Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00058
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: October 26, 1823
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00058
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01823-10-26_no_41 ( PDF )


Full Text





L ,1


r fil TO y-9a-~ ~ jy 'sl%
l! rAla pi. P i ll


AIi


NYO. `XLI.


NCE, le 2G Octobre
.;,J K/e G;.I e


182233, an 20.


11 A N G E`11 Z E S.
-Ibta3 dfe Ck'xrlfrstun IU le irr l:esnp
iles os que le capi'tainle de
(Q lo! ;PC;~ Fo' (11e de p;~veni' tots
Ido ca~i ~ nu -*!,.:".'-. ; levr
arnit-. aI re S a u0 3 h. e les nonis de tL!.3
poi pan~ *.-:rs, liaes oen de coun eur 1 r.,
etf' rl.s mm re tous les Tgrrc u enf Impi,.
dM ceuh liEbrs quIi se 1 roa.wi'Ct h lour Iboi.
l La loi est 1,eiaCe et (nid a tobt nigre
mi nommne du conileur hre de rototriuer
d.in5 cet Etaat, -i,,ips I'avoir eu curiA e.
Qu'aucun hltinent ne viendra dans ancun.
des pors de cet Eta, sortaat df'tn Ltat
u port A ;'ang.=r, et qui aura hun! des
flois bu hmrin es d'o could car libres, teis
Quv co'Ls inatelots sans. SUs ti e sr et
~' conf c;;:ioa cir riilorscnienren jnsc~iu'
e quen 1=diL hltitinnt SWtcxdio etd qiintt
ept Elatrt; e`t quand l.l e,iii; btimient 1,era
i ettre a la vele, le capaine sura
u~aqii: n!r Ioess noirs et honarnes (le
(*Il. :hbw est h p,yier les depenses de
!.tii~oai.
essi O'! I' n':gi"e de le faire Hi
sune amended (ui ne scra
1 lao!ndy2 (lie lun i gaardes" et e~inprLi
0 Imur d aux nic s~lrs Les noSt` et hom.n
nk- di eximo;iru libres ainsi Imis devien-
j: escie ct re seriLt vendis sedoa

Zeli te Jid ri aussi que je Th de
(hicarlan et touiL autme de 1' stat, a !e
droit de' nettre e--t acte a excilIon,.
Te"e ent cette fui. La nmaiste et la
POlitiCHe, le leen tic cet Etat et la s ett
=e taus en det on dent. ITut bon cit(lyen
i:e1r3i a ce q,,',ie sutac ex, cuSe, et iPous
e H:os w'i le est pernuise. Le deriner
acre 0 Sa: rendu a ce sijet er. trine
C N!!iCl.eW,= NOS copet( (!( 1 des
Sdw~ t a 6lci son' teoir 1ctei.~


Nonq a-vons une roite de 1'Editeor
d(e Cette (3azete en date du 7 conrant
qui dit oqe Jodge* Johnson a declare cette
loi u2conetZunel!e ct nuile.

Paris, le 12 Aoz1 1:'3.
Le Cornte ;J* .';tor a conclu uno ccn-l
vea' fon avec 1BaHasteros par ayMle
ceh1q ci ansi que ses tronp-es rec'in)at
'antorit de la Rgence. Le Gen&al
3aHLsteres ca'o`it donner des ordres aix
gonvirneurs dle Cart!aegne A, cM : te
Pa3:tln:elvre St. 3t cr eroch
St. Terre -11 mzcJ et Venaisqe leoueis
se t:iwikitenit coinprs son e a5 de se soumettre.
Des cantorinenemns provircres ost kt
d lgns par l( =Miral Mo=itor pour iN
ScCCntioni (les trotil s dO i3adsteoa, dequ
cossite t en 70'0)u haxrnrnes.
1=qli steru's a vouihr ensinte enger
le 1 1 1 Z ,:iy;,s a s;nivie sot ee!xIiple
et n'; a Ls de done qui'i] y s
!A ll *.savKOe de ceute couventicn na
preat 'il 0V] '0' (le produdi e le 1 us gr' .[L
C--iJx ct airrout nIc u rs G-
nement .erta< t a e le rcsu:tat d
sucs ninoi m par le v'a corps diara=i.
Lat ict ii; wnA Bailastevos eu=
levera an ti., ev,- or ueir-tir ep:or.
Cet vo.n Aiit est di ~s s3ges comn-
boWoi.,s de S. A. I{. le 1DiC d',kio-
l<'e sN'\,n par les belles measures dui
gT;eiral Mmtor et par la bavoure de
nos~ trool e25.
Aw. avoIrieri pl usieirs nuits ,
afi de pre"oo cuaps de llk' c"rmos
e tr a u Mm \io'l de WN!it r et li SienflW
4 linr;ce arriv.a la C- ilina a
SiTra fOrnca 1, ni C bit
jo?)t pai eS C012i e (1t l a OCtOcl((c' 2a;t,
son qin ii: e,' a, ( a, apTCs aivoir sur-
:ncwl de aj' G'nidaaS -........d cl~e s


_s_ I


MIEaaurrnrrsrrras~Pias~aslarmanumatraa~s









(
Le giral Balasteros, dars sa capi;ti-
1ation, stipule pour la conservation de
son rang et de ses tirres. 11 a aj.t la
mmnme stipulat ion en fiveur *de tous les
oinciers d(e son iarmece.
Nou's avouis rigu queiques d:ails cn-
cernant 1 occupaio0 d!u Ferrol par les trou-
pes frtani ises. On ze pieces de canon sont
tombnes en notre pouvoir, ainsi qu'une
quanttit immense d'armes et de bois de
construction naval. Les habitats et nos
soldats vivePi ensemble amicaleient. Voici
trois articles de ceite capituiition.
ART. 1. La garnison de la forteresse,
compose de troupes de line, de la
miice provincial en activity et du
corIps des ingenrieurs, aprs avoir juri
soumnission et fidlil au roi Ferdiand
VII. et la prsente Riegence du royaume,
conserveront leurs anlres, quiipemens,
bagages et chevaux. Les ofiiciers con-
serveront leurs rangs a mo.ns que le Rboi
en determine aitre'ment.
ART. 6. La fortetesme se rend sous la
condition express qu'auiicine personnel ine
sera mole-ste ni pour les opinions ni pour
faits y relatifs jusqu'A ceite poque
]'exception des firainis refugis qui atu-
raient piis les armr-s dans la prsente
guerre. Le gn.ral frangais BILron Huber,
pionet d'aider les autorits a exscuter et
a i ire respecter les lois le goi ,ve rnement
du iPo et a maintenir ia tranquiilitl.
AIT 10. Les airs~naux, le m:-t inel,
les Imuiitioins e ttoii ce qui compose
l'arimeient de la foirteesse stiront places
Sla dispose ion du major- gniinral Baron
Huber, pour etre a :1 ;"!''-s au service
de S. M. Fe demand VII. et a I'osage
de l'araie commandee en chef par S. A.
1.. ie Due d'Angouilme.
Le 1g Aoit.
Cadix est de plus en plus troit"ment
bloqu. Le nimcontettement r`gne, non
seulement parmi les habitans, nais encore
parmiii les soldats. ,
Le Comte de la Rochefoncault, aide
de camp du Dcu d'A!,,goule'e reu la
croix ds St.- Louis, en rcompence diu
zie qu'il a mis remplir la mission im-
portante qui lui a t confi par S. A. R.
avant de quitter Madrid.

Londres le S1 Aozt.
Ce matin, on a recu au caf Lloyd
un a, is qui a caus une tries grande sen-
sation dans la Cit ; 11 s'agit de la d-
tention, par l'escadre frangaise qui bloque
Cadix du btiment marchand anglais the
Spanish-Patriot. I parait que ce navire


2)

qui est rgiiinirement mployd A fire le
commerce entr. Londres et Cadix a ten-
t de force le bocus de ce dernier pOrt'
On assure qu'ii avait bord des tmar-
chandises poir nu i :;, ii : de 0,00 iijv.
sterl. L'amiral fi.U -. ...
ge, compose de 12 ':e ;. 2..
et ordonn (', le b ., i, i,
sur San-Lucai n r ,,
SP. M, rv .er.
Nous savi. ., .,,
que (des .._ .. ieur : '
etaient prse eil .iiiie "'i i
ranger les ;:.;:.'res So t u ns
1Espagne ; mais ii.,a DE L
sur ce su jet a une present n .
dans la crainte (re l'
fra ais qui a dja c re, au p af;n
nouveau changement (terrein de -on-
tion aniicale de not(e terre, extrair de
ment offeite ( ma s uiioarreux cory r.-
ait tee soilicte ) avec toi r 'fraiichise
qui a toujours caractrris es 'libres du
miiiit,re, actuel ne fin de nouvau con-
trecarire par la foiie des uitras. Cepen-
dart, co!mne it y a itHe ltEtle perslee-
tive queles choses se termineromnt d'une
maniire qui ne sera ni deshonorante pour
I'F-..ri.v ni d' favorable pour ia France,
nous ponvons noLts avancer jusqu'' dire
quee e cabinet f'a;iais tt les corts d'Es-
pagne sont la veille de fire chacua
la mc iti dui chemin, et que d'aprds (les
avs sur lesqueis nous pouvoins computer,
la guerre entire la Fraince et l'Espagne
est en train (le se teriiitier par un arian- 1
gement a l'amiable, et qu'a!ors lne chat te
constitutionneile j"uge mietiux appropri e
anx circonstances et lP'at present de
l'Espagne, sera adoptCe.

S- Nous avons recu une lettre de Sr .-
Marie datee du 15 juiiiet, don't ,i
l'extrait :
a Les Francais qui ont ici leur quar-
tier-genral, ant recu la nuit dermire
leur grosse artillerie. le g.liral Brde-
soulle se propose de faire domain une
attaque suir le Trocadero. Sir John Dow-
nme et son neven sont encore dtenus a
la Caracca, et il iu'est pas probable qun'ils
soient mis en libert avant que les af-
faires ne soient arrangees.
Le b:ocus de Cadix est en ce mo-
ment plus strict que j-anais: les pitiies
embarcations qui etaient dans l'litbitriide
d'apporterde ds denries de Gibraltar stt iou-
tes arrtes par les chaloupes canoion.ires.
Dans mon passage de Giliiiaitr a
Saa-Lucar, bord du btinient ppelW










(3)


1'ji2prt'r, de Lon. -re1, il est arrive' une
circonstance dsagresalie entire ce b'i-
inent et la frgate frianaise la Vei's,
circnstance qti, j' dois le dire, prove-
venait de la fautn du capitaine angla:s.
Cenend. n:it, conm ii serait possible qu'on
e'.i'its ex gers de cet v:cnement,
ji me dispose a vous en envoyer les d.-
tails a< 1 O.1us puissiez rfuter ces

( Courrier. )
N recu les journaux des
Etats-', 1i a date du 31 jnillet.
Ces tiennent une correspon-
daince e TIe le gnral iDonzelot,
wver .a Martinique, 'aminrat
Sdpnazdant les forces navales
t les Antilles, et le .g&nerd
"iA 'ur de Cuba. Cette cor-
hit pour objet, de la part
es abns ria ngais, Ud faire des
prop< s pour ( nes c .mtims nne strcte neutra!it ou
piaot des relaP-ions de iai entire la Fran-
ce et les c;oonies espalgioles. Suivant la
piup:rt des jourinai:x amriccins ces pro-
posi.ions ont t rejetes avec b&aucoup
de lihateur par le gouverneur espagno!.
Cependant (n iit a ce sujet ce peu de
ligneas dans le New- Yori nmercantile Ad-
verliser :
Uni arrangement a ti conclu entire
les goiverniers des i.es espagnoles et fran-
Caiues des Indes uccidentales, en vertu
duquel les btimens de cominirce des
deux nations nie seront pais iio!ests par
les bitimens de guerre rt'specrti en sta-
tion dans ces ps.i'.. Cet arrangeienit
a !t conclu la Martinique.
Les mmes feuil!ls annoncent d'a-
prs la Gizette de Cuiragao dn 12 juil-
-.et, que :. racaYbo, pris le 17 julin par
les troupes Colombiennes, a cte repris
le lendemain par Moralis, qui est rentr
dans cette vilie sans prouver- de resi.s-
tance srieuse de la part des Co cibns s,
qui aprs avoir liivre a ville au Jillge ,
o;:t oper leur retraite en bon ordre et
se sont rembarqui s sur Iturs btimens
de Iranspoit dans 'intention de retornier
Rio-de-la Hache. Cependant ai';,ial
Colo!mbwin Padilia restait avec son esca-
dre nmoill pris de l'ile de Farros,
position d'ou il ttait entire"ment naire
du la de Maraca'bo.
ESP AGNE. MADRID, 16 a&t.
N.ousi apprenons que des reprsentations
vienntent id'tre adressaes reiavei\menr,t
'ordre dout je vous ai parl daus nma


dernibre Tettre L'e"':Tction en est suspen.
due provisoi m, nt. Le corps diplomati-
que a tmu:;g;i l intention de se retire
si cet or:Iire n est pas rivoqe. Sans doute
les royalistes de notre pays, fatigues par
trois annies di te.rrer-, penvPen s'aba.n-
doinner qselqusfbis a des exc s coupabies,
ia.is peit-itre y a-t-i! d'ires nioyens de
contenir dans l'ordre ceux que trop de
zeie pourrait (garer.
BILBAO, 17 aoZ!. -Dars la matine de
jeudi driiier, le commandant d'armies,
M. Abnour, fit aRfcher la porte de sa
minOdon un ordre que vous devez connai-
tre. Cette Ponvelie inattendue, et don't
la publicat on avait t faite, sans que lej
antorites locaes en fussent prvenues,
inspira q'elique inqui tude aux paisibles
liabitans de cette vile. Aussitt une cores-
pondance s'tablit entire la dputationi, la
municipalit, et le gn.alTra firangais qui
profit d', viter tous les maux qui pourrai.
ent survenir.
A..sept heures du soir, on esxpdia
Madrid un colrrier extraordinaire avec
deux petitions tr'-s-mergiqies, adressees
la r.gc.,: par la ddputatian et la
municipaiht.
Avant-lier, jour de Notr-eD; ,me, nn
remarqua dans la ville plusieurs erits c
aticihs ipar des personnel inconnues, l)ans
le jour, les constttionels et quelques
ex- Li.cieins, que Pimp'init rend plus au-
dacieux, mnanisfestrent quelque satifac-
tion dans le but vident d'isulter les
royalistes. A 'entr de la nuit, une pa-
trouille ifanLuais arria trois individus,
parnii lesques s1o trouvait un volontaie
de la miice royale, prvenus d'avoir insul-
t les libraux ; mnais on assure qU'ii avait
voulutfapper q.'.-! co Osititutionne!s avec
un LI toi. Les fi'anlais voulaient coinduire
ces trois individus dans la prison d( 1 ]
ville, rnais un gioupe de penpie .e-i les
suivait demandait avec iEis~Uance que 0J;
piisuiniers fihssent coilduits au poste (dc
Saint- '. i.l.l don't ia garde ent con.ficei
aux miiiciens roya!istes. .Le frangais ne
les o)ita;cnt p s, et rencontrrent bien-
tt sur le vieux pointt un autre troupe
d habitans qui, apres avoiri ns en liberty
d(:ix des prIe!'is, coniduisirent le troi-
sieme au post ot-Antoin e. Les Fran-
.ais se ret:irrent alrs sur la place.
Le comumandanpt fr;ai';ais arrixa bientO
avec un d tacihe!ei:t plis cotsidrable et
fit croiser la i,.ivonneltt devant le l e c
Les habitats et les mi!iei;s ryaist
couruite:t aux armes de leur c1e. Lel'-
trouibe dcvi.t alors si grand que tout











(

pr:s eai, t un r.nitat bien 1',"-. 1; mnais
ls :itoritis se rduiiront et prirentt ans-
sit des mensiies pour assurer la tran-
quidite publiquee; e!n efet, eies rm!sirent
a cviter tosite eL:s n de sang 11 bfit
dccidi que les dstachens!ea de frangais
rertreraie: t dars leIts quarters et .i'c
les atroilaes seriie;t faites par les mi-
licients royag ites. D* pis ce moment l'or-
dre n'a pas ct iroubi et nous esprons
ne voir jamais un jour de deiit, que les
conistitutionieils desirent si ardemment.
Plans la reuicn iii eut lieu entire la
tnniicipiali e et le g:r iral f'ranais, ce der-
nier a ete paniiternent d'accord avee i'au-
toit locale ; ii a mnme mis ea disposi-
t.on les troupes qui se trouvent a 1:u -o.

IN TER I E U R.
Les nommrs Jean Augustin fils, Alexis Ros-
signol, Emile Bliz lire ct Donatien Jean I-ran-
')is empioys a la douane des Gonavies cnt it
dlinorincs par 'Admaiinistrateur DIActcol et mis en
jt'gemient pardeva'nt le Tribunal Civil du Port-ou-
Prince, pour avnir fraud les droits de l'Erat
da:ns le chargnpment de la goelette Ainricaine
Charty: convaincus d'infidit dans l'eicercice de
leurs functions, par la sentence rendue contr'eux,
ils ont ite constraints de reinbourser au Tresor Pu-
biic les sot:rnes qu'ils en iva!lent d6toureiirs. En
conseqCence, ces quatre enploys ayant Eit un
coupable abus de la confi.nce dau Gouvernem:ent,
noi seulnment ont perdu leur emploi A la doiane
des (n t:ives, mais encore i!s sont dclars inca-
pabl.s d'exercer ancune charge publique.
SVii' o le dsir immodr du luxe et du gain
*a 'ondi:it ces je:nes gens ; puisse leur exermpie
s:rvir d" l~o Iun cex qui par la nature de
lenrs fonctions, sont places U i nime d'administrer
les deniers de l'Etat.


DIVERS AVIS.
THKEA'i RE.
Avionrd'hlni i Diam.rche, re tiche, par inrdiposi-
tion de MARdame ARMsAN". Dimianche priochiin,
on donnera sans faute Le .Desereur, Opra en
trois acts.

Le beau brick Ruase, l'Alexankre le Grand,
capitaine Favre, de 170 tor.n.aux d(ubi, clou
et cheviil en cui-re et bhin conn pour sa
marche suprit nre, est a afirt:er pour un des
ports des Etits-Ui.is, France, Ilollnde, Iian-
boirg ou BrEnie.
S'adressr pcur les conditions aix sous.igns m.i
ont l'honneur de privi r en ti.iin' tnemps le pt'a,"',
qu'ils ne rpondnroit p,>int des dettes qui pourrait
contractor 1'quipge i tduit n .vire.
POLIeORE MARlTELLY et Comp.
Port-au-Prince, le 21 Octobre 1823.

T -navire le Bon Preo, capitaine Tanquer'iy,
.at port de 188 tonneaux, doubli coue vilie en ciivre, d'une mirrche sup, riiure, et a:.n::t
.une joiie chamnbre puour des pas-ugers, pairr' pot'r
Bordeaux, du 15 au 25 NovSrabre prchiini. I1


4 >)

prendra encore du fret et des pas'sgers qui sront ,
commiodenient logs et hieti nourris, e
Sadresser au capitai:e son bord et ca MNL .
LINARD et Coimp. coisigina-taires dudit navire. i

Le sonssign charge e d urhion de sieur

survivant de i'aincem miaisn de Co .
a exit au Port-au- Pri:ce, sous la raion de
Tilroy et l, tchi'e, a l'ihoncur Mirvenir les di-
literns de i;dite raison de i t Ri cie '
qu'i! a dp.uis assez long-t- : nai tr nu
sieur Peter Milroy, qui se troS roci-
raton du sieur Janies A. B','r ir urvivant
de la maison de coineirce M- n rnp.
dpositaire de tius les (ioci-. m -
ct autres nimyens appi:rter ( r.onn ,.
social et donl la i.qu idaItion i
la maiison d(e Miir(,v itchie 3bt 1 i
l'expiratin de ladite 'soIe:ai, I auya 1., .
tait sel' et igitime Agent di re, au azr.nt1
pour regler et diriger toutes se trein de *" con-
Ensuite p r un j,:genirm t re!~'ierre, ex rai, dej
de om c corrc dc-tte ville, I'a': reux cq .''
tion de coimpte du sieur 'P. Miloy ,"it .
des arbities. t '
Ces arbitres sont depuis plusieurs jours occups
de la connaissance de l'ufirice.
Daus cet tat de chises, le so!lnis5, sans
prtendre en auicune ni iire por'er iate;rte, ni
la db;:catwise ni a la reputation de personnel, con-
sidurant que la bonne rg!e exigo que tout reete
en lat jsques a la decision des arbitres saisis
de la contention ; adlres-e le prscnt avis aux d-
biteurs de la maison de Miiroy et Ritchie afin
qu'i!s suspnent tout paiement des so.nmes qu'ils
peuvent devoir a ladite raison saciitde, don't la
liquidation avait td confie a Miiroiy Iirchiie et
Conipfgnie iors d 1'expiration de la soc!e, pr-
venanr gaiement tous c-ux a qui iti pp-r'iendra.
qu'il ne recoinnuitra p as poar vauidis to(tes tr'n-
sactions qii poi. rraient av'oir t fdli:s' ( sil
y en a que qu'une qui f1ait e ) pour
tra.snimt tinii de crance c')i'te ct l;;::'rs
objets appari nans a la so.s!te linqiidi:tin et
qui ont pur bi .et les :i 'r.. relitiv.s a la
suasdite socl de T 'Miroy et Ritchie, a partir de
la date de la siglnificaion d ses ;iaivoirs au si.:a'r
P. M ibr..y dsir;it q.ie rolit r ste intgriae;'iri' t
en tiat, j,9squets au jigm-s.t .irbi:-. i itr=Mi .b. ,
dcl.ir t pI s'itive -e 't ii'ii proteste comire tii.
ce quti penit aoir te, o., qua sera f.it cntrie le
prs':.! t ',is, quii 'a d'anir ti que de c iurvteii: r
les intir:tls qii li s:t c>infi s et d' vier o,:r ce
nimven ess c stations i n:: nt ;nr.vt d'1 nial-entendu que le soui; .. vo u-;iait p vex:ir.
IL. MO:ICE.
Port-au-Priice, le 17 Octcobre 123. 2

Mr. iMuni!'re, piiinm'a:lea, a i'b'ii .''t de pr-.
venir le pib:e qu 'i' co ipe rt i : .i;, r sou' p '-U,
au coin d(e 'i pw~ce idu iii'mi' d Ia C! sdis,
rmaiso:l (le M ;-. Audi l: 'a py ,. c; *v *.
de la succe:eioa de fu F. va. -'.,tmaii-
au Port-u-Punce et q'i dq.aor di' ,r' i'ner Ja
ce io's, M r. :,'' :t ii : !!-r- le d:i eile
qu'il g' ra:t G i'ad ' e, au Coci:l de C iit (Ces
Mit aclcs. 3
'Poi-ai-Pr'>ine, le 5 octnbr,, IS93.

pa i;r L.c-iPaficE, d'- ii4'uti.:rii d. Gouu~ sr cement.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs