Title: BULLETIN DE L'ISPAN
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00097351/00009
 Material Information
Title: BULLETIN DE L'ISPAN
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Bibliotheque Nationale d'Haiti
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: January 2010
Copyright Date: 2010
 Record Information
Bibliographic ID: UF00097351
Volume ID: VID00009
Source Institution: Bibliothèque Nationale d'Haïti
Holding Location: Bibliothèque Nationale d'Haïti
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 1 MBs ) ( PDF )


Full Text




Z





C)









Z


LII
I



-J
-J


1979- 2009

les 30 annes de I'ISPAN

Il y 30 ans naissait I'ISPAN...


En 1979, l'Etat hatien transformait le Ser-
vice de Conservation des Monuments et Sites
Historiques qu'Albert Mangons avait fond
sept annes auparavant en un organisme
d'Etat. Un dcret gouvernemental datant du
28 mars 1979 cra l'Institut de Sauvegarde du
Patrimoine National (ISPAN), organisme tech-
nique autonome ayant pour mission :
* de dresser l'inventaire et le classement des l-
ments concrets du Patrimoine National;
* de raliser des tudes gnrales et dtailles
de projects de restauration et mise en valeur de
monuments et de sites historiques; d'assurer la
direction et le contrle des travaux d'excution
de tels projects ;
* d'aider la promotion et au dveloppement
d'activits publiques ou prives visant sauvegar-
der le patrimoine national ;
* de diffuser toutes informations et documenta-


* Albert Mangons (I)I1/ 2QJ2


La aneere royaie ae la uiiaceiie nenry


et la carte de voeux de l'ISPAN


tion relatives au patrimoine architectural et mo-
numental, national et international.
En crant cet institute scientifique et tech-
nique, l'Etat hatien, sous l'impulsion d'Albert
Mangons, fait le choix d'manciper, la Con-
servation du Patrimoine de sa tutelle tradition-
nelle au secteurTourisme, secteur qui avait t
l'origine des premiers movements de res-
tauration de monuments historiques quelques
dcennies plus tt.
Ds 1932, sous le gouvernement de St-
nio Vincent (1930 1941), dbutrent, en
Hati, les premiers travaux de rparation et
d'assainissement de nos monuments histo-
riques. Par un appel solennel la Nation, le
Sommaire
1979-2009, les 30 annes de l'ISPAN
*Albert Mangons
...en quelques dates
Page perdue et retrouve
La chronique des monuments historiques


BULLETIN DE LISPAN est une publication mensuelle de l'Institut de Sauvegarde du Patrimoine National destine
vulgariser la connaissance des biens immobiliers valeur culturelle et historique de la Rpublique d'Haiti, promouvoir
leur protection et leur mise en valeur Communiquez votre adresse lectronique ispan.bulletin@gmail.com pour
recevoir rgulirement le BULLETIN DE LISPAN.Vos critiques et suggestions seront grandement apprcies. Merci.


BULLETIN DE L'ISPAN No 8 1 er janvier 2010 I


15WqN







prsidentVincent lana une souscription natio-
nale afin de runir les fonds ncessaires. Des
travaux furent raliss sur de nombreux sites,
tels : 'Esplanade de l'Intendance, construite en
1750 et situe l'avant de la Cathdrale de
Port-au-Prince, la Citadelle Henry, la chapelle
du Palais de Sans-Souci, le Palais de la Belle-
Rivire dit Palais aux 365-Portes, la Petite Ri-
vire de l'Artibonite, la forteresse des Platons
Dussis, prs des Cayes et le Fort Alexandre
Fermathe. Ce souci pour le patrimoine histo-
rique se manifesta galement par des travaux
d'archologie sur des sites prcolombiens me-
ns par des chercheurs hatiens.
C'est de cette poque, galement, que
date notre premiere legislation spcifique
sur les monuments, ruines et souvenirs his-
toriques, les immeubles ou objets mobiliers,
sites et monuments prsentant un caractre
archologique, historique, artistique ou autre
d'intrt public.
La Loi Vincent, bien que trs complete et
avance pour l'poque, ne fut pas applique:
aucun inventaire ne fut ralis, aucune liste of-
ficielle publie, la Commission des Monuments
Historiques projete ne vit jamais le jour..
Nanmoins, la visit de certain monuments
historiques prend une place important dans
les programmes de 'Education Nationale.
Sous la prsidence de Paul-Eugne Ma-
gloire (1950 1956), le programme de pr-
servation et de valorisation continue sur la


mme lance de la LoiVincent. Les travaux de
consolidation de la Citadelle Henry et du Palais
de Sans-Souci, interrompus durant une dizaine
d'annes seront rouverts; les ruines du Palais
de la Belle-Rivire sont amnages en com-
plexe administratif; le Fort l'Islet, dans la baie
de Port-au-Prince, est transform en accueil
touristique; le site historique de Vertires,
l'entre du Cap-Hatien, est dot d'une statue
monumental et agrmente d'une prome-
nade. Ces travaux sont raliss principalement
par les ingnieurs desTravaux Publics.
la fin des annes 50, les projects sont
abandonns et les dispositions lgales oublies.
Les troubles politiques freinent brutalement le
dveloppement du tourism et avec le mou-
vement de preservation et de mise en valeur
du patrimoine. Il a fall attendre le dbut des
annes 70 pour assisted une reprise du tou-
risme et son corollaire : un regain d'intrt
pour le patrimoine historique.
C'est dans cette nouvelle mouvance que
l'Etat hatien cre l'Institut de Sauvegarde du
Patrimoine National afin de donner la con-
servation du Patrimoine toute son autonomie,
en tant que discipline part entire. De cette
mancipation de la conservation du Patrimoine,
Albert Mangons croyait, just titre, que les
valeurs que vhicule la Conservation du Patri-
moine se situaient au-del du commerce et de
l'industrie touristique. Selon lui, ces valeurs que
vhicule la conservation du Patrimoine sont en


z
4
ci






-~-4


* Restauration de la Batterie Coidavid
de la Citadelle Henry


SPose de la charpente de la Batterie Royale de la Citadelle Henry

BULLETIN DE LISPAN No 8 1er janvier 2010 2







du iz z

1- t ..~~ -


Restauration du fort Jacques Fermathe (19/9)



tout premier lieu le enforcement de l'identit
national autour d'une Histoire commune
tous les Hatiens. Puis viennent les valeurs his-
toriques et culturelles que vhiculent les mo-
numents historiques. Les valeurs cognitives du
patrimoine taient pour lui galement essen-
tielles. Et, enfin, en toute evidence, les valeurs
conomiques et sociales que peuvent gnrer
une exploitation rationnelle et intelligence de
ce patrimoine devraient absolument tre pri-
ses en compete. Mais pour Albert Mangons,
au del de ces considerations esthtiques,
culturelles, techniques et conomiques, la con-
servation du patrimoine architectural doit
trouver sa veritable finalit dans la recherche
de solutions aux problmes humans soulevs
par les transformations brutales du milieu de
vie. Il s'agit de prendre conscience d'une com-
munaut organise qui a le droit d'exister dans
des conditions dcentes, qui doit s'panouir et
pour laquelle le Patrimoine doit rester l'un des
principaux facteurs de cohsion social.
Ds sa creation, I'ISPAN prit la relve des
travaux de restauration de la Citadelle Henry
et du Palais de Sans-Souci, commence par le
Service de Conservation des Monuments his-
toriques. Ces travaux consistaient essentielle-
ment en la mise hours d'eau, la protection et
la stabilisation de ces monuments historiques,
avec l'assistance technique de l'UNESCO et
un financement du PNUD et du Trsor Public
hatien.
LISPAN entreprit ces travaux sur des
bases scientifiques, conformes aux normes in-
ternationales, avec une quipe pluridisciplinaire
forme d'architectes, d'ingnieurs, certes, mais
galement de sociologues, d'archologues, de
chimistes spcialistes en la conservation de
la pierre ou en la conservation de mtaux,
d'historiens, de photographs, de spcialistes
en amnagement du territoire, matre-char-
pentiers, matre-maons, etc. Bon nombre de
technicians ont pu tre ainsi forms, aussi bien
sur le terrain qu' des course de spcialisations
dans des centres d'enseignement reconnus de
conservation du patrimoine l'tranger. Une
place important ft accorde aux investiga-


* A. Mangons et W Hodges inspectant le chantier
de fouilles archologiques de Puerto-Real
(Limonade, 1979)

tions historiques et archologiques pour une
meilleure interpretation de ces tmoins muets
que sont les monuments historiques.
En treize annes de travaux titanesques,
la Citadelle Henry et le Palais de Sans-Souci
furent mis hours de danger et sauvs d'une des-
truction irreversible. Ces travaux, qui devaient
constituer une premiere phase, s'achevrent
en 1993. Une belle venture de l'Homme mo-
derne, a-t-on pris l'habitude de qualifier cette
pope.
Paralllement, I'ISPAN poursuivit, ds
sa creation en 1979, le premier inventaire
scientifique et objectif de monuments histo-
riques d'Hati, project initi un an plus tt par
l'Office National du Tourisme et des Relations
Publiques. Pour raliser cet inventaire, Albert
Mangones s'entoura de jeunes fraichement
sortis des coles, qu'il attela cette formida-
ble et exaltante tche. Albert Mangones, dans
son immense gnrosit, laissa une trs large
marge de manceuvre ces jeunes tout en les
encadrant, les encourageant et leur prodiguant
de judicieux conseils bass sur sa trs longue
experience. L'quipe de l'Inventaire des Mo-
numents Historiques entreprit de sillonner le


a


SLes plans du fort National construit en 1794 par
les Anglais. Document retrouv aux Archives de la
Marien Vincennes (France)

pays la recherche de ruines et de construc-
tions anciennes tout en se documentant dans
les crits d'historiens tels Madiou, Ardouin,
Cabon, Debien, Marc Pan, Georges Corving-
ton et autres ou des chroniques d'poque, du
Journal de board de Christophe Colomb aux
description d'Edgard Laselve, en passant par
les textes de Labat, de Moreau de Saint-Mry
ou de Descourtiltz.
Les recherches en archives ne furent pas
ngliges. L'quipe de l'inventaire frquenta
rgulirement la Bibliothque Nationale, la
bibliothque de Kurt Fisher, celle de Jean Fou-
chard, des Frres de l'Instruction Chrtienne
o notamment tait dpos, l'poque, le
fonds documentaire Edmond-Mangons.
L'nventaire des Monuments Historiques
entreprit galement le rapatriement des car-
tes et plans de la Colonie de Saint-Domingue
dposs aux Archives de la Marine de France
et aux Archives de France Section Outre-Mer.
Les expeditions de recherches scien-
tifiques sur le terrain s'accompagnaient de
relevs architecturaux et du remplissage de
fiches d'inventaire. Des rapports de synthse
suivaient.Ainsi furent identifies et documents,


I I

-A***
tr _


Restauration de la Barrire-Bouteille au Cap-Hatien (1982)

BULLETIN DE LISPAN No 8 1er janvier 2010 3








































entire autres, le systme de defense de la colo-
nie franaise de Saint-Domingue, le rseau des
fortifications hatiennes riges au lendemain
de 1804, les rseaux d'habitations coloniales
sucrires, les centres historiques du Cap-Ha-
tien, celui de jacmel et celui de Port-au-Prince,
les sites du premier voyage de Christophe
Colomb sur la cte Nord d'Hati, etc. Des
conferences, des expositions, des articles de
journaux permirent de communique les r-
sultats de ces recherches la population qui
progressivement prenait conscience de son
patrimoine. Les travaux de l'Inventaire devaient
aboutir au classement de 33 monuments et
d'un centre historique, le Cap-Hatien, par un
arrt prsidentiel public le 23 aot 1995. Une
premiere dans l'histoire de la conservation du
Patrimoine en Hati.
Si en 1979, une dizaine de constructions
tait considre par la socit hatienne com-
me faisant parties de son patrimoine historique,
30 ans plus tard, pas une semaine ne passe
sans qu'un notable, une autorit locale, un lu,
un responsible religieux ou un particulier ne
signal I'ISPAN une construction ancienne
qu'il juge devant faire parties du Patrimoine
National. La notion du Patrimoine s'est largie
dans les consciences pour s'tendre jusqu'au
patrimoine immatriel, tels les traditions, la cui-
sine, la danse, les religions... Aujourd'hui, alors
que la socit hatienne dcouvre l'immensit,
la diversity et la richesse de son patrimoine
cultural, alors que se prcisent les perspecti-
ves du dveloppement touristique, alors que


la jeunesse hatienne est en bute une svre
cruise d'identit culturelle, alors que la con-
naissance de notre pass doit nous servir de
mode d'emploi du territoire, face la dgra-
dation alarmante de notre environnement na-
turel, I'ISPAN se retrouve priv de resources
humaines adquates et priv de ses ressour-
ces financires traditionnelles. Amput de 50%
pour l'exercice budgtaire 2008-2009, le Bud-
get d'Investissement de I'ISPAN, pour l'exer-
cice actuel, a encore drastiquement diminu,
l'Etat hatien tant confront d'autres svres
et exigeantes priorits. Face cette situation,
l'Institut s'est vu oblig de diversified ses sour-
ces de financement, tout en restant dans le
cadre de sa loi organique et se turner vers
l'assistance international, les Organisations
Non Gouvernementales et le secteur priv.
Dj cette dmarche a commenc porter
des fruits. En deux annes, I'ISPAN, traversant
les plus difficiles moments de son histoire, a pu
avec des collaborations diverse intervenir sur
le centre historique de jacmel, notamment la
Vieille Prison, avec une subvention des Fonds
de l'Ambassadeur des Etats-Unis d'Amrique
en Hati et relancer, avec l'aide de l'Agence
Espagnole de Coopration Internationale de
Dveloppement, l'inventaire des Monuments
Historiques dans le Sud-Est, et projeter l'am-
nagement d'un centre d'interprtation d'Archi-
tecture et de Patrimoine dans cette ville.Avec
l'appui de la FOKAL et au Bureau du Premier
Ministre, I'ISPAN a organise une important
exposition sur le centre historique de jrmie.


En partenariat avec la firme LOGO+, l'Institut
a public un livre sur la Citadelle Henry, le Palais
de Sans-Souci et du site fortifi de Ramiers.
Avec des fonds spciaux du Ministre de l'Int-
rieur et des CollectivitsTerritoriales, I'ISPAN a
pu achever in extremis les travaux de stabilisa-
tion de l'escalier monumental du Palais du Roi
Sans-Souci, qui menaait de s'crouler. En
juillet dernier l'Institut a galement cr une
revue abondamment documente et illustre,
le BULLETIN DE LISPAN, qui est distribute
gratuitement sur Internet chaque mois envi-
ron 3000 abonns rguliers. La production de
cette revue est soutenue par des contributions
prives diverse. En dcembre 2009, grce au
support de gnreux mcnes, un livre d'di-
tion de luxe sur Citadelle Henry, aprs deux
annes de travaux, a vu le jour.
LISPAN est aujourd'hui un carrefour
particulier de son histoire, une histoire qui est
dfinitivement lie celle du Parc National His-
torique Citadelle, Sans-Souci, Ramiers, class
Patrimoine de l'Humanit par l'UNESCO de-
puis 1982. Le Centre du Patrimoine Mondial,
agence de l'UNESCO, charge de la gestion des
biens inscrits sur la liste du Patrimoine Mon-
dial, ralise actuellement une mise jour des
dossiers et entreprend un inventaire rtros-
pectif des biens inscrits. Dans le cadre de ce
programme, en accord avec le Centre du Pa-
trimoine Mondial, I'ISPAN devra entreprendre
le bornage du Parc National Historique Cita-
delle, Sans-Souci, Ramiers qui measure environ
de 25 km2, et entreprendre des dmarches en
vue d'attribuer ce parc un statut juridique.
Paralllement, l'Institut devra tudier le zona-
ge de cette aire gographique, proposer une
rglementation, doter le parc d'une structure
de gestion. Enfin, I'ISPAN devra intervenir sur
ces monuments historiques afin d'achever les
travaux de restauration et surtout raliser la
second phase du project qui consistera or-
ganiser et faciliter leur visit, de telle manire,
que le visiteur, hatien ou tranger en sorte
enrichi de connaissances. A cette fin, I'ISPAN,
tout particulirement et avec la collaboration
du Muse du Panthon National Hatien devra
galement amnager le muse de la Citadelle
Henry, tel que recommand dans le rapport
final des travaux de la premiere phase, rapport
produit par l'UNESCO. Ce muse abritera et
mettra en valeur entire autres, la formidable
collection de bouches feu, compose de pi-
ces d'artillerie d'une extreme raret.

C'est cette nouvelle pope que l'ISPAN
vous convie tous, chers Lecteurs.

Le Service de la Promotion/ISPAN


BULLETIN DE LISPAN No 8 1er janvier 2010 4







Le Service de Conservation des Monuments et des Sites
et
l'Institut de Sauvegarde du Patrimoine National
en quelques dates...


*972
* Creation du Service de Conservation des Mo-
numents et des Sites.
* Dbut des travaux de relev des conditions
existantes de la Citadelle et du Palais de Sans-
Souci (Projet OEA / Service de Conservation
des Sites et Monuments Historiques)
*979
* Creation de I'ISPAN parArrt prsidentiel en
date du 25 aot
*979- 1990
* Travaux de restauration de la Citadelle Henry
et du Palais de Sans-Souci
* Mise hors d'eau gnrale du btiment est ra-
lise.
* La Batterie Coidavid est couverte d'une toiture
mtallique pose sur charpente de bois
* La terrasse de la Batterie Royale est couverte
de tuiles d'argile poses sur charpente de bois
Le palais du Gouverneur de la Citadelle Henry
est restaur
* Les ruines du Palais du Roi Sans-Souci sont
stabilis et les arases des murs rendus tanches
* Le drainage du site de Sans-Souci est ralis.

*979-1983
* Restauration du fort Jacques Fermathe, avec
la collaboration de l'Office National duTourisme
et des Relations Publiques (ONTRP)
*979-1982
* Fouilles archologiques de la Villa de Puerto-
Real Anba-Saline, Limonade
*980
Recherche de documents sur la Citadelle Henry
aux archives de France et d'Angleterre
* Recherches et compilation de documents d'ar-
chives dans diverse bibliothques aux tats-Unis
d'Amrique
*980-1983
* Fouilles archologiques prliminaires au site du
village de Guacanagaric
* Investigations sur le site prsum de la Navidad,
premiere fortification des Europens dans les
Amriques construite par Christophe Colomb
*982
* Le Parc National Historique Citadelle Henry,
Palais de Sans-Souci, Site fortifi de Ramiers est
class Patrimoine Mondial par l'UNESCO
*982-1984
* Exposition itinrante sur la Citadelle Henry
ralis par le Smithsonnian Institute
*983
* Recherches aux Archives de la Marine,Vincen-
nes, Paris, France
* Rapatriement de copies des cartes et plans de
la colonie de Saint-Domingue dposs aux archi-
ves de la Marien, Vincennes, France


986- 1987
* Restauration du dme de la toiture de la Ca-
thdrale du Cap-Hatien
*986-1991
* Restauration de l'Ancienne Cathdrale de Port-
au-Prince (Projet abandonn suite l'incendie du
monument historique le 7 janvier 199 1)
*989-1990
* Pavage de la route Milot-Choiseul
* Pavage du sentier Choiseul-Citadelle Henry
*995
* Publication d'un Arrt prsidentiel classant au
titre de Patrimoine national trente-trois monu-
ments historiques
* Publication d'un Arrt prsidentiel classant Pa-
trimoine national le centre historique de la ville
du Cap-Haitien
* Le Parc National Historique des Forts Jacques
etAlexandre est born et vers dans le Domaine
public de l'Etat
*999-2000
* Rehabilitation de la place Notre-Dame du Cap-
Haitien
3001-2002
* Restauration des casernes de l'ancien Pniten-
cier du Cap-Haitien.
*003
* Grande exposition sur les bouches feu de la
Citadelle Henry et du site fortifi de Ramiers
* Amnagement de la place deVertires au Cap-
Haitien
* Amnagement de la place Brda au Cap-Hal-
tien
*007
Travaux de stabilisation du grand escalier monu-
mental du Palais du Roi Sans-Souci
*008
*Travaux de stabilisation des ruines de laVieille
Prison de jacmel
* Etude architectural de la transformation de la
Vieille Prison de Jacmel en un Centre d'Interpr-
tation d'Architecture et du Patrimoine
* Amnagement du Parc National Historique de
Marchand-Dessalines.
* Construction de la route Fort Culbut Fort
Dcid (travaux interrompus)
*008
* Publication des "Monuments la Libert", d-
die la Citadelle Henry, le Palais de Sans-Souci
et le site fortifi de Ramiers
*009
* Publication de la revue BULLETIN DE LISPAN
,mensuel virtue destin vulgariser la connais-
sance sur le Patrimoine immobilier de la Rpub-
lique d'Haiti [env. 3000 abonn(e)s !]
* Publication d'une dition de luxe sur la Cita-
delle Henry


Page perdue et retrouve:
La Citadelle Henry, dite Lafer-
rire
par Grard Jolibois
Pourquoi appelle-t-on la Citadelle : Lafer-
rire, m'ont demand plusieurs lecteurs ? Je
leur rpondrai ce que je sais :
Construite d'aprs les ordres du Pre Cha-
rismatique de la Patrie, Jean-Jacques Des-
salines, par l'nergique Henry Christophe
-devenu gnralissime Henry Christophe
-devenu par la suite Roi civilisateur- afin de
rsister tout retour offensif des Franais, la
Citadelle a port durant quatorze annes
le prnom glorieux d'Henry Un second
Henry avait difi cette forteresse pendant
longtemps inexpugnable, l'officier haitien du
gnie :Henry Barr.
Mais en octobre 1820, du fait du suicide du
Roi physiquement diminu, la Rpublique
de l'Ouest, prit possession du Royaume
prospre du Nord, de sa Capitale, de ses
provinces. La denomination de la Capitale
CAP-HENRY fut change en Cap-Haitien.
A la forteresse, future image de marque
de notre Patrie, fut accole l'appellation de
l'habitation cafire sur laquelle elle avait
t rige au sommet du Bonnet l'Evque:
elle fut dsormais dsigne sous le nom de
CITADELLE LAFERRIERE.
A l'appellation de Sans-Souci, qui qualifiait
le Versailles du Roi, fut substitu le nom de
l'habitation sur laquelle il s'levait: MILOT

Tir du journal Le Nouveau-Monde
du mercredi 5 novembre1980, la ru-
brique Le saviez-vous?





ISPAN

1 *: ":* 1


Le logotype de l'Institut de Sauvegarde
du Patrimoine National, s'inspirant
des armoiries du roi Henry ler
et reprsentant un phnix, oiseau
fabuleux jaillissant de flames.
Il porte en son ruban la devise :
"Je renais de mes cendres".


BULLETIN DE LISPAN No 8 1er janvier 2010 5


1 1_2















































AlbertMangones est n Port-au-Prince en 1917. Il
est le fls d'Edmond Mangones, grand collectionneur
etpassionn d'histoire. Aprs ses tudes primaires et
secondaires l'Institution Saint-Louis de C ..
dirige par les Frres de l'Instruction Chrtienne, il
se rend en Belgique pour tudier l'agronomie. Ilfr-
quente les milieux intellectuals et artistiques et dcide
de changer de cap et de s'orienter de prfrence vers
l'architecture. Il se rendpar la suite aux tats Unis
et obtiendra son diplme d'architecte Cornell Uni-
versity et un premierprix de sculpture en 1942. Il
:.. New-York et Mexico Cit avant de
revenir dfinitivement au pays.
En plus de ses activits d'architecte il participe ac-
tivement, avec Dewitt Peters, la creation en 1944
du Centre d'Art qui sera l'origine du rayonnement
international de l'art hatien.
En 1948 il est nomm par le Prsident Dumarsais
Estim, Directeur gnral des travaux d'amnage-
ment pour l'Exposition Universelle du bicentenaire
de la creation de Port-au-Prince. Il ralise, cette
occasion, le Thtre de Verdure Massillon-Coicou,
qui fut construit en moins de trois semaines.
De sa longue carrire d'architecte, on lui doit de
nombreux difces d'architecture moderne intgrant


Albert Mangons (1917- 2002)


des lments artistiques contemporains ou puiss du
langagepopulaire et traditionnel. Il s'intresse l'r-
banisme et public de nombreux articles dejournaux
sur Port-au-Prince, sesproblmes et son avenir.
Au dbut des annes 1960, il se voit confer l'ex-
cution, sur la Place des Hros de l'Indpendance
Port-au-Prince, d'une sculpture en bronze en l'hon-
neur du U \ Inconnu". Cette statue est dvoile
en 1967 et deviendra une euvre mondialement con-
nue. En 1989, elle fut choisiepar l'Organisation des
Nations-Unies (ONU) pour fgurer sur un timbre-
poste, d'une srie de cinq, mis pour commmorer la
Declaration Universelle des Droits de l'Homme.
En 1972, Albert Mangons cre le Service Na-
tional des Monuments et des Sites Historiques.
Cet organisme piv, financ par ltat Hatien se
donne pour tche de prserver et de mettre en valeur
les monuments historiques d'Hati. Sous son impul-
sion, l'Etat hatien transform en 1979 ce service
en l'Institut de Sauvegarde du Patrimoine National
(ISPAN), organisme autonome technique charge de
laprotection et de la mise en valeur des monuments et
sites historiques d'Hati. Enplus de la restauration
de la Citadelle Henri du Palais de Sans-Souci et du
Sitefortifi de Ramiers, l'ISPAN, sous la direction


d'Albert Mangones, s'impliqua dans des travaux
d'inventaire scientifique des monuments historiques,
dans des fouilles archologiques, notamment celle de
Puerto-Real et du d' de Guacanagaric dans le
Nord d'Hati, ainsi que dans des recherches dans les
archives de France de documents relatfs la priode
colonial de Saint-Domingue.
On doit galement Albert Mangons le rapatnie-
ment en Haiti au milieu des annes 1980 duportrait
du Roi Henri 1er, ralis de son vivant en 1816par
le peintre anglais Richard Evans. Ce tableau est ac-
tuellement expos au Muse du Panthon National
Hatien.
En 1984, il est honor par la prestigieuse Amer-
can Institute of Architecture pour son combat pour
la sauvegarde de la Citadelle Henry. En 1999, il
collabore la Commission de Commmoration du
250me Anniversaire de la Fondation de Port-au-
Prince, don't il le conseiller.
Albert Mangones meurt Port-au-Prince le 25 avril
2002.
Le 12 dcembre 2009, le Gouvernement de la Rpu-
blique fait de l'Architecte Albert Mangones, Grand
C titre posthume de l'Ordre national Hon-
neur et Mrite.


BULLETIN DE LISPAN No 8 1er janvier 2010 6








Chronique

des monuments et sites historiques d'Haiti


Gala pour la Citadelle Henry
Dcoration pour Albert Mangons
Le samedi 1 2 dcembre 2009 s'est tenue
au Karibe Convention Center Ption-Ville
une soire de leve de fonds au profit de la
Citadelle Henry, du Palais de Sans-Souci et du
Site Fortifi de Ramiers. Cet vnement qui
s'est droul en presence de plus de trois cent
personnel a t, de l'avis de nombreux parti-
cipants, en tous points, russi. Cette soire or-


brve intervention a, au nom de Son Altesse
Royale le Prince de Galles, transmis I'ISPAN
ses meilleures veux l'occasion de son tren-
time anniversaire et souhait un vaste mouve-
ment de solidarity et de la participation autour
de la preservation et de la mise en valeur de la
Citadelle Henry.
Au nom du Ministre de la Culture et de la
Communication, Mme Magali Comeau-Denis
prit ensuite la parole pour rappeler l'impor-


Mmmla
* Mme la Ministre de la Culture Jocelyn-Lassgue remettant Frdric et Georges Mangons le
certificate "Honneur et Mrite" au grade de "Grand Officier", dcern titre posthume leur pre
l'architecte Albert Mangons


ganise pour prsenter au public en gnral et
aux entreprises hatiennes ayant contributes
sa publication, le livre La Citadelle Henry
ralis par I'ISPAN et la firme de promotion
LOGO+, marquait galement le trentime an-
niversaire de la creation de l'Institut de Sauve-
garde du Patrimoine National. Ce magnifique
ouvrage de 248 pages entirement en couleur
prsente le monument sous ses diffrents as-
pects, ainsi que l'extraordinaire collection de
bouches feu du XVIlle sicle qui s'y trouve
expos. Il est abondamment illustr de pho-
tos tires des archives de I'ISPAN ou ralises
pour le livre par Raphaelle Castera, Karine Ro-
court et Daniel Elie.
Aprs les propos de bienvenue de Mme
Monique Rocourt, la dynamique directrice de
LOGO+ et cheville ouvrire de toute cette
operation, le directeur gnral de I'ISPAN, M.
Daniel Elie a trac pour l'assistance un rappel
du parcourt et des ralisations de I'ISPAN, de
sa creation, en 1979, nos jours. Cette inter-
vention a permis de souligner le rle et les res-
ponsabilits lgales de l'institution ainsi que les
lacunes qui compromettent son volution.
Ce fut ensuite le tour de SirJohn McAslan
de la McAslan FamilyTrust, qui au course d'une


tance de I'ISPAN et le rle jouer par Albert
Mangons dans le movement de prserva-
tion des monuments historiques en Hati. Puis,
la Ministre de la Culture et de la Communi-
cation, Mme Marie-Laurence Jocelyn-Lassgue,
au nom du Gouvernement, remis titre pos-
thume le certificate "Honneur et Mrite" au
grade de "Grand Officier" 'ArchitecteAlbert
Mangons pour son important contribution
la sauvegarde du patrimoine historique d'Hati.
Un autre moment charge d'motion a t
la premise de plaques aux gardens et techni-
ciens de surface qui travaillent principalement
la Citadelle Henry depuis plus de trente ans.
Ce fut l'occasion de rappeler que ces ouvriers,
qui assurent dans des conditions toujours dif-


I 1


ficiles, les travaux quotidiens de nettoyage et
d'entretien de la Citadelle, de Sans-Souci et de
Ramiers sont les vritables grants de l'intgri-
t de ces monuments qui, comme I'a soulign
Mme Rocourt, malgr leurtaille sont extrme-
ment fragiles.Toute la salle debout leur fit une
ovation bien mrite.
Avec la participation enthousiaste du pu-
blic, un tombola et une vente aux enchres
furent ensuite organisms grce la contribution
d'artistes de renons et de plusieurs maisons de
commerce de la place.
Un ballet ralis pour la circonstance par
la chorgraphe Nicole Lumarque retraa en
s'appuyant sur des textes tirs de la Tragdie
du Roi Christophe d'Aim Csaire, l'pope de
la construction de la Citadelle Henry.
Aprs un somptueux dner o tous les
plats ont t nomms en rfrence aux mo-
numents et sites historiques du Nord, la soire
s'acheva dans la danse, avec l'animation musi-
cale du group Mizik-Mizil..

Le March Hyppolite relev
Grce un financement obtenus du Mi-
nistre de I'Economie et des Finances, I'ISPAN
a effectu durant le mois de novembre 2009
les relevs architecturaux du March Hyppo-
lite. Ce btiment en fer et fonte, emblmatique
de la ville de Port-au-Prince, a subi d'impor-
tants dommages au course d'un incendie qui le
ravagea dans la nuit du 29 au 30 mai 2008.
(Voir le BULLETIN DE LISPAN No 2 ler
juillet 2009)
Les dessins en plans, en coupes et des
details de construction, les relevs topographi-
ques par station total ont t raliss, ainsi
qu'une analyse de l'tat de conservation du
btiment. Paralllement un relev photogra-
phique dtaill et des enqutes sur le fonction-
nement actuel permettent de mieux cerner la
problmatique actuelle du march, ses besoins
et son volution.
Un rapport en course de finalisation per-
mettra bientt I'ISPAN de disposer d'un do-


ri


gui A11^ajjimin zm un l ira 0 ana anale J Illjagnili
p I .. I 1 -
Il Il il Il I l


* Elevation ouest du marchVallire


o
o
Cl

z
4
a.


E
0o
=3


BULLETIN DE LISPAN No 8 ler janvier 2010 7


. 91 e







cument de base qui dterminera les measures
prendre pour prserver les parties anciennes
du btiment et proposera une dmarche co-
hrente et viable pour restituer au centre-ville
de la capital un atot majeur tant du point de
vue fonctionnel que symbolique.
Cette operation constitute une nouvelle
tape dans la recherche des voices et moyens
pour rhabiliter cet important centre com-
mercial de la capital qui ft, jusque dans les
annes 80, une attraction touristique majeure.
Ces travaux de relevs architecturaux
font suite aux measures conservatoires prises
ds le lendemain de la catastrophe consistent
essentiellement en l'rection d'un mur de cl-
ture de 2,40 m de haut.


l'amnagement du centre d'accueil touristique
Sans-Souci, l'amnagement touristique de la
Citadelle Henry, la rehabilitation du port tou-
ristique du Cap-Hatien...
Le Directeur gnral de l'Institut de Sau-
vegarde du Patrimoine National, M. Daniel Elie,
qui a guid M. Moreno pour une visit appro-
fondie de la Citadelle Henry, s'est entretenu
avec ce dernier notamment au sujet du statut
de Patrimoine de l'Humanit du Parc National
Historique, class par l'UNESCO en 1982. M.
Elie a soulign l'importance de raliser des tu-
des d'impacts des projects qui seront financs
par la BID. Ces tudes devraient garantir que
ces projects n'affectent pas les critres de Va-
leur Exceptionnelle Universelle qui ont justifi
le classement du Parc en 1982. Ces critres
portent sur les valeurs des ensembles archi-
tecturaux du Parc, sur l'intgrit historique du
paysage et sur l'association des monuments
historiques un vnement de symbolisme
universal, car ils sont les premiers avoir t
btis par des esclaves noirs ayant conquis leur
libert.> (ICOMOS, 1982).


Cet entretien du Directeur de 'ISPAN
avec le Prsident de la BID tombe point.
En effet, le Centre du Patrimoine Mondial de
l'UNESCO entreprend ds le mois de janvier
2010, un important programme de rvalua-
tion des critres deValeur Universelle Excep-
tionnelle des monuments historiques inscrits
sur la listed du Patrimoine Mondial, pour I'Am-
rique Latine et la Caraibe. Ce programme exi-
gera d'Hati, entire autres, une prise en charge
effective du Parc National Historique Citadelle,
Sans-Souci, Ramiers, la dotation d'un statut ju-
ridique au parc, la mise en place d'un systme
de gestion de cette aire gographique ainsi
que son zonage.
Plusieurs personnalits ont accompagn
le President de la BID dans son voyage dans
le Nord du pays. Le Ministre du Tourisme, M.
Patrick Delatour Mme Magalie Comeau-De-
nis, reprsentante de Mme Marie-Laurence
Jocelyn-Lassgue, actuelle ministry de la Cul-
ture et de la Communication et M. Pierre Eriq
Pierre, expert de la BID, faisaient galement
parties de la dlgation.


SLe MarchVallire ou March Hyppolite
Le President de la BID visit la Cita-
delle Henry
Le 20 dcembre dernier board d'un h-
licoptre de la MINUSTAH, M. Luis Alberto
Moreno, Prsident de la Banque Interamrian-
caine de Dveloppement, a survol les prin-
cipaux sites touristiques de la region Nord,
notamment la plage de Labadie et la baie de
l'Acul. M. Moreno s'est ensuite rendu au Parc
National Historique, Citadelle, Sans-Souci, Ra-
miers.
Cette visit entire dans le cadre des va-
luations des sites touristiques de la region dans
la perspective d'une implication de la BID
dans le financement d'activits de reliance du
tourism en Hati. Une srie de projects com-
plmentaires et lis la mise en place d'un
tourism planifi attendent galement d'tre
finances. Il s'agit, entire autres, de projects, tels :la
construction de la route Cap-Hatien-Labadie,
l'amnagement du circuit Camp-Louise-Milot,


Liste des monuments historiques classes "Patrimoine National"
par Arrt prsidentiel en date du 25 aot 1995
Citadelle Henry Milot
Palais de Sans-Souci et ses dpendances Milot
Site Fortifi de Ramiers Milot
Fort Magny (Batterie du Gris-Gris) au Cap-Haitien
Fort Picolet au Cap-Hatien
Fort-aux-Dames au Cap-Hatien
Fort Saint-Joseph au Cap-Haitien
Fort Belly au Cap-Hatien
Vestiges coloniaux de Labadie au Cap-Haitien
Residence Antnor Firmin au Cap-Hatien
Pnitencier du Cap-Haitien au Cap-Haitien
Fort Labouque Fort-Libert
Batterie de l'Anse Fort-Libert
Fort Saint Charles Fort-Libert
Fort Saint Frdric Fort-Libert
Fort Saint-Joseph Fort-Libert
Fort Georges au Mle Saint-Nicolas
Fort du Ralliement au Mle Saint-Nicolas
Batterie deVallires au Mle Saint-Nicolas
Batterie de Grce au Mle Saint-Nicolas
edifices militaires duVieux Quartier au Mle Saint-Nicolas
Fort Doko Marchand-Dessalines
Fort Dcid Marchand-Dessalines
Fort Fin-du-Monde Marchand-Dessalines
Fort Madame Marchand-Dessalines
Fort Culbut Marchand-Dessalines
Palais de la Belle-Rivire, dit Palais aux 365-Portes la Petite-Rivire de l'Artibonite
Fort de la Crte--Pierrot la Petite-Rivire de l'Artibonite
Fort Jacques Fermathe
FortAlexandre Fermathe
Fort des Oliviers Saint-Louis du Sud
Fort Saint-Louis Saint-Louis du Sud
Citadelle des Platons Dussis


BULLETIN DE L'ISPAN No 8 I er janvier 2010 8





















A tous nos abonns qui n'ont cess de nous encourager...


ISPAN

- 7"


Apb.c [l Ort dl. ib


Enstiti Sovgad
Patrin-vin N' .iiii
swete lou
bMn ne 20 10


LInstitut de Sauvegarde du
Patrimoine National
vous souhaite
une bonne anne 2010




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs