Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00077
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: 7 31, 1825
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00077
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01825-07-31_no_32 ( PDF )


Full Text

r
: i i
g


TELEGRAPH ,

Gazette Officielle.




NO. XYXII -
No. X?'X lI, *

^_j^


PORT-AU-PRINCE, le


Aot 1825,


an 9


EXTERIEUR.
Philadelphie, le 30 Mai 1825.
Traits entire la Grande-Bretagne et les
Provinces--Unies de Rio de la Plata.
Les papers de Buenos.Ayres contien-,
nent le traits qui a t conclu par le Gou-
vernement anglais avec cette rpublique.
11 a pour clauses une libert reciproque
de commerce entire les territoires de la
Grande-Bretagne et ceux des Provinces-
Unies; que ces Provinces jouiront, com-
me les autres nations, des mmes grands
priviigesde cnmiit rce et de navigatioii, dans
les possessions britanniques, hours de l'Eu-
rope; qul'aucuns drots nouveaux ou plus
grants ne seront imposs sur importationn
des articles de leurs productions; qu'aucunes
cGiarges ou droits plus grands ne seront
anm pius imiusi s, par l'ue i par par 'autr, na-
tion, dans la forme des droits et changes
te ports, de tounage sauvetage, pilotage,
etc. sur les -biiuins appartenant a l'une
on a i'autre desdites nations, d'un port
ai-c, ela de 1'20 tonieaux, que ceux pa)iVei
par leurs propres btiniens. Par une pi-
vision les sujets anglais ont la pirliie
et entire libert de conscience, soit dans
leurs masons soit dans leurs .guses ou
chapeilea, qi'i;s voudraient bti, avec l'ap-
probation du gouvernement desdites provin-
ces. Par une autre stipulation, ce gouverne-
mient s'obhge a cooperer avec le Gouverne-
' ~~~m nent anglais i'aboution de la Traite des Es.
claves.
INTERIEUR.
Extrait de la Gazette Nationale de Philadelphie, le
7 juin 1325.
La loi sur hs patentes rendue par la ripu-
blique resumid t au Cap-IIaitin avec prire qu'elle soit
publi expiiqu('ra le penchiaut qu'or.t ies iHaiticus pour
les et:!.ugers.


Cet acte du gouyernement haitien rappse j
notre mmnire qielques-uns des fameux doret
de Bonaparte, don't l'objet Iait et de voler la~
trangers et de les insulter. Yous sauree qu'i
y a beaucot'p d'trangers dans. cette ie' qui ont
des relations de commerce avee les l1 ilien.. et
qu'il y en a aussi beaucoup qui y font 1-urs ~ 'ires soas
les pat ntes de leurs femnies, natives de ce pSyq;
ce qui a depuis t sanctionn. Le gouvermtiemeit
sait aussi que ces individus ont toufs leur for-
tune en dettes duies par les Haitieits. 11 para
rellement que I'objet de ce goutmernement e4
de chasser les trargers de 'ile, t pAlr ia leu
proprits seraient sacrifices. ,
En rflchissant attentivement sur la malignit
que renferment ce. peu de lignes, on ne peut
.a-l.fie._td ressentir du moaiis pour celi~ qvi
les a traces. Quel qu'ensoit I'auteur, le peupie
a'Haiti a une trop haute ide des principles sta-
bles sur lesque!s snt bases ses institutions, pour
s'abaisser ehercher a le connaitre.
II a t asswz hont pour avoir os inj!jrir
en des terms dpiacs..une nation qui a de tout
tennis favoris le commerce d'un people pour le-
quel elle a eu tous les gards et toutes les
attentiQns et qu'e!le a combl de tmoignages d'.mii-
ti, ni;._'r.b1 qu'il ait voulu mettre en doute li
droits qu'elle avait lgilimement acquis de Se cons-
tituer en E;at libre et indpendant.
Comnme i serait inutile de rapporter ici tos Jes
articles de eette toi su- les patents que l'on peut ai-
snmant se procurer nous n'en citerors jque les
pricipaux en nous attachant seulement A reliever
les erreurs qu'a commises ce personnage et a d& -
voiler ses perfides intentions.
Quel rapport, nous le denmandons, y a-t-it entire
une loi inse Hiti pour absurer la prosprit des
finances de cet Etit avec ces dcrets de Napoleo
qu'on dit avoir el rendus en France pour voler et
insulter les trang-rs ? Nous n'en voyons certaipe-
nment aucn. Sans vouloir nous informer si de pareis
dcrets ont jam4is t nmans de cet hointne extra-
ordinaire don't le nom appa tient 1'histlire, nous
dirons simplement que tell n'a jamais t opiniono,
ni l'ari.re-pense du couvernement d'Hati de 4--
l "e les strangers ni de les insulter en imettaat uOe
loi qui fixe une borne essentielle au commerce
tranger parnii nous.
Qu'avons-nous fait de plus que les autres peuplie
civiliss de ce monde ? Chez eux, il est recu ea
principles en bonne igis!ation que les nations ont
le droit de se regir le plus convenablement a leI-s
localits et i leurs besoins; qu'elles ont la faculty
tout en favorisant le commerce tranger, de ne poiat


a~~l"siiiiiiihiiia~lciriiilrii*------ ,


)i i












(2)


nent de I'Amrique afin d'encourger et
de protger les relations, et que les b-
timens de guerre y accompagnent nos navi-
res de commerce.
Et enfin que des traits de commerce
stipulent dans I'intrt des ngocians, tou-
tes garanties et les avantages don't une
nation aussi puissante a le droit de pr-
tendre. C'est par une measure semblabie,
Sire, qui, dans ce grand movement so-
cial qui approche toutes les nations, qui
multiple leurs relations, lve leur puis.
stance et fait leur prosprit, que la France,
sous le rgne de Votre 'Majest, mnaintien-
dra sa piace parmi les nations les p;us
ci'vilises.
Nous sommes, avec le plus profound res-
p. ,pect, Sire, les fidles sujets de Votre Ma-
j" est. '
( Suivent les signatures )
.rtrait de .'Americart Sentinel du 30 mai
.*-, .1825.
;, '~iN ;,ot'velle important de l'ie de Cube.
-Nousvenons d'apprendre'd'un Monsienr,
:. ir le dire duquel 'nous pouvons ajouter
Sfoi, qu'un traits a te dernire ient con-
Sclu entire le. gouveinement Frangais et
i, 1, Espagne, par lequel les troupes frangaises
' oivent occuper les iles de Cube et de
Porto-Rico.
De 16000 hommes que la France pos.
sede maintenant dans les colonies des In-
des Occidentales, 8009 seront envoys a
Cube et 4000 Porto-Rico; et les trou-
pes espagnoles qui ferment les garrisons
de ces miles, retourneront en Ipslagie, ou
iront aileurs. Uin frangais a nomm
pour remplacer le genral espagnol Vive,
qui coinmancte l'ile de Cube, laquelle ,
ainsi que l'ile de Porto-Rico, seront gar-
des par les frangais, jiusqu'a ce que les
craintes produites par des principles rvo-
lutionnaires ou d'une invasion, soieit en-
titrement dissipes. II rested maintenant
savoir si l'Angleterre tpeimettra I'e-.:cil-
tion de ce project. Elie a de 17 a 18
mille hommes de troupes dans ses diverse
Miles jointe i une force ninritiiie, au moins
aussi puissante que celle oJ la France et
de l'Espagne ensemble. II (st presque irn-
possible que des forces europennes anssi
considrabies restent loig-temps sans venir
en contact ;et s les vues des different
cabinets ne s'accordent point, nous devons
nous attendre sous peu quelques circons-
tances extraordinaires dans le nouveau
,nionde.


INTERIEUR.

Lundi dernier S. E. le Prs;dent dlHa-.
iti est part de la capital pour all r fire
une- tourne dans les arrtndisst tns. de
l'Artibonite et du Nord. Ce vr'v.ge .est
sanis doute dans les vues de voir
par lui-mnme i'tat de la culture dans
ces parties de la rpublique qui ont beau-
coup souffert dans des temps caiamiteux.
Les differentes branches de service demin-
dent a tre mises plus que jamais sur un
pied plus rgulier, etl'ordie le pis strict
reialitia a sd presence et par les )ins
qu'il ne ces facilement les rouages compliqus de 'ad-
mini.itiatioi publique.. ,'
Quel est i'Haitien qui ne porter, le: plus
grand zle.et le plus grand paYii i.-rme ,i
remplir ses obligations envers la 'rptrte,
lorsqu'i yerra le Chef de I'Etat eniiloyer
tous ses efforts afin d'assurer le honlhiur
et la prosprit de tous les *i.-toyenis.
Des commissions composes de pesd6n-
nes habiles s'occupent en ce nmoinent-s-x-
differens codes qui doivent regir .iotre 1.
publique. S. E. a fait dernirement cI iix
des citoyens Jn. F9ois. Lespinasse, :d,>oa
du tibiunal:dei cessation, Elie, reprCa-t fc
de la commune du Port-au-Pri.nce, et Tran,
notaire du gouvernement et interprete de
alangue anglaise afin que ces honorable
citoyens puissent porter leurs sons a lh
formation d'un code de commerce pour
tre present la prochaine session de la
chambre des reprsentans des communes.
Une autre commission forme pour s'oc
cuper d'un code de culture et de police
rural, a t confie an zle et aux taoens
du grall de, brigade Inginac secretare.
gem ral, de Mr. Villevaleix, notaire du
r'oiivernement et secrtaire particuiier de
S. Ex. le Prsident d'Haiti, et de: Mr
Bianchiet tiis le notre estimable concito-
yeii, le general Blainchet que la mnit, nous
a eniilv il y a quelques annes. .
Ainsi, nous, aurofis tout lieu de no.us
flatter que nos insiitriois vont preedre Je
la consistance et nous rendre dignes dt
rang qne nous occupons maintenait par-
mi les nations civilises de la terre.
Au formations sur les grands travaux aixquels
se livre S. Ex porn animer toaiies les
diffrentes bian iiiis de la prosperity de
l'Etat et pour conserver au people son
bonheur et sa tranquillity, nous nous empres-
serons de les fare connaitre nos lecteurs.











(3)


Nous insrons ici un tat des denres
ex.portis du Cap-HaY'tien durant les m4:s
de janver, fevrer, mars et avril de la pi-
sente :alinde;e

Et,'t des denres export:es de ce port pen-
dunt ,lzt mois ae Janvier Fevrier Mars
et Ai:ril.
tA SavPir:
Janvi;-r. Caf, 760749 liv.; cacao, 1269 liv.;
bois de .ampche, 53142 liv.; ctirs en 'poils de
bqeuf, 1331 ; cuirs en poils de cabrit, 134.
Fkri1'r.- Caf, 337216 liv.; cotton, 194 liv.;
tabac ciuu d'Hti 7691 liv.; bois de campnche,
l'-!" l i~. ; bois d'acajou 8721 liv. ; cuirs en poils
de boeat, 199; oranges, 9 ba lis.
Mars Caf, 189611 liv.; cacao 56'!4 liv.;
tabtc cru d'liatii 1547 liv.; bois de ctrnipch ,
19674 liv.; cuirs en puils de oceuf, 460; cuirs en
poils de cubrit, 214 ; cornes de b:euf, 1100; cailles,
32 liv. ; oranges, 6 barils ; citrons, 1 baril.
A4ri..- Caf, 1859415 liv.; cacao 1706 liv.
bois del campeche, 168421 liv.; coirs en poils de
bceuf, 2142; cuirs en poil de cabrit, 66; laine,
43 liv. ; cire jaune, 529 liv. : roucou, 619 liv.;
orang(a. 3 baris ; citrons 53 barils.
TorTAUX.- Caf, 3146991 liv.; cacao, 8669
liv.; ceoton 194 liv.; tabac cru d'Haiti, 9238 liv.;
bUis de campeche, 370939 liv.; bois d'acajou, 8721
liv.; cuir en poiis de beuf, 4132; cuirs en poils
de cab rit, 414; comes de bceuf, 1100; ecaille,
32 liv.. ; lane, 3 liv.; cire jaune, 529 liv.; rou-
cuu 619 iiv. ; oranges. 18 bariis : citron, 54 barils.
Cap-Haitieu, le 30 Avril 1I3-'.
L'adrinisttateur,
J. B BACKER.

.iTous apprenons par des personnel qui
viet nent de I'Artibonite, qu'aux Gonaives
et I St.-Marc il y a eu de grandes f&tes
l'effet de sotenniser la reconnaissance de
1 Lrlpendance d'Hati. Ces nmtnes per-
so3' nes rapportent que dans tout le Nord
ca a fait de grandes rejouissanLes a I'oc-
cs.sion de cet heureix eteneienit.

.:strait d'une lette venue du Cap TIaitien,
i en date du 23 juillet 185.
Aulssit6t que le gnral de division Ma-
1Tny, commandant I'arrondissement du Cap-
Haitien et regu, le 17 du courant, la d-
pchie du Prsident d'Haiti accdripagniant
la proclamation au people et I'armee qui
announce la reconnaissance de P'indpen.
dance de notre gouvernement par le Roi de
France il invita les habitans d'avoir
se trouver mardi 19, au champ de mars,
ou les troupes de ligne et la gaide na-
tionale requrent galement ordre de se
rendre. Au jour indique, le cortege se mit
en march dans l'o;dre suivant :


Un piquet de carabiniers a cheval de la
garde ouvrait la march; vinrent ensuite:
La musique guerrire,
Les instituteurs et les lves des coles
nationals et particulires
Le commerce national et tranger;
Le conseil de notables;
L'Admnitistration des finances;
L'o dre judiciaire;
Les offic-'rs de sant;
Les officers de la marine;
Les officers de l'Etat-Mjor;
Les directeiirs du g, nie et d'artillerie
Les gWnraux de i'arie ;
Les membres de la chambre des com-
munes; ceux du Senat, prsens, et le com-
mandant de I'arrondissement.
Un piquet de carabiniers fermait la mar-
che.
Arriv I'autel de la patrie, qii tait
orn de guirlandes de fleurs, ainsi que iar-
bre de l liberty, le gtnral de division
Magny fit serrer les troupes en masse et
ordonna d'ouvrir un rin. Lecture de la
procla.ination de S. E. fut donne, et aus-
sit6t l'enthousiasme le plus vif clata. Les :
cris de Vive le President d'Haiti! Vive la
Liberty! Vive lIndpt dance! se fireyt en-
tendre de toutes parts et les batteries de
la place salurent ce grand jour.
Aprs la crmonie militaire, le cortig-
et la foule des citoyeuis se rendirent a
l'Egtise paroissiale pour assister an Te
Deum qui fut chant en coinimmoration
de cette solennit.
Les 19, O et Q1 la ville fut illumi-
ne; et pendant ces trois jours il n'y eut
que rjouissaces bals t tfestins.


Arrt du Tribunal de Cassation de la
R,:publique d'Haiti.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE.
Extrait des Registres du Greff- du TribE.
nal de Cassalion de la Rdpublique, sant
au Ptorl-au-Prince.
Ce lunii, vingt-sept juin mil huit cent
vingt cinq ari vingt deuxime de l'ind.
pen dance.
Le tribimal de cassation runi au palaii
de justice iieu de ses audiences oi taient
prsens le doyen Jn. Fois. Lespinasse, les
jiiges Dejean, Oriol Abeille, et Neptune.
ains que le juge Basquiat, remplissant les
functions du minstere public.
Dilbevrau sur le pourvoi en cassation













(4)


fait par le rvirend pre Basilio Suarez de
Lema, domicili aux Cayes contre le ju-
getnent rendu par le tribunal civil dudit
lieu en date du onze septembre mil huit
cent vinv t quatre, faveur ,d citoyen
Bouiet, propritaire aux Cayes; ledit
pourvoi portant pour griefs fausse appli-
cation de l'article 606 du code civil, et
violation des articles 11i et ii'2, du code
de procedure civil, 3 de la loi du 15
nai 1819 et demand de plus la prise
a parie contre 1'ex-doyen S..mbourg, s-
tiateur de la Republique, et contre le ci-
toyen Lemite, substitute du commissaire du
guiiveri e;n.t.t prs ledit til)iin.al.
E:!tedii le taiport du jiige Abeille,
SOuti lds con!;usions .du juge i.iiui.t ,
remplissant les fu.ictiiis du ministere pu-
blic et y ayant gard.
Vu les articles 606, di code civil,
14l1 et 1 du codi de procedure civil,
S et 7, de la loi du 15 mai 1819.
Vu le jiiiment dnonc ensemble les
pieces, mmoiies et autres documents tenant
an procs :le tout nireinent et attentive-
Tnent examine.
Co!i.:nithel,t que P'article 606, du code
Civil, qi>i ddLimlt es r-l,:,_ t'.'::- qi sotn
a la charge .dii plni, taire, a it, a.il:,e-
iiiet ail:i-id, et ne pouvait point servir
dans-l'espce pour autoiiser la parties de
Mle. \iu!a- i ddi,:-a. r dudepot qui avait
et tait.au -I..'., de la some de deux
ceiit soixante-quatre gourdes par le cure
Bazilio, pour i n1 e- une p ii, il'e
some q..ii avait et per9ue par lui, ea
vertu de la saisie qui avait td prc,-
tiiimnent fiite. sur la taison dudit ci-
toyen Boul i.
CCtn'ii.i, nt qiue: les dispositions pret,.
cites par i'articitee 11 dui codo de pro.
cedure civile, qui sont de ,.'.,ei r 'ont
pas te O,,ei)c- a la rtlactiuoin ju-.
gemont attalquc.
'Le. tribun-il par ces mi if case et
annulle le j.ijgemeeiit rwndu par le tri.
bunal civil des Ca.-i en d:ite du
onze septembre mni iinit ceti vingt
quatre", f'veui 'd ctove'i Iiiiet, centre
le rivrend pre I':liiio; ren' oe 1'af.
fatire d: .'t le tribunal c iit d'Acivin
po'r y 'I r de nouveau juge; ordo(ine
la remiise d' Panaiide ; statuaut g-:-
lenent,'esur la demandie de prise a
parties, dirige par le rivren 1 pre
Baziiio, en virtu des dispcsitions gd-
nirales de la lo i ilu 15' ai 181)9, con-
tLe l'ex-doyea Sa..iubj. Snateur de


la pi,;:, et contre le-ceioyen Ln en
substitute du commisaaire du gouverne.
ment, prs le tribunal civl des Cayes.
Considrant que le df ni de justice
don't se plaint le pre. Bazilio, pe se
trove point constat attend qjue sa
requte, en date du tiente sept nmbre
mil huit cent vingt quatre t
i~poiiuie de l'ordonnance de l'ex d,,yen
Saibutiig et des conclusions qui out
t prises au bas de lalite retpire
par le sib.titiit 'du conmmissair du
gr)ii eri ctielit ; et q;,'au sil ,l .s le:I for-
im.llitei piei-cite. par 'article 507 i dii
c,,e e de poctdure civ'iie, n'otll pjis t
ol;CL -,Vt '
Le ti:,:inai rtjette la demand de prise
a p "itGe faite par le r vii lnni pre I...z!lio
contre IV r J.d vye S-uinbourg, senateur lde la
Republique, et contre le stubstitt I. '. te ,
pres le ti 1.i.ii civil des Cayes ; ordonn
q a dla li.ince du min ittre public ex-
pdition du present arrit sera envoy aui
grand-jug-e q-'il sera inscrit au g'i-'" du
tiibunat i il et qu'extrait en sera iasr
dans ii ,,;lic officielie.
i.u!.siiit au palais de justice du trilbu-
rea! d; ei-ittion, > l o. jour. ii. .tt ai qle
de t'auitle pat. ( sgnue ) Jil. .i:. Le;spi-
nasse, Buisaai, gi,.. Pour extrait conform.
BOIS.EON.


SECRETAIRERIE D'ETAT. 1
Le g.'e ern'rT!i-''l't voulant contrbiber,
pi, t.>ii kl iyove"nl qui sont en son pol.
'.I' a I'i 'n citiO: t de la jeunesse,, vient
,lo d:>m-r i,,ie T.'ouvinr an public i
i) iii, aij ue iin jiin i le, placee dans leloca
q. ,i tli,'liHe :!l I'c':e. '
L',i r i'en'. :. rial d4terminera les
Ii-. ~s et t' j,'i:s ou le public sera admis,
ains que le ii,.de 1 suivre pour les lee-
tures.
Port-au.Prince,le 21 J,'illet 1825, an 22.
l.e Serr, t,.:re-d' ,.tif,
Jn. Cine. IMBERT.

Port-au-Prince, le 2 juillet 1825, an 2?.
Dans les cio-.iila c e pr sentes ii est
plus .que j unais lcessaie de fire
reutrer datis ia caisse ptb ihiue tous les
fonds' qui soit dus a 1'lEtat, et moins
que ja iais fi ne peut tre accord au-
Cui cdit. Ei: cl:;, g:ice, les admi.









WUPPLEMEN au Tigrahe du 3i Ju-illt iij5
d i ullt S.


iiitrateurs d la Rei)ubliqt soit tens ;
jous leur responsabilit perSonnelle et sous
les peines d droit ; de ,e Cnfrmer
Btricteiierit a la defense faite 'd. r'ad-
mettre auciin bon la casee ti pace
des versmens en numriaire qu'ori pour-
rait avoir y fire. lis dei'roit encore
employer tous les moves t~n-\en.b;-
pour faire renti'er sans retrd dans la
eaisse, ce qui peit tre du dets olig:i-
tions don't lets terms sont chns.
Le Secitaire-d'Etat
Jn. Ctnei IMBERT;

Les cranciers de la successidi Eugene
Sriesse, ouverte dans l'arrOndissert ent de


:Tiburon 'ont pi. V-entis qu11l'elle e si echuie
a- la V.,cjic et ql'en: veiu, dle la tent
-judiiaire qi eitli eu des efPeis y a)par
tenaflt ;, II leur s't s cor.,l u dla d
trois inJS In I;-i poIri se fire jscre au
bu eau de 1 'adm'ni irr ratu d susrlfdit iieui
itf ifh< quIi,-I2e flS dev~i Oi-t (21c tfufitis
de tiLres ttitlieiiii(liies ot ('niit.i ig Alss
pa` es iii a dii estsiort de et tr-
Io.Ii it ;e:ueut tit e n Vuoi d i 'aurait
aiucunti divideodel ' rvc1a.ner.
Por.au-Pri nce 4 e 2-1 Juillet 1 S'.3.
te sods-ch',f c,li < r des D,3n),tines et
de la Cu.teli dles _bens % aqCats

TCs. LESPINAS:SE.


ddu duori-n.-iU i de it u i l U Lrncni.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs