Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00054
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: March 21, 2001
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00054
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Full Text

















Haiti en Marche edition du 21 au 27 Mars 2001 Vol. XV No. 7


IMMIGRATION CLANDESTINE

57 Dominicains perissent au large de l'lIle-a-Vache
PORT- sique, le troisieme qui
AU-PRINCE, 18 Deux terrible naufrages dans la Caraibe tst : hp
Mars Cinquante-
sept personnel sontpr6sumdes mortes, ce Le bateau, avec 60personnes a son sud d'Haiti et A 140 km au sud-ouest de la tal, selon les autorit6s de la ville des
week-end au large d'Haiti, dans le nau- bord, apres avoir err6 pendant plusieurs capital, Port-au-Prince. Cayes. Seize cadavres ont tW retrouv6s
frage d'un bateau a voile transportant des jours, a coule t6t jeudi matin apres avoir Trois ressortissants dominicains sur la c6te.
Dominicains qui essayaient d'atteindre heurt6 un bane de corail A la pointe sud de ont survdcu en nageant jusqu' l'ile. Deux Le bateau tentait de rejoindre
clandestinement Puerto Rico. 1' lle-A-Vache, un pilot situd A 5 kmn de la c6te d' entire eux seraient en bonne condition phy- (voir Naufrages / 6)


Qui a assassin Jean Dominique?

RAPPORT D'UNE ENQUETE DE ASSOCIATION INTERAMERICAINE
DE PRESS (IAPA) SUR L'ASSASSINAT DE JEAN DOMINIQUE
Jean Leopold Dominique aurait ete tue a la suite d'une conspiration politique apparemment
organisee et initiee bien des mois a 1'avance par des personnalites politiques importantes
SJanvier 2001 de 69 ans, lejournaliste de radio le plus c6l6bre Une enquate mende par 1'Associatio
d'Hafti, tue par balles le 3 avril 2000, en arri- interamdricainedepresse(IAPA)ar&v616queJean
* De Ana Arana vant a son travail A la station de radio. La liste Dominique, qui 6tait journalist et faisait parti
Ut:.1 - -1 1 i Umi~ _i Utp e U4, r ip A a i r. a l, uii 6 f .


-Sommaire
Des corps disparus, des suspects morts de
fagon inopinde et 1'ensemble des personnel
supposees avoir conspired, le tout forme un
scenario idal qui aurait fait rever un 6cri-
vain de drame policies. Mais il s'agit de I'as-
sassinat de Jean Ldopold Dominique a I'age


de suspects est longue anciens partisans ude la
dynasties Duvalier et hommes d'affaires corrom-
pus. Par contre, I'enquEte indiquait rdcemment
que Jean Dominique, conseiller principal de l'an-
cien president Rend Prdval et ami du president
Jean Bertrand Aristide, a Rt6 apparemment vic-
time d'un conflict au sein des membres du parti
politique d'Aristide, le Fanmi Lavalas.


n
n
e
!Q!


de movements: politiques de gauche etait aussl
engage dans la defense des pauvres en Haiti. II a
6td tu6 A la suite d'une conspiration politique ap-
paremment organis6e et initide bien des mois A
I'avance par des personnalitds politiques impor-
tantes qui 6taient en rapport avec Aristide. Le s6-
nateur Dany Toussaint, tin personnage machiav6-
(voir Jean Dominique / 11)


L' eclatement politique


favorite I'extreme droite
ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 18 Mars
- La parabole du troisibme larron s'est
encore une fois v6rifi6e. A force de
s'entred6chirer pendant si longtemps,
les deux camps se sont 6puis6s et doi-
vent faire appel A des suppl6dtifs. En i
meme temps, la clientele politique nor-
male 6tant frustrde ou d6sabus6e par le
comportement des acteurs politiques' -
force.pour 1'un comme pour 1'autre- .
camp de s'adresser a des groups tenus
jusqu'a present pour marginaux, si ce
n'est comme des pestif6r6s. Nous vou- */
Ions dire le duvalidrisme pour Lavalas; -
et 1'extr8me droite militaro-macoute
pour opposition, dite Convergence. .
Alors que ses adversaires, ainsi ..
que international qui est un acteur tout .
aussi int6ress6 dans la cruise, se croyaient
peut-6tre sur le point de le mettre le dos Les partisans de P'opposition descendent dans les rues photo Yonel Louis/H.en.M
au mur, Aristide prend une course A 180
degrds, ouvrant le government, et da-
vantage encore le nouveau conseil 61ec-
toral provisoire (CEP) qui doit decider
de 'issue des prochaines elections, au -l
duvalidrisme. Des duvali6ristes notoires
don'tt Stanley Th6art, nouveau ministry
du Comnnerce ; aunmoins trois membres
du nouveau CEP) ont d6sormais pignon
sur rue politiquement A Port-au-Prince O
Le duvalidrisme resort des oubliettes
de 1'histoire oai il a Wtd condamn6 de-
puis la chunte de Baby Doc en f6vrier .
1986, et rentre dans le pouvoir par la
grande porte.
Mais l'opposition n'a sur ce
plan rien A envier an pouvoir Lavalas.
Non seulement la press amnricaine
(Washington Post, 2 f6vrier 2001) a con- ..
(voir Extr~me-droite / 4) Manifestants Lavalas demandant Parrestation de Gerard Gourgue


HAITI-CRISE

Aristide

propose des

legislatives

anticipees

en 2002
PORT-AU-PRINCE, 18 Mars -
Le president Jean-Bertrand Aristide pro-
pose la tenue d'dlections l6gislatives an-
ticip6es en novembre 2002 come solu-
tion A la crise actuelle.
Le ministry des Affaires 6tran-
geres, Philippe Joseph Antonio, qui in-
tervenait le mercredi 14 mars 6coul6 lors
d'une session sp6ciale de 1'Organisation
des Etats Amdricains (OEA) sur la crise
hailtienne, a annonc6 1'organisation
d'l61ections anticipdes pour le renouvel-
lement d'un tiers du Sdnat et de la tota-
(voir OEA / 3)


(HAITI EN MARCH)
Port-au-Prince
100 Avenue Laminartiniere / Bois Verna
T61 / Fax 245-1910
Miami
173 N.W. 94th Street
Miami, Florida 33150
T61: (305) 754-0705 ou 754-7543
New York (914) 358-7559
Boston (508) 941-6897
Montrial (514) 337-1286
FAX (305) 513-5688 ou 756-0979
E-mail: enmiarche@('haitiworld.com
URL: www.haitienmarche .com

Library of Congress # ISSN 1064-3896
Miami, New York, Montreal, Boston,
Washington, Chicago: $ 1.00
Port-au-Prince: 5 gourdes )


Jean Dominique







I En Plus...


En Bref...


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


FAD'H

Les deconvenues d'une

armee vues par le hublot
Par d6finiton,une l're louverturienne, on
alme est avant tout un'Tns- UI CIV l notera que le caporalisme'
trument ou dispositif ser- agraire instaur6 pour re-
vant A tuer, blesseroumet- Par Alix Ambroise dresser l'6conomie de


tre l'ennemi dans l'impossibilit6 de se d6-
fendre". Cette definition sous-entend cer-
tes une force majeure ou une Idgitime de-
fense A faire valoir par la personnel ou l'ins-
titution qui s'en sert. II s'avere ainsi vrai-
ment difficile d'innocenter un corps don't
la raison d'etre, la vocation premiere et la
mission ultime consistent A se servir, laplu-
part du temps sans clairvoyance, d'un en-
gin meurtrier. Envers le civil, 1' arm6e hai-
tienne, dot6e d'une vocation policidre, a
une culture de haine inavou6e. Ce senti-
ment est insuffl6 aux neophytes au course
des entrainements martiaux. L'6cole mili-
taire, institute par les cacos en kaki, nest
qu'en parties responsible d'une telle aver-
sion, lorsquel'616velapossede d6japar tra-
dition. Avec des exceptions certainement,
si 1'on prend en example la promotion de
cadets sortis de l'Ecole Militaire de 1941
et comprenant des 6chantillons de gentle-
men don't la casquette n'ajmais d6form6 le
cerveau.
Les armies conqu6rantes al'ins-
tar de celles d'Alexandre le Grand, d'At-
tila, de Napoleon, de Guillaume le batard,
de Jules CUsar, de Geiseric, de Cyrus, etc,
ne sont plus de mise. Ce n'est pas dans un
esprit de conquate que Toussaint Louver-
ture, Jn-Jacques Dessalines, Boyer et Sou-
louque ont, a tour de r6le, fait la champagne
de 1'Est, comme beaucoup veulent le faire
comprendre. Depuis le Trait6 de Bale
(1795), la parties orientale de L'ile devenait
frangaise. Toussaint, enbonsoldatfrangais,
voulait qu'il en fflt ainsi. Ses successeurs
de meme. Cependant le comportement bla-
mable de nos G&n6raux nous valut une rup-
ture d'unit6, toutes nos tentatives de venir
A bout des s6cessionnistes se soldarent par
un 6chec: d6motivation sur le champ de
bataille et tentative d'insurrection A l'int6-
rieur.
Notre pays n'6chappe pas A cette
tendance des pays sous-d6velopp6s A con-
sacrer le plus fort pourcentage de leur re-
venu national a l'armement, a un armement
qui sera frapp6 d'obsolescence en moins
d'une decade. Ces pays vivent de la con-
descendance des armuriers d'outre-mer qui
leur fournissent, A prix d'or, des engines d6ja
tombs en d6su6tude don't ils veulent d6-
barrasser leurs arsenaux. Or l'6tat de guerre
n'6tant pas constat6, tant de munitions ser-
viront A fomenter des rebellions, alimenter
les insurrections et introniser les dictateurs
soutenus par les forces armies. Pendant ce
temps, les frontieres d6laiss6es ouvrent en
toute b6ance leurs bras aux incursions des
voisins, A la contrebande et au narco-tra-
fic.
Aussi longtemps que nous som-
mes en vie, nous continuerons A nous d6-
couvrir bien bas devant les exploits de nos
Aieux. Sans une mobilisation g6n6rale en
face d'un commun danger, tant d'anndes
de luttes, en batailles ranges ou en
marronage, d6boucheraient sur un 6chec
certain. L'Arm6e Indigene sejustifiait: tout
le monde 6tait soldat. Sans un programme
politique mobilisateur, anciens et nouveaux
libres ne pourraient s'enrdgimenter ni se
souder. Sans cette symbiose armie-peuple,
les combats pour l'ind6pendance seraient
impossible, ingagnables; L'unit6 de L'ile
serait inenvisageable, voire realisable. Le
negre asservi savait pourquoi il se battait
et pourquoi il 6tait pret a payer I'imp6t du
sang lorsque les circonstances le r6cla-
maient.
Si nous jetons un coup d'oeil sur
la situation qui r6gnait dans le pays durant


Saint-Domingue, ne porta pas les fruits
esscompt6s. La presence constant dans
les champs des Gdndraux inspecteurs de
culture pour combatre l'oisivet6 et le va-
gabondage, rappelait aux cultivateurs h
peine sortis des liens de l'esclavage, F'ere
colonial avec sa cohorte de commanders
prets h frapper avec leurs fouets. Les r6-
glements de culture, inspires de ceux
d'H6douville, s'apparentaient A l'escla-
vage, bien que la Constitution de 1801
pronat l'6galit6 et la liberty de tous les
homes des leur naissance.
En r6alit6, 1'homme haitien a tou-
jours ex6cr6 le caporalisme, la satrapie et
la dictature. Chaque fois que les bottes,
dites protectrices, se retournent contre lui
pour le pi6tiner, il adopted une attitude d6-
fensive. Les v8pres exerc6es sur la popu-
lation souvent d6sarm6e par la soldates-
que haitienne, sans que cette force ait 6td
justif6e, demeurent dans notre histoire la
preuve la plus palpable que cette arm6e
n'est pas celle que nous avons tous sou-
hait6e. Certes un regime militaire 6tait
n6cessaire apres 1804 pour prot6ger les
acquis de l'ind6pendance face aux mou-
vements de scission int6rieure, et des cons-
tantes menaces de 1'extdrieur. Dans cet
ordre d'id6e, Dessalines par sa Constitu-
tion impdriale de 1805, Christophe par
l'Acte constitutionnel du 17 F6vrier 1807,
pour ne citer que ceux-lA, avaient tous les
pouvoirs concentr6s dans leurs mains, jus-
qu'A celui de choisir un successeur
(comme le prescrivait d6jIa la Constitution
de 1801).
Le maintien d'un tel corps n'aura
d'ailleurs pas servi A grand chose. En ef-
fet, il n'a pas su rabattre, le 6 juillet 1891,
les pr6tentions de l'amiral Rubalcava, ni
celles du capitaine Batshle 11 juin 1872.
I1 se montrera incapable d'empecher Ti-
r6sias Sam de baisser pavilion face aux
exigences du commandant Thiele, le 6 dd-
cembre 1897. Onne comptera le 28 Juillet
1915, qu'un seul petit soldat digne de ce
nom: Pierre Sully. L'arm6e n'arretera pas
davantage le bras du benefactor Trujillo
6gorgeant "nos fils et nos campagnes".
Elle d6laissera F'ile de la Navase a un im-
promptu occupant. En r6alit6, nous som-
mes A meme de distinguer 4 armies: l'ar-
m6e louverturienne, les hordes de n6gres
marrons, 1'arm6e indigene, et finalement
l'arm6e haitienne.
La premiere tout A fait saint-
dominguoise, frangaise, n'existera que
"pour affermir la tranquility de la colonie"
comme le prescrivait la Constitution de
1801, tandis que 'les renes administrati-
ves de la colonie sont confides A un Gou-
vemrneur G6ndral en chef de 1'arm6e de
Saint-Domingue".
Quantaux Negres Marrons, 1'his-
torienTimoldon C. Brutus dit d'eux qu'ils
organisaient insurrection ddsordonn6e.
Sans directives militaires, pillarde et nui-
sible AI 1'autorit6 r6gulibre, mais payant
cher les succds de temps en temps r6ali-
s6s. Les chefs s'intitulaient les ind6pen-
dants, tandis que les Franqais les quali-
fiaient de brigands. Les habitants qui d6-
laissaient leurs campagnes pour aller
s'abriter dans les villes, les appelaient
takos."
L'Arm6e Indigene est celle de
Dessalines qui se couvrit de gloire A
Vertieres et qui nous conduisit A l'indd-
pendance en 1804.
Enfn, lorsque Saint-Domingue,
(voir Armde / 10)


Nouvelles HPN
Un grave incendie ravage plus de 85 hectares
dans un parc
Port-au-Prince, le 15 mars (HPN) Plus de 85 hectares de
terre ont 0t6 ravages et des centaines d'arbustes brulds lors de
plusieurs incendies qui ont 6clat6 mercredi a Furcy dans une zone d6nomm6e <<
Cablin >>, et A For&t des Pins pres du pare la visit (Sud-Est), l'une
des plus important reserves du pays, a annonc6 jeudi Docteur Yolene Sur6na
responsible de l'Office Nationale de la Protection Civile.
Elle a qualifi6 l'incendie de catastrophe 6cologique en raison de la
tres faible couverture forestiere du pays. Selon un rapport des Nations
Unies sur Haiti, seulement dix pour cent du territoire national est covert.
Les incendies ont 6clat6 le 9 mars dernier A plusieurs endroits du parc et
se sont propag6s sur plusieurs hectares, a expliqu6 la responsible de
1'Office de la Protection Civile. Plusieurs centaines de jeunes arbres
ont 6te d6truits par le sinistre qui a 6te maitris6 le 12 mars grace a
1'intervention dn corps des pompiers et des technicians du ministere de
1'Agriculture et de la Protection civil.
Selon Docteur Yolene Surena, une enquete ouverte par les autorit6s a permis
de determiner que les incendies ont 6t6 provoquds par des feux de fort
aliment6s par le vent et la s6cheresse. Elle a d'autre part indiqu6
que certain foyers auraient 6t6 allum6s par des paysans qui cherchent A
d6gager des portions de terre pour la culture de 16gumes et pour la coupe de
bois en vue de 1l'exportation.

Le President Aristide propose l'organisation d'elections
legislative anticipees en novembre 2002
Port-au-Prince, le 14 mars (HPN) Le Ministre haitien des Affaires
Etrangeres M. Antonio Joseph a annonc6 mercredi A Washington la tenue
d'61ections l6gislatives anticip6es en novembre 2002 en Haiti comme
solution a la crise politique actuelle. Selon le chancelier haitien, une
nouvelle legislature devrait entrer en function A la suite de ces elections.
Le Ministre Joseph qui intervenait lors d'une session sp6ciale de
1'OEA sur la situation haitienne, a indiqu6 que l'organisation
d' 61ections anticip6es pour le renouvellement d'un tiers du
S6nat et de 1'int6gralit6 de la chambre des d6put6s en novembre 2002
entrait dans le cadre des engagements pris par le Pr6sident Aristide pour
normaliser la situation politique dans le pays. II a 6galement annonc6 que
de nouvelles elections l6gislatives partielles seraient organis6es en
(voir HPN suite / 17)

Nouvelles AHP
Le Premier Ministre Cherestal reaffirme la volonte du
gouvernement d'ameliorer la distribution de l'energie
electrique
Le Premier Ministre haitien Jean-Marie Ch6restal, a r6affirme vendredi la
determination du gouvernement d'am6liorer la distribution de 1'6nergie 61ectrique
dans le pays.
Le Premier ministry a fait ces declarations lors d'une visit au siege central de
l'Electricite d'Haiti (EDH) oii il a eu une seance de travail avec le directeur general
Pierre Franqois Sildor, et d'autres responsables de la compagnie.
Cette reunion a permis A M. Ch6restal de prendre connaissance des dossiers de la
compagnie relatifs aux d6marches en course pour la production de 1'6nergie dlectrique.
Le directeur g6n6ral s'est r6joui de la visit du premier ministry et a salu6 les
d6marches effectudes par les nouvelles autorites pour arriver a combler les attentes de
la population.
Le gouvernement fait du secteur 6nergie, 1'une de ses principles preoccupations a
assure M. Sildor.

Des personnalites internationales des Arts et des Lettres
reclament justice pour Jean Dominique
Port-au-Prince, 16 mars 2001 -(AHP)- L'Alliance Internationale pour Obtenir Justice
pour Jean Dominique a d6clar6 vendredi offrir A administration du president
Aristide son plein appui dans ses efforts visant a arrater et traduire en justice les
responsables de l'assassiniat dujournaliste et militant des droits humans, Jean
Leopold Dominique.
Le directeur g6n6ral de Radio Haiti Jean Dominique et son garden Jean-Claude
Louissaint avaient 6t6 tuds le 3 avril 2000 sur la cour de la station par des bandits
arms non identifies.
Dans une lettre adressde au chef de l'Etat haitien, Jean-Bertrand Aristide, cette
alliance compose d'une centaine de personnalit6s du monde international des Arts
et des Lettres, a indiqu6 que ce movement international est consacr6 A
identification et 1'incarc6ration des auteurs et co-auteurs de cet assassinate.
(voir AHP suite 18)

Les Provinces en bref (source HPN)
Un commissaire investigue dans une affaire
de drogue...
Jacmel Plusieurs individus lourdement arms ont fait irruption dans
la maison d'une citoyenne dans la commune de Cayes Jacmel A la
recherche de cocaine. Les occupants de la maison auraient dt6 s6v6rement
maltrait6s au moment de cette operation. L'une des victims, la
propri6taire de la maison, declare avoir dfiment identifi6 l'actuel
commissaire de Delmas dans 1'op6ration. Une enqu8te est actuellement
ouverte par 1'inspection g6n6rale de la PNH sur L'implication ou
non du chef de la police de Delmas dans cette affaire.

Movement des eleves du lyc6e de Mirebalais
Mirebalais Le movement des 61ves du lyc6e de Mirebalais a provoque,
depuis lundi, la fermeture des 6coles publiques de la zone. Ils demandent au
ministere de l'Education Nationale d'intervenir pour r6soudre la
crise qui existe entire le Directeur du lyc6e et les professeurs. Ces
derniers ont r6clam6 la d6mission de celui-ci. Les lyc6ens menacent de
bloquer dans les prochains jours toutes les activities privdes et publiques
dans la ville en cas de persistence de la crise.

Attaques a main arm6e perp6trees par des dominicains
Frontiere Les citoyens de Source rouge, une locality situde tout
pres de la frontiere haitiano-dominicaine, out ddnonc6 les attaques I mains
(voir Provinces / 9)


Page 2


I






Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol XV No. 7


Page 3


I HAITI-LA CRUISE I


Aristide propose
(OEA ...suite de
la premiere page) anticipees
lit6 de la Chambre des d6put6s en novembre 2002, dans le
cadre des engagements pris par le President Aristide pour
tenter de trouver une solution A la crise politique.
D'autres elections l6gislatives partielles seraient
organisdes en novembre 2004 pour renouveler un autre tiers
du s6nat, don't le mandate prendrait fin normalement en 2006.
Le gouvemrnement haitien a 6galement sollicit6 de
l'OEA l'envoi d'une mission permanent en Haiti pour sou-
tenir la d6mocratie et les droits de l'homme. Cette demand
n'a pas Wtd accorded, les d6l6gu6s qui ont pris la parole
apres l'intervention du ministry ont insist sur la n6cessit6
de r6soudre d'abord et avant toute chose la crise n6e des
16gislatives du 21 mai 2000.
Les membres de 1'opposition (Convergence D&-
mocratique) qui avaient fait 6galement le voyage h Washing-
ton dans l'espoir de plaider leur cause devant le Conseil
permnnanent de 1'OEA, n'ont pas eu acc6s A la tribune de
l'organisation, 1'OEA ne reconnaissant que les Etats.
Ils ont diu se contenter de distribuer dans les cou-
loirs de l'organisation une declaration critiquant le Pr6si-
dentAristide : Les manoeuvres de Monsieur Aristide pour
n6gocier avec la communaut6 international sans la parti-
cipation des acteurs politiques cl6s, ne peuvent que com-


des le6gislatives
pliquer la cruise "dit
en 2002 en substance cette
declaration.
La declaration se rdfere A Monsieur Aris-
tide, et non au President, parce que opposition dite
Convergence contest la legitimit6 des pr6sidentiel-
les du 26 novembre 2000, pour protester contre les
16gislatives de mai 2000 qu'elle qualified de vaste
fraude. "
L'international contest de 7 A 9 sieges du
s6nat qui auraient 6t6 reports par Fauni Lavalas,
le parti d'Aristide, sans la majority absolue requise
par la constitution haitienne.
Les parlementaires Lavalas se d6clarent
prets A ecourter leur mandate si c'est" pour le bien
de la patrie. "
Cependant le s6nateur (ind6pendant) Luc
Fleurinord, qui avait arrWt6 de singer afin de facili-
ter une solution de la crise, a repris sa place ven-
dredi au parlement. Selon lui, la solution de la crise
ne parait pas pour domain. D'autre part, iL contest
la proposition du Pr6sident Aristide de decider de
lui-meme de r6duire le mandate des parlementaires,
ce que le s6nateur Fleurinord juge insultant et in-
constitutionnel. (voir Session OEA / 8)


ENQUETE SOMMAIRE
Qui a assassin Jean Dominique? p.1
L'EVENEMENT
57 clandestins dominicains meurent noyds au large
d'Haiti p.1
ANALYSE
L'6clatement politique favorite l'extr8me-droite p.1
HAITI-CRISE
Aristide propose des l6gislatives anticip6es
en novembre 2002 p.1
La session sp6ciale de 1'OEA sur Haiti p.8
La resolution adopt6e p.9
Le climate de tension gagne les provinces p.3
ECONOMIC
Project d'installation d'un r6seau de t6l6phonie
entire Haiti et la RD p.7
DOSSIER
L es d6convenues d'une arm6e p.2
SOCIETY
Hommage A Lionel Fomnbrun p.18
Alliance international pour demander justice
pour Jean Dominique p.20
Miami: Colloque sur les m6dias communautaires
haltiens p.5


A Port-au-Prince business as usual,

mais le climate de tension gagne


PORT-AU-PRINCE, 18
mars Samedi des supporters Lavalas les provinces
avaient install des barricades enflamm6es en de tenir des manif
divers endroits de la capital et de ses environs. Ils vou- dans les provinces.
laient contrer ainsi des manifestations contre le Pr6sident Si lajourn
6lu Jean-Bertrand Aristide qui avaient Wtd annonc6es par incident & Port-au-]
l'opposition groupie au sein de la Convergence D6mocra- Cap-Haitien (nord)
tique. du pays, des chocs
Les partisans Lavalas appellent aussi a 1'arresta- camps. Des incident
tion de Gdrard Gourgue, que opposition aproclam6 pr6- auraient rDellement
sident provisoire dans une tentative de barrer la route A ces de police.
Aristide. Au Cap-H
Les dirigeants de Convergence, une coalition d'une tent aussi contre le
quinzaine de parties politiques de l'opposition, parmi les plus d'ex-militaires app
influents, ont d6clar6 ce mois de mars: le mois de la


mobilisation pour chasser Aristide
du pouvoir et announce leur intention
stations pacifiques A la capital et

6e de samedi n'a 6t6 marque par aucun
Prince, par contre jeudi et vendredi au
, la deuxieme ville la plus important
Sont eu lieu entire partisans des deux
its qui ont provoqu6 des bless6s, et qui
mal tournm6 n'6tait la vigilance des for-
aitien, les supporters d'Aristide protes-
,s movements de quelques centaines
uyes par Me Gdrard Gourgue, pour re-


2


constituer les forces armies d'Haiti qui ont fait rugner la
terreur sur le pays pendant les 3 anndes du regime des g6-
ndraux Raoul C6dras, Philippe Biamby et Michel Franqois
(1991-1994).
Mercredi, A P6tionville, faubourg de la capital, la
police a du utiliser des gaz lacrymogenes pour disperser
manifestants del'opposition etcontre-manifestants Lavalas.
L'dv6nement se passait devantles bureaux de l'Or-
ganisation des Etats Am6ricains (OEA) en Haiti, sis A
Petionville, oii les partisans de L'opposition 6taient venus
d6noncer non seulement le President Aristide, mais aussi
l'OEA elle-meme, qu'ils ont accuse d'esprit partisan en
faveur de Lavalas.
Selon le correspondent de Reuters, les protestatai-
res portaient des pancartes appelant ia la d6mission du Pr6-
sidentAristide, un message graffiti 6galement A la peinture
sur les murs de ce faubourg r6sidentiel.
Les supporters Lavalas 6taient assembles del'autre
(voir Manifestations /.5)


.... ii. r i.-'-- q

*- *-;.x.- : -- '* -. ^- ... . . . ... .
. ;. ---- -* !- ..1 ^ -- : .
.-^/ r ^^ ( ,* - ........-: . ^* .-,
I






UNITRANSFER, inc.'-
A substdtiyof LINIBANI MAW

.2NouRapid, NouGaranti"




57 c"- .

i &,,5,
\ ^ri~i-^ ^^ 'aA ** **.' "*- *"- '. *-* ^-*"- -- ***^' i n-'" >{'a-' *f


IK


SEncore une fois,




Merci

de votre


Confi ance!


20,000 Clients en 18 mois!

Un service de livraison a domicile
en moins de 2 Heures!

Un Reseau National de pavement.

ne entire rise-citQyenne, proche
e sa cormunaute.

Un Leadership qui fait bouger les autres!


UNE COMPAGNIE A 100% HAITIENNE
AU SERVICE DE LA COMMUNAUTE NATIONAL!

S niUR Pi llS D'INFORMATIONS CONTACTEZ NOUS


F Y .I


I






|
UNE ANALY SE I


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


L'eclatement politique favorite 1'extreme droite
(Extreme-droite .. suite de la premiere page) 1991. La semaine 6coulee a retenti des premiers 6clats
firm que sapointe avanc6e, la coalition de 15 parties politi- La fin justifie les moyens ... de cette confrontation, mais confrontation jusqu'A present
ques baptis6e Convergence D6mocratique, est une creation Deux initiatives similaires qui font prendre a la A fleurets mouchet6s, comme si les uns comme les autres
de toutes pieces de 1'IRI (Institut R6publicain Internatio- cruise une nouvelle configuration, qui la compliquent da- avaient le sentiment qu'on est en train de jouer avec le feu
nal) au cofit de quelque $3 millions, mais la premiere d6ci- vantage et nous poussent encore plus vers 1'inconnu ... ...
D'ailleurs les
reactions n'ont pas man-
qu6. Dans le camp proche
du pouvoir Lavalas, Ben .e
Dupuy (PPN / Parti Popu-
laire National) a d6clenche
une virulente champagne
centre le retour des
Sduvalidristes dans le giron
du pouvoirt...
Du c6t6 de Con-
vergence, reactions plus
ambigues. Pour c6l6brer
ses 31 premiers jours au
pouvoir ", G6rard
Gourgue a adress6 une
nouvelle harangue aux ex-
militaires, qui le lende-
main d6filaient dans les
rues de la capital aunpas Ben Dupuy a lanc6 une virulente attaque contre les duvalibristes intigris
de F'oie se d6clarant en dans le pouvoir Lavalas photo Yonel Louis/H.en.M
"condition D ", c'est-A-dire pratiquement sur le pied de Convergence multiple les provocations ; Lavalas
guerre. Mais on aremarqu6 que certain leaders de Con- dresse des contre-feux pour ne pas se laisser d6border ...
vergence ou n'6taient pas au rendez-vous, on se tenaient (voir Extr8me-droite / 5)
un peun Al'6carttde la scene ...
LX~


-.
Manifestants Convergence arrachant des posters
du President Aristide qui sont ensuite incendids
sion du nouveau chef d'autres disent president provi-
soire "- que se donne cette coalition, Me G6rard Gourgue,
est un appel A la reconstitution des forces armies abolies en
1994 pour cause de trois ann6es de terreur declench6e sur
le pays suite au sanglant coup d'6tat militaire de septembre


Mais 1'objectif 6tant d'abattre Lavalas,
1'amour propre et les 6tats d'ame ne sont pas de
mise. En un mot, la fin justifie les moyens.
Le sentiment rciproque qu'on
est en train de jouer avec le feu ...
La situation sur le terrain n'a pas at-
tendu longtemps pour refl6ter ce nouveau rap-
port des forces. A la suite de la march des ex-
militaires, Convergence a ouvert un mois de la
mobilisation, avec des manifestations projet6es A
la capital et aux quatre coins de la r6publique.
Les supporters de Lavalas n'ont pas at-
tendu longtemps pour mobiliser A leur tour ...


RAPRfl?


Jean-Wood julier
Rducator/Designe
Stylist Since 1976


fO/v A x
Children
/BEAUTY SALON M-irolpe!
01 DESIGNER CUT
First time customer only. Reg. 12.50
CONDITIONING
FREETREATMENT
L With this coupon
a3 0 5-940-/9070
r 15455 W. Dixie Hwy. Ste. N & O,
SN. Miami, FL. 33162


Precious

Ceramiques & Marbre



Tres Grande Salle d'Exposition


Monocotura D6pot et Salle d'Inventaire
18 x 18 & 16 x 16
Ceramiques Accessoires / Ceramiques/ Marbre pour Salle de bain
Espagnols et
Italienne
Grand Choix a votre
disposition
.87 pied carr6

Nous exportons vers Haiti


Meilleurs prix de la place

UDenez done voir par uous-meme


3506 N.W. 79eme Ruenue, Miami, Florida

Tel: (505) 592-2558

Faxn: 305-477-2673


Gratuit
Ceramiques grises
(Maximum 8 Sacs)
avec tout achat minimum
de 200 pieds carr6s
Apportez ce coupon
Date d'expiration
Fin Mars 2001


Page 4


I








I DE L'ACTUALITE


A qui prouve, s'il en 6tait besoin, que le bonhomme jouit
L Extreme-drolte ... encore d'une solide popularity.


(suite de la page 4)
Des deux cotes, les strateges semblent s'observer A la lon-
gue-vue..
Bilan: quelques tetes cass6es,lemercredi 14 mars
devant les bureaux de l'OEA A P6tionville, et en fin de se-
maine au Cap-Haitien et A Milot. Plus de bruit que de mal


La seule force politique organisee du
pays!!!
Mais le loup est entree dans la bergerie.
Pendant combien de temps Aristide peut-il con-
tr6ler les duvalieristes qu'il a introduits dans son entou-
rage ?
D'un autre c6t6, plus longtemps dure la crise,
mieux qa vaut pour 1'ultra-droite americaine pour reoccu-
per le terrain perdu en Haiti avec la disparition des forces
armies.
Evidemment, le coup qui consiste A conc6der quel-
ques strapontins aux duvalieristes pour essayer de contour-
ner une opposition particulibrement ombrageuse, seul Aris-
tide le pouvait sans encourir une reprobation g6n6rale. Ce


Mais si les duvali6ristes vont se faire pour le
moment tout petits, ils se sont toujours pr6tendus la seule
force politique organisee du pays. Et ce n'est pas tout a fait
A tort. En tout cas, ils ont non seulement des r6seaux, mais
aussi une doctrine ... Or la doctrine duvalieriste est prati-
quement identique A celle des autres forces marginales que
'opposition est en train de courtiser de son c6t6 ...
Mais lA ou Aristide a sa popularity et les dizaines
de milliers qu'il peut mobiliser spontan6ment, opposition
n'a rien quant A elle pour ralentir 1'invasion de son camp
par les militaro-macoutes et leurs protecteurs strangers aux-
quels elle a ouvert son flanc et surtout celui du pays ...

Le coup d'tat" de Gerard Gourgue!
Gourgue a-t-il donn6 un coup d'etat A Conver-
gence, en scellantune alliance avec lapartie souterraine de
l'opposition haitienne, li6e aux secteurs ultra de l'establis-
hinent r6publicain ? Cela en a tout I'air ...
Si les duvali6ristes en veulent, ayant Wte 6cart6s
du pouvoir depuis 1986, aujourd'hui ils n'ont cependant
pas les moyens de leur politique; alors que les officines
6dtrangeres qui financent l'opposition haltienne ont lapartie


belle, cette opposition 6tant d6pourvue de tout, et n'ayant
pas de troupes propres, est oblige de computer uniquement
sur le support et l'apport des billets verts ...
Conclusion: dans la nouvelle configuration ou
nous sommes d6sormais entrds, plus la crise se prolonge,
plus les 616ments les plus hostiles A notre patrie sont en
train d'en prendre (ou reprendre) tout doucement A nou-
veau possession. Les conditions objectives sont r6unies. Le
pire reste encore A venir. Et m&neme la popularity d'Aristide
n'y pourra rien. I1 sera trop tard ...

Comme larrons en foire ...
Nous disions tant6t que la doctrine duvali6riste est
identique (est-il besoin de le d6montrer ?) A celle de ce che-
val de Troie introduit par Gourgue et les gogos de Conver-
gence ...
Aussi, et ce sera notre veritable conclusion: et si
tout ce beau monde surgi comme par magie de part et d'autre
sur l'6chiquier politique, 6tait destiny au bout du compete A
se rejoindre pour s'entendre ... justement comme larrons
en foire.
Merci messieurs les progressistes !


Haiti en Marche,. 18 Mars 2001


Miami:


utilis6 pour d6crire ce colloque.
La F6d6ration de la Presse Hai- COMll
tienne (FPH) qui r6unit l'ensemble des As-
sociations de press des provinces d'Haiti, vient d'organi-
ser un colloque des plus r6ussis autour des Media commu-
nautaires, avec laparticipation dejournalistes et directeurs
de m6dias des neuf d6partements g6ographiques d'Haiti.
Parmi les participants, citons Goudou Jean Numa de Radio
M6tropole, Emmanuel Jean Lestin de Radio Ginen, Basthie
D6sir de Radio Kiskeya, Proc6e Wilc6e, Secretaire g6n6ral
de 1'Union des Journalistes du Plateau Central, Francky
Depestre, Secr6taire g6n6ral du R6seau des Radios com-
munautaires, Evans Duval Cadet de l'Association des Jour-
nalistes de Sante et plusieurs autres d6l6gues de diverse
provinces d'Haiti.
D'6minentes personnalit6s hadtiennes de Floride
ont r6pondu A 1'appel de la F6d6ration de la Presse Hal-
tienne, en participant A ce colloque dans le double objectif
de faire d6couvrir d'une part aux responsables des m6dias
venus d'Haiti les Institutions communautaires haltiano-
amnricaines et de partager d'autre part les experiences des
uns et des autres en cr6ant un dialogue fructueux entire les
comunaut6s haftiennes de l'Int6rieur et celles de l'Exterieur.
Le journaliste Adyjeangardy, President de la F6-
dration de la Presse Haitienne, a inaugur6 la rencontre en


Manifestations ...
(suite de la page 3)
c6t6 de la rue, accompagn6s de musique rara ".
La violence se d6clencha quand les deux camps se
sont mis a se jeter des pierres et toutes sortes d'autres pro-
jectiles.
La police armed de fusils, utilisa des gaz lacrymo-
genes pour disperser tout ce monde.
Un partisan Lavalas a 6t6 arret6, parce qu'il por-
tait un pistolet sans permits.
D'apres les organes de press, les 6v6nements de
P6tionville auraient fait deux blesses 16gers.
Cependant le lendemain, le porte-parole de Con-
vergence, Sauveur Pierre-Etienne, a communique un bilan
de 17 bless6s dans ses rangs, et annonc6 que opposition
allait d6noncer Lavalas devant toutes les organizations in-
ternationales des droits de 1'homme, don't Amnesty Inter-
national.
Cependant, les activities hla capital n'ont Wt6 per-
turb6es A aucun moment pendant la semaine.


LA. 'VOII DET A/IT ALIVT dticipation impressionnante a
LA VOIX DE M IAM I 6t celle de Mime Linda Csar
(~ fl Ar A uu nde organisation The Edge
C Olloque sur les M dias Worlwide,etassistanteauss
S*- * du Maire Carollo. Elle a expliqu6 aux d616-
m unautaires haitiens gu6s l'importance de tells assises en Flo-
ride, enmettant en relief les efforts dela com-


insistant sur "l'urgence de travailler d'un common accord
avec les journalists haltiens de l'6tranger tout en permet-
tant aux professionnels de la press vivant en Haiti de se
familiariser avec les effects, les problemes, les limits et les
possibility s de cette Diaspora".
C'est au Center for Haitian Studies, Inc (CHS), en
plein coeur de Little Haiti, que se d6roula le colloque. Le
Consul g6n6ral d'Halti, Jean Gabriel Augustin, courtois
comme toujours, souhaita la bienvenue A nos confreres et
exprima sa joie de voir un group venu de toutes les r6-


gions d'Haiti.


Le Maire
de Floride et la
Presse Haitienne
Le Maire de
Floride, Mr Joe
Carollo, d'origine cu-
baine, qui avait orga-
nis6 une reception en
1'honneur de la d6l6ga-
tion haitienne, a remer-
ci6 la F.P.H. d'avoir
pris cette initiative. Ala
demand de la Fed6ra-
tion de la Presse Hai-
tienne, il a accept
l'id6e qu'une ville hai-
tienne (Port-au-Prince
ou le Cap Haitien) de-
vienne ville soeur de
Miami avec tous les
avantages que celapeut
comporter.
Le D6put6 de
la Floride, Monsieur
Philipe Brutus, d'ori-
gine hatienne, en ses-
sion A Tallahassee, a
apport6 son support A
cette derniere proposi-
tion en souhaitant que
la FPH en assure le
suivi.
Une autre par-


munaut6 haltienne de Floride pour une organisation con-
cert6e en vue d'am6liorer le sort du people haitien. D6sor-
mais, a-t-elle declar6, le vote des Haitiens de Miami fait la
difdrence. Linda C6sar a aussi relev6 que cette communaut6
est maintenant dot6e de ses propres conseillers municipaux
(Philippe Derose, Islande Salomon, Osman D6sir) et de-
puis 1'an dernier de ses premiers congressmen: Philippe
Brutus de Miami, et Marie St Fleur de Boston.
La communaut6 haitienne, malgr6 ses problkmes
(voir Medias /6)


TOTAL ENEROIE

Ne aissez pas vos proches dans I'obscuritd,


Offrez leur la Lumiere


-~ .-" ~.


a partir de $160,00


* Vous achetez aux USA,


Si


* Nous livrons et instalons sur le lieu de votre choix
en Haiti, Afrique de I'Ouest et du Nord.
* Utilisez lampes, radio et tel6viseur, plusieurs
heures par jour, grace A l'6nergie solaire.

Total Energie: L'Ulectricitd Solaire

Nous consulr pour aimensionnemenh di vos beson el un devis gralul an9si quoe por les
besoirts on DOmpoge doeau
ToMa Energe 1623 Coneclcut Ave. Washngtn, DC 200001 .800.M&a0004 pmM1@tcmaeoi
hllpJ/vwwJ1o.aHAi.9 pmahutotaergoe.com

TOTAL ENERGIES
1623 Connecticut Ave, Washington D.C. 20009
Phone 1-800-953-9004
Dmathieu@totalenergie.com
6ttp://www.total-energie.com


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


NOM

ADRESSE

6MO:
ETATS-UNIS LUS $ 4
CANADA US$4
EUROPE US$7
AMERIQUE LATINE US$ '7


IS
0.00
42.00
70.00
70.00


RENOUVELLEMENT C


NOUVEL ABONNE
UNAN K
US$ 78.00
US$ 80.00
US$ 135.00
US$ 135.00


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol.XV No. 7


Page 5


Miami, le 14 mars 2001

"Impressive" c'est le term
que les Am6ricains auraient


I -








IMMIGRATION CLANDESTINE


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


57 Dominicains noyes au large de l'lIle-A-Vache
S... suite les autorit6s frangaises,
de :a premiere page) Deux terrible naufrages dans la Caraibeit dtuat;rlafsce::


ill6galement les cotes de Puerto Rico lors-
qu'il a heurt6 un banc coralien et s'est rem-
pli d'eau, a indiqu6 le Dr Pierre Witner, di-
recteur regional du ministere de la sant6
haitien.
Selon les survivants, ils dtaient 60
personnel a bord de 1'embarcation. Des ba-
teaux de peche ont fouill6 dans les environs
mais n'ont pas retrouv6 d'autres survivants,
selon le Dr Witner.
Chaque annie, des milliers de Do-
minicains prennent la mer pour essayer de
gagner Puerto Rico et y trouver une vie
meilleure.
L'un des survivants, Carlos
Pineles, 19 ans, dit que sa fiance 6tait 6ga-
lement a bord et a p6ri dans le naufrage.
Nous avons 16 corps et 13 ont Wt6
enterr6s A 1' Ile-h-Vache a d6clar6 Dr
Yolaine Sur6na, directrice de 1'Office de la
Protection Civile. Nous n'esp6rons pas
trouver d'autres survivants."
Selon le survivant Carlos Pineles,
le moteur du bateau est tomb6 en panne, et
le bateau a err6 sans direction pendant trois
semaines ", avant de venir cooler en heur-
tant un r6cif jeudi au large d'Haiti, apres
avoir d6riv6 bien al'est de son trajet initial.


En effet,un bateau avait 6t6 port
manquant depuis le 7 mars par les autorites
dominicaines. Selon les ofTiciels domini-
cains, il devait y avoir quelque 70 person-
nes A bord. Mais il n'a pas encore 6td possi-
ble de confirmer si c'est le meme vaisseau
qui a could jeudi au large de I'lle-4-Vache.
Puerto Rico, situ6 just en face
de la R6publique Dominicaine de 1'autre
c&t6 du Passage de la Mona, est une desti-
nation normal pour les Dominicains qui
peuvent s'y meler A une population 6gale-
ment hispanophone.
Dans le meme temps, un autre
naufrage maritime avait lieu toujours la
meme semaine dans la Caraibe, celui-ci
impliquant peut-8tre des immigrants hai-
tiens.
Les autorit6s de Saint Maarten,
avec des vedettes rapides et des h6licopte-
res, continuaient vendredi a rechercher des
survivants au large de l'ile franco-nderlan-
daise de Saint-Martin apres un naufrage la
veille qui peut avoir fait jusqu'a 20 morts.
"Le nombre de victims est actuel-
lement de 15 personnel: 10 femmes et 5
homes selon Jean-Luc Veille, directeur


des services de secours A Fort-de-France,
Martinique.
Jeudi 4 survivants : le capitaine, un
malelot et un couple apparemment origi-
naire de R6publique Dominicaine, ont etW
secourus, ont precise les garde-c6tes n6er-
landais.
Les espoirs de retrouver d'autres
survivants diminuaient rapidement.
Selon le capitaine Bobby
Velasquez de la Fondation pour le secours
en mer de Saint Maarten, la femme survi-
vante a racont6 des scenes de cauchemar
pendant le naufrage: certain des passa-
gers lui ont grimp6 dessus, lui tirant les che-
veux, s'accrochant a elle pour tenter de lui
faire lAicher la corde et prendre sa place, mais
elle a tenu bon ... Vous pouviez voir ses
mains, totalement d6truites."
Les clandestins pr6sumds, qui
6taient originaires d'Haiti, de R6publique
Dominicaine on de Chine, avaient 6t6 em-
barqu6s dans un bus du ct6t n6erlandais de
'ile, jusqu'a la plage oii ils sont months a
bord d'un bateau en bois, 1' Esperanza ",
a destination de Sainte Croix (lies Vierges
amdricaines).
Les survivants sont interrog6s par


destins.
Deux des survivants portaient un
gilet de sauvetage, mais aucun des corps re-
trouv6s n'en avait.
Les recherches out 6t6 mendes par
la marine franyaise, ainsi que par les garde-
c6tes am6ricains et la garde cbtiere nderlan-
daise.
Saint Maartcn est un point de tran-
sit classique pour les r6seaux de traffic d'im-
migrants clandestins et des centaines de
persomnnes y ont 6t6 arr&tes ces dernieres
annees.
Selon les autorit6s de Santo
Domingo, la majority des passagers devait
Etre des Dominicains, mais il devait y avoir
aussi parmi eux des Haitiens et des Chinois.
Nous avons beaucoup de gens
pauvres dans la Caraibe, dit Dr Surdna. Et
ils essaient par tous les moyens d' 6chapper
a leur pauvret6. C'est une tragadie."
Des centaines d'immigrants par-
tent chaque annee de Cuba, de la R6publi-
que Dominicaine et d'Haiti, dans l'espoir
d'entrer aux Etats-Unis ; et patient des trafi-
quants tres cher pour les aider a accomplir
ce reve, qui finit parfois dans un affreux
cauchemar.


Miami: Colloque sur les Medias communautaires haitiens
(Midias ... suite de la page 5) renforc6 ce point de vue, tout en signalant qu'il se r6fere tons Carmeleau Monestine, de Radio Collective Inter
6conomiques, commence a obtenir de nombreux doctorats aussi a l'intemrnet pour savoir ce qui se passe en Haiti. tional (Miami) et Ldonie Hermantin (Haitian Amenri
d'Universit6, des maisons de commerce en quantity et sur- Toutes les interventions, sans exception, ont re- Foundation).
tout des postes 6lectifs a tous les niveaux. Mr Marcly Jo- tenu I'attention. Carla Bluntshli et Harry Nicolas du bu- Marikne Bastien, Directrice Ex6cutive de Hail
seph, du Ministhre du Travail des Etats-Unis, a soulign6 reau d'Int6gration Interculturelle, out invite les journalis- Women of Miami, a insist que 1'education, la justice e
1' importance des radios et t6l6visions haitiennes de HFloride tes haltiens d' Haiti et de Miami a promouvoir la press com- sant6 sont indispensables au d6veloppement de la comn
qui entretiennent des liens ombilicaux trds forts avec la mere munautaire. naut6 haitienne, aussi bien en Haiti qu'aux U.S.A.
patrie. La 4 6mejournde du colloque a 6galement vu


Au course d'une visit au Miami Herald, le corres-
pondant de ce journal pour la Carafbe, M. Yves Colon, a


Education, Justice et Sante
Parmni les compatriotes qui ont pris la parole, ci-


na-
can

tian
t la
mu-

d6-


filer Nadine Patrice de Operation Green Leaves, qui a en-
(voir Mdias /7)


/


M-U


J


Brightening the Caribbean Sky !


- I


, I


I.


MIAMI PORT-AU-PRINCE MIAMI
TOUS LES JOURS ( MARDI EXCEPT&)


DepartMIA 8:00 am ArrveePAP9:50am

DepartPAP 10:10am n Arrivee Miami& Midi30


Ue abille Les meilleurs prix

AYirow? vU n service de quality a bord
Op fv^^^^ Un billet gratit apres 7 voyages pendanlt 1' anniee

Pour informations et reservations, consultez votre agence de voyage ou ALM


1-800-327-7238


Page 6


t


I


.0% ^
S9^







Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol.XV No. 7


Sai
compag
d'6tablii
l'ile, se
dominic
Econon
intemrnati
Domini


Page 7


ECONOMIC


Project d'installation d'un reseau de tle6phonie
n T T T(RIB). La TRICOM, deuxAeme* A ti Selon le project don't le plan d'aaires va etre expos A la fire
me to-Dominicago, (RIE). de tcoun L a TRICOMs, projdeuximtte en tre international des telecommunications del'INDOTEL,la TRICOM
ne doniscanea de t l6cphomm unications, projetoute est interessee A 6tablir un r6seau unique de communications entire
un rdes informations diffus6es dans la press la chronique de Roosevelt Jean-Francois Haiti et la R6publique Dominicaine avec des agencies de distribu-
londe inoratinsdifuses an laprss lachoniuede ooevet eanKtino n et de evie dn le deu pas
:aine et relay6es par le R6seau de I'Information les deux pays".n et de services dans les deux pays.
lique (RIE) a la veille de la tenue de la foire "S'il existe une volont6 reelle d'int6grer les "II s'agit d'une initiative A long terme", a poursuivi Arturo
onale des telecommunications qu' organise 1' Institut economies des deux pays dans le but de cr6er plus Pellerano, tout en pr6cisant que le chef d' Etat Dominicain, Hipolito
cain des T616lcommunications (INDOTEL). de richesses. il faut que la technologies soit disponible Mejia, a deja manifesto son enthousiasme pour la r6alisation de ce


Le president de la TRICOM, Arturo Pellerano, a
annonc6 que son entreprise a sollicit6 officiellement les
autorisations n6cessaires aupres des gouvemements-haYtien
et dominicain pour "creer un r6seau cellulaire commun et
1'6tablissement de centrales t6l6phoniques dans les deux
pays".
"Nous devons nous positionner come des partenaires
sur 1'autoroute de information avec une plus grande
opportunity d'offrir des services A moindre cout pour nos
populations a d6clare 1' entrepreneur donminicain dans une
interview.
II a 6galement signal que la "rdalisation de ce project
d6pendra de 1'attitude que vont adopter les nouvelles
autorit6s haitiennes concernant la promotion des
investissements strangers et de la volont6 politique dans


Harold Rigaud


WebSite www.HaroldRigaud.com.
e-mail: rigaudh@bellsouth.net
Toll Free: 1 877 250 9020 est:
Originals Limited Editions
Lithographs on Canevas, Prints, Postcar

P.O. Box 1202 Lillburn, Georgia 30048-1


- .- ... ." -- ----- .- --- I I I-
pour atteindre cet objectif", a ajout6 le president de project.
laTRICOM.


Electricit6/RD

La communaute international projette

d'investir U$ 150 millions dans le secteur
Santo-Domingo(RIE) La repr6- l-. ,D lis"e.
sentation permanent de la Banque C l I.IU en R "Nous allows travailler avec la
Mondiale base A Santo Domingo a annonc6 la mise Banque Inter-Am6ricaine de D6veloppement (BID) et une banque
en route de projects estim6s A plus de U$150 mil- allemande qui est d6ja prete A apporter une envelope de US$ 23
lions de dollars pour dynamiser le secteur de la pro- millions pour finance des 6tudes de faisabilit6 et le montage d' en-
duction et de la distribution de 1' 6nergie 61ectrique treprises 6lectriques a-t-il 6galement d6clar6 tout en ajoutant que
en R6publique Dominicaine, selon son ce project compete 6galement mobiliser des fonds du secteur priv6
chef de mission dans ce pays Marcos des affaires.
Montavanelli. Depuis 1998, la Banque Mondiale et les autorit6s dominicai-
Dansi" nes out convenu &un project Along terme de'ordre de US$ 150
orgamnise par le secrdtanat technique (voir Electricite/RD / 8)


de ia presidence domnumcaine, le reprd-
sentant permanent de la Banque Mon-
diale a d6clar6 que son institution va
i travailler conjointement avec la Ban-
que Inter-Amdricaine de
D6veloppemnt et des partenaires bi-
lat6raux dela R6publique Dominicaine
pour augmenter 1'offre d' energie 6lec-
trique disponible et s'assurer d'une
meilleure distribution de ce service
daiedarpayi, il a annonc6 des projects
divers qui totalisent plus de US$ 150
millions, tout en assurant que 1'Etat
dominicain restera le principal acteur
S de ce secteur.
"II n' est pas n6cessaire ni convena-
ble de privatiser et de conc6der au
priv6 la transmission et
1'hydrog6n6ration de 1'61lectricit6 en
774 R6publique Dominicaine", a soutenu
Marcos Mantovanelli dans des d6cla-
ds rations publiques dans la press do-
minicaine et relayees par le R6seau de
202 1' Information Economique (RIE),
agence multimedia de press sp6cia-


A.M


Medias

communautaires...
(suite de la page 6)
courage les m6dia comunautaires A int6grer dans leurs program-
mes des missions d' education sur 1' environnement. Autres inter-
venants : Me Marie Thompson du Cabinet d' Avocat AMT de Flo-
ride, Jean Robert Lafortune (Haitian American Grassroots Coali-
tion), Dr Evelyne Bestman de New Horizon Community Service
don't le sujet abord6 6tait: Prot6ger contre les crises d'identit6,
les crises psychologiques, la folie et les maladies mentales dues au
stress, aux nostalgies ou l'impossibilit6 de retourner au pays na-
tal".
La cinquieme journne vit une rencontre avec les repr6-
sentants de la Florida Immigrant Advocacy Center. Kim Porter,
dirigeant de cette institution, a expos le problkmerr6el des immi-
grants, des sans-papiers ou des d6tenteurs de faux papers. Me
Ingrid Edouard, assistant de Kim Porter, insist sur la n6cessit6
pour les avocats repr6sentant les immigrants haitiens de d6fendre
ce qui est vrai etjamais ce qui est faux. Elle prit comme example
les cubains qui n'arrivent jamais aux Etats-Unis avec des papers
de d6collage, pr6firant demander 1'asile les mains vides. Tandis
que, ajouta-t-elle, 1' HaItien persiste A montrer ses papers meme
lorsqu'il sait qu'ils sont parfaitement faux.
Me Ralph Franqois soutint 6galement cette position.

Presse et D6veloppement human ...
Mme Gepsy Morisset-M6tellus (Legislative Aid to County
commissioner Barbara Carey Shuler) a soulev6 'enthousiasme
des participants en se pronongant en faveur d'une r6elle prise de
conscience de la press par rapport aux problkmes de d6velopement
human.
Dr Laurimus Pierre, Directeur ex6pcutif du Center for
Haitian Studies, a propose que apres celui de Miami, la F6d6ration
de la Presse Haitienne organise son prochain colloque en Haiti A
l'intention des journalists de Floride qui, selon lui, ont besoin
eux aussi d'etre forms.
Une autre particularity de ce colloque fut la possibility de
r6unir des conferenciers de touts les tendances politiques de Flo-
ride.
Mme Eri Soto qui avait fait le d6placement d' HaYti, s' est
d6clar6e satisfaite et impressionn6e par la quality des d6bats.
Mr Adyjeangardy, president de la Federation de la Presse
Haitienne, cl6turera le colloque en remerciant toute la commu-
naut6 de Miami et la "Public Diplomacy" qui ont support cette
initiative. Selon lui, c' est un important pas dans la bonne direction.
Assist de Mr Frangois Calixte, coordonnateur de ce pro-
jet, Adyjeangardy remit des certificates de participation aux direc-
teurs haitiens de medias.

FC.


Haiti en Marche

sort le mercredi en Haiti
et Diaspora
INF. ET ANNONCES
(305) 754-0705
Haiti 245-1910


----- ----







I SESSION OEA


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


14 Mars 2001 : Reunion special du Conseil

permanent de I'OEA sur la crise haitienne


Le Ministre Philippe Joseph Antonio a
commence par remercier 1'OEA, le Secr6taire g6-
n6ral et le Secr6taire g6n6ral adjoint pour les ef-
forts d6ployds en faveur de la d6mocratie en Haiti.
11a
fait 6tat en-
suite de qua-
tre thJmes
~vitaux pour
1'Organisa-
tion: la pr6-
servation de
l'ordre d6-
mocratique,
la s6curit6 A
1'6chelle du
continent, le
d6roulement
Ministre Joseph Antonio du proces-
sus des Sommets interimm ricains) et la coop6ra-
tion socioe-6conomique. II a fait 6tat des contrain-
tes et autres obstacles qui ont entrav6 le d6velop-
pement d' Haiti. Le Gouvernement fera, "par con-
viction", tout pour que rlgne un Etat de droit, pour
que soit renforc6 le systhme judiciaire et pour le
triomphe de la d6mocratie etc... Le Gouvernement
travaillera pour assurer la s6curit6. Comme menace
A la s6curit6, le ministry a cit6 le traffic des stup6-
fiants, le traffic des armements. Le Gouvernement
fera tout pour ratifierles instruments juridiques dans


ce domaine une fois que les difficult6s politiques auront
Wt aplanies.
Au sujet de 1'objet de 1'objet de sa visit: M.
Antonio 1' a qualifi6 de recherche d'une solution consen-
suelle A la crise nee des elections du 21 mai. Voici des
extraits de ce passage du discours:
. La d616gation haltienne tient inform6e r6gulibrement
le Conseil permanent des initiatives prises par le Gou-
vernement haitien.
Avant meme son investiture, le President Jean Ber-
trand Aristide avait annonc6 qu'il se consacrerait A la
recherche d'une solution avec 1' opposition, car selon lui,
1' opposition estn6cessaire aufonctionnement normal des
institutions en Haiti.
L'initiative de la soci6t6 civil a Wt6 bien accueillie.
Mais les propositions de la Convergence 6taient inac-
ceptables.
. Al'occasion de son investiture, Ie President Aristide a
confirmnn6 sa position d'ouverture.
. Le Gouvemement a saisi chaque opportunity pour faire
avancer le processus de dialogue.
. Les diff6rents secteurs de l'opposition ont tW consul-
t6s au sujet de leur participation dans la constitution du
nouveau Gouvernement. Certains secteurs ont r6pondu
favorablement, mais pas la Convergence. Ceci explique
pourquoi parmi les personnalitis qui font parties de la
nouvelle 6quipe gouvemrnementale et du Conseil 6lecto-
ral provisoire, ne figure aucun membre de la Conver-
gence. Toutes ces measures ont Wte prises pour assurer le
fonctionnement normal des institutions.



SSavez vous que


Sle North Shore


Medical Center


foumit un


Service


dUJrgence


de quality


exceptionnelle?


Willie J. Warren est un educateur faisant parties de
notre communaute. 11 est tgalement un voisin et un
patient du North Shore Medical Center.
"C'est rassurant pour moi et ma famille de savoir
que en cas d'urgence, vous avez A votre portee un
hopital dispensant des soins exceptionnels."
"A partir du moment oft je suis entree dans
1'enceinte de la Salle d'Urgence, 1'equipe du North Shore
m'a pris en main, se mettant A mon service et aussit6t
j'ai Wt plus tranquille. Nous sommes souvent intimides
en observant les procedures medicales. Mais cela m'a
rendu confiant en constatant la competence du staff
qui a un comportement tellement professionnel."
"Faire plaisir au public est quelquefois difficile.
Mais en jugeant, d'apres les soins que j'ai recu, le
devouement de l'6quipe du North Shore doit vous
permettre de recevoir beaucoup de lettres analogues
A la mienne."


NORTH SHORE
Medical Center
Tenet South Florida HealthSystem


Nous offrons:


* Un Service d'Urgence
24 heures sur 24
* Un personnel medical
"Board Certified"
* Une equipe
exp riment&e et un
staff entraine dans
les soins en urgence
* Service ultra-rapide
en cas d'urgence
* Diagnostic en
Radiologie/MRI/
Cat-Scan Medecine
Nucleaire/ Ultra Son


* Unite de soins
cardiaques et intensifs
Unite de 10 lits CCU,
12 lits ICU
34 lits Telemetry
Monitoring
* Case Management
* L'hpital est
extremement
bien situe.
(3 blocs de 1-95
sur la 95 eme Rue
Nord Ouest)


Nous acceptons la majority des Plans de
Sante, y compris Medicare et Medicaid.


En d6pit de tout, 1' esprit d' ouverture continue de pr6valoir et pr6-
vaudra toujours, car 1'6quipe gouvemementale reste convaincue que
le chemin d'une governance r6ussie passe obligatoirement par I' eta-
blissement d'un climate politique reellement participatif.
. II convient de signaler qu' un nouveau Conseil electoral provisoire a
6t6 form pour organiser des elections compl6mentaires. Des parle-
mentaires se sont volontairement retires du Parlement dans 1' esprit
du rapport de l'OEA sur les elections du 21 mai.
. Au niveau de la police national, un nouvel Inspecteur a Wt d6sign6
et d'autres nominations seront effectuees.
. Des dispositions sont mises en place pour combattre le traffic des
stup6fiants et le blanchiment de 1' argent. (Procedures pour contrbler
les activities des banques).
. Toutes ces measures correspondent A la mise en oeuvre des huit points
constituent les engagements du President Aristide et tires de la lettre
du 27 d6cembre 2000 A Clinton. L' OEA a 6t6 saisie de ces engage-
ments en particulier par la correspondence en date du 7 janvier 2001
du President Ren6 Pr6val au Secr6taire g6n6ral.
II a 6t6 d6cid6 de normaliser le cycle des elections et de trouver du
meme coup une issue definitive aux problemes poses par le mode de
comptage aux s6natoriales du 21 mai 2000, les dispositions suivantes
seront adoptees bien entendu apres concertation avec toutes les parties
concernmes:
I. 1'organisation en novembre 2002 d' elections anticipees pour: a)
renouveler le tiers du S6nat afin de remplacer les 6lus du 21
mai don't le mandate aurait dut s' achever en janvier 2004;
II. la mise en place toujours en novembre 2002, d'une nouvelle
legislature par 1'organisation des elections et des d6put6s
don't le mandate devait expirer en janvier 2004;
III. 1' organisation des elections en novembre 2004 pour le renouvel-
lement d'un autre tiers du S6nat 6lu en mai 2000, don't le
mandate aurait diu s'achever en janvier 2006.
IV. Compl6ter les dispositions prec6dentes par 1' organisation d' 61ec-
tions compl6mentaires pour arrive A une solution definitive
A la controversy soulev6e par les elections du 21 mai 2000.
Les pas qui ont et6 franchise ne sont en aucun cas d6finitifs. SI
opposition fait 6galement des pas sur le chemin du dialogue, de
nouvelles measures seront adopt6es pour tenir compete du compro-
mis qui aura Wt trouv6.
En r6sum6, la position du Gouvernement est claire: encore et tou-
jours 1'ouverture, le dialogue et 1'esprit de compromise. La mis-
sion de 1'OEA aidant, routes les parties concerns pourraient en
venir A d6velopper un 6tat d'esprit similaire, ce qui ne peut que
conduirent A une embellie durable de 1' space politique haitien.

REACTIONS DE DELEGUES
L'Ambassadeur Kingsley Lane, de la CARICOM
S'exprimant au nom de la CARICOM, il souhaite la bienve-
nue au Ministre et declare que les pays de la CARICOM et d'autres
deiligations travailleront avec le Gouvernemnent d'Haiti pour approu-
ver la resolution qui sera sounise.

Ambassadeur du Canada
(Extraits)
Le Canada, tout come d'autres Etats et Observateurs, aime-
raient itre en measure de continue a accompagner Haiti deplusieurs
differentes faons. Notre capacity de lefaire depend entierement d'Haiti
et de son Gouvernement, qui, nous 1'admettons, est responsible inti-
gralement de son developpement democratique, politique, jconomi-
que et social. Nous ne pouvons qu'aider et selon des mnodaliteis qui
soient acceptable t HaYti.
Nous accueillons les indications qui nous ont etj donnees
par le Ministre que diverse measures ont etd prises et que d'autres
suivront.
Nous avons ete informeis d'initiatives bilatirales prises par
le President d'Haditi dans des corespondances avec les Etats mem-
bres. Nous accueillons avec satisfaction lefail qu'Haiti comnpte pour-
suivre I'adoption de telles measures.
Nous diplorons cependant l'absence de measures prises pour
corriger les problemes decoulant des elections de mai 2000. Nous
(voir Session OEA / 9)


ElectricitIRD... *
(suite de la page 7)
Depuis 1998, la Banque Mondiale et les autorit6s doininicaines
ont convenu d'un project a long tenne de l'ordre de US$ 150 millions
pour le d6veloppement du march du courant 6lectrique.
Ce project, explique Montavanelli, vise aussi bien la rehabilitation
et 1'expansion de la distribution que le enforcement des procedures
de contr6le de la Coiporation Dominicaine d'Electricit6 (CDE) et la
promotion de I'6lectrification rurale.
Une mission technique de haut niveau de la Banque Mondiale et de
la Banque Inter-Amcricaine de D6veloppiement a s6journ6 en R6pu-
blique Donminicaine au d6but du mois de f6vrier. Ii mission s'cst en-
tretenue avec le president IIippolito Mjeia, Ides reprcscntanilts des dicux
chainbrcs l6gislatives ct les dirigieants de la Corporation Dominicaine
d'Electricite.
La R.publique Domninicaine a une capacity installlc de 1400
inmegawatts d'dectricit6. Lc pays a un deficit de pcrodiuctioni de 200
megawatts qui occasionne souvcnt dtes rationnlements dans la disnri-
hution. (Ril)


Page 8


www.northshoremedical.com 1100 NW 95th Street* 305-835-6000* Located 3 blocks West of 1-95







Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol.XV No. 7


Page 9


HAITI-OEA


Session spdciale du 14
(suite de la page 8)
attendons aussi des measures dans d'autres domaines, no-
tamment le respect des droits de l'honmme et de la liberty de
la press.
11 est important qu'il y ait un vrai dialogue entire
les acteurs politiques clds en Haiti, et non pas seulement
un dialogue auxfins de negociations et de rdsultats uni-
quement. Nous realisons que ce n'est pas facile pour diver-
ses raisons. Aucun partenaire ne devrait adopter I'attitude
du "tout ou rien", aucun partenaire ne devrait adopter la
politique dufait accompli. Personne ne devraitpenser qu'il
existe une solution unique. Celle-ci devrait provenir gra-
duellement, le resultat d'actions et de reactions d'acteurs
politiques haYtiens, de sorte que la communaute interna-
tionale puisse ddcider etapepar tape comment fournir son
aide. A cet igard, nous accueillons les diverse interven-
tions de divers ildments de la society civil et nous les ex-
hortons a poursuivre leurs efforts pour le dialogue entire
les acteurspolitiques en Haiti.
Les autoritis canadiennes a Ottawa suivent de tres
pr&s les prochaines tapes que prendra 1'OEA et etudient
tres soigneusement tous les aspects du discours du Minis-
tre. Unefois qu'il aura etd clairement eitabli qu'il ya mou-
vement en HaYti, on pourrait envisager I'envoi d'une mis-
sion en HaYti, et meme I'incorporation d'autres institutions
multilaterales d une telle mission. Mais, ilfaudrait un ac-
cord clair etprecis sur le mandate, en vue d'dviter tout ma-
lentendu. Ilfaudrait que la durde soitprdciseiment itablie
et que lefinancement soit ddfini.
Entretemps, il est evident pour ma delegation que
cet organe a besoin d'envoyer un signal positif & Hati, au
continent, au monde en vue defaciliter l'adoption de me-
sures concretes en vue d'un dialogue animdet de ndgocia-
'ions parmi les acteurs. C'est pour cela que nous serons


BK MOU*


mars ...
heureux de travailler avec d'autres delegations sur cette
resolution.

Ambassadeur supplant des Etats-Unis
Les Etats- Unis estiment que le moment est oppor-
tun pour discuter une nouvellefois la situation en Haiti. II
exprime sa satisfaction pour la presence du Ministre ici et
interpr&te cette presence comme une autre indication que
le Gouvernement hadtien demeure engage dans la recher-
che d'une solution aux difficultis politiques actuelles. A
cet regard, les efforts diployds pour rdsoudre lesproblemes
politiques n'ont pas encore porter fruit. HaYti se trouve a
une impassepolitique. Les consequences de cette impasse
sont le blocage duprogres &conomique, politique et social
du pays. C'est une tragedie pour Halti, pour les Caradibes
et le continent tout entier. Donc, il est bon, en la presence
du Ministre, de renouveler nos efforts pour trouver des
moyenspour que l'OEA, en consultation dtroite avec le Gou-
vernement et opposition ddmocratique, puissent aider
Haiti a sortir de cette crise. Dans ce context, j'appuie les
commentaires du Canada concernant I'approbation de cette
resolution et espere travailler avec d'autres deldgations.


LA RESOLUTION DU

14 MARS 2001
CP/RES. 786 (1267/01)
APPUI A LA DEMOCRATIC EN HAITI
LE CONSEIL PERMANENT DE
L'ORGANISATION DES ETATS AMERICAINS,
GARDANT A L'ESPRIT:
Que le pr6ambule de la Charte etablit que la


U


4141







Si CTransfter
LU.NE FIPIAL-.E D3E LA SC-' CA EBA "IMK


I '


^^ w.. m .- L *XIii
Payd Cash en
ou
Compte d'Epargne
Credited en U


7


Riz, Huile, Sucre,
Farine, etc...
(LIvralson a domicile),


Rdfrigdrateurs, Fours, etc... (Livraison a domicile)

_iUICHETS PAYEUR5 ET AGENT5 AUTOR15FI5


Port-au-Prince -w- Direction Sud -w-
SOCATRANSFER L0ogane
35, Am Made-Jeanne, Fae Avhives Nafionale T
35, 297153/7154/223-4088 SOCABANK- GrandR
SOCABANK, Si4ge Social T:51323.
37, Rue Pave T6: 299-7000 299-7009 JciCel
eI'- lu.- I" SOCABANK-4,Rue delalibe
SOCABANK, Pave II. A T6.288-3/497134
97, Rueaa P -..
T: 29-700 29-71009-107, CSyes
SOCABANK, Lalue SOCABANK. -4, Rue Nicolas Geffra
26me Impasse Lavaud T6:286-9451945
TR:.510-8084/244-7061:


SOCABANK P4tion


wille i Direction Nordw'


Floride- New York--
MIAMI SYLVIO'S SERVICES 6SN.E 2NDAVE BROOKLYN SOCATRANSFER
S MAMIF)33138aTEL:305-756-89315- 2875 2828-A CHURCH AVE BROOKLYN, NY 11221
Rue' FAX; 305-758-76727 TEL: 7)8-701-8270/703-38211
233' MIAMI SOCATRAHSFER (VAL)
40 N.E 54TH ST8MIAMI, FL 33137 Philadelphia -w-
TEL: 305-758-8297 FAX: 305-756-1380
rt6 SUNRISE 912 WEST SUNRISE BLVDo VENORD MULTIPLE SERVICES
9gg8 FT-LAUDERDALE, FL 33311 TEL: 954-760-9297 : 4922 N 5TH STREET PHILADELPHIA, PA 19120
760-4228 TEL. 245-324-2930/324-2967


ird
159


Choucoune Plaza
T41:256-1754/3878/1779/1780
SOCABANK, Frdres ISaint-Marc
Milenium Plaza SOCABANKRue,Fongn i3lT6:1279-1588/279-9769
Tel:299-7091 A 70-9/51-3710 PINCOSTORE: PWt#38 Tol:279-1503
SOCABANK, Delmas L'Estdre
Delmes 52-54'L stere
TN: 299-7085 a 7889 SOCABANKRte Nationale Nol
SOCABANK, Carrefour l_ l274-1637
rT:5o1-7017/51o-83 : Gonaives
SOCABANK Varreux LACANANEEN& Rue FabeGelfrard #59'


FORT-MYERS 2359 DORA STREET
FORT-MYERS, FL 33901:
TEL: 941-334- 9527/332-1462
DELRAYBEACH M LTRAVEL SIGNATUI
2200 LAKE IDA RD # 2C DELARAY EACH, FL 33445 STREET DOR
TEL:561-274-0760/274-6809
WINTER HEAVEN 1428 FIRST NORTH
WINTER HEAVEN, FL 33881
TEL: 863-299-4562/299-6802
POMPANO BEACH SOCATRANSFER VILLARD1
5688 N.DIXIE HIGHWAY
POMPANO BEACH. FL 33064 TEL : 954-698-9245
TAMPW EBENE EXPRESS
3905 N.15ST TAMPA,.FL 33610
TEL'8)3-294-7582/241-2416
WEST PALM BEACH MMEROSEALEXIS
2120 0KEECHOBEE BLVDW.PALM BEACH, FL 3348 NASSU
TEL : 561-40-3070/64&2944
NAPLES BROTHER'S BEAUTY SUPPLIES
518 11TH STREETNORTH: ABACO


Boston w-
RE FASHION 1448DORCHESTER
CHESTER, MA 02122TEL: e6i7-287.9686
265-3456 7EL 617-27-9686/265-3456
Georgia --w-
'/ VILMOND JOSEPH
TEL: 770-209-7792

uFORHL L 222

PHOTO BYANTO IE
FORT-HILL TEL 242-322-2244


4 ,L4,1-334-95271332-1462;
ROSE
RueSelamon. ORLANDO MAGUY BAKERY (FRANT BAHAMAS. TEL 242-367/2858
T6,: 299-7125/299-7130 Fax: 509) 299-7131 Prt-de-Paix 1321 W WASHINGTONST
SOCABANK, Croix des Bouquets, Jn MICHEL THOMAS/Te: 268-5111 ORLANDO. FL 32805 TEL 407-648-91808
S 7Duval7)2-38.(/RI alleN.3 TELECO/Tel268-6120Rue, D.Esimd #290 ORLANDO MUE JACQUES
TN:et 5f3909/543918/238 i888 O A 8888 *- 1321 D. WASHINGTON ST ORLANDO.FL32805
SOCABANK, Carrefour Shad Cap-Hatien TEL 407-321-5862 MONTREAL 6262 PASCAL
Rie Natle No 1 SOCABSANK Rue 10-A / Tel: 262-9802/9805 JACKSONVILLE MAXWILSON (CON BLVD ROLAND) MONTREAL-NORD
T 238-083/238-0805 SOCATRANSFER Rue 11-0 #93/ Tel 2624910 TEL 904-743-66881/778-9173 : .(QUEBEC)CANADA HT A4TEL 514-323.7622
MEN 5 8 A 5 l E.,


dAmocratie representative constitue une condition indispens-
able A la stability, A la. paix et au daveloppement de la region,

Qu'aux terms de la Charte, l'un des objectifs
essentiels de l'Organisation est d'encourager et consolider
la d6mocratie representative dans le respect du principle de
non-intervention,

RAPPELANT la resolution CP/RES. 772 (1247/
00) date du 4 aout 2000, par laquelle le Conseil perma-
nent, A la demand du Gouvemrnement haitien, a autoris6 le
Secr6taire general A entreprendre une mission en Haiti en
vue d'identifier avec le Gouvemrnement d'Haiti et d'autres
secteurs de la communaut6 politique et civil, des options
et recommendations visant A r6soudre dans les plus brefs
d6lais possibles les difficulties comme celles qui ont surgi
des diff6rentes interpretations de la loi 6lectorale, et de con-
tinuer A renforcer la d6mocratie dans ce pays",

PRENANT NOTE des rapports adress6s au
Conseil permanent par le Secr6taire g6ndral et le Secr6taire
g6n6ral adjoint suite A leurs visits en Haiti pendant la
p$riode du 16 aofit 2000 au 10 f6vrier 2001, ainsi que des
rapports de mission contenus dans les documents CP/
doc.3349/00 du 24 aouit 2000, CP/doc.3371/00 du 9
novembre 2000 et CP/doc.3491/01 corr. 2 du 13 mars 2001,

AYANT ENTENDU l'allocution faite par le
Ministre des affaires 6trangeres et des cultes d'Haiti, Son
Excellence Monsieur Joseph Philippe Antonio, A la stance
tenue par le Conseil permanent le 14 mars 2001, dans lequel
il a fait un expos de la politique du nouveau Gouvemrnement
dans le cadre d'une "recherche consensuelle A la crise
d6coulant des elections du 21 mai 2000", notamment
' 1'6tablissement d'un nouveau calendrier electoral,

CONSCIENT de la preoccupation exprimde par
la communaut6 international, notamment la Communaut6
des Caraibes (CARICOM), 1'Union europeenne et le Groupe
d'amis du Secr6taire g6n6ral des Nations Unions sur Haiti
A l'6gard du enforcement de la d6mocratie en Haiti,

DECIDE:

1. De d6clarer sa conviction que la solution de la crise
d6coulant des elections du 21 mai 2000 en Haiti de-
meure un facteur essential au enforcement de 1?
d6mocratie et au respect des droits de 1'homme en Haiti.

2. De demander au Secr6taire g6n6ral d'entreprendre les
consultations n6cessaires aupres du Gouvememeni
haitien ainsi que d'autres secteurs de la communaut6
politique et la soci6t6 civil, en gardant A l'esprit la
declaration du Ministre des affaires 6trangeres et des
cultes d' Haiti, au sujet du potential de dialogue visant
A r6soudre la crise decoulant des elections du 21 mai
2000 et A renforcer la democratic et le respect des
droits de l'homme en Haiti.

3. De demander au Secr6taire g6n6ral de soumettre au
Conseil permanent, au plus tard le 2 mai 2001, un rap
port sur ses consultations et, le cas 6ch6ant,-de propose
d'autres measures qui pourraient contribuer at
refiforcement du processes d6mocratique en Haiti.

4. De transmettre la pr6sente resolution au Secr6taire
g6n6ral des Nations Unies, etalapr6sidence de 1'Unior
europ6enne.

Provinces / HPN (suite de la page 2)
armies perp6tr6es par group de dominicains. LUs
habitants riclament la construction d'un commissariat
dans la region pour les aiderd fire face aux repressions
exercdes sur eux par les ces demiers. us estiment que
les membres du CASEC n'ont pas assez d'autorit6 pour
contrer les assauts des bandits issues de la R6publique
voisine.

Zenglendos dans le Nord-Ouest
Port-de-Paix Des bandits arms ont cambriold
plusieurs masons dans la nuit de mardi A mercredi dans
la commune de 1'Anse-h-Foleur. Une dame, mare de neu
enfants, a t6 tude par les voleurs qui ont emport6
plusieurs milliers de gourdes ainsi que des objets de
valeur. Les paysans deplorent ces actes et demandent a L
police d'arr&ter les coupables.

Ajax des Cayes en deuil
Cayes / L'ancien garden de but de I'6quipe dc foot-ball
Ajax des Cayes, Max Beaussejour, a 6tW tu6, jeudi'soir,
apres avoir hcurt6 un tank A gaz, alors qu'il circulait A
inoto.

Situation de tension dans le Nord
Cap-Haitien Une situation de tension s6vit toujours dan
la deuxieme ville du pays. Des sympathisants de Lafanm
Lavalas ont r6agi violenunmment cc vendredi contre des
membres de la Convergence qui entendaient protester
dans les rues pour reclamer le depart du regime Lavalas.
Plusieurs personnes ont et6 blessees dans le camp de
1' Opposition. Le came a pu revenir dcans
la region grace a l'intervention muscle des agents dc la
PHN. Ces demiers ont procede a 1'arrestation de
plusieurs individus.


US

Socabank
JS ____


TRANSFE
-A


.A l'irl7mom







I FAD'H I


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


Les deconvenues d'une armee vues


(Armee ... suite de la page 2)
libdr6 de 'esclavage, reprit le nom a r
d' Haiti, 1' armee 6galement s' appela Ar-B
mre Haitienne qui, au course de son histoire, emprunterales
noms de Gendarmerie d'Haiti, de Garde d'Haiti, d'Arm6e
d'Haiti seconde version) et finalement de Forces Arm6s
d'Haxti.
Toutefois le simple changement de denomination
a'entrainera pas pour autant un changement de comporte-
ment. L' arm6e restera au centre de nos insurrections, coups
de force et coups d'Etat, des machinations, des tueries ven-
geresses. Comme a dit I'autre, elle est "dans 1'oeil du cy-
clone" toujours prete & avoir le dernier mot, a mettre et
d6mettreles governments. Elle profitera des fruits des cinq
Glorieuses, enjanvier 1946, pour s'emparer du pouvoir aun
grand dam et A l'insu des valeureux Etudiants qui avaient
conqu et mend 1'6chauffour6e.
Face au d6sordre consciemment aliment6 par la
gent arm6e, le Pr6sient Salomon, 1'apologiste de Dessali-
nes, fit appel & une mission militaire frangaise form6e de
trois officers en vue de reformer la troupe destructrice et
trop fringante. It en avait marre des kakos qui prolif6raient
dans le nord du pays. Revenons a l'historien Brutus:
"Les Kakos sontles r6volutionnaires duNord sou-
lev6s pour la premiere fois par Salnave dans le but de se
faire porter au pouvoir en 1865. Apres cette premiere lev6e
d'hommes de toutes les villes, des bourgs du Nord, un se-
cond soul6vement eut lieu autour de Leconte qui acc6da aun
pouvoir en renversantAntoine Simon. Et enfin un troisieme
soulevement par Davilmar Theodore de tous les r6volution-
naires sporadiques de la plane de Ferrier, de Mariboux, de
Ouanaminthe et de Sainte-Suzanne fit d6ferler sur Port-au-
Prince une arm6e de gens sordides, assassins etpillards qui
chassa Oreste Zamor du pouvoir et y 6leva l'ancien sena-
teur Davilmar Th6odore, le plus mdtdorique de nos chefs
6ph6meres.
Le r6volutionnaire caco est un guerrier primitif
(Al'instar d'ailleurs des n6gres marrons connus sous lenom
de takos), sauvage, barbare, rattachable A 1'esclave marroni.
Tres brave, il ose attaquer une fortification arm6e de ca-
nons et de mitrailleuses, n' ayant pour toute defense qu'une
machette, genre yatagan, appelke manchette caco. Ce guer-
dier faisaitla terreur des villes et des bourgs qu'il d6vastait
pour emporter du butin. Caco serait-il un mot savant ou
non pour designer des hommes braves et m6chants? (du
grec Kakos, significant mauvais, dur, m6chant). On ne sait".
11 nous faut souligner que le 19 eme siecle fut
particulrement celui des G6ndraux au pouvoir; et avec eux,
toute une arm6e en filigrane; le tout, soud6 par 1'esprit de
corps qui cachait les exactions des uns et des autres. Les
Gdn6raux ne se competent plus sur les doigts des deux mains.


AmericanAirlines


le hublot d'un civil
Les grades 6taient distribu6s sans parcimonie, en function beaucoup plus r6
de la profondeur de 1'amiti6. L'historien Dorsainvil nous champagne supert
dit: "Pendant la p6riode r6volutionnaire, les plus farou- tait son plein, et
ches partisans du pouvoir civil s'6taient fait accorder des tous les fronts, lI
grades dans 1'arm6e: Hirard Dumesle avait un brevet de faire que d'6leve
g6n6ral, David Saint-Preux 6tait colonel. La contagion de au grade de capit
1' example fut telle qu' A Port-au-Prince 1' on entendit bien- Grand Quartier I
t6t que la symphonie des grands sabres et des 6perons bat- taire, devenus
tant A l'unisson les pav6s de la ville". Ces porteurs d' 6pau- Lavelanet d&daig
letters brillantes, ces intrus, 1'arm6e, la vraie, les vit d'un porter fierement
mauvais oeil; ses chefs presque tous v6t6rans de 1804, ages, clopinant, il port
illettr6s, malheureusement, ne voulaient d'ailleurs A aucun pendulait au mni
prix, se trouver sous les ordres d' administrateurs civils, on Prepetit, il pr6f6
trop jeunes on inexp6rimntds. quette; il sollicit
Cette pratique de distribution de prix non m6rit6s d'officier d'adm
prit une ampleur telle que C. Texier fit paraitre, en 1881, un aller commander
ouvrage intitul6 "Au pays des G6n6raux". Aussi le "sage" Ah! cet
Nissage Saget, en 1867, constamment sollicit6, finit par A son usager! JeN
avouer: "Il ne nous reste qu'i faire un d6cret qui nomme qui venait de s'a
toutlemonde G6n6ral". President de la R6pubique, il fit de beau martin de 1
son mieux pour r6duire 1'arm6e de trente A quinze mille ment christophie
hommes, dontun grand nombre constituaitun corps d' l61ite: panache, graviss
Les Tirailleurs de la Garde. Le 3 novembre 1880, dans un de Mars. Prosper
sincere esprit de r6forme, le Pr6sident Salomon s'exclama: par ses prot6g6s
"Les revolutions avaient fait de chaque Haitien un G&n6- Apres q
ral". Son constat 6tait valuable quand on pense qu' a la chute fessionnel, eut 6
de Geffrard, il y avait tant de brevets militaires distribuds au P6nitencier N
que 1' arm6e haitienne r6guliere, si 1' on peut encore utiliser sivit6 des Kakos
cet adjectif, comprenait 6500 officers g6n6raux d'Etats- strictement r6pn
Majors, 7000 officers de regiment et... 6500 soldats. cuent le territoir
Le directeur du journal "Le Ralliement", Victor le bicolore au sor
Lamour, profond6ment touch delaprolifdration d'officiers Mais les kakos, q
sup6rieurs, le 2 mai 1897, 6crivit: "Si on ne met pas un armes. Le 12 d6
frein & ce mal affreux, avant longtemps on sera force de tentative avort6e
recruter des g6n6raux pour remplir le cadre de 1'armee. un Comit6 Ex6c
Alarmant mais just presage quand on suit de pres la tra- pouvoir, suite ai
jectoire de nos illustres chefs. Alain Turnier souligne, par d6sormais Junte
example, que le 9 septembre 1845, "pour r6compenser les de Dumarsais Es
services de Fran9ois Iegitime, Ag6 alors de trois ans, le plus tard, le Gdn
Pr6siden Pierrot le commnissionne Lieu-
tenant-Colonel dans le corps de g6nie et
du chantier maritime du Cap". Onze an-
nees plus tard, le 14janvier 1854, il sera ml
promu colonel par S. N. L'Empereur B e
Faustin ... "vu la connaissance que nous
avons du zdle, de la fiddlit6, de la capa- Un CD qui'
cit6 et des talents militaires du-dit Lieu-
tenant-colonel". Et son ascencion conti-
nuera irreversi-
blement: le 16janvier
1866, il sera promu
Adjudant-g6n6ral et ,
L: I finalement Gdneral de
Division le 18 aofit
1868 sous le gouver-
A nement de Sylvain
Salnave.
Mais ironie
del'histoire,lem8me
Francois L6gitime,
S devenu&Ason tour Pr6-
S sident de la R6publi-
S que, tiendra ce lan-
gage: En Haiti on a
coutume de consid6-
rer come militaires,
de traiter come tels
toutes les personnel *
qu'un 6v6nement po-
4,-/ ^H litique oblige momen- S
tandment I porter un Jazz New Sty
sabre au ct6. Les re- e-mail: bem
S... solutions de 1843, Website: www.b
Si 1859, de 1867 et de Envente PAR TOUT
1868 ontengendr6 par Miami: Mini Records 1371 N.E. 1
miller de ces nulitai- La Coupole Restaurant 10855 S.W
res ... En Haiti, du J.B.T. Records (305)758-9018 / 9
moment qu'un succes Blue Note Records 16401 N.E. 15
quelconque couronne Etiquette Unisex (305) 940-9070
l'audace d'.un aventu- K & B Beuy upy (35 67
er, on ne lui mar-
i change pas les lau-
riers, on nelui dispute
aucun titre. Et si le ta- IKirid of JaZZ ]

eilitaires comportat Si vou aimez le JAZZ, ce
plus de titres, on n'h&- collection. Vous


siterait pas A les appeler mar6chaux,
dues ou conn6tables
11 y a aussi des examples
cent. En l'an de grace 1942, tandis qu'une
itieusement appel6e antisuperstitieuse bat-
que la guerre en Europe faisait rage sur
e President Lescot ne trouva autre chose A
r tous les directeurs de douane et de ports
aines. De plus, tous les employs civils du
Gn&6ral devaient porter le costume mili-
officiers d'administration. Jastram et
gnrent 1'arme qui leur fut offerte, voire la
. II n'en fut pas de meme de Fils-Aim6:
ait a la ceintureun pesant colt-45 don't 1' 6tui
veau de son genou. Quant a 1'aspirant
ra un chapeau feutre A la commune cas-
a et obtint meme un transfer de son statut
inistration A celui d'officier de ligne pour
r le sous-district de Plaisance.
uniform qui donne parfois tant de vertige
vois encore le Pr6sident Paul E. Magloire -
autoproclamer G6ndral de Divison par un
8 novembre, engonc6 dans son accoutre-
.n, mains gant6es de blanc et bicorne em-
ant avec suffisanceles tribunes du Champ
Avril se fera nomm6 Lieutenant-Gen6ral
les petits-soldats.
ue'le g6n6ral Oscar Etienne, boucher pro-
gorg6 les prisonniers politiques enferm6s
national, nos occupants mirent fin A 1' agres-
. Mais il instituent une gendarmerie, corps
essif caiqu6 sur le Marine Corps. us dva-
e en 1934; St6nio Vincent hisse A nouveau
mmet d'un s6maphore construit A cette fin.
[ui hibernaient, fourbissent A nouveau leurs
cembre 1937, D.P. Calixte faillit, dans une
e, renverser Vincent. Le 11 janvier 1946,
utif Militaire (CEM) reverse Lescot du
une greve d'6tudiants. Le CEM, baptism
de Gouvemrnement, profitant des hesitations
tim6, le reverse le 10 mai 1950. Sept ans
Leral Cantave souffle sur le gouvemrnement
(voir Arm6e /17)



I Telfort


fait son chemin *
























le Instrumental
o1@bemol.telfort.com
)emoltelfort.com

1th Avenue 305 892 6200
. 72th Street suite 29 (305) 271-4975
45-3305
th Avenue (305) 940 3394 / 940-7342

017
Heights (718)-276-1794

Rabordaille

CD doit faire parties de votre|
en serez emerveill !


Page 10







Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol.XV No. 7


Page 11


ENQUETE IAPA


Qui a assassin Jean Dominique ?

RAPPORT D'UNE ENQUETE DE L'ASSOCIATION INTERAMERICAINE


DE PRESS (IAPA) SUR L'ASSASSINAT DE JEAN DOMINIQUE
Jean Leopold Dominique aurait ete tue a la suite d'une conspiration politique apparemment organise
et initiee bien des mois a Favance par des personnalites politiques importantes
minique ... suite de la premiere page) pistes, ce qui a s6rieusement retard l'enquate. d'opposition ont refuse de participer A c
que plusieurs de ses allies, qui ont servi dans le L'affaire a commenc6 a se pr6ciser de fa9on significative en Aujourd'hui, cette opposition, unifi6e sous un
Sd'Aristide ou qui sont actuellement membres octobre 2000. Cela apparemment grace a la volont6 du pr6si- pris le nom de Convergence D6mocratique, auq
en, font parties des suspects possibles. D'apras dent sortant Rene Preval, voulant utiliser ses demiers mois de la plupart des parties politiques et des ancient
Ssein de l'enquete, les preuves montreraient que pouvoir pour essayer de rdsoudre le meurtre. administration Lavalas, refuse tout compromise avec le parti La
Svoyaient l'ind6pendance et I'honn&tetd de Do- Pr6val a alloue davantage de fonds pour prot6ger les t6moins, voir et a cr66 un gouvernement parallele symb
nme une menace leurs aspirations au pouvoir et pour fournir des gardes du corps a la veuve de Dominique fie ouvertementAristide.
-s de corruption. Un bon nombre de sources a ainsi que pour la protection du juge responsible de l'enqu8te, Le second terme pr6sidentiel d'Aristide comm
PA de pr6cieux renseignements pour mener a qui aurait requ de s6rieuses menaces de mort. La decision de cruise politique, dconomique et de s6curit6 publiqu
uete. Cependant, 6tant donn6 que cette conspi- Pr6val a tipnrise malgr6 les resistances des dignitaires du parti a laquelle le pays aitjamais eu a faire face. Si u
cause des personnalit6s aussi importantes que Lavalas, qui consideraient que cette affaire pouvait avoir un pas conclu entire Anristide et opposition, le pa
i Haiti, la plupart des t6moins ont accept de par- impact negatif sur le second terme du president Aristide. Les pas les 500 millions de dollars d'aide intemrnati
n de ne pas etre cit6s. Dans cette affaire, les me- dignitaires du part ont directement fait savoir a la veuve de besoin de cette aide. Selon les Nations Unies,
e juge, les t6moins et les enquateurs sont 6viden- Dominique, MichleMontas, que cette affaire etait dangereuse plus pauvre de l'Am6rique avec un ch6mage
rt-r au, Prince pn ianvier demrnier un hommecens6 pour Anristide, ce qui est un example typique de paranoia. inflation de 15% et un accroissement demograpl


"Dominique etait si proche des gens du
pouvoir qu'il en misestimait les dangers"...
La IAPA croit qu'une solution rapide de l'affaire Domini-
que devrait etre une 6preiive de v6int6 pour administration
Aristide, 6tant donni sa promesse de respecter la liberty de la
press en Haiti. Le meurtre de Dominique a d6jh cr66 un im-
pact inoubliable montrant dans quelles conditions travaillent
les journalistes en Haiti.
Plusieurs menaces centre la press ont soulev6 des r6ac-
tions international. Quoi qu'il en soit, des bandes de voyous,
engages pour exercer des pressions sur les m6dias en vue de
les empacher de faire des critiques, continent a tre favori-
s6es par les dignitaires du parti Lavalas.
Dominique a connu une fin violent dans un pays oi les
allies politiques deviennent rapidement des ennemis. Marvel
Dandin, de Radio Kiskeya, une station de radio ind6pendante,
6galement attaqude par les supporters de Lavalas, a dit que
"Dominique 6tait si proche des gens du pouvoir qu'il en me-
sestimait les dangers".-

Des bandes de voyous connus sous le
nom de "'Chimeres"...

Aristide a 6t6 6lu pour un second mandate pr6sidentiel en
novembre dernier, apres une election legislative et une 6lec-
tion pr6sidentielle fortement contest6es. La plupart des parties


L L d ruta r IIIu v =I 'lUII1, U1I 1 L1
poss6der des renseignements concemrnant le crime, a Wt6 tu6 en
plein jour.
Meme la veuve de Jean Dominique, Michele Montas, qui
pourrait avoir des renseignements sur l'assassinat, 6tait r6ti-
cente a partager ce qu'elle savait. "Je fais parties de 1'enqute,
par consequent, je dois faire attention A ce que je declare en
public", explique-t-elle.

"Dominique a cru que son influence
politique etait plus important qu'elle ne
'etait"..

L'assassinat de Dominiqoe a choqu6 les Haitiens, parce
qu'il 6tait consid6r6 comme un partisan inconditionnel de
Lavalas. Sa mort a et6 un signal extramement grave, indiquant
qu'au sein du movement fonde par le presidentAristide dans
les annees 90 et qui 1'opposait A la dynastie corrompue des
Duvalier, il y avait de s6rieux disaccords. Avant sa mort, Jean
Dominique ressassait qu'un ensemble d'officiels ayant des
liaisons avec les r6seaux criminals, y compris le traffic de stu-
p6fiants et les vols de voitures, avait corrompu ce parti politi-
que. Au course de ses programmes radiophoniques, il avait ac-
cus6 des dignitaires corrompus et influents du parti Lavalas
dans l'espoir de les faire limoger. "Dominique a cru que son
influence politique 6tait plus important qu'elle ne l'6tait,"dira
un observateur stranger.
Pendant les dix premiers mois qui ont suivi le meurtre, le
gouvemrnement perdit un temps precieux A suivre de fausses


es elections
group qui i
uel ont adhe6n
s membres d(
ivalas au pou
olique, qui d6
nence avec unt
lie,lapirecris(
n accord n'es
iys ne recevn
ionale. Hafti .
ce pays est kI
e de 80%, un(
hiquede2,1%


Les prochaines annees seront tres difficiles en Haiti.
La plupart des secteurs intellectuals et politiques d'Hait
reconnaissent que le parti Lavalas a contribu6 a cette crise
parce qu'il a et6 incapable de tolerer la dissidence, et fermai
les yeux sur la corruption de ses membres. Malgr6 tout, Lavala.
reste uneforce politique puissanteen raison du culte dontjoui
Aristide parmi les pauvres.
En meme temps, le parti d'Aristide, Fanmi Lavalas, est ur
refuge pour des bandes de voyous, connus sous le nom d(
"Chimeres." Ces voyous sont, parait-il, recrutes pour effraye,
l'opposition. Lors des funerailles de Jean Dominique, de,
manifestants ont mis feu au siege du parti politique du leader
de l'opposition Evans Paul, un ancien partisan d'Aristide.

Certains groups membres du parti
Lavalas agiraient ind6pendamment d'Aristidc

La plupart des sources ayant connaissance de 1'enquite
men6e sur l'assassinat de Jean Dominique, qui a 6t6 le princi-
pal leader de Fanmi Lavalas tu6 A ce jour, affirment que Ile
president Aristide n'avait aucun int6rt A sa disparition. Ce-
pendant d'apres des sources 6trangeres et haYtiennes, certain
groups membres du parti Lavalas agiraient ind6pendamment
d'Aristide. Ils soulignent aussi que celui-ci a omis de d6non-
cer en public le meurtre de Dominique, d'autres assassinate
politiques ainsi queles attaques contrel'opposition etlapresse,
(voir Jean Dominique / 12)


AJANS POU PLASE LOKATE AP ANONSE EPOK

APLIKASYON KAP LOUVE


DADOEU



mAlw


Miami-Dade Housing Agency (MDHA) Ajans Pou Plase Lokate Miami-Dade" ap anonse ke epok pou li asepte aplikasyon
pou Kay Piblik, daprb Pwogram Ti Reyalibitasyon ak Bon Gratis Chwazi nan Kay Seksyon 8.


Nap asepte aplikasyon yo nan bwat postal ki note pi ba nan
let sila a ese pou li make so lapos ki tonbe sou dat epok
anrejistre sa a ki ap komanse 3119101 e kap fini 3130/01.
Aplikasyon ki remet dan biwo nou yo pap aseptab.
Aplikasyons yo ki finn byen ranpli ak tout enfomasyon fet
pou voye pa.lapos a:
Miami-Dade Housing Agency
Post Office Box 421320, Miami, Florida 33242
Moun ki.aplike yo ap resevwa ou ti not ki ap f6 yo konnen ke
aplikasyon yo a rive. Si yo vinn deside ke ou moun ki aplike
pa. elijib -pou mete sou lis datant nan, MDHA ap voye avize
moun ki aplike sila a desizyon li pran e ap bay li ou chans
pou li prezante ka li ya nan ou chita tande.
Eksepsyon ap fbt pou moun yo ki deja sou lis datant nrfan,
pou epok enrejistre sa a se ou lotri kap chwazi non yo pa dat
ak I1 ke yo voye aplikasyon yo.


Konte Miami-Dade ak Miami-Dade Housing Agency pa fM patipri ni
sou ras, seks, koul&, relijyon eta sivil, kote ou s6ti, enfim, zansbt ou,
tandans seksw6l ou, laj, ansent, 6zal6 eta fanmi ou pa f6t pou
jennen chemen ou nan demach pou nou rive jwenn, rantre nan
program nan, oubyen travay nan program ak aktivite kay sila yo.


NOU KAPAB JWENN FOM APLIKASYON YO NAN ADRES SILA YO:


Miami-Dade Housing Agency
Central Office 1401 NW 7th St.
Applicant & Leasing Center 2925 NW 18th Ave.
Coral Way -2153 Coral Way
Region 1 office 5200 NW 22nd Avenue
Region 2 office 450 SW 5th Street
Region 3 office 26201 SW 119th Court
Team Metro Offices
Stephen Clark Center 111 NW 1st St. lobby
Caleb Center 5400 NW 22nd Ave.
Kendall -11820 Sherri Lane
Melrose 2340 NW 27th Ave.
North Central* 18579 NW 27th Ave.
Northeast 1380 NE Miami Gardens Dr., 220
Northwest 15450 New Barn Rd., #301
South 10710 SW 211th St., Suite 1400
University- 1409 SW 107th Ave.
West Office 3800 SW 137th Ave.


Miami-Dade County Department of
Human ServiceslNeighborhood Service
Centers
Opa Locka 16405 NW 25th Avenue
Allapattah 1897 NW 20th Street
Culmer/Overtown 1600 NW 3rd Avenue
EdisonlLittle River 150 NW 79th Street
Wynwood 2902 NW 2nd Avenue
Naranja 13955 SW 264th Street
Coconut Grove 3750 S. Dixie Highway
Florida CitylHomestead 1600 NW 6th Court

Tout Bibliyotek katye rejyonal
Miami-Dade

F6m aplikasyon sila yo an
espayol ak kreyol tou.

Pou plus informnnacion, telefone
305-638.6464
TDD 305-638-6606


MEZI LAJAN FANMI

Mezi lajan ki pou deside si ou moun ki aplike elijib chita sou etid ki fet sou sa ou fanmi nan z6n b6 isit touche. Chief sa yo chak
tanzantan yo mete yo a jou (Enf6masyon sila a soti nan Depatman Devlbpman Iben ak Kay.)


MIAMI-DADE


KANTITE MOUN 1 2
NAN OU FANMI$25,000 $28,550


$32,100 $35,700 $38,550 $41,400


7
$44,250


8
$47,100


(Jean Do
Lavalas ainsi
gouvememen
du Senat hamti
des sources au
ces dignitaires
minique comr
a leurs affaire
foumi a la IA
bien cette enq
ration met en
criminelles en
ler a condition
naces centre lI
te D6jTia a Po


EQUAL HOUSING
OPPORTUNITY


,


3
$32,100


4
$35,700


5
$38,550


6
$41,400








Page12


I ENOUETE IAPA


I -


JEAN DOMINIQUE
(suite de la page 11)
ce qui a contribu6 A encourager des abus suppl6mentaires.
Michele Montas, la veuve de Dominique en convient. "Je
ne crois pas qu'Aristide a quelque chose A voir avec la mort de
Jean. Cependant, il ne contr6le pas tous les membres de son
parti" dit-elle fermement lorsqu'on lui suggere cette possibi-
lit6.
Montas continue A tre boulevers6e par la decision prise
d'ex6cuter son mari qui 6tait toujours rest un membre loyal
du parti jusqu'a sa mort. "C'est ironique", dit-elle. "Nous
n'avonsjamais pens6 a cette possibility."
Par centre, meme des proches d'Aristide ont d6clare que
beaucoup de gens haissaient Dominique en raison de ses edi-
toriaux acides dans un pays oO les gens ne supportent pas la
critique. Brian Concannon, un avocat americain qui travaille
avec le group d'aide juridique autrefois appel6 Lawyers for
Aristide, a d6clar6 que beaucoup de gens voulaient se d6bar-
rasser de Dominique. N'empeche que, selon lui, lesjoumrnalis-
tes des pays occidentaux tiennent absolument a montrer du
doigt les personnel proches d'Aristide, rien que pour nuire au
nouveau president 61u.

Ambiguites de la Politique des Etats-
Unis...

Six ans apres l'Op6ration Uphold Democracy, qui permit
de ramenerAristide en Haiti grace A un daploiement militaire
ambitieux et, et un budget de 3 milliards de dollars en assis-
tance international, la politique de administration Clinton
est qualifi6e de responsible des d6sordres qui se passent en ce
moment en Haiti. D'apres des sources au Congres am6ricain,
administration Clinton tenait tellement a ce que cela soit un
succes qu'elle n'ajamais pris en consideration les problemes
qui se manifestaient au fur et a measure, ce qui a donni comme
r6sultat une situation extremement d6sordonn6e.
La politique des Etats-Unis en Haiti a 6t6 gach6e aussi du
fait que pendant 1' administration Clinton, Washington 6tait tres
partag6e entire les d6mocrates etles r6publicains, une situation
qui ne s' 6tait pas pr6sent6e depuis la guerre des "Contras" dans
le Nicaragua sandiniste. Ce qui compliqua encore les choses
est le fait que les responsables les plus haut places 6taient trop
impliqu6s dans la politique haitienne. Plusieurs membres du
Congressional Black Caucus, par example, font parties de la
FondationAristide, envoyant des signaux mixtes aux dignitai-
res haftiens. Dans le meme ordre d'idees, des organizations
telles que ]'International Republican Institute (IRI) compete
parmi ses employes un directeur d'initiation au pays, qui est
un ame6ricain d'origine haitienne don't la famille 6tait pro-Du-
valier. L'IRI a 6t6 forcee de former ses portes en raison de
plusieurs attaques contre son siege et centre ses representants.

Participation de I'IRI dans 1'organisa-
tion de la Convergence D6mocratique ...
Pour les partisans d'Aristide, tout ce qui est am6ricain est
suspect. Cependant ils continent A vouloir de 1'aide venant
en parties des Etats-Unis et d'Europe. La participation de l'IRI
en ce qui concern son aide a organiser la Convergence D6-
mocratique, un group vague de coordination de l'opposition
anti-Aristide, s'est av6r6 un autre casse-tgte dans ce pays si
paranoiaque. Durant les premiers mois qui ont suivi le meur-
tre de Jean Dominique, les gens voulaient tellement croire a la
m6chancet6 am6ricaine, qu'on a fait courir le bruit que Domi-
nique avait 6t6 tu6 par les Am&ricains. Un incident deplorable
a contribu6 a cette rumeur quand un indicateur-cl6 et tueur a
gages consid6r6 comme suspect, s'est av6r6 etre un haitien
ayant une relation ind6pendante avec le bureau dePublicAffairs


a 1'ambassade des Etats-Unis.
Jusqu'a sa mort, Dominique critiquait incessamment
la politique des Etats-Unis. It pensait que des groups
conservateurs aux Etats-Unis voulaient en finir avec Lavalas
et empecher Aristide de gagner un second mandate presiden-
tiel. Ainsi, pendant les mois prec6dant son meurtre, il criti-
quait le role des organizations americaines telles que IRI, IFES
et USAID, qui 6taient directement impliqu6es dans la pr6pa-
ration des elections l6gislatives de mai 2000. Sur sa machine a
6crire, on a trouv6 un editorial inachev6 sur le role que les
Etats-Unis ontjou6 en Haiti depuis 1915.
L'absurde c'est qu'en Haiti on critique les Etats-Unis, pays
qui fait vivre les haitiens. Dans t'affaire de l'assassinat de
Dominique, ce sont les pressions venant des Etats-Unis qui
pourraient convaincre Aristide d'amener 1'affaire en justice,
malgr6 l'opposition farouche de son parti. Cette affaire int6-
resse les Etats-Unis, car c'est une bonne occasion pour s'atta-
quer aux puissants dignitaires du gouvernement haitien impli-
qu6s dans le traffic des stup6fiants.
Cependant, pour Joanne Mariner, Directeur adjoint des
Am6riques au Human Rights Watch, il est important pour 1' ad-
ministration Bush d'aller au-dela de la question des stupefiants,
et de se concentrer sur le meurtre de Dominique ainsi que les
autres assassinats politiques, car c'est laune facon d'aider Haiti
a ameliorer son systemejuridique et de mettre fin a l'impunit6
dans ce pays.
"Human Rights Watch a l'intention de suivre les progres de
1'enquete sur le meurtre de Jean Dominique et, nous pensions
que administration Bush devrait faire de meme" a d6clar6
Mariner.
"L'aboutissement de cette affaire sera un indice important
pour affirmer 1'efficacit6 et la fiabilit6 du systame de justice
haitien", d6clara-t-elle.

Ses ennemis pouvaient se trouver aussi
bien parmi les partisans d'extreme droite de
Duvalier qu'A 1'extreme gauche des partisans
populistes de Lavalas...

Unjournaliste irascible et critique, Jean Dominique s' 6tait
fait beaucoup d'ennemis a cause des 6ditoriaux caustiques qu'il
passait a la radio le matin et 1'apres-midi. Au moment de son
deces, ses ennemis pouvaient se trouver aussi bien parmi les
partisans d'extreme droite de Duvalier qu' a 1'extreme gauche
des partisans populistes de Lavalas.
Fils d'un mulatre, venant d'une famille ais6e de la caste la
plus pro6minente en Haiti, Dominique 6tait consid6r6 un en-
nemi de son propre milieu en raison de son d6vouement con-
tinu envers les pauvres de Haiti. Un agronome sp6cialis6, Do-
minique se tourna vers le journalism radiophonique dans les
ann6es 60. Sur Radio Haiti, il animait un programme d'une
heure. En 1971, il avait d6ja achet6 la station et, des lors, a
commence a monter de fagon fulgurante dans sa profession en
raison de son style accrocheur et de sa volont6 de s'6lever centre
les abus de pouvoir.
Un orateur passionne, parlant le fran9ais et le creole par-
faitement et d'une fagon pittoresque, Dominique se servit des
ondes radio pour s'opposer a Frangois Duvalier "Papa Doc",
son fils "Baby Doc", et a lajunte militaire qui regna sur Haiti
jusqu'au d6but des ann6es 90. II fut exil6 deux fois. En 1980,
apres la destruction de sa station, il se r6fugia aux Etats-Unis
avec sa femme n6e Michele Montas, et retourna en Haiti seu-
lement apres que Baby Doc Duvalier eut 6t6 renvers6 par une
r6volte populaire en f6vrier 1986. En 1991, lorsqu'un coup
d'etat militaire a chass6 le president Aristide du pouvoir, il
retourna en exil aux Etats-Unis; et en 1994, Dominique revint
en Haiti, lorsque le president Aristide est retournm6 avec 1'aide
des militaires am6ricains.
II devintextr8mement populaire en Haiti, sp6cialement parmi
les paysans dans les campagnes parce que sa station parlait


Nou bezouin


* Personii amabls sir indo a la co.,R'id d F.Persa( rn e- I acorun -id a irnis amac is .i-i.?n.d
cCidaM comunid d Pereonc% arn.atles siovendo a ia c.;mrriAdd- Percnsa fia
s rvi ri d IJ s fs'va4 a la comInidcW P1 a sla r amanlks srinarjndo a la com, ii-a(Mdei Pr-
Prtiatin's sir,'do'jci, .u ad- Prni.', s alSa orinunidad Perscnas ana bles sirviend &a lEa cIrmun
Paraori -rnabt~ ^i~o ia ccir d P ra flmabNiz ; r'/itt a ima .omundriei d' Ferriona rjmblrs c'irvind


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


souvent de problemes liUs aux propri6taires terriens et A 1'agri-
culture. Sa station etait la seule qui offrait des programmes
radio en Creole. D'ailleurs elle aet6 copiee plus tard par d'autres
stations dans un pays oi la langue officielle est le Frangais et
ou 90% de la population est illettre et parole creole. "Domini-
que a aide 1'6tablissement d'une press ind6pendante en
Haiti", a 6crit Jean Jean-Pierre, unjournaliste en exil a New
York.

Kozepep commenia a avoir des proble-
mes avec la direction de Lavalas qui voyait
cette organisation comme une concurrente ...

Jean Dominique et son spouse animaient Inter Actualit6s,
l'6mission matinale la plus populaire de Radio Haiti, qui com-
portait des nouvelles, des commentaires et des 6ditoriaux.
Michele Montas, unjournaliste ayant fait des etudes aux Etats-
Unis, donnait les nouvelles nationals, pendant que Domini-
que lisaitles nouvelles internationales et 6crivait les commen-
taires et 6ditoriaux qui comportaient de brOlantes tirades con-
tre les politicians et les hommes d'affaires corrompus de son
pays.
Ancien partisan d'Aristide, Dominique adopted avecjoie son
successeur tried sur le volet, le president Ren6 Pr6val, qui rem-
plit ses functions de 1996 a f6vrier 2001. Pr6val 6tait un agro-
nome comme Dominique, et tous les deux croyaient pouvoir
apporter des changements en Haiti grace a une ouverture poli-
tique dans les campagnes. UIls ont fond6 ensemble une organi-
sation paysanne, Kozepep, qui r6unissait des milliers de pay-
sans pour des reunions politiques. Ace moment-la, il s ont com-
menc6 A avoir des problemes avec la direction de Lavalas qui
voyait cette organisation comme une concurrente.. Plusieurs
membres de Kozepep furent attaqu6s par des membres de
Lavalas A l'int6rieur du pays. Dominique avait de 1'espoir sur
les chances de Preval, malgr6 de nombreux problemes s6rieux
affectant son gouvernement et notamment sa decision de dis-
soudre le Parlement enjanvier 1999.
"ItI 6tait plus un politician qu'un journaliste" d6clara Max
Chauvet, 6diteur de Le Nouvelliste, le premier journal quoti-
dien en Haiti.

Selon Michele Montas, Dominique etait
toujours rested un partisan d'Aristide...

Dans cette capital tropical, Dominique s'habillait de fa-
gon d6contract6e, lA oii 'on voit les hommes porter costume
et cravate avec 90 degres de chaleur; Dominique pr6f6rait tra-
vailler avec des chemises A manches courts et pieds nus dans
ses chaussures. Malgr6 cela, il 6tait moralement un traditiona-
liste rigide. II avait affirm A son spouse qu'il ne permettrait
pas que Lavalas soit domino par des dignitaires corrompus.
Selon Michele Montas, Dominique 6tait toujours rest un
partisan d'Aristide. MEme dans les moments ou d'autres mem-
bres important de Lavalas ont rejoint l'opposition toujours
grandissante contreAristide, Dominique est rest avec le parti.
Par example, en 1996, quand les leaders de l'Organisation Po-
litique Lavalas (OPL), qui ont soutenu la premiere election
d'Aristide en 1990, ont refuse d'appuyer un movement qui
voulait prolonger son premier mandate pr6sidentiel et ont com-
pletement rompu avec lui. Par centre, Dominique lui resta fi-
dMle. Mais il conseilla A Aristide a plusieurs reprises de net-
toyer leparti Lavalas des individus peu recommandables, cor-
rompus et trafiquants de stupffiants. A la fin, il semble que
Dominique ait 6tW abandonn6 par ceux-la memes qu'il-voulait
prot6ger.
"La devise de Jean 6tait transparence, verit6 et participa-
tion", dit Michele Montas, une femme 616lgante de 54 ans A la
voix douce qui continue A faire marcher Radio Hafti, et qui est
d6terminee A parler au present de son mari dans les nouvelles
jusqu'au moment ou t'affaire sera resolue.
En mai 2000, un mois apres le meurtre de Domini-

d6put6ss et 18 sieges sur 19 au Senat. De plus, il rem-
porta huit sieges s6natoriaux suppl6mentaires A 1'61ec-
tion de novembre. Cependant, les mdthodes utilis6es
pour computer les votes de 1'61ection du mois de mai
sont vigoureusement contest6es. Dans neuf d6parte-
ments, le d6compte a 6t1 d6clar6 irr6gulier aussi bien
par l'opposition haitienne que par l'Organisation des
Etats am6ricains (OAS) et les Nations-Unies. "Si Do-
minique 6tait encore des n8tres, il n'aurait pas permis
que ce vote passe inaperqu", a d6clare un observateur
politique.

Le tueur tira sept fois A bout por-
tant avec des balles perceuses, au cas oil
Dominique aurait porter une veste pare-
balles...

Lejour de son assassinate, Jean Dominique arrivait
A la radio A l'heure habituelle un peu apres 6 heures
du matin afin de pouvoir se concentrer quelques minu-
tes sur son editorial. Le journal commenqait a7 heures
du matin.
Apparemment, les tueurs ont espionne la station pen-
dant deux semaines avant lei meurtre. Le hasard voulut
que le3 avril 2000, Montas arrivait dans sa propre voi-
ture pour la premiere fois depuis longtemps. "Appa-
remment il y avait deux tireurs. Je suppose qu'il y en
avait un qui m'6tait destiny", expliqua-t-elle dans une
interview dans son bureau au deuxieme 6tage de Radio
Haiti Inter.
Dominique arriva 1'entree de la radio sur la route
de Delmas, une artere reliant les beaux quarters de
P6tionville au centre de Port-au-Prince. Jean-Claude
Louissaint, I'agent de s6curit6, ouvrit la porte en m6tal
blue. Dominique ne preta pas attention A un home
qui vlanait plus loin. Deux voitures a l'intrieur des-
^ queltes il y avait d'autrcs individus, etaient garees de-
S-^ i vant la station.
Dominique gara sa voiture et fit quelques pas vers la
*~a! ^? porte de la station. L' homme qui tlanai tfranchi t a bar-
sw' niere ai pied. Soodain, il rattrapa Dominique, sortit on
id^ revolver s'et tira sur uI1 sept fois bout portant avec des
(voir Jean Dominique / 14)
^' ^ I r







Page 13


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No. 7


Nos Petites annonces de partout


Radio I

Port-au-Prince
Melodie
103.3 FM
de 5:00 am A Minuit
7jours sur 7
Tous les airs retros que
vous avez
appris A aimer
et qui n'arrsteront pas de
vous trotter dans la tate
La Bonne Humeur est de
mise avec nous !

Avec Mdlodie FM,
la vie nest plus la
meme !

Chicago

Radio I'Union
4:00 pm A 6:00 pm
WLUW
88.7 FM
Module anglais
Bulletin de Nouvelles
Harry Fouch6
4:20 Module Frangais
Bulletin de Nouvelles
Lionel Chdry
4:50 Module Creole
Nouvelles
Lionel Ch6ry


I New York

Radio Eclair
Chaque Samedi
11:00 am
1240 AM
WGBB
T61: (516) 333-1487


SMedecin |
Miami
Dr Henock
Joseph
Obst6trique
Gyndcologie
Accouchement
Operation pour
fibrome
Family Planing
Ligature de
Trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests por
immigration
Nous aceptons
toutes sortes
d'assurances, ainsi
que la Carte
Medicaid pour les
femmes enceintes.
Nos malades
accouchent dans des
h6pitaux privis
5650 N.E. 2nd Ave.
Vertieres Shopping
Center
(305)751-6081

Horizon 2000
Plus
Every Sunday
9:00 am
12:00 pm
WLIR
130 AM


Job Job Job!

CERTIFIED NURSING ASSISTANTS
needed.
Must be state certified.
New State Nursing Home
Opening in April 2001
$ 8.28 / hr with benefits.
State of Florida employ
Application.& C.N.A. cert req.
Apply online at http://www.floridavets.org/
or call (954)985-4824 ext. 107
for further information
Pre-emp FDLE/AHCA/Drug Screen req.


A Vendre

Maison luxueuse a Freres

batie sur 4 demi-nivaux de 3 chambres A couches 2 1/
2 Salles de ban, bureau, salon, salle A-manger
mezzanine, piscine, garage pour 2 voitures, grande
all6e betonn6e. Terrain de 1/4 de carreau tres boise .
Antenne parabolique, inverter et batteries, foug
r6frig6rateur, machine A laver panneaux solaire,
chauffe-eau solaire...
| Affaire e.xcceptionGnzelle !/
Contactez proprietaire au
201 921 6534
ou en Haiti au 257 3684

Points de Vente

Pompano Beach


Danilos Restaurant
3760 NE 3 rd Avenue
Pompano Beach,
Florida 33064
T61: 954-781-2646

Beck Baby
Food Store
519 E. Sample Rd
954-951-2414


Transnord
Express
575 E. Sample Rd
954-951-2414

Chiropractic Office
901 East Atlantic Blvd.
Pompano Beach
Tel: 954 781 2500


I


Restaurant
Miami

Bel

Fouchet

Restoran
8267 North
Miami Avenue
T61:
(305)757-6408

Le meilleur griot
de la ville !!!

Boston

Friday Restaurant
The root of
Haitian Cuisine
David Cang6
General Manager
Heures d'ouverture:
8:00 am a 10:00 pm
Lundi a Jeudi
8:00 am a 11:00 pm
Vendredi, Samedi et
Dimanche
Dorchester
617 524-5800
Waltham
7818999157
Mattapan
617 298 7933.
B & L Super Market
& Produce
12041 W. dixie Hwy
Miami, Fl 33161
Tl61: 305 893-0410
Fort Lauderdale
Haiti Market
300 West Sunrise Blvd


MIAMI-DAE


Eske kominote w lan bezwen


U yon sevis?
U yon sant aktivite?
[ prezeve yon lokal istorik?
L nouvo biznis?
0 tout sa ki make pi wo an?

Nan reyinyon Biwo Devlopman Kominote e Ekonomik Konte Miami-Dade (inisyal an angle: se OCED) pral f6 yo, se pou nou vini patisipe pou nou depoze
tout demann nou yo. Se sou enf6masyon ke nou bay yo ke nou va kapab deside sou ki pwoj6 na va bay lajan nan $23 milyon ke Don Federal pou Devlopman
Kominote (inisyal an angle: CDBG) ape bay ane sa a.


Jedi, 22 Mas
6:00 diswa
Job Corps
3050 NW 183rd St.
Kouvri Zon Opa-Locka,
Biscayne Gardens,
Bunche Park, Carol
City, Golden Glades,
Lake Lucerne, Norland,
Sierra Estates ak Vista
Verde


Jedi, 22 Mas
7:00 diswa
Perrine Community
Action Agency Building
17801 Homestead Ave.
Perrine, Richmond
Heights, South Miami
Heights ak Southland
Pines


Lendi, 26 Mas
6:30 diswa
Marjorie and William
McDonald Center
17011 NE 19th Ave.
Atlantic Boulevard,
Biscayne Park,
Biscayne Lake
Gardens, Miami
Gardens Drive, North
Miami Beach, Miami
Beach ak Overtown


Lendi, 26 Mas
6:30 diswa
Biscayne Plaza
15201 SW 288th St.
Kouvri Leisure City


Mekredi, 28 Mas
7:00 diswa
Joseph Caleb Center
Room 110
5400 NW 22nd Ave.
Kouvri Zon Model City


Jedi, 29 Mas
6:00 diswa
Sweetwater City Hall
500 SW 109th Ave.
Dolphin Industrial Park,
Flagami Park, Lake
Stevens, Flagami
Elementary ak
Sweetwater


POU PLIS ENFOMASYON RELE
BIWO DEVLOPMAN KOMINOTE E EKONOMIK, 305-375-3403
Tout manb nenpot Asosiyasyon Kominotd gen dwa asiste reyinyon sa a. Konte Miami-Dade bay tout moun menm dwa ak chans pou yo travay e pa fe diskriminasyon dapre enfimrnite w moun nan
program li yo ak sbvis li yo. Si w ta bezwen materydl yo an yon 16t f6m, yon ent6pret moun soud ozal6 nenpot 16t kalite sevis espesyal, tanpri rele 305-375-3403.


I


I I


Points de vente

Si vous habitez
Miami, vous
trouverez votre HaIti
en Marche dans tous
les magasins de
Little Haiti ainsi
qu'aux addresses
suivantes:
Boujolly Records
13148 West Dixie
Highway
tel 305-893-8950
Etiquette
Barber Shop
15455 West Dixie Hwy
940-9070
AKE BEAUTY
SUPPLIES
12948 W. Dixie Hwy
893-6837
Maxisound
Music Hall
11854 West Dixie Hwy
895-8006
Holy Family
Restaurant
9900 N.W. 7th Avenue
Lucas Super
Market
14759 N.E. 6th Ave.
940-9902
Eclipse
Conmmnunication
Services Inc.
9290 S.W. 150Ave
Suite 404
Phone 380-1616 I
Coral Spring
Island
Supermarket
Beauty Supply
8079 WEST SAMPLE Rd
CORAL SPRINGS,
(954) 345-0450







Pagel4


ENQUETE IAPA


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No. 6


0~ ~ ? *
Qui a tue Jean Dominique ?.
(suite de la page 12) L' orthop6diste qui op6ra Lala
balles perceuses, au cas ou il aurait port une veste pare-bal- queles enqueteurs commencerent
les. Une des balles perca son aorte. Le tueur tira alors sur I'agent autre occupation beaucoup moins
de security et le tua. 'Jean n' aurait pas survecu a ses blessu- ner des personnel impliqu6es dans
res", dit Michele Montas, qui trouva les corps lorsqu'elle ar- amis affirment qu'il a t6 utilis6 c
riva sur les lieux quelques minutes plus tard. Les "chim res" so
L'enqufte sur I'assassinat s'est compli- Lavalas incontr6les ...
quie A cause d'incidents bizarre, qui montrent
le penchant en Haiti pour les melodrames et Deux avocats important, J
les mystres... Georges, qui sont 6galement des
parce qu'ils avaient menace Dom
La mort de Jean Dominique souleva une vive emotion et de radio quelques semaines avant
donnalieuAd'immenses manifestations dedeuil.Dix-huitmille ment le suspect num6ro un, le s6
personnel assisterent aux funerailles ainsi qu' A une c6r6monie tre Georges, un home de grande
en sa memoire au stade de football. Cependant, apres dix mois, et les bracelets en or, represent 6
les auteurs du meurtre ne sont toujours pasjug6s. Six hommes op&ra Lalane.
se trouvent en prison, accuses d'avoir aid6 les meurtriers ou E nsuite, il y ales chimeres,"c
d'avoir 6t6 des complices.N6anmoinsl'enqueteavanced'une de Lavalas qui hurlent et se trouv
fagon extremementlente; de plus, elle est retard6e par la situa- position et qui, dit-on, sont r6mu
tion politique qui se d6t6riore dans le pays. vont manifester A la porte du ju
L'enqukte sur I'assassinat s'est compliqu6e A cause d'inci- amine des suspects pour les inter
dents bizarre, qui montrent le penchant en Haiti pour les m6- Les leaders de Lavalas pretend
lodrames etles mysteres. Enjuillet dernier, Jean Wilner Lalane, des supporters de Lavalas incon
un suspect c16 dans I'affaire, est mort apres qu'un orthop- tens croient qu'ils sont command
diste lui eut extrait des balles qui s'6taient logees dans son donnent l'ordre de manifester. Un
posterieur. II avait t touch quand il avait essays des'6chap- titresdelapresseenjanvierdemi
per lors de son arrestation. Membre d'un reseau de vols de communaut6 Ti-Legliz de St. Jew
voitures, on disait que Lalane aurait 6t6 I'agent de liaison en- des ruines de l'6glise St. Jean B
.re les assassins de Dominique et le cerveau de 1'affaire. II Aristide a commence sa carrimre
'tait soup9onne d'avoir procur6les voitures pour lafuite. Lors- dans le dos auxjoumrnalistes hatier
que la police r6clama le corps de Lalane pour une autopsie, quand il les pr6vint que les "chimn
:elui-ci avait disparu de la morgue. Des t6moins A l'h6pital front leur "sang en encre, leur pea
ont d6clar6 que probablement il avait 6t6 enterr6 dans une fosse nes en encrier", s'ils continent A
commune, endroit oi normalement I' on se d6barrasse des corps position.
jui n'ont pas 6t6 reclames. Normalement, 1' h6pital enterre les Les Haitiens ont pris au s6rie
;orps assez rapidement en raison des coupures d'61lectricit6 gouvernement a di trainer Paul
qui durent des heures pendant la journ6e. Mais dans ce cas, pour qu'il puisse expliquerses me
I explication est un peu suspect, 6tant donn6 queles employes nipresent Jean Claude Nord, un
e l'h6pital savaient queLalane 6tait une personnel important Dominique, qui represente 6galei
our expliquer le meurtre de Dominique et qu'il fallait garder Les chimese" ne peuvent 8t
te corps. les bandes d'6meutiers utilisaientl
eii corsi


"The Inter-American Foundation (IAF),
a U.S. Government agency, is seeking a
qualified contractor to provide data moni-
toring services in Haiti for their active
grants. The job requires ability to commu-
nicate orally and in writing in Creole and
English or Creole and Spanish; experience
conducting field interviews; specifically,
data collection, and working with MS
Excel and Word; prefer candidates with
access to the internet and
experienceworking with NGOs.


To request Statement of Work send
an e-mail to:
procurement@bpd.treas.gov."


qui consistati a tuer
quelqu'un en lui pla-
gant un pneu en feu
autour du cou. Ils ont
bril6 les sitges de
I'opposition etils ont
organism des mani-
festations devant les
joumrnaux et les sta-
tions de radio qu'ils
consideraient
comme leurs enne-
mis.
Le juge
Gassant est un
petit homme
mince avec un
petit sourire...

Le juge Claudy
Gassant est un petit
homme mince avec
un petit sourire. Di-
pl6m6 de I'Ecole
National des Ma-
gistrats en France, il
fait parties d'une nou-
velle moisson deju-
ges en HaIti qui


ISuzu

Vre pyes de rechanj, Original NPR -FSR FITR


Rele nou: (305) 594-1922
oubyen vin-n vizite nou nan biwo Miyami nou-an
7211 NW46St
MIAMI, FL 33166
Miami ISUZU ap chache on dealer pou reprezante li an
Ayiti ak an Dominikani


ISuZu

Genuine Replacement Parts NPR-FSR- FTR


Call: 305 594 1922
or visit Miami Isuzu
7211 NW46St
Miami, Fl 33166
Miami Isuzu is currently looking for a dealer to represent
us in Haiti and the
Dominican Republic


ne disparut egalement, lors-
A soupgonner qu' il avai tune
i bourgeoise celle d'6limi-
i les affairs criminelles. Ses
;omme bouc emissaire.

nt des supporters de


ean Claude Nord et Gerard
Suspects dans cette affaire
unique dans un programme
le meurtre, assistant legale-
nateur Dany Toussaint. Mal-
Staille qui aime les complete
6galement l'orthop6diste qui
c'est-A-dire des manifestants
vent la pour provoquer l'op-
ner6s pour leurs services. Ils
ge chaque fois que celui-ci
roger en son cabinet.
lent que les "chimeres" sont
trol6s. Les journalists haf-
d6s par des leaders qui leur
de ces leaders afaitles grands
er. Paul Raymond, chef de la
an Bosco, qui opere a partir
osco, la vieille paroisse out
de pretre, donna des frissons
is, aux politicians et au clergy
ieres" les tueront et change-
.u en parchemin et leurs cra-
Sfaire leurs simagrees d'op-
ux ces mises en garde, et le
Raymond devant la justice
naces. Son avocat 6tait l'om-
suspect dans le meurtre de
nent Dany Toussaint.
re contr6les. Dans le passe,
a methode du "Pere Lebrun,"


I


NOTICE DE VENTE DE CERTIFICATES DE BONDS
SUR DES TERRAINS OU PARCELLES DE
TERRAIN DANS LA JURISDICTION
DE LA VILLE DE MIAMI.

Notice of Sale by City of Miami of Delinquent Real Property Liens.

NOTICE IS HEREBY GIVEN that at 9:00 o'clockAM on Tuesday May
15th 2000 (and possibly Wednesday May 16th), at the Athletic Club of the
Orange Bowl Stadium, Gate 12 B Entrance, located at 1501 N.W 3rd
Street, Miami, Florida, certificates against all lots and parcels of land
located inside the corporate limits of the City of Miami, upon which there
are delinquent sanitary sewer paving, sidewalk, lighting, demolition, lot
clearing, trash, DDA special assessment, and solid waste fee liens, will be
sold at Public Auction.
Interested persons are hereby changed with knowledge as to
whether they have paid of failed to pay City of Miami liens against their
real estate and of the fact that the same are subject to sale for delinquencies.
Lien Sale Certificates issues at said sale shall bear interest from the
date of the certificate at the rate of eighteen percent (18%) per annum (or at
such lower rate of interest as may be bid by the purchaser other than the
City). The holder of a Lien Sale Certificate at any time two years after date
of deliquency, may foreclose and obtain title to the land acquired in
accordance with the law, unless such certificate be redeemed prior thereto.
The list of properties on which the liens are delinquent may be
inspected by the public during business hours at the office of the City of
Miami Finance Department, 444 S.W. 2 Avenue, 6 th Floor, Miami,
Florida. Printed lists of such properties are available for sale to the public
for a fee of $ 30.00.
This advertisement is placed in lieu of any published list of
delinquent properties. Inquiries received by mail, telephone, or in person
during business hours, as to lots and lands included in sale, will be
answered completely by the Office of Billings and Collections,
phone 416-1570.
CITY OF MIAMI
By: Seepersaud Chircut
Treasurer


# 5853
4/12-19-26-5/3


99-S-041-1401M


prennent leur travail A coeur. Quand on lui demand pourquoi
il s'est charge de l'affaire Dominique, il r6pond qu'il "ne pou-
vait refuser l'offre en raison de son integrity professionnelle".
Pourtant on aime A dire en Haiti que le juge porte pratique-
ment son "cercueil sous le bras".
Entre les mois d'octobre et dejanvier, le juge a travaill6
librement tout en 6tant au bord de la panique. Lenqu&te est
dangereuse, et Gassant qui procede a des arrestations aid6 par
un group de policies qui portent des masques pour ne pas
6trereconnus, n'avaitpas hontedemontrersescraintes. 11 n'a
jamais cru que la pression serait aussi inlassable, mais il s'ac-
croche. II a ouvert une enquete parallele sur le meurtre de
Lalane afin de d6terminer s'il y a eu negligence grave ou une
tentative directed d'6liminer un t6moin-cl6.
Claudy Gassant est le troisiemejuge qui s'occupe de cette
affaire. Deux autres juges ont d6missionn6 apres avoir re9u
des menaces de mort. Gassant s'est charge de I' affaire en con-
sid6ration du prestige et du degr6 de difficult6judiciaire qu'il
comporte. II s'y accroche avec les dents. Un jour, au course
d'une interview, il s'est effondr6 en larmes. II applique A la
lettre les reglements relatifs A la procedure, ce qui signifie que
lesjoumrnalistes n'ont pas aces A l'enquete. Cela fait parties du
"secret d'instruction", privu par le systeme l6gal napol6onien
en vigueur en Haiti.
Les documents de l'affaire Dominique sont entass6s dans
deux grandes boites en carton que le juge garde A un endroit
secret. Sa famille a quitt6 Haiti et il dort chaque soir dans un
endroit different. II se d6place autour de la ville dans plusieurs
voitures banalis6es avec des gardes du corps et les membres
d'un commando de police.
Les tueurs se cachent dans l'ombre de Port-au-Prince, ou
bien parmi les pistons qui traversent les rues dans le traffic et
les bouchons de voitures bien connus en Haiti. Pendant ces
cinq dernieres ann6es, des douzaines de meurtres politiques
ont eu lieu dans les rues congestionnees de la ville.
II y a quelques semaines, le juge a cru se trouver en face
d'une situation dangereuse: sa voiture a 6t6 croisee par celle
de Milien Rommage, un d6put6 6lu sous la banniere de Lavalas
et ex num6ro deux de la force de security du Palais pr6siden-
tiel, que les observateurs internationaux considerent comme
1'endroit oi plusieurs meurtres politiques ont 6t6 planifi6s. En
reconnaissant la voiture du juge, Rommage lui aurait cri6 qu'il
aurait pu ais6ment arroser sa voiture de coups de feu. Ces re-
marques 6taient supposees 8tre une plaisanterie, mais le juge
avait requ plusieurs menaces de mort, et comme par hasard
cette rencontre se passait alors qu'il se battait centre le Senat,
(voir Jean Dominique / 16)


I








Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol.XV No. 7


Page 15


VOTRE SANTE! I


Savez-vous que le North Shore Medical




Center est un Hopital Complet?


N otre Hopital offre une grande varitet de services
medicaux avec attention personnelle attendue d'un
centre hospitalier privd.

Nos Services Medicaux comprennent:
* Un Departement d'Urgence fonctionnant
24 heures sur 24
Des medecins certifies en Soins en Urgence
Pour les Urgences mineures, Interventions rapids
Equipe expiment&e, certifi& en Soins en Urgence.
* Centre accradite pour les cas de cancer
Scalpel avanc, Radiochirurgie stdrdostatique
Accelerations lineaires
Chimiothdrapie
Thdrapie par Radiation
Leparascopie, Examen radical de la Prostate (LRP)
* Services de Maternit&/DEpartement Mere-Bb6
8 LDR's (Salle de Travail/d'Accouchement/de.
Recuperation)
Cours prenatal / Groupes de Support
* Services consacrks aux Femmes
Depistage et Diagnostic par Mammographie
Ultrason
Biopsie du sein


* Unite de Soins Intensifs pour Nonveaux-nes
8 lits de niveau II, 5 lits de niveau Ill
Specialistes en soins aux nouveaux-nes presents
24 heures sur 24 medecins certifies en soin
de neonatologie
Infirmieres qualifies en neonatologie
Service de support disponible pour les parents
et la famille
* Dpartement Pediatrique
Unite de 14 lits
Infirmieres specialises en Soins pediatriques
* D' artementde Cardiologie et de soins intensifs
10 Tits CCU, 121lits ICU
Unite de 34 lits de Telemetrie avec moniteur
* Chirrgile I jour meme et Centre de
Diagnostic Ambulatoire
Nouvelle suite chirurgicale de 7 chambres
Centre de Diagnostic et de Tests comprenant
etudes radiologiques, etudes de laboratoire,
cardiologie "non invasive", neurologic,
endoscopie et etudes pulmonaires.
Centre circulatoire utilisant des procedures
vasculaires "non invasives."
* Departement de Therapie comprenant therapie
en rehabilitation, chirurgie ambulatoire,
radiologie interventioniste et gastroent6rologie,
programme de therapie A poursuivre a la mason.


* Services Psychiatriques
Unite de 20 lits prets A recevoir des patients en
situation d'urgence.
Unite de 20 lits pour diagnostic et traitement
* Centre de Diagnostic par Image/Radiologie
MRL Medecine nucleaire Cat can Ultrason
* Centre de Traitemnent de la Douleur
Medecins certifies en soins de la douleur
offrant un programme de traitement adapt A
chaque patient.
* Centre de Traitement de Plaies
Specialise en places chroniques, qui ne peuvent
pas guerir.
Soins du pied pour Diabetiques.
* Services de Rehabilitation
Therapie physique, Th6rapie occupationnelle,
Pathologie du Langage.

Nous acceptons la plupart des Plans de santt comprenant
Medicare et Medicaid


I NORTH SHORE
Medical Center
Tenet South Florida HealthSystem


www.northshoremedical.com 1100 NW 95th Street 305-835-6000 Located 3 blocks West of 1-95


I


I


.a-


JL








I ENQUETE IAPA I


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


JEAN DOMINIQUE
(suite de la page 14)
contr16 par Lavalas, qui le menagait de mener une enquete
sur ses activities. Tout 9a, parce qu'il essayait de convoquer le
suspectnum6ro un, DanyToussaint, 6lu senateur aux elections
de mai 2000.
Yvon Neptune, president du S6nat et partisan de Toussaint,
eut A declarer que la demand du juge de questionner Tous-
saint 6tait unacceptable puisqu'elle venait d'un "petit" juge
comme 9a. Ce qui voulait dire qu'il s'agissait d'un person-
nage insignificant.

"Jean a ti tue parce qu'il 6etait en train
d'empecher a beaucoup de monde de se faire
beaucoup d'argent"...

L'616ment moteur dans 1'enquete sur l'assassinat de Domi-
nique, Michele Montas, une journalist de haut niveau qui
n'avaitjamais fouill6 dans le monde interlope de Hafti jusqu'a
la mort de son manri, a du ouvrir les yeux sur un pays qu'elle ne
connaissait pas. "Jean a 6t6 tu6 parce qu'il 6tait sur le point
d'empecher a beaucoup de monde de se faire beaucoup d'ar-
gent, 'd6clara-t-elle. Elle se sert de la station de radio et du
peu de relations qu'elle a dans le gouvemementAristide, pour
forcer la main et faire avancer 1 'affaire.
Montas a rencontr6 Dominique quand elle est venue tra-
vailler Radio Haiti au debut des ann6es 70. Fraichement di-
plom6e de la Columbia University's Graduate School of
Journalism, oh elle fut le t6moin des manifestations contre la
guerre du Vietnam en 1969. Elle fut amenee avec passion par
Dominique a assumer ses id6es politiques. Marine avec Do-
minique depuis 25 ans, Montas ne s'est pas encore remise du
meurtre. Elle voulait former la station; cependant avec l'aide
de la fille de Dominique, Gigi, elle recommenga A la faire mar-
cher un mois apres le meurtre. Elle a aussi jur6 de r6soudre
I'6nigme du meurtre de son man, ce qui par-dessus le march
est une mission dangereuse. Mais elle est d6termin6e. 'Ils m'ont
tu6e quand ils ont assassin mon mari", expliqua-t-elle, dans
son anglais au doux accent frangais et les yeux pleins de lar-
mes.
Le gouvemement Pr6val a mis A sa disposition quatre gar-
des du corps qui la suivent partout. Elle a toujours fair de
vouloir vivrelaperte de sonmari comme un supphlice. On trouve
des photos de son mari partout, A la radio et chez elle. A Radio
Haiti, un portrait grandeur nature de Dominique, qui 6tait tres
photog6nique, accueille les visiteurs. Ala maison, ses pipes et
,sa casquette en cuir sont restdes au meme endroit.
Ceux qui ont planifi6 et execute le meurtre de son mari con-
tinuent a la surveiller de pres. Quelquefois elle se protege der-
riere un plus grand nombre de garde du corps; "quand la piste
devient bouillante", d6clare-t-elle 'avec un rire nerveux. Elle a
6crit son testament, mais elle ne pense pas que les tueurs s'en
prendront a elle. Limit6e par l'obligation du secret de l'ins-.
truction, elle ecrit des articles sur I'affaire seulement quand
elle a impression que 1'enqu8te pi6tine. "Ils ont pens6 que
j'allais partir parce queje suis une femme."
En f6vrier 2001, avant la c6remonie d'investiture de la nou-
velle presidence d'Aristide, par example, Michele Montas a
suspend pendant trois jours les missions sur Radio Haiti.
Cette action avait 6t6 d6cid6e pour protester centre la motion
demandant que le S6nat, sous control de Lavalas, mene une
enquete sur lejuge Gassant; ceci apres une troisieme tentative
par ce demier de forcer le S6nateur Dany Toussaint A t6moi-
gner. "Ils doivent comprendre que dans cette affaire, les meur-
triers ne resteront pas impunis", ajouta-t-elle, de meme qu'elle
se rend compete qu'elle a besoin de l'aide international pour
pouvoir regler cette affaire A travers le systeme judiciaire
d'Hafti, aussi complique qu'un labyrinthe.

Qui a assassin Dominique ? Des hom-
mes d'affaires que le defunt avait accuses de


Miami
5401 N.E. 2nd Avenue Tel: 758-3278
629 N.E. 125 St. 892-6478
19325 NW 2nd Avenue T61 654-2800
Fort Lauderdale
28 West Sunrise Blvd 524-1574
West Palm Beach
604 25th Street 655-4166
Pompano
4875 North Dixie Hwy 429-9552
128 N. Flagler Ave 946-4469
Orlando
2469 South Orange Blossoms Trail (407)265-2100
Canada
7177 Rue St Denis, Montreal (514)270-5968
3820 Henri Bourassa, Est (514)852-9245
Massachusetts
Mattapan 508 River Street (617)298-9366
Cambridge 300 Broadway (617)354-6448


corruption dans ses editoriaux quotidiens,
*.* des hommes politiques ou des anciens
partisans de Duvalier ?

Dans un pays comme Haiti infest6 de complots, tout le
monde se montre du doigt en ce qui concede le meurtre de
Jean L6opold Dominique. Menac6 pendant toute sa vie, Do-
minique n'avait pas requ de mise en garde precise durant les
jours qui ont pric6d6 son assassinate.
Pour commencer l'enquete, Montas a procure a la justice
une liste potentielle d'ennemis qui auraient pu etre a l'origine
de l'assassinat. Cette liste comprenait des hommes d'affaires
que le d6funt avait accuses de corruption dans ses 6ditoriaux
quotidiens, ainsi que des hommes politiques et des anciens
partisans de Duvalier.
Au d6but, Lavalas a fermement appuy6 la theorie que Do-
minique aurait 6t6 assassin par des anciens disciples de Du-
valier. Un des noms qui a fait surface 6tait celui de Leopold
Berlanger, une figure de l'opposition et le propri6taire de Vi-
sion 2000, une radio 6galement attaqu6e par Lavalas. L'annee
derniere, Berlanger etait le coordonnateur du Conseil des Ob-
servateurs Nationaux, un organisme charge d'observer les elec-
tions l6gislatives de mai 2000. Dominique avait ouvertement
critique Berlanger dans un deses 6ditoriaux, I'accusant de faire
parties de la coalition qui s'6tait "engage A d6truire Lavalas".
Berlanger a coop6r6 durant l'enquete et n'est plus un des plus
important suspects, selon des sources tres proches de l'en-
quete.
Alors les observateurs haitiens et strangers, ainsi que les
enqueteurs, ont commence & chercher des indices dans un edi-
torial qui avait 6t6 diffuse par Dominique le 19 octobre 1999,
six mois avant sa mort. II s'agissait d'une attaque directed con-
tre Dany Toussaint, qui, lors, n'6tait pas senateur, mals, parait-
il, 6tait interesse a redevenir le chef de la police. Toussaint a
servi comme chef de la police interimaire dans le premier gou-
vernementAristide, avant qu'une nouvelle force de police eut
6t6 form6e. A ce moment-la, il parait que Dominique avait
pr6par6 une s6rie de dossiers d'informations sur les presumees
pratiques de corruption et de traffic de stupffiants engendrees
par plusieurs dignitaires de Lavalas, y compris Toussaint. Ce-
pendant, Michele Montas insisted qu'il n'y avait pas de dos-
siers. "Jean accusait seulement des gens dans ses commentai-
res quotidiens", dit-elle.,

"Si Toussaint me pursuit, je le dinon-
cerai publiquement et retournerai en exil avec
ma femme et mes enfants" ...

L'editorial en question avait 6t6 diffuse pendant une pe-
riode politique delicate. Trois mois plus tard, les Etats-Unis
mettaient fin A leur programme d'entrainement de la police.
Plusieurs dignitaires de la police soutenus par les instructeurs
am6ricains, et connus comme n'ayant pas de liens proches avec
Lavalas, ont dO d6missionner. Un des plus influents, Robert
Manuel, secr6taire d'Etat a la S6curit6 publique, a du partir en
exil lorsque les dignitaires de Lavalas, y compris Toussaint,
ont mont6 une champagne de d6nigrement contre lui. "Des que
les graffiti sont apparus, il a compris qu'il devait partir", ex-
pliqua une source de la police. L'editorial futdiffus6aussi quel-
quesjours apres les funerailles de Jean Lamy, un honnete offi-
cier de I'armee et conseiller de la police national, qui aurait
dO prendre la place de Manuel. Dominique d6cida d'6crire cet
editorial parce que Dany Toussaint accusait Robert Manuel du
meurtre de Jean Lamy. Dominique comprit des lors qu'il y
avait un conflict de pouvoir A l'int6rieur du corps de police et
que Toussaint tirait les ficelles pour prendre le control des
postes les plus important.
L'independance de la police a 6te 6voquie comme un des
piliers de la nouvelle Haiti. Pendant toute 'histoire d'Haiti, la
police et I'arm6e 6taient utilis6es comme un outil par ceux qui
6taient au pouvoir. La nouvelle police 6tait supposee etre au-
dessus de la politique, mais selon des observateurs strangers,


New York
Flatbush 1161 Flatbush Ave (718)287-5295
Church 2825 Church Ave (718)693-3798
Queens 159-35 B Hillside Ave (718)523-9216
Spring Valley 19 South Main Street (914)425-7747
Washington
835 Juniper Street Tl61 202-722-4925
Connecticut
953 Washington Blvd. Suite 1 (203)324-2816
Haiti
Rue du Centre # 175
T61 23-0865 / 22-7913/ 22-8855
Pour toute information, appelez Toll Free
1-800-388-3875 ( Floride)
1-800-427-2622 (New York)
Naples
506 11th Ave N. (941) 435-3994
Imnmokalee
1011 W Main Street Kemp Plaza (941) 658-9229
Fort Myers
2219 Fowler St (941) 461-0343


Pagel6


Bobby Express

Rapiditi Confiance- et les Meilleurs Taux
Ici c'est pronto pronto!


Quel que soit I'endroit sur la planite oii vous voulez envoyer
une some pronto pronto, Faites confiance A
BOBBY EXPRESS

En plus des operations de transfer d'argent, nous nous chargeons de faire parvenir
imm6diatement au destinataire vos cassettes, lettres, sacs de riz, gallons d'huile
et tous autres products alimentaires.

BOBBY EXPRESS,
c'est 6galement une carte de telephone don't la ligne d'acces n'est jamais occup6e.
C'est tout implement le No. !


I


certain dignitaires de Lavalas n'ontjamais 6t6 ravis de l'ini-
tiative am6ricaine d'entrainer des policies ind6pendants. Do-
minique 6tait soupgonneux de l'influence des Etats-Unis. Par
contre, il 6tait en faveur de l'id6e d'une force de police ind6-
pendante et il attaqua Toussaint pour avoir essay de conti-
nuer son petit jeu. "C'estune mauvaise strategie", Dominique
a pr6venu dans son editorial. II avait dit aussi ce que beau-
coup de gens ont interpr6t6 comme un signepremonitoire, qu'il
savait que Toussaint 6tait un adversaire coriace.
"Si Toussaint me poursuit,jele d6noncerai publique-
ment et retoumerai en exil avec ma femme et mes enfants".

Dany Toussaint nest pas le seul suspect,
et les enqueteurs croient que le meurtre a 6te
orchestra par plusieurs personnalites influen-
tes...

Toussaint n'est pas le seul suspect, et les enqueteurs croient
que le meurtre a 6t6 orchestra par plusieurs personnalit6s in-
fluentes. Lejuge Claudy Gassant est encore en train d'obtenir
des t6moignages pr6liminaires de la part de suspects et de t6-
moins qui, croit-on, peuvent donner des renseignements tries
utiles concernant l'affaire. Parmi les personnel convoquees
par le juge d'instruction, il y a Jean Claude Nord, et Gerard
Georges, les deux avocats qui ont menace Dominique quel-
ques jours avant son assassinate dans une emission diffusee sur
Radio Libert6, une station de radio de New York utilis6e par
des anciens allies de Duvalier; il y a le senateur Dany Tous-
saint, don't s'avocat estJean ClaudeNord; il y a aussi les mem-
bres de la force de s6curit6 de Toussaint; et deux anciens offi-
cidrs militaires, Richard "Cha Cha" Salomon et Jacques
Aur6lus, tous deux proches de Toussaint.
Six individus se trouvent en prison, soupgonnes d'avoir ap-
puy6 sur la gachette ou d'avoir 6t6 des complices du crime.
Selon diff6rentes sources proches de 1'enquete, ils ont des re-
lations avec des organizations criminelles qui operent a Port-
au-Prince.
L'assassinat a Wte planifi6 lors de plusieurs rencontres. A
l'une de ces reunions, les conjures ont rencontr6 le chef d'un
syndicate criminal eminent. Les autorites s'int6ressent beau-
coup a un suspect connu sous le nom de Ronald Cadavre.
Cadavre est un ancien membre du corps de s6curit6 d'Aris-
tide qui, parait-il, fait marcher un racket de protection au cen-
tre de Port-au-Prince. De grande taille, la peau foncee et age
de 30 ans, Cadavre serait le chef de plusieurs organizations
criminelles ayant des liens avec le traffic de stupefiants, les
vols de voitures et d'autres activities criminelles. Cependant,
son role est purement celui d'un ex6cuteur.
Les renseignements sur les activit6s de Cadavre le mettent
en liaison avec les organizations criminelles agissant au port
de Port-au-Prince, qui est situ6 A moins de 2 kilometres des
ruines del'ancienne paroisse d'Aristide, 1'6glise St. Jean Bosco.
Son territoire de chasse s'&tend du port ou accostent les cargos
faisant le va et vient avec Miamijusqu'au grand march pous-
siereux du centre, ou les vendeurs se rassemblent pour acheter
des piles de v8tements usages et chiffonnes qu'ils revendent
dans la capital.

Deux des tueurs suspects sont des fre-
res faisant parties d'une organisation criminelle,
le Road Nine Gang, sp6cialis6e dans les meur-
tres a gages...

Selon les informations recueillies dans le cadre de
1'enquete, les assassins sont arrives A Radio Haiti Inter avec
trois voitures. Deux se sont garees devant 1'entree de la sta-
tion, et la troisieme dans la rue plus bas. Les premiers temoins
A se presenter ont dit qu'une Cherokee de couleur blanche et
une Nissan Pathfinder rouge, ont 6t6 les deux vdhicules utili-
s6s pendant la fuite. Des voitures tres chores en Haiti, une d'el-
les 6tait en location.
Deux des tueurs suspects sont des freres faisant parties d'une
organisation criminelle, le Road Nine Gang, tres connue par
les haitiens et les sources internationales comme sp6cialis6e
dans les meurtres A gages. Selon les enqueteurs, cette organi-
sation opere normalement dans le centre ville, extorquant de
I'argent aux commergants. Un des suspects a le pseudonyme
de 'Tilou" (son vrai nom est Jamely Milien). Son frere s'ap-
pelle Jean Daniel Jeudi, connu sous le pseudonyme de "Gime".
Tilou, 23 ans, est un tueur A gages tres connu, selon les sour-
ces de la police. II affirma lors de l'enquete qu'il 6tait inno-
cent. Il n'a pas de source de revenues connue; cependant lors-
qu'il a 6t6 appr6hend6, la police a trouv6 en sa possession
$4.000 et un t6l6phone cellulaire assez cher.
Le troisieme suspect, qui se trouve actuellement en prison,
est un haYtien qui a et6 d6port6 des Etats-Unis, sous le coup
des s6veres lois de l'immigration permettant que les criminals
qui ne sont pas des residents l6gaux soient renvoyes dans leur
pays d'origine.
Les deux autres d6tenus sont des policies qui avaient des
relations avec des membres influents de Lavalas. Selon les
sources de la police, un des policies, Ralph L6ger, 6tait pro-
pri6taire de la Cherokee blanche utilis6e pendant I'assassinat.
Selon des sources internationales, un autre suspect actuelle-
ment en prison a 6t6 membre de la force de s6curit6 du palais
pr6sidentiel, ou selon les memes sources, plusieurs meurtres
politiques auraient 6t6 orchestras.
Vers fin janvier, un des lieutenants de Cadavre, connu sous
le nom de "Gasoline", a 6t6 assassin en plein jour. II parait,
selon des sources bien informees, qu'il passait des renseigne-
ments.

Le charge d'affaires Daniel Whitman
d6clara qu'il ne ouvait pas savoir si quelqu'un
n'essayait pas de I'impliquer dans un coup
monte avec Markington...

Le premier coup de chance dans cette enqu8te a eu lieu
lorsqu'un homme du nom de Philippe Makenton dacida de
parler au juge. Connu en ville comme un indicateur contre
retribution, Makenton portait une carte de press et une carte
de police comme identification. A I'entendre, tout a fait par
coincidence, il se trouvait pres de l'endroit du meurtre a 6 heu-
res du matin le 3 avnil 2000, et il a pu voir tout ce qui s'est
passe. (voir Jean Dominique / 17)







Mercredi 21 Mars 2001
THaiti en Marche Vol.XV No. 7


Page 17


I ENQUETE IAPA


Qui a tue Jean Dominique ?
(suite de la page 16) Lalane, selon le certificate de d6ces, est une crise cardiaque.
Cependant ses renseignements 6taient tellement "precis", Lalane avait 32 ans au moment de sa mort et apparemment
selon des sources proches de l'enquete, que la police l'a sus- 6tait en bonne sant6. Plus tardAlix Charles change sa version
pect6 et I'a mis en prison. La police a cru aussi qu'il pouvait et dit & un ami, Pierre Alix Nazon, un urologiste et college,
etre un tueur A gages de replacement. 11 parait que Makenton que Lalane 6tait mort d'une embolie pulmonaire. II affirma
s'est pr6sent6 parce qu'il voulait que la justice intercede en que Lalane avait l'os de la hanche ddchiquet6. Les sources de
faveur de certain de ses amis qui etaient incarc6rds pour une la police ont d6clar que celaA6tait faux. Lejuge est apparem-
autre affaire. meant pr t A chargerAlix Charles d homicide involontaire. Des
Makenton a tent aussi de contacter l'Ambassade amdri- sources bien informdes ont dit que Lalane serait mort empoi-
caine pour l'inviter A s'occuper de I'affaire. II avait eu des sonne.
relations avec le bureau des affaires publiques de -l'Ambas-
sade americaine et il avait rencontr6 plusieurs fois l'officier Au comble de I'excitation, un des par-
du PAO (Public Affairs Office), Dan Whitman. Selon les do- tisans a gliss6 une photo de Dany Toussaint
cuments rassembi6s par le gouvernement haitien, Whitman dit dans le cercueil ...
qu'il a rencontr6 cet indicateur en raison des renseignements
qu'il lui donnait sur les attaques centre l'opposition. Cepen- Alors que le corps de Dominique reposait dans son cer-
dant, questionndparl'Association interamencaine delapresse cueil pendant la cdrdmonie funebre qui se ddroulait au stade
(IAPA), Whitman a seulement d6clar6 qu'il avait rencontr6 de football, un group de partisans de Lavalas s'approcha du
Makenton parce qu'il repr6sentait une organisation de la so- cercueil et dansatoutautour d'une fagon suggestive, et enchan-
ci6t6 civil. Whitman d6clara qu'il ne pouvait pas savoir si tant des slogans centre l'opposition. Au comble de l'excita-
quelqu'un n'essayait pas de l'impliquer dans un coup monte tion, un des partisans a gliss6 une photo de Dany Toussaint
avec Makenton. Selon Whitman, Makenton l'a appel6 "pas dans le cercueil. Un des neveux de Dominique qui fut temoin
mal de fois" et il avait 6t6 autoris6 par ses sup6rieurs & rece- de l'incident, retira la photo. Cette action ajetd le trouble chez
voir ses visits. Whitman d6clara que lorsqu'il a su que les enqu8teurs qui essaient de comprendre ce que cela signi-
Makenton avait 6td incarc6r6, il "avait exprim6 son inquid- fie.
tude, relative & son 6tat physique ...". Whitman d6clara qu'il Pour certain, c'6taitune exhibition deToussaint. Quelleque
ne pouvait pas savoir si ce n'6tait pas un coup mont6 de soitsa signification, c'6taitun geste macabre, 6tant donn6 que
Makenton ou de ses associ6s. certain sont convaincus que le Senateur Toussaint est der-
Philippe Makenton devint une piece irrempla9able pour rinre le meurtre de Dominique. Si le juge arrive & amener le
1'enquete. Malgr6 son refus de l'admettre, les enqu8teurs Senateur Toussaint devant les tribunaux, ce sera un test pour
croient qu'il fait parties d'un r6seau d'assassins. Parmi les pre- les capacitds du systemejuridique haltien et qui aura certaine-
mieres pistes foumies par Makenton, il y avait le numdro de la ment besoin d'un coup de pousse de la part d'Aristide lui-
plaque mindralogique de laCherokee blanche utilis6e dans l'as- mgme.
sassinat de Dominique. Le v6hicule a conduit les enqueteurs Toussaint n'est pas rest silencieux en face des attaques et
surlapiste de Jean Wilner Lalane, I'ancien militaire ayant des des charges qu'on lui a imputes dans le meurtre de Domini-
relations avec Lavalas et qui est mort apres l'operation dans que. II a meme accus6,la veuve, Michele Montas, d'avoir fo-
son postdrieur. Lalane 6tait un proche associ6 de Toussaint et ment6 l'assassinat. Son avocat, Jean Claude Nord, a charge
un opdrateur connu dans le cercle des vols de voitures, qui MicheleMontas d'avoir organis les attaques contreToussaint,
ramenent des voitures vol6es de Miami par bateau et les ven- pour 1'empecher de se presenter aux elections pr6sidentielles
dent ensuite en Haiti et en R6publique Dominicaine, selon les
enqueteurs. Les voitures vol6essontaussi utilisdes pour le blan-
chiment de l'argent provenant du traffic de stup6fiants. L es d econ ven u es

Les enqueteurs ne 16sinent pas sur les (suite de la page 10)
mots concernant le role qu'a pu jouer le Dr. de Frank Sylvain apres deux mois de gestion. Avant long-
Alix Charles dans la disparition du t6moin temps, soit le 14 juin 1957, un Conseil Militaire de Gou-
Jean Wilner Lalane ... vemrnement procede A 1'arrestation du Pr6sident Daniel Fi-
Jean Wilner Lalane a 6t6 arret6 en juin 2000, mais fut gnol6 et 1'expddie a New York, apres avoir impitoyable-
bless6 & son post6rieur lorsqu'il avait essays de s'6chapper. 11 ment massacre les habitants de La Saline.
resta 13 jours A I'H6pital G6ndral de Port-au-Prince, refusant Le president Fran9ois Duvalier mettra temporai-
de se faire soigner, de peur qu'on l'assassine afin de l'empe- recent fin aux agissements des G6ndraux par la creation
cher de parler. Finalement, un de ses avocats, apparemment .
Jean Claude Nord, s'est arrange pour transf6rer Lalane dans d'une force parallele connue sous le nom de Volontaires de
uneclinique priv6e otiAlix Charles, un orthop6diste, I'aop6r6. la S6curit6 Nationale. La liquidation des Forces Arm6es
On n'ajamais pu expliquer pourquoi Lalane avait choisi les d'Haiti 6tait entam6e des ce moment-la. Cette milice avait
services d'un orthopddiste pour tre opdr. Cependant, quand priority sur 'arm6e dans son re de policies. En vertu du
Lalane est mort, le docteur a paniqu6 et il a appele Michele p s a c s re d p En vertu d
Montas et le juge charge de l'enquete. Apres avoir donn6 son principle: le civil tient le militaire en l'6tat, les plus pom-
t6moignage, il quitta Haiti pour un endroit secret. peux militaires durent plier 1'6chine devant ces nouveaux
Les enquteurs ne l6sinent pas sur les mots concemant le venus qui rappelaient les Zenglens de Faustin Soulouque.
r6le qu'apujouerAlix Charles dans I'asasssinat. Certainsd'en- Pour subsister et 6ponger ces insults 'arm6e dut se
tre eux pensent qu'il a fait le meme travail dans le passed pour our subsster et L longer ces isuetes, lparmee aut se
la meme organisation. Thdoriquement, la cause de la mort de macoutiser. L'armee continuera a perdre son prestige avec


Prosper Avril. Cet officer, avec des gants patelins, se d6-


GLOBAL FINANCIAL SERVI-

CES & LOAN EXPRESS INC.


FLASH


FLASH


Du nouveau pour la communaut6 de la Floride et les commu-
naut6s voisines Boston, Chicago, New York, Philadelphia,
Canada.
Pour tous vos problkmes de credit et de financement, Contactez nous.
Le d6vouement qui sera d6ploy6 A votre 6gard n'est pareil A aucune autre institu-
tion fuianciere.
<(Nous avons Wte imit6, mais jamais 6gal> .
Pour planification, d6veloppement de project, lancement, restructuration et
financement de projects et d'entreprises, FS. & L. E. Inc. est la seule source.


Parmnni les services que nous offrons:
Achat, Vente et financement d'immeuble prive et commercial.
Achat et Vente de Maison
Placement de Fonds
Unification des entrepreneurs et des investisseurs
Club de Vacances
Reparation de Cr6dit


Recouvrement / Collection
Bourse d'Etudes etc.


-~ ,


,~. \, ,j


Pour de plus amples informations, composez sans frais le
q1-888 988 8300
,' 7Fax: 1888 235 4774
Site Internet
FINANCIAL SERVICES & LOAN EXPRESS INC.COM

Professionalisme, Competence, Courtoisie et Devouement
sont les traits caracteristiques attributes a notre entreprise.


barrassera d'abord de son
chef Henry Namphy, puis
s'amusera de la performance
des caporaux d6boulonnantet
d6culottantles commandants
de d6partements militaires A
longueur de journ6e. Un tel
spectacle plein de sadisme,
n'eut jamais lieu meme du-
rant le regne des satrapes.
L'arm6e avait atteint son plus
bas niveau; la corruption avait


de 2006.
Aujourd'hui Toussaint est un leader influent et populaire de
Lavalas. En avril dernier, il a 6t6 accuse par le congressman
amricain, Benjamin Gilman, d'utre Ie trafiquantde stupufiants
le plus important en HaFti. Toussaint fut 6lu Senateur apres
avoir d6pens6 des milliers de dollars pour construire des sta-
des de football dans les quarters pauvres de Port-au-Prince -
une pratique d6ja utilis6e par le cald colombien de la drogue,
le defunct Pablo Escobar. II arequ le plus grand pourcentage de
votes aux 6lectionsl6gislatives, profitant de sa popularity parmi
les jeunes, qui constituent la tranche la plus important de la
population haitienne.
Ancien officer militaire, Dany Toussaint devint proche du
movement politique d'Aristide au debut des ann6es 90, en
pr6tendant avoir refuse de suivre l'ordre d'assassiner I'ancien
prEtre. En 1997, il fut arrgt6 A Miami par le Immigration and
Naturalization Service (INS). Des sources & Washington ont
d6clar6 que les dirigeants des services de renseignements am6-
ricains, qui avaient assez de renseignements sur Toussaint, ne
les ont cependant pas passes A temps au INS. Toussaint fut
lib6r6 apres deux semaines et retoumrna en HaYiti.
Pour avoir soutenu une plate-forme fondue sur la s6curit6
publique, aujourd'hui le S6nateur Toussaint a promise d'etre
dur envers les criminals; un engagement qui ne manque pas
d'ironie 6tant donned les rumeurs courant sur son r6le pr6sum6
dans le traffic de stup6fiants.
L'61ection de Dany Toussaint au Senat lui donne 6norm6-
ment de pouvoir en Haiti. D'abord, il jouit de l'immunit6 par-
lementaire concernant l'affaire Dominique. Meme si le juge
trouve assez de preuves pour le trainer devant un tribunal, le
Senat est sous le contr6le de Lavalas et le retrait de l'immu-
nit6 de Toussaint ne serajamais voted. D6ja, le S6nat a consti-
tu6 autour de Dany Toussaint un rempart.

(Rapport d'une enquite de l'Association
Interamericaine de Presse / IAPA sur 1'assassinant de Jean
Dominique)

NDLR Dany Toussaint a depuis d6cid6 de renoncer
temporairement A ses privileges l6gislatifs et de se mettre A la
disposition de lajustice. La semaine demiere, il comparaissait
pour la cinquieme fois au cabinet d'instruction.


d'une armee...
6rod6 sa force; Apres que Leslie Manigat, J.B. Aristide,
Nhrette, Ertha P. Trouillot et Marc Bazin eurent Wte remer-
cids soit par un coup de force ou un simple coup de fil,
Emile Jonassaint garrottera, peut-etre sans le savoir, cette
h6morragie de coups d'Etat en signant le document qu'em-
porteront dans leurs valises Jimmy Carter et Colin Powell
permettantAl'arm6eam6ricaine,agissantaunomde l'OEA,
de venir stopper la sdrie de violations des droits humans,
conform6ment au Pacte de Santiago du Chili.
En some, avons nous toujours besoin d'une ar-
m6e, d'une telle arm6e? Si nous avions cinq officers de la
trempe d'un colonel Clermont, 1 'imperm6abilit6 de nos fron-
tieres terrestres serait tranquillement assure, de la rivibre
Massacre A celle des Pdemrnales. Mais tel n'est pas le cas.
N'y,pensons done meme pas. Les bomrnes limitrophes reste-
ront 1A oi elles sont actuellement. Personne ne saura on
sont passes les clefs de la ville de Santo-Domingo que
Nunez de Caceres nous remit jadis sur un plateau d'argent.
Demeurent inopportunes les cavalcades de nos troupiers a
travers les planes d'Azua et de l'Ozama.
La mondialisation, d'un cot6, et le modernisme,
de l'autre, nous mettent en demeure de doter notre defense
de moyens sophistiqu6s, peu coilteux et envisages A long
terme. Rien ne sert d'avoir un cortege de soldats sempiter-
nellement casern6s, toujours prets & porter des coups bas
aux governments 6tablis, aux d6pens du tr6sor public et
du contribuable.

Alix Ambroise


Nouvelles HPN
(suite de la page 2)
novembre 2004 pour renouveler le tiers du s6nat, soit neuf postes de s6nateurs don't le
mandate prendrait fin en 2006.
Le gouvernement haitien a 6galement sollicit6 de l'OEA l'envoi
d'une mission permnnanente en Haiti pour soutenir la d6mocratie et les
droits de 1'homme. Le Ministre Antonio Joseph a d'autre part
rappel au Conseil Permanent de l'OEA les initiatives prises par le
President Aristide pour tenter de trouver une solution A la crise politique.
II a notamment cit6 la formation d'un nouveau Conseil Electoral et la
formation d'un gouvemrnement d'ouverture au sein duquel on
comptait des non-lavalassiens.
Le Centre pour la Libre Entreprise et la D6mocratie (CLED), organisation qui
r6unit dejeunes entrepreneurs haltiens avait propose la tenue de nouvelles
elections 16gislatives g6ndrales dans un d6lai de douze mois avec un Conseil
Electoral de Consensus.
De son c6t6, I'Initiative de la Socidte Civile qui avait assure la
mediation entire les protagonistes a appeal mardi & la reprise des
n6gociations afin d'aboutir A un accord politique. L'Initiative
de la Societ6 Civile a condamn6 la politiquqe du fait accompli et le manque
de r6alisme dans la recherche d'une solution de compromise.

L'OEA a pris acte de la demand haitienne de d6pecher
une commission en HaYti, selon la presidence
Port-au-Prince, le 15 mars 2001- (HPN) Le bureau de press de la
(voir HPN suite / 18)


FLASH


--I---- ~~----- ~ --~`- ~~~ I








I Nos Jeux


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


Allez de GNOLES A DRAGEE, en utilisant des mots du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par


ligne.


Solutions de la semaine pass6e:

M ER Z L 0T A


IRUE ROS ERT

IR U
0SA T SUA
U T A L S K
I R G A GE A
U0NE P ES S N


Nuts ies


FJ
RU
AL
NI
CE
ET
ST
ME
C B
DI
SON
R 0
MC
AH
NE
DR


I E R B A
ELLCR
RTFIN
ODELT
DIDEN
OSDUH
E L L C R
R T F I N
0 D E L T
D I D E N
0 S D U H
H A R R I
REBOR
KBSUX
R E B 0 R
K B S U X
F F B "R I

E T L A W
A U R A L
I L L EM
P N I U 0
PNY A G A IU
YAGA I


Trouvez les 20 acteurs et actrices nomin6s
I pour un oscar dans le carr6 ci-dessus


Solutions de la
semaine passe:

HAITI
1wiT


S SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot Frangais

ED

SGE

10
I I I I I I
Solutions de la semaine passee:
S Z I E U T E R


0 0mn.~ml~~~uav~F l~


Nouvelles HPN
(suite de la page 17)
pr6sidence d'haiti a dementi jeudi que l'Organisation des
Etats Americains (OEA) ait rejet6 cat6goriquement la
demand du Pr6sident Aristide de d6pecher en Haiti une
commission permanent pour soutenir la d6mocratie et
les droits de l'homme. M. Mario Dupuy, membre du
bureau de communication de la pr6sidence a pr6cis6 que
1' organisation hemisph6rique a pris acte, dans
une resolution, de la demand haitienne et devra d'ici le 2
mai 2001 tenir une session en vue de r6pondre
officiellement h la requete du gouvemrnement.
< II n' est nullement question de refus >>, a declare M.
Dupuy lors d'une conference de press jeudi au Palais
National. De son c6t6, le Ministre des Affaires Etrangeres
du gouvemrnement lavalas, Joseph Antonio, a fait


80 printemps et 3 mois dans cette vall6e de pleurs. II
6tait tour a tour fils, frere, 6poux, pere, grand pere, et
ami. Comme fils,il avait h6rit6unpeu l'apparence physi-
que de son pere, Charles Fombrun, avec ses yeux bleus et
sa delicate faqon de voir les choses. Comme frere, il avait
ui nom amusant pour plusieurs des membres de sa grande
famille: Marcel, notre frere ain6, 6tait pour lui le Citoyen
du monde; sa soeur Janine, la Duchesse; son frere Alix
6tait Cisar; sa soeurAnne-Marie Dynamo; et Gerard 6tait,
le Baron.
Lilianne et lui eurent une longue et sincere liaison qui a
dur6pres de 55 ans. Comme 6poux, pere, et grand pere, le
nom affectueux que lui donnaient son spouse, enfants, et
petits enfants 6tait Papi. II 6tait commu par les intimes
comme Lion. Et Lion nous a laiss6 pour l'autre monde.
Comme le dernier des onze freres et soeurs, mes plus loin-
tains souvenirs de Lion sont dans les ann6es 40. Lion est
cadet A 1' ecole militaire et je le revois encore en uniform
blanc sur un cheval blanc, 1'6pee A la ceinture, se pava-
nant au Champs de Mars avec ses colleagues Maurice
Martin et Phito Dominique. Lon sur son bateau des Gar-
des-Cotes, le "Savannah", ou 1'un des membres de 1' equi-
page, Daniel Bayard, 6tait son meilleur ami. .
Loin de lui la pens6e en ce temps lA que sa fille adore
Yannick 6pouserait le neveu de son meilleur ami. Patrick
et Yannick sont maintenant des Saint-Thomiens 6tablis
avec deux grands enfants Dax et Danika.
Maintenant nous sommes aux ann6es 50 et Lion est dans
une nouvelle carriere, les ventes d'assurances. Quel tour-
billon! Sa petite maison A Musseau devientle rendez-vous
des Musseaulais et Musseaulaises de 1'6poque oi l'on
danse et chante accompagn6 de la belle voix de Guy
Durosier, le chanteur du jout.
En 1958 je rejoins Lion en exil volontaire A La Havane
oui nous assistons A la prise de pouvoir de Fidel Castro, le
premier Janvier 1959. Une autre 6pop6e. Bien peu d'hom-
mes sur terre ont v6cu des moments aussi intense.
Voici Lion maintenant habitant New York dans les an-
ndes 60 et il devient la cheville ouvriere du Club Excelsior


remarquer que la demand haitienne ne saurait 6tre
accept6e de maniere automatique et qu'il fallait pour le
Conseil Permanent de l'OEA 6tudier le bien fond6 de la
d6marche, le but et la dur6e de cette mission sp6ciale .
De son ct6t le repr6sentant du Canada aupres de l' OEA
Peter Beinga a indiqu6 que son pays attendait des
r6ponses positives de la part du gouvernement
haitien sur les progres enregistr6s dans le processus
d6mocratique avant de pouvoir s'associer A une telle
initiative.
La mise en place d'une telle mission devra encourager les
consultations sur la crise politique afin de sortir de
l'impasse, a dit M. Dupuy qui a invite opposition
haitienne A abandonner ce qu'il appelle << 1'option zero >>
come formule de n6gociations.
Cependant, le repr6sentant permanent adjoint des Etats-


qui prend naissance. Je sais qu'il m'6coute de IA-haut et
attend que je cite les noms de plusieurs de ses freres pre-
neurs et collaborateurs de ce temps, qui sont A l'instant
avec lui des deux c6tes de la barriere. Je cite : Daniel
Bayard, Louis Brun,Adrien Bellande, Victor Oriol, Emile
Haje, Raymond Florville, Raymond Decastro, Jean-Claude
Garcia, Jean-Robert Bellande, Pierre Qualo, Hans Vallon,
Leon Decatrel, Felix Garescher, Raymond Celestin, Pa-
trick Torres, Guy French, Albert Chassagne, Harold Haspil,
Claude Camille, Claude Oriol, Alix Fombrun, William
Baker, Fritz Roy, Rene Lilavoix, Marcel Fombrun.
En 1971 Lion m'accompagne de New York pour aller
visiter Marcel, repr6sentant des Nations-Unies, a Kam-
pala, Ouganda. Pour y arriver nous dumes passer A Dakar,
Monrovia, Accra, et Lagos. Unpeu encore jelaissais Lion
A Accra oii il engageait un Pied Noir A des discussions les
plus fascinantes sur I'Histoire de 1'Alg6rie. Apres quel-
ques annees A New York, Lion s'installait A St. Thomas et
devint un authentique St.Thomien. Ses filles jumelles
Carlou et Lilou, nues A New York, deviennent aussi des St
Thomiennes integries. La premiere reunion de la chain
Charles Fombrun cut lieu A Saint-Thomas en 1977, grace
A Lionel et son d6vouement pour la cause familiale. Pen-
dant ces dernieres annies, avec le revers de sa sant6, Lion
choisit de s' 6tablir en Floride. II aimait le nom de son quar-
tier et de sa ville: Mystic Point Drive, Aventura.
Pour finir il me faut rendre hommage A son spouse
Lilianne qui s'est d6vou6e corps et ame au bien 6tre de
son mari depuis plus de 50 ans. N' oublions pas cette cita-
tion: Pour comprendre le succes d'un home, cherchez
la femme."
Lion tu nous a laiss6 avec toute la dignity que l'on te
connaissait et une long6vit6 de 80 printemps bien rem-
plis." Salue aussi pour nous ton fils Yves que tu vas main-
tenant apprendre A connaitre. Et, "Caramba ", comme tu
nous aurais dit, "Hastala vista."
Carl Fombrun
Miami, Floride
17 Mars 2001


Unis aupres de 1'OEA, Thomas Chener, a d6clar6 que la
resolution de la crise haitienne passait par la revision des
elections du 21 mai. I1 pense que celles-ci
constituent la probl6matique.principale qui existe dans les
rapports entire la Communaut6 Internationale et le
pouvoir en place. Pour sa part, 1'Ambassadeur du Canada
au sein de l'OEA, Peter Brian, estime que les declarations
du Chancelier haitien ne sont pas convaincantes. 11 invite
le Gouvernement Lavalas A donner plus d'explications
sur sa demand relative A 1'6tablissement d'une commis-
sion semi-permanente de 1'OEA en Haiti.

Nouvelles AHP
(suite de la page 2)
"Nous sommes d6termins A etre les t6moins de progres
substantiels devant les tribunaux halitiens d'ici le 3 juillet,
c'est-h-dire 90 jours apres le premier anniversaire de
I' assassinate du journaliste, indiquent-ils.
Les signataires de cette lettre soulignent qu'un r6seau
global de relations avec d'autres membres de la
communaut6 des Arts et des m6dias a 1'6chelle
international a 6t6 cree pour sensibiliser le public sur les
progres de 1'enqu&te A travers les m6dias internationaux
et haitiens.
L'Alliance Internationale pour Obtenir Justice pour Jean
Dominique s'est dit confiante que ses efforts scriviront
d'instrument valuable pour administration d'Aristide atfin
d'appliquer la pression nicessaire toutes les fois que cela
s'avere necessaire pour parvenir A uine fin heureuse dans
la controversy entourant cet assassinate.
Cette alliance qui decide de plublier des mises A jour
p6riodiques concemrnant F'instruction en course et
1'augmentation du nombre de ses membres, souligne
qu'une issue positive A l'enquete sur le meutre de Jean
Dominique encouragera la poursuite d'action significa-
tive pour traduire devant la justice des auteurs des
assassinats de Guy Malary, Antoine Izmdry, du pere Jean
Marie Vincent et Amos Jeannot pour ne citer que ces cas.
Ces assassinats impunis, indique-t-elle, continent
d'assombrir la perspective d'une soci6t6 16gitime de
prendre racine en Haiti.
L'Alliance Internationale pour Obtenir Justice pour Jean
Dominique croit enfin qu'il est impossible de s6parer le
besoin vital de justice de la possibility d'un veritable
fonctionnement d6mocratique en Haiti.
Cette lettre ouverte est sign e de comediens et acteurs
cdlebres don't Julia Roberts, l'actrice de Pretty Woman,
Dany Glover, la comedienne Lauren Bacall, Denzel
Washington, Gregory Peck, Paul Newman, Robert de
Niro, Sidney Poitier, Jean Luc Godard.
La lettre porte 6galement la signature d' crivains tres
connus don't Toni Morrison, Stephen King, Norman
Mailer, et la jeune romanciere haltiano-americaine
Edwidge Danticat.
Des r6alisateurs de cinema don't Jonathan Demme ont
paraph6 cette lettre ouverte pour r6clamer justice en
faveur de Jean Dominique. Jonathan Demme travaille
actuellement sur un documentaire de 90 minutes sur Jean
Dominique.
D'autres noms tres families au public haitien: la
danseuse et chor6graphe Katherine Dunham, le pere Jean
(Jrfi6, actuellement en Italic, Wyclef Jean des Fugees, la
r6alisatrice d'origine haltienne, Patricia Benoit, I'ancicn
maire de l'Etat de New-York, David Dinkins et Randall
Robinson de Transafrica.


Page 18


G N 0 L E S


Hommage a Lionel Fombrun

20 Juin 1920 -13 Mars 2001


I


mlikk


I







Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol.XV No.7


Page 19


ti gout pa ti gout ak Jan MapouI


ADJE!
Se konsa m'te kontre-w
Se konsa mwen te renmen-w
Pilon, kiye, asyet
Se konsa m'te vle-w
M'te dwe konnen-w
Men oumenm menm
Ou te w6-m konsa
Avek tou sa
Men ou te manje-m
Ou te dijere-m!
Kon youn koulev
Mwen te souse ke-w:
Mabouya, zandolit, kit!
Se konsa n'te ye
Van vante, toubiyon leve
Pousy6 anvayi je-m
Ak youn ti dlo
Sanon, sevyet reset!
Ou netwaye-1
Se konsa ou te ake-m
Enhen! ou te renmen-m ak tout ti ke-w
Toutrel Sotrel Swel
Se konnen m'te konnen-w
M'te vin renmen-w
Solky pa te leve
Youn tivan t'ape soufle
byen dous, byen swa, tou fre!
Lalin t'ape klere-n
Kbtakbt nou chita
Youn ti pawbl pale
Galita tet anba
Chody6, asyet, kiye... Kraze
Se konsa m'te w6-w
Se konsa m'te konnen-w
Se konsa m'te vin renmen-w
Men se konsa tou m'ape kite-w
Adje!!!...
Gary S. Daniel
nan: Kanmiz6l nan peyi Gonbolyen

FANM SAN DEFO-A

Li se youn trezb nan vi mari li
Li pajanmjete mari-1 nan tet chaje
Li file koton-1 ak l1n li nan lajwa
Mari fbme Jezi, Mari f6me Jezi

Tankou youn bato k'ap vwayaje lwen
Ki pajanm make pran tou sa li bezwen
Anvan li jou l'sou pye, tout af6-1 byen mache

K6 kontan fieri andedan kay li
Ak benefits li l'achte youn teren
Li mare ren-1, li plante jaden rezen-1.

Aktivite men-1 simaye lajwa
Li met tout k6 li pou f6 afe-1 byen mache
Lanp li ret limen lajounen kou lanuit.

Tout mounn respekte paw6l mari li
Tout mounn obeyi-1 pou peyi-a mache
Nan magazen li, yo vann bon renome

Tout ras pitit li di li genyen chans
Mari-1 gen fyete pou l'fe lwanj pou li.
Se nan tout bagay li devan net ale

Se li ki deny espwa malere
K6 li toujou bon pou moun k'andanje
Mounn ki rete lakay li pap make anyen
Mesi jezikri ki fe-n kado li
mesi papa li ki f6-1 san defo
Mesi lespri Sen -an ki rete nan li

(Pwoveb 31/10
Nan: n 'ap regle tout bagay an chantan(1990)


CARIBBEAN
DANCE CELEBRATION
31 MAS 2001:
MIAMI BEACH PERFORMING
1 AVRIL 2001:
CORAL SPRING CIVIC CENTER
Jou ap mache. Jou-a Pret pou rive. Caribbean
Dance Celebration nan wout toutboulin. Ap gen
Trinidad ak Tobago, St Lucie, Jamaique,
Cubalfe-Ile, Haiti (Sosyete Koukouy),
Diaspora Dance. Ap gen 2 seyans. Younn nan
Miami Beach Samdi 31 Mas a 76 diswa. Ap
gen youn 6lb nan Dimanch Premye Avril nan
Coral Springs Civic Center.
Tanbou pral woule, Mesye-dam yo pral dyaye.
Vin bat bravo pou Ayiti ak Sosyete Koukouy...
Se vannen nou pral vannen yo. Senmenn
pwochenn m'a ban nou program nan.
Achte Tike nou bone-bone nan Libreri Mapou
$20, $25.- 5919 NE 2nd Av. Miami


'A- ^ -f -. i ^':-, ..- -*
-^ 7 -" a .^. -S .. -* -
41,


ESTATI SOLA NAN KAMAGWEY KIBA
(an konstriksyon)Yo kouvri-1 ak drapo
Kiben. Anba-a se drapo Ayisyen-an. Sou tet
anlI youn zetwal k'ap briye...
Pou Jounen Entenasyonal Kreyol 28 Oktob
2000 youn gwoup Ayisyen-Kiben depoze flM
devan estati senbolik sa-a ki reprezante
Ayisyen ki mouri sou te Kiba. Ayisyen Kiba
gen larekonesans, Yo sonje premye lapli ki
fM mayi pouse! Ala youn bel leson pou
Ayisyen lakay!

SOURI BAN MWEN
Se souri pa-w menm ki enterese-m
Se li mwen ta renmen trape
Pou lanmou-w kontaminen-m
Si ou souri ban mwen
Imedyatman m'ap souri ba-w
Youn senp souri kou we pa-w
Ka f6 youn dal 16t mounn souri tou
Youn ti van souri-w salman
Ka f6 letoudimonn nan youn klendey
Konsa lanmou-w ka tounen youn epidemi
Pou enfekte lath
Kontinye souri
Tout mounn bezwen youn ti souri
Souri ban mwen
M'a souri ba ou.
Emmanuel W. VWdrine
(koleksyon: Koze Lanmou II)

Refleksyon
-Yo di Fanm se tankou youn ti sache te... Se
l1 ou lage-1 nan dlo cho ou w6 long6-1...
- Fanm pajwe. Depi w'al jwe, sa ou pran se
pa-w!
-Depi fanm pa ko gen pitit...Li se mounn
Depi li gen pitit... Li se youn 16t mounn (JM)


JOUNEN ENTENASYONAL TEYAT
JOUNEN NASYONAL MORISO LEWA
Se tousa nou pral fete dimanch 25 nan Sant
Kiltir6l Mapou ak Pierre Saint Sauveur. Ap gen
ti moso nan chak. Panthaleon Guilbeau pral fe
youn ti koze sou d6nye jou Moriso yo. Pierre
Saint-Sauveur akt6, ekriven pral f6 youn ti
demonstrasyon <> pyesteyat li -a
epi l'ap tou pwofite prezante 2 liv li ekri :
MANIKA youn woman an franse ak MOI J'AI
LE COEUR BLANC. Youn bel sware liter
nan Sant Kiltirel Mapou 5919 NE 2nd Avni
k'ap k6manse a 4:30 Tapan. A 36 ap gen tire
Kont pou timounn. Mennen timounn yo Vin
pran youn ti detant nan SAnt Kiltirel MAPOU

MAJISTRA ALEX PENELAS

PALEMWADSA!

Ankatimini, MajistraAleks Penelas ap
satouyet kominote Ayisyen-an. Si li poko bay
lajan, li bay diyite. Si li poko mete devlopman
ekonomik, li koumanse mete estrikti pou sa vini
pita. Nou met koumanse bat youn ti bravo pou
Majistra-a wi.
Majistra-a made ak otorite pou yo
mete tradiksyon tout afich nan Mayami epot
nan lanng Krey6l Ayisyen-an... Menm Ayiti ou
nou pa jwenn sa. Nan 6pot, Kreybl ap pale
tankou Angle, tankou Pany6l.
Majistra-a dak6 pou bilten v6t yo ekri
an Kreybl tou pou pit kou mawo zannana kou
penyen konprann enf6masyon ki sou bitten-
an... Se gwo koze! nan ki 16t vil Ozetazini nou
jwenn sa!
Majistra deklare MWA ME mwa eritaj
kiltirel Ayisyen... Rete, se pa plezantri non,
Majistra-a pa p'betize non. Li mete 2 fanm to-
tal-kapital : Emeline Alexis ak Rose Marie
Toussaint responsab pou mete ld li an
ekzekisyon vit-e-prese 2 medhm sa-a yo,de
kanno, ap prepare aktivite kiltirel mwa ME-a,
Y'ap kontakte Ayisyen pasi-pala, fe reyinyon
pou pwoj6 sa-a leve prestij kominote Ayisyen-
an. Pou mwa Me-a ap gen aktivite chak jou,
chak wikenn depi premye rive jouk 31 Me. E
16 nou konnen Mwa Me se mwa Ayida Wedo,
mwa tout bel fanm-manman ki ban nou lavi,
enben se pral youn kouw6n ilan-ilan nou pral
trese pou manman yo!..nan youn bouyon kiltirel
wololoy eskanp figi nou pral leve kanpe
lamenm... Se pajwet!
Majistra Aleks Penelas monte youn
komite ak kek Ayisyen nan Kominote-a pou
ede-1, konseye-1, f6-1 konprann bezwen
kominote-a...F6k mwen di nou tou youn 16t
estrikti ki gentan monte se youn Chanm Kombs
ak Kombsan Ayisyen... Kounye-a y'ap f6
evalyasyon, y'ap fe pwopozisyon... pou youn
devlopman ekonomik nan Little Ayiti... Rete
tann! An n'kenbe koze-n pou zbt pa f6 jalouzi!
Jan Mapou

WWW. LIBRERI MAPOU. COM...Men
nimewo-a. Pran-ti pasyans wi... Satelit la poko
ka vole... Gwo zwezo yo kouche ankwa pou
piti yo pa pran elan... An nou lapriy6! Mesi pou
pasyans nou. N'ap monte sou boulva-a
kanmenm! Detanzantan tcheke
www.LibreriMapou.com...Al pran youn j6f!

N'aprann gen vlb k'ap mete etiket Mapou
son Kremas yo epi yo di se Kremas Mapou...
Se pa vre non. Si nou pa achte KREMAS
MAPOU nan LIBRERI MAPOU ak kay
Jacques Market nan Olando, sa n'pran se
pa-n!








Page 20


I PETITION


I


INTERNATIONAL ALLIANCE

FOR JUSTICE

FOR JEAN DOMINIQUE
March 12, 2001

Dear President Aristide,

We the undersigned hereby offer your administration our full support
in bringing to justice those responsible for the assassination of radio
journalist and human rights activist Jean Dominique on April 3, 2000.

We are an international movement dedicated to the identification and
incarceration of the parties responsible for Jean Dominique's
death. We are committed to witnessing substantial progress
within the Haitian judicial system within 90 days of the 1
anniversary of Mr. Dominique's tragic killing, by July 3 of this
year.

We are networking with other concerned members of the inter-
national arts. and media community, building public awareness of
the progress of the investigation via the international and Haitian
media.

The Alliance for Justice website (www.justiceforjean.com) will
soon be up and running,

We believe our efforts can serve as a valuable tool for your
administration's use in applying the necessary pressure wherever
needed to achieve the successful end of the controversy
surrounding Jean Dominique's appalling murder. We will be
issuing periodic updates concerning the ongoing investigation to
all outlets, as week as information about the growth of the
Alliance's membership.

We believe that the positive solution of Jean Dominique's
killing will advance the possibility of bringing those responsible
for the assassinations of Guy Malary, Antoine Izmery, Father
Jean-Marie Vincent, and Amos Jeannot to name but a few of the
grievously unsolved slaying that continue to blight the prospects
of legitimate civil society taking root in Haiti.

We believe it is impossible to separate the vital need for justice
in these and other murders from the possibility of a truly
functioning democracy in Haiti.


Respectfully yours

International Alliance for Justice for Jean Dominique


Mercredi 21 Mars 2001
Haiti en Marche Vol. XV No.7


ALLIANCE INTERNATIONAL

POUR OBTENIR JUSTICE

POUR JEAN DOMINIQUE

12 mars 2001

Cher Pr6sident Aristide,

Nous soussign6s, offrons par la pr6sente A votre administration
notre plein appui dans son effort pour traduire en justice les
responsables de l'assassinat de Jean Dominique, journalist radio
et militant des droits de l'Homme, perp6tr6 le 3 avril 2000.

Nous avons form un movement international consacr6 a
identification et A l'incarc6ration des responsables de la mort de
Jean Dominique. Nous sommes determines a etre les t6moins de
progres substantiels devant les tribunaux hailtiens d'ici le 3 juillet
2001, c'est a dire 90 jours apres le premier anniversaire du tragi-
que assassinate de Jean Dominique le 3 avril 2000.

Notre comit6 a d6ja 6tabli un r6seau global de relations avec
d'autres membres concerns de la communaut6 des arts et des
m6dias a l'6chelle intemationale pour sensibiliser le public sur les
progres de l'enquete A travers les m6dias internationaux et hai-
tiens.

Le site web www.jiistice forjean.com sera bient6t lanc6 et op6ra-
tionnel.

Nous sommes confiants que nos efforts serviront d'instrument
valuable pour votre administration afin d'appliquer la pression
necessaire toutes les fois que cela s'avyre necessaire pour parve-
nir A une fin heureuse de la controversy entourant le terrible
assassinate de Jean Dominique. A cette fin, nous allons publier des
mises A jour p6riodiques concemant l'instruction en course et
l'augmentation du nombre de membres de notre Alliance.

Nous croyons qu'une issue positive a l'enquate sur le meurtre
de Jean Dominique encouragera la poursuite d'actions significati-
.ves pour traduire devant la justice les auteurs des assassinats de
Guy Malary, Antoine Izmery, Pere Jean-Marie Vincent et Amos
Jeannot pour ne citer que quelques uns des assassinats douloureu-
sement impunis qui continent d'assombrir la perspective d'une
soci6t6 civil legitime pregnant racine en Haiti.

Nous croyons qu'il est impossible de s6parer le besoin vital de
justice dans ces cas d'assassinats et d'autres, de la possibility d'un
veritable fonctionnement d6mocratique en Haiti.

Recevez nos salutations distingu6es.

Alliance Internationale Pour Obtenir Justice Pour Jean Dominique


Kathenne Dunham
W'cler Jean
David E Kelley
Guy Anloine
John Baile)
Ed Begley.Jr
John Boonrman (Ireland)
Ethan Coen
Alain Corneau (France)
Edwidge Danuicat
Ruby Dee
Robert Do%%ney, Sr.
Paul Farmer
Gil Enesen
Amos Gitai (Israel)
Beth HenleN
Sakina Jafilrey
Danny Glover
Jonathan Demme
Robert Altman
Lauren Bacall
Bob Balaban
Patricia Benoit
Anthony Calypso
Joel Coen
Jonathan Cott
Osie Davis
David Dinkins
Joel Dreyfuss
Jacqueline Fils-Aime
Peter Gabriel (UK)
Brian Grazer
Bonnie Hlinomaz
Jean Jean-Pierre
Taylor Branch
Woody Allen
Paul Thomas Anderson


Ted Bafaloukos ( Greece)
Bruno Baieto ( Brazil)
David Blainme
Mishka CheNko ( France)
Roger Cormnan
Ophelia Dahil
Robeit De Niro
Tashi Dolma (Tibet)
Nora Ephron
Jean-Paul Fils-Aiime
Liz Gelbher (France)
Thomas H sars
Amy Irving
Mlargo Jefferson
Norman Je%%isou
Anna Karina (France)
Chlristine Lahti
Spike Lee
Carol Littleton
Michael Mann
Mike Mleda'oy
Paul Nen man
GregorN Peck
Harold Pinter (UK)
Tim Robbiuns
Arundhati Roy (India)
Ed Saxon
Bob Shacocluis
Peter Stone
Barbara Sukowa
Steven V'an Zanidt
Denzel Washington
Damuel Wolff
Quincy Jones
Stephen King
Darrell Larson
Patnck Lemoinue


SidneN Luimet
James McBride
Jo MNenell
Thandie Newton (UD)
Arthur Penn
Sidney Poiuer
Julia Roberts
Peter Saral
Paul Schrader
Jim Sheridan (Ireland)
Susanna Syivron
Robert Fan-is Thompson
Edie Vonmegut
Amy Wilentz
Alfre Woodard
Spike Jonze
Pradip Knshen (India)
Nonnan Lear
Cathenne Letemer (France)
Norman Mailer
Frrol McDonald
Toni NMomon
01 Parker (LIK)
Anna Hamilton Phelan
Natasha Richardson
Randall Robinson
Susan Sarandon
MNarin Scorwsese
Mary Steenburgen
William Stiron
Jean-\c I.UrfiN (Itah)
Kurt Vonnregui, Jr
Robin Williams

partiall nm.mibership lis.Usignecs
as il March 16, 2001)
(Lisle paruelle des nembchres de I'Alliance.signataireN
au 16 Mars, 2001)




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs