• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Introduction
 Notice biographique
 Frontispiece
 Chant premier
 Chant deuxieme
 Chant troisieme
 Chant quatrieme
 Chant cinquieme
 Chant sixieme
 Chant septieme
 Chant huitieme
 Notes explicatives
 Historique du poeme






Group Title: Haitiade, poeme epique en huit chants par A.T. Desquiron de Saint Agnan
Title: L'Haitiade, poeme epique en huit chants par A.T. Desquiron de Saint Agnan
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095929/00001
 Material Information
Title: L' Haitiade, poeme epique en huit chants par A.T. Desquiron de Saint Agnan Troisieme edition, avec une préface de Jean F. Brierre, une notice biographique par M. Desquiron, l'histoire du poème et des notes historiques nouvelles par Camille Large
Physical Description: vii-xxvii, 197 p. : illus. (port.) ; 21 cm.
Language: French
Creator: Desquiron de Saint-Agnan, A.-T ( Antoine-Toussaint ), 1779-1855
Donor: unknown ( endowment ) ( endowment )
Publisher: Imprimerie de l'e´tat
Imprimerie de l'état
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1945
Copyright Date: 1945
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095929
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 26443826

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 4 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Introduction
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
    Notice biographique
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
        Page xxvii
        Page xxviii
    Frontispiece
        Page xxix
    Chant premier
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Chant deuxieme
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Chant troisieme
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Chant quatrieme
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Chant cinquieme
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Chant sixieme
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Chant septieme
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Chant huitieme
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Notes explicatives
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
    Historique du poeme
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
Full Text




L'HAITIADE

POEME EPIQUE EN HUIT CHANTS
PAR
A. T. DESQUIRON de SAINT AGNAN
TROISIEME EDITION
Avec une Prface de
JEAN F. BRIERRE

Une notice biographique par
M. DESQUIRON

L'Historique du Pome et des Notes historiques
nouvelles par
CAMILLE LARGE

La libert vient du Ciel, les abus viennent des hommes!



H


PORT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE DE L'ETAT
RUE HAMMERTON KILLICK
1945


















A la mmoire de
GRAGNON LACOSTE
qui a sauv cet ouvrage de l'oubli


A TOUSSAINT LOUVERTURE
le gnie de la Race Noire
























INTRODUCTION

la Nouvelle Edition de L'HAITIADE

Par JEAN F. BRIERRE
















VII











INTRODUCTION
A LA NOUVELLE EDITION DE L'HAITIADE

A une poque o se dveloppe dans la Presse ha-
tienne un remarquable enthousiasme autour des
questions d'Histoire, au milieu de polmiques qui rap-
pellent les conflicts et les outrances qu'amne entire
hritiers l'ouverture d'une succession obre, voici,
aprs un sicle et plus de sommeil pesant dans la
poussire, la nouvelle dition de L'HAITIADE. Voici
un chant pique la gloire de notre immortelle geste
national, qui s'lve sans esprit de faction, et qui
malgr quelques erreurs dues la myopie qui affected
tout contemporain des faits qu'il raconte, confond
dans un mme culte, embrasse dans une mme exalta-
tion les ouvriers de l'indpendance.
Que le nom de l'auteur, Monsieur Desquiron de
Saint Agnan, soit rest si longtemps inconnu, qu'il ait
dclin jusqu'ici la gloire, et la reconnaissance, cela
trouve une explication aise dans sa biographie tour-
mente. A vingt ans, il plaidait dj devant le Tri-
bunal Criminel de Toulouse. L'tude du Droit ne laisse
intactes que les mes sans resorts et les esprits sans
horizons. Les conqutes, toutes les conqutes de
l'homme sur quelque plan qu'elles se soient ralises,
sous quelque ciel qu'elles aient marqu l'affranchis-
sement de notre humanity, ont toujours trouv leur
conscration definitive et sereine sous la forme lapi-
daire d'un texte de loi. De mme que les grandes
dcouvertes scientifiques s'acclimatent chez toutes les







X INTRODUCTION

nations du monde, une legislation, les lgislations tra-
versent les limits de leur pays d'origine et vivent
l'tranger. C'est ainsi que les codes peuvent tre con-
sidrs comme l'histoire la plus objective, la plus d-
pouille, la moins littraire de l'homme et de ses luttes
sur la surface du globe. Mme les rformes sociales les
plus oses sont dj en gestation dans un alina. A la
fin de chaque article, il y a de la place pour l'immense
avenir. Le jeune Jurisconsulte tait la meilleure
cole du temps. Il vivait en compagnie de ces monu-
ments auxquels collaborrent les sicles, les premiers
ayant grav des symbols et des hiroglyphes, les
autres, les ayant traduits, interprts, et largis. Il se
laissa mouler le cour par les grands principles de
Justice et de Libert qui sont la base du Droit et
de la Civilisation. Il comprit tt que ce qui sauve
l'homme de sa condition zoologique, ce qui le dis-
tingue, au milieu des hynes, des tigres et des chacals,
ce n'est ni la position vertical, ni le language articul
mais le respect de la dignit du semblable, dignit
fonde essentiellement sur ses droits de vivre (je ne
dis pas d'exister) droit d'tre libre en fait, droit de
penser et de parler, droit de discussion. Au Barreau
de Toulouse comme celui de Mayence, il ne se ser-
vira jamais de ses connaissances comme d'instruments
de mtier qu'on abandonne, une fois la besogne ac-
complie, ni de la toge comme d'un habit de circons-
tance .qu'on est heureux de dposer au vestiaire, les
dbats clos. A vingt ans il a commenc devant la
cour de Toulouse un plaidoyer que l'audience n'-
puisera pas et qui ira, s'enchanant d'autres causes,







INTRODUCTION xi

se nourrissant de la clameur des dshrits, dferlant
dans une ire redoutable au pied des trnes, s'enflam-
mant aux torches de la Rvolution de St. Domingue;
et auquel la mort mme ne met qu'une fin apparent.
car certain passages de son Eptre au Roi LOUIS
XVIII, certain vers plaqus de l'Hatiade continent
de tonner. Il a un cur qui bat tout entier pour la
Justice et le Droit. Avec ou sans toge, il est l'Avocat.
Entre les murs du Palais ou dans le climate de l'meute.
Dans sa demeure ou dans la rue. En Province ou
Paris. Devant la cour comme devant les Rois. En
France devant Louis XVIII, et devant les souffrances
de Saint Domingue. Les frontires doivent s'effacer,
les Patries se taire si leur existence et leur prolonge-
ment doivent lser la justice et la libert. La civilisa-
tion n'est qu'un mirage, un mensonge pourpr, qui ne
respect pas la dignit humaine, les droits de l'homme,
et qui nous ramne, malgr les rhtoriques creuses, au
niveau de la bte dresse l'usage des cirques.
Avouons qu'il est peu d'hommes de qui l'on puisse dire
ces choses sans mentir.
Me. Desquiron de Saint Agnan connaissait trop les
atteintes volontaires portes au Droit par les bottes
des soldats et les escarpins des courtisans pour s'isoler
dans sa tour et jouer au savant absolu qui jongle avec
les textes. Les textes d'ailleurs qui sont pour tant de
ses contemporains-un Talleyrand par example qu'il
stigmatisera avec une verve remarquable-du noir sur
blanc, l'alignement de caractres d'imprimerie. un pr-
texte acrobaties verbales, sont la source originelle de
sa vie morale. Il touffe quand la press est baillonne
- il souffre dans sa chair quand on mutile la libert. Il








INTRODUCTION


entrera dans la bataille avec un courage extraordi-
naire de polmiste que rien ne dsarmera. S'il garde le
silence aujourd'hui c'est pour mieux clater demain.
Son encre allume l'incendie dans les journaux poli-
tiques de l'poque. Poursuivi, combattu par des
moyens pas toujours lgants ni loyaux, il ne laissera
'jamais le terrain de la lgalit, il n'abjurera jamais le
code de l'honneur. Il connatra tous les ennuis de
l'indpendance de la pense et acculera ses adversaires
ces violence qui sont toujours des aveux de dfaite.
Une ptre adresse au Roi Louis XVIII le fera pros-
crire par le Ministre de l'Intrieur. Ecoutez plutt:
Epargne nos regards ces farouches soldats
Que l'intrt conduit aux sanglants attentats,
Des Hros de Frieland honore les services,
Sois Roi par les Franais et non par les Suisses;
Relve ces guerriers tes pieds abattus,
Et fier de tes bienfaits, rgne par tes vertus.


Pourquoi ces tribunaux oi rgne l'arbitraire.
Cette inquisition toi mme contraire,
Ces exacteurs cruels, ces sanglants chafauds?
Commets des magistrats et non pas des bourreaux.

Le people dsormais honteux de ses entraves.
Veut des reprsentants et non pas des esclaves.

Recherche la sagesse et proscris les flatteurs:
Reserve tes mpris aux lches dlateurs;
Que tout Franais enfin sous ton heureux empire
Soit libre de penser, de parler et d'crire.

Mais avant de partir pour l'Angleterre o le dou-
loureux exil ne fera que le ceindre d'airain, car il est










de ces mes qui grandissent dans les griffes de l'-
preuve, il adressera DECAZES cette profession de
Foi. l'une des plus belles et des plus fortes qu'un
home ait faites, face la puissance du pouvoir poli-
tique:

< Je suis l'ennemi de toutes les tyrannies; je ne connais d'em-
pire que celui que la loi a autoris et que la religion des
peuples consacre; je ne flatte point, mes articulations sont
peu flexible, mon pine dorsale surtout est d'une roideur
extr1'me: je n'aime pas monseigneuriser.

Je juge les personnes d'aprs leurs actes et non d'aprs
leurs droits. Les rangs, les honneurs, les distinctions sont
mes yeux des hochets qui prouvent que l'homme en socit
vit dans une ternelle enfance.
On une rencontre raremncut dans le monde, ma presence y
ferait rougir quelques homes qui ont change d'habit.
Si je forme des vaSu.r c'est pour le bonheur de mon Pays.

Comme tous ceux qui ont pris le parti d'tre libres
et de dfendre ouvertement ce qu'ils croient sacr, il
connut la basse haine (les uns, la sourde envie des
autres. On fit le vide et le silence autour de lui car les
arrts du pouvoir rgnant ont des chos inattendus.
Lui qui crivait dans la profession de foi: Je disserte
peu sur les droits des peuples: on se lasse de crier dans
le dserts, il n'en parlait que trop au gr de DECAZES
et des autres. Il eut l'air de s'attaquer des moulins
vent.

...Et l'araigne macabre, l'oubli, commena d'une
faon lente et sre autour du chevalier impnitent et
du protestataire indign, son inevitable linceul...


INTRODUCTION


XIII







XIV INTRODUCTIONN

Il est heureux qu'un hatien fasse tomber le voile
qui cachait l'auteur de l'Hatiade, et que le nom de
M. Desquiron de Saint AGNAN figure pour la pre-
mire fois en tte du pome dans une dition ha-
tienne, dans ce pays qui n'est pas toujours lucide dans
le choix de ses matres et de ses conseillers. Par une
transposition dans le temps et l'espace de la philan-
thropie de l'Anctre, transposition digne de sa ligne
gnreuse, M. Michel Desquiron rdite l'Hatiade au
profit de la Ligue Antituberculeuse d'Hati. Lui qui
a tant sem et difi dans l'ombre n'a pu s'empchei
enfin de raliser au grand jour un acte public qui a
la valeur d'une haute inspiration, car le fait de donner
une place de choix l'Hatiade dans la vie littraire
contemporaine a une porte de creation. Si d'un geste
pieux, il ravive de quel soin dlicat la gloire de l'aeul,
si aprs un sicle et plus il couronne de fleurs une
tombe qui devrait tre chre nous tous, s'il cre au-
tour du visage original de l'avocat Toulousain un halo
de jeunesse fivreuse, il ne rend pas seulement un
hommage de grand prix ce secteur de la France qui
s'est toujours lev en France mme contre les idolo-
gies racistes et imprialistes, il rpare en tant qu'Ha-
tien un oubli regrettable et participe l'ducation
idologique de notre people. Car notre admiration
trop souvent va aux ennemis de notre nation et de
notre race. L'intgration de l'Hatiade dans notre lit-
trature marque une grande date. Connue plus tt
des gnrations innombrables qui ont frquent les
coles hatiennes, figurant dans les Morceaux Choisis
l'usage des lves, cette pope et guid les esprits







INTRODUCTION xv

vers une conception national, indigne de la littra-
ture et et fait natre en lieu et place de tant de plates
imitations des lgies d'outre mer, des pomes forts,
aliments la robuste sve des origins prsente
enfin dans leur grandeur et leur hroque beaut.
Sous la forme d'un pome pique, l'Haitiade est un
plaidoyer mouvant en faveur des proscrits de St.
Domingue. A ce titre et bien d'autres, il mrite
d'tre connu au pays qui sortit de l'enfer de St. Do-
mingue avec ses maisons en cendres, ses palais en
ruines, ses usines dvastes, mais heureusement avec '
la volont messianique d'tre la revanche en Amrique
du douloureux et interminable calvaire africain. Il
mrite d'tre comment dans nos coles pour que les
jeunes gnrations s'accoutument choisir, aimer,
har, et pourquoi pas? les voix qui sur la route
difficile des temps se sont leves pour ou contre les
aspirations lgitimes de notre race. Le pome est
maill de beaux vers tel celui-ci don't la force flagelle
la manire des alexandrins de M. Burr-Raynaud:
lsclatves org ueilleux de leurs chaines dor.'es. >
Le vers suivant porte magnifiquement la marque du
sicle que domina Victor Hugo:
.Ils reurent des fers, eux qui donnaient des lois. >
L'Hatiade don't Gragnon Lacoste situe la publica-
tion vers 1827-1828 part une poque o l'esclavage
et la traite soutenaient, horribles piliers plongs dans
le coeur et la chair d'un continent exploit, l'difice
somptueux de la civilization europenne peine alar-
me des changements qui s'opraient en bas. Cette







INTRODUCTION


sourde incantation la monotonie de laquelle con-
tribue largement le vers alexandrin, est une prise de
position intgrale en faveur des rformes sociales
qu'ont appeles de leurs vux enthousiastes les mem-
bres de la SOCIETE DES AMIS DES NOIRS et
auxquelles les rebelles de St. Domingue ont donn
l'impulsion decisive de forces neuves destines rem-
plir de sens human des mots vides jusqu'ici de signifi-
cation vritable. L'Hatiade dut rencontrer la fureur
des colons dpossds, tout un courant d'opinions qui
.n'avait pas dsarm contre St. Domingue, les prjugs
affreux et les murs du temps, l'esprit ractionnaire
qui rvait de rebtir les Bastilles, de reconstituer les
privileges de la noblesse, de rtablir les classes raciales
avec la base l'immense proltariat noir parqu sur
les glbes des matres. PROUDHON, parlant de l'es-
sor de la civilisation a ce cri percutant travers des
considerations judicieuses: Quelle effroyable consom-
mation d'hommes. On pourrait appliquer cette dou-
loureuse exclamation au destin de l'Ile Tragique o
deux races don't l'une, l'indienne disparut totalement,
furent sacrifices une conception troite et primitive
du monde. L'Hatiade est une deposition courageuse
parties du secteur clair et honnte de la France.
J'prouve une admiration mue pour ces quelques
hommes, auteur et diteurs qui bravrent une opinion
encore barbare, encore aveugle, en prsentant la d-
fense de St. Domingue aprs la dfaite franaise. Les
annes pendant lesquelles l'Hatiade a figure aux
vitrines des marchands de nouveauts sont une po-
que considerable dans l'Histoire du people Franais.







INTRODUCTION xvII

C'est l'une des plus grandes choses qui se soient ac-
complies dans ce pays au nom de la Justice et de la
Libert.

Certes le pome content de nombreuses erreurs
historiques, des opinions oses sur Dessalines et Chris-
tophe qui refltent les racontars et les mauvaises l-
gendes du temps. D'immenses lumires depuis, ont
t projetes sur l'me gniale de ces deux btisseurs
de nation. Des jugements trop htifs ont t rviss.
La meditation des textes de l'Hatiade complts des
tudes historiques d'aujourd'hui contribuera certaine-
ment crer dans ce pays presque sans enthousiasme
et sans fivre cette mystique d'mancipation qui sem-
ble avoir disparu avec les mancipateurs.
A une poque trouble, o tant d'esprits qui n'ont
rien compris aux leons terrible de l'Histoire, demeu-
rent infods au rgne de la force, base de la socit
fodale, je trouve dans chaque nouvelle lecture de
l'Hatiade des raisons nouvelles de ne pas dsesprer
de mon pays, de ce pays appel quand mme et malgr
tout accomplir sa magnifique destine. Nos luttes
et nos dfaites personnelles ne sont rien compares
celles d'il y a un sicle. Essayons du moins de livrer
nos batailles selon l'esprit et dans le sillage de Ver-
tires.
La cause de l'mancipation aurait besoin de nos
jours de la plume, de la conscience et de l'loquence
de l'avocat du barreau de Toulouse. De la Tribune
europenne au milieu des dvastations commises au































NOTICE BIOGRAPHIQUE

Par M. DESQUIRON

















XIX












NOTICE BIOGRAPHIQUE

Antoine Toussaint Desquiron de Saint Agnan. Ma-
gistrat, Jurisconsulte, Professeur de Droit Naturel et
d'Economie Politique l'Ecole Spciale de Commerce,
crivain politique, pote, Membre de l'Acadmie des
Sciences Utiles d'Erfurth, Membre de l'Acadmie de
Legislation et de plusieurs Socits savantes de l'Eu-
rope, dcor de la Croix du Mrite et de la Grande
Mdaille d'Autriche, est n au village de Saint Agnan
(Tarn et Garonne) en 1779 d'une famille allie aux
noms les plus honorables de la magistrature Toulou-
saine. Son grand pre avait pous la sur du clbre
Furgole.
Elev au college de l'Equile de Toulouse, fit avec
succs ses classes sous l'Abb Carr.
Encore sur les bancs de l'Ecole de Droit, il se maria
Melle. Marie Saint Laurent de Castelsarrasin. La
grande revolution tait peine calme qu'il dbuta
comme avocat devant la Cour Criminelle de Toulouse
en quality d'avocat officieux dans une affaire de crime
de faux. Le succs qu'il remporta en cette affaire dli-
cate, dcida de sa carrire.
Aprs une frquentation assidue et fructueuse du
Barreau, aid de sa grande connaissance du latin, il
approfondit le Droit Romain et crivit des ouvrages
qui se rvlrent utiles aux tudiants de son poque.
Le premier sorti de la plume de M. Desquiron a
pour titre: L'esprit des Institutes de l'Empereur












NOTICE BIOGRAPHIQUE


Justinien. Ce livre a t public au mois de Dcembre
1806: l'auteur n'avait pas encore atteint sa vingt cin-
quime anne. Cette uvre le recommanda l'at-
tention du Gouvernement qui le nomma Substitut du
Procureur Imprial prs le Tribunal Civil de Mayence.
La conduite et la reputation de ce jeune Magistrat
ce poste difficile lui obtinrent la consideration de tous.
Je n'en veux pour tmoignage que la lettre suivante
qu'adressa l'Evque de Mayence Son Excellence le
Ministre de la Justice:
Au moment o le Gouvernement rgnrateur ne s'environne que
de talens et de vertus, le tmoignage d'un vque ne sera peut-tre
pas indifferent Votre Excellence; c'est . la puret des principles,
l'lvation des sentiments, l'application infatigable de M. Des-
quiron que j'ai l'honneur de connatre particulirement, que mon
coeur se press de rendre cet hommage. Quoique il n'y ait pas
encore deux ans qu'il se trouve au milieu de nous, il n'y a cependant
qu'une voix sur son compete; son amour pour la Justice, sa fermet
la faire rendre indistinctement tous, la solidit, la chaleur et
la dcence de ses plaidoyers, l'amnit de ses manires lui ont con-
cili l'estime et l'affection gnrale de ses concitoyens; juges et
clients, adversaires et simples auditeurs, je les ai tous entendue faire
l'"fge de ce jeune et intressant Magistrat.
Une telle conduite jointe des talens distingus ne nous laisse
gure d'epoir de le possder longtemps Mayence; mais le seul
intrit du plus grand bien doit mouvoir le cour et la plume d'un
Evque, surtout quand c'est de l'organe mme de la justice et de
la sagesse qu'il a l'honneur de parler.
Receves, Monseigneur, avec bont, l'hommage de mon profound
respect.
Sign: Joseph Louis Colmar, Evque de Mayence, ce 30 Mars 1808.
Le 8 Septembre 1808, Son Excellence l'ambassadeur
Metternich lui remit de la part de Sa Majest Imp-
riale d'Autriche une mdaille d'or, marque de la bien-


XXII













veillance et de l'estime don't sa Majest se plat ho-
norer les personnel qui, comme le jeune Substitut du
Procureur Imprial, se rendent utiles. Possdant l'Ita-
lien il traduisit la correspondence dn Baron Pergami
dans le procs de la Reine d'Angleterre don't il crivit
l'histoire.
Voici la liste des ouvrages de M. A. T. Desquiron de
St. Agnan que nous avons en notre possession:
L'esprit des Institutes de l'Empereur Justinien compar aux
principles du Code Napolon-Paris 1806. Lib. Edit. N. Renaudire,
Rue de la Prouvaire, No. 16.
Commentaires sur le Statut imperial du 1er. Mars 1808. Paris
1809. Lib. Edit. Clament Frres, rue de l'Echelle No. 3.
Commentaires sur le Dcret Imprial du 17 Mars 1808 concer-
nant les droits et les devoirs des Juifs. Paris 1810 Clament
Frres, Rue de l'Echelle No.: -
Trait de la Minorit, de la Tutelle et de l'Emancipation suivi
de Trait des partages et Licitations. Paris 1810. Lib. Edit. D'Alexis
Aimery, rue Mazarine No. 30.
Le nouveau Furgole ou Trait des testaments, des donations
entire vifs, etc. Clament frres Lib. Edit. Rue de l'Echelle No. 3,
en deux volumes.
Trait de la Preuve par tmbins en matire civil 1811 Lib. Edit.
Crapart, rue du jardinet.
Trait de la Preuiie par tmoins en matire criminelle. Paris 1811.
Mme. Vve. Dumnil Lesueur Imp. Edit. Rue de la Harpe No. 78.
Trait du Don icle et de la l'Absence. Paris 1811. H. Nicolle,
rue de Seine No. 12.
Trait de la Mort Civile en France. Paris 1822. Lib. Edit. Guien,
Boulevard Montmartre No. 27.
La Puissance Paternelle en France. Essai sur l'adultre. Paris
1821. Lib. Edit. A. Aimery, Rue Mazarine No. 80.
Tablettes de la Reine d'Angleterre, traduite de l'Italien. Paris
1821. Lib. KE'it. Rosa au Palais Royal.


NOTICE BIOGRAPIUQUE


XXIII







xxiv NOTICE BIOGRAPHIQUE

Dans la prface de cette Histoire l'auteur crit ceci:
c Calme, parce que je vis loign du monde; vrai parce
que je n'attends rien de la faveur: just, parce que
j'ai mdit sur l'inconstance des prosprits humai-
< nes, je saurai louer sans exagration et blmer sans
< amertume.
< Je parlerai du Roi qui se porte accusateur contre
la Compagne de sa vie, comme je parlerais d'un
autre pre de famille, qui se croirait outrag dans ses
plus chres affections.
Je parlerai de la Reine qu'on accuse comme d'une
pouse opprime, victim innocent de la haine qui
ne dort jamais et de la prevention qui s'abuse sans
cesse.
Les titres ne sauraient m'blouir. J'aime juger
travers l'corce; le respect que je porte aux per-
sonnes ne s'tend pas aux pompeux ornements qui
les dcorent .
Desquiron de St. Agnan mourut Paris le 9 Fvrier
1855, en son domicile Rue du Bac, No. 90 l'ge de
76 ans; et le Samedi 10 du courant son enterrement
eut lieu 11 heures a. m. en l'glise St. Thomas d'A-
quin, sa paroisse. Nous relevons sur l'invitation d'as-
sister aux convoi, service et enterrement les noms
suivants:
MM. Philippe Mlidor Desquiron et Milton Des-
quiron, M. et Mme. Mensat, M. et Mme Faure,
M. et Mme. Bouisset, M. et Mme. Timbal, M. et
Mme. Maury, M. et Mme. Payssot, et MM. Mensat
et Bouisset, ses fils, petits fils, petits neveux, et petites
nices.








NOTICE BIOGRAPHIQUE


Monsieur Desquiron de St. Agnan n'eut qu'un fils:
Philippe Mlidor Desquiron, avocat du Barreau de
Paris qui publia en 1831 une biographie complete de
son pre, dans laquelle il rvla les nombreux ouvrages
manuscrits de ce dernier. Ce fils attir par les facilits
que les Franais trouvaient dans la Patrie de Bolivar,
s'embarqua pour la Colombie, la recherche lui aussi
de la fortune que beaucoup de ses concitoyens y
,avaient trouve. Le brick sur lequel il voyageait, fut
surprise aux les Bermudes par un violent cyclone. Aprs
des jours et des nuits de lutte, ce brick vint se jeter sur
la cte de St. Marc. C'tait en l'anne 1821. Le res-
cap aprs quelque repos got St. Marc se rendit
Port-au-Prince, prs de son consul. Bien accueilli
par la colonie Franaise et les Hatiens, il se consola
assez vite de son infortune. Il eut de la part du Prsi-
dent Boyer les marques d'attention les plus cordiales
et les plus bienveillantes. Le Prsident apprciant sa
valeur lui suggra de se fixer en Hati comme profes-
seur de belles-lettres et de Droit. Se trouvant trs
l'aise dans un pays o l'on parlait sa langue mater-
nelle, o il y avait tant de survivances des habitudes
et des moeurs Franaises, il ne fit aucune difficult pour
turner le dos la Colombie. En 1823 il eut le dsir
d'aller connatre la ville de Jrmie don't cette po-
que la reputation tait si grande Port-au-Prince
pour la beaut de ses femmes et son affectueuse hos-
pitalit envers les trangers. Ce voyage s'accomplit
et fixa la destine de M. Philippe Mlidor Desquiron
qui y pousa une multresse, Virginie Touyac, fille
d'un espagnol et d'une Dame Prmion. Ce couple


XXV








NOTICE BIOGRAPHIQUE


donna naissance la branch Hatienne des Desquiron
don't l'an des enfants fut Milton Desquiron, mon
pre. Il arriva que Jrmie ne suffit plus M. Des-
quiron pour l'ducation de ses enfants. Il dcida de
regagner Port-au-Prince. Hlas! Boyer n'tait plus
au pouvoir, le gouvernement tyrannique de l'Empe-
reur Soulouque terrorisait la Socit Hatienne et
quand survinrent les malheureux vnements du 16
Avril 1848, M. Desquiron eut peur de l'avenir, aban-
donna sa patrie d'adoption pour aller habiter Santiago
de Cuba, appel par un oncle de sa femme. La fa-
mille ne revint jamais plus en Hati sauf Milton Des-
quiron, revenue de France, attir par le jus soli.
Pendant son sjour en Hati M. Mlidor Desquiron
entretenait une intressante correspondence avec son
pre, le Baron de St. Agnan, dans laquelle il faisait
souvent l'loge des Hatiens, ses amis et du Prsident
Boyer qu'il appelait Mon Illustre Ami.
L'ide de l'Hatiade a son origine dans l'effusion des
sentiments partags entire le pre et le fils. Ce pome
est une uvre pie, symbol de la reconnaissance d'un
philanthrope envers Hati, disent les uns. A dfaut
d'un mrite littraire, pensent les autres, cet ouvrage
reprsente le prix de la gratitude de l'auteur envers le
pays qui avait accueilli son fils.
Plac dans le cadre historique de son temps, situ
dans l'atmosphre orageuse d'une poque glorieuse
autant que trouble qui engendra tant d'vnements
capitaux pour la conscience universelle, l'Hatiade
demeure l'oeuvre courageuse d'un Europen, l'un des


XXVI








NOTICE BIOGRAPHIQUE xxvil

premiers avoir compris la solidarity dans l'univers
de la cause de la Libert. A ce titre l'Hatiade est une
haute leon et un grand example.
Pour de plus amples informations on peut consulter
la BIOGRAPHIE de l'auteur de l'HAITIADE
dans la BIOGRAPHIE DES CONTEMPORAINS>
par VIEILH, BOISJOLIN et STE. PREUVE, la
Bibliothque de SAINT LOUIS DE GONZAGUE.

ce 2 Janvier 1945


M. DESQUIRON


















































A. T.' DISQURON de SAINT AGNAN



















CHANT PREMIER
























Invocation. Exposition du sujet. Fixation de l'poque
historique. Peinture fidle du bonheur qui nat de la
possession de la libert. Caractre de Toussaint. Ses
grandes vues. Constitution qu'il donne son people. -
Acceptation solennelle de cette Constitution. Dnombre-
ment de l'arme. Portrait des guerriers qui se sont mon-
trs les dignes rivaux de Toussaint. Eloge du plus grand
nombre. Traits indicatifs du caractre de Christophe et
de Dessalines. Eloges particuliers du gnral Ption et
du gnral Boyer. Portrait de M. Imbert. Portrait de
Colombel. Voux du people. Discours loquent de
Toussaint. Ses serments. Hymne la libert.


















CHANT PREMIER


Muse, des chants nouveaux j'ai consacr ma lyre'0';
Viens embraser mon cour de ton brlant dlire,
Imprime mes accents une mle fiert;
Viens, Muse, et d'Hati chantons la libert.

C'est l que trop longtemps, d'un funeste esclavage,
Les enfants de l'Afrique ont ressenti l'outrage;
C'est l que tout un people aux regrets condamn,
A pleur deux cents ans le malheur d'tre n,
L, mprisant ce Dieu don't les lois librales
Dotrent les humans de facults gales,
Quelques faibles tyrans, sduits par leur orgueil,
Sur la libert sainte tendirent le deuil.
Ils ne sont plus: le Ciel a puni tant d'audace,
Et d'clatants effects ont suivi sa menace.

Au printemps douze fois empruntant ses couleurs,
L'univers rajeuni s'tait par de fleurs,
Et dj douze fois, en sa march insensible,







L'HAITIADE


La terre avait tourn sur son axe inflexible,
Depuis ces jours de gloire o d'immortels exploits
A l'homme cr libre avaient rendu ses droits;
Ces grands jours o les Noirs, magnanimes esclaves4 1,
Changeaient en fer vengeur le fer de leurs entraves;
Ces grands jours de triomphe o le sang des Colons,
Vers dans cent combats, arrosait leurs sillons,
Et que des fiers Anglais les dpouilles glaces,
Sur les mornes dserts languissaient disperses.


Les pas d'un ennemi ne souillaient plus ces bords.
Et la paix souriait d'illustres efforts.
Les vainqueurs gnreux, oubliant leurs disgrces,
D'un prjug funeste avaient proscrit les traces;
Soumis au mme Dieu, comme aux mmes douleurs,
Ils jugeaient les vertus et non pas les couleurs.
Allis par le sang aux races trangres,
Ils venaient de former un grand people de frres;
Ennoblis par la gloire ils taient tous gaux
Et servaient leur pays l'un de l'autre rivaux.
Dans le temple des lois des magistrats fidles,
De l'quitable honneur gardaient les tincelles;
Dans les temples sacrs des prtres vertueux
Faisaient monter au Ciel leur encens et leurs voux;
Tout, d'un Dieu crateur, annonait la presence,
Et de sa main propice prouvait l'influence.
Sur les champs o la mort avait port ses coups,
S'tendait en festons le pampre aux fruits si doux;








CHANT PREMIER 5

Sur d'immenses dbris les roses purpurines
Cachaient d'un vain orgueil les pompeuses ruines.
L'instrument du travail, fardeau si douloureux,
Lorsqu'il devait nourrir un matre rigoureux,
N'tait plus que lger dans cette main fltrie
Du soldat citoyen qui sauva sa patrie.
Tout inspirait l'oubli des humaines fureurs;
Tout de la haine aveugle abjurait les erreurs,
Et de la libert pratiquant les maximes,
Pardonnait aux bourreaux en maudissant les crimes.


Du supreme pouvoir par le Ciel invest,
TOUSSAINT dictait des lois aux peuples d'Hati.
Ce guerrier gnreux trahi ds sa naissance(2),
Dans de honteux liens trana sa longue enfance.
Son coeur. foyer brlant des plus nobles dsirs,
Respirant pour la gloire tait mort aux plaisirs.
Epoux tendre, ami sr, esclave sans faiblesse,
Ennemi de l'orgueil comme de la bassesse;
L'me libre toujours, quand ses bras enchans
Aux plus vils des travaux se montraient rsigns;
De toutes les vertus que fltrit l'esclavage,
Aux yeux de ses tyrans il offrit le partage.
Bientt un cri de guerre enflammant sa valeur,
Il unit ses efforts aux efforts du malheur,
Et de ses compagnons les mains victorieuses,
Cueillirent sur ses pas des palmes glorieuses.
Maintenant d'un grand people heureux librateur,
Il en devient le pre et le lgislateur'3>.
Un pacte auguste et saint, qu'a dict la prudence,








6 L'HAITIADE

Des enfants d'Hati fonda l'indpendance;
Et ce pacte bientt, l'ombre des autels,
Restera consacr par des voux solennels.


Dj le jour a lui; le soleil sans nuage
Des volonts du Cie! announce le prsage;
Les vents soufflent peine et les flots balances,
S'agitent mollement l'un sur l'autre presss.
La terre a bu les pleurs que l'aurore naissante
Verse au calice d'or de la fleur languissante;
Les oiseaux fendent l'air, leurs brillantes couleurs,
Sur un fond tout d'azur semblent tracer des fleurs;
Le ruisseau doucement coule sur la verdure
Et l'cho rpond seul au torrent qui murmure.


Du lambi tout coup les sons retentissants(4),
Fixent prs d'un hros les Noirs reconnaissants.
Vers les planes du Cap leurs cohortes s'avancent,
Le front orn de fleurs, les vierges les devancent;
Par de pieuses mains les autels sont pars;
Le feu brle l'encens dans des trpieds dors;
Les aptres du Christ, soumis la loi sainte,
Du parvis radieux peuplent l'auguste enceinte;
Le signe prcurseur du salut des humans
Rflchit du soleil les rayons incertains;
On entonne des chants, et les choeurs angliques
Dans les hauteurs des Cieux rptent ces cantiques.
Un panache flexible aux vents abandonn(5>,
Signale tous les yeux le hros inclin;







CHANT PREMIER 7

Il invoque l'appui de l'aribitre supreme,
Qui protge le just et lance l'anathme;
Il l'appelle tmoin des nobles sentiments
Qui vont tre soumis la foi des serments.
Il monte une cavale la France enleve;
Sa fougueuse valeur fut longtemps prouve.
Ses pieds frappent la terre et ses ongles d'airain
Dans son impatience en dchirent le sein.
Les vents ont dispers sa crinire flottante,
L'cume sort flots de sa bouche sanglante;
Le mors qui l'importune excite son horreur,
Et son sang gnreux bouil!onne avec fureur.
Sur le sein du hros se dessine et se joue
L'charpe aux trois couleurs que la victoire avoue;
Ses regards imposants, sur la plaine tendus,
Y cherchent ses rivaux dans les rangs confondus.
Ils arrivent: d'abord, fiers de leurs longs services,
Marchent ces vieux guerriers couverts de cicatrices;
Que de fois au milieu du plus sanglant combat,
Au pril de leurs jours ils ont sauv l'Etat!
Christophe les conduit'61: soldat infatigable,
Christophe dans son cour nourrit un vu coupable.
Ds ses plus jeunes ans l'orgueil ambitieux
Lui rappela des droits perdus par ses aeux.
Indign de ses fers, comme un tigre en furie,
Il regretta vingt ans le ciel de sa patrie.
Mais depuis qu'arrache son joug dtest,
La terre d'Hati conquit sa libert,







8 L'HAITIADE

Il a conu l'espoir de l'asservir encore;
Ainsi doit s'tancher la soif qui le dvore.


Entrans leur tour par leurs coursiers fougueux,
Six mille cavaliers montrent leur front poudreux;
Ils agitent dans l'air de longues javelines
Et suivent en tremblant les pas de Dessalines.
Dessalines! mortel qu'une funeste horreur(71!
Determine la haine et pousse la fureur!
Le plus farouche orgueil se peint sur son visage;
Des guerriers ses gaux il attend l'humble hommage.
C'est en vain qu'il voila les replis de son cour,
Son language superbe est celui d'un vainqueur.
Indocile au devoir, avide de puissance,
Son esprit se refuse toute obissance.
Il doit venir le jour o, souillant ses lauriers,
Il fixera sa place au rang des meurtriers,
Et qu'altr de sang, dans son horrible joie,
De son propre pays il aura fait sa proie.


A la voix de Clerveaux, dix mille vtrans'81,
Orgueilleux de leur chef, marchent aux seconds rangs.
Ce hros a conquis, par sa haute sagesse,
Le tribute de respect qu'on porte sa jeunesse.
Du faste de l'Europe il fuit l'clat trompeur:
C'est un autre Bayard, sans reproche et sans peur;
Gdon vient aprs; l'estime de l'arme<9)
Est le prix glorieux qu'obtient sa renomme.







CHANT PREMIER


Fidle compagnon de ses jeunes rivaux,
Injuste envers lui-mme, il vante leurs travaux
La seule ambition qui flatte sa grande me,
C'est d'embraser les cours d'une cleste flamme,
D'inspirer aux soldats que sduit le repos,
Cet amour du pays qui produit les hros.
Il command en ce jour la cohorte sacre
Que sa valeur guerrire a toujours illustre;
Trois fois elle a vaincu, trois fois par ses efforts,
D'Hati l'avarice a d purger les bords.


Mose avec orgueil suit une noble trace(10).
Son front majestueux, o respire la grce,
Dcle un noble sang qui se voue aux combats.
Toussaint, ds le berceau, le reut dans ses bras;
Il l'adopta pour fils, n d'une soeur trop chre,
Sur sa timide enfance il sut veiller en pre.
L'ge a dve&opp dans ce coeur gnreux,
Des vertus qu'un hros appelait par ses voeux:
Jeune, superbe, fier, indocile et sauvage,
Epoux de Tellsile, il la forme au courage;
Il prtend que la gloire unie avec l'amour,
De myrte et de laurier le couronnent un jour.


Tellsile, en naissant, sa mre arrache,
Aux regards des mortels vcut longtemps cache;
Esclave d'un Colon, don't les fougueux dsirs
Souriaient en secret l'heure des plaisirs,
Heure trop lente, hlas! pour son impatience,
Cette jeune beaut pleurait dans le silence;







10 L'HAITIADE

Elle attendait la mort et non le dshonneur...
Mais un Dieu tout-puissant veillait son bonheur:
Le triomphe des Noirs dcouvrit l'humble asile
O mourait dans sa fleur la jeune Tellsile.
Mose l'entrevit, et, pntr d'amour,
Osa solliciter le plus tendre retour:
Il l'obtint; et bientt un heureux hymne,
Sous les yeux maternels unit leur destine;
Par l'amour embellis, leurs destins, dsormais,
Coulent dans les douceurs d'une innocent paix.


D'un coursier castillan, Tellsile matresse,
Sans le secours du mors tempre la vitesse;
Le carquois africain content ses javelots;
Son bras agite l'arc, instrument des hros;
Son casque aux crins dors, o le zphir se joue,
Avec des noeuds d'airain sous son mention se noue,
La dpouille d'un ours ceint et press ses flancs;
Elle promne au loin ses yeux tincelants,
Et, fire de l'poux digne objet de sa flamme,
Des plus nobles dsirs elle nourrit son me.


Tlmaque, suivi de mille fantassins"",
Rend grce au Dieu puissant qui remplit ses desseins
Citoyen vertueux, guerrier plein de noblesse,
Il avait prpar ce grand jour d'allgresse;
Admis dans les conseils, son loquente voix
S'y montra l'interprte et le soutien des lois.
Affaibli par son ge, il chrit sa patrie,
Et porta cet amour jusqu' l'idoltrie.








CHANT PREMIER 11

Beauvais march aprs lui, ce hros, ds longtemps(12),
A marqu sa valeur par des faits clatants.
Aux rives de la France, empress de s'instruire,
Il a pu sur son cour prendre un supreme empire;
Son esprit tendu par de constants efforts
A pu de la science embrasser les resorts:
Il est home d'Etat, il est homme de guerre;
Son bras, plus d'une fois, funeste l'Angleterre,
Honora son pays qu'humilia l'orgueil,
Terre o tant de guerriers trouvrent leur cercueil.


Les vaillants escadrons qui sauvrent le Mle
Obissent au preux don't ils font leur idole.
Inginac est son nom, sa devise est l'honneur (13,
Au sort de l'infortune il lia son bonheur;
Consultant de Thmis les augustes maximes,
Il voua sa jeunesse des devoirs sublimes;
Par la guerre trouble dans sa veille assidu,
A sa terre natale Inginac fut rendu.
Le glaive arma ses mains, et la gloire des armes
A son coeur gnreux offrit de nouveaux charmes;
Maintenant, il soupire, et ses pressentiments
Comptent dans l'avenir d'affreux vnements.


Marion, noble fils d'une mre trangre 14,
Prcde les lanciers arms la lgre;
Son front audacieux atteste ses exploits,








L'H A ITI ADE


De ses propres so'dats il a fix le choix.
Au jour d'un grand pril, tous, d'une voix commune,
Du brave Marion suivirent la fortune.


Bonnet. que la vaillance eut le droit d'enflammer"151,
Sent natre un noble orgueil qu'il cherche rprimer.
Il march sur les pas d'un hros qu'il admire,
Et sur de mles traits brille un touchant sourire;
Les hussards gnreux, aux combats exercs,
Sur des coursiers ardents suivent ses pas presss.


Des derniers rangs enfin arrive la phalange.
Quel chef doit commander ce glorieux mlange
Du sang des opprims et du sang oppresseur?
Du magnanime Og, courageux successeur,
Un guerrier a paru; son me est claire;
Par la religion sa foi fut pure.
N du sang de l'Europe et fruit d'un chaste amour,
Au sein d'une crole il a puis le jour;
Il a vu s'couler l'ge heureux de l'enfance
Au milieu des plaisirs qui flattent l'innocence.
Plus tard, son cour, nourri des plus purs sentiments,
D'un orgueil gnreux connut les movements;
Il adora la gloire, et, devanant son ge,
Des plus mles vertus recueillit l'hritage.
Son oil, o respirait une fire valeur,
Ne refusa jamais des larmes au malheur.
Son sourire exprimait la douce bienveillance,
Et des plus tendres vux annonait l'alliance.
Sur un hongre indocile, avec grce lanc,








CHANT PREMIER 13

Son corps majestueux, mollement balance,
Du coursier indomptable embrassait la surface
Et rappelait aux yeux les guerriers de la Thrace.
Ce preux, c'tait Eigaud; illustre et respect'161,
Ce nom sera l'orgueil de la postrit.

Jaloux de faire aimer des pouvoirs lgitimes,
Toussaint march entour des guerriers magnanimes
Dont les sages conseils, clairant tous ses pas,
Prviennent l'arbitraire et ses noirs attentats.

L s'offre Pi'on, guerrier que sa clmence"17
Egale au Dieu propice en qui l'tre commence;
Sa grande me a souffert des maux de son pays;
il pleure ces guerriers par le malheur trahis;
D'un tribute de regrets il honore leur cendre.
Mais c'est les venger qu'il veut un jour prtendre.
S'il se tait, son silence enchane tous les cours;
S'il a parl, tout cde ses accents vainqueurs;
Son front toujours serein, son regard tutlaire,
Signalent des vertus l'auguste sanctuaire.
Un sentiment d'amour se peint dans tous ses traits,
Et ses prodigues mains dispensent les bienfaits.

Prs de lui son mule et son rival en gloire.
Eoyer, jeune et vaillant, sourit la victoire'18.
C'est le fier Antiloque auprs du vieux Nestor.
Tlmaque attentif aux conseils de Mentor.
Sous un habile matre, il apprend l'art supreme
De rgler ses penchants, de se vaincre soi-mme.
D'carter de son cour un dangereux poison.








14 L'HAITIADE

D'appliquer sa constance mrir sa raison.
Ce jour, ce jour de gloire, son me charme,
Dans son clat divin s'offrit la renomme.
Il contemple ravi son front prestigieux,
Et s'enflamme aux clairs qui parent de ses yeux.
Tout--coup d'un hros il rvle l'audace,
Au fate des pouvoirs le temps marque sa place:
Son esprit a perc l'ombre de l'avenir,
Il a vu les chemins que Dieu semble aplanir;
Il present la grandeur des devoirs qui l'attendent,
Et se forme aux vertus que ces devoirs demandent.
D'un coursier gnreux Boyer press les flancs:
Il embrase les airs de ses naseaux brlants;
Son orgueil indompt, son ardeur belliqueuse
Secondent de ses pas la fougue imptueuse.


Non loin du fier Boukman on distingue Magni,
Borgella, Thodot, Blanchet, Panayoti,
L'inflexible Romain, le gnreux Chanlatte,
Et l'intrpide Eloy, l'mule de Villate"19:
Tous enfants de la guerre; ils doivent leurs bras
Les titres glorieux qu'honorent leurs soldats.


Les magistrats, couverts de simarres antiques,
Occupent du parvis les gradins magnifiques.
L sige, rvr, d'Imbert, don't la vertu1201
Fut tant de fois propice au malheur abattu;
D'Imbert, riche en savoir, riche en experience,
Et don't la modestie embellit la science;
D'Imbert don't les conseils par l'honneur inspirs,








CHANT PREMIER


Comme ceux de Caton sont toujours clairs.
Prs de lui, jeune encor, nourri dans la sagesse,
Avide des conseils, trsors de la vieillesse,
Se montrait Colombel, lui, qu'un Dieu de bont,211
Forma pour honorer la sainte humanity.
Ses yeux o respirait une grce infinie,
Par de frquents clairs dvoilaient le gnie;
Sur un front gnreux, la modest pudeur,
De son me cleste annonait la candeur.
Salut, salut! toi don't la vertu profonde,
D'un glorieux espoir flattait le Nouveau-Monde!
Mais, qu'ai-je dit, hlas! o vais-je m'garer?
J'exalte une vertu que nous devons p.eurer.
Voyez-vous ce vaisseau qui, bravant les orages,
Du royaume des Frencs va chercher les rivages?
Sur son fragile bord Colombel est mont...
Il fuit loin d'Hati, par les vents emport.
Dieux puissants! protgez ces voiles blanchissantes,
Enchanez le courroux des vagues frmissantes;
Pendant un jour serein, que du ciel le plus pur
Dans le cristal des flots se reflte l'azur!
Ministre d'un hros, sa gloire fidle,
Colombel, des amis le plus parfait modle;
Colombel, don't le coeur tait rest Franais,
Portait au roi Louis l'olive de la paix...
O regrets! douleur! la mort, au front livide,
Balance dans les airs une faulx homicide;
Les flots, en mugissant, s'lancent jusqu'aux cieux,
Un gouffre est entr'ouvert et s'offre tous les yeux.







16 L'HAITIADE

Les nochers ont pli; Colombel, immobile,
A tourn vers le Ciel un visage tranquille:
Un sentiment divin brille dans tous ses traits.
Etranger par son me aux humans intrts,
Il cde au Dieu puissant, qui cra tous les mondes,
Et descend rsign dans l'abme des ondes.
Tout prit: c'en est fait, et Colombel n'est plus!
Dplorable victim! au sjour des lus,
Lieux saints o la vertu brille de tous ses charmes,
Accueille le tribute de nos pieuses larmes!


Les vieillards d'Hati, des marches de l'autel,
Portent leurs voux ardents jusqu'aux votes du Ciel,
Et le people genoux, qu'un doux espoir veille,
A la voix de son Dieu semble prter l'oreille.


Le hros va parler; son front est dcouvert,
Ses regards dans les cieux cherchent le Roi qu'il sert.
Le glaive est dans ses mains, il s'lance et s'crie:
Gnreux compagnons, orgueil de la patrie;
Peuple, de qui l'amour m'offre un rang glorieux,
Ecoutez les serments d'un cour religieux:
Je jure, au nom du Ciel, don't je crains la colre,
> De maintenir vos lois, de gouverner en pre;
De m'oublier toujours pour ne songer qu' vous.
Si je vous trahissais... De votre honneur jaloux,
Frappez... et que ma mort, expiant vos injures,
Aux bords du prcipice arrte les parjures:
Le pacte qui nous lie est un pacte sacr;







CHANT PREMIER 17

Tremblez que par vos mains il ne soit dchir.
> Mille devoirs, hlas! inconnus aux esclaves,
Des fiers rpublicains sont les nobles entraves.
Respectez ces devoirs; la libert jamais
N'imita la licence et n'eut soif de forfaits.
Libres d'un joug funeste, il faut tout craindre encore:
> Vos tyrans sont punis, mais l'orgueil les dvore;
A l'horrible vengeance ils sont abandonns:
Ils regrettent le sol o leurs enfants sont ns.
Mme au sein de la paix il faut prvoir la guerre,
Et veiller cette heure o s'endort le tonnerre.
Pour moi, que tant de voux portent au premier rang,
Peuple rgnr! je vous dois tout mon sang.
A ce titre du moins vous pourrez reconnatre
Que je suis votre chef et non pas votre matre!


Ce discours, accueilli par d'unanimes voux,
Excite les transports d'un people gnreux.
Le clairon retentit, la loi fondamentale
A reu des serments qu'un prodige signal,
Et les cours des guerriers, noirs enfants du dsert,
Pour fter ce grand jour forment un doux concert.


Salut! fille du Ciel. salut! libert sainte,
Du malheur sur nos fronts viens effacer l'empreinte.


Messagre de paix, dfends nos esprits
L'odieux souvenir d'un funeste mpris;
Ton aspect glorieux rpand sur la nature







L'HAITI AD E


L'clat blouissant d'une lumire pure;
Il agrandit notre me, et sur ces tristes bords,
De la reconnaissance excite les transports.
Telle aux regards flatts, l'aurore matinale,
Sme de pourpre et d'or la rive orientale,
Et du vaste horizon nuanant les couleurs,
Prodigue la rose au calice des fleurs.
Telle une jeune vierge l'amour asservie,
D'pn poux ador charme l'heureuse vie;
Sa douce voix l'veille au bruit de ses concerts,
Et ses regards confus s'chappent en clairs.


Salut! fille du Ciel, salut! libert sainte,
Du malheur sur nos fronts viens effacer l'empreinte.


Aprs des temps de deuil, le sicle est arriv;
Les tyrans sont connus et leur masque est lev.
La France en proclamant des vrits sublimes,
Rendit tous les humans leurs droits lgitimes:
Elle brisa le joug qu'un insolent pouvoir
Imposa par la force au nom d'un saint devoir;
L'galit des droits, si longtemps mconnue,
Aux regards des mortels se montra toute nue;
Une voix protectrice apprit l'Univers,
Que pour le crime seul Dieu prpara des fers.


Salut! fille du Ciel, salut! libert sainte,
Du malheur sur nos fronts viens effacer l'empreinte.










CHANT PREMIER 19

Doux champs de la patrie o dorment nos aeux;
Soleil don't les rayons brillaient plhs radieux;
Tnbreuses forts, don't les retraites sombres,
A la faiblesse en pleurs refusrent leurs ombres;
Cabane hospitalire o l'ineffable paix
Bera nos premiers ans perdus dans les souhaits;
Lieux chris, toit paisible o notre me entrane,
Serra du doux hymen la chane fortune;
Sol brlant de l'Afrique, accueille nos adieux:
Nos cours ont triomph d'un sort injurieux.
Libres d'un joug cruel, sur la terre o nous sommes,
Le fer nous a placs au rang des autres hommes;
Nos bras ne servent plus d'ignobles travaux,
Et, lasss d'obir, nous marchons leurs gaux.

Salut! fille du Ciel, salut! libert sainte,
Du malheur sur nos fronts viens effacer l'empreinte.

Ainsi chantaient les Noirs: les derniers feux du jour,
De la nuit librale annoncent le retour,
Et le people, oubliant de funestes alarmes,
S'abandonne au repos et savoure ses charmes.





















CHANT DEUXIEME
























Rflexions philosophiques. Veille de Toussaint. Le gnie
de la libert lui apparat. Dans un discours o se peint
dle la France. Il announce l'armement qui se prpare. -
Trace le portrait de Napol'on et met au jour ses projects
ambitieux. Le gnie de la libert se perd au milieu de
l'espace. Toussaint agite son glaive et se prpare aux
combats. Cependant la flotte est runie dans les ports de
la France. Elle attend les vents propices. Dnombre-
ment des vaisseaux. Noms des guerriers qui les mon-
tent. Portrait de la plupart de ces guerriers. Dpart
de la flotte. Sa navigation heureuse. Chant franais.















CHANT DEUXIEME


Tel est le sort du people; on le verra toujours
Suivre de ses penchants l'invitable course.
Ingrat s'il est heureux, faible dans l'infortune,
Il adore ou mprise une gloire importune,
Et gote incessamment, par un songe berc,
L'espoir de l'avenir et l'oubli du pass.

Tel est le sort des grands, don't la gloire soudaine
A fix des humans la faveur incertaine.
Esclaves dsormais, pendant la longue nuit,
Le trouble les obsde et le sommeil les fuit.
Ainsi charge des soins qu'impose un rang supreme,
Toussaint sur ses devoirs s'interrogeait lui-mme;
Alors que d'Hati les enfants valeureux
Perdaient le souvenir de leurs jours douloureux,
Toussaint veillait: dj les brillantes toiles
De la nuit tnbreuse avaient perc les voiles;
Un silence profound rappelait aux chos
Ces temps o l'univers dormait dans le chaos.







L'HAITIADE


A cette heure propice, un message cleste
Dcouvrit au hros son front noble et modest;
Une douce gat brillait dans ses regards:
L'or se mlait aux flots de ses cheveux pars;
Il portait dans ses mains la corne d'abondance,
Prsage du bonheur qui suit l'indpendance.
Salut, fils d'Olab! d'un vol audacieux1'
J'ai franchi pour toi seul les spaces des Cieux.
La force du Trs-Haut ta force est unie;
Crois la libert, j'en suis l'heureux gnie;
J'accours pour accomplir les dcrets souverains
De ce Dieu qu'ont aigri les Colons inhumains;
Ce Dieu qui de leurs fronts arracha la couronne.
A la scurit ton me s'abandonne,
Ta main sme de fleurs le champ de l'avenir,
Quand la France menace et s'apprte punir.
Un soldat, un hros que la Corse a vu natre(2),
S'arroge insolemment la puissance d'un matre;
Habile dguiser ses sentiments secrets,
De son ambition il sert les intrts.
Sorti des rangs obscurs o dormait son courage,
Des antiques vertus il offre l'assemblage.
Ses desseins glorieux, de la foule ignors,
Par un pouvoir divin paraissent inspirs.
Altier, prsomptueux, mais lui seul semblable,
Il couvre son orgueil d'un voile impntrable,
Et d'un people jaloux, trompant le noble espoir,
Marche pas de gant au souverain pouvoir.
Dans les plus grands prils, au trouble inaccessible,
Il fixe l'avenir d'un coup d'oeil impassible;








CHANT DEUXiEME 25

Il measure les temps, il en prvient le course,
Et, mprisant l'obstacle, en triomphe toujours.
Les Franais confiants, sduits par ses prestiges,
De leurs grands jours de gloire effacent les vestiges;
Pour la libert sainte oubliant leur ferveur,
D'un soldat, genoux. ils briguent la faveur.
Ainsi Napolon voit grandir sa puissance,
Et ployer ses gaux sous son obissance.
Consul inamovible, il dut se rsigner
A cacher pour un temps son ardeur de rgner;
Mais le jour n'est pas loin o, cessant toute feinte,
Il se dpouillera d'un reste de contrainte;
Et du sang de Henri, revendiquant les droits,
Revtira la pourpre et le bandeau des rois.
Maintenant il sourit l'Europe abuse.
Des dsastres publics la coupe est puise;
Le Pontife de Rome, au nom d'un Dieu clment,
De la guerre funeste a tari l'aliment.
La paix vient d'enchaner le bras de l'Angleterre,
Et la douce concorde est rendue la terre.
Ennemi du repos, vers ces tranquilles bords,
Le fier Napolon va porter ses efforts;
Il craint de ses soldats et la fougue et l'audace:
Par leur nombre il vainquit: ce nombre l'embarrasse(3
Il veut porter au loin la fureur des combats,
Et l'objet de ses vux est l'or de vos climats.
Les Franais, sa voix, exaltant leur courage,
Se font les instruments du p'us vil esclavage;







26 L'HAITIADE

Et de leur libert competent les derniers jours...
Le Dieu de l'Univers t'a promise son secours;
Marche, fils d'Olab, march avec sa justice,
Et prsente ton people un cour sans artifice.

Il a dit, et soudain se dissipe dans l'air;
Le vent est moins rapide et moins prompt est l'clair.

Le hros a pli; d'ardentes tincelles
Ont jailli tout--coup de ses vives prunelles;
Il agite le glaive, et, par des cris perants,
Fait prsager la guerre aux Noirs obissants.

Aux rivages franais, trente vaisseaux rapides,
Formidables volcans, aux bouches homicides,
Remparts navigateurs, prts vomir la mort,
N'attendaient que les vents pour s'loigner du port.
Les matelots, unis par la mme esprance,
Adressaient leurs adieux au beau ciel de la France.
De l'onde alors paisible, une rame la main,
Dans leur impatience ils entr'ouvraient le sein.
Vains efforts, sur les mts les voiles affaisses,
A longs plis ingaux s'agitaient dlaisses,
Et leur balancement, monotone et plaintif,
Inspirait la douleur au pilote captif.

Muse, dis-moi le nom des cohortes vaillantes
Dont les glaives rivaux et les armes brillantes
Resplendissaient au loin de l'clat du soleil?
Les soldats gnreux qui surprirent Vercel,







CHANT DEUXIEME 27

Et don't le sang coula dans les marais d'Arcole,
Montaient avec orgueil le Triton et l'Eole,41.
Clauzel les commandait, moins en chef qu'en ami.
Form par les leons du hros de Valmi,
Enflamm, jeune encor, d'une valeur guerrire,
Clauzel, sous les drapeaux illustrait sa carrire:
Par l'amour des devoirs tour tour combattus,
Le chef et les soldats disputaient de vertus.


L'Annibal et l'Hercule, aux movements rapides,
Portaient les vieux guerriers, vainqueurs des Pyramides;
Rochambeau les guidait: le nom de ses aeux
S'alliait par la gloire des noms glorieux;
Mais plus grand, en effet, que les preux de sa race,
Sur sa seule bravoure il fondait son audace.


L'Amphytrite et l'Ida, dans leurs flancs entr'ouverts,
Balanaient sur les flots le coursier des dserts:
Press par des liens don't sa fougue s'irrite,
Son pied cherche la terre, et la terre l'vite;
Il tressaille, il frmit; ses longs hennissements
Dans leur morne repos troublent les lments.


Thouvenot et Boudet, favors de Bellone,
Entranaient les lanciers que portait l'Hermione.
Tous deux nobles rivaux, tous deux imprieux,
Ils marchaient runis sous un joug glorieux,
Et l'un l'autre enflamms d'une estime commune,
De leurs deux volonts n'en formaient jamais qu'une.
Le Jean-Bart, la Thtis accueillent sur leurs bords,








28 L'HAITIADE

L'lite des guerriers don't les nobles efforts
Dans les champs de Fleurus sauvrent la patrie.
Watrin march avec eux: une raison mrie,
Un courage prouv sur les rives du Rhin,
Un cour vraiment franais: voil quel fut Watrin.


Fidle au souvenir de ses anciens outrages,
Desfournaux d'Hati cherchait encor les plages 5s;
Il guidait ces soldats que l'Egypte avait vus
Affronter des dangers l'Europe inconnus.
Ces soldats puiss dans les champs de la guerre,
Versaient dans Aboukir le sang de l'Angleterre.
L'Echo, la Jeanne-d'Arc emportaient sur les flots
Ces restes prcieux des vieux rangs de hros.


Les vainqueurs de Lodi, ces bandes plbiennes,
Qui soumirent Trvise et dfendirent Gnes,
Au bord du Romulus, nobles enfants de Mars,
Sous l'oil de Sarrasin accusaient les retards16'.
Sarrasin. ce nom seul fait tressaillir mon me.
Dans ces rangs glorieux, que faisait-il l'infme?
Son lche cour nourri dans des flots de poison,
Sans doute y mditait sa noire trahison.


Douze cents fantassins montent la Nride,
La crainte a subjugu leur cur encor timide.
Arrachs aux douceurs du foyer paternel,
Leurs esprits sont frapps d'un trouble universal.
Des pleurs baignent leurs yeux, et des plaintes amres,
A la nuit attentive annoncent leurs misres.








CHANT DELUX.EME 29

Claparde entendit leurs accents douloureux,
Et, cdant aux besoins de son cour gnreux,
Son indulgente voix claire leur jeunesse,
Et fait natre la force o rgnait la faiblesse.


Le Colosse et l'Ajax portent les Polonais,
Dont la gloire se lie celle des Franais.
Intrpides guerriers, nobles auxiliaires,
Vos antiques vertus brillent hrditaires.
Le fier Jablonoski, par un just ascendant,
De vos cours gnreux content le zle ardent.


Les vlites lgers occupent la Vestale;
Aux champs de Marengo, sous les yeux de Lassalle,
Leur valeur gnreuse, au milieu des dbris,
Ramena la victoire ses drapeaux surprise.


La Clorinde, son tour, se prsente ma vue,
Son riche pavilion semble affronter la nue;
Son bord majestueux sert de tente au hros
Qui des champs d'Hati menace le repos.
L sige le conseil, l se trouvent ensemble
Humbert et Dugua, qu'un mme ordre rassemble(7).
L s'offrent Dubarquier, Lavalette, Lacroix(8),
Debelle, Fressinet, Noailles et Darbois(9);
Tous soumis aux devoirs que l'orgueil apprhende,
Ont jur d'obir au chef qui les command;
Ce chef c'tait Leclerc: soldat imptueux (10,
Enfant de la fortune et pourtant fastueux.
Il entra jeune encor dans ces bandes guerrires,








30 L'HAITIADE

Qui pour la libert vainquirent les premires.
La gloire lui sourit, et chacun de ses pas
Lui mrita l'estime et l'amour des soldats.
Aprs de longs efforts, sa just renomme
L'leva sans obstacle au plus haut de l'arme.
De toutes les vertus glorieux possesseur,
Du fier Napolon il pousa la sour;
Et maintenant, sduit, sa grande me enivre
Cde l'ambition d'une pouse adore.
Lui seul a voulu fuir, matre de ses projects,
Dans les Noirs asservis il a vu des sujets.
C'est au milieu des mers. sous les feux du tropique,
Qu'il veut s'asseoir un jour sur un trne hroque.


Nouvelle Cloptre, affrontant les hasards,
Pauline, d'un poux suivait les tendards"".
Elle montait l'Esther, la poupe orgueilleuse:
Le lin blouissant, la pourpre radieuse,
Confondus en losange et fixs dans les airs,
Retraaient aux nochers la tente des dserts.
Telle on a peint Vnus Paphos adore,
De cent jeunes beauts Pauline est entoure;
Le brocard de Syrie est tendu sous ses pieds,
Les parfums du Nysam brlent dans des trpieds;
Une douce langueur sur ses traits est empreinte,
Et son regard dcle une longue contrainte.
A sa suite, le Sphinx, la Boussole, l'Ibis,
Le Zl, le Vainqueur, l'Astrolabe et l'Iris,








CHANT DEUXiEME 31

Balanaient dans le port leurs poupes arrondies,
Et livraient aux zphyrs leurs voiles enhardies.
Quatre mille guerriers, sur leurs remparts mouvants,
Contemplaient le rivage et consultaient les vents.


L'un d'eux, que sa vaillance illustra jeune encore,
Comme le lis sacr qu'un ver rongeur dvore,
Laissait dans ses regards lire un chagrin cuisant.
Renonant aux douceurs du sommeil bienfaisant,
Il soupirait la nuit, et de secrtes larmes
Fltrissaient chaque jour sa jeunesse et ses charmes.
Ce guerrier malheureux, sous un voile emprunt,
Cachait les traits charmants d'une fire beaut.
Lonide est son nom, la France est sa patrie(12);
Sous les yeux paternels, dans la vertu nourrie,
Elle n'ouvrit son cour qu' de purs sentiments;
Mais bientt de l'amour les doux enchantements
Portrent les dsirs dans son me ravie,
Et firent d'un hros l'arbitre de sa vie.
Lotgard, tout en proie l'ardeur des combat-,
Put voir, sans adorer, de si touchants appas;
Ennemi des plaisirs, farouche et solitaire,
Aux dangers de l'amour il voulait se soustraire;
Il endurcit son me, embrassa les drapeaux,
Et consacra ses jours aux belliqueux travaux.


Par mille traits amers Lonide blesse,
Conut d'un grand dessein la soudaine pense:
On la vit dpouiller les pompeux ornements,
Revtir d'un soldat les obscurs vtements;










L'HAITIADE


Et, dvouant sa vie au dur mtier des armes,
Partager d'un ingrat la gloire et les alarmes.
Sous le nom de Fargel, elle a vu chaque jour
Le trop cher ennemi de son brlant amour,
Et la douce amiti, trsor des grandes mes,
Au cour de Lotgard nourrit du moins ses flames.
Digne ami de Fargel, attentif son sort,
Il veille sur sa vie, il tremble pour sa mort.
Tous deux aux premiers rangs, leur gnreuse audace
Au front de l'ennemi va porter la menace;
Tous deux le mme jour cueillirent leurs lauriers,
Tous deux charges d'honneurs guident mille guerriers;
Tous deux un mme jour couchs sur la poussire,
De leur sang gnreux rougirent la carrire;
Tous deux inanims sur un lit de douleurs,
En mlant leurs soupirs confondirent leurs pleurs;
Leurs bras entrelacs, par une douce treinte,
Resserrrent les nouds d'une amiti si sainte,
Et leurs corps, rapprochs en ces trop courts instants,
Sentirent les transports de leurs cours palpitants.
Malheureux Lotgard, vierge trop malheureuse,
Quel regret vous attend dans la nuit tnbreuse!


Au bord de l'Amiral. rveurs et soucieux,
Villaret et Latouche interrogeaient les Cieux 13).
Tous deux, nourris longtemps l'cole des sages,
Savent au sein des mers pressentir les orages.


Jrme suit leurs pas: peine son printemps14),
Ce guerrier gnreux suppute les instants;











CHANT DEUXIEME


Du sang qui l'a produit justifiant l'audace,
Et d'un frre et d'un matre il veut suivre la trace.


Prs de lui, de Toussaint les deux fils malheureux,
Otages de la France, osaient pleurer entire eux;
Isaac et Telephe, aux beaux jours du jeune ge,
D'un destin rigoureux sentaient dj l'outrage.
Pourquoi donc, trangers de sanglants dbats,
Servaient-ils d'instrument aux plus noirs attentats?
Politique odieuse! effroyable vengeance!
Vous ne respectez rien, pas mme l'innocence!


L'Orient, dgag de son manteau d'azur,
Parsemait de saphirs la vote d'un ciel pur,
Alors qu'un vent lger sorti du sein de l'onde,
De l'immense Ocan trouble la paix profonde.
La brise ptulente a rafrachi les airs,
La rame au sein des flots fait jaillir mille clairs;
Par un choc imprvu les vagues indociles,
Fatiguent les vaisseaux sur leur ancre immobiles;
La voile a fait entendre un doux frmissement,
L'Eurus s'annonce au loin par un mugissement;
Du pavilion franais les couleurs nuances,
Flottent du haut des mts par les airs balances.
Un movement confus, suite d'un long repos,
Ramne l'esprance au cour des matelots;
Les tendres sentiments font place au saint dlire,
Que l'amour des lauriers leur jeunesse inspire.
Dj sont oublis les frivoles serments:
Asservis la gloire ils ne sont plus amants.








34 L'HAITIADE

Ainsi, des vents rivaux l'imptueuse audace
Des pas du voyageur a dissip la trace;
Ainsi fondra la cire aux rayons du soleil,
Ainsi fuit un doux songe au moment du rveil.


L'ancre cde aux efforts, et les poupes lgres115>
Vont se porter ensemble aux rives trangres;
Le bronze avec fracas a donn le signal;
Dj des bords franais disparat le fanal;
Le vent frachit dans l'air, et l'lment humide,
Voile ses profondeurs sous un chemin fluide.


Ils voguaient, et le Ciel, au gr de tous leurs voux,
Sur l'abme des eaux semblait veiller pour eux.


Un soir qu'au firmament la lune radieuse
Sur un char de rubis se montrait glorieuse,
Et qu'un vent doux et frais, sur l'aile des zphyrs.
Livrait l'me affaisse au besoin des plaisirs,
Des prestiges flatteurs incessamment jalouse,
Pauline, des hros et la sur et l'pouse,
Voulut qu'en ce jour mme une touchante voix,
Des Franais gnreux clbrt les exploits.


Elle dit, et soudain la lyre harmonieuse
Accompagna d'Oscar la voix religieuse;
Et ses chants cadencs, redits par les chos,
Retentirent au loin sur l'espace des flots.








CHANT DEUXIEME 35

Je vais chanter ta gloire, France! ma patrie!
Noble asile des arts, berceau de l'industrie,
Je vais chanter ta gloire, et, fixant l'avenir,
Graver dans tous les coeurs un pieux souvenir.


Vierges au Pinde consacres,
Filles du Ciel, Muses sacres,
Apollon, soutenez ma voix;
Puisse ma cythare sonore
Porter du couchant l'aurore
Des noms fameux par leurs exploits.


Les temps taient venus, les prjugs funestes
Des vains droits de l'orgueil se disputaient les restes;
La honte et les mpris, tristes enfants des course,
Du bonheur d'un grand people empoisonnaient le course


Bientt une grande journe'116
Change sa triste destine:
La raison montra son flambeau,
Les vains prjugs s'clipsrent,
Les prestiges se dissiprent,
Et l'injustice eut son tombeau.


Des potentats jaloux les hordes criminelles
Vinrent armer leurs bras pour punir des rebelles;
Leurs pas foulaient nos champs: moins soldats qu'assassins
Des discours mensongers dguisaient leurs desseins(17).








36 L'HAITIADE

Leur aspect clairant la France,
Elle mit sa seule esprance
Dans la va!eur de ses guerriers.
Elle dit: et cent mille braves,
Repoussant d'indignes entraves,
Couvrirent leurs fronts de lauriers.

> Salut, jeune Marceau, qu'un noble amour enflamme!
Tes jours sont la gloire et la mort les rclame;
Vainqueur, l'injuste sort ne t'a point respect,
Quand tu venais d'atteindre l'immortalit!


Toujours la France gnreuse
Offre la vertu malheureuse
Le just tribute de son deuil;
Tu vis toujours dans sa mmoire,
Toujours ton nom jeune de gloire
Se lie ses motifs d'orgueil.

Le Rhin voit nos soldats camps sur ses rivages,
L'tranger son tour a pleur ses outrages;
Il cherchait la victoire, et cet espoir trompeur
Dans ses esprits glacs fait place la stupeur.

Voyez-les fuir ces satellites;
Entendez ces lches Thersites
Du Ciel implorer les secours.
Plus de valeur imptueuse,
Leur retraite tumultueuse
A seule prserv leurs jours.








CHANT DEUXIEME 37

A la voix d'un hros les Alpes sont franchises,
Des peuples Cispadans les mains sont affranchies;
La libert triomphe, et nos fiers tendards
Ont salu dj la ville des Csars.


L'aveugle audace est confondue,
Des tyrans la foule perdue
A la bassesse ouvre son cour;
Et sans respect pour elle-mme,
Le front orn du diadme,
Presse les genoux du vainqueur.


Les dserts de l'Egypte o rgnent les temptes,
A la valeur franaise ont promise des conqutes;
Sur l'immense Ocan d'innombrables vaisseaux
Ont brav l'inconstance et la fureur des eaux.


Nos guerriers ont touch la rive,
Et de la plage inattentive
Trouble le silence profound.
L, bientt le sceau de la guerre,
Sur les armes de l'Angleterre
Imprime un ternel affront.


Mais dj le malheur, que le temps multiple,
Rappelle nos guerriers au sein de l'Italie;
Des ennemis vaincus, par des cris de fureur,
Sur les bords du Tsin ont sem la terreur.









L'HAITIADE


Une second fois lances
Du sommet des Alpes glaces,
Nos phalanges domptent le sort;
de leurs yeux jaillissaient des flames,
Un morne effroi saisit les mes,
Et l'ennemi trouve la mort.

Pleurez, il en est temps, filles de mmoire!
Le pur sang de Desaix attriste la victoire!
Desaix succombe; il meurt! Quel glaive criminal
A dchir le sein du plus noble mortel?

Venez, gnreux frres d'armes,
Venez arroser de vos larmes
Ce corps, hlas! inanim.
Dans votre march triomphale,
Honorez l'urne spulcrale
D'un hros par vous tant aim.

Ici la voix d'Oscar est peine entendue,
Il rejette en tremblant sa lyre dtendue;
Un soupir de son me exprime les douleurs,
A sa paupire humide chappent quelques pleurs.

















CHANT TROISIEME


















Description des Cieux. Paix profonde qui rgne au sein de
la batitude. L'Eternel entend les chants patriotiques
des Franais. Il present leurs desseins et les condamne
prir dans l'abme des eaux. Les vents mugissent la
voix du Tout-Puissant. Les ondes se soulvent et la
tempte va couvrir de dbris les flots de l'immense Ocan.
Rflexions pieuses. Eloa, le gnie de la France, vient
tomber aux pieds du Dieu des misricordes. Dans un
discours touchant, il demand grce pour les Franais. -
Il justifie leurs intentions, loue leur pit et leur justice. -
Dieu se laisse attendrir. Nouvel arrt qu'il prononce. -
La flotte abordera en Hati; mais les Franais trouveront
un vaste tombeau sur la terre des Antilles, s'ils osent y
apporter l'esclavage. Satan, au fond des noirs abmes,
entend la parole sacre et sent ranimer sa rage. Il s'en-
toure de la cour infernale. Il se determine fuir le s-
jour des morts pour venir exercer ses noires fureurs sur
le sol d'Hati. Avant de quitter les sombres demeures,
il veut contempler ses ples sujets et jouir du spectacle
affreux de leurs douleurs. Portraits divers. Peintures
effrayantes. Satan, prcd et suivi de la multitude des
dmons, s'lance dans l'air tnbreux, arrive au sjour de
la lumire et souille les bords hatiens.

















CHANT TROISIEME


Dominateur des temps, le Dieu de l'Univers
Etendait ses regards sur les mondes divers,
Alors que des Franais IeF chants patriotiques,
Exaltaient le courage et les vertus civiques.
Une balance d'or, dans ses augustes mains,
Pesait les dons flatteurs rservs aux humans;
Son trne s'levait resplendissant de gloire,
Et comptait pour degrs les tables de mmoire,
Fastes sacrs du Ciel, miroir o sont tracs
Et nos malheurs presents et nos malheurs passs.


La paix rgnait au sein de la batitude,
Dans l'abme profound dormait l'ingratitude;
Tout ployait les genoux, et de la vrit
Les fragiles humans recherchaient la clart.
Une lutte sanglante avait trouble la terre,
L'homme s'tait instruit aux leons de la guerre;
Et les peuples nombreux amis d'un doux repos,











L'HAITIADE


Enchanaient la Discorde en oubliant leurs maux;
L'Eternel, au milieu de cette paix profonde,
Embrassant d'un coup d'oil les cieux, la terre et l'onde,

Aperut des Franais les vaisseaux orgueilleux;
Il entendit leurs chants, prcurseurs de leurs vux,
Et sa voix, du sommet des votes toiles,
Inspira l'pouvante aux cohortes ales.
Il est donc vrai, dit-il, qu'au mpris de mes lois
Un people conqurant arme encore une fois?
O va-t-il? Que veut-il? A ces plages lointaines
Qu'apporte sa fureur? Serait-ce aussi des chanes?
Ingrat, il gmissait sous un joug fltrissant,
Il implora l'appui de mon bras tout puissant;
Je servis ses desseins, et l'Europe, contrainte,
De mon vaste pouvoir sentit bientt l'atteinte.
Mille rois conspiraient et marchaient tout arms:
Des plus fiers combatants leurs rangs taient forms.
Je voulus, et la France cartant la tempte,
De l'Europe son tour fit l'immense conqute.
Aprs dix ans de deuil, j'ai command la paix;
Qui peut trahir mes vux; sont-ce bien les Franais?
Libres, gaux en droits, auraient-ils, les barbares,
A d'indignes dsirs ouvert leurs cours avares?
Voudraient-ils, d'Hati, s'il leur tait rendu,
Faire un march public o l'homme ft vendu?
Oui, tels sont leurs desseins, j'ai pntr leur me.
C'est moi de punir leur criminelle trame.
Dans ma just fureur, que leurs nombreux vaisseaux
Prissent engloutis sous l'abme des eaux.










CHANT TROISIEME 43

Sa voix, comme un clair, vole dans l'tendue,
Ses ordres ternels ont sillonn la nue.
D'un long voile d'airain le firmament couvert,
Sur des points diffrents se dchire entr'ouvert.
La foudre clate au loin, les vents au loin mugissent,
L'Ocan se soulve et les nochers frmissent;
Les navires flottants s'cartent disperss,
Leur gouvernail gmit, leurs mts sont fracasss.
Tout espoir de salut se perd au fond des mes,
O la foi vive et pure a rallum ses flames.
Adieu gloire, patrie, honneurs, prestiges vains,
Dont l'attrait suborneur attire les humans;
Projects longtemps mris, jouissances frivoles,
D'un monde corrompu fantastiques idoles;
Qu'tes-vous au moment ou propice ou fatal,
Qu'il nous faut apparatre au sacr tribunal?
C'est dans le sein de Dieu qu'tait notre refuge,
Il est de notre coeur l'incorruptible juge.
Tremblez, mortels! tremblez, si vos garements
Vous ont fait du baptme abjurer les serments!
Si votre coeur brla d'une flamme adultre,
Du Ciel just toujours redoutez la colre...


Le pril accroissait, l'ouragan furieux
Rpandait sur les mers son souffle injurieux;
Les flots presss en masse et soulevs en trombe,
Dcouvraient dans l'abme une ternelle tombe.
C'en tait fait, hlas! l'invitable mort
Des plus nobles guerriers allait finir le sort.
A ce terrible aspect, protecteur de la France,
Eloa, l'oeil en pleurs, guid par l'esprance,








44 L'HAITIADE

Va presser les genoux du Moteur ternel;
Il a perc les rangs des phalanges du Ciel.
Les regards des lus cherchent sur son visage
La cause des regrets don't ses pleurs sont le gage;
Il arrive, et soudain, touffant ses sanglots,
Se prosterne, soupire, et profre ces mots:


Pre, source de biens, Providence infinie,
De la France tes pieds vois tomber le gnie;
Ecoute mes accents et te laisse attendrir:
Sans l'appui de ton bras, quels guerriers vont prir?
Ce sont eux qu'pargna le fer des reprsailles,
Ce sont eux qui, vainqueurs, au milieu des batailles,
N'imputaient qu' toi seul leurs succs glorieux;
Ce sont eux qui tournament leurs regards vers les Cieux,
Lorsqu'un people insens s'abandonnait aux crimes.
Soldats, ils ont gard tes suprmes maximes;
Alors qu'un long dlire entrainait les mortels,
C'est au milieu des camps que fumaient tes autels.
Une tourbe funeste, en ses arrts sinistres,
De la religion gorgea les ministres;
Mais cette tourbe, enfin, lasse de ses forfaits,
N'tait qu'un vil ramas, tranger aux Franais.
Le culte est rtabli; des temples magnifiques
Retentissent dj de nos sacrs cantiques;
Les autels relevs sont orns de presents,
L'esprance succde des remords cuisants,
Et la cit des rois, longtemps sditieuse,
A mon oeil attendri s'offre religieuse.
Pardonne, Dieu puissant! et retiens ton courroux!







CHANT TROISIEME


Des plus nobles vertus les Franais sont jaloux.
Ils ne vont point arms aux rives trangres,
Rpandre avec le fer des erreurs mensongres.
Ils vont porter leurs arts des peuples amis,
Respectueux enfants, leur mre soumis.
Ils vont apprendre aux Noirs cette heureuse science,
Fruit d'une longue tude et de l'exprience,
Qui de la libert modrant les transports,
De l'affreuse licence enchane les efforts.
Ils vont revendiquer des droits imprescriptibles,
Ramener au devoir des citoyens paisibles,
Rappeler leurs chefs, que, libres dsormais,
Le sol qui les nourrit est le sol des Franais;
Que la reconnaissance la vertu si chre
Dut graver dans leurs cours que la France est leur mre.


Eloa dit, s'arrte, et relevant son front,
Se condamne aux rigueurs d'un silence profound;
Son visage glac, tout baign de ses larmes,
Exprime loquemment ses trop justes alarmes.


Les lus l'entouraient sur des trnes divers;
A la douce piti leurs cours taient ouverts.
Au sjour immortel, l'aveugle et basse envie
Des esprits fortunes ne trouble point la vie;
Ils priaient; leur ferveur, sur leurs traits embellis,
Mlait des flots de pourpre l'ivoire des lis.







46 L'HAITIADE

Le Dieu de qui le souffle a fait natre les mondes,
Celui qui fit les cieux, qui concentra les ondes,
Par la misricorde et la grce press,
Fit paratre aux lus un front moins courrouc.
Sur sa bouche divine, un sourire ineffable
Fut l'heureux prcurseur d'un arrt favorable.


Eloa, je suis matre et pre des humans;
Le soin de les rgir est remis dans mes mains.
Je connais des Franais les projects tmraires:
Ils reoivent en vain des leons salutaires.
Matre, j'ai pu les perdre et non les prouver;
Pre, je veux les plaindre et mme les sauver.
Qu'ils aillent, tes Franais, dans ces brlantes plages
O l'humanit sainte a reu tant d'outrages.
Que les vents, ma voix, vers le Nord emports,
De leurs cachots profonds cherchent les cavits;
Que les flots en fureur rentrent dans leurs limits;
Que le jour soit fidle ses rgles prescrites;
Et que les matelots et charms et surprise,
A la voix de leurs chefs rparent leurs dbris.
Voil mes volonts; mais je jure en moi-mme,
Par la terre, les cieux, ma puissance supreme,
Je jure par mon fils, que si des cours pervers
Aux peuples d'Hati veulent donner des fers,
Que si, n'coutant rien qu'une injuste furie,
Ils osaient insulter aux lois de leur patrie,
Et ravir par la force leurs nobles rivaux
Le titre glorieux conquis par leurs travaux,
Le sort en est jet, par un just salaire,







CHANT TROISIEME 47

On me verra confondre un orgueil sanguinaire;
Les planes d'Hati, thtre d'un long deuil,
A des tyrans nouveaux serviront de cercueil.
A ces mots, l'Eternel voile sa sainte face.
Et la splendeur des Cieux se dissipe et s'efface.


Eloa, don't le coeur est pntr d'amour,
Franchit d'un vol ais les limits du jour;
Il aperoit au loin la mer audacieuse,
Sous l'empire des vents rouler silencieuse.
Les navires lgers, en glissant sur les flots,
Voguaient sans le secours des joyeux matelots,
Et les guerriers franais, chapps au naufrage,
Appelaient d'Hati le fugitif rivage.


Au fond du noir abme, o sur un lit de fer
Rgne le souverain des princes de l'enfer,
Satan, le fier Satan, qu'une essence immortelle
Associait encore la vie ternelle,
Recueillit du Trs-Haut l'irrvocable arrt.
Son cour, que les remords dvorent en secret,
En proie aux sentiments d'une funeste ivresse,
Fit entendre aux enfers un long cri d'allgresse.


Il est donc arriv, dit-il, le jour heureux
Qui livre mes fureurs deux peuples valeureux;
De mes affronts soufferts je dois venger le nombre,
J'accrotrai les sujets de ce royaume sombre;
Et, trompant d'un rival l'esprance et l'orgueil,
Dans les champs d'Hati je porterai le deuil.








L' I AIT I ADE


> Des flaux destructeurs dchainant la furie,
J'imiterai des Cieux l'affreuse barbarie;
Je sduirai les cours, j'embraserai les sens,
Et je soumettrai l'homme aux maux que je ressens.
L'effroi, la trahison, la vengeance et la haine,
Vont des malheurs publics ourdir la longue chane.
> Les enfants de la France, odieux aux enfers,
Pour la dernire fois ont travers les mers;
Pour la dernire fois ils ont vu leurs families:
Le trpas les attend sur le sol des Antilles.
L, couchs sans honneur, leurs tristes ossements
Diront l'avenir mes fiers ressentiments.
Que de sang va couler! Quelle fureur barbare
Va suivre les combats que ma haine prpare!
Il se tait ces mots, et l'abme branl
Connat ses terreurs que son matre a parl.


Satan veut parcourir les funbres demeures
O l'effroi des tourments rgle le course des heures.
Avant de s'envoler au terrestre sjour,
Il veut s'environner de l'infernale cour,
Et, cdant au plaisir de venger ses injures,
Des esprits rprouvs contempler les tortures.
Le Despotisme affreux, l'Intrt, le Remords,
L'atroce Fanatisme et l'Intrigue deux corps,
Devancent de Satan la march audacieuse;
Le Luxe, les Douleurs, l'Astuce insidieuse,
L'Orgueil couvert de fard, les Mpris insultants,
La Peste au front d'airain, la Vengeance et le Temps,
Suivent, humbles sujets, les traces de leur matre.







CHANT TROISIEME 49

Bientt ses regards Satan voit apparatre
Les ombres des Ingrats: leurs yeux charges de pleurs
Peignent le repentir, fruit amer des douleurs;
Des serpents venimeux portent leurs dents cruelles
Dans les derniers replis de leurs coeurs infidles,
Et leurs fronts tout sanglants, livides et fltris,
S'abaissent accabls sous le sceau du mpris.


Dans leur nombre on comptait cent ttes couronnes.
Dont l'inflexible orgueil trahit les destines;
Superbes. ils pensaient que servir leur pouvoir
C'tait un sentiment et non pas un devoir.
Dans leurs fougueux dsirs, ils osaient tout prtendre;
Mais d'un just retour ils savaient se dfendre.
Les services rendus, le sang pour eux vers,
N'offraient qu'un souvenir par un souffle effac.
Les plaisirs fastueux environnaient leurs couches,


Les genoux flchissaient leurs ordres farouches.
Rgner, c'tait pour eux exercer des rigueurs,
Et livrer l'innocence des bourreaux vengeurs.
La Mort les a frapps; un juge inexorable
Les soumet pour toujours au sort qui les accable,
Et, dans l'horreur de nuits qui ne finissent pas,
L'cho redit cent fois: Vous ftes des ingrats!


Enchans l'un l'autre au fond d'un vaste abme,
Sont d'horribles suppts, fiers partisans du crime,
Transfuges de l'honneur, cruels leur pays,








L'HAITIADE


Perscuteurs des rois que leur bras a trahis,
Esclaves orgueilleux de leurs chanes dores,
A quels tourments, hlas! leurs mes sont livres!
Un feu lent les consume, et leur palais, en vain,
Appelle un filet d'eau qui tarit sous leur main;
Leurs pieds sont dvors par la flamme rapide,
Leurs fllancs sont entr'ouverts par un serpent avide,
Et leurs bras puiss, en agitant les airs,
Y rencontrent un feu qui s'chappe en clairs.
Ah! s'il tait permis de rentrer dans la vie,
Cette masse de jours la vertu ravie
S'coulerait sans doute l'ombre des vertus;
Mais des coups de la mort les humans abattus,
De revoir le soleil ont perdu l'esprance!
Rien ne peut du remords apaiser la souffrance.


L'Enfer voit tendus sur des lits dvorants
Ces flatteurs avilis, subalternes tyrans;
Ces amis d'un seul jour, ces conseillers sinistres
Des plus noires fureurs mprisables ministres.
On peut les reconnatre leur sombre regard,
A leur morgue insolente, leur souris hagard.
Ils portent sur leur front l'ternelle sentence
Qui les livre, perdus, l'effroi du silence.
Seuls, dans les profondeurs d'un cachot tnbreux,
Aspirant le venin de reptiles affreux,
Ils doivent, chaque jour, sans plainte et sans murmure.
Offrir mille aspics leurs membres en pture.
Leur sang pais et noir, qui coule avec langueur,
D'un vampire altr doit nourrir la vigueur;
Et ce sang odieux, que le temps renouvelle,







CHANT TROISIEME 51

Prolonge le supplice et toujours le rappelle.
L, sont tous attendus ces ministres rivaux,
De l'humanit sainte effroyable bourreaux,
Ces vils Camlons, cauteleux politiques,
Ennemis ternels des liberts publiques,
Dont l'me criminelle appelle incessamment
Sur l'innocent proscrit un nouveau chtiment;
Sybarites cruels, lches Thurifraires,
D'un pouvoir despotique esclaves mercenaires.
Ces oppresseurs du people, engraisss de trsors,
Doivent s'unir un jour la masse des morts;
Ils viendront, dpouills de leurs grandeurs impures,
Dans ces lieux de douleur subir mille tortures.
Sur ce trpied ardent est dj prpar
Le sige o doit monter un ministry abhorr.
Ce monstre dans Lutce, en des jours dplorables,
Trahit avec orgueil les droits de ses semblables;
Odieux instrument d'un odieux pouvoir,
Il brisa de ses mains les rgles du devoir;
Il ouvrit les cachots, et sa rage cruelle
Y plaa l'innocence et la honte avec elle;
Il compta les soupirs des families en pleurs,
Et contempla, ravi, leurs mortelles douleurs;
Il sema les poisons de sa haine jalouse;
Il enchana l'poux, calomnia l'pouse,
Et dtourna les fils de ce respect pieux
Qu'on doit ses auteurs, sainte image des Cieux.
Quel supplice t'attend! que de larmes sanglantes
Verseront dsormais tes paupires tremblantes!
Que de cris chapps ta sombre fureur,
Aux chos des enfers inspireront l'horreur!








52 L'HAITIADE

Sans doute, alors, pleurant tes vengeances passes,
Un souvenir amer troublera tes penses.
Les remords te diront qu'il existe un mortel
Que ta haine a frapp d'un malheur ternel!
Ils te rappelleront son cachot, ses souffrances,
Ce jour qui lui ravit toutes ses esprances;
Ce jour o, violent la saintet des lois,
Ta main le dpouilla des plus augustes droits.
Pleure, pleure cruel, telle est la loi divine!
Un Dieu just a marqu l'heure de ta ruine.


Dans un lac mphytique, ouvert aux noirs torrents,
Se jouaient sur les flots mille monstres errants;
Unis par leurs dsirs aux mes adultres,
Ils versaient dans leur sein le venin des vipres,
Et des monstres nouveaux, fruits d'un indigne amour,
De l'abme ternel peuplaient l'affreux sjour.


Non loin de ces tableaux, de ces hideux mlanges,
S'offraient d'un sexe aim les nombreuses phalanges:
Ici, l'Hypocrisie, avec la Trahison,
Sur l'Orgueil indign distillaient leur poison;
L, jalouse et rebelle, la honte livre,
La Coquette, l'oubli s'offrait dsespre;
La Prude, sans attraits, comme sans vtements,
Redemandait en vain d'infidles amants.
Cette ple beaut, cette pouse exigeante,
Toujours imprieuse et jamais indulgente,







LHANT TROISIEME 53

Appelait, sans espoir, les biens qu'elle a perdus:
Les cris de sa douleur ne sont point entendus.
Plus heureux, son poux, dans le sjour cleste
Perd l'affreux souvenir de son hymen funeste,
Et la batitude embellit tous ses jours.


Satan a parcouru les immense dtours
De l'empire abhorr que son sceptre matrise:
Il a vu les bourreaux condamns par l'Eglise;
Il a vu ce Clment, assassin de Valois,
Robespierre et Couthon, derniers flaux des rois;
Il a vu ces tyr.s qui, pour trouver la gloire,
Versaient le sang human dans les flots de la Loire.
Il a fix les rangs des juges corrompus,
Prodigues de serments par le crime rompus;
Des courtisans fltris il a va les cohortes,
Les sectaires jaloux du grand nom d'mes fortes,
Et Frdgonde, enfin, don't le sacr couteau
Se plongea dans le coeur de ses rois au berceau.


Le prince des enfers, de ses ailes rapides,
Du tnbreux Fjour fuit les vapeurs humides;
Il touche au plus haut point des votes du chaos,
De ses ples sujets il dispense les flots;
Il entire dans le vide et franchit les spaces,
o d'une masse inerte on trouve encor les traces;
Il fixe le soleil, et des larmes de sang
Attestent ses regrets et rappellent son rang;







54 L'HAITIADE

A ses fiers compagnons il dguise ses peines,
Il touffe en son cour des plaintes toujours vaines,
Et d'un vol orgueilleux plane au-dessus des mers:
Comme un obscur nuage il roule dans les airs.
Ainsi fuit la tempte aux vents abandonne;
Ainsi glisse la lave au dsastre entrane.


Mais dj d'Hati se dcouvrent les bords,
Il y vole et s'apprte de nouveaux efforts.



















CHANT QUATRIEME



















Toussaint, instruit des desseins de la France, compete les jours
en se prparant la guerre. Aprs une longue attente,
il aperoit sur l'tendue des mers les pavillons franais. -
Les vaisseaux vont entrer dans le port, alors qu'une d-
charge d'artillerie fait prsager une lutte terrible. Le
signe de la paix est dploy dans les airs. Coisnon,
gouverneur des deux fis de Toussaint, Isaac et Tlphe,
parat en parlementaire devant le chef des Noirs. Scne
touchante. Discours perfide de Coisnon. Noble
rponse de Toussaint. Ses enfants sont renvoys aux
vaisseaux. La guerre s'allume. Faits d'armes mmo-
rables. Dbarquement. Position des diffrents corps
d'arme. Episode. Engagements parties. Trahison
de Dommage. Hsitations de Christophe et de Dessa-
lines. Rsolution gnreuse de Toussaint. Il se retire
sur le more aux treize mamelons. Belles dispositions
pour la defense de ce dernier asile de la libert. Atta-
que hardie de ce poste redoutable. Energie des troupes
franaises. La crte est emporte, malgr le feu roulant
de la mitraille. Trait de paix. Soumission de Tous-
saint. Sa runion avec ses enfants dans la retraite qu'il
s'est choisie.



















CHANT QUATRIEME


Toussaint comptait les jours; son me ardente et fire
Voyait avec orgueil s'agrandir la carrire,
Et, digne d'elle-mme, en ces prils nouveaux,
Se montrait prpare aux plus rudes travaux.
Du haut d'un morne aride, il cherchait sur les ondes
Le signe prcurseur des voiles vagabondes,
Alors que, dans les airs, les zphirs inconstants
Offrirent ses yeux cent pavillons flottants,
Et firent pressentir que, cit populeuse,
Venise s'avanait sur la mer orageuse1".


Le hros tonn, mais non pas interdit,
Des dangers qu'il attend en secret s'applaudit,
Et, ralliant bientt les enfants de l'Afrique,
A ses fiers ennemis montre un front hroque.







58 L'HAUTIADE

Ils arrivent: le Cap a compt leurs vaisseaux;-
Orgueilleux de leur nombre, Fs glissent sur les eaux;
Ils entrent dans le port... Mille bouches brlantes
Font clater la foudre et rsonnent, tonnantes.
Du haut des mts alors dploy dans les airs,
Un signe de concorde a salu les mers:
Sur un esquif lger, Coisnon, ami perfide<2)!
Que Toussaint ses fils avait donn pour guide,
Les entrane l'un l'autre, et, port sur les flots,
Va s'offrir plein d'audace aux regards du hros.

Chers Tlphe. Isaac! quels moments pour un pre(31!
Disparaissez douleurs, fuyez vengeance amre;
Objets tant regretts qu'enchane un sort cruel,
Versez vos derniers pleurs sur le sein paternel.
Doux instants accords aux droits de la nature,
Coulez plus lentement..., hlas! l'orgueil murmure,
Il s'indigne en secret; superbe ambassadeur,
Coisnon, d'un noble lan ose blmer l'ardeur.
On l'entend s'crier:

Toussaint, ferme ton me
Au dsir qui la press, au transport qui l'enflamme;
Le premier des consuls don't la France a fait choix,
Veut qu'ici mes discours t'clairent sur ses droits.
Connais-tu ce hros que l'Europe renomme,
Qui runit la gloire aux vertus d'un grand homme,
Et qui, vainqueur des rois par son glaive soumis,
N'aspira qu' l'honneur d'en faire des amis?
Aprs avoir rendu la paix sa patrie,
Relev les autels, fltri l'idoltrie,







CHANT QUATRIEME


Fait fleurir le commerce et ranim les arts,
Sur ces bords glorieux il porte ses regards.
Vous tes tous Franais, la France Rpublique
Adopte pour toujours les enfants de l'Afrique;
De l'esclavage impie elle rompt les liens,
Et les Noirs ses yeux sont tous des citoyens.
Qu' la voix d'un hros, par un retour sincre,
Dans chacun des Franais le Noir retrouve un frre;
Qu'il rejette l'oubli des souvenirs cruels:
Ses maux pour tre grands ne sont pas ternels.
Ecoute-moi! Toussaint, je rends ta tendresse
Tes deux fils, noble appui de ta noble vieillesse;
Ils sont riches des dons qu'ils tiennent du savoir,
Et pourront te montrer les chemins du devoir.
Qu' l'intrt commun ton me se rallie,
L'imprieux honneur la France te lie:
Garde-toi d'affaiblir ses gnreux efforts,
En repoussant le chef qui vient rgir ces bords.
Mconnatre ses droits, c'est trahir la patrie;
C'est offense le Ciel qui te press et te crie:
Malheur au citoyen qui, sourd cette voix,
De sa volont seule ose faire des lois!
Les bambous desschs que la flamme dvore,
Ont vcu plus d'instants que son orgueil encore!
Il a dit et se tait:


Le hros indign,
Dans sa sombre fureur, montre un cour rsign;
Il recueille ses sens, compose son visage,
Et sa parole austre exprime un saint language:








60 L'HAITIADE

Envoy des Franais, mes fils me sont bien chers,
Je m'arrache leurs bras, qu'ils reprennent leurs fers;
A mon people, mon Dieu, je veux tre fidle,
Je sais tous mes devoirs, mon coeur me les rappelle;
Je les remplirai tous, ils flattent mon orgueil;
Qu'importe nos tyrans cette terre de deuil?
Le sang des Africains l'a seul fertilise;
Aux droits qu'elle prtend la France est abuse:
Son empire est dtruit, et ces brlants climats
Ne seront plus tmoins de ses noirs attentats.
Dans le guerrier, consul, que l'Europe renomme,
Je vois trop l'oppresseur, pas assez le grand homme.
Que nous demande-t-il? Nos biens, nos droits acquis?
Jamais!... Plutt la mort. Nous les avons conquis
Ces droits, noble attribut de la nature humaine.
Que la France choisisse: ou l'estime ou la haine:
L'estime, si soumise aux droits de l'quit,
Elle sourit aux jours de notre libert;
La haine, si, s'armant d'une injuste furie,
Elle porte la guerre au sein de ma patrie!
J'ai dit, tu peux partir.


A ces mots, toute en pleurs,
L'pouse d'un hros dplore ses malheurs.
Toussaint reste inflexible, et, mre infortune,
Mopsa. loin de ses fils, doit vivre abandonne(4)!


Trop pnibles adieux, dchirements cruels!...
Ils ont quitt dj les foyers paternels,








CHANT QUATRIEME 61

Et dj des vaisseaux les poupes glorieuses
A leurs tristes regards s'offrent plus odieuses.


De toutes parts, alors s'lvent mille cris,
Les enfants de l'Afrique en masse sont proscrits;
Le signal des combats retentit dans l'espace.
Dj le feu ptille et le bronze menace.
Le bitum allum, fuit, clate, et les airs
Roulent des flots de pourpre o brillent mille clairs.
Les cieux sont obscurcis, un torrent de fume
Voile l'clat du jour la flotte alarme.
L'ancre cde au retrait, le port est envahi,
Et Toussaint non vaincu, mais lchement trahi(5>,
Apprend que les Franais ont forc le rivage
O des dangers sans nombre attendent leur courage.


Descendus la fois sur des points diffrents.
Les guerriers de la France ont vu former leurs rangs;
Mais loin de s'applaudir, ils dplorent leurs pertes;
Aux plus justes regrets leurs mes sont ouvertes;
Et la grve, perdant ses reflects azurs,
Ne boit plus que des flots par le sang colors!
Boudet va menacer les murs du Port-au-Prince'61,
Kerverseau de l'Espagne occupe la province17M,
Rochambeau se dirige au pied du Fort-Dauphin'81,
Desfournaux du Limbe va franchir le chemin(9>,
Hardi s'est empar des champs de Marmelade(101,
Fressinet, du Borsphen a tent l'escalade""1,







62 L'HAITIADE

Debelle, avec Humbert, observent Port-de-Paix1121,
Et Leclerc de la guerre envenime les traits.


De sa garde Toussaint dirigeait les manouvres,
Il campait avec elle au ravin des Couleuvres'131;
Sur la Croix-des-Bouquets, Dessaline arrt(14),
Illustrait son courage et sa tmrit.


Christophe, avec les siens, poussait aux Gonavesi15s
Des Franais affaiblis les bandes fugitives.
Romain, de Logne incendiait les murs 16),
Maurepas triomphait par des moyens plus srs(17,
Et Mose, embusqu dans la fort de l'Anses18>,
Menaait Desfournaux qui dfendait Plaisance 19).


Le moment est venu: par un concours d'efforts,
Deux peuples gnreux se battent corps corps.
Le bronze meurtrier, de sa bouche enflamme,
Vomit en noirs torrents une paisse fume;
Comme un sombre nuage elle cache en ses flancs
Et l'horrible tempte et les foudres brlants;
Elle porte la mort, et l'arne altre
Boit un sang glorieux don't elle est enivre.


Toussaint, de Rochambeau cherche les bataillons:
De la haine funeste il sent les aiguillons.
Il march, et son courage altier, opinitre,
D'un combat dsastreux a fix le thtre(20).
Ses soldats, sa voix, s'lancent furieux;







CHANT QUATRIEME 63

On lit dans leurs regards l'orgueil imprieux.
Le soufre que comprime un tube sanguinaire,
Glisse, et de la vengeance apporte le salaire.
Bientt de mille feux les airs sont embrass:
On s'irrite, on s'approche, et les fers sont croiss;
Les cris de la douleur, de la rage terrible,
Se confondent dans l'air avec un bruit horrible;
Tour tour incertain, tour tour dispute,
Le succs du combat par les Noirs achet,
Laisse couvert de morts le champ de la victoire,
Et teint d'un noble sang les palmes de la gloire.


Mose, en d'autres lieux, combattait vaillamment'211.
Nourri dans le silence et le recueillement,
Ses gnreux efforts, dicts par la sagesse,
Etonnaient des Franais la chaleureuse ivresse;
Dans un pige funeste il sut les attirer,
Et de leurs tendards parvint s'emparer.
Muse, raconte-moi ce glorieux fait d'armes:
Vains lauriers achets au prix de tant de larmes,
Vous croissez sur la tombe o, pour l'ternit,
Repose l'innocence unie la beaut!


Par la ruse entrans dans le fond des ravines1221,
Les vlites lgers ont vu mille hrones,
Dans les rangs disperss lancer leurs traits amers;
Leurs panaches flottants s'agitent dans les airs,
Leurs flancs sont cuirasss, et leur me indocile
N'a reconnu qu'un chef: ce chef c'est Tellsile.








64 L'HAITIADE

Avec mille guerriers Mose suit leurs pas,
Et soutient leurs efforts au milieu des combats:
Tellsile a conu la plus noble esprance,
D'un chef audacieux elle a vu l'assurance,
Et, brlant de l'abattre, elle lance son dard,
Le trait fuit, glisse, vole et frappe Lotgard.
Il s'avance aussitt; dans ses mains le fer brille,
Dans ses regards mourants un feu secret ptille.
Trois fois son glaive chappe son bras affaiss,
Trois fois il est repris, et trois fois repouss.
Lotgard chancelant, flchit, soupire, tombe,
Et la gloire et l'honneur de suivre dans la tombe.
Fargel a vu de loin ce combat dangereux;
Il frissonne et son cour pousse un cri douloureux:
Telle au sein du dsert la lionne outrage,
De la mort d'un poux brle d'tre venge.
Elle agite ses crins, roule ses yeux sanglants.
On la voit s'lancer, rugir, battre ses flancs:
De son ongle d'airain fouler le sable aride...
Tel on a vu Fargel ou plutt Lonide
Fondre sur l'ennemi, don't le fer acr
Dchira mille fois son cour dsespr.
Que de sang rpandu! dans les combats nourrie,
Lonide un moment cde la barbarie;
Il faut que mille morts vengent un seul trpas;
Au sein de Tellsile elle plonge son bras:
Elle entr'ouvre ce cour, qui palpitait encore,
Au nom cher et sacr de l'poux qu'elle adore.
Ses mains vont se baigner dans le sang prcieux,
Qui bouillonne, s'coule et se glace ses yeux;







CHANT QUATRIEME 65

C'est l que Lonide, aux regards de Mose,
Sur un amas de morts va se montrer assise:
C'est l que, dcouvrant son front ensanglant,
Elle tale au grand jour son sexe et sa beaut,
Appelle la vengeance, et, ddaignant la vie,
Attend avec ardeur qu'elle lui soit ravie:
Elle tombe!... ainsi meurt sous de sacrs couteaux,
La gnisse fidle aux pieds de ses bourreaux.


Mose a ressenti sa perte douloureuse;
Il comprime sa rage, et sa voix gnreuse
A ses fiers compagnons donne un signal de mort.
Enflamms la fois d'un gnreux transport,
Les Noirs ont dispers des bandes aguerries
Sur ce vaste thtre ou rgnent les furies:
On ne voit que du sang o se mlent des pleurs,
Et Mose y conquiert le signe aux trois couleurs.


Les armes des Franais, plus loin victorieuses,
Annonaient Leclerc des palmes glorieuses:
Boudet, du Port-au-Prince occupait les remparts(23),
Le Fort-Dauphin s'ouvrait des dbris pars1241.
Le Nord tait soumis, quelques hommes coupables
Y tramaient en secret des projects formidable:
Le Sud tenait encore, et dans l'Ouest ravag,
Des plus fiers citoyens l'esprit tait change.
Mille divisions, par le crime excites,
Inspiraient la rvolte aux mes exaltes:
On accusait Toussaint: par de lches discours,







66 L'HAITIADE

D'une si belle vie on fltrissait le course;
Et. dans ces grands dbats, l'horrible ingratitude
Marchait d'intelligence avec la multitude.
Dans les rangs des guerriers l'or tait rpandu,
A de fiers ennemis Dommage tait vendu125).
Christophe chancelait; son me ambitieuse
Cherchait des vains honneurs la trace glorieuse;
Dessalines, sduit, oubliait ses serments,
Et, trahissant Toussaint sans trahir la patrie,
Dissimulait sa haine au fond d'une me aigrie.
Ption, toujours just et toujours gnreux,
Gmissait en lui-mme, incertain dans ses voux;
Mais fidle au devoir, plus fidle aux promesses,
IIl avait su du crime viter les largesses;
Et ne pouvant servir ni sauver son pays,
Il s'loignait des rangs par la honte trahis.
Affermi pour toujours dans de saints maximes,
Boyer dguisait mal ses regrets magnanimes;
Il brlait de combattre, et sa fire vertu
Suivait encor les pas d'un guerrier abattu.
Comme on voit dans l'arne un taureau redoutable,
Computer ses ennemis en glissant sur le sable;
Ses yeux ont vainement cherch des dfenseurs;
Entour de bourreaux, de lches oppresseurs,
Il lve dans l'air une tte orgueilleuse,
Il parcourt firement la carrire poudreuse;
Et d'un croissant superbe essayant les efforts,
Ensanglante l'arne et march sur les morts.
Tel dlaiss, trahi par la France cruelle,








CHANT QUATRIEME 67

Toussaint trouve en lui seul une force nouvelle;
Seul il peut de la guerre animer la fureur,
Des maux qu'il sut prvoir multiplier l'horreur;
Et, s'il doit succomber, le front charge de gloire,
Il vendra cher du moins l'honneur de la victoire.


Sur un morne flanqu de treize mamelons126),
L'inflexible Toussaint, loin de guerriers flons,
Va prparer la foudre et braver la tempte.
Du rocher sourcilleux il domine la crte.
Il s'entoure des chefs, qui, rangs sous sa loi,
Du rigoureux honneur garden encore la foi.
L, se montrent Rigaud, que rien ne peut abattre,
Boyer, Panayotti, toujours prts combattre;
Romain, Bonnet, Eloi, Maurepas, Gdon,
Inginac, Borgella, Mose et Marion;
Tous ont jur de vaincre ou de mourir en frres.


Toussaint a pressenti des destins plus prospres,
A l'aspect des guerriers accourus sa voix;
Il connat leur bravoure, il compete leurs exploits.
Vtrans de l'honneur, la vertu fidles,
Pouvaient-ils se trouver dans les rangs des rebelles?


Sur la crte du morne, un prodige de l'art(27),
Dans les triples contours d'un ternel rempart,
Renfermait de l'airain ces bouches vomissantes,
Aux accents de la mort toujours obissantes.
Ainsi, du haut des airs o se plat son orgueil,








68 L'HAITIADE

L'aigle tend sur la terre un sinistre coup-d'oeil;
De ses fiers ennemis il comprime la rage,
Et sa seule attitude a glac leur courage.


Avec precision les ordres sont donns;
Tous les cas sont prvus, les rangs dtermins;
Chacun connat la place o le devoir l'appelle,
Chacun veut acqurir une gloire nouvelle:
C'est le dernier effort d'une mle vertu,
C'est le noble rveil du courage abattu,
C'est le tribute sacr que doit sa patrie,
Le guerrier gnreux don't la gloire est fltrie.


Mais dj des Franais j'entends les cris perants;.
Ils ravissent mon me, ils embrasent mes sens;
Ils marchent rsolus, ils s'avancent en masse,
Et leur cour magnanime est ouvert l'audace.
Tels gants de la terre, outrageant l'Eternel,
Les peuples de Sennar escaladaient le Ciel:
Tels on voit les Franais gravir le roc strile,
Et fixer le sommet d'un visage tranquille;
Pourtant la foudre y gronde, et mille feux croiss
Y vomissent la mort sur leurs rangs crass.


L'absolu dvouement nat de la resistance:
Avec cent Polonais que Jrme devance,
Lacroix a pu couvrir les premiers mamelons;
Sa cohorte le suit qu'il place en chelons.
Aprs ces grands efforts, la defense est possible,








CHANT QUATRIEME


Et le rempart dj n'est plus inaccessible!
O prodige! succs jusqu'alors inou!
Le bastion du nord par Watrin envahi,
Fait prsager aux uns la gloire qu'ils attendent,
Aux autres le revers que leurs coeurs apprhendent:
Le sang ruisselle flots, les yeux indiffrents
Jusques aux pieds du morne en suivent les torrents.
Le triomphe est le but auquel l'orgueil aspire,
La valeur s'exaspre et n'est plus qu'un dlire:
Chacun prte l'oreille la voix de Hardi.
N'tes-vous plus, dit-il, les soldats de Lodi?
Marchons, et que ce jour, fixant vos destines,
Ajoute un jour de gloire nos grandes journes!


Les assigs, surprise, ont vu de toutes parts,
Gravir le roc strile et franchir les remparts:
Une retraite, hlas! leur reste seule ouverte;
Ils ont fui, mais la fuite accrot encor leur perte,
Et la valeur franaise insulte leur valeur.
Jour de honte et d'opprobre, abme de douleur!
Toussaint doit-il survive sa gloire passe?
Ses lauriers sont fltris: trop funeste pense;
Trop coupables rivaux, vos qui l'avez trahi,
Au devoir, l'honneur, avez-vous obi?
Rien ne vous fut sacr; rampez aux rangs des tratres,
Vous de qui la bassesse a reconnu des matres.


Hati n'est plus libre, et ses fiers conqurants
Au jour de ses revers s'en montrent les tyrans:
Un acte politique, illusoire esprance,









70 L'HAITIADE

Simulacre de paix rend ses droits la France.
Ce pacte imprieux, jur sur les autels,
Est bientt salu de cris universels.

Toussaint a d souscrire ce trait funeste:
Il perd tout en un jour, mais sa vertu lui reste.
Cette vertu sans tache, idole des hros,
Doit embellir du moins les jours de son repos;
Et ses fils dsormais, runis leur mre,
Des malheurs du guerrier consoleront le pre.


















CHANT CINQUIEME

















Luxe de la cour de Pauline. Mollesse de Leclerc. Am-
bition de ces deux poux. Peintures gracieuses. Por-
trait des vierges d'Hati. Sduction de l'amour. -
Description des jardins de Trianon. Portrait particulier
d'Elma. Satan, dans un tableau magique, fait briller
aux regards de Pauline tout l'clat de la puissance souve-
raine Rveil de Pauline. Elle va prendre place au
lit de l'hymne; elle sduit et subjugue son poux. -
Leclerc a oubli tous ses devoirs; il veut braver les fou-
dres vengeresses. Au mpris de la plus sacre des lois,
il fait enlever Toussaint pendant son sommeil; il le fait
charger de chanes et le fait conduire en France, courb
sous le poids d'une odieuse accusation. Bientt l'escla-
vage est rtabli dans Hati. Ainsi l'enfer triomphe. -
L'Eternel a marqu l'heure de la vengeance. L'ange ex-
terminateur franchit les votes toiles. Il vient pour
punir et exciter les fureurs de l'enfer dchan. Satan
se rjouit. Il appelle la Mort et veut que chaque vierge
mle un poison funeste aux sources de la vie des guer-
riers franais. Un mal contagieux se dclare, et la
tombe engloutit chaque jour les plus nobles victims. -
Mort de Leclerc, Rochambeau lui succde. Mais que
pourra-t-il contre les dcrets immuables du matre du
Ciel et de la terre?



















CHANT CINQUIEME


Aux langueurs du repos Pauline condamne,
De la pompe des rois s'tait environne('1.
Un palais fastueux avait reu sa cour,
Et les plaisirs bruyants y fixaient leur sjour.
On ne la voyait plus, pouse citoyenne,
Partager d'un hros l'ardeur rpublicaine,
Des peuples affranchis exalter les hauts faits,
Et de la libert clbrer les bienfaits.
Nouvelle Brunehaut, aux passions livre,
De la soif du pouvoir e'le tait dvore.
Le trne tait l'objet de ses voux les plus chers,
Et sa main sous des feurs cachait d'indignes fers.
Les plus vaillants guerriers, oubliant leur courage,
S'honoraient sa cour du plus honteux servage,
Et, croyant n'encenser que la seule beaut,
Ils ployaient les genoux devant la royaut.
Bientt, imprvoyants, dpouills de leurs armes,







L'HAITIADE


Des vierges d'Hati, riches de tant de charmes,
L'un de l'autre rivaux, ils brigurent le choix,
Et reurent des fers, eux qui donnaient des lois.
Ici, des traits charmants, embellis par l'bne,
Rvlaient la fiert de la noire Africaine;
L, d'un corail plus vif, l'clatante fracheur,
Faisait d'un double mail ressortir la blancheur.
On admirait auprs la timide crole:
Smillante franaise et jalouse espagnole;
Plus loin, mille beauts don't les vives couleurs,
Offraient l'oeil ravi l'clat de mille fleurs.
Leur sourire exprimait une brlante ivresse;
Dans leurs regards mourants se peignait la tendresse:
Sous des voiles lgers, aux gracieux contours,
Se dessinait un corps form par les amours.
Deux globes s'levaient, et sur un sein pudique,
Agitaient mollement leur couronne lastique.
Parmi l'essaim nombreux de ces jeunes beauts,
S'offraient des curs sduits et des cours indompts;
Les uns, d'un amour pur avaient senti les charmes,
It de l'hymen, hlas! n'avaient eu que les larmes;
Les autres, agits par d'innocents dsirs,
Du printemps de leurs jours savouraient les plaisirs.


Dans leurs rangs paraissait Elma l'enchanteresse:
Telle et moins belle encor Diane chasseresse,
S'offrait dans tout l'clat de l'immortalit,
Aux yeux d'Endymion par l'amour transport.
Elma, jeune et sans fard, respirait la dcence;
La rose dans sa fleur offre moins d'innocence.







CHANT CINQUIEME 75

Le parfum que l'Arabe a cueilli pour ses dieux
Est moins doux que son souffle emport vers les cieux,
Son regard expressif dit toute sa pense;
Elle soupire en vain quand son me est blesse;
Son front majestueux reste calme toujours;
C'est l'image du Ciel o sont purs tous les jours.
Sa dmarche imposante announce la noblesse,
Son maintien, la candeur; sa pose, la souplesse;
Sa bouche est le bouton qui va s'panouir,
Son sourire console, et la voir, c'est jouir.
Son teint, qu'un voile ondule, offre le pur mlange
Des peuples de l'Europe et des peuples du Gange.
Le berger de l'Ida, par la fable vant,
Et plac dans ses mains le prix de la beaut.
Elma reut le jour dans ces planes fcondes,
O de l'Artibonite on voit rouler les ondes;
Orpheline au berceau, d'un pre malheureux
Elle n'a conserv qu'un souvenir affreux.
Il prit sous les coups d'une horde barbare;
D'une mre aujourd'hui le destin la spare;
Elle ressent l'effet des maux qu'elle a soufferts,
Et crot comme une fleur au milieu des dserts.
Une invisible main la soutient et la guide,
Un glorieux espoir nourrit son coeur timide.
Hlas! ils sont venus les funestes moments;
Elma doit de l'amour connatre les tourments:
Encore un jour paisible, et son me tremblante
Servira d'aliment sa flamme brlante.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs