• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Libres propos
 Un plan de trente ans pour l'emancipation...
 Congo et Ruanda-Urundi 1955: La...
 La vie ardente et feconde de Leon...
 Nos chroniques
 Les gloses du psychologue
 Lois et arretes
 Nous avons lu a votre intentio...
 Informations et documents
 Bibliography
 Back Cover














Group Title: Dossiers de l'action sociale catholique
Title: Les Dossiers de l'action sociale catholique
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00096268/00001
 Material Information
Title: Les Dossiers de l'action sociale catholique
Alternate Title: Dossiers
Physical Description: 40 v. : ; 22-25 cm.
Language: French
Creator: Ligue nationale des travailleurs chre´tiens de Belgique
Ligue nationale des travailleurs chrétiens de Belgique
Algemeen Christelijk Werkersverbond
Donor: unknown ( endowment )
Publisher: Ligue nationale des travailleurs chre´tiens de Belgique, etc.
Ligue nationale des travailleurs chrétiens de Belgique, etc.
Place of Publication: Bruxelles
Bruxelles
Publication Date: February 1956
Frequency: bimonthly (some issues combined)
monthly[ former 1931-]
bimonthly
regular
 Subjects
Subject: Church and social problems -- Catholic Church -- Periodicals   ( lcsh )
Catholic labor unions -- Periodicals -- Belgium   ( lcsh )
Syndicats catholiques   ( rvm )
Genre: periodical   ( marcgt )
 Notes
Dates or Sequential Designation: -47. année, no. 5-6 (oct.-déc. 1970).
Dates or Sequential Designation: Began publication in 1931.
Issuing Body: Published by: Ligue nationale des travailleurs chrétiens de Beligique, 1931-April 1932; Mouvement ouvrier chrétien, May 1932-1970.
General Note: Description based on: 26. année, no. 2 (fevr. 1949).
General Note: Has occasional supplements.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00096268
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 26676498
 Related Items
Preceded by: Dossiers de l'action catholique
Preceded by: CSC revue d'étude de la Confédération des syndicats chrétiens de Belgique

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Libres propos
        Page 81
        Page 82
    Un plan de trente ans pour l'emancipation politique de l'Afrique Belge
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
    Congo et Ruanda-Urundi 1955: La question scolaire
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
    La vie ardente et feconde de Leon Mabille (1845-1922)
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    Nos chroniques
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
    Les gloses du psychologue
        Page 155
        Page 156
    Lois et arretes
        Page 157
        Page 158
        Page 159
    Nous avons lu a votre intention
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
    Informations et documents
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
    Bibliography
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Back Cover
        Page 185
        Page 186
Full Text







LES DOSSIERS

DE L'ACTION SOCIAL CATHOLIQUE

REVUE MENSUELLE EDITEE PAR LE MOVEMENT OUVRIER CHRETIEN

ETUDE INFORMATION DOCUMENTATION
33.1E ANNEE NO 2 FEVRIER 1956


SOMMAIRE:
LIBRES PROPOS (XX) ... ... ..... .. ... ... ...... 81
-Ln plan de trente ans pour l'mancipation de
l'Afrique Belge. A. A. J. Van Bilsen .V ,.i2.i4 2 83
-- Congo et Ruanda-Urundi 1955. La question
scolaire. R. P. A. Brys ... y.l :7 ... .... 112
La vie ardente et fconde de Ion Mabille. Abb
R. Riche ... ... .... .... ....... ..... ..... 132
NOS CHRONIQUES
Chronique de politique intrieure :
Crisettes gouvernementales. .1 H. .. .. ... .. ... 145
Chronique conomique :
Perspectives de l'conomie franaise. Ch. W. ... ... 148
Chronique international :
Mort de Staline. M. B. ... ... .. .. ... ... 152
LES GLOSES DU PSYCHOLOGUE .. b
La rcupration des travailleurs gs. R. Pasquasy>--." '155
LOIS ET ARRETES
Proposition de loi De Riemaecker concernant l'pargne
prnuptiale ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 157
NOUS AVONS LU A VOTRE INTENTION
Responsabilits internationales des chrtiens i Ouvrage
en collaboration). Herv ... ... ... ... ... ... ... 160
c Shangha : Les enfants de la ville >, par Jean Lefeuvre.
S.J. H erv ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 162
INFORMATIONS ET DOCUMENTS
La J.O.C. au travail au Congo ... ... ... ... ... ... 164
Les comits d'entrerise. Un chec ? Une russite ?
Leur avenir ... ... Y.,*......... ... . ... 171
$X BIBLIOGRAPHIE ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... 178
EN ANNEXE : Pour nos confrenciers et propagandistes. -
Les cinq jours. Progrs social ou surenchre
2 /dmagogique ?

5cr










En un lgant volume, voici rassembl l'enseignement
de la 37me Semaine Sociale Wallonne.


LES TRAVAILLEURS,
CITOYENS RESPONSABLES DANS L'ETAT


- Discours d'ouverture
et notions prliminaires.
* Notre parlementarisme et la dmocratie
chrtienne d'aujourd'hui.
* Les groups et le bien common.
* Politique et organisation de la vie cono-
mique.
* La formation de l'opinion publique.
* La preparation la vie civique.
* Participation des travailleurs la vie
civique.
* Participation des femmes la vie civique.
* Les nouvelles dimensions du civisme.


Andr Oleffe.


Andr Molitor.
Charles Walhin.

Jean Hallet.
Olivier Grgoire.
Abb Jean Laloup.

Ren Javaux.
Fernande Baetens.
Raymond Scheyven.


PRIX : 80 FRANCS
a verser au C.C.P. 3157.74 des Semaines Sociales Wallonnes,
Bruxelles


Les articles skns de cette revue paraissent
sous la responsibility de leurs auteurs.









LES DOSSIERS
DE L'ACTION SOCIAL CATHOLIQUE
REVUE MENSUELLE DU MOVEMENT OUVRIER CHRETIEN

33me Anne No 2 Fvrier 1956

Rdaction et Administration : 127, rue de la Loi, Bruxelles. Tl. 34.96.00
Compte Chque Postal: 7630.00 Les Dossiers de l'A.S.C, Bruxelles
Abonnement: 150 frs l'an Etranger : 200 frs Le numro: 20 frs



Libres Propos

Thme et variations , ou plutt Variations sans thme devrions-nous
crire pour caractriser certaines dclarations du dernier Congrs du Parti com-
muniste d'U.R.S.S. Ainsi donc des millions d'hommes et de femmes rpandus
dans les vastes rgions sous domination communist devront dornavant dtrner
dans leur esprit et dans leur cur, cet homme que dis-je ce dieu, mais la
divinit tant une fantasmagorie ractionnaire nous dirons ce surhomme:
Joseph Staline. On ne pourra plus rpter et lancer pleine voix le grandilo-
quent salut qu'adressait en 1952 l'actuel president du Conseil adjoint Mikoyan
au gnial Staline, le grand architect du communism . Une chiquenaude,
un simple discours a suffi pour faire s'crouler l'norme statue don't on est
bien oblig de constater aujourd'hui qu'elle n'avait que des pieds d'argile !
Patatras Simple rglement de competes entire dieux de l'Olympe sovitique,
qui rappelle aussi la guerre que se faisaient hommes et dieux aux beaux jours
de la mythologie C'est aussi une purge titre posthume. Au profit de qui ?
D'un vivant ? Horreur Ne dites surtout pas cela. En faisant s'crouler
Staline c'est prcisment le culte de la personnalit, celui d'un homme vivant,
qu'on lui reproche d'avoir impos son profit, qu'on a voulu ruiner. D'ailleurs,
il n'y avait vraiment pas de quoi en faire un si grand homme. La doctrine du
ci-devant gnial Staline fourmille d'erreurs. Tout de mme, on a mis du
temps au pays de l'auto-critique s'en apercevoir. Et que d'erreurs judiciaires
provoques, favorises ou permises par ce bon pre du people Sur le socle,
car le socle reste, on fait monster un autre mort : Lnine, entour d'autres morts,
victims de Staline ou de ses collaborateurs. Aux dboulonnages rpondent
des rhabilitations de morts et mme de vivants. Vrit hier, erreur aujourd'hui,
ainsi en ont dcid quelques hommes. A tous les autres de conformer dsormais
leur pense, leurs paroles et leurs actes cette nouvelle manire de voir les
choses et les gens. Le gouvernement a toujours raison. S'il se contredit c'est qu'il
a de bonnes raisons pour le faire et d'ailleurs ces variations ne sauraient tre des
81


UNIVERSITY OF FLORIDA LIBRARIES










contradictions mais les moments successifs d'une vrit que le gouvernement
(c'est--dire quelques hommes comme vous et moi) a la mission de dicter au
people !
Et dire que Malenkov, premier successeur de Staline la prsidence du Con-
seil, un des orateurs du dernier Congrs, s'en est pris lui aussi au culte de la per-
sonnalit, attaquant son tour Staline par la bande alors qu'en mars 1953
devant la dpouille mortelle du gnial pre des peuples il avait dclar :
Son nom traversera les sicles et les gnrations futures reconnaissantes, le
glorifieront , et mieux encore : Il fut le plus grand penseur de notre poque .
Quelle sinistre comdie Il faut que ces dirigeants sentent sous leurs pieds
un people bien mat pour oser, des fins politiques qu'on apercevait dj, se
livrer de semblables voltes face avec la certitude qu'une opinion massive en
U.R.S.S. et dans les contres sous domination communist, et jusqu'en Chine
par example, les approuvera grce un systme de dtrioration progressive et
brutale du sens critique et de sa libre expression.
Nous venons de citer la Chine. Pour se rendre compete du dploiement et
de la varit des moyens employs par le communism pour malaxer la pense
du people tout en lui faisant croire qu'on n'excute que ses seules volonts, rien
de tel que la lecture d'un livre comme celui que nous analysons brivement plus
loin sous la rubrique Nous avons lu votre intention . Ce livre a pour titre :
Les enfants de la ville . L'auteur dit quelque part : On commence
savoir, mme en Europe, que le but d'une propaganda n'est pas tant de per-
suader que de dclencher des reflexes. Ici on voulait bouleverser des esprits peu
entrans la critique en les mettant brutalement devant l'affreux et l'invraisem-
blable (il s'agit des massacres d'enfants, crime imaginaire don't les communists
accusaient des religieuses). Le choc obtenu sur les plus vulnrables ferait remous
dans la masse et donnerait allure d'unanimit. Les violence instinctives et les
rflexes de haine s'inscrivent plus profondment dans la psychologie que les
aversions raisonnes. Et un prtre sculier dfinissait ainsi la libert religieuse
accorde par les communists en Chine : Croyez ce que vous voudrez au fond
du cur, mais par vos paroles et vos actes approuvez tout ce que fait le gou-
vernement .
S'il fallait tirer une morale de cette histoire nous dirions : entranons-
nous et entranons ceux sur qui nous avons une influence, dgager une opinion
personnelle raisonne. Dut notre amour propre en souffrir, soyons heureux qu'on
ne nous croit pas sur simple affirmation. Dfions-nous de ceux qui sont quasi-
ment toujours d'accord. Parmi eux se trouveraient, au jour de la contradiction,
les tristes conformistes : chiens courants des matres de l'heure.

XX.










Un plan de trente ans

pour l'mancipation politique

de l'Afrique Belge
par A. A. J. VAN BILSEN (*)

Pour tous ceux que soucie la prosprit de nos provinces belges
et de nos territoires d'outre-mer, la politique colonial prsente,
durant les annes qui viennent, un intrt primordial.
Reconnaissons que depuis un demi-sicle, nous abandonnons aux
instances administrative quasi sans contrle parlementaire la
direction de la Colonie.
Notre appareil administratif colonial s'est d'ailleurs brillamment
tir d'affaires. Il a notamment sous la direction du gouverneur gn-
ral Ryckmans montr, durant la dernire guerre, ce don't il tait
capable.
Mais, faute de directives fermes et d'un soutien vigoureux de la
mtropole, la Colonie ne s'est pas dveloppe suivant une ligne pr-
cise, suivant une doctrine , don't il revenait au Parlement de
prendre la responsabilit.
C'est dans le cadre d'une gestion de bon pre de famille que de
grandes entreprises, associes en une vritable fodalit de holdings,
ont dploy une norme activity conomique. La brillante russite
industrielle de ce monde paternaliste, don't l'expansion a parfois pris
des proportions amricaines , a laiss dans l'ombre le dveloppe-
ment dsquilibr des autres secteurs conomiques et sociaux, tel
l'agriculture.
De l'ducation des masses et des lites, de la tche civilisatrice ,
les missionnaires continent assumer la plus lourde part.
C'est de notre faute, non de la leur, s'il n'y a parmi les noirs, ni
mdecins, ni vtrinaires, ni ingnieurs, ni fonctionnaires, ni officers.
Les missionnaires ont, dans leur propre champ d'action, form des
centaines de prtres, don't l'un d'eux a dj reu la conscration
piscopale. Ils ont dmontr ainsi, une nouvelle fois, que l'Eglise
constitute souvent, dans les pays arrirs, une force plus dynamique
et plus progressiste que l'Etat.
En matire colonial, notre empirisme de ce demi-sicle est dfi-
nitivement dpass et ceux mmes qui considrent que cette mthode
a trs heureusement russi 'jusqu' nos jours, doivent reconnatre
qu'elle ne pourrait s'appliquer sans risque l'avenir.


(*) L'auteur, qui est charge de course l'Institut Universitaire des Territoires
d'outre-mer, a trait ce sujet rcemment dans le Gids op Maatschappelijk
Gebied (dcembre 1955), mensuel en langue flamande du M.O.C. (A.C.W.).
83
UNIVERSITY OF FLORIDA

3 1262 07097 1279
3 1262 07097 1279




T


A. A. J. VAN BILSEN

Dans les pages qui suivent, je voudrais montrer que la priode
d'mancipation politique du Congo et du Ruanda-Urundi s'ouvre
devant nous et que nous sommes en droit d'attendre du Parlement
la definition et l'laboration d'une vritable politique colonial.
L'mancipation est inluctable, mais non ncessairement catastro-
phique; au contraire, elle peut tre une source d'enrichissement
spiritual et matriel mutuel. Elle ne serait douloureuse que si nous
nous laissions surprendre et submerger par les vnements.
Voil pourquoi je voudrais, une fois de plus ('), rompre une lance
en faveur de l'ide d'un plan de trente ans pour une politique d'man-
cipation de l'Afrique Belge.

L'AFRIQUE, ELLE AUSSI, S'EVEILLE
L'volution politique d'un pays est dtermine par un certain
nombre de facteurs externes et internes.
Le facteur externe: l'exemple.
L'mancipation des peuples de couleur est entre, depuis la
second guerre mondiale, dans une phase decisive et sans doute
est-il superflu de rappeler qu'au course des dix dernires annes, les
Philippines, le Vietnam du Nord et du Sud, le Laos et le Cambodge,
la Birmanie et l'Indonsie, le Pakistan, l'Inde et Ceylan sont devenus
des Etats indpendants. Singapour, la Malaisie et les Antilles britan-
niques le seront demain, comme le sont dj les Antilles hollandaises.
Pendant ce temps, la France pursuit sa politique d'intgration,
don't la gnralisation des dpartements d'outre-mer constitute
l'aboutissement.
L'Afrique, elle aussi, s'veille, irrsistiblement. L'Ethiopie a recou-
vr sa libert. La Libye est devenue un Etat souverain. Prcds par
le Soudan, la Tunisie et le Maroc sont en train de conqurir leur ind-
pendance, l'an prochain la Cte d'Or et la Nigrie deviendront des
dominions au mme titre que l'Inde et le Canada. Les vagues de la
mare montante de l'mancipation pntrent profondment dans
l'Afrique noire et lchent les frontires du Congo.
Autre aspect: en Uganda, terre' voisine du Ruanda-Urundi, et
dans les territoires franais d'Afrique noire, l'volution politique est

(1) L'auteur a dj lanc cette ide au course d'une conference, lors de la
sance d'ouverture d'un nouveau cycle de course l'Institut de Formation
Sociale Coloniale Bruxelles, le 4 octobre 1954.
Notons que deux mois plus tard, la Commission du Conseil de Tutelle des
Nations Unies suggrait son tour, aprs une visit au Ruanda-Urundi, que
dans vingt-cinq ans, les autorits belges reconnaissent ce territoire le droit
de disposer de lui-mme. Depuis, H. DEPAGE a examin dans son mmoire
l'Acadmie Royale de Sciences Coloniales: Contribution l'laboration d'une
doctrine visant la promotion des indignes au Congo Belge (mai 1955), les
lments d'un plan d'mancipation social. Cette tude d'un libre-penseur con-
tient des pages remarquables (pp. 8 17) sur la neutralit dans l'enseignement
pour indignes.

84








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

beaucoup plus avance et la participation des indignes la direction
du pays beaucoup plus large qu'en Afrique belge. Dans la nouvelle
Fdration autonome de Rhodsie et du Nyassaland et mme au
Kenya, on cherche des solutions aux problmes poss par la
coexistence de races diffrentes et par l'exigence inluctable
d'accorder des droits politiques aux autochtones.
Les colonies portugaises, la suite d'une important revision
constitutionnelle, sont revenues des provinces d'outre-mer, au mme
titre que l'Algrie en France.
Face ce large courant mondial, il faudrait tre aveugle pour
croire que nous tenons le bon bout, lorsque, fiers du boom cono-
mique sans pareil que connat le Congo, nous nous accrochons,
satisfaits de nous-mmes, quelque slogan du genre mieux vaut
du pain que des bulletins de vote .
Tous nos succs, d'ailleurs incontestables, n'empchent que nous
menions une prilleuse politique d'autruche. Good government is
not selfgovernment , tre bien gouvern vaut moins que se
gouverner soi-mme , tel tait le slogan par lequel, aprs la guerre,
une Commission de l'O.N.U. fut accueillie dans les les Samoa don't
les habitants, aspirant l'indpendance, ne mettaient pas en cause
la bonne administration no-zlandaise...
Aucune politique de salaire, aucune scurit social ne peuvent
combler l'aspiration vitale vers la libre disposition de soi-mme.
Il est vident, par contre, qu'une politique de bien-tre progres-
siste et bien mene, doit constituer le substratum ncessaire, dfaut
duquel l'invitable mancipation politique risque d'ouvrir une priode
d'instabilit gouvernementale entranant de dangereuses rpercus-
sions sur la vie conomique.
Le facteur interne: de reservoir de matires premires,
nos territoires d'outre-mer deviennent des marchs.
Il y a une reaction en chane qui determine l'volution rapide
du Congo, comme celle de la plupart des territoires coloniaux et des
rgions sous-dveloppes : la maturation politique suit pas pas le
dveloppement conomico-social.
On distingue souvent trois priodes dans le dveloppement cono-
mique du Congo. La cueillette des fruits et products naturels, fut
la premiere et la plus rudimentaire forme de l'implantation cono-
mique europenne. On achetait l'indigne, qui tait parfois con-
traint des prestations, palmistes, caoutchouc, ivoire; on exploitait
la fort; en un mot, on enlevait les richesses l'tat brut.
Aprs la premiere guerre mondiale, on vit se dvelopper l'exploi-
tation minire, exigeant d'importants investissements, et les plan-
tations des colons, aussi les cultures obligatoires des indignes,
notamment de coton.
En fait, ces deux priodes n'en forment qu'une, durant laquelle
les resources du sol et du sous-sol taient exportes du Congo, sans








A. A. J. VAN BILSEN


que ses habitants n'en recueillent leur just part ou qu'il en rsulte,
au moins, la constitution d'un capital intrieur propre.
Le paternalisme des grandes entreprises et la pauvret de la
brousse dominant, aujourd'hui encore, l'conomie congolaise.
C'est le besoin de main-d'oeuvre abondante, devant une popula-
tion faible et une dmographie alarmante, qui a engag les grandes
entreprises minires tenter de fixer d'une manire permanent les
travailleurs noirs dans les environs immdiats des mines, afin de
crer une population ouvrire stable, accoutume et fidle. Au lieu
de recruter l'intrieur du pays des hommes seuls, pour une priode
de six mois, durant lesquels leur rendement et leur moral taient
aussi bas qu'taient leves leur morbidit et leur mortality, des
families entires furent transplantes. C'tait une experience exal-
tante qui bouleversa les donnes conomiques avec lesquelles taient
confronts les puissants patrons miniers. Dsormais, il devenait ren-
table, long terme , d'investir des millions dans la construction
d'habitations convenables, l'organisation de soins de sant, de mater-
nits, la distribution de primes de naissance et l'rection de bonnes
coles pour les enfants, ces enfants qui deviendraient un jour des
travailleurs plus qualifis.
Mais le paternalisme (2) qui fut une bndiction pour les prol-
taires noires, est un systme qui, ncessairement, se dvore lui-mme.
Voyez comme nous soignons notre cheptel , me disait un jour
sans la moindre intention pjorative, un des paternalistes les plus
mritants du Katanga un homme qui a donn le meilleur de lui-
mme au relvement social des travailleurs tandis qu'il me guidait
travers des maternits et des hpitaux rutilants, des coles et
d'agrables jardins d'enfants, avec leurs petites filles noires alertes
et gracieuses, les points de distributions alimentaires tablis ration-
nellement et les planes de sport modernes. N'oubliait-il pas que c'est
prcisment parce que les travailleurs noirs ne sont pas un cheptel
que, ds que leurs besoins matriels les plus immdiats sont satisfaits,
d'autres aspirations, d'autres espoirs s'veillent en eux ?
Dans un systme o aucune decision ne leur est plus laisse, o
l'autorit rgle tout, ces proltaires en scurit en arrivent bientt
- et non pas sous l'influence des syndicats , mais parce qu'ils
sont tout simplement des hommes vouloir choisir leurs dlasse-
ments et leur nourriture, organiser leur existence. Ils aspirent con-
fusment l'avnement des liberts . De ce proltariat maniable,
de ce cheptel lev rationnellement et avec dvouement sortira
fatalement un people politiquement conscient.

(2) Le marchal Smuts qui cherchait les moyens de rduire, dans son
pays, les tensions raciales et d'intgrer les noirs, sinon politiquement, du moins
conomiquement, dans une socit qu'il voulait pourtant domine par les blancs,
considrait avec intrt et admiration ces ralisations congolaises. Il me disait
en 1947, au Cap, que le capitalism belge il parlait surtout de l'Union Minire
du Haut Katanga avait donn un example l'Afrique entire et dmontr
qu'il entendait oeuvrer long terme.

86








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

Mais hlas, le paternalisme fait obstacle la formation du sens
des responsabilits qui, avec le sens du bien commun, constituent
cependant le fondement du civisme dans toute socit libre.

Dans la division classique du dveloppement de l'conomie congo-
laise, l'industrialisation forme le troisime cycle. Son expansion date
principalement de la dernire guerre. Elle s'difia grce aux routes,
aux centrales lectriques et l'installation de l'quipement de base
du Congo.
Dans le seul systme de l'exploitation des richesses naturelles
et du paternalisme des grandes entreprises, le Congo demeurerait
un pays de bas salaires et classes paysanne miserable, les bas salaires
des travailleurs des grands centres attirant cependant de nouvelles
recrues des villages, dans la measure o le niveau de vie en brousse
est moins lev encore. Dans ce systme, fatalement, l'intrt de
tous les secteurs de l'conomie des blancs pse sur l'administra-
tion en faveur d'une politique de prix agricoles rduits, permettant
des bas salaires et rduisant le cot des rations alimentaires des
travailleurs noirs, parties important du salaire social.
Par contre, le dveloppement des industries de transformations
exige, on le sait, non seulement plus de travailleurs qualifis et de
technicians, mais aussi un march intrieur d'coulement possdant
le pouvoir d'achat le plus lev possible.
L'industrialisation inaugure donc une nouvelle priode. Alors
s'installent, ct des entreprises exportatrices, qui n'ont pas
grand intrt voir s'lever le niveau de vie dans les villages noirs,
d'autres industries. Elles se groupent autour des centrales lectri-
ques, des ports moderniss, des routes plus rapides et plus sres
du Plan dcennal de M. Wigny. Leurs marchs d'coulement ne sont
plus outre-mer, mais au Congo mme et leur chiffre d'affaires dpend
des resources des populations noires, tant celles de la brousse que
des villes.
Ds lors, il n'y a pas que les propagandistes des syndicats, les
idalistes, les missionnaires, qui rclament pour les indignes une
meilleure part du fruit de leur labeur, mais ceci devient bientt une
condition de succs et d'expansion pour un nombre de plus en plus
grand d'industries et pour la sant bien comprise de l'ensemble de
l'conomie congolaise.

SOMMES-NOUS EN TRAIN DE NOUS LIQUIDER ?
Je ne crois pas que l'industrialisation du Congo constitute une
catastrophe pour la mtropole.
Les colonies et les pays sous-dvelopps ne seront plus longtemps
considrs, par les pays industrialists de l'Occident, sous l'angle
exclusif de reservoirs de matires premires. Ils deviennent des mar-
chs sans lesquels le monde occidental ne saurait maintenir son haut
niveau de prosprit.








A. A. J. VAN BILSEN

Ce serait avoir la vue bien court que de dplorer l'industrialisa-
tion du Congo, de regretter que les indignes acquirent une plus
haute qualification professionnelle et que dans peu d'annes des
mdecins, des ingnieurs, des fonctionnaires noirs remplissent des
tches, aujourd'hui exclusivement rserves aux Belges.
Nous devons nous familiariser avec cette ide, que chaque usine
qui tourne au Congo concourt au progrs du bien-tre de nos rgions
africaines, cre un pouvoir d'achat accru, donc de nouveaux besoins,
et que c'est toute l'industrie exportatrice de Belgique qui y trouvera
son advantage. Chaque fois qu'un noir s'lvera au rang d'ingnieur,
de mdecin ou de fonctionnaire, cela signifiera qu'un movement
s'est mis en branle qui entranera ncessairement de nouveaux pro-
grs, une demand accrue de biens europens plus affins, et de
blancs plus spcialiss.
Mais ce cycle engendre aussi des aspirations nouvelles vers plus
de droits et plus d'galit.

UN PLAN D'EMANCIPATION
Si nous admettons avec ralisme et clairvoyance que le Congo et
le Ruanda-Urundi n'chapperont plus au processus mondial d'man-
cipation des territoires non autonomes, il devient vident que pour
en rgler, dans toute la measure du possible, le rythme et l'orientation,
il faut que nous abortions et rencontrions temps les aspirations de
nos populations africaines.
L'histoire de la colonisation nous montre que la priode d'man-
cipation est la phase la plus difficile et la plus prilleuse, tant pour
le dveloppement des pays d'outre-mer, qu'en ce qui concern leurs
rapports avec les mtropoles.
Une faute traditionnelle des autorits coloniales de tous les pays
est de faire des concessions quand il n'y a plus moyen d'agir autre-
ment, alors qu'il et fallu introduire en temps opportun des rformes
progressives.
Nous avons fait allusion plus haut la rcente indpendance du
Soudan. Il est bien certain que si les Anglais s'y taient maintenus
encore quelques annes, ce pays se serait irrvocablement jet par
reaction dans les bras de l'Egypte. Libr temps, il a pu rester assez
matre de lui que pour se choisir une destine propre. Mais si les
Anglais avaient pass leurs pouvoirs cinq ans plus tt, le Soudan
aurait sans doute et cela dans son propre intrt accept le
statut de dominion au sein du Commonwealth, comme l'Inde, le
Pakistan, Ceylan. Peut-tre les fonctionnaires britanniques seraient-
ils rests en function pour une gnration encore, sous l'autorit d'un
gouvernement et d'un parlement autochtone. Londres, en bonne intel-
ligence avec Khartoum, aurait pu qui sait conserver un protec-
torat sur les provinces mridionales peuples de noirs, provinces
difficiles, o un arbitrage aurait aid rsoudre bien des probl-








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

mes. Mais voil, s'ils ne sont pas parties trop tard, les Britanniques
n'ont cependant pas cd la main assez tt!
La politique colonial belge se caractrise fcheusement par de
petites concessions , qui vont du droit reconnu aux indignes
volus de plusieurs villes congolaises, frquenter les dbits de
boissons blancs , l'installation au Ruanda-Urundi, la suite de
voyages, fort utiles d'ailleurs, de notables autochtones en Belgique, de
conseils consultatifs lus, ou la revision, sans doute prochaine, du
statut de certaines categories d'agents indignes de l'administration,
qui se heurtent depuis des annes des barrires inopportunes. Les
clercs noirs de Lopoldville qui se font servir du champagne dans
les htels des blancs pour se dbarrasser de leur complex d'infrio-
rit, sont en butte au mpris hautain des Belges presents et nour-
rissent des rves impuissants. Les dernires measures sont loin de les
rendre heureux et n'atteignent donc pas leur objectif.
Introduire des rformes en temps opportun suppose toutefois que
l'on sache avec precision o elles doivent mener et que, d'une manire
lucide, on suive sans faiblesse la voie qu'on s'est trace.
Une second faute classique consiste accorder trop peu d'atten-
tion non seulement la formation d'lites indignes comptentes (et
notamment la formation des femmes, futures mres et donc futures
ducatrices), mais surtout l'veil chez elles du sens des responsa-
bilits et du bien gnral.
La politique systmatique des Anglais, du moins dans leurs colo-
nies o les privileges des colons ne paralysent pas l'action de l'auto-
rit, est retenir : elle consiste ne jamais accorder de droits sans
imposer des responsabilits et des charges. Leurs conseils indignes,
ds la base , sont habituellement responsables de leur budget et
de leurs recettes propres et prennent mme des decisions dans des
secteurs important de leur vie locale et rgionale. Ils apprennent
ainsi discerner le bien gnral et connatre les principles de la
gestion des finances publiques.
Les Conseils suprieurs du Ruanda et de l'Urundi, qui n'ont la
charge d'aucune decision de quelque importance et qui ne disposent
de la responsabilit d'aucun vritable budget, deviennent fatalement
des organes de rcrimination gnrale. Du rgime parlementaire, ils
apprennent la seule technique de l'opposition et ne s'exercent jamais
gouverner. Lorsqu'en plus, il arrive, comme aujourd'hui en Urundi,
que le ministry belge des Colonies nglige des avis vots l'unani-
mit (3), on comprend le caractre vain et dangereux de rformes
approximatives ou de pure faade.

(3) Le Conseil Suprieur du pays de l'Urundi a approuv unanimement, en
1954, une motion s'opposant l'introduction de l'enseignement official neutre.
Mme ceux qui estiment que les notables de l'Urundi ont tort, doivent admettre
que ce fut une faute impardonnable de l'autorit belge d'avoir rejet sans aucune
forme de consultation ou de dialogue un avis unanime, plaant les lus et
notables de l'Urundi devant le fait accompli de la creation d'coles. Ce fut pour
les notables de l'Urundi une injure vritable propos de laquelle ils n'ont pas
encore dit leur dernier mot...








A. A. J. VAN BILSEN


Rcemment, la plus haute autorit militaire du Congo faisait
savoir que d'ici peu de temps, il sera possible aux indignes de
devenir officer, condition qu'ils satisfassent rellement toutes
les conditions exiges des blancs.
Je crois que c'est mal poser le problme. La question n'est pas:
allons-nous enfin carter les obstacles qui ferment aux indignes
l'accs des carrires suprieures ? mais bien : de combien d'officiers,
de fonctionnaires, de mdecins noirs auront besoin le Congo et le
Ruanda-Urundi en 1960, en 1965, 1970 et que faut-il faire pour qu'ils
soient l, ayant reu la meilleure formation possible ?
Ils commettent la mme erreur, ceux qui concdent gnreuse-
ment que, tt ou tard, les Congolais pourront prendre en mains leur
propre sort, condition qu'ils montrent d'abord qu'ils sont capable
d'assumer le gouvernement de leur pays et d'en remplir toutes les
functions , en prcisant d'ailleurs que, bien entendu, ce temps est
encore fort loign...
Aussi peu raisonnable que cela puisse paratre aux hritiers d'une
civilisation bi-millnaire, le Congo n'attendra pas la presence d'une
classes dirigeante nombreuse et parfaitement qualifie pour avoir le
got de l'mancipation.
Il suffit d'tre attentif la rcente volution de toutes les jeunes
nations et de prendre contact avec les lites indignes des divers
territoires africains, pour comprendre que le movement d'manci-
pation suscite et agite les passions et qu'il chappera totalement
notre contrle, si nous ne savons pas prendre rapidement les measures
qui s'imposent.
En d'autres terms, d'ici vingt ans, au Congo et au Ruanda-
Urundi, nous devrons, pour une trs large part, confier l'autorit
aux indignes: capable ou incapables, amis ou ennemis.
Aujourd'hui, nous avons encore le choix. Il est toutefois plus que
temps de rflchir.
Soyons conscients de ce qu'une petite puissance colonial, militai-
rement faible comme la Belgique, a peu de chance de surmonter des
troubles graves. La France et l'Angleterre ont pu se permettre de
terrible et sanglantes rpressions en Tunisie, en Algrie, au Maroc,
au Kenya et en Malaisie, sans que d'autres puissances, voire les
Nations Unies, soient intervenues ou que leur domination colonial
ait t mise en pril par des pressions extrieures. Mais la Hollande
- en face de troubles intrieurs beaucoup moins graves et qu'on et
pu facilement matriser militairement a d abandonner l'Indonsie.
C'est pourquoi, au Congo et au Ruanda-Urundi, nous devons
continue fonder notre autorit sur notre prestige et sur l'attache-
ment des populations autochtones au Roi, leur supreme protecteur,
sur leur loyaut vis--vis d'une autorit belge honnte qui joue
franc jeu, mne une politique de progrs et fait honneur sa parole.








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

Le temps est rvolu o la colonisation pouvait se justifier par
le droit du premier occupant, ou de conqurant, se baser sur des
traits conclus avec des princes indignes illettrs et ignorants,
incapables de s'opposer la pntration colonial.
Un seul titre justifie la colonisation, c'est le consentement, l'atta-
chement des populations indignes ceux qui sont leurs ducateurs,
ceux qui leur apportent la clef d'un monde nouveau et meilleur,
celui du bien-tre et de la libert.
Les noirs du Congo et du Rugnda-Urundi ne deviendront jamais
des Belges parce que, contrairement la France, nous ne possdons
pas un puissant don d'attraction et d'assimilation. Mais il dpend de
nous que la Belgique soit pour eux, durant de nombreuses gnrations
encore, la nation qui leur apporte la lumire de la civilisation occi-
dentale, la liberation de la misre, de l'ignorance et de l'esclavage.
Pour nous attacher les populations indignes et surtout leur
classes civilise, dans les annes cruciales qui viennent, nous devons
leur montrer o et par quelles voies nous voulons les conduire.
Il nous faut un plan, pour ne pas tre pris au dpourvu par le
course des vnements, pour prvoir, prparer les lites et les cadres
exigs par nos rformes, viter les -coups rudes et les impasses.
Nous avons besoin d'un plan encore, pour amener les lites indi-
gnes surmonter les invitables petites crises qui se produiront,
et faire preuve de la patience et de la sagesse ncessaires.
Enfin, un plan serait un prcieux instrument diplomatique pour
obtenir, de la part de la puissante opinion anticolonialiste mondiale,
une meilleure comprehension de notre politique congolaise. Le main-
tien de notre sphre d'influence et l'accomplissement de notre tche
au Congo et au Ruanda-Urundi exigent un climate international de
confiance, aux Nations-Unies, dans toute l'Afrique et mme dans le
monde arabe.

POURQUOI A PRIORI UN PLAN DE TRENTE ANS ?
Au Congo et au Ruanda-Urundi, la formation des lites et des
cadres dirigeants responsables est en retard d'une gnration, par
rapport aux territoires coloniaux britanniques et franais limitrophes.
Dans trente ans, les enfants ns d'ici 1960 constitueront la couche
active de la population. Parmi ls lites, les plus jeunes achveront
leurs tudes universitaires ou leur education qualifie. Ce que sera
le Congo dans trente ans est function de ce que nous ferons d'ici
1960 ou 1965. Si nous le voulons, dans une gnration, nos territoires
africains seront en measure de prendre en mains la responsabilit de
leurs propres destines. C'est notre devoir et notre intrt d'y pour-
voir. Si nous n'laborons pas et n'excutons pas de plan, nous ne
ferons pas le ncessaire en temps opportun.
Si nous n'avons pas de plan digne de confiance, dans quinze ou
vingt ans, sinon avant, nous nous trouverons face des tensions et








A. A. J. VAN BILSEN


des movements irrsistibles en plusieurs parties de nos territoires
et en premier lieu en Urundi, au Ruanda et Lopoldville.

UNE ASSOCIATION BELGO-CONGOLAISE ?
Le problme prioritaire par excellence est celui de l'ultime objec-
tif politique de notre action colonial. Tant que nous ne serons pas
d'accord sur ce que nous voulons finalement faire du Congo et du
Ruanda-Urundi, nous btirons sur le sable.
Voulons-nous, au terme de notre mission colonial, introduire nos
territoires d'outre-mer parmi les Nations-Unies comme des Etats
souverains ? Semblable perspective heurte l'espoir qui vit dans nos
curs : voir la Belgique de nos enfants et de nos petits-enfants unie
au Congo et au Ruanda-Urundi...
Allons-nous vers un Commonwealth de modle britannique ? La
Belgique et l'Etat indpendant du Congo de 1885 1908 ne formaient-
ils pas un Commonwealth avant la lettre ? (4)
Le Commonwealth britannique se fonde sur une position mon-
diale la fois commercial, stratgique et politique, avec ses solides
points d'appui, sa home fleet et, comme les pelouses anglaises... ses
sicles. Nous n'avons rien de semblable.
Voulons-nous suivre l'exemple de la France ? Cela suppose que
nous russissions faire des indignes de nos rgions africaines, des
Belges fiers et conscients, aux yeux tourns vers Bruxelles comme
vers le centre de leur universe cultural, comme se tournent vers
Paris les lites noires d'Afrique franaise.
L'exprience franaise peut exciter notre admiration, bien qu'il
ne soit gure certain qu'elle sera finalement et durablement cou-
ronne de succs. Mais, quoi qu'il en soit, personnel ne mettra en
doute que nous, Belges, ne disposions pas des atouts franais dans
ce domaine. D'ailleurs, notre bilinguisme constitute un handicap
dfinitif.
Certains voudraient que le Congo soit absorb dans une Belgique
unitaire, comme une dixime province . Ces rveurs ne se deman-
dent ni comment se prsentera pareil Etat la dixime province
dans une autre parties du monde, province 80 fois plus tendue que
les neuf autres runies, ni ne s'interrogent sur ce qu'il adviendrait
lorsque, dans cinquante ans par example, la population du Congo
serait trois fois aussi nombreuse que celle de la Belgique. (5) Accep-

(4) Lopold II n'tait pas le roi d'un Etat confdral belgo-congolais, mais le
roi commun de deux Etats, aux intrts intimement mls, comme la reine
d'Angleterre ne couronne pas, institutionnellement parlant, l'ensemble des domi-
nions, mais est le chef d'Etat de la plupart d'entre eux.
(5) La situation dmographique du Congo est souvent, just titre, dcrite
comme alarmante. Mais dans beaucoup de rgions, des rformes d'hygine
pourraient amener, en quelques decades, un tel accroissement de la population,
que le problme serait rapidement renvers.

92








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

tent-ils que le plus grand nombre d'habitants de la dixime
province lui donne droit la majority des siges la Chambre
des Reprsentants ?
Ou bien nous orientons-nous vers d'autres formes d'intgration,
telles qu'en institute la nouvelle constitution portugaise, ou d'associa-
tions, telles qu'en prvoit le statut nouveau du Royaume des Pays-Bas
pour les Antilles ? (6)
A mon avis, la solution se trouve dans la perspective d'une souple
confdration entire la Belgique, d'une part, et d'autre part, une
grande Fdration congolaise progressivement difie. Les deux
Etats seraient couronns par le Roi, un Comit gouvernemental mixte
et un Conseil parlementaire paritaire consultatif. Les organes confd-
raux seraient comptents notamment en matire de monnaie et de
devises, de politique trangre et commercial, de defense solidaire,
intrieure et extrieure, de nationalit commune ou de statut
respectif des citoyens. Nous possderions des organes mixtes de
recherches scientifiques et de prospection technique et des fonds et
plans communs d'investissements pour le dveloppement des rgions
africaines.

INTEGRATION CONTINENTAL EUROPEENNE
OU ATLANTIQUE ?

Mais pareille structure n'est-elle pas aussi fragile que les types
trangers cits plus haut ?
Elle est, me parat-il, assez souple pour tre durable et assez ferme
pour maintenir une communaut d'intrts, condition toutefois
d'tre imbrique dans un tout plus grand, car il demeure vrai que
la Belgique et le Congo sont fort loigns et ne possdent pas ces
connexions gographiques ou impriales, pine dorsale des structures
politiques, qui prolongent les anciens empires coloniaux franais et
britannique.
Il reste vrai que la Belgique serait,- conomiquement, financire-
ment, militairement, et mme culturellement un pivot bien frle
pour esprer que l'immense et lointaine terre congolaise, devenue
indpendante, puisse graviter autour de ce noyau, sans que rapide-
ment de graves forces centrifuges se manifestent.
La Confdration belgo-congolaise devrait tre supporte par des
structures plus vastes dans un climate international de confiance et
de solidarity.
Voil pourquoi le problme colonial doit tre un lment essential
dans la determinationn de l'orientation de notre politique extrieure.

(6) Cfr. R. KRANENBURG : De nieuwe structure van ons Koninkrijk, 1955,
H. D. Tjeenk Willink, Haarlem.








A. A. J. VAN BILSEN

Et, ds lors, celle-ci ne devrait-elle pas tre revue en Europe,
en Afrique et aux Nations-Unies ?
L'unification europenne est une ncessit vitale et en Belgique,
nous en sommes convaincus. Mais, tenons-nous suffisamment compete
de nos intrts et de notre mission d'outre-mer ?
La petite Europe conventionnelle des six , telle qu'elle se
profile dans la C.E.C.A., l'Euratom et la dfunte C.E.D., offrirait-
elle l'ensemble belgo-congolais des garanties suffisantes ?
Les liens structures entire la Belgique et la Fdration congolaise
rsisteraient-ils au cas o les deux parties se laisseraient attirer par
des ples continentaux diffrents et rapidement divergents ? Je
pense une Belgique assimile par une petite Europe, tourne
vers ses problmes continentaux, et une Fdration congolaise
regardant, elle, vers des communauts africaines.
Nos intrts et nos solidarits d'outre-mer n'exigent-ils pas qu'en
Europe nous n'acceptions des formules d'intgration que si y parti-
cipent ct de la France, la Grande-Bretagne, le Portugal et mme
l'Espagne ? Nous risquerions, au sein d'une Europe trop troite, de
subir des pressions intolrables de la part des puissances non-colo-
niales. Est-il tmraire de croire, par example, que si l'Allemagne
est proccupe maintenant de sa reconstruction et de sa reunification
elle s'intressera tt ou tard aux problmes coloniaux, d'une faon
ou d'une autre ?... Et pourrions-nous rsister, dans le quasi tte
tte d'une trop petite Europe, si l'Allemagne, ou l'Italie, insistaient
pour installer au Congo des milliers de colons, pourrions-nous relle-
ment discuter , lorsque l'Allemagne rclamerait le droit de par-
ticiper plus directement l'exploitation des matires premires ou
l'industrialisation de nos territoires africains ?
Dans une Europe plus grande et plus maritime, comprenant sur-
tout la Grande-Bretagne, l'quilibre entire puissances coloniales et
non-coloniales, permettrait d'envisager des solutions constructive au
grave problme de l'europanisation des efforts de progrs dans les
territoires africains.
Mais il y a aussi l'Afrique qui pose ses problmes de collaboration
et d'intgration. Il faut que toutes les puissances coloniales euro-
pennes se retrouvent dans une seule communaut, afin que leurs
politiques africaines et mtropolitaines puissent tre harmonises; en
outre, on ne fera pas l'Eurafrique sans les pays africains libres :
l'Ethiopie, le Liberia, l'Egypte, la Libye, le Soudan, don't plusieurs
appartiennent l'Islam.
Croit-on que tout cela puisse se raliser dans les cadres troits
d'une integration partielle de l'Europe continental ? Ne faut-il pas
envisager plutt de plus large formules de collaboration, soutenues
par les Etats-Unis, dans une entente Atlantique oriente vers les
ouvres de paix ?








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

COLLABORATION AFRICAINE

La collaboration africaine doit tre beaucoup plus qu'une coordi-
nation et un soutien mutuel. Elle peut conduire l'entente et la
comprehension entire le monde europen et les pays africains et
arabo-africains indpendants.
Le ministry Spaak avait raison, lorsqu'il y avait quelque temps il
dclarait, au Congrs du Parti Socialiste, que le secours aux nations
sous-dveloppes sans le concours des Etats-Unis d'Amrique qui-
valait vouloir vider la mer avec une cuiller. Si nous avons de
l'argent dpenser, il y a le Congo , ajoutait-il. Ceci est certaine-
ment just et il serait regrettable que la Belgique ne le comprenne pas.
Mais n'y a-t-il pas de solution intermdiaire entire l'aide
l'ensemble des pays sous-dvelopps et le repli sur le Congo ?
L'Europe, unie, ne serait-elle pas en measure de finance un plan
de Colombo (1) pour l'Afrique ?
Si les efforts europens dj existants, en matire d'aide aux pays
et territoires africains, se coordonnaient, ne verrait-on pas dcupler
leurs effects psychologiques, techniques et conomiques ? Et la colla-
boration, la confiance croissantes, n'attireraient-elles pas un nouvel
afflux de capitaux ? Ce serait pour l'Europe un bon placement long
terme, en mme temps qu'une excellent prime d'assurance (9), sans
computer l'attrait conomique et diplomatique que pourrait prsenter
cette Union Eurafricaine pour les Etats-Unis.
Le barrage d'Assouan en Egypte constitute une frappante illustra-
tion de l'insuffisance europenne en Afrique. Ce travail gigantesque
apportera l'Egypte 8.000 Km2 de terres arables nouvelles, ct
des 35.000 qu'elle possde aujourd'hui, et augmentera ainsi de prs
d'un quart la superficie utile du pays. Les travaux coteront plus
de 43 milliards de francs belges.
Pour le financement de cet ouvrage, l'U.R.S.S. et les Etats-Unis
(Banque Mondiale) ngociaient en competition. L'Europe de l'Ouest
ne figurait au march que par la seule Grande-Bretagne (bien
entendu !), qui tait parvenue grands frais tre parties ,
en contrepoint des U.S.A.
Un plan de Colombo aurait sans doute pu mobiliser des capi-
taux important, allemands, suisses et autres.

(8) Par le plan de Colombo, tout le group des pays et colonies de l'Asie du
Sud-Est, l'Inde, le Pakistan, Ceylan, la Birmanie, la Malaisie et Singapour, les
Etats indochinois, l'Indonsie, le Borno septentrional, collaborent en vue de
leur dveloppement conomique, avec l'aide financire et technique de la
Grande-Bretagne, la France, l'Australie, la Nouvelle-Zlande, le Canada, les
Etats-Unis.
Voir: The Colombo Plan Report of the Council for Technical Co-operation
in South and South-East Asia for 1954 tot 1955, London, his Majesty's Stationary
Office.
(9) Cfr. G. PICOT: De la cooperation franco-europenne en Afrique, Edition
de la Socit Royale d'Economie politique, Bruxelles, 1955.








A. A. J. VAN BILSEN

Des pays, comme l'Ethiopie et le Soudan, seraient utilement et
aisment aids par l'Europe, et le Soudan pourrait trouver dans ces
liens d'amiti agissante une garantie contre les pressions de l'Egypte.
Il est bon que le Soudan ait affirm son indpendance vis--vis
de l'Egypte. Mais il faut viter que les problmes vitaux de la rpar-
tition des eaux du Nil ne se transforment en un diffrend permanent,
entire ces deux pays voisins don't le sort est li au fleuve des
Pharaons.
Pourquoi ne nous efforcerions-nous pas de mettre sur pied une
Haute Autorit africo-europenne avec la participation de tous les
territoires intresss, sous la garantie du monde atlantique ? Faut-il
rappeler que les sources du Nil ne se trouvent pas seulement en
Ethiopie et en Afrique orientale britannique, mais aussi au Congo
et mme au Ruanda-Urundi ?
L'Europe et l'Afrique ont un intrt commun la prospection et
la valorisation des richesses et l'lvation du niveau de vie du
continent noir. Il y va autant de l'intrt des Allemands et des
Sudois, des Yougoslaves et des Suissse, que des colonisateurs fran-
ais, britanniques, belges, portugais. Car l'Afrique est un problme
vital europen. Toute l'Europe devrait s'entr'aider par des investis-
sements publics, fonds perdus, faire ce qui dpasse les moyens
financiers de chaque puissance colonial. Faut-il rappeler le recent
rapport du snateur du Vaucluse, M. Pellenc, pour dmontrer, par
example, l'impuissance franaise rpondre aux besoins algriens ?
Ne devrions-nous pas, nous, dans le cadre d'un plan de dveloppe-
ment africain, prendre avec le Soudan, l'initiative de la construction
immediate du chemin de fer dj conu par Lopold II, qui relierait
Stanleyville au Nil navigable ? Stanleyville est un nud de lignes
de communications de plus en plus important au centre du continent.
Elle a un hinterland riche; elle vient d'tre dote d'une bonne cen-
trale hydro-lectrique. Dans l'optique d'une conomie africaine, nous
devrions songer relier ce centre prometteur d'industries de trans-
formation au riche march soudanais. Nous sommes en premiere
loge , mieux situs que l'Uganda et mme que le Caire, pour y faire
apprcier nos products. (Signalons en passant... que, se jouant
des proximits , la Hollande marque des points sur le march
soudanais !...)
Dans le cadre d'un pareil plan, nous pourrions acheminer vers
nos universits (10), grce l'institution de bourses d'tudes, des
dizaines, voire des centaines de jeunes gens de toutes les rgions de
l'Afrique. Rentrs dans leur pays, ceux-ci seraient des amis de la
Belgique et y feraient apprcier aussi la quality de nos ingnieurs,
de nos administrateurs et aussi de nos products industries.

(10) En ce moment, 16 jeunes gens de la Ct d'Or font des tudes de
mdecine dans les universits allemandes, grce des bourses fondes par le
Cocoa Marketing Board (Accra).









UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

Je crois aussi, je l'ai dit dj, que la rorientation ncessaire
de notre politique colonial, par la mise en ouvre d'un plan
chance, pourrait amliorer considrablement notre position au sein
des Nations-Unies.
La manire extraordinairement brillante avec laquelle M. Ryck-
mans ce gnial avocat dfend notre politique colonial conser-
vatrice et paternaliste, n'empche pas que nous nous trouvions dans
un angoissant isolement, don't le grand discours de M. Spaak sur
l'Algrie ne nous a pas sortis...
Un plan de trente ans pour l'mancipation politique nous per-
mettrait de sortir de cette position defensive et de gagner la confiance
de l'opinion mondiale. Pour cela, nous devrions avoir le courage
d'inviter l'O.N.U. suivre l'excution du plan et envoyer, par
example, tous les cinq ans, une commission de visit au Congo. Mais
nous devrions exiger qu'au sein de ces commissions des reprsen-
tants des pays europens colonisateurs et non-colonisateurs, ainsi
que des puissances africaines soient appels siger ct des
dlgus ventuels de l'Amrique et de l'Asie. Peut-tre, devant le
ralisme de pareille politique, les Etats-Unis, d'ennemis du colonia-
lisme , deviendraient-ils notre plus puissant alli en Afrique ? (~")
De tout cela, il rsulte que le project d'un plan long terme pour
nos territoires africains peut tre le point de dpart d'une heureuse
orientation de notre politique extrieure.



C'est volontairement qu'ici, je n'ai pas trait du problme que
pose l' offensive conomique sovitique. S'il est vrai que cette
offensive se dveloppe plus particulirement l'heure actuelle dans
les pays asiatiques et du Moyen-Orient, pays qui ne sont pas touchs
par mon tude, il n'en demeure pas moins que tout se tient et qu'en
ces matires, il n'est pas de frontires... Du reste, l'U.R.S.S. et ses
satellites n'ont pas nglig de poser dj quelques jalons en Afrique
noire: une mission sovitique est apparue au Liberia et l'on parle
de tractations secrtes avec certain nationalists de la Gold Coast...
Le problme de la pntration sovitique chez les Afro-Asiatiques
est d'importance. Il est d'importance politique, mais aussi conomi-
que. A ce dernier point de vue, je n'oserais prtendre, a priori,
qu'une collaboration sovitique est rejeter jamais, dans les pays
sous-dvelopps afro-asiatiques.

(11) D'aprs l'hebdomadaire United States News and World Report (18
novembre 1955), particulirement bien inform, le Dpartement d'Etat se rend
de mieux en mieux compete que l'abandon par les puissances europennes de
l'Indonsie, de l'Indochine, de Suez, ne sert pas les intrts amricains, mais
bien ceux des Russes. La revue estime que la rcente pression de Moscou sur
le Caire n'aurait pas t concevable sans le vide de Suez, auquel les
Etats-Unis ont contribu.








A. A. J. VAN BILSEN

Il faut certes en ce domaine tre raliste et avoir de la perspec-
tive, mais aussi du sens politique... il est un temps pour tout.
Quitte passer pour un planiste obtus, je me permets de croire
que, mme dans l'optique d'une concurrence, voire d'une collabora-
tion ultrieure de l'Est et de l'Ouest en Asie et en Afrique, il n'est
pas superflu, mais il est, au contraire, ncessaire que l'Europe ait
une politique colonial coordonne, l'Europe et, plus forte raison,
notre pays, qui a encore, presque intactes, ses chances dans ses
territoires d'outre-mer.

LA FEDERATION CONGOLAISE
Quelle doit tre la structure politique de nos territoires africains
avec lesquels nous formerions, d'ici trente ans, une Confdration
d'Etats ?
A mon sens, nous devons nous efforcer d'instaurer une grande
fdration congolaise, dans laquelle trouveraient leur place l'Urundi
et le Ruanda, le Katanga et les autres territoires, au fur et measure"
qu'ils deviendraient des pays autonomes.
Je voudrais donner trois raisons fondamentales en faveur de cette
thse.
La premiere est d'ordre go-politique, la suivante concern le
Ruanda-Urundi, la dernire est politique.
L'argument go-politique est simple.
Avez-vous dj projet la carte du Congo sur celle de l'Europe ?
En pinglant Lopoldville sur Bruxelles, l'embouchure du Congo se
trouve en Angleterre, le nord-est de l'Ituri dans les pays baltes, le
Ruanda-Urundi en Russie occidentale et le Haut-Katanga dans les
Balkans.
Imaginez-vous un Etat centralis couvrant de pareilles tendues ?
Ajoutons que d'autres facteurs rendraient illusoire toute tentative
de centralisation politique.
Les parties centrales de cet Etat seraient couvertes d'une impn-
trable fort quatoriale, souvent marcageuse, tandis qu'il n'y aurait
ni Mditerrane, ni Mer Noire permettant d'accder aisment jus-
qu'aux parties les plus recules de ce subcontinent. Le Congo vit,
se dveloppe, crot dans ses parties priphriques et est stagnant
en son centre. La population est plus dense et active dans les rgions
de savane, les hauts plateaux et les montagnes qui entourent la
cuvette central. Pour autant qu'on le sache, c'est dans les rgions
extrieures que se trouvent les richesses naturelles et les possibilits
de progrs.
Il n'y a donc, semble-t-il, pas place ici pour un Etat unitaire
et centralis. D'ailleurs, les pays vastes comme l'U.R.S.S., les Etats-
Unis, le Brsil, l'Inde sont tous des Etats fdraux.








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

Le second raison concern le Ruanda-Urundi.
Le territoire sous tutelle est une jonction administrative artifi-
cielle de deux anciens royaumes africains qui, tout en prsentant
bien des traits communs, se sentent aussi trangers... que la Hollande
et la Belgique !
Notons que l'important Institut des Frres de la Charit, Astrida,
a une action d'une porte considerable, en ce sens qu'il duque, en
commun, les jeunes lites des deux petits royaumes.
Les incompatibilits d'humeur entire les peuples du Ruanda et de
l'Urundi ne causent pas de frictions en ce moment, puisque l'admi-
nistration central du territoire sous tutelle, Usumbura, est exclu-
sivement aux mains des Belges. Mais si nous essayions de coiffer les
deux Bamis et les deux peuples d'une autorit indigne supra-
nationale, peut-tre nous trouverions-nous brusquement engags
dans une dangereuse impasse. C'est un phnomne analogue qui a
provoqu en Uganda la crise avec le Buganda, entranant la malheu-
reuse destitution du Kabaka Mutesa II, rcemment ramen sur son
trne. L-bas, aussi longtemps que l'administration central de tout
le protectorat fut britannique, tout se passa normalement. Le Kabaka
ne sentait au-dessus de lui que l'autorit du protectorat anglais et
n'en prenait point encore ombrage! Que cette autorit s'tendit
aussi d'autres petits pays africains voisins, il n'en avait cure. Mais
le jour o le Colonial Office fit un pas en avant et tenta d'instaurer
par dessus le Kabaka et les autres princes du protectorat, des assem-
bles parlementaires communes et un gouvernement participation
indigne, la crise clata. Le Kabaka ne voulut pas abandonner sa
souverainet une instance suprieure. Il exigea l'indpendance de
son petit pays.
Pas plus que le Buganda cependant, le Ruanda et l'Urundi
ne pourraient esprer devenir plus tard des Etats indpendants.
Ce serait un suicide de leur part, car ces pays ne seraient pas
viables . Mme runis, ils formeraient une entit politique encore
prcaire parce que conomiquement trop faibles. Leurs lites, remar-
quablement doues du reste, semblent le comprendre.
Une Fdration congolaise, laquelle ils adhreraient librement,
pourrait seule offrir une solution dans l'intrt du Ruanda, de
l'Urundi, du Congo et de la Belgique.
La Fdration permettrait d'abord d'viter un dangereux tte--
tte entire le Ruanda et l'Urundi. Repris dans un plus grand ensemble,
au sein duquel les tensions seraient plus facilement amorties et
rsorbes, les deux pays collaboreraient plus aisment.
Il faut ajouter que le Ruanda-Urundi se trouve, vol d'oiseau,
1.150 Km. de l'Ocan Indien et 2.000 Km. de l'Ocan Atlantique.
S'il devait constituer un seul Etat indpendant, il ne pourrait pas
subsister sans s'appuyer soit sur le Congo, l'Ouest, soit l'Est sur
l'Afrique orientale britannique, ou sur l'Uganda et le Soudan, au Nord.
Il y a plus cependant.








A. A. J. VAN BILSEN

"En 1908, la Belgique a annex l'Etat indpendant du Congo et
a pris en charge la souverainet de cet Etat. Juridiquement, le
domaine du Royaume de Belgique s'tend donc sur le Congo. Ce
n'est pas le cas du Ruanda-Urundi. Ces deux pays possdent leur
souverainet propre, tandis que la Belgique n'a reu de la Socit
des Nations le 31 aot 1923, des Nations-Unies le 13 dcembre 1946,
qu'un mandate sur ces territoires. Par la charte de San Francisco et
l'accord de tutelle, qui furent tous deux ratifis l'unanimit par le
Parlement et sont donc devenus des lois du people belge, nous nous
sommes engags acheminer progressivement le Ruanda-Urundi
vers l'autonomie et l'indpendance, d'aprs la libre expression de la
volont des populations intresses. (12)
Nous devons remplir cette obligation sous le contrle de l'O.N.U.
et des commissions triennales du Conseil de tutelle qui, sur place,
viennent se rendre compete du progrs accompli. Cette obligation est
inluctable. Et on sait que la dernire commission de visit du Con-
seil de tutelle a propos qu'un dlai de 25 ans nous soit impos pour
la ralisation de l'autonomie et de l'exercice effectif du droit du
Ruanda-Urundi de disposer de lui-mme.
La question n'est donc pas de savoir comment nous pourrions
luder cette fatale chance, mais bien: quel sera le choix du
Ruanda-Urundi ? Pour quelle forme d'autonomie ou d'indpendance
optera-t-il ?
Et peut-on douter de ce que l'mancipation du Ruanda-Urundi
entranera fatalement celle du Congo ? Les lites congolaises ne
s'adresseront-elles pas leur tour aux Nations-Unies, si nous devions
commettre l'erreur de refuser au Congo ce que nous aurons d
consentir au Ruanda-Urundi ?
Il faut craindre que l'indpendance du Ruanda-Urundi ait une
profonde rpercussion sur notre autorit au Congo et entrane un
morcellement ultrieur de nos territoires africains.
Pour prvenir ce danger, il faut que le Ruanda-Urundi, quand
l'heure sera venue de sa libre disposition, choisisse librement de
rester associ la Belgique et donc au Congo. Pour cela, nous devons
faire en sorte que le Congo volue aussi rapidement que nos terri-
toires sous tutelle, qu'il soit attrayant et offre la meilleure
solution possible au problme de l'avenir politique et conomique
du Ruanda-Urundi.
Cette solution attrayante ne se trouve-t-elle pas dans la perspec-
tive d'une grande fdration don't les membres conserveraient chacun
leur autonomie ?
Sans priver le Ruanda et l'Urundi de leur libert, la fdration
congolaise permettrait aux deux royaumes de continue bnficier
des avantages considrables que leur procurent aujourd'hui les ser-

(12) Art. 3 de l'Accord de Tutelle du 13 .dcembre 1946 et art. 76 de la
Charte des Nations Unies.








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

vices gnraux du Congo, dans les domaines des finances, de l'agricul-
ture, des communications, de l'nergie lectrique, de l'enseignement
suprieur, etc... Par l'usage de ses services d'tudes et de conception,
en finanant l'universit d'Elisabethville et la central de la Ruzizi, le
Congo subventionne en fait le Ruanda-Urundi dans une large measure.
Cette bonne politique de nos gouvernements et de notre administra-
tion colonial portera certainement ses fruits.
Le Ruanda-Urundi, s'il se sparait du Congo, se trouverait, avec
ses resources limites, devant des tches trop grandes. Il devrait
rduire considrablement son train de vie. Du reste, le droit des
peuples disposer d'eux-mmes se rtrcit, et le progrs technique,
mais aussi le simple instinct de conservation, postulent actuellement
la collaboration et l'intgration dans de grands ensembles. C'est notre
devoir d'empcher le morcellement de nos territoires africains.
Le troisime argument en faveur de la Fdration congolaise est
de caractre politique.
L'tendue sub-continentale de l'Afrique Belge et sa structure go-
politique centrifuge ont pour consequence que l'administration d'un
complex aussi vaste resort surtout du domaine de la techno-
cratie. (13) On pourrait dire que l'ensemble du Congo est d'essence
supra-nationale . Son gouvernement dpasse l'chelle humaine et
l'horizon des communauts composantes. Tandis que les Anglais
s'efforcent de rassembler en de plus grandes fdrations ou associa-
tions divers territoires coloniaux, don't l'mancipation se pursuit
- Fdration de Rhodsie, Haute Commission d'Afrique Orientale,
Fdration Malaise, Fdration des Carabes nous avons la chance
de pouvoir partir d'un ensemble intgr couvrant au centre de
l'Afrique un grand space conomique et stratgique qui peut devenir
le solide noyau autour duquel l'Afrique nouvelle groupera ses
nergies.
Mais dans la perspective des trente annes qui viennent, cette
situation prsente encore, pour nous, un autre advantage. Du fait de
ce caractre technocratique et supra-national , il va de soi que
la Belgique doit garder fermement en mains le gouvernement central,
jusqu'au terme de l'mancipation politique de toutes les parties du
Congo et du Ruanda-Urundi. Idalement, la ,Belgique ne devrait
passer la main que le jour o le dernier de nos pays africains se
trouverait bien camp dans ses propres institutions dmocratiques.
Alors serait venu le temps de l'autorit politique fdrale proprement
africaine. Alors aussi sonnerait l'heure de la Confdration belgo-
congolaise. Jusqu' ce jour-l, la Belgique c'est--dire Bruxelles
et le Parlement doivent rester responsables du Congo.
En d'autres terms, pas de dcentralisation politique de Bruxelles
vers Lopoldville, mais une nergique dcentralisation de Lopold-
ville vers les pays congolais autonomes. Ces derniers devraient

(13) Dans le sens non pjoratif de gouvernement exerc par des tech-
niciens !








A. A. J. VAN BILSEN


tre dots aussi rapidement que possible d'assembles parlemen-
taires lues et de gouvernements responsables, aux pouvoirs s'lar-
gissant progressivement, grant le revenue de leurs impts et dressant
leurs propres budgets. L'autorit fdrale jouerait un rle d'arbitre,
prvenant ou amortissant les crises et les heurts. Cette formule
nous permettrait d'agir en souplesse et d'accorder l'autonomie
aux territoires don't la maturity serait juge suffisante, tandis que
d'autres devraient temporairement demeurer sous l'administration
directed du pouvoir central. Sur les premiers, l'autorit fdrale
exercerait un contrle de tutelle, un droit de veto. Petit petit
s'laborerait un partage des pouvoirs entire gouvernement fdral
et fdrs. L'autorit fdrale fonctionnerait ainsi comme un authen-
tique pouvoir supra-national (14), disposant d'une force de police
moderne, des moyens financiers ncessaires le produit des droits
d'importation et d'exportation notamment elle serait comptente
en matire de monnaie, de droit civil, commercial et pnal, de lgis-
lation social, de course d'appel et de Conseil d'Etat, de services
techniques et scientifiques pousss (Ineac, Irsac, cartographie, coor-
dination ou unification des transports fluviaux, ferroviaires et
ariens, plans de dveloppement, nergie lectrique, tlcommunica-
tions, fonds de bien-tre, etc...).
En un mot, l'administration fdrale prsenterait beaucoup de
traits communs avec le Gouvernement Gnral actuel, tant entendu
que les hautes functions seraient progressivement confies des
personnalits autochtones. Le Conseil de Gouvernement conserverait
son caractre consultatif jusqu' la fin de l'mancipation. L o il est
aujourd'hui un organisme compos de membres nomms par l'Ex-
cutif et reprsentant les intrts particuliers, il devrait voluer et
devenir une assemble lue par les parlements des pays et reprsenter
l'intrt gnral.

PLANS COORDONNES
C'est dessein que, dans cette esquisse, nous partons des organes
suprieurs d'une structure politique belgo-congolaise pour en arriver,
en passant par l'intgration du Congo et du Ruanda-Urundi dans
une Fdration congolaise, des gouvernements rgionaux autonomes.
Tous les aspects de la structure ainsi propose mriteraient natu-
rellement de faire l'objet d'un examen prcis. Il ne s'agit ici que d'en
prsenter et d'en illustrer l'ide gnrale; ce n'est qu'en function
d'un objectif final clairement aperu que l'on peut commencer
construire la base, c'est--dire partir des chefferies, des secteurs,
des centres, des villes.
Dans cette perspective, il devient possible d'laborer un plan,
d'en tudier et d'en situer en temps voulu tous les lments et d'en
excuter les tapes successives. Rptons qu'une vigoureuse politique
d'expansion conomique et de bien-tre social doit se trouver la

(14) Sans prejudice des attributions de la Confdration belgo-congolaise.








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

base d'un progrs hardi sur la voie de l'mancipation. Malgr tout
ce qui a dj t ralis en ce domaine au Congo et au Ruanda-
Urundi, une impulsion nouvelle doit tendre vers un meilleur qui-
libre entire les campagnes, vers lesquelles doit se porter surtout
l'effort, et les centres industries. Le ministry Buisseret a raison
d'insister sur la ncessit de favoriser l'closion de classes moyennes
indignes. Ne constate-t-on pas que dans les pays o la function de
la classes moyenne est occupe par des communauts trangres,
colons blancs, Indiens et Arabes en Uganda, Chinois en Indonsie ou
en Malaisie; l'panouissement quilibr d'une socit national est
entrav et drang ? Des classes moyennes et un paysannat sains
constituent la clef de vote de tout pays, or, au Congo, la population
rurale est fort arrire.
Les salaires des travailleurs miniers et industries pour ne
point parler de ceux des plantations sont trop bas. A ceux qui
prtendent que les salaires ne peuvent tre relevs que lorsqu'il
y a augmentation correspondante de la productivity, je voudrais
opposer l'quation inverse: ce stade, je crois, au contraire, que le
relvement des salaires entrane toujours celui de la productivity.
Aussi longtemps que le paysan indigne gagnera 2.000 francs par an
et l'ouvrier ou scribe 6.400 francs ('), il ne faudra pas s'attendre
ce que l'hygine, l'habitation saine, l'quilibre dmographique et
la civilisation marquent de grands progrs. Un revenue annuel de
25.000 francs parat, premiere vue, constituer un minimum vital
pour quelqu'un qu'on se flatte d'avoir civilis.
Quels moyens faudra-t-il mettre en ouvre ? En combien de temps
et par quelles tapes l'autorit responsible peut-elle atteindre cet
objectif d'accroissement du bien-tre ? Voil qui mrite examen
plus d'un gard.
Ralisons que l'accs des travailleurs indignes ce minimum
vital de 25.000 francs que nous citons, signifierait que les possibilits
de creation de nouvelles industries et d'importations de products
belges tripleraient !
Il y a aussi un ensemble de measures qui s'imposent d'urgence en
matire foncire, d'accession des indignes la proprit immobilire,
d'galit social et de suppression de la legislation discriminatoire

(15) D'aprs un calcul reposant sur des donnes du bilan, au 31 dcembre
1954, du Fonds Colonial d'Invalidit (cet organisme runit 600.000 des 1.200.000
assurs), le salaire moyen annuel des employs et des travailleurs noirs du
Congo se monte 6.400 francs, soit 535 francs par mois, salaire social compris
(habitation, nourriture, etc...).
Dans les cinq dernires annes, une vigoureuse politique de salaires fut
mene par les dynamiques hauts fonctionnaires du Gouvernement Gnral
Lopoldville, sous l'impulsion du ministry Dequae. A Lopoldville, le salaire
rel minimum a t relev dernirement de 11 francs 14,70- francs par jour;
au Kivu, il est aujourd'hui de 5 francs par jour contre... 1 francs en 1947.
Le salaire minimum intgral, salaire social compris, est actuellement Lopold-
ville de 30,50 francs par jour, soit 10.980 francs par an. Mais Lopoldville a une
grande advance sur le reste du pays.








A. A. J. VAN BILSEN

en matire de louage de services, de droit civil, d'organisation judi-
ciaire, de fiscalit, de coopratives...
Enfin et surtout, il est ncessaire pour garantir l'avenir du Congo,
de dvelopper et d'amliorer considrablement l'enseignement. Il est
urgent de former des instituteurs et des rgents indignes d'lite en
nombre suffisant et de les payer convenablement. C'est sur eux que
repose l'avenir de nos pays africains. Il faut donc plus de bonnes
coles normales confies des spcialistes. Il faut faire un effort
digne de nous pour lever le niveau des masses, surtout dans les
campagnes. Pourquoi ne pas faire appel aux mthodes de formation
de base exprimentes par l'Unesco ? Pourquoi ne pas lancer une
champagne en profondeur pendant une srie d'annes, concentre sur
une region particulirement arrire ?
Mais, en mme temps, il faut dcupler le rseau des coles secon-
daires, techniques et d'ducation gnrale. Pour pouvoir en suppor-
ter le cot, il est indispensable d'en africaniser les cadres enseignants
dans une large measure. Nous pourrons le faire grce aux deux univer-
sits congolaises, qui doivent conjuguer leurs efforts. Elles doivent
former d'urgence du personnel technique qualifi, des fonctionnai-
res, des mdecins, des juges, des vtrinaires, des ingnieurs indignes.
Et n'oublions pas que nous avons nos universits belges, nos
coles suprieures techniques, spcialises dans toutes les branches.
Il faut que de trs nombreux jeunes gens dous puissent venir com-
plter leur formation en Belgique. Nous avons besoin d'un Fonds
des Etudes accordant des bourses aux plus mritants. Tout en
s'instruisant, les tudiants noueront en Belgique des relations d'amiti.
L'lite congolaise doit sentir par des liens personnel, ns notamment
dans la mtropole, qu'elle peut computer sur la Belgique et sur les
Belges.
Il est possible, dans le cadre d'un plan gnral d'mancipation,
de mener bien dans les dlais requis la formation des lites nces-
saires. Tout cela doit tre synchronis, car les jeunes diplms
doivent trouver, chez eux, des emplois honorablement rmunrs.

LES BASES ET L'ESPRIT DU PLAN D'EMANCIPATION
Sur la ferme assise d'un vaste plan de bien-tre et d'ducation,
les rformes politiques doivent tre entreprises. Simultanment, for-
mation en brousse de communes ou d'arrondissements, suffisam-
ment important que pour pouvoir nourrir une administration
africaine civilise, avec des conseils lus, dots de responsabilits
financires et rglementaires. Dans les villes galement, creation
d'institutions dmocratiques; adaptation administrative des provinces
aux frontires des futurs pays et, l o c'est possible, constitution
immediate d'organes reprsentatifs l'chelon de ces pays.
Examiner les multiples rformes qui devraient s'inscrire dans
la premiere phase d'excution d'un plan d'mancipation nous con-
duirait trop loin. L'autorit responsible y a d'ailleurs dj pens, du








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

moins d'une manire fragmentaire, et c'est le grand mrite du Gou-
verneur Gnral Ptillon d'avoir insist non seulement sur la nces-
sit de meilleures relations entire blancs et indignes, mais aussi de
rformes politiques au niveau des plus petites communauts. (1G)
Dans certain milieux coloniaux, on se rend compete du besoin urgent
d'une doctrine et d'un plan en vue de l'volution social et conomi-
que du Congo. (1")
Les relations humaines entire les deux races, don't le Roi a dit
qu'en ce moment elles constituaient le problme essential de notre
politique colonial, forment la base psychologique et morale dfaut
de laquelle l'avenir de notre tche en Afrique serait srieusement
compromise. Les indignes sentent d'une manire aigu l'absence de
relations sociales entire noirs et blancs et principalement entire
families europennes et africaines (1s), l'absence de branches relations
d'homme homme, de vritables liens d'amiti.
Ici aussi se pose la question de savoir si le vrai moyen d'amliorer
d'une manire considerable les relations sociales entire blancs et noirs
n'est pas la reconnaissance de droits politiques et de liberts publi-
ques plus large. De fait, dans les rgions de l'Afrique central et
occidentale, o les droits politiques sont tablis, les relations d'homme
homme, entire Anglais ou Franais et indignes, se sont amliores
d'une faon tonnante au course des cinq dernires annes. Au simple
voyageur de passage, il saute aux yeux en tout cas, qu'elles sont
bien plus cordiales que chez nous! A ce point de vue, l'attribution
de la citoyennet franaise aux noirs de l'autre rive du fleuve Congo
ne mritait pas les lourdes railleries par lesquelles, il y a neuf ans,
cette rforme fut accueillie au Congo, surtout Lopoldville.
En ce moment, on travaille la revision du statut des agents
indignes des services de l'Etat. Il est vident que l'unification du
statut des agents europens et africains est une exigence lmentaire
de justice social au stade actuel de l'volution du Congo et du
Ruanda-Urundi. L'accs des functions publiques doit tre ouvert
d'urgence, des conditions quivalentes, l'lite naissante des indi-
gnes. Mais les carrires administrative ne peuvent servir d' Ersatz
aux droits politiques.
Administration et gouvernement sont deux choses distinctes qui
n'exigent pas les mmes qualits.
Je ne partage pas l'opinion de ceux, auxquels je faisais allusion
plus haut, qui affirment que le stade des droits politiques et des
institutions representatives ne sera atteint que lorsque des indignes

(16) Qu'on lise ce sujet le dernier discours du gouverneur gnral Ptillon
au Conseil de Gouvernement du Congo, Lopoldville, le 18 juillet 1955.
(17) Cfr. la communication de H. DEPAGE, cite plus haut, sur le plan
social, et les travaux rcents de l'Institut Solvay sur la promotion de l'conomie
indigne.
(18) L aussi nous retrouvons le problme urgent... et dlaiss de la forma-
tion des femmes indignes.








A. A. J. VAN BILSEN


qualifis seront en tat de remplir convenablement toutes les fonc-
tions de responsabilit de l'administration. Je pense, au contraire,
que la maturity politique prcde en de nombreux cas la capacity
administrative. Gouverner un pays exige une formation gnrale,
une intelligence saine, le sens du rel et des responsabilits, la notion
du bien commun, la loyaut vis--vis du fonctionnement des institu-
tions dmocratiques, le respect de la minority. Administrer, par
contre, requiert toutes sortes d'aptitudes techniques. Cela est vrai
galement en Europe. Nos ministres ne pourraient pas tous rem-
plir convenablement les hautes functions administrative de leur
dpartement. La Ct d'Or est gouverne par un cabinet autochtone
responsible devant un parlement galement indigne. Mais les plus
hauts fonctionnaires sont des Britanniques. Cette formule donne de
bons rsultats. Le Premier Ministre du Soudan, au course d'une
entrevue, ne m'a pas cach que c'tait grand dommage que les rela-
tions avec les Anglais dans son pays taient revenues trop tendues
pour que la soudanisation immediate de l'administration ne puisse
tre assouplie.
La reconnaissance de droits politiques une lite qui possde bien
une maturity politique suffisante, mais pas encore une habilet
administrative satisfaisante, peut tre, au surplus, un moyen oppor-
tun de manager des tapes de transition dans un pays qui risque
d'tre secou par le brusque passage de la colonisation la libert.
Les fonctionnaires blancs comptents, grce leurs conseils et
leurs qualits de technicians de la function publique, peuvent faire
en sorte que le nouveau rgime politique s'installe sans dsordre.
Vous, colonialistes, vous exigez de nous, Africains, qu'avant de
rouler en voiture, nous sachions d'abord la dmonter et la remonter ,
me disait un membre minent du Parlement soudanais, et il con-
cluait... dans son modern-style oriental: Ce que nous voulons,
c'est prendre immdiatement en mains le volant. Si nous avons
des pannes de moteur, nous saurons bien appeler les technicians
occidentaux.

UN DIALOGUE BELGO-CONGOLAIS
Les liens institutionnels paritaires entire la Belgique et la grande
fdration congolaise, don't j'ai tent d'esquisser les lignes majeures,
constituent l'objectif ultime d'un priple long et difficile.
Je voudrais souligner encore, que pour assurer le succs de
l'mancipation politique de nos territoires d'outre-mer et leur donner
des structures institutionnelles solides, il est indispensable qu'un plan
comme celui don't je suggre l'laboration soit mis en ouvre, sans
que la Belgique, sans que Bruxelles se dsaisisse prmaturment de
son autorit. Le maintien de la centralisation politique Bruxelles,
alors mme qu'on poursuivait une dcentralisation administrative
considerable et opportune vers Lopoldville, est une des sages
constantes de notre politique colonial, sur laquelle l'ancien ministry








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

baron De Vleeschauwer a justement attir l'attention du Parlement
plus d'une reprise.
L'autorit de l'Etat, c'est--dire le pouvoir lgislatif et excutif,
ne pourra tre transmis l'Afrique que progressivement et dans les
limits de solides lois de cadre, au fur et measure que les popula-
tions congolaises recevront des droits politiques et deviendront aptes
dfendre l'intrt gnral, au niveau du gouvernement fdral du
Congo.
Une dcentralisation politique prmature abandonnerait le Congo
- l'instar du Kenya et de l'Algrie des groups particuliers
puissants, et aux colons. Ceux-ci seraient pousss, par leurs intrts
court vue, imposer au gouvernement central une politique con-
servatrice, defendant des positions qui seraient rapidement revenues
des privileges. On ne peut pas exposer l'administration colonial
l'action de ces pressure-groups qui disposent, peu d'exceptions
prs, de toute la press destine aux blancs. Le Congo et le Ruanda-
Urundi possdent heureusement des fonctionnaires d'lite, don't la
competence ne le cde en rien l'enthousiasme et la probit. Mais
ce n'est leur rle ni de faire de la politique ni de gouverner le Congo
et le Ruanda-Urundi, mais de les administer.
L'autorit et la responsabilit politique doivent tre maintenues
Bruxelles jusqu'au moment o, Lopoldville, puisse tre constitu
un gouvernement responsible, devant un parlement fdral lu. Mais
pour cela, il faut que Bruxelles, c'est--dire le Parlement, prenne ses
responsabilits et s'intresse activement aux problmes et aux besoins
du Congo. Le systme des pleins pouvoirs lgislatifs sous lequel vit
le Congo depuis 1908 a rendu de bons services et le Conseil Colonial
est une haute et respectable institution qui mrite qu'on lui rende
hommage. Loin de moi l'ide de proposer qu'il soit mis fin cette
dlgation du pouvoir lgislatif. Toutefois, le Conseil Colonial ne
dispose pas du droit d'initiative en matire legislative et il est exclu
de le lui accorder, puisqu'il ne possde qu'une competence consul-
tative. Seul le Parlement souverain a la charge et le devoir d'orienter
en toute responsabilit, au moyen de lois fondamentales et de dci-
sions, le dveloppement de nos territoires africains.
Comme le disait il y a peu le ministry Rey ("1), l'indiffrence au
Parlement ne peut s'expliquer que par l'ignorance de la plupart des
dputs et des snateurs l'gard du Congo et du Ruanda-Urundi.
C'est pourquoi le ministry des Affaires Economiques s'estimait heu-
reux d'avoir fait un voyage au Congo et souhaitait que tous ses
collgues du Parlement en fassent autant. Dans la measure o nos
parlementaires apprendront connatre les territoires belges en
Afrique, ils s'y intresseront et se proccuperont plus activement de
leur sort, pensait le ministry. C'est trs vrai, mais c'est insuffisant.
Pour pouvoir suivre efficacement les problmes coloniaux, stimu-
ler et contrler comme il se doit l'administration colonial, il faut
(19) Dans un intressant discours au Cercle Royal Africain, le 20 octobre 1955.








A. A. J. VAN BILSEN

plus que quelques brefs voyages. Ce qui manque nos parlementaires,
notre press, notre opinion publique et nos parties politiques,
ce sont des informations suffisamment libres et compltes sur le
Congo et le Ruanda-Urundi.
Ceci n'est pas une critique implicite de la press colonial, et
encore moins de l'agence d'informations don't l'indpendance est
au-dessus de tout soupon. Une libre information, dans le sens occi-
dental du mot, exige une opinion publique qui puisse s'exprimer
d'une manire organise, groupe autour de chefs, de journaux,
d'organes, d'associations, de movements. Tout cela postule des droits
politiques.
Nous vivons toujours, et dans une measure plus grande qu'on ne le
pense, dans un rgime o le Parlement souverain contrle et oriented
l'action de l'administration colonial, sur la base de rapports annuels,
de documents et de donnes fournis par cette seule administration.
C'est assez paradoxal, avouons-le. C'est pourquoi il est bon que les
syndicats et aussi les parties politiques belges tendent leur action
au Congo et au Ruanda-Urundi. Le fait que bientt il y aura au
Congo des indignes libraux, socialists et sociaux-chrtiens, ct
de syndiqus chrtiens et de gauche ne doit pas tellement nous
inquiter. Lorsque les indignes disposeront de droits politiques, ils
ne se grouperont pas longtemps selon nos conceptions europennes.
Dj maintenant, au Ruanda-Urundi, s'organise un movement pro-
gressiste ct d'un autre traditionnel et on peut supposed que c'est
dans le premier que nous trouverons nos plus loyaux amis, parce
qu'ils attendent plus de l'Occident et de la dmocratie que les
autres...
Ceux qui redoutent que l'infiltration de nos organizations politi-
ques au Congo mne la division des blancs et ensuite celle des
indignes, n'oublient-ils pas que ces clubs politiques d'outre-mer
contribueront introduire le Congo dans la sphre de notre intrt
public mtropolitain, ce qui est indispensable et urgent.
Il faut, par tous les moyens, promouvoir un libre courant d'infor-
mations sur le Congo et le Ruanda-Urundi. (20)
Si nous admettons que le Parlement a la tche urgente et perma-
nente de dterminer les modalits du dveloppement et de la
promotion politique du Congo et du Ruanda-Urundi, reconnaissons
qu'il est donc indispensable que les parties politiques s'en proccupent

(20) Quand les rfugis politiques ou autres franchissent, par example, en
Allemagne la ligne de dmarcation, pour se mettre en scurit, chacun trouve
normal que la press soit prsente et l'opinion mondiale claire. Quand, par
contre, des fonctionnaires noirs et des personnalits du Soudan du Sud passent
notre frontire du Congo comme ce fut le cas au dbut des troubles rcents -
et viennent faire appel l'aide de la Belgique, parce qu'ils se souviennent que
Lopold II s'obstinait vouloir chasser de leur pays les marchands d'esclaves,
ou lorsqu'ils veulent adresser, du Congo, un tlgramme la Reine Elisabeth II
pour rclamer le retour des troupes et des fontionnaires britanniques, la press
ignore ces faits.








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

leur tour et on ne peut que se rjouir de ce qu'ils le fassent ou
s'apprtent le faire. Mais la politique colonial se doit d'tre une
politique national, fonde sur les donnes permanentes d'une large
entente entire tous les groups de la majority et de l'opposition,
comme a presque toujours t national la politique trangre et
militaire de la Belgique.
Pourquoi le Parlement n'instituerait-il pas un centre d'tudes
temporaire qui, comme le Centre Harmel, serait compos pour
moiti de dputs et de snateurs, et pour le reste de personnalits
n'appartenant pas aux Chambres ?
A l'instar du Centre Harmel qui, sur le terrain des problmes
flamando-wallons, a fourni du bon travail, un Centre parlementaire
congolais pourrait tre habilit consulter toutes personnel et toutes
instances et entendre toutes opinions. Le Centre rassemblerait
d'une manire objective les donnes qui formeraient la base d'un
plan d'mancipation, avec les incidences que cela entranerait nces-
sairement dans les domaines de la legislation et de la' politique
indigne.
Eclairer l'opinion publique et documenter objectivement le Par-
lement et les parties, grce un tel Centre, ne suffirait pas. Donner
du sang nouveau notre politique colonial et la mener, l'abri
d'aventures, dans de nouvelles voies, exige un apport congolais.
Il faut que de l'autre ple de la communaut belgo-congolaise,
l'lite africaine soit mise en measure d'exprimer librement et sans
crainte son opinion. Actuellement, ce n'est pas le cas. Le fait que la
libert de press ne soit pas garantie au Congo et au Ruanda-Urundi
ne gne pas beaucoup les journaux des blancs. Ceux-ci se sentent
appuys par leur influence opinion publique. Par ailleurs, quelques
importantes exceptions prs, les journaux congolais sont bien plus
des entreprises commercials et des organes de rcrimination
gnrale que des journaux d'opinion, au sens europen du terme.
Mais l'absence d'une libert de press, lgalement garantie, pour-
rait peser sur les journaux indignes qui voudraient natre ou qui
tentent de s'affirmer. (21)
Dans le systme colonial actuel, grce l'indispensable autori-
sation de paratre , que le Gouvernement Gnral donne et retire
librement, le pouvoir excutif dispose d'un droit thorique illimit
de vie ou de mort sur les journaux. C'est trop et c'est trop peu.
Le droit est thorique , parce qu'il est peu probable que l'admi-
nistration ose s'en servir contre des journaux blancs, moins d'tre
moralement couverte par une decision judiciaire. Quant aux journaux
indignes, on peut imaginer l'effet que produirait dans ces milieux
une measure de censure prise par une autorit qui serait la fois

(21) Nous laissons naturellement en dehors de nos considerations la press
dite ou contrle par le gouvernement ou les missions, l'intention des indi-
gnes. Cette press ne reflte pas l'opinion de l'lite indigne.








A. A. J. VAN BILSEN


juge et parties. N'est-ce pas pour prvenir de tels malentendus et
confusions qu'en Occident nous connaissons la separation des
pouvoirs ?
La libert de press est de grande importance et devrait tre
expressment reconnue. Mais il faudrait armer convenablement les
tribunaux afin qu'ils puissent rprimer tous les abus, tant de la part
de la press des blancs que de la press indigne. Et je suggre que
l'offense au group ethnique devienne un dlit.
Mais une press indigne libre et representative ne prendra son
essor dans nos territoires d'outre-mer que lorsque les autochtones
disposeront de droits politiques. (22)
Entretemps, nous pouvons nous rjouir de ce qu'ils aient dcou-
vert le droit constitutionnel de petition, comme en tmoigne la
dmarche rcente des membres du Conseil Suprieur de l'Urundi
auprs des Chambres belges. Et flicitons-nous de ce que la Com-
mission des petitions du Snat ait dcid l'unanimit de charger
son president, le snateur Van Hemelrijck, et deux autres membres
de la Haute Assemble, d'entendre sur place, Usumbura, les
ptitionnaires.
Il est de la plus haute importance que les lites indignes puissent
exprimer leurs avis, comme les blancs, et qu'un dialogue s'tablisse
enfin entire l'opinion d'outre-mer et le Parlement de Bruxelles.
Graduellement, nous apprendrons ainsi connatre en Afrique les
lments qui dterminent et experiment l'opinion ,ceux qui jouissent
de la confiance de leurs compatriotes, ceux que les Franais nom-
ment, avec un bonheur ingal, les interlocuteurs valables .

DEUX JALONS

En 1958, nous commmorerons le cinquantenaire de l'annexion
du Congo par la Belgique.
En 1985, nous clbrerons le centenaire de la foundation de l'Etat
indpendant du Congo qui, jusqu'en 1908, prcda notre Colonie.
Ces deux dates constituent des jalons sur la route de l'mancipa-
tion de nos territoires d'outre-mer. Nous ne pouvons pas en sous-
estimer la porte psychologique sur les populations indignes et
l'opinion mondiale.
En 1958, nous dresserons le bilan de notre action colonisatrice.
Nous ne devons pas redouter cette chance, surtout si nous redou-
blons d'efforts, pendant ces deux annes, sur les plans du progrs
social et du dveloppement de l'enseignement.
La clbration du cinquantenaire sera l'occasion pour chacun de
regarder vers l'avenir. Il est certain que le jugement qui sera port

(22) La mme chose peut, sans doute, tre dite quant l'organisation syn-
dicale indigne. Elle aussi ne s'panouira probablement que dans un climate de
liberts politiques. L'exprience d'autres colonies semble le confirmer.








UN PLAN DE 30 ANS POUR L'MANCIPATION POLITIQUE DE L'AFRIQUE BELGE

alors sur le travail gigantesque que nous avons ralis en un demi-
sicle et le credit qu'on nous fera pour l'avenir, tant l'intrieur
qu' l'extrieur de nos frontires coloniales, dpendront largement
de la voie dans laquelle nous nous serons engags entretemps et de
la solution que nous aurons donne, au problme de l'mancipation
politique.
La commmoration des 50 annes de colonisation belge aura un
retentissement d'autant plus grand qu'elle concidera avec l'Exposition
International.
Peut-tre le Roi et les membres de la Famille Royale rendront-ils
une visit de clbration au Congo ? On l'espre de tout coeur.
Lopoldville recevra des d1gations de tous les gouvernements
indignes et des administrations coloniales africaines. Qu'on nous
permette d'esprer que cette occasion sera saisie pour annoncer
solennellement, aux Congolais et au monde entier, un plan d'man-
cipation. Ainsi, grce au prestige du Roi, l'impressionnant bilan
du pass, mais aussi la perspective d'une politique hardie et pro-
gressiste, serions-nous assurs, pour une nouvelle priode, de la
confiance des populations indignes que nous avons libres de la
nuit des temps primitifs.
Nous avons besoin de cette confiance pour amener ces hommes
nouveaux, que tente le saut vers la libert, la patience et la
prudence.
Cette confiance et cette politique progressiste peuvent ouvrir
aussi de nouvelles perspectives notre collaboration avec d'autres
pays africains. Pourquoi ne pourrions-nous pas, en 1958, runir
Lopoldville ou Stanleyville, ce centre gomtrique future de l'Afrique,
une conference du type Colombo, et y lancer le project d'tendre
de nouveaux territoires le rgime de libert du bassin conventionnel
du Congo ?
Et, dans la perspective d'une nouvelle orientation, pourquoi
n'inviterions-nous pas les Nations-Unies tre tmoins de nos rali-
sations et de nos engagements ?
Ces engagements qui nous conduiront l'autre jalon: 1985.
Il dpendra de ce que nous faisons et prparons aujourd'hui d'tre
encore ce moment la hauteur des vnements, d'avoir l'assurance
de commmorer honorablement, en Afrique, l'oeuvre de Lopold II
et de pouvoir la poursuivre, enfin, sous d'autres formes, en des temps
nouveaux.

A. A. J. VAN BILSEN.
22-2-56.











Congo et Ruanda-Urundi 1955

La question scolaire ()
par le R. P. A. BRYS, Missionnaire de Scheut
Le lecteur se rappellera encore la declaration, faite au Parlement
en juin 1954, par Monsieur Buisseret. Il donnait l'assurance la plus
formelle, qu'il ne changerait rien la politique colonial sans avoir
consult pralablement le Parlement et les institutions representatives.
Lorsqu'en dcembre 1954, l'ancien Ministre des Colonies, Mon-
sieur Wigny, interpella Monsieur Buisseret au sujet de la prcipita-
tion avec laquelle il avait cr d'emble quatre grands complexes
scolaires officials laques Lopoldville, Elisabethville, Stanleyville
et Luluabourg, sans avoir consult qui que ce soit, Monsieur le
Ministre s'en dfendit d'un ton bnin: il ne s'agissait que d'une
bien modest experience .
Une grande anne s'est coule depuis lors; ni le Parlement, ni
les institutions representatives en Afrique, ni le Conseil de Gouver-
nement Lopoldville n'ont t consults. Posons donc la question:
qu'est devenue entretemps la modest experience ?
Experience ?! Pas question d'exprience... car il est permis de
croire que jamais il n'en fut question. Ce fut ds le dbut l'excution
d'un vaste plan bien tabli et don't la ralisation fut chose bien cal-
cule. Le tableau ci-dessous permettra de juger de l'ampleur de la
modest experience .
Etablissements d'enseignement official lac pour autochtones
crs depuis septembre 1954
I. Ecoles primaires :
Nombre d'coles Classes Elves Pers. europen
Lo 12 + prpar. 153 6.454 22
Luluabourg 7 + prpar. 47 2.064 11
Elisabethville 4 + prpar. 72 3.369 15
Jadotville 1 12 588 2
Bukavu 1 + prpar. 13 833 4
Stanleyville 5 46 1.744 7
Coquilhatville 2 14 619 4
Kikwit 1 7 290 1
Moanda 1 6 ? ?
Bikoro 1 6 209 1
Usumbura 1 + prpar. 12 579 2
Kazumba 1 6 334 1
Luebo 1 6 308 1
Lodja 1 6 320 1
Mushenge 1 6 303 1
Thysville 1 11 249 3
Oshwe 1 + prp. mn. 8 ? 2
Total : 42 431 18.263 78
(*) On se rfrera avec profit l'tude que le R. P. BRYS a public dans
Les Dossiers de l'Action Sociale Catholique de fvrier et de mars 1955, sous
le titre: Le conflict scolaire au Congo. (Note de la Rdaction).

112








CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

Ajoutons-y encore 5 coles de la Force Publique Kongolo,
Gombare, Elisabethville, Luluabourg et Kamina : ce qui fait un total
de 47 coles primaires + 5 sections prparatoires.
II. Athnes (soi-disant interraciaux) :
Nombre d'coles Classes Elves
Lopoldville 1 2 70
Luluabourg 1 2 49
Stanleyville 1 2 34
Usumbura 1 2 48
4 8 201
Etant donn qu'une parties du personnel enseignant europen
enseigne l'cole de moniteurs et l'athne, cela fait pour les deux
types d'enseignement : Lopoldville : 15 europens + 3 professeurs
de religion; Luluabourg : 9 + 2 prof. de religion; Stanleyville : 9 + 2
prof. de religion; Coquilhatville : 4 + 1 prof. de religion. Rien que
pour ces quatre villes, cela donne un total de 45 professeurs blancs
pour ces quelques institute encore dans leur stade d'amorage dans
ces localits.
III. Ecoles de moniteurs:
Lopoldville 6 classes 2 annes d'tudes
Luluabourg 3 2
Stanleyville 4 3
Elisabethville 1 1
Coquilhatville 1 1
Usumbura 1 1
IV. Enseignement professionnel:
Nouvelles coles professionnelles Boma, Lopoldville, Dingila,
Kindu, Manono, Jadotville.
V. Pr-universitaire :
Usumbura: une classes avec actuellement 19 tudiants.
VI. Ecoles secondaires administrative :
A Bosu Djanoa, Irumu et Tshikaji.
Ajoutons-y encore la creation d'une university d'Etat, don't le
Recteur et le Conseil d'Administration sont dj nomms, et qui
ouvrira ses portes en octobre prochain Elisabethville.
Cela porte donc 64 le total des tablissements officials laques
pour Congolais, crs en une anne et demie. Dcidment, l' exp-
rience n'a pas gard grand'chose de sa modestie !
Le tableau ci-dessus ne mentionne que les nouvelles coles pour
autochtones. Les athnes signals sont soi-disant interraciaux ,
mais l'exception de celui d'Usumbura, qui compete 30 lves blancs
et 18 noirs, les autres sont de fait destins aux Congolais. Nous ne
mentionnerons pas les coles officielles nouvelles cres pour blancs.
Alors que toutes les faveurs sont prodigues ces nouvelles
crations officielles, les Missions se voient srieusement handicapes








A. BRYS


dans le fonctionnement- de leurs tablissements existants, freines
dans le dveloppement ultrieur de leur enseignement primaire et
bloques dans l'enseignement secondaire.
Sur 72 demands d'agration introduites depuis 1953 par 25 vica-
riats sur 38 (soit donc les 3/5 de tous les vicariats du Congo),
22 demands ont t agres (ou reu au moins accord de principle ,
23 ont t refuses et 25 sont rests sans rponse, au moins jusqu'
la date du 1er novembre 1955.
La province de l'Equateur est la seule n'avoir pas encore de
college pour Congolais. A diffrentes reprises, le Vicaire Apostolique
de Lisala a demand d'en ouvrir un et jusqu' present l'accord n'est
pas obtenu. Il en va de mme pour la creation de nouvelles coles
de moniteurs: sur 7 demands introduites par les vicariats susdits,
une seule a t retenue ainsi que l'extension d'une autre.
Quant aux demands des crdits-subsides pour nouvelles construc-
tions scolaires, l'enqute effectue dans les 25 vicariats procure les
donnes suivantes :

Introductions de demands de constructions (')
depuis 1953 octobre 1955
Accordes Non accordes
Maisons pour professeurs europens 20 7
Internats coles primaires 2 24
Dortoirs coles primaires 0 25
Ecoles de brousse 1 classes, quelques
unes 2 classes, en matriaux semi-
durables ou durables 537 268
Ecoles primaires centrales (2) 25 63
Classes primaires (3) 261 326
Ecoles de moniteurs 2 + 2 extensions 6
Maisons de moniteurs 63 548
Ecoles d'apprentissage pdagogique 0 7
Ecoles professionnelles et artisanales 8 13
Ecoles secondaires, latines ou autres 2 extensions 1+2 extensions
Il faut remarquer que ces donnes sont incompltes, mais nous
avons l'impression que, toutes proportions gardes, elles s'appliqueront
aussi aux autres vicariats. Elles permettent cependant de dduire

(1) Le tableau renseigne les demands de constructions introduites par les
circonscriptions ecclsiastiques suivantes: Lopoldville, Kisantu, Matadi, Boma,
Inongo, Banningville, Kikwit, Ipamu, Luluabourg, Kabinda, Kamina, Elisabeth-
ville, Baudouinville, Kasongo, Bukavu, Bunia, Nyangara, Buta, Lolo, Bondo,
Stanleyville, Lisala, Molegbe, Coquilhatville, Bikoro.
(2) A remarquer que le vicariat de Luluabourg n'a presque plus introduit
de demands pour coles primaires centrales, parce que sur 33 demands ant-
rieures, deux seulement avaient reu une rponse.
Donnant suite une suggestion des Services du Gouvernement Gnral, le
vicariat de Kisantu avait labor un plan triennal de ralisations. Jusqu'en
novembre 1955, il n'avait reu aucune rponse: les propositions figurant sur
ce plan n'entrent pas dans le calcul de ce tableau.
(3) Ces 261 classes reprsentent des extensions d'coles existantes ainsi que
plusieurs nouvelles coles centrales.








CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

nettement la tendance actuelle en matire de politique scolaire, ten-
dance accuse beaucoup plus dans une province que dans une autre.
Au Kasai, par example, on a t trs large pour accorder des
constructions de classes d'coles succursales (coles de brousse) : 289;
par contre, on a refus presque toutes les demands de construction
de maisons pour moniteurs. Les premires n'appartiennent pas
aux Missions et offrent la possibility d'tre converties un jour en
coles officielles laques. Mais en ce qui concern les maisons des
monitetrs, il n'en est pas de mme. Cette measure discriminatoire,
avec bien d'autres encore, jouera finalement contre l'enseignement
des Missions. Le Service Provincial de l'Enseignement nous
assure-t-on nourrit des projects de creation de dix coles de moni-
teurs, rien que pour la province du Kasai. Plaise Dieu que cela ne
se ralise pas... d'ailleurs, les possibilits budgtaires connaissent des
limits. Mais si ce plan tait excut, cela signifierait l'occupation
scolaire total de toute la province par l'enseignement lac, car ces
dix coles appelleraient fatalement de trs nombreuses coles pri-
maires du premier et deuxime degr. Serait-ce, par example, en
function d'une telle ventualit que dj maintenant on estime ne
pas devoir accorder des crdits pour maisons de moniteurs au service
des coles des Missions ? !
Sur 24 demands de construction d'internat introduites depuis
1953 par les dits vicariats, deux seulement ont t revenues, toutes
les autres se sont vues rejetes. Depuis trois ans, le Service de
l'Enseignement prconise la suppression des internats des coles
primaires, prtextant des raisons d'ordre budgtaire. Mais, quicon-
que est tant soit peu familiaris avec la situation de beaucoup de
rgions l'intrieur, rgions population clairseme groupe dans
des petits hameaux, parfois fort distancs les uns des autres, doit
convenir que les coles centrales ne s'y conoivent pas sans l'existence
d'un internal. En supprimant donc celui-ci, comment donc assurer
ces enfants un enseignement primaire complete ?
Mais il y a d'autres mobiles qui jouent chez certain opposants
des internats. Ceux-ci prtendent que les Missions s'attachent au
rgime d'internat parce que cela permet de mieux travailler les
enfants sur le plan vanglisation. Or, disent-ils, l'enseignement
comme tel n'a rien voir avec cela. C'est dans ce sens que ragit le
Service de l'Enseignement de Luluabourg aux demands introduites
par les Vicaires Apostoliques. Il imported donc de soustraire les
enfants autant que possible l'influence du missionnaire. D'ailleurs,
il n'y a pas que dans le domaine de l'enseignement que cette tendance
se manifeste.
Alors que Lopold II, le fondateur de notre empire colonial, s'est
dmen pour introduire des missionnaires belges aussi nombreux
que possible; alors qu' force de sacrifices ils ont pris une part si
large l'dification de notre Colonie, voil qu'en fin de compete ils
devront encore se faire pardonner de vouloir faire du bien.









A. BRYS


Qu'en dirait Monsieur Louis Frank, liberal et grand ministry des
Colonies, qui, en 1929, dclarait la Chambre: Pour l'ducation
morale, c'est sur l'vanglisation qu'il faut computer. On ne fera rien
de permanent sans elle.

RECRUTEMENT ET ADMISSION DES ELEVES
A considrer le nombre d'inscriptions enregistres, on peut affir-
mer que l'cole officielle laque a du succs.
Ce succs s'explique pour diffrentes raisons:
Tout d'abord, il y a la propaganda. On n'a cess de dire et de
rpter que l'cole officielle suivrait un programme peu prs qui-
valent celui des coles en Belgique; l'enseignement se donnerait
en franais partir de la premiere anne primaire; on y donnerait
une education complete. Enfin, les diplmes dlivrs seraient des
diplmes officials !
Certes, dans ces propos il y a de quoi sduire des esprits avides
de savoir et de monter pas de gant les degrs de la culture et
de la civilisation.
Par ailleurs, exception faite pour quelques localits, on s'est
montr trs large dans les inscriptions, faisant fi des prescriptions
rglementaires relatives l'ge des enfants et des conditions de
sjour dans les villes. Ainsi, on a vu s'acheminer vers Elisabethville,
Luluabourg, Stanleyville, etc., des centaines et des centaines de gar-
ons pour se faire inscrire l'cole. Dans les provinces du Katanga
et du Kasai, l'administration avait reu l'ordre de donner les passe-
ports requis. Combien d'lves, originaires du Kasai, ne sont pas
arrivs Elisabethville, munis d'une feuille de route libelle comme
suit : X... est autoris se rendre Elisabethville pour se prsenter
l'cole officielle du quarter Kenya ou Katuba. Au cas o il ne
serait pas admis cette cole, il devra rentrer au village endans
les quinze jours.
Qu'on sache bien que la rglementation en vigueur depuis des
annes dfend la direction des coles d'accepter des lves non
inscrits rgulirement aux centres extracoutumiers. Ceci en vue
d'enrayer l'exode de la jeunesse de la brousse vers les grands centres.
A Lopoldville, on a cr une cole officielle Binza. Pour la peupler
il a fallu vider les coles succursales existantes dans les villages
s'tendant jusqu' Kasangulu, 25 km. de la ville.
Quant l'ge des candidates, on a fait fi, une fois de plus, des
prescriptions en vigueur en de nombreux cas. Que d'lves, refuss
par les Missions pour raison d'ge, ont t admis immdiatement
l'cole primaire officielle. Il se fait qu'on y rencontre des lves
ayant atteint les 17, 18 ans ou mme plus. A titre d'exemple : l'cole
du quarter Matete (Lopoldville), P. M... a 20 ans, il est admis en
sixime anne, sur sa fiche on l'a rajeuni de quatre ans; C. T... est n
en 1940, il a fait deux annes d'cole de brousse, il est admis en
troisime anne, sur sa fiche il est marqu 1943; X... est mari cou-








CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE


tumirement, il renvoie sa femme au village, donne son pravis la
compagnie o il travaillait, aprs avoir t inscrit l'cole; l'cole
du camp de Lufungula nous trouvons S. V... : aprs avoir t con-
gdi de l'cole Sainte-Anne, il s'est rendu l'cole de Brazzaville
qu'il a d quitter galement; il est n Kinshasa le 4 novembre 1934,
il a donc 21 ans; a Kikwit on s'est bas sur l'ge dclar par le
rcipiendaire et d'aprs cet ge il fut affect la classes correspondent
son ge dclar.
Ce serait blesser la vrit que de vouloir gnraliser les cas
signals ci-dessus, quoiqu'ils se soient prsents dans de nombreuses
coles. Il est cependant permis d'affirmer qu'ont t admis dans les
coles officielles un nombre assez imposant d'lments refuss par
les Missions ou limins pour des raisons d'ge et d'incapacit ou
bien parce qu'ils taient irrgulirement presents dans la ville.
Une lettre circulaire, manant du Gouvernement de la Province
de Lopoldville, en date du 19 novembre 1955, prescrit aux directeurs
d'coles d'liminer tous les enfants qui ne sont pas rgulirement
autoriss par l'administration rsider Lopoldville. La circulaire
ne toucha presqu'en rien les coles des Missions, mais il n'en fut pas
de mme pour les coles officielles, don't certaines auraient vu leur
effectif se rduire d'un tiers, si pas plus. Aussi la Place Royale, saisie
de la question par les zlateurs de l'enseignement lac, est-elle
intervene pour faire modifier la circulaire et la rendre inoffensive.
Le manque de locaux scolaires dans les coles des Missions est
encore un autre facteur qui a favoris le peuplement des coles
officielles. Or, Lopoldville, Luluabourg, Elisabethville, Usumbura,
Bukavu, l'Office des Cits Africaines est charge de la construction
de maisons pour autochtones, amnages de nature pouvoir servir
temporairement de classes. Lors de la rpartition de ces locaux sco-
laires, le Service de l'Enseignement a voulu urger une rpartition
strictement gale, c'est--dire : 50 % des locaux seraient mis la
disposition des coles officielles, 50 % l'ensemble des coles libres
(catholiques, protestantes et salutistes), alors qu'il et t quitable
de se baser sur le nombre d'inscriptions enregistres et sur le dve-
loppement acquis par les diffrents enseignements. Au moins ce
systme aurait-il tenu compete des ralits et la volont des intresss
aurait-elle t respecte. A Stanleyville et Lopoldville, par
example, pas mal d'lves se sont laisss inscrire l'cole officielle,
bien dcids passer l'cole catholique ds que la Mission dispose-
rait de locaux dans le quarter Mangobo et Bruxelles.
Quant au recrutement pour l'enseignement postprimaire, il s'est
effectu dans le mme esprit.
S'adressant aux chefs de secteurs du territoire de l'cole secon-
daire administrative Boso-Djanda (province de l'Equateur), la
circulaire du 13 aot signal qu'exceptionnellement les lves des
coles professionnelles agricoles (E.P.A.) seront admis l'cole admi-
nistrative nouvelle. Or, une rglementation antrieure, et toujqurs en
vigueur, stipule que les lves des E.P.A. doivent rester la disposi-








A. BRYS


tion du Service Agricole pendant les trois premires annes aprs
achvement des tudes.
A Bukavu, des lves ayant fait trois mois seulement en cinquime
anne primaire ordinaire de l'cole. des Missions, ont t accepts
en sixime primaire, degr slectionn, de l'cole officielle (o ils
suivaient sans peine et avec succs), pour passer ensuite l'cole
secondaire. Pire encore, l'cole d'assistants agricoles de Butembo
(Kivu) a accept des lves sortant de la sixime primaire ordinaire,
pour les placer l'cole secondaire, sans avoir fait la septime
prparatoire qui est obligatoire. Voil quelques examples, choisis
parmi bien d'autres, d'infractions aux prescriptions rglant l'admis-
sion des lves... prescriptions urges rigoureusement pour les
Missions, mais don't l'enseignement official fait fi. Autant dire que
les rglements existent pour les Missions seules. Les autres peuvent
tout se permettre.
Lors du recrutement pour l'anne pruniversitaire d'Usumbura,
on urgea d'abord les mmes conditions d'admission que celles
prescrites prcdemment pour Lovanium. Celles-ci exigent un
examen d'admission passer devant un jury central constitu ad hoc.
A la constatation qu'il n'y avait pas de candidatures, l'examen
d'admission fut supprim: quiconque avait achev avec succs les
humanits dans un petit sminaire, put se faire inscrire. Ds lors
est-il tonnant qu'on ait vu s'envoler vers Usumbura quelques
24 candidates, don't plusieurs avaient dpass les 30 ans ? Il y en avait
mme un de 37 ans Deux mois plus tard, il est rentr chez lui !

CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT
Nous voici donc au Congo devant deux enseignements : l'un offi-
ciel, fonctionnant en rgime riche, l'autre confessionnel en rgime
pauvre.
La difference dans les conditions de fonctionnement se traduisent :
1) Sur le plan personnel enseignant:
Jusqu' present, le Gouvernement ne reconnat et ne subsidie
qu'un missionnaire europen par cole primaire. La seule exception
admise est la sixime classes degr slectionn o elle existe; pour
cette classes, un blanc peut tre.agr.
Le missionnaire directeur est donc responsible de la direction et
doit lui seul assurer l'administration, la discipline et la preparation
des moniteurs. A lui seul income donc tout ce travail, sans qu'il soit
tenu compete du dveloppement de l'cole et de l'existence d'un
internal. Or, nombreuses sont les coles comptant 1.000, 1.200- et
mme plus d'lves. C'est notamment le cas Usumbura, Albertville,
Elisabethville, Lopoldville, au Kasai, o, en plusieurs Missions, un
seul missionnaire est responsible de la direction d'coles de 25,
30... classes et mme plus. En premiere anne primaire de l'cole de
garons, Lopoldville, il y a 394 inscrits, dans celle de Notre-Dame








CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

du Congo 460 garons et 508 filles !... Et les autres classes sont
l'avenant.
Qu'on se rende bien compete de l'effort exig d'un seul honime,
effort qui ne retrouve pas son quivalent en Belgique. On n'a qu'
songer au temps consacrer aux nombreux moniteurs, don't il faut
suivre, surveiller, diriger les leons donner, sur le plan mthodo-
logique et pdagogique.
Dans l'enseignement primaire official, la proportion d'agents euro-
pens par rapport aux agents autochtones est 1/6 pour les classes
nouvelles. Cette proportion doit voluer 1/8, 1/10 et, si possible,
1/12. Un instituteur blanc pour six noirs. Une cole avec 24 classes
disposerait donc de quatre instituteurs blancs pendant la priode
d'amorage, don't la dure n'est pas indique.
Pour l'enseignement postprimaire, aucune proportion n'est fixe.
Les classes y sont donnes par un personnel presque exclusivement
europen. A titre d'exemple, citons l'cole de moniteurs d'Elisabeth-
ville. Elle a t cre en septembre 1954. Pour le moment elle
compete deux sections premiere anne et deux sections prparatoires.
Le corps enseignant est compos de six blancs, don't trois rgents, et
un moniteur autochtone.
Comparons cela l'cole de moniteurs de la Mission des Pres
Bndictins de Kapolowe : cole complete avec sept classes, desser-
vies par cinq professeurs europens don'tt trois religieux et deux
lacs) et deux moniteurs congolais A remarquer en passant que les
.professeurs religieux touchent un traitement de 45.000 francs et co-
tent au trsor quelque 70.000 francs, alors que le personnel lac cote
par tte quelque 400 450.000 francs l'Etat !


Quant au personnel autochtone, une circulaire du Gouvernement
Gnral du 11 novembre 1953 permet aux Missions de payer les
moniteurs diplms au mme taux que les auxiliaires de quatrime
catgorie de l'Etat, traitement accord aussi aux moniteurs de
l'enseignement official. Dans la province du Kasai, le Directeur du
Service de l'Enseignement a finalement consent ce que la circu-
laire soit applique, mais il reste irrductible en ce qui concern les
allocations familiales. Malgr que les Dispositions Gnrales de
la convention scolaire prvoient l'galit, les moniteurs des 'coles
des Missions n'y touchent donc que 150 francs pour la femme et
100 francs par enfant, alors qu' l'officiel ils touchent 350 francs +
30 % index et pour les enfants respectivement 225, 275 et 300 francs
pour le premier, deuxime et troisime enfant, majorer encore de
30 % index.
Comme employer, les Missions sont astreintes loger le person-
nel qu'elles engagent. La convention prvoit une intervention de
80 % pour la construction d'habitations. Voil la thorie; en pratique,
ces interventions ne sont accordes que lentement, dans certaines
provinces mme rarement. Depuis 1953 jusqu' ce jour, le Vicaire







A. BRYS

Apostolique de Luluabourg a introduit des demands d'intervention
pour 383 maisons: quatre seulement ont t agres (en date du
ler'octobre 1955). Inutile de le souligner, les moniteurs des Missions
comparent leur situation celle faite leurs collgues de l'enseigne-
ment officiel... et en tirent les conclusions.
2) Sur le plan installation et matriel didactique:
La plupart de ces nouvelles coles, cres en toute hte, ne dis-
posent encore que de constructions provisoires. Dans les principaux
centres on travaille fivreusement des installations dfinitives; une
trs large part des budgets extraordinaires de 1955 et 1956 y sera
consacre par ordre prfrentiel. Ici encore on a tendance appli-
quer la formule fifty-fifty dans la rpartition des crdits... du moins
pour l'enseignement primaire, mais pour le secondaire des Missions,
il ne serait mme pas cela.
Sous prtexte d'urgence, dans certaines provinces les plans et
devis des constructions raliser n'ont mme pas d tre prsents
aux Services de Lopoldville. La Place Royale avait accord la faci-
lit de tout rgler sur place... alors que pour les Missions les plans
doivent tre soumis pour approbation la Province et Lopoldville,
o ils sont tudis, renvoys pour modification, parfois de nouveau
retouchs et renvoys avant approbation definitive.
Quant aux manuels scolaires, certaines coles, comme Elisabeth-
ville et Stanleyville et autres, ont pu se payer le luxe de manuels
scolaires de la firme Nathan et des libraries Ista et Hachette Paris,
ditions magnifiques, mais de prix proportionn. Ces manuels pr-
sentent le grand advantage de respecter au moins l'esprit lac .
D'autres manuels sont fournis par des diteurs belges. A titre excep-
tionnel, quelques manuels rdigs par des missionnaires et en usage
dans leurs coles, sont .entrs en ligne de compete.
Quant au mobilier scolaire et au matriel didactique, on a pu
commander d'emble tout ce qu'il fallait . Dans certain cas, le
Cabinet lui-mme s'est charge de faire les commander! Lors de
l'installation des premires coles Luluabourg, les bancs de classes
ont t commands chez un colon sur place, sans convention aucune
de prix, la seule condition pose fut celle de livraison date
dtermine.
Quand on songe que la convention scolaire entire les Missions et
le Gouvernement prvoit 30 francs par lve au premier degr et
100 francs au second degr pour fournitures classiques, que dans
beaucoup d'coles le matriel didactique reste rduit au minimum
parce que ce matriel est fort coteux et que l'Etat n'intervient qu'
raison de 50 %, on conoit que beaucoup d'coles de Missions font
figure de parent pauvre ct des coles officielles.
Pour l'entretien des tudiants l'cole secondaire latine de
Dungu (Uele), la direction reoit un subside annuel de 1.000 francs
par lve, soit 25 francs par semaine, alors que les dpenses relles
montent 2.500 francs par an et par lve... A la direction du college
d'oprer le miracle de boucler son budget !... Demandera-t-on aussi







CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

aux directeurs des athnes de faire montre d'un pouvoir similaire
de thaumaturge ? !

LES CONGOLAIS FACE A L'ENSEIGNEMENT LAIC
C'est un fait que dans les grands centres, parmi les volus, de
nombreuses voix se sont leves demandant la creation d'coles offi-
cielles. Des petitions ont t envoyes Monsieur le Ministre. Quel-
ques-unes, par example, furent spontanes, la plupart furent le
rsultat d'une propaganda alimente depuis longtemps et mene
encore actuellement.
Il est vrai que, parmi les volus, surtout dans les grands centres,
on en trouve assez bien qui dsirent rellement voir s'ouvrir des
tablissements scolaires non dirigs par des missionnaires.
Si les coles officielles laques enregistrent de nombreuses
inscriptions, si un peu partout elles doivent refuser des candidates
- parmi lesquels nombreux sont ceux qui, rglementairement, ne
pourraient plus tre admis il est tout aussi vrai que les coles
des Missions restent, elles aussi, toujours dbordes et qu'elles ne
peuvent admettre tous les candidates qui se prsentent. Au mois de
fvrier 1955, sans avoir fait la moindre propaganda, les coles catho-
liques de Lopoldville comptaient dj 3.500 inscrits pour l'anne
scolaire qui, par exception, commencerait le 15 mai.
A signaler encore qu'en gnral le pourcentage d'lves ayant
quitt les coles des Missions pour passer l'cole officielle est
bien minime. A Lopoldville et Luluabourg, ce pourcentage varie
entire 3 et 8. A Stanleyville, il ne fut mme pas atteint. A Usumbura,
170 garons et 32 filles sur une population de 1.200 lves. A Kikwit,
sur 1.430 lves en septembre 1955, 30 garons et une dizaine de
filles sont passs l'cole officielle qui venait d'ouvrir ses portes.
A Elisabethville, pas 3 % des lves de l'cole du quarter Kenya ne
sont passs l'cole officielle. Quant aux coles des autres quarters,
le pourcentage fut plus lev, de mme qu' Jadotville.
A noter que parmi ces lves il faut computer un certain nombre
de paens et des doubleurs. Partout aussi on trouve des enfants
catholiques qui frquentent l'cole officielle en attendant qu'ils trou-
vent place dans une cole de Mission.
L'enseignement postprimaire official obtient un grand succs
parmi les protestants et dans les rangs des Congolais qui, soit pour
raison d'incapacit, de conduite ou bien d'ge, ont t limins des
coles des Missions. Mais il n'y a pas que parmi ceux-l. De plus en
plus les noirs sont pris par la fivre d'tudier et de poursuivre leurs
tudes. Or, les tablissements des Missions ne suffisent plus les
admettre tous, et le Service de l'Enseignement freine la creation de
nouveaux tablissements aux mains des missionnaires. Il est donc
bien normal qu'ils dsirent voir se multiplier les coles postprimaires
officielles.
Il faut ajouter que beaucoup de Congolais attendent months et
merveilles de ces coles de l'Etat, qui sortent avec un programme







A. BRYS


peu prs quivalent celui des coles belges et o l'enseignement
est donn compltement en franais... alors que les Missions taient
tenues par un programme minimum impos par l'Etat. De l chez
beaucoup de noirs l'ide s'est implante de plus en plus que les Mis-
sions les ont tenus dans l'ignorance de beaucoup de choses... qu'elles
n'ont pas tout enseign.
Ce qui imported de plus en plus pour nos Congolais, c'est
d'apprendre, apprendre le plus possible... n'importe o, n'importe
comment.
Que toutefois on ne se mprenne pas au sujet des coles laques :
si celles-ci enregistrent du succs, qu'on n'en dduise pas que c'est
cause de leur caractre lac, dans le sens propre attacher
ce mot !
Quoiqu'en dise Monsieur Coulon dans son sensationnel rapport,
le noir n'est pas acquis l'ide de la lacit de l'enseignement. Ils
sont rarissimes les Congolais possdant des notions exactes au sujet
des diffrents enseignements: confessionnel neutre laque. En
gnral, lorsqu'on leur explique avec precision que l'enseignement
lac, dans son sens propre, est un enseignement sans Dieu, mme
contre Dieu, la reaction se fait spontanment avec vivacit: Non,
ce n'est pas cela que nous voulons . De fait les coles officielles
nouvellement cres sont des coles neutres... Mais il n'chappe
personnel qu'il est dans l'intention des grands promoters d'y intro-
duire une atmosphere laque et anti-mission dans toute la measure
possible.
Dans l'esprit de beaucoup rgne une grande confusion. Celle-ci
est habilement exploite par les militants de l'enseignement lac.
C'est comme ces enfants de la region de Bikoro, qui tout joyeusement
allrent dire au suprieur de Mission qu'ils avaient aussi sign le
paper de la nouvelle cole (il s'agissait d'une petition qu'un blanc
faisait circuler chez les noirs). Mais une fois clairs au sujet de la
teneur de ce paper ... ils voulurent immdiatement faire annuler
leur signature. Tout comme ce signataire d'une petition adresse
Monsieur le Ministre et qui s'expliqua au Vicaire Apostolique de
Lopoldville dans ces terms: Moi, j'ai demand l'enseignement
lac. Mais les pres ont mal interprt cela, ils pensent que je suis
oppos la religion, mais ils font erreur, je dsire bien un enseigne-
ment lac, mais un enseignement lac confessionnel. A premiere
vue, cela parat une contradiction dans les terms, cependant ils ren-
dent assez bien le sentiment qui les anime. Un autre s'exprima dans
un language plus concrete: Nous voulons des matres en pantalon,
mais qui tous nous parent de la religion.
Nanmoins, ne nous faisons pas d'illusion: des blancs, proslytes
de la lacisation et de la liberation des consciences , endoctrinent
les noirs... et sous peu nous aurons faire face, au moins dans les
grands centres, certain Congolais dsirant rellement et en con-
naissance de cause un enseignement lac dans le sens propre
du mot.







CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

Le 10 dcembre 1954 a t inaugur solennellement, au grand
hall de l'Athne Royal de Lopoldville, la section congolaise de la
Ligue de l'Enseignement . Monsieur le Ministre s'y associa par un
message de sympathie.
L'esprit de la Ligue nous est suffisamment connu de par son
activity en Belgique et en France, ainsi que par ses mthodes d'action
et le but qu'elle pursuit: lacisation de l'enseignement et de l'du-
cation, d'une part, tranglement' de l'enseignement libre (disons
catholique), d'autre part.
Le comit de direction comprend aussi des Congolais. Au course
de la sance acadmique d'inauguration, l'un d'entre eux, Monsieur
Omari, pronona une allocution se terminant par les paroles suivan-
tes: Nous nous permettons de mettre toutes nos lgitimes aspira-
tions sous la bienveillante protection de la Ligue de l'Enseignement,
section Congo, don't il (M. le Ministre) a bien voulu assumer la
prsidence d'honneur.
Comme il faut s'y attendre, la Ligue cherche s'organiser dans
tout le Congo. Dj Elisabethville a sa section pour Congolais, comme
en fait foi le document ci-dessous.

Section Congolaise du E'ville, date de la poste.
Groupement de Dfense
de l'Ecole Publique
B.P. 967
Elisabethville
Affili la Ligue de l'Enseignement

L'cole publique
- respect toutes les opinions et toutes les croyances;
- dsire lever le niveau intellectual des Congolais et veut en faire
des hommes accomplish;
- suivra au plus tt dans ses coles pour Congolais les mmes pro-
grammes que ceux qui sont imposs dans les coles pour
Europens;
- dlivre des diplmes officials.


Rpondant au dsir exprim par de nombreux parents, le Grou-
pement de Dfense de l'Ecole Publique a dcid de crer E'ville
une section congolaise don't le but est de promouvoir et de soutenir
l'enseignement official de l'Etat.
Ceux qui veulent devenir membre de la section congolaise du
Groupement rempliront le bulletin d'adhsion ci-dessous.
Pour le Comit provisoire:
Le Secrtaire, Le Prsident,
M'Poye Victor. Kayembe Eugne.







A. BRYS


Bulletin d'inscription

Je soussign ..............................................................
reconnais m'inscrire librement en quality de membre de la section
congolaise du Groupement de Dfense de l'Ecole Publique.
A d resse : .......................................................................... .
Signature,
Note : La B.P. 967 est celle de l'Athne d'E'ville.

ATMOSPHERE REGNANT DANS LES ECOLES OFFICIELLES
Question assez delicate traiter, d'autant plus que les premires
coles laques ne fonctionnent que depuis septembre 1954.
Il y a des localits o les coles primaires officielles et confession-
nelles vivent en bon voisinage, o elles fonctionnent sans le moindre
heurt.
Cela dpend beaucoup des directeurs et du personnel blancs.
Cependant, ce n'est pas toujours le cas. L o la creation des
coles a t prcde d'une champagne de propaganda malhonnte,
marque de sectarisme, et provoquant des reactions justifies de la
part des Missions et des chrtiens convaincus, on ne retrouve pas,
dans la mme measure, cette atmosphere de coexistence pacifique.
Les enfants des chrtiens non inscrits pour les leons de religion
sont plutt rares. Le course de morale laque ne connat pas encore
un grand succs; d'ailleurs, comme morale laque on n'a pas encore
grand'chose offrir. Il y a des coles o l'on suit simplement un petit
manuel d'hygine, dit Brazzaville.
Dans l'enseignement postprimaire, l'atmosphre est moins heu-
reuse. On y cultive une indifference, si pas une hostility, envers la
religion. Il y a des lves qui se vantent de ce que dans lur classes
le crucifix ait t remplac par le portrait de Monsieur Buisseret.
A Lopoldville, il existe une chanson dans laquelle il est dit : Nous
sommes ceux qui fuient Dieu et veulent le pch; l'heure a sonn!
Vous autres, missionnaires, coupez la barbe . ( interpreter: allez-
vous en!). A Elisabethville, on parle du signe de croix laque: Au
nom du Roi, et de Buisseret, et de l'cole laque . Dans deux autres
centres, presque tous les tudiants catholiques ont abandonn la
pratique des .sacrements aprs quelques mois de frquentation de
l'enseignement moyen official. Au Kasai, de nouveaux concepts de
libert s'emparent de la jeunesse. Mme les coles catholiques
s'en ressentent: la discipline s'affaiblit. On fait du chantage, mena-
ant de recourir au Directeur du Service de l'Enseignement. On pose
des exigences nouvelles. Un lve de l'cole des moniteurs, en dis-
cussion avec le mdecin de mission propos de quelques bagarres
qui s'taient produites, avait l'audace de lui rpondre: De l'auto-
rit, il n'y en a plus! Il y a la libert! Vivons-nous dj les
premiers effects de la liberation des consciences ?








CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

Il serait injuste de gnraliser et d'attribuer de telles dispositions
toute la jeunesse congolaise. Mais toujours est-il, que l'esprit de
discipline est en dclin et qu'un dsir de libert malsaine , s'empare
de la jeunesse.

LE RUANDA-URUNDI FACE A L'ENSEIGNEMENT LAIC
Au Ruanda-Urundi, la question scolaire a provoqu de srieux
remous dans le pays, o l'introduction d'un enseignement official lac
s'est heurte une opposition srieuse de la part de la population.
Soulignons cependant que la situation ne se prsente pas d'une
faon identique dans chacun de ces deux territoires.
Contrairement ce que l'on constate dans l'Urundi, le Ruanda est
plutt lgrement divis sur la question.
En janvier 1955, le problme de l'enseignement official provoqua
un incident srieux au Conseil du Pays, opposant le Mwami Mutara
la grande majority des membres du Conseil, dfenseurs d'un
enseignement confessionnel.
En Urundi, la situation se caractrise par une opposition presque
unanime du pays la creation d'un enseignement lac. A noter qu'il
s'agit d'une opposition bien consciente, fonde sur des considerations
d'ordre idologique et budgtaire.
La religion chrtienne, disent les notables, est venu clairer, pa-
nouir, enrichir la notion d'Imana Dieu si fortement prsente
dans la langue, les coutumes, les contest du pays. Elle doit imprgner
l'ducation donne par l'cole pour qu'il y ait rellement education
morale. Le pays est pauvre en resources conomiques, le gouver-
nement l'a assez prch; pourquoi, demandent les notables, nous
imposerait-il un enseignement ruineux, alors que drisoirement -
il ne pourra augmenter en 1955 que de 26 classes nouvelles le rseau
des coles du Ruanda-Urundi!
Lorsque, en sa sance du 22 janvier, fut pose la question aux
membres du Conseil: Etes-vous d'accord pour demander la cra-
tion, en Urundi, d'coles officielles laques, c'est--dire d'coles sans
Dieu, o toute attitude et tout geste de caractre religieux est inter-
dit, en dehors du course facultatif de religion ? , tous les membres
du Conseil ont rpondu: Non .
Et d'ajouter les raisons don't nous reprenons la principal : toute
education non axe sur l'ide de Dieu est non seulement contre nos
convictions religieuses, mais aussi contre toute education morale et
civique du Murundi, mme paen, tant l'esprit du Murundi est
imprgn de l'ide d'Imana . Et un des membres de rapporter ce
propos le proverbe Kirundi : Qui n'est pas sous l'emprise d'Imana,
n'a plus de frein sa conduite .
En plus on dmontra le cot lev des coles officielles : la cra-
tion d'une seule de ces coles priverait le pays de dix coles de
Mission, rpondant au dsir de la population.








A. BRYS

La sance se cltura par la rdaction d'une motion, signe par
tous, y compris le Mwami Mwambutsa. La publication de la motion
fit sensation.


Trois mois plus tard fut communique la nouvelle de la creation,
Usumbura, de douze classes primaires officielles laques, une
septime prparatoire, une cole de moniteurs, ainsi qu'un athne
interracial... le tout charge du budget'du pays !
Le 12 septembre 1955, l'cole primaire ouvrit ses portes : sur
750 inscrits on comptait une quinzaine de Barundi, pour la plu-
part des protestants, autant de Benga-Ruanda, une trentaine de
Ihwahili (arabiss) et tous les autres furent des Congolais immigrs
Usumbura. On comprend l'indignation dans tout le pays qui,
ensemble avec le Ruanda, manque de quelque 4.000 classes.
Mais les notables du pays ne sont pas des enfants qui se laissent
faire sans plus. Ils s'opposent ce que le dveloppement normal de
leur pays soit frein et la paix entire citoyens compromise par suite
des tiraillements politiques de la Belgique avec lesquels, comme ils
le disent, ils n'ont rien voir.
Et voil que rcemment, le Conseil du Pays, runi la mi-janvier
dernier, a adress aux Prsidents de la Chambre et du Snat une
petition, demandant :
1) que soit rapporte la measure crant l'athne d'Usumbura et les
coles laques de Ngagara;
2) que les autorits renoncent crer des coles officielles laques
sans que le Conseil du Pays n'ait t dment consult et chaque
fois que la majority des membres s'y oppose;
3) que dans la rpartition des budgets, la part rserve aux besoins
de l'enseignement ait la priority.
Que les hautes instances de l'Urundi aient jug ncessaire de
s'adresser directement au Parlement, par dessus la tte du Ministre
des Colonies, est un fait extrmement significatif, qui ne connat
pas son prcdent dans l'histoire de nos territoires d'outre-mer.

LES MISSIONNAIRES PROTESTANTS
FACE A L'ENSEIGNEMENT LAIC
Ds que le Gouvernement actuel eut arrt sa nouvelle politique
scolaire, les missionnaires protestants l'applaudirent et la soutinrent.
Se trouvant dans l'impossibilit de crer eux-mmes un enseigne-
ment primaire suffisamment dvelopp, tant surtout incapables
d'organiser un enseignement normal et moyen suffisants, ils ont
trouv dans l'cole officielle la solution d'un problme qui les
proccupait. On comprend qu'ils souffraient de voir une parties de
leurs adeptes frquenter les coles catholiques, surtout moyennes.







CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

Pour ce qui regarded la formation morale et religieuse de leurs
lves, les missionnaires protestants ne voient aucun inconvnient
dans l'cole laque. Voici comment le Conseil Protestant du Congo
expose sa position dans une lettre adresse aux journaux de
Lopoldville :
La controversy qui a t souleve au sujet des coles laques
pour indignes au Congo a provoqu certaines dclarations qui sem-
blent impliquer que la creation de telles coles privera les lves
congolais du bnfice de l'instruction religieuse, que tous considrent
comme minemment ncessaire au stade actuel de leur volution.
Est-il vrai que l'instauration de. l'enseignement lac pour Congolais
mettra en pril leur dveloppement spiritual ? Il faudrait tre bien
naf pour le croire, car il est clair que le nombre de missionnaires
ne diminuera pas et qu'ils trouveront des moyens adquats pour
instruire dans les choses de Dieu ceux qui en manifesteront le
dsir.
Couraf, 17 aot 1954.
Certes, dans les tablissements lacs se donnera un course de
religion. Mais compete tenu du but poursuivi par les proslytes de
cet enseignement, il est prvoir que beaucoup d'lves sortiront
de ces coles bien neutraliss sur le plan religieux.
D'autre part, les lves protestants frquentant nos coles catho-
liques ne furent l'objet d'aucune pression de la part des mission-
naires catholiques. Au contraire, ceux-ci se montrent trs trs lents
et rservs pour donner satisfaction un lve demandant tre
baptis. D'ordinaire le baptme fut remis jusqu' la fin de ses tudes
ou bien on exigeait une autorisation crite des parents.
Il est permis de croire que l'attitude impose actuellement par les
chefs des sectes protestantes ne jouit pas de l'assentiment de tous
les pasteurs, don't certain ne le cachent nullement. Prcdemment,
dans leurs runions plnires, on prconisa l'unanimit de garder
toujours en mains l'enseignement primaire, quite profiter des
coles postprimaires fondes par d'autres.
A voir ce qui se passe, il faut bien constater qu'en maintes loca-
lits il y a tendance abandonner mme l'enseignement primaire et
engager leurs lves dans les tablissements officials lacs. A
Coquilhatville, par example, ils ont vendu leur cole l'Etat deux
millions et demi; Stanleyville aussi ils auraient cd une cole.
Toujours est-il que les adeptes protestants constituent un pourcen-
tage non ngligeable de la population des coles officielles laques.
Cette attitude de missionnaires protestants constitute un prcieux
atout pour la politique scolaire des lacisants!
Rien d'tonnant qu'ils aient acquis toute la sympathie de Mon-
sieur le Ministre et qu'ils jouissent des faveurs du Service de
l'Enseignement au Congo.








A. BRYS

L'ATTITUDE DES MISSIONS CATHOLIQUES

Dans la sance de la Dputation Permanente, tenue Lopoldville
en date du 30 septembre 1954, Son Excellence Monseigneur Scalais
s'exprimait comme suit: Je ne suis pas oppos en principle
l'enseignement official. Bien qu'ici je ne reprsente pas l'piscopat
congolais, mais les notables, je pense bien que l'opinion que j'exprime
ici est celle de l'piscopat tout entier. En matire d'enseignement il
faut tout d'abord respecter des droits : lorsque l'Etat cre un
enseignement, il est en some le mandataire des parents qui, tant
les premiers ducateurs et reprsentants de la famille, doivent avoir
la libert de choix de l'cole; de plus, les droits de l'Eglise doivent
tre sauvegards.
Naturellement, sous reserve du respect de ces droits, je suis
parfaitement d'accord avec Matre Rubens pour dire que l'enseigne-
ment official peut, dans certain cas, tre instaur.
En s'exprimant de la sorte, le Vicaire Apostolique de Lopoldville
a traduit exactement le sentiment des missionnaires catholiques
l'endroit de l'enseignement official. Si, en fait, l'enseignement official
prouve une certain opposition de la part des Missions, celle-ci n'est
nullement dirige contre la creation de ces coles, l o elles se
justifient; cette opposition est uniquement une reaction justifie
contre le but poursuivi par les promoters de l'enseignement lac,
contre les mthodes employes et l'atmosphre dans laquelle ces
crations se ralisent.
On aurait tout aussi bien pu organiser un enseignement lac sans
heurter qui que ce soit, comme cela s'est fait d'ailleurs, il y a des
annes, lorsque le gouvernement a ouvert la grande cole d'Assistants
Mdicaux Indignes Lopoldville, ainsi que plusieurs coles d'infir-
miers, de tlcommunications et de la Force Publique: institutions
qui tous fonctionnent en rgime official lac.
La precipitation avec laquelle le nouveau ministry s'est lanc dans
la rforme de l'enseignement, instaurant de nouveaux principles en
matire de politique scolaire avant toute discussion, les mthodes
insolites qui furent appliques, les nominations au Service de
l'Enseignement du Congo et les pouvoirs attribus justifient ample-
ment un sentiment de mfiance de la part des missionnaires
catholiques.
La modest experience aurait obtenu tout leur assentiment si
elle s'tait effectue dans des conditions honntes et loyales, c'est--
dire si on avait donn la mme chance aux missionnaires d'ouvrir des
coles dans des conditions gales.
A leur grand regret, il n'en a pas t ainsi: on a vu s'inaugurer
un enseignement au systme riche oppos un autre au systme
relativement pauvre, un enseignement privilgi un enseignement
dfavoris, comme il l'a t dmontr plus haut.







CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

Le lecteur se souviendra encore du pnible conflict scolaire de
dcembre 1954, conflict qui fora le ministry se rendre Lopold-
ville le 23 janvier 1955. Au terme des entretiens entire Monseigneur
Verwimp, president du Comit des Evques, et Monsieur Buisseret,
une declaration officielle fut communique, dans laquelle il est dit:
Le Ministre confirm galement son intention exprime en sep-
tembre 1954 de voir rgner une vritable galit de fait entire
l'enseignement de l'Etat et l'enseignement libre.
Egalit de fait, voil ce que demandent les Missions! Egalit et
rien qu'galit, ni plus ni moins. La paix scolaire est ce prix!
Aprs le dpart du ministry, l'atmosphre se dchargea, le calme
se rtablit, la belle promesse ministrielle avait remont l'espoir...
Hlas, il ne fallut pas longtemps pour la voir s'vanouir et faire
place une amre dception... dception s'accentuant de plus en
plus, au fur et measure que les paroles se voient dmenties par les
faits.
Bien sr, par galit de fait les Missions supposaient galit
quant aux conditions de fonctionnement des deux enseignements.
Mais cela ne parat pas s'accorder avec les vues du ministry, qui
semble avoir une interpretation personnelle de l'galit dans le sens
d'une galit numrique , interpretation pareillement applique
pour l'assistance social au Congo.
Comme preuve la rponse donne par Monsieur le Ministre
Son Excellence Monseigneur Bigirumwami, Vicaire Apostolique de
Nyondo, qui avait insist pour obtenir, titre exceptionnel, une
intervention du Fonds du Bien-Etre Indigne, pour la construction
de l'cole des moniteurs de son vicariat: Je marque mon accord
l'octroi par le Fonds du Bien-Etre d'un subside pour la construction
d'une cole normal pour garons Ruhengeri. J'insiste sur le carac-
tre exceptionnel de cet accord, subordonn par ailleurs, l'inscrip-
tion au programme du F.B.E.I. d'une cole normal appele fonc-
tionner sous le rgime lac. Cette condition express s'inspire du
principle de l'galit de fait admis en janvier 1955 pour les deux
enseignements : official et confessionnel.
A l'occasion de la dernire fte de Nol, Monsieur l'Abb Moer-
man, Directeur du Bureau de l'Enseignement Catholique Lopold-
ville, lana dans la press son Message de paix scolaire , faisant
appel toute la bonne volont dans les deux camps. Ce fut un geste
gnreux, expresison sincre d'un rel dsir de voir se rtablir un
climate d'entente et de franche collaboration entire les Missions et le
Gouvernement.
Mais voil que se rpand le fameux rapport de la mission pda-
gogique Coulon-Deheyn-Benson, produisant l'effet dvastateur d'une
bombe, provoquant l'indignation la plus vive non seulement dans les
rangs missionnaires, mais chez tout colonial au cour droit, de
quelqu'opinion qu'il soit!







A. BRYS

La press a comment abondamment l'ouvrage de ces trois mis-
sionnaires , don't deux n'avaient encore jamais mis le pied sur le
sol africain. N'empche que sept semaines leur ont suffi pour par-
courir tout notre Congo, tendu comme 80 fois la Belgique, pour
inspector tout notre enseignement et rentrer Bruxelles avec la
conclusion que l'oeuvre d'instruction et d'ducation des Missions
est une faillite, qu'elle a gravement desservi le Congo et qu'il est
urgent de la remplacer par une organisation massive d'coles offi-
cielles laques . Les contacts, parfois combien superficiels, qu'ils ont
eus avec les quelques coles visites leur ont permis de conclure que,
quand les coles congolaises sont dans les mains de matres com-
ptents, les rsultats sont valables , et rciproquement si aujour-
d'hui ces rsultats sont rarement valables, c'est uniquement parce
que les matres sont rarement comptents (pp. 66-67).
Et aprs avoir dcouvert notre Congo avec son enseignement
au rabais , ils se posent en juges et trouvent que la pdagogie
du noir reste encore un problme entier, un problme sur lequel on
semble ne pas encore s'tre pench avec toute l'attention qu'il
faudrait (p. 213) et, pis encore, que notre ouvre d'ducation
apparat encore aujourd'hui comme un des aspects les moins avancs
et les moins efficient (sic) de notre action colonial (p. 66).
A la rigueur, on pourrait encore expliquer les erreurs d'appr-
ciation de Monsieur Coulon: il n'a pas eu le temps de tout voir... ni
le souci de contacter toutes les personnel qui mritaient de l'tre.
En effet, parcourir son agenda la fin de son livre, il y renseigne
sept audiences avec de hautes personnalits... don't pas une seule
avec un Vicaire Apostolique, vingt-cinq changes de vue, don't deux
seulement avec des missionnaires-inspecteurs ( Kisantu) et avec
un Directeur d'un complex scolaire; trente-deux contacts, don't deux
seulement avec des missionnaires (Mgr Duprimos et le Frre Direc-
teur du group scolaire Stanleyville).
Certes, les missionnaires du ministre pourraient rpondre
qu' l'occasion de la visit d'coles il y a eu des entretiens avec le
personnel dirigeant... mais il faut croire que ces entretiens furent
d'importance bien secondaire, tant donn qu'ils ne figurent pas
parmi les autres sur l'agenda renseign.
Faire l'analyse de ce volumineux rapport nous mnerait trop
loin; d'ailleurs, elle n'entre pas dans le cadre de cet expos. Mais il y
a un aspect de la question Rapport Coulon qui jusqu' present
n'a pas encore t suffisamment soulign.
En gnral, les rapports remettre au Ministre des Colonies par
des charges de mission, au retour de leur voyage, garden un carac-
tre confidential. Ils constituent matire d'tude et matriel de
travail pour les services intresss. Il est trs rare que ces rapports
soient publis.
Ds lors, est-il besoin de dire qu'un public averti s'tonne et se
demand, non sans quelque arrire-pense, pourquoi cette exception







CONGO ET RUANDA-URUNDI 1955 LA QUESTION SCOLAIRE

la rgle gnrale pour un rapport si accablant et par ailleurs si
discutable Pourquoi le faire paratre sous les auspices du Ministre
des Colonies comme Publication n" 1 du Conseil Suprieur de
l'Enseignement , alors qu'il n'a mme pas t soumis l'apprciation
des membres du dit Conseil ?
Et que penser du mode si insolite de diffusion ? Dj toute la
press belge en a t saisie, mme des agencies, don't l'une n'en a
rien voulu signaler dans ses communiqus parce qu'elle le prit pour
un pamphlet plutt que pour un rapport, l'avaient reu; le volume
figurait dj dans certaines bibliothques,... alors que ni les Vicaires
Apostoliques, ni le Bureau de l'Enseignement Catholique Lopold-
ville, ni les missionnaires-inspecteurs, les tout-premiers intresss aux
.problmes d'enseignement, ni beaucoup de nos parlementaires, ni
mme les reprsentants de la Belgique charges de la defense des int-
rts de nos territoires d'Afrique, n'en avaient encore pu .prendre
connaissance !
En essayant de jeter cette prose dnigrante en pture un public
non-initi,... a-t-on voulu en faire un juge ? Vise-t-on la condamna-
tion en bloc de tout l'enseignement ralis par les Missions, pour lui
donner le coup de grce ?... Il est permis de le penser, puisque cette
faillite de l'enseignement missionnaire ne postule qu'un correctif :
l'enseignement lac !
Et nous pourrions encore nous tendre sur les effects nfastes que
produira le document l'tranger et chez nos Congolais et nos
reprsentants du Ruanda-Urundi; il y aurait encore beaucoup
dire au sujet de l'incidence budgtaire des propositions Coulon, mais
cela nous mnerait trop loin.
Ni coups d'encensoir, prodigus dans des discours officials, ni
promesses verbales ne russiront plus rparer les dgts... car
dgts il y a !
Esprons toutefois que le bon sens belge finira par l'emporter.
Le Congo n'a rien gagner nos querelles partisanes, don't
d'ailleurs il ne comprend rien. Comme la Belgique n'aurait rien
attendre d'un Congo sans base chrtienne.
A une poque aussi delicate de son volution, le Congo rclame
un climate d'entente et d'union.










La vie ardente et fconde

de Lon Mabille (1845-1922)
par l'abb R. RICHE
Ancien directeur des uvres Sociales Catholiques du Centre
Cur de Blaugies

La Rdaction des Dossiers de l'Action Sociale Catholique est double-
ment heureuse de prsenter cette biographie ses lecteurs. D'abord, elle retrouve,
dans son auteur, un ancien et actif collaborateur don't nos abonns d'avant la
dernire guerre ont pu apprcier les tudes documentes. Ensuite, la contribution
qu'il veut bien nous apporter aujourd'hui rejoint une de nos grandes proccupa-
tions, savoir: ne pas laisser se perdre le souvenir des pionniers de la dmocratie
chrtienne en Belgique. Dans certain milieux on nous reproche, avec raison
d'ailleurs, notre negligence et notre indifference en ce domaine. Voil pourquoi
nous ouvrons bien large les pages de notre revue pour permettre M. l'abb
R. Riche, actuellement Rvrend Cur Blaugies, en Hainaut, de nous faire
un portrait prcis et vivant du grand chrtien et du grand dmocrate que fut
Lon Mabille.
La Rdaction.

UN MOT D'INTRODUCTION
Nous avons public en 1933 un ouvrage intitul: Lon Mabille
et le Mouvement Ouvrier Chrtien dans le Centre (Duculot
Gembloux). Nous faisions revivre le souvenir des promoters de ce
movement: Lon Mabille et ses lieutenants, nous talions les
ouvres qu'ils avaient fondes, nous dveloppions enfin le programme
qui tait le leur.
Cet ouvrage a donn plusieurs personnalits l'occasion d'expri-
mer diffrents tmoignages qui ont leur intrt.
M. Henri Carton de Wiart, qui fut un lutteur de la premiere heure,
parle de cette me si chrtienne et chevaleresque, cet esprit droit
et dsintress de tout souci vil ou simplement goste. Le ,, lion du
Roeulx tait vraiment un example de dvouement social ; M. de
Broqueville, de l'initiateur et ralisateur dsintress de rformes
sociales vraiment bienfaisantes .
D'autres font des rapprochements intressants, tel M. l'abb
Kempeneers, l'auteur de la brochure parue dans les Etudes Sociales
(juillet 1930), consacre M. Charles Prin.
Si Charles Prin, crit-il, don't j'ai essay, il y a quelques annes
dj, de rsumer les ides sociales, a toujours fait preuve de cette
magnifique sincrit, de cette belle loyaut, de cet inlassable dvoue-
ment que vous faites admirer en Lon Mabille, celui-ci a sur Prin







LA VIE ARDENTE ET FCONDE DE LON MABILLE


cet norme advantage d'avoir vu o gisait le mal, le mal profound et
d'en trouver les remdes... Quelle difference entire le dmocrate-
chrtien et le vieux liberal ,, d'inspiration chrtienne



Aussi, au dire du P. Vermeersch, ce fut une ide social et
catholique de consacrer un ouvrage l' homme de dvouement, de
charit et de Foi que fut Lon Mabille .
uvre de justice envers ceux qui, au milieu de difficults don't
nous n'avons plus qu'une ide bien faible, ont travaill la ralisation
du programme d'une saine dmocratie-chrtienne.
Vous faites ,, une oeuvre de justice ", crit le P. Rutten, vous
donnez la preuve que ceux de votre gnration n'oublient pas et
savent tre reconnaissants .
uvre destine donner d'excellentes leons don't chacun pourra
faire son profit.
Vous dmontrez aux jeunes, par des examples frappants, que les
,, vieux furent des ,, jeunes dans la plus noble acception du mot
et vous leur proposed des examples et des mthodes de travail don't
ils tireront profit souhaitons-le! pour le plus grand profit de
l'Eglise et du pays , ainsi parlait avec l'autorit qui s'attache son
nom M. Damoiseaux, Gouverneur de la province du Hainaut.
Mgr Pelzer, qui a connu Louvain notre hros, souhaite lui que
l'ouvrage suscite chez les jeunes des imitateurs aussi gnreux,
aussi constants, aussi nergiques que notre hros don't il s'imagine
encore entendre les appeals enflamms, ,, les gueules la Mabille ",
lances de sa voix tonitruante, appuyes de ses movements de
poignets, confirmes par les examples de sa propre vie .
Et le bleu , M. Raymond Vermeulen, auteur d'un article, spiri-
tuel paru dans Les Dossiers de l'Action Sociale Catholique (avril
1933), crit: C'est de l'histoire instructive au plus haut degr .
Pour ma part, en la relisant, je sens grandir ma reconnaissance
et mon admiration pour le group Mabille entire autres et j'y trouve
des encouragements pour le temps present: Hardi, m'fi, n
lach nie
De divers cts, l'on demand mme un supplement d'information,
une moisson de dtails qui feraient revivre Lon Mabille sous des
aspects que nous avions bien d laisser dans l'ombre : l'homme priv,
le professeur, le tribune, le bourgmestre. En publiant cette court
biographie, nous avons voulu rpondre, bien qu'imparfaitement,
ces dsirs si dlicatement exprims.
Nous exprimons ici notre reconnaissance aux quelques personnel
qui ont bien voulu nous communiquer des documents sur le grand
homme disparu.







R. RICHE

Chapitre premier : L'HOMME

Lon-Hubert-Ghislain Mabille est n au Roeulx le 23 mars 1845,
d'une famille qui avait donn maintes reprises les preuves d'un
profound attachment au pays.
Il fit ses tudes au college des Jsuites, Saint-Stanislas Mons,
d'o il partit en 1863 s'inscrire l'Universit de Louvain pour la
candidature en philosophie et lettres, prparatoire au Droit.
Il remporte au course de ses tudes, de retentissants succs.
A vingt-deux ans, il est reu docteur en droit (7 aot 1867).

I. UN PORTRAIT
Belle tte , s'accordent tous pour le dcrire: yeux vrillants,
moustache en bataille, barbe lui donnaient je ne sais quoi de fier et
d'imposant, qu'accentuait la poitrine cambre en avant la faon
des chevaliers.
Jusqu' la guerre, le dpeindra Mgr Ladeuze, sans givre dans
la chevelure, l'oeil vif et perant, la moustache martial, la stature
droite et fire, il donnait une tonnante impression de force et de
vigueur physique et quelle jeunesse d'me
Il garde longtemps aprs avoir dpass la cinquantaine, un air de
jeunesse...
Le Louvain Universitaire du 14 mars 1912 joignant l'image au
commentaire, crivait, non sans une pointe d'effronterie d'ailleurs
bien pardonnable:
S'il m'est permis d'employer une comparison, je reprsenterai
M. le professeur Mabille comme un peuplier vigoureux plant au
bord d'une vaste rivire et qui voit depuis vingt-sept ans les flots des
gnrations estudiantines couler ses pieds. Le flot disparat; tou-
jours le peuplier demeure aussi vert.
A la fin cependant, observe son collgue M. Defourny, ses traits
marqurent la lassitude, sa dmarche se ralentit, le corps s'amincit,
les paules se relevrent un peu. Il allait peut-tre devenir vieux
quand la mort le frappa. Il avait fait debout, sans renoncer aucune
de ses tches, la maladie qui le terrassa soudainement.
De grand matin, Lon Mabille est lev. Il se rend une messe
matinale tant au Roeulx qu' Louvain.
Bientt aprs, il monte cheval...
Au Roeulx, il s'enfonait dans les bois qui s'tendent au bord de
la ville.
A Louvain, il arpente les boulevards : des caricatures le reprsen-
tent en cette posture: voici le texte explicatif qui ne manque pas de
piquant :
Portrait questre: pourquoi ? Evidemment parce que tout en
appartenant la facult de droit, le professeur Mabille est inspa-








LA VIE ARDENTE ET FCONDE DE LON MABILLE

rable de l'institut bactriologique de M. Denys don't il a, de toute
ternit, reu dlgation de promener les chevaux du srum anti-
streptococcique. On ne se doute pas, dans le pays, du rle important
que joue ainsi le savant jurisconsulte qu'est Lon Mabille dans
l'laboration du srum du croup.
Ce sport favori lui donnera d'utiliser des comparisons qui susci-
trent de l'hilarit dans son auditoire; c'est ainsi que, voulant expli-
quer son auditoire la ncessit de tenir compete des faits sociaux
nouveaux, d'voluer... :
Permettez, dit-il, un vieux cavalier, cette comparison: ,, Le
cheval vous emporte, par chemins et par sentiers; il va, mais un rien
suffit pour effaroucher sa prudence, un paper au bord de la route,
un luisant d'une mare, la blancheur d'un linge sur une haie. Il hsite,
il s'arrte. Faudra lui parler, le tapoter, l'amener sur l'obstacle: il
ira s'en rendre compete mieux alors, le reniflera, puis s'brouant,
il sera heureux de reprendre son trot '.
Le rencontrez-vous dans la journe, il s'en va d'un pas alerte,
faisant le moulinet de sa canne lgendaire; s'en allant l'Universit,
au Parlement, l'htel de ville, ou quelque runion d'oeuvre.


L'existence de Lon Mabille se partage entire Louvain et Le Roeulx.
A Bruxelles, il ne fait que passer, pour accomplir son mandate
de dput.
A Louvain, il sjourne la semaine, pendant l'anne scolaire.
Mais son domicile est bien au Roeulx.
Pendant l'anne scolaire, il y rentre au moins chaque samedi.
Tout le reste du temps, part l'une ou l'autre semaine de voyages
qu'il s'accordait chaque anne avant la guerre, Lon Mabille est au
Roeulx.
Il s'y est d'ailleurs rserv un intrieur de choix.
La modest maison qu'il habitat Parva domus, magna quies
porte aujourd'hui encore les formules qu'il a fait peindre sur bois,
graver dans la pierre, ou encore broder dans la soie.
Hardi, m'fie, n'lachez nie , c'est son leit-motiv que vous retrou-
vez la place d'honneur dans le hall.
Il est souvent question de droit :
Droit montre toute courtoisie .
Droit dfend toute flonie ;
ou encore :
A bon droit, aider on doit .
Endurer pour durer , est-il crit ailleurs.
Bien des tapisseries sont peintes de lions , qui font penser au
lion du Reulx qui rugit jusqu' sa mort.








R. RICHE

Il. UN CARACTERE

Du lion il avait le courage, la vaillance. Mais n'y avait-il pas en
lui quelque chose d'un peu altier ? Bien sr : son caractre indpen-
dant, il le montra bien dans le refus de voter chaque anne la dotation
du comte de Flandre, se sparant ainsi de toute la droite...
Qu'importe que le roi Lopold II lui-mme lui tourne le dos une
reception officielle Mons...
Qu'importe que Monseigneur le Recteur lui-mme lui apporte les
regrets exprims par le Roi. Lon Mabille prfrerait quitter mme
son poste de professeur que de donner un vote de complaisance qu'il
n'approuverait pas intrieurement.
Pendant la guerre, vis--vis de l'envahisseur, il fit preuve d'une
fiert patriotique exemplaire.
On se souvient dans le Centre du jour o, n'ayant pas obtempr
la rquisition commande, M. Mabille fut arrt et conduit du
Roeulx entire deux soldats allemands jusqu' la commandature de
La Louvire, o il fut cependant relch quelque temps aprs.
Un autre jour, il porte sur la place publique l'charpe tricolore:
il est condamn mille marks d'amende.
Lon Mabille n'a-t-il pas aussi du lion quelque chose de farouche ?
Eh oui M. Carton de Wiart, au lendemain mme de sa mort, dira
de son ami:
D'aucuns le trouvaient peu communicatif, un peu distrait, sou-
vent taciturne.
A la vrit, il ne se livrait pas au premier venu et ne pratiquait
pas cet excs de familiarity qui est un peu de mode dans nos assem-
bles dlibrantes. Mais sous sa reserve un peu farouche, o se
cachaient une certain timidit foncire et une grande modestie,
ceux qui le connaissaient bien apprciaient les resources d'un cour
d'or, toujours prt s'ouvrir la commisration et au dvouement
pour toutes les infortunes.
Ce lion est loin d'tre insensible aux charmes de la posie et de
l'amiti.
Lisez-le dans ces lettres pleines de delicate attention pour une
personnel aime (Monsieur Charles de Quanter) :
Pas de doute qu'une vacance de dix jours, au bord de la mer,
par un tel temps, ne nous ramne une sant florissante.
Laissez-vous donc vivre sans soucis d'aucune sorte.
Ici, nous ne sommes pas trop plaindre : une bonne fracheur
rgne dans nos locaux et j'irai ce soir m'assurer au Roeulx si les
cytises et glycines sont toujours dans leur splendeur.
Donc, bon repos, bonne tranquillit...
Ou encore la mme personnel qui s'apprtait rentrer aprs un
sjour l'tranger : Nos jardins n'auront, hlas que peu de fleurs








LA VIE ARDENTE ET FCONDE DE LON MABILLE

.pour fter votre retour. Esprons du moins que le soleil sera de la
parties pour vous faire moins regretter le pays dlicieux que vous
aurez quitt.
Les pages qu'on lira dans la suite front voir en Lon Mabille
un homme de cour.
C'tait un lion sans doute, mais c'tait aussi un pre.

III. L'HOMME DE CUR

Nous aurons l'occasion de redire comment toute sa vie social et
politique ne fut que l'panouissement de son amour du prochain, con-
squence de son amour pour Dieu.
Qu'il nous suffise ici d'pingler les quelques traits, pris sur le vif
et qui mettent bien en relief les resources de gnrosit que cachait
son coeur d'or sous des dehors svres.
Voici d'abord un example de son esprit de sacrifice dans la
charit :
Chaque anne, pendant les vacances, avant d'tre bourgmestre,
M. Lon Mabille entreprend un voyage au loin.
Or, cette anne, son vicaire lui fait part de ce qu'une famille qu'il
ne nomme pas, a besoin de 500 francs (500 francs d'avant la guerre
de 1914, ce qui fait 20.000 francs de 1956) pour sortir d'une situation
pnible.
Le lendemain, M. Lon Mabille remet au vicaire les 500 francs:
Je devais aller en Italie, je n'irai pas, voici les 500 francs.
De pareils actes valent plus que des discours... Encore que
M. Lon Mabille excellait dans les discours qui disaient sa profonde
charit. En voici un, par example:
Il revient au Reulx de Paris un dimanche soir, il doit repartir
le soir mme Bruxelles.
Cependant, il veut passer par sa chre maison des ouvriers o
il y a grande fte et affluence.
On le press de prendre la parole.
Il n'a pas le temps.
Il parlera quand mme: Mes amis, je voudrais avoir les bras
assez grands pour vous embrasser tous.
Le cour avait dit son mot...


La guerre tait venue avec son long cortge de douleurs; il res-
pecte jusqu'au scrupule la tristesse qui s'est abattue sur la population.
Ce deuil, crit-il dans une lettre du 3 dcembre 1915, que j'ai
sous les yeux, il faut qu'il dure jusqu' l'heure o, notre indpen-
dance reconquise, la libert nous sera rendue.







R. RICHE

Aussi, j'en sais beaucoup qui souffriraient au fond d'eux-mmes
de tout ce qui, cette heure douloureuse, nous distrairait de nos
angoisses patriotiques.
Donc plus de ftes, fussent-elles des ftes de bienfaisance.
Le 13 novembre 1916, c'est le jour douloureux de la dportation...
Mabille assisted impuissant l'excution barbare: c'est Havr.
Il est immensment triste et pourtant, il va de portire en portire,
il dit un mot de rconfort ceux qui vont tre emmens dans les
camps d'Allemagne. Le train part... Lon Mabille ne peut plus
rsister... les larmes coulent... le lion du Roeulx pleurait le coeur
dchir, ses enfants que l'ennemi lui avait ravis.


Cependant, il s'intresse de prs au restaurant maternel et des
enfants dbiles .
Il se fait l tout tous, petit avec les petits. Il descend la
cuisine, s'informe des menus, gote aux plats... prend plaisir -a
assister aux repas et lire sur les visages la joie renaissante.
La dernire strophe d'un sonnet crit par M. Rousseau en 1917
tait bien dans la belle vrit :
Mais ce qui l'attendrit plus que la gloire et renom,
C'est un gentil bambin don't la lvre mutine
S'ouvre dans un sourire en murmurant son nom.

IV. L'HOMME MODEST ET DESINTERESSE
On lui offrit plusieurs reprises d'entrer dans le Gouvernement:
il refusa, estimant qu'il servirait mieux comme simple soldat!
On lui destinait des distinctions honorifiques: il les refusa,
l'exception d'une seule : la dcoration du ravitaillement, donne aprs
la guerre avec une profusion extraordinaire.
Nous parlons de ravitaillement: pendant toute la guerre, ce vieil-
lard, bourgmestre, president du Comit regional du ravitaillement,
refusa quoique ce soit d'autre que sa ration laquelle il avait droit.
Inutile de lui offrir un extra: le tout tait refus. Le matre ne
doit pas tre suprieur ses disciples .
Il arriva une fois pourtant, une fois qu'aprs s'tre inform de ce
que personnel n'en tait priv, cet incorruptible accept la cantine
une tasse de chocolate et une couque blanche.
C'est tout ce que lui rapporta son dvouement au ravitaille-
ment, la goutte de lait et au restaurant maternel...
D'autre part, au risque d'attirer sur lui des inimitis don't il aurait
souffrir, il s'employa ce que les instructions de l'administration







LA VIE ARDENTE ET FCONDE DE LOi MABILLE

du ravitaillement fussent scrupuleusement observes par quelques
cultivateurs qui n'en avaient pas l'envie.
M. Lactance Demay raconte qu'au course de la champagne lectorale
de novembre 1921, Lon Mabille et lui-mme haranguaient un audi-
toire exclusivement ouvrier, auquel s'taient mls des lments
troubles; l'assemble tait houleuse; le discours de Lon Mabille
clata en fanfare; pour un instant le tribune de jadis ressuscitait,
magnifique; sans emphase, la main sur le coeur, il s'cria : ler, d'autres se sont enrichis; et voyez ce que cinquante ans de
politique ont fait de moi... Sur la route des honneurs, d'autres arri-
vent au sommet, la poitrine constelle d'toiles: j'ai dclin les
honneurs, j'ai refus les distinctions, parce que l'ouvrier passe, sans
qu'on l'honore, sans qu'on le distingue.
Le voil tout entier, continue M. Demay, dans ce dtail, dans ce
trait, l'homme absolu don't la vie eut pu tre facile, brillante, mais
qui voulait partager jusque dans son obscurit le sort de ces travail-
leurs manuels l'effort anonyme : le voil par une sorte d'asctisme,
pratiquant sa rgle d'existence jusqu'au renoncement.

V. L'HOMME INTEGRE
Lon Mabille resta toute sa vie clibataire, faisant de ses lves
et de ses ouvriers sa famille d'adoption.
Il garda toute sa vie une intgrit telle que l'ombre mme d'une
tache ne l'a jamais effleure.
Cette intgrit de vie, il la poussait jusqu' la svrit, si pas
jusqu'au scrupule.
Heureusement, fit-on remarquer Sylvain Grawez, qui tait de
taille le comprendre, qu'il est tomb malade Louvain, car ici il
eut t difficile de le soigner. Personne ne pouvait s'approcher de
lui: sa porte tait consigne et s'il avait des soins prendre, c'est
sur la chaise devant la porte de la chambre que mdicaments et
tasses devaient tre placs.

VI. LE CHRETIEN
Le secret de la vie de Lon Mabille fut son christianisme...
Lon Mabille tait un catholique, un catholique intgral, un
catholique jusqu'au bout, catholique dans ses convictions, catholique
dans sa vie prive, catholique dans sa vie publique, catholique comme
l'Eglise le veut, autant qu'elle le veut.
Il n'y aura jamais chez lui divorce entire la pense et l'action,
entire l'intelligence et la volont.
Je suis chrtien . Encore lve au Collge Saint-Stanislas
Mons, il interprte le rle d'un martyr conduit au supplice : avec une
conviction ardente, il lana sa noble protestation : Je suis chrtien .







R. RICHE .

Mabille s'en souvient... quarante ans aprs, en 1901, dans un toast
qu'il pronona au course d'une solennit qui clbrait le quarantime
anniversaire de la foundation du Collge. Mabille reprend son
compete et avec fiert la parole qui fait l'honneur de sa vie : Je suis
chrtien .



Lon Mabille se faisait une douce obligation d'assister la messe
chaque matin, de la suivre dans son missel.
L'enfant de choeur n'tait-il pas l, Lon Mabille s'agenouillait au
pied de l'autel, agitait la sonnette, rpondait au prtre, portait le
missel, puis les burettes.
Et comme le prtre le remerciait de son office, lui de rpondre:
il n'y a pas me remercier, c'est un honneur pour moi .
Il se fait l'aptre de la messe quotidienne.
Rapporteur la section des uvres ouvrires du Congrs des
ouvres catholiques du Canton du Roeulx (29 janvier 1911), M. Mabille
propose comme premier vou que frquemment, dans les ouvres,
les institutions religieuses et dans l'enseignement des coles catho-
liques, on appelle l'attention sur ce point important :
Que la messe est un sacrifice offert Dieu auquel le people
participe avec le prtre, sacrifice d'adoration, d'expiation, de remer-
ciement, de demand, que ds lors, rien n'est plus conforme l'esprit
chrtien que de commencer la journe par ce grand acte de foi, que
beaucoup de chrtiens peuvent aisment accomplir en assistant une
messe brve et matinale autant que possible.



Le dimanche, Lon Mabille assistant la grand'messe et du haut
du jub jusqu'au jour o il n'y eut plus accs, il chantait, mettant
particulirement dans le chant du Credo toute son me, toute sa
conviction.
L'aprs-midi, il tait de retour l'glise pour les vpres, comme
il assistant d'ailleurs en semaine aux saluts du Saint Sacrement,
chaque fois qu'il le pouvait.



Chaque jour encore, Lon Mabille rcitait son chapelet : au Roeulx,
la tte dcouverte, il parcourait les alles de son parc, les mains der-
rire le dos ou en poche, grenant les louanges de la Vierge qu'il
aimait.

* *







LA VIE ARDENTE ET FCONDE DE LON MABILLE


Il avait pour sainte Catherine de Sienne une dvotion particulire :
le courage chevaleresque de la vierge qui exera une si grande
influence sur les destines de l'Eglise, l'avait sans doute guid dans
son choix.


Sa ferveur le poussait la pnitence: pendant tout le carme,
M. Mabille observait le jene, l'exception du mardi, o il devait
fournir un travail particulirement absorbant.


Dj l'Universit, il a l'occasion de montrer publiquement
l'aptre qui est en lui. Des tudiants libres-penseurs, en grande
parties recruts sur place, tendent branler la maison qui leur
accord une gnreuse hospitality, semblables en cela des serpents
qui mordent au cour, la poitrine qui les a rchauffs.
Lon Mabille part en lutte: il second l'autorit acadmique et
conquiert la cause de la vrit et de la loyaut tout le corps
estudiantin.
Les mauvais esprits taient rduits l'impuissance.
Pendant toute sa vie il restera tel.
Outre ses vibrantes allocutions et ses innombrables exhortations
au bien, dclarait M. Florimond Senel aux dlgus de la Fdration
des mutualits chrtiennes du Centre, runis le 30 juillet 1922
Braine-le-Comte, son example fut un perptuel enseignement.
Nombre de ses lves et de ses disciples peuvent dire que la vie
de M. Mabille a fait plus pour l'affermissement de leur foi que tous
les prnes de leur cur.


C'est un tmoignage semblable que rendait M. Defourny dans son
discours acadmique qu'il pronona l'Universit de Louvain, le
15 novembre 1922, la mmoire de Lon Mabille.
Il s'exprimait ainsi:
Mabille s'est content d'tre simplement chrtien et de servir
avec obstination de toute son me l'idal qu'il avait accept. Rien ne
l'en a dtourn, ni la crainte, ni les honneurs. A visage dcouvert,
il a combattu sans hesitation ni rpit, toutes les forces hostiles
l'Eglise, ouvertement il a coopr avec toutes celles qui taient favo-
rables l'extension de son rgne, pour elle, il a dpens sans reserve
les dons heureux que la Providence lui avait dpartis. A l'instar du
Christ, il a aim et beaucoup, les jeunes, les faibles et les petits. Pas
une cause catholique dans notre pays qui n'ait t la sienne et
laquelle il n'ait apport le plein concours de son talent, de son
dvouement... de son argent.







R. RICHE

Chapitre Il : L'ORATEUR

Dans quelques rares notes qu'a laisses Lon Mabille, je retrouve
ces indications qui, dans leur laconisme, indiquent bien cependant
les recommendations que le matre se faisait lui-mme:
Caractre que doit avoir aujourd'hui la parole publique : rien de
factice, il faut parler pour les autres et non pour soi.
Avoir quelque chose dire le dire se taire aprs l'avoir dit.
C'est l'me mise la fentre: loqui parler son me dehors .
Bien se prparer avoir un fonds dans lequel on puise; ainsi la
parole est toujours accommode l'auditoire, on est dans le ton, et
c'est l'important, car la manire de parler doit varier d'aprs l'audi-
toire : il faut mettre l'instrument au diapason de l'assemble.
Ne pas craindre l'motion (ex. : Berger).
Dsintressement.
Renoncer aux plaisirs faciles.
Hygine de l'esprit et du cour.

I. AU BARREAU

Lon Mabille fut inscrit au barreau de Mons le 20 octobre 1870.
Son prestigieux talent oratoire lui assure une renomme qui
s'largit toujours davantage. Il collabore avec son ami M. Englebienne.
Celui-ci se reserve la premiere plaidoirie, tandis que Lon Mabille
- celui qui fait trembler les vitres, disaient les Montois porte dans
sa rplique le dernier coup l'accusation.
Sa plaidoirie dans le procs des Indpendants de Soignies
devant le jury du Hainaut est reste clbre (10 mars 1885).
Je cherche des yeux, et je ne vois plus personnel! (les tmoins
charge). Tous disparus! comme dans cette execution musical
laquelle il me fut, un jour, donn d'assister!
C'tait l'interprtation d'une fantaisie de grand matre, de Richard
Wagner, si je ne me trompe. L'orchestre, au complete, attaquait vigou-
reusement un thme charmant. Puis, on voyait s'en aller bombar-
dons, tubas et trombones, pendant que sur un autre rythme les
artistes restants reprenaient le dveloppement de la mlodie.
A certain moment, disparition des 'bugles et des cors; mais les
clarinettes, restes fidles, poursuivaient leurs modulations decres-
cendo, morzando, jusqu'au moment o la dernire d'entre elles,
abandonnant la scne, laissait le tambour seul battre impertubable-
ment la measure du thme vanoui! N'est-ce pas la frappante image
de ce que nous avons sous les yeux ? N'avons-nous pas vu notre
orchestra de tmoins vouloir excuter sa petite fantaisie ? Les disso-







LA VIE ARDENTE ET FCONDE DE LON MABILLE

nances abondaient comme dans Wagner mme nous pmes
admirer plus d'un Matre-chanteur! Mais peu peu les pupitres se
sont dgarnis: les tmoins les plus ronflants sont les premiers dis-
parus, heureux de se soustraire, par le silence, l'admiration du
public. Puis, successivement, les autres les ont suivis, bout de
souffle, hors d'tat, compromettant par leurs fausses notes l'accusa-
tion qu'ils voulaient servir: nous les avons vus disparatre tous, un
un, jusqu' Geeraerts, Canomne et Guilindt, et de tous les concer-
tants il n'en reste qu'un seul... le Procureur du roi, battant avec
une resignation dsespre le tambour de l'accusation! Franchement,
c'est trop peu! et je crois pouvoir prdire que ces roulements
n'auront pas, sur nos travaux de defense, la puissance des trompettes
sur les murs de Jricho.
Les prvenus accuss de corruption lectorale furent tous
acquitts.

II. L'ORATEUR POPULAIRE

Comme le dira, au lendemain de sa mort, Le Progrs , de Mons :
Le secret de ses succs comme orateur populaire tait le mme
que dans le domaine lgislatif; comme les mes humbles, lui, profes-
seur de droit civil l'Universit de Louvain, il avait pour grand
ducateur le people mme, le people auquel il se mlait, qu'il cou-
tait, qu'il comprenait et don't il tait compris. Et quand, remontant
aux ternels principles du droit affranchi des formules et des systmes
prconus, il cherchait faire descendre vers ce people plus de
lumire, de bien-tre et de justice, il tait affranchi de toutes ces
craintes o se percent ceux qui ngligent galement et de remonter
assez haut dans l'tude des principles et de descendre assez bas dans
l'observation des faits.
Si Lon Mabille s'est lev dans l'tude des questions sociales, il
est descendu jusqu'au people, se mlant lui, l'invitant le docu-
menter: Unissez-vous l o seront sauvegardes vos croyances
chrtiennes, l o vos intrts seront en scurit, et puis vous m'invi-
terez, et si je reconnais que vos revendications sont justes, je vous
promets de les faire triompher cote que cote et les ouvriers gars
encore par les meneurs socialists partageront l'avis de ces mineurs
qui aujourd'hui tout dsorients s'crient bien haut : ,, Tout de mme,
Mabille c'est in homme qui ne s'continte ni seulement de parler, mais
qui agit ".
Nous n'entrerons pas ici dans beaucoup de dtails.
Nous l'entendrons bientt dans les runions d'ouvres et au
Parlement.
Nous l'entendrons aussi haranguer ses tudiants de Louvain.
Qu'il nous suffise de dire d'un mot sa manire de parler.







R. RICHE

Souvent, M. Mabille, dans ses allocutions, parlait tout paternelle-
ment, sans donner de la voix, ni faire de grands gestes... Peut-tre
que parfois il tait enclin trop se fier son brilliant talent
d'improvisation.
Mais soudain, sa voix s'enflait, le geste prenait de l'ampleur,
c'tait l'loquence dans la plus pure acception du terme qui, comme
un ouragan, balayait sur son passage toutes les opposition, secouait
toutes les mes de son verbe puissant.

(A suivre)












NOS CHRONIQUES



POLITIQUE INTERIEURE



Crisettes gouvernementales


HEURTS AU SEIN DE LA COALITION GOUVERNEMENTALE

Dans notre dernire chronique, nous relevions des facteurs d'volution
de notre vie politique qui permettaient de prvoir des heurts au sein de
la coalition gouvernementale. Tiraillements sur la gauche et sur la droite,
crivions-nous.
Il y a des mois que le mcontentemet gagne du terrain chez les
libraux. La succession de M. Bossaert fournit l'occasion MM. Motz et
Moureaux de tmoigner leur manque d'enthousiasme vanackrien. Bien
sr, il est vrai que le Ministre des Classes Moyennes est mal quip pour
entreprendre une ouvre srieuse. Il nous est avis d'ailleurs qu'il restera
longtemps encore un ministre marginal tant qu'on abordera les* pro-
blmes des classes moyennes sous un angle ngatif: antifisc, lois de
cadena et autres measures de facility, qui retardent, entire autres, un
assainissement de la distribution.
Mais si M. Motz et M. Moureaux avaient eu confiance dans l'avenir
de l'quipe Van Acker, n'auraient-ils pas accept trs volontiers le porte-
feuille qui leur tait offert ? Il tait possible de faire du neuf et il devait
tre bien sduisant de se prsenter devant les lecteurs libraux comme
un dynamique Ministre des Classes Moyennes. Il a fallu, pour animer ce
jeune ministre, faire appel au septuagnaire blas qu'est M. Mundeleer.
Il nous tonnerait trs fort que ce soit pour des motifs tenant unique-
ment au dpartement des Classes Moyennes que MM. Motz et Moureaux
aient refus le strapontin qui leur tait prsent.
Quant l'impatience socialist, elle vient de se manifester par la
bataille de communiqus entire le bureau du P.S.B. et celui de la F.G.T.B.
Le parti socialist, et principalement M. Buset, veut que le gouvernement
Van Acker continue. Ds lors, il fallait accepter une position de repli dans
l'affaire des arrts Troclet. La F.G.T.B. s'nerve des concessions faites
aux libraux depuis le dbut de la coalition. Jusqu' present, elle n'avait
que timidement ragi. Mais cette fois, l'occasion tait trop belle : il s'agis-
sait de dfendre un membre de l'quipe gouvernementale elle-mme.
Encore une fois, probablement, le prestige du president Buset suffira pour
cautionner la manoeuvre, mais il est clair que les militants ont perdu
l'enthousiasme. Le gouvernement Van Acker durera tant que les politicians
socialists estimeront l'opration avantageuse. M. Troclet a d faire des
concessions, mais certainement pas aux dpens de la caisse sans fond des
Mutualits Socialistes. M. Leburton pose des jalons dans l'tatisation du
logement et des sports. M. Collard doit disposer du temps ncessaire pour
consolider son oeuvre. Mais par dessus tout, il reste encore des places
distribuer aux petits copains et les dirigeants politiques estiment que
le noyautage n'a pas encore atteint son niveau de saturation.








CHRONIQUE DE POLITIQUE INTRIEURE


Les arrts Collard des 23 et 26 fvrier relatifs au minima d'lves
dans l'enseignement libre fourniront peut-tre l'occasion au gouvernement
de reconstituer par l'anticlricalisme un ciment qui, au course des der-
nires semaines, s'tait dangereusement effrit. Il se pourrait cependant
qu'avec le dgel printannier M. Van Acker se heurte de nouvelles
difficults.


NOUVELLES DIFFICULTIES EN PERSPECTIVE

En mme temps que haussera la temperature, il se pourrait que l'index
des prix de dtail dpasse la cote d'alerte 102,7 (ancien index 430). Les
augmentations de traitement qu'il faudra alors consentir aux fonction-
naires viendront s'ajouter aux autres difficults budgtaires. En effet,
M. Rey s'est engag verser 700 millions aux charbonnages. De surcrot,
l'hiver rigoureux a provoqu des dsastres en agriculture et en horti-
culture. Le gouvernement devra donc non seulement distribuer des sub-
sides aux agriculteurs, mais il ne pourra faire pression sur les prix
agricoles. Pour comble, on peroit maintenant les premiers signes d'essouf-
flement de la conjoncture conomique.
Il n'est donc pas impossible qu'au course d'une priode transitoire
critique, les prix de dtail soient en hausse, tandis que l'activit cono-
mique connatrait un ralentissement.
Ces problmes sont normaux et il n'est pas de gouvernement qui ne
rencontre des difficults de cet ordre. Toutefois, pour russir, l'action
gouvernementale dans ces circonstances doit tre vigoureuse. Cette nergie
requiert cohsion et courage, deux qualits qui font prcisment dfaut
l'quipe Van Acker.
Les libraux n'oseraient plus s'offrir le luxe de nouveaux motifs
d'impopularit lectorale parmi les classes moyennes. Les socialists ne
pourraient continue trop longtemps dcevoir les militants du parti
par des concessions l'aile conservatrice du gouvernement.
M. Van Acker et M. Liebaert vont donc encore se livrer de savantes
manceuvres quilibristes. Entretemps, on colmatera les brches avec les
arrts Collard.


RENAISSANCE DE L'EXTREME DROITE

Il semble que le succs remport en France par Pierre Poujade ait
stimul l'audace des milieux belges o on couve encore l'espoir d'une
renaissance d'un movement fasciste.
S'il est vrai que l'exprience Degrelle est encore trop rcente pour
que de nombreux lecteurs se laissent sduire par de nouvlles aventurs
ractionnaires, il n'en reste pas moins qu'une surenchre de droite pour-
rait dangereusement tenter les milieux politiques conservateurs.
Il est particulirement pnible de constater que cette petite pousse de
fivre no-fasciste ait atteint certain milieux de jeunes qui se prtendent
catholiques. Il est vrai que le mal couve dj depuis plusieurs annes
l'universit de Lige, mal rgulirement entretenu par l'ineffable philo-
sophe Marcel De Corte.
Il y a deux faons de faire front ce genre d'excits : les concessions
ou le mpris.
Ce serait, notre avis, pure folie qu'esprer rallier des measures de
bon sens dmocratique et de progrs social, des troublions qui se recrutent
principalement soit parmi les intellectuals contamins par les lucubra-








CHRONIQUE DE POLITIQUE INTRIEURE

tions maurassiennes, soit parmi les aigris des classes moyennes qui n'ont
pas russi consolider les rentes qu'elles tenaient de l'inflation d'aprs-
guerre.
La seule faon sage de traiter ces nergumnes est de dnoncer sans
relche les dangers qu'ils font courir la dmocratie.
Il est esprer en tous cas que le Parti Social-Chrtien continuera
faire preuve de fermet.
M. Saint-Remy est rentr modestement dans le rang. Qu'on ne perde
pas de vue ce prcdent et qu'on reste ferme. Le succs est ce prix.


LE TEMPS DE LA MATURATION

Nous vivons, en fait, une priode de calme politique.
La coalition gouvernementale est bien soumise une succession de
crisettes, mais chacun sent nanmoins qu'il ne faut pas s'attendre un
bouleversement fundamental des donnes politiques avant le prochain
scrutiny lectoral.
Actuellement se posent au pays des problmes don't ne s'est pas encore
saisi l'opinion publique.
Celle-ci, aprs avoir t secoue par la question scolaire et les arrts
Troclet, est actuellement assez peu intresse par ce qui se passe rue
de la Loi.
C'est pourtant au course de ces prochains 'mois que des decisions capi-
tales devront tre prises.
Sur le plan de la politique extrieure, les ngociations relatives
l'Euratom et au march commun europen seront primordiales pour notre
avenir. Par ailleurs, on constate dans les parties politiques, tout au moins
au P.S.C. et au P.S.B., un regain d'intrt pour les questions coloniales.
Les msaventures franaises en Afrique du Nord ne sont pas tran-
gres ces salutaires confrontations.
Sur le plan de la politique intrieure, le deficit budgtaire placera
notre grand argentier devant des choix difficiles si la conjoncture venait
flchir de faon sensible.
Depuis 1954, les problmes du plein emploi sont relgus au second
plan, mais ils pourraient ressurgir rapidement.
Ces quelques rflexions nous amnent penser que le temps mort
politique actuel fournit une heureuse occasion de rflexion ceux qui
se proccupent de l'avenir de la cit.

J. H.











CHRONIQUE ECONOMIQUE




Perspectives de l'conomie franaise

Le movement des affaires chez nos voisins du Sud demeure toujours,
et divers titres, aux avants-plans de l'actualit. Il faut, en effet, recon-
natre que depuis une dcade la France, comme fournisseur et comme
client, n'a pas t le partenaire idal, et que ses difficults propres lui
ont souvent dict certaines attitudes qui ont fait douter de sa vritable
volont de cooperation, sur le plan europen notamment.
Depuis la fin de 1953, la situation est meilleure et l'expansion cono-
mique s'est parfaitement poursuivie dans un climate de stability des prix.
En 1955, la balance commercial a laiss un excdent de 39,4 milliards
(francs franais videmment), grce, il est vrai, au boni sur les territoires
d'Outre-Mer. En voici le dtail. La valeur des importations a t de 1.656,4
milliards don'tt 1.247,7 provenaient des pays trangers et 408,7 de la
France d'outre-mer); celle des exportations s'est chiffre 1.695,8 mil-
liards don'tt 1.161,2 destination de l'tranger et 534,6 vers la France
d'outre-mer).
La balance avec les pays trangers laisse donc un solde dbiteur de
86,5 milliards, en nette diminution sur celui de 1954, qui s'levait 148,1
milliards. Avec la France d'outre-mer la position de la mtropole s'est un
peu dgrade puisque le sole crditeur est revenue de 135,5 milliards en
1954 129,5 milliards en 1955.
Les seuls chiffres disponibles de la Balance des paiements portent sur
le premier semestre 1955. Le solde des paiements courants, qui avait t
de moins en moins ngatif partir de 1952, tait devenu positif en 1954
et s'lve 219 millions de dollars (monnaie de compete) pour le premier
semestre de l'an dernier. En ralit, cet excdent doit beaucoup aux
dpenses des gouvernements trangers, en ordre essential aux dpenses
du gouvernement amricain, pour les bases militaires, l'entretien des
troupes, les commander off shore . Tout cela va disparatre pour
grande parties, mais on estime que l'quilibre pourra nanmoins subsister,
mais dans des conditions beaucoup plus malaises et sans doute l'abri
d'une politique commercial restrictive.
D'une manire gnrale les milieux industries et commerciaux se
dclarent optimistes quant leurs investissements prochains.
On prvoit cependant une reduction dans les industries du bois et du
lige, dans le textile et l'habillement; progression, en revanche, dans les
industries des mtaux, des matriaux de construction et dans les
industries chimiques.
Les dpenses d'investissements porteraient pour plus de 20 p.c. sur
la construction de btiments y compris ceux du personnel et pour
70 p.c. environ sur les achats de matriel.
Quant aux sources du financement, 60 p.c. des industries estiment
qu'ils pourront les alimenter eux-mmes, 40 p.c. les grosses firmes en
particulier pensent, au contraire, qu'ils devront faire appel des
concours extrieurs.

UNE EXPANSION FAIBLE ET LIMITED
Cependant, les observateurs ne sont pas tellement enthousiastes.
Ainsi que l'crivent les rdacteurs du Rapport sur les Comptes de la
Nation (1949-1955). les procds d'expansion, qui portent avant tout sur
le dveloppement de certaines quantits globales (dpenses publiques,
masse des salaires, construction de logements), deviennent, measure que








CHRONIQUE CONOMIQUE

le temps passe, de plus en plus dangereux. Il faut bien insisted, en effet,
sur le fait que, dans de nombreux secteurs de la production, l'expansion
- et toutes les decisions qui doivent permettent de la poursuivre n'est
pas claire par une vue d'ensemble de ce que peut tre, long terme,
le dveloppement gnral de l'conomie franaise. De cette ignorance des
objectifs que la production franaise peut raisonnablement s'assigner, on
peut donner des examples multiples :
La formation de la main-d'oeuvre technique et celle de cadres
d'ingnieurs se fait actuellement aux hasards d'une routine fortement
implante, et aboutira certainement, bref dlai, une insuffisance
numrique de nos cadres industries et agricoles.
Nous ignorons actuellement quelle devrait tre l'importance de la
population agricole franaise d'ici cinq ou dix ans, dans un dveloppement
quilibr de l'conomie.
Les objectifs qui peuvent tre raisonnablement assigns l'agricul-
ture sont encore trop imprcis pour que l'on puisse fixer ceux qui
pourraient tre substitus aux production manifestement excdentaires.
De mme, dans les rgions o apparaissent des excdents de main-
d'ouvre (d'origine agricole, ou licencis par l'industrie textile), le choix
des activits industrielles nouvelles et qui pourraient absorber ces exc-
dent reste en gnral dnu de bases srieuses.
Enfin, en dehors des secteurs de base, en dehors de certaines gran-
des entreprises (automobile, grande industries chimique) don't les decisions
d'investissement portent, en raison de ncessits techniques, sur des pro-
grammes de grande ampleur et qui impliquent qu'une hypothse soit
pose sur le dveloppement long terme des marchs, les secteurs produc-
tifs ont t, ces dernires annes, et restent encore dans l'ignorance de ce
que pourrait tre pour eux un objectif de production raisonnable
chance de quelques annes, dans l'hypothse d'un dveloppement gnral
de l'conomie. Beaucoup d'entre eux ignorent, sauf une marge plus ou
moins troite d'entreprises claires, ce que ces objectifs de production,
et l'volution des techniques modernes, impliquerait de transformations
profondes des structures : l'industrialisation du btiment, par example,
reste le fait d'un nombre relativement faible d'entreprises-pilotes.

LE PROBLEME... EN CHIFFRES
En fait, la production industrielle progress moins vite en France que
dans la plupart des autres pays. On trouve dans les Statistiques
industrielles 1901-1955 , publies par l'O.E.C.E., des series d'indices trs
rvlateurs ce propos.
Jusqu'en 1929, les progrs de la France ont t gaux, voire mme
suprieurs ceux des pays parvenus au mme stade d'industrialisation
vers les annes 1900. Nous attirons l'attention de nos lecteurs sur la
courbe de l'augmentation de la population et, par consquent, sur la
signification de la production par habitant, les chiffres tant favorables
momentanment aux pays de stagnation dmographique.
Augmentation de 1901 a 1929 (1901 = 100)
Production
Population Production par habitant
France 101,2 224 221
Allemagne 129 200 155
Royaume-Uni 119 158 132
Belgique 120 225 187
Italie 120 293 244
Norvge 125 225 180
Ensemble O.E.C.E. 122 200 164
Etats-Unis 162 328 202









CHRONIQUE CONOMIQUE

Augmentation de 1901 1938 (1901 = 100)
Production
Population Production par habitant
France 100,7 185 183
Allemagne 140 263 188
Royaume-Uni 126 200 159
Belgique 125 178 142
Italie 129 333 258
Norvge 131 286 218
Ensemble O.E.C.E. 128 227 177
Etats-Unis 171 263 153
Depuis 1938, la France n'a pas rcupr son retard, loin s'en faut, mais
le tableau prend une meilleure allure.
Augmentation de 1901 1954 (1901 = 100)
Production
Population Production par habitant
France 105,3 272 259
Allemagne 181 384 218
Royaume-Uni 133,5 336 251
Belgique 131 270 207
Italie 143 603 421
Norvge 151 565 372
Ensemble O.E.C.E. 146 368 252
Etats-Unis 217 671 309
Nous aurions pu tout aussi bien intituler notre section problmes
franco-belges... en chiffres , car on ne peut manquer d'enregistrer que
notre pays dtient seul le privilege suspect d'accompagner l'conomie
franaise dans son recul relatif. C'est un phnomne inquitant don't nous
avons plusieurs fois dj entretenu les lecteurs de cette chronique et que
nous vouolns encore souligner.

ET L'AVENIR DU FRANC ?
Une polmique intressante est ne en marge des vnements politi-
ques au sujet de la publication du programme conomique, patronn au
nom du parti socialist par le Comit Pineau, et rdig par M. Robert
Marjolin, ancien secrtaire gnral de l'O.E.C.E. et no-libral convaincu.
Au sujet des conditions de la rintgration franaise dans l'conomie
europenne et mondiale, on y lit textuellement : Il y a peu d'experts,
s'il en est un seul, qui contesteront la ncessit de l'ajustement montaire .
L'argument de base est d'ailleurs bien connu. L'quilibre des changes
franais ne s'tablit que grce des contingentements, des taxes
l'importation, des primes l'exportation, qui viennent s'ajouter un
systme douanier dj rigoureux. L'conomie franaise vit dans une
ambiance artificielle et la sagesse command de tenir un compete plus
exact de la valeur extrieure du franc.
Mais un conomiste socialist, bien connu en Belgique, a prsent une
thse inverse qui mrite une bonne consideration.
Certaines raisons d'carter tout project d'ajustement, crit-il, se fon-
dent sur le climate conomique et psychologique de la France tel qu'il est
conditionn par l'histoire des quarante dernires annes. Devant une
opinion publique fortement sensibilise la devaluation il n'est pas permis
mme d'voquer des measures de nature provoquer un vritable affole-
ment. Nous sommes ici en presence d'un multiplicateur psychologique qui
amplifie l'extrme les effects de toute measure, mme modest, et entraine
des effects hors de proportion avec la cause. Ce serait l'aventure de
l'apprenti sorcier.









CHRONIQUE CONOMIQUE

D'autres se fondent sur l'analyse scientifique. Le but des partisans
de la devaluation est de favoriser le rtablissement de la balance des
paiements courants. On croit y parvenir en vendant moins cher, mais si
la recette total en devises n'augmente pas, la devaluation aura t faite
en vain. Les spcialistes ont dmontr que, pour russir, la devaluation
implique toute une constellation d'lasticits de la demand et de l'offre
pour divers products qui est rarement ralise. D'autre part, on sait
aujourd'hui que la devaluation dtriore les terms de l'change; pour
mieux exporter les chevaux, on se dclare prt les changer sur la base
un cheval contre une allouette; cette offre permet d'augmenter les expor-
tations de chevaux, mais le rgime alimentaire intrieur se trouve rduit
la portion congrue.
En dehors de ces considerations de principle, enchane Robert Moss,
pourrait-on trouver dans l'volution rcente de nos transactions avec
l'tranger des arguments justifiant la devaluation ? Cette situation depuis
deux ans est meilleure qu'elle ne l'a jamais t depuis au moins un quart
de sicle. Nos reserves d'or et de devises se sont accrues. Notre solde
dbiteur l'Union europenne des Paiements a diminu de plus de 120
millions de dollars en 1955.
Il y a, poursuit-il encore, un abme entire une devaluation de fait qui,
en l'occurrence est une devaluation indirecte tout just perceptible aux
spcialistes avec l'aide de cet instrument dlicat qu'est le raisonnement
par analogie et une devaluation de droit, qui serait cette fois d'un effet
universal. Ce n'est pas parce que ma jambe est ankylose et que je me
trouve en fait priv de l'usage de cette jambe comme si la jambe me
manquait qu'il faut me l'amputer pour consacrer officiellement l'tat de
fait existant.
Plutt que d'amputer le franc, recherchons les moyens de nous passer
des primes et surtaxes, et de rtablir le course du franc, mme sur le
march parallle.
Mais que faut-il penser d'un autre argument labor pour la cir-
constance en function des impratifs du march commun et de la liberation
des changes. Il ne vaut pas grand-chose, estime Robert Moss, qui crit :
Dvaluer le franc, c'est accorder une prime aux exportations et sur-
taxer les importations. On perturbe toute la structure des prix et des
salaires, on dtruit les comptabilits, on rend impossible le calcul cono-
mique, on ruine l'pargne et l'esprit d'pargne, pour arriver quoi ? A
changer de technique de protection parce que l'on suppose que nos
partenaires europens accepteront plus facilement la devaluation que les
primes et surtaxes.
Pourtant, c'est ce que l'on avait voulu viter en signant les accords
de Bretton-Woods. On voulait bannir jamais des relations internationales
la course la devaluation. Si nous recommenons employer cette tech-
nique, ne va-t-on pas ensuite l'employer contre nous ? N'est-il pas suffisant
qu'en 1948 nous avons dvalu sans l'accord du Fonds montaire inter-
national ? Irions-nous recommencer cette faute grave ?
Il y a une autre objection, plus fondamentale. Le march commun
europen n'a de sens que s'il comporte de profondes modifications de
structure. Il n'lvera le niveau de vie des populations que si chaque pays
se spcialise dans les domaines o sa supriorit est la plus grande. Faire
l'Europe, c'est modifier les structures et donner le pas ce qui est le plus
productif. Alors vouloir maintenir les structures existantes au moyen
d'une protection montaire, c'est refuser d'avance les bienfaits qui pour-
raient rsulter d'une refonte de l'Europe...
Dans sa ralit, le problme nous parat beaucoup plus complex. Tout
dpend du rle que l'on dsire faire tenir la monnaie dans le compor-
tement conomique, et du contrle que l'on dsire maintenir ou ren-
forcer sur le movement des affaires.









CHRONIQUE DE POLITIQUE INTERNATIONAL

De nos jours, la monnaie est devenue un instrument stratgique de
direction de la vie conomique, un instrument au service du revenue et de
l'emploi. Une monnaie sur-value achte cher et vend bon march.
L'essentiel est d'en mesurer les effects sur la production et sur les terms
d'change, et de ce point de vue l'exprience franaise ne manque pas
d'intrt.
Ce qui est tonnant, c'est de voir le parti socialist franais rejeter
la monnaie comme facteur d'une politique conomique active et se
libraliser au funeste example de ce qui se passe en Belgique.
Ch. W.


CHRONIQUE INTERNATIONAL


Mort de Staline

Les Occidentaux devraient se rjouir. On avait rarement vu aussi clair
dans le jeu sovitique. Se rjouir de voir clair, mais aussi s'inquiter de
ce qu'ils voient. Car, selon nous, la situation est infiniment plus srieuse
et moins favorable pour nous qu'il y a six ans, lorsque nous fondions
l'O.T.A.N. et lorsque nous entamions un rarmement don't la ncessit
n'tait pas douteuse.
Ce qui est trange et un peu droutant, c'est que notre politique de
rarmement d'abord couronne de succs, contraignit l'U.R.S.S. reviser
sa politique. Mais elle eut aussi pour consquecne d'entraner une revision
fondamentale de la politique sovitique devant laquelle, pour en tre rest
nos conceptions de 1950, nous nous trouvons aujourd'hui fcheusement
dpourvus. Ajoute notre confusion, le fait que nous craignons la sub-
version mondiale par le communism certes, mais en posant trop souvent
le problme sous l'angle du rapport des forces matrielles, militaires et
conomiques. Et on nous parle de l'opposition des systmes conomiques,
collectivisme tatique, d'une part, capitalism priv, de l'autre, comme si
c'tait l le problme. Ce qui explique cela, n'est-ce point justement que
beaucoup d'Occidentaux craignent le communism avant tout parce qu'il
les priverait des liberts matrielles don't ils jouissent dans le rgime du
capitalism priv. Leur anticommunisme serait-il aussi vif, si les liberts
spirituelles seules taient vises ? Si la lutte o nous sommes engags ne
devait opposer que deux matrialismes, nous considrons d'abord qu'elle
n'aurait pas dans notre chef de justification vritable, et sans doute
serait-elle perdue d'avance. Car, dfaut de buts spirituels, le communism
se prsente cependant comme un messianisme, qui s'adresse tous les
hommes et prtend au moins les saisir corps et esprit, leur prsenter un
mode d'exister et assurer leur bonheur matriel et terrestre. A moins de
prsenter aux hommes, pour notre part, une conception d'existence qui
ne lui soit suprieure, nous risquons fort de perdre la parties. Certes
connaissons-nous cette conception de l'homme et de la socit, et qui est
suprieure au communism. Mais en vivons-nous assez nous-mmes pour
en convaincre les hommes qui nous sont trangers ? Les nations occiden-
tales sont-elles assez dpouilles de leurs apptits nationalists, de l'appt
du profit goste, tous deux symtomatiques du capitalism liberal, pour
prsenter au monde un visage suffisamment dsintress ?
On ne peut manquer d'tre frapp de plusieurs faits :
1) L'expansion rcente du communism, notamment en Asie, o
l'adhsion de peuples entiers lui est acquise.
2) Le recul correspondent de l'Occident, lequel n'a pas seulement
abandonn les territoires acquis au communism, mais est en recul dans


152 -








CHRONIQUE DE POLITIQUE INTERNATIONAL

toutes les nations qu'il avait colonises, mme s'il est encore li avec elles
par trait, ou s'il a sur elles des droits de tutelle, ou mme si elles sont
encore sous statut colonial.
3) Si l'on veut bien se rappeler quel tait, il y a cinquante ans, la
puissance de l'Occident, comment ne pas considrer qu'il a subi un terrible
chec ? Ce n'en serait pas un, certes, si les peuples jadis coloniss et
aujourd'hui mancips, lui restaient lis par une vritable communaut
de sentiments et d'intrts. On en est loin, sauf exception. Encore sait-on
que si l'Inde, par example, reste lie certain gards la Grande-
Bretagne, cela n'implique pas pour autant son adhsion la politique
occidentale. Comment ne pas considrer que cet chec de l'Occident est
celui d'une politique qui et le tort d'tre domine par l'conomique ?
C'tait sans doute inevitable dans un rgime o l'conomique lui-mme
dominant sous la forme d'une notion du profit priv rige en dogme
absolu. C'est lui aussi qui, aujourd'hui, au niveau des Etats et au niveau
des individus empche l'Occident d'apporter aux peuples sous-dvelopps
l'aide indispensable.
Certes ne convient-il pas de verser dans l'anglisme. Il y a cinq ans,
il fallait rarmer. Aujourd'hui, il faut aider les peuples insuffisamment
dvelopps. Il et fallu d'ailleurs le faire bien plus tt pour des raisons
d'abord morales. Mais notre rgime conomique ignorait ce genre de
considerations. Il est frappant de constater que sous cette attitude appa-
remment si raliste et si soucieuse de ses intrts, il existe un tel irra-
lisme et une telle mconnaissance des intrts long terme. Est-ce l une
sorte de justice immanente ?
C'est pourquoi non seulement il faut rechercher au plus tt les moyens
de technique politique et conomique qui nous permettront de rpondre
aux ncessits de la concurrence Est-Ouest, mais aussi de ranimer
notre politique, c'est--dire de lui rendre une me, un esprit. Il ne suffit
pas pour cela d'invoquer la Divine Providence dans les dclarations
diplomatiques ou dans les textes des traits, mais de conformer relle-
ment notre action politique aux prescrits de la doctrine laquelle nous
prtendons nous rfrer.

* *


Pourquoi insisted si longuement sur tout ceci dans un article qui vise
avant tout la politique sovitique ? Parce que l'orientation que prend
celle-ci et qui vise la conqute psychologique et conomique des peuples,
avant de les soumettre la doctrine marxiste, nous contraint reviser
notre politique. Les enseignements que l'on peut retire du recent congrs
du Parti communist de l'U.R.S.S. sont clairs cet gard. On vient d'y
faire mourir Staline pour tout de bon, et avec lui le Stalinisme et tout
ce qu'il impliquait. Mort, sans retour ? Il est bien tt encore pour le dire.
Mais nous verrons plus loin comment peut s'expliquer cette volution
du rgime. Tout cela est bien surprenant pour nous, ahurissant mme et
presqu'amusant, mais surtout inquitant. Le but supreme reste l'expan-
sion mondiale du communism. La dialectique marxiste permet une
souplesse infinie dans le choix des moyens, sans aucune preoccupation
des normes morales qui sont les ntres, ni de la libert et de la dignit
des personnel. Cela nous surprend. Mais nous devons surtout en consi-
drer les rsultats. De mme, l'aide conomique que l'U.R.S.S. offre
certaines nations est-elle dcide et oriente en vertu de considerations
de strict opportunity matrielle. Mais l aussi nous devons considrer les
rsultats.
Ce qu'il nous faut d'abord constater, c'est qu'au temps du Stalinisme,
le visage menaant du communism sovitique suffisait lui seul faire









CHRONIQUE DE POLITIQUE INTERNATIONAL


l'unit du monde communist. Il justifiait amplement l'effort militaire.
La Belgique elle seule n'y a-t-elle pas consacr plus de cent milliards ?
Soit dit en passant, le rgime du capitalism priv s'adapte aisment un
processus de rarmement parce qu'il y trouve son profit. Mais il se trouve,
semble-t-il, incapable de rpondre aux exigences nes des nouvelles con-
ditions diplomatiques.
Tirons present les leons du congrs du P.C. sovitique :
1) Au plan de la politique extrieure, M. Krouchtchev dclare que
l'U.R.S.S. demeure attache la coexistence pacifique. Elle tend, d'autre
part, renforcer les liens avec les pays qui ne veulent pas adhrer aux
pactes agressifs . Et le secrtaire du P.C. d'U.R.S.S. vise notamment
l'Inde, la Birmanie et l'Afghanistan. C'est la politique bien connue dj
des alliances bilatrales destine faire chec la politique occidentale
des pactes.
2) L'U.R.S.S. ne renonce pas pour autant au triomphe du socialisme.
Mais, c'est la premiere fois, a dit M. Krouchtchev, que les conditions sont
favorables ce que le socialisme marxiste se ralise dans d'autres pays
par la voie parlementaire . M. Mikojan a soulign que ce triomphe
devait tre assur dans < le respect des droits souverains des autres pays .
Il est absurde de prtendre, a dit encore M. Krouchtchev, que l'U.R.S.S.
a besoin de la guerre... Il est grotesque de penser que les rvolutions se
font sur command .
3) Le socialisme peut se raliser par des voies diffrentes. C'est la
rehabilitation total de Tito. Et ici aussi le Stalinisme est condamn. De
mme que ses vues sur la situation conomique du capitalism contem-
porain, condamn selon lui stagner, puis rgresser dans le domaine
de la production.
4) Le principle de la direction collective est une nouvelle fois proclame
en opposition la conception errone de la dictature stalinienne. On
rhabilite les victims de celle-ci. Et en mme temps que le mythe stalinien
est ainsi vid de son contenu, subsistent, dans le cadre de la dictature de
l'Etat marxiste, les measures de libralisation esquisses au lendemain de
la mort du dictateur.




En fait, le rgime sovitique volue. Sans doute pour des raisons
tactiques, Staline est-il aujourd'hui sacrifi. Mais un rgime marxiste doit
passer par un processus stalinien pour tre impos un people, surtout
lorsque toute une structure conomique doit y tre btie de toutes pices.
La Chine en est ce stade. Les dmocraties populaires satellites, aussi,
des degrs divers. Quel que soit le terme de l'volution d'ailleurs, il va de
soi qu'au plan religieux et intellectual, et au plan des liberts individuelles
pareil rgime ne sera jamais acceptable pour nous.
Il n'empche que ce rgime montre aujourd'hui une force assure.
Et c'est cela qui, semble-t-il, a le plus frapp les milieux diplomatiques
amricains. Car le gouvernement sovitique se trouve en measure de
prendre des risques qui eussent parus inimaginables nagure. Or, on n'a
pas l'habitude Moscou de ne pas calculer ses risques. Les hommes du
Kremlin ont estim qu'il tait important pour eux de prsenter au monde
un visage rassurant et souriant. Pense-t-on assez ce que recle de pos-
sibilits de manoeuvre et de puissance dynamique le simple fait d'admettre
la pluralit des moyens dans la ralisation du socialisme ? N'est-ce point
la justification a priori de tous les fronts populaires ventuels ?
M. B.













LES GLOSES DU PSYCHOLOGUE




La rcupration des travailleurs gs

Pour le psychologue, nous l'avons vu dans notre prcdente chro-
nique, l'ge de la retraite ne doit donc pas tre fix d'une faon absolue.
Si l'on admet que la dmocratie est un petit noyau de principles communs
entour d'une grande varit de differences individuelles, on admettra
aussi qu'il est trs dmocratique de tenir compete de ces dernires en
permettant aux travailleurs qui en manifestent le dsir et qui restent
suffisamment alertes de corps et d'esprit, de se livrer une activity rmu-
nre et en rapport avec leurs possibilits et leur psychologie.
Des solutions pratiques ont t envisages pour la rcupration des
ouvriers gs de plus de 65 ans.
Les vieux travailleurs ont conserv leur poste l'usine, mais on a
diminu les heures de prestation ou on a rduit la semaine trois jours.
Ce systme n'a donn que peu de satisfaction, car, pour de nombreuses
professions, il mconnat les capacits des ouvriers gs. En effet, la
plupart d'entre eux n'ont pas su maintenir le rythme de travail que leur
imposaient des compagnons plus jeunes.
L'initiative prise par A. Owen, directeur d'un important atelier de
mcanique en Angleterre, revt un caractre beaucoup plus human.
Constamment sollicit par de vieux ouvriers qui lui demandaient de
les garder son service. Owen dcida, en 1950, de les grouper dans un
atelier special o ils pourraient travailler leur propre cadence et leur
propre guise. Dans l'esprit de leur directeur, il s'agissait l d'une ouvre
base philanthropique. Aussi fut-il surprise de constater que ses vieux
ouvriers taient capable, non pas de se cantonner dans les travaux aux-
quels il avait pens, mais de produire de pices de machine importantes
et usines avec precision.
La seule latitude accorde ces travailleurs tait d'arriver une heure
plus tard que le reste du personnel. Malgr cela, ils gagnaient plus
qu'auparavant, car leur pension s'ajoutait le produit de leur travail.
Contrairement aux provisions d'Owen, qui ne croyait pas l'exprience
rentable, l' atelier senior permit, non seulement de payer les salaires
effectivement gagns par les vieux ouvriers, mais de constituer un fonds
special destin amnager l'atelier de faon pouvoir y accueillir d'autres
travailleurs gs.
L'exprience a commenc avec quinze ouvriers. Ce nombre a augment
d'anne en anne. A l'heure actuelle, l'atelier fonctionne l'entire satis-
faction du patron et des seniors eux-mmes. Il est appel s'agrandir
jusqu' ce qu'il puisse incorporer tous les ouvriers d'Owen en ge de la
retraite et dsireux de ne pas tre livrs l'inaction ou aux bricolages.
Il est remarquable de constater qu' l'< atelier senior , on n'enregistre
pas plus de retards ni d'absences que dans l'atelier normal. Bien que les
vieux ouvriers aient une vue et une oue gnralement en baisse, les
accidents de travail y sont pratiquement inconnus. La chose n'est pas
tonnante si l'on considre que la prudence grandit avec l'ge, compen-
sant ainsi certaines dficiences sensorielles.








LES GLOSES DU PSYCHOLOGUE

Les petits ouvrages d'assemblage, les perages de precision, le refile-
tage d'crous et les montages faciles sont confis cet atelier d'un genre
nouveau. Il va donc de soi que les tches assignes aux vieux travailleurs
sont soigneusement slectionnes. De plus, ils peuvent, lorsqu'ils ressen-
tent la moindre fatigue, faire un some ou fumer une cigarette.
Une dizaine d'expriences de ce genre sont actuellement en course en
Angleterre, Sude et Hollande.
A Copenhague, notamment, le plan Owen a t appliqu des chantiers
navals et une usine de rfrigrateurs. Aux vieux ouvriers, on a adjoint
de jeunes apprentis. Ceux-ci peuvent ainsi profiter de l'exprience des
retraits .
A Asnires, prs de Paris, les usines Chausson ont mont des ateliers
spciaux pour leurs vieux travailleurs, les snateurs comme on les
appelle l-bas.
Ils sont au nombre de quarante. Ils arrivent l'atelier quand bon leur
semble et sont charges de travaux comme le filetage de boulons, le forage
de plaques de tle, la fabrication de pices pour machines et la rparation
d'outillage.
Ils sont rtribus proportionnellement au nombre d'heures de travail
fournies. En moyenne, ils travaillent entire 15 et 40 heures par semaine.
Toujours en France, aux usines Panhard cette fois, on a rserv aux
anciens tout ce qui doit tre fait avec minute et patience. Le travail
la chane ou collectif ne leur est pas permis.
Les experiences anglaises et franaises mritent de retenir l'attention
de tous les industries. Le fait qu'une revue comme Slection les ait
rapportes, montre qu'elles ont fait sensation dans le monde.
Les vieux travailleurs ont leur place dans l'conomie actuelle. C'est
faire une ouvre d'hygine mental que de les employer dans des condi-
tions qui rpondent leurs possibilits et leurs aspirations. C'est aussi
faire une ouvre rentable.
Stability, experience, conomie, patience et prudence : telles semblent
bien tre les qualits matresses du travailleur g. Qu'on ne les laisse
donc pas se dissoudre dans une dprimante inaction !

R. PASQUASY.












LOIS ET ARRETES


Au course du mois coul il n'y a pas eu de dispositions lgislatives en
matire social qui mritent de retenir notre attention.
C'est pourquoi, contrairement l'habitude, nous communiquerons nos lec-
teurs le texte d'une proposition de loi concernant l'pargne prnuptiale.
L'expos des motifs nous parat contenir un ensemble d'indications qui
intresseront certainement de nombreux lecteurs.
Nous nous limiterons toutefois reproduire l'expos des motifs, qui rsume
d'ailleurs clairement le continue de la proposition.


Proposition de loi De Riemaecker

DEVELOPPEMENTS
MESDAMES, MESSIEURS,
Tous ceux qui, jusqu' present, se sont penchs sur les problmes
familiaux, qu'ils s'inspirent de proccupations sociales ou morales ou de
soucis dmographiques, sont unanimes reconnatre la grande importance
des conditions matrielles dans lesquelles se constituent les jeunes foyers.
En effet, on constate, d'une part, que sans un minimum d'quipement
manager, par contrast avec le confort offert par la civilisation actuelle,
les jeunes gens courent le risques d'un dbut de vie conjugale dprimant.
Il en rsulte d'ailleurs frquemment un recours exagr l'achat
temperament.
D'autre part, les dmographes ont observ que les premires annes
du marriage sont celles o la trs grande majority des poux adoptent un
comportement dfinitif l'gard de la dimension de leur famille. Il va de
soi que l'inconfort ou des dettes trop lourdes ne les encouragent pas
une attitude gnreuse.
C'est pour tous ces motifs qu'il est opportun de revoir le systme
d'pargne prnuptiale.
La legislation actuellement en preparation sur la vente temperament
accompagne d'un dveloppement de l'pargne prnuptiale, sera de nature
apporter une solution aux problmes voqus ci-dessus.


Il resort d'une enqute effectue simultanment dans onze rgions du
pays en 1954, qu'une some de 31.000 francs est ncessaire un jeune
mnage pour acqurir le minimum indispensable d'quipement manager.
Il faudrait rassembler une some complmentaire de 31.800 francs pour
constituer une installation satisfaisante mais encore trs modest, soit au
total 62.800 francs. Notons que dans ces chiffres ne sont repris ni le linge
de corps, ni l'ameublement d'une salle manger, mais uniquement l'qui-
pement rudimentaire d'une cuisine, d'une chambre coucher ainsi que
le matriel d'entretien usuel.
En regard de ces chiffres, il y a lieu de placer le montant don't, lors
de sa constitution, un jeune mnage peut disposer aux terms de l'arrt








Lois ET ARRTS


royal du 30 janvier 1954 (Moniteur du 10 fvrier 1954, pp. 879-888,
art. 24 et 25).
Prenons un cas trs favorable, o le jeune homme et la jeune fille
ont chacun pargn le maximum prvu l'arrt, soit 600 francs par an,
et ce pendant dix ans. Ils disposeront ainsi d'un capital qu'on peut cal-
culer comme suit :
Epargne : 600 x 10 = 6.000 fr.
6.000 x 30
Subside de l'Etat: = 1.800 fr.
100

Total : 7.800 fr.
Dans notre hypothse, ils disposeront donc de 15.600 francs (7.800
francs pour le jeune homme et 7.800 francs pour la jeune fille). On sait,
en effet, que l'pargne bnficiant du subside de 30 % ne peut dpasser
600 francs par an.
Comme la plupart des mutualits compltent cette some, nous va-
luerons environ 17.000 francs la some don't ce jeune mnage disposera.
Or, nous sommes placs devant un cas trs favorable. Ce chiffre se passe
de tout commentaire si on le compare aux besoins : 31.000 francs pour
le minimum indispensable, 62.800 francs pour une installation modest.



Les rsultats atteints par l'pargne prnuptiale jusqu' present sont
trs encourageants.
Le nombre total de cotisants a volu comme suit depuis 1947:
1947 5.266
1948 26.892
1949 43.274
1950 51.845
1951 63.337
1952 72.955
1953 83.113
1954 100.473

Notons aussi que le nombre de cotisants est particulirement lev
chez les plus jeunes. C'est ainsi qu'en 1954, on constate que 63,7 % des
cotisants d'une important mutualit taient gs de moins de 19 ans.
Ces chiffres nous prouvent non seulement que le systme rencontre
un succs toujours croissant, mais aussi qu'il constitute une institution
d'une porte ducative vidente.
Selon la mme source, les statistiques nous rvlent par ailleurs que
66 % des cotisants ont, en 1954, pargn le maximum, soit 600 francs
pour l'anne. Il semble ds lors que le plafond est maintenu un niveau
trop bas.
Notons finalement que l'ge moyen des pargnants au moment du
marriage est de 24 ans 9 mois pour les jeunes gens et de 23 ans 2 mois
pour les jeunes filles. Selon l'Institut National de Statistique, pour tout
le Royaume, l'ge moyen des hommes au moment du marriage la mme
anne fut de 28 ans 1 mois et de 25 ans 8 mois pour les femmes.
L'pargne prnuptiale aura donc t particulirement favorable des
jeunes mnages.








LoIS ET ARRTS


L'ensemble de ces considerations nous amne proposer une double
amlioration du systme.
Tout d'abord, il n'est plus fond de maintenir 600 francs par an
le montant maximum pargn donnant droit subvention. Par ailleurs,
la situation dmographique du pays justifie une majoration de l'interven-
tion de l'Etat.
C'est pourquoi nous proposons de doubler le maximum pargn don-
nant droit subside (1.200 francs par an au lieu de 600 francs) et de
porter de 30 50 % le pourcentage d'intervention de l'Etat. Ces measures
donneraient les rsultats suivants dans le cas o les jeunes gens auraient
pargn le maximum pendant dix ans :
Epargne : 12.000 fr.
Subside de l'Etat (50 %) : 6.000 fr.

18.000 fr.

Soit donc 36.000 francs pour le couple, soit environ 39.500 francs avec
intervention de la mutualit. Mais nous devons prendre aussi en consi-
dration la situation de ceux qui n'ont pas l'occasion d'pargner pendant
dix ans.
Prenons l'exemple de ceux qui ont pargn pendant huit ans :
Epargne : 9.600 fr.
Subside de l'Etat (50 %) : 4.800 fr.

14.400 fr.

Soit 28.800 francs pour le couple. Si on y ajoute l'intervention de la
mutualit, on arrive la some d'environ 31.500 francs, qui se rapproche
mieux des besoins signals plus haut.
Nous valuerons comme suit la dpense maximum que cette measure
entranera pour le Trsor public.
Supposons que la moyenne des pargnes annuelles atteigne le montant
de 1.000 francs. Supposons aussi que les amliorations que nous proposons
provoquent une augmentation de 50 %/ des effectifs de 1954.
Nous prenons donc ainsi une forte marge de scurit, car il est trs
peu probable que la moyenne des cotisations atteigne 1.000 francs.
Comme les subsides attribus aux mutualits sont verss en function
des cotisations recueillies pendant l'anne, nous arrivons la dpense
suivante :
50
1.000 x 150.000 x 75 millions
100

Cette dpense qui, rptons-le, a t calcule avec un large coefficient
de scurit, constituera un heureux placement de la communaut national.
En effet, elle renforcera le sens de l'pargne de notre jeunesse et elle
aidera les jeunes foyers se constituer dans des conditions plus favorables.
Marguerite De Biemaecker-Legot.


















Responsabilits internationales

des Chrtiens
(Ouvrage en collaboration)

Voici un livre que tout chrtien soucieux de l'tre en toute vrit se
doit de lire et de prendre comme matire srieuse rflexion.
Il pose la question suivante : les chrtiens prendront-ils leurs respon-
sabilits de chrtiens, l'chelle de l'univers ? Pour nous aider y
rpondre, les auteurs de cet ouvrage ils sont dix ont divis la tche
en deux secteurs : les faits, c'est--dire le donn offert la rflexion des
chrtiens, et la doctrine.
Sans prtendre, dans un si court space, rsumer les divers exposs
ici rassembls et qui furent d'abord prsents au course des Entretiens
Sacerdotaux (1) du 5 au 7 septembre 1955, nous essaierons cependant de
dfinir aussi clairement que possible l'objectif de chacun d'eux.
La premiere parties de l'ouvrage est donc consacre la presentation
des faits. Elle ne content pas de lourdes tudes bourres de statistiques.
Les diverse contributions qui la constituent ont davantage pour but
d'clairer crment et brivement certaines situations qui doivent alerter
la conscience chrtienne.
Dans une brve synthse, l'abb Robert Kothen, dcd le 15 dcembre
dernier et don't ces pages sont en quelque sorte le testament d'homme
vou l'apostolat, brosse un tableau objectif et non flatt de la situation
social, culturelle et religieuse du monde en 1955. Cette vue panoramique
a pour but de mieux situer les problmes abords dans la suite. Signalons
en particulier la faon don't l'auteur caractrise la pense moderne en
analysant la situation culturelle. Doue d'un dynamisme croissant, elle
est principalement allure pratique. Elle est cependant superficielle.
Largement diffuse et donc partage par un grand nombre, elle tend
devenir uniform. Tourne vers l'utilisation pratique, elle est ncessai-
rement matrialiste. Chacune de ces notes fait l'objet d'un commentaire.
L'allure de l'expos fait penser la preparation d'une meditation, d'un
temps de rflexion. Recueillons sa brve conclusion comme une ultime
consigne du regrett abb Kothen : On est la veille de temps nouveaux.
Les chrtiens ont la possibility et le devoir de donner une orientation
chrtienne la civilisation qui nat.
L'abb Franois Houtart met ensuite en relief les problmes soulevs
par Deux faits capitaux qui dominant l'volution du monde actuel :
l'accroissement de la population et l'volution technique. Entre 1950 et
1980, les estimations moyennes fixent 1.174.000.000 l'accroissement de la

(1) Depuis 1943, un Comit interdiocsain qui reprsente la parties d'expres-
sion franaise de la Belgique organise chaque anne des journes d'tudes
dnommes Entretiens Sacerdotaux .


NOUS AVONS LU

l VOTRE INTENTION








RESPONSABILITS INTERNATIONALES DES CHRTIENS


population mondiale, qui atteindrait ainsi au terme de cette priode le
chiffre de 3.628.000.000 d'hommes. L'augmentation de la population mon-
diale est fort diffrencie selon les rgions. Or, c'est dans les rgions
sous-dveloppes que l'expansion dmographique sera la plus important.
Il faudrait, pour nourrir ces bouches nouvelles, une augmentation propor-
tionnelle des moyens de subsistence. Mais l'exprience des quinze dernires
annes prouve que cette augmentation proportionnelle n'est pas ralise.
Voil le premier problme qu'examine l'abb Houtart, problme technique,
conomique, social, mais aussi thologique et moral. Le second problme
est celui des consequences dj importantes et en parties prvisibles dans
l'ordre social, de l'automation, c'est--dire de la surveillance et de la
regulation des processus de production par des agencements mcaniques,
hydrauliques, pneumatiques, lectriques ou lectroniques, qui oprent d'eux-
mmes. Se poseront des problmes nouveaux concernant la garantie de
la rmunration sur une plus longue priode, les moyens d'viter le ch-
mage et de reconvertir les capacits, l'extension du temps de loisir et
son utilisation.
L'aide aux pays insuffisamment dvelopps est une question
don't commence tre saisie une parties encore beaucoup trop res-
treinte de l'opinion publique... Jules-Grard Libois, rdacteur en chef
de Tmoignage Chrtien , y consacre quelques pages vigoureuses et
prcises, don't nous recommandons vivement la lecture tous nos diri-
geants et militants charges en ce moment d'alerter l'opinion ouvrire
ce sujet. L'auteur tablit d'abord la notion de sous-dveloppement. Il
dmontre ensuite comment la situation continue se dtriorer parmi les
nations insuffisamment dveloppes. Aprs avoir examin les dimensions
financires que devrait prendre l'aide, il envisage les objectifs politiques
et le choix des mthodes.
Et voici maintenant la presentation des essais d'unification ou de
cohsion des efforts humans pour rsoudre tant de problmes de caractre
politique, conomique, social et cultural. Sous le titre : Nouveaux aspects
de l'Organisation international , l'auteur, Omer De Raeymaeker, profes-
seur l'Universit de Louvain, examine successivement comment se
concrtise l'aspiration vers l'unit sur le plan international et le dvelop-
pement structure et l'largissement des domaines de competence des
organizations internationales. Il constate ensuite et dcrit la scission
interne par suite d'oppositions idologiques qui divise actuellement le
monde et sa rpercussion dans les organisme internationaux au plan
politique, conomique et social. Il y dcle la formation progressive entire
les dmocraties occidentales et les pays du Bloc de l'Est, d'une troisime
force , consequence de l'admission dans l'organisation international de
pays insuffisamment dvelopps , don't la conjunction ventuelle des
voix l'Assemble Gnrale des Nations-Unies risque de conduire en
raison du manque de maturity politique de la plupart d'entre eux
l'adoption de resolutions irrflchies et dmagogiques. Enfin, l'auteur,
sous le titre : Le danger de tendances matrialistes dans les organisa-
tions internationales , examine la question suivante : les valeurs reli-
gieuses et morales sont-elles suffisamment respectes dans la constitution
et le fonctionnement pratique des Nations-Unies ? et conclut la ncessit
pour les chrtiens d'tre presents et particulirement vigilants.
Aussi Mlle Emilie Arnould, responsible du Service des Relations Inter-
nationales du Mouvement Ouvrier Chrtien, don't l'expos sur: Les
Organizations internationales catholiques termine la premiere parties de
l'ouvrage, consacre aux faits, a-t-elle raison, aprs avoir fait la descrip-
tion des O.I.C., d'en signaler les mrites mais aussi les lacunes, et de
prciser les conditions de leur dveloppement et de leur influence : Ces
conditions tant remplies, les catholiques, par la voie de leurs O.I.C.,
seront capable de jouer le rle que leur assignait le Souverain Pontife
dans une allocution prononce leur intention il y a trois ans et dans








SHANGHAI LES ENFANTS DE LA VILLE

laquelle il nous disait : ,, Le rle des catholiques est de crer cette
atmosphere de comprehension et de respect rciproque sans laquelle
aucune action international ne peut avoir d'assise profonde ni durable.


Comme nous l'avons dit plus haut, la second parties de l'ouvrage est
consacre la doctrine. Force nous est de la prsenter trs brivement.
Aprs un expos suggestif des fondements scripturaires de l'universalisme
chrtien, prsent par le chanoine Albert Descamps, professeur l'Univer-
sit de Louvain, sous le titre : La destination universelle de la Rvla-
tion , viennent deux exposs dogmatiques sur l'apostolat missionnaire de
l'Eglise. Le premier: La mission dans l'Eglise : situation actuelle et
rflexion thologique, a pour auteur l'abb Jean Frisque, de la Socit des
Auxiliaires des Missions; le second : Action des lacs et esprit missionnaire,
est prsent par l'abb Jean Bruls de la mme Socit.
Les problmes de morale international sont abords par une dernire
tude : Justice et charit dans la vie international, due au chanoine
Albert Stvaux, professeur au Grand Sminaire de Tournai, et Mon-
seigneur L. J. Suenens, Evque auxiliaire de Son Em. le Cardinal van Roey,
complete excellemment cet expos par une tude sur le problme de la
paix intitul : Positions doctrinales de Pax Christi .



RESPONSABILITES INTERNATIONALES
DES CHRETIENS
(En collaboration)
Un volume de 228 pages au format 14,5 x 21 cm., sous couverture
illustre. Collection Eglise Vivante . Prix : 69 francs. Chez
Casterman, 1956.




Shanghai: Les enfants de la ville

Chronique de la vie chrtienne Shangha, 1949-1955
par Jean LEFEUVRE, S.J.

L'arrestation (septembre 1955) de Mgr Kiung, vque de Shanghai, et
de 3.000 de ses chrtiens, fait renatre toutes les questions que pose
l'Eglise de Chine. Pour les chrtiens, cette Eglise est leur propre corps;
pour tous elle est un signe qu'on interroge, avec anxit parfois. Mais son
tmoignage, don't la rumeur est venue jusqu' nous, demeure lointain,
malais d'accs et d'interprtation.
Une jeune prtre, le P. Jean Lefeuvre, S. J. (qui a vcu en Chine de
1947 1952, et a t ordonn prtre Shangha sous le nouveau rgime),
s'est mis l'coute de la communaut chrtienne de Sharighai. Commu-
nistes et catholiques, les uns en face des autres, ont parl, ont agi. Ce
qu'ils ont dit, ce qu'ils ont fait, l'ouvrage du P. Lefeuvre nous en fournit
le relev patient et fidle. Il nous traduit les dclarations officielles et
prives mises par les personnalits des deux groups, les entretiens qui








SHANGHAI LES ENFANTS DE LA VILLE

ont fait date :" ainsi, les conversations de janvier 1951, Pkin, entire
M. Chou En-la et plusieurs vques catholiques, l'entrevue du 22 sep-
tembre 1952 Shanghai, si riches d'enseignement, parviennent notre
connaissance, Les circonstances de la nouvelle vie publique -ne sont pas
dcrites en function des seuls catholiques, mais des croyants des diverse
confessions et de l'ensemble du people de Chine.
Dans ce livre, ce sont les acteurs, presque tous chinois, plus que
l'auteur, qui parent. Ils n'y parent pas autrement que par leurs propres
paroles, telles, pour les uns, qu'on a pu les entendre dans les chairs
de Shanghai, et pour les autres, les suivre dans les journaux de la Chine
populaire.
Cinquante mille catholiques, seuls avec Dieu en face d'une des forces
les plus puissantes et les plus sduisantes qui soient : la dmocratie
populaire de Chine, tel est le sujet de cette chronique. Elle nous fait
partager, mois par mois, la vie des mmes hommes pendant cinq annes,
annes que les tudiants catholiques de Shangha appellent weitati
shintai : grande poque !



Impossible de rsumer un tel livre. Les faits qu'il raconte simplement
sont d'une puissance extraordinaire de tmoignage. C'est le christianisme
vcu, vie et doctrine en fusion parfaite au milieu des pires embches, des
inquitudes, des problmes sans cesse renaissants, malgr l'entranement
de la masse, et aussi les dfections invitables. En lisant ce livre bourr
de faits chrtiens, raconts dans un style dpouill bien loign du genre
pangyrique, on se prend rflchir sur la tideur du tmoignage des
chrtiens d'Occident, qui se croient trop facilement les meilleurs. Aussi
ce livre est-il une leon et peut-il nous amener de salutaires rflexions.
Mais quelle fiert chrtienne, quelle joie, quelle finesse, quel humour
souvent ne se dgagent-ils pas de ces pages toutes remplies de la vie quo-
tidienne de simples chrtiens, de prtres et vques de Chine Cette fiert
et cette joie nous les partageons, elles nous envahissent en lisant ce livre,
car nous sommes les frres dans le Christ de tous ces jeunes lutteurs.
Guids par leurs prtres et pasteurs fidles, ce, sont, en effet, des jeunes
gens et des jeunes filles qui sont les principaux hros de ces pages, d'o
le titre du livre : Les enfants de la ville .


SHANGHAI
LES ENFANTS DE LA VILLE
Chronique de la vie chrtienne Shanghai, 1949-1955
par Jean LEFEUVRE, S.J.

Un volume de 368 pages, nombreuses illustrations dans le texte
et hors texte. Prix : 105 francs belges (780 francs franais).
Collection Eglise Vivante . Editions Casterman, 1956.













INFORMATIONS ET DOCUMENTS



La J. O. C. au travail au Congo

Des rcents bulletins de la J.O.C. pour le Congo et le Ruanda-Urundi nous
extrayons quelques informations caractristiques de l'action chrtienne mene
par les jeunes Congolais dans leur propre milieu. On sera certainement frapp
du sens concrete, mais aussi et peut-tre cause de cela, de l'efficacit de cette
action. (1)

UN WEEK-END ANNUEL DE MILITANTS A KANGU (MAYOMBE)
DEVELOPPE L'ESPRIT D'EPARGNE DES JEUNES NOIRS (2)
C'est devenu une tradition et c'est le tour de Kangu cette anne de
recevoir. Ils sont 141, don't 41 travailleurs qualifis, 43 non qualifis,
41 clercs et assimils, 6 lves d'coles professionnelles. Il y a autant
d'enthousiasme que de discipline, notamment pour le silence du samedi
soir au dimanche matin. La veille religieuse est consacre une messe
blanche, suivie d'un example d'action de grce; la messe du lendemain
est commente. Intrt trs grand, prsage d'un rel progrs.
Une champagne avait t lance pour la tenue du carnet de dpenses et
pour l'pargne. Les rsultats sont encourageants. Il y a deux ans, personnel
n'pargnait; la moiti des jocistes le font actuellement. Les dettes ont
aussi commenc diminuer. Mme ceux qui n'ont pas encore eu le cou-
rage de commencer l'pargne sont convaincus que c'est une chose faire.
On a dcid de poursuivre la campagne...

DU CONCUBINAGE AU SACREMENT DE MARRIAGE
A propos d'un cas voqu en runion d'quipe, les militants de J. se
posent cette question.
Certains manquent longueur d'annes de l'argent ncessaire pour
payer la dot. D'autres sont moralement forcs par des parents paens (et
parfois chrtiens) suivre la coutume. Ils pensent devoir s'assurer de la
fcondit de leur fiance, voir si les caractres s'accordent, etc...
Si je me marie religieusement, disent certain, ma femme ne
voudra pas m'obir parce que je ne pourrai la menacer de renvoi. "
Si mes beaux-parents trouvent un reproche me faire, ils emploie-
ront tous leurs moyens pour reprendre leur fille. Si je suis mari rgu-
lirement, je devrais alors rester seul. "
,,Si je rencontre un peu plus tard une fille qui me plat mieux,
je ne pourrai plus changer. "
Les militants, tout en pensant le plus souvent que ces raisons sont
fausses, n'avaient jamais rflchi sincrement au pourquoi profound.
Ils y ont consacr plusieurs rencontres trs fructueuses.
Ils voient maintenant que le marriage natural a t corrompu par le
pch original et les attitudes paennes. Le sacrement a rendu au marriage
natural toute sa valeur et donne aux poux la force d'en respecter les lois.

(1) Ce serait une excellent manire de s'intresser cette action et de la
soutenir que de s'abonner au Bulletin trimestriel de la J.O.C. pour le Congo et
le Ruanda-Urundi. Il suffit pour cela de verser 50 francs (pour six numros)
au C.C.P. 565.78 (Secrtariat pour le Congo: 78, Boulevard Poincar, Bruxelles).
(2) Les sous-titres sont de la Rdaction des Dossiers .








INFORMATIONS ET DOCUMENTS


Il fait des poux de vritables amis , lis pour toujours par un amour
profound.
On constate combien il est important que les jeunes chrtiens maris
donnent l'exemple. Sans quoi on invoquera les cas malheureux pour
msestimer le marriage religieux et le juger inutile. Les jocistes, quand ils
se marient, doivent montrer la grandeur et l'efficacit du marriage
chrtien par leur vie conjugale exemplaire.

LE LOGEMENT DES TRAVAILLEURS CELIBATAIRES
DANS UN CAMP DE SOCIETY
Voici, titre d'exemple, l'excellente enqute faite par une jeune sec-
tion. Nous soulignons la precision des donnes et l'esprit qui a prsid au
travail : ce qui domine, c'est le souci de la vie morale des camarades. Les
conclusions adoptes sont positives et modres.
Le texte du rapport est un example de nettet et de concision.
L'tude de ce sujet fut adopt l'unanimit. De l'avis de tous, ce
problme du logement des clibataires est un des plus pineux parmi ceux
que doivent affronter les jeunes travailleurs du camp.
1. SITUATION THEORIQUE
La legislation impose l'employeur de loger ses travailleurs avec leur
famille. Dans ce domaine, et pour ce qui concern les travailleurs cliba-
taires, la socit fait face ses obligations selon une des trois modalits
suivantes :
a) Indemnit de logement accorde aux travailleurs ayant un logement
au C.E.C. (fixe lgalement 90 francs par mois).
65 clibataires, sur un total de 751 (soit 8,65 %), bnficient de ce
rgime.
b) Une chambre attribue un clibataire (logement individual).
342 travailleurs sont ainsi logs (soit 45,53 %).
c) Une chambre attribue deux clibataires.
C'est le cas de 344 jeunes travailleurs (soit 45,82 %).
2. SITUATION DE FAIT
De l'enqute, il rsulte ce qui suit :
a) En gnral, ce sont les plus anciens travailleurs clibataires qui jouis-
sent de logements individuals. Les jeunes, plus frquemment, se voient
attribuer un compagnon. Il semble pourtant qu'aucune rgle strict
n'attribue les logements individuals l'un plus qu' l'autre. L'attribu-
tion du logement individual aux anciens serait une pratique qui,
apparemment, n'est sanctionne par aucun rglement.
b) Dans la designation des logements deux, on ne tient pas compete
(ou trs rarement) de la personnalit des individus (affinits d'ge, de
travail, de tribu, de formation, de religion, etc.). La designation semble
se faire au hasard des engagements et des disponibilits du moment,
de manire assez administrative, sur consultation d'un fichier.
c) Trs rares (environ 10 % des cas) sont les travailleurs ainsi dsigns
qui partagent effectivement leur chambre avec le compagnon cliba-
taire qui leur a t dsign. En gnral, l'un des deux jeunes est
chass du logis par son partenaire, ou lui en abandonne l'usage exclusif.
Ceux qui quittent ainsi leur habitation s'en vont quter le gte chez
un parent dans le camp ou la cit, ou bien se rsignent prendre sur
leur salaire le loyer mensuel d'une chambre au C.E.C. (environ 80 fr.).

3. APPRECIATION DES JEUNES TRAVAILLEURS INTERESSES
De l'avis unanime des jeunes, le systme du logement deux, tel qu'il
est appliqu, prsente de trs gros inconvnients qui, en fait, le rendent
quasi-inviable, sauf dans quelques cas trs rares.








INFORMATIONS ET DOCUMENTS

Ces inconvnients sont les suivants (par ordre d'importance) :
a) Exiguit du local :
En particulier, celui qui se prpare se mettre en mnage ne sait o
caser le mobilier qu'il est dsireux d'accumuler progressivement en vue
de son nouveau foyer (table, chaises, armoire).
b) Concubinage ou immoralit de l'un des partenaires:
Trs souvent il arrive que l'un des deux jeunes gens. introduise dans
le logement une concubine ou une fille de murs lgres, non dclare
au service M.O.I. Dans ce cas, la vie devient impossible pour son com-
pagnon, qui alors ou bien se voit proprement mis la porte (s'il est le
plus jeune), ou bien se dcide vider les lieux. En rgle gnrale, dans
ces circonstances, le partenaire vinc s'abstient de porter plainte au
chef du camp, soit par crainte de reprsailles, soit par discretion pour
son compagnon, dans les affaires duquel il ne veut pas s'immiscer et
auquel il ne veut pas attirer d'ennuis.
c) Palabres continuelles au sujet de l'entretien de la chambre; discussions
sans fin sur les corves de propret et de balayage.
d) Danger de vol :
Certains jeunes gens voient disparatre leurs effects.
e) Visites dsagrables ou indsirables :
Souvent l'un des deux occupants introduit dans la maison, des amis qui
ne sont pas ncessairement ceux de son compagnon. Ce dernier doit
supporter la presence de ces trangers qui viennent dranger ses
effects, s'asseoir sur son lit, chanter, crier, jouer, boire parfois.
f) Dsordres de tout genre :
On n'a jamais la paix Le partenaire a emport ou gar la clef;
rentre des heures impossible; vous empche de vous reposer quand
vous tes fatigu ou indispos. Bref, on n'a pas de chez soi.
De ces six inconvnients, les deux premiers sont graves, car on n'a
gure de recours contre eux.
Les jocistes affirment ne connatre qu'un seul cas o des jeunes
logeant ainsi deux se dclarent heureux de leur sort. C'est celui de deux
frres, issues de mme pre et de mme mre. Tous les autres, ou bien
refusent une telle situation (c'est le cas le plus frequent) en la fuyant ou
en chassant le partenaire, ou bien s'en accommodent de mauvais gr,
faute de mieux.
4. CONCLUSIONS ET PROPOSITIONS
a) Les jocistes estiment l'unanimit que la situation rvle par
l'enqute est gravement dommageable la vie morale des jeunes et,
indirectement, leur travail professionnel et leur comportement
gnral dans l'entreprise.
b) On considre comme probable que le Service M.O.I. de l'entreprise
ignore les faits on n'a pas eu son attention spcialement attire.
c) Les jocistes estiment qu'il y a lieu de prendre contact avec la direction
M.O.I., don't un des chefs de service a plus d'une fois montr sa sym-
pathie pour la J.O.C.
d) La J.O.C. proposera que le principle du logement individual des cliba-
taires soit gnralis avec indemnit de 90 francs par mois ceux qui
ne logent pas au camp. La dpense supplmentaire pour la Socit ne
dpassera pas 90 francs x 344 : 2, soit environ 15.000 francs par mois.
e) Il sera propos que, dans la measure du possible, on laisse aux jeunes
le choix entire le logement au camp et le logement au C.E.C. avec
indemnit de 90 francs (ces derniers auront donc 90 francs supplier
eux-mmes, puisque les loyers sont de 180 francs).









INFORMATIONS ET DOCUMENTS


LA J.O.C.F. CHEZ LES JEUNES FEMMES ET LES JEUNES FILLES
1. CONSTITUTION DU GROUP
La J.O.C.F. a commenc Panda, en octobre 1954, la demand de
quelques jocistes qui dsiraient faire participer leur jeune femme
l'action jociste. Nous avons dbut avec dix jeunes femmes de 15 20 ans,
don't sept pouses de jocistes. En janvier, trois nouvelles ont demand
leur admission. En fvrier, les quatre premires jeunes filles faisaient
leur entre dans la section : une monitrice diplme et trois lves de
l'cole de formation familiale. Les jeunes, un peu timides au dbut, se
sont rapidement adaptes. D'autres candidates, jeunes filles et jeunes
femmes, ont t amenes par les anciennes et sont admises aprs un
stage de deux trois mois. Actuellement, la section compete dix-huit jeunes
femmes et neuf jeunes filles, groupes en trois quipes.
Au mois de juin dernier, sept des plus anciennes ont fait leur promesse.
Elles forment le group des militants . Le comit comprend une pr-
sidente et une secrtaire. Cette dernire est notamment charge de ras-
sembler les cotisations et de remettre la liste l'aumnier. La cotisation
mensuelle est de cinq francs pour les marines et de deux francs pour
les jeunes.
2. ACTIVITIES ET REUNIONS
Au dbut, les runions avaient lieu tous les quinze jours sous forme
de cercle d'tude. Le sujet trait tait annonc d'avance. On demandait
aux jocistes d'y rflchir et de voir ce qui se passait dans leur milieu
ce sujet. A la runion suivante, chacune relatait ce qu'elle avait constat.
Ainsi, par example, pour l'assistance la Messe du dimanche, elles
avaient observ que les chrtiennes de leur voisinage manquaient ce
devoir et pourquoi. Voici quelques raisons : pour garder les enfants, pour
aller faire des courses, par paresse ou par negligence, pour un deuil, pour
maladie ou lger malaise, etc.
Aprs avoir dress la liste de ces motifs, on jugeait s'ils taient
suffisants pour manquer la Messe.
Pour la runion suivante, on leur demandait de rflchir aux moyens
employer pour ramener ces chrtiennes la Messe, et de choisir chacune
une femme du voisinage pour la prendre en charge.
Elles commenaient aussi agir . Voici quelques faits :
- Madeleine gardait les enfants d'une voisine pour permettre la mre
d'aller la Messe;
- Lonie prtait son pagne une voisine qui tait gne de se montrer
l'glise avec des vtements uss;
- L'quipe de Monique a ramen la pratique religieuse une chrtienne
qui n'avait plus t la Messe depuis des annes.
D'autres sujets ont t traits d'une faon analogue : le travail domi-
nical, les repas en famille, les loisirs, l'entr'aide. Quant ce dernier point,
l'attention a t attire particulirement sur le fait qu'il ne faut pas seule-
ment aider ses ndugu chose naturelle chez les noirs mais aussi
des inconnus et des gens d'une autre race.
Plusieurs cercles d'tude ont t consacrs au marriage. Nous nous
sommes surtout attards sur les causes de l'instabilit de beaucoup de
marriages et sur les moyens d'y remdier. Nombreuses applications pra-
tiques : propret de la maison, choix et disposition du mobilier, comment
rendre la maison attrayante pour le mari et les enfants. Confection de
cadres en raphia, de sous-verres, etc.
Un problme d'actualit qui a t trait, il y a quelques mois, est
le budget familial. Les rations en nature que les socits distribuaient
aux travaileurs et leur famille, sont de plus en plus remplaces par la
contre-valeur en argent, paye au dbut du mois. Si maintenant le travail-
leur ou sa femme dpensent tout le salaire au dbut du mois, les cons-









INFORMATIONS ET DOCUMENTS


quences sont bien plus graves qu'avant. On peut se passer de nouveaux
vtements et de bire pendant quelques semaines, mais pas de nour-
riture. Le systme des enveloppes o l'on met d'avance l'argent ncessaire
pour l'achat de viande, de savon, de vtements, etc. pour tout le mois,
a t adopt. Certaines ont pris un livret la caisse d'pargne, o elles
mettent tous les mois une certain some, en vue d'un achat plus con-
squent : lit, machine coudre, etc...
Depuis deux mois nous parlons du travail. Nous continuerons traiter
ce sujet, en suivant le programme donn dans la brochure de l'A.C., quite
l'interrompre pour un autre problme qui pourrait se poser un certain
moment.
Une parties des runions est consacre des chants et la revision de
vie. Depuis que nous avons des militants et que les quipes sont consti-
tues, nous faisons alternativement : une runion de militants, les
runions d'quipe, une runion gnrale et une runion rcrative ou de
bricolage. En plus, chaque quipe se runit souvent le dimanche aprs-
midi pour chanter, bavarder, assister un match de foot-ball ou visiter
une compagne malade ou accouche. Le deuxime dimanche du mois, les
jocistes assistant la Messe et communient en group.
Les petites ftes qui se donnent certaines occasions, sont toujours
bien animes. Le jour de Nol, la J.O.C.F. a reprsent une saynte de
Nel. Les spectateurs taient les maris des actrices et les femmes de l'A.C.
Le lendemain, elles ont recommenc la reprsntation pour les femmes du
camp. On a d donner deux sances, la salle tant trop petite pour con-
tenir tout le monde la fois.
Le Jeudi-Saint, la J.O.C.F. a communi en group, la communion pas-
cale tait suivie d'un djeuner. Le jour de la promesse, un goter familial,
suivi de jeux de socit, a runi J.O.C. et J.O.C.F. Nous avonc commenc
les prparatifs pour la prochaine fte de Nol : une veille avant la Messe
de Minuit. Les jocistes, aides des guides, reprsenteront le mystre de
la redemption en plusieurs tableaux, entrecoups de chants et de textes
de l'Evangile.
Lors du dpart de l'aumnier, le R. P. Barnab, une petite assemble
trs sympathique a eu lieu, pendant laquelle le president de la J.O.C. et
la prsidente de la J.O.C.F. ont remerci le R. P. Barnab et souhait la
bienvenue au R. P. Henri, son successeur.
L'esprit de la section semble bon. Il y rgne une grande camaraderie
et un rel esprit de solidarity. A chaque vnement dans la famille d'une
des membres marriage naissance, dcs, etc.), toutes les autres, en
group, prennent part aux rjouissances ou au deuil. Ds le dbut, nous
avons insist sur la force de l'exemple et de l'importance de la charit
chrtienne dans leur milieu. Elles s'intressent leur entourage et le
prouvent par de petits services rendus aux voisins.
Voici quelques faits :
La voisine de M. rentre la maison aprs avoir bu trop de bire avec
des amies. Elle est incapable de prparer le repas de son mari. Celui-ci
s'impatiente et veut la battre. M., qui a assist la scne, apporte
manger au mari courrouc et le ramne des sentiments moins violent.
Le lendemain, la femme vient remercier M. en lui apportant une bouteille
de bire. Elles la boivent ensemble et M. fait un peu la morale sa voisine
en lui montrant que ce n'est pas mal de boire un verre de bire, du
moment qu'on n'en abuse pas. La femme promet de modrer son got
pour la boisson.
Une femme fait la lessive au lavoir du camp. Son enfant tombe
sur le ciment et se fait une profonde blessure au front. Affole la vue
du sang, la mre ne sait que faire. Z., jociste, met un pansement provi-
soire et envoie la femme l'hpital en lui promettant de continue sa
lessive interrompue.








INFORMATIONS ET DOCUMENTS

R. rencontre la gare une inconnue arrive en train du Kasai et
qui cherche en vain son nduku chez qui elle doit loger et don't elle
ignore l'adresse. Comme il se fait tard, R. permet l'trangre de loger
dans sa maison et l'aide le lendemain retrouver son nduku .
Nombreuses sont les jocistes qui s'organisent pour aider des voi-
sines malades. L'une va prparer les repas, une autre nettoie la maison,
une troisime s'occupe des enfants, etc...
3. PROJECTS D'AVENIR
Jusqu' present, chaque quipe se compose de femmes marines et de
jeunes filles. Cela ne prsente pas d'inconvnients, car la difference d'ge
est minime et la majority des jeunes tant dj fiances, s'intressaient
aux mmes problmes que les marines. Celles-ci sont stabilises elles-
mmes et jouissent naturellement d'un rel prestige auprs des jeunes.
Surtout quand elles sont militants, leur influence est irremplaable
auprs de leurs cadettes, engages habituellement, ce moment de leur
vie, dans des difficults inextricables.
Parmi les dernires candidates il y a des lves de premiere formation
familiale qui n'ont que 13 ans. Nous envisageons la creation d'quipes
exclusivement pour jeunes filles. En attendant d'avoir des militants parmi
elles, la direction de l'quipe sera confie un jociste marie, choisie
parmi les moins ges. Nous ferons galement des runions spares
avec ces jeunes filles, o seront traits des problmes qui les touchent
de plus prs : le choix des amies, l'apostolat l'cole, la preparation au
marriage, etc.
En janvier, cinq nouvelles front leur promesse. Nous pensions une
journe de rcollection pour militants.

ENCORE DES FAITS ET DES TEMOIGNAGES DANS LA VIE (3)
Une nouvelle section... 'La veille de la crmonie de promesse, un
des militants vient trouver l'aumnier : Pre, j'ai perdu deux jeunes de
mon quipe la semaine dernire. Ils ne veulent plus venir. Je vais essayer
de les revoir... Est-ce que je puis, malgr cela, faire ma promesse
demain ?... La J.O.C. est une affaire srieuse Ce militant de frache
date l'avait bien compris; aussi a-t-il t admis prononcer son
engagement.
Oscar a lu dans une revue missionnaire qu'il rsulte d'une enqute
faite au Japon, que sur 249 cas de convertis au catholicisme, 154 attri-
buent leur conversion l'influence d'un ami, 54 la press et des films
catholiques, 5 seulement la prdication et l'influence directed des
missionnaires.
L'aumnier dit avoir lu dans le Bulletin International de la J.O.C.
que les sections jocistes du Japon ont en permanence un grand nombre
de catchumnes qui ont t amens au dsir de la conversion par le
tmoignage des militants.
L'exprience de la J.O.C. de Lopoldville confirm le fait que dans les
centres et dans des milieux assez volus, ce sont de plus en plus les
aptres lacs sur qui repose la croissance de l'Eglise, autant que la pers-
vrance des baptiss.
Au course de la champagne pascale, Pierre rencontre Andr, nouveau
venu dans son milieu de travail. Andr est chrtien et voudrait accomplir
son devoir pascal, comme Pierre l'y engage. Mais il parle un dialecte
inconnu et ne saurait pas se confesser. Pierre l'invite chez lui pour lui
apprendre le vocabulaire courant de la confession.

(3) Nous avons dj public une srie de faits et de tmoignages semblables
dans le numro des Dossiers de juin-juillet 1955 (n"- 6-7), pages 455 et sq.
sous le titre Le Jocisme au Congo .








INFORMATIONS ET DOCUMENTS


Alphonse travaille la Regideso. Un jour, il est envoy avec son
compagnon de service pour prsenter une convocation une vieille femme
qui n'a pas pay sa consommation d'eau. De prime abord, son com-
pagnon ferme le compteur et insulte la pauvre femme. Alphonse prend
sa defense et conseille son camarade de respecter les vieilles personnel.
Le chef, inform de l'affaire, lui donne raison.
Auguste, ayant t pris en faute par son chef, reut en punition
la corve de transporter du bois. Il tait dcid n'en rien faire, mais sur
le conseil d'un camarade jociste, il accomplit quand mme la besogne,
ayant compris qui'l avait eu tort.
A M.M., les jocistes se cotisent pour acheter un toit de 200 francs
pour rparer la maison d'une vieille femme abandonne. Un d'entre eux
lui apporte rgulirement du bois et parvient entraner sa femme dans
cette bonne action.
Le soir de la visit royale, Albert rencontre sur son chemin une
femme compltement ivre. Il savait qu'elle habitat ct de chez lui,
aussi l'aida-t-il retourner chez elle. Malheureusement, le mari ne com-
prit pas le geste et crut qu'Albert avait entran sa femme. A la runion
de militants, la discussion fut assez anime pour savoir si Albert avait
eu raison. On conclut que oui, mais qu'il fallait nanmoins se montrer
prudent et ne pas engager sa reputation la lgre.
Un homme venant de mourir, on cherche comment prvenir son
frre rsidant plus de 50 km. de l. Un jociste se prsente spontanment
pour porter le message. Il part la nuit et revient le lendemain matin,
refusant la rcompense qu'on lui offre.
Deux faits ont provoqu l'entre la J.O.C. d'un sympathisant...
Se trouvant dans l'embarras pour fabriquer une pice, il demand des
ajusteurs plus anciens de l'aider. Ce fut en vain. Un jociste accepted tout
de suite de lui donner un coup de main. Ce jeune ignorait qui il avait
faire. Ayant demand la raison de son obligeance, il s'entendit rpondre :
Tu sauras cela plus tard !... Une autre fois, suivant un enterrement,
son vlo tomba en panne; un jociste l'aida le rparer, se mettant lui-
mme en retard. Ce jeune dcouvrit la J.O.C. dans la vie de vrais jocistes.
Leur tmoignage ne tarde pas produire son fruit.
Augustin se rend en ville pour la fte de Pques. Au moment de
descendre du train, il remarque une femme voyageant seule avec cinq
grands colis. Voyant son embarras, il n'hsite- pas faire appel ses
compagnons de voyage. Tous ensemble aident la femme porter ses
bagages pour sortir de la gare.
Les jocistes de T. ont profit du mois de mai pour tendre la dvo-
tion envers la Sainte Vierge. A la runion gnrale, ils dcident que dans
chaque camp, les jocistes placeront une statue ou une image de la Sainte
Vierge au meilleur endroit. Ils l'orneront et y mettront des bougies. Ainsi
fut fait, et chaque samedi ils se runirent au pied de la statue, entranant
avec eux bon nombre de chrtiens. Ils rcitent le chapelet, puis l'un d'eux
dit quelques mots pour raviver la dvotion envers leur Mre du Ciel.
Une femme, venant des environs de M., arrive malade l'hpital
de V. Deux jours aprs elle meurt. Son pre et son oncle n'ont pas de quoi
payer un camion pour ramener le corps au village. Des jocistes se prsen-
tent pour les aider. Douze d'entre eux rassemblent quelques planches
pour faire le cercueil, puis l'enterrent convenablement.
Le Vendredi Saint, au soir, les jocistes de L., ayant invit tous les
travailleurs des diffrents camps, on fait, dans le camp principal, le
Chemin de Croix. Beaucoup de travailleurs y participrent, tout heureux
de cette initiative prise par la J.O.C.
A V., le dimanche de Pques, les jocistes partirent en group de
leurs diffrents villages et, en chantant, se rendirent la Mission pour
y entendre la Messe. Ainsi, ils entranrent beaucoup de villageois qui
seraient probablement rests au village.









INFORMATIONS ET DOCUMENTS


Les comits d'entreprise

Un chec ? Une russite ? Leur avenir

Le group Action pour une Structure Humaine de l'Entreprise de la region
lyonnaise en France vient de faire paratre sous ce titre, aux Editions de la
Chronique Sociale de France, une brochure contenant le rsultat d'une enqute
avec le double but de faire le point sur le fonctionnement des Comits d'Entre-
prise dans la region lyonnaise et de connatre les jugements de valeur ports
actuellement par les employers et salaries qui les animent.
Un questionnaire de dix pages, reprenant dans une premiere parties les
terms de la legislation sur les C.E. et sollicitant dans une deuxime parties des
apprciations personnelles, a t diffus cinq cents exemplaires dans les
milieux employers (environ 20 %) et salaries (ouvriers et employs: 30 %;
ingnieurs, cadres et matrise: 50 %).
Cinquante rponses sont parvenues et sont analyses dans cette brochure.
Malgr ce faible pourcentage, ce que les rponses rentres nous apportent est
loin d'tre ngligeable et content d'utiles enseignements. Nos lecteurs initis
aux Conseils d'Entreprise tels qu'ils fonctionnent en Belgique pourront faire
d'instructives comparisons.
Nous publions ici les commentaires et la conclusion inspirs par l'examen
des rponses aux organisateurs de l'enqute.
COMMENTAIRES
Les trois cinquimes des rponses manent de cadres et ingnieurs.
Cette constatation ne surprend pas. C'est, en effet, dans la catgorie des
cadres que se trouvent les personnel les plus accessible ce genre de
consultation.
Le rle de charnire des cadres leur permet plus facilement de con-
natre, de comprendre et d'expliquer les tensions qui s'exercent dans
l'entreprise et bien souvent s'expriment dans les C.E.
Il faut cependant regretter l'absence presque complete de rponses de
chefs d'entreprise. On aurait t heureux de connatre les jugements de
valeur qu'ils auraient ports sur cette institution qu'ils president. Leur
silence a des excuses; on sait qu'ils sont souvent sollicits de rpondre
d'autres questionnaires plus officials, mais on peut craindre que la vraie
raison de cette absence rside dans le peu d'intrt qu'ils portent aux C.E.
FONCTIONNEMENT DES C.E.
Contrairement ce que certain auraient pu supposed, la part que
prennent les dlgus syndicaux est ordinairement active, quoiqu'ils n'aient
que voix consultative.
Le rglement intrieur des C.E. est souvent inexistant ou inappliqu.
Trois cinquimes des C.E. font un compte-rendu annuel de leur
activity et de leur gestion financire. Ce chiffre est optimiste; certaines
rponses laissent supposed, en effet, des comptes-rendus financiers seule-
ment, ou trs succincts et non habituels.
Signalons que quelques rares C.E. font imprimer ces comptes-rendus
pour les distribuer au personnel.
Le financement des C.E. est trs variable. Il est assur par
l'entreprise :
Sur presentation du budget annuel : dans neff entreprises.
Suivant les besoins : dans six entreprises.
Par un pourcentage sur les salaires : dans seize entreprises.
Dans sept de ces seize entreprises on signal une cotisation des sala-
ris, fixe ou en pourcentage des salaires, ordinairement destine au finan-
cement d'une caisse d'entr'aide.








INFORMATIONS ET DOCUMENTS

ATTRIBUTIONS ECONOMIQUES DES C.E.
Prs des deux tiers des C.E. n'ont pas de commission conomique.
Les commissions conomiques existantes concernent les questions:
production, prime, productivity, rmunration, classification du personnel.
Il y a trs rarement plus d'une commission conomique en fonctionnement.
En gnral, le C.E. ne reoit pas de suggestions du personnel rela-
tives aux questions conomiques et, lorsqu'il y a un systme de suggestion
dans l'entreprise, ne prend pas part leur tude ou la determination
des rcompenses.
50 % des rponses signalent que la direction fait habituellement un
expos de ses intentions et suggestions relatives l'augmentation de la
production et l'amlioration du rendement. Ce chiffre est optimiste; il
ne faudrait pas en conclure qu'elle le fait systmatiquement. Il s'agit,
lorsqu'elle le fait, d'une information.
Trs peu nombreux sont les C.E. (deux septimes environ) qui discu-
tent ces informations et cherchent influence les decisions des directions.
Quant la march gnrale de l'entreprise (organisation, gestion...)
un septime des C.E. se dclare habituellement consult, encore qu'il
s'agisse surtout d'informations. La moiti dclare ne l'tre jamais.
Dans les six septimes des cas, la direction fait une fois par an un
rapport d'ensemble sur les activits et projects de l'entreprise et une com-
munication sur les bnfices raliss. Peu nombreux sont les C.E. qui font
des suggestions sur l'affectation des bnfices.
Les deux tiers environ des C.E. se font assister d'un expert compta-
ble et formulent des observations sur la situation financire; mais rares
sont les observations qui sont transmises l'assemble gnrale des
actionnaires.
Dans les Socits Anonymes, les deux membres dsigns du C.E.
assistant aux runions du Conseil d'Administration, mais ne prennent
aucune part active, leur avis n'tant pas sollicit.
En conclusion, cette enqute rvle sur les attributions conomiques
du C.E. ce qui suit :
- Le but fix par la loi n'est approch que de trs loin.
- Il n'y a pas cooperation, mais seulement information dans la moiti
des cas seulement et peu prs sans dialogue valuable.
Sur les trente-six entreprises que concernent les rponses, on en trouve
difficilement deux ou trois don't le C.E. joue peu prs son rle sur
le plan conomique.
ATTRIBUTIONS SOCIALES DES C.E.
La grande majority des C.E. a des commissions sociales.
On n'est pas surprise de constater que les uvres sociales les plus
frquentes sont : Caisses d'entr'aide, Arbres de Nol, Bibliothques, Loi-
sirs; les associations sportives et les socits de secours mutuels parmi
celles ayant la personnalit civil.
La formation professionnelle est plus dlaisse : sept C.E. s'en occu-
pent, deux dclarent avoir une part la gestion du Centre d'apprentissage,
tandis qu'on signal six Centres d'apprentissage qui chappent au C.E.
Les C.E. utilisent habituellement les services de l'Assistante Sociale;
mais beaucoup ne participent pas sa nomination et ne lui demandent
pas un compte-rendu d'activit.
Mme observation pour le mdecin du travail, la difference que le
C.E. ne fait que rarement appel ses services.
AU SUJET DES OBSERVATIONS ET APPRECIATIONS FAITES
PAR LES PERSONNEL AYANT REPONDU A L'ENQUETE:
Au plan conomique:
La grosse majority rpond que le fonctionnement du C.E. n'a pas
men une cooperation relle entire direction et reprsentants du
personnel (3 oui pour 35 non, et 5 plus ou moins).








INFORMATIONS ET DOCUMENTS

Quant la formation conomique des membres du C.E., on trouve
6 oui pour 12 non. Il est certain que lorsque l'employeur tient au courant
rgulirement le C.E. des questions conomiques de l'entreprise, cette
simple information et les discussions qui suivent entranent une certain
formation conomique des membres du C.E,
Une des questions les plus importantes poses dans le questionnaire
tait celle-ci : Pensez-vous que votre C.E. puisse devenir un rel organe
de mise en commun sur le plan conomique au sein de l'entreprise ?
18 oui don'tt de nombreux sont conditionnels : oui, la condition
que, si... si... ).
16 non.
3 plus ou moins.
L'intrt de ces rponses n'chappera personnel. Ces rponses restent
optimistes, car il n'est pas douteux, en effet, que le nombre des non aurait
t beaucoup plus grand, s'il y avait eu 29 rponses d'ouvriers-employs
et 7 de cadres-ingnieurs ou lieu de 29 cadres-ingnieurs et 7 ouvriers-
employs.
Ces rponses signifient que pour le plus grand nombre la grande
majority l'institution du C.E. est un chec, au plan conomique, et ne
peut pas devenir l'organe de cooperation qu'elle aurait d devenir (tout
au moins si un certain nombre de conditions ne sont pas remplies).
Quelles sont les raisons de cet chec ? d'aprs les rponses motives reues:
Manque de confiance et de sincrit rciproque.
Du ct patronal : peur d'une ingrence dans un secteur (conomique)
o l'employeur veut rester entirement libre, ou ne veut pas que les C.E.
remplissent leur rle (opinion quasi gnrale).
Du ct salari : attitude combattive et revendicative, esprit de lutte
de classes, ingrence politique influenant le comportement (ceci pour
certain membres de la C.G.T.).
Manque de capacity, complex d'infriorit (opinion quasi gnrale).
A quelles conditions les C.E. peuvent-ils remplir leur rle ?
Que la confiance s'tablisse.
Que les patrons acceptent le principle d'une cooperation au plan
conomique, qu'ils cherchent cette cooperation.
Que les salaries veuillent cooprer dans un esprit constructif.
Au plan social:
Les C.E. offrent des rsultats tangibles. Le champ d'activit est
immense, son exploitation dpend des resources financires, des comp-
tences et aussi de l'Assistante Sociale.
Un bilan positif se dgage. Qu'il s'agisse de l'objet des uvres sociales :
dveloppement cultural, de la scurit, des ports, de l'entr'aide.
Ou qu'il s'agisse de la formation qui en dcoule pour ceux qui en assu-
rent le fonctionnement : dveloppement de personnalits, mise en valeur
de comptences, formation du jugement, prises de responsabilits, etc...
Il ne semble pas cependant qu'on puisse dire que les attributions
sociales des C.E. aient men une cooperation relle entire employers
et salaries. Dans de nombreux cas, en effet, l'employeur se dsintresse
ou a t dsintress des oeuvres sociales.
Le dveloppement des oeuvres sociales est-il une bonne orientation,
et faut-il l'encourager ?
Cette question important a t pose. On sent les avis partags:
24 oui, 12 non, 7 plus ou moins.
Les oui ne sont d'ailleurs pas toujours trs opposs aux non. Il est
probable que le non serait unanime si les deux conditions suivantes
taient ralises :
Un pouvoir d'achat double ou tripl;
L'existence d'oeuvres sociales sur le plan quarter >.








INFORMATIONS ET DOCUMENTS

Nous n'en sommes pas l. La suggestion de donner au C.E. la possi-
bilit de favoriser la creation et l'expansion d'uvres sociales de quarter
est retenir.
Liaison entire le C.E. et le personnel :
Comment souhaite-t-on la dvelopper ? Plusieurs correspondents
proposent de petites runions par quipes ou atelier et une diffusion plus
large des comptes-rendus.
La ralisation de ces runions semble devoir se heurter beaucoup de
difficults. L'ide toutefois doit tre retenue, car l o elles seraient pos-
sibles, il y aurait un trs grand intrt les raliser : les runions
d'quipe permettraient aux salaries de s'exprimer librement sur tous les
sujets qui les touchent, qu'ils soient sociaux, administratifs, techniques...
Pour russir, les runions doivent alors non seulement avoir l'assentiment,
mais tre voulues par l'employeur, les cadres et la matrise, et doivent
faire l'objet d'une preparation et d'une conduite spciale.
L'attitude des cadres :
S'expriment-ils librement ?
15 oui,
11 non,
7 plus ou moins.
On voit les avis trs partags. Comme pour d'autres questions, on sent
que certain oui sont presque des non et inversement.
C'est dire que la libert d'expression des cadres est en fait trs discu-
table. Comment en serait-il autrement ? L'opposition employeur-salaris
place obligatoirement le cadre dans une position fausse et trs delicate :
dfendre systmatiquement les positions patronales, il ne le peut pas;
dfendre systmatiquement les positions des salaries, encore moins. Sui-
vant sa position vis--vis de l'employeur, des salaries, sa position dans la
hirarchie et suivant ses opinions, il penche d'un ct ou de l'autre.
Il est intressant de constater que cette enqute a permis des cadres
de s'exprimer librement, n'tant plus gns, comme ils le sont dans l'entre-
prise, par leur situation de charnire dans la hirarchie.
Nombre de leurs rponses surprendront peut-tre mme. On voit qu'ils
sont loin de mconnatre les tensions et leurs raisons.
Existe-t-il des difficults s'opposant au bon fonctionnement des C.E.
et limitant les possibilits de cooperation ?
Mme rponse que pour expliquer l'chec des C.E. au plan coonmique :
Sur un plan gnral:
Manque de confiance et de sincrit.
Antagonisme d'intrts.
Forme capitalist de l'entreprise.
Difference de personnalits et de culture entire employers et salaries.
Du ct patronal:
Le patronat ne veut pas associer, intresser le personnel aux probl-
mes de l'entreprise et rejette donc l'esprit de la loi sur les C.E., d'o :
mauvaise volont, manque de sincrit, durcissement, manque d'esprit de
cooperation.
Absence d'une direction vraiment responsible dans de nombreuses
Socits Anonymes.
Du ct .salari:
Incompetence.
Attitude revendicative et esprit de lutte.
Dans certain cas, ingrence du P.C. avec mots d'ordre syndicaux
de la C.G.T.
Manque d'esprit de cooperation, ou refus de cooperation.








INFORMATIONS ET DOCUMENTS

FAUT-IL REVISER LA LEGISLATION, ET SUR QUELS POINTS ?
OUI
1. Propositions intressant la legislation actuelle des C.E. :
Augmenter le nombre de colleges.
Suppression de l'obligation de listes syndicales au premier tour.
Institution de Comits d'atelier.
Extension du nombre des membres.
Diffusion obligatoire tout le personnel des comptes-rendus de
runions.
- Donner au chef d'entreprise la possibility de se faire assister de chefs
de service.
- Permettre au chef du personnel d'assister aux runions avec voix
consultative.
- Etendre les attributions des C.E. certaines operations intressant
la vie du personnel dans l'entreprise : sanctions graves, classification
et salaires, prime de rendement, horaires de travail, congs...
- Assurer le financement des ouvres sociales par la fixation d'un mini-
mum sur les salaires.
- Permettre le financement par le C.E. d'ouvres sociales du quarter.
- Etendre les pouvoirs en matire conomique, s'acheminer vers la
cogestion.
- Un bulletin official des C.E. rdig par un comit mixte.
- Fixer trois don'tt un cadre) le nombre minimum des reprsentants
dans les Conseils d'Administration, et leur donner une voix dlibrative;
que leur nombre reprsente le tiers du nombre des administrateurs.
- Donner aux dlgus syndicaux les mmes droits qu'aux dlgus lus
et considrer le secrtaire du C.E. comme un chef d'quipe hors cadre,
lui donnant une libert d'action plus grande.
- Fixer trois par an, au minimum, le nombre de runions du Comit
Central d'Entreprise.
- Dvelopper la formation des membres du C.E. en permettant aux
membres des C.E. de participer une session annuelle de formation
organise par les organizations syndicales sous le contrle du Ministre
du Travail.
- Exiger des candidates des connaissances conomiques et sociales indis-
pensables pour un travail srieux.
2. Propositions concernant une legislation nouvelle:
- Donner obligatoirement aux salaries une part des profits. Charger le
C.E. de la rpartition de cette part.
- Crer un droit de cogestion.
- Admettre des reprsentants du C.E. aux runions : Conseil de direction,
rapports techniques, commerciaux, administratifs...
NON
C'est plus une question d'hommes que de textes de loi.
Les dlgus lus ne sont dj pas capable de se servir des pos-
sibilits qu'offre la loi.
Il faudrait que tous les C.E. se conforment la legislation en vigueur
avant de crer de nouveaux textes.
Ce ne serait pas tant la loi qui serait modifier que l'esprit d'appli-
cation de la loi. Il faudrait que les C.E. soient pris au srieux.
La loi est suffisamment complete, claire... Il ne servirait rien de
pondre de nouveaux textes lgislatifs, s'il n'y a pas une volont, un
dsir de les mettre en application.
On ne peut nier que la legislation sur les C.E. offre des possibilits
qui ne sont pas exploites. L'esprit qui anime actuellement les C.E. n'est
pas celui qui a t souhait par le lgislateur.
C'est avant tout l'esprit de cooperation qui doit tre recherch. Les
employers ont un gros effort faire dans ce sens. Il comporte aussi que








INFORMATIONS ET DOCUMENTS

les salaries fassent un effort de formation. Le dialogue n'est, en effet,
possible qu' ces conditions.
Il n'en reste pas moins vrai que certaines des propositions formules
plus haut peuvent tre revenues. Il serait souhaitable qu'elles fassent
l'objet d'une tude srieuse et qu'elles ne restent pas sans suite.

CONCLUSIONS
Si nous devions, la suite de cette enqute, chiffrer le bilan des C.E.
en fonctionnement, nous dirions :
chec 90 % sur le plan conomique,
russite 75 % sur le plan social.
Le but de cette institution tait d'amener une cooperation entire
employers et salaries : or, sur ce plan, nous ne pouvons que constater
un chec.
Les C.E. n'ont pas supprim les causes de heurts, de conflicts, entire
employers et salaries : ils n'y parviendront pas, semble-t-il, sauf inter-
vention d'lments nouveaux.
Nous ne voulons pas, ici, discuter les propositions d'amnagements
lgaux qui ont pu tre faites. Mais nous voulons dire, bien nettement,
qu'il n'y aura pas de cooperation entire employers et salaries, sans que
d'abord les employers le veuillent
et qu'ensuite les salaries le veuillent et le puissent.
D'abord les employers , car c'est eux de faire le premier pas;
c'est eux de prouver leur volont de cooperation et de s'employer patiem-
ment la concrtiser par des actes, de faon rduire peu peu le
souvenir d'un pass de lutte, de refus, de mfiance. On n'annule pas en
une semaine une antipathie d'un sicle , crit un agent de matrise.
Aux employers d'abord d'offrir la confiance, car ils sont gravement
responsables pas exclusivement, certes de l'existence d'un bien
lamentable climate social don't finalement ils souffrent eux-mmes.
Parlant des employers, nous devrions dire le Patronat; et peut-tre
plus celui d'hier que celui d'aujourd'hui. Certains souffrent de cet tat
et aspirent tablir la cooperation. Ils rencontrent des dsillusions, des
checs : il n'y a l rien de surprenant. Un pass lourd leur reste attach :
ils en subissent les consequences.
D'ailleurs, ce dsir de cooperation ne suffit pas; il doit, pour remdier
au mal, se traduire par un changement complete dans la conception de
l'entreprise. Il faut admettre que celle-ci n'est plus un patron personnel
ou anonyme qui euvre en utilisant du matriel et de la main-d'oeuvre,
mais qu'elle est un ensemble d'hommes aux tches et aux responsabilits
diffrentes qui travaillent ensemble pour assurer un service, une
production.
Cette conception n'est pas une vue d'esprit ni le fruit d'un rflexe
sentimental : elle doit conduire une unit humaine organique et se
traduire dans l'entreprise par certain moyens et institutions permettant
aux salaries d'adhrer l'entreprise, d'en devenir membres.
Les propritaires d'une entreprise participent aux responsabilits et
aux fruits, ils ont des droits sur l'entreprise.
Les salaries de leur ct, n'ont pas de responsabilits de gestion
l'exception de certain cadres ils n'ont pas part aux fruits, ils n'ont pas
de droits sur l'entreprise. Or, on ne peut admettre aujourd'hui que dans
l'entreprise tous les droits procdent de la seule possession matrielle
alors que la collaboration l'action commune n'en confre aucun. Cette
situation anormale peut et doit tre modifie.
Mais il faut aussi que les salaries et les syndicats de salaries le
veuillent et le puissent.
Il s'agit d'une construction commune entreprendre; l'adhsion des
diffrentes parties est ncessaire. A ce sujet des rponses cities donnent
croire que certain laisseraient volontiers dans l'ombre les syndicats.
Tel n'est pas notre avis. Cette construction ne peut se faire sans les syn-








INFORMATIONS ET DOCUMENTS


dicats. Bon nombre d'entre eux sont prts entrer dans cette voie, ils le
dsirent mme. Certes, la majority du plus important des syndicats de
salaries, ou plus exactement la majority de ses leaders, ne le dsire pas,
prfrant par doctrine et par politique rester dans l'opposition; cette
attitude s'est traduite par une utilisation du C.E. comme organe de lutte,
le dtournant de son but premier. Mais cette majority ne se rduirait-elle
pas si le tournant social tait amorc ?
Pour y arriver, le patronat doit vouloir ; en effet, l'attitude plus ou
moins sectaire et rigide de nombreux syndicalistes repose sur cette cer-
titude que le Patronat franais ne voudra jamais et que pour la classes
ouvrire la liberation ne peut sortir que d'une preuve de force et ne
devenir effective que par des actes politiques.
Mais suffit-il aux salaries et leurs syndicats de vouloir ? Sont-ils
capable d'assumer les responsabilits d'une relle collaboration ? Ici
galement on subit le handicap d'un pass trs lourd durant lequel les
salaries ont t systmatiquement carts de toute formation l'conomie,
aux finances et l'organisation.
Les rponses la prsente enqute sont unanimes sur ce point : dans
le dialogue, l o il s'est bauch, en face de l'employeur gnralement
spcialiste de l'conomie et des finances, par quelle competence voyons-
nous reprsenter les salaries ? Par aucune.
Les efforts entrepris dans ce domaine par certain syndicats de sala-
ris ne nous empchent pas de mesurer l'cart considerable qui spare
nos syndicats de ceux des Anglo-Saxons ou des Allemands par example.
Une condition ncessaire du dialogue est l'apparition de reprsentants
salaries rellement forms.
Il paratrait logique que tous les employers soucieux de relations
humaines facilitent au moins cette formation; il est souhaitable mme,
tant donne l'urgence qu'elle s'effectue avec l'aide de l'entreprise.
Mais c'est principalement aux syndicats, aux divers organismes du
movement ouvrier et l'enseignement qu'appartient la tche de former
des lments capable de traiter les problmes de l'heure. Et il s'agit de
defense de la profession, de reconversion, d'amnagement du territoire,
ou plus simplement dans le cadre de l'entreprise des fluctuations d'un
prix de revient ou de l'orientation d'investissements.
Il devient de jour en jour plus vident que ces problmes ne peuvent
tre rsolus qu'avec le concours volontaire des salaries. Ce n'est pas sans
raison que l'on voit fleurir les systmes et techniques d'amlioration
des relations humaines. L'institution Comit d'Entreprise est-elle donc
dpasse ? Oui, peut-tre, s'il s'agit seulement de recueillir une adhsion
superficielle et momentane. Non, certainement, si l'on est soucieux
d'obtenir une adhsion durable, profonde, pour raliser l'entreprise unie
dans son effort de production.
L'harmonie bien orchestre ne replace pas le dialogue mme rocail-
leux d'un Comit o se cre vraiment l'unit.



LES COMITES D'ENTREPRISE

Une russite ? Un chec ? Leur avenir

Cette brochure peut tre obtenue au prix de 150 francs franais
(environ 30 francs belges) en s'adressant l'A.S.H.E. (Action
pour une Structure Humaine de l'Entreprise), 15, place Bellecour,
Lyon. C.C.P. Lyon : 3443.62.
Les personnel que la question intresserait peuvent se mettre
en rapport avec l'quipe qui a rdig ce travail en crivant la
mme adresse.












BIBLIOGR "PHIE



Culture et Civilisation

Initiation l'humanisme historique
par Jean LALOUP et Jean NELIS
Aprs avoir consacr un ouvrage l'humanisme social et un second
l'humanisme technique, les auteurs ont pens pouvoir dvelopper leur tude
par l'examen de la dimension historique de l'humanisme contemporain.
L'poque actuelle recherche en toutes choses les prliminaires histo-
riques. Nous assistons la naissance d'un humanisme historique, don't les
problmes essentiels se rduisent ceux-ci : comment l'homme s'est-il
dvelopp au course de son volution millnaire et quelles voies doit-il
suivre pour rpondre sa mission primordiale ?
De plus, bon nombre de nos contemporains souffrent d'une angoisse
que ni la religion, ni la philosophie, ni les sciences n'arrivent plus
rduire. Aussi bien, le succs actuel de l'histoire, loin d'tre jeu de dilet-
tante ou preoccupation de savant, est plutt tragique question de l'homme
sur lui-mme.
D'autre part, nous avons conscience d'tre au terme d'une longue
volution et d'assister la gestation d'un monde nouveau. L'histoire
veut devenir philosophie et rvler le premier principle du devenir.
Ds que l'homme examine cette histoire, son regard s'arrte aux
grandes qualits sculaires qu'on appelle civilisations. D'o le premier
objet de cet ouvrage : tudier les cultures et les civilisations dans leur
cadre historique.
Au terme de cette enqute, on se haussera la consideration de
l'histoire universelle, qu'il faudra ramener un principle d'intelligibilit :
quel est le sens de l'histoire humaine, au regard de la philosophie, de la
religion ? Problme capital, de la solution duquel doivent sortir nos
raisons d'esprer, les prceptes premiers de notre action et ce par quoi,
en dernire analyse, nous nous justifions nos propres yeux : d'une
philosophie de l'histoire, d'une thologie de l'histoire se dgage finalement
un humanisme historique.
Un volume de 19 x 13 cm. 266 pages. Prix : 75 francs.
Editions Casterman, Tournai Paris.



Les Etats-Unis d'Europe ont commenc
par Jean MONNET
L'Europe se ruine elle-mme par ses divisions; conomiquement, les
techniques modernes exigent un vaste march; politiquement, la coexistence
de deux blocs antagonistes exige un troisime partenaire : l'Europe. Cela
est d'une certain manire le sens de l'histoire selon M. Monnet.
L'Europe ne sera une unit que si elle se donne des institutions com-
munes qui fassent disparatre les souverainets nationals. Les hommes
passent, les institutions demeurent. Cela serait la leon de l'histoire.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs