Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00071
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: 5 4, 1826
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00071
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01826-05-04_23 ( PDF )


Full Text





LE


i.r V -E

1 ~..Pj:~jE


N'0. XX


PORT-AU-PRINCE


, le 7 IMai 1826 ,


an Q.S.


ARTICLES OFFICE i LS.


tXIS d' Goui'ernleuent.
Att.n-lu que le bon ordre exigfe yt les I,!r*;
ml lit (1, he- nr>r i. usit L la el o1 . 18 aitil 1 $07
stir la p),hce, t.us ceux. qi seront ar rets cu coa-
traventin Ii ces dispositions sujiront les peines ata-
Ifies pdr ladite oi qui sera strietenie.t exLute.


SE lt ETA f I? E RIP F k lAT.
UEs rn a,~"s aetuelles -exgeant que ceux qui.
Oivclt 1 la caisse publique lit1itt, i le plut4t
yioSible, aFiu d'eviter au gonverncnieet la ncessit
d'ernplover des measures de t.ur cuntie.ux ,
Les Administrateuas des Acrondsseniefts tie la
Mlpui.ique vIiunt en -,- L'CI l vits & signirier
oaux persotines qui "v.!:' .I piur acq&41tii4i>ons.
res hiens do'eaiiiaitx, d'avoir a-se 1' .:i.lor daUs ie d-
la dt'la ms u5, peie de avaieiit ci do0ines 1 ve effect, se'nt envoyec,
s'iUs iliventaire 5 la Secrtairerie T'LI.t i; ct les
I)rila;n.s pour lo l Iirli elles Ont t de noi.veau vendus & ccu qui les pairont de suite.
Falt i la Secrtairerie 'd'Etat
I>wst-au.?riace W le Ayr. Avrl 826, an 23e.
Le Seertaie ('Ii- 1,
dJ. Cnin. IMBER-T.



eh;' C 1Ez ~E,<;oira.' Ge'ner' le
jLe (,nu'. el ii rL nLy. .i. jmais concd mi ali-
P* aueane terre dmis i r Pi a Gonave, de Ilo
' o : 't u e e t u kit i s i q i ' I r -t i i td rid o l o d e I r ,
fl 'h'wcet q. u` !i LI., D0111-njii. de' 1,~
lat prl'uent ceux qui y oit ! .:AIt t rd.s tie
,.Lin> 1*.iJu'r.ln,Lr.,ii>nd u',& Iiesi-i d'ial-
tfi, qu'il leur e,-t in:dui i c r den
faise de IuV.lits alvLra,11 que ces bois sont rser.
vs pour le hetrvice des Arsenaux et des, [,nit5
cebl~.


En consquen d~nrnnis een contravention A la presente dfeiase,
seru purIsuivie coyfisrtet)niillt A la loi.
Port-au-P-iince, le 21 AVri 1825 ,an 291e. de
1 iidipei!danice.
i'ar autuoriation: Le $crtaire Gn&al,

B. IN'GINAC.


Ai'S DE lI SECRET IRERIL D7TAT.
Le Secrtaire W'Etat prbvient les cranoiers de la
siuccession IBe.janai jrurit cdvolue i la vaciiica
O,1 n v tu tic a ve.ile qui cut Lea dse.s effi4 y
j'ruernl nt u leurs eA os-:e u .4~i- .X ~!
mois pour se fire inscrire au hareau( des Donvl-
nes, l la Secrtairerie d'Etat ; en consequence il
devront tres tu.ums de ittres autheiitiquks et drment
lgali,s par qui de dot. 1 prvient, en 4or>ULfe
ce dla n'auront droit S'aucun dividetide.
Les persannes quli donIvet a cette suce(essmnn so"nt
luv;iees voulor ijen se b1-1111 lel Pe.ei& elle ', Ufi
de pa,veiWr ies vejes de rigueUr qui se'uut dirige
a cet e[l'e1.
I>Pot au-P4-ince le 7 mai 1826 an 23e.
Par autorisato: dii Secrt4aire d'Etat : le char-6
tdes domaiaus et de La cur.itelle des biens vYacauatU
Jos. L.: li~jE


Liberty,


I LPUB.I.AQUE D'UAYTI.


PROCLzM ATION.


JE~AN-PIRRE BOYER-, P~uiJe
d'Haiti.
Les motfr qui avaient por-t le Gou-
v'einemeit ~,ilitelldie ;ux bitrimens nujo.
naux toute comniminic'.son avec les pvs
rangers, n'existant plus, depuis que'
par lte fait de la reconnaiissalce de nvure


I'i -- -- -


I~L~Y""~s~C~''~m'lP-`""~"~" -


Egali,.









fndpn'dannce et i'envoi en Hati des
Consuls de pl.sicurs Puissances, le pavil-
Ion Haitien peut paraitre sur les hates
ierns avec la conjidliattio: que le droit
des ,ens.lui assure, Notis dclarons qu'
dter d 15 cour.int notre 'i ocd.t;u atii i
tu W., mars 1823 sera rap portle, afin
que h s lHa7tienss, en fajsant le coJiier'e
ai l'r.-nger, jouiissiit de tous les avanta-
g-' atxquels ils doivent pitendrie.
LEi onsequence les btitmnen nationaux
1 o-inri. nm iaiguir dans les hautes niers
et con mercer avec les pays amis de la
R];'ubiqque en respectant atrictiineeit les
droits des Natios.
Nanmoins, la determination que nous
avons rise d'viter scriipiileiisemeiit tout
ce qui peut porter ombrage aux autres gou-
vernemens, sur ce qni est reiatif au regime
intrieur de ieurs. colBnies, nols. fait un
devoir de renouveler encore, par la pr-
sente, la dfeise forinelle au eon mmerce
haitten d';ilhrn- dans les lles et Colonies
appartenantes t sitsis gouvernemens ni
dans les Caroh!es iiii Nord et dli Sud des
IJtats-Unis d'.\ nl r:,l' t. '
Cependant, d';il'r le'dsir que les goni
verieurs de Saint-Tnoiias -t de Cu',agao
ont tenoigne, dan le ite:. de voir con-
tinuer .sur. A.ii,;IJ i.. les relatiotis com
in :ci'i c de t. -i.-. .x. I avee I ..lti ;
.et .lu.ia. !t a .t i l I', |l e .' : .. ',f1*'.
nient pent le ftil I ., c.; i!l.ri .n -': l ie 'ioii-
Ileur, du p;:.ihi i a a.. i. :iu.! i. .
i ,T e li, ,i 1p a u sti .. . .!.. ..,' ; J ,, .
les l.. i i i < i ... a -.. ;. .. .. .i .1. e-
rient avec i; lu i.. t ',a i.i- .:.. ;
et de Cr-iao.
La presente P c.i .i in sera inprime.,
pubHli e et .1; *...', i..! : i ... sera,
et en outre tr.-. .c i;Ia 1. t. .. .. ..i. dans

et illil!ailel .'e, ill-i'; -.. it:i. iux dispost-
tions qu iie p. I.- .. ..
D onn at P l.... '~L 1 i.1 11 I *' ..- u-
Prince, le l.er A: ;l 1' -:, an 2.3.e de
l',liu..pendau,'e.
LO Y ER.


Le 1er. dii ,'oi .i t, la, a, et de l'Agri-
culture a. t c. o', t e en cette c il.t:iil
m er ai. plus grande solen it. .A! lever du
teiil u'lne salve l',tii sie a .i1mnonc le
t.tllill,.(i'ce'ti;t de i- L.te j ,;uir:iee q. i a r.
i*nii tous leI coeurs et qun dolt, noti in>enr
doutons pas produire ici ptuj lieureux


(2)

rseltat. A 7 112tir2s, les ii(orit. civiles
et mirndtres i.memt ri1.ls sur la place
Pwtion o se trouivaient tlI 'runis les
alyiilerites de la cominune. Cihacun d'eixs
ei M a !n1 d'tmi lk1 imi.1llun de cliacune des
denres et (todetou de notre sol. A 8
h2ures S. Ex. le I'iilJ,-tit d'PIaiti, Fjr-
cd de.s m1rf -e i de son Lat-majaoi et des
gtnrau x de ii i o se v:ii, sur la pla.
ce. II t111 i-rei su les gradins de iVaete
de la pl ie r les Pr.idei du s~nat
de la cliambie des repsenlafis des coin-
imunes', q(1i -wv*aiiwei a 'anrel.
Apis un,,iit.tlt (le sen:ee,. S.. EX. a-
dressa au kiille lit) F i q1ir qu-e uouti
rl g:i.AJ's de me pou'ioir ~.rer daus nG-
tre [i"em.
Les cris de tive la rpu'i~w vive 1'i?.
dpet-nrdancc' 1 te re- ddL d'iu,i e-

teur ',',r siii m 1,'111teirv le sna.,
teu ~ ediSuat Pzl -
uii.le ediscotirs qui suit
a Citoyens,
4 C C4; ) 1 1 a f,` t I<>].-iiiiiel.e idd
Si est-la l du tra,.vaii c'esd
v vtir ' D drrs le %'-cmi J1e noi institutional, vous
etes --.. u.hI. pQ4Jr ce rbi etete itre&-
sante
r t*.u cx.ir assez i'J assez, tratige
asi S-iiis iii1Cfl5 !el. sani 1 ,,1: C L i1

ss (,e (i caiis ii)les lo i.u u.
CL dI~iAk Ud;.MO I r (es dsass-

Ce(iuiit et kla pi'osperite-
1i.1 1* '.

U je re nouivelle conmncre pour 11,,7ti;
qn'.-.' - cee- de t'igrculture, dii tra-
Va4l t 'de I'ii(tiistrie.

u rut 1 '.~avail esla VeCr(t de l4om-
Me a SOCcUt. Le t1avyal est, iine soui'ce
r.'co'lei i d dccotiletit tots I bietis so-
cimix ;i .-e la zUT'ei'!j;c?
mu ~ fat'itnit-r le 1>.>, aus! que le
1c.,a- de s',iJler intitiuelenemt. Par le tra-
vailr c.;,,,yens, voi s l~:izl~. votre
bieu-tr.ie ~;.nl et vou(s a..ciullieZ
les rei de Vetat.
u lla'i-e f'e tiit (pu- paraitre dans la gran.
de Socet de la c1i1 bolatioi II 1qhi loil
d'ei~la presomptlion sease; nmai qu'elte
aut pour t1..'i -. ' ltinle etl noble au-
laJiu. Ne SoyiUs pja's (1 .i. .: S a la vue







(5)


t!&s gr.Iti,'Irc ni dle Plclat tni en" so inet
les naln ,ifls- qi flous ommt jr-l's quel-
que ,i qiL' sotent ki N ricilits,t,; quel1
que titie ,ol(i'~lsot lem- il.ii inites
Orlt (ti lu il, eidlluee, touh S lil C.niue

Un C m )e fz Cr.11uicl d'u u sant ,a
le fi&e ti t'iL de Il.ibC ,cco ~
crivait i'ili livu enceinte de ce haineau de-
venti la- captaie (1. i 5;riuo s ; 1 e u.
Lutnce (le'I et e Iii:tIC eN ,ba.
bites par, (es t.neles t des luMe.
e m.2t., mintiienant en tune iiouveiie la.. -
r1-es,o;tl'e Fui. u + I ties chef'-d' 1. u' cde toi s re~s
*acelix d~.a~ ~ ''~la 11uatlie Solon des l 1u l.lII.: des P'r.\ees
ett des PhidiaQ. Ce P1 u h i uer s arien occupe ' %.lace de i~-iiiumb: un,>cJu
de la pievise U 2o. Q. a k!.!,c lo.
duit c~._c'~ !-'e tr.%I ti !e -~;
\Lii-,1su eo it
Ies,,ou loin de notre nionde, i'e: .ce pias
ic, en ce lieu u 1 ce m.i1 que flols fj-
loris, quet 'utflq~e le *i(
dil u 1 .ia tlix 11,1: .Uj! cul pour autrui ces (lleii. d c. cannes dout
tafit couvert 1'espace oi naiutcnait ntus
sAtrnes asseifbis',l
SII n'y a hen citoyens gui ne ;i
tre obteluu avec, c temnps et par e t,a-
vail.
Le travail est lo pre (le l'..Uoaid..n. r
de la jole et la o.'e.l
*1 Jetezles -veiu~l sur d. !ii r ii cviJ.
tivteur Laoa eux er ,d-~s' .i* r*~<
(U CUItV,vate( ti-rez chez cedernier, qI trottez-vou, .,
unra nauvais abri S-deni ,si,, i
chancelants un 1 ~ i cCU.Cie (tai S la.
joubiere une fename five et (el 1..,:
tes enrans u.u ', ti istes e m.,I
erar :~ tl nlsre, Iout L1. (
( ,-Xl.. cIary i C It~Cit I.aten' A. Y u C i:. Ii t`
2bseilt, 1L travaivde a son tijiHii ; mms
djns sa le.., una e s'.1,1Ai5it d 05 cg lm dS
me niere occuipe a u imilieu d'*i.f:m!i jo-
yeux et robL.stes; totit>, a:uur : .'Ile, les-
Ire l'ordre et la (les; d esteu bls

k,) L:FM I', CL les fIrus que le pre a re-
cuel ils fIxerit f'.4 1 u dMC:i daris, sa ;u
la doucmur (te leuir mallitien 9, la benveil-
lance de leur regard inviterit I'trauger ,i
se reiosci sous le tGlt de I'ari (tu avalil.
L oum ..r dotic au cuilts:t irA i k. c LN
Paisance et la saitde iual son I.;utage


l'estime des -gens de bien sa 'rcompense


l, dii grand l -ma)Ie a~el~ r I. a .lic
a 'Ouven.i IiIlt:' I'rY5 ~~' s
toijours corner vouas miee7, de I'obteir-
les m.oIe*e . ii- cnt, % utre pro-
lCe1SO. 1 CCr1J el C 'e t VK 11 1eC ti UJ '.i 1.Y
x (A1 va< (lde n:. 1ouriter fiilllis.s, allons a ua l.-J 1 del DItEei rea ih e
grcts al] I.)[.-Pw *.uil lienlr IS Uemf
qune sai l-tiiit-, jtifiirilea air-iiIauduis sur nutre,
`atrue ; d'1.. nun ~i! iii q le bonfi..ui1 dl ia !d' ulliarae, le u
trat :iisZze qiii '< Je a s *,: tms ~


1 1 )1 I i..

d'JHri li/ve -,v't*u Ut ie les ai,uJ.;

Les m-Imes cris se ltret

c- i,iiven \Iusaine, Pri4dem, (le la
chaabr'e, s'dtsa a peup le le la ra
nmere suivante par l'o'gane du re'uentaut

Ctoyer.s.
Ce beau jour consacr k la clbration
de la't2ste du praIreI c et du plIs antique
des a, r .. la I lln vlae
Wa niere de Ln u, o.'' l. des oationw cette
noble industri qi fit la ici des -
dot. cr saus cesse honoree daUns
unle ,i 'e ll ilCht f. it
Par la llature ; et c'est sous les auspices
de ,' :,,cr ol:l;u'.. nous veonso flina i,i,c,,
le trl;ut tIWj L11.1 i-S que, nous l- dtvos.,
5.I~1t.l m lill;,O.Uli1t que ce#ii
que nlous cAiCSau'>!u!Irt -Mode l
A as uoir Conqm.h c, Le Ltee a3 re nos
d11(-,its 11.- bri, n eb 1e1111'i lt daris son
sein les plus rcelie rreue.
de Consevrv ces drona,s ci C A vous porte
a ne janais via osOg.r vnj occupations aurm-
coles; sroyz teis d'obtenir le triujialole
reserv a CCUX qui ua..L le bele exemi-
pie d'une vie laborieuse, et dl ~ct des
pei fectioaunemens a ' -\g IlUILUJ tlue
enfiin le plus graiad lJajx aux CoUOnr>
~ 1111 clv' < seCrUft d&'m U.uW.C da[S ce J1 -
5ui..,i tel.
Le chef vi'flnl qui I Idii- .lal sa
g',L. iuLite marche a P ',"'-- vos man-
dataires le Co.uis de cette sesion







( 4)


iniM ode rural eqi 'tait vivement desire.
La lg islature en a fait 'objet de toute
son attention, et le PeIple ne tardera pas
a en ressentir les nierveileux et -.,tij;-
les tI.-t. Cette a-uvie si favorable nos
] c.';,'rit, ne sera contraire qu'a ce petit
ii n Lre d' sif, flrau de la socidtd, qui,
tcl:ins"' une dgri l.1te paresse vivent
s; ns utilite :,or en:x et poijr la Patrie:
r pendant nous devons esperer que les
e\ni.ilk, que donneront des citoyenr la-
torieux, joints la volont supreme de la
loi, i a. lnt d.ni le sentier des de-
voirs,: eux qui, jusqu' ce jour, s'en taient
ecarts.
1' HIatienz pn.'trez-votus bien de cette
vetritc incontestable qu'il ne peut y avoir
de bonilir domestique que lorsque i'om-
me est ati:dessus du besoin, qa'il ne peut
s'y seustranie qu'tn se crant des occu;:a-
Itons, et qu'enhn 1'Etat ne peut trouter
de resources q.: e dans les travaux actifs
de la gneralit des c '' ... r-. (Ce n'est qui'
la faveur de Iros producttios territ'iales
que nms~ ertretutndirons ies r., I .i', coam-
meerc aux si neccflsaies a I i:-.it& pu-
,..:-, et 'si ut ie,, par la fiquientation
:-des peupiies, au dc \eloppeniit .ie la ci-
' iiisation.
11 est s ti;- '.Tnii. poir noius, Reprcsen-
tans de la ntoni, di ponu;r daii. ce
jour consaere la lisatL d:uti (de tll;i es
l ,y.;':*.t ..... .1e' nto I.borts a ieux de
los conistitua3S pour hoiourer n i ,.' e .ro s-
rer 1 l ;.'. ictiiture ct t icer ios v !: ix
Siux leurs pour le maintien de la .gl re de
la R publique. Y
.! 1ii_ aclamations d'enithousiasmne lpari'-
tirent de i'etceinte. Apr iin imoienit ie
silence, les nembres t. o1i .e ii- n )-
iables montrent sur i" utl: de la pat :,
et le Cn. Diobe!, l'un deax paria aux
; ,i .'.I .;. co.lifle sutlt:

Mes concitoyens,
Dans tous les temps et dans tous les
pays de la terre, la culture est la pr'e-
iu re branch de la felicit publique. Chez
lrous, si nous considerous bien notre po-
Bition helreuse elle ious office le plus
g air.l bonheur que nous puissions esperer
de Dieu en cultivant la terre qpa
reus a crs et qui doit nous donner Pexis-
tence ai7si qu'a nos enfans. Pour pavnir
a ce grand bolieur, not s devons fare tous
ros efforts, et nous cncourager les uns


les actres au traval ; ceest ce que Dieg
nots command. En le fesant, il bnit
nos travaux notre famille el il nous ftit
lpo.pe Er.
La couronne que vous venez de rece.
voic, citoyens, est le gage certain de
'amorn qr qi'a pour vous le chefde I'tat ,
qui dans to-is les temps, n'a cess d': oi-
ser vos ii-JiC:-. C'est (n vous attachan.t
uii, en votus attachant de rmime a vote
travail que vous miriterez l'essiise de ce
digne chefet pere des lhaYtiens qni a tout
fait pour nous rendre heuireux Par ce
rntyen nous lii payerions e .retour de tout
ce qu'dl a fait pour nous.
J"ive le Prsidcent d'Haiuli!
S fwve /'Ind-ependance !
l/ive la Culture!
Aprs ce discourse, les notables couroa.
nrent ,ccux des agriculteurs qii avaiept
n-montr le plus de conduit, de stle et
d'activit dans la culture des ,!eiii, En-
siiite, et seion les dispositions dii .'i -
graimme.qui avait t public, le cortge
se mit en march pour se rendre a I'F.
glise metropjoiaine pour y entendre le
service Le;. Lesoir, i y eut iun grand
relpas a 'I'hitel di ser'itaire-d'eat oi
aSsttrenr t les .tio it s .iiles ct .uilitaiires,
iM les ( io;ilat e -~t d-e ime, des r;-g ,c ais c-
ti anei. et tat oai rx ett des pesos
nio:;bls de a .catale. Aur rue7-i:e-clihaus-
sue caicnt cidrssees des t abes coav.ites
de meii s tes plus eL t .: o( pri:-ent pl-
ce les agncl.ieurs ies plus I iritans. 1I y
eun be.aucoup de toasts por'ts par les con-
AV ves.
Apri le banquet, chae!un se retire tran.
qniiitem:,nt chez soi et la viiie ful lilu-
mnIue. C'es. aisi quie sit liaise cette
journie qp laissera d ieureuses ispressions
sur i'esprit do peC1)e Lai.'en et ntonera
le plius grand enlcou.ag'em t ~i a acuiture
des terres.

ARTICLESI NON OFFIClELS.

Monsieur le redacteur,
Je me vois indi,-nemeit outrag dans
votre journal du 15 octobre dermier par
un nomin Guibal rue de Sully n.o 1
Paris, 'equel trouve plus commode de bl.
iner l'exces de mes services que de s'y
montrer reconnaissant. Vous i.,:';ite.t
Sla lettUe qt'ii a ecrite cou:ae .un monua




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs