Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00021
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: February 9, 1823
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00021
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01823-02-09_no_06 ( PDF )


Full Text




LE


TELE GlAP c-E,

Gazette Officielle.


-N.0OVI.


PORT-AU-PRIN CE, le


9 .Fvrier 1828, an 20.


NOUVELLES ETRANGERES.

( Extrait de 1'Aurora de Philadelphie. )

JtIERI est arrive dans ce port la goelette
Highlander, cap. Gibson, venant du port
d'Alvarado, d'oix elle eSt parties le 18 Sep-
tembre, et portantdes nouvelles officielles
de la ville de Mexicojitsqu'au 25 dii mme
mois. Le congress Mexicain assembly da-s
cette capital, avait dclar eDon Augustin
Iturbide chef du goure7 nementt avec Ie liire
d'Empereur. Noas avons recu une copie
des proclamations publies X cette',ccasion.
11 parait d'aprcs les avis apports'par cet
arrivage qie le gouverneir du Chteau de
St. Juan d'Ulloa Vera-Cruz, ayant reQu
des nouvelles d'1-spagne, annonuant que
le trait conclu Cordova, -ntre le vice-
roi O'Donoju et le gneral Iturbide avait
t dclar nul par les corts, le congrs
Mexicain jugea que tout espoir d'un arran-
gement I'aimable, tait perdu, et se dd-
cida a proclamer sa sparition de 'Espa-
gne, la cessation de toute sonmission
I'autorit royale, et le choix d'un chef pour
le gouvernement Mexicain. Ce fuat la sui-
te de cette determination qu'lturbide fut
lomm.
Avant minme que ces arrangements
eussent eu lien le gndral royaliste Da-
vi!a commandant le Chteau de St.-
Jean d'Ulloa avait dclar la guerre
centre les Indpendants et avait don-
nc des ordres I tous les Europens par-
ticulierement aux troupes qui avaient ca-
pitul ; de prendre les armes pour le
soutien de la cause royale. Dans plu-
sieurs provinces, ces ordres avaient t
excuts et il s'en itait suivi des in-
surrections partielles mais partout les
indepepdants avaient eu le dessus et la
tranquillit gnrale tait rtablie.
Le colonel Bradburn au service ?e-


xicain qui est porteur de dpches, an-
nonce officiellement qn'il devait partir
sous pen du Mexique un ambassadeur
pour les Etats-Unis et que dans le cas
on son rrive prouverait quelque dlai,
le colonel Corts qui se trove en ce
moment a Philadelphie serait muni de
pleins-pouvoirs.
La nouvelle du message du Pr'sident
recon:,n.il.i;l: ]la reconnaissance de l'in-
di'en-..:icei de l'Amdrique Meridionale,
avait t reque Mexico, le ler. de
Mai par le colonel Bradburn qui avait
port des dpches importantes du colo-
nel Corts. Cette nouvelle avait donn
lieu de grandes rjouissances et des
salves d'artifierie avaient te ordonn(es
dans toutes les villes et citadelles du
Me1xique.
Nous apprenons par ces mmes avis,
que l'evque Mier qui avait t arrt
et renfeim dans la citadelle de St.-Juai
de Ulloa avait t remis en libert. Le
Congrs avait pris un intrt trs-vif A
sa situation et avait fait notifier au g-
nral -royaliste que douze officers Espa-
gnols d'un rang lev subiraient le mn-
me sort que I'veque. Pour cet effect, on
avait tir au sort le nom de ces douze
officers et on en avait transmis la liste
Davila qui s'tait. decidd rendre le
venerable prlat sa patrie. I1 tait a
Alvarado au moment du depart du Hig-
hlander.
L'Aurore announce avoir re9u les brochu-
res et documents suivans ; savoir :
10. Le triomphe des crivains en fa-
veur de la liberty de la press.
"2. Une lettre d'lun Mexicain l'au-
teur d'une production intitule ; qu'ap-
pelez-vous la libert de la press ?
30. Une proclamation de Manuel Rin-
1on1 colonel de l'arme impriale et gou.
verneur de Vera-Cruz.


J iiii i i i i- l !II


- - Ir


- ~0""3 -lll~bI~Ll*lt~P~ Isb







(

4o. Te secret dii Congrs confrant a
Iturbide le titre d'Emp-'renr.
51. Une liste des memibres dn Congr's
Nous apprenoas en outre d'lune sour-
ce authentique que le g son etait a Mexico et iq'il se ) roposait
d'y sojourner jusqu'au mois le Novembre.
Ii avait 4t reu dans la liaison du g'ii:-
ralissime Yti'bide et traits avec la plus
grande bont. 11 avait t pendant quel-
ques jours prisoinier a St. Juan de Uiloa,
et aprs avoir ct relachd avait manqu
se noyer. Sa sant qui tait a"scsz iman-
vaise depuis deux ans, commengait a s'amd-
liorer. On avat mis un term aux conces-
sions de terres dans la paroisse defexas.
( Le Patriot )

Extrtit du New-York Amricain.
NOUVELLES D'EUROPE.
Les nouvelles de France ne sont pas
d'une nature aussi pacifique par rap-
port aux affairs de la Turquie et de la
Riussie que celles qui nous viennent d'An-
gleterre. Par le Draper. dernirement ar-
riv dans ce port du I-Hvre, nous avons
re9u des avis, d'aprs lesquels il paraitrait
que les Grees poursuivent la lutte avec
les Tures de Ngropont, isle important de
l'Archipel. Leur cause parait tre dans la
situation la plus florissante. Le gouverne-
ment provisoire a t transport d'Ai gos
i Corinilie, d'o il a rendi une dclara-
tion d'indpendance, et proclam la cons-
titution Grecque. Corinthe com.irande les
deux mers et est a mime d'entretenir des'
communications tris actives avec les isles
ainsi qu'avec les coles d!) coutitnen.. On
avait re9nu Livourve la nouvelle que les
les dbrls de la flotte Turque, aprs avoir
t long terns poursuivis par les Grecs,
s'etaient rfihgis sur la cte de Barbarie,
Les Hydroites avaient saisi trois bimeirs
Anglais charges de munitions de guerre
destines aux Tlurls, et il s'ttaient, en
outre, empcar d'une some d'argent con-
sidrable que la Porte faisait passer
Courshid Pacha.
L'Empin rer de Russie tait toujours a
son quarter genral de Minsk, et les pr-
paratifs de guerre se continuaient avec
activity. Un embargo avait t mis sur
tous les btimnens Tures qui font le com-
merce de l'emiboichure du Danube et
la flotille Russe avait remont d'Ismal
jusqu' Reinie, lieu situ an confluent di
Pruth et du Danube. Les affdires de com-
merce en Russie, sont loin d'tre aussi
brillantes que les affaires militaires. II y


avait en ; Pi'ter.sourg un trt'?-gm'eFd nom-
bre de f:illtes coirs 'abls. et ii.iTet
de I argr t (tait ii 10 poiir cent
La gazeite de Petersb.uIg annone q.;e
I'on! tontilin;e i fire passer de fortes so;n-
m-is nix (.recs, pour les a;de r dais I:rs
c.nireprises. En outre du demni- nr llicn d
ro;l ,s souscrit potir ses co'mpatrio'es, 'ar
le conseiller Warwati, le prince Gaihzin
avait reiu 900, 000 roUtbles.
Le j,>irnal de Paris pub!ie une lettre
de Leiib-rg annoncant q~ue l'arme Russe
avait pa s le 'tut-h sur plusieurs points.
La France continue a tre -gite mais
on dit que les commotions ne sont pas
de nature . compr:omettre.la stabiht du
gouverenenent.
Les trava-ux ponr '-runir le canal de
l'Ourcq la Seine pirenaient une tres-
grande activity.
'En Espagne les Cortes avaient adop-
t avec quelques legers amenldetents la
proposition dii comite qui invitait le gou.
vernement a prendre sur le champ des
measures pour.tabiir des relations com-
merciales ,alec les colonies d'Amirique,
qui avaierrt obteniu leur indrpendance.
Le gouvernement Suisse a re9u une
note de Mr. de Zea, demandant que
l'IndpenJance de Colombia soit recon-
une et proposant i'tablissement de re-
lations conimerciales entire les deux pays.
Conformement au contenu de la consti-
tution fdrale cette note a t tians-
mise aux 22 cantons.

INTERIEU R.
Extrait des registres da greffe du Tribunal
de Cassalo n de la Rdpubliue, sanf
au Port-au-Prince.
Ce Mardi quatre Fvrier mil huit-cent-vingt-tros,
an vingti me de l'Inlependance.
Le' Tribunal de Cassation, runi au palais de
justice, lieu orrlinaire de ses audiences, oi taient
prscns hl d(y,,'n Jean Fran is Lespirnasse, les
judges Oriol Basquiit., Neptune et .le suppi'ant
Louis Peilfrin en rermplacempnt du jlug. Abeille,
malade, ,iisi que le juge .Born., remplissant les
functions de ministlre public pour caus e ae mala-
die do conimrisaire titulaire ett d'ib)sence du substiLtt.
A l'ouverture de la sance., le doyen et les
jqges se sont retirs en la chamubre des ds.lbpra-
tions, a l'effct de donner suite a l'aff ire de prise
p pairtie de .'Mlitre Miihnllry, au 1nom de la cito-
yenne Marie .N,ei Eugrnie, contre les :itoyens
Noel Junica, .Jige-de-P-aix de ;l vile d4u Ctp-
Hairien, et Auguste Duipin, Substitut dit Coin-
missaire du (ouiverniiimeint, prils le Tribunal Civil
du min e lietu; dont te sur.is a t olrde,!n) par
arrt du seize Dcembriie de 'ann,e deH:le.
*Consilrant que, le j' ge Martial B.)ri b qui
a opin dis 1'affiire, uyiaut t appt par la
lettre du Grand Juge de l .l publique, en date





r(~3)


,d dux pr'sent mnis de F vrier a remplir les
fonctiuns d nminiiitre public le Tribunal no pou-
w ,t r ni il.ronolcer dcfinitivement en faisanit
cv ,tc:souir 'a rrt intervenir un autre juge Iun
r aenm linnt dtidiL juge Martial Borno; en co!r-
ite ,'Arrit qui avait t i prcdeminicnt pris
en clihmbre de diibratioins, ne pouvant exister ,
ji a ordiun qui coniilunicatiori de f'affaire
Opera d nouvicau donne au minis qrt la cause sera appei'ie la prochaine audience
po'kr tre in.truite conforiment aux lois le Tri-
b:nal ordonne en outre 'insertion de la prsente
dans la Gazette Officielle.
Donin en la cianibre des dlibrations du Tri-
bunal de Cassaiion, les jour, moi, et an que
de l'antre part. Sign la minute Jean Fran9ois
Lespinasse BoissuI grefer.
Pour extrait conform,
BOISSON.


Procds-'Verbaux de la celbration du 2oe.
zAnniversaire de l'nd'pezndance d'Ha'iti,
dans les dijffrentes conimnunes de la
.. Republique.
MARM ELADE.
a Concitoyens ,
Nous clbrons en ce jour solemrel l'anni-
ver.aire de la vingtiine anne de l'lnnpndance.
Ce jour nous retrace I'poque glorieuse (le notre
rmancipation national, ou nous avon? jur de vi-
vre libres et indpendants. Nous avons contrii t
tyvers la patrie une dette sacre; celle de cultiver
n.) terres tt de defendre nos'foyers.
Notre perRvrance dans le travdil nous f 'ra
goter le plus parfiit bonheur. Soyons toiijours
units ; formons un fiisceau inbranlibie aux efibrts
des ennemis de notre Gouverneii'nt car la biin-
fesante solicitude de Son Excellence le Preident
nous prsage le plus heureur avenir.
a Miiitaires rappellet-vous vos devoirs; obser-
ve., l'exacte discipline et I'obissance due a vos
chefs. Des dons nationaux vous sont accords ; ra-
vnillez vos proprits avec ardeur afin que d'a-
bondantes rcoltes rcompensent votre activity ;
Sque les terres qui vous sont donnes ne servent
point de retraites l'oisivel et a la paresse.
Habi itnst rav;iv ill' z galenit m-t vos libitations
eest dis vos revenues qe -vouis troiuvrez tous
ks advantages et touts les jouiss.iic s de la vie.
t Loncitoyens elevcez vos difmas dans la pra-
tique de la religion et l'ducatinn poor qu'i. puisse, t concourir aux chlr-
ges publiques et vous f;iciter de les avoir forrns
dans la morale et ,lis bonnie, inceurs.
S Demnandons au Tout-Puissant de rpindre ses
bndictions sur nous; de prserver notre p1ys
de toute invas,,io trangre et de nous fiivoriser
d'ine longue prosprit; de conserver notre Pr-
sident actuel nomrbre d'anne, nfin qu'il puisse
Sassurer notre flicit ,t notre Indpendance Nationate.
Vive fiiodpeundance !
Vive la Rpiublique!
SVive lle Pr :dent d'Haiti ,
Le gnral de division commandant l'arrondisse-
ent de 'la Marmelade ,
GUERRIER.

GRAND GAVE.
Nous Thodore Cipidon colonel
:ade-de.carmp de S. E. le Prbsident d'Hai-


ti, et commandant provisoire de la plaI
ce accompagn des fonctionnaires civil
et rmilitaires nous somires transports
sur la place d'armes a l'effet de cl-
brer le 20e. anniversaire de noire Ind-
pendance. Les troupes de la garrison et
la garde national y taient dja rendues,
et le colonel leur adressa le discours
suivant :
( Citoyens ,
<( Nous nons runissonrs tn ee jour solennel
p-ur celbrer la 23me. anne de notre Indpen-
daince nitionale. Pui1ss- l'Etre-Su,iraie nous aider
a conserver note Libert que rins ennemis vou-
dmaieut nous ravir. lis ne po urront y russir, tant
que nons serona fi les a la Rpublique et que
nous ,uivrons les p, eceptes que nous dicta, pour
notre bonileur l'immortel Ption. Chrissons sa in-
nlmire et aiimouis et respectons son Siicc-sseur,
le President Boyer. 11 fait tous ses efforts pour
que la ii'pub'ique soit florissante et pour que
nous puissions tous jouir de la tranquillit.
Que la plupart d'entre vous se dgagent de
cette superstition que la vraie religion dsapprouve.
Nos j:res, its en d'autres climats et sous d'autres
leis uivaient une croyance et des costumes re-
]igieuses quil nous fautt rejetter..entirerent, parce
qu'elles s'loignent de cells du christianisme. La
vraie religion n'admet pas la supersittion; elle
n'offro que les moyens les plus certain pour par-
venir a se condtuire en ce bas-monde de sorte
a miriter la bienveillance du Cratetr.
,< Le Prsident d'Hniti a donn de nouveaux
or'dres pour fire active la culture dans totes les
conimunes de la Republilque. Ceux que j'ai re-
;us seront excuts ponctuellement dans touted
l'tendue du commandenment qui m'est confi. Je
vous' prviens que je feral de frquentes tournes
sur les habitations ; que je m'enipresserai a fire
cesser cette negligence et cette paresse indignes
d'un people agricole et guerrier qui veut Ctre libre.
a Citoyens je n'ai ,jusqu' present qu' me
louer de votre conduite. Continuez toujours m-
riter la bienveillance du Gouvernement. Joignez
vous a moi pour p;:ter le serment d'usage
c Jurons I' Unhers enter de renoncer ja-
mais toute domination etrangre ; de mourir
plutt qu'il soit port atteinte a notre Indepen-
dance.


Vive
Vive
Vive
Vive


la Constitution !
l'Indpendance !
la Rpublique !
le President d'Hfiti n
CUPIDON.

TROUT.


Mes lihers 'Concitoyens,
li Venez vous reunir autour de l'autel de la
Patrie pour remercier i'Eternel de notre Libert.
Celbrons ce jour selemnel qui est le 90me.
anniversaire de notre imuiiortelle Indpendance et
suivons toujours les conseils de ce bon pre que
noas a donn la Divine Providence.
| Quelle douce satisfaction pour des creurs d-
gags d'une cruelle oppression, que celle de se
reunir pour cibrer cette journe mimorable.
L'Eternel nous a accodi un Clief pour veiller
a notre sret et pour tre le garant de notre
chre Libert de notre bonheur et de la pros-
prit de la famille Ilaitienue. Pour nous aider 1









r"rmplir nos *l-'.''.Is les pls Pacrs neus avoons
rci-u des instructions propres nous encourager
dins la praiique des vertus.
Dieu a cre tous les homes gaux ; il leur
a donnu les monies facuits les m$imes privileges
les mmes droits au boniher. Une seule loi les
lie; un seul but leur est propose; une seule de-
meure ieur est prparce. Egaux par leur origine,
gaux par leur destination i1s le sont encore par
leurs devoirs moraux ; et il n'exite reliement
entr'eux d'autre dif.crrnce que cel!e qui nait de
la verta. Si ce pi-ncipe d' ~i,- naturclie tait
bien connu combrin la socite ne serait-ele pas
p!us heireus'! N ous n' recherccerrions pius ce
que no:' sumnmis aux .y'ux diu monde. Mais ce
qun n aurio,,u moins I'aiibition de brfiler par de vines
prrogftives que celle de nous distinguer pai des
vertu'. Noij serious inins inquiets du jugement
de, huimmes que .e celui de notre conscience.
Pintrs de ces vrits jurors d'un commnun
accr id de renor-ccr a jamris na lar France cde
vilre libres et inddpendans et de contrihber de
louss ncs ncyels a la gloire de la Rpdublique.
Vive la Libert et i'Eg-lit !
( Vive la llpublique et l'Indpendance!
Vivlee Prsident d'Haiti! 1
Le Gndral de Brigade PIERRE POUX Com-
mandant i'Arrondisie, ent du Trou.

DIVERSt AVIS.

VENTE VOLONTAIRE.
Le public est prvenu que le citoycn Ardouin
An fera vendre, ( a partir du 10 courant ) au
plus offrant et deriier enchrisseur diverse mar-
chandi.ss provenant dt son ancien fond de mag-,,in.
2o. Un b teaiu, en bon tat de navigation, eoos-
truit en cedrc le la Providence, et du port d'en-
viron 40 nmiliers.
3o. L ', euvri-ies de literature, &c, &c. dpe dant
de sa bib:ioth. qie contenant plus lde 600 vobiies.
4". Une qu;in rine et un thylbury, avc harnois
ponri clheval di- briincard.
Les jours de ventes seront anr.ncs par Mr.
Baudeile, encanteur pubic.
Le citoyen Ardouin, jaioux de se mettre mime
de remplir ses anciens engagemens, invite tous
ceux qui iui doivent a .librer leurs comptes qu'ils
ont audit magasin ifin d'tviter la contrainte judi-
ciaire qu'il sera force d'employer centre les retar-
dataires. 1

Les soussigns, syndies duernent nomms par les
cranciers de feu Mile. Marthe Grach, de son
vivaat, maicliande rsidant en la ville de Jacinel,
prviennent le public que,. d'aprs la renonciation
des enfans de la d6'funte, ils ont pris la saisine
de la succession.. Ils fbut savor tous L;eux qui ont
des rclamations a fiire centre ladite succession d'a-
voir a se presenter, de mmne a tous ceux qui lui
sont dbiteurs se liquider dans le dlai de l'or-
donnance.
Pass ce temps ils seront poursuivis, conform-
meut a la loi. 2
U. BERGERON et Comp. Flix SUREAU et Comp.
L. HUNTINUTON.
NOTA. II y a eu une erreur commise dans
cet avis qui vait t insr dans la gazette pr-
cdente. Le public est done prvenu qu'l n'y a
que cette insertion-ci qui soit lgale.


2 Pour BordeaL x 1o< lte 0u lire.
Le brick le Francois., double et chev; '.
cuivre, connu par sa nmarcie suprieure, .ii',ti,'
dans le courant du mois de Mars prochain, .-ii.
le commrndementt-de Mr. Lacouture II prei-n ..1,1
fret et des passsgers qui seront conimmodment Ir.,:.
et trc-bien traits. S'adresser pour .les condit *.s -.
Mr. CAZEAU et Cie. ou au capitaine son iburd

Le soussign venant d'tre condamn tout r.-
cemment par le Tribunal (le Commerce du P,)rt-_
au-Prince paycr, Mess. Blanchet et Cie,,
des miarchandises prises par un tiers dans leurs
mains, sans son autorisation et sur une leitre vi-'
demmiient tfisse a ihonneur de prevenir Mess.
les Ngociants que, dornavart, il ne reconnaitra
que les dlttes contracts par lui-miime, soit ver-
balement ou sur sa signature.
Port-au-Prince, le 23 Janvier 1823.
3 PRUDENT LERICHE.

Le so'ssign invite toutes les personnel qui
doivent Hugh Mc, Leod et Comp. et Mc.
Leod Downie et Cie. aux Cayes,, de solder leurs
comptes dans le plus bref deiai afin de lui par-
gner le dsagrment d'excuter les ordres tres-..
positifs qu'il a recus d'user des moyens de ri-
gueur pour atteindre ce but.
3 Jos DOWNIE.

Les soussigns, ni le capitiane Puddicombe, ne
rpondront des dettes contractes par l'quipage du
brick William venant de Londres consign
-3 MAUNDER Frres 4' Comp.

For F,'eight or charter on moderate terms the
fine new coppered and copper fastened brig Wil-.
liam, captain. Puddicombe, for London or any
other port in Europe.
Apply to the captain on board or to the con-
signees, Maunder brothers & .CO. at their stores,
chez Madame veuve Lys, rue de Magasin de l'Etat.
SPort-au-Prince 241 January 1823. 3

La maison de commerce de O'Brien Kolster et
Cie. au Cap-Haitien, tanrt dissoute depuis le 31
Dcembre 1822, le soussigne reste cliarg de la
hquidation des afiaires pendantes.
Cap-Haitien, le ler. Janvier 1823.
3 M. KOLSTER.

Les sousssigns prviennent le public qu'il ne
repondront pas des dettes que pourriient contractor
les quipages du brick Danois Georgine capitaine
N E. Liemsen, et du brick Bremois Indianer,
capitaine Brend Myer, qui leur sont consigns.
Les capitiines fnt la miie declaration.
Port-uu-Prince, le 22 Janvier 1823.
3 HEILAND et WEBER frres.

A VENDRE.
La jouissance, pendant sept annes, d'une rni-
son faisant le coin des rues du Centre et de Bonne
foi. S'adresser dans ladite mason, au soussign, qui
est oblig de cder les droits sur ladite mason,
vu que des affairs de. familleTappellent en Europe.
2 \WINDELLE.


:SUPPLEMEN.T.L







SUPPLEMENT au N.o VI du T'lgraplie du 9 Fvrier i825.


te soussign a hionneur de prevenir le
public, qu'l est drment autorise par des
poivoirs coniptens qui lui ont t donrs
par Mr. J. R. Bernard seul associ sur-
vivant de la mason J. II. Bernard et comp.
et Bernard et Andresen de cette ville, de
rgler toutes les alTaires de son constitainnt,
relatives, soit a la socit de J. R. Bernard
et comp., soit S celle de Bernard et Andresen,
ainsi que de rgler tons complex recevoir
toutes somines d'argent, et donner toutes
quittances et deharges, anssi eficaceimnt
que si Mr. J. R. Br ,nard fi't present et eut
ngi personnellc ent. Le brevet original de
la procuration prcite est ddpos en l'lunde
de Mi. P. Rouanez, notaire dii gonverlne-
ment, oiles p:'isoiines initresses pourront
en prendrc conmmunicaition.
Le public est ussi inrforiti que Mr. J.
R. Bernard et le soussi,;g Jon Hearn,
viennent de former une society sons la raisonl
de Bernard et Ilearne, dont les op-
ralions out commnence c pirenmiir du mois
prselit. Lc"r buiiean est ,ain:tcina;t dans
Smaisii du docteur Williiamison, rue Bol-
Air.
Port-au-Prince, 7 Fviicr 1 i3.
John IiEARNE, pour J. R. BERNARDU
John HEARNE.

The undersigned has the honor te appriz
the public, that he has received from Mr. J.
R. Bernard, sole surviving partner of the
firms of J. R. Bernard et Co. and Bernard
tt Andresen, of this city, regular 14 full


powers to assume the windings np of the af,;irs
of the above firms; to receive all monies,
settle accounts and grant discliarges in tlie
same manner as if J. R. Bernard were per-
sonnally present; and that for the satisfac-
tion of those concerned, ie ihas deposited
tlie said power of attorney in the office of
Mr. Rouanez, notary to the government of
Ha;ti.
The public ane also informed, ihat Mr. J.
R. Bernard, and the undersigned ave formed
a copatlnership in this city under the firm
of Bernard et Hearne, commencing froin
the ist. instant.
Port-au-Prince, 7th. February 1825.
John HEARNE.

Les sonssignii s priviennent le publi.~qu'ils ne r-
ponlront pas des diItes que pourrati contracted
Flquip;>ge du brick ang!ris Palruyra, capitaine R ey-
uoltds, qui Ieur est consign. Le capitaine fait la
romte dclar:.ion,
Port-au-Prince, 7 Fvrier 1893.
BERNARD et IDEARNE.

POUR LE HAVRE.
Le bean t-ois ,imts le Voltaire, capitaine Grard,
douil ct t eevill! en cuivre et d'une march su-
p(rieiire, ayant dji une parties de son cihagement
a board et la majority dt restant assure, peut en-
core prenire du fret et des passagers qui seront
tri -eominodment logs. II partira sans faute, le
2 Mars prochain. S'adresser an capitaine, a son board
ou aux consignataires BLANC1HET et C.ie
Port-au-Prince, le 9 Fveier s183.


Au 'rt.au-IPrince de 'Imprimerie du Gouverrement,


I ~prcazan~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs