• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Main
 Anthologie de la Poesie Haitienne...
 Back Cover






Group Title: Revue indigène (Port-au-Prince, Haiti)
Title: La revue indigène
CITATION DOWNLOADS THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095935/00001
 Material Information
Title: La revue indigène
Uniform Title: Revue indigène (Port-au-Prince, Haiti)
Alternate Title: Anthologie de la poésie haïtienne "Indigène."
Physical Description: 1 v. : ; 22 cm.
Language: French
Donor: unknown ( endowment )
Publisher: Impressions magiques
Place of Publication: Haiti
Publication Date: 1982
Copyright Date: 1982
 Subjects
Subject: Haitian literature -- Periodicals   ( lcsh )
Littérature haïtienne -- Périodiques   ( rvm )
Poésie haïtienne -- Périodiques   ( rvm )
Genre: periodical   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Dates or Sequential Designation: 1. année, no 1 (juil. 1927)-1. année, no 5 & 6 (janv. & févr. 1928).
Numbering Peculiarities: Issue for janv. & févr. 1928 also called 1. année, no 5 (janv. 1928).
General Note: Includes Anthologie de la poésie haïtienne "Indigène."
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095935
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 29714400
lccn - 95641994

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 8 MBs ) ( PDF )

PDF ( 8 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Main
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42a
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89a
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138a
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188a
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
    Anthologie de la Poesie Haitienne Indigene
        Anth. Page i
        Anth. Page ii
        Anth. Page 1
        Anth. Page 2
        Anth. Page 3
        Anth. Page 4
        Anth. Page 5
        Anth. Page 6
        Anth. Page 7
        Anth. Page 8
        Anth. Page 9
        Anth. Page 10
        Anth. Page 11
        Anth. Page 12
        Anth. Page 13
        Anth. Page 14
        Anth. Page 15
        Anth. Page 16
        Anth. Page 17
        Anth. Page 18
        Anth. Page 19
        Anth. Page 20
        Anth. Page 21
        Anth. Page 22
        Anth. Page 23
        Anth. Page 24
        Anth. Page 25
        Anth. Page 26
        Anth. Page 27
        Anth. Page 28
        Anth. Page 29
        Anth. Page 30
        Anth. Page 31
        Anth. Page 32
        Anth. Page 33
        Anth. Page 34
        Anth. Page 35
        Anth. Page 36
        Anth. Page 37
        Anth. Page 38
        Anth. Page 39
        Anth. Page 40
        Anth. Page 41
        Anth. Page 42
        Anth. Page 43
        Anth. Page 44
        Anth. Page 45
        Anth. Page 46
        Anth. Page 47
        Anth. Page 48
        Anth. Page 49
        Anth. Page 50
        Anth. Page 51
        Anth. Page 52
        Anth. Page 53
        Anth. Page 54
        Anth. Page 55
        Anth. Page 56
        Anth. Page 57
        Anth. Page 58
        Anth. Page 59
        Anth. Page 60
        Anth. Page 61
        Anth. Page 62
        Anth. Page 63
        Anth. Page 64
        Anth. Page 65
        Anth. Page 66
        Anth. Page 67
        Anth. Page 68
        Anth. Page 69
        Anth. Page 70
        Anth. Page 71
        Anth. Page 72
        Anth. Page 73
        Anth. Page 74
        Anth. Page 75
        Anth. Page 76
        Anth. Page 77
        Anth. Page 78
        Anth. Page 79
        Anth. Page 80
        Anth. Page 81
        Anth. Page 82
        Anth. Page 83
    Back Cover
        Anth. Page 84
Full Text



1,e ANNE No 1. JUILLET 1927.





LES Au'TS ET LA VIE -

SDirecteur E.,i'oeM


DANIE. IIEI'RTZLOU:
CAJii BRnotARD'


AdnminisTralion :'511 Avenue Christophe




SOMMAIRE


Chnqe- Programrmne
QtueIqti5 dfinitions de la P&e.


I>ays:tgf-1. des AntIile-
Maindre>'
Aimns pamrla I'On cIe...


N'OIUIIL G. SYLVAIN
IRAIFEH %frT% Ru.-KRE
dle X-IOEmL G SYL'1IN,$
Exi1IL5'Pvn JeU


-j-A


IMPRIMERIE MODEL
1940, Angle des Rues Courbe & Macajoux
20th Street.
PORT-AU-PRINCE. ( HAITI ).
I^^^^ ^v^^glv^


Fondateurs -







Ir" ANN E N i JUILLET 1927.



LES ARTS ET LA VIE -



CHRONIQUE PROGRAMME



U'n rve de G; eorges Sylvain
Pendant iune Iurii de ti onfrenlces qu'il ilt jadis
dans le Sud dle file Georges Sylvain crivit il ses colla-
boriateurs dle L.A %ol)E ses imlpressions sur les diverse
villes traverses, et il finissait ainsi, donnant son idal
d'une Revue haltieineIrait-d'umnion, et lieu de rencon-
Ire de toultes les mes fraternelles que hlinte un mme
rve d'arl et de beaut.
Trouver en, dehors de la tPoliqtiqe, pour tous les
haitiens de bonne volont un terrain d'entente et d'u-
nion, faire concourir toutes les forces intellecluelles de
la Nation fila civilisation de la Patrie commune,les ren-
dre conscientes d'elles-mnmes en leur apprenant
mieuxse connaitre; indiquer aux gnrations nouvelles
venues dans le monde une poque de transition, leur
mission spciale qui est de prparer l'avenir, de mo-
raliser le people par la revelation del'idal artistique de
'insitruirepar une initiation graduelle la connaissance
dl, a langue et de la civilisation franaises obtenue i'
aide de notre.dialecle crole, nous sauver enfin de nous
times, n' drivant vers le Bien toutes ces activits in-
pites qui ricl)ament un aliment, toutes ces nergies la-
tentes qui s.tiolent et se dpriment dans l'oisivet.
Un lait don't chacun de nous pour peu qu'il rflchisse
.ne pett s'empcher d'tre Irapp ; c'est le manque de
cohsion de notre socit. L'ensemble, la continuity de
l'effort nous Font dfaut, faute de nous connatre les
uns, les autres. Aujourd'hui ne sait pas ce que ft hier,
ihose plus curieuse on s'ignore d'une ville l't''tre.
l-,i r'pahdanl dans le pays e <"gnlt d'une c '




2 I.A iU-VEL'I IND il.:N .

lionale, renour in laradilion iinterrompue, unir le piass
aLi preseni et preparer favenir.
I 'amnour des lel' res seun ainsi un lien qui unira les
CeIt rs. Mie manire de religion qui litlera l'avne'lminl
de celle Fralernit (lui jusqu'ici n'a trouv place que
suir nos actes officials ec dans les colonnes de nos jour-
naux. Vulgariser l'(Luvre de nos bons auleurs, aider les
jeunes qui mrilent l'tention aj se fire connatre du
public. Qui ne voit les esprances qu'il est lgilime (le
concevoir d'une pareille entreprise I...
Voil qui serail suffisant comme programme et qui
m'p)argncrait la peine de vous entretenir plus long-
temps mais il faut prciser nos tendances et ajouter -
l'idal ancien quelques pensei's nouveaux.
Pourquoi nous faisons une large pari la Posie.
El l'ro m'a dit Pensez-vous ? une revue d'art et (le
lillrilaure,en ce moment, y pensez-vous, ce sont jeux et
divertissementls de temps heureux, Iravaux de jours for-
tuns, on n'a pas le coeur la joie vous n'veil-
lerez aucun cho, qu'est-ce qui lit miles vers en notre
poque presse ; de jeunes i temmes romanlesques
et des adolescents amoureux, gallons ce n'est pas srieux,
je ne vous conseille pas de tenter l'avenluire .
L'heur'e n'est pas aux rires, c'ct vrai. D)ans le tour-
billonnement de nos existences ne crovez vous pas ce-
pendant qu'il serait agrable de conisenitir iune halle, tiune
rcration a l'ombre en cotilant chaltlr lespolesav anl
de rprendre le collier des Ipeinecsquolidivi nt cs. Nt mro-
yez-vous pas que lel'ardeau enrserail allg, lqu a i l; ile
semblerail 1ioinslongiue, le soleil moins a ardent. l.a cha ii-
sonn'est passeuleme l un111 air joli uitiihil vos .oies,orclits-
Ire vos soill'rnces: ell ,,r 1 is.< r''ouvrir le a\ sage
contempl d'u n regard d(istraiil, glissalni a la sul iace des
choses, sans essayer, une minute, de les possder, elle
nous permit de mieux voir en nous. d(le jouir du
paysage inltieuir. de pntrer dans le domain mysl-
riLeux des mes... Tout le problme n'estl-il pas li. La
posie est un inslruinent de cohni issan ice.
Ce n'est pas de pain seulemnent donit hous avons faim !
Le cercle s'agrandit, devenus pliu.s hli mains, f'raternels.





LA HEVUE INDIGNE 3
Nos cSurs s'en sont alls
tels des apotres
Vers les cours timides et transis
dos autres
Les doigts nous pour la Ronde, La Ronde autour du
monde !...
Nous voulons que de tout le pays d'autres voix r-
pondent. Les chanteurs sont du Nord et ils sont du
midi ils chantent le pays haitien. Ils aident le con-
naitre,i l'aimer en le connaissant, nous rvlent nous-
mnime, nous donnent des motifs de fiert national.
Les ides vraies ou fausses que l'on.a d'un pays sont
celles qu'en donnent les potes, les romanciers, les
peintres, les sculpteurs, image fidle ou tableau trom-
peur. 'Les japoneries de Loti, les miniatures d'HoKusa
ont rvl le lapon hroque et galant... Kikou Yamato
fait pntrer dans celle ime japonaise en femme et en
pole sensible et le pays des cerisiers et des pommiers
en Ileurs vit dans l'lnaginalion de milliers de lecteurs.
Les peuples oni besoin d'une rclame Bonne renomme
dit le vieux dicton vaut mieux que ceinture dore.
Le service de la propaganda tait dirig pendant la
guerre par des crivains de valeur et celle offensive
morale qu'taient les communiqus prsidaient les ta-
lenis les meilleurs'des pays belligranis.
C'est Giraudoux, je crois, l'un des meilleurs et plus
souples jeunes crivains franais qui est la prdpa-
gande, aux affairs lrangres.
La liltralure done l'expression in'faillible de l'fme
d'un people.
Ce que nous voulons.-- Ce sont tmoignages de notre
poque, de noire gnration, come on dit eni mdeci-
ne ou en chimie, noire reaction. les rflexes de noire
sensibilil au contact des choses.
Le message que nous apportons peu imporle qu'on
l entende, un autre ge viendra qui le recueillera, nous
en soimmes persuads, avant d'entrer dans la nuit d'ou-
bli, nous voulons lancer noire cri sincre. Un soir de
tempte, les vagues s'chevlent, le vent souffle en
bourrasques, le bateau dmat drive, dans sa cabine le
Ilgraphisle .... son posLe.ance les appeals convention-




4 LA REV'E INDIGRlNE

nels. calme dans le tumulte et le dsarroi. Le capitaine
dans son pose de commandement prend le cahier
de bord, inscrit ses dernires observations ci lance a la
c6te une bouteille la mer. De nos espoirs obstins pari
l'appel d'un antenne...c'est notre bouteille la mer...
Nous voulons essayer de retrouver en commun des
raisons de s'aimer dans des raisons de croire. Runir
d'un accord unanime les Ames de bonne volont qui
cherchent leur voie et errent tatons dans les tnbres,
les runir par l'art. dans la Beaut.
Retrouver le temps ou les haliens s'aimaient, on de
vivre tait chez nous une douceur. douceur enclose
dans nos paysages tranquilles entire nos mornes bleus
et la mer qui chante.
Notre public...
Le lecteur que nous choisissons, celui qui nous est
le plus cher, c'est le jeune homme de vingt ans
qu'un noble et gnreux enthousiasme transport, qui a
encore une me hroque et folle, qui a la hantise des
sommets, que le dsir d'excellence torture, qui rve
d'absolu... 6 vous le beau levain des futures moissons
jeune homme en qui nos espoirs sont enclos j'ai con-
en vous. Et vous les mres inquites, vous les pres
soucieux que son regard pensif meit, que sa fivre et
son exaltation effraient rassurez-vous il est n pour ac-
complir de grandes choses.
... Les jeunes filles que ne proccupetil pas encore les
douloureux problmes de nos existences opprimes, les
mres de demain qui auront ptrir l'argile meuble, la
pte fragile des mes dles enfants i naitre, nous voulons
qu'elles nous coulent, nous essaierons dle relenir leur
attention, de- les mouvoir, de les faire rflchir avec
nous aux devoirs collectifs.
Nos ides: une doctrine.-
Ce n'est pas seulement au cour mais aussi la ttle
.que notre pays est malade. Le problme est de l'Inelli-
genc d'abord, de la sensibility ensuite. Il nous faudra
letter chz nous en nous aidant du bel effort paralltle
men avec un rare bonheur -en France une cure de re-
naissance national. Il y a sur le march trop d'ides
fausses ein course.




LA lil.L'E INI1GilG Ni: 5)

11 nous l'atud riabl ii li notion d'ordre, de hirar-
chie ncessaire des bases, une sniine logique, des critres
plus justes. W'aiord tablir la bilfliolhque d'un hon-
nle hoimmne, chasser les vendeurs de pacolille, les di-
seurs de bonne:aventure, les saltimbanques et les jon-
gleur., rfaire connaitre les crivains probes, les p)tiseurs
srieux qui prparent il la li-'Fance lune jeunesse saine et
vigoureuse.
L'oeuvre u d'uin Auigusle Comle, coin inenl e par Maurras,
Valois, Galot, Daudel, La RHformc intellectuelle et
morale de Ilenan, T.aiiie, lFusiel, Barrs, Le Play,... j'en
p asse.
Dans ces penseurs nous prendrons (les mthodes de
raisonneient el des modes d'aclioin, ils nous.serviront
de modles et nous perm'ellronit (le bAlir une doctrine
original.
L'Amirique Laline et nous
Dans cellt Amrique espagnole et anglaise nous
avons la glorieuse destine de maintenir avec le Cana-
da et les Antilles franaises les traditions et la langue
franaise, honneur funesle et prilleux car il nous valut
un sicle d'isolement... La rpublique domiinicaine qui
partage noire territoire ne participe pas de cette infor-
lune, elle appartient , une Amrique Latine de 18 rpu-
bliqu"s. Des crivains parent un public de 90 mil-
lions d'Iiommes, on reconnal ses joies et ses peines.
Nous devons connail e la littrature et l'me de l'A-
m'-ique Laline.
Les peuples ont vcu d'unie vie aussi diffi'ile que la
nii're, ont connu les lmnmes Ittonnemnents, des vicissi-
ludes semblables, l're des caudillos et des pronuncia-
miintos. la priode o s'affrontent les forces d'anar-
chie et les forces (le cohsion et d'ordre, les temps p-
nibles de la pui)erl (les jeunes nationalilts.
L.s histories des causes dle leurs malheurs essaient,
conmne nous d'expliquer la race, ce simple phnomne
de physique social, ce jeu de forces antagonists qui se
heurtent avant de s'quilibrer en une statique parfaite.
Ils disent nou"s avons agi ainsi parce qu'indiens.
'Nous disons {volontiers nous autres parce que n-




(i L.\ Ill'' I M );V,1.1.\ l

Il n'ien i(s rien. si nous iavonl soiul'crt. si nous ', a o s
.cohnnui es Inntlies ainuissuses llas Sous ites cl Is sei-
blables, lda s des circoitsin: ces presque idi.Lnliquils. e
nlest Ii parce qu'indiens, ni parcel que neres. nunis par-
ce que hommnes. Tous les homes, quel qu'ils soient.
places sous le mIme climate, aux rises avec les meimes
dif'liculis, auraienit sans doute agi ou rdagi de mnle ...
en homes. Pa ul Moirand an retour d'nun long voyage
s'crinit rien (que la terre. El un autre grand voyageur.
i qui l'on demandait, son opinion sur ce qu'il av;n'il vu,
rdpotndit J'ai rencentre des hiomnmes et (des Ietu mues.
Nous sommes coupables d'ignorer l'A:mdrique laiine
parce que les origins sont semblnbles el qu'un grand
danger cominun nous Imenllace.
La lutte entire les croles espag ils des ainciemnnes
vice-rovy'uts et provinces de l'Amritqu L du Sud, dsi-
reux d'une vie civique moins dloutle et unie mir'o)ole
ayuant des mthodes de government tIrop'l)'reliaoiiili-
res, et une jeunesse enflamme par les di~lnmilions
passioinnes des |peniseurs fran ciis humnini!aires du
dix-huitimet, servis I5qr' des masses i diger.Ies nainu-
rellcmeu nt helliqueuses. Telle est en rco 'ourtci 'hlisioire
qui se repea dans loute 'mlet'rique. Sim l]'e revolle i<
l'origine ipuis guerre cerlainenien'nt servile de lec'on de chose el son s -n.s .-:
plus vasic car ce ne lut pas suleenil r el--e ,
'laimanl si piarl du.s profits. mtu is I; poi>usec .irr-i'.e Iile
d'une race opprim ee r'cliimanlm i cl obl-en: lt ;soIn 1 1 i.it ;
la vie libre'; come un floI rolmpa ni ses digu.es 'n
episode dians le conmbil que mene lltiiiiihuiite p).' plus
de .lustice.. Sa significatioi. lour l'Ami:riqute lilic fui
d'une leon de chlise. ce que devenail en pasna: : l'a ac-
le les rv eries des philosophies. .. Les raippri,. de Mi-
randa et de Plion puis du grand Boliv r aillestent p:r
des lanis ce qluc' j'avaici('.
les freres de I'muire race disent pa.irfois I;!l;u nl nous les crivains lalins d'Am ,rique ct les, priu.jrgts lu'-
redilaires oipposent leur barriere.
La L''n\ tr- |)tIll"uli(Iue et eimout vainle.mysilique el anmoureu-
se le S:. ,I nia Ins de.l i rnz., la religiuese luiex aine




LA I EVLUE INDIG(I:N 7

don't les sirophes passioulics'a p pareil ent Sainte-
Thrse.
SaIrmienito, le grand Argelfilii po)tle, polmiste, hom-
ime d'aclion avanl vcu ce'rlaines (le ses oeuvres don't
Factundo o Civilisacion y Barbarie explique merveil-
leusement les dbuts de In grande rpublique de la
Phlala.
Lugo()nes, Enrique Larrela nous prsenilent des aspects
divers d& l''me aux multiples visiges (le l'Argentine.
L'l(quatlorien Molonalvo, adversaire (rop souvent de
parli pris (fe Garcia Moreno, mailre en prose castillane
polnisle vigoureux.
Amado Nervo, Alfonso Heves doiinnent auL Mexique des
ltioignages iiinoul)lilables.
Jos Astiurcionl Silva, Santos Chocano, inolus vocateurs
de lyrisime perdu et (le caden'ces harnionieuses.
,le les connais noi-nime trop peu. .e m'accuse, les
reiiconitres out t braves au hasard des lectures, gritce
celle aliachante Revue de l'Amrique Laline que tous
les iiltellecluels laliens devraietit lire, fi la Revue de
Geni'e et i quuelques revues (le li-bas, El Hogar, Caras
y C(irelas Nosotros, que des amis bienveillants m'en-
voienl. .ai p.ll ainsi apprcier la lecondil merveilleuse
d'uie oeuvre et d'une vie spiriluelle Irop mconnue
c(liez nous.
Trois noms (ladus l'hisloire littraire du Brsil me
sont resis. (onalves Dit: dotnt le sens exquis de la na-
lui'e, un certain panllisine tropical faisait dire de lui
qu'il lailt comine un (le ,'es arbres de la f'ort tropi-
cale, oit la beaul (les lienrs se mile au parfum des
fruits, ai colors (les feuilles, aui clhant (les oiseaux et
la sourdine musical des \ anl', (Lins ton ('(iquilibrel con-
cerl (le correspoiidamiu(es in|il vues. iCsitro Alies, g-
nie prcoce fauch da( s l'clat 'le sn jeunu,'. se, d n'eseur
rdent de la libH raiioii 'Lus e't hiv( is ii'is. .aaill!haes
'ole religieux. Mlichlalo de Assis. Naliuco, Huy B1r-
"sa aux activits inmbreuses. plhilosophes et h ion' i
Etat sont connus A ces divers titrens. Les Pros '.
nes de Ruben Dario. le Nicar' aguemaiial. n'i i',s
-il d'chio panmi nous.





8 LA IEVL'IE INDIGINE

La rvlation que fui au monde latin, coinmme uni
idal ralis, le chantre d' cAriel Jos Enrique Rodo
la plus noble conscience dlu continelit comme le sa-
fuait rcemment Francis de Miomandre, le premier re-
prsentant de cet esprit continental qui dpassant le ca-
dre des petites pairies cra et voulut la prairie latine.
A l'utilitarisme anglo-saxon il opposa le cullede la com-
prhension du beau pour mieux permettre la pralique
du bien; une thique et une eslhtique hriles dle la
Grce antique, rgnres par la verlu chrtlienne.
Molivos de Proleo El Micador de Prospero dve-
loppements successifs d'une mme doctrine litiraire
et social exaltant les qualits de la race. et soulignant
l'importance d'une littrature autochtone. Personnalit
au rayonnement considerable, salu come un mai-
Ire dans toute l'Amrique laiine qui sur un plan idal
sans doute, come Goethe, Henri Heine. Nietzche, fii-
rent des europens, est un continental rvant d'un
esprit et d'une littralure accessible toute l'Amri-
que latine et dans le domaine politique de vastes fra-
ternits rel rouves, celles que rva l'orageux hroisme
de Bolivar.
Ventura Garcia Calderon qui le combat parfois rc-
prsente un autre aspect de cet esprit, et les divisions
n mmes de ses Dl)mocraties d'Amrique lai!ne d'n4?-
lent assez comment il entend le problme : Gra:.-l C<.-
IJ.ombic; Colombie Equaleur, Vnzula. Confddi a.i
Pruvienne: Prou, Bolivie, Confdralion de la i'alt
Argentine. Uruguav. Plariguay, Chili, Bjrsil. Ainri{que
C.entrale. *'cxiqie. Anlilles. groupements intcrnllti,-
iaux inlris communs, communautihs vasles conime
le v'eut noire poque qui lend aux synthses, aux con-
fdrations des petiles nations pour rsister aux app-
lits des puissances de proie.
Rves d'hilsiorien et de penseur. ralit de d(e ain !
Tous les haTliens aurai'bnt du connailre el mdiler le
e.au et terrible livre ile Manuel Ugarte El de.s.liini de
.An conlinenle n
S:';a srie d'ludes de Jos Vaisconcellos oula larlurer;
Vankee, rimprialisme en flois monants estl dont .
Gabriela Mistral,la chilienne magnanime don't le Ci
relen:til dans toule, la press de l'Amrique du Sud. <




LA.S IIEVuE iNDIGNi:.


(le la race latine justement effraye de la rue anglo-
saxonne.
Juana I barbouron sensible et frissonnante, qui cr,it
sur des fleurs avec l'encre de la rose
Plus prs de nous Amerigo Lugo,Fabio Fiallo,Les Hen-
riquez, et tant d'auties que j'ignore don't les messages
fraternels demeurent jamais perdus pour nous.
Nous avons leur faire connaltre notre apport bien
mince encore sans doute l'oeuyye de civilisation latine
mais que l'on aurait tort de. dimifiuer xagrment voire
dle l'ignorer tout a fait. A nous de produire nos titres, de
faire notre preuve.
Plus human. Enfin nous devons travailler A crer
l'homme qui vient, le citoyen de l'avenir, le citoyen de
l'humanit, d'une humanity renouvele J'entends les
cris et le lumulle (les pharisiens- pour qui lesbarrires
les fro ntires, les diftrencesde races, les positions go-
graphiques n'oijl que leurs valeurs d'accidents nces-
saires limitant le champ que nous cultivons mais qui
n'entament en rien l'identit douloureuse des conscien-
ces. Voila celui que nous cherchons: l'homme qut vient,
celui qu'appelait et qu'attendait Massillon Coicou, l'ami,
le frre pour qui nous avons une tendresse toute prte.
Nous essaierons (le le crer en nous, autour de nous.
Cependant que l'on ne se trompe sur nos intentions et
-lnos penses et que l'on ne nous trahisse en nous interpr-
tatii: la diversity des patries est ncessaire Heureux
ceux qui sont morts pcur les cits charnelles car elles
sont le corps de la cit de Dieu. disait Pguy. Ce sont
terroirs d'lection, crdres prdestins l'closion mer-
veilleuse de planes dissemblables et pourtant proches
parents.
Ce que nous tdcherons de faire de notre revue. Un
tableau fidle et vivant des diverse manifestations de
la vie et de la pense hatienne contemporaine.
Vie intellectuelle et artistique, vie conomique et
commercial. Le point de vue lhatien des questions,
la faon don't envisageons les choses et comme on fait
une manire d'insulte du mot indign nous le revendi-
quons coinme un titre, le point de vue de l'indigne,
Un retour la sincrit et au natu'rel, au modle vi-
Vant, la description directed, un parfW, t*'accentu





S10 LA HEV'E INI)GI'iNI-

d'haliennel voila qui seilible caractriser notre jeune
posie. MMIlihobv-Marcelin etl lounier don't l'euvre
nous parailt significalive avec 'les moyens dilfrenlis et
des tempramienis arlisliqui,.-s parliculiers ont rendu le
charme(les passages de chez nous l'in en peintr vigou-
reux, Rouiner; l'aulre en minialuriste dlicat, noire ilra-
gile Philo.
On retrouvera dans l'humotr de Pntich. l'cho de s,
bonne hunmeur.
Le rire dans le brouillard dlinissail I)ekobra, il n'y
a pas de brouillard dans l'ame (de notre nmi.
Des notre prochaine livraison I'ul de nous donnera
un panorama de e osie ranaise cete posieon em poraine
afin d'initier le public (le chez nous ci de l'introduire
dans ce parlterre choisi.
Des coites, nousles avons choisis et surloul 'voulls
de ceux de nos conteurs qui out su voir el comprendre
Hati. Nous conumnenou;s par un pisode de la vie pay-
saline dlicieusement croqu par ce philosophy allen-
dri, cet houmme d'espril harimani qui a nom Price-Mars.
C'est un exirail du savou'reutx sibsianliel et prolond ou-
vrage de noire ami sur le folklore hailien, vieilles L-
gendes, vieilles cotl ilmes, hriles du l)ass aricain. ou
de l'poque coloniale.l)esconies de Marrelin. d'I il)erl.
et d'autres... nous n'anlicipons pas... aideroni i fixer
le visage d'Ilaili, son vrai visage:. -
1)es siynthses hlsloriques;la philosophies des vne-
mnents, leurs raisons caches. L'tude des causes dj
entreprise par les grands clairvoyants d'autrefois: un
Edmond Paul, un Justin Dvot, un Lon Audain, sera
continue avec moins d bonheur peut-~ire, mais avec
une gale bonne foi et la plii '',c "''hi.- .
Nous voulons continue, prendre rang. dan., ia suite.
de ceux qui peinrent pou r qu'il y ail. unjouyr tui e liaili,
prospre, heureuse, libre. '
Non nmi. G. SYl.vAuN





Quelques Diinitions de la Posie...



thAs:lN MAlai llu.E...
. Les vers nie sont pas comnile certain croient, des
sentiments, (on les a toujours assez t11t) ce sont (les ex-
priences. Pour un seul vers il faut avoir vu beaucoup
de villes, d'hoimmes et de choses, il lfaut connailre les
animaux, il laut sentir comment violent les oiseaux et
savoir quel miouvenienlt font les petites Ilcurs en s'ou-
vrant le martin.
Il faut pouvoir repenser i des chemins dans des r-
gions inconnues, i d(,s renicontres inattendues, des
dparts que l'en voyait longtemps approcher, des
jouirsd'enCl'aince(doni le miystere ne s'est pas encore clair-
ci, ;i ses parents qu'il l'allail qu'on firoisst loirsqu'ilsvous
apportie'Il it lie joie et qu'on ne la comprenalit pas ( c'-
lait une joie faite pour ian auitre ) des maladies d'en-
l'aince qui coIm IencieItl si singulirement par tant de
pro'ondes el graves Iranslorirmalions, a des jours passs
dlans des chambers graves et continues, des malins
an bord de lai mer, t la mer elle-nime, des nuits de
voyage qui l'rmissaient t r.s haul el volaient avec ltou-
les les loiles. Il ne suffit nm-me ptJs de savoir penser
lotl cela. Il faut avoir des souvenirs dle beaucoup de
nuits d'amour, dont aucune ne ressemblait l'autre, de
cris de femmes lurlant en mal d'enfant, et de lgres,
de blanches, dedormantesaccouchesqui-se rel'ermaient.
Il Caut encore avoir t auprs de mioutrants, tre rest as-
sis ;uiprs de morts dans la chanmbre avec la fentre ou-
verle et les bruits qui venaient par -coups. Et il ne suf-
fit mme pas d'avoir des souvenirs. Il faut savoir les
oublier quand ils sont nombreux, il faut avoir la gran-
de patience d'attendre qu'ils reviennent, car les souve-
nirs eux-mmes ne sont pasencore cela.
Ce n'est que lorsqu'ilsdeviennent en nous, sang, geste,
lorsqu'ils 'n'ont plus de nom et ne se distinguent plus de
nous, ce n'cst qu'alors qu'il peut arriver qu'en une heure
trs rare. du milieu d'eux,se lve le premier mot. d'un
vers ......





12 LA IEVL'E INDIGENE

(Les Cahiers de M. L. Brigge ) I.x ~n MAIUA IIuE
Raimer-Mari: -Rilke lul l'un de. j plus gra;nds lyriques
contemporain.. Ce magnilique li.moignage sur la posie
- qui vaut un ls beau pome est tir d'une manire
d'autobiographie o ce visionnaire surprena ni se raconte,
les cahiers de Malle Laurids]Brigge paru en 1909 traduit
par Maurice Betz etque nous rvla la collection des Con-
temporains D'origine slave Rilke est ni i Prague. C'est
un des premiers europens come les r'vait Nietzche.
Non par ses doctrines comme Romain Rolland mais par
la connaissance que ses voyages lui donnrent de [1Eu-
rope -Autrichien de-naissance, allemand par son pre
il sjourna Vienne pendant sa premiere jeunesse finite
ses tudes Munich, habitat tour tour Moscou, Vienne,
Paris, Rome et ses errants le portrent de la Sude a
.l'Espagne et mme dans les pays fie soleil du Nord Afri-
que: Algrie, Tunisie, Egypte. Il de monde d'impressions merveilleusement harmonises et
rendues amplifies par la sensibility trs riche j.que l'on
a pu apprcier. Il a les intennes frinissanles ....







Pour Ph. Tholy-Marcelin
... Que tesvers rconfortent comme.une poigne de main
qu'on y senate vibrer, fraternel, un cour human.
Oublier la- leon apprise, les lives lus,
les souvenirs factices, les sentiments voulus.
Peu imported que la rime sonne come un grelol,
Peu'importe le nombre, pour rhytmer nios sanglots.
Comlempler l'univers come un petit enfant.
de son regard avide et de son oeil gourmand,
tirer de chaque chose sa part de beaut,
dcouvrir en tremblant une humble vrit.
Il faut devenir simple, sincre, comme un mourant.
NoRMIL SYL'AIN.





L IIE.'~ UE INDiUI~.NIX 13


Sous la Varangue


['n vase de cristal, de l'eau Traiche, des viornes!...
Les. pches le Kenscott et les fraises dles mornes;
la faim donne la bouche un got de quinquina.
La -minule est d'or vierge o l'on tient.sur la langue
un dlicit morcel d'un juteux ananas.
Et le soleil d't, dans l'troite varangue,
-Le palais devient lisse a>u coup d'un vin grenat...
* pnlre les raisins mais glisse sur la mangue.
SMILE ROUMER



Sous-Bois


La bouchelouce encor d'un kaiser amical, '
gravir un niorne rouge o bronche le cheval.
Le jour sombre en la merl-bas, l'ombre s'attarde,
on dirait, impalpable, un vol cendr d'outarde.
La pourpre des couchants reflue aux les d'or.
Le sentier forme, troit, un ombreux corridor,
les perons raflent les cactus ... On gote
les voix fraiches d'enfants qui chantent sur la route.
L'anglus sonne combien triste; l'alezan..
faith. brusque, uu bond effleurant presque un paysan.


(Pomes d'Haiti et de France)


E.%tiiE RoumEiR.




14 LA IEVUE INDIGNE


Foot-Ball

a l'quipe de SI. Louis de Gonzague.
L'arbitre...L'avant-centre est presque en quilibre
pour le shoot ...Dbordant la ligne,les ailiers
agiles, les demis dans l'attente plis;
le team palpite, harmonieux, sous le ciel libre.
Signal... Le coup d'envoi, c'est une aile qui vibre;
la boule retentit comme au flanc des voiliers
la mer, la grande mer que change le flibre;
les arrires massifs sont de mouvants piliers.
La passe frmit longue, on le bloque, et la lutte
grouille autour du garden qui se dfend mais bulle
contre un corps affal, come bronche un mulel.
Et brusque, shoot au but.., On dirait le front chauve
d'un bonze qui s'enroule aux mailles du filet.
Qu'on me centre nouveau le ballon de cuir fauve
(Pomes d'Hati et de France) EMILE ]HOUMER


Cent Mtres


A mon excellewfi camarade
Selvio Calor, claupion..
Quatre. Rainasss conmme
des fauves. Quatre homes
Les nergies bandes tells des cordes
se sentent fluidiques, se heurlent forces
d'embrocation.
nerveusement se froissenlt.
Angoisse. Angoisse
'de l'attente. Invocation:
Starter. 0 Starler lire
dlivre




LA REVUE INDIGNE 15


- Nous -- Prts?
Bras, hlices brusquement
dclanches par le pistolet
tournant perdument
en quart de cercle. Vingt mtres.
Tous de front. Bien-tre;
volupt du vent
entire les dents.
Cinquante mtres: deux lchent
pied. Hachent
l'air. Bcherons
de la fatigue qui, colle
les muscles au sol.
Desespoir.
Les deux autres de front.
Quatre- vingt mtres. L'un pense:
Passerai-je? 0 passerai-je?
Souffrance,
Souffrance du petit marteau
contre l'enclume de ma tempe
Souffrance du trou noir
entire la misre de mes jambes
et l'arrive. Je veux.
Je passe. Non.
Je veux. Je passe
L'autre: Ha I mon corps las
Ha 1 mes poumons
carburateurs douloureux
dans ma poitrine en feu.
Dernier effort du corps projet
contre le fil. Rictus de Promthe
dlivr. Trombe.
Enfin.
*(Journaux du lendemain :
Un tel, gagn d'une poitrine ).
L'herbe est une verte et frache tombe.
JACQUES RouMAIN.





16() IA HE\'. E INDIGENE


Poerne Lunaire --
Lune, globe d'argent aux clarls soniiolenlles
Quel pome viens-tu center aux floats Irompeurs
Quand les clochesdu soir claires et trmolenles
Rythment leurs Anglus pleins d'liranges douceurs
Quel pome viens-lu counter aux flots trompeurs.
Lueur, rayon, cloches d'mes namoures
Rythmant des Anglus pleins d'tranges douceurs.
Tmoin froid des clameurs vaines, dsespres ....
Lueur, rayon, cloche d'mes enamoures
0 Lune, clair flambeau des rendez-vous furlils
Que te content les flots aux voix dsespres
Quand l'ouragan ahane au profound des rcifs.
Les flots sont assoupis sons ton regard de reine,
0 fleur du ciel close au jardin de la muil.
Et par-instants, suave el ple cantilne
Monte le rythme leni de la vague qui luit.
O fleur du ciel close au jardin de la nuil
De l'ocan aux voix profondes et lointaines
Monte le rythme lent de la vague qui luil
Orchestre de sanglots'"aius, de plainles vaines....
Et l'ocan aux voix profondes et lointaines
Frmit sous les baisers de noirs oiseaux de mer,
Orchestre de sanglots aigus, de plaintes vaines.
Les grands mlsflagells plongent au gouffre amer
Quand les cloches du soir claires et trmolentes
Diront leurs Anglus pleins d'tranges douceurs,
Lune, sous tes clarlts douces et somnolentes
L'ocan rythmera ses pomes trompeurs.
C. REGULU'S.




LA REVUE INDIGNE 17



PAYSAGES DES ANTILLES


LA VAGNE
I


Il pleut sur La Vague.
Rien ne me semble plus triste que la pluie la campa-
gne, sur les arbres immobiles, qu'on les croirait sans vie.
Pas un souffle n'agite leurs frondaisons.
Il pleut dru, mais finement.
Ce n'est pas une averse t Le ciel n'a pas cette nuance
sombre des temps d'orage; l'atmosphre n'est pas lourde.
Il fait frais, presque bon.
L'horizon est clair. A peine est-il estomp sous la trame
lgre et tnue de l'onde, trame continuellement tissue
et dans tous les sens...
De temps en temps la traversent, des oiseaux: couples de
ramiers attards. descendant des months, vers les Figuiers
et les Mombins de la rivire; des jondelles , venues je
ne sais d'o,- de Fpuch peut-tre, ou des Salines de
Trouin, --pareilles des bouts de flches casses, ont l'air
de petites croix suspendues dans le vide.
Un Mansfni passe ...
Il pleut toujours.
Les gouttelettes tchent de gris les stjes des palmiers ou
coulent en rigoles minuscules sur les pennes d'-
meraude des Bananiers. Le feuillage des Manioc est
lav et d'un vert plus fonc.
Dj brille un rayon de soleil; puis deux; puis trois...
C'est l'claircie.
Onde bienfaisante 1
Les champs avaient soif. La vie reprend.
Les Sarah multicolores piaillent dans les rameaux des
Gommiers . Un vol de perruches x, des cailles s'appellent.
La brise dvale des hauteurs rveilles, houle tra-
vers les grandes herbes resplendissantes de mica et nous
apporte le parfum vivifiant dessapins ou l'odeur de la bonne
terre mouille.





18 LA IIEV'E INDIGEN'

Un colibri fail: tu-tl-uii; (les troglodyles siffloteni;. le
Ouanga-ngness jelle son cri perant ei lile come, un
trait.
J'entends des chaWls de pifnladeau x, en mme temps que
montent en choeur, des bois pleins dle soleil, les stridule-
ments rauques de nos cigales et de nos grillons.


La chienne est impalienie. Elle jappe; elle jure: elle pletr-
niche doucement: elle supplie....
Nous prenons nos fusils: elle est heureuse et exulte.
-Pour Midi, n'est-ce pas, Messieurs?
-Pour Midi 1
-Bonne chasse;
-Bonnes affaires !
Nos pas martlent l'avenue sablonneuse. Nous nous en-
fonons dans les sous-bois odorifrants des gorges de La
Vagne, laissant Duval; au milieu de ses crises dle caf; rou-
ges comme des lvres d'amanies...


Sol'la cicala, col noiso metro
Le v'alli e i monti assorda e il mare e il cielo !
( L'Arioste )


Par la baie de ma chambre, m'arriveint, painli le pi.llo-
1IW multiple des oiseaux, les premiers stridfulements des ci-
gales de juillet.
En souvenir de Carducci qui les cntenediit dans s mel'r-
veilleuse Toscane, et nous lesa chaltes avec amour, je
les guettais pieusement depuis la mi-Juin.
Je jouis dj de mon prochailp bonheur, lorsque chaque
ombrelle de pins verts, abritera les chres bestioles.
11 n'y a rien (le pl is nostalgique, de plus mouvant. dans
la solitude d'une campagihe que le vacarme assourdissant
que font ces l'illes de le Ferre , dans leur hvymne aut so-
leil, l'azur, la. vie I
O donc en avais-je t tmoin ?
Voici un paysage luxuriant que la Caniculd embrase de
ses effluves. Son ciel moutonne dans la clarl aveuglante
de Midi. 11 vente frais. Da grandes pennes d'meraude se
balancent lentement: Bananiers penchs sous le poids des
rogimes.






Des globes d'or pendent, pareilles des boucles, d'oreil-
les, aux rameaux des rangers. Je hume sensuellement le
parfulm des mangues mres et des iomibinsjonchant le sol.
Un tiam-charoi babille encore, quelque part, perdu dans
la reuille tandis qu'clate le gros rire des bavardescorneilles.
Un chant mlancolique au rythme des battoirs, monte des
Rives de l'Artibonite. Il y a des lavandires.
Un Ane braie; des chiens jappent; des cailles sifflent....
Un vol ffrn de jacquots creusatl le ciel d'un silla-
ge vert et rouge.
Puis rien; puis le silence: C'est le Midi prs de Mirebalais.
Midi tropical: Heure de.solitude 1
Seul, maintenant potu; enchanter les bois assoupis dans
leur sieste rsonne le chour magnifique des cigales, folles
d'amour, de lumire et de vie 1.......
MERGE
iil
Merg,le site est joli. La mnier y est pittoresque. Nos bonnes
gens de l'endroit l'appellent mer frappe , Fans doute
parcequ'en se brisant sur les roches et les galets blancs et,
gris du rivage, elle y laisse une mousse fouette....
A quelques pas, un lieu propice aux songeries et aux lec-
tures. C'est une petite anse. Une eau calme et peu profonde.
Des barques de pche s'y dodineint. "
a et lI, sur la grve, des nasses de roseaux; dans
les marais; fouillis d'arbustes d'o mergent, comme des ba-
guettes, les tiges sveltes et fines des joncs.
Pour abriter du soleil: un plafond de verdur.e. l'ouvrage
duquel les majestueuses futaies et les bayahondes ont uni
leurs frond'aisons. Les tourterelles; brunes aux veux bleus;
viennent s'y reposer le jour, les merles y niche la nuit. Les
chevelures Verles et frises des bambous rafrachissent l'air
brlant.
Retraite calme et paisible, don't le silence, par instant.,
n'est trouble que par le chant nostalgique de femmes au la-
voir; des blements de cabrits, des appeals stridents de rles
ou d'chassiers hauts sur pattes et laids, l'appel d'amour, le
roucoulement tendre des perdrix grises, la plainte des
feuilles sches sons le pas menu des lzards ou le bruisse-
ment harmonieux de la brise dans l'ventail des cocotiers...
Et dominant tout ce paysage, quand MIDI broie la cam-
pagne de sa rude treinte, et tincelle au large, le bour-
don jamais faux, mais monotone du flux...
SAINT- ROBERT


I.A ItEVL*L


19




20 LA REVUE INDIGNE



Mandres

Je n'alourdirai pasles pomes quevous allez entendre -
un pome n'est-il pas toujours un chant, et mme lu des
yeux ne chante t'il pas en nous d'aucune glose mala-
droite; pour vous introduire dans l'me de mon ami je se-
rais sans doute un guide suffisament averti car je l'aflee-
tionne assez et cela suffit, niais peu-t-tre m'en voudrait il
de trouble son intimit.
Je ne vais donc pastenter de vous l'expliquer, c'esl un
travail trop dlicat alors qu'il .est dj si difficile de voir
clair en soi connait-on jamais assez son voisin pour ne pas
craindre de le trahir en dnonant ses intentions secrles.
Je vous invite seulement communier avee moi en la
beaut le travail du critique est il autre chose qu'un acte
de foi et d'amour.
Nous nous promenons en un un ardin merveilleux, je cueille
'pour vous en faire hommage mes amis car je n'admets
me lire que des mes fraternelles, les compagnons bnl--
voles qui sentent comme nous des roses royales des jas-
mins troublants, des frangipanes ples ... un anure viendra
qui chenillera, fera tomber les gourmands, rectifiera l'ili-
gnement.
Pour moi l'ombre propice, l'eau qui chante, les plates
vivaces et drues me plaisent pour promeirer mon nonclia-
loir et j'coute la chanson du trouvre ... c'est une chanson
frle d'amoureux... il s'acompagnede la viole ou de la man-
dore, les mots sont doux. qui disaient la joie des prsences,
clbrent les rencontres, magnificent l'extase, c'est un prlu-
de calnie ou un chant ardent ... Le pote est A l'ge du rve.
Il murmure ses pomes voix basse pianissimo amo-
rose. Le soir est confidential. Le jardin s'est fait plus inli-
me. L'heure est. prcieuse. Les femmes rendnes graves ont
cess leurs ramages. L'une d'elle a frisonn, d'un geste fri-
leux, sur son paule a ramen l'charpe qui tombait, une
autre ajoint les mains, et j'ai vu dans l'eau sombre de vos
regards, notre amie. une toile d'or qui dansait, borne pro-
che au sord des cils ...
Il est de ces musiques qui attendrissent, doucement ten-
dre et tendrement mlancoliques, et puis les femmes ont
des cours plus sensibles, et promptes s'mouvoir l'iitelli-
gence de l'me...
Eoutez la chanson bien dquce.....





L.A nEVt'E INDt':NE 21


DISCRETION
Si vous voulez que votre presence
Me soit dounc, ne me dites rien
Et que seule la voixdu Silence
Emplisse notre grave entretien.
Si vous voulez que je vous comprenne,
Que me parent vos yeux seulement
Et que vos lvres, comme les miennes,
Gardent les plis du recueillement.
Si vous voulez que parfois je pense
A vous qui passez sur ,mon chemin,
Ne murmuiez rien ma souffrance
Et partez sans me toucher la main.
Partez come vous tes venue.
Pas de mots de tendresse ou d'adieu.
Ma tristesse veut tte inconnue.
Les mots qu'on tait l'apaisent le mieux...
LEON LALEAU.


Les Oublis
Tout le jour, (les visages ptes
Se sont penchs vers les tombeaux,
Et leurs soupirs et leurs sanglots
Ont brui parmi les ptales
Des lvres, tremblantes d'amour,
Ont dit de trs lentes prires
Afin qu'en l'ternel sjour
Leur vie, aux morts, soit moins amre.
r.t nul cependant n'a pens
Que, plus mortsque les mort eux-mmes
Les cours, par d'autres dlaisss,
Ont aussi besoin qu'on les aime.
Ainsi des Ames que l'Amour
Peut tre a pour toujours broyes,
Ont gard, mme en ce grand jour
L'aspect des tombes oublies
2 Novembre -
( voix basse...)





22 LA REVUE INDIGINE

Dans ce jardin des joies je suis revenue quelquefois,
mais le joyeux dcanieron, la troupe un peu lfolle s'est
disperse. Le vent souffle en bourrasque. L here n'est
plus aux joyeuses causeries, aux cofidnIces mues.
Combien resle-t-il des donneur's dle srnades ? Ou sont
les belles couteuses?
Nous sommes seuls, lui et moi, sur le banc de pierre.
C'estun homme qui parle. Sa voix est grave. L'accent est
mle et il me dit lesjoies de l'ge viril. Plus ne sont les
cadences savantes et compliques. Plus n'est besoin de la
viole d'amour, de la musique grle des barcaroles. C'est
un homme qui parle, vous dis-je. Il dit l'amour, mais si
la mme ardeur l'anime, c'est qu'il sent couler en lui le
sang gnreux d'anctres vigoureux.

ATAVISME
Si mon lre frmit d'une ternelle fivre
Et qu'il ignore, a prs les ">mioureux lourtinen s
La molle volupt des longs apaisements
Et lebaiser lass qui s'endort sur les lvres.
Si la souple splendeur (le votre blanche chair
Se meurtrit dans l'tau de mes brusques
ireinles,
Si je n'entendsjamais vosangoissantes plaintes
Lorsque vous vous tordezentre mes bras dle fer
Si ma bouche cloue votre frle bouche
Ne s'en arrache plus qu'avec brutalit
Et qu'il semble qu'eu moi arde tout un t
Calcinantnotreamourel brlant notre couche,
C'est que je suis de ce Pays, o de ses ors
Fondus,un lourd soleil single la chair desires.
.Et qu'aux rudes baisers de ce Royal Anctre
b'implacablesdsirsm'ont lacr le corps.

C'est que.j apais.je n'aisentimeschaudes
*1 'veiiles
Se temprer (le la torpeur des dqrs hivers
Etqu'il circle en moi,puissant,'preet pervers
Uu peu de ce sang noir des races africaines.




LA REVUE ~IN.G'XE 23

Il est l'age.du dsir. Il dit la volupt.
Au bord de la route comme des bornes qui 'indiquent
la voie, qui nous tont souvenir que jamais nous ne re-
passerons avec notre me d'aujourdhui dans les che-
mins d'hier. Il yv a des tombes.
A l'heure o se taisent les colombes
Parle tout bas, si c'est d'amour,
Et c'est la halte pieuse au bord des tombes. Autour
des visages disparus Clment Romain, Paul Estve, fan-
t "mes aims, compagnons de l'adolescence inquite.
Avec quelle motion sincre, quelle sympathie revivaient
autour de nous vos ombres fraternelles ....
Un soir, la mauvaise bte qui rde sournoise s'est ap-
proche. Il a su regarder, en face, dansles yeuxlevieux
chacal qui est le Desir etla Nuit. Mais sa chaira trembl
et il avoue ce frisson quand il a vu le mufle roux effleu-
rer le berceau o dormait son enfant.
Je n'ai pas peur de vous...
Je n'ai pas peur de vous. mort implacable et sourde
et que n'meuvent pas les dsespoirs humans.
Uue fois vingt ans. votre dmarche lourde
m'a heurt: j'ai senti ma gorge entire vos mains
Et je n'ai pas cri...
Pourtant, dans ma poitrine,
Mon cour a sursaut comme une flamme au vent
Quand j'ai vu votre pas qui, dans l'ombre chemine
Hsiter prs du lit o dormait notre enfant.
Voil le cri sincre, d'un accent qui ne trotnpe pas.
Ce sont de ces vers humans que souhatait Rainer Ma-
ria Rilke. Des paroles de vie, ces simples mots qui ex-
priment la vrit. La mort, parmi les thmes potiques
est une pierre de touche: elle measure notre rsonnance.
C'est pou-quoi trs peu l'abordent. Le cliquetis des pi-
tlhtes, les dclamations paraissent ridicules et odieuses
comme une profanation. L'art et la Vie s rencontrent.
Il semblerait puril de les parer d'aucun accessoire ou
d'oflrir un dcor factice. Prends l'loquence et tords
lui le cou




24 LA REVUE INDIGNE


Mourir
Songer qu'un jour ce soleil brilanl qui se leve
N'clairera qu'un peu de plceur sur mon front
Que mon regard en leu s'eleindra comme un rve
Et que mes chers dsirs, i jamais, se taironi
Songer que soudain, mon coer cessera de balire
Malgr le grand amour qui l'ensanglante encore
Et qu'aux frlemenls lents de votre main d'albalre
Mon tre rpondra par le froid de la mort.
Songer qu'un jour, songer qu'un jour prochain peuttre
Je ne pourrai plus boire aux coupes de les yeux
Ni-chanter le frisson des choses et des tres
Avec en moi l'orgueil d'tre iin:pir des dieux...
Et j'aurais lermin le pome l avec cette angoisse
qui ne se resout pas, celle inlerrogalion passionne
qui n'est hlas qu'une certitude dsespre, mais o cir-
cule une rvolte de toute la chair qui n'accepte pas l'ar-
rt du destin Et voici la rponse, c'est malgr lout la
soumission, lecalme aprs ce sursaut indign.
EN SILENCE
Ce s.'rait si bon de Imouri'
Sans souffrance et sans secuise,
Avec impression si douce
Qu'e n un instant l'on va dormir !
Ce serait si bon de pa-rtir
Sans que la lvre se retrousse
D'aucun rictus, sansque 1'on
pousse
Ni sanglot vain, ni vain soupir 1
Une petile main qui press,
Vos mains d'une ultime caresse
El sur voire front, un baiser,
Un baiser de sour ou d'nmie,
El calme, le cour apais
S'en aller enfin de la Vie !..





LA HEVUE INDIGNE 21

(Cest la loule pelite parole qui nous fait tant de bien,
la simple parole humaine. Le reste est littrature, ce lie
sont que l'estons, ce ne sont qu'aslragales. Ecoutez la
Voix dans le soir en un rythme lihletant oppress, le
rylihme (le l'moion inmime.
Comme noire ami est aim des dieux nous serons pour
luti svre qu'il nous permeate de lui dire f'raichement
qu'il lui fanudra consentir des sacrifices la perfection
est chose cle disait notre Moras ; il doit apricette
Sure ou il nous a dit ses douleurs d'homme, l'oeuvre
definitive des pices du mme grain d'un marbre com-
pact et fin.
Paulo major cananmus I v a encore' des mievre-
ries sentimentales auxquelles il s'attarde, de la prciosi-
l et des exercices (lui sont d L jeu et du mtier, jeu a-
grable audemeurani el mtierd'artiste a droil, l'influ-
ence a et l de Magre, I)l.aile et Visite, leryvlhme che-
vel ce grand barbare sincre Verheren ce don't
nous ne nous plaignons d'ailleurs pas et quand je dis
influence c'est faon d'enlendre les choses, des points
(le lvue de descriptions psychologiques, pas aulre chose.
L'oeuvre nouvelle est de qualil et reliendra P'atten-
lion. Ce qui nousa plu particulirement c'est d'y Irou-
ver un home Je cherche un auleur et je trouve -un
homme. Pour mener ce haul lieu, l'enthousiasme, el
l'molion esthtique participe dle ce paroxysme, il
fatullre mnu prol'ondiment soi-mme. La sincrilne
suflil pourtant pas car un imbcilecoiivaiiicu rait pote.
11 l'aul le don d'expression. D'ahord fire en soi le
silence, descendre aux plus ro)l'(nds ibimes de sa
conscience ci nous rapporter ensuite les dcouvertes.
Cerlains en soulffrent et parent de cabotinage spiri-
luef mais ce n'est pas jouer un rle que de prsenter
aux autres le spectacle dle leur joie et de leurs souffran-
ces. le nombre des scntinienis tant restreint. Est-ce
pcher vraiment que de parler pour eux leur me?
L'homme est goste. Nous plaisent les oeuvresou nous
nous retrouvons, les esprits de la mme famille spiri-"
luelle; cela explique sans doute les sympathies et bien
des incomprhensions ...
Maurice Rostan~ plans l'affeclueuse prface qui in-
troduit au recueil, de Laleau louant la sincrit de





26 LA REVUE INDIGNE

l'accent dit que les seuls beaux pomes soni ceux que
nous avons vcus avant de les crire Je pense que
cela mve assez loin des badinages puerils et des ba-
nalils rimes don't s'encombrent les libraires.
Trois ciels pour un cour tel est le nom de bapt-
me e nom jouet comme on dil chez nous que
lui donne son parrain parisien.
Ilyacerteune influence des choses,du climat,du terroir
ou s'panouissent nos sensibilits. Maurice Rostand
prte un certain trouble, une exaltation un peu paen-
ne et barbare au ciel hatien, la sensualit magnifique
un peu lourde l'Italie de lumire, et une certain re-
tenue sobre dans la douleur aux paysages tranquilles
des cteaux modrsde l'Ile de France. Sduisante in-
duction de pote, mais c'est chez nous ou il levait, par
ses lectures quil'enrichissaient que s'est forme la sensi-
bilit si riche de Lon Laleau qui nous vaut aujour-
d'hui ces pomes qu'il vient de livrer la curiosity in-
quite des amateurs de tulipes
Car la plante est rare et la fleur jolie.
PASCAL. FLAMMEUR





LA REVUE INDIGNE 27


LE CENDRIER
-x


Elle regrelle ses pchs
qu'en son me, cendre lvgre
d'une cigarette trangre
tombe enfin sur ses fruits pluchs.
( JEAN.PELLERIN ).

D'UN RETOUR
C'est comme une premiere rencontre,
Tu reviens sans ton premier visage
Tu te penches sur le bassin.
Tu churches ton sourire
et tes gestes d'autrefois;
mais l'eau ne retient pas l'image. .
LAGO *)
C'tait il n'y a pas trop longtemps
(j'avais encore des sanglots
pour pleurer mes jouets.casss)
je savais le bonheur de m'enfouir
sous un tas d'herbe de Guine,
le cour angoiss
par la crainte d'tre dcouvert et pris.
J'coutais. .
Rien que l'impatience d'un cheval
tapant du sabot.
rien que des dmangeaisons
aux jambes et la figure.
('* Lago : cache-cAche
BEAU RVE...
Beau rve. hamac tendu
l'ombre 'u sommeil,
bercez l'homme- perdu
d'tre tomb du ciel.




28 LA REVUE INDIGENE


CONTE CROLE
Savez-vouA pas la savoureuse histoire
de Bouqui.
qui habitat six journes
de la ville?
Savez-vous pas l'histoire
de Bouqui se rendant la ville
et qui,
la cinquime journe,
dclara :
- C'est bien trop loin,
je m'en retourne
ma case.
JOURNE D'HIVER
Lalampe est allume et c'est pourtant midi i l-pen-
dule.
Paris m'olfre un soleil sans joie, rouge. loinlain, po-
laire comme une lune aprs louragan.
Je suis ti:s las.
J'appuie mon front la vilre l'redonnant une iirii.gue.
Elgie aux Lavandires du Bols de Chne
Dites, lavandires, est-il*si loin
le temps de mon enfance ?
Ah I nierez-vous, mon pre.
le plaisir de vos quinze ans ?
Pour pier ces fangas
D'o tant de chansons s'envolaicnl,
On descendait dans la ravinne.
Doucement, sans se presse'r.
Les cailloux du torrent glissaient,
Bruissaient,
Et toute une posie
Commenait.
Ali I nierez-vous, mon pre.
Le plaisir de vos quinze ans ?
Dites, lavandires, est-il si loin
Le temps de mon enfa: ?





LA IlEVUE INDIGNI 29

PAULINE BONAPARTE
Beau Paris (si gai, si gris), loin de vous elle
languit,
Un petit.ngre pour porler 4a train et le
perroquet.
La compagnie de nonchalanles croles pour
causer.
E!, sur voire lle. songeant, un grand calme
bleu. .
IPoint ne vous plail, Pauline, ce doux climate
des Isles.
DESTIN MELANCOLIQUE
O est Caonabo?
Caonabo n'est plus
qu'au sein d'une pense.
O. Anacaona ?
Elle est dans son hamac,
songeant quelque argente
chanson pour, papillon.
s'envoler de sa bouche.
NOCTURNE FAMILIAL
II ne sait pas, bonne maman
dans l'alente,
ait balcony appuye.
Madame, votre (ils ne sait pas
que xon absence, la nuit.
applique
un index mlancolique
contre la joue de sa mre.
POEME
Sourire enfin au joli lieu (le sa naissance.
Comme minces bambous la source dissi-
mulent,
Manguiers ombreux font u .beau ciel une
ceinture.
C'est ici le retour la fraiche gail,
Les rires clatants et le solei4 d't.
Je retrouve une joie en la chaude lumire
Qui sur tes galets s'tale, vive rivire.




LA UEVUI INDIGNE


POEME
Mille bambous grles font la source un ri-
deau de mystre.
C'est le dcor des idylles croles.
Des manguiers.
Des fougres.
De la mousse.
Le ciel lger des Antilles.
Et, comme un essor (le colombes, ngresse,
vos blancs sourires.
PASTEL
Le visage baign de la frache clart
De l'aurore, tu vas dans la navet
Des chose du matin et ton regard se pose
Sur chaque fleur, abeille d'or parmi les roses.
HUITAIN
C'est comme un vieil homme cass
Qui pense au temps des folies lestes.
(Ta main n'a plus les mmes gestes).
Cette nuit je songe au pass
De notre cher espoir lass.
Nous rvions des amours agresles.
De ces flambes il ne nous rest
Qu'un peu de cendre ramasser.
PHILIPPE-THOBY MARCELIN.


0 MK*Ei'




L&.RIVL'E INDIGLNE 31



AINSI PARLA L'ONCLE.
LA FAMILLE PAYSANNE


MlgI'ns LOCALES ET SURVIVANCES AFiICAINeS.
Kenscoff? Beaucoup d'entre vous sont peut-tre des fami-
liers de cette dlicieuse region ?
C'est, l-bas. un canton mnonlag'eux p.erti parmi le groL:-
pe des pics don't la ligne sinuemse se confond avec les lour-
des masses (lqi ahoutisscil a l'extrmilt de la presqu'ile.
Les Montagnes Noires qui font bloc .au Sud-Est de Port-
au-Prince se prolongent vers la basse plaine au Nord-Ouest
en une iuile de ranleaux fragments de gorges et de valles.
Un (le ces rameaux darde vers la mer son peron de roches
argileuses o poussent a et l des pins clairsems. Tout le
reste est battu par d'pres vents. C'est cette oinle avance
si souvent frquente par les orages qui forme le plateau de
Fu rcy.
A l'Orient un trs proche Orient l'autre branch du
rameau continue par les contreforts de la Selle tale sa
croupe vallonne vers l'Ouest o l'espace lui semble moins
mesur, puis comme puise par l'effort, s'inflchit et s'ef-
fondre dans la valle de Grands Fonds. C'est dans cette sou-
danine depression, semblable une cuvelle au fond bossel,
que soe blol'lssen1t lus maisonnettes de Kenskoff. L, nous
sommes 1.20W) ,mtres d'altitude. Des bords abrupts de la
cuvette croissent des arbustes en groupss serrs que les ha-
bitants appelenut tabac sauvage . puis sur la pente roide
ou eu gradation douce, dans les moindres anfractuosits une
herbe course, grasse et drue revt toute la !erjre d'un tapis
vert, moelleux et tendre.
Kenskoff est un frais p)turage. Le btail s'Ny dveloppe
sain et vigoureux. A cause mme de sa configuration en
creux et de sa haute altitude la terre de Keinskoff abrite
contre la bourrasque relient une trs grande quantit d'hu-
midit 'soit que le nuage se resolve en pluies fines ou torren-
tielles soit que le brouillard quotidien s'accroche au flanc
des collins et traine sa robe de mousseline blanch'e dans
le moindre repli des vallons. Au surplus un clair ruisseau
dispense en minuscules cascades l'eati dont s'abreuve la r-
gion. Ah! cette eau savoureuse de Kenskoff. On ne sait plus
er- s'v dsaltrant si elle est savoureuse d'avoir hnm de






Irop prs l'haleine odoira te d(u J'. 'voi masse, absorb, claiirifi IlIIhimus se ilniie dle la i l-'e gn-
reuse et fconde (les cressonnires.
Mais, enfin, (le cettlle rapid esquisse, il mnie parail p)Osi-
ble de tirer diverse consequences au point de vue des zIp-
liludes de Kenskoff hi nourrir une cummunnut humaine.
C'est d'abord que le pays offre de grades facilits i l'la-
blissement d'habitalions fermi ires. Avec le systme de pro-
prits morceles qui domine noire economie rural, chaqme
famille Kenskoffest p)ropritaire de son lopin de terre ct
possde une ou plusieurs vaches don! elle tire un appi)rci,.
>le supplement pour I'quilibre (le son budget.
Dans chaque famille, c'est la fillelle. la jeune fille, plus va-
renient le jouvenceau, qui, i pieds, transporle le lail, 5 10
litres, de Kenskoff Plionville et Port-aui-Priice. Notre
laitire effectue ainsi un p)arcours quotidien de dix i douze
heures de marches (1), souvent par (les sentiers glissants,
rocheux, mialaiss. .... A l'i-ndu.strie laitire le paVsan de
Kenskoff joint la cuilluie ninr'iiclhe et horlicole. El c'e!.t
.plaisir de voir combien i la faveur de l'alliltrde et de-la
fcondit du sol croissent. etn exubiance les plates pota-
gres et les arbres fruilieris originaires des pays Itempiris..
Oei y fiil des pehes, (les fraises, (les pommes, des lgumes
et d'iutres choses succulentes. En rtull. la vie pi.,ance
prend ici'un aspect d'aisance tout i fait fi'fappanlt, el cela et
d autant il la richesse (di terrain qu' la firlicheur excep-
lionnelle du climal.
Et, niainitenint (e quellc nt nite des dit milieu physique vont elles iiiltienc'e le d;vlch lppe-
ment de Fl'lre human ?
Et d'abord de quel type etl-il, cetl tre hbmniai? A quelle
vnril de l'espce ou de lh race appacilent-il? I


, Il est dillicile de dlerminer de faon inmme ii)mparfaite la
part respective des divers groups hluiin ms qui out contri-
bu la, formation physique duli lype lhatietn conlemporain.
Nous L'avons dit ailleurs, on nous excusern de le rpter. Ce
type est la rsultanile de races amalgames en d'autre con-
tinents depuis des mnillniiires et voici prs (de deux sicles
que sur celle terre se. assent, se condlense.nt et s'agrgent
les matriaux d'une race historique en processus d'volu-
tion. Mais autant que permettent quelqu'indicatio:u il nous i emble tque la com-
1!/ 15 i 20 kilomtres





LA REVUE INDIGLNE

miiunrault de Kenscoft a gard (les ressemblances physiques
assez reumarquables avec le tvpe congolais qui appartint -
on s'en souvient la plus nombreuse des tribus afri-
caines importes is Si Domiiigue. Dans touis les cas, tel qu'il
est l'heure actuelle, le paysan de Kenscoff est dans sou
ensemble un home de laille moyenne, allgre et vigou-
reux bien qu'il ne soit rabl, ii trapu. Ce montagnard qui
supporle torse nu dles temperatures de 40 50 au-dessus
de zro est au demeurant un gaillard solide, bien quilibr
sur ses jambes un peu grles et beaucoup plus finaud qu'on
ne pense sous ses trails accuss en saillie, avec ses gestes
lents et son golt immodr de la palabre. A 21 ans, il est
mr pour les grades entreprises et pour la plus grande
d'entre toutes qu'est la foundation -d'unn foyer; cet
ge. il peut, quand il est ordonn, avoir du bien
au soleil. Mettons que 1'lierniance saisonnire ait t
favorable son travail: ni irop de pluie; ni trop de
scheresse. Avec tut gai coumbile ( 1 ) il a engrang
une re sc reslpecble de poise rouges. La semence du mas
a quisntuple la moisson ordinaire. Il affiche sur les bouquets
d('avoc iiers qui entourent la demeure parleimielle 6 ou 7
grappes d'pis cmpaills don't la lourde pyramid tmoigne
lous de lai. vigueur de son bras. Les lgumes ont t d'un
bon apport an marli de la ville. Sa vache pendant plus
dle 6 mois lui a fourni (iquotidieinement quelques bons li-
tres, de lait que, sur place, il a cds aux marchandes aim-
kmlanles. Mme la gaghire (2) la chance lui a l plusd'uue
fois complaisanie, que manque-t-il done a 7 iJean Pierre Jean
pour tre tout fait lheureux ? Ce quti lui manque? Parbleu,
c'est le ne pas avoir sa maison luiii, sa femme et ses en-
fantis lui, qui fe aient dlire la ronde qu'il est un home
mari, un pre de famille, un habitani notable. Eh I san:
doute, comume lous les jeunes gensde la region, il a eu avec
les donzelles un peu faciles sa part de fruste venture. MAis
l, jamais son coeur n'a battu plus fort et ses tempes ne se
sont gonfles d'un sang plus gnreux que lorsque d'aven-
ture, il croise sur son chemin, Dorismne. la laitire de
Guibert (3) revenant de la ville,. charge de son panier.
la poitrine pointant drue sous la pression du corsage tri-
qu, les hanches bombes, les mollets dodus, saillant sous
le retroussis de la robe bleue. Alors fig par l'motion, la
faucille souns le bras, il la dvore des yeux, la laisse passer,
puis remarque tout haut:
1 Coumbite: -- Runion agricole o l'on s'entraide pour le dfriche-
ment, l'ensemencement et la rcolte.
2 Gaghire: -- Lieu ou l'on se runit pour les combats de coq.
3 Guibert: -- Communaut rurale voisine de Kenscoff.




4l LA IEVt'E INDIGNEi

-Ohl Mainmainne ou t'a capab'dit m' bon jou 1 (4)
Elle clate. Et c'est dans le jour lumineux une cascade de
rire clair qui sonne comme un appel de prinlemps.
Non! pas possible, ou gangnin l'air ou soude... (5)
C'est vrai que Ti-Jean est un peu fou s'il n'est sourd. Il a
l'ivresse de ses vingt ans, l'inquitude de lamour et l'ardent
dsir delefaire partager. Mais, il est timide. Combien -de fois
n'a-t-il pas pris ,la resolution de s'en ouvrir la belle, de lui
arracher un bref consentement afin d'en finir? Chaque fois
il a bredouill quelques mots inintelligibles et s'est arrlt
coi, cependant que dj jaloux, il est prt se battle avec
n'importe lequel des gas qui parleiaient trop librement de
Mainmainne. En attendant, il travaille dur et thsaurise sou
par sou. Enfin, un soir l'occasion vint.
C'tait Corail chez Lapoinite, le plus fameux holingan
du voisinage. On clbrait uin service la particiiption du
quel tout le monde s'tait prpar pendant des jours d'a-
vance. Les plus accortes filles de Viard, de Godet, de Robin,
de Kenscoff coudoyaient les jeunes gens venus de plusieutrs
lieues la ronde.
Le service tait gras: la mangeaille copieuse, le tafna abon-
dant, Les tambourineurs, le coryphe et les choeurs endia-
blaient l'assistance par une ivresse de sons que rythn'ait en
basse profonde la piainle rauque de l'Asslor (1). Alors,
danseuss et danseurs, embus de poussire. allaient tou novanl, virevolelant en pitiineteinl sourd Pt innlonliralh)c,
firappant le sol d'une foule souple el cadenice.
An premier rang Ti-Jean et Mainmalinie faisaient couple,
libres, gais, frivoles. Soudain, sur un signed, un coupde ba-
guette plus intense de l'Assolo arrte an de l' assistance.
C'est le coryphe qui improvise nm aiire l'ionneurd'Ogon-
Frri'lle. L'assistance se recueille. C'est :ussi miniuil.l'heire
propice aux incantations rituielles ....
Ti-Jean profile de l'inlermde pour cnirainer sa piare-
naire l hl'rriire. Il a i causer avec elle, De quoi? Il ne le
sait pas lui-mme, mais il prouve un besoin de lui dire
quelque chose. Sa poilrine s'oppresse, ses denis se serrent.
Hlas 1 les mots se repellent dans son vocabulaire un peu
mince Alors, salis plus (le e'rmonie, dans I'opacit de la
nuit et dans le vent frais qtii souffle sons les toiles, il hi
saisit brusquement, et dans une farouche tIreinle, lui .p-
plique au cou le plus tumullueux des baisers. Dj il rejoin
e tonirbillon de la danse ....
4 Eh I Mainmainne vous pourriez me dire bonjour ?.--
Mainmainne: -- Diminutif de Dorismne.
5' Non, c'est pas possible. Vous avez 'l'air d'tre sopurd.
U Assotor: Le plus gros des tnnlbours sacrs.





LA REVUE INDIGNE 35

IMais, elle, lonne, ahurie, resta un coui t instant conimme
s.-ne par lnimpromptu de la scne. Puis, dans un sanglot,
Iont on ne sail s'il tait faith de joie inquiteou d'inexprima-
lies regrets, dans un sanglot irrsislible, elle s'cria:
Oh! Oh! Ms amis ohl oua vi cou Ti-Jean radi; mes zamis,
'i-Jetn hotrde dbordd. Parole a trop fort. Faut mn'dit papa m'a! e.
Ti-Jean, lui, tait heureux. Enfin, il avait fait r:u aveu. 11
est ou se croit engag.
Et pourquoi, cependant, longtemps aprs lascne, la belle
lui refusa-t-elle son salut et vila mme de le rencontrer ?
lSerail-elle il jamais fchlie bu scrait-ce simple caprice de
femilme? Pourtant personnel de la famille de Dorismne n'a
adress (le reproches a Ti-Jean. C'est une preuve qu'elle a
gard le secret de ce qui s'est pass entire eux. Il y a l une
nigme que l'amoureux se proposal de rsoudre. Sournois
et timide, il prit plus d'une fois le chemin qui conduit la
Court de Dorismnne pour avoir une explication decisive.
Vaine tentative. Un prtexte quelconque, loujours, l'arrla
en roule. El c'est du haut de la colline qu'il devait se con-
lenler de contempler la maison, o loge la belle.
Un jour. vaille que vaille, il rsolut de faire une supreme
dmarche auprs de la jeune fille.
Il mit son plus neuf ipantalon, endossa sa blouse de co-
tonnade blue. ia bouions de corozo dor, celle o l'artiste
avait faith courir en dessins nafs les points les plus fantai-
sistes d'une aiguille expert; sapatles'(1) aux pieds; halefort
(2) dle lantaier enlumin de motifs l'aniline, pos lgam.
meant en bandoulire, Ti-Jean va parler d'amour. Le halefort
est g:mfl de quelques menus cadeaux: biscuitsel pains d'-
pice. suciie id'orge et bonbons venus de la ville, quatre ou
cinq parmi les plus beaux pis de mais de son jardin. Ce
West qu'i-ne simple entre en matire. En route, il muse en
chaligeasit (des saluts joyeux avec les amis de passage. Mais
voici qu'au dbouch lde la valle, il heurte du pied gau-
che un dur caillou jiusle an moment o une bande de cor-
beaux croassaient en tournoyant sur sa tte.
Tomate! c'est mon mauvais pied! grommela-t-il.
Sale prsage! Il hsita un instant, puis reprit son chemin.
Hla-, tA peine eut-il franchi la bananeraie qui borde le
talus voisin, que voit-il ? Dorismne ,en personnel qui tait
en tte A tte avec un galant. le cousin Florvil.

2 Oh! Oh! mes amis; vpolez-vous, croiepque Ti-Jean est impertinent.
HI a dcidment dpas9s les, bornes. C'St trop f'rt. I1 faut que j'en
afvertisse mon pre.
(1) Sapates: Sorte de sandal,.'.
(2) "ilefort:- Sac pn naille.





li LA HREVLE INDIGLNE

Malheur de Malheurl C'lail donc pour en arriver lit qu'i'
avait tant travaill, mis ltan d'argent de ct? C'(e!'nit pour
se faire ridiculiser par une femme? Eh ;hihn non, il se ven-
gera, il relvera le dfi.
Alors dare dare, il court cooler ses dboires Lapointe,
le plus fameux hougan de Corail el solliciter son assistance.
Lapointe gravement se recueillit, lana les coquilles sacres
sur le sol, interprla la rponse des dieux et prescrivil F'or-
donnance :
Ti-Jean nglige les Esprits qui sont frachs d'une si cou-
pable indifference. Ce qui est arriv n'est qu'un avertisse-
ment. Un plus grand malheur allait lui choir. lHeureuse-
ment Matresse Erzilie g rouge est l qui *le protge. Les
Esprits seront propices ses vux s'il .n'oublie plus ses
devoirs. Qu'il sacrifice donc un coq blanc et un poulet noir
au carrefour de Rendez-vous le troisime mercredi avatul
le chant des .coqs de minuit. Puis il rcilera la formula:
Loco Louba Yanzy en se frapplnl 3 fois tla poirine. Avec
la crmonie qui sera faite, en son honneur, la mnmee
heure, dans le hounfort, il peut tre sr que non seule-
ment le coeurde Manmainne lui appartiendra, maisque d-
sormais, elle le suivra partout o il voudra aller.
Ti-Jean sourit rassnr i celle rvlhtion, se lit rplt r
plusieurs fois l'ordonnance, la marmotla tout le long du
chemin de relour, el renira chezlini heaincoup plus tranquille
qu'il n'en tlail parli. Quand done vint l'p< que d'excutlioin
il ful fidle el poncluel i remplir l'engigementil contrael etl
attendit la suite des vnements.
Dl)cidment, le Houngan de Corail est un huonime fort. Cir.
enhardi par l'assurance du succs promise. selon lin vdo.nlt
des dieux, ds le mois qui suivit le sacrifice, Ti-Jean rendit
visit chez Fr Charles, le pre de l)orismne, o il ftii cor-
dialem nii accueilli el l'on convint que. dans huit, jours
Captain Cazeau Jean-I>ierre" apporterait en personnel il
lettre de demand en "nmriage de son fits. Et la lellre vint.
Ah! cette lettre, nul Kenskoff ne fui assez digne de l'-
crire. C'est .Ptionville. q'on dcouvril un crivain pt-
blic. qui, moyennant salaire, une vingtaine de gourdes, cou-
cha .en. style traditionnel la pense de famoureux.
Cette lettre? Mais. je vous assure que personnel d'enthe
nous aussi n'aurait pur la rdiger. Cette lettre ? Elle est l'-
cho affaibli d'une trs vieille coutume remonlant i celle
poque lointaine. oi le scribe ltait l'oracle de la Cit, quel
que fui le senis on le nonsens de son grimoire. Une lelire de
demand en marriage doit contenir tout la fois l'aveu d'a-
13! Ei.zilie g rouge :- Divinit vauloniesquie.







monir tidu prlendant, son engagement de se bien conduire
envers sa future compagne et la garantie prsente par les
siens qu'il est de bonne vie et murs. Elle est signe non
Cseulement du prtendant lui-mmie, mais de ses patents
iilurels et spirituels. parrain et marraine si faire se peut.
El surtout elle doit lr' crite sur du paper special, ajour
brod, enjoliv d'images colories et cachele dans une en-
veloppe de la mime tonalit que le paper. En outre, elle
,!oit ire apporte chez les parents de la jeune fille par
I home le plus Ag de l'autre famille, soigneusement enve-
ioppee dans un mouchoir de soie rouge et le tout lettre
et noouchorr-sera remis au chef de la famille don't on sol-
licite l'aliance. La rponse sera faite avec le mme crmo-
nial La thlue du moriage sera alors fixe.
Vo-,s .ie 'n'en croyez pas peut-l're? permeltez.que je vous
donnte Lect.Lre d'une de ces pices venues de Dame-Marie
don laui [lenlticit est garantie par le patine du temps et par
I'ls anorabilit< dle celui qui m'en fil don, mon ami, M. le D'
Foiiron.


Fi.( si.imil d'une lellre de dlemande e'n marriage.
0<)nxime Section Ruirae de Da.nie-Mari le -5 Dcembre. 19105
Monsipiir Dorm,i.s BDr.nis Pt Madame Mside Jacraint,
'n la Ire..seetion sur l'hIilitdtioni Sapour.



.Mol.-ieur & Madame,
oUS :vous t I'hoiineter le iprendre la plume pour voil; souhaiter le
bonjaoqr niini que votre respecntahle li'mille, dans le but Mr. et Mme.
iUe d'il"pr.;s notre lcmannit chrlieuiet oi iiinelligpa.sce des lionnettes
,cns. tout en rminplis->ant un de-voir d'honnect. Nons venons au de
vAt de vous, avec tendre.-'., joie, sages.e, respect, et satisfaction
ott e an vous demandant la iin de votre fille, Mademoiselle Zabla
Dtrrualuts quie notre jeune gairon nomm JoseI h Duverna aimait ten-
Jire ient don't il nous- ai li es pen-e- tout ei. voulant crer une fa-
mille avec la tien.n, rar ce devoir est l'humble nveu des gens civili-
5ei; Alors Mo1snseur et Madame Nous comme ses governments nous
16 tnoig-non.-, avec couirige et nous vou, as.surons que notre gar,:oit
eLt un enfant tr~ sage,- docile, et rempli de respect, obissant enver-
1ek grands ainsi lufe pour les petits et prtendant d'acquitter avec.
Fhonnetet, avc tidlit, notre devoir : en vertu Monsieur et Madame
de ce grand tmoignage que nous vous proposonstout en demand4f q.
Dieu dle leurs protger pour nous afin qu'un jour de tmoigner cotte
pareille satisfaction. demandaut la gloire, le re.ppiCt et la Science, I'i-


37-


LA REVUE INDIGNE





38 LA REVL'E ILDIG.ML,

union et la persvrance, En attendant de vous une bone rponse
afin de savoir votre diligence.
Et vous saluent d'un profound et d'une sublime amiti.
Vos serviteurs,
Duverna St.-Louis.
Sa mre
Clodice Noel.
Son grand pre et son parrain
Louis jeune Noel
Na grande mre
Madame tOUIS JEUNE NOEL,
Voici nos jeunes iaysains officiellement engags. Ils peu-
vent dsormais se voir et causer librement. Le pre (le la
promise dsigne son future gendre le terrain sui, lequel .e-
ra btie leur maison. Cette maison viendra augmenter le
nombre de toutes celles qui s'agglomrent dans l'espace de
terrain limit et indivis don't l'ensemble constitute La court ,,
le patrimoine inviolable de la famille. Parmi ces maison-
nettes, on en remarquera une d'une archileclure un peu sp-
ciale : forme rectangulaire, vague rasseinblance avec un
temple. C'est celle-l qui content 'autlel du dieu honor
dans la famille.. .
La foirmalit du choix du terrain faile, il ne rest plus
qit' fixer la date de la crmonie du marriage. Mais en quoi
consiste-t-elle cette crmonie ?
Elle repose d'abord sur le cons'nleinent condilionnel des
parents et sur la cliralion riluelle de l'union. -
Premiremeni le fultir mari dolit payer le bonheur de la
jeune fille .
Paver le bonheur de la marie est l'tele sine qua non et
qui consiste de la pari du finnte veiser i ses beaux parents
unevaleur convenue d'avance come prix (le leur agrmnient.
.Celle dol, car c'en est uine -varie selon l'importance soci.il
de la famille avec laquelle on veut fair alliance. Elle peul
trede 50 gourdes, de cent gourdes et au-del. L'argent sera
compt publiquement le jour de la clbliraion (les noces.
Alors devant l'assisltanc qui apporle h la fiance tel un ca-
deau en espces mounsyves, tel des toffes, mouchoirs, et
auires presents, le pre prend solennellement la nimin de
la jetihe fille et la met dans celle du june home, puis en-
trainant le couple daiss le reliro, devant l'autel sur lequel
sont poss plats de marassa calebasse et coquilles sacres
o sont conservs les altrihbils des dieux honors dans,la
famille: lambours et assans. L'ancien allume la hougie blan-
che, jette sur le sol de l'eau et de la liqueur, puis, une poi-
gne de farine en dcrivant des signes myslrieux, et, enfin,
tendant les mrins vers le soleil levant adjure pieusement





LA IIIVL'E INDIGNE ,.1'

les dieux, Ogon Dainmbilli Legba, Simbi nan d'leau, tous les
bmns esprits de prlot iger le couple et de bnir l'union qjui vient
dItrle laile dans la foi des pivres et des anclires.
Toui est accompli.
El c'est partir de ce moment que se dlroule la secondle
cermonie la moins interessainle : Heuveries ei ripaill,
rires el danses. gp'is pro)pos et devinelles la seconlde cre-
ioiiie droule loule la giiiiimme des plaisirs pl)lanureux. De-
soi niais, les jeunes poux vont vivre leur guise. Souvent,
ils resent encore spars i'tun de l'atnire 1n certain lemps
(epeldeidit q(ue l'homme fail diligence, coupe on achte dn
hois, sollicite les conseils (le l'arcliiecte (le la region, taille,
dressed et chlarpenile sa maison, la recoumvre d'un loil de
chaume, la clisse, lu bousille, et la blanchil la chaux. 11 la
neulble trs silimpleniel : tIne table, quelques goblets en
mlai et en verre, une ou deux naules, unie mall, des chai-
ses. C'est peu prs le mobilier d'umi nitimge dbulant el
mo1deste. La famille est tablie. D)ormnavaiil 1 home el la
femme s'enlr'aideroail la b)esoglle quiolidienliic, allaches
l'uiti l'aure iottr le bhon el le tiitti'ais temps. De loin-
gutes ainmlees peuvent ainsi s''ouiler (lains la monotonie d
jonrs sans flvre et sans nouv'eault.
Vienne un malheur on plus implement la pros peil
a-t-elle accru l'aml)ilion dlu min;ge,le Hozugau consult, on
e )nviendra (le dem:dler i l''Eglise ine nouvelle sanction de
ettle lonlgue vie commune. Dans les lines gnrales ce
(q'est mie famille pavsanne dans les regions o les condi-
tions de la vie contemporaine el le voisinage des grades
villes n'ol t pl:s allr l'auIorit (les traditions. Sans double
ces Iradilii 's se percent, se modifient et se transforment
avec plus on moins dle rapidil et de netlel par-ci, par-l.
Sans doutme, (ielqteics- iies d'entre elles n'ont mme laiss
aucune trace a)pprciable (ns certains parties du pays et
rsisleni poturiant t otile pertlubalion, quelque part, d'ail-
leurs, sans doute... Mais qui sait bien voir elles dominant
1:1 conception de la vie paysanne parcequ'elles sont lies
<, croyances sculaires qu'il est dillicile de draciner dans
ci s milieux frustes. Dois-je rema rq uer que plus d'un philo-
sophe re eelle l'effrilemnent de certaines de ces costumes
.'l1it le svymbolisme surann et dsuet possde un charge
et une pcsie indicible"' Me sera-t-il permis d'voquer les
.jours en:oleills de mii( i adolescence quand j'entendais les
vieillards.- Laudator t( mnporis acti.- regretter les tradi-
tions dis;parues da.n:. la region de la Grande-Rivire-du-
o") .? A cette poque-l un marriage paysan mme clbr
'glise d bot rg compor',;it come. dfil une magnifi-
que cavalcade, une condition. cependant: il fallait que les




40 .. LA ItEVIT: ;Ni)<;s NI

a ari.es eiussnt les meilleurs chevaux et fussent priced s
dit porltc-etcndard c que l'tle.ndard lui-imme fuit d'une
rLa ,la .e ,r i'nii)'arcidl. e. A 1;l barrire de la proprill ou la
r'bception des invils de ;it' :lior liu nn reposoi I Je feuilles
vertes mouchel ,de Inuriers pournpres donnait l'accs de la
cour. Arriv l, le imari preslemcinf sautlait. (le selle et con-
rsfit s'enferme;r dans la m;aisoni .,.;iaile. Alors, l'pouse, en
toute humilit, devant l'assisa since I tlle, frappait trois
coups la porte principal, en rpiaint haule voix: Mon
mari, ouvrez-moi la porte . L'hommn aussitt accdait la
prire de sa femme, lii r.'mettait les clefs du foyer accoIn-
pagnes d'un mouchoir btlc., et d'un pain.
Joli symbol, i'est-ii pas vrai, el don't la signification pour
l'pouse pent ainsi se traduire. Je suis ici le :mitre. Je te
donne unie place un cette denicure o. ds.' '"''ais, je poiur-
voierai la nourn tire el i ltes vtlemenis. .
Et, comment pourrais-je oubi)lier celle autic oultnie,
chre mon pays nitai, il y a quelque ttre' s, et qui
consishiil cllbrer les noces somp iuneuses a la toiibe (de
la inuit ? Le cortge unl)tial au reloln t ie la crmnio ie ;eli-
gieuse traversait le Imiur prcd des porteurs de lorclies...
Etait-ce simpnlement parce que la municipalit oublieuse
des ncessits de l'clairage public laissait les rues enl-
nebres oui lic n v avrail-il lit nie vague survivance de la
course "nu flamlbean, la belle fle antique dins laquelle des
conicures se pmssnieIt1 le flamb])eau inextiimpi]iile -:our svm-
bIoliserlta Iransmission de la viede gnractii en .enraltion ?
Que sais-je ? .loplte raise volonliers, )po>ri ecoind, ( hypolhlse
qui rallacherait nos porieeurs de torches i leurs pareils des
bords de la Mditerranne si je ne craignils iqu'on neme repro-
chiti mon penchant ai lier le pisenlet le pass d'hier m, pas-
s plus lointain, emlbruni peult-ltre par la recule des
Ages. Les municipalitls i; sonI pas phlus iproW;rIes de lu-
mires aujourd'hui qu'hier et les vierx uiages.... sont alls
sans retour. .
Et que d'autres souvenirs hlantent mon imagination pleine
de leurs ombres inquites ? Que ne puis-je m'empeher de
trouver dans les gestes d(le nos campagnards quand ils font
la politesse leurs htes en s'inclinuiiil en une gracieuse r-
vrence un tnoignage lointain des habitudes lgantes (le
la Socit colonial du 18"" sicle ? Vous sFtvez que les
grands Seigneurs (le Saint-Domingue laient (les imitateurs
forcens des usages de Versailles et dressaient leur livre il
l'art.exquis des poses. La rvrence paysanne ept .une sur-
vivance certain des usages de l'poque. Quoiqu'il en soit
quelques unes de- coulumes que j'ai essay de fire revive




LA REVUE INDIGNE 41

solt empreintes du symbolism le plus transparent et puis-
que toute la vie humaine est enveloppe de symbols qui
en masquent les brutalits, n'est-il pas dplorable que nous
l.issons s'vanouir quelques uns parmi les plus suggestifs
de ces symbols qui paraient l'existence des gens d'autrefois.
Nous en avons honte parce qu'on a dit qu'ils taient des
superstitions et des prjugs. Y pensez-vous ? quand vous
vous indignez contre quelque vieux prjug absurde, son-
gez, qu'il est le compagnon de route de l'humanit depuis
dix mille ans peut- lre, qu'on s'est appuy sur lui dans les
mauvais chemins, qu'il a t l'occasion de bien de joies,
qu'il a vcu pour ainsi dire de la vie humaine. N'y a-t-il
pas pour nous quelque chose lde fraternel dans loule pen-
se de l'homme.
PnIcF. MARs.







Sire ANNE N 2 AOUT'1927.





LES ARiTS L LA \'E --


Directeur
Grant-Responsaible
Fondaleurs


: E. ROU.MER
: NOR.IL G. SYLVAIN
: E. Ror.MER
N. SYLVAIs
J. ROUM.AIN
A. Y'E lX
PIu.-THOBH-MARCELIN
DANIEL HEURTELOC
(CAL BliOU.AnD


SOM MANI1IE
La'Jaune Littratture liitiennie
Entre Nonu : Emile loutier
Quelquiie dfinitions de la l'o'fi*.
Pomes


Es.sni sur le L;ngag,' Crolo.

Le Tam-Tamn Angoiss
Inavat Khan. AMes'ager du Stniismin
La Douleur La Religion
Les Hroines
Notre Enqute


NoumitL G. SL.v.AI
ANTONIO VIEUX
(iFORnGF- DUIIAMEL
EMILE ROUMER
JACQUES ROUMAIN
NO sIL G. SYL'AIN
EM.LE' ANARCECIN
Donis
CARL BROUARI;
CARL BROUARD
SALTt. AUN
P. TiuoY MAlACELIN
X


-- x -.---







IMPRI.\IEUIS MODEL
1940, Angle des Rues Courbe & Macajoux
20th Street.
PORT.AU-PRINCE. ( HAITI).


____-- -_____









LEs AnTS ET LA VIE -



LA JEUNE LITTRATURE HAITIENNE


Il n'y a jamais eu. proprement parler, d'coles lill-
raires chez nous. [.es grands movements franais, les
formulesdecnacle, n'ont pas ra Ilid'adeples assez nom-
breux, pour crer de vritables courants. Les crivains
hatiens vcurent isols, el si l'influence d'un matre se
retrouve parfois, elle rsulte d'une prfrence particu-
lire.
Cependant. il v a eu deux points de vue, deux la-
ons d'entendre la posie et ses fins qui ont, il nous
semble, domin la littrature halltienne.
Pour les uns, la posie laitienne doit exprimer nos
joies et nos souffrances, faire sentir la beaut de notre
nature tropical, la splendeur du paysage qui nous en-
toure, elle doit tre riche en couleur, peu imported
mme les tons un peu crus,le soleil ardent aborigne a
une palette magnifique. De la couleur avant toute chose.
(le la couleur locale.
Pour les autres, peu imported le dcor, peu imported le
cadre, seules competent les reactions de notre sensibility
douloureuse ou attendrie. Que deviennent en passant
au prisme de nos Ames les vieux sentirpents humans
comment nous meut l'angoisse de la mort, le tourment
de l'infini, comment nous savourons la douceur de vi-
vre. le plaisir d'aimer, notre faon de comprendre
l'amiti et le charme de la vie en socit. Retrouver
tous les rves, tous les mythes avec les dformations
qu'y apportent le milieu et la race. La littrature hai-
tienne n'a que faire d'un pittoresque passage, d'une
couleur locale combien relative,elle doit viser A tre
humaine, Elle tait en attendant plus franaise qu'autre


1- ANNE No 2


AOuT 1927.





LA i1EViE, iNi>I(iNL


chose, et qu'on le veuille ou non, plutl d.'imitalion
Celle querelle a divise les ,lrs de chez nous, e1l nie-
nace de durer. Nous gallons dinis une coulrie prolifenade
dans l'autrefois. retrouver des nmanilestalions de ces ten
dances, et apporter au dbal noire opinion en prcisant
davantage notre position. Celle preoccupation de faire
connaitre, aimer leur pays, en rendant sensible ses
beauts,nous la trouvons l'aurore de notre litlrature,
L'oeuvre d'Ignace Nau et de Coriolan Ardouin est em-
preinte d'un d'lical parfum du lerroir. Les Belles de
Nuit la Brise au lombeau d'Enima et maintes autres
lgies tendres sur le mode romantique en (les rythmes
pourtant dj srs associent aux douleui s intimes Je
leurs a.uleurs d.es paysags de chez nous.
Toutes les gnrations littraires qui se succderonl
jusqu' Oswald Dtirand appelaient (de leurs vux le
chantre inispir qui donnerait un clho fidle, et un ta-
bleau sincre, cho fiddle de nos ames douloureuses.
tableau sincere de notre luxuriant nature tropical
dont la posie est un parfum et iine musique: lu sen-
teur de la terre carabe. la musique mlancolique de
ces chansons croles nostalgiques et tendres.
Unfe lettre (le DI)ucas Hyppolite Frd-ric Maircelin
vieille de cinquante mns, o i plWopos des Primervrces
de Villevaleix il donne son opinion sur la' posie h;i-
tienne est significative des tendances de celle poque.
Tu me delmadles ce que je pense (les Primev&ces...
Tu nie crois done encore r;ind m1l ;ilcur d' 'estl hiqile.
J'ai lu les Prilievres.
l3eaicou)p (le ces l)posies n'talitit dejiconnucs. .le les
ai trouves suaves, pleines dle grices... iune d'lire elles
surtont mia mu ...J'al voulu repreildre' mn lyri dlaisse
dans unii coin, oui, nmais aux premiers accords In v'oix
m'a manqu.Quand je serai libre.des proccuptl)lois nia-
trielles, quand je verrai mon avenir sinon assur du
moins trac, je reviendrai i nies chores amour's, je re-
viendrai aL mes preminires am ours.
Ma posie moi, c'estla posie les pleurs pace queje
suis malheureux; c'est la posie des souvenirs, pace que,
je fus heureux un temps; c'est la posie le 'ai tour
parce que j'ai vlgt-I-rois ans..... Je le, lai dit, je Irouve
les Primevres adminrables.




LA REVUE INDIGINE: 44

Mais est-ce l la vraie posic, celle qui convient
noire poque a notre pays ? Malgr la ddicace, sent
on chez l'auteur le souffle de l'inspiration national ?
Est-ce bien cux abords de nos rivires sous l'ombre de
nos manguiers que cette muse coquette et bien attife
a pris naissance ?
N'est-ce pas plutt aux abords de la Seine, au centre
dle la civilisation et des arts ? Son atmosphere n'est
elle pas plutt la serre chaude d'un salon parisien ?
Pourrait-elle courir bien qu'elle en ait la prtention
nos grands chemins, battue par la pluie et le vent, es-
caladant nos mornes et cduchant la belle toile comme
une fille du pays. Non, son education de couvent lui
defend ces excentricits l,
Elle est de lrop bonne maison et trop bien leve.
Le vouidrait-elle qu'elle ne le pourrait,.sa complexion d-
licate s'y oppose ; elle risquerait d'attraper un gros
rhume, ce qui serait dommage.
Telle qu'elle est, elle plat pourtant, cette demoiselle
corsete, pingle, mise la dernire mode, avec ses
cheveux friss et ses talons hauts. Aimons-la, sans ces-
ser de penser a l'autre qui viendra plus tard -celle-l
certes n'aura pas peur de salir sa robe aux broussail-
les de la route, ni de s'clabousser. Elle saura bien
quand l'occasion se prsentera entrer jusqu' la cein-
ture dans l'eau de nos ravines, Elle sera peut-tre mal
l'aise dans un salon ; mais pour sr, aucun montagnard
ne s'entendra mieux qu'elle gravir une haute colli-
ne. Elle chantera nos joies et nos douleurs, nos aspira-
tions et nos esprances.
Elle ne prendra pas un cadre national pour y placer
des figures exotiques.
Elle ne se prtera aucune supercherie. Elle sera
lovyale et honnte, forte et grande comme le people de
q(ui elle sera l'image. Elle prouvera que l'esprit human
s'il est parlout le mme subit pourtant certaines mo-
ditications. soit qu'il s'veille dans les bosquets de
Versailles, soit qu'il voit le jour dans nos forts de
palmistes ,
Enfin Malherbe vint.... On comprend donc comment
Oswald. Durand fut salu comme un maitre. Il fut le
pote par excellence pour le pays tout entier, pour sa






gnration et l'ge littraire qu'il domine. Il fut sacr
pote national par nos chambres lgislatives, el mrilta
mimne une subvention pour la publication de ses livres.
Cet enthousiasme prte sourire, distance mais i 1
montre comment toute une poque se reconun en lui
combien son influence fut souveraine.La critique tran-
gre lui fit un accueil desplus flatteurs, Coppe l'intrc-
duisit la Socit des Potes Franais aux acclama-
tions de l'auditoire, et sa Choucoune avec sa grcepays-
sanne et le rire rayonnant de ses dents blanches, a su
conqurir tous ceux qni se sont promens chez nous,
Blair Niles a t la dernire conqute de l'accorte mara-
bout. Idalina la fille des graves et quelques autres h-
roTnes jaunes ou griffonnes aux appts triomphants
pour employer le vocabulaire dlu barde vivront dans
les mmoires. Son tonnante fcondit, sa facility pro-
digieuse, son haitiennel, fontqu'Oswald demeurc pour
nous un prcurseur.
Cependant, nos yeux dj ont vieilli nombre de ces
vignettes, peintures conventionelles et factices, d'un
exolisme voulu, et d'un exactitude contestable. Comme
les Orientales de Victor Hugo et comme les turqueries
de certain voyageurs en chambre, leur pittoresque
s'caille. Les lecteurs bnvoles qui ne prendront jamais
le bateau et qui un nom d'arbre inconnu, un vo-
cable trange suffit, seront satisfaits, nous pas
Francine la possde, certaines autres pieces mri-
tent encore nos suffrages, mais ct. que de clichs
dplorables. en matire d'exolisme on n'tait pas diffi-
cile, exotisme de bazar, vignettes tendrement roccos.
almanachs illustrs d'autrefois. images d'Epinal de no-
tre enfance. Il y manque la vision directed et personel-
le, ou plutt l'intensit de cette vision, il se content de
voir, il ne regarded pas attentivement.
Que ceux qui me jugent injuste relisent Loii, Kipling,
Lafcadio Hearn, les PrresTharaud. Conrad. Chadourne
ces merveilleux potes en prose que sont Marius-Ary
Leblond que je m'en voudrais de ne pas faire connaitre
aux lecteurs de celle Revue.
Ceux qui ont gout la saveur acide, le gout Acre de
Batouala. seront certainement dus en relisant
Bernadin d Saint Pierre, moins que le contrast ne
les sduisent.


45


LA REVUL INDIGNE





L.A RVL'E INDIGNE 40

Beaucoup ont entendu le chant des matelots, et,
depuis Baudelaire, l'exotisme en robe chatoyante,la tte
noue d'un madras de couleur, a pris droit de cit dans
les lettres franaises. J'ome's Parny et Lonard qui ont
eu peu d'influence, Leconte de lisle. qui est plutt un
grand peintre de fresques barbares et antiques, et don't
le sens exquis de l'exolisme ne se reirouve, avec quelle
touche dlicatel que dans sa"vilanelle," et I. Manchy.,,
La nostalgic dles tropiques d'azur, celle qu'eut pu
prouver, un fils de ces climats, le charme mlan-
colique de leur morbidesse sensuelle, c'est Baudelaire
qui l'a exprim, la malabraise, les ngresses, les coco-
tiers absents.
Et parmi l'herbe, rmainte fleur
Qui sent me. antilles lointaines
Et qui repand sur rnia douleur
Lns murmnures de leurs fontaini~s
dlira avec justesgc le pole Armand Godoy dans celle
magnifique stle pour Charles Baudelaire."
John Antoine Nau est un ange des tropiques, c'est
Jean Royre qui l'a (lit et il ne pouvaitl, autant que nous;
comprendre et aimer, les Hiers Bleus.
Les escales de Paul Jean Toulel, dans de brves no-
lations. savent enclore pervielle, vos Dbarcadres sont une rcom-
pense.
La critique Europenne n'a cess de nous deman-
dler, notre tmoignage personnel.
Savez-vous le reproche que j'adresserai M.Coicou
el ses confrres ? C'est (le ne pas donner une impres-
sion assez vive et colore dle leur pays. Leurs galante-
ries, leurs idylles, leurs soupirs, leurs larmes ne difl-
renl pas des plans dle mme ordre auxquels pourraient
s'abandonner entire deux bocks un jeune ade du bou-
levard Saint-Michel Et la couleur locale-6 Massillon,
o Coicou !-et la brise qui souffle dans les lalaniers,
et le vol dles colibris, et les bruits de la savane, et la
lourde.senleurdes fruits mrs, et la torpeur des planes
endormies sous les baisers du soleil. . C'est Adolphe
Brisson* analysant jadis les Posies nalionales de Massil-
lon Coicou.
Triste et TendreEditions Emile Piul frres 14 rue de l'Abbaye Paris
Numro du 12 octobre 1902 Annales Politiques et Littraires





47 LA I.V, i INDI(;.N1:

Jean Valhny Baisse, dans une conference sur !a Po-
sie franaise chez les noirs d'Hali, prononc au local le
la Nouvelle Revue Moderne, exprimait le mme regret.
Faites des vers frailcais, puisqu(e vous cil avcz fail
de fort beaux, mais demeurez hatiens; voquez pour
nous les jours ensoleills et chauds, les nuits pleines
d'toiles du climate anlillen, que dans vos vers circle
le soufle tide des vents alizs, et que le bruissement
des palmes en rythme la cadence; chantez cette mer
des'Antilles qui conserve p)our nous le charge ensor-
celeur, qui retint sur ses rives nos aieux les migrants
du XVIe sicle; soyez ainsi nos frres, mais apportez
dans notre famille que menace un vent de decadence
la floraison de vos illusions vierges, l'aime douceur de
votre primitivit....
.... Nous touchons l le point faible de la littrature
hatienne contemporaine.
En effet parmi tous ces hatiens don't il m'a t don-
n de lire les vers, combien sont potiquement hatiens?
En leurs vers ce sont nps proccupations quelque peu
dnatures qui provoquent les plus beaux lans d'entou-
siasme. Le, ciel du vieux monde plane sur cette posie et,
souvent travers les images don't elle est maille nous:
voyons se dresser au lieu du paysage antiillcn un bou rg
des bords de la Loire....
Et pourlantl quel dcor peuIl lre compar a celui
dans lequel vivent ces potes! Quel p)lysagisle lyrique a
pu contempler sans on, Cire mi celle Ihiaule dde unalire
primitive sans cesse renouvele! Qiuel hli:nie a pu sen--
lir en lui cette fraicheur dle sentimenitsquise lve avec
l'aurore de ce jeune people. ot l'on salt ien vivre pour
une ouvre, ci o, l'on sait mieux mourir pour une
ide.
Ventura Garcia Calderon dans une critique bienveil-
lante de l'Anthologie halieniie de Louis Morpeiu con-
clut d'ulne mIarire presque identique.
Et voici enfin sur le mime suijet proposal di u nalio-
nalisme, dans la littrature sud-amrictine les coni-
seilsque donnait Manuel Ugarte,* le penseuret critique
urugayen.

In Revue Anmrique Latine 1/10/22.




LA IE;VUE INDIGNE 48

La critique euriop[dennm et le public qui suit l'vo-
lution mondiale ne peuvent prendre en consideration
l'Amrique latine comme force nouvelle au point (le vue
a'tlisliqtue, (que si elle apporte une nuance spciale, et
une originalilt. Accueillants pour les littralteurs lali-
iio-aiiricainls, les grands centres ne sauraient s'arrler
nanmoins rellement qu'en plrsence d'un movement
d'ensemble traduisant des caractristiques particulires,
soit au point de vue (le l'action, de l'atmosphre ou du
style.
.... Etce n'est pas seulemnent l'indit de linlrigue et
du paysage. C'est l'apr'e ou la douceur des Ames,: la
force de la haine onu de l'amour l'inexplor qu'il y a au
fond des tres dans (les milieux mouvants et tourmen-
ts o la vie prind un rythme qui dilTlre de celui des
a ilres nations. Toul en louant le iirite ou la p0rte
dl2 notre production actuelle, en admiet qu'elle pourrait
o l'ortilier en utilisant leslmients offers par la. con-
Irde oi nous sommes nlis et en annexant a l'avoir uni-
versel nos paysaves, no lgendes, les particularits de
noire vie....
....Ce que l'Amirique Laline attend-ce que l'on at-
lend, c'est lun art rsultant de sa propre conscience,
violence, inexpirimente, nave, avec des gots roma-
nlesques d'aventure dote d'une certain finesse de per-
ception, pleine de jeunesse et de confiance dans son
avenir. Aprs avoir t spectateur, elle doit devenir
acteur dans les ouvrages qui sorlent de son esprit,
se reflter dans les crnalions issues de son milieu et se
laire un art personnel, abandonnant tous les colonia-
nlismes, mme les flatteurs .....
Voil des conseils qui embrassent tout le problme
de note lillrature autochltone et autonome, la vraie
mancipation spirituelle.
Les crivains qui ont adoplt comme fo'rmule d'art,
la recherche du 1pittoresque, du dtail significatif, n'ont
pas tous galement riussi dansla ralisation de leurrve
de Beaut. Une aulre fois, de l'anthologie de Louis
Morpeau je tirerai les vers qui me plaisent le plus;
ceux que je prfre. ce line sont pas les plus beaux peut-
tre, mais qui par leur ensemble, donnent une image
assez heureuse, (le noire pays. Ils formnnt une mosa-






que prcieuse, d'un colors naf, et frais, come cer-
taines peintures conltemples jadis, avec ravissement,
sur des vases trusques, cl don't j'ai gard un souve-
nir merveill.
Pour les crivains de l'autre group notre littrature
n'a pas besoin de se situer dans l'espace; et dans
le temps, l'art sans ire foncirement impersonnel.
peut cependant tre human et hatien, mais hatien
implement parce que l'auteur qui prouve ces sen-
timents est hatien et que cela conditionne des modes
de sentir spciaux. Cet art n'est nullement en function
du dcor jug comme accessoire et contingent. La meil-
leure expression de cette tendance n t donn avec
beaucoup plus dle clart et d'lgance que je ne saurais
jamais le faire.
Je crains bien que ceux qui veulent voir dans les
ouvres trangres le reflet dle pays lointains, dle mi-
lieux inconnus, ne soient dus. Je n'ai pas ci'it pour
les amateurs d'exotisme. J'ai pens,. j'ai crit pour ceux
que tourmentent le drame (le la vie, les problmes de
la destine, et dle l'me.
Quelle erreur d'exiger comme l'a sembl faire un dis-
tingu critique, M. Adolphe Brisson, que la posie ha-
tienne se borne i la description de noire nierveilleuse
nature tropical. Nous sommes peuit-re dans le cadre
le plus beau du monde. les esprits les plus foncirement
mlancoliques.les plus intrieurement agils qu'il y ait...
Tout le mal vient en some de ce que l'esprit ne se
cre pas un milieu social i sa ci)nveaai t'. conIne le
mollusque forme de sa propre stubslilnce I1i coquille, qui
le protge.
Les conditions mmes du milieu imprimeni gnrale-
ment la posie hiailienne un caractlre plus subjeclif
qu'objectil'. Ce n'est pas par la peinture des objets ex-
trieurs qu'elle rvle sa marque original mais par l'vo-
cation de nos ltas d'me particuliers. Etzer Vilaire.
Comme il traduisait les douleurs secrles dle son po-
que, le grand mal de vivre avec 'des rYes magnifiques
dans un milieu souvent hostile, la cruelle inadaptation il
la vie, les consciences laient. encore douloureusement
4branles, la fin tragique de l'aventure librale, le dira-
: Lettre '1 Georg Barral cte dans la Prface dps Pomes la mort


49


LA HEVUE' ENDIGNL




LA REVUE INDIGNE 50

me d'une jeunesse ardenle dcime, Miragone en cen-
dres,- la vie publique a des :percussions profondes
dans l'ire intime- Etzer Vilaire fut choisi pour tre
porte-parole official, le grand lmoin lyrique d'une g-
nration qui se qualified romantiquement de sacri-
fie.
C'est le mme dsir d'vasion loin des ralits dce-
vantes vasion dans le temps et dans l'espace qui
amena Damocls Vieux situer ses rves galants dans
une atmosphre'Watteau peut-ire aussi l'influence
de Verlaine mais le paradoxe ne manque ni d'impr-
vu, ni d'un certain charme piquant d'entendre madri-
galiser avec une grce exquise ce noir authentique.
Comme Lonard il prit naissance sous le ciel brlant
des Tropiques et comme le chevalier de Saint Georges
eut fait bonne figure la cour la plus raffine. C'est son
exotisme lui.
Damnocls Vieux nous est surtout sympalhique, moins
par ses pomes d'intimil d'un sentiment trs dlicat,
d'une musique fine, que par la peinlure des paysages
hatiens, o il sait dcouvrir des correspondances im-
prvues. Cotf Plage. Furcy, qu'il a dcrit en coloriste
habile, en peintre minutieux. Les lieux o l'on fut heu-
reux se mlent dans notre souvenir l'vocation des
images de notre bonheur, on ne peut rappeler ces ins-
tants rares, ces minutes blouies sans que ne surgisse
aussitt le dcor inoubliable....
Sur nos proches devanciers, Luc Grimard, Dominique
Hyppolite, Burr-Ravnaud, Henri Durand il est difficile
de porter un jugement dfinitif.
Burr-Ravnalud don't deux volumes ont permis d'ap-
p'cier le talent souple, Dominique Hyppolile, Ed Nu-
Ina. soni plutt des potes du terror.
Lon Laleau est un pote d'inlimit qui situe ces r-
ves quelque part... Ailleurs... n'importe o vous vou-
drez, dans un dcor des contest de Shakespeare des
nuils de Mussel, une Italie de fanlaisie..
Lue Grimard sur son fifre de bambou chantera
ses joies mles inlimement au souvenir des lieux chers
Le group ,, la Revue indigne . venu aprs des
sicles de literature fraftc'aise, la tte lourde, les oreilles





;")1 LA KVU-: INDIIGI.:xNE

pleines des musiques entendues, les yeux filligus des
paysages de civilisations. veul ouiblier les cadce:ces on-
ilues et savantes, les images lotles fails reues lees au-
tres, lire dans le livre de la nature, dcouvrir le monde
par ses yeux. Le monde exlrieur existe pcur nous -
Au centre du monde bat le coeur de l'homme et
voil concili les deux idals dL pass runis.
Le monde extrieur existe pour nous. Nos instruments
de connaissance, iios sens qui nous permettent de l'a
border, sont aigus et neufs, des sen:s vierges de sauva-
ges et de primitifs. Les couleurs, par nos %eux avides.
sont happes avec volupt. Quel plaisir de dcouverte 1
Savoir regarder, combien en sount capable, dcouvrir
entire les choses le rapport secret, quoiqu'imprvu, qui
les unit, le lien tnu et mystrieux. Donner l'impression,
de nouveaut au rapport constat, le plaisir de surprise,
impression de scuril, taffl est rigoureuse l'exactilu-
de fidle de l'observation.
L'tranger cultivqui observe les choses de chez nous
ljouit d'une perception plus aigue et plus promple de
leurs associations ou (le leurs an linomies, pace qu'elles
le heurtent davantage, sont plus extrieures a lui, lui
apparaissent en relief.
L'habitude endort nos sens. mousseL notre senisibilit,
les points de comparison nous ma'nquent, les conlras-
tes aussi. Le pote se pi oninera donc dlans le jardin
des littratures trangres, non pour pri'enidre des
images, ou des imilalions, nmias pour niieux se rendre
compete, par les differences, de son o1ri; ni lilt.
Le people que n'embarassent pas les Ihories, le' peu-
ple, come l'enfant4 est pole.
Cius tire dles cones sons la tonnelle. tim timn: bois sec
mulatresse veines cou bleues: palmisle
Cius vient de laire ouvre dle aote, il a vu le palmiste
comme une belle lemme.
El l'ombre, comment la voil il ? m'l. prend ni'
Me voici, viens me prendre. C'est la parties de cache-
cache avec le mirage dcevanl.
La lumire, piti, pili, plein caille toutle petite.
elle emplit la maison.





I.LA REVE INDRIGINI

Ces dfinilions, ces devinelles sont le premier mot
l'uin vers, le premier acheminenient vers la posie, la
vraie posie du lerroir, rlccourci elliptique et potique
d'un people etl'ant.
Nicle a (qualre auis des yeux lonns et ravis qui
crent alenlomir d'elle un universe merveilleux. Nicole
e. s pote.
Lee nuages s'amoiicleint dans le ciel d't, des nua-
ges blamns, ils coureint et se poursuiveiil, celui qui a la
lorme d'un chat. le chat de la mre Michel, ou son cou-
.in le clihat bott, l'aisani le gros dos s'avance vers la lu-
ne -. tariine bien beurre et d'une houche il avale
la lune. Nicole pleure.
La posie et la vie se m ilenlt en soun me calndide.
Les nuages p.isscnl et repassent sur la lune.
Regarde, come on balaie la ltmiie
l.a vraie posie. vous ne la percevez jamais si vous
l'avez pas l'mine d'un petit enl'anl.
La vraie posie, je la trouve dans les relfrains que
nous chantaient le soir les nourrices noires, qui ber-
crein noire enfance. Dodo dodo pitite moin, crabe
mili calalon. cribiche nan gombo, Dodo pitite moin
les berceuses lenles et douces au rvythme apais...
Les chansons des reines-chanterelles qui mnent
les danses chalmptres.
Ecoutez la chanson de la jeune envoule
Feuille min bois. cot ou pral
Feuille. 6. col ou pral
Feuille nani bois, col ou pral
in'prail ca!e bloumba
Alexis o, c a li'pas vi
Alexis cot ou! pral
Alexis c a m'pas 'vi
bouminb quirumb moin
Noire folklore est rice de chansons pareilles. C'est
le bruit dles tams-lamis conviant la danse d'un mor-
iie l'autre, l'appel des lambis, cri rauque d'humanit
aux abois, c'est le rythme trpidant et sensuel d'une m-
ringue avec sa mlancolie lascive, qui doit passer dans
noire posie, fa notation sera directed. dle nos mois, et
personnelle. 'Non des vees mais la posie. Les querelles




53 LA REVUE INDIGNE

prosodiques nous font rire. Les pdants solennels dis-
cutent, la source chante, le ruisseau sur les galets sus-
sure un air nouveau, un merle ironique a siffl leurs
discours.
Comptez sur vos doigts les battements de nos cours.
J'ai peur deparler devant lui me dit Petit Pierre. C'est
un monsieur trop savant. Il voudrait corriger les fautes
d'orthographes que je fais en parlant
Nous laisserons comme dit Phito, ces cuistres pr-
tentieux brouter les couronnes mortuaires sur les tom-
bes des cimetires antiques et solennels 1
Mon ami Phillipe Thoby-Marcelin se promne un
soir au Champs-de-Mars. 11 voit la. lune dans un halo
et l'image suivante s'impose a lui.
La lune au centre d'un halo
se dilatait comme pupille d'un chat
D'un autre soir
Cette lune, come un oeil rouge.
Je trainais des songes dolents
Parmi la canaille des bouges.
L'angoisse au cou, nud coulant.
De Roumer, cette notation La faim done la bou-
che un gout de quinquina
Pour Jacques Roumain.
La pluie monotone dactylo
tapote sur les vilre: closes
Et je pourrais multiplier les citalions.
Si nous crivons en franais, nous sommes, il ne faut
pas l'oublier, des strangers, peu-t-tre nmem des bar-
bares, nous n'avons pas, a suivre les raflinenients de
sensibility, essayer d'imiler, mais nous demons rendre
nos sensations, exprimer nos sentiments. Nos ronmes
sont traduits de l'haitien, c'esl dire la traduction d'-
tats d'me qui nous sont propres. La grande rgle n'est
elle pas de plaire, peu imported la formula myslrieuse
suivant laquelle s'opre la transmutation, l'hotnnle
homme respire le parfum, s'enchante de la musique si
elle l'meut. Le reste est littrature.
NORMAL SYLVAIN





ENTIRE NOUS:

EMILE ROUMER

Chlez Florvil. Coin de taverne mlancolique en celle fin
d'aprs midi lourde. La table rche, et qu'a marque le cul
des cornets ds. Les murs suintants d'humidit. Des
bancs. Nous avons clos la porte qui donne sur la vie fi-
vreuse des clacksons. Tristesse des sales dsertes. Fume
bleue des cigares, en face des bocks vides. Nous avons clos
la porte. Et ce silence, et cette ombre allonge au pied des
murs. tout cela nous isole davantage, cre une atmosphere
spciale de tabac et de vagabondage intellectuel.... Roumer
parole.
Ilounier: tout rond. Une bonne tle rouge, joviale, can-
dide. Derrire les lunelles des petits veux qu'un tic nerveux
fail clignoter. Le geste est large, puissant. Une vie brlante
rt' rnyonne, qui vous inonde, vous avale: Emile Roumer
est dynaminque.

G- Comment je debulai ?
Il n l'tir de trs s'amuser, comme qui dirait en soi: Ah
la bhiie blague 1 Les petits yeux rient avec plus de ma-
lice. Et aussi toute la bonne face ronde et rouge.
C'lait au lyce Michelet o je'faisais ma philosophie.
Quelques amis, don't ce Jean Claude Aujame, peintre de-
puis, et qui devait, vingt ans, exposer au Salon une oeu-
vre remarquable, me dfirent d'entrer aux Annales, revue trs
ferite, ce qu'ils disaient. Vous devinez ma vanit d'Haitien
pique.Pari.Discusion, etquise terminal par l'envoide quel-
ques uns de mes pomes Madame Sarcey sous la signa-
ltre d'Emilius Niger. Vous avouerai-je que je ne fus pas
peu tonn moi-mmiiie de les voir paratre quelque temps
Plus tard ?
A Paris j'avais eu pour mnaires Albert Millol, Camille
Vergniol, connu par ses travaux sur A. Thleuriel, le musi-
eiigraphie Hienri Collet. C'est aussi lqueje connus Morpeau.
Puisque y'v suis, laissez-moi vous dire qu'on a t trsinjuste
envers Morpean. C'tait un grand garon trs bon, trs franc,
el qui aimait beaucoup son pays. Dans une lettre sa fa-
mille. au lendemain de sa mort, je crois l'avoir dit. Trs
choy en France, il nous avait pu attirer bien des sympa-
tiies. El puis quelle magnifique venture, et que nous com-
prenons, nous autres, que ce dpart, presque sans argent,





55 LA HEEVUE INDIGNE

la conqute de Paris Il v avait danns Morpeau '1t) Don
Quichotte....
Ce fut lui qui, cependant qu'en Angleterre, el dans ce
centre d'tudes formidable qu'est le Free Reference Library,
je passais mes journes a tudier, s'occupla de l'dition de
mon volume: Les Pomes d'Haiti et de France.
-Quel fut l'accueil de la Presse franc'aise ?
-- Elogieux. Andr Mora. Nol Sabord. La Pense Latine...
Je me rappelle en effet avoir li une tude de la Pense
Latine et qui rendaif 1oin.mage ce don visuel jqne vous ave:,
et la musicalit de votre rylhme.
-Vous tonnerai-je en vous disant que la plupart des
encouragements que j'ai rencontrs nie viennent d'lrau-
gers ? (Naturellement, ces auteurs insisliieiit sur ce point
que c'tait une oeuvre de dbut ).- Tandis qu'au contraire,
la press haitienne -il part tn article d'Andr Liautaud
dans la Nouvelle Ronde, et le Temps de cet crivain quest
rest Moravia ne me consacrait qu e hde nals avis de
reception et se montrait d'une absolue indillf'rence envers
l'oeuvre,non pas deflinilive, inis qui cependant mritail mieux,
d'un jeune liailien.
Et l'impres C'est n 1 Rodlier tel qu'on n'a p is coulumc de le voir,
brumeux, dsabus, qui lve la It"lt d( folid du verre de
kola oh sa paille danse Mtni gieue !a'il;as(qie pour rio'l'n-
dre....
Je vis que je ne serais jalmais comprise dans mol pays.
JII v a dans ce milieu un gol fail, arirl. O n'en soil p:Is.
C'est celui ltabli par ces Olibrius qui pour troiuver tie ri-
:me plus ou moinis conivenabl)e, nie rec le'rolit pas devant lIs
pires inepties, bons faiseurs (le pomcs pour jeines lilles,
mais il qui le sens de l'art faith absolument dfaut. NIr. d'Ar-
trey, cet entrepreneur de pompes fiunbres gar dans la
litlrature, en a submerg son Anthologie. Ce sont eux, ici,
qui font le got.... Vous voyez mon dcouragement. Le cou-
rage et la foi...
( Brusque cart de la chaise. Roumer se lve. Il croise sa
veste carrment. Il arpente la pice. Il est triomphant et
lyrique Il est Roumer I )
Le courage et la foi devaient me revenir avec vous.
Nous avons une mme faon de sentir. Et pour nous, le
monde littraire ne s'arrte pas Victor Hugo. Nous n'avons
en outre d'autre ambition que de fire de la littrature. On
nous reproche de croire que nous seuls savons crire. Ja-




LA RLE'LE INDIGNE 55

mais de la vie. Il se peut seulement que nous seuls voulions
crire d'une certain faon, et qui est la notation exacte de
nus reactions psychologiques. La sincrit en art, voil ce
que nous demandons, et.......
Je sentis que l'entretien dviait. J'y ramnenai Roumner en
lui demandant quels taient ses maitres.
En tte: La forgue. Le Verlaine des Ftes Galantes.
Toulet. Jos Asuncion Silva.
Vous avez eu subir des influences bien dissensables: Ver-
laine et Toulel par example.
J'ai dit: le -Verlaine des Ftes Galantes, trs loign
du mvelicisme de Sagesse, et qui, pur artiste de strophes
lelles que celle-ci
Landre le sol,
Pierrot qui d'un saute
.De puce
Franchit le buisson,
Cassandre sous son
Capuce......
s'appa)renlt videmment cet orfvre dlicat qu'est le
Toulet des conirterimes.
Vons uive: parl de .Ios? Asuncion Silva. N'avez vous pas
eii lui coii.acrer une cofierenilce ?
Oui, A Jrmie. Je voulais tablir ses l4apports, et qui
m'avaient frapp, avec un de nos plus grands crivains,
Edmond Laforest. Physiquement, ils se ressemblaient. Des
*ploloogiapliies que je pourrais vous montrer, en font foi.
Tois deux, cullivs, fins letirs, vivent dans utn milieu hos-
tile, qui ne peut pas les comprendre. Ils finissent galement
par le suicide.
Curieux.'
rrs. Mais c'est aujourd'hui un fait tabli que des fa-
imilles transplantes dans un milieu different de leur pays
d'origine finissent. at bout de quelques gnrations, par
subir des transformations telles qu'elles se trouvent assi-
miles au nouveau corps social don't elles font parties. Un
'blond de Pomranie, balourd, buveur de bire, transplant
avec sa tamille Marseille, donnera infailliblement, au bout
de quelque temps, une descendance proche de cette race
chaude, mousseuse des Provenaux.
Je ne vois pas o cela tend
Excusez moi. Laforest et Asuncion, tous deux sous un
mlme climate, dans des pays bouleversement continues




y LA HEVUE INDIGNE

semblables, porlant des Ames de civiliss parmi des Bo-
tiens, devaient infailliblement ragir tous deux de la mnie
faon. t'tait nuilhimatique. Je ne vois d'autre explication,
pour ma part, ce fait trange e! que, dans nui conference,
j'ai tenu signaler.
La milempsycose...
-- Bien vieux, cela. Et pas quand il s'agit, come c'est
ici le cas, de contemporains.
Je me rappelle ( car la chaleur que notre ami avait su
mettre celle discussion m'avait faith perdre de vue notre
sujet ) que le but de notre enqute tait plult que Roumer
s'expliqut, sur son art, ses tendances, et que, pour les lec-
teurs de la Revue Indigne, il expost ce qu'il veut faire. 11
y consent, de mauvaise grce d'ailleurs.
-Des explications... Des explications. Vous en parlez
votre aise. On ne s'explique pas: on est. Laissez moi
vous dire seulement qu'une de mes caractristiques, c'est
l'anti-lyrisme. Les grands lyriques me barbent. Lamartine...
tenez Jacques Roumain a un mot rosse et qu'il me pardon-
,jera de lui voler : Lamartine, mon seul regret est qu'il ne
se soit pas noy dans son Lac. Toutes ces reveries fades,
cette sempiternelle mlancolie ( trs littraire, en outre, trs
littraire ), me donne la nause. Dernirement, une jeune
fille trs bien me lisait le Crucifix. Quand elle eut fini:
Mademoiselle, lui dis-je, votre Lamartine tait mettre
en croix.
Voil pourtant de qui toute notre posie procde. On
ignore Laforgue, Toulet, Valry. Ce que j'n ime avec Toulet,
c'est que sa posie ( et c'est ce qque voudriis ai river a faire)
est la notation d'une sensation. On got'le iun pome de
Toulet avec tous ses sens. Chaque vers, selon moi.
doit avoir sa fin en lui mme, et qu'on y prenne tni plaisir
dlicat et sensuel, comme on dgusle, un aprs-midi lourd.
une tasse de caf sous une vrandahl....
Mais alors uous crivez pour un public d'arlistes.
Pas forcment. Pour un public cultiv.
Sur la terrasse bleue on mange des ciroueller.
Et le feuillage noir au magique treillis
fait, de In pleine lune, une rose d'toiles !
O, faut-il tre artiste pour goler cela ? Mais. je veix
l'imge qui cre la vision artistiqup. Au lieu de l'alexan-
drin rempli vaille que vaille l'aide de quelques cheielles
et d'adverbes, je veux la musicalit du rythme....





LA REVUE INDIGINE 58

Conception nouvelle en Hati?
...... Attente. Dans la clart neuve des lampes, mon crayon
est un bton noir, lev ?
-- Je ne sais pas.
Dcidment, il se drobe. Je l'accule par une question di-
recte
Que pensez-vous de la littrature haitienne ?
-- De Parny Lon Dierx, les crivains hatiens n'ont
fait que reflter les diffrentes coles qui se sont succdes
en France. Pouvaient-ils d'ailleurs faire autrement ?... Deux
noms, selon moi, dominant: EtzerVilair, Edmond Laforest.
J'ai lu en effect les uvres completes de Vilaire. Quelle
motion tragique dans ces dix hommes noirs I Cet homme a
su, mieux que tout autre, traduire rme incertaine de toute
une gnration. Du souffle. Du gnie. Et notez qu'avec cela il
est un sr artiste.
Laforest aussi est in sr artiste. Vous avez d lire ses
Sonnets Mdaillons. C'est, selon moi, ce que l'on a d pu-
blier de plus parfait en Haiti. Les sonnets Mdaillons reste-
ront.
-- Ne constatez-vous pas un renouveau littraire, depuis
quelques temps ?
Debout, le chapeau sur la tte, frais, souriant, prt
pour la rue, il rpond :
-- Un renouveau ? Jamais de la vie. Une continuation. Le
vritable renouveau, il ne s'est pas encore manifest. Il se
prepare. Comme tout ce qui doit exercer une pousse dfi-
nitive, il se recueille... Il attend.
ANTONIO VIEUX





Quelques Dfinitions de la Posie

GEORGES DUHAMEL

.... Quand nous prononons le mot posie, nous pen-
sons cet art profound, puissant, dlicat et grave qui
permet l'homme (le se mieux connaitre lui-minie ;
nous pensions cette flamme scintillante et farouche
qui permet l'esprit de s'aventurer dans l'inconnu, de
pntrer chaque jour plus avant dans.les tnbres du
monde et du cour
. . La vraie poie est un instrument de connai.sance.
Connaitre le nionde 1 Est-il pour l'esprit une autre
carrire ? Tous nos efforts; tous nos travaux tendent-ils
autre chose qu' 'intelligence (le ce qui nous entoure?
Or au centre du monde. bat le cSour de l'hommnie en
lequel se rflchlssenl et se rsumeift tous les aspects.
tous les spectacle,:.
La vieille maxime socratique Conntais-toi.toi inime.
reste la base de loul savoir, et 1a posie qui. nous sert
dmlerle myslre e'ivilr)lnniiil, nous dit Ioult d'abord
clairer des profondeurs dle noire propre consci( le e.
Toul euvre potique ou -prlendue telle qui ne no us
apporle ,pas quelque lumire sur noire anew n'esl 'oini
posic veritable. Elle pe.u repruenter un jeu plaisanIl.
nn divrtissemeni badin. uie aucro)b lie verb:ale. eile
n'est pas digne du nom (le posie.
....... Mais l'me hIumnine n'est pas confine l'inlt"-
rieur de l'homne, elle est manifeste au dehors. elle se
rpand dans le lemps cil dans l'espace ; elle forme,
entire les individus, un lien continue; elle imprgne
mnme l'univers matriel el communique un sens aux
objets en apparence inanims. L'homme est partoul
comme une sorte de vrit latente toujours sensible
au regard et au cour du pote.
......... Ainsi dfini le fond mme de cette posie meo-
derne, je dois ajouter qu'elle n'est pas le moins du
monde alourdie d'idologie. Elle ne rappelle en aucune
faon ces ouvrages fastidieux qui ressemblent des





LA IEVUE INDIGiNE 60

traits (le philosophies versifis. La posie, s'efforce
suggrer l'me par la peinture du concert. Alors mme
qu'elle s'intresse des phnomnes purement phsyco-
logiques elle le fait dle faon directed, en appelant les
choses par leur nom, sans recourir aux dtours et aux
artifices du symbol.
Elle ne s'exprime donc plus par allusion, mais direc-
lentent. Elle aborde de Iront toutes les difficults de
l'expression. En cela elle se rapproche de l'art classique.
Elle fait un large et audacieux emploi des images. De
tout temps l'image fut un merveilleux mode d'expres-
sion... alors que le symbol dveloppe longuement les
analogies que l'on peut dcouvrir entire deux ordres de
phnomnes et, le plus souvent entire des objets con-
crets et des vrits abstraites, l'image est, au contraire,
une operation quasi instantane. Son efficacit tient i
s- concision. Bien entendu elle comporle aussi le rap-
prochement de deux ides. De ce rapprochement, jaillit
comme une tincelle, une lueur brve et fulgurante. A
la faveur de cet clair, les deux objets primitivement
distant, se rvlent, s'expliquent. Un rapport imprvu
se trouve tabli qui nous renseigne profondement sur
les ides mises en presence.
Dans un pome svmbolisle, nous dcouvrons rapi-
dement qu'nucun des objets dpeints ne signifie stricte-
ment ce qu'il est: la mer reprsentera la destine, une
lour reprsentera l'orgueil, une rose' la beaut, une main
tendue, la concorde, une fentre. l'esprance. Dans la
posie moderne rien de tel; les choses sont ligures pour
elles mmes. L'image sert nous en donner une intelli-
gence plus aigu et non pas garer notre pense sur
desgnralits abstraites.
...Vous regardez un arbre d'hiver. Tout de suite cette
comparison s'impose.
L'arbre, comme une cage vide.
.... Voulez-vous penser un de ces sombres jours d'hiver
o la lumire mme semble se dsintresser des
homes.




61 LA REVUE INDIGNE
Le jour restait dehors
Comme un hornmme tranger.
L'immensit d'un ciel pluvieux.
L'espace nivr de pluie
Se dilate comme un coeur.
La mer et ses fureurs.
L'eau colossale qui songe aux temptes.
Le vent.
Le vent pousse un soupir
ternel-puis qui finit.
(CONFERENCIA 1er Septembre 1921 )


MADAME EDMOND LAFOREST
Que le sommeil te prenne en.ses lgers rseaux
et de pavots subtils t'enchante jusqu'aux os.
Dj, dans l'ombre dense et qui tombe en la place
l'air charge de fluide est une peau de chat.
Et tu fermes tes yeux et qui dfient la glace
du temps, dans leur lumire o l'amour se couch.
Et j'aime au soir de juin ou tu reposes lasse,
ton front qui dodeline en un doux cabicha.*
YVONNE MAC-GUFFIE
J'ai des cheveux auburn , des veux come une source
et qui. glisse important des jasmiins dans sa course.
Je suis Yvonne et le monsieur qui fit ces vers,
le monsieur laid me dit Vovonne avec dlice.
Je suis toute petite et dj dans mes fers
j'ai mon [pote et que je boude par malice.
Tout comme une grande personnel j'ai mes nerfs,
je suis Yvonne el ,a fossette est un calice.
DANS LE VERGER.
Un palmiste unicorne et la lune au sommet I...
0 soir de mon pays que je senate jamais
ton odeur de jasmins et de mangues cannelles.
Et'sur le mur la douce entant mie dit: Milo ...
- Voix de cristal, O diamants de ses prunelles l..
Un parfum de fruits mrs s'alanguit dans l'enclos.
- Milo 1 redit Jeannine au cri des sauterelles...
Et nous bnit sainte la Lune et son halo.
EMILE ROUMER
Cabicha : somnolence





L.A EVUI: INDIGUNE: 62

NOIR
Mon amie, assieds-toi au piano
long et sombre tel un cercueil:
ce soir mon me est en deuil.
Joue une mlodie vieille, et trisle,
triste infiniment. Chopin ou Liszt
qu'importe je 1'eux enlendre mai
douleur
sangloter. Puis pose la main, o
trs doucement sur mon cour;
et toute la nuit j'couterai milancolique
pleurer en moi trs bas, amre, une mu-
sique
JACQUES ROUMAIN

LA DANSE DU POETE CLOWN
O Agni !Toi qui flambe.
lians le sang du
danseur perdu !..
A MA no
Bondis parmi eux et danse
avec tes jambes fines et ton coeur triste.
Danse tout autour de la piste:
arien, nu et lance
leur haine l'injure
de ton sourire. Tourne sur toi-mme, o pur
rchauffer ton dsespoir
tourne ne plus les voir
tourne, dj ils ine sont plus
que brume. Entends-tu
maintenant vivre la blessure
de ton cour: ils furent,
ils furent 1 mort, tourne,
danse, tourne, o pote, o flamme, o clown
Et chante aussi la mort
qui griffe ton corps.
Tes lvres sont blames,
chante quand mme,
tes pieds s'alourdissent, le lien
se casse. Va, pote crever dans la niche du
chien
JACQUES ROUMAIN




63 LA REV'Ev INDIGNE



IMAGES DE LA MER


O Thalassa Thalasss !
Xenophon
La nier, la nier toujours recommence.
P. Valry
Amour de la mer et des choses marines,
ardeur soudaine et sourde nostalgic !
Un flibustier franais ricane en mon pass.
Sang amer de lorban qui corroda mes veines.
Got acre du vent gonflant les voiles pleines.
Dparts, dparts qui dchirent et dlivrent.
Appels vhments des horizons.
Tourment, hantise des spaces libres.
La grande savane de la mer !
La barque chevauche les lames.
couleuvres au flanc
glissant et s'tirant
avec un bruit de soie qu'on froisse.
Plus lourde, celle de fond
la pousse de l'paule.
Dur labour de l'trave puissante.
Le soc a fait jaillir des toiles bouscules.
Commandements dans la nuit:
" Pas lof Lofe pas anI !
Descende flche l !
Barre au vent "
Colloques mouvants.
La mer, la lune, le vent
causent.
La mer est un prisme changeant.
La lune une mduse d'argent
nageant sur les flots irrels de l'lher.
Avez-vous vu le vent, l'avez-vous vu
sordide et nu,
vieux ptre rvant,
poussant devant
la caravane des nuages qui pluraient
l'herbe rare des hauts sommets ?




LA, flViLAI INDiiGNL


11
ACCALMIE
La mer etineplait ainsi qu'une gitane
Toulet
Le miroir de la mer au soleil vertical.
La mer est un diamant superbe et qui rit.
Le bateau grince et crie,
tourne et vire.
Le bateau ivre
tangue et roule
chaque houle,
et puis enfin
s'en revient,
fourbu et las,
sur ses pas.
Les noirs chantent une boula,
scandant de leurs pieds nus
des airs barbares et ingnus.
Un lambi appelle le vent
mais le vent s'est cach
dans les gorges profondes.
Tapi dans ses anciens-repaires,
le vent s'est endormi.
Le "vent ne s'est pas rveill.
111
TEM PETE
L,'abimp an les cheveux blancs.
ta Bible
La mer bout et lrune.
La mer bout et tume sur les Ctes-de-fer.
La mer est une marmite d'enfer.
Acoups demarteau frappant l'enclume
s'acharnent les vagues en dlire
centre la citadelle des rochers.
La mer a pris la terre bras le corps
sur toutes les cotes du monde.
IV
HAUTE MER
Puissante, lmentaire,
aeule des continents,
la mer se souvient des matins (le la gense.
NORMIL G. SYLVAIN.







LA ..\ Iti.V 'l INl il'..N 1: 6(1;

lumiire, par la comnprhension des langues qui leur
claient la veille compl)ltement trangres. Des Indiens.
qui avaient survcu la destruction de leur race, taient
miils leurs travaux, il leur conversation. de li, l'em-
ploi des expressions carabes qui sont venues jusqu'
flOUS.
Et c'est travers les combinaisons des mots africains,
indiens, espagnols et franais, que nous sommes parve-
nus la possession de ce language crole, capricieux et
dsordonn. Nanmoins il est noter que c'est surtout
la langue franaise qu'on a fait des emprunts dfini-
nitils. Et l'on peut encore plus particulirement dire
que c'est aprs une longue et dilficile imitation de la
langue franaise que les noirs parvinrent avec un sin-
gulier instinct d'abrviation, il modifier, dformer
plut t la langue de leurs mailres. Ajoutez cela qu'une
certain paresse d'esprit les portait i dire les mois de la
lfa'on la plus facile et la mieux en harmonie avec leur
idiome d'Atrique.
Forcment, par leur frquentation, les noirs qui ha-
bilaient les villes ou les villages ont change peu peu
leur pronunciation en la rapprochant de celle du Iran-
;aiis, tandis que les noirs dles campagnes ont conserv
plus ou moins la prononciation premiere.
Sorti dle l'esclavage, aprs ',Jpope glorieuse de 1804,
le people halic n fit de la langue franaise sa langue
officielle, mais conserve naturellement le language crole
dans ses relations courantes pour traduire ses penses,
ses sentiments, ses impressions et sensations.
Et nous nous se:'vons toujours du crole sans qu'il
it jamais t l'objet d'aucune observation, d'aucune
tlude srieuse. Quelques crivains lrangers ont essay
d'tudier le crole, mais c'est surtout le crole, en g-
nral,des Antilles. En Haiti rien de particulier, concer-
nant le ntre n'a t tent, sauf quelques vagues bau-
chies le dictionnaire crole.
Un franais.M. J. Turiault, qui a visit les Antilles, a
ecrit, sur le crole et son volution charmante,ces phra-
ses admiratives et fervantes: en passant par la bouche
des femmes croles, ce language a perdu. il faut le dire
ce qu'il avait primitivementde dur, de sauvage...il s'est
assoupli, faonn, .ouci. et aujourd'hui, malgr tous





61 l.. ni V''l IMINGu'L.L

ses dfaults.il esl devenu utn1 language qui a bien ses quaili-
ts; il est doux, all'clueux, caressant.el s'il ne prle nulle-
ment fl'exi'os des ides niltp Ihysiqucs, du moins expri-
ime-t-il facilen;enil, souvenir avec cha llur, outles les iim-
pressions, lotles les seinsatlic;s du cour ... Il est tell
ide tendre ou nave don't l'expression crole ,;uginenle
le charge, et ne pourr *ait tre mieux exp'rin:e dans
aucune langue. Mille riens, mille images voluipli icuses.
que l'on n'oserait dire en franeais, sonI rendus en cro-
leavecune grace infinite. par l'inl'l xion qui esl i tlut ell e.
aux croles et qui fail la plus grande parties de l'ex-
pression.
Il fault se rappeler aussi que les noirs n'oui pas Ol les
seuls travestir le franais. Les colons v ont contribute
dans une certain measure. en iniroduisani dans leur
conversation des mois apparienal a des palois d'Euro-
pe, tels que baille (donner). dou (devoir). na/er( noye: )
solif, (soif)
Le crole content bea(u oup de sons imil lir, (n-
von est une grosse mouche doni le bruit du vol peint
exactement le nomn donn ), el il est utile d'ajouter,
qu'ainsi que toutes les leagues, il a s'es idiolismes el
une riche nomtnclinlalred'exclamntiolis tres expressives.
Que l'on veuille bien considclr(r qu'il e.st difficile de
fixer des rgles tunirfo;r es el crele. cil (!e, |pour le
bien parler, il faiul (ire' la iliarise des l'enl'ance il solid
language.
Dans le cadre restreint et nicdeste quIe je 1me suis
trac dans cet Essai, je cile a peine queIlqunes mois e'( -
les. Il y en a pourianl de brillants et qui soun (!es
bijoux serlis dans des p)lh nses 'ravissantes: Zilei.i-li
clair coin'chandelle. ou'Plils'dentls-li blanch' c m'lail...
Le crole parl est bien anutre chose que le crole
crit. Et c'est en pregnant sur le vil l'a dil, M. Tu'riumt,
accompagn de.ces gestes. de ces poses. de ces rires,
de ces accents. de ces inlerjections donl les noirs
seuls ont le privilege el le secret qu'on apprcie, qu'on
juge bien le language crole.
C'est pour cela qu'en l'crivant on doit se bien pn..
trer de la ncessit de lui donner des oiles. de niellre
en lu-mire sa 'philosophie spirituelle et lgre qui d-
sarme et qui sduit.





i.A lV:tvl i: Nll)l; \lr: (,

Ainsi. il offre aux chrchlieurs une mine inpuisable
dle jolies phrases, avec des images imprvues qui env.e-
loppent les ides sans les gner. L'assugetir des rgles
prcises, ce serait le rendre trop difficile,et s'loigner eh.
quelque sore (le la representation l'idle de sa pronon-
ciatiion.
Je nlie sais plus qui a (il. que, quand on crit le crole:
les mois se posent, mais tout le reste s'envole, et on ne
Irotve sous la plume qu'une image efface el dcolore
de la pense. C- ne sont plus que des colibris immobiles
sams clat et sans ailes...
Ohl! non, cela n'est pas vrai. L'on n:a qu' relire la
Clhoucoune die luranid pour se convaincre (ldu contraire.
l'lle est remplie de fines nuances, traverse d'une mi-
lanc(lie dlicale. d'imperceplible malice, que le language
rrole seul possde. Elle est bien crite.
Quelque singulier que pluiss. p-raltre r'crilure cr-
lie. il n'a pas uoilns un cai'cte oi-iginal el person-
nel. en sa lorme et en ses couleurs. Et ce sont jusqu'ici.
nous devons l'avouer.les poles surloul tqui se sont faith
liin insrumeiinl docile du crohle crit. Il est lger, flexible.
s'ivouIx, I dans leturs Irop nires essais.
Cependant avec un choix habile du sujtelen prose ou
'nl vers. on peut constituer. en puisant dans les cou-
SuLnies et les moeurs de noire pays., des productionsI lit-
Iraires. exquises dans leur nonveault el (le .mrite in-
conteslable. fixes par (l'crilure crole).
Que les lillraleurs l'alienssongenli cet(Arl crole)!
Qu'ils pensent au culte qu'ils doivent i sa Muse et em-
ploient un.peu de leur gnie ou de leur talent la
glorificalion de notre language national. Ils auraient
tout profile considrer ces suggestions, surtout cexi
de la jeune gnration, . s'inspirer de notre splendid
nature dss tropiques o tout diffre de l'Europe; le cli-
aut, les plants, les fruits, les fleurs, les oiseaux... Notre
inspiration. certes, doit nous veuir de notre milieu, de
notre patrie. de notre vie. Et c'est tant mieux quand nous
pouvons exprimer toutes ces choses dans le language et
Wvec I'accent (lu terroir-.
E.smI.: MARCELIN





Pluie


La nuit est paisseet lourde; le ciel est bas et sombre.
La ville entire dort, vautre. Autour de la maison les
parfums des plants monlent violent, doux, chauds.
L'eau d'un robinet qui tombe dans un bassin demi
rempli. Le grognement d'un chien. Le galop d'un che-
val dans le lointain ...
Nuit d't.
Je voudrais longer mon corps nu dans le bassin ou
galoper sur ce, cheval don't les lers ne baillent plus
qu'un indistinct tam-tam ...
On aurait d tapisser ma chambre de matelas come
celle du pauvre amant lou, car je voudrais ltout mo-
ment briser mon crne aux inurs.
Soudain l'averse.
Brusque, farouche en un dlan de rage vontre les lues
accroupis. Il pleut une pluie norme qui bouscule les
toits de chaume, mutile les planes et dissoul leurs arC.-
mes. Les gros arbres se tordent come si on tenaillait
leurs entrailles, les flambovynts ensangln lent le sol.
Le front dans les mains je m'acc'oude ala lfienitre. Voili
le seul moment o je me sens moi. La pluie a une voix,
une main, elle me parole. me fe'rme les veux, m'teml'orle
loin ... loin ...
Autour de moi tout s'est effon ir. Mes vies :nilt-
rieures se dressent-elles dev~anit moi ? .'ai soudain des
impressions connues, jamais prouves:
Il pleut quaranle jours el quarante nuits. Des lennies
nues, dsesprment, de leurs mains ensanglantes,
s'accrochent aux rochers. Des mains, des mniins s'agilcnt
vers les cieux.
L'eau monte, monle ...
Je vois tant de choses qui furent, tout un pass loin-
tain qui revit en mon cur par cettlle pluie, un pass
vanoui qui m'emporte an-del ...
Je n'entends plus la ipluie; mais qu'elle ne cesse pas !
Sans elle je n'existerais plus. Qu'il pleuve pour que je




LA IEVL'E INDI'G.NE 70

sois. Qu'il pleuve toujours. Je me sens des inflexions
douces dans la voix, je me sens bon, doux, lendre.
Mon me est une arabesque folle trace par la main
maladroite d'un enfant, sur une leuille volante. Quand
le soleil reparail. la pluie a effac l'esquisse et le vent
-a emport la feuille.
Mais il pleut toujours ...
Ah s'il pouvait pleuvoir ternellement !
Donis







LE TAM-TA31 ANGOISS
Il est ridicule de jouer de la flte
dans un pays o l'instrumennt
national est le puiseant assrtor
MA MUSE

Ma muse
est une courtisane toucouleure.
Des dents blanches,
une cascade de fous rires,
des sanglots profonds jusqu' l'me,
un tumulte sonore
de bracelets et de verroteries.
Ma muse
est une courtisane toucouleure.
Voyez come elle est belle
avec de la poudre d'or dans ses cheveux
de l'antimoine sur les paupires
et du henn
empourprant ses lvres paisses
mais fondantes comme une
mangue.
Ma muse
est une courtisane toucouleure.




L' Il EVU LE [N 1)1

S' NOUS
Nous,
les extravagant, les *bohlmes, les fous
Nous
Qui aimons les filles
les liqueurs fortes
la nudit mouvante (les tables
od s'rige, phallus,
le cornet ds.
Nous
les corchs de la vie. les potes
Nous
qui aimnous lout,
tout.
l'glise,
la taverne
l'antique .
le moderne
la thosophie
le cubisme,
Nous
Aux oeurs
puissants coinmiie (les nmoleurs
qui aimons
les combats de coqs,
les soirs lgiaques
le vrombissement d(es aboilles
dans les mains d'or.
la milodie savage (lu tam,-lani
l'harmonie rauque (ldes klaxons
la nostalgic p)oignante ds lbanjos.
Nous
les fous. les potes
Nous
qui crivons iios vers les plus tendres dans
des bouges
et qui lisons l'Imiltaion dans les dancing
Nous
qui n'apportons point la paix
mais le poignard triste
de notre plume
et l'encre rouge( de enotre cur




LA IIEVUE INDIG'NE 7


VOUS
Vous
les gueux
les immondes
les puants
paysannes qui descendez d'es mornes avec
un gosse dans le venture
paysans calleux aux pieds sillonns de
vermines,putains,
infirmes qui trainer vos' puanteurs lourdes
de mouches
Vous
tous de la plbe
debout
pour le grand coup de balai.
Vous tes les piliers d(le l'difice;
tez-vous
et tout s'croule, chileaux de cares.
Alors, alors
Vous comprendrez que vousles une grande
vague qui s'ignore
Oh vague
Assemblez-vous
bouillonnez
mugissez
et que sous votre linceul d'cumes
il ne subsiste plus rien,
rien
que du bien propre
du bien lav
du blanchi jusqu'aux os.


2




73 LA RE VE INDIGENT


JE VAIS VOUS DIR1E..
'Pour JACQIUES HoL'M.IN

Ecoutez. compagnons
Je vais vous dire (les choses ...
Tout d'abord .versez boire:
Quand j'aurai claqu, mes chers copains.
Ne pleurez pas.
N'crivez point de plaintives lgies,
surtout ne faites pas de vers In Memoriam.
Mais que ma tombe vous soit une taverne
o l'on change
o l'on se saole
et que le rythme mystique et sensuel
d'une nmringue
me berce dans ce moelleux hamae quest
le nant.
Je vide ce verre
avec l'espoir
que les toasis qu'il me resale fire
ne seront pas nombreux



ELEGIE
La lune allume son luminaire d'opale.
La dentellire (les nuitls dans la robe pile
du soir, brode des toiles, cependant qu'une
brise odorante, sinueuse caresse ma brune.
Un sanglot sourd, triste, du bassin.
Quelle muette extase lait frisonner le jardin 1
... Ah 1 come il sera doux nos lvres mles
le th de citronclle en ces heures lasses
CARL IBROLUARD





Inayai Khan, Messager du Soufisme

Il naquit di Baroda, dans cette Inde si riche en subtiles
floraisons mtaphysiques et d'o s'envolrent les notes
cristallinesde la flte de Kabir.Je cite dessein le nom
parent de celui du Pir-O-Mirschid Inayat Khan. Car
lous deux pour gravir le pnible sentier qui mneversl'Un
ne s'isolrent pasdans les Thbades, mais ce fut sur le
chemin amer de la Vie qu'ils cherchrent et respir-
rent la rose translucide de l'extase. Ce fut sous l'enclu-
me de la douleur qu'ils se forgrent des aiIes pour
voler vers l'Amour.
Le ceSur n'e.st pas vivant tant qu'il n'a pas connu lai douleur (1)
Tous deux cultivrent avec dlices la musique, art
qiue le potle de la Musique Silencieuse poussa si loin
qu'il reut le litre de Tansen (2) dans l'Inde. Enfin
tous deux s'enivrrent du profound parfum du mysticis-
me person de Hafiz. de Saadi et du prestigieux cra-
teur (le l'ordre des derviches tourneurs, Djelal-Eddin-
el iumni.
Le petit Inayat grandit dans la maison de son grand
pre Maula Buksh homme de haute spirituality. C'est
1i que cel enfant motionnel qui refusal d'apprendre
autre chose que la musique, la posie, la morale et la
religion, s'initia la science brlantle des Emotions, au
suave mysticisme du Son.
Mais la douleur lut la matrice qui le mit au monde
une second fois.
Sous l'aiguillon de la souffrance il naquit la Vrit.
Son grand'pre mort, l'enfant devenu jeune homme
s'adonna passionnment l'tude des religions.
' Inavat Khan tait arriv cette priode douloureuse
de la vie, o l'homme lass des couleurs changeantes
et sinueuses de Maya (3) n'aspire plus qu' se laisser
bercer dans une molle quitude sur le lotus de la Ra-
lit.
1 Inayat Khan
2 Grand musioien
3 l'Ilusion





I LA HIEVt'E INDIGN

Aprs des annes de solitaire meditation, l'inuc du
jeune homme tait devenu une. harper d'or immense
don't toutes les cordes tendues dsesprment vers lIL'n
vibraieul d'une surnaturelle musique.
Cependant l'heure de la dlivrance ne devait par lair-
der sonner pour lui. Et comment cette here ne son-
nerait-elle pas puisque lorsque vous faites uln pas vers
la grce de Dieu la divine Misricorde. en lait dix pour
vous recevoir. ( Coran).
Un message du monde astral, par l'intermdiaire
d'un songe, l'avertissait de son inilialion prochaine dans
l'ordre Chisti.
Un jour que le jeune homme visilail un souri de ses
amis, celui-ci sut llpathiquement l'iirriv prochaine
du murshid Mohammed Madani.
A peine se virent-ils que l'me du jeune homme et de
son Maitre communirent intimement et l'initiation fui
presque immediate.
Telle est brvemenit rsume la vie (le cet homme
qui devait apporter le message soufi l'Europe.
Le Soufisme n'esl pas un mysticisme issue (le l'slan
comme on le croit gnralement. parce que petl-tre
Mahomet en rutl un grand admirateur ; il n'esl pas da-
vantage une religion, bien qu'il vnre profondment
tous les fondateurs de religions, ceux-ci lani de gran-
dioses manifestations de l'Un :
Une glise, un temple ou la Ka:sha
Une pierre, le ('oran ou la Rlild
L'os du inartyr . tout cein et plus.
Mon ceur pett le tolrer
Depuis que ma religion est Anour
Le soufisme n'est pas davantage une religion. Il est
plus et mieuxque cela. C'est une philosophie religieuse,
un embarquement de l'me pour la Cythre mystique,
une renonciation de l'Ego personnel au pi)-ofit de la
grande me impersonnelle du Monde. Je ne suis ni
corps, ni me. J'apparliens l'me du Bien-Aim dit
Omar Khayyam et encore Vous ltes le noyau du
monde et de ce centre connaissez que vous tes l'me
du monde.
Le soulisme conseille aux honmmes la Iraternil, cuir





I.A Itl'VIL IN iGE.NI 7()

le soufi, sait come le brahmane, que routes les malles
sont iune seule Ame, comme une lumnire confondue
dans une autre n'est qu'une lumire. Il suit que nral iau vglal, du vgtal l'anlimal et de l'animal i
l'homme, la parcelle divine s'lve dans une sublime
ascension vers la demure de son Pre :
Je moiru-s colimme minral Pt m'levai (..comnmue plate
Je mourus commie plante pour revivre comme animal
Je mourus comme animal et m'levai come home
Pourquoi donc craindiais-je dle devenir moindre en mourant ?
Je mourrai une fois encore comme homme
Pour m'lever come ange, parfait de la tte aux pieds.
Quand je souffrirai nouveau la dissolution comme ange,
Je deviendrai ce qui dpasse la conception humaine
( Rumi)
Tel est dans son essence le soutfisme
CAtL 13ito.u u>


La Douleur
La Religion

La douleur que vous ressenlez n'est que l'effet que
produit eni se brisant, l'corce cachant vos sentiments.
Commne il est necessair'e i l'arbre et au fruit de rom-
pre l'corce qui les envelope pour sortir de l'obscuri-
l la lumire, ainsi il est ncessaire que la douleur
rise vos corces pour mieux connailte la vie.
Si vous donniez sa part de mditalion aux l'ails jour-
naliers dle votre vie, vous ne trouveriez jamais vos dou-
leurs plus tonnantes que vos plaisirs; vous accepteriez
a vos cours ce que vous avez accept vos champs:
les-s'isons, et vous atlendreriez, tout on mditant, re-
cueilli et silencieux, dans l'hiver de vos douleurs et de
vos Irislesses.

Vous avez le choix de beaucoup de vos douleurs.
Mais ces douleurs consliluent la gorge la plus amre
avec laquelle le Sage qui veille au plusprofond de vous-
mime gurit le mal de vos Ames.
Croyez en le mdecin de vos mes; avez confiance
en pregnant tranquille6'nt son breuvage amer, car sa





"l LA HEVI'L INI)I(;INL

main, quoiqu elle vous semble lourde et svre, est
guide par la main delicate de l'Etre invisible. La cou-
pe qui vous brle les lvres, elle est amre, mais sachez
qu'elle est faite de terre par l'Elernel polier mle ses
larmes sacres.
i
Et un vieux disciple lui dit: Mailre, iiarlez-nous de
la Religion ?
Est-ce que j'ai parl, aujourd'hui, aumre chose qui
ne soit Religion 1
La Religion est tout cequ'il v a dans la vie de fails et
de prmditations. Qui peut sparer sa foi de son oeuvre.
sa croyance de son mtier, qui peut mettre deviant ses
yeux les heures de sa vie en distant: c'est Dieu, c'est
moi, c'est mon me, c'est mon corps? Celui qui re-
garde sa vertu come sa meilleure tenue. mieux -vaut
qu'il reste nu. Ainsi, ni le vent, ni le soleil ne souillent
sa peau. Celui qui croit que l'adoralion est une fentre
qu'il ouvre et ferme, celui-l n'est pas encore nu temple
deson amequi a sesfentresouvertes de l'aube l'iaube.


Vote vie jo.m:nalire. c'est voire lemplc, cest voire
religion. Prenez avec vous en v entrant tout ce que
vous avez: la charrue, l'enclume, le marieau, la guilare
ettous les outils que vous avez prparcs, soil pour vos
besoins, soit pour vos plaisirs. Vous rc ven x j.lin'ais
avec vos meditations plus haut que vs laits: vous nli
pourrez jamais, avec voire coiduiite, descendre plus
bas>que vos dceptions.
Si vous dsirez connailtre Dieu, ne le cher hez pas en
vain. Regardez vos cts, vous le verrez jouant avec
vos enfants; levez les yeux vers le grand firmament,
vous le verrez merchant dans les nuages, ouvrant ses
mains dans les clairs, venant vous avec la plui.
Regardez bien, vous verrez Dieu sourire dans les
fleurs, remuant ses bras entire les branches (les arbres.
SALIM Ars.
Ces pages ouvrent la trrductcn conIl ie dut Prol lite ) de C-bran
Kalil Gebran, dj triduit e nr uglais ei in allitr.and.
La Revue indigne public donc la premiere traduction f'ranriise de
cet ouvrage, gricean talent do( notre distingucollaboraleur Salim Aun.











Plit. THOBY-MvARCELIN


LES HEROINES






Nous attendions des hrones...
TRISTAN DERi F




















































































































t.





Nausicaa



Hannibal. c'est moi.
J'ai 22 ans. .e viens de m'apercevoir que je n'ai ja-
mais rien regard. Serais-je indiflfrent ? A ce propos,
une curieuse observation de Dmos :
Quand tu marches dans la rue, lu vas droit devant
toi, sans te retourner une seule lois.
Au l'ond. je n'aime peut-lre que moi. Aussi bien, quel-
qutt'un me plail pour aulant qu'il me tnioigne de l'affec-
licn. ( .Je connais un garon qui passait des heures de-
\'vant son miroir. .Je lui en veux dle l'avoir fait avant moi.)
.Je ne parlerai pas de'mion travail. Il ne m'intresse
pas. .'accomiplis ma besogne avec automatisme. Et,
chliaque jour, je me rveille quatre heures d'aprs-midi.
Dans nia la'iille. nous soiinies hatiens de pre en
lils. C'est une tradition. .e naquis I Port.-au-Prince, un
jour de r'voluiion. Cela explique sans doute ma nos-
talgie des coups de leu. M1on sourire (e ide ultre jaune
el imaigre voque tiun pis de mnas-au-lait fendu.
.le ne ilmentiolnnerais pas ii1oni sjour i Paris. mais il
v a le pelit museau I'rais, sanglantet sucr de La Blon-
(le Nivernaise . Une cluirniainle enf'ani. 11 m'arrivait de
la taire soiffrir. .J'adorais la dshabiller la chemise
prs. Ellle f'ermait les yeutx et quelle pudeur Cel se
passail... coimme dans Longus. je crois( je nel'ai pas lu)'
En Irois mois, nous lions chlastes. L'histoire se termine
dans un taxi. Un fait-divers d'une hanalil odieuse et
que je veux effacer de ina mmioire.
A part cette venture nave, je n'ai jariais fait l'amour
que par respect human. l)esfemmes facileset des demi-
vierges cyniques. J'en ai la nause. D'ailleurs aucune
d'elles ne m'aimait.
Aujourd'hui je me complais dans la compagnie de
toutes jeunes filles. Ce sont lde petits ltres pleins de cu-
riosits. Elles dcouvrent l'homme avec passion.Je leur
cote (les anecdotes sales. Elles s'effarouchent, mais,




L.A IEL'UL- iND;61:NL.


au fond, quel plaisir I lles Irouve'nt, que je ressemble
singulirement ia Alexandre Plion. Ce qu'elles .aimeint
le plus, ce sont mnes vers( qu'elles ne coimlprenneiil pi.'s )
et celle mnoue .il)risanle que je ddie a loul .c qtie ne
m'inlresse pas. Elles mue doivent ceritains liis. Cetlic
exclamation:
Tiens !
El cette conclusion faublourienne :
Je m'en r...s I
Il
Ici commence Natisicai.
Elle a 16 ans. El, comme je danse le charleslion (avec
ces panlalons large, vous savez), elle s'est prise .de

Elle s'appelle en ralit: Loaloumse.
Elle est quarterone anx appas dodus, et. si je la pr-
nomme: Nausicaa. c'est i cause (le sa candeur cl pa rce
qu'elle a des bras blancs.
Elle m'envoie de petils bouquels (le violelles nous
avec des mches de sa chevelire noire et lisse.
*(Ce n'est rien qu'une hisloire i l'eau Ide rose. un ro-
man pour p)e nsionnaires my,%sliqnes. )
Je suis irs enthousiasmn..e ime sens iiiii. .le fais
pour Nausica:a des vers un peu dans le geilre dles -lan-
kas japonais ou des copias d'Andalousie. ( Ellleesl vrai-
inen Udlicieuse. ) Ce pelil ponme., entire Ious, l'meut
aux larnies:
S'aiimer au creux d'un lumineux silence.
Tes bras blancs. comme unie eau sur des galels.
J'y cherche l'ombre, qui me doit,de la pense.
Je ne sais pas, dil-elle ... Dis, Babal, lu m'aimes
un peu ?
Je souris avec condescendance. Au fond, je sis lienu-
reux, gris, lyrique.
Tant de fraicheur, Nausicaa, tant de fraclheur I...
III
Animone est une amie d'enl'ance.
Nous goutlmes, dans la roseraie de ma Tante, celle
joie inoubliable, le premier kaiser. J'avais alors di'






.ms, j'tudiiis le grec cl Anmone venait de fire sa
premiere communion iu Sacr-Coeur die Turge:u.
.le Ipronoiiai loul bas:
.1inanki 1
El depuis ce jour Anmone me prodigue dles eilla-
(les (le lavorile attendrie.
C'est une lorte fille. Grande. Brune. De type indio pu-
ro. D mos lui vout une grosseadmiralion,qu'il me con-
lie en ces terms :
-.Ie ne sais pas si lu me comprendras. Mais, mon,
cherr, celle fille, je la Irouve vgtale ... Tu sens, Babal
lu sens ?
Il terime l2- yeux. Moi ausii. lEt nous reprenons:
VE-GE-TALEI ...
Nausicaa est jalouse d'Anmone. Alors, pour varier
mes plaisirs un peu, je lui raconle mon enfance, le bai-
ser de la roseraie et le vocable grec.
Le soir, Nausicaa me fait parvenir un billet et un
mouchoir. Vous m'avez donnd un souflel , m'crit-
elle, et le mouchoir, mon cherr,ilest humide dle larmos
IV
De Ptio'uville ( thlltre. port-au-princiens, de vos va-
'aiices, lin nous sommes parlis cil excursion sur la roule de
I)upont, Nausicaa, Anmone, Dmos, d'autres amis et
o1110 .
10 heurIes.
Le soleil aide.
La route est pierreuse, pnible.
De blancs nuages moussent l'horizon.
Dmos courlise Anmone et Nausicaa fredonne un
fox-'troI allgre.
Je m'ennuie. Je regarded obtinment les talons d'An-
mone et je murmure en baillant:
Anank ...
Nausicaa m'entend, elle clate de rire.
La chaleur pique au dos. Aux tempes et sur le cou
"u*ant, de pe.tites coules de sueur fraches.


LA INII:G.' -.NE




83 LA REVUE INDIGNE

Pourquoi si mechantle, pelile amie, N:uisicaa. Dans
li galette. il est un endroil d'ombre el mysilricux, o
je snis des cris (le pipiriltes se pourchassant parmi le
feuillage d'un monlhbin gant. C'est li qu'il faudrait m'ai-
mer. petite fille. chnslemenr, joue conire joue.
Un tournant brusque.
Goyaviers arrondis offrant leurs goynves.
Les dents, monles sur de la chair rose el tendre,
sont de lo joie qui brille.
Nausicana s'esi lanee...
Hannibal!
Elle mord goulinmeni dins une goyave dole. Je
suis lyrique. J'embrasse Nausicna ... Violence... Dou-
ceur ... .e fonds, je fonds... Douceur d(le celle lvre par-
lume et barbouille de jus de goyave ...
Je lilube come un jeune dieu barb1ae. Je lois
tre beau de loule mni joie.
Nausicaa sangtIolle. Elle me renie.



13a1:il est un insolenl. concliul N;: ',it< :i:'. je M' veux
plus le voir.
Elle sembie indignie. A lu'in cin pie idle.elle renchrit.
Moi. je hausse les pniiules en loutle phil(s:c|hie. Malis.
alprs buil jours de ruipilure dliple fail chercher.
-Avoue. Hlanniibal, me dil-elle, avoue qu'il n'est pas
permis (le s'embrasser pour le micmente, .i"r enfin lu n' s -
pas mon fiance et lu ne m'as mnime pas encore arrle...
Je boude.
Nausicaa nest plus qu'un regard id tendresse imp-
rieuse. Elle sourit, parle, Fe penche, murmure ...
Je me sens aimed.
( Je pense i la chalte noire de msu grand-mre, doni
les frlemenls lct'riques nr'enlt initi niIguire d: la
sensualit. )
Ce jour li, Nausina a1'n 1conim niuti qu n sill.um.





LA RlEV'UE INDIGNSE 84

VI
Extrails de l'albuim de Nausicaa :
.\ celui, qui la prelimire foi.s i'ai inspire 1l bliinhel r id'aiiiJt.r et de
ir',, je ddie cette page.
A vaincre .:ius pril on triumpilie aiins gluire.
Balal, jet colilite isur ton ucSnr.
lrier c'e>-t le bohiiiour.
.Ai quelle joil' extrliii dle dirv: llannihal, je t'aime ...
Clh;agrine.
Tu gu'a doni unil souillet !
.Si je suis bonne, faut-il que ti ui'olle-so. .'
Ton mchant coiur i'ciu prvaut chaque jour.
Plus (lde rigueur vaincaerait tes rsistances.
Tu iu'aiiierniis i j'avais moins d'amuour.
Cruelle deception, lfcheux reveil.
.<, chliateau bien chlafaiul et.- dueiuli. Quelle deception I Alors
inl voit claireiiie'iit que lai via est une lutte perptuelle.
T'l'it ce qui provaniit du caprice de l'imaginationu ne surite pa-
lnitie at. lition.
uMais iqui ne fait pa.i, des chteatux en Espigiie .' Tuus, tous y pas-
-'iit. Les 4sePt,*is louniiite le- frivoles.
Ilabal je t'haiwnv qliuand mme.
lb,\ ieiis...
tlanl iilm l le iuiilm cSiur ..
Plis je vais, je ume renlis compete qu'il iI'et paui d'avantUge.s san.-
incotivenients.
VIl
l)e ile sentir tellemient aimed, je Iais ces vers pour
Natisican
Lettres sur un arbre.
Saigne tune rose rouge,
je vois la botche
et la douleur (le s'embrasser.
Mon amour est aussi grand
Sne tu m'es secrle.
uand je te saurai,
pourrai-je encore t'nimer ?
Aujourd'l que tu n'es pas jalouse,
Je imennuie.







.le l'aine >uabsente
je le dsYirr.
Unme mmn'e on Ve
Lei v'ne .,ouille.

Si lu (tiii*.1)itiI(lo(illIis.
pectite amie,
co1miane C.11 aumms aime
De Ioulle ma: souflranclle.


Ui soir1' Dniii (>5 hIC jisenila Si Iii 0. Uin conl'tu e. Il
l'ut. loit (e suite filon1 ami el on ('etivitit (le se Iuloytr.
Cl)-ar ilant garon.
Il nie lit (les pom es hlt ir ist ts t nou buvon )I 'is (le la
draiill be,,SU Iesltierd 'doi-ad o, pa rmi le va-
et. vien t dIes aulos bou'ies lue-tte dlu frui-s bilIlard ( muais les hlezrs sontI siltendciux ). lEA tandis
qILe le phiono, drtou le mine la u(no tes ningue dle
notre cher Lanmiol lie, I nio:; t amnbourine su r le zi iec
Jec pa rle d 'An dr G ide.d e NiumluesT'it'ste'
ei din clitle dle tatiu
Mais Simnt crie
.*\m'es quoi il tlle fait ltloge dts- ', ~ itau
qu'il aime ImssonnmeuntL. ID lmituI(ut(t;'il
Tu dois 11reli pci'-
Tt'Iit sais, inte'vNietil l)tuos. il est, lvs troat
Jie suisi alitiri. Pertver's. mot, mi indignie !La bonne
blgue M..
Cei 1 en va in que j'itguteNa usicaa, n ot te ba iser, les,
goyaves, 1'i nnocenice Tru nie donnes ri'soli!
Je suis is aihuri...
CesI al ors qIl sur' 51.1' ptroposi tion de I)cnilos. nous
Somiimes >ai't is, ci] auito, Nous voici la 1' jt oitle S l itire, el, rt'ite pour I lier Frappie.




LA. uivt:%**: INDJ(IGNKi


Morbides, lios.a. Plaicida Elvira'. Ivres. Elles chantent
Papa ,lfon lero .,
Ol0 Chico .Je mie sens lyriq Pelile nave, Nausica, j'voque lon pairluin. tes seins.
la bouche et c'est I chai r que j'ouvres.
(Simon n'a, peiul-re pps lori, je (lois ire pervers ni
peu. )
... 11 heures. Le quairlier de la GInciere. Nous venons
de quitler les files. Trois ngres dans un caboulot
ignoble, l'un joue de la mandoline, 'autlre de la guilare
et le troisime... Que chante-t-il ? .Je ne sais. Mais je
possde leurs visages maladies et de quelle douleur 1 Je
vis la nostaigie dle la Race...
IX
Et ce fuil qutil7ze jours de bainniloches...
Nous dinions en plein air. braille ll""' Charlics de ce
poison l'rit agrable c ::u g-o!tl, mnais donit le relent pl-
bIiein vous imprgne et persisie come Lntl remords.
Nous laisions dans les bhotues du Wa1rt-Zherbes.
Ces plaisirs dev.ient tne repligner li la fin. l'ni grand
dlsir de puret me fil revenir ti Naiusican,
.ie la revis au (randl Cercle.
On allail. ventlIt, riait. dawnsail...
Elle *tlait ple. pale...
.l'anv is )eul-lre envie de pleurer. El. s ns celle
cr-iiile l)ourgeoise du ridicule, je me serais jelt i ses
pieds... Niais aiurailit-elle conmpris ?
Alors je me suis approach.. e souri.iisd'un ninis sou-
r'ire ;
Bonsoir. Naisicaai...
O avais-je vu qu'elle latil pale ?
Elle me regaiude avec ijdiltrence, mnilresse de soi ci
pole, police. police:
-- Bonsoir, Monsieur. Comment allez-vous?
Et elle ajoute en souriant;
Je vous crovyais souflrant.
Il me semble qu'elle a grossi...
J.e m'loigne d'un pied mlancorique, sur la cadence
d'un lango. Trois ou quatre jeunes gommeux, frais




87 1.A nEV'E: INDK lNE

moulusdes bites de Mointmartre, s'exhibaient vilus.
come des rastaquourec, avec des allures d'inverlis.
Ce soir Il,Nausicaa cut b'tIeacqup de succs. Anl-
mone crt devoir me railler:
-Vous les mchant de plaquer ainsi la belle Nau-
sicaa.
-C'est pour vous faire plaisir, Anmone, vous liez
si jalouse d'ele...
Et je ne puis m'empcher de rire, sans quoi elle n'an-
tait gure comprise.

Palmes!
La brise, Je jsmin et la lune commencen l.
Pauvre liannibal 1
Et tu penses qut'Anmone est une sotllte et que Nau-
sican a vraiment pris trop d'embonpoint.
Tu as le coeur vide.
Tu te promnes.
Tu vas, tu vas... Le long de la routle, de la solilnde...
Dans les cris (les criquelles.
Tu t'assieds dans 'herbe haule, qui le demange.
Tu te sens malheureux. Tu vas pleurer. Mais tu t'ar-
r'les, pour couter uln ne (qui brait.
( fi suivre )





NOTRE ENQUETE


Dans la prl'ace des Essais de psychologie conlem-
poraine - Paul Bourget parlant de l'influence des cri-
vains qu'il allait analyser crivait fi cette minute pr-
cise et landis que j'cris celle line, un adolescent, que
je vois, s'est accoud sur son pupitre d'tudiant par
ce beau soir d'un jour de juin. Les fleurs s'ouvrent sous
la fentre amoureusement. L'or tendre du soleil cou-
ch s'tend sur la ligne de l'horizon avec une dlica-
tesse adorable. Des jeunes filles causent dans le jardin
voisin. L'adolescent est pench sur son livre, peut-tre
un de ceux don't il est parl dans ces essais.. ... qu'il
ferait mieux de vivre disent les sages . .Hlas c'est
qu'il vit cette minute et d'une vie plus intense que s'il
cueillait les fleurs parfumes, que s'il regardait le m-
lancolique occident, que s'il serrait les fragiles doigts
d'une jeune fille. Il passe lout entier dans les phrases
deson auteur prfr. 11 converse avec lui de cour
cSeur, d'honmme home. Il l'coute prononcer
sur la manire dle goter l'amour et de pratiquer
la dbauche, de chercher le bonheur et de sup-
porter le malheur, d'envisager la mort et l'au-del t-
nbreux du tombeau, des paroles qui sont des rvla-
lions. Ces paroles l'introduisent dans un universe de
sentiments jusqu'alors aper'u peine. De celle pre-
mire rvlation f imiter ces senlimenis la distance est
laible, et l'adolescent ne tarde gure la franchir...
Nous voulons dgager les Influences qui agirent suir
la sensibility des jeunes hatiens d'aujourd'hui de quel
mailres reurent-ilsles parolesqui ouvrent sur le monde
et la vie, ces fentres mystrieuses qui font que l'on
croit dcouvrir I'univers pour la premiere fois. Ces ini-
lialeurs, leur influence, nous aiderons i comprendre l1:
)Ihysionomie morale desjeunes gens qui nous entourent
Nous publierons au fur el a measure leurs tmoignages...
Nous posons la mme question nos proches ains,
tous les intellectuals hatiens pour essayer de relrour
ver les sources o s'alimente la Pense hatienne con-
lemporaine: nous esprons que l'on fera bon accueil
celle enqute, qu'on en comprendra la porte ; essayer
de nous connaitre, de trouver en commun des faons
de sentir semblables, arriver fi nous aimer...




~-~~s-


N 3


SE.pTrENIBItI 1927.


LES ARTS ET LA VIE -
Dir'cIeur : E. RouMEn
Granl-ReIspons.able PH.-THoaY-MAicaI.:li?
Fodi(i;urs -: E. RorMIR
N. SYLVAIN
.1. RouNtAIN
A. VIIrx
P.-T'FiiBY-M.0nCEIHN
D)ANIEL lE'ITrELO'
C\iu. Bto'.\ioil)


SOMMAI1----
SO.11M AIllE


Frlai cisii'ments
Po,n.s de li. (iircia 3U.atr&''n;i
Quialqpues DlhIitions de la Po.sie,

L'Ange iaynond Radignet
A Ra.vyiimoinMl i ulguet
Francis de Mioniandre
Ecrit sur tip l'Eau extractt)
Entre Nous.: J.'aques Rotulin aii
Le Blarv:ard; loi.es.
Le llros Cach (Frt.:k Brniti )
Ponmas

Le Pronih.t'i (Kalil (iebiran)>
L,. Itn,ies, nouveme


EMIE R[onlMEil
Trd. par JACQuEs |IOL'MAIN
Il. nit:.5Mox
de I'Acadenio Francaise
CAI.L BRouCAn)
Pli. THtORiY ..N'lA iCELI\"
Pu. Tnonv %iMARnciN
Pir. Tnony MAlncK'iN
Fr:Axcas .de- Miho.LASDrE
ANTONIo VIEvx
JACQUES ROUM..AIN
Trd. par JACQUES ROUMIAIN
DANImEL HIFURTELOU, E>nLE
ROUIMER, FAIiO FIALLO
Trd. par SAUs AUN
PH. TionivY MARCELIN


IMPRIMERIE MODELED
1940, Angle des .Rues Courbe & Macajoux
20th Street. ( ,
PORT-AU-PRINCE, ( HAITI i


I ~ -' ~ - =-----f~1


Ire ANNE


Il


i








LEs ARTS ET LA VIE -




ECLAIRCISSEMENTS





La Revue Indigne est une pierre tombe dans la
mare aux grenouilles. Dan.; le journal lHatien on
s'est plaint amrement de ces peclils jeunes gens et d-
marqu les sottises des anciens bouquins de littrature
sur le movement symboliste. Nous. regrettons qu'un
home aussi respect que Ni" Pressoir ait accuilli
dans sa feuille d'anonvymes ragols et tripotages de ces
lernels lches qui signent : un abonn. Nous ne som-
mes pas incendiaires et notre souci est d'crire assez
bien pour que notre cole national puisse avoir une
place honorable dans la litlrature hatienne.

La Revue Indigpe est conpl)osce non d'arrivisles
mais d'arrivs. Nous n'avons p as gravir l'chelle so-
ciale. 11 appartenait des goujats de nous mettre sur le
dos les grossirets chroniquies de jeunes cagatingas
conire les jeunes filles de noire socit. Nous faisons
cette mise au point pour que l'intelligentsia hatienne
ne tire pas sur ses propres troupes. Que nous n'accep-
lions pas les manuscripts de ridicules auteurs et voil
une srie d'attaques aussi btes que piteuses. Oswald
Durand qu'on nous accuse de mpriser est l'oncle de'
Jacques Roumain.
Nbs crivains ne sent pas connus dans le monde.
4 qui la faute? Les anthologies tranaises sont ouvertes
aux Belges, Suisses et Canadiens. Dans la collection
Georges Barral des potes trangers, les volumes les


ire ANNE NI> 3


SEPTEMBER 1927.







plus Wl aux sont l.i Nuilt d'Iian Gillkin et les So()i1
nels Mdaillons d'iidmondu LaforesL. El po(lainl. qi
France,notre ]Edmci d Lafores! n'est connu que (le rare
lettrs. Les elfortis de notre ministre d'alois George,s
Sylvain n'ont pus l poursu'ivis. Nous autres de la
Revue Indigne , nous voulons modifier tel tal de
choses injustes et que la Muse hliaitienne puisse placer
son mot dans les aspirations passionnles des autres
peuples.

Les chroniques du I)r Nor'nil G. Sylv ain auraient d i
mettre certaines choses anu point. Je re vois encore la
tte chauve, une barbe plus poivre que sel de M1' Ior-l,,
'i I'lnstitut Carngie : Nosopinionssont laites d(le lives
que nous n' avons point lu ),. Au lieu de noius con)-
prendre, (le symnpathiser avec nous, jeunes et vieux se
lancent l'aitaque avec le bouclier de l'anonymiat. Eni
vain aurons noIs crit nos projects, nos bults, tou d(oil
rester lettre more. L'habiitde de prparer sa phrase
franaise et de ne pas couter a donnii nos ladversai-
res une mauvaise foi chronique.
Il Vy en lHati. des fonds d(1, bibliolhli'que dllrnire
La litteralure (le )Doun ic lohrm,," lou;tt le ~a :) inliel-
lectuel (le nos petits grands homes. Les admnira ble
dcouvertes (lde l'abI)' lousselot sont inconnues il nos
chers concitovens qui en restlent toujours u mi *llie di,
six voyelles. A d'anutres. plus v'oluis, I.\rt (des V(r,
d'Augusle l)oreaii est lun lNoran. un Evalngile. Ils (ci
sont encore rests aux inv(olor-,si poimnc's plilosophiqpu.v
de Sutlly-lrudhomm,'. n Tl'oule unle hande d'e-unu(unes lil-
lraires nous rabl)ichien l'oreilte e e leur voix de l'osset :
Le vers libre le vers libre!
Depuis Oswald Dl)rand en passant par les ('eole.s
au Clair de Lune de Consltnin mnavard et( La Femme
en bleu de Charles Moravia, on n'a vu pareille florii-
son de pomes. Pour reprendre un mnol d'lilaire Belloc:
les Primaires sont la peste de 1 hultmanil. Les I lafliens
ne peuvent adnmeltre qu'une chose (le beauty niisse
chez eux et qu'un monsieur silt un pole Imondil qui
boit de la bi're sur la lerrasse de IlEldorado. Lafcadio
Heuarn a pass plus d(e troi's ans a Pol'i-au-Prince sans
qu'on 'aitl jnmais entenIl parlor de lui. Notre (u ivre




LA IIEVUl: INM.GEN: Ul
claire et l'ruice et (le poles sincres est bailte en br6-
clice par des pitres de salon, et de pauvres literals (ui
se plaisent dains lau i election morose. Nous cdons -i.
l'ennui dle leur fire uln course lui reste assex bref. Les
g.ens qui lions attaquent soil les partisans de l'iiienlr-
rable aillliologie de MI d'.\'trey.

Il nous est impossible quant a present de lfaire uine
srieuse lude sur les vers l'trnnuis ; nous n'avons ipas
des can'actres pou r ina:i'rquer les aCecens Iborts et fil)les
(le nmime les graphiques ncessaires. Tout est crer
dans ce pays, liimpi'imerie come In librairie. Prenons
Pir example, ce vers d'Agripp a d'Aubign dans les Tro-
giques :

L['cuie' de i'ir plis leur moulte .jusqu ux yeux.

On relui .il .eia tqu'il y a qu piis. in ni!ie. !]'+e r. No'-, lel'unrs ,uve' t appili(quer cetle
re'g d1es quaiire ;('enls loris aux \'ers l'trani is, (les ur-
licles, les uuxili;uires les conljoiictions etc. ompl)lanit
pour Ic,'s accents 'uildes ) Les rgles de Hoileaui soni
et'ipiii e'. el lo po ) le aciu tellenienit doit se inelire ali
t')ir!at1 .' 'l: s les )pro)' :','s p|rosodiques. I'es ludes st'r
les vers so !l i "* l nie's nlcessa'ires i l'arIisle.

Coni ler chaque sylloabe pour un lied ne peut elre
scie'nitifiquie, it proposition .i ne vault pas le slubstianlif
helill. Le premier mot tt vers, m<'/Ieune sv lt be hri c'\e.
suivie d'une forte est un pied anmbique dans la polsie
ai.iigliise coiiiume dans loutes les prosodies. Qu'on ine
m' litleraltire l'frune ise. les 'Hoi.sard. BAl'. du Belltv ont
lendlu les iiiaiiiis aux eriv\'ins de l'cole romninie, Du
Plessis. Moruts. Les t' unlnisisles son.i alrmivs ensuite
dans In lice avec Puil-.Iean l'Tculet, Emile Henriol et le
pote chieri des muses: Trisltn Dermie.

Il n'est q(u'en iltili (que des rpliques de Trissolin et
Vadiiust ne s'allirent, p[as le tfoi rire du public. L rvlli-
Ime conitinu conlitiuemient varied de e lien Giil, In tlio-
rie ingnieuse le la chiaine e' godels que nous tludie-
ro: s bien il. de mme que les rgles a1)hl es ptr Paul





92 LA REVL'E INDIGNE
Claudel montrent que les vers classiques ou libres ne
sont que des artifices typographiques. Le souffle rgle
les rythmes et la chanson d'Eviradnus ne peut se lire
en donnant le mme ton et la nmme valeur chacun
des vers.
Ecoutez, / comme un nid / qui murmure / invisible
En tudiant un pole moderne. Albert Aufremont,
nous rencontrerons la mme coupe de vers:
Je suis fier / de porter / dans mon / me ton nime
Isral /

Nous ne voulons pas ennuyer nos lecteurs de dfini-
tions techniques mais le vers cil serait en ralit un
vers de quatre pieds, chaque pied tant reprsent par
deux syllabes faibles suivies d'une forte. De plus un
rejet allonge ncessairement le vers prcdent et la ma
nire de rciter ne donnerait-il pas le vers riche d'une
seule coule, la Claudel.
Je suis fier de porter, dans mon me ton me. Isral !...
Le vers classique a quatre accents forts est un versa
forme fixecomme le sonnet et l'areyto (que nous avons
cr ) sont des pomes forme fixe. Suivant les cris de
nospotereaux,un home qui n'crirait pas en ballades,
rondeaux ou pantoums ne ferait pas (le la posie. Nos
voisins de Cuba ne sont pas en but a la malveillance
systmatique de nos crtins solennels. L'audace d'un
Fernandez Arondo est accueillie chaleureusement qui
nous vaudrait nous les plus grossires insults
...I pasara tu juventudl!... lu juventud que es canto,
que es manzana de Octubre, bravosol de los tropicos,
que es agua pura y fresca de cristalinos rios
y floor qui se abre al beso pasional de la aurora.
Il reste une objection : la rime !...
La chanson de Roland n'est pas rime; elle n'en est
pas moins le seul pome pique franais. Et de quel
droit despetits matres attaqueraient lesValery Larbaud,
John Antoine Nau et Verhaeren. Ils sont bien intransi-




LA IIEVUE INDIGENE 93

giants : nous digrons bien leurs rimes-tiroir. bouchon
et marriage rpublicain : arbre, marbre : vers. voiles,
toiles ; rose. morose etc. La posie est de la prose
monte , une pierre brute don't on tire un diamant de
la plus belle eau. Le rythme est souverain et que me
chantez-vous de rime si un pome vous plait et vous
meut.

Aimez-vous Shakespeare demandais-je un monsieur?
Et Goethe, Le Dante, Camons ? .Je revois encore sa
bouche en cul de poule.
Oh leurs vers sont admirables, quel feu I quel g-
nie !...

Et pourtant vous ne savez l'allemand, l'anglais ni
l'italien ? Comment avez-vous pu goter des pomes
sans rimes.
Mme avant l'apparition de La Revue Indigne
nos cuistres auraient d se taire devant la geste pique
du pote Flix Viard : La lgende du dernier Mar-
ron !... Ecrivant personnellement avec la rime, la
contre-assonance de Derme et la contre-rime de
Toulet je ne prche pas pro domo Il n'en reste pas
moins que notre movement est original et que nous
suivons directement pos ans : Etzer Vilaire, Damocls
Vieux, Charles Moravia. Nous sautons volontiers sur
l'intervalle, cette mare aux grenouilles et leurs coasse-
ments anonymes.
EMILE ROUMER




LA RE HE MIBJM pift* Ai...,


ses lecteurs un jeune pote cubain, n.\I.AEL G.(ina.
BARCENA, LAURAT D)U PRIX DES ,IEUX FLOIAl'X elbrds par
le scrtariat de l'iinstruction Publique et des Beaux-
Arts l'occasion des noces d'argent de la Rpulblique
de Cuba.

VISION TD'OLTBE TOMIBE
Et j'tendrai mou vol et je resterai flottant
dans l'immensit sans lumire.
Uniquement je saurai que j'existe
et ne me veri-ai mime pas d;ans la mer...
Un silence absolu...
Et une horreur suffocante
qui arrachera de moi un cri terrible,
une clameur ef'rovable et aigue.
Uniquement je saurai que je crie
et n'entendrai mme pas ima voix...
Et je sentirai une telle angoisse
que je tenterai de me dtruire et n e l pouirrai p;is.
(Ma laison sera un mllorce in du Jour
rfugie cn mon eire)
Uniquement je saurai que j'existe
et ne me verrai mnme pas dans la mer.
Uniquement je saurai qu je crie...
et ne m'entendrai mme pas crier...
Et ainsi j'errerai ternellement
dans l'immensit sans lumire.
AIlRAGE
Debout sur un rocher je contemplai le paysage.
Et je vis plein de joie. come la mer tait bleue.
Et je lanai ma barque i la mer. come un baiser
[aux vagues.





I.A liEVui iNl'.!(il':N : 9)




et je partis!...
Le ciel reflet de la mer se couvrit de nuages
bientt.
Et la mer rinme parlaile du ciel -devint noire.
1A je vis, prisonnier en nia barque, que poinI
[n'lait bleue la mer.
Et je dominai l'impulsion de renverser ma barque
au fond de la mer par une peur inconnue.
Mais djai la quille va au caprice des vagues
et je navigue au hasard.

Ah! si j'avais su en lananli Inia barque

.AFAEL GA.lIRCIA BAlRCINA
.. Tra.nit il.- I' tiil al|i;r J.f(' lfIS IROU31AIN. )





Quelques I):'finitions de la Posie



Si. du rest. j'avais voulu parler des seuls pomes
qui suggrent explicitement, immdiatement l'infini-
les Psaumes. par example, ou le Paradis,- je n'aurais
pas dit que ces pomes tendent i rejoindre la prire
Ils font beaucoup plus; ils la louchent dj; ils se con-
tondent presque avec elle. Ce que j'ai dit me parait
s'appliquer tout pote, dans la measure oit il est pote,
memle s'il n'a jamais compos que des pigrammes.
Nous ne nous plaons pas. mon ami et moi au mme
point de vue. Il parle du pome, pris en soi, et du su-
jet que ce pome nous reprsenle. Moi du pote lui-
mme, en temps que tel. c'est i dire de l'exprience




96 LA REVUE INDIGNE

premiere qui est i l'origine du pome. Cette exprionoi.
si elle est vraiment potique, est toujours une certain
rencontre de Dieu, obscure, du reste, le plus souvelnt;
une certain prise de contact, consciente ou noII'
peu imported, mais relle, mais fconde, avec Dieu.
Quand nous affirmons, crivait Newman, que l'ab.
sence total de sens religieux entraine une absence to.
taje du sens potique, nous n'entendons pas que le pote
doive ncessairement traiter des sujets religieux; nous
ne parlons pas de la matire mme du pome mais de
ses sources profondes.
Avec cele, il va de soi que je ne prends pas ici le
mot prire au sens formel et rigoureux; lvation vo-
lontaire, surnaturelle et mritoire de l'ame vers Dieu.
Entre chanter Sirmione et faire oraison, je mets une
difference. L'inspiration potique tend rejoindre la
prire c'est dire qu'elle conduit la prire, qu'elle
y pousse de tout ce poids don't parent Wordsworth
et Keats. Elle est prire, non pas prcisement analogi-
que ou mtaphorique, mais inchoalive. Qu'on me par-
donne ces gros mots. Elle est don de Dieu; plus encore
elle est Dieului-mme dans ce don. present et s'olfrani,
sub diversis speciebus. Comme toute rencontre de Dieu.
elle est invitation la prire. Le pote qui voudrail
puiser ce don, aller jusqu'au botit de sa grce. finirait
ncessairement par la prire. Nous ne pouvons pas tou:
dire la fois, et. pour l'instant nous devons nous cii
tenir aux aspects ngatifs de notre vaste sujet. i la di-
flrence entire posie et prose.
( La Posie Pure ) :H. BRMOND
de l'Acadmie Franaise.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs