Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00081
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: February 1, 1824
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00081
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01824-02-01_no_05 ( PDF )


Full Text






LE


T LEGRAPHE,

Gazette Officielle.


N iP.V
1a v


PORT-AU-PRINCE, le 1er. Fvrier 1824, mn Rti


oces-fr+bou. fde la cEilbatoion dti e.
Armiversaire de fItidpendamne d' H'it-i,
doan$ le di recntes communes d 'la -d.
pubi9ue.

CAP-HAYTIEN.

UJ OURD'HUI premier Janvier 1rg4,
IingI-unime annne de notre Ithdpen-
dnice, sur les huiit heures du mating. la
garde Nationale et la troupe composant
'la garnson de cette ville, ranges en or:
dre -de bataille et par ordre de nu ero,
sur la place du Champ de Mars les
cdrps cvils, adminis:ratifs st judici;ireis,
ainsi que les divers gnraux, environ-
b'nt le Genral de Dviion Coinman-
dant de cet Arrondissement; lecture a t
'donne de l'Acte de 'Indpendance, uti
a excit dans tons les rangs le mme
,~nthous~iastr;e que celui qu'on a\'ait erou-
V la premiere fois qu'il avait t entenridt
Ces sensations dlicieuses ont bientt
faith place atix transports qu'on a ressentis
iorsque le G;neral de Division Maigny,
a prononc le discours qui suit :
Hatiens,
Le nmometit est done enfin arrive oii -Haeti-
-doit renouveller la determination d'un people hbre
qui veut dfendre ses drorts, maintenir sa Libert
et ses instiittons, en consacrant dans cette jour-
nee solennelle, l'acte qlihentique de notre rgni-
'itibn politique.
Vingt an.es se sont eoules depuis que s'est
.icononc. le premier serment de notre emancipation
nationaie. Tournons nos regards, non, seulement
'* ers nos tetrs de crise et de discorde civil, niais
Inesurons aussi l'espace parcouru, et nous dcou-
vrirons que c'est par des prjugs dtruits,. par
I'obserance 'des loix, par un dvoueiment sana
bornes et utu attachetnent sincere a la Co0stitution,
bque nous avons fait remarquer notre attitude et
no ps p affermis sur law ligue des ,1ttiors.
Haitiens, ne nous efftayons point de la gran-
deur de la virconstance; marchons i la voix de
la patrie .nos iutetts, neas ennemis, south coni-


iims ; repouvenez-vous qu'il ny a point de salt
po~r la Libert, sans I'union inimiSn el rans une con-
flaee niiuelle qui est la premire force e des Etats.
4 Braves Miliiaires, 'vois-tes8'le'ii prus fermes
sodien, de la Ituljblique; vous avez donn dans
ton'te les circor.stalce des preuves claantes de
voire patrioii.me ne perdez jamais de vue "que
sans discipline, vous ne former plus que des bahmes
que le moindre vent disperaera.
Rfiliez-vious sans eese 1 lla ivix paterneJle de
notre augubte Chef: Sa sollicitude vous eat connue,
et son bonlteur tet jOe n6tre. Fsitres-vums gloire
d'apprter 'uriforme -Ae sold4t, H-,iWn ; maine-
nez dans 'vos rangs I'harmonle, et rtdites-vous,
que le bien gnral, est dais la ruaitin, *danu
I'unanimit dta principles, dmtr accordrd 'fer'me de
tous les membres de la grande famille; alore vous
joliez de tous les bie&s de -t paix et d:'une
libtli ini-.biniable, bous Il'abri tutlaire des :lgoi
et tAe la juStice.
Agriculturs, le Gouvernemient appi&cie et
honore vbtre noble profesion; rcntnuez vos tra-
vaux paisibles; souvenez.'.ous que la protection l1
plus elatante sera la recun.pense de vos efforts,
~our anielorer I'liritage que vous devez rasi-
mettre a votre pojIt)rriit.
Commeryants nationaux et rrangars, ne pet-
dez pas de ve,~ que la bnne, foi dana vos tran-
sactions peut seule attirer sur vous cette corifiatic
ncessaire pour les grades operations in'rc'antiles ;
vous avez acquis la ceirtitude que le respect ir
virlable aux proptits n'est pas un vain ntar ,
en ce'pays; persuadez-vous encore que vos ta-
blissemens seront toujours protegs.
Citoyeng de la garden national, glorifiez-vous
de vos armes; elles sont destines a proteger voY
Sfamilles. Nous avons le sentinient de 'la Lib~rt
chaque citoyen 'ctmpren, le systeme du..GouVtr-
nement, bas sur I'Egalit, devene le seul l.-
ment natiuoiil. NOus sonpmes arms, par Cons-
qluent nous ne pouvonsa tre asservis. Repousser
la force, rsister A I'oppresoion de tous ceux qut
attenteront ~tnos 4roits, trionmpher enfin par noure
courage, notre union, et notre arnonr patriotique:
voila notre devoir.
Magistrate, le vStre est d'!oigner da sane-
;auaire d la istit~e'tott esprit de chicane, con-
Scilier les families fire viter les .pwocures, rame-
Sner par des votes sages et des c4n.-.~ii .salutaires
toute espce de divisions, en respectant, l'gard
de tous les hommes, le* droits qai' sont ici les
nmmes piur tous.
'" (;;.~i de 'cole national et de mdecine,











puupnrtion inr"'saflt? de nnh2
j''?t i:''re uu.tlit u prfnt ce tms CeDJ Cre
e Ci udci, r.~l!<' '< t (]U, VtUI 'JJur galkiUit taus lts genz.,s ('V ntri e.
ii~~, 1C-CaL:iL 'g!a jL fOll:fi dui yor:ii. ux Ci-
e uotre i<~te!re voez e o ps <'iiitx't ayec
1~J >'ij]8~ voyez es 1,:iic~a, i~s p:iimeS et
n,,tr y,r la bu b i e et que u'ows sul revouss,'<
ic g q cles ent tE hrg'es puir une ~JJ'tUu
eiliiiiisuees qui rev,ut c'corl < 1 c't seurit z l'ieureusc union dr,3 flis (l: ,, a
i la ;lsigtsse <'u g&u e de n, tr vartzii 'tix i ait
qun dvelopleeilt e pornt de pIeii'ectibiit e inutre
su)irnlie dteruiii:;then.
'' Et dans l'alLuress qui n'uus tru;ls srte Cl
on.' inos cecurs en actions de grtc.-s vers cene
SUnremne i',, vers cette source be ti Afln q'k'-llae d Ig i dus ti igese luiiiije
rpnulre sur LIJLitLi, sa civiaie protection.
SJauroes la natu.re entiro juriots sur les
mbes de nas ancctrr s a nfl(<-mU e ii, (te de-
ni urer toujeurii uns; jurors ftiplite a !n
tutiun et Au l dLdft d' 1isl uf' r; ( 'lci
luix et (lo runoncer a j n l Frunexe et a
touted dol uidpendans oa de mnourir.


<" Vive
" Vive
" Vive
" Vive


la Rpublique !
la liberty. et 1' 'galit !
I'!ndpendance !
le President d'Ha'ti! "


i Ce discourse terminal, les cris de vive
i'Egalit et la Libert, viie la Repubhi-
que vive la Constitution et vive le Pr-
sident d'Hai'ti, ont montn, jusqu'aux Cieux
poir y dposer aux pieds de 1'Eternel, le
veun soleinel de la grande faille Hai-
tienne, reunie en un seul faisceau sous
un seul Gonvernement, sons l' l'une seule et -mmne Constitution. La
sainte ivresse (qui s'stait empare de tolis
les cr'urs ; la donce joie qui etait peinte
sur tons les visages attestaient que la
Di)vinit rmime souriait ce tableau di-
gne de sa justice et de sa bout ; a ce
tub>!ieau seul capable de compenser nos
lolngs duchiremens.
Imm-liate nent apris, on s'est so!em-
nellem. nt transport l'Eglise, ponr rc-
mercier I':"tre-Suprine de tant de bien-
fats ; un Te Deum a t chiant, an bruit
d'une salve d'artillerie, et apris la sainte
n sse les diverses autoritis se sont ren-
dies au bureau de 1' Arrondisseient, o,
s'est off>rt le spectacle ench'inteiur d'une
reunion de frres et d'amis bien disposles
a re se qlitter qu'a la second auiore
de cette nouvelle aine.
MAGNY.


2)



032 'it'. (A' ;~'Lc '''<
Les laont es (1.3 lreJ unt .l Ixar.
,23II~. Cci.e p!le ''et fa~;ri a ~
(1,c2 e ~ V)[rx'rit les armes
St ''4 i:enr 5I c ri.i itin, clf-4s t;~!e~, eu
',,tr la pln 'e f'.m)s ,~ le ; a e
('nlet ja!ntlX rte~'! .4 1e Pie 11 Laft

la l.b're, aires q!o Je.ti Conn nJni)t (1.d la inace et de la
e',3<(iVit cccOOi>nO'ii de S.i sc re 1:i <'

'elt 8111 e ben 11111drQ nulCe
v-,e r le s'11'tttt d'lisIge ct le d'c.~
siiivaiit futi nc'
unuv'ns- ct Soidats
'' MIIO1 C~^'h-biOn~S anjn:im:'I' hu 'A nn-vr.
n':ire dcla 12 er tumn -e d!e Jali:: end l~ c;
c &:t en, ce j)n see J1< 11 5]irn
'Uuvei-s el tier de vivire mibres et iii-
dx'~mctso- de mon rin Qc n'av0ins9
nlins w,. rrOi v avant d'ariver a ce
bnat Nois 3e;n: se sont a ';ls de toti-
tes jpars, ct c'est an i (lhend cs cei-
confl t a fbmi,tl cciie SAlqime. sagetse
sa fbrmnet ses vertus et sa oatlt t
inaintentiu la canse ,>otir la pA'1e no,;s tc-
.,ions tomjOGra les arimes klonl" (1 'i 'r e ji.
patrie. Le P .Ssnsieiit Boy,!i, et 'tiem1 I.
que 1' 1Etire-St4!preie sejt'oe avoi, rer-
y ponir lliaffl ('ombien ne dlevonjs-io!is
pas dsirer la conse vatiun d(ls jonrs de
Cce Chef si di~:e d'almriociti~n qi! a sul
rtn r la grande 1.mnille .''?Nn
ne. foroiloi s plu 'ii de fl 'res et
l'union est note ore Si jai'S
''mnieeni e Ose alt uquer1,-, cettte terr!, de i-
hert il troivea des ''rners caies
de les Cuiomatt-re et (qii v-rserw it fs-
qn'a li dletrincre gouate, de' leu sm pi r ..
:tre p(mnt sotinims a une pnssance etr ng. re.
Ch ,r1ssots done le IM,'re de la Pti' nc
resretptoni les lois de not-e- pays ei qje
clihcnn fasse soun (ii
F>tnus cn fa'ce de Die, le serpent
de sotitenmr Lsr;qiC'ati d nieon m ent la
notre vie -la canise de la l.~ie et (le
SIndl pendance d 117t ; de nc j inais ne01us
solnmettire a n,'nporte quelque puissance
ttrtangzre que ce soit.
"V;ve la Lijert et l'Egalit
Vivc la ILa>u1) qe
Vive 1'Indepeidan' e
Vive la Coisiti nr Vive le Presideut d'laiti.










Le, Stnmes cr; ?se "nrit 'ft ericr.nre
e 'toutes- pii' t ; 4 joiiiru e s'.-.t passe
,drins la plus,.grande iranuii iilite et -la
pt;rnisen a reiu une :atiou'de pain et
.de V aande raiche.
A i'Arcabaie, les jiur, mois et an
que de .'.autre prt.
S -BERTRAN1D JEA\N.'


i isco Ut., i;
.C'i ;il. TI *T '."'e 'Cvpidon CM' ,, nide-
.-de canpd S. E. ie e .rillc t d'Haiti-,
j -et coinmndaHt provisoire de ta place
du Grand-Gtoave.
*" Iuitiehs "qui etes runi.s en ce jjaU ,:solerntel.,
Iiemertions 'le Toit--Puissant de ce
,qu'il a 'liit pour neus-et i,,irtix' c i r.-i t.
`de ce qu'il nous '. places t1u raiig des
:nation r et des :peup!es clir-tieii ,
Gioriorns ],e's noti s d &ros nos
fr'res qui ont entrepris'et conselidd.liotre
'liidqpendance.
'"Ckobrons la gl.;ire du ;P,sident
,d'Hait qui, parrmi les chefs q(ii ont gou-
'vein., nerite le plus notre attaicement.
E.lmule de l'imrmortel PTION it possde
:m' sOuverain dgr6 Pamour et Ja 'recor-
;naissance nationale.
IlHaiens, celui cqu a mis nottre.gloire
:n .jour, est grand; c Eui qui nous a
donli une attitude assez imp '.a nte pour
nous '.re considerer des natiotis, est
:grand ; celui qit nious a rirus sos le
mme Gucrvernement.; qri nous a procure
la paix est. grand et m>ri;tebtre amour;
un autre pour entretenir notre courage
'vous rappeierait d,&:ii ce jour d'enthou-
'iasme-, ldans ce jouri de la 2le, anne
de l'Indlpendance, les actions minora-
ib!es du Prisideit ; iirernoivellerait a votre
m*nm'oie vos exploits, an Mole, au tioi't.
au.-Pr>ince; et parlout, vous vous tes rnon-
trs soldats, aussi devoues la i publii-
-que qu'aun (C!ih qui la preside.
"Mais moi je ne vous parlerai que
'de votre bonlieur et de celui qui peut
l'aiugmieter: de la culture.
Gierriers liborieux ; i1 na' pas suffi
d vaincme, il faut que nous cuitivious ros
chiapsi ferLiles; il faut les cultiver, avec
cette force, ce courage et cette patien-
re des nations libres. La patience dans
le travail conduit aux plus heureux r-
Silitats; piiedtrez-vous dcne de mnes con-
seils, vous ne laisserez point coiler de
Jours satis visiter vos j:.di s! ne .iIi.tti


votre travail que les jours de ftes, les
j')us C'ni.'ier' el au rep'os.
SEvitez la main des gendarmes qui pa-
itrouillentl poor earlier le vagabondage,
ne vo'us faites pas coiifi.dre parmi cette
classes de fainsans qui n'otit' pas honte
d'tre exposrcs ii.' tr.JvaU pjubl ixc,au lieu
de '..irpLtr hnIilor)blbleIeiCt deC travaux.

Tuaillez ensenible, eulticrteurs d'utne
imnie la:mb ,o~,, ,1n1 iM ir dl:, ns le jir in
de I'i t- i':tire iiur donnez vos for-
ces dans le jardin de l'aiitle; vous ne
parviendrez a 1, pIr' ~, i iion dt ld culture qie
q,'inid vous ,,, ii ,ti:."I ,: p c .i common U.
Siin~i la ilnlecti.bi 1d'i.i s ,,i c seti con-
di, teur l,e ,_ 'lr; i.:.ux do:t tre le pre
de ia, :iii.:;e, 1? tils aiib- dea 1J mason
ou le :.ril'i: uT diie le a terre.
Euiii II '! tiin Wde rou't rai s, de toi-
tes armes et de toutes ciilt:re,; ppour etre
heueuxe travaillois vions continue des
'frees; ,soyoas unis icolnim les racines
du -pajiiiiite ; letr r- unin enip, he a X
o,;ies de les. renverser-: conservons la
paix entire nous ; obeissons aux lois;
r.especLouas nos cleefs;, jip.ans a chaqift
lihmme la coisidiaation qu'it mrite, et
si j.101-is, Dieu 'ne plas.i-, des jours de
inalheurs vepaient a fondre .surti no.i,
nous les supporterions, enrnous soutenaint
les uns les autres: nii, loioa '-de nous
cette penSe, les maihelics iient ii la vue
(du Pre-id-tiit Iovi R. Si iualg e son gile,
la g,'erre et le c.i nage _'lubilnient nous
poursuivre,Y vous voius riap,;elerez votre
valeur, et alor~vous dirrz conmme aujour-
d'[ihi : Je jure de ne jamais me so'dmet-
tre d aucune domination je jure l prir
plutdt que de- rivre esc/ave.
Vive la Libert!
Vive l'Egalit !
.Vive la Kepublique!
Vive 1'Jndpendance !
' Vive le President d'Hlliti. .


Le


Colonel Ch. T. CUPIDON.


An't du Tribnal de. -Cassation de la Republi-
que d'Iai4i.
AU "NoNiM i>r, -LA REPUI3LIQUE.
Extrait des reistres dau &rfe da Tribunal de
Cassation d la Bpublique. ai1 au Port-
au-Prnizce.
Ce nereredi 'vingt-un Janvier 1821, en 21e.
de lInde>tend'ancc 4' Iia't.
L.e tribunal de caation r(mini extraordinaire
ment au paaIs de justice, lieu ordmaire de ss


(33











.t( )


:ditNice, .d ttaient, prIsents le dadyre Jn. V'n9.
Lespinasse, les juges Djean, Borno, Oriol, Abtil-
Be : Bdsqiiat et Neptane ; *-
Aprs avoir prn connaisience de, la wni.'ive ?
Iiii adrr.~e-e par le citov.-n Hlector, dovyn du iri,
.benal ciil de i'Arrindissidn:tu1 du Cap-.-lititn,,
erisemble avee l4e Cii en Stanirlai Sannii Prtir,
Cominiisaire Acr G.rvernema-nt pra ledit tribunal;
par laquelle mrithve ces deux nagistraia -Wldanent
offticillrment connriissance de leur arrive v l-cett
cala'ldle pour itre ratendurn s gr les deut rC 'non-
ciationns raites par le (irand-Jaga de la R.ipudbique,
contre les fonetianaires quii ont ioncru a la
reddition des j igenens rendas le vingt-di-u 'Jan-
*vier mrl huit ceat .vingt-aa 'das I'afaitre d'Hm ,Lotortue centre Jean Charles Lanb et celt
refua le treated Jiin mil huit cent vingt-trois,
en fuavur de la citoyenoe veue Noel Jasmnin,
'conformmeit au-x Arrts q'i ont it rendus cet
-effrt le premier et v.ingt-nieu septembre dernier;
Le Cmnmisaire du Gouvernement entendu:
Le tribunal aprls avoir muirement deliber sur
Ja mitnive dont s'agit ; -
Consideraiit que le citoyen Hector et. ,j Com-.
.minsaire du Gouvernement Stanis!as S nonn Petii ,
,.qui ont fat t onanitre leur arrive en ceeit c.ipitale,
pour sp ciinformairi anx Arrita de ce lJbunal, n,
_peuvent tre sparient eent ndus; d'apris les dis-
p.iriions prescrites par I'aricle 'JW' de la Coni-
:titution;
Coniidrant que le dlai fi(. poerr l bomprn-
tion des judges et Commisassre du Gouveriinnient
du tribunal civil du Cap-Haitien, qui ont coin-
couru a la redditimn des deux jugrniena btu.-pricves
r liroume pril ; drdonne pour l'ex-curion des
e a-rs iAs-relaiis, que mandrat d'amener sera lanc
ipar le daye de ce tribunal, coutbriiirenent aux
.Mrticles, 91 490 rta 496, code d'in-,ruction crimi-
nelle, centre les juges, Bajyrun Dubois, Junka,
NJoradin, le iiupplridt Paul Hyppolite, ninii que
Cantr le Commiisaire uu Giou\verntnment qui a icg
&sans l'aff.iire d'Hnor Latortue, centre Jean Chur-
p. Laob attendu que Jesdis I'iotcrirnaires oat
ouverleiment riai aux ordres 6niuns lde ce
tribunal;
Ordtnne qu' la diligence du ministare public,
*ip,itiqn du prsent Arrt sera ,signifie au do-
yen Hector et 'le Conmmiissaire da Gouvernement
da tribunal civil du Cai-Haitien ,prsentenent en
cette viile, qu'il sera envne -au ,grand juge, et
qu'extrait en sera insr dans la Gazette Officielle
Prononc da palais de justice du tribunal de
cassation audience extraordinaire, les jour, mois
et an que de l'autre part. Sign Jn. F~oiis. Les-
pinasse,. Pierre Dejean, Martial Borno, Pierre
Oriol, 'F. Abeille, Basjuiat, Neptune et Boiason,
greflier.
Colltationn,

BOi SS O N.

Ord-mnneane du tribunal ,de paix :de cette
ville.
Le public est prvenu que, vingt quatre heurs
aprs la publication de la present, tous ceux qui
exercent une industries, art ou mtier assujetis A
-la patente doivelit aller fate leur delaration au con-
aeil de notables pour s'en .munir, leur prvenant
--que lundi prochain, que Ton comptera 2 du mois
d e lFerier, la v-isite e fera et toas ceui


vqui dani, la turn ie- toarcverfUt.W n c*.ri:ravetiona
a la loi de la patente, 'wridue en date du seize
.ioevembre 18s1 la garnison sera nii e chez eux, ',A
teute frabi at dspuni jusqu'a moment qu'il se li-
bertront.
Clirgeins I'rxcutinn de la pr4sente nux comman-
d-in t n fflciers de pdolce de'ette ville. afin de tenir la
marn i I'eixcutinn eL ordottras que la prsente ,ser
public dans tous les lieux et carrtfours a:uenrou-
ies dle cette ville, pour que personane e prtende
case d'ignor.incr.
D 'nne nu itzbun.al teletx de cette qille, ?iil-
au-Prince -le 2d JJivier 1:'24.
STHEODORZ.


AVIS DIVERS.

VENTE AUX ENCHERES.
./,juicaition Priparatoire.
.!L public est prvenu que 'le dote Fivrier
prici.iii il sera procede huit heures du matio,
et- I'Ftde de Me. Dugu. Noraire au Porn-u-
Prince, A 'audjidi:,'aon prparatoire d'un enipla-
cemept pour irimion, situe en crtte tvile, riu du
MiIgeabu de Bl'atEi t Colrbe, de la cInt.,tnanee
de quarante six pieds six pouces de fajarde sur ?a
*rue du Magasin de Etat, environ qutarante sept
pied dtix pouces s-ur lh rue Courbe, cent, is
pield -1e ,,prFmodeur do cti Nord et quatre-vingt-
quinse pied' du t6 Sid ; born su Nord par
Mlle, Pauline Surrugue, A F'Est ,par ladit rue
Course. .&u Sud pur Mlr Lamuitiign el i 'Oueat
par laditerue dii Mauashi de r'Etat; appIriteii.nt
aux, niineuri Marie Louiae Jasfine. Borno, hla
requ-.te de Mlle. l'uuponne 'Grfin leur itutrct-,
tlnemeurante en c.-ttlu ste. et ren prspOce de' Mi.
Jean Jacques Frderic Luabrde ingociant, demeu-
raot eguk.ment tn cette ille subrog tuteur.
Port u-Prince le 1.5 Jarnvir i.'t24. 2

Les cranciprsi de-la kitoyenlre Nicole, 'dame di-
'varced da cia.yen Thoim/s ulien, sont invits par
ces presentes de se p,,~ernter pir erx ou leura
f'ndes de pouvolr%, aux .yndlics provisoires de la-
dte :f!illitf~e nbmmis par le jiu-,nent da Tribu-
nal Ct'il a3.ini les attlibations de cclui de com-
mi-ce, le 17 du jourant, savoir : le citvyen Jeir
Elie, Ngciant, et le sieur Petr Milroy, liquiad4-
taire de la maison M:ilroy Ritelie et Cie., tous
deux demeurant en cette vilte, de ladite failite de
la dame susdite, de leur ddclarer a quel titre
et pour quel;e sonmme ils sont cranciers de aldite
faillite et .de leer remettre leurs tires de crena-
.ce ou de les dpoger au. gr efe du Triburnal de
Commerce, come le vent les articles 501 lt 502
dudit code, o it leur en sera donn rctpiss6.
Port-au-P Npce, le 23 Jarvier 1824.
Le juge coman-;aire ,
2 E. EULA N.

Le soussign a l'hunr'er de prvenir le public
que ses alfaires particuhires exigeant sa presence
i l'trangr, ii a l'intention de partir dans le
courant du mois prochain.
yrt-au-Prance, le 10 janvier 182-. 8
PO.DOa z MARITELLY.
SUPPLEMENTZ










* SUPPLEMENT au Teegriaphle du ler. Fvrier 182.


Le soiui ne desant partir squ9 peu pqir I'E ";.
'tope, invu.: I" pternsriflt t(ui ot ite.cz luwi las
montre> ptil es r.i*.. i I' re' r -rd ct in a d, x
. m iSi attenduii iii .r e I p-,, it 1,- f a
auto ser p.,r its' a.'I' 'o'i lompi)teiierfa.poir enlie
les cibjIS C resltriu ... ;in lc je'pQ p r d. ce'
qui lui eai dire i. .r i' lb.'ur-es i Iluhiilges ttc.,
Port-iu-Frunet. le ..I er .l.;+,
HFN RV L il-..r;', Horilg.r1,C rmd''iRe, m.,-
,s'i de 3',Jadame: i.,. '. 2

, The ur,J"r ;X. ..I rqe-p.i '.,,' inrinn'ls ihe pth'iu
that he is c ri.e+d -vih (the iedltite.ii kff the t-.ri-
cerns of the firm of Dav'd IC.,rr'\ & CP. he tht-cre-
fore, requests il those iu!,ib'.-i i lthr said firmm'
to liquidate their Lcciintl .1-Sftore the I-t. of April i
neit as aftcr 'lit-pi r"' r C.iJrse'r e'j be Lad tol
justice for !Ih: *' e nl -Irei'd. TI' n ..' l..! i'. .re .i' f-
ferers by the tires of Auiigu-ti I'~'n -i I.) cl-l.-i r
1822 ar.-u tt hu h.a- iir aN y\,'t ricom t'..-- ,rd tou
s little i'..ir .iccu i'"- \' i he arrarigrdl aiil in a
liberal nii,-inr. L r-.J iiite .c iue du u.ii op- O
posite the Cui.ui: ilou.-e.
Joi!" SCARILE.


Le public Pit pri enu la.iaw lai meis de com-
nr -re hblibe aux Cai.s, sous ;a prison :deJolh
I,,I'l HB.rifie et Ciompi. a cese d'i xiiter le 31
id..cii.brl l-'e'.i ti que la il.clarsaiun en a t
f,'l:t n due ;atrme Ru Iribinali civil de ladite
%l ;e -., ' I'av azant I As airite t;ro ns de itibunl
dle cimit-- ce'. La liquidaeiun tn s-ra ft'te
p'ir" Mr. .lohn .Dnvi.l, pour con pie des diT.,-
im:rrf.es t ir L prend i sblite des tffatirts bous uat
OL-I ti ',,P.e riomi d *1iihn Dlaid.
Le pi-ht-lc g'ir gapti ent prfv' Ir. janri-r 12t4. M1.1. John David, Brrthez et
('",,p., orn ce,- d' l-t-iix Siurau,. ,M.uni el Comp., aux C'aves, Idit
ieur Johin Datd .' se rservant pourtInat le dIrat
de suijre perso.nellement Its recouvreineri s de ileli
oii t:le'r creraric- qii concenrru particuiiier.mtrnt
Squt-Iques.funs de si's coriespprdeans et dontr i a
rt.i' Jirc erment -les ordres a cr eflR t.
JoHN DAVID. 6

A VENDRE.
Deiux ennplac' nimi s sBr laplamce alUrmes -d.e l'Ar-
Siliii ti.. tYrreiii propre i taire une tiite la
CiGrnde Iti%rre du miuine eirdrti.
L'ibe lihbitliion Pi-iblie en alre, uilii-e la montagne
ds Deli)e'es. crnue sous le nnna de lBouuanigrae, de
la ni-ne coirin:une de I'Arcmnhie.
LUne hahiti:inn situe la plaine du nord.
['te habitai,,n de t'? carreaux de terre coni.ue sous
le omm de tiuican-it{.li au inie ccmiiiune.
Une habiiatioin -itue nsx .'Srrasins com,.,ijne de
JMirebalim.s, coiiniiteou i lennm d'AlIexasndre Petii-Bi.,i.
S'.idi,ter a1'rcitoveii Fresnel, Grand-JyQge, ,co-
bherilitr des uice'si.i'ns Prtiii-1nia. aux droils de
.on epouse l clharg de podvoirs des l.hritiirs.
De pillu une hi bilation itj~e A la source aGam-
bie, et .ne dito., au forndi (;andole,, quarter des
I..ilieuii coimmine ie I'Arc3liie.
Une uicierie .i,.ant des cannes plnttc's, un moan-
iin a eau, s.ucrtrie el purgrie; le tont en ma.
.oninerie et court :ia tuilei., irnii-qua:ts de lieue
,de la mile de saint- BMare; s'adrebser au mme. 1


:La socit 'de J. Macfatelafe t Cie., a cessi
dt piiis le 31 Leceuibre 1823 par consentement
mutuel. Les affaires se front *A, l'avemr par J.
Madfarlane pour son compete et.i rglera celles
de ladite socit.
J. MACFARLANE.
3 THOMAS HILL.

1Mr. Armand peintre en miniature fait des por-
traits don't it garantit la plus parfaite resemblance
-et aux prix les plus gnodrs.
Grand'rue, maison de ,Mr. CALICE BEAUNEAU.

Les soussigns ont l'honneur de prvenir le pu-
blic qu'ils ne rpondront pas des dettes que pour-
raient contractor les quipages des bricks Brmoiu
et Anglais, le Hayti, Capitaine D. Jomman, et ie
'Treasure, capitaine Jas. Iuse, qui leur sont consigns.
'Les susdits papitaines font la minme declaration,
Port-au-Prince le 31 dcembre 1. 23.
3 HEEILAND ot WEBLIi frZres.


January '25th. k62+.


Le sossign k, 'hoiinreur .d'in.frmer le pbluic
qu'il est charg du rglement dets afj'aire. de la
raison de David Correy et Cie. Eg consi.l*Ici ce,
il invite tous les dbhiters de ladite rTmiboi a liqqmi-
der leurs comp.tee avait le premier d',\rrl pro-
chain, parre qiu'apr.s ceiie Ppoque., on aura rq-
cours A ia ju.zicte 5 'gaud d.: ceu qui n'auront
as t regls. Quant a crux qui dnt' souffertpar,
es incendies d'Aot 152 est Decembre 1822, et qui
ne se sont pas encore r-rsenti., piur r:'gltr Jeurs
eomptes, on entrera en composition aa-c eux d'une
'oanire qui leur sera satisfe-ante. .IIdemeure sur
le Quai, vis-A-vis de la Douane.
JOHN SCARLE,
Le 25 Janvier 1824. 2 ;

La maison de consignation connne ei cette vi.le,
sous la raison Linard et Cie., se trouvant dis-'
soute par le dcs du sieur,Linard, 'un des as-,
socis, on prvient le public que le sieur Firoin
Bournac est charge de la liquidation et de la site
des affaires qui restent A terminer de l'exdite jqai-
son on invite en consequence les personnel qui
pourraient lui dev-oir venir solder leurs compl.s
sous le plus bref dlai, comine aussi celles A qui
elle pourrait devoir produire leurs rclamiations.
FIRMIN BOURNAC, charg de la liluidatiin. 2

Le public est prvenu que 'la socit tab:ie
entire les sieurs Polidore Martelly, Yves Coffon
et Edouard Hauman sous la raison Pliidre
Martelly et Comp.,, tant au Port au-Prince, qu'a
Cap-Haitien, est dissoute d'un commun accord, a
dater du 31 dcembre 1823.
Mr. Yves Couffon, reste sepil charge de la
liquidation.
-PLDoeona MAR'IELLY, Yvas COUFFON. e
EDnoARu HUMAN.
Port-au-Prince, le .10 Janvier 1824. 6


41 ',











(6 )


Le soussign; a ho'nneur de prvenir le pb~b qu il a :e commisiiuiono Encanteutr PUbiic pour
cette capital ; et devant ouvrir son bureau te
inardi que lPon comnptera 3 de fvrier proch in ,
dans la maison netive du Gnral Bergerac Tri-
thet rue du Qui qu'il est en measure de rece-
vuir des a present tes rimarchindises dbnt on voudra
bien uki confier la vente.
Outre le ,m.n les plus dbiicats qu'il promet
de donner aux iritrts de ceux qui lui donneront
leur coifiance il s'attachera observer la puus
grande exactitude pour la rnmise des -comptes
de vents et les fonds rerla nt qui de dreit.
1 Lous I, BI AL UD.


A VENDRE.
Une habitation de la countenance de 1p 5 crreax
,' terre, situee Plimouth, commune du Lorail,


arrandissment de Jrmie, ayant 40,000 pied
de caf plants, traverse dans si s bornes du Nord
par la Rivilre des Roseaux, propre gicnient pour
hatte, par I'abondance de ses paturages, la Lte ha-
'bitation condue sous le niim di Ipr'p'itdire.
Un terrenh pour culture id c,!' de la contenan-
ce de 1000ipas'caris, siis 111 uurtier da fond
des Verretes borne an Niird par ,A\ie AI liand ,
au Sud par la Merveilire. i 'i't pir J. Ro:ri-
gue et F'Oust par S. S'.'eiluut.
S'adresser aipropritaire oussign, demeurant
au Port-au-Prinee.
II acceptera a compete du payeuient des ani-
mnaux tels que chsvaux et mulets.
1 A. -LaMOTHu DUT1IERS.


i01u4 ri 1ee, de OImprimerie da .Gouverllcment,


; --- -- c--




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs