<%BANNER%>

DLOC BHPSE



Telegraphie
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095943/00001
 Material Information
Title: Telegraphie
Physical Description: Serial
Language: French
Publisher: Imprimerie du gouvernement
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Creation Date: September 19, 1819
 Subjects
Genre: serial   ( sobekcm )
 Record Information
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
System ID: UF00095943:00001

Downloads

This item has the following downloads:

01819-09-19_no_38 ( PDF )


Full Text


~1q .ri5> 5'


hE, TELE GRAP IJE;


-Gazette


.No. XXXVIII.


ORIT-AUIPRINCE, le I19Septembre 1819, an16;
-, -.St __ _ -- 4%


NOUVELLES ETRANGERES,

ANGLETERRIE.
Londres, le i." Juillet

]L IMIPCT A\ i I qtesion (1 ,t Unans.
ti tlu e d .ithuthliui fte forced :'tbri -
brea duii arlenea *
petioa' n di;!-J tiya T' ioF rac reis-
t ; ti u A ) pir_:i:."'; i'- li ;ia i i' vr.

ce ,: u '7,r.,", 0T t A i a:i .
" e.. L -i. cani de. ca .t -- t'"oi .ou. ,

Hinn oi y : a I :I .tu r::h e i l'fiat- :i
coiii.c t", pur C'amin r P d et1l
lou tc ..ar. I.-. 1 etr" l I *T'.5t, .
t;10'e '.l ..+;' 'Vd iT ^| ,h , n ce. q'i 'Oflcer'lie .les coidnituns "tiu'elie
cxig;tit pi er l'ex6'cice des eipltaIl et des
'iicti}i;o civiles dans-la vue d dlernii-
iier. e-clies tl [p; vent itre aliro g' s, etjils-
.v. Avlit;ti'e prteposr sa melion, i'lii!orable
. l eil;~ a plIid6 avec chaleur la case
des cathfihil:es dns ri n discourse tris-flo.
. uen t, qne a e inhamibr enr.ire a fliquiei.-
'liitlt milrrro:'jiil par ilei tLnoigntages d'ad-
lm1ti~Ntrr avait [uealhllement .prsent
-des caiholiqtes. I.Ia dit cnstiite qie, quoi-
IirerethIiJhqies obtiuOiiselt la jouiNsance
de letra i lesiibleis droits, -il avait la
)confpiAe et l'eslptir lgu lelar -succs coin-
triibuerait a co::isotide ta reliigmi iprotaesiun-
tte etle q rde4We -es fulde par la loi d'e-
i- itiseinmeut, i* afr.rBir la -succerSioii
fr' prittt an i rD rnmie-uii. luniut
S" -..e ietiicatiin de la classes catho.
:_ ]qttE .ecc ..parti.s protestante des sijets
du -. r?.%i.rcati Picom)pFlisseient ies diux
4f tdt1 deYt)Ius graudti iiprtaincc, la


tianquilliit gnrale et un accroissement de
*prces pour l'cmriire britannique. Je d-
'are ardemment, a-t-il dit, que les deur
religions qui cut entire elles tasit di-ressem-
ilance, qui-ont le lOmnie va.gile, le ni-
ne r&deilpteur, le mme Dieu, -et ne diff:-
6'-t" r.,e :--as certaimes formers -et itei,
..i!,'rfi rdiltt s h-' I* t S Ie 1 ..ut t ', : : quIe reux :!ii ife
*1 C% ;1ItiniiL en tuoit li>eir(
'ti- t- t i i 'a,!*e ,A- . u:s t':,-"- ti.-il :re;lt., uii le re- .

'- h.i *ji* ; r14,irit 'Vi. i( t -'1 W ,
.t.ir des r st '".. ,u r.".t':a c ti d i t
: (tl;4 IlJMt aI... .',: 'l,. l l l. h i.. --,. : t>: .
- dUhit -iL s ''t .it'ivks, parcel q'its
sFut pas voulu abjurer la religion de leuns
lPres, la-foi de leur conscience. lls ne
'lm),'(t fifs prBenter des -rclamationg
imaginaires; il -abjurcnt les doctrine; et
Ltories philosoldhiques des temps modernes.,
l se fundent eimptlementl sur la loi -coBiaune
Sroyaume.
En rtoquant les acres-tii les rendent
inhabiles exercer certai;es funHctionts et
ioligibles au parliament, vous nc lear ac-
cirde'Iez pas urne faveir; vons leur restin:e-
riz sculement ce dont ils ont longtcmpii
ji tin .droit que, 'siivant touie. tsice,
ijl dievraientt possidcr. -Si vous i.iiiiitenlez
l]ar incapacity., vous prnonecerez alors une
s~inence decondlamiiation cou're cenx qli ,'
jsiqu'" pr.ient... n'ont it dctires coup-i
b!*:s d'auculine ofienie. Les fitss i:e \ois
aatirissaietit pas rendre uit:e laritle sen.
Iteice, tuloiiie I : arcr- ricteniiilet, uilli
en aytUz le driit. Mlais alant deil venir a
ct!ee extrlemit, i a juisice el vntre devtir
vlusi obligent prouver. le diit, avaitr
d'ol5iger ls. cathdcii lqs tabli leur-in--
'.5i, t4lr tzr.r


.1.a Z _,










ned ence ". Thlonorrable membre a rfuEi
ensuite les objectioml (q'ou oppose aux de
ainildes des catholiques, el isest attaChe '
dimuitrer qi'il ne potrrait y Aavuir aucii:
danger i y acquiescer. 11 a termin sei
discourse par ces imots : Sous les diverse
races de nos rois, de grads bienfaita po
litiques ont sigual le rgne des .ptinici
qui les oit coufirs : les Plantagenlets in(
ont donni la grande charte ; les Jidut
aous out don' de borines -luis ; mais
reste i accorder un -bienf.it, quli ferait en
core plus d'honuear .notre maisoui royal
Un sixiinmo de la popsiatiua di royatin
attend .& restauratiou de ses -droit ls Iimi:
ques, et la gloire de la maison de Hanrov
sera dans l'maucipatioi de nos frre
Qu'elle accumplisse ce grand acte, et el
pourra regarder en -face les Judor, 1
Plantagenets, les mneileures et les plus g!
rieux de ses anctres 1
On est Vctenu aux voix; aprs plusien
disciusiiona importaiites, iI y a en divisi
S24 puur la moition, ~43 contre majority
La sance a dur jusiqu'i deux heiures
matin., Ou s'tait attend A une dic cissiA
plus longuie; mais peu de nimibres or
pris la parole, et lon a reaariqu qti'aucun,
des ministrei n.':. pris part aux dljiat.a. ''
rsultat de la sauce a t iuratteudu ; oui
cruyait que cette question occuperait deux
saaiice. [La faiblesse de la inajorit peut
consoler M. Grattan de sa dcfite.


:Extrait de Topinion de M. Bellart sf;
les trois projects relatifs i a -libert 4
.la yresse.
9C Pnisque, par un aveuglement bien d4
plorable, dotit la premtire consequence ej
de nous hasarder- iie second E is, de gali;
de coeur, an board des abimes ot restart
Bsons ii.i yeux, engioutie une g.iratiia
toute entire. 'Si nous hie savois ili.s protfitr
de nos nalheurs proues ji n'y a pas trer-
te ais interrogeons du luoini une exp-
iiuice tout'enere ; et, avant de Iprououic 1
si hardimeint sur les prospiiiis dout la
liberi de la.presse teis ',ii'u la rea ,
va duter les anunies qu:i -iiirou, voyo,,
tout le bien qu'eile a reli; !dep;uis di: x
oii trois an et 'tlt ::;:ui t'en : Ct mllole' t
mainme elle priduit etci e riritre vue. 1
SL,'arbre a t plant. 11 a rtutduit
.des fruits. Qiels soiut-iis ?
Les voici: Tous les sllwhisr le 1713,
exhliiis iti:r utie nauvelie diura:n:ia.-
tiun de la socit ;
.6 JL'esprit de discorde sen A.dane luns


les erdres de itoyens ; les richer -*nnone-'
anx pauvres ; les nobles a ctn.: qui ne le
sout pas ; le-'rtres aux pthiiosupbes ;fes
admiisftrateurs aux gousermns ; les proprid-
taires aux iudustriels ; la population -divise
entfi en classes enemies les unes des au-
tres, combine en 1792;
.Les 'difftrentes parties de la pnis ance
publique successivementt livrres au mpris
et la d4'%.iou du people; la persouine
des magistraL- cuiverte d'opprobre aiu point
que le functiouitaires i n4rins d'un caro -
lere -trs-ilv, tombeut dans le douirape- -
meut de fire leir -devoir, come en 1792; ,
Les liomumes impartianx qui ue voiept ,
que le Roi, la Charle et les lois sals ac-
ceptioi de personuei., sa.$s gardl m iie i
letre--propies affection, aCcuses succsie .. -
ment auprs de tuos les parties, siccessive- "
ment .caluiunis par toua les parties, comme
en .17924
*" Toites les flies sur la souverainet6' '
-du poutple, toutes les dclaratiuns cuntre la '*
muiiarchie, totes les fureurs d'attaqnes mieux. r
ou plus mal diriges control le pouvoir d'iini *i.
seul, centre le respect ds au principe ui- i
nemment conservatenr de la lgitimiit, se
prodnisant avec insolence, romume en 1792; :.,
E Et de plus qi In -t79 ? rgiil'!: ,
justifi ; -que dis-je, justify'! lou ayee a J.
audace ; .
Le gonvernement de Buonaparte pr- .
sent a tous les mauvais souvenirs et i
touted h~ mauvaises dispositiuns, comme un. '
siijet de regrets ternels ; '
"' Les lois insuiies les -mesures nces-
saires prices parole gouvernement royal sous
1'autorit de la puissance -lgislative, ou-
vertetment traites de tyrainnques. sa sv-
ril qualifie de rgime de la erreur
'l'hypocrites souscriptions oiuvertes ad
profit de prtenduies victims de ses rigaeurs'
et proposes des esprits faibles etc'dules,
qli cruient n'obir qun ui sentiment loiabld ',
de pii taalis que les rebelles qui les eni
riemit les cumptent tort, heureeiimennt
saus .doute comise autant de partisanss ; *
Les jugemens traila, dans Ja boue4
Les mouvemens contre VIEtat-prconi-
ss, et leiir repression. ignale.comen uue
crannt veritable ;
Les limines-cominus par linrhlnaine ponr
la royaut et par eiiar attachtrment fanatique
aixi utsurp[iaUiis diverse oli'erts la cot- .
lance, t iael ae la vinratioin pbliq-l~u. ;
com'ne 'des. luodles come -des hrus de>
1eri i ; .,:
.Les meiileurs ct ies .lus dig9es cito-









S .'
.-w+, sti coltraire, rassasi&s d'injures et
frontss ; ; -
STontei les vies recherches et calom-.
r iEs, sani que le onmbeau mime puise
nijoin'ts store ut asile iUr contre la m-
harncet ;
-". Des hainea provoquees : les duels.d.
:penlant' es families;
L a cause (l tons ces wmots, et de
Shcaucoup d'aitres encure&; est daus le dlire
Ift (das les fururrs que nous inoculeut les
,, i'n hll tstt L' lt' s I1ilellisites.
i"'-Is ~uont si grants es mauix, qtie je
Oiop erhais pas de le ditre: ii Pon n'y porte
un ,prompt renide i\ fant dsesprei de
kt iocidt fi'anaise. '11 ay a pas de gou-
*,t-riement qul puiasse archer -.zec de tels
s otacIe 4


ijt tltrait des minutes des jugemens du Tri-
1,k' bunl Civil du resort de Jatmel.
-MU INOM DE LA REPUBLIQLLE.
'Nous, Pierre Paul Gamar, doyen du Tri.
L.dial Citil du ressoft de Jaciel, Charles
L. ]rlanie, et Mathieu 'Douget juges, 'le.
Ji. oachim Souza et Jeani Baltistie Fabre, dl
S.- :. --e,'-ui public, renimlilrsautl ltesInctiUos de
jnges, au voei de la loi, assiat de &?e.
.DBrtous, notre Greffier-;
Le Comnmissaire du Gouvernement pour-
vi.vanti.contre le ..iomim Joachim -Cavali,
jiy rsuivi par contumace accuse di 'crilt
s'.assassinat contre la personnel de feu Boug;
Aprs avoir entering le Ministre Public
en ses moyens et demand de l'applicatiun
d.e Alii .ei;
Noui juges suitits 1 tant ce jonrd'hii .3
AoJ t t8 9, 16 anule de l'ludpeiilance A
'7 l,.;:es u,. i ii nti reunis en la salle de
dit-'lce. .i,,11 ordiniaire de nos sauces .*
j'et'ft .de Fp'i.dre coiinaissance du calhier
ui tistructiuu de la wprtictdur crimiielle coii.
tre le susdiit Joachim Cavali.. Noui ayai;t
1f.l pmr Hntire grefiier dotb lecture de toules
J.' p;i&cds de l'istruclion de ladite proc-.
i..: ; exa;me ftit --'icete, avrots reconuihn
< Les formality pralables exiges par hl
:,ii, o 6L remplieo, .et. que iar la de-
-ition des thnoiuis .aii que piir la desceu-
du J.,ge de Paix de la commueii d(e
.:iynet, faite sur les lieux oh le ifenit;et
.'t ait : coaijis ain-i q(e par la vrifica-
1ii qu'il atrait 't ita de la. Ilessure diii-
it fen inaug; iiue le prvenu Joacim
.avali est conupabtlo du crimn d'asis-.-ilnat
r'mchdite.,. et (yien c:oiquence ii s~
.iVve ite suus lc.coap des artides 1itO
it


et 302 du chapitre (cr. du-titre 2 du codw
Ipnal oe usage.
Le Tribunal aprts un long examen une.
mure diibration, et aprs -avoir rflchi et
bien pe*s daus llaalancc'd Vquit, ayant
reconuuu dfiuitivemeit, par toules les cir-
c'nstan es de I'affairejoiuteo i la fuite dudt
Joachiii Cavali qu'i est vraiment coupabie
de ce tlont ot 'l'accuse-;
En 4onsdquence., le Tribunal au voea
des arl cies 296 et 302 sis-duoncs, con-
damne dit Joachim Cavali i la peine de
meit, mmie Ctailt conpable du crime d'as-
sassina prmdit -exere par lui centre la
peroiun de f eu BoB g, muort de la suite de
sa ble u. re.
En ofiforriit de l'article 472 du codo
d'iistr isution en usage, 'l'excution du pi-
sent a t est renvoy la diligence dt
3Munsi ir le Cominisaire-du-Gouveruemuent,
qui le era afichlr par un huissier dans les
trois j rs de la prononciation dans hl lien
ordinaite, t extrit d'i celui sera dans I
aime idlai adress a'Mr. l'Admiiistra-
teur (i cet arrondissement lequel pour la
rgie des biens du condamn, se conformera
iA 'article,471 da code d'iustruction en usage.
-'imduns A".
.Doand de notus, doyen et jiges suedite.,
en la salle de justice de Jacmel, les joun
mois et an que dessus, et avons sign avec
notre Greffier, insi si u P. P. Gamar,
Ch. Laplanie, Math. Donget, Souza Bte.
Fabre, et Btiouus, Grefier.
CalIationa aet delivr en 3e. expedition.
-BRETOUS.


JExtrdit du jugement renda le 13 AoItt
1819 an 16 de l'Indpendance, par le
Tribunal Civil, sant au 'ort-au- Prince,
aant es.-attributions du 2~ribunal Criminel.
A la requte d Miniistre Public, agis-
sant Ipour la vindicte public, demaudeur ct
accusatcar coutre le imnuim Germain, pr ce-
nu du crime d.e vol et les nomims Pierre
Pechercati et Marie lichel come recelleurs.
Le Tribunal, ayant reconiu qu'il m)'y
avait aucuiie charge contre l nommrne Marie
Michel ; en vertu de l'article 128 du coda
de pruc'dure crimiicllt, l'a reivoye hbur
de cour. et de prOocis ; et attecndu qrie lo
noim:u (termiai ii n atif des An-cahaies st
coniaaincua tl'avr comimiis:le vol dumit il est
pr,enu it a el conulaRlu h cinq auitee
de .ftrs, coinnrmimeat 'ar.icte .i0 da


k,, .z ( 3 *











ode pn1Pia> INapo'Eou'; et fthiudtl li(Pn ue
/trnoxn Pierxe Pchee.til. inatif ti fort
I)auiihiin, & de quarante aos, et convaincu
da'n0oir, recIai1 les o4jets volerpar tle nom-
i Germaina, l a t coltldamit unq an-
miles de fer,,, en -vertu de Particie 63 di
,mme code.


Pour extrait conforme-,
:F. ALEN.IANiU, Greffier.


DIVERS AVIS.


AVIS
SECRETAIRERIE D'ETAT.
'onformment aux ordres du Prsident d'IIa'iti,
le public est prvenu qu'il sera cri au rabais, dans
-les journes des 2, 3 et 6 d'Octobre prochain,
a 9 heures du matin, au bureau de l'Administra-
tion Principale de cet Arrondissement en presence
de 1'Administrateur, du Ministre Pub'ic et du
Juge-de-Paix, a l'entreprise et la construction
d'un pont 'sur l'tang de Miragone, au lieu
communment Pppe .le point ,- e Mi:rgodne .,
ont les devis et p!an scront co-mmuni'"- '- :'i l
reau de ladite Administration, aux persornes qui
desireront d'en prendre connaissance.
Au Port-au-Prince, le 11 Septembre 1819,
an 16.
-Le Secrtaire d'Etat,

JI. Cme. IMBEIIT.



Le Soussign, Excuteur Testamentaire de feu
1eobert Sutherland, vivant Ngociant au Port- u-
Prince, engage les cranciers de la success Robert Sutheriand, a se prsenter en son i amio;c
au Port-au-Prince, nmni. Lcs tires qui cons ituent
leurs creances, E i'ci5't de fixer le mode de pya..
ment. Less clbits de ldite successic:,
sont invites a se prsetntcr pour se liquicdr, afin
,le mettre le soussign mnime de s'acqtitter cn-
vers les cranciers de susdite succcssic;n.
Port-au-Prince le ler. Septe,.bre 1819.
8 George .RacsTER.


A VENDRE.
Un cmplaccmcnt site rue Bel-Air, ayant dix
Sn;mbrsc dans la court, et in1 ai.1re s ,i;t rue
';rt.isse. S'adircsser a Mile. Pipotte Moreau,
*stant vis-a-vis M~r, George, Comminiaire Ua, G;o-
:rnement.


.
:


De i!mprimcrie De Gu-eurnei~t.


*4 )


EDUCATION PUDLTUIE,

Madame .Buenrostro, depris 2 ans, directrice
d'un pensionnat, au Port-aa-Prince, a 1'honneur
de prvenir les citoyens de la Rpublique d'HaYti,
qu'eile va rouvrir ses classes le 15 du mris courait;
et qu'elle a toujours les mnimes profcsseurs pour
la seconder.



Madame Durand (ne Rouanez) na lion-
neur de donner avis aux parents des !ves qui
lui sont confies que l'exercice public de ces jeu-
nes citoyennes aura ieu. le premier Dimanchc
d'Octobre prochain. Elle se propose d'en offrir le
Programme, la semaine qui prcdera l'poque d-
termine. 1 Lundi 6 Spptembre 1819.



L e citoyen Sligny Mcise Granville prvient
ses concitoyens qu'il vient d'obtenir la commission
d'arpenteur pour le dpartement de l'Ouest; ceux
qui voudront bien i'honorer de leur ccnfiance le
troiveront chez le citoyen Granville son once, rue
du champ de mars, au cbin de la rue de la r-
volution.




Liste des animaux epaes dtenus s dans les

prisons de cette ville.



1. Un cheval rouge tampe sur la cui
c6t du montoir M. I. D.
2. Une nesse bli e et sa suite, mrl t.
pr;pvenant des paves de la @ro:x-de-s-1B
3. Une anesse, pcii b:ti, lampe sur la
hors du montoir A. F. C. N.

Log'ane.-- Un Are poil brun. tamp
c6t du montoir I. L, et hors du mount y*
ayant crochu le pied de devani, d(u c1d du
Une vache, poil blainc et noir, ,yan
tampe illisibte da c5te du month, et d~eux
vards, poil blanc et noir, sars tampes.