• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Front Matter
 Introduction
 Preface
 Premieres annees du Seminaire
 A la Conquete du Concordat
 'Trios Flambeaux' Les Ecoles des...
 Hospice Ste-Rosalie
 Insurrection de Salnave
 'Le 22 Decembre' a coule
 Desordre dans les rues, Discipline...
 Le Pere Buscail est invulnerab...
 Le jeune Seminaire dans l'Ancien...
 Rimes Pontificales
 Tirailleurs contre Garde-Natio...
 Mort de Geffrard
 'En avant, o Gaspariles'
 Le Morne-a-Tuf-, bastion du...
 Le Petit Seminaire au Fort...
 Le P. Simonet, 'Directeur...
 'Carabanes' et Fours a chaux
 Creation du Corps des Pompiers...
 Ou l'on parle de Victorin...
 Conire la Franc-Maconnerie - Dieu...
 Premieres melodies d'Occilius...
 'Ad Augusta per Augusta'
 De Port-au-Prince a Rome
 Mgr Guilloux, Eveque du catech...
 Montons a la Coupe
 Chemin Parcouru
 Le President Salemon et l'Eglise-Manigat...
 Conclusion
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: Bibliothèque de l'Association amicale du Petit-Séminaire Collège St-Martial
Title: Souvenirs d'une enfance heureuse et d'une jeunesse déjà lointaine
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095928/00001
 Material Information
Title: Souvenirs d'une enfance heureuse et d'une jeunesse déjà lointaine
Series Title: Bibliothèque de l'Association amicale du Petit-Séminaire Collège St-Martial
Physical Description: 129 p. : ; 21 cm.
Language: French
Creator: Jérémie, 1858-
Donor: unknown ( endowment ) ( endowment )
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Hai¨ti
Publication Date: 1940
Copyright Date: 1940
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: appel-introd. de Me Antoine Dufort. Lettre-préf. du R.P. Henri Goré.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095928
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 11321025
lccn - 50046524

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 3 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Front Matter
        Page 3
        Page 4
    Introduction
        Page 5
        Page 6
    Preface
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Premieres annees du Seminaire
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
    A la Conquete du Concordat
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    'Trios Flambeaux' Les Ecoles des Peres, des Freres et des Soeurs
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
    Hospice Ste-Rosalie
        Page 26
        Page 27
    Insurrection de Salnave
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    'Le 22 Decembre' a coule
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
    Desordre dans les rues, Discipline dans les Ecoles
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
    Le Pere Buscail est invulnerable
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
    Le jeune Seminaire dans l'Ancien Port-au-Prince
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Rimes Pontificales
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    Tirailleurs contre Garde-Nationale
        Page 47
        Page 48
    Mort de Geffrard
        Page 101
        Page 102
    'En avant, o Gaspariles'
        Page 53
        Page 54
        Page 55
    Le Morne-a-Tuf-, bastion du Protestantisme
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    Le Petit Seminaire au Fort Thomas
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
    Le P. Simonet, 'Directeur sage'
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    'Carabanes' et Fours a chaux
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Creation du Corps des Pompiers libres
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Ou l'on parle de Victorin Chevallier
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Conire la Franc-Maconnerie - Dieu est ici
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
    Premieres melodies d'Occilius Jeanty
        Page 85
        Page 86
        Page 87
    'Ad Augusta per Augusta'
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    De Port-au-Prince a Rome
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Mgr Guilloux, Eveque du catechisme
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
    Montons a la Coupe
        Page 95
        Page 96
    Chemin Parcouru
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Le President Salemon et l'Eglise-Manigat et les Ecoles
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Conclusion
        Page 125
        Page 126
        Page 127
    Table of Contents
        Page 128
        Page 129
    Back Cover
        Page 130
Full Text
BIBLIOTHOUE DE L'ASSOCIATION AMICALE DU PETIT-SMINAIRE COLLEGE ST-MARTIAL


JERMIE




SOUVENIRS

D'UNE EFAGCE HEUREUSE

ET

D'UNE JEUNESSE DEJA LOh1TAINE



Appel-Introduction de MN Antoine Dufort
Vice-Prsident de l'Association
Lettre-Prface du R. P. Henri Gor
Suprieur du Petil Sminaire



Port-au-Prince, HaIti
-o-
1940










ASSOCIATION AMICALE

du
Petit-Sminaire Collge Saint-Martial
FONI)EE LE 7 ICEMIIRUE 191!9

President
Dr EIOUARD ROY


Vice-Prsidentl
ANTOINE DUFORT

Trsorier
FRITZ DU'PUY


Secrtaire- Gnral
JEAN LESCOUFLAIR

Secrtaire- Archiviste
LOUIS WALLON

Membre d'Honneur
M' LO ALEXIS


MEMBRES DU CONSEIL
Hubert Alexis, Rodolphe Baiau, Louis Borno,
Albert Breton, Weslen Dauphin, Edouard Estve,
Cadet Jrmie, Max Laurenceau, Dr Rulx Lon,
Flix Magloire, Claude Martin, Dr Joseph Perrier.


1940












APPEL AUX ANCIENS


Ce livre a t crit par l'ii de nos membres les plus
minents : notre prestigieux doyen.
Le sujet est celii de la conference qu'il a prononce a
l'occasion du cinquantenaire de la foundation de l'Amicale.
Mais, en vue (le l'agencement des diffrentes parties du
prog'ramme- d'ailleurs trs copieux de cette fte, force
avait it d'lagiuer l'(u'vre. Beaucoup de coupures y furent
donc faites. C'est ainsi que nombre d'anecdotes, et coinm-
bien prcieuses avaient d ktre supprimes. On les retrou-
vera dans cette publication.
Empressons-nons de dire que l'auteur, avec la suprio-
rit de vues qui le caractrise, ne s'est pas confine au
rcit des seuls faits concernant le Sminaire et les Rv-
rends Pres du Saint-Esprit. Les dvones Seiurs de Saint-
Joseph de Cluny, les Tris (Cers Frres de l'Instruction
Chrtienne y sont souvent cits. Quelle plus belle illus-
tration de la cohsion, de l'excellente harmonie, de la
communion de vues et d'intrt cultural qui doivent exister
entire, d'une part, tous ceux qui ont pour but de diriger
la jeunesse et, d'autre part, nous tous qui avons joui des
bienfaits du Concordat qui, a lui seuil, met d'emble le
President Geffrard au rang dle nos grands Chefs d'Etat !
Beaucoup de families Hatiennes y trouveront le nom
d'un grand parent, d'un vieil ami. Et, ce titre, l'ouvrage
de Monsieur Jrmie servira la petite Histoire. Quant
a l'Histoire tout court, l'auteur jette nu jour nouveau sur
beaucoup (le faits saillants.





- ) -


An risque de froisser la modestie de notre trs distingu
Collgue, je voudrais dire un mot de l'homme.
Monsieur Jrmie est un example. Son attachment
sa patrie, au Sminaire, l'Amicale, la religion catho-
lique, est digne d'tre sig'nal la jeunesse. E.t, puisque
ceci est un appel aux anciens, je ne crois pas sortir du
cadre fix si je m'adresse aux jeunes qui, demain, seront
a leur tour les anciens.
Dans un sicle o l'on compete tant de dfaillances, tant
de reniements; o l'on n'a pas la crnerie de ses ides,
de ses sentiments; o l'on a come honte de prendre
position, mme aux cts de ses bienfaiteurs ; o le carac-
tre est une monnaie qui n'a presque plus course ; oi la
probit est synonyme de sottise ; o l'on va jusqu'a rou-
gir de proclamer qu'on est rest fidle un Etablisseinent
qui vous a form, aux Maitres qui vous ont faonn l'ime
et le ceur, come si certaines theories nouvelles avaient
le droit de faire table rase de la reconnaissance, cette
fleur discrete qui, avant d'tre un homnmage a la main
qui vous a voulu du bien, est d'abord un je ne sais quoi
fait tout ensemble de dlicatesse et de propret morale,
et qui honore plus le cur oi elle pousse qu'elle e rcom-
pense ceux vers qui elle s'paniuit; dans un tel sicle,
Monsieur Jrmie est dig'ne ld'tre donned come -mod(-le
aux gnrations qui montent, lui don't la vie, tant prive
que publique, est toute de droiture, de morality, d'hon-
ntet.
Et, s'il m'tait demand de rsumer en terms prcis et
brefs la vie de ce citoyen remarquable, je dirais simple-
ment: un grand Hatien, un grand Catholique.
ANTOINE DUFORT
Vice-Prsident dle l'Amicale.
Ce 9 Octobre 194U.











LETTRE-PRFACE


Cher Monsieur .Jrmnlie,
.e dois vois fire un aveu. Il me cote assez.
Quand j'ai reeu votre manuscript, vous connaissant par
imoi-mmnie et par vos aiis coinne une personnel de
haute reputation dans la socit hatienne, je me suis plu
-c'est l quest l'aveu qui me cote chercher dans
vos Souvenirs des rcits, des faits, quelque petite chose
au moins, qui pt vous fire voir mes yeux sous un
jour pas trop favorable. J'y cherchais des aveux aussi de
votre part, disons-le: des fiblesses et des dfauts qui
vous fussent nettement imputables.
Pourquoi cette petite mnchancet vote endroit?-
Avouez que ce que je vous dis l, dans une lettre-prface,
va nous classes l'un et l'autre, d'une strange manire au
regard de nos lecteurs.
Pourquoi? Parce que mes functions et mes responsabi-
lites d'Elducateur d'une enfance, d'une jeunesse qui res-
semblent toutes les autres, me poussaient chercher
dans les grands homes les cts par lesquels ils ont t
petits avant d'tre grands...
Mais, que je m'exprime mal!.. On pourra croire que je
continue mon verdict et c'est tout le contraire que je me
propose
Je tennis voir si dans votre enfance, dans votre jeu-
nesse-allons jusqu' l'adolescence mais ne la dpassons
pas-vous avez eu des dfauts qui vous ont mis et tenu
au rang- d'infriorit o toute jeunesse se trouve avant
d'voluer. Vous voyez que, dans ma vilenie, il me reste





-8-


au moins le mrite de la franchise : vous en tiendrez
compete dans le temps des pardons.
Je tennis savoir si votre ame n'avait pas quelque peu
trbuch, avant d'tre duque, avant de percer dans la
socit, de s'y installer par l'effort personnel nar la valeur
chrtienne, la grce de Dieu fruit de la prire et de la
volont droite, avant d'atteindre ce sommet de haute
probit reconnue que vous avez acquise dans la Rpu-
blique d'Hati.
Car, vous le savez, cher Monsieur Jrmie, c'est aujour-
d'hui la belle et forte manire don't on crit les biogra-
phies. Autrefois il s'agissait (le manifier son hros. Et
c'tait souvent au travers de la vrit qu'on passait pour
y arriver. Aujourd'hui, on prfre nous le montrer tel que
la nature l'a fait, petit, avant que sa volont et Dieu lui
aient donn sa. grandeur. Et si le montrer suppose la peine
qu'on se fait ou qu'on lui fait en rIvlant ses dfauts, on
judge encore que ces dfauts sont bons connatre. On
dit que l'aurole don't les rayons merg'ent de cette vie
total n'en est que plus brillante, par contrast d'abord,
par ralit ensuite.
L'on rend homnma'oe au soldat qui a d letter. Les obs-
tacles connus le grandissent, les chutes aussi quelquefois.
Et quand, en fin de compete, on le voit triompher contre
lui, son premier ennemi, et contre les autres, des ennemis
qui lui'font honneur, on pense pour soi et-quand on est
responsible d'enfants et de jeunes qui vous sont confis-
on prend confiance et on leur done confiance. Quod isti
et istae P, ce que ceux-ci et celles-l ont fait. pourquoi ne
le ferai-je pas?

Cet aveu achev, il m'est permis de dresser le bilan
de mes dcouvertes.
Cher Monsieur Jrmie, vous avez eu des dfauts, vous
aussi. Vous avez le courage de les crire, puis-je obtenir
de vous la permission au moins de les transcrire ?





-9-


Aux environs lde 1870, quand vous tiez au Petit Smi-
naire dans la court de l'Archevcli actuel, vous le dites,
on tait moins attentif ( la dnmonstrat ion du
Alatre qu' la chute du manqot bien m1irn qui ne
tarderait pas tomber- sur le tapis (le Jenilles
sches o l'on allait faire la culbute .
Cela, pch de giourmandise, Monsieur .TJirmie. Et par
vie dede consiquenrce, vu que la g'oarniandise est un pchjl
capital, pch de paresse : vous n'icoutiez pas le maitre.
C'est vous qui le dites.



Et la ftontaine jaillissant du miir qui vous sparait du
Lyve'e, o vous a lliez trans/ornmer en godet la leuille
ld'amiandie'r qui tombait, < i rs pieds . Que faisiez-
vous lde ce godet plein d'eau ? Jo rlpondls pour vous:
vouis en aspergiez la tigi'u de vas camarades.
Cela, Muonsieur .Jr'emie, peehe de brigandage. Et l'on
me dit que vous avez et; Ministre Secrtaire d'Etat de
l'Intriieu. Mais, cela, Monsieur .Jerenic, est grave. Vous
avez etit fauteur d'un dlsordre, au moins semi-public,
public si les joriii aux en ont parle, scandal si l'on s'en
est autoris pour le reproduire en ville et l'intensifier.
C'est de plus un piche de, prlodigalit qui ne vous recom-
mandait pas l'attention bienveillante des Chefs d'Etat.
Car, je suppose que de votre temps aussi, on avait besoin
d'ordre, d'(c ionomu et d'coinomie.



Il y a plus. .e lis quelque part dans votre manuscrit
que vous faites l'apologie de la discipline scolaire au
d'triment de la discipline militaire. Ne serait-ce pas un
essai de corruption ? Vous c'r.ivez : La discipline mili-
tair'e est arbitraire et dure, tandis que la discipline





-1U-


scolaire est douce et paternelle. L'une s'exerce
dans l'intrt de l'ordre et de la paix, l'autre
dirige la volont vers toutes les conqutes possibles
de l'esprit . Et voil que tournant la page je rencontre
ce trait : Mon frre et rmoi, nous tions s'rs (le la
protection gnrale, car le quarter d'o nous
cenions nous permettait, dans la bonne saison, de
nous prsenter chaque matin les poches pleines
de pches bien mdres ,.


Il faut vous dire, cher Monsieur Jrnie, que malgr
ma bonne volont de trouver davantage et pire dans le
easier judiciaire que vous dressed vous-mne centre vous,
je n'ai rien rencontr( de plus que les mangots , le
godet d'eau, les a pches bien miiures coimme pieces
dlit.
Pourtant je suis heureux-quitte de plus-d'avoir ceux-
l. Je m'en servirai a l'occasion, dans mes le-ons de mo-
rale et d'ducation civique auprs de nos chers lves du
Petit Sminaire, vos tout petits frres, pour leur apprendre
ne pas perdre courage. Malgr' le dossier qui constitute
votre procs, je leur dirai qu'on peut tre Ministre de la
Justice, Ministre des Relations Extrieures, Ministre de
l'Intrieur, Juge en Cassation,-je ne parle pas de vos
dcorations-que l'on peut mriter la vnration de tant
de gnrations d'lves au Petit Sminaire St-Martial, et,
parvenu au grade de Doyen d'ge de l'Amicale, quatre-
vingt-un ans, porter le front droit au milieu de la vn-
ration de tous.


Un petit reproche encore, cher Monsieur Jrmie, et je
me joindrai ensuite l'assemble gndrale de ceux qui
vous vnrent. Vous avez, dans vos Souvenirs , tal
avec une parfaite droiture et sincrit tout ce qui pouvait






-I -


amuser ( eentretenir la critique des esprits malins. Et
vous n'avez rien rvl qui fRt votre honneur. Rien
ou-quant a nous-presque rien. Pou(rtant je veux signaler
a tous cette veine qui circle dans tout votre ouvrage
oil, voulant dire du Petit Sminaire St-Martial et de vs
Maitres tout le bien qu'ils vous ont fait, sans le savoir;
come iiturellenient, vous noise montrez votre aiie et
votl (tIur avOec les orne'iiients d un4 e education chri tienne
que vous avez accepted touted entire de vos imatres et
que vous avez fait passer dans votre vie. Voil bien le
secret de cette hauteur de vue et de cette probit don't
votre nom, cher Monsieur .Irmlne, est l'expression auprs
de tous les Anciens de St-Martial, auprs de nos chers
l'ves actuels, auprs de nous leurs Maitres, successeurs
de bonne voloint' de ceux qui vous ont foriii et tque je
remiercie dans un hoiiirmage posthmine d'avoir si bien
russi.
Hi. (()RIC s. sp.
St-Martial. 1*2 Octobre 1940.












CHAPITRE I
Premires annes du Sminaire



Les annes, qui amnent tant de changements
dans la vie, ont fait d'un petit lve distrait, sou-
vent tourdi, un homme de quatre-vingts ans qui
vous croit obligs d'tre attentifs son rcit. Il est
permis aux vieux de ne suivre aucune mthode de
composition. Puisqu'ils sont dans la priode de
dclin, ils lancent les faits en parpillement comme
ils avaient l'habitude, enfants, de les ramasser sans
calcul, et toute leur joie est de croire que cela vous
intresse. Si au contraire l'ennui vous gagnait
l'audition de mes souvenirs, le bon Pre Christ en
prouverait une tristesse lgitime, celle du chef res-
ponsable qui a ordonn.
Notre rvrend Pre, qui a le commandement tou-
jours bref et qui n'accepte pas d'hsitation, me dit
un jour l'Amicale : Vous tes inscrit pour la con-
frence du cinquantenaire. Vieux sminariste, videz
le sac de vos anecdotes.
L'approbation de son choix par son digne succes-
seur, le R. P. Gor, a t pour le confrencier
dsign la preuve de cet esprit de suite qui com-
mande ici sans rplique.
Il y a plus de cinquante ans que j'ai quitt le
Sminaire-J'ai donc compris ce que voulaient nos
chers Matres. Ils demandaient moins pour avoir





-14 --


plus. Ces savants professeurs qui ont fait tant de
brillants lves en rhtorique et en philosophie con-
naissent le merveilleux effet de l'insinuation.
Celui que vous honorez du litre de doyen des
anciens, s'est retrouv par la pnse au milieu de
gais camarades, criant, sautant dans la cour de
l'Archevch actuel, sous l'oeil d'une sollicitude
inoubliable. Quel dfil I Le Frre Corantin, grosse
tte, mastoque, dmarche de pavsan. Le pre Laly,
petite taille, cheveux noirs de corbeau. Mr Cheva-
lier... Pourquoi Monsieur puisqu'il portait aussi la
soutane ? Les enfants n'aimeraient-ils pas trop les
prfets de discipline qui les empchent de se donner
des coups pour pleurnicher aprs ? Vous saurez
bientt que tous nos matres n'avaient pas encore
reu le pouvoir de dire la Messe.
Une euvre tait fire et elle ne pouvait tre
confie des ouvriers galement parfaits. Ah !
Messieurs, nous savons ce que c'est que la bonne
volont. Toute bauche est une euvre de bonne
volont. En 1870, le Sminaire comptait peine
cinq annes d'existence. L'enfance surtout tait
l'objet de sa prdilection. On tait moins attentif
la demonstration que faisait le matre qu' la
chute du mangot bien mr qui ne tarderait pas
tomber sur le tapis de feuilles sches o l'on allait
fire la culbute. Debout dans sa majest, le man-
guier tendait ses branches et son ombre sur la
terrasse. Ses fruits parfums rpandaient dans la
classes une odeur apptissante C'tait le Nunmber
leven. Comme nous ne parlions pas l'anglais, nous
nous servions de la traduction : Mangot onze.
Nous n'avions pas laiss bien loin le G'ouverne-






-15-


ment de Geffrard. En ce temps l, le manguier
tait un arbre favori. Geffrard qui voulait qu'Hati
dpasst en culture la Jamaque, avait import de
Kingston des varits de fruits-Et, pour prouver
que sa terre natale avait au nmoins autant (le lecon-
dil que l'Ile anglaise, il avail transform en verger
le ct Est du vaste parc du Palais National. (1)
Une fontaine jaillissait du mur qui nous sparait



1) Mais, Messieurs, malgr toute mon admiration pour Geffrard,
je n'irai pas jusqu' dire que c'est lui qui a introduit chez nons
la enlture du manguier. jet arbre tait connu des aboria'nes.
Depuis que le caf a t introduit dans note lie. on privoit
par sa floraison, la bonnp on la mauvaise rncolte de cette fve.
On attribue a la prvoyance d'Alexandre POtion la culture.
des e.spsces qui ont t6 abattues, il y a quelque vingt ans,dans
la Plaine du Onl de Sac,
Lorsque mon frlre et ioi nous sounines arrives au Sminaire
il y avait au Lyvoe un manguier plus que centenaire. Et sur
la terrasse, voisine du Centre de Sant6 actuel, se voyaniL une
essence rare, (lu mme ge. don't les feuilles nourrissaient une
sorte de ver f soie. C'tait un plaisir pour nous no nous arrter
en passant pour vider le cocon jaune et luisant tiss la par le
prcieux artisan,
Plusieurs d'entre nous seront peut tre surprise d'apprendre
que le premier manguier francis a t plant au Gros-Morne,
dans l'Artibonite, par Madame Francisque, la fine du Minis-
tre qui devait mourir de mort tragique sous Soulonque. Le fruit
de cet arbre rivalise avec cet autre mangot qu les paysans
appellent foubin-femme. Le paysan qui va an bois neuf avec
ce mangot dans son halfort n'a pas besoin que la femme lui
prepare manger.
Messieurs, on a fait a nos paysans la reputation d'tre une
race de paresseux aimant s'tendre nonchalaimment A l'ombre
du manuguier touffu. Le una.nier serait laI lant, tuttlaire de
la paress Vous connaissez cette fable. Un pre, voulantfaire
drfsonfils un paresseux, l'amne sous un manguier et s'tend
et de lui. Ohaquie fois qu'un fruit tombe l'enfant va le
ramasser et l'apporte ai pre Enfin, vint le tour lu pre de
se lever pour servir le fils. Celui-ci, considrant attentivement
l'humble serviteur : Je n'ai pas le courage d'plucher le man-
got ; ptrissez-le et versez-en le jus dans ma bouche.-Lve-toi.
paresseux, tu es plus savant que moi dans le mtier.
Vous voyez, Messieurs, la lgende qui se fait autour de cet
arbre prcieux don't le souvenir rest si frais dans la mmoire
des petits sminaristes de 1870.






-16 -

du Lyce, et c'tait pour nous une science de trans-
former en godet la feuille d'amandier qui tombait
nos pieds. Ce ruisseau, ces rayons de soleil rom-
pus a et l par les branches o se cachaient quel-
ques nids d'oiseaux, c'tait un Eden. L'histoire nous
dira plus tard que ce lieu plein de rires tait autre-
fois destin tre une solitude o la prire et la m-
ditation sont seules admises. C'tait l'ancienne mai-
son curiale transforme en vch.
D'o venait donc cette transformation ? Le Con-
cordat de 1860 vous renseignera, Messieurs. Le
Petit-Sminaire tait comme une ralisation condi-
tionnelle.








CAHAPITRE Il
A la Conquete du Concordat



En signant le Concordat, Rome et l'Etat Hatien
entendaient nous assurer une indpendance int-
grale et un dveloppement continue. Par l'Eglise et
l'Ecole devait s'accomplir cette euvre. Le sentiment
religieux fortifi par la raison, telle est la base
slide, inbranlable, sur laquelle doit reposer une
Rpublique d'hommes libres. I)e longs prliminaires
devaient donner 'i la signature du Concordat le
caractre d'un acte rflchi.
Il s'est mme rencontr une resistance assez vive
du cl du Parlement et de nos homes d'Etal.
On prtend que le dernier engagement aurail t
pris par Geffrard au bruit du lambour battant la
gnrale et du canon d'alarme mettant debut la
fire cit de l'indpendance. L'abb Gerdolles, cur
des (onaves, (lit Geffrard qui courait encore quel-
que danger : Si vous promettez de signer le Con-
cordla, j'ouvre l'instant l'Eglise et je chante pour
vous le Te Deumn. Sans ire colnirm officiellemenil,le
fait semble tre soutenu par un indice. La convention
qui nous lie avec le Valican a t sign Rome le
28 Mars 1860 entire le Cardinal Autonelli, dlgu
du Saint-Sige, et le Gnral Pierre Faubert, E. E,
du gouvernement hatien. Pour donner une solen-
nit exceptionnelle la ratification de cet acte
Geffrard est all son tour le signer aux Gonaves,
le 10 Mai.




-18-


La promulgation-remarque bien caractristique -
porte la signature du Ministre Elie Dubois, un des
confident les plus intimes du chef rformateur. Le
nom de celui qui a donn le conseil dcisif ne se
trouve dans aucune pice officielle. Mais nl conduit
de l'abb Gerdolles l'gard de Geffrard, au mo-
ment o ce chef d'Etat se rendait dans le Nord pour
combattre une insurrection, signifie qu'il avait de
graves reproches lui adresser. L'exprience d-
montre que ceux qui donnent les meilleurs conseils
ne sont pas toujours les premiers en bnficier.
C'est une preuve qu'en toute chose le dsint-
ressement doit nois accompagner dans la vie. Les
circonstances carlent parfois le mrite.
Geffrard n'a pas t ingrat envers l'abb Ger-
dolles. Le Concordat imposait une rforme dans
l'Eglise d'Hati, et le Clerg du moment, accabl de
griefs, ne pouvait pas donner un chef respect
I'ordre nouveau appel par toutes les consciences
honntes. Geffrard dsirait le plus grand bien dans
l'ordre spiritual, mais l il n'tait pas juge des apti-
tudes. Aussi laissa-t-il au Dlgu du Pape, Mgr
Monetti, le soin de designer les Prlats qui seraient
appels diriger les diocses d'Hati.
La moralisation du people est une euvre com-
plexe don't aucun ct ne doit tre nglig. La reli-
gion a pour instrument l'Eglise et l'cole. Le Con-
cordat n'a certes pas trouv notre pays sans religion
ni sans cole, puisque une lite avait pu le dfendre
contre toutes les convoitises du dehors -Mais cet
amour de l'indpendance qui rchauffait les mies
avait besoin d'tre entretenu par un principle vivi-
fiant, plus fort que toutes les vicissitudes possibles-





-19-


Il fallait infuser dans l'ime de la jeunesse de 1860.
si fire du sang de ses pres, ce principle de vie
spirituelle. C'est ainsi qu'il a t spcialement sti-
pul dans l'acte qu'un petit Sminaire et d'autres
coles seraient crs pour l'ducation du people.
La mise en application de l'instrument concorda-
taire adopt come moyen d'action par le chef du
Gouvernement hatien et le chef de l'Eglise Univer-
selle fut envisage, l'anne nme de l'accord. Une
provision mystrieuse a voulu que le Dlgu du
Saint-Sige, Mgr Monettlli. et pour compagnons des
religieux de la Congrgation du Saint-Esprit et du
Saint-Coeur de Marie. Les actes d'exculion furent
signs en 1861, et deux prtres que l'opinion publi-
que en Hati a dj dclars saints, les Pres Pascal
et Chenvc restrent dans le pays pour affirmer la
volonl du Pape de conqurir tout jamais Hati
i l'Eglise.
Le premier, lit le Pre Cabon, qui fut propos
come candidate l'un des nouveaux siges semble
avoir t le cur de Notre-Dame du Carmel Brest
M. du Cosquer.
Qu'il me soit permis ici une rflexion. L'arrive
de M. du Cosquer en Hati a d exercer une grande
influence sur l'esprit de Geffrard-. C'est sous Gef-
frard qu'ont l envoys l'Ecole navale de Brest
lesjeunes hatiens qui se comment Doucet, Artns
Nicolas, pour l'art nautique, et Guerrier Dessables
pour la mcanique.-Notre marine a en d'excellents
chefs, par malheur souvent ballots par les passions
politiques.
Mais, ct d'une rflexion qui m'est personnelle,il
ya une affirmation de fait.-Mgr du Cosquer,premier





-20-


Evque de l'Eglise d'Hati, a su trouver pour l'accom-
pagner dans sa nouvelle patrie une petite arme
expditionnaire sous le drapeau de la Papaut.
Un fidle disciple de Lamenais, M. Jean-Marie
Alexis Guilloux, de Plormel, tait enirevu pour
l'assister en quality de Vicaire Gnral.
Les travaux apostoliques ont ceci de particulier,
qu'ils laissent parlout (les marques ineffaables.
Le rle de Mgr du Cosquer ne devait pas tre de
longue dure.- Mais ce qu'il a fait de Fvrier
Octobre 1862 servira d'assise l'Eglise d'Hali :
bullets crant les vchs, second convention orga-
nique, annexe du concordat. Une loi de fabrique,
prpare par lui, fut ren ile excutoire par un
arrt du Prsident. A cette measure, les Chambres
ne devaient donner leur sanction que le 14 Sep-
tembre 1863.
Ce ct de son euvre offre un vif intrt l'his-
torien et l'homme d'Etat. Dans le missionnaire,
on voyait le Docteur en Droit de la Facult de
Paris, l'lve de l'Institut de Rome, l'aumnier mili-
taire. Tout cet ensemble de science et d'lgance
que prsentait dans sa personnel Testar du Cosquer
tait de caractre donner un regain de force au
Gouvernement de Geffrard, srieusement secou
par des conspirations et des rvoltes.
Ce qui nous proccupe le plus dans la tche qui
nous est confie, c'est la pntration d'esprit don't
fit preuve dans ses choix, le Premier Archevque
de Port-au-Prince. La gnration du moment tait
dj lance dans l'opposition, le Concordat tait un
des griefs, et peut-tre le plus srieux des griefs
soulevs contre le restaurateur de la Rpublique.







CHAPITRE III
Trois Flambeaux Les Ecoles des Pres,
des Fri'es et des Soeurs.



Il fallait former une jeunesse pour la pratique des
murs rclames par le Catholicisme. Des coles,
des coles lel fut le cri du moment. Par l'interven-
tion des Pres du Saint-Esprit et du Saint-Coeur de
Marie. Mgr. (du Cosquer oblint l'adhsion des Soeurs
de St-Joseph de Cluny et des Frres de l'Instruction
Chrilienne.
L'cole des Frres, le Pensionnat des Sours et le
Petit Sminaire seront trois flambeaux allums dans
le Temple difi par le Concordat. Ceux qui venaient
prendre la direction intellectuelle de notre Pays
taient des homes suprieurement prpars par
une longue pratique dans l'enseignement.
Un acte de bienfaisance accompli au seuil de leur
mission de pacificateurs allait leur assurer l'estime
de notre socit. Ils surent conduire la clmence
le President Geffrard.
Le Gnral Geffrard, dit le Pre Cabon ( p. 79)
qui nous ferons bien des emprunts, rentra le 22
Mai d'une tourne dans le Dpartement du Nord;
ds le 23 au matin, le clerg de la ville se rendit au
Palais National pour offrir ses hommages au chef
de l'Etat. Aprs l'entrevue commune, le Pre Pascal
et Mgr Guilloux sollicitrent un moment d'audience
particulire. Comme pendant la tourne du Nord,
des insurgs avaient tent la Capitale, le 25 Avril,
de s'emparer de l'arsenal, les deux prtres sollici-





-22-


trent la grce des auteurs du coup de main don't
deux taient condamns h miorl. Si l'nmnistie pleine
et entire ne fut pas accorde, In peine de mort
prononce centre les principaux coupables fut com-
mue en celle de la dtention. (1)
Les amis poliliques de Geffrard taient devenus
impuissants touffer les mcontentements dans
les hates classes de la socit.
Prosper Elie avait pous la fille di Minisire
Dufresue. et Rosembert Trmie, le commis de Lamn
Duval, tait le neveu du Capitnine adjudant-Major
Cadet Jrmie, de la Garde Nationale. Dnfresne
tait l'un des hommes les plus prestigieux de son
temps. Avant de partir pour les Gonaves en 1858,
Aim Legros lui avait offer la Prsidence, ainsi
qu'ai Gnral Paul.
L'Eglise nouvelle allait donc s'tablir dans une
priode d'agilation. Pourtant 1861 est une de nos
annes les plus fcondes.
Au mois de Juillet, l'Abb Dgrine, ancien aum-
nier de Marine et Licenci s-Lettres de la Facult

(1) Dans son onvra.e :e Lr Ranon de l'Trncl.ndance Na-
tionale, en course d'impression an journal Hat'i Commerciale
Industrielle et Agricole ( No dun samedi 28 aot 1922) Alexan-
dre Lilavois reproduit pour nous les faits de la cause : L'acte
d'accusation, dit-il, expose :
Lamy Duval n'eut qu'A voir ceux sur lesquels il avait le
droit de computer : les accuses Prosper Elio, R. A. Deslandes.
A. Germain et Rosembert Jr4niie. son commis. qu'il envoyait
appeler certain individus qu'il dnsirait initier a son complot
militaire ; Lamy Dnval n'eiit qu'A les voir nour qne le complot
ft fait entire eux et l'attentat r(solu. Il eimbacha et etrut avoir
mis de son parti deux honorables officers : le dit colonel Benoit
Narcisse, se tenant a l'arsenal du Port-an-Prince. et le capi-
taine Cadet JCrmie, adjudant Major la garde national de
cette ville *.
Le soir du dimanche 24 avril, Lamy Duval donna le signal
des conjures qui tait son apparition l'arsenal -
Lamy Duval fut arrt lundi martin 25 Avril, A l'arsenal.





-23-


de Paris, fut dsign i la Direction du Petit Smi-
naire. Mais l'ouverture des classes n'eut lieu qu'au
mois de Mai 1865. C'est deux kilomtres de la
ville, sur la proprit Twidy, que la maison d'du-
cation o nous sommes ouvrit ses portes lajeu-
nesse et l'enfance. Le premier qui entra dans cet
tablissement fut Joseph Bauger (12 Fvrier 1865 )
Mr Saints y entra dans les premiers jours d'Avril. Il
est remarqiuer que ds sa creation le Petit Sni-
naire-Collge, par son appellation, n'tait pas destin
recevoir seulement des aspirants au Sacerdoce.
Aprs Pques furent admis ceux qui ne se desti-
naicnt pas la vie ecclsiastique. Aux petits on
faisait la classes sous un palmier. Parmi eux se trou-
vait un enfant de cinq ans, Louis Elie, fils de Pros-
per Elie. Quoique ennemi de Geffrard, Prosper Elie
voyait dans le Concordat une euvre de salut pour
son pays. Prisonnier politique transport au Mle
Saint-Nicolas, c'est lui qui a signal son beau-
frre, Mr Louis liorel, l'tat d'abandon o vivaient
les habitants de cette region. Ils sont dignes de
lounges ceux-l qui, en dpit de leurs griefs poli-
tiques, savent reconnaitre l'excellence des ouvres
de progrs entreprises par leurs adversaires.
Louis Elie est mort 'Age de 71 ans. C'tait un
fin lettr, un causeur charmant. Jusque dans ses
dernires annes, il avait une estime particulire
pour ceux qui come lui ont connu les bancs du
Petit-Sminaire. C'est lui qui a attir mon attention
sur l'oeuvre de l'abb Lemyre. Les conomistes ha-
tiens ne doivent pas ignorer les plans agricoles de
ce grand an-i des classes pauvres. Le sminarisle
Louis Elie a donn son pays l'artiste Justin Ele,
l'mule d'Occilius Jeantv.




24-


Le premier lve amen au Petit Sminaire par
la vocation sacerdotale fut donc Joseph Bauger. Il
tait dj homme quand il entendit l'appel de Dieu.
Il faisait parties de la Garde Nationale, et partageait
l'enthousiasme de la jeunesse don't l'admiration
pour le Prsident Geffrard tait sans gale. Artiste,
son instrument tait la clarinette. Il aimait mon
pre, parce que mon pre avait t son chef dans
la Garde Nationale. Le jour o il eut fire la der-
nire visit son vieil ami au lit de mort, il lui dit
avec une pntrante motion : Mon Capitaine,
voici votre soldat qui vient vous administrer les
derniers sacrements.
Le monde avait voulu le retenir pour ses distinc-
tions. On rapporte-il ne l'a jamais dit lui-mme-
que pour le dtourner de l'ide de se faire prtre,
Ballhazar Inginac, l'poux de sa seur, dposa devant
lui un sac d'or. Il partit, plus rsolu que jamais de
renoncer aux avantages temporels. Le jour o il
reut la Tonsure la Cathdrale, il montra une
joie inexprimable, tandis que les jeunes filles pleu-
raient, voyant tomber sa belle chevelure sous les
ciseaux du Sacrifice.
D'autres, venant aprs lui, n'ont pas eu le courage
d'aller jusqu'au bout. Le sacerdoce a donn son
esprit une lvation qu'il n'aurait certes pas trouve
dans la vie laque. La musique d'glise a de belles
pages de lui, entire autres O Salularis.
Ceux des enrls qui se sont arrts en chemin
ont tout de mme rendu leur pays des services
signals.
Les Sours de St-Joseph de Cluny ont ouvert la
mme poque le Pensionnat Sainte-Rose de Lima
pour l'ducation chrtienne des jeunes filles.






-25


L'ouverture de l'Ecole des Frres a offert une plus
grande solennit.
Installs au milieu d'un apparel official imposant,
les Frres allaient bientt prsenter un effectif de
plus de trois cents lves.
Ils ont entrepris une uvre vraiment populaire
par une mlthode d'enseignement qui donnait vite
les rsultats les plus apprciables. Leur tablissement,
ds le dbut, prit une tell ampleur que le Gouver-
nement reconnut la ncessit de construire pour eux
un local vaste, au haut de la Rue des Casernes. Ce
fut pour Geffrard l'occasion de prouver qu'il cher-
chait i rallier ses adversaires cn leur accordant des
advantages. Rosembert Jrmie, le commis de Lamy
Duval, eut, conjointement avec son oncle, le privi-
lge de fournir l'Etat pour cette construction deux
mille barils de chaux.
Cependant les Frres ont t souvent dplacs.
Le local qu'on avait construct pour eux est devenu
quelques annes plus tard le Palais de la Chambre
des Dputs. L a t tir, le 30 Juin 1879, le coup
de revolver qui a mis en moi les reprsentants
du people, partags en deux groups, nationaux et
libraux. L s'est allum, le 4 Juillet 1888, l'incendie
qui a dispers les dputs de la 18me legislature.
Pour raconter cet vnement inexplicable, la
Chambre runie au local du Snat charge une com-
mission, don't faisait parties l'actuel narrateur, de
dire au people ce qui s'tait pass. Aprs une lon-
gue dlibration, la confusion des esprits s'est arr-
te une adresse trs court se terminant ainsi :
Citoyens, soyez calmes, nous sommes l.








CHAPITRE IV
Hospice Ste-Rosalie



Ceux qui snvent qu'en religion chaque ordre a son
appellation particulire se demandent pourquoi en
Hati le people appelle toutes les religieuses Sours
de Charit et tous les frres. Frres de Charit-Cela
provient de ce que l'nbb Guilloix, en recrutant en
France des religieux adonns au culte des mies
abandonnes de la race noire, avait l'intention de
faire avant tout une uvre de charit--Le christia-
nisme est par son origine la religion des humbles
et des dshrits de ce monde.
L'hospice Sainte-Rosalie fut cr en mme temps
que les coles issues du Concordat. L'abb Guilloux,
l'infatigable auxiliaire de Mgr du Cosquer, l'tablit
dans la petite rue qui borde au Nord la place d-
signe aujourd'hui sous le nom de Place-Louverture.
Le pristyle de cette maison basse tait en rotonde
et en briques de Nantes comme cela se voyait dans
toutes les constructions de quelque importance.
On allait Sainte-Rosalie demander une prise de
sen ou de sel come on va aujourd'hui Saint-
Franois de Sales demander une piqure, une analyse
du sang. Une de mes bonnes tantes, Cc Zma,
voisine des Sours, savait dire ma mre : Envoyez-
moi les enfants pour que je leur donne une mde-
cine. Au contact des bonnes religieuses, on deve-
nait habile dans le voisinage poser un diagnostic :
ces enfants ont la joue marbre, ils ont des vers.





-27


Pour tre tout prs de son centre (le sanl, le
vicaire-gnral alla prendre logement rue du Quar-
tier. Portait ce nom dins la rue de l'Egalit le tron-
on qui s'tend de la rue pave la rue des Caser-
nes. L se trouvait, sotus l'administration colonial,
le quarter des dragons et les casernes d'artillerie
qu'allait souvent visitor Alexandre Ption, adoles-
cent. Sous le gnral Salomoi l'ancienne residence
de Mgr Guilloux a l habite par le gnral An-
selme Prophte, cief (le la garde. C'est dans cette
maison qu'est mort Coriolan Dessources, directeur-
fondateur de l'Ecole de demi-lemps en plein air.
que le people a baptise de son nom.
En face de Mgr (uilloux se trouvait la maison
Garidol o le Prsident Geffrard faisait distribuer
gratuitement aux e l'aiils des fournitures classiques.
La mason (aridol est devenue successivement le
bureau (les Archives gnrales de la Rpublique, le
)mreiiu de la Place, le bureau du grand Prvt. C'est
aujourd'hui le bureau (e la Police.
L'incendie du 19 Mars 18GG a dtruit l'Ilospice
Sainte-Rosalie.
Je semble m'carter de mon sujet ; mais peut-on
comprendre l'oeuvre ducative des Prtres et des
Congrganistes en Hati sans suivre, mme de loin,
les vnements politiques qui ont failli tant de fois
l'entraver ?








CHAPITRE V
Insurrection de Salnave



Au mois de Mai 1865. une insurrection formidable,
ayant pour chef un ancient officer des chevau-lgers,
Sylvain Saliave, clata an Cap-liatien. Les ordres
du jour rdigs pair Demesvar Delorme enflan-
maient les esprits resserrs derr'ire les remparts
par les forces de Geffrard.
Tout enfant j'appris la mort dle deux amis de
mon pre, Vnitien dans les tirailleurs et Simon
Ganthier dans les chemises-rouges. Le Prsident Gef-
frard dit mon pre : Vous tes Jrmie ? Prenez
le commandment de la garde national de Fond
Ferrier et allez garder le Fort Lerebours .
Le fort du Portail Logne tait ainsi nomm
depuis que le Gnral Lercours, commandant de
l'arrondissement de Port-au-Prince, y avait t en-
terr. C'tait, aprs la proclamation de l'Indpen-
dance, le Fort Lamartinire parce que le hros de
la Crte--Pierrot l'avait command.
A quelque distance de l se trouvaient deux ran-
ges de chambres couvertes en tuiles: les cayes
benjamin. Dans ces chambres prenaient gite le
soir les pauvres qui revenaient des marchs publics
avec leur pitance. L'abb Guilloux savait les visitor,
et sa suite les Frres et les Sours.
Femme riche, Madame Benjamin, don't l'histoire
de la charit conserve chez nous le nom, se plaisait
fire de large aumnes. En 1865, elle tait dj





-29-


more, car aiii Morne--Tiif on rapport qu' la chute
dle l'ilmpire les voleurs ont pass nue nuit trans-
porter anns son cSI''ec;I, an cimetire de Sainte-
Anne, des sacs d'argent en billets jaunes, pris au
Palais national. Le commissaire loc Bazile, petil-
lils de I)!il, a dcouvert leur caclielte. Le cavean
dle Miadame benjamin, orn de son portrait l'huile,
est encore en bon tat la porte du mur qui spare
le cimetire ]du presbytre.
(hie vient fair ici celle tirade sur Madame Ben-
jaminn ? Je veux tout implement vous dire qute les
choses ont des rapprochements qui ne se laissent
dcouvrir qu' l'tude des petits fails. Dessalines,
Dfil, Madame Benjamin ont pass prs d'un sicle
se regarder dans un mme cimetire. A la ciute
du Librateur, Dfl a enfoui l ses restes mu-
lils. Un gendre (e Dfil, Tulan Moriet, pcheur
mort en mer, a t transport a la morgue de Ben-
jamin. Tnlan Moriel tait fils d'un pcheur de St-
Malo. C'est dans ce quarter au Gand qu'a vcu
Dfil elle-mme. Les Cayes Benjamin, aprs avoir
t l'Usine Brice, sonl aujourd'hui la Maison central
des Arts et Mtiers.
On a vu au Fort Lerebours-j'tais alors enfant-
arrter la march d'un brave. Le 12me rgiment
revenant d'une garnison Jacmiel, passait par le
portail dle Logane. Un home arm d'un long sabre
s'avance mnenaant sur le front du rgiment-C'tait
Lorian Bazile. Il n'aimait pas le 12me parce que ce
corps, ancienne demi brigade commande par P-
tion, vnrait la mmoire de son colonel. Un soldat
d( premier peleton crut devoir l'arrter coups
de pierre. Atteint aux genoux, le tmraire tomba-






-30-


Il fut transport l'hpital. Ainsi mourut. Lorian
Bazile, ce descendant des braves du Fort St-Clair
qui savaient se mesurer aux matelots de Bonaparte.
L'anne de la grande insurrection du Cap vit
s'teindre Porl-au-Prince l'abb Allo, professeur
au Petit-Sminaire. Le mme anne devaient mourir
deux membres de la Congrgation du Saint-Esprit,
le Pre Cheneyv Jacmel et le Pre Pascal Saltrou.
II est des moments o, conjugues, la disparition
des homes et la destruction des choses constituent
un dsnasre national.
C'est une de ces situations que nous avons eue en
1865 et en 1866-L'incendie du 19 Mars avait dtruit
l'cole des Soeurs et l'Hospice Sainte-Rosalie. Mais
une me sacerdotale n'est jamais dcourage par les
preuves, quelque dures qu'elles soient. Les ouvriers
de Dieu ont toujours un grand avenir dans l'esprit.
Le feu des preuves durcit l'argile qu'ils ptrissent
pour la construction de l'difice sous l'oeil du divin
architecte. Pour remonter les mes, l'ancien aum-
nier de Plormel sut trouver des resources. Appel
la charit publique par des discourse pleins d'onc-
tion, envoi de missionnaires laques dans tous les
quarters de la ville, pompeuses distributions de
prix, malgr les tristesses de l'heure, chez les Frres
et chez les Sours, tout, grce son action, remontait
le courage.
La distribution des rcompenses aux lves tait
toujours pour le vicaire gnral l'occasion de faire
appel l'amour dsintress, la vocation reli-
gieuse.










CHAPITRE VI
Le 22 I)Dcembre a coul



Geffrard avait su crer une aristocratie militaire.
Quelques noms pris au hasard tmoignent en faveur
de cette ide. Nous les inscrivons tels qu'ils se pr-
sentciit notre mmoire. St-Macary, colonel des
Tirailleurs, Bien-Aim Rivire, colonel de l'Artillerie,
Marcellus Adam, colonel de la Cavalerie, Labb,
colonel de l'Infanterie.
Un jeune home, peine sorti des classes, allait
lui-mme s'inscrire, et sa famille n'apprenait son
enrlement que par le costume trouv sous son
oreiller. Mais les mres qui se rjouissaient de voir
leurs fils portant plumes d'autruche, paulettes
ranges d'or, taient inquites la nouvelle d'une
insurrection a rprimer.
Par les femmes, les ennemis de Geffrard menaient
centre lui la plus active propaganda. Un samedi,
tandis qu'il assigeait le Cap insurg, l'meute clata
dans Port au-Prince. Un cri de dsolation: Le 22
Dcembre a coul
La jeunesse enrle dans la garde prsidentielle
tait bord de ce bateau de guerre. Au March De-
bout, la femme d'un grenadier, qui pleurait la mort
de son mari osa frapper le commandant de la Place,
Sinvil Victor, qui essayait de lui faire entendre que
la nouvelle tait fausse. Le snateur Tracy Riboul





-32-


m'apprit plus tard que, jeune aide-de-camp de Gef-
frard laiss la Capilale, il n'avait pu avec Robert
Viard et le chef du Fort Lerebours calmer que vers
le soir la foule agile.
Dans notre brochure La Paroisse Sainte-Anne ,
nous disons quel moment nous avons quitt l'ilet
de la chapelle pour aller prendre logement prs de
ta rue des Casernes. Une vague impression du mo-
ment se prcise chez l'homme devenu vieux.
Appel remplacer la Police le gnral Chevert
Heurielon nomm commandant de l'arrondissement
de Logne, mon pre eut. en 1866, s'occuper du
recrutement. L'enthousiasme commenait tomber,
car des conscrits, parmi lesquels se trouvait Turenne
Paul Jean-Jacques, invoqurent des causes d'exemp-
tion. Appel au Palais, mon pre dit au Prsident:
C'est le gnral St-Macary qui m'a remis sa liste. Le
President alors de fire cette rflexion : Mon cher,
je ne tiens pas ce que ces jeunes gens entrent
dans la court du Palais ; ils sont capable de prendre
les armes.
Le grand rveur dsenchant n'essayait plus de
vaincre la force des choses.
Le canon anglais avait fait taire au Cap la voix
de l'insurrection, d'autres tentatives naissaient pour
tre vite touffes. Mais le 22 Fvrier dans la nuit,
les tirailleurs, qui s'appelaient les fils gts du Pr-
sident Geffrard, firent feu sur le Palais National et
se rpandirent dans la ville. desarmant les postes.
L'enlvement du bureau de mon pre, peine d-
fendu par la Police, fut pour eux un jouet.-En ral-
liant le Palais national mon pre apprend au Prsi-
dent que les mutins avaicnl libr les prisonniers





-33


et qu'il n'avait trouve dans leur cellule que les gn-
raux Breior Prophte et Florvil Ilyppolite. Le
President : Allez les mettre en libert.
Epargns au Cap aprs la dfaite de l'insurrec-
tion (le 1865, ces deux prisonniers politiques avaient
t transfrs la Capitale.
L'action des tirailleurs dans la nuit du 22 Fvrier
a donn lieu mille commentaires. Nous croyons
mime avoir lu un rcit o l'on prsente l'admira-
tion de la postrit la famille Geffrard luttant con-
tre les envahisseurs. -Nous sommes de ceux'qui
croient qu'ils n'y a pas eu d'insurrection dans la
court du Palais national.- Une compagnie parties des
Casernes, rue de l'Hpital, extrmit Sud des Caser-
nes Dartiguenave actuelles, fit feu sur le Palais sans
essayer d'y enter. Elle suivit ensuite la rue du
Champ de Mars pour aller librer les prisonniers.
Le poste central de la Police, situ entire le Tribunal
civil et la rue des Casernes, fut attaqu sans bles-
sures. Rfugi dans sa cour, revolver au poing.
ayant ses cts ma mre, mon frre et moi, mon
pre ne subit personnellement aucune aggression.
Nous passmes ensuite chez Archibald Destouches.
Au bureau de la Place, rue de la Runion, Juste
Lilavois fut attaqu de la mme faon.
Geffrard refusa de croire coupables de l'action
nocturne ses fils prfrs.--Et le malin une compa-
gnie des tirailleurs, sous le commandement du capi-
taine Tibrius Zamor allait attaquer Prosper Elie
au Fort Lamarre.
Les rfugis, presque tous sans armes, furent tus,
les uns debout, les autres sous les lits de camp. Ce
fut, selon l'opinion gnrale, un crime inutile,





-34--


Geffrard devait quitter le pouvoir quelques jours
plus tard, le 13 Mars.


La chute d'un gouvernement n'entraine pas ipso
facto celle de l'autorit. Geffrard parti, une bande
se distant le people souverain alla piller au board
de mer le magasin de sa fille, Madame Nimpo
(Npomucne Cesvet ).
Les malfaiteurs arrts, les objets recueillis furent
transports au bureau central. Un enfant de la mai-
son s'tant permis d'ouvrir un flacon de dentifrice,
ce fut pour le chef l'occasion d'une sortie furiense :
J'arrte les voleurs, il ne faut pas qu'il s'en trouve
chez moi.
Il se rend au Palais ; des volontaires le couchent
en joue.--Si vous le tuez, dit J. B. Hudicourt, plu-
sieurs parmi vous tomberont. Le brave instructeur
des chasseurs le ramne chez lui : Ma cousine, ne
le laissez plus sortir.
A l'encoignure Philantrope Nol une publication
son de trompe s'arrte, accompagne de clameurs
assourdissantes. Mon pre se lve pour aller cou-
ter, Florian Brutus le voyant venir, lui fait signe de
rebrousser chemin.C'tait l'acte de son bannissement,
avec courir sus dans les 24 heures, qu'on lisait.
La priode des reprsailles tait ouverte. Loin
d'entrer au consulate, mon pre aima mieux se rfu-
gier sur son habitation, parmi les cultivateurs et les
chaux-fourniers du Morne-l'Hpital. A une dmar-
che de ma mre, Viclorin Chevallier rpondit:
Madame, je sais o est votre mari. Si je demand sa
tte on me l'apportera l'instant.






-35-

Mais sur l'intervention de Valentine Alcantar Y
Martyr, Salnave dit ma mre : Quand j'aurai t
lu Prsident votre mari sera graci, car bon nom-
bre de mes amis disent de lui beaucoup de bien.
En effet, Geffrard avait recommand au chef de la
Police d'tre plein d'gards envers les prisonniers
politiques. Quand le samedi, par example, on ap-
pelait sur le mme rang pour la ration, prvenus,
condamns, forats, mon pre disait aux victims
de la politique : Vous n'avez pas besoin de vous
prsenter, on sait que vous tes l.









CIA PITHE VII
Dsordre dains les rues,
Discipline dani s les coles.



Justifis ou non, les mconlentements qui triom-
phent ont quelque chose faire-Voil envisage la
rforme des institutions tablies. A l'occasion dl
vote de la Constitilion. le char tn d iocse eut de
srieuses inquitudes. Il crui voir une menace dans
l'article qui reconnat l'Etat un droit de surveil-
lance sur tous les tablissements d'enseignement.
Les plus mesquines tracasseries, pensait-il, pou-
vaient tre suscites aux tablissements religieux et
surtout au Petit-Sminaire College, dclar exempt
de l'inspection de l'Etat.
Pour qui connat la situation trouve en Hati
par les instituteurs appels observer les principles
du Concordat, les apprehensions de l'abb Guilloux
taient lgitimes. Les mthodistes occupaient une
large place dans l'enseignement, et un bon nombre
de families catholiques se croyaient redevables
envers eux. Geffrard n'tant plus l pour protger
les nouveaux instituteurs, la reaction politique n'ent
pas manqu (le dtruire ce qu'ils avaient dili dans
l'espace de deux annes.
A la faveur du principle de libert dans l'enseigne-
ment, jugeaient-ils, l'indiffrence en matire de reli-
gion tait assez caractrislique. Dans ma propre




-37-


famille un example peut tre offert. Mon frre ain
tait encore lourd. Sans envisager la question reli-
gieuse, on le spare de moi pour le confier quelques
jours l'cole wesleyenne, dirige par le Pasteur
Bird. De notre cour l'cole on passait par une
brche. Nous fmes runis de nouveau pour tre
amens chez les Frres de l'Instruction Chrtienne,
aprs notre premiere communion la Cathdrale.
Un autre motif tait considrer, la lutte d'in-
fluence fraichement engage entire les prtres catho-
liques et les franc-maons. Les derniers formaient
l'lite et avaient la main dans le contrle de l'ins-
truction publique.
Pour ces raisons le Vicuire gnral tenait ce que
ft respect le statut cr par le Concordat.
Rien ne fut nglig pour affirmer l'utilit des cu-
vres entreprises la faveur de ce pacte. Une premiere
distribution de prix aux lves du Petit-Sminaire
dans la cour de l'Archevch, suivie de pareilles
solennits en faveur des lves des Frres et des
Surs, valut aux congrganistes la sympathie du
public.
Les rvolutionnaires avaient cr le parti de la
socit. Et, comme par ironie, on commettait les
actes les plus rprhensibles au nom de la socit.
Un jour des va-nu-pieds, venus je ne sais d'o, en-
trent dans nos curies et dtachent deux chevaux.
En s'en allant ils font un coup de feu la barrire et
crient: Vive la socit! Mon pre a-t-il su bien r-
pondre ma question : Qu'est-ce que la socit ?
Quel est ce personnage qui prescrit le bien et fait
le mal ?
On proclame le respect du droit, mais comment
assurer le triomphe de l'honnte par exception.







En ce temps-l, chacun avait un commandement
exercer. Quiconque inspirait confiance quelques
nafs s'attribuait un rle militaire. Dcimus, de notre
voisinage, avait pu trouver un fifre, un tambour et
trois fusils-Il passait en dandinant devant un pelo-
ton improvise. Venez voir, Messieurs, s'exclama un
loustic de notre volante. Dcimus froiss laisse son
peloton dans la rue et nous pursuit jusque dans
notre cour pour procder notre arrestation. Mais
nous savions qu'il n'tait pas rellement chef. D'o
resistance -- La basque de sa unique ne fut pas m-
nage et son mouchoir rouge (1) resta dans nos
mai ns.
Pendant la revolution des cacos, l'ascendant des
Frres sur les families tait plus tendu, car leurs
lves taient plus nombreux. Ils se rendaient
compete de la conduite des lves mme au foyer
domestique. Un enfant en ge de raison avait-il
menti sur le compete d'un rptiteur, et sa mre
voulait-elle le couvrir en distant : c'est de l'enfan-
tillage......-Non, rpondait le Frre suprieur, c'est
de la perfidie. Le lendemain quand il revenait, il
trouvait le dlinquant plus sincere.
Les maitres tenaient beaucoup au bon parler
franais dans la socit des lves. Malheur celui
qui tait surprise en rcration s'exprimant en crole.
On lui mettait dans la main une mdaille de plomb
don't il cherchait se dbarrasser cote que cote
avant le renvoi de la classes. Il n'est pas bon d'tre
retenu pour faire des lignes.-L'lve surprise en faute
par un petit camarade avait toujours la loyaut de
s'avouer coupable.

(1) Le mouchoir rouge tait le signed .du couimademeut.





-39-


Nous tions gais en rcration, mais nos jeux
taient quelquefois irop bruyants. En 1869, l'Ecole
des Frres et le Ministre de l'Instruction publique
occupaient deux appartements contigus, Rue de la
Reunion. Pour prendre leur lan les lves allaient
vers le mur qui fermait la cour an Sud. La butte
poussait la chule les plus turbulents, Edmond
Bailly ne l'a jamais oubli. Il s'tait foul le poignet.
C'lait de ce ct l que se trouvait le bureau du
Ministre.
Monsieur Arclini, de mauvaise humeur un jour,
vint en personnel nous inviter aller jouer plus loin.
Non, rpondit le Frre Hyacinte Jacob (1), arm
de son fouet. Ils sont en rcration, il faut qu'ils
jouent. Ceux qui refuseront de jouer, je les battrai.
Le ministry rentra dans son carr, et le lendemain
on apprit que l'cole des Frres tait ferme.
Quelques lves privs, parmi lesquels nous comp-
tions Archibald et Alexandre Lilavois, Eugne Dou-
tre, Lebrun et Robert Geffrard, deux fils du Prsident
Salnave, furent admis suivre les course.
Le jour de la descent des cacos dans Port-au-
Prince, nous emes pleurer la moral d'un des
ntres, Jourdan, fils de Boye Muler. Il tait all au
port, parmi les volontaires et les tirailleurs, dfen-
dre le gouvernement de Salnave.
(1) N6 St Lonis du Sin(gal. Son ptire. colon franais, l'en-
voya tout jeune A Paris o il fit ses tudes jusqu' la thdologie.
Venu en Harti sur la demnande des Frres de l'Instruction
Chr griganiste, la direction des classes particulires. Il n'arriva pas
cependant au vou perptnel.
Rentrd dans le monde, Hyacinte Jacob 6pousa Marie Britan-
nique Aspil.
Fondateur d'un 6tablissement priv d'enseignement secon-
daire, il a form des homes remarquables, tels que Dants
Destouches, Duchline Ambroise, etc.












CHAPITRE VIII
Le Pre Buscail est invulnrable



Le 22 Avril 1868, une adresse parties du Trou invi-
tait Salnave prendre la dictature. Ocan Ulysse,
chef du Dpartement de l'Ouest, parcourait, sur un
cheval Baie-orange, la capital en tous sens, invitant
femmes et enfants crier aprs lui : Vive Salnave
dictateur.
La politique porte vraiment une robe rapice,
couverte d'inconsquences. C'est en brisant sous le
marteau de l'loquence le sceptre de la dictature,
que Delorme et Salnave avaient secou le Gouver-
nement de Geffrard. C'est au nom de la dictature
salvatrice cette fois que les protestataires triom-
phants, acculs leur tour. mettent le people
debout pour faire face l'ennemi. Mais, la cloche
mise en branle par les dfenseurs de l'ordre eut
des retentissements sinistres.
Le 25 Avril, Nissage Saget tire l'pe Saint-Marc;
le 28, une tentative d'insurrection Port-au Prince
met l'preuve le dvouement des officers charges
de la garde du gouvernement en l'absence de Sal-
nave qui se bat contre les cacos dans le Nord.
Ce jour l, le coup de pistolet convenu fut tir
sur la terrasse. Nous autres, enfants de la premiere





-41


communion du 2 Avril qui tions confesse l'E-
glise, nous avons cru que c'taient les lves du
Lyce qui, selon leur coutume, manifestaient en
brisant les bancs. C'tait plus grave.-Permettez-
moi de lire pour vous, Messieurs, une page de ma
brochure La Paroisse Sainte-Annie. (1)
La poudre rvolutionnaire embrase le Sud. A la
Capital on affrte des canots pour se rendre l'en-
nemi. Suspect, un soir, d'avoir essay de s'embar-
quer, Chichitle Barreau est pris et fusill dans un
dpt de carbon. Questionn sur le sort de ce vieil-
lard aim du people, le chef du port rpond froide-
ment: Il dort bien l o je l'ai mis. Il y a de ces
actes d'autorit qui, loin de fortifier, affaiblissent.
L'nergie de la defense sous Sainave a signal la
bravoure sans justifier le rgime. Peut-on dire que
le dictateur fut un mauvais chef? Il ne fut que
soldat. Port la violence par le droit de lgitime
defense, il n'a pas su mesurer ses coups. Autour de
lui tout tait obstacle, mme l'estime de ses amis.
Le sige de 1868 transform la Capitale en camp
re rancli.
Salnave avait perdu la sympathie' du clerg. Sa
prevention contre les meilleurs amis de l'antorit
avait pris naissance le jour o le cur de Saint-
Marc avait irf'us die chanter le Te Deumn l'occasion
de sou election i la Prsidence.
Sa stratgie militaire mise en dfaut dans le Nord,
Saliave rentra Port-au-Prince avec l'abb Buscail
qu'il avait nomm aumnier de l'arme. La presence


(1) Le dvouement maternel, P. 31.





-42-


(te l'ancien cur du Borgne dans l'escorte du Pr-
sident augmenta le mcontentement de Mgr Guil-
loux qui, ds le mois de Mai avait dnonc le choix
fait de lui come un acte hostile i'Eglise. Mais,
l'admiration que le people professait pour la bra-
voure du chef rejaillissait sur l'aumnier. A nous
autres, enfants fascins, on disait: Le pre Buscail
est invulnrable. Quand il voit venir le boulet il lve
les triers pour le laisser passer. Et nous le rp-
tions gaiement. Le sort de l'aumnier sera d'tre
arrt la suite de Salnave vaincu et d'tre fusill
la Croix-des-Bouquets, tandis que l'on conduira
son chef au poteau rouge sur les ruines du Palais
National.
L'occupation de Ption-Ville par les cacos avait
fait du chemin de Lalue une route militaire seme de
dangers. Sur cette route se trouvaient l'cole des
Seurs et le Petit Sminaire. Les cacos savaient des-
cendre jusqu'a St-Amand la courbe du Gros-Morne
pour attaquer les forces gouvernementales.-Une
nuit, avec la complicity de la Havine Pintade, des
claireurs poussrent l'audace jusqu' visited les
deux tablissements. La Ravine Pintade part de Saint
Amand pour s'arrter au point de jonction de Lalue
et du Poste Marchand.
L'vacuation des deux tablissements fut officielle-
ment dcide. Le Gouvernement dsigna anx Soeurs
la maison Bellegarde, une des plus grandes cons_
tructions de la Ville de Port-au-Prince, mais elles
acceptrent de prfrence l'hospitalit que leur offrit
l'Archevch le vicaire gnral. Mgr Guilloux
rserva pour les prtres interns la Capitale la
maison Bellegarde.





-43-


Cet difice, construit en bois durs du pays, ap-
partient l'Histoire par plus d'un vnement. L fut
tue d'un coup de fusil Cora Geffrard, la fille du
restaurateur de la Rpublique. Trois fois cette mai-
son a servi de sige au Sn t, une fois an Tribunal
de Cassation.
C'est l qu'en 1869 le Snateur Glin Hyppolite a
rpondu avec hauteur au Prsident Salnave qui
s'tait prsenl en personnel la sance pour influen-
cer le vote. Arrlt quelque temps aprs comme cons-
pirateur, Glin Hyppolite mourut en prison avec
Blanc Chaulel, le jour du dbarquement des cacos
Port-au-Prince. La maison Bellegarde a servi de
residence h deux chefs d'Elat, Boisrond Canal et
Salomon. C'est l que lut attaqu, dans la soire du
3 Octobre 1879, le gouvernement provisoire Lamo-
the-lriss. La constituante de 1888 reut l le ser-
ment de Lgitime, lu Prsident d'Hati.-Aujour-
d'hui la maison Bellegarde sert de local l'Ecole
National de Droit.
Durant le sige de Porl-au-Prince, Ption Faubert
occupait Plion-Ville oif il faisait des prodiges de
valeur. Passant par le Canap Vert, Vil Lubin, com-
mandant de l'arrondissement, parvint gagner une
minence o il construisit une redoute qu'il baptisa
du nom de Fort Repouss. Le feu de cette redoute
dtermina l'vacuation de Ption-Ville et de tous les
postes investissant la Capitale. La retraite de Ption-
Ville est un fait d'armes remarquable.-Pour rejoin-
l'arme du Sud, Ption Faubert passa sous le Fort
Repouss, gagna le carrefour Laboul, Boutilier et
Fourmi. Salnave clbra son triomphe Ption-
Ville mme.









CHAPITRE IX
Le jeune Sminaire dans l'Ancien
Port-au-Prince



Le Petit Sminaire avait perdu la moiti de ses
lves. Quinze jours aprs la retraite des cacos, les
professeurs furent invits remonter Lalue.-a'Mais
le peu de temps pass en ville leur avait montr les
avantages d'un externat.--Ils prirent leur compete
une maison de la rue des Casernes o ils restrent
jusqu'au mois de Janvier 1869.
Dans cette maison occupe plus tard par la Lga-
tion de France fut recueilli avec sa femme, le 16
Avril 1876, le Prsident Michel Domingue bless.
Au mois de Janvier 1869 le Petit Sminaire en d-
veloppement fut log l'Archevch que les Soeurs
avaient quitt le 2 Novembre prcdent.
Une satisfaction bien grande tait rserve au
ceur de l'Abb Guilloux : huit sminaristes allaient
recevoir la sainte ordination.-Pour la conscration
definitive ils partirent pour les miles, accompagns du
Pre Franois, cur de Ption-Ville.
Le cur de Ption-Ville est come un primat.-II
occupe la premiere maison qui a t btie en Hati
pour loger le Sminaire.-La saintet des Pres Pas-
cal et Cheney reflte sur lui.-Sa demeure est l'asile
des Pres du Saint-Esprit appels au repos par les
fatigues de l'enseignement ou du ministre sacer-
dotal.





-45-


Aujourd'hui Port-au-Prince s'allonge visiblement
vers Ption-Ville pour l'embrasser enfin comme Pa-
ris embrasse Passv. Bientt l'avenue de Lalue et la
rue du grand Saint Pierre ne formeront qu'une voie
comme en France l'avenue de Neuillv n'est que le
prolongement de l'avenue de la Grande Arme. Es-
prons que la gnration qui suivra la ntre appr-
ciera ici la persvrance tenace de la pense reli-
gieuse qui a fait naitre ce movement de fusion.
Mon rudit collgue Candelon Rigaud, ancien
lve du Petit Sminaire Collge Saint-Martial, m'a
prcd dans cette voie prophtique. N'est-ce pas
lui qui nous a montr un Sminariste de la premiere
here, Mombrun Elie, frre an de Louis, montant
en voiture Ption-Ville sur une route seme de
fondrires ?
Comme le semeur qui tient en reserve quelques
grains dans sa sacoche, l'abb Guilloux devait gar-
der pour l'enseignement dans son cole ceux des
jeufies ecclsiastiques qui lui paraissaient les plus
aptes i cette t(che.
Les vnements politiques se poursuivaient. Le
canon tonnait sur terre et sur mer. Sous le feu d'un
seul bateau de Salnave, l'Alexandre Ption, nous
voyons sombrer les deux bateaux des cacos. A Port-
au-Prince la joie fut dlirante sur le passage des
triomphateurs. Le chef des volontaires se surnom-
mait lui-mme Gnral Invincible. Il tait fier sous
son habit carr boutons d'or.
A ce moment on recevait la nouvelle de la mort
en France, de Mgr Testai du Cosquer.
Voil un vnement qui compete dans notre his-
toire, Mgr Martial Testar du Cosquer n'est pas mort





-46-


en harmonie avec le Pouvoir. On l'avait frapp de
rvocation pour avoir abandonn son poste. Le Gou-
vernement a-t-il le droit de rvoquer un vque ?
Sans donner une solution cette question irritante
porte dans la chaire sacre par le Vicaire gnral,
la mort de l'Archevque fut le dnouement d'une
situation.
C'est la mort d'un grand homme qu'on pense
mesurer avec quit son uvre. Appel une cons-
truction destine dfier les sicles, l'Evque du
Concordat s'est trouv sur un terrain accident.
Aprs avoir pos des assises solides, il s'en est all,
us par la forte tension de sa pense. Lgislateur
apostolique, il occupe dans la priode cratrice du
Coneordat une place qui ne lui sera jamais dispute.
Le fondateur du Petit-Sminaire Collge St-Martial
n'a pas eu sans doute, autant que son Vicaire gn-
ral, l'avantage de faire apprcier chez lui le zle infa-
tigable du Mtropolitain.Mais il a su, par des qualits
rares, exercer sur l'esprit du rformateur hatien la
magie qui entrane. L'instruction populaire et l'orga-
nisation de la defense national, voil deux choses
don't il a reconnu le besoin en arrivant chez nous.
Il est des rencontres qui donnent au temps cer-
tains reliefs que, seuls, peuvent reproduire les t-
moins qu'elles ont impressionns.
La presence sur la scne, au mme moment, de
l'ancien chef de l'Etat Major de l'Empire et du cur
de Notre-Dame du Carmel Brest, devait fire du
Gouvernement de Geffrard une priode de luxe et de
grandeur. Frdric Marcelin a pu nous montrer la
rivalit de ces deux personnages qui n'entendaient
point se laisser surpasser.












CHAPITRE XXIII


Rimes pontificales





Celui qui, le 18 Janvier 1872, avait fait signer
son clerg une adresse de soumission et de dvoue-
ment au Souverain Pontife pouvait seul tre notre
chef l'heure des protestations contre les violence et
les sacrilges exercs sur les droits du Saint-Sige. A
l'arrive Port-au-Prince de Mgr Cochia, dlgu
du Chef de la Chrtient, de belles manifestations
de fidlit an Pape l'accueillirent. Mais la voix
des fidles, quelque unanime qu'elle ft, ne suffisait
pas pour exprimer la volont de la nation. Il fallait
encore une leve dans la jeunesse des coles. Le 21
Juin 1877, il y eut une sance littraire au Petit
Sminaire en l'honneur de Pie IX. Je sollicite de
votre bienveillance la permission de montrer la
petite place que j'ai occupe dans cette manifesta-
tion de filiale sympathie. C'est l'cho de soixante an-
nes qui se rpercute ici.





-98-


LE SOUVERAIN PONTIFE

Dans la Rome chrtienne un vieillard vnrable
Agite dans ses mains le flambeau de la foi.
Des esprits infernaux l'impit6 l'accable.
II se rit de leur rage et reste sans effroi.


Mprisant des humans les gloires 6phmres,
Au pied des saints autels il va se prosterner,
Dirigeant vers les cieux ses voeux et ses prices.
Repassant dans son coSir l'univers tout entier.


Autour de son palais les armes retentissent,
Les puissants contre lui font 6clater leur voix
* Qu'il meure ce prdlat, que ses vieux jours finissent
Disent ces insenss Allons le mettre en croix.


Sur le sige de Pierre assis dans l'esprance.
Il attend du Seigneur le tout puissant secours,
Et de ses ennemis bravant la violence,
Il veille sur l'Eglise et la conduit toujours.


Ainsi quand le vaisseau sur l'ocan qni gronde
S'lance a pleine voile travers les dangers,
Le pilote attentif au movement de l'onde,
Observe les eueils, s'Aloigne des rochers.


Mais soudain dans les airs il remarque un nuage
Qui s'amoncelle au loin, qui s'abaisse et s'tend,
Apportant dans ses flanns un redoutable orange,
Il prvoit le danger, en silence il l'attend.


Tel aussi le Saint-Pre au milieu des impies
Soutient le gouvernail de l'ternel vaisseau.
Car Dieu rpand sur lui ses bonts infinies.
Il ne faillira point, mme au bord du tombeau.







Snr les solumets neigePlx et tout couverts de glace,
Comme dans les pays que brale le soleil.
Il envoie un pasteur qui doit parler de grce
Aux enfants de la terre et leur montrer le ciel..

Et toi. reine tdes ers, le trop fortune,
Oe pontiff tr voit et cherihe ton salut.
Sur ton sol il 51ig'nue, faltri bien aime,
Un pr'lat qui s'attache an bonheur qui t'est d.

A l'ombre i u drapeau que porter le Saint-Pre
Marchons, marchons, aiuis, en Criant hautement :
0 peuples, respected l'Eglise note inBre,
Car le Pape est son chef et Dieu son fondienient.
JE R MIE
Petit 8i4tinaire Collige Saint-Martial 1877.

Celte expansion du cour sous la plume d'un lve
parvint an Saint-Pre qui envoya a l'autcur la bn.
diction apostolique.
Quelques jours aprs la sance, Mgr Guilloux par-
tait pour l'Europe. Le maiin du 22 Octobre, il fit
appeler auprs de lui l'Archevch les lves du
Petil Sminaire pour leur donner lecture de la r-
ponse du Saint-Pre a leur adresse remise Mgr
Cochia en Juin precdent. Le soir, il remonta, afin
de s'y reposer, la proprit de Mr. Surville Guer-
cy. Sur celle proprit devait tre blie un jour
l'Eglise du Sacr-Coeur de Turgeau.
Mgr Guilloux tait trop expriment dans l'art de
gagner les Ames pour ne pas reconnatre le pouvoir
du chant dans l'Eglise. Au milieu de l'agitation cre
par la double question du baptme et du marriage
civil, il pensa un recueil de antiques pour les dio-
cses d'Hati, avec le concours du P. Lang, profes-
seur de musique au Petit Sminaire.


-99-





-100-


Le 7 Fvrier 1878, mourait Rome Pie IX. Trois
services solennels furent consacrs pleurer l'im-
mortel signataire du Concordat. Le grand Pape avait
dress autour de notre Indpendance un rampart de
nature fortifier la ceinture des armes. La protec-
lion d'Hati par le Concordat fera l'objet d'une tude
spciale.
Mais, retenons ds present qu' l'audience du 21
Septembre au Vatican, Mgr Guilloux obtint du Nou-
veau Pape Lon XIII, la promnesse qu'il interviendrait
par voie diplomatique i l'effet d'obtenir pour l'Eglise
d'Hati la libert garantie par le Concordat.
Il visit Lourdes, la cit mariale par excellence.
Jusqu' sa mort, Mgr Gutilloux se 'licitait d'avoir
introduit liati dans les villes de plerinage. Le
Graud Sminaire de Tarbes reut aussi sa visit en
1878. Lourdes, la petite ville du Bigore, gardait en-
core celte poque son caraclrte paysannesque.
---De Tarbes on y allait le dimanche dans la neige.-
Le chef-lieu du Dparlement des Hautes Pyrnes
'aimait conime sa fille de predilection. (1)




(1) L'aunne dernire. M~r Gerlier. Ivque de Tarbes et Lour-
des, a t appel6 au sige archipisoopal de Lyon en room-
pense de ses grands travatx.
Cette promotion a fait de lui le primat des (Gaules.
C'est nu fils des PyrBnes qui a mis fin a, la grande guerre
de 1914-1918 en donnant la victoire il la Fr n, sa patrie. Quand
ou voit, la state de Foch sur un1 cheval l'allure simple, sans
apparenne. iartiale, ou se demand pourquoi le fondeur de
bronze n'a pas mis le iMarechal sur un cheval fcugueux com-
tue celui de Napok'ou aer;sant lenunemi. Cela n'eut pas 6td
conforme la vrit Tarlhes a sa caserne e e cavalerie et l
les chevaux sont de la renouiiuie a sornn, pour lui, Foch tait un home de foi
greuant son chapelet.







CHAPITRE X
Tirailleurs centre Garde-Nationale

Les hommes de mon ge se rappellent le temps o
les officers les plus chics allaient, la semaine
sainte, monter la garde du tombeau. Aux ftes de
l'Eglise, l'arme rehaussait par sa presence les cr-
monies religieuses. Le temporel et le spiritual se
payaient de retour. L'Etal-Major prsidentiel et
l'escorte des hauts grads variaient leurs costumes
selon les vnements commmorer. Pantalon
blanc et bottes l'cuyre le 22 Dcembre, panta-
lon rouge le 15 Janvier.
Un des mrites de Geffrard est d'avoir su attacher
son gouvernement deux forces enemies: la garden
national et la troupe solde. L'une veille autour
des droits du people, l'autre est arme pour la defense
du principle d'autorit qu'incarne l'Excutif. Geffrard
sentait qu'il se devait lui-mme, en sa quality d'an-
cien chef d'Etat-Major, de prouver qu'il avait un
idal militaire et qu'il pouvait le raliser. Il devait
aussi quelque chose la garde national qui l'avait
aid monster au pouvoir.
Au soir du 14 au 15 Janvier 1859. mon pre dit
ma mre: Si vous entendez du bruit cette nuit sovez
sans inquitude, c'est le Prsident Geffrard qui
entire. La garde national avait ouvert l'adversaire
de Faustin 1er les portes de la ville.
Mais il est de tradition dans la vie militaire que
la troupe rgulire voit dans la garden citoyenne un
corps qui porte les armes par faveur et qui ne peut
pas soutenir une action srieuse.
Sous Geffrard, la garde national, commande par







le colonel Bance, tait vraiment l'lite sous les armes.
Plion Faubert, fier de ses tirailleurs, tenait infliger
une leon ce corps don't les prtentions grandis-
saient. Un jour dle fte, l'occasion s'offrit pour lui de
prouver qu'il avait en main la vraie force. L'arme
tait en ligne de bataille devant la Cathdrale o le
chef de l'Elat venait d'entrer. Au mme moment
arrivait la garde national par la rue des Miracles
sous la gueule des canons.-Ption Faubert com-
mande la salve prsidentielle. Surprise dans un
tourbillon de fume, la garde national recule en
dsordre et gagne les galleries. Un jeune officer
sensible l'honneur vengera de ce traitement dis-
courtois son colonel dji atteint par l'ge. Thophile
Martin lance un cartel a Plion Faubert. Les forma-
litls requires rgulirement constates. la rencontre,
carabine Minier dix pas de distance, devait avoir
lieu au Palan-Jeunes Gens. Le Prsident Geffrard
fut oblig d'intervenir pour empcher le duel.
La discipline des tirailleurs tait extrmement
svre. Un jour, un fonctionnaire haut plac se pr-
sente an Palais, mprise la consigne, carte le fusil
du factionnaire et passe. Le soldat fait feu, on
l'envoie au cachot. Il sera consol cependant de
s'entendre dire par le Gnral Geffrard : On ne vous
punit pas pour avoir tir mais pour avoir manqu.
Chacun de ces fils du Prsident tenait fair va-
loir sa reputation de bravoure. Au chemin do Lalue,
Murat Labissire essuie en querelle prive le feu d'un
adversaire maladroit.-Il roule en tirailleur,saute sur
le person trois mtres du sol, prend son adversaire
au colet et le terrasse. Plus tard, au barreau, on
n'osera jamais son gard une allusion blessante.











CHAPITRE XXIV


Mort de Geffrard




La mort du Prsident Geffrard la Jamaque fut
un deuil pour la jeunesse scolaire hatienne.-Les
deux signataires de l'Acte, la fois diplomatique et
religieux d'Hati, Pie IX et Geffrard, sont morts la
mme anne, a dix mois d'intervalle, l'un le 7 F-
vrier 1878. l'autre le 31 Dcembre.
Aprs dix annes d'exil le Prsident Geffrard tait
venu pour voir ses oeuvres en plein dveloppe-
ment.-Dans noire grande cour de rcration, il avait
adress la parole il la nouvelle gnration alligne
devant lui. Autour du fondateur, nos maitres, tous
nouveaux, contemplaient cette tte vnrable qui
avait conu la puissante organisation de l'enseigne-
ment congrganiste en Hati.
Il est retourn la Jamaque plus tt qu'il ne pen-
sait.-Un soir qu'il tait en visit chez Rgnard R-
gnier, rue Bonne-Foi, une dtonation a proximity de
la mason de son ami l'inquita. Un attentat fut
vite suppos.
Deux ans aprs, le jeune home qui avait lanc
le ptard avoua qu'il ne savait pas Geffrard dans le





-102-


quarter quand il a donn le signal un camarade
qui l'attendait pour une promenade. Ainsi s'va-
nouit la lgende que Geffrard est all mourir sur la
terre trangre parce que ses concitoyens ne pou-
vaient souffrir sa presence, au souvenir de ses fautes
au pouvoir.
La prosprit des coles congrganistes tait gran-
de. A Port-au-Prince, l'Inspection scolaire menace
fit appeler une fois la police pour la protger contre
ceux qui voulaient recevoir des cartes d'admission
chez les Frres, alors que les Frres eux-mmes
avaient dclar qu'il n'y avait plus de place chez eux.
Cependant, un journal ennemi demand la sup-
pression de l'cole des Frres et des trente bourses
accordes au Petit Sminaire Collge.
Pour justifier une measure prise contre le Direc-
teur du Lyce, le Secrtaire d'Etat des Cultes et de
l'Instruction Publique publia son rapport au Prsi-
dent :
Au Petit Sminaire, tout prs du Lyce, dans un
local magnifique, disait-il, un enseignement qui est
en progrs d'anne en anne, est distribu 318 l-
ves, et le Petit Sminaire cote au Trsor moins de
12.000 piastres par an.
Au Lyce National, au contraire, l'ducation
d'une centaine d'lves mal logs, mal surveills,
mal instruits, mal tenus et mal nourris dans un local
pitoyable, cole 40.000 piastres au Trsor public.










CHAPITRE XII
En avant, Gasparites



.I'ai couru sans fatigue travers les vnements.
Mais, mon expos, Messieurs, a di vous fatigue.
Ce serait cependant tromper votre attente que de
ne pas vous montrer la forte tension qu'a rencontre
le Concordat au moment o il venait prendre place
dans l'organisme de notre triple vie social, reli-
gieuse el politique.
Un clerg infrieur i sa mission dirigeait les cons-
ciences, le protestantisme s'insinuait dans les loges
pour s'emparer (des esprits; l'Etat, se sentant menac
dans ses privileges, prenait mfiance contre l'expan-
sion de son oxnvre.
Cette ouvre, d'un caractre gnral, devait tre
allirme dans la luttlle, au milieu de mille boulever-
sements peut-tre justifis par la faute des homes
au pouvoir.
L'Evque Italien Simonetti avait reu dn Saint-
Pre la mission de s'entendre Paris avec le Sup-
rieur gnral de la Congrgation du Saint-Esprit sur
le choix des prtres envoyer en Iati pour l'ex-
cution du Concordal.
Ds 1860 on a vu deux prtres de cette congrga-
tion accompagner le missionnaire du Pape dans son
premier voyage en Hali. Lorsque le premier Arche-
vque choisi s'est adress au Suprieur gnral, il a





-54-


t heureux d'entendre que des prtres bretons d'un
dvouement toute preuve seraient prts l'ac-
compagner.
Nous pouvons dire que la sainte croisade don't
nous avons salu l'arrive en 1864 a eu pour clai-
reurs deux pres du Saint-Esprit venus avant elle
dans notre pays, les Pres Pascal et Cheney.-Ils
ont eu les premiers rtablir dans l'ordre les pro-
cessions et le culte des images. Les anciens curs
avaient favoris bien des costumes rprhensibles.
Ils avaient des partisans leur suite.
Dans son ouvrage : Notice sur l'histoire de l'E-
glise de Port-au-Prince , le P. Pouplard nous mon-
tre prts se battre les partisans du P. Gaspard et
ceux du P. Marion. Le chansonnier crole Ferdi-
nand les met en jeu:
En avant, Gasparites,
Chassez, dcroisez, Marionnettes.
Les crmonies de la semaine sainte, si mouvan-
tes par elles-mmes, excitaient dans quelques pa-
roisses, par des representations thtrales, la sensi-
bilit populaire. N'a-t-on pas vu un Vendredi saint,
dans un tre vivant, Jsus portant sa croix. Des sol-
dats, casque au front, sous de grands manleaux,
foncent sur lui, lance aux poings. Les femmes tom-
bent vanouies.
Le P. Pascal eut rformer cela. Certain tableaux
furent condamns, certain autres, d'un caractre
local pourtant, furent tolrs. Les essais de l'art
furent mme encourages. Entrons dans la chapelle.
Ici un jeune peintre hatien traduit en une toile
expressive son admiration pour une personnel brune,
Melle C. P. qui il attribue le rle de Notre-Dame






-55-


de la Merci, Rdemptrice des captifs. Les lves de
Colbert Lochard : Mathieux, Jeancontre, Rigaud
sollicitent la faveur d'exposer leurs ouvres dans le
lieu saint. Jusqu'au jour de la demolition de la cha-
pelle Ste-Anne, un tableau de Ducis Viard,St-Joseph,
figurait prs du calvaire, c6t de l'Evangile.
L'Eglise est la maitresse des arts.-Elle adapte
son enseignement esthtique au gnie des peuples
et des races. A measure qu' sa suite la civilisation
s'implante dans les contres elle lve jusqu' elle
les conceptions en usage el fait que ce qui est nou-
veau rvle ce qu'il y a de mieux dans les tendances
innes. Elle purifie les gots en exigeant que les pro-
ductions de l'esprit soient conformes la doctrine
du christianisme.
Pour s'opposer la reforme de 1864, des prtres
justement menacs attaquent leurs suprieurs et
conspirent contre la personnel du Chef de l'Etat.
C'tait le feu dans la mason.
Les rebelles dnonaient les Pres du Saint-Esprit
comme des prtres allilis aux Jsuites.-La con-
naissance des murs du pays donnait aux accusa-
teurs un certain credit, tandis que les jeunes prtres,
encore inexpriments, avaient tudier le milieu
pour leur propre orientation.








CHAPITRE XIII
Le Morne--Tui-,bastion du Protestantisme


Le Petit Sminaire Collge Saint-Martial, le Pen-
sionnat Sainte-Rose de Lima et l'cole des Frres de
l'Instruction Chrtienne tmoignaient en faveur du
Concordat.-Mais une lutte d'un nouveau genre tait
entreprendre. Le terrain de rencontre fut le Mor-
ne--Tuf.
Le Morne--Tuf tait le quarter (des loges et du
culte protestant. L se trouvaient le 'Mont-Liban, l'E-
toile d'Hati, l'Amiti des Frres runis et les Curs-
Unis. L aussi se trouvaient l'Eglise wesleyenne, la
Trinit, l'Eglise Baptiste et l'Eglise Saint-Pierre. Et,
ce qu'il y a de plus signilicalif, chaque maison pro-
testante tait un lieu de runion o l'on commentait
l'Evangile.
Pour affaiblir le protestantisme et la maonnerie,
Mgr Guilloux tablit son centre d'action dans la
chapelle du cimetire de Sainte-Anne.
Il brandit le catchisme. -Il tait Lu matre de
grande envergure dans l'art d'enseigner la vrit.
L'ancien aumnier de Plormel avait-il le pressen-
timent qu'un jour 2000 lieues de sa patrie il aurait
exercer le ministre des mes. Appel commen-
ter le petit manuel crit notre intention par Mgr
Testai du Cosquer, il avait dans la voix et dans le
geste une douceur apostolique qui faisait de lui un
Saint Franois de Sales. IL avait pris l'aumnerie de
notre chapelle pour donner plus d'cho l'ensei-





-57-

gnement catholique. Au son timide de la petite clo
che de noire ncropole, les enfants sortaient de
tous cts pour se rendre i la classes du Pre. Toutes
les petites coles.--Elles taient routes mixtes-se
rendaient en bon ordre et par file l'appel. Les
matres protestants eux-mmes, se soumettant au
signal donn, envoyaient leurs lves au cat-
chisme.
Etes-vous chrtien ?-Oui je suis chrtien par la
grce de Dieu.- Qu'est-ce qu'un chrtien ? -- C'est
celui qui, avant t baptism, croit et professe la doc-
trine de Notre Scigneur Jsus-Christ.
La science du Dr. en thologie projetait dans
notre entendement d'autant plus de lumire qu'il
avait ouvert son course par cette invocation :
Esprit-Saint, descendez en nons.-Enseignez-nous
la divine sagesse. Seule, elle peut nous conduire au
bonheur.
C'est le chant dle la jeunesse, le chant de l'ge
mur, le chant de la vieillesse. Le temps, qui efface
tant de souvenirs, respect les impressions profon-
des que laisse en nous quand elle passe dans nos
mes la parole de Dieu. Les grades personnel
n'allaient pas sans doute au course special qui se
faisait pour nous ; mais nous tions des propaga-
teurs de l'enseignement catholique. L'Esprit Sainid
jet aux chos par des voix enfantines retentissait
par les rues, sur les galleries et dans les course.
Mais, nous dira-t-on, pourquoi ce changement
tardif au Morne--Tuf que certain auteurs nous
prsentent come la cit universitaire d'un temps
assez recul ? Cela s'explique d'une faon fort sim-
ple. L'immigration amricaine n'est pas reste sans





-58-


effet en Hati. Tandis que l'Etat envoyait Drouil-
lard et au Bois Jhones les immigrants destins la
culture du coton, il crait la capital pour les plus
clairs un centre special que le people a vite d-
nomm bourg anglais. Ce centre intellectual s'ten-
dait de la rue Pentivre au parc de la cavalerie
(Parc Leconte) Coup en deux scantes par la rue
de la Runion, le Bourg Anglais s'arrtait l'Est
150 pieds de la rue de l'Egalit, et l'Ouesl, gale
distance de la rue de la Rvolution. Le sige prin-
cipal des pasteurs protestants tait donc l'extr-
mit Sud de la Rue de la Runion. L se voyaient
installs avec leurs families les Jackson, les Jacsin,
les Cook, les Day, les Jones, les Horton. On tait
attir dans leur voisinage par le son de l'harmonium.
Mais, malgr l'admiration qu'on avait pour eux
cause de leur correction et de leur conduite, on
tait retenu par la difference de langue. Leurs pr-
dications se faisaient en anglais.
Sur les emplacements eux donns ils plantaient
surtout le sapotiller. Etait-ce par calcul ou par un
effet de la nature du terroir? Il est remarquer
toutefois que la zone des sapotillers s'tend de Bien-
Aim Rivire au Bois de Chne, l'Ecole des Arts et
Mtiers sur le rivage de la mer.
Lorsque le Pre Simonet, suprieur des Pres du
Saint-Esprit, aura se fixer demeure au Morne--
Tuf, c'est au centre du protestantisme, au Bourg
Anglais, qu'il posera son presbytre come une
forteresse. Qu'elle tmrit I1 Vouloir reconqurir
la place au moment o bien des siens faisaient d-
fection, n'tait-ce pas dans l'Eglise catholique, ten-
ter une victoire impossible ?





-59-


Malgr cette figure de style, on peut dire que
nous n'avons pas eu alors une guerre de religion.
Hali, dii Frdric Marcelin, est catholique dans
son absolue majority Mais l'indiffrence de l'lite
en matire de religion jette dans l'esprit de la masse
un vague o toute precision demeure introuvable.
C'est ici que l'incroyance prend racine et se fortified.
Le rle des homes avancs ne consiste pas se
garder de toute croyance grossire ; il consiste plu-
tt prcher d'exemple en pratiquant une morale
pure, en se soumettant au divin commandement ;
soyez parfaits. S'il existe rellement nue loi de la
majority, c'est celle qui veut que l'ensemble s'lve
par la foi et par l'amour.
Vous savez, Messieurs, comment fut ferme, au
dclin du gouvernement de Sainave, l'cole des
Frres de l'instruction chirtienne. Le Petit Sminai-
re a eu, vers la mme poque de bien dures
preuves. Son personnel fut rduit faire appel
la charity publique. Charges de prcher l'Avent de
1869, les professeure faisaieni, aprs chaque ins-
truction, la qute pour entretenir l'ouvre de l'Ar-
chevch.
Oblig de passer en France pour raison de sant,
le directeur, Mgr. libault, laissa ses functions au
Vicaire gnral. Assumer des responsabilits dans
les moments les plus critiques tait come un be-
soin de l'me chez l'ancien aumnier de Sainte
Anne. Sous son hI bile direction le nombre des l-
ves passa de 50 80.
Qu'il me soit permis de former ici, Messieurs, la
premiere phase de la vie du Petit Sminaire Collge
Saint-Martial. Cela cadre bien avec mes souvenirs.










CHAPITRE XIV
Le Petit Sminaire au Fort Thomas
-~-~E--r---.-


Aprs avoir suivi dans nue petite chapelle presque
rustique le course de catchisme lmentaire du sa-
vaut matre, j'allais dans sa propre residence, trans-
forme en maison d'cole, suivre un programme
qui devait me conduire aux humanits.
11 est peut-tre dans la destine de chacun dte nous
d'tre le dbiteur d'un hounmie trop haut plac pour
s'apercevoir dc ce qui lui est d. La reconnaissance
alors levient plus profonde chez l'oblig et dure
toute la vie.
Un ami bien plus jeune que moi me disait Un jour:
J'admire votre amour pour vote paroisse de nais-
sance. On peut augmenter l'amour dans une me.
Mgr. Guilloux l'a faith chez des milliers d'mes. Ho-
nor du privilege de donner la confirmation avant
son) lvtlion l'Episcopal, c'est Sainte Anne qu'il
est all pour la premiere 'ois imposer les mains, et
c'est celte occasion qu'il a rig notre chapelle en
Eglise paroissiale.
Amen par ma mre au Petit Sminaire Saint-
Martial le ler lundi de fvrier 1870, j'ai eu limpres-
sion d'tre dans un bosquet. L'alle borde de lys
parfums que soutiennent des barricades lgres,
l'oiseau mouche buvant au calice des fleurs, le ros-
signol vous attendant d'un air taquin sur la rampe




-61-


du pristyle, sr que vous ne l'attraperez pas, tout
cela me remet la srnit perdue durant la guerre
sous Salnave.
Nos jouets n'allaient plus consister en attirail mt'.
litaire. Plus de bonds vertigineux par dessus la haie
de campclies comme si nous tions des maraudeurs.
Nous n'allions pas cesser cependant d'tre des en-
fants Les hommes de sciences le reconnaissent : la
nature ne procde pas par bond. Nous allions ac-
qurir un peu plus de sagesse sous l'action de la
discipline. Alh voil un mot double sens. La dis-
cipline militaire est arbitraire et dure, tandis que
la discipline scolaire est douce et paternelle. L'une
s'exerce dans l'intrt de l'ordre et de la paix.,
l'autre dirige la volont vers toutes les conqutes
possibles de l'esprit.
Pour une bille.chasse du cercle par un coup de
main trop avanc, pour une taillade faite mcham-
ment la toupie bariole qui dort avec lgance
en ronflant, on se querellait, quite a se rconcilier
une minute aprs Mais, la loi du plus fort tant
la meilleure, nos maitres essayaient, dans la measure
du possible, de corriger cette injustice par la tutelle
des plus gs sur les plus petits. Mon frre et moi
nous fmes placs sous la protection d'Auguste
Demeuran Il arrivait souvent que les protecteurs,
loin de rester dans leur rle de juges, se querel-
laient entire eux. D'o une augmentation de souci
chez les matres.
Mon frre et moi, nous tions srs de la protection
gnrale, car le quarter d'o nous venions nous
permettait, dans la bonne saison, de nous prsenter
chaque matin les poches pleines de pches bien
mres.




-62-


Je caressais surtout Auguste Clesca. Il tait char-
ge de sonner la cloc 'e pour announcer Ia fin de la
rcration, la rentre, l'tude et l'ouverture des clas-
ses. C'tait l'occasion de me retrouver f Sainte-
A:ne o l'enfant de chaur savait me passer la corde
pour appeler les fidles a l'office. Le sonneur est un
chef, car il exerce un cormnmntIdement.
Nos matres avaient une idee trop nette de l'du-
cation pour ngliger le sport dans leur enseigne-
ment. Aussi, nous a-t-il permits de montrer que
nous tions forts en quitation. Une aprs-midi les
Pres virent venir un cavalier, fier de sa cravache
et de ses perons. C'tait moi. A peine avais-je mis
pied terre que des pensionnaires montaient en
selle leur tour. Vers 5 heures, je rentrais la mai-
son, content de ma promenade et de l'admiration
don't j'avais t l'objet. Mon pre tait plus joyeux
que moi I Qu'a dit le Pre Suprieur ? -Voil un beau
cheval.
On "ttendait sans ennui l'heure le la rcration.
On s'apprtait sealement tre diligent, car on sa-
vait oi iait cach le mangot que tous avaient en-
tendu tomber. L'habitude de calculer ies heures
selon li march de l'ombre auto'ir d('u!n craon O fix
en terre nous avait conduits loin dans l'apprentis-
sage de ramasser les cashiers et les lives une minute
avant le signal.
On prtend que l'instinct est infaillible, que le be-
soin cre l'industrie. l)ans les petiles coles oil
n'y a pas de pendule accroche au mur les enfants
inventent des instruments de calcul don't les maitres
ne souponnent gure la justesse, mme approxi-
mative. Le professeL r a sa montre qu'il consulate
mais qu'il ne vous communique pas. Le petit gamin




-63-


peut, sans porte-plume, sans crayon, tablir son ai-
guille. L'image du toit sur le sol lui donne sa ligne
d'observation. Quand demain notre professeur de
cosmographie viendra nous instruire sur la rotation
de la terre et le movement des astres, nous serons
mme de comprendre les lois qui government le
monde physique.
J'tais expert dans l'art pour avoir commenc tt
le mtier. Retournons l'ge de sept ans. J'avais ou
dire que le maon charge de la construction d'une
tombe en assurait la solidit par une clef-Un jour
qu'un grand enterrement tait annonc j'ai voulu,
mon avertisseur pralablement fix, voir le jeu de
l'instrument sur le gabari--Mais, intrigu de ma trop
vive attention, un ouvrier dit mon entendement :
Cet enfant fait l'cole buissonnire. Je disparus sans
avoir vu poser la clef. Juste punition de ma curio-
sit dsordonne.
A son tour, trente ans aprs notre dpart, l'archi-
tecte du Palais piscopal dcouvrira une plaque sur
la toiture de la grande galerie de la maison curiale
en dmolition- Cette pendule solaire remontait
l'poque colonial, elle tait peut-tre aussi vieille
que l'horloge de l'ancienne Cathdrale.
Le soir de la distribution des prix, des lanternes
de toutes couleurs projetaient une lumire frique
aur notre thtre face l'ouest. Dans Malbourg
s'en vat en guerre Caze tait un comique achev,
tandis que d'autres, dans leurs monologues et leurs
chansonnettes, se faisaient bisser.
A certaines heures, Mgr. Guilloux savait prendre
avec lui pour visiter les families deux lves, James
Mc Guffie sa droite, je ne me rappelle plus qui
sa gauche. On tait ainsi encourage envoyer ses




-64-


enfants au Sminaire 1870, en effet, fut une anne
de prosprit pour l'lablissement.
Il fut propos a l'Etat l'change de la proprit
Twedy, situe au haut de Lalue, contre un terrain
du Domaine, l'extrmit Est de la Rue des Mira-
cles, hours du fosse. Ce terrain tait born au Nord
par le Fort Thomas et au Sud par le pont Ricard,-
L'ingnieur Ricard, come on le sait, a attach son
nom aux points qu'il a jets sur le Bois-Chne
partir du Fort Rich. Par la dclivit du terrain, les
eaux du Poste-Marchand suivaient la direction Nord-
Sud pour se jeter dans le courant qui, en la saison
pluvieuse, suivait la Rue Pave, appele encore
Rigole des Ruisseaux.
Quant au Poste-Marchand, c'tait un lieu affect
aux immondices et aux animaux incinrer. Ce fut
pour le Prsident Geffrard, on s'en souvient, une
dsolation de ne pouvoir engager ses amis prendre
gratuitement des emplacements d e ct l pour
des constructions prsentables. L'Etat considrait la
proposition de Mgr Guilloux come une offre avan-
tageuse.
La premiere pierre de notre maison fut pose so-
lennellement le dimanche 7 Aot 1870 en presence du
President Nissage Saget.-Par cet acte on commen-
ait l'largissement de la ville. Une ceinture de for-
tifications protgeait autrefois la Capitale : le Fort-
Per, le Fort Tout Rond la Saline, le Fort St-Joseph
ou Lamarre, le Fort Calvaire, le Fort Eveillard, le
Fort Gommier ou Bazelais, le Fort Thomas, le Fort
Rich, le Fort Popote, le Fort Chry, te Fort Lerebour
et le Fort St-Clair. En dehors de cette ligne de d-
fense nous avions le Fort Ilet dans la mer, le Fort
Dimanche, le Fort Mercredi ou Faustin et le Fort





-65-

Bizoton. Par sa position stratgique dcouvrant tou-
tes les routes, le Fort National ou Alexandre jouait
le rle principal. C'tait la Vigie.
Les grandes constructions taient interdites dans
la zone des fortications. La Rue des Miracles elle-
mme s'est prolonge pour venir jusqu' nous. Une
maison haute en construction fermait la Rue l'in-
tersection Montalais, elle fut dmolie.










CHAPITRE XVI
Le P. Simonet, Directeur sage



Nous avons suivi, pleins d'admiralion, Messieurs,
Mgr Guillonx merchant de succs en succs du Vi-
cariat gnral au sacre piscopal. Mais, comme le
voyageur qui quite l'htel, il avait une dernire
care a payer. Comment solder les dettes de son
grand Sminaire ? Il cria, nous dit son historien, sa
dtresse Pie IX, qui lui fit verser par l'oeuvre de la
Propagation de la Foi un secours extraordinaire de
10.000 francs. Ce don fut employ, sur le conseil du
Suprieur de la Congrgation du Saint-Eprit. re-
cueillir et entretenir dans les sminaires de Brela-
tagne les quelques clercs, derniers dbris du Smi-
naire hatien de Paris.
Mgr Guilloux entendait avant toul adapter son
ouvre au caractre hatien. Les six annes passes
en Hali lui avaient donn l'exprience du milieu.
Il fallait tenir compete des justes susceplibilits que
l'on renconrlait ds qu'il s'agissait d'apporter quelque
restriction l'esprit d'indpendance chez le people.
Il pensa dtacher son ceuvre des Petils-Sminaires
des colonies franaises. Il se heurla sur ce terrain
une divergence de vues qui faillit briser ses esp-
rances. Tandis qu'il soutenait qu'il fallait assurer
l'indpendance au Petit-Sminaire St-Martial, le Su-
prieur objectait qu'il ne saurait envoyer ses prtres





-71-


dans un pays indpendant de la congregation. Il
avait accept en raison des rapports des diocses
d'Hati avec la maison mre. Cette objection fut
combattue avec advantage.
Mgr Guilloux quittera la Bretagne satisfait du r-
sultat de ses dmarches. Parmi les prtres qui l'ac-
compagnaiet se trouvait l'abb lHillion, vicaire
gnral de Vannes et Suprieur du Petit-Sminaire
de Sainte-Anne.
Depuis le 13 Aot 1871 lait l'Archevch le R.
P. Simonet, Suprieur en Hati des Pres du Saint-
Esprit, qui avait accept de diriger avec les membres
de sa Congrgation le Petit-Sminaire Collge Saintl-
Martial. 11 remplissait dj le rle d'aumnier du
Pensionnat Sainte-Ros de dLima, rle qu'avait rem-
pli avant lui le Pore Pascal, de la ime congrga-
tion.-Il :avait dji insa ll Ste-Anne du Morne--
Tuf les Pres de son ordre. Il entrait au Sminaire
avec l'autoril d'un directeur sage et prvoyant.
Il tait de petite taille au physique, sous le poids
d'une haute science et d'une minente saintel.-IIl
tait si vnrabl qe que ts dj voyaient en lui un
vieillard.-Mais l'archlevch qu'il occupait avec ses
lves tail une mason d'emprunt.Il fallait faire place
au matre du logis qui revenait celte fois avec le titre
d'Archevque, chef de l'Eglise d'Hati. Nous aimions
l'Archevch, ce petit nid de verdure, mais nous le
quittions avec la joie des enfants qui suivent leurs
parents dans un lieu dsert. A la Rue Geffrard, on
avait brl les immondices pour nous fire une pla-
ce.-a ne fait rien. Une maison hospitalire qui,
dans les temps de menace imminent ou de dtresse
relle, abrite tour tour une cole de petites filles,





-72-


une cole de petits garons, est certainement un
asile don't l'image restera sereine dans la pense et
dans le cour.-Mais sans ingratitude on la laisse
avec joie pour aller la demeure promise la
stability.
Pour dloger nous transportions nous mmes nos
pupitres et nos bancs a Prenez un bout, je prends
l'autre. Le commandement tait spontan et l'o-
bissance immediate. Nous tions au mois d'Aot
1871.
Le journal protestant L'cho de l'Evangile salue
ainsi le relour de Mgr Guilloux :
Nous annonons avec plaisir le retour de Mgr
Guilloux lev l'minente charge d'Archevque de
Port-au-Prince. Mgr Guilloux par son travail et son
intelligence, par son amour du bien et son zle reli-
gieux avait bien mrit de la sympathie de notre
population.
Aussi ds qu'on se fut assur, le 30 Aot, de la
presence de l'Archev6que dans la rade, des families
entires se sont prtes salier, le lendemain 8
heures du matin, la bienvenue du Prlat. Du quai
l'encoignure Nord-Ouest de la Place Vallire jus-
qu' l'angle de la rue des Fronts-Forts, tout tait
arcs de triomphe, enthousiasme populaire, prodiga-
lits de fleurs et de bouquets ; la jeunesse des coles
et les Seurs de St-Joseph y assistaient. Enfin le cor-
tge parvint la Cathdrale o se fit la crmonie
d'intronisation qui fut touchante, grande, majes-
tueuse.
Les dix-huit mois passes l'Archevch ont t
pour le tmoin que je suis un temps de bonheur.
A ct de notre nouveau domaine se trouvait une





-73-


enceinte rserve. Du Nord ses meurtrires nous
regardaient. Nous tions trop prs du sige de Port-
au-Prince pour en pvoir peur. Aguerris par ce sige
de six mois, nous demandions le combat. Des en-
fants de douze treize ans ont emport le Fort Tho-
mas avant sa transformation en Muse. Ils y ont
trouv un caisson de poudre avarie.
La sympathie d'Hati pour la France se traduisait
sur les lvres du people. Le coup port par la Prusse
notre ancienne mtropole tait en nos cours une
blessure incurable. On ne suivait pas une rue, on ne
traversait pas une place sans entendre cette chanson:

Napolon est un foutu canaille,
II a vendu l'avenir de la France.

Les uns disaient Napolyon, les autres Napolron.
C'est dans un difice inachev que le P. Simo-
net a pris logement avec ses enfants. Nous suivions
avec un intrt croissant la march des travaux.
L'architecte avait promise un escalier monumental.
C'tait pour nous une curiosity de voir assouplir
l'eau chaude une pice de bois. Il fallait des bal-
cons, des portes et des fentres, quite ne pas
computer les rebus provenant du style en arcade.
L'difice ne fut bni solennellement que le 30 Juin
1872, jour de la fte patronale. Une dette de 22.500
piastres tait payer. L'Etat apporta pour sa part
de contribution 1.500.
Quand nous quittions l'Archevch nous tions 150
lves, et peu de temps aprs notre arrive ici nous
tions environ deux cents.
Les Frres n'avaient pu rouvrir leurs classes que
deux ans aprs la fermeture de 1869. En Dcembre





-74-

1871 ils reparaissaient Port-au-Prince et Jacmel.
J'ai la satisfaction de vous le dire, en ma quality
d'lve tapageur mis la porle avec mes condisci-
ples par la measure administrative (e Mai 1869, les
Frres la Capitale se sont prsents avec un effec-
tif de 230 lves.
J'ai d faire un expos assez long pour arriver
la deuxime phase de la vie du Petit Sminaire Col-
lge Saint-Martial, car beaucoup croient que celle
institution date de 1871, poque de son arrive au
pied du Fort Thomas. Beaucoup le pensaient mme
du vivant de Mgr Guilloux. Le grand Archevque a
t oblig de rappeler aux admirateurs des Pres du
St-Esprit les travaux des premiers ouvriers dii Con-
cordat de 1860, appels la vigne scolaire en 1864
et mis l'ouvrage en 1865.
Le Petit Sminaire Collge St-Martial a t cr
pour la formation d'une lite. Nous ne disons pas
pour I'lile.L'lite hatienne existait.Compose d'hom-
mes instruils on aiss, elle avail su maintenir l'oeuvre
des aeux jusqu' la transmettre sans brche la
gnration de 1860. Mais il fallait garder la nationa-
lit hatienne contre le scepticisme qui commenait
conqurir de par le monde les esprits indpen-
dants, trop fiers d'eux-mmes pour croire aux vri-
ts surnaturelles. En vue de l'expansion de la doc-
trine qu'il avait mission de prcher. Mgr Guilloux,
on s'en souvient, avait fait introduire dans ses ar-
ioiries la croix. L'unique esprance du Prlat qui
va ouvrir l'esprit de la jeunesse l'influence de la
vrit est dans la croix. SPES UIICA.
L'unique esprance de la patrie qui veut des ci-
toyens patriots et forts dans la justice, c'est la croix.





-75-

SPES UNICA. Noire directeur spirituel n'entend pas
laire de nous les citoyens les plus instruits de la
Rpublique, mais (les homes bien pntrs du
sentiment de leurs devoirs envers Dieu, envers le
prochain et envers eux-mmes. Il admet qu'il y ait
mille coles indpendantes ct des siennes. Mais,
pour leur insiifler toutes l'enseignement catholique,
il crit l'usage de ses diocses un catchisme qui
est celui de Mgr Testar du Cosquer rvis. C'est, le
catchisme la main. qu'il accepted tous les dfis et
qu'il obtient toutes les victoires. Si dans l'Eglise on
surnomme les Docteurs par ce qu'ils ont le plus aim,
disons d'ores et dj qu'en Hati, Mgr Guilloux sera
surnomm l'Evque du catchisme.
En renouvelant la conscration de ses dioceses au
Ceur Immacul de Marie, reine des aptres, il affir-
ma notre voeu tous de voir se perptuer en Hati
le culte de C-lle don't le nom fut invoqui partout,
ds la dcouverte de l'Ile. Cette conscration, Mgr
du Cosquer l'avait prononce en 1864 Paris au
sanctuaire de Notre-Iame des Victoires, avant de
prendre possession de son sige archipiscopal.
Depuis que Louis XII1 a mis la France sous la
protection de la divine Mre du Christ, tous les ac-
tes de pit patriotique en ce grand pays s'accomplis-
sent sous l'invocation de Notre-Dame des Victoires.
Dans son Eglise va se clturer chaque anne le
plerinage national de France.
L'anne dernire (1937) la grande nation a ft
le 3me centenaire de sa conscration.
Dans notre chapelle, Hue Lamarre, se runissait
notre confrrie des Enfants de Marie. Un soir, sur
l'autel la statue en crislal de Notre-Dame brillait





-76-

sous la projection de la lumire lectrique don't notre
professeur de physique, le Pre Weick, avait cach
le foyer.-Les lves entraient dans la chapelle en
chantant: I n'est pour moi qu'un seul bien sur la
terre. Un prtre monte l'autel, et, face au Nord,
il fait de cette parole le texte d'une mouvante al-
locution. Ce prtre qui n'tait pas un habitu de la
maison, c'tait l'abb Hillion.
Le directeur du Petit Sminaire tait un prtre
qui administrait ma paroisse. Mon frre et moi
nous voyions toujours en lui notre cur parce que le
cur titulaire, le pre Maistre, s'inspirait de lui.
Les fils du matre de la maison se supposent une
priority qui leur permette bien'des incorrections.
C'est pourquoi, plus souvent que les autres, ils sont
rappels l'ordre.







CHAPITRE XVII


Carabancs et Fours chaux


Les grades vacancies n'taient pas de Juillet
Octobre come aujourd'hui, mais de Dcembre au
1er lundi de Fvrier. Dans les mois de forte chaleur
on allait passerlajourne la champagne entire la pou-
drire de la Croix des Martyrs et le Morne l'Hpital.
C'tait l'occasion de maintes chevauches entire la
retraite familial et l'cole. On montait deux sur
un cheval, l'ain tenant les rnes et le plus jeune
lui passant les bras autour de la taille. Cette origi-
nalit a plu. On se faisait des amis et par plaisir on
s'en retournait pied pour cder un coup de selle
des camarades entrains.
On se perdait dans l'herbe la recherche des
cailles et des hls.- La caille est un petit oiseau
plus malin que la pintade de Lalue et du Bois St.
Martin. Sa robe rise lui permet de se jouer de vous.
Elle est sous vos pas, tandis que vous la croyez la
porte de votre listibale. Nos petits camarades du
Morne l'Hpital faisaient des carabanes qu'ils ve-
naient tendre pour nous. Les pis de mas et les
grappes de millets suspends aux arbres oifraient
l'appas plus que suffisanl. La sve du figuier audit
donnait aussi la glu pour retenir l'oiseau voltigeur.
Mais, l'exemple des volontaires de 68 on avait
promise pourtant de ne plus les imiter- on passait
par dessus les haies de campches pour aller dans
l'enclos voisin cueillir les mangots de Mme Dlile
Rasteau- Partout dans ces parages nous connais-







sions les pommes les plus sucres, et nous y allions
sinement avec nos condisciples. Et, come les ga-
mins de 12 13 ans sont dus pies quand ils sont
livrs eux-mmes, nous contions mille petites
histoires don't est tisse la vie des hommes et des
choses du quarter. Voici entire autres propos ce
qu'on retient encore :
Quand je vous dis que Mmie Dlile est svre, il
faut m'en croire. Le senlier que vous voyez l n'est
pas une roule, c'est elle qui l'a tabli partir de la
barrire de Mme Schultz pour l'amener la ren-
contre du chemin du Morne l'Hopital- Quand les
enfants passent dans ce sentier, elle exige qu'ils lui
disent bonjour- La semaine dernire elle a pris
la ganache le cheval du gnral Lorquet: Pardon,
Monsieur, quand oii passe sui la proprit d'autrui
on a au moins la politesse de saluer.- Le Gnral
Lorquet lui dit bonjour.
Dans la saison pluvieuse, l'eau de Pacol qui des-
cend par Wante s'tend en nappe sur le chemin du
More l'Hpital, traverse Bouzon et va se jeter dans
le Bois-Chne, rue de l'Egalit. La source Marlelly,
situe entire Descayelles et Kerdroit, n'envoie pas
son eau la mer Cette eau se perd dans le sable
et va paratre par intervalle d dix ans dans les
caveaux de la parties base du cimetire.
Quant Redon, on dit qu'il cache une poche
d'eau qui s'emplit petit petit el qui crve aussi
tous les dix ans. L'anne dernire, au moment o
l'on allait mettre le feu dans un four chaux, on
vit paraitre l'eau dans les roches. Le four reste char-
gjusqu'ici. On pretend que le courant dure six
mois lorsque l'eau parait dans la saison pluvieuse.







Si au contraire elle parait dans la scheresse, elle
coule toute l'anne. Est-ce que vous comprenez
cela ? On pense que tt ou tard une concasseuse
sera installe en cet endroit o la fabrication de la
chaux est la meilleure industries. (1)
La grotte n'est pas visite, faute de chemin. Ce-
pendant, aux leures de trouble, les habitants vont y
cacher leurs males et leurs objets prcieux
Gl peu peu au dehors par l'habitude de me
fire couter, je commenais me croire au dessus
de la discipline. Rappel l'ordre un jour, je r-
pondis en m'en allant: Eh bien 1 Le Pre Simonet:
Ici, genoux. Et, tirant de sa poche sa jeannette,
il m'en donna sur la tte et sur les paules. Oui, il
fallait abaisser celle tte orgueilleuse et ces paules
hautaines. Nous tions en pleine rcration. Les
lves, faisant cercle autour de l'insoumis, reurent
l une leon. C'tait une correction ncessaire. J'ai
eu l'anne suivante, le prix d'obissance et le prix
de sagesse. Je m'tais dit au moment de la correc-
tion : come il a souffrir l'enfant qui a pour ma-
tre l'ami de sa famille. Je me suis dit aprs : la vraie
amiti consist corriger les dfauts, redresser
la volont rebelle sous la verge de l'obissance qui
prpare l'homme aux grades choses.
L'autonomie reconnue au Sminaire par la con-
vention de Juin 1862 en vertu du Concordat, l'affran-
chissait de l'obligation de s'adresser l'Etat pour
la validit de ses examens. Indpendant dans l'ex-
cution de son programme et de son plan d'tude, il
n'entendait pas cependant cacher aux yeux la va-

(1) La J. G .White a perec l le flanc le la montagne.





-80-


leur de son enseignement-- Des lacs comptents
taient admis chez nous parmi les examinateurs-
Je me rappelle la note donne mon frre par Abel
Linstant de Pradine. Mon frre traduisant Ovide :
librata, balance.- Est-ce que librata veut dire
balance dans n'importe quel sens?.- Balance
dans son propre poids, rpond l'lve. Abel Linstant
donna 6.
La guerre entire l'inspection scolaire qui tenait
son droit d'examen sur tous les tablissements d'en-
seignement et l'autorit piscopale qui s'appuyait
sur le privilege que lui confre sa constitution a cr
contre le Petit Sminaire une prevention prjudi-
ciable ses lves.
L'Inspection attendait ceux l qui voulaient entrer
l'Ecole de Mdecine ; ils se tournrent vers la car-
rire du droit qui n'exigeait aucune autorisation
pralable.
Cette guerre no pouvait pas durer ; pour y mettre
fin le Petit Sminaire ouvrit ses portes.
Une distribution de prix tait l'occasion d'une fte
retentissante de nuit. Les trois tablissements coR-
grganistes se runissaient pour montrer la solida-
rit qui les unissait. Sous leurs large capelines re-
fltant la clart des lanlernes, les lves des Seurs
applaudissaient aux succs de leurs frres et de leurs
cousins. La semaine suivante nous allions aider nos
soeurs et nos cousins sous le poids des lives qui
alourdissaient leurs bras. Un grand discours du Di-
recteur ou d'un professeur dsign par lui montrait
au public les avantages de la culture intellectuelle.
Mgr Guilloux couronnait la fte par un magistral
expos de la doctrine chrtienne dans l'ducation.








CHAPITRE XVIII


Creation du Corps des Pompiers libres



La charity mise en pratique parmi nous dbordait
au dehors. La puissance de l'amour mutuel ne reste
pas clotre dans le ceur, elle clate au grand jour
quand l'occasion s'en prsente. L'lite que faon-
naient les Pres du Sminaire allait prcher d'exem-
ple sur un thtre qu'on n'affronte pas sans danger :
le feu. Le 27 Avril 1873, un incendie dtruis quatre
ilets de la Rue des Fronts-Forts. Une mre dispa-
raissait dans les flames avec deux de ses enfants.
Cette hrone, c'tait Madame Coriolan Mnos, mre
de nos camarades Camille, Solon, Wesner, Odilon.
Un cortge d'lves conduits par les matres, ac-
compagna sur le lieu du sinistre les deux ans,
infortuns orphelins. Quand on va au cimetire on
voit au pied du monument de Madame Borelli la
tombe qui renferne les victims du 27 Avril.
L'incendie de la rue des Fronts-Forts fut un vrai
dsastre.-Situe entire deux marchs, la Place Val-
lire et celle de la Cathdrale, cette artre offrait le
spectacle d'un movement incessant. Le commerce
de dtail, aliment par les ngociants importateurs,
enrichissait les marchandes de la rue des Fronts-
Forts. Quand une femme du people avait donner
la rplique une personnel qui posait en grande




-82-


dane, elle se contentait de lui dire: a Si vous tiez
si rice vous auriez votre maison la rue des Fronts-
Forts.
La renomme de ce boulevard remote l'poque
colonial. L'histoire rapporle que le jour o Lamar-
tinire, ce briseur de crne, eut traverser Port-
au-Prince, une queue de taureau au kpi, les fem-
mes de la rue des Fronis-Forts lui lancrent des
pierres.
Peu de jours apris l'incendie du 27 Avril, le 3 Juin,
le l'eu dlruisait une parties du Morne--Tut. C'en tait
trop. Le flau nous visitait avec tant de frquences
parce que les pompiers de la commune, quoique
pleins de bonne volont, taient en nombre insuffi-
sant, Le dvouement personnel des professeurs du
Sminaire, entours de la congregation des Frres
de l'Instruction Chrlienne, appelait une solidarity
efficiente. Le Pre Weick fonda la compagnie des
Pompiers libres de Port-au-Prince. Nous voil enr-
ls pour le champ d'action. Nulle contrainte. Avec
l'assentiment des parents on pouvail s'inscrire ds
l'ge de 15 ans.
Le Sminaire n'tait-pas riche.-Je ne sais donc
pas comment, en peu de temps, nous avons pu avoir
pompes bras, cordages, chelle, tente de sauve-
tage, etc.
Dans les jours d'exercice le public curieux se
pressail derrire nos palissades en planches pour
voir un pompier descendre l'chelle avec, sur l'-
paule, un habitant de la maison qu'il sauvait.-A
l'extrmit du balcon Sud un lve apeur se jette
sur le drap de sauvetage bien tendu par ses cama-
rades.-On vidait le grand bassin de natation et les





-83-


plus petits, recipient a la main, formaient la haie,
du Sminaire an Pont Joute.
Gagns par l'exemple, les assistants suivaient le
movement jusqu' la rue des Favoris ( Dr Aubry ).
Le Pre Weick, le porte-voix la main sur son che-
val rouge, tait un vrai gnral.
Un jour d'incendie, nous n'avons pas vu dans nos
rangs un (le nos collgues, Albric Elle. Il avait pris
un vomilif le martin et il se mourait.
Notre sallc d'armes,-Pourquoi ne pas dire notre
salon, car nos casques taient reluisants et tous nos
quipements propres. Notre salle d'armes tait spa-
re par la 3me de la grande salle d'tude. Tout
cela est remplac aujourd'hui par la belle Chapelle
de Nolre-)ame (des Vicloires, chef-d'oeuvre du Frre
Leu, notre cher vtran.
Ces fils du tocsin avaient aussi leurs jours de gaie-
t. On les a vus une fois traverser le portail, musique
en tte. Un norme quarter de buf les suivait dans
le cabronet. Le vieux garden de l'habilation Loyd
Martissant n'a pas oubli leur visit. Un de ces
teigneurs (le flames a encore dans son cahier qui
remote soixante et un ans, la description d'un
incendie en vers latins.
La devise des pompiers, rappele dans un moment
d'aigreur, a rapproch l'Excutif et le Clerg qu'une
crmonie publique avait spars. Le 18 Octobre
1875, l'Eglise fui appele a bnir les foundations du
Panthon national que le gouvernement rigeait aux
hros de l'Indpendance. A cette occasion, Mgr Hil-
lion, Evque du Cap-Hatien, venu Port-au-Prince
en l'absence de Mgr Guilloux, alors en Europe, pro-
nona des paroles que le government jugea mal-





-84-


heureuses. Il fallait un rapprochement entire deux
pouvoirs qui ne sauraient tre longtemps ennemis
sans comprometire la scurit de la premiere des
oeuvres, l'ducation de la jeunesse. Mgr Hillion sut
trouver le terrain de reconciliation. A une crmo-
nie au Petit Sminaire il comment avec son lo-
quence habituelle, devant quelques membres du
gouvernement et les Prsidents de la Chambre et
du Snat, la devise des Pompiers: Pour Dieu et la
Patrie.
Un movement d'ensemble a fait des oeuvres du
Petit Sminaire des choses imiter. Ses pompiers,
dsigns dans le monde comme des homes d'ner-
gie, toujours prts aux nobles sacrifices, ont t ap-
pels des postes de distinction. Parmi les comman-
dants de la Compagnie revenue institution publique
on compete plusieurs sminaristes : Beaubrun Roux,
Athanase Laforest, Jules Lizaire.










CHAPITRE XI
O l'on parle de Victorin Chevallier



Au milieu de ses succs militaires, de nouveaux
revers attendaient Saliiave. Les cacos, qui avaient
perdu leurs deux bateaux dans la rude de Petil-
Gove. en reurent deux autres. La garnison des
Gonaves capitula le 28 Aot 1869. Cet vnement
ramona Port-au-Prince les invites Viclorin. Pour
avoir avec lui le plus de coiml)attanls possible, le
gnral eu chef avait convi i un service solennel
les vrais amis de Saliave. Tous taient parties gaie-
ment. La surprise est ainsi revenue chez nous : le
service Victorin.
Toute commniiiication par voie de mer tant cou-
pe, Gonaves n'envoyait plus son sel Port-au-
Prince. Ce commerce entretenu par les barges
de Doracin Saraplii in 'alait plus possible.
Dans le course du sige tait more Madame Pau-
lmon Lorquet. Victorin Chevallier l'avait astreinte
come toutes les personnel de son sexe transpor-
ter des roches pour la construction des remparts.
Dans la cil de l'Indpendance les femmes sont
guerrires. Une vieille raconte que, jeune fille, elle
s'est attele le 22 Dcembre 1858 un canon de
champagne pour l'amener sur aI place d'armes en
criant : Vive Geffrard, bas l'Empire.
Le chef des forces assigeantes, Paulmon Lor-





-50-


qnet, qui s'tait illustr aux Trois Ponts, prsida
l'exhumation des restes de sa femme don't il rap-
pela solennellement les vertus. La main au pom-
meau du sabre balanant un long crpe, il ferme
avec frmissement l'oraison funbre par ces mots:
Aurore, je promets de te venger.
La mort de Victorin Chevallier tait dcide
Salnave au board de l'abme crut pouvoir se raf-
fermir en remettant en vigueur, lgrement amen-
de, la constitution de 1846 qui consacre la prsi-
dence vie. Cette constitution est le pacte liberal
des gouvernements militaires. C'est au regard de
ce pacte que Rich a en la faveur d'tre appel
un chef liberal et qu' sa mort on a dpos ses restes
dans le caveau de Ption.
Le gouvernement tait en baisse, mais le Sal-
nave dans nos eaux tait encore un instrument
d'pouvante. Les manoeuvres de la revolution vi-
saient le dtruire. Entre le Mle et le Borgne il
fut attaqu par les deux nouveaux bateaux des
cacos. A la tte de la garnison se trouvait Florvil
Hyppolite, Secrtaire d'Etat de l'Intrieur, qui ve-
nait de quitter la ville du Cap. Le Salnave tait un
navire roues, mais capable de jeter ses sabords
pour donner moins de prise l'ennemi. Le Mont-
Organis se jeta sur une de ses roues pour l'anantir.
Mauvaise maneuvre. Le Mont-Organis avait pris
une offensive pleine de risques. Tandis que les coups
de son artillerie se perdaient dans l'air, le Salnave
lui ravageait le flanc gauche. Parvenu se dgager
il prit la fuite. Mis en mauvais tat, il faisait de l'eau.
Pniblement il s'en allait, pench d'un ct sous les
hues de la garnison triomphante.





--5 1 --


Arriv- Port-au-Prince, les vaillants dll'enscurs
du Sainave furent envoys en prison pour n'avoir
pas coul les deux bateaux die l'einnemi.
Fort heureusement pour mon pre, il fui remis en
liberal deux jours avant le dbarquement des eacos
la Capitale.
La reddition du Cup ( 2 Dcembre ) 'ut pour Sal-
nave l'annonce de la supreme dfaite.
Le fort national ayant refuse, le 19, de le recevoir
pour uuie defense hroque. mais inutile, il prit le
chemin de la frontire dominicaine.-Le Prsident
vaincu ne pouvait plus revenir come le chef d'es-
cidron insurg de 1865.
Deux homes se partageaient influence politique
en Dominicanie : Baez el Cabral.-Le dernier has-
sait Salnave autant que le premier l'estimait.--Le
sort a voulu que le vaincu tombt sous la main de
son ennemi. Il se dfendit l'arme blanche, l'arme
favorite des dominicains. Un coup de machette au
bras arrta son action. Quand il rentrait sous escorted
Port-au-Prince, les enfants rptaient sur son pas-
sage que les pangnols lui avaient fait une blessure
pour lui enlever sa chance et son courage.
Comme le hros du roman, Lorqnet l'envoie la
mort en distant : Un.-Tel fut aussi le sort de Victo-
rin Chevallier.
Malgr la dfaite de Salnave, Victorin Chevallier
quite Jacmel avec les honneurs militaires et prend
la route de Port-au-Prince. Mais Lorquet, connais-
sant son audace, va au devant de lui Carrefour
pour lui montrer l'inutilit d'une arme sa suite.
A Bizoton, un officer infrieur lui crie d'un ton ar-
rogant : Gnral, on ne passe pas ici I Et Lorquet





-52-


se spare de lui. Trait en vaincu, l'ami des armes
qui, dans sa court carrire a tant de fois inspir la
terreur, jette un soupir : Quand un home come
Victorin Chevallier est prisonnier, il se dpouille
de ses insignes militaires. On connait le drame.
Le hros mort, Lorquet dit son fils Fonlange :
Jeune home, come il n'est pas permis de tuer
le pre et le fils le mme jour, je vous laisse la
vie. (1)
Victoiin Chevallier Sa bravoure lui a fait une
lgende. Cet homme de bataille tait sans doute un
grand coeur, car ses ennemis eux-mmes ne parent
point de ses crimes.















1) Toute reprdsaille est un cheval 4 longue crinire qui passe
s'ur la flamme, dit. le proverb crole-Quieonque se venge
allume un feu qui le consumer.
Lorquet tait commandant du Dpartement de l'Ouest lors-
que fut renvers, Ie samedi 16 Avril 1870, le gonvernement de
Michel Domingue A la nouvelle de l'meute, il fit tirer l'alar-
me l'Arcahaie ot il tait en tourne et regagna franc trier
la Capital. A ct de l'htel du Dpartement le consulate tait
ouvert pour lui. Refusant de rpondre a l'appel de sa femme
dj en stret, il met pied a terre croit trouver refuge. La foule agite se prcipite aprs lui. Il
perd la vie.










CHAPITRE XXV


Contre la Franc-Maonnerie-- Dieu est ici




La vieille querelle de l'Eglise et de la Maonnerie,
un moment refroidie, s'est ranime la prise de
Borne et l'unification des Etats italiens. La capti-
vit au Vatican du Chef (le l'Eglise Universelle
change en Hati l'altitude des prtres l'gard des
francs-maons- Jusqu'alors toutes les opinions reli-
gieuses se rencontraient dans les loges sans se con-
natre- Mais, ds la publication des dcrets d'ex-
communication contre la Maonnerie comme secte
ennemie, Mgr Guilloux entreprit une offensive sans
trve ni merci.
Qu'tait la Maonnerie pour les hautes classes
de la socit hatienne ? C'tait une socit philan-
thropique qui avait ses degrs d'initiation.
La loge bleue embrassait tous les frres : appren-
tis, compagnons et matres. Au del de la maitrise
s'tablissaient les degrs philosophiques qui se ren-
contraient les uns dans le rite d'York, les autres
dans le rite cossais.
Dans l'histoire de celte institution secrte don't
l'origine se perd dans une nuit profonde, l'Angle-





-104-


terre joue, ds le 10me sicle, le rle principal. (1)
N en 1804 la libert, l'indpendance politi-
que, Haiti voulut :aussi avoir son inllpendance ma-
onnique- Le Grand-Orient de 1824 ralisa ce rve.
Par tradition, le temple de l'Amiti No ler est le
sige du Grand-Orient ld'lili. Chaque loge a son
caractre distinctif, mais le membre d'une loge peut
s'affilier toutes les autres atfi d'avoir tous les
degrs maonniques.
Pour protger les loges, on les entourait d'arbres
de haute futaie. Le Gnral Salomon, Vnrable
du Mont-Liban sous I'Empire, y a plant un cdre.


1 )- En 926 se fonde la premiere grande loge C York, chef-
lieu de l'ordre, ayant dans son obedience les loges de la
Grande Bretagne. En 1151 se fonde la maonnerie 6cossaise,
en 1717, la grande Loge on Grand Orient d'Angleterre, devient
la rival de la grande loge d'York. En 1719 clate une guerre
de suprmatie entire les deux grades loges. En 1743, les loges
de Paris se runissent en grande Loge qui, par reconnaissance,
s'intitule Grande Loge Anglaise de France.
C'tait reconnaltre l'Angleterre la: primaiut dans l'ordre
maonnique. Aussi, 13 ans apr-s, en 1756, sa grande loge aurait-
elle voulu, en vertu Ce son anciennet tre le Grand Orient
de l'Un2ivers. La grande loge de France rpondit cette prten-
tion en se dclarant indpendante et en supprimant de son
titre l'pithte d'Anglaise.
J, iI. Rogon
Cours philosophiques
En face du Grand Orient il y avait le rsuprime conseil. En
1814 s'opr a la runion au Grand Orient d'une grande parties
des membres du supreme conseil.
Pour donner une ide de la force considerable qu'eut A
dpenser Mgr Guilloux contre la puissance qu'il avait devant
lui, nous prsentons ici la liste des -irands Matres de l'Ordre
Maonnique en Hati, de 1824 la mort de 1 Archevque :
Jacques Ign ce Fresnel 1824. A. Nau 1831.- Balthazar
Inginac 1834 F. Lespinasse 1837.- Beaubrun Ardouin 1840,-
C. Bazelais 1843.- C. H. Preston 1846.- J. M. Duval 1849.-
Pierre Andr 1852.- Jean Paul 1855,- Franois Elie I)ubois
1858.- Fra(nois Alex. T. Bocliereuii 1Sl.59 d'Excellent 1860.-
Eungne Bourjolly 1867.- Antoine Massillon Aubry 1873. Jn.
Franois Fnlon Dnplessy 1876.





-105-


Dans le course des ngociations pour la reconnais-
sance de l'Indpendance de leur pays par la France,
les maons d'Hati ont aussi pens un trait
d'alliance entire leur grand Orient et celui de
l'ancienne mtropole. Ce trait a t proclam
en 1825 la fte solsticiale d'hiver. Il est rapport
que le colonel Frmont, commissaire hatien ga-
lement charge d'in trait politique avec la France,
pronona ces paroles : Je dirai mes frres quels
sentiments animent les maons franais, qu'ils m'ont
embrass.
Bien avant la revolution de 1789, l'Eglise de Fran-
ce voyait dans la Franc-Maconnerie une puissance
combattre. Un mandement de l'Archevque d'A-
vignon ( 1731 ) dit les raisons de la condamner.
La premiere de ces raisons, c'est que les homes
de toutes sortes de religion et de secte s'alliant
et s'unissant ensemble dans ces assembles, la pure.
t de la religion catholique, seule vritable, ne
peut qu'en souffrir, tt on tard, un trs grand pr-
judice.
Aucune lutte n'a t plus acerbe en Hati que
celle de I'Eglise contre la Franc-Maonnerie.
Dans la chapelle o l'on clbre l'office funbre
d'un des leurs, les maons se croient encore le droit
de porter leurs insignes. Dans les loges ils font eux-
mmes leurs frres de pompeuses funrailles. Les
prtres, de leur ct, refusent la spulture ceux
qui, au lit de mort, ne renoncent pas la maonne-
rie. Ils refusent galement la bndiction nuptiale
aux maons non converts.
Les femmes obissaient au mot d'ordre de l'Eglise.
Je me rappelle qu' la mort de mon oncle Paul





-106-


Dessables, president de chapitre l'Etoile, ma mre
est alle dans'une maison de la famille (1) attendre
sur la roule, pour le saluer de la main, le cer-
cueil de son frre qui passait sur un char prcd
d'tendards et couvert d'oriflammes.
De part et d'autre, des demonstrations littraires
allaient la conqute de l'esprit. L'installation d'un
vnrable tait l'occasion d'une conference en pr-
sence des dames ; on baptisait des louveteaux dans
les temples maonniques. La confrrie de Saint-
Vincent de Paul s'ouvrit au Pelit-Sminaire afin de
joindre le ministre de la parole laque aux sollici-
tations de la charit. Les loges votent leur tour
la resolution de fonder un temple et une cole
sur un terrain voisin de l'emplacement de la nou-
velle Cathdrale.
Cet difice o le Grand-Orient devait tenir ses.
sances a t achev par l'Etat pour uu tablisse-
ment congrganiste : l'Ecole Jean-Marie Alexis Guil_
loux.
A une distribution de prix au Lyce'on a vu l'Ar-
chevque se retire l'annonce qu'un prix tait
offert par le Grand-Orient.
Le 4 Septembre 1881 s'ouvrit notre premiere
Exposition national. A celle occasion, Mgr Guil-
loux prit la defense du Clerg en presence de toutes
les sommits attentives sa parole. Sur la deman-
de du Gnral Lgilime, Secrtaire d'Etat de l'Agri-
culture, un ancient lve du Petit-Sminaire, Solon
Mnos, Dr. en Droit de la Facult de Paris, g de


1)- Le local actuel du Collge St. Vincent, de Paul dirige
par M. Horatius Laventure.





-107--

22 ans, pronona ce jour-l sa premiere conference
en public.
Dans la lutte engage entire l'lite intellectuelle et
le Clerg, la Presse ne mnage pas Mgr Guilloux.
On dit qu'il trompe sciemment le Pape sur la natu-
re de la maonnerie hatienne. Cette maonnerie
n'est pas l'ennemie de l'Eglise, elle reconnat la
divinit de Jsus-Christ, l'existence de ce Dieu en
trois personnel qui l'homme doit ses hommages.
Et, accentuant davantage leurs accusations, les pro-
testataires disent que l'Archevque a t le pre-
mier infidle au Concordat en n'instituant pas un
clerg indigne.
L'Archevque se venge de ces accusations en les
rappelant sur le terrain de l'organisation de la
famille par le marriage.









CHAPITRE XIX


Premires mlodies d'Occilius Jeanty




Le premier morceau appris par notre corps de
musique peine form devint vite populaire. Dans
les enterrements on le jouait, Lince Duroseau, Ro-
bert Geffrard, auteurs mrites, sont sortis du Smi-
naire. Trois matres successifs levrent notre fan-
fare prs du sommet. Un grand penseur en musique
fut accueilli par nos bons pres. Occilius Jeanty, en
dtresse Paris, rentrait en Hati aprs la mort de
son pre. Pour le punir de n'avoir pas attend le
diplme du Conservatoire, le Gouvernement le laissa
sans emploi. A l'heure d'une rptition effect, on
jouait ici un grand morceau : La croix de Jru-
saleni.
Du balcon du Palais national le gnral Salomon
coutait. Quelle est cette musique, demanda-t-il ? --
C'est la musique du Sminaire. L'embouchtire d'Oc-
cilius Jeanty l'avait mu. Ainsi, grce la bienveil-
lance de nos maitres, le maestro fut appel par le
President de la Rpublique.
On connat ses productions. La religion lui a ins-
pir ses plus beaux morceaux. Sous le coup de l'ob-
servation,il a crit sa grande march processionnelle.
Les fidles sortent de l'Eglise en se bousculant. Voici





-86--


le Pre Pouplard mettant l'ordre dans la procession.
En deux ranges les confrries dflent au carillon
des cloches. Le Saint-Sacrement advance, port par
Mgr l'Archevque. Sous le reposoir l'ostensoire est
lev pour montrer la foule genoux la blanche
Hostie qui bnit. Voil comment le morceau a t
crit pour notre rpertoire.
Aprs la crmonie, le Directeur de la musique du
Sminaire, le Pre Saint-Clair, envoya au chef de la
musique du Palais une dcoration.
Comme presque tous les artistes de renom, Occi-
lius Jeanty se croyait parfois oblig d'tre bohme.
L'habitude de chercher, pour les rendre scientifique-
ment, des impressions parmi les simples et les nafs
qui sont naturellement musicians, leur fait contractor
des dfauts qui montrent que les meilleurs ne sont
pas parfaits.
Sa jeunesse savait rire dans la douleur, sauf en
face d'un malheur public. Sortant une fois du cime-
tire o il venait de dposer un de ses solistes aux
accords de ses plus beaux morceaux funbres, il
s'arrte sur le point et attaque brusquement une m-
ringue tout casser.--Occide, que faites-vous ?--Il
m'avait dil qu' sa mort il paraitrait devant l'Eter-
nel en dansant.
Trente ans aprs--le temps passe si vite-il avait
plus de gravity dans le caractre. Quand, ma der-
nire visit l'Hpital gnral, je le flicitais d'tre
l'ami de l'aumnier, le R. P. Le Bellour, j'ai t heu-
reux d'entendre tomber de ses lvres cette conso-
lante vrit : la musique est une prire.-Il ne me
laissa pas partir sans me dire : J'ai commenc votre
morceau, je l'ai l.





-87-

Depuis plus de vingt ans, j'avais sollicit de lui une
ddicace, honneur que m'avait spontanment fait
Robert Geffrard. Attendez l'inspiration, m'avait-il
rpondu. Il est permis de demander des faveurs aux
grands de ce genre. L'inspiration est enfin venue;
mais l'oeuvre commence ne sera pas acheve.
Le soir de ses funrailles, voyant venir le convoi,
une femme du people s'cria : Donnez-lui un 1804
pour rveiller son me La foule des spectateurs
se porte vers le char funbre. O est le cercueil, sou-
pire la Veuve ?-Le people nous l'a pris, rpondit
quelqu'un.-On est rest plus d'une here au cime-
tire. Une pluie fine tombait ; 1804 fut en effet don-
n. L'cho des applaudissements montait dans la
nuit pour aller se perdre au Morne l'Hpital.










CHAPITRE XXI


Ad Augusta per Augusta.



Malgr tous les signes de vitalit qu'il donnait, le
Petil-Sminaire se dbattait pniblement. En Europe
Mgr. Guilloux essayait de s'assurer le concours d'une
Congregation qui consentirait remplacer les Pres
du Saint-Esprit don't l'effacement se faisait pressen-
tir. L'effectif de notre personnel enseignant baissait
en effet.
En 1876, on fut oblig de faire monter en troisi-
me les lves de cinquime qui devaient passer
en quatrime. Parmi eux se trouvait Dorvil Dor-
sainville et J. B. Dartigue. Cette fusion de deux
classes dplut fort bien des lves. Ceux-l di-
saient qu'ils ne travailleraient plus. Qui sait si un de
nos proches n'tait pas du nombre des mcontents.
Cependant, ne voulant pas se laisser battre par un
lve de 5me que l'on disait fort en Sciences, il fit
un grand effort pour obtenir le Premier prix de
Gomtrie. On dit qu'il l'a eu.
Les enfants se rendent-ils bien compete des misres
de leurs parents ? Le pre, s'il est dans l'industrie
agricole, coupe le bois, charge le four chaux,
passe la nuit, peut-tre sous la pluie, devant le four





-92-


jusqu' la cuisson complle. Il cherche ensuite un
coulement pour son herbe point et ses vivres
maturity. Le fils n'apprciera toute la sollicitude de
son pre que lorsqu'il sera lui-mme lanc dans la
bataille de la vie.
Une lettre du Pre Simoiiet vint confirmer l'in-
tention de la Congrgation du Saint-Esprit de re-
mettre l'Archevque la direction de l'oeuvre don't
ils avaient assum depuis cinq ans la responsabi-
lil.
Le Suprieur pensait que la presence de sa Con-
grgation la tte de la mission scolaire d'Hati
n'tait d'aucune utility. Et il prenait pour justifier
cette opinion la spartion du Sminaire de l'Ar-
chevch qui lui avait reconnu son indpendance.
L'argument le plus fort tait le peu d'espoir qu'avait
le Petit Sminaire de prparer des jeunes gens pour
le Sacerdoce.
Pourtant les families hatiennes ne dsespraient
pas. Avec l'approbation et les encouragements de
l'Archevque, Daguessau Lespinasse lana des p-
titions qui furent couvertes de signatures.
A ce moment survint l'heureuse intervention de
Mr. de Vosges, Ministre plnipotentiaire de France,
auprs du Suprieur principal. Quand vous m'avez
parl mon dpart de Paris, de la retraite des
Pres du St. Esprit du Collge Saint-Martial, je vous
en ai exprim mon regret personnel, mais depuis
j'ai pu me convaincre que ce serait un dsastre
pour l'avenir de la religion ei Hati. Grce leur
dvouement et leur supriorit, vos Pres ont con-
quis une place que come prtres, trangers et
religieux, ils avaient toute chance de ne pas obtenir...







c .le suis intimement convaincu que votre retraite
sera la perte du collge... S'il est un espoir de r-
gnration pour ce pays, c'est uniquement dans
l'ducation donne par vos Pres. Le clerg des
paroisses fait beaucoup dans les campagnes, mais
il n'atteint pas les hautes classes qui sont livres
la lrane-maconnerie et ne vont pas i'glise. Le seul
remde au mal est de prendre les enfants de ces
haules classes par l'altrait d'une education sup-
rieure. An bout de vingt ou trente ans, la socit
halienne sera pleine de gens ayant des principles
:olides, respectant la religion et souhaitant son
lveloppement. Si ce bien est entrav, quand
pourra-t-il reprendre? C'est la terre d'Hati livre
pour longtemps encore il l'influence du mal, pent-
tre du schisme, car je crois voir des dispositions
crer une Eglise halienne spare. Vous avez ici,
pour la formation d'une socit religieuse, le rle
des Pres Jsuites en France. Je ne vois pas qui
vous remplacerait.
M. Excellent. Ministre des Relations Extrieures
sous Domingue, eut la bonne pense de fire inIer-
venir aussi en notre faveur le ministry des affairs
trangres de France ainsi que le Cardinal Anto-
nelli.
C'est i ce moment que se place la mission de
l'abb Kersuzan. Aprs s'tre adress vainement
la Compagnie de Marie, aux Eudistes, aux Mission-
naires diocsains de Rennes, aux Lazaristes, aux
Oblats de Marie, aux Maristes, aux Tertiaires de Saint-
Dominique, il retourna au Suprieur des Pres du
Saint-Esprit avec cet argument convaincant :
Si vous ne former pas un clerg indigne, vous





-94-

faites ce sacerdoce de la ramille en prparant les
jeunes gens leur rle de Pres de famille chrtiens.
Il exposait les progrs du protestantisme, il mon-
trait l'Institut Universitaire des Antilles des Anglo-
Amricains.
Ainsi fut amen dit le Pre Cabon, le Conseil G-
nral de la Congrgation ii accepted de conserve la
direction du Petit-Sminaire, 29 Aot 1876.
Grce a cette measure, je restais lve des Pres
roissien. Il fut convenu qu'ils feraient premise
l'Archevque de la paroisse Sainte-Anne. Depuis
1869 ils taient l, btissant des chapelles, et ral-
liant les mes la foi catholique. Comme smi-
nariste j'prouvai une joie mle de tristesse. A
Sainte-Anne leur dpart fut salu par une explosion
de regrets sans prcdent.









CHAPITRE XX


De Port-au-Prince Rome




L'Eglise d'Hati a intress au sort de la Papaut
toutes les classes de la socit.
Rforme en vertu du Concordat, selon les lois or-
ganiques, elle s'inspirait de Rome, mettant au second
rang les convenances locales, quelque respectable
qu'elles fussent. Nous avons vu sa rigidity se heurter
des pratiques mme admises par l'ancien clerg ;
nous avons vu des prtres tomber dans l'hrsie
pour ne pas obir A ses commandments. Invit
quitter le pays dans ses propres intrts, l'abb Kine
a aggrav sa faute en contractant un marriage civil.
Bravant l'excommunication catholique, il a port la
prdication dans la chaire du temple piscopalien
la rue des Casernes. L'Eglise piscopale avait pour
chef Thodore Holly, ngre amricain venu en Hati
la tte d'une mission.
Lorsque clata aux Etats-Unis la geurre de Sces-
sion, il tait sacristain de l'Eglise catholique de Bal-
timore. Le refus d'tre admis la prtrise en son
glise d'origine le porta vers le protestantisme. Elve
au Sminaire en 1870, je savais le voir l'Archev-
ch s'entretenant avec Mgr Guilloux. Notre directeur





-89-


avait-il l'espoir de le convertir? Je l'ignore. Je re-
connaissais en lui le consul de Libria qui, sous Gef-
frard, avait des relations d'amiti avec mon pre.
Lorsqu'il a eu l'ide de fonder une glise hatienne
indpendante, Mgr Guilloux l'a combattu avec
nergie.
L'abb Kine a frapp la porte des loges. Sa r-
ception a en du retentissement. Je tiens le fait sui-
vant d'un maon de l'poque: Arriv ce passage
o le conducteur dit au nophite : frre, vous tes
sur le mont Sina, il fit la plus mouvante improvi-
sation que j'aie entendue de ma vie. Mais, tandis
que d'un ct on l'admirait, de l'autre on voyait en
lui un ange dchu. Lorsque ma famille fut appele
prendre aprs I'excommuni logement dans la grand'
rue, il fut demand un prtre pour jeter l'eau )nite
dans la maison. Le malin esprit nous invite tous
la perdition. Saint-Jean l'a vu dans l'Apocalypse
faisant tomber les toiles du ciel.
Le dvouement de l'Archevque de Port-au-Prince
envers le Saint-Sige s'est prt l'preuve d'une
faon hroque. Il n'est pas permis de dire en parlant
(le Pie IX que le Mtropolilain d'H.li a tout fait
pour reliever son courage, car le chef de l'Eglise
Universelle done lui-mme la force. Le dogme de
l'Infaillibilit venait d'tre dfini. Mais le renverse-
ment du pouvoir temporel du Pape demandait une
compensation dans l'augmentation de la foi chez les
peuples catholiques. A la voix de Monseigneur Guil-
loux, le faisseau des fidles d'Hati se resserra: 19.000
signatures, recueillies dans les villes come dans
les campagnes,furent le trophe apport Rome com-
me tmoignage de notre soumission indfectible.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs