Title: Adresse de Felicitation a Messieurs de d'Assemblee Provinciale du Nord de l'Isle de S. Domingue, Possession Francaise
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095953/00001
 Material Information
Title: Adresse de Felicitation a Messieurs de d'Assemblee Provinciale du Nord de l'Isle de S. Domingue, Possession Francaise
Physical Description: Archival
Language: French
Publisher: Haiti
Place of Publication: Haiti
Publication Date: May 1790
Copyright Date: 1790
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095953
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Full Text






r. I .' '1 I ' '







k' pos du pouvoe excutif, adminisu A
DE JE..LTCI TX ON, *













." '.., e. iitaire,, f, fait, bandtm" er"'l'.,sle fertile
vous ne recevriez pas ave in r ,Vai
"-' immortalisera et 'U. i' ntier, de vous ,

i les premise de .
S Letre MESSIEURS ,'' d"' D embre ern i








.. ... . .; celle du du ,n m e
'despotisme des gens du pouvor excutif, adminis-
,ttfrfa:4.udiaW.e., et, militaire., a. fait abandxnner 'lIsle. fertiJ. r
n S. Domingue, la plupart de eux qui ont habie
il est parmi nous. Nous nous somublime.s nanmoins flats
*.-I vous ne recevriez pas avec indifference les,, vrais sen-,
.timens d'anciens Compatriotes, et l'effusion de joie que.
nous prouvons en aprenanit les sages mesures.quae vous:
*,enez de prendre pour votre sret in4iv.i]e .et gnerale ,
t qui se reporteront ncessairement PY r toute la Colonipi'
.i .ous immortalisera et l'Uniers ntier, de vous lre ,
S:..Y.i ules premiers de la seryiU,: .t..4.. : ,.



. .- .'ittf C' Lettre, MESSIEURS d2;' Dcembre &rnier, &t
|. d n Ct..tal; celle du,3j du niein.
mnlotQ&t isr t :4Cpp t4r*4iP 'sur de S. floinigue, r-
^ .. ... :,. tl
t slie. Arr, "i 4J
Itdf






vier dernier que noiu avons sous les yeux; les causes phyi-
siques et morales qui y ont donn lieu nous remplissent
d'admiration, et nous font regretter d'avoir abandonn cette'
belle parties du Monde, et de ne pouvoir y retourner pur
partager avec vous non pas la gloire que vous seuls m-
rite, ,, et don't vous vous tes couverts en devenant les
crateurs d'une revolution que vous prparez par vos soins
et vos Ipnibles traaux, mais pour s~ous.aider et contribute
autant qu'il serqit en nous au succs d'une entreprise aussi
'util' a genre hurmaih ef' arnrculiremient ldos fretes les
habitans de cette Isle superb ,auCXquels nous avons vu,
pour la vie, toute la confraternit possible.
Il falloit un excs de maux qui n'eut jamais d'exemple
pour secouer le joug de ces Agens du despotisme minist-
riel, de ces Chefs de toutes les branches d'administration
don't nous sortons. Il falloit qu'ils fussent nervs patr'a
jouissance injuste et coupable des ressotrces productive du
sol de la France et des Colonies : il faltoit enfin tous lds
maux runis sur la tte de* bons Franais. pour les fire so~r
de la ltargie'funeste et crudele dans laquelle lts gnissdoent
depuis tant de siecles, et potir fier donner la force de. nmener les choses dans Ftat tiiurel di~ pfiniitiwes conmti-
tutions de la socit humane.
Profitons, MESSIEURS, chacunr dansi notre lifiiat, de
Cet heurex moment de crise pour terrasser et anantir lt
hydre~du despotisme et datistobratie, si fatal'au genie hd-
main: soyons toujours parts p teiridte ls"eteincelles brr-
lanrtes qw sortiroRit de :dessou sau cendre er taio xde ne
transmettre son existernce 1 poscirha que s ni lt>Jei.
de vue d'une fabled, Veoille, nfin l'Auc ur de, la namue nous
aier dtrwuire ces ennemis du bia publicc r, pij~U j*uir m


9 ('I




3
Commune du bonheur si dsir de la France, et que nous
devons en attendre. Oui, MESSIEURS, la Mtropole et ses
Colonies ne peuvent tre heureuses que les unes par les
autres : les intrts en sont si troitement lis qu'il nous faut
une constitution don't la baze, don't les combinaisons ne
soient pas plus favorables aux unes qu'aux autres, puisque c'est
de l'ingalit don't nous avons un example si'funeste, que
naissent la jalousie, les haines, et par-l mme les divisions,
les querelles et les vengeances qui font la ruine de l'ensem-
ble que ces Despotes et Aristocrates avoient tant d'intrt
d'entretenir. Vous les puiserez, MESSIEVRS, ces combinai-
sons et ces moyens dans votre sagesse dans vos lumieres
et dans votre impartialit puisque notre auguste Assem-
ble Nationale de concert avec le meilleur des Rois a
'laiss votre zele patriotique par son Dcret du 8 Mars
dernier, de lui communiquer vos rflexions pour y fair
droit, sauf les modifications qui pourroient vous tre utiles
e t la Mtropole et qui n'chaperont pas au gnie vigi-
lant de notre Corps lgislatif.
En attendant la fin de nos maux, et le beau jour qui doit
Juire surla France, ses Colonies et leur commerce respectif,
Nous avons l'honneur d'tre avec le plus profound respect,
MESSIEURS,
Vos trs humbles et trs-
obissans Serviteurs et Freres,
DE CASEAUX; A. PRUDHOMME, an; SEGRIS;
MOUSSERON ; PRUDHOMME, le jeune ; AUBIN-
THOMAS z8 annes de Colonies ; J. MAGNAN ;
GUIMBAUD; DE LA ROCHE.


ToRS le


Mai .7o.,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs