• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Front Matter
 Preface
 Main
 Table of Contents






Group Title: Collection du tricinquantenaire de l'indépendance d'Haïti
Title: La République d'Haïti et la République Dominicaine
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095932/00001
 Material Information
Title: La République d'Haïti et la République Dominicaine les aspects divers d'un problème d'histoire, de géographie et d'ethnologie
Series Title: Collection du tricinquantenaire de l'indépendance d'Haïti
Physical Description: 2 v. : ; 23 cm.
Language: French
Creator: Price-Mars, Jean, 1876-1969
Publisher: Imprimerie A. Lausanne
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1953
Edition: Collection du tricinquantenaire de l'indépendance d'Haïti
 Subjects
Subject: Foreign relations -- Haiti -- Dominican Republic   ( lcsh )
Foreign relations -- Dominican Republic -- Haiti   ( lcsh )
History -- Haiti   ( lcsh )
Relations extérieures -- Haïti -- Dominicaine, République   ( rvm )
Relations extérieures -- République dominicaine -- Haïti   ( rvm )
Histoire -- Haïti   ( rvm )
Diplomacy -- Haiti -- Dominican Republic -- 19th Century -- 20th Century
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095932
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 01598193
lccn - 54027869

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 9 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Page 7
    Title Page
        Page 8
    Front Matter
        Page 9
        Page 10
    Preface
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Main
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
    Table of Contents
        Page 229
        Page 230
        Page 231
Full Text














LA RPUBLIQUE D'HATI
ET LA RPUBLIQUE DOMINICAINE







'ricinquantenaire de l'Indpendance d'Hati


.1 JEAN PRICE-MARS





LA RPUBLIQUE D'HAl TI


ST LA RPUBLIQUE DOMINICAINE

Les aspects divers d'un problme d'histoire,
de gographie et d'ethnologie



Depuis les origin's
du peuplement de l'Ile antilenne en 1492,
jusqu' l'volution des deux Etats qui en partagent
la souverainet en 1953

TOME I


PCii'l'-Af,'-e1 [N.%
19S:




















Au Ngre inconnu

Obscur rejeton de l'Anctre venu d'Afrique -
qui libra Saint-Domingue et fonda l'Indpendance d'Hati -
Indestructible.



Humble hommage de pit.









Cet ouvrage a t honor d'une souscription publique.
Nous ne savons en quels terms remercier ceux qui ont si gn-
reusement et si aimablement contribu son dition. Qu'ils trouvent
ici le tmoignage de notre reconnaissance infihie pour leurs gestes de
grandeur et de noblesse.



Notre gratitude la plus profonde va :


MM. EDMOND MANGONES
et
MENTOR LAURENT
ces deux grands seigneurs de la bibliophilie qui ont bien voulu mettre
notre disposition les trsors de leurs collections de lives et de
documents,


MM. HUBERT ALEXIS
et
NORD JEAN JOSEPH
qui nous ont galement communique maintes pieces de grand intrt,



Mademoiselle CLEMENCE GUERRIER
qui a gracieusement dactylographi les premiers chapitres de notre
manuscript.



Nous ne savons quand l'Etat hatien voudra dispute aux hasards
des successions ventuelles les richesses que pendant prs de cin-
quante ans de patients recherches et d'importants sacrifices pcu-
niaires, MM. Mentor Laurent et Edmond Mangons ont accumules dans
leurs bibliothques. Ce que nous savons c'est qu'il en est bien temps.
J. P.-M.















Prface


Voici dj de longues annes depuis que je porte la gestation
d'un livre objectif sur les relations hatiano-dominicaines. Les
pages qui forment le context des deux volumes que j'offre au
public sont la rsultante de ce lent travail de recherches, d'obser-
vations et d'analyses.
En des publications diverse de 1937 1944, j'ai essay de
mettre en relief quelques-unes des donnes du problme, et voici
que les hasards de la politique m'ont amen la direction du
Dpartement des Relations Extrieures en 1946.
Avant d'accepter endosser les responsabilits inhrentes
cette haute function, j'ai cru ncessaire de me mettre d'accord
avec M. le Prsident de la Rpublique sur les directives im-
primer notre diplomatic en lui exposant, qu' mon gr, les
deux ples de la politique trangre d'Hati me paraissaient tre
Washington, D. C. et Ciudad Trujillo, R. D.
Je voulais indiquer, en principle, que notre politique trangre
devait avoir pour boussole de veiller la quality spcifique de
nos relations diplomatiques avec les Etats-Unis d'Amrique et la
Rpublique Dominicaine.
Huit mois aprs, j'abandonnai le Ministre des Relations
Extrieures pour aller inaugurer la nouvelle Mission hatienne
transforme en Ambassade Extraordinaire Ciudad Trujillo,
R.D.
Je restai prs de deux ans la tte de cette Mission. C'est
pendant mon sjour sur la terre dominicaine que j'ai commenc
coordonner la matire du livre que je prsente aujourd'hui la
meditation du lecteur hatien et dominicain.
On pourra s'tonner que pour parler de relations haliano-
dominicaines, j'aie remont le course des ges jusqu' la dcou-
verte des Amriques. On fera remarquer avec raison qu' une






poque si lointaine ni le people hatien ni le people dominicain
n'existaient.
Sans doute.
Mais pour saisir l'ensemble et la complexity des problmes
que je me suis propos d'tudier, il me fallait d'abord faire tat
(les origins historiques du peuplement de l'Archipel antillais
et spcifiquement de l'le d'Hati. Or, l'une des caractristiques de
ce peuplement fut l'importation de masses noires ingalement
rparties dans l'une el l'autre colonie tablies dans l'le d'Hati
par l'Espagne el la France.
Dans la difference des origins dmographiques de l'une et
l'autre colonie difference de degrs et non d'espces est
incluse l'une des donnes essentielles du problme don't se colo-
reront les relations hatiano-dominicaines quand dans la gense
des sicles natront plus tard les deux entits nationals qui se
partageront la domination des terres don't jadis s'norgueillirent
les Couronnes d'Espagne et de France.
Donc l'Ethnologie interrogera l'Histoire dans la limile des
soixante-dix-sept mille kilomtres carrs de l'le.
L'Histoire dira la mle des lments humains dans le bras-
sage des contacts multi-sculaires malgr les reniements de
style que dmentent le miroir bris des amalgames somatiques,
la bigarrure indfinie des nuances el l'instabilit dconcertante
des formes.
L'Histoire dira la cruaut de la servitude noire dans la portion
occidentale de l'le pour justifier la primaut de l'conomique,
puis la rvolte victorieuse des opprims et leur opinitre volont
de constituer une nationalist leur image don't la defense leur
paraissait impliquer la total domination de l'le.
L'Histoire dira la dfaite de cette ide unilatrale de defense
quand, aprs quaranle ans de luttes, d'incertitudes et d'incom-
prhension surgira la nationalist dominicaine dans la section
oriental.
Alors, se jouera sur cette scne insulaire l'autre parties de la
pice, celle qui consista empcher que cette terre ne devint la
proie des imprialismes camoufls, encourages d'ailleurs par la
cupidit, la faiblesse ou l'imprvoyance des hommes d'Etat qui
en eurent la gestion temporaire.
Enfin, dans le processes des vnements apparatra, en
dernire analyse, le spectre grimaant d'une perspective destruction de l'une ou l'autre nationalist par l'une ou l'autre
communaut dans la fascination des doctrines de supriorit de
races, de classes ou de culture.






Au fait, le personnage central de cette grande tragdie est le
Ngre qui, depuis quatre cents ans a engag ici une froce
bataille centre le monde entier pour lui fire admettre son statute
d'homme.
C'est sa poignante venture qu'on a essay de center dans
ce livre.
Si je n'ai pas russi vous y intresser, excuse, je vous en
prie, la maladresse de l'ouvrier cras par l'immensit de la tche
et la grandeur du dessein.


Dr Jean PRICE-MARS.





Ptionville, le 2 juin 1953.














CHAPITRE PREMIER


La vocation d'Hati pour la Libert





Il n'y a peut tre pas dans l'Histoire universelle un drame
qui soit plus pathtique que celui que confront le people hatien.
Pendant longtemps, son existence de communaut indpendante
a t un paradox dans le inonde et presque toujours un dfi aux
forces antagonistes qui l'ont combattue ouvertement ou sour-
noisem ent.
La lourde trame de son mouvante histoire en porte tmoi-
gnage.
Voulez-vous vous en convaincre ?
Localisez le pays don't il s'agit en jetant un simple coup d'oeil
sur la carte des Amriques. Vous verrez dans le double golfe de
la Mditerrane amricaine l'arc des les d'meraude qui frange
le bassin des Carabes. L'une d'entre elles occupy une position
intermdiaire entire Cuba et Porto-Rico. C'est elle, Hati. Elle se
distingue des autres par un revtement vgtal plus dru et plus
blouissant dans un incomparable dcor montagneux. Elle est la
second des grandes terres dcouvertes par Christophe Colomb
et la premiere o il plant l'emblme de la Rdemption : la croix
du Christ.
Cet vnement se ralisa le 6 dcembre 1492, date fatidique
qui marqua l'entre des Hatiens dans l'Histoire. Peut-tre fau-
drait-il mieux dire : date fatidique qui consacra la dpossession
des naturels du pays et annona simultanment l're de leur
graduelle extinction.
Et c'est par la correlation de ces deux phnomnes concomi-
tants la prise de contact de l'Indien et de l'Espagnol et l'asser-
vissement de l'un l'autre qui s'ensuivit -- que naquit quelques
decades plus tard, l'autre conjoncture grosse de consequences
imprvisibles : la traite des Ngres d'Afrique. Elle fut provoque,
cette traite, par l'exploitation des terres du Nouveau-Monde,
l'Indien s'tant rvl rebelle et inapte s'assimiler les conditions






de vie drastique qu'tait venu lui apporter le conqurant d'Europe
sous la forme de la civilisation occidentale.
On se rappelle que par sa Bulle de 1493, le Pape Alexandre VI
fit tirer une ligne fictive de dmarcation d'un ple l'autre,
partageant ainsi en deux parties l'espace qui se trouve entire les
les des Aores et celles du Cal) Vert. Tout ce qui est situ au
couchant de cette ligne devait appartenir la Couronne de Castille
et tout ce qu'on trouverait son Orient tait concd au Roi de
Portugal. Mais on sait aussi, que les autres peuples de l'Europe
- Hollandais, Anglais, Franais -- ne tinrent aucun compete de
la decision papale et se rurent en adventures de conqutes vers
les Amriques. Il en rsulta qu'en 1625, environ, des corsaires
franais s'tablirent dans l'le de la Tortue don't ils se servirent
come base d'attaque pour ranonner les gallons qui s'en allaient
vers la pninsule Ibrique. Ils en firent galement le point de
dpart d'incessantes incursions sur la grande terre d'en face don't
ils accaparrent la parties occidentale.
Ds lors, la possession de l'le d'Hati, surnomme Saint-
Domingue, fut partage entire la France et l'Espagne, l'une au
tiers occidental et l'autre aux deux tiers l'Orient.
Encore qu'elles eussent recouru au mme genre d'exploitation
dans leurs possessions respective par l'emploi de la main-
d'ouvre servile, il y eut tout de mme des differences dans les
modalits d'application de cette mthode de travail, au point que
dans l'une et l'autre colonie, il se produisit une difference de
structure. Chez les Franais, une application plus rigoureuse du
rgime de classes. Chez les Espagnols, une tendance la mollesse
et une miscgnation plus accentue des divers groups ethniques.
II advint donc que la propulsion intensive l'esclavage noir
suscita au Saint-Domingue franais un dveloppement de ri-
chesses agricoles considrables, tandis que le Saint-Domingue
espagnol dclina rapidement aussitt que la rue vers l'or du
Cibao eut rarfi le mtal et eut convert l'ardeur des pionniers
en de molles tentatives de colonisation pastorale.
Cependant de l'un et de l'autre ct d'une frontire indcise,
la population indigne les Amrindiens -- ayant t peu prs
anantie par la soumission force aux exigences des envahisseurs,
on sonna l'appel d'autres lments plus robustes, plus rsistants
pour accomplir l'oeuvre de dfrichement et d'exploitation.
Ainsi se substitua graduellement l'autochtone antilen, ce
nouveau venu -le Ngre qui s'adapta son milieu de ser-
vitude, s'y intgra, s'y multiplia de faon tonnante, et ce fut,
tout le long des sicles, le dveloppement progressif du commerce
du btail human entire l'ancien et le nouveau continent.
Le Ngre devint, outre Atlantique, la merchandise la plus
achalande parmi les trafiquants. L'Afrique se dpeupla en dver-





sant des millions de ses fils sur l'Amrique. Certes, beaucoup
disparurent non seulement dans les pripties poignantes des
longues traverses sur ces flottes de voiliers transforms en autant
de cercueils mouvants mais aussi dans l'enfer inassouvi des
plantations. Cependant le plus grand nombre rsistrent et sur-
vcurent la dantesque venture.
Voil comment s'explique maintenant la presence de quelque
trois millions de Ngres dans la plus petite parties de l'Ile d'Hati.
Ils sont les rejetons plus ou moins mtisss de ceux qui, emmens
en servitude, dfrichrent, labourrent, ensemencrent cette terre
d'Amrique et en firent un des coins les plus pittoresques de la
plante. L, la main de l'homme noir a transform ce que la
nature avait difi dans la sauvage beaut de l'exubrance
tropical.
Mais l aussi se manifesta cet autre phnomne qui n'a pas
t assez mis en relief, l'indomptable vocation du Ngre la
jouissance de la libert.
Pendant trois sicles, il se dressa comme il put contre le regime
de la servitude. 11 y employa toutes les modalits, toute l'ing-
niosit de la tactique la plus adequate sa volont d'indpen-
dance : la ruse, le mensonge, le poison, puis enfin l'vasion vers
la jungle, qu'en style de l'poque on appela le marronnage, c'est-
-dire la vie libre dans les montagnes boises o il dfia la force
arme.
En effet, quand on tudie la psychologie du marron avec soin,
on s'aperoit qu'il n'tait rien d'autre qu'un rvolt don't la dter-
mination de rompre avec le statut de l'opprim se manifesta
dans sa decision de dfendre ses privileges inalinables d'homme
en se rfugiant en quelque lieu inaccessible aux suppts du
conformisme social. Et aiguills par les mmes instincts, tous
ceux en qui bouillonnaient les mmes motifs d'action, se rejoi-
gnirent, se grouprent en un si grand nombre, un moment
donn, que l'autorit dominguoise fut srieusement inquite par
ce movement insurrectionnel.
En vain entreprit-elle des campagnes ritres de repression
pour enrayer cet aspect d'insurrection perle. En vain l'Histoire
retiendra-t-elle les expeditions punitives de la marchausse colo-
niale contre les marrons, notamment en 1522, 1533, 1537, 1679,
1691, 1704, 1758, 1784. Elles chourent toutes. Si quelques-unes
d'entre elles semblaient se signaler par quelques succs, de tells
victoires taient phmres.
Pareil l'hydre de la lgende, le marronnage disparaissait
pour reparatre plus menaant quelques decades plus tard, non
point foment ou organis par les mmes individus une telle
proposition est impensable --- mais conserve comme un souvenir
fascinant dans les ateliers et transmis de proche en proche






aux gnrations qui se suivirent, come la plus glorieuse des
traditions.
Et d'ailleurs, la manuvre des marrons de Saint-Domingue
devait consister probablement en dplacements tactiques d'une
souplesse et d'une promptitude telles que les assailants taient
constamment frustrs dans leurs objectifs de destruction radical.
Ne seraient-ce pas les mmes procds utiliss par les marrons
de certaines autres colonies antilennes et qui leur firent obtenir,
en fin de compete, le droit de vivre leur guise, la Jamaque
en 1722, la Guyane en 1749, comme Saint-Domingue en 1784?
Le Marronnage fut donc le plus probant tmoignage de la vocation
de l'homme noir la vie libre. Ainsi le comprit Victor Schoelcher
lorsqu'il crivit : Toutes les les esclaves quelque nation
qu'elles appartiennent ont leurs marrons. 1
Mais cette aspiration du Ngre la jouissance de la libert
devait aboutir son plein panouissement quand parvint Saint-
Domingue le movement des ides de transformations sociales
- prconises par la Grande Rvolution de 1789.
Le Ngre tait en parfait tat de rceptivit pour en chapter
sa part de profits.
Donc lorsque fut dcrte, en France, la convocation des Etats
Gnraux, la grande colonie antilenne rclama le droit d'tre
comprise comme une unit representative dans ce conseil des
provinces du royaume. Le dbat s'ouvrit Paris sur la lgitimit
de ces prtentions. Saint-Domingue tait-il une colonie ou une
province franaise ? et, le cas chant, quelle catgorie d'hommes
la dignity d'une representation aux Etats Gnraux allait-elle
revenir ? et dans quel rang et sous quelle denomination devait-on
placer ces reprsentants ventuels dans l'Assemble ? Serait-ce
au rang de la noblesse ou du tiers Etat ? Ces questions suscitrent
un si vif intrt dans la Colonie qu'elles mirent aux prises tous
ceux qui attendaient de leur solution une conscration de leurs
privileges, de leurs titres ou de leurs ambitions. Mais elles
dressrent en mme temps des prtentions antagonistes qui
jusque-l existaient l'tat plus ou moins latent. Ainsi, dans
cette colonie don't la division en classes superposes avait hirar-
chis les habitants en trois couches distinctes, symbolises par la
couleur de leur peau : les blancs, les affranchis ou gens de cou-
leur, et les esclaves ou Ngres, non seulement la dmarcation
entire les deux premires classes avait toujours t une cause
d'irritation parmi elles, mais cette situation s'aggrava jusqu'
provoquer une explosion violent de revendications sociales et
politiques des gens de couleur parce qu'ils rclamrent, eux aussi,
une representation des leurs aux Etats gnraux du royaume.

1Victor Schoelcher. Colonies franaises, p. 119.






D'autre part, entire les blancs eux-mmes, l'vnement avait fait
renatre des opposition trs vives d'intrts et de prtentions.
Les grands planters don't quelques-uns appartenaient la plus
haute noblesse voulaient s'attribuer le monopole exclusif de la
representation aux dpens de ceux qui par leurs richesses s'taient
octroys un rang et des mrites don't ils tiraient la plus bruyante
ostentation. En outre, cette premiere catgorie de blancs don't la
richesse ou le nom ou les deux la fois accusaient l'importance
et la valeur politiques, heurtaient, par cela mme, les aspirations
fondamentales d'un group nombreux compos d'ouvriers, de
houtiquiers, d'employs de commerce, toutes gens modestes, en
some, dnomms petits blancs qui occupaient un chelon inf-
rieur de leur classes et en qui bouillonnaient la colre et l'amer-
tume d'pres revendications contre les favoriss de la fortune.
Toute cette coalition de ressentiments, tous ces chocs de
vanits, toutes ces contradictions d'intrts faisaient du milieu
social dominguois un incalculable bouillon de culture singuli-
reiment prt a provoquer la dsagrgation ide la communaut.
D'autre part, on aura remarqu dans ces hurts d'ambi-
tions sociales l'absence du troisime lment, l'lment noir, don't
l'exclusion fut automatique parmi toult cette tumultueuse agita-
tion produite Saint-Domingue par le simple appel de l'autorit
royale la reunion a Versailles les organs qui, dans lcs temps
de cruise que traversait la France, taient considrs commune la
supreme resource propre a aider le souverain rsoudre les
(liil'icults du moment.
Mais, au fait, quel rle l'lment noir pouvait-il jouer dans
les circonstances don't il s'agit ? 1 ne comptait Saint-Domingue
que come un simple instrument de travail. Son statut juridique
oscillait centre le meuble et l'immiiii lc. Il tait une apparlenance
fixe tantt l'immoblilit de la proprit foncire, tantt la
qunait changeante d'un effect (le commerce. Une tell situation
le rendait quasi inexistant come unit humane aux yeux (les
diffrentes factions qui se disputaient la prpondrance politique
dans les conjonctures du moment.
Cependant, il tait le nombre, il tait le principal moteur de
la richesse de Saint-Domingue. Sa seule presence d'lment
basique sur quoi reposait la structure conomique de la colonic
constituait un facteur considerable dans toute transformation
ventuelle de la communaut, de quelque modalit qu'elle
pt tre.
Et puis, n'est-il pas vrai que le groupement ngre avait
galement ses problmes spcifiques lis aux conditions sociales
de la colonie, n'est-il pas vrai que ces problmes n'taient pas
aussi mprisables qu'on le pensait ? Est-ce que dj le 18 oc-
tobre 1685, M. de Cussy, Gouverneur du Roi, n'avait pas donn





au Ministre des Colonies un avertissement solennel sur le danger
que reprsentait le rgime de l'esclavage en crivant cette obser-
vation significative : Nous avons dans les Ngres un formidable
ennemi domestique.
Est-ce que cent ans plus tard, le 23 dcembre 1783, M. du
Rouvray, brigadier des armes du Roi et propritaire Saint-
Domingue, n'avait pas corrobor cet avertissement par une
remarque encore plus accentue en constatant qu'une Colonie
esclaves est une ville menace d'assaut : on y march sur des
barils de poudre 1
Et maintenant, je ne sais s'il faut louer ou plaindre les
hommes qui, entire 1789 et 1791, mconnurent le potential du
demi million d'esclaves don't ils exploitaient le labeur au prix
d'incalculables souffrances sans se proccuper de savoir si, un
jour, ces souffrances accumules n'aboutiraient pas dchaner
quelque effroyable cataclysme qui emporterait tout leurs
calculs, leurs esprances, leurs manoeuvres.
Quoiqu'il en fut, les convoitises, les ambitions, les passions
aveuglrent si profondment les uns et les autres, qu'elles ren-
dirent plus agressives les haines et les divisions de classes. Elles
suscitrent des disputes qui s'tendirent comme des lames de
fond jusque dans les couches insouponnes des masses noires.
L'incidence motionnelle en fut prodigieuse cependant que l'agi-
tation se poursuivit grandissante tant en France qu' Saint-
Domingue.
Or, les homes de couleur qui avaient quelques-uns des leurs
dans la mtropole galvanisrent la sympathie de certain leaders
de l'Assemble national qui furent trop heureux de saisir l'occa-
sion d'appliquer un cas concrete les gnreux principles d'galit
et de fraternity prconiss par la Rvolution. C'est ainsi qu'
force de dmarches, ils russirent faire voter des Dcrcts par
l'Assemble qui les rendirent aptes y siger.
Lorsque la nouvelle d'une telle decision parvint Saint-
Domingue, elle produisit la plus vive indignation parmi les blancs
de toutes les categories, qui rsolurent de la mettre en chec.
Un des affranchis, Vincent Og, originaire du Dondon, dans
la province du Nord, qui rsidait Paris et avait largement
contribu au succs des dmarches pour obtenir l'admission des
siens l'Assemble, russit quitter la France et dbarqua
subrepticement au Cap-Franais en octobre 1790. Il regagna
promptement son domaine du Dondon. L, aid de son ami
Jean-Baptiste Chavannes, de la paroisse de la Grande Rivire, il
group un petit nombre d'affranchis et au nom de sa classes

SPierre de Vaissire : Saint-Dollingue. La Socit et la vie crole sous
l'ancien rgime 1629-1789. Paris Perrin & Cl", 1909, p. 230-231.






somma les autorits de la province de mettre en execution les
Dcrets de l'Assemble qui octroyaient les droits de vote aux
homes (le couleur. C'tait une reclamation main arme. La
petite troupe de Vincent Og engagea la bataille avec les forces
mieux quipes et plus nomlreuses du colonel de Cambefort. Elle
fut dfaite et disperse. Les vaincus s'enfuirent dans la parties
espagnole. Ils en furent extrads et livrs aux autorits du Cap
o le Conseil Suprieur les jugea et condamna les uns a la
potence, les autres aux galres. Quant Og et Chavannes on leur
infligea un supplice special. Ils furent amens en chemise, nu
pieds, la corde au cou, devant la principal porte de l'glise
paroissiale. On plaa ensuite une torche ardente de cire de deux
livres dans les mains de chacun d'eux. Puis, haute voix, on les
obligea confesser leurs crimes, en demander pardon Dieu,
au Roi et la Justice. Alors ils furent conduits sur la place
d'armes o tait dress l'chafaud flanqu de deux immense
roues. Chacune des victims fut lie une roue, face au soleil.
Elles reurent chacune de nombreux coups de barres de fer
jusqu' ce que leurs os fussent rompus et qu'ils rendissent le
dernier soupir.
L'application de ce supplice odieux avait apparemment pour
objectif de terroriser les hommes de couleur, de tell sort que
ceux d'entre eux qui seraient tents de suivre l'exemple d'Og
et de Chavannes renonassent leurs desseins.
Vains calculus. Le martyre suscite la vocation du sacrifice.
Les ignobles tortures infliges ces jeunes gens au lieu d'apeurer
les affranchis exacerbrent leurs rancours et leurs ressentiments.
Elles allumrent chez les moins disposs l'action l'ardent dsir
de venger les victims. Le foyer insurrectionnel teint dans le
Nord se raviva aussitt dans l'Ouest et dans le Sud. Partout la
rvolte des homes de couleur, leur rencontre avec les troupes
coloniales provoqurent d'innombrables dsordres, des rixes, des
chauffoures qui rendirent la situation de Saint-Domingue pleine
d'incertitudes et d'anxit.
Sans doute, ces troubles, ces conflicts contriburent-ils au
succs partiel de quelques-unes de leurs revendications mais ne
rduisirent point la farouche opposition des blancs qui, de leur
ct, s'taient dresss galement en factions agressives, se com-
battant les unes les autres avec un gal acharnement. Il s'ensuivit
donc qu'entre mars 1788 et juillet 1791, Saint-Domingue tait
en pleine bullition.
C'est ce moment-l et en de tells conditions, qu'un formi-
dable vnement vint jeter son poids d'aggravation et l'tranget
de sa nouveaut dans les dramatiques conjonctures que traversait
Saint-Domingue.






Les rvoltes partielles se transformrent en un vaste mouve-
ment collectif. Une insurrection gnrale des esclaves du Nord
clata le 21 aot 1791. Qu'elle fut la plus dconcertante venture
laquelle eussent about les disputes et les querelles des fractions
qui s'entredchiraicnt dans la colonies, la suite des vnements ne
le prouvera que trop. Mais de quelled troublante inconnue n'tait-
elle pas pleine ? A quelle catastrophe ventuelle allaient les
insurgs ou vers quel destin glorieux s'acheminaient-ils, eux et
leurs compagnons d'infortune, cette multitude grgaire don't la
seule homognit rsidait dans la communaut de leurs souf-
frances humaines ?
Et ce fut la guerre, la guerre atroce par l'incendie et le car-
nage, la guerre impitoyable, destructrice des vies et des biens, la
guerre sans frein ni loi, rapide et foudroyante come un volcan
en ruption. La flamme meurtrire embrasa bientt toute l'tcn-
due de la colonie.
Et de-ci de-l, la multitude noire, fanatique et galvanise par
la saintet dc sa cause et par sa foi en la justice du bon Dieu ,
s'en allait, irresistible, invincible come une force de la nature.
Souvent pour toute arme, elle ne disposait que de piques
durcies au feu. Qu'importait une telle carence ? Les insurgs
n'avaient-ils pas leurs poitrines pour bouclier et leurs bras pour
arracher l'adversaire les fusils don't ils avaient besoin ? Et alors,
fougueux, ils se prcipitaient sur les baonnettes enemies, plon-
geant leurs mains dans la gueule des canons pour empcher les
boulets d'en sortir, crachant imptueusement leurs cris de guerre:
La libert ou la mort ou bien encore assourdissant l'air avec
leurs refrains sublimes :

Grenadiers l'assaut
N'an point manmani
N'an point papa
a qui mouri zaffaire a yo
Grenadiers l'assaut '.

Et les balles enemies fauchaient ces braves en avalanche,
tandis que d'autres, semblables au foisonnement d'une fourmi-
lire assaillie, couraient la relve dans le tourbillon de la mle.


Traduction : Grenadiers l'assaut
Il n'y a plus ni pre ni mre I
Tant pis pour ceux qui mourront
Grenadiers l'assaut !
Rapport par un tmoin oculaire M. Lemonnier-Delafossc, ancien officer
de l'arme de Saint-Domingue. Seconde Campagne de Saint-Domingue ,
Havre, 1816, p. 85.






Qu'importait le nombre des victims Les Ngres assoiffs
de sacrifices taient embrass par l'esprance de vaincre. Car la
victoire, c'tait la conqute sanglante et definitive de la libert,
la victoire, c'tait le droit d'affirmer leurs mrites l'galit;
la victoire, enfin, c'tait la supreme revendication de leurs titres
de noblesse humane.
N'tait-il pas vrai que de l'autre ct de l'ocan ils avaient
aid, eux aussi, sur d'autres champs de bataille Savanah, par
example, fair valoir que tous les homes sont dous de
certain droits inalinables au premier rang desqucls se trouvent
la vie, la libert et la poursuite du bonheur ? N'avaient-ils pas,
intgre en eux, cette autre vrit savoir que tous les homes
naissent et meurent gaux en droit ?
Ainsi, fidles cette tradition qui avait inspir le marronnagc
de leurs anctres, et provoqu mme un mode de suicide collectif
pour se drober la servitude, ils avaient enfin trouv l'oppor-
tunit tant souhaite et tant attendue de raliser dans les faits
leur vocation la libert.
Et pendant onze ans sans secours, sans appui, avec (les alter-
natives diverse de dfaites et de succs, ils menrent le combat
jusqu' la victoire finale qui sc concrtisa par la constitution de
l'indpendance hatienne.
Certes, les faits ne se dvelopprent pas avec la rigueur sch-
matique du discours tell qu'on les prsente dans ce bref expos.
Certains historians amoureux de dtails et endoctrins de mthode
en contesteront la validity. Ils interrogeront les vnements, ils
consulteront les donnes chronologiques et les protagonists de
l'action et s'tonneront que de l'insurrection gnrale des esclaves
du Nord le 21 aot 1791 nous ayons about en raccourci la
proclamation le l'Indpendance de l'Etat d'Hati le 1-r jan-
vier 1804.
Nous sommes presque tent de leur donner raison. Car nul
de ceux qui fomentrent et alimentrent l'insurrection ne pouvait
supposed qu'il venait de promouvoir une grande Rvolution, Rvo-
lution social, politique et conomique : la lutte pour l'abolition
de l'esclavage, pour l'avnement d'un nouveau mode de travail,
l'admission de nouvelles couches humaines dans la direction de
la Cit et enfin la rehabilitation du ngre.
Cependant quelle issue aboutit cette premiere phase de la
Revolution si ce ne fut d'abord la proclamation de la libert
gnralle e 29 aot 1793 dicte par Sonthonax et ratifie ensuite
par les deux autres Commissaires civils envoys Saint-Domingue
pour y rtablir l'ordre ?
Mais les vnements avaient dpass la volont de ces deux
hommes et les contraignirent prendre une measure radical qui
allait au-del des pouvoirs don't ils taient revtus.






Et, moins de sept mois aprs, le 4 fvrier 1794, ce fut la
Convention national qui accueillit en son sein trois Dputs
envoys par Saint-Domingue pour le reprsenter et qui symboli-
saient par leur choix les trois couches sociales de la colonie -
un blanc, un multre, un ngre Mills, Dufay, Jean-Baptiste
Belley dit Mars. Ils taient destins tmoigner du nouvel tat
de choses et absoudre l'initiative hardie des Commissaires.
La Convention ratifia solennellement la measure et dsormais
l'esclavage du Ngre tait jamais aboli Saint-Domingue.
Apparemment, ce devait tre le retour la paix, un gage
d'entente entire les lments d'opposition, la reprise des activits
normales de la colonie. Mais quelle gageure contre le bon sens
une telle esprance ne devait-elle point se heurter quand on
pense la complexity du problme de rajustement auquel le
nouveau mode de travail allait donner lieu. Car, en fait, le travail
salari allait-il tre substitu au travail forc, quelles condi-
tions et selon quelles modalits ? Le guerrier improvis de deux
annes de combats don't toute l'activit tait incluse dans son
habilet tuer, allait-il dposer les armes pour endosser tout
implement la vareuse du cultivateur et obir aux rgles d'un
contract synallagmatique consentir entire l'employeur et l'em-
ploy ? Le Matre d'hier allait-il consentir traiter de gr gr
avec celui qui fut sa proprit monnaye ?
Autant de problmes et non des moindres auxquels on avait
trouver une ou des solutions pratiques dans l'exaltation du
moment.
Et, d'ailleurs, tait-il exact que la paix fut rtablie Saint-
Domingue parce que l'abolition de l'esclavage y fut reconnue
come une measure de sagesse et de rparation morale indique
par les circonstances ou l'application concrete de l'un des prin-
cipes sur lesquels s'tayait la Rvolution ?
Nous savons qu'il n'en fut pas ainsi. En ralit, Sonthonax
crut habile d'y recourir tout la fois pour s'opposer aux pr-
tentions de ses adversaires, les chefs militaires, venus de la
mtropole, allies aux grands planteurs, et pour contenir la pr-
pondrance et les ambitions des homes de couleur dcids, eux
aussi, accaparer l'autorit supreme dans la colonie. Ce fut un
moyen dtourn don't il crut pouvoir jouer pour asseoir sa poli-
tique et assurer le prestige de ses functions en s'associant aux
revendications des masses noires et en les utilisant contre les
factions qui s'entredchiraicnt.
Mais dans l'accomplissement de son objectif, il se heurta aux
desseins du plus grand matre de l'action, il se heurta au plan
audacieux, subtil et profound, de Toussaint Louverture qui, lui,
avait entran, aguerri, discipline les masses noires pour en fair
les tais de son rve de grandeur et de domination.






Qui fut-il, ce Toussaint Louverture ?
Un homme obscur, un esclave comme les autres que les v-
nements surprirent l'ge de cinquante-cinq ans dans l'tat de
servitude. Mais cet homme tait marqu par le destiny pour
incarner l'un des plus grands gnies qui ait paru sur la face
du globe.
A l'ge o l'on decline sous les Tropiques, il commena la
plus blouissante carrire matrisant, subjuguant, domptant
tous les facteurs homes et choses qui s'entrechoquaient
en hostilits, acharns autour (le lui et, en fin de compete, les
enchana son char dans une course vertigineuse vers les cimes
en rayonnement de gloire et de beaut. Courte trajectoire, en
vrit.
En douze ans, l'esclave de Brda devenu Toussaint Louverture,
passa du rle de Secrtaire d'un chef de bands celui d'organi-
sateur des troupes en lutte contre l'esclavage. Il fut tour tour
royaliste, rpublicain et mme transfuge au service de l'tranger,
en definitive, il ne poursuivit qu'un objectif, librer son people
du joug de la servitude, et il chercha la ralisation de cct
objectif partout o il supposait pouvoir l'atteindre. Il usa (le tous
les moyens dans le chaos des vnements et dans la confusion
des manoeuvres afin d'insrer son rve d'aptre clans la matrice
des faits. Ainsi, suivi de sa troupe, il s'engagea dans les armes
du Roi d'Espagne qui avaient franchi la frontire du Nord lors-
qu'il crut qu'elles pouvaient lui offrir la possibility de parvenir
son but. Mais, aussitt, qu'avcrti par la succession des vne-
ments qui, de la decision des Commissaires civils en aot 1791,
aboutirent la Loi que la Convention national vota par accla-
mation le 4 fvrier 1794 pour proclamer l'abolition de l'esclavage,
il comprit que c'tait dans le camp franais, parmi les lments
franchement rvolutionnaires qu'il avait le plus de chance d'aider
l'accomplissement de son rve d'mancipation, il devint rpu-
blicain. Alors il abandonna l'arme espagnole et se retournant
ensuite contre son ancienne allie, il la culbuta en vitesse de
l'autre ct de la frontire, lui qui, par son pe, avait conquis
l'Espagne presque toute la province du Nord.
Ses nouveaux chefs, les Franais, rendirent hommage la
valeur de son concours et le poussrent d'chelon en chelon
jusqu'au commandment supreme de l'arme. A cette tape, il
ambitionna la function de Gouverneur Gnral de la Colonie en
absorbant dans cette tche le double rle d'Administrateur civil
et de Chef d'arme. Alors il conut le dessein audacieux d'unifier
les deux parties de Saint-Domingue -- l'Ouest et l'Est en un
tout administratif. Pour la premiere fois, l'unit politique de l'le
consentie par le Trait de Ble en 1795 devint une ralit sous
sa magistrature.






Parvenu cette hauteur par sa volont de puissance, la gran-
deur de son gnie et la complicit des vnements, il rtablit
l'ordre, garantit la reprise des activits commercials, agricoles
et industrielles, parvint faire renatre la prosprit de Saint-
Domingue comme aux plus beaux jours d'antan. Plus rien ne
semblait pouvoir l'arrter dans son tourdissante venture. Dsor-
mais, il n'aspirera plus qu' une seule chose encore inavoue
sans doute mais si nettement perceptible dans ses dmarches
l'indpendance politique de Saint-Domingue.
N'en a-t-il pas esquiss le dessin dans la Constitution qu'il lit
laborer en 1801 o il se fit attribuer le poste de Gouverneur
Gnral vie avec le droit de designer son successeur Que
laissa-t-il la France ? A quel rle rduisit-il la souverainet
mtropolitaine ? Rien qu' un hypothtique pouvoir d'approbation
des measures que, selon les circonstances, pourrait dicter le
Gouverneur Gnral. Il va de soi que si d'aventure les intrts de
la France et ceux de Saint-Domingue se trouvaient opposs en
quelque conjoncture, la volont populaire de la colonie devait
prvaloir. C'est la conclusion implicit laquelle on aboutit
lorsqu'on tudie les actes de Toussaint et son project de Cons-
titution.
Est-ce qu'une pareille attitude ne dnonait pas la dtermi-
nation de Toussaint de s'affranchir totalement de tout lien
politique avec la France ?
Ainsi du moins, le comprit Napolon Bonaparte, le matre
qui, de l'autre ct de l'Atlantique, n'admettait pas qu'on fit
obstacle sa volont toute puissante. Il considra que Toussaint
Louverture n'tait qu'un rebelle qu'il fallait soumettre. Libr du
souci d'une opposition anglaise aprs la paix d'Amiens en 1801,
assur de la neutralit bienveillante des Etats-Unis et press en
outre, par la clameur incessant des anciens colons de Saint-
Domingue que tourmentait le retour pur et simple l'ancien
rgime, Napolon prpara la plus formidable expedition qui eut
franchi l'Atlantique pour aller soumettre Toussaint et les Ngres
rebelles de Saint-Domingue.
Une escadre de 50 vaisseaux portant 21 900 combatants aux-
quels il faut ajouter 21 000 marines qui formaient l'quipage de
la flotte donnent un total de 42 900 hommes des forces expdi-
tionnaires don't tait charge la premiere escadre qui partit de
Brest le 14 dcembre 1801 et part au large de la baie de Samana
le 2 fvrier 1802.
A ce point de rencontre, l'escadre se disloqua et prit ses
dispositions stratgiques d'attaque. Elle dpcha des forces de
dbarquement dans les principles villes maritimes de l'le : Santo
Domingo, Port-au-Prince, Cap-Hatien, Les Cayes, Fort-Libert,
Port-de-Paix, pour qu'en un movement concentrique cet norme






dploiement de troupes enveloppt l'armnc de Toussaint Louvcr-
turc dans un cercle de fer et la dtruist.
11 est ncessaire de complter ces indications en faisant
remarquer que d'autres contingents (le troupes suivirent le pre-
lierc convoi. En effet, une second escadre transport non seule-
ment des renforts mais un nombre respectable de matelots, de
colons, e conmmcer;ants, don't le chiffre s'leva i 15 645 homes.
Si l'on ajoute ce chiffre nu prcdent on totalisera le nombre
de 58 545 curopens : officers, soldats et civils qui dbarqurent
a Saint-Domingue a peu d'intervalle pour reconqurir la colonies '.
Cette expedition soigneusement organise par Napolon fut
coinmande par son propre beau-frre, Charles Victor Emmanuel
Leclerc, ayant dans son tat-major l'Ordonnateur en chef Daure,
les Gnraux (le Division : Rochambeau, Desfourncaux, Boudet
et Quentin; les Gnraux de Brigade : Kervcrseau, Brunct, La-
marqre, Humbert, Salin, Fcrrand et Scrizias; les Commnandants
adjudants : Boycr. Claparde, Dainpierre, Dornemands, Pain-
philc de Lacroix. I)arbois, Ambrieux, Deplanque, Lccamus,
Brouard, Batteimoure et Rapatcl; les Commissaires de guerre :
Rocli, Louis Levrat, lertrand et Colbert; les sous-insl)ecteurs de
revue : Iochelin, Goguet, Mellenfant et Lasne.
Quant a la flotte, elle tait coimmande par l'Amiral Villaret
Joyeuse qui avait sous ses ordres l'Amiral Latouche-Trville,
les Conlre-Amiraux Magon (le la Balue, Gravina, Ganthanume,
Lenois, etc.
Ce fut ce formidable apparel de guerre que Toussaint
Louverture eut a fire face.
Comment s'y prit-il ?
El d'abord sa premire deception fut de savoir que les
alliances ventuelles sur lesquelles il croyait pouvoir computer
s'taient drobes au moment dul danger. Il avait en ngocier
prcdemment avec l'Angleterre et les Etats-Unis. Tant que ces
Puissances trouvaient l'intrt de leur commerce vivre en bonne
harmonic avec Saint-Domingue sous le Proconsulat de facto du
Chef Ngre, elles encouragrent son ide d'autonomie avec l'ar-
rire pense peut-tre qu'un jour elles pourraient bnficier le
cet tat de fait dans un but de conqute politique. Donc la
conclusion de la paix d'Amiens, elles laissrent les mains libres
la France et Toussaint Louverture ne put computer que sur ses
seules resources pour s'opposer l'expdition franaise.
Quoiqu'il en fut, il tint bon.
11 galvanisa l'nergie des siens et distribua la tche ses
compagnons d'armes, un Christophe au Cap, Dessalincs Saint-

1 Cf. Pamphile de la Croix. Mmoires pour servir l'Histoire de la
Revolution de Saint-Domingue. Paris, 1819, tome II, p. 341.






Marc, Maurepas Port-de-Paix, Paul Louverture Santo-Do-
mingo, Laplume aux Cayes, Og Port-au-Prince, de dfendre
le sol sans peur ni dfaillance.
Sa tactique consista se drober toute bataille range,
brler la terre sous les pieds de l'ennemi, l'attirer dans les
places o la disposition topographique des lieux donnait un
advantage la defense. C'est ainsi que la seule grande bataille
range que sa garde livra la division de Rochambeau eut lieu
aux environs des Gonaves. Il la perdit mais au prix de lourds
sacrifices de part et d'autre. Leclerc fut oblig dans son rapport
au Premier Consul de rendre l'hommage suivant au Chef noir :
Les troupes de Toussaint se battent bien. Et ce fut ensuite,
dans tout le pays, la tactique des guerillas. Les villes du littoral
taient bien au pouvoir des Franais mais tout l'hinterland n'tait
plus qu'un vaste camp qu'il fallait garder jour et nuit contre
les attaques incessantes et meurtrires d'un adversaire insaisis-
sable don't la mobility soudaine et le retour offensif taient une
cause perptuelle d'alerte dans un climate dur et dprimant. A ce
compete, le dplacement et la relve des troupes devenaient des
operations dangereuses et meurtrires. La mort insidieuse et
prompted tait la ranon d'une veille puisante et strile. Cette
situation ncrvante dura trois mois au bout desquels des ngo-
ciations de paix furent entames et aboutirent la reddition de
Toussaint le 6 mai 1802, selon des conditions honorables pour
l'une et l'autre parties.
Les forces indignes du vieux guerrier, les fameuses demi-
brigades don't il avait fait des troupes de choc, furent fondues
dans l'arme d'Occupation et leurs chefs gardrent leurs grades
et leurs commandments. Toussaint lui-mme, eut le privilege de
se retire sur sa proprit d'Ennery o, apparemment, il devait
tre l'objet de l'attention et du respect des autorits.
Evidemment tout cela n'tait que feinte de part et d'autre.
Ni l'un ni l'autre des adversaires n'avait une absolute confiance
dans son partenaire. Chacun sans le laisser paratre devait
attendre le moment opportun de rompre l'engagement. L-dessus
la correspondence de Leclerc avec Napolon apporte la plus
claire evidence 1.
Quoiqu'il en fut, ce fut Toussaint qui tomba victim d'un
lche guet-apens. Un mois aprs sa reddition, le 7 juin 1802,
convi un rendez-vous par le Gnral Brunct, sous le prtexte
d'une consultation amicale, il fut ignominieusement arrt, gar-
rott et expdi en France sur le vaisseau Le Hros oi il

1Cf. Paul Roussier : Lettres du Gnral Leclerc, Paris, 1937. Socit
de l'Histoire des Colonies Franaises et Librairic Ernest Leroux. V. notam-
ment p. 169.






pronona la prophtie suivante : En me renversant, on n'a
abattu Saint-Domingue que le tronc de l'arbre de la libert des
Noirs: il poussera par les racines parce qu'elles sont profondes
et vivaces.
Toussaint, intern au Fort de Joux dans le Jura, y endura la
plus cruelle agonie. Il y succomba de froid et de faim, le 7 avril
1803, sans que ces inutiles tortures eussent abattu la fiert et le
courage du martyr.
Cependant sa disparition de la scne des vnements n'avait
pas amlior la situation dramatique dans laquelle Leclerc se
trouva en ce printemps de 1802. Au contraire.
Tout d'abord la dfaite de l'ancien Gouverneur gnral n'avait
pas amen la paix definitive tant souhaite. Malgr sa reddition,
il y avait encore a et l, dans le Nord, des foyers actifs d'insou-
mission dans la jungle montagneuse o d'irrductibles chefs de
bande, un Sylla, un Sans-Souci, un Petit-Nol Prieur harcelaient
les troupes franaises de leurs attaques frondeuses et sournoises.
Et voici que par-dessus ces embarras quelque chose de sinistre
vint assombrir entirement l'horizon. Une effroyable pidmie de
fivre jaune s'abattit sur le pays.
Les europens en moururent come des mouches. L'une des
premires victims de l'pidmie fut Leclerc lui-mme, qui fut
remplac par le Vicomte de Rochambeau.
Cette situation devint de plus en plus angoissante par suite
de la guerre entire la France et l'Angleterre qui, matresse des
mers, faisait du ravitaillement de Saint-Domingue un problme
de plus en plus difficile.
Et voici que non seulement il n'y avait plus dsormais
computer sur aucun secours d'outre-mer, mais encore on devait
redouter la malfaisance d'un adversaire de plus : l'pidmie.
Ce fut ce moment-l que Donatien Marie Joseph de Vimeur,
Vicomte de Rochambeau, le successeur de Leclerc la Capitai-
nerie gnrale, organisa la terreur.
Il fit venir de Cuba un certain nombre de terre-neuves qu'il
fit dresser la chasse du Ngre.
A ce propos, le Capitaine Lemonnier-Delafosse relate le fait
suivant auquel il assist.
Un jour, sur l'habitation Charrier, au Haut du Cap, Rocham-
beau offrit ses invits la representation d'un jeu de cirque.
Au milieu d'une arne, il fit amener un Ngre nu, les mains
attaches derriere le dos. On lana quatre couples de chiens sur
ce malheureux. Les btes pralablement affames s'attaqurent
rageusement la victim qu'elles mirent en lambeaux. Le sang
ruissela. Puis, les chiens s'arrtrent, soudain, come effrays
de leur propre carnage. Alors, les bourreaux, dconcerts, dli-
rent les mains du Ngre, l'armrent d'un fouet et, baonnettes






aux reins, le poussrent assaillir les chiens. Ceux-ci, au lieu
de se dfendre par une contre-attaque, s'enfuirent en hurlant .
Tel tait le genre de distractions auquel se dlectait le sadisme
du Vicomte de Rochambeau.
Inutile d'ajouter que les chtiments usuels pendaisons,
noyades, fusillades massive taient la norme des forfaits
auxquels se complaisait le nouveau Capitaine gnral.
Vaines atrocits.
De tells abominations au lieu de ralentir la course des vne-
ments en accrurent l'intensit et l'horreur. La haine et le ressen-
timent explosrent chez les Ngres en actes de vengeance. De
plus en plus, ils se convainquirent que la seule solution du
problme de Saint-Domingue rsidait dans la destruction de l'un
ou l'autre parti en guerre. Ds lors, eux aussi, ne donnrent plus
de quarter l'ennemi. Les reprsailles s'accenturent ci nombre
et en frocit.
Surtout, ils s'acharnrent donner une issue definitive la
longue bataille. Les rencontres sc multiplirent l'cnvi. Ils
attaqurent sans rpit. L'opposition franaise s'affaiblit en pro-
portion mime des pertes fantastiques subies par les forces exp-
ditionnaires et de l'impossibilit d'en renouveler l'nergie par des
contingents frais.
Enfin, la dernire bataille survint le 18 novembre 1803, lorsque
l'arme indigne sous le commandment supreme de Jean Jacques
Dessalines, obligca l'arme franaise capituler en lui livrant le
Cap, la dernire ville qui tint encore dans la parties occidentale.
Voici en quels terms fut rdig l'Accord (le reddition :
Aujourd'hui 27 Brumaire (19 novemibre 1803), l'adjudant
Commandant Duveyrier, charge des pouvoirs du Gnral en chef
Rochambeau, Commandant l'arme franaise, pour traiter de la
reddition de la ville du Cap, et moi, Jean Jacques Dessalines,
sommes convenus des articles suivants :
Art. 1cr. La ville du Cap et les forts qui en dependent
scront remis dans les dix jours, dater du 28 present, au Gnral
en chef Dessalines.
Art. 2. - Les munitions de guerre qui seront dans les arse-
naux, les armes et l'artillerie seront laisses dans l'tat o elles
sont prsentement.
Art. 3. Tous les vaisseaux de guerre et autres qui seront
jugs ncessaires par le Gnral Rochambeau, tant pour le trans-
port des troupes et des habitants que pour l'vacuation, seront
libres de sortir au jour nomm.

SLemonnier-Delafosse. Seconde champagne de Saint-Domingue . Im-
primerie de H. Brindeau, Havre, 1846, p. 67.






Art. 4. Les Officiers militaires et civils, les troupes com-
posant la garnison du Cap, sortiront avec les honneurs de la
guerre, important leurs armes et les effects appartenant leurs
demi-brigades.
Art. 5. Les malades et blesss hors d'tat d'tre trans-
ports seront traits dans les hpitaux jusqu' leur gurison. Ils
sont spcialement recommands l'humanit du Gnral Des-
salines.
Art. 6. Le Gnral Dessalines en donnant l'assurance de
sa protection aux habitants qui restent dans la place, rclame de
la justice du Gnral lochambeau la mise en libert (les homes
du pays quell que soit leur couleur, lesquels ne pourront sous
quelque prtexte que ce soit tre constraints s'embarquer avec
l'arme franaise.
Art. 7. - Les troupes des deux armes resteront dans leurs
positions respective jusqu'au dixime jour fix pour l'vacuation
du Cap).
Art. 8. Le Gnral Rochambeau enverra pour sret (les
prsentes conventions l'adjudant commandant Urbain Devcau en
change duquel le Gnral Dessalines remettra un officer du
mme grade.
Fait en double et de bonne foi, au Quartier gnral du Haut
du Cal), les dits jours, mois et an prcits.
Sign : )DESSALINIES. DUVEYRIER.

La capitulation du Cap mettait-elle fin au conflict entire la
communuii t noire de Saint-Dominigue et la mtropole franaise ?
Sans doute. Car, pratiquement tout le territoire compris entire
le Cal Tiburon et la rivire du Massacre tait dsormais soumis
au pouvoir des indignes. Port-au-Prince, capital de la Colonie,
le Cap, sa principal ville, et toutes les autres villes occidentales
avaient t conquises par l'arme de Dcssalines. Bien plus, le fait
dcisif de toute guerre 'acculement de l'arme ennemie
l'impuissance avait t intgralement obtenu.
Ce rsultat significatif et radical n'avait-il pas t ralis
aprs une anne de combats o les adversaires en presence
dployrent des prodiges d'activits, de courage et d'hrosme
et o, enfin de compete, l'arme indigne oblige son adversaire
confessed sa dfaite.
L'Accord du 18 novembre 1803 ne pouvait tmoigner de rien
d'autre que du triomphe des revendications des Ngres de Saint-
Domingue. Et s'il fallait une preuve encore plus vidente du fait,
il n'y aurait qu' interroger le bilan des pertes franaises depuis
le dbarquement des troupes de l'expdition le 14 fvrier 1802
jusqu' la conclusion de la grande bataille le 18 novembre 1803.






M. Lemonnier Delafosse le rsume ainsi:
Du 14 fvrier 1802 au 30 novembre 1803, c'est--dire dans
l'espace de vingt et un mois, cette belle arme de Saint-Domingue
tait dfaite. Tout son courage, toute sa persvrance, tout son
dvouement n'avaient servi rien. Saint-Domingue tait aux
Ngres. Il tait jamais perdu pour la France.
Voici l'tat des pertes de l'arme :
Gnral en chef . . .. . . ... 1
Gnraux de division, Dugua, Hardy, etc.... . .. 5
Gnraux de brigade, Tolos, Saint-Martin, Dampierre . 14
Officers de tous grades . . . .. . . 1 500
Officers de sant . . . ... . 750
Soldats . .. .. . . . . . . 35 000
Matelots ..... ................ 8000
Employs ........... ...... 2000
Blancs venus de France . . . .. . .. 3 000
Hommes. .. 50 270
Prisonniers par la capitulation du Cap . . . .. 7 275
1000
Hommes. . 58 545
Lemonnier-Delafosse ajoute en note:
Tels sont les chiffres donns par M. Daure, ordonnateur en
chef Saint-Domingue, dans son ouvrage ( Bourienne et ses
erreurs , page 271), chiffres don't on ne peut rvoquer en doute
l'exactitude 1.
Le Gnral Pamphile de Lacroix, l'un des chefs valeureux de
l'arme expditionnaire, tenant compete des pertes des civils et
des militaires des deux cts, les totalise 62 481 homes. A la
page 341 du deuxime volume de ses Mmoires pour servir
l'Histoire de la Rvolution de Saint-Domingue , aprs avoir
dress le tableau prcis et rigoureux des 35 151 hommes de
troupes envoys Saint-Domingue par les diverse escadres de
l'expdition, il s'est cri avec amertume : Qu'existe-t-il aujour-
d'hui de ces forces de terre et de mer ? des dbris, et rien que de
faibles dbris les choses et les hommes ont galement disparu
La guerre a emport les hommes avec voracit...
Des trente-cinq mille cent trente et un hommes ports dans
l'tat ci-dessus, plus de vingt-cinq mille avaient suivi dans la
tombe le Capitaine gnral Leclerc; il n'existait sa mort que
deux mille deux cents combatants, environ sept mille cinq cents
malades encombraient alors les hpitaux.
Ces debris et vingt mille autres victims arrives Saint-
Domingue dans les treize derniers mois de notre domination
agonisante, ainsi que l'infortune population crole, ont pri

2 Cf. Lemonnier-Delafosse, loc. cit., p. 95.

32






aprs la mort du Gnral Leclerc, dans des proportions plus
dplorables encore que celles que prsente le lugubre tableau
suivant :
Etat des pertes faites Saint-Domingue pendant le comman-
dement du Capitaine gnral Leclerc dans l'espace de neuf mois
Habitants de tout sexe gorgs par les ordres de Toussaint-
Louverture . . . . . . .. 5000
Officers gnraux d'tat major, de corps isols iorts dans
les combats ou de maladie . . . . . 1 500
Officers de sant morts de maladies . . . . 750
Soldats tus la guerre . . . . . 5 000
Soldats morts de maladic . . . .. . . 20 000
Marins militaires morts dans les combats ou de maladie 8 000
Marines (lu commerce . . . . . . 3 000
Employs militaires et civils . . . . . 2 000
Hommes isols accourus dans la colonies pour y fire fortune 3 000
Habitants morts dans les combats . . . . 800
Habitants morts de maladie ou de fatigue dans le service
militaire .... ............ 1800
Noirs et homes de couleur tus par la guerre. .. . 7 000
Noirs et homes (le couleur morts de maladie ou (le fatigue 2 000
Noirs et homes (le couleurs noys ou tus dans des assas-
sinats . . . . . . . 4 000
Total (les hommes perdus: 62 481
par mort violent pendant le commandment du Gnral Leclerc.
En rsum, les deux crivains sont d'accord en ce qui con-
cerne les pertes militaires et le rsultat final de l'expdition : ce
fut un dsastre, le pire qui puisse atteindre une arme en cam-
pagne. Alors, une conclusion inluctable dcoule de cette dcon-
fiture. Il est inconceivable que les terms de la reddition Rochambeau ne fussent pas inconditionnels.
Il est inconceivable que les ngociations de l'Accord n'aient
pas compris dans sa rdaction que la capitulation du Gnral
en chef de l'arme franaise signifiait la capitulation total de
toute les troupes places sous ses ordres dans l'le de Saint-
Domingue et non point la seule reddition de la ville du Cap.
Il est vrai que Dessalines tenta timidement, trop timidement,
mon gr, de fair valoir ce point de vue puisqu'il charge
l'Adjudant gnral Bazelais 2 de demander Rochambeau ver-


1 Pamphilc (te Lacroix, Lieutenant-Gnral, Baron : Mmoires pour servir
l'Histoire de la Rvolution de Saint-Domingue, Paris, Pillet An, 1819,
tome II, p. 341.
2 L'adjudant gnral Bazelais avait t dsign comme otage de l'arme
indigne au camp franais come l'adjudant commandant Dcveau eut
remplir le mime rle au camp indigne afin de garantir la parfaite excu-
tion de l'accord du 19 novembre sur l'vacuation du Cap.





balement (sic) si les troupes franaises ne seraient pas tenues
d'vacuer galement l'ancienne parties espagnole. A quoi Rocham-
beau fit rpondre par le Gnral Jacques Boyer, son chef d'tat-
major, dans les terms suivants :

Ce territoire ne peut plus tre considr come espagnol
puisqu'il a t cd la France par le Trait de Ble et qu'aucun
autre Trait postrieur n'a abrog cette cession faite par le Roi
d'Espagne. D'aprs ce principle qui ne saurait tre contest, les
Franais qui occupent cette parties ne peuvent tre considrs ni
comme troupes espagnoles, ni comme auxiliaires d'une puissance
trangre, puisque le tout est franais, territoire, troupes et habi-
tants. Les troupes tenant directement l'arme franaise et qui
se trouvent dans la parties ci-devant espagnole, ne peuvent pas
tre comprises dans la capitulation signe hier, puisqu'elle n'a
absolument rapport qu' l'vacuation du Cap. Le Gnral en chef
n'a donn aucun ordre pour l'vacuation de cette parties .

Cette curieuse rponse content deux remarques distinctes.
D'abord le Gnral Boyer, parlant au nom de son chef, crut
devoir affirmer avec vigueur que le territoire oriental tait une
possession franaise en droit et en fait, que tout ce qui s'y
trouvait tait franais, troupes et habitants.
Nous sommes heureux que par del l'espace et le temps sa
pense rejoigne la ntre.
Il s'agissait bien entire les deux adversaires en presence d'une
communaut en instance de formation, dtache de la puissance
franaise d'une part qui rclamait, les armes la main, l'int-
gralit de ses droits et prtentions sur la totalit du territoire o
s'exerait cette puissance franaise et, d'autre part, la resistance
et la defense organises de la puissance franaise contre les
ambitions du group insurrectionnel. Il n'tait plus question
la priode ultime o l'on en tait de savoir sur quoi de lgitime
ou d'extravagant reposaient les rclamations et les opposition
des adversaires. S'en tant remis la decision des arms, ils
attendaient la solution des problmes sur le champ de bataille.
Et puisque le sort avait favoris le triomphe complete des armes
indignes, ce fut une trs lourde faute de n'avoir pas exploit ce
triomphe jusqu'au bout, c'est--dire rejeter l'arme franaise
par del l'Ozama.
Par ailleurs, la second remarque qu'inclut la rponse du
Gnral Boyer, c'est qu'elle a tenu tablir sur le roc solide du

1 Beaubrun Ardouin : Etudes sur l'Histoire d'Hati, Paris, Dzobri et E.
Magdeleine, libraires-diteurs, 1854, tome V, p. 467. Thomas Madiou fils :
Histoire d'Hati : Port-au-Prince, Imprimerie Joseph Courtois, 1848, tome III,
p. 96.






droit et du fait la lgitimit des titres franais sur le territoire
de I'Est.
Mais qui donc, ce moment prcis en avait contest l'authen-
ticit ? Serait-ce Dessalines ? Le Gnral en chef de l'arme indi-
gne n'avait-il pas au contraire, lui aussi, reconnu le just fonde-
ment de la proprit franaise sur toute l'tendue (le l'le en
rclamant que son droit de conqute s'tendt d'un bout l'autre
du territoire franais par substitution de titre que la gloire des
armes lui avait acquise ? Que si donc le Gnral Boyer enfonait
une porte ouverte par l'affirmation exprime dans sa rponse
la requte de Dessalines, il y avait come un sous-entendu venu
(les profondeurs (le l'inconscient savoir que les droits (le la
France sur le territoire de l'Est tenaient une certain prcarit
que des circonstances adverse pouvaient remettre en question.
Et, il me semble que c'est dans ces donnes obscures que resident
les complications auxquelles les problmes divers de la question
de l'Est donneront lieu.
En tout cas, au point o en est la relation des vnements
qui se succdrent Saint-Domingue, la fin de l'anne 1803,
nous assistons l'avneimnt et la conscration d'un fait nou-
veau qui fut le plus trange et le plus extraordinaire vnement
des sicles derniers --- la constitution d'un Etat ngre dans le
Continent amricain.
En effet, a l'aboutissement de la longue srie de rvoltes
avortes au course de leur servitude multisculaire, au term de
la lutte meurtrire et dsespre de quatorze annes de revers et
(le succs alternatifs, enfin, les Ngres de Saint-Domingue rus-
sirent tablir une nation indpendante sous le nom gnrique
de people d'Hati >.
La soudaine apparition (le la nouvelle communaut politique
dans l'archipel antilen posait pour elle-mme et pour les autres
des problmes complexes et embarrassants.
Et d'abord, du point de vue interne, quell devait tre la
forme de gouvernement que cette communaut allait se donner
pour pourvoir sa propre organisation ?
Serait-ce une rpublique dmocratique selon le modle que
lui offrait la rcente transformation dans son voisinage des treize
colonies amricaines en Rpublique fdrale des Etats-Unis de
l'Amrique du Nord ? Allait-elle, au contraire, fire revive chez
elle un gouvernement monarchique, selon les traditions auxquelles
les hommes qui en taient les fondateurs avaient t soumis par
une longue accoutumance venue des profondeurs lointaines de
leurs souvenirs autant que des images immdiates de leur pra-
tique habituelle ?
Autant de problmes parmi les plus urgents qui exigeaient
une solution immediate.






Mais la question la plus grave et la plus important tait de
savoir quelle serait l'attitude des puissances trangres, notam-
ment l'Angleterre et l'Espagne, souveraines de possessions conti-
nentales et insulaires en Amrique, proximity de la colonie
dominguoise rige en nation indpendante en ngation des droits
de sa mtropole ? N'y avait-il pas l un example aussi per-
turbateur que dangereux don't il fallait carter la contagion
ventuelle aux autres colonies du voisinage ? Et le danger ne
s'accroissait-il pas quand la menace d'une brche possible de
la domination politique s'ajoutait la menace d'une perturbation
plus troublante du statut mme du rgime du travail en honneur
dans tout le continent amricain ? L'abolition solennelle de l'es-
clavage sur le territoire dominguois proclame come l'objectif
supreme de la Rvolution victorieuse du nouveau people
d'Hati , n'tait-elle pas un principle redoutable la stability
conomique de toute possession colonial aussi bien insulaire que
continental don't le regime fundamental reposait sur l'esclavage ?
Enfin, l'tablissement du nouvel Etat avait fait surgir un
autre problme aussi premptoire qu'impertinent, savoir qu'il
refusait le droit de proprit sur son territoire tout blanc quelle
que fut sa nationalit.
Telles taient les questions prjudicielles poses la naissance
du people d'Hati lorsqu'au 1er janvier 1804, il signifia sa
constitution au monde entier par droit de conqute.
La lutte pour la liberation de l'homme, telle tait sa vocation.
En some, par la vertu intrinsque de son existence, il portrait
tmoignage que l'esclavage est une odieuse ngation des droits de
l'homme. Il affirmait par consquent qu'aucun tre human ne
pouvait tre la proprit d'un autre tre human. En outre, il
affirmait la libre possibility (le tout home au libre panouisse-
ment de sa personnalit. Il affirmait l'galit de tous devant les
privileges inalinables attachs l'essence mme de la nature
humane.
L'Hatien venait d'insrer dans la matrice de l'action les
principles immortels de la Rvolution amricaine et de la Rvolu-
tion franaise. Il tait lui-mme une tape concrete de l'une et
l'autre Rvolution.
Les jeux taient faits. La lutte tait dsormais engage entire
la nouvelle communaut dvoue dfendre son existence et les
puissances antagonistes attaches la sauvegarde de leurs
intrts.











CHAPITRE II


La question de l'Est





Cependant, des contradictions inhrentes au processus de sa
formation et aux circonstances de sa naissance allaient rendre
difficile la poursuite de l'objectif que le people d'Hati se
proposait d'atteindre et incertaine la dure mme de son exis-
tence pendant trs longtemps.
Ainsi commena pour cette communaut la lutte pour la vie.
Et d'abord du point de vue gographique.
Puisque selon l'enseignement lmentaire de la sociologie, il
ne saurait y avoir de nation sans la possession pralable d'un
space dtermin et appropri, de quoi tait compos le territoire
que s'tait attribu le people d'Hati ? Quelle en tait l'ten-
due ? Quelles en taient les limits ?
Les actes constitutifs de la nationality hatienne rpondent
ces diverse questions de faon catgorique. Ils s'expriment
come suit



ARME INDIGNE

Aujourd'hui ler janvier 1804, le Gnral en chef de l'arme
indigne accompagn des Gnraux de l'arme, convoqus
l'effet (le prendre les measures qui doivent tendre au bonheur
du pays;
Aprs avoir fait connatre aux gnraux assembls ses vri-
tables intrts, d'assurer jamais aux indignes d'Hati un gou-
vernement stable, objet de sa plus vive sollicitude; ce qu'il a fait
par un discours qui tend fair connatre aux puissances tran-
gres, la resolution de rendre le pays indpendant et de jouir
d'une libert consacre par le sang du people de celle le; et
aprs avoir recueilli les avis, a demand que chacun des gnraux

37






assembls pronont le serment de renoncer jamais la France,
de mourir plutt que de vivre sous sa domination, et de combattre
jusqu'au dernier soupir pour l'Indpendance.
Les gnraux pntrs de ces principles sacrs, aprs avoir
donn d'une voix unanime leur adhsion au project bien mani-
fest d'Indpendance ont tous jur la postrit, l'Univers, de
renoncer jamais la France, et de mourir plutt que de vivre
sous sa domination.
Fait aux Gonaves, ce ler janvier 1804 et le premier de l'Ind-
pendance d'Hati.
Suivent les signatures.

II
Au nom du people d'Hati,
Nous, gnraux et chefs des armes de l'lle d'Hati, pntrs
de reconnaissance des bienfaits que nous avons prouvs du
Gnral en chef Jean Jacques Dessalines, le protecteur de la
libert don't jouit le people; au nom de la libert, au nom de
l'indpendance, au nom du people qu'il a rendu heureux, nous le
proclamons Gouverneur gnral vie de l'Ile d'Hati; nous jurons
d'obir aveuglment aux lois manes de son autorit, la seule que
nous reconnatrons; nous lui donnons le droit de faire la paix,
la guerre, de nommer son successeur.
Fait au quarter gnral des Gonaves, le ler janvier 1804,
premier jour de l'Indpendance.
Suivent les signatures.

III
Mme aprs l'chec en mars 1805 de l'arme indigne devant
Santo-Domingo don't nous parlons plus loin, Dessalines ne crut
pas moins prtendre que l'lle entire format le territoire du
people d'Hati .
Ainsi le consacra la Constitution impriale du 20 mai 1805 .

DECLARATION PRLIMINAIRE
Art. 1er. -- Le people habitant l'lle ci-devant appele Saint-
Domingue, convient de se former en Etat libre, souverain et ind-
pendant de toute autre puissance de l'univers, sous le nom de
l'Empire d'Hati.
Art. 2. --- L'esclavage est jamais aboli.


'Cf. Thomas Madiou fils. Op. cit. III volume, p. 119.






Art. 12. Aucun blanc, quelle que soit sa nation, ne mettra
le pied sur ce terriloire, litre de matre on de propritaire et ne
pourra l'avenir y acqurir aucune proprit.
Art. 13. --L'article prcdent ne pourra produire aucun
effect, tant l'gard des femmes blanches qui sont naturalises
hatiennes par le gouvernement qu' l'gard des enfants ns ou
natre d'elles. Sont compris dans les dispositions du present
article, les Allemands et Polonais naturaliss par le Gouver-
nement.
Art. 14. Toute acception de couleur parmi les enfants
d'une seule et mme famille don't le Chef de l'Etat est le pre,
devant ncessairement cesser, les Hatiens ne seront dsormais
connus que sous la denomination gnrique de noirs.


Art. 18. Sont parties intgrantes de l'Empire les Iles ci-
aprs dsignes : Samana, la Tortue, la Gonve, les Caycmittes,
l'Ile a Vaches, la Saona et autres les adjacentes .


Donc voil qui est clair, ds le premier jour de la proclama-
tion de l'indpendance et selon les actes par quoi le novel Etat
affirmait sa volont d'indpendance devant les autres nations, la
communaut hatienne s'tait approprie toute l'tendue de l'le
pour son habitat, elle ne reconnaissait que la mer come limits
et mme jusque-l elle affirmait sa souverainet sur les les
adjacentes don't le territoire est flanqu du Nord au Sud par la
Tortue et l'lle Vaches, de l'est l'ouest par Samana (qui n'est
d'ailleurs qu'une presqu'le), la Saone et la Gonve.
Ces affirmations n'taient-elles que des noncs de principles
come ceux que contiennent les art. 2, 12 et 14 de la Constitution
de 1805 ou bien concrtisaient-elles des faits justifis par leur
emprise dans l'espace et le temps ? N'taient-elles que la simple
reproduction de l'article 1er de la Constitution de Toussaint Lou-
verture de juillet 1801 ainsi conu :

Saint-Domingue dans toute son tendue, et Samana, la Tortue,
la Gonue, les Cayemittes, l'lle Vaches, la Saone et autres Iles
adjacentes, forment le territoire d'une seule colonie, qui fait
parties de l'Empire franais, mais qui est soumis des lois par-
ticulires 2.


1Louis Joseph Janvier : Les Constitutions d'Hati. Paris. C. Marpon et
Flammarion, 1886, p. 31 et 32.
2 Louis Joseph Janvier. Op. cit., p. 8.






Un examen superficiel de ces questions ne peut aboutir qu'
une seule conclusion, c'est que la declaration d'indpendance faite
par le people d'Hati pour tout le territoire de l'Ile, au ler jan-
vier 1804, n'avait qu'une valeur de symbole, tant donn qu'elle
ne s'appuyait pas sur un tat de fait.
Si l'on pense que cette indpendance, tell qu'elle venait d'tre
tablie, tait l'aboutissement glorieux d'une champagne militaire,
le parti victoricux aurait d contraindre l'ennemi vaincu con-
clure la paix aux conditions qu'il lui aurait imposes.
Dans l'espace, ces conditions devaient tre l'vacuation de la
parties de l'Est par l'arme franaise et la capitulation de la ville
de Santo-Domingo, sa dernire forteresse.
Dessalines l'avait-il compris ?
Assurment.
Nous en avons le tmoignage par l'interrogation qu'il a
adresse verbalement Rochambeau sur ce point et par la
rponse que celui-ci lui a faite selon la lettre du Chef d'Etat-
major Jacques Boyer, rapporte ci-dessus.
Mais Dessalines avait-il les moyens de rduire son adversaire
a une reddition total, selon sa volont imperative de vainqueur ?
Certainement, si nous nous en remettons la situation mili-
taire de complete dfaite i laquelle i'arme franaise avait t
accule : un dsastre, les dbris de l'arme et son Commandant
supreme ayant t faits prisonniers par l'arme anglaise.
Alors que restait-il donc dans l'le ? Rien qu'une faible gar-
nison Santiago de los Caballeros compose de 600 homes sous
les ordres du Gnral Ferrand, une autre de 400 sous le comman-
dement de Kerverseau Santo-Domingo, auxquels il faut joindre
500 homes de la garde civique espagnole', au total 1500
homes.
Est-ce que ce minime rideau de troupes pouvait rsister
l'avalanche de plus de 20 000 homes don't se composait l'arme
victorieuse de Dessalines, aguerris par quatorze annes de com-
bats et qui venait d'tre galvanise par la victoire ?
A quoi donc attribuer la lourde faute du Gnral en chef de
l'arme indigne qui s'abstint d'aller jusqu'au bout de son
triomphe en poursuivant l'arme ennemie en droute pour
nettoyer l'le de tout vestige d'Occupation trangre ?
Peut-tre avait-il calcul que s'il avait pu purger la parties
occidentale de toutes les forces enemies qui lui avaient t


1 Lemonnier-Dclafossc. Op. cit, p. 121.
2Les troupes qui prirent part la bataille du Cap taient composes de
15 demni brigades d'infanterie et de 3 escadrons, soit au total 27.000 homes.
Les pertes furent de 1200 hommes tus et 2000 blesss environ. Cf. Madiou.
Op. cit., Ill volume, p. 83 et 91.






opposes, le rest n'avait qu'une importance secondaire, incapable,
en tout cas, de tenir tte ses soldats dont le nombre et la valeur
ne lui taient que trop connus ?
Peut tre que sa demand verbale sans pression ni insistence,
d'une capitulation de la parties de l'Est et la rpons negative
qu'il en reut ne lui ayant laiss aucune autre alternative que la
conqute par la violence, il s'tait rserv le choix de l'heure pour
entreprendre la nouvelle et dernire champagne ?
En attendant, crut-il d'abord plus opportun, plus prudent et
plus expditif d'organiser l'Etat, cl'asseoir le gouvernement sur
de solides fondements administratifs et surtout d'intensifier la
defense de la parties occidentale contre tout retour offensif d'une
ventuelle expedition maritime malgr que la France fut en
guerre avec l'Angleterre, matresse de la mer. Cette dernire con-
sidration n'tait pas sullisante pour crer un optimism reposant
chez Dessalines.
Sa mfiance du blanc tait telle qu'une trve soudaine, voire
la paix entire l'Angleterre et la France, ne devait pas lui paratre
invraisemblable. Alors, qui pourrait lui garantir que les routes
maritimes ne seraient pas libres de toute entrave quelque
ventuelle expedition franaise ? Est-ce que Toussaint Louver-
turc dans une conjoncture presque similaire ne fut pas victim
d'un faux calcul bas sur l'inimiti des grande puissances ?
Il fallait viter le retour de tels errements en ne comptant
que sur soi d'abord et presqu'uniqucment sur soi. Donc, en dfi-
nitive, consolider l'tat de fait dans la parties occidental a sembl
tre la tche immediate des hommes qui venaient d'accomplir
l'oeuvre splendid de constituer une nouvelle nationalit.
C'est peut tre pourquoi Dessalines divisa son action en deux
parties et en deux temps: donner un tat civil au people
d'Hati d'abord et, ensuite, tendre son aire d'habitat du Mle
Saint-Nicolas au Cap-Engano.
Quoi qu'il en ft, de n'avoir pas exploit sa victoire en rejetant
l'ennemi au-del de l'Ozamna, il n'en commit pas moins une
grande faute don't les lourdes consequences se dveloppent avec
une implacable rigueur la faveur de prs d'un sicle et demi
d'histoire. Evidemment, il est hasardeux pour un pauvre historian
sans titre ni quality de juger de technique militaire la recule
du temps. Il est facile en mettant du noir sur du blanc de dcider
de ce qui aurait d tre fait puisque nous possdons l'heure
actuelle des lments de discussion et d'apprciation que nos
pres n'avaient pas leur disposition au moment de l'action.
Ainsi, du tmoignage d'un Pamphile de Lacroix ou d'un
Lemonnier-Delafosse, qui appartinrent l'un et l'autre au Corps
expditionnaire, nous savons quelles conditions prcaires taient
rduits les dbris de l'arme franaise la reddition du Cap.






Donc, il nous apparat ais de croire que l'adversaire les aurait
compltement anantis s'il avait poursuivi et ralis les cons-
quences de sa victoire.
Nous ignorons, cependant, dans quelle measure le Gnral en
chef et son Etat-Major hatien avaient t avertis de la situation
dsespre dans laquelle se trouvaient les lments ennemis au-
del du Massacre. Par consquent, nous ne pouvons pas les
condamner d'avoir cru qu'il tait imprudent de s'engager imm-
diatement aprs la chute du Cap dans une nouvelle champagne et
dans ce vaste pays deux fois plus tendu que la parties occidentale,
une distance de plus de cinq cents kilomtres de leur base
d'approvisionnement en armes et en munitions.
Dans tous les cas, il nous semble que de l'aveu mme de
Delafosse, Rochambeau avait ordonn la capitulation tant au
Gnral Ferrand, cantonn avec 600 hommes Santiago de los
Caballeros, qu' Kerverseau, qui ne disposait que de 400 hommes
Santo Domingo.
Ce fut un malheur et l'un des plus grands de notre histoire
qu'ils ne fussent pas immdiatement attaqus et vaincus !
Car lorsque Ferrand, inform du dsastre du Cap, s'empressa,
par marches forces, de rallier la garnison de Santo-Domingo
avec ses troupes, les habitants de Santiago de los Caballeros se
dpchrent de faire leur soumission Dessalines.
Celui-ci leur imposa une contribution de cent mille piastres.
Quelle stupfiante incomprhension !












CHAPITRE III


La parties de l'Est

Une esquisse de sa structure conomique et social
(1492-1822)



Mais, en some, qu'tait-ce que cette Partie de l'Est don't
il a t si souvent question dans cette tude ? Que reprsentait-
elle, quelle en tait sa signification gographique, historique et
politique au moment o s'accomplissaient les vnements d'o
naquit la nationalit hatienne ?
Dans les pages prcdentes, on a essay d'tablir comment
la gloire imprissable revint leurs Majests Catholiques d'avoir
quip l'expdition de Colomb, l'immortel dcouvreur.
Ds lors, il tait natural et logique que l'Espagne fut la bn-
ficiaire immediate des avantages de tous genres qui devaient
rsulter des succs de l'entreprise. Rayonnement spiritual et
politique de la Couronne de Castille, enrichissement de son com-
merce, extension de ses possessions d'outre-mer. Mais on a
galement tent d'esquisser en quelles conditions les autres
nations europennes se rurent au partage des nouvelles terres
et comment la France occupa conjointement l'Ile d'Hati avec
l'Espagne. Que chacun de ces deux pays eut imprim au dve-
loppement de sa colonie l'impulsion qui fut la marque de son
gnie propre, encore que le mme systme de servitude prvalt
dans l'une et l'autre exploitation ce fut l'une des caractris-
tiques qui distingua la physionomie l'une de l'autre possession.
Nous ne dirons jamais assez combien cette distinction laissa
l'empreinte d'une similitude plus ou moins accuse de mours,
de coutumes et d'aspirations aux peuples qui se succdrent dans
l'une et l'autre parties de l'le quand le destin politique en aura
fait passer les titres de proprit en leurs mains.
Quoiqu'il en soit, nanmoins, la premiere des distinctions
entire les deux colonies provint, sans doute, de leur mode de
peuplement, et, peut-tre aussi, dans une certain measure du
moins, de leur respective ordonnance gographique.






Si, pour justifier ce dernier point de vue, on considre que la
cordilire central qui domine l'agencement orographique de l'le
prodigue les plus grandes valles et les plus large planes l'Est,
tandis qu' l'Ouest le dveloppement montagneux s'enchevtre
en une srie de chanes coupes de planes ctires de peu
d'tendue, si, d'autre part, la distribution hydrographique enrichit
l'Est d'un nombre plus considerable de course d'eau, grossis par
des pluies saisonnires plus abondantes, il s'ensuivra des cons-
quences assez probantes pour qu'on les admette come signa-
ltiques de la structure physique de l'une et de l'autre parties.
Mais la difference gographique s'ajoutera la dissemblance
du peuplement qui prvalut de part et d'autre.
On se souvient que le point de dpart du peuplement de l'le,
un moment de la dure, surgit de l'illusion que suscita la
richesse suppose de son sous-sol en minerals aurifres.
On doit se rappeler, propos, que le phnomne qui frappa
le plus vivement l'attention de Colomb, ce fut l'apparente abon-
dance de l'or don't les caciques et les naturels du pays donnrent
le tmoignage par leur brillante parure et qu'ils offraient avec
prodigalit aux nouveaux venus en change de quelque verroterie.
Ils indiquaient en mme temps la provenance du prcieux
mtal en en situant le dpt quelque part, l'Est, vers le Cibao,
o les deux fleuves, les Yaquis del Norte et del Sur, prennent
leur source.
On sait que de ce fait naquit une nouvelle venture : la rue
vers l'or.
Elle pesa pendant longtemps sur le destin de la colonie en
instance de formation.
En effet, ds le second voyage de Colomb, en 1493, et pendant
les annes subsquentes, une immigration progressive d'Espagnols
envahit Saint-Domingue la recherche de l'or.
Ce fut l'origine du peuplement de cette parties de l'le.
Que cet engouement d'abord productif n'eut, la suite qu'une
dure phmre n'ayant pas about aux rsultats auxquels on
s'attendait, que les mines du Cibao rapidement puises par une
exploitation abusive et en surface, fussent, moins d'un demi-
sicle, d'une telle mdiocrit de rendement qu'elles dsenchan-
trent les plus optimists, ce fut aussi le fait qui dtermina
quelques-uns des pionniers chercher sur place un autre emploi
de leur ardeur, une justification de leur presence sur le sol de
Quisqucya.
Alors, hon gr mal gr, ils se retournrent vers une mise en
valeur agricole de cette terre vierge abondamment arrose et
gnreusement fconde.
Tentative mesure, incertaine et parcimonieuse. et l quel-
ques fermes. On y cultiva le tabac originaire du pays d'ailleurs





comme le manioc, puis la cannc--sucre don't les premiers plants
vinrent des Canaries. On introduisit l'levage du btail, qui trouva
dans les vastes plains herbues la plus grande opportunity (le
reproduction. Et, enfin, les essences diverse, don't l'acajou fut le
prototype, firent de la coupe de bois l'occupation la plus rmu-
nratrice.
Telles furent les assises conomiques de cette colonies espagnole
de Saint-Domingue don't l'closion circonstancie marqua d'une
empreinte plus prcise la parties orientale de l'le, laissant en friche
la parties occidental qui offrait moins d'aisance une exploitation
erratique et incoordonne cause de la nature plus accidente,
plus montagneuse de son sol et l'absence du mtal jaune.
La colonie espagnole eut ses heures de gloire pendant les
quarante premieres annes de sa foundation entire 1492 ct 1530
environ. L'or de Quisqueya enrichit le trsor de la mtropole et
permit la Couronne de Castille de dominer l'Europe par des
guerres de conqute et de prestige. Il attira galement un grand
nombre de sujets par une immigration dense dans le bassin des
Antilles. L'effort colonisateur s'accentua de plus en plus l'Est
o des villes come Santo-Domingo, Santiago de la Vega, San
Juan de la Maguana et d'autres tmoignrent de la prosprit dc
la nouvelle communaut.
Cependant, ce movement de migration vers l'Est laissait
toutes les ctes de l'Ouest abandonnes l'agression des puis-
sances maritimes de l'Europe tells que la France, l'Angleterre,
la Hollande contre lesquelles l'Espagne livrait une guerre d'hg-
monie sur le continent. Des flottes de pirates sillonnaicnt l'Atlan-
tique et pillaient les gallons espagnols, en route pour la presqu'le
ibrique. Elles prenaient leurs points d'appui dans les petites les
de l'Archipel antilen, notamment Saint-Christophe, et ranon-
naient les voiles enemies sans merci.
Ce fut dans cet ordre d'aventures que l'le de la Tortue situe
dans le Canal du Vent, fut choisie par la flibuste come le meil-
leur pivot d'attaque pour entreprendre ses exploits de la haute
mer en mme temps qu'elle servait de base pour assaillir les ctes
occidentales de la colonie espagnole.
De fait, elle constitua pendant un temps le foyer d'o les
Franais rayonnrent pour s'infiltrer dans la grande terre de
l'autre ct du canal. Lentement, mthodiquement, ils accapa-
rrent les ctes inoccupes, puis s'enfoncrent plus avant dans
les regions inexploites. Peu peu, au long des ans, ils tablirent,
eux aussi, leur colonie de Saint-Domingue qui devint l'ombre
du temps une rivale puissante, de l'autre, la Santo-Domingo
espagnole. Si puissante, si riche et si glorieuse au XVIIIe sicle,
qu'elle n'tait rien de moins que la plus belle parure de la Cou-
ronne de France.






Comme bien l'on pense, une telle rivalit ne pouvait pas
exister sans provoquer d'inluctables conflicts entire les deux occu-
pants d'un territoire aussi exigu que l'le d'Hati et ses dpen-
dances, soit 77 000 km2 environ.
Et d'abord les conflicts vinrent sur la validit des titres de
possession. Contestables et contests de part et d'autre. Il ne
s'agissait, en definitive, que du droit du plus fort sur un bien
ravi par l'un et par l'autre concurrent l'Indien limin le
vritable propritaire.
A un moment o la conqute de la plante par la violence
tait la rgle, seule la force crait le droit. Puis, on s'accommoda
de l'tat de fait, cependant que les prtentions des parties s'arr-
taient des frontires imprcises que l'humeur belliqueuse fran-
chissait au gr des circonstances. Etat prcaire et dangereux,
s'il en fut.
Mais dans les contingencies des conflagrations continentales,
selon la fortune des champs de bataille, au hasard des coalitions
et des compromise, les territoires d'outre-mer avec leurs resources
et leur matriel human, faisaient l'objet des marchandages et
des changes dans les conditions de paix tout comme les rgions
oi taient effectivement campes les armes des puissances en
guerre.
Ce fut ainsi que le Trait de Ryswick, conclu en 1697 la fin
du conflict qui mit la France aux prises avec les Princes de la
Ligue d'Augsbourg, l'art. IX reproduisit textuellement l'art. VII
du Trait de Nimgue de 1678, conu dans les terms suivants :
Le dit Seigneur Roi Trs Chrtien fera aussi restituer
S. M. Catholique toutes les villes, places fortes, chteaux et postes
que Ses armes ont ou pourraient avoir occups jusqu'au jour
de la paix et mme depuis icelle en quelques lieux du monde
qu'ils soient situs, comme pareillement Sa dite Majest Catho-
lique fera restituer S. M. Trs Chrtienne toutes les places
fortes, chteaux et postes que ses armes pourraient avoir occu-
ps durant cette guerre jusqu'au jour de la publication de la
paix ct en quelques lieux qu'ils soient situs.
Ce fut donc en vertu de cette clause et sans que Saint-
Domingue y fut expressment dnomme que S. M. Catholique
fit cession S. M. Trs Chrtienne de la parties occidentale de l'le,
lgalisant ainsi un tat de fait vieux de plus de trois quarts de
sicle.
Nanmoins, quoiqu'il en put tre, cette dmarche laissa encore
indcise la dlimitation des frontires des deux possessions qui
ne se ralisera qu'au Trait d'Arranjuez en 1777.
Mais, dans le laps de temps ingalement rparti d'ailleurs,
145 ans d'un ct et 285 ans de l'autre pendant lequel s'est

1 C'est nous qui soulignons.






poursuivie la formation des deux communauts dominguoises
jusqu' cette date de 1777 et mme au-del, jusqu' l'closion de
la Revolution franaise en 1789 ou l'indpendance hatienne en
1804 --- soit un peu plus de 300 ans d'une part et moins de
175 ans d'autre part il est vident que les differences de struc-
ture conomique et social s'accenturent selon le rythme dj
signal.
Ainsi que nous avons cherch le dmontrcr, le peuplement
respectif de l'un et l'autre territoire en donna la modalit.
A quel maximum atteignit-il et en quelle anne ?
Il est difficile de le savoir. Nous n'avons l-dessus aucune
documentation certain.
Ce qui semble ressortir de l'examen des donnes don't nous
disposons, c'est un paralllisme entire la prosprit du territoire
et l'accroissement de la population d'une part, la dcadence co-
nomique et la population d'autre part.
Par example, nous savons que, un moment donn, la com-
munaut espagnole de Santo-Domingo s'est panouie dans la
splendeur et l'opulence. Ce fut sous le proconsulat de Nicolas
Ovando, vers 1506. Il semble bien qu'on puisse considrer cette
poque comme l'apoge de l're de grandeur laquelle parvint
Hispaniola et aussi celle o y afflua le plus grand nombre d'mi-
grants venus de la mtropole. Nous en avons trouv le tmoignage
dans les vieux chroniqueurs de l'poque. En consequence de quoi,
Charlevoix crivit leur suite : Il se faisait en ce temps-l dans
l'le espagnole quatre fontes d'or chaque anne : deux dans la
ville de Buena-Ventura pour les vieilles et les nouvelles mines de
Saint-Christophe et deux la Conception qu'on appelait commu-
nment la ville de la Vega pour les mines de Cibao, et les autres
qui se trouvaient plus porte de cette place. Chaque fonte four-
nissait, dans la premiere de ces deux villes, cent dix ou vingt-six
mille mars. Celles de la Conception de la Vega donnaient ordi-
nairement 125 ou 130 et quelque fois 140 000 marcs; de sorte que
l'or qui se tirait tous les ans des mines de toute l'le montait
460 000 mars. Aussi, sur le bruit qui se rpandit en Espagne,
qu'on faisait en trs peu de temps et sans rien risquer des for-
tunes considrables dans cette colonie, pour un peu qu'on fut
des amis du Gouverneur gnral, il ne se trouva plus bientt assez
de navires pour y porter tous ceux qui s'empressaient pour y
aller partager tant de trsors.
Or, le mme phnomne -on entend le rush vers l'or
portait en soi le germe d'un processes de dcadence.

1Pierre Franois Xavier Charlevoix : Saint-Domingue ou l'Isle Espa-
gnole. Franois Didot MDCC, Paris, tome I, p. 266.






Il se dclenchera quand moins de trente ans plus tard, les
mines puises ne purent plus satisfaire les apptits des farouches
chercheurs de fortune. Ceux-ci reprirent promptement leurs
courses aventureuses vers les autres rgions o la frnsie des
dcouvertes et la perspective plus grande de richesse appelaient
I'audace des nergies neuves.
Alors Hispaniola servit de pivot tous ceux qui voulaient
s'orienter vers le continent, allant Panama, au Mexique, au
Prou, l'appel du mtal et de nouvelles ventures. Et le dclin
de la colonies suivit la courbe de l'exode des pionniers polariss
par l'appt irresistible de la fortune en des terres plus lointaines.
Isormais, le dpeuplement graduel qui en rsulta devint la
norme de la vie Saint-Domingue.
Pendant toute la second moiti du XVIe sicle qui fit suite i
l're de prosprit concomitante la priode de la dcouverte,
la dcadence d'Hispaniola ne fit que s'accentuer au point que
l'attaque et l'occupation de la ville de Santo-Domingo par Sir
Francis Drake en 1586, le pillage et la destruction de la ville
qui en furent la consequence acclrent le processus de dcom-
position don't la colonie tait frappe.
Cet tat d'alanguissement et de misre profit l'envi aux
entreprises d'invasion des flibustiers franais qui s'installrent
sur les ctes occidentales de l'le l'aurore du XVIIe sicle, s'in-
filtrrent dans l'hinterland, s'accrochrent solidement au sol, le
cultivrent, l'amliorrent jusqu' en faire au course de la dure
la plus belle possession de la Couronne de France.
Ici aussi le problme du peuplement s'imposa l'attention
des pionniers. Ici come l, l'autochtone se rvla impropre aux
dures conditions qu'iimposaient les Europens. Mais ici, au con-
traire, la fivre de l'or -- puisqu'il n'en pouvait tre question -
n'avait point dchan dans la mtropole franaise un courant
d'migration vers la colonies. Non point qu'il ne s'y produist une
attraction provoque, encourage par l'Administration, elle-mme.
On veut dire que si la Couronne de France suscita un movement
d'intrt l'expatriement de ses sujets vers sa nouvelle posses-
sion d'outre-mer, le nombre des migrants qui obirent l'appel
royal fut proportionnellement infrieur celui qui, de l'autre
ct du Cibao, format la masse de la population europenne.
En outre, il fut different en quality et en valeur. On ajoutera,
cependant, que quality et valeur s'entendent surtout des premires
vagues de gens condamns de droit common, vagabonds,
dsoeuvrs (le toute catgorie don't la Castille tait heureuse de se
dbarrasser qui s'introduisirent Hispaniola et constiturent
les premires couches de son peuplement .

SCh rlevoix. I.oc. cit., tome I, p. 36.






Toutefois, il est galement just (le faire remarquer qu'au
dessus de ces troupeaux mal fams et au fur et measure que la
colonisation se dveloppait, quelques chantillons de braves gens,
voire quelques families dle noble souche fonctionnaires d'admi-
nistration ou autres formrent un lot d'honorabilits qui
contrastrent avec le rest.
Mais quel fut le nombre plus ou moins exact de l'ensemble
(le la population d'Hispaniola l'poque don't il s'agit ?
Il est difficile si ce n'est impossible de tracer une course nette
et vridique de la population ou du peuplement, soit d'une parties,
soit de la totalit de l'le n'importe quel moment entire 1492
et 1804.
La raison en est qu' la dcouverte, le dnombrement des
autochtones ne fut pas entrepris par les Espagnols et ensuite
parce qu'entre 1492 et 1804, il y eut un tel enchevtrement de
faits et de circonstances, une tell diversity de transferts, de dpla-
cements et de destruction de populations que l'laboration de la
morphologie social devient une tache scabreuse et dcourageante
pour des essais de statistique.
Quoi qu'il en soit nanmoins, et en ce qui concern d'abord
la population autochtone, si nous nous en rapportons aux chiffres
noncs par les plus anciens chroniqueurs, un Las Casas, par
example, et maints autres historians ultrieurs, Colomb se serait
trouv en presence de quelque trois millions d'mes lorsqu'il
dcouvrit Quisqueya.
Evaluation arbitraire et qui justified la remarque sagace de
Charlevoix :
Quelques auteurs ont prtendu qu'on y trouva trois millions
d'mes. D'autres en retranchent les deux tiers. Peut-tre ceux-ci
en mettent-ils trop peu, mais il y a beaucoup d'apparence que
ceux-l en mettaient trop et qu'il faut prendre un milieu entire
ces deux opinions. 1
Morcau de Saint-Mry place les approximations un chiffre
encore plus bas : 700 000 mes !
A quelque perplexit que nous amne l'incertitude de ces
donnes, il en rsulte, cependant, qu'un accord tacite semble
tablir le nombre des autochtones plusieurs centaines de mille
pendant les deux ou trois premires annes qui suivirent la
dcouverte.
Mais le fait le plus saisissant de cette poque de troubles et
de cruaut, ce fut la rapid dcroissance des indignes en quel-
ques decades d'occupation espagnole.

SCharlevoix. Loc. cit, tome I, p. 36.

49






En 1507, il ne restait dj plus dans toute l'le espagnole
que 60 000 mes, c'est--dire la seizime parties peu prs de ce
qu'on y avait trouv quinze ans auparavant. 1
En 1511, il ne restait plus que quatorze mille Indiens charges
de tout le travail de la colonie, et cette race allait tre tout fait
retranche.
En 1535, il n'y en avait plus que quatre mille autour de
l'hroque cacique Henri 3, qui, selon le Trait pass entire lui et
les reprsentants de S. M. C., tablit le dernier royaume indigne
d'Hati Boya, rduit uniquement quatre mille vassaux, plus
ou moins condamns par le destin perdre avec le temps le peu
de prrogatives qu'ils conservrent et disparatre compltement
comme race en se confondant indistinctement avec les Europens
et les Africains, sans laisser leurs hritiers de la terre qui leur
appartnt d'autre souvenir que celui du tourment de leur martyre
et l'exemple de leur amour de la libert et de l'indpendance. 1
La dcroissance des autochtones s'tait associe une dca-
dence parallle de la colonie. Les procds de sa mise en valeur
par le travail servile en conduisant les indignes une rapide
disparition, n'avaient pas trouv dans l'importation des Africains
encore moins dans l'immigration blanche venue de la mtropole,
la solution du problme de la main-d'euvre. Puis, les assauts des
tablissements ctiers par les pirates, les destruction causes par
les sismes et les pidmies, l'obligation impose par le monopole
du commerce don't la mtropole dfendait jalousement le pri-
vilge, alors que les mers taient sillonnes de voiles enemies -
tout cela contribua rendre pitoyable l'tat de l'le d'Hati au
rythme des annes.
L'historien Jos Gabriel Garcia en a bross le tableau dans les
terms suivants : Quand, la fin de 1697, la cession de la parties
occidentale fut accorde la France, la situation de l'le tait

1 Moreau de Saint-Mry.
2 Placide Justin : Histoire politique et statistique de l'le d'Hati, Saint-
Domingue, crite sur les documents officials et des notes communiques par
Sir James Barskett, ancien Gouverneur britannique dans les Antilles. Paris,
1826, p. 40 et 42.
3 Le Pelletier de Saint-Rmy : Saint-Domingue. Etude et Solution nou-
velle de la question hatienne . Paris, Arthur Bertrand, 1846, p. 9.
SJos Gahriel Garcia : Compendio de la Historia de Santo-Domingo.
(Tercera Edicion aumentada y corregida). Tomo I, p. 113.
... a establecer en la limitada juridiccion de Boy eI reinado del iltimo
cacique de Haiti, reducido unicamente cuatro mil vasallos, poco mas 6
menos condenados por el destino perder con el tiempo las pocas prerro-
gativas que conservaron, y desapareccr por complete como raza confun-
diendose indistintamente con los europeos y los africanos, sin dejar a los
herederos de la tierra que les pertenceio otros rccuerdos que el tormento
de su glorioso martirio y el ejemplo de su amor la libertad y la
independencia .






aussi triste que dsole cause des diffrents vnements aux-
quels la paix de Ryswick apporta un terme. Les champs furent
dpeupls, les villes ruines et misrables, l'agriculture en dca-
dence, le commerce mort. Et I'esprit public fut si abattu que,
tout moment, des families entires abandonnrent le pays, domi-
nes par l'esprance de trouver un meilleur avenir dans les
Antilles voisines ou dans l'Amrique du Sud. 1
Quarante ans plus tard, les calamits semblent avoir, encore
obscurci, le sort de la colonie puisque le mme historien a relat
qu'en 1739 des signs de dtresse similaires ceux signals en
1697 avaicnt reparu :
L'tat de la parties espagnole en 1739, dit-il, ne pouvait tre
ni plus triste ni plus affligeant. Tout prsentait en elle un aspect
ruineux. Elle ne possdait qu'une population clairseme, rduite
selon quelques historians seulement six mille mes dissmines
dans les vestiges de Cotui, Banica, Santiago Azua, Monteplata,
Bayaguana, La Vega, Higuci, El Seibo et Santo-Domingo toutes
villes en dcadence et condamnes disparatre puisque plus de
la moiti de leurs difices taient compltement en ruines et que
la majeure parties de ceux qui taient encore debout taient ferms
par l'absence de leurs propritaires. Celte situation s'tendit aux
champs o il y avait partout des maisons et des terrains sang
matres connus don't profitaient les premiers venus qui en pre-
naient possession parce que ou bien leurs propritaires primitifs
avaient migr en d'autres lieux ou bien n'y avaient pas laiss
de successeurs. 2


1 La situation de la isla cuando en 1697 se levo i cabo la cesion la
Francia de la part occidental de ella, cra tan triste como desconsoladora
porque con motivo de los diferentcs acontccimentos a que tuvo termino la
paz de Ilyswick, los campos sc encontrahan despoblados, las ciudadcs
arruinadas y miserables, la agriculture en decadencia, el comcrcio muerto,
y el espiritu public tan abatido, que families enters abandonaban el pais
a cada moment, animadas por la esperanza de encontrar mcjor porvenir
cn las antillas vccinas o la america del Sur . Jose Gabriel Garcia. Op. cit.
Tomo, p. 185.
2 El estado de la parte espanola de la isla en 1739..., no podia scr ni
mas triste, ni mas desconsolador. Todo presentaba en ella un aspccto ruinoso,
y solo contaba con una poblacion escasa, rcducida por algunos historiadores
a solo seis mil almas, disseminadas en los vestigios del COTUI, SANTIAGO,
AZUA, BANICA, MONTE PLATA, BAYAGUANA, LA VEGA, HIGUEI, EL
SEIBO y SANTO-DOMINGO, pueblos todos en decadencia y condenados
dcsapareccr, pues mas de la mitad de sus edificios estaban con mayor part
ccrrados por falta de habitantes ; situation que se hacia extensive a los
campos, en los que hahia por doquiera casas y terrenos sin duenos conocidos,
de que se aprovechaban los primeros que tomahan posesiou, porque. 6
bien hahian transmigrados los proprietarios primitivos ; otro lugar, 6 se
habian quedado esos hienes.
Jose Gabriel Garcia. Op. cit., tomo I, p. 202.






Donc, qu'il s'agt de populations autochtones ou d'immigrants
venus d'Espagne, les tmoignages abondent qu'un rythme de
croissance et de dcroissance dispense en de brves priodes
d'attente, fut la rgle du movement dmographique de la parties
de l'Est. Mais un troisime lment survint dans le dnombre-
ment dmographique. Ce fut l'apport des contingents d'esclaves.
Bien que l'Espagne fut la premiere nation introduire dans
le Nouveau Monde des noirs don't on suppute la presence tt
Hispaniola entire 1501 et 1510 1, elle ne fut pas en measure, cepen-
dant, de fournir une main-d'oeuvre servile sa colonies antillaise
parce que les puissances maritimes d'alors, l'Angleterre, la
France, la Hollande, le Portugal, monopolisaient la traite ngrire
et obligeaient les Espagnols recourir la pratique interlope
pour se pourvoir d'esclaves.
Nanmoins, nous retiendrons l'observation de Jos Gabriel
Garcia sur la prosprit apparue Santo-Domingo en 1783 et qui
fit accrotre la population de la colonie 117 000 mes de tous
ges U compris 14 000 esclaves2. Et c'est dans le mme ordre
d'ides que nous accueillerons la remarque de Moreau de Saint-
Mry indiquant vers 1788 une population de 125 000 mes don't
15 000 esclaves 3.
Ces deux observations concordent signaler tout la fois la
presence de masses noires en face des blancs dans la colonie et
aussi la proportion numrique de l'un et l'autre group.
Mais nous avons dj indiqu que l'esclave ne revtait point
au-del du Cibao le caractre ostentatoire de discrimination
racial qu'il eut l'Ouest. On se souvient, cependant, que malgr
qu'il en fut ainsi l'occident, cet tat de choses n'empcha jamais
la miscgnation du blanc et de la ngresse d'o sortit la classes
des mtis don't le nombre galait presque ou dpassait mme
celle des blancs, soit 35 440 blancs pour 26 666 homes de cou-
leur ou 40 000 hommes de couleur selon que l'on s'en rfre
la dernire statistique dresse par Barb de Marbois en 1789 ou
bien encore aux calculs du Marquis de la Feuillade enregistrs
dans le Rapport de Garran-Coulon la Convention national 4.

1 C. F. Herrera, 1, 4, 12, d'aprs Georges Scelle : Histoire de la Traite
Ngrirc aux Indes de Castille . Paris, Larosc, 1906.
Price-Mars : Formation Ethnique, Folk-Lore et Culture du Peuple
Hatien, Virgile Valcin, imprimcur, Port-au-Prince, 1939, p. 7.
"Jos Gabriel Garcia. Loc. cit., tome 1, p. 229.
N. B. C'est nous qui soulignons.
3 Moreau de Saint-Mry. Loc. cit, tome I, p. 44.
N. B. C'est nous (lui soulignons.
SJ. Ph. Garran : Rapport sur les troubles de Saint-Domingue. Tome I,
p. 16-18.






Le tableau ethnographique ne fut pas tout fait pareil dans
la parties espagnole. La, le nombre (les esclaves noirs rest tou-
jours un group minoritaire vis--vis (les blancs. Cependant, le
phnomne de miscgnation entire blanks et noirs, s'y est effectu
dans une measure courante et fort appreciable. C'est un fait sur
lequel les chroniqueurs ne varient pas et qu'ils expliquent par le
trait fundamental de la colonisation espagnole ii savoir que le
prjuge de race n'y fut que mdiocrement dvelopp. Et Moreau
de Saint-Mry dira que la Constitution politique de la colonies
espagnole n'admet point de difference entire l'tat civil d'un blanc
et celui d'un affranchi. Il est mme rigoureusement vrai que la
majeure parties des colons espagnols sont des sang-mls que plus
d'un Irail africain trahit quelque Jois mais qui ont flait taire un
prjuig qu'on pourrait appeler nul 1
Gilbert Guillermin renchrit :
Ainsi donc, crit-il aux mmes poques o Saint-Domingue
purait sa population, sans la renouveler, les nouvelles dcou-
vertes devenaient l'asile des aventuriers, des malfaiteurs ou de
ces homes sanguinaires et guerriers que la soif de l'or portrait
aux derniers excs.
Les vices originaires se propagrent dans ces derniers pays
avec l'augmentation de la population, et les vertus primitives des
fondateurs de Santo-Domingo se conservrent dans ce petit nom-
bre d'habitants qui peupla successivement les diffrentes parties
de cette le immense et dgnre forcment par les alliances avec
les Indiens et les Mltis provenant de la cohabitation des blancs
avec ce grand nombre d'Africaines que la douceur du Code Noir
et le rgime intrieur de cette parties de Saint-Domingue rendaient
priodiquement la libert.
On trouve la cause de ces msalliances bigarres dans les
progrs de l'agriculture et l'augmentation des richesses.
L'galit des fortunes fit disparatre l'ingalit du rang et la
soif de l'or universellement rpandue dans des pays o la consi-
dration n'tait relative qu' l'tat d'opulence dans lequel on
existait ne reconnut plus ni les prjugs de la naissance, ni la
difference des couleurs, ni les convenances de l'ducation. Aussi
aurait-on de la peine trouver dans toute la parties de l'Est deux
families o le mlange du sang n'ait laiss des traces ineffa-
ables. 2

1 Moreau de Sainrt-Miry. Loc. cit., tome I, p. 59.
N. B. C'est nous qui soulignons.
2Gilbert (nillermin, chef d'escadron attach l'tat-major : Prcis
historique des dcrniers vnements de la partic de 'Est de Saint-Domingue
depuis le 10 aot 1808 jusqu' la capitulation de Santo-Domingo. Paris,
1811. Notre page 4, line 9, p. 367.
N. B. C'est nous qui siilignons.






Charlevoix trouve dans les conditions initiales bio-sociolo-
giques l'explication rationnelle du mtissage original. Donc, selon
lui, en 1506, il n'tait encore venu que trs peu de femmes dans
l'Isle espagnole, et une bonne parties des nouveaux colons s'taient
attachs des filles du pays; les gentilshommes ayant eu soin de
choisir les plus qualifies. Mais ni les uns, ni les autres n'taient
tenues titre de femmes lgitimes, et plusieurs mme de ces
coneubinaires avaient leurs femmes en Castille. Pour rendier
ce dsordre, Ovando chassa de l'isle tous ceux qui taient maris
et ne voulaient point faire venir leurs femmes, et obligea les
autres sous la mme peine pouser leurs concubines ou s'en
dfaire.
Presque tous prirent le premier parti, et l'on peut dire que
plus des trois quarts des Espagnols qui composent aujourd'hui
cette colonie, descendent par les femmes des premiers habitants
de l'isle . 1
Ce mtissage original ayant t amalgam, plus tard d'autres
lments ethniques provenant du mtissage des noirs tant avec
les blancs qu'avec les products croiss don't il s'agit, il en est
rsult une varit composite qui forme le substrat racial de la
communaut orientale.
D'autre part, si nous poursuivons nos investigations, non
seulement sur le nombre approximatif des habitants de l'Est
entire 1804 et 1822 mais aussi sur ses composantes ethniques,
nous trouverons dans Le Pelletier de Saint-Rmy les mmes
observations relates par les crivains cits plus haut.
Aprs avoir nonc les difficults de prciser le chiffrc et
surtout les divers lments de la population de la parties orien-
tale il value nanmoins 50 000 le nombre des blancs castil-
lans, un nombre peu prs gal celui des sang-mls et
25 000 mes celui des noirs. Et il ajoute que les sang-mls
croient sincrement que la quality de blanc leur est acquise2.
En additionnant le nombre des sang-mls celui des Noirs
d'aprs les calculs de probability de Saint-Rmy, on arriverait
au chiffre de 75 000 non-blancs.
Mais voici qu'un historien de date rcente, sans accuser ses
rfrences, oppose aux donnes, qui semblent plus proche de la


Charlevoix. Loc. cit., tome 1", p. 267-268.
Le Pelletier de Saint-Rmy-Saint-Domingue : Etude nouvelle de la
Question haitienne. Paris, 1846, Arthus Bertrand, diteur, p. 233-4, 5.
Cf. aussi Placide Justin : Histoire politique et statistique de l'Ile d'Hati
Saint-Domingue, crite sur des documents et des notes communiques par
Sir James Barsett, ancien Gouverneur britannique dans les Antilles. Paris,
Brire, 1826, p. 196.






certitude statistique, un tableau suggestif selon les lignes sui-
vantes :
En 1808, la population comptait 50 000 blancs, 60 000 mtis
ou multres et seulement 15 000 esclaves. 1
Ce chiffre de 15 000 esclaves est-il rest statique de 1788
1808 ou s'est-il augment de 10 000 autres units comme l'a
indiqu Saint-Rmy ?
Dans tous les cas, si l'on s'en rapporte aux publicistes contem-
porains de la Rpublique Dominicaine, il semble bien que cette
population de 125 000 mes fut singulirement amoindrie aux
approaches de 1822.
Nous en trouvons le tmoignage notamment dans une bro-
chure anonyme dite en 1946 par la Socit La Nacion et
intitule La Frontera de la Republica Dominicana con Hati .
On y lit la page 29 : Pedro Henriquez Urefia calcule que
entiree 1795 et 1822) plus de 10 000 habitants migrrent vers
Cuba, Puerto-Rico, Venezuela, Colombie et le Mexique. Et il
numre les principals families qui passrent Cuba de 1796
1822. Il en rsulta qu'en 1819, lors d'un recensement fait par
les autorits espagnoles redevenues matresses de la colonie, la
population tait rduite 63 000 habitants.
C'est un chiffre peu prs aussi triqu que M. Emiliano
Tejera se rfra lorsque, plaidant la cause dominicaine devant le
Souverain Pontife, Lon XIII, dans l'arbitrage de la question des
frontires, il crivit, en 1896, dans son Mmoire dit Rome :
En 1822 la population dominicaine n'arrivait pas 70 000 mes.
Tel est, en bref, le tableau d'laboration, de croissance et de
dcroissance dmographique que nous offre la situation de la
parties de l'Est depuis l'poque de la dcouverte jusqu'en 1822.
De tout ce qui prcde, il me parat possible de tirer une
double conclusion.
C'est d'abord que sur l'immense tendue de 50 000 km2 qu'est
le territoire de la parties de l'Est, la population n'a jamais dpass
153 000 habitants entire 1795 et 1822.
On s'est arrt ces deux dates parce qu'elles symbolisent
celles pendant lesquelles s'est opr le double transfer de la
nationalit des habitants de l'Est la France et Hati.
On s'est arrt aussi au maximum de 153 000 habitants, arbi-
trairement adopt d'ailleurs, parce qu'il avoisine le chiffre qui
est signal par le chroniqueur Placide Justin, le seul, notre

1Jean Bertrand Toussaint: Histoire de l'Amrique espagnole. Edition
Spes, 17, rue Soufflot, Paris V'.
'Cette brochure fait parties du matriel imposant don't dispose le Gou-
vernement dominicain pour exalter administration actuelle.





connaissance, du moins, qui ait dnombr une si grande quantit
d'mes en cette region pendant la priode qui nous occupe 1.
Si, cependant, le maximum a oscill entire 63 000 ou 70 000
mes d'une part et 125 000 ou 153 000 d'autre part, pendant une
trentaine d'annes (1783-1822), quelque consideration qu'on
recoure pour expliquer l'amplitude de ces fluctuations en admet-
tant qu'elles aient effectivement exist, il reste acquis que pour
peupler la grande tendue de son territoire de plus de 50 000 km2,
la parties de l'Est n'a dispos un moment de la dure que d'un
nombre variable entire 63 000 et 153 000 habitants. Ce qui repr-
sente un minimum de 1,2 hab. ou un maximum d'environ 3 habi-
tants par kilomtre carr dans l'un ou l'autre cas.
A cette observation, il faut en ajouter une autre et qui consiste
mettre en relief le phnomne de mtissage don't les populations
furent l'objet. Ce mtissage fut ce point prononc au tmoi-
gnage d'un nombre respectable d'historiens que rigoureusement
parlant, la majeure parties des colons espagnols furent des sang-
mls et qu'on aurait de la pine trouver dans toute la parties
de l'Est deux families o le mlange du sang n'ait laiss des
traces ineffaables .

Nous nous proposons de dmontrer au course de cette tude
que les deux faits ci-dessus mentionns contiennent la substance
du draine psychologique qui a dtermin la separation de la parties
de l'Est de la Rpublique d'Hati.
Certes, il a exist beaucoup d'autres causes et plus apparentes
que l'Histoire officielle a revenues pour expliquer la gense du
drame. Nous aurons d'ailleurs l'occasion de les analyser et d'en
discuter la valeur. Mais, notre gr, les deux faits plus haut
mentionns sont sous-jacents aux dmarches et aux aspirations
confuses de l'un et l'autre people. Ils sont les moteurs invisibles
qui ont conditionn leurs actions et dtermin les vnements
de 1844-1859.
Dois-je confesser, qu' mon sens, ce conflict, considr au
double point de vue don't il s'agit, me parait irrductible.
Enonons-en le contenu idologique en peu de mots.
D'un ct, les Hatiens don't les aeux, pour les quatre cin-
quimes, vinrent d'Afrique et furent implants dans la parties

1La traduction franaise de ce Mmoire part Paris sous le titre sui-
vant : Mmoire que la Lgation extraordinaire de la Rpublique Domini-
caine Rome prsente Sa Saintet Lon XIII, Trs Digne Pontife Rgnant
et Juge Arbitre dans le Dsaccord existent entire la Rpublique Dominicaine
et celle d'Iati . Paris, la Socit Anonyme de l'Imprimerie J. Kugelman,
1896.
Cf. Placide Justin : Loc. cit. 146 nonce 152.640 habitants sclon un
recensement authentique , prtend-il.






occidental come esclaves, affranchirent glorieusement cette
parties (lu territoire de l'tat de servitude en proclamant leur inl-
pendance politique. Jaloux et fiers de leur condition d'hommes
libres, ils ont t toujours vigilants de la dfendre contre toute
aggression ventuelle.
Comment n'auraient-ils pas t inquiets de considrer que
l'autre parties, si vaste et si peu peulle, tait un appt tentant
pour les puissances imprialistes et une menace constant leur
existence national ? Comment n'auraient-ils pas t obsds
d'avoir sous leur tutelle la totalit de l'le pour dfendre ou
sauvegarder leur indpendance un moment o l'esclavage tait
non seulement le rgime de tout le continent amricain, mais
svissait encore quelques heures de leurs frontires sur ce
territoire (le l'Est ?
D'un autre ct, les habitants de l'Est dans leur ensemble se
sont toujours crus et se croient encore (les Espagnols (le pure
race blanche et, come tels, ils appartiennent ou croient appar-
tenir la race conqurante qui a soumis le globe sa domination.
Pouvaient-ils admettre d'tre intgrs dans une nationalit et
dans une communaut qu'ils considrent infiniment infrieure
leur condition de blancs ?
Telle me parat l'opposition idologique qui git dans l'incons-
cient collectif de l'un et l'autre people et qui les dresse sournoi-
sement l'un contre l'autre.
Nos voisins appartiennent-ils rellement la varit cauca-
sique de la race humaine ?
Au stade o nous sommes parvenus dans l'analyse des ides
qui prvalent dans le ionde, les prtentions de supriorit de
people people, gnitrices de haine, de mpris et d'incolmpr-
hension sont-elles encore de mise dans les relations interna-
tionales ?
Nous nous rservons d'aborder les divers aspects de ce pro-
blme au fur et measure que le dveloppement de notre tude
nous y amnera.
En attendant, nous allons reprendre notre expos historique
au point o nous l'avons laiss, c'est--dire l'expectative de
Dessalines, aprs la proclamation de l'indpendance hatienne
au etr janvier 1804.














CHAPITRE IV


La champagne de l'Est en 1805





Deux proccupations dominrent la pense des preux qui
venaient de se librer de la servitude et qui crrent la premiere
communaut ngre indpendante du Nouveau Monde : dfendre
cette communaut contre tout pril extrieur et l'intgrer dans
les cadres de l'Etat moderne.
Tche ingrate s'il en fut, tche urgente et imperative et qui ne
souffrait ni division, ni sriation d'excution. Il fallait la raliser
d'ensemble, dans une intgralit immediate.
Mais o et de quel ct commencer ?
D'abord, conserver, intensifier l'organisation militaire qui
avait forg la victoire et imposer l'indpendance.
Donc un Chef. Gouverneur gnral ou Empereur, qu'importe
Un Chef, qui command et qui tous obissent.
L'anciennet du grade, la quality des services rendus, le
prestige de la valeur personnelle, l'ascendance acquise sur les
masses armes, dsignrent Jean Jacques Dessalines au pouvoir
supreme.
Tel tait l'impratif de l'heure et qui indique aussi le sens
de la formule lapidaire employe dans la rdaction des Dcrets
six mois aprs la proclamation de l'indpendance.
Libert ou la Mort
Jacques Ier
Empereur d'Hati
Veut et entend...
Et les Dcrets sont contresigns par un Chef d'escadron.
Toute la communaut enrgimente. L'infrastructure mili-
taire dans un assujettissement la ncessit.
Au premier coup de canon, les villes disparaissent et la
nation est debout , prescrit la Proclamation du souverain.
Mot d'ordre de la mobilisation total.






Constitutionnellement, la nation est divise en deux cat-
gories : les soldats et les laboureurs. On veut dire que la defense
de la communaut requiert le service entier de tous ses membres,
homes et femmes ceux qui, par leur jeunesse et leurs apti-
tudes, sont en premiere line de l'action, puis ceux de l'arrire
don't le rle est d'alimenter la resistance.
En outre, il est ordonn tous les commandants de division
de dresser des ouvrages de defense sur les principaux pies qui
dominant l'aire de leur commandment.
Le pays n'est plus qu'un vaste camp retranch. Ds lors,
chacun s'oblige la plus strict vigilance pour dceler l'appa-
rition de l'ennemi de quelque ct qu'il vienne.
Cependant, ces measures ne seraient-elles pas striles, ces pr-
cautions ne seraient-elles pas vaines puisque gographiquement
parlant, le pays tout entier est une le partage en deux terri-
toires don't l'un celui de l'Est est encore occup par quel-
ques vestiges de l'arme franaise ?
En effet, il y avait entire le Massacre et l'Ozama toute une
parties e l'le -- la plus vaste d'ailleurs qui appartenait encore
la France.
Bien sr, les troupes franaises campes de l'autre ct du
Cibao n'taient qu'une poigne d'hommes. Mais, si peu nom-
breuses fussent-elles, elles ne constituaient pas moins un noyau
d'ennemis, la menace d'invasion la plus inquitante qui fut puis-
qu'elles tenaient bante et large la porte d'entre de la commu-
naut hatienne. C'est de l que pouvait venir une nouvelle arme
conqurante en instance de revanche. Il convenait donc de former
cette brche au plus tt.
On peut dire qu'en terms de stratgie, la presence de troupes
franaises sur une parties quelconque de l'le et quelle qu'en fut
l'importance numrique, tait un tel danger pour la scurit et
l'indpendance hatiennes que leur expulsion rapide devenait le
problme le plus obsdant parmi tous ceux qui s'imposaient
l'attention des dirigeants du nouvel Etat.
La champagne de l'Est devenait, de ce chef, l'autre thme
constitutif de l'organisation de la communaut. Elle tait virtuel-
lement dcide en raison directed de notre existence national ds
que Hati avait proclam son indpendance.
Or, voici que le Gnral Ferrand, le Commandant du contin-
gent franais dans la parties de l'Est, qui, d'autorit, s'tait donn
le titre de Capitaine gnral ad interim de la Colonie de Saint-
Domingue, fit publier l'Arrt suivant le 6 janvier 1805 :
Toujours occup des dispositions propres anantir la
rebellion des noirs dans la colonie de Saint-Domingue, et consi-
drant qu'une de celles les plus efficaces pour arriver ce but est





de diminuer la population et de les river autant que possible
des moyens de se recruiter,
Considrant que ce recrutement journalier doit naturelle-
ment tomber sur les noirs et gens de couleur au-dessous de qua-
torze ans, et la politique joint a l'humanit rclamant que
l'autorit lgitime prenne des measures pour empcher les deux
sexes (le cet ge et de cette couleur de participer des crimes
et a une rvolte qui les conduiraient vritablement aux chti-
ments les plus terrible,
Considrant qu'il est de l'avantage de la colonie que les
diffrents ges de cette jeunesse soient distingus, et que les plus
dangereux soient exports de son sol, tandis que les autres, soi-
gneusement conservs dans les bons principles et distribus dans
les dpartements lidles, puissent un jour concourir, par leur
travail, sa restauration,
Considrant aussi que les habitants voisins des frontires
rvolts et les troupes qui sont sur le cordon mritent que le
gouvernement les rcompense pour les fatigues et les dangers
auxquels ils sont continuellement exposs,
A arrt et arrte ce qui suit :
Art. er. Les habitants des frontires des dpartements
de l'Ozama ct du Cibao, ainsi que les troupes employees au
cordon, sont et demeurent autoriss i se rpandre sur le terri-
toire occup par les rvolts, leur courir sus, et faire prison-
niers tous ceux des deux sexes qui ne passeront pas l'ge (le
quatorze ans.
Art. 2. --Les prisonniers provenant de ces expeditions
seront la proprit (le ces capteurs.
> Art. 3. Les enfants mles capturs, ayant moins de dix
ans et les ngresses, multresses, etc., au-dessous de dix ans,
devront expressment rester dans la colonie et n'en pourront tre
exports sous aucun prtexte. Les capteurs pourront, leur gr,
ou les attached a leurs plantations, ou les vendre des habitants
rsidant dans les dpartements de l'Ozama et du Cibao.

Art. 5. -Les enfants mles gs de dix quatorze ans et
les ngresses, multresses, etc., (le douze quatorze ans, seront
expressment vendus pour tre exports.

Art. 13. -A l'instant o les rvolts reconnaissant leurs
erreurs auront fait acte de soumission A l'Empereur des franais
entire les mains du Gnral Ferrand et qu'il y aura certitude
qu'ils agissent de bonne foi, toutes espces d'hostilit cesseront.






Fait au Quartier gnral de Santo-Domingo, le 16 Nivose
an XIII.
Le Gnral de brigade, Commandant en chef, Capitaine
gnral par intrim, membre de la Lgion d'honneur
Sign : FERRAND.

La rdaction de cet Arrt, la vigoureuse nettet d'expression
don't s'est servi celui qui l'a sign, le but formel qu'il s'tait
propos d'atteindre, dmontrent clairement que le Gnral Fcr-
rand n'avait rien appris, rien compris, rien admis des vne-
ments qui s'taient accomplish de l'autre ct du Massacre .
Il paraissait tre de la catgorie de ces esprits borns, inaptes
saisir le sens et la porte d'une revolution mme lorsque celle-ci
se droule sous leurs yeux, mme lorsqu'ils en sont l'un des
moteurs et en portent une part de responsabilit. Aveugles et
sourds, ils poursuivent leurs activits mcaniques jusqu' ce
qu'ils soient emports dans l'orbe des conjonctures qui forment
la trame de l'Histoire.
Tel nous parat ce Ferrand, inaccessible la revolution qui
transmuait les anciens esclaves de Saint-Domingue en homes
libres, galvaniss par les principles immortels des Droits de
l'Homme.
Il n'est pas tonnant que l'Ordonnance ractionnaire de
Bonaparte, rtablissant l'esclavage dans les colonies franaises,
eut trouv en lui un ardent proslyte. Et ce fut ainsi que pour
arrter le formidable movement qui, de l'autre ct du Cibao,
avait ananti une arme de plus de 50 000 homes, il n'avait
trouv rien d'autre que le renouvellement du traffic ngrier la
frontire des deux territoires afin d'puiser, croyait-il, la force
combattante de ceux qui ayant rtabli en eux l'minente dignity
de la personnel humaine, taient rsolus se faire tuer pour en
dfendre le privilege.
Il se conoit que Dessalines, bless dans son orgueil et sa
fiert, relevt le dfi de Ferrand en mettant l'Ordonnance
suivante :
Libert ou la Mort
Proclamation de Jean Jacques Dessalines
Gouverneur gnral
aux habitants de la parties espagnole
Quarter gnral du Cap, le 8 mai 1803, an Ier


i Linstant de Pradines : Recueil gnral des Lois et Actes du Gouverne-
ment d'Hati. Tome I, p. 39-40. A. Durand, Pedrone-Laurel Sr. Paris, 1886.
N. B. Les articles non reproduits ici sont relatifs aux formalits de vente
et d'exportation des populations captures.






A peine l'arme franaise a-t-elle t expulse que vous vous
tes empresss de reconnatre mon autorit ', par un movement
libre et spontan de votre cour, vous vous tes rangs sous mon
obissance. Plus port la prosprit qu' la ruine de la patrie
que vous habitez, j'ai accueilli favorablement cet hommage. Ds
ce moment, je vous ai considrs comme mes enfants, et ma
loyaut pour vous ne s'est pas dmentie. Pour plus grande
preuve de ma sollicitude paternelle, dans les endroits soumis
mon pouvoir, je n'ai prpos pour chefs que des homes pris ct
choisis dans votre sein. Jaloux de vous computer au rang de mes
amis, pour vous donner tout le temps de vous reconnatre et
pour mieux m'assurer de votre fidlit, j'ai jusqu'ici retenu l'ar-
dcur bouillante de mes soldats. Dj je m'applaudissais du succs
de mes soins, qui ne tendaient qu' prvenir l'effusion du sang,
mais un prtre fanatique n'avait pas encore souffl dans votre
me la rage qui le domine, mais l'insens Ferrand n'avait pas
encore distill parmi vous les poisons du mensonge et de la
calomnie. Des crits enfants par le dsespoir et la faiblesse ont
circul, aussitt plusieurs d'entre vous, sduits par des insinua-
tions perfides, briguent l'amiti et la protection des Franais, ils
osent outrager mes bonts, se coaliser avec mes plus crucls
ennemis.
Espagnols, rflchissez; sur le bord du prcipice creus sous
vos pas, vous sauvera-t-il ce ministry nergumne, lorsque, le fer

Dessalines fait allusion la soumission du Dpartement du Cibao qui,
abandonn par Ferrand, dans les premiers jours de janvier 1804, ainsi que
nous l'avons indiqu plus haut expdia au Gouverneur gnral une dputa-
tion compose du P. Jean Ricardo, des capitaines don Domingo Perez Guerra
et Jos Compas Tabares pour solliciter l'incorporation de ce dpartement
la communaut hatienne. Il est regrettable que cette dmarche spontane
fut considre comme la reddition d'une place ennemie laquelle il imposa
une contribution de guerre de 500 lives tournois. Il est regrettable de
constater qu'au lieu de prendre possession de la place en y organisant un
noyau d'administration hatienne, il en confia tout simplement le comman-
dement Tabares, l'un des dputs, sans mettre un contingent de forces
sa disposition. Il advint donc qu'en mai 1804, Ferrand qui avait t prparer
la defense de la parties de l'Est par le regroupement de ses troupes dans
l'enceinte de la ville fortifie de Santo-Domingo envoya une expedition
militaire dans le Cibao sous le commandment de Deveau qui reprit la place
en en chassant Tabares.
Pour expliquer l'attitude de Dessalines qui contraignit les populations
payer la contribution don't nous venons de parler, il convent de rappeler
que la ville du Cap elle-mme conquise sur les Franais fut oblige de payer
au vainqueur une ranon d'un million de piastres fortes eu novembre 1803.
Telles taient les meurs de l'poque.
En agissant de la sorte, Dessalines ne faisait pas attention qu'il perp-
tuait le geste de son farouche adversaire, Rochambeau, qui pratiquait des
prlvements extraordinaires sur les habitants du Cap pendant toute la
dure de son commandement. Et ceux-ci taient exposs tre fusills s'ils
n'obtempraient immdiatement aux ordres du Capitaine gnral.






et la flamme la main, je vous poursuivrai jusqu' vos derniers
retranchements ? Ah sans doute, ses prires, ses grimaces, ses
reliques ne pourront m'arrter dans ma course.
Vous prservera-t-il de nia just colre, cet officer aussi vain
qu'impuissant, quand je l'aurai enseveli, lui et ce ramas de
brigands qu'il command, sous les dcombres de votre capital ?
Que tous deux ils se rappellent que c'est devant mes pha-
langes intrpides que toutes les resources, tout l'art des Euro-
pens ont chou, que c'est dans mes mains victorieuses que le
destin du Capitaine gnral Rochambeau a t remis.
Pour entraner les Espagnols dans leur parti, ils rpandent
le bruit que des btiments charges de troupes viennent d'arriver
Santo-Domingo ? Que n'est-ce la vrit ? Ils ne se doutent pas
qu'en diffrant jusqu'ici d'aller les attaquer, mon principal objet
tait de les laisser augmenter la masse de nos resources et le
nombre de nos victims. Pour jeter la mfiance et la terreur, ils
ne cessent de retracer le sort que les Franais viennent de subir.
Mais ai-je eu raison de les traiter ainsi ? Les torts des Franais
appartiennent-ils aux Espagnols ? Et dois-je poursuivre sur ces
derniers les crimes que les premiers ont conus, ordonns et
excuts sur notre espce ?
Ils assurent effrontment que, rduit chercher mon salut
dans la fuite, j'ai t cacher ma dfaite dans la parties Sud de cette
le. Eh bien qu'ils apprennent donc que je suis prt, que la
foudre va tomber sur leurs ttes Qu'ils sachent que mes soldats,
impatients, n'attendent qu'un signal pour aller reconqurir les
limits que la nature et les lments nous ont assign Encore
quelques instants et j'crase les dbris des Franais sous le poids
de ma puissance.
Espagnols vous qui je m'adresse, uniquement parce que
je voudrais vous sauver, vous qui, pour avoir tergivers, n'exis-
terez bientt qu'autant que ma clmence daignera vous pargner,
il en est temps encore: Abjurez une erreur qui vous est si funeste,
rompez tout pacte avec mon ennemi, si vous voulez que votre
sang ne soit pas confondu avec le sien. Nommez-moi bien vite
la parties de votre territoire sur laquelle mes coups doivent tre
ports ou instruisez-moi si je dois frapper indistinctement sur
tous les points.
Je vous donne quinze jours dater de la notification de la
prsente proclamation pour me faire parvenir vos dernires inten-
tions et vous rallier sous mes tendards. Vous n'ignorez pas que
tous les chemins qui aboutissent Santo-Domingo nous sont
families, que plus d'une fois, nous avons vu fuir devant nous
vos bandes disperses. En un mot, vous savez ce que je puis, ce
que j'ose, songez votre salut.






Recevez ici la promesse sacre que je fais de ne rien entre-
prendre contre votre sret personnelle ni contre vos intrts, si
vous saisissez cette occasion de vous montrer dignes d'tre admis
au nombre des enfants d'Hati.
Au Quarter gnral du Cap, le 8 mai 1804, an Ier de l'Ind-
pendance,
Le Gouverneur gnral,
Sign : DESSALINES.
Pour copies conform :
Le Secrtaire gnral,
Sign : Jules CHANLATTE.

Cette proclamation de Dessalines, au lieu d'tre un ultimatum
don't le dlai tait fix quinze jours, come certain passage du
texte semble le faire croire, tait plutt un solennel avertissement
adress aux habitants de l'Est, savoir que s'ils ne se ralliaient
pas la nationalit hatienne, ils allaient y tre soumis par la
force.
Le Gnral en chef laissa s'couler un plus long temps avant
de raliser son project d'invasion de l'Est. Il y mit un intervalle
de neuf mois parce que retenu l'Ouest par les problmes absor-
bants de l'organisation administrative.
Enfin, aux premiers jours de l'anne suivante, soit en jan-
vier 1805, il se dcida.
Il ordonna aux diffrents chefs des divisions militaires -
Christophe, dans le Nord, Ption, dans l'Ouest, Geffrard, dans le
Sud, Gabart, au Centre - de lever la march sur Santo-Dorningo.
Christophe la tte de 9000 hommes devait suivre la route
Cap-Limonade-Dajabon-Monte Cristi-Santiago de los Caballeros-
La Vega Cotuy-Santo-Domingo.
Ption, avec une arme de 7800 hommes, devait partir de
Port-au-Prince, franchir le col des Matheux la hauteur de Mire-
balais pour atteindre Las Matas, San Juan de la Maguana, Azua,
tandis que Gabart, la tte de 4500 hommes, partirait de la region
Saint-Marcoise et emprunterait la valle de l'Artibonitc pour
rejoindre les troupes de l'Ouest au-del de Mirebalais.
Quant Geffrard, il vint tardivement au rendez-vous assign
aux autres chefs d'arme, ayant t oblig de franchir plus de
cinq cents kilomtres qui le sparaient du thtre de l'action. Il se
rendit des Cayes Port-au-Prince d'abord et ensuite, suivit la
mme route que Ption pour atteindre le gros de l'arme con-
centr dans la valle du Mirebalais.
Dessalines quitta la Petite Rivire de l'Artibonite le 17 fvrier
et, d'une traite, arriva Mirebalais le mme jour pour prendre la
direction supreme des operations.





Les villes frontalires de Hinche, de Las Matas, de Banica et
de Neyba, devant cette avalanche de plus de 12 000 hommes,
s'empressrent d'ouvrir leurs portes aux troupes hatiennes.
L'arme campe Desvarieux fut harangue par le Gnral
en chef qui lui fit comprendre la grandeur de l'entreprise qu'elle
allait raliser. Il ne s'agissait de rien de moins, disait-il, que
d'expulser les derniers vestiges des Franais cramponns encore
Santo-Domingo, abolir l'esclavage qu'ils y ont conserv et
unifier l'le sous le drapeau hatien.
Et alors, il leva la march sur San Juan de la Maguana qui
n'opposa aucune resistance aux forces envahissantes et sur Azua
qu'il atteignit le 28 fvrier la pointe du jour.
Ce fut dans les environs de cette ville que les troupes livrrent
leurs premiers combats contre un contingent ennemi masqu
dans un fortin protg par des fosss et ceint de cactus.
Dessalines, entour de son tat-major, vint examiner la posi-
tion jusqu' cent pas de distance, en jugea l'importance infime et
en ordonna l'attaque.
Elle fut enleve d'assaut et son dfenseur, M. Viet, fut fait
prisonnier.
Ce Viet tait un ancien colon de Grand Bois, abhorr par tous
ceux qui connaissaient sa lgendaire cruaut. Il avait t chass
de ses domaines par l'insurrection triomphante des esclaves.
Dessalines le fit condamner mort et excuter.
Aprs cette court chauffoure, l'arme trouva libre la route
de Santo-Domingo. Elle traversa Azua et Bani sans coup frir.
Les habitants de ces lieux s'enfuirent devant la march pro-
gressive des troupes.
Le Gnral en chef considra que cette attitude tait inamicale.
Il en prit ombrage.
Jusque-l, il s'tait cantonn dans une sorte d'expectative
devant l'vacuation des places qu'il trouvait vides d'habitants et
de dfenseurs. Il jugea prudent la non-rsistance de ces derniers.
Quant aux autres, il tait irrsolu qualifier leur attitude. Etait-
ce la peur, la mfiance ou l'inimiti qui avait inspir leurs gestes ?
Mais ne leur avait-il pas adress un appel la fraternisation ?
Devant leur refus obstin de prendre en consideration son offre
d'amiti, il se cabra et ordonna de les traiter, dsormais, en
ennemis.
Ainsi commena l're des reprsailles.
Enfin, les troupes parvinrent aux murs de Santo-Domingo.
C'tait la position dsigne o devait se faire le regroupement
des forces hatiennes en instance de livrer la dernire des batailles
pour librer l'le de Saint-Domingue dfinitivement de l'occupa-
tion franaise.





Les troupes commandes par Ption et Gabart arrivrent les
premires au rendez-vous, le 4 mars. Celles qui taient places
sous les ordres de Christophe, aprs avoir ananti toute rsis-
tance de l'ennemi pendant leurs longues marches, rejoignirent
leurs camarades le 7 mars. Quant la division Geffrard, elle ne
put atteindre Santo-Domingo que le 12 mars, ayant t handi-
cape par la longue distance qui la sparait de la ligne de feu.
Le Gnral en chef tablit son Quartier gnral Gal,
quatre kilomtres de Santo-Domingo .
La ville tant fortifie ne pouvait tre prise d'assaut. Dessa-
lines ordonna d'en faire le sige.
Mais comment sans une artillerie approprie -une arme
assigeante peut-elle enlever une ville fortifie par des ouvrages
d'art, d'une part, et, de l'autre, protge par une ceinture d'eau -
la mer et le fleuve l'Ozama ?
Cependant, Dcssalines, tacticien prouv, homme de guerre
endurci par des preuves aussi svres que glorieuses, avait
commis cette lourde erreur de lever la march sur Santo-Domingo
sans munir sa nombreuse arme mme d'une artillerie lgre.
Comment expliquer une si grave faute de la part d'un home
ordinairement si avis ?
Peut-tre, comptait-il s'approvisionner d'artillerie par des
prises sur l'ennemi dans les rencontres victorieuses qu'il pr-
voyait au fur et measure que sa march triomphale l'amnerait
au dernier refuge des adversaires dans l'enceinte de Santo-
Domingo ?
Peut-tre, esprait-il que l'arme ennemie aurait t battue
en rase champagne dans la guerre de movement o il passait
matre en tablant sur son habilet coutumire balayer les
obstacles et briser les rsistances ?
Peut-tre, croyait-il que l'ardeur irresistible de ses homes
monter l'assaut des forteresses dans les combats antrieurs,
vaincrait la longue une place si inexpugnable fut-elle ?
Enfin, s'attendait-il la reddition inconditionnelle de la ville
quand la famine aurait rduit ses dfenseurs l'extrme limited
de la resistance ?
Peut-tre...
En tout cas, quelque hypothse qu'on puisse produire pour
expliquer cette dfaillance de jugement du Gnral en chef, elle
s'avra nfaste l'accomplissement de ses desseins.
En fait, il entoura la ville l'ouest et au nord d'une srie
de petits fortins pour mieux en assurer le sige et en escompter

1Les historians dominicains orthographient Gal au licu de Gail-
lard ou Galar employ par les historians hatiens. Au rest, Gal
est une bourgade qui se trouve au Nord de San-Carlos.
Cf. les cartes dominicaines et Garcia. Loc. cit., t. I, p. 331.

67






la chute par l'effet drastique des privations. En attendant, ses
soldats canonns jour et nuit par l'ennemi repoussrent toutes
tentatives de celui-ci de desserrer l'treinte de plus en plus troite
laquelle la place tait soumise.
Il est certain qu'un tel sige n'avait de chance d'aboutir la
capitulation des dfenseurs que par une longue dure.
L encore, les calculs du Gnral en chef se rvlrent dfec-
tueux. Car, la place ouverte sur la mer, l'est, pouvait tre ravi-
taille par cette voie puisque Dessalines n'avait pas de marine
capable de bloquer le port.
Sans doute, son garde-ctes, Le Vengeur , tait-il en route
pour lui apporter une certain artillerie de sige. Mais on sait que
ce btiment, pour une raison ou une autre, n'apparut au large de
la haie que le 26 mars et ne put parvenir destination cause
de l'obstacle que nous allons expliquer.
Sans doute, Dessalines pouvait-il computer sur un appui ven-
tuel de la marine militaire anglaise puisque l'Angleterre en guerre
avec la France devenait ipso facto l'allie possible de tous les
ennemis de celle-ci.
C'est ce qui advint notamment lors des derniers assauts de
la ville du Cap don't la chute couronna la dfaite de Rochambeau
qui fut fait prisonnier par la flotte anglaise. Le Capitaine gnral,
vaincu, ayant t rejet la mer par les forces indignes n'avait
plus que cette voie pour fuir avec les dbris de son arme sur
les vaisseaux franais ancrs dans la rade. Mais ceux-ci bloqus
par la marine anglaise numriquement suprieure durent se
rendre sur conditions l'adversaire.
Quoi qu'il eut pu penser d'un tel appui, Dessalincs, averti
d'ailleurs par l'exprience dcevante de Toussaint Louverture,
tait trop mfiant pour tayer ses decisions sur des esprances
aussi fragile.
De fait, ce fut par le truchement de telles contingencies qu'il
essuya la plus cruelle dception d'o dcoula l'insuccs de la
champagne de l'Est.
Moins de deux semaines aprs avoir tabli le sige de Santo-
Domingo, la nouvelle parvint au Gnral en chef qu'une flotte
franaise tait signale dans les eaux antilennes.
En vain, fit-il diligence pour acclrer la chute de la place
en en resserrant le sige et, mme, en dcidant de lui livrer un
assault gnral sans artillerie. La flotte part le 28 mars au large
de la baie. Commande par l'amiral Missiessy, elle tait compose
de cinq vaisseaux, trois frgates et de quelques corvettes.
Aussitt, de ces btiments, se dtachrent des chaloupes
charge d'hommes et de provisions qui se dirigrent vers la terre.
Quelle tait la valeur d'une telle assistance, nul n'en avait la
precision. Mais l'imagination fertile l'valua des milliers





d'hommes charges de nombreux stocks de provisions militaires
et alimentaires destins renforcer la resistance des combatants
de Santo-Domingo.
A la fin de la journe, l'escadre fit volte vers l'Ouest.
C'en tait assez pour faire supposed qu'une nouvelle expedition
franaise tait dirige vers les rives hatiennes l'occident.
Le Gnral en chef convoqua d'urgence un Conseil de guerre
et dcida de lever le sige de Santo-Domingo.
Ce sige n'avait pas dur plus de vingt jours.
Dans la nuit du 28 mars, l'arme hatienne de 30 000 hommes
vacua la place a la muette, on vitesse, sans avoir t inquite
par l'ennemi.
Elle voulait tre son poste de sacrifice de l'autre ct de la
frontire qu'elle croyait menace d'un dbarquement de troupes
pour une nouvelle invasion franaise. En consequence de quoi,
la presence de Dessalines au sige de son gouvernement tait
d'une ncessit immediate.
Donc, il partit de Gal la tombe de la nuit et fit la route
de retour avec une promptitude foudroyante. En quatre jours,
d'imptucuse chevauche, il atteignit Marchand, la capital de
l'Empire.
L, il fut dconcert d'apprendre qu'en aucun point de la cte
occidentale, on avait vu alparatre une voile suspect. L'Ouest
n'tait donc pas menac. Plus tard, il fut inform que les activits
maritimes remarques dans la haie de Santo-Domingo n'avaient
d'autre signification que cell d'une manouvre d'escadre qui,
revenue de la Martinique, et sur le point de regagner son port
d'attache en France, avait rpondu l'appel de secours lanc par
Ferrand, assig dans le dernier bastion o flottait encore le
pavilion franais dans l'ile de Saint-Domingue.
D'avoir t du dans ses esprances et bafou par les contin-
gences, Dessalines s'encolra. Son irritation et son dpit ne con-
nurent pas de bornes. Il s'enorgueillit d'avoir command ses
lieutenants de fire table rase sur le territoire ennemi partout o
ils avaient repasser.
Et la retraite de l'arme hatienne fut l'un des pisodes les
plus dramatiques et les plus sanglants d'une dramatique et
sanglante histoire. Incendie des fermes, destruction du btail,
fusillade des otages, capture des femmes et des enfants, leur
transfer brutal l'ouest, la suite de l'arme, rien ne manqua
ce triste tableau d'inutiles horreurs. Dessalines avait assimil
les gens de l'Est aux blancs franais, ses ennemis de toujours.
Et il voulut leur montrer la vigueur de sa poigne come il les
en avait menacs dans sa proclamation. Ils taient l'ennemi. Il
tait la vengeance. Du fond de son me farouche, remonta le res-
sentiment, rsidu primitif de l'instinct de lutte et de defense





don't le germe avait cr dans son inconscient depuis les jours
lointains o la substance impalpable en avait t dpose chez
l'anctre ngre qui, poursuivi par les chasseurs d'hommes dans
la jungle africaine, fut jadis emmen Saint-Domingue pour
servir de soubassement la fortune colonial malaxe dans l'in-
justice, la honte et le crime.
Et, lui, ce Dessalines, tait l'avatar couronn d'une srie de
victims muettes sur lesquelles la barbarie des ges avait difi la
supriorit d'une catgorie d'hommes. Et, maintenant, il avait
jailli comme une flamme dvastatrice pour irradier la vengeance
et dvorer les oppresseurs et les fils d'oppresseurs de faon que
la race en fut efface sur la terre pure.
Alors, avec quelle joie orgiastique, il ordonnait le massacre
des blancs et de ceux qu'il considrait comme tels sinon de
peau mais de sentiments -- Ngres ou multres.
Ils taient l'ennemi. Il tait le ressentiment.
Et d'ailleurs, il ne pouvait mme pas comprendre que le mou-
vement d'extermination des blancs sur la terre de Saint-Domingue
dans les annes qui suivirent la proclamation de l'indpendance
et don't il s'tait fait l'aptre, ne fut pas suivi d'enthousiasme
par tous ceux qui venaient d'tre librs de l'esclavage. C'tait,
d'aprs lui, la measure la plus efficace pour inspire aux Franais
et aux blancs, en gnral, l'horreur et la peur de revenir dans ce
pays en quality de conqurants. Ce fut pourquoi il voulut que
tous eussent la mme responsabilit d'une tuerie collective.
A cet gard, on a consign le propos significatif tomb de ses
lvres aprs le massacre gnral don't il command l'excution
dans la parties occidentale en mars 1804.
Ce que nous faisons est bien cruel, disait-il. Il le faut
cependant pour l'affermissement de notre indpendance. Je veux
que le crime soit national, que chacun trempe sa main dans le
sang, que les faibles et les modrs que nous rendons heureux
malgr eux ne puissent pas dire un jour : Nous n'avons pas pris
part ces sclratesses, c'est Dessalines, Jean Jacques, le bri-
gand (qui en a la responsabilit). Que m'importe le jugement
de la postrit sur cette measure que command la politique,
pourvu que je sauve mon pays. 1
Ainsi, l'ivresse du sang devint la psychose collective don't la
communaut tout entire fut affecte. La liberation des opprims
et l'extermination des oppresseurs symbolisrent la mission salva-
trice que le Destin avait assigne Hati et ses conducteurs.
Est-il tonnant, dans ces conditions, qu'aprs l'chec de la
champagne de l'Est, Dessalines et ses gnraux se crussent obligs
d'exercer une sorte de reprsailles sur toutes les populations du

1 Madiou : loc. cit, t. III, p. 132.






territoire oriental qu'ils rendirent complices de la resistance
oppose leurs desseins par les dfenseurs de la place. Ils
croyaient en leur me et conscience que ce territoire tel qu'il
tait constitu vaste et trs peu peupl tait un appt pour
les conqurants trangers, une tte de pont avantageuse pour
des envahisseurs ventuels. Les peuples qui l'habitaient s'tant
associs leurs plus froces adversaires, devenaient de ce fait
complices d'une action criminelle et mritaient, selon eux, d'tre
chtis avec la dernire rigueur.
Ils taient l'ennemi. Dessalines tait la vengeance et le res-
sentiment.
Ce fut la raison ultime qui dcida de son attitude inhumaine
envers les pauvres victims de la champagne de l'Est.
Qu'importe ce que la postrit pensera de son geste, de son
rle et de sa mission, lui. Sa tche tait de librer son people
et de dfendre cette liberation par tous les moyens en son pouvoir.
Il le fit farouchement dans la plnitude de sa responsabilit.
Et ce fut dans les mmes desseins qu'il fit active fivreuse-
ment les travaux de defense de la parties occidentale et qu'il tint
sous les armes soixante mille hommes dans son camp retranch.
11 tait soldat. La guerre fut la grande passion de sa vie. La
paix arme qui devint la condition ultrieure des temps ora-
geux dans lesquels il vivait allait cependant poser des pro-
blmes complexes que sa conception de soldat ne suffisait pas
trancher.
Tel tait, en premiere ligne, le problme agraire qui mit aux
prises les deux couches de la communaut la plbe issue de
l'esclavage sans autre soutien que la puissance du nombre, sans
autre fortune que son nergie musculaire puis, l'autre couche
substitute l'ancienne classes possdante qui entendait tout acca-
parer par droit de conqute d'abord, et surtout, par heritage
indirect des colons dpossds.
Dessalines dcida de trancher la question d'autorit.
Je veux...
N'tait-il pas le matre ?
11 se heurta aux ambitions des uns et des autres, aux intrts
de tous.
Et par ailleurs, les fautes accumules d'une organisation
administrative mal agence qui dbordait le cadre des contin-
gences militaires, les inquitudes des nouveaux accapareurs
menacs d'une dpossession imminent, le choc des competitions
sournoises convoitant le pouvoir supreme amenrent des conju-
rations dans lesquelles le librateur tomba perc de balles
parricides.














CHAPITRE V


Le statut de la Communaut dominicaine
de 1805 1822




Aprs la mort de Dessalines, les vnements survenus dans la
parties occidental semblaient avoir change les donnes du pro-
blme en ce qui concern la primaut accorde par les dirigeants
la defense de l'indpendance de la communaut.
Les ambitions partisanes avaient rompu l'union des leaders
qui, sous le mme tendard, s'taient battus coude coude pour
librer le people de la servitude colonial et convertir ses lments
disparates en une cohsion national.
A la disparition tragique du Chef supreme don't la person-
nalit rayonnante avait concili toutes les opposition et dissip
toutes les dissidences, les competitions farouches divisrent le
pays en deux parties distinctes sous l'administration de deux
gouvernements galement distincts.
Christophe se lit proclamer Roi clans le Nord et l'Artihonite,
tandis que Ption tablit une Rpublique dans l'Ouest et le Sud.
Il s'ensuivit une telle tension que l'atmosphre de guerre
civil tait la seule condition qui prvalut dans toute la parties
occidentale.
Cependant, il serait erron de croire que l'un ou l'autre
gouvernement avait renonc l'ide de dfendre contre toute
aggression le patrimoine common constitu dans la douleur et le
sang.
Par consquent, l'un et l'autre attachaient la mme impor-
tance au danger d'une presence franaise Santo-Domingo. Mais
dans l'tat de lutte fraticide o ils se trouvaient, l'expectative
et le silence -un silence vigilant constituaient la seule attitude
dcente qu'ils pouvaient garder sur la question de l'Est.
Et que se passait-il de ce ct-l ?
Ferrand avait-il su garder le territoire la domination fran-
aise aprs la retraite de l'arme hatienne ? Que ne le put-il !





Certes, il ne lui manquait ni le dsir de servir les intrts de
son gouvernement, ni mme celui d'attacher les populations au
rgime qu'il reprsentait. Il s'ingnia, au contraire, dvelopper
et converger toutes les sympathies agissantes vers son adminis-
tration. Le malheur voulut que tant de bonne volont ne pro-
duisit pas le rsultat auquel il s'attendait. Le fait est que la
stability de la colonie orientale dpendait moins des sentiments
propres des populations que des directives secrtes qu'elles rece-
vaient du dehors notamment de Puerto Rico, l'le voisine, tra-
vaille elle-mme par les fluctuations de la politique europenne.
Prcisment, vers les annes 1808, Napolon, pour rendre plus
efficace sa lutte contre l'Angleterre, opposa le blocus continental
au blocus maritime. Et pour mieux s'assurer la domination euro-
penne, il voulut adjoindre le people ibrique au nombre de ses
vassaux. Il crut opportun de profiter des dsordres domestiques
de la Cour d'Espagne pour en changer la dynastie. Il traversa
les Pyrnes, s'immisa dans les affaires internes de la Couronne
et plaa son frre Joseph sur le trne de Castille.
L'intervention trangre galvanisa le patriotism espagnol.
Le people se cabra et l'appel de ses moines, se souleva contre
l'envahisseur.
L'insurrection continental eut sa rpercussion dans les pos-
sessions d'outre-Atlantique. Cuba et Puerto Rico frmirent de la
mme indignation que leur mtropole et cherchrent rallier tous
les fils de Castille la cause sacre de la lointaine patrie. Ainsi,
le Gouverneur de Puerto Rico, don Torribio Montes, comprit que
c'tait aider au triomphe des revendications mtropolitaines que
de souffler la rvolte contre l'occupation franaise de Santo-
Domingo.
Les migrs castillans qui, lors de la cession de cette colonie
consentie la France en 1795, avaient mieux aim s'tablir dans
les autres possessions espagnoles antilennes de la Cour de
Madrid plutt que d'accepter le novel tat de choses, prirent une
part active la fomentation des troubles insurrectionnels dans
cette parties de l'le.
Juan Sanchez Ramirez, dans la province de Seybo, et Ciriaco
Cristobal Huber, dans celle d'Azua, grouprent des partisans et
se soulevrent contre la domination franaise en octobre 1808.
Ferrand tint tte l'orage. Il expdia un contingent d'hommes
command par le Colonel Aussnac, pour rduire les insurgs
dans la province d'Azua. Ceux-ci repoussrent les assailants et
propagrent le dsordre dans le Cibao.
L'insurrection s'tendit comme une trane de poudre.
Ferrand dcida d'attaquer les principles forces adverse
Palo Hincado dans la province de Seybo. Il y fut vaincu le
7 novembre et se tua dans la droute.





Ds lors, l'insurrection fut victorieuse presque partout. Seule
la place fortifie de Santo-Domingo tait reste au pouvoir des
Franais. Le plus haut grad des vestiges de l'arme, le Gnral
Barquier, en assuma la defense.
Les insurgs assigrent la ville pendant huit mois. Ils furent
grandement aids dans cette operation par les Anglais, qui blo-
qurent le port.
Dnus de toute resource, les Franais capitulrent le
7 juillet 1909.
Ainsi, une nouvelle fois, la colonie orientale de Santo-Domingo
redevint une possession espagnole, l'insurrection qui en chassa
les Franais ayant t faite au nom de Ferdinand VII.
II n'est pas inopportun de signaler que l'un et l'autre gou-
vernement de la parties occidentale Ption et Christophe -
s'taient associs, dans une certain measure, aux leaders du
movement insurrectionnel de l'Est.
Conformment leur commun idal de voir l'le entire libre
de toute domination franaise, ils avaient prt leur assistance
si modest fut-elle aux chefs du movement en escomptant que
mme si ceux-ci devaient encore garder leur statut de sujets d'une
puissance quelconque, du moins cette puissance ne serait plus la
France don't le voisinage sur un point quelconque du territoire
eut t une menace la scurit hatienne.
Donc Ption et Christophe mirent des fusils et des munitions
la dispositions des rvolts.
Encore que cette particularit puisse paratre banale et mme
insignifiante, elle ne tmoigne pas moins de la volont manifeste
des dirigeants hatiens de soustraire leur communaut toute
ingrence franaise. En consequence de quoi, ils profitaient de
la moindre opportunity de se protger contre l'invasion de
quelque ct qu'elle put venir.
Par ailleurs, ce fait est une demonstration de plus que leur
tentative de conqute de la parties de l'Est n'obissait aucune
ide d'extension territorial ou d'imprialisme mais impliquait
tout simplement un sentiment de self-defence 1.
D'autre part, la tradition souligne que Juan Sanchez Ramirez
avait des relations troites avec Christophe qui l'incitait rendre
son pays indpendant ou le rattacher l'Etat d'Hati, tandis
que les sympathies de Ciriaco Ramirez l'inclinaient plutt vers
1 Ardouin : Op. cit., tome VII, p. 235.
Nous ne pouvons que louer cet historien d'avoir non seulement relat
le fait don't il s'agit, mais encore d'en avoir administr les preuves en dis-
cutant l'assertion contradictoire qu'en a faite Guillermin dans son Prcis
Historique .
Au surplus, Ardouin a cit des extraits de dpches de Torribio Montes,
Gouverneur de Puerto Rico qui donnent un authentique cachet de vrit
l'incident.





Ption. Il parat mme que le monarque du Nord rendit des hom-
mages publics de deuil la mmoire de Sanchez Ramirez quand
celui-ci mourut le 7 fvrier 1811. Ce qui dnote en quelle haute
consideration il tenait le leader dominicain.
Mais en reprenant le gouvernement de son ancienne colonie,
l'Espagne ne change rien de sa mthode d'administration ineffi-
ciente et dsute. On peut dire que si la Cour de Madrid prouva
une satisfaction intrinsque ce que l'tendard des Rois de
Castille flottt de nouveau sur la fortaleza de Santo Domingo,
ce signe spectaculaire seulement semblait s'arrter la plnitude
de ses jouissances et l'panouissement de sa superb.
La colonie languissait dans la stagnation coutumire, tandis
qu'autour d'elle les autres communauts hispaniques du Nouveau
Monde qui, comme elle, s'taient redresses contre l'usurpation
napolonienne, frmissaient l'appel des leaders tels que Simon
Bolivar, Antonio Jos Sucre, Jos San Martin, Bernard O'Higgins
don't le plus haut idal tait incarn dans l'avnement l'ind-
pendance dle nouvelles pastries hispano-amricaines.
Telle tait cependant l'imptuosit du courant qui, ce mo-
ment-l et de ce ct-ci de l'Atlantique, entranait les mes d'lite
vers l'idologie sparatiste avec la mtropole que malgr qu'il en
fut, il se trouva un home Santo-Domingo, Nuiez de Caceres,
qui rva de faire de son pays une rpublique indpendante.
On a beau dire que son project n'tait pas ralisable tant
donn l'inconsistance et l'inaptitude de l'opinion publique le
soutenir dans le milieu o il fit clater le movement, on a beau
l'accuser d'avoir moins obi un sentiment dsintress d'ida-
lisme politique qu' un sursaut d'orgueil bless et la surcom-
pensation d'une sensibility meurtrie puisqu' des aspirations
administrative il fut contraint de refouler des ambitions qui-
tables, tout de mme, que d'un sentiment de frustration il ait pu
aboutir l'ide d'indpendance pour son pays, l'Histoire retien-
dra la signification de son geste comme le premier tmoignage
du genre ralis par un patriote dominicain.
Donc, le lr dcembre 1821, Nufiez de Caceres runit un petit
nombre de partisans, rallia la garnison de Santo-Domingo son
movement et proclama l'indpendance de la Rpublique domini-
caine, rattache la Confdration de la Colombie, don't il fit
hisser le drapeau au mt des difices publics. Cinq jours aprs,
il embarqua le Gouverneur espagnol, don Pascual Real desti-
nation de Madrid. Ce fut une revolution blanche.
Mais quelle en tait la viabilit ?
Et d'abord, la Rpublique de Colombie laquelle la nouvelle
nationality voulait associer son destin venait peine d'tre cons-
titue aprs des luttes internes et de nombreuses pripties
internationales, qui rendaient son existence prcaire.

76





Et puis, dpourvue de marine et de finances publiques stables,
au surplus, proccupe de repousser une ventuelle offensive
espagnole, comment pouvait-elle se charger de dfendre, au
besoin, une partenaire loin situe, au-del de la terre ferme.
Cette appartenance un Etat fdratif tait une utopie.
Au fait, de telles considerations lmentaires ne pouvaient pas
avoir chapp Nuiiez de Caccres. Alors, on doit s'interroger sur
le vritable mobile qui l'a conduit s'accrocher l'ide fantas-
tique de prconiser une indpendance politique alatoire de sa
patrie.
Sans doute, il avait t contamin par cette fivre rvolution-
naire qui avait envahi les communauts hispaniques d'Amrique
depuis une dizaine d'annes et qui consistait crer de nouvelles
nationalits indpendantes de leur commune mtropole. Mais, si
pour beaucoup d'entre elles, la proximity des territoires avait fait
germer l'ide d'une fdration d'Etats hispaniques au Sud du
Rio-Grande l'instar des Etats-Unis anglo-saxons de l'Amrique
du Nord, il convent de signaler que mme jusque-l, les obstacles
gographiques ne tardrent pas rendre ce dessein irralisable
pour la plupart d'entre elles. Toutes conditions que n'ignorait
pas Nufiez de Caceres.
Reste donc qu'il s'est attach son rve parce que son gr,
une Rpublique dominicaine sans appui extrieur n'tait pas
viable. Il y avait bien sa voisine immediate, la Rpublique d'Hati
don't la connexit territorial, les aspirations bien connues vers
l'unit politique de l'le, les tentatives historiques deux fois
avortes taient autant d'indications positives que le sort des
deux communauts semblait vou au mme destiny. Mais, il y
avait aussi les souvenirs cruels des deux tentatives qui ont laiss
come un sentiment d'inimiti ineffaable entire elles. Et com-
ment se dfendre contre le retour d'une troisime tentative un
moment o les circonstances avaient favoris le regroupement
des forces de l'autre ct de la frontire ? Et, enfin, comment
rsister la ralisation ventuelle de tels desseins avec une
population de 70 000 mes dissmine sur 50 000 kmi environ
contre le nombre disproportionn de plus de 400 000 habitants
l'Ouest don't 50 000 formaient une armne endurcie par une guerre
de liberation de plus de quatorze ans ?
Par ailleurs, quelle tait ce moment la position relle d'Hati
en face du problme ?
D'abord, nous ferons remarquer que la scession qui opposait
le Nord l'Ouest et au Sud venait de cesser par la disparition
de Christophe, de Ption et de Rigaud de la scne publique.
Dsormais, la parties occidentale dj si exigue ne faisait plus
qu'un tout gouvern par Boyer. Ne lui incombait-il pas d'tendre
jusqu' l'Est cette chance providentielle qui avait runi sous son






administration les parties parses d'une communaut si profon-
dment divise, l'image du bon berger don't la houlette rallie en
un seul troupeau toutes les brebis disperses ? Pouvait-on tenter
l'opration par la force ?
Il avait suffisamment d'intelligence et de savoir-faire pour
mditer sur les checs de ses prdcesseurs, en examiner la cause
et ne pas se lancer dans une entreprise o des gants avaient
succomb.
Alors ?
Alors, dfaut de gnie, il employa les armes favorites des
politiques aviss : l'adresse, l'ingniosit, l'habilet.
Donc, il noua des relations appropries avec des hommes
influents de l'autre ct de la frontire, maintint le contact avec
ceux don't la sympathie pouvait tre utile la diffusion de ses
ides, envoya des missaires dans les provinces du Cibao et la
region d'Azua afin de crer le climate favorable au succs de ses
projects.
On cite notamment la mission qu'il confia aux Chefs d'esca-
dron Charles Arrieu et Dsir Dalmassy d'aller dans les rgions
frontalires prcher la politique d'unification de l'le sous la
bannire hatienne.
Le procd de Boyer considr l'chelle des vnements qui
se sont succd sur la plante avant et aprs lui n'a t rien
d'autre que la propaganda classique faite par un Etat qui juge
utile d'attirer les habitants d'un territoire voisin se joindre
ses nationaux pour faire parties de la mme communaut. Com-
par aux mthodes perfectionnes et diaboliques qui sont l'hon-
neur en notre temps et auquel la radio, la ruse et la corruption
apportent un maximum d'efficience et de force, on peut le juger
avoir t d'une bgninit et d'une modestie faire rire.
Quoi qu'il en fut, la mthode se rvla fconde en rsultats
concrets.
Elle tait d'ailleurs favorise par l'adhsion d'un certain
nombre d'hommes sincres et rflchis l'ide que l'union de
leur pays la Rpublique d'Hati tait la solution la plus pratique
des problmes que confrontait alors la parties de l'Est.
Celle-ci vivait, en effet, dans une situation confuse tant au
point de vue politique qu'conomique.
Au point de vue politique, la mtropole lointaine, l'Espagne,
tait garrotte dans la plus inextricable complication. Charles VII
remis sur le trne de ses anctres, s'tait engonc dans une fer-
veur d'absolutisme qui faisait chec au libralisme des Corts.
L'insurrection avait clat dans certaines parties du royaume,
tandis qu'au-del de l'Atlantique la crise d'mancipation agitait
les communauts hispaniques du nouveau monde. La Cour de
Madrid dployait un effort dsespr pour essayer de faire face





des prils si divers et si profonds. Comment pouvait-elle s'oc-
cuper srieusement des affaires de Santo-Domingo ? La colonie
n'tait-elle pas livre elle-mme dans un certain tat d'abandon
et de marasme ?
Au point de vue conomique, les products d'exportation de la
colonies, ne pouvaient gure atteindre les ports mtropolitains
tant guetts par les corsaires des nouvelles nationalits hispa-
niques en guerre avec la mre patrie.
Leur seul coulement ne pouvait s'effectuer qu' l'Ouest, en
Hati.
A ce propos, il n'est pas dplac de signaler qu'une flottille de
corsaires arborant le pavilion des indpendants de l'Amrique
du Sud, sous la direction du Commodore Aury, tait en perma-
nence dans les eaux de Monte-Criste. Son quipage fraternisait
avec les habitants de cette ville et soufflait la rvolte contre
l'Espagne dans la region. Il y eut mme une proposition du Com-
modore faite Boyer par quoi il voulut s'associer au Prsident
pour dclencher une expedition de conqute du territoire domi-
nicain.
En de telles conditions, est-il tonnant que les hommes de
l'Est fussent perplexes sur l'attitude qu'il convenait de garder
tant envers Hati qu'envers l'Espagne ? Si quelques-uns pen-
chaient pour une rupture avec la mtropole -- ils taient proba-
blement un tout petit nombre la question tait de savoir quelle
pouvait tre la viabilit d'une communaut indpendante ne en
de telles contingencies sans un appui extrieur.
Nuifez de Caceres crut en trouver la rponse dans le rattache-
ment de la nouvelle Rpublique la Colombie.
Solution btarde et inconsistante.
D'autres -- galement un tout petit nombre pouvaient bien
trouver dans l'union de la communaut dominicaine avec la
communaut hatienne, la modalit adequate d'une solution du
problme. Non un marriage d'amour, videmment, mais un ma-
riage de raison.
Quant au plus grand nombre, il tait semblable au chien crev
emport au fil de l'eau. Sans dsir de changement, sans aspira-
tion d'aucune sorte, il se complaisait dans l'inertie habituelle de
la multitude prte suivre le meneur nergique en quelque
direction qu'il la conduisit.
Et d'ailleurs de quels lments tait-elle compose cette foule ?
Du mme people de mtis, de ngres et de blancs pauvres, comme
nous le prouverons plus loin.
Tel nous parat tre le tableau exact de la situation domini-
caine au ler dcembre 1821, au moment o Nufncz de Caceres
proclama l'indpendance de la Rpublique dominicaine fdre
la Rpublique de Colombie.















CHAPITRE VI


Y a-t-il eu un appel dominicain l'unit politique
de l'Ile sous la bannire de la Rpublique d'Hati?
Si tant est qu'il y en ait eu un, en quoi a-t-il consist?



La reaction hatienne contre les tentatives de Nufiez Caceres
fut aussi immediate que catgorique.
Il fallait agir, et vite.
Une decision tait d'autant plus ncessaire qu'elle correspon-
dait aux dmarches individuelles et collectives venues de person-
nalits ou de municipalits des provinces frontalires qui en
sollicitaient le branle.
En quoi consistaient les dmarches don't il s'agit ? Avaient-
elles un caractre spontan come les Hatiens l'ont toujours
prtendu et le prtendent encore ou bien ont-elles t forces et
dtermines par la pression et la menace selon la thse domi-
nicaine ?
Nous allons publier des pieces qui en portent tmoignage afin
d'tayer notre jugement sur des bases objectives et rationnelles.
Car les historians, les hommes d'Etat, les juristes dominicains
sont irrductiblement accrochs la thse qui soutient que ces
dmarches ont t inspires par la peur d'une invasion hatienne
et que par consquent elles ont t insincres et hypocrites. Ils
les rcusent avec une touchante unanimit. Quelques-uns vont
mme jusqu' dclarer dnues de toute valeur les pieces du
dossier qui concern cette affaire 1
Par ailleurs, les Hatiens quelque catgorie social ou intel-
lectuelle qu'ils appartiennent affirment avec une gale obstination
que le Prsident Boyer en procdant la runion de la parties de

S nigun valor . J. Troncoso de la Concha : La Ocupacion de Santo-
Domingo por Hati. La Nacion C. por A. Ciudad Trujillo R. D., 1942. Cf.
Garcia. Op. cit., t. II, p. 82-83.
Manuel Arturo Pena Batlle : Historia de la Cuestion Fronteriza dominico-
haitiana. Luis Sanchez Andujar, Casa Editoria Ciudad Trujillo, 1946,
p. 116.





l'Est au reste du pays n'a fait qu'obir l'appel des populations
de cette region qui, par l'organe de leurs leaders ou de leurs juntes
avaient exprim leurs dsirs de vivre en une seule communaut
politique avec la Rpublique d'Hati. Et l'appui de leurs asser-
tions ils voquent les tmoignages consigns en des pieces offi-
cielles publies l'poque auxquelles Ardouin fait allusion dans
le neuvime tome de ses Etudes sur l'Histoire d'Hati 1 sans
qu'il les ait cities dans toute leur teneur, du moins - comme
de leur ct les historians dominicains n'ont jamais cru devoir les
mettre sous les yeux de leurs lecteurs.
Encore que ces documents alourdissent notre texte, nous les
reproduisons ici pour la premiere fois depuis 121 ans qu'ils ont
t dits par les soins du Gouvernement de Boyer l'occasion
de la reclamation que produisit la Cour de Madrid lorsqu'elle
envoya une Mission Port-au-Prince rcuprer en 1830 les terri-
toires de l'Est comme une ancienne possession de la Couronne
d'Espagne.
Ces pieces firent parties des Mmoires que la Chancellerie
hatienne opposa aux prtentions espagnoles.
Les voici donc dans leur intgralit, prcdes d'une notice
qui explique la gense de la runion des deux territoires en une
seule communaut.

A.
Santo-Domingo, 8 janvier 1821.
Jos Justo de Sylva
A Son Excellence J.-P. Boyer
President d'Hati
Excellent Seigneur,
Ayant eu la bont d'accueillir favorablement la proposition
ou l'ouverture que j'ai t charge de fire V. E. dans la ville
du Cap Hatien, au nom de mes compatriots dont V. E. a lu la
procuration et les signatures, et Votre Excellence m'ayant invit
m'en retourner ici afin de rendre compete du rsultat de la
mission don't j'avais t charge, je parties. Arriv au milieu des
miens, je les ai entretenus de tout ce que V. E. a bien voulu me
communiquer.
Mes compatriotes et d'autres personnel en grand nombre,
sont trs satisfaits de tout ce que je leur ai dit, et ils mettent
leur espoir dans la rponse que V. E. me fit sur cette affaire.
Ils ont t charms de l'accueil amical que j'ai reu, de sorte
qu'ils se runissent en grande assemble pour parler au people et
lui imprimer la direction convenable. Je pense que je serai

1B. Ardouin. Op. cit., tome IX, p. 112 et suiv.






promplement au Port-au-Prince afin de rendre compete V. E. de
ce qui s'est pass ici. Mes compatriotes ont intention d'adresser
une dpche V. E.
Je viens de m'apercevoir que la ville est en grand movement
parce qu'on dit qu'il est question de publier la Libert gnrale.
Le Capitaine don Manuel Caravajal et le Capitaine don Jos Soza
s'y opposent vivement. Ils se sont offers d'eux-mmes pour aller,
au nom du Gouvernement, prs de V. E. afin de trailer adroite-
ment celle question et de savoir s'il peut y avoir quelque com-
position cet gard. Mais je doute que cela puisse avoir lieu. Il y
a bien des nouvelles secrtes touchant les Franais.
Trois navires de celle nation viennent d'aviser qu'il arrive
dj des btiments la Guadeloupe et la Martinique. V. E.
psera cet avis comme elle le jugera convenable.


B.
Liberty Egalit
Rpublique d'Hati
Au Gnral Magny,
Le people de San Fernando de Monle-Crisle a jug convenable
d'arborer la bannire hatienne, et nous y avons consent. J'envoie
V. E. trois Commissaires, don Jos Domingue, don Jos Dias et
don Gregorio Escarfulez, afin de connatre l'intention de votre
respectable gouvernement. Nous esprons que V. E. protgera
cette ville qui devient ls ce jour une portion de la Rpublique
d'Hati.
Monte-Crisle, 15 novembre 1821.
Sign : Diego Polanco, Commandant.


C.
A trs honorable Gnral Magny
Commandant de l'arrondissement du Cap Hatien
Nous vous annonons avec respect, Gnral, que nous avons
commenc la runion, et que la bannire d'Haiti a t arbore
dans notre ville. Nous vous prions de nous envoyer des munitions
de guerre don't nous aurons besoin si l'on veut exiger que nous
abandonnions la cause de l'Indpendance et de la Libert de cette
parties, laquelle s'est dtermine se ranger sous les sages Lois
de votre respectable Gouvernement.
Que Dieu vous accord de longues annes.
Laxaon, 15 dcembre 1821, An Ier de l'Indpendance.
Sign : Andres Amaranthe, Commandant, Jos
Domingue, Arias, Joachin Oliva, Ahenet.







Trs Excellent Seigneur,
Les patriots soussigns, au nom (le la Junte Centrale pro-
visoire de Saint-Yague, mus par des sentiments non quivoques,
la vue de l'acte constitutif du ler dcembre, relatif l'Indpen-
dance dominicaine unie la Rpublique de Colombie, ont l'hon-
neur (le dnoncer Votre Excellence celle cuvre informed et anti-
sociale qui a excit le mcontenlement universal lors de sa publi-
cation Sanlo-Domingo. Celle constitution impudenle tablit des
distinctions entire le paysan et le militaire, entire le pauvre et le
rice, entire les diffrents districts de cettlle parties, et maintient
l'esclavage au mpris politique. Elle n'assure en outre aucun ddommagement au
panvre soldal qui essuie de longues fatigues sans paie, et ruine
le commerce des malheureux cultivaleurs.

Excellence,
Nous lui dirons qu'un tel acte conu dans la vue dle fair
prosprer quelques particuliers, en sacrifiant des milliers de
pres de families respectable, offre des lches si monstrueuses,
que tous les ciloyens dvous a leur pays ont dtermin de re-
courir Votre Excellence pour qu'elle daigne prter l'oreille
leurs rclamations et se souvenir qu'elle a promise d'tre le paci-
ficaleur des habitants de celle parties;
Qu'elle nous accord les secours ncessaires pour parvenir
l'Independance, et que la Constitution de la Rpublique d'Hati
nous rgisse dsormais Nous la dsirons avec la libert gnrale
fraternity.
Tel est le but (le la dputation que nous envoyons Votre
Excellence. Nous esprons qu'Elle aura confiance en nous et
qu'Elle nous secondera dans notre glorieuse entreprise.
Les dputls que nous envoyons V. E. sont Juan Nuinez
Blanco, Fernando Morel de Santa Cruz, Jos Maria Saliedo.
Nous ne manquerons pas dle tenir V. E. sur les avis, esprant
qu'Elle nous accordera lous les secours dlont nous avons besoin
avec la clrit qu'exige une entreprise de si haute importance.
Cette Junle a l'honneur respect qui lui est d.
Saint-Yague, le 20 dcembre.
Suivent les signatures.







Liberl Egalil
Rpublique d'Hati
Le Conseil municipal de la ville de Porte Plate
et jurisdiction d'icelle,
A S. E. le Prsident J. P. Boyer
el, en son absence, au Gnral Magny, Gouverneur du Cap

Trs Excellent Seigneur,
En vertu de la lettre o/Jicielle que nous avons reue, le 29 der-
nier, des citoyens Juan Nuaez, Fernando Morel, Jos Peralto et
Jos Maria Saliedo, membres de la Junte tablie Saint-Vague,
sons la domination de central, nous avons t instruits de ce qui
est survenu dans cette ville, qui a arbor le pavilion de la Rpu-
blique don't V. E. est le chef. L'opinion publique, notre dfrence,
et celle de tous les habitants de Porte Plate, tout a t spontan
et prompt, et l'on a suivi les intrts gnraux des communes,
comme prouve la pice No 3 que nous envoyons i V. E. el qui est
une rponse la lettre des citoyens de Saint-Yague, don't vous
recevrez l'original sous le No 2.
En consequence, de concert avec le Commandant d'armes de
cette place, nous nous sommes dtermins presenter notre sou-
mission V. E. par l'organe des dpults Jos Maria de Roxas
et Francisco By qui parent anjourd'hni pour aller remplir cette
mission, et qui sont autoriss demander V. E. au nom de cette
jurisdiction pacifique, tout ce qui peut convenir au bien tre des
habitants, leur sret individuelle, et la conservation de leurs
proprits : ce que nous attendons avec confiance du Gouverne-
ment bienfaisant et philantropique de V. E.
Cet .expos, trs Excellent Seigneur, suffira dans les circons-
tances urgentes o nous nous trouvons, et nous croons avoir tout
exprim V. E. en lui disant que nous nous rangeons sous les
Lois de la Rpublique d'Hati, qn'Elle peut disposer entirement
de nous et nous envoyer des chefs anims des mmes sentiments
qui la caractrisent, et capable de nous commander comme Elle
dsire que nous le soyons.
Nous avons l'honneur, etc.
Sign : Joachim Bidos, Luis Rodriguez Plantes,
Franco Antonio del Campo.
Ville de San Flipe de Porle Plate, le 13 dcembre 1821,
18e anne de l'Indpendance d'Hati.






Pices annexes cette dpche :
No 1. -- Une soumission signe du sieur Antonio Lopez Vil-
lanueva, Commandant militaire de Porte Plate, exactement sem-
blable celle de la municipalit.
No 2. Au citoyen Antonio Lopez de Villanueva, Comman-
dant de Porle Plate.
La June Centrale compose de trente citoyens, a dtermin
en ce jour d'arborer le papillon indigne de la Rpublique d'Hati
qui est sous le commandement du Prsident J. P. Boyer. Nous
sommes persuads que cette innovation mettra fin aux troubles
et au mcontentement qui ont suivi, dans toute la parties espa-
gnole, la publication de l'Indpendance dominicaine unie au Gou-
vernement de Colombie. Nous vous en donnons connaissance,
afin que vous nous secondiez dans cette gnreuse entreprise en
faisant de mme que nous dans la ville de Porte Plate, jusqu' ce
que les intentions du Prsident Boyer nous parviennent. Nous
lui avons dj rendu compete de tout ce qui est survenu. Corres-
pondez avec nous afin que nous puissions agir ensemble come
des amis de la cause commune et comme des frres.
Nous avons l'honneur, etc.
29 dcembre 1921. (Suivent les signatures.)


No 3.
Libert Egalit
Rpublique d'Hati
Antonio Lopez de Villanueva
Commandant de la Place de Puerto-Plate
Aux citoyens composant la Junte Centrale de la ville de Saint-
Yague,
Citoyens,
La lettre que vous m'avez crite en date du 29 dernier m'an-
nonce le changement de gouvernement survenu dans cette parties.
Vous reconnaissez la Rpublique d'Hati don't J. P. Boyer est
le Chef et je l'ai appris aujourd'hui six heures du matin. Dsi-
rant moi-mme de conserver la tranquillit publique, dans une
semblable crise, et instruit en mme temps de l'adhsion des
habitants de cette parties au Gouvernement d'Haiti, j'ai fait
arborer le pavilion hatien, et fait prter le serment d'usage.
Du concert unanime de tous les employs et citoyens amis
de la paix, j'ai expdi de suite une embarcation pour le Cap
Hatien, afin d'annoncer S. E. M. le Prsident, ou, en son
absence, M. le Gouverneur du Cap, l'incorporation du people
de cette parties la Rpublique d'Hati.






J'espre que vous me considrerez come un bon fils de la
palrie ainsi que tous ceux de mon district. Nous sommes parties
intgrane e e la mme Rpublique, et je me flatte que Porle-Plate
et ses habitants n'auront point sujet de se plaindre d'un Gouver-
nement qui est appuy sur des bases fortes, poses par la justice
et I'humanit, et la tte duquel se trouve l'homme appel le
Philanthrope par excellence.
Les citoyens Lpine et Estevan Sanchez vont en quality de
dputs de celle parties pour announcer a votre Junte la dtermi-
nation de cette ville.
Je vous sale avec la plus haute consideration et avec toute
l'affection d'un frre.
Porte-Plate, 31 dcembre 1821, An 18e de l'Indpendance
d'Hati.



F.
Le Commandant de la Vega, Juan Ramon
S. E. le Prsident d'Hati
Trs Excellent Seigneur,
Quoique Votre Excellence doive tre trs instruite de ce qui
s'est pass dans cette parties, je lui donne connaissance que cette
ville voisine de Saint-Yague a imit son example et arbor, avec
toute la solennit convenable, le pavilion de votre respectable
Gouvernement. Je fais donc ma soumission Votre Excellence,
convaincu des sentiments gnreux et philantropiques qui la
caractrisent.
Que Dieu vous accord de longues annes !
Vega, le 4 janvier 1822.


G.
Saint-Jean, le 10 janvier 1822.
Damien de Herrera, Commandant de Saint-Jean,
et les habitants de cette commune,
Son Excellence le Prsident d'Hati
President,
A la satisfaction gnrale des habitants de cette commune,
je viens de faire arborer le pavilion de la Rpublique d'Hati.
Nous avons tous d'une voix unanime, rpt le cri de Vive la
Rpublique hatienne, Vive le Prsident J. P. Boyer. Nous esp-
rons avoir le plaisir et l'honneur de voir Votre Excellence dans
cette parties. Tout s'est pass au gr de nos voux, qui sont com-





bls maintenant que l'lle entire ne prsente plus qu'une seule
famille.
Nous avons l'honneur de saluer Votre Excellence avec le plus
grand respect.
(Sign) : Damien de Herrera, Joseph Damien de Herrera,
Camille lVuero, Francisco de los Sanlos, Manuel
del Castillo, Luis de los Santos, Remigio Alcanter,
Andres Hedrera.


H. No 1.

A Son Excellence le Prsident d'Hati,
Le Corps municipal de Neybe s'empresse de fire connatre
Votre Excellence qu'il se range avec plaisir sous les Lois de la
Rpublique halienne et qu'il rpond des sentiments de la popu-
lation de celte jurisdiction, quels que soient les vnements qui
surviennent. Il supplies en mme temps Votre Excellence d'ter
toute inquitude aux habitants de Neybe en dclarant que la
Rpublique les compete au nombre de ses enfants.
Que Dieu accord de longues annes Votre Excellence.
(Sign) : Jos Roman Hernandez, Francisco Lopez, Reg. dor.


No 2.
Libert Egalit
Rpublique d'Hati
Neybe, le 19 janvier 1821, An 19e de l'Indpendance.
Les vrais citloyens de la ville de Neybe,
A Son Excellence J. P. Boyer,
President d'Hati
Excellenlissime Seigneur,
Les exemplaires de votre Ordre du jour du 12 courant, qu'au
nom de V. E. le Colonel Per nous a envoys par le Capitaine Jean
Baptiste, sont pour nous des chanes qui attachent nos cours dle
telle sorte que nous nous htons de venir fire notre soumission
Votre Excellence en lui jurant que nous sommes prts mourir
i.our la defense de notre pre et de notre bienfaiteur.
En tmoignage de quoi, nous attendons l'heureux moment de
voir V. E., afin de lui donner les preuves les plus positives de
notre fidlit. Oui, nous dsirons qu'Elle nous fasse jouir des ldoux
fruits de la liberty, et qu'Elle nous retire d'une si dure servitude.
Au nom du bas people de Neybe,
(Sign) : Manuel Zerano, Julian Borya.






I. No 1.


Les habitants de la ville et jurisdiction d'Azua, soussigns,
donnent plein pouvoir Manuel Jimenes, Alcade et Joaquinm
Irpo, sergent-major de la milice urbaine, d'aller au Port-au-
Prince ou en tout autre lieu o se trouve Son Excellence le Pr-
sident d'Hati, .. P. Boyer, pour lui faire savoir qu'ils ont pris la
determination de se runir la Rpublique don't il est le Chef.
Azua, le 10 janvier 1822.
(Sign) : Pablo Baez, Jos Dias, Manuel Feliz, Angel Noboa,
Ramon Pichardo, Rafael Garcia Casuela, Jos Joa-
quim Irpo, Ramon Martinez, Juan dle la Cruz, Jos
Maria Belanez, etc.


No 2.

A Son Excellence J. P. Boyer, Prsident d'Hati,
Le Corps municipal d'Azua, tant en son nom qu'en celui des
habitants de cette ville, a l'honneur d'adresser au Prsident
d'Hati les pieces ci-jointes, dsirant qu'elles manifestent S. E.
leur resolution de s'incorporer au Gouvernement hatien. laquelle
a t prise l'unanimil.
Que notre Seigneur protge la vie de Son Excellence !
Azua, 22 janvier 1822, an 19e de l'Indpendance que nous
adoptions.
(Sign) : Jos Dias, Manuel Reyes, Manuel Feliz, Augustin
de Castro, Juan Clemente Obando, Jasinto Ortiz.
Pour la ville : Angel de Noboa, secrtaire.


No 3.
En la ville de Notre-Dame d'Azua, le 21 janvier 1822.
Les citoyens .los Dias, Alcade Municipal, les regidors Manuel
de los Reges, Doyen, Manuel Feliz, Augustin de Castro, Juan
Clemente Obando et Jos Antonio Batista, assists du Syndic,
reunis comme de coutume dans la Maison municipal, ayant
confr longtemps sur les inlrts co.nmlns, les votants dle cette
corporation et leur Prsident, instruils avec certitude que la ville
capital de Sanlo-Domingo et le bourg de Bani avaient successi-
vement reconnu et proclam, le 19 ou 20 du courant, la Rpu-
blique indigne don't I'Excellenlissime Seigneur J. P. Boyer est
le President, considrant que la seule ville d'Azua ne s'lait pas
encore prononce solennellement, quoi qu'elle eut donn son





adhsion au dit Gouvernement et l'Indpendance hatienne en
envoyant une mission auprs de S. E. qu'elle attendait avec beau-
coup d'impatience, le tout mrement considr, il a t rsolu
que tout le people serait convoqu afin que ses sentiments patrio-
tiques se runissent ceux de cette corporation, et qu'il fut pro-
cd sans dlai la manifestation de ce que commandait l'hon-
neur et le devoir.
En consequence, la dite convocation o se trouvaient des
personnel notables de la ville, le Commandant militaire et le cur
de la paroisse, ayant eu lien dans les formes convenables, il fallait
proclamer l'Indpendance indigne et manifester son adhsion
la Rpublique d'Hati, que cette imposante solennit aurait lieu
quatre heures de l'aprs-midi avec toute la pompe convenable,
qu'on prononcerait un discours analogue la circonstance, lequel
serait public ainsi que l'Ordre du jour bienfaisant de Son Excel-
lence du 12 courant.
(Sign) : Jos Dias, Manuel de los Reyes, Manuel Feliz, Au-
gustin de Castro, etc., et Angel de Noboa, secrtaire.



Je soussign, secrtaire du Cabilde municipal de cette ville
d'Azua pour la Rpublique hatienne, certified qu' quatre heures
de l'aprs-midi, chez le Prsident du Corps municipal, o taient
presents le Commandant militaire, le cur de la paroisse et un
concours immense, ainsi que la grande escorted de la Compagnie
d'infanterie, le corps de musique, etc., le pavilion d'Hati a t
solennellement arbor avec d'unanimes acclamations mles au
son de toutes les cloches et des dcharges d'artillerie.
Donn Azua, le 21 janvier 1822, An 19e de l'Indpendance
que nous adoptons.
Le secrtaire : Angel de Noboa.


Na 4.
Hros d'Azua,
II luit sur votre sol le jour de l'Indpendance hatienne qui a
brill sur l'Ile entire. Toutes les villes, et mme votre ancienne
capital, l'ont proclam. Vous, mes compatriotes, qu'attendez-vous
pour voler avec les ailes de l'enthousiasme ? Ne rougissez que du
retard que vous mettriez embrasser le nouveau systme, qui
est aussi honorable que solide et vous ranger sous les Lois qui
conviennent autant notre pays qu'au Gouvernement qui nous
protge. Vous vous tes dignement distingus par votre hommage,





non seulement aux yeux de l'illustre et trs Excellent Seigneur
President d'Haii, Jean Pierre Boyer, mais aussi ceux du monde
enter. Conservez loujours et present plus que jamais votre
haute renomme, en restant inviolablement attachs vos voisins,
et en payant le tribute de vos vreux et de votre soumission celui
qui nous protge si honorablement, come le prove l'Ordre du
jour qu'il a mis.

Le voici :
Ordre du jour
J. P. Boyer, Prsident d'Hati
Tous nos compatriotes de la parties ci-devant espagnole qui,
reconnaissant leurs vrais intrts, viennent de m'adresser leur
soumission aux Lois de la Rpublique, ont des droits sacrs
la protection du Gouvernement : Ils doivent y computer avec
confiance.
Des chefs expriments et sages, la tte d'une force nces-
saire au maintien de l'Ordre, vont se rendre dans ce territoire.
Comme souvent, dans la march des troupes, il arrive que des
malveillants, en affectant du zle pour le service, se glissent parmi
les militaires d'honneur et commettent des dprdations, je dois
dclarer ici que tout individu, quel qu'il soit, qui sera convaincu
d'avoir pill n'importe quoi, sera sur-le-champ livr la Com-
mission militaire du Corps d'arme comme ennemi de la patrie
pour tre condamn la peine capital. L'excution de cette
disposition importance demeure sous la responsabilit des gn-
raux et autres officers suprieurs commandant les corps allant
dans le territoire.
Donn au Palais National de Port-au-Prince, le 12 janvier
1822, An 19e de l'Indpendance.
(Sign) : Boyer.

Quoi qu'il soit notoire que nous ayons envoy une dputation
au President, laquelle n'est pas encore de retour et que nous
attendons avec la plus vive impatience, nanmoins, conformment
l'assemble de ce jour, nous nous empressons de dclarer notre
adhsion la Rpublique indigne. Arborons son pavilion et
faisons des deux peuples don't se compose cette grande le, une
seule famille, en respectant toutes les autorits, et en nous y
soumeltant avec des sentiments d'honneur et de fraternity.
Disons :
Vive la Patrie
Vive l'Indpendance !
Vive notre Prsident d'Hati !
et Vive l'Union que nous proclamons






Donn en cette ville de Notre-Dame de los Remedios (le Com-
postelle d'Azua, le 21 janvier 1822.
(Sign) : Jos Dias.
Par ordre de l'Alcade municipal,
Angel de Noboa, secr.
Pour copie conform:
Angel de Noboa.
Azua, le 22 janvier 1822, An 19e de l'Indpendance que nous
adoptions.



J.
Saint-Yague, le 14 janvier 1922.
In. Nufiez Blanco, Commandant de Saint-Yague et sa jurisdiction,
A Son Excellence J. P. Boyer, Prsident d'Hati
Trs Excellent Seigneur,
J'ai l'honneur de fire connalre Votre Excellence que le
Commandant ainsi que les habitants du bourg de Coluy viennent
de m'annoncer, par un exprs, que le pavilion de la Rpublique
hatienne y a t arbor le 3 du courant, et Macoris le 6, la
satisfaction gnrale. C'est ce que je me flatte de mander V. E.
pour son entire satisfaction, car c'taient les seuls points de
l'intrieur qui ne se fussent pas encore prononcs pour la bonne
cause que nous avons embrasse avec tant d'ardeur.
J'ai, en outre, le plaisir de vous annoncer que dans toutes les
villes et bourgs, les choses se sont passes avec tant d'ordre qu'il
n'y a eu dplorer le moindre malheur, parce que les sentiments
de tons taient en parfaile harmonies.
J'ai l'honneur, etc.



K.
Libert Egalil
Rpublique d'Hati
Nuiez de Caceres
Son Excellence le Prsident d'Hati
Excellentissime Seigneur,
Hier midi, je reus le Message official de Votre Excellence
du 11 courant, et je m'empressai de runir la Municipalit el les
chefs militaires afin de leur en donner lecture. Ils convinrent lous
unanimement de se ranger sous les Lois de la Rpublique d'Hati






et d'en arborer le pavilion en cette ville, ne doniant point de
trouver dans leur digne Prsident le frre, l'ami et le pre qui
offre de les embrasser tous en paix et de les rendre heureux.
Que Dieu accord de longues annes Votre Excellence.
Santo-Domingo, le 19 janvier 1822.



L.
Manuel Machado, Commandant de Samana
Au citoyen Nufez de Caceres
Citoyen,
Ce n'est que hier que j'ai reu votre lettre officielle en date
du 31, et dj le pavilion d'Hali avait t arbor Samana. Si je
ne l'ai pas fait plus tt, c'est que je voulais m'assurer des senti-
ments de la population. Ils sont tellement en harmonie avec ceux
des autres districts, que la publication de la note officielle du
President Boyer a fait clater ici mille transports de joie.
Je vous prie d'en informer le Prsident, afin qu'il rende justice
aux habitants de cette parties.
Samana, 6 fvrier 1822.


No 2.
Manuel Machado, Commandant de Samana
A Son Excellence .1. P. Boyer, Prsident d'Hati
Excellent Seigneur,
Les habitants de Samana, instruits des dispositions bienveil-
lantes de Votre Excellence, ont manifest leur determination de
s'incorporer la Rpublique d'Hati.
.'envoie Votre Excellence une Proclamation que j'ai fait
publier cette occasion. Si j'ai mal fait, Votre Excellence voudra
m'excuser en faveur de mon intention.


No 3.
Proclamation
Au people de Samana
Citoyens,
La joie que j'prouve que vous ayez rempli les obligations que
vous imposait la Patrie, me porte vous adresser mes flicita-
tions et vous exhorter de nouveau redoubler de dvouement et
de zle pour la Rpublique don't nous avons le bonheur de faire
parties aujourd'hui.





En continuant vous conduire comme vous l'avez fait jusqu'
present, vous laisserez d'honorables souvenirs votre postrit et
vous mriterez la confiance et l'estime du digne Chef qui, avec
tant de gloire, vient de rgnrer le pays o nous avons pris
naissance. Dans peu de jours, citoyens, nous aurons la satisfac-
tion de connatre notre Rgnrateur. Son Gouvernement ne res-
pire que douceur, paix et tranquillit. Les Lois de la Rpublique
sont dictes par la sagesse et conviennent parfaitement nos
localits et nos meurs. Il nous est donc facile d'tre heureux,
si, entirement dvous la Patrie, nous nous rangeons sincre-
ment sous le joug de la Loi, et si nous respectons les magistrates
qu'elle a constitus.
Oui, concitoyens et amis, je vous flicite du bonheur don't vous
allez jouir pleinement sous l'administration de votre Prsident,
le trs Excellent Seigneur, Jean Pierre Boyer. Il vient nous plein
de douceur, d'amnit, de bienveillance. La paix et la concorde
suivent ses pas, et il lui tarde d'tre au milieu de nous pour
nous serrer dans ses bras comme un tendre pre, un ami fidle,
un bon frre. Je vous garantis ces vrits qui se trouvent d'ail-
leurs dans la Proclamation du Prsident lui-mme, que j'ai fait
publier ici.
Vous m'avez donn des preuves non quivoques, citoyens, de
votre adhsion au nouveau gouvernement le jour fortun o le
pavilion d'Hati a t arbor en ces lieux, j'ai vu votre joie, votre
allgresse, et mon cur en a t vivement mu. Un instant, je
l'avoue, j'ai craint que la voix perfide du mchant ne vous dtour-
nt de la route du devoir. Mais toutes mes inquitudes s'va-
nouirent en voyant l'enthousiasme avec lequel vous avez accueilli
l'tendard de la Rpublique et le mpris que vous avez tmoign
aux malveillants qui voulurent vous sduire.
Votre rcompense, citoyens, sera la libert et l'galit : la
libert qui ne consiste pas se livrer sans frein aux drglements
du cur et passer ses jours dans une honteuse oisivet mais, la
libert de la raison, celle qui nous laisse la facult de faire tout
ce que la Loi ne defend pas et qui ne doit point prjudicier aux
droits d'autrui.
C'est celle-l seule laquelle nous devons aspirer et que nous
assure la Rpublique hatienne qui, tendant sans cesse vers la
civilisation, a en horreur la licence et le dsordre, lesquels en-
gendrent l'anarchie. Ainsi tout citoyen, quoique libre, n'est pas
matre d'agir contre la Loi, que s'il en mconnat l'autorit, il se
rend coupable envers le corps social auquel il appartient.
Quant l'galit, j'entends celle qui rsulte de la Loi, et en
vertu de laquelle tous les citoyens indistinctement sont rcom-
penss on punis par la socit selon la nature de leurs actions.






Voil, mes compatrioles, le sens que vous devez donner la
liberty et l'galit sociales, sous l'influence desquelles nous pou-
vons vivre comme des frres en nous soumettant des Lois
justes et pacifiques et en respectant les fonctionnaires tablis
pour le mainlien de l'ordre.
Vive la Rpublique d'Hati Vive l'Indpendance Vive la
Liberty et l'Egalit.
Samana, le 10 fvrier 1822, An 19e de l'Indpendance.



M.

Procs-verbal de l'entre du Prsident d'Hati Santo-Domingo
Aujourd'hui, neuf fvrier mil huil cent vingt-deux, jour dsi-
gn pour l'entre et la reception de Son Excellence le Prsident
d'Hati, les membres du Corps municipal se sont rendus, sept
heures du martin, la Porte du Comte, afin de recevoir Son Excel-
lence, comme en effet elle a t reue avec tout le crmonial
dtermin par les ordonnances militaires et les Lois civiles et
politiques du pays.
Aprs que Son Excellence eut t accompagne la salle
municipal et qu'elle eut pris la premiere place due sa dignit
de President, le citoyen Joseph Nufiez de Caceres, qui jusqu'alors
avait t la tte de la Municipalit, annona au Prsident la
crmonie usite en pareille occasion, laquelle consistait lui
remettre les clefs de la ville, comme pour signifier qu'elle se
rangeait sous sa domination ainsi que le territoire don't elle est
la capital.
Mais Son Excellence, rendant hommage aux principles hro-
ques d'une vertueuse modestie, ne voulut point s'assujettir une
semblable crmonie, distant qu'elle tait incompatible avec les
sentiments qui l'animaient, lesquels n'taient pas ceux d'un
conqurant, mais plutt ceux d'un pre, d'un frre, d'un ami qui
venait embrasser avec tout l'panchement du coeur les nouveaux
hatiens qui s'taient runis la famille.
Le citoyen Joseph Nufiez de Caceres en donnant le sige prin-
cipal Son Excellence, pronona un discours analogue aux cir-
constances et don't le but tait de recommander au Prsident les
Hatiens qui s'incorporaient la Rpublique et qui, par leurs
vertus, taient dignes de toute sa protection.
Quoique Son Excellence eut manifest son grand regret de ne
pas entendre la langue espagnole et de ne pouvoir rpondre au
discours qui lui avait t adress, nanmoins, s'abandonnant
l'impulsion de son cour, Elle rappela sa note officielle du 12 jan-






vier dernier o sa profession de foi tait consigne et don't le
gouvernement de cette parties avait donn connaissance au people
en la faisant traduire, imprimer et publier, et Elle tmoigna que
son plus grand bonheur serait de voir ses nouveaux concitoyens
bien pntrs de la droiture de ses intentions et se persuader
qu'Elle ferait tous ses efforts pour garantir leur sret et leur
tranquillit intrieure.
Tout le concours rpondit ces paroles de Son Excellence
par des acclamations et des cris de
Vive la Rpublique d'Hali !
Vive la Libert !
Vive l'Indpendance !
Vive le Prsident Boyer !
Immdiatement aprs, on se rendit l'Eglise Cathdrale pour
assister un Te Deum qui fut chant solennellement en action
de grces pour l'heureux vnement de cette journe.
En foi de quoi, nous, secrtaire, avons dress le present
procs-verbal que Son Excellence le Prsident d'Hati et le Corps
municipal ont sign avec nous.
Ainsi sign : Boyer, Nuiiez de Caceres, Andres Lopez Medrano,
Jos de la Cruz Garcia, Xavier Muira, Augustin Ravelo, Miguel
Martinez de Santelices, Meced, Vicente Jexera, Guillermo Jos
Delgado, Marlin Cusman Galicia, Raimundo Sepulveda, Miguel
Greco, Miguel de Lavistida, secrtaire.











CHAPITRE VII


Quelle fut la modalit employe par Boyer pour oprer
la jonction des deux parties de l'Ile ?




Et maintenant que nous avons tal le dossier hatiano-domi-
nicain en ce qui concern le movement qui a dtermin l'unit
politique de l'le sous le drapeau hatien, nous allons discuter
l'une et l'autre thse, savoir si l'opration a t effectue par
l'adhsion spontane des dominicains au gouvernement de Port-
au-Prince ou si celui-ci a employ la coercition pour arriver
cette fin.
Dj, en 1937, nous avons mis notre opinion sur la matire
en rpondant l'appel de l'Instituto de investigaciones historical
de Ciudad Trujillo, R. D., dirig par l'honorable M. Gustavo
Adolfo Mejia, qui, cette poque, avait ouvert une enqute sur
la question parmi les intellectuals dominicains et hatiens.
Nous rsumerons ici les mmes arguments don't nous nous
sommes servi dans notre tude publie dans le No 27 de la Revue
de la Socit d'histoire et de gographie d'Hati, en utilisant, cette
fois, au surplus, les documents contenus dans le dossier ci-dessus
public.
Et, d'abord, quand on se rappelle la situation de la commu-
naut dominicaine entire 1808 et 1821-22, telle que nous avons
essay d'en faire l'analyse la fin du chapitre V on se rend bien compete qu'elle tait emmaillote dans un rseau
d'inscurit et d'instabilit.
Ceux qui souffraient le plus de cet tat de choses taient le
petit nombre de possdants avides de paix et de quitude. Une
minority. Quant aux autres le grand nombre -- envelopps
dans leur carapace d'apathie et d'insouciance, ils s'en remettaient
la decision des meneurs.
Il semble bien que les documents reproduits dans le chapitre
prcdent refltent assez fidlement ce double tat d'me.





On y remarque notamment que les chefs de la region fron-
talire, inquiets des initiatives incoordonnes des leaders de la
capital, recherchaient la scurit de leur position politique l o
ils taient le plus susceptibles de la trouver l'ouest dans
Sune adhsion la Rpublique d'Hati, tandis que les masses gr-
gaires suivirent l'impulsion donne.
Tel nous parat schmatise la situation qu' distance, socio-
logues et politiques dominicains interprtent maintenant au gr
de leurs passions et de leurs indcrottables prjugs.
Si nos hypotheses ont quelque fondement et nous nous
Sflattons de les avoir tayes sur une documentation srieuse
autant que sur une analyse objective en quoi les appeals
l'union, la paix, la fraternity venus de l'Ouest vers 1818-1820
et adresss aux hommes influents de la region frontalire peu-
vent-ils paratre si dsobligeants aux yeux de quelques domini-
cains contemporains ?
En quoi une attitude de conciliation, une disposition d'entente,
une aspiration vers l'union avec les voisins occidentaux peuvent-
elles paratre maintenant tellement offensantes pour l'amour-
propre dominicain qu'elles inspirent les plus ardentes protesta-
tions, les plus violentes rcriminations de la part des publicistes
dominicains au point de les porter contester sinon l'authenticit
mais la sincrit des documents qui en portent tmoignage ?
Ils prtendent, notamment, que la champagne dessalinienne de
1805 avait fait trop de victims et laiss trop de ranceurs prci-
sment dans les rgions que les armes hatiennes avaient tra-
verses pour que quinze ans aprs, il fut possible d'y trouver
la moindre sympathie pour le nom hatien.
Raisonnement inconsquent dans sa rigidit absolue. Car, en
vrit, c'est faire trop bon march des contingencies dans le m-
canisme des actions humaines pour croire l'irrfutabilit d'un
tel point de vue.
Pour en dmontrer la valeur incertaine, il suffirait d'voquer
quelques faits de l'histoire contemporaine. Nous trouverons en
ce XXe sicle maints examples de grandes nations dresses les
unes contre les autres par des sicles d'animosit, de luttes san-
glantes dans lesquelles elles furent victorieuses ou vaincues la
suite de guerres atroces, de destruction et de carnage et cepen-
dant, on a vu de l'un et de l'autre ct des frontires dtruites
et rtablies, des hommes qui se sont levs au-dessus des proc-
cupations du moment, des haines et des prventions pour prco-
niser une politique d'entente et d'apaisement peu aprs la bataille.
Est-il interdit d'en appeler au tmoignage d'vnements
rcents entire la France et l'Allemagne relatifs aux deux guerres
1914-1918, 1939-1945 ? N'a-t-on pas vu des hommes d'Etat fran-
ais, des intellectuals de quality, de grands capitaines, des






Franais de toute catgorie non seulement collaborer avec les
Allemands pendant l'occupation allemande de la France en 1939,
mais crer une atmosphere d'estime et d'amiti entire les natio-
naux de ces deux grands pays ? Ces Franais furent-ils tous des
tratres ?
Il serait hasardeux de le prtendre.
Quelques-uns d'entre eux ne pouvaient-ils pas penser qu'
une attitude d'hostilit permanent, indfinie, il convenait mieux
d'adopter celle d'une entente propre sauvegarder les intrts de
l'un et l'autre pays dans la limited du respect et de la dignit des
uns et des autres ?
Avaicnt-ils tort, avaient-ils raison ceux des Franais qui
adoptrent une tell ligne de conduite ?
On peut a loisir discuter sur la matire.
Quant nous, notre dessein consiste tout simplement tablir
ici l'existence du fait en choisissant la plus saisissante et la plus
rcente illustration d'une contingence historique.
Donc le fait flagrant a exist en France, il existe en Allemagne
au moment mme o nous crivons ces lignes, pourquoi n'aurait-
il pas pu exister en pays dominicain en 1820 ?
La question ainsi pose, il n'est donc pas niable qu'il se fut
rencontr un parti pro-hatien dans la region orientale de l'le
d'Hati entire 1805 et 1821, malgr les souvenirs cruels d'un pass
recent. Nous en trouverons d'ailleurs de prcises indications dans
les relations amicales qui furent tablies centre des leaders domi-
nicains come Juan Sanchez, Ciriaco Ramirez, d'une part, et
Henri Christophe et Sabs Ption, en 1808, d'autre part.
Mais des historians, des juristes, des sociologues dominicains
contemporains objectent.
Par example, M. Maximo Coiscou Henriquez, l'minent pro-
fesseur et l'un des spcialistes les plus remarquables de l'Histoire
hatiano-dominicaine, dans le premier tome de son Histoire de
Santo-Domingo , repousse toute ide d'appel l'union entire
Dominicains et Hatiens pour une commune nationalit hatienne
en essayant de faire valoir que l'tat social d'Hati, en 1821,
n'offrait rien d'attrayant un groupement human si peu consis-
tant que put tre ce dernier, lui-mme.
M. Coiscou, avec un luxe d'rudition auquel je rends hom-
mage, a bross le tableau de la communaut hatienne rgie par
le conflict des castes et l'a oppos la patente unit domi-
nicaine 2. Il a tabl notamment sur l'absence en Hati d'une

SMaximo Coiscou Henriquez : Historia de Santo-Domingo, Contribu-
tion a su Estudio, Ciudad Trujillo, R. D. Editorial Montalvo, 1938, p. 189.
2Loc. cit., p. 174.






classes moyenne qui eut t ds l'poque colonial un lien d'har-
monie entire la masse ngre et l'lment dirigeant par dtermi-
nation . Il a caractris cette carence d'homognit par ce
qu'il appelle la dbilit irrmdiable de la structure social
hatienne 1.
Car, d'aprs lui, le Ngre hatien mme au point de vue
conomique n'est pas un agent d'change puisqu'il ne produit
et ne consomme que mdiocrement. Au point de vue social, il
n'est pas rest le sauvage tir des forts de l'Afrique, le sauvage
tant la plante humaine original, il est devenu le barbare
que son matre d'autrefois a dpouill de sa faon d'tre native
sans y substituer quelque chose d'autre. De l le comportement
baroque de toute barbarie et l'htrognit de l'me ngre
hatienne 2
Quant au point de vue intellectual, il vgte dans l'oubli
absolu o il est rlgu par les castes privilgies qui -- elles
-ont acquis une education et une instruction fortement impr-
gnes de la culture franaise.
C'est probablement cause de cette opposition entire l'tat
social d'Hati, tel que M. Coiscou l'a dcrit et celui de l'ancienne
parties espagnole tel qu'il l'a conue en quelque rve idyllique
que l'minent sociologue a conclu premptoirement qu'en 1822
Boyer fut un envahisseur du territoire dominicain, qu'il n'y fut
point appel et qu'au surplus, lorsque la conqute hatienne
se ralisa, il y a eu juxtaposition et non fusion des deux
populations en presence, d'o le manque de cohsion qui facility
la separation de 1844.
Voil la thse soutenue par M. Coiscou, qui l'a farcie de nom-
breuses citations et taye de rfrences doctrinales imposantes.
Mais rvrence parler elle n'est qu'une interpretation,
fort brillante d'ailleurs, de faits historiques et sociologiques vus
travers le prisme de la logique affective et que celle-ci a amene
au raisonnement de justification.
Et d'abord, en ce qui concern les lments constitutifs de la
communaut hatienne issue come l'on sait de la dislocation de
la socit colonial de Saint-Domingue, M. Coiscou comment une
erreur fondamentale au point de vue sociologique. Pour les carac-
triser, il emploie indiffremment le terme de caste ou de
classes afin d'expliquer la situation des couches sociales sur
lesquelles reposait l'agglomration colonial et qui donna sa
physionomie sii generis la socit hatienne. Il y a pourtant
une difference capital entire les deux terms et qui explique des
situations sociales fort distinctes.

1 Loc. cit., p. 185 et suiv.
2 Loc. cit., p. 207.






L'enseignement classique de la sociologie dfinit la caste
come un groupement ferm, rgi par quatre conditions : lo la
rigidity du systme, 20 l'cndogamie, 30 l'hrdit, 4o la per-
manence 1.
D'un autre ct, la classes est un ensemble d'individus placs
un mme niveau social par la loi ou l'opinion publique. Et le
marxisme en mettant l'accent sur la condition conomique dter-
mine la classic come la rsultante de l'oppression social qui
oppose le proltariat la bourgeoisie.
A ce propos, il convient d'insister que, avant la foundation de
la Rpublique indouc qui, en 1949, a aboli lgalement le systme
des castes, l'Inde tait le pays par excellence o fleurissait ce
rgime don't l'interdit, le tabou constituait la sanction religieuse
qui frappait les transgresseurs de la caste.
Si donc, nous tenons pour valides les rgles troites qui gou-
vernent ce rgime, soit la rigidit du cadre dans lequel il se meut,
garrott en des limits prcises et dtermines pour en garantir
la solidit, l'endogamie qui la sauvegarde de toute souillure
biologique, l'hrdit qui maintient la transmission in aeterna
de ces conditions biologiques et en assurent la permanence, il
n'est pas possible de trouver un type de caste dans la constitution
de la communaut dominguoise et, par suite, de la communaut
hatienne qui en est l'manation directed. Nous y voyons, au
contraire, une hirarchie de couches sociales superposes en
classes qui, malgr les interdictions lgales assez judaques d'ail-
leurs, se sont interpntres depuis les origins jusqu' la Rvo-
lution de 1789 et qui, aprs la rupture de 1804, ont faonn la
structure de la socit hatienne.
Nous en avons un trop loquent tmoignage dans les 27 000
mtis qui sont ns dans la colonie du croisement du blanc et de
la ngresse pour avoir besoin d'une plus flagrante demonstration
de l'interpntration des classes dans la colonie dominguoise.
L'nonc de ce chiffre qui avoisine le nombre des blancs, soit
28 40 000 units, prouve que le mtissage s'est poursuivi en
constance et en profondeur au-del d'un sicle d'existence
commune.
O sont la rigidit, l'endogamie, l'hrdit et la permanence
de la caste ?

1 Cf. Bougl : Essai sur le rgime des castes. Paris, 1908.
A. L. Krebcr : Caste in Encyclopedia of the social sciences.
Andr Lalande : Caste in Vocabulaire technique et critique de la
Philosophie. Presses Universitaires, Paris, 1937.
Price-Mars : Classe ou Caste in Revue d'histoire et de Gographie
d'Hati. Vol. XIII No 46 (juillet 1942).
James Leyburn : The Haitian People-Yale University Press 1941.






Cette interpntration biologique est le point de dpart d'une
causalit social qui a dtermin la hirarchie du group.
A l'tage suprieur, les blancs hauts fonctionnaires, grands
propritaires, grands commerants. A l'tage suivant, les mtis.
ou gens de couleur, galement propritaires dans une proportion
de 90 %. Enfin, au bas de l'chelle, la masse des esclaves noirs
ainsi que nous l'avons dj tabli au Ier chapitre de cet ouvrage.
Hirarchie de classes o la mobilit social permettait des infil-
trations et des dplacements individuals favoriss par la trans-
mission ou l'acquisition des fortunes ou encore par la gracieuset
de quelques grands seigneurs et assez important pour jeter une
certain confusion dans la notion mme de la classes.
Il va de soi que le signe de la classes qui rsidait surtout dans
la couleur de la peau mettait souvent un accent d'pret tragique
aux revendications de ceux qui taient frustrs des droits, des
jouissances, des privileges rservs la classes suprieure et qui
pouvaient y prtendre par leur education et leur fortune.
On conoit sans peine que les principles de la Rvolution fran-
aise parvenus dans la colonie aprs 1789 et qui prconisaient
l'intgration des Droits de l'homme inalinables la personnel
humaine aient fait clater le cadre vermoulu des classes sociales.
Il s'en est suivi la rvolte des esclaves qui, enfin, a about la
creation de la nationalit hatienne ainsi que nous en avons lon-
guement tudi le processus en des pages prcdentes.
Nous nous excusons de revenir sur ces faits que la construc-
tion interprtative de M. Coiscou a amens la conclusion d'une
dbilit social sur laquelle il s'est appuy pour condamner le
people hatien une irrmdiable stagnation. Il a mme contest
la quality spcifique de socit la communaut dominguoisc
d'avant 1789 pour lui attribuer la denomination de colonie de
plantations selon le cubain Ramiro Guerra 1.
Et emptr de theories, il a pouss son ardeur doctrinale, si
loin qu'il en est arriv refuser au people hatien le sentiment
dfini de l'indpendance politique puisque d'aprs lui ce qui a
motiv la rvolte des masses n'tait que la preoccupation domi-
nante et exclusive la fois de la libert individuelle .
Drle de thorie, singulire conception, trange explication
des vnements qui ont about l'indpendance hatienne !
Ici, je crois que l'envotement interprtatif a nettement
obscurci la perspicacit de l'historien.
Puis-je rappeler M. Coiscou l'action lointaine de Macandal,
le marron, qui, en 1758, terrorisait la paroisse du Limb en
gnralisant l'usage du poison avec la certitude qu'il avait reu

1 Maximno Coiscou Henriquez. Op. cit, p. 184.
SOp. loc. cit., p. 203.






la mission divine de dtruire le rgne du blanc Saint-Domingue?
Puis-je lui rappeler le symbolisme qu'il employait pour
convaincre ses frres martyrs ?
Un jour, crit Moreau de Saint-Mry, dans une nombreuse
assemble, il se fit apporter un vase plein d'eau o il mit trois
mouchoirs, un jaune, un blanc, un noir. Il tira d'abord le jaune.
Voil, dit-il, les premiers habitants de Saint-Domingue, ils
taient jaunes. Voil les habitants actuels, il montra le mouchoir
blanc. Voici, enfin, ceux qui resteront matres de l'le, c'est le
mouchoir noir. 1
Un prophte, n'est-il pas vrai, cent cinquante ans avant sa
ralisation, avait prdit l'avnement de la nationalit hatienne
par l'limination violent de l'lment blanc de Saint-Domingue.
N'tait-il pas lui-mme l'amorce de l'autre prcurseur, Toussaint
Louverture, don't l'action prodigieuse avait malax les hommes
et les circonstances pour difier l'indpendance hatienne sur un
socle d'incomparable grandeur ? Et c'est cela que la ccit par-
tisane veut rduire je ne sais quelle troite et errone concep-
tion de libert individuelle ?
Je voudrais demander l'minent professeur de mthodologie
quel moment de l'Histoire universelle, il a vu une collection de
liberts individuelles se cimenter pour produire l'explosion
collective qui a about la rvolte victorieuse des esclaves de
Saint-Domingue ? Je voudrais savoir quelles superstitions fantas-
tiques ont pu galvaniser les phalanges hroques qui s'en allaient
avec leurs bras obstruer la gueule des canons pour les empcher
de vomir la mitraille -- parce que mourir esclaves Saint-
Domingue, en combattant contre l'esclavage, c'est aller renatre
libres sur la terre d'Afrique Je voudrais savoir quelle flamme
vengeresse a embras ces mes indomptables qui couraient vers
la mort, la chanson sur les lvres, braver les baonnettes des
lgions franaises la Ravine--Couleuvres, la Crte--Pierrot
ou Vertires ?
Mais o tes-vous donc, morts, don't le sacrifice la liberty
et l'indpendance d'un people, la rehabilitation et la rint-
gration d'une race dans la dignit humaine est aujourd'hui
bafoue au nom d'une interpretation abusive de la science!
Cependant, s'il est une vrit acquise, c'est que votre lutte victo-
rieuse sur ce minuscule point du globe terrestre tait la premiere
tape de la douloureuse liberation humaine laquelle des cen-
taines de millions d'hommes ont offert et continent offrir leurs
vies en holocaust. A qui veut s'lever la hauteur d'une certain

Moreau de Saint-Mry: Notes Historiques (A.M.C.). F. 3 136, p. 198.
Pierre de Vaissire : Saint-Domingue. La Socit et la vie crolcs sous
l'ancien rgime. Paris, 1909. Pcrrin & Co, p. 237.






clairvoyance, votre lutte tait significative d'un double affran-
chissement conomique et racial. C'est pourquoi aucune msinter-
prtation ne saurait la rapetisser je ne sais quelle reaction de
la sensibility individuelle...
Nous nous sommes volontiers arrt l'analyse critique d'un
livre paru depuis 1938 parce qu'il incarne la doctrine qui a
prvalu, qui prvaut et qui prvaudra toujours sur les bords de
l'Ozama.
M. Coiscou n'est ni un polmiste, ni un politician. Cependant
sa pense exprime dans la forme incisive et dialectique qu'elle
revit dans son livre se retrouve come un leit moliu des pam-
phlets des articles de press, des diatribes si souvent explicites
dans la production intellectuelle de nos voisins.
C'est pourquoi sa rfutation ici rpond la ncessit de rduire
nant tout cet chafaudage mont par le patriotism exacerb
des dominicains.
Quoiqu'il en soit, M. Coiscou n'a pas t le premier mettre
le systme d'argumentation don't il s'agit. Il n'en sera certaine-
ment pas le dernier tant que le fait hatiano-dominicain restera
accroch au domaine de l'affectivit.
D'ailleurs, nous le retrouvons implicitement compris dans les
reserves exprimes par Nufies de Caccres Boyer, quand celui-ci
entra Santo-Domingo en 1822, il sera repris avec une vhmence
exemplaire dans le Mmoire que MM. Emiliano Tejera et de
Farenbach, au nom de la Rpublique dominicaine, adressrent
au Trs Saint-Pre, le Pape Lon XIII, Juge arbitre, choisi par la
Rpublique dominicaine et la Rpublique d'Hati dans le dsac-
cord existant entire les deux pays sur la question de leurs
frontires.
Encore que ce Mmoire soit sign des deux dlgus don't les
noms sont inscrits au bas de ce document, il semble bien qu'il
ait t rdig par M. Emiliano Tejera puisque les crivains domi-
nicains lui en donnent la paternity exclusive en le comblant
d'loges. Entre autres M. Maximo Coiscou Henriquez et M. Manuel
Arturo Pefla Batlle le citent avec la plus grande rvrence .
Voyons un peu la manire don't cette argumentation a t
prsente par M. Tejera.
Le dlgu dominicain prs du Saint-Sige explicit sa pense
comme suit :
En 1822, crit-il, (le) Prsident Boyer, sans avoir reu la
plus lgre offense ni avoir non plus dclar la guerre, envahit le
territoire de la Partie ci-devant espagnole, se disant appel par

1 Coiscou. Op. cit., p. 209.
Manuel Arturo Pefia Batlle : Historia de la Cuestion Fronteriza Domi-
nico-Haitiana. Luis Sanchez Andjar, Casa Editora, 1946, p. 116.






les habitants de celle-ci, et baptisant du nom d'appel de la Partie
de l'Est les manifestations tumultucuses que lui-mme avait pro-
voques dans les bourgades dgarnies des environs de la frontire
et qu'il avait prpares depuis l'anne 1820 au moyen d'agents
qui parcouraient clandestinement le territoire espagnol. Boyer
pensa candidement qu'il pouvait blouir le monde et la postrit
avec les dclamations et phrases creuses par lesquelles il tcha
de justilier son invasion, come si les faits n'taient pas le prin-
cipal objet d'tude pour les historians et les vrais homes d'Etat.
Il repoussait avec une feinte modestie le titre de conqurant et il
venait cependant appuy de deux armes nombreuses occuper un
pays qui ne pouvait lui opposer des troupes d'aucune sort. 11 ne
venait pas s'imposer par la force et dclarait ouvertement et
publiquement Nuiies de Caceres. chef de ce pays sans defense,
qu'aucun obstacle ne l'arrterait dans son dessein de sauver ses
compatriotes de l'Est, lesquels lui taient attachs autant qu'il les
affectionnait lui-mme.
Si cet amour tait aussi grand de la part des Dominicains.
si on soupirait aprs l'incorporation Hati come on soupire
aprs le bonheur, pourquoi Boyer ne vint-il pas, confiant en ce
seul amour, recevoir les embrassades filiales de ceux qui dsi-
raicnt tant se soumettre a sa douce et paternelle autorit ? Pour-
quoi prCfra-t-il ce group potique et beau de coeurs amis
l'inutile escorted de tant de milliers de soldats ? Il saurait bien le
pourquoi, le gnral Boyer, come ne l'ignore personnel au
monde, et beaucoup moins les Dominicains, de la mme manire
qu'ils n'ignorent pas non plus quel nom mritent tous ceux qui
sauvent les peuples la tte d'armes puissantes.
Il est certain que Boyer se fondant sur ces manifestations
turbulentes qu'avec une intention calcule il avait prpares de
longue main, envahit le territoire dominicain, appuy de deux
grande armes, l'une sous le commandment du Gnral Guy-
Joseph Bonnet, qui partit de Fort-Libert le 28 janvier 1822, et
l'autre dirige par le Prsident Boyer lui-mme, qui quitta le Port-
au-Prince aprs le 15 du mme mois, les deux corps ayant fait
jonction sous les murs de la ville de Sanlo-Domingo, y entrrent
le 9 fvrier, date laquelle se terminal l'invasion de Boyer et se
ralisrent ses rves ambitieux. Ainsi tomba au pouvoir d'Hati,
au moyen de l'astuce et de la duplicit, aides de la force et d'un
ensemble de circonstances dfavorables, la Partie espagnole de
Saint-Domingue.
Plus loin, l'crivain ajoute la justification supme de sa thse
en faisant la remarque suivante :
Elle ne peut pas tre prise pour une offense Hati, l'assu-
rance que, cette poque, il ne pouvait pas y avoir un people un
peu civilis qui fut dispos s'unir volontairement et moins






encore se soumettre au people hatien. Celui de Santo-Domingo
moins qu'aucun autre, car l'loignaient de sa voisine des diff-
rences de nationalit, d'idiome, de lois, de coutumes et presque
de religion mme. Que pouvait esprer le people dominicain de
son union avec Hati ? L'ordre, le progrs, la civilisation ?
D'un ct il avait sous les yeux le doux et paternel gou-
vernement civil des Capitaines gnraux espagnols, de l'autre le
dur joug militaire des Dessalines et des Christophe, avec le
souvenir horrible de la tuerie des colons franais, celui des
pillages, gorgements et excs de tous genres perptrs Cotui,
La Vega, Moca, Santiago et autres points du territoire dominicain,
et l'impression profonde cause par les terrifiants rcits, exagrs
peut-tre, de ce qui s'tait pass Sans-Souci et autres points des
Etats du Roi Christophe. Mme les esclaves dominicains savaient
bien comment taient traits par les inspecteurs de culture les
paysans hatiens, appels citoyens libres. Et encore qu'Hati fut
alors gouverne par un Prsident qui n'tait pas redouter sous
ce rapport, personnel n'ignorait que c'tait chose probable qu'un
retour la situation passe mais rcente qui avait produit les
Dessalines et les Christophe.
Voil avec quel brio et quelle ptulance M. Tejeda soutient son
plaidoyer considr comme une pntrante analyse critique par
les intellectuals dominicains mais auquel la lucidit d'un rigou-
reux examen donnera sa just valeur.
Le diplomat dominicain repousse l'ide de tout appel qui
aurait t adress au Prsident Boyer par des leaders qualifis
de la Partie de l'Est et attribue l'astuce et la perfidie ha-
tiennes le movement de cooperation politique qui s'est opr
non seulement dans quelques bourgades dgarnies mais
Santiago de los Caballeros, l'une des plus grandes villes de la
region. Or, si nous relisons attentivement la pice D du document
public dans le chapitre prcdent, nous verrons clairement tal
l'un des aspects du movement don't il s'agit.
En ce qui concern la ville de Santiago, il exprime une incon-
testable reaction contre la proclamation de la Rpublique fdra-
tive lie la Colombie don't Nufiez de Caceres venait de prendre
l'initiative le ler dcembre Santo-Domingo. N'oublions pas que
Nufiez de Caceres avait tay ses activits sur une Constitution
d'aprs laquelle l'esclavage tait conserv comme l'une des bases
fondamentales du nouvel Etat. C'tait prendre parties dans une
controversy social qui divisait les leaders cause mme de la

1 Mmoire que la Lgation extraordinaire de la Rpublique Dominicaine
Rome prsente S. S. Lon XIII Trs Digne Pontife rgnant et juge
arbitre dans le dsaccord existant entire la Rpublique Dominicaine et celle
d'Hati. Traduction: Paris, 1896, Socit Anonyme de l'Imprimerie Kugel-
man, p. 10-11.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs