Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00112
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: October 3, 1824
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00112
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01824-10-03_no_48 ( PDF )


Full Text




LE


TELEGRAPHHE


Gazette Officielle.



N.o XLVIII.



PORT-AUV~ -dNCE, le 28 Novembre 1824, an 21.
CL-L .. ..... th- --sl l I- i- i I ... t t......i.-i--i- Idk


( Suite du precdnt nunmro. )
L'analogie des sentinens et des prin-
cipes qui existe entire les cabinets de Lon-
dres et de Washington, convaircra P'Es-
pagne qu'i faudra qu'elle lutte seule centre
toutes les nations lbres du Noiive:t- Mon-
de. Cette conviction introduira peut-tre
dans ses conseils la sagesse et la nodera-
tion qui,sont importantes a son existence.
) S. M. B. a envoy auprs diu gonver-
nement de cette rpIubique un consul.g-
nral qui residera Bli3is-Ayres; de notre
c6t, nous avons cru qu'il ctait ncessaire
de nommner un consil-g..nial qui rsidera
a Londre.
Enfin nous avons tabti difflrentes
institutions qu'il sea du devoir du gou-
vernement de preserver des erreirs et
d'un zee mal entendu des bons citoyens,
que l'activit dsorganiisatrice des minis-
teres, et quelques souverains strangers
chercheraiient ptiut-ttre toiurner a leur
profit Vot-e cooperation sincere ne sera
pas moins ncessaire a la conservation dle
ces institutions qu'elle ne i'a te leur
creation. Signe, BEitNADINO RIVADAVIA,
IAN-UEL J. GARCIA.
Londres 26 juin.
"Le vaisseau atiglais le Valeureux est
arriv'du Aitx'ique Portsmouth. I a-ame.
n en Angeierere M. Michel.ena, agent
mexicain aupres du gouvernement angiais.
l.es nouvelles que ce btiment a appor-
t' es du Mexiqne soit trs-favorale.s a la
,.cause de 'inrdependance. 11 e parait pas
que cet tat ot dispos se soumettre
de nouveau l'atitoritt' de la mire-patrie.
Le general, BraW q aiet ni;oim oirnman-
'dant en chef. C'est'le i.'ni- q(uii, avant
e'te charg dlesor-ter I.ex-emperreur i la
Veia-Cruz le menaga .de 1 'aihe fl'silier
s'il ne s'embar,quait pas de st ite. JI nr'est
pas' probable qu 'il se Tende iraintekant
coupajie d'uue trahison, (Courier. )


--- Les jourti'aux'atmrlicins contiennent
une communication de M. Gual, ministry
de affaires tra)ngeres de la Colombie,
a l'intendant du. dpartement de la Mag-
deiaine. Le ministry lui envoie le rap-
port officiel de la reception publique des
commissaires anglais, et il lui dit, ea-
tr'autres closes, ce qui suit:
< Depuis que I'Espagne constitution-
Pelle a t vaincue par les puissances atl
ices, ces dernires ont port leurs re-
gards sur ces contrees comme sur le
theatre de leurs operations ulterieures,
Sans doeate-dans Pintntytorr de indiemt
niser des sacrifices qu:eiles ont fats poAir
rendre le pouvoir absolu S. M. C. Heu-
reusement le.gouvernielnent desyEtats-nis
sur notre propre continent, et en-Europe
la Grande-Bretagne, se sont declaris en
notre faveur ; ces deux puissances s'op-
posent aux projects qui mnenaeent de tiou-
bler la tranqudilit de la rpublique,
L'existence de la, Colombie, sous: e
rgmie de -ses insttitutions tutlaires a
certainement prouv l'Europe et a 'A-
rmerque, que les descendants des ancieis
colons espagnols ne sont pas aussi deg4e
nres qu'oi le supposait puisqu'ils cat
su vaincre les priugs de leIur preniiare
education, et s'elever par leur propre
force au rang des nations souv.eraines et
induendantes.
Les mnimes jonrnatux amricains con-
tienient une espce d(assurance semi-of4i-
cietle fate au ncoigis des. Etats-Unis par
M. Ciay, au sujet des projects attribus-
1 Europe contre" l'ndpendance :de P'A
*'mprique mridionale. :Au commencement
de la session, NM. Ctay avait:propos utne
tresolutino contenant expression des sen.
times du congrs relaliveinent a. ces pro.
jets; mais le 'a~6 mn:i la thamDre des re.
p ielrttaus s't~it for:me :.en .comit4 gi.






(a )


niral, M. Clay a pris la parole, et il
a dit en substance ce qui sunt:
Si les projects attriucs aux puissances
allies eussent t rels 'intert, tle sa.
lut et mme iindpendanct- des Etats-
Unis, auraient ex.2g qu'on et gaid.a
ma proos tion ; mais on ne puit attri-
buer ces projects aux piissances aliies
sans en avoir les preiuves les plus con-
vaincantes. Des evnements, poslrieurs
aut message du president, ont prouv qie
s'ils avaieut r,;ellement existe, on les avait
abandonns ; et queque dispose que je
eois coopeere a touted les measures qui
auraient pour but de repoisser une agres-
sion europenne, je ile voudrais pas, ce-
pendant, doainer a P'Europe aucune capise-
reile d'offense ; en consquece, dans la
convict ion que les puissances europennes
rn'ont pas le project de ieduire l'Amerique
rnridionale a son ancien ttat, ni de la
forcer d'adopter une forme monarchique
de gouvernement, je mi'-bstiens de rap-
peler ma resolution lP'aiteniion de la
chambre, et je co,,sens a ce quIelle rest
sur le bureau.
(La suite au prochaiin numero.)

Arrt du tribunal de cassalion de la Re-
publique d'Haiti.
AU NOM DE LA lKEPUB3LQUE.
Extrait des r, gi.i, s du gref/e du tribunal
de eassJtim ,e it Relputblique, seant au
Port-au-Prince.

Ce mardi, 17 Act 1 I'Jnil enidance. y
Le tribunal de cassftion reuni extra-
ordinairement au paais de jutuce, lien .
ordinaire de ses aditen!iLcs, ou etaient pr-
sels le dovei Jin. Franigois 1Lepina. les juges Dijean', Oriol, iAeiiie et Nep-
tune, ainsi que le substitute provisoire.,
Louis Augaste D)aumec.
Deliberant sur le :poirvvoi en cassation
fait par le citoyen Miiguel Duran, habi-
tant domicilie a Pedrial, cominril de St.
Yague, contre le jigemiit rendu par le
tribunal civil dud;t elie, le el Ju.illet
1823, en fiveur du citoyen Jos Abren,
demeurant a'issii 5 P.rh-gal; lequel pou.lr-
voi portant pour grief, contravention a;x
articles 141 et 14,2, code d Ie proctldure
civil; violation de la loi sur le tiabre,
,et fausse application de 'article e, du ti-
tre 5, de :la loi du 1.5 Mai 1S9.
Entendu le rapport du judge Neptune ;


5 oui 1es e ncvius'in% verbales du citoyen
[Iouis Auguste Daume:", remplissant pro.
viso re: enit les fonetions du suib~titut du
connissaire du gouveriemenit, et y ayant
garld.
Vu les articles 141 et 142, code de pro.
cd:re c.vile, 2, da titre 5, de la loi
du 15 Mai 81,9,'et egalement les dis-
positiois prescrites par la loi s.,r le tun-
bre.
Vu les picefrenmoires et autres do-
cuineis tenant iu procs-: le tout mdre-
iment et attentivement examine.
Considcrant que, par l'article 20, de
la loi qui -tablit le droit dii timbre, du
2.3 Juiliet 1818, trs-Pxpresses defenses
sonit faites tout foo.ctionnaire public de
recevoir des ptitions, demands, ou tons
autres actes soumises au timbre, sans
avoir exig la formaite prescrite par la
susdite loi.
Considirant que le jugement dnonce,
ect en langue espagnole, se trove sur
du paper iibre et que la traduction faite
par I'Interprte les langues etrangres,
est contraire au tarif fixe par la loi doirt
s'agit.
Le tribunal, par ces notiC., rejette
quant a present le pourvoi en cassati-
on fait par le citoyen Miguel Durand,
contre le jugement rendiu le l2 Juillet
182-, par le tribunal civil de St. Yague,
en faveur du citoyen .Jos Abren, et
renvoie la parties a se conformer la 1 a
sur le timbre, du 23 Juin 1818; ordonna
que le present arrt sera sigiin e la par-
tie demanderesse, et qu' la diligence
du ministie public, expditi(,n du pr-
benit arrt sera envoyee aui grand juge
et qu'extrait en sera insure dans la ga-
zetne oflcielle.
Prononce au palais de justice du tri-
huiiai de cassation, les' joir, mo et
an que de l'autre part. ( Signe ) Ja
Fsois. Lespinasse, Boisson, greffier.
.Collationne. confirm,
JBOISSON.


Arrt du tribunal de cassation de la R,&
publique d'Ha'ti.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE:
Extrait des registres da grefe du trb@mnai
de cassaion de la 2.fpublique, sdani au
,Port-au- Prince..

Ce lundi, seize aoft mil-huit-cent-Ying't,







(a )


wnral, M. Clay a pris la parole, et il
a dit en substance ce qui sit :
Si les projects attribmius aux puissances
allies eussent t rels I'inturt, le sa.
lut et mame l'indpendanct- des Etats-
Unis, auraient ex.ig qu'on et ga:d.a
ma proos tion; inais on ie p~it attri-:
buer ces projects aux lpissances aliies'
sans en avoir les preuves les. plus con.
vaincantes. Des evnemetns, postrieurs
au message du president, ont proav que
s'ils avaient ree!leme'nt existed, on les avait
abandonns; et qiueque dispose que je
sois cooperer a routes les mesnres quii
auraient pour but de repo-sser une agres-
sion europenne, je )ie voudrais pas, ce-
pendant, doniner a P'Europe aucune cause"
reelle d'offense ; en consquence, dans la
convicioi que les puissances europennes
ui'ont pas le project de ieduire l'Amerique
tneridionale son ancien tlat, ni de la
force d'adopter une forme monarchique
de government, je ni'.bstiens de rap-
peler ma resolution a l'attention de la
chambre, et je cosens ce quIelle rest
iur le bureau.
( La suite au prochain numero.)

Arrt du triburial de cassaion de la Re-
publique d'Haiti.,
AU NOM I)E LA ItEPUBLIQUE.
.Extrait des registres du grefe du tribunal
de'ass ltin de li Riepulidique, sent au
Port-au-Prince.

Ce mardi, 17 Act 1824, an Qle. de,
I'Inil ,eidance.
Le tribunal de c:sstion rtini extra-
ordinaiirement au pa:ais de jutuee, lieu .i
ordinaire de ses adieincs, ou etaient pre.
sens le dovei Jn. Franiois e1-pina:-se,
les judges DI)jean', Oriol, tv)eeille et Nep-
tune, aiusi que le substitute provisore.,
Louiis Augoste D)amec.
Deliberant sur le ,o>'irvai en cassation
fait par le citoven Miiuel Duran, habi.
tant domicdie a Pedrgal, conumotn de Sr.
Yague, centre le ji:gemeilt rendu par le
tribunal civil dod.t bIe'i, le e1 Joilet
1823, en fiveur du citoyen Jos Abren,
demeurant aissi a P .h. gal; lequel lpoir.-
voi portant pour griefs, contravention a;ux
articles 141 et :14,, code dte procedure
civil ; violation de la loi sur le timbre,
et fausse application de 'article du ti-
tre 5, de :la loi du 15 LMu jsI19.
Entendu le Jrpport du judge Neptune i


ou les cnc1usjIns verbales du citoyen
Louis Audiiste Daumer remplissant pro.
viso recent, les functions du subsitut du
co ninssaire du gouvernement, et y ayant
gard.
Vo les articles 141 et 14'2, cot-e de pro.
cd:re c.vile, 2, du titre 5, de la loi
du 15 Mal I819,'et galerient les dii-
positiois prescrites par la loi s r le tiun
bre.
Vu les pice4 renmoires et autres do.
cuinens tenaiit au procs-: le tout mdre-
mnent et attentivement examine.
Considerant que, par articlee 20, de
la loi qui etablit le droit du timbre, du
2.3 Juiliet 1818, trs-expresses defenses
soot faites tout foctuonnaire public de
recevoir des petitions, demands, ou tous
autres actes soUmimses au timbre, sans
avoir exig la formaiit prescrite par la
susdite lol.
Considtant que le jugement dnonc,
cnt en langue espagnole, se tronve sur.
du paper libre et que la traduction fate
par l'Interprete (les langues etrangres,
est contraire au tarif fixe par la loi don't
s'agit.
Le tribunal, par ces mot;fs, rejette
quant a present le pourvi en cassati-
on fait par le citoyen Miguel Durand,
centre le jugement rendui le l Juillet
18:32, par le tribunal civil de St. Yague,
en faveur du citoyen Jos Abren, et
renvoie la parties se coniifrn:er a la 1 >i
sur le timbre, du 23 Juin 181 ; ordonne
que le present arrt sera sigirfie la par-
tic demanderesse, et qu', la diligence
du ministA:e public, expditin du pr-
sent arrt sera envoyee au prand jut:e
et qu'extrait en sera insure dans la ga-.
zetie oficielle.
Prononce au palais de justice du tri-
bun:a de cassation, les joiur, mo et
an que de l'autre part. ( Signe ) Ja.
F(ois. Lespinasse, Boisson, greffier.
Collationa confrmie,
iEOISSON.


Arrt du tribunal de, cassation de la R.
publique d' Haiti.
AU NOM DE LA :REPUBLIQUE.
Extrait des registres du greffe du tri',inal
.de cassation de .la .eHpublique, A.ant au
Po r.au- Prince..

Ce lundi, seize ao~t mil-huit-ien i'iont.








(4)


articlee 48, Fu code de pfocedire civil,
et 7, de la ioi du 15 mai 1810, sans
prjudicier a d'autres motifs et griefs qui
sont inserts daus le miinoire ainplatif
P'appui de son pourvoi
Entendu le rapport du juge F. Abeille.
'Oj les conclusions verbales dii com-
inissaire du government et y ayant -
gard.
,Vu les pieces, mnmoires et a'itres do-
cumens products par les parties respect
tives: le tout mnrement et attentivemeiit
exaiin.
Considrant que, pour qu'il y aurait
cu ouverture cassation contre le ju-
gement attaqu, d'a)prs l'article 48, code
de procedure civil, qui se trove -n
tiarmonie avec l'article 7, du titre 2,
de la ioi du 15 mai 1819, ui aurait fal-
li que Me. iuonys ent arg de ce mo-
yen pardevant le tribunal civil de ce
resort, que cette doctrine, baste sur la
jiirisprudence de ce tlibuinal se trouve
aussi conforme aux rtg;es qni sont eta-
bles par le manuel de la court de can:i-
tion ,pge 30, chapitre 2; en coinse
quence le premier inoyen de casa:i(on
fond sur les articles 7 du titre i, de
la loi du 15 mai 1819, et 48, du code
.de procedure civile, ne peut tie appr-
ci ;
Co-;siderant que d'apres la jurispru-
dence tabile par le.tribuinal de rassation,
les griefs qui sont prCsentes comitine mo-
yens de casation doivent tie <-nonctes
dans la rquii.'tL et qui'on est obligat ore-
inent tenu de ls sigiifi, r i la pa i-tie ad-
verse; quee d'aprcs li i qui se
trove conform aux loils, le tibhunui de
cassation ne peut nuliement dbibb rer
ni.statiiur sur le si:rplus des moyets qui
Sont contends danst le meiioioi unmplia-
tif, attend q'ils n'ont pas tc siifi s,
tii portes daus la requte en pourvoi dont
'agit.
Le tribunal, pSir ces motifs, rejette le
pourvoi en cassation faith par la citoyen-
re M.i les j.eemens di tribunal civi de 'cear-
rondissement sons les dates du .vingt
hauit octobre mil-hit-cent-vingt-trois et
treize decembre de la mine anne ; inam-
-.tient l'anmende au profit du trdsor public,
ordonne qu'a la diligence dui nnistre
public, expedition du prsent arrt sera
envoye an gind juge et qie'extrait en
sera insre dans la gazette officitlle.
Pronic c au palais de j'ustce du tri-


bunal Je cap seatn, 1e, johr m<4s t
an que de P'autire p>art. (Signe ) J. F.
Lsnasse, Bisson, n fffer.
Co11atinnih cb1fo~rme,

BOISSON.


EPITRE AU GENERAL BOY,
Vous, l'un'd15aii amiq (le notre Reiubliquel
Vom, dont noui linorons VAnite jihosoplhiqie,
Recevez, Boy, notre hornmage et o'os voaux
lui-siez-vous j imtais, puismez- vous re heureui,,
Puis.,i, z-vous daos les bra, d'une iopuse chrte
Voir s'arrter po ur vous le torWbnt de la vie;
Voir croitrr vos en.fnts ion ^de jous les ch;igrins,
Loin des ,oucis rongeurs, ce touri~nnt des. humainz..
Si le $i1eu don't ja. mal r1gle lel destinee,
Daigne vous accorder d'a.ui longua ami2s,
Dep. jQurs auass ser'etns dk-s nomoista aussi 'doux,.
Que la reconnaissance e appelle ;ur voug,
IIel qxu'n nauveau Ne.stor vous vetrrz la jeun6ss*
Admirer par trois fios votr'e verte v"illesse,
Cherir votre eloqunce. couter vo, avis,
Et daos vous hoinorer le me'illeor des amis.
Combien vo~ icti(i)fs parent a la rimnoire1
Totre vertu prudente,, unie A ntre gloire,
SIna ce.se a df,.nju la cause d'liti
L'rdnt pr(j'ugr ' Vous aurinz ecrL ses iiie ,et tnile tZteg,
S le fuoelste cdiic SUCCOYlb it aux temptex,
Vous qii de votre vYoix suivant o! gnraux
Soaxvent applaudissieza leurs sanglants travaux i
Mlis Aicide, autrfo,s, le redoutable Aicide
N'b-t-ii paq trmbattu coutre une hydire hornicide
,juquu'am nionient f ol, w seconde- de, Dieuc
E; ifn il trremssa le monsitr- furicux ?
Suivons doitc 6 B, y@, le 1 he-mii de la glore!
P'Etrnl a, nUs bras donnera la victoire ,
II nouts ievra; tranquilles dansa , paix
Notis nz)us rijp'.ileroiis les Pxploits, les liats-faitm,
Des bravi:'s dUioeurs de notre R publiiqiue,
Etns ccidrous leurs frojas de la raine cIvvque.
C'-t aY>rs, 6 Boy', c'"rt alors q,)'un bvoas ll
L'auguste prsdrv t vous redira ces miot:
a"Je v1 uti tiv. e'h, rge d une tache iffiportante
" Genera) vous. avy z su pass non attente;
Cevyez mon lge il doit tre flatcur;
i Cru C'tr la vent qui le dcte moin ceur.
Ii n'a pas dependu 'do votre exprienrce
(I-ce vous 11 aylez chz naos scell I'indqpendsnc*&i
Si in faux pr.,juge les captie di.tours
iOnt troimll les efforts de vos wages cii:cnpir.s
N en soyez point srpris ; I'hIlomnie dro't et Fi;icere
Ne >n ut que mpris r i'asrgtie trantere.
outefois, poursuivi par d'i:ijusles ir.-ur>~
" Si jamaHis vous Vewnez eraindre des m.ahir,
" AIQr8 OuvefIz- vous ~e la terre nova ,SotoW
J) Vnez, 6 y ru venez parmi des hunmes;
Le peuple HaYtien rvlre les yertos;
* Venez entire nos bras; A ces nmuuts uous jtiigions nutre recontiaifisa:nco. Y
ldQatfl 5 toujoutrs de notre independence ,
0> Boye nous savorss h)ntrer nos amis-, ,
Ainsi- que nuca ssuriona fi.trir nos enhcnem5,
Par un! ILA yoen.

Pvrt-au-Prince, tic rlwpriknene du Gii eriildw






SUPPLEMENT au Tlgraphe, Numro XLVIII.

----- &^n*p:SO ;V;i;;:;;.;;^ e @ ^< X-^ <;:;::=:^^---


AVES DI VERS.

THEA'I RE.
ujoard'hui Dimanche R FL C HE par indisposition.

PPocir la "Nyuvelle- OrlMars.
Labelle g..'ilt, George Stiles, capitaine FHill,
* *du port de 197 tonneaux, pIrtira dmns huit jours,
pour'frt ou prssoage, s'ad:,esseT au capitaine, a son
-Bord ou a MM. M.AU'NDEI fires et Ciomp.e
Port-au-Prince,, le 11 dcembre -1823. 1

Les soussighn oit l'Ihonneur -de prvenir le-pubnlc
icntraCter :l'quipage -i,. br ek danois Jeane, capi-
taine A. Von Campen, qui leur est consign. Le
capitaine thait la meme declaration.
'HEILAND ,et ,WEBER fr:res.
'Port-au-Prince, 'le '11 dceiubre 1823. :1

Le soupsigne a l'honneur de prvenir le pubiip
*qai'.l partira dans une quinzaine de jours pour leo
.E;tats- nis.
EI-ENIRIY \VOOLR'ItTE; ,graveur en jnarbre.
:Lort-au Prince,, le 14 dcembre 1823. -1

-V"TE AUX ENCHERESS.
Adjudication prparatoire.
-Le public est prvenu que le dix-huit dcembre
*ourant, il sera procd huit heores-du nmatin
en T'tude de Me. Dugu., notaire au Port-au-
Prince, l'adjudication prparatoire d'un em-
placement pour maison, situee en cette ville, rue
de l'Egalit, de la cnenaiice de soixante dix sept
pieds de f ade sur soixante treize pieds de pro.
fondeur, appartenant aux mineurs Blackharst, a
la requite de Demoiselle Pouponne Greffin, leur
'tutrice, deineurant en cette ville, et en prserce
d .gociant, subrog tuteur, demeurant egalement en
,cette ville. 8

Monsieur E. .r' n, en sa quality de charge
,de pouvoirs de Mr F Sureau, invite its debiteurs
de ctte mason qiii sont domicilis en cette ville
dui Port-au-Prince, de vouloir bien se runir, le
,aduze du courant en 1tude de Mr. Ls Auguste
Daumec dfsnseur public rue des Aniricains et
d.s Casernes efin d'aviser aux mnyens qui pour-
ront tendre A fachlter leur liberation env. rs latite
*maison. Le sieur Marion aimne croire que ses
dbiteurs reconnaitront dans cette demarche, l'in-
tention de compatir, autant qu'il sera en son pou-
voir, & leurs malheurs, en conciliant toute chose
avec son devoir et les interts qui lui sont confis.
La journe du 12 sus-mentionne, sera consa-
,cre a l'objet du present Avis, depuis sept heures
du matin, jusqu'au soir.. Ce teams expir, sans
que .le dsir du sieur Marin ne soit accompli,
ii se verra forc de recourir aux voices judiciaires
pour obtenir, rigoureusement, ce qui pourrait s'ac-
corder par arrangements, si la bonne foi y prside.
Port-au-Prince, le 4 dcenibre 1823. 2

Deux balles, marques C. D., Nom. 10 et 11,
nr.tnant chacune 20 rames de papier, dit colier,
envoyes, par nous soussigns, au Wharf de cette
ville le 11 du mois drj r, poyr ,tre ,embarQ nu
,a bord d bateau al aiLtien l'Abondtantce-, ea depart


pour ePs 'Cayss, n'tart point parvnere a board,
ont sans doute recn une: autre dcstiarisn. (.
personnel qni ponrraient avoir con.naissincf de ce
qu'elles sont devenules, soot 0 '.- dle. uo nus e.
i;i''rmer, prointant d'avance cde p'yer les fraia
qu'airait pu occ c-ux q"e. pourrait n6ess~t"Ir 'le remoi, si t, .te
fois el!es ont t embarquees, 'i.nsu des capital.
nes.; sur d'aptres btilIfen. 3
Ls. RIiAUD et Bd. CHENU.

lIMadsme GOUFFE a l'honrin r de prvenir le
public qi'ellet eat deni I'is posiiiJi de paper les
detts qu'a pu contractor ou que contractera a
l'ivenir. Mr. GouE':F,, son t'i, atterdu que sa
situ;,tin le met hurs i't .de faus des ifa.ires
par lui-nmme. 29 novembre 1.823. 3

Nious, sousimgn6s, fleury Phels t Edwarl
WVebeer, ayaklit t. chloiss abites ar.leo :ttribtlnd
de ette ij'-, le di. aoit, afin d' -ji.ir le dJffE-
rens exis.tnt. pitre Mr. Pet:'a Miilroy, de.,.etta
,ille, esc~teur-testamentadre 4c son feuw r';ire Jahn
'JMilroy et agent dp NMr. Jaixnes. A. Plrus)i seit
assuci survivant de la raison de comanerce Aii-
roy Ritchie et Cie et Mr. Hercuik Morice de
Liverpool, rsidant maintenant ou l'o:t-au-Piiice
seul agent de Mr. John Ritlhe, associ de la
dePi~e raison de Milroy et Ritchie.
N'ayant pu tre d'accord sur les diffrents points
de la dispute menitioniie dans l'aibitraige, signed par
les deux parties, :ous avons chuisi, seion les
pouvoirs qui nojis ont t donns par leJit arbi-
trage pour sur-arbitre, en premier lieu Monsieur
Samuel Correy, qui. malheureusement est mort
sans avoir pu s'en occuper et raintdnaiint MIonsieur
William Dawson, de cutte viill. AvI.f fut donu
du tout aux deux parties, temis conm\en bl; t
ayant, conjointtmentr avoc ledit sur-arbitre, pes
mureinent, consider et'examin les allegations et
les uocumens inis devant nous, nous ducs Htnry
Pheips, Edward Weber et VWiliain Daw 'on, fesons
savoir, par les pre se.tes dclarons et diivrons notre
jugtement et arbtr' ge sur, les dl'ffieens points en
dispute entire ks purtics ci-avait mnietionnes;
SAVOIR :
1. qu'ui pouvoir, donn pour liquider, puisse
Store rti lor.que la partie ou hIs parties qui i 'oit
donn, jugent convenabie de le fire aiiii.
20. que les lives, competes, bordereau et .tous
autres papers, conformrnment a l'inventaire qii en
a t fait par Me. Rouanez, not.ai-e dii Gouverne-
ment, et qui appartiennent ladite raison de Miiroy
et Ritchie, soient livrs immdiateimeat Mr. H.
Morice, combine agent de Mr. John Rlitcliie, associ
survivant de la derniire raison de Milrny et Ritchie,
afin que Mr. Hercules Morice pniisse rgler les
affairs pendantes de cette raison La livraison desdits
livres, papers &c. aura ieu, a condition zeuliieniit
que Mr. 1-. Morice done pk.ine et bonne caution
a Mr Peter Milroy, que fes fnims recueillis par
Mr. H Marice, pour le compete de ladite rai-on
de Milroy et Ritch' soient convenabl.ment ein-
ploys ervers le payemient des deties de ladite
raison de Milroy et Ritchie, et que que!que balance
que ce soit, si l'on en trouve qui serait due
feu John Milroy, sera pa'ye L sa representation
lgali. Les lives de Mi'r'y et Itilhie, contenant
les comptes de John .\li'. et Corni., Salter et
M .ilroy, M;ir.-\ ,Itill et Luniii, exuas Yetno
a Mr. Hcicules Mirice.






( 6 )


'3o. que ledit Mr. Peter Milroy, come agent
'de Mr. Brush seul assuci survivart de la raison
de Milroy Ritchie et Comp rendra un compete
vrai et complete des affiaires de la dernmre raison
de Milroy et Ritchie. durant leur liquidaiion. jusqu'
I'poque ou lesdits livres seront renis. A ces fins,
ne pouvant, par la inultiplicit de nos affairs,
nous charger personnellement de I'investig;tion desdits
livres, competes &c. nous prnlposons que Mr. lHen-
derson, prsentement commis de Mr. Peter Milroy,
et en sa faveur; et Mr. Bridgemann, en faveur
de Mr. Morice, soient dsigns cet effect, et nous
aupposons que trente jours seront suffisans pour
rendre les comptes ci-dessus mentionns. Mr. Morice
payera Mr. Bridgemann, et Mr. ;Peter Milroy,
Mr. Henderson, pour leur peine.
40. lesdits livres. papers &c. susdits, en ce q'ils
sont mls ensemble avec ceux des affaires des
diverse raisons mentionnees dans le second para
graphe de ce present jugement, resteront en pos-
session de Mr. Hercules Morice, durant l'espace de
trois mois. Cependant, pendant cette poque, Mr.
Peter Milroy y aura toujours un libre accs, et
apras qu'elle sera expire, il les remettra en la
possession d'une maison respectable quelconque,
de cette ville, et qui sera nomme par la suite.
La, toutes les parties intresses y auront un
ibre accs.
En tmoignage de quoi, nous avons, a ce
jugement arbitral, mis nos signatures et appos6 nos
11 '.


sceaux,, ce douze novembre mil huit cent vngt-
trois, en cette ville du Port-au-Prince.
( Sign ) EDWARD WEBER, HENRY PHELPS,
-WLLIAM DAWSON. 3

;Le soussign a l'honneur de prverir le public
qu'il vent de recevoir un assortment de la
nmdecine vritable de Monsieur LERao. II pren-
dra des arrangements convenables avec ceux qui
dsireraient s'en procurer.
3 Jh. DECATRELLE.
Port-au-Prince, le 22 novembre 1823.

Mr. DANTAN, professeur au Lyce National.,
a l'honneur de prvenir ses lves que le course
de lRhtorique qu'il avait jusqu'alors diffr, s'ouvrira
au mois ae jnvier 1824. II rptera aussi les
eives du Lyce, pendant la vacance.
Port-au-Prince, le 13 dcemibre 1823. 1

A VENDRE
eLas constructions de l'tablissement du Cirque
Olympique, situ au Port,-au-Prince, rue de la
Cr.ix telles qu'elles se poursuivent et comportent.
S'adresser a Me. ROUANEZ, notaire du Gou-
vernemrent, charge de communiquer les condition
,de ladite vente et d'en passer acte.
.ort-au-,rince, le 8 deembre 1823.


PORT-AU-PRINCE, DE 1'IMPRIMERIE DU GOVERNMENT.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs