Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00020
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: February 2, 1823
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00020
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01823-02-02_no_05 ( PDF )


Full Text





L E


TELEGtefllAE,

Gazette Officielle.


N.0 V.


TORT-AU-PRINCE, le '2


Fevrier


1823, an 20.


Procis--Verbaux de la clbration du soe.
.,nniversaire de l'Indpendance d'Ho'iti,
dans les difrentes communes de la
Repubique.

SAMANA.

SCE jourd'hui premier Janvier 1823, an 20 de
'Indpendance.
Nous, soussign Charles Arieu lieutennnt-
colonel commandant de la place en conformity
des ordres de S. E. le Prsident d'Haiti, en date
du 2 Dcembre 1822, donns au gnral de di-
vision Charles Pierre commandant provisoire de
I'arrondissement et nous transmis par celui-ci,
ia 'effet de fire clbrer le 20e. anmiversaire de
l'Jndpendance d'Haiti avons la veille de ce
jour solennel fait tirer une salve de onze coups
de canon afin de l'annonccr. Ii y a eu ce soir-l
mime illumination et des bal dans diffrens quar-
tiers de ain place. Le lendemain a quatre lieures
du martin la gnrale f t bettue ; .~ cinq heures ,
S-outes les tronpest de la garnison ainsi que la
garde national de la Pninsule se trouvaient ren-
dues au Champ-de-Mars ; 6 heures, au moment
de canon, rendit homage au premier jour de la
20e. anne anniversaire de notre Indpendance
S7 heures un piquet de-grensaiers du ler. ba-
taillon prendre le 'nral, commandant provisoire de l'ar-
rondissement, et I'accomprgner avec le cortge sur
la place d';rmnes. Le gnral commandant, entour
du ge:al de brigade L de I'adjudant-gnral
Ferriier, du colonel Bayard des citoyens Jean
Bjgu leprsentant sier, prpos d'Administration et des autres auto-
rits civiles et militaires du heu se transport
sur la place et mont sur l'autel de la patrie,
prononca le discours suivant qu'interprta ensuite
en espagnol, le citoyen Jean Bagu :
Concitoyens,
llunis en ce jour memorable au pied de l'ar-
bre auguste et Sacr de la Libert, nous venons
pour y clbrer I'aurore de la 20e. anne de notre
Indpendance. Qt'il nous est glorieux de le fire
en contemplant la reunion de la grande famille
Jtaitienee !
S Si le gnral Dessalines parvint a notre t-
te, a repousser les francais d'une parties de nos
i iages le gnral J. Sanchez Ramires les ex-
pl sa entirenePt de cele o ils s'taient rfugie
\aprs leur dfite.


Jurons done, en face de l'Etre-SuprAme, a
l'univers enter de divre libres et indpendans et
de ne jamais nous soumrettre a quzlque domina-
tion etirangre que ce soit.
Des cris: nous le jurors. ont retenti dans les
airs. Aprs que le silence it rtabli le gnral
commandant s'cria:
A la mmoire d'Alexandre Ption fundateur
de la Rpublique!
I Vive la Rpublique d'Haiti!
Vive l'Indpendance !
Vive la Constitution!
Vive le Prsident d'Hati qui a su, par
`sa sagesse, par sa justice et par son patriotism ,
runir la nation entire sous un seul et mrme
Gouvernement et qui a ferni le temple de Janus
v Haiti!
u Vive le Snat et la Chambre des Reprsen-
tans des Comrmunes a
Ces souhaits patriotiques ont t rpts iavec
enthousiasme.
Ensuite, le citoyen Bagu Reprsentant, s'est
adress au people de la maniere suivante:
Concitoyens ,
( Ayant en votre confiance, j'ai eu aussi l'a-
,vantage de vous reprsenter dans la session de la
Chambre qui vient d'avoir lieu, en Aot dernier.
Je n'ai pas nglig d'y exposer les malheurs que
vous aviez prouvs l'poque oi l'on voulut ,
envain., vous assujtir a la Rpublique de Colom-
ia aprs les efforts que vous fesiez pour vous
reunir vos frres des autres pinaties de la R-/
publique d'IHati. Le Prsident d'Hiti appel corn
me un pre chri aupri-s de ses elnfa-s fut attrist
de la dmarche de quelques individus perverse qui ,
dans le seul but de sauver leurs esclaves, eurent
I'indignit et la perfidie de fire venir dans notre
baie des bWtimens de guerre firancais ; mais le d-
vouement hroique des l,tiens ont djou leurs
machinations et nos ennemis n'ont retir que honte
et confusion de leurs p-ojets liberticides.
i Le pavilion de la Rpublique fut arbor ; et
depuis ce jour heureux tous les enftns d'une m-
me famille se trouvent runis sous i'gide protec-
trice d'un gouvernement ferm4 et s:'ge.
S. E. le PrEident d'Hi'ii fait tout pour
notre bonheur et notre prosprit. JI a fait lever
-des fortifications dans notre presqu'ie ; il a dpnn
ses ordres pour yactiver la culture et il y a r-
tabli l'ordre. Quelle autre Puissance en fit ou en
aurait jamais fait autant !
Notre vertueux Prsident nuus consider tous
comnie ses enfans; nulle distinction de ea .part


~. __ ~I-~-RPU~I~---PI~.~~-e~--------- --~r~-~u--n~--~l- 4






(

*a -vient trouber nCbir tranquirllt. Ainsi quie
cha'un de nous n'ait en vue que lo bonheur et
la consolidation de la RPpublique ; que chacun de
nous claire son compatriote qui se tronverait en-
core plong dans les tnbres et s'efiorce a le
fire redevenir Haitien, en Ili donnant des con-
seils salrutires et pntriotiques.
Vive la Rcpubique!
Vive la Constitution !
SVive l'Indneinlance !
Vive le Prsident d'Haiti!
Aprs ce discourse les troupes dfilrent ; le cor-
tge recondsiiit chez lui le gnral commandant, et
tout le monde se retira enaune content et joyeux.
Fait et clos le prsent procas-vierbal a la hu-
teur d'Otaiti, presqu'ile de Samuana, les jour,


mois et an que dessus.
Cnl


-RaLEs ARIEU.


GRANDE-RIVIERE DU NORD.
Nous Quiyer Larivi&re, general de brigade
commasndant l'arrondissement en vertu de la Cons-
titution avens fait clbrer le 20e. anniversaire de
notre iimmortelle Indpendance ce jour ler. de
Janvier 1823.
De gruad matin, les troupes ctaient rendues sur
la place l'armes, et nous nous y transportAnes .
accompagn des autorits civiles et militaires. Y
tant rendus nous adressames au people le dis-
cours suivant :
IIatiens ,
Vingt ans se sont couls depuis l'poque
gloriense que nous primes la just et noble r1o-
Intion do nous affranchir du joug de la tyrannie
que fesaient peser sur nos tetes les enn miis de
notre borheur et de nntre prosprrit. Notre man-
cipation national est l'ouvrage du Tout-Paissant,
sux yeux de qui tous les hommes so:t'gaux en
droits. II a recompens notre courage ; et les cf-
forts 'de nos perscuteurs, semblabies aux vagues
mugissantes qui vienncnt se briser sur les rochcrs,
viendront pareillement se br;ser sur le roc in-
branlable de notre Indpendance.
t S'il est vrai que nous ayions t en proie
de dplorables dissentions intestines; s'il est vrri
qu'un tyran a pu nous assujtir durant long-tems,
ous sa verge de fer nous avons du ioins A pr-
sent la douce satisfaction de goter le bonheur et
]a tranquillity sous un Gouvernement just et pa-
ternel. La noble et lovable condoite de S. E. le
I'rside:.t d'laiti nous offre le prsage d'une lheu-
reuse destine.
Si vous veulez conserver le bonheur et laisser
rne patrie vos descendans rappelez-vous ;qu'i
faut que vous soyiez toujours unis; que vous ob-
issiez aux lois manes de notre Gouvernemnent
rt que vous ne vous cartiez jamais du sentier
de vos devoirs.
Le Prsident d'HaYti vous a rendus propri-
t'ires de terres fertiles ; cultivez-les, et vous se-
rez heureux. C'est-i oi tendent tous les voeux
du Pre de la Patrie. Respectez les trarg-ers et
protgez leur conmnerce.
t Prononcez avec moi ce serment sacr -que
nous renouvellons tous les nns.
n Jurons en prds:'nce de 'Etre-Supreme ,
FUnivers enl;er de renoncer pour toijoqrs
toute domination e'Ir-rr ;: de nous enss'elir
sous les ruins de notre patIri plutit que de
ceaser d'ltre libres et independans.
Vive la lpublique vive l'Indpendance vive
la Constitution vive le Prident d'IHaiti!


C e rerment fiut rp'P{6 vcc entL-uia-me. Apr'e
quoi leP troupes d(filerett et le crtge se re -
dit l'Eglise potr assi ter a.i 'ITl-Deum qui fut
chiant en actions de gr:ce l'Eternel.
.Fait et clos les jour mois et an que dessus.
QUAYER LARIVIERE.


AJics chairs Concitoyens,
Nous; celbrons en ce joir, le vinintinme arniver-
Faire de notre Independ.-ince. Qel jour mmornib!e
et que!:e satisfaction en devouis-nouts pas gouter de
nois voir tous runis a i'ombre sacred de l'Arbre
de la Libert!... Quel conten!,merent er.fin d'tr.
gouvern par un Chef sage et vcrtueux qui tient
le timon de 'Etat; et maigr l'inconstanrce du temips
et les orages qui peuvent ob.curcir sa route, il
conduira le vaisseau a bon port.
Ne nous rcso,,uvenons plus, mes chers concitoyens,
des caiamit: qui nouss ont aflligs pnidant un l:ps
do temps. AvyI s plutt present a l'esprit que lEtre-
Supri)'',e qui versa -a b'ndiction sur noiis, en nons
accordant cette douce Liberte ne nous l'a point
accorde parceque nous somines seus dignes de
jouir de sa grce divine. Confment apprcier cette
gruce? C'tst en vivant en bon pares, bon poux, bon
f.Ires et bh n-i!s, et en nous conduisaut comnme
d(e bons cit;yens, que cette paix (d. cur se fera
sesdir e nous,et que ces seiitimens seruont ressentis
par nos desctendans.
Un autre intrt appelle votre attention ; voyrz
ces mines, es pnoni, ces plaile Tertiles, qii demanlenh
vos bras livrcz-vous doic avr-c couage aux pr6-
cieux: travaux de l'agriculture, et que l'Etat don't
tuite la solij les pertes qu'ii vient de f,ire.
Le digne Chi qui nous condiiit, loin de se
dcourager des v enienis qui viennent d'acc:bier
nos villes: met toute sa soiiicitude a nous fair
oublier ces malieureux acci-iis q ii nous affignt
ct travaille ardemment a notre prospriti. J me
tronve maintenant commander cet n:rronri.ssrsemeint que
le Gouveroement a confi mes soms et j ne ces-
serai de niettre en critiquee les Iccons que me
prescrivait 1'Inmortel Alexandre Ption. Ah! que
son nom reste a jamniis. grav darns nos ours!
< Fonctionnaires de tous les ol dres, suivons les trA-
ces de son digne Successeur; rappellez-vous bien que
vous Utes l'organe des lois et les soutiens de la
tranquillit. Re-iiip'issez vos functions evec zb'e et
amour pour la Patrie, et conduisez-vous toujours
bien aiii que votre pustrit puise respecter votre
inmnoire.
,e Miiitaires, vous F-vez t et vous serez toujours
les sentinelles de la Patrie! comportez-vous conimm
vous l'avez tonjours fait, afin ale mriter la confian-
ce idu Gouvcrnement, vous Ates les vrais soutiens
de la liberty et les pilivrs sur lesquels reposent la
gloire et l'ionncur du nnom Haltien.
Jurons done tous, roes cliers concitoyens, en
fdce du Ci?!; do ne jamais nous soirnme:re a au-
cune plns17nce dranrsre et d'extermirner quiuonque
Osera un s ul instant troubler notre lranquillit,
( Jurons enfi.n que jusqiu' la d rniore ,'g-te de
notre satng Haiti sera libre et Endependante.
( Vive la Rpublique !
Vive l'In'lependance!
Vive la Crnstitution!
( Vive le Prsident d'Haiti in
NIC'LAs LOUIS, general de division, coriman-
dant l'arrondisscment du Port-de-Paix.








OLE SATNT-NICOLAS.

'Ce jourd'hui ler. de Janvier 1823, an 20e. de
I'lndEpendance.
Nou, soussigns, Levasseur, colonel, comman-
dant de la place et provisoirenent l'arrondissement,
en contformit des ordres de Son Excellence le
President d'Hi'ti, avons fait r;ebrer le vingtime
anniversaire de notre Indpendance.
A qati e heures du matin, la gnral fut battue;
a 7 heudres, la garden national et les troupes de
lgne taient runiis sur la place, dan3 la nmilteure
tetnue, et rendu sur ce lieu, le colcoel prononca
le discours suivant:
Cilo'erns ,
t Nolis -cbrons en ce jour le vingtieme anniver-
raire de noTre Indpendance; combien il nous est
consolant de voir lIuiti diivre de toutes les divi-
s:ions intestines qui la dchiraitnt et son front s'oe-
ver ni!jestueuisenent -parmi les nations civilisies.
e Nous devons ce bienfait in.apreciable a la Divine
Providence et aux soins particu!iers de notre digte
Gl;hf, qui, par sa sage.-se et sa bont, a su cimeit.er
les liens qui nous unissent, en s'occupant saua cesse
du bonhieur de ses Concitoyens.
., Ilubitants des champagne, redoiublz vos efforts
pour fire fri:ctfi.r crttUe terre fertile qui, par ses
productions doit contribuer A l'affermisseinent 'de
notre Indpendance.
Vous, Iilitaires, je vous recommande F'exactitude
a- votre tdevoir, soamission aux lois, obissance :
ves chlics, et burtout, soyez attentifs a la voix
da premier Chef de l'Etat.
Jurez avec moi, fidelii & la Iepublique, de
jl!utt niourir que de soafjJir u'il soit p.-te attji:n-
te a i'Ind,> ndance d'Hai'ti.
Vi've i la publciqcu Vive Z'lndpendance
Vice'le Prsident BoYER
Ce seraient a t r'pLt pas tous les assistant;
ap ,s quoi, le colonel a i reconduit, chez lui,
dans le mime ordre.
En fu> de quoi, nous avons dress le present
Sprucs-i3bali, les jour, .,a3is et an que dessus.
LEVASSEURI.


Aujourd'hui, ler. de Janvier mil huit-cent-vingt-
trois, an 20me. de I'lndpendance.
Nows, soussign, Jn. Pre. Col, coltnel com-
llantdant de la place avons flit cecbrer le 20e.
inniversaire de notre Independance; les troupes de
la garnison, les officierb cir'is et miitiimres tant
renis sur la place darnnes lecture a tel donnee
de l'Acte de i'lndpendance, et le serment a t
pr te de viere libres et indpendans t t de tmoutir
]:/Uit que de nous soumere a quelque domination
ei17rng'ere que ce puisse, re.
Le colonel a exhorted au nuiintien de l'ordre et la
culture des terres, source de la prostrit des ctats.
Trie la lpublique, vive 'lznde'pendaune, vive
Constitulion, 'vie lI IPrssident d'Haili!
Aux Verrettvs, les jaur, nois et an que dessus.
COLIN.

Aujourd'hui premier de Janvier mil-hlit-cent-
vingt-trois an 20e. de l'Indcpendaince d'Haiti.
Nous, gnral de division, conluandant l'arron-
dissenent de Nippes, en excution des ordres du
l''es;dnt d'nHaii I our clbrer la fte du ving-
time anniversaire de notre Indpendance certi-
fouan q'elte a t c!ebre n cetlt vie avcc
tOute la sclemnit convelnable.


"Le 31 Dicembre 1822, a cinq heures de I'a-
prs-midi une save d'artiilcrie a annonc la fte
qui devait avoir lieu. Le ler. Jnvier a 4 heures
du martin P'a.ssemble gnrale a t battue en-
suite le rappel. A 6 heures, toutes les troupes
de la garnison en bonne tenue taient dj r-
unis sur la place d'atrmes. A 8 heures, les auto-
rits civiles et militaires s'y transportrent avec
le gnral qui plac prs de l'Arbre de la Li-
btere, adressa au peunie le discourse suivant:
Cit'yens ,
l( En ce jour rm':morable, poque oi commenee
le v;!gteme an'*Iv"rsaii-re de notre Indpendance,
j'prouve une sat:;sacion inexprimable conmmi
l'rgane du Guveuiner ent en cet arrondissenient,
de pavo" v ves rippcllcr autlientiquement ici ,
qu'Haiti ne re:.fa'rme plus dandy son sein que des
fres des ainis des enfaoi sounis aux lois bien-
faisantes .du iClr, .,,. r Qui peut ne pas re-
connaitre tous les heireux e.:ts do la divine pro-
tection que l'Eternel accorde la justice de notre
cause ? Combien aussi par notre sagesse et par
la puret de notre devotaenit ii la publique ,
ne devois-nous pas t.cher de meriter la conti.
nation de sa bont ?
Et vots Soidats qui dans tous les teams,
avez tenu une conduiite digne d':oges soyez
constarmment ittentis a vos devoirs ; rappellez-
varcs surtout que c'st en vous fortifiant dans cet
esprit d'ordre d'amour et de respect pour vos
chc', que vous concourr. z consolider de plus en
plis l'ceuvre de nutre Indpendance Nationale.
c: Cicbrons done avec y iitioiusiasme cette au-
guste soiemniit : scyons invariables dans notre d-
teriiiinaiin ; que la loyauto de nos sentiments la
droiture de notre cniduite soint toujours une
rponse victorieuse aux calomnies ct aux machi-
nations des ennemnis de nos droits.
1 Citoyens Magistrats Officiers Soldats Ral-
liez-vous a mo pour renouveller le sermert sacr
qui nous lie et qui Icenira jusqu' notre dcr-
nicre gncration :
Jurons az pJosirii a 1' Uniivers entier de
renoncer a jamais a n'importe quelque domina-
tionz etrangere que .ce soit et de nmourir plutt
que de cCsser d're ibres ct in!dependans.
(( Tive la Rpubiique !
Vive l'ind(pendance!
Vive le presidentt d'Hliiti!
A ces cris d'alligresse, succda une salve d'ar-
tillerie. Cette ciebration termirie il a t dis-
tiibu immidiatemcnt .apris toue la garnison,
une ration en pain et en viande, suiv.nt I'usage
ordinaire.
De tout quoi avons clos le present p>rocs-
verbal l'Ai:se--Veau les jour mnois et an que
dessus.
Le gnral de division commandant l'Arrondis-
siment de Nippcs.
LEBLANC.


Liberty,


Egalit.
J{EPUBLIQUE D'IIAYTI.


Ordonnance du 'TibLunal de Paix.
Nous, soussign, Juge-de-Paix de la capital
d'Haiti, prvenons les persotnes qui professent une
industries, un art ou un itier quelcounque, d'avoir
en fire la declaration, sous le plus brt.f dlai,
au Conseil de Notables de cette ville confur-
ileament a la loi ur les Pateutes.







( 4 )


En outre, cells qui ont fait des pertes dans
rincendie du seize au dix-sept Dcembre dernier,
sont aussi prvenues que les effects qui sont dposs au
Tribunal de Paix seront vendus judiciairement au
profit de 'Etat dans la quinzaine, si l'on ne vient
les rclamer avant I'expiration de ce dlai.
Le public est galement prvenu que l'ordre a
t donn de fire balayer et arroser le devant des
masons, a dfaut de quoi, ceux qui ne s'y seront
pas conforms, auront payer une amende de quatre
gourdes, qui sera destine au profit de 'h6pital.
La prsente Ordonnance sera lue et. publie dans
tous les carrefours et lieux accoutums, afin que
personnel ne prtende cause d'ignorance.
Donn ai Tribunal de Paix de certe ville, le
vingt cinq du mois de Janvier, rnil-buit-cent-vingt-
trois, an vingt de l'Indpendance d'Haiti.

Le Juge-de-Paix,
THEODORE.



DIVERS AVIS.

Les soussigns, syndics duernent nomms par le$
cranciers de feu Melle. Marthe Grach, de son
vivant, marchande rsidant en la ville de Jacmel,
prviennent le public que, d'aprs la renonciation
des enfans de la dfunte, ils ont pris la saisine
de la succession, en vertu d'ordre de S. E. i!s font
savoir tous ceux qui ont des rclamations fire
contre ladite succession davoir a se prsTnter, de
mrme a tous ccux qui i i sont dbiteurs se
liquider dans le diai de l'ordonnance.
Pass ce temps ils seront poursuivis, conform-
ment a la loi. 1
Jacmel, le 15 Dcembre 1822.
U. "BERGERON et Comp. Flix SUREAv st Comp.
L. HLUTINGTON.

1 POUR BORDEAUX.
Le brick le Franyois double et chevii en
cuivre, connu par sa marche suprieure, part!ra
dans le couyant du mois de Mars prochain, so.s
le commandement de Mr. Lacouture II prendra du
fret et des passagers qui seront coimmmodment Iogs
et tres-bien traits. S'adresser pour les, conditions
Mr. CAZEAU et Cie. ou au: capitaine aso n board.

Le soussign venant d'tre condamn tont r-
cemment par le Tribunal de Commerce du Port-
au-Prince payer Mess. Blanchet et Cie.,
des marchandises. prises par un tiers dans leurs
mains, sans son autorisation et sur une lettre vi-
demment fausse, a l'honneur de prvenir Mess.
les Ngociants que, dornavant, il ne reconnaitra
que les dettes contractes par lui-nime, soit ver-
balement ou sur sa. signature.
Port-au-Prince, le 23 Janvier 1823.
2 PRUDENT LERICHE.

Le soussign invite toutes les, personnel qui
doivent a Hugh Mc, Leod et Comp. et Mc.
Leod Downie et Cie. aux Cayes, de solder leurs
comptes dans le plus bref dlai afin de lui (par-
gner le dsagrment d'excuter les ordres trs-
positifs qu'il a recus d'user des moyens de ri-
gueur pour atteindre ce but.
2 Jos DOWNIE.


Les soussigns, ni le capitiane Puddiconme, ne
rpendront des dettes contractes par l'quipage du
b.ick William venant de Londres consign
2 MAUNDER Frres 4 Comp.

For Freight or charter on moderate terms the
fine new coppered and copper fastened brig Wil-
liam, captain Puddicomb' for London or any
other port in Europe.
Apply to the captain on board or to the con-
signe~s Maunder brothers & CO. at their stores,
chez Madame veuve Lys, rue de ?;. *:.,.i de 1'Etat.
Port-au-rince 24 Japuary 1823. 2

La maison de commerce de O'Brien Kolster st
Cie. au Cap-Haitien, tant dissoute depiis le 31
Dcembre 1822, le soussigne reste charge de la
]iqiidation des af;ires pendantes.
Cap-Haitien, le Jer. Jar.vier 1823.
2 M..KOLSTER.

Les sousssigns prviennent le, public qu'il ne
rcpondront pas des dettes que purrraient contractor
les quipages du brick Danois Georgine, capitaine
N E. Liemsen, et do brick Bremois. Indianer,
capitaine Brend Myer, qui lear sont consigns.
Les capitiin'es font la mme declaration.
Port-au-fPrice le 22 .lanvier 1823.
2 HEILAND et WEBER fr.res.

Les soussigrs prviennent le public qu'iis ne
rpondront pas dies dett.s que ponrrait contractor
F'quipage du brick danois Jeane capitaine A.
Von (Campen qui ieur est consign. Le capitaine
fait la m'le dclaraton. 3
IHEILAND et WEBER Freres.
Port-au-Priee le 17 Janvier 182:3.

POUIt LA 'NO UV'ELLE.-ORLE NS.
Le navie MVontg:i;,ary capitraoe Wcton mit-
tra. a l i voigle dn i '.V j:g .

FPOJUR ,' V. OR- .
'La giette Ci'ew ;. in. tinman rno"ttra
a la vy ;:e dins 3;uit ijouo, '.r fret ou passage
s'adresser a
CORP-Y et WINDSO.

Les cppti i;es ou les consignataires ne paieront
ps !cs (';et;::1s ne co:tracteront es Cquimajcs des
denx h :dt,,-n ,s sis-niim iio n etts.
Por-K.t- Primce is i Janvier 1823.
3 CORiEY et WINDSOR.

Le joli navire Pestt A:nde, double et chevill,
en c:Ovre, dure riarciie trs-siprieure, partira
pour le Hare, du 15 au 20 Fvrier prociain,
sous le commandemert du capitaine Dunet, it
pr'edra du fret et des passagers. S'adresser pour
les conditions au capiaine a son board, ou
3 Jh. GEORGES, Consignataire.

A VENDRE.
La jouqsance, pendant sept annes, d'une mai-
son faisant le coin des rues du Centre et de Bonne
foi. S'adresser dans ladite maison, au soissign, qui
est oblig de cder les droits sur ladite maison,
vu que des affaires de famille i'appellent en Europ.e
1 WINDELLE.

PoRT-.A-PR ICE, de l'Imprimerie du Gouvernement.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs