• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Frontispiece
 Title Page
 Foreword
 A la memoire
 Tributs
 Preface
 L'enfance et l'adolescence...
 Le gouvernement de salnave et le...
 Le climat social et politique avant...
 Antenor Firmin a la recherche d'une...
 La nouvelle etape l'homme...
 Liberaux et nationaux echec du...
 Le pari liberal et le parti national....
 L'action de Firmin dans le parti...
 Le dialogue entre Firmin et...
 Firmin et Delorme. La revanche...
 Antenor Firmin dans la bataille...
 Firmin et Salomon
 Firmin, homme de science
 Firmin Delaisse les travaux scientifiques...
 L'action de Boisrond canal dans...
 La valeur intrinseque des premiers...
 Le temoignage personnel de legitime...
 Boisrond Canal, Seide Thelemaque,...
 Seide Thelemaque a Port-au-Prince...
 La reaction des departements du...
 La nouvelle insurrection des trois...
 La situation des deux gouvernements...
 Nord alexis et turenne Jean Gilles...
 Legitime vaincu
 La constituante
 Le gouvernement definite (1889)...
 L'affaire du Mole Saint Nicola...
 Le duel diplomatique haitiano-american...
 La bataille decisive entre l'amiral...
 La situation politique a l'approache...
 Antenor Firmin appele une troisieme...
 Antenor Firmin, chef de la mission...
 Retour inopine en Haiti de Firmin,...
 Antenor Firmin inaugure un gouvernement...
 L'exil, la desagregation du Firminisme....
 Chute du gouvernement de Nord...
 La deuxieme insurrection du...
 Bibliography
 Table of Contents
 Back Cover






Title: Antenor Firmin
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095947/00001
 Material Information
Title: Antenor Firmin
Physical Description: 423 p. : ports. ; 21 cm.
Language: French
Creator: Price-Mars, Jean, 1876-1969
Donor: unknown ( endowment ) ( endowment ) ( endowment )
Publisher: s.n.
Manufacturer: Imp. Séminaire adventiste
Publication Date: 1964?
 Subjects
Subject: Statesmen -- Biography -- Haiti   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
individual biography   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
Statement of Responsibility: Jean Price-Mars.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095947
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 05727684
lccn - 79112292

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 12 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 1a
    Half Title
        Page 2
    Frontispiece
        Page 3
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Foreword
        Page 7
        Page 8
    A la memoire
        Page 9
        Page 10
    Tributs
        Page 11
    Preface
        Page 12
        Page 13
    L'enfance et l'adolescence du heros
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    Le gouvernement de salnave et le regime parlementaire
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Le climat social et politique avant l'hegemonie liberale
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Antenor Firmin a la recherche d'une carriere professionnelle
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    La nouvelle etape l'homme politique
        Page 60
        Page 61
    Liberaux et nationaux echec du parti liberal les gouvernements de Saget et de Domingue
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
    Le pari liberal et le parti national. La predominance des personalites substituee a l'absense des programmes definis
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    L'action de Firmin dans le parti liberal
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
    Le dialogue entre Firmin et Delorme
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
    Firmin et Delorme. La revanche de Firmin apres sa querelle litteraire et politique avec Delorme
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
    Antenor Firmin dans la bataille politique son mariage avec Rosa Salnave
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
    Firmin et Salomon
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    Firmin, homme de science
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
    Firmin Delaisse les travaux scientifiques pour revenir a la politique. son retour d'exil concide avec la fin du septenat du governement de Salomon
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
    L'action de Boisrond canal dans la crise politique
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
    La valeur intrinseque des premiers actes de la revolution. Les avatars de l'armee insurrectionnelle
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
    Le temoignage personnel de legitime sur quelques-uns des aspects de l'insurrection de 1888
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
    Boisrond Canal, Seide Thelemaque, Francois Denis legitime impliques dans la farouche competition presidentielle
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Seide Thelemaque a Port-au-Prince l'echauffouree du 28 septembre 1888 la mort du chef de l'armee du nord
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
    La reaction des departements du nord, du nord-ouest et de l'artibonite a la mort de Seide Thelemaque
        Page 213
        Page 214
        Page 215
    La nouvelle insurrection des trois departements du nord, du nord-ouest et de l'artibonite
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
    La situation des deux gouvernements entre le mois de novembre 1888 et les premiers mois de l'annee 1889
        Page 228
        Page 229
        Page 230
    Nord alexis et turenne Jean Gilles Prennent part a l'action militaire. Un renouveau s'ensuit - La defaite de l'armee legistimiste et l'effondrement du governement de l'ouest apparaissent dans un proche avenir
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
    Legitime vaincu
        Page 240
    La constituante
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
    Le gouvernement definite (1889) la formation du premier cabinet
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
    L'affaire du Mole Saint Nicolas
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
    Le duel diplomatique haitiano-american les donnees de la controverse
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
    La bataille decisive entre l'amiral Bancroft Gherardi et Anterior Firmin
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
    La situation politique a l'approache de l'expiration du mandat du president Florvil Hyppolite. La candidature de Pierre Antoine Stewart a la presidence de la republique
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
    Antenor Firmin appele une troisieme fois au ministere - programme du cabinet son conflit avec la chambre des deputes controverse constitutionnelle Firmin donne sa demission
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
    Antenor Firmin, chef de la mission diplomatique d'Haiti a Paris
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
    Retour inopine en Haiti de Firmin, successeur de Francois Manigat au poste de ministre d'Haiti
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
    Antenor Firmin inaugure un gouvernement protestataire aux gonaives contre le gouvernement central
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
    L'exil, la desagregation du Firminisme. Le reniement, l'apostasie de certains adeptes du parti
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
    Chute du gouvernement de Nord Alexis
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
    La deuxieme insurrection du nord-est
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
    Bibliography
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
    Table of Contents
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
    Back Cover
        Page 424
Full Text

Dr Jean Pace- Mars


ANTENOR
FIRMIN


t M























Price-Mars, Jean, 1876-1969.

Antnor Firmin / Jean Price-Mars. [s.l. : s.n., 1978?] ([Port-au-
Prince?] : Imp. Sminaire adventiste)

423 p. : ports. 21 cm.

Inclut des rfrences bibliographiques

1. Firmin, Joseph-Antnor, 1850-1911. 2. Chefs d'tat -- Hati--
Biographie. 3. Hati--Politique et gouvernement --1844-1915.




1. Firmin, Joseph-Antnor, 1850-1911. 2. Statesmen -- Haiti --
Biography. 3. Haiti -- Politics and government --1844-1915.

CDD.: 972.94




Dr Jean Price- Mare

ANTENOR
FIRMIN





/VW 36Ss', ~i
r 9)d?


ANTENOR FIRMIN, UN HOMME D'ETAT HAITIEN
1850- 1911









Dr Jean Price -Mars







JOSEPH ANTENOR FIRMIN


L'INDOMPTABLE LUTTEUR, MAL AIM ET MARTYR.
UNE GRANDE PARTIES DE L'HISTOIRE D'HAITI
A TRAVERS LA FORMATION ET
LE DESTIN D'UN HOMME






AVANT-PROPOS


A Me. EDGARD F. PIERRE-LOUIS
AVOCAT
CAP-HAITIEN

Mon Cher Edgard,

Permettez-moi de vous remettre le livre don't depuis si
longtemps, vous et moi, nous avons discut l'laboration sur la
vie et l'oeuvre de votre once, Joseph ANTENOR FIRMIN.

Je me suis constamment drob- il vous en souvient -
border cette lourde tche parce que, non gr, on ne s'atta-
que pas impunment l'analyse d'une vie et d'une oeuvre qui
offrent tant d'aspects divers a l'examen. J'ai t effray par
l'effort qui semblait dpasser tous les moyens don't je pouvais
disposer pour entreprendre le dialogue avec une personnalit
aussi riche et aussi complex que celle de votre oncle. Mais vous
avez vaincu ma resistance en m'encourageant par une si cordial
et s' gnreuse assistance que je me suis mis au travail avec
ane ardeur qui n'eut d'gale que ma tmrit. Et, alors, aprs
m'avoir enchant par tant de souvenirs d'troite intimit avec
l'illustre dfunt, vous m'avez combl de notes, de livres, de pa-
piers de famille, de tous les documents que vous avez pieuse-
ment runis pour nourrir le culte que vous vouez la mmoire du
grand homme d'Etat et du parent vnr. Mieux que cela, vous
m'avez ouvert votre coeur encore tout endolori des injustices
don't il a souffert, vous m'en avez montr les blessures encore
saignantes par les outrages don't il a t accabl pour avoit trop
aim son pays et sa race jusqu' en mourir.

Me suis-je lev la grandeur du hros dans les pages
de ce livre?






Je ne suis ni assez vain ni assez prsomptueux pour le
prtendre. Je me suis vertu d'tre un historien objectif et quel-
quefois j'ai essay de devenir un psychologue soucieux de scru-
ter les tats d'me et toujours respectueux de la vrit en toute
indpendance.

Ma plus grande ambition serait de savoir que mon travail
ne vous a pas du malgr ses imperfections et que vous me gar-
dez intacte notre fraternelle amiti.
Juin 1964
Jean PRICE-MARS.-






A LA MEMOIRE DE
MARIE ROSE CLARA PEREZ
MADAME JEAN PRICE-MARS




qui fut l'inspiratrice de ce livre


Elle fut Belle parmi les plus belles,
Bonne parmi les meilleures,
Dvoue jusqu'au sacrifice.-













IN MEMORIAL


Un jour, 'elle s'en alla vers l'ternit un moment o je
la croyais invulnrable la faux du destin ...

Mais est-elle rellement more ?

Non! rpond le Sage .: "les morts ne meurent pas. Nous
savons present que ce n'est plus autour de nos glises, mais
dans toutes nos maisons, dans toutes nos habiudes qu'ils se
trouvent; qu'il n'y ,apas un geste, une pense, un pch, une
larme ou un atome de la conscience acquise qui se perde dans
les profondeurs de la terre; et qu'au plus insignificant de nos ac-
tes "nos morts"* se lvent, non pas dans leurs tombeaux o ils
ne bougent plus, mais au fond de nous-mmes, o ils vivent tou-
'jours". (Maurice Maeterlinck)
















* Le texte porte "nos onctres"






TRIBUTS


Je dois une profonde gratitude a mes amis Jean FOU-
CHARD, Edmond MANGONES, Rodolphe BAREAU, Raoul ALE-
XIS, Franois MATHON, Max BISSAINTHE, aux Trs Chers Fr-
res YVES et LUCIEN, ces grands seigneurs de la bibliophilie,
sans l'aide desquels il est impossible d'crire aucune oeuvre
historique de quelque importance en Haiti. Par l'abondance et la
diversity des matriaux de leurs collections : livres, brochures,
journaux, manuscrits qu'ils mettent gracieusement a la disposi-
tion des chercheurs, ils ne cessent d'enrichir l'intellectualit
haitienne.

Je les prie de trouver ici le tmoignage de ma reconnais-
sance infinie.

C'est aussi un hommage de gratitude que j'adresse Me.
Frdrique ROBINSON, Prsident de la Cour de Cassation, qui
par sa mre est un petit fils du Prsident Salnave. Il a eu la
grande amabilit de rdiger, mon intention, un difiant mmoire
sur quelques aspects de la vie de son grand-pre don't j'ai tir le
meilleur part. En outre, il a bien voulu mettre ma disposition
des photographies de famille que j'ai utilises pour illustrer le
present ouvrage. Qu'il me permette de l'en remercier publique-
ment.

Il m'est agrable, enfin, de rendre un hommage particulier
Jean FOUCHARD, l'un de mes fils spirituels qui s'est pench
sur une parties de mon texte et m'a suggr des corrections fort
adquates.

J'prouve un indicible plaisir ajouter le nom de mon
jeune ami, Maurice A. LUBIN, la liste des brillantes personna-
lits qui, d'une faon ou d'une autre, m'ont aid publier cet
ouvrage.

Lubin, avec un dvouement ingale, en a assur la su-
pervision technique et dactylographique. Je ne sais comment
l'en remercier.






PREFACE


Une communaut de pauvres gens emmens jadis en es-
clavage dans les Carabes. Ils ont jailli de leurs conditions ser-
viles, un moment de la dure aprs d'pres luttes et d'horribles
souffrances. Parvenus, enfin, se dbarrasser de leurs dfroques
humiliantes, ils cherchent, depuis longtemps, vivre une vie d-
cente, selon l'idal d'une socit de type occidental.

Quelle piti de constater que la some de leurs checs
dans l'laboration de cette socit dpasse celle de leurs suc-
cs

A quoi doit-on attribuer tant de dfaites? Serait-ce la con-
squence de quelqu'incapacit congnitale selon l'opinion si
chre aux racistes attards?

Nul ne s'est arrt cette doctrine outrancire et fausse.
Mais, encore une fois, quoi doit-on attribuer la rpti-
tirn de tant de tentatives avortes de 1804 1915?
N'est-il pas vrai que dans le dsarroi des dfaillances
conjugues, la conscience populaire, assoiffe d'esprance et
sensible au messianisme miraculaire, ait difi une sorte de par
rousie que le pote a exprime dans un vers clbre:

"Une heure doit sonner, un homme va venir !"

Et cet homme vint : "ANTENOR FIRMIN". La foule le
reconnut d'emble par la puissance magntique que dgageait
son approche, et par le rayonnement qui manait de toute sa per-
sonnalit. Et cet homme tait un exemplaire exceptionnel d'in-
telligence, de savoir et d'nergie. Tmrairement il crut pouvoir
russir l o tant d'autres avaient chou. Il se fit aptre sans
s'apercevoir qu'en mme temps, il se condamnait tre martyr.





Il choua, lui aussi.


Et l'interrogation revient, hallucinante :

"Comment expliquer la persistence de tous ces revers
de fortune?"

Maints sociologues se sont penchs sur ce problme de
pathologie social. Quelques-uns d'entre eux en ont signal les
causes diverse. Ils ont galement prconis des solutions per-
tinentes pour en enrayer la malfaisance. Il eut t intressant
d'en discuter ici les modalits d'application si nous nous tions
propos en crivant le present ouvrage de nous pencher, nous
aussi, sur "les causes de nos malheurs". Si noble et si leve
que soit cette preoccupation, notre objectif est tout autre dans
l'accomplissement de notre tche de biographe. Il nous a sembl
qu'Antnor Firmin qui a consacr prs de quarante ans de sa vie
mditer sur les problmes de la stability de la vie politique et
social d'Haiti, qui a eu l'opportunit temporaire d'appliquer une
politique nuance de liberty et d'autorit dans la direction des
affaires publiques, mritait d'tre mieux connu et d'tre plus jus-
tement apprci par l'intelligensia haitienne.

Toute la vie de cet homme fut un drame qu'on a essay
d'analyser dans ce livre.

On en peut rsumer la substance en une double formule
lapidaire :

Une page mouvante de vie haitienne.

Une page mouvante d'Histoire Contemporaine.

Jean PRICE-MARS











CHAPITRE I


L'ENFANCE ET L'ADOLESCENCE DU HEROS

Le 27 novembre 1850, en l'An II du rgne de S. M. Faus-
tin ler, un humble tailleur, Pierre Montrvil FIRMIN, se
prsenta devant le Conseil des Notables du Cap-Haitien
charge de l'Etat-Civil, et dclara que de ses oeuvres et de
celles de la citoyenne .Anaise Jean-Baptiste, couturire,
naquit le 18 octobre de la mme anne, un enfant du sexe
masculin auquel, il donna le prnom de Joseph. Tel est le
libell de l'acte de naissance de celui qui dsormais porte-
ra et illustrera le prnom et le nom de ANTENOR FIRMIN.
Pourquoi a-t-on remplac le prnom de Joseph par celui de
Antnor? Quelle est ou quelle fut la signification'de cette
modalit de substitution d'un prnom un autre? Personne
ne saurait le dire maintenant. Je crois qu'il s'est agi l
d'une vieille coutume laquelle les parents ont obi sans
aucun motif rationnel. (1)
Quoiqu'il en fut, et encore que ce banal vnement eut
lieu au moment mme o parmi les fastes d'une grandeur ar-

(1) M. Edgard F. Pierre-Louis, le neveu survivant d'Antnor FIRMIN, (2) fils
de sa sour, nous a aid a trouver la solution du problime. La famille FIRMIN
nous a-t-il inform, originaire des Cormiers, Section rural de la Grande Rivire
du Nord o naquit Jean Jacques Dessalines, selon la tradition avait t dnom-
me d'abord FIRMIN TITUS. Elle est apparente aux FONTAINE don't l'un des
membres s'appelait ANTENOR Fontaine et l'autre OLIVINE. Fontaine Pierre
Montrvil Firmin par affection pour son cousin et sa cousin, appela ses deux
enfants l'un ANTENOR et l'autre OLIVINE, sans pourtant inscrire les deux
prnoms don't il s'agit dans les actes de naissance respectifs de l'un et de l'ou-
tre de ses enfants.
On trouve maints examples similaires dans les moeurs des gens d'autrefois.
J'ai cit le cas de Vilbrun Guillaume Sam don't le prnom port dans son acte
de naissance est JEAN SIMON et non VILBRUN. Cf. Jean Price-Mars. -
"Vilbrun Guillaume-Sam, ce mconnu" P. 6
(2) En 1964





cificielle et quivoque, Soulouque dcida de se ceindre de
la lourde couronne d'or sertie de pierres prcieuses et de
revtir le manteau imperial bleu de ciel, constell d'or, au
moment o muni de la main de justice et du sceptre, il vou-
lut transformer le simple et modest soldat qu'il fut nagure
en Majest Impriale, l'enfant qui venait de natre en un
modest milieu ouvrier, le 18 octobre 1850, porta en soi les
virtualits d'une exceptionnelle grandeur d'me et d'une
vritable noblesse intellectuelle et morale. Au surplus, h-
ritier sans s'en douter d'une autre tradition, forge, celle-
l, dans l'nergie cratrice qui construisit la Citadelle La-
ferrire et le Palais royal de Sans-Souci, Joseph Antnor
Firmin tait appel d'ores et dj suivre, au moment op-
portun, la discipline de ses parents. Lui aussi, apprendrait
les premiers lments de l'art de la coupe comme sa demi-
soeur, Marie Adlaide, ne galement de Pierre Montrvil
Firmin, le 30 janvier 1856, devait devenir couturire,
l'instar de sa mre, elle, Marie Antoinette LAMBERT,
dite Fatine.
Il est donc bien tabli que les origins sociales des
FIRMIN portent la marque d'une foncire humilit qui sera
peut-tre le point de dpart de ce sentiment irrductible du
relvement de la condition des masses populaires et rura-
les don't le leader de demain se fera l'aptre intransigeant.
Dans son livre "De l'galit des races humaines", il a
voqu le souvenir discret de ses humbles origins par la
notice qu'il a consacre M. Denys Lgitime. En exaltant
les mrites de cette personnalit, il a fait la remarque sui-
vante, "c'est--dire en Mr Lgitime, nous avons en pr-
sence, crit-il, non seulement une intelligence, mais enco-
re un temperament profondment intressant. N d'un ouvrier
comme il en est le plus souvent de nous tous, noirs d'Haiti,
il avait fait des tudes fort incompltes" etc. (1)
En function des conditions du milieu social et en con-
formit des traditions familiales, l'adoption d'un mtier ma-

(1) De I'Egalit des races humaines.
Paris Librairie Cotillon 1885 P. 4





nuel tait dans le Nord et l'poque don't il s'agit, l'un
des devoirs les plus fidlement observs par les parents et
les plus docilement accomplish par leur progniture. Cepen-
dant, jusqu' quel ge et quel degr de connaissance
technique dans l'art de la coupe, Antnor Firmin avait-il
pouss son apprentissage? Dans quel atelier et sous la di-
rction de quel matre? Nous l'ignorons. Probablement un
tel apprentissage ne dut point tre pouss trs loin pour
permettre aux parents du jeune garon d'offrir des horizons
nouveaux et plus vastes aux aptitudes natives de leur en-
fant. Ce qui est notoire, c'est la promptitude avec laquelle,
ils s'empressrent de le soumettre aux directives de l'co-
le primaire ds sa prime enfance. Ils en choisirent celle qui
fut leur porte dans le quarter populaire o ils habitaient,
peut-tre Lafossette et peut-tre mme, fut-ce plus loin,
de l'autre ct des Salines, la Petite Anse,dont Firmin
aimait voquer le souvenir si souvent l'ge adulte, a-
vec une pointe d'attendrissement, si je m'en rapporte au
tmoignage d'Edgard Pierre-Louis qui resta l'un de ses
plus intimes families. (1)
Au demeurant, mme son passage l'cole primaire
quelque lieu que ce fut, ne fut que de court dure. Dj
dvor par une prcoce ambition de savoir, il en dpassa
les limits en vitesse. On le dirigea alors au Lyce Phi-
lippe Guerrier pour y entamer et poursuivre ses tudes se-
condaires.
Mais l aussi, il brla les tapes de la scolarit avec
une prodigieuse rapidit, au point que ses matres ravis et
tonns, prirent un vritable engouement le pousser dans
les arcanes du savoir sans arriver produire chez lui la

(1) Serait-il hasardeux de s'interroger sur le vritable tfeu de la naissance d'An-
tnor Firmin! Ne serait-ce pas a la Petite Anse que l'vnement s'est accompli?
En tout cas, selon ses propres aveux, il y vcut assez longtemps pendant son
trs jeune 6ge et son pre Montrvil y mourut et fut enterr au Quartier Morin.
D'autre part, il n'y aurait rien d'tonnant que, n la Petite Anse, il fut dcla-
r au Cap. Dans les annes 1850-1860, la Petite Anse n'tait pas une unit
administrative qui possdit une Office d'Etat civil. Sa proximity avec le Cap
permettait aux contribuables d'aller requrir l'assistance des officers de J'Etat
civil pour tout ce qui concernait les services de cet arganisme.

16





satit du dsir. A ce propos, il me souvient de l'avoir en-
tendu, un jour, center au course d'un procs plaid la
Cour de Cassation, combien il avait t flicit par un
group d'examinateurs venus inspector les classes d'huma-
nits du "Lyce Philippe Guerrier" don't il tait l'un des
plus brillants lves. Et ne serait-ce pas ici I' occasionde
faire le point sur l'une des affirmations les plus persistan-
tes don't on a constamment accabl la vie intellectuelle
d'Antnor Firmin, savoir qu'il fut un autodidacte. Auto-
didacte? Soit, tant qu'il s'agit de la hauteet profonde cul-
ture intellectuelle si diversifie qui le distingua. Mais, ce
vaste savoir reposait sur une trs slide base classique,
taye, elle-mme, sur de solides tudes grco-latines. Il
en a donn lui-mme des indications prcises dans une no-
te insre au bas de la page 197 des "Lettres de Saint
Thomas" quand, en discutant les problmes de l'enseigne-
ment, en Haiti, en 1910, il a mis les rflexions suivantes
en marge des questions l'ordre du jour:
"J'ai toujoursconsidr, crit-il, comme une faveur de
la destine de n'avoir eu partager qu'avec six zondisci-
ples, en second, et trois en rhtorique, les course d'huma-
nits don't tait charge Jules Neff au Lyce National du
Cap-Haitien. C'est ainsi que je fis en un an des progrs
qui demanderaient trois annes de travaux ordinaires. Aprs
avoir quitt les classes, je continuai travailler avec ce
Professeur mrite durant plus de deux ans. Nous y em-
ployions les loisirs de nos soires. Il y trouva un charme
de curiosity que je tchais d'aiguiser par une attention in-
lassable et mes progrs persvrants.
"Humaniste consomm, sorti de l'Ecole Normale Sup-
rieure dans la mme promotion que Taine, Sarcey et Ed-
mond About, Jules Neff vint chouer en Haiti, comme une
pave inestimablecharrie par les flots de l'Atlantique sur
les plages antilennes. Ce fut tout profit pour le pays"..
Il rsulte de ce prcieux tmoignage que Antnor Firmin
a eu une preparation classique de premier ordre. Il a joui
du privilege exceptionnel d'avoir eu pour matre un ancien





lve de l'Ecole Normale Suprieure de Paris, probable-
ment un agrg de lettres, avec lequel il a travaill plus
de deux ans aprs avoir parcouru le programme de la classes
de rhtorique en poussant ses tudes plus loin que d'ordi-
naire. A l'exception de: Windsor Bellegarde et de Mirabbo
Drice (1) qui, eux, furent admis au fameux tablissement
de la Rue d'Ulm par entente diplomatique sans avoir eu
participer au concourse d'entre obligatoire, aucun autre
haitien, ma connaissance, n'a eu 1'opportunit de travail-
ler, dans ce pays, sous la direction d'un matre de cette
envergure. (2)
Il n'est pas inopportun de signaler, ce sujet, que mme
geux d'entre nous qui ont bnfici de l'enseignement pro-
digu par les membres de la mission franaise engage par
l'Administration du ,Prsident Salomon pour procder la
rorganisation des Lyces de la Rpublique, n'ont eu pour
matres que des professeurs don't les tires ne dpassaient
pas ceux de la licence-s-lettres et s-sciences.
Une autre observation peut tre tire des faits signals
ci-dessus., c'est que depuis de nombreuses decades, de
sensibles progrs se sont raliss dans le cadre des mat-
tres de notre enseignement secondaire et suprieur quant
'la valeur spcifique de ceux qui en font parties. On peut,
en effet, noter en ce qui concern l'enseignement secon-
daire, qu'en dehors des colleges congrganistes catholiques:,
apostoliques et remains augments de quelques magnifiques
eablissements du culte rform don't le personnel est en
majeure parties compos de matres trangers, munis de ti-
tres universitaires de grande valeur, nos coles publiques
et prives de: ce type, sont de plus en plus dotes d'un


(1) Je respect l'orthographe que Drice lui-mme avait adopte.
(2) J'ai pourtant retrouv les traces de Mr. Neff au Lyce Ption de Port-au-
Prince, en 1865, dans l'Almanach commercial de D. Pouilh, comme professeur de
lettres en premiere. Mais en dehors de Firmin, je n'ai vu apprcier la quality de
son enseignement par qui que pe ft. Sans doute son passage au Lyce Ptlon
fut de court dure et il n'y e"t pas pris l'occasion de former des jeunes gens
qui pussent sentir le besoin icomme Firmin d'adresser un souvenir reconnaissant
o ce ma tre.





personnel prouv par son efficience. Quoiqu'il en soit,
leur nombre considrablement accru depuis quelques dca-
des tant Port-au-Prince qu'en Province, se rvle tout
fait insuffisant pour satisfaire l'engouement d'une client-
le qui s'augmente d'anne en anne en raison directed de la
progression inquitante de notre dmographie. Quant no-
tre enseignement suprieur aussi bien priv que public, il
se montre tout fait imbu de la haute mission qui lui in-
combe bien que les professeurs en soient trs mal pays
et par-dessus tout profondment handicaps par l'exiguit
des locaux o ils dispensent leurs course et pratiquent leurs
experiences et surtout par la mdiocrit, la pauvret, l'in-
digence de l'outillage don't ils sont obligs de se servir
pour ne pas dchoir de la lourde responsabilit qu'ils ont
assume. Malgr tout, les rsultats qu'ils obtiennent, le
plus souvent, touchent au paradoxe. Il est vrai que quel-
ques-uns des maitres qui prodiguent la culture sous tous
ses aspects des milliers d'tudiants devenus chaque an-
ne plus nombreux se prvalent de titres acquis aux plus
grandes Universits d'Europe, des Etats Unis, du Canada
et de l'Amrique Latine, compete tenu, bien entendu de ceux
qui, par leurs travaux, leurs productions, leurs publications
ont dmontr la haute valeur de leur personnalit intellec-
tuelle et ont affirm sur place dans notre propre university
une autorit laquelle il convient de rendre le plus just
et le plus solennel hommage.
Firmin qui milita dans la carrire de l'enseignement
un moment de son existence et qui dans "Les Lettres de
Saint Thomas" se rvla si soucieux de l'panouissement
de cette forme de notre volution spirituelle, eut t heu-
reux d'y applaudir. Ce fut d'ailleurs parce qu'il avait nourri
la louable ambition d'en tre un chainon qu'il consacra les
heures ensoleilles de son adolescence et tout le reste de
sa vie gravir tapes par tapes les plus hautes cimes de
la vie intellectuelle.
Il convient de remarquer, ce propos, que Mr. Dmtrius
Andr, l'un de ses meilleurs biographies, qui a eu l'avanta-





ge de le connaitre jeune, de l'aimer et de suivre les prip-
ties de sa vie glorieuse et tourmente,raconte que l'homme
tait un timide don't la jeunesse passionnment studieuse,
tait pareille celle de quelque clerc clotr. Le plus sou-
vent enferm dans son trs modest cabinet de travail, il
tait rfractaire.aux agitations de la rue, indifferent aux
jeux des jeunes gens de son a^ge et fuyait les vaines at-
tractions de la vie mondaine. Fascin, au contraire, par
l'ardente curiosity des livres, il tchait d'en dcouvrir l'ir-
rsistible influence en engageant un colloque sans cesse
renouvel avec les meilleurs crivains. De surcrot, il re-
prenait pied d'oeuvre traductions et thmes d'auteurs an-
ciens, se remettait 1' tude des maths dans le desseir.
d'en mieux dcouvrir l'essence et la joie des solutions
trouves. Au demeurant, la singularit de cette vie monaca-
le aurait fini parfaire accroire que ce jeune garon tait
quelque peu misogyne voire misanthrope si ses proches ne
connaissaient sa bont et une sensibility cache, toujours
prompted s'apitoyer sur les chagrins d'autrui. Au fond,
l'adolescence d'Antnor Firmin couvrait une me altire,
un caractre austre, un temperament rserv, toutes parti-
cularits qui le vouaient d'avance souffrir dans ce monde.
et dans ce milieu ou'le sans-gne, la promiscuit, la vulga-
rit des contacts quotidiens, les mensonges conventionnels,
sont la rgle commune des relations sociales.
Et voici qu'un jour, les tumultes de la rue et les mal-
heurs de la cit capoise le contraignirent sortir de sa
retraite.
C'tait, au dire de Mr. Andr, le 22 dcembre 1867.
Un frisson d'inquitude, un malaise collectif boulever-
sait le Cap. Que se passait-il? Une fois de plus, la ville
tait menace d'une soudaine invasion ennemie.
Dans une atmosphere sature de passions et de colre,
on s'tait trouv en face du plus trange et du plus saisis-
sant des renversements de situations militaires et politi-

C.F. D. Andr "L'Anniversaire ou Eloge de JOSEPH ANTENOR FIRMIN"
Imprimerie VERROLLOT. Port-ou-Prince 1912. P.5.

20





ques.
Nord Alexis qui, le 20 octobre 1865, avait form avec
Salnave et Side Tlmaque, l'intrpide trio, sans peur et
sans alarme, don't les canons placs sur les antiques rem-
parts du Cap ripostaient ciel ouvert aux bombardements
du "Bull-Dog" immobilisssur les rcifs de la rade, Nord
Alexis qui, huit mois plus tard, nanti de l'absolue confian-
ce de Sainave, avait t plac par celui-ci au commande-
ment du Dpartement du Nord, au moment o le condottire
revenue d'exil, aprs le dpart de Geffrard, s'apprtait le-
ver la march sur Port-au-Prince, Nord Alexis, enfin, ex-
pressment dlgu par Satnave pour aller combattre les
cacos du Nord-Est, verait brusquement de changer son fu-
sil d'paule et s'tait retourn contre Salnave au grand
scandal de ses anciens correligionnaires. Alors, sans
perte de temps, il s'tait mis la tte d'une colonne d'in-
surgs et s'tait prsent devant la ville du Cap pour re-
prendre le sige de son ancienne residence au nom de ses
nouveaux amis politiques.
Tel tait le problme pos devant l'anxit des capois
dmunis d'armes et de munitions. Tel tait le nouvel as-
pect de la guerre civil don't l'acuit locale avait soulev
l'indignation de la ville tout entire. Il fallait cote que
cote, une fois de plus, se dfendre contre l'invasion de
l'ennemi quelque tiquette qu'il arbort et quelque fut le
prestige du chef don't il se rclamt. Alors, la jeunesse in-
soucieuse du danger et prompted l'action, se leva comme
un seul homme contre l'adversaire. Un leader inattendu en
prit le commandement. Ce fut Antnor Firmin. Droit comme
l'pe, imptueux comme l'ouragan, il jeta en trombe sa
jeune troupe sur la phalange ennemie. Le canon de l'ad-
versaire faucha bon nombre de cgs vaillants combatants.
Antnor Firmin command de courier sus aux artilleurs. Ra-
pide comme l'clair, la jeune troupe se rua sur les bombar-
diers et enleva aux assailants la plus redoutable de leurs
armes offensives. Ceux-ci surprise, dcontenancs, dsem-
pars s'enfuirent en dbandade en livrant leur unique canon





aux jeunes audacieux. Ainsi fiers de leurs succs, les d-
fenseurs improviss du Cap hissrent Antnor Firmin sur
l'afft de la pice d'artillerie brillamment enleve l'enne-
mi et promenrent le hros et son trophe travers la ville
aux applaudissements de la foule.
Antnor Firmin avait 1 7 ans ce moment-l.
Mais le fait le plus extraordinaire, le plus mouvant, le
plus tonnant du choc des deux troupes enemies, ce fut
moins la droute des envahisseurs. que la rencontre fortuite
des deux chefs qui en eurent le commandement.
L'un Nord Alexis rompu ce genre d'activits, en
avait acquis une experience fortifie par autant de revers
que de succs.
L'autre Antnor Firmin chef accidental, improvis,
y avait t entrain par la complicit des hasards et la
conjunction des circonstances, indpendantes de sa volont.
Cependant, l'un et l'autre, sans le savoir et encore plus,
sans le vouloir, avaient t amens se mesurer pour la
premiere fois sur le terrain tourment des destines de ce
pays.
Firmin gagna la premiere manche sans se douter qu'il
avait mis en fuite l'homme qui, un jour, l'empcherait de
raliser sa supreme ambition de contribuer au salut de son
pays.
Au fait, en ces deux hommes gisait un saisissant sym-
bole. L'un.n'tait encore qu'un phbe en qui croissait la
lente germination d'un destin de grandeur et d'immolation
en offrande la redemption de sa race et de son pays, l'au-
tre, soldat endurci par les avatars de maints champs de
bataille, mrissait dj l'ambition d'accder au pouvoir
supreme n'importe quand, n'importe comment.
L'un nourrissait son cerveau et son coeur de .oute la
substance virile de la pense antique pour en faire un bou-
clier contre l'assaut des mauvais instincts et des basses
impulsions, l'autre, pour raliser ses desseins de domina-
tion, empruntait la voie tortueuse des coups de mains, des
manoeuvres et des complots, cette route parseme de tom-






beaux et de rapines o trbuchent depuis plus de cent ans
tous les espoirs, toutes les tentatives des hommes de bon-
ne volont vers un redressement de ce pays.

En ces deux hommes s'affrontaient deux forces, en eux
s'tait dresse l'opposition de deux tendances hostiles
entire lesquelles oscille la nation haitienne depuis ses ori-
gines jusqu' nos jours.
L'un reprsentait l'esprit de progrs en gestation de r-
formes et de transformations de la matire social et poli-
que.
L'autre incarnait le militarisme dsuet, entnbr de
convoitises.
Aprs leur choc, ils reprirent leur chemin respectif,
chacun sa manire. Nord Alexis alla vers le camp gnral
des cacos pour corser sa manoeuvre de volte-face.
Firmin retourna ses livres. Tout simplement.
Le fatum implacable avait dj tiss l'orbe des vne-
ments futurs ...












CHAPITRE II


LE GOUVERNEMENT DE SALNAVE ET LE REGIME
PARLEMENTAIRE

Et qu'taient-ce que ces cacos auxquels une certain
catgorie de la critique contemporaine voudrait attribuer le
rle de revendicateurs forcens d'action social?
J'ai essay de dmontrer ailleurs (1) que le mot caco
est une mtathse qui a transform le vocable tako en coco.
Le tako (2) (saurotheralongirostris) est le nom vernaculaire
d'un oiseau de l'ordre des cuculids don't la chasse aux
anolis (3) est l'une des caractristiques. J'ai galement
essay de dmontrer que la rvolte des paysans du Nord-Est
en 1867, en s'appropriant ce nom de cocos et en donnant
celui de zandolites (4) leurs adversaires, ont voulu vrai-
semblablement rattacher leurs movements la tradition
historique selon laquelle ce furent les chefs de bandes de
1802, les Sylla, les Sans-Souci, les Macaya,les Vamalheu-
reux, les Mavouyoa, les Petit Nol Prieur, etc., qui inaugu-
rrent parmi les paysans du Nord la guerre de l'indpendan-
ce. Ils terrorisaient les habitants des bourgs de Plaisance,
de Gros-Morne, des Verrettes, du Limb, du Dondon, d'En-
nery, etc., qui abandonnaient leurs foyers en les appelant


(1) C.F. Vllbrun Gulllaume-Sam, Ce mconnu P. 62-63
(2) Nom vernaculaire de l'oiseau
(3) Espce de petits lzards (gonatodes notatus) trs rpandus on Haiti. Miss
Doris M. Cochran en a donn la description dans "The Herpotology of Hispanio-
la". Descourtllz a tudi les moeurs de cet inoffensif et familiar reptile dans le
deuxime Tome de son "Voyage d'un Naturaliste" a la page 380, sous le nom
d'ANOLIS.
(4) Nom vernaculaire de l'anolls






des takos, d'aprs Madiou (1)
Que note guerre de liberation national ait pris nais-
sance dans les assauts et les embuscades don't les chefs
harcelaient les troupes franaises et les demi-brigades
commandes par des officers indignes tels que Dessali-
nes, Christophe, Ption, etc., et employaient, cette fin,
la tactique des gurillas, il y avait l une action aussi
bien politique que social puisque cette rvolte avait pris
sa source et sa signification dans la lutte dsespre de
ces chefs de bandes contre la decision sournoise de Le-
clerc de rtablir l'esclavage Saint-Domingue comme cela
se fit la Martinique et la Guadeloupe par ordre de Na-
polon. Les paysans pressentirent la prochaine ralisation
de l'odieux vnement quand fut dcrt le dsarmement
gnral des cultivateurs dans toute l'tendue du territoire
dominguois aprs que la deportation de Toussaint Louver-
ture fut suivie de celle d'Andr Rigaud.
Autre chose fut la rvolte des paysans du Nord-Est, au
Mombin Crochu, Vallires, au Mont Organis, Savane
Longue. Elle fut provoque par le comportement tyrannique
de Salnave et fomente par des hommes politiques venus
notamment du Cap et d'autres localits du Nord, indigns
de l'assassinat de Arsace Svre, de Lagrestelle, de Ga-
chette et d'autres prisonniers obscurs. Elle eut pour point
de dpart l'incarcration arbitraire de Lon Montas qui
jouissait du respect et de l'estime de la bourgeoisie ca-
poise par ses grandes qualits intellectuelles et la modra-
tion de son administration aprs la dfaite du Salnavisme
en 1865.
D'autre part, en ce qui concern les vritables origins
du movement du Nord-Est, il y eut un fait mal connu des
historians qui ont crit sur la matire, notamment des au-
teurs de manuels d'Histoire d'Haiti, lesquels reproduisent
les uns aprs les autres les mmes erreurs de leurs devan-
ciers comme s'il s'agissait d'actions exactement contr-

(7) Modiou : Histoire d'Hoiti. 2ime Vol. P. 301





les. Ce fait nous a t rvl jadis quant nous,par d'an-
ciens officers salnavistes que nous avons connus et qui
demeurrent fidles au souvenir du chef qu'ils ont aim et
servi.
Aussitt que Salnave fut revenue d'exil et accueilli com-
me Dlorme triomphalement, au Cap-Haitien, au bruit des
vivats et des salves d'artillerie, aprs le dpart de Gef-
frard, le 13 mars 1867, il s'empressa de reconstituer -son
Comit rvolutionnaire qui prit un aspect de gouvernement
local. Malheureusement, sans dsemparer, il commena
poursuivre tous ceux qui, ses yeux, paraissaient suspects
d'antipathie ou opposs son movement pour avoir plus ou
moins coopr avec le geffrardisme triomphant aprs l'af-
faire du "Bull-Dog". Alors, il y eut une fuite perdue dans
les montagnes du Nord des hommes don't la vie tait mena-
ce. Ce furent ces fuyards que les salnavistes appelrent
"des dserteurs" qui allrent dans les montagnes escar-
pes et les gorges profondes de Vallires, de Mombin Cro-
chu, fomenter la rvolte anti-salnaviste. En s'intitulant des
cacos, ils dmontrrent qu'ils connaissaient certaines p-
ripties de l'histoire de leur pays et voulurent s'assimiler
volontairement ceux qui, la fin de 1802, inaugurrent
la guerre de l'indpendance Saint-Domingue. Rien que
cette denomination historique dnote que la rvolte ne fut
pas un movement d'essence authentiquement paysanne
tant donn la reminiscence intellectuelle don't elle s'est
pare. Elle s'alimenta d'armes et de munitions venues des
villes. Elle fut conduite autant par des chefs galement
venus des villes que par des leaders paysans don't lacon-
naissance des lieux a t leur principal resource tactique
pour battre les troupes salnavistes dans la plus grande
parties des rencontres entire leurs partisans et les colonnes
gouvernementales. Puis, quand elles le,.jugeaient nces-
saire, elles se drobaient au contact de l'ennemi et deve-
naient insaisissables sauf reprendre l'offensive l'im-
promptu. Cette stratgie de gurillas par sa dure et son
renouvellement incessant est la base de la dfaite de





Salnave puisqu'elle a suscit d'autres soulvements dans
le reste du pays et donn un caractre protiforme l'op-
position anti-salnaviste.
Et donc, les deux rvoltes celle de 1802 et celle de
1867 eurent des origins et des objectifs dissemblables.
Apparemment paysannes toutes les deux mais combien dif-
frences d'aspirations et de contenu.
Dans ce pays o depuis la chute de Boyer une grande
parties des gens ambitionnaient l'instauration de la vraie
dmocratie dans nos moeurs politiques, ils ont vu s'crou-
ler successivement les tentatives chimriques des rforma-
teurs de 1843, ils ont vu dfiler en vitesse les prsidences
phmres de Rivire Hrard, de Guerrier, de Pierrot et de
Rich, ils ont subi la caricature impriale de Soulouque et
le camouflage rpublicain de Geffrard, enfin quand clata
le magnifique sursaut de rvolte des hommes de 1865, on
pouvait s'accrocher l'espoir que Salnave qui osa dfier
pendant six mois la soldatesque de Geffrard, allait essayer
d'appliquer notre communaut les modalits d'un rgime
dmocratique pour dbarrasser ce pays du systme des gou-
vernements personnel assortis d'illgalits et de barbaries.
N'est-il pas vrai que au fort de l'action, au moment m-
me o en septembre 1865 le movement insurrectionnel du
Cap affirmait sa virile resolution de mener ses troupes jus-
qu' la victoire finale par le renversement du Gouvernement
de Geffrard, Sylvain Salnave dans le Bulletin de la Rvo-
lution" s'intitulait "Chef d'excution de la volont du peu-
ple pour le triomphe des institutions librales"?
Et de quelles institutions librales entendait-il parler?
Au nom de tous les protagonistes du movement, le
"Bulletin de la Rvolution" prcisa:
"Nous demandons que notre pays soit libre, que les
"lois manes de la representation national, souveraine,
"seul pouvoir lgitime parmi les hommes, rgissent seules
"les intrts moraux et matriels de la Rpublique d'Haiti
"une et indivisible. Nous demandons qu'une administration
intelligencee et honnte, conduite par un pouvoir temporai-





"re et limits, foqse enter notre pays dans cette carrire
"de progrs et de civilisation don't l'Europe nous donne
"l'exemple, et que les coeurs de tous les haitiens deman-
"dent au ciel pour la patrie".
Ne fallait-il pas faire le plus large credit cette pro-
fession de foi d'autant plus qu'elle manait du principal
rdacteur du "Bulletin de la Rvolution", de l'homme don't
le prestige moral et intellectual dominant l'insurrection ca-
poise, de celui qui en tait le patron spiritual, de ce D-
mesvar Delorme don't la haute culture intellectuelle, le cou-
rage civique et l'ardeur combative pour le triomphe de la
libert et de la vrit taient connus et admirs de tous?
Ne paraissait-il pas le supreme grant de la nouvelle
re laquelle aspirait la nation fatigue d'tre trompe et
bafoue?
Hlas! il fallout dchanter et avaler la coupe des dcep-
tions et des rancoeurs iusqu' la lie au triomphe mme de
la cause salnaviste.
Car ds que Salnave eut pris contact avec les milieux
populaires et politiques de Port-au-Prince, il montra, in-
continent, ses penchants pour les solutions arbitraires,
illgakl et abusives dans le rglement de quelques-unes
des difficults du moment provenant de la rpercussion des
vnements que traversait le pays sur le fonctionnement de
l'administration.
On eut dit qu'intoxiqu par les acclamations dlirantes
de la populace don't il tait l'idole, il avai t perdu la notion
du simple bon sens. Ainsi, s'il n'accepta pas d'tre ins-
tantanment invest du pouvoir supreme que lui offrit la
foule chevele en presence du Snat qui reprsentait
pourtant l'un des lments constitutionnels de l'Etat -, il
ne se fit pas moins proclamer "le Protecteur de la Rpu-
publique", un titre jusqu'alors inconnu danis la hirarchie
lgale et la nomenclature constitutionnelle des functions
de l'Etat.
En vrit, si la Rpublique avait besoin d'tre protge,
ce ne pouvait tre que de Salnave mais non par Salnave.





En tout cas, son geste fut tout la fois un avertisse-
ment adress ses comptiteurs sournois et une mise en
demeure formelle dicte l'intention des organismes pr-
poss reconstituer les pouvoirs publics.
De fait, ds que l'Assemble Constituante fut convoque
par le Snat elle s'empressa d'lever Salnave la dignit
convoite de Chef du Pouvoir Excutif, le 6 Mai, en atten-
dant que le 16 juin, elle l'lit enfin Prsident de la Rpubli-
que. Mais elle vota d'abord une Constitution qui limitait
strictement la dure de la function prsidentielle 4 ans.
Puis, l'Assemble appela le people lire la Chambre des
Dputs et le Snat de la Rpublique avant de clturer ses
travaux. Or, Salnave se sentait mal l'aise dans cette atmos-
phre inquitante de Port-au-Prince o l'engouement des
masses ne compensait pas suffisamment la mfiance crois-
sante et envahissante des lites. Et aprs quatre mois
d'inaction, il tait repris par la puissance attractive des
luttes guerrires. Et l-bas dans les montagnes du Nord-Est,
l'insurrection soudaine des paysans de Vallires et de
Mombin Crochu avait clat presque simultanment avec
son avnement la prsidence. C'tait comme un affront,
un dfi sa popularity. Il crut que Nord Alexis, le Com-
mandant du Dpartement du Nord, promptement alert, al-
lait mettre fin sans tarder cette provocante prise d'armes.
Ce fut donc que Nord Alexis mollissait puisque le foyer
insurrectionnel n'avait pas t dtruit aprs plusieurs se-
maines de combats. Salnave, imptueux et intrpide, partit
en novembre la tte de ses troupes fanatises. Malgr sa
fougue habituelle, Salnave comme son lieutenant Nord
Alexis fut tenu en chec par les chefs de l'insurrection, le
vieux Robert-Nol, les Cervalin, les Bejot, les Paret et
leurs compagnons d'armes. Encore que Salnave eut humili
Nord Alexis par de durs reproches et l'eut dtermin pas-
ser l'ennemi, il n'en prouva pas moins de retentissantes
dfaites dans ses rencontres avec les cacos.
A Port-au-Prince, l'agitation anti-salnaviste s'ampli-
fiait. Les Chambres Lgislatives venaient d'entamer les





travaux de la nouvelle legislature. Un fait illegal et in-
constitutionnel occupait l'attention de l'opinion publique.
Le 12 octobre 1867, le Dput Armand Thoby interpella
le Cabinet compos de Dmesvar Delorme, Secrtaire d'E-
tat des Relations Extrieures, de l'Instruction Publique et
des Cultes, Ovide Cameau, Secrtaire d'Etat de l'Intrieur
et de la Police Gnrale, Andr Germain, Secrtaire d'Etat
des Finances et de la Justice, Clment Mnlas, Secrtaire
d'Etat de la Guerre et de la Marine sur l'incarcration de
Lon Montas, ancien Commandant du Dpartement du Nord,
aprs la dbcle du Salnavisme en 1865, que l'on transf-
rait des prisons du Cap celles de Port-au-Prince et de
celles de Port-au-Prince au Cap-Haitien, vice versa, dans
un incessant va et vient, sans qu'il pt comparatre devant
un Juge d'instruction pour savoir de quoi il tait accus.
Madame Lon Montas avait adress une petition la Cham-
bre. pour exposer ces faits sur lesquels le Dput Thoby
btit son interpellation.
L'atmosphre de l'Assemble tait lourde d'orages.
La position du Cabinet tait scabreuse, surtout quand
on considre que l'un de ses Membres tait Dmesvar D-
lorme. Ce paladin de la libre discussion avait, fait parties de
la Chambre de 1862 que Geffrard avait dissoute. Quoi qu'il
en ft, cette fameuse sance du 12 octobre 1867, au course
de laquelle la petition de Madame Lon Montas fut discute,
de graves incidents alourdirent le climate politique.
Ce fut d'abord l'intervention intempestive du Gnral
Victorin Chevalier dans les dbats. Il crut ainsi intimider
les Dputs. Ne s'avisa-t-il pas de dclarer : "Je me pr-
sente ici pour dfendre la revolution, c'est--dire le Gou-
vernement''.
A quoi Thoby rpondit : "La gloire militaire est dsira-
ble, mais elle n'est pas la seule gloire desirable pour un
Chef d'Etat''.
Alors, la Chambre refusa de continue la discussion de
l'ordre du jour tant que l'intrusion impertinente et mal ve-
nue en la sance de Victorin Chevalier restait impunie.





Elle avait pris d'ailleurs l'air menaant d'une injunction
policire de surseoir la poursuite de l'interpellation. La
Chambre exigeait une sanction immediate de dsaveu.
Sur l'intervention de Dlorme, le gnral vida les lieux.
Et Dlorme s'empressa d'exalter les services rendus par la
revolution qui permet tous de glorifier maintenant la li-
bert don't, hier encore, personnel n'osait voquer la bien-
faisance tant l'oppression du gouvernement dchu tait a-
bominable.
A la reprise de la sance, les explications du Cabinet
parurent insuffisantes. L'ordre du jour conclusif des dbats,
invita le Cabinet livrer l'accus ses juges naturels.
Or, cette prise'de contact entire le Parlement et le Gou-
vernement dplut aux supporters de Salnave. En un clin
d'oeil, une populace endiable, domine par des femmes
publiques, encourage par des officers de l'arme, envahit
la salle des sances de la Chambre des Dputs, en expul-
sa les parlementaires don't quelques-uns furent mme em-
prisonns. Elle cloua les portes de l'difice en criant :
"Vive Salnave".
Les jeux taient faits. L'preuve de force laquelle
l'affaire Lon Montas avait about, montrait l'vidence la
manire don't Salnave comptait et voulait gouverner. D'ail-
leurs, le 5 dcembre, Lon Montas fut trouv mort dans sa
cellule,et, contrairement aux affirmations de la rumeur pu-
blique qui dnoncrent un assassinate par tranglement, le
"Moniteur Officiel" parla d'une apoplexie foudroyante et
publia un procs-verbal d'autopsie auquel personnel ne crut.
Quant la session parlementaire, elle avait dur 13 jours.
Tout cela fut concluant sur le savoir-faire du nouveau rgi-
me. Qu'importait donc Salnave la dsaffection grandis-
sante de la bourgeoisie port-au-princienne qui s'tait mle
nagure la foule plbienne pour applaudir son avne-
ment en dsapprobation des dernires convulsions tyranni-
ques du gouvernement de Geffrard? Que lui important l'hos-
tilit manifeste de cette fraction de la communaut qui,
ronge de dceptions et meurtrie de rancoeurs, soupirait





dj aprs une dlivrance ventuelle du nouveau matre
don't le comportement tait similaire celui de son prd-
cesseur? Ce qui proccupait Salnave c'tait l'extension des
foyers de rvolte. N'avait-il pas t indign d'apprendre
que Nissage Saget s'tait soulev St-Marc en entrainant
presque tout l'Artibonite sa suite? Ne savait-il pas que
cet example avait t suivi par le Gnral Normil l'Anse
Veau, le Gnral Domingue aux Cayes et Boisrond Canal
la Croix des Bouquets et, Ptionville, aux portes de la
Capital? Alors, Salnave comme un lion traqu, fit face
cette dramatique situation avec une nergie, une endurance
et un courage extraordinaires. Se battant partout et contre
tous, il semblait avoir le don d'ubiquit. Quand on le croyait
dans le Nord, il apparaissait sur une toute autre parties du
territoire, .Mais l'insurrection gnralise amena les troupes
enemies assiger Port-au-Prince. Au Nord, au Sud et
l'Est, Port-au-Prince bloqu vivait dans l'anxit d'un as-
saut gnral. La moindre alerte, parties d'une fausse rumeur,
d'un coup de feu tir par hasard ou intentionnellement, jetait
la panique dans les marchs publics. Les maisons de com-
merce autant que les maisons prives se htaient de former
leurs portes dans le branle-bas des raccrochements de lo-
quets et le cliquetis des clefs dans les serrures. II fallait
se garer contre le pillage de la foule surexcite.

La mer, l'Ouest, fut la seule voie d'accs de la capi-
tale encore libre. C'est celle qu'emprunta Salnave pour re-
venir au sige du gouvernement. Au moment o on le croyait
jamais perdu, il dbarqua au milieu de ses fanatiques
soldats, entr'autres, ceux du trentime rgiment du Cap,
qui taient la terreur des bourgeois et des suspects. Le
calme se rtablissait aussitt dans la ville. Et Salnave qui
voyait le danger de ce milieu hostile, s'ingnia organiser
la defense de la capital. Pour y parvenir et surtout dans
le dessein de conjurer la dfaite qui semblait imminent
avec la complicit des ennemis de l'intrieur de la place,
il recourut des measures draconiennes. Ainsi, il fit publier
l'avis suivant: "Depuis quelque temps, la plupart des com-

32





merants tablis sur cette place, soit par crainte, soit dans
l'intention de nuire la march des choses, tiennent leurs
magasins ferms. Le Gouvernement voulant mettre fin cet-
te manire d'agir, dclare que tous ceux qui continent
tenir leurs magasins ferms aprs la publication du present
avis, seront considrs comme ennemis du gouvernement et
par consquent traits comme tels". (1)
C'tait net et tranchant comme un couperet de guillotine.
Cependant, les commerants ne se tinrent pas pour battus.
Ils tournrent la difficult. A, lieu de former compltement
leurs portes, ils les entrouvrirent en laissant un battant fer-
m afin d'tre toujours prts se claquemurer promptement,
le cas chant. Or, Salnave, accul l'extrme, qui ne
disposait que du port de la capital et de celui du Cap-Hai-
tien pour alimenter le trsor public toutes les autres vil-
les de la Rpublique tant au pouvoir de ses ennemis -
confrontait les plus grands embarras pour trouver del'argent
destin la ration des troupes et aux mille ncessits quo-
tidiennes d'une guerre absorbante et destructrice. Que fai-
re? Il imposa des measures violentes et coercitives en d-
crtant l'emprunt forc. A cet effet, il constitua un comit
charge de taxer tous ceux qui avaient la reputation ou l'ap-
parence de possder une certain fortune. Alors l'individu
suppos riche recevait le message suivant :

Libert Egalit Fraternit
Rpublique d'Haiti
Port-au-Prince, 5 Aot 1863, An 65me de l'Indpendance
La Commission institute par le Gouvernement l'effet
de contractor un emprunt national en cette ville, prie le ci-
toyen X de se prsenter au local de ses sances sis l'H-
tel Communal de cette ville, le 5 du courant 2 heures de
l'aprs-midi, afin de recevoir une communication qu'elle a
lui faire touchant l'objet de sa mission.
Elle le salue avec consideration .(2)

(1) Frdric Marcelin : Ducas Hyppolite, Son Epoque, Ses Oeuvres P. 318
(2) Frdric Marcelin





Ce billet de onvocation sous sa forme bnigne n'tait
pas moins un ordre impratif auquel il fallait obir. Il con-
tenait en puissance-l'extorsion don't lindividu vis allait
tre victim. Ds que le destinataire du billet se prsentait
au rendez-vous fix, la commission le condamnait verser
une caisse spciale don't elle avait la direction telles et
telles sommes dtermines en francs, 25.000 5L,000 francs
quivalant alors 5.000 ou 10.000 dollars
En attendant, Port-au-Prince bloqu vivait dans l'an-
goisse et la faim. Les vivres alimentaires et les autres pro-
duits de consommation locale atteignaient des prix fantas-
tiques. Quant aux products de provenance trangre, ils
taient nresqu'inabordables tant donn que le change erra-
tique s'levait plus de 3.000 gdes pour un dollar. A ce
propos, j'ai recueilli jadis les souvenirs d'un ancien gnral
du camp de Salnave qui m'a racont avoir achet Port-au-
prince une dinde six mille gourdes pour faire face aux obli-
gations de sa famille.
Il est vrai qu'il imported d'ajouter que la fabrique du
papier-monnaie tait la porte de tout le monde. Les pres-
ses particulires l'instar de la press gouvernementale en
inondaient la ville. Il en tait ainsi d'ailleurs aussi bien
la capital qu'en province sous le signe des gouvernements
de scission. Au sige du gouvernement central, les Minis-
tres des finances, les uns aprs les autres firent jouer
souhait ce qu' cette poque on appela pittoresquement "la
planche billets".
D'un vieux manuscrit sans nom d'auteur, qui est en ma
possession, j'extrais l'information suivante: "Germain et
aprs lui Daguesseau Lespinasse, mirent 38 millions de
gourdes. A. Tate du 3 Aot 1868 au 19 fvrier 1869 en fa-
briqua 60 millions". Soit en 6 mois et raison de 10 mil-
lions par mois 60.000.000 de gourdes. C'tait l'abondance
des papers sans valeur...
Mais brusquement l'treinte militaire qui enserrait Port-
au-Prince dans un tau se dtendit. A' quoi tait due cette
dtente? A une manoeuvre de diversion conseille par Numa





Rigaud, devenu Ministre de l'Intrieur. Jadis ml l'action
de Jean Jacques Acaau, il conseilla vivement et opportun-
ment Salnave de faire appel aux piquets de la plaine et
des montagnes du Sud pour faire chec aux cacos don't la
plupart des chefs comme nous nous sommes vertu le
dmontrer taient d'authentiques bourgeois engags dans
les rangs et sous les tendards de la paysannerie.
Ce fut alors que les Siffrard, que les Delgrce Jacquet,
les Joseph Hibbert, les Chrispin Ngre, les Larrache, les
Raymond Roc, les Lafond levrent des masses paysannes
dans les planes de Torbeck et d'autres centres ruraux de
la presqu'le du Sud (1). Ils parurent, menaants, devant les
Cayes. Ils envahirent les rgions de Jacmel, de l'Anse
Veau, de Miragone et de Logne. Les troupes anti-salna-
vistes emmenes au sige de Port-au-Prince par les Gn-
raux Hector, Normil et leurs compagnons se voyant sur 1 e
point d'avoir leur retraite couple de leurs bases, s'empres-
srent de lever le sige de la ville et ne purent retourner
leurs points de dpart qu'en se battant outrance contre
des adversaires inattendus.
A cette phase des hostilits, entire frres ennemis, la
guerre avait-elle change d'objectifs? Son contenu avait-il
t modifi? Qui oserait le prtendre? Il y a eu cependant
le symbol de la sempiternelle tricherie. La couleur de la
peau des principaux acteurs qui menaient la danse est ve-
nue apporter un assaisonnement terriblement piment cet-
te bouillabaisse de prtentions, de mensonges et d'ambi-
tions. Ainsi, Sylvain Salnave, multre clair, la chevelure
soyeuse, la moustache conqurante devint le chef des pi-
quets noirs du Sud pour s'opposer au noir Domingue qui
s'tait proclam Prsident de la Rpublique mridionale,
au multre bronz Nissage Saget acoquin du noir Nord
Alexis qui, eux aussi, taient les chefs souverains des
populations de l'Artibonite, du Nord-Est, pars de l'tiquet-
te de cacos. Farce sinistre, tragi-comdie macabre qui avait

(1) C.F. J.C. Dorsainvil Manuel d'Histoire d'Haiti
Edition de 1959 P. 246





pour enjeu le destin d'une communaut don't les origins
historiques semblaient commander plus de respect et de
consideration aux hritiers de ceux qui se sacrifirent pour
convertir en une nation le troupeau htrogne de 400.000
esclaves.
L'anarchie grimaante avait divis ce petit pays de
27.000 K2 en trois gouvernements qui se disputaient la pri-
maut du pouvoir unitaire en immolant l'immense troupeau
de paysans de partout leurs rves de domination.
Mais, en ces heures sombres d'anxit gnrale, o tait
Delorme don't l'autorit spirituelle et morale avait t la
supreme caution de la revolution qui avait amen Salnave
au pouvoir? O tait l'homme qui, pendant les six mois de
sige de la ville du Cap, rdigeait le "Bulletin" hebdoma-
daire du movement pour inspire confiance en son objectif
et insuffler un sentiment d'estime et de vnration-en Sal-
nave, son chef? O tait Delorme qui, pendant les dbats
orageux de la sance du 11 octobre 1867, au course de la-
quelle le Cabinet avait soutenir l'interpellation relative
la dtention illgale du Gnral Lon Montas, s'tait attri-
bu la paternit du movement anti-geffrardiste de 1865 en
s'criant: "On veut parler aujourd'hui de libert; quand le
despotisme courbait toutes les ttes, personnel ne parlait
de libert. Honneur au gnral Salnave qui nous a donn
cette libert"... "Et, n'est-ce pas moi qui ai fait la rvolu-
tion, cette revolution qui nous a donn toutes ces liber-
ts?"...
O tait Delorme?
On se rappelle que nous avons signal que peu de se-
maines aprs l'interpellation, le Gnral Montas mourut dans
sa cellule. Et, malgr le procs-verbal d'autopsie public au
"Moniteur" du 18 dcembre 1867 par lequel il tait.certifi
que Montas avait succomb une apoplexie foudroyante,
personnel n'avait cru la vracit scientifique du procs-
verbal. La rumeur publique prtendait, au contraire, que des
sbires, sur ordre, l'avaient trangl. Il est vident que vraie
ou fausse une telle accusation devait avoir affect profon-





dment Dlorme qui avait endoss la responsabilit, au nom
du Gouvernement, de justifier la dtention arbitraire de
Lon Montas. Et de 1867 1868, les meurtres, les assassi-
nats de la soldatesque don't Salnave faisait la norme de sa
manire de gouverner ne pouvaient avoir l'approbation d'un
homme de la trempe et de l'envergure morale de Delorme.
Cependant, il tint le coup et en l'absence de Salnave la
capital, enfonc au plus profound dans la champagne contre
les cacos, suivi le plus souvent des autres membres du
Cabinet, Delorme resta seul, au sige du gouvernement,
charge de l'intrimat de tous les autres portefeuilles minis-
triels. Et malgr l'inquitude gnrale qui assaillait les
classes sociales leves de la capital, le Secrtaire d'Etat
des Relations Extrieures, de l'Instruction publique et des
Cultes personnifiant le gouvernement tout entier, attirait
chez lui, la maison Bellegarde (1) l'lite intellectuelle
de Port-au-Prince en des runions ou l'art et la littrature
animaient les propos, les discussions, les entretiens com-
me si le matre de cans tenait par la magie de'son patro-
nage spiritual faire oublier l'atmosphre de guerre civil
dans laquelle on vivait pniblement. Ce ne pouvait tre
qu'une diversion temporaire. Au sortir de ces runions, l'in-
quitude et l'instabilit reprenaient la vie trpidante de ses
htes. En definitive, quoi qu'il en put tre, la situation de
Delorme devenait de plus en plus paradoxale dans le gou-
vernement. Salnave, en fin de compete, avait-il comprise,
tel moment donn, qu'entre lui et son ministry existait une
antinomie don't leur mutuel silence cachait mal l'existence?
On ne sait. Dans tous les cas, au course de l'une de ses
soudaines chappes de combats et une brve halte la ca-
pitale, le Prsident eut un court entretien avec Delorme

(1) Cette mason souvent transforme vient de subir, l'heure actuelle, sa der-
nire modification puisque s'est lev un difice i 5 tages o sont logs tous
les Services de la Direction Gnrale des Contributions. Situe ou coin Sud-Est
de la Rue des Casernes et de Mgr. Guilloux elle a abrit dons le pass divers
Services du gouvernement : Snat de la Rpublique, Tribunal de Cassation,
Bureau de la Gendormerie, Ecole de Droit, Bureau des Contributions. Elle a log
de hautes personnalits : Chefs militaires, Prsidents de la Rpublique, Minis-
tres, etc.





qui il confia ou plus prcisment qui il sembla confier la
mission d'aller reprsenter le gouvernement la Cour de
St. James. C'tait un subterfuge honteux pour se dbarras-
ser d'un collaborateur gnant. Delorme accept et partit.
Arriv Paris et en instance de rejoindre son poste, il re-
ut sa lettre de rvocation. Tout simplement, sans explica-
tion. Dsormais, Delorme tait en exil.
Que s'tait-il pass entire ces deux hommes? Salnave
craignait-il que la stature morale et intellectuelle de De-
lorme ne devint une menace constant pour la prennit de
la dictature qu'il venait de se faire octroyer en pitinant les
prescriptions de la Constitution de 1867? Sentait-il obsci-
rment le dsaccord fundamental entire sa faon de gouver-
ner et le sentiment intime de rprobation probablement in-
exprim de son Ministre? On ne sait. Au demeurant, la rup-
ture entire les deux hommes s'effectua dans les conditions
hypocrites et inlgantes que nous avons nonces. C'est
ce qu'exhala Delorme dans les pages mouvantes qu'il a
intitules 4 "La reconnaissance du gnral Salnave" et
dans lesquelles il a dit, entire autres choses: "J'ai connu
toutes les tristesses, toutes les ,angoisses de l'exil et de
la pauvret pour avoir servi votre cause. On vous traitait
d'assassin, de brigand, de sauvage, moi seul, je vous ai
dfendu. J'ai port votre nom si haut que cette clbrit, qui
est en grande parties mon oeuvre, vous a valu d'tre appel
au pouvoir . la chute du Prsident Geffrard". (1)
Hlas! si cette odieuse attitude de Salnave envers De-
lorme marquait, une fois de plus, l'absolutisme accentu de
son comportement prsidentiel, elle n'avait pas fait pro-
gresser pour autant le succs de la repression des foyers
insurrectionnels pars dans toute l'tendue de la Rpubli-
que.Au contraire, dans l'impntrable laboration des ours
qui se suivent et ne se ressemblent pas, la fortune avait
tiss le dernier fil de cette toile de Pnlope.


(1) C.F. Un manuscrit intitul: "La reconnaissance du Gnral Salnave"
communique par I'arrire.nveu de Delorme Mr. Jean Lambert P. J.





Un jour, le 18 dcembre 1869, jour de colre et de
disgrace l'adversit le poursuivit jusqu'au coeur de sa
capital. Ses ennemis dcidrent d'attaquer Port-au-Prince
par terre et par mer. Tandis qu'une colonne livrait l'assaut,
au Nord, par le portail St. Joseph, les Gnraux Brice,
Boisrond Canal, St. Lger Pierre, Jean Louis vinrent la
nuit, silencieusement, dans la baie de Port-au-Prince, sur
des barges qui transportaient plus d'un miller d'hommes.
Ils russirent s'approcher de "La Terreur", vaisseau de
guerre, bien outill que Salnave venait d'acqurir aux Etats
Unis. Promptement, ils s'en emparrent par ruse. Ds lors,
mattres du littoral, ils dbarqurent leurs hommes et ouvri-
rent le feu sur les dfenseurs de la ville en direction des
forteresses qui protgeaient le palais national. La bataille
s'engagea avec rage de part et d'autre. Mais, les assail-
lants avaient l'avantage de leur flotte don't "La Terreur"
devenue une unit ennemie au service des insurgs. Ils
bombardrent sans rpit les troupes loyalistes. De rues en
rues, de maisons en maisons, la lutte s'acharna sans merci.
Soudain, les assailants lancrent un boulet qui fit explo-
ser la poudrire imprudemment loge au Palais National.
L'difice sauta comme un chteau de cartes. Malgr ce
dsastre, Salnave qui avait au pralable abandonn les
lieux, impavide, crut qu'il pouvait continue la resistance
en retraitant sur le Fort National don't la defense avait t
confie Side Thlmaque.Quand il s'en approcha encom.
pagnie d'une dizaine de fidles amis, il vit, surprise! que
le plus cher de ses lieutenants, ce Side Tlmaque que
nagure il voulait designer sa succession, le cas -
chant, avait hiss le drapeau blanc sur l'ultime bastion
de la resistance gouvernementale. Alors, Salnave comprit
que tout tait perdu. Rsign malgr lui la dfaite, suivi
de la dernire phalange de ses inflexibles collaborateurs,
il s'en alla frapper la porte de la Lgation amricaine, en
solliciter l'asile sous la protection du drapeau toil. Mais,
cette heure d'agonie et de dtresse, le Ministre amricain,
M. Ebener Bassett, un homme de couleur qui fut, hier enco-

39





re, un ami sur lequel le fugitif croyait pouvoir computer, ac-
cepta bien de le recevoir mais de ne recevoir que lui tout
seul, l'exclusion de ses compagnons d'infortune. Salna-
ve, le vaincu, qui n'avait pour autant rien perdu ni de sa
fiert native ni de sa virile dignit, refusa hautainement
cette hospitality diminue. Et plerin malchanceux, il prit
la route de Ptionville dans le dessein d'aboutir la fron-
tire haitiano-dominicaine. Arriv de l'autre ct de la
frontire, il se heurta l'hostilit de Cabral don't il avait
combattu les aspirations politiques en faveur de Baez.
Maria Cabral l'arrta et le livra, lui et les siens aux autori-
ts haitiennes nouvellement installes Port-au-Prince.
En course de route vers Port-au-Prince, la Croix-des-Bou-
quets, ses compagnons parmi lesquels il y avait le valeu-
reux Alfred Delva, furent sommairement fusills sous ses
yeux. Quant lui, prisonnier altier et imperturbable, il com-
parut devant un Conseil de guerre prsid par Lorquet et
uniquement compos de ses intraitables adversaires. Il fut
immdiatement condamn mort. Garrott et li comme le
plus vulgaire des criminals, il fut excut la tombe de
la nuit sur les ruines fumantes du Palais National.
Le jugement qui ne fut, en fait, qu'un grossier simulacre
de lgalit puisqu'il a t rendu sans l'observance d'aucu-
ne des rgles qui garantissent les droits sacrs de la d-
fense, ce jugement exprima dans son libell les causes
justificatives de la condemnation. Il dit en terms formels
que Salnave a t condamn mort pour "les crimes de
meurtre, d'incendies et de violations de la Constitution".
Cependant, non seulement l'article 23, 7e alina, de la
Constitution de 1867 abolit la peine de mort en matire poli-
tique, mais ce furent les propres dfenseurs de la Consti-
tion qui, au moment mme o ils en exaltaient le respect,
la violaient de la faon la plus cynique et la plus effronte.
Ne fut-ce pas eux qui, quelques heures avant l'excution
inconstitutionnelle de Salnave, avaient fait fusiller ses
compagnons d'armes, Alfred Delva, Saint Lucien Emmanuel,
Obas, Eri et P. Paul la Croix-des-Bouquets, sans mme






le simulacre d'un jugement don't ils avaient masqu l'assas-
sinat juridique de Salnave? Ne fut-ce pas eux qui pendant
un mois entier couvrirent la Rpublique des mmes meurtres
don't ils avaient fait grief leur ancien adversaire? N'a-
vaient-ils pas fusill l'Abb Buscail, prtre franais, qui
avait suivi l'ancien Chef de l'Etat dans son hostility con-
tre le clerg concordataire? Les gnraux Victorin Cheva-
lier et Vil Lubin n'ont-ils pas pay de leur vie, sommaire-
ment excut, l'un Port-au-Prince, l'autre Jacmel, pour
avoir essay de se rebeller contre le nouvel ordre de cho-
ses tabli par la force Port-au-Prince? En fait d'incen-
dies; quel incendie fut plus dvastateur et eut des suites
plus fcheuses dans les quarters au Sud de Port-au-Prince,
que celui qui fut allum par l'explosion du Palais National?
Etait-ce encore Salnave qui en eut l'initiative? Quelle ma-
cabre plaisanterie d'voquer la defense de la Constitution
quand on la pitinait de propos dlibr pour raliser la
conqute et la possession du pouvoir supreme.
Que personnel ne s'imagine par ce qui prcde que je me
suis constitu l'apologiste de Salnave et de ses actions
entire 1867 et 1869. Au course de notre expos, nous avons
suffisamment dmontr nous nous en flattons du moins -
l'indpendance objective de notre jugement pour viter tou-
te mprise cet gard. Nous avons voulu simplement fai-
re remarquer la phase o nous sommes parvenus dans la
relation et l'expression de la succession des faits histo-
riques, que ceux qui ont dlog Salnave du Pouvoir, les
pseudo-lgalistes de 1870, avaient commis les mmes abo-
minations pour lesquelles il a t envoy la mort sous
l'gide de la Constitution de 1867.
Et maintenant que cet homme a disparu de la scne poli-
tique pour faire place une nouvelle quipe politique, il
nous est loisible de jeter un coup d'oeil gnral sur sa vie
et son optique gouvernementale. (1)


(I) Extrait des registres dposs au greffe du Tribunal Civil du Cap-Haitien
Aujourd'hui jeudi vingt troisime jour de fvrier mil huit cent vingt-six, l'an
vingt.troisieme de l'Indpendance d'Haiti a neuf heures du martin.





Et donc, dans le crpitement des.balles et la fume des
mousquets, face la mort, crne et stoique, il acheva sa
tragique pope. Unique dans notre histoire,dans cette his-
toire si souvent truffe, cependant, de prises d'armes au-
tant quede tueries collectives et d'insurrections inconsid-
res. Mais jamais on y avait encore dcouvert une prsiden-
ce de deux ans et demi qui fut une longue bataille. Il fit
sans computer et tant qu'il le crut ncessaire d'innombra-
bles hcatombes humaines au dieu des combats pour solli-
citer une victoire definitive qui ne cessait de se drober
son attente. Sr un autre plan, pour faire face aux exigences
d'une situation conomique sans cesse dprimante, Salnave
- ainsi que nous avons essay de le mettre en lumire -
recourut des moyens tortionnaires pour alimenter le Trsor
public.
Il extorqua de l'argent aux bourgeois et aux commerants
de Port-au-Prince qui ne l'aimaient gure et auxquels il
payait la rciproque. Par contre, il jouissait d'une immense
popularity dans la plbe. Il fut surtout l'idole d'une certai-
ne catgorie de femmes, de celles qu'un pote a appeles
"les toiles teintes". Sont-ce ces diverse facettes de
sa vie, de ses actions et de ses gots qui ont dtermin
une certain critique contemporaine en faire un prcurseur
du socialisme en Haiti, quelque chose come la prfigura-
tion du Marxisme appliqu l'histoire d'Haiti?
Jene suis pas qualifi pour en dcider. Je me permet-
trai, tout de mme, de faire remarquer que Sylvain Sainave
a appartenu la bourgeoisie capoise et fut entour des plus


Acte de maissance de Sylvain Sainave, n au Cap-Haitien, le sept du cou-
rant midi, fils nature du citoyen Sylvestre Sairove, commerant, et de Ic ci.
toyenne Fillette Rogeusse, couturire, native des Perdhes, ses pre .et mre,
domicilis en Cette ville.
L'enfant igprsent a t reconnu tre du sexe masculin.
Le present aCte ridlg par moi Jean Louis Dubois, Officier de l'Etat civil
de cette ville, sur la dcloaetion de ses pre et mre et de l'atteetoffon des ci-
toyens thonms Lamerlt, enacnfur public, natif de Plaisonce, et Charles Alexis
ADgu, greffier de notables, natif do Coapfaitien, tous deux imweurs, demeurant
domid lis en cette ville, lesquels ont slgnM ave m-i ewpptee l0 Inre de l'en-
font qui a dclar nc le savor de ce Infrpelli suivant le loi.
Sign : 5. Salnove, Th. Lambert, CA. A. Dugu, J. L. Dubois.

42





authentiques bourgeois de la Cit lorsqu'il dclencha le
movement insurrectionnel de 1865. Il ne connut l'antipa-
thie de ses premiers supporters que lorsqu'il commena
montrer ses prfrences pour les procds arbitraires et il-
lgaux contre lesquels on s'tait prcisment rvolt sous
le gouvernement de Geffrard. Il n'y avait pas de raison, se
disait-on, de changer de personnel politique puisque ce se-
rait le mme systme de. tyrannie et d'absolutisme qui pr-
vaudrait de Geffrard Salnave.
De surcroit, y avait-il eu, sous Salnave, un minimum
d'actions, voire un vague project relatif l'amlioration de
la situation des masses populaires? Y avait-il eu quelque
menace de substitution d'une classes une autre dans la
structure de la communaut haitienne? J'entends interroger
les palabres, les rumeurs si souvent employes par nos
gouvernements comme moyens avant-coureurs pour tter l'o-
pinion sur le sort qui ventuellement pourrait tre rserv
tel ou tel project qu'on se proposait de raliser. J'entends
demander s'il y a eu quelque propagandae" relative la
substitution de la classes proltaire celle des bourgeois
dans le gouvernement de la chose publique? Non, rien de ce
genre n'a exist, aucun moment, pendant l'administration
de Salnave. Je remarque, au contraire, que tous ses minis-
tres appartenaient ce qu'on appelle l'lite de ce pays et
tous ses gnraux furent de la mme catgorie social.
Deux d'entre eux, grands propritaires terriens, Florvil
Hyppolite et Tirsias Simon Sam devinrent Prsidents de la
Rpublique. Un autre de ses Ministres, Alfred Delva, tait
le fils de l'ancien Chancelier de l'Empire de Faustin ler
qui avait acquis une immense fortune dans l'exercice de
ses functions.
Par ailleurs, l'une des actions de Salnave qui a pu don-
ner lieu l'quivoque d'une measure conomique rpercus-
sion social, ce fut la resurrection du monopole gouverne-
mental de l'achat de la rcolte du caf,. et comme la rcolte
de 1868-1869 avait t abondante, elle avait fourni de fruc-





tueuses recettes la caisse de l'Etat. La measure fut ce-
pendant abandonne pour en adopter une autre considre
plus radical et qui consistait prlever en nature le
cinquime de la production cafire au profit de l'Etat. En
fin de compete, ces expdients qui avaient t pratiqus
sous Soulouque par Salomon, le Ministre des Finances de
l'Empire, se sont rvls non seulement inefficients mais
scandaleux par le grand nombre d'abus et de spoliations
auxquels ils donnrent lieu.
Mais, d'autre part, Salnave, ainsi que nous l'avons rap-
port prcdemment, avait aussi pratiqu des prlvements
sur la fortune suppose d'une classes de gens Port-au-
Prince. Toutes ces actions ajoutes les unes aux autres
peuvent faire accroire qu'elles taient inspires par une
vague ide d'quilibre social en restituant au plus grand
nombre ce que d'autres avaient en superflu. Si l'argent ex-
torqu de cette faon avait t retourn au plus grand nom-
bre d'une manire ou d'autre, si les monopoles d'Etat a-
vaient eu un objectif d'une just distribution de la marchan-
dise des prix raisonnables pour viter la concurrence et
la hausse factice des prix au dtriment de la clientle de
faible capacity d'achat, il y aurait eu l une politique d'ac-
tion social. Mais rien de tout cela n'a proccup Salnave
qui ne fut en tous points qu'un soldat obsd de l'ide des
batailles gagner. (1), hallucin par le mirage des prochai-
nes victoires qui s'obstinaient ignorer ses pressants ap-
pels mais don't la poursuite sans dfaillance exigeait
pourtant de constants sacrifices d'hommes et d'argent. Si
la matire humaine tait encore d'un accs relativement
ais, mais o trouver de l'argent dans une conomie dvas-
te, saccage, ruine?

(1) Firmin qui fut le gendre de Sainove s'exprime comme suit sur son beau-pre:
"il n'tait nullement prpar pour exercer le pouvoir et il ne vit autre chose
dans la haute situation qu'il occupait au Palais National que son r&le hrdique
de gnral en chef de l'arme haitienne, pourvu qu'il trouvt l'occasion de l'exer-
cer dans tout l'clat de sa vaillance guerrire il se sentait a son aise, il tait
heureux".
Firmin Roosevelt Prsident des Etats Unis et Haiti P .386

44





Tel tait le problme pos devant ce chef de guerre aux
abois. Donc, il fut accul se servir des expdients aux-
quels d'autres eurent recours avant lui avec un gal insuc-
cs.
En faire un prcurseur du socialisme dans notre pays
cause de tous ces avatars, c'est si je ne m'abuse, ravaler
la doctrine je ne sais quel empirisme occasionnel. Car si
l'on se demand quelle fin social correspondaient toutes
les measures d'extorsion de capitaux, de monopole et de pr-
lvement en nature du caf, on reste confondu devant l'in-
existence d'aucune pense ventuelle de sympathie, aucune
prise de position profitable aux classes pauvres. Tous ces
procds de violence n'avaient qu'un objectif, le ravitaille-
ment des troupes menaces d'inanition. En definitive, tel
tait Salnave, dmagogue embras de passions guerrires
qui ne voyait dans le gouvernement de la communaut hai-
tienne que la lutte permanent pour garder le pouvoir. Or,
l'Assemble Constituante en lui confiant la prsidence pro-
visoire s'tait hte dans l'laboration de la Constitution
d'inclure des rgles formelles contre l'absolutisme et la
tendance de la plupart des dtenteurs du pouvoir pendant
les 60 premires annes aprs la proclamation de notre in-
dpendance de conserver leur convenance personnelle
l'exercice de cette haute function. Ainsi l'article 104, le
constituent a prcis: "Le Prsident de la Rpublique est
lu pour quatre ans". A l'article 107, on ajoute: "Nul ne
peut tre rlu Prsident d'Haiti qu'aprs un intervalle de
quatre ans". A l'article 113, il est expressment dict:
"Toutes les measures que prend lePrsident sont pralable-
ment dlibres en conseil des Secrtaires d'Etat".

Puis, in tine, aprs le vote des 214 articles de la Cons-
titution, un article unique s'exprime comme suit:
Article Unique : "En conformit de l'article 209 ci-des-
sus le citoyen Sylvain Salnave, ayant runi la majority des
suffrages prescrite par la Constitution, est proclam Prsi-
dent de la Rpublique.





"Il entire en charge immdiatement pour en sortir le 15
mai 1874".
Ainsi que nous venons de le voir, MM. les Constituants
de 1870, avant de confrer dfinitivement la dignit prsi-
dentielle Salnave, voulurent juguler ses instincts de do-
mination et l'enfermer dans. le rle strict de ses attributions
clairement dfinies par la Charte. Mais, les ouvriers de la
Charte crurent-ils que le ftichisme de la parole critepou-
vait exercer une certain influence sur le dveloppement
des ambitions manifestes de leur nouvel lu? S'imaginrent-
ils que la magie du verbe aurait eu la vertu de dompter les
ardeurs inquitantes de cet impulsif cavalier de l'Apoca-
lypse? Peut-tre dans l'inquitude du moment, crurent-ils
opportun de rappeler un document qui pouvait tre consid-
r compromettant pour Salnave si un tel homme attachait
quelqu'importance aux chiffons de paper et s'embarrassait
de contradictions entire ses promesses, ses dclarations et
ses actes quotidiens. Voici les documents don't il s'agit:

LIBERTE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE d'HAITI
PROCLAMATION
S. SALNAVE

Gnral en chef de l'Arme de la Rvolution
Au Peuple et l'Arme

Mes chers concitoyens,
Lorsque je me rendis la Capitale
pour prendre sige au gouvernement provisoire, je croyais
que ce corps charge du Pouvoir Excutif rpondait aux
voeux de la nation en observant le programme de la rvolu-
tion que je tiens coeur de respecter moi-mme et de faire
respecter.
Ayant t dans l'erreur et ne voulant point entacher mon
pass ni compromettre l'avenir, en participant des. actes
que le people rprouve par cela seul qu'ils sont contraires
aux principles libraux que nous voulons consacrer pour le





bonheur de la nation haitienne, je dclare la nation que
je me retire du gouvernement provisoire institu Port-au-
Prince.
Toutefois citoyens je continuerai rpondre la grande
confiance que vous avez place en moi: j'en prends l'enga-
gement en face de Dieu et des hommes et je ferai triompher
nos principles rvolutionnaires.
Mais vous savez que pour y parvenir, il me faut votre
concours franc et loyal. Eh bien, joignez-vous moi et Dieu
aidant nous atteindrons le but dsir en surmontant les obs-
tacles et les difficults qui semblent surgir devant nous.
Vive la libert
Vive l'galit
Vive la fraternity
Vive l'union
Vive la Rpublique une et indivisible

Donn au Port-au-Prince le 2 Mai 1867
An 64e de l'Indpendance
par le Gnral en Chef

Le Gnral de division Secrtaire principal...
illisible
Et d'ailleurs, pour corroborer l'emprise fanfaronne de
telles dclarations, ne fut-ce pas en pleine bataille quoti-
dienne pour la defense du Cap assig qu'un bulletin de la
revolution dnomma Salnave "Chef d'excution de la volon-
t du people pour le triomphe des institutions librales".(1)
Il est vident que personnel ne pouvait attacher quoi que
ce fut de consquent aux manifestations verbales de libra-
lisme affiches officiellement par Salnave don't on connais-
sait dj l'inclination vers le csarisme et la veille des
actes de violence qu'il allait perptrer contre les institu-
tions rpublicaines survivantes aux vicissitudes tracassi-
res des derniers jours du gouvernement de Geffrard. Encore

(1) C.F. Antoine Michel La XIV Lgislature Tome 4 P. 14

47





que ces manifestations ne fussent que l'une des facettes
grimaantes de cette jacasserie tourdissante don't se repait
la faune politique haitienne et qu'elle destine l'usage
d'une clientle passive de jobards, elle n'en atteste pas
moins l'existence d'une aspiration profonde, latente et per-
sistante vers l'instauration dans le gouvernement de notre
communaut de tous les lments don't l'ensemble constitute
le concept de la libert. Que ce concept n'ait t que con-
fusment compris, digr, assimil, on en convient volon-
tiers. Et ce fut pourquoi son expression dans les faits, n'a
jamais t une action continue et permanent. Elle fut, au
contraire, sporadique et explosive. Mais on remarquera que
chacune des explosions auxquelles la pression des faits
sociaux, psychologiques ou conomiques donne lieu,est le
tmoignage d'un obscur acheminement collectif vers un a-
boutissement long terme du rgime de dmocratie relle
qui est l'objectif supme de ce courant souterrain de lib-
ralisme.

Dans la bouche d'un Salnave ou de tout autre politician
qui lui resemble, le vocable de libralisme loin d'tre la
profanation d'une doctrine ou d'un idal politique est l'hom-
mage involontaire que l'historien rend l'austre perspec-
tive d'un mode de gouvernement de la Cit.
Et d'autre part pour achever l'tude du cycle salnaviste,
on nous permettra de rappeler que ce condottire, charge
de tous les pchs, et qui avait mis la morale en quarantai-
ne, lui, le Mattre de l'Etat, qui faisait ranonner les com-
merants et les potentats apeurs de Port-au-Prince, il a-
vait laiss l'Etat obr le droit de lui devoir cinq mois
de son traitement, au moment o l'assassinat juridique le
coucha dans la fosse des criminals de droit commun. Son
geste voque celui de Jean-Pierre Boyer don't la parcimonie
bien connue avait accumul un million de piastres fortes au
trsor et qui alla mourir pauvre sur les bords de la Seine.
Quand on connait l'histoire d'Haiti, de pareilles attitudes
semblent tre des pisodes tirs des contest de fes.












CHAPITRE III


LE CLIMATE SOCIAL ET POLITIQUE
AVANT L'HEGEMONIE LIBERAL

Au moment de soumettre les faits historiques de la prio-
de de 1870 1874 l'analyse sociologique, je voudrais
faire remarquer que le terme de "libralisme" don't j'ai fait
tat dans les pages prcdentes n'a pas t proprement
parler l'expression d'une doctrine de parti formule d'ores
et dj dans quelque Code auquel des citoyens sympathi-
sants ont adhr. Rien de ce genre n'a exist dans ce pays.
Bien entendu nous savons tous qu'il y eut chez nous un
groupement politique dnomm "parti liberal" vers 1867
aprs la chute de Geffrard. A-t-il eu un statute juridique ou
simplement des Rglements statutaires? Non, rpondrons-
nous catgoriquement. Cependant ce groupement tait com-
pos d'minentes personnalits qui exercrent une vritable
hgmonie politique durant les 4 annes du gouvernement
de Nissage Saget. Ce fut probablement lui qui avait inspir
les lments basiques de la Constitution de 1867. I s'tait
epanoui de 1870 1874. Puis, vivement combattu, affaibli
par des dissidences intrieures, il est all s'effondrer par
la disparition tragique de ses principaux lments dans les
ventures catastrophiques de Miragone en 1883. Ce fut
dans ce parti que Firmin militia au dbut de sa carrire po-
litique. Nous allons bientt en tudier certain aspects au
course de notre expos. En attendant, nous entendons d'ores
et dj fixer l'attention du lecteur sur l'acception gprale
que nous donnons au terme libralisme. Nous l'opposons
celui d'absolutisme, cet absolutisme qui est la norme tra-





ditionnelle de la politique de nos Chefs d'Etat peu d'ex
ception prs.
Nous voulons tablir tout de suite que ce liberalisme
dcoule de l'adhsion que notre pays a apporte aux princi-
pes fondamentaux sur lesquels la Rvolution franaise de
1789 s'est taye lorsqu'elle a solennellement proclam les
Droits de l'homme.Nous savons tous que les Droits de l'hom-
me ont pour corollaires essentiels les quatres liberts qui
constituent la base inquivoque de toute vraie dmocratie.
Haiti tant une fille insolite et embarrassante de la Rvolu-
tion franaise, il s'ensuit que les quatre liberts devaient
tre intgres dans les institutions, dans les moeurs et la
vie publique de notre communaut.
Pourquoi n'en est-il pas ainsi?
C'est l question que nous nous sommes pos et la-
quelle nous essaierons de rpondre en nous arrtant aux
aspects les plus typiques de certaines conceptions telles
qu'ils nous les ont rvles par leurs actes ceux qui ont
eu la responsabilit de diriger ce pays. Ne nous payons pas
d'illusions en ce qui concern l'observance malaise, in-
suffisante voire quasi inexistante des Droits de l'hommeen
de grands et vieux pays de l'Occident. Quant certain
Etats de l'Amrique Latine, ils sont, cet gard, peu
prs au mme niveau que nous. Aux uns et aux autres, nous
trouvons sinon une excuse plus ou moins valuable, mais un
explication de leur comportement qui rside- dans l'effort
'apprciable de leurs dirigeants de masquer leurs fautes et
de tendre leurs efforts d'approche vers une application
moins sporadique et plus rationnelle des principles don't est
forme l'essence des Droits de l'homme. Une telle volont
d'amlioration social et politique appuye par une action
collective, marque la distinction pertinente qui existe entire
quelques uns de ces pays et le ntre.

Si, peu aprs notre liberation de l'esclavage, il tait
difficile mme impossible de nous demander de franchir
d'un seul bond les tapes par lesquelles d'autres commu-_

50





asurts QAr p*ss pour pervenir i la stabilit de la vie poli-
tique par l'rdre, la paix et le respect de la prarso h k-
maine, il devait erre permit au sociologue apr plus d'un
demi sicle de tronnements, de tribuchemeans er d'incer-
gitudes de pouwoir situer les elais ar lesquiels nos p~res
ont pass pour affirmer notr valoni de promouvoir le pro-
gra poli riquedans aorre coammunanc et nroe essor coUec-
tif vers la cooperation civique et Narionale. 1l nous semble
que la siimpledcaurcre d'une taele dficience constitue
un problem difficile rsoudre+ Er c'esr lI une observa-
tion dconcerrmaue
Qu'on nous Comprepoe. Que notre pense oe soit pas
rravestie eq une.inrirprtarioc 'pessirmise, Nous pe proien-
does cmertre aucun paradoxe sur les proErs effectifs et
elscants raliss cher mous, mais rmlheoruaemrent conti-
6s dans quelques secteurs de note sociit. Pat eremple;
il ne fi pas de douce qu'au p-int de vqe inreLlectnrl,le
nombre d'units de haute vakur dass tour les branches
du isaoir,'s'est considirablemenat cc-ri en Hoiti de 1804
1960.- 1 est' inotearable qu'en ces 156 ans d'exiLrence
national aucua. autre pays plac. c des conditions simi-
imee., ne oUsa a depasse, canr dorm nore poino de d-
part sans outillage et sans aide, le tout quivala.i A & ro.
Mais il est ic.ment vrai, d'autr part, qu'une- tell avan-
ce d'une parties de iorne social cre un intaolraile malaise
encre .eeteUminori instruie. et la masse (prodigicue d'il-
]ettrs qui form pourant Je psoubassement de la ric ontio-
nRo par son iadispeau able apport icnomiquc erapi don
que c'est ele- qui produir. Il est ~ aisi Tri que la proPres
sion drmographique'de notre people devil r de plus e plue
iaqutunate entire aote point de dp rt.de 4D.00 bhbirancr
en 104 et 'itcat actual dc notre pmrogrta ioe dimoxraphique
en 1966 de prs de 5+000.000 d'unit. vivant .ur la maBne
rendue de.27.0d0 EK2 eartron, chaque jour riseotee par
l'rosion grndiseantu qui tiduit notre espace viral. i un
rythm eontine, i une paque ol routes le issue d'rigrra
tiojn ous toar fermes. Alors.. l esc adaenO que la popr.
51





tion de ce dsquilibre social et de cette augmentation d-
mographique pose devant nous des problmes qui dpassent
l'entendement de plus d'un. Et parmi ces multiples probl-
mes, nous retiendrons ceux qui concernent plus spciale-
ment le travail auquel nous nous sommes assujetti, savoir
l'tude biographique d'une personnalit hors srie qui a t
sacrifice par des forces hostiles dans un climate dmagogi-
que. Ainsi, nous nous arrterons cette propension presque
pathologique qui nous pousse au verbalisme creux et so-
nore don't nous nous gargarisons comme si les mots que
nous jetons aux quatre vents taient devenus l'accomplis-
sement d'actes authentiques don't nous devions nous louer.













CHAPITRE IV


ANTENOR FIRMIN A LA RECHERCHE D'UNE CARRIER
PROFESSIONNELLE

Donc entire 1870 et 1875, Antnor Firmin avait atteint
l'ge d'homme.
Ici comme ailleurs, cette tape de la vie humaine, il
y a comme un rite de passage entire l'adolescence prolonge
et la possession virile de la maturity. A cet ge-l, on se
sent plus apte participer activement aux affaires de la
communaut, plus enclin croire que la solution qu'on leur
a trouve est la meilleure de toutes. On est trs dispos
en faire l'application immediate. En fait, cet ge-l, on a
plus de hardiesse, plus d'audace, plus d'assurance. On ose
davantage.
Et d'abord, Firmin devait rpondre d'urgence aux obliga-
tions d'assumer la responsabilit de sa propre subsistence.
Jusque-l, il vivait au compete de sa famille, surtout au
compete de l'une de ses tantes. Bien que le neveu et la tan-
te eussent l'un pour l'autre le plus affectueux attachment,
il fallait qu'un jour vnt o l'homme sorti de sa chrysalide,
affrontt, seul et libre, toutes les pripties, tous les a-
las de la vie.
Ainsi, prit fin l'assistance dvoue de cette tante, de
celle qu'on appelait autour de lui "Tante Aime". Elle
avait pris soin de son enfance et l'avait soutenu dans ses
aspirations spirituelles depuis les classes primaires jusqu'
aux tudes secondaires et post-scolaires.
Bien sr, ce fanatique de la haute culture intellectuelle,
n'avait pas pour autant, abandonn la poursuite de son en-





richissment spiritual. Et il allait., dsormais, p:artager son
temps entire le travail de l'esprit proprement dit travail
tout fait spculatif et celui qui consistait pourvoir
ses propres besoins Il lui fallait tout . la fois assumer
une grande parties des charges de sa famille t faire face
aux ncessits quotidiennes de son existence personnelle.
Comment allait-il y parvenir? Comment rsoudre ces probl-
mes primordiaux quand on appartient un milieu pauvre,
mme si on se sent nanti de grande possibilits intellec-
tuelles?
Et ce propos, faut-il rappeler qu'en ce temps-l, au
Cap-Haitien, le choix d'une profession librale n'tait pas
une question difficile' trancher, puisqu'il n'y.avait pas
d'option. Le choix du jeune homme tait troitement limit.
l'unique carrire du Droit qui fut accessible ceux qui
disposaient de quelques moyens pcuniaires et qui se sen-
taient avoir la vocation juridique. Il est vrai qu'on pouvait
se rabattre sur la profession peu lucrative d'instituteur.
Alors; on s'engageait dans l'enseignement public ou priv.
Mais rien n'tait plus alatoire que cette catgorie profes-
sionnelle aussi mal rtribue qu'incertaine. D'autre part,
on pouvait aussi gagner sa vie dans l'apprentissage et
l'exercice d'un mtier manuelsi on en avait l'aptitude. Mais,
il semble bien que le plus court chemin qui vous ament au
gain d'un salaire immdiat et substantial, fut d'entrer dans
le cdmrtierce, soit en quality de commis subalterne ou d'em-
ploy .superieur si vous offriez aux patrons ventuels les
garanties d'intelligence, d'honntet et de capacity' sur
.lesquelles pouvait s'tayer leur confiance.
: .' Sauf la pratique du mtier manuel qui ne fut ni de son
got, ni dans la line de ses aspirations, Antnor Firmin
oscilla pendant une dizaine d'annes entire ces diverse
forces de gagne-pain, propres assurer l'indpendance de
s'a vie matrielle instituteur, employ de commerce, em-
ploy administration publique, etc. tout-en accumulant
les matriaux sur lesquels devait s'chafauder sa haute
culture intellectuelle.





Il alla ainsi de ttonnements en ttonnements pendant
huit dix ans jusqu' ce que s'tant lanc dans l'arne
politique, il se frayt une notorit sans cesse grandissan-
te.
Pour marquer la diversity et l'incertitude de ses dmar-
ches durant ce laps de temps, nous avons la bonne fortune
de possder des informations de premier ordre qui nous per-
mettent de suivre les tapes de sa carrire de 1867 1911
Nous les avons recueillies dans les mouvants "Souvenirs"
qu'a voqus Seymour Pradel sur la vie et les activits de
notre hros, publis par la Revue "Le Temps" du 15 sep-
tembre 1934.
L'ninmration minutieuse et complete des emplois que
Firmin a occups depuis 1867 jusqu'en 1911, les prcisions
que content cette longue liste de charges et de services
don't l'homme a t honor, corrobores par la chronologie et
l'exactitude des dates chelonnes d'annes en annes -
toutes ces informations n'ont pu tre fournies Pradel que
par Firmin lui-mme.
Nulle part ailleurs, dans les innombrables articles et
notes biographiques qui ont t publis de son vivant et
aprs sa mort, il n'est possible de trouver un tel luxe de
dtails, une telle ordonnance de faits, une telle precision
de dates sur la carrire du grand homme.
Cependant, nous nous abstiendrons de reproduire cette
longue liste in extenso. Nous en extrairons quelques don-
nes propres clairer le dveloppement de notre expos.
Ainsi de 1867 1870, Firmin a t instituteur l'Ecole
primaire de garons du Cap. L'anne suivante, en 1871, il
passa i'Ecole Suprieure de jeunes filles o il ne rest
d'ailleurs que pendant quelques mois puisque nous le trou-
vons simple fonctionnaire de la Douane du Cap en 1872 en
mme temps qu'il tait membre de la Commission du retrait
du papier-monnaie ...
Il semble bien ressortir de tous ces avatars, que le jeu-
ne homme recherchait sans l'avoir encore trouv, un traite-
ment adquat ses aspirations et compatible avec ses gots





et ses aptitudes.
En fin de compete, en 1875, il sollicita et obtint un em-
ploi dans la Maison de Commerce Stapenhorst et Cie. Le
hasard voulut qu'il y rencontrt un technician de valeur -
Decloff don't la function de Chef de la Comptabilit, fai-
sait de lui l'un des personnages les plus hautement quali-
fis de la maison. Et Decloff n'tait pas seulement un comp-
table remarquable, il tait aussi un mathmaticien d'enver-
gure. Aussitt, entire les deux hommes se nourentdes rela-
tions de haute spirituality. Decloff enseigna la comptabili-
t, la tenue des livres et les mathmatiques suprieures
Firmin. Celui-ci toujours avide de savoir, s'assimila ces
nouvelles matires avec une joie et un empressement qui
tmoignrent de la souplesse de son intelligence. En outre,
il profit de ces circonstances exceptionnelles pour se fa-
miliariser avec la langue allemande don't il acquit une con-
naissance suffisante qui lui permit de pntrer les arcanes
de la pense, de la philosophie et de l'art germaniques.,
promoters d'une trs grande parties de la civilisation occi-
dentale.
Cependant, Firmin ne s'attarda gure chez Stapenhorst
Cie. Aprs une anne de pratique de la comptabilit, il of-
frit ses services la Maison de Commerce Sylla Laraque et
Pouget.
L'insondable mystre des choses humaines, l'y fit ren-
contrer un compagnon de son ge, Crpin Fils.Aim Pierre-
Louis, originaire du Trou, avec lequel il entretint de si
bons rapports, qu'il l'introduisit parmi les siens, dans le
cercle restraint de sa famille.
Crpin Fils-Aim Pierre-Louis s'amouracha de Marie A-
dlaide Firmin, la soeur cadette d'Antnor. De leur union
naquit Edgard Fils-Aim Pierre-Louis, le 12 avril 1877, le
seul proche parent survivant du grand homme. (1)
Edgard a fait ses tudes classiques Port-au-Prince,au
Petit Sminaire, Collge St. Martial, et ses tudes juridi-

(1) Edgard F. Pierre-Louis mourut I* 21 Fvrier 1967

















































EDGARD F. PIERRE LOUIS




57





ques l'Ecole Libre de Droit du Cap-Haitien. Il a grand
l'ombre de son oncle et a partag avec lui 1' all-
gresse des jours de gloire et l'affliction des heures som-
bres de la carrire tourmente de l'homme public. 11 a ga-
lement suivi dans sa retraite, le pre de famille, parmi les
joies simples d'une vie de foyer entire une femme aime et
deux enfants gts. Et quand clatrent les orages des d-
tresses immrites, l'ostracisme et la disgrace des infortu-
nes, quand sonna l'heure fatidique des abandons inattendus
et des dsertions inconsidres, Edgard F. Pierre-Louis
tait parmi le group restreint des fidles, qui entourrent
le matre de leur affection indfectible pour l'aider porter
la croix du martyr, l-bas, sur l'pre colline, l-bas sur le
lointain rocher de St.Thomas. Il eut le privilege de recueil-
lir les confidences, les rvlations, la confession de l'exi-
l. Il en emportera le secret dans la tombe. Seuls les morts
qu'on continue aimer et vnrer par-del les misres de
ce monde, mritent le culte du respect et de la discretion
sur les amertumes don't ils ont souffert sans murmure, sans
plainte, avec le stoicisme invincible du sacrifice pour vi-
ter de faire de la peine aux autres ...
Mais n'anticipons pas. Essayons plutt de suivre Ant-
nor Firmin franchissant les tapes d'une carrire souvent
indcise mais toujours pleine de promesses entire 20 et 33
ans soit entire 1870 et 1883...

En 1876, il revint l'enseignement. Et cette fois, il alla
droit l'enseignement secondaire. 11 professa la discipline
des humanits dans les classes suprieures du Collge St.
Nicolas dirig par Nelson Desroches en y enseignant le
grec, le latin et le franais. Il ne conserve pas moins un
petit emploi dans l'Administration Communale comme per-
cepteur des taxes locales.
Quoique il ett en 1875 et 1876 deux annes particulire-
ment charges, il n'accorda pas moins d'attention l'volu-
tion de cette Ecole Suprieure de Jeunes filles o il ensei-
gna en 1870. L'Institution avait grand en influence et en





efficacit. Elle avait recrut un nombre apprciable d'l-
ves non seulement au Cap, mais venues de toute part, des
bourgs et villes du Dpartement du Nord. Et Firmin qui s'-
tait toujours proccup de la diffusion de l'instruction pu-
blique dans le people (1) se rjouissait de l'panouisse-
ment de l'Ecole Suprieure de Jeunes filles.
On sait que la creation de ce centre de culture fut inspi-
pire par Jeantel Manigat, Inspecteur des Ecoles du Dpar-
ement du Nord.Cependant, elle eut pour origine une humble
petite cole prive, cre par Fanlise Prophte, venue de
Grand Pr. Fanlise tait plusparticulirement connue sous
le nom de BADY. Elle pousa Franois le professeur de
mathmatiques de son tablissement, un franais. Les nou-
veaux poux donnrent une vigoureuse impulsion l'Insti-
tution Bady que l'Etat consacra en la dnommant Ecole
Suprieure de Jeunes Filles.
Ce fut l que Firmin eut pour lve Fortuna Dalcour Mi-
chel don't je descends.
Le grand homme a bien voulu me l'apprendre quelque 20
ans plus tard, au42 de l'Avenue Wagram, Paris, dans les
salons du Gnral Franois Manigat, Ministre Plnipoten-
tiaire d'Haiti. Etudiant en mdecine et boursier du gouverne-
d'Haiti, j'tais all, le 1er Janvier 1899, en compagnie d'au-
tres camarades, accomplir nos devoirs de ressortissants
envers le Chef de la Lgation. Le Ministre qui recevait des
htes d'honneur tels que Frdric Marcelin et Antnor Fir-
min, les prsenta la jeunesse estudiantine.
Je dois avouer que je fus particulirement flatt au rap-
pel du souvenir de Firmin.









(1) Les "Lettres de St. Thomas" en tmoignent.













CHAPITRE V


LA NOUVELLE ETAPE
L'HOMME POLITIQUE

Instituteur, Professeur d'enseignement secondaire, em-
ploy de commerce ou d'administration, qu'tait-ce que tout
cela pour Firmin don't l'ambition n'avait pas de limited et
qui, de surcrot travaillait son enrichissement intellectual
avec le plus extraordinaire acharnement?
N'est-il pas vrai que ce fut cette mme pooue, en
1875, qu'ayant tudi le Droit, tout seul, pendant les cinq
annes antrieures de luttes, de tergiversations et d'insta-
bilit, il vint Port-au-Prince, subir son examen d'aptitude
la profession d'avocat devant une Commission compose
de trois juristes renomms: Camille Nau, Chassagne, Char-
les Dannel.
Le jury couronna son courageux effort en lui consacrant
le titre et le diplme hautement mrits d'avocat par l'ten
due et la profondeur de ses connaissances gnrales et
juridiques.
Avocat 25 ans, Firmin jouissait dj de la plnitude
d'un talent muri par une longue preparation et une excep-
tionnelle vocation, pour la defense du just et du faible
aussi bien que pour la revendication des droits civiques.
Nous allons dsormais le voir fougueux, passionn, in-
traitable, se lancer dans les batailles patriotiques, frappant
d'estoc et de taille comme un chevalier sans peur et sans
reproche.
Ce fut, en effet, avec une ardeur belliqueuse qu'il se
jeta dans la fournaise idologique don't le pays tait embra-

60





s entire 1867 et 1883. On sait que le principal foyer de ce
brasier se situait Port-au-Prince o des hommes minents
se heurtaient non seulement dans le choc des ides mais
aussi dans les rencontres meurtrires des chauffoures et
des meutes.













CHAPITRE VI


LIBERAUX ET NATIONAUX
ECHEC DU PARTI LIBERAL
LES GOUVERNEMENTS DE SAGET ET DE DOMINGUE

On se souvient que nous avons tabli dans les premiers
chapitres de ce livre le processus de la guerre civil par
laquelle Salnave et ses adversaires s'entretuaient en des
rencontres particulirement destructrices de vies humaines.
Et lorsque les adversaires du condottire russirent le
vaincre, ce fut au nom des principles libraux qu'ils le fusil-
lrent dans une honteuse mascarade de procs judiciaire.
Et alors, on vit, ple-mle, des gnraux ignorants, d'au-
thentiques intellectuals, des hommes politiques de haute
notorit, des parlementaires se fanatiser et s'opposer en
ce qu'ils appelrent abusivement des parties politiques.
Avaient-ils cr les uns et les autres, des chartes consti-
tutives, des programmes prcis au nom desquels ils avaient
engag l'une des batailles idologiques les plus farouches
de notre histoire? J'en doute. Je confesserai que malgr
mes multiples recherches, je n'ai pas eu le privilege de
trouver quoi que ce fut pour m'en indiquer l'existence. Ce
fut d'ailleurs ce que j'exprimai en 1948 dans mon livre sur
"Jean Pierre Boyer Bazelais et le Drame de Miragone."
"Le parti liberal, demandai-je, eut-il une doctrine"
don'tt le chef prconisait la ralisation dans la conduite
des affairesde l'Etat?' "Je ne sais"
" "des terms trangers notre vocabulaire politique? Et de





"quel libralisme s'agirait-il? Serait-ce le libralisme co-
"nomique cher l'cole de la Grande Bretagne de l're
*"victorienne? Serait-ce le libralisme politique tel qu'il
"tait instaur dans le mme pays vers 1832 par la fusion
"des wigs et des radicaux et qui prconisa la libert politi-
"que en tous ses aspects, en toutes ses modalits (1) et
"selon toutes ses consequences pour en faire la base des
"franchises citoyennes comme elles furent tablies par la
"glorieuse revolution de 1868? Seraient-ce ces principles
"concrtiss dans la formule du rgime parlementaire, ex-
"pression de la volont populaire, don't la constant appli-
"cation a valu l'alternance au gouvernement de la nation
anglaisee des reprsentants de la majority triomphante aux
"lections gnrales? Serait-ce ce libralisme don't le rayon-
"nement dans quelques pays de l'Europe occidentale et
"aux Etats Unis de l'Amrique du Nord, marquait la nette
"orientation des tendances vers l'tablissement des rgi-
"mes de dmocratie dans le gouvernement des Et-ts?
"Peut-tre bien, encore que je n'en aie vu l'expos nulle
"part soit dans quelques dclarations de principles ou dans
"quelques discussions doctrinales". (2)
Il n'empche, cependant, que vers 1867-1870 des hom-
mes politiques de grande envergure tels que Jean Pierre
Boyer Bazelais, Edmond Paul, Boisrond Canal, Armand
Thoby, Pierre Momplaisir Pierre et beaucoup d'autres se
sont concerts et ont fond un groupement politique qui prit
la denomination de "parti liberal". Ces Messieurs prconi-
srent la candidature de Pierre Momplaisir Pierre la prsi-
dence de la Rpublique pour succder Nissage Saget,
l'chance du mandate de celui-ci. Non pas que ces Mes-
sieurs eussent nonc leurs desiderata en quelque solennel
manifeste, mais ce n'en fut pas moins le sujet passionnant
qui alimentait la propaganda verbale du moment. Et il sem-


(1) Sauf le suffrage universe
M2) C F. Dr. Price-Mars : Jean Pierre Boyer Bazelais et le Drame de
Miragoane. Imprimerie de l'Etat 1948 P. 18-19

63





ble, d'ailleurs, que la notion de candidature fut le sou-bas-
sement qui soutint tous les movements don't la 13e lgisla-
ture donna le spectacle par son opposition intransigeante
aux organes excutifs du gouvernement de Nissage Saget.
Les libraux disposant de la majority dans l'une et l'autre
Chambre du Parlement, harcelrent les Cabinets minist-
riels par des interpellations incessantes et substiturent
au mode habituel d'instabilit gouvernementale par les ar-
mes, l'instabilit ministrielle par les votes de non-con-
fiance infligs aux reprsentants du Pouvoir Excutif. De
surcrot, en refusant d'assumer les responsabilits du pou-
voir en lieu et place des Ministres renverss, ils faussrent
le mcanisme des institutions parlementaires telles qu'el-
les taient pratiques en Angleterre et en France. Par con-
squent, ils n'appliqurent pas la doctrine librale du gou-
vernement dmocratique qu'ils paraissaient avoir eu l'inten-
tion d'implanter dans le pays. Ils aboutirent un rsultat
nettement oppose en faisant accroire qu'ils voulaient plus
simplement acculer Nissage Saget dmissionner en crant
une crise de carence ministrielle. Or, Nissage Saget avait
accd la prsidence la suite d'une insurrection triom-
phante et grce au concours d'une coalition forme de Mi-
chel Domingue dans le Sud et de Nord Alexis dans le Nord.
Que secrtement, il eut quelque compromise avec ses deux
anciens compagnons d'armes pour leur faciliter sa succes-
sion dans la measure o il en aurait eu la possibility, cela
se conoit aisment. Cependant, on lui rendra ce tmoigna-
ge que du point de vue des convenances parlementaires, il
joua, sans dfaillance, son rle d'observateur scrupuleux
des prescriptions de la Constitution de 1867 en ce qui con-
cernait les rapports du Pouvoir Excutif et du Pouvoir Lgis-
latif. Jamais, il ne s'insurgea contre une decision du Parle-
ment si contestable qu'elle put lui parattre. Mais ces Mes-
sieurs d'appartenance librale, souponnaient l'entourage
du Chef de l'Etat, entr'autres quelques-uns de ses Ministres
et le Gnral Paulmon Lorquet, Commandant du Dparte-
ment de l'Ouest, d'avoir parties lie avec Michel Domingue.
64





De l vint un grand malaise entire les parlementaires lib-
raux et certaines personnalits gouvernementales si ce ne
fut entire les membres de l'opposition et le Prsident lui-
mme. En tout cas, quand, l'approche l'chance du
mandate prsidentiel jumle presque celle d'une catgo-
rie de membres des deux Chambres, il fallut de toute part
affronter l'urne pour le renouvellement du mandate de quel-
ques Snateurs et de quelques Dputs, la candidature de
Boyer Bazelais la premiere circonscription lectorale de
Port-au-Prince rencontra une trs vive opposition, organi-
se sournoisement par l'autorit militaire. Quoiqu'il en ft,
il obtint une majority de 17 voix sur son adversaire dans un
scrutiny de 1.007 votants aux premiers jours de l'anne 1874.
Nanmoins, malgr ce rsultat, un dbat trange s'engagea
la Chambre l'occasion de la validation de ses pouvoirs
parce que trois membres du Bureau lectoral avaient refus
de signer le procs-verbal qui en faisait foi. Donc la
Chambre des Dputs qu'il avait prside pendant toute la
dure de la 18e Lgislature, Boyer Bazelais se heurta
l'hostilit d'une fraction minoritaire de Dputs qui voulut
s'opposer son admission l'Assemble. Le dbat fut trs
orageux. Mais aprs quelques heures d'ardentes discussions,
la majority de l'Assemble validant la lgalit des procs-
verbaux du premier Dput de la Capitale, l'admit jouir
des prrogatives et des immunits attachs ses hautes
functions.

Normalement, la cause de Bazelais devait tre consid-
re comme dfinitivement gagne puisque selon la jurispru-
dence tablie aussi bien en 4aiti que dans n'importe quel
autre pays qui se rclame du rgime parlementaire, les
Chambres Lgislatives sont les seuls juges des contesta-
tions relatives aux lections de leurs Membres. Leurs dci-
sions ont la valeur irrcusable de la plus haute Cour de
Justice. Or, en 1874, une minority de 28 membres de la
Chambre conduite par Septimus Rameau infligea le plus
solennel dmenti ce principle juridique en s'abstenant, en

65





manire de protestation, de participer, dsormais, aux tra-
vaux du Corps Lgislatif. Une telle attitude qui n'tait
qu'une manoeuvre prise en consequence de ses inciden-
ces ventuelles sur l'volution des vnements relatifs aux
prochaines lections prsidentielles, tait la modalit la
plus certain d'empcher le fonctionnement constitutionnel
du Corps Lgislatif, tant donn que la majority requise
par la Charte pour ia validit de tout exercise fonctionnel
de l'une et de l'autre Chambre tait la majority des deux
tiers des membres presents de chacune des deux chambres
leurs sances respective de travail official. Or, l'abs-
tention de 28 Dputs de participer aux travaux de leur As-
sembl'e infirmait d'avance toute possibility de procder
la formation lgale d'une majority des deux tiers de la
Chambre basse coinpose alors de 76 membres. Septimus
Rameau, neveu de Domingue,en pregnant l'initiative de cette
manoeuvre au moment crucial o Nissage Saget arrivait au
terme de son mandate prsidentiel, entendait tout la fois
paralyser la prpondrance des libraux tant la Chambre
qu'au Snat et faciliter l'accession de son oncle la prsi-
dence avec le concours du Pouvoir Excutif. Au fait, cette
manoeuvre avait pour objectif d'anantir immdiatement
l'hgmonie que les libraux avaient acquise la prcden-
te legislature. Et de cette contingence, naquit une grave
crise de l'Etat, ouverte quatre ans aprs la fusillade de
Salnave au nom de la Constitution. En vain, pour dnouer la
crise, sollicita-t-on de Boyer Bazelais qu'il s'abstint de
venir assister aux sances prliminaires de la Chambre
puisque ses adversaires considraient que sa presence au
sein de l'Assemble tait le principal obstacle une solu-
tion de la crise. Il en accept le conseil et resta chez lui.
Mais Septimus Rameau et son group ne dsarmrent pas
pour autant.

En vain, au Snat et la Chambre ampute de la minori-
t scissionnaire, pria-t-on, supplia-t-on Nissage Saget de
garder le pouvoir au-del du 15 mai 1874, date fatidique de

66





l'expiration de son mandate prsidentiel jusqu' ce que ft
dcouverte grce des concessions mutuelles une so-
lution la crise qui aboutit l'lection pacifique de son
successeur, Saget en dclina l'honneur. Il s'accrocha l'in-
terprtation spcieuse de la Constitution en prtendant que
le Conseil des Secrtaires d'Etat n'est habile exercer le
pouvoir excutif temporairement qu'en cas de mort, de d-
dmission ou de dchance du Prsident de la Rpublique.
Et il sembla que pour lui, la solution la plus habile consis-
tt se laver les mains, dans un geste de pilatisme moral,
en laissant aux Ministres le soin de dnouer la crise selon
leurs voeux propres. Donc, il se dmit de ses hautes fonc-
tions le 13 mai afin de laisser l'exercice du pouvoir excu-
tif ses ministres. D'autre part, il corsa la situation en
faisant 'venir des Cayes le Gnral Michel Domingue qui
il confia le rle de Chef Suprme de l'Arme.Cette dernire
quivalait hisser le vieux gnral au fauteuil de la prsi-
dence par la ruse et par la force tant donn que tout l'ap-
pareil militaire le commandement du Dpartement du Sud
tait depuis longtemps sous la frule de Domingue, celui
du Nord tait dirig par Nord Alexis et celui de l'Ouest par
Paulmon Lorquet tout l'appareil militaire tait dj ac-
quis l'lection de Michel Domingue la prsidence de la
Rpublique.
Pai consquent, Messieurs les Ministres s'empressrent
de dissoudre les Chambres et de convoquer une Constituan-
te pour reformer la Constitution de 1867. Cette Assemble
se runit rapidement et lit Michel Domingue, Prsident de
la Rpublique pour une dure de huit ans. Poursuivant ses
rformes, elle cra une innovation dans notre Droit public
e.n instituant une Vice-Prsidence du Conseil des Ministres
don't le fonctionnement fut confi Septimus Rameau. Ain-
si, la politique de doublure jadis florissante aprs la chute
de Jean Pierre Boyer, revint d'actualit avec l'association
bicphale Michel Domingue Septimus Rameau. A la vri-
t, le vieux gnral fut peu prs compltement effac de-
vant son intrpide neveu et se contentait d'apposer sa si-

67





nature au bas des pices don't le plus souvent il .ignorait
la rdaction peu avant qu'elles lui fussent soumises. Le
vrai Chef de l'Etat tait Septimus Rameau dc-t la culture
moyenne tait au-dessous de la tche leve qu il avait as-
sume. Mais, orgueilleux, vain, fastueux, il n'admettait pas
d'tre contredit. Il agissait sa guise, ddaigneux des con-
seils d'autrui et n'tait domin que par un petit nombre d'i-
des don't il voulait imposer l'application la communaut
avec une opinitret maladive (1). Parmi ces ides, on pou-
vait noter son ambition d'riger Port-au-Prince un pan-
thon la gloire de nos aieux .
Que par essence, un tel sentiment fut infiniment louable,
nul n'objectera. Toute la question tait de savoir si, au mo-
ment o Septimus Rameau en faisait un point essential de.
son programme de gouvernement, il n'y avait pas de probl-
mes plus urgents et plus immdiats qui sollicitaient l'atten-
tion d'un homme de gouvernement. Or, les dpenses publi-
ques pendant les quatre ans de l'Administration de Nissage
Saget si rigoureusement contrles qu'elles eussent t,
n'avaient pas moins laiss nos finances appauvries et notre
conomie anmie par les dprdations et les destruction
des biens qui avaient puis les resources de ce pays
pendant la dernire guerre civil. Et mme les measures ex-
tra-radicales qu'avaient imposes ls Chambres Lgislatives
pour faire la rforme montaire en substituant le dollar am-
ricain la gourde haitienne avilie par les missions scan-
daleusement massive du gouvernement de Salnave, ces
measures trop prcipitamment adoptes dans une conomie
anmie, sans appui extrieur, sans correspondence ad-
quate avec la production indigne, avaient suscit, une cri-
se de mvente et une raret du numraire qui avaient pro-
fondment du la communaut (2). Il en tait rsult de
srieux embarrass du Trsor qui arrivait difficilement

(1) C.F. A. Firmin : Le Prsident Roosevelt et la Rpublique d'Haiti.
(2) C.F. Frdric Marcelin : Ducas-Hippolyte, son poque, ses oeuvres P.P.
101 102 103





remplir les obligations habituelles du gouvernement en face
de ses cranciers. La situation s'tait aggrave au surplus
par le nombrecroissant des rclamations diplomatiques don't
les Lgations trangres demandaient les rglements en
compensation des pertes subies par leurs ressortissants en
ces dernires annes de troubles civils. Etait-ce donc le
moment pour un homme d'Etat soucieux d'affronter l'tude
des problmes d'actualit, d'pingler son programme de
gouvernement l'rection d'un panthon la gloire de nos
anctres? N'y avait-il pas l la demonstration d'une pense
fastueuse, sans doute, mais curieusement obsessionnelle,
beaucoup plus en rapport avec un dsquilibre mental qu'
avec une conception saine des devoirs qui incumbent un
Chef de gouvernement? Et Septimus Rameau assortissait sa
lubie d'un autre project don't la ralisation urgente devait
apporter l'conomie appauvrie du pays la substance sp-
cifique propre en galvaniser l'nergie. Il s'agissait de la
foundation d'une Banque d'Etat don't les capitaux devaient
tre fournis en parties par l'Etat, en parties par des capitalis-
tes auxquels la concession serait accorde. D'abord, un
emprunt de trois millions de piastres fut contract le 12
aot 1874 avec les sieurs White, Hartman et Cie, ngociants
tablis Port-au-Prince et Macuard Andr et Cie., ban-
quiers de Paris. Sans attendre la parfaite execution de ce
contract d'emprunt, et dans la hte, sans doute, d'en augmen-
ter le contenu en numraire, le Corps Lgislatif, le 19 f-
vrierl875, autorisa le gouvernement lancer un nouvel em-
prunt de douze millions de piastres don't la ralisation fut
confie aux sieurs Sievers et Silvie, banquiers tablis
Port-au-Prince, lesquels s'associrent au Cridit Franais
qui endossa l'excution du contract la Bourse de Paris.
Mais, entire ces divers contracteurs, il y eut une telle col-
lusion de trafics et de fraudes, que le pauvre gouvernement
haitien fut vol et dpouill sans merci. Plus de la moiti
de 1' un et de l'autre emprunt resta en partage de commis-
sions illicites et deprbendes parmi les hommes d'affaires
Paris qui furent trop heureux de bafouer les candides finan-





ciers de Port-au-Prince (1). En attendant, Septimus Rameau
tait obsd de crer sa Banque d'Etat. A cet effet, il pas-
sa un nouveau contract avec un sieur Lazare, citoyen amri-
cain (2) d'aprs lequel le gouvernement haitien et le dit
sieur Lazare devaient verser une some de $ 3.000.000-.
bientt rduite $1.500.000.- pour former un fondscommun
d'exploitation financire et commercial. Lazare devait ver-
ser les deux-tiers de la valeur pralablement convenue soit
un million de dollars et le gouvernement haftien l'autre
tiers, soit cinq cent mille dollars. Aux dates fixes conven-
tionnellement la ralisation de l'objectif dtermin, La-
zare se droba tandis que Septimus Rameau s'effora de
runir le plus d'argent possible qu'il fit dposer dans les
coffre-forts du btiment destin servir de local la Ban-
que d'Etat. Mais les dmarches du Vice-Prsident du Con-
seil pour donner de la consistance son project ne pouvaient
aboutir quelque rsultat qu'aux dpens de l'inexcution
d'une grande parties du Budget de l'Etat. Ainsi, le service
des appointments des fonctionnaires s'alourdit d'irrgula-
rits menaantes jusqu' une cessation de fonctionnement.
Et les fonds recueillis de cette faon allaient grossir les
reserves de la Banque d' Etat. Septimus Rameau entendait
lier sa renomme et sa fortune publique la nouvelle insti-
tution. Or, le mcontentement de la population montait en
flche et s'alimentait des recriminations, des rancoeurs,
des colres provoques just titre par les malversations
des emprunts trangers. Le Vice-Prsident du Conseil par
son attitude altire et arrogante semblait jeter un dfi
l'exaspration publique.
Et voici que le 1er mai 1875, fte de l'Agriculture, tan-
dis que Domingue assistant au Te Deum traditionnel l'E-


(1) C.F. J.B. Dorsalnvll : Cours d'Histoire d'Hait Imprimerie Dubois et
Bauer Paris 1912 PP 104 105 106
(2) J. N. Lger Haiti, son histoire et ses dtracteurs, New York et Washington
1907 PP 224
Antoine Michel : L'emprunt de 3 millions de piastres.





glise mtropolitaine, le Gnral Lorquet, Commandant du
Dpartement de l'Ouest, dtacha certain rgiments de la
garde prsidentielle pour aller procder l'arrestation des
citoyens Pierre Momplaisir Pierre, Brice Ain et Boisrond
Canal, considrs comme tant les chefs de l'opposition
contre le gouvernement.
Pierre Momplaisir Pierre defendant, seul, l'inviolabilit
de son domicile, s'arma d'une carabine rptition et tint
tte l'agression. Nul ne put franchir le seuilde sa maison
que lorsqu' l'puisement de ses cartouches, il se logea la
dernire balle.
Brice Ain en allant se rfugier au Consulat espagnol,
fut atteint d'une balle la jambe qui l'emporta la tombe.
Quant Boisrond Canal, attaqu sur son habitation de
"Frres" quelques kilomtres de Ptionville, il djoua les
combinaisons de la soldatesque venue l'arrter et put se
rfugier la Lgation amricaine, sise Turgeau.
Cette brutale offensive du gouvernement de Domingue
mit le comble l'indignation publique. Beaucoup d'autres
citoyens inquiets et menacs, demandrent asile aux Lga-
tions et Consulats, puis s'en allrent en exil. Ils devinrent
le foyer incandescent des conspirations qui, de Kingston,
s'allumrent en divers points du territoire haitien.
Et d'abord, ds l'anne 1876, le Gnral Louis Tanis
Ain, Commandant de l'Arrondissement de Jacmel se rebel-
la contre le gouvernement. Domingue dploya quelques ef-
forts pour vaincre cette prise d'armes. Il n'y russit point
et la longue dure de la rebellion provoqua des sympathies
en d'autres lieux. Le Cap-Haitien fit cho son appel aux
armes. Les autres arrondissements du Nord suivirent le
chef-lieu du Dpartement. Bientt les Dpartements voisins,
le Nord-Ouest et l'Artibonite se joignirent au Cap-Haitien.
Ce fut un embrasement gnral dans les deux-tiers du terri-
toire. Et son tour, Port-au-Prince s'agita. Domingue et
Septimus Rameau comprirent que tout tait perdu. Surpris et
dconcerts par la rapidit et la multiplicit des mouve-





ments insurrectionnels, ils s'apprtaient fuir, mais pour
aller o? En exil? Cela eut t plus sage. On prtendit,
cependant, que leur supreme dsir tait de se diriger vers
les Cayes, leur ville natale, o ils pourraient organiser la
resistance. Ce fut probablement pour accomplir ce dessein
que Septimus Rameau encore plein de morgue, fit une tour-
ne en ville au course de laquelle il s'oublia en menaces et
en vocifrations.Une faon de terroriser les factieux.Nan-
moins, malin et astucieux, il s'arrta sa Banoue, cons-
truite en matriaux mtalliques et situe prs de l'actuelle
cathdrale, just l'endroit o est rige l'Ecole des Fr-
res de l'Instruction Chrtienne. Prestement, il descendit
dans les caves de l'tablissement, s'emplit d'or les poches,
les bottes et les moindres possibilits de recel de ses vte-
ments. Quant il en sortit, au dire de Firmin (1), suant
grosses gouttes, il fut ce point gn et incommod par son
pesant fardeau que ses movements devinrent difficiles et
lourds. Son attitude embarrasse veilla les soupons de la
foule qui lui donna la chasse. Il s'affola. Mais, dj il avait
pralablement charge deux cabrouets de caisses mtalli-
ques pleines d'or et d'argent qui descendirent l'un aprs
l'autre la Rue des Fronts-Forts en direction du wharf pour
tre embarques sur une golette (2). Tous ces movements
insolites exasprrent les masses populaires qui converti-
rent leur colre en meute. Septimus Rameau n'eut pas le
temps de rentrer chez lui. Il rejoignit Domingue, en vitesse,
au Palais National. Ces deux hommes sentant venir l'orage
qui grondait sur leur tte, n'attendirent pas le Corps diplo-
matique qu'ils avaient mand pour les protger. Ils voulu-
rent rapidement aller se rfugier la Lgation de France
alors que M. le Marquis de Vorges, Ministre de France, ac-
compagn du Vice-Consul, Hutinot, et flanqu de M. Lopez,
Consul d'Espagne, s'empressaient de venir au devant d'eux.

(I) C.F. A. Firmin : Op. Cit. P 403
(2) Auguste Magloire :Histoire d'Hoiti 2e parties Port-au-Prince 1910 P 340 a 364.
Tome Ille.





Ces trois diplomats envelopprent les chefs dchus de
l'inviolabilit de leurs drapeaux et contriburent former
un cortge qui prit la voie la plus rapide pour les conduire
. leurs Lgations ou Consulats respectifs, quand la foule
rompit la discipline du cortge et se rua sur Septimus Ra-
meau. Il fut mortellement bless de plusieurs balles et s'af-
faissa sur le sol. Quant au vieux Domingue, bouscul, rou
de coups, bless, il put franchir le seuil de la Lgation de
France, d'o il partit peu aprs pour aller mourir Kings-
ton, Jamaique. Telle fut la triste fin des deux chefs du gou-
vernement bicphale Domingue-Rameau.
Pendant deux ans, par la violence et la ruse, ils avaient
sabot, entr'autres mfaits, l'exprience du rgime parle-
mentaire qu'une fraction d'hommes avait essay d'tablir en
Haiti en renouant la tradition d'autres essais infructueux
du mme genre dj amorcs dans un pass assez pro-
che. La tentative des hommes de 1870-1874 avait ceci de
particulier et de suggestif, c'est qu'elle avait sembl tre
l'expression d'une majority de l'lectorat du moment puisqu'
elle avait manifestement domin le parlement de 1870
1874. A ce groupement politique on avait donn le nom ou
lui-mme s'tait attribu la denomination de part liberal.
Nous nous sommes efforc vainement desavoirde quoi tait
fait son programme. Nous renouvelons notre aveu que nous
n'avons jamais eu la bonne fortune d'avoir sous les yeux
un document authentique qui fut le texte du programme du
parti librali Cependant, tel qu'il fut, nous l'avons vu
l'oeuvre dans la splendeur de ses activits. Les membres
de ce group taient conduits l'action par Jean Pierre
Boyer Bazelais, l'un de leurs leaders, leur chef et leur gui-
de. Nous avons jug, lou ou blm l'action de ce parti se-
lon que nous avons considr cette action conforme ou non
aux intrts permanents du pays. Nous allons le voir dres-
s contre d'autres adversaires domins par une idologie
oppose la sienne.













CHAPITRE VII


LE PARTI LIBERAL ET LE PARTI NATIONAL

LA PREDOMINANCE DES PERSONNALITES
SUBSTITUTE A L'ABSENCE DES PROGRAMMES DEFINIS




Mais puisque la politique librale du contrle parlemen-
taire qui a prvalu dans la 13e legislature a eu un retentis-
sement considerable dans notre milieu et que n'tait la ma-
noeuvre conjugue de Nissage Saget et des affids de Do-
mingue,le group liberal aurait eu les plus grande chances
de conqurir le pouvoir en 1874 en faisant lire Pierre Mom-
plaisir Pierre la Prsidence de la Rpublique, nous avons
le devoir de l'interroger sur les objectifs qu'il se proposait
d'appliquer dans l'exercice de la haute function prsiden-
tielle qu'il convoitait. Et d'abord, quels ont t ceux qui
ont pris l'initiative d'en faire un organisme politique? Au-
trement dit, quels en ont t les fondateurs?

Le document que nous publions ci-aprs peut nous en
donner les indications. Il s'agit d'une correspondence -
change entire Jean Pierre Boyer Bazelais et Edmond Paul.


Voici une copie de la lettre original envoye par le pre-
mier au second :





Port-au-Prince, le 19 Fvrier 1870


Monsieur Edmond PAUL
President

Mon cher Edmond,
Je vous aurais retourn depuis hier
mme le project de circulaire si je n'avais t drang
presque toute la journe par quelques visits. Vous verrez
plus bas le project que je vous soumets et qui est le vtre
dvelopp de faon ne permettre aucune quivoque. Aux
noms ports en marge dans votre lettre j'ajoute G. Lopez,
P. Faubert,B. Dehoux, l'ingnieur Louis Ethart. Bazelais
Auguste et moi nous nous occupons de notre ? ... premiers
frais l'enfantement en question. Quand je vous verrai......
je vous dirai nos sujets.

Tout vous cordialement
JP. Boyer Bazelais


Peut-tre Ackermann nous prterait-il un concours intres-
sant pour les articles scientifiques et de mtorologie? Si
vous voulez je le verrai et vous pouvez lui envoyer aussi
une circulaire.


Messieurs


Mon cher Concitoyen,


Edmond Paul
L. Audain
Boyer Bazelais
L. Ethart
Thoby fils
J. B. Dehoux
Rossignol
S. Bruno
Eugne Nau


Depuis deux mois, l'opinion publi-
que au Port-au-Prince exprime un voeu:
celui de voir fonder un journal laCa-
pitale.

Ce voeu, les soussigns tentent
aujourd'hui de le raliser et ont la
certitude d'y parvenir sans peine,
s'ils obtiennent le concours qu'ils de-

75




E. Ro .............
JP. Bazelais
Charles Vilevaleix
Auguste Bazelais
J. Paul fils
P. Faubert
G. Lopez
B. Dehoux ingnieur
D. Jn Joseph
Magny


mandent leurs concitoyens, dans
les conditions ci-aprs exposes.

I Le journal devra paratre une
fois par semaine et, au moyen d'une
some total de........tous les frais
de son........seront couverts et sa
publication garantie pour 4 mois au
moins. On s'est dj entendu cet
gard avec un imprimeur.

II Le journal sera gr par Mr. Ed-
mond Paul qui consent se charger de
cette tche laborieuse et absorbante


dans laquelle il sera suppl, en cas
d'mpchement par les soussigns
successivement.

III Chaque collaborateur, tout en
conservant la facult de traiter tels
sujets sa convenance devra s'enga-
ger fournir par mois au moins 2 arti-
cles de sa composition ou traduction
sur telle branch de matire qu'il aura
choisie pour la spcialisation de sa
tche.

IV On signera ou on ne signera
pas, son gr les articles fournis
chacun ..........

V Le montant ou la cotisation pour
les fondateurs est de P. 20.- payables
en un ou en deux terms la conve-
nance des souscripteurs.


Note de l'diteur : Les points suspensifs sont dus aux parties du document
qui ont t dtruites por des insects.






VI Ceux qui ne voudront pas parti-
ciper la cotisation nous donneront
le concours de leur collaboration au
journal, seront des rdacteurs-colla-
borateurs.


VII Ceux qui n'entendront prendre
aucune part la rdaction du journal,
consentiront contribuer par le paie-
ment de la cotisation, la creation de
cette oeuvre ainsi reconnue par eux
d'utilit actuelle seront les fondateurs
du journal.


VIII Toutes difficults ou rclama-
tions qui pourront se prsenter pro-
pos ou l'occasion de la rdaction ou
de la publication du journal, seront
soumises, pour tre rgles, une
commission compose des soussigns
et de trois autres membres choisis par
le sort, parmi les fondateurs et colla-
borateurs runis du journal.


IX Les fondateurs runis..........
s'occupent de tout ce qui est relatif
l'existence matrielle du journal ainsi
que de l'examen des comptes de sa
gestion. Eux seuls participent aux b-
nfices, s'il y en a, rsultant de l'ex-
ploitation du journal.


Telles sont, cher concitoyen, les
conditions auxquelles les soussigns
viennent faire appel au concours de





vos lumires et de votre patriotism
pour la foundation d'un journal la Ca-
pitale. Vous voudrez bien lui faire par-
venir une prompted rponse, indiquant
nettement la part que vous avez con-
sentie prendre l'oeuvre projete.

Recevez ..........


Quoique ce document ne contienne pas le nom que de-
vait arborer le journal don't il fixait les conditions matriel-
les d'existence, il s'agit bien du "Civilisateur" qui fut
l'organe de publicity du group. Ensuite, on remarquera
qu'aucune qualification doctrinale n'a t assujettie aux
vingt premiers collaborateurs qui s'obligeaient, cependant,
fournir deux articles par mois la rdaction. Une telle
confiance rciproque entire vingt personnel pour le lance-
ment d'un organe politique de diffusion d'ides, de defense
d'attitudes politiques dans un climate politique aussi agit
que fut celui de l'poque don't il s'agit, dnote une entente
pralable d'amis, de corligionnaires sur un tas de ques-
tions l'ordre du jour. Ds lors, il nous semble qu'il im-
portait peu que le group prit le titre de parti liberal, radi-
cal ou dmocratique, le vocable utilis ne pouvait tre que
le contenu de certain points de vue dans la gestion des
affaires publiques sur lesquels les membres du group s'-
taient d'avance mis d'accord.
D'autre part, ainsi que nous avons essay de le dmon-
trer, il nous semble galement que la preoccupation primor-
diale de tout group politique dans ce pays est le choix
d'un candidate la prsidence qui devient ainsi l'incarnation
idologique, le symbol reprsentatif du group au sommet
de la hirarchie administrative. Si je ne m'abuse, le patro-
nage de Pierre Momplaisir Pierre, un noir, qui ne me parait
pas s'tre recommand par aucun mrite particulier et don't
les libraux promouvaient la canditature prsidentielle au
moment prcis o ils disposaient de la majority dans les




Chambres, me semble rpondre l'objectif secret, inavou
mais infiniment probable de prconiser la candidature prsi-
dentielle d'un homme honorable entire tous et qui, de sur-
crot, avait la mme nuance pidermique que celle de la
grande majority de la nation. Il tait noir. Quel dommage
que dans la conjoncture des faits, ce champion du respect
de la libert individuelle, ce vaillant chevalier venu de sa
lointaine bourgade de Petit Trou de Nippes, ce farouche
dfenseur de l'inviolabilit du domicile priv ait t oblig
de se suicide pour chapper aux sbires de Domingue-Ra-
meau! Peut-tre la prpondrance de sa haute personnalit
dans les luttes et les divisions partisanes eut pu faire pren-
dre une autre trajectoire aux vnements. En tout cas, Salo-
mon un noir ne se fut pas trouv en presence de Boyer
Bazelais un multre comme comptiteur la premiere
magistrature de l'Etat. La face des choses eut t change,
peut-tre. Car, un moment donn, Salomon, lui-mme, au
dire d'Edmond Paul (1), n'avait-il pas rendu hommage au
patriotism des libraux? Ne s'tait-il pas cri : "Soute-
nons de rios sympathies ces hommes d'lite que nous voy-
ons au Snat, la Chambre et dans la Presse, et don't le
plus grand mrite est de ne pas dsesprer de la patrie qu'
ils dfendent avec autant de talent que de courage".
Cette citation d'Edmond Paul fait ressortir qu'entre les
leaders venus des horizons politiques les plus opposs, il
y avait eu une possibility d'entente sur certain principles
relatifs la defense du patrimoine commun, qu'ils s'taient
tous rencontrs sur le mme chemin de l'honneur et de la
dignity quand il s'agissait de payer un tribute de respect
l'observance du just et du droit. Mais alors, se demande-t-
on, quel moment de la dure et pourquoi les antagonismes
les divergences, les rivalits ont-ils dress ces hommes les
uns contre les autres en menaces, en dfis, voire en ren-
contres sanglantes et en agressions meurtrires?
Ne serait-ce pas quand les meurtrissures des goismes

(1) Edmond Paul : Etude politique P. 173




outranciers, les blessures profondes d'amour-propre offense,
les rancoeurs endolories des valeurs mconnues ont obs-
curci le sens commun et obnubil la raison? Ne serait-ce
pas quand le choc des opposition de personnel a fait sail-
lir.le hasard des cristalisations de nuances pidermiques
et remonter des abmes du colonialisme pervers la hirarchie
des classes sociales bases notamment sur la couleur de la
peau? N'y avait-il pas dans ce legs du pass comme une
tunique de Nessus, comme un manteau indcrottable alors
que, l-dessus, les responsabilits de chaque haitien lib-
r, portent le sceau indlbile des irrmdiables condamna-
tions de chacun?
O est-il donc l'haitien d'hier ou d'aujourd'hui noir
ou clair- qui soit indemne de tout reproche envers son fr-
re dmuni, relgu en quelque taudis de nos villes ou enfoui
en quelque ajoupa, l'ombre de la fort, encrass de su-
perstitions, d'ignorance et de misre?
A la vrit, pour parer ces dficiences habituelies
d'une modalit inconsistante du personnalisme, l'observa-
teur le moins objectif regrettera que de vritables parties ne
fussent pas constitus en cette tentative de groupements
diversifis vers 1870. Le moment avait t favorable, nous
semble-t-il, l'closion des ides sur lesquelles on eut pu
tablir des programmes, des plans pour mener la lutte la
conqute pacifique du pouvoir et viter le recours la vio-
lence laquelle nous sommes asservis aprs des annes
d'indpendance. C'est du moins ainsi que des penseurs
comme Edmond Paul qui fut le doctrinaire des libraux a-
vait envisag le problme.
En effet, ne l'a-t-il pas nonc dans sa rponse un ar-
ticle de M. de Molinari? (1)
"Si M. de Molinari, crit-il, eut regard de plus prs, il
"eut reconnu que dans tous ces pompeux tittes de libraux
"et de nationaux (2) cits par lui, il n'.est question que de

(1) CF Edmond Paul : Loc. cit. Haiti et l'Intrt franais. Rponse i' M. de Mo.
liniari. P. 176
(2) C'est nous qui soulignons





"partage, l'occasion, des voix du pays sur celui d'entre
"les candidates qu'il faut choisir et lever la prsidence,
candidatess qui ne sont diffrencis, de quelque manire
"qu'ils se rengorgent que par leur competence ou non aux
affairess, ou bien en ce qu'ils sont attachs, les uns aux
principless de libert que comportent nos institutions ac-
"tuelles, de prfrence, notre habituelle routine despoti-
"que".
Voil un tmoignage d'une valeur inestimable dans la
discussion que nous poursuivons sur la vritable significa-
tion des tiquettes don't on a par les groupements qui se
sont heurts dans les competitions prsidentielles entire
1870 et 1888. Les personnalits qui se sont opposes dans
l'pre jeu du partage des suffrages de la nation, ont us de
tous les stratagmes pour vaincre leurs adversaires et com-
me l'une des conditions du succs rsidait dans la posses-
sion du plus grand nombre de suffrages par la cooperation
du plus grand nombre d'adhrents il allait de soi qu'il fal-
lait trouver le moyen le plus sr de s'attirer le plus grand
nombre d'lecteurs. Il arriva donc que le mrite du candidate
se rehaussait de la valeur du slogan qui fut le plUs propre
sensibiliser les dmarches du plus grand nombre d'indivi-
dus. A cet gard, celui qui a trouv la formule magique "le
plus grand bien au plus grand nombre" fut une manire
d'homme de gnie parce qu'il avait invent la plus saisis-
sante formule propre enchainer la victoire dans son camp.
Et le bnficiaire d'une telle manoeuvre ne pouvait tre qu'
un noir, ce Lysius Flicit Salomon don't l'initiative loin-
taine sous la prsidence de Pierrot avait t de rhabiliter
la mmoire de Jean Jacques Dessalines, volontairement
oubli et mconnu depuis le drame du Pont rouge, ce Salo-
mon don't la condemnation politique 20 ans de bannisse-
ment avait fait rayonner sur son front une aurole de martyr.
Il fut l'incarnation d'un moment d'histoire. Pourtant ce ne
fut pas lui que revint la paternit d'avoir dnomm son
group "parti national". Michel Domingue, dans sa "Pro-
clamation'" du 1er mai 1875, n'a-t-il pas officiellement dit:




"Je dclare qu'issu de la volont de la nation, mon gouver-
'nement ne sera jamais celui de la coterie et de la spcu-
"lation politique; que la grande majority qu'il a l'honneur
"de reprsenter lui a conquis clatamment le titre de parti
"national" (1).
D'autre part, des historians comme J.B. Dorsainvil (2)
comme Firmin (3) en font remonter l'origine Septimus Ra-
meau, Vice-Prsident du Conseil des Ministres sous Domin-
gue. Firmin, en effet, en esquissant comme suit le portrait
de Septimus Rameau fait remarquer que "noir il avait plutt
pour principaux amis politiques des hommes de couleur de
tous les coins du pays Il leur donna les meilleures fonc-
tions, si bien que, malgr l'horreur qu'a toujours cause
son nom, aprs la journe du 1er mai 1875, on ne lui a ja-
mais attribu des haines de caste".
"Tandis qu'il prouvait par ses actes qu'il n'avait aucun
"lien avec le piqutisme, il affectait de menacer continuel-
"lement ses adversaires composs en majeure parties de
"multres des masses qu'il croyait en measure de dchai-
"ner sur la socit. Il a t l'inventeur du terme de grand
"parti national (4), mais jamais homme n'a t plus indiff-
"rent aux revendications politiques que cette majority pour-
"rait essayer. C'tait la fois niais et insens, l'oeuvre
"d'un dsquilibr".
Ce texte formel dans la nudit de ses rvlations, d-
nonce le mcanisme de la manoeuvre de Septimus Rameau
qui a cr le terme de "grand parti national" comme l'ex-
pression de l'pouvante don't il usait pour intimider ses ad-
versaires, les hommes de couleur, en tenant en laisse les
noirs qu'il pouvait lancer contre eux, sa fantaisie, au gr
de son sadisme. A ce compete, les noirs n'taient plus qu'
une masse inerte don't il jouait, sa guise, pour contrain-

(1) CF.. Auguste Magloire : Histoire d'Haiti. L're nouvelle P. 159
(2) J.B. Dorsainvil loc. citat. P. 101
(3) A. Firmin loc. cit. P. 401
(4) C'est nous qui soulignons





dre ses ennemis au respect de sa personnel et de sa politi-
que. Quel cynisme! Quel dvergondage! En vrit, quand on
dcouvre certain dessous de l'histoire de ce pays, on res-
te stupfait devant les rvlations qu'ils cachent. Ils sont
d'ailleurs pleins d'enseignements en mme temps qu'ils d-
routent la sagacit du sociologue anxieux de trouver une
explication rationnelle des faits, gestes et attitudes qui
ontconditionn l'volution dela nation pendant plus de 100
ans.
Ainsi, pour la plupart d'entre nous, le parti national et
le parti liberal taient des organismes srieusement agen-
cs sur des programmes effectifs don't ils prconisaient
l'application au pays en des luttes lectorales pour la con-
qute du pouvoir.
Vain jugement, fausse appreciation, nous apprennent des
tmoignages d'irrcusable valeur.
Dans le processus des vnements et dans les dmar-
ches souterraines des acteurs qui paradaient sur la scne
publique, il s'agissait plutt d'opposition de personnel
don't les mrites et les dfauts servaient de rgles au jeu
des competitions politiques, il s'agissait d'habilets ma-
noeuvrires, de finasseries cauteleuses pour assouvir la
passion des candidates la prsidence. Mais o donc tait
la patrie, pourrait-on se demander, dans cette confrontation
infernale des ambitions rivals?
Ah! je sais bien qu'il convient de garder la measure mme
lorsque nous apprhendons la bassesse des ralits sordi-
des dans la conjoncture des machinations politiques. Ainsi,
nous savons de faon pertinente que dans l'un et l'autre
camp, il y avait eu des mes candides, des serviteurs zls
de ce qu'ils croyaient tre une sainte cause, des citoyens
dsintresss et honntes. Mais, nous savons aussi que
dans l'un et l'autre camp, ces gens formaient l'exception,
ils taient en minority.
A notre gr, et en jugeant la matire ex cathedra, le dou-
ble movement don't il s'agit est n l'envers. On a com-
menc par o l'on devait finir. Ce qu'il convenait de faire -

83





croyons-nous d'abord et d'urgence dans l'un et l'autre
camp, ce qui eut d tre le premier devoir des leaders en
action, s'ils taient rellement des hommes clairvoyants,
des patriots dsireux de traveller l'ascension de ce peu-
ple vers plus de lumire, c'tait de promouvoir la morality
de l'lectorat, c'tait de lui faire prendre conscience de sa
valeur intrinsque, car, avant tout, c'tait lui,. la nation en
ses 4/5. Donc au lieu de procder la constitution de soi-
disant parties politiques, il aurait d tre question de mettre
tout haitien en measure de pouvoir crire lui-mme son bulle-
tin de vote afin qu'il ft capable de choisir, bon escient,
celui qui il allait dlguer pour un temps dtermin la
fraction de puissance don't il est revtu. Il fallait le mettre
en tat de pouvoir contrler l'usage que le mandataire avait
fait du mandate qui lui avait t confi. N'est-il pas vrai que
toutes ces chooses lmentaires et banales souhait forment
la base de l'organisation de la dmocratie representative?
Ne faut-il pas dplorer l'absence de ces principles fonda-
mentaux dans les documents pars journaux, brochures
livres, plaquettes qui ont survcu ces poques de fi-
vre o il n'tait plutt question que du mrite des candidates
la prsidence, de tentatives incessantes d'insurrections,
de l'immixtion de la soldatesque dans les luttes lectora-
les, etc? Evidemment tout cela constituait un tat social
dplorable. Mais tout cela dans une dmocratie en instance
de formation est plutt une fin d'opration au lieu d'tre
une initiation aux normes d'un gouvernement du people par
le people.
Mais que parl-je de pralable dans une situation o il
semblerait que l'action seule comptait, l'action la plus pres-
sante, celle qui indiquait d'accaparer immdiatement le pou-
voir et de juguler les apptits de l'adversaire en lui impo-
sant un pacte don't on supputait une telle puissance impra-
tive que l'obissance ses rgles devait tre suffisante
pour amener le bonheur et stabiliser la paix dans la commu-
naut? Hlas! on ne s'tait pas aperu qu'on avait mis la
charrue devant les boeufs.





En fin de compete, nous retiendrons que pendant une dou-
zaine d'annes, toute une lite d'hommes fut divise en
deux groups distincts dnomms"parti national" et parti
liberal". Nous retiendrons galement que l'opinion publique
a cristallis sur le mode motionnel un amas de virtualits
chez quelques-unes des personnalits representatives de
l'un et de l'autre group de faon telle qu'elles devinrent
des symbols de classes et de conditions sociales. L-des-
sus, l'tiquette pidermique marqua la limited des frontires
sans empcher pour autant l'interpntration sporadique des
francs-tireurs dans l'un et l'autre camp. Et ceux-ci furent
si nombreux et, quelquefois, si ptulants, certain gards,
qu'ils jetrent souvent la plus grande confusion a et l sur
la rigueur ventuelle des classements.
En tout cas, ainsi se dveloppa la suite des vnements
lorsque l'meute du 15 avril 1876 renversa le gouvernement
bicphale Domingue-Rameau et que dans l'entremlement
des actions, l'imbroglio des factions et la confusion des
dmarches, le parti liberal se scinda en deux factions riva-
les le bazelaisisme et le canalisme tandis que le part
national, un moment dsempar par le patronage rpudi de
Septimus Rameau, se ressaisira, liminera les sournoises
competitions de personnel et mettra en relief la candidature
de Salomon.





CHAPITRE VIII

ELECTION DE SALOMON

Si malgr qu'il en fut, l'ardeur du combat politique rest
vive entire les deux parties majeurs, cependant le parti lib-
ral divis manqua d'unit en affrontant l'urne en 1874, la
reconstitution du gouvernemert aprs la remise en activity
85





de la Constitution de 1867. Son slogan "le pouvoir au plus
capable" qui semblait designer Jean Pierre Boyer Bazelais
comme tant le plus digne d'accder la prsidence par ses
mrites transcendants, ce slogan trouva si peu d'cho
l'Assemble Nationale que ce fut Boisrond Canal qui triom-
pha dans l'urne au grand dsespoir des bazelaisistes. Il est
vrai qu'on parla de corruption. On prtendit au'une maison
de commerce de la place avait dpos chez l'Archiviste de
la Chambre d'importantes valeurs la disposition de cer-
tains membres du Corps Lgislatif. Vraie ou fausse cette
rumeur aigrit davantage les bazelaisistes qui ne pouvaient
gure se consoler de leur dfaite. Ils prirent leur revanche
en organisant une opposition intraitable au nouveau gouver-
nement don't les activits furent alourdies par leur hostility
parlementaire.
Alors, les canalistes s'allirent aux nationaux pour r-
sister l'action inamicale de leurs anciens correligionnai-
res.
D'autre part, Boisrond Canal, lu pour quatre ans, eut
combattre tant de rvoltes partielles ds la premiere anne
de l'exercice de son mandate, il fut si souvent contraint de
de se dfendre au sein des Assembles Lgislatives contre
l'animosit bazelaisiste que, dgot, il aima mieux se d-
mettre de ses hautes functions le 17 Juillet 1879 aprs trois
ans de prsidence. Et ses amis se joignirent aux nationaux
pour empcher que sa succession cht Boyer Baze-
lais. Ainsi, aprs maintes tractations, maintes manoeuvres,
ils facilitrent l'lection de Lysius Flicit Salomon la
Prsidence le 23 octobre 1879.












CHAPITRE IX


L'ACTION DE F1RM1N DANS LE PARTI LIBERAL

On nous reprochera peut-tre de nous tre attard d-
mler l'cheveau des vnements dans lesquels notre pays
s'est dbattu entire 1870 et 1880. Nous justifierons cette
incursion, une fois de plus, en faisant remarquer que l'hom-
me don't nous avons entrepris d'crire la biographie a t
intimement ml l'enchevtrement de ces vnements et
que pour bien comprendre les directives auxquelles il avait
obi en choisissant de s'intgrer tel group plutt qu'
tel autre, il fallait analyser le mcanisme de ces groups,
en tudier les aspirations, en dceler les tactiques, les er-
reurs, les succs ou les revers. C'tait, en some, dresser
la carte des vnements historiques de ces poques. Nous
ne pouvions nous y drober.
Par ses origins, la curieuse volution de sa haute per-
sonnalit, par sa participation pendant plus de quarante
ans aux affaires de ce pays, par ses ambitions, ses rves,
ses infortunes et son patriotism, Antnor Firmin a t ac-
tivement ml cette tranche de l'histoire de notre nation.
11 demeurera de ce fait un moment de la conscience haitien-
ne.
***


Aprs avoir franchi le cap de ses 20 ans, nous l'avons
vu se livrer une lutte opinitre pour se librer des diffi-
cults matrielles du milieu local afin de s'assurer l'ind-
pendance d'une vie dcente parson travail. Mais il n'avait
pas pour autant dlaiss la poursuite d'une culture intel-




lectuelle toujours plus vaste, toujours plus profonde. On
n'a jamais cess de dire de lui qu'il tait un autodidacte.
Ce n'est qu'une demi-vrit. Nous avons fait justice de ce
qu'il pouvait y avoir de lgendaire dans cette assertion en
montrant la minutieuse preparation de ses tudes classi-
ques pousses des acquisitions plus tendues que celles
qui taient dispenses, la jeunesse, cette poque dans
les coles secondaires. Nous avons vu qu'il avait prolong
les siennes plus de deux ans aprs avoir parcouru le pro-
gramme de la rhtorique avec l'assistance de M. Neff, son
professeur de belles-lettres. Mais, cette reserve admise,
partir de 1870 et ce fut l que commena sa formation
d'autodidacte il s'attaqua avec une vigueur inaccoutume
la conqute de la haute culture : Droit, sociologie, an-
thropologie, sciences conomiques et politiques. Il embrassa
ces diverse disciplines avec une fougue et un lan extra-
ordinaires. Il avait choisi les sciences juridiques pour en
faire l'talon des connaissances de la profession d'avocat
qu'il voulait exercer. Il avait embrass la sociologie parce
que l'armature de la communaut haitienne sollicitait un
examen prolong et attentif pour en mieux saisir le mca-
nisme et la vie. Il tudia l'anthropologie parce que cette
science, jeune l'poque don't il s'agit, s'tait hte avec
une exubrance imptueuse, de clamer le dogme de la hi-
rarchie des races humaines et avait assign une place irr-
versible au dernier chelon de la classification la race
laquelle il appartenait. Il lui semblait qu'en s'attachant
son example personnel, en valuant les virtualits de son
intelligence dans un milieu qui en restreignait l'tincelle-
ment et la grandeur ventuels, il tait une vivante protesta-
tion contre un dogme qu'il sentait aussi injuste qu'incon-
sistant. Il caressa le project hasardeux d'en faire une rfu-
tation, un jour, s'il en avait l'opportunit. Mais la ralisa-
tion d'un tel project tait hrisse de difficults. Il lui fal-
lait d'abord border l'tude des sciences connexes l'an-
thropologie : la biologie, la palontologie, la prhistoire.
Quoiqu'il pt en advenir,-la preparation des tudes si vas-




tes et si ardues exigeait et exige des loisirs et une longue
assiduit de recherches et d'observations. Ces tudes exi-
geaient et exigent de longs, jours et de longues heures pour
pour en rendre l'assimilation moins dure et plus aise. 11 y
avait, par ailleurs, l'ordre du jour des matires plus ac-
tuelles, plus urgentes qui sollicitaient l'intervention d'une
jeunesse ardente de courage et d'nergie.
N'tait-il pas vrai que le pays tout entier tait embras
par la flamme des discussions sociales et politiques? N'-
tait-il pas vrai que Port-au-Prince par ses activits de tou-
tes sortes agissait comme un aimant sur l'esprit de la jeu-
nesse? N'tait-il pas vrai que les leaders de la Capitale
posaient des problmes d'intrt national aux intelligence
avides de participer aux dbats du forum? N'tait-il pas
vrai que des crivains, des penseurs, des hommes politi-
ques agitaient la tribune du Parlement autant que dans la
Presse des problmes sur lesquels il siyait que chacun
donnt son avis? Alors, si Port-au-Prince, un conomiste
autoris comme Edmond Paul par ses livres, ses articles,
ses discourse soulevait des questions d'une extreme impor-
tance auxquelles il apportait des solutions qui semblaient
aussi conformes la science qu'au bon sens et au patriotis-
me rflchi, pourquoi Antnor Firmin hsiterait-il entrer
en contact avec lui et arborer le drapeau du libralisme que
ce leader dployait avec autant de fiert que de crnerie?
Pourquoi ne s'associera-t-il pas aux dmarches de cet au-
tre chef du libralisme, ce Jean Pierre Boyer Bazelais
don't la haute et belle culture, le pass administratif impec-
cable, lui paraissaient autant de gages de sagacit et de
perspicacit?
Evidemment, il s'tait aussi rendu compete que de l'autre
ct de la barricade, il y avait au Cap-Haitien mme un D-
mesvar Delorme, rcemment revenue d'exil don't le prestige
intellectual prvalait aussi bien en Haiti qu'en France, il y
avait un StSurin Franois Manigat qui une formation clas-
sique de choix et des connaissances varies octroyaient
une autorit incontestable; il y avait un Guillaume Manigat




don't le grand savoir s'alliait une impressionnante impec-
cabilit de gestes et d'attitudes, il y avait Port-au-Prince
un Franois Denys Lgitime, respect, honor, par la ri-
chesse et la varit de ses connaissances; il y avait sur-
tout ce Lysius Flicit Salomon, aim et dtest tout la
fois par la cohorte innombrable de ses amis et de ses enne-
mis. Bien qu'il ft hors du pays, ayant t frapp de ban-
nissement en deux fois, il n'exerait pas moins une singuli-
re attraction sur les hommes et les affaires du pays. On a-
vait fini par modeler sa personnalit en une image de pros-
crit qui hantait la pense des foules anxieuses de rendre
justice qui justice tait due. En presence de tant de fac-
teurs diversifis, que fera Firmin l'appel du devoir civi-
que?
Certes, s'il ne s'agissait que du seul principle de l'auto-
rit, attach au rayonnement de la personnalit, ce principle
tant partag dans l'un et l'autre camp par le prestige des
leaders en presence, le choix d'un parti eut t un problme
quasi impossible rsoudre. Mais en considrant la forma-
tion psychologique du jeune intellectual que fut Firmin dans
les annes 1870-1878, proccup de ragir contre la vieil-
le tradition des Chefs d'Etat emmurs dans la carapace de
l'absolutisme personnel, en opposition cette idologie r-
trograde que combattait le parti liberal avec une inlassable
ardeur, notre robuste gladiateur en entrant dans l'arne poli-
tique, ne pouvait que rejoindre ceux que d'instinct il consi-
drait comme ses chefs et ses guides : un Boyer Bazelais,
un Edmond Paul.
Antnor Firmin tait dj liberal avant la formation du
parti liberal.
Le 5 janvier 1878, il cra, au Cap-Haitien, un hebdoma-
daire qu'il dnomma "Le Messager du Nord". Journal de
combat, d'action partisan, agressif et frondeur, l'image
d'une jeunesse imptueuse. Cette jeunesse tait d'autant
plus belliqueuse qu'elle montait l'assaut d'une citadelle
vermoulue, encastre dans le mensonge et l'injustice. Et la
situation politique l'y invitait.





C'tait 18 mois aprs l'lection surprise de Boisrond
Canal la prsidence de la Rpublique. On s'expliquait
fort mal la victoire de Poisrond Canal sur Boyer Bazelais
tant donn que l'Assemble Nationale qui avait combl
Canal de cette prestigieuse distinction tait manifestement
compose d'une grande majority librale. Dans 1' uneet l'au-
tre Chambre les amis de Boyer Bazelais taient en surnom-
bre. La preuve en fut que la Chambre des Dputs tait pr-
side par Hannibal Price et le Snat par le Dr. Louis Au-
dain, tous deux bazelaisistes authentiques, tous deux lus
dans l'une et l'autre Assemble au suffrage majoritaire et
au scrutiny secret. D'aucuns prtendent -nous en avons d-
j fait la remarque (1) qu'il y a eu une distribution de
pots de vin . la veille de la runion de l'Assemble Natio-
nale, que la maison Charles Miot, grande firme bancaire de
Port-au-Prince, avait t charge de cette operation. Antoi-
ne Michel dans son livre "Salomon Jeune et l'Affaire Louis
Tanis" (2) s'est fait l'cho de cette accusation. Est-elle
fonde? On sait qu'en cette matire rien n'est plus diffici-
le si ce n'est d'apprhender la vrit. En quand il s'agit de
rumeurs voire de faits couls depuis prs de cent ans, il
est inutile d'essayer d'en prouver la fausset ou la vraci-
t.
D'autre part, ne peut-on pas conjecturer que la survivan-
ce de Boisrond Canal la journe sanglante du 1er mai
1875 qui a vu disparatre. ses deux compagnons, Pierre Mom-
plaisir Pierre et Brice Ain, sous l'action meurtrire de
Domingue-Rameau, sa faon diligente d'chapper la pour-
suite de la soldatesque gouvernementale lui avaient dcer-
n une sorte d'aurole hroique aux yeux de certain lib-
raux don't l'ultime conscration devait tre la prsidence
de la Rpublique?
On ne sait.
Peut-tre, convient-il mieux de s'arrter.au schisme qui

(1) CF pp. 85, 86.
(2) CF A. Michel : Salomon Jeune et l'Affaire Louis Tonls P. 35




clata dans le parti Kingston lorsque le grand nombre
d'exils qui s'y trouvaient, la suite de l'affaire du 1er
mai 1875, se divisrent en deux camps. Les uns s'attach-
rent la fortune de Boyer Bazelais, d'autresconfrrent
Boisrond Canal le rle d'organiser l'insurrection don't devait
dcouler la chute de Domingue.
En tout cas, l'chec de Boyer Bazelais l'Assemble
National le 17 juillet 1876 fit surgir au sommet l'opposi-
tion des personnel dans le climate politique et psychologi-
que de l'heure. En consacrant, visire leve, la scission
du parti liberal en deux fractions irrconciliables le ba-
zelaisisme et le canalisme -elle a mis en position de com-
bat deux forces antagonistes dans le gouvernement de la
chose publique : le canalisme nanti du Pouvoir Excutif,le
bazelaisisme prpondrant au Parlement. Au sein du mme
parti triumphant, c'tait la guerre des freres ennemis. Le
rsultat en fut que pendant toute la prsidence de Boisrond
Canal ainsi que nous l'avons tabli en des pages prc-
derces,-- l'opposition parlementaire rendit le gouvernement
strile et impuissant. En vain,des hommes sages et avertis
tentrent-ils d'amener une reconciliation, une soudure entire
ces lments diviss et aigris. De telles dmarches n'a-
boutirent qu' des insuccs rpts. Mais alors, pour re-
prendre ce que nous avons dj exprim plus avant, il ad-
vint qu'en face du parti liberal intrieurement disloqu et
affaibli par la dissension, son adversaire doctrinal le par-
ti national se raffermit, prt profiter des brches si op-
portunment ouvertes dans le camp oppos pour se substi-
tuer lui dans les competitions lectorales et se rendre
matre de la prsidence qui tait de part et d'autre l'essen-
tiel des objectifs poursuivis. Telle tait la situation politi-
que gnrale du pays quand Antnor Firmin lana "Le Mes-
sager du Nord".
Dans l'ditorial du premier numro, il. nona comme suit
son programme d'action idologique :
"Travailler la propagation des ides librales, sera
"notre point de gouverne et de ralliemnent. Certes, nous vou-





"lons un libralisme sincre et raisonn don't les allures
"n'accusent point des reserves suspects, des reniements
"voils, ni une fougue don't l'enthousiasme est peut-tre
"lgitime mais don't l'irrflexion et la dsinvolture ne peu-
"vent conduire qu' la grande confusion du drapeau liberal
"qui ne veut abriter que des ides d'honntet, de progrs
"et de stability bien entendues. Ce sera donc pour nous
"une line de conduite inflexible de ne point cder un
"entrainement inconscient ni pourtant tolrer que le moin-
"dre doute puisse se reflter sur la sincrit de nos con-
"victions. En cela, nous suivrons la maxime du pote des
"Mtamorphoses Inter utrumque tene (1) non dans le sens
"d'une prudence systmatique et louche mais avec le senti-
"ment profound de la raison qui s'loigne de tout extreme.
"Dans la gravit de la situation o se trouve le pays,
"en presence des vellits plus ou moins prononces de fai-
"re volte-face vers le pass non sans reproche, d'une part,
"et des efforts gnreux qui tentent d'assurer l'avenir, une
"voie laborieuse mais digne de la destine social, de l'au-
"tre, nous n'avons pas hsit embrasser le drapeau qui
"promet au pays advancement et dignit. C'est que toute r-
"flexion faite, nos malheurs sociaux innombrables comp-
"ter, rsultent tous de cette tendance rtrograde qui, de-
"puis 1843, cherche enrayer la march des choses par
"des restrictions habiles et malfaisantes. D'ailleurs, la
"ralit parle plus haut que tout systme. C'est un fait in-
"dniable que la majority claire, raisonnable et immacu-
"le du pays, se trouve presqu'entirement dans le group
liberall don't l'influence va croissant et gagne les coeurs.
"La vrit seule a la vertu de grandir travers la lutte
"des passions et des intrts.
"Or, le vrai libralisme ne consist pas seulement fai-
"re parade d'une indpendance bruyanteet mme hroique

(1) Inter utrumque tene medio tutissimus big
Entre les deux, ou milieu, tu chemineras en siret.
Ovide : Mtamorphoses II 137 et 140
Traduction de I'diteur.





"devant les attitudes menaantes d'un pouvoir quelconque,
"il exige, en outre, que chacun sache garder un just sen-
"timent de son importance social, tout en s'efforant de
"devenir de plus en plus digne d'une Rpublique libre dans
"laquelle il ne doit se trouver que des citoyens clairs,
"habiles contrler la gestion des affaires publiques .Ain-
"si sera-ce notre grande preoccupation d'inculquer dans
"l'esprit du people cette vigilance rpublicaine qui sauve-
"garde les institutions aussi bien que les intrts. Sou-
"cieux de lui faire jouer des droits don't l'apanage est im-
"prescriptible nous lui dirons toujours ses devoirs maintes
"fois lourds, nanmoins ncessaires la conservation
"de son ascendance sur la direction de la chose gnrale.
"C'est pourquoi nous demandons l'instruction publique
"pour tous, obligatoire mme, l'ducation qui, seule, ga-
"lise les hommes ..."
Et l'article se pursuit sur le mme ton, en plusieurs
colonnes, dveloppe les mmes ides selon les directives
d'une action politique dtermine dfendre le programme
de la fraction bazelaisiste du part liberal.
On aura, sans doute, remarqu que Firmin dans son ex-
pos a fait allusion entire le vrai libralisme-tel qu'il l'en-
tendait du moins et le libralisme occasionnel de ceux
qui firent tat de ce vocable sans en appliquer le sens et
le contenu rationnels dans la gestion de la chose publique.
Il est certain que cette allusion s'adressait aux dtenteurs
du Pouvoir Excutif quin'avaient pas son agrment et celui
de ses amis.
Et "Le Messager du Nord" dans les numros suivants
faisait chaque semaine une analyse critique des vnements
qui s'accomplissaient dans le pays en infligeant trs sou-
vent son blme et sa rprobation de la conduite de tels et
tels responsables selon que ceux-ci paraissaient mriter
une pareille sanction. Il va sans dire que la crnerie du
journal et son attachementpolitique bien dfini avaient sus-
cit a et l,des reactions et des rpliques auand quelques-
unes de ses observations taient considres dsobligean-

94





tes par certaines personnalits. Souvent des polmiques a-
cerbes s'ensuivirent. Une pareille prise de position de quel-
ques Membres de la Presse, loin d'apaiser l'humeur batail-
leuse du "Messager du Nord" dcuplait, au contraire, sa
fougue et sa puissance d'attaque. Et, plus d'une fois, la
polmique entire l'organe capois et tel de ses confrres de
la Capital ne manqua ni d'aigreur ni d'amertume.











CHAPITRE X


LE DIALOGUE ENTIRE FIRMIN ET DELORME

A ce propos, il convient de citer notamment l'animosit
qui avait clat entire le journal "Le Ralliement" don't le
premier numro parut Port-au-Prince, le 12 aot 1878, sous
l'administration et la rdaction principal de Monsieur M.
Lavaud. Ce journal appartenait prcisment au camp des
nationaux, et combattait vigoureusement Boyer Bazelais.
Dans une lettre de Kingston, Salomon, en 1878, rclama
d'avoir t le fondateur de ce journal. Il en a t, disait-il,
le President du Conseil d'Administration et le Trsorier (1).
Or, parmi les rdacteurs du "Ralliement", il y eut un hom-
me don't l'loge accaparait si souvent l'attention des lec-
teurs de cet organe de la Presse, que cette publicity insi-
dieuse inquita Salomon et ses amis. Ils la considraient
comme une champagne prsidentielle en sourdine. Ce colla-
borateur masqu de pseudonymes varis n'tait autre que
Dmesvar Delorme, revenue dans le pays aprs huit ans d'
exil. Il dbarqua, au Cap-Haitien, le 12 avril 1877. Combien
de temps resta-t-il dans la mtropole du Nord, sa residence
habituelle? Nous l'ignorons. D'ailleurs, son rayonnement
tait tel qu'il importa peu qu'il demeurt ici ou l.
D'autre part, que valait effectivement la candidature voi-
le la prsidence qu'il esquissait sournoisement soutenue
par quelques-uns des nationaux les plus notoires?
Il est difficile de le savoir en l'absence de toute docu-
mentation srieuse. Cependant, l'ombre complice de la
dure, on peut tout de mme suggrer l'hypothse que cette

(1) C.P. A. Michel : Op. cit. P. 197





candidature tait une manoeuvre de substitution ventuelle
celle de Salomon, plus combattue et plus redoute. D'au-
tant que ce proscrit lgendaire venait d'tre condamn, une
fois de plus, au bannissement, par la Cour Martiale de Port-
au-Prince qui l'avait impliqu dans l'affaire de Louis Tan-
nis Ain. Il rsidait l'tranger. En tout tat de cause, les
rivaux de l'un et l'autre leader du parti national, taient en
tat d'alerte pour combattre leurs adversaires sous quelque
nom qu'ils vinssent.
Ainsi, "Le Messager du Nord" engage une polmique
avec un rdacteur du "Ralliement" don't le pseudonyme ca-
chait mal la personnalit de Dmesvar Delorme. Firmin con-
testa l'assertion de l'crivain du "Ralliement" que Prou-
dhon fut un "grand crivain" dans le sens restreint sa-
voir que Proudhon fut "un styliste" comme l'tait Delorme,
lui-mme. En bon escrimeur, Firmin avait dcoch une poin-
te mouchete son adversaire. Delorme, extrmement sen-
sible et vain comme le fut Firmin, lui aussi se sentit
touch. Il y avait dans ce duel d'intellectuels la rencontre
de deux orgueils chiffonns, de deux superbes blesses,
quelque chose comme la dsintgration de deux atomes cro-
chus. Les adversaires croisrent le fer avec une violence
inouie.
Sous le masque de son pseudonyme, Delorme avait fait
valoir l'autorit de ses trente-deux ans de rayonnement in-
tellectuel et la grandeur de sa royaut dans le domaine des
lettres et des arts.
Dans le No. du 17 aot 1878 du "Messager du Nord",
Firmin rpondit :
"Nous connaissons quelqu'un qu:i n'a que 28 ans d'ge et
"12 ans de travail srieux dans la sphre intellectuelle, il
"est pourtant capable de jeter le gant ce hros blanchi
"sous les superfluidits des connaissances futiles! Celui-
"l est prt lui remontrer dans toutes les branches de la
"science depuis l'explication de deux et deux font quatre,
"explication qui n'est pas si facile qu'on le croit. jusqu'





"cette rudition don't M. Artrapax (1) n'a que le vernis.
"Celui-l a consciencieusement, solidement, courageuse-
"ment travaill, pioch (nous aimons le mot), cherch la
"vrit dans les sciences physiques et naturelles, biologi-
"ques et sociales; l'anthropologie comme la cosmologie,
"l'conomie politique comme la jurisprudence ont t pour
"lui un champ de travail o il n'a pas perdu ses journes,
"ses nuits surtout. Il a de plus tudi les deux principles
"langues mortes de la civilisation occidental mais encore
"les quatre premires langues vivantes de l'Europe, ayant
"triomph avec quatre mois d'un vigoureux travail de tou-
"tes les difficults du formidable allemand : le tout sans
"avoir jamais eu de mattre".
Contre cette prise de position belliqueuse, Artrapax, a-
lias Delorme, se dressa, irascible. En une contre-attaque
dmesure, il charge l'impudent spadassin qui osa se me-
surer lui. Et "Le Ralliement" du 28 septembre 1878,
rpliqua de la faon suivante :
"A l'crivailleur du "Messager du Nord".
"On avait bien raison de dire avortons dans la dernire r-
"plique qu'a faite "Le Ralliement" aux rhapsodies du "Mes-
"sager des libraux". Aprs la concluante dissertation pu-
"blie dans le No. du "Ralliement" du 27 juillet, un sa-
"vant s'est nomm et devant le nom d'un petit bouffon, M.
"Delorme ne peut que sourire et turner le dos. S'il se fut
"agi d'une personnel ayant rellement Du faire quelquestu-
"des, dans le vrai sens de ce mot, il n'eut pas ddaign
"de donner une nouvelle leon propos de cette antiquit
"grecque don't un iroquois se mle de parler. Mais il est
"question d'un nomm Firmin. M. Delorme ne peut consen-
"tir s'abaisser ce point. Un homme qui vient de se fai-
"re une place distingue dans le monde littraire de Paris,
"ne peut se ravaler jusqu' discuter ici des questions lit-
"traires et de philosophie avec un imbcile, devenu, sans
"doute, fou force de calcul. Ce petit sot s'est figure que

(1) C'tait l'un des pseudonymes que De lorme avait adopts.





"M. Delorme lui rpondrait et le tirerait de son obscurit.
"Mais l'illustre concitoyen que nous dfendons ici, n'aide-
"ra aucun Erostrate commettre aucun sacrilge pour se
"faire un nom. Et ce grotesque Jrme Paturot en qute de
"notorit restera dans la poussire o il git. Il n'en sorti-
"ra certainement point au moyen d'un nom de cet homme
"que tous les bons citoyens estiment et affectionnent par-
"mi nous, de cet homme qui est l'honneur de notre pays et
"de notre race.
"Si un baladin, un fou, un Gagne quelconque s'avisait
"d'imprimer que Victor Hugo n'est pas ..... (1) Victor Hugo
"consentirait-il se dshonorer en rpondant ce fou?
"Ainsi, propos du centenaire de Voltaire, on a crit der-
"nirement dans divers journaux que le grand pote, n'est,
"en fin de compete, qu'un extravagant et ennuyeux remou-
"leur d'antithses, Victor Hugo a-t-il rpondu ces insul-
"teurs?
"Bien certainement, ce n'est pas M. Delorme, fier et
"digne, comme on le connait, qui consentirait jamais
"s'occuper d'un sauteur.
"Il a connu dans son enfance au Cap des fous tranquil-
"les, entire autres, Tatoute et Bibi qui se disaient hommes
"de grand esprit et qui amusaient le public avec le jargon
"qu'ils mettaient au service de ce grand esprit, a-t-on ja-
"mais eu l'ide de dire Bibi et Tatoute qu'ils n'taient
"pas des savants? C'est la mme histoire qui se reprsen-
"te.
"Ce Firmin, c'est un nouveau Tatoute.
"Et nous-mmes qui nous faisons un devoir au nom du Cap
"et au nom de toute la Rpublique d'Haiti de publier ces
liness en l'honneur de M. Delorme, notre minent compa-
"triote, notre honorable ami attaqu de nouveau par les ro-
"quets qui jappent depuis si longtemps ses talons, nous
"rpugnons nous occuper d'un imbcile vingt-deux ca-


(1) Illisible




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs