Title: BULLETIN DE L'ISPAN
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00097351/00007
 Material Information
Title: BULLETIN DE L'ISPAN
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Bibliotheque Nationale d'Haiti
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: November 2009
Copyright Date: 2010
 Record Information
Bibliographic ID: UF00097351
Volume ID: VID00007
Source Institution: Bibliotheque Nationale d'Haiti
Holding Location: Bibliotheque Nationale d'Haiti
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( PDF )


Full Text




Z










/_i


I





LI
-J
-J


Le Palais National

de Georges Baussan


Le 8 aot 1912, 3 heures et demie du
matin, la ville de Port-au-Prince est rveille
par une formidable dtonation :la poudrire
du Palais National vient d'exploser, dtruisant
avec elle l'difice en bois et maonnerie o
logeait le Prsident de la Rpublique et
important les toitures des btiments voisins.
Les dgts sont considrables : prs deux
cents morts don't le president en exercise,
M. Cincinnatus Leconte.
Quelque temps plus tard, sous le
gouvernement de Tancrde Auguste, son
successeur, est lanc un concourse ouvert aux
architects et ingnieurs haitiens et trangers
don't les rglements, publis au Moniteur du
30 octobre 1912, prcisent que "la faade
principal doit s'ouvrir sur le ct nord" du
mme terrain que le prcdent palais. Puis
suivent un vaste, mais imprcis, programme
prvoyant :"Grands vestibules, grande sales
de receptions, cabinet du chef de 'Etat et


Z AN

ekl,R


SLe ralais i Naionai, vue ces jarCins esc
E.'ILLETII .I CDE LISPAN, 1.:. 6 8 pIj:



ses services, archives, tlgraphe, galleries,
chambres de service, bibliothques, ... salle
du conseil, cabinets de travail, appartements
du chef de 'Etat, ..., salle d'armes, cuisine,
...remise pour quatre voitures au moins et
curies de 20 stalles, ..., etc." Une bonne
vingtaine de projects furent dpose puis
expose au public durant quinze jours la
Chambre des Dputs. Le 2 aot 1913, le
jury fixe finalement son choix sur le project
Petit Nid de l'architecte haitien Georges
Baussan, 38 ans, diplm de l'Ecole Spciale
et Gnrale d'Architecture de Paris. Le
chantier dbute en mai 1914 sous la
direction de la firme Simmonds Frres et la
supervision de l'architecte Lonce Maignan.
Entre la Rvolution Franaise de 1789
et la second moiti du XIXe sicle,
Sommaire
Le Palais National de Georges Baussan
La chronique des monuments historiques


BULLETIN DE LISPAN est une publication mensuelle de l'Institut de Sauvegarde du Patrimoine National destine
vulgariser la connaissance des biens immobiliers valeur culturelle et historique de la Rpublique d'Haiti, promouvoir
leur protection et leur mise en valeur Communiquez votre adresse lectronique ispan.bulletin@gmail.com pour
recevoir rgulirement le BULLETIN DE LISPAN.Vos critiques et suggestions seront grandement apprcies. Merci.


BULLETIN DE L'ISPAN No 6 1er novembre 2009 I







C -
'- ". . I
I, ,;,

". y, ~ "- -= =.=' .--,;^{'-- --/
L ,J I .. .

.iC a; .^r^ sr-



,. j'., ." ..:.3 . ,

.' ; --. ., .- .j ,-' .- ,. \ -.~ "~- ^ -- "''" ^
"a- i .... -- --m "m '' u
o . . .. ,, .. ., j I.
a / i. N - L 4 3 L 1 / -
- --: I







-J - - "- ? "'1'" - l -' -
! *I I. .-I- "l r. ? --". i.,: r .
r 4
u








" i _. ..r. ,1
. '" r -



Plan de la ville de Port-au-Prince la fin du XIXe sicle lev parJustin Bouzon
I j-

:iI J IJ '


'I r~LiJ'ik
aI I '2
SPlan de la ville de P r -au Prince a la fin du XIXe jecle level parju tin B uz n


l'architecture et la construction connaissent
des mutations importantes en Europe.
Pendant cette priode transitoire vers
l'Architecture moderne, le procs de la
construction s'adapte et se transform.
Les artisans, tailleurs de pierre, maons,
charpentiers et autres tendent perdre leur
autonomie au profit de l'industrialisation.
Le language architectural emprunte des
lments des diffrents styles de l'histoire de
l'architecture Europenne et galement des
pays lointains" (particulirement au Moyen-
Orient et en Extrme-Orient). De cet
clectisme natront des styles architecturaux
no-gothiques, no-classiques, revivals, etc.,
qui caractriseront cette fin de sicle.
A cette poque, la bourgeoisie hatienne
confirm son pouvoir conomique et
politique et adopted les codes esthtiques


europens, notamment en littrature, en
musique et surtout en architecture. Les
constructeurs hatiens vont reprendre, en
l'adaptant, cette architecture clectique
venue d'Europe. De ce context natront les
residences que nous appelons vulgairement
en Haiti : gingerbread. C'est galement
cette poque que nombre d'lments
d'architecture ou d'difices en fer provenant
de France et de Belgique particulirement
furent introduits dans le paysage urbain
haitien.
Les villes vont "se mettre la mode" et
cette poque lguera une impressionnante
collection d'difices d'architecture brillante
qui deviendra plus tard l'image strotype
de l'architecture traditionnelle haitienne. En
gnral ces constructions bourgeoises sont
ralises en pans de bois, en briques ou, plus


tard, en bton arm. Elles ont un, deux ou,
plus rarement, trois niveaux sous combles,
sont pourvues de spacieuses galleries sur
lesquelles ouvrent de large portes garnies
de persiennes. Ornes extrieurement de
balustrades, de colonnettes, de croisillons, de
frises en bois dcoups, elles s'agrmentent
souvent l'intrieur de boiseries. Leurs plans
prsentent des pices en enfilades, accoles
les unes aux autres renforant une certain
monumentalit recherche. Les toitures sont
recouvertes detles ondules pour la plupart
ou de tuiles de fibrociments ou d'ardoises,
plus rarement. Elles sont compliques
souhait de tourelles et de clochetons. Leur
faade est rehausse d'ceils-de-bceuf et de
girouettes. "Cet abus d'ornement, trs dans
la note du modem style, ajoute au luxe et
l'originalit de ces constructions don't


Maison Haspil l'avenue Jhon Brown Le Castel-Fleuri Peu-de-Chose

BULLETIN DE L'ISPAN No 6 1er novembre 2009 2








' March en eI I'in.ii V'i. rc [Iiir! PiiiicC li-.:ii.


- Le f I ld I le ef Ier I e f Id pdIdi. Vd lllfer


architecture s'accommode avec bonheur
aux convenances de la vie tropicale.
A la faveur de la revolution industrielle
europenne du XIXe sicle, les usines
anglaises, franaises et belges produisent
des lments d'architecture modulaires,
tels que balcons, frises, vrandas, escaliers,
etc., ou mme des difices entiers tels




o .
1 ."""r"I.f


z







La Bibliothque de l'Amicale du Lyc


que residences, gares de chemins de fer,
marchs, halles, glises, thtres, ou encore
kiosques musique, tribunes, phares,
miradors, reservoirs, ect., tous prfabriqus,
dmontables, transportables et proposs
la clientle du monde entier sur catalogue.
Au course de la second moiti du XIXe
sicle, Port-au-Prince tente timidement un


SP i re en _nar e
SP inaugure en 1926 (Daniel Brun, archi
e Ption, inaugure en 1926 (Daniel Brun, architecte.


SLa Lgation franaise au Champ-de-Mars

dbut d'industrialisation. Des manufactures
commencent s'installer en priphrie de la
ville ou sur le littoral, autour du port. Un essor
conomique s'amorce et la construction
reprend. De grands projects d'architecture et
d'urbanisme se dessinent. Le marchVallire,
principal centre d'approvisionnement de
la capital, reoit une magnifique structure
en fer et fonte; les halles de la douane sont
construites. Cette tentative industrielle aura
pour revers d'attirer la premiere vague de
migration massive vers la ville, provoquant
une svre crise de logement, les nouveaux
migrants venus de la champagne avoisinante
s'installent, faute de structure d'accueil,
sur les terrains impraticables en bordure
Nord et Sud de la ville, entremlant
pour l'dification de leurs abris, matriaux
rcuprs et matriaux traditionnels. Pour
la premire fois depuis sa cration, Port-
au-Prince sort de ses limited initiales de
1750. Les classes aises se sparent de leur


il g&&JrnLj


rTui .!il


L* htel de ville dessin par Georges Baussan Une villa Bellevue

BULLETIN DE LISPAN No 6 1er novembre 2009 3


44,


~. *.i''~
L .;.. ~C


Ia-






















* Le ralais INaTionai l aiTi


* Elevation principal du Palais National, dessin de Georges Baussan


commerce et construisent leurs residences
le long des chemins menant la champagne
(le chemin de Lalue qui deviendra plus tard
l'avenue John Brown, le chemin du Bois-
Verna qui deviendra l'avenue Lamartinire,
le chemin des Dalles, l'avenue Christophe,
etc.).
Le quarter du Morne--Tuf se dveloppe
timidement au Sud. Le premier de
construction de chausses et trottoirs,
d'amnagement de rseaux d'vacuation des
eaux pluviales, de captage et de canalisation
moderne d'eau potable sont excuts. Les
anciens points en bois sont remplacs par
de nouveaux en maonnerie ou en fer A
la fin du XIXe sicle, la ville compete prs
de 70,000 habitants, 8 000 maisons..., soit le
triple de la ville colonial.
Au tournant du sicle, de grands difices
voient le jour, euvres d'architectes haitiens
ayant tudi en Europe, particulirement en
France, et qui sont revenues au pays avec une
forte influence de l'Ecole des Beaux-Arts
de Paris. Georges Baussan, le plus clbre
d'entre eux, dessinera des immeubles
marquants du paysage urbain de Port-au-
Prince tels le Palais National, les Casernes
Jean-Jacques Dessalines, le Lyce Alexandre


Ption et, plus tard, l'Htel de Ville. Le
majestueux Palais de Justice quant lui est
l'oeuvre de l'architecte Lonce Maignan. De
cette mme poque date la construction de
la Cathdrale de Port-au-Prince et du Palais
des Finances.
Si pour l'architecture domestique, et
religieuse l'influence du nogothique
prdomine, pour l'architecture officielle,
le style noclassique est retenu, pour la
monumentalit qu'elle assure.
En fait, le choix du style noclassique
transplant enAmrique rpond des motifs
d'ordre politique. Choix esthtique ralis
depuis le dbut du XIXe sicle par les pays


d'Amrique nouvellement indpendants, les
former classiques prennent une signification
idologique et deviennent symbol des
vertus rpublicaines. Elles acquirent, en
outre, une valeur representative d'autant
plus important que l'Etat doit manifester
sa presence sur la scne international, en
dpit des difficults de toutes sortes.
Baussan est imprgn de l'"Esprit de
l'Occident" et connat bien l'Europe pour y
avoir sjourner de longues annes et surtout
pour avoir tudi Paris. Considrant son
euvre relative aux constructions officielles
(le Palais National, l'Htel deVille de Port-au-
Prince,...),on peutconstaterque son adhsion


* Architecture neoclassique en Amerique : le National galleryy ot Art de Washington U.L., tUA,
de l'architecte Jhon Russel Pope, achev en 1940

BULLETIN DE L'ISPAN No 6 1er novembre 2009 4











~ t ____
i~STIm-LI ~L*-r. ..............i
.........


aux modles esthtiques noclassiques
est sans reserve. Cette observation n'a
pas chapp ses contemporains. Un
journalist du Matin, quotidien de la capital
commentant les plans du Palais National
crit qu'"il y a mme lieu de croire qu'il a
t dress par un tranger, matre de son
mtier mais ignorant de nos besoins. C'est
un palais sans doute, mais un palais dans une
ville trangre froide..." Ce qui a sans doute
chapp au rdacteur de ce commentaire,
c'est que Baussan, sans remettre en question
cette codification architectural, a cependant
mis d'importantes considerations sur le
traitement d'adaptation de certain lments
architecturaux au climate des tropiques. Les
patios, vrandas ouvertes, baies utiliss font
du Palais National un immeuble parfaitement
intgr son environnement.
Cette dmarche de l'architecte a bien t
comprise par Paul-Emile Simon, qui, dans
une description non teinte de lyrisme,
rtablit les dimensions de l'oeuvre :
Cependant, comme toute oeuvre
architectural, elle est chose publique et
elle est donne voir II est vrai que le no-
classicisme de l'ouvrage se lit d'abord sur la
faade, la principal, et Baussan I'a voulu ainsi.
Mais il est vrai aussi que la part crole que


ce talentueux architect hatien a su ajouter
se lit mieux en apprhendant le totalit
des volumes, en dcouvrant des transitions
harmonieuses, des justifications d'chelles
diffrentes, qui sont mme parfois sujets
des caractres humoristiques, comme
des pieds-de-nez au sacro-saint classicism
europen. Il faut srement turner autour de
ce bel ouvrage car il invite la promenade
- pour sentir le rythme, mesur et modr,
majestueux comme l'hymne national,
de la faade principal nord, poursuivre
la promenade l'est comme l'ouest
et dcouvrir les apports d'une crolit
certain, que l'on partage en fredonnant
Choucoune..."
En fait, la russite du Palais National tient
une combinaison de facteurs maintenant
un quilibre entire la spontanit de son
assentiment l'architecture noclassique,
une gnrosit dans la distribution
et le positionnement des spaces, un
constant souci de la commodity, une
qute permanent de la lumire, une rare
precision dans le dessin, d'une part, et une
relle adaptation aux conditions climatiques,
d'autre part.
Les palais prcdents, rigs plus ou moins
sur le mme site, tait articul au trac


etail de 1 escalier du hall d entree
de la ville par l'axe de la rue du Champ-
de-Mars et la place de l'Indpendance et
prsentaient leur faade principal plein
ouest bordant l'ancienne "Ville du Roi" du
Port-au-Prince colinial. Extension de la ville
vers l'Est, amorce aux environs de 1890,
rendait obsolte cette orientation primitive.
Obissant la lettre aux exigences des
commanditaires du project, Baussan fixe son
palais dans une complete autonomie par
rapport la trame urbaine existante. Aucun
axe de composition ne relief l'difice la ville
et le nouveau palais sera orient plein nord,
comme convenu.
Pour le Palais National, Baussan a choisi
un plan d'ensemble "ar" situ en plein
milieu du terrain de 40 000 mtres carrs.
L'difice prsente un avant-corps central
symtrique prcd en son axe d'un
pristyle d'ordre monumental soulignant
le jeu thtral des colonnes ioniques
ft lisse qui le component. Ces colonnes
supportent un fronton don't le tympan est
richement orn d'un bas-relief reprsentant
les Armes de la Rpublique. Succdent
ces quatre colonnes monumentales, quatre
autres colonnes, galement d'ordre ionique,
s'levant seulement sur la hauteur du niveau
infrieur Llgance de cette transition entire


ia


o
z
'a.


Le pe IbLyle LelVcdLI[lI sUU

BULLETIN DE L'ISPAN No 6 1er novembre 2009 5
























* Le Salon Jaune


r"

I:i I





SL--- -
a *
JO l l


4i

,1


I
I


a -L1



Il

* 1'


I. i .. I

*


* Plan du second tage


le pristyle et le vestibule, mme austre,
est sans contest une russite d'articulation
entire deux chelles distinctes.
Un vaste escalier degrs rectangulaires
prcde ce pristyle, l'ensemble du Palais
tant pos sur un important soubassement
formant un sous-sol amnageable. Cet
escalier reliant la cour avant au btiment
achve de contribuer la mise en scne de
la monumentalit de l'difice.
Au pristyle d'accs succde une arcade
de trois babies libres couvrement en arc
plein cintre, contrles par de lgres grilles
en fer forg, et donne accs au grand hall
d'entre o se trouvent de part et d'autre
les majestueux escaliers tournants doubles
voles suprieures conduisant au vestibule
de l'tage.
Pour le couvrement de ce corps principal,
Baussan utilisa pour la parties central une
couple plan carr, perce d'un oculus
ovale et surmonte d'un campanile, et pour
les extrmits est et ouest, deux couples
secondaires galement plan carr. Ce corps
principal se termine en ses extrmits par
des vrandas en demi-cercles surmontes
de terrasses.
A ce corps principal, viennent ce greffer
perpendiculairement en direction sud,
trois corps secondaires. Le plus important,
plac dans l'axe de symtrie du btiment,
abrite les sales de receptions officielles,
gnreusement ventiles et claires par de
grande baies sur les faades est et ouest.
Au plan infrieur, la Salle des Bustes, salle
de receptions officielles orne de bustes de
diffrents presidents de la Rpublique et,
l'tage, les salons d'apparat: le Salon Rouge
et le Salon Jaune.


rFdcdu uu U Eiidller d OUUIfe tfvote supr leurf uu [I1di

BULLETIN DE LISPAN No 6 1er novembre 2009 6







Laile orientale hberge les appartements
et bureaux privs du Prsident de la
Rpublique donnant sur les magnifiques
jardins est, orns de pergolas et rservs
aux receptions en plein air Laile ouest,
function administrative, abrite le Conseil
des Ministres et les services d'intendance et
d'administration du Palais National.
Ce plan en E lui permit, en outre, de
structure l'difice autour de la forte
hirarchisation des functions internes et
galement d'quilibrer un programme fort
complex et peu prcis.
Adaptation au climate a t une
preoccupation dominant dans la conception
aidant l'ration des corps secondaires
de l'difice, tous placs en enfilade et
prsentant de front de large surfaces
la ventilation naturelle de la baie de Port-
au-Prince. Les trois corps de btiments
secondaires sont en outre protgs par de
spacieuses coursives ouvertes et donnant
sur les course intrieures, protgeant ainsi les
sales des ardeurs du soleil tout en assurant
une circulation simple et directed.
Enfin, l'importante dveloppe de faade
facility, autravers d'abondantes ouvertures et
des videos crs par les course intrieures, une
lecture facile des composantes de l'difice,
pourtant rigoureusement symtrique.
Appliquant scrupuleusement la
"grammaire" de l'architecture classique, le
vocabulaire utilis pour les baies est d'une
tonnante sobrit, particulirement des
portes-fentres linteau plat et munies de
vantaux carreaux ouvrant l'tage sur un


balcon ou directement sur un garde-corps.
Au premier niveau, ces ouvertures subissent
une modification d'importance :des portes-
fentres arc surbaiss surmont d'un
chassis de tympan vitr. Ces baies courantes
sont uniformment reparties sur toute
la longueur des faades extrieures. Afin
de mieux augmenter leur luminosit, les
sales pourvues de vrandas donnant sur
les cours-jardins sont ornes de portes-
fentres deux volets, carreles de vitres
et surmontes d'un chassis de tympan en
ventail galement vitr et log dans un arc
plein cintre.
Le Palais National est, sans contest,
l'expression la plus acheve d'une grande
priode de l'Architecture en Haiti et est
probablement un des plus bel example
d'architecture no-classique transplante en
Amrique. Ralis en bton arm, cet difice
constitute, de plus, une avance remarquable
dans la technologies de la construction en
Ha ti.
Au del de ses functions de sige de la
prsidence de la Rpublique et de lieu o
se sont drouls d'importants vnements
historiques durant ces quatre-vingt huit
dernires annes, le Palais National cause
de ses qualits architecturales et techniques
exceptionnelles remplit toutes les conditions
qui en font un monument historique portant
un important tmoignage sur l'volution
artistique et scientifique de la socit
hatienne.
A ces titres, il devrait tre inscrit sur la
liste du Patrimoine National. **


* Les coursives intgrant I'difice au climate tropical et animant les faades internes par un subtil jeu d'ombres et de lumire

BULLETIN DE L'ISPAN No 6 1er novembre 2009 7


- i lu bLniiel p l IbLIylC Il ILUI I,
couple et campanile


'rL








Chronique

des monuments et sites historiques d'Hati


2009-2010 : Budget de I'ISPAN
Pour l'anne 2009-2010, le Budget de la
Rpublique a octroy I'ISPAN des fonds qui
qui compromettent srieusement les efforts
entrepris, depuis deux ans pour sa dynamisa-
tion.
En effet, l'excercice 2009-2010, I'ISPAN
s'est vu attribu, hours de toute attente, une
envelope budgtaire, destine son fonc-
tionnement, de 15.487.065,00 Gourdes
don't 96% devront allous aux salaires. Et au
budget d'investissements, il a t affect 0,00
Gourde.
Cette situation placera l'institution face
d'normes difficults pour remplir convenable-
ment sa mission et faire face ses dpenses
courantes. Elle ne pourra, par example, dispo-
ser que de 14.000,00 Gourdes par mois pour
les dpenses d'lectricit, d'eau, de tlphone,
d'Internet et de transport pour ses deux bu-
reaux, tablis au Cap-Hatien et Port-au-Prin-
ce. Pour les fournitures fongibles, matriels de
bureau, products de nettoyage, etc.: 10.000,00
Gourdes par mois ont t affectes. Les alloca-
tions pour le carburant, les frais de voyages, etc.
demeurent minimes.
Cependant ce budget permettra de met-
tre sur pied un embryon de structure de ges-
tion et d'entretien du Parc National Historique
Citadelle, Sans-Souci, Ramiers en rgularisant
la situation des gardens et technicians d'entre-
tien de surfaces.
Au niveau des investissements, l'Institut
sera thoriquement dans l'impossibilit d'en-
treprendre des projects, d'intervenir sur les
monuments historiques, continue faire la
promotion du Patrimoine, poursuivre rguli-
rement la publication du BULLETIN DE
L'ISPAN et de mener bon port l'identifi-


cation officielle des biens culturels, programme
rcemment entame.
Aussi, I'ISPAN devra aussi ajuster sa stra-
tgie en accentuant les dmarches pour trou-
ver d'autres sources de financement pour lui
permettre de faire face sa mission. Cette d-
marche sera conforme sa loi organique qui
identified comme provenance de fonds, outre
ceux duTrsor Public, des dons et subventions.
Justement et cet effet, un Service des Dons
et Subventions, attach la DG de I'ISPAN,
sera au mois de novembre mis sur pied exp-
rimentalement pour identifier et coordonner
les recherches de fonds auprs des diffrents
secteurs tant publics que privs. L'nstitut pu-
bliera un document intitul Plan d'Actions
2009-2010 dans lequel figurera les fiches de
projects et d'activits prvus pour l'exercice.

La place de Jacmel enfin acheve
Ayant dbut en 2003, les travaux de ra-
mnagement de la place Toussaint-Louverture
de Jacmel ont enfin t achevs en octobre
2009. Aprs de multiples pripties, retards,
arrts et premises en question, c'est I'ISPAN qui
finalement a pris en charge la supervision des
travaux d'achvement excuts par la firme de
construction GJ Consultants.
Le conseil municipal de Jacmel ainsi
que ses services techniques de la mairie ont
troitement suivi ces travaux d'achvement.
Le Maire de la ville, M. Edwin Edo Zenny,
constamment present sur le chantier, en a fait
une affaire personnelle prodiguant, a et l, de
judicieux conseils afin de rendre l'espace en-
core plus fonctionnel.
Ayant t conue pour rpondre de ma-
nire plus approprie aux exigences actuelles
de la ville et accrotre sensiblement sa capacity


d'accueil, cette magnifique place publique offre
dsormais aux jacmeliens un space gnreux
et convivial de loisir et de divertissement. Une
vaste esplanade dsormais permet la ralisa-
tion de manifestations culturelles d'envergure.
La prise en compete des immeubles environ-
nant et particulirement de l'Htel de Ville
dans la conception de l'amnagement en font
une place parfaitement intgre au centre
historique de Jacmel tout en garantissant une
adquation avec le fonctionnement de la ville
contemporaine. Cette integration a transfor-
m la place en un veritable space municipal,
tant dans le fond que dans la forme : un balcon
aux ornements en mtal long toute la faade
sud de la place et sa balustrade en fer forg re-
prend les motifs et couleurs celle de la Mairie
qui dsormais donne de plein pied sur la vaste
esplanade.
Une magnifique fontaine jaillit d'un bassin
triangulaire et jouxte la pergola central qui
bientt sera couverte de plants grimpantes.
De nombreux arbres ont t plants avec un
une prfrence pour les flamboyants qui cre-
ront ds le mois de Mai une ombre rafrachis-
sante prdominance rouge, s'harmonisant
la couleur des carreaux en terre cuite revtant
le sol. L'clairage a t renforc de projecteurs
d'appoints, des bancs installs ainsi que des
bollards de protection.
Cette place qui est une bonne chose
pour Jacmel et pour les Jacmliens apporte
une note d'optimisme tous ceux qui luttent
pour une premise en valeur du centre histori-
que de la ville.
L'article "Le Palais National de Georges Baussan"
public dans ce present numro a t repris du livre "Le
Palais National d'Hati"publipar les Editions Henry
Deschamps en 2003. Ila te revu, actualis, augment et
adaptaux objectifs du BULLETIN DE LISPAN.


-VUe pdl IU dr lique uetf Id pIde f UsUbbd L-L U UVtr Lur[ Ut JdLi l

BULLETIN DE L'ISPAN No 6 1er novembre 2009 8




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs