Title: Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00008
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: 4 16, 1820
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095943
Volume ID: VID00008
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

01820-04-16_no_16 ( PDF )


Full Text

x"


: *i ,


LJE TE IE L Gr AP r E


_Ga.zette


SOffrielle.


-PO1RT-AUVPRINC, ,le I Avri 1I82O, 'an 1"C


JOUVELLES ~ETRANG ERES.


S~t .dir prcde.iczl` NI`.

', lEStltraS le 4115 T ianibre ne sw'npse~.
,>,Tiiit que polir la f^i e a (lti :suebetot d,
.la liburt de la presw. Ila savent que ,
,dans"le notve les ineure n11frappela qUe les lvlx-alm coii-

poiumroitt Itre -ausvi vilens, alas-" ou
aussi contro-rYuvolioiinfaires ,qi'ils te sont
au!jtrd'lziOi. 11s sont d'ai Ueiietrar j"rsuades
qu'ls arriveront sons1 pen aui :njiillre.,
et jis ne serilt, pas fchs dle :pprofter
(le Veselaya:se 'de la presse que d' atres
auront -obtenis. M. Decaus prepare le loge-
'meiit dles ultras ; ii croit itre 'arbitre des
destines de la Trance, i n'estque le four.
dier d'e a'istocralie.
P'aborM Hl aaiit de'1in. la pr-sidnce
-di totmeil a Mon.eignear le, duc d'Angou.
liue, mais il se P'est rserve Iiii-mnntu;
S. A. R. sera noninye ~;nialissime (fs
forcess de terre *et de mer, et ce. ne sera
,directeiiient mii prince que les inspecteurs
gtx'rauxreiud roiitcompte de letirs nutsiuns:
C'est a tui qu'ts soiituitttont touted les p>ro.
positions dl'avaticeemet ou de rfurme, et
ca n'est que qand sanction (le S. R. A.. qW'elles seront sou-
misas au miniistre de l guerre. i, n le,
~plas absurde, rieni qu'un pa'rei 1 systme : ou le ministre ap-
pro:averi aleniglmerit tout rce qte S. A.
aura rsl, et ii rie -sera qil'une mnachi-ne
a signalure; omi it aura le re tt.. eL le prime rmplira in rle iAdi..
isnue de, -aSo ran : il Seia le subaltecune d*tia


ministre. 'Dlans -tous 1s cas, la reeponan-l
b\lit ministrielle sera itilsuire. Mais qie
vats.js partner de resplurrsabilit, qn od 'i
n'y a plustde chatEl quand le contract -entre
le. tr6ir-e t le peiiple est -menac, quand
l'ambition d'un boirmme en livre iingtiuit
isilliess : touts les augoiises deincer.
titude, et a toutes les c.hair ces d'uno contre.
rvitttion:l r
Changer -1.h charge, -quand, il u'y a
pas Imit j urs encore, Voaus proeimaaie qu'y
p;.d 0 t.i t1e ae,&it-tsnat#heit irt Dhivez -
danc aussi l'orihiiinincr du 5 september,
effatez ces belsy parales iu toi, que voUt
mites si souvent devant les yeux de la
France: A ct de "t'avartage d'anm-
liorer est le danger d'inno.er. Brisez
ces m(dallles faaplpes avec tant de solen-
nt, ces mlailals qui portent poUr exer-
gue. Aucun article de la chartere ne doit
tre rvis. Dtruissez tous-tes montmens
le votre dperfidie, de vote inconstance ;
mais il faudrait ans4i lier toutes les lan-
gues, enchainer toutes les pinrmfes, tI fau-
drait brler tons vos 'dirsours, tous vos
actes. 11 i'y aura pas en France un cho
qui ne redise vos parjure,. Moiterez-vous,
sans frmir, a cette tribnrie o vo's jur-
tes fidlit dix -mnlitres, dix cois;itu-
tions, vote vie politique ne sera-t-elle dooc
qt'une lngue ,postasie?
iChanger la chiate Voyez-vois toutes
les 'factions attentives; il n'est pint de
ressentiment qui ne se rveille, il n'est
pas g pie le moment de ressaisir ses dimes,
l'migre ile reprendre ses bienis, le seigneur
de saiffranchir de l'impt, le fontionnaire
.d'enchai er 'la press ; toutes les espran-
ces, totes les craintes *snt justifles. Lo
:jour o article qli contrarie un ministry
est ra[portt tous les mionteus menacenti-










2 *)


,tp. on a 1t uwiPr un, n e t -le fitire. potir
1otil'. U, anibi,,ieix qtui ait de l'z1tlaLce,
,iWe m ri e ii sC 1ai'se )lruiayr. ui se

3--s li,Iss el. Ieles iniriN,1s fe o-Ii le re*.te.
(?-1ul a ti< le fut japuiais pi u ~wlil qne.
pfus rutile (jue cjl.ii f.i rdonie -Foluibi
.les votcs el dles oi)iii*,oii,? C'est la saps_
sse I1uame qui a reulerji la roLIUI,
Jlals a 1uoiae de Paa.dorc; cli bien lrie
Senle oecasitai se prselite (!e putivejr q1,0'of1
.ft (le botiu e fui. qu'on or:lijj a since en .
*4.hoUneu si'ut.:cule ut eirc-1,ien'.e, .et it.l~
(ile potir le cliolx d'u01 boniluie, o() fu., l
aux 4ueds toitti, As unrQuieaC, Oi aiarntie
ttius Uls intCd,. Lla fatale boileest ouver-
te par* 1 !s nains ini ruderntes aux.quelles
l'a' ait .coube 1 it sagebse ioytld, et t ~i:lb!', toifles: les 1passins,,totlv dl f&iaux
uniA -do olveaux dains.
On dit (tlre ce ii 5 e pVA,.sse auj)oul-
ojnt ii{j s Icqiitbis
(le ulomailes iationaux ? ~J', soutiei', lo4
(pe, jartiais ii n-e du cent av oir 'd 1,t s %.
Ves. (le plus lgitiuvs alarms (Inelic
j~i:djtutiu pouiut senibler plus assure 1 si
1llui dles eieclioni ? Prnait, sa source tldai
,t chalte, funded sur tums les i Il
discute d'aburd avec spletrib, i-tre9i aee
transport, exCcuIe sats. trouble, elle a r.
SI-t aux attaques ritres audtAcieuAse,; lpour cIb, trois ininistres tom-
be;it, s8(ixanle pairs sout kltis,.1 AL Franc-e
toite ctiWae se lve. Certde, .i janmais
une 1 tiu dut inspirer (le la cuntifiaue, si
j i mai s un dut croi e sa dutee, 'eC't a,
cuap sr la oi d>es. Ictioiis. .Si on tait
v'e,u dre J1 y a si, moIb fpie les mties
xniriistres qi t'aia;ent sotut-;niuec, qui lui
devairt toute lC.r.1 p il, polite leur
idifieiice, vIr d, e c e !-rnmes la dchi-
rcr, (11111-4 Cettl' fil',Me eh11114rC, qUi rCHIlLiLi
encore du 8eC.m-1nl qI ii5 o'.t Lcd de(,lo dfendre
toijours, personfle a <'OLu Sr n'arait "oul-
IU ie croi'e ; en aurait jfj- cette supposi-
1o111 absurde, ii *l~j i'ertes, on Wta fait
dce promesscs plis ofrm e n tj'a dounn
dle plus fires gtraities, ni poir la libertit
de Li >resse,ni ponir )a Ibei desoaulle$,
iii pour' l-s acqireirs d.-, oma.,es aLa<
iDalx. Et cest une Ji6tnue .,ei qui p1q.urc
!te tointe un!e niatioi ; c'st un h(oatnte qui,
jio'ur son plaisir. branleJles luis d15un, P1i11.
,pe, bouleverse ses intsitutions Inalt.ante.
conlproimet son I'eMo's, son ioulheiur et sa
Flir. niprudent qui, ie sait pas 11120
a.Eta.bilit: esi intre p.reiuier beown2, que


la Ccc.nfnce da4s~ e mon!arqeic esl: les;i
ti rPcnen qure 1 u'ouirtle dl.iir i i~iler tot
~i`:a'i. Eti l i'ami s (:lcere de la dv1a
e lte tia; tc, t 'lun1e (J ui t (ir] nn iaut3
sacrAl,i,-e six Aa~r chalt,-? Tes Ctinebris 11,,
ce: te dynaiie n11 ,1lolt im]niai' a5taq, e
<,i'cnn 1 i ltaiCaitt dles rUrCe- leRees, q. et
alatn rt touss Ci ;e Fra ais s ir la siincC
u 1 le Iujbi qelle a pto clatile. le 1 al-
tache me nl. aui 'tiiume cuflnltiislt~l o 1 ue1 e
a j r ee. U*[ fld:l Ue >crupt 1 p la cuiarIt
esl3 nLoyei; ( C czl; er tomtes leb etliiaites,
de fzj, e taire tottler s, t' eutior, 1,e
I-al itr tolii, les c(x, iit .!1 9 I c'est le l1iomlern t
cji 'un re net a charter Cii (J te ti (eli i te, s'il 1e.t
'pas Liein C011p l, e-, bien tflirudent.
,LaFr.anic-e demande ce q'elle petit es.
pi"'i'r, ce v'el Ve M.I t i(Ii(I10yc liar la -scult 1 a;-wi quiils nonut
ua 9 la lo lles, Pactjinr ' voile, o01 le
~i~~i~~ tii~e n; ailSt\ Cette i,,e.t 11]oriii e ciai'dre. Fjo1Ut
esioiir,,ett inteid*ed, toute coniflance est iii-
lPs )1e.
',MINis ny 41y. a~ d4Uls tontice qui s&
prpare: un u rand an,,,ris ( ,le sesdus ? Ayatli de ni'ditrr des. Frn
Jets all(ii.COii-tihIiOhi., I-, avant de se dle-
fire i,de -ministres f1es a leur -sirtment, il1
:~fa*it'-da iniins atnendre Sfu.set t-asseunibic,, iuujurlte mais le insPistre dirineaAt la fa it
.iiuoir a ton p-,; (j.'il pairle pour ot con-
Ltre la Iiiii -,des iectiois, pjoor ou contre la
chla-rle,,il a conipt `son moide : san monde
parlera,- v donnera d(,e parler et de voler. 'est in hla-
,bile iaclhinste qui cliange les majorits j
Su e.
fpputs de la Yrance, ne 'engerez-
voi.q pas votrP pays et votis.mm(,i de taot
de mlpri L'?Vnstant est %Enln (le p'ouver
'que,' i'os tes nos digues maadataires, l>itis.
tant est ven de miontrer i Europe (lie
Amus ne somines plus -cette Ratio incons-
tanted'alis sos desseitis, cette natioi 'qnuon
:acciisa si long temps (lAtie -toli*rs prete
4 d1' truire et i'tre ihabi le fonder.
que les timities s'en)lawrdisset, que les
sanes se pronrincerit, que tou~s se ratient polir
sauver la citarle menace ; lentes les fai
blesses, toutes les connaisatlcs (u 1pass'
se'oid effaces ; iiue se prsenlera sur
la l)rhe puior defeudre nos (uoits eciivil.
lera Pestime des Frangais et s'assurera letira
sagP. lires dferseurs de la cliarte et (le
lLa tui dew elections seront les prochain iua.









i(1


qIX Ve&es trodlaF anc, sIrcz iro' L i, m l

1, IPt re~d' oeni 9, >V tj~.d re
j rr ? Ytel.ez- s:o:S ounfi e, la Ch IA .
jirrs ? Vil`P-\OY c k)e.: .iiiit:cla;r
jis? re i:irnt~ anx preifierte xnce.i dc e.
:4 1,l'ift q;o \ on sneuie, ? Fo chiciam br?, y .s `'dvoirs Yois sont trite s.
4,1 C;ii vo'sez rpundre qif" vni com,-
ci!tuyeirn.. Con VTeZ-VIOn9 de vOtre 111,adat. L a
haiIrte flit r-eilie vohe ufre fi c #pc ec
Wa' draeau" coi a sen cuin:age.
ANGLy 4T, wr W, ti Eu F. LON DR A 9-FxYier.
Lec roi cst et i leine convalescence ;S.
5-1. a t. elt tat de,c, vuQir -ider 'ses fr-
res, aiusi que le price I.>olpuId.
Nolis ay:ous vn ,avec une viv'e na!iswc.
tj.jn que l. ri, el exprirnatit le desir (lo
rasseblier aultotir (le tli tonsles me.iibres
teison auguste faerie, a~it uanifest le
V1331 particiflier (le voir S. A. -t. le Jluc de
S#sex. ti y acnailt -lniiig -ICIM que ces lleiix
princes iae s'taeit. pai-l, et 'on peut epile
-1'cr que le rapiwiotlienieit qI a fmi dlas
des cirConstgktcew si iltressantes, sea d,'u41e
Ionigue -d ure.
Li:;`.0 c*~',rone 4f% lar"eirra. qln se'tronvie
dansle;.a:trsor 1oyal, et qtii ft faite poou*
Vipotise de Jacqiies 1I, couta 111,900 iv.
sterling. ( 2797,500, fr. -3so poiWls nest qule
dae 90onces,, elle A --5 1*otces de d(iatmtre.,
oru y comapte 605 diamarns 'el pri de 180

AUTRICHE. IVIENNE, 'ier fvrier.
TLe congris a tenti hier sa 'uiilzme
se',ance. Le lIlus grad lystire cou're tou-
juars *ses oprations.
-Les ministres pilnipotenhiaires renis
rlans cetie capital, coutinuent -a se, i-aseiti-
biMe, et posent, dit-on, les basesde la, cois-
titutioi Sfluye de l'emipire germaique.


Port-aii-Prince, le 11 AYrit 1820, an
17 de ,lrirldpeisdatice.
JEAN-PiERRE BOYER, Prsident d'Haiti,
Au Grand-Juge- 'de la Bejputbique.
C.it yen Grand Juge,
Les commergavis nationaux, spculatejirs
.et' traillania, ontform des plainites centre
Ies-eocantemrs public, qui, par leurs proc-
41s, lemr funt prouver de grades perteu
*ct entravent leor commerce. lis voient avec
,,peine que leure marchbpdicet .I)Qvicitent


dl'';-s lenis mnassiiis R qf'eH1t' slices nopvt
oinJ c qi itrer coniic:rrenrcc a ec cellc s qi,'u Sdebiite en dttail chez les encanitens.
'lToit e i-reslectant co .',1e l'quit *a
Irit c 'on a 'epesindant toi!ns',Is-eiO en vlUe, 4daris la
ct iibi)j:li-n (les luo r le en(aires, le lmi-
ei'ur et ,la Ipros.prnit .tdes yes cioyes de 1
Riipublii:r;r e. J.Lir partan;t de ce princi.pe, la
raison aurait dA f aire pressen ti aux encaii-
t.aurs et cetfix qui -sont (halrgs de surveii-
ler et.r- opra. ionis,< icta cen.-ia neii.devalieit
venidre. les marchaudises q ui ler soit
envo' oves, qn'en suiant la rifgl de leur
'u.1Ofeasii:ut, ,poir ce iii concerie le mqde
li prescrit sur es .riyi,.ii i.,ni que d(live
fire les ditferentes classes lde comimergans,
pour le dbit des objets ,qui fuorient le maHt-
'riel de leir cominimrce. Cest-a-.ire, que les
,enicantears ne doibent vendre qu' son (le
tanmbtur ou de, clh:h ,-eteen crie pubiiqee ;
q(u'iil ne dloiva\ t reu vendre clez eiux d
.gr gr, soit ei gros, soit ep dtail; et
qi'en ntetant des miarchandises -en iente
pibli.iqIe, iis (doiveut obusrver dans la forma.,
tion des lots, ce que dit ,la loi l'gard
.du commergant .ui a envoy ses marchai-
;dises I'encan. C'est-.-dire encore, que si
ces marchI 1'.l'tsoseet d'iu coni~;:a-
'taire, les lots doivent tir~ forns dans la
proportion (les choses (e e -ccnisigttaire
est autors - vendre; si c'est d'ri spcula-
teur, d'utih air'hand en,gros oi en dtail,
la nieme' rgle doit tre observe, afiin de
conserve i cliacun les avantages et la pro-
.tection que la loi lauidonae droit d'esprer.
Si le Minislre Public, en se bien p-
ntrant -de ses devoirs, donnait *aux obliga.
tions (le sa charge important, lous les soimn
qu'elle ti-cess.ite, les abus qui Pexistcnt dans
les enicans a-uaient un terme. Car les ar-
ticles V.:VI. VII. VIII. et IX. du tire
.X de la oi 'du -15 Mlai 1819, sont tles-
positifs.; mais- la, gligeice mise a en exi-
ger l'exeution, a fait dgnrer en une
habitudee nuisible a- commerce ekt la bone
police, cette institution qui devait au- con-
:traire servir A facilit-er les transactions coln-
merciales,. non de la manire que l'iit t
dc chique corimergant peut le concevoir,
mais d'aprs le mode adopt pour. la pr-
itection de tous les individus.
Je viens d'expliq4er 'de quelle maniere
les encanteurs doivent dornavmant vendre,
et j'ai fait voir qu'ils ne doivent tenir ni
boutiques ni magasins de detail, ct qu'ils ue
peuvent non plus vendre en gros, de gr
gr. 11 me rest i -die que pour qguils-6 t








( 4 )


rollviet plusle 1 mtoyen d'inaover Tanq er
Sui est prescirt, His tiendront un egistie
<']entre ponir les objets qui letir P;erot eiIVQ-
-ys, et au'ont soin dy di .%eaioa de celula qul les aua envoys.
Les Corwiu-isaires d1ii Gous'ern.ement ou
'kluxr Sub.lkituts uironit soin e veuiHer a
-e(, quilts 110 -s'carkent plaus du rb-d d Icr
crationi, -et. ca~s t-oKimiHsaires Iserort jIei*-
sonmeU~ement _re~sponisabIe gde { ls ies fats
des Ecanieurs, ,cont'aires A -la. Loi et aux
dsplosittios ile la ~rseutie letre, ( qict~iii
d.est l'explicatisn, ) qu'ik. ne iuc&iqrout pas
,pardevantAm *a'Tribuniautx.
Je vonic re'qiers, citopye i' Gr-vnd-Jtge,
de fire rjkoiifier a,4ous Ceux" ('harges du
Ministre PUbldic et >_t les Iispovitions tiec ma prsente missitr, d'en
veiller vous-nime l'excution,, aPrsm'ein
avoir aecus reception.

je Yous manlue avec tiune pulfite Crn-
meideration.


( Sign )


-BOYER.


DIVERS AVIS.

SECRTAIRERIE D'ETAT.-
Le public est inform6 ,qu'il sera vendu a l'en-
can, Mercredi prochain 19 du courant, A 8 heures
du matin, au plus offrant et dernier enchrisseur,
pour compete de 1'Ett, sur le quai de la DXouane,
a la diligence du chef du bureau des domaines, et
en prst nce du MinistAre public, des bois, madriers
de chne et autres objets de construction de dif-
f:rentes dimensions, ainsi qu'une quantit de ygou-
dron et de brai; le taut devant tre pay aunCmp-
t,.at, avant le .deplacemiei, -sonis peioe :de file
enchre.
Les personnel qui voudront avoir de plus m-
ples iiifrcmations, pourront s'adresser A l'encanteur
Dieudonn, qui leur exhibera la note des objeis
qui doivent tre vealus, ajnsi que. leur iualit et
leur proportion.
Fait au bureau de la SSecrtairerie d'SEtt. Au
Port-au-Prince, le onzime jour du mois d Atril,
mil huit cent vingt, annee dix-septimne de 'Ind-
pendance.
Le Secrtahie d'Etat.
Jn. Cme. IMBERT.

Le 'biteurs a la Cargaison da Navire l'Ac-
tivit, gre par Mrs. Alvares et Tran, sont pro-
venus, que leurs competes ont t transfers A la
maison du soussign. II les prie d'avoir se liqui-
quider entire ses mains sous le plus bref dlai afin
de lui viter de prendre des resures de rigu.ur.
Port-au-Prince, le 12 Avril 1820.
i Jh. LALLEMAND.


Eo Ir LA ?wUVELc. -eOnfltAl'.
S L'hermaphrodite haitien *l'Alexan-tld! Ptin,,
, cloue ct chevill- en cutvre ayant 16 riois ec6 Bs.
truction, d'une gra.,de march du p -5ti de 135.
tonnaux et ciiommade par le Capitaine ;AbrhAi a
1Hyiigihe, partira a la fin d'Avril, pour la N Oritans, prendra du fret et des passegers.
Une.chambre trs-spacieu e et t:i-eoammnrode
offre toutes tortes d';grinliius aux ptrsujii es qu1
desireront y prendre passage.
S'adrsser aux citoyens Bin. Auriol, ou Bar-
bancourt sur-ce quai, ou bien, au Capltaine A Mhn
bord. 1


Msssieuri J. -Friedlein et de Roure, ont I'hon-
S'teur de prvenir le public, qu'ils ne rpondront
point des dettcs que pourrat contraeter l'quipage
du Navire la Louisa, Capitaine Noguez A leur con.
signation.
Port-ah-Prince, le 3 Avril 1820. 1

Le brick le Jeajie Edouard. Capitaine Pierre
More,,u, partir pvour Bordeaux du premier au eiik
de mai prochain. Ii prendra du fret et des pas-
sagers. S'adresser au Capitaine son board, ot
Linard, consignataire.
2 Port-au Prince, I- 5 Avril 1820.

.Les personnes qui sont dns le cas d'adresser
leurs ptitions au Prsident.d'Hayti, sont ivites A lea
crire a mi-marge, les dater, ainsi qu'a crirelr~ihi
Sment leurs nomns et le lieu de leir demeure. Celles
qi ne "ter6nt pas rervtes de ette formalit,: resteront
sans rpoine.
Lesdites peoonnes sontgalement invites a i-emet.
tre leurs petitions aux Commandans d'Arondissemena,
qui les adresseront au Gouvernement, et entire Ieo
mains desquels ls tro-veront les rponses. 3
--------
b, Le eitoyen DARFOUk ( ci-devant diteur' de
l'Avertinseur ), surveillant au Pensionnat du citoyea
Granville, prie les personnel A qui il doit, depuis la
cessation de sa rdaction, lde vou;oir bien lui ae-
corder encore jusqu' la fin de Mai pour tre payet..
II leur announce qu'ilest absolument horse d'tat de
les satisfaire actu'llement.
11 se fltte f .qu'ayant eu la bont d'attendre
jusqu'a ce jour, elles uhi accorderont le dlai qu'il
sollicite; sauf A elles de faire aprAs, toutes es pour-
suites ponr ,tre payes.
3F. D A R FOUR
-Ma'de "Ve. Mirault,.demeurant police Vail-
liere, invie MM. les ngocians et marchands avec
lesquels elle fa-t des affixires, a ne livrwr aucune
narchandise aux personiaes q0i se prsenteraient
en son noon chez eux, A moios onte ces rnimes per-
sonnes e soient' monies de son lvre.
8 Port-au-Prince, le 21 Mars 1820.

A VEN DRE
Du Sucr terr et du sucre brut en pains. S'a-.
dresser au colner Carri u siu colonel Quay
Larivire. 3

De aipiere du GuI ra ne-ct.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs