Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00029
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: April 6, 1823
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00029
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01823-04-06_no_14 ( PDF )


Full Text





L E TELEGRAPIHE;

Gazette Officielle.


N* XIV*


PORT-AU-PRINCE, le 6 Avril 1823, an 0.

-I - Il I / II liI II'"


PORT-AU-PRINCE,


_jA goelette Haitienne la Beaut, capitaie Jh.
Dewundt, du port de 21 tonneaux, appartcnant au
,citoyen Requin, ngocinnt aux Cayes, expdie
du Port-au-Prince par le citoyen Lallemand, n--
,gociant audit lien, le 25 Janvier 1823, pour !l!e
de Saint-Tiomas, avec une cargi son consistant en
182 sacs de caf, peasant ensemble 20058 livres, 16
babies de cotton, pesant 1012 livres, fut prise par le
corsaire espagnol I'Estrella, conduite i Porto-Rico
et condamne comnime bonne prise par Mr. Quiqones,
juge provisoire du tribunal de premiere instance,
la ville de Saint-Germain, ile de Porto-Rico, le
4. Mars 1823; ci-joint est la traduction d'une sup-
piique faite A ce juge par Mr. Petit, subrcar-
g-e de la g.ilette la Beaut, aux fins d'avoir
une copie de l'acte.,de condemnation de ladite gnoe
lette. Cette copie lui a t diivre et se trouve ins-
re dans cette feuille, la suite de la supplique du
saiuir Petit.
Loe colons ne cesseront-i!s de nnus perscuter!
Cs hommes perverse, rebut des nations, rpandus
eii Amiriq.ie, continent d'appesantir sur les enfans
de t'Atrique leur joug odieux. Nc pouvant plus
fair le traffic inhliumain sur les cotcs d'Afrique, ils
se vengent ignuorinicuscment sur les indignes, des-
cendans de cette malheureuse contre, qui g:missent
dans I'esciavpge, dans les Antilie-. N'dyant pas les
moyens de fire une guerre ouverte A Haiti, lis ont
aI bassesse de s'tab!ir pirates et de caipturcr les
bl)tinriens marci.nds de la Rpublique qui voguent
sur les mers. Cornmbin ne devons-nous pas sentir
F'impcrtance et la grande utilit pour notre pays
de cctte measure que le Gouvernement a prise, ea
prohib.nt aux hiitiens le comnimrce avec toutes ks
ies de l'Archipel, et en portent un dernier coap
a c- c cmmrce fiauduleux qui s'ctait faitjusqu'ainsi,
cliid,stii emenr, le long de nos cotes! Avant peu
les colons sauront mieux apprcier ces ngres et
ces muitilrs qu'i!s ii;j rienit et qu'ils fmignent (de
n"i- uelle calornnie que de dire que nous nous
/ainrres rcemment montrcs ennemis a l'gard du
brick g ,'ctte I'Amable Maria, qui tait part de
la II vane poir se rendre a Porto-Rico. lorsqu'il
e..t la connaissance de tout le monde que ce
btit neit, aprus avoir prouve des coups de temps
''* fit jeta sur les cGtes de lile Ste.- Catlie-
tque lt quo l Gioverncment a fourni a l1'qujii)ge
q'i le nio:;tait to.s les secours que l'humanite a
droit id'dtendr:e dins de pareiiles circonstances!
Nois nw.:s r:scrv.os nous etendre plu amuplt nir t
daIns le N'. prochiii sur cette measure iwfnme et


dloyale de la part de ce juge de Porto-Rico qui
s'attribue les droits d'amiraut.

Joseph Petit, par suite des sentences rendues er
la procdure entire lui et le charge de pouvoirs du
corsaire espagnol Estrella, au sujct de la prise du
chargement de la goelette heitienne la Beaut, com-
parait pardevant vous et dit: qu'il vient de lui tre
notifi la sentence definitive par vous prononce audit
sujet, en laquelle est confirme l'ar',t du 16 Fvrier
pass, qui condamnait, en fiveur du cnrsaire, ledit
cha'rgement, cornme provenant diu lIort-au-Prince,
en P'e d'Haiti, pre'tenhe Ripubliqute non reconnue,
etc., etc., et attend qu'il m'cst ncessaire d'ob-
tenir copie en forme lgate et certifie de vous de
ladite sentence, j'espre qu'il vous plaira, come
de justice, me l'accorder, promettant et m'obligeant
-d'en acquitter les frais; pour ce :
Je supplies qu'il vous plaise ordonner que l'exten-
sion ncessaire soit dnne A 'acte qie je solli-
cite pour comprendre la prsente requte, et que
justice me soit rendue A cette fin.
Sign J. PETIT.

St German, 5 Mars 1823.
Soit dlivre la copie certified, demanded ci-des-
sus, la suite de la requte, aprs toutefois qu'il
aura satisfait de la somnie de deux cent soixante-
quwize raux, aux frais das par le rnqurant en
cette instance.
Sign D. QUINONES.
Pardevant nous:
Sign Thomas RAMr Z, Branlio Benedicto
QUINONES.
Signifies aux parties, etc.
Sign QUINONES.

En la ville de San German ce 4me. jour da
mois de Mars de l'anne mil huit-cent-vingt-trois
le sieur Jugo provisoire du Tribunal de premiere
instance de ce chef-itiu, le docteur Don Nicolas
de Quilones, vu les acts de la procedure en ins-
tance contradictoire, entire Don Antonio Gonzales,
conune consignataire du corsaire particulier espagnol
l'iEtrella, capitaine Don Antonio Peyro, et le su-
brcargue de la gele-tte capture la Beaut, com-
maiiede par Jos Autonio Deweidt, dit que des
p:"idoly es et priuves fournis par les parties il ne
rusulte rien qui puisse invalider ou porter atteinte
la ten' ur de la sentence quii declare que le pa-
pillon d>Haili n'est pas rerconnih par le go ,'erne-
ment principal /e la nation, espagnole; atteniuh qu'i
ne considre que coine des revolls, dans ile de


I I-


=.i






( s )


akiSntDomtte l/.$ atES f es~ VafsMtres qui se
sont empars du terr!oire des deux nations qui
la possidaient lgntlmement, d'o t f rotensfent le
btiment et la cargaison; et attetndu 0a e t que
lear co.nduile reprehensible, qui les met au rIang
de ncs ennemis, vient d'lre tout rcemmrenl cons-
tate par les dvnemens qui ont eu lieu au sujet
du brick-zo letter espagnol Amable Maria .et son
quipage, lequel part de la Havane et desline poiur
la Capiale de cette le, s'est troned da.ns la nces-
sit de toucher ser leurs crtes; lesq7telZ:s circons-
tances mellent le cas ci-,essul at rsirnbr'e de ceux
pre'us par les articles 2, et ?8 de fordonncance sur
la course: pourquoi l'arrt du 16 Fvrier demenre
confirm dans toute sa forme et teneur sns ad-
judication spciale des frais, sinon que les parties
supportent ccux qu'ils ont individuellemaent provo-
-qus; et quant aux frais communs, qu'il y soit
satisfait gailement, par les parties, au profit des offi-
ciers de justice, qui ne reoivent aucune solde pour
ce qui regarded la marine.
Ainsi a t, par cette sentence definitive, jug,
prononc et mand et a sign ledit sieur Juge,
en prsence des soussigns, remplissant les functions
du gr-ffier titulaire, dcd, lesquels ont dlivr les
presentes, fnites sur paper cornimun dfut de
paper timbr, ce qu'ils cietifient.
Sign, Dector Nicoias de QUINONES.
Pardevant nous :
Thomas RAMIREZ, Branlio Benedicto QUiNONES.
Certifi conforme original de cotte nimme te-
tieur, auquel Cette copie a t collationnfe; en
.fi de quoi j'ai sigr avec les greffiers susdits.
A San German les jour, mois et an, que dessus.
Sign, Doctor Nicolas Qu'INoNES.
Pardevant nous:
Thomas RAMREz, Branlio Benedicto Qui&wons
Je, soussign, Interprite du Gouvernement, pour
ce pert, certifie les traductions ci-dessus conformes
Sl'original crit en league espagriole.
Jacmel, 31 Mars 1823, an 20.
Louis DOUGE.

AGRIlCCU TRE.
Extrait d'tne lettre rite S. Exc. k'
President d'fiaiti, sons la date du e9
}M1ais 1823, par le Gn'ral de Brigade
Quey Larivire, commrancant l'Porron-
dissement de la Grande-Rivire.
( President,
11 est de mon devoir, aprs avoir fait
la tourne de 'Arrondissement que vous n'a-
vez confi, de vous rendre compete de la
situation oi j'y ai trouv la culture.; et je
ne puis mieux remplir cette tache, qu'en met-
tant sous vos yeux le relev ci-aprs des
habitations qui sont en pleine valenr daus les
communes et qu vtiers qui dpeudent de
mon coiimanadeinent.
Grande-Rivire, .67-6 habitations.
Dondon, 519 dito.
Ste.-Suzanne, 225 dito.
St.-Raphael, 98 dito.
Les cafs rdcolts, pendant I'anne 1822


expire prsentent un resultat de huit cerit
soixante sept mii'ie quatre cent d tlvres, ponr les qiatre cmmnunes sus-mei..
tionnes; et d'apres les appaiences de la r,.
colte qui se prepare, je plis assure a V. E.
qu'elle sera encore beancoup plus avanlageuse.
'lobs les citoyens se livrent an travail avee
une ardeur digne d'loges et clacun rivalise
ivec son voisin pour avoir la plaitalion la
mTieux -entretenue.
( Si l'ou se rappelle que sons 1P rgne
oppresseur de Christoplhe, -les quarliers de
la G-.andie-livire, P'exception de quelques
halbtatious exploites pour le eonipte du
despotc. tiet caetirenient abandonnis, oa
sera sans d'ouAe louin du grand clangeiment
qui s'y est oper depuis la fin de 1 io.
Qu'onri jue nimalitenalut, d'apres i'aperu que
le General Quy Laivic'-e vient ,de trans-
meltre au Prisident ld'1Haiti, de ce qu'ine
administration active et vigoureuse nous pro-
met pour 'avenir dans ce bel arrondisse-
ilicult car les jeunes cafiers qui v ont t
plants, en nombre considerable, el qi1 ont
prcsque lous l ien pris, ne tarderoin pas
rcorienser gnreusement les pines du la-
bor-ieux cultivaleur.
Nous persons fire galement plaisir a nos
lecteurs en leur fesant connaltre que iaccrojs-
semcnt de la population dans 1'arrondisse-
nment de la Gvande-LRviiTc, march pour ainsi
dire de pair avec celui de la culture. YVoii
la note qmi a et four.ie cet ',.i:,, par le
General qui y conimande, pour l'ann i822.
Naissances, 425.
Deces, i87.

Diffrenee en augmentation, 2583.
Le Conseil de Notables de la commune de
Lcogaoe, a aussi adress a S. Exe. P'Etat
somn)iaire des naissances et dic s qui ont cu
lieu datus l'tendue du resort de ses fone-
tions pendant la m1me anine. Le membre
des naissances s'lve 723
Celui des mortalits 82

Difference en augmentation, 6t./

PROCL AMATION.
JEAN-P ERRE BOYER, President d'Hayti.
Depuis la foundation de la Rpublique le
Droit des Gens y a t scropulcusement ob-
serv; le Gouvemnernent, founous dirnig par
l'amour de la paix et par f'honneur qu'ins-
pire une cause juste, n'a j:iinais rien conieu
qui Iplt, avec justice, fire sonpconner qu'il
ait eu intentionn de trouble la tranquillit
d'aucune des miles voisines.
Cependant, c'est dans la plup' tde ces les,
oii sout runis les promoteuis de P'afreux






(-3 )


-'raia de chair rhumaine, qne la npubliqua
a tonjours cu ses plus acharns dtracleurs.
Les Colons qui les habitenl, tourmenets.par
les furies d'ine conscience, crininelle, s'ina-
_.inent voir sans cesse lHaiti prte a les ai-
antir, tandis que les Hlaitiens, assez confianrs
dans les d4crets de l'Eternel ponur lu aban-
donner le soin de les venger, dl i1!',ii, les
calomnies de leurs ennemis qu'ua chitiament
cleste alteindra tt on tard.
Ainsi, des Lois et des iglecmens, a la
fo>s injurieiix la raison eL contraires anx
vri laldes intrts de ces miles, y sont cri
pecire vigueur ponr dfendre toute espece de
relationss avec la Rpublique tandis que par
i.s vis mutyens de 'interiope qu'ou y eucoi-
rTge on se procure sur nos cotes des dc-
bouchis clandestins pour leurs products. N'a-
vobs-nous pas sous les yeux note conduit
gueiirOese a ler gard, lorsque dans des mo-
li:ens de diserte ils venaient ciercher chez
iOulis des g (ins, des vivres, des bestiaux,
et que nous ler en apportions ? n e voyouis
nious pas loas les jous arriver dans nos ports
des n:arcadises sortant des iies don't il est
qucsion ? ne savons-nouis pas que des cabo-
t:'urs irliens vout y charger a lenrr board ,
du Suere, du Sirop, di 1. :i du Rum etc.,
par Pl'ap'it d'Tun gain illicite elt les intro-
i!uisent en fraude sur no.tre territoire con-
tre le vceu do nos Lois ? Pourqnoi done ,
imaigr tous ces advantages que les Colous
des !les de notre Archipel reticent de leurs
communications avec ious ne cessent-ils
d'avoir en exeration le inom Haitien et
d'insulter a noritre caractlre national par des
actes indignes ?

A' tant d'outrages il faut une fin.

Nous declaron tos to ceux qu'il appar-
tiendra que pour user de reprsailles ei-
veis les eirremins ct les dtracteirs de la Rd-
.plbique ltoies relations et comn unica-
tions par' des I)timenis de comniecce ou a[p-
aite:aint' a des particnlleis entire 1lli' et
les dilreintes is iede r Archipel d11 veit et
sous le ve.it somt r1ig ier:seineit interditcs
a conpter du premier MTiai prochaii.
En coesquence tous hlbtimens de com-
merce ou aparteinait a des particuliers qui
canreroult dais les ports d(e la Rptiblique ,
npres leI pemier Ma prochain, vcaint des
les eu colonies susdlies seront saisis et
... s, ei'senjlie avec tout ce qui exis-
tera a Jeuir' jord moi c auP profile de FE-
lat mnoijti ;u prfit de n'importe qui fera
co0i,!;t:re la contilavenlion.
Ponir ces causes, il est expressment in-
terdit par la presence Proclamalion aux
,'Ltti2;ies ioatiomniax de cormmnuniquer avre
auce:e ile ou colonie du ANouveau-Monde ,


sous peine de saisie et de confiscation
leur retour moiti au profit de PEtat ,
moiti au profit de celui qui signalera la
contravention a cette defense; et encore sous
peine d'une detention dans les prisons, d'u-
le aune pour le capitaine du btiment sai-
si, et de trois mois pour cliaque home
de son quipage; et attend que, d'ap)is
des aris recus le pavilion national a t
outrage sur les hautes mers, il est encore
dessus aux blimens litiiens d'alier dans
n'importe quelque port que ce soit de 1-
trianger jusqu' ce que le Gouvernement
ait pris des measures convenables pour que
son pavilion soit respect et qiu'l lisse na-
viguer avec toute la consideration dont il
doit jouir : lesdits batimens devront se bor-
ner provisoilemert n e fire que le ca-
4botage du pays.
Ordonnons aux garde-cotes de la Rpu-
l]lique de courir sur tous les btimens na-
tionanx, ainsi que sur coux venant des iles
on colonies susdi es qui aborderont nos co-
tes et qui enfreindront la prsente; de les
prendre et capture ; les amener dans le Port
de la Capita!e oi les offriiers et quipages
desdits garde-cotes jouiront de la moiti du
product de chaque prise.
La prsente Proclamation sera imprime ,
publie et iaficlhe partout oil besoin lexi-
gera et scra en outre insrie pendant
trois mois dans la Gazette Officielle. Les
Autorits Civiles ct 3ihbiiii- en excute-
ront les dispositions, chacuie en ce qui la
concern.
Donn au PalaisNational du Port-au-Piince,
le so Mars 1823, an ao de l'Indpendance.

BOYER.
Par le Pirsident:
Le Secrtaire-Gneral,
B. INGINAG.


ARRET.

Au nom de la Plpublique.
Extrait des registres du greffe du Tribunal d
Cassation de la Rpublique d'Haiti, sant au
Port-au-Prince.
Ce lundi dix Mars mil-luit-cent-vingt-trois ,
an vingtiiie de l'Iadpendance.
Le tribunall de Cassation runi au palais de
justice lieu ordinaire de ses audiences oa taient
prsens le doyen Jean Frangois Lespinasse, les
juges Djean Oriol, Abeille et le supplant Louis
Pellerin en remplacement du juge Basquiat ainsi
que le juge M. Birno reimplissant les functions
du ministre public pour cause de maladie du
counmissaire titulaire et d'absence du Substitut.





( 4 )


'Le Trbunal dliblrant sur le pourvoi en casja-
"tion exerc rar. Me. Belin Richet, au nom de la
dame veuve Sabourin contre le jugement rendu
par le Tribunal Civil de ce resort, en ses attri-
butions commercials, en date du quinze Juin
mil-hliit-cent-vingt-deix faveur de la dame Fran-
yoise Labattu; lequel pourvoi portant pour griefs
violation des articles 3, titre ler., de la loj du
15 Mai 1819, 7, titre 4, de la mme lo, 5
et 6 du code de commerce, et enfin, (galementviola-
tion de l'article 220, du code dvil;
Er.tendu le rapport du juge Pre. Djean
Oui les conclusions rsumees pr le juge M.
Borno remplissant les fonctions du ministre pu-
b!ic, et y ayant gard ;
Le Tribunal, apris avoir mrement et attentive-
inent examine, casse et annulle le jugement ren-
du par le Tribunal Civil de cette vile en ses
attributions commercials en date du 15 Juin
mii-huit-cent-vingt-deux faveur de Madamre La-
battu; ordonne la remise de l'amende; et confoir-
mment l'article 12 de la loi sur ses attribu-
tions, renvoie le parties pardevant le Tribunal Civil
de Jaemel pour y tre de nouveau jnges, et
qu'A la diligence du ministre public expedition
da present Arrt sera envove au Grand-Juge,
qu'il sera inscrit sur les registres du Tribunal Civil
du Port-au-Prince et qu'extrait en sera insr
dans la Gazctte Officielle.
Prononc au palais de justice du Tribunal de
Cassation les jour mois et an que de l'autre
part. Sign A la minute, Jn. F9ois. Lespinasse,
Boisson, greffier.
Pour expedition confirme,
BOISSON,

ARREST.
Act nom de la Pie'piblique.
Extrait des registres du grtffe du Tribunal de Cas-
sat;-n de la Rpublique d'Haiti, sant au Port-
au-'rince.
Ce lundi dix-sept Mars mil-huit-cent-vingt-trois,
an vingtime de I'lndpendance d'Haiti.
Le Tribunal de Cassation runi au palaia de justice,
lieu ordinaire de ses audiences, o taient ptsens
le doyen Jean Franeois Lespinasse, les juges Djean,
Oriol, Abeille, Basquiat et Neptune, ainsi que le
juge Martial Borno, remplissant les functions du
ministire public, pour cause de maladie du com-
missaire titulaire et d'tbsence du Substitut.
Le Tribunal, dlibrant sur le pouvoir en causation
form par l'ex-di f>'rs",ur Laborde, au nomn de la
cityenne Fra,(;oise Merle, donitiiie a Jrmie,
centre le j.gtiuent re.ndu par le tribunal civil dulit
lieu, en dte du vingt-trois Avril mil-huit-crnt-
vingt-deix faveur du citoyen Miot Cadet; l'quel
pourvoi portent p mir grits, violation des articles -17
de la Constitutionr; 59 du code de procedure civile,
784, 795 et 797 du code civil, fausse application
des articles 792 et 801, dudit code; fausse inter-
prtation des articles 1012 et 1451, mme cude,
Entendu le rapport du juge F. Abeille;
Oui les conclusions prises par le juge Martial
Borno, remp!issant les functions du minitre public
et y ayant gard.
Vu les articles 47 de la Constitution, 59 du code
de procedure civil, 'i84, 792, 795, 797, 801, 1012
et 1454 code civil;
Vu les pieces et autres documents tenant au pruceZ;
le tout mrenment et attentivmnient examrin.
Le Tribunal, aprs avoir dlibr coiformument.
a la loi, easse et innulle le jugement di tribuinl
civil de Jrmie, en date du vingt-trois Avl
nil-huit-cent-vingt-deux., faveur du citoyn Miut


cidetr ordonne la remise de l'amenJe et rentrol
les parties pardevant le tribunal civil de 'Anse.-
Veau, pour y tre de nouveau jugeq, et qu'a la
diligence du mini-stre publiC, expedition du pr&-
sent Arrt sera envoye au Grand-Jnge, qiu'l sera
inscrit sur les registres du tribune] civil de J rmie
et qu'extrait en sera insr dans la Gazette Of.
cielle de cette ville.
Prononc au palais de justice da Trihunal de
Casssation, l's jour, mois et an que de F'autre part.
Sign a la minute, J. F. Lespinasse, Boisson
greffier.
Collationn conforme,
BOISSON.

DIVERS AVIS.
La grande loge provinciale d'HIati ayant a dli-
b6rer sur des matires qui concernent la mayonnerie
en gnral, d'aprs les ordres mans du dput
grand in;te provincial, ii est arrt que la grande
tenue de la susdite grande logc, aura lieu, pout
cct objet important, le diinnche que l'on comptera
le 25 Mai prochain, dans le local ordinaire de ses
sances.
Par l'absence du G.'. S.'.
Jn. F9ois. LESPINASSE, G.'. T..

POUR AMSTERDAM.
Le beau navire Hollandais l'Euterpe, Capitaine
G. J. Freeman double et chevill en cuivre, d'uno
marcle suprieure, partira pour ledit port vers !o
commienctmenr du mois de Mai prochain. 11 preidra
du free t des passagers, qui seront bien traits; et
s'il se trouvait des passagers pour le canal de l1:
M1anche, le Cupitaine s'ergage les rmettre terre
dans un endroit corvenable.
S'adressser pour les conditions aux soussigns ou
au Capitaine. 1
HEILAND et WEBER fr.res.

Le bean brick Rrsse, l'Alexindre le Grand, de
170 tonneaux, double, clou et chtvi!I en uivre,
construit dans la Mditerranne en 18l parrira
dans le courant de tl semaine prochaiie piur Char-
leston, ( Etats-Unis ) sous le commandemin:it da
capitaine Fabre.
Pour fret ou passagers, s'adresser A
POLIDORE 1MARTELLY et Cie.

Le citoyen Augustin CATOn, ex-trsorier parti-
culier de i'Arronlissement des Caycs, prvient le
plb!ic que, par l'ab3s le eo;fiiance le plus inoui,
il circle dans le commerce diverse lettres de change
qu'il avait acceptes et signes en blanc, et dont le
dpositaire a i'dig'nemeit dtourn et change le but
et la destinatioi,; que n'en ayant point recu la valeur,
il se refusera leir paieirment, et prouvera lorsqu'll
en sera lesoin, la nuiiit et la fausset don't elles
sont entaches. 3

A vend-e Io. trente carreaux de terre, fesant
partie de l'habitation Ch!rles Presle .itue aux Ma-
thecx commune de lA rc ihai 2V. cinquan.te car-
reaux fai.aant parties de l'h bit.,tion Pirre Dunin,
situe audit leu, 3'. ving^-cinq carreaux faisant
parties de 'iai bition Blanchird siti. en p!aine de
Cul de- Sic 4Q. un deiii-carreaui a ~Irquissant.
S'adresser a Mr. Richet, propritaire, q', conimmuni-
quira ses titres et acceptera toutes rniopositions rai-
soinables. BELIN RICH E'. 3

PoaT-.~w-Pamc, de flhuprimerie di Gouveriement,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs