• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Title Page
 Table of Contents
 Bundnisse, Vertrage, Konventionen...
 Aktenstucke zur Geschichte des...
 Grofsbritannien und seine...
 Verhandlungen uber die Raumung...
 Bundnisse, Vertrage, Konventionen,...
 Back Matter
 Back Cover














Group Title: Staatsarchiv
Title: Das Staatsarchiv
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098568/00034
 Material Information
Title: Das Staatsarchiv
Physical Description: v. : ; 24-25 cm.
Language: German
Creator: Institut für Auswärtige Politik (Germany)
Institut für Ausländisches Öffentliches Recht und Völkerrecht (Germany)
Germany -- Auswärtiges Amt
Publisher: Akademische Verlagsgesellschaft etc.
Place of Publication: Leipzig etc
Leipzig etc
 Subjects
Subject: History, Modern -- Sources -- Periodicals   ( lcsh )
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Additional Physical Form: Also issued online.
Dates or Sequential Designation: 1.-86. Bd., Juli 1861-1919; n.F., 1.- Bd., 1928-
Numbering Peculiarities: Publication suspended 1920-1927.
General Note: "Sammlung der offiziellen Aktenstücke zur Aussenpolitik der Gegenwart."
General Note: "In Verbindung mit dem Institut für Auswärtige Politik, Hamburg, und dem Institut für Ausländisches Öffentliches Recht und Völkerrecht, Berlin, und mit Unterstützung des Auswärtigen Amtes herausgegeben von Friedrich Thimme.
General Note: Has occasional supplements.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098568
Volume ID: VID00034
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 01766397

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 22 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
        Front Matter 4
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Table of Contents
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Bundnisse, Vertrage, Konventionen u. s. w.
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Aktenstucke zur Geschichte des Sudafrikanischen Krieges
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Grofsbritannien und seine Kolonien
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
    Verhandlungen uber die Raumung von Shanghai 1902
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
    Bundnisse, Vertrage, Konventionen, Protokolle u. s. w.
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
    Back Matter
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
    Back Cover
        Page 323
        Page 324
Full Text


























-

77














EXTRACT FROM THE TrIRTEENTH OF TU RULES FOI< TIE
LIBRARY AND READING ROO OF TUE BOSTON ATHENEuN.r


"If any book shall be lost or injured, or if any
notes, comments, or other matters shall be written, or
in any manner inserted therein, the person to whom it
stands charged shall replace it by a new volumrne, or
set, if it belongs to a set."



l'St .oc Nov. 031









Das Staatsarchiv.



Sammlung

der offiziellen Aktenstcke
zur

Geschichte der Gegenwart.



Begrndet
vol
Aegidi und Klatlihold.

flcransgegeben
voll
C7- a s t a-7 0 1 off


Siebenundmisechzigster Ean









Leipzig,
Verlag von Dunicker & IIumblot.
1903.















Inhaltsverzeichnis.


uiindnisse, Vertriige, Konvcntionen, Protoliolle ele.
Nr. Seite
1843. Novbr. 28. Grofsbritannien und Frankreich, Erklrung ber die
Unabhngigkeit der Sandwichs-Inseln. .. ... 12754. 247
184I;. April 4. Grofsbritannien und China, Vertrag ber die Insel
Chusan ... .. ... .. .. ...... 12755. 247
18l;2. Mrz 10. Grofsbritannien und Frankreich. Erklrung ber die
Unabhngigkeit der Sultane von Muskat undSansibar 12756. 249
1887. August 1. Italien und Argentinien. Vertrag ber Ausfhrung von
Klagen und Urteilen . . . . . . 12669. 13
18i92. Juni 15. Vereinigte Staaten und Dnemark, Vertrag ber
Markenschutz . . . . . . . . 12679. 38
August 7. Vereinigte Staaten von Amerika und Chile. Abkommen
ber Schadenersatzansprchel der beiderseitigen
Staatsangehrigen . . . . . . . 12676. 24
1895. Novbr. 25. Italien und Schweiz. Vertrag ber Bau und Benutzung
einer Eisenbahn durch den Simploen . . ... 12677. 25
1896. Mrz 1/3. Italien und Luxemburg, Markenschutzvertrag . .. .12674. 22
Juni 4. Vereinigte Staaten von Amerika und Mexiko, Ab-
kommen ber Verfolgung von Indianern an der
Grenze . . . . . . . ... 12075. 22
1897. Januar 13. Vereinigte Staaten von Amerika und Japan. Zusatz zu
dem IIandelsvertrage vom 22. Novbr. 1894 (Nr. 11092.) 12680. 39
,, Mrz 12. Italien und Bulgarien. Vorllufiges Handelsabkommen 12678. 36
1898. Mai 28. Frankreich und Vereinigte Staaten von Amerika,
Handelsabkommen . . . . . . .. 12681. 40
1899. Juli 15. Grofsbritannien und Uruguay. Erneuerung des Handels-
vertrages . . . . . . . ... 12664. 1
1900. Januar 17. Japan und Kongostaat, Handels- und Niederlassungs-
vertrag . . . . . . . . 12670. 15
,9"0 0 i. ... Rufsland und Vereinigte Staaten von Amerika. Post-
vertrag . . . . . . . . . . 12668. 9
1900. Januar 24. Frankreich und Italien. Protokolle ber die Abgren- -
zung ihrer Besitzungen im Kstengebiet des Roten
Meeres und des Golfes von Aden . . . . 12673. 20
Juni 19. Kongostaat, Konvention mit der Katanga-Kompagnie 12671. 17
Oktr. 16. Deutsches Reich und Grofsbritannien. Vertrag ber
China . . . . . . . . . 12665. 2
Juni 24. Grofsbritannien und Dnemark, Abkommen zur Rege-
lung der Fischerei bei den Farr-Inseln und Island 12760. 300






IV HImni.iscli Kurie. -Aktenustuckc zur Geschichte des Sdafrikanischen Krieges.

Nr. Seite
1901. August 12. Trkei und Rumnien, Handelsvertrag . . .. 12761. 309
16. Grofsbritannien und Persien, Vertrag ber die Aus-
dehnung des Telegraphennetzes zwischen Europa
und Indien .. . . . . . . ... 12667. 5
1902. Januar 30. Grofsbritannien und Japan, Vertrag ber China und
Korea . . . . . . . . . . 1266U. 3
S Mai 17. Japan und Korea, Abkommen, betreffend die japanische
Niederlassung in Masampo . . . . 12672. 19
Septbr. 5. Grofsbritannien und China. HIandelsvertrag . . 12759. 282
Novbr. 11. Deutsches Reich und Luxemburg. Vertrag ber den
Betrieb der Wilhelm-Luxemburg-Eisenbahnen . 12757. 2-19
26. gypten und Frankreich. Handelsvertrag . . 12682. 42
1903. Januar 31. Vereinigte Staaten und Dominikanische Republik,
Protokoll ber Einsetzung eines Schiedsgerichts
wegen Forderungen einer New-Yorker Gesellschaft
an die Dominikanische Republik . . . . 12762. 312
Februar 17. Vereinigte Staaten und Venezuela. Protokoll ber
Einsetzung eines Schiedsgerichts fr alle Ansprche
von Brgern der Vereinigten Staaten gegen Venezuela 12763. 316
18. Deutsches Reich. Denkschrift, dem Deutschen Reichs-
tage bei Einbringung des Vertrages in Nr. 12757
vorgelegt . . . . . 12758. 261

Rlmische Kurie.
1902. Mrz 19. Rundschreiben Leos XIII. beim Eintritt in das
25. Jahr seines Pontifikats . . . . . 12682. 81

Aktenstiicke zur Geschichte des Siidafrikanischlen Krieges.
I. Verhandlungen zwischen Grobritannien und den Buren
ber die Niederlegung der Waffen.
Nr. Scito
1902. Mrz 12. Grofsbritannien, Lord Kitchener, der Oberbefehlshaber
in Sdafrika an den Kriegsminister. Friedens-
angebot Schalk Burgers . . . . ... 12684. 117
S13. Der Kriegsminister an Lord Kitchener. Antwort
auf das vorige . . . . . . 12685. 117
S April 10. Lord Kitchener an den Kriegsminister. Die Buren
haben Friedensantrge beschlossen . . . 12686. 117
11. Der Kriegsminister an Lord Kitchener. Milner soll
an den Verhandlungen teilnehmen . . . 12687. 118
,, 11. Lord Kitehener an den Kriegsminister. Genauer
Text des Vorschlages vom 10. April . ... 12688. 118
12. Derselbe an Denselben. Bedingungen der Buren 12689. 118
13. Der Kriegsminister an Lord Kitchener. Die bri-
tische Regierung gesteht keine Unabhngigkeit der
Burenstaaten zu . . . . . . . . 12690. 119
14. Lord Kitchener an den Kriegsminister. Die Buren-
delegierten wollen die englischen Bedingungen
ihrem Volke vorlegen . . . . . . 12691. 119
16. Der Kriegsminister an Lord Kitchener. Antwort
auf das vorige ..... .......... 12692. 120






Aktenstcke zur Geschichte des Sdafrikanischen Krieges. V

Nr. Seite
1002. April 17. Grofsbritannien, Lord Kitchener an den Kriegsminister.
Die Burendelegierten werden bei den Burghers
unbedingte Vollmacht nachsuchen . . . . 12693. 121
18. Derselbe an Denselben. Dasselbe. . . ... 12694. 121
19. Der Kriegsminister an Lord Kitchener. Keine Unter-
brechung der Operationen vor dem definitiven
Abschlu . . . . . . . . . 12695. 122
S 19. Lord Kitchener an den Kriegsminister. Nheres
ber die Abstimmung der Buren . . . . 12696. 122
Mai 17. Lord Kitchener an den Kriegsminister Die Buren
haben einer Kommisson die Vollmacht zu Friedens-
verhandlungen bertragen . . . . . 12697. 122
18. Derselbe an Denselben. Dasselbe . . . 12698. 123
19. Lord Kitchener an den Kriegsminister. Differenzen
mit den Buren ber die Grundlage der Verhandlungen 12699. 123
S21. Derselbe an Denselben. Vorschlag, den in Ver-
eeniging versammelten Buren folgendes Dokument
vorzulegen . . . . . . . . . 12700. 124
26. Der Kolonialminister an den Oberkommissar. Be-
stimmungen der Proklamation vom 7. August 1901 12703. 128
S27. Der Kolonialminister an den Oberkommissar Lord
Milner. Abnderung von Nr. 12700 . . .. 12701. 125
S27. Derselbe an Denselben. Das vorige bezieht sich
nicht auf die Rebellen aus Natal und der Kapkolonie 12702. 127
27. Der Oberkommissar an den Kolonialminister. Pro-
klamation vom 7. August . . . . .... 12704. 128
27. Derselbe an Denselben. Dasselbe . . . 12705. 129
28. Der Oberkommissar an den Kolonialminister. Den
Buren sind die englischen Bedingungen mitgeteilt 12706. 129
S30. Derselbe an Denselben. Verhandlungen ber die
Rebellen . . . . . . . . .. 12707. 130
31. Draft Agreement as to Terms of Surrender of the
Boer Forces in the Field approved by His Majesty's
Government . . . . . . . . . 12709. 131
Juni 1. Der Oberkommissar an den Kolonialminister. Unter-
zeichnung des Friedens .. . . . 12708. 131

II, Statistik der Flchtlingslager.
1902. Mai Grofsbritannien, Statistik ber die Flchtlingslager 12710. 133

III. Aktenstcke ber eine Unterredung zwischen dem Kolonialminister
Chambcrlain und den Burengeneralen Botha, De Wet und Delarey.
Nr. Seite
1902. August 20. Grofsbritannien, Die Burengenerale an den Kolonial-
minister. Fordern eine Unterredung . . . 12711. 135
S 21. Der Kolonialminister an die Burengenerale. Ant-
wort auf das vorige . . . . . . . 12712. 136
S 23. Die Burengenerale an den Kolonialminister. ber-
senden das Verzeichnis der Gegenstnde, ber die
sie eine Unterredung wnschon . . . . 12713. 136






VI (nroblriliiaicn n. .sie Kolioiiiii. Verhiaiidluiign.u il. die Riiiiiung v. Shanghai 1902.

Nr. Seite
Ii2. Aligist 28. Grofsbritannien. Der kolonialminister an die Generale.
Ist lberrascht ber die Wnsche und fordert nihere
Erklru gen . .. . . . . . ... 12714. 139
Septbr. 1. Die Generale an den Kolonialminister. Antwort
auf das vorige . .. . . . . . 12715. 141
1. Der Kolonialhinister an die Generale. Verlangt '
eine Zusage, da die Generale keinen Gegenstand,
der mit derKonvention vonPretoria nicht zusammen-
hngt, besprechen wollen . . . . . . 1271. 143
3. Die Generale an den Kolonialminister. Antwort
auf das vorige . . . . . . . . 12717. 144
5. Unterredung zwischen dem Kolonialminister und
den Bureugeneralen . . . . 12718. 145


(UrolIu'ialinii n uund seine Kolonien.
Konferenz des Kolonialministers mit den Ersten Ministern der Kolonien
mit bSelbstverwaltung. Besprechung militrischer, politischer und
kommerzieller Fragen.
Nr. Seite
1902. Juni-Aug. Grofsbritannien. Subjects suggested for diseussion and
Notices of Motion . . . . . 12719. 163
. -- Summary of Resolutions and Results . . . 12720. 165
. ,, Summary of Proceedings of the Colonial Confcrence 12721. 169

Veriiaiidhiigcnei ilber die iliiuiung von Slimugilii 11)02.
Nr. Seite
1902. Juli 30, Grofsbritannien, Der Geschiftstrger in Peking an den
Minister des Answ. Die chinesische lRegierung
wnscht den Abzug der fremden Truppen aus
Shanghai . . . . . . . 12721. 230
31. Der Minister des Ausw. an die Vertreter in Paris,
Berlin und Tokio. Teilt den chinesischen Wunsch mit 12722. 230
August 1. Der Botschafter in Berlin an den Minister des Ausw.
Die deutsche Regierung will sich mit den brigen
verstndigen . . . . . . . . 12723. 231
1. Der Botschafter in Tokio an den Minister des Ausw.
Japan will in bereinstimmung mit den brigen
Mchten handeln .. . . . . . 12724. 231
7. Der Botschafter in Paris an den Minister des AAusw.
Frankreich ist zur Rumung bereit, behlt sich
aber das Wicderbesetzungsrecht vor . . . 12725, 231
12. Die Botschaft in Berlin an den Minister des Ausw.
Die deutsche Regierung hat noch keinen festen
Entschlu gefat . . . . . 12726. 232
19. Der Minister des Ausw. an den Botschafter in
Berlin. Die deutsche Regierung fordert Verhand-
lungen ber die gleichzeitige Rumung Shanghais 12727. 232
20. Das Ausw. Amt an das Indische Amt. Wann
knnen die Truppen frhstens zurckgezogen
werden? . . . . . . . . . 12728. 233






Verhandlungen ber die Rumung von Shanghai 1902. VII

Nr. Seite
1902. August 26. Grofsbritannien. Das Indische Amt an das Ausw. Amt.
Antwort auf das vorige . . . . . . 12729. 233
0 Septhr. 19. Der Minister des Ausw. an den Geschftstrger in
Peking. Der 1. Novbr. soll als Rumungstermin
vorgeschlagen werden . . . . . . 1270. 234
22. Der Botschafter in Tokio an den Minister des
Ausw. Japan billigt den Rumungstermin . . 12731. 234
Oktober 1. Der Geschftstrger in Peking an den Minister des
Ausw. Antwort auf Nr. 12730 . . . . 12732. 234
,, 7. Deutsches Reich, Die Botschaft in London an den
engl. Minister des Ausw. Bedingungen, die die
deutsche Regierung an die Rumung knpft 12733. 234
8. Grofsbritannien, Der Botschafter in Paris an den
Minister des Ausw. Die franz. Regierung nimmt
den 1. Nov. an . . ... .. ... .... 12734. 235
8. Der Geschftstrger in Peking an den Minister des
Ausw. Instruktionen des deutschen und franz.
Geschftstrgers .. . . . . . .. 12735. 236
9. Der Botschafter in Tokio an den Minister des
Ausw. Japan will sich mit Grobritannien ber
die deutschen Bedingungen verstndigen . . 1273. 236
10. Der Minister des Ausw. an den Geschftstrger in
Peking. Besprechung mit dem japanischen Bot-
schafter ber die deutschen Bedingungen . . 12737. 237
S 11. Der Minister des Ausw. an die deutsche Botschaft.
Bemerkungen zur dritten deutschen Bedingung 12738. 237
13. Der Botschafter in Tokio an den Minister des Ausw.
Japan ist einverstanden mit dem vorigen . . 12739. 238
S15. Der Geschftstriger in Peking an den Minister des
Ausw. Doppelspiel der chinesischen Regierung 12740. 238
16. Der Min. des Ausw. an den Geschftstrger in
Peking. Dasselbe . . . . . . . 12741. 239
17. Der Geschftstrger in Peking an den Minister des
Ausw. Instruktionen au die Konsuln ber die
Rumungsfrage . . . . . . . . 12742. 240
20. Derselbe an Denselben. Unterredung mit Prinz
Ching ber die Rumung . . . . . . 12743. 240
30. Der Minister des Ausw. an die Vertreter in Berlin,
Paris, Tokio. Deutschland hat auf seine dritte
Bedingung verzichtet . . . . . . . 12744. 240
30. Der Minister des Answ. an den Botschafter in
Berlin. Dasselbe . . . . . . .. 12745. 241
31. Der Geschftstrger in Peking an den Minister des
Ausw. Antwort der chines- Regierung auf die
deutsche Forderung . . . . . . . 12746. 242
Novbr. 1. Deutsches Reich, Der Botschafter in London an den
engl. Minister des Ausw. Die dritte Bedingung
ist durch die chinesische Erklrung erfllt . 12747. 242
3. Grofsbritannien, Der Minister des Ausw. an die Bot-
schaft in Berlin. Unterredung mit dem deutschen
Botschafter .. . . . . . 12748. 242






VIII Verhandllugen iber die Riiumung von Shanghai 1902.

Nr. Seito
1902. Novbr. 5. Grofsbritannien, Derselbe an Denselben. Dasselbe 12749. 243
,, Der Minister des Ausw. an den deutschen Bot-
schafter in London. Bemerkung zu der chinesi-
schen Erklrung an Deutschland . . . . 12750. 244
7. Deutsches Reich, Der Botschafter in London an den
engl. Minister des Ausw. Antwort auf das vorige 12751. 245
15.. Grofsbritannien. Der Botschafter in Tokio an den
Minister des Ausw. Japans Vorbehalt bei der
Rumu g . . . ... . . 12752. 240
1G. Der Minister des Ausw. an den Botschafter in
Tokio. Stimmt dem vorigen zu . . . . 12753. 246


















Bndnisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.

Nr. 12664. GROSSBRITANNIEN und URUGUAY. Erneuerung des
Handelsvertrages.
Montevideo, 15. Juli 1899.
Their Exeelleneies Mir. Walter Baring, Her Britannic Majesty's Mi-
nister Resident, and Dr. Manuel Herrero y Espinosa, Minister for Foreign
Affairs, having met together at the Ministry for Foreign Affairs of the
Oriental Republic of Uruguay, have declared that, whereas it has not
been as yet possible for reasons foreign to the wishes of both Govern-
ments to conclude a Treaty of Commerce and Navigation between their
respective countries to take the place of the one that has lapsed, and
recognizing the fact that it is necessary that the commercial interests
of the two nations should continue to be regulated by an international
compact securing to thenm the treatment and advantages of the most
favoured nation, and being duly authorized to that effeet, now agree that
the Treaty of Friendship, Commerce, and Navigation coneluded on the
13th of November, 1885, and the ratifications of which were exchanged
on the 22nd of May, 1886, shall be renewed. |1 They also declared that
British Colonies and possessions may adhere to the present Convention
within six months counting from the exchange of ratifications, and may
withldraw from the same, at any time, by giving six months' notice of their
intention. || In either case the notice will be given by the Representative
of Her Britannic Majesty at Montevideo to the Ministry for Foreign
Affairs of Uruguay. |j It was also agreed that the stipulations contained in the
Treaty which is to be renewed do not include cases in which the Govern-
ment of the Oriental Republic of Uruguay may accord special favours,
exemptions, and privileges to the citizens or produets of the United States
of Brazil, of the Argentine Republic, or of Paraguay in matters of
comnnerce. I| Such favours cannot be claimed on behalf of Great Britain on
the ground of most-favoured-nation rights, as long as they are not con-
Staatsarchiv LXV1I. 1





lBudnisus, Vertrge, Konventionen u. s. w.

cedel to other States. I It is, nevertheless, undcrstood that the said special
'avours, exemptions, and privileges shall not be capable of application to
products similar to those of Great Britain, nor be extended to naviga-
tion. r The present Convention shall be ratified, and the ratifications exchanged
at Montevideo as soon as possible. 1[ It shall come into force fronm the
day on which the ratifications are exchanged, and shall continue in force
until the expiration of one year from the day on which one of the High
Contracting Parties shall have given notice to the other of its intention
of terminating it. |1 The undersigned Plenipotentiaries trust that in the
tinme during which the present Convention remains in force the necessarv
negotiations may be carried on for the conclusion of a new Treaty more
in keeping with the reciprocal interests of the two States.
In witness whereof they have signed the present Convention in
duplicate at Montevideo, the fifteenth day of July, one thousand eight
hun(h'ed and ninety-nine.
(L.S.) Walter Baring.
(L.S.) Manl. Herrero y Espinosa.


Nr. 12665. DEUTSCHES REICH und GROSSBRITANNIEN, Vertrag
iber China.
London, 10. Oktober 1900.
Englischer Text.
Her Britannic Majesty's Government and the Imnperial German Govern-
men t being desirous to maintain their interests in China and their rights
under existing Treaties, have agreed to observe the following principles
in regard to their mutual policy in China: || It is a matter of joint
and permanent international interest that the ports on the rivers and
littoral of China should remain free and open to trade and to every
other legitimate formn of economic activity for the nationals of all countries
miithont distinetion; and the two Governments agree on their part to
nphiold thlie same for all Chinese territory as far as they can exereise
intlnence. 1I 2. Her Britannic Majesty's Government and the Imperial German
(lovernment will not, on their part, make use of the present complication
to obtain for themselves any territorial advantages in Chinese dominions,
and will direct their policy towards maintaining undiminishetd the terri-
torial condition of the Chinese Empire. j| 3. In case of an ther Power
making use of the complications in China in order to obtain under any
forim whatever such territorial advantages, the two Contracting Parties
reserve to themselves to come to a prelininary understanding as to the





Grobritannien and Japan. 3

eventual steps to be taken for the proteetion of their own interests in
China. 1 4. The two Governments will comniunicate this Agrecment to the
other Powers interested, and especially to Anstria-Hungary, Francee, Italy,
Japan, Russia, and the United States of America, and will invite them ti
accept the principles recorded in it.


Deutscher Text.
,,Die Kaiserlich Deutsche Regierung und die Kniglich Grobritannische
Regierung, von deim Wunsche geleitet, ihre Interessen in China und ihre
Rechte aus bestehenden Vertrgen aufrechtzuerhalten, sind bereingekommen,
fr ihre beiderseitige Politik in China nachstehende Grundstze zu beob-
achten: j ,1. Es entspricht einem gemeinsamen und dauernden internationalen
Interesse, da die an den Flssen und an der Kste Chinas gelegenen
Hfen dem Handel und jeder sonstigen erlaubten wirtschaftlichen Ttig-
keit fr die Angehrigen aller Nationen ohne Unterschied frei und offen
bleiben; und die beiden Regierungen sind miteinander einverstanden,
dies ihrerseits fr alles Chinesische Gebiet zu beobachten, wo sie einen
Einflu ausben knnen. j11 2. Die Kaiserlich Deutsche Regierung und die
Kniglich Grobritannische Regierung wollen ihrerseits die gegenwrtige
Verwickelung nicht benutzen, um fr sich irgend welche territorialen
Vorteile auf Chinesischem Gebiet zu erlangen, und werden ihre Politik
darauf richten, den Territorial-Bestand des Chinesischen Reichs unver-
mindert zu erhalten. 1I ,3. Sollte eine andere Macht die Chinesischen
Komplikationen benutzen, um unter irgend einer Form solche territorialen
Vorteile zu erlangen, so behalten beide Kontrahenten sich vor, ber
etwaige Schritte zur Sicherung ihrer eigenen Interessen in China sich vor-
her untereinander zu verstndigen. 1| ,4. Die beiden Regierungen werden
diese Ubereinkunft den brigen beteiligten Mchten, insbesondere Frank-
reich, Italien, Japan, sterreich-Ungarn, Ruland und den Vereinigten
Staaten von Amerika, mitteilen und dieselben einladen, den darin nieder-
gelegten Grundstzen beizutreten."


Nr. 12666. GROSSBRITANNIEN und JAPAN. Vertrag ber
China und Korea.
London, 30. Januar 1902.
The Governments of Great Britain and Japan, actuated solely by a
desire to maintain the status quo and general peace in the extreme East,
being moreover specially interested in maintaining the independenee and
territorial integrity of the Empire of China and the Empire of Corea,
1*





4 Blundnisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.

and in s.Ccinring equal opportunities in those countries for the commnerce
and industry of all nations, hereby agree as follows: -

Artiele 1.
Thle lligh Contraeting Parties having mutually recognized the
independencc of China and of Corea, declare themselves to be cntircly
unintiuenced by any aggressive tendencies in either country. Having in
view, however, their special interests, of which those of Great Britain
relate principally to China, while Japan, in addition to the interests
which she possesses in China, is intcrested in a pcculiar degree politically
as well as commercially and industrially in Corea, the High Contracting
Parties recognize that it will be admissible for either of them to take
such measures as may be indispensable in order to safeguard those inter-
ests if threatencd either by the aggressive action of any other Power, or
by disturbances arising in China or Corea, and necessitating the inter-
vention of either of the High Contracting Parties for the protection of
the lives and property of its subjects.

Artiele II.
If either Great Britain or Japan, in the defence of their respeective
interests as above described, should become involved in war with another
Power, the other High Contracting Party will maintain a strict neutrality,
and use its etforts to prevent other Powers from joining in hostilities
against its ally.

Artiele III.
If, in the above event, any other Power or Powers should join in
hostilities against that ally, the other High Contracting Party will conie
to its assistaneeo, and will conduct the war in common, and make peace
in mutual agreement with it.

Artiele IV.
The High Contracting Parties agree that neither of them will, withont
consulting thie otlier, enter into separate arrangements with another Power
to the prejudice of the interests above described.

Artiele V.
Whenever, in the opinion of either Great Britain or Japan, the
ahovc-mentioned interests are in jeopardy, the two Governments will
coinmunicate with one another fully and frankly.





(r'niBlitannien ulnd Persien. 5

Artiele VI.
The present Agreement shall come into effeet inunediately after the
date of its signature, and remain in force for five years from that date. II
In case neither of the High Contracting Parties should have notified
twelve months before the expiration of the said five years the intention
of terminating it, it shall remain binding until the expiration of one year
from the day on which either of the High Contracting Parties shall have
denonnced it. But if, when the date fixed for its expiration arrives
either ally is aetually engaged in war, the allianee shall, ipso facto, continue
until peace is concluded. || In faith whereof the Undersigned, duly authorized
by their respective Governments, have signed this Agreement and havu
affixed thereto their seals.
Done in duplicate at London, the 30th day of January, 1902.
(L.S.) (Signed) L ans dow ne,
IIis Britannic Majesty's Principal
Secretary of State for Forrign
Affairs.
(L.S.) (Signed) Hayashi,
Envoy Extraordinary and Minister
Plenipotentiary of His Majrsty
the Emperor of Japan at ihe
Court of St. James'.


Nr. 12667. GROSSBRITANNIEN und PERSIEN. Vertrag iiber
die Ausdehnung des Telegraphennetzes zwischen
Europa und Indien.

Convention between the United Kingdom and Persia extending
the system of telegraphic communication betweon Europe and
India through Persia.
Teheran, 16. August 1901.
His 3Majesty the King of the United Kingdom of Great Britain and
Treland, Emperor of India, and His Majesty the King of all the Kingdoms
of Persia, being desirous to extend the system of telegraphie communieation
between Europe and India through Persia, already established in virtue
of previous Treaties, have resolved that a Convention for that purpose
shall be concluded; wherefore their Majesties have named as their Pleni-
potentiaries: 11 His lMajesty thle King of the United Kingdom of Great
Britain and Ireland, Emperor of India, Sir Arthur Henry Hardinge, Knight






G lindnisse, Vertrge, Konventionen ii. s. m.

'omnimander of the Most Distinguished Order of St. Michael and St. George,
Conipanion of t.he Most Honorable Order of the Bath, his Envoy
Klxtra;ordinary ;and Minister Plenipotentiary to the Court of Persia; j And
llis Majesty thle King of all the Kingdoms of Persia, his Exeellency
Mirza Nasrullah Khan Mushir-ed-Dowleh, his Minister for Foreign Alfairs,
Ulearer of the Order of the Lion and the Sun of the first class with
green riband, Possessor of the Order of the Royal Portrait of His Late
Majesty Naser-ed-din Shab, Possessor of the Order of the Portrait of
IHis Present Majesty Muguffer-ed-din Shah, of the First Class, and of the
Rlue Cordon, Bearer of the Order of the White Eagle, and of the first
!ass of the Osmanieh adorned with Diamonds, and of the First Order
oft' Leopold (of Austria), and of the First Order of Leopold (of Belgium),
and of the Order of St. Alexander adorned with Diamonds, &c., &e., &.;
And the aforesaid distinguished Representatives, after meeting at Tajrisch
in the neighbourhood of the capital of Tehran and perusing and ex-
elhanging their full powers, which were found in good and due form,
have agreed upon and concluded the following Artieles: -

Artiele 1.
With the view of securing uninterrupted commnunieation between
Europe and India, it is agreed that, in addition to the present line of
telegraph from Tehran to Bushire and submarine cable thence to India,
already established in virtue of previous Treaties, a three-wire line of
telegraph shall be construceted by the Persian Government from Kashan
to the Baluchistan frontier, vi Yezd and Kerman, traversing wherever
possible inhabited districts.

Artiele II.
In order that the line of telegraph may be constructed in a complete
and effective manner, the Persian Government agrees that it shall be
built under the direction and supervision of the British Telegraph Staff
now controlling the international line in Persia, the lBritish Government
advancing to the Persian Government the salaries und allow ances of tle
ilien actually employed on the work.

Artiele III.
The British Governient agrees to proeure for the Persian Govern-
minent at a reasonable price all the posts, wire, insnulators, &c., that may
be requisite for this work, and to arrange for the carriage of the stores
to the sites required, receiving payment for the same w-ithout interest





(Iroliritaiinnien und l''rsie. 7

as hereinafter provided. An account of the expenses incurred for this
purpose, and certified, in so far as they have been ineurred in Persia,
by the Persian Telegraph Department, and in so far as they have been
ineurred ontside Persia, by the British Government, shall be submitted
as carly as possible to the Persian Government.

Article IV.
The Persian Government agrees to lease the use and the transit
revenne of the line, which is its property, when complete to tle Indo-
Enropean Telegraph Departmnent at a rental of 4 per cent. on the eapital
expended on its construetion, ineluding cost of material three quarters
of such rental to be retained by the British Government to recoup them
for the advances made, and one quarter, subject to a minimum of 25000 fr.,
to be paid annually to the Persian Government in two half-yearly instal-
ients. It is understood that should the Persian Governuient's quarter
share of the rental exceed 25000 fr., such excess shall belong to the
Persian Treasury.

Article V.
The maintenance of the line, ineluding repairs and the appointment,
control, and payment of the line guards, who must be Persian subjects,
shall remain in the hands of the British Director and Staff, the cost
being de frayedc by the British Government. The duties of tlie Telegraph
Inspectors and line guards are strictly confined to repairing and main-
taining the line.

Artiele VI.
The prineipal offices constituting the permanent residences of the
British Electricians and Inspeetors shall be situated in towns or large
villages, but pending further arrangenients to be agreed upon between
the two Governments, there shall only be one such office between Kerman
and the Indian frontier. i| The protection of the line and of the officials,
whether Persian or British employed on it, shall be the special duty of
the Persian Government, and should the English officials wish to proceed
on inspeetions in districts proclaimed as dangerous by the Persian Govern-
inent, they shall inform the nearest local authority, in order that they
may be provided with an escort. The telegraph stations shall be built
according to plans approved by the Persian Goverinment, and in towns
the houses to be used as such statinus shall, wherever possible, be rented.






s Hiinlnisse, Vertr.g, Konventionen 11.8. s.

Article VII.
The line will be of three wires. One wire will be used by the
Persi;a Telegraph Administration for its local work, and the remaining
two wires be for international traffie as provided in Artieles IV, V, and
VI of the 1872 Convention.

Artiele VIII.
The revennu derived from the local traffie on the Persian wire shall
>elong entircly to the Persian Governmient. By local trafile is ineant
inessages originating at one Persian station and terminating at another
Persian station.
Artiele IX.
As regards International messages originating or teruminating in
Persia, the Persian Governmunt shall receive two-thirds of the receipts
of all bond fide terminal messages. |1 And as regards transit inessages, as
this lie is inerely an alternative one to that now existing b1etween
Tehran and Bushire, the arrangeinent already made, as detailed in Artiele
VIII of the 1872 Convention, will remain as at present. State telegrams
passing between the Governinent of India and the British Minister at
Tehran shall be sent at half rates.

Artiele X.
In view of te erecction of the new line and of the increase of
tlegraph stations in Eastern Persia, and in order to facilitate intercourse
with themn, the Indo-Enropean Telegraph Departmnent shall place an
additional wire along the existing line between Tehran and Kashan, and
lhe expenses of procuring, transporting, and putting up this wire will
he borne by the Persian Government in the manner provided by Artieles
11 und IV of this Convention.

Artiele XI.
The hollowing Artieles of tle Telegraph Convention of 1872 shall
apply to this line, viz.: Artieles VI, VIII, IX, XI, XIII, XV, and XVII.

Article XII.
This Convention shall reinain in force until the 1st Janiiry, 1925,
O for such longer period as tle debt dne by Persia for the construetion
of thlie line reains Unpaid, and at such date it may if neeessary be
renewed or revised, but it shall be comipetent for the British Governiaent





Ruland lnd Vereinigte Staaten von Amerika. 9

at any time before the expiry of this Convention, on giving six months'
notice, to hand over the line in its existing condition to the Persian
Government, and to withlidraw its officers and employ6s from the country,
ceasing from that date to have any further connection with this Persian
Telegraph. But in this case the Persian Government shall be free from
any further payment on accounit of the construcnetion of the line. |] The
ratifications of the present Convention shall be exehanged at TeIran
within five monthlis, or sooner if practicable.
Done at Tajrisch, in quadruplicate, this sixteenth day of the month
of Angnst, in the year of our Lord one thousand nine hundred and one.
(L.S.) Arthur H. Hardinge.
(L.S.) Signature of Persian Plenipotentiary.


Nr. 12668. RUSSLAND und VEREINIGTE STAATEN von AMERIKA.
Postvertraig.
1. Fehruar 1899.
23. Januar 1900.
En vue d'ameliorer les relations postales entre la Russie et les Etats-
Unis d'AmCrique le Directeur G6ndral des Postes et des Telegraphes de
Russie, et le Postmaster General des Etats-Unis d'Am6rique ont sign6
sons la r6serve de l'approbation de leurs Gouvernements respectifs une
Convention, dont la teneur est mot pour mot comme suit:

Artiele 1.
1. 11 est etabli entre la Pussie (y compris la Finlande) et les Etats
Unis, un dchange rggulier de mandats-poste. [ 2. Cet echange aura lieu
par l'intermidiaire des bureanx i designer par chacune des deux Ad-
ministrations en cause. | 3. Ces bureaux se notifieront rdeiproqnuenent au
moyen de listes, des iandats tirds d'un pays sur l'autre.

Artiele 2.
Le montant de chaque mandat sera exprime par le deposant dans la
monnaie de son pays, et scera converti par les soins de l'Office exp6diteur
dans la nionnaie du pays ot le payeiuent devra avoir lieu sur le pied de:
1 ronble -- 51,46 cents, et 1 dollar = 1 rouble 94,33 copeeks.

Artiele 3.
1. Aneun mandat ne pourra excdder la somine de cent dollars, ou
une somnme correspondante en roubles. I| 2. 11 ne sera pas tenu coimpte,
pour l'etablissement du montant des mandats, des fractions de copecks
on de cents.





10 1Biulnisse. Vertriie. KoInvcntionen ui. s. w.

Artiele 4.
lEst rtserv6 aux Adnministrations de chacun des pays contractants le
dri t de declarer transinissible par voie d'endossement, sur son territaire,
la proprietd des iiandats-poste provenant de l'autre pays.

Artiele 5.
1. Chaeunne des deux Administrations fixera les taxes pereevoir sur
les mandats-poste qu'elle ereera sur l'autre pays. || 2. Cette taxe ne devra
pas, toutefois, d6passer un pour cent des sommes rondes qui forment les
degr6s de l'ehelle de perception. Ii 3. Les deux Administrations se donneront
eonnaissance des taxes qu'elles auront etablies et des changements qu'ellcs
y apporteraient ultdrieurement. |] 4. Les mandats-poste et les acquits donn6s
sur ces mandats, de mnime que le rce6piss h ddlivrer au d6posant, ne
pourront tre soumis la charge des expediteurs ou des destinataires
des fonds h aucun droit onu taxe queleonque, en sus des taxes a percevoir
en vertu des paragraphes 1 et 2 ci-dessus.

Artiele 6.
L'Administration qui er6era les mandats crdditera celle du pays, o
le payenient doit avoir lieu, du montant total des mandats annonces en
sus d'un droit de la moitie d'un pour cent calculd sur la diff6rence entre
le niontant total des mandats annonces et celui des mandats annulds et
reimbourses.
Artiele 7.
1. Les sommes converties en mandats-poste sont garanties aux deposants
insqu'au moment o elles auront W6t rdguli&rement pay6es aux bendfieiaires
ou aux mandatairesde ceux-ci, ou bien rembours6es aux d6posants c x-meines.
2. Les sommes encaiss6es par chaque Administration en 6change de mandats-
poste et dont le montant n'aurait pas 6t6 r6clamd par les ayants-droit, avant
l'expiration des delais fix6s par les lois ou reglements du pays de destination,
sont ddfinitivement acquises a l'Administration qui a d6livr' ces mandats,
(uii prendra les iiiesures n6cessaires pour pourvoir au rembourseient de
tes mandats aux deposants.

Article 8.
A l'expiration de chaque trimestre l'Admiinistration des postes de
Russie prlpiarera le compte des sommes encaissdes par les Offices des
deux pays et des cradits i allouer de part et d'autre ainsi qn'nn ttat
des mandats reiiboilus.6s par ehaque Administration.





RuEiland und Vereinigtu Staaten von Amerika. 11

Article 9.
1. L'Administration des postes des Etats-Unis examinera ce compte,
le rectifiera, s'il y a lieu, et si le solde est en faveur de la Russie, elle
en transmettra le montant, dans un mois au plus tard apres la r6ception
du conipte. || 2. Si le solde s'Ctablit en faveur de I'Admiinistration des
Etats Unis d'Aiuarique, l'Administration des postes de Russie en transmettra
le montant celle-l1, au plus tard, dans un mois qui suivra l'avis de
l'acceptation on de la rectification du compte. || 3. Les payements des soldes
seront effectu6s de la mani&re suivante: || Si le solde est en faveur de
l'Administration des postes de la Russie, l'Administration des postes des
Etats-Unis devra verser le montant de ce solde la maison de banque
de New-York ddsign6e par l'Administration des postes russes. |1 Si le solde
est en faveur de l'Administration des postes des Etats-Unis, l'Administration
des postes de la Russie devra verser le montant de ce solde, converti en
livres sterling, "a la maison de banque de Londres, d6signde par le Departe-
ment des Postes des Etats-Unis. I1 La conversion en livres sterling du
montant sus-mentionn6 sera op6rde au pied de: une livre sterling Cquivant
quatre dollars et quatre-vingt-sept cents ($ 4,87). | 4. Les frais r&sulter
du payement des soldes sont la charge de l'Administration qui effectue
le payement.
Artiele 10.
Pour 6tablir le solde, la cr6ance la plus faible sora convertie dans
la monnaie du pays dont la cr6ance est la plus forte. || Cette conversion
aura lieu sur le pied de: Un rouble dquivant a cinquante et un et qua-
rante-six ccntimes de cents, (51,46 cents) et un dollar 6quivant un
rouble, quatre-vingt quatorze, et trente-trois centihmes de copecks, (1 R
94,33 cop.).
Artiele 11.
Chaque fois que, dans le cours d'un trimestre, il est &tabli que le
montant des mandats tirts sur une des deux Administrations d6passe de
(ing mille dollars ou de dix inille roubles le montant des mandats tirds
sur l'autre Administration, celle-ci fait parvenir a la premibre le montant
approximatif de la diffdrenee 6tablie, en chiffres ronds h titre d' compte,
de la manibro de laquelle doit Utre cf'ectnd le payement des soldes
(Artiele 9, 3).
Artiele 12.
1. La forme et les conditions d'6mission des mandats dans chaque
pays sont dUtermindes par los rhglements en vigueur dans le pays d'origine.
2. Le mode et les conditions du payement des mandats-poste, y compris





12 BIiindnisse, Vortrge, Konivcntionen 11. s. w.

cc qui concerne la suspension du payement, le remplacenient des titres,
l'Eiissioii dIe dnplicata et toutes les antres formalitds se rapportant au
paveinent sont rpglas par les dispositions en vigueur dans le pays de
destination.
Artiele 13.
1. Ciaqnc Administration est autorisee ;i suspendre temporairement
l'echange des niandats-poste chaquc fois qn( le cours du change on tonte
autre circonstance pent engendrer des abus on porter prijndice an Tresor. 1
2. Avis de cette circonstanee doit Otre donne inimediateinent, et an besoin,
par t6l6graphe a l'antre Administration.

Article 14.
Les Administrations postales des deux pays sont autoris6es a r6gler
de coniiuun accord los mesures de detail ponr l'execntion de cette con-
vention et ;' les modifier :L toiite poque suivant les besoins du service.

Artiele 15.
La presente Convention sera mise i execntion le dix-neuf Mars
(premier Avril) mil nonf cent. |1 Elle restera en vignenr jnsqyn' l'expiration
de la p6riode d'nne annde apris la date a laqnelle l'une des denx Ad-
Ininistrations aura notifi6 i l'antre son intention d'en faire cesser les effets.

Artiele 16.
Cette convention sera approuv6e par un (change de dJclarations
ministdrielles, qui anra lien aussitt que faire se peut. Ij En foi do quoi
les Pl'inipitentiaires respectifs ont sign6 la pr6sente Convention, et y ont
appose leurs caehets. |1 Fait en double original et signe Saint-Ptersbourg,
le onze/vingt trois Janvier mil neuf cent et i Washington le pri'mier
jour de Fevrier mil huit cent quatre-vingt-dix-neuf.
Iieutenant G6neral N. Petroff. Ch. Emory Sniith.
1ireeteur G6n6ral des Postes et Postmaster General des Etats
des Trl6graplies de l'Empire de Unis d'Amerique.
Russie.
Le Soussign6, Ministre des Al'aires Etrangkres de Sa M'ajest6
L'Emperenr de Rtissie, d(inient autoris4 t cet el'et, ddelare que la dite
Convention est eon'irnme en tons points par la presente D6claration
destinee "t tre (changec contro une Delaration semiblable du Sccretairc
d'Etat des iEtats-Unis d'Aln6rique. St.-PIterslourg, le 22 Mars 1902.
(Signd) C. te LamsdorfT.
(L. S.)





Italien und Argentinien. 13

Nr. 12669. ITALIEN und ARGENTINIEN. Vertrag ber Aus-
fhrung von Klagen und Urteilen.
Rom, 1. August 1887.
Sua Maest il Re d'Italia c Sua Eccellenza il Presidente della
Repubblica Argentina, avendo risoluto di regolare per mezzo d'una Con-
venzione la reciproca esecuzione delle lettere rogatorie e dei gindicati fra
i due Paesi, hanno a questo scopo nominato per loro Plenipotenziari:
Sua Maesta il Re d'Italia, |] il signor avv. Augusto (dei baroni) Peiroleri,
Grande ufficiale dei Suoi Ordini dei SS. MJaurizio e Lazzaro e della
Corona d'Italia, Direttore Generale dei Consolati e del Commercio nel
Ministero degli Affari Esteri, e ]] S. E. il Presidente della Repubblica
Argentina, |I il signor dottore don Antonio Del Viso, gi Ministro di
Stato pel Dipartimento dell'Interno, ecc. Sno Inviato straordinario e
Ministro Plenipotenziario presso Sua Maest il Re d'Italia. 1 I quali, dopo
essersi comunicati i respettivi loro Pieni Poteri, che furono trovati in
buona e debita forma, hanno convenuto negli articoli seguenti:

Art. 1.
Le competenti Autorit giudiziarie di ciascuno dei due Paesi daranno
esccuzione alle lettere rogatorie che fossero loro dirette da quelle dell'altro,
tanto in materia civile c commerciale, quanto in materia penale, non
politica.
Art. 2.
Le lettere rogatorie in materia penale potranno avere per oggetto
la eitazione, il giuramento, l'interrogatorio e la deposizione di testimoni,
l'esanie, la copia o traduzione, la verificazione o consegna di docunmenti,
il sequestro ed invio di corpi di reato c qualunque altra cosa ehe possa
riguardare un reato pel quale si proceda, per lo scopo d'indagare o di
meglio chiarire la verita dei fatti allegati dall'accusa o dalla difesa, salvi,
ben inteso, i diritti dei terzi, da farsi valere innanzi al magistrato
competente.
Art. 3.
Le lettere rogatorie in imateria civile e comnierciale potranno coni-
prendere, oltre quanto & determinato nell'articolo precedente, l'ispezione
c l'esame dei libri, la loro esibizione e tutte le altre pratiche ehe servono
alla decisione delle cause.
Art. 4.
Le lettere rogatorie saranno scritte nella lingua dello Stato richiedente,
e trasmesse per la via diplomatica. 1| Esse conterranno, per quanto e
possibile, 1'indicazione del domicilio delle persone da citarsi.





14 l iHniniss., YV rtr'iige, IKouventinne u. S. w.

Ar t. 5.

Nell'usecuzione delle dctte lettere rogatorie, le eccezioni dedotte dalle
1)arlti saranno senipri- amiiesse e conveniiientoment trasmesse, af'finiie
siano giidicate come di ragione.

Art. 6.

1 privati, interossati nell'eseenzione delle lettere rogatorie in niateria
civile t' commierciale, potranno costituire procuratori i qnali ne promovano
la rispettiva evasione.

Art. 7.

Le spose cagionate dall'esecuzione delle lettere rogatorie in materia
civile e cominercialu saranno a carico dell'interessato. |1 Le spese occorse
per useguire le lettere rogatorie in muateria penale non saranno rimborsate,
ma resteranno t carico del Governo del Paese in cui saranno state eseguite.

Art. 8.

Le sentenze definitive in materia eivile e commerciale proferite dalle
Aiiutorit giudiziarie di eiascuna delle Parti contraenti, avranno completa
e reeiproca esecuzione negli Stati dall'altra Partu come quelle dei propri
tribunali. |i Per tale effetto sara per neeessario ehe i tribunali competenti
della cireoserizione ove deve eseguirsi la sentenzta, secondo le rispettive
leggi di procedura, la dichiarino esecutiva, dopo aver eitato gl'interessati
in un giudizio sommario, nul quale si esaminera solainente: | 1. Se la
sentenza, la eni eseeuzione vione richiesta, sia stata proferita ddll'Autorita
giudiziaria comuptente; II 2. Se le parti, debitamente eitate, abhiano
assistito al giudizio personalminte o per mezzo di un mandatario
legale, 0 se sieno state dichiarate contumaei in conformita dei vigcnti
Co'dici di procedura; j1 3. Se il gindicato derivi dall'esereizio di un'azione
plersonale e l'obbligazione od olbbligazioni da esegnirsi non sieno proibite
,lalle leggi dello Stato richiesto; |I 4. Se la sentenza non contenga
disposizioni contrarie all'ordine pubblico o al diritto pubblico dello Stato
imldesiilo. I L'eseenzione della sentenza potra essere richiesta per la via
diploinatica o direttamente dalla parto interessata; avvertendosi ehe,
allorquando essa venga richiesta per la via diplomatica, se la parte inter-
essata non avr costitnito un prociiratore, questo le verra nominato d'ufficio
dal magistrato ehe deve decidere sul gindicato, e dovr essa soddisfare
al procnrature il pagamento di ogni legittima sna competenza. |I L'auten-
ticazione della sentenza sarh fatta in conformit delle leggi di eiascun





Japan und Kongostaat. 15

Paese, aggiungendovisi la legalizzazione finale de] Ministern degli Affari
Esteri.
Art. 9.
La presente Convenzione entrer in vigore il giorno in cui ne saranno
seambiate le ratifiche, e durert indefinitamente; por potr cessare, se
una delle parti contraenti notificeasse ufficialmente all'altra, sei mesi prima,
la sua risoluzione di modificarla o di farla cessarc.
In fede di ehe, i rispettivi Plenipotenziari hanno firnmato la presente
Convenzione e vi hanno apposto il loro sigillo.
Fatto a Ioma, in doppio originale, addi primo di agosto dell'anno
mille ottocento ottantasette.
A. Peirolori.
A. Del Viso.


Nr. 12670. JAPAN und KONGOSTAAT. Handels- und Nieder-
lassungsvertrag.
Brssel, 17. Januar 1900.
Sa Majest6 le Roi des Belges, Souverain de l'Etat IndPpendant du
Congo, et I1 Sa Majcstd l'Empercur du Japon, |1 anim6s du d6sir d'etablir
des relations entre l'Etat IndCpendant du Congo et l'Emipire du Japon,
ont r6solu de conclure entre eux une Ddclaration d'amitid et d'6tablisse-
mnient et ont nonine, A cet effet, pour Leurs Plnipotentiaires: ]| Sa Majest6
le Roi des Belges, Souverain de l'Etat Ind6pendant du Congo, || Le sienr
van Eetvelde (baron Edm.), Comniandeur de I'Ordre de L6opold, Grand-
Officier de la Ldgion d'Honneur, Grand-Cordon des Ordres du Christ de
Portugal, de Saint-Gregoire le Grand, Chevalier de 2 elasse avec plaque
de l'Ordre de la Couronne Royale de Prusse, etc., etc., Secrdtaire d'Etat
de l'Etat Ind6pendant du Congo; 11 Et Sa Majeste l'Empereur du Japon,
Le sieur Itchiro Motono, Shgoi', docteur en droit, d6eord de la 50 classe
de l'Ordre Imp6rial du Soleil Levant et de la 4" classe du Tresor Sacrd,
Envoye Extraordinaire et Ministre Pl6nipotentiaire de Sa MIajest l'Eim-
pereur du Japon prs Sa' 3ajestd le Roi des Belges; jj Lesquels, apres
s'~tre communiqtu leurs pleins pouvoirs trouv6s en bonne et due forme,
sont convenus des articles suivants:

Article I.
11 y aura une paix perpdtuelle et amitid constante entre l'Etat
Ind6pendant du Congo et l'Empire du Japon, commec aussi entre les
sujets respeectifs.





1i ItBlidnisse, Vertrge, K[nvnitioln 11. s. w.

Article II.
11 y aura entre les territoires des deux Hautes Parties contractantes,
liberte rdciproquc de coninerce et de navigation.
Article II1.
Pour tont ce qui concerne le droit de r6sidence et de voyage, la
possession des immeubles, biens et effets mobiliers, de quelqine espkce que
ce soit, la transmission des meubles ou immenubles par succession testa-
mentaire on autre, et le droit de disposer, de quelque maniire que ce
soit, des biens mnobiliers et immobiliers de toutes sortes qu'ils peuvent
I6galement acquerir, les sijets de chacune des deux Parties contractantes
jouiront, dans los territoires et possessions de l'autre, des mnmes privileges,
libertcs, droits, et ne seront soumis, sous ce rapport, h aucuns impots on
charges plus 6levts que cuix qni sont on scront impos6s aux sujets on
citoyens de la nation la plus favorisse.

Article IV.
Les Hautes Parties contractantes convicnnent qu'en tont ce qui
concerne le comnecrce et la navigation, tout privilege, faveur on immunit6
que l'une ou l'autre des Parties contractantes a ddj accord0 o1 accordcerait
l'avenir au Gouvernement, aux navires ou aux sujets ou citoyens de
tout antre Etat, sera dtendu imm6diatement et sans conditions an Gouver-
nement, aux uavires on anx sujets de l'autre Partie contractante, leur
intention 6tant que le commerce et la navigation de chaque pays soient
placds a tous 6gards par l'autro sur le pied de la nation la pius favorisde.
Artile V.
La presente Declaration entrera en vigneur aussitt que les ratifi-
cations en seront iehang6es et restera valable jusqu' ce qu'elle soit
romplacee par un traitd de conimerce et de navigation conclure dans
les trois ans a partir de la ratificeation de la pr6sente Declaration. A
d6faut de traitd de commn rce et de navigation, chaeune des Hautes Parties
contractantes aura le droit, i un moment quelconque, apres que deux
ans se seront eoulcs depuis l'entrde en vigunur de cette D6claration, de
notifier a lfautre son intention d'y mettre fin, et a l'expiration de douze
mois apres cette notilication, cette D6claration cessera et finira entirement.

Artiele VI.
La prtsente D6claration sera ratifide et les ratifications en seront
dchangecs a h'iruxelles aissitt qnc possible. 11 En foi de quoi les PlJni-
potentiaires respectifs ont signd la prdsente D6claration et y ont alpposd
lcurs eachets.






Bindnisse, Vertrge, Konventionen u. s. w. 17

Fait h Bruxelles, en double exeimplaire, le dix-septiume jour du mois
de janvier de lan mil neuf ccnt correspondant au dix-septibime jour du
premier mois de la trente-troisieme annce de Mciji.
(s.) Bo" van Eetvelde. (s.) I. Motono.
(L. S.) (L. S.)
Les ratilicationus ont 6t6 6changdes le 9 juillet 1900.
Certifid conforme:
Le Secrdtaire Ginural
du D4partement des Affaires fltrang&es,
Chevalier de Cuvelier.



Nr. 12671. KONGOSTAAT. Konvention mit der Katanga-
Kompagnie.
Brssel, 19. Juni 1900.
Artiele premier.
Il est cr&S un Comitd sp6cial pour assurer et diriger en participation
l'exploitation de tous les terrains appartenant au Domaine de l'Etat et
la Compagnie du Katanga et compris entre le 50 de latitude Sud, jusqu'au
24 10' de longitude Est de Greenwieh, une ligne droite rejoignant ce
point l'intersection du 6 de latitude Sud avec le 230 54' de longitude
Est, ce 23 54' de longitude et les frontieres mridionale et orientale de
l'Etat. II Ce Coimit6 aura les pouvoirs les plus 6tcndus d'administration,
de gestion et d'alienation, sans aucune exception ni r6serve. 11 statuera
la majoritd des membres.
Artiele 2.
Ce Comitd sera compose de six uiembres. Quatre de ces iemilres,
dont le Prdsident ayant voix prdpond6rante, seront nomnies par l'Etat
du Congo et deux par la Compagnie du Katanga.

Article 3.
Conformeiunt a l'obligation (n'elle a assuiudc par la Convention du
12 mars 1891, anide6e par los arrangements stipules dans la lettre du
Secrtaire d'Etat, cn date du 24 mars 1899, la Comlnagnic du Katanga
2tablira, le plus rapidement possible, sur les laes Tanganika et Moero et
sur le Bas-Luapula, les emnbarcations sp6cifides dans la lettre prdcit&e.
Lors(que ces embarcations flotternt, elles feront partie de l'avoir de la
participatiou. || La Compagnie du Katanga assurera egaleinent la fondation
des trois postes et l'organisation du corps de police pr6vus h la susdite
Staatsarchiv LXVII. 2





SI Bundnisse, Vertriag, K.iventionen iu. s. w.

(iniveiitilO. Eile remettra vcs postes et le corps de police h la partiCipa-
tion qiii en assulnera des lors les d6penses. || ,i la Compagnie du Katanga
n'avait pas reiiipli les obligations susdites, a la date du 31 d&cembre 1901,
la participation les ex6cuterait en son lien et place, et les depenses
rdsultant de ee chef seraient t charge de la Compagnie. 1 La Couiminssion
de ddlimitation dont il est question au 40 de la lettre du Secrdtkirc d'Etat
du 24 mars 1899, sera dissoute a ipartir de la mise en vigneur de la
prdsente ('Covention.
Artiele 4.
Pendant toute la dur&e de la presente Convention, la participation
sern substitude a la C'ompagnie du Katanga dans les droits qui lui ont
td eonedes par la Convention du 12 mars 1891; elle sera aussi snbstituee
ladite Conipagnie, pendant la mime periode, danus les obligations im-
posdes celle-ei par la dite Convention amend6e par la lettre du Secrdtaire
d'Etat en date du 24 mars 1899, sauf ce qui est dit l'artiele 3 ci-dessus.
Artiele 5.
Tous avantages on benefiees a retirer de l'exploitation vis&e "i l'artiele
preinier, et tons frais, charges ou pertes, etc., etc., seront repartis par le
C'omit6 de direection, raison de denx tiers pour l'Etat du Congo et d'un
tiers pour la Compagnie du Katanga.
Artiele 6.
La prdsente Convention aura une durde de nonante-nenf.,anneis,
dater de ce jour, avec la facult6, pour l'Etat, de renouveler, 1'expiration
de ce terme, la Convention ponur un imene terme, aux meines clauses et
conditions. A l'expiration de ladite Convention, le Comiti repartira
l'avoir raison de denx tiers pour l'Etat et d'un tiers pour la Compagnie,
et les terres non ali6nees seront partagees dans la minie proportion par
les soins du Comite et ddlimit&es sur les bases de l'article 10 de la
Convention dn 12 mars 1891.
Article 7.
Toutes eontestations auxquelles donneront lien les presentes, seront
tranehUes par un arbitrage, ainsi qu'il est dit i l'artiele 12 de la Con-
vention du 12 mars 1891.
Fait en duhmble a Bruxelles, le dix-nenf juin dix-neuf ent.
'Pour FEl'tat Indpendant du Congo, Pour la Compagnie du Katanga:
A\n ,,0 du Secretaire d'Etat: Albert Thys.
L,es Secr'taires Genraux, de Laveleye.
II. D)roogmans.
(licvalier de Cuvelier.
Lieh r echts.





Japaii und Korca. 19

NrT. 12672. JAPAN und KOREA. Abkommen, betreffend die
japanisehe Niederlassung in Masanipo.
17. Mai 1902.
[bersetzung aus dem Kampo (Regierungsblatt) vom 10. Junii 1902.1
Artikel 1. Die von der Japanischen Regierung in Gemniiheit der
Bestimmunglen ber die dauernde oder vorbergehende Landpachtung in
einem Umkreise von zehn (koreanischen) 3Meil.en um die freimden Nieder-
lassungen aufgekauften Grundsticke und deren Umgebung werden zu
einer japanischen Niederlassung gemacht. Die Lage und die Grenzen
dieser Niederlassung sind in demin anliegenden Plan festgesetzt.
Artikel 2. Die in der Niederlassung befindlichen Wege und Kanle
stehen in staatlichem Eigentum. Mit demin Inkrafttreten dieses Abkommens
wird das Recht, neue Wege und Kanle anzulegen oder die bestehenden
in stand zu halten, dem Japanischen Konsul bertragen.
Artikel 3. Von den in der Niederlassung belegenen Grundstcken,
welche bereits zur Zeit der Unterzeichnung dieses Abkommens im Eigen-
tnm von Auslitndern (einschlielich der Japaner) standen oder welche
zwar Koreanern gehren, bezglich deren aber schon Verkaufsverhand-
lungen eingeleitet sind, ist die Grund-Steuer zu zahlen, welche vor dein
Verkauf festgesetzt war. 11 Da indessen die Japanische Regierung die im
Besitz von Koreanern befindlichen Grundsteke innerhalb eines Jahres
nach der Unterzeichnung dieses Abkommens aufzukaufen beabsichtigt, so
drfen diese Grundstcke bis dahin nicht an Angehrige einer dritten
Macht verkauft oder verpachtet werden.
Artikel 4. Fiir die in der Niederlassung belegenen Grundstlicke,
welche im Eigentum der Koreanischen Regierung stehen, wird hierdurch
ein Kaufpreis von 3 Yen (Japanische Whrung) fiir je 100 qm fest-
gesetzt. Sollte beim Ankauf der im Besitze von Koreanern stehenden
Grundstcke und Huser der von dem Besitzer verlangte Preis seitens
des Japanischen Konsuls fr unbillig erachtet werden, so sind von den
Koreanischen Behrden und dem Japanischen Konsul gemeinsam Sach-
verstndige zu ernennen, welche den Preis in billiger Weise feststellen.
Artikel 5. Die Grundsteuer in der Niederlassung betrigt vom Tage
der Unterzeichnung dieses Abkommens an 20 Sen (Japanische WThrung)
fr je 100 qm pro Jahr. Sie ist bis zum 10. Januar jeden Jahres im
voraus fr ein Jahr zu entrichten.
Artikel 6. Wenn von den noch nicht aufgekauften Niederlassungs-
Grundstiicken Grber verlegt werden mssen, so wird seitens des Japa-
nischen Konsuls fr jedes Grab ein Betrag von 5 Yen (Japanische Whrung)
als Verlegungsgebhr gezahlt.
2*






20 Bunduisse, Vertrge, Konventionen i. s. w.

\rlikel 7. Wenn es fr die Niederlassung notwendig wird, den
Mirliegenden Meeresstrand aufzufllen, so mu dariiber vorher ein Ein-
vernehmen mit den Koreanischen Behrden erzielt werden.
1)ieses Abkommen ist in Japanischer und Koreanischer Sprache in
je 2 Exemplaren angefertigt, unterzeichnet, untersiegelt und seine Richtig-
keit bescheinigt.
Folgen die Unterschriften.


Nr. '12673. FRANKREICH und ITALIEN. -. Protokolle ber die
Abgrenzung ihrer Besitzungen im Kstengebiet
des Roten Meeres und des Golfes von Aden.
Rom, 24. Januar 1900.
I.
Les Guuvernements d'Italie et de France ayant convenu de proc6der
a la d(limitation mutnelle de leurs possessions dans la r6gion ctire de
la mer Rouge et du golfe d'Aden, les sonssign6s, dment autoris6s a cet
effet, ont stipule ce qui suit:
Art. I.
Les possessions italiennes et les possessions frangaises sur la cte
de la mer Rouge sont separ&es par une ligne ayant son point de d4part
a l'extrdmit6 du ras Doumcirah, suivant la ligne de partage des eaux du
proniontoire de ce nom, et se prolongeant ensuite, dans la direction du
sud-ouest, pour atteindre, apres un parcours d'environ soixante kilometres
depuis ras Doumeirah, un point a fixer d'aprls les donn&es suivantes:
Apres avoir pris comme point de repere, sur une ligne suivant,
environ soixante kilometres d'cart, la direction gendrale de la cte de
la mer Rlouge, le point 6quidistant du littoral italien d'Assab et du
littoral francais de Tadjourah, on fixera, conmme point extrmnie de la
ligne de dimarcation dont il est question ei-dessus, un point a nord-
onest du point de repbre, ;i une distance de 15 a 20 kilometres. Le
point extreme et la direction de la ligne de dUmarcation devront, en
tout Ctat, laisser du eot italien les routes caravanibres se dirigeant de
la cte d'Assab vers l'Aussa.

Art. II.
)Des Coninmissaires splciaux, dc1lguds cet effet par les denx Gon-
verneiments, pricederont sur les lieux, d'aprbs les donnees dnoncees i
l'artiele prc dcent, une denarcation effective. En prenant pour point
de d< part de la fronti&rc le ras Doumeirah, et en ddterminant le trae6





Frankreich und Italien. 21

de cette frontirce, ils feront en sorte que le point exrh'me de la ligne
puisse Gtre facilement identifid par le choix d'un inanelon, d'un rocher
on d'un autre accident dc terrain.

Art. III.
Les deux Gouvernements se riservent de rglJer plus tard la situation
de F'ile Donmeirah et des ilots sans noin adjacents cette ile. En atten-
dant, ils s'engagent hi ne los pas oeeuper, et s'opposer, le cas Aeheant,
a toute tentative, de la part d'une tierce puissance, de s'y arroger des
droits queleonques.
En foi de quoi, le present Protocolo a 6td signe en double exemplaire.
Fait A Rome, le 24 janvier 1900.
Le Ministre des affaires (trangeres
de S. M. le Roi d'Itlie L'A'masadeur (1e E-ance
(L. S.) Visconti Venosta. (L. S.) Camille Barrere.

II.
Rom, 10. Juli 1901.
La Comunission spdeiale vis6e par l'article II di Protocole signe6
Rome, le 24 janvier 1900, entre la France et l'Italie, au sujet de la
fronti&re d6limitant lenrs possessions respectives dans la rogion ctibre
de la mer Rouge et du golfe d'Adeu, ayant achlev6, sur les lieux, le
travail dont eile avait td chlarge, et le dit Protocole devant mainteiiant
etre comnplete d'aprs les rdsultats de ct travail, les soussignAs, dfnment
autorisds a cet eifet, out stipul6 ee qui suit:
La ligne de froutibre stipulde par 'artiele I du Protocole 24 jauvier
1900 a son point de depart a la pointe extreme dn ras Doumeirah; ello
s'identifie ensuite avec la ligne de partage des eaux du promlontoire de
ce no1m; apres quoi, a savoir apres le parcours d'un kilomitre et deiii,
eile se dirige en ligne droite au point, sur le Weima, marque Bisidiro
dans la carte ci-amnnexee.
A partir de Bisidiro, la ligne se coufond avec le Ihalc/w du Wein a,
en le reimontaut jusqu' la localit q(e la carte ei-anexde idenouine
Daddato, cette localite marquant ainsi le point extreme d1 la ddlimitation
franco-italieine 4tablie par le susdit Protocole 24 jauvier 1900.
En foi de quoi, le present Protoonle a ett5 dress6 et sigue ein d nlle
exemnplaire.
Fait 1 Roime, le 10 juillet 1901.
Le Minustrc des affaires '-ranibres
de S. M le Roi d'dtalie L'Ambassadeur de France
(L. S.) Prinetti. (L. S.) Camille Barrere.





)) liiiiulnisse, oVertrige, Ko1\nventionen u. s. vw.

Nr. 1267-41 ITALIEN und LUXEMBURG. Markenselhutzvortrag.
1/3. MIrz 189.
Le Gouvernement du Son Altesse Royale le Grand-Dnc de Luxem-
hourg et le Gouvernement de Sa Majest6 le Roi d'Ttalie, d6sirant assurer
une protection eomplete et efficacc a l'industrie manufacturiere des
nationaux des deux pays, les soussignes, dm ent antoriss ct efiet,
sont convenus des dispositions suivantes:
Art. 11 Les sujets luxembourgeois en Italie et les sujets italiens
dans le Grand-Duchd de Luxembourg jouiront, en ee qui concerne les
nimques de fatbriq(e et de eomrerce, de la mnie protection que les
natuioinaix.
Art. 2. Pour assurer a lenrs marques la protection stipulee par
l'article predeent, les snjots luxembourgeois en Italie et les sujets italiens
dans le Grand-Duelih de Luxembourg devront remplir les formalit&s
prescrites A eet eilet par la l1gislation respective des denx pays.
Art. 3. Le pr6sent arrangement est ex6cutoire des la date de sa
piblication offilielle dans les deux pays et il demenrera en vigueur jnsqun'
l'expiration des donze mois qui suivront la deiioneiation faite par l'une
on l'autre des parties contractantes. |1 En foi de quoi les soussign&s out
signe la prisente dkelaration et y ont appose le sceau de leurs armes.
Fait en double original ~ Luxembourg le premier, et La Haye le
truis mars 1896.
(signr) Ct1 Gerbaix de Sonnaz.
(signd) Eysehen.


Nr. 12675. VEREINIGTE STAATEN von AMERIKA und IdEXIKO. -
Abkommen ber Verfolgung von Indianern an
der Grenze.
Washingtol, 4. Juni 1890.
Artiele I.
It is agrecd that tlie regular federal troops of tlie lio lirpublies
may reeiprocally cross the bonndary line of tle two countries whlin thley
are in close pursuit of Kid's band of hostile Indians on ith conditions
statLtd in tle following articles.

Artiele IL
It is nnderstood for tlie purpose of this agreeinent, that no Indian
sco(t of the (Goverimiient of the Uniled States of Aierica shalf be allowcd
to cross the bolundary line, niless Iie goes as a guido-lnd traier, in-





Italien und Luxemburg; Vereinigte Staaten von Amerika und Mexiko. 23

arnied and with the proviso that, in no case, more than two scouts shall
attend each Company or detachment.

Article 111.
The reciproeal crossing agreed npon in Artiele I shall only take
place in the uninhabited or desert parts of said bonndary line. For
the purposes of this agreement the uninhabited or desert parts are de-
fined to be all points that are at least ten kilometers distant from any
eneampmcnt or town of either eountry.

Artiele IV.
No erossing of troops of either country shall take place from Ca-
pitan Leal, a town on the Mexiean side of the Rio Grande, eighty-four
kilonieters (52 English miles) above Piedras Negras, to the moutli of
the Rio Grande.
Artiele V.
The Commiander of troops erossing the frontier in pursuit of In-
dians, shall, at the time of crossing, or before if possible, give notice of
his mareh to tle nearest military conunander, or eivil authority, of the
conntry whose territory hei is about to enter.

Artiele VI.
Tlie pursuing foree shall retire to its own territory as soon as it
shall have ehastised Kid's iand of hostile Indians, or have lost its trail;
but if, during the pursuit of that band, it shall meet with other hostile
Indians, it may ehastise thein as if those first named were eoneerned.
In no ease shall the forees of the two eountries, respeetively, establisl
theinselves or remain in the foreign territory for any time longer than
is necessary to enable them to pursue the band whose trail they are
following. II The temporary loss of the trail, owing to rain or any other
accident, shall not be deemed snfficient eanse for abandoning the pirsiit
or for withdrawing the pursuing forec, when there is a reasonable pro-
spect of soon finding the trail again by mieans of a continued inovenent.

Artiele VII.
Any abuses that may be commnitted by the forees erossing into the
territory of the other nation, shiall be punished by the Government to
which such forees belong, according to the gravity of the offence and in
conformity with its laws, as if the abuses had been connuitted in its
own territory, the said governient being further under obligation to
witli(raiw tlie guilty parties from the frontier.





24 Hiindnisse, Vurtrge, Kniveiitionen i. s. w.

Artiele VIIl.
In the ease of oflences commnit by the inhabitants of one country
against the force of the other that may be within the limits of the formier,
the Government of said conntry shall only be responsible to the Govern-
mient of tlhe other for deinial of jnstice in the pinishinent of the guilty
parties.
Artiele IX.
This provisional agreeinent shall remain in force until Kid's band of
hostile Indians shall be wholly exterminated or rendered obedit~ent to one
of the t\vo Governments.
Artiele X.
The Senate of the United Mexican States having authorized the
President to conelude this agreement, it shall take effeet iiniediately.
In testiiony whereof we have signed this agreement this 4th day
of June, 1896.
Richard Olney.
3I. Ronmero.


Nr. 12676. VEREINIGTE STAATEN von AMERIKA und CHILE. -
Abkommen iber Schadenersatzanspriiche der
beiderseitigen Staatsangehrigen.
Santi.ago, 7. August 1892.
The inited States of America and the liepublic of Chile, animated
by the desire to settle and adjust amieably the claims made by the
citizens of either conntry against the governiiient of the other, growing
ont of' auts committed by the civil or military anthorities of eitlher conntry,
have agreed to make arrangements for that purpose, by means of a Con-
vention, and have naiued as their Plenipotentiaries to confer and agree
theronpon as follows:
The President of tle United States of America, Patrick Egan, Envoy
Extraordinary and Minister Plenipotentiary of the United States at San-
tiago, and the President of the Republic of Chile, Tsidoro Erraizuriz,
Minister of Voreign lelations of Chile; || \\iWho, after having connnuni-
cated to eacli other their respective full powers, found in good and trine
form, liave agreed npon the following articles: -

Article I.
All claims on the part of corporations, companies or private in-
dividuals, eitizens of tlie United States, upon the Governinent of Chile,





Vereinigte Staaten von Amerika und Chile. 25

arising out of acts committed against the persons or property of citi-
zens of the United States not in the service of the enemies of Chile, or
vohintarily giving aid and comfort to the same, by the civil or military
authorities of Chile; and on the other hand, all claims on the part of
corporations, companies or private individuals, citizens of Chile, upon the
Government of the United States, arising out of acts committed against the
persons or property of citizens of Chile, not in the service of the enemies
of the United States, or voluntarily giving aid and comfort to the same,
by the eivil or military authorities of the Government of the United States,
shall be referred to three Comminissioners, one of whoin shall be named by
the President of the United States, and one by the President of the Re-
public of Chile, and the third to be selected by mnutual accord between
the President of the United States and the President of Chile. In case
the President of the United States and the President of Chile slall not
agree within three months from the exchange of the ratifications of this
Convention to nominate such third Commissioner then said nomination
of said Commissioner shall be inade by the President of the Swiss
Confederation.
Artiele II.
The said Commission, thus constituted, shall be competent and obliged
to examine and deeide upon all elaims of the aforesaid character present-
ed to them by the eitizens of cithcer country.

Article 111.
In case of the death, prolonged absence or incapacity to serve of
one of the said Commissioners, or in the event of one Commissioner
omitting, or declining, or ceasing to act as such, then the President of
tlc United States, or the President of the Republic of. Chile, or the
President of the Swiss Confederation, as the case may be, shall forthwith
proceed to fill the vacancy so occasioned by naming another Commissioner
within three months fromn the occurre'nce of the vacancy.
Article IV.
The Commissioners named as herein before provided shall ineet in
the City of Washington at the earliest convenient time within six months
after tho excliange of ratifications of this Convention, and shall, as their
first act in so meeting, make and subseribe a solemn declaration that they
will impartially and carefnlly examine and decide, to the liest of their
judgment and aeeording to public law, justice and equity, withont fear,
favour or affeection, all claims within the description and true meaning of
Articles I and II, which shall be laid before thein on the part of the





0 liindliisse, Vertrage, Konventioniieii s. w.

Governmients of the Irnited States and of Chile respectively; and such
deelaration shall he entered on the record of their proccedings; Provided,
h(,wever, that the concnrring jndgmlent of any two Commissioners shall
be adequate for evcry intermediate deeision arising in the execution of
their diity and for every finat- awald.

A'rticle V.
The Commnissioners shall, without delay, after the organization of
the tC'onunission, proceed to examine and determine the claims specified
in the preceding articles, and notice shall be given to the respective
Governments of the day of their organization and readiness to proceed
to the transaction of the business of the Commission. They shall in-
vestigate and deeide said claims in such order and in such manner as
they may think proper, but npon such evidencc or information only as
shall be furnished by or on behalf of the respective Governments. They
shall be bound to receive and consider all written documents or state-
ments which may be presented to them by or on behalf of the respec-
tive Governments in support of, or in answer to, any elaim, and to hear,
if required, one person on each side whom it shall be competent for each
Government to name as its Counsel or Agent to present and support
claims on its behalf, on each and every separate elaim. Each Govern-
nient shall furnish at the request of the Commissioners, or of any two
of them, the papers in its possession whieh may be important to the just
determination of any of the claims laid before the Commission.

Article VI.
The concurring deeisions of the Conmmissioners, or of any two of
them, shall be conclusive and final. Said decisions shall in every case
be given upon each individual claim, in writing, stating in the event of
a pccuniary award being inade, the amount or equivalent value of the
same in gold coin of the United States; and in the event of interest
being allowed on such award, the rate thereof and the period for whiehi
it is to be computed shall be fixed, whieh period shall not extend boyond
the elose of the Commission; and said decision shall be signed by the
Commissionerls concurring therein.

Artiele VII.
The ligch Contraeting Parties hereby engago to consider the de-
eision of the Conmmissioners, or of any two of them, as absolutely final
and coniihsive upon each claim decided upon by them, and to give full
el'ect to such derisiolns wvithont any obje'tions, evasions, or delay whatever.





Vereinigte Staaten von Amerika und Chile. 27

Article VIII.
Every claiim shall be presented to the Comnuissioners within a period
of two months reekoncd ifrom the day of their first meeting for business,
after notiee to the respecctive Governments as preseribed in Artiele V of
this Convention. Nevertheless, where reasons for delay shall be established
to the satisfaction of the Commissioners, or of any two of them, the
period for presenting the clairn may be extended by them to any time
not exeeeding two months longer. 1] The Commissioners shall be bound to
exaniine and decide upon every claim within six inonths from the day
of their first nmeeting for business as aforesaid; which period shall not
be extended except only in case of the proceedings of the Commission
shall be interrupted by the death, incapaeity, retirement or cessation of
the functions of any one of the Commissioners, in which event the period
of six inonths herein prescribed shall not be held to inelude the time
dnring which such interruption may actually exist. |1 It shall be compe-
tent in each ease for the said Conmmissioners to deeide whether any claim
has, or has not, been duly niade, preferred, and laid before them, either
wholly, or to any and what extent, according to the true intent and
meaning of this Convention.

Artiele IX.
All sinns of money which may be awarded by the Conimissioners as
aforesaid, shall be paid by the one Governmnent to the other, as the ease
may be, at the capital of the Government to receive such payment,
within six months after the date of the final award, withont interest,
and without any dedietion save as speeified in Artiele X.

Artiele X.
The Commissioners shall keep an accurate record and correct minntes
or notes of all their proeeedings, with the dates thereof; and the Govern-
nients of the United States and of Chile may each appoint and employ
a Seeretary versed in the languages of blth conntries, and the Connis-
sioners may appoint any other necessary officer or offieers to assist them
in the transaction of the business which may come before thein. i| Each
Government shall pay its own Commissioner, Seeretary and Agent or
Connsel, and at the same or equivalent rates of eompensation, as near
as niay be, for like offieers on the one side as on the other. All other
expenses, ineluding tlie eompensation of the third Comnmissioner, which
latter shall be equal or equivalent to that of the other Comnmnissioners
shall be defrayed by the two Governments in equal moieties. |[ The whole





1Bnndnisse, Vcrtrigc, Konventionen u. s. w.

expinses of the ('oinission, inelnding contingent expenses, shall be de-
friayed by a ratable deduction 01 the amonnt of the sums awarded by
the ('oilnissioners, provided always that such deduetions shall not exceed
the rate of live per eentiiiii on the suin so awarded. If the wlmle ex-
pienses shall exceed this rate, then the exeess of expense shall be de-
fraved joint[ly by the two Governinents in eqnal moieties.

Artiele XI.
The HIigh Contracting Parties agree to consider the result of the
proCet'dings of tle Conniiission provided for by this Convention as a full,
perfeet aind final settlemient of any and every claiin npon either Govern-
iiient within the deseription and true meaning of Artieles I and II; and
that every such elaim, whether or not the same may have been presented
tot tle notice of, made, preferred or laid before the said Commission, shall,
froei and after the eonclusion of tle proeeedings of the said Coinmission,
be treated and considered as finally settled, concluded and barred.

Artiele XII.
The present Convention shall be ratified by the President of the
United States, by and with the advice and consent of the Senate thereof
antid y the President of the RIepllie of Chile, with the consent and
a:pprobation of the (ongress of the same, and the ratifications shall be
excliaiged ;at Washington, at as early a day as may be possible within
six ionths froin the date hereof. ]1 In testimony whereof the respective
Plenipotentiaries have signed the present Convention, in the Englisl and
Spanish nanguages, in duplieate, and liereunto affixed their respeetive
seals. [| Done at the city of Santiago the seventh day of August, in tl-e
ye;ar of iur Lord one thonsand eight hundred and ninety-two.
[Seal.] Patrick Egan.
[Seal.] Isidoro Erraizuriz.


Nr. 12677. ITALIEN und SCHWEIZ. Vertrag fiber Bau und
Blenutzung einer Eisenbahn durch den Siniplon.
Belrn, 25. Noveilimber 1895.
Sa Majesti le leoi d'Italie et le Conseil fdderal de la Contfddration
Buisse, disiruex l'un et l'autre d'3tendre les relations eommerciales entre
l'ltalic et la Suisse, se sollt engagds, dans le trait6 de eomnerce du
19 avril 1892, "' favtoriser de tont leur pouvoir la crdation de nouvelles
voies de vcllttnlounicattioll entre les deux pays. 1 Ieeonnaissant qne la con-
struictitn d'ine veic feratrt travers le Simplhn serait hitinenmment de






Italien und Schweiz. 29

nature concourir au but qu'ils poursuivent, Sa Majestl le Roi ditalie
et le Conseil f6d6ral suisse ont nommn pour leurs pl1nipotentiaires charg6s
de d6finir les conditions g6ndrales suivant lesquelles cette ligne sera
ex6eut6e et exploitde, savoir: 11 Sa 3Majestd le Roi d'Italie: 1[ Monsieur
Auguste des barons Peiroleri, senateur du Royaume, Son Envoyd extra-
ordinaire et ministre plenipotentiaire pr6s la Conf6ddration snisse; ji Mon-
sieur le eommandeur Antoine Forrucci, depute au Parlemeut et president
de seetion du Conseil sup6rieur des travaux publics; 11 Le Conseil fddral
de la Conf6ddration suisse: |1 Monsieur Joseph Zemp, pr6sident de la
Conf6ddration, chef du Departement f'ddral des ehemins de fer; |1 Mon-
sieur Andrien Lachenal, viee-pr6sident du Conseil f6ddral, chef du Dd-
partement f'ddral des affaires 6trangires: || Monsieur Emile Frey, Con-
seiller fddral, chef du Departement militaire f6ddral; l] lesquels, apres
s'tre communiqu6 leurs pleins pouvoirs, trouv6s en bonne et due forme,
sont eonvenus des artieles suivants:


Artiele premier.
Les hantes parties contractantes s'unissent pour assurer une nouvelle
jonetion entre les r6seaux de eliemins de fer des deux pays au moyen
d'une ligne a construire a travers le massif du Simplon, entre les stations
extremes de Brigue et de Domodossola.

Art. 2.
La jonetion A tablir comprend trois tronqons: |I 1 la ligne d'acces
du ctd nord, d&s la station actuelle de Brigue jusqu' la tte nord du
grand tunnel; 1 2 le grand tunnel du Simplon, y eompris la partie de
ligno entre la tMte sud et l'aiguille d'entr&e de la station d'Iselle; |I 3 la
ligne d'acces du c6t6 sud, des l'aiguille d'entrde de la station d'Iselle jusqu'a
la station actuelle de Domodossola. || Le point de jonetion propre-
ment dit est situd dans l'intricur du grand souterrain, environ 9 100 mitres
de sa tete nord et a environ 10630 mUtres de sa tete sud.

Art. 3.
Le Conseil fiddral suisse s'engage, dans les limites de la concession
qu'il ccorde a la Compagnie des chemins de fer lJura-Simplon, prendre
les mesures n6cessaires pour assurer l'exAeution et l'exploitation de la ligne
Sd'aeees nord, ainsi que eelle du grand souterrain lui-mdme, y compris la
seetion de ligne entre la tete sud du grand tunnel et l'aiguille d'entrec de
la station d'Iselle.






30 lHittinisse. Vertrge, KonlVeutotio i 11. s. w.

Art. 4.
Le Gouvernement italien s'engage, de son te, assurer l'exeution
et exploit;ation du la ligne d'acc's du ctS sud, des la station du Domo-
dossol' jnsqucs et y compris cello d'Iselle, et a accorder ii la Cumpagnie
.turia- Sinmpln la concession necessaire pour construire et exploiter la
partie du grand souterrain situee sur le territoire italien, y coimpris la
section du ligne entre la tite sud du grand tunnel et. 1'aiguille d'ent.re
de la station diselle.
Art. 5.
L1e g'rand tunnel sera construit conforindment aux plans gn&raux
aniIexs au prseuti trait6 et aux actes de concession.
Art. 6.
L],es ligne d'accs anu grand souterrain devront ltre tabilies selon
les conditions d'une grande ligne internationale. Elles seront projetWes
pour deux voies, dont une seule sera d'abord construite. Cependant, par-
toiut oh l'dlairgissente ult6rieur de la plateformc exigerait, en cours
d'exploitation, une augmuentation importante de la dipense, les travaux
seront de printe abord ex(cutts pour deux voies. | Le rayon minimal des
courbes est Uixd 300 mbtres, la d6clivitd maximale du ct6 nord a
10oo et la ddclivite maximale du ct, sud a 25 0/0o.

Art. 7.
Chititn des deux Gouvernements arr&tera et approuvera les projets
de constructiun des tronionis du chemin de fer situi6s sur son territoire,
et en survcillera l'exceution. 1j Toutefois, le grand tunnel constituant une
senle et mmee entreprise, le contrle et la surveillance de son ex&cution,
tant pour la preminire que pour la seconde voie, sont d6volus au Con-
seil f6ddral suiss || Le Gouvernement italien aura cependaut en tout
temps le dr'oit do faire visiter lus travaux du grand tunnel par les dUlM-
gus techniques qu'il designera, pour s'assurer d& la marche r6gulidre de
ces travaux.
Art. 8.
Les deux Gouvernements veilleront cc que les prescriptions re-
latives a l' tnit techniquc internationale n nmatiere de chemin de fer,
soient ponctuellunment olserv&es dans l'6tablissement des tronCons de ligne
soulnis a leur contrle respectif.

Art. 9.
Le Conseil fed6ral suisso fera executer les prescriptions du pr6sent
traiti relatives a la construction de la grande galeric, et il proinonera
sur tiutes lo's questions qui ont trait a cette construction, tontefois sur





Italien und Schweiz. 31

le preavis des delegues techniques italiens, si ces questions concernent
les travaux sur territoire italien. II Los deux Gouvernements se conmnuni-
queront rgciproquement des rapports periodiques sur la marche et 1'4tat
d'avancemnient des travaux soumis a leur contrle respectif.

Art. 10.
Les travaux seront diriges et poursuivis, sur les deux territoires, de
telle sorte que la ligne entiere de Brigue Domodossola poisse etre
ounverte a l'exploitation dans un delai maximum de huit ans a partir du
la date d'dchange des ratifications du present traite. Ce ddlai sera plus
exacteinent d&termin deux ans apres le commnencment des travaux du
grand tunnel. |1 Les pdnalitds prIvnes dans les coneessions suisse et ita-
lienne ponr non observation du delai- de construction du grand tunnel,
ne pourront etre prononedes, en tanut qu'elles entraineraient la decheance
de la coneession, qu'ensuite d'entente entre les denx Gonvernements con-
tractants.
Art. 11.
L'autorisation de commencer les travaux ne sera accord6e a la Com-
pagnie Jura-Simplon que lorsque celli-ei aura justifi6, aupres des denx
Gouvernements, de la possession de ressources suffisantes pour l'execution
de ses concessions.
Art. 12.
Le Conseil fderal suisse s'engage a affecter a la travers4e du Simplon
la subvention de quatre millions et demi de franes accord6e par la
loi fdderale du 22 aot 1878 en faveur d'un chemin de fer travers les
Alpes, l'occident du Gothard. |1 Le Gouvernement italien s'engage, de
son c6td, payer a la Compagnie Jura-Simplon une subvention annuelle
de soixante-six mille lires, partir de la mise en exploitation du grand
tunnel et de ses lignes d'acec's, indiqu6es dans l'article 2, et cola pendant
toute la dur6e de la concession. |1 La Compagnie Jura-Simplon prevoit en
outre l'obtention d'nne subvention de dix millions et demi de franes de
la part de la Suisse (Cantons, Conuumnes et Corporations) et de quatre
millions de lires de la part de l'Italie (Provinces, Conunmnes et Corpo-
rations intdressSes l'entreprise). 11 La renonciation aux droits dits de r6-
version qui, a tenenr des concessions appartiennent aux cantons sur cer-
taines sections de lignes traversant leur territoire, pourra etre comprise
dans la subvention ei-dessus de 10'/.. millions fournir par la Suisse.

Art. 13.
La Compagnie Jura-Simplon ne pourra etre requise de construire la
deuximeo voie anssi longtemps que le produit brut du trafie entre Brigue






1.) BIuilunisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.

et 1)miiodossolt ne depassera pas 40000 francs par kilom ctre et par
t'iine. || )ans le eas o0i l'ttablisseiiient de la scconde voie s rait exig6
par le Gouvernement italien, ce dernier sera tenu de parteeiper "t la dr-
pense par une subvention de dix millions de lires payables aussitt aprls
l'achvenient des travaux, ainsi que de prolonger cette seconde voie entre
Isele et )oinodossola. 31ais si la seccondc voie est 6tablie spontaneinent
par la Coimpagnie ou exigde par la Confeddration suisse, le Gonvernc-
ment italien scra tenu seulement de la prolonger entre Iselle et Domo-

Art. 14.
],es parties contractantes s'entendront pour faciliter de tout leur
ponvoir le trafie sur le chelnin de fer du Simplon et pour assurer le
transport des personnes, des marchandises et des objets postaux de toute
espece dans les conditions les plus regulibres et les plus rapides, et au
meilleur marche possible.
Art. 15.
L'exploitation de la ligne entre Brigue et Domodossola sera faite
par une soule des deux Compagnics aboutissantes, savoir par la Com-
pagnie Jura-Simplon, en sa qualitd de concessionaire de la construction
et de l'exploitation du grand tunnel qui constitue la partie la plus im-
portante de la ligne. Unc convention sp6ciale ddtermincra les conditions
d'exploitation du troneon d'lselle Domodossola.

Art. 16.
Les deux Gouvernements veilleront t ce que, dans, l'6laboration des
tarifs, il ne soit pas applique sur les lignes d'acecs au grand tunnel des
taxes plus l16v6es que sur les lignes aboutissantes. lls veilleront aussi
a ce qu'il soit 6tabli des tarifs directes pour le transit t avers le Sim-
plon. (Ces tarifs, ainsi que les modifications qu'on jugera i propos d'y
apporter, devront etre approuv6s par les Gouvernements des deux pays.
Afin d'assurer l'unitd des tarifs sur le tron-on du grand tunnel, les taxes
de transport ponr voyageurs et marchandises sont fixdes pour tout le
parcours dc Brigue a Iselle, sur les bases de la concession suisse. En
vuie de tnir colipte des grandes depenses d'6tialissement de co tr(iinon
toUs les tarifs pourront etre calcnuls, entre Brigue et iselle, suir ia base
d'une niajiriion de longuer de 22 1ilomnitres, soit de 11 kilometres sur
chacun des deux territoires.

Art. 17.
L e Conseil fdi5ral suisse consent ce qu'un nombre q uitable de
meullres nommer par lui, sur la prisentation du Gouvernement italie,





Italien und Schweiz. 33

fassent partie du Conseil d'administration de la Compagnie Jura-Simplon,
d&s l'echange des ratificeations du pr6sent traitg.

Art. 18.
Les individus condamnis pour erimes on d6lits de droit commun
et pour contraventions anx lois en matiere de donane ne pourront pas Utre
employ6s par la Compagnie Jura-Simplon entre los stations de jonetion. [
11 n'est d'ailleurs d6rog6 en rien aux droits de souverainet6 appartenant,
a chacun des Etats sur la partie du chemin de fer situ6e sur son terri-
toire.
Art. 19.
Les denx Gouvernements agiront d'un conmmun aecord pour assurer
la correspondancee, soit Brigne, soit h Domodossola, avec les d6parts et
los arriv6es des trains les plus direets des r6seaux abontissants. Ils se
reservent de d6terminer le nombre minimum des trains destin6s au trans-
port des voyageurs; ce nombre ne pourra, en aucun cas, Otre infrieur
quatre par jour dans ehagqe direction, et l'un de ces trains, au moins,
sera un train express.
Art. 20.
Sur tount le parcours, il ne scra pas fait de diffrence entre les habi-
tants des deux Etats ni quant au mode et aux prix de transport, ni quant
aux temps et an mode de l'expedition. A eet effet, les voyageurs et les
i]archandises passant de l'un des deux Etats dans l'autre, on qui y tran-
sitent, ne seront trait6s, sous aueun rapport, moins favorablement que ceux
qui sortent du territoire on qui circulent l'int6rieur.

Art. 21.
Los deux Gonvernements eonviennent r6ciproquement que los formna-
lit6s a remplir, le cas echdant, pour la v6rification des passeports et la
police des voyageurs, seront rdglces aussi favorablement quc le permet
la l6gislation de chaeun des deux pays.

Art. 22.
Los deux Gouvernements accorderont aux voyageurs, lenurs bagages
et aux iiiarchandises transport6es, en ce qui concerne des formalitds
donaniercs, toutes les facilit6s coiipatibles avec les lois et les reglements
generaux des denx Etats, et sp6eialement les facilit6s qui sont on seront
ulterienrement accorddes sur tout antre chemin de fer traversant la fron-
tiere de l'un des deux Etats. I| Les marchandises et bagages transport6s
de l'un dans l'autre des deux pays, destination de stations autres que
Staatsarchiv LXVIl. 3






34 BImlnisse, Vertrge, Konventionen n. s. w.

celles de jonetion, seront admis a passer outre jusqu'an lieu de leur de-
stinalion sans etre soumis aux visites de la donuane dans les burcux
situ6s h la frontire, et cela aux conditions ci-apres: 1| 1" los wagons com-
plets ainsi que les eolis isoles seront, sans exception, mis sous fermeture
douanibre par le bureau de douane fronti&re; || 2" la dite facilit6 ne pourra
etre accnrlds que pour les marchandises et bagages destines a une localit6
oC so trouve un bureau de douane muni des comp6tences necessaires;l|
3" les envois de marchandises dont la visite douaniere est jug6e nd-
ccessarie ailleurs, dans certains cas, par des dispositions ldgislatives on
rnglementaires, sont exelus des facilitis stipulMes ci-dessus; || 40 il sera en
outre exigS d'une mianibre g6ndrale, qu'il soit satisfait aux prescriptions
des lois et r&glcmients en vigueur sur la matiire. 1I Les deux Gouverne-
ments se co.nferent r6eiproquement le droit de faire escorter par leurs
employ6s de douane les convois eirculant entre les stations de jonetion
des dcux pays.
Art. 23.
La voie ferr6e de Brigue Domodossola sera consider&e comme route
internationale ouverte, pour les deux pays, a l'importation, a l'exportation
et au transit des marchandises non prohib6es, ainsi qu'au transport des
voyageurs, taut de jour que de nuit, sans distinetion de jours ouvrables
et f6ri6s, en ce qui concerne les trains pr6vis a l'horaire.

Art. 24.
Los Compagnies ou administrations charg6es de 1'exploitation du
chemin de fer entre Brigue et Domodossola seront tenues de remplir, en
ce qui concerne le service de postes dans les stations de jonetion et entre
ces stations, les obligations suivantes: I] 10 transporter, par chaque convoi
pour voyageurs, les voitures de la poste des deux Gouvernements, les
correspondanees, les colis et objets postaux de tonte espece et ]es em-
ploycs chargis du service, aux conditions qui seront dtablies par l'acte
de concession et le cahier des charges; 1| 20 accorder aux employ6s de
l'administration postale la libre entr&c des voitures postales, et la facult6
de prendre et de remettre les lettres et les colis; | 30o mentre a la dis-
position de l'administration postale des deux pays, dans les stations qui
seront designees a cet effet, un emplacement sur lequel pourront etre
ctablis les blitiments ou hangars necessaires au service de la poste, et
dont Ic prix de location sera fixd de grd a gr6 ou A dire d'experts; 4[
40 2tablir, autant que faire se pourra, entre l'exploitation du chemin de
fer et le service du transport des lettres, la conformite6 qui sera jug6e
nccessaire par les deux Gonvernements pour obtenir in transport aussi





Italien undl Schweiz. 35

r6gulier et aussi prompt que possible. |1 Los administrations des postes des
deux Etats s'entendront entre elles relativement a l'emploi du chemin de
fer pour le service postal entre los deux stations frontihres.


Art. 25.
Les deux Gouvernements consentent ce qu'il soit dtabli des tld-
graphes electro-magn6tiques et des telephones pour le service du chemin
de fer, ainsi que les installations n6cessaires sur leurs territoires pour
crder et entretenir, le cas chdant, un service de traction l6ectrique entre
les stations de Brigue et d'Iselle. ]1 Des tlographes et des t616phones pour
le service international et public pourront egalement etre etablis le long
du chemin de fer par les soins des deux Gouvernements, chacun sur son
territoire. 11 Les administrations italienne et suisse auront droit, entre les
deux stations frontires, an transport gratuit du personnel et du mat6riel
n6cessaire l'etablisscment, I'entretien et a la surveillance des lignes
tdl6graphiques et tdl6phoniques dtablies par chacune d'elles le long du
chemin de fer.
Art. 26.
La d6signation de la gare internationale ou 6ventuellement des gares
internationales, ainsi que la stipulation des dispositions concernant le
service de la douane, de la poste, du t6l6graphe, de la police en g6n6ral
et de la police sanitaire des deux Etats, appliquer dans la on lesdites
gares internationales, en tant que ces points ne sont pas rdgl6s dans le
pr6sent trait6, sont express6ment r6servdes une entente ult6rieure entre
les Gouvernoments des deux Etats.


Art. 27.
Le pr6sent traite sera soumis a l'approbation du Parlement italien
et de l'Assembile federale, et les ratifieations en seront dchang6es a Berne
aussitt que faire so pourra. |i En foi de quoi, les Plhnipotentiaires ont
sign5 le pr6sent trait6 et y ont apposd leurs eachets.
Fait a Berue en double exp6dition, le vingt-cinq novembre mil-huit-
cont-q uatrc-vingt-quinze.
(L. S.) A. Peiroleri. (L. S.) Zemp.
(L. S.) A. Ferrucci. (L. S.) A. Lachenal.
(L. S.) E. Frey.


3*





36 Bitiidnisse, Vertrage, Konventionen n. s. w.

Nr. 12678. ITALIEN und BULGARIEN. VorluNfiges Handels-
abkommen.

Sofia, 12. Mrz 1897.

Les soussigns;, il Dr. C. Stoiloff, Pr&sident du Conseil et Ministre des
affaires 6trangeres et des euntes de S. A. R. le Prince de Bulgarie, Grand
Cordon de 'ordre princier de St-Alexandre en brillants, Grand Cordon
des ordres de l'Osmanid et du Medjidi6 en brillants etc., etc. dlune part,
et I| Chevalier Jules Silvestrelli, Agent diplomatique et Consul g6neral
de 8. M le Roi d'Italie n Biulgarie, Offieier de ses ordres de St-Maurice
et Lazare et de la Couronne d'Italie d'autre part, 1| dment autoris6s par
leurs Gouvernements respectifs, sont convenus de ce qui suit: || 1. Les
mareliandises italiennes importees en Bulgarie et les marchandises bulgares
importecs en Italie joniront, respectivement et sans conditions, du traite-
ment de la nation la plus favorisde. Ce traitement de la nation la plus
favoris&e so refire aux droits de donanc, d'oetroi et d'accise, aux droits
de toute autre espco, ainsi qu'aux frais, modes et faeilit6s de transport. [
2. Los sujets italiens en Bulgarie et les sujets bulgares en Italie jouiront
d'une pleine liberte et des mimes droits et faeilitds dont jouissent les
nationaux respectifs et les sujets des nations les plus favoris&s dans tout
cc qui concerne l'cxercico du commeree, de l'indnstrie, des professions et des
mititrs. Cette disposition ne se referepas en Italie anx eas sp6eialement contem-
pl]s par les lois, et on Bulgaric aux pharmaciens, aux courtiers, au colportage,
au coninerce et aux professions exere6es exelusivement en ambulant,
aux cabaretiers de village, a l'exception des villages situds pres de eentres
d'ouvriers ou le long des lignes de ehemins de fer en construction ou en
reparation, o les sujets italions seront libres d'ouvrir des cabarets, en
s'acquittant de la taxe relative, d'aprs la loi on vigueur. 11 Les voyageurs
de commeret devront Atre munis d'une carte de lgitimation industrielle
cnuforme au n odle annex6 au trait6 entre l'Autrielie-Hongric et la Bul-
gar'ic du 9/21 d6eemnbre 1896. Ces eartes seront ddlivrdes par les autoritis
des denux pays qui seront dsign6es par les Gouvernements respeetifs.
3. Le Gouvernement italien consent, pour la durCe du pr6sent accord,
que les niarchandises d'origine ou de manufacture italienne acquittent "i
leur entrec en Bulgarie les droits de douane, d'octroi et d'accise indiquis
dans l'annexe A et dans le protocole final du trait6 susmentionni ontre
l'.A\triche-lhIngrie et la Bulgarie du 9/21 d6cembre 1896, saif toutes les
rdductions accordhcs on qui seront accorddes a d'autres puissanes, et a
l'exeeption des artieles suivants, qui paieront les droits ci-dessous men-
tiounues:





Italien und Bulgarien. 37

Droits de douane.
Chapeaux en feutre . . . donze pour cent ad valoreni
Chapeaux de paille . . . dcouze pour cent ,
Fruits frais . . . . dix et demi pour cent ,,
Ptes alimentaires . . . dix et demi pour cent ,,
Pistaches, arachides, noix, noisettes,
amandes de toute sorte . dix et demi pour cent ,
Fromages: parmigiano, gorgonzola,
pccorino, cacio cavallo, fontina,
provolone, stracchino . . douze pour cent ,

Droits d'accise.
Allumettes en cire . . . 50 francs par 100 kilogrammes.
Le riz, les pates alimentaires, les fruits frais, les fruits secs, les fromages,
le cuir pour semelles resteront exempts de droit d'accise.
4. Le vermouth sera trait6 comme vin et non comme liqueur, en ce
qui concerne l'acquittement des droits de douane, d'oetroi et d'accise. ||
5. Le sel marin et le sei gemme seront traitds ainsi qu'il- est fix6 dans
la loi du 20 d6cembre 1894, 'mais le Gouvernement princier s'engage a
ne pas accorder de privileges a d'autres nations relativement i l'introduction
du sel marin et du sel gemme en Bulgarie. |1 G. Le pr6sent accord
entrera en vigneur le 1/13 avril 1897, et demeurera exeutoire ponr une
anune, pendant laquelle les deux parties contractantes s'engagent de
negocier pour la conclusion d'un traite de commerce definitif.
Fait en double Sofia le 12 mars (28 fevrier ) 1897.
G. Silves trelli.
Dr. C. Stoiloff.



Dclarution annrexe & l'arrangement commercial
enire l'Italic et la Bzulyarie.
Toutes les stipulations des traites et conventions, ainsi que les
inuunitis, consuetudes et droits, actuelleient en vigueur, seront main-
tenus tant qu'ils n'auronit pas 6te modifits par des conventions speciales
entre les deux parties contractantes..
Sofia, le 12 mars (28 fivrier) 1897.
G. Silvestrelli.
Dr. C. Stoiloff.






g3 Btindnisse, Vertrige, KInnventioneun s. w.

Nr. 12679. VEREINIGTE STAATEN und DNEMARK. Vertrag
ber Markenschuntz.
Kopenhagen, 15. Juni 1892.
Convention.
With a view tu secure for the manufacturers in the United Status
of Amcrica, and those in Dennmark, the reciprocal protection of their
Trade Marks and Trade Labels, the Undersigned, dnly authorised to that
etlect, have agreed on the following dispositions.

Article I.
The subjects or citizens of each of the High Contracting Parties
shall in the i)omlinions and Possessions of the other have the sanie rights
as belong to native subjects or citizens, in everything relating to Trade
Marks and Trade Labels of every kind. |1 Provided, always, that in the
United States the subjects of Deninark, and in Deninark, the citizens of
the United States of America, cannot enjoy these riglits to a greater
extent or for a longer period of tinie than in their native country.

Article II.
Any person in either country desiring protection of his Trade Mark
in tle Dominions of the other must fnlfil tle formalities required by the
law of the latter; tut no person, being a subject or citizen of one of the
contracting States, slall be entitled to claim protection in the other by
virtue of the provisions of this convention, unless he shall have first
scire'd proteetion in his own country in accordance with the laws thereof.

Article III.
This arrangement shall go into effeet immediately on or after the
exchange of the ratifications and shall be in force until a year after it
has been recalled by the one or the other of tle two High Parties.

Article IV.
The present convention shall be ratified by the President of the
United States of America by and with the advice and consent of the
Senate tlereof and by His Majesty tlhe King of Denmark, and the rati-
lications shall be exchanged at Copenhagen as soon as may be within
ten monts froin tle date hereof. || In witness whereof the Undersigned
have signcd the present convention and have affixed thereto tle seal of
their arms. 1| Done at Copenhiagen in double expedition the 15. June, 1892.
Clark E. Carr. [seal.]





Vereinigte Staaten von Amerika und Japan. 39


Nr. 12680. VEREINIGTE STAATEN von AMERIKA und JAPAN. -
Zusatz zu dem Ilandelsvertrage vom 22. Nov. 1894.
(Nr. 11092.)
Washington, 13. Januar 1897.
Whereas a Convention between the United States of America and the
Empire of Japan securing immediate reeiproeal protection for patents,
trade-marks and designs, was coneluded and signed by their respective
plenipotentiaries at the City of Washington on the thirteenth day of
January, one thousand eight hundred and ninety-seven, the original of
which Convention being in the English language is word for word as
follows: 11 The President of the United States of Ameriea and His Majesty
the Emperor of Japan, being desirous of securing immediate reciprocal
protection for patents, trade-marks and designs, havc resolved to conclude
a Convention for that purpose, and have appointed as their Plenipoten-
tiaries: [j The President of the United States, the Honorable Richard
Olney, Secretary of State of the UniteJ States; and His Majesty the
Emperor of Japan, Torn Hoshi, Jnshii, His Majesty's Envoy Extraor-
dinary and Minister Plenipotentiary near the Governnent of the United
States; II Who, after having communnicated to each other their respeetive
full powers, found in good and due form, have agreed as follows:
Artiele XVI of the Treaty of Commerce and Navigation between the
United States of America and Japan coneluded at Washington on the
twenty-seeond day, the eleventh month, the twenty-seventli year of Meiji,
eorresponding to the twenty-seeond day of November, eighteen hundred
and ninety-four of tle Christian Era, shall lave full foree and effeet
from the date of the exehange of ratifications of this Convention. |1 The
present Convention shall be duly ratified by the President of the United
States of Ameriea, by and with the adviee and eonsent of the Senate
thereof, and by His Majesty the Emperor of Japan in the usual manner;
and the ratifleations shall be exchanged at Tokyo as soon as possible. j
In witness whereof, the respeetive Plenipotentiaries have signed this
Convention and have thereunto affixed their seals. || Done, in duplicate
original, at Washington, this thirteenth day of January in the one
thousand eight hundred and ninety-seventh year of the Christian Era.

Richard Olney [seal]
Toru Hoshi [seal]






40 Biildnisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.



Nr. 12681. FRANKREICH und VEREINIGTE STAATENvon AMERIKA.
Handelsabkomminen.
Washington, 28. Mai 1898.

Protocole

de l'arraigemnint rdciproque conclu Washington le vingt-huit Mai mil
ihit cent quatre-vingt dix-lmit, entre le Gouvernement des Etats-Unis
d'Auenrique et le Gouvernement de la Ripublique Franyaise, par leurs
representants respectifs, dinment autoris6s a cet effet, savoir: pour le
(Governement des Etats-Unis d'Amirique, l'Honorable John A. Kasson,
cominissaire special plenipotentiaire & & et pour le Gouvernement de la
Iipubliqne Franiaise, son Excellence AM. Jules Cambon, Ambassadeur de
France, &, &, &. 11 Le Gouvernement des Etats-Unis d'Am6rique et le
Gouvernement de la Ripublique Frangaise, animis d'un mime esprit de
conciliation et dgalement d6sireux d'am6liorer les relations commerciales
des deux Pays sont convenus de ce qui suit:


I.
11 est convenu de la part de la France que, tant que le pr6sent
arrangement restera en vigueur, les articles nunm6r6s ci-apres, produits
du sol ou de l'industrie des Etats-Unis, seront admis en France aux
droits du tarif minimum, c'est a dire h des droits ne d6passant pas les
suivants, savoir:

numros du D6signation Droits a percevoir
tarif fran(iais. des produits. par 100 Kilos.
Francs.
19. Consrves d viandes n oits . . . . . . . . . ..... 15.00
84. Fruits de table, frais:
Citrons, oranges, cidrats et leurs varintSs non dnommes . .. . 5.00
Mandarines et chinois . . . . . . . . . . . . 10.00
raisins de table ordinaires . . . . . . . . ....... . 8.00
Poiuiines { dc table . . . . . . . . . . . . .. 2.00
et poires h cidre et a poir. . . . . . . . . . . 1.50
Autres, a l'exception (los raisins et fruits forcs . . . . 3.00
85. Fruits de table, sees 011 tapis:
Pommes et poires de table . . . . . . . . . ..... 10.00
'onmmnes et poires a cidre et a poird .... . . . . . 4.00
l'r1unea x et prunes . . . . . . . . . . ... .. 10.00
Autres, h l'exccptinn des raisins sees . . . . . 5.00





Frankreich und Vereinigte Staaten von Amerika. 41



TBois ronds, bruts, 10non 6quarris, &., & . . . . 0.65
Bois cquarris on scihs de 80 iiiillimitres d'cpaisseur et an-dessus 1.00
123. Bois Bois 6quarris o0 sciUs 'une 6paisseur inf6ricure t 80 millimktres
Commnuns et sup6rieure i'i 35 mm . . . . . . . 1.25
Bois scis 35 millim5tres d'Cpaisseur et au-dessous . . 1.75
129. Pav6s en bois ddbit6s en morceaux . . . . ... 1.75
130. Merrains . . . . . . . . . . . 0.75
160. 1Houblon . . . . . . . . . . . .. .. 30.00
174 ter. Pommes et poires rases . . . . . . . . . .... 1.50
17 bis. Charcuterie fabrique ....... . . . . . . . . 50.00
30. Saindoux . ................... . . . 25.00
2

II.
11 est reciproquement convenu de la part des Etats-Unis, conformd-
inent aux dispositions de la section 3 de la loi donaniere des Etats-Unis
de 1897 que, tant que le prlsent arrangement restera en vigueur, les
articles suivants, produits du sol ou de l'industrie de la France, seront
admis aux Etats-Unis a des droits ne d6passant pas les suivants, savoir: !
Tartres bruts, oni lies-de-vin, brutes, einq pour cent ad valorem; |1 Cognacs,
on autres spiritueux, on liqueurs fabriqupes, provenant de la distillation
de grains ou d'antres matibres, un dollar et soixantc quinze cents par
gallon; I| Peintures a l'hnile, aquarelles, pastils, dessins et statuaire, quinze
ponr cent ad valorem; i| It est, en ontre, convenu d. la part d s Eiats-
Unis que les droits impos6s et percus jnsqu'ici sur les vins noi mousseux,
produits de la France, en vertu de la loi donaniore des Etats-Unis de 18.7,
seront conditionnellement suspendus et qn'en lenr lien et place les droits
suivants scront imposes et percus, savoir: |1 Vins non mousseux et ver-
mouts, en fts, trente-einq cents par ,,gallon"i; en bonteilles on ernchons,
par caisse de doize bouteilles on ernchons ne contenaut chacun pas plus
de ,,nn quart" et contenant plus de ,nne pinte", on par caisse de vingt-
qnatre bonteilles on cruchons ne contenant chacun pas plus de ,une
pinte", un dollar et vingt-cinq cents par caisse; I et il sera paye par
pinte ou fraction de pinte un droit de quatre cents sur les excdents
que contiendraient ces bouteilles on cruchons; toutcfois il ne sera periu
aucun droit distinct on additionnel sur les bonteilles on cruchons. M11 ais
il est expressencnt entendu que cette dernire concession pourra Utre
r6voquee par le Prisident des Etats-Unis si, par des droits additionnels
qu il jugerait injustes a l'dgard du commerce des Etats-lnis, la France
sureleve les droits aunxquels sont actuellement soumis les produits des
Etats-Unis.





42 Bi(ndnisse, Vertrage, Konventionen u. s. w.


Le prlsent arrangement entrera en vigueur a dater du premitr Juin
Inil lint cent quatre-vingt-dix-huit.
Fait et sign6 en double exemplaire, a Washington, le vingt-huit Mai
mil huit cent quatre-vingt-dix-huit.
Jolin A. Kasson
J nules Cambon


Nr. 12682. GYPTEN und FRANKREICH. Handelsvertrag.
Kairo, 26. November 1902.
Los soussignis, Son Excellence Boutros Ghali Pascha, Ministre des
Affaires Etrangeres du Gouvernement de Son Altesse le Khldive d'Egypte,
et Monsieur George Cogordan, Ministre plenipotentiaire de premiere classe
Connmandeur de la L6gion d'Honneur, an nom de la R6publique Franvaise;
dinment autoris& par leurs Gouvernements respectifs et, en ce qui con-
cerne 1'Egypte, dans les liimites des pouvoirs conferds par les Firmans
lnmpriaux, sont convenus de ce qui suit:

Article Premier.
11 y aura pleine et entiere libertP de commerce et de navigation
entre la liepublique Franyaise et l'Egypte. |b Les ressortissants de la
R6publique Francaise en Egypte et les Egyptions en France pourront
libreinent entrer avec leurs navires et leurs cargaisons dans tons les
endroits et ports dont l'entrne est ou sera permise aux ressortissants de
la nation la plus favorisde, et ils jouniront r&ciproqueinent, en ce qui
concerne le eommnerce et la navigation, des minmes droits, privileges, libert6s,
faveurs, immunit6s et franehises dont jouissent ou pourraient jonir loes
ressortissants de la nation la plus favoris6e, sans qu'ils aient a payer
de taxes on droits plus 61ev6s que cenx auxquels ces derniers sont
assujettis.

Art. 2.
Les produits du sol on de l'industrie de la France qui seront im-
portes en Egypte et les produits du sol ou de l'industrie de l'Egyptc
qui seront importes en France, no seront pas souinis a des droits autres
ou plus eleves que ceux qui seront perqus sur les produits sitmilaires
originaires du pays 6tranger le plus favoris6 et en provenant dans les
muinems conditions. || Les deux Parties Contractantes s'cngagent iin'etablir
l'une envers l'autre aneune prohibition d'imnportation. Tontefois, ehaeune






gypten und Frankreich. 43

des Parties Contractantes se r&serve le droit d'edicter des prohibitions
d'importation dans l'interit de la securit6 ou de la moralit6 publiques
sous la condition que cos prohibitions seront applicables anx autres
nations. || Cette derniere restriction n'est pas applieable aux prohibitions
on restrictions temporaires d'entrte on de transit que l'nne ou l'autre
des Parties Contractantes jugerait nieessaire d'Mdictor pour proteger la
sante publique, pour cmpeher la propagation d'epizootie on la destruction
des recoltcs ou ponr protuger les plantes utiles.

Art. 3.
Les artieles destinus i ktre exportes d'Egypte en France on de France
en Egyptc, ne pourront &tre frappCs en Egypte et, respectivement en
France, de droits ou charges autres on plus 6lev6s que ceux qni sont on
pourraient Etre aequitt&s lors de l'exportation des dits artieles destina-
tion du pays Gtranger le plus favoris6. |1 Los deux Parties Contractantes
, s'cngagent a n'etablir l'une envers l'autre aucune prohibition d'exporta-
tion qui ne soit en meine temps applieable aux autres nations.

Art. 4.
Les Parties Contractantes conviennent que pour tont ce qui concerne
le counmerce, la navigation, le montant, la garantie et la perception des
droits d'importation et d'exportation, ainsi qne le transit, tons les privileges,
aveurs on immiunites quelconques que l'une des Parties Contractantes af
ddjk' aecord6s ou pourrait ulterieureinent accorder tout autre pays,
seront 6tendus immddiatement et sans compensation on autre condition
qnelconque aux ressortissants, au commerce et la navigation de l'autre
Partie Contractaute.
Art. 5.
Quel que soit le port de depart des navires et quel que soit le lieu
d'origine on de destination de leur cargaison, les navires francais en
Egypte et les navires 6gyptiens en France, joniront, sous tons les rapports,
du minme traiteinent que les navires nationaux et les navires de la nation
la plus favorisCe. ]i Cette stipulation s'appliqne anx reglements locaux,
aux taxes et a tous les autres droits similaires perVus a titre reimmnra-
toire dans les ports, bassins, docks, rades et hvres des Pays Contraetants,
au pilotage et, en grnral, tout ce qui concerne la navigation. I| Tout
batimient considdrd coumme franVais par la loi franVaise et tout bitiment
consid6r comme 6gyptien par la loi dgyptienne, sera reconnu comme tel
par les Parties Contractantes. 11 1 est fait exception aux dispositions qui
pr6cMdent pour le eabotage et la navigation intdrieure dont la r6gime





44 lindulisse, Vertriige, Konventionen u. s. w.

demeure soumis anx lois rcspectives des deux pays. || Les artieles, qulle
qu'en soit la provenanee, importes on exportes par los navires de l'uni
des Parties Contraetantes, ne pourront etre soninis, dans les territoires
de l'autre Partie, des restrictions autres o at des droits plus elevs
que ceux auxquels seraient assujettis les mmies artieles s'ils 6taient im-
port6s on export&s par les navircs nationaux ou les navires de la nation
la plus favorisee.
Art. 6.
Le Gouvernement ]'gypticn s'engage a ne soumnettire les produits du
sol ou de l'industrie de la France h aueun droit excedant 80/o ad valorem,
a l'exception des artieles ci-apris: 1 a) alcools duleifi&s on aronmatis6s
(liqueurs) ne eontenant pas plus de 50 degr6s d'alcool pur, |i sucres
raffin&d, || liois de construction et autres, |1 qui pourront tre ports jus-
qu'it 10/o ad valorem; |1 b) alcools an dessus de 50 degrds, 1 p6troles,
aniin ux, 1I qui pourront Utre portes jusqu" 15"/, o ad valorem.

Art. 7.
Les droits d'importation ad ralorem en Egypte sur los produits du
sol on dc l'industrie de la France seront ealculds sur la valeur de l'article
importe dans le lien de chargement on d'achat, valeur majorte des frais
de transport et d'assurance jusqu'au port de d3chargeiuent en Egypte.
Afin de fixer pour une periode dcterminc la valour dans los ports
d'entrie des principaux artieles tax6s, l'Administration des Donanes
egyptiennes invitera los principanx commncrqants franvais int6ressis dans
le commnierce des dits artielos h proceder en comunni avec eile, et les
coninervants int6ress6s des autres nationalit6s, a l'Ctablissiieunt d'un tarif
pour une p6riode n'exeddant pas douze mois. 1| Le tarif ainsi dtabli sera
connuniiqud par la 1)ouane 6gyptienne au Consulat de Frannce t Alexandric
et sera en m me temps officillement publiC. | 11 sera considMr6 counne
officiellement reconnu en ce qui concerne los produits et rcssortissants
fran;ais an cas o1 le Consulat de France n'y aurait pas fait une oppo-
tion formelle pendant la quinzaine qui snivra la pnhlieation officielle et
la connnunication eiInforiie adressde a cc Consulat.

Art. 8.
Les droits d'cxportation seront perluvs en Egypte 5 ic taux qui
ii'excedcera pas 10/ ad rulorem. \ 11 appartiendra l'Adtinistration des
DolUles (gyptiennes de faire 6tablir d'ac'nrd avec les princianux colinier-
anuts intcress6s, la valeur des artieles d'exportation pour in" priodu
ddterminde. jj Los tarifs ainsi Ctablis pour les artieles non tarif6s men-





gypten und Frankreich. 45

suellement seront communiqu6s par la Douane 6gyptienne au Consulat
de France Alexandrie, et ne seront applicables aux ressortissants
francais que si co Consulat n'y fait pas une opposition formelle dans la
huitaine qui suivra cette communication.

Art. 9.
Aueun droit de transit ne sera prdlev6 sur les marchandises francaises
passant par l'Egypte sans distinction, qn'elles soient transborddes d'un
navire a l'autre ou placees dans des cntrepts rdels on transportees par
voie de terre travers le territoirc dgypticn; mais les charbons embar-
qnds en Egypte continueront a etre sonmis un droit 6quivalent au
droit d'exportation, c'est-h-dire 1/o ad valoremfl. Toutefois, cette taxe ne
sera pas percuc sur los charbons embarqnds h bord des navires de guerre
franVais.
Art. 10.
En ce qui concerne les taxes interieures prelevees ponr le compte
soit de l'Etat, soit d'une commune on d'une corporation quelconque, a
titre de taxe sur les consommations ou de droit d'accise de quelqne
espcce quc ce soit, chacunne des Parties Contractantes s'engage a faire
participer l'autre a tons los avantages, privileges on aliaissements de
tarifs dont elle pourrait avoir permis la jonissance a tout autrc Etat.
De moine, chacune des deux Parties Contractantes jonira immddiatement,
et sans condition, de tons privileges on iiununites qu'c l'autre pourra, par
la snite, accorder toute autre puissance. |I Le Gouvernement Egypticn
s'engage, en ontre, ce qu'il ne soit pr6levd aueune taxe de consomma-
tion, ni droit d'accise snr les niarchandises d'importation autres que les
snivantes: 11 boissons (sauf le vin qui ne ponrra tre frapp6 d'aucunc
surtaxe), 11 liquides, 1| comestibles, 1| fourrages, |] mat6riaux de construction,
lesquclles pourront tre frapp6es de droits int6ricnrs dont le total ne
pourra exc6der 2 "/o ad valorem. II est toutefois entendu que, dans auenn
cas, los prodnits francais ne ponrront etre friappds de droits int6rieurs
plus dlevs que coux qui grbvent ou grrveraicnt les marchandises similaires
de prodnction 6gyptionne. | Les rAglements concernant les taxes sp6eiales
et los droits accessoires en douane, tels que le droit de factagc, d'entrc-
p6t, droit de d6pt, de quai, de grues, d'6elnses, de tainkin, de plombage,
de laissez-passer, de declaration, de pesage, de mesurage et tous los
autres droits semblables percus titre rdmunnratoire, seront appliquns
par les Douanes de chacnne des deux Parties Contractantes aux ressortis-
sants et aux marchandises de l'antrc Pays de la mine manicre qu'aux
ressortissants et anx marchandises de la nation la plus favoriseo.





46 iii(Iiiss, Vertrge, Konventionen u. s. %w.

Art. 11.
Le tabac du toutes espices, ic tombac, le sei, le salpetre, le natron
et le hachiche sollnt exclus des stipulations de la prcsente convention.

Art. 12.
Le Gouvernement ngyptien se rdserve le droit de prohiber l'impor-
tation d'arines de toute esplee, des munitions de gnerre, de la poudre et
d'autres maticres explosibles. [| Toutefois, i'importation des objets spdeifids
dans le tableau ei-anncxd demenrera permise selon les dispositions du
reglement de police egyptien egalement ei-joint, et les droits anxquels
ils seront soninis ne depasseront pas le taux fixd par les dispositions de
Part. 6. II En cc qui concernc l'importation et le trafie des objets sp6cifids
dans le present article, les ressortissants fran9ais et les marchandises
frangaises ne seront, dans aucun cas, soumis a des restrictions plus
dtroites ni a des taxes plus 6lev&es que celles auxquelles seront assujettis
les ressortissants de la nation la plus favorisce et les sujets egyptiens
les plus favorisds, ainsi que les marchandises 6trangeres et 6gyptiennes
les plus favorisdes.
Art. 13.
Les objets passibles d'un droit de donane, qui sont importds comume
6chantillons par des mnarchands, des industriels et des voyageurs de
commerce seront, de part et d'autre, admis en franchise de droit d'entrdc
et de sortie, la condition que ces objets soient reexportes sans avoir
&tg vendus, et sous rdserve de l'accomplissement des formalilfs de douane
necessaires pour la r6exportation on la mise en entrept. 1| Le d6lai
accord4 pour la circulation de ces chliantillons sera fix6 lors de leur
importation et ne pourra tre reclam6 pour plus d'un an. || La reexporta-
tion des 6chantillons devra tre garantie dans les deux Pays immediate-
ineut au premier lieu d'entr6e, seit par le ddpt du montant des droits
de douane, soit par un cautionnement. i| Les echantillons inportrs dans
l'un des deux Pays par des voyageurs de commeree pourront, aprs leur
admission par l'autoritd douanire du premier lieu d'entr6e et durant le
ddlai accorde pour lur circulation, etre expidids par ier d'autrns
endroits du mnime Pays sans Utre sonmis a un renouvellement des for-
malit6s d'entrde, mnoyennant une declaration de transport faite i- l'antorit6
douaniere comniptente.
Art. 14.
Sont exemptes de toute v6rifieation dans les Douanes egyptiunnes,
aussi bien que du paiemient des droits a l'entr6e et la sortie, les objets
d'usage et fl'ets personnels appartenant aux titulaires on g6rants de





gypten und Frankreich. 47

'FAgence Diplomatique de France ou d'un Consulat ou d'un Vice-Consulat,
lorsqu'ils sont de carriere (missi) et qu'ils n'exercent ancune autre pro-
fession, ne s'occupent ni de commerce ni d'industrie et ne possMdent ni
n'exploitent de biens fonds en Egypte. || La meme franchise est accordee
dans chaque Agence Diplomatique A deux officiers de cctte Agence et
dans chaque Consulat a un officier de ce Consulat, a la demande de
l'Agent diplomatique on du Consul, a la condition toutefois quc ces
officiers appartiennent a la categoric des fonctionnaires qui sont nommds
par diciet souverain et auxquels le commerce est absolument interdit.

Art. 15.
Dans les principaux ports, autant que 1'intert du commerce l'exigera,
le Gouvernement Egyptien 6tablira des entrepts oh les artieles importes
pourront etre d6pos6s contre un droit de magasinage, et h ddfant d'dta-
blissements publies de cc genre, il permettra d'entreposer les marehan-
dises dans les magasins privds sous la double fermeture de l'autorit6
douaniere et du detenteur, et contre paicment d'un droit de surveillance
conformiment au reglcment douanier. Le d6lai d'entreposage des marchan-
dises n'exedera pas douze mois pendant lesquels les importateurs auront
la facult6 de lcs rdexporter sans payer de droit d'importation on d'ex-
portation. Passd ce d6lai, les marchandises scront passibles de l'int6graliti
des droits d'importation.
Art. 16.
Les capitaines des btiments de commerce ayant a bord des marchan-
dises a destination de l'Egypte seront tenus, immn diatement apres leur
arriv6e au port de destination ou au plus tard dans les 36 heures qui
suivront leur arrive, de d6poser la Donane deux copies exaetes de
leur manifeste certifics par eux conformes a l'original. De mnime, ils
doivent avant leur d6part d'un port dgypticn d6poser a la Douane une
copie du manifeste relatant les marchandises charg&es sur leur navire. I
Le manifeste original, soit l'arriv6e soit an ddpart, sera prdsent6 en
mnme temps que les copies pour etre compar6 et restitud dans les 24
heures. il Les Agents des bateaux francais pourront se constituer garants
pour l'accomplissement de toutes les formalits douanires preserites par
le Reglement douanier. Les capitaines en seront des lors dispens&s. ||
Les employes de la Donane ne penvent proceder en aueun eas la visite
et la perquisition a bord des btiments de commerce sans en avoir
donnd au pr6alable connaissance aux Consulats de France pour donner
aux Autorit6s consulaires la faculte d'y assister. Cette notification devra
etre communiqudc aux fonetionnaires consulaires t temps et en inen-





48 Binuisse, Vertriige, ICiniveitionen ii. s. w.

tionnant l'heure Ao 1'on proe2dera a ces formalitds. |1 Dans le cas oh la
perquisition devrait ttre faite at bord d'un navire qui aurait s5journe
pour une raison quelconque dans in port tgyptien plus de vingt et un
jours, il n11 sera pas n6cessaire d'en donner, aun prealable, connaissance
aux Autorit&s consulaires. || Les excedents ou deficits que ferait ressortir
la eomparaisoi des manifestes avec la cargaison donneront lieu une
application des amendes pr6vues par le Igloiment Douanimer Egypticn.

Art. 17.
'l'omte operation de donane en Egypte, soit t l'arrivne, soit au depart,
doit t.re pried6e d'une dclaration sp)ceiale sign6c par le d6tenteur de
la nimrchandise ou son repr6sentant. | La deelaration doit contenir tontes
les indieations ndcessaires po"r l'application des droits; ainsi, ontre la
nature l'espicc, la qualitd, la provcnancc et la destination de la marchan-
dise, eille doit 6noncer le poids, le nombrc, la inesure et la valeur. |1 Tout
refus de faire la (dllaration l'arriv6e ou au d6part, tout rotard ap-
porte a la dite d4claration, tonte diffrence en plus ou en moins entre
les poids, nombre, mesure et valeur des marchandises et ceux port6s sur
la d6claration, donne lieu a h'application de la penalit6 prdvue par le
ueglcment douanier 6gypticn. || La v6rification douaniere doit tre
thaite dans les quarante-huit heures qui suivront la remise de la de-
claration.
Art. 18.
Pour vdrifier la valeur enonc6e dans la d6elaration, la Donuane peut
rdelainer la prisentation de tous los doeumcnts qui doivent aecompagner
l'envoi d'nne niarchandise, tels que facture, police d'assurace, etc. I[ Si
le n6gociant ne prodnit pas ces dociments onu si ces pieces paraissent
insnuffisantes, la Douanc pout pereevoir les droits en nature. g1 Dans le
cas de perception en nature, si los marchandises sont toutes de la menie
espeoc, la perception des droits s'opere proportionnellceient aux quantites;
dans le cas oA los niarchandises ominprennent des objets d'especes varides,
la pereeption des droits en nature ne s'opere que sur les artieles contest6s,
eni so basant sur les prix indiquds par le negociant. 11 L'autorite douaniere
ne pourra pas demander que les droits soient payes en nature sur los
artieles dlint la valeur n'est pas ,(ontestc. 1| Dans le cas oh Ja iarciian-
dise dont la valenr est contestde serait indivisible, telle qu'une voiture,
in piano, une pibec de miacliine, etc., la Donane pourra prondre pour son
conipte la niarcliiidise. I Lorsque 1a Doua fait usage de ee droit, elle
est tenue do faire connaitre eettc intention dans les trois jours, et, dans
ce cas, le paiement du prix de la marchandise declare par l'importateur,





gypten und Frankreich. 49

major6 de 100/o, ainsi que le rembourscment des droits quelconques qui
auraient dtd perVus .sur la dite marchandise, seront offectu6s dans les
quinze jours qui suivront la d6claration.

Art. 19.
Les marchandises introduites en contrebande, les navires, lorsqu'ils
sont sp6cialement aft'r6t6s dans an but de contrebande, ainsi que tous
les autres moyens de transport et tous instruments de contrebande, seront
passibles de confiscation au profit du Trdsor, sans prejudice des droits
de douane percus ou dus dans le cas special et des amendes prevues par
les riglements douaniers, pourvu que le dglit soit dment et l6galement
prouv6 et que la d(eision de la Commission douanire soit comiuniqude
sans ddlai l'autorit6 consulaire fransaise dont dUpend le propridtaire
des marchandises saisies. 11 La partie int6ressde pourra, dans le dglai de
quinzeo jours, a compter du jour de la remise de la copie l'autoritd
consulaire, faire opposition. Cette opposition sera portde devant la
Chambre conmmnerciale du Tribunal mixte. il Tant qu'il n'aura pas dt6
rendu de d6ecision dCfinitive, il ne pourra Utre dispos6 des marchandises
saisies an profit du fise dgyptien ni des moyens de transport et instrn-
ments de contrebando. |1 La Donane pourra ncanmoins proceder a la vente
des marchandises et artieles sujets ddp6rissement. Le prix en provenant
sera conservd en ddpt dans ses caisses jusqu' ce qu'une decision ddfini-
tive soit intervenne. |1 Si l'Administration douanibre 4gyptienne croyait
devoir ne pas laisser passer des marchandisos qu'elle consid6rerait comnie
appartenant la catdgorie des artieles prohibes et que des Francais
auraient importdes par la voie rdguliere, elle fera immddiatement connaitre
par 6crit, an M1inistre 6gyptien des Affaires Etraungres, ainsi qu'a
F'autoritd consulaire francaise, les motifs du refus de livrer les marchan-
dises. I1 Le Ministre 6gyptien des Affaires Etrangcres, apres entente avee
l'autorite frangaise, ddeidera, s'il y a lieu, de confirmer le refus de la
Donane et, dans ce cas, le ressortissant francais sera tenu de rdexporter
les marchandises sans aucun d2lai; dans le cas contraire, l'Administration
laisscra passer librement les marchandises apres avoir periu les droits
regleinentaires. Jusqu' ce qu'une decision soit prise, les marclihandises
arret&s resteront en d6pt la.Douane qui en sera responsable vis-a-vis
de l'importateur.
Art. 20.
En cas de soupVon de contrebande, les agents des Douanes Egyp-
tiennes pourront aborder et saisir tont navire d'un tonnage de moins de
200 tonneaux, dans uni rayon de dix kilomintres de la cte en dehors des
Staatsarchiv LXVII. 4





50 Bundnisse, Vertrge, Konventionen iu. s. w.

eanx d'un port egyptien; de plus, tont navire frangais de moins de 200
tonneaux pourra tre arrCt6 et saisi au-del de cette distance, si la pour-
suite non interrompue a 6td commencee dans nn rayon de dix kilometres
du littoral. || Proc6s-verbal du fait sera dress6 avee le capitaine et copie
de ce proces-verbal scra, sans d6lai, communiquec au Consulat de France.||
Exceptd dans les cas prwvus dans los alin6as pr6c6dents de cet article
et dans los alindas 4 et 5 de l'art. 16, aucun navire francais ne pourra
6tre aborde par les agents des Douanes 6gyptiennes. I1 aest entendu
que le Gouvernement 6gyption pourra, sans notification aux Autorit6s
Consulaires fran'aises, placer des gardes a bord de tout navire fran-
cais dans un port egyptien ou transitant par le Canal de Suez;
cette mesure ne devra n6anmoins causer ni frais, ni retard aux
batiments auxquels elle serait appliqnei. || Si la Douane 6gyptienne a
des raisons sdrieuses pour pr6sumer l'existence d'artieles introduits
en contrebande dans des endroits quelconques des distriets frontikres
ou du Canal de Suez, eille pourra proeder, dans los magasins ou demeures,
toute perquisition imm6diato qu'elle jugera ndeessaire. Un double de
l'ordre de perquisition sera envoy6 l'autoritg consulaire, qui devra
assister a la perquisition onu s'y fera repr6senter sans occasionner aucun
retard. || La stipulation de l'alin6a pr6c9dent ne sera pas applicable dans
le cas o la perquisition doit etre faite dans un magasin indgpendant du
domicile ou dans des locaux servant exelusivement d'entrept ou de
ddp6t de marchandises. Dans ce cas, il suffira qu'un avis pr6alable de la
visite soit donn6 au propri6taire on son reprasentant ou, dMfaut,
l'autorit6 consulaire. 11 Dans tous los eas oh l'autorit6 consulaire n'assisterait
pas la perquisition, un proces-verbal devra etre dress6 et la copie en devra
etre communiqune sans d6lai au Consulat de France. 11 Dans le cas o laDonane
procederait a des perquisitions sans l'assistance consulaire et qu'elle n'aurait
pas constat6 un d61it de contrebande, elle sera responsable, ind6pendamment
des conditions prgvues par 1'artiele 213 du Code Civil Mixte, de tout dommage
mat6riel qu'elle auraitoccasionnd lapropri6t6. En cas de contestation, l'appr&-
ciation du fait et l'6valuation du dommage appartiendront la juridiction
mixte. II Los perquisitions ne pourront etre operdes qu' partir du lever
et jusqu'au coucher du soleil.
Art. 21.
Le Gouvernement de la Rdpublique Franiaise acceptc l'application A
ses ressortissants et son commerce, i partir de l'entrde en vigueur de
la prdsente convention, du Rglement douanier ci-annexe. || I1 demeure
entendu qu'il ne pourra, pendant toute la durde de la Convention, etre
apporte aucun changement aux articles 2, 8, 11, 12, 15, 17, 18, 19, 27,





gypten und Frankreich. 51

et 33 41 ainsi qu'an dernier paragraphe de l'art. 5 du Reglement
douanier si co n'est avec le consentement de l'Agent et Consul G6ndral
de France. |1 Toute facilit6 que le Gouvernement Egyptien pourrait
accorder dans l'avenir, par rapport ses reglements douaniers, aux res-
sortissants, aux batiments, la navigation et an commerce de toute autre
puissance etrangere, est acquise aux ressortisants, aux btiments, la
navigation et au commerce de la France qui en auront de droit la jouissance.
Art. 22.
Les stipulations de la presente Convention ne s'appliquent pas: 1
1 aux arrangements speciaux actuels ou qui pourraient intervenir ul-
thrieurement, soit entre l'Egypte et les autres parties de l'Empire Otto-
man placdes sons l'administration direete de la Sublime Porte, soit entre
l'Egypte et la Perse. 11 20 aux dispositions que pourrait prendre le Gou-
vernement Egyptien pour l'dchange des marchandises indigknes ou dtran-
gres avec les provinces soudanaises.
Art. 23.
I1 est entendu que les marchandises venant de la Turquie qui, y
ayant acquitt6 les droits d'importation, sont accompagn&es d'acquits de
Donane tnrque (Raftichs), ne seront, en aucun cas, astreintes un second
paiement de droits d'entr6e en Egypte, sauf le paiement de la diff6rence
en plus, dans le cas oh les droits d'entr&e en Egypte seraient sup&rieurs
aux droits acquittes en Turquie.
Art. 24.
Les stipulations de la prdsente Convention s'appliquent la France,
l'Alg6rie, aux Colonies et Possessions frangaises, aux pays de protectorat
de l'Indo-Chine et de la Tunisic.
Art. 25.
Les modifications apport6es au present tarif de droits egyptiens par
l'article 6, n'entreront en vigueur que lorsque les dites modifications
deviendront 6galement applicables tous les autres pays. |1 Dans l'inter-
valle, les marchandises francaises seront trait6es, leur entrde en Egypte,
sur le pied de la nation la plus favoris6e et les importations francaises
ne seront, dans aucun cas, assujetties des droits superieurs ceux fixes
l'article 6.
Art. 26.
La present Convention entrera en vigueur apres l'echange des rati-
fieations et aura force et valeur pendant vingt et un ans. Un an avant
l'expiration de la septiime et de la quatorzikme anne, chacune des Parties
4*






52 Bnidisse, Vertrgc, Konventionen u. s. w.

Contractantes aura la facultd de notifier h l'autre son intention de r6viser
cc traitC afin d'y introduire, d'in commun accord, les modifieations sug-
gcries par l'expericnce. I] En outre, le Gouvernement Franvais so r6serve
dc notifier, a tonte 6poque, au Gouvernement Egyptien, son intention de
mettre fin, t l'expiration du d dozime mois qui suivra cette notification,
anx stipulations dI present trait6, en vertu desquelles le traitement de
la nation la plus favorisfe est assure, de part et d'autre, a limportation,
aix mareliandises des deux Pays. || Dans cc cas, les marcliandises 6gyp-
tieniines seraient soninises en France au tarif gen&ral et 1'article 6 de la
pr6sente Convcntion, applicable aux luarchandises franvaises entrant en
E anx dispositions des Capitulations et autres Trait6s existants, en tant que
cCs dispositions ne sc tronvent pas en contradiction avee la presente
Convention.
Fait en double, an Caire, le vingt-six novembre mil neuf cent deux.
Sign6: Boutros Ghali.
Sign6: Cogordan.


Annexe No. 1.
Proces -Verbal.
An moment de signer la Convention conimnerciale conclue a la date
de ce jour entre la France et l'Egypte, les sonssignds sont convenus des
dispositions suivantes:
I.
Les btiments des Compagnies fransaises de navigation qui entre-
tiennent des communications regulires avee l'Egypte, ainsi que tous les
navires frangais d'un tonnage superieur a quatre cents tonneaux, auront,
sans accomplissemicnt pr6alable d'aueune formalitt, le droit d'exereer le
cabotage en Egypte.
I.
En ec qui conccerne le commerce avec les provinees soudanaises, les
ressortissants de kla Ipublique Franigaise et les marchandises franqaises
jouiront de tous les avantages qui sont ou seront accordos aux ressor-
tissants de Ia nation la plus favorisde on aux indignes les plus fl~voris6s
ainsi qu'aux inarchandises 6trangres ou indighnes les plus favoristis.

III.
En cc qui conccerne la perquisition dans les niagasins ou demeures
sis dans les districts des frontibres ou sur le Canal de Suez, teile qu'elli





gypten und Frankreich. 53"

est prevue et riglemnent&e par le 5 de l'article 20 de la Convention,
si quatre heures apres la remise du double de l'ordre de perquisition,
P'autoritd consulaire ne s'est pas fait repr6senter, elle sera cousid6r6e
comnme voulant s'abstenir et les agents de la Dounane sont autoris6s a
proceder a la perquisition. il Dans les localitds des districts frontidres ou
du Canal de Suez situ&es a plus d'une heure de distance du siege d'une
autorite consulaire, les agents de la douane ne pourront proceder une
perquisition qu'en pr&sence de deux tmroins de nationalitg franaise ou,
d6faut, en presence de deux t6moins dtrangers.

IV.
Un exemplaire du tarif actuellement en vigueur des droits de fac-
tage a Alexandrie a tgd communiqud M. Cogordan, par S. E. Boutros
Ghali pacha. 11 a dtd convenu que pendant toute la d(Ire de la Con-
vention coniuierciale en date de ce jour, les droits port6s ce tarif
ne pourront etre majores que d'accord avec l'Agent diplomatique de
France.
V.
La Convention cominerciale en date de ce jour dispose formelleiuent
que le tabac sous toutes ses formes est exclu des stipulations de l'arrangt-
ment. || Toutefois, pendant tout le temps que la Convention sera en vigueur,
les cigares de fabrication fran9aise et les tabacs franuais accompagnds
de certificats d'origine seront admis a l'importation en Egypte, aux
mines conditions et moyennant le paiement des meines droits qui sont
o011 seront appliques aux cigares et aux tabacs dont 1'introduction est onu
serait ultdrieuremient autorisde par suite d'arrangements spdciaux. || En
aucun cas et pour quelque motif que ce soit, pendant toute la durec de
la susdite Convention, les cigares et tabacs francais en Egypte ne seront
traitds moins favorablement que ceux provenant de tout autre pays. |1 De
mime, pendant la durde de la Convention, tous avantages qui viendraient
a tre ult6rieurcinent concIdds a n'importe quelle autre puissance en cc
qui concerne le tombac, le seil, le salpetre, le natron et le hachiche, seraient
acquis de plein droit saus compensation ou autre conditioln quelconque au
colnIerce et aux ressortissauts franyais. |1 11 est entendu que les r'gle-
ments edictes o0u 1 adicter par le Gouvernement relativenient au cominierce
de ces divers produits seront applicables aux ressortissants fran9ais qui,
en aucun cas, ne pourront etre soumis a un traitenient moins favorable
que les sujets locaux et les 6trangers les plus favorises. |1 Les dispositions
de la Convention commerciale de ce jour concernant les perquisitions
s'appliquent dgalenient a ces articles.






54 Btinlniisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.

VT.
Les 6chantillous de vin fransais d'nne contenance inf&rienre : 50
centilitres seront admis en igypte en franchise de douane a la condition
qu'il s'agisse rdelleinent d'dhiantillons proprement dits, c'est-a-dire rcpr6sen-
tant des vins d'espcc diff'rente et destinds i la dgnustation.

VII.
Los graines de vers a soie d'origine franuaise et provenant de France
seront admnises en franchise de donane en Egypte.

VIII.
Les livres franiais envoyes de France en Egypte par colis postaux on
par la poste sont exeuipts de droits de donane.

IX.
Le Gouvernement egyptien maintiendra l'immunit6 douaniere pour
les effets et objets appartenant aux maisons religienses des diff6rents
cultes, anx couvents et etablissements de bienfaisance ou d'6ducation
existant en Egypte sons la protection consulaire de la France, dans les
conditions 6tablies par l'art. IX du reglement douanier ei-annexe.

X.
Les bitiments qui naviguent sous le pavillon de J6rusalem jouissent
du meme traitement que les btiments fran'ais dans les eaux et ports
d'Egypte.
XI.
Les sacs, plis de lettres et imprimes destin6s la poste franiaise
sont exempt6s de la visite de douane pourvu qu'ils soient port&s sur une
feuille de route rdguliere et que les scell6s soient intacts.
Sign6: Boutros Ghali.
Cogordan.


Annexe No 2.
Ministrre
des Le Caire, le 20 Novembre 1902.
Affaires trang&res.
Monsieur le Ministre, 11 Le proces-verbal annexg la Convention
sign6e le 19 juin 1892 entre l'Allemiagie et l'Egypte porte in passage
ainsi con9u: |] 6 ,La perqnisition a bord des btimenits de commerce





gypten und Frankreich. 55

telle qu'elle est pr6vue et r6glement&e par les 3 et 4 de l'Article 16
de la Convention ne pourra Utre, en aucun cas, ni retardie ni entrav6e
par l'abstention de l'Autorit6 Consulaire." |i Vons avez d6sire que cette
disposition qui vous parait superflue ne fit pas reproduite dans les
arrangements sign6s aujourd'hui entre la France et l'Egypte. Le Gou-
vernement Egyptien y consent volontiers, mais a la condition que cette
suppression ne puisse pas ktre interprt&e conmme impliquant que nos
deux Gouvernements ont entendu inodifier en quoi que ce soit le sens
et la portge des 4 et 5 de l'Article 16 de la Convention de ce jour,
dont le texte est identique a celui du meme article de la Convention
conclue entre l'Allemagne et l'Egypte. 11 Venillez agr6er, Monsieur le
Ministre, les assurances de ma haute consideration.
Signd: Boutros Ghali.
Monsieur Cogordan,
Ministre Plnidpotentiaire de France.


Annexe No 3.
Agence
et Le Caire, le 26 Novembre 1902.
Cousulat General de France
en Egypte.
Monsieur le Ministre, 1| J'ai l'honneur d'accuser r6ception Votre
Excellence de sa lettre de ce jour concernant la disposition qui fait lobjet
du 6 du proces-verbal annex a la Convention conclue entre l'Allemagne
et 1'Egypte le 19 juin 1892, et qui n'a pas 6tM reproduite dans les arrange-
ments signes anjourd'hmi entre la France et l'Egypte. ]1 En vous donnant
acte de cette communication, je suis en mesure de vous d6clarer que le
Gouvernement de la R6publique partage entitrement sur ce point votre
manire de voir. || Veuillez agr6er, Monsieur le Ministre, les assurances
de ma haute consid6ration.
Signd: Cogordan.
Son Excellence Boutros Ghali .Pacha,
Ministre des Affaires -Etrangres.


Annexe No 4.
Ministere
des Le Caire, le 26 Novembre 1902.
Affaires Etrangrcs.
Monsieur le Ministre, 1| Au cours des n6gociations qui ont abouti
la conclusion d'une convention commerciale entre la France et l'Egypte,
vous in'avez exprim6 le d2sir d'tre renseign6 sur le montant des droits
de quai, afin d'tre fix6 sur les charges qu'auront A supporter les mar-






i6 lhinddnisse, Vcrtrie. Konventionen u. s. w.

chandises fransaises. |1 Ainsi que j'ai en 1'honieur de vons le faire connaitre
les droits de quai a Alexandrie sont etablis et fixes par le D6cret du
22 Septembre 1880. || En ce qui coneerne Port-Sai'd, si les droits de quai
n'y sont pas actuellement perqus, c'est que le port n'est pas encore
amenage pour le commerce; mais le Gouvernement se propose de les y
6tablir aussitt que, par l'execution des travaux projet6s, le port de cette
ville sera en etat de satisfaire aux besoins du commerce. Ces droits seront
etablis de manire a assurer un traitement egal a toutes les marchandises
arrivaut dans le pays ou en sortant, soit par la voie de Port-Said, soit
par la voie d'Alexandrie, et leur montant n'exe6dera pas 7 pour mille ad
ralorem sur les importations et 41/. pour mille ad valorem sur les ex-
portations. Je vons reitlre l'assurance que, pendant toute la durfe de
la convention commerciale en date de ce jour, les droits de quai 6tablis
oumme ci-dessus, ne pourront ktre major6s que d'accord avec 1'Agent et
Consul General de France. |1 Veuillez agr&er, Monsieur le Ministre, les
assurances de ma haute considWration.
Signe: Boutros Ghali.
M3onsieur Cogordan,
Ministre Plinitpotentiaire de France.



Annexe No 5.
Agence
et Le Caire, le 26 Novembre 1902.
C'osulat GeCairal de France
en Egypte.
Monsieur le Ministre, |1 J'ai requ la lettre que Votre Excellence m'a
fait l'houneur de m'ierire ,i la date de co jour pour me donner l'assurance
que les droits de quai existant aetuellement ai Alexandrie et ceux qui
pourront etre etablis a Port-Said, apres l'execntion des travaux projet6s
dans ce port, ne pourront etre &levrs, les premiers au-dessus de leur
montant aetuel, les seconds an-dessus de 70/O, 11 1'importation et de 4'/i00o
a exportation sans l'assentiment de l'Agent Diplomatique de France.
Je prends acte de eette d&claration et vous prie d'agr6er, Monsieur le
Ministre, les assurances de ima haute considdration.
SignC: Cogordan.
Son Excellence Boutros Ghali P1acha,
Ministre des Affaires /'trangqres.






gypten und Frankreich. 57

Annexe No 6.
Tableau Annexe 1'Article 12.
Chapitre I.
Est permise l'importation des armes de chasse et de luxe, ainsi que
des armes de commerce, des munitions et du matiricl ci-dessous specifids.

Premiere Cat6gorie
Armes importables.
10 Les fusils i me lisse et les mousquetons de chasse, systmes
Lefaucheux, Lancaster et autres, un ou deux coups, se chargeant par
la bouche, a la condition que le diamktre de la bouche ne d6passe pas
20 inillimktres. || Mais il est permis aux voyageurs d'importer des fusils
ray6s et leurs cartouches pourvu qu'ils signent une d4claration par laquelle
ils reconnaitront que ces fusils sont pour leur propre usage et que la
vente en est ddfendue. || Tonte contravention l'une on l'autre des con-
ditions de cet engagement entrainera, de plein droit, la confiscation du
fusil. II 20 Les armes de luxe, savoir: les armes antiques, ainsi que les
fusils, carabines, mousquetons, revolvers et pistolets de toute longueur
dont la erosse, le chien ou le canon sont essentiellement enrichis d'or on
d'argent on eiselPs artistement. Pour que les armes de luxe, l'excep-
tion des armes antiques, soient admises, le prix de vente ne devra pas
etre infdrieur 500 franes par arme pour les fusils, carabines et mous-
quetons; 200 franes pour les revolvers, et 80 franes pour les pistolets.
11 est entendu que les armes dont l'introduetion est admise en vertu des
autres dispositions de ce tableau ne sauraient &tre consid6r6es comme
armes de luxe et interdites sous pr6texte que leur valeur est inf&rieure
aux prix fixds. |1 Les personnes qui importent des armes de luxe seront
admises imiporter en mame temps cent cartouches, chargdes petit
plomb, pour chaque fusil, carabine ou mousqueton; toutefois le prix des
eartouches n'est pas compris dans la valeur fix&e pour ces armes. 1 30 Les
fusils, earabines et pistolets dits Flobert et les armes semblables de petit
calibre, ainsi que celles a spirale dites de salon. II 4" Les sabres dont la
poignde ou la lame est essentiellement enrichie d'or ou d'argent ou ciselde
artistement. Les 6p6es et lames d'6p6es, fleurets d'eserime et couteaux de
chasse. [| N.B. Tout voyageur muni de passeport ou teskdr6 en regle ne
pourra importer qu'un seul pistolet-revolver ou une paire de pistolets de
n'importe quelle sorte, plus cent cartouches charg&es au maximum.






g8 Biinudisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.

Deuximne Catdgorie
Mat6riel importable.
Tontes sortes de parties de fusils, de revolvers, de pistolets, d'armes
blanches et d'autres armes importables; crosses, platines, chemin&es,
gachettes, sous-gardes, ressorts, canons ouvr6s on demii-ouvr6s et sem-
blables parties d'armes et tount acccssoire ou objet n&cessaire 7 l'usage
de ces armes.

Troisieme Catdgorie
Munitions importables.
Cartouches chargces et douilles de cartonches non charg6es pour les
armes comprises dans les paragraphes 1, 2 et 3. jj L'importation de car-
touches de fusils de guerre de quelque modele que ce soit est interdite.

Chapitre II.
Toutes les armes dont l'importation est admise seront, apres v&ri-
fication de la Douane, sans dMlai, ni frais pour le proprigtaire, son
choix, et par les soins de cette administration, munies d'une ficelle plom-
bEe on poingonnees.
Chapitre III.
L'introduction de toutes armes ou parties cd'arme, de tout matdriel
d'arme, de toutes munitions non mentionngs dans le prdsent tableau, de
toute sorte de pondre, ainsi que de toutes les compositions qui ont la
mime destination ou qui, invent6es plus tard, pourraient produire lks
memes effets que la poudre, telles que la dynamite, la poudre-coton dite
fulmi-coton et co'on azotique, la nitro-glycerine, les pierates et falminates,
les meches mines et autres matires fulminantes de ce genre, du salpUtre
raffin6 et non raffind et du eblorate de potasse, est interdite. jj Toutefois, la
dUfense d'importer des matires explosives n'emporte pas prohibition
d'importation et de vente des produits qui, en vertu de leur composition, sont
explosifs dans certaines conditions ou qui peuvent servir la fabrieation de
matieres explosives, comme, par exemple, le soufre, l'6ther, le nitrate de
soude. Elle doit seulement empecher l'introduction de matieres qui sont
destindes a tre exelusivement ou au moins principalement employ6es
comme poudres a carriere ou pour des usages analogucs.

Signd: Boutros Ghali.
Cogordan.





gypten und Frankreich. 59

Annexe No. 7.
RFeglement de Police

(Voir article 12 de la Convention.)
Article Premier.
Le commerce des armes, des munitions, du mat6riel et des matires
explosives, dont l'importation est admise par la pr1sente Convention, ne
pourra Utre exerc que par les personnes dument autoris6es par le
Gouvernement, et dans les magasins d6sign6s dans l'autorisation. |I Cette
antorisation est personnelle, et eile devient nulle si elle est ced6e i un tiers.

Art. 2.
La Police peut saisir toutes armes import6es, alors mmne qu'elles
auront 6t6 marques ou poingonnees par les Autorit6s Gouvernementales
tgyptiennes, si eile les trouve en vente dans d'autres magasins ou bouti-
ques que ccux 6tablis suivant l'article pr6cedent.

Art. 3.
Le propri6taire d'un 5tablissement autoris4 aux terines de Part. jer,
vendre les armnes y mentionnkes, devra tenir deux livres; l'un, contenant
l'inseription par num6ros d'ordre, de toutes les armes inises en vente,
avec d6signation du prix, de leur provenance, et de tous les details
n&cessaires; l'autre, relatant toutes les ventes effeetudes, avee indication
de l'espece de l'arme vendue, du num&ro d'inscription, des nom, pr6uom,
domicile et profession de l'acheteur, et du prix. [| Ces deux livres, avant
d'tre mis en usage, devront etre paraphis a chaque feuillet, par le
Gouverneur ou le Moudir. 11 seront tenus la disposition de la Police
qui aura le droit, a tont moment, de les inspecter.

Art. 4.
Nul ne pourra transporter d'un endroit un autre, une quantitd
d'armes exedant celle qui lui est n6cessaire pour son propre usage, sans
une autorisation spdciale du Gouverneur ou du Moudir, et, si le trans-
port doit avoir lieu d'une ville A une autre ou d'un village, on indiquera
dans la permission, le nombre et la nature des armes, ainsi que la
personne laquelle elles sont destinees.

Art. 5.
Toute infraction aux art. 2 et 3 entrainera le retrait de I'autorisa-
tion de vente. i1 Le retrait de l'autorisation pourra egalement etre prononed,





C0 BiimLliisse, Vertriige, Konventionen u. s. w.

mais seulement apres un avertissement, si une fausse inscription vient 't
Otre dlcouverte sur les livres prescrits. || Dans ancun de ces cas, le pro-
prictaire ne pourra avoir droit h indemnitC ou lever une reclamation
quelconque contre le Gouvernement.

Art. 6.
Les armes transportges sans la permission requise par l'art. 4, seront
saisies et confisqunes administrativement.

Art. 7.
Les officiers ou agents de la Police sp6cialement designds cet effet,
sont autorisds entrer, en tout temps, dans les etablissements dont s'agit,
pour y exanminer les livres sus-indiquis, les vdrifier, s'assurer que toutes
les preseriptions de ce reglement sont observees, et proe6der toute con-
statation ayant trait a la vente des armes.

Art. 8.
Tontes les prcscriptions des art. 2, 3, 4, 5 et 6 s'appliquent egale-
ment la vente et au transport des munitions, du matiriel et des niatires
explosives.
Dispositions finales.
Art. 9.
Toute personne qui exerce actnellement le commerce des armes, des
imunitions, du matdriel et des matieres explosives dont il est fait mention
a l'art. 1r, devra, dans le delai d'un mois partir de la publication du
prgsent reglement, en faire la ddclaration au Gouverneur onu au Moudir,
en indiquant le magasin dans lequcl ces objets sont mis en vente. 1] Eile
devra, en outre, dans le mnime delai, se munir des livres prescrits par
l'art. 3.
Art. 10.
11 est absolument dffendu d'avoir dans la Province-Frontiere, des
deputs d'armes ou autres objets indiqu6s h lartiele precedent. 1I L'Autorite
de Police aura, dans cette province, le droit de faire des visites domi-
(ciliaires, dans les formnes prvues dans la Convention et le procks-verbal
y annex6 pour les perquisitions faites dans la ligne douaniere, de saisir
et de canlisquer les arnes et les autres objets d6signes el-dessus.
Sign&: Boutros Ghali.
Cogordan.





gypten und Frankreich. 61



Annexe No. 8.

Reglement Douanier

Titre I.
Dispositions g6ndrales.

Article premier.
Ligi e douaniere.
Le littoral de la mer, et les frontibres touchant aux territoires des
Etats voisins, formnnt la ligne douaniere.

Art. 2.
Zone de surveillance.
Le dept et le transport des marchandises qui ont franehi la ligne
donaniere sont soumis a la surveillance des agents de la Douane jusqu'
la distance de 2 kilomtres de la frontire d(e terre on du littoral de la
mer, ainsi que des deux rives du Canal Maritime de Suez et des lacs
que ce Canal traverse. |i En dehors de ces limites, le transport des marchan-
dises peut etre effectu6 librement; n6anmoins, loes marchandises sous-
traites frauduleusement, et tenues a vue par des agents de la force publique,
peuvent 6tre saisies memne apres qu'elles ont franchi la zone de
surveillance. 11 Peuvent 6galement etre saisies sur toute l'6tendue du terri-
toire 6gyptien: les marchandises prohibdes, celles dont la vente est mono-
polisde par l'Etat, ainsi que les tabacs on tombacs circulant en contra-
vention anx reglements. || Pour les navires, la zone de surveillance s'6tend
a une distance de 10 kilomitres du littoral. Les caravanes traversant le
d6sert, et soupVonn6es de faire un trafic illicite, sont sounmises aux visites
et vdrifications de la Donane.
Art. 3.
Passage par la ligne douaniere.
Les marchandises ne peuvent franchir la ligne douanibre pendant la
nuit, c'est-a-dire entre le concher et le lever du soleil. || Sur tonte l'dtendue
de la ligne douanire maritime, l'entr6e dans les ports et laccostage au
littoral sont permis pendant la nuit, la oi il existe des bureaux de Douane,
mais aucune opration de d6barquement, transbordement on eimbarquement,
ne peut Utre faite sans une autorisation sp6ciale, et par 6crit, du Chef
de la Douane.






62 Butliuisse, Vertrage, Konventioneun i. s. w.

Art. 4.
nEmbarque>mnt, d'barqueimcnt et transbordement des marchandises.
.\ucune operation de chargement, ddbarquement et transbordement
des inarchandises, ne pent tre eff'eetude sans l'autorisation pr6alable de la
D)onane, et hors dc la prdsence de ses agents. |1 Toute operation d'embar-
q(iement, de debarquement on de transbordement, doit etre effectuec aux
endroits spicialement al'ect&s cet usage par l'Administration des Douanes. ||
La Douane pourra permettre, exceptionnelleincnt, quo le dbarquement
o011 le transbordement des marchandises ait lieu sans 1'assistance des agents
donaniers. 1| Dans ce cas, il en fera mnintion par une annotation sur la
copie du manifeste.
Art. 5.
Permis de dcpart, dit Tamkin.
Les capitaines doivent, avant le d6part, presenter la Donane le
manifeste des marchandises chargees leur bord. Ce n'est qu'apres
1'accomiplissement de cette formalitd que la Douane autoriscra l'Admi-
nistration du Port ta accorder le Tamkin. | I1 est ddfendu tout coinnan-
dant de navire de quitter le port on la rade sans Tamkin. || La Donane
a la facult6 de faire accorder le Tamkin, mine avant la pr6sentation du
manifeste, aux navires representes par un agent dans le port de depart,
pourvn que cet agent ait dgposg la Douane un engagement par derit
de satisfaire a cette formalitd dans un dClai de trois jours. I| Los compag-
nies de navigation i vapeur pourront, en vue de jouir de cette faeilit6, se
constituer garantes, une fois pour toutes et par acte notari6, pour toutes
contraventions qu'encourraient les capitaines conduisant lenrs navires.

Art. 6.
D6claration.
Toute opdration douanire doit etre pr6ced6e d'une dcelaration sign6e
par le proprietaire de la marchandise ou par son repr6sentant. |I La Douane
considdrera comme repr6sentant legitime du proprietaire la personne munie
de l'ordre de livraison de la compagnie de transport. (Voir artieles 19 et 20.)

Art. 7.
Visite.
Aussitt la ddelaration presentce la Donane, il est procide la
v&rification des marchandises. La Douane a le droit de visiter tons les
colis, mais suivant los eireonstances, le Directeur, s'il le juge II propos,
pourra exemnipter de la visite les colis dont le conteim ddclar6 ne im
paraitrait pas devoir Utre sonmis a la v6rifieation. j1 I ne pourra cepeidant






gypten und Frankreich. (3

etre visite moins d'un colis sur dix, sauf une autorisation contrairc spdciale
du Chef de la Douane. |1 Si, apres une premiere v6rification, et mAme apres
le paiement des droits, des contrc-v6rifications sont jugles nMcessaires, la
Douane est toujours en droit d'y faire proeeder. 11 Les colis seront ouverts
pour la visite par les prdposds de la Douane, en prdsence des intdress:s;
l'opdration se fera, soit dans les mnagasins de la Douane, soit dans ses
bureaux. 1 En cas de soiupcons de fraude, la Donane proc6dera d'office, si
l'intressd, on h d6faut l'autorit6 consulaire, dInent avisd au moins quatre
heures l'avance ne se presente pas, a l'ouverturc des colis, en dressant
proces-verbal. J| Les marchandises qui ne seront pas plac6es dans les
inagasins, soit a cause de leurs dimensions, soit en raison de leur nature
encombrante, pourront etre visit&es au deliors. Ie Les saes, plis de lettres
et imprimus apportes par les services postaux de terre et de iner sont
cxempt&s de la visite, pourvu qu'ils soient portds sur une fcuille de route
reguliere. j1 Par contre, tous los colis postaux sont soumis a la visite et
a la v6rification; mnoins de soupvons de frande, cette v6rifieation sera
seulement sommaire et pourra ne porter que sur un certain nombre de
colis a d6ternminer par le Chef de la Douane.

Art. 8.
Droits percevoir, privilUge et garantie du Tr6sor.
Les droits d'importation et d'exportation sont peruns eonformdment
aux traitWs et conventions en vigueur. ]| En outre, il sera pervn des droits
de quai et de factage et s'il y a lieu des droits d'entrept, de d6pt,
d'6cluse, de Tamkin, de plombage, de Raftieh et de Kechf, etc., en vertu
des reglements actuellement en vigueur. Le paiement des droits se fait au
comptant, en monnaie d'or ou d'argent, d'apresle tarif du Gouvernement, excepte
le eas o il se fait en nature. || Aneune marchandise n'est d6livrde avant
que les droits dont elle est passible aient 6t6 duinent acquittis. 11 Les
marchandises arrives en Douane ponr n'importe quelle destination servent
de garantie a l'Administration, par privilige, pour le paiement des droits,
frais et aniendes de toute nature, dus par le destinataire, raison de ces
marchandises.
Art. 9.
Franchise.
Sont exemiptds de la v6rification et du paiement des droits d'entrde
et sortie: | 1 Les objets et effets personnels appartenant a Son Altesse
le Khiddive; || 2 o Les objets d'usage et effets personnels appartenant aux
titulaires ou g&rants d'une Agence Diplomatique d'un Consulat g9n6ral,
d'un Consulat on d'un Vice-Consulat lorsqu'ils sont de carriere (missi) et






4 Biindnisse, Vertrge, Konventionen ui. s. w.

qu'ils n'exercent aucune autre profession, ne s'occupent ni de commerce
ni d'industric et ne possMdent ni n'exploitent de biens-fonds en Egypte. i
La mimce franchise est accordde dans chaque Agence Diplomatique i deux
officiers de cettc Agence et dans chaque Consulat a un officier de co
Consulat la deniande de l'Agent Diplomatique on du Consul, h la con-
dition toutefois que ces offieiers appartiennent la catIgorie des fonetionnaires
(lqi sont nommnns par Ddcret sonverain et auxqnels le commerce est
absolument interdit. 1| Sont exemptes des droits d'entrde et de sortie, mais
assujettis a la visite et h la v6rification, les effets et objets appartenant
aux maisons religieuses des diff6rents cultes, aux couvents et 6tablissements
dc bienfaisance on d'dducation. || Ces 6tablissements devront, au commence-
ment de chaque annde, remettre a la Donane, par l'entremise de leur
Autorit6 Consulaire on antre, un etat 6nongant approximativement les
olbjets qu'ils comptent importer dans le courant de l'ann6e, et la valeur
de ces objets. || La franchise sera suspendue jusqu' l'annee snivante
lorsque la valeur totale 6noncie sur cet 6tat sera atteinte. 11 Cette franchise
pourra tre retir6e si la Douane constate qu'il en est fait abus. 11 Dans
ce cas, avis prialable a cet effet devra Utre donn6 a l'Autorit6 Consulaire
ou autre dont relkve l'6tablissement int6ress6. I| Sont 6galemcnt exemptds
des droits d'entrde et de sortie, mais demeurent assujettis a la visite et
a la verification: 1 1 o Les effets, meubles, livres et autres objets h l'nsage
prive, appartenant anx personnes qui viennent s'6tablir ponr la premiere
fois dans le pays. Ces artieles devront cependant porter trace de l'usage,
sous peine d'tre soumis au paiement des droits riglementaires. En cas
de contestation, il sera proce6d par voie d'expertise; 11 2 Les effets
personnels apportes par les voyageurs et destinds a leur usage; 1 3 o Les
Cchantillons, lorsqu'ils ne sont pas de nature ah tre vendus comme
marehandises; II 4 Les elhantillons des produits du sol Cgyptien dont la
valeur ne d6passe pas 100 piastres; 1| 5 Le num6raire (or on argent); !
6 o L'or et l'argent en barres; |1 7 o Les marchandises appartenant anx
Administrations du Gonvernement et anx particuliers, jouissant de la
franchise, soit en vertu d'ordres on d'arrangements spdcianx; II 8 Les
objets destinds a l'approvisionnement des navires de gnerre des Pnissances
amies ainsi liue les provisions et les munitions destinkes a l'usage des navires
de commerce et de leurs 6quipages. 11 Tonte demande d'introduction on
d'exportation en franchise des droits doit etre adress6e a la Donane et
porter les indications suivantes: 1 o la nature des objets; 2 o lenr valeur;
3 les marques et numSros; 4 le nom du navire qui a importe on qui
doit exporter. |1 I'obtention de la franchise est subordonnm e i la condition
que le connaisscment porte le nom de celni qui a droit la franchise;






gypten und Frankreich. 65

s'il etait libelle au noin d'un tiers, ou simplement a ordre, la Douane ne
pourrait accorder la franchise. |1 La demande en exemption doit Utre signde
par 10 destinataire, on par l'expediteur s'il s'agit de droits d'cxportation.

Art. 10.
Marchludiscs provenant de naufrages.
Les inarchllandises provenant d'un navire naufrag6 ne sont soumises
a aucun droit de douane si elles ne sont pas destinees a un port egyptien,
et elles peuvent etre rdexportees en franchise aussitt que les formalit6s
concernant l'avarie sont termindes. 1| Ces marchandises sont assujetties
aux droits rglemientaires selon la valeur qu'elles ont dans l'6tat avari,
si elles sont employdes a la consonmmation entiereinent intdrioure.

Art. 11.
Bulletin de sortie par les portes de la Douane, Kechf.
Apros l'acconiplisscinent des formnalitMs de donane et l'acquitteunint
des droits, il est ddlivrd au d6douancur de la marchandise un permis de
passage par les portes de la Douane. || Sur la demande de l'importateur,
et sur la presentation du recu du caissier de la Douane, il est dlivrd
l'intdress6 une note dStaillde, on Kcchf, des marchandises qui ont acquittd
les droits. || La pr6sentation du Keellf est indispensable pour rdexporter,
en franchise de droits, une marchandise d'origine 6trangere et 6tablir le
droit au remiboursement de la diffidrence entre les droits d'importation et
ceux d'exportation, si la reexportation se produit dans les six mois de
la date du retrait de la marchandise, date qui sera constateO sur le
Kechf. I| La Douane ne ddlivre pas de Kechf pour los marchandises sujettes
a dip6risseiment ou d6t6rioration. (Voir art. 20.) || Le Kcchf n'est delivre
qu'une seule fois, sauf le cas de perte dment prouv6e, o il peut Utre
renouvel6.
Art. 12.
Importation des produits originaires d'Egypte et exportation
des prodwits originaires de l'tranger.
Si un produit du pays, apres avoir 6te exporte i l'6tranger, est rap-
portd en Egypte, il sera soumis au paiement du droit d'inportation 6tabli
sur les produits etrangers. 1| De mime, si une marchandise d'originc
dtrang&re est exportee nouveau, elle est soumise au paiement du droit
de sortie 6tabli sur les produits du pays, moins qu'elle ne soit accompagne
d'un Kechf 6tablissant clairement son identitd et la date de l'acquittement
des droits d'importation; dans co cas, elle jouit de la franchise a l'ex-
portation. Il Si cotte exportation est faite avant qu'un d6lai de six mois
Staatsarchiv LXV11. 5





66 Buiinduisse, Vertrage, Konventionen u. s. w.

ne soit ecould, le rembourscment de la diffdrence entre le droit d'importation
et le droit d'exportation peout tre exigd. Mais dans l'un et l'autre cas,
la presentation du Keclif est indispensable, commue il est dit a l'art. 11.

Art. 13.
Refrait des murchamlises de la Douane, d(douancnrs autorisrs.
Les marchandises peuvent tre retiries de la Douane, apres l'ac-
complissement des formalitds par les personnes munies de l'ordre de
livraison Cmanant des capitaines des consignataires des navires, ou des
coinpagnies de navigation. 1| Cependant, les ddlouaneurs de profession ne
seront adniis a retircr les marchandises arrivant pour le compte de tiers
que s'ils remplissent les conditions suivantes: |i 1 0 Aucun dedonaneur ne
peut exereer sa profession sans etre agree par I'Administration des
Douanes; || 2 Toute deniande cctte fin doit etre faite par 6crit, et
accompagndie d'iu certitieat d'honorabilitd dmanant de deux ndgoeiants-
notablcs d'nnc honorabilit6 reconnne; |1 3 Si cc ccrtificat est jug6 suffisant;
le postulant est agr&d et il lui est ddlivre un permis en consequence;
4 Si la recomiinandation est consid6rde comme in suffisante, l'Adnministration
petut exiger du candidat, soit le d6pt d'une sonmmie de 2000 P. T.
10000 P. T., soit une caution donnic par deux n6gociants agrids par
l'Aduiinistration; jI 5 Le d6pt on la caution garantissent a l'Administration
le paiement des amendes encourues par le didouancur, en raison des con-
traventions jui viendraientL a tre constatdes a sa charge; i| 6 Tout
dJdouancur peut tre suspendu par le Directeur G6n6ral des Douanes
pour 1n tenmps d6termind, suivant la gravitd de la faute on de J'irr6gnlaritd
commise dans l'exercice de sa profession, et ce sans prejudice du paiemient
des amendes enconrues. Pour la premiere fois, la suspension ne peut
exedder six mois. Elle peint tre d'une anndc s'il y a recidive. Avis
mnotivd de la miesnre disciplinaire est donnd par ecrit a l'intress6; II 7 Les
personncs au service permanent de tiers sont passibles des mnies amendes
et niesures diseiplinaires que les dedonaneurs de profession. Toutefois,
le chef de la maison intiressde devra recevoir un avis prdalable et Gtru
nmis en mesure de fournir, s'il y a lien, des explications ttiles.

Titre II.
Importationet transport des marchandises d'une Douane une autre.
Art. 14.
PI'rsentaion ides marchandiscs aux Doumnes de tcrre.
Les mnarchandises a introduire par voic de terre doivent dtre pre-
senties al burcan de donane le plus voisin de la frontidre. 11 Si le bureau






gypten iidl Frankreich. 67

est en dedans de la ligne, les marchandises doivent pareourir la route
usit&e sans aueune d6viation. |1 Si le bureau le plus voisin n'a pas la
possibilitd de les recevoir, elles continuent leur route jusqu'au hurean le
plus voisin ponvant les recevoir, mais les conducteurs doivent se munir,
au premier bureau, d'un avis indiquant qu'ils s'y sont presentds et ont
sonmis leurs marchandises a une visite sommaire. || Si le bureau le plus
voisin n'est pas dloignd de plus de dix kilomrtres, les marchandises doivent
etre eseort6es par les agents donaniers.

Art. 15.
Maniifeste de cargaison.
Dans les trente-six henres de l'arrivdc d'un navire dans une rade
ou port 6gyptien, le eapitaine ou l'agent des armateurs doit ddposer la
Douane deux copies du manifeste de cargaison, certifides, par Ini, conformes
a l'original. La Donane se rtserve la facultd, dans tous les eas, de
r6elamer la prdsentation du manifeste original pour etre eollationne avec
les eopies. || La presentation du manifeste peut etre exigde, quelle que soit
la canuse pour laquelle le navire aceoste an port, et quelle que solt la
dur6e de temps qu'il s'y arrAte. | Si le navire provient d'un port 6gyptien,
le manifeste de cargaison doit etre accompagnd du manifeste de ddpart
de ce port, moins que le navire n'ait 6te dispensd de se munir de ce
document aux termes de l'art. 5. i1 Si le Chef de la Douane doute de la
eonformitd des indieations du manifeste avec la eargaison, le eapitaine
doit donner toutes explications et produire tous doeunments jugds n&essaires. |1
Le magasinier de la Donane, apres d6barqunment des marehandises des-
tindes au port d'arrivde, en donnera regu sur la eopie du manifeste. Cette
copie sera ensuite remise a l'int6ress6. il Si la totalit6 de la eargaison est
destindc un autre port, la Douane apposera seulement son visa sur la
copie du manifeste. [1 Les navires dont la cargaison est destinde un
autre port ou qui arrivent sur lest, ne peuvent sdjourner dans le port
d'arriv6e, sans raison majeure, pendant plus de trois semaines. Pendant
toute la durie de ce s6jour ils sont sonmis la surveillncce de la Douane.
Si ces navires doivent prolonger leur s6jour dans le port, pour cause de
r6parations, d'avaries, vents contraires, manqun de fret, etc., ils ne peuvent
le faire sans autorisation speciale de la Douane. Cette autorisation ne
sera accordle que si les motifs invoquis paraissent l6gitimes. |i A difaut
de lautorisation, le navire doit quitter le port sans ddlai, et avant le
d6part il est soumis a la visite des agents de la Donane. |i Si un navire
s'arrite dans un port pour un motif paraissant suspeet a la Donane
celle-ei peut exiger la presentation imm6diate du manifeste et faire, dans
5*






68 Bndnisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.

les conditions mentionnees 4 l'article 41, toutes perquisitions qu'ellc
jugera necessaires.
ArLt 16.

Manifeste d'importation.
Le manifeste doit contenir les indications suivantes: || Le nom du
navire; I| Le port dc depart et los escales faites pendant le voyage;
IULnonciation sonunaire des difflrcntes espces de marchandisos dont la
cargaison so comipose; i| Le nombre et la nature des colis; ]I Leurs marques
et nuimdros. |1 Le nombre total des colis doit utre rGp6tC en toutcs lettres,
sur le manifeste et les denx copies. Tous renvois, ratures, surcharges ou
interlignes doivent Utre approuvds. 11 Dans le cas d'omission d'une des
preseriptions ci-dessus, le manifeste est restitu6 et consid6r comme non
pr6sentc. Pourtant, dans de pareils cas, le capitaine a la facultd de
pr6senter un nouveau manifeste.

Art. 17.
D6barquement des marchandiscs.
Un prepos6 de la Douanc pointe sur une des copies du manifeste,
contradietoirement avee le capitaine du navire on son repr6scntant, les
colis et marehandises dLbarqu6s. I] Les marchandises sont transportes A
la Douane pour les opdrations de verification et d'enregistrement. 1| La
partie de la cargaison qni doit itre transportte une antre destination
reste i bord, et la sortie en est 16gitimice lors dun dpart du navire, au
moyen d'un laissez-passer ddlivr6 par la Donane au capitaine. || La Douane
a toujours la faculte, quand eile le juge utile, d'envoyer a bord des
gardiens et de prendre telle mesnrc qu'elle croit opportune pour empjeher
tout embarquement, d6barquement on transbordement non autoris4. || Si
la quantitg des marchandises ou le nombre des colis d6barqnus sont
inf6ricurs aux indications donn6es a eet Sgard par le manifeste, le capitaine
on son repr6sentant doit fournir des justifications relativement aux
ditffrences constat6es. Si les marchandises ou les colis manquants n'ont
pas 6t6 enmbarques, s'ils n'ont pas et6 ddbarqu6s ou s'ils ont td6 ddbarquis
sur un point autrc que colui de leur destination primitive, la justification
doit cn Utre fournio au moyen de documents cortains ktablissant le fait. II Si
los marchandises ou les colis manifestds ne so retrouvent pas et que la valcur
en soit rdelamde par le chargeur et le destinataire, le capitaine on son reprdsen-
tant doit apporter leos preuves du remboursement de cette valeur. || Si los
justifications exigdes par le prdsent artiele ne peuvent tre donn6es dans
les vingt-quatre heures, le capitaine on son reprdsentant sra tcenu de
donner caution on de faire le dp6t du montant de l'amend anx termnes






gypten und Frankreich. 69

de 1'article 37; dans ce cas, il peut lui tre accorde, pour fournir ces
justifications, un dMlai qui nii pourra exeder quatre mois.

Art. 18.
Dclaration.
La d(claration preserite a I'art. 6 doit dtre prdsent6e aux Douanes
dans les huit jours qui suivent le ddbarquement de la cargaison, sans
compter les dimanches et jours feri6s de la Douane. 11 Co ddlai expir6, la
marchandise est souniise aux droits de magasinage ,ardieh" aux ternmes
du rglemient sp6cial sur cette matiere. 1j II est obligatoire pour le
ndgociant d'indiquer dans sa dCclaration la valeur des marchandises. Si
la Douane n'accepte pas coinmme base de la perception des droits, la valeur
dcllare par le n4goeiant, eile peut reclamer la presentationl de tous les
docninents qui doivent acconpagner l'onvoi d'nne marchandise, tels que
factures, police d'assurance, correspondances, etc., etc. l1 Si le n(gociant ne
produit pas ces documeints, ou, si ces pieces paraissent insuffisantes, la
Donane pourra fixer elle-inime la valour de la niarchandise, et, si le n&-
gociant refuse d'acquitter los droits au comptant, raison de 1'estituation
douaninre, la perception des droits s'cffectuera en nature. B| Daus ce cas,
si les imarchandises sont tontes de la minie espece on qnalitd, la pereeption
des droits en nature s'opire proportionnellemient aux quantitus; dans le
cas o los marchandises comiprennent des objets d'espices on de qualitcs
varides, la perception des droits en nature ne s'opbre que sur leos articles
conntest&s an choix de la Donane, qni devra se basor dans l'un et l'antre
cas, sur les prix indiquis par le n6gociant. |[ Tontefois, si l'cart entre
les prix indiquds par le ndgoeiant et l'estimation faite par la Douane ne
dcpasse pas 10 /o, le choix des objets h prelever en nature, appartiendra
moitie au negociant et mnoiti6e la Douane. || L'Autorite donanii' ne
pourra pas deiander que les droits soient pay&s en nature. sur les artieles
dont la valeur ne sera pas conteste. 1] Dans le eas o la inarchandise
dont la valenr est contest ne ne pourrait tre fractionnde, teile que, une
voiture, in piano, une pi:ce de miachine, etc., la Douane peit prendre
pour son compte la marchandise, en faisant connaitre son intention a cet
effet, dans les trois jours qni suivront 1,a remise de cette declaration; dans
ce cas, le paiement du prix de la inarchandise declare par l'importateur,
major6 de 10"/o~, ainsi que le remboursement des droits quelconques qui
auraient Ut4 percus sur la dite marchandise, seront effectus dans les
qninze jours qui suivront la dkclaration. |] Sur la demande du proprietaire
d'une inarchandise, colui-ci sera autorise a varitier ce contenu des colis
arrivant ponr son compte avant d'en dresser la ddelaration (erite. 1] La






70 liiindisse. Vertrige, Konventionen ii. s. w.

declaration, une fois presentee, ne peut ctre modifite sans excuse valable
et sans antorisation, par ecrit, du Directeur de la Donane. || Le perinis
d'ouvrir los colis pour en v6rifier le contenu est donne par le Directeur
de ja Douano, on l'lnspeoteur en clof, lequel d&lbgne l'employe qui doit
assister a la v6rifieation.
Art. 19.
Forme de la d6claration.
Les dclarations doivent &tre faites par &erit sur des formules im-
prim4es par la Douane. || Elles 6nonccent: | l Les nom, prenonis, nationalitd
et domicile du declarant; || 2 A l'importation, les lieux de provenancc et
d'origine, et i l'exportation, les lieux de destination des marchandises,
ainsi que le nom du navire qui les a transport6es on doit los transporter;1
3 L'espece, la qualit6 des marchandises, le nombre, la nature, les iiarques
et inum2ros des colis, et s'il y a lieu le poids de la marchandise; 1 4o La
valeur de la marchandise calcul6e sur le prix que celle-ci a dans le lien
de chargemient on d'achat avec majoration des frais de transport et
d'assurauce jusqu'au port de dkchargement. |1 Si la valtur n'est pas connue
du declarant, la Donane fera proceder a l'6valuation par ses estimateurs.

Art. 20.
Effets du d6faut de prdsentationi de la d'claration.
Le refus on le retard de presenter la declaration et de venir retircr
la marchandise dans un delai de douze mois partir de son dbarqucmiiient
en Douane, donne le droit h l'Administration de faire, dans les formcs
administratives, la vente aux enchres publiques en donnant un seul avis
an destinataire soit directement, s'il est connu d'elle, soit par l'entreinise
du Consulat dont il ddpend, si elle le connait, soit par une publication
d(ans nn journal de la localit6, on de la localit6 la plus voisine, s'il n'est
pas connu. Toutefois la vente ne pourra avoir liuon que huit jours apres
que l'avis aura &t6 donni. || Les marchandises sujettes a d6tSrioration on
dep6rissement, teilles que les liquides, les fruits, etc., ne peuvent s6journcr
en Douane plus longtenips que leur etat ne permet de les garder. Si
jusqne-li, elles ne sont pas retir&es, la Donane constate par procts-verbal
le d1faut d'enlevement en temps opportun et effectue la vente d'office
sans avoir a applJcr le propri6taire. I L'ouverture et la vente des colis
abandonnes doivent se faire, en cas d'absence des int6ress6s, avec l'assis-
tance des Ieprcsentants de l'Autorit4 Consulairc ou Indig&ne, selon la
nationalite de l'interessd. 11 Si, apres convocation, les lepreyntauts dt cotte
Aitorit6 no so presentent pas, il en est dress6 procms-verbal et la DoUane
procd(lra h la vente. ]1 Le produit des ventes, aprls d(duction des droits






gypten und Frankreich. 71

de douane, des frais de magasinage, des amendes et de tous autres droits
et frais, reste en d6pt dans les caisses de l'Administration a la disposition
(1 i qui il appartiendra. || Si ee d6pt n'est pas r4clain dans los trois ans,
il est aequis h I'Administration des Douanes. 11 Tant que la vente n'est
pas consommi e, le proprietaire de la marchandise peut la retirur en ac-
quittant les droits de donane et tons les autres frais, y compris ceux de
cri6e et de courtage, s'il y a lieu.

Art. 21.
Expedition des marchandises 6trangares
d'une Donane umne autre.
Les colis des marchandises 6trangeres qui, avant le paiement des
droits doivent dtre expl)dies d'une Douane une autre, ne peuvent dtre
enlev6s qu'apres une declaration. || La declaration d6taillde n'est ncessaire
que si l'emballage des colis est d6fectueux; cotte d6claration pourra ne
porter que sur la valeur des marchandises si les colis se trouvent dans
de bonnes conditions d'emballage. || Les colis doivent etre accompagn4s
d'un Elm-Khaber; ils doivent etre, en outre, places sous la garantie du
plomb de la Donane. Sont dispens6s du plombage les colis n'ayant qn'une
valeur inf6rieure 30 P. T., ou les marchandises qui, par leur nature,
ne sont pas susceptibles de recevoir le plomb. 11 En cas de transport par
chemin de fer, l'expedition sera faite sous la surveillance de la Douane,
qui retirera les connaissements et les fera parvenir aux Autorites
douanieres du lieu de destination. 11 La Douane remettra l'Ehn-Kihaber au
propri6taire des colis pour la v4rification l'arriv&e. 11 Si l'expedition est
faite par une autre voie de terre, le propritaire devra consigner les droits
d'iniportation ou donner caution du montant de ces droits. Ii Les mar-
chandises d'origine 6trangGre, ayant d6dj acquittW los droits, qui seraieont
exportees par mer un autre port egyptien ne seront sonmises a aucnn
droit nouveau. 1| S'il existe des droits de consommation sur les niarchan-
dises en question, la Douane de d6part n'exigera que le dept de ces
droits, le inontant des droits d6pose sera remboursd i l'ayant-droit contre
la prodnction d'un certificat de la Douane de destination constatant
l'arrivee des marchandises.
Art. 22.
Dchaurge de l'Elm-Khabcr.
A l'arrivee des marchandises a la Dotane vers laquelle elles ont Wte
dirigdes, le destinataire doit, dans un dUlai de huit jours, sa.ns compter
les dimanches et jours firids de la Douane, declarer leur destination
d6finitive si elle n'est dkjd portee sur l'Eln-Kha)er, on faire le retrait





7o- Bilinluiisse. Vertrge. Konvenltiolnen i. s. w.

de ces marchandis's tn payant les droits. Si ces marchandises restent
h la D)ouane passe ce d6lai, elles sont passibles du droit d'ardich. |I A
l'arrivde, il est. proedie a lai vcrification de l'identite des iarchandises;
si elles se tronvent .onforines anx enonciations de l'Ehn-Khaber, un
certificeat de decharge est ddlivrd au destinataire; si au contraire la con-
statation fait ressortir des differences, et si les colis portent des traces
d'nne iiimanipulation pratiqude en route, le certificat est refns6 on bien il
n'est doni' que ponur la partie des umarchandises trouve conformnc anx
indications de l'Enu-IChaber. Proces-verbal est dress6 relatant l'tat de
la inarchandise au onioment de la v6rification. || Un certificeat de dUcharge
peiit Gtre delivre pour les colis qui n'ont pas etc soumiis, au ddpart, a
une v6rification uminutieuse, mais qui, s'Mtant trouv6s en bon etat d'ein-
ballage, auraient et6 simplement plombes, et cela sur la constatation a
l'arrivCe qu'ils sont intacts et ne portent trace d'ancune alt5ration. 11 Le
retour ; la Donane de d6part du certifieat de dCeharge donne droit a la
restitution du d6pt ou ddgage la eaution.

Art. 23.
Exportation des mnarchandiscs gyptiennes
d'mue Douane une autre.
Los marchandises indighnes, c'cst--dire les produits du sol 011 de
l'industrie de l'Egypte, qui seraient transportees par mer h un autre
port (gyptien devront acquitter en dept le droit d'exportation de l/,%
ad ralorem contre reinise d'un Elm-Khaber. || L'Elm-Kliaber est decliarge
; l'arriv6e, dans les conditions noncees a 1'artiele preMedent, et le ecrti-
ficat de dehiarge donne droit a la restitution du dept oni degage la
caution.
Titre III.
Du transit.
Art. 24.
Marchalndises en transit.
Les miarchandises destin6es traverser le territoire seront soumises,
ein ce qui concerne la d6claration 6crite et la visite, aux regles 6tablies
pour l'entr6e des marchandises 6trangeres sujettes aux droits de donaie,
et, ein ce qui eoncerne l'expldition, aux regles 6tablies pour le transport
des marchandises d'une Douane a une autre. || Apres la verification des
marchandises en transit, un Elm-Khaber est delivrd an proprlitaire on
expditeur conitr d6pt ou garantie par cauitionnement d'une sonune gale
au miontant du droit d'entre. | Sur l'lhnu-Khaber, la Donane indique le






gypten und Fraikreich. 73

dMlai dans lequel los inarehandises doivent Utre pr1sent es au bureau de
sortie. Ce delai peut etre fix6d dix jours au minimn et a six mnois
au maximum selon la distance que doivent parcourir les marchandises.
Los eolis en transit sont soumiis au plombage.

Art. 25.
D6chargde l'Elm-Khaler de transit.
Quand l'identit6 des marchandises expldides en transit a dt6 con-
stat6e et leur sortie eflectuee dans le d6lai indiqu6 par l'Elm-Khaber,
celui-ei est vidiin6 par la Douane de sortie. || La prdsentation t la Douane
de dkpart de l'Elm-Khaber vidimi donne droit au rembourseinent du
d6pt uu i la d6eharge e la caution. || Si l'expiration d'un dIlai de six
mois 1 Elm-Khaber r6guliarement vidimi n'est pas pr4sentd la Donane
de depart, les niarchandises sont considdr6es coimme ayant ctd livrdes
la consommation, et le montant du deput est definitivement acquis h la
Douane. S'il y a cautionnement, l'Administration exige du garant le
paiement du droit garanti. i1 Dans le cas de perte dment pronvee de
l'Eln-Kliaber de transit, apris visa donnd par le bnreau de sortie, ce
bureau est tenu de d6livrer un certifieat destin6 remplacer l'Elin-
Khlaber. II En cas de perto totale dument constatee des marehandises, il y
aura lien restitution de la somnin d6pos6e on garantie.

Titre IV.
De l'exportation.
Art. 26.
MJanifeste.
Le manifeste d'exportation doit Utre prdsentd h la Donane (1du port
de dd)art d'apr)'s les rcgles Ctablies par l'artiele 5.

Art. 27.
D6claration.
Les marchandises destindes a l'exportation doivent tre ddelar6es.
La declaration se fait suivant les rkgles Utablies aux artieles 18 et 19.
La Douane, apres avoir fait la vCrification des inarchandises, et avoir
perui los droits d'exportation, ddlivre, en nime temps que la quittance
de ces droits, un permis d'einbarquemiunt qui doit Utre repr6senut an
pre])ose de garde a l'hehelle d'exportation. 11 Les marchandises apporteus
en Douane pour etrc exportdes ne sont passibles d'aneun droit d'ardieh
pendant 48 heures; passe ce dliai, elles sont soumnises a ce droit, a






74 lliindnisse, Vertriige, Kouventinnen u. s. w.

moins d'impossibilit6 d'eibarqnement pour eause de mauvais temps, ou
inmaque de moycns de transport, etc. || L'exemption des droits d'ardieh
pouir cause de force mlajeure, n'est toutefois accordde que pour les mar-
chandises qui auraient prcalableient acquitt6 les droits d'exportation.

Titre V.
De la circulation et du cabotage.
Art. 28.
Expcditions ds des marchandises nationales.
Les marchandises 2gyptiennes qui sont expdi6es d'un endroit un
autre du territoire par voie de de mer, conservent leur nationalite, pourvu
qu'elles n'aient touch el aucun territoire Stranger. 11 Si na navire portant de
telles marchandises en cabotage touche, par suite de force majeure, un
port 6tranger, la marchandise ne perd pas, par ce fait, sa nationalit6.

Art. 29.
Plon lp apposer aux colis.
Les colis transportes en cabotage doivent ltre plombis, si la Donane
l'exige.
Titre VI.
Dispositions relatives L la surveillance.
Art. 30.
D6fense d'accostage.
II est ddfendu aux navires de tonte portde d'accoster, sauf los cas
de force majeure, les points oh il n'existe pas de bureau de Douane.

Art. 31.
S'rcillance sur le Canal Maritime de Sutez et aux bouches du Nil.
Sur le Canal Maritime de Suez et sur les laes qu'il traverse, ainsi
qu'aux bouches du Nil, il est ddfendu d'aborder ou de so mettre en
communicatioe n avec la terre, de maniere a pouvoir charger ou d4barquer
des marchandises hors la presence des agents de la Donane, sauf les cas
de force mnajoure. | Les agents doivent arreter et visiter tout voilier dont
l'attitude serait suspecte et le conduire an bureau de Donane le plus
proche, en dressant proces-verbal.

Art. 32.
Surreillance siur la mer.
Les agents douaniers peuvent, dans le rayon de dix kilonitres du
littoral, so rendre a bord des batiments d'une portde infdrieure 200






gypten und Frankreich. 75

tonneaux et se faire prHsenter a nouveau le manifeste et los autres
docunments relatifs a la eargaison. |I Si un navire A destination d'un port
egyptien est d6poiurvu de manifeste on prJsente quelqne indice de fraude,
les employes doivent l'aeeonlpagner jusqu'a la Donane la plus proche en
dressant proces-verbal. |I Si un navire quelconque d'une portee inf6rieure
a 200 tonneaux destin h un port tranger, est trouv6 dans le susdit
rayon sans manifeste, on avec un manifeste ne portant pas les indications
d'usage, les agents douaniers peuvent l'escorter hors du rayon de sur-
veillance, ou, en cas d'indiee de frande, le foreer -' les aeeompagner
jusqu'a la Donane la plus voisine, ou pratieable, en dressant proces-
verbal. || Les agents de la Douane, les officiers des batinients du service
postal ogyptien et les officiers des navires de l'Etat, peuvent aborder
tont b1)atimenet voile ou vapeur d'une port6e inflrieure 200 ton-
neaux, ayant jet6 l'anere on lonvoyant dans les dix kilomntres du littoral,
sans justifieation de force majeure. || S'ils trouvent a bord des marehan-
dises dont l'importation on l'exportation sont prohibees, ils les confis-
queront sommairement, en dressant un proces-verbal qni devra Ononeer
que le btiment a dt trouv6 dans les limites du rayon de surveillanee, a
l'anere, sans qu'il y et ndeessit6, on faisant nne navigation que ne
justifiaient ni sa destination ni aucun cas de foree majeure. || Si les agents
de la Donane, les officiers des btiments du serviee postal Cgyptien on
les officiers des navires de l'Etat donnent la chasse a un batiment d'une
port6e infdrieure a 200 tonneaux, et que celui-ei refuse de se laisser
aborder, ils doivent hisser le pavillon et la flamme de leur embareation
on navire, et avertir le batiment par une d2charge "i pondre. Si le navire
ne s'arrete pas, une seconde decharge a boulet ou balles doit Otre
dirigde dans sa voilure. AprAs ce double avertissement le poursuivant
fera un usage s4rieux des armes. La ponrsuite peut ktre continuie, et le
navire poursuivi peut etre saisi, au dela de dix kilomntres. [| Pour les
navires d'une portee sup6rienre a 200 tonneaux, la surveillance so borne
une observation de leurs inouvements le long du littoral: en cas de
tentative de d6eliargement des marchandises a terre oun dans les embar-
cations, on de transbordement, les susdits agents et officiers penvent
obliger le navire les accompagner a la Douane la plus proche ou
praticable, en dressant proees-verbal de la contravention. |I Les susdits
agents et officiers ne penvent visiter aucun navire, btiment ou embarcation
de guerre, appartenant nne Puissanee OtrangWre; ils doivent se borner
en surveiller les mouvements, et en cas d'indice de contrebande, signaler
i la Direction des Douanes les faits qu'ils auront observ6s. 1 Dans les
eas prdvus ci-dessus, les proeos-verhaux des perquisitions devront etre





76 Ilindnisse, Vertrige, Konventionen u. s. w.

coitunniqui(s l'Auiitoritc Consulaire dont d6pend le contrevenant, si celle-
ei en fait la demande.

Titre VII.

De la contrebande.

Art. 33.
A la suite de tonte saisie en matiere de contrebande, le Directeur,
et trois o011 quatre employds principanx de l'Administration, se constituent
en Conimission douaniere, et, apres avoir procedd h l'instruction de
l'affaire, ils decident s'il y a lien a confiscation et l'application de
l'amende. 1| La confiscation peut porter sur la marchandise, ainsi que sur
tois inoyeis de transport et tous instruments de contrebande. Toutefois,
los bLtiments ne pourront &tre confisquds comme moyens de transport
que dans los cas o ils auraient et6 atfrit6s en rdalit6 dans ce hut. i
L'amendc est applicable, quelle que soit la nature de la marchandise
saisie; elle est 6gale au double droit d'importation, et en cas de rdeidive
elle peut &tre portec au quadruple, puis au sextuple. 11 La decision de la
Commiission donanibre doit 6noncer la date de la saisie, les circonstances
dans lesquelles elle a 6t6 op6re, les noins et qualit&s des saisissants, des
t6moins et du prvenu, l'espice et la quantit6 de la nmarchlandise, et los
motifs justifiant la decision prise. | Une copie de cette dUcision, signe0
par le Directeur de la Douane, o0 par d6legation de ce fonctionnaire, est
dans le jour de sa rcdaetion on dans le jour qui suit, envoyde directe-
ment par la Douane at l'Autorit6 Consulaire on Indigene dont depend le
prevenu. |1 A defaut d'opposition faite par le prdvenu et notifide a la
Donane dans le d6lai de quinze jours a compter du jour d( la remise
de la copie l'autorit6, cette decision devient definitive, saus qu'aucunl
recours pnisse etre admiis. i| Si le pr6venn croit devoir faire opposition,
cette opposition sera portec devant le Tribunal de Commerce d( ressort.
Lorsquoe le pr1venn est sujet 6tranger, son opposition sera portde devant
la Chamibre de colnmueree du Tribunal mixte. 1] Les ddeisions de la
Commision douanikre font foi jusqu' inseription de fanx des enonciations
qui y sunt contenues.
Los proces-verbaux dross&s par les agents de la Douane font foi
jusqu','a preuve contraire. || Si la (deision judiciaire rendue en dernier
ressort sur l'opposition d6clare mal fondoe la deision de la Colnnission
douanibre, le propridtairc de la marchmandise aura droit a umne indeminitt
uigale au lonmmage qu'il aura pu souttfrir par suite de la saisic. | L'Ad-
ministration des Douanes aura toujours le droit de transiger avoec le






gypten und Frankreich. 77

privenu en abaissant la pdnalit6 a nne amende qui est a al)precier
suivant los circonstancces, mais qui ne pourra, en aucun cas tre inf3rieure
au double du droit d'importation.

Art. 34.
Les p6nalites en matiere de contrebando scront applicables, soli-
dairement, aux autcurs et complices quels qu'ils soient nyant concouru a
la fraude et aux proprietaires des marchandises.


Art. 35.
En dehors des cas ordinaires de tentative d'introduction frauduleuse,
seront consideries conime de contrebando et trait6es d'aprcs les rugles
preserites a l'artiele 33 et avec les consquences ei-dessus: 1 Les mar-
chlandises 6trangeres debarqu6es irr-gulierement dans les ports on sur les
ctes, divihes de leur route on ddcharg6es avant d'arriver a la preumire
Donane; II 2 Los marchandises dtrang&res que 1'on tente de d&charger on
de transborder sans qu'elles soient manifest es, on cellecs trouvecs sur des
barques d'une portoe ne dcpassant pas quinze tonneaux, dirigdes vers un
port Cgyptien et ddpourvues de manifeste; |1 3 Les marchandises Ctrangercs
trouvees sur le Canal Maritime de Suez ut les lacs qu'il traverse ou aux
bouches du Nil, dans des embarcations qui accostent, on qui sont 0n
connmunication avec la terre, sans l'autorisation derite de l'Adniinistration
des Douanes ou dans les b1timents qui longent le littoral, jettent 1'ancre
onu accostent l o il ne so trouve pas de bureau de Donane. || Nc seront
pas toutefois consid6rdes comme de contrebande les marchandises trouv6es
dans los conditions susdites, si le cas de force majeore est dment
tabli; |1 4 Les marchandises 6trangeres trouvdes sur les personnes, dans
les bagagcs, embarcations ou voitures, ou cachdes dans les colis, des
ineubles on des marchandises d'autre espece, de mannire a faire pr6sunier
l'intention de les soustraire aux droits; | 5' Les marchandises trangeres
enlevdes de la Douane sans laissez-passer; 11 6 Les marchandises dtran-
geres ddposdes dans le d6sert hors de la ligne douanikre et dans des
conditions suspeetes; I 7 Loes marchandises etrangres exp(di6es en ea-
botage, sans Raftich, sur des batiments d'une portde infdrieure a 5 ton-
neaux; 81 8 Toutes les marchandises sonmises au droit d'exportation dont
on effectuerait on tenterait d'eff'ectuer la sortie, sans les pr6senter a la
Donane. || En ce cas, l'amendeo prononeer en sus des confiseations sera
egale a seize fois le droit d'exportation, et pourra tre en cas de r&cidive
port&c au double, puis au sextuple de ce chiffre. jI Seront dgalement con-






78 Bundnissu, \rertrigu, Konvetioneu u. s. w.

siderdes comnme de contrebande et trait6es d'apres les mAines regles, toutes
iniarchandises prohibees par le Gouvernement, ainsi que les tabaes et les
tombnlacs circulant, en cabotage on a l'intrieur, ou trouves sur un point
queleonque en contravention aux reglements.

Titre VIII.

Des Contraventions.

Art. 36.
Les contraventions sont punies d'une amende exigible solidairement
contre les anteurs, instigateurs et compliees, contre les propri6taires des
inarchandises et contre los capitaines des navires, qni rdpondront aussi
des infractions commises par l'6quipage. || Le paiement des amendes pro-
vues au present titre est exigible dans los cinq jours qni suivront la
signification, h moins qu'avant l'expiration de ce delai les intdress6s ne
se soiont pourvus par voie judiciaire contre la deeision de l'Administration
des Donanes. [| Les marchandises et navires serviront de garantie suivant
les cas an recouvrement des droits et amendes, sans pr6judice des dispo-
sitions de Fart. 8, alinea 5, et de toute autre aetion. [| L'amende ne sera
pas prononcde si la Donane reconnuit qn'il y a en eas de foree majeure;
la preuve doit, en ce cas, 6treddment fournie avant le retrait des marchan-
dises on le depart des navires; la Donane peut niime accorder un d6lai.
L'application de ces amendes est ind6pendante des droits dus selon les
traits, lois et reglements.
Art. 37.
Si des diff6renees en plus existent entre les marchandises et les
indieations du manifeste de cargaison, le eapitaine paiera une amende
qni ne pourra tre inf6rieure an droit de Donane, ni sup&rieure au triple
de ce droit, pour chaque colis non mentionnee sur le manifeste. Si des
colis en excedent ont les mnumes marques et numdros qune d'antres colis
indiquis sur le manifeste, ceux qui seront passibles du druit le plus dlcv6
seront consider6s comme non manifest6s. || Pour chaque colis portd sur le
mnanifeste et non representi, d'aprs l'art. 17, il sera verse une amende
qui, outre le droit du douane dvalier suivant les indications des docu-
ments reprdsent6s, ne pourra-tre inf6rieure h 100 P.T. ni sup6rieure
600 P.T. I1 L'amende pour les marchandises charg6es en vrac d'aprls le
manifeste, peut tre porteo de 60 P.T. a 600 P.T. || Toutefois, les exeddents
ne depassant pas dix pour ccnt, et les manquants ne ddpassant pas cinq
pour cent, nu donneront pas lieu a l'application des amendes.





gypten und Frankreich. 79

Art. 38.
Ponr les diffdrences de quantitd, de poids on de qualit4 entre la d&-
claration 6crite et la marchandise pr4sent6e a la visite, il sera per.qu une
amende qui ne pourra etre inf6rieure an dixieme du droit, ni supdrienre
au droit de douane. 11 I1 n'y aura lieu d'appliquer aneune amende si les
differenees de quantitt, ou de poids, ne depassent pas cinq pour cent.

Art. 39.
Sont soumis a une amende de P.T. 200 P.T. 1000 les capitaines
des htiments: |i 1 Qui refusent d'exhiber on qui ne possedent pas le
manifeste 16gal de la cargaison; || 2 Qni refusent d'admettre les agents
donaniers a bord; || 3 Qui partent on tentent de partir sans la permission
de la Donane; |1 4 Qui contrevienuent tonute autre preseription enone6e
I'art. 15. 1| Le tont sans pr6judice des cas de contrebande. || L'amende
sera de P.T. 25 a P.T. 200: |1 l Au cas oii les batiments ne seraient pas
amarres dans les endroits d4signis; 11 2 An cas oni les ddchargements,
ehargements et transbordements de mnarehandises auraient lieu sans la
permission de la Donane, on hors de la pr6sence des agents donaniers;
3 An eas de presentation tardive du manifeste, si le retard n'est pas
justifie.
Art. 40.
L[amende sera de P.T. 25 a P.T. 100 an cas de tentative d'impor-
tation on d'exportation en dehors des rdgles preserites, nieme pore les
inarchandises exemptes des droits d'entrde ou de sortie.

Art. 41.
En eas de soup)ons de fraude, les employ6s peuvent, dans la zone
de surveillance, fairedes visites on perqiisitions dans I'intdrieur deshabitations
et des magasins, mais seulement dans le but de rechercher une inarehan-
dise prohib6e on soustraite au paiement du droit et de la saisir s'il y a
lien. 11 II ne doit Utre cependant proedJe ces visites que sur l'ordre derit
du Direceteur de la Donane et avec l'assistance: 1 d'un employd supericur
du grade d'inspccteur an moins; 2 d'un dedlgue du Gouvernorat. |1 Le
double de l'ordre de visite, qui indiquera le jour et l'heure de la per-
quisition, devradtre, le eas chantenvoyf en temps utile l'AutoritdiConsulairc
int6ress&e, qui devra assister la perqnisition on s'y fera repr6senter sans
oeccasionner aneun retard. 11 Si, quatre heures apres la remise du double
de l'ordre de perquisition, l'Autoritd Consulaire ne s'est pas fait representer,
elle sera consid6rde comme voulant s'abstenir et les agents de la Douane






80 Bunduisse, Vertrge, Konventioneu u. s. w.

seront aut.orisds a proceder in la perquisition. 1| Dans les localit6s situes
a plus d'une heure du distance du siege d'une AutoritC Consulaire, les
agents de la Donane pourront procedder a une perquisition en presence
de doux timoins de la nationalitd du proprietaire ou locataire dc la
demeure on du miagasin visiter ou a defaut, en presence de deux autres
tmoins utrangers. |1 Cos stipulations ne seront pas applicables dans le cas
Aoi la perquisition doit Utre faite dans un nmagasin independant du doni-
eile ou dans des locaux servant exelusivement d'entrepot ou de dlpt de
marchandises. Dans ce cas, il suffira qu'un avis pr6alable de la visite
seit donn6 au propridtaire on a son reprisentant, on, a, defaut, i l'Autorit6
Consulaire. || Pour pruceder a une visite on perquisition a bord d'un
navire etranger aucrd dans un port egyptien, il faut un ordre dcrit du
Directeur de la Douane; le double de l'ordre qui indiquern le jour et
l'heure de la perquisition devra etre cnvoyd en temps utile a l'AutoritC
Consulaire intdressde, qui pourra se faire representer, si elle le juge a
propos. I1 Toutefois, la perquisition ne pourra etre, en aucun ca, ni
rctardee ni entravee par l'abstention de l'Autorit6 Consulairo, pourvu que
celle-ei ait 6td dment avis6c. || Dans tous les cas oi l'Autoritd Consulaire
n'assiste pas la perquisition, un procs-verbal devra etre dresse et la
copie lui sera comununiquee sans delai. |1 Le proces-vcrbal dress6 par les
agcnts de la Donane, ldevra dnoncer les dires et observations de la per-
sonne chez laquelle la visite aura 6te pratiquee, ou, en cas d'absence de
celle-ci, les dires et observations de ses reprcsentants on domestiques. || La
personne int6rcsseo on, d(faut, ses repr6sentants ou domestiques, seront
invit6s a signer le procs-verbal. b| Les perquisitions ne pourront tre
operees qu'l partir du lever jusqu'au coucher du soleil.


Art. 42.
Anciennmes dispositions.
Toutes les dispositions contraires i celles contenues dans le prtsent
iegleiment sont abrogees.
Signd: Boutros Ghali.
> Cogordan.






Rmische Kurie. 81

Nr. 12683. RMISCHE rURIE. Iiundschreiben Leos XIII.
beim Eintritt in das 25. .Jahr seines Pontifikats.
10. Miirz 1902.
Venerabilibus Fratribus Patriarchis Primatihus Archiepiscopis
Episcopis et Dilectis Filiis Christifidelibus Ilniversis Pacem
et Communionem cum Apostolica Scde Habentibus.

Leo PP. XIII.
Venerabiles Fratres.
Salunteni et Apostolicam Benedictionem.
Annum ingrcssi silins quintumn et vicesiiiniii Apostolici ilnneris:
spatitunque respicientes in niaximis curis assidnisquc confectum, admiiratio
Nos divinac bonitatis commovet; unde crmn beneficia innumnerabilia ac-
cepiimus, tuin hanc ipsain, qnae Deccssorum perpancis contigit, Pontificatus
diuturnitatem. Itaque summo reruin Parenti, eidenique anctori et arbitro
vitae gestit animnns grates agere quam maximas potest. Profecto aetcrni
consilii rationeni perspicere totam super hac praeter exspectationemni tanta
longinquitate senectae, hmuniauni non est; neqne eamn Ipsi vestigare niti-
uinr. iund intelligimus, quando divinae benignitati placitum est hinus
lucis Nobis nsurani prorogare, officium a Nobis esse sanctissiiiim, in uti-
litates et incrementa Ecclesiac quantiin superest virium imipendere, eins-
qne grati nee laboris quidqua iinc sollicitnudinis defugere. lam a gratae
voluntatis significatione, debita benignissimo Nnmini, cni sit gloria laus-
que senimpiterna, libet affari vos, Venerabiles Fratres; qui ut, suam quis-
que, Dominici gregis custodiam geritis a Spiritn Sancto mandatam, ita
pastoralis officii Nobiseum certamina palmas, laeta tristia participare con-
suevistis. Haereliint Nobis seinper in memoria pietatis observantiacque
officia et multa et pracclara, quibiius cmn Pontificatus N(stri cursuni con-
tinentem ornastis, tum huins felicitatem eventi feeistis ineundiorcm. Quae
quidem officia, ut sumus vobiscnin paterna muneris neccssitate coninncti,
grate admodum complectimur: etsi non tam caussa Nostra, quami quod
argnmento sunt, adhaerescere vos penitus huic Sedi Apostolicae, quacumni
taniquam centro sno ceterae orbis eathiolici contineri sedes debent. Quod
si unquain alias oportnit sacrornmn Ecclesiac Antistites caritate nintua et
cogitandi agendiqn simnilitudino inter sc eohiaerere, perinle quasi ex
omnibtis exsisteret cor unmn et anilma una, id cninivcro hodie, quae sunt
tenipora nceesse est. Nuiiqumii nain latct cmspirans ill] ad labefacien-
dmni opns lesu Christi consensus infensissimrum hostiunin, christiana vel
dogmata vel instituta, pertinacia incredibili, convellero inilientiinl' lHaee
vos plus satis experiendo nostis: qui etiam saepe Nobiscuin deplorare
Staatsarchiv LXVII.





82 Btiudnisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.

soletis, disseminari passim licenterque opinianum et doctrinarum pestes,
malisque errorinn venenis imnbui miultitudinem. Proh circnmventam in-
sidiis incautorumn fidemni Ecclesiae interea, quid imagis dolendum, iniectis
o0ine genus vinclis, sua minuitur et quoad potest eripitur auxiliandi copia.
Et tarnen non dubitant, enmiimlantes flagitio damnum, arguere Ecclesiani
ipsam debilitatae virtutis, quod non, nt antea, populares enpiditates, in
perniciem comnimiiium rermiiiii inflaninatas, queat restinguere. |i Equidem
iucnnidiora veliimus, acconiinodate ad factum lactabile, scribendo persequi.
Vernm neque id patinntur insidentia Ecclesiac incommoda quae levari
mature postulant, neque liaec tam misera societatis hummanac tempora;
cui quidemi ille a christiana disciplina institutoque discessus fortunarum
niorumque detrimenta adhue magna peperit, maiora struit. Siquidem
sanetum naturA est, omniunique saeculorum memori ratum, non posse
religionis reverentiam deturbari publice, quin simul convictus humani
prosperitas corruat. In eiusiiodi rerum asperitatibus, ad excitandos
confirmandosque opportune animos opus esse arbitranmr, huius quod cum
Ecclesia geritur bellum, initia, caussas nmultiplicemque exsequi naturam,
quae perniciosa conseqnantur monere, niedendi demonstrare vias. Itaque,
licet refercns quae saepe ediximnus in hoc genero, pertineat usquequaque
volmuns, paternau caritatis plena, vox Nostra; neque ad filios modo ca-
tholicae nnitatis feliciter compotes, sed ad eos etiam qui Nobiscum de
fide dissident, vel qui ah ipsa plane sunt alieni: quippe universi omnes
uti eodem sunt prognati Patre, ita ad idem sunmnum invitantur bonum.
Sitque ea vox testamcenti instar, quo gentibus suprema salntis comnmunis
studia Nostra votaque, impendente iamn exitu, commendamus. I YVeritatis
iustitiaeque vindex, Ecclesia Christi adversa multa et aspera nunquam non
pcrtulit. Ex quo enim instituit, quod acceperat ab Anectore sto munus,
constabilire et propagare in honminibus regnum Dei, cosque ab amore
flnxaruni rerum ad immortalium traducere, necessario in offensionem hu-
manae ineurrit corruptae dcpravataeqie naturae. Studia nimirum infesta
sibi et inimiea sensit cupiditatum, qnibus responsandum viriliter esse
ipsa edicebat. Nec vero id acciderit lomini chlristiano novum, quando
Christus alumnis diseiplinae suae dennntiavit, omnia hlostilia, dum mun-
d(111s foret, usque passuros. Pervulgata sunt, quae ipsos dimissurus in
orbein terrarumn Evangelii praecones, mnonuit: persequentur vos; eritis odio
omnibus propter nomen lneum; trademini ad reges et praesides; tradent
vos in tribulationem et oeecident vos. Aniinosque de suo caperent exemplo
volnit: si mundus vos odit, scitote qia nime prioremi vobis odio habuit.
Adeo digna pronmeritis heie redditur merces!
Iamvero huius tantae invidiae nenmo aequus rerum aestimator caussam





Rmische Kurie. 83

satis idoneam repererit. Urgente caritate immensa, demisit se abiecitque
Christus ad humilitatem conditionis humanae; praccepta dedit sanctissima,
plena solatii, apprime facta ad pacandos inter se copulandosque germani-
tate homines; opes gloriamqne contompsit; iura nullius appetivit; aegris,
calamitosis, aerumnosis benignissimus adfuit; dcnique aetatem oninem
optime de hominibus merendo contrivit. Qnodsi tanamen factus is est, quod
Simeon praeciinerat fore, signum cui contradicetur, prodigiuni certe ne-
quitiao hie agnoscimus, atque eo imanius, quo iniuriosius. || Porro Ee-
elesiam catholicam, Christi heredenm muneris, custodem doctrinae mnirumne
sit cdem usam esse fortuna? Seomper eadem constat saeculo perversitas,
urgentibus pios impiis ab humani generis hoste profectis, quem ipsum
inimicum Dei ab initio rerum, prineipem huins mundi, sacrae appellant
litterae. Hi seilicet, quoniam imperium Dei contnmaciter abnuunt, nee de-
nunciari sibi divinam patiuntur legem, nec omnino cos, qui rite denun-
ciant, ferre possunt. Itaquc coniuratiEcclesiam perdere, quoties turbulen-
tioribus aetatibus contra omine ius fasque communitatis humanae immania
edidere crudelitatis exempla! -- Ergo alind ex alio omnia tentata genera
saeviendi. Recens ab origine, vi tormentisque cruciatum publice christia-
num nomen; triumque saeculorum spatio Urbem romanique imperii fines
perfudit martyrum eruor. Tunm, doiiiestica pestis, haereticorum perfidia
extitit, tecte primo, dein audacter aggressa technis rationumque fallaciis
concentum fidelium unitatemque dissolvere. Erupit deineeps plus semel
a septentrionibus barbarorum procella, Saracenorum ab austro, inter-
necionem vastitatemqne faciens. Cumque voluti provinciam male habendae
Ecclesiae aetas aetati transmitteret, cam suscepit, restituto imperio, Cae-
sarum dominatio, superba fere atque impotens; quae sollicita ne prac se
sacra potestas cresceret, eins sive libertatem coercere sive iura attentare
non destitit. Taedet considerare, quot quantisqne difficultatibus affecta
atque afflicta subinde Ecclesia fuerit. lilla vero ex angustiis incommno-
disque evadere fortior; pacifici regni sui proferre terminos; nee veteris
humanitatis fructus negligcre, custodiendis litterarum et artium nmonu-
inentis; sed laborare in prinlis, ut civitateni penitis cvangelica sapientia
pervadleret totamque imbueret. Ita christianum cultum in coniimune in-
vexit; peperitque conformatis co cultn gentibus aequitate leguni, man-
suctudinem inorum, tenuium tutelam, calamitosorum inopumque miscricor-
diam, alieni inris dignitatisque verecundiain, denique civilium rerum cur-
suin, pro naturali stndiormn concertatione, tranqnillum, temperante nimi-
ruin institia libertatem. 11 Documenta tam magna tamque illnstria bene-
ficae virtutis suae curm daret Ecclesia, ad finem aetatis mediae processit,
invidia improborum comite: quac autem sequuta est aetas dimicationes
6*





84 Bindnisse, Vertrge, Konventionen u. s. w.

ei vel acerbiores attulit. Etcnim sacculo sextodocimo luctuosa illa exar-
sit, cuins nota sunt semina, perduellio Novatorum; qui caput ipsunm adorti,
id est romani Pontifieis anctoritatm, mnde universitas Christifidelium in
linfm corpus coalescit vivun vigensque, florcntissinias gentes a catholi-
LIarum complexin iniisereo abstraxerunt. Quo facto discidio iline neccssi-
tate evasere, quo fortasse non spectarant, ut christiani nominis vix um-
brain retincrent, rein ferc exuerent. Nam abiecto seuiel ex una parte
nmagisterio Sedis Apostolicae, quo maxinie unitas fidei salva consistit,
posito ex altera proprimi cuique iudicium esse normam credendi, infinitis
sententiarum comnmutationibus patuit aditus; quare iam nullum est tam
sanctum doctrinae christianae principium, quod non illi aut in dubium
revocent, aut funditus repudient. 1[ Idem insistentes iter, progressi sunt
longins, qui insolenter so philosophiae nomine iactarunt sacculo duodevi-
cesinio. His nullae fuere divinae litterae; nulla, Deo manifestante, nota
veritas; unuin propositum, ex animo populoruni omne christianae religionis
vestigium abolere. Ex bis fontibus perniciosa illa fluxere portenta ratio-
nalisnmi, pantheismi, naturalismi, materialismi; quibus veterum errores quos
sancti Patres vindiccsque fidei splendide convicerant, specie instaurantur
nova: prorsus, ut superbia recentiorum, contempto christianae sapientiae
lumine, ad cthnicae vetustatis deliramenta regrediatur, vel quod attinet
ad animoruli naturam et inimortalitatem. ]| Itaque factum ut, multo quam
antea, ingravesecrct ad hane diem in Ecclesiam bellum, latiusque mana-
ret. Siquidein aetas incredula non satis habet unum et alternm fidei
sanctac oppugnare caput: cuncta simul caclestium doctrinarum principia,
ipsa sana philosophia reclamante, aggreditur. Atqui huiusmodi principia
divinissima hominem de supremo fine monent sui, in officio continent,
afflictum reereant tolerantiamque dolorum docent, atque erectum in ex-
pectationei incorrupti iudicis Dei, vitaeque post mortem beatae, iubent
terrestria posthabere eaclestibus, caduca mansuris. Porro in locun fidei
quae tantae salutis ubertatisque affert elementa, quid isti sufficiunt?
Nempe abnormem veritatis fugam quae frangit animos, et oimnes gene-
rosae virtutis nervos clidit. I] lamvero pravarium doctrinarunm lem videtis,
Venerabiiles Fratres, ex opinionibus hominum in agitationem vitae, venas-
que rei publicac defluxisse. Magnac enim et imperiosac civitates adhibere
eas doctrinas atque usurpare non intermittunt, se ratae propterea pro-
gredientis humanitatis videri duccs. Etiam fere qui civitatibiius praesunt,
perindc quasi non debeant assumere sibi et prae se ferre quantum in
communibus moribus est optimi, solutos se putant officio colendi palain
Numinis; saepiusque fit, ut professi omniuni religionum aequam se habore ratio-
nem, cum ca solum inimice agant, quam Deus instituit. || Comparatis autem






Rmische Kurie. 85

ad contemptum Dei civilibus rehus, quam necesse fuit consequi, conse-
quutaest magna perturbatio demutatioque moruii: quippe recti honestiqne
fundamentum religio continet; id quod ipsi sensere ethnicorum sapien-
tissimi. Etenimn abruptis officiormin vinculis, quae hominem inngunt Deo,
siummo omnium legislatori et indici, nihil superest nisi sinnmlacrurn illnd
honestatis mere civilis, sive, ut aiunt, a, nullo pendentis; quae nimirum
de lege aeterna praeceptisque divinis niil piiensi habens, illuc prono itinere
ad extrenmini evadit, ut hominiem suartun ipsins cupiditatmin arbitrio per-
mittat. Qui quidem spe dimotus snpernornun bonornm, quid alind malit,
quam ingurgitare se in huins commoditates snavitatesqne vitae: explere
crescentem voluptatum sitim; divitias quaestusque imnmodicos avidins, in-
vita etiam institia, facere; auctaque libidine dominandi, ad imperia ho-
noresque quavis demum arte conniti? At ubi sie animos nultitidinis
transversos agit licentia, iacent leges, iacet auctoritas publica; nee iarn
longe abesse communium temporum pcrnicies potust.
lamvero quae inconimoda dicimus ex hac tanta rerumn perturbatione
gigni, plus nimio constat evenisse; videmusque congregationis humanae
fundamenta, aeternis subniotis insti rectiqne prineipiis, nutare. Atque
cuin onmnia civitatis membra, turn domestica societas praesertim magnain
plagam accepit. Namt, alienus ab Eeclosia, principatus civilis rationem
finesque niigrans ditionis suae, inaritale vinculumi sibi vindicavit, omnique
exnit sanectitudine; nativum parentnum ins educendae prolis violavit; sta-
bilitati coningiornii ninultifariam obfuit, concessa legibus divortioriim fa-
enltate. Inde est, quod nemuo ignorat, ut excrescat quotidie nuptiarnm
numerus, quas uti libido teniere conciliavit, ita brevi fistidium infidelitas-
que dissolvit: nihil autem sit miserabilius conditione sobolis, quae et pa-
rentuin incnri.t aut etiam consuetudine mala mature corrnnpitur, et a
profana institutione reipublicae imbibit pravaruin opinionun virus. Domesti-
carum rationun labes labern socialium et politicarunin tulit; maxime quod
nova commenta germanam notionem principatts, praeposter eideiii tributa
origine, adulterarunt. Etenim si est ut auctoritas principum non a Deo,
supremo aeternoque omnis potestatis fonte, verum a populorum conscnsu
sulr'agiisque oriatur, continuo illud ipsa deperdit qnod unnum eami reli-
giosissime commendet eivibus, abitque in facticiuui quoddam imperandi
genus, tain instabili et Iubrico nixum fundamento, quain est inutabilis
hlmionum voluntas. Ex quo illud apparet effiei in legibus, ut plerumque
victriceni quidemn sententiam politicarumn partium, uinmmero antecedentium,
miniie vero scriptain rationem referant, uti par est. Ob eamque ipsaim
caussamn cernere licet, foveri appetitiones proiectas inultitudinis; dari frenos
popularibus cupiditatibus, ipsa negotia pacemque eiviuni interpellantibus;






86 BndlinIisse, Vertrige, Konventionen u. s. w.

eus autem nmita cuni vi atque etiam caode inhiberi, quoticsemnqne sit ad
extreiuni casnm res adducta. 11 Similiter, ibi a communi iure gentium ex-
sularunt ehristiana praescripta, quorum niira vis est ad devinciendas in-
vicem et quasi conglobandas universas in unam veliti familiam, paul-
latim instituerunt nationes sua quacque iuimoderate quaerere, aliena acinm-
lari, atque inter so si minus infestin aniniuni gerere, at certe suspicio-
sumi. Quare in suis cas coeptis non niagnipere celsa honestatis iustitiae-
que foruma iovet; nec siua qnidqnam interesse putant, contra vilm poten-
tiumn Ihuiiles defendere: sed totae cnnm sint in aimplificandis sine modo
opibus suis, unice quod opportunuin atqne utile sibi fore censnerint, id
inaturant exsequi: siquideiii persuasni habent, facinore patrato felieiter,
qui so redueturus sit ad officium, fore neiinem. His igitur iudicandi
nornnis, supremam legern rerum huminanarum statnunt vini esse: eamque ob
caussam certatim intenditur undique militaris instrumenti immanitas;
unde eiusinodi pax oxsistit, cuius detrimenta pernliciosissinumi quodque
bellumn exaequent. |1 Perturbath vero publicorum disciplina nornumn, crevere
immensumn tennium inconinoda, inquietos contumacesque conmmoventia
spiritus: indeque illa nata turbarum seditionuinque frequentia, quae gra-
viores iam formidines portendit. Indigne quideni minnta plebs magnain
partem laborat, quibusque premiitur rerum omnium angustiis liberanda
aut certe levanda celeriter est: iis tarnen angustiis commode abutulntur
ad sna consilia coneitatores vaferrimi, Socialistae in primiis, qui plebeim
fallacibus pollicitationibus infatuautes ad teterrinma peragenda proposita
grassantur. || Quoniam auteni per declive ruentein necesse est inma petere,
ex positis prineipiis necessitas consecutionum demuin effccit, nit conso-
ciatio quaedam coiret hominum perditis moribus ingeniisque efferis, quo-
rum atrocia facta terroremi ubique brevi iniecerunt. Opibus valida et
nuinero gregalium in omni gente, quonam iamin non potest consociatio
istiusmnodi consceleratas afferre inanns, fidenterque capitalia quaelibet
audere? Qui antein in ea sunt baerosi, ii revnisis legnim religionis mo-
runique vinclis, a civili sc convictu alienos penitus hal)eri volunt; im-
positoque sibi anarelicorum nomine contendiunt omni furiosae temeritatis
impetu societateim hmnianain ab imis radicibus eyertere. Quia vero so-
eietas cohaeret vigetque potissimne temiperatione potestatis publieae, idcirco
potestas potissine est telis profligatorunm honliinium proposita. Ecquemi
non perfudit horror inisernteni simul et indignantnem, cu1i videret his
paucis annis anut paratain necei aut allatain imperatoribus augustisque
foeniinis, regihus et ainplissinarum praesidibus rerumnpiiblicarnm, neque
aliam ob caissain, quami qnod potentatum obtinerent? || His tot tantisque
vel preinentibus malis vel ingruentibus periculis, Nostrarum esse partium




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs