Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00101
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: June 27, 1824
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00101
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01824-06-27_no_28 ( PDF )


Full Text







TELE GRP A P E,


Gazette Officielle.


N.o XXVIIL


PORT-AU-PRINCE, le Juillet 8824, an 21.


FRANCE.


CHAMBRE DES DEPUTIES.
Stance publique du s, Mars.

YJ. Benjnmin-Constant monte la tribune, et
s'expriine en ces terms:
Mes.ieurs, je conmencerai par reritercier la cham-
-bre de la moviut avec laquelle elle a bien vnulu
n accorderr des hier un d!ai qui, je I'avoue, m'e-
tait necessaire. Attaqui dans inon tat de ctroyen
-que j'ai possd et par mes propres droits et par
ceux de mon pie dept s plus de tr-nte anness;
attaqu dans nmoi honneur puisqu'on mr'accuse d'a-
Toir traiompe a chsuibre et le rapporteur q(i mi'a
fdit rvtevoir coiitr.e dpuc ii y a cinq ans; atta-
qi dans !a niiimoire d'un pre qiui :i-mitme se
Svoit, dans la tomiibi, inculp de fraud parce qu'on
,Aelt nure son fil, j'ai prouv je dois en con.
venir, lorsque je me suib av.nce pour dfendre
S. intrts aussi chers, une emotion qui airait pu
,'yn I'ordre d. mnes ides. Ne craigneuz point
CGette inot!on nm'entr.,ije e le !oins dui mronde
d'vous entiac!i nr de'bji-ts 'etrng-rs la qiuetion
q.!idlit n'occu:pr .Je vous ends g 1i ielede n a-
Vtrn/doi e e tiemrnps de la vincre. Je nim rtnfer.
r'cr.ili dans les t-it- Ies plus ixacts; jj' ne vous pi-
senier i quiedes faiits, parc 'qu-, de fatits re.soririont
nia jtt!iiction :a lus conpi1-tte et 1'vidence des
dtrual q~' n t;'a cc;i te, t:i.
Je r. conniirai d'abod teut ce qu'il pent y avoir
de vrai dtns une paitii de i'expos qui vous a et
fain hier.
T out es que vous a dit M. Dudon sur les con-
squencis ie i'o;'d .:nai ce iu 4. juin J8',- st pi."-
ifaieiienit frrie. i j,: me dtu.c-Cndais pas d'un e-
ligionnaire f,:gitif, tuus itS emplois, loutvs les forc.
tloiis, toit es is annees de residence que je pouiir-
rais a b sous des gouv-^rncem~inn iint.rie;-sa a
l.t restaurtioi, serawir t de nui efflt pour la pos-
'ses-oii ds, droits potiques.
Sins do:ite une oqtii;ni devrait encore .tre exa-
Llinite. La possssk.n d'e;t avalt la rest;ttration
est nuile, imais la poCssi,-son d'tat coinsacree de-
puis la restauration par mon inscip;uion sur les
lites ipa. nin admission da..s la chambre, c'tst-
-diri,: par ie gouvernement et les lgisaiteurs, p'ir
rila lut'e ri me contre les innistres (utu, en cssarV;it
de r:ule nioyens pour ;i'arter n'>nt jamais renre
ce.ui-a t ct i!s le regardai :'lt coni e inadm issib';
t ptiisse~sin d'iLat. aini ean)io, i:. par le gou-


vernempent pedt-lle m'!tre ravie ? ptovez-yous me Ia
contester ?
Au reste la solution de certe question ne mn'est
pas ncessaire, et j'accepte tout ce qui a te uir
sur I'ordonnance de 1814.
Voii donc une grande portion des dveloppe-
menrs don't M. Dudon vous a entrettefus qui au-
rait pu vous tre pargne. II srffit de fire l'or-
dunnance du 4, juin 1814 pour tre convaincu de
ce qu'il vous a longuemient prouv.
Ma.is i a reconnu conine vous l'aviez tous
reronnu que les descendans de religionnaires fi-
git;fs n'taient pas attents par cette ordonnance.
N ,us arrivons do .c cctte question vritabie. Suis-
je descdat de religionnaires fugitifs, et dois-je
.jiuir en cette quality de la plnitude des droirs
de Francis ; et pourqcoi, M[ssieurs y a-t-il cette
difference e~tre les retlgionnairts figitifs et ler
autres personnel nees hors de France. C'est que
l'urdonnance a t rendue dans un moment oti
des departemens rnnts la France en tiient ,e
pars, et que les habitans de ces departemens siii
vail nt le sort de leur territoire. M.is les religion-
naires futgitifs, revenant de leur anciennc patrie i"
et rapporiant leur fortune rest,ient sur le sol de
cette p.trie
I!s n'tdient pas des trangers ceux qu'on ad.
nme:t|it, mais des enf:ian qii'ot rappeilait dans la
gran;ie failuliec et toute l egislatiOis ont reconuji
cctte difference.
(uand i! s'agit de rl'.-igionn ires la loi du 1:
dci:bre dit : S Snt deciares uit lr.is fitic ijs.
Quand i s'igit des etranger la l i. imn ne epoqu- di: devienLn.nt citoyens firangais."
La rebtauration a coiiacr ce principe. On vout
a cite le mar'hal Ma-sena. I t.ait de Nice; Nice
spatr de la France, il et suivi le sort de soni
anicenue patrie sans des lettr:.s de grande natural,
li*ty, le general Deimont au contraire, p,,ir
d? race actutliei:i nt, etait "t. r suisse; tlaiir i -
descendant de religionnaires fgi.t':is ii a ete ftit'
pair ue france sans ietires de grande naturaisation.
Je vous en convaincrai Me.ieurs, par le recit
des faits dan toute leur simiplicite. J. repon:r::i
occasionnellea;ent aux assertions in exacts de M.
Dudon, et le' ce r-ecit, appuye de pc. alule.-
tiques, rulteronl, je le pene et .a ju.tifi.atini
de nia conliiite et 'fi iece de' mes driit(.
L'articie '2 de la lot du 15 decembre 1790 est
Conqu en ces terines :
Toutes personnes qui, nes en p--ys tragoers,
" des endent en q .lit|e d,'a: que ee si d.mi
'" 'rar g;a uoi aiin\aF;-arc;iie expa(:i.ies i

LE








2 *


e' d r. ';g'a, -snnt !'c!- ere n-turi!r F: 'anlqs et
i 'j iront des droits attachs cette <.alit, s'i
revie.Mii n en France, y fixent leir dimricic ,
<: e' pri:et I'e sernent civiqni. M n pale r-
-,nie '" !i'dfie e ec tt, io. le 9 1i ,.inire i1791.
V ici !'f':irit ds .!lh'b riti.ns d cotnseil muni-
cipi-c Id 1 ,, iiiune de Doe en date de ce jour:
JIuse-l..ui Cnstanr-RiIb *c, d'Air ? en Artoi,
ecnt -iau conse.il, 'a dit quil '1 prcscntait pour.
:'cl;'ntr en sa frveur le ben.-fice de a loi de
"' I'rti!-e Ir., di ti're 2 de la cons.ilution fr~a -
'" -ise. ".C' st. cmire vous aHez le voir, te:r p-
t. 1 de rl ii du 15 dcemibre 1799', -accordtie
ceux dint les iT .x se south expat'ies pPJur
"' de K!ig.a.. Derlan.dlnt de pfdter le se
cruhvjiqe, .Ar' acquri'r la qualite de cli
sur q 'i IlIche ayant just;fi de son origin
ii lii a te .ouin -cte de sa per'entation et de-
mande ,'et il a inttanta'irnmrint prte i :ii t ser-
<" ,nent, sign a-'regis~re. Terrier et Brutcet, Io-
'taires.
(La sui'e aui, prochrtin naumro.,



4 1j'albui, a tbnit heures d main 'la cbinmis-
soan d'lustructioii pul,!ique s'et tr'aiisportCe a i'-
ncole priniaire natioiale de cetRe vile l'ffi't de
diire subir aux. eleves de cet tail:isseuieit, I'exa-
umen de la demie-anne classique preserit par la
ti du 4 juil'et 1820, sur L>ijh- i ti ii puilique.
Un dtachetuentd?&ives pris dans claqoe divi-
sicn, attendait la commission * leuitrce de i'cole
*< elle fut iatroduite par le directeur, jusque sur
1'estrade Qui ii tait destine. L'ordre le p!us par-
t"it, le silence le pins profound, la proprete qui se
:'i'.ait renmarquer dlans les moitidres parties. dte l'la-
Yijillenent des eduf.ns, tout, jusqu' l'arrangement
--Mtthodique d(i'matriel de 'enseig'uement, offrait
."n spectacle pein d'intdret.
'Apres les cvvoiutioas prparatoires et particilieres
au systmde de Lnastere, la commission proceda
Ia 1'examen des diff. renters classes, en commnancant
par la pis fri e et en finissant par la spe-
rie.ure, et fut a imrne de s'assurer des progrs que
'les lbves ont faits depuis le premier jieuvier der-
nia e dans la lecture I'Fcritire, l'orthographe l'a-
n !;,e grammatical et '.u ilhiutuirique, elle a remar-
que avec a.tisfcrtion q u'a'icune, de ces branches
d'instruction lnav;ait ti **i,,e ',u dtrimnit de
T'autre, et que si es jiune H. .iii,' confis ' la
direction du citoyen Pierre Andr, une grande i.lte",g' ;"r datns 'etide.des premiers
Idmans de la la,ngue fiancaise e tle' it:nll, ,i,.,tiii'"u'.
ils se distinganient aussi par un ,lel t.i,.te, uLe
dion pure un maintnii f;-ile el .L.uite, 1es -
bleaux d'ecriniihe 't toii I' H>i ensuiie presents, liii <.-i, 'iifiiri' qiir leur 9(4
ji.tisuteur s'attahlait g ,lemieut a rrii.iir' utile
1' gri l1.
S examenen termin, la commission flicita le ci-
toyen Pierre Arndi, du zele et des soius qWfl d-
iloyait dans I'eircice de ses f'.licii.i pourm r-
lodre a l'a tenle et la confianrie du gouverne-
Inieu' et aprts lui avoir trmo;gi par une acco-
lade fraternelle toute sa satisfaction, eHe fit 'ap-
S de ceux des leves qui venaient de mriter le
pli grand nombre de suffrages et qui recurrent les
mbrassemiens de chaque meembre de la' conimission,
omrme rcompense de leur succ's, dp leur 'Lonne
coduite os ee leurs efforts.


'rjoici le nm i qm ecrs lwes:

Pour la Lecture.
'-'",!'hrmn rnuand, A!fed Gardr'e, AUie
;Gardbre tBroii i'alet, frweeily Aruai. "ll ..
fi:ince Ni .' -iSaint George Dt.sir', Su,:prio 'u -
*v.'yyre, Lot, 'La Juste Liab;,':tant, Theudodre I'i. ,',
M-aitis Viesama Faub asse )e.iorhteau F'. '3a-
z:maa e,-L,,t-rde tils, Joseph Cajouc, Crisiei 'i'r1.,.ur, ,
-Niorbet Etilean St. Si!t etr <(, .> ., t j!-t 1 .-
t;fitant, Lafret tis -Pericis Perpignanl Jit.
,zaz-e e, Jean I', ,.pi Vieux, V.omae;'- .i ,
b,,ihniskyv Druilard, Charrk s Loaiiie, Ch-.-i h.r ,.,
a'm!n )tp M.iiv l', Frinsy Fostai D >rc.-l\ i....,i
(barles, Au'guste Be 'jonain Aristide B, el. -i,
limodeRSt 1Noas Pisistrate Arnault I,. urin a
lasteau. P r

,Beaubrun Armand, Alfred Ga-arire, Ba1oii C ,.rt,
D)rce!iy Alaanit-, Luis Juste La'i>tait I u.....i ',,
Pitrd, Mailius Vicsanma, Etlse Bazanac, 1...i ; e
fi s, PreidiiB, Perpiii.:,.I Btnezet \iazle. e h, :e
Cavanaegk 'T eu ;bu.u. Rasteau, trl1 u i.i ......r,I,
Mircellus l-renmo, W1ilia.is Pierre Lo.ii, L.iea
Gadet', Micliel VIeu', Jean Baptiste V.-u, .,i-
guste Be.uiajaina, Di,. ,,! Louis Charle, ,I lutfe-'i
J irien, 'Mditre ';uiilobel.
Pour P'Arithmeitiqze, "
leauhrrun Armand, Alfied Gardre, Barnn C ,., '
Adolphe Gardre, Dorcelly Arnault S ,ill.. e
Nicolas, St--Georges Dsir, Ls.-Ju,te 1 r ,
Ma!lins Vicsama, Faublasse IDso-meau J41. t.., i,,',
Cerisier Prosper, St.-Lauran Gui!lon, Ca.tri L ,t.,n-'
tant, Perie!s Perpigtand, B'eneet Mazper, J ,.-
Bte. Vieux.
Pour Fana7yse gramnmaticate.
Beaubrun Armand, Alfred Gardre,-Bar'. ,n C.Jet,
Dorcelly Arnault, Laborne fits.
Pour la mrm.oir,
Adolphe Gard're, Beauhrun Armanrd, A 'f ed
Gardre, Dorcelly Arnauilt, Ls.-Juste Lfiblttitit.
P'our la sa-.ss- .t1 b .' r o '. .i. ,t..
Beaulbrun Armnan I, Alitf,-i, .,r !, e. Al.,-, E, Gr-
ere, Baron -Cadel, D-.i -i'. '[! A.1,. ni -(,,..-,
D sitr, Ls-J uste L.!.i.i, u.l f.au' l.,.e -. .i.N ... ,
CeriS ier Prospa re, Ni .ril.'ril I,.,t- .i,... ,,,i ,,r
Guillon, Cudet Lafuil,.I l..d|.>el 11. P..* h, P .r.."
pignand, Hy1ppolite L .., J '..,, ,,. \.,,,,, .,.-
lisky lKrn ,'; .d M in J ,.- r',:,p|,e .r ( ..'.,'es
fila, Auguste B Iensiiiiii I ;ri,,',,,..i ,i.. pl, ,. -'
lus Frmo.it, Dorl.-n 1',i ,u',r.1 ,rl u .I ; .,. '
St.-Lauireat, ElysCr 1F.,'-,.u. ieu.:e i ,,1 A ,lMle
Cavanaek, Jean I. il.abi Il D.,u C .,ipe'u
Land, Alvaro Bail-r.


INTEItI EUJI. "'

Arrt du tribunal de .,';,in de la R.;p.ibli.ue

AU NOM DE LA REPUBLIQl'E.
Extrait des registres d.i tn"ii'ul'i. a. (' > r..i/ de lIM
hlublique, srint eu Iturt a a-P'r e.
S'e mardi vingt-srpi vr;l mnl h lil c. .t viigt-
, qatre, ail vingt-urumne Je f'iij.dpnda.e.n








(3)


teB -trib ni de Cessmti'on rf-uni extriAo-iiairement
r p,!ais de justice" lieu de ses audiriecet ordinai-
es, o taient prsens le doyen '. F. cLespirasse,
-les jug's li)jean, Borno, Oriol, Abeille et Bi:s.
,it, aisiD que le sub~itut da. cmmiissaire du
g,mv,rnement A fdig.
D)librat sur le pourvoi en ;cassation fait par
Mle. Danmec d<'fnsae-nt public au mnn de Vierre-'
.iaul Ar'':a!. trabittnt prcpritaire'a Jacmel centre
Sle jugemnent're-ndu eer mntire criminelle,' p'r te
Stribunal civilde I'arrondissenient de Jacnmel, en date
. du virigt-trols jianviet 'deraiter; d'ap le requiisitoire
dul commissire do gouvernement prs leditu tribu) '
pal, agissant pnur la vihnd-iete ,pub'ique, sur la
,lainte du sieur William D>oran,. ntgoci-nLt triin-
g-r drnmerant auld lieu; lequei :.plurvoi portent
pur griefs' violation des articles 3 du titre lcr de
it lii lu 15 ini 1819, 4et L16, tiire6 de la ini
diu 24 anrtla 180 11 titre 4., rnmne lni, <3 ,
100; 111 .435 '155 257 ,.296 315, code-d'ins-
truction crimmeilJe, 11 et 16, tire -ler de la oi
du 24, about 1803, 5 6, 7, 8et 20, de la-couis-
,tietiu ; con'traivition aux articles 3 et 14, t1itre
66. de la loi du 24- ,aot 1808; violation de 'arti-
cle 11, de la constitution et enfin I515 et 1354,
codp civil.
Entendu 'le rippnrt du juge Basquiat.
OUi le,, conictiusiee s du substititt da commissaire
Sd gouv-rnement et y ayant gard.
1 u les arti(:les ei-dessus -cits.
Considraiit .que le premier moyen de cassation
argu par Mie. Daumec, defenseur public, pour
vioi)aliii: de l'rtincle tire ler de la loi du 1,5
nai 1.819, doit tre apprci, en ce que la loi veut
imnprativemtiit que la.justice se renie ai notm de
la ept-blique;
Considering Cuie :le. second mooven ,de caspatiotn
ffinde sir l'aiticle 16, titre 6, de la loi do '2
aout 1808, doit .tre rejett, en ce que itoutes les
'f>'rimaiites qui se rattalient au sus-dit article, oit
ct ob.serveel.
Consuiraum que le trtjisicme noyen de cassation,
sigu par MI. D.~aumec, poor via.tlioin de i'arti-
cie 4, du titre 6, de la loi prcipitee, ne peLt
,tre appreci altendu que le cojy: ti Gerard pro-
puse p r l''cMcu' co)mnu temitin ', dch.argc ayant
: diiuement appell n'a pu dposer (re n oiiplus
conf-orit ni reciiet ; n',,yant point coiparu.
Con.,iderart ,que le quatrimine nmoyen toind sur
l'aticle 11 riire 4. de la su ldite lp i, apprci enuce que Me. .,Jcques -Luiseau, defen-
s ur public, ajppti:d sir.g r -comme juge, aurait
da(, en co ulfoite da susdit article preiiablementi
,prter le seriznnt exige par la' Ii, avant d'avoir
opine conine ,luge dians la cause dunt s'agir, et
-que la rnnie forimilit a'irait du tre exigee dii
-. -it-r d-hoc., en coiiftrinit de I'article 15, titre
premier de la loi du 24 aoat lbi0,8.
'Considrant que le cinquije muyen de cassa-
:tiun doit -tre rej ii4, en ce que le sernent qui
dult tre exige des tmints en conformiit de l'ar-
'tcle 155: code d'insiruction criminelle a et r-
-ligieusaiient observ dans i'instruction de la proc-
,dure don't sagit;
"Considerant que le sixiie moyen de cassation
foeid sur l'article 315, cede 'i.trruction trimi.-
nCile, et illusoire et mal fond, en ce que les
formalites e:xiges par nos los locales., out ete
-ebservees.
ouisidrant que le septime moyen .dbteassation,
argue par Me. Dauinec, pour vYaiattiO d d articlea:


2'S, code d';nlruction cr: Ei:iel : qui vut ,que te
td ,yen avertisse l'accus que, d.,~i le cas on il su
croirait find .foriner une demand en nutlht il
doit fire sa dciaration dan,, les cinq jours suia
v:its et qn'fp,',s 1'expiration de ce deai ii n'y
sera plus recevable; ce moyen ne peutttre appre-
ci, attend qu't-n-niatire crimnelle, nos lois ioca-
lesi ont fixe s-fouirtes qui doiverit tre-suivies, .avant
et aprs le jugement.
Considtr'it que le huiti'me moyen de 'ceissation
argu' par Me. D.iauiec poiur contravention l'ar-
ticle '257 c de d iiin i11 .( cr'iniii ii- est illu-
soiie et nial -foi2de en ce. que le ji4gement du
tribunal civil du Caph-lili.n dans l'aifiire de fao-
resse; a t' casi4 et ainuller, 'potr la mise' en
ri c',i'ii qui a err lance palr lie i sijmes'juges iqui
onr re nu ledit jugement ; au liea "que 'dans F'espe
ce, l'instrnction de la prodnire -a t faite en
conformiiteede fafrtice '5, titre 6, de la' oi du 2,
* aut 1808.
Coiiaidrant-,que fe derianuv e rioy n de cassatioa,
.pour violation des articles 93, 101 135, 111.
code 'iistrutekti crimincile, ,se troarve mal fonide,
en 'ce que d'ap''s 'texanien qui a ete fait par ie
*tribunal, ii a et reconn:u que tous les actpe qti
ont ete conf ctionis dans la proc dure crimiiineelle qui
a'ete fate contre-Pierre-Paul A&uldral, ont'te ;ouus
rguhlrerient dates.
Cousidrant que le di.xilme mnyen de cassaton,
doit 'tre appreci, en ce qu les artiC!es -16 titre
"6 et 1 -des diqpositions .; i ri, de la lli du
-24 autvt 1808," ont te verieableithii t viols, n ce
q ie i'o un e voit paStis ns quel iie la sance a te
te.iue iii ou le jugement a'-t rendu.
Conivdelrant que-le onziitte m'yu ,de cassation-,
argue par Me. D.iuiuc pour viiittion des articles
3, -6 7, 8 et 0 de !-a conitlitution nc ppeut- r r
inuiieiint anppreci en, ce lu'il ne pouvait appar-
tnir qu'au niii ..- r-re pn'ic, -charge de la vindicte
,pubique, de;faire teiess 1. i.,JiI-s que de droit.
Coni.idrant que 1. dj',,in 'iLe moven l e cassation,
argue -par e, :Daumnec pour violation l'artcie
3, du tire 6, de la loi du 24 -aut 1808, nr p,, A
eine apprcie en ce qu'ii n'existe aucune .pice qii
prouve que les juges, .pendant les de)ata de l'af-
taire se sont dsemipares inis bien des 'procs-
verbaux, coiiSata.iit ,leur ccoktuprutio4 et leur -in-
competence.
Coiisidrant que le treizime mo.yen de c.as~iton,
argue par IMe. Daumec-, pour vilition a l'artic!e
11 di a contittion, qui djt ptoitivenl,.nt, 11 q4ue
la ploproite est iiviolable et -sacr d'aprs 'acte
de vente, qu'a product la .parie de Me. Daunmec,
lui fait.par 1,e citoyen Suin. il a prouv authen-
ty !:iii iiIt a roiI" rinee ,qui iqaT e lepoil de l'dninai
pote dans 1't It a et' r'n.. ou dchir et qu'au.
cuiiraire le, sivur` Wiiiami Diran en sa quaiht,
n'a pruduit aucuintitre,, ni acte prparatoire de la
perie dudit animal, et que ce n'est qu'au moment
de la reclainmaion ,q 'il a chercli un certificate de
la veuve Juseph. G;-oge; en consquence ce tiei-
ziime -muyen, diit tre appreci et provoque la
cassation' udit jugenient.
Considrant que le q'atnitrime' moyen de cassa-
tion; invoqu par Me. Drunmec pour violation aus
articles 1315 et 1354 'du code civil, le premlitr
article veut que celui qui recikie l'executiui d'une
obligation soit tenu dte ia prouver, et le second
est relatif aI manire -que l'aveu judiciaire et exta-
Judiciaire, se fait, ce moyen se rattaehe au trei-
ziiut:e, atU..ndu 1, qoe le sieur William, DLoS*r en








(4)


'Ci qat Wa prsrJ ntE t aucusi ttre va'able pour
-,ormer sa rciimatiqu '>. a'il n' t iu-
e:~ a et preparatoire - la pertre ei rn:uiie-
d m, s le' t ps itule et i %tee e - 4 flnc e fe q:a-
trii cuk i (1eiio dpn iii iju tu iei, dit ega-
lea R u'eiurla tilfuid ee'tat1e
Le tuiei par Ces 111(W1s uf, l.ee el ard ,. iC
jeg-rient renuile par Iil trihunil civil d uer de
J, iiti! el] ts iiuttrhihtli>ia eCiiu111e. es i ,u~ lea
ibkliV'r : P *site an:ee qii cantiaumin e ni,.te
Fic-Pa;e-ii idi'idlri a tuls iies de, ce r-r potir
yo, tii inueOt rervole le preveitu Iardlevanit le
t~'he.ul civIi dL Port-aii-Pi'iiC'- V:d1 uy etre uge ordonne qu'a la : ,. P e du iiriiiristte pu-
bic xpj.idtror du prenuL arr sct eeiivve aii
graina-iuge a, ei. sUa iniicMir Nulr les r(gibsres du
grife du tirlajnal civii de Jeni el q.>. xtudit en
sL.a insere dsiis la g,iz,Lit citiltC.
Pronuic au psi.i (l de itie du tr:l>uibnl de cas-
cation au'l:ence tttrii(iruiiiaire le..'uru ifo.s et
u9n que de autre part. ( 3u,e ) j. 1?. lS', J,. F.
1. Liejcan N1. Idrio P?. Orio F'. Abl>iue Ra-
quiat et IBoisson greffier,
Coliationei, BOISSON greifier.


11 a te orius llie pl ase important !-- f0
ii latusc,t (le 'artt du tribunial tboi q(ue mous avo ce jon ual. Ktge 4 re. colomie, leie ,
aluS Ces ce ois donlicies 101s deixaix aiwlt
hatti 1 in;ti ajouiter ceux ce: renvoe Ies
parties ter'ant 16 tribunal civil/ da PIrt-cL-
J>a1x poar y tre de noaveau _rJiets.


!,e ti ibunal de paix (le cetie vile
ayant piris en colisid rauon l'avis di coti-
sei des notables dudat bien ielativeniiit
a a cheiite dii pri, aimqeI la tcu,e se
vend sir cette ),Cice, prlueiei le Pm blec
cqe, t; 'fii'iiiiiil It l'Pari et c S.
L. le Pressideit d'i-affi rei!du en d ,te
du 6 jutii 1819 avons arit et arretos
ce qui stiit
Le pa.iii 'iin escalr plsera '2 o nces
celui duuit tiu O sous 1,> oLi 5s.
Cha geoLi's d ex- cu(ii de la prsente
ordonnace es fii iers (l de police (le cette
Vliee ; ukioii i!orls t ii Otitre qu'cle seria
lue' elt piibi e das totis les eu.\ accou-
tuins de celte vile afr que peiscule
ine *ii' terde cause u'igtoriiiiue.
l)onti de ntos, juge de paix susdit,
'tile '29 juin 1St an
Lejuti,e dc paix, 'I*HlOi,O .


Le rpiblic est prevei qu'i1 est dcE;,,l,
2U ti ibial (te cette vihe une grande
quantitue (e iuitrC., ('aiget et crisocale,
ai:a, qu'e enduie a repettion pro-
-'eiint (les sieturs Ilenry CiaieC et Kaicai
}icarda, horiogers, aluirs detluralit en


cet' due dle C y>OHr la arantie dht
Ssomhiae (le C..n cila c e-di;-si go 1
et .o .utetZ', cei' uI)s qu`J t1S iLtu
a tiiescs IPCIsuliies h;.,bit i aiidt i
Polir C, Iialre de la tl-lisse OdoiMe qiii
O,t rinse el cctli:Ption Puiir (le I'o&
cette Pla, e ; C1 Liiosi q!ienc' de' cece, :u
ii] V es i, tu i t s de ci CCr i
m!iolt 5 t' a venl ir les ri tie .u1e
dans e ),uis bk, f d, hn eni aayai. t 1
.\'>A (11umuee qu'a d,
taut (fe ce, enes seil*Un Veihluebs a illa,
oraimtt et (lelilln euacre r cts Ie
q (te Cu cdj i;u-Ctgiu ta aait dc
ch pi cer a pu-i e de tous depens t, Luat.
fl1dc.ei et Interet, dota. acte.
Elat t-t pi,,s<, au ti-,biial (te paix de
cette v e, au Port-au.1>rmce, le 7 judet'
18-2,1P, an 1.
Lee juge de paix, TIIEO ['OR E.


AyVIN J LLS.

Son Excellence le Pr, sid nt d'HILti ayint hbn
aor det son choix le sou.-gti pouur oceuper pro-
vi,,,,yir nt e parquet de l c&aeir de cassarion en
qualJte de ,ibititiit dl cotriniis"ire du gouvera inent,
le soui .8ne a l'lionnetur le prevenir !k ub.ic, et
pat ticimuti ment s c e!itfs ql, re iui u .t p.ii.; pcr-
iiii, de s ccLj>er Uida!tirt s 1uh.)iqu, s, coimie (tT, ri.
senr, dtt,,IItlu 1 incaati>tbi, tict CeI d. ux fixtontons.
El citi.sz qu(icmee ii dci, e qui M.r Belitn Riclit,
quii t btu coowerati ur ,sct b st u! hri hge de la
poursure di-asflrce jUeei`:re ci c tir us et
qui avaitvit etc dllgeI Au turpius le suT,, Ii ' ez e
de ja 1j- (11 liMne 1 111-
'ieit, aiiini quU Ms dCi-i i i

suidt!t>fn b i,-- r 5 ij (n1 a
tratIon, de la justice.
forn-au P.i. e., le Z26 JLir t l
L Ata i)AUYIPC.
Ch'.rles Bazelais fils, .. ier ilu gi nii n,itii-e,
dlel,-erailt e e. (te vile. tul kir (le '.j r 1.(C
miii el Le iit-e!e sour 1 frice i1 sia,, e k
si~ iriI Ji>s u k b. uiie)urt u p;,e ii'ce 1. s ele.
ar:idleel, n a is Re .iat Ju d'eu a LiUre
ei, 'el.11tee de MuA. 0i ge3c:, 1111eii-e, a 14
rt iilciii e de ect ,' viiis 1 e5 tt s drai.: sur la dite Suce. ,daiii s ie de1,1 VJuIA
par la lo.
Au teuri-au Prirce, le 7 jotillet 182,.

II a 1,ti enIev, Li i,.v,ane de 12Archl Pe, le
20 d iiu.s Cernisr i a u la godle du Clit ; rlb
[1-1 r1es Cliu l un Clhetal so,i s ii ro(ilg c tiii2;,
au ti dii niortoir 3 ~ D., i p,-t 3 l(. ,,u
uiiliuiur S, L E. aerei.au .eerL tc
tjui eai le trivuiiv (e:a raonu .
I'orr-au-I aec2, CC e kiiiet 18. U"l 1.


Fca i1,acde, de I'Iieucrie du Gduterne., ez;,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs