Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00067
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: December 28, 1823
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00067
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01823-12-28_no_50 ( PDF )


Full Text





LE


TE LE GRAPE

Gazette Officielle.


Nu. L.
.... . i r_ ii;


PORT-AU-PRINCE, le 28 Dcembre 1828, aii 20..
~ ~ I I I I- ~ - I- I Ii I ... .. ......


NOUVELLES ETRANGERES.

ESPAGN E.
Truxillo, 14 ocdobre.
^.T
I0iOuS voici encore une fois sarns trob,-
pes et abandonnes nous-mimes. Les
constitutionneis se maintiennent dans leiir
tat de rebellion, et crient a tue tte,
vive la 'constitution ; ils se narguent des
s, un,,atims que leur ont faites Quesada
et Villamar de rentrer dans la bonne
Ivoie-. L'Empecinado est part de Montijo
.pour soinmettre Cacres, ii y est entr
apr;s avoir echane quelques coups de
fusil. Le chefpolit.que Landero s'est ru-
ni a uii avec 400 volontaires ; on craint
incme qn'il ne vienne iei remain que
dis-je ? dans ce moment 2 heures aprds-
tmidl, tous ceux qui sont compromise se
sa'vent, et inoi je ne taiderai pas a en
{d'aire autart.
Oviedo, 10 octobre.
Le recteur de noltre university a pris
le 6 de ce mois !in arrte qui defend
aux docteurs, magisters et professors,
rot(s ,our avoir manilifst des sentiments
1,braux ou constitutionnels de continue
1ieurs fonictios. Les e:uians qui aurout
fait profession des mi!es principes, -on
qui aulront et miliciens, ne pourront a
P'avenir suivre un.cours (:. lciiq ie dans
queique university que ce soit. Un autre
rt-ticie determine la forme du costume
!des tudians auxnqeis il est se('vreinett
.fiendu de porter des bottles, une cra-
vate, un pantalon, et quoique ce soit
cii ait du rapport avec t'iiniforme mili-
taire.
On parole d'nre afaire s`riense qui a
c: Ien en Estramadure ; les troupes de
>allasteros ont rejoint cells de Lopez-
Bancs. un remarque que depuis le 2 de
Ce mois, poque e leur souiivemen.t,


aucune colonne francaise n'a t mise en
movementt pour empcher cette jonc-
tion ; voudratt-on abandonner l'armee de
la foi a s9s propres forces ? c'est ce qui
:n peit tarder a tre notre connais-
sance.
Les traits conclus entire Morillo et
Ballasteros, avec les gnraux fiangais
autoris cet effet par le prince general
en chef, n'ayant pas reu la ratification
de S. M. Ferdinand VII, ils se croient
dgags des autres conditions de cette
convention.
(N est part ces jonrs derniers- quelques
troupes fran9aises de Madrid pour Tolde.
Carthagne a refuse d'ouvrir ses portes
et de reconnaitre Ferdinand coinme roi
absolu.
Riego est dangerensement malade.

FR ANCE.
DES EMP;RJNTS D'ESPAGNE.
La premiere measuree cmane do roi
d'Espagne a t celle qui rvoque et an-
inul!e tout ce q!i a dt fait on approuive
par lin-mme, depuis le mois de mars
1820. Nous avons djja mis notre opi-
T.ion sur cette measure en elle mme ;
nous persistons la regarder combine con-
traire la saine politique t par con-
-,q e-nt a I'i(itrt de la Peninsule et de
son government ; sans doute on voudra
vanter la resolution adopte par Ferdi-
nand, come un acte de force mais
le course inivitabie des choses montrera
qu'el!e n'est qu'une impirdence. 11 serait
encore facile de prouver qu'clle offense
la justice ; qu'en voulant atteindre un
certain nombre de personnes, elle en
firappe un tris-grand ormbre d'autres,
auxquelles on ne pourraait imputer d'ai-
tre tort que ce!ii d'avoir cru la parole
du roi. En ef t comment une foble
d'liommes tiu .::..~i aux rffaires de la








( 2)


politique, .atraient-;s ''vin que l .roi
lee pensat pas ce qu i' a r pt cent fois
aux ambassadeurs reuiis nupie de s; pir-
sonne, ce qu'il publiat dans tuis s s ac-
tes revtus de sa signature, Imdme dans
les discours prononces pair mii-meme,di
haut de son tr6ne, an mii:en des coris'?
La raison d'tat foiirnit tant d'agu- -
mens centre le dcrctr iri ous parait si
coutraire a ce q:,e iemande I' rspagne,
teliement en desaccord avec les s,.ges
lnipiar ..1' mis en us;,ge par !e prince
qui a r.2nda Ferdinaud VII P'antorit
.roye dans toute sa picnitude, il -de-
Tient si hautement ce que Pexperience
la consei;le autx gnraux qui comman-
d dient P'expedition, que noris craignons
cde tronver ici un nouvei acte de tai-
11'esse, et les traces d'une dangerease
influence de l'tranger. Coimn.eit -expti-
quer autrement la conduit d'un gouver-
nemeit qui, dans une position:encore si
critique et si difficile, semble d'abord en
Contradiction ouverte avec la conduile
de ceux qu'il appelle hautement ses lib-
rateurs ? Ne doit-on pas redouter qu'une
minam puissante ne posse Ferdinaid, et
,quee, tandis que l'Argieterre et la Fran-
,cce, d'accord du moins sur cette ', es-
tion s'efforcent de i.ui inspire la mode-
ration, d'autres, dont les vues ne sont
,pas moins claires potr tre en eioppes
de volies, ne portent les choses a l'ex-
tre.e, come si 1on volait donner
pour'-ong-temps une occupation sr euse
.t d'inextricables embarrass au midi de
l'Europe ?
Nous reviendrons sr ce sujet, qui ne
'va devenir, suivant toute apparence,
'q'un text tro>p f' condt de rd e flexiors
pour le public et potir nous; mais au-
joird'hui nolis no!us bornerous a examiner
un seul cte de ia question. Voi! quin-
ze jours que le dcret de Ferdinand a
te rendu ; on avait pense qu'apl6s cet
clat du premier inoment, de sages res-
trictions auraient lien ; on attendait sur-
tout une exception relative aux emprunts.
Cette attente a t trompe jusqu'ii ,
"et deja le mot affreux qui fit recler
d'effroi I'assemblee constituante a la voix
de Mirabeau frapp tout-CO-coup d'une
inspiration sublime, coinmence circular
coinune une chose laquelle on voudrait
accoutumier nos oreilies. L'esprit de part
est si furieux qu'il se pourrait mniie
qu'il n'eut horreur ni id nom ni de la
chose. Ah! que Ferdinand, environn de
tant d'cueils n'a-t-il atupr-s de lui un
autre Mirabeau; il en aurait si grand


besfon :'Ii.-,1iThui que le 1 ..lleur oii :e
ma'lhiii de P'Espagfne, pour de longues
annees, vont depcdre de la reute que
va prend;e le goierneri meut.
S re,_ lui diit i'orateur homme d'-
tat, on d-i qie la probit in'est pas de
riEeur eu politique ; je ne crois pas
ce funeste prinuitpe, mais je -sais bieo
qu'elle est idii.ispensable en finances. Un
roi qui cintracte des engagement doit sur.
tout avoir et mriter la rpuiitation d'hon-
:nete hoeiite ; ii 'y a pas pour lui de
capitiations avec la cousience, ce qu'elle
ordonne i1 est temi de le fiire sans res.
triction. Uu gouvernenient qui a 'imprur
dence de vouiloi ni reco na tre ni pAyer
ses dettes, perd jamnas- son crdit,..et
si des pcrils survenawicnt, le prince pourrait
se voir seid .'un cote, tandis que la
nation se trouve1~ it d-e l'atre. L'infidlit
dans les engagemens a caus presque tous
les maiheurs de la royaute; les ministries
coupables de cette infraction aux:iois de
l'hotnneur, ont etux-mme port de funes-
tes atteintes a la couronne et sem des
germes de revolution. Un prince qui man-
que a ses euigagi,-imi ., perd toute la
magie de la royaut parce que I'interct
si puissant sur les hommies, le rabaisse
tout--coup par d'injunreuses comparisons.
Suite au prochain nurnro.

Comme il est probable que la 'atalo-
gne aura beaucoup d'inifluence sur le so!t
future de l'Esuag e, les dtails suivans nous
paralseent offrir quetqu'intrit :
Cette province est situce dans la parties
orientale de la Pninsale. C'est une des
plus grades, des plus popuieinses et des
plus saines de l'Espagne. Sa fbrmie est
triangulaire; elle est b.;rne an nord pr
'les Pyrenees et -es froitiires de France
a io1uest par la Sgre et les Pyr ees et
1'Ebre, l'est et an s!d-est par la .:,.-
diterrane. ba plus gand.e loigner 'd'environ 150 miles, tt sa largeur de
120. Eite est cotpee par P'Ebre, la Segro-
linca le .lDbre:;at et plusieurs autres
rivires moins considerable.
Le clihat varie selon P'lvation du ter-
rain et sa distance de la mor. 1I est tempered
sur la c6te, chaud en et, et tres-froid
en hiver dans les parties interieures et
sur les montagn, s, qui sont couvertes de
neige peudaii p usieurs mois.
Le sol varie c mm, le climate; les valles
sont riches et -feules.; !es coiiines, com.
poses de granit., ne sont gure propres
qu'a la culture de la vigne, et les mon-
tagnes sont rocailleuses et striles. Lss






<8)


1hibitans parficiprnt 'jusqu' un certain
pi:int ces Yeri ti-s. S ans le1 illes, iis
smuit Ieu act.ifl ; dans les campagnes et
sur les coiines, lis soint d'ine Forte cons-
ttitti fn et tr.'-laborieix ; sur les mon-
tag;ns, ;ls so, t satuvages et intraitables.
Le caractie inoral et': gldement sujet
des differences. Dans la capital et
*dans les a ir,;s grades villes, les Catalaus
sotit aimiables, vifs, spiriti els, instriiis,
ainis aes ar:ts et des lettres adonns ati
.cornlinerce et aux -ianuifactures, et se
l.ratnt to'is les plaisirs des socits
policies. Dans les regions muyeunes, ils
aont industrieux, ,leins d'cnergie et de
perseverancee: dans les parties reevees, ils
aimient la chasse et sont accoutums des
leur ePnfance porter un fusil. Iis sont
actifs, iardis, capables de supporter la
fatigue et de srmnonter les difficults qui
s'oiposentt leurs entrepris s, mais il est
a reriariper qu'ils se plaisent la ven-
.gea.ice et qu'ott trouve cihe enx parmi
les, classes inf.rienres ce tnmlairge d'ini:gi-
nration d'ignorance, de superstition et
d'opitnitrete natural aux nations mridio-
-nales.
La population de la province de Ca-
ttalognre, d'aprAts le recensemenit de 1821,
est de 909,3t5 habitans. Les cortss, en
divis.,nt egalement le territoire espagnol,
avait form quatre dpartemens de la Ca-
talogne, chaciun portant le nom de son
chef-t&i, c taient Barcelone Girone,
Tarragone et Lrid qui foirr:iss;ient
treize depuites an congre-s national, 'et
6(385 honimes de milice roguliere, ontre
18,000 voiontuires nationaux. La capital
est )Jarce!oue, situde dans ime plane su:r
le boards de la 'Mkditerrane, ouverte
'est et an sud protege li'ouest par la
inontague de Monjuich, et aui nord par
une loigue chaine de collines, oi se troi ve
le fametix hermitage de San-Pedro, martyr.
C'est lune ancienne cite trs-forte, et (ouit
la circonfrience est de quatre miles;
elle est .orne par des difices publics, ses
riues soit troites et mial paves la popu-
lation est de 95,000 habitans; le port est
petit et peu piotobid, les campagnes voisi.
"es offient l'aspect le plus gracieux.
:Girone, situe dans une vaile, sur la
Toute de France Brcelone, est tie
petite ville de 12,500 habilans..Tarragoce,
sur la cte, en a 1 ,000, et Lrida 9,500,
On y remarque encore Vich, .Manresa,
r' ortose, Cervera Villafranca et.plusieums
autres.
Considresouti le point de vue militaire,
la Catalogne est la paitie la plus inturel-


t
sante de PFspgne. Ontre ses place!-fortes,
les Pyrneps et 'Ebre sont deux barrires
naltrrelles quti en rendent J'accts trs-diffi-
cite. Les chadies de mon agnes qui la
traversent sont trs-favorables pourr la guer-
re e e positions et le syvstme de gurillas.
C'est . tite- ces circonstaices et aux
talons d!e .Mina qu'il faut attribier la
rsistanceiinattendue que le~ Flanrhis y
ont cproitvae. An commencenient de la
'campagne, les troupes rgnli,res que ce
-geral avait sous son commandement,
ne passaDnt pas 21,000 homes dpourvus
du nitcesaire. et sans materiel de gutrre,,
mais Il etaient eiidurcis - la fatigue et
accouipms aux difficults, puisqu'ils
avaie i reconquis presque toute la provin-
ce suiPles.gens de la fui. Le. premier soin
de Mi.a fut de metrre des garnisoris dans
les fortresses et de les approvisiortner, ce
qui l'obligea d'abandonner plusieurs autres
o rations imnportantes. Ses forces se.trou-
verent done rduites 7,200 homnme.,
avec lesquels il fit tete au gnral 'Mon-
cey qnui en avait 22,000. Les vnemens
de cette campagne parent claircment ea
sa faveur. Par son activity et par son
systtne d'opration i est devenu anjour-
d'hui commnie mdiateur entire ses conci-
toyens W le gonvernemnt royal.
Apres la chte de Cadix, il< st diffi-
cile de savoir quel part ce girral va
prendre; mais s'il n'est pas assez fort
:pour opposer une resistance ouverte, d
'peut se fire respecter, etant en posses-
sion de Barcelone, qui present troj
points de defense, la citadelle, la ville
et le cittau de Monj.uick, tots extr-
nmenient forts, avec une garnison com-
mande par Rotten; de Tarragone, pla-
ce-fbrte du troisime ordre, commander
par Milans, et don't la garnison est nom-
breuse, et Lrida, conmmande.par Llo-
bera qui a 3000 homes d'excellentea
troupes; eifin de la Seu d'Lrgel de
Balaynier, etc., forment une suite de
fortes positions qui pourraient arrter les
F'ranil~;is pluieurs mois.
( Morning Chro ncle. )
'I N TE I E -U R.
CIKC JLA.IRE.
'Poot-au-Prinrze, le 24 Dcembre -83, an So.
JEAx-PtzaRE BOYER, Prsient d'Iti.,
Aux Commandaus d!Arrrondissemnns
Vou'ant augmenter dans le pays le noaitbre des
bras destines la culture des terres et frciliter,
par ce mriyn l'accroissement de la population,
j'ai di:ii mon vinuit 'de i'Yitrangr, i vroudront s'ntablir ~tian








(4)


les mornes ou dans les p1tines poir y cuttiver Tde
litrs propre mi-ns I- ies terreins. A,>part.raiat A
'Eiat, seraient autorite i a les trtiv;.llrr pour leur
propre compete; lesquiils terreins, Aprs let rapport
rui me sera fait par l'atorit d-< lieu pourront
ftr-, en temps et lit,, ceri."nd-a en toute prI'pret
A ceux qai les ouront dfi ic hes e nis en valeir,
en y iusant des plantatiion convt-njles de cfti-'rs
et autres denres suscepuibles di produire des
revenues A I'Etat. Vous tes done c!'ligas, en ce
,ui voius concern, de -plcer, cnr'linmiient aux
d(i'i;,.itions de la prsente, les H Iteni arrivant
de i'Etranger, qui dbnrqutaiaent ou irulrdient se
fixer d nas 'etendue dc 'Ar.tdissem4.nt qu vous
coiiimanndiz, en ayant soin de m'adres'e-r une listed
nomiinative de tous ceux qui seroht d.ins ce cas,
aev dsignation des terreins quli leir auront t
destiny s.
11 est bien omtendu que cctte measure ne 4iange
en rien colle que 'ai dja prescrite per mna Cir-
culaire du 2 Dcembre 1822, en fveu.dt- person-
tnea qui, antrieuremnent au premier J;:nie 'dernier,
ouraient tabli, sans titres, des terrain, d, l'Etat:
celles-li devront tre maintenues danI les" tablis.
semenie failed par clles, sans poimvoir les a, gmenter
au delA de leur tenlue actutlle, et defense sera
faite A toutes autres de tra'ailler sur d:s habi-
t:tions squestres, A moins qu'elles ne soient mu-
nies d'une autorisation ou concession de moi; par-
ce que ces terreins sont dAs A present affects pour
les officers qui n'ont point encore obtenu leur
proprit natioiale et pour l'excution de la pr-
'ente don't vous m'accuserez reception.
Je vous sale offectueusement,
( Sign ) BOYER.

Extrait des rgistres (d greffe dT Tribunal Civil,
de 'Anse-ia-ea-t, ayant attribution 4e celui
corrJ< tionnel et cr mitel.
Apras mur examen dts pines A charge centre
le nomin Taupin Fort, le crime tint aver, les
voix tant recueillies, les conclusions du' commi-
,aire du Gouvernemennt entendues et y ayant gard,
le tribunal a condanin et condamne le nomm
Taupin Fort, natif d'Afrique, majeur d'Age, attempt
et convaincu du crime d'assarsinat, A la peine de
tVort, en confurmit de 'article 02 dau code pnal.
Pour -xtr:irt nciforime,
Le Grand-Juge,
FRESNAL.

AVIS DIV El'RS.
THIEA'I I1E.
Aujourd'hui, Dimanche: Les trois Sultanes-,
nu Sroliman II. Empereur Tucre, Con:t.rie en trois
ectrs, stiivie de Pi'ige, 1on le Triomohe des Dameas
Opiera-Vaudeville.

Le oustsign a I'h.n .. de prveinir le public
qu'i n'est dai.s intentionn de payer auicune dette
que pourrait contractor son pouse. ne Linsac,
vu qu'elle !'a quitt .sans ton co venir r.ider en cette viltl,' et qu'elle prtend
divrcer ave lui.
JEAN M fNARD, habitant des Grands-Bois.
Port-au-P'riinc, le 25 derentbre 1823. 1

Le soussign tant dans l'obligation d'arrter les
competes des dernires raisons Windeor, et de Georges Windsor, invite res-


p-ctntusemint les personncs qui dnF.ent a icele.,
d'en; vcni.r a un ralement inimiAdat, a ii d'viter
touted poursuites rigoureuses.
GEOnEF WINDSOR.
i'ort-au-Prince, le 24 decembre 1823. 1

Les sonssigns ont I'honnerir do prvenir le
public qu'iis ne rpnnldront pas des d-tte- que
purrait contracter I'quipage du brick ang'is
Juli.ina, capitaine Cowl, arriv de Londres, a leur
consignation. Le capitaine fait la mAme declaration.
BERNARD et HE XRNE.
Port-aj-Prince, *le 28 dcembre1823. 1

Le -soussign n I'lhopeur de prvenir les pe.r
.sonnes qui avaient confi des mont;ci a Mr. De.'
priest, d'avoir A les rtirer d'ici au 28 f'vrier pro-
chain. A catte poque il se f..ra autoriser par le
tribunal pour fire vendre publiquement celles qui
lui resteront, afio de se payer de sea dbourss. Et
le surplus de tous les frHit payes serd remis dane
Les mains de I'autorit pour le rmrtnire A qui 11
fppartiendA. LEMONNIER,
'Hlrloge euhe rnnt chez le commitsaire George,
(iran prs la place Valhire.
Port-au-Prince, le 24 dcembre 1823. 1

1Mr. GIBOURDEL, nimdecin,. a l'hinneur de
prvenir le public qi'il est A se disposition. ,
.11 demeure chez Mr. Mirault june, en face
du march. 1

A affreter, ou A charger sur le beau brick
anglais Pheasant, capitaine Holton pour tout port
d K'urope, donnant la prifrence A Trieste. Ledit
brick est tout neiif et de la meilleure construction
jl doit partir vers le premier fvrier prochain. Pour
conditions, s'adresser aux soussigna, qui en mnine-,
temps informant le public qu'ils ne rpondront pint'
des dettes que pourrait contractor 'qiiipage dl!
Pheasant, le capitaine faisant la mme (declaration.
ROBERT GOLDIE et Comp.e, consignataires
dudit navire.
Port-au Prince, le 13 dcembre 1823. 2
Pour la Nouvelle-Orlan;s..
Labelle gnelette, George Stitlu, capitaine Hill,
da port de 197 tonneaux, partira dins huit jour.,
pour frt ou passage, s'adresscr nu capitiiine, A si;i
l ordou a MM. MAUNDE' frres #t Compe
Port-au.Prince, le 11 dcembre 1S23. 3

Les soussigns ont I'honiiur de pr6venir le public
qu'ils ne rpondront pas des contractor I'cqipage du brick duniis Jeane, capi-
taine A. Von Campen, qui leur est consign. Le
capitai:i- f.it la mrmie dclaration-
HEILAND et WEBER frres.
Port-au-Prince, le II dcetubre 1823. S

Le soussign a 'lhonnear de prvenir le public
qu'i partira dans une qui aine de jours puor les
Etats- U :is.
MEH RY WOOLRIDGE, graver en marbre.
Port-au-Prince, le 14 dcembre 1823. 3

Mr. DANTAN, profassentr an Lyce National,
a I'honnrur de preeniii ses leves qque le cotira
de Jlilorique qu'il avait jusqu'alors diffr, s'ouvrira
au niois de janvier 1824. II rptera aussi lcs
eves du Lycee, pendant la vacance. 3

p'onT-Au-PAt ucE, r ;c i rin rie u G vere u G eriieenint




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs