Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00055
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: October 5, 1823
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00055
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01823-10-05_no_38 ( PDF )


Full Text




LE


TEL EG .. A F IE

G.azette Oificielle.


No. XXXVI1.


POWjVAU-PRINCE, le



20V lettre- d'un Caraquin, da-
es le 12 Septeinbre 182S
W) HIAVAs amis en cetie ville.
JES noUS
.u>es ap'FPbrick anIais qul est arrive ic1,
y?,, Le g< Sainte- ghnt e nom, avors re-
lchu1i egazettes de cette ville et de Car-
tni:iene. Nous y voyons que Padilla a
atiemnent se r de prs Alrals son ar-
n)O e et sa fIotte, qu'i] n'a eu d'autre
a: ern-ative que 'de capitLtier Iionteuse-
,-,nt en lassant en nltre pouvoir S'Q
t 3 de gnee re 17 goiettes et bricks
et 15 canGra:,Pres. Le E2l de Ju0 ct, il
y i un combat Iong, et sanuiat danus
Ia Lg'Sne ci la flotte ennemie suprleu-
re ta nte EnL battle aece perte de
1,2 b' .s captnrs et de C0 liomrnes ,
tant 'hki e s que tu&s. BI a irst en vao-
S:PeO oi;mii plus d o9 o6itcurs de dif-
.Ci gradims eL <_'1 soMdats et martin.
Totro perte comnpase A celle de l'en-
Tem, cs;t pen considerable. Le fameux
.e licntenant-colonel Simrneri
Granados, et (mtiPes nni rnous fisaient
lI m:erre depuws long-te ms se trjuvent
pan les morts. -Mr. I~IOI, qavr
t capitaine de corsaire a Gart!iagen
,,u ava pasm 'caneai depuis la
r ea chef darjs ce c fn gin(vemiient
1 m. Alon. ani ce qu'S fhit j a .U ya-
rat inlc(>\ le -a vC sa pel de Inoadc,
1endant que la grande armee cqui e ait
1 n 1 Pitnha ne uuvanL agr a cause
1,e la peste. Er{L le risultat est que
biora.uslit J c ia nt A Cube, al)rs avouir
i -I -,,riacntIVC scS sos o 'ici's ct a
tm9no ~ caMo!e de tenir justina la inort.
-Puerto-CabeiDo, Pci tonRico et (Mbe s eut
a picsei. i.s;,b end.ots nji t; llrhnt
e u C o 1 u, u ur 1 ^ Es ,,9 gz'c, e i 1,,,2


5 Octobre


1812,2, an 20.


Le premier ne tardera pas a se rendre,
car .notre escadre bloque le poit. Quant
aux deux iles susdites elles ne resteront
pas long-tems dans la dpendance. Bolivar,
a la tte de 20,000 hommes a march
vers le sud. II a fait une ligue entire
les rpubliques de Colomnbie, du Prou,
du Chili et de Buenos-Ayres, laquelle
se joindra probablement le Mexique, afir
de combattre runies les despots yd.i
pr, mrique et la rendre esclave.
Le Gneral Padilla est un home
de caileur qui avait commenc a servir
dans la marine de Carthage e, au com-
: cementt de' 1.h revolution, et ce fut
lui qui surprit les btimen: espagnols
dans la baie de cette ville et qui s'e~n.
para de P'arsenal.


AGRICULTURE.
Te Gouvernement avait quelques motis
pour penser qu'e, dans certain airrondis-
semens la culture n'ctait pas soigne avec
ao int d'attention et d'exactitude que la
prosprit de cette branch de notre in-
dustrie le ndcessitait. On citait les arron-
dissemens de Jacmel de L(ogane, de
Nippes et de Saint- Marc, come les plus
nigigs. Dans l'intenton de s'assurer da
veritable tat des choses, S. E. le Prsident
-d'Hat'i se rcmiit a Jacmel dans le mois
,de t'vr'ier ideiernr. Apr s avoir en pris
fine connai:sance (l .,ii, de la sitiiuaioi
de la culture d.ns ce quarter, ii nit
mdcontent ide la niljg .'nce des autorites
charg es de la sarveiiiance des camp;gines,
rt inomiilpa pour cet' arrondissement 1un
autre commui:ma''dt. 'rous les raipoits qui
iis s sont pj'is paa 's de cct endroit
a i.surIenlt lque es ch~J y s..j t chang 1e


/
/


/

f
/1
/









'une marnire. sensible, que les arri-ul-
teiwrs, surveill:s dans ieuls o.cupatiois,
plui qu'iis ne l'avaient et depuis loig-
tenis, se ,nit adonns au travaiii t qu'!is
le foit avec entihosiasne que la per-
petctive de oute i'tendtue d i!it arr-ondi s-
s,?nmen.t ,st ies pins encoirageantes. ;.i-
tolt on voit de nouve!ies i ant;itrois de
ciies de vivres de tontes les qualits;
les anciens jardiis sont nutoyS et clotur i;
les cheinis rdpars et P'o s'occupe main-
tea niit rIarer les usines qui avaient ,tiS
abandonnes depuis plu'ieurs anuies Un
ordre admirable est tabhi daus tout l'in-
trieur; on ne voit plus, lesjours ouvra-
bles. personnel dans 1'oisivete: enfin, tout
semble avoir pris, dans les beaux quarters
de Jacinel, une vie nouvelle. A la vrit,
nons devons dire, la lounge de celui
qui y command maintenant, que depuis
cnviron cinq mois, il n'a pris aucune se-
maine de repos, qu'il a dja fait piusieurs
tournes dans les montagnes et qi'il entire
dans tous les details do service important
qui lui est confi La recolhe du caf dans
cette parties, comnme dans beaucoup d'autres
de la Rpublique, sera extrmement abon-
dante, et elle est tellement prcoce qu'on
est oblig de suspendre la livraison des
cafs de I'annp dernire potr recueillir
ceux qui sont sur pied : ce qui fera join-
dre les deiix rdcoltes et offrai-, par cons-
(ouenrt, une abondante moisson de bufices
aux speculateurs sur cette denre..
Des officers de confidence avaient t
/expdis, dans le commencement de Juiilet,
pour aler parcourir les conmmiues dvs
arrondissenens de Logane, de Nippes
et de Saint Marc, afin de fire un rap-
S port detaili au Prsident d'Ha'iti sur la
situation de ces quarters. Le premier de
ees ofliciers qui est revenue de sa mission
est le chef d'escadron Souffrant, aide-de-
camp de S. E. II a visit toute la com-
munne du Petit-Goave et il rapporte que
les vivres y sont en surabondince, que
les petits propritaires des montagnes tra-
vaillent avec un courage tonnant, que
leurs petites proprits produiront cette
anne considi:rablement de caf, que
P'autorite locale n'avait mis aucune activit
dans sa surveillance, et que tout ce qyi
existe dans la champagne est d aux bons
principles et I'amour du travail de nos
concitoyens. II ajoute que les routes des
campagnes ont t ndgliges et que les
S habitans s'en plaiguent avec raison.
Le chef d'escadron Bchet, des gre-
-nadiers cheval, qui a parcouru toute la,


cominmne Mdu Ge al-oave, et le c 'i,.,.i
Saladin,",aidn-de-camnp ,u Presidel _, qui
avait et clarv,' de visiter li cominnmur
de Ldoane, ,sont aussi revenues de !eirgs
missions Leirs rapports sent les momes
iuie ceux dli ch ,f '' cajio! Soif'ia:t
,Les novcaux conc:c:.sio{inaiies el les !pents
habitans travailient avec un z!e patrio:i-
que et pa tou't ou i!s ont trouve les
propritaires sur leurs biens, la culture
est en prospritc. Les commandant da
Grand-Goave et de Leogane avalent nc-
giig leur surveillance, et en,". ",r presence
les h:bitans des campagnes -e de ont fait
des reproches a cet .1, eansposimllanl-
dant aux envoys du Pres4id'> p ins-
truire S. E. Tous ces '!. . n ,rts
sont d'accord sur I'abondan.e et dis ton ,ote
pendante. Les habitans des ar pnces ai:i.sS
don't nous ven'i.ns de parole, i a)! ir"' ,-. i
des en: nes
la plus grande satisfaction 'coign.s ~ pris S. E. de les envoyer ve, ~r ds
fait prier de faire renouveller a.
Nous avons appris que le i' .-nec
doin de nouveaux ordres au .' (./-
'don pour la prosprit de i'r c,:ti re
dans l'arrondissement qui lui est confii.
S. E. a recomniand ce general de fire
de fi'-quentes totirnees, tant dans les p;aines
que dans les montages et de les fire r-
peter par les com.aiidans des communes
sous ses ordres. Esodrons d, zile et du
patriotisme du gnLiral Gdon, qu'un v-'
teran, come lii, a la cause de la ibert
et de i'In:pendance, ne voudra pas reter
en arriee, dans l'etendue du territ(iire
co!nfie a son comimandement pour ce qu
doit contribuer la prosprit 1du pas,
lorsqu:e, quand ii fiit se bature pour
assure la tranquillit de la patrie, it fut
toujours aux premiers rangs. Nous serons
trs-flatt s et nous epero.' s que bientt
nous aurons un tableau satisfesant a fire
de la prosprit du chairman arrondisse-
ment de l.ogane.
Le chef d'escadron P,ui Cupidon et le ,
colonel i omain, tous de:;- a;des-de-camp
de S. E. qui, ont visit les communes de
Saint-Marc, des Verrettes et de la Petite-
Rivire, rapportent que lon commence
a travailler dans ces endroits oui avaient
prouv une longue scheresse. 11 n'y avait
pas en encore de tournies de fates dans
'interieur de Iarrondissenei t de Saint-
Marc, par ceiui qui le coinmande. S. E. a
ordonn au general Boinnet de s'en occuper
sans dlai, et il y a esprer que d-
sormais il y aura plus d'activite et de/
rgularit dans la culture de cet aroli-


i xl)









(U


dissement: ce que nous ne manquerons
pas de communiquer a nos lecteurs, is
que nous serons plus ,fonds le fire.
SLe colonel Aquerre, arrive de la comn-
nm ne de Miragoane, et le colonel Bastien,
de celle de 1 Anse-a-Veau donnent a
Seu prs les mnes renseignemens sur
i'Ptat (de la culture dans ces communes et
disent que tout y va bien.


A.rrt u Tribunal de Cassation de la Rpublique.
AIJ U jM DE LA REPUBLIQUE.
Extrai*t registres du greffe du Tribunal de
Ca; '""' e la Rpublique d'Haiti, sant au
Pi i;ce.
(/ gt-trois Septembre mil huit 'cent
vingit ingtime de l'Indpendance.
S HAV3
i .de Cassation, runi au lieu ordinaire
S ces, oi taient presens, le doyen
jES noti\ pinasse, les juges Djean, Borno,
sltes d'FfiIe et Basquiat, ainsi que le Commis-
a Le gpavcrnemient, Audig.
lt c'mrnt sur les deux pourvois en cassation
fi. ,par Mle. M ullery et rFranklin Ufenseurs pu-
M'ics, aux notis des prvenus Gaur Pierre, d-
imliirant dans les hauteurs de Saint-Marc, et Pier-
re Henry ancien militaire, habitat galement les
limteurs de la nimue conimune, tant centre les
deux jugeicns incidents que centre le jugement
dfiiitif, rendus par le Tribunal Civil de cette vil-
le, le trente M;ii dernier portant condamnation
S!a peine de dmort, contie lesdits plaignants, le
prenier prvenu d'assassinat, sur la personnel de
;i citoyenne Agathe, et le second come coum-
phlce judit assassinat ; lesqueis pourvois portant
pour griefs violation des articles 171 de la cons-
titution 3 titre ler. et 2, titre 3 de la loi du
25 Mai 1819; 1 2 7 8 9 et. 14 titre 6, de la
loi du 24 Aot 1808; des articles 29 30 3; .33
33 35 36 37 38 39 41 43 44 48 49 241 212
et 291, code d'instruction criminelie, et enfin
fausse application des articles 59 et 302, code
Penal.
Entendu les rapports faits par les juges Oriol et
Abeille ;
()ti les conclusions du Commissaire du Gou-
vernement et y ayant gard;
Vu les articles 171, de la constitution, 3 ti-
tre ler. et 2-, titre 3, de la loi du 15 Mai 1819,
1 2 7 8 9 et 14 titre 6, de la loi du 24 Aot
1808G des articles 29 30 31 32 33 35 S6 37 38
39 41 1 44 48 49 24-1 24- et 294, du code
i'instr;ution criminelle, 59 et W02, code Pnal,;
Vu ies pieces tenant a la procedure, instruite
nEt grand criminal, pour assassinate comnmis sur
la persoinie de la citoyenne Agatlhe: le tout niu-
.rement et attetntiveniet examine ;
Le tribunal, statcant, par un seul et meme Ar-
3 t sur les deux pourvois,. conformment a l'ar-
1ic;e 226 ceod d'instruciion criininelle, attend
q'(i'il y a connexit dans l'assassinat corniis sur
.l p1erkinne de la citoyenne Agathe par les pr-
enus Gaur Pierre et Pierre Henry, auteur et
complice de ce meurtre.
Conr.idrant qu'ii n'a pas encore t pourvu a
I'~e.bli .ment d'un Tribunal Civil dans 'arotii-


dissement des Gona'ves, aux termed di la le,
et que le Tribunal Civil de cet arronissem.ent
s'est attribu la connaissance de l'affaire don't s'a-
git, en vertu de la lettre du Grand-Juge; ea
consequence Me. Franklin en excipant de l'incom-
pte'nce de ce Tribunal, se trouv., mal fond et
le premier, moyen de cassation bas sur les arti-
clys 171, de la constitution et 2, titre 3 de
la ioi da 15 Mai 1819, doit-tre rejet;
Considerant que les dispositioas prescrites par
l'article 8 de la loi du 24 A:>t 1808, ayant t
rempiies par la nomination des defenseurs d'ofi.e,
donns aux pr-venus, il n'y avait pas heu dans
ce cas a suivre articlele 294, code d'instruction
criminelle; ce qui doit fair considrer le second
moyen de cassation come *iliusoire et mal fond ;
Considerant que, sur le troisime moyen de cas-
sation tabli pour violation des articles 241 et
212 code d'instruction criminelle, et 1 2 et 9,
titre 6, de la loi du Aot 1808, il n'y avait
pas lieu suivre les formalits prescrites par les
susdits articles en ce que d'aprs l'article 3,
tire 6 de la loi du 24 Aot 1808 le doyen de
Tribunal Civil, devait uniquement convoquer les
jiges pour juger lesdits prvenus immdiatement
aprs que l'instruction de la procedure criminelle
lu etait dclare complete et paracheve;
Considrant que les formalits prescrites par l'ar-
tcle 9, titre 6 de la loi du 24 Aot 1808, ont
t religieusement observ minelle de l'afaire don't s'agit par les significa-
tions portes au bas de divers actes quj se trou-
vent sous les yeux du Tribunal: ce qui prouve
galement que le quatrinme noyen de cassation
est aussi illusoire et mal rond ;
Conaidrant que sur le cinquiime moyen de
cassation argu par Me. Franklin, pour violation
de l'article 3, titre ler. de la loi du 15 Mai
1319, en ce que les deux jugemiiu:nt incidents di
trente Mai, prsente anne, n e se trovent moti-
vs sur aucun article de loi, ayant considr 'le
premier jugement incident sur le dclinatoire. qui
a t propose, le Tribunal a reconnu au contraire
que ce jugement tait suffisamment motive, en ce
que le Tribunal Civil des Gonaives n'a pas :n-
core t rellement install par suite de la dli-
bration relative a la mme question, qui s'est
prsente sur le second jugement incident, d'a-
prs le piw'': d'opinion qui a exist entire les
juges; le Tribunal considrant que les dispositions
prescrites par les articles 347 351 et 583, code
d'instruction criminelle, dit et delare que ce mo-
yen de cassation doit provoqucr I'annullation du
second jugement incident, pour violation de l'ar-
ticle 3, titre ler. de la subdite loi;
Considrant que, d'apris les dispositions de I'ar-
ticle 106, code d'instruction criminelle, les pr-
venus ayant t conduits par le Commandant Ga-
zague, pardevant le juge-de-paix de Saint-Marc,
le proc's-verbal qui a t dress par ledit juge-
de-paix constate suflisamment l'existence de l'as-
sassinat commis sur la personnele de la citoyenne
Agathe et se trouve enitiereiient conforme aux
dipositions prescrites par 'article 6, titre 2 de
la loi du 15 Mai 1819: en coisquence le sixinme
move de cassation frjni sur la violation des ar-
ticles 29 30 31 32 33 35 LG 37 38 39 41 43
44 48 et 49, code d'instruction criiiunelle, ne
peut qu'invalider, en ce que les tribunaux de la
ItLpublique no sont tenus ct ne duiveit ,se con-
frmnr aux dis&positions des codes mis en usage
daUs le pays, qie dans lis cas non prvus par nos
lois locales ;












Considlrant enfin que, sor le septime moyen
tabli par Me. Franklin et Mulle:y au ncn Pierre H nry, pour fruss i, pplicalion des ar'tices
59 et 3'12, code pen,d, ce moViyea de casstion
ne put-t.;'e nuirtiicnt apprrci, en ce qu'iil u r
suflisamnmet co..stat, tant par p'rcs-sr'rb l du
juge-dtx.-p x ID)' -s Rosigio l, les JI.po rtion3s des
etmoins, -l:; por les avciix faits pTr les pive!-
nrs m :'t's qu'r.ne crimielle ;t horrible int: 1"i-
gence av it malheureusement exist dais ie iiiruii-
tre co'nmis sur la personnel de a citoyerne Aga-
t!'e, par les nomrnes Giaur Pierre, et Pierre
II-ry; et 'd'apr les dispositions de l'article 411 ,
c<'de d'insltretiut ce. li' e ce dernier rnoyen, de
chsation ne peut-tre considtr que cqntme liiiu-
soire et mal fond ;
Le TTibniali, :par ces motifs, case i t annulled
lei deux jugemens incidents et le jugiient defini-
tif en date du trearte M:i presente annre., 'por..
tant condamnatinm la :peine de mort centre les
nomritms Gauri. Pi{:ere et Pierra L riy auteur
et complice de l'asssinat, i, q.iernqptiil. pour viola-
tion alite dans le second jugem3nt incident, de
l'article 3, titre ler. de la loi du 15 Mai 1819,
et conformmient a- 'article 13, titre 4 de la loi
sur ees attributions, remet l'affaire au mme et
seriblable tat Qo elle tait avant d'avoir et ju-
ge, et renvoie les prvenus pardevant le Tribu-
nal Civil de Jacmel pour tre de nouveau jegs..
Ordonne qu'.'i la diligence da miniiititre public ,
le present, Arr:t sera envoy au Grand-JSge,
qu'il sera inscrit au greffe du Tribunal Civil de
ce resort, et qu'extrait en -sera insr dans la
,Gazette Officielle.
Pronoric au palais de justice du Trihbual de
Cassation, les jour, mois et an que de l'autre.part.
Sign J. F, Lespinasse, Pi rre Djean Mal. Bor-
no. Pre. Oriol F. Abeille, Basquiat et Boisson,
greffier.
Collationn,
BOISSON.


DIVERS AVIS.

Le soussign, Genral de Brigade, a l'honneur
'de prvenir le public qu'il ne pretend pyyer aucune
dctte que ses enfans pourraient contrac(ter.
JvsTa CHANLATTE.

La maison ile commerce de A. AviGOiro et
Comp. aux Cayes, a t dissoute des le 30 du
mois de ,- tnibr dernier, par consentement mu-
tuel, le sieUr Pierre Soray se retirant de la socit.
Les siears A. Avignon t Gme. Chegarty, restent
charges de la liquidation de l'ancienne niaison, et
viennent d'en former une nouvelle, sous la reason
A. Avignon et Chegaray. qui coritinuera les alisires
sur le meme pied que la prcdente.
Ils prient leurs amis de .vouloir bien conserver
au nouvt I tabiissement la mime bienveillanc:e
qu'ils ont tmbigne A l'ar.cien. Come par le pass ,
ils porteront tous leurs sains ax intrts qui leer
seront confis. 1
Aux Cayes, le ler. Octobre 1823.

Le brick Amricain Liberty, capitaine Hatch
partira pour New-York, du premier au cinq du
mois prochain. S'adresser pour fret ou passage au
capitaine a son hord on vix consignataires..
a3 BERNARD et HEARINE.


Mr. !M ini e, hlll.i 'lu a l'hanneur de pr'e-
venir le public qi'il conpte rinstaller sous pju.,,
au coin de la place du 'narchi de la Comedie,
nimaion de Mr. AuJie -, la pharmacies provenant
de la succession de feu F. E. ROYER pliiirmnacien
au Port-au-IPrince et qu' dater du premier Xle
c miois, Mr.r.Quimquet hli a succd dan, cell.
qu'il grait, Gra d Rae, a; coin de cel!e des
Muia C!s. i
Port-au-Prince, le 5 octobre 1823.

Mr. NAUDIN, Dncteur en mrecine de la fa-
cult de Paris et nimbre de la society Medico-
pratique, exercht la mdecine en ceette ville, a
l'lbonneur de prevenir le public qu'il 1. -inera gra-
tis a son domicile, rue du centre dez Mlle.
Orve Petit. nspos3
Spar
Le sonssign., Dfenser Public, s des nottiors
les Tribunaux du Dpartement de lpaturer; ion-
neur de prvenir le public qu'il ae et de ton ,ln-
terprte pour les langues angiaise epnances au:trre
lesdits tribunaux, duement coimriisil(auditir 'late /
dd 6 Juin dernier; et que son tuofs cinarmes
naison qu'il occupe', proprit du C"')igns (dx
re 'du Centre. e. par des
Prt-au-Prince le '21 Septembre 18?'
J. D Y E I june,
PO'UR LE H AVR E. Ves E(
Le trois niats le Rufbenu, Capitaine Lnat i ,
d'une construction ,-i. l- et d'yne march sup:rieu-
re, ayant la mnajeure p.irtie de son ciiagiirint
bord et la presque totalit du restaint asoure,
peut encore prendre du frt et des passages qui
seront trAs commodineit logs. 1I partira du ler.
au 10 du inois proclain: s'adresser au capitaine A
son bord ou
Port-au-Prince, le 20 Septembre 1823. 3
BLANCHET et Cie.

VENTE PAR AUTORIT DE -JliS 1CE.
Samedi, dix-huit octobre, pi'&sesnt mois, huit
heures du matin, sera vendu par le citoyen Bauel,
ence ;*eur piub!ic, devait sa rdsidi'nie au Port-
au-Prinee, sise la place Valire., au .lus l,ofanf
et dernier ench.risseur un terrain de la con-
*tenance de vingt carreaux de trre extract da
l'habitation Marin, situe aux Varreux commune
du Port-au-Prince, tel qu'il 'e pursuit et com-
porte .ir-.lu t..'i a au ito .yen Aug.uste Ovilde, dit
Chavanne, entrepreneurr de h uimints dcmiur it
dans la ville susdite.
Cette vente est portrsuivie A la reqite du cito-
yen Pierre Prosper Rouane Notaire du Gou-
vernemen.t, rsidant en cette ville., en vertu di'u
jugement rendu au Tribunal Civil de ce resort,
en date du seize Aot dernier, tant en formO
excutoire, le tout au coemptant.
S'adresser pour voir les iieux et pour plus am-
ples renseignermens a e. Silvaiii Siionise, de-
fenseur public, poursuivant diemeurant rue Maiga-
sin de l'Etat,
A VENDRE
Une terre sise et situee ,.):, l'Etang du Cu!-
de-Sae, Jiiitrophe du (raml Bois et du p:)iat
de limits de la R.Kvare Pateau au Su.I du ct
de 1 talg devant Terre Neuve, lieu apple la
Grande Garde ( el fondo. )
S'adresser A PIERRE MO:rEAU. 3

rox,' u-r'as rcE, de i'miLrierie du Guivernement




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs