membres du syn-
dicat de PEd'H A collaboser avec les
membres du counsel administration
en vue d'amiliorer la quality du service
A la clientele.


Solutions de la


En Bref ***
.
(suIte de la page 18)

Le juge instruction charge de con-
duire I'enquate sur Passassinat du
Directeur G6ndral de Radio Ha"iti
Inter, Jean Ldopold Dominique et
du garden de la station, Jean-
Claude Louissaint, a ddcid6 de
reprendre le dossier du double
meurtre du 3 avril 2000.
Le juge instructor Claudy Gassant
qui avait remis sa admission, a ac-
ceptd de reprendre ses functions
aprbs une rencontre avec le ministry
de la justice, Garry Lissade qui lui
aurait donni des guaranties en ce qui
concerned le dossier.
Interrog6 & ce sujet, le titulaire du
Ministhre de la Justice a fait savoir
que le juge Gassant dispose de tous
gmdoe lms n mainsih Pinsitrrune
toutes les condi ol Ant o tn te
sur le drame du 3 avril.

Installation de 6 nou-
yeaux members du con-
seil de direction de
l'Ed'H
Le Premier ministry Jean Marie
Chdrestal a procidd lundi dernier A
Installation de 6
nouveaux members du conseil de
direction de la companies L'flectri-
cit6 d'Haiti (Ed'H).
II s'agit de Ping6nieur Jean Errol
Momse, directeur g6ndral adjoint,
Jean tdonard Panyo, directeur de






I


Haiti en Marche Vol. XV No. 23 I


YOUN BOUKE FLE POU


KOZE LANMOU
DE FLA NAN JADEN LAVI
Mwen sonje lb reyon solby la
Te frape sou flb solby ou
Kouman l'te blayi toutouni
Pou f'e myb1 mwen jedou
Pandan l't'ap vonvonnen nan w van lespwa
Epi I'vin poze sou li
Yon gwo apremidi
Kote l't'ap dodomeya
Men yon nyaj pase li bare je solby la
Epi flb sa a femen bbldriv.
Lavi a ban-m paybt
Prentan-m fleri flb kenbp mal
Lespwa-m tenyen
Tankou yon flb dizh.
Emmanuel W. Vedrine

SE BON TANDE !
Sa m wk pou ou
Antwin nan Gonmye pa w6-1
Tansblman w-ap takinen-m
W-ap plede agase chen-m
Epi lb fim pou di 1 mbde an trdt
W-ap plede woule balon-m
Khmkidire se chute w pral choute-1
W-ap taye banda ban mwen
Epi w-ap plede gade-m dwb1
Mwen chita byen pwap
Epi w vin ap grate tht mwen
Khmkidire se kap mwen genyen
Kouto digo-m la byen pwbp
Epi w-ap pase men-w sou lanm li
Apre pou di-m ou blese
M'wd w-ap plede satouybt mwen
Pou wk si m'sansib
Se bon tande,
Tans61man se bon!
Emmanuel Vedrine


SEN VALANTEN PRIYE POU MWEN
Sen Valanten prdt pou rive .
Gen moun k'ap tann sa I'ap pote
Pwasondavril mwa fevrive
Oubyen kado ki pa viope

Sen Valanten, priye pou mwen
.
Tanprz couple pou m'jwenn chans mwen
Pwasondavril, se pa sa m vle
Men youn ti kado san vlope.
Emmanuel Vidrine


LAGO KACHE
Mwen chita ap gade-w la-a
Tankou youn chat ki lemante youn rat
Tankou youn man1 tou pre youn chat
Tankou youn papiyon tou pre youn lanp
Tankou youn zegwi tou pre youn leman
W d
-ap ga e-m
M'ap gade-w
Ou konn sa m'ap panse
,
M konn sa w-ap devine -
W'ap fE jwbt lago avb-m
Epoutan w pa bouche
M'ap reve-w ,
Epoutan nawb-m byen kale
Tankou je chat k'ap kontwole rat
Ou sable tit koupe ak Choukounn
Je-w klere kou chand61
Nide-w ap boulv6se lanme-m,
Youn van ki rann h makawon
Vag mwen monte de sht woth
pi w kontinye ap fe-m filalang
Epi anyen.
Eminanuel Vidrine


Se nan Legliz <.
nan Hollywood Elvita ak Jean nan youn Legliz
plen kon ze ak zanmi-fanmi yo te sbmante pou
makbnen lavi yo pou tout tan ki gen tan. Youn
seremoni byen senp men chaje ak emosyon
espesyalman 16jennjan yo te fin pataje alyans epi
yo kraze youn beko ki se siy yo se mesye ak
madam. Resepsyon-an te fbt nan FIU North ak
plis pase 200 invite. Nou prezante konpliman nou
bay jenn marye yo. Nou swete yo pou younn soutni
16t nan bon tan tankou nan move tan epi pou yo
mete sou th-a bon tizanfan ki pita va fb lon&
kominote Ayisyen-an ak Peyi Dayiti.


LUCIEN ANDUZE
NAN SANT KILTIREL MAPOU
.
Seremom Vant siyati-an te drape a 6-e
diswa nan dimanch 8 Jiyb. Pa te gen kantite men te
gen kalite. Twa bon zanmi Lucien te prezante-1bay
piblik la: Ricot Mazaren, Guy Thomas ak Met Zen.
RicotMazaren retrace totrt chemenLucien
nan radyodifizyon an Ayiti anvan li te trav6se
Kanada. Lucien te younn nan espikh radyo jends la
te renmen anpil. Li te espikh nan Radio Pbtoprens,
Radio Diffusion Haitienne, MBC, radio Nouveau
Monde, Radio Metropole, Radio Haiti Inter, Ra-
dio Tropique FM, Telemax ak Radio Melodie FM.
Guy Thomas, limenm di Luciano ( ti non li
te a li) di L1 s'oun bon akth. Nan pydsteyat Jeu de l'Amour et du Hazard> Vi li ak Tout At akth
yo te andanje. Yo te konn vwayaje al nan pwovens
nan ane 70 yo. Se te labbl ekip ak Jean-Marie
Pition, Cantave, Auguste, Taylor, Ezekiel Abellard,
FranpoisLatour JulioJean-Pierre....Liraplekijan
Teyat la t'ap fieri nan epbk sa-a. Se te youn fbm
militants. Ekip mesye sa yo se batay yo t'ap batay
pou change sosyete-a., espesyalman nan radyo
Kanta pou Mbt Zen li tou anyone piblik la
sot gen youn michan aktivite kiltirdl ki sot Pet nan
lekb1Tousen Louvbti-a. Ofisybl nan vil la ak Minis
10am nan, msye Leslie Voltaire sot dedikase youn
bispouewo entbnasyonalnou-an:TousenLouv6ti.
Men li tou pwofite di Guy Thomas pandas mesye
radyo yo t'ap te gen youn ekip nig teyat ki te gen
<> tou. Li sonje lb li t'ap jwe Kaligula,
zanmi te klase ni li ni Francois Latour ak tout ekip
la kbm mounn fou akbz thks pyesteyat sa-a se
pawoli ki t'ap souke sisthm nan. An 1969, 16 yo
t'ap jwe kaligula, Winsor Day Majistra Pbtoprens
nan epik te chita devan anfits akth yo move kon
koung... paske chak grenn mo chak tirad se youn
bouldt tout wouj k'al ateri nan kbsaj li. Mbt la di
-
pandan youn ekip jenn gason tankou Lucien Anduze
t'ap frape nan radyo; te gen youn lbt ekip nan teyat
ki t'ap bay sisthm nan bonjan sakad. Lucien se pa
youn bbs tayb k'ap konstui youn kay. Bon akth, bon
dizb, n6g ki pase nan konshvatwa Nasyonal
Adramatik, bouch la pa sirbt, li konnen metye-1,
powam yo byen di. e prezantasyon-an enpekab!


I


Mercredi 11 Juillet 2001


ti gout pa ti goutakJnMpu


Page 19


AKTIVITE KILTIREL
NAN MIYAMI AP FLERI


DEpi 2 mwa Kominote Ayisyen-an wbz ak
aktivite kiltirbl. DAyd nan pwen youn wikenn
ki pase san pa gen konferans pasi, fbt pala,
anbyans fb milmbk. Se bon siy!. Komnote-a
an sante. Depri lespri libere, anpil pwogrb ka
f6t.
Vandredi pase 6 Jiy6 tankou liou te anyone
Majistra Corollo te invite kbk manm nan
.
kominote-a nan youn apremidi refleksyon sou
2006m anivish Konstitisyon Toussaint louv6ti-
a. Majistra-a te tou pwofite f6 de bouche. LI
invite Majistra Vil Pitoprens lan ki sable youn
Fanm total capital pou vin siyen youn
deklarasyon marasca ak li pou fb Miyami ak
Patoprens vin de sh, de vil kote lakilti pral
pataje, esperyans ak konpetans nan tout domin.
Se pa mande Majistra Pbtoprens lan te vin
mande... se te youn akolad frathn61 ant de vil
<> pou lakilti fieri. Majistra Corollo
nan diskou li-a monte jan li kontan reseywa
majistra Pitoprens la. Li remit li kle vil la. kote
.
li agenda rantre-soti lb 11 vle Epi Majistra
Pbtoprenms lan limenm te pote youn bb ti kado
souvni pwodui youn atizan lakay te prepare.
Apre sa, Yoplande Thoma te change
Chouchounn pou yo, epi Sosyete Koukouy te
bay youn b61 koregrafi dans peyizan sou
direksyon Robinson Clotaire ak Nancy St.
Leger. mnaje ak bwasopn koule agranlijydn...
N&nd Dijital simen mizik konpa sou nou jouk
nou sou. N'ap tout pwofite voye youn
koutcahpo pou NEnd ki se premye DJ nan zin
Miyami-an. Mizik yo byen chwazi. Son-an
wololoy... Nou pa kwd gen djaz ki sonnen pi
byen pase N6n6. Nan wikenn pase-a nou obs6ve
N6nd alaksyon nan City Hall ak nan FIU nan
maryaj Evita Dominique. Konpliman NEnd.


PA KIDNEY ST. JEAN BRAVO!
Nan Samdi Koukouy yo te.nan Pom-
pano ak ph Kidney St Jean ki t'ap 6ganize youft
bankh pou ranmase youn ti tyotyo pou agrandi
Legliz pawasyal Sen Joz6f la nan Pompano. Pb
Sydney s'oun PA dinamik. Li bganize jends la.
Li bay tht li misyon pou leve nivo Ayisyen nan
an nan espirityblman ak sosyalman. Li itilize
tout kalite zouti pou travay edikasyon sila-a.
15 Avril, f6t Pak li te bganize youn f'e
nan oditorybm nan ak Koukouy yo ki te
prezante Maryaj Daso youn pydsteyat Jan
Mapou ak 4 koregrafi dans. Te gen plis pase
300 mounn nan sal la.
Samdi pase, Mesye-dam Legliz yo te
reyalite youn did atistik san parby. Youn dine
granjan. Gwo koze! ak youn Catering Service
pwofesyonbl. Envite yo te fre kon zezwa: bbl
wbb lonng, talon kikit; kanta pou mesye se
smoking ke fann, teni ble-maren, vbs ak
kravat...Youn sware d'gala!
YolandeThomas ki pa janm machande
sbvis li nan sikonstans sa yo change Ayiti cheri,
Choukounn...Yoyo...youn grap b61 change
f61klorik ki f6 piblik-la reviv peyi Dayiti. Ace
youn Jamayiken limenm, li change 4-5 change
Bob Mali. Epi Sosyete Koukouy ki te soti
Miyami rantre Ponpano pou soutni bal jef6 sa-
a, kraze ton61 la ak 2 koregrafi dans.
Pb Kidney monch6 nou pa gen meday
pou nou dekore-w men nou swete-w pou
kontinye travay edikasyon sa-a jouk rby ou ki
se mete kbk lonn nan Legliz Sen Jozbf la
reyalize... Bondye va beni-w!






| VOTRE ATTENTION 1


Off~[sp -e~~aiB


Attention! Nous vous at tendons ...
Good credit, Bad credit ?
Laissez cela c'est notre affaire. Nous nous en occupons pour vous.


196 OOT RNER55 rau.r.H
r...51.29 Do n Pamen


191 ISA SNTA un :00 t


to 9 TOYOTA TACOMA Plia : 1, 3 3 ,
we :.. $1(J00 Down payment


1994 HONDA PASSPORT 5 5 &-3 :ola ac .il
far weryn*:e 5899DownPayment


199TYOALNCRIE, l nera c


Merceth H Juill 2X N 2


Page 20


Apparel + activation + 100 minutes de communication gratuities
Envoyez le A votre famille par [f] UNITRANSFER
Sur presentation de votre regu, Comcel activera gratuitement
votre cellulaire TDMA stranger d6s I'abroport servi


40


ce & la clientale
1-5566


*Miami Montrial


*New York New Jersey Boston


*Nazon Frbres Abroport Martissant Cap-Hal'tien Cayes...


u volant de VOTRE BAGNOLE ...


193INIII 3 ~~ 5De for..)pg


1994 MAZDA~ 625 LX..yj aure11 5:oac are cie.


1999 ORD EONOLIE 150 6 01 aecod


pyg


Venez choisir VOTRE voiture. Et nous nous occupons de tout le reste. Vous 8tes assure de sortir a
Des occasions ionnelles !!!

185 EAST SUNRISE BLVD. (954) 527-5522




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs