• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Front Matter
 Frontispiece
 Title Page
 Dedication
 Introduction
 Poesies
 L'homme
 L'Oeuvre
 Impressions diverses
 Fantaisie et recits
 Notices diverses et bibliograp...
 Bibliography
 Appendice: La ceremonie du...
 Table of Contents
 Back Matter
 Back Cover














Title: J.-J Rousseau juge par les francais d'aujourd'hui, avec 11 gravures hors texte, etudes de mm. Philibert Audebrand, M. Berthelot, Charles Bigot
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098534/00001
 Material Information
Title: J.-J Rousseau juge par les francais d'aujourd'hui, avec 11 gravures hors texte, etudes de mm. Philibert Audebrand, M. Berthelot, Charles Bigot
Physical Description: 3 p. l., iii-xxx p., 2 l., 3-575 p. : ill. ; 20 cm.
Language: French
Creator: Grand-Carteret, John, 1850-1927
Publisher: Perrin et cie
Place of Publication: Paris
Paris
Publication Date: 1890
 Subjects
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
General Note: At head of title: John Grand-Carteret.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098534
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 05258145
lccn - e 10000795

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 28 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
        Front Matter 4
    Frontispiece
        Frontispiece 1
        Frontispiece 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Dedication
        Page i
        Page ii
    Introduction
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
    Poesies
        Page xxi
        Page xxii
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
        Page xxvii
        Page xxviii
        Page xxix
        Page xxx
        Page xxxi
        Page xxxii
    L'homme
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 64a
        Page 64b
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 128a
        Page 128b
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    L'Oeuvre
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 224a
        Page 224b
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 336a
        Page 336b
        Page 336c
        Page 336d
        Page 336e
        Page 336f
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 352a
        Page 352b
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 368a
        Page 368b
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 424a
        Page 424b
        Page 425
        Page 426
    Impressions diverses
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 440a
        Page 440b
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
    Fantaisie et recits
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
        Page 503
        Page 504
        Page 505
        Page 506
        Page 507
        Page 508
        Page 509
        Page 510
        Page 511
        Page 512
        Page 513
        Page 514
        Page 515
        Page 516
    Notices diverses et bibliographie
        Page 517
        Page 518
        Page 519
        Page 520
        Page 521
        Page 522
        Page 523
        Page 524
        Page 525
        Page 526
        Page 527
        Page 528
        Page 528a
        Page 528b
        Page 529
        Page 530
    Bibliography
        Page 531
        Page 532
        Page 533
        Page 534
        Page 535
        Page 536
        Page 537
        Page 538
        Page 539
        Page 540
    Appendice: La ceremonie du pantheon
        Page 541
        Page 542
        Page 543
        Page 544
        Page 545
        Page 546
        Page 547
        Page 548
        Page 549
        Page 550
        Page 551
        Page 552
        Page 553
        Page 554
        Page 555
        Page 556
        Page 557
        Page 558
        Page 559
        Page 560
        Page 561
        Page 562
        Page 563
        Page 564
        Page 565
        Page 566
        Page 567
        Page 568
        Page 569
        Page 570
        Page 571
        Page 572
    Table of Contents
        Page 573
        Page 574
        Page 575
        Page 576
    Back Matter
        Page 577
        Page 578
        Page 579
        Page 580
    Back Cover
        Page 581
        Page 582
Full Text



.C / a
; IC np *-


(1 ~~X /)~-Y
U7


.I.-.I. O TSS E U

I I I.1\


LES FRAN .CA IS D'AU.T-OURIF-lHUI


-i-






















AUTRES OUVRAGES 1)E M. GRAND-CARTERET

IRELATII'S A J.-J. ROUSSEAU




Pr6facc pourLa Nouvelle Heloise, idiliou Jonaust, illuslrie
par lI6douin el Lalauze. 6 volumes 1889-90............ 45 fr.

Iconographie de J.-J. Rousseau (suus pres.r), nombreuses
reproduclions de portraits el d'eslampes. I fort voliiine
tire A 30(1 exemplaires inumrolts.















-- -.





I
-. i ,... -.'.4 .

-I o_





~ ~ ~ ~ --_-_.---,























STA IUE DE J-J. RO NSEAU A PARIS. (InIGIu 1,E 3 FEVRIER ]SS.,
(Euvre de Paul Berthet (Voir pa.'e 55''







JOHN GRAND-CARTERET


1.-Jo


ROUSSEAU


JUGE PAR


LES FRANCAIS )'AUJOIRI'1IIlUI


AVEC 11 GrRAVUlRES IIOIS TEXTE


ETUDES DE 1.M. PIILIBIERT AUDEDRAND,. M. BERTHELOT,
CHARLES BIGOT, EMILE BLEO3NT, IIIPPOLYTE BFFPENOIR,
ArGUST CASTELLANT, JUICES CL.AIITIE, OSCAR COMIETTANT,
ALPHONSE DAUDET. MARIA IIDEAISMIES, LEON DIVAUCHEL,
A. ESCHENAUER, FARE DES ESSAllTS. CIIARLES FAUVETV,
EUGENE GARCIN, CHARLES GIDF.L, JULES DE GLOUVET,
ERNEST HAMEL, JULES LEVALLOIS, A. 31EZIERlES, D' MONIN,
EDGARD A MONTEIL, EUGENE -IOUTON, ARTHUR POUGIN,
ALBERT RIVILLE, GUSTAVE RIVET, PAUL BOUAIX, 1' J.
ROUSSEL, JULES SIMON, J. STEEG, SUTTER-LAUAANN,
JULES TROUBAT, C. VAPEREAU.
POSIES DE 313. HENRI CIIANTAVOIN, CII. GRANDIMOUGIN,
CLOVIS IIUGCES, EUGENE MANUEL, MIARC BONNEFOY.



I'.A i S
LIBRAIRIE ACADEMIQUE DIDIER
PItIIIIN E[ I>'. L.I;IC,\IIIIS-I-II'I EUIIS
: ',. .1 I. l l. ,Al L' T li ..
1. I ( I


UNIVERSITY OF FLORIOA LIBRAI S



















A JEAN-JACQUES

LE GRAND CALOMNIE
DON'T ON MECONNAIT LES VERTUS
POUR NE PLUS VOIR QUE LES VICES;



A JEAN-JACQUES


PERE DU ROMANTISME ET DU NATURALISM
QUI EN POLITIQUE,
EN DROIT PUBLIC, EN MORALE,
EN LITERATURE, EN ART, EN SCIENCES
A PREPARe LA SOCIETY MODERNE ;

A L'[MmORTEL AUTEUR DES a CoufeSSiOnS

CES PAGES LIBRES
SONT DEDIEES


J. G.-C.












INTRODUCTION




L'ESPRIT DE CE LIVRE

A EUGENE GARCIN.

Un jour viendra, j'en ai la just contiance, que leshonnotes gens
L6niront ma m6moire, et pleureront sur mon sort.
J.-J. R. (1)
Quand le courant des iddes publiques sera aun choses saints et
g6n6reuses, la tenommee de Jeau-Jacques revivra.
(Sainte-Beuve A Ernest Hamel.)


I


En 1878,- cenienaire delamortdu grandphilosophe,
- paraissait i Geneve un volume qui, longtcmps
encore, scra consult avec fruit : Rousseau jugd par
les Genevois d'aujourd'hui; recueil collectif dM t Ia
collaboration de six dcrivains appartenant a la fois a
l'enseignement et aux lettresetjouissant, deux surtout,
Marc lonnier et Freddric Amiel, d'une tris r6clle
reputation.
Or, c'est en relisant ces int6ressantes dtudes que
l'id6e du present livre m'cst venue. Et, pour donner


(1) Rousseau. Troisi6me dialogue.







JEAN-JACQUES ROUSSEAU


cn France un pendant a la publication genevoise. je
me suis arrL6d 6galement a la form collective; cette
forme qui, grace A la varidld des jugcments, a le grand
advantage d'6carter toute accusation ( d'idokltrie per-
sonnclle ). lorsqu'il s'agi l d'uneindividualitI puissa:Ite,
capable encore dc fair vibrer les passions. Les grands
6crivains, les grants penseurs ont bien rdellement le
privilege de l'imino talitd : ils vivent on esprit parmi
nous )lIs ou moins longtemps, et, loijours, consor-
vcnt unic place dans cc patrimoine social clue lessiecles
cxpirants 1cguent aux siicles h venir.
Apprdci6s par Icurs contenporains d'uncfagon plus
ounoias just, par eux dCnigrds ou ports anx nues,
suivaut que Icurs iddes cadraient on non avec I'air
ambiant, il lenr fault encore snbir les critiques oi les
dloges dies descendants, ct souvent les petils-lils oc so
moltrent igucre plus impartiaux que les ancitrcs. parce
qu'ils ne savent pas se ddgagor du milieu. placer
I'image cvoqnid dans le cadre qui lui convent. C'cst
ainsi que varient si profonddinent les opinions que
tOus, t notre tour, nous sommens appelds A porter sur
los figures el sur les choses du passe.
11 est des gdndrations entliousiastes et reconnais-
santes ; il en estd'autres sceptiques et ir.conscicimenL
oublienses. Tels homes autour desquels s'dtait crdde
une egenlde do grandeur et d'hleroisme surhnuain,
dcemaiu ne scrontplhs que des mediocritds bruyanLes,
en altenduat qu'ils soient considdrds comme de vul-
gaires scdidrats. Nous jugeous les autres d'apris nos
propres conceptions : notre pensSe porte trop la mar-
que de son temps.







L'ESPRIT DE CE LIVRE


Mais souvent aussi il apparlient au present de rd-
parer les injustices du passed. C'est pourquoi on a vu,
il y a ine annae, s'dlevcr enfin la statue de Rousseau,
statue salute par tous et mime par I'Acad6mie, rcn-
dant ainsi un supreme homage, suivant les Oloquen-
tes affirmations de M. Jules Simon, &h I'incomparable
derivain, a' u'n des maitres de la langue ); e'est pour-
quoi, aide d'hommes d'etude et de conscience je
public !e livre acluel, destined a jeter quelque lumirre
sur celui qu'on semble vouloir mnconnaitre do part
pris, et cela au moment oi, dans tous les domaines,
triompheut les iddes preconisdes par lui; au moment
oi son nom intervicnt sans cesse, ou apparaissent et
de luxueuses editions td ses oeuvres et de curicuses
etudes, imbues d'un esprit moderne, bien faites pour
le placer en relief. N'est-ce pas lui que Sarcey prend
pour type de son lout rdeent article sur le limide;
n'est-ce pas toujours lui qu'on invoque dans les tra-
vaux sur la Rdvolution, lui, I'initiateur, le rdforma-
teur id6aliste !
Et les reclierches continent 6galement surles points
encore obscurs de sa vie. Chaque jour apparaissent
quelques nouveaux documents : lettres in6dites ou par-
ticularit s non signaldes.
MA. Albert Jansen, I'auteur des deux remarquablcs
volumes : Rousseau als Musike,, Rousseau als Bo-
tanziker, recueille dans les archives secre es de Berlin
des pieces comple~ement inconnues, copies ou ex-
traits d'originaux, qui no permeltront plus, a I'ave-
nir, le moindre doute sur le faneux incident de Motiers,
ce qu'on a appeld la lapidation de Rousseau. Rapports






VI JEAN-JACQUES ROUSSEAU
et depositions, -ycompris cells du philosophy et i'e
Thdrese, nous avons inaiutenant en main toules
les a pieces officielles ) du proc6s.
Ici, aux Archives, tous ceux qui ont ou commuii,:a-
tion des 1Mmoires dte lme d'Epinay ont pu, co niii
moi, constatercette particularity : changeinent d.'r'il-
ture daas 1c manuscrit, A plusicurs endroits ou il stl
question de Rousseau. Donc, dvideinment, pages ::iu-
pdes, que d'aulires, par la suite, sour venues remplK,,'r.
Qui, dosormais, voudra suivre les errements I1I
passe, et continue a cousiddrer come parole '.I E-
vangilc dcs mdmoires ainsi remanids ?



II


Esprit universal, Rousseau a surtout inllud sur la
France et sur l'Allemagne apris avoir suscitl en An-
gleterre de vdritab!es enthousiasmes, apres avoir donu6
naissance, dans ce pays, aux caravanes d'admirateurs
allant entreproudre le classique pIlerinage des bos-
quets de Clarons et des rockers de Mcillerie.
Dans la litltrature, sa marque est impdrissable. Lisez
les descriptions do paysages des romans d'Andr6 Theu-
rict, de Theuriet qui, tout rcoininent, allait chercher
en Savoie, dans Ic pays oil s'aimerent Jean-Jacques cL
MIme de Warens Ic sujet de son Amour d'automne; et
vous trouverez la, sous la voussure du ciel dtoild, une
peinture du lac d'Annecy qui pourrait prendre place
dans un chapitre de la Nouvelle Heloise mise au





L'ESPHIT DE CE LIVRE


point de la languc actuelle pour la couleur et le sons
du pittoresque.
En politique, en religion, en matiere d'6ducation,
an point de vue des r6formessociales, meme dans des
questions plus sp6cialcs, comme I'liygiene de la'pre-
mibre enfance, il s'est montr6 hardi novateur.
Depuis cent ans, pas une rdforme qui ne se voio for-
mulde dans un quelconque de ses ouvrages.
Toutes nos theories politiqucs actuelles sont dans le
Contract social.
Toutes nos aspirations de justice sont dans le Dis-
cours sur l'indgalit'.
Tous nos programmes d'enseignement, d'dducation,
se trouvent dnonc6s dansl'mnile.
Tous les essais de renovation religieuse ddrivent
de la Profession de foi du vicaire savoyard.
Toutes les grades iddes d'arbitrage, de pacification
dans les esprits, de nation arm6e, de prdponddrance
du pouvoir civil sur les autorit6s militaires ou reli-
gieuses; en un mot, toute la science politique moderne
se trouve en germe dans ses nombreux dcrits.
Et, de plus, il a haltement r6clame pour les lettres,
an thditre comme dans le roman, cette notion a la fois
moralisatrice et dducatrice que, do nos jours, Louis
Figuier cherchera a introduire daus ses ceuvres. Le
feuilleton, s'il l'avait voulu, eit etd crd6 par lui ; mais
il consid6ra come indigne ce decoupage d'un Livre
en trenches (1). Quant a sa m6thode musical elle lui
survit gloricusement, popularis6e par les Chevd.

(I) Voir dans les Confessions de quelle faion it 6conduisit M. Bas-
tide, fondateur Jdujourual Le Monde, qui lui ava ait aides olfres fort






JEAN-JACQUES ROUSSEAU


11 y a vingt-cinq ans, on n'eit pas pu desire pi r,'cill
chose ; aujourd'llui, il semble que nous assistio:ns' .1 li
mise en pratique grinrale des theories do Rou-san,
reprises par unc socitdc qui dans son ignoru.-mi: dlu
xvIIIe sickle so figure avoir trouv6 ce que lI g' and
philosophy proclamait, lui, b la face des privilhgis.
Or, qu'on le veuille ou non, le fait n'en estpas m1a:1i.
considerable, car c'est la France qui reprcnd I.-.se;-
sion d'un de ses enfanl s, le Parisien Rousseau. iljs-
cendant de religionnaires, don't les iddes, puisi~cs an\
sources mime de l'antique I epublique de Gene-ve I I
avaicnt 6td, prdcddemment d6ja, proclamdes, -I'rgie'.
vulgarisees par la Rdvolution.
Comme Benjamin Constant, come Victor Cherbu-
liez, come l'auteur de ces lignes lui-m6me, come
tant d'autres, qu'ils soicnt rids a Paris on a Geu6ve,
Rousseau, en ell e, est un FranCais qui revient A la
mere-patrie, avec des iddes plus large, avec la just
conception des rdformcs A opdrer, avec ce je ne sais
quoi de nature, d'enthousiasme, ce besoin d'air et
d'espacc. cet esprit d'dtnde et d'analyse, qui soot le
propre du Gaulois ayant passed par le pays des Allo-
broges.

avaulagouses pour obitnir le droil die publier au jour le jour la Nou-
velle IHloise.
(I) \oir les curieu Iimminoires publids dans le Bulletin de l'nsti-
lut national Gene ois, de 1878 h 1882, par M. JulesVuy, vice-prisi-
dent do cc corps savant, cl hiistorien distingu. . Vuy prouve, a
l'aidde e textes indiscuables, iiiaiian t souvent de Rousseau lui-
meime, que los principle s s plus saillants tu Contrat social ontlt6
empruntls par lui aux antiques franchises de Geneve, promulgudes
en 1387 par le princc-ivique Adhdmar Fabri.
Cetle thiiso adte d'autantplus remarqude qu'a Geneve toute ques-
tion se double d'une controversy religieuse.







L'ESPRIT DE CE LIVRE


Entre Paris et Geneve ce fut, de tout temps, change
d'hommes et d'iddes. La grande Ville n'est-elle pas le
seul theatre d'ou puissent partir ct rayonner les rd-
formes profondes Ce petit coin de terre n'est-il pas,
par excellence, le Pays du Refuge < Vous nous avcz
doiin Calvin, disail en l1878 Mlarc-Monnier aux Fran-
cais venus A Genivepoiur honorer le grandphilosophe,
(( nous vous avons rendu Rousseau. Et, effective-
ment, deux sieles apres avoir rejetd la Rdforme reli-
gieuse, la Francerecevait de G2nve, qui la repoussait,
la Reforme politique et social.


III

Done, il y a, h la fois, un Rousseau Genevois et un
Rousseau Frangais; Genevois par certain cldts de
son caractere, par certaines tournures de phrase, par
sa tendance religieuse, par son esprit de discipline
r6publicaine, par son respect pour la Souverainet6 de
1'Etat; Frangais par son imagination, par son sens
esth6tique, par son respect pour la forme litt6raire,
par ce style ample, color, rythmi, toujours limpide
etsonore, resultat, combine le ddmontrera si bien Oscar
Comettant, d'un profound sentiment musical d'une
oreille particuliercment accessible au chant ct a la m6-
lodie.
Le premier de ces deux Rousseau a 1t6 dtudi, a
fond, et dans cc qu'il doit Gen(ve et dans ce que Ge-
neve, par lui, a donnc a la France:les Genevois ont
toute une litterature rousseauisle sp6ciale et locale,






X JEAN-JACQUES ROUSSEAU
je veux dire consacree a certaines recherches, a cer-
tains incidents, i curtains points pen connus de la vie,
de la parenti,des influences, des dcrits du philosophy.
IUs ne l'ont considered dlans son oeuvre gdndrale, c'est-
A-diro come pensour, politique, dducateur, que dans
cc Rousseau juge par les Genevois d'aujourd'hui
qui vise a former un tout harmonique. Ainsi, jusqu'eu
1878, le grand c6td h la fois frangais et humain du
( Citoyen de Geneve ) leur avail 6chappd.
Or, quoiqueformant un ensemble paraitement coor-
donnd, notre volume n'a point cctte harmonie, d'abord
parce quc tous les genres, mime la fantaisie, mime
la podsie, y o.t pris place, ensuite parce qu'il a 66t
congu sur un plan beaucoup plus vaste, embrassant a
la fois l'homme et l'ceuvre, ct dans un esprit plus
dmancipe (le la tradition classique.
Comme MI. Mezieres, donton retrouvera ici les impar-
tiales appreciations, plusicurs de Ines collaborateurs
ont pens q(u'il 6tait permits da dire beaucoup de mal
du philosophy, a la condition d'en dire aussi beaucoup
de bien. Cette libcrtd absolute, nccessaire a toute
oeuvre collective s'dlevant au dolh d'un group res-
treint, a eu dgalement pour consequence de nous don-
ner quelquefois, sur I'hoimme ou sur l'cunvre, des opi-
nions diametralement opposes, et j'ai la conviction
que le public ne s'cn plaindra pas. Un pan;gyrique en
600 pages n'eit rice ajonid it la gloire de Rousseau:
les appreciations contradictoires permeltront. au con-
traire, de voir combien diverse sont les raisons de la
sympathies on de l'antipaLhio manifest@c a l'dgard du
plus prestigicux de nos ecrivaius.







L'ESPRIT DE CE LIVRE


Dans cette sort depesdeposthume, pour ainsi dire,
de la some du bien ct de la some du mal, il est
intdressant devoir Jean-Jacques jug6, apprecid par deux
derivains-magistrats, deux c( enqueteurs litteraires s,
sil'on peuts'exprimer ainsi : Jules de Glouvet, Eugene
Mouton. Tous deux l'admirent profond6ment sans
toutefois l'aimer. Co qui dlsarme Jules de Glouvet, c'est
la sinc6ritd de l'homme ; ce quil'dpouvante, ce sont ses
aveux. Pour Eugene Mouton, qui a faith preuve en sa
Zoologie morale d'une si protonde p6n6tration d'es-
prit, le gnie de l'Ncrivain n'a d'dgal que les miseres de
I'homme moral. Mais, tout en se servant des couleurs
les plus charges, ils demandent, eux aussi, qu'on mette
enlin term a cc proces an cadavre.
Sous la plume de mos collaborateurs, I'homme appa-
rait ainsi en ses faces diverse: intellectual, moral,
physique. M. Eschenauer, le sympathique president de
la Society des Etudes phlilosophiques et sociales,
cherche a l'cxpliquer a l'aide des donnees qu'il nous
fournit lui-mnme sur son caractere. M. Emile Blmont
voit dans l'imagination, dans la reverie, la caractdris-
tiqie essentielle de son gnaie. N'ayant pu se fair aux
gens et aux chosesdu monde, ils'est cr66 pour lui un
amour et une socidt6. Et c'est cette mime imagina-
tion qui, suivant M. Sutter-Laumann, le rendra en
amour bien plus intellectual que sensuel.

IV

(( Le propre du g6nie,-c'est de tenir de tres prIs A
la folie. ) C'est pour cela, sans doute, que le Dr Ball,






Xll JEAN-JACQUES ROUSSEAU

qui s'est faith une sp6cialite des maladies mental,-s,
range J.-J. Rousseau parmi les ali6ins persdcut6s. I'lii-
juste, cc me semblc, esLla definilion de mnon sa\.iil
ami le Dr Roussel qui voilt en lui un cerveau mal c:lii -
libri, un m6lancolique dans le sens mondain, uu ;s-
prit hyperbolique, une imagination romanesquec si-
plaisant aux fictions, aux r6cits mensongers. Et i',t
pourquoi, malgre les records poignants de l'Emile,
malgr6 les minutieux details des Confessions, il af-
firme que les eufants dout I'abandon avoud constituc
toujours le principal grief a la charge de Rousseau
n'ont existl6que dans l'imagination de l'6crivain atteint
de ( vanity g6ndsique ).
D)e touts les raisons qu'il donne, dc tous les longs
ddveloppcments daus lesquels i ciitre, 6tudiant les
phases successives par lesquelles a pass la maladies
de Rousseau, je retiendrai ce faith scul, 6 savoir:qu'un
homine sujet an mal doln futattleiut notre )philosophe,
s'il n'est pas impuissant, est tres certainemelut inf6-
cond.
Celte donn6e de i'impuissance de Rousseau avait Wt6
dejh effleurde par Ulbach, dans une note d'un de ses
derniers romans: Les iniuiles du marriage; miais, chose
curicuse, au moment o0 le Dr Roussel ddveloppe ainsi
sa these, bicn faite pour passionner le monde medical,
un 6crivain anglais, Mlme Macdonald, se propose de
prouver que Rousseau n'a jamais eu d'enfants de
ThWrEsc ct que les cinq grossesses don't parent les
Confessions out dtd simuldes.
D'autre part, M1. Briele, archiviste de l'Assistance
publique, annonce l'intention d d donnerle dossier com-






L'ESP'KIT DE CE LIVRE XIII

plet de la publication du reoueil: Consolations des
miseres de ma vie, enterprise suivant la volontd de
Thdrese, au bdndlice de l'Administration liospitaliere,
et cela ( en payment de la dette volontairement con-
tractde par son maria ).
Voila done une question pour le moins aussi cm-
brouillde que certaines de nos affaires passionnelles.
Quant la mort, cette disparition si subite et si
singuli6re, ii so peut qu'elle ait 6dt avancde par
quelques mauvais traitements de Th6drse, sans qu'il
faille toutofois accuser cctte derriere du meurtre de
Rousseau, comme inclinerait a le penser l. Castellant,
dans un intercssant article du Figaro (1). Mais, de
toute fagon, elle n'est due ni au poison, ni h un
coup de pistolet. Le DRoussel fail dfdinitivement jus-
tice de cette fable.
a L'dlude de la vie et des outrages de Rousseau, ,
avait derit Iusse!-Pathay, ( donne lieu de croire que
s'il avait dlevd ses infants, il n'aurait pas ecrit; que
s'il avait eu un autre caract6re, il n'aurait conposd que
des ouvrages mediocres. ) Or, en so plagant au point
d ve vue purement medical, Roussel dcril aujourd'hui:
( Que fOt-il advenu de son gdnic, si Rousseau n'eit
pas Wt6 atteiit d'un coryza nial place ct infeoticux? >
Et voici que, rencontre assez curieuse, un
esprit chercheur, philosoplique, Edgard Monteil so
demand si un Rousseau mieux ponddre, n'ayant pas
eu le miserable delautque l'on sail, ciut dcrit les Con-


(1) Fqiaro du 16 juin 1883 supplementt).







XIV JEAN-JACQUES IOUSSEAU

sessions, le Contrat social, I'Emile Lcs vices, eux
aussi, auraient done des vertus!


V

Passons h Rousseau dcrivain. Dabord une intdres-
sante notice de MA. G. Vaperean, donnant un rdsumd
exact, pr6cis, de savc et de ses oeuvres, ct un expos
de la fameuse querelle avec Voltaire, dfi h M. Charles
Gidel, anteur, on nel'a pas oubli6, del' ,l Eloge de Rous-
seau ), couronndcn 1SU5 par l'Acaddmic franCaise (');
- deux sujets particuliers qui, quoique rentrant dans
le domain des biographies ordinaires, ne pouvaient
6tre omis en un parcil recueil.
Puis viennent les dludes destinies A mettre en relief
les allituldes sp6ciales do Rousseau, les diffcrentes
faces de son talent, ses travaux dans les domains les
plus divers. lci, M. Albert lIville, le savant professor
au Colligo de France, d(finit son caraclre religicux
et montre son influence sur l'delosion d'une reli-
gion molerne (( simple, virile, sans superstitions,
come sans mievreries ddbilitantes >. La, M. Fabre
des Essarls cherche h d(gager la nature particulicre
de son socialisme. Ailleurs, voici un travail impartial,
consciencieux, de MI. Arthur Pougin sur Rousseau mu-
sicien, qui ale grand advantage de ne point inmaner d'un
enthousiaste, inais bien d'un juge competent, sachant
rendre justice bla puissanle originalit6 de Jean-Jacques.

(1) On sail que AM. Gidel cst 6galement I'auteur d'un recucil,
Morceaur choisis de J.-J. lioussau..






L'ESPRIT DE CE LIVRE


L'esthliique particuliere au grand ecrivain dans les
oeuvres d'imagination comme le roman me parait avoir
6ti excellemieiit definie par MI. Paul Rouaix, auteur
d'un tris remarquable Dictionnaire des arts decora-
tifs, quand il affirme que Rousseau possede, a la fois,
le pittoresque concrete et le pilloresque abstrait.
On sait quelle place considerable liennent dans
I'oeuvre du philosophy les doctrines dducatrices, maiis
I'on n'ignore pas, non plus, combien il a 6d decrit sur
cc sujet. Tout rceinment encore, 1\. Gr6ard, dans son
volume : L'education des femmes pa) les femmes,
montrait les doctrines de Rousseau propag6cs par
M"1ne d'Epinay, par M11"~ Necker, par M"e Roland. J'ai
done cherchd, de preference, des points de vue nou-
veaux.
Pour avoir de l'dducalion des files, tell que la con-
ceva'it Rousseau, l'opinion d'une lemme lettr6e reprd-
sentant les iddes modernes d'dmancipation, je me suis
adressd A Ml'"" Maria Deraismes. On verra en lisaut les
pages 'de l'dloquente confirenciere combien nous som-
mes loin, aujourd'hui, du sentimeitalisme de I'Emile.
Pour mettre en relief tout ce qui, jusqu'd present,
avail pour ainsi dire pass inapergu dans ce trail de
1'dducation, c'est-a-dire tout ce qui touche a l'hygiine
de la premiere enfance, je me suis adress6 au Dr Mo-
nin. Les pages du sympathique secrdtaire de la So-
ciWld d'hygibne nous lont conuaitre un Rousseau in6dit
ayant, sur plus d'un point, ouvert la voie aux rccher-
ches des savants moderncs : elles font de VEmile
i'Evangile p6dagogique qui pr6ecda Frcebel et Pesta-
lozzi, ine sore de Diclaration des droits de I'enfant,






XVI JEAN-JACQUES ROUSSEAU
prdparunt la proclamation des Droits de 1'homme.
Voici maintenant deux travaux qui n'ont plus en
vue I'ceuvre de IRousseau elle-meme, mais bien l'histo-
rique de son influence soil sur un principle, sur un
systlme de gouverneient, soil sur une 6poque.
Rernarquab:e par son envolde, par sa haute concep-
tion philosophique, le travail de M. Fauvely examine
la souverainclt du people et Ie suffrage uuiverscl. -
deux choses trop souvent confo:idies. en pronant
comme base le Contral social, dvangile de toutes les
socidtds poliliques modernes, el veritable point de
ddpart, avec sa date do 1762, de la ItIvolution fraugaise.
Par ce temps de bass politique, Ious les penseurs
scroin d'accord avoc lui pour demander qu'on orga-
nise, qu'on instruisee e suffrage universal avant de Ini
confer plus longtemps los dcstin6cs de la France.
Que de fois a-L-on parld de l'iilluence exeredc par
Jean-Jacques sur la Idvolution Mais jamais encore le
cle6 rdel, tangible, do cette influence, sue les homes,
sur les loses, sur les iddes de la grande p6riode n'a-
vait ct6 mis cn relief come dans le travail d'Eugenc
Garcin : Jean-Jacques dans la Rd'olution.
Cc qu'Elmile Acollas, un des Idgistes qui lionornt
la France nmoderne, a faith au point de vuc juridique
pour l'dtlude dts principles de Jean-Jacques, par rap-
port aux lois fondamentales de la socidLd, voir no-
tamment son volume : Philosophie de la science
polilique, Garcin vient de le tenter au point
de vue gouvernemental el historiiqe. Ce ne soot plus
des formulas vague, c'est loute uue rivdlation : Rous-
seau h la fois prdparant la Paix et purifiant la Guerre.






L'ESPRIT DE CE L1VRE


La Paix, parce que, contrairement aux affirmations des
dconomistes qui ne voient que l'abbd de Saint-Pierre,
il eut, sur la possibility d'arriver A la Paix perp6tuelle,
des vis6es bien person nelles ; la Guerre, parce qu'il a
proclamI le principle de la Nation armie, parce que, le
premier, ii a indiqu( les moyens de d6mocratiser, de
nationaliser, d'humaniser le lldau, posant ainsi les prin-
cipes de la future arm6e de la Rdvolution, se conten-
tant d'etre la Parole, 18 oit ses disciples, et le plus
eminent surtout, Lazare Carnot, seront I'Action ; Car-
not, comme .ican-Jacques couronn6 par I'Acaddmie de
Dijon. Et c'est ainsi que I'influence du doux philosophy,
qu'on croyait s'etre manifested surtout dans le domain
de la pensde, so trouve avoir 6Lt souveraine sur les
lois ct les actes militaires de la periode revolution.
naire.
Abrigp pour pouvdir prendre place ici, le remar-
quable travail de Garein doit, tres prochainement,
fair l'objct d'un volume special.


VI


Et mamntenant, voici des pages braves, nettes, sou-
vcnt hardics, impressions noldes commeen une cliroui-
que ou sous la forme d'une causerie familire, r6su-
mant avec une concision remarquable un pointde vue
quelconque.
En quelques lines vives, aildes, entrant en plein
coeurdu sujet, Alphonse Daudet prend la defense du
grand pers6cutd ; en deux mots, Charles Bigot nous


XVII







JEAN-JACQUES ROUSSEAU


done les vcritables raisons Ce sa grandel- popl.i.J.I i
en terms clairs, pr6cis, Berthelot, le si\uuleliiiiiIsl:,
secrltaire de ['Acaddmie des sciences, expl i. l:~ inolil-
deson admiration pour le prdcurseur d- I.1 [,v lu.ilion
franuaise. Parlismn, come .Mlzibres, d!i iiiuse nli,.-ii .
Jules Clarelie, a propos de Schller, s'cdlI-.i: c ii: I le-
enthousiastes irrdllhchis et centre les duli adluLii s ;s-
tdmatiques, rappelant ici le mut de Pascal : ( ni ange,
ni bMte. ) Gustave Rivet ddlinit la caractdristique du
Rousseau rdfornateur, landis que Jules Levallois, en
une spirituelle fantuisie, s'amiuse a fire descendre
Diderot de son piddestal t nous le montre allant ren-
dre visit a son ami Joun-Jacques, a la grande indigna-
Lion de 31. de Voltaire.
Alors qu'il a 6td taut question, a unc certain 6po-
que, d'un priteidu lils ide Rousseau, on ne lira pas
sans intdr1l, aiijourdi'hi, c c chapitre iudlil des me-
Inoires toujours curioux de Philibert Audebrand : Un
petil-fils de Rousseau. Enlin, voici des souvenirs du
ccntenaire d'Ermenonville, en 1878, notcs par Duvau-
chel, le descripteur dinu do nos paysages et Ce nos
forils, et qluelques impressions ressenties ai Bossey
par M. C(-stollant, uu des promoteurs du mouvemneint
rousseauisle.
Tl quiel, ce livre continent unc lacune, el je m'em-
pressede la signaler : c'est I'abscnce de loute dtude
sur Rousseau botaniste, ce Rousseau popularisd par
I'image. Ceux qui s'intdresseut a cc cotl de la physio-
nomie de 'lihomme si extraordinaire par la varildt de
ses aptiludes pourroul lire avec frimt I'llistoi,e de la
botanique gdnevoise par Pyrame de Candolle, I'intro-


XVI11








L'ESPlRIT DE CE LIVIlE


-I u. I ion de Jules Janin pour le Jardin des planes de
Biltard (ISi5), I'ouvrage de Deville : la Bolanique de
Rousseau (1823), la relation de la premieree f61e cham-
ptMre cedlbrdc par la Socidtd Linndenne, on 1822, enfin
Ic discourse du professeur Baillon an centenaire d'Er-
mononville (1878). (1) Comme on le voit, les matdriaux
no inanquent pas, et j'espere que la publication du
volume de Ml. Albert Jansen, Rousseau als Bolanik/er
11885) fera comprendre a un do nos savants la niies-
sitL d'un pareil ouvrage on francais (2).
Sans insisted autrement, j'attire 1'attenlion du lec-
teur stir les notices qui, avec une bibliographie trbs
complete, embrassant tout cc qui a tde plblid depuis
1879, terminent cc livre et en font ainsi un veritable
Rousseanum.
Suivant mon habitude, j'ai faith appel 5 I'dldment gra-
phique qu'on pourra voir figure ici soit a titre de do-
cumeuts, reproductions de statues et de manuscrits,
- soit i titre d'illustralions originals pour les quatre
pages do la fraiche et idyllique musique (dn philoso-

(I) Comnme on le verra plus loin aux notices (p. 52i-l, il y a eu
ell quelque sort doux eliCbrations dlu Centenaire i Ermlnoniville
Celle don't e parle ici cut lieu Ic 2 juillet 1878 ; ee fit une manifes-
tation toule inlime, touclante dans sa sirmplicite, a laquelle prirent
pari los D' Lannelongue, die Lanessan. Baillon et quelques-uns do
leurs a iiii Un dtudiant ('File, alors, n'tant pas reli6e, comnne au-
jourd'hui. au rivage, par un pont) traverse i la nage le lacet d6posa
sur lo tolmbau de Jean-Jacques une couronne de perv nches des
bois, failed par ees messieurs.
L'autre cOreilonie eut lieu le 21 juillet sous ]a prisideriee d'lloiii
Martin, et fut organisee par 31. Casltllant avec un serrurier du vil-
lage nominm Cottier, don't lo pIre Lrs agd avail vu J.-J. Rousseau.
Prds de 3,000 personnes vinrent visitor le tombeau du plilosophe.
(2) Co volume eontient, en appendice, plusieurs pieces ineditoe
proveiant du fond do la Bibliothlque de Neuclihtel : queluclqs page
de II. sur la butanique cL des lettres ia lui adiressdes sur cc aujet.







JEAN-JACQUES ROUSSEAU


phc. Ces pages ont regu des encadrements de style
admirables d'esprit, de ddlicatesse, de couleur, pour
lesquels je ne saurais trop remercier M. Maurice Leloir,
le maitre illustrateur, le traducteur inspire de Rous-
seau, ct M. Fernand Fau, don't le modernisme sait se
prcter aux galantes compositions du xvIne sickle.
Et puisque j'en suis aux remerciements, que mes
collaborateurs veuillent bien tous en prendre leur
part, leur tres grande part. GrAce A eux, ce volume
voit enfin Ic jour, ce volume qui, je l'espere, ne res-
tera point isold, qui rappcllera a nos g6n6rations trop
cublieuses que les grands cspritsdu siecle de l'Intelli-
grnce, de la Philosophic, de la Raison attendant encore
leur Livre d'Or; qu'aux c6t6s de Rousseau il y a Vot-
laire, d'Alembert, Diderol. Laissant les qucrelles indi-
viduelles, pour nous sans iut6ret, notre devoir est dc
rendre justice A ces grands calomni6s et d'assurer A
jamais le triomphe de l'Esprit menace a la fois et par
une fiodalit6 nouvelle, la Bourgeoisie d'argent et par
1'invasion encore irraisonnde du Nombre.

JOHN GRAND-CARTERET.


Paris, janvier 1890.



















POSIES












A LA GLOIRE DE ROUSSEAU




Strophes dies u Ptanfthnon, le 3 frrier 1889.

11 est venu le jour de justice 6clatante,
O6 I'oublide ta gloire esl tnfin r6par6;
Oft sur un piedestal si longtemps esper6,
RBalisant le voeu de l, Constituante,
La France libre dresse, apr6s cent ans d'atlenle,
Ton bronze, 6 maitre ven6rel

Al! tu pouvais l'attendre un sikele et plus encore,
Ta slalue, 6 penseur an front monumental!
Car les lemps ne pourront en user le m6tal,
Lorsqne plus d'un h6ros. dot I'iinage decore
Nos places, tombera, t6te vide et sonore,
De son pr6coce piddestal.

Come ce mont g6ant que la neine conronne,
Pour le mesurer I'ceil a peine A s'enhardir:
Plus il est loignu, plus ii semble grandir.
A I'extrdme horizon, seil son sommet rayonne,
El l'ombre efface, c eint loutI ce qui I'environne
Qu'on le voit encore resplendir.

O Jean-Jacques! ainsi grandira ta m6moire.
Les sicles auront beau s'6puiser dans leur cours,
Et les jours s'entasser, dans 4'oubli, str Ics jours,
Et la nuit s'6paissir autour de loule gloire:
Anx deux bouts de la terre, A la iin de l'histoire,
Ton nom resplendira toujours.

MARC BONNxEOY.












A J:E N-JACQUES




Voyagtur amouircux des fr;iches reveries,
Quand tu vins de Geii&ve, un blton la main,
Ton ,i6cle philosophy ignorait le chemin
Qui mnine de la ville anx retraites llenries.

MI.is toi, in d6rendis aux poitrines flUlries
Les murs Iristcs, les cit.s mornes, I'air malsairn,
El it mndlas an snig brfile dto genure huliimn
Les philtrii q]iii recfol lea races appa\ivries.

Ta peti(e n tison, blanche, anx contrevents verts,
Sourit sur la collie, ct le vicil universe,
Charm6 ie I'ob6ir et ravi de t'entendre,

Te snivil, pro iienenr pensif, aux grand bois sourds
Do:it la verlu, forte el suave, rend oiijours
Nore co:rps plus robuste el notre ;ime pins tendre.


IleNRI CI.\NTAVOINE.











A JEAN-JACQUES ROUSSEAU





Jean-Jacques, avant toi la nature incomprise
N'ltait pour la plupart des cocurs, depnis longlemps,
Qn'un aimable prAlexle A bergers palpitants
Dont les habils soyeux frissonnaient laI brise ;

Les foidts qu'un mystlre entlnEbre A nos yeux
Se transformaient alors, par un constant mirage,
En bosquets ofi Philis, berg6re sans ouvrage,
Accueillait de Lindor les discours precieux

Ifouletles et rubans se mtlaientaux ramees
Dans les tableaux rIves par les heureuxdu jour,
Et de blanches brebis, sans done parfumces,
Refl taient la douceur de ce pays d'amour,

Dans un air transparent glissait le son des fldles,
Les hymens souriaient sous le came du ciel,
Et la serenilt de passions sans luttes
Eclairait les regards de son charge Blernel ;

Mais toi, chassant la mode et dedaignant son rite,
Tu fis de la nature un 1 tre harmonieux,
Et lu ressuscitas, vrai coniine Thlocrile,
L'iiiimilt des bois et la splendeur des cieux.

Tu devins hardiment lepokte sans rimes
Qui s'6mut du frisson musical des forts ;
Dans le sommeil des eaux, sur le desert des crimes,
Ton esprit relrouvait Pan et ses vieux secrets.







XXVI


JEAN-JACQUES ROUSSEAU


L'ime des fleurs parlail doncement la on 5me;
Prmi les cerisiersombreux des grands vergers,
Campagnard inspire, tu clirissais la femme
De I'amour chaud et vrai des antiques bergers;

El par.:il en toi-mn~me h la nature immense
Quii, dans ses tloraisons, se livre lonte A nous,
Tu devoilis ton reve intimeon ta d6mence;
An pied de tes candenrs tombe notre courroux!


Aussi nous t'admirons comme un lean paysage
Oil lout frnmit an loin de grinds souffles vivants,
O6 l'amour sans respect parail nl amour sage,
O6 les instincts 6pLrs flotlent avec les vents!

Dans la lourde fuImcc et 1'horreur de nos villes,
Dans les loiinffemenets des faboirgs pop)uleux,
Jean-Jacques, je 'einvie, avcc tes frjis asiles.
Tes amours en plein air et tes ealmes lis bllens,

El dans ton savoureux et d6licat genie,
Je retrouve un echo des forts et des champs,
Un reflect de nature a la grSce inlinie,
Un rayon de I'or pur desgrands soleils couchants


ClIAnLE GAIIND3lOTflIN.











I E\ N-.1 A COUES ROUSSEAU





11




A.! *n.l''n ri'i.ir..i? plus cet homme,
I..? p[.hlsopiuoIhI an .l iieux
1Qii, ,r-eil .ix i.es de Rome,
MprijAi lIe- ri:i ..i i les dieux!
1111'..11 i r ,ill.- phi. ce prophete
Iionl I' .in Ira.J.,J.i'u, 6etait faile
D): i lill. .? i' p,[ l. i ,ssion,
h .i ,lui. iii.iil r .,. s;on genie,
I'ritail 1 i' I .: I punie
Toule i 1.. l[;-..lu ioii !

Qu'on n ',:lli ,. p ih s ., la risee
1 l .1 ini 1 I. ii-i. et du beau,
yil, d.in I.i plilllm i.: bris6e,
E i. : il -ii roii.lel Mirabeau,
FI Iui. .JiEi .,n I I houre enorme
-li lIl rii i nondl ..: transformne
Au -rr.- d.- p[.:-C l-l- inspires,
\' \iv .: p[.t-iil-.ir' 1 IIS ses raves
Luir. '-1,. .:nii:,rm dss glaives
Le, iii'l.- Lerrible- et sacr6s

II .: l. i, l.iR la Ini..i,' hum aine,
L).unx s:iir- '.Irr'iI.,is de combat:
Li .il ,In.l \i".u':- i la haine
El suLr '?II le I.-[ri' s s'abat.







JEAN-JACQUES ROUSSEAU


Les autres, couronnes de roses,
S'en vont droil aux apolhboses
Sans que leurs noms soieti renis ;
Dars ee partage dsrisoire,
Les uns sont revetus de gloire,
Les autres sont calomnies.


Quelquerois la justice arrive
Pour ces sublimes torlurds;
Q ielquefois la pitid tardive
Les traite en martyrs v6ndrs ;
Quelquefois on leur dressed un temple,
Oft le people 6mu les contemple;
Mais c'est toujours quand ils son( morts
Que nous les proclamous auguses ;
Et le souvenir do ces jusles
S'iveille en nous comma un remnords.


Inquiet, raillW, miserable,
En proie aux devoirs irritants,
Rousseau n'6lait qui'un grain de sable
Au pied des mailres de son lemps.
II avail snr lui 'omlre vile
De lous ceux qui vont par la ville
Flilrissant les coeurs les plus purs !
Ahl! pourquoi nous rendrait-il compete ?
Leurs vices 6taient da.is salionte
Comme le ver dans les fruits mlrs!


On pent fonder avec le livre
Un Bblouissant avenir :
Etre le penseur qui d6livre
Les peuples lents A le bnir;
On peut. A force de genie,
Ecouter de pres l'harmonie
Eparse dans le ciel vermeil;
Mais, si grand qu'on soil en ce monde,
Toujours A quelque chaine immonde
On est rive sous le soleil.


XXVIllI





XXIX


POESIES

Caton, I'honme du sacrifice,
Disail: a Tu n'es qu'un nom, vertu )I
Socrate ignorait la justice;
Horace s'taitl mal battu.
Les sages flattaient Alexandre ;
Mirabeau rivait de se rndre ;
Ciceron, le tribune aigri,
EGt fait clouer par une ball
Catilina, superb et pale,
Au poteau blanc de Satory.


Et que parle-t-on de Jean-Jacques?
Qui done 6tait just, 6 Rousseau,
Lorsque le roi dans les cloaques
Se vaulrait ainsi q(u'un pourceau?
Quand l'orgie itait souveraine?
Quand la cour 6tait encore pleiue
Des hontes de la Pompadour ?
Quand les valets de la couronIe
Ne se pressaient antour du tr6ne
Qu'afin de tarifer l'amour?


Toutes cos luisantes pouptes,
Tous ces beaux courtisans fougueux,
Tous ces fringauts trainers d'epees
Etaient-ils meilleurs que les gueux ?
Les dieux 61aient-ils sans faiblcsse?
La rieuse et folle noblesse
Adoptait-clle ses bdtards ?
Avait-on dioit A l'innocencc,
Dans la monstrueuse alliance
Des Phryn6s avee les soudards ?


Va, nous respecterons ta vie
Comme nous respectons ta mort,
O Rousseau, g;ant que I'envie
Eclabousse, d6chire et mord !
Dors en paix! Le grand jour se 16ve !
Le monde entier comprend ton rAve;






XXX JEAN-JACQUES ROUSSEAU

Ton norn brille sur tout sommet;
El, pres de loi, viennent d'dclorc
Ces belles tlcurs pleieis d'aurorc,
Que Madame \arens ainmail.


CLOVIS IlUGUES.












JEAN-JACQUES




Le voycz-vous, fouillaut les bois, les pr+s, les lives,
Pour dcouiirir la Ileur stanvage, el la nonimer?
Pris du lac lqi sonmmeille, on le long des eaux vives,
11 rdve A son herbier qu'elle va par'ulncr.

Dans le pare s6culaire ani longnes perspective.,
L'entendez-vous chanlcr, lour t four, et rimer,
Nolant la mnlodie aux paroles natives,
El, dans les yeux, des pleurs qu'il ne peut r6prinier ?

0 Jean-Jacques, ton amne inquiete et trouble
A la cane nature, A la iusique ail6e,
Demand en vain I'oubli de scs bouilionnemnenls:

Mais ricn n'arr6tera les lieures ftlidiques,
Pour le uioude c6ranlle jusqu'en ses fondemenots
Par cct ainant des fleirs el des chansons rusliques !


EUGC.NE lM XUFL.


















L'HOI1ME










JEAN-JACQUES ROUSSEAU

JUGR PAR LES FRANQAIS D'AUJOURD'HUI


I


DEFENSE DE ROUSSEAU


CENTRE SES CALOMNIATEURS



I.- s accusations.- Justes appreciations de George Sand, de Louis
Ilanc, d'Ernest laniel. Opinions des modernes. P'age ind-
lite de ..-J. Weiss. Sympathie des femmes du xvim sicl.-
.\Anipathie des femmes actuelles Les attaques, des contem-
'iorains de Rousseau. Les attaques do la critique modlerne. -
Lc caractcre de Rousseau explique par Eugiene Rilter. -- Elo-
quent plaidoyer de Villetnain.


I

Quoi dire sur Jean-Jacques qui n'ait 6td d6jA 6crit ? -
A.\si penseront,-je dis ( penser , faute de terme propre,
- les sceptiques, les railleurs, les beaux csprits, tous
coiux qui, dans leur audacieuse ignorance, n'ayant jamais
in Rousseau, sont pour Voltaire, qu'ils ne connaissent
i-.ere mieux..., parce qu'il fut un fortune, un puissant,







4 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

un adul6, parce qu'il a Acrit la PIcelle et quelques pi-
quantes gauloiscrics.
Quoi dire..., mais..., tout, absolument tout, puisque,
malgrt ses dloquents d4fenseurs, il continue a ttre le
point de mire d'attaques ridicules et d'accusations sans
fondement.
All! I'on comprendrait et cette haine fdroce et ce refus
de pardon, si nous visions en un si6cle donnant 1'exemple
do toutes les hautes vertus ct flitrissant tous les vices.
Mais en une soci4td oi le bien et le mal ne south plus
qu'alfaire de convention, d'argent et de code, on est loin
d'un tel ideal.
Qu'a-t-il done fait, cet eloquent malheureux et perse-
cute, selon I'expression de Sainte-Bcuve, pour qu'une tell
injustice soit la recompense des dclatants services par lui
rendus a l'humanitd !
Son plus grand crime, ce ne sont ni sea vices ni sos
actions coupables, ce sont ses 6clats de sincerity, son
audace a venir publiquement se confessed, se frapper la
poitrine en criant bien haut : Ego som mea culpa! mea
culpa Or, de tels avcux dans la bouche d'un penseur,
d'un philosophy, revtcent une gravity exceptionnelle,
parce qu'ils prouvent que l'infaniie humaine est chose
4ternclle et g6n&rale, qu'elle persisted an milieu des gran-
deurs, quo les reves g-ntrcux, les hautes aspirations ne
suffisent pas a cuirasser l'hominme centre toute atteinte du
mal, que chacun de nous porte en lui sa part d'ombre;
ot que les mains pleines de pechl sont toujours lI pour
jeter des pierres a ceux qui osent avouer.
La confession intime, d'homme i home, cell qui sort
de la boucle, et par les l]vres murmurantes va se perdre
a jamais dans les profondeurs de l'oreille, la confession
catholique, cela est bien ; mais la confession publique,
cell qui, par la tribune ou par le livre, ces deux porte-







DEFENSE CONTHE SES CALOMNIATEURS


paroles, peintre partont et conserve a tout jamais, pourlcs
siecles a venir, uls infamies d'un membre do la grande
famille, la conl'ession humaiic, -- celle-1, il n'cn faut point.
l, ost la senle raison; jedirai plus, 1 estla seule excuse
qui sepuisse donner a une poursuite pareillement aclarn6e.
Comment expliqucr autrement une semblable s6v6rit1
5 1'6gard d'un home de g6nie, alors que nous sommcs si
pleins de mansu6tude pour de vulgaires criminals sans
int6r6t; alors que, pour eux, chaque jour nous faisons
appel a tout un arsenal de circonstanccs att6nuantes.
Et, les closes 6tant ainsi, nous serious sans piti5 pour un
penseur, persdcut6 de son vivant, livr6 A la rise des sots
et A la brutality dos puissants, tomb6,suivantla just appr6-
ciation de George Sand, c pa I'effet d'une reaction in6vi-
table, dans des crreurs ou dans des travers causes par
i'amertume et l'indignation de la souffrance a
Al! conmme il avait bien saisi Ic c6t f'aible des heommes
de penseo et do recueillement, c1 grand 6crivain f6minin
quand il disait : o Les penseurs, les grands homines, tou-
jours rebutds par le spectacle de la corruption existante, et
toujours exalts par le rove d'un 6tat meilleur, arrivent
ais6ment A l'orgueil, A l'isolement, au dedain, a l'humeur
sombre ct mdfiante, lieureux quand ils s'arrdtcnt A l'hypo-
condrie et ne vont pas jusqu'a l'dgaremenut du ddsespoir. a
Et pourquoi toujours doux poids et deux measures Pour-
quoi cette immense pitid pour des itres inlimes don't la so-
ciet6 ne r4coltera jamais rien, et cet acharnement barbare
centre un des g6nies qui out le plus doimn6 A I'hlmanit !
Qu'est-ce qu'unejustice qui, poursuivant sans cesse me mal
htravers les silcles, ne clierche mAme pas A noter le bien !
Oui, certes, Rousseau commit des fautes, incomprlhleu-
sibles et lamentables. Mlais, d'abord, ces fautes vouns ne es
connaissez que parce qu'il lui a plu de vous les divuiguer, et
cnsuite, quepouvez-vous ajouter ai blame don't il les a stig-





6 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

matis6es aprs les avoird6voil6es? Frapper un ennemiavec
les armesqu'il a lui-m meforg6es,c'estpeu digne dela part
des vivants; c'est saiis excuses dela part des descendants.
Vous tous qui, sans cesse, rouvrez un procis dont la
cause est entendue depuis longtcmps, 6coutez l'eloquente
parole de Louis Blanc an Centenaire de 1878. o Non, Rous-
seau ne 'fu pas impeccable; imais l'histoire doit A la v6rit6
de reconnaitre qu'il racheta ses faiblesses par beaucoup de
vertus, qu'il poussa le desinteressement jusqu'a I'hlirois-
me; qu'il fit toujours pret A sc priver du nDcessaire, lui
qui 6tait pauvre, pour nourrir les pauvres; que son Ame
ne connut pas la jalousie ct fut fernee au ressentiment;
(qu'il cut des amis qui, apres s'dtre brouilles avec lui, ne
purent parvenir, meme en Ie dechirant, A l'empkcher de
les aimer ; que lui, si prompt a s'accuser de tout cc qu'il
lit de mal, a souvent et volontairement omis de dire ce
qu'il lit dc bien ; qu'il n'a rien dit, par exemple, do testa-
ment dans lequel, en 1787, il 16gua tout ce qu'il possedait
A M31 de Warens, et enfin que, s'il s'6gara, au point d'a-
bandonner ses infants a la charity publique, il expia cette
faute horrible par des records don't les lignes de l'Emile
experiment bicn I'amertumne poignant et la profondeur.
Cet avcu implicite de la grande faute de sa vie, un autre
hoinome courageux, un autre esprit Aclaird, MI. Ernest Ila-
mcl, ne la jugeait pas avec moins de sens dansundiscours
pronounce pour la m6mue circonstance.
SI Pour inoi, en qui les cordes paternelles vibrent aussi
puissamment quechez personnel, je me crois le droit A l'in-
dulgence... Combien n'ont pas eu a abandonner leurs en-
fants naturals, parce qu'ils out abandonne la mere Con-
bien out abuse de la faiblesse de quelque pauvre tille, sans
s'inquiiter des consequences funestes qu'une liaison dph6-
mAre pouvait avoir pour elle Que de malleureuses se sont
jetecs a l'eau ou out allurnm un r6chaud, par suite de cet







DEFENSE CONTRE SES CALOMNIATEURS 7

aL'auI:n Ah' si tant de monde croyait devoir fire ses
o.. lc.ir..In., -ii grossissantles moindres peccadilles, comme
J.:*,[-.la'-iu.:-s Ilousscau, je vous le dcmande, combien de
r.ul:1111)l1 t i.:-.teraient debout?
Hep,.)nl, I/. -L.us, les vcrtueux, vous, les integres, quo Ie
\ie fait i.i.'iIr. Depuis Voltaire jusqu'a Victor Hugo, ces
id.:.u\ pui.l-sltl g6nies, A qui done oscrait-on clever ine
.it 1lie !
To,.i' n'.-urnt-ils pas l'ombre de leur propre lu-
inu.-r.. t,:tu- 11 ussent-ils pas eu bien des faiblesses, bien
,dir..r- :ir..Ir a conresser I Oui, mais, justcment, ils ne
lir,:-ni jIm.is I'aveu publicde leurs vices.
El i.'.-1 PIouiquoi Jean-Jacques reooit la figure les accu-
s;li,'ns rI':qi' ne saurait formuler envers les autres ot, seul
palmn I..-s grinds g6hies, se trouve trait avec une s6dvrit6
l i,.il." |i: l'rli;: I,,h '.re .
Or, I':-s esi.r;ts sup6rieurs ne peuvcnt 6tre jugs comme
: si iipl':s mii)rtels. Yous no pouvez leur demander d'a-
\i,;r. 5 I. .is. les plus hautes qualit4s de l'intelligence et
,: pls plus I.i.ll vertus de l'homme prive: un tel assemblage,
unt. tell,: r':nion nous conduirait A ce qui n'cxisto pas sur
l ..'rrii. ''i:.l--dire a la perfection meme.
(( Ce n'st pas sur tel ou tel acte de leur vie priv6e qu'il
faut prendre exclusivement la measure des esprits sup6-
rieurs. Si, comme individus,ils s'exposent au blame, qu'on
ne le leur 6pargne pas, c'est justice; mais qu'on no les
juge pas sur cola sculement, et qu'on n'oublie pas qu'ils
out deux existences : I'ine par laquelle ils se confondcnt
avoc le rest des autres hommes, l'autre qui former une
parties essentielle de la vie gAn6rale; I'une qui Icur appar-
ticnt A eux et A leurs proches, I'autre qui appartient A 'li'u-
manit. Eli bien! c'est de la scconde surtout qu'ils nous
doivent compile. Les grands liommes d'Etat nous doivent
compete de leur politique; les grands orateurs de leurs





JEAN-JACQUES ROUSSEAU


discours; les grands 6crivains do leurs livres (1). ,
Assur6mcnt, cela ne veut point dire qu'il faille laisser
l'homme de cotd; que sa physionomie, scs passions agis-
santcs ne doivent pas ktre 6tudides; qu'il lie soit pas int6-
ressant d'6tablir la correlation oxistant centre ses principles
personnel et ses productions ; mais, pour curieuses
qu'elles soicnt, ces recherches no sauraient avoir pour
consequence d'6craser I'homme public sous le poids des
faiblesscs dc 1'homme priv6.
Quand done voudra-t-on comprendro quo nous n'avons
pas A rendre des jugements d'outre-tombe sur les vertus
ou les vices des homes publics; que ce que nous devons
examiner c'est leur couvre, le bien qui a pu en resultcr
pour I'humanlite; que toutes ces disputes sont oisives; et
que ces accusations finissent, a la longue, par devenir en-
fantincs !
S'il est vrai que p6ch6 avou6 est A moiti6 pardonn6, ii
faut roconnaitre que, pour Rousseau, le monde- met du
temps a oublier l'autre moitio.



It


Lorsqu'il reprochait A notre silcle de se d6sint6resser si
fort do Rousseau, Sainte-Bcuvo n'avait assurdment pas
pr6vu les critiques passionnfes, les attaques sanglantes,
qui se d6chaineraient sur I'homme. Que son nom vienne
seulement A 6tre prononc6, et, dans la press, dans le li-
vre, voilA tout aussit6t les vieilles accusations qui rcpren-
nent forme, sortant du fonds indpuisable de la bitise hu-


(1) Louis Blanc, Discours du Centenairc.






DEFENSE CONTRE SES CALOMNNIATEURS


mn.,:i, cliclids sttrdotyp6s lanc6s i la tite de l'lhomme
qui a pourtant assez cri son infamio; lieux-communs for-
mulds par des gens qui n'oiit miume pas pris a pine do Ic
lire. Ah! certes, on pent dire beaucoup de mal de Rous-
seau, mais a la condition d'en dire beaucoup de bien, sui-
vant la just affirmation de MI. M6zirces. Oui, certes, les
Chateaubriand, les Lainartine, les Saint-Marc Girardin, les
Villemain, les Lamennais, ls Proudhon,peu sympathiqucs
en gen6ral aux id6es prIchees par I'hoimme, out souvent
port sur son caractrre des jugements s6veres, nmais, tout
au moins, l'avaient-ils lu ct 6tudis; ils en parlaient avec
connaissance de cause.
Dans son virulent requisitoire centre Jean-Jacques, alors
qu'il se demand si notre philosophy avait une sculc des
quali ts u6cessaires pour se poser en 16gislateur des nations,
Lamartine est sincere.
Economist doctrinaire, en la circonstance, le po6te re-
proche au philosophy de n'avoir rien poss6d6 de ce novi-
ciat do raison, de vertu, do science, de voyages a travers
le monde, d'6tudes sp6ciales des institutions, de pratique
des idies et des homines, n6cessaire selon lui lorsqu'on as-
pire i donner des constitutions aux soci6tes. C'est la un
point de vue qui pent Wtre discut6.
11 est permis de pr6f6rer Montesquieu i Rousseau, d'ac-
cuser le Contrat Social d'avoir engendr6 toutes les erreurs
de la d6mocratie actuelle : cc sont la affairs d'appricia-
tion et de temperament.
II est permis, come Proudhon, de voir, avant tout,
dans Jean-Jacques un esprit paradoxal ne comprenant ni
le movement philosophique ni le mouvenment 6conomi-
que : 'est li affaire d'6cole.
Tous, qu'ilsapprouvent ou qu'ils d-plorcnt, n'en recoii-
naisscnt pas moins la magie de son style et de sa parole.
Aujourd'hui, si j'en except les d6vou6s collaborateurs





10 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

qui ont bien voulu se mettre avec moi sur la br6che, toli
autre est I'apprtciation des gens de plume.
Chez les uns, les eurieux, les chercheurs, ce sont lei
petits cdt6s qui pr6dominent, vie intime, anecdotes, carai-
tare, rapports avee les eontemporains; je ne parole in
des physiologues, ni des psychologues; chez les autre,,
cc n'est rien du tout, Rousseau, a les entendre, ne valari
meme pas la pine d'8treo tudid.
Faut-il s'6tonner d'une telle outrecuidance, alors que le
c fumisme ) litt6raire, lev6 i la hauteur d'une institution,
est en train de d6sarticulcr la langue franchise, de 1'cai -
telcr dans tous les sons, de la rendre inintelligible, so i-
pr6texte de mots nouveaux! Des jeunes gens de vingt aii,
so posent tout A la fois en maitres et en blases;... ( d;-
cadents ) avant meme d'avoir etd ( accidents )! Que le'ir
important les ancetres, les penscurs du xvile si&cle! I
faudrait les lire, les etudicr,reclercherleur part d'influencv.,
sc demandcr pourquoi les uns out marqu6 plus profonde-
ment quc les autres; toutes choscs qui scraient longues, .t1
risqueraicnt do no pas aninscr la galcrie, cette galerie -i
sccptiquc, elle aussi, qu'il ne lui faut plus, en art, en littl-
rature, en politique, que des clowns on des virtuosos.
Mais que des maitres en I'art d'6crirc et d'observer (Ii
soient 1h, eux aussi ; quils ne vicent pas une idde original..
pas un point de vue nouveau i mettre en seBne voilu l:,
qui me coifond. ( Je me suis interroge sur Rousseau, .
m'6crit 'un (['eux, (( sans trouver, cn noi, un jugement q.ii
vallt la peine d'dtre exprimi. ) Un autre, don't los romans
fort bien 6crits. il faut le reconnaitre, ont toute un:
clientele lI'minine, m'avoue Ires franchement n'Avoir ja-
mais eu le temps ( ni, du reste, la curiosit )) de lire unii
ligne de .Jean-Jacques, et ajoute que, d'instinct, le pc -
sonnage lui est antipathique. Banville ct les de Goncouri.
en Icur prnciosit6 de language, n'avaient-ils pas trou,;






DEFENSE CONTHE SES CALUMNIATEURS


mieux encore, quand ils appclaient ce grand anc6tre un
a talenteux? )
Combattu par les chefs de cette cole lib6rale, don't
toutes les sympathies sont pour Montesquicu, envisage par
eux cornme ayant exerc6 une influence nefaste et sur la
Revolution et sur la soci6t6 actuelle, qui en est la r6sultante,
le voili meconnu, ignore des jeunes, de ceux-lh qui de-
vraicnt voir en lui un des maitres du naturalism, un des
plus merveilleux metteurs en scene du roman passionnel.
Les romantiques, eux, au moins, lui avaient6et reconnais-
sants ; ils ne perdirent jamais une occasion d'aflirmer tout
ce qu'ils lui devaient. George Sand noe 'appelait-elle pas
( l'immortel ami! i
Que ses lives, aprbs un siecle, puissent, au pointde vue
pratique et pris la lettre, paraitre dafectueux, cela n'a
rien qui doive surprendre. N'en est-il point de meme pour
Voltaire et les Encyclopddistes ? Le mnme fail ne se pro-
duira-t-il pas, dans cent ans, pour les dcrivains du jour,
puisque les plus grands g6nies, malgr6 leurs envoldes,
tiennent toujours par un c6bt [ leur 6poque ?
A ceux qui out la sotte pr6tention de no proc6der que
d'eux-memes, de tenir I'teuvre du pass pour nulle et non
avenue, je recommande cette -page in6dite d'un observa-
teur perspicace et d&licat entire tous, J.-J. Weiss :
a Rousseau, tres d6nigr6, aujourd'hui, quoiqu'on lui
dlIve des statues, n'en est pas moius au premier rang de
caux qui ont mani la prose francaise. II a des 6gaux et
n'a point de sup6ricurs depuis 1530 ou 1550 jusqu'A nos
jours. 1I est la source de po6sie la plus richer, la plus haute
et la plus frdmissantc. 11 a kt6 un promoteur, non seule-
ment pour I'imagination franoaise, mais encore pour touted
la literature europdenne du xisx siicle. )
( Qu'est-ce que les idets fausses ou exagdrues, presti-
gicuses ou pernicieuses qu'il a repandues en politique et






JEAN-JACQUES ROUSSEAU


en sociologie, aupres du coup de baguette de rnagicien
dent il a renouvel6, rafraichi et enrichi 1'ame humane !
Quand je veux lire quelque chose de si simple et de si
bean qu'il n'y ait rien de plus simple et de plus beau, je
lis quelques vers des Georgiques ou de l'Odyssee, ou la
visit de Solon a Cresus, dans H1rodote, mais je lis aussi
une idylle des Confessions ou l'une des lettres a 31. de
MIalesherbes. ))
Et c'cst qu'effectivement il n'est pas un de nous qui ne
lui soit redevablede quelque chose. pas un'penseur, pas un
observateur, pas un lutteur pour Ic noble combat des
lettres, qui ne doive s'incliner devant celui qui nous a
appris A sentir, come d'autres nous ont appris a ponscr.
Sur ce chapitre de l'ingratitude huinaine, il y aurait
fort a dire.
Fille de Sa Majestd l'Argent, ce Dieu de l'Egallt6 mo-
derne, note gtneration m6priscprofondtment los rLveurs,
les contemplateurs, les r6formateurs les chercheurs
d'ldeal, toute la puissantc pouss6e dn xv n sii'cle qui a eu,
en 1830 et en 18i8, ses derniers echos.
Conspuez tant que vous voudrez ce siicle don't les
moeurs, apr6s tout, n'etaient pas plus corrompues que les
n6tres ; -ous ne l'empche'rez pas d'avoir 6t6 par excel-
lence Ie sicle du respect de la pensde et de la sup6riorit6
intellectuelle, le t( siacle de i'esprit a. 06 seraient, aujour-
d'hui, les Stanislas de Girardin pour donner asile a in
Rousseau Certes point cliez les gens de la finance. Sans
un Corot, lc plus grand maitre de la pensee humoristique
a notre 6poque,j'ai nommnl Daumier, ne serait-il pas mort
de faimn






DEFENSE CENTRE SES CALOMNIATEURS


III


L'dtude des opinions et des passions aetuelles au sujet
de Rousseau nous reserve bien d'autres surprises.
Voyons les femimes, cette moiti6 du genre human don't
]'inlliience sur les mcurs esttelle qu'aucunc rdforme social
ne se pent accomplir sans leur assentiment. Rousseau,
on le sait, va leur parler de l'ddueation des enfants, de
I'amour, du marriage.
Lorsquel'nImile parait, toutes, mrme les plusmondaines,
les plus vouees aux plaisirs, reviennent A des devoirs trop
longtemps n6eonnus, se mettent A allaiter leurs enfants.
L'honmm qui a cu l'initialive de cc retour a la nature est
considered par clles 5 l'dgal d'un dieu. Un 6crivain qui
n'est pas particulierement tendre pour notre philosophy,
Paul Albert, ne fait nulle dilficult6 de Ic reconnaitre :
( Combien la femme, ) dit-il (1), ( futreconnaissantepour
l'homme qui, en lui enseignant son devoir, la relevant,
faisait d'elle la veritable er6atrice de la fainille, I'inspira-
trice premiere, la providence toujours prDsente! C'est d6s
cc jour que l'admiration pour Rousseau revet ehez les
femines tous les caracteres d'une tendresse passionn6e,
d'un veritable culte. ) Disormais, elles le defendront en
tout et partout, et centre leiirsmaris et centre les envieux.
La Noucelle Il lose, naturellement, va encore accroitre
1'engouement, enflammer les imaginations.
a Interrogez toutes les productions de la litldrature an
xvin1 siucle : i n'y a pas un 6crivain, pas un livre qui sou-


(1) La Litltrature franraise au xvnii sicle. I vol. in-1. Paris,
Ilachetto et Cie, 1874.






14 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

tienne Ic parallele avec Rousseau. Romans, pommes badins,
pieces do th6itre, tout cela glisse sur elles ; elles s'en
amusent un instant, et n'y pensent plus. Tout ce que
Rousseau 6crit, elles le ddvorcnt, elles s'en p6nktrent, elles
y reviennent sans cesse. Pourquoi ? D'abord c'est un
homme chez qui l'imagination et la sensibility dominant;
et puis, il possdde le grand secret pour etre aimn : lequel?
c'est d'aimer. )
L'existence de Rousseau n'avait-elle pas commence par
]a femme, et graudi sous cette influence Les femmes ne
venaient-elles pasle voir en foule, dans son petit logement
de la rue PIAtrierc, sous prdtexte do musique h lui faire
copier Qui ne se souvient do cette declaration de grande
dame: < Ce J.-J. Rousseau, comme je l'aimerais malgrd
son age! )
Et la post6rit6, grAce aux Confessions, n'a pu quc confir-
mer cet entrainement g6ndral, unissnnt pour toujours au
souvenir de notre philosophy les noms de lmed de Warens,
de Mm de Larnage, de lme d'Houdetot, de nlme d'lpinay,
de Alme de Verdelin, de Alme de la Tour-Franqucville, etc.
Chose caracteristique, I'apparition des Confessions, re-
cueil posthume, ne modific en rien ces sentiments: au con-
traire, I'homme qui se mettait ainsi h nu devant les sibcles
a venir devint d'autant plus sympathique qu'il avouait
avoir Wt4 plus mallieureux. Bien des femmes de la R1volu-
tion, au premier rang desquelles so place Alm Roland, fu-
rent impr6gnies de cette doctrine de l'entrainement irr6sis-
tible des orages de la passion, ce qui ne les empecha pas
de traverser l'histoire absolument chastes. Notez, du rest,
que, de I'aveu meme de. Rousseau, les Confessions n'ont
point Wtd 6crites pour le public fAminin.
Or, voilA que, un siAcle aprls, mu par je ne sais quel
singulier assemblage de pudibondes r6ticences, ce mAme
public, que ncchoquaientnullement les confessions lcs plus







DEFENSE CONTRE SES CALOMNIATEURS


'.,_.:-" s'est mis h abhorrer celui que nos arritre-grand'mbres
rjirorent passionn6ment. Des fmcnles honn8tes, des meres,
:,.,ii l'ombre d'cstine pour celui qui a abandonnI sesen-
fants, qui a divulguI la 16gbret6 de moeurs do ses contcm-
poraines, qui a trahi, par ses indiscretions, toutes cells qui
l'ont aim6, y pensez-vous! Et come on ne saurait s'arr6-
ter en si bon chemin, on va jusqu'a l'accuser d'avoir vcu
aux crochets de AMne do Warens et de AMne d'Epinay. Etdes
6crivains appartenant an sexe faible sc font, dans la press,
1'Acho de ces imputations calomnieuses.
Est-ce do la piti6, cst-ce du degoLt qu'il faut avoir pour
les femmes qui, trempant leur plume en je ne sais quel
bourbier, osent 6crirc ccci :
( Rousseau est un larbin qui, A table, guigne les 6pau-
les des femmes, plonge son regard dans les corsages en
passant les plats et va r6sumer ses impressions A I'offico en
plaisanteries canailles, en propos orduriers.
( Qu'a-t-il fait d'autre vis-h-visde Milede Warens? Qu'a-
I-il 'ait d'autre vis-A-vis de M-me d'Epinay? Qu'a-t-il fait
d'autre vis-A-vis de Mme d'lloudetot?
a Jo ne sais rien de plus repugnant A lire, au point de
vue feminin, que les Confessions. C'est simplement
6coeurant.
... ( Sa passion consistait A profiler des occasions oif sa
vanity aussi bien que son app6tit charnel trouvaient leur
compete, Ca ne lui coitait ricn, au contrairc et c'6tait
l)ujours autant de pris sur la Classe envioe et haie.
( Puis I'aventure fournissait de la a copie ), autre source
de bdn6fices. 11 y met tout, comme dans un manuel de
ronfesseur : le nom, les details, le nombre de fois (1) )
0 digne hypocrisie d'un sibcle sans mceurs I Se peut-

(1) G(il-Blas du 8 f6vricr 1889. Article intitul6 Un Pion ot sign6
*Ii pseudonyime Jacqueline, autre incarnation de SCverine.





16 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

il qu'on joigne tant d'ignorance A tant d'impudeur!
Rousseau, ( profitant des occasions qni ne lii content
rion, Rousseau poussant a ( la copie )..., pour un ou-
vrage posthume don't les rocettes, eneaissbes par noinbre
d'6ditours, lui auront WtA sans doute transinises dans l'au-
tre monde. On n'cst pas plus effrontement menteur, ni plus
platcment ridicule.
A ces calomnicsqu'il Faut bien enregistrer, puisque Basile
cst, aujourd'hui, le digne compagnon des IMessalines bour-
geoises, je r6pondrai par une page du discours d'Ernest
Hamel. en 1878 :
a Jamais Rousseau ne fut A la charge de celle qu'il
considdra toujours comme sa bienflaitrice. A peine majeur,
ili tait alld recueillir A GenAve l'argent provenant de la suc-
cession de sa mere, ct il I'avait integralement vers6 entire
los mains de Mime de Warens. Plus tard, prcepteur des
enfants de M. de Mably, pr6vot g6nBral du Lyonnais, il
lui faisait passer rigulieremcent ine parties do ses appoin-
tements. Lors de la mort de son pere, il tit deux parts de
son patrimoine, lui donna une do ces deux parts, et jus-
u'A a lafin de sa vie ii pourvutA ses besoinsenlui envoyant
dos secours d'argent dans la limited do ses resources.
Rousseau avait toutes les dlicatesses du coeur, il n'aurait
jamais consent a vivre aux d6pens d'uno femme, et s'il
fut l'oblig6 de AImt de Warens, il le lui rendit au centuple.
Jo ne parole pas des aum6nes du coeur qu'il en a revucs,
il les lui a payees en affection d'abord, puis en immorta-
litd. a
Avec non moins d'A-propos Ernest Hamel rA6ute l'accu-
sation,si souvent formulae centre oI philosophy, d'avoir
ctal6 au grand jour des faiblesses et des noms qui, sans
lui, fussent rcst6s ignores des g6nArations a venir :
a On a quelquefois reprochi a Rousseau d'avoir, dans
ses Confessions, divulgu6 la 16geret6 de moeurs de 1M'i de





DEFENSE CONTRE SES CALOINIATEURS


Warcis. Cost lI un reproclhe specieux. Qu'un lioimen tra-
hisse Ic secret 'unnefeniine (Iq i s'est con lide 6 son hionncur,
a sa lovaut6, A son amour, c'cst AL uin infamie suprOme,
la derniere des laicletis. Mais tI' de Warens 6tait libre;
elle no sc cachaitpas ;ses actes, ses faiblesscsdtaientconius
de tout Ic imonde,, i AnInec, Clianlibry,aux Clarimttes.
Rousseau n'a janais piar1 d'elle qu'avec une extreme r6-
serve. Et pnis (quelle dIlicicuse pcintulre il on a trace I
n'a pas do mots assez tendres pour elle. Ange, Ailne ang-
liquc,. creature celestc. telles sotl los expressions qui re-
vionnent a cliaiue instant sous sa plume. Par Ini elle est
r,:sli'c pour nous t11i charge, uin parfuii, uno grace ex-
I'"-'o. Ah: j'inagine que si l'aiimable fo'eme revenait au
in.njde, elle dirait auxdetrctcurs de IRousseau : a Laissez-
Ion1 done tranquille avec vos pruderies affect6es. Si Jean-
lI.U.ues a divulgu6 lines faiblesses, il a mis on relief ines
11.1 liles. Quiconque I'a In est dispose i 'aimner. 11 a r6vdl6
Iu.. vertus... Grace A liii, je suis tire du n6ant, et je vi-
i'.,I jlamais dans la m6moire des honeines. II m'a faite
iliriiortellecomme lui, nous sommes quilts. a
\'oila qui est fortbien dit, et qui se peut egalcment appli-
I|u.:. aux querelles avec iMie d'lpinay, aux boudcries avec
\" d'lHoudetot. Quand on a 6tudid ce mystbre impartia-
Ii..-nt, on acquiort la conviction que tout le mal a di
.-rn': fait par M'"'d'Epinay, jalouse de sa belle-semur qui lui
ciltvait son ami, Ie philosophy qu'elle logeait, qu'elle s'6-
tl., rdserv\ pour los jours de solitude, et par Grimm qui,
Ir.'. piqjud de I'inutilit4 de ses tentatives anpres de la con-
i,-,,, et maitre du ceuur do M3"m d'Ipinay aprIs M. de
I' .incueil, en voulait a Rousseau et dosou ichec aupris de
I'l!,,ie de Saint-Lainmbrt, et de l'amitid que lui temoignait
I,.,ijours MimO d'Epinay.
La logique, Ic bons sens, amneient tout an noins a cette
*'.i ,'.lusioi].






18 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

Elh bien, non! Grimm qui est un adroit, qui a, al'egard
de tons, un part pris dchauteur, de d6dain, et Marmontel,
le type de l'homme do icttres voulant arriver per fas et ne-
fas, attribuent A Rousseau la fameuse lettre anonyme a
Saint-Lambert, dans laquelle Ilme d'lloudetot est represen-
t6e come une coquette, prate a 6couter notre philosoplie.
Et sur la foi do ces deux personnages, n'ayant ni l'un ni
l'autre l'impartialit6 voulue pour que leur t6moignage
puisse utre accept sans b6 dfice d'inveutaire, on charge
Rousseau decottenouvelle noirceur, Rousseau qui, victim
des perlidies de Grimm, jaloux de la situation de son
ancient ami, a 6t6 desservi, par lui trds certainement, au-
pras de Saint-Lambert combine aupris de AI"' d'lloudetot.
On sait toutes les impolitesses, toutes les grossirrel6s
calculdes, voulues, qu'ileut t subir do Grimm ; onsait que,
pour 6tre agr-able fi Ime d'Epinay, au lieu de rompre avec
un faux ami, il alla jusqu'a prendre, lui l'ofrens6, I'initia-
tive d'une reconciliation. Malgr6 cela, la brouille avec
Grimm sera encore son ouvre.
Dans I'Ntude do ses d6mdlts avec Ml"le d'Epinay, on ira
plus loin. C'est a qui ne l'accusera pas de noire in-
gratitude ), pour ne pas avoir voulu accompagner la chAt-
telaine de la Chevrette dans son voyage i Centve. Elle est
nalade, ellea besoin de distractions, il faut que Rousseau,
- alors que Grimm est li, se rende avec ille dans une
ville oft il a toutes sortes de raisons pour ne pas aller. Le
motifde cc voyage, l'auteur des Confessions l'indique
discr.tement : il s'agit de teacher une grossesse (ui 6tait
I'ceuvre de Grimm (1). Une grossesse, y pensez-vous!
( Calomnie ), disent les femmes-qui se piquent de litt6ra-
ture; conmmd6rnge d'anticliambre ), s'6crient avec indi-

(1) Mam dlEpinay fil une fausse couche i CliAtillon de Michailles,
si bicn qu'clle arriva h Genuve apres avoir et6 ainsi ddlivrle.
(Dernieres anIdes, par Luce Ilarpius, page 7.)





DEFENSE CONTHE SES CALO3MNIATEURS


nation MM. Saint-Marc Girardin, Scherer ct autres. Et
pourtant )lme d'Epinay s'dtait d6ji trouv6c enl parcil cas, ct
Rousseau, qui lI savait, n'a rien dit de nla naissance clan-
destine de l'enfant qu'elle avaiteude 1M.de Francueil(1). Du
rest, il tint ferine. Quoiqu'o anit mis tout en ceuvre pour
le d6cider, quoiqu'on ait lance Diderot A la rescousse, il
refusa net le r6le d'accompaguateur force, do garde-malade
inasculin. Qui done pourrait 1'en bla mer?
Mais, repondent ses ennemis, ilavait accepted de AMme d'l-
pinay une maisonnette; done, il [ui fallait accompagner
A Geneve la maitresse du baron Melchior. Quelle logique!
Et pour nl s'ktre point plid a cette exigence, il verra les
Grimm lancer contre sa monioire force invectives et la
posterite continue a Ini fair un crime d'un refus plus quie
justilid.
Certes, il a fall nne strange deviation du sens moral,
une longue suite de calomnies, toute une education fans-
see, pour arriver ciez la fremme h un anssi complete revi-
remelnt.
Dans Ie group littdraire, a part Maria Deraismes, don't
los critiques sont naturelles, si I'on se place son point de
vue, celui de 1'dmancipation du sexe, je cliercihe n vain
ine plume pour continue I'ounvre de Mime Necker et do
Georges Sand. Par coutre, voici une lettre de M31'e lenry
Gr6ville sollicite par moi decollaborer A notre loussea mouni

(1) line lettre do Roussean ft ) clos, oln dale ill 13 janvitr 176i,
flitallusion 1i cot 6viinenllm it sons line forlle gaz/o. a fl vieiti do
, paroitre i Gene'cve, y lit-on, 1 libelle ellroyable pour leq ol lan I
, dame d'Epiiay a fourni (Ies nieoiore if sa manitare. lcsquels ime
nii ittent d S)ieu ine prisoerve toutefois e I'iiiiiter ,inooe eon Im di lrfV lat!
- Mais, sans riv\'ler los secrets q1u'elle m'a confits, il ni'C rc.lt.
( asscz do coux (qu1 jo ne lions pas (l'elle pour In faire c nm aiitr
, aultait qu'i slies ni'cessiire on cc qui -O rapport ft h oi. -:lln, ine i
< croit pas si bien instruil ; mais iisqu'ellc in y force, elle apl o'en-
< dra quel],lejour ooinbienj'ai t6 Iliscret. "







20 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

et cette lettre se trouve pleinement confirmed par le spiri-
tuel dialogue d'Alphonse Daudet avec sa femme.
( Tout en rendant justice a lI'kuvre et aux efforts du
celebre philosophy, a dit 3i.ie GrBville, ( j'ai ressenti, d&s
que j'ai Wtd a mime de le jugerpar ses 6crits, une antipa-
thie violcnte centre sa personnel. Or, quand je n'ai pas
de bien i dire des gens, j'ai pour regle absoluc de garder
le silence;d'autre part, je ne saurais s6parer, specialement
en ce qui concern Rousseau, I'homme de l'ecrivain. Sij'en
disais du lien, cela me serait d6sagrnable, et si je n'en di-
sais que du inal, ce ne scrait pas just envers un esprit qui
a coniribul a la grandeur de ce siecle par son influence. )
Ccs qucl(lues lignes, d'une sinc6rit4, d'une honnktet6 si
touchaute, prouvent que si la femme a change de maninre
de voir a l'4gard de Rousseau, elle ne s'est point modifide
quant a son caractBre general.
Coinme au xvvni sibcle, elle est toujours l'itre profon-
dement impressionable, A la fois passionnc et tout d'une
piice que nous connaissons. Elle ne peut pas, elle ne sait
pas aimer les gens a demi. Or, Rousseau chlarp6, mutil6
par la critique, ne la rait plus tressaillir d'enthousiasme, et
la NAoucelle llloise, lui montrant comment apr&s la pre-
iniire fautc on peut se relevcr, la Noucelle Hlloise, p6trie
de sang, de chair et d'ime humane, n'est mime plus lue
par elle. En un mot, le charge est rompu.



IV


Dans cctte champagne (e disaffection mende contre
Rousseau, oel sont les coupables? Sont-ce les contempo-
rains du grand homme, sont-ce leurs descendants?
Certes, Ie philosophy ne fut exempt ni des petites taqui-





DEFENSE CONTRE SES CALOMNIATEJRS


ncries ni des persecutions d'une nature plus s6riouse qui
sent le sort habituel des esprits supiriours.
Do sos querolles avec Voltaire je no parlerai point. Tous
deux ne s'aimaient pas et no poivaient s'aimer, leur
caractere, tout diffiront, 6tant faith pour so contredire et so
heurter. Rousseau, du rest, n'avait-il pas cnvoye, en
1760, an seigneur de Ferney, a propos de l'introduction
du thi6ftre a Goneve, la fameuse lettre qui pent ktre consi-
d6r6e comme un dli2 ?
Ce qu'il faut dire A la loanuge de Jean-Jacques, dans la
lutte qui s'ensuivit, c'est que jamais il no descendit aux
basses injures quo Voltaire lui prodiguait si facilement.
Sesdiscussions, puisses brouilles successivcs avec Grimm,
Diderot, d'Holbach sent d'un ordre plus intimc. Ces trois
philosophies, dent le second, tr6s certainement, futpour lui
un ami sincere, avaient form centre lui une sort de con-
spiration qui se disait amicale et dent le but, au fond, dtait
de le dissuader de ce qu'ils appelaient ses sottises, ses ex-
centricit6s, et de ce qu'il considerait, lui, au contraire,
come autant de vivantes affirmations de ses principles.
D'oi les agaccries, d'ou les griefs, d'oh les brouilles. Ins-
talla A l'Ermitage, an milieu des bois, il pretendait vivre en
hoinme delanature, et c'6taita qui 1'empecherait de mettre
ses iddes a execution. On ne voulait pas le laisser libre
d'agir, de penser, d'ccrire a sa guise; il fallait qu'il sepliAt
aux volontrs des Encyclopedistes.
Ces taquiueries assomnbrirnt pen a peu le natural de
Rousseau, d6jA port a la mtlancolie, a la misanthropie; il
finit par s'imaginer qu'un conplot avait 6t6 form centre
lui ( pour Ie rendre malheureux pendant sa vie ct le fl6-
trir apras sa mort ). Cet 6tat d'ame, proche de la folic by-
pocondriaque, 6tait arrive a son maximum d'intensitd,
lorsqcu'eclata la querelle avec David Hume. Sans vouloir
apprecier ici la conduit de I'historien anglais il est cer-






22 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

tainque Hume, faisant de cette querelle priv6e une affaire
d'Etat, ( ameuta contre le pauvre Rousseau toutes les va-
nit6s, toutes les coleres, toutes les rancunes, et Ic jeta en
j6ture A la rise publiquc. )
-'Done les soupcons ct la m6lancolie qui empoison-
n6rent sa vieillesse n'eurent pas leur unique source dans
ses ddfauts, ainsi qu'on s'est plu A le rep6ter, ( dans l'ex-
Scs d'un orgueilombrageux on d'une sensibilit4morbide.o
Rousseau n'a pas eu contre lui que les fant6mes cr36s
par une imagination trop facilemcnt surexcitable, il a eu
de trLs roels ennemis, et cela se concoit. ( II a v6cu pau-
vre, ne voulant ni places ni pensions ; il a cu contre lui
tons les coureurs de places ct de pensions, tous les men-
diants de favcurs officielles. II 6tait sans field et sans haine,
d6pourvu de tout esprit d'intrigue; il a eu contre lui tous
les envieux, tous les intrigants (1). >
Que d'Alembert qui, un jour, I'avait appel at un fou de
beaucoup d'esprit i), se soit, par la suite, d6chain6 contre
sa memoire; que de La Harpe, le plat critique, ait, au len-
demain m6me de sa mort, essays de Ic ddconsid6rer par
des appreciations de ccgenre: leplus eloquent desrheten's,
le plus impudent des cyniques, qu'cst-ce que cela peut bien
faire A sa reputation ?
Et, du rest, si, de son vivant, il cut a letter contre
nombre d'ennemis, il rcncontra aussi plus d'une noble
amiti6, sans parler de toutes les marques d'estime et d'ad-
miration consign6es en maintes circonstances.
Si son ombrageuse m6fiance, si sa malleureuse tendance
a toujours douter de lui et des autres n'avaient empoi-
sonn6 sa vie, que d'amis seraient a lui computer depuis
Diderot jusqu'A Du Peyrou, Bernardin de Saint-Pierre,
Corancez et Moultou 1


(1) Discours d'Ernest Hlamcl.








DEFENSE CENTRE SES CALONINIATEURS


I.: uI'mps could, le siricux et Ic ponder qu'on apporte,
n'i.iur.l'hui, A tous les travaux nous permettent A cette
IiIn- de juger I'homme impartialement. Or l'on peut
iir.' ,le jamais personnel ne fuit plus capable do gobter
I_ .*l.icm'eours de l'amitid, mais que jamais personnel non
pis i.: fu it plus impressionable, plus inquiet, plus
I,-iu.I dc sons pratique. Et c'est ainsi que penvent s'ex-
rplilqui les divagations d'un esprit qui s'obstina A voir
I'lhiiime suivant l'dtat de nature, c'cst-a-dire seul sur
tl:-ii ..L entier de caractore. L'erreur ne fut-elle pas, clez
,lii. 1.i .ons6quence des exag6rations d'une v6rite toujours
suIei'\11ce; la m6tiance, la suite inevitable d'une tendresse
lI,..Il.,Int effarouchie ; I'antipathic, de l'amour aigri !
I'I-, tout dire, Rousseau est l'homme do la nature, avec
,stincts originaux,avec ses dlans passionnels et ses vi-
ce.:s irniuctifs. Incivilis6, insociable, ilconsidore la socidte
*r.ini..: une creation factice, fausse, perfide, parce que,
par little des problmes vitaux qu'il n'a pas su approfon-
ir,. I'lio:mme est sans cesse oblige d'alidner certaines par-
licis i. son individuality, de ses sentiments personnel, et
ni,'in. do sa dignity, pour arriver a ce qu'un auteiir mo-
l..r,,, a 3i bien appeld les mensonges conventionnels D (l).



V


Dij-. les vrais coupables, ce ne furcnt point les contem-
p[.i.ni, d du philosophy, ceux qui, plusou moins, avaient
pu .,I:'il A se plaindre de ses aces de misanthropic; ce no
iuriirt pas non plus ceux qui, succ6dant aux anndes en-

II Tii,.' d'un tris remarquable ouvrage de Max Nordau.






2 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

thousiastes de la fin du siecle, d6verserent les injures et
]es injustices qui sont toujours le propre des 6poques de
reaction violent, mais bicn les critiques de la period mo-
dcrne, eeux qui so solt d6ehainds centre lui uniquement
parce quoe Ihomme ne fut pas un riele, un heureux, un
des privilegi6s do ce monde, ou bien parce qu'ils poursui-
vent toujours en lui le veritable pr6curseur de la R6volution
franchise. Ce prestige du rang, de la situation social, la
critique le subit encore : c'est un prdjuge don't elle a peine
a se d6faire.
Les querelles litt6raires des sibcles passes ne sont pas
autre chose pour nous que des procs instruits devant une
generation qui, ayanten main toutesles pieces, est appelde
non pas a reviser des jugements antrieurs, mais a se pro-
noncer en dernier resort, d'une facon plus impartiale.
Ell bien le reproche qu'il faut adresser A la critique,
depuis le course prol'ess6 5 la Facult6 des lettres par
Saint-Mlarc Girardin, c'est-a-dire depuis 1838 jusqu'a nos
jours, c'est d'avoir, dans la masse des documents mis en
oeuvre, suivi une voie diam6tralement oppose. Pour clle,
quoi qu'il ait pu dire ou faire, Rousseau est toujours le
grand coupable. On veut bien le croire sur parole quand
il dit du mal de lui : se plaint-il des proced6s des autres a
son regard, aussit6t il cesse d'etre vdridique. Tous out rai-
son centre lui.
Seuls, quelques penseurs au sens critique, a l'esprit
large et ouvert, je laisse de cotd6 dessein les enthou-
siastes, les idolatres, quelques derivains, dis-je, au pre-
mier rang desquels sc placent Lanfrey, Nourrisson, Victor
Cousin, Villemain, Ferdinand Brunctiere, se sont dlevts
centre cette supreme injustice.
S1 ne m'est pas permis de passer sous silence, a 6cri-
vait Lanfrey dans son beau livre : L'Eglise et les Philoso-
phes 21 xviSr sidcle, < l'espece de conspiration peu gn6d-







I)FENSE CONTEE SES CALOMNIATEUIRS


reuse et pou loyal A l'aide dc laquclle la critique con-
temporainc presque tout cntiere s'estellbrcec dans ces der-
niers temps dt noircir sa nm6moire. Je sais bien quelles
injures on velgeait sur lui et quels enncmis on csperait
'rapper dans cc mort glorious. Mais cc n'cst pas tout que
d'insulter un mort: ii Iant encore Ic convaincre. Les cri-
tiques qui ont eu cc facile courage out pour principc quo
los morts ne se d6fendent pas. 11 faut les d6trompcr. Les
morts illustrcs grandissent sous les outrages. C'est ainsi quc
Dieu les venge. Lours detracteurs pouvent briser la statue
de Rousseau sur lesplaces publiques: mais comment rcn-
verserout-ils collc que scs Iccteurs lui dlivent chaque
jour dans leur comur, tant qu'il restera unc page do ses im-
p&rissablcs dcrits? Le monde les sait et les aimed, et s'en
inspire, parcel qu'il y reconnait, malgrd des crrours bien
expi6cs, Ic ton et l'accent d'unc grande ine. a
Personne, apris Villemain, n'a jug6 la (iirelle deo Vol-
taire et de lIousseau avec la hauteur de vues, avec la lo-
gique serrde dent a Iait prove M1. Brunctiibroen sos 6tudes
de la lievue des. Deu.r--.londes; personnc, non plus, n'a pa-
reillement rendu justice a lRousseau, tout en ddclarant quo
les Con,,ssions renforment, come la correspondence de
Voltaire, plus d'une crrcur, plus d'un mensonge. ( Jevou-
drais que I'on fit just, decrit-il. ( On no vcut pas re-
cevoir It tminoignage de lIousseau dans sa propre cause
et, comme on disait, quand il fait pour lui; pourquoi
le regoit-on quand il fait centre lui ?
c Quc signilic I'dtrange acharnement que I'on met Ict
prendre on dlfaut sur Voltaire, sur Diderot, sur Grimm, sur
amie d'Epinay? Est-ce que, d'ailleurs, les Jldmoires do
M'"e d'p, piay, par example, est-ce quo les dUclamations do
Diderot, dans son L'ssli sur lt' rIigne. de CIaude et de Ni-
ron, est-ce que taut d'autres dcrits n'ont pas 6dt composes
justement pour r6pondre aux ;qnfeossions elles-mnimes?






26 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

On en croit les Confessions, et on serait fAch6 de ne pas
les en croire, quand elles contiennent 1'aveu des fautes
ou du crime do Rousseau, on ne les en croit pas quand
elles contiennent son excuse ou sa justification ; ct elles
sont le cri du p6cheur centre lui-mime quand il s'agit de
lui jetcr la pierre, mais elles sont ]'oenvre de son dBlire ou
lemonument de sa folie quand il y ose attaquer un Grimm
ou un Diderot. Mais nous, sont-ce des dieux pour nous,
qu'il n'y faille toucher? C'est bien assez qu'ils en soient
pour leurs 6ditcurs; ctje les mets tous au minme rang; et
s'il faut decid6ment opter, je prdfere encore Rous-
seau (1). a
M. BrunetiBre, avec une logique toujours serr6e, demon-
tre que, sans Rousseau, nous n'eussions pas un le Voltaire
de la second manibre, ]e Voltaire ap6tre dela tolerance et
du christianisine, et il expose ncttement ol caractere de
I'hostilitA des Encyclopidistes contre ]e philosophy de Ge-
nBve.
II y a IA un tableau trace de main de maitre qu'il faut
reproduire sans en rien changer.
( Les Encyclop6distes, ) ecrit 3. BrunetiBre, ( repon-
daient non pas ouvertement,-ce n'otait pas leur maniore,
mais obliquement, par de petites insinuations perfides,
en attaquant les Acrits, la personnel, le caractere de Rous-
seau ; n le poignant commeun a monstred'orgueil ) coux
qui ne le connaissaient pas; en d6tachant de lui ceux qui
le conuaissaient mal; en le ridiculisant aux yeux de ceux
qui le connaissaient mieux. Et come ils 6taient nom-
breux, come ils remplissaientles salons deParis, comme,
en 1'absence de Rousseau lui-m6mc, de Buffon, dc Voltaire,
ils avaicnt des falcons de grands hommes et une assurance

(1) Eludes critiques sur l'hisloire de la litteraturefranfaise, 3 s6-
rie, librairie Hachelte, 1887, 3 vol. in-16.






DEFENSE CONTRE SES CALOMNIATEURS


d'oracles, comme ils 6taient enfin les vrais dispensateurs
de 1'estime et de la reputation littdraire, ils crdaient ainsi,
parmi les gens de lettres et les femmes, un pr6jug6 d6-
favorable et bientit injurieux A Rousseau. Les Encyclope-
distes ont ( pers6cutd ) Rousseau, come ils ont fait de
tant d'autres, avec les inmmes procdd6s, do la mnme ma-
nihre, dans la mdme measure qu'ils ont ( persecut ))
Fr6ron, par example, et g6neralemcnt tous ceux qui n'd-
taient pas de leur chapelle. )
Ce qu'il y a de particuliremenut significatif dans cette
just appreciation, c'est que la mani&re de procedcr des
Encyclopedistes du xvine siecle so retrouve absolument
intact chez los ( Encyclopddistes ) du xixe siecle. Tout
un group de r6volutionnaires, je veux dire de vulgarisa-
teurs A ]cur faqon de l'oeuvre de la RWvolution, a recourse,
dans la press, dans l'enseignement, A des moyens identi-
ques. On poursuivra Robespierre pour faire de Danton un
colosse. On cherchera les pretextes les plus tortueux, les
plus nettement jdsuitiques pour nuire a ceux qui 6tudient
la Revolution sans parti pris, en dehors do la petite cha-
pclle. Et c'est ainsi que les Tartufes de la d6mocratie sc
trouvent 6tre les dignes descendants des Encyclop6distes
de la monarchie.
Dans cette haine contre un homme poursuivi avant tout
pour son oeuvre, les accusations sont quelquefois grotes-
ques.
Voici M. Nisard qui, sans ambages, reproche a Rousseau
des'8tre, toute sa vie, plaint d'infirmit6s quine l'incommo-
derent jamais, ct cela ( par pure hypocrisie etperversiL6a,
vuqu'il avait une sant6 de rustre (sic).
Voici 1. Saint-Mare Girardin qui en fait un effront6, un
Priape (pourquoi pas un Germiny?), un j portierd6clama-
teur ).
Voici M. Deschanel qui, publiquement, dans ses course,






28 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

a traits Jean-Jacques de s voleur ), M. Deschanel, qui m'6-
crit avoir A dire sur le compete du grand moraliste ( plus de
mal que tout ce qui a 6t6 dit jusqu'a ce jour a.
Voici M3. Ed. Scherer, qui declare odieuse une lettre
(janvier 1757) oi il se d6bat contre Me d'Epinay, qui lui
fait une obligation d'aller i Paris soigner son ancien ami
Gauffecourt, A l'dgard duquel, rpourtant, ii avait quelque
raison d'etre froid.
Voici enfin tous les critiques s'dvcrtuant sir I'histoire
du ruban pris chez l"me de Vercellis. Et coinmme ce ruban
sans valour tournait i la plaisanterie, ils en Iont tour tour
une bague ou ine piece d'argenterie ? Le pr6facier de
I'edition Hachette (1853) le dit fort bien : ( Pourquoi
no pas accepted le temoignage de Rousseau centre lui-
mimc? Co n'est pas la valour de 1'objet voli, c'est le vol
qui faith le crime. a Eh hien! publier les remords de l'au-
teur, ce strait trop simple. Micuxvicux brodcr A plaisir(l).
Ernest Hamel qui, dans La statue de J.-J. Rousseau, a
repondu i bien des calomnies, faith ressortir en exccllents
terms tout le ridicule de cette critique s'amusant i comp-
ter des grains do sable :
r Enfant, le grand home a pissc dans la marmite
d'une voisine, et it I'avoue. Ah le gredin! Adolescent, il
s'est appropri6 un vieux ruban trouv4, et ii s'en con-
fesse numblement! Ah! ln voleur! June homme, il a
bu a la dirobde quelques bouteilles de vin, et il croit
devoir nous le raconter en toute huniliti. Ah! le pendard,
et comme il merite bien qu'on lui disc son fait!

(1) Un tcrivain suisse, le baron do Grcnus, revoque en doute
I'anecdote de Turin, los deux premiers livres des Confessions ayant
et6 rediges, dit-il, d'aprms de vagucs >ouvenirs d'cnfance et n'dlant
que do simples r6ininisconces. Scion lui, le ruban a diO tre trouvO
sur a pauvre Marion, et Rousseau, lui ayant donned cetobjet, le nia
quand il la vit accusee de son propre vol. (Voir Notices biographi-
ques de M1. de Grcnus.)





DEFENSE CONT'IE SES CALO3JNIATEURS


r De ses Confessions, lcs clients do M. Deschanel n'ont
vu que Ic petil c6td, et grAce Aun professeur trop spiritual,
elles n'unt pas apercu ce qu'il y avait de grandeur d'Ame
dans certain aveux don't on s'est offorce d'exagdrer la
port6e, et don't on s'est servi pour couvrir d'opprobre la
m6moire d'un des plus grands homes de hien que la
terre ait ports. )
Et plus loin, revenant sur les records don't Jean-Jacques
6tait obsede, Haniel ajoute :
o Quand je vois des liommes graves se fair de cet en-
fantillage un tcxte d'accusation contre sa mimoire, jo ne
puis m'empicher de sourire et de me rappeler involontai-
rcment tel et tel de mes camarades qui, lorsquo nous 6tions
au college, prenaientplaisir A d6rober les fruits du provi-
sour, faisaient volontiers main bass dans la caisse pater-
nelle, s'appropriaient sans scrupule curtains objetstrouv6s,
voire mime de l'argent; et qui, aujourd'hui, occupant
dans l'Adminiistration oudans la Magistrature de superbes
positions. Je suis bieo sir quo le souvenir de Icurs petits
mdfaits neleur occasionne, A cette heure, aucune espice de
records et n'a jamais trouble) lour quietude. )
Co n'6tait pas assoz d'avoir voulu fair passer un de nos
grands homnmes pour un voleur, il fallait encore lui don-
ner un vice honteux, l'ivrognorie. Precepteur chez Al. do
lably, il a emmagasinu queiques bouteilles d'un petit vin
blanc d'Arbois qui lui a chatouill6 agr6ablement Ie palais.
On s'en apercut et on lui retire la direction de la cave, ce
don't, entire parentheses, il se montra fort hcureux, ce qui,
par la suite, ne I'cmpclhera pas de conserve l'cstime de
M1. de Alably et de son illustre beau-frtre, de Condillac;
mais, do nos jours, les purs, los critiques sans pour ct sans
reproche n'en jugent point ainsi. Pour eux, c'est r un
ivrogne ) come ce fut ( un voleur ). Hcureusemcnt, il
est encore des Ames plus humaines, des penseurs connais-






30 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

sant mieux les vicissitudes des existences troubles, car si
une chose dolt nous surprendre, c'est qu'ayant mend du-
rant des annees une vie errant et miserable, Rousseau ( se
soit conserve aussi pur, anssi scrupuleux on toutes choses,
et ait garden taut de fiert6 et d'independance de caractdre ).



VI


Plus froide, plus mesur6e, plus serrde, ne sepassionnant
plus pour les theories de 'lhonmmc, ne s'inquietant que
des laits et gestes de sa vie accidental, de ses rapports avec
les uns et les autres, la critique documentaire est-elle plus
impartiale ? Un example suffira a nous 6difier.
M. Gaston 3Iaugras, a qui I'on doit une s6rie d'dtudes
fort interessantes sur le xvIle siecle, racontant par le
menu la querelle des deux plus puissantes individualit6s
de l'6poque, accord d'embl6e a Voltaire toute la rai-
son, toute la moderation, toute la g6n6rosit6, tandis que
les torts, d'instinct, sont pour Rousseau. Etilne lui vient
ieme pas t I'idec qu'un tel partage pourra paraitre quel-
que pcu in6gal.
Dans tons les ecrits du citoyen de Gcneve, M. Maugras
voit toujours des attaques dirigScs, plus on moins, centre
le seigneur de Ferney, et c'est i peine s'il consent a recon-
naitre les sarcasmes, les calomnies dont sent 6maill6s les
6crits de cc dernicr a I'adresse du pl6beion Rousseau. Vol-
taire n'a pas conspire centre Rousseau dans le sens propre
du mot,cela est evident; mais il a f;it tout cc qui dtait en
son pouvoir pour lui nuire, soit en France, soil, surtout,
auprisde sesconcitoyens gonevois. Cefut peut-6trede bonne
guerre, mais enfin il ne faudrait pas proclamer Voltaire le






DEFENSE CONTRE SES CALOMMINIATEURS


plus pacifique, le plus bienveillant des homes, alors que
Rousseau serait un gnueur, un malotru, passant son exis-
tence h i attraper ) les gens. Cette these de l'innocence de
Voltaire me parait bien difficile A plaider.
Par centre, que le citoyen de Gcn6ve ait eu quelques
raisons de se croiro vortuoux, M. Maugras ne peut l'admet-
tre. Et voilh qu'A cette seule idWe les calomnies roprcnnent
do plus belle :
( Vertueux! l'hommcquia mis ses cinq onfants A l'h6pi-
tal, qui a v6cu toute sa vie en concubinage, qui siduisait
les maitresses do ses amis! Vertueux! I'liomme qui, pour
vengerdes griefs personnel, soulevait la guerre civil dans
sa patric, l'hiomme qui a fait de l'ingratitude la rbgle uni-
que de sa vie et qui, dans son d6lire orgucillcux, s'est cru
au-dessus do tous les devoirs alin de n'en remplir aucun !
Vertueux! I'homme qui a trali et dilfamd tous ses
amnis!
Vraiment l'on croitrver en trouvant encore pareils lieux
communs en 1886, dans Ie volume d'un drudit ct d'un
observatour minutioux.
Ah combion Paul Albert voyait plus just quand il ecri-
vait A ce sujet : ( Ce n'cst pas A la critique a assigner des
rangs de vertu. )
Eh bion! oui, no vous en ddplaise, Jean-Jacques fut ver-
tueux, si l'on vent bien, encore une fois, se placer a son
point de vue do nature. II eut, comme tout tre human, des
vices, et fut loin d'6treexempt do fautes, mais il no commit
pas de bassesse, il v6cut on delors des competitions hu-
inaines ; jamais, pour parvenir, il ne porta prejudice
a qui quc cc soit; la science de l'intrigue resta, pour
lui, un livre fermd. II put manqucr A ses devoirs come
membre du corps social, I'homme rest propre, exempt
de toute souillure, ayant cotte fiort6 quc done la convic-
tion de no jamais s'6tre livrd A certaines de ccs actions ion-






32 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

teuses fl6trics par la conscience et si g6nrcuseinent admi-
ses par la corruption social.
Dans une chambro on vivraient cinquante personnel,
lair serait vite vicie et deviendrait pestilentiel. Or, ce
qui est vrai au physique I'est dgalement au moral. Ce qui
corrompt I'homme, c'est I'homme.
Et c'est pourquoi, mnalgrd leurs faiblesses, ce sont en-
core les isolds, les observateurs, les renfernms en eux-m -
mes qui sont les purs. Comment voulez-vous rester ver-
tueux on tout au moins conserver cette puret6 morale
que conVoit la nature, au milieu des agglomirations hu-
maincs, constitutes justement sur l'intrigue, sur le prin -
cipe de la fourberic, de I'liypocrisie sociales, touts cho-
ses contraires, pour ne pas dire diam6tralement opposes,
aux lois naturelles. Sous pr6texte dejuste condesccndance,
d'dgards dus au prochain, la soci6td tue l'indipendance, la
ficrt6 du caractere; sous pr6texte de fratern it6, elle abaisse
l'individu A des promiscuit6s, a des attouchements sans
o0n).
Le malheur, c'est qu'on n'a encore voulu comprendre ni
Rousseau ni le system prdconis6 par lui de retour la
nature, centre une civilisation artificielle, compose d'd6d-
ments factices. Or, on aura beau chercherl les ridiculiser,
A les travestir, invoquer lcs bons mots et les plaisanteries
de Yollaire, jamais le philosophy n'a eu en vue, en s'cxpri-
mant ainsi, la barbaric, la sauvagerie des premieres agglo-
m6rations humaines (1). L'tat de nature, c'est la vie douce,

(1) Rousseau, de son vivant debj, se trouvait interprWti do travers
par des imitatcurs qui n'avaient pas lenu un compto suffisant de
l'exag'ration voulue de sa forme litt6raire. A plusieurs reprises il
s'6dl\e centre eux. A Avait-il raison, so demand Saint-Marc Gi-
rardin 1 de combattre ainsi exaggeration n de sos imitateurs ? Oui,
assur6mcnt; il montrait par 1$ ce qu'il avait voulu: reformer ct non
pas dltruire, retarder les raffinements de la civilisation; ct non pas
replonger le monde dans lapremiere barbarie, s'opposer .ia mollesse






IiIWF'ENSE CENTRE SES CALOMN1ATEUIIS


loyale, sans supercherie, etnon Ics compronissions hon-
teuses des socitts parvenues it do tols besoins I'actices
qu'on en cst a se demander si, quelque jour, on ne s'6-
gorgera pas pour satisfaire A cette loi terrible de la con-
currence vital.
Et quant i ceux qui, au milieu des vidnites do nos sa-
lons inodcrncs, si plains de bruit et do papotages, croi-
raient encore aux attaques de Diderot centre les solitaires,
qu'ils m'rlitcnt cetto simple phrase de Villemain : ( Le
monde estadmirable pour aiguiser l'esprit, pour donner de
'esprit ; mais l'inspiration durable, le g6nie vculcnt la
solitude. Hors d'elle, rien de grand, etc... (1) )
Si I'on n'a pas compris on si l'on a falsili6 A desscin ce
quepr"conisait Rousseau, a-t-on inieux compris I'lomme ?
J'en doutc. Le pliilosophe de GoCeve est double, il port
en lui doux civilisations difllrentes. Impossible do to con-
naitrc, ct Inmnie de 1'6tudier, si I'on ne possede tous Ies
secrets de cette duality d'origine.
Ccci, M. Maugnas parait l'avoir entreov lorsqu'il crit:
Nl Non sculement parson infirmiit, inais encore par sa nais-

el non pas introduiro la gro-si&rotl. C'cst ainsi que l'acadc'iuicien
reiond viclorio'nsenic t it cello stupid accusilion, si souvent for-
mul60, d retour a la barbarie. Cotte opposition enltr I'tail de na-
ture s l'lotat de civilization eoL une des thLises les plus chOrcs au
xvs\l si'rloR. Ihtlil' in dit-il Ipas (Monsieur Nicola., ainni6 1757):
a I s q e I'l iiiiiiie est police il a ides gofits fictices. ,
(I Ciruziiez dans son Ilisloire lde la lilltratur' e franfrtis (Paris,
librairic acaddeiiqipue I)idlir), insisted i'galeimnt siur les avanlages lde
la retraite. ltiam rtquoiis en passant. diL-il, etIpoiur Iun'on y riNld-
clhis-', rltt, tIecondation de l'intelligence 1p);r Ia solilildc. Qul tro
grandil .lriv;.in, ont liissi', an xvn 11 idcle, dos iionuments dura-
blis, 't lIe noml de cliacin (ld'ux rappolle nno ret'raitc illustrlid par
leurs travaux. Le chlteau de la ltrItdLU raIcone la gloi're dI MonIes-
quicu; lonillar parle de HIullon ; Cire'y dr Voltaire, el on no si'];ar'
Jplus du iinoi de lioussatia celui do la vallic lde lunliiiorony. -
11 rst hon dli riipeler que 1'li[ai forl s.'- st i nltr, par iuincn ls,
]il1s iniisanlltirope (qIi le plilosopihe do Gienive.






JEAN-JACQUES ROUSSEAU


sance, Rousseau semblait pridestin6 A I'hypocondrie. Bien
des G~nevois, en effect, sontsujets a ine melancolie mala-
dive qui empoisonne leur vie et devient fritluemment h6-
rIditairc. ) Et pour ne point 6tre acens. de priter a plaisir
a un people voisin des ddfauts imaginaires, il s'appuie sur
1'autoriit d un dcrivain de mnme race, le pasteur Gaberel,
qui, dans son volume Ilousseau et les Gncvois, dlit que beau-
coup de ses concitoyens voicnt lcurs meilleures annees
absolumeit d6truites par cette fatale pensoe: tout Ic monde
2m'cn vent.
11 y a 1a, en effect, une predisposition naturelle au laisser
allor, au d6couragement, au fatalisme de cette espice de
manvais sort jet6 sur l'individu, -pr&lispositionqui se re-
trouve encore de nos jours chcz nombre deGInevois facile-
ment irrita bles, pou enclins prendre la vie sons son bon
c8td, el consequence, tris cortainement, de l'airambiant,
de la situation du pays en Europe, de la Iorine du culte.
Rousseau, qu'on le remarque bion, a des hats et des
bas ; des dclairs do g6nie et des allaisseineits suits. Tra-
vailleur inrlatigable, un rien l'impressionie et I'arrete. Non
pas, coinime on 'a faussement avance, lu'll ne soil propre
Ssubir la Iortune contraire, mais un des iiionvnients do
la solitude esl qu'elle ne pernnet pas toujours de porteravec
une gale traiLnuillite d'esprit le fardeau de la vie.
Parfaitument logique on cela avee les principos qu'il
essaiede fair privaloir, Rousseau obdit lien plus 6 la voix
de la nature qu'aux pr6ecptes de la sagesse de la science
de la vie. 1I va toujours droit devant lui ct ne sail pas
biaiser : n1 rien, une idde noire qui lui passe 5 travers le
cerveau, Iaitqu'il eclate; d'oi les brouilles subites, d'oulcs
coups de ttcl. Qu'il-nie soil permis, a ce propos, de repro-
duire ici la tris int6rossante page publiee par M1. le pro-
fosseur Eugine Ritter, un de ceux qui out le plus faith
pour la connaissance de notre philosophy dans son






DEFENSE CONTIE SES CALOMNIATEURS 3S

recent opuscule : Nlouvelles recheeiches sur les Confessions
el la cor espondance de J.-J. Rousseau.
Jamais, ces brusqueries, ces 6clats, ces faCons de partir
en guerre contre le genre human, ee cotd bougonneur,
r'onchoneue'rde l'individu n'ont tc, 6tablis pardcs aits aussi
pr6cis. Partant de cette irreparable sottise qui brouilla
Rousseau avec a ineilleurmie a ie qu'il aitcue, I'echange
de billets, puis 1'entrevue avec M"" d'lEpinay, MA. Ritter
6crit :
a Rousseau venait, pour la premiere fois, de nettre au
jour une des plus fAcheuses particularit6s de son caractere:
le tic de la brouillejie violence. Enurn6rous les explosions
successive qui t6moignont de ce ddfaut essentiellement gd-
nevois. Rousseau rompit en visiere successivment :
1 A M.- d'Epinay, dans la journey des cinq billets, au
commencement de 1'6td do 1757;
2 A Diderot, par une note do la L Lettre a d'Alembert a
qui parut a Paris le 2 octobre 1758;
3 Au docteur Tronchin, par une lettre encore inconn e,
qui doit exister dans les archives de la limille Tronchin,
a Gen6ve;
4 A Voltaire, par une lettre du 17 juin 1760 : ( Jo no
vous aime point, Monsieur, je vous hais ;
5o A MAl de la Tour-Franqucville, par une lettre du 11
janvier 1762, don't la dernirc phrase, dit .I. Sainte-Beuve,
est une grossiere injure;
Go A la R6publiquce d Genve, par la lettre du 17 mai
1763, au syndic Favre ;
7' A Moultou, par une lettre du 16 octobre 1763, dans
laquelle il lui disait: a La robe (de ministry du Saint-Evan-
gile) que vous portez ne peut plus que vous ddshonorer ;
8 A M'ne la mar6chale deLuxembnourg, par une lettre
du 5 juin 176;'
9' A Verncs (lettre A Duchesne, cdu 6 jauvier 1765 ) ;






JEAN-JACQUES ROUSSEAU


10 Enfina IHume (lettre a MA de Boufflers, du 9 avril
1766).
( AprBs le grand eclat de cette rupture, tous ceux qui
soutinrent encore des relations avec Rousseau Etaient aver-
tis, et personnel ne s'.tonnait plus de rien. )
Et notez qu'il n'est pas question, ici, des lettres folles A
ses 6diteurs, a cc malheureux Duchesne, sur le compete du-
quel il avait 6mis les plus noil's soupcons. Mais les faits se
trouvant ainsi classes et nettement exposes, le vrai carac-
tere de la monomanie de Rousseau rossort d'une facon
6vidente. ( 11 a un esprit, ) dit plus loin M. Ritter, ( of les
soupvons viennent en une nuit, comme des champignons,
etcn mime temps une extreme inertie; il ne fait rien pour
d6couvrir la v6rit6 ; il ne salt que s'effrayer, s'enloncer
dans ses iddes noires, se nourrir d'dpouvante, et 6crire la-
mentablement A ses amis pour les appeler au secours. II
faut alors que ses amis s'empressent et supplient par leur
ontregent, par leur zBle elaird A tout ce qui manque a Rous-
seau, absolument d6pourvu des qualities d'un detective. ,
VoilA, ce me semble, une veritable photographic morale
de Jean-Jacques, lc portrait qui 6tait A faire; quo nul
n'avait encore trac6 avec autant d'impartialit et de nettetd.
Peut-etre eit-il fall en accentuer les lignes, fair ressortir
cerfaines particularitds, notaminent celle-ci, que Jean-Jac-
ques, home d'impression et de sentiment, n'6tait point
fait pourles luttes de 1'existence quotidienne, pour les d6-
mA1ls de la vie, qu'il avait la conscience de fire oeuvre
utile a l'humanitd, et qu'il n1 se trouvait pas trop exigeant
en demandant pour lui un peu de cette affection don't son
coeur ddbordait; mais il n'en rest pas moins acquis que
M. Ritter a mis au point la figure toujours si complex de
Rousseau.







DEFENSE CONTRE SES CALOMMNIATEUIS 37




VII



On a souvent discut6 sur les Confessions, on s'est sou-
vent demand si lousseau avait cu tort ou raison do livrer
ainsi au public les faiblesses do sa vie priyde. Aujourd'hui
encore, les avis sent partagds.
En comimenlant cette 6tude, j'ai mis an jour la raison
qui me parait concluante : humanity6 lui en veut d'avoir
ainsi 6tal6 des vices humains (1). El voici qu'en termi-
nant, en relisant tous mes aulcurs rousseauistes,je trouve,
dans Ritter come dans Georges Saud, des impressions
qui confirment pleinement mon dire.
a Rousseau, au lieu do garder ses cartes eachles, les
pose routes sur la table; cc n'est pas ainsi qu'on jouc. ))
Qui dit cela? Ritter. Done, c'est bien un tort, et un grand,
do so dissdquer ainsi, de s'exposer en une absolue nudity
aux youx de I'avenir. Et Ic tort n'cxisto, commejele disais,
que parce qu'il on rejaillit toujours quclquc chose sur
l'lumanit&.
o Iln'y a point de fate isolie, a ajoute Georges Sand (2);
il n'y a point d'erreur dent quolqu'un no soil ]a cause on

(1) Cinq homines cc16bres ont, on lo sait, cntrepris, poussts par
des motifs diffTrents, d'lcrire lour vie, de sc nontror tols qu'ils
l.aient : saint Augustin, Montaigne, le cardinal de Retz, Cardan
et Rousseau. Les deux derniers prraissent avoir fail plus particulid-
rement lo sacrifice de lour amour-piropre, en avouant des actions
avilissantos. L'uruvredo Cardan, que Villernaiinappolle' un charlatan
de gfinito n, apres avoir excite en Europe la p[ls vive surprise, fut
vile oubtlio ett sans Ire jna ais sortie d'un ccL.le restraint il sa-
vants et de lithllrateurs.
(2) llistoire de meta ie, tome 1. Cahnann Livy, llitour.






38 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

le complice, et il cst impossible do s'accuser sans accuser
le prochain, non pas sculmenetl'ennemi qui nousatlaque,
mais encore parfois F'ami (]ui nous defend. )
Et le grand penseur fdminin, tout plein d'estime et de
sympathie pour Jean-Jacques, se demand si chercher des
torts pu6rils et raconter des fautes indvitables pent 6tre de
quelque utilild, surtout quandi on r6v6le < des fautes igno-
rdes afin d'avoir le droit de repousser des calomnies
publiques ).
SLa plupart de nos 'autes, h nous autres, honnmtcsgens,
ne sont rien de plus que des b6tises, et nous serious bien
bons de nous en accuser dcvant des gens malhonn6tes qui
fontle mal avecart et prd6mdilation. Le public se compose
des uns et des antres. C'cst lui fair un peu la court que de
se montrer pire que lon est, pour I'attendrir ou pour lui
plaire.
( Jo souffre mortellement (uand je vois le grand Rous-
seau s'humilier ainsi et s'imaginer qu'en exag6rant, peut-
6trc en inventaiit ces p6ch6s li, ii so disculpe des vices de
coeur qie ses ennemis lui attribuaient. 11 ne les d6sarma
certainement pas par ses Confessions. )
Bre', pour Georges Sand come pour la plupart des
ecrivains, Iavorables ou non a l'ceuvre du plilosophe, la
penitence publiquenescrl a rien, ct cctte maniire de s'ac-
cuser imanqued'humilit6, surtout quand on y nmle, come
I'a fait Rousseau, et come le ferait tout autre 6 notre
6po(lue ofi I'apologie individuelle est un besoin, des preoc-
cupations purement personnelles (1).

(1) 11 a 1ti souvent parle, en ces derniers temps, des M moires
intimeI de Restil de ]a lrcetonne, parus en 1796 sons le litre de:
Monsieur Nicolas ou le Ca'ur h~aai dovoild, et r6imprines depuis
par 31 I.iseux et Itolin, en 114 vol. A 3 fr. 5O. Rostif, on le sail, n'a
jamais i crit qu'un livre sous les titres les plus difflrents, l'hisloire
de sa vie, do ses impressions, do ses amours, do ses aventurcs, de
ses id6es. M1. Alcide Bonneau estime que ni les Confessions de







DEFENSE CONTRE SES CALOMNIATEUIIS


Je ne chorciherai pas i t ablir, pour la vinqgtime fois,
une comparison qiclcouque entire saint Augustin ct Jean-
Jacques, vu (lue toule comparison do ctcte cspice me
parait pu6rile el sans porttc. Quels rapports peut il exister
entire le chrdlien des iges hIlroiques et c philosopher qui,
luttant dans un milieu 'rivole ct incredulc, vent louner A
la soci6lt des bases plus solids, plus pures Qi'il y ait
plus d'hln ilite daus saint Augustin, cela cst do tout ev'i-
dence, cela ne dcmande nine pas it 6tre d6iuontrd. Ce
sont lcs nmours de I 6poque qui veulcnt cet 6lat d'ame.
L'un 6crit pour un people depers6cutes don't il faut soute-
nir la foi; l'autir jette eI cri d'alarme et, avec in art pas-
sionnd, lance i I'humanit6 ses souillures, ses petitcsses,


lHousseau ni les Miemoires de Casanova n'ont on plus grand accent
de sincCrit6, ni unec plus grande intensit; do vie. Soil. Seuloenent
Reslif nous fait assiter h tons les debordeinents de sa nature essen-
liollement sensuillc, sans avoir jainais cu en vue la iioindre id6o
do confession.
P'eot-tlr. au point do viue de la franchise di vice avoid naivet6
on impudence, Conine on vonurn y auraiL il plus de rap-
ports enl te les Contfessions de Jean-Jacques Bouclihrd (]a simi-
litudo des prinomis e'st. ii, assez singulicro), co Parisieni do la pro-
iiiiro moitii di x\ni suidxcle, quoe M. Liseux vient 'guiileiniL't d
r'inmpriinor. et les Confessions do Rousseau. Los confessions do
liouchlard dloinenlt ini oelt dos details fort scabreux sur sus nilcurs
ld'colier ct siir collcs de ses camarades, ainsi que des ditails plus
ile piqi[ultll suir ses amours.
Dans son ;LvertisseCmCeuni place n re icri(eux volume M Alcido
Bonucau di : Lorsque liousseau e'rivail son tamoux i)]l'i ibjule,
la plume liii strait tlolub6o dres mains, si ti(lqu'in lui avail mis
sous les youx It! iimanuse il do Bonhlard. Avec quell surprise et
(qul disappointemni'il il aurail. vu qu'un .IJan-Jacques coiiipllte-
ment inconiiii s'dtail. bien avaut nli. aviP6 dc div\oilerson iintirieur
et do montruer un lioinnii dains [outol la v6'rilr dr la natuiii e
Qu'il y ait encore plus d'ing niuiih' ci hez llouclardtl: qu'il n'ait ja-
mais song A nous pei:nire les nimuveinents dli sublime qu'il ail
Iraduit on no pout imilnuix touss sls es entllls tqu.'imispirenit lu ruse,
la vanity, li pollronnerie. lal'riponuorie .,je l' crois volontiers, nmais
hliez Bouchiard conuiin chez Ioslif, il y a une reclherche constant
dle l'rotique qui n'existe pas c z Itouiisseaiiu.






40 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

ses malheurs, forcant la post6rit6 A admirer en lui un
esprit suprieur don't Ic mecontentement provient pour
beaucoup du fait quc la soci6t6 au milieu do laquelle il
vivait n'a pas voulu se laisser faconner par lui. Beaucoup
appellcnt cela un orgueil illimit6. J'appcllerai cela, tout
simplement, la just conscience de la valeur quenous sen-
tons en nous. Et le tort de Rousseau n'est point de s'6tre
confess, de nous avoir montr6 un martyr A la poursuitc d'un
id6al, mais bien de ne pas avoir compris que scs mallicurs
6taient la r6sultante de son propre caractere ; que s'il ne
s'imposa point A ses contemporains, c'est parce qu'il lui
manquait et I'habilet6 et le savoir-faire; parcel que, vis-i-
vis du monde comme vis-a-vis des individus, il ne connut
jamais que les moyens violcnts et heurtds par lesquels on
blessed sans convaincre, jo veux dire sans s'imposer, sans
faire prdvaloir la marque de son g6nie individual.
11 y a lA, du rest, des questions de tempsct d'a-propos.
On ne s'empare pas de l'esprit d'une socikt6 frivolo qui
voit en toutc nouveaut6 une curiosity, une amusette, un
sujet de distraction, come d'uno socidt6 en movement,
en pleine 6bullition r6volutionnaire. L'une vent vivre sur
place d'une vie toujours gale, tandis que l'autre est faite
pour la march en avant, pour les tentatives hardies, pour
los enjamb6cs A pas de g6ant.
Pour ma part, encore une fois, j'estime que la confes-
sion publique, qu'il s'y mnle ce qu'on voudra en fait d'or-
gucil ou de tout autre sentiment tenant A I'6goisme du moi,
est la seule vraie, la seule utile. L'autre n'est quo la
satisfaction des Ames timorees, elle chlappe A tous, puisque
celui-la seul qui pourrait en faire des documents humans
pour I'histoire des 6poques ct des moeurs, j'ai nommB le
pretre, est l'esclave d'un secret.
Mon sentiment est que tout, en nous, I'Ame come le
corps, appartient a cette humanity don't nous sommes des






DEFENSE CONTRE SES CALOMNIATEURS


expressions agissantes. Nous pcsons Ics cervcaux des
grands morts, pourquoi la psychologic do Icur ttat intellec-
tuel et, par suite, I'aveu do lurs faulcs, de leurs faiblesses,
no scraient-ils pas 6galement pour nous tin sujet d'itudo!
l)u moins, j'ai la conviction qu'il en scra ainsi lorsque
l'humanit6 scra entrde dans sa period d'observation
scientilique.



VIII


Et maintenant, je conclus, persuade que les ennemis
d( Rousseau sont, aujourd'hui, ce qn'ils 6taieut il y a
quaranto ans, des gons i part pris, ne connaissant pas
hommee, no l'ayant jamais 6tudid et no Ie voulant pas.
Lour arme, cost la calomnic, et l'on salt,- IM. Courtat l'a
d6montr6 tout au long dans son volume : Defense de Vol-
taire contre ses amis et ses ennemis, sous conibien de
faces diverses se monte la calomnie. Calomnie do I'in-
suite, de citation, d'iisinuation, de clironologie, il y a lh
toutC une ecole, tout un trait qu'il faudrait, conmme Ic
demanded M. Courtat, imprimer oen tte dos oeuvres dela
plupart des poldmistes qui se sont aclarnes centre les
grands homincs, faisant de la calomnie leur meilleure
arme do combat.
J'ai dit que les ennemis do Rousseau n'avaient jamais
d6sarme. An lendcmain de l'inauguration do sa statue an
Pantlhon, ils south ce qu'ils ttaient aprBs Ie course si bril-
lammin nt prol'ess6 par Villemain. Aujourd'hui, cominmc il y a
cinquante ans, e'est pour eux un cynique, un miserable
solitaire rejet6 par la socidt6; il y a !utieux, c'est Tar-
tufe. Ne liii rcproclie-t-on pas d'avoir t6d ( un des plus






42 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

funestes ennemis du bon sens, du clair g6nie, de l'instinct
de franchise et d'dquilibre des Francais )!
N'ose-t-on pas, en plein journal, le reprdsenter comme
un cabotin ayant soign6 sa vogue avec une infernale habi-
let[, 1'cxeniple de quclque farceur contemporain ; n'ose-
t-on pas 6crire : On lui attribue des pensions, II les refuse
lorsque cela doit faire du bruit; si non, il cn empoche le
montant sans rien dire. )
Eli bien puisque la calomnie n'a pas desarm6, puisque,
chaque fois que le nom du grand pensenr revient sur l'eau,
elle va chcrcher tous les lieux communs d'autrcfois,
j'estime quo les belles paroles prononees par Vlllemain,
a l'ouveirure de sa 26 legon (1), n'ont rien perdu de lcur
actuality, t c'est pourquoi je les reproduis ici, certain
qu'elles scroi tune nouveaut pour la generation pr6sente:
( Lorsque je parole do Rousseau, ) disait a ses auditeurs
'illustre professeur, ( en melant A des critiques sinceres
]'admiration qu'il est impossible de lui refuser, on me
reproche dans des 6crits publics d'asoir faith I'apolhdose de
ce vil, de cet i/nfdme Rousseau. Et cependant, Messieurs,
vous savez je ne dis pas avec quelle sv&irite (car l'expres-
sion do la conscience n'est ni de la s6vdrit6 ni de l'indul-
gence, elle est involontaire, elle est imperative), vous savez
avec quelle conscience j'ai dit le bien, le mal,j'ai longtemips
aFpuye sur les erreurs qui avaient souvent obscurci, dans
lousseau, I'eclat d'une imagination forte vt d'une Ame
naturellement portie aux choses dlev6es... Eli bien tout
cola ne sul'fit pas. Cependant, cc n'est pas ma faute si sa
parole, puissanto come le glaive et comme le fou, agitait
les Ames de ses contemporains. Je ne suis pas un home
do son sikcle, je ne suis pas 1I. de Maleslerbes; je n'ai pas,

(I) Cours de litllratture franalise, par M. Villemain : xviir sii'cle.
Tome II, Paris, librairie acalblmiqul Didier.






DEFENSE CONTRE SES CALOMNIATEURS


dans mon enthousiasme, corrig6 socretement les 6preuves
de I''Emile; je n'ktais pas M. de Luxembourg on le prince
de Conti; jc n'ii pus, inmlgr6 les prdjug6s du rang scrupules de la croyanco, accueilli dans mon chAteau
J.-J. Rousseau, pliilosophc d6mocrate et libre-penseur; jo
n'ai point console ses rovers, idolatr6 sa gloirc prdsentc et
ifcticuse, dit-on ; c'est apres soixanto ans qiie, par curio-
site, par 6tude, ouvrant un livre don't les pages sout encore
animtes d'nne Bloqueuice qui no passera pas, je rends
compete des impressions d'entlioisiasme, d'toincmernt, de
douto, de blime que ce iivre fait naitre en moi. Je vous Ics
communique sans art; vous les jugez vous-mOines : je ne
voux ni vous imposer I'admiration, ni vois dl'endre la
censure; jo vous ni (lit seulement la verit6, et c'est la
vdrit6 (lu'on accuse. )
En 1889, comme en 1838, c'est la v6rit6 qu'on accuse, ct
je doute lbrt que les applaudissements doing is sans reserve
aux sages paroles de I'acad6micicn Villemain vicuient
accucillir aujourdl'ui coux qui essaient a nouveau d'expli-
(qur ct de juger cot home formidable, i la raison si im-
posante, a l'loqucnce si communicative, a I'imagination si
piiissante.
Lfichement, on a profits do tons ses aveux, pratique-
mcnt on a collection touts lcs fausses idecs contelnes
dans ses ouvn)rges, et c'est aisi que, continuant la tradi-
tion du ddnigrcment syst6matique, so forgcnt les diatribes
ct sc rdpandent Ils calomuies.
Vices et soplismes de Rousseau, pudcur des contempo-
rains, tout cola n'est quc mauvais pretextes. Ce sont les
v6rites si hauitement affirmies qui armentencore contre lui
les foules 6garbes; c'cst 'inflluence exerc6e par cc solitaire
dans tous les domaines de 1'organismc social qui irrite
les impuissants ot Ics esprits arriesrs.
Conscience, toi qu'invoquait note 6crivain, en sa belle






41 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

langue A 1'allure oratoire, conscience, juge infaillible du
bien et du mal, quand viendras-tu, entin, remetlant toutes
choses en place, le bllame comme 1'dloge, rendre A Rous-
seau la place qui lui est due, dans le souvenir, A 1'Lternelle
reconnaissance des humans ?
Puisscnt ccs libres 6tudes y contribuer pour une bonnie
part I

J. GRAND-CARTERET.












JEAN-JACQUES ROUSSEAU
TIE ET OUVIIAGES



1. Origins, jcunesse ct debuts. II. Premiers coups t'eclat de l'd-
crivain. I1. Los trois grands ouvragcs. IV. Persfcutions,
inort, derniers icrits. V. Conclusion.

L'crivain qui, avecVoltaire, contribua le plus A pousser
la literature du xvimlsiecle vers la philosophies, tout en se
faisant lui-mime une renommnc litteraire ind6poedante
des passions des liommes et des parties, come des con-
troverses des doctrines, Joan-Jacques Rousseau est nd L
Genive, le 28 juin 1712, et mort a Ermenonvillc, prys do
Paris, le 2 juillet 1778. Sa vie, malger beaucoup de tra-
verses, moins longue et moiiis dparpillke que cellc de Vol-
taire, mais non moins remplic, peut se suivre ais6uient ct
servir do lien a 1'itude de ses ouvrages, publids tard et
concentr6s dans uie assez court p6riode. La bizarreric et
lcs indgalit6s de son caractre, les erreurs ot lesd6faillances
de sa conduit cxpli(quent, en grande parties, les aspects si
divers do son g6nie, les contradictions de son ocuvrc, lcs
ardentes sympathies, los rdpugnances honnetes et los hainos
int6ressces don't son nom a 6t6 ct rest l'immortel objet.

I

La famillede Jcan-Jacques lIousseau 6tait d'origine fran-
caise, parisienne mime. Un do ses aieux, qui exergait la





'6 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

profession de libraire, ayant embrass6 la religion r6olrmee,
avait dfl quitter la France, au xvio sikcle,et 6tait alley s'6tablir
a Gen6ve. Son phre 6tait horloger et d'une habilet[ rcnom-
mre. Sa mnre 6tait morte, non pas en lui donnanl le jour,
mais quelques mois plus tard. Elev6 dans la maison pa-
ternelle avec plus de tendresse que d'intelligcncc, il lut
avec une extreme passion les romans du xvui sidcle et les
Vies de Plutarque, concevant un 6gal entliousiasme pour
les chimires et pour '1i6roismc. 11 avait dix ans lorsque
son pAre avait 6t6 forc6 de s'expatrier; il fut plac6 a Bossey,
prds dc Genive, clez le pasteur Lambercier. LA, dans un
milieu d'idtes et d'affections plus conl'ormes a son Age, il
prit le sentiment de la nature et de la vie des champs. A ]a
suite d'une punition qu'il trouvait injustcet qui I'exasp6ra,
il fut renvoyv A Goenve chez son oncle Bernard, ingunieur.
11 y resta trois ans. Plac6 d'abord chez un greffier, il fut
jug6 incapable do toute autre profession que d'un Btat
manuel et fut mis en apprentissage chez un graveur (qui le
traita avec brutality. S'etforcant en vain de tromper le sen-
timent de cette situation par la lecture et I'imagination, ii
se sentait entraine vers des vices don't la bassesselhumiliait
cet esprit nagu~re si exalt6. (( Jamais, dit-il, Cdsar plus
prdcoce oe devint plus promptement Laridon. ) II prit
cnfin le part de s'y soustraire par la fuite (mars 1728) et
fut recueilli par MIm" de Warens, jeune veuve protestante
nouvellemcnt convertie qui devint d&s lors sa bienlaitrice.
11 fut envoyd A Turin, dans un hospice de catkchumeues,
pour abjurer le protestantisme, avec la periapective d'ob-
teuir de la charity catholique une situation meilleure. Les
promesses ne sont pas tenues, et pour lui recommence la
vie erraute, avec des humiliations et des fautes quo Fon
ne connait que par son t6inoignage et qu'il crut sans
doute cxpier en les eonfessant.
AprBs diverse aventures, il entire chez la comtesse





VIE ET' OUVRAGES


do Vercellis, commune laquais, ct est ronvoy6 pour le
vol d'un ruiban, aggravN d'une d6inonciation calomnicuse
contre line jetme servant. II passe au service du comt .
de GouLvon, oflicior du roi de Sardaigne, ct so dis-
tinguc des autres domestiqucs co prolitant dcs bonnes
leVons do 1'abbd Gaime. 11 allait devenir secr6taire du
fils du eomtc, I'abb) de Gouvon, lorsqu'il so fit conge-
dier par suite do son cngou t ouin t ur uin jounc vaurien
g6nevois, avcc lieluel il so remit courir la campagrie, en
montrant connue curiosity uine fontaine intermittteut. 11
retourne, cu vagabotidant, a Annecy oh M"do Warens lui
donned nouveau asile; puis il entire au sdininaire de cette
ville oi un jeune pretre, I'abbl Gatier, prcnd soin do son
instruction. Los abb6s Gaime et Gatier out fourni, si'vant
Rousseau, les principaux traits do la figure du vicairo
savoyard. lenvoy6 a sa protcctrice, comme ( ni'dtant pas
mime boo pour Ltre pretre ), il avail coniu un goit pas-
sionui pour la musique et, mallieurcusement aussi, pour
tn aventurier musicic qui l'entraina i loutc sorte de sot-
tiscs. Audacieux ct timidc tout ensemble, ii n'avait pas
vingt aus qu'il avait dejd lbauchl plusieurs roman s eu
action sans ddnoutement, perdu par extravagance los ros-
sources offertes )par des rencontres bizarre et pouss6 jus-
qui'a Paris in voyage d'aventures sans rdsultats.
Ml" de Warens, qu'il alla retrouver A Chamnb6ry, lui
ayant procur6 tin emploi dans les bureau du cadastre, ii
le quitta pour eniseigner la inusique qui'il commncn~ait i
savoir, et trouva qutnclues leons. L'dtrange feiiime qui
mettait tout en systeic, ses vortus et ses d6faillances, et
qui l'avait trait coiine un fils, rcdoubla de soins et do
tendresses : ele lui lit reprcndre touted son education, le
soutenant dans les 6tudes qui le rcbutaicnt le plus, coming
le latin, lisant avec lui les grands ecrivains et Ics philo-
sophes, de pr6 'rence coux de Port-Royal .ct do I'Oratoire,





i8 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

enfin se donnant toute a cette oeuvre de ddvouement a la
fois et do faiblesse, don't Jean-Jacques devait divulgner
les mystores, les hontes comme les d6lices. I1 passa pris de
buit ans de cette existence heureuse, f6conde en 6tudes,
en rtves et en emotions don't la solitude des Charmettes,
pres de Chamb6ry, fut surtout le po6tique ot memorable
thjatre. Uno inaladie dangereuse don't il fut atteint fut
suivie d'acc6s d'hypocondrie profonde, compliquis d'une
excessive devotion. Un voyage L Montpellier le guirit de
ses vapeurs, moins par la vertu de la mIndecine que par
'elfet d'une adventure galante. Quand ii revint aux Char-
mettes, il no trouva plus aupres de Ilme de Warens qu'une
situation unacceptable, don't il aurait bien dL apargner
1'ignominic 5 sa mneoire, et il s'eloigna pour enter come
precepteur chez Ic grand pr6vut do Mlably, le frbro du pu-
bliciste de cenom et de l'abb4 de Condillac. 11 so consacra
une ainne A l'dducation de ses deux Al6ves, avec un m6-
diocre succbs et en resistant mal aux tentations (do son an-
cienne vie, puis il essaya de rentrer aux Charmottes; mais
il y retrouva les hontes don't il ne voulait 6tre ni le temoin
ni l'associ6, et ii les quitta sans retour, pour venir A Paris
chercher la fortune a l'aide d'un systime de notation mu-
sicale chilfr4e don't il Ptait I'inventeur et duquelil atten-
dait une revolution dans la musique mmne. 11 avait alors
vingt-neuf ans.
Accueilli par Riaumur et par Fontenelle, Jean-Jacques
Rousseau fut admis a lire un m6moire sur sa decouverte
dans la s6ance du 22 aoit 1742 de l'Acad6mie des sciences
et vit son syst6me condamnd. Tomb, dans une grande
gine et empach6 par la maladie de trouver un emploi, il
composa, dans sa convalescence, 1'opera des Muses ga-
lantes, puis obtint, par l'entremise de MI"l Dupin, unc place
de secrdtaire aupres de M. do BMontaigu, ambassadeur a
Venise. 11 la garda dix-huit mois, malgrd les violence et






VIE ET OUVRAGES


Ics avaniesqui l'uront le seul payementde son zile. Revenue
en France plus indigent qu'il in'n m tait part il parvint i
fair representer les Muses galanles clicz lefermier general
La PopeliniBrc et put croire un instant qu'il serait joud i
Versailles. Son soul profit fut d'cntrcr en relations avec
Grimm, Diderot, d'llolbacli, M'""' d'Epinay et autres nota-
bilitls des salons littiraires.
DIs cette dpoque, Jean-Jacques Rousseau connut a son
h6tel une jeune ouvri6re, Thirse Levasseur, dent il s'd-
prit ct qu'il associa A sa vie. I1 l'dpousa seulement vingt-
cinq ans plus tard. 11 en cut cinq enfants qu'il mit 6 l'lii-
pital, expliquant sa conduit moins par la mis6re que par
des soplismes. < Hors d'6tat de les lover moi-m me, dit-il,
il aurait rallu, dans ma situation, les laisser clever par leur
mere qui les aurait gates, et par sa famille qui en aurait
fait dos monstres. a Tristcs excuses do la part de I'auteur
de I'LEmile! 11 dit ailleurs que l'abandon de ses infants
fut un des records do toute sa vie. La tyrannic basse ct
tracassiere exerc6e sur lui par la more de Tlh6rBse tut le
chhtiment de cette funcste liaison.
Rousseau n'avait, en ce moment, d'autres resources
que celies qu'il trouvait comme copiste de musique, son
m6tier do predilection, auquel le rainenait souvent son
instinct d'ind6pendance. 'lme Dupin et son beau-fils, de
Francucil, le prirent pour secr6taire commun, au prix de
iuit cents francs par an, et I'cmmenrent, pendant 1'6td do
17'i7, Alcur chateau do Chenonceaux, on il 6crivit la com6-
die de I'Engagement tm6eraire. Ses relations de plus en
plus intimes avec Diderot lui firent conlier par celui-ci
les articles de musique do I'Encyclopldie. Elles devaicnt
rtre l'occasion d'une grande revolution dans son exis-
tence.







JEAN-JACQUES ROUSSEAU


11


Un jour, que Jean-Jacques Rousseau allait visitor son
ami, emprisonn6 Vincennes pour sa Leltre sur les aven-
gles, il lut par hasard, dans Ic Mercure, 1'anuonce d'un
concours ouvert par I'Acad6mie de Dijon sur cette ques-
tion : ( Si le retablisscment des sciences et des lettres a
contribute corrompre on it (purer les moeurs. ) Si l'on
en croit Diderot, ce serait lui qui aurait suggre6 -i Rous-
scanu 'id&e do rompre avec les lieux commons et de sou-
tenir, comme paradox A cffet, la these de I'influence
corrruptrice des lettres et des sciences ; mais, suivant
Jean-Jacques, la question pose avait t6 hA ses yeux, par
elle-meme, une soudaine illumination. ( Jc vis, dit-il, un
autre universe et je devins un autre liomme. ) La route de
Vincennes, 6tait, pour lui, un vraichemin de Danias. Sur-
le-champ, il 6crivit an crayon la fameuse prosopop6c de
Fabricius. 11 arrivait tout d'un coup A la pleine con-
science de toutes les idWes exag6rdes on exclusives qui
avaient jusque-Il ferment en lui a l'6tat de sentiments. Au
nom de la nature, il so declarait centre la soci6td clle-
mme, centre les sciences et los arts, centre la civilisation
entire. Obhissant a un instinct de r6volte longtemps
comprimi contre les idWes rescues ct les rbgles dtablies, ii
s'abandonnnit a l'empire d'un sentiment personnel t pas-
sionn6, en pregnant pour guide cette luour de v6rit6 qui
est au fond du paradox.
Le Discours de Jean-Jacques Rousseau fut couronn6 par
l'Acad6mie de Dijon, et son succes l'engagea d'une fagon
definitive dans une lutte cn regle centre la civilisation






VIE ET OUVRAGES


qu'il accusait de tous les vices des homes et de ses pro-
pres lclichts. Le feriier g6ndral Dupin lui olfrit alors chez
lui une place de caissier. II refusal, par conscience sans
doute de son inaptitude, et r6solut de romipre avoc le
mondo, Ies habitudes extirieures et le costume meme de
la society mondaine, declarant qu'il n'exercerait plus
d'autre m6tier que celui de copiste, et so soumettant,
mnalgr toutes les recriminations de la famille de Tlihrse,
a une systimatique austrit6. Les observations de ses amis
control les resolutions bizarre de cctte imisanthiropie de
parti-pris, ol I'on ne vit que de l'orgueil ct oh l'hypocon-
drie, la n6vrose avait une grande part, lui parurent 1'efclt
d'un system universal d'hostilit6s centre sa personnel; il y
repondit par in sentiment d'universelle alliance, et de 1l
le mallicur de sa vie : mallieur qui no fora que graidir
on mrme temps quo son g@nie et sa gloire.
Rousseau avait trento-huit ans, lorsque son premier
Discowrs le lit sortir do son obscurity. 11 (ul d'abord a ce
succcs littdraire un triomphe musical. Le roi voulut en-
tendre un opera d'un aussi edlcbre dcrivain. Le Devin du
village eut, A Versailles et A Paris, un succ6s d'enthou-
siasme. Le philosople en profit pour nienux marquer la
rigueur do ses nouveau priiicipes; ii affect d'assister on
tenue ndgligee a la representation de la court et voulut
rester copiste de musique. il se jcta, avec Grimm, dans la
fameuse querelle entire les partisans dc lameau et ceux
de la musique italicnne, et so dlciara pour cotton dcerniereC
dans sa Letlle sitr 1' musique fran'aise (1753), qui accrut
sa reputation on excitant centre lui d'icllroyables fureurs.
La mnme ann6e, sa com6die de Narcisse ou l'Aimanl de
lt;-mniec, en un acte et en prose, rebutdo jusque l- par
les comddiens, tait jouae au Thrftrc-FranQais et lui valait
un chlic.
L'auteur devait so rclever ave- eclat, a propos d'uu





JEAN-JACQUES ROUSSEAU


second concourse acadimique, par son Discours sur l'oli-
gine et les fondements de l'inegalite pai mi les holines
(Amsterdam, 1755, in-8), qui, sans Wtre couronn6, fit
non moins do bruit et avait plus de portne que le premier.
S'attaquant do nouveau h la soci6t6, il mettait anu les vices
do sa constitution et leurs consequences. II combattait
avec la mmne ardeur la noblesse, la royaut6 de droit divin
et les prtiendues convenances sociales. 11 s'en prenait aux
fondements memes des institutions, en rapportant tout le
mal a la propri6t. a( Le premier, dit-il, qui, avant enclos
un terrain, s'avisa de dire : ceci est a moi, et trou\a des
gens assez simples pour lec roiro,. 'ut le vrai fondateur de
la soci6dt civile. Que de crimes, de guerres, do meurtres,
quo de miseres ct d'horreurs n'cfit point 6pargnrs au
genre human celui qui, arrachant les pieux ou comblant
le Ioss6, eut crid a ses semblables: (( Gardez-vous d'Scouter
a cet imposteur ; vous etes perdus si vous oubliez que les
( fruits sont tous et que la torre n'est a personnel. )
Opposant pour la scconde fois la nature A la civilisation,
Rousseau pretendait que celle-ci rend 'liomme malhcu-
reux et coupable, tandis que le sauvage, I'homme primi-
tif, est bon. libre et lieureux. ( Vous nous donnez envic
de marcher A quatre pattes, a disait Voltaire A I'auteur,
saus arreter par cetteironie le gotitnaissant du siecle pour
ces errcurs ou ces exagdrations.
On peut consid6rcr come un plaidoycr de plus contre
la civilisation la Lettie i d'Alembe'rt centre les spectacle.,
a propose de Particle Geneve dans 1'Encyclopedie. C'est, en
quclque sorte, le pendant du manifest de Bossuet conti,.
le thdfitre. 11 est curieux de voir, non sculemcnt un au-
teur d'op6ra et de comedies lancer un d6cret de proscrip-
tion contre les representations dramatiques, mais encore :
I'ecrivain qui a port la passion a l'exces dans tous Ie-
genres litturaires, s'dlever centre celui oiu la passion a ..





VIE ET OUVRAGES


plus naturellemcnt sa place. De cette Icttre controls spec-
tacles Roussvau fait une Blude complaisante de critique
dramatique. II rend compile particulireincnt du theatre
de Voltaire et discute chacune de ces pieces,dont le merite
litteraire lii parait rendre les seductions de la sclne plus
dangoreuses. A cette 6poque, il en dtait encore aux pold-
miques courtoises avec lc philosophy de Ferney, qu'il
prenait A parties dans ses lettres sur le pomo tie la Loi na-
turellCe ft l IMsastre de Lisbonne. Pen A pcu, il s'aigrit
centre lui et ne le distingua de ses innombrables persecu-
teurs de la ( coterie holbachienne ) que pour l'accuser de
former, avec d'Alembert et Hume, tn des triumvirats qu'il
voyait succcssivcment A la tate des conspirations centre sa
personnel.



III


itabli par M'me d'tpinay a l'Ermitage, sur la lisiEre de
la fort de Montmorency (avril 1756), Jean-Jacques Rous-
seau vivait partag6 entire de charmantes reveries dans
une belle solitude, les tracasseries quotidiennes d'un int6-
rieur vulgaire, Ics craintes plus ou moins climtriques
d'inimities encore assez inoffensivcs et 1'eicliantement de
sa passion pour AM"l d'Houdetot, la belle-scour de Mhm d'Ei-
pinay : passion attard6e qui lui avait envahi la tAte, le
coeur et les sens. C'est dans cesconditions qu'il composa le
roman de Julie ou la Nouvelle Ileloise (Amsterdam, 1760,
6 vol. in-12), qui mit le sceau A sa popularit6d' crivain.
Ce n'Wtait pas seulement une histoire d'amour, tres
simplede composition et tres sobre d'incidents, oh lasensi-
bilitO s'6panchait en lots d'dloquence, parfoisde d6claina-






54 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

tion; c'6tait, dans la pensde de I'auteur, un moyen de r6-
formation social, une satire, une lecon A la Ibis lt un
module efforts a ses contenporains. a J'ai vu les mneurs de
mon temps, dit-il, etj'ai publ ieces letters; que n'ai-je vecu
dans un siAcle oh je dusse les jeter au 'eun )) Singulier
outrage de moralisation don't l'auteur. avec son exagera-
lion ordinaire, lit que ( cello qui en osera lire un. seule
page est une fille perdue ), ct qui, toujours suivant I'au-
tour, (( doitd6plaire aux libertins, aux divots, aux pliloso-
phcs,clioquer los femmes galantes ct scandaliser Ics honnd-
tes 'emines. ) Malgr6 des sentiments hors de nature, 6gale-
ment guindes dans la passion et dans la vcrtu, malgr6 la
tension ou I'emphlase du style, la Nouvelle Il;loise a pris
place parmi les couvres les plus populaires des temps 1110-
dernes, et son heroine parmi les creations imperissables
de la fiction littdrairc. La sup6riorit6 et I'originalit6 de ]'6-
crivain eclatent particuliremeint dans le paysage on, prr-
destin6 a faire cole, il porte une v6ritL, ine poesie incon-
nues jusque-lii.
Brouill[ avoc Nel d'Epinay et, par contro-coup, avcc
le poote Saint-Lambert et Diderot, Rousseau l'6tait dUjA
avec le jaloux et vindicatif Grimm, et, A en juger par
les correspondances du temps, il commncncait iA tre pour-
suivi de haines i*ritalbles, provoqutes par son talent
et ses succs, autant que par son humeur fantasque et
oinlrageuse. Ile d'Elpinay 1'avait brusquenmnt ren-
voy6 de l'Ermitage, ot il s'6tait retired A Mlontlouis-sous-
Mouitmorency, n'acceptant que d'une faion provisoire
l'hospitalit6 du marechal do Luxembourg. Malgr, sa haine
centre l'aristoocrtie, il se voyait recherchl et, a l'occasion,
prot6gA par ello. Par amiti6 pour lo marechal. le dirccteur
de la librairie, Malesher)es, lui tkmoignait de l'int6ret et fa-
vorisait la publication et la circulation de ses lives. lious-
seau devait voir sous ce patronage meme un piege et, dans





VIE ET OUVRAGES


les facilities accordies pour l'imprimer, des machinations
destinies a le perdre. Quoi lu'il cii soit, Malesherbes iii
offrit do collaborer au Journal des savants, ce que Jean-
Jacques refusal, comme uine sorted'esclavago auquel ilpr6-
f6rait son mdtier de copiste. Ce fut au milieu de cos in-
qui6tudes etde ces relations si troubles qu'il public coup
sur coup les doux lives qui achiventdo marquersa place,
dans son siecic, conmme politique et come philosophy,
et, dans l'histoire littlraire, come 6crivain : Du Contrat
social ou Principes da droil politique (Amsterdam, 1762,
in-12), et Emile on de l'Education (Amsterdam, La IHayc,
Paris minmo ann6e, 4 vol. in-12 et in-8).
Le Contract social n'est que le d6voloppcmenut t la mise
en systime des ides du Discours sur l'ingalitd ties condi-
tions. L'homme est n6 libro, et parlout il est dans les
frs : a voil I e principe et le faith qui servent de point de
depart. La servitude de l'hoinme n6 dans la liberty et pour
la liberty vient de la soci6tl qu'il s'agit de constituer do
manibre A conserve le pIus possible de l'ind6pendance
primitive. Rousseau croit y arriverpar I'organisation de la
souverainet6 national, dont il troupe moyen do fire un
instrument dedespotisme plus oppressif quo les l6gislations
les plus tyranniques te l'antiquit6. An rebours de Montes-
quieu, qui eontrole sans cesse lesprincipcs par les faits, il
part de principles absolus eten dduit lesconsiquencesavec
une rigneur g6oin6triquO, nc tenantcoimpte ni de I'histoire,
ni dt l'exp|trictice, ui de l1'cononie polilique. 11 imagine,
par la seule force de la meditation, uii machiiie simple et
puissante, don't il combine les rouages, sans preoccupation
de la nature, des facultes, des aspirations tes 6tres qu'clle
doit eitraijerdans ses mon vements. Jamais la liberty n'eut
moins de place (que dans cotte pretend nl restaura tion do la
libert6i naturelle. L'Etat est tout,l'iudividu n'est riei qii'un
element soumis, corps ct nime, a I'inllexible justice et a






i6 JEAN-JACQUES ROUSSEAU

l'infaillible sagesse du peuplo; cclui-ci fait la morale et la
religion, come il fait les lois. Celui qui ne eroit pas aux
dogrnes doerkt6s par le l6gislateur doit etrebannidel'Etat;
celui qui, les ayant reconnis, cesse d'y croire, sera puni
de mort. Car rien no doit rompre l'unit6 social.
Si l'Esprit des lois a inspire Ie grand movement d'af-
franchissement qui aboutit, avec la Constituante, laDlela-
ration des droits de l'hominme, le Contrat social estlepr6am-
bule de la politiquc absolutistedela Convention. II donnela
th6orie; Robespierre et les Jacobins se chargeront de la
pratique. Le style, contenu par la m6thode, estd'une nettet6,
d'unerigueur, d'unepr6cision mathlmatique. Digag6, par
exception, des entrainements oratoires families A I'auteur,
il a quelque chose d'inflexible et d'impassible come la
pensCe, et ne compote d'autre movement que celui de la
deduction logique. Jean-Jacques Rousseau a subi, pour la
forme plus que pour le fond, I'influence de Montesquieu.
Ajoutons que le Contrat social n'etait qu'un extrait d'un
ouvrage beaucoup plus vaste, les Institutions politiques
que l'auteur cut longtemps sur le cliantier et qu'il d6trui-
sit, n'ayant pas le loisir do l'aclever.
L'E'mile est le monument le plus complete de la philo-
sophic do Rousseau. Sous pretexte d'Sducation, il reprend
A leur origin meme les principes de la religion et do ]a
morale, et les suit dans toutes leurs applications h la vie
humaine et 5 la socikt6. L'id6e mrre est celle que les pr6-
eodents ouvrages nous out d6jA fait connaitre; c'est que
l'homme est naturellement bon et que la soci6t6 le d6prave.
a Tout est bien, sortant des mains de l'auteur des closes;
tout d6g6nlre entire les mains de l'homme ) : tels sont les
premiers mots du livre. L'dducation ordinaire est I'instru-
ment do eette d6pravation ; ell substitute nos pr6jug6s et
nos vices acquis a la rectitude originelle de la nature. La
seule bonne education est ( l'Sducation negative ), qui ne




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs