Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00083
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: February 15, 1824
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00083
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01824-02-15_no_07 ( PDF )


Full Text




T G gazettee Ofi P H E

Gazette OfficieIle,


N0.~ VII.


PORT-AU-PRL NCE, le 15 FB vrier 18 an I,
," 1 .. . . I [ ,l . .. .. .


INT ERI EU R. .


rcs-. Verbatrts de la clebrdtion du :Pe.
Anniversaire de Ind:pendante ,d'Hi~ti'.,
dans les d re~i ,e-e'- cnammnies (fe la R-
publique.




A trjontitir'11 1er. de Janvier 181~,'
:an etl de 'Iidpendance d'HaLiti.
Nons., M. Ma.cha.lo, chli d!escadron,
c.mmiandant de la place, en verju tde
ordres du Grail de Division corn-
mandant l'arrondissteient de RSatto-Do-
ningo avons fait clbrer l'Anniversaire
de la -lqe. annee de notre Ind peiijda;ic
Nationaie. Ds le mna4in, le Represen-
ta.nt de la commune Jos Heredia, le
juge-ae paix, Mianuel de Lara, les metm-
bres ,du Conseil de Nto;ltes et les au-
tres employes de l'Etat s fltaient r'endus
avec le commandant sur la place d'ar-
ines, o deja la gendarmerie, la police
,et la garde national se trouvaient rtiis.
Le commiandant de la place mont surr
l'attel de la patrie, prononga, le discourse
suivaut :
Citoyens,
Cette fite solinnelle que nous clbrobs en
ce jour et qui est consacre par totre Conbtitu-
tion, est d'autait plus digne de notre atimiration
et de notre allgresse, qu'elle noau rapple A la
rrnmoire l'poque recule de note mancipation
politique, et -.i'ipres vngt-un ans d'indpendance,
elle done une preuve convaineante de la stability
du Gouvernerment de la Republique. Quel objet
plus subliie peut s'offrir notre .imagination et
remplir nos cmurs de plus de joie'! Nous conser-
vons notre Indpendance et noos saurons la main-
'tenir contre toute puis'ance trarigre qui aerait
entreprendre de nous la ravir.
-Dans un Gouverpemnent :reprsentatif le des-


potisme est inconnf. Notr Cdnstitittion, cet Mcevr
sublime de nos sages lgi.iai-ur3r, nous protge
et nhlu g ranit; la jouissance de nos droits civil
t ptiiqn'es. La Libert, PEg dit la proprit
'et la scurit no'u snt assures tIchios de tou-,
jours meriter, par nos vertus et notre patriotism,
ces clests flears.
La .Rpublique fonde sur des principles si
libraux, a dans son .propre sein des instir.itions
gages et bienfesantes. Elle pot,)~Cde des ressources
immense une arme forte et imphsante, par le
nombre et la valeur des guerriers qui la compo-
sent, un sol ,fertile et totis les lnens n'tcesai-
res A son maintien et A sa proserit. Ces avantiges
rels'prennent de jour en jour plus de consistal)ce
pav l'admirable administration du premier C'iefde'
'Etat doqt le prinE iyl- objet est le bonheur dti
people.
Sous n'ignorez ps ies clers Coricitoyens,
tes grades vrits. S. E. le Prsident d'IaEi '
dornn des pre'uves' de sa mnificence et de sa bont
paternelle a tous s les Haitis et princpalement
aux liib.inb de cette commune, en les exemp-
,tait de certaines 'contrib uti's qu'ils taient' -
capables de payer. Le Gnral 'de Divition q'.i
coinmande n6tre arr'ondissement t qui est l'organtr
de S E., a mis tous ses sons A vous procurer
de gr,ndes 'jouissances et II vous a toujours
traits avec justice et affEbilit. Ainsi, reponez
A la protection que vous ac0olde le Gouvernement
obaissez aux lois respectez les aut&rits consti-
tuees et occupez-vbous sans cesse a vos paisibles
travaux. Elo gntez de vous tous ressentimens, touted
dissections ;. vivez en harmonies, aimez la Rpu-
biique et i chez la dfendre pour que vous soyez
A intne de jouir de la paix et de l'Indpeidance.
Sans I'union genrale de tous les Haitiets il ne
pBut exister pour eux de bonheur ni de tranquillit.
Militaire,, soyez toujouirs fidles aux principle
de l'honneur qui sont insparables de votre pro-
fession. Vous tes arris pour faire respecter la'
nation et pour la defrimdre contre toute inviasin
trangre.
l" iabitans des campagnes, votre honorable pro-
feision forme^ une des principales resources de
I'Etat, et le Gouvernement s'effoice de' lii dinner
la plus grande protection. Attabhez-vous avec iar-
,deur a cultiver le cafier, atin que vous puisiet
jouir de toutes les satisfactions de la. vie et laisser
a votre postrite une exKstence assure. La terre
,est une mere bienfesante qui vous donnera miile
pour un, si vous ouvrez ses entrailles pou't''
dposer 'le 'seeences de vote tilicil.


LE










Citoyens, ommie la Divine Providence pro-
"t{e la cause d'ltai'ti, naut devons en ce jour
auguste lui rendre des actions de grce dans son
wanctuaire ; mais avant cela, Ien')uvelloi s le ser-
tnent solennel que doit prter tous les bns lI.'-
tiens. JurZ avec umo d'etre jfi /es (i la inu-
blique, de renonrer tout autre Gou-vrnnz, t
el dle miourir plutt que de d-'psendre d'iae domi-
znation etrantgre.
Vive la Libert!
< Vive l'Indpendance !
Vive la ,Canstitutioin !
Vive le Prsident d'H'ti! "
Ces cris ont t rptes de toute part
et avec le p!us grad enthousiasme. Le
cortge s'est ensuite rendu 1'Eglise.,
o0 le'Te Deum fut chant.
Le reste de la journe s'est ,pass
daus la plus grande tranquillit.

MI. MACHADO.


L'ANSE-A-VEAU.
Anuourd'hui premier jour di mois de
Janvier 1824, et le 21e. de l'Iudepeti-
dance.
Nous, Laurent Leblanc, Gnral de
Division, cominanidant 1'Arrondissement
de Nippes, certifions, qu'en execution des
ordres de S. E. en date du 15 Novem-
bre de l'anne expire, et qui furent par
nous transmiis aux commandants des
autres places de l'etendue de notre com-
rnandement, le 21e. Anniversaire de
notre Indpeudance national a te c-
lUbr en cette ville, avec toute la solen-
lt cornvenable un jour si glorieux
et si mmorable pour tos les i.,Liie!I,.
Le 31 Dcembre, au coucher du so-
leil, le canon tire sur la place d'Ar-
mes, annonra la fte qui devait av ir
lieu, et le lendemain ler. de Janvier,
au lever du soleil le canon *fut gale-
inent tir, afin qn'eiie 'oiiitei,;fit. Les
autorites judiciaires runies en cerps, vin-
rent la rencontre du 'Gnral, en com-
pagnie duquel et de son tat-major ils se
rendirent ensemble en cortge, a 8 heures
du matin sur la place d'Armes -o toutes
les troupes de la garnison s'etaient d'j
rendues : chaque corps tait reuni
dans le plus grand nombre, et dans une
tenue digre de m-.nter la fcticitation
qu'ils out tous regue dans cette oc-
casion.
Plac prs de l'Arbre de la liberty,,
entour des different unembres de la ma-


gistrature sirsmnonmms, nolns adresmesin l
discouis suivant a la garison-:

Citoyens ,

Nous sommes runis en ce iour roiur
elbrer i'annive,'saire de la Ile. ,.
de notre gloriense ndpendance : ce sa~ln
devoir, qiri se transmiitter ; na o tre po,.
tertite la plus rtculde., sufiira ponur r'i~ pe
.ler tout lHatietn 1eI'otion d, iiieus
qi'elle prouvera par l'acte a jiji
m'miorable du premier -de, Jan.vitr
184.
Cltoyens! tle bonheurr e 'la ,:pui'ill
est le seul but que le Citoyen di!i.iii.:ii
qui nous preside a devant ies t iixR
c'est le -seil mobile de dtoutes Re- aci,
ons: soyez ses appuis; co[ei-roiu a\ec'l
,iitigle. ses vues sages et bidIante.
Vons, Miagistrats! ne perdez Ia.in.-s tie.
.vue la saintett de vos functions. \'i i.
Agriculteurs sorngez que vous ere ap.
petes par vos sotis et votre ciiist;nce'
aux nobles travau.x c ii constituent et con-
solident note ,e ,isterice. Voir. jline-se.
intressantet Espoir de la i,.,i ~*n ti (;l
ignorez les .,t et les vei ,.oi.. iiit
nlOUS avoins t en blitt.e, pr;H!:i::i;s' .\. Iiiu
centre les suggestions peiri le, d'.'s en.
nemis .de notre 'prbcieuse liid-penila-;i
ce.
"' Et vous offiieers et soldats! imon!tr.ez
vous de plus en.plus dignes d'appl.ite-
nir. au *'nom I!aitien ; qi'a .chaque appelt
dn vertueux Ghef du Go"vcrnement ,
votre zele reponde a la contiance que
doit inspi er le p!kis p).r patriotisme.,
Citoyens Je n'ai jamais eprou-
v iine plus grande satisf-ction que cell
que je resse'rs de, vous ,voir runis pour
jurer avec moi a l posterite, a i'lrnaivers
entier, de renoncer a jamais d Ia Fran-
ce, d: snourir plautl quee de nous sowi.m-
tre d sa domrnnation., et de combal/re jts-
qu'a.:u derni'r .soupir pour l'I ndpendancu
de notre pajys. "
Aprs ce discouirs qui fiut cout avec
tout le cane et toute l'attertion que la,
chose important, les cris n>-lle fois re-,
tes de Vive la Rpublique! Vive l'Ind-
penaance! Vive le Prsiient d'Ha'itii! -e
sont fats entendre de toute part, et aa
mme instant une salve d'artillerie qu
eut lieu., fit connaitre toute. la pompe de
,cette auguste fte.
Le calme ayant r'gn, le corit'g, dan.


:(:z 3








( 3)


]'or5ire regle, ':a .sa Mnarche A
1',iEgise et les troupes de toltes les
-armes deilWrent en mne teams et assis-
trent au Te'-Deum qui 'fut chant.
De toit quoi ;'avons clos te present
Pi-ocs-Verbal les jour, mois et an que
dessus ; ainsi signed.
,Le Genral de Division Conmrmndant
'.Arrondis&ement de Nippes,

'LEBLANC..



TIBURON.
Xnjourd'hui le 1er. de lanvier l1 ,
21e. anie de notre Independanee.
NoIis, Colonel Commandant le 18e.
R,.g ient, et provisoiremnent 1'Arrondis-
serent de Tiburon accompagn du co-
lonel commandant de cette place, des
coips,judiciaire et adiiniistratif rtiiis
autour de l'Arbre de la Libert, avons
prononc le discourse suivant :
Gard e Nationale t ftroupes de ligne,
Officers, So s-OJfciers et loldats.,
Nous voitaruni's au pied de l'Arbre
de la Liberte qui fait la felicit de cha-
que citoyen. Aprs avoir combattu avec
le secours de la Divine Providence, :nous
avons lev H1aiti a -ce degree mineiit
de perfectiblit., qui fait notre boihenur
commie Hai'tiens. Notre grande flunille
est enfii re iie., apirs :ivoir t dsunii ie
par la plus abominabie discorde, qui causa
la perte de tant de Frres d'Armes. Une
ri:iioin constant doit -re le fruit d'une
gue:r-e qui eut tant de diree.
".Juron mes Conritnoens ob'issance d
note ;ouvernement, et fideit. d la patrie,
:n;irot:s pour sa cdifense et vivo.s pour
t'aitner. "
Le serment d'usage aygtt t renove!-
i i'alhlgresse g nrle a r.:pcte avec joie ,
Vive la I hbert! Vi, e I' Independance et
Vize le Prsident d'IHaiti !
Fait et los les jour mois et an que
de l'auire part.
Le Colonel, Commnanant provisoire-
aen V' drrondissemeide Tibauron

L EPAGE.


MARIGOT.

Aujonrd'hui, premier janvier mil hit cerit
vingt-quatre vig't-uniiniie ainae de
'ndl pendance.
Nnw;-, Pierre Sannon, Colonel, com-
mandant de la place dii Marigot, en
vertu des odres du GInrral de divisionn ,
coimrnndant 1'arrondissement de Jae-
niel, pour la c vibration de l'anniver-
sire de la fte de I'Indepenlance d'Hai.
ti, avoris celbr de la imaniere suivante
ce.jour solennel. Ce mnatim, a (liatre heu-
res l'assembie gknerale a t baitue
ponri la ri union des troupes; 'a six hen-
res, la gendarmerie de la garnison, la
compagnie de la garde national seden-
taie corimandee par le calitaine de la
gendarierie de la garrison en 'absence
de l'adjudant de la place, par cause de
maladie le jug' de paix, l agent d'ad-
ijnistration l'oicier civil, les notaies- ,
les menibres di conseil de notabtes,
celui de agriculturer' et les commer-
ratrts du bourg,- se sont rinis au Ib!-
reau de la place et mis en imarche
pour se rendre sur la place d'atmes Le
coitege y tant arrive, le (Colonel passa
I'inspection des troupes, monta sur I'au.
t-l de la patrie et fit dotiner lecture
de la-Constitution.
Ensuite il prononSa le discours sui-
vant :
Mes Chers Frres,
Vous -etes runis aiijourd'h(Ii pour
assurer la Re-publique les richesses.
agricoles et conimmerciles; penitres de
ce principe, vons aurez la confiiance' du
Gouvernement et vous secondirez ses
nobles efforts. Je nie glorifie d'avoir pi
contribuer a vos tiavanx.
SQue l'union, la i ternit et une
bonne litelligeiice riegnent entire vous;
jpginz- voiis a moi et reptons les cris
de Vive la Riepubi:ue Vive l'Indpen-,
daice et kVie le P'resident d'Ha'iti 9
Le coitege a repris son ordre, de ma:-
ch et s'est rendu an bureau de la p:a-
ce ; ensiite chacun s est retire en paix.
Cette bel!e joirne s'est ainsi 'ermine.
et la rejouissance du people 'a et gn.
rale.
Fait et cios les jour, mois et an :qt!
dessus.

Le Colonel CoInrmmcniLrt la PuIce ,
PjERnRE SANNON.
e ortge
Ie cortege










( 4 )


Orl'nnace du Tr'.unal de Pai de
cette vitle.
Noau juge-de-paix de la commune du Port-
au-Prince, soussign,
Sur les inforiuations que nous avons recuei!li.s
du Conseil de Notables, relativement au prix que
la fa.ine se vend en cette viiie.
irn conformir de l'Arrt de S. E. le Pr,ident
d'll'iti, en date du 6 Juin 1819 (qu regle le
prix du pain, A raison de celle de la firing.
Avons arrt et arrtons ce qui suit, SAVOIR:
Le pain de douze centimnes et demie, est t xe
vingt-six once et celui de siK cCritimts-a treize
ounces.
A RT. 2. Le biscuit bien cuit tamp des let-
tres initiales de six centihes et demie est tase
raison de six once.
ART. S. Aucun boulanger et autres personnres
-*lauront la faculty de faire des biscuits ,
moins de la tLxe, Bsous prtexto d'en donner trois
ponr douze centimes et demie.
ART. 4. Le poison rouge est tax a raison
'de deux livres pour vingt-cinq centiies.
ART. 5. Le poisson blanc ou de seine est
aussi tax raison de deux hvres et dezmie pour
wingt-cinq centimes.
Toutes personnel qui seront prises en contraven-
tion encourrogt la peine de la confiscation ct
*une amende de quatre gourdes; en cas de rcidive,
le double, pour tre vers la caisse de la
Trssorerie-Genrale.
Chargeons les officers *de police de cette ville
'de tenir la maton l'excution de la present Or-
.do)nnance; ordo,.nnns en outre qu'elle sera lue.,
,.publie et affiche dans tous les lieux et circe-
fuurs de cette ville, afin que personnel ne prten-
de cause d'ignorance.
Donn de nous, juge-de-paix susdit, Port-au-,
Prince, le onzime jour du mois de Fvrier mil
lhult cent vingt-quatre an 21e.
THEODOR E.


AVIS DIVERS.


THEATRE.
Aujourd'lui dimanche 15 Fvrier 18241,
Pour la ciuture definitive du Cirque, spectacle
extraordinaire au bnfice de Mr Adolplih.. Une
premiere Reprsentation de 'Enfant de la Patrie ,
ou le sige du Port-au-Prince tableau militaire
en un acte, mnl de vaudevilies.
Le spectacle conimencera par le Falet trois
matres ou les deux focus raisonnabls c .en Fruis actes du Thtre Francais. Mr. Armand
remplira le r5le de Crispmn.

Le soussign a I'honneur de prvenir le public,
qu il a t. connmissionnP Encanteur Public pour
cette capital; et devant ouvrir son bureau le
mardi que l'on cornptera 3 de fvrier proch in,
chet rue du Quai qu'il est en measure de rece-
voir des a present les marchandises don't on voudra
bien lui confier la vente.
Outre les snius les plus dlicats qu'il promet
4p dolmer aux int-r4ts de ceux qui lai donneront


leur consnce il s'?ttachfra i. observ-r la plrrrs
grande ex,ctitude pour 1' remise de, (<..'. i..'
de .ventes et les fonds revenant A qui de droit.
Suts ventes sont ouverte s nls murdi, et les vetdredig.
3 Luxis RIGAUD.

Le soussign a l'honneur d prvenir les personnes8
auixquiiles fere Snette Moulin pourrait dvvoir,
de se presenter plans son domicile afin qu'il acquite
les d ttes par Iell contractes, coniue a',,si il
invite en son particaiier ses creanciers de preen-
ter leurs compares afi: de les liquider.
Lesdits competes devront *tre presents dns le
Courant de trois nmois, a partir de cette date.
Port asu-Prince le 8 Fvricr 1824
PIERRB DUPLESSIS. 2

La maison de commerce de A. Avignon et Che-
garay, des Cayes, a I'honn. ur d, prevenir le pu-
bbc qu'a dater de ce jour le sieur J. Daublas est
intress dans leur society, formant, sans autres chan-
genmets la suite de la prc idente, solus la noui
veile raison de A. Avigrnn Chegaray et Daublas.
Aux Cayes le ler. Fvrer 1824. 2

RAFLE.
TY'un grand Tableau peint l'hule, reprsentant
la b.tail d'Eylan, ( en Prusse, ) prise sur lit-champ
de batuille, par A. Roinh, peintre ordinaire da
cabinet de Napolon-
Ce grand cinqurant, don't le portrait est par.
faiteinent ressemiblant avait accord trois sances
au peintre.
Conditions.-Ce tableau est estim 600 goul, js.
,On propose 50 chances A 12 gourdes la chtn-
ce. S'adresser pour voir le tableau, chez M. ;Faton,
horloger, rue du Centre.
A VENDRE.
Une mason compose de deux chambres dl nx
cabinets et un salon, donnant dans la Grand'Rue,
en face du fort Lamarre, im appe-nt de 4 cliambres
donnant sur i'esplanade et trois cuisines dans la
cour pour le prix d- trois miille cinu ci nt gour-
de-s, plus: une habitatioan de la countenance de trente-
trois carreaux de terre situee dans le qtii'lier
du Cormier, bornee avec la suereri Cotin, comn-
mune de Logane, pour le prix de six cents giaur-
des S'adresser pour le tout, a Mo.onieur J )skp
Georges. au Purt-au-Prince, preprietaire desdits
iinmmeubles. 1
JosErua GEORGES.
A VEND!RE.
Une.habitation de la contenaince de 125 carreaux
de terre, ,itue P!imouth, comuiune du Corail
arrondissement de Jirmnie, ayant 40,000 piids
de caf plasts, traverse dans ses bornes du No:d
par la Rivire des Roseaux propre galeminnt port
hatte, par I'abondance de ses paturages ladite ha-
bitation coniue'sous le nonm du prpriitair'.
Un terrein pour culture de caf, de la contenan-
ce de 1000 pas carrs, sis au qu rtier du fond
des Verretes, born au Nord par Anne Allemnand ,
au Sud par la Merveil!er, , i'Est par S. Rodri-
gue, et l'Ouest par S. Senttou
S'adresser au propritaire, soussign dereurant
au Port-au-Prince.
II acceptera a compete du payment des ani-
maux tells que chevaux et mulets.
3 A. LAMUTHE DUTHIERS.

SUPPLEMENT.







SIJPPL'EMENT au Tg lr "phelu d 5 Fwrier er182

c -' 7' ^O.3 <- .E ,: i:::::::,~--~


VENTE AUX ENCIIERES.
Adjudication Definitive.

Le public est prvenu que mardi 24 du mois
courant, il scra procdel, a huit heures du martin,
en l'tude de AMe. Dugu. Notaire au Port-au-
Prince, A l'adjudication diiiitive d'un empla-
cement pour mason, situ en cette viile, rue nt
Magsin de I'Etat et Courbe, de la contenance
de quarante six pieds six pouces de faVade sur la
rue du Magasin de I'Etat environ quarante sept
pieds six pouces sur la rue Couibe, cent six
pieds de profondeur du cot Nord et quatre-vingt-
quinze pieds du cote Sud; born au Nord par
3iie. Pauline Surrugue, a I'Est par ladite rue*
Courbe, au -ud p: r Mr Lamontagne et i'Ouest
par ladite rue du Magasin de l'Etat; appartenant
aux miners Marie Louise Justine Borno, a la
requte de Mlle Pouponne Greffn leur tutrice,
demeurante en cette ville et en presence de Mr.
Jean Jacques Frdric Laborde, ngociant, demeu-
rant galement en cette ville, subrog tuteur.
Port au-Prince, le 25 Janvier 1824. 3


A VENDRE.

Deux emplacements sur la place d'arms de k Ar-
cahai. un terrein propre i fiire une hitte la
Grande RIivire du iim ein endroit.
U e habitation tabiie en cafe, situe a i: nintaigne
des Dlices, connue sous le nnm de Boucangras, da
la niimme commune de l'Arcahpe.
Une habitation situe la plain du nord.
Une habitation de 20 carreaux de terr- connue souis
le nom de boucar- Roseau mmii cornmuipe.
Une hbitation situe anx Sarrasins c'im .me de
Mirebalais, connuesus le nomn d'Aiexandre letit-Bis.
S'adresser au citoyen Fresnel, G;r.id-Jige. co-
hritier des successions Ptit-Bois, ax ndr(its de
son spouse et charge de pouvoirs deis ilitiers.
De plus, une hbitation -ituee i la source (i Gam-
bie, et une dito., au fond Gandole quartier des
Matheux, commune de l'Arcab.aii.
Une sucrerie ayant des cannes plantes, un mou-
lin eau, sucrerie et purgrrie ; le tont en ma-
Connerie et couvert en tuiles i trois-q'uarts de lieue
de la ville de Saint-Marc; s'adresser au mme. S


Port-au-Prince, de 1'Imprimerie du Gouvereremenrt




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs