• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Preface
 L'intelligence haitienne
 Les Croyances
 Magic Island
 La Noel Des Humbles
 Les Opinions
 Postface
 Table of Contents






Group Title: Bibliothèque haitienne
Title: Une étape de l'évolution haïtienne
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095933/00001
 Material Information
Title: Une étape de l'évolution haïtienne
Series Title: Bibliothèque haitienne
Physical Description: viii, 9-208 p. : ; 25 cm.
Language: French
Creator: Price-Mars, Jean, 1876-1969
Donor: unknown ( endowment ) ( endowment ) ( endowment ) ( endowment )
Publisher: Impr. "La Presse"
Place of Publication: Port-au-Prince, Haïti
Publication Date: 1929
Copyright Date: 1929
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095933
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 25026588

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 5 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Page I
        Page II
        Page III
        Page IV
    Preface
        Page V
        Page VI
        Page VII
        Page VIII
    L'intelligence haitienne
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    Les Croyances
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Magic Island
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    La Noel Des Humbles
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
    Les Opinions
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    Postface
        Page 205
        Page 206
    Table of Contents
        Page 207
        Page 208
Full Text

BIBLIOTHEQUE HAITIENNE



Dr. PRICE MARS




UNE TAPE

DE

L'VOLUTION HAITIENNE


Iiitlrim)crie 'lI L IRESSE
Rue Danlts Destouches.
L>ort-aui-l>rinIIce, I latil


















DU MEME AUTEUR:


LA VOCATION DE L'ELITE .............. 1 vol.

AINSI PARLA L'ONCLE ................ 1 vol.

(Essais d'ethnographie)











UNE ETAPI DE L'I( VOL1ON


HAITIENNE


ETUDES DE SOCIO-PSYCHOLOGIE



Il y a un Phidias en chacun de nous. Tout homme
est un sculpteur qui a le devoir de corriger son
marbre ou son argile jusqu' ce qu'il ait fait sortir
de la masse de ses instinct, grossiers une personnel
intelligence et libre.

Taine












UNE ETAPE DE L'EVOLUTION HAITIENNE


Prface.



Quelques-unes des tudes continues dans ce vo-
lume ont t publies dj dans les priodiques de
Port-au-Prince. On les runit pour la premiere fois
sous la denomination gnrale de croyances, parce
qu'elles traitent Jtoutes de cette dmarche particu-
lire au genre human qui, dans le dsarroi des
problmes auxquels l'accule la ncessit de vivre,
adresse un appel mouvant l'nergie cratrice des
mondes. Sans s'embarrasser de systmes, sans s'in-
quiter du heurt des contradictions, dans la dtresse
des heures incertaines et le trouble des vicissitudes
incessantes, il accueille avec empressement tous les
chos de sa raison fragile et toutes les sollicitations
insidieuses de son imagination prodigue come
la rponse attendue de la divinit ses angoisses
devant l'inconnu. Ainsi, dupe de ses propres illu-
sions, il cre lui-mme, sans s'en douter, ses motifs
de croire, et dsormais, il obira aux objets de sa
croyance avec une aveuglante fidlit, en attendant
que des circonstances imprvisibles viennent trou-
bler la stability de son tat d'me.







Si je ne m'abuse, c'est sous cet angle qu'il me
parat possible d'envisager le phnomne et le sen-
liment religieux chez les ngres de Saint-Domingue
et la survivance de cet tat psychologique chez les
campagnards hatiens d'aujourd'hui.
Dmontrer comment le comportement human
trouve son explication dans les lois qui government
le dveloppement de la mentality humane, crever le
ballon des reportages sensationnels don't l'objectif
supreme n'a aucun rapport avec la curiosity gn-
reuse d'une tertaine fraternit humane, 'rvler
a nos intellectuals lintrt scientifique que content
l'tude de ces phnomnes. telle est, en dernire
analyse, la raison qui justifie la runion de ces
articles sous une commune denomination et pour
une plus grande diffusion (le la matire.
On aurait grand tort de s'imaginer qu'ils ne se
rapportent pas troitement au sujet d'o le livre
tire son titre.
Si ces croyances se retrouvent peu prs identi-
ques l'aurore de toutes les civilisations et dans
le pass de tous les peuples et de toutes les races,
c'est qu'elles reposent, en definitive, sur des ten-
dances spcifiquement humaines. Mais leur prin-
cipal substratum rside dans une phase du dvelop-
pement intellectuel,- la phase de l'intelligence
sensorielle qui marque l'incapacit transitoire ou
definitive de s'lever l'laboration de la pense
abstraite. Si, dans une nation come la ntre, une







grande parties du people se trouve alourdie par de
tels impedimenta, elle est en excellent position
pour servir de tmoins, comme on dit en terms de
laboratoires, l'autre parties plus volue.
J'ai voulu donc dmontrer qu' ct d'une masse
tributaire d'tats de conscience encore un peu frus-
tes, il y a dans ce pays une lite don't l'intelligence
a marqu une vigoureuse tape dans le progrs
des acquisitions. J'ai voulu dmontrer que, du point
de dpart au point d'arrive, la function a stimul
la puissance intrinsque de l'organe sans en aug-
menter la capacity. J'ai essay, enfin, de faire va-
loir que le rendement et t plus considerable si
le ddain des uns et l'indiffrence des autres ne
reposaient pas sur une conception de la vie, drou-
tante de faux calculus, et peut-tre. aussi. de paresse
insouponne.
En vrit, je n'arrive pas comprendre comment
des homes qui se croient pleinement tre des hom-
ime puissent se contenter d'une vie hyper-vgtative
o gagner de l'argent, manger, boire, dormir et le
rest soient la supreme fin de existence. Serait-
ce que aller au Cinma, visiter des malades, d-
pouiller un dossier, lire un article de journal, tom-
ber ses adversaires politiques constitueraient l'ulti-
effort d'un bourgeois clair dc notre poque?
S'il en tait ainsi, il faudrait renoncer faonner
et nourrir un idal de grandeur humane ce peu-
ple, il faudrait le dclarer dchu de touted aspiration






Vil!

transcendante et le laisse'r tendre son cou au joug
de la servitude politique et conomique rserv a
t(os les parias qui ont cess d'ennoblir leur raison
d'tre sur cette plante, mme en caressant la ra-
lisation de quelque rve utopique.
Heureusement que, par del les contingencies et
les dsertions, il existed encore quelques irrducti-
bles qui se passent le flambeau inextinguible de
l'idal comme autrefois, dans la fte antique, en
symbolisation de la prennit de la Vie.







L'INTELLIGENCE HAITIENNE



ETUDES DE SOCIO-PSYCHOLOGIE


Rmy de Gourmont. don't ce fut la moindre ori-
ginalit de pousser en series chaudes la culture des
ides, tira magnifiquement part des travaux de
Quinton sur l'invariabilit des conditions primitives
de la vie cellulaire en en cherchant la confirmation
dans une tude pntrante de l'intelligence humai-
ne. Il appliqua la demonstration de sa thse les
mmes procds dialectiques qui conduisirent le
savant biologist tablir les bases de sa fameuse
dcouverte.
On sait ,en effet, que Quinton nona que la pre-
mire cellule animal survint dans un milieu marin
d'une concentration saline et d'une temperature in-
changes et qu'en face des variations de tout ordre
que peuvent subir au course des ges les diffrents
habitats, la vie animal, apparue dans des condi-
tions physiques et chimiques dtermines, tend
maintenir, pour son haut fonctionnement cellulaire,
travers la srie zoologique ces conditions des ori-
gines. Ce fut la loi de constance originelle vrifie
par de splendides experiences de laboratoire, de
patients observations et corrobores par l'preuve
tbi.rapeutique...





10-


A son tour, Rmy de Gourmont transposa le prin-
cipe dans le domaine intellectual et en tira la ddio-
tion inattendue que les rnodAlts physiologiques de
'intelligence humane sont restes intangibles de-
puis I'poque millnaire o les premiers homes
parurent sur la surface du globe jusqu' notre ge
de civilisation inquite et de triomphe scientifique.
Il entend, la rigueur, que le premier home qui
naquit sur cette plante, hros obscure d'une innar-
rable venture, que ce produit de quelque probable
mutation zoologique, quelque varit de l'espce
qu'il appartint, en quelque lieu qu'il vnt, un ngre,
peut-tre, cet homme de l'poque quaternaire fut
d'emble dot de la mme facult de comprendre,
de compare, de juger, enfin, qu'un newyorkais,
un parisien ou un hatien de nos jours. Ne criez pas
encore au paradox. Attendez. Il faut distinguer
pour saisir le sens et la porte du principle.
L'intelligence est une function physiologique plus
particulirement dpendante du cerveau. Cette
function n'est pas indfiniment extensible, elle a
acquis son maximum de capacity un moment de
la dure et ce maximum n'a jamais t dpass.
Autre chose est le contenu de l'intelligence, la no-
tion. Infiniment variable, indfiniment ampliative,
la notion, la connaissance, l'acquisition est la con-
dition mme du progrs, le signe qualificatif, la
cause efficient des civilisations. Filles de la Science
et des Arts, les civilisations naissent, grandissent,





- 11 -


grce au dveloppement des connaisances. Ainsi, la
some des connaissances va s'augmentant.
D'ailleurs, pour objectiver grossirement son
principle, Rmy de Gourmont compare l'intelligen-
ce une ponge. Celle-ci peut tre plus ou moins
pleine sans que sa capacity varie en quoi que ce
soit. Allant plus avant dans le dveloppement de
sa pense, il saisit l'exemple hautement significatif
de la p~lus gniale Jiye.ntioni nu-0 ane feu.
A quel moment et par qui le feu a-t-il t dcou-
vert? Troublant mystre. Un home du quater-
naire, anctre de l'homo faber, en a eu l'tonnante
intuition. Il est probable que ce fut l'poque go-
logique o les variations climatiques du globe ame-
nrent une perturbation dans l'habitat des espces
zoologiques. Si le vertbr qui portait en soi la tem-
prature moyenne de 37" fut capable de rsister a
une baisse considerable de la temperature ambian-
te, ce fut la condition de s'adapter aux nouvelles
contingencies climatiques par une protection natu-
relle- line ou poil- ou par une protection ar-
tificielle le feu. Donc certaines espces devinrent
poilues, d'autres supplrent la dficience de cetle
protection naturelle par des procds qui drivrent
de la fertilit de leur intelligence. Admettons, ce
pendant, que l'invention du feu se produist tout
implement par hasard; mais sa conservation et son
utilisation furent des faits extraordinaires. De ces
facteurs dpendirent tous les progrs ultrieurs.





- 12-


L'invention du feu et sa conservation furent gni-
trices des civilisations successives qui ont about aux
transformations actuelles de la matire don't notre
ge est si fier. Aucun fait n'a dpass celui-l en
grandeur et en importance. Certes, le simien le
plus intelligent comme n'importe quel autre animal
est apte apprcier la ncessit du feu en certaines
circonstances, mais aucun animal autre que l'hom-
me n'a su le conserver. L'tre de gnie qui, le pre-
mier, s'appropria cet lment, le dompta, et en per-
ptua l'usage dans sa descendance avec toutes les
virtualits des dcouvertes ultrieures, tait incon-
testablement dou d'une capacity intellectuelle qui
n'a jamais t dpasse. Et l'existence d'une tell
facult une poque si lointaine de la dure tablit
le soubassement de ce que Rmy de Gourmont ap-
pelle justement: la loi de constance intellectuelle.

II
Je me permets de rappeler ce principle si riche en
potentialits pour faire la mise au point d'une opi-
nion que j'exprimai nagure sur les acquisitions
de l'intelligence hatienne.
C'tait en 1921, pendant la sixime anne de l'Oc-
cupation amricaine. Le patriotism hatien, satur
d'amertume, enregistrait peu peu la faillite de ses
plus lgitimes motifs d'esprance. Les plus scepti-
ques n'attendaient-ils pas une amlioration de notre
sort au terme de la guerre mondiale? Car enfin,




- 13-


parmi les mensonges don't M. Wilson avait camoufl
la prise de possession de notre territoire, il y en
avait un qui avait l'apparence de la vrit. Le
Dpartement d'Etat avait fait rpandre la rumeur
que n'et t la declaration de guerre de l'Allema-
gne la Russie, le 31 Juillet 1914, le Karlsruhe
ayant commenc le dbarquement de troupes Port-
au-Prince, cette date, la tombe de la nuit, et
malgr la presence du Connecticut bord duquel se
trouvait l'amiral Capperton, un conflict aurait pu
natre entire les Etats Unis et l'Allemagne qui ma-
nifestement avait voulu porter atteinte la doctrine
de Monro.
Le fait est que le Gouvernement du Kaiser avait
constamment dvelopp une politique active et vi-
gilante dans les affaires hatiennes. L'impor-
tance des intrts allemands tait suprieure
celle des autres pays dans l'conomie hatienne.
Et plusieurs reprises, la diplomatic allemande
s'tait dresse contre toute ingrence d'une puissan-
ce trangre la direction des finances et des doua-
nes hatiennes sans sa participation. Si mgalomane
qu'on suppose ou qu'ait t Guillaume II, lui qui
tenait l'chiquier du monde sous ses yeux, aurait-
il risqu un conflict avec les Etats Unis sur cette
troite question ce moment-l, je veux dire la
veille de la conflagration europenne? M. Wilson,
l'homme ondoyant et subtil des notes diplomatiques
de 1918, aurait-il provoqu Berlin pour sauvegarder







les privileges de la doctrine de Monro en Hati
ce moment-l? Il est permis d'en douter. Quoi
qu'il en ft. la guerre de 1914 ayant entran les
Etats-Unis se ranger du ct des Allis avec sa
clientle d'tats satellites, don't nous sommes, hlas!
d'aucuns avaient espr que le triomphe des Allis
allait amener une conception nouvelle des rela-
tions internationales selon l'vangile wilsonien.
Les tractations de la Paix de Versailles firent tom-
ber les illusions des plus optimistes.
Donc, ceux qui s'taient accrochs l'esprance
d'une liberation ventuelle de notre territoire au
l-inne de la guerre mondiale et en conformit des
desseins hautement dsintresss proclams par
Washington, avaient vu s'effondrer leur attente.
En outre, la situation conotpique, aprs la fivre
des spculations nes de la course aux approvision-
nements qui suivirent la grande catastrophe, com-
menait s'inflchir en une courbe de dfaillance
alarmante.
Enfin, M. Dartiguenave, Prsident de la Rpu-
blique, parvenu au terme de son mandate, dsirait,
malgr tout, garder sa position et maneuvrait pour
se faire rlire par le Conseil d'Etat en empchant
la reconstitution des Chambres lgislatives.
L'anxit tait vive. De quoi demain sera-t-il
fait? On ne s'abordait que pour changer des pro-
pos mlapgliques sur la situation gniale. On
trouvait que les homes avaient t dpasss par





- 15-


les vnements. Et l'angoisse tait ce point grande
qu'on en tait arriv souponner une carence d'-
lments qualifis prendre en mains les affaires du
pays.
C'est parmi les inquitudes et le trouble de l'heu-
re que me fut adresse l'interrogation suivante:
N'y a-t-il pas une crise d'hommes? Est-il possi-
ble de trouver notre poque dix hommes de la
valeur d'un Bazelais, d'un Edmond Paul, d'un
Firmin, d'un Thoby?
Ces questions me parurent lourdes de consquen-
ces et d'une porte qui dpassait singulirement Jee
circonstances dramatiques dans lesquelles se dbat-
tait le people hatien.
J'amorai la discussion sur l'tendue du mot
valeur que je dissociai en valeur morale et en valeur
intellectuelle.
Sans admettre, aucun titre, que nous soyons
infrieurs nos devanciers, au point de vue intel-
lectuel, je fis observer, cependant, que l'Occupation
trangre a jet un tel dsarroi dans les consciences
que les leaders de la nation sont, en grande propor-
tion,,en dficience morale et que c'tait de ce ct-l
qu'il fallait chercher un signed de rgression. Malgr
le caractre probant de l'argumentation sur laquel-
le je m'efforai d'asseoir ma proposition, j'eus le
regret de n'avoir pas convaincu mes interrogateurs.
Aujourd'hui encore, je n'espre nullement les per-
suader. Aussi bien, est-ce moins pour eux que pour





- 16


ma direction particulire et pour inciter le lecteur
quelques minutes de meditation que je reprends
l'tude de la question. Elle est d'ailleurs si intres-
sante et nous ouvre de tels aperus sur un tas d'au-
tres problmes qu'on se dfendrait mal de ne
pouvoir lui accorder l'ampleur suffisante dans un
examen plus tendu..,

III

Avant tout, je pose en principle et il va de
soi -que si l'intelligence hatienne a pu, telle p-
riode donne, se manifester en une pliade de
talents remarquables, c'est qu'elle reclait des vir-
tualits qui ont clos au moment o des circonstan-
ces de temps et de milieu taient les plus propices
raliser un pareil rsultat. L'intelligence hatien-
ne avait-elle ce moment-l atteint son maximum
de dveloppement et de rendement physiologiques?
C'est ce qu'il convient de rechercher avec la plus
grande circonspection, mais aussi avec la plus gran-
de libert d'esprit.
A quelle poque de l'histoire hatienne faudrait-il
s'arrter pour marquer le maximum de sa produc-
tivit si ce n'est de sa production intellectuelle?
Serait-ce l'poque o brillrent Delorme, Edmond
Paul, Bazelais, Thoby, c'est--dire entire 1860 et
1885 environ? En ce cas, il faudrait carter la plia-
de de Firmin, Nemours Auguste, Lger Cauvin, So-





17 -
-i7

]on Mnos don't les talents ont marqu aprs 1885.
Evidemment l'interrogation n'et eu aucune raison
d'tre et la question n'et mrit aucun dveloppe-
ment. Cependant, acceptons cette priode de 1860
1885 come celle d'une exceptionnelle grandeur
intellectuelle en notre pays. Si arbitraire que puis-
se tre ce choix, il provoque des rflexions sugges-
tives plus d'un titre.
Y a-t-il eu, avant cette poque ou aprs elle, des
hommes qui ont domin la socit hatienne par
leur culture intellectuelle? Ces homes valaient-ils
ceux de 1860-1885?
Et d'abord, avant 1789, on pouvait trs lgitime-
ment supposed, Saint-Domingue, que le ngre tait
incapable de s'lever au-dessus d'un certain niveau
primaire de savoir. Non seulement, on ignorait le
pass historique des civilisations africaines, mais
ni l'ethnographie compare ni l'anthropologie,
malgr l'incertitude de leurs mthodes actuelles,
n'taient encore nes. Au demeurant, le ngre
n'avait de valeur que celle de sa structure et de son
endurance. Le barme de cette valeur tait calcul/
uniquement sur la rsistante physique de l'indivi-
du. O tait donc la place de l'intelligence, fonc-
tion de luxe, dans une organisation social o le
travail manuel avait restreint singulirement l'usage
des instruments aratoires tels que la charrue?
La culture des champs, les espces agricoles cul-
tives incitaient, au contraire, l'emploi d'une






-18--


main-d'oeuvre aussi abondante que routinire. La
transformation des matires premires en sucre
brut ou raffin, alcohol ou indigo, utilisait un nombrc
tout fait limit d'ouvriers qualifis qu'on recrutait
presqu'exclusivement parmi les petits blancs. Quant
aux ngres, leurs functions avaient quelque chose
de si strictement mcanis qu'on les assimilait lit-
tralement des btes de some. N'est-ce pas un
tel tat de choses que concrtise la plainte de cet
esclave du Nord qui fut rprimand pour avoir trp
maltrait sa mule?
Ou taill moin quand moin pas travaille, moin
taill milette quand li pas vl mach: milette c
ngre moin.
Pendant trois cents ans environ, la race vcut
dans cet tat de stagnation morale et intellectuelle
d'une incomparable bassesse. Il va sans dire que
cela s'entend de la grosse masse des esclaves, du
inonde noir.
La situation tait-elle meilleure dans le groupe-
ment des gens de couleur don't les 4 5 taient pro-
bablement des sang-ml?
J'entends cette denomination de sang-ml
au point de vue biologique, c'est--dire selon un
mtissage plus ou moins tendu du noir et du blanc.
Mais alors, cette phase de la question suscite
l'examen d'un grave problme d'hrdit psycho-
logique.





- 19 -


On sait que pendant trs longtemps certain sa-
vants ont soutenu que le mtis est infrieur ses
gnrateurs et n'en hrite que les dfauts- parce
que, entire deux races dissemblables par le caractre,
ce sont surtout les dfauts qui sont susceptibles de
fusion, prtendent-ils.

Le plus illustre- reprsentant de cette froce
thorie est M. Gustave Lebon qui l'a exprime sans
ambages dans son livre clbre sur Les lois psy-
chologiques de l'volution des peuples. (1)

Sans doute, crit-il, des races fort diffrentes,
le blanc et le noir, par example, peuvent se fusion-
ner, mais les mtis qui en rsultent constituent une
population trs infrieure aux products don't elle
drive, et compltement incapable de crer ou m-
me de continue une civilisation. L'influence d'h-
rdits contraires dissocie leur morality et leur
caractre. Quand les mtis de blancs et de noirs ont
hrit par hasard, comme Saint Domingue, d'une
civilisation suprieure, cette civilisation est rapide-
ment tombe dans une miserable dcadence. (2)


(1) Paris. -Flix Alcan. 1900. P. 45
(2) En 1916, le Professeur Guignebert, le savant exgte et hist.-
rien des religions, me procura l'occasion d't% reu par M. Gus-
tave Lebon. Au course de la conversation tie\ cordiale que j'ai
eue avec le clbre psychologue en presence de M.B. Garde des
Sceaux et de la Princesse G., je discutai fermement ce que son
assertion me paraissait contenir d'erron au double point de vue
historique et psychologique. Tout en defendant la valeur de ses
ides, M. G. Lehon me concda toutefois qu'il les avait exprimes
en une forme un peu absolue.





- 20 -


C'est ce qu'on pourrait appeler l'hrdit unila-
trale. Elle l'est dans un certain sens et dans une
certain measure. On entend dnoncer que si les
facteurs psychologiques don't drive le caractre
d'un individu ne devaient s'associer que d'une fa-
on univoque pour ne transmettre seulement que
les dfauts des gnrateurs, il y aurait l une terri-
ble fatalit biologique, et l'hrdit serait unilat-
rale, moins parce que un seul gnrateur dtermi-
nerait le caractre. du produit que parce que, dans
l'chelle gnalogique, il n'y aurait systmatique-
ment que telles particularits en l'espce, les d-
fauts susceptibles d'tre transmises. Par quel
mcanisme, pourrait-on expliquer un si bizarre
phnomne? C'est quoi M. Lebon n'a pas daign
songer. Embarrass pour trouver dans le processus
de la vie une interpretation satisfaisante des mo-
des complexes de l'hrdit, il a cart toute thorie
et s'en est tenu la presentation des faits bruts qui
tiendraient lieu de toute explication. Et alors, il a
cru utiliser les donnes de l'histoire en citant le
cas de Saint-Domingue don't les mtis de ngres
et de blancs n'ont pas su conserver la civilisation
que la France leur aurait lgue.
Or, le lecteur familiaris avec l'histoire colonial
de la France, et particulirement avec celle de la
rvolte des ngres de Saint-Domingue, qui a about
la creation de la nationalit hatienne, sait perti-
nemment combien la proposition de M. Lebon telle





- 21 -


qu'elle est nonce repose sur l'inexactitude la plus
absolue. Il est donc trange qu'une doctrine ou une
thse don't l'ultime conclusion prtend expliquer le
mcanisme psychologique du comportement d'une
parties de l'humanit soit taye sur des donnes
fantaisistes et illusoires. Une telle attitude de la
part d'un savant de la valeur de M. Lebon rvle
une lgret incompatible avec la gravit du sujet
et la rigueur des mthodes scientifiques.
En ralit, la question n'est pas aussi simple
qu'elle parat. Il est vident que l'hrdit -
physiologique, psychologique, pathologique est
un fait notoire et depuis longtemps tabli. Quel est
le rythme de ses modalits? Il ne semble pas que
dans l'tat actuel de la science on puisse rpondre
ces questions avec une certitude probate.
Depuis l'poque lointaine o les no-darwiniens
et les no-lamarckiens un Weisssmann, un Haeckel
un Herbert Spencer, un Le Dantec, pour ne citer que
les plus clbres, ont soutenu avec un luxe d'argu-
ments et d'expriences tonnant la controversy ar-
dente sur la transmission ou la non-transmission des
caractres acquis, il ne parat pas que nous soyons
trs avancs dans la resolution des multiples diffi-
cults du problme de l'hrdit. Eh! sans doute,
Ribot en a donn une belle formule lorsqu'il l'a
dfinie: la loi biologique en vertu de laquelle
tous les tres dous de vie tendent se rpter dans
leurs descendants. Mais la loi est peine nonce





- 22 -


que de nombreuses exceptions viennent en abrger
l'application. Connat-on dans les troublantes mani-
festations de l'hrdit une rptition pure et sim-
ple des formes parentales particularits anatomi-
ques ou aptitudes psychologiques? Le produit est-
il pareil aux facteurs qui l'ont engendr? Y a-t-il
variations lentes et indfinies, rgression, progres-
sion ou conservation des caractres inns ou acquis?
Peut-on juguler ou escompter le retour chez les
descendants de telles ou telles particularits remar-
ques chez l'un ou l'autre ou chez l'un et l'autre des
ascendants?
Nul ne peut tablir une norme infaillible qui
soit la loi de ces manifestations de l'hrdit. Nul
ne connat de faon irrprochable le mcanisme
des faits don't le jeu capricieux apparemment drou-
te souvent les calculs les plus minutieux. Peut-on
donc en dduire une loi? Et que vaudraient une ou
des lois qui n'auraient aucun caractre impratif et
qui admettraient au contraire la jonglerie des capri-
ces dans leurs modes d'application?
Cependant, plus on descend l'chelle des tres
vers les formes simples de la vie, de la vie ani-
male celle des plants, par example plus on
est susceptible de constater les rigueurs du dter-
minisme hrditaire. Cette observation a retenu
l'attention des savants et sa constance a provoqu
un regain de nouveaut la doctrine de Men-
del don't l'application la nature humaine. a





- 23 -


dvelopp en certain pays le zle de psychologues
enthousiastes.
En quoi consiste la doctrine de Mendel et quelle
est sa valeur ?
Elle repose sur les donnes suivantes: lorsqu'on
croise entire elles deux plants qui different
d'une faon constant par un ou plusieurs carac-
tres, ceux qui leur sont communs passent sans
modification chez les hybrides et leurs descendants.
Parmi les caractres diffrents quelques-uns se
fondent en donnant des formes intermdiaires, mais
parfois, l'un des deux caractres des parents a une
telle prpondrance qu'il est difficile ou complte-
ment impossible de retrouver l'autre: le premier
s'appellera caractre dominant, le second caractre
recessif. Or, si l'on suit les gnrations d'hybrides
successives, on constate que ds la second gnra-
tion, le caractre rcessif rapparat, et il rappa-
rat selon des lois fixes don't il est possible de donner
une formule.(1) C'est si l'on prend, par example,
deux varits de pavots (2) don't l'une possde des
fleurs centre blanc et l'autre des fleurs centre
noir et qu'on les croise, les descendants homog-
nes de premiere gnration donnent naissance: 1)
1/4 de descendants centre blanc qui n'auront

(1) G. Poyer-in Trait de psychologie par G. Dumas Paris
(2) Exemple tir dans GUILLEMOT Les horizons nouveaux
de la science. Tome IV P. 355.
Cf. Yves Delage et, Marie Goldsmith.- Les theories de
I'volution.





- 24 -


jamais dans leur descendance que des centres blancs,
ce sont les rcessifs purs, 2) 1/4 de centres noirs
qui n'auront jamais dans leur descendance que les
centres noirs: ce sont les dominants purs, 3) 2/4
de centres noirs qui se comportent comme les ho-
mognes de premiere gnration, c'est--dire comme
des hybrides et qui donneront eux-mmes come
descendants 1/4 de rcessifs purs, 1/4 de dominants
purs et 2/4 d'hybrides. Telle est la doctrine de
Mendel qui, dans sa simplicity mathmatique, est
reconnue d'une grande exactitude chez les plants
et mme chez certain animaux. La tentation tait
grande d'en trouver la correspondence chez l'hom-
me. Dans certain pays, on s'est livr des tudes
ardentes sur cette matire. Par example, aux Etats
Unis de l'Amrique du Nord des Socits
d'eugnique suscites par les recherches de Daven-
port et de ses collaborateurs se multiplient trouver
des adaptations pratiques la loi de Mendel. 11 va
sans dire que ces recherches non seulement sont
hrisses de difficults insurmontables, mais rv-
lent quel complex psychologique on se heurte
lorsqu'il faut dterminer la part d'hredit des
caractres dominants ou rcessifs chez les hybrides.
C'est que d'abord un caractre psychologique n'est
pas un facteur simple, il est sa plus lmentaire
expression une rsultante, et cette rsultante est,
elle-mme, l'aboutissant instable d'apports pero-
nels, d'influences ancestrales et sociales,




23 -


Tant de conditions sont ncessaires pour pro-
duire un homme, qu'il est malais de simplifier la
part des influences diverse quoi il doit son carac-
tre, son temperament, sa constitution psychologi-
que. Et ce sont tous ces lments fondus ensemble
qui forment sa personnalit, qui expliquent son
comportement, qui en font un home, enfin. Il est
donc vain de croire qu'on peut rduire tous ces
complexes la simplicity mathmatique de la loi
des quarts. Vraie et vrifiable dans la vie lmentai-
re de la planite, elle est inadequate la vie humane
parce que ici l'organisme est compliqu l'extrme.
L'homme (d .;::i. des millnaires est un produit de
croisement et qui vit sa fantaisie. La race pure
est un mythe en anthropologie, Au contraire, le
mtissage human est un fait biologique aussi cer-
tain et aussi indlbile que le rattachement de notre
organisme quelque forme plus humble de la srie
animal. La seule chose qui soit encore discutable,
c'est le degr et la quality du mtissage dans tel
groupement dtermin, c'est la stabilisation plus ou
moins grande des divers mlanges qui donnent une
homognit plus ou moins accuse aux products et
marquent la physionomie des diverse varits hu-
maines selon des circonstances de temps, de milieu
et d'histoire. On ne prtend point nier qu'une gran-
de homognit, une parfaite stabilisation des
divers lments don't se composerait une race hu-
maine, et par race humaine, j'entends, une frac-





- 26


lion d'humanit vivant dans un space dtermin,
sous un rgime common, selon des lois communes
depuis des centenaires voire des millnaires, faon-
ne, enfin, par l'inter-action social, on ne pr-
tend point, disais-je, qu'une telle race ou si l'on aime
mieux, une telle nation ou un tel people entran au
progrs par la culture de l'intelligence, la spirituali-
t des croyances, l'exaltation du caractre, n'offrirait
point un magnifique example d'organisation collec-
tive o tout ce qui fait la fiert et l'orgueil de
notre espce et que nous dnommons la civilisation,
trouverait sa supreme expression. C'est, en vrit,
l'idal blouissant que poursuivent la plupart des
communauts humaines avec une inlassable ardeur
et des vicissitudes sans nombre. Mais quelle est celle
qui peut se vanter de l'avoir pleinement ralis ? Et
dans l'tat actuel de la socio-psychologie, n'y a-t-il
pas quelque tmrit cristalliser de vaines affirma-
tions sous le vocable inattendu de lois? D'ailleurs,
faudrait-il s'attacher la nature exclusivement bio-
logique de l'homme. pour dterminer sa capacity de
progrs?
Or, vouloir trouver dans le mtissage du noir
et du blanc une cause fondamentale d'infriori-
t, c'est voquer la primaut biologique du mlange.
Cependant, la lumire des investigations lentes et
difficiles de cette science en formation qu'est la
socio-psychologie, il apparat que si la mentality
d'un people ou d'une communaut s'taie sur sa




- 27 -


formation biologique comme point de dpart de sa
constitution, son dveloppement spiritual est en
grande parties function du milieu social. On entend
dire avec Durkheim que la vie commune, la socit,
est cratrice d'nergies, de sentiments, de croyances,
qu'elle lve l'homme au-dessus de lui-mme en lui
imposant tous ces concepts de devoirs, de morale
qui impliquent une discipline collective suprieure
aux rgles de vie individuelles. Par consquent, au
fur et measure que ces concepts se concrtisent dans
les moeurs, dans les institutions, au fur et
measure que l'interdpendance humane agit comme
facteur externe d'volution, par tendance d'imita-
tion, la socit s'lvera en civilisation mue par les
forces internes de progrs et stimule par les forces
externes d'adaptation une vie plus haute, un
idal transcendent. Dterminer la mentality d'un
tel group sera chose delicate et complex qui, en
tout cas, ne saurait dpendre de la morphologie
statique de ses composants comme le prtend
une psychologie singulirement abrge dans ses
moyens.
Quoi qu'il en soit, cependant, et en tenant comp-
te des reserves ci-dessus mentionnes, la thorie de
Mendel nous aide pntrer certaines bizarreries
de l'atavisme ou de l'hrdit alternate. Elle rv-
le, en tout cas, la possibility de dceler les avatars
lointaine chance de l'hrdit psychologique.
C'est ce que nous voulions tablir en ce qui concern







flanalyse de l'intelligence chez les descendants des
ngres de Saint-Domingue par les croisements de
la race blanche et de la race noire dans la colonie.
Nous voulons dire que les mtis qui naquirent de
cette union apportrent dans la vie, ni plus ni moins,
la part de qualits et de dfauts de leurs gnrateurs;
que dfauts et qualits s'panouirent ou se modifi-
rent au gr des reactions personnelles et selon l'em-
preinte du milieu social sans qu'il soit possible de
marquer la prpondrance de tels facteurs psycho-
logiques sur tels autres, encore moins la transmis-
sion unilatrale des dfauts ou des qualits de l'un
ou l'autre des ascendants.
Cette observation vient point pour assigner la
place qu'occupaient les sang-ml Saint-Domin-
gue au point de vue intellectual.
En ce sens, aussi, ils formaient un monde inter-
mdiaire entire les blancs et les noirs. On veut
dire qu'entre les blancs don't la culture intellectuelle
ne pouvait tre mise en doute et les esclaves don't
le cerveau tait en friche, les sang-ml possdaient
quelques spcimens d'hommes plus ou moins ins-
truits. Il suffirait de citer un Julien Raymond, un
Pinchinat, un Bauvais, un Vincent Og, etc. pour
illustrer notre remarque. Au surplus, les sang-ml
formaient une classes social qui disposait de fortu-
ne et de loisirs. Bien qu'elle ft comprime dans
ses aspirations, elle avait tout de mme la possibi-
lit de dispenser une certain education quelques





- 29 -


uns de ses membres hors de la colonie, dans la
Mtropole.
Elle ne s'en priva gure. La plus grande parties
des sang-ml qui se distingurent Saint-Domin-
gue avaient fait leurs tudes en France, les coles
mme l'usage des blancs n'existant presque pas
dans la Colonie. Nanmoins, il n'est pas hasardeux
de soutenir que la haute culture, ou ce qui en tenait
lieu, n'tait pas connue dans la classes des affranchis.
Si l'on pouvait y rencontrer a et l quelques per-
sonnalits marquantes, il n'est pas tmraire de
prtendre que leurs talents ne dpassaient pas un
modest niveau. N'est-ce pas la mme remarque que
nous trouvons sous la plume de l'auteur anonyme
de l'Essai sur l'Esclavage et observations sur l'tat
present des Colonies des Europens en Amrique
lorsqu'il crit en 1799: il y a eu depuis deux
-icles plus de 200.000 individus affranchis, et pas
un seul n'a laiss un nom don't les amis des
scie i es et des lettres et de la philosophie se
souviennent. (1 )
Il est vrai que- MorE-.ii de Saint Mry except
- on est en droit de demander quel est le nom que
l'histoire des arts, des sciences ou de la philosophie
a retenu des croles blancs qui reprsentaient l'lite
humane Saint-Domingue, aprs quinze sicles de
civilisation chrtienne?

(1) Cit par Lucien Peytraud. L'Esclavage dans les Antilles
franaises avant 1789. P. 454. Paris 1897.





- 30 -


C'est que le milieu human tait ici d'une dgra-
dante torpeur. L'esclavage ne produisait pas seule-
ment la dpravation humiliante de la victim, elle
provoquait la perversion du matre don't le sens
moral s'obnubilait, don't la volont mollissait et qui.,
trs souvent, noyait son oisivet dans les dbauches
de l'alcool, du jeu et des femmes.
Mais, voici que parvient dans l'le lointaine l'cho
tumultueux des revendications de la Rvolution
franaise. Dans la Mtropole, c'est la renovation
de toutes les valeurs, le triomphe de toutes les g-
nrosits et l'intgration dans les faits des rves
bauchs par les philosophes. De la convocation des
Etats gnraux aux Assises sanglantes de la Conven-
tion Nationale, chaque jour inscrit dans les meurs
la conqute du fait nouveau qui ruine l'anciennp
conception sur laquelle s'tait difie la Socit
franaise. Par quelle trange gageure la Socit co-
loniale allait-elle essayer de juguler le flot montant
des revendications qui mettaient en cause la struc-
ture mme de Saint-Domingue? Tel tait cepen-
dant l'aveuglement des hommes que chaque classes
voulait raliser son profit propre le principle de
libert et d'galit que la Rvolution avait solennel-
lement proclam. Les Assembles mtropolitaines a-
bolissaient des privileges que les castes coloniales
s'ingniaient garder et mme intensifier. Plus
que l'efficience des principles, ce fut l'gosme de
classes qui ruina l'ancien rgime colonial. Aussi





- 31 -


bien, ce fut la faveur de ces bouleversements
qu'un homme Toussaint-Louverture surgit.
Sur le thtre o se dployait son activity, il fut plus
grand que tous les hommes ngres, blancs, mul-
tres, qu'il ctoyait et don't il se servit pour rali-
ser sa volont de puissance. Il fut plus grand que
les vnements qu'il matrisa et don't il sut chapter
la march pour les amener au terme fatidique de
concrter sa pense de domination et de grandeur.
Il fut plus grand que le Destin lui-mme qui, l'ayant
abattu l'apoge d'une carrire blouissante, ne put
qu'tayer sur les dpouilles de son rve l'ide don't
il tait la magnifique incarnation. Il ne fut ni un
affranchi ni un sang-ml. Sorti du troupeau d'es-
claves, cet homme se servit des esclaves comme le
potier ptrit la glaise pour en faire jaillir la nouvel-
le matire humaine d'o natra la nationalit ha-
tienne. En vrit, Wendel Phillips a raison de trou-
ver que ce ngre prodigieux n'a point de pairs dans
l'histoire humaine, et c'est par une intuition de
visionnaire que Lamartine dira de lui: Cet homme
fut une nation.
-Je sais bien. On m'objectera qu'il n'a laiss au-
cune trace dans les arts, les lettres ou les sciences.
Il est vrai. Cet homme manquait d'orthographe et
n'aurait pu discourir sur le Mose de Michel-Ange
ou sur les statuettes de Tanagra; Mais alors, serait-
ce par la splendeur de leurs systmes de philoso-
phie, par la' richesse de leur palette, l'habilet de





- 32 -


leur ciseau qu'Alexandre, Csar ou Bonaparte se
sont levs au-dessus du commun des mortels?
Quand un homme a su, par la puissance de sa
volont, la pntration, la finesse de son jugement,
l'acuit de son coup d'oeil, la perspicacit, la justesse
et la promptitude de ses decisions, djouer la trame
des contingencies historiques, briser les obstacles,
dompter les lments pour se hisser comme Csar
ou Napolon au rle de conducteur d'hommes et
se montrer chaque fois suprieur aux moyens don't
il use, qu'importe que cet homme-l sache l'ortho-
graphe de la langue qu'il emploie. Les mots, les
ides, les hommes sont les outils don't il se sert
pour produire de l'action. Au rythme de l'action,
il soumet l'outil l'dification de ses desseins. Un
Napolon, un Toussaint-Louverture forcent les se-
crtaires qui traduisent leurs ides come ils for-
cent les chevaux qui ne les portent jamais assez vite
au gr de l'action. Malheur! si leur correspondent
ou leur interlocuteur oublieux de la fougue qu'ils
impriment leur pense, s'imagine que l'outil a t
rebelle ou infidle leur impulsion. Alors, ils r-
clament contre une telle maladresse avec une viva-
cit si aggressive que l'on reconnat tout de suite
que le plumitif n'est que l'un des moyens passifs
que la ncessit soumet au service de leur gnie.
Ecoutez la rplique de Toussaint Hdouville qui
lui reproche d'avoir trop confiance dans le zle de
son secrtaire: C'est m'insulter gravement que





- 33 -


de croire que je signe soit ordre, soit lettres sans les
lire ou les dicter. C'est vouloir me persuader que
j'ai une grande faiblesse dans mon caractre et je
ne puis me reconnatre sous de pareils traits.
Paroles incisives d'un homme qui a conscience de sa
valeur et qui n'entend pas qu'elle soit sous-estime.
En some, dans la plnitude du terme, Toussaint-
Louverture fut un homme de gnie. On notera que
ce gnie resta en puissance pour clater 50 ans,
l'ge o sous les Tropiques et en de meilleures
conditions, la majority des hommes decline. Il a
fallu la magnifique venture de la Rvolution pour
crer l'atmosphre, les circonstances, les conditions
les plus propres favoriser l'explosion du
phnomne.
Mais en mme temps, les mmes vnements firent
natre une pliade d'hommes remarquables par
leurs talents divers et qui furent comme des toiles
brillantes d'une radieuse constellation. Un Rigaud.
un Dessalines, un Christophe, un Ption, un Bau-
vais firent cortge Toussaint-Louverture bon gr
mal gr, en attendant que, de facon ou d'autre, -
par leurs capacits, leur hroisme et mme leurs
fautes -ils modlent dans la ralit le rve du
gnial promoter.

De tout ce qui prcde, il me semble qu'on est
en droit de dduire que la Rvolution franaise qui
fut gnitrice de notre nationalit, fut galement une





34 -


poque d'exceptionnelle grandeur pour l'intelligen-
ce hatienne.
A-t-elle t dpasse?
Qui oserait soutenir un tel paradoxe?
Les jours qui suivirent le 1er Janvier 1804 furent
plus souvent rays d'ombre qu'empourprs de lu-
mire. L're des hrosmes taient close. Celle de
l'organisation administrative commenait. Tche
ingrate et minuscule, si on la compare l'auguste
pope don't la gense avait fait jaillir des bas-fonds
de la servitude tant d'hommes transcendants. T-
che colossale, tout de mme, si d'elle devaient d-
pendre la stability du nouvel tat et la norme de
son progrs. Mais, la reconstruction de la Cit, les
hros d'hier se montrrent fort souvent infrieurs
au rle nouveau qui leur tait dvolu.
A la discipline du soldat succda l'incomptence
de l'administrateur, l'abngation du patriote se
substitua l'ambition anarchique du comptiteur.
C'est ainsi que des haines cristallises, des prven-
tions comprimes naquirent les divisions nfastes
qui furent les plus efficientes parmi les causes des
incertitudes, des ttonnements, des heurts dans les-
quels noIus avons vcu pendant plus d'un sicle de
vie national.
L'intelligence hatienne, avait-elle subi des clip-
ses pendant ce long laps de temps?
Ce serait inepte de le prtendre. Des efforts
considrables ont t faits qui tmoignent de la





- 35 -


grandeur des desseins et de la beaut de l'objectif
qu'on se proposait d'atteindre. L'organisation ad-
ministrative de la Rpublique avait trouv dans
Ption, Guy Bonnet, Daumec, des hommes d'Etat
habiles, des adeptes des mthodes de Barb de
Marbois, cependant que la volont inflexible de
Christophe imprimait la prosprit conomique
du royaume d'Hati l'ordre, l'esprit de suite, la
clairvoyance qui instaurent le progrs et en assu-
rent la continuity dans les tats. Peu ou prou de
productions intellectuelles dans l'une ou l'autre par-
tie du pays. La guerre civil, le morcellement du
territoire dj exigu en trois gouvernements, l'immi-
nence d'une invasion franaise, les inquitudes nes
d'un tel tat de choses ne sont gure propres
l'closion des euvres de l'esprit.
Mais voici que dans la matrice du temps se pr-
pare une suite d'vnements imprvisibles.
A la mort sereine de Ption succde la fin tra-
gique de Christophe; la pacification de la region
de la Grand'Anse se joint le ralliement des terri-
toires de l'Est.
Dcidment, les dieux sont complices pour
apporter Boyer un ensemble heureux de circons-
tances don't il n'a qu' profiter pour que son
gouvernement soit illustr par le plus vif clat de
l'intelligence hatienne. Songez donc: dans les co-
les institutes par Christophe la bourgeoisie riche
du Nord avait fait instruire de nombreux sujets; au





- 36 -


Lyce de Port-au-Prince, dirig par un home de
valeur et o avaient profess des matres comp-
tents, Ption avait fait lever une ppinire de jeu-
nes gens intressants. Au surplus, quelques-uns
des cadets de la bourgeoisie que Roume avait envo-
ys aux Collges de Liancourt et de Lamarche
taient revenues chez eux couverts de gloire. Hyppo-
lite Gelin, Jonathas Granville, Joseph Courtois, S-
jour Legros. Charles Gentil, Aim Dufresne, les
frres Villevaleix pouvaient faire rayonner sur la
communaut qui en avait tant besoin un peu de la
lumire qu'ils avaient t puiser la grande source
franaise. Partout, de Santo-Domingo au Cap-
Hatien, de Port-au-Prince aux Cayes bouillonnait
l'impatience de savoir et de paratre. Des journaux
naissaient et bauchaient des discussions sur des
sujets passionnants d'histoire, de littrature, d'co-
nomie politique etc. Quelle fut donc l'attitude du.
Gouvernement envers ce movement de renaissan-
ce intellectuelle?
Celle de la mfiance cauteleuse et sournoise. Il
ferma l'Universit de Santo-Domingo pour cause
d'conomie. Le Lyce national, un moment don-
n, fut frapp de suspicion come foyer d'opposi-
tion. Les autres villes de la Rpublique sont
dnues d'coles srieuses. Les bureaux de l'Admi-
nistration nie sont quei trs parcimonieusement
ouverts l'activit des jeunes homes qui aspire-
raient faire leur stage de fonctionnaires. Les





- 37 -


premieres manifestations de l'loquence parlemen-
taire qui furent les chos des dolances publiques,
si bnignes fussent-elles, indisposrent le Chef de
l'Etat. Pis que cela: tout au dbut de son gouver-
nement, dans cette republique dbonnaire fonde
par le dbonnaire Ption. Boyer envoya devant le
peleton d'excution le journalist Darfour pour
crime d'opinion. Ce fiu la preminire victim de la
libert de penser garantie par la Constitution depuis
1806 jusqu' nos jours. Cependant, on ne parole que
de dmocratie et de Constitution dans ce pays don't
la formation historique fait du Chef de l'Etat l'in-
carnation de toutes les forces de l'activit social.
L'homme qui tait dvolue cette redoutable mis-
sion de 1818 1843 ne sut point chapter et converger
vers une plus-value hautement national le formi-
dable movement d'agrgation intellectuelle qui
s'tait opr autour de lui. Enfonc dans un syst-
me de gouvernement devenu inadquat, il n'entendit
pas monter vers lui l'immense clameur des jeunes
hommes qui, eux, taient en pleine rsonnance de
l'appel claironn par le libralisme sur la terre de
France et d'Angleterre. Alors, naquit cette trange
bataille entire Boyer, symbol de la force d'inertie.
et la jeunesse orageuse et iconoclaste reprsente
par un Hrard Dumesle, un David Saint-Preux, un
Dumai Lespinasse, un Covin Ain, un Emile Nau,
etc.
Toutefois, de ce qui prcde, il ne faudrait pas





- 38 -


conclure que le Gouvernement n'eut pas l'appui de
quelques intellectuals.
A la tte des bureaux de la Prsidence, part M.
Beaubrun INGINAC, fonctionnaire de grande dis-
tinction, il y avait Sguy Villevaleix l'ain qui fut
laurat de la Sorbonne. On souponne qu'il fut
l'auteur applaudi de l'ode en vers latins compose
l'occasion des ftes qui solennisrent l'accepta-
tion par Boyer et l'entrinement par le Snat de
l'Ordonnance de Charles X reconnaissant l'ind-
pendance d'Hati. En outre, Milcent, le pote, La-
tortue, Romanes, tous frotts de lettres, eurent des
sympathies gouvernementales. Enfin, parmi les fa-
miliers du Prsident il faut citer au premier rang,
les frres Ardouin. Ah! ,ces frres Ardouin, qui
furent si troitement mls la politique tumul-
tueuse de ce pays, de Boyer Soulouque, et qui
assumrent tant de lourdes responsabilits dans les
postes de direction et de combat qu'ils ont occups,
ils paraissent devant l'histoire, charges d'un incal-
culable mrite: ils ont eux-mmes, comme des-
sein, accumul les matriaux sur lesquels nous
pouvons motiver notre jugement sur leurs actions
politiques.
L'un d'eux, Beaubrun Ardouin, Prsident du S-
nal plusieurs reprises et pendant longtemps, sous
Boyer et sous la court prsidence de Rich, apo-
logiste ingnu du Gouvernement, a pieusement le-
v un monument ses tudes sur l'histoire d'Hati,





- 39 -


en onze volumes -- la gloire des dieux qu'il a ado-
rs: Ption et Boyer. Mais come dans les ta-
bleaux de genre o la perspective trop lointaine
rvle le secret des procds un peu gauches du
peintre, nous pouvons, par repoussoir, reconstituer
les lments que l'ingniosit trop vive de l'artiste
a laisss dans l'ombre. Toussaint-Louverture et
Christophe. qu'il traita en adversaires, sortent agran
dis des polmiques de l'historien. Quoi qu'il en
soit, il convient de louer hautement le patient la-
beur qui a permis des passionns d'histoire com-
me Ardouin, comme Thomas Madiou, de consacrer
le plus clair de leur temps difier cette euvre
magnifique don't nous sommes maintenant les hri-
tiers reconnaissants. Ils furent les premiers ha-
tiens sentir la prodigieuse valeur de notre matire
historique et ils en ont fait, chacun selon ses gots
et ses dispositions intellectuelles, la Somme o nous
puisons maintenant des masses d'informations pour
des constructions mieux ajustes aux exigences de
la critique moderne...
Donc, Boyer ne manquait pas d'hommes de cul-
ture dans son entourage. On veut surtout faire
remarquer qu'il n'eut pas la clairvoyance de saisir
que les jeunes gens de l'opposition synthtisaient
les aspirations imprcises du pays vers des rformes
revenues ncessaires et lorsqu'ils rclamaient des
amliorations, un rajeunissement des mthodes
de gouvernement, il y avait dans ces desiderata con-





- 40 -


fus un sentiment de renovation politique et social
don't un Chef d'Etat avis et souple, tel qu'un
Ption. et d tenir le plus grand compete.
Or, ce fut le malheur de ce pays que Boyer se
barricada dans son systme et ne vit point quelle
catastrophe son obstination allait nous amener.
Trois fois, quelques uns des jeunes gens don't
nous avons parl furent lus Dputs au Corps
Lgislatif, trois fois sournoisement, astucieusement,
Boyer les en fit chasser. Et leur popularity s'en
accrut et la propagation de leurs ides s'en accentua.
Et puisque la puissance publique avait jugul les
manifestations lgales de la pense, on s'ingnia par
des menes occultes renverser l'obstacle. Des
associations secrtes naquirent, telle cette Socit
des Droits de l'homme et du citoyen don't les ra-
mifications s'tendirent dans toutes les rgions du
pays et don't l'objectif tait de provoquer la rvolte
mains armes.
Ainsi, par l'anachronisme de ses ides, sa rsis-
tance inconsquente aux ralits nouvelles, son in-
docilit ou son incapacit s'adapter aux mouve-
ments d'opinion qui se dessinaient partout, Boyer
conduisit Hati l'explosion de 1843 qui fut sa
manire la revolution des intellectuals. Mais de
quels intellectuals? Les plus notoires d'entre eux,
un Hrard Dumesle, un David Saint-Preux, n'taient
que des rhteurs amoureux du verbe, idoltres de
la belle priode, mais aussi ou presqu'aussi tran-





- 41 -


gers la direction des homes et la science du
gouvernement qu'un Papou soudain lev la pr-
sidence de la Chambre des Communes anglaise.
Et alors, il advint que ces bateliers de la parole,
qui, en entrant dans la carrire , avaient crit
sur leurs coeurs: Dieu, la Patrie, l'Univers et la
Postrit et n'entendaient pas lugubrer l'avenir
par le present , furent impuissants dominer les
vnements qu'ils avaient provoqus. Il faut lire
le compte-rendu des sances de la Constituante, o
s'est prcipite l'avalanche des discours de tous ces
songe-creux, pour mesurer l'abme qui les sparait
de l'action utile. Quoi qu'il en ft, cette priode
se signal par le succs de l'lite intellectuelle, jeu-
ne, ardente, enthousiaste, sur ce qu'on appelait
alors le rgne de la grontocratie. En outre, elle
suscite deux remarques.
La premiere, c'est que, pour instaurer la culture
intellectuelle dans un pays, il ne suffit pas seule-
ment que l'ordre y rgne, mais qu'on y fasse res-
plendir une certain atmosphere de libert, de
confiance et de stimulation. Et pour pousser cette
culture son plus grand panouissement, il faut,
au surplus, une certain organisation de la Cit qui
rvle le sens de la suprmatie de la vie spirituelle
sur le reste: creation et entretien d'Universits,
de laboratoires, de bourses, et respect de la libert
de penser. Par contre, les oppressions politiques et
sociales, les tyrannies religieuses, l'instabilit des





12 -


institutions, le iiuarasiie economique, l'absence de
'centres d'tudes Lout cela constitute autant d'obs-
lacles plus oit itoins srieux l'instauration de la
culture intellectuellc. C'en est souvent la ngation,
c'en est toujours la mconnaissance. Or, quelques-
unes des conditions ci-dessus nonces ont t en
tout ou en parties inexistantes pendant le gouverne-
ment de Boyer. On peut allguer sa dcharge, il
est vrai, qu'il fut constamment obsd par la pr-
occupation d'arracher le pays de l'tau de la double
dette franaise. Noble et patriotique proccupa-
tion, sans doute, mais insuffisante pour satisfaire
les aspirations lgitimes d'un people en pleine gesta-
tion de progrs. Aussi, le long temps d'oppression
que la pense eut subir pendant le quart de sicle
du rgime boyriste suscita-t-il la reaction anar-
chique de 1843 et le gchis qui s'en suivit. La lutte
dramatique des lments de progrs et des former
rtrogrades de la vie politique achemina la nation
au compromise des gouvernements phmres et a-
boutit enfin l'avnement de la tyrannie soulou-
quienne. Hlas! Soulouque et son empire furent
une dfaite et un recul du rgne de l'esprit. Un
lourd silence suivit le tumulte et l'agitation des
ides. Le dernier survivant des organes de la pen-
se La Feuille du Commerce se tut lorsque son
propritaire, le Snateur Joseph Courtois, lche-
ment condamn par ses pairs en violation des rgles
les plus lmentaires de la justice une peine





43 -


inexistante pour le dlit qui lui tait reproch, par-
tit pour la terre d'exil, grce l'intervention ami-
cale du Corps diplomatique. Dans la platitude des
heures mornes qui assombrirent le rgne imperial,
il n'y avait d'cho que pour les applaudissements
imbciles des courtisans. On semblait las et rsi-
gn. La soumission la violence paraissait ternelle,
lorsque de l'entourage mme du Souverain jaillit
i'tincelle qui embrasa la maison vermoulue. En
l'espace de quelques jours, l'homme et le systme
furent dmolis, et Geffrard vint, aurol de gloire,
invest de confiance et d'esprance. Alors, se rta-
blirent les conditions propices l'panouissement
du rgne de l'esprit.
A la restauration des Chambres lgislatives, la
tribune parlementaire s'anima. La parole souple
et aile des Delorme, des Arsace Dcslandes, des
Mod, des Rameau sonna la renaissance de l'ide.
Autour de Delorme, toute une pliade d'hommes
avides de savoir, de jeunes crivains attentifs aux
chos de la renomme grouprent leur activity fbri-
le et dbordante. Et Geffrard don't l'avnement avait
provoqu tant d'enthousiastes espoirs, Geffrar. qui
encourageait l'art et l'industrie, qui. avait rorgani-
s tous les ordres d'enseignement, tent de. morali-
ser les croyances en les canalisant vers une forme
plus spiritualise de catholicisme, par. l'tabliss.e-
nent du Concordat, Geffrard qui avait repris le
systme.des.ourses d'tudes. vers les centres uni-





- 44 -


versitaires, lui qui, enfin, semblait implanter le
progrs sous toutes ses formes dans ce pays, il ne
sut point, cependant, lui non plus, se plier entire-
ment aux movements des ides don't son gouverne-
ment paraissait favoriser l'closion et l'essor.
Il s'inquita de l'influence acquise par les matres
de la majority parlementaire et commit la faute
irrparable de dissoudre les Assembles lgislatives
don't il jalousait les prrogatives. Ce fut l'erreur
supreme qui engendra tant d'autres.
La gestation rvolutionnaire recommena aussi-
tt; et Delorme, le Chef obi de l'Opposition parle-
mentaire, rallia les mcontents don't Salnave devint
le porte-drapeau.
Et de nouveau le pays s'enfona dans les misres
de la guerre civil. Partout souffla la bourrasque
et crpita la mitraille. Ni les dfaites des uns ni les
victoires des autres n'avaient de signification pro-
pre, tant dans l'incertitude de l'heure on ne savait
de quelle ranon se payaient les victoires prcaires
on quelle revanche aboutissaient les dfaites pro-
iisoires. Mme au triomphe des factions, les parti-
sans bivouaquaient en une veille des armes
vigilante et fbrile.
Cacos du Nord ou Piquets du Sud, contre ou
pour Sainave, les hatiens s'entre-turent avec une
rage svre et farouche. En vain, Dmesvar Delor-
me, en de courts apparitions la Capitale, runis-
sait potes et prosateurs dans le dernier salon o





- 45 -


l'on causait: l'agitation de la rue troublait la sr-
nit de ces amants des lettres. Et le Ministre et ses
amis ne pouvaient brler un pur encens Palas
Athn, puisqu'ailleurs la bataille se poursuivait,
acharne, et que les mourants exhalaient des mal-
dictions contre leurs adversaires, cependant que
d'autres, en rendant leurs derniers soupirs, criaient
encore: Vive Salnave!
Et la bataille continuait, inexorable, dans un dcor
de destruction et d'abomination. Enfin, lorsque, sur
les ruines fumantes du Palais National, Salnave,
la douce , hros lgendaire d'une sanglante l-
gende, tomba, cribl de balles, on crut sortir d'un
cauchemar sculaire, tant on avait souffert, tant on
tait fatigu de la crise rvolutionnaire exceptionnel-
lement longue et cruelle.
Mais alors, avec la paix revenue, les problmes
de la reconstruction de la Cit se posrent en ter-
mes impressionnants. Songez donc! La situation
conomique et financire avait atteint un degr de
gravit tel que les plus optimistes des patriots
redoutaient l'effondrement total du pays dans la
banqueroute. La prime sur l'or tait pratique sur
un taux jusque-l inconnu : 3000 gourdes pour un
dollar! Les products alimentaires indignes s'ache-
taient un prix invraisemblable : 100 gourdes pour
un rgime de bananes, 1000 gourdes pour une pou-
le, 3000 gourdes pour une dinde! Quant aux mar-
chandises importes, leur prix tait inabordable.





- 46


II est vrai que la fabrique de la fausse monnaie
s'tait rpandue proportion que la situation co-
nomique devenait inextricable et l'aggravait d'au-
tant. Au dire d'un contemporain qui devint la suite
un haut personnage politique, les presses particu-
lires rivalisaient avec les fabriques officielles pour
imprimer les papiers-monnaies. On fabriquait de
l'argent chaque jour selon les besoins du moment.
Et il y avait, officiellement, le paper de l'Ouest,
celui de I'Artihonite et celui du Sud. C'tait la
course l'abme...
Comment sortir de l ?
Cependant le pril national avait mri des voca-
tions. L'angoisse avait aiguillonn le patriotism
vers les solutions rationnelles. D'autre part, le
pouvoir supreme venait d'choir un homme -
Nissage Saget qui, dfaut de qualits transcen-
dantes, apportait dans l'exercice de ses hautes fonc-
tions la loyaut et le bon sens. Il respect le libre
fonctionnement des institutions; et, alors, l'on vit
Ministres et Dputs rivaliser d'ardeur pour recher-
cher la meilleure solution au dnouement de la
crise atroce don't se mourait le pays. C'est en fonc-
tion de cette priode mmorable que parurent les
Edmond Paul, les Boyer Bazelais, les Thoby, les
Price etc., don't l'autorit politique s'tayait sur une
probit svre et sur des connaissances adminis-
tratives de premier ordre. Leaders du Corps Lgis-
latif, ils embrigadrent un nombre respectable





- 47 -


d'hommes instruits qui furent heureux de les sui-
vre dans l'application de leurs programmes d'pu-
ration financire et de redressement conomique.
Ils taient les Chefs d'un movement politique qui
s'appuyait sur leur double autorit intellectuelle
et administrative. Et, conducteurs habiles, pilots
avertis, ils sauvrent la barque dj moiti englou-
tie. Ce fut leur gloire immortelle.
Mais, y a-t-il de l'impertinence demander
quelle tait la valeur intrinsque de leur puissance
intellectuelle?
Aucune rponse satisfaisante ne peut tre faite
cette question si l'on n'interroge que leurs ouvres
crites. En vrit, leurs oeuvres les plus importantes
sont moins leurs productions scientifiques que leurs
actes. A eux on pourrait trs justement appliquer
les paroles du Sage : leurs seuls actes les peuvent
louer.
En effet, le bilan de leurs oeuvres crites n'est pas
considerable. Des brochures, des rapports, des
discours don't la runion ne formerait pas un baga-
ge trs pesant. Sans doute, rapports, brochures,, etc
contribuent l'enrichissement de notre patrimoine
intellectual. Ils maillent de considerations souvent
fines et justes sur les conditions miorales et sociales
de notre milieu. Sans doute, l'observation attentive,
l'inspiration patriotique soit les qualits silbstan-
tielles de ces prcieux documents. Mais, je n'y
vois rien qui soit au-dessus de la norme des talents





- 48 -


ordinaires. Ces Messieurs de la pliade librale
taient avant tout des politiques clairvoyants. C'est
dpasser la measure que d'en faire des surhommes.
Je ne crois pas qu'on puisse parler de la trahison
des clercs, quand il s'agit de leur mrite intellectual,
Et je suis navr que leur influence politique, la seu-
le qui et pu avoir une influence capital sur l'ave-
nir de ce pays, ait t s'garer dans la navrante
quipe de Miragone. Ds lors, ils enlevrent
leurs adversaires, chez qui d'ailleurs se comptait
un nombre respectable d'hommes de talent, tout
contrepoids, toute stimulation, tout contrle non
seulement dans le gouvernement de la chose publi-
que, mais dans l'laboration et l'application des
ides qui sont la justification et la fin des dmocraties
organises. Ceux d'entre eux qui survcurent au
drame miragoanais, parce qu'ils avaient t retenus
hors de la scne, nous ont laiss des ouvrages pos-
thumes, tel le livre d'Hannibal Price sur la Rhabi-
litation de la race noire par la Rpublique d'Hati,
lel le premier tome des oeuvres posthumes d'Edmond
Paul.
Quelque bonne volont que la critique mette
juger ces ouvrages sur leur valeur intrinsque, il
faut tout de mme admettre que, ni au point de vue
sociologique ni au point de vue philosophique, enco-
re moins au point de vue littraire, on ne peut
les considrer come des productions de premier
ordre.





- 49 -


Et maintenant, peut-on rattacher sans anachro-
nisme la gnration de Firmin celle de la pliade
librale?
Notez qu'il ne s'agit ici ni de la connexion des
ides ni de la sympathie politique. On prtend
soupeser la puissance intellectuelle de quelques-
uns de nos hommes reprsentatifs en function de
l'poque laquelle ils ont appartenu. Eh bien, Fir-
min, Lger Cauvin, Justin Dvot, Solon Mnos,
Nemours Auguste, Louis Joseph Janvier, Frdrique
Marcelin, Jrmie ne brillrent qu'aprs 1880. Leur
plus grande renomme atteignit son maximum d'-
clat un moment o leurs devanciers s'clipsaient
de la scne.
Chacun d'eux se signal par l'harmonieuse varit
de ses connaissances. La plupart joignaient la
pratique des sciences politiques un attachment aux
lettres ou la philosophie qui fut la marque par-
ticulire de leurs talents.
A ce dernier point de vue, Justin Dvot occupe
une place unique dans l'histoire de nos ides.
Il fut l'introducteur du positivisme dans le monde
intellectual hatien. La doctrine d'Auguste Comte,
don't la rigueur scientifique avait subjugu son es-
prit, lui servit de mthode pour soumettre les con-
ditions volutives de la vie hatienne la loi d'un
contrle circonspect et attentif. Averti par son don
d'observation des fautes qu'il fallait rprimer, ga-
ranti par son instrument de travail que les conseils







qu'il prconisait taient les plus susceptibles de
redresser nos torts, clair par la connaissance du
milieu sur notre aptitude tirer profit des recher-
ches auxquelles il se livrait, il traa d'une main viri-
le les directives don't les hommes d'action devaient
s'inspirer pour justifier les measures et les rformes
auxquelles il les conviait. Que ne fut-il entendu,
lui qui exera sur la jeunesse de son temps l'influ-
ence la plus lgitime et qui fut unanimement re-
connu comme un sage directeur de conscience! Et
quel autre penseur la fortune d'un plus fcond
succs reviendra-t-elle, si Justin Dvot n'a pas con-
verti en uvres vives la semence qu'il a si gnreu-
sement rpandue parmi nous?

Or, si Nemours Auguste et Lous Joseph Janvier
taient, eux, des disciples d'Esculape et non des
moindres, ils ont laiss l'un et l'autre des oeuvres
qui portent le tmoignage de leurs gots d'hommes
de lettres. Au surplus, Janvier, polmiste acerbe,
mettait au service de la discipline scientifique les
resources d'une culture tendue. Je crois qu'il fut
le premier hatien avoir la coquetterie d'orner sa
vie d'hommes d'tudes d'une curieuse collection de
diplmes un moment o la possession de plusieurs
parchemins n'tait pas seulement une prsomption
de savoir mais dispensait peut-tre d'en avoir. Et il
justifia ses titres en crivant sur les matires les
plus diversifies : droit, mdecine, littrature, histoi-





- 51 -


re etc. Il fut un esprit combatif, railleur, sarcastique,
don't on redoutait le tour incisif et cruel.
Quant Nemours Auguste, les dieux lui avaient
dispens le don d'une langue dlie et enchanteres-
se. Jamais, dans ce pays, orateur ne drapa le dis-
cours d'une plus somptueuse parure. Et l'crivain ne
le cdait en rien l'orateur. Il avait au plus haut
point le culte de la belle image. Il y avait une joie
gale l'entendre ou le lire, et aujourd'hui encore
on prouve un plaisir indicible suivre la courbe s-
duisante du raisonnement, la srnit lumineuse
de l'argumentation et l'aisance enjoue de l'expres-
sion dans une page de Nemours Auguste...

Par suite de notre formation historique, comme
nous nous en expliquons plus loin, la vie publique
a toujours t le milieu et l'occasion o se sont r-
vls les talents. C'est ainsi qu' la chute du gou-
vernement de Salomon, trois leaders politiques con-
quirent vite l'admiration des foules. Ils vinrent
tous trois du barreau qui fut, cette poque, le
grand terrain de reserve des valeurs intellectuelles.
Ce fut la Constituante de 1889, o la bataille des
ides fut quelquefois ardente, qu'on vit se dresser
l'un contre l'autre Firmin et Lger Cauvin, et, plus
tard, ce fut la politique de parties qui opposa Firmin
Mnos. Depuis, la malice publique s'amuse ta-
blir une manire d'antagonisme permanent entire
eux comme si leurs qualits et leurs dfauts ne





- 52 -


suffisaient pas individualiser leurs talents, sans
qu'il soit besoin de choisir entire leurs mrites
respectifs.
Antnor Firmin, malgr qu'il en ait dit, autodi-
dacte d'une rudition surprenante, possdait un
degr tonnant des connaissances d'un caractre
quelque peu encyclopdique. Il tait aussi familia-
ris l'anthropologie qu' la science du droit, des
finances, aussi passionn d'histoire que de littratu-
re. Tant de qualits mettaient come une ombre
inquite l'abondance et la richesse de ses infor-
mations. Le lecteur de Firmin est plus bloui que
charm, plus stupfait que convaincu. Il a besoin de
mditer sur ce qu'il a lu entendu avant de songer
la rplique. Il sent qu'il a en face de lui un remueur
d'ides et il a peur de contredire un homme si uni-
versellement inform.
Autre est l'impression que me donne un discours
de Lger Cauvin ou de Solon Mnos.
Le charme est la quality spcifique du premier,
et ce charme sollicite le lecteur pntrer plus a-
vant la pense de l'crivain si solide de science, si
captivante d'intrt. D'ailleurs, la langue don't il se
sert est mouvante de simplicity. Cadence et ryth-
me en sont la loi. Mme lorsqu'elle est anime par
la passion, l'erreur qu'elle content s'enveloppe de
tant de grces qu'on l'accueille avec bonhomie
presqu'avec gratitude.
Et que puis-je dire de Solon Mnos qui ne soit





- 53 -


un truisme, lui don't le succs d'crivain, de juriste
et d'orateur tenait d'abord la forme impeccable
du discours ?
Venu des rives de la Seine o il avait frquent
les Matres de la Sorbonne, il en avait rapport le
sens de la measure et le got de l'lgance. Il pos-
sdait, et au plus haut point, l'esprit de finesse.
L'ironie fut son arme favorite et la rpartie jail-
lissait de ses lvres comme une tincelle paillete.
Cependant, comme sa pense tait nuance avec un
art infini, mme lorsque le trait tait le plus mor-
dant, le causeur gardait la grce souriante du bret-
teur sr de son coup.

On comprend' aisment que, dans les notes lami-
naires o nous tchoW(is de mettre en relief les
qualits dominantes des personnalits intellectuel-
les de notre milieu, nous nous arrtions moins
tablir les points de transition qui les rattachent les
unes aux autres qu' mettre en evidence le caract-
re distinctif de leurs talents. Nous prendrons cha-
que personnalit dans la plnitude de son dvelop-
pement et indiquerons les signes de sa prminence
en brves annotations.
Ainsi, de Frdrique Marcelin, je ne retiendrai
que la physionomie de l'crivain ingal peut-tre,
mais coup sr suprieur l'homme public. Il fut
le plus fcond de ceux qui, dans ce pays, de trop
rares intervalles, mettent du noir sur du blanc pour





54 -

extrioriser la pense hatienne. Son oeuvre ro-
mans, contest, critiques, apologies politiques, tudes
conomiques est respectable par le nombre et la
valeur. Sur presque tous les faits de la vie hatien-
ne, il a pos sa griffe personnelle, une vision,
une philosophie de la nature humaine pessimiste
et sombre. De l sa peinture du milieu, impitoya-
ble et cruelle, mais burine avec un ralisme puis-
sant et une pret d'exactitude implacable. Cepen-
dant, la sensibility de l'artiste est frmissante mal-
gr le soin jaloux qu'il prendi pour s'en cacher;
et ce serait une efreur de croire que cet homme du
monde si correct n'avait pas eu sa part de souf-
frances dans la souffrance de tous jces pantins don't
il a dmasqu la laideur et l'inconsistance sur la
scne hatienne Le soultfe qui circle travers
toute cette belle production, tmoigne d'une sym
pathie qui avait la pudeur de ne pas s'avouer.
En rsum, qu'il s'agisse de Jrmie, annaliste
averti des movements de la collectivit, animateur
zl de toute action don't l'objectif supreme est de
coordonner les bonnes volonts dans une mme as-
sociation d'utilit social; qu'on parle de Jacques
Nicolas Lger, historien et diplomat, proccup de
dfendre sans dfaillance le patrimoine ancestral
et don't l'oeuvre, solidement charpente par le choix
des documents originaux, prouve la grande perspi-
cacit de celui qui l'a labore; qu'il s'agisse de
Dalbmar Jean-Joseph, juriste pris de clart, en







qui la dialectique a trouv le plus fidle et le plus
fanatique adorateur ; qu'on cite Alexandre Lilavois,
conomiste attentif aux doctrines et rompu la pra-
tique de la science des finances, crivain nourri de
la sve des coles librales comme principles d'co-
nomie politique et-discipline de gouvernement, pa-
triote inflexible qui n'a jamais dout de l'avenir de
son pays et don't l'ultime souhait en face de la mort
est qu'Hati recouvre sa pleine indpendance dans
la dignit de sa souverainet national; qu'il s'a-
gisse de Tertullien Guilbaud et d'Oswal Durand,
ralistes don't l'action se prolonge l'application des
measures que Dput ou Ministre ils ont conseille
ou prconise, potes don't les vers tantt lgers
comme des feuilles aux vents, tantt fulgurants
comme la lueur des pes dans les combats don't
ils ont chant l'pique grandeur; qu'il soit ques-
tion d'Edmond Hraux, don't l'esprit assimilateur
s'accommodait aussi facilement des brouissailles de
la procedure que du choix d'une belle rime, la gn-
ration d'hommes publics qui s'est distingue dans
notre socit pendant ces quarante dernires annes
a port la pense hatienne un degr de maturity
auquel il convient de rendre le plus solennel hom-
mage. Et pour tayer notre jugement sur des mo-
tifs probants, nous avons adopt dlibrment l'exa-
men des oeuvres crites comme critrium d'analyse.
Car, en vrit, le barme du jugement et t su-
prmement subjectif s'il se fut agi de dire notre





- 56 -


sentiment sur des hommes pleins de talents que
nous coudoyons tous les jours, don't nous appr-
cions le mrite pour les avoir applaudis la table
du confrencier, la tribune des Assembles ou
la barre des Tribunaux, sans qu'il nous soit possi-
ble de soumettre leurs ides au erible d'une mdita-
tion plus approfondie, tant donn que leur plus
grand effort intellectual semble ne s'tre traduit
qu'en paroles fluides don't la sonorit s'est teinte
en harmonieuses gradations, come si leur volont
la plus formelle faisait de ces manifestations ver-
bales le seul cho d'un talent trop fier ou trop ja-
loux de soi pour se survive.
C'est une grande piti tout de mme que, dans ce
pays o les milieux intellectuals sont restreints,
o les possibilits d'agrandir le savoir sont hypo-
thtiques, des gens qui mergent du common
n'prouvent pas l'ambition de marquer leur passa-
ge par l'laboration de quelqu'oeuvre original.
Alors, il advient que, pendant un certain temps, une
atmosphere de sympathie honorera tels talents don't
l'existence s'vanouira avec ceux qui eurent l'oc-
casion et le privilege de les apprcier.
Le lecteur de 20 ans est-il oblig de me croire
lorsque je lui apiprends que Michel-Oreste fut un
tribune d'une extraordinaire puissance?
O pourrai-je retrouver les plaid years tin-
celants, les causeries ,spirituilles de Me. Edmond
de Lespinasse ?





- 57 -


Qui me fera entendre la voix magntique et chau-
de de Luxembourg Cavmn? Comment pourrai-je
me ranger l'injonction imperative de sa logique?
Comment pourrai-je faire goter la sobrit et
la concision d'un expos de Me. Bonamy? l'ordon-
nance et le tour classique d'une demonstration de
Me. Emile Deslandes?
En quel temple austre, en quelle retraite irai-je
confesser mes iniquits en coutant le Pasteur Al-
bert drouler l'orbe des consequences qui, des fau-
tes du pre rejaillissent sur les fils, selon l'anathme
de Iaveh, et combien allg ne sentirai-je point les
grces enveloppantes, la douceur feutre du R-
dempteur, lorsque le bon Pasteur me persuadera
avec l'onction de sa foi cratrice de miracles que
le Christ m'a rachet?
Seraient-ce les soucis professionnels trop absor-
bants qui empchent ou qui ont empch ces mai-
tres de la parole de concrter en des euvres dura-
bles les semences qu'ils rpandent ou qu'ils ont
rpandues avec tant d'insouciance? Croient-ils ou
ont-ils cru vain l'effort d'une discipline qui aurait
en quelque manire ennobli et agrandi le patrimoi-
ne intellectual de la Nation? Et voici qu'parpil-
les les forces vives de la pense hatienne se rdui-
sent de sporadiques manifestations don't la con-
texture est souvent si mince, si fragile, si tenue
qu'elle fait planer un doute srieux sur notre ca-
pacit de production intellectuelle. Telle est du





- O8 -


moins l'impression un peu dconcertante lqui se
dgage d'une vue d'ensemble sur les types repr-
sentatifs de la gnration laquelle appartiennent
beaucoup d'hommes don't nous avons essay de re-
tenir la physionomie intellectuelle en quelques
traits.
Ceux qui leur ont succd ou qui mme ont t
leurs collaborateurs dans la gestion des affaires pu-
bliques, mais qui furent plus jeunes qu'eux, font-
ils meilleure figure au point de vue de la produc-
tion scientifique oi littraire?
Il y a faire d'abord un dpart entire le group
d'hommes qui ont ou auraient ,atteint ou dpass
la soixantaine cette date et ceux que l'ge che-
lonne entire 45 et 60 ans. Division artificielle, sans
doute, mais qui distingue assez un Georges Sylvain,
un Amde Brun, un Louis Borno, un Massillon
Coicou, par example, des fondateurs de la Ron-
de : Pradel, Moravia, Etzer Vilaire, Edmond La-
foret, Ption Grome, Damocls Vieux, les Belle-
garde, Amilcar Duval, Clment Magloire, etc.
Et cette limited d'ge les moins et les plus de
soixante ans qui ne suffit pas marquer une li-
gne frontire entire deux gnrations sert pourtant
de signe commun dans l'un et l'autre cas un trs
grand nombre d'hommes don't la primaut est ma-
nifeste dans l'volution de la pense hatienne.
Quoi qu'il en soit de cette classification qui n'est
d'ailleurs qu'un moyen commode d'analyse, nous





- 59 -


nous trouvons en presence, dans le premier cas,
d'une certain catgorie d'crivains don't les pro-
ductions, quelles qu'elles fussent, avaient eu l'clat
de la publicity entire 1892 et 1896 alors que Cons-
tantin Mayard, Stnio Vincent ou Auguste Magloi-
re taient ou des potaches ou des tudiants. Cela
tablit une discrimination dans le temps, tout de
mme.
Qu' la suite, nanmoins, les uns et les autres
se soient retrouvs dans l'arne, comptiteurs ou as-
socis; que leur valeur intellectuelle se soit affirme
par l'closion d'oeuvres o se marquent leurs anti-
pathies, o se confondent leurs sympathies mu-
tuelles, c'est la norme habituelle des socits
dans lesquelles l'activit de la Vie ne s'ordonne
pas seulement par, les statistiques sur les fluctua-
tions de la balance commercial, mais aussi par
le jeu mouvant des ides,- la combinaison capri-
cieuse de ces impondrables que sont les changes
de spirituality.
Interrogeons donc l'apport et les titres des hom-
mes qui, ns entire 1865 et 1880, se trouvent au pre-
mier rang de l'actualit par la puissance de leur
personnalit ou la valeur de leurs uvres.
Un fait qui les distingue des prcdents, c'est
leur trs grand nombre.
Autrefois, un ou deux mdecins, deux ou trois
licencis en droit, quelques brillants sujets revenues
de Paris, les laurats de nos rares bones coles





- 60 -


parvenus par des moyens de fortune une culture
plus ou moins leve, formaient l'lite intellectuelle
du pays. On comprend aisment, quand de ce petit
noyau surgissaient un ou deux types suprieurs, de
quelle hauteur ils dominaient le reste du troupeau
et combien leur personnalit empruntait de relief
la grise mdiocrit du milieu. Il y avait dans l'entou-
rage de ces demi-dieux une atmosphere trs favora-
ble la creation des lgendes. Et les lgendes sont
souvent belles...
La situation est tout autre naintenant. Non
seulement notre enseignement secondaire rorgani-
s, diversifi, rajeuni, nous donne, depuis plus de
quarante ans, des sujets mieux prpars border
des tudes plus leves, mais nous avons cr des
types diversifis d'enseignement professionnel
suprieur o tout de mme la some des connais-
sances exigibles pour en suivre la discipline s'est
trouve accrue d'emble. Les coles de Droit, de
Mdecine, des Sciences Appliques forment un em-
bryon d'Universit o l'enseignement suprieur est
dispens depuis un certain nombre d'annes une
grande catgorie d'individus. Cela augmente sen-
siblement la quality spcifique de l'lite intellec-
tuelle toutes conditions inexistantes avant 1880.
Oh! je suis trs loin de prtendre que notre en-
seignement secondaire est outill pour raliser ses
fins propres, c'est--dire la creation et l'entretien
d'une classes d'hommes destins former le haut





- 61 -


tat-major intellectual don't le savoir et la comp-
tence technique peuvent nous permettre de briguer
une place honorable parmi l'lite intellectuelle du
monde. Il est encore trop alourdi d'erreurs et de
prjugs pdagogiques; le recrutement et la pr-
paration de son personnel sont trop sujets caution
pour qu'il remplisse sans reproches sa tche de
formation intellectuelle. Encore moins pourrais-
je laisser croire qu'un enseignement suprieur d'o
sont exclues les tudes dsintresses des Lettres et
des Sciences, aboutisse un minimum de savoir
suffisant, en tout cas, pour que ceux qui en bn-
ficient s'lvent sans lacunes la haute culture v-
ritable. Je voulais tout simplement marquer la
difference entire ce qui existe aujourd'hui et ce qui
tait inconnu autrefois.
Ces reserves admises, nous pouvons maintenant
nous demander ce qWe valent certain hommes et
certaines oeuvres qui nous sont contemporains.
A mon gr, les hommes valent mieux que leurs
euvres. J'entends que les hommes qui occupent
une situation de toute premiere importance dans
notre socit et qui, de faon ou d'autre, y jouent
le rle de leadership, come disent les anglais,
n'ont pas donn en productions intellectuelles l'-
quivalent de leur savoir.
Est-il possible de compare la richesse d'aptitu-
des don't disposait Massillon Coicou et la maigre
production qu'il nous a laisse? Qui, en appro-





- 62 -


chant ce doux aptre du relvement moral de la
race noire, n'avait pas t conquis par la douceur
caressante et l'enchantement de son verbe? Pote,
il l'tait, non seulement parce qu'il chevauchait l'in-
domptable Chimre, mais parce qu'il communiquait
une certain flamme tout ce qu'il faisait. Il y a-
vait toujours du lyrisme dans la moindre de ses ac-
tions et c'est ce got du rve qui le conduisit dans
l'ignoble traquenard o les balles meurtrires le
couchrent, lui et ses deux frres, dans le mme lin-
ceul de trahison, martyrs des mmes proccupations
d'affranchissement politique la veille du cente-
naire de l'Indpendance, don't ils poursuivaient si
ardemment la prochaine commmoration. A ct
d'une vie ennoblie de tant de hautes ambitions ir-
ralises, les productions littraires et dramatiques
que Massillon Coicou nous a laisses sont d'une
importance trs secondaires. Elles portent toutes
cependant une marque distinctive: la foi du patri-
ote dans l'avenir de son people, soit que ce
sentiment stigmatise les vices de certaines moeurs
politiques ridicules et ignobles, en indiquant dis-
crtement la voie don't on s'est cart, soit qu'il
magnifie la splendid pope des preux de 1804, en
offrant aux hritiers de tant de gloire l'imprissable
example suivre.
Et que dirai-je de M. Louis Borno, l'heure
Sactuelle, qui puisse tre considr come l'expres-
sion d'une vrit objective? M. Louis Borno occupe





- 63 -


la fois la plus haute Magistrature de l'Etat et la
direction d'un parti politique. Sa situation excep-
tionnelle lui cre autant de partisans que d'ennemis
intraitables. Est-il possible de dgager l'crivain d
ces contingencies pour le juger la lumire de quel-
que froide doctrine critique? Telle et t notre
attitude et la seule susceptible de recueillir l'adh-
sion de ses amis et celle de ses adversaires, si nous
pouvions trouver condense quelque part la pense
de M. Louis Borno. Hlas chez lui aussi, come
nous en avons fait l'observation pour tant d'autres,
nous avons constat un parpillement d'ides jetes
a et l en des articles de journaux, en des discours,
etc, sans que ces productions soient ramasses en
quelque oeiure o nous pourrions trouver la ma-
tire de notre verdict. D'ailleurs, M. Louis Borno
est en pleine action; il est peut-tre plus quitable
pour la tentative que nous faisons ici de rserver
notre jugement jusqu' ce que l'histoire soit en me-
sure de motiver son verdict en toute srnit sur
l'homme et son euvre. Il est vrai que M. Louis
Borno est annotateur du Code civil. Mais, c'est une
ovre de technique prof4ssionnelle qui dpasse
notre competence.

Je pourrais presque aussi me rcuser de dire
mon sentiment sur l'euvre de M. Marcelin Jocelyn
qui, dans sa thse de Droit Constitutionnel sur le
rgime prsidentiel conditionn par la Charte de





-- 64 -


1889, a dmontr toutes les resources d'une rudi-
tion de bon aloi.
Et c'est galement dans la catgorie des rudits
qu'il faut classer M. L. J. Marcelin don't l'entreprise
prilleuse ne manque ni d'audace ni de grandeur.
Ne sait-on pas, en effet, que M. J. L. Marcelin s'-
tait propos, sans collaborateurs, d'diter un nou-
veau dictionnaire de langue franaise, analogi-
que, prsentant des definitions matrialises,
facilitant l'emploi des terms prcis et des terms
techniques usuels groups par quivalents, synony-
mes, et antonymes, contenant des penses et des
proverbes pour servir de citations.
J'avoue que j'ai t effray, le jour que son ami-
ti me fit franchir le seuil de son cabinet d'tude
de la Rue Monsieur le Prince. Semblable Sylves-
tre Bonnard, je l'ai trouv enfoui, presqu'cras
parmi d'innombrables in-Quarto dans une dense
Cit des Livres. Malheureusement, ce Bndictin
est mort sans qu'il ait pu publier ses travaux. On
serait curieux de savoir ce que sont devenus les dix
tomes de son Encyclopdie. Sont-ils jamais per-
dus pour Hati?
De tous ceux qui firent cortge sa jeunesse
charge de promesses et qui partirent comme lui
la conqute de la gloire, Georges Sylvain fut ce-
lui qui eut le plus contradictoire des destins. Avant
1915, il fut ou antipathique ou indifferent la plu-
part des hatiens; et voici que en function de l'Oc-





- (T> -


cupation amricaine, Administrateur-Dlgu de
l'Union patriotique don't il fut I'animateur, ses
dfauts mmes la tnacit, (une tnacit qui de-
venait de l'enttement), le got du commandement,
le ddain de la raillerie, l'insouci du respect hu-
main,'- ses dfauts mmes lui conquirent la sym-
pathie et l'estime des foules. Et cet homme qui fut
un moment de la conscience national est mort
dans l'apothose.

Ses euvres crites ?
Mais elles sont insignifiantes en comparison des
dons qu'il eut en partage.
Et d'abord, il possdait d'une faon merveilleuse
les qualits du grand crivain: choix heureux de
l'expression, atticisme du discours, magnificence de
l'ide et enfin ce je ne sais quoi qui pouvait faire
dire, en lisant une page de lui: c'est un.matre de
la langue. Et, c'est muni de telles qualits qu'il
se prsenta devant les Lettres Franaises en Am-
bassadeur de la spirituality hatienne.
Jamais Plnipotentiaire hatien Bellegarde
except ne fut aussi gt par le succs dans les
milieux politiques et littraires franais.
A ce propos, il me souvient qu'en 1909, de passa-
ge Paris, je fus invit assister la commmora-
tion du 25 anniversaire de la foundation de l'Allian-
ce franaise. La solennit avait le grand amphith-
tre de la Sorbonne pour cadre. M. Paul Deschanel





- 66 -


prsidait la runion avec le prestige et l'autorit
attachs son nom. Prs d'un miller de personnel
avaient rpondu l'appel du Comit d'organisa-
tion. Des Dlgus de nombreux pays d'Europe et
d'Amrique se succdrent la tribune pour cl-
brer le gnie de la langue franaise. Quand ce fut
le tour de Georges Sylvain, Dlgu d'Hati, il pro-
nona avec aisance un si joli discours que la salle
lui fit une indescriptible ovation. Le fait est que
Georges Sylvain avait prononc le meilleur et le
plus loquent discours de la crmonie.

Quand un homme fut dou de telles qualits,
comment comprendre, grand Dieu, qu'il n'ait laiss
aprs quarante annes de vie militant que deux
volumes de vers et un volume sur la lecture
expressive?

En contrast accus avec le leader nationalist,
apparat la physionomie intellectuelle de M' Joseph
Justin qui, lui, a beaucoup produit, sans que ses
productions aient jamais eu l'clat et le retentisse-
ment du verbe de Sylvain. Avocat, l'un et l'autre,
cependant, le prtoire n'a pas souvent rpercut la
voix de M" Justin. Aux audiences du Palais, il
prfre l'aiditoirc des jeunes tudiants auxquels
il dispense ses leonsi longuement travailles. Et
c'est peut-tre de la substance de ses course qu'il
tire de temps autre les nombreuses monographies
sur des sujets qui passionnent le monde de la baso-





- 67 -


che. Dans tous les cas, notre bibliothque juridique
compete sa production parmi les plus riches par le
choix et la varit des sujets traits.
Je lui en fais d'autant plus de mrite qu'une
grande pnurie, si ce n'est quelquefois une ca-
rence total, se remarque chez un trop grand nom-
bre de nos contemporains notoirement connus pour
des gens instruits.
Par ci, par l, au gr de l'inspiration ou l'in-
jonction de quelque ncessit, un article de jour-
nal ou de Revue signal la solidit et l'clat et la
profondeur de leurs connaissances, et puis, brus-
quement, tout rentre dans l'ombre en attendant le
coup de fouet des circonstances imprvisibles. On
et dit que ces hommes sont systmatiquement
rebelles tout effort suivi. Car, au fait, o sont les
productions de Seymour Pradel, de Constantin Ma-
yard, de Lon Nau, de Clment Magloire, de Louis
Edouard Pouget, d'Adhmar Auguste, de Louis S.
Zphirin, de Lys Latortue, de Pierre Hudicourt, de
Georges N. Lger, de Thomas H. Lechand, de Vic-
tor Delbeau, de Ernest Douyon? J'en passe et non
des moindres.
Et pourtant, au hasard des noms, un Constantin
Mayard les dieux ont dparti les dons les plus di-
vers, notamment l'intelligence la plus pntrante
que je connaisse. Et c'est peut-tre cause d'une
telle abondance de biens que son esprit sollicit par
tant d'attractions diffrentes ne s'est pas rsolu





- 68-


nous donner une oeuvre qui soit digne de lui et de
nous. D'une magnifique tude publie nagure dans
le Matin , il pourrait tirer une monographie in-
portante sur la vie rurale qui dmontrerait sa
sympathie diligente pour les humbles et sa sollici-
tude pour les producteurs agricoles. Et ce n'est pas
seulement que cette tude maille d'observations
attentives fait ressortir la sagacit d'un sociologue
qui s'incline sur les modalits de l'existence pay-
sanne; mais elle est toute imprgne du souffle
d'un pote que le parfum des bois enivre et en qui
rsonne l'appel de la terre maternelle et nourricire.
Chez un Seymour Pradel la curiosity des choses
de l'esprit, la richesse des dons ont dvelopp les
plus solides qualits de critique lucid et clairvo-:
yant. Nous en avons eu la preuve maintes fois,
entr'autres, dans son tude sur les Deux tendan-
ces . Avec une sagacit, une souplesse et une ha-
bilet prodigieuses, il a dmont le mcanisme des
movements qui ont engendr la gnration d'hom-
mes de lettres la quelle il appartient. Il n'aurait
suffi qu'un peu de bonne volont pour que le com-
plment de cette tude nous rvlt l'intgralit de
ce talent qui excelle dans tous les genres dans les-
quels il s'est essay. Hlas Seymour Pradel,
sportman pris de beaut sculpturale, pote vad
de la volupt du rve, hros chapp de la vie
aventureuse, abandonne au gaspillage des heures
qui passent la meilleure parties de lui-mme.




-69


Peut-on trouver un esprit plus ouvert que Tho-
mas H. Lechaud au spectacle miroitant des ides
et plus sensible l'incertitude des choses de ce
monde?

Lisez n'importe quel morceau dict par sa fan-
taisie, au fil des jours, et dites-moi s'il n'apparat
pas que sa prose chatoyante est l'image de son
me. volontiers accueillante toutes les forces
d'art et profondment imprgne d'humaines
sympathies.
N'est-ce pas dommage que toute cette prodigalit
ne survive pas la fuite du Temps trop empress
effacer les traces du got ondoyant et divers chez
- philosophy trop averti de la vanit de nos
"estes...
Qui eit t plus l'aise que Victor Delbeau pour
laborer quelqu'tude fouille sur les modalits de
notre vie social? Il a l'acuit de la vision et il
possde un haut point le sens des ralits. Au
surplus, il a le courage qui affronte les responsabi-
lits. N'obit-il pas trop de scrupules en gardant
par devers lui le trsor de tant d'aptitudes et de
tant d'observations si patiemment accumules?

Qui et pu nous offrir une plus ample matire a
mditer qu'un Lon Nau? L'horreur de la banality
et des lieux communs est si vive chez lui qu'elle
imprime sa pense la forme vigoureuse et concen-
tre qu'on ne rencontre que chez les trs grand




- 70 -


crivains. Quels beaux lives et pu nous rserver
une telle disposition d'esprit!
De quels chagrins les Lettres hatiennes ne sont-
elles- pas abreuves quand elles sont dlaisses par
un Franois Mathon, dilettante de prose chtie;
un Lys Latortue, puriste lev l'impressionnisme
de Jules Lematre; un Zphirin, bibliophile nourri
de la sve des meilleurs crivains de tous les temps ?
Il est vrai qu'on peut allguer la dcharge de
quelques-uns des hommes minents don't j'ai cit
les noms plus haut:qu'ils ne daignent pas crire des
euvres de longue haleine, parce qu'ils considrent
l'art d'crire comme un passe-temps auquel ils ne
peuvent plus se consacrer, tant absorbs par des
soins plus important. J'ajoute que beaucoup d'au-
tres n'osent border les difficults financires d'une
dition d'ouvrages dans ce pays o la clientle du
livre n'est pas assez tendue pour que l'crivain
puisse esprer une rmunration mme lgre de
ses peines. En tout cas, il faut bien que tous ceux
qui bravent les multiples ennuis auxquels s'expose
l'individu qui extriorise sa pense par le. livre ici;
il faut que tous ceux qui obissent l'incoercible
nergie qui les prcipite dans un champ d'action o
le plus souvent on ne rcolte que sarcasmes et rail-
leries; il faut que tous ceux-l soient cuirasss du
triple airain don't parle le pote antique. Aussi
bien, -ils ont droit notre plts grande reconnais-
sance, ces bons ouvriers de la grandeur hatienne




-71-


qui, sans se laisser rebuter par les soucis inhrents
la beaut improductive de leurs gestes, accro-
chent, maille maille, la chane qui relie la pense
hatienne la pense universelle, comme un supr-
me hommage au labeur ternel et inluctable de
l'homme sur cette plante et come une grandiose
et merveilleuse manifestation de l'unit spirituelle
de l'espce humaine.
N'est-ce pas l'ombre de ces considerations qu'il
faut envisager l'oeuvre d'un Fernand Hibbert?
Il en a fait le miroir fidle de nos moeurs. C'est
bien dans ses livres nourris d'observations, charges
des souvenirs d'une poque prime qu'il faut aller
tudier les femmes frivoles et cerveles don't la
vanit est une cause de ruines morales et matriel-
les pour leurs pauvres maris acculs toutes les
capitulations de conscience, afin de paratre et tenir
le rang. C'est lui qui nous a dpeint le politician
corrompu et lche de nos poques de bassesse; c'est
chez lui que vous trouverez l'explication des com-
promis malpropres sur lesquels la bourgeoisie as-
soiffe de jouissances essaie de maintenir son qui-
libre. Hibbert fut le peintre impitoyable de nos
laideurs et de nos vices, mais aussi, le guide pudi-
que qui, d'un geste discret, point l'horizon l'aube
d'unetransformation des valeurs humaines. Je ne
connais personnel qui, ce point de vue, l'ait gal
dans le pass.
Antoine Innocent, lui, n'a crit qu'un seul roman;





-72-


mais il s'est fait un mrite exceptionnel en mettant
en evidence l'importance de l'lment mystique
dans nos motifs d'action social. Sa Mimola
est l'illustration d'une thse que ni l'ducation, ni
le milieu mondain, ni la culture intellectuelle ne
sont des barrires l'explosion de certain actes
mystiques qui s'enracinent dans les consciences en
vertu d'une tendance dynamique don't le secret est
li la constitution psychologique mme de la
personnalit. Et il a dcrit les manifestations ri-
tuelles du Vaudou avec un ralisme et un pittores-
que qui font de son livre un document de tout
premier ordre sur les reactions inluctables du
subconscient dans le comportement de la personna-
lit humaine.

Justin Lhrisson, conteur ptillant et savoureux,
estompait sous son rire rabelaisien l'cret doulou-
reuse de ses larmes. La Famille de Pitite Caille ,
le pose, mon gr, en instance d'immortalit.

Lon Laleau, romancier habile, critique instruit,
pote dlicieux, dramaturge applaudi, a dj public
une euvre considerable. Nul parmi les jeunes
hommes de son ge n'a ralis une telle performan-
ce. Et j'ai remarqu que chacune de ses produc-
tions marque son ambition de se dpasser chaque
fois par la facture plus riche du talent, le dsir de
monter toujours plus haut dans la gloire. De telles
dispositions d'esprit nous rservent une srie d'oeu-





-73-


vres infiniment propres placer notre littrature
parmi les plus belles dans l'chelle des valeurs.
M. Flix Courtois est un annotateur discret et
probe des troubles dans lesquels se jettent les mes
dsempares par les misres de la vie. Il partage
leur amertume, se dsole de leurs chagrins, et son
pinceau tonalise leurs mlancolies en teintes floues,
comme ces paysagistes qui voquent l'apparition de
l'automne par la lumire incertaine don't s'envelop-
pent les feuilles mortes dans le bref crpuscule des
fins d'anne.
Candelon Rigaud est un amoureux de Port-au-
Prince, amoureux bavard et fidle, mais amoureux
dangereux parce que bavard. Ne clame-t-il pas son
sentiment aux quatre vents ?
Il connat toutes les adventures et tous les avatars
.de la grande dame. Il parle avec la mme srnit
de ceux qu'elle a aims et de ceux qui 'ont trahie.
11 dtaille ses beauts caches et dnonce ses ver-
rues. Mais comme il l'aime, parce qu'il aime la
Beaut et la Vie, il reste passionn de tout ce qui
la touche et lui garde l'ultime tendresse d'un coaur
dfaillant. C'est pourquoi on suit Candelon Rigaud
dans ses promenades travers Port-au-Prince com-
me on se fie un guide sr don't on coute les
anecdotes, les souvenirs, les rminiscences et qui
on a envie de dire: encore! >> ds qu'il fait mine
de se taire.







Mais, un des signes les plus manifestes par quoi
le progrs intellectual se signal notre poque,
c'est l'exploitation de la matire dramatique que
nos crivains tirent de notre vie social. C'est, cr
outre, l'intrt que ce genre de production provo-
que dans le public. Certes, il y eut, dans le pass,
des auteurs dramatiques non dnus de talent don't
les pices de thtre sottiennent encore les feux
de la rampe. Un Liautaud Ethart, avec La Fille
de l'Empereur et Un Duel sous Blanchelande ,
en est le plus bel example. Mais, de Vandenesse
Ducasse, don't la langue incertaine n'excluait point
le don du dialogue; de Massillon Coicou, don't les
comdies sont des branches mouvantes de ralits;
don't les drames tirs de l'Epope rvolutionnaire
sont autant d'loquentes leons de patriotism,
Rey, observateur caustique et novateur hardi;
Amilcar Duval, don't la douleur se masque du sou-
rire gn d'une me que la rvolte ronge et qui se
soumet la grimace de vivre quand mme sans ai-
greur, come le sont la plupart des types que son
talent came ;- la scne hatienne a marqu de
formidable tapes. Et parmi les Matres de notre
thtre, il me semble que Charles Moravia voque
avec un gal bonheur et en lyrisme empoignant
l'heure tragique des assigs de la Crte--Pierrot et
les minutes d'angoisse du gnie qui se cherche lors-
que Molire, le fils du Tapissier a senti s'agiter
Je Dmon de l'inspiration; il me semble qu'Andr






Chevallier fait mouvoir le dclic de son Kodak sur
des instantans qui strotypent des moments fugi-
tifs de notre existence; il me parat que Dominique
Hippolyte, en terms hautains, interroge le Destin
sur le retour cruel des fatidiques hrdits au sou-
venir de la sentence biblique: Nos pres ont
mang des raisins verts et nous en avons les dents
agaces , puis, avec la violence d'Aristophane et la
srnit du Prophte qui se lamente sur les turpi-
tudes de Babylone l'impie, il attache au gibet de
l'infamie tous les fanatiques des temps nouveaux
que la convoitise de l'or et l'abatardissement des
consciences agenouillent dans la fange et la
prostitution.
Et le thtre hatien, qui n'a encore ni troupes
organises ni libert inconditionnelle dans le choix
des sujets, parce que l'ducation du public n'a
pas atteint un degr suffisant de maturity et que la
censure politique handicap la veine des auteurs, --
le thtre hatien peut envisager avec certitude une
magnifique perspective de succs et de triomphes.

Et maintenant, nous pouvons franchir la galerie
des crivains austres: sociologues, philosophes,
historians, don't le rle est de guider la nation dans
son ascension vers le progrs. Et voici le D' J. C.
Dorsainvil qui, du haut de son observatoire, em-
brasse avec une majestueuse ampleur l'ensemble
des phnomnes sociaux. Si, quelquefois, il des-





-76-


cend dans la mle, c'est pour mieux disjoindre
la trame des faits qu'il assujettit la loi de l'analy-
se. Et la synthse de ses observations se concr-
tise en des monographies don't chacune est une
important si ce n'est decisive contribution l'tu-
de des problmes de la vie hatienne.
Dans la mme ligne, j'aperois I. Paulus-
Sannon, historien assoupli au jeu des ides gn-
rales; qui, lui aussi, interroge les faits de notre
histoire avec la curiosity attendrie et le discerne-
ment tranquille d'un chartiste rompu au labeur
passionnant et dlicat de faire jaillir l'auguste v-
rit de la complexity des vnements et de l'incerti-
tude des textes. Puis, il se hausse en trouver
l'explication et en clairer la gense avec la sr-
nit du sage don't la joie secrte s'attache l'analyse
compare du comportement human. Et chaque fois
que l'examen du fait particulier l'amne la loi
qui le conditionne, il agence sa trouvaille dans un
expos si clair et si convaincant qu'il fait songer
au geste du joailler qui sertit une pierre de belle
eau dans une parure de luxe.
Dants Bellegarde a solidement tabli sa rpu-
tation de lettr et d'orateur dans les Assises solen-
nelles de la Socit des Nations o il a fourni
l'lite du genre human l'occasion de rendre hom-
mage au mrite du nom hatien.
Tout ce qui sort de sa plume porte l'empreinte
spcifique du grand crivain: la clart qui permet





77 -

de saisir les moindres nuances de la pense, la so-
brit qui donne le ton et la measure de l'esprit, la
correction qui est un homage de respect de soi et
des autres. Telles sont les qualits primordiales et
les plus apparentes de Dants Bellegarde. Et si
l'on ajoute que il est dou d'une aisance d'locution
de premier ordre et qu'il est l'un des hommes
les plus cuhivs de notre poque, on ne sera pas
tonn de voir le succs aller lui avec une faveur
et une fidlit don't il a le droit d'tre fier.
Stnio Vincent aprs s'tre pench sur l'me des
tout petits auxquels il a dispens des miettes d'his-
toire come de substantielles leons de choses a
offert l'dification de l'tranger comme de l'ha-
tien une vision total d'Hati telle qu'elle tait en
1910. Et longtemps aprs, comme s'il avait eu
besoin de se replier sur lui-mme, il saisira pen-
dant l'exercice de son btonnat de l'Ordre des
Avocats, Foccasion du cinquantenaire profession-
nel de trois de ses pairs pour promener un oeil amus
ou svre sur les faits de notre vie national pen-
dant cinquante ans. Et chacun des splendides mor-
ceaux d'loquence qu'il crivit en function de ces
circonstances exceptionnelles, apporte au lecteur la
joie des dbauches de meditation parce qu'il y trou-
ve la sagacit caustique du critique, la finesse en-
veloppante de l'artiste, la mlancolie voile et scep-
tique du politique clairvoyant.
Auguste Magloire, disciple de Le Play l'cole





-78 -


duquel il a t chercher les directives de sa mtho-
de d'analyse, s'est appliqu l'tude de la socit
hatienne don't il a signal les erreurs d'orientation
en maintes monographies d'une grande rigueur doc-
trinale. Ecrivain abondant et grave, il s'attarde
volontiers aux mandres des ides avec la satisfac-
tion secrte d'un professeur qui, sr de sa mthode,
choisit le plus long chemin pour russir-la dmons-
tration d'un thorme. Et ses tudes sur le tempra-
ment hatien, son histoire d'Hati l'usage des
adults, sont de solides constructions agencies avec
adresse et ingniosit.

Le Colonel Nemours n'est pas seulement un stra-
tge qui se bat en compagnie des soldats de l'Ind-
pendance don't il raconte les luttes piques: il est
souvent l'vocateur heureux des paysages ensoleills
o les armes enemies ont dploy les plus belles
vertus militaires; il est le plerin attendri qui va
chercher au fort de Joux un contact intime avec
l'ombre illustre du grand Toussaint-Louverture; il
est l'adorateur zl et le fal chevalier des Prin-
cesses croles . Et c'est pourquoi les livres du Co-
lonel Nemours ont un charme particulier qui retient
attention du lecteur.

Dans sa monographie sur Salomon Jeune et
l'Affaire Louis Tanis, Antoine Michel dmontre com-
ment il faut soumettre le document la loi d'une
verification minutieuse et svre pour en tirer non





- 79


seulement l'information qui claire l'pisode qu'on
dcrit, mais l'enseignement qui dcoule des gestes
et des dmarches de ceux qui font l'histoire. Ainsi,
le lecteur n'a gure besoin de s'tayer sur les con-
clusions de celui qui crit pour laborer son juge-
ment. On l'a pourvu de tout ce qu'il faut pour
qu'il apprcie les vnements en toute libert, grce
la mthode-de l'crivain.
Bnito Sylvain a en une vie mouvemente et sa-
voureuse come un hros (le roman. Il est un des
rares hatiens qui aient t en Afrique et le seul qui
se soit approch du Ngous Mnlik, le dernier
descendant de la Reine de Shba, Lion de la Tribu
qu'un rve rve magnifique s'il en fut jamais: -
dfendre la race noire don't il connaissait la grande
misre sur la terre d'Afrique. De cette gnreuse
intention est n son livre sur le sort des indignes
dans les colonies d'exploitation , livre copieux,
plein de faits et d'ides don't plus cite la meditation des gens de coeur.
Abel Nicolas Lger a consacr la doctrine de
Drago ses premires pages de diplomat et de ju-
riste, mais il est aussi le peintre dlicieux don't les
yeux se sont emplis de la beauty des paysages et de,
civilisations que sa curiosity de voyageur et d'artiste
a dcouverts dans ses prgrinations travers l'Eu-
rope et l'Amrique.
On souhaiterait que notre bibliothque s'enrichit








(les volumes qu'il pourrait aisment tirer des tudes
qu'il public au hasard des circonstances.
Le D' Franois Dalencourt est obsd des mal-
heurs du pays. Avec une inlassable activity, il
prescrit maintes ordonnances au glorieux patient, et
il en attend un grand bien. Pour rendre ses motifs
d'esprance plus lgitimes, il se retoalrne vers le
pass o il va puiser des leons de sageesse sous
l'gide d'Alexandre Ption don't il exalte les vertus
avec nue diliante pit.
Pierre-Eugne e de Lespinasse se sent une dilec-
tion particulire pour la patine des vieux papers
et les souvenirs des vieilles gens. Avec quelle in-
dulgence et quel respect il les confesse, recueille
leurs propos, marque leurs hsitations, et s'incline
devant leurs rticences!...
Heureux ceux que leur patience fconde et ins-
tructive convie fureter ainsi dans les Archives
officielles et prives. De leur curiosity attentive
sortira, un jour, la resurrection plus complete du
Pass qui rendra familires et presqu'affectueuses
les figures d'autrefois trop guindes dans l'habit
protocolaire de la grande Histoire.
Placide David a fouill les grandes Archives et
les Bibliothques de France avec une insigne pers-
picacit. Il a secou la poussire dense des vieux
livres avec la volupt d'un antiquaire. De toutes
ces dmarches, il s'est fait une raison ou des raisons
grce auxquelles il explique la perte de Saint-





81 -


Domingue. Alors lentement, il charpente la syn-
thse historique sur quoi se dresse l'quivoque
hatienne. Ainsi, appuy sur l'histoire; conditionn
par les donnes de la psychologie collective, il va
pouvoir indiquer les modalits d'un redressement
qui aura l'avantage de pouvoir se rclamer des ri-
gueurs de la Mthode. Bien qu'il s'en cache soi-
gneusement, je souponne que ses recherches l'ont
mis face face avec des documents rvlateurs de
beaucoup de faiblesses des gens d'autrefois et qui
expliquent le comportement indcis de beaucoup
de gens d'aujourd'hui. Et c'est parce qu'il a d
pntrer le secret des mes qu'il est tout pleini d'in-
dulgence et de mansutude. Raison de plus pour
qu'il nous donne son livre trs rapidement.
M. Louis E. Elie a provoqu des colres, des pro-
testations, et, par cela mme, le plus vif intrt en
publiant une srie d'articles historiques don't il se
promet de faire un livre fivreusement attend.
J'imagine qu'il doit avoir suscit, d'autre part, des
approbations, voire des enthousiasmes confidentiels
don't il savoure la joie discrte. Il est persuade
d'avoir franchi, enfin, le seuil du Temple o trne
la Vrit, la desse jadis inaccessible; et, avec un
zle de fidle intransigeant, il lui rend un culte
ardent et passionn. Depuis 25 ans, nous apprend-
il, il est pench sur des documents indits et des
textes rares dans son studio et il s'est rendu comp-
te que ses devanciers n'ont pas encore crit l'histoi-





- 82 -


re d'Hati. Alors, il s'est mis la tche pour difier
I'euvre definitive qui confondra les imprudents as-
sez vains pour croire qu'ils avaient dvoil la nu-
dit de la desse.
Qu;and M Elie aura accompli ec magnifique
dessein, nous n'aurons pas assez de terms pour
glorifier son succs. Car, enfin, il y sera parvenu
par les quatre series d'oprations que recomman-
dent les matres de la mthodologie:
1" La critique d'interprtation qui consiste
dterminer le sens du document, c'est--dire la
conception de l'auteur.
2 La critique de sincrit qui consiste dis-
cerner si l'auteur a menti ou parl sincrement, de
facon dterminer sa croyance sur chaque point.
3" La critique d'exactitude qui consiste exa-
miner si l'auteur s'est tromp ou a observ correc-
tement de faon dterminer les faits extrieurs
qu'il a observs.
4 Enfin, l'opration pralable, la critique de
provenance destine dter.miner par qui a t
rdig le document. (Seignobos)
De telles precautions sollicitent une si grande
sagacit et une telle prudence qu'on ne saurait assez
fliciter ceux qui en font le guide de leurs
examens.

De propos dlibr, nous avons pass sous silence
toute une catgorie d'crivains qui se sont assign







la tche ingrate de nationaliser notre enseignement
public en lui fournissant les oeuvres qui intressent
l'avenir de notre jeunesse scolaire. Et d'abord, il
convenait d'insrer notre histoire dans la trame de
l'histoire universelle.
De Thomas Madiou et de Beaubrun Ardouin aux
frres Dorsainville, des homes patients et dvous
se sont attels cette besogne delicate avec un tact,
un courage, une clairvoyance qu'on ne saurait assez
exalter.
D'ailleurs, J. B. Dorsainville, de sa chaire d'his-
toire dans les classes d'humanits au Lyce Ption,
s'est lev une conception largie des devoirs de
la dmocratie hatienne. Et familiar la mthode
didactique, il nous enseigne conunent le pays ra-
lisera ses destines si nous nous conformons aux
lois des dmocraties organises don't il nous donne
le mcanisme avec une grande sret de touche.
En outre, quand on aura cit Windsor Bellegar-
de, venu de l'Ecole Normale Suprieure de Paris,
faonn la discipline des Lavisse, des Seignobos,
des Aulard et qui s'est associ Justin Lhrisson,
observateur narquois de nos murs, pour crire des
manuels d'histoire concis, clairs et substantiels;
quand on aura signal les petits ouvrages si bien
faits de Frdrique Doret, du D' Justin Viard etc
o l'art (le se mettre au niveau de l'intelligence
enfantine s'est conform aux exigences des plus
rcentes acquisitions pdagogiques, on aura mis en





-84-


pleine evidence l'importance de ce movement qui
consiste donner la pense hatienne une valeur
intrinsque en fournissant l'enseignement les ma-
tires sur quoi elle s'chafaude.
Depuis longtemps dj des publicistes, tels que
Fleury Fquire, dans son livre de combat sur
l'Education hatienne , poussaient une rno-
vation des mthodes, une orientation plus ration-
nelle de notre enseignement. On peut affirmer que
c'est grce ces critiques venues de toutes parts que
nous avons vu surgir tant de pionniers auxquels
nous devons des ouvrages hatiens sur un enseigne-
ment qui s'inspire de plus en plus des conditions
historiques de notre volution, et qui exalte et qui
alimente nos aspirations idales de people. C'est
galement ce movement que nous devons les
tentatives de Louis Morpeau don't l'Anthologie des
potes hatiens a dmontr ses belles aptitudes
de critique et celles de M. Durascin Vaval don't le
manuel de littrature hatienne est l'une des con-
tributions les plus intelligentes la creation d'une
Bibliothque hatienne.

Et voici qu'apparat maintenant la thorie des
potes et des musicians don't la dmarche est em-
preinte d'un je ne sais quoi qui les distingue.d'entre
les mortels.
Serait-ce parce que favors des dieux, ils sont les
suprmes ornements de la Cit?





- 85 -


Et voici que je ne sais si, empruntant l'image de
Diderot. je tremperai ma plume dans de l'arc-en-
ciel et semerai sur mon encre la poussire des ailes
de papillon pour leur tresser la guirlande du
compliment.
Mais par qui commencerais-je?
Dbord par le nombre, est-il possible de les
appeler l'un aprs l'un?
Y a-t-il eu aucune poque de notre existence
national o l'on vit resplendir une telle floraison
d'artistes? Et quel chec fatal n'exposerais-je
point la grossiret de mon jugement, si j'essayais
de distinguer ces artistes les uns des autres, eux,
don't la pense subtile ne s'exprime que par des
nuances d'une infinie dlicatesse?
Approchez donc tous, vous qui mettez dans vos
vers la caresse ardente de la lumire, le souffle
gonfl de tendresses don't se gorgent la volupt des
bourgeons et la luxuriance des corolles. Venez.
vous qui avez cout dans les sanctuaires la senten-
ce des dieux et qui tes les dpositaires des pro-
phties des Mages, venez vous tous, Etzer Vilaire,
Charles Moravia, Damocls.Vieux, Constantin Ma-
yard, Seymour Pradel, Probus Blot, Lon Laleau,
Dominique Hippolyte, Jean Joseph Vilaire, Nerva
Lataillade, Ida Faubert, Justinien Ricot, Georges
Lescouflair, Etienne Bourand, Christian Werleigh,
Luc Grimard, Ernest Douyon, Edgard Numa, Venez
tous, les plus jeunes comme les plus vieux, et





-86-


vous, Ombre lgre et mlancolique d'Edmond
Laforest; et vous, Occide Jeanty, Justin Elie, Lu-
dovic Lamiothe, Franck Lassgue, vous qui vous
moutvez dans l'atiosphre fluide des sons et qui
Harmonie aux boucles d'or a dvoil la loi de son
enchantment et les mystres de ses mtamorphoses;
venez nous apprendre par quelle magie vous parez
notre vie pour nous attacher sa vanit tourdis-
sante; venez nous rvler par quels sortilges vous
enjolivez le rel pour le rendre toff de sourires et
ouat de grces; venez, enfin, nous mercer de l'ter-
nelle chanson don't se consolera notre insatiable
besoin de croire, d'aimer, d'esprer, de vivre; car,
vous tes la gloire et les ornements suprmes (le la
Cit...

Avant de clore la srie trs abrge de nos es-
quisses, il n'est pas inopportune de signaler la troupe
innombrable des publicistes qui, dans la bataille de
la press quotidienne, troussent un article avec une
science, une matrise, une prestesse don't nous res-
tons perdus d'admiration.
Pour nous en tenir . deux ou trois spcimens, y
a-t-il jamais eu dans le pass un publiciste qui ait
1,:l;i--. .u point de vue rdactionnel, la vigueur,
'habilet et l'aisance souriante d'un Charles
Moravia ?
En connaissez-vous qui fut plus agressif polmis-
te qu'Hnec Dorsinville, frappant d'estoc et de tail-





-87 -


le tel un mousiquetaire avis de tenir sa poudre
sche et son pe aiguise?
Que parl-je de polmiste et de quelle faute ne
me serais-je point rendu coupable si je ne citais en
toute premiere place Louis-Edouard Pouget, fron-
deur impertinent, tacticien redoutable qui, dans les
mailles de la dialectique, entrane son adversaire
une dfaite certain avec un tel luxe de moyens
que, au soir de la bataille, il ne reste plus rien de
l'imprudent que le regret de s'tre mesur au che-
valier bard de fer qu'est l'ancien Directeur de
la Poste ?
Et puis-je citer l'un aprs l'un tous ces preux qui
affrontent la prison, sacrifient leur repos, immolent
leurs resources pour dfendre les ides don't ils se
sont constitus les intraitables protagonistes com-
me ces martyrs qui, autrefois, allaient gament au
bcher en proclamant la saintet de leur idal et la
noblesse de leur foi?
Y eut-il jamais dans ce pays, except la belle
priode de l'Epope rvolutionnaire, un plus grand
panouissement de crnerie tel qu'en montrent un
Jolibois fils, un Elie Gurin, un Jacques Roumain,
un Georges J. Petit ?
Y eut-il jamais un journalist d'une plume plus
alerte et d'une plus riche scnsibilit que cell de
Clement Magloire?
Connaissez-vous un home de mtier aussi d-
daigneux de l'ornement littraire, mais aussi terri-





- 88-


ble dans la malice des sous-entendus et la feinte
des engagements qu'Ernest Chauvet don't le rire
grne l'insouci des autres come une bravade de
Mphisto?
Et quel contrast entire lui et Frdrique Duvi-
gneau don't les points mouchetes fouillent la chai<-
- des adversaires avec la cruaut froide du chirur-
gien qui dterge une plaie sanieuse!
Et, l-bas, l'ombre du Bonnt l'Evque, o
le Cap se recueille dans sa fiert mtropolitaine
comme la gardienne vigilante d'un hinterland f-
cond en nergies neuves, puis-je ne pas saluer d'un
geste amical J. B. Cinas don't l'imptuosit jugule
par les soins d'une education attentive inspire la
gnrosit de l'attitude, coummande le tour allgre
du discours colmme discipline intellectuelle autant
que directive social; Cadet Dessources, pote gar
dans le maquis de la sociologie et qui se venge en
rendant la matire claire come cristal de roche;
Mercier, dfenseur farouche de Christophe, camp
sur la gloire immarcessible du Monarque come
sur une citadelle inexpugnable pour repousser l'at-
taque de quelque ct qu'elle vienne; Richard
Constant, le dernier des paens qui, nonchalam-
iient, jette sur l'encre moite de sa copie le pou-
droiement d'un rve inachev; J. J. Vaugiies,
)cscartes Aibert, soldais inflexibles d'une cause
sainte entire toutes et (lui, finalement, enchaneront
la Victoire dans leurs camps parce que leurs armes





- 89


sont trlempies dans le nital adaniiantin et imnprissa-
hlc et des meilleurs...

Pour faciliter l'examen circonstanci de notre
sujet, nous n'avons dlibrment envisag jusqu'
present qu'une des modalits de la culture intellec-
tuelle sa production littraire et scientifique; et
encore, n'est-il question, ce dernier point de vue,
que de certaines valeurs ralises par la culture
des sciences morales: sciences sociales, juridiques
et conomiques.
Car, depuis 140 ans que notre people se dgage
lentement de sa chrysalide barbare pour s'lever
une forme suprieure de civilisation, tiraill par
des tendances contradictoires, handicap par des
movements d'histoire don't les plus dramatiques
lui furent imposs par sa faiblesse numrique et
l'hostilit des grandes puissances, le processus de
sa formation social et national n'a suscit qu'une
certain catgorie de talents: des homes d'pe
d'abord sur qui reposaient les responsabilits de la
defense du novel organisme politique et qui
taieut dlgus les pouvoirs de rendre stable la vie
de l'Etat. Mais, au fur et measure que l'organisime
grandissait en vitality et en puissance, la division
du travail social suscita la diffrenciation et la
spcialisation des talents. Ainsi la direction des
services administratifs, l'organisation de la Justice,





-90


le contrle gnral des services publics dcidrent
la vocation des tudes des sciences sociales, juridi-
ques et conomiques.
-C'est pourquoi il y eut dans la premiere moiti
de notre existence national d'abord des chefs mi-
litaires, ensuite des hommes politiques, des avocats
en un nombre plus considerable qu'il n'y eut d'au-
tres professionnels dans les autres branches de
l'activit social. M;ii- l'volution de la socit
hatienne beaucoup plus effective qu'on ne semble-
rait le croire apparemment a suscit d'autres vo-
cations parmi lesquelles les sciences mdicales tien-
nent un rang honorable. Mon ami, le D' Pressoir
dans le beau livre qu'il a consacr ce sujet, en
1927, a mis en lumire les progrs raliss dans
cette branch de connaissances pendant plus d'un
sicle.
Aprs s'tre pench sur les louables efforts aux-
quels se sont consacrs le D' Dehoux, fondateur de
l'enseignement medical hatien, et ses lves Roche
Grellier, Baron, Armand, Jeanty, etc, et qui ren-
dent chers les noms de ces vaillants pionniers de la
science mdicale hatienne, Pressoir a rendu tmoi-
gnage aux splendides travaux du D' Lon Audain,
ancient interne des Hpitaux de Paris, qui, aid de
ses collaborateurs Ricot, Salomon, Hudicourt, Lis-
sade, Gaston Dalencourt, les frres Coicou, V-ictor
Boyer, Frmy Sjourn, etc, etc, a entrepris des
recherches de biologie, a repris et prcis l'tiolo-







gie, la syiiiptomatologie et la thrapeutique de
maintes maladies tropicales.
Les lves d'Audain et leurs mules poursuivant
la tche commence nagure, la compltent et en
largissent la porte par leurs travaux personnel.
cherchant malgr la pnurie des moyens honorer
en ce coin de terre l'une des plus belles branches
de l'activit humaine. Hors de l'cole d'Audain,
d'autres mdecins comptents tinrent cour se
signaler par leur activity professionnelle et la gran-
de valeur de leur culture scientifique.
N'est-ce pas l'initiative des uns et des autres
que nous devons la creation des services hospita-
liers de St-Franois de Sales, o se distinguent Sa-
lomon, Mathon, Louis Baron et tant d'autres; les
services hospitaliers de 1' Asile franais , que di-
rigent avec tant de competence Flix Coicou, Ma-
thieu et leurs collaborateurs? A cette phalange de
mdecins s'est jointe toute une pliade de dentistes,
de pharmaciens don't le savoir et la probit profes-
sionnelle sont de hautes garanties sociales. En
some, toute cette lite d'hommes, qui allient au
souci de leurs obligations de carrire le dsintres-
sement de la haute culture, est une des gloires de
notre poque. A aucun moment de la vie hatienne
avant l're des travaux d'Audain pareille conjonc-
ture ne s'est vrifie.

Au surplus, un autre fait trs caractristique de







notre poque, et que j'ai dj signal dans l'article
public par l'Essor , porte l'empreinte du progrs
ralis par notre ge. Il s'agit du renouvellement
de l'Architecture de nos constructions urbaines et
rurales, de l'poque colonial nos jours. Il s'est
accompli, dans ce sens, une revolution tellement
profonde que je regrette de n'avoir pas la comp-
tence technique ncessaire pour bien marquer le
sens fundamental des transformations. Il en est
rsult presqu'un renversement des valeurs.
Et d'abord, on nous adresse un reproche fond
en ce qui concern l'impersonnalit de notre style
architectural. Il est vident que nous n'avons rien
invent dans ce domaine. Mais quelle instructive
comparison n'est-il pas possible d'tablir entire un
village indigne de n'importe quel point de l'Afri-
que tropical et une communaut rurale de n'im-
porte quelle region hatienne?
Bien que, au point de vue climatique, les ressour-
ces en matires premires puissent tre semblables
et galement pareil l'insouci des saisons, quelle
difference, cependant, dans l'esthtique de la cons-
truction, et l'usage et l'agencement des matriaux,
entire une habitation hatienne mme paysanne et
une maison africaine mme urbaine?
Un village ngre, en Afrique, d'aprs Cureaui,
relve de deux types de construction: la forme qua-
drangulaire et la forme conique. La premiere se
rencontre dans toute la zone forestire habite,


- 92 -







come .1'on sait, par les populations bantoues.
Elle consiste en une sorte de hangar aux toits bas,
faits de folioles latrales des frondes de palmiers
et supports par une srie de poteaux relis en-
tre eux par l'corce dessche de certaines essences
forestires. Les corces sont si troitement juxta-
poses qu'elles forment panneaux . Ce hangar
peut s'allonger selon les besoins de ses habitants;
mais ce qui le distingue, c'est d'abord le caractre
sombre de l'intrieur qui ne reoit de la lumire
que par des portes trs basses, de telle sorte que le
visiteur est oblig de se plier en deux pour y pn-
trer et rest gnralement accroupi conmmie ceux
qui lui accordent l'hospitalit.
Quant la forme conique. clle est propre aux
regions de brousse pr-dsertiques. C'est un abri
qui rappelle la tente du nomade. Cet abri est lger
et pos sur son support come un entonnoir ren-
vers ou un parapluie mal ferm. Le toit suraigu
semble rposer sur un pieu central dle l'extrmit
duquel parent, en angles, une srie de lattes qui
aboutissent un grand cercle de bois flexible.
Quatre cinq poteaux fichs en terre assurent l'at-
tachement (le ce toit conique au sol et le dfendent
contre les sautes du vent. L'extrme inclinaison de
ce toit le rend trs tanche contre l'agression des
pluies torrentielles. Le plus souvent toute la cons-
truction nest dote come la prcdente que d'une
seule overture, ce qui assombrit l'intrieur en pro-





- 94


portion. La bassesse, l'troitesse de cette porte et
la grande inclinaison du toit rendent l'accs de ces
demeures aussi difficile que dans la forme quadran-
gulaire, et la station debout y est tout fait
incommode.
Tels sont les deux prototypes de architecture
ngre en pays d'Afrique. On ne veut pas dire qu'il
n'y ait pas de zone de transition, encore moins
Soudrait-on prtendre que, sur le plateau soudanais
ou sur les bords du Nil il ne se rencontre pas une
conception architectural plus releve.
Par example, le lieutenant Desplagnes signal
que chez les Habbs du plateau de Diangara les
maisons gnralement tages sont construites
soit en briques rectangulaires, soit en pierres poses
les unes sur les autres avec un art vritable; les ma-
lriaux en sont taills au besoin et ciments par
de l'argile avec un crpissage extrieur. Les angles
de ces constructions sont gnralement arrondis et
les chambranles des portes et des fentres sont
souvent faits en belles dalles. (1)
Nous avons voulu simplement dmontrer par les
forces les plus rudimentaires et les plus communes
de l'architecture ngre, telle qu'elle se rvle en
Afrique, combien elle est primitive et dnue d'in-
trt artistique.
Que va-t-elle devenir dans la race transplanted
en Hati, aprs cent ans d'initiative et de liberty?
(1 L. DeIsplagies. Le Plateau ('ell ral nigrivn.





95-


Premirement, et l'issue des grandes batailles
qui aboutirent l'apothose de l'Indpendance na-
tionale, en function des inquitudes et de l'instabi-
lit de l'heure fulgurante, un homme, Henry
Christophe tonnant par 'blouissement de sa
vision apocalyptique et la grandeur prodigieuse de
,es desseins, va, par I'rection des difices de son
royaume, druler l'orbe fantastique des rves don't
il portrait la lourde gestation pendant la servitude.
Et il construisit la Citadelle Laferrire, retraite de
Cyclope, paradox de gant, dfi trange d'une cr-
ature borne qui prtendit attacker l'infini dans le
dcor prissable d'un outrage fait de mains
d'homme.
Tout (le mme, dans la hautaine attitude de son
armature de pierre, bravant la morsure du Temps,
J'insulte des orages, les enlacements mortifres du
figuier des ruines et les craquements perfides de la
plante, la Citadelle Laferrire reste le tmoin incor-
ruptible de ce qu'un cerveau ngre soumis la disci-
pline dgradante de la servitude couvait d'hroque
fiert, d'audace insouponne et de somptuosit
orientale.
Mais, cartons l'exceptionnel et le prodigieux, et
arrtons-nous aux choses communes de notre com-
mune humanity.
Pour faire ressortir combien il se produisit une
transformation de la matire architectural dans la
race. prenons come terme de comparison l'habi-





96>-


station paysanne en montagnes, en basses planes ou
sur les plateaux herbus de la plaine central.
La premiere remarque qui s'offre l'observa-
teur, c'est qu'on ne connat nulle part en ce pays
la forme conique des toitures, mme lorsqu'il s'agit
des abris provisoires que dresse le paysan le plus
fruste, en plein champ, pour se garer du soleil aux
heures de repos, pendant la trve du frugal repas de
midi.
L'habitation paysanne la plus simple est qua-
drangulaire. C'est une construction faite sur po-
teaux de bois durs, quarris, qui partagent nette-
ment le corps du logis de sa toiture? qu'elle qu'en
soit la dimension. Elle se compose au moins de
deux pices, quand elle est trs humble. Haute oi
basse, elle est suffisamment leve pour offrir
impression d'une habitation humaine souvent
proprette et attrayante.
Ses panneaux , clisss l'aide de gaules flexi-
bles, et bousills de glaise blanche, sont badigeonns
de lait de chaux ou vernisss d'ocre ou de vermil-
lon. Elle est ouverte au dehors par portes et fen-
tres, meuble de chaises d'un art un peu fruste
quelquefois, mais qui dcede l'habitude de ses hles
d'tre laut juchs sur leurs siges.
Le toit est fail dec chaniie ou faonn en feuilles
de latiiier disposes par gradation avec un sens
parfait d'ajustement.





- 97


Sur les hauts plateaux o les palmeraies sont
nombreuses, l'architecture paysanne se modified un
brin. Elle utilise les troncs de palmiers en plan-
ches amincies, varlopes, polies. Et les maisons s'a-
grmenteni de galleries carreles de pierres multi-
colores qui en rendent l'aspect plus agrable.
Dans les communauts rurales o l'aisance r-
pand le got du beau, les panneaux clisses sont
remplacs par des murs en pierre, et aux toits de
chaume est substitute la tle ondule. Trs souvent
des guirlandes de fleurs enjolivent la joyeuse rus-
ticit de ces habitations. Alors, ce ne sont que clo-
chettes vases d'hibiscus mles la pourpre des
poincettias- les plus belles euphorbes -; ce ne
sont que lines odorantes de jasmins grimpes sur
les haies de cactus aux inflorescences onctueuses;
ce ne sont que touffes pineuses de poinciades car-
lates soutaches d'or, tandis que, a et l, l'ombre
ge du flamboyant drape l'agonie hautaine des fo-
lioles fltries toutes dmarches qui dnoncent, au
demeurant, des proccupations d'esthtique incon-
nues beaucoup de paysans d'Europe, ainsi que
l'Africologue Sir Harry Johnston en a fait la remar-
que dans son magnifique ouvrage sur le i.gi.e
dans le lnouvetaul Monde. >
rTel est l'aspect gnral de habitation paysanne
dans les campagnes liatienin s. Elle contraste avec
l'architecture africaine par son comfort plus accen-
tu, par la simplicity esthtique de ses lignes, par





-98 -


l'utilisation plus intelligence de la lumire, par son
imeubilement et l'agencement de ses pieces.
Quant architecture urbaine, ce n'est pas en
Afrique qu'il faut aller chercher un point de com-
paraison pour marquer le sens de son volution.
Saint-Domingue nous fournira les lments qui il-
lustreront les tapes que nous avons parcourues.
Ont-ils assez chant la beaut du Cap. les
chroniqueurs coloniaux; ont-ils assez clbr la
prosprit de Saint-Domingue? Or. si les ruines
accumules des campagnes de 1802-1803, si les
tremblements de terre de 1842 et les incendies
subsquents n'on laiss que des traces (le l'ancienne
splendeur de Saint-Domingue, nous pouvons tout
de mme tirer de la description des Annalistes de
l'poque suffisamment de renseignements sur ce
que fut architecture colonial pour avoir des ter-
mes de comparison.
Rendons tout de suite un homage au bon gout
des ingnieurs et des architects, au sens de l'har-
monie et de Fordre don't ont fait preuve les Gouvei-
neurs qui out procd au trac des villes de la
Colonie.
Le Cap et Port-ai-Prince en sont les modles les
plus achevs. Les rues tires au cordeau et di i-r-
en iltls, seloin des proportions rigoureusement cal-
cidles, out conserve, depuis, l'aspect de belle ordon-
nance cl d'ataicunile distinction qui leur sont
caractristiqiues.




- 99 -


Mais la rue, la place publique, les quais, ne soni
que les cadres o se dressent les construction,:
difices publics. Palais. Eglises, monuments, mai-
sons prives qui ornent, dcorent et forment la Cit.
Quelle tait, en definitive, la physionomie architec-
turale de celle-ci?
Il y a d'abord tablir une distinction entire le
Cap et Port-au-Prince. Non seulement parce que le
Cap fut la plus ancienne mtropole de la Colonie,
tant donn que le Nord fut la premiere region
exploite, la plus riche et la plus peuple au moins
jusqu' une certain poque, mais aussi jusqu'en
1842 le Cap a t la ville qui a le moins souffert des
dgradations provoques par les secousses sismi-
ques. Donc la mtropole du Nord s'est dveloppe
et a accru en splendeur, en proportion de la splen-
deur et de la prosprit gnrale de la Colonie.
Or, d'aprs Moreau de Saint Mry, historiogra-
phe autoris de Saint-Domingue, les maisons du
Cap, la plus belle priode de l'histoire de la Co-
lonie bties en pierres tires des mornes, sont,
pour la plus grande parties, en rez-de-chausse.
Trois cents ont un tage, trois ou quatre seulement
en ont deux. Elles sont couvertes en ardoises
d'Anjou, en tuiles de Normandie ou en aissantes du
Mississipi, mais ce ne sont que des chambres de
quinze ou dix huit pieds, en carr, don't le plafond
est trs lev. et qui ont sur la rue une port entire
deux fentres, ou une porte et une fentre; ces oi-




i- 100 -


overtures sont rptes du ct le la court, o rgne
d'ordinaire une galerie plus ou moins large. Il y
a des appentis le long des murs de cette cour et
leur division en petites pices, fournit des cuisines.
des offices et des logements pour les ngres. Un
puits au milieu de cette cour ou l'un de ses angles:
telle est la distribution commune.
A cause de l'exiguit relative des terrains, les
constructions se touchent et l'uniformit des des-
sins donne une impression architectural plutt
sduisante. Mais il est remarquer que l'auteur ne
signal aucune ornementation, aucune recherche
original, aucune vise d'art qui rendent ces cons-
tructions caractristiques d'une poque, d'un style,
d'un genre, moins que cette uniformit et cette
svre nudit ne soient les caractres propres, le
style de l'poque.
En tout cas, il m'apparait que le souci esthtique
n'a mme pas prdomin l'rection des difices
publics, si je m'en rapporte l'impression de bana-
lit que donne la description du Palais du Gouver-
neur qui fut un ancien couvent de Jsuites trans-
form son nouvel usage.
Seule, la Basilique Notre Dame fut un monu-
ment digne de ce nom. Btie en pierres de taille
avec un frontispice majestueux et des dispositions
intrieures gracieuses, ses ruines sur lesquelles on
a lev la Cathdrale actuelle ont longtemps con-
serv l'loquente survivance de sa beaut prime.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs