• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 I
 II
 III
 IV
 V
 VI
 VII
 VIII
 IX
 X
 XI
 Back Matter
 Back Cover






Title: Récits des Antilles
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098558/00001
 Material Information
Title: Récits des Antilles Le bois de la Soufrière
Alternate Title: Bois de la Soufrière
Physical Description: 188 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Ségalas, Anaïs, 1814-1895
Publisher: Ch. Delagrave
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1886
Edition: 2 éd.
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098558
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 20654600

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 8 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    I
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
    II
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
    III
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
    IV
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    V
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    VI
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    VII
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
    VIII
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    IX
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
    X
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
    XI
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    Back Matter
        Page 189
        Page 190
    Back Cover
        Page 191
        Page 192
Full Text





































































































je















UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES
























RCITS DES ANTILLES


........................................







































lIrauiiux. T!i.. Sttreotyli. A. MAJ.'.Ig







1ECITS
! T


ANTILLES


LE [O IS DE LA SOUllERIlI'U



ANAIS SEGALAS

liIlUXKIE ME f iri ON










PA BIS
LIl I;.\; I I Cil. DELAGRAVEK
I IlUE SuiUFFLOT, 15
tbHYo










lE CITS DES ANTILLES


LE li'iS [im: LX ',OIFRIE;III


, l ,l:' N i, .ini, .,l, ,n i .\ l._ l ,! ,


i. ii s i l I ui | ,Iini, ii lin, i i i.i i'< ,l i illi n.l- ni l
<:,_i ii l < -'_r I. ,iii iiii i i'L ;iil i,.ii' ? ':i L II .iill -
,,,ll,,:, ,:lui alti.|:l.it s ,-< n,,: .r,? .


:. ie ,l \ i it dI une a4 la flil lu'il l,, L... til i I, l a I1, --e-TI-r >'.
l-. 1 ,' hiIdi.,il:li,-, i 1 ., I, t,-. lu ii,.. .'d >t i, lu
S U|.i' ll h l't, il : 1' .l l"I,, 11 \in i I l *r*, a l,;i i IIt' .Ii, IIt
- :'i u S,'Oi l )I,'O l,[-i,:.l il, .. L ,t t li -,_il [ ,lu iII.-lilt',:'
s',*.*l 1,:,, en g i I-.I:- ,* i :' :, l:. l Iu 1.li : 1 ,]u ,J> .l ,II









, .'I l *II '.' l i t' ,' ,.' I Il," l '", l, ll [ .l' i i, l 'l t|.' .'
,..t 1", |,ilti :l ". ,il| l i l- i i l,'it i .. .10t,. ., 111 ,, li l-

S 'II t ..l li ,, I j-. I II l l l I[ i ll |i .l' I .l l III: ll l,. li. '
;Il. Il '. li , ll i llll( 'l',ii.I ',li,'l i],' ,i ,'i \ -. i .
I i : il. li .i 'l ii i.' [ l ..' i I [ llliI: Iill i lI' l..

1'r11i- l.*ii.* liiij 'i t n' -' ii i ili -i' l sill l' I ir- ji.i -
Il',:I li.' 's5 i,: i11jii l,' Il '," IIi,, i l ,. ', _[ ,' l [Ii ," [ I". -
rcsseux, font, pour des gages convenus, le ser-
vice de la mason; les autres cultivent les terres
le l'habitation et sont pays la journe. Tous
ces ngres sont maintenant des homes libres
les esclaves ne sont plus que des travailleurs,
qui malheureusement ne travaillent gure, et
gtent par leur inertie la pense just et *i'-'-
reuse de l'abolition de l'esclavage.

Si l'habitation de Clin ily de Tercel tait .i;,iit-
et belle, le crole tait charmant. Charly ctiai
un jeune home de vingt-huit ans, aux Ir.;iits
fins, au regard spiritual, et possdant :1ii .u-
preme degr cette distinction de tournure. ,.i I.-
manires qui caractriscle crole. Cettes, il I.lait
assez sduisant pour que plus d'une jeune lille :'
marier prt la peinede mettre pour lui uime ro'il-


Il C 1 -1 1. 1- \ \ 1 11- 1- t. ;








II. I:.. I ['. i. i r [ l i i.


4l.ili '. lIi: 'i ll \ l! l 't I.11 -O ill'll ** 111' .l* ,. l s, ;



('t I1 ,.ti' ,ln .III. ~ ,r :. troII u.x : ', I, :.iil JI:us
tit .1-'.111 1- [; iIIiI :I r'< li it Lii jILII1 i 'r[ '*.*. S*I
I linuri'e I.tlI IiIOi'|' .1 l;.i rI li t. i'n;.:l t'i.llil' [i''lil<'
lilli-, ,liii isL',' l;. j,'111 iu , hI linn tul ,:',:nl)ni:' -o,,.1 ,'-
,i l' ,l,.i :.:I o-lll I.ii io .I


CLi le'i l tl i- >: Il, nl -, I l:11. il ,:. LIuil i ,:n
:uiila;inut ; il ,' It':Lu l Il. t,:' tuplit l:- t.,.':l( ,[Lu :' ;.i
'.uln':. ',il?,: li.ii <'I c.,il ,:it' ,'.ii .t i:1 d,' \l i!l':'i

Ipl ,u'.>uii.: lui |'<'I; ii Oiu'-;) i .it i.:'.. I,:.tit ':'l ,i i
lit 1 1 11h I 1'I |'' ii N 1 : tiiii|i'I ;.iii( t ti' ,


q u i ni';:i it l O.i,.. i ,:.i,:-u , in:, lu i ,,l .i It p,:- ,l';.-l .,'d

,1li'p iI I.,' .'i ],,U I t |"I u ;i I,,.tl ii,: h ,,li\ ih.I lit,'1 : II,

ji, u_ un'' i'.lu .' ', 1il I' llul l.ul utl' i,, il' ,i,.I'I

I|I i p liu''u it i l s.' pt :ij"U' lu'u .' lii ; p IIl
j:i, lui, ,]lh"-., ,:'_" lu il si;{ni, Si in iu ,v,iel]i;il d ,,,ur
I,. ,.l ',ii .t ,;' i ;. l,-i ,I l ,,lr ii l,. [ 'arn |)_I.i -,
i ';;itt r: li tl S i .uivi ',it l uis tlt t ,i L .i -
],il ,:. : [: u t '. 11Il i "<'I li ti' 1, l bi, ll coiniiu iI,?








I r I [i[: \ 1 1LL L


(I< p dair i.:in |,i iii isi.,n .t*[ Ipli -,1 i a 1 cr'. l.:- i Ii .
f'.l P II'.


Li p i.'lile :,,;li-o l ,'av it p': is ,1- ,._,1,, ll.,:,l :,ir,
ti c",:I iIeII :IIL '.1 III't ll ; im t l Id oli''. L,"' I',Im-
',:. ,.1. l i.*lu ,': ,_' v : .l ,;i i ',t [ l ,,_.'i,"l .1. l: l d ui,, in-. '-
fIIll la vie l1 t i i lg c-:ir 1 1.111 i LI. dL i.lI I :'-



oii i,' : 1l' e ,,l1i'i 1-hI dIelt i ,lli T r l lie 1 l, ai.l. '
impatiemment ses ngres.

Ils accoururent, ou plutt se tranrent avec
la lenteur qui les caractrise.

Alerte! paresseux, dit Charly. Qu'on me
prepare l'instant mon fusil, ma carnassire,
tout mon quipement. Je vais, avec ni,.s inii-,
faire la chasse l'agouti, dans le bois de la
Soufrire, et nous tenons partir de bon ma-
tin, pour viter la chaleur dvorante de la
journe. Toi, dit-il une ngresse qui se tcou-
vait l, atteins ma veste de chasse.

Ds que son matre eut tourn les talons, la
ngresse dit, sans se dranger









LE BOI .il [E L.\ 5il.. r FI IL i' .
\ I..pti.m .. tn:i 'iii lrJ': \.\I'' lI :li t ':.

.ti N .i l ii i'. : :ii,.i ii,:.i-i: li I;i s iii: ii ii i ,. in.
P l u ,. i 1 Ir l i1 1. lif ? I .li: 1 ~ .: I I Il "1 1; :' III il
|,' i ,iiui II' I .I t ,-t., ir., ir li'nl 'il : ll.il ';i '. ii[ ,ii,
| i i- r ,:,1 I l' ini: v :iiX cli: I. l,: .

.* l ,, 11., .iit r Il, I ill Ii,'r ,i',li',' ,:i i.is
rg;..i r. I r pli, iiie,.

l' i _'.ii l'r l inii lo l l i i, 'l ;ri. : in lit lI
ngresse. Moi charge de blanchir veste de
c:.:iitil, mais pas de l'atteindre.

Et moi, reprit Neptune, nettoyer appar-
tIeiii.'it, mais pas m'occuper d'habillements...
.IUlilt r!

.lu1liter arriva en bhillant et en tendant les


..Juipiter, dit Neptune, toi dpendre veste
lil"" i-.'. '*.

,1/,,, veut dire monsieur, dans le language
Idui I-g'. e, don't nous ne voulons du reste que
dI:iiiinI une ide. Si nous cherchions repro-









I~i h i. 1- \ ilI ii


Sii ii i.i | ii1 liii 'x i lil iiilo i Ii i. 1 : l' I ll i"
.' l ',llif ll .lil,". tl l n -II* '1 !^!' iil lll l l. l l.i li'r 1il 1.1


i'l. ,.,i fliir il,|I .
li'.,ililli i L- '.'it I,,i- il ''. i. i I ,_i i 'i'. v i,,i_.-

,lll ,ilrl ,-II,-,i .rli la.l \ I N; lit tomber d'une pohe ulit e iliecet de cinq fi illa,
et se fit un devoir de la ramasser et de s'en
emparer. 11 avait pour principle que ce qui tombe
de la poche Iii colon est pour le ni'-ir,.

Le petit Coco, son fils, un ngrillon cd(. hIit
ans, le vit mettre la pice dans sa poche et 1l-
regarda curieusement.

Coco s'en alla ensuite jouer avec la petit.-
Roslis, fille de Charly de Tercel, et cet affreux
ini!illon, jouant avec cette adorable petit,.
blanche, format avec elle un trange contrast.

La p'eIil. Roslis, avec ses paules rondes et
]blil,:li.s, que sa robe laissait voir en retomnbant.
a\i:, _.s iiiOi:iii l l'nt, ('d'une charmante gauche-
rie, son l..iii. ii enlauitin, encore bien restreini,








i. 1. I,, I 1 s' I li i iij_


Il' i I.li i l ',,ll, I, ,'II ,e i ,:tiill :I 'llli,, :, i ]_ i I. i i ,.i l
.l,,',r e i l ', I 'll,' 1111 i, li.. ; Ilt ,ii i' r i' lll :' l I i[ ls i,-. I' e ,..



. l iii l' ll. i. l ii \iI1 .1 ', Il i 'l ti.meI: t lll rj '
,I .,ix .,ii i' il I li ,I I , i'- :Ins ,lru i ,is.. l ,:i-:









slis, miais elle avait ce charge de tout ce qui
j,: ini ..i'. i iOn le f;ini Idns il t bleau,
j I, lll,," rn ''.T', .lI,1,, .11, ,Il ,.I ll'|l | )!, n lI,.-
', IiI l ,* ( 1n -i: nl i i l I I I,,.li,"| .'i i v' ll\ i l I,..-







,l:i. ,I:.iii .s la nature rien n'est plus gracieux que

l'bauche; c'est mieux que la beaut, c'est l'es-
prance : la beauty de la femme a des limits,
mais l'esprance n'en a pas.

Charly de Tercel adorait sa pitlilt- P:-l'ulis, ,.t
chaque fois qu'il la rencontrait si.i -'in |t;is-a._,.
il l'enlevait dans ses bras et la e,-,vii iil ,I- Iaii-
-.,-! I:.11. tendresse du crol-' 1 ,, 'ii [,l'lil
,1i,,' iiiii ,I:lit assurment fort r nafil llu ; ii.-ii
. i quii ,-ril.lait plus trange, (',..[.lit I'a Il< .,i ,nn
II,': i i111 ,:1,1 l l Trande dJ rnu ..'' ,-: .li|il,.-s i, iii,:,n
.;ilir. 'ix l1 i,- .1 illon L 'a !ilo il | .'a n,_Il r-.',' a \, l., ,|,










i1 .l ill 1 :- \ 1:.il I :, l -i i, illl I .i,*ll.,'i : U ll Il i r.
lIi1i t I, i. 1',. I:1 Il;# i l:i l I i"lI !,l' ..1 I-. il," \1 '10 1 ;

iil.' : .,l ti :liI ; i l l I 5i : lili i l, l :1 i. uI i'-
n.,it' ,I,' la fIVi ,nill,:.: il, s',.n ,.l:i, ,l .1 11,: l.hli.
i .'ll ,l ; l it I',ll.l i : .I Ii il i II ,ll ', l III II

c,.,ii l .it ,i'. ,,,i l t .' l ', ', _,.i 11 p i'i ,ii im ,i ll.n .
I .ll, l. 1 l ,' I ,:,i l ,. ', lir , 'i. ,:'i:I. ,.I,: I, i' l i |||: il ;_i| '.


Le soir, six heures, la nuit vient tout
coup dans nos colonies, presque sans transition
et sans demi-teintes; les ngres reviennent des
champs et ne devraient songr qu' se reposer;
mais au lieu de cela, la plupart d'entre eux font
deux ou trois lieues pour rejoindre leurs fem-
mes, puis le mme trajet pour revenir, de sort
que le lendemain matin, vers six heures et de-
mie, l'heure oi commence le travail, le som-
meil interrompu reprend ses droits, et le mai-
tre a dans ses champs plus de dormers que
de travailleurs.

Jupiter pouvait avoir une trentaine d'annes;
c'tait un ngre de race africaine et du noir le
plus beau, ou pour mieux dire le plus laid. Il


ibL-.i1 [,iLS .\ TILL-.lr








I I. i i0 1 (, i. L .\ -. Li F [: i. 9[ 1. 9
tait de taille moyenne, robuste, vigoureux. Il
avait, comme tous les ngres, le pied diforme,
et presque aussi long en avant qu'en arrire du
tibia. Les cheveux taient laineux, le nez tait
large et pat, le bas du visage s'allongeait en
forme de museau ; les lvres n'gayaient mme
pas cette physionomie par une teinte rougetre,
elles taient noires come le reste de la figure.
Il n'y avait absolument de blanc dans ce sombre
visage que la blancheur clatante des dents et le
blanc des yeux, au milieu duquel roulaient deux
prunelles ardentes et quelque peu sauvages.

Au rsum, Jupiter tait laid comme un singe,
noir comme un merle, lent come une tortue et
voleur come une pie.

Son fils Coco tait son portrait en miniature:
le pre et le fils se ressemblaient come deux
gouttes d'encre, non seulement au physique,
mais au moral : car Jupiter n'tait pas noir au
dehors et blanc au dedans, son coeur tait ngre
i,-.i, noirci par tous les mauvais instincts, et
:'Ii linee enfant, qui n'avait que huit ans, mais
lqui i:herchait en toute chose imiter ce noble
1". t., donnait dj de trs belles esprances.








n 1.- 1 1 '1 i \ % 1 1 iLLE.


La petite Roslis se balanait dans un hamac
et jouait avec un beau hochet d'argent.

Elle le laissa tomber, et, faisant djla petite
mailresse, elle dit Coco, qui s'tait accroupi
prs du hamac :

Mon hochet!... ramasse.

Le ngrillon le ramassa come Jupiter avait
ramass la pice de cinq francs : au lieu de
rendre a Roslis ce beau hochet qui brillait et
le tentait, il le mit sans faton dans sa poche.

Mon hochet dit Roslis en pleurant, il nme
l'a pris, le mchant !

Moi faire come papa, rpondit Coco,
qui n'avait pas encore l'ge de la disiiiiulatiliin.

Si Jupiter avait pu rougir, assuremIlnt il l'iit
fait, mais son teint noir s'y opposait; heureis,-
ment pour lui, la ngresse de Roslis n'tait 1i..
li et personnel n'avait entendu le ngrillon .il -
rible. Jupiter lui lana un regard de reprocl-..
lui reprit le hochet et le rendit Roslis.








LE IIl L L i. '- l' i 1 L


E lle. I|' s: it ;llu.'iff. ,. I lr:ll ,, (. e. .1.





, 'li . .l -'l _11 .'i' i .I I a .il Ill ;lii: ll i,, i *-. lii1. 11


l',iIi Izi ll. I I Ii Ii i I I lq i''l, i ;i i '11 ,. li i a s
,i "', it lI'': ll,.l,.' C ,:,,:,. CI::, :, s 1': 1 -: ,.*.r, la v,.; ,' *t ,.
n i h :l l ,illil I lil'i, . 1, ,ll i' ll, l:, .*, i:a i l. ii i i r i ;t ':l[ i;I .

Jupiter lana la petite un regard fauve et
murmura entire ses dents:

Mauvaise petite blanche

Il se fit alors un grand bruit dans le jardin;
c'taient les chasseurs qui entraient, suivis de
ni,;i's arms de coutelas, pour couper dans la
f:l '.t les branches qui pourraient entraver leur
passage. Tout en riant, tout en causant, les chas-
seurs s'avanaient dans les allies qui condui-
saient la maison, et o les bananiers, les
manguiers, les dattiers, s'lanaient superbes,
come des colonnes de verdure, tandis que les
rangers, les grenadiers en fleur et les lauriers-













;i71 Iiu sl. iIj .Iii I',i l Ium,, .j' 1< I II l;le .1 1 ,:Ill
; :iii, l l ,I i- i. i, l il ,' | i i i ,l .' i i l ll: i

ji.1'i.' I I l|i l. |.i' il. l i,.i t i ii l. i..i i.i. li' i r 1 Il..i ,:.II't l .i


( 'ii .'-i *-'.'' *, .1 I II sI. l |i'i[1 1|I i i ri ll ii-
]i. ,.i '_*-:. | | | .lil||;. | L:., |ll, l. ,,l[ll. i|i ll |l |i,.V l ,l

Ia ,'l.'1 i Ii,:i,'':I- |l ii ",_n'lJ i I.','S I j. i ls o ie | 'ii r Iii
*.'. 'ii ,1 ,,Illl[ I I i li| I," I| '/.-,l, -,i I' i s.I ,', i;,"
s, i i :,' lr ,, I. 11 i ,I r ,h .lI .\ .'.r.nl.],:s .',:. l, -.*
,l lli ",,'lll|i ,r|ll l'.;lII ,' I .I -.l ,' 1,i.;' :, l ,|I,' i| il| -
ces, et remplacent avantageusement nos portes
classiques et bourgeoises.

On s'arrta dans la galerie et l'on y prit la
bhte des ananas pour se rafrachir, du punch
pour se donner des forces, puis on se leva pour
courier la clihasse.

En passant devant le hamac o se balani'iit
Roslis, le jeune pre s'arrta avec un s'(.'iii',
panoui, prit deux mains la tte blonlId'. Il
l'enfant, posa ses lvres sur les deux feuill-, ,I.,
rose qu'on appelait ses joues, et lui dit:


A bientt, ma petite reine!


Il i-- 1 A : i L L .1. 1,








LE Vi -1 S C L li ; i fli L l
Le i.-li \isu.*,' Il,: Ient Iiit s il i frai qu'il
,' t[ lil l iil li .' .11' -* l, oi' ".InS qui'il ,ilt u.1111 'nvi,-
'' ,'':. : '.1': l' 1' 1 l'r. c' :l'. [I:.IX ":iii [r', i ,ii ;.., .ii ".
H:il iel'I eiIl i 1.i t'i 'U : I '.ilit lI' ju lit l il *
"I, iu "l,"'. l lii 1.i ,_'| i liiill I, t ii :,l< M 'il'
In iti, i,,nl, ;<.' t ,-I l, lll. -: ,r:- I ,i .'' l ,'I M ,I,: I t'l'e' -
t.'I 'I ,' l. 1 ;1 lit :




Comment donc !... rpondit Charly en riant,
peut-on trop embrasser ma petite reine ?

Les chasseurs reprirent leurs fusils et sorti-
rent bruyamment de la maison, en criant :

Mort aux agoutis mort aux ramiers!

Jupiter, dit M. de Tercel, prends ton cou-
telas et suis-nous.

On tait prs de la grille du pnrc, on allait
sortir, lorsque M. de Tercel, en se retournant,
vit sur ses talons un petit nTgrillon qui trainait
un coutelas, presque aussi grand que lui.


Que fais-tu l, Coco ? lui dit-il.







I !.i-ii1 la 1 \ % Il1 11


Mri l.iiil I .:iiiiil" i'~1.'' I i i.'l"j' ii l l'iii:i iit



li, It ,h ;' l i 1 iX.' ....i I' .







I ll_, II i l; I l II .1 111 111., Il, l ii 1 I il 1k I lill
laison etje pi .tes lue tI u ii isss
I,, I" '., l,'.- \ii\'.i\ jl' i I. i c l',r '













ta't i'lmi- ; ente, s-tlil cela, onsiur .'li' iiiiii








libre ? I'
lCoco poussa les crlis aigu s et voul t ,I. "ll: .'\ .. [.
'I'.ai- lis r. sil l ia it 1 l':iii 2 .r i:'nne,



i -t E oi-i II i, Iam .',li, : i ., ill .il :
ia j'lt1 1 ini 1' t i i*e Iaalii n.- [ *j"a:I |.'nt aiIt



-_. h, IMl :i< l; ll .. ', lS ,_. ,, I is t. I; 'h: '.II n .', I,..I

,Il,,i ,, li,, l|' i,, 'I' A Q, ,' l ll :; '.'.,.lti, ;'.'," .Itt !

El lli, jo t'olrdloince de lu.ltiL'r ttiiao la
maison et je prtends que tu m'obisscs l'ins-
tant mme; entends-tu cela, monsieur l'le,ina
libre?

Coco poussa des cris aigus et voulut s'a'-".:.-








LE i L; 1. 1 I.. 1 [i l[ I iL .


L'ie .r ..111 li-;i- | .,, 1i [-" ," iI:lii 3 .|i. lifT 1," II'-
|,,,ti '. ,Oi l* ii dli.i-in t :

.M1.illl',_ :i i 11-, i : I:I 1 ,.lI.i m *I, ,i | ll ".,'.'l',;,I.I$,"
poUl Uil petiil Illulc id Clllju lul. i.

Dans le language des ngres, souvent ing-
nieux et potique, un petit inonde veut dire un
enfant.

Coco retourna vers la maison, en poussant
des gmissements, et les chasseurs se mirent en
march pour le bois de la Soufrire.

Mais ils ne s'aperurent point que Coco re-
venait sur ses pas, avanait la tte avec prcau-
tion pour les regarder partir, puis, apl'-s s'tre
assure qu'on ne le voyait pas, sortait de l'hali-
tation et les suivait de loin, en se faufilant, en
courant, en rampant et en se cachant derriere
les arbres.

Les chasseurs qui causaient joyeusement,
i'.i' ailNit garde d'apercevoir ce petit grillon
no:ir q1li suivait leur chemin.


















TI





Nous ne voulon ias ilii'i: d Ie n:I I \ : l :iu'd't
de Montmorency, mais nIiI <',i, ' l ,uivoir
affirm er, sans la lil,..: 'r, ,i,,: les li'. I'-ts ,1,' I'\i.-
rique ont une m:iiil,:,'r-nei il.: \V.'-I:tti..i ln i t
elle est loin d'approt:'telli'e n:lI-ii i t u1 ,fl .; e1
pittoresque.

La vgtation iles Ain illl.; ,-1i :'i l.i i'fi11. e1:
que notre arehiti.n ., It .' i c, ell i. l I';tn.:ienne
Egypte, don't les I'l i,:,'i ti ;s itaiii -i-am-
tesques. Les arcil, .- dl;iii in: t',:,i'Is :l-iiii..i-
caines, sont des nu'i nni'iinnt s l' li'tiill.,-' : l'iin-
inense fromager :.-sI .ii [li l.iis ii1i \viiill. ., l.Is
magnifiques acoiii-its di. Lbois le 1;, Siuil'i ii'-




.r n


LE FI, 1 S Dr C I. \ Sil. i f itl .RE 7


unaill? ti l' i l 't.l.i i[ll I *ii-'i;i1nl il .l-,I ,it ,' iin li 1 .

il istl.' f ilill .i la I ill 1 U IiIs \-v.ih., i .is -Iji
lisa.llt-' .i lih it '.2*- il I et il, I I -

i,: .:,sIl bI 'ia,1i tli, :.'i [,i ii, e, lr l ii, 1i' l',ii'

l11 lli. ll it f1 1.ill r -. lll* 1 1. 1 N s i ir 11-S






a.il'r::, i ::iisi .ins leursi' a i-.C'

lait 1i i : I:- .i: ii .1 I I IlLr i uii l a'. :r.:ii\ i:'ll :'i.
L Iih .iiiiii -. I, i I.,s :. i.ll ii ,:,' I t',' .. ,n i ili,',
,.l,: ,",'-. i",l l -,$ ,I V ,? l',Jl l', I ," ..ri l ,i ,:,\,

'lit S.'il nl' v.lit | i:is . i:l, a i:' i' t.j r I',I -
\ hi .11 :', t. l, i, .u.i Il.-i t 11111: les :jl ls : Ii iii' -l s,



1 l 1 : il' i I. i l I li l i |l
-II tll i d I. a Il< .i ti r .l I Il tI,, iV .ll1 I .l 1 i
,1t ,l,. ',.*. nl,- i .; ,ill ,": lis 1 i. ir,,. :'h '\ i;,, .
, l,-: .j, iit ,.' l... t,: .', ,_t l.-i lii ,.I-I l n,;








i INI i 'l [1 ES .' ILLI. :





11 1 '*i iiiS u 1 Iil lh I ii l Ii Ill. r 1 1
I.ill-_. ,-''i l. ,' l i.- l' i i. .rl-:,i : i l, ,tli i i.iit i : 1. 1'. vo ,l



.l u- i i i ll ii i I 1 i|i. .' 11i i :nl, l l l. i I-
li ii ll ll ii 'l i .'i ll ii ,il- ,u[I il i ll-,, i l: il.i I llli il .l. i il iL'I
1l, iil :l-i ili I. l ii ,Il i r ,11 i'I I i l'_'.i

S l -i ,l r| ss : i'LI ] ,1'. 1 .l.i
i. :i l' i ii ii i n-- Ci .ii i i,:, iiii.l l ,. :, [l. ii i,:,i l ilii t
.1 I : il l li 1 V l 1 11 1 -li l III i I
lri,.,ll i ll Il .i,, 1',: I.| l |ll r,. ] 1, I. 11 ol l i. cl..l: i:oll-

0i.ll l .l lll i. l ll ,1 1. ; t I liO. lil.ii ,.. I. i. li,'.



11 illt Il l iri lv is ll r II 1.1 A l i l1


11,i.1i u l, ,l iil i.i ,, in 'i t L -i Nl 1 V li li. -i:.



'i'i. 1," 1 i .1 i. 1 i:'1. '- ': i i 1 .1 1. 1 i iI l- 111l .1 1 i: a,-

li 'i l I i .-i i .i il.'i ,: l.i '. I t it L. i ti I ,I i l.li t -
l'il li Iiti, IlliI |i-il\T ',:' ],,:.til ':" -'' i ili 'lii:'l i'-'r t









































































1.. ....-... I. I, :1.,'j "








Li: [ L! '17.r L\ ,iIi 'Il.1 : '2
,ii r. lii.' li .i'; 1 I, i .ii : \I:ii;'i 111 l i ii 1110i.' lii.



O. i l,: l,.,' :ii, i i i :i,-,-1 ,1 lii ;::ii u [ .t 'liii I. :.-
S1 11: 1li i 1 i111 l
SI| ii.ll. -i r i:,i' ilii:i, -,t :. 1 C i\, 't :' I 'I.l i : Ii 'ill '.ii s L' li.ii
)11.',:, ;ipl.ii z,.ll,:' u ,, :,l'_o .- l i II i.,:. t;"i : i r l,:ii iI,:. i' i i L iu i-
ti l s I, I..11ii1 1i i, lie IiiI :i 'sI i .liili oi sI iillii ii iii, il



N os ,_li Issi iiii ulIi i lu; li% i-.liiii | I :' ta i .iii s
:e'" s ':'1 i ii- l, ii 1;| :,i, ,i i. ,ii i, .' :(

. I l li :. I, .u 11' 1 1. 1 1 l,,:,,It i -, i, la' i l l iii
,'h ,:. S .. la S.l ls u lll. i lli - l i i o l u .. l is l, i' l.,r,,'-

S': p:. l ,li i: ,, i. I, 'll< l .-lia: l 11.' ii S 1_1 -I-S


'ill:-i 'i'.,i l"-ii ': I I ,Ilii I.- i- .- ,ill


. ,.' <;'!i.'rl i.n

  • Iii.l ill**F_' .' t iii i, li .1i1 I )l i ll ]:;i f:Iil l *.llr
    i.,-liiliii iir', ;,i "5,- 1: 1 1 ,1 -,i:' Ii 1'. L :i ,.'h g $,? :i ;"1 i t "'l,'
    :i l,.,i l, '-i int,.. ,.'I l',:.i .,1 ] .l ].-il::i t 1 r ',. ',.Iill' .ii s
    l'h :,lil. i ,.,iI, _q i. i.-i l. 1.111 lli it ,_, li it ll .l,< ,.I ii








    It L~ '. [L \ 11 LLL.'


    unl taillis; c' Siit 1Ili IIIIii^.-ii dit < ,l .lill,.',
    une agitation d.l I.ii aiirI.-s, qii i I ; i i''iit i':iti-
    tion des chass.ii..

    A gouti! .1-.,nii lit .l111 ,i. .

    Chut dit iM ,.1- T1._ ,el. N'.- ii, .i ..- .1-
    bruit et ne le I r' !i' liii i i|' P i ,c,- i l l ,I \I :i.i. s
    veut tirer, nmessieurs ?

    A vous l'honneur, lui rpondit-on.

    Le taillis, avec son fouillis de feuillage, se
    trouvait derrire un acomat gigantesque, tout
    enlac de lines. L'ombre immense que proje-
    tait l'arbre, ses branches (lui s'tendaient dme-
    surment rendaient le massif de feuillage dou-
    bleinent pais. Il tait impossible d'apercevoir
    'animal [qui s'y tiit rfugi; mais Charly de
    Tercel tait un adroit chasseur : il suivit du re-
    gard le movement des branchages et 1ir iqla.
    son fusil dans cette direction.

    Le coup partit, un cri se fit entendre.

    D'ordinaire une acclamation triomphale sui-











    li M'ri'-: n < .I,:, i,1''re.1 1' ui .11I :iil n.lit p:i- nni l:1 i..i.-;iE -

    ,. ,-t ',....m* i :i

    l r :.*I l jl I;i j11 | i |i.- i .l' i iii, il* ii l I I I ;ii;i i.i i i i
    r: ill i i i .1 IIll I li li IiiI .

    II voulut s'lancer dans le taillis, mais ses
    .i.lmbs chancelaient; il redoutait quelque fatal
    .'vnement.

    Jupiter, dit-il, va voir quelle est la proie
    qui se dbat dans ce massif, et si ce n'est qu'un
    agouti, que Dieu soit bni

    Jupiter court vers le taillis, o l'on entendait
    nicore des gmissements, et en carta brusque-
    i ent les branches. Le soleil, profitant de l'clair-
    i ie qu'il faisait en s'ouvrant un passage, pn-
    Ira en mme temps que lui dans cette ombre
    .'l',ai ., qu'il claira d'un jet lumineux.

    Le ngre se pencha, regard, et tout coup
    poussa un cri sauvage, qui fit tressaillir tous les
    ..lasseurs.


    I. .L [it , DI : L \ i', iV i1L LP C








    21,R I L, > \ 1 Ti L 1.1'
    .* i l l ,l i l' io. s' ..- 1 .il.-i i .y ;i- i .o !ilIl. ,!,..


    i l i:'i.:'ii i .i s li: ta il lis, .I ,1 ;', s It r, '-,' II .i.r

    il' ui ..i v .i .i x ,.i.i.''-i i Ir iti,._ :

    l \i 11 X ai lii t;.i-.t.u x i n lli,. -U '.' x ... i '' ii-'
    'aitl !

    Il venait d'apercevoir un enfant ensanglant;
    cet enfant c'tait le pauvre Coco. Jupiter, en
    cartant les branches, avait vu son fils tout meur-
    tri par le plomb et se roulant dans le taillis, en
    poussant des gmissements.

    Le malheureux pre, l'oeil gar, la tte per-
    due, serrait son enfant dans ses bras, en s'criant
    avec dsespoir :

    Du secours! un bandage!... Pansons-le,
    sauvons-le

    Le ngrillon, come on doit s'en souvenir,
    s'tait gliss, sans tre vu, la suite des chas-
    seurs, au moment de leur dpart. Il n'avait eu
    garden de les quitter ; il tait entr avec eux dans








    LE Il.,i 1 : 1.\ S,, i_- r ' E L


    l:- b ,:,i l : I, l .i _,-ili ,h t',: ,:'t ; l.it tV,.,1v. h: lh :,,. 1 o
    'l,: .3'liiri,: [s ths s,,, s: mi i u'll't_' X I.I.

    ]i *ll 'i:iil m:-,l\ eri t.i ;'i .-, d l,.'! ,' 1;i .i ,.I ,t :'l lio
    i:un sie l:iiilil:-nl im'lln i.' 1111 ['i/..l I. .ii -.. ilal; 1l i.l;i:ll
    I' h'l' ir J,,:-.'S tc<;'iii.iil iili,., *.ji.i,'t''lli_, ,:i+ n -',<;iil'.ilnf
    dans l'paisseur des taillis ou en grimpant sur
    les arbres, come un chat sauvage. Il attendait
    le retour des chasseurs, pour revenir leur suite
    par le mme procd, et venait de se cacher
    dans un pais massif de feuillage, lorsque le
    plomb l'avait atteint.

    La fatalit avait voulu que Charly tirt pres-
    qu' bout portant. Le taillis o venait de se
    catcher le ngrillon tait quelques pas de lui,
    de sort que les plombs, au lieu de s'carter et
    d'tre rendus moins dangereux par l'loigne-
    ment, se runirent pour frapper, firent ball
    et meurtrirent la poitrine du malheureux en-
    fant.

    On entoura le pauvre petit ngrillon et l'on
    dIchira les mouchoirs, pour en faire des ban-
    ages improviss. Jupiter les saisit et essaya de
    1.- user la plaie d'une main frmissante, en pous-








    l iITs` E~Ls AS1'lLLEC.


    s:lit us s.1iul uIl:v.IIIs I*1 *II S ''1 ;:iit 5.111h






    S M'i.llr 'il 11llit l!ai:i, l. :i li l. I i, ,,llm" *.. -
    l.', i l n ii p i' i. v.er. li nfai li. .ix | bi< u. ,ttit dail s


    nii-ll d i i! \r .iconvul s ion isii n ili'ri', t l, ir,.l iule


    31. de Tir'i'l, pet nous lui prodic mort s tant dc
    sons que...


    II ne put achever. L'enfant se dbattit dans
    une dernire convulsion, essaya de turner en-
    core la tte vers son pre et expira.


    Mon enfant s'cria Jupiter, regarded encore
    ton pauvre pre !... Toi pas tre mort... Ce n'est
    pas possible... Ce n'est pas vrdi!


    L'enfant ne bougeait pas, le corps tait immo-
    1ile, le cur ne battait plus, et le malheureux
    pre ne put se dissimuler la fatale vrit.


















    r,


    iii


    / ' '.


    * d,'


    i
    iiQi~~
    r








    l1. I '1., .I T I. A O Li F 'l i I i E *2


    lu M' o t ri s .In:ii-T, 4n .1.1.ii lnt lu l t: l


    II ,i:,i-.tl 'ii 1. l ti .il l i. ii', eliise'i lil i ill'
    Il It i,,:,U1",it ,1,_* 0t i N P.*U L:. l i,'* i X.' 1.111

    1 i' i 'li, z l e. i 11 / i'. ; "t? .;i l!"iiH I i- ii l :i
    douleur atteint les dernires limits du possible:
    tout est violent dans ces natures que le soleil des
    tropiques brle en dehors et brle en dedans.

    Mon Dieu mon Dieu! s'criait Charly d-
    sespr, j'avais cependant tout fait pour retenir
    cet enfant; je n'ai rien me reprocher, mais je
    ne me consolerai jamais de cet horrible vne-
    ment.

    A sa voix, le ngre tourna la tte, un tremble-
    ment convulsif secoua tout son corps et il fixa
    sur son matre des yeux effrayants.

    Les ngres cassrent des branches, en firent
    un brancard et transportrent jusqu' l'habita-
    tion le coris ,.1i imallr.-uiii x ,ilf'ant. Jupiter les
    suivit en s.'nglitn-ul, in s c ln it sur le chemin,
    et en s'l:.'i,;i t .1 I iiqlrul iiil;'iiit pour treindre







    lll. i i. i il '. 1 1 -


    le cadavre ie d I _inl':ul d.i; in ." I.'i; l '.'.- iI*. itm
    dsesprs.

    Q u? and le p.. i, : j.I.tit Ii.' : I l il i'li r:.'
    il eut un nouve-l a '--,,- d. -: [,, l ...ir, Il il j1i.'.
    sur la terre qui ,.i...,iI\ -t 'i i;nr:i, t,. ,,iinnis 'sil
    et voulu y '., -i< i -liii i :i '.,'1: i1. liii.

    M de Tcrcd :,i- il l.1.[ ,1,: ri.ir, ,_ -" n<' |'i .
    ressentir une lI. !,.I1.1 ,' I .I I. .,'ll. I.' l' 1.:* iii,.', i,'ll-,
    involontaire. Fri: i 11 li11 :, li, l 'v poursuite contre lui; car il ne s'agissait mme
    pas de ce que la loi qualified d'homicide par im-
    prudence, puisque M. de Tercel avait us de
    toute son autorit de maitre pour empcher
    l'enfant de suivre la chasse : la mort du pauvre
    Coco n'avait donc pas t cause par l'impru-
    dence du maitre, mais uniquement par la dso-
    bissance du ngrillon.

    M. de Tercel ne s'en disait pas moins que par
    sa fatal mprise il avait caus la mort d'un en-
    fant. Il tait cruellement affect et cherchait
    console le ngre, en lui prodiguant des larges-
    ses, en vrai crole qui done sans computer, car
    tout est gnreux et prodigue dans nos colonies,








    lio i. i. e ,'i I. \ li.' i rIi[[ I [ r [
    ,it I :. l ,: I.'i Ij I ,I ,.i"-,,.i ,. *I:.I[r ; I'.il ,i,: .

    .l [1i i e 1i e j L.iiii' t i: I II i i i ii i ui. 1:I 1t iu<.
    s, l i Il i-'- r i ,I I .'iI I ll(' I, ,' I,; I : i,] -1 11.,

    io ll Iver i. ;'1u u.' 1 1.- 111, .I.il u,-I1 I 1e| ti1 f IIl ':.



    jliii .i *-iti:i l;. i i*% i:i:I ii.t -: |. iii i
    , l.l.- il p'l :n t ll, s ,h]< :iii l. ilil ,:',:,i i ,,:"

    ,i;' i' i' ',.' : 'I tIii l, ,,:'icli it 'u ,]:'iit


    V i l l .i. ;i iI ' i. mlil i ,I : TI:'u'.1 ,,lil I l'.i I il .i. Il \I




    us .' veux 1 'I. : in 1 l e l :- .i ire', -, [ ,iii II r is,




    ii l i i- t -iilit ;'o i I tI I i' l l u in un i

    I,_*I.Ili : l', .','1':i' ,:": I.I .'i Ii ,:" .' i'.,s-2 ,_* I,'.'i':' t il


    i* lI .11| 'i., i a ti, umil ,\ ,!























    Ds que Jupiter eut un instant de loisir et put
    sortir sans tre remarqu, il court dans une
    savane voisine de l'habitation.

    Il allait et venait, examinait, observait, et
    regardait autour de lui avec une attention
    fivreuse.

    Que cherchait-il donc ainsi?

    tait-ce quelque ngre d'une autre habita-
    tion, auquel il avait donn rendez-vous dans la
    savane ?

    Non, ce n'tait pas cela ; car, au lieu de re-








    L E L,.- S [' I 1. L \ 1- .1. It I .1t .V
    garden devant lui, sur le chemin, s'il n'aperce-
    vrait pas quelque camarade attend, il semblait
    passer en revue, avec une attention haletante,
    les plants, les arbustes, les grands arbres, qui
    talaient autour de lui leurs espces varies.

    Il passait avec impatience sous les bananiers,
    les cocotiers, les calebassiers, les tamarins, que,
    malgr leur magnificence, il semblait profon-
    dment ddaigner.

    STout coup il poussa une exclamation de
    joie, et s'arrta devant deux arbres qu'il tudia
    avec une attention minutieuse.

    Enfin! s'cria-t-il.

    Ces deux arbres taient le brinvilliers et le
    mancenillier.

    Le brinvilliers, l'empoisonneur de la savane,
    comme la marquise de Brinvilliers tait l'empoi-
    sonneuse de la court! Est-ce l'arbre qui a donn
    son nom la marquise, est-ce la marquise qui a
    fait changer l'ancien nom de l'arbre ? Toujours
    est-il qu'il existed entire ces deux empoisonneurs
    une trange fraternity.







    RCITS DES ANTILLES


    Jupiter l'examina avec attention et dit ensuit.::

    Moi prfrer mancenillier.

    Le mancenillier a une reputation plus popu-
    laire que cell du brinvilliers; sa renonine a
    traverse les mers, et ses crimes ont l enregis-
    Irs dans les causes clbres des empoisonneurs
    vgtaux.

    Le mancenillier est lev ; il tend perfidement
    ses large branches, come pour engager le
    passant a se reposer sous son ombrage; mais
    malheur l'imprudent qui s'assied sous le man-
    cenillier on prtend qu'il peut s'endormir d'un
    sommeil ternel. Toujours est-il que l'arbre rend
    un suc blanc et laiteux, don't chaque goulte est
    redoutable, dit-on, et brle ce qu'elle touche.
    Les Indiens Carabes en imprgnaient leurs fl-
    ches pour les empoisonner.

    Des fruits -perfides, remplis de ce suc vn-
    neux et ressemblant, innocemment de petites
    pommes, taient tombs au pied de l'arbre;
    Jupiter en ramassa quelques-uns, les enveloppa
    .avec soin et reprit sa course vers l'habitation.








    LE BOIS DE LA SOUFRIRE


    Beaucoup de ngres sont ns empoisonneurs,
    conmme leurs mancenilliers et leurs serpents.
    L'empoisonnement est de tradition chez eux, et
    ce fut la premiere pense qui viiit l'esprit de
    Jupiter, quand il songea se venger.

    Il avait voiu i MI. de Tercel une haine f-
    roce, il ne voyait en lui que le meurtrier de son
    fils; c'tait donc lui, sans nul doute, qu'il vou-
    lait voir mourir dans les tortures (le l'empoison-
    nement ?

    \.ii, Jupiter avait plus de raffinement dans
    sa vengeance, et il s'tait dit, en voyant l'ado-
    ration de M. de Tercel pour la petite Roslis

    < (Eil pour wil, dent pour dent, enfant pour
    enfant.

    11 connaissait, come la plupart de ses ca-
    marades, la preparation et l'emploi des poisons:
    il pouvait son gr tuer subitement sa victim,
    on prolonger sa souffrance pendant deux ou
    trois mois, six mois peut-tre. 11 aurait pu fire
    imprimer d'avance le billet de part de la mort,
    en y mettant la date, peu de jours prs.








    RtCITS DES ANTILLES


    Il se dcida pour la mort subite.

    Il ouvrit le fruit du manenillier, Hi Ixlb,;.1
    le jus, et s'en servit pour prparer quelques ba-
    lnanues.

    C'tait l'heure du gofter de Roslis; on avait
    l'habitude de lui servir (les fruits, des gtieaux,
    quelques-unes de ces friandises que ces petits
    gourmands couleur de rose aiment manger
    et croquer avec leurs dents de lait.

    Le goter de l'enfant tait servi sur une pe-
    tite table, dans la galerie qui sert de salle
    manger. Personnel n'y tait encore. Jupiter s'as-
    sura qu'il tait bien seul, plaa les bananes sur
    une assiette, les- mit sur la table, a ct d'au-
    tres fruits, puis se retire et guetta l'arrive de
    l'enfant.

    Un sautillement, un gazouillement, un petit
    rire argentin, l'annoncrent bientt. Elle arrival
    en jouant, en sautant, en tranant son pre par
    le pan de l'habit, et en lui distant, come un
    petit tyran qu'elle tait :

    Tu ne t'en iras pas, tu me verras goter.








    LE BOIS DE LA SOUFRIERE


    Elle se hissa sur une grande chaise; Zo, sa
    ngresse, lui noua une serviette sous le mention,
    et Jupiter, qui faisait le service de valet de
    chambre, vint servir table la petite blanche.

    Elle tait fraclhe, panouie; elle dvorait un
    gteau qui remplissait sa petite bouche rose;
    elle tait heureuse enfin, nous ne dirons pas
    come une reine, ce qui serait peu de chose,
    mais come une enfant.

    Jupiter, qui ne la regardait qu' travers sa
    haine, ne se laissait pas dsarmer par cette
    grce enfantine, et attendait le moment o elle
    demanderait des fruits.

    O est Coco? dit tout coup Roslis; on
    ne le voit plus, Coco. Je veux lui donner un
    gteau.

    M. de Tercel et Jupiter tressaillirent au nom
    du ngrillon, qui voquait un souvenir funbre.

    Tiens, dit M. de Tercel Roslis, dont il
    voulait dtourner l'attention, vois ces belles
    bananes, elles doivent tre excellentes; je vais
    t'en donner une.








    RCITS DES ANTILLES


    11 posa la banane sur l'assiette du Ii,,.li..
    J.upiter touffa un cri de joie froce, ,, \mi y.int
    que c'tait le pre lui-mmi qui donnmit l ..* li-
    son son enfant.

    Mais, au lieu de prendre la banane, la petite
    Roslis fit la moue et reprit d'un air maussade:

    Je veux Coco, moi; je veux voir Coco. O
    est-il, Coco ?

    Un tremblement convulsif agitait les membres
    de Jupiter; son visage prit imn expression sau-
    vage, et il rpondit d'une voix sourde

    Il est dans le bois de la Soufrire.

    Dans le bois s'cria l'enfant avec effroi.

    Un jour, pour se rendre l'habitation d'un
    de ses amis, Charly, qui voulait lui montrer
    son cher trsor, avait amen avec lui la petite
    lioslis. Il fallait traverser la fort, et tandis
    que Charly montait un beau cheval crole, oit
    portait Roslis dans un hamac, sort de palan-
    quin, soutenu par deux bambous, que les








    i L r-- II ,E .\ V~ 'i RI1E


    Ii'._','. ;Ill. \,ii ,l ,i l.,- robustes paules.
    115 tr:iii'"iriii iii_ ,,i,-i i'c:iant, lger fardeau
    .lIIi ;e: l,, i',i i 1 p: ls l In,: le hamac qu'un
    oiseau-mouche dans une cage.

    Mais la petite fille, qui n'avait jamais vu que
    la riante habitation de son pre, fut prise d'une
    grande terreur en traversant la fort. Depuis
    ce jour, chaque fois qu'elle voulait s'insurger,
    sa ngresse lui disait

    Si Roslis pas sage, moi laisser perdre
    Roslis dans grand bois.

    Alors l'enfant pleurait, tremblait : la fort
    tait revenue son pouvante et la plus terrible
    de toutes les menaces.

    Coco dans la fort! s'cria-t-elle; il a done
    t dsobissant ?

    11 s'est perdu, s'empressa de dire M. de
    Tercel, mais on le retrouvera.

    Perdu dans la fort s'cria Roslis qui
    devint toute pile, un petit enfant perdu come








    R.lITS [L' .\ I !LLL.


    cela dans une grmli ,I. It-'. .... l'.iit s,:il! f('il
    seul!

    (a ferait clid.I'I. lii,., 1l i. ;I ii i z,.* III:,' ,.-
    lis? demand Jul'iter., d.'it lI r .-: dI il Ii 'it
    i COup une expre-s-:ii e-lli;yiiiir.

    Roslis leva lc yell-'iis. I i i' .ii, .'iii tL;i ,'.*
    irega'rd farouche) e t ,i li:, ii--: ii ii m i li-s
    au bas de sa cliai>.e, clice c'niilt iini-lictii icntil
    se blottir centre son pre, en s'criant :

    J'ai peur !... j'ai peur !

    Mais de quoi, moi enfant chrie? demand
    son pre.-

    Peur de lui, dit-elle en montrant Jupiter,
    peur de la grande fort... Je ne m'y perdrai
    pas, moi, n'est-ce pas, papa, jamais?

    Son petit corps tremblait conime un roseau,
    son regard tait effar, sa jolie figure rose tait
    revenue toute blanche. Jamais conte de reve-
    nant ne causa une pareille terreur d'enfant.

    Charly la prit sur ses genoux; il ne s'occu-








    LE BOIS DI: 1 \ SOUFRIRE 41

    pait que d'elle et ne songeait qu' la calmer.
    S'il n'et pas report toute son attention sur
    l'enfant, s'il et un instant tourn la tte vers
    Jupiter, il et t frapp du bouleversement de
    la physionomie du ngre.

    Quand Roslis s'tait crie avec pouvante:
    Un petit enfant perdu dans une grande fo-
    rit! le ngre avait tressailli, des flames
    avaient jailli de ses prunelles; une inspiration sa-
    tanique lui tait venue, et sa noire figure s'tait
    come illumine d'un rayonnement infernal.

    Le chagrin de Roslis ne fut pas de longue
    dure; elle se prit bientt sourire au milieu
    de ses pleurs : elle avait une larme dans un
    ceil et un rayon dans l'autre, car le sourire et
    les larmes qui, sur nos visages, vont rarement
    de compagnie, se rencontrent souvent sur les
    fraches figures des enfants et se souhaitent le
    bonjour.

    Sa petite mine pouvante redevint tout
    coup d'une gaiet folle, car les changements
    vue se font encore plus vite sur les visages en-
    fantins que dans les feries.








    HRCITS DES ANTILLES


    Elle se reprit rire, sauter, puis couru' i
    remettre table, en distant :

    - J'ai faim.

    El) bien dit son pre, en lui montrant la
    banana qu'il avait pose sur son assiette un ins-
    tant auparavant, prends cette banane; vois
    come elle est fraiche et apptissante.

    C'est vrai, rpondit l'enfant; Roslis va so
    rgaler.

    Jupiter, (lui suivait tous ses movements avec
    une attention haletante, la vit prendre le fruit
    dans sa petite main.

    Il aurait d tre au comble de ses voeux, car
    il arrivait son horrible but.

    Cependant, au lieu de laisser le crime s'ae-
    complir, il s'lana vers l'enfant, au moment
    o elle portrait le fruit ses lvres et le lui re-
    tira brusquement.

    Mcliant dit Roslis en pleurant; je veux
    a banana, moi !








    LE BOIS DE LA SOUFRIRE


    Non, dit Jupiter ; manz Roslis a dj
    mang trop gteaux tout l'heure. Manz Ro-
    slis ferait mal li.

    C'est bien, mon brave Jupiter, s'cria
    Charly; la douleur que je t'ai cause involon-
    tairement n'empche pas ta sollicitude pour ma
    fille... Oh c'est bien, c'est gnreux

    On fit sortir de table la petite Roslis, et Ju-
    piter, en desservant, eut grand soin de prendre
    les bananes et de les brler en cachette, afin
    qu'il ne restt pas la moindre trace (le l'empoi-
    sonnement qu'il avait tent.

    Jupiter s'tait-il repenti?... Non, certes; mais
    sa vengeance allait changer de forme, voil
    tout. La pense de l'empoisonnement lui tait
    venue tout naturellement, parce que c'est l1
    vengeance classique des ngres, le chemin battu,
    la grande route du crime, qu'ils ont l'habitude
    de suivre; mais tout coup une ide nouvelle,
    une innovation en fait de crime, lui tait venue
    a l'esprit.

    En voyant l'effroi de l'enfant la seule pen-








    44 RCITS DES ANTILLES
    se d'tre abandonne dans laforet, il s'diit .lit
    que cette vengeance serait la plus cruelle d1, t.i.i-
    tes, non seulement pour l'enfant qui subiirit l:-
    martyre de l'pouvante et dela faim, et tout:I.- 1.:
    lenteurs d'une mort atroce, arrivant pas ['I-,
    mais aussi pour le pre, qui chercherait vaii.,:-
    ment sa fille, qui passerait par toutes 1:; ain-
    goisses de l'incertitude, par tous les de'l'i.e-
    ments des esprances dues. Cette douleur
    lente serait plus horrible encore que le dses-
    poir caus par une mort subite : la torture est
    plus cruelle que le coup de foudre.

    Jupiter enfin trouvait une joie froce laisser
    mourir Roslis dans la mme fort o, le jour
    de la chasse, son enfant avait t tu par M. de
    Tercel.

    Il s'agissait d'excuter son project. Il avait
    song d'abord enlever l'enfant dans la nuit;
    mais, dans les habitations, les colons ont, en
    guise de gardens du corps, des ngres qui pro-
    tgent leur sommeil ; les jeunes filles et les en-
    fants coimme Boslis ont dans leur chambre
    leur nourrice ou leur ngresse favorite; puis,
    en travers de leur porte, une autre ngresse








    i.L i', i i 1 : L.A bCl F bII i L


    , ;.:'_-, i il, li ll',; i ii' i .t t i l .l.;' ]rd I,, l 1::l 'l:'l I,' p ;i -



    Mais dans la journe la petite Roslis,
    lasse de jouer ou fatigue de la chaleur, s'en-
    dormait dans le hamac qu'on avait suspend
    pour elle dans la galerie. On la laissait sous la
    garden de sa ngresse, jeune fille de dix-sept
    ans, coquette et flneuse, qui, la plupart du
    temps, la quittait pour aller s'occuper de sa
    toilette, rajuster le noeud de son madras, mettre
    ses belles boucles d'oreilles, ou pour aller cau-
    ser avec ses companies des prochaines solen-
    nits du bamboula ou de la calenda. Alors l'en-
    fant restait seule. Jupiter se dcida h guetter
    un de ces moments-l pour s'emparer du pauvre
    petit ange.


















    IV





    Ds qu'il eut pris cette resolution, il suivit
    come un espion tous les movements de l'en-
    fant, et, l'helure de son sommeil de la jour-
    ne, eut grand soin d'errer dans le jardin, sous
    la fentre de la galerie, qui, come nous l'avons
    dj dit, est toujours au rez-dc-chausse.

    Un jour il venait d'entendre Roslis dire :
    Zo, sa ngresse :

    J'ai sommeil, je veux mon hamac.

    II guetta l'instant oi Zo laisserait i'eiiL'.it,
    pour retourner ses flAneries habiti-.lls. Il








    LE 1:i',1; DE LA SOUFRIRIE


    n'.;iHeiditi pas longltemps, et vit la ngresse



    I,.,- i.-iiiii. de la galerie taient mal fer-
    ides, Jupiter put les entr'ouvrir du dehors. Il
    avana sa tte noire et crpue pour regarder
    dans l'intrieur de la pice. Or comme dans les
    habitations des Antilles les fentres, plus indis-
    crtes Ique les ntres, n'ont ni rideaux ni vitres,
    il put tout son raise longer ses regards dans
    tous les coins de la galerie, s'assurer qu'elle
    tait dserte, et voir distinctement, a travers la
    gaze de la moustiquaire, la petite Roslis pro-
    foi,'iid,-ni, endormie dans son hamac.

    Seule murmura-t-il.

    Les ngres de l'lhbitation taient au travail,
    .iii,- les champs ; ceux qui faisaient le service
    .1,. I:i maison dormaient ou flinaient et l :
    rien n'tait plus facile Jupiter que d'accom-
    plir son sinistre project.

    Il sauta par la fentre, se glissa come un
    serpent jusqu'au hamac et entr'ouvrit la mous-
    t! li i;i I'..







    48 RCITS DES ANTILLES
    Roslis dormait de ce sommeil paisil.il'. It- pi ,-
    fond de l'enfance. Elle tait l, d:iins s,:ii ni!,,
    confiante, repose, blottie come 1111:is'.ii,
    rose come une glantine et cdlcstle i.- iiim.n ii
    chrubin. Elle dormait en souriant, : Iii'i,.' ,ii,--
    ment ces chers petits ignorants qui ,iI'lilil
    toujours sourire la vie, prcis.'-'niiii l .iIr
    qu'ils ne la connaissent pas. Sa bouchu utail
    entr'ouverte, et son halcine tait si frache et si
    pure qu'il semblait qu'en se penchant sur elle
    on respirait sa petite ame.

    La vue de cette innocent creature efit d-
    sarm l'tre le plus froce; mais, si le lion de
    Florence peut rendre l'enfant sa mre, le
    ngre qui veut se venger n'abandonne pas sa
    proie.

    Jupiter se pencha sur le hamac, sa tte lai-
    neuse effleura presque les boucles blondes de
    l'enfant, et il ouvrit come un ours ses grands
    bras noirs, pour emporter ce trsor de la maison.

    Mais, tout coup, iI s'arrta effray ; il venait
    d'entendre une port s'ouvrir. Il n'eut que le
    temps de se glisser sous une table prs de la-








    i. i .is iiiL L.\ Soi F RI I l.


    quelle il se trouvait et qu'un grand tapis recou-
    vrait.

    Une f';.iiiinm entra. C'tait Zo, la ngresse,
    qui venait reprendre son poste auprs de Ro-
    s.lis.

    Allons, dit Zo, en s'avaanant prs du
    hamac, petit manz a encore drang mousti-
    quaire, pauvre petit visage a li va tre piqu
    par maringouins et moustiques.

    Elle avana ses grosses lvres, posa un Il::isi:r
    sur le front de Roslis, sans la rveiller, l'ernv\-
    loppa soigneusement dans la moustiquaire, puis
    alla s'asseoir prs du hamac.

    Jupiter souleva avec precaution un coin du
    tapis de la table et suivit avidement les moindres
    movements de la ngresse.

    Zo commena coudre, fit quelques points
    l'Ln o:irlet, puis laissa l'aiguille en l'air, re-
    -'i l'i I, plafond, rva au bamboula, au tambour
    qui :1i_,-l mpagne la danse, reprit son aiguille,
    lil ,:.Inr:o quelques points, puis, cette fois, au
    4-










    li.l ,I e .' i:, ,I AiI t,'. ,?, il I:ii .s:i c.[,'imI li,:i- '. o iIi-
    III Ii ;I I'1 ."i lf -o i|l lil'.

    ** l'ii :' *' I .' ionlii III', [] .'n* i i, .l I p il ,'i i, Ii-

    i,,' 1 1 l it iii i ,li' l,.iil ,."' Z ,., s:'i l:'s pe.,tit
    < il', :.l # ,.,'i,'. i,'t I: 'e i:1 lli:-' : 7 i.[I.I ; S l 'i ii[,l li': ,'1I
    111 'eoI I : ,Ie-1 I' I ,,.I iii i;i iIe l.'' -'t .ol[. el' l Ia

    ],r i..,ii,_ ,.

    P'ar I,: ,eiii Z.! e .?."'ui ll ,, iii l i l:,iiil i'ui,:' .

    .Iiilliti i .11, il 5" i'11i1i 1l i'i'.1 I'.lliil liI, \ ,II 'l l >, i;i -
    U-:t> 1 .'is I s IeIn1laerI eh l' ciiiil vouil t leu-
    Ii Ili ,i I ,lllii'i l i - i I Ii 'S".r *'5'" Iiillr 'eI'*: .1i ], il'l'.
    Il ,ill; il a it iilti' sa;1 i:'l,: l li.., Ila' i ul'il .'ll lOn ll il
    'T-I'L 1n? 1 l> ,ilic :

    _,,, 7. ,,, ..

    Il s '' .ii ] L'iis i i i ien iul I I.is la:i I li e :'
    ]i10 ,r" ,tom ],,:' lo :.liis.

    Z C r il C.II il t i i; l.

    1 li i i l, i u.\ i-'111 ll Ila ,I'I, ,-; ii l' i-
    iLc*-lit l I ll '.Iv:ulI ;I II jl..l ,I tll [::I fi-li'l l'., Ii l


    1: L.. 1T S p 1.S -% % 19. L








    iLE [,I.Ji~ [,. I \ % .,i. lll Vi l !; l
    laisser un petit brin manz Roslis et venir
    cause. Bonne nouvelle, Zo, bonne nouvelle !

    Quoi donc? demand Zo.

    Nous avoir bamboula une de ces nuits;
    missi permettre a toi d'y danser.

    Bamboula s'cria Zo.

    Le bamboula, qui se danse avec accompa-
    gnement de tambour et de chansons, est la pas-
    sion des ngres; c'est leur danse frntique et
    chevele, si l'on peut se servir de cette der-
    nire expression propos des ngresses, qui
    n'ont presque pas de cheveux. Elles ont grand
    soin de tirer tant qu'elles peuvent la laine de
    leurs ngrillonnes, afin de la fair allonger; mais
    elles ont beau tirer leurs diablesses par la queue,
    elles ne russissent pas rendre la tresse plus
    longue.

    Oh! missi tre bien bon dit Zo ; moi
    venir cause avec toi tout de suite.

    Ell.' soi it en courant et s'lana dans le jar-








    52 RCITS ES ,\ II[. :s
    din, en lanant a pleile i:,i ,i"r I:- 'ii j .i.yo x qui
    accompagne le bamboula :

    Houl houl Ih i.-i ,

    Roslis fit un mouvi'mell, 1,-I *'l.-i de.x l-I"
    titles mains a son vis:a, *. : lir.ia; It\- ve.ix c.l
    se rveilla m oiti. .,ii- -,_i. 1i.lli,:, i ;,lt.,ui-
    dies se refermrent uniii i :ii:lurii t "I1''.- ; 'll. r,:
    retourna dans son lha ,:f i.I a .' r.tii iii'irit.

    Seul! murmura s,',iIui.l- ,,:nt .lul.it:,'. :i\ :''
    une joie froce, seul a\vc l'i'nl;iint ,.li n:.'ii ic. .

    Il rampa jusqu' la fi.Ci"i'' l" ::-oi nin il ;eii ssi
    anim ale. Il vit Zo s',:li.n,:- r. p, is i li; l;l; is i il'e
    avec sa compagne. 11 [iluir d1ies ,'... i,; l-; ini-
    quiets dans les allies, ,ini il nii vit :-l.:.,luiiimi'ii I
    personnel, et pensa que I l, uoiet .m'iait v\.ii
    de mettre son project .', ,x:i.i: .i :,.

    Il s'lana d'un bondI l. ti,.i ,. j-i i';ii.i l'i;iii, i.
    et enleva l'enfant dan.; e: lIi-rs.

    Roslis se rveilla :- .i slc:u.it. ji.ti iii l1i.
    puis se rassura en vc.y'lt .Juiitlir.








    LE [r,1 DEE L\ SOUFRIRE 53
    Pourquoi me rveillr ? dit-elle.

    Pour amener petite blanche son pre
    qui donnera li de belles choses.

    Ah dit l'enfant avec son beau sourire
    confiant et en se laissant emporter sans rsis-
    tance.

    Jupiter, en serrant contre sa poitrine son l-
    ger fardeau, escalada la fentre et traversa le
    jardin avec la promptitude de l'clair. Roslis
    se prit rire come une petite folle.

    Alh! que c'est drle de courier coimme a,
    dit-elle, que c'est amusant!

    Mais .upiter sortit de l'habitation, et continue
    sa course effrne travers les savanes.

    O vas-tu donc? dit Roslis, qui dj ne
    riait plus; tu devais m'amener papa, o est-
    il, papa?

    Jupiter ne rpondait pas, la serrait plus fort
    et courait toujours.








    iLi IT [.[E .%NTIL.LE


    I'i l' .'",il 'ili i r 'i i l il iii' 'i l I,,_ 'I i l.' ii. I r,',.'

    -.lIi- 1 1i: 1' 1 .i i .'1 1*' : Iii :' .1 ii i t'i1:r t :l l : it, 'i i l'-
    ','i l Ii d u i ill \ ll l ,i'I, :i l ,li P.t. I'":, i;, il l I 1,,I:' Iit


    i_, r ,s l'r,' .


    I i hi.s v li't "iii i i '* I,:i ,I,.' I l f ,i I tB1 s1'
    I 1,';lli ,l li l,- Iilv r,_, ]>, tii:. .,,, \ l ii I .il *_: r,' i ]- ,
    .i'l .|1| Irlili. l ,I,:' I,., .,, 1 ils. ,I, |I:'ii|i|l;- i ,

    t. li l.lll li. ir. I.,i |1 1 |ii,:i -. ,I l1 111i i il i-



    -;i1s i ,_' ,. i. i '.,l' ii ,_"i ir ,' i '>; i \.( l.' ,i li'i,_, il ji t'i li'i ,ll,_' ll




    I. I, il l. .. ,i l i :,1',','.t

    11i.. 1.i I ,' ,tj! *. i' |. ti .l i ,i| ,i '. bil'I < l l.- il- t

    1 | I l .'-. 1 .-;i 1..i- -i i1i-[ Ii*i-;.

    i:' ,'li l I,!,i i , l, l, \ ,i .-.," : 1', '[;i% I |;'







    1I -.i1 -. I : L \ .'' o.. I L i. E


    1 1-.11 li fi111.**01, a **?.1*** I l'ii i llie fil-.1I1 In o* 11 11;1 11-
    [uli. :'l ,*.l -l i S.I ,:ili,.





    .I '. i i ,,_., r '!....j ':,i l,,.'un" i i. il-,:-ll,.. [:'. a !...
    papa!

    Dansles grandsprils, les enfants crient: Papa,
    maman, come nous crions : Mon Dieu Ils ne
    peuvent pas encore se rendre compete de la bont
    et de la puissance de Dieu, mais ils connaissent
    leurs parents, qui sont leurs dieux visible et
    leur semblent avoir la puissance infinie.

    Sans se laisser attendrir par les cris de l'en-
    fant, Jupiter continue sa course et ne s'arrta
    qu'auprs d'un pais taillis, devant lequel s'le-
    vait un acomat gigantesque, tout enlac de
    lines. C'tait un des recoins les plus sauvages
    de la forget ; Jupiter le scruta du regard et s'as-
    sura qu'il ne se trompait pas. Alors ses yeux
    tincelrent, prirent une double expression de
    dsespoir et de haine la pense de son fils et
    de M. de Tercel, et il s'cria :







    HCITS DES ANTILLE:C


    Enfin!

    Tiens, dit-il Roslis, en l.1 j.:l:imi l ,iei
    de l'acomat, tu voulais t'dch.lll. ; ,-1li i-i,
    sois content : tu es libre, je t.: I:ii-, ici.

    Tu me laisses s'cria la ii.i!ll 'i.,:ui.I: :-n-
    fant, toute seule dans la fort !... C-: i,'...-t I;.
    vrai, n'est-ce pas?

    Oui, Jupiter va te laisseir in pie..lj 1i.- I et
    arbre-l, prs de ce taillis, oi'i t,:ii 1 '1 '- "; ti-.i
    le pauvre Coco. Jupiter tre vii.:..

    Tu... rpta Roslis, qit'est-ce que c'est
    que a ?... Je veux revenir prs de papa !

    Jamais dit Jupiter en la repoussant.

    Je t'en prie je t'en prie je t'en prie dit
    l'enfant, don't la voix avait pris des intonations
    dchirantes.

    Et toute frmissante, tout perdue, toute
    p'lie et touted glace par l'pouvante, elle s'ac-
    crochait aux mains du ngre.










    f :i .ll il l, l ;' i ''l s i.i.- i I, i' i.ii 'Lii e ril i 'i* .i
    III ,i ,'L'iiic i'-^,;' ir_ l'd ii"r11" I ,;' ta iili S ,., ii i,- i Ii1l- ,' .i i
    i O '[. t, t l. s ti .- l l '- l lll t 1 i.l* 11ill,:, d i i.i l : ll1 *
    ' l'", t .i'1 ,_,11,_' I.l l: lii i. '*il" ,I l :' lf '.:11 ,_i.l'.'I ,;t ':
    l'.11,i .ii .l1; 1 .1 ..i 1 1I i ,.,'1.1iir .le l. I : i1 4, t .*I
    r [,1 L -.1nf l l'i. in i' \11 Ir'.i t l .li :h.li :

    <( Eil pour oil, dent pour dent, enfant pour
    enfant

    Pendant que la pauvre Roslis tait aban-
    donne dans la fort, M. de Tercel, qui venait
    de donner le coup d'oil du maitre aux travaux
    le ses ngres, dans les champs, rentrait dans
    la maison, le sourire aux lvres, en disant
    d'une voix joyeuse :

    Roslis ma petite Roslis !

    Manz Roslis dormir dans la galerie, r-
    pondit la ngresse Zo.

    O la petite paresseuse dit M. de Tercel,
    en entrant dans la galerie. Allons allons! Ros-
    lis, rveille-toi et viens m'embrasser.


    Pas de rponse.








    fI.,.IT-.T i-ES .\.'TI LLES


    ** i\l;ii 'i i .l:' i :.S t-I 'l] '.' .lit-ijl '.i i. l :'i i : l





    -l .,.iit .i ll l'll ir li ii-il ,iiii: l.l i ] [i1t l i ii
    ,.. i, i l ,] ,.i i '* 1 j iil i n I I

    I I [i ,.I il '-.,i.ii i l l,,iit ,_" i i ,_' I 11-. , ,ies Mi. i 'ii l :


    .. I. , i l! .,s lis !



    -lii I l I t1ii,. ; Ii ,i I :ii.' u u u i L | i I I '1

    i I IIi Illi l, I ili- l' i ,.1 i i' II IIm l 1i1. i 11 'i .l I. i i









    i 'l ,' iii .ll.:' 11 li i.:i i i,- .l i l'i.,.-. i ,, ii' -i li |:il_. il
    . ', l 'i: i : I








    i l i'tii i.i.' l ii[ li .i l i, i l ;i' li | I l.ii i I iiw I
    ,|iii ...', i I ll il .


    i.ii.iiiu i< l olit \ _. l Ill I. [ i." j;il'lii,, .' II ;i 'l|, .-















    I,. h


    11

    "1


    10--








    L 1 [Li iS [1E L S I, Li F i L['F F


    l.i-,il t.ii ,iii 1-2in, ,ilil'.i 1t, 'in-i. \, ix il.t lh i',
    plus effare, il s'cria avec pouvante :

    Mon Dieu! mon Dieu elle est donc per-
    due

    Il ne pouvait croire encore son malheur; il
    fit venir ses ngres qui, leur tour, se rpandi-
    rent dans le jardin, dans tous les coins du logis,
    dans toute l'tendue de l'habitation, au board de
    la rivire dans les champs, dans les savanes,
    partout enfin, except dans la fort.

    Quand le pauvre pre eut la conviction que
    son enfant adore tait perdue, il resta ananti,
    et, aprs avoir mis une activity dvorante la
    chercher, il rentra morne et sans force dans la
    maison muette, o ne rsonnait plus la voix en-
    fantine de Roslis.

    En traversant le salon, il sentit quelque chose
    sous son pied : c'tait le hochet d'argent
    qui faisait la joie de la chre petite creature. Il
    le saisit d'une main frmissante, et dans une
    explosion de douleur le couvrit de larmes et de
    baisers.








    iL I [ LS .\ 1 il. 1-


    l i- l x pl, :, I,-;1 .1 ii)1i1' t I, 1i. lit I 1' ,1 ; h ,li, 11. -.i
    i li < It s l. i til:i ,i vi :' Ii i. : il ll l iiiji|.- i'l.









    ;i," 1t ', 1 i ll', l. iil, ," Ir,,I I i ,1i 1 l''11 il. it .









    01 le misrable i se (lit-il avec furen,.
    c'est liii qui, pour se venger, a tu mon enfa iii
    O chre petite crature! quel martyre t'a-t-il
    faith st-lr? Est-ce la rivire ui t-cll.le sur ttIi.

    cher petit corps, ou bien est-ceI d-lans lI j nilid'
    mtme l .ans ntos clhmpsI, dllans ,quell qui e l isll.'
    |';Ii 'lil l.1 Ill'iIS,.IrI.

    M nll i lI;I l | I..i: l ,.'| :ll . ii 'l ,. II l i l i'i M|. ,lI."

    rill," ",' lil ,l.Inl -; ,:lln ,.'<'| 1 it.





    creuse so miserable se dit-il avec furerr i
    c'est hti qui, pour se venger, a tu mon enfant !
    0 chre petite creature quel martyre t'a-t-il
    fait subirh? Est-ce la rivire qui coule sur t,,i
    cher petit corps, ou bien est-ce dans le jardin
    mme, dans nos champs, dans quelque f.c,-.
    creuse sons mes pas, qu'il a enterr n,,101
    trsor ? Mais si tu tais si prs de moi, mon mn-
    fant, si je marchais sur tes restes, pauvre p, lit









    tre, il me semble que mon coeur me le dirait !...
    Oh je l'ai devin, c'est cet odieux ngre qu'il
    faut accuser; sa fuite ne me laisse pas de doute.

    Quandun ngre s'chappait ainsi, avantl'man-
    cipation, il partait marron, suivant l'expression
    d'usage, et il allait se rfugier dans les mornes;
    maintenant, quand il a commis quelque dlit, il
    part presque toujours pour la Dominique ou
    pour Sainte-Lucie. Or, quand on dit, aux colo-
    nies, que le ngre d'une habitation est parti pour
    la Dominique, c'est peu prs come lorsque
    l'on dit Paris qu'un banquier est parti pour la
    Belgique.

    Ds que M. de Tercel eut la conviction que
    Jupiter tait coupable, il court faire sa .*lp.,:,.i-
    tion aux magistrats de La Basse-Terre; mais leurs
    agents, influences par l'opinion des ngres qui
    prtendaient que l'enfant s'tait noye, la cher-
    chrent peine dans les alentours et ne firent
    de srieuses recherches qu'au bord de la rivire.
    Comme personnel ne songea au bois de la Sou-
    'i,'.'e, on ne dcouvrit aucune trace de la pau-
    vi.f_ Roslis, qui ne fut retrouve ni vivante ni
    i'iirte.


    1. 1: P. C, 1 1- 1: L A 1 F i' i







    i% 1 i r; I>' rs _%N ii. i.LrE
    Jii|'iitlt fiit f.il'.Aufl: iit iItD,11 \t
    M. de Ti.rcel ,,rivit inutilement aux ;iiilrit"is
    i1. la Dominique et de Sainte-Lucie, ,.,n .do:niniiii
    son 'i.:il.-il-it : li-, recherches fuivrit iil'ir'--
    tueuses et l',ii ni put dcouvrir ni I. iin':. r[ ni
    l'enfant.

























    Dix ans s'taient couls depuis le drame de
    la fort,

    Roslis n'avait pas reparu, et M. de Tercel
    n'avait pas oubli la chre petite creature : elle
    manquait sa vie, elle restait dans sa pense ;
    il croyait toujours la voir toute petite, toute
    frache, toute vivante.

    Ellu. .."7i;IiIllail lIs son A me, elle y riait,
    elle y pleurait, elle la remplissait enfin. Pour
    remplir iin' rue, il faut toute une foule, mais
    pour remplir un coeur il ne faut quelquefois
    qu'un seul tre, qui souvent encore est bien petit.
    s








    RCITIS DES ANTILLES


    Une circonstance fortuite obligea M. de Ter-
    ccl quitter momentanment son habitation de
    la Guadeloupe, pour aller s'installer la Mar-
    tinique, dans la ville de Saint-Pierre.

    LUn once de MAm de Tercel, M. Vernand, re-
    marquable par son originalit, sa fortune, son
    bon coeur et son mauvais caractre, avait t,
    pendant les premiers temps du marriage de
    Charly, l'intime et le familiar du logis. Il s'tait
    obstin rester garon : il vivait seul, libi'e,
    ennuy, et ne s'panouissait qu'auprs de sa
    nice, qu'il aimait d'une affection toute pater-
    nclle. Il quittait souvent la ville de Saint-Pierre,
    qu'il habitat, pour venir passer un ou deux
    mois chez le jeune mnage et s'installer dans
    I'habitation.

    Mais, conmme ce bon M. Vernand tait essen-
    liellement contrariant, exigeant, tracassier, des-
    pote, il y. eut entire lui et Charly des discussions
    j' uiirnli';'rs de petites guerres, de ces frotte-
    ments de caractres qui font jaillir des tincelles,
    come lorsque l'on frotte deux cailloux l'uLI
    centre I'autre. Enfin l'incompatibilit d'humeur
    fut si grande qu'ellle dgnra en antipathie. Un








    LE BOIS DE LA SOUFRIRE


    jour enfin, l'oncle quitta brusquement l'habita-
    tion, en dclarant qu'il n'y reviendrait plus,
    qu'il recevrait sa nice avec joie quand elle
    viendrait le visitor, mais qu'il ne voulait plus
    revoir Charly.

    M"" de Tercel mourut a la naissance de Ro-
    slis ; M. Vernand ressentit une profonde dou-
    leur de la mort de sa nice, et plus d'une fois
    il chercha et trouva l'occasion d'embrasser la
    petite file, sans voir le pre. Il aimait Roslis
    en souvenir de sa nice, et il lui semblait que
    l'enfant continuait la imre.

    Deux ans aprs la naissanc e (e Roslis,
    M. Vernand se sentit si profondmnent ennuy
    qu'il partit pour courier le monde : car cet oncle
    fantaisiste avait ]'huiieur essentiellement no-
    made. Il commena sa tourne par la France,
    et, come il avait ralis sa fortune (caprice qui
    lui cotita un peu cher, car aux Antilles raliser
    veut dire diminuer), il placa tous ses biens eit
    France, en rentes sur l'tat, et en confia les
    tires un banquier de Paris, qui lui donna des
    lettres de credit pour les banquiers des princi-
    pales villes qu'il comptait visitor.








    RCITS DES ANTILLES


    Comme il errait de pays en pays et que les
    lettres de ses amis se seraient perdues, il dut
    ncessairement se risigner se passer de nou-
    velles jusqu'au moment oi il lui plairait de re-
    tourner a la Martinique.

    Les annes se succdrent sans qu'on enten-
    dit parler de lui ; mais un jour, un notaire de
    Saint-Pierre crivit Charly de Tercel pour lui *
    apprendre que M. Vernand tait mort Alexan-
    drie, et pour le prier de se rendre son tude,
    afin de prendre connaissance du testament, qui
    l'intressait particulirement, et que M. Vernand
    avait laiss entree ses mains en quittant la Mar-
    tinique.

    C'tait par une lettre du banquier de Paris,
    averti par son correspondent d'Alexandrie, que
    le notaire avait appris ce dcs : carM. Vernand,
    en laissant ses litres au banquier, lui avait na-
    [urellement donn l'adresse du notaire de Saint-
    Pierre qui avait le dpt de son testament.

    Charly se rendit i Saint-Pierre, o le dfunt
    avait eu son dernier domicile et o devait s'ou-
    vrir la succession.








    LE BOIS DE LA SOUFRIRE G6
    Le premier soin de Charly fut d'aller prendre
    connaissance du testament, qui n'tait pas flat-
    teur pour lui. M. Vernand laissait tous ses biens
    Roslis; mais il avait pris la precaution
    d'ajouter que si Roslis mourait avant lui, toute
    sa fortune reviendrait un parent loign, don't
    il ne se souciait gure, ajoutait-il, mais qu'il
    prfrait Clarly de Tercel.

    Cha.rly, tout en tant persuade que sa chre
    Iloslis n'existait plus, n'en avait pas cependant
    la preuve vidente ; il crut donc devoir rester
    ' Saint-Pierre et ne pas abandonner prcipitam-
    imnt les intrts de son enfant : car il se disait
    que si, par miracle, Roslis reparaissait, elle
    pourrait lui reprocher de l'avoir laiss, sans
    contestation, dpossdder de soi heritage.

    Il habitat Saint-Pierre depuis quelques mois,
    lorsqu'un martin il vit enter chez lui un home
    mis avec une recherche extreme, touchant un
    peu l'originalit.

    A sa tournure lgante, sa taille svelte et
    dgage, on devinait un jeune home; mais il
    tait difficile, en regardant son visage, de savoir








    RCITS DES ANMTIULIES


    au just s'il tait jeune ou vieux, beau 011 laid:
    car sa figure tait tellement couverte de teaches
    rouges et de boutons qi'elle devenait mcon-
    naissable, sous ce masque de lpurpre.

    < Ah cher, que je suis heureux de vous re-
    trouver s'cria ce personnage, avec une ex-
    pansion bruyante. Dites-moi donc que, vous
    aussi, vous avez du plaisir a mie revoir.

    Je ne demanderais pas mieux, Monsieur,
    rpondit Charly, mais il me faudrait d'abord
    vous reconnatre.

    Comment vous ne reconnaissez pas un
    de vos meilleurs amis, qui vient du boulevard
    des Italiens pour vous serrer la main. Il est
    vrai que j'ai t passablement dfigur : j'ai eu
    le tort de repousser la moustiquaire, don't j'i-
    gnorais l'immense utility, de sorte lque vos mous-
    tiques m'ont for[ mal accueilli a mon arrive
    et m'ont covert le visage de piqres et de bon-
    tons. C'est trs dsagrable. Je sais bien qu'
    Paris nous avons nos gains, qui sont assez
    agaants mais is ne nous dfigurent pas, et je
    les prfre infiniment [ vos moustiques, vos








    LE BOIS D E I.A SOUFRlIRE


    maringouins, a vos scorpions, vos tarentu-
    les, qui sont les voyous des Antilles.

    Ah j'y suis s'cria Charly, c'est vous,
    mon cher Roland, vous que j'ai connu dans
    mon voyage en France, et que nous appelions
    le beau Roland. Il mi'a fallu iun certain temps,
    ajouta-t-il en souriant, pour reconnatre votre
    visage et trouver la fleur a travers les bou-
    tons. Comment se portent '()pra et les Bou-
    levards?

    Trs bien, je vous remercie.

    Je ne reviens pas de ma surprise, reprit
    Charly; comment se fait-il qu'un boulevardier
    commee vous s soit dcid il faire une semblable
    traverse?

    Mais songez donc, mon cher, rpondit Ro-
    land, qu'un voyage aux Antilles a infiniment de
    genre. Cela me posera trs bien, j'aurai un
    succs norme mla rentre Paris. Quand
    mes amis reviendront de leur villgiature et me
    diront : .le reviens de Trouville, Moi de
    Dieppe, Moi, de Nantes, Moi, d'Interla-








    RCITS DES ANTILLES


    ken, je les regarderai du haut de ma grandeur:
    i ct de moi, qui leur dirai : Je reviens d'
    la Martinique, ils auront tous l'air de revenir
    de Pontoise.

    Je conviens, rpondit Charly, avec un s-
    rieux affect, qu'une pareille raison peut fire
    affronter les plus dangereuses traverses.

    Mais assurment s'cria Roland. Quand
    j'entendrai i mon cercle et dans nos salons pa-
    risiens les tourists vulgaires parler tout bon-
    nement des polletais normands, des paysans
    bretons, des Suisses, que tout le monde connat,
    moi, je serai trs fier de leur parler des gens
    de couleur de toutes les nuances ; de la cipresse
    couleur d'acajou, qui me fait songer i la com-
    mode de ma tante (un bois dmod), puis du
    griffe d'une teinte plus sombre, qui tme rappelle
    un peu mon armoire de palissandre, etc., etc.

    La cpresse..., le griffe..., dit Cliarly en
    souriant, je vois que vous connaissez les terms
    du pays.

    Merveilleusement, rpondit Roland ; je








    LE BOIS DE LA SOUFRIRE


    les ai appris par mon ami le mulatre... Mais
    qu'avez-vous donc? reprit-il, en voyant Charly
    faire un movement nerveux.

    Ce n'est rien, rpondit le crole, qui ne
    pouvait s'empcher de tressaillir en entendant
    un blanc dire : Mon ami le mulatre.

    Puis, voyez-vous, reprit Roland, en se
    posant en home grave et profound, je suis
    venu ici pour fire des tudes de moeurs. Je
    veux observer la march du progrs dans le
    nouveau monde et l'effet de l'abolition de l'es-
    clavage. J'en causais tout l'heure avec mon
    ami le multre, auquel je viens de rendre vi-
    vite, et qui me disait...

    Vous faites des visits un multre s'-
    cria Charly, en l'interrompant brusquement.

    Pourquoi pas ? puisque les gens de cou-
    leur, comme vous les appelez, sont devenus vos
    gaux : ils sont employs dans vos administra-
    tions, ils jugent avec vous la cour d'assises,
    ils potent avec vous aux lections. C'est du
    moins ce que m'a dit mon ami le multre. Moi








    RCITS DES ANTILLES


    qui suis dans le progris, j'ai t vraiment i.imin
    dlc cette touchante galit.

    Oh!0 l'galit, rpondit le crole, existe
    dans nos lois, mais pas dans nos moeurs. Nous
    partageons avec les gens de couleur les emplois
    publics, mais quelles que soient leur fortune et
    leur position, nous ie leur ouvrons pas nos sa-
    lons.

    Cependant, reprit Ioland en souriant, il
    y a des alliances entire les deux races on a vu
    des rois pouser des bergres, on a vu des
    blancs...

    Dans nos Antilles, une blanche pouser
    ini noir voil ce que vous ne verrez jamais, dit
    Cha Wlv.

    Ah je comprends cela s'cria Roland;
    il en faut deux pour ui blane.

    Comment ?

    Certainement, puisqu'tne blanche vaut
    deix...








    LE BOIS )DEi LA SOUFRIRE


    Pas de mauvaises plaisanteries. Croyez-
    moi, laissez l votre multre et consultez-moi h
    l'avenir pour prendre vos notes.

    C'est convenu, rpondit Roland en se le-
    vant et en lui donnant son adresse. Je vous
    prends pour guide. A bientt, cher!

    Vous ne voulez pas accepted le potage de
    l'amiti ?

    Mille remerciements ; ce sera pour une
    autre fois : je ferni, votre table, des tudes
    sur les plats et les fruits du pays.

    Vous me permeltrez ]ien au moins, reprit
    Charly, de vous offrir un bout (le ngre ?

    ein s'cria Roland, tout ahuri, un bout
    de ngre mais je ne suis pas anthropophage...
    ) froces colons vous mangez du ngre ?

    Rassurez-vous, cher boulevardier, rpon-
    dit Charly en riant, nousne mangeons pas le bout
    de ngre, mais nous le fumons : permettez-moi








    76 RCITS DES ANTILLES
    Il lui prsenta le bout de ngre, qui n'est
    autre chose qu'un mince et long cigare.

    Ali! c'est charmant! s'cria Roland, qui
    s'empressa de le mettre ses lvres. Il est cer-
    tain que tous nos cigars sont de petits ngril-
    Ions. A mon retour, je dbaptise les londrs el
    les panatellas, et je les appelle des bouts de
    ngre.























    Quelques jours aprs, Charly de Tercel, qui
    servait de cicerone a Roland et lui faisait con-
    natre les promenades les plus pittoresques de
    Saint-Pierre, errait avec lui dans les alles du
    Jardin des plants.

    Mais, je ne me trompe pas, s'cria Roland,
    c'est bien la charmante M"" de Beaumanguier
    que j'aperois l-bas.

    II dsignait une june femme assise sur une
    chaise, l'ombre d'un tamarin.

    Je croyais, dit Charly, que vous ne con-
    naissiez personnel Saint-Pierre.








    RICITS DES ANTILLES


    Mais songez donc, mon ami, que je suis
    arrive depuis quinze jours; j'ai en le temps de
    fire beaucoup de connaissances. N'est-ce pas
    que cette jeune veuve est tourdissante ? Mais
    une chose m'tonne: quoique crole, elle est
    d'une blancheur !...

    Comment, quoique crole s'cria Cihrli
    en bondissant. Est-ce que vous suppose, par
    hasard, que nos croles ne sont pas blanches ?
    Mais d'oi revenez-vous donc ?

    e.l reviens des Bouffes-Parisiens, oi j'ai
    vu la Crole reprsente par .Judic, qui s'tait
    fuit une jolie petite mine basane.

    Une crole couleur de multresse s'crin
    Charly en fureur.

    Elle tait charmante, continue Roland. et
    chantait d'une manire ravissante:


    Ah moi t'aimer,
    Moi jamais Le quite.
    Toi, c'est candelle,
    Moi. c'est lozeau.








    LE BOIS DE LA SOUFIIIRE


    liin.' chanson de ngresse! dit le crole
    .\x.:I-I. .it qui peut fire le pendant de la fa-
    meuse chanson des ngres:


    Pauve piLit imanz zizi !


    Mais, reprit Roland, puisque je vous dis
    que la crole dles Bouffls...

    Permettez-moi de vous rpondre, dit
    Charly, que les Bouffes ne sont pas prcisment
    une fort vierge d'Amrique. Donnez-vous donc
    la peine de relire l'histoire ; vous verrez que les
    croles de nos colonies sont les descendants
    des Francais qui sont venus s'tablir i la
    (i uadeloupc, la Martinique, et mme Sainl-
    Domingue, d'o la rvolte et le massacre les
    ont fait disparaltre. Les ngres sont de race
    africaine; nous avons aussi, parmi nos tra-
    vailleurs, des Indiens cuivrs, que nous ap-
    pelons coulis; les multres et les gens de cou-
    leur sont ns des alliances des blancs avec des
    ngresses ou des multresses. Il est vrai que
    les ngres ns aux colonies s'appellent ngres
    croles, mais le mot crole seul ne dsigne







    RCITS DES ANTILLES


    absolument que les blancs, qui sont, croyez-le
    bien, dans nos Antilles, tout aussi blancs que
    vos Parisiens, et sont par le fait des Franais
    d'Amrique. Ne pas reconnatre cela serait
    manquer de patriotism et vouloir renier nos
    conqutes.

    L l calmez-vous, mon cher, dit Roland,
    et venez avec moi, je vous prsenterai la belle
    crole.

    Volontiers, dit Clarly.

    Mais, reprit Roland, croyez-vous que
    les piqres de vos damns moustiques soient
    suffisamment effaces pour que j'ose me mon-
    trer?

    Vous tes charmant.

    Ils s'avancrent vers MAI de Beaumanguier,
    et quand Roland eut fait un lgant salut, trs
    bien russi, il dit la jeune veuve:

    Permettez-moi, Madame, de vous prsenter
    un de mes meilleurs amis, M. Charly de Tercel,








    I.L BOIS DE LA SOUFRIERE


    creole de la Guadcloupe, qui vient passer quelque
    temps la Martinique. >

    Charly la salua crmonieusement'; la crole
    s'inclina lgrement, sans trop se fatigue, sans
    trop se dranger, et rpondit quelques mots
    gracieux, d'une voix nonchalante et avec ce petit
    gnrasseyement du terroir qui ne manque pas de
    charge.

    Roland lui demand la permission de prendre
    place ct d'elle, et la conversation s'engagea.
    Pendant que Roland causait en dployant toutes
    ses grces, Charly, qui tait assis prs de lui,
    faisait ses observations et admirait la belle
    veuve.

    Mt" de Beaumanguier avait trente-deux ans.
    Ses magnifiques cheveux, d'un beau noir,
    reflects bleutres, faisaient ressortir la blan-
    cheur mate de son teint. Son regard tait tour
    A tour une caresse, une tincelle, un clair,
    selon ses impressions. Ses pieds et ses mains
    ,-laient, pour ainsi dire, imperceptibles; sa
    I-iille tait admirable de souplesse; elle ne se
    dlisait pas : Tenons-nous droite! Elle tait








    RCITS DES ANTILI.I.I


    gracieuse sans raideur et sans ll'plrrli.lnl.l ,:'i-,
    dans nos colonies, on ne connail p.lis J':.* 11ol-
    pes. Elle avait enfin an supIml: :-. .l.r. :,i
    charm indfinissable qui caractri-. I-. i_.-il ,-il :
    aux Antilles les fleurs n'ont pas de parfum, les
    oiseaux n'ont pas de chant, mais les femmes
    ont de la grce.

    Tout coup une jeune fille, presqu'une en-
    fant, qui tait quelque distance, accourut
    come une petite folle.

    Elle tenait a la main son chapeau, qui venait
    de tomber, el une course tourdie avait uni peu
    drang ses beaux cheveux blonds, car toutes
    les croles n'ont pas invariablement les cheveux
    noirs ou bruins, quelques-unes sont de char-
    mantes blondes. Sa figure fine et mobile s'clai-
    rait d'un sourire rayonnant elle s'arrta devant
    M1" de Beaumnanguier et s'cria triomphalement

    Enfin, maman, je l'ai trouv

    En distant cela, elle montrait un collier de io-
    rail, qui s'tait dtach et tait tomb a l'anic:
    bout de l'alle.








    LE BOIS DE LA SOUFRIRE


    Elle resta un peu confuse en voyant que sa
    mre n'tait pas seule, et fit aux deux cavaliers
    un petit salut un peu timide, sans- tre troj
    effarouch.

    Allons, viens te reposer, Isilda, dit im"" de
    Beaumanguier, en la faisant asseoir ses ctes
    et en rattachant le collier.

    En vrit, Madame, dit Charly, vous tes
    bien heureuse d'tre la mre d'une aussi char-
    mante enfant !

    Aussi je vous jure, rpondit M1" de Beau-
    manguier, qu'elle est bien aime et bien gte,
    cette petite folle que vous voyez la.

    On reprit la conversation. M. de Tercel par-
    lait peu, il laissait cause Roland, regardait la
    jeune fille, rflchissait, rvait et se disait tout
    bas:

    Quel ge peut avoir cette ]elle enfant-l ?...
    Treize ans peut-tre, tout au plus. Si ma pauvre
    Roslis vivait, elle aurait cet ge-l... Comment
    serait-elle, ma Roslis? ressemblerait-elle cette








    84 RCITS [1: \\ IL.I 1:
    ravissante enfant, aurait-elle ses beaux cheveux
    blonds? Quand je l'ai perdue, et qu'elle n'avait
    pas encore trois ans, elle avait la plus jolie tte
    blonde!... 11 est vrai que cela ne prouve rien ;
    le temps aime changer les couleurs : il brunit
    les cheveux des infants, come il blanchit ceux
    des vieillards. Je voudrais bien savoir si elle
    aurait ces yeux d'une couleur chatoyante, qui
    semble tantt bleutre, tantt brune, et done
    au regard tant de vivacit mutine... C'est pro-
    bable, car cette chre enfant tait un vrai lutin...
    Mais, mon Dieu, que je suis fou! se dit-il, en
    s'essuyant les yeux la drobe, voil que je
    me mets btir des chateaux en Espagne sur le
    visage de cette jeune fille! >

    Bientt Roland se leva, au grand regret de
    Charly, qui fut forc d'interrompre ses rveries.
    MI"0 de Beaumanguier avait dj parl une ou
    deux fois de se retire, et les deux amis, n'osant
    la retarder, prirent cong d'elle et s'loignrent
    ensemble.

    Roland ne tarissait pas d'loges sur la beaut
    et l'esprit des femmes croles, que dans son en-
    thousiasme il comparait tantt des astres,








    1.1 BOIS DE LA SOUFRIRE 831
    tantt ces mouches luisantes qui clairent la
    savane, come le gaz, disait-il, claire la place
    de l'Opra.

    Mais Charly ne l'coutait pas et disait, en r-
    pondant sa pense :

    Quelle ravissante enfant !

    Hein? quell enfant?... Ah! la fillette.

    Aussi come sa mre a l'air de l'aimer !
    continue Charly.

    Elle n'a pas de mre, dit Roland.

    Comment! s'cria Charly, mais m`"" de
    Beaumanguier ?...

    N'est que sa mre adoptive.

    A la pauvre enfant... dj orpheline, si
    jeune!... Quel peut tre son ge?

    Elle n'a pas d'tge.

    Ali si vous parlez par nigme Quel est
    son nom de famille ?








    RCITS DES ANTILLES


    Elle n'a pas de nom.

    Comment elle n'a pas de nom ?

    Ai si fait, elle en a un.

    Lequel ?

    C'est l'enfant du bois de la Soufrire.

    Oh! je vous en supplies, s'cria Charly,
    expliquez-vous, parlez !... Il y a dans tout ceci
    une histoire mystrieuse, que vous devez savoir
    et que vous allez me raconter.

    Mais, mon Dieu cher ami, je n'en sais
    pas davantage, si ce n'est que M'"" de Beau-
    manguier a trouv cette enfant dans le bois
    de la Soufrire, et que ce sera assez original
    raconter Paris, quand je retournerai mon
    cercle.

    Roland dit Charly, en lui pregnant la main.

    Ah! faites attention, mon ami, r'.:.'nditl
    olaind, vous serrez trop fort; vous men' l':it-,
    mial.








    LE BOIS DE LA SOUFRIRE 87
    Voulez-vous me rendre un service? con-
    tinua Charly.

    -'De tout mon ceur.

    Conduisez-moi ds remain chez M tm de
    Beaumanguier.

    Je ne demand pas mieux. Mais pourquoi
    cette motion?...l e ne vous comprends pas.

    Eh! je me comprends pine moi-mme !
    Dans mon voyage en France, je vous ai racont
    l'histoire de ma fille chrie, Roslis, une enfant
    qui n'avait pas encore trois ans et qui a disparu
    tout a coup; il y a dix ans de cela. Il est pro-
    bable, hlas que ma pauvre petite Roslis est
    more; mais le mystre qui entoure cette jeune
    fille que je viens de voir, son Age qui doit tre
    peu prs celui que ma Roslis aurait mainte-
    nant, tout cela me donne je ne sais quel vague
    espoir... C'est de la folie, de l'illusion, mais
    e.iifli je ne risque rien de voir M"" de Beauman-
    01i,'de, le la fair parler adroitement, sans
    t'veiller ses soupons : elle aime tant cette en-
    fant qu'elle doit craindre tout ce qui voudrait








    RCITS DES ANTILLES


    l'en sparer et viendrait revendiquer des droits
    sur ce trsor de la maison. Prsentez-moi donc
    a la belle veuve come iun simple visiteur qui
    dsire avoir l'honneur d'tre admis chez elle;
    puis, aprs les prremires formulas de politesse,
    faites-moi un plaisir!

    Lequel?

    Celui de vous en aller, sous le premier
    prtexte venu, et de nous laisser seuls.

    Le lendemain, come ils en taient convenus,
    Roland alla prendre M. de Tercel et le condui-
    sit chez MIm0 de Beaumanguier.

    On les fit enter dans un petit salon, o la
    crole tait nonchalamment assise dans un de
    ces grands fauteuils bascule que les croles
    affectionnent et qui favorisent leur gracieuse
    paresse : elles peuvent tout le jour s'y balancer,
    s'y bercer et se console d'avoir quitt leur lit.
    Elle tait enveloppe d'une longue robe do
    chambre flottante, qui porte le nom de gaule,
    et qu'elle gardait une parties de la journe, pour
    se dispenser de la raideur et de la gne d'une
    toilette ajuste.








    LE BOIS DE LA SOUFRIRE 89
    Selon le programme arrt avec M. de Ter-
    ccl, Roland no prit que le temps de dire : Je
    suis venu, j'ai vu, j'ai prsent.

    Mm" de Beaumanguier, qui avait dj remar-
    qu la veille la distinction parfaite, l'lgance
    et le ton exquis de Charly, accueillit ce nouveau
    visiteur avec un charmant sourire.

    Roland lana quelques compliments come
    par un train de grande vitesse, puis se leva en
    disant :

    S.Je vous demand mille pardons, Madame,
    de me river si vite du bonheur d'tre auprs
    de vous, mais il faut que j'aille travailler.

    Travailler dit la crole, avec son fin sou-
    rire ;je croyais que vous flniez toutela journe?

    Mais, Madame, s'cria Roland, pour moi,
    flner c'est travailler, la promenade est le tra-
    vail du v..Nyae;_yii. Ne faut-il pas que je voie
    tout, que j'observe tout Saint-Pierre? MI:.
    pieds travaillent sans cesse dans la Grande-Rue,
    la rue de la Madeleine, la rue du Bord-de-Mer,








    00 RECITS DES ANTILLES
    la place Bertin, la plage, le more d'Orange,
    la savane des Pres-Blancs. Mes yeux ne sont
    pas moins occups; ils s'ouvrent dmesurment:
    ils sont come des reporters et cherchent autour
    de moi tout ce qui lour semble pittoresque et
    capable de me fournir des notes pour mon cale-
    pin. Excusez donc, Madame, ce pauvre voya-
    geur condamn la promenade force.

    II sortit et laissa Charly de Tercel seul avec
    Ondlie de Beaumanguier.

























    Oh! ces Parisiens dit la crole, ils ne se
    reposent jamais! Cela me fatigue rien que d'y
    penser.

    D'autant plus, dit Charly, en s'essuyant le
    front, qu'il fait une chaleur accablante.

    On parla de la temperature, de l'ardent soleil;
    mais ce beau soleil, qui riciauffe toute la na-
    ture, glace la conversation. Le dialogue lan-
    guissait, M. de Tercel n'osait pas parler de la
    jeune fille, prcisment parce qu'il en brlait
    d'envie et ne voulait pas laisser deviner sa pen-
    se. Pour arriver naturellement a son sujet,







    92 RCITS DES ANTILLES
    il ne trouva d'autre moyen que de lancer cette
    phrase banale, mais palpitante d'intrt pour
    lui :

    Comment se port mademoiselle votre fille?

    Mais ravir, Dieu merci rpondit Onlie.
    Je ne sais ce que je deviendrais si jamais elle
    tait malade : sa sant c'est la mienne, et si
    elle avait la fivre, je me titerais le pouls.

    Du rest, reprit Charly, elle est fraiclhe et
    charmante... come sa mre; mais ce n'est
    pas cependant le mme genre de beaut... Elle
    ne vous resemble pas.

    C'est tout simple, rpondit Onlie, ce n'est
    pas ma fille.

    En vrit! dit Charly, en feignant l'ton-
    necment.

    Mais votre ami a d vous le dire ?

    Mon Dicu, non... J'ignorais...

    C'est cependant bien connu de tout mon




  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Last updated October 10, 2010 - - mvs