Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00090
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: March 7, 1824
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00090
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01824-03-07_no_16 ( PDF )


Full Text







~a~'"y
~ r~'LEG~APHE
~Y 9~


Ga-n.,.ette Offlcielle.


NO. XVI.


IV?'N C E, le 25 An A i2L

r. -a ..',i..;i fl;S' UtSStlrer x2-'r'.ca.rezn'ccai l.ta.i*'. ari*.fl. rr..n.-'rirwrrnirLev w.l7'Jp~s rfldrW~-q~~E


E k E tP 11 1 E' U I.


Jcbcp r?Ct&UI' ds P'Yte.

M, utuaison, 13 fti'rier LW%.


lrP Y" 9T s .x< de dd 1i' dan'1 ,ot-e juarnal
' E'.: s 1<111 16, Ciue ti',X1 'rtiCes n'cnt pu c'i i$r.
D aS le f-i t di 19 Voats elites, d-'tprs le (' dc Lenirus quion a trouv5 pari:iI les a jera
(] ,ies carl? e- untae r( pob du rideiul II 've", aur"s;"e
a un ces coiprpi-t"utrs 'u lu< du ni" ic un Ccita1a
a nov< <'e de sonldus
C'est untie f.i.isLe que ce inurnal ri5otc ci 'heno
n,,ovinellnt qn; 'e d!clare ax '\ntiles. Ces briits par-
ti nl Ju corc:te- dr 'uteitr (tie cuoilb f'i-aicais, ts tcd l'exi" raniiique a fait nd e. Le t de t;i leur iiiinitioal snr les C ci't's 1' tiltes d'IZ,.ti, let-t t
esp"icr qnu a fai'ce de cailonin ''eiunlet)iu'~-t te ce pays sec la'FT unce. P.4 r mallheur,
ce n'est pta sans queiqqes fndeniens. D Iiism Ittenas,
les d'puis ca eonvteniri' aprs unn de'astreusc expi"nce,
1avait ii tort de prenorc le s c"'"ltei s 'sc,,
c''at ; :s (le. 'u p<'' ft puut ronitirer l',lsurdlte c!e, bruits




esit s nr s,' que ce 111(iXtu
di t ~ e 'eq ii"c a e ''isle -,)u-

le ui a poUrle le,, soni suir V',:id

t 't' ui~ ~'''ui'i-' itOllit S p't, c 'al t <*('e.
__. e:!.;ltrm< <, it ctertie. ,t 1 iirs piari'i's
ir 'cie.i A lii:t<',, 'i 1 r, i-a pa;x a tte P.sit' C I t) ir' une
jhl'acec tariu[jistrei~' atta l'' Ital'i~iiij u~i u cburu li:1
uii e n -a2~tt -t ab~r-e't <'d ric' r 1 'utLsCf:ll'l1t 5 '- die.
p' u'10l luOs les nules 1 Ck cl es Vti IIi< s 'i<'tittS
01 u ilut die f r q(:l s c le ceaem'l~u 1ci p!tau b nall ces 1. .. 1< ni ~"*~ 5evz 12 l Jd!an '.,iUt t Carit ace-ac


d2 vvje npa;x avec los 1< ijitiaiis do cette ile
0,Iililii air e'' souv, lit se plendre d''u4. L'ie- de
C asile dans plusicnas F3rtr umigers. AuicTn-d'eux 'id
o,, abo'ur la t 2rre d'l shi qci les a toujours re-
rnu""S-e U's corsaitcs, ce-ux iiinenws de i republq'e
(le Cloniubie, vendre lenirs rriitse. La seale hotiliequu les Haitiens
se soiet p ruiise envers des etrangers est, la sa de deux v- b:in 'ra d'un, derilire e, oclles- cica rs e miutin~rcorto.R on ne iiiui po:rt suj' il i'us, ge, d'accuse r l
P'sidLdti Boyer 'avor e'ccit, ce miociverent, q.ei
devcc cre le pr:n le d'Vne vast conspiration1. El
rnprisa ces clab uderins n rn'is les Esnagrxol;s de cctta
ic ayanc ii un n bment il d&lara que les
ports de a ri-pub iques nc seraient oov'erts qu 'ac:ny
i'iseaux: arirint d' Europe clu du continent am-
icaun et qu'il seraietit f des Anttiles. Sur la Irire dlu gonverneur de Saint,
Thocnas ( oin ,ait que tous les vaisseauix frani, diL
quli viont a I il'fi tnc'lient ou sant conss totichor
p cette Ile ) i'cWt de cette iesure fut suspcn3dc
pounr c'tte ca)loniu' T1 noisc, comme ji P'a t, m'ipis
put ir d"4utres pays qn nt naanif'est le dsir (lc vivre
en oin-ne intelin"ce Uvec 1-1-un.
Personne n'inare le language des conirnissidreg
criu ys pour ram~ynnC, soiws e pouv )ir des cplans
la pupulation noire de S0-.Dinnge. O n C aifl la conduite de ecte vye`qu t.xil;jie pair 1, poiCee
pUnr y foin-'nteZ 1 tla OUtra~e~ 01 a r pc>iJu ji:r le ronvul de' ce' luis-
siai'L.s LOrsqu'su uInI (r t ettes les sonvma ,e s
et an ices ce u o" tr enun C eaC d es sans nrine iti:c rc ti:or1 e le j-'s'Jet Boyer ti e e -:s nt d ',ilter, rnei - un,,: cori-duile, bien
a'kji!r a ceito de c pri'nics p jacati' Europe, qui
hec n ea par' He e cn"t tuce, d',ine niw
raer' un': cintIieCl il en iiiju-e t 1' l fl.COtililis t aSl)Les (C'iitia tile5 -s be'uteS et d..-t
et-It'tlrs et' un n<,istrie tuus lce F' aiS furtut
1 e~tc'"tc En~ nettat u1ln sb tgire allenrs ar-
c. ,dc a'les Uverta que~ lau1~c-re<-'
o.ci cr d es ['tni- A;cnn ld'cux 'e de isurti
et lear ltrolte leer a : iluuent C, nid {le wi-, ap1, es.
V o;1.1 Llepuis --1 ans, la condj coila co"utte e ce
U's v-iruenci t jet. dz :t i!.'e ca.:a.a:ns, Jalee'i.


1 i-. i


I I--- ---









( E


CUra que. Di'a dc time, nim me .n vi, qu"un "iye te de curm-
elid jCdt"I"lS < Ai souvLnt Wjb. trde .spiirLur
.Jo Tii is i!' yrnst r uIL'..' atie cid ,i pi. blac jurana can s eaf ltb er am values
o.l-dre~ -; 1 ui ~uc ie ii&eit i s tii ch-te :upro.
di 'd P ii jourilauxx, t shutout datils le
de- Le1res.
,a!Ut Li cu(itidCflitOlp. J. MOR[CNAS.


1INT E Ic1E-U R.



~ a, iq d~ COi'ult, a Le'iles d1i
rnhlial, Son jxt~ s(lC le s''enIi tPiuP
nc Mzg d'u: j u a' le e de sanu al m.
et ('u dMaeC1 t de la galle c a u ,
ui qitU 1C Cjiaile ;m"ur se erdre dals
la 10 dSsclflCllt daii Afilebalis s uif: de vsT;jer
Le sic de l'alitie bou' g qui ave d e a! 'un-
do(IJII. pedant a guelie asce ( .l sti, ,l
CI 1~< dnr< u! tr do ie? ha b u'x ls f'rIPIvatious
C:l'cetie lumbon ii Injo!mHaMe idaude. a6c, ? cii
c'lssu;'el' en clis de ginae les ('(iIuiinli.i]-
'aliorns aL'cc 'fiCl u'ur. SPhdi imn4le ce a ('[e
cela nic le 1 ordi e de la disct'line et da
l;on espis! qui 1 guent aprni les niii aMi e
deC Pat'! oiids-ep plaisr qt' le Ibox' g cornip!e .dja un gi:iii
iiondilwre de fiaisoins 1 ec(llJst1'ultes oIl o i e re-
('lbSl IIJCLI(uu. Le glim de brigade B. 1N,1
Ii a imejb negl de sonl cte 110111 jutfier' lit
co.iance que le gouverircnewiw a ac..'c en
ini, ein ucti'uuztl de toims"es -etl''is, kas tra-
yaiulx 'resctri lani4t I(1' la sectuiit] dte il'een-
dlruet qie ;iour la piospelite de la.cniILuwe
ct la r1ua'atoi des clube]us.
Le Prsi len t d'lliYti vL t, rta l~al bi la fa -
cite deS Conininll:ibutI(uis eilai capita!e axce
le i'ele aairda6s et les dicues p~oi s de la pa ir
de l'Est avoisinars, i avt oidoi UI s tm m'ava
necessaircs vuI'r 'endi'e 1 oit Ola be ga nde*i<
i'onte doniit Pe'creti'el e a e(,, nei'g1 lar 511 1
des yinernes tie la ii x (liiui i: -" cet
Oldre esL en ildeinie exccutim mius F'Tpiec-
tion du g'i-alea (le Ii: gale ljn; 1..
de concel't avee le coloiiel Per colfafi lailni
la cern rnnl]e (le la Croix-des-1l,' uj,. 10le
z"le (lue Ces detix olficieris deiplojeunt oulI
ecoji(ler les ves dii ebef de i'Llt, ril iile
Ies pIlus grarids eloges.
\ F l);1. avoir acbev la tourne <1n'eIle avat
imla et pas Ion!' s lks Insmn es (11'1iY e
bie In de la chose l iqne, Son l' .clml.ce
%tait de retou' Jiarini IcS a 2 2 a 5 ~ i es
,iii,)rsiiiidi.


PlROfL iOTA
ASl Peupi et i


JiA:i\PIERhiE LOX MER, President X'HITUV

1UiU 'iu M pic 1lds etsu ai' s enlssi g!'
e, C L anoll l2~J: '4(:i!les est p;auseii L COII 1ric~i.r
al ii i C:,enhc 'i ce, Son lexoll' 1
las, est dp'iallji ',,t'til
(le Sa Ci stuuIin les l<,S dal; es < iit-
peuit aisii e son' ell~ aCe (l; ve. iel a tee
l1,i1il (lu i ai cosse & IniTJielrl u n c am"ei,!s
Afes li iis, & lelns lww11 MinMll(iul)je ('lilan-
(1 t1iipatla. I.claiiii'( pui-i !c t les eus de l''-x
daece id 'v "enl''. ,a uni que.l
luje giu auiipc de Pordie social et de la pu' -
e''1 1 eiyjre dei Li lo.
Cepnrarnt JI est des crcousaitaces oN le
nala ''nle des eiiiieni; ie'l1ier[n l 1(
nienli elr idis L'Pint'ie,' (les tiroul)les et -les
[LIxI"i1S. !peu ni cdoiun ' e InMt!e sole,
le CeiniV es hioses que, potir 1(, saiut (lit
PUTA7 a ,!qu, et la, lal- &fpr;ie, (el'S ntSau ZeCs
x "i'hu'ijjabiares dox ent 'i'e pi oiitenienit eL
vijouren!'ellseieieitaodpu)teeu. Ulhistoire diai rintmmi<
ahe tmat d'exgundes a p ['a ii de celLen vC
pq0u' st juersonnie (le benue fli (-i ii`nl ssoit
nio maleine t c.'iiaiviuic.
SLe gonve'iemrei t est d-onc d,-ns inkn';e- s
ablgasoni, VU 6i saLliio'f pauit rel;veneeut a l'et'angerl, (le JHCveir, par
ituje 'uleae et f;'ne ` .i~ ,, ne~es q0 iI teudiamen 1 a Co;i'wc-nnettre la
siet t gerale, el dCe 'niid ud'avance
tlout ce aI e-- ;, o 'pe 1 alt etdlre ce litI
.11 est en mi nsqu(ceni]Ue arrc e CC(1 s51111
110. s-exwes.cs dfeses si)t Iil es, il
]JOIII i SIu L sauipulic, a 1 lO te qu4ie ait-
to:PI se ( clUxie oa Tn111 i'Ce, (le COlcsio'CS.r ,!
di.(, ,< an nIIuioIte t1ielle ci' tauce axc
es gu la bpdlhlhqLe, ?ul avee ICI]l aguna, sous quLi
que (lt'IlniliLnI qul ce ASOl
,Au milid-ca-;t tpil=it senii. seli,: le rcW11 tic
la t., u iies, IresI'\ C Ce l'fiL
i0. A i1t cas de, 'oe're, toe anul (fl
toil'iclutUeil' (pn, tJ'i texe, m~'il 1 ColuayrtCui (Vasoir cM ti uyaiIL a
cetle dfisp'(itin seu a.u1ssi lt Clns'e C')ii-
,me ti Ani e a la amide el )1i con]nue tel.
Dimu un M l>NlmSo" iUl di lo t-'un-
ri'ce, le 14 A-ynlrd I mi n 21 dle 1 n-

1?OYER.
a'ar le Pr Le Nec-t(iire- Gnr--Z,
B. b.c[N :AC,











(C )?


kt'?an nautulre7 8e df'~n,.e ekrs TI!Fens conre
une iny asioz erac'ioere.

An preferr coup de canon I'allarnmje
a lnuardtibn des fldotnes erninpmes que
le son Ingiubre d u lu mbi deteuse ee
rnontaggne en -nont:gne e, t n:r o ,e A
h nation enter. qw_, P'erinerni v'ent pro-
finer' de ses Pieds sap'riges le ti"t
tui o-(le la W-t!ubi qlle e que ht lintr;e
O M seller sus eifins 1 sa eise Que <
sn rijais student S's OC'eatiOUS et
ses vertus puIaeS s tout llasin en
la libert ne dpit coniuina re M'iiutre ver-
tu nue l'awonr d(e a patl. Que tuis
les 'moyens qu'J ponira eiup'uVr pour
d~irnire sus crinemis, delTue- sa f1mme
e" ses ereMAus de 1'es l asake, et sau'v er
son pays d'rn jong odietix so:wt Pq
et^ kgh:mel 1 que la juer e qu'n lr
aite, tant contre les principes eternel
~de !a jusoe ('e la 'eli-gie et Ge 1'w
anik , s isont- autoriss pasr, Jirs enne-
ims eux- inines, ie les lraiter nton coniftie
des Ihotniiii s et dets Creres mtus coniin
des tires altors de leur sang et d, ceiui
de lekrs Lailles. Les arms a la mai;
Paour c1 fenere une caise si sae is
sp wosteruent ensemibie saux pic is da
1' 'Are- Eternel pere conimii~n de tous l-es
ionirnes., et le thef 'de cet E at libre
et indwndan Ii adresse -e6 ]eu' non
cette -icvente prire -
Ltre Tuout-puissait qu as crid /VIonie
.pour le bonheurky 'r hz iberte sals la-
quelle il n'est pobizit dle < verlu nous nous
-)n'osterno;ns '(Ievanit fan omnptcence dSais
cet instanv1 silei-nte e te p>i'oi7s de yJesir
ot;'e cauSe dans la balance inp'ritile de
i'a /lsftic- et si g,,oiS So<.qmeS les s
'C'eu.si, n naus S' sqmn s te. a ql />,sso9s
,u, ns cele (,:21.q;'ze les Iix qiwe tu aS
utaMb/s dans nos az*fo)!s (IZ"C les auit' (
./kOMm s, que fT n. es ordnazus de tmjier
C)MnE nOS J cs ;si vous pren srnu-s pvour les.,p!iver as d.,'s inlfl(i-
naa'bles et terneis que tu leun as donu dtin s
it n ji' h/cece dr ta bonti />oe ;mtrne
Ui n ol pussa, Cl u' e eutc l! vlla
Pr 'pl1e ^Trustlari IS la uspUUSSre tus
~ds 1S is-a=oi de htla Jo e cb lit,-
ine-row1.r !.... Aeis si nos ennemis yo, 1
Ceux qui ontrfg o;int ta juSticCe e! leS loi5
sacres de l'burnani/e ; si Ce sOn!t q uY 9
iju/ent t icuy ]ed 1< S r-appoi ts J;'ier-
=:lc g'ue ta as -e!abl cntre i' iy'prs,


tr,',it-s-/es 6 mno Dien come n9s ce-
maidions que tu nous traitsses !.. Absous-
rnous de la guerre d'ea termination que nous
jdrons dervac t foi de lleur fire, jZs.qu'd
ce qi.e vainrus e terinn:'s 1t ridu its en
p::sst're, its dispurais nt de notre sol!..
ffise pe.er la tere de a justice, Dieu
re l' jUivers, suir les (i:teuir. de tant de
naux et que ieur su)pplice rfarte a jamai3
ceti qui cskecheront a Iarcher sur leurs
t, aces. Amnen.
1,a nation haItienne Sranqniile disor-
rt is sur son sort, qu'elle a rtemis ave'c
confiapce a 'Elernel arbitre, voit i'arie
au bras, camjpe sur les collins les plus
.;..u.ir. de la mier, et avec le came dit
coluage, ldc'aiquer sir s8-s pages les
cohortes enemies; docile la voice
du (Ch1f, eile les lairse aborder sans les
t!oubler Mais dtls que les ouibres de la,
nuit couivrent la nattire, les Haitiers von .
par petits de'talhemeiens inquiit er les en-
nemis, et empcher qu'ln sommeil rafai-
chisisant ne vienne soulager leurs mem-
bres fatignus ido voyage. Le iandemain
Sii les liarcelent loute la journe et in-
vitent l'eniiemni les pursiavre (d'ou c6ti
et d'autre sans jamais engager de conm-
bat, car pourquoi vous exposer, 6'va!eu-'
r'eux Hatiens, contre 'un ennemi que
votre soleil aura extermin dans quelques
jomrs? vous ne devez vous mesurer qu'a-
vec ceux d'entr'eux qui auront chaipp.s
des tr;iits de cet astre'courrouce de les
vohr dans \os canmpages! Vous battre
centre les autres i leur arrive, seraic
vous exposer A tre tuis par des cadavres.
Nou\il Hlorace, fuyez pour vaincre. La
gloire sera non de "gagnier un combat
en rase champagne, nmais de lihaser les
enneis Iiors de votre pays. C'est ainsi
que la voie de la sagcsse du ch.4', tem-
p'rt'ra le courage imprudent (ies guer-
riers. l)DOj tout ce qui Fouvait servir
aux etr!enis a t -dtruit t ou empoison-
nes; le f-r et la flamme cnt et
emiloyt:s centre cuix ou centre les res-
sourcets qu'iis pouivaiint tror\ er dans le
p)ays. Les Hai't~ens ne garden -poi r leur
subS tance que les vivres 'a racine qui
se coiiservent et f;e propagentt d'eix-m-
mes dans la terre et qui re se d-
coui vrent qu'a des yeux nationaux le
reste est eniporte ou detru:t. lis conti--
nueit ainsi a fire une guerre de march
et de contre-marche a leur enuemi, gar-
dant seu'enment les deicfls qui coirdiis.nt
autx Lontatunes et n 'ctlegage de .con>










(' 4 1'


,_i,, Evec enx. -q'e par les eimb)scades
post's le long de ces d fis et sur le
haut de ces ravines, surtouts tndiant
fbndre sur es convois que l'ennermi pour-
rait envoyer daus I'int ieiur, pour I'ap-
i>roviiion!emien.t de ses tioupe-sq, et n'en
]aissant chap.'ier aucun. Leur vaillante
cavalerie c.ntonne ia,,s les plains bril-
lera dan-s ce gerre de guerre en pre-
inant ses avantages sur ie-:i;tii depouir-
vu de chevaux. C'est ainsi !que !e chef
d'un pays l!b.re sait manager le sa!rg prc-
cicus de ses enfanis et de -ses frres,
qu'i ne mne anx perils .de la guerre,
que punr la iiste defense de la patrie
et de leuir liberte tandis -que les tyrans,
.2es, moniostres sangumnaires, envoyvut les
'iaiiiincS a : la b.oucherie pour miettre dan s.
1'esclavage l'autres hommies, dont la li,
iert les off sque, et pour les fauie tous
aer:r a la sactsfcion de ler brua:i.
lienrit six remamies, deux miois se sot
.conles depuis l'arrivce des ennemis, et
la fievre jaune .coinumeice dja ses ra-
..ides ravages dans leir rang. N'.i.is.iaq, -
pas encore, Hatiens! Ayez toujours ie
Courage de la patience. Laissez prendre
'acine au flcau dest ucteir. ie des coutg
a;.e vo:re soteil vengeurl continue encore
c Jle fatigueur nuit et jour vos .'enienus!
forcez-les en les agalant de vous,.pour-
vuivre encore peudait les chaleurs br-
%la-utes de la joirnee; ne leur laissez au-
Qun repos. pendant la ;; i.*. ii-r des iiits,
qn 'ils se re-.:eille t a (ti.i. i iiistant en
sursaut effrav s agitgs par i'apparition
fiAiast.ique du guie de la liberate ut de
'voi re R' .:l iiiqui :, .par le bruit de vos
cmoiups de fusils qui vieinnent tuer leur
set.inelle et par les sons siims*tes et
effloyables de dix m.le lamibis que vous
faites corner a la fois jusqle dlns leir
Ctmp, e t ii auques ire- ndncrt cniume par
Icho vingt mile autres sur la cime de
totes vos montagnies. Mais enin trois
nois se sont ccotdes et les ma!adies epi.
d miq ,-s s"o;t dans ieir plis grande vi-
gueur ; fiappez alors H lien.s! cha-sez
a force ouverte d.e I'intiri.eur de votre
pays dl vre, ces monstres q! i venaient
dvorar vos enfans! P1,iussez.les vers les
cendres des villes, les rvages de la rmer,
tons co.uverts des cadavres de b urs com-
pagnons don't les e halaisons put ides
viennent augmenter ent ore les fu ieurs
de l'epidemi- qu'ils s'nmorncient uen
pro;e au Tiphus prottecear de votre li-
pecrte; plus if y en .aura, plus'le ravage


s'9arc::b'rei-a, praredl A ce'n,i rsi ; ar les,
flartirnes d 'i vaste incendie qui corsinie
lout ; foncez-les (te nc visre ainsi ras-
slbbisqI,tie dle viandes sales et de bis-
('uits provisions tires de 1 Etranger c-
de ne boire que de P'ean sauimatre des
puits c'eus s prs de la mer. Nc com -
battez plus c'M1a est mnutile; les restl
tuisirabies et dfigu res de vos ennemis
s'Ctlnba '1ieyjt- dej et i'ont pei;-ariter (tu
recit de letius so(ifrances les bords lon.
,tanis de leo" patrie qui'ls n'tauraiett ja..
mais dtE quitter que potr venir paisible-
*changcc avec nons les produits de iioa diffineris cliinats. La 1s nti'atrott,
pan sielerne~tit la deirrre consolation des
rnalhtu enl- ', cefie d'at-i'e piaint duans letr
rns, re ; leurs conipairiotes eux inies
i n'aurant pas perdut -ks seuti nens
Wi ini nanit et de justice les- inandiron.t
et es reioisseiroat de lexii- sein dernier-
et qigne c p.timent ded letir crine oditul,
A. L. 1t).


A Mr. ,le Tfledacteur du T:,.'ple.
Mor>sieti et < oCoitoyean,
Ja lu avec atterdrissernent, dans le der.
nier'NT.adt Propagateur, les-rsointion-,,,
acopteeS 1inanmvt ar1 le acong s des
l tats--Utis 'd'Aiimiiqtie, ,aui usn.qllct
ya ge projette dii marquis de 1, ,ify, te su1r
cell bords, que -son Con riage et ses talent.,
ont coat inus a rend ii bre un demi
siMcle 1pacs. Ces rusolntioti s f;t ibonnenr
a la nation qui )es aprhs ,, t a l'orh)-
ine assez rheiuux jour les avoir mruit.
UHaYhes 1 ineg.11!res !' qn u H st beait
dc contempler -, e eiae ie mposaat c-1
enchlianteur (le la grankabre seu' cci le
que done la6 xertu et les services ;'u-
dus l'lrniaiite ; sit-pe ,s sais t'ste, et
SdHS 1 putie suplio; 1 que -l' n kri2ls hiOn.
.mes qu e'll a servis ayve oSniA recess lWt
vz eZo COlMDe cH, eltle .i ne tus )s .c i; 5,
croaune elle obti nt t; i;s les sufftaees e:
les az;pWudisseaeifl s Lwinines (l tous,
les pila adoprent Cenx 0 01 P ion eraite
u'imi leu's conci~oyenu ; s les hotior'en.t
conomie P'ina2'e de a divirft, et ami. nz
a leur porter le toLus 1" Cimats M'honimage
de leas resz)ects et de eur iuconnais-
ms2ce.
Iegois ccli des cioy-eiins d'HaYti,
genreux L,,afh;lyette ton 'omn cliher a tous
les homrrnes libres, se conservera datis leur
aStLe, (le g x racs en 1'atms ,










k 5)


'SUFPLEMENT au -tilgraphe du


25 ,A vril


'ee.x de tous les bienfaiteirs d'e :hnnma-
,nit, pour la gloire de I'estpce h~-main!
de douces larmes ont mou.ili mes y ux
,en lisant le rapport fait au congrs! R ois
,de la terre qui vous liguezcontre la libert
des peoples, voyez co.nmmeiis savent re-
connaitre digneient les services qu'on: leur
* rend. Ce n'est pas la voix adulatrice et sfr-
vile des fiatteurs qui les louent, par un trafic
inflamee de bassesse, c'est la voix libre tde
la vrit, c'est l'expension spontane des
Ssentimens d'unn people reconnaissant. Quel
contraste entire tla conduite. de ce peu-
Spie libre et la vtre! vous vous mettez dans
routess -soi:tes, d'enibartras, -vous cre usez
- yous-inme un abinme sons. vos pas, pour
A anquer a ce que la -reconnaissance et
votre parole donnee solenneilement dans
le teams des dangers qui tnenaaient vos
-ttes, vous prescrivaient! attirant ;iinsi
'sur ces ttes sacril~es, !la colre de Dieu
*et des hommes! accompagnez en Amri-
que I'illutre Lafayette, voyez le triomphe
,de la vertu, et rougissez de vous mme
si vous en tes encore susceptibles! com-,
parez votre fausse grandeur, qui tombe
Sdtruite parl'absence de l'echaffaudage th-
.atral qui la soutenait aux yeirx du Vul-
.gaire ignorant, avec la grandeur veritable
quni s'l e radieuse, supporteepar la vertu
seule!
O Amrique! toutes les contres qui
'portent ton nom, se glorifient de cet acte
,de justice. Toutes te prient:, quand tu
:possderas dans ton sein materiel, le ma-
,gnanime vteran deila liberate, de lui offrir
]eur hommage.; de lui dire les voeux qu'its
font pour qu'il vive assez long-tems encore
pour voir tous ~ses compatriotes 'natiurels
partager son constant amour pour la liber-
t et les opinions libel rales qui -annoblis-
sent lhomme, et en font un tre sembla.
ble Dieu. Puisse.t.it vivre assez pour
voir ses ,compatriotes naturels et adoptifs.,
se laver nom 1'affreux esclavage! puisse les Anm-
ricains surtout qui ont donne de si belles
lemons il'univers,, faire un effort digne
de leur vertu, en effagant d'un coup la
seule tache qui obscnrcit le soleil eclatant
de leur beau pays. Quoi au milieu de la
joie et des ftes ordonnes par la muni-
fence d'un people libre, puur celebrer


le patriarcie de la liberty 'dans les dilxu
:mondes; -euir defensmer, un des pres
de leur patrie, florissante ir -les bien-
faits de toutes les institutions libErales,
l'oreille etcnne entendra te bruit lugubre
(des chauies de l'e'r'avage !...... sans ce
bruit a.ligeait, Anmritcains, les 'tran-
'gers, les Phlj!antrophes, qui seront chez
vous attirs par cette .fte nouvelle dans
nos temps modernes, vpus etssent pris
ponir des dieuX, qii seraient rviis sur li
terre, apprendre aux hommes le grand
art de ja legistion:i mnais ce bruit., qttand
iis en sauront la cause, ies fera lf4jr db
vos rives souiles des g. nmiemeits de
vos victims, et dire que vos vertus ne
sont que vanitsi emprese'z-vouis 'done,
de vous rhabiliter dans leiir estime, et de
mriter le titre de preniiere nation du
monde, que I'univers est prs de vous don-
ner! qui vous arrte? la sordide avarice
sans doute. Que toute la nation contri-
bue cette sanctification national qu'il
serait injusta de fire supporter par les
sets habitantss du Sud:de -vos -Etats, 'et
vous verrez combien peu elle coutera. Et
quant mme elle coiteratt quelque chose
de consquent, la \ertu, ia gloire de la
patrie, le bien de I'hurnanit, ne mri-
tent done vos yeux, nucun sacrifice ?
Quo'ide vous si le genreux Lifayette avait
:besoin de vos secours lui refuserait le par-
tage de sa 'fortune? eh 'bien! son coeur
bienfaisant a soif de'faire du bien aux
hommes ; ila volontairement sacrifi pour
vous son sang et sa fortune, lors de votre
mancipation! sa fortune :aujourd'hii ne
peut pas servir la grandeur de son ame,
dans cette entreprise an-dessus de la ri-
chesse d'un particulier! faites-lui mainte-
nant le plus beau present qu'aucun-peu-
pie dans aicuns.tems ait fait a I1"verte?
donnez-lui le 'bill d'affraichissement de
vos frres que vous tenez esclaves 4di.na os
,fers! eflfacez ainsi ce trait de resseinblance
morale que vous av et les -peuples les plus barbares, et qui
-defigure les trails de votre .plsionomie
po>ltique d'ailleurs si beile' mettez vous
Tfranchement et ouvertenient a tte de
la grande conf deration amricaine, qiti
vous atterndcomme son chefnatrel n'ex-
ceptez aucun des peupies qui dans cette


is 8 .


- -crrc.-i~yd~~ Lab~iC~. i













'beile partie du monde ont mrit leur in-
dpendance par letr.c courage et leur ver-
tu, du secours de votre alliance niri-
tez enfin vos belles dstines! ...... Mais
hlas! vous ne m'coutez pas je me suis
tromp comme vos hbtes, et je dirai
avec eux, que vos vertus ne sont que
yvanits, que vous n'tts que des homes!
A. L. D.



AVIS DIVERS. ''


Le public est prvenu, de ne point fairecrEdit i1
''quipage du brick anglais Eagl capitaine. Llewel-
lyn consign aux soussigns.
Le capitaine ne recoi!naitra pour valuables que
les reyus ou .ordres signs par lui-mtme.
SPort-au-Prince, le 15 Avril 1824.
BERNARD HEARNE et :Ce.


Le citoyen Baudouin -nouvTsteenit irriv ,
I'honneur d'e prvenir ss concitoy ns qu'ii donne des
lemons de langues franaise et latine: il enseigne
aussi les lmens de la. langue grecque, la rht..
riqtie la ogique, I'hitoire, la gographie &c.
S'adresser rue du belair, ancienne miisao du coum-
missaire Georges. 1
Madame Vetve.Linard invite les personnel qui
:.devaient particulirenment son maari, A se prsenter
en l'tudeide Me. Digu, Notairi, rue des Mira-
cles, pour y solder Jeurs competes; come aussi
elle invite galement cells. qui feu Mr. LinardI
.pouvait devoir personnellement a prodtire leurs r-
clamations chez ledit'Notaire. Elle crot devoir fixer
aux unes et aux autrtes le dlai d'un mois A computer
Sde ce jour, afin de prendre un parti i cct gard.
,Port-aa.drince, le 24 Avril 1821. J


iPot-au4krnee, de Lmpiierie du ouverene nt..




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs