• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Preface
 L'estranger peut etre emphyteote...
 Haiti et la langue francaise
 Haiti et la confederation...
 La population d'Haiti
 Haiti et l'enseignement public
 La mentalite haitienne et les disciplines...
 Table of Contents
 Errata






Title: Lettres de Saint Thomas
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095927/00001
 Material Information
Title: Lettres de Saint Thomas Études sociologiques, historiques et littéraires
Physical Description: ix, 426 p., 2 l. : ; 23 cm.
Language: French
Creator: Firmin, Joseph-Anténor, 1850-1911
Donor: unknown ( endowment ) ( endowment ) ( endowment )
Publisher: V. Girard & E. Brière
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1910
Copyright Date: 1910
 Subjects
Subject: Saint Thomas (V.I.)   ( lcsh )
Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: "Les Lettres de Saint-Thomas ... ne concernent pas toutes la République d'Haïti, d'une façon exclusive; mais c'est toujours en pensant à elle que je les aiécrites."--Pref.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095927
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 01875343

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 12 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Preface
        Page I
        Page II
        Page III
        Page IV
        Page V
        Page VI
        Page VII
        Page VIII
        Page IX
        Page X
    L'estranger peut etre emphyteote en Haiti
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Haiti et la langue francaise
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    Haiti et la confederation antillienne
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
    La population d'Haiti
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Haiti et l'enseignement public
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
    La mentalite haitienne et les disciplines latine ou anglo-saxonne
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
    Table of Contents
        Page 427
        Page 428
    Errata
        Page 429
Full Text

LETTRES

DE


SA IN .T-THOMAS


ETUDES

Si WIi ilII IES, HISTORIQUES ET LITTRAIRES


PAR

A. FIRMIN
Ministre d'Hati Londres,
A iii'ii Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures,
des Finances et du Commerce,
Anciein Ministre d'Hati en France et Cuba,
()l'icier de l'Instruction publique,
()fli.ier, de la Lgion d'honneur, etc.









PARIS
V. GIARD & E. BRIRE
LIBRAIRES-DITEURS
i(i, rue Soufflot et 12, rue Toullier


Igo1











A MESSIEURS


PIERRE CARTERON,
ANCIEN kINISTRE DE FRANC(! EN HAITI,

EMMANUEL LANCELOT,
AGENT CONSULAIRE DE LA RPUBLIQUE FRANAISE
AUX GONAIVES,

CHARLES LANCELOT, FRANAIS,
CONSUL DE VENEZUELA AUX GONAIVES,
ET LEURS FAMILIES



Je ddie les Lettres de Saint-Thomas, en tmoignage
de ma vive admiration, de ma haute estime et de ma pro-
fonde gratitude.
Je ne veux point appuyer; mais ils se convaincront de
la sincrit de mes sentiments, en se rappelant que c'est
leur nergie morale et leur rare gnrosit que je
dois de vivre encore et de pouvoir diter ces lettres qui
tmoignent de ma constant sympathie pour la France,
leur noble patrie.
A. FIRMIN












PREFACE


Le titre donn ce volume est peut-tre de
nature causer bien des surprises et des dcep-
tions.
Le nom de Saint-Thomas voque invinciblement,
pour l'Hatien, la vie de l'exil, avec ses angoisses,
ses tentations et ses suggestions souvent agres-
sives, stimules, la fois, par la nostalgic patrio-
tique et le brlant dsir de changer un ordre de
choses qu'on juge mauvais. En le voyant, on croi-
rait donc qu'il s'agit, dans les lettres qu'on va
lire, des combinaisons plus ou moins compli-
ques, des plans d'attaque, des projects politiques
qui se forgeaient dans l'ile danoise, durant le
temps quej'y restai, entour de nombreux conci-
toyens obligs de fuir la terre hatienne, d'aban-
donner leurs foyers pour chapper aux outrages,
au martyre de nos prisons et meme l'assassinat
prtendument juridique. Mais il n'en est rien. Ces
lettres que je prsente l'apprciation et la
meditation du lecteur, avec des introductions qui






PREFACE


en tendent et en compltent le sens, portent la
mention du lieu o elles ont t crites. Voil
tout.
Je suis, nanmoins, heureux que l'opportunit
se soit prsente pour moi de faire rpercuter le
nom de cette ile aride, vrai rocher au sein de
l'ocan immense, mais si proprette, si saine et
hospitalire, si attirante mme avec sa flore
parcimoniuse et insubstantielle qu'on en garde
imprieusement un souvenir charmant et doux,
qui dure et parle au cour. Ces rocs dnuds, par-
fois recouverts d'une lgre couche d'humus; ces
roches stratifies et cassantes, ces calcaires mar-
neux, friables et desschs, piqus et l de blocs
erratiques de griinstein et de vieux grs rouge,
ont un aspect svre et triste, qui s'adapte harmo-
nieusement au regard de l'exil errant et sombre.
D'ailleurs, il suffit de grimper trois ou quatre
cents mtres de hauteur, pour dcouvrir, presque
de tous cts, un horizon vaste et majestueux,
veillant l'ide de l'infini, qui est comme une lib-
ration de l'me humaine.
Les acacias des buissons parfument agrable-
meat' l'air. C'est une fte des yeux, lorsque, le
martin, le soleil pand l'ventail de son spectre
lumineux sur la baie sonore et infrquente du
nord de l'le, irisant les flots ocaniques de cou-
leurs chatoyantes et changeantes. On dirait une
ferie.






PREFACE


Tout cet enchantement de la nature tropical
ne fait pourtant qu'augmenter les tristesses d'une
existence dseuvre et vide, hors de la patrie
aime. Jamais, loin de la terre natale toutes les
fois que l'loignement est forc on ne peut
s'empcher d'tre envahi par de pnibles penses.
Les tableaux les plus sduisants font revivre des
souvenirs qui sont alors des sources de soupirs et
de larmes irrsistibles.q Aussi bien, celui qui a
connu les transes de l'exil, comprend-il mieux la
profondeur de l'amertume qui transpire dans les
paroles attendrissantes des filles de Jrusalem:
.Si'perflamina Babylonis, hic sedimus et flevimus
cum recordamur Sion.
Mais, Saint-Thomas, on ne trouve pas de fleuve.
Il n'y a mme pas le moindre ruisseau don't le
susurrement discret voquerait vaguement la fuite
ditriemps, avec les changements qu'elle amne
dans la destine, et que l'on conjecture toujours
heureux, quand on est dj au sein du malheur.
Que faire de mieux, alors, que d'occuper ses loi "
sirs involontaires mditer sur le sort de la nation
don't on est un membre et d'essayer, l'occasion,
d'exprimer les ides inspires par ces patriotiques
mditations? De l sont sorties les Lettres de
Saint-Thomas. Elles ne concernent pas toutes la
Rpublique d'Hati, d'une faon exclusive; mais
c'est toujours en pensant elle que je les ai
crites. L'vidence en parait clairement, la





PREFACE


lumire des introductions, sortes de soudures cou-
les du mme jet, qui en relient les ides et les
montrent dans un ensemble plus saisissant et
plus intelligible.
Le hasard a voulu que les divers problmes
qu'envisagent les Lettres de Saint-Thomas tou-
chent une srie de questions de la plus grande
actualit, dans la situation prsente d'Hati. C'est
d'abord la ncessit d'attirer les capitaux tran-
gers dans le pays, en abaissant tous les obstacles
factices et inutiles, afn de promouvoir l'activit
du travail et le dveloppement des resources natio-
nales. Il y a, de plus, que notre dlaissement et
notre rtrcissement conomiques se compliquent
du fait que notre langue nous isole de toutes les
autres nations amricaines, tandis qu'en Europe,
on ne trouve que la France et la Belgique o nous
puissions chercher directement des entreprendvrs
et des capitalistes bnvoles, capable de nous
comprendre et de s'intresser srieusement notre
avenir. Il faut reconnatre ce fait et cultiver atten-
tivement l'amiti de ceux qui sont les mieux pla-
cs pour nous patronner. A ce point de vue, aucun
pays ne l'emporte, mon opinion, sur la grande
Rpublique europenne.
Cependant, tout en cultivant le franais, tout
en consolidant nos cordiales relations avec la
France, comme avec toutes les puissances mon-
diales qui achtent nos products et dont nous





PREFACE


tirons une bonne parties de notre consommation,
nous ne devons pas oublier que nous sommes au
milieu de la nier des Carabes et qu'il nous est
impossible de rester indiffrents aux aspirations et
mme aux rves qui s'bauchent autour de nous.
En supposant que la Confdration des Antilles
ne se transformera de longtemps en une ralit, ce
n'est pas moins une ventualit possible. Nous
est-il loisible de ne point nous proccuper du rle
que nous aurions y jouer, en notre quality
d'ane des nations indpendantes de l'archipel
antillien?
Mais comment pourrions-nous figure, l ou
ailleurs, dans une place digne de nos commen-
cements historiques et des hauts faits de nos pres?
Par une force et une organisation administrative
imposant le respect, moins par la valeur militaire
que par le dveloppement conomique et intellec-
tuel. Celte force, nous la trouverions peut-tre
dans notre population croissante, nombreuse et
physiquement trs saine. Toutefois, notre plus
grand dommage, le peuplement admirable d'Hl'e;
coincide avec un dcroissement indniab.
les lments de progrs qui constituent .-raie
force d'une nation. Pendant que notre population
augmente, notre capacity d'achat, de mme que
notre puissance de production, baisse d'une faon
alarmante. L'tiage de la misre publique monte
et monte, menaant de submerger les position






Pl'IlFACE


considres comme les plus hautes et les plus
sres.
Durant six annes d'une paix introuble, une
dcadence gnrale s'est silencieusement accom-
plie. J'en ai eu la pnible et brusque impression,
lorsque, rentr de l'exil, en dcembre 1908, je vis
la ville de Port-au-Prince dans un tat qui fait sai-
gner le cour du patriote. Les homes, de mme
que les rues insalubres et les ruines amonceles
des incendies de juillet, m'apparurent dans un gal
dlabrement. Des magistrats du tribunal de cas-
sation, des juges du tribunal civil, des pres de
families considrables et d'anciens commerants
nagure aiss, montraient dans leur mise et jusque
dans leur attitude un dsarroi constant avec le besoin et le dnuement, suivant
le degr qu'on occupe dans l'chelle social. Ce
sont surtout les plus honorables qui taient les
plus meurtris.
Quant au petit people, il tait ce point mis-
rable qu'il ne se gnait gure pour mendier, son
travail devenant insullisant le nourrir, quand il
troiuvit quelque chose faire. A cette misre
coeurante il se joignait, dans la masse des cam-
pagnards et des soldats, une ignorance incroyable.
Le gnral Simon tait lu; depuis huit jours pr-
sident d'Hati, que des groups de paysannes, me
voyant passer et apprenant qui je sLis, faisaient
des rvrences et me bnissaient, me croyant le





PneFACE


chef de l'tat. Pour la simple raison qu'elles
avaient, durant des annes, entendu opposer mon
nom celui du chef tomb. Leur logique primi-
tive et fruste concluait que, puisque l'autre etait
embarqu et quej'tais la capital, j'tais fatale-
ment son remplaant. Navet des pauvres d'esprit !
II-a fallu maintes fois m'esquiver, en hte, de ces
betises compromettantes. Elles montrent combien
peu ce pauvre people est avis sur celui qui dirige
ses destines.
D'autre part, des escouaZdes de soldats conduits
par des officers se relayaient dans la court de la
maison o je logeais, me saluaient militairement,
come si j'tais une autorit, puis m'exposaient
leurs griefs, leurs misres, en me priant de faire
quelque chose pour'eux. Ceux-l croyaient que
je gouvernais conjointement avec le president
et qu'un mot de moi pouvait les faire retourner
leurs foyers abandonns, o ils chapperaient la
faim et' la maladie. Mais, en dernire analyse, il
fallait toujours leur tendre la main; car leur tenue
ptleuse et leur mine famlique faisaient un pnible
contrast avec leur rle martial de protecteur de la
paix publique. Tout cela parait invraisemblable, au
premier aboard ; mais quoi de plus explicable, lors-
Wqu'q. sait que, sur cent campagnards ou. soldats,
poteln en-.a-t-il quatre. qui sachent lire! Ils sont
iacapa]les de prendre connaissance des dcrets
lgislatifs ou des proclamations prsidentielles et






PREFACE


de lire les journaux qui rpandent les nouvelles.
Il leur faut donc un bon laps de temps pour tre
renseigns sur les affaires qui les intiressent le
plus et savoir, par la tradition orale, l'ordre de
choses rellement tabli.
Une telle inculture est destructive de tout effort
d'amlioration national. Les individus qui ne con-
naissent point les secrets de l'alphabet sont veules
et presque inconscients. Ils sont toujours press
i devenir la chose de ceux qui les dompleii par.
la force ou les engluent par le mensonge et par
la ruse. Ils ne sont susceptibles de rien entre-
prendre ni mme envisager, pour leur maintien
ou leur relvement personnel et social.
Si dans un milieu o l'ignorance, avec ses imp-
rities, rgne presque gnpalement, on adoptait
le systme politique qui fait de l'tal une pure
entit, sans autre attribution que d'assislir impas-
siblement la lutte pour l'existence entire les
divers lments qui composent la nation, laissant
aux plus instruits et plus heureux, en un mot, au
petit nombre des lus, le droit de poser en classes
patronale, ce serait l'abaissement inluctable, le
dgradation irrmdiable de la masse et la ruine
immediate de la dmocratie.
C'est pourquoi la doctrine particulariste, prco-
nise par une nouvelle cole de la politique ha-
tienne, est la pire des conceptions qu'on puisse
suggrer dans les circonstances actuelles de la







PREFACE


Rpublique d'Hati. Cela est d'autant plus vrai et
devient d'autant plus vident, quand on voit que
l'Angleterre, oi le regime aristocralique el palro-
nal avait de profondes racines historiques et
sociales, met, s'en dfaire, une resolution aussi
active que persvrante, rejoignant dcidment,
dans son orientation national, les peuples qui
ont depuis longtemps adopl, comme la devise la
plus caractristique de la civilisation moderne, la
liberty unic a l'galit.
En some, demandera-(-on, que faut-il fire
pour la rgnration d'Hali. La rponsc est touit
simple. Adoptons sincrement et loyalement, chez
nous, les principes et les pratiques qui ont favo-
ris l'volution des jeunes peuples, nos inmuls,
lesquels grandissent et prosprent par le travail,
l'instruction et la liberty.

A. FIRMIN


Londres, Ie i, .i *i linbrc i 'j 1<,



















L'ETilANtiER

PEIT TIRE EMPH TI:TOTE EN HIAITI





INTROD)I ACTION


Un fait qu'ain'un de ceux qui itnt voyag htinr, dc nutre
pays ne ii'l iltitier, c'rsl qu Illili nmalgre sa grande
fer, ilili,. n;m. l la lIauhl illlorc.-i|ine de < s1 'iltes, mal-
gr le.- liulills'- lalmioeumes du people hatlin. qui ne le
cde aiucun autre en Iravailleurs courageux, e4l
actuelleiminiil Itoibe dans un tlat de patente infErio-
rilt, iquiand on la compare au ester de l'Amrique
central ou de I'.\mriqu.e dlu Sud, parvenu l'ilndlpen-
dance' naliiInale bien longlemps apri's nou.. Djh, dansi
sa suggestive brochure La ('truse de nlos lMa/hel. rs
dite Kingston, en 180. Edmond Paul on nffrail
une saisissante illustration. Depuis ces trente tlriiibres
annes, I'art enlre Hati ie ces pays, au point de l ue
de la civilization miderne. a t grandissant.
I.BTirRS DlE .AINT-THOMA *A






LETTIIES DE SAINT-TIIOMAS


Si nous ne reculons pas, il estincontestable que nous
n'avons pas avanc,pendantque les autres progressnt ;
en cindmatique, c'est presque la mme chose. Trois do
ces nouvelles nationalits, le Irsil et la Rpublique
Argentine, auxquelles il kut ajouter le Mexique, encore
quo les Etais-Unis mexicains fassent parties de l'Am-
rique du Nord, sont dj entres (le plain-pied dans la
priode de dveloppement progressif et continue qui les
fait ranger parmi les pays ordonns l'instar du mondo
civilis de l'Europe. Mais nous restons dans l'ornire
des iAtonnements ineptes et rcidivs,si nlons ne rtrogra-
-dons pair franchemienLt
Ce faith peutltre altribu plusieurs causes diffrentes.
Leur recherche est d'une tell complexity liu'il faudrait
une tude raisohne et soutenue, pour les dcouvrir,
l'une aprs l'autre, et se fair une just ide dles rsul-
tantes don't nous constatons effl.s afvec tristesse,
sans pouvoir y remdier.
Le plus souvent, aveccle dsir patriotique d'en saisir
la nature et l'importance, nos investigations nous
amiiieniit ori face de problmes conomiques, politiques
et sociaux don't la solution difficile et scabreuse dcon-
coiert les esprits les plus forms et les plus ihardis. La
lumire claire, mais elle blouit et, parfois, aveugle
les yeux qui n'y sont point accoutums. Aussi bien elle
ne doit tre projete que soigneusement, avec grada-
lion, avoc management, dans un monde o la routine
domine, oit les passions et les prjugs sont ce point
enracins qu'ils deviennent un temperament normal, o
l'ignorance culminate rest ci deh ou va au del de
toute observation logique.






I.'i TIAN;ER PEUT TRE EIPHYTOTE EN HAITI .

Un Montesquicu qui s'aviserail. d'crire des considra-
tons sur la grandeur et la decadence des Ilatiens, ne
trouverait pour la premiere parties. de sa thisei que les
hauts faits qui oui conduil. i I'indpendance national.
Tout le temps tque J'idd e de cette indlpondance n -Ie la
principal inspii ntioniiil de notre nelivilt politiqnlie ri. le
principal mobile o Ic note existence, come polnple,
nous avons irtouv. en dpit de nos orreurs, iii ancre
do srel pour nous retenir an bord des di:clirances
imminentes ,I nous empiicher d'c(n suivre la pente
rgressive. Mais plus noire iiilpondaice se consolidait
par loul. un ensvinble de cii'cniiiscLalices inldrieturr, et
extrieures. plus nous avos acquis la cVtiiviclio:i de
son indiucslirtiiliit, plus. unrti, nous nons y imnluiles
"abitu6s, moins nous avons conserve la force expansive
d'Ea people ilui veut vivre cl, grandir an miicu et du
mme pas des autres peuples qui l'environnclni dans le
concern dr la civilisation mondiale.
eien plus. il s'est trouv\; que les intuilions merveil-
leuses, iqui ont t I'admiraible projection inlellectuelle
de l'ide ,de l'ind6penidaine,en quile de prolcclion ottiff
de nouveaux nlvahliisscmen[ts, leuIts et dguisIs. ont
pass peu peu i I'l'tatl d'instinct irraisonne t mica-
nique. incapable de rien distinguer. de rien discerner nu
de rien imagine, en vue d'une transformation gradiille
des ncessilMs d'hier en besoins d'aujourd'hui. A cet
gard,aucun example n'est plus eloquent, plus dmons-
tratif que l'iinlrdi.lion de l'tranger au droit de pro-
prit iummohilibre ou terrienne en Hati.
On ne cessera jamais d'admirer la sagacity avec
laquelle nos pres ont devin que l'article 12 de la







LETTRLU DE SAINT-T4IOMAS


Constitution de 1805 tait, ct et mme au-dessus
des baYonnettes, la principal defense de notre indpen-
dance territorial. Leur prvoyance nous a sauvegards
d'une dpossession clandestine que l'inconscience des
propritaires encore novices et leur manque de capitaux
mobiliers auraient rendue aussi facile que dangereuse
pour notre nationality naissante. Aussi les neuf consli-
titutions qui ont suivi, dans les commotions de notre
instability politique, ont-elles toutes, sauf celle de 1807,
conserve cotte interdiction qui est devenue, aux yeux
de la multitude et mme de certaines gens trs claires,
comme une arme indispensable au maintien de notre
autonomie national.
Pourtant, measure que l'indpendance d'Hati se
traduisait en un fait irresistible et impossible mcon-
nattre, la precaution de nos pres, sans perdre sa
haute valeur patriotique, devenait de moins on moins
imprieuse. Par une de ces curieuses antinomies don't
l'volution dles peuples est coutumire cette exclusion
des trangers de la proprit foncire semble tre
aujourd'hui hautement dfavorable notre dveloppe-
ment national. Notre existence est devenue trop res-
treinte, trop rudimentaire, faute, par nous, d'avoir su
attirer les capitaux et les homes spciaux qui ne
peuvent nous venir que de l'tranger, puisque nous ne
pouvons les improviser de toutes pices, pas plus que
ne l'a fait aucune des jeunes nations don't la priode de
dveloppement est contemporaine de la nire, sans
excepter les Itats-UJnis dAmrique. Le sentiment que
la faiblesse conomique. don't nous souffrons d'une
faon patent. est le rsultat de notre isolement intran-








L.' T'IANGEI PE'E T I:TIiE K EMl'IYTii :rOTl EN HA:TI 5

sigeautl danis la possession du droilt de propril fou-
cire, gagne chaque jour les esprits clairs el pondlrs,
pnlre de plus en plus les intelligence allctnives. Ce
sentiment va jusqu' inspire l'ide d'un renoncei ent
absolu et immiidiat aux rigueurs de notre xnlasie
immobilire.
Il a l facile aux moins perspiicaces de remainiquer le
faith clalalal que ce sont surtoul les caiiiltaux 'lrange'rs
qui oui donn le branle i Il'activil cmoiioinqui e l loffes
ces nouvelles nations, auxquelles nous ciions nagure
suprieurs on capacilts individuellcs ct en richesse,
mais qui nous dpasseni maiuteuant. par suile des
exploitations agricoles ci des elahlisseouents inluslriols
lui oui surgi nii leur sein. Il u'a point fall de grands
efforts pour observer, iu imnuie temps, que ces capitaux
ne sout alls que li oft I ranger se sentait assur d'une
jouissance aussi complete que possible du sol qu'il
exploited et oi sont tabless ses usines. De li, chez
quelques Ilatieus une tenlation fort coumprhensible
d'effacer d'un seul trait l'inlerdietion coiislilulioniielle,
aundis que d'aulres continent crier au sacrilge,
routes les fois qu'il s'agit d'y voucher.
Pour1 ma parl., je conslat a'vec les premiers toul le
tort que nous fail la raret, sinon l'absncei d'importantes
exploilations agricoles ou de notables tlablisscemeits
indusIriels. que nous ne pouvons gure crer par nos
seules forces. Je crois que cet tal de chose est d, en
grande parties, a l'interdiction constitutionnelle don't la
porte a t gudralement exagre. Mais jo respect
profondment les scrupules des traditionnalistes, tout
en y mettant une plus grande larger de vue, plus de







LETT[IgS DE 8AINT-TiIOMA4


discernemient. Aussi ai-je toujours pensi que, au lieu
de proc1der eu dmelisseurs Ibnvoles de la construe-
tion coistitutionnelle de nos pres, en face dle proccu-
palions qui n'ont pki l'ineinse efficacit des premiers
temps, maiis (lui n'out Ipas perlu loutoleur rationalit.-
il vaut miniux chercher si la loi et la pratique juridique
ne nou s lourliissent pas un tcinpramentl, une transac-
tion proprie 'carter l'obslacle coiislitutiomnil qlui n'est
qu'aP)plir'ni au poiiil le vue dos s6curil.s de la jouis-
sauce du sol iindispeisables a tout eitrepreieur d'ex-
ploilalions agricoles, qui'il soit. lailiien ou ltianger. I1 y
a longlenps que je coiisidl?'r le bail emph/ilylolique
comiiiie me inilleur mioyeit dil'offrir ces derniers les
garanilies dtsirables, sans aucuniimiii'el violer notre pace
rondamiiiietal.
Dans ma deuximie lelirc ouver'te a la Socit de
lgislalioni de Port-au-Priiicc j'ai cit, ce sujet, un
passage du iMlesayer du Nord du 2(i janvier 1878.
Qu'il mie soit permits dle presenter aujourd'hui une autre
citation tire d'une confi'ence faite au Grand Cri'cle de
Paris, cn dcembre 1891.
Hati n'a pas la seule, disais-je, parmi les nations
civilises, inscrire iii teil iprincipe dans ses lois cons-
titutionnelles. Sans aller bien loin, je puis citer l'Angle-
terre, qui a longtemps refuse aux strangers l'accession
la proprit immobilire ou territorial. Il y a peine
une vinglaine d'annes depuis qu'elle a dsarm sous
ce rapport.
D'ailleurs, je ne pense pas qu'il faille, absolument et
exclusivement, une immigration la faculty d'tre
propritaire du sol, pour se d6velopper heureusement








L'ETHANGER PEUT T1E EMPHYTOTE EN HAITS


et prosprer dans le pays adopt. Ce que l'immigrant
doit rechercher, avant tout, ce n'est pas le vain litre de
la proprit, mais la possession effective (de la terre, lui
procurant la scurit d'un travail rmunrateur. Avec
les combinaisons du bail emphytltique. que les cons
titutions hatiennes n'ont jamais interdit et qui peut aller
jusqu' quatre-vingt-dix-neuf ans, c'est--dire trois
gnrations, l'immigrant peut bien enutreprendre loules
les cultures, mme celles de longue haleine. sans aucune
inquitude d'tre vinc dans le course des amliorations
qu'il pourra fire au bien-fonds, el avec toute la chance
de voir abaisser, devant l'une de ces trois gnrations,
la barrire leve par l'exclusion constitutionnelle.
En thorie, les jurisconsultes divisent la proprit
en deux categories, le domain utile et le domaine direct
ou minent. Le domaine utile, qui est le propre de 1'4isu-
fruitier en possession lgale de la terre, est le seul qui
doive intresser le travailleur; le domaine minent n'est
qu'un litre sans autre porte que la satisfaction d'une
orgueilleuse prsomption. 11 est vrai que ce titre est
ncessaire.pour donner l'intgrit du droit de proprit,
qu'on a dfini le droit d'user et d'abuser . Mais l'im-
migrant laborieux n'a besoin que d'user (le la lerr'e: et,
quant au reste, on sait combien la legislation moderne
restreint chaque jour ce droit d'abuser, qui n'a eu son
plein effel que dans la floraison du moyen Age.
Aussi. lorsque j'eus connaissance du vote de la Socit
de legislation de Port-au-Prince, dclarant que le bail
emphytolique est interdit l'l ranger, suivant I'articleti
de notre constitution, n'ai-je pu m'euiprcherd'intervenir
dans la discussion, pour essayer de ramener la savante






LETTRES DE SAINT-THOMAS


Socit une opinion que je crois juridiquement plus
saine, plus logique et plus pratique.
A une premiere lettre ouverte adresse cette Socit
en succda une second destine rpliquer aux argu-
ments mis en avant pour combattre les miens. Peut-tre,
dans l'irritation de la polmique, la discussion a-t-elle
pris parfois une cret qui messied la srnit d'un
dbat purement scientifique. C'o.t un malheur de ces
temps, o des prventions souvent injustifies infusaient
dans les espritsje ne sais quel fiel, mauvais condiment
pour le style qui en subit la pernicieuse influence. Plus
calme aujourd'hui, on voudrait en arrondir les angles,
en mme temps qu'on en polirait et repolirait les asp-
rits; mais on est arrt par le faith de la publicity qui a
fix la forme et le fond de ces discussions revenues
dsormais la proprit commune des argumentateurs,
qui n'y peuvent unilatralement rien changer.
Quoi qu'il en soit, des lumires icessaires ont t
projetes sur cette notion de l'emphytose, si intres-
sante tudier pour tous ceux que proccupent srieu-
senient l'avenir et le dveloppement conomique de notre
malheureux pays, d'une part, et l'interdiction consti-
tutionnelle don't l'tranger est frapp, en Haiti, quant
la proprit foncire, de l'autre. En some, quelled que
puisse Btre la confiance que, d'un ct ou de l'autre,
on montre dans la rectitude ou la solidit de son opinion
doctrinale, savoir si l'tranger peut bnficier ou non
d'un bail emphytotique, en Hati, il.y a une autorit
qui doit servir de boussole tous ceux qui auri'nt y
contractor un-tel bail, c'est la jurisprudence adopte par
le tribunal de (assation de la Rpublique.que je n'avais







L'TitANGEIt.1 PEUT TRE EIMPHYTEOIE EN HIAITI


point connue, en entamant la discussion, et qui s'accorde
parfailement avec lathse que j'ai soutenue. Aux lran-
gers, surtout, il est bon de connaitre l'arrt rendu le
3 juin 1897 par notre tribunal supreme, sous la prsi-
dence de son miniiet president, Il. Lechaud, avec l'assis-
Lance des judges Pollux Ilippolyte, Camille Djean.
Bourjolly et... Edmondu llraux. Nous en reproduisons
ci-dessous les motifs ct le disposilif.


Sur /'.unique nmoyen du p

Vu l'artirlh G dle la ;consti Lution et, l'article 10 du
Code civil.
A.ttcll u que la loi n'a lps del'iii les eleiiniil.s
conslitulifs de l'implyl.ese ;- Qu'il iui)nporl donc, peu
d'examiner si les baux qualifies 'eiiiph.l Iotiiqucs ont
ou non ce aracli'T, -Queo, dans l'espce, la question,
l'unique question est celle de savoir si les baux qualifies
tort ou raison par les premiers judges de baux nmphiy-
1otiques ont Iransinis aux proneurs un droit rel
immobilier ;
Attendu qu'on apprciant les conditions insres
dans les baux critiques, il n'apparalt point que la baille-
resse, en les consentant, a eu l'intention de donner aux
preneurs le droit de disposer des immeubles concds; -
Qu'il rsulte, au contraire, de l'obligation qu'elle leur
impose de veiller ce qu'il ne soit fail. aucune usurpa-
tion ou empitement sur lesdits immeubles et d'avertir
sur-le-champ ladite bailleresse de tous ceux qui pour-
raient y tre faits, peino d'en Mtre responsables enilurs









prIopres I tp-ives; Imonii. ai isi que celledll e iC(' sg touIs Litlls QeM"' ), I' IllunI a ejlemivldm
leu r caiertt droil porsoune.1, e'~-'leuIr iissurer

jugs, lit duissu ee s bienis donns u bail:
AIllendu que, dans''L": cecs conditionscii, il li'l-SI pas cxc
lic cldih que le tribiiiiiil civil (les (;poiIVes. pnur avoir
dclar (lut- les baux doil. s'igil ii' so>it[ pa1s nuls, a
cOIIiflhs tiiti excs dle pouvoir ()l Nu im Iee ;irliclIes 10 (lu
Covcvil et, G de la1 (C>sIituulio m
1 l'ar 1-v' mol f, le t ri bummia, apresu N o~iI dliber,
rejettIe commuiue. iial I muide Ile pourvoi'n form par
M. lFeu3uud Ilx>uul crl le (ullile ilig il. titi Iribl>uu;il vivil
dlos (t'lwi ec, il dII dlu 13jillanvier 18!i. 7 I(IU nu)ilra-
Iiclnii'eiiieiut uire-1 liii el les 1mnux lueuIlmlutul. '















LE'I'TRE OUVERTE AUX MEMBRES I)E LA
SOCIETY DE LEGISLATION DE PO1T-AU-I>lINCE


NMa pens'c est q e, i slii l s Il uiM i i s rI liiire i' I'liirs
siri. les lini .es les r .sl.ir liiin. ii
libert les v not vnlins. t, loi -
qiu'il s'git il'ille c ilnvilitioin 'i'r-
liii- i lt I'r rliillri ie ii.';s (lrntil
p)iilr un i iteil'rl re tioni xc esissi\lv
les 'c'asions ,i l e luii in inliev'r le
I lnllnlie. Loi'lS Iltns i


MESSIEUllIs,

J'ai on le bonheur ;d liro les niumros (lela Reviue de
la Sori/ dle Li,'is lalion cltinatil le l'iilpport dle
M. Eii. Etharl et les discussiu is qui s'ien soit sui\v'ic.
sur cette important question : L'iranger peut-il
bdnficier d'un bail cmplhyltoique ?
Pour mieux fixer l'exice portel de celle question, il
serait peut-tre bon d'ajouter : en Hati ; car il ne
fait pas de doute que, dans les pays o l'tranger n'est
point excludu droit de proprit immobilire. l'accsde
l'emphytose ne saurait lui tre contest.
Dans son intressant rapport, M. Etharl a conclu
que rien ne peut empcher l'tranger de bnficier
d'un bail emphytotique . Est-il dans la vrit ? fait-il
erreur ? Pour y rpondre, la Socit de Lgislation a
consacr deux de ses sances des discussions minu-







LETTRES DE SAINT-THOMAS


tieuses, dans lesquelles les argumentations doctrinales
furent produites avec une ampleur et une assurance qui
prouvent non seulement la sollicitude mise dans l'tude
de la matire soumis1e votre dlibration autorise,
mais encore la conviction de chaque opinant dans la
valeur et la solidit juridique de ses arguments. Le rap-
porteura t malheureusement absentde cette joute o
il aurait sans doute plus d'une lance briser.
Purtant, la runiondu 18 mai et celle du 15 juin se
distanaient d'un intervalle de prs d'un mois! Pen-
sait-il que sa presence n'avait aucune utility pour la
solution du problme, se fiant peut-tre sur la seule
force de la vrit pour enlever les opinions mme pr-
conues ? Ce lui est certain, c'est que le rapport de
M. Ethdart, rdig avec. une sobrit et une modestie
qui cachent une science des plus avises, pouvait bien se
soutenir par son propre poids. Aussi, suis-jo d'avis que,
dans les discussions qu'il a souleves, votre savante
Socit s'est trompe, et sur le vrai caractre de l'em-
phytose et sur les consequences juridiques du bail
emphyltotique.
Pour bien lucider la question controverse, il est
utile de la s'rier. Il y a se demander : 1o l'emphy-
tose quivaut-elle la proprit d'un bien foncier?
20 le bail emphytotique est-il interdit l'tran-
ger d'aprs l'article fi de la constitution et l'article 450
du Code civil ?...

I
II n'est point ncessaire de revenir sur l'histoire du
jus emphyleuticum dj esquisse en traits rapides par








L'TRANGER PEUT ETIIE EMPHYTOTE EN HAITI 13

votre intelligent rapporteur ; cependant pour la vrit6
historique, on doit dire que le droit que concdaient
d'abord les municipes remains des particuliers sur les
domaines municipaux portait, limitation des con-
cessions faites parl'iat sur les terres de l'ager publicus,
le nom de jus in agro vectigali, protg par une action
spciale appele action recligalis. Ce u'est que lorsque le
grands propritaires fonciers se mirent imiter leur
tour ce modede concession que le droit donn par eux
commena s'appeler jus enmph./leulicum, du mIot grec
emphlileusis plantation indiquant que le concession-
naire tenait'la terre pour la moltre en culture. Ce nou-
veau droit fut protg par l'actio in rem utililatis
causa ou aclio publiciana accorde tout possesseur
bonitaire.
D'ailleurs ces deux institutions finirent par se fondre
en une seule, dans le dernier tat du droit remain. Ce
qu'il est essential de noter, c'est, que l'aulorit prlo-
rincne, tout en reconnaissant l'empliytole un droit
rel sur le fond bill foriiie, ne lui avail jamais
reconnu le droit de proprit, mme lorsque le bail
impnliquait une concessioninperpetuutn. Malgr I' ten-
due des droits qui lui sont accords, l'empliytlotc, dit
Gaston May, n'est pas substitu au dominus. Celui-ci,
outre le droit rsultant pour lui du contract conislitutif
de l'emphytose, peut reprendre la chose, lorsque l'em-
phytose prend fin.
L'institution de l'emphytose passa, du droit remain
l'ancien droit franais, sans avoir change de carac-
tre; mais il y a lieu de remarqr qur que lEglise. en
sa quality de grande propridlaire terrieiiii', a tl la








LETTRES DE SAINT-TIOMAS


premiere remettre on usage le bail emphytotique,
dans administration rement ce qui a pu tre avanc par ceux qui n'ont pas
suffisamment tudi la matire, l'emphytose, quoique
fort pratique duranl l'poque fodale.sans parler de la
confusion qui put en tre faite avec la censive, ne fai-
sait nullement parties des tenures fodales ; elle a tou-
jours t classe parmi les tenures purement foncires.
C'tait, suivant Esmein, une simple amodiation de la
terre ct elle n'impliquail aucune supriorit dii conc-
dant sur le ioane ssionniire ; elle pouvait' existerou
subsister dans une socit qui n'aurait jamais connu ou
ou qui aurait limin le systme fodal. Aussi, dlit
l'minent lgiste, a l'gard des tenures foncires, la
Revolution les itaita-t-ello autrement que les tcnures
fodales ; tandis qu'en definitive, par les lois de la Con-
vonilion, elle abolit sans indemnit toutes les lenures
fodales, ellelaissa gnralement, au contraire,subsister
les tenures foncires, sauf faculty de rachatl pour le
tenancier.
C'est donc toujours avec le mme caractre que l'em-
phytose a pass de l'ancien droit franais, travers le
droit intermdiaire, au droit franais actual. L'em-
phytose, crit Planiol, tait, dans le droit remain,
comme elle est encore dans le droit franais actuel, un
droit rel de jouissance sur la chose d'autrui.
Ce point tant bien tabli, comment la Socit de
legislation n est-elle venue dclarer doctrinalement
que le preneur du bail emphytolique devient propri-
taire du bien foncier, en vertu du bail qui lui est con-
senti ? Pour se rendre compete des causes deson erreur,







L'TIIANGER PEUT TRE EMPHYTOTE EN HAITI 15

il faut suivre et analyser soigneusement les discussions
qui l'y ont conduit.
Le premier 'fix pas a t commis dans les terms
mmes par lesquels M. Solon Mnos, votre honorable
president, a ouvert la discussion en disant : Il s'agit
desavoir si l'emphytose constitute un droit personnel
ou un droit rel imnmobilier. Si elle est considre
comme un droit rel immobilier, l'tranger ne pourra
pas en profiter. Comme l'article 6 de la constitution
interdit i l'tranger le droit de proprit de biens fon-
ciers, en lIati, ccl.le dernire phrase signifiait, indirec-
tement: ci Si 1 emphytose est cousid6ri'e comme un
droit rel immobilier, elle constitute un droit de pro-
prit de biens fonciers ...
Dans l'analyse des arguments mis en avant pour dis-
cuter la conclusion du rapport de M. Etlihart, je ng li-
gerai intentionnellement routes les affirmations ui n e
me paraissent point avoir eu une influence decisive su r
le vote (le la Socit, afin de ne pas allonger inutilement
ma lettre.
On pourrait croire par la faon don't s'exprime
M. Mnos Ip. 122, Ir* col.de la Revue de la Socit de
lgislalion, onzime anne, n* 9) que le dcret de l'As-
semble constituante franaise, auquel il fait allusion,
n'a conserve la faculty du bail de quatre-vingt-dix-neuf
ans que pour l'emphytose; maisce seraitune erreur. Le
dcret du 18-29 dcembre 1790 interdit toutes les loca-
tions perptuelles, en assignant la dure extreme des
baux lalimite de quatre-vingt-dix-neuf ans, sans distin-
guer le bai empliytotique des autres baux qui peuvent
lgalement comprendre cette dure de quatre-vingt-dix-







LETTRES DE SINT-TIIOMAS


ieuf ans. (Ce nest donc point de sa dure seule que
I'empl ylytose pourrail tirer. 'n idrmil Ifranais, son carac-
tre de droit rel inimmobilier.. Mais prisons aux utres
arguments qui nmil. eni ranlu i I \i1d' f1d la Socite.
M. Edmond ll'rau\. qui a trua\ill assez longlomps
l'Enregistrement. pour fire almetilm' que le bail
emplhytolique 'si tvai,'lalif de propiriil'. sest 6ayr dlu
faith que la r6gic, en F'rance, fait pt;i, a l'euregistre-
minnt le ce bail le droit de transmission.
Cette faon dle voir, ajoute t il. est non seulement
appuye sur l'opinion des auteurs les plus iminents,
mais aussi sur la doctrine de noiubeui.x arrt.,.
Je n'aipas le honhe.urdo (c(iiiailre ls ,miinenl.s auleurs
l'opinion de qui M. IIuraux s'en rapport ; mais je puis
nitir. quoique (le mmoire,, Garsonnii t {lisi.ire (des
Bautr longs 'ermes et des Localions plerfp'/luell lesco (il'inlphllose), Colmoiel de Saniterr L Dt )eimantle
(Cours avnalytique du Code civil). IPpin Ichalleur (lis-
foire de l'lnliphuylose), Planiol i Trait b' l)roait .i),
Demanle (Enreyistrement), Guillouard (I rail des P'ri-
vilkes et lHypothiques) cl une fouled d'aulres autorits
dans la matire, qui sont d'unm opinion absolumiint
oppsi'.
Qualn i la jurisprudence des arrils, clle se rdduit
prolaillement i deux arrts de la Cour de cassation,
rendus le 1r avril 1840, qui ont doniun gain de cause
la rgie. Mais il imported de rechercher la valeur doctri-
nale de cette jurisprudence. S'appuie--elle sur un
ti-xt t de loi doit nous ayons la r-piclilioli lans nolire
legislation nal.ionale? A-t -elle une Iruilition qui remuln l.e
la premiere inlerprtaLiou du Code civil franais





L' IETItAN(.;EI II T eTitE EMI'II lTETIOT-- EN IHATI 17

lui-mme el qui nii serait (con(nc un corollaire ?
Si nous voulons nous arrter aux textes, 0on ne
tr(iiiv, ni en France, ni iin lanti, une loi quelconque
pouvant 16gitimiTer I'ppqliication du droit on dl la taxes
d(l Iransmission l'en registruementt d'un bail emphy-
otlique. En droit franais, comme en droit hatien, un
hal qluelconqiue n'imiplique jamais une transmission de
proprit. Depuis la Rvolution franais. dit Planiol,
le mot bail s'est restreint dans l'usage ai louage pro-
premnnt dit et ne s'emploie plus pour de; actes trans-
laltfs de propri't.
La valour traditionnelle de cette jurii-rrudence est
tcut aussi contestable. De ': promnulgatio?, lu cor'ec civil
franais l'ann2 1834, la rgie avait constamment
appliqu aux baux emphyie-Aiques la mrn.; taxe appli-
cable aux baux ferme ordinaires. En vi.c sans doulc-
d'augmenter les resources du fisc, elle s ravisa, vers
cett- poque, et exigea le droit de trans::'ission peru
sur Ic droits r'els immobiliers constituent la pcoprit
funcibre. Le' iricresss protest5rent. De Fi des con!cs--
talions don't rsultrent ler deux arrts cilts plus haut,
lesquels font jusqu'ici autorit; mais les protestations
n'ont jamais cess de se produire contre cette jurispru-
dence explicable par la tendance bien connue de la Cour
de cassation pencher du ct de la rgie, dans toutes
contestations fiscales.
Aussi en 1882, lors du vote du titre V, livre premier
duprojet du (ode rural, lequel rglemente d'une faon
prcise I, caraclre et les conditions de l'emphytose,
on France, le Snat a;iait-il dcid d'abord que le droit
d'inregisirmeniil d'une constitution ou transmission
LETTIES DE SAINT-TII'I1IAS 3






LETTRES DE SAINT-THOMAS


d'emphytose serait ax comme il en est pour les baux
.ordinaires. Sur la reclamation de la rgie, il est inter-
venu une transaction (1) avant le vote dfinitif: le droit
de 0 fr. 20 serait peru lors dq la constitution de l'm-
phytose; mais les mutations ultrieures donneraient
lieu au droit peru sur les mutations immobilires, avec
un procd special pour estimation de la valeur de
l'emphytose. Ce titre du livre premier du Code rural a
t vot, sans discussion, par la Chambre des dputs,
en fvrier 1899, de sorte qu'on peut accepter ce ..sin'
comme une loi tablie en France et qui infirine essen-
tiellement la jurisprudence don't voudrait s'autoriser
M. Hraux pour soutenir l'opifion que le bail emphy-
totique est translatif de proprit.
Il s'agit de savoir, dit M. Georgps Sylvain, si chez
nous l'tranger peut bnficier des bjaux long terme.
En ce cas, il pourrait aussi bnficier de l'emphytose.
Rien de plus judicieux; mais centre cette objection un
peu timide, M. Mnos s'est empress de prendre position.
Le bail de neuf ans, dit votre president, est le
.plus long que le tuteur puisse contractor. S'il veut
passer un bail plus long terme, il doit tre autoris.
C'est parce que les baux de plus de neuf ans sont
rputs des actes de disposition. Ces paroles, consi-
dr6es en elles-mmes, sont des plus orthodoxes; mais,
en rponse la question de M. Sylvain, n'implique-


x. Cette transaction don't le fondemelt parait peu logique est sans
doute une reminiscence de la censive, .dans laquelle les seuls profits
srieux du seigneur censier, en lieu de qui semble se mettre la rgie,
consistaient dans les droits qu'il percevait lors des mutations. (Voir
Bsmein, Histoire du Droit franais.)







L'TRANGER PEUT ETHE EMPHYTOTE EN HAITI 19

raient-elles pas que les baux long terme, quelle que
soit leur espce, sont des acts de disposition, dans le
sons d'alination de la proprit ?... Dans tous les cas,
on doit tre averti que l'argument prsent par l'hono-
rable president de la Socit de Lgislation n'a pas une
porte bien srieuse, relativement la matire et au
but de la discussion. Cet argument ne portrait qu'au
point de vue de la distinction 6tablir entire les actes
d'admliisitrationl et les actes de disposition. Cette
disliiiuin, dit Planiol, est trs imporlante en droit;
mais elle concern Lien plus la thorie des personnel
que la thlorie de la proprilt.
Mais M. Mnois continue ainsi: Comme dit notre
collgue Htiaux, lorsque le bailleur a donn bail
emphytotique, il n'est plus tenu d'aucune charge ou
contribution foncire. Il semble donc qu'il a transfr
son droit de proprit.
On tst vraiment tonn d'une tell deduction de la
part d un home de la trs haute competence juridique
de M. Mnos. En effect, la discussion roulant sur la
thorie de la proprit et de ses dmembrements, il
devrait tout naturellement se rappeler que d'aprs
l'article 516 du Code civil, si celui qui a un droit
d'habitation occupe la totalit de la maison, il est
comme l'usufruitier assujetti aux rparations d'entre-
tien et au paiement des contributions . Pourtant, pour-
rait-on en conclure que celui qui accord un droit
d'habitation a transfr son droit de proprit?...
La conviction de M. Mnos est si forte qu'il n'a cure
de s'arrter aux rgles et aux principles de droit usuel-
lement observs dans toute interpretation doctrinale.






LETTRES DE SAINT-THOMAS


Au lieu de rflchir sur une observation plus que
judicieuse de M. Louis Borno. il s'empresse de prononcer
l'oracle: Le bail emphytotique, affirme-t-il, a vrai-
ment pour objet l'acquisition d'un droit de proprit.
La personnel qui done bail, par ce contract, renonce
la proprit du fonds: l'emphytote exerce les actions
du propritaire qui il est consent pour la former une
redevance annuelle don't la modicit est une prsomp-
tion du paiement antrieur du prix vritable.
Jamais assertions jur:diques aussi imprieuses ne
couvrirent autant d'erreurs dans une huitaine de liJnes!
On a dj vu que l'emphytose ne constitute, au
plus, qu'un droit rel d- jouissance sur la chose
d'autrui ; pour que le bail qui le confre pt avoir
pour objet l'acquisition d'un droit de proprit, il
faudrait que ce dernier n'et point une porte et un
caractre suprieurs, qui le distinguent du premier.
Aucun jurisconsulte ne soutiendra une tell- opinion, en
se rappelant le texte de l'article 448 du Code civil. Ce
qui caractrise le droit de proprit, dil Planiol, ce qui
le distingue de tous les autres droits rels, c'est la facult
de disposer de la chose, en la consomunant, -en la
dtruisant matriellement, en transformant sa substance,
C'est l ce que les anciens appelaient l'abusus, jus
abutendi. Tous les autres droits rels autorisent leurs
titulaires jouir de la chose d'une faon plus Du moins
complete; mais toujours la charge de conserver la
substance , comme dit l'article 578 pour l'usufruit
(478 du C. civ. hatien); c'est--dire que ces diff-
rents droits ne comportent jamais l'abusas qui rest
ainsil attribute caractristique de la proprit .








L'ETRnAIGER PEUT' ETRE EMPHYTOTE EN HAITI 21

Ensuite, pour que la personnel qui accord un bail
emphytotique sur son bien ft considre comme
ayant renonc la proprit du fonds, il faudrait, au
rebours, que le droit de jouissance de l'emphytote ft.
inon renforc du jus abutendi, au moins illimit;
:ependant la jouissance de l'emphytote, quoique plus
grande que celles confres par d'autres droits rels, ne
comporte pas moins une limited.
Il ne peut rien faire qui soit de nature diminuer la
valeur du fonds ; il ne peut ouvrir les minires ni les
carrires sans le consentertement du propritaire. Ioutes
les amliorations faites par lui restent au propritair.,
sans idemnit la fin du bail ; il en est de mme ds
constructions leves en vertu des clauses du bail. La
jurisprudence admettait en sa faveur le droit d'enlever
les constructions qu'il a faites volontairement, pourvu
que le fonds n'en ft point dgrad ; mais le titre V du
livre premier du project de Code rural vot par le Snat
et la Chambre des dputs lui retire le droit d'enlever
les constructions mmes faites volontairement. Dten-
teurs prcaires, ni lui, ni ses hritiers ne peuvent pres-
crire la proprit du fonds.
En affirmant docloralement que la modicit de la
redevance annuelle est une prsomption de plus du
paiement antrieur du prix vritable , M. Mnos laisse
croire de deux choses l'une: ou il n'a aucune ide de
la nature du bail emphytotique, ou il se met au-dessus
de la science du droit et de ses reprsentants les plus
autoriss.
Je dtacherai seulement la censive, dit Esmein,
pour l'tudier d'un peu plus prs; c'tait la plus usite








LETTRES DE SAINT-THOMAS


et traditionnellement on la prenait come le tywp des
tenures r< turires... L'minent juri-ter conliiiui:
Mais, dans le droit coutumier classique, a partir
du xvie sicle, les auteurs relevaient. quani tix a 'ux isxs
correspondentt la redMvance ou ranon de l'empliy
tose) une particularit trange: c'lail sa inodicit .
Il tait loin de reprsenter le revenue de l'immeu>le-
censive et ne constituail, la plupart dui temps, qu'>n'
some insignifiante : le- jurisconsultes dclaraient qu'.'
tait surtout recognitif du domaine minelit: par le
paiement annuel. le cerisiltir< recr inasan.f qu'il n':tait
point pleinement propritaire.
J'ai fait cette citation, rien que pour montrer quel
point est faux le jugement de M. Mnos, quant la
signification qu'il donne la modicit de la redevance.
modicit don't la tradition va directement l'enconitre
de sa doctrine. Mais il y a plus. Cette modi.il de la
redevance est l'un d!es caractres distinctifs, sinon gr- ,n-
tiels du louage emphytotique. Le preneur emphylto-
tique doil trouver la compensation des charges ,lui lui
sont imposes dans la modicit du loyer annuel qui lui
est demand , dit Planiol. Si le prix du bail est en rap-
port avec le taux ordinaire des locations, et que la
valeur des constructions doive lui tre rembourse sa
sortie, on doit avoir l un louage ordinaire et non une
emphytose.
On en tait l, quand, laSocit de legislation ayant
rserv son vote sur la conclusion du rapport de
M. Em. Ethart, M. Jramie est intervene dans la
discussion d'une faon remarquable. avec, l'intention
vidente de donner une conscration decisive aux affir-







I.'TRhANGERIt PEUT ETRE EMPHIYTIOTE EN HAITI 23

milions digmal.iquies de M. Mlnos. En effect, M. Jr-
miie possi'de dans notre pays la reputation incontestable
d'un esprit pnilraint, d'une de ces voix retcntissantes
qui se fontL couler, Ois main.na sonaturum, dirait le malin
lloraiie. Je n' 1:l suivrii pas dans ses considlalions
triansceci eniales: je inc conlenierai seulementl de la
rchercho i s arguments nouveaux qu'il croil avoir
apports danls la diiscus;on.
Il est inulile dle fire ooserver (que l'emphylPole, ayant
une teniire purement. foncibre, n'a jamais t le propri-
laire vassii, don't parle notre hotnoralle concitoyen.
Pour lui, les '- x conditions caracltristiques du bail
cemphytbliciue sont la possession durable et la farult
de transformation. Pourtant ces deux conditions ne sont
nullement s.,]ciales a l'emphytose et peuvent bien se
renconirer dans le lounge ordinaire.
M. Ji'Trinie, oblig de reconnaltre que la dure du
bail et le paiement d'une redevance ne suffisent pas
pour consLituer l'cmphytose, s'accrochesurlouta u droit
de transformation; mais le magistrate qui sige au tri-
bunal de cassation oublie sans doute que l'article 1,99
du Code civil, on faisant l'obligation au preneur d'user
de la ch',se ien hon preo de famille et suivant la destina-
lioB, ui lui a 6t donne parlc bail ou suivant celle pr-
sumA" d'apris les circonstances, dfaut lui cuncihde implicitement le droit de transformation, si
cette transformation est la condition mme de la jouis-
sance du bail. C'est le cas ordinaire pour tout bail
ferme, mme d'une duro de cinq neuf ans,-quand le
terr'tin amodi n'a pas encore t cultiv et mme quand
il y aurait une culture prexislante; car toute actiion de








LETTRES DE gAIN2T-TIIO4As


l'homme sur la nature, en vue de la production de la
richesse, implique une transformation. Des procds
divers, qui se perfectionnent peu peu, dit Beauregard,
transformeront les portions cultives et y multiplieront
les rcoltes. Les travaux de drainage, de desschement
ou d'irrigation (autant de transformations) livreront li la
culture cells qui jusque-l ne produisaient rien et res-
taient en friche.
Peut-tre M. Jrmie, en parlant de transformation,
ne vise-t-il que les constructions que peut lc\ er l'emply-
Lote : mais le preneur d'un bail quelconque a implici-
tement le mme droit. aux conditions prvues pir
l'article 461 du Code civil. Cela n'est point contestable.
Quant la transformation, qui consisterait a dmolir
purement et simplement les constructions existantes au
moment o le bail emphytotique est coisenti. mime
l'tat de ruines, on a dj vu que le dcilt d(o jouissance
recbonnu l'einpiytote ne lui permit pas de diminuer
la valeur du fonds.
Comme dernire demonstration que le liail emphlyto-
tique ne confre pas la Proprii:'-. du fonds, il suffira
d'ajouter que ce bail peut, come les baux ordinaires,
tre rsolu, contre l'emphytote : to pour iexc-ulioni
d'une condition particulire impose par le contract'
20 pour abus de jouissance ou dtriorations gsave..,
3" pour dfaut de paiement de la redevance. (Voyei Pla--
niol, Trait de Droit civil.)
L'emphytose, telle que la conditionne le dcrt du
18-29 dcembre 1790 prend fin : ti la fin du terrie et
2* par la mort de l'emphytote qui ne laisse pas d'u6ri-
tier au degr successible et n'a point cd son drcit...







L'ETRANGEI PEUT TIRE EMPIIYTOTE EN HAITI 25

Il ien semble qu'aprs s'tre hien pntr du caractre,
de l'objet et des dne s:quet':.~ juridiques del'eimphytose,
person nue compare ndra qu'on ait jamais song i recon-
naltre l'identit lgale entire le bail qui le confre et une
alienation d'immeuble. LaI discussion serait donc piii-
se, si nous n'avions nous arrcer qu'au drtit civil;
mais M. Miuios, afin de gagner plus sronient la convic-
Lion de ses collgues et enilever leur adhlision ses
conc&;plions qu'on ne saurait dire baunles, a port ses
affirmations sur le terrain de la p|rorldure,en avananil,
sans aucune rlicence ou allttiiiintioin, ,que l'emiphytote
exerce les actions du proprilaire.
Si cell dernire assertion tait juridiquement vraie,
nion opinion ii recevrait un clioc srieux, capable de
l'brauler dans son meilleur fotnleuiont. En effect, les
esprits'habitus aux controversies et la philosophies du
droit, savent qu'il y a virtuellement une correlation
logique entre la loi qui dfinit les rapports d'intrts
entire les homes et cell qui les protge ou les sanc-
tionne. Les lois de procedure apparlientient cette der-
nire catgorie; et c'est pourquoi en la comparant au
droit civil qu'il appelait droit dterminateur, Oudot pro-
posait, dans sa Philosophie dtu Droit, d'appeler la proc-
dure, Droit sanclionnaleur.
Malheureusement, il faut reconnaltre que. l encore,
votre honorable president vous a induits une dplo-
rable erreur.
La vrit est que l'emphytote n'exerce aucune des
actions qui ne complent au bailleur emphytotique
qu'en sa seule qualil le propritaire. La principal de
ces actions est celle en revendication (l'action on revea-







LETTRES DE SAINT-THOMAS


dication veritable n'est pas autre chose que le droit de
proprit rclam en justice). L'emphytote est dans
l'incapacit absolue de l'exercer. Sans doute, il est arm
d'une action pour la defense de son droit, mais c'est
toute autre chose que l'action en revendication.
tant titulaire d'un droit rel, l'usufruitier, dit Pla-
niol, a une action relle qui lui sert se faire dlivrer
lesehoses soumises son droit par quiconque les possde,
que ce soit le constituent, ses hritiers ou un tiers.
Cette action qui est pour l'usufruitier ce que la revendi
cation est pour le propritaire, s'appelle l'action confes-
soire d'usufruit. On sait que, dans les dmembrements
de la proprit, l'usufruit est, par definition, le type de
tous les droits rels de jouissance, jus utendi; c'est donc
seulement l'action confessoire d'emphytose que peut
exercer l'emphytote. (Voir aussi Garsonnet, Procdure
civil, sur les diverse actions relles.)
Vient ensuite l'action possessoire. L'emplytote est
encore incapable de l'exercer en ce qui concern la
proprit du fonds, cause de la prcarit de sa pos-
session.
Sont dtenteurs ou possesseurs prcaires. dit Pin.
niol :
1I Les locataires et fermiers, qui tiennentla chose Ci
vertu d'un contract de louage;
2o Les mtayers associs pour la culture avec le pro-
pritaire du fonds:
3 L'emphytotequi cultive en vertu d'un bail longer
dure appel : emphytose ;
40 Les cranriers gagistes, (lui dtiennent une chose
mobilire titre de nantissement;







I.'THANGER PEUT ETRE EMPHYTIOTE EN HAITI 27

5o Les cranciers antichrsistes qui un immeuble a
t L donn en nantissement, etc.
Si parfois l'action possessoire est exerce par l'emphy-
Lole, c'est seulement dans les limites de son droit de
jouissance. Toutes les fois qu'une personnel, dit Pla-
niol, possde sur une chose un droit rel qui lui donne
la jouissance exclusive sans lui en confrer la proprit,
cette personnel se trouve dans une situation particulire :
elle est tout la fois possesseur prcaire, en ce qui
concern le fonds et possesseur animo domini pour
Yexercice de son propre droit. L'usufruitier, l'usager,
'emphytcote sont dans ce cas : ils possdent la chose en
leur nom, pour l'exercice de leur droit quf est limit
la jouissance, et prcairement pour la proprit. On leur
accord donc les actions possessoires., pour la conserva-
tion de leur droit et dans la measure o il existed.
C'est net et clair.
Il ne resterait qu'un point pour donner une certain
apparence de raison ceux qui dclarent que le droit
concd l'emphytote est identique au droit do pro-
prit, c'est le caractre de droit rel susceptible d'hypo-
thque que la legislation hypothcaire du droit interm-
diaire avait reconnu a l'emphytose par les lois du
9 messidor an III et 41 brumaire an VII; mais, l encore,
il faut dchanter. Les deux grandes lois hypothcaires
de la Rvolution, le dcret du 9 messidor an III et la loi
du 11 brumaire an VII, dit Planiol, ne voient dans
l'emphytose qu'un simple droit de jouissance de la
chose d'autrui, c'est--dire un dmembrement de la
proprit et non un domaine utile.
La faculty d'hypothquer l'emphytose, malgr les lois







LETTRES DE SAINT-THOMAS


de messidor et de brumaire cities plus haut, est des
plus contestables en face de l'article 2047 du Code civil.
et des nonciations formelles de l'article 1885. Il en tait
pareillement, en France, en face des prescriptions de
l'article 2118 (lu Code civil, jusqu'au: vote du litre V du
livre 1" du Code rural, qui consacre dfinitivement cette
nouvelle assiette de l'hypothque. Cependant, en ea u
tant toutes considerations scientifiques et sans aucune
prtention dogmatique, je ne suis nullement oppos
la susceptibility d'hypothque qui serait reconnue
l'emphytose en Hati.
D'ailleurs l'un des plus remarquables juristes du sicle
dernier, Troplong, aurait voulu qu'on tendlt le carac-
tre de la ralit au droit du preneur, mme dans les
baux ordinaires. Il s'appuyait sur l'article 1743 du (;Cde
civil franais (art. 1514 de notre Code civil) crant en
faveur du preneur en certain droit de suitecontre le nou
vel acqureur. La doctrine s'est gnralement prononce
contre cette Ihorie, et la jurisprudence, qui de 1858
1861 ou 1863, semblait s'y rallier, est retourne aiux
anciennes traditions plus conformes aux principles du
droit moderne. Pourtant, tout laisse prvoir que la
thorie de Troplong, don't la porte pratique est si remar-
quable au point de vue du Crdit agricole, remontera
le courant et reprendra de l'autorit, un jour ou l'autre,
en imitant les institutions du droit remain, d'aprs les-
quelles il suffisait, pour pouvoir consentir une hypo-
thque, qu'on et la chose in bonis. Ce jour-l, il ne
restera plus aucune difference srieuse entire l'emphy-
tose et les baux ordinaires.
Passons maintenant au deuxime point de la question







L'TRANGER PEUT ETRE EMPHYTEOTE EN HAIT( 29

pose par M. Hannibal Price. Le bail emphytotique est-il
interdit, en faveur d'un tranger par l'article 6 de
notre Constitution et l'article 450 de notre Code civil? Le
vote de la Socit de Lgislation y rpond de la faon
suivante :
Au rebours de l'hypothque, droit relsui generis,
accessoire une crance qu'il sert garantir et n'atten-
tant pas la proprit immobilire, l'emphytose est
un droit rel immobilier principal, qui existe par lui-
mme et implique, une jouissance analogue celle d'un
propritaire de biens fonciers. C'est pourquoi elle
tombe sous le coup de la prohibition dicte par l'article 6
de la Constitution, et l'exercice doit en tre refus
l'tranger dans les conditions o elle se prsente actuel-
lement chez nous.
J'avoue humblement que mon intelligence ne peut
s'lever la comprehension d'un attentat la proprit,
don't serait innocent l'hypothque, au" rebours de
l'emphytose qui en serait coupable; cependant j'adhre,
sous toutes reserves, la qualification de droit rel
immobilier principal donne cette dernire. Je vais
plus loin : j'adhre encore la doctrine dclarant que
l'emphytose implique une jouissance analogue celle
d'un propritaire dle biens lonciers n.En effet, la science
du droit enseigne quels tires on peut jouir d'un bien
foncier; mais elle n'indique gure de difference formelle
entire la jouissance de I'usufruitier, de l'usager ou de
l'emphytdote et celle du propritaire. Lorsque ce dernier
va plus loin que I'emphytote ou un usufruitier quel-
conque, c'est qu'il ne s'arrte pas la jouissance. mais
la pousse jusqu' l'abusus, en vertu du droit de dtrio-







LETTRES DE SAINT-THOMAS


rer et de dtruire que confre lui seulement son titre
de propritaire.
Ces concessions faites, il me rest vous demander
ceci :
Par quelle logique infrez-vous que l'emphytose
tombe sous le coup de la prohibition dicte en
l'article 6 de la Constitution?... Est-ce pace que vous
avez russi la dfinir un droit rel immobilier prin-
cipal qui existe par lui-mme et implique une jouis-
sance analogue celle d'un propritaire de biens fou-
ciers ? Vous croyez sans doute l'avoir masque dans
la peau de la proprit foncire; mais malgr tout le
soin que vous avez mis l'attifer, la campagnarde laisse
trop facilement voir qu'elle n'est pas la grande dame
que vous voulez en faire. Votre definition ne suffit pas
oprer le prodige, preuve que je l'ai accepted sans
tre nullement embarrass pour garder une bonne pos-
ture. Mais si c'est d'elle que vous avez tir votre conclu-
sion don't l'importance est si grande, il faudra continue
vos exclusions artificielles et dclarer que le droit d'habi-
tation tombe sous le coup de l'article 6 de la Consti-
tution et l'exercice doit en tre refus l'tranger,
dans les conditions o il se prsente chez nous . En
effet comme l'eipphytose, le droit d'habitation peut
tre dfini : un droit rel immobilier principal qui
existe par lui-mme et implique une jouissance analogue
celle d'un propritaire de biens fonciers.
Irez-vous jusque-l, par l'analogie tire de l'identit
de la definition? Ce n'est nullement au-dessus de vos
forces et. surtout du prestige incontestable que vous
exercez dans toutes les controversies juridiques sou-






1.' ETR'ANGEI PEUT fT'r1t EM'IIYTiOTE EN HAITI 31

evies cr l lai, Mais, come Thmistocle, je vous
dirai : Frappez, mais coutez.
Vous avez' reconnu que l'article (; de la Constitution
(et vous pourriizt ajouter l'article 450 du Code civil) est
une proihibitiui. En droil, Ioule prohibition, toute
interdiction est unei restriction de la liberty cl une
exception au droit common.
1l esi lnmentaire, en matire d'interprtation doctri-
nale, que l'on ne peut se servir de l'analogie ou appli-
Ii'er l'adage: Ui eoadein est ralio, ecadeni lux esse
il.hl, , lorsqu'il s'agit d'une exception, la rgle
la'ceptio shrirlissimn; inleirprlalionis y faisant obstacle.
OuIle cela, vous sacvez encore que l'essence dc tout
tal)lrl juiidiquin est la liberty de l'agoni, laquelle uc
doit souffrir de limited que dans la limiie exacte de la loi
qui la resirciii, de fat.oin qu'il suffise du moindre doute
sur l'intention du lgislateur ou du constituent pour
qu'on soit oblig de pencher du cot'i' de la libert: in
dubium, liberlas pri'ferenda est. Or lorsque l'article G
de la constilution dit: Nul, s'il n'est Iatien, ne peut
clre proplilaire de biens lonciers en Ilati, quelque
lilre que ce 'soit, ni acqurir aucun immeuble, un
juge, mn jurisconsulte a-t il le droit d'tendre cetle
i iiltliction a un\e possesssionj prcrair'c, tell que l'eiphiy-
tiose. sans enfreindre les principles ld droit qui domi-
neni l ontes les conceptions de la science juridique?
Ce qui semble avoir induit M. Jrmie, comme tant
d'aulres, h cellte extension arbitraire de l'interdiction
constitutioniinell, ce sont les mots a quelque titre que
ce soit qu'il souligne avec complaisance. Mais cos mots
u'ont rien qui ldonne cette interdiction une porte plus







LETTRES DE SAINT-THOMAS


large que celle de l'article '50 dlu Code civil, don't la
rdaction plus correce dlil bien tout ce que la Consti-
tution a dict en des terms suralondants. Ces mots
quelue titre que ce soit ne signifient autre chose
que l'tranger ne peut tre ou devenir propritaire de
biens fonciers chez nous, ni titre d'hritier, ni titre
de donataire, ni Litre de lgataire, lesquels constituent
les diffrentes manires d'acqurir la propridt, en
dehors de l'acquisition proprement dite, rsultant de
l'effet des obligations, aux termes de l'article 572 du
Code civil.
Toutefois il y a une demonstration qui aura sur votre
esprit, j'en suis convaincu, plus de poids que tons mes
arguments. J'ai, en effect, le rare bonheur d'avoir pu
mettre la main sur une decision jurisprudenticlle, se
rapportant une espce absolument identique la
question que vous avez discute, laquelle me donne
pleinement raison. Il s'agit exactement du bail emphy-
totique, en Russie o la proprit de biens fonciers ou
d'immeubles est interdite l'tranger, en dehors de cer-
taines villes.
Je transcris textuellement:


Etrangers. Immeubles. Bail emphytotique. -
Facult de rachat refuse aux hritiers trangers.
Application de la loi du 14 mars 1887 1).

A. N..., possesseur d'un domaine titre emphyto-
tique, mourut en laissant des hritiers, don't les uns

I. Court d'appelde Varwvie. h novembre 1891. (Journal du Droit civil
et pnal len rosse l. ls83 .Sippl.. p. 08.)








L'ETANGER PEUT ETRE EMPIIYTEOTE EN IAIT[ 33

taient russes et les autres trangers. Ceux-ci dsirant
acqurir par voice doe rtcliit la pleine. propridt de la
terre, s'adressrent au notairc, qui refusa de dresser
l'acte de rachat en raison de leur extranit.
Le tribunal d'arrondissement, par jugement des 22 et
26 septembre 191, refusal de faire droit leur plainte.
La Cour do Varsovie, les 19, 22 et 28 novembre 1891,
confirm ce jugement, en s'appuyant sur la loi, qui
interdit aux strangers d'acqurir le droit de proprit
d'immeubles par QUELQUE VOIE ET A QUILUI;E 'ITII11E QUE
CE soiT, ,L dclara que le racial ne pourrait avoir lieu
que iiiii le cas oi le partage opr, l'objet du bail
emi )hytoti(que cherrait exclusivement aux sujets
russes. (Jourltal du Droit international priov et de
la .Jurisprudence compare, vingt-ot-uinimec anne, 189 i,
L. XXI, p. 925.)
(e serait fire injure votre intelligence que de for-
inuler le plus lger conmuenlaire de l'arrL de la (:our
de Varsovie; mais il n'est )peut-clre pasinutile tle vous
faire remarquer que les mots quelque Litre que ce
soit de notre Constitution, renforcs de par quelque
voie se retrouvent dans la loi russe applique dans
l'espce. Ces mots sont souligns dans le texte ii,'mce,
come vous pourrez vous en convaincre, on ouvrant
le volume cit.
Il me semble qu'aprs cela il n'y a plus ricn I dire.
'Vous vous demandez sans doute, Messieurs, comiient
avec les soucis qui m'assigent forcment l'esprit, aux
priss que je suis avec toutes les misres de l'exil, j'ai
pu me dcider, m'enhardir vous dresser clttl lettre!
Il n'y aura rien dans votre tonnement qui puisse
LETTREIS DB SAINT-THOMAS 4







LETTRES DE SAINT-THOMAS


m'tonner. Mais vous le save aussi: le patriolisme est
un sentimenL qui s'avive par les souffrances iiiinivs
qu'on endure par suite du dsir ardent, inextinguible
qu'on a de voir la patrie plus grande, plus considre,
plus heureuse.
En vous adressant nia lettre, je crois accomplir une
euvre patriotique dont l'utilit est d'autant plus appr-
ciable qu'elle est de la plus saisissante actualit. En
effet, si vous avez daign vous occuper dte ce qui se dit
de notre pays, a l'tianger, vous n'aurez pas manqu
de constater que, pour des motifs fuds ou non fonds
mais que je n'ai garden d'analyser ici, il s'lve un cri
gnral conire e notr xnoldiolie ou ce qlui parait tel.
Les Hatiens qui, comnme toul jeune people, toute socit
national daus la priode de formation, auraient lelle-
ment besoin de l'estime et de la synipalhiie des autres
peuples dj avancs dans la civilisation, sont, 'iaque
jour dnoncs commune des gens anims d'une haine syst-
matique contre tout lment traingr.
Votre vote, qui s'carte si hardimenl.do tous les sains
principles du droit et de la raison, de toutes les ides
d'quit et mime d'utilit pratique, pour crer artifi-
ciellement -- je no dis pas artificieuseient une nou-
velle exclusion (d l'trangier dans notre organisation
juridique et conomique, ne vient il pas donner raison
une opinion si prjudiciable aux vrais intrts de la
communaut hatienne.
Sans doute je conois que, noire organiseii national
n'lant pas compltement form, il esl sage que nous
nous entourions de cerlaines precautions qui nous
mettent l'abri dle lout envahissenm t ie prilleux. LaluLle







L'L TRANGER PEUT ETRE EMPHYTEOTE EN HAITI 35

pour la vie, aussi intense, aussi impitoyable entire les
nations qu'entre les individus du rgne vgtal ou lu
rgne animal, nous oblige iL prvoir ces moyens de
defense. C'est pourquoi j'adhre de tout mon cour et
de tout mon esprit a la prudence (le nos pres, qui ont
judicieusement pens que, dans la priode d'apprentis-
sage politique o nous fMmes hroquement lancs par
la conqute de l'indpendance national, il fallait exclure
l'tranger du droit de proprit immobilire, droit si
menaant pour l'autorit de l'Etat, avec sonjus abihlendi
la liberty absolue de disposition qu'il entraine. et les
pr(ontions qu'on en tire, toutes les fois qu'il s'agit d'en
apprcier la valeur, en matire d'expropriation pour
cause d'utilit publique.
Mais devons-nous oublier que, dans les intrications
d'intrts que cre la civilisation moderne, aucun people
dsireux de progrs et de bien-tre social, ne doit se
renfermer dans une nouvelle muraille de Chine, d'au-
tant plus pernicieuse qu'on n'en pourrait dcouvrir ni
les fondements ni la forme precise'? Croyez-vous que le
people hatien si plein de vitality, mais qui s'tiole
malgr tout, par la misre physique et morale, peut rai-
sonnablement se passer et du capital matriel et du
capital intellectual ou personnel que l'tranger dj
avanc serait seul capable de lui fournir pour la mise en
valeur de cette terre d'Hati don't nous sommes fiers
just titre, mais don't la fertilit admirable ne suffit pas
pour nous y procurer le bonheur, qui est le but ordi-
naire de tout effort human, sans les instruments
propres la transformer et lui faire produire les
richesses virtuelles don't elle est pleine ?








LETTRES DE SAINT-THOMAS


Certainement, il nous faut, pour progresser, les
capitaux de l'tranger. Orgueilleux et aveugle, vain ci
antipatriote, serait celui capable de nier une telle vi-
dence. Pour que ces capitaux nous viennent, il est nces-
saire qu'ils trouvent chez nous une scurit lgale, en
dehors de celle que donne la police (le nos villes et de
nos campagnes. Or, il n'y a pas se dissimuler que
l'cxclusion du droit de proprit immobilire rend
l'tranger dsarm6 ce point de vue. Aussi est-il un
devoir pour tous ceux qui ont soucieusemcnt mdit sur
l'histoire sociologique dlu dveloppement (les nations,
de chercher adoucir plutt que d'aigrir le regime co-
nomique et juridique impose par cette exclusion Telle
a toujours t ma pense intime et raisonnc.
Dans une conference faite au Grand Cercle de Paris,
en 1891, j'ai dit que l'exclusion de l'tranger du droib
de proprit foncire, en Hati, ne devait point paralyser
ceux qui voudraient s'y rendre avec des capitaux pour
travailler srieusement, dans l'exploitation de nos
terres. Pour le dmontrer, j'ai indiqu le bail emphy-
totique, non prohib par aucune loi hatienne, garan-
tissant une possession utile pouvant aller quatre-
vingt-dix-neuf ans, comme offrant toute scurit que
pourrait donner la proprit elle-mme, quant au droit
de jouissance. Votre vote, s'il tait bas sur la raison
ou sur laloi et la Constitution, viendrait retire la seule
sauvegardeque les capitaux trangers pourraient tr9uver
dans l'exploitation de la terre hatienne. Est-ce l de la
prvoyance patriotique? Non Messieurs.
Le vrai patriotism nous command, tout en sauve-
gardant notre indpendance national avec cette sau-









L' TRANGER PEUT ITRE EMPHYTOTE EN HAITI 37

vage fiert qui ne se dment pas. d'attirer chez nous
l'tranger riche ou laborieux, l'tranger utile, de le pro-
lger, de l'encourager avec toute la sollicitude cque met
l'homme avis obtenir et conserver une bonne
clientele. C'est dans un Icl esprit et non dans un gosme
troit de resler les seuls moniteurs de ce people intd-
.ressant, qui nous i'avous rien enseign de sain et de
solide, que nous rendrons les Hatiens aptes remplir
la noble destine qu'ambiionnaient pour eux nos pres,
qui n'ont recul devanl ni les privalions, ni les souf-
frances, ni la mort, pour fire de nous le premier
people noir indpendant et libre la surface de notre
hmisphre!
Songez-y, Messieurs, et veuillez agrer l'expression
de mes sentiments les plus distingus.

A. FInRIN


Saint-Thomas, o septembre 19o4.














DEUXIEMIE LE'TTI.E OUV'ITII'E .\1U ilMBiliiS DE:
LA SOCIETY DIo: LGISIATION I)E
PO(TI'-AU-PlRINCE

.l'ssaic dl'v laire iirva;loir unri
iloctrine trs linage, trs lilb;rale,
oniisisinLnt ii n reiuscr., in ain libru
civile. in l'Lranger r t'sid i lt iic 1 ;il i,
lie lus ilroils qii'iiii texte floriel liii
tnilve, repoussalt dul resi:c la dis-
ltinetioni artilicicll" etl peu en rap-
ip rt, se'lon iitoi., a; t'r li iln ure(aIes
Clos>'s, d(is droits natiurels et des
droils rivils s1riclo) seisiu.
.1 .STIN 'I avOT"

MESSIEURS,

.Ie vous remorcie du gracieux envoi que vous m'avez
fail d(l plusieurs excluplaires de voire /Ierie du mois
d'octobrc-noviibrec 1904, lesquels ime sonl iprvenus
en janvier de l'anie couranlt. (Conne la ('ommunica--
lion de l'honorahle M. (eorges Sylvain avait t mise
on rapporl, il m'a bien fall en atiendre la discussion,
avman de savoir votre opinion. )Or, ce n'est que vers la
in de inars dernier qim, j'ai eu lt chlancde d( rcevoir le
intlttiuro dela Ilevrul pour il mois de janvier-fvrier 191)5,
contenant le vote de la parties de la Communication (lui
i'iniiressail particuliircment. Mais j'appris, oni mime
temps, que M. Solon Mnos, vote president et le plus
en evidence dans la discussion, lail part pour la France.
Uno question de dlicatesse m'enmpcha donc de vous
crire, un moment o je le savais absent de Port-au-
Prince pour plus de quatre mois.








I.'TRANGER PEUT ETRE EMPIIYTOTE EN HAITI 39

D'autre part, mon esprit, fort occup un travail quli
ne touche point hux dissertations juridiques, ne pouvait
gure s'appliquer aux controversies que vous avez sou-
leves, pour appuyer votre vote du 15 juin 1.904. Heu-
reusement, j'ai fini ce travail, just au moment
d'apprendre que votre distingu president sera Port-
au-Prince dans le courant du present mois de juillet ou
au commencement d'aot prochain. J'ai donc pens qu'il
tait opportun de reprendre la discussion, en vous
adressant cette deuxime lettre ouverte.
Tout d'abord, je vous dois quelques explications.
En crivant ma lettre ouverte du 20 septembre 1904,
j'tais loin de nourrir l'intention que vous m'attribuez,
d'entretenir, contre votre savante Socit, des prven-
tions flcheuses. Les deux paragraphs de cette lettre
que vous m'avez fait l'honneur de citer in extenso dans
votre remarquable note, insre la Revue de la Socit
de legislation d'octobre-novembre 1904, dmontrent
clairement ce don't je vous done la formelle assu-
rance, savoir que je ne vous ai jamais dlibrment
prt des ides de xnophobie. Pour attirer votre atten-
tion sur l'interprtation (lui pourrait tre donne de
votre vote relatif l'exclusion de l'tranger du droit
d'tre emphytote en Hati, j'ai simplement employ
la forme interrogative et dubitative qui vous en
conviendrez n'est point celle don't j'eurais us, si je
croyais que vous tiez des ennemis de l'lment exo-
tique en Hati. Aussi y a-t-il une certain exagration
considrer ma question comme un rquisitoire svre ,
quand je n'ai soulev contre vous aucune accusation do
haine contre personnel.







LETTIIRES fE SAiNTr-TIIOMfAS


Tout m'indique que, vous et moi. nous ne doni;:ois
pas la mAme valour aux mo!s: et c'est corlainemCnri le
source de tout le m'lieni tnd il qui nous divise, tant pi'ur
l'interprtation irrite que vous faites de mon intention,
que pour le fond du point de droit en discussion entire
nous, c'est--dire le caractre juridique du bail emphy-
totique et de l'applicabilit de l'article 6 de notre
constitution a la jouissance lde ce bail par l'tranger.
D'ailleurs, j'ai cru accomplir tun acte patriotique et utile,
en crivant mua lettre du 20 septembre 1lO'i, justement
parce que je me souvenais parfaiilemeul des paroles
fort belles ci fort senses de M. le P'rsidentl Solon Milnos,
que je me plais rpter avcc vous:
Notre Socil, disi1t-il, no s'est jamais considre
come lie et n'a jamais prtendu lier le public par
les voles qu'elle met. A clihaue dlibration nouvelle,
nous nous rsorvons la liberty de revenir sur une solu-
tion antrieure, si des lumires plus grades nous per-
mettent dle reconnaitre qu'un aspect de la vrit nous
avait clhalpp.
.'ai eu l'esprit- c'est sans dctte une fatuit de ma
parI-t- que mes humbles observations pouvaient con-
tribuer. minme dans une modest measure, vous
apporlerces lumiires plus grades. vous permettant de
reconnail re qu'un aspect de la vrit vous avail chapp.
Voil le secr"i dle l'origine de ma letre: et je vous prie,
Messieurs, de ne pas y voir autre chose, e.- trans-
formant eu affirmation tmraire des mots ou des
phrases qui ne seraient, sous ma plume, que de simples
et loyales suggestions.
Je vous cro-is absolument de bonne foi. Pourtant, vous








L'iTRANGER PEUT TRE EMPHYTOTE EN HAITI 41

n'a\ ez point consent revenir sur la solution que vous
avez antrieurement donne l'gard du bailemphyto-
tique et de l'article 6 de la Constitution de 1889. Au
contraire, vous avez mieux aim livrer assault i ma
pauvre lettre, dans une discussion en ordre oblique et
dispers, pour me servir d'un terme de tactique mili-
taire. Vous avez, dans une circonvallation savante,
align autour d'elle : 10 une NOTE de la Socit; 2" une
COMMUNICATION la Socit de Lgislation signe de
M. (;eorges Sylvain; 3 un long plaidoyer de M. Solon
Mnos, sous la rubrique de L'Emphytosc et l'article 6
de la Constitution ; 4/ un Rapport de M. Laleau sur
la Communication de M. Georges Sylvain' et 5" des
Exrplialtions de ce dernier sur sa Communication !...
Je ne dis rien de la discussion qui eut lieu dans votre
sance du 11 janvier 1!i05. Elle na pas d'autre intrt
que l'adoption par votre docte Socilt des conclusions
du Rapport o il est reconnu, avec I'auteur de la Com-
munication, que l'article in m fine de la Constitution
s'applique tous les immeubles compris dans la classi-
fication de l'article 621 (sic, par erreur typographique)
du Code civil, partant aux droits rels immobiliers.
Le mme mobile qui m'animait, le 20septembre 1904,
m'oblige tenter de nouveau la chance de vous con-
duire application sincre et consciencieuse des paroles
du president Solon Minos, que nous avons cities, de
part et d'autre. Toutefois, come les cinq parties de
votre rplique contiennent des arguments qui sont
rpts ou reproduits sur diverse faces, je serais
expos une redondance inutile et fatigante, si je
voulais en recommencer la rfutation, chaque fois







LETTRES DE S.INT-THOMAS


qu'ils sont prsents. Aussi, la longue dissertation de
M. le Prsident Mnos tant votre pice de resistance,
m'y attacherai-je plus particulirement, en ne m'arr-
tant sur les arguments ld mes autres contradicteurs,
qu'autant qu'ils ne se trouveront ni explicitement ni
implicitement compris dans cette vaste composition juri-
dico-littraire. C'est ainsi que je n'appuierai point sur
les affirmations de la Note et de la Communication
touchant l'interprtation les articles 426 et 429 du Code
civil, sur lesquels vous vous les rabattus, pour sou-
tenir que l'emphytose est comprise dans l'interdiction
prvue par l'article 6 in fine de la Constitution.
Mais qu'il me soit permis de le dire ds maintenant.
Quand je me rappelle ces paroles de M. Georges Sylvain:
Il s'agit de savoir si chez nous l'tranger peut bn-
ficier des baux long- terme. En ce cas, il pourrait
aussi bnficier de l'emphytose ; quand je lis dans
les Explications de sa Communication : Mais rien, en
principle ne s'oppose la conception d'une forme de
contract emphytotique, qui se rduirait aux caractres
essentials dos baux long ter.me, modifis dans la
measure permise par nos lois et autoriss par la libert
des conventions , j'avoue que je ne puis m'empcher
de computer M. Georges Sylvain parmi mes adhrents,
malgr qu'il en ait et quoi qu'il en dise. Car s'il y a une
espce de bail emphytotique inadaptable nos lois,
de faon que la liberty des conventions n'y puisse tre
tolre, ce n'est que l'emphytose fodale, en faveur
de laquelle je n'ai jamais song demander droit de
cit chez nous, pas plus qu'elle ne serait admise en
France, par example. A la page 13 de ma lettre du







L'TRANGER PEUT ETRE EMPHYTOTE EN HAITI 43

20 septembre, vous pouvez lire ce qui suit: Contrai-
rement ce qui a pu tre avanc par ceux (lui n'ont
pas suffisamment tudi la matire, I'emphytose,
quoique fort pratique durant l'poque fodale, sans
parler de la confusion qui put en tre faite avec la cen-
sive, ne faisait nullement parties des tenures fodales;
elle a toujours t classe parmi les tenures purement
foncires... Toute ir i thse repose donc sur le carac-
tre de l'emphytose come tenure foncire, la seule
qui existed, mme en France, depuis la loi du 18-29 d-
cembre 1790.
Aussi bien, lorsque je vois M. Georges Sylvain, lui
nul ne peut contester une intelligence d'lite, un esprit
trs fin et exquiscment sagacc, pousser la cons-
quence logique (1) de l'interprtation des articles 426
et 429 du Code civil au point de fire tomber sous
l'interdiction de l'article 6 de la Constitution les droits
d'hypothque et d'habitation, ct de l'miphytose, je
reconnais l un genre d'argument don't je pourrais effi-
cacement user contre votre solution du 15 juin 1904,
c'est--dire la reduction l'absurde. Une telle apagogie
me suffirait amplement, pour n'avoir point besoin de
m'arrter, mme ailleurs, sur les considerations que
vous avez faites des articles 426 et 429 dans la discus-
sion, en principle, du bail emphytotique; mais ce serait
me, tirer d'affaire trop bon compete et, comme dit le
vers connu du grand Corneille :
A vaincre sans pril, on triomphe sans gloire.

i. Revue de la Socit de legislation d'octobre-novembre iyo'i, p. i63,
2e colonne, alina a.







LETTftFI- PF SAINJT-ril&S


J'aurai donc le courage dlabiorder les \vinll-ihuit
colonies li formidable article de M. Solon M (nos. que
quelques-un.s otl. dlaus leur confiant enthousiasme.
dcor du qualificatif de magistral . Jo ngligerai
intentionnellement tous les points, routes les parties
de cet article, qui sont des hors-d'wuvre. n ayant rien
fire avec la question de ldroit nu discussion. Cette
manire d'agir nous apportera le double advantage de
conserver la srnit scientifique. qu'il est ncessaire
de garder en pareille occurrence, et de passer sur plus
de neuf colonnes de digressions oiseuses, qui parsment
l'tonnante dissertation don't je dois rtorquer les
arguments.
La Socit de legislation a esim, de son ct,
crit votre president, que l'emphytose est un droit
rel immobilier principal, qui existed par lui-mme et
implique une jouissance analogue celle d'un pro-
pritaire de biens fonciers. M. Firmin veut bien lui
faire la concession d'adhrer cette dfinilion. Au
moment'dit. il a fauss compagnie Ethart, en lui
laissant pour compete le rapport qui, sans nul doute,
malgr ce changement vue, pourrait encore bien se
soutenir par son propre poids... Pour entrer en matire,
M. Mnos a commenc par une inexactitude si malheu-
reuse. que l'on serait tent de lui prter la navet de
croire que ses lecteurs ne se donneraient jamais la
peine de lire ma lettre ouverte du 20 septembre 1904;
et que moi-mme, cras sous le poids de sa lourde
prose, je n'oserais rclamer centre ce que je ne veux
pas appeler un subterfuge, ne voulant nullement
prendre les choses au pire. La vrit est que, la page








L'ETIIANGEI PEUT ITRE EMPIIYT'rOTE EN IAITI 45

13 (le ia lettre, chacun peut lire la phrase (lui suit:
La facult d'hypothquer l'emphytose, malgr les
lois de messidor el de brumaire cities plus haut, est
des plus conleslalces, en face de l'article 2047 du Code
civil et des noncialions formelles ld l'article 1885. A
la page suivanle, j'ai encore crit : J'avoue hum-
blement que mon intelligence ne pent s'lever la
comprehension d'un attentat la proprit, don't serait
innocent l'hypolhque, au rebours de l'emphylose qui
en serait coupable; cependant j'adhre, sois TOUTES
RSERVES, la qualification de droit rel immobilier
principal dloinne cette dernire. etc... Eh bien, quel
est le dialeclicien qui, ayani ni grain (le judiciaire.
s'appuierait sur une adhesion dolnne sons loiles
rserves ), come un argument nb h~ominnm, pour
contester l'interlocuteur le droit de comnhattre la thse
qui en fait l'objet ? Eu ealit, cell adhsion, figurant
la come uneo itro)e, n'avait d'autre portei que de
prouver que, mniine. en admnetant l'emphyltose
come un droit, rel immobilier principal, on ne
pourrait la fair tomber sous le coup de l'article i de
la Constitution, pas plus que le droit d'habitation,
auquel convient la mme definition. C'tait donc un
argument a forliori, pour le cas oit, come le soutient
M. Ethart, l'emphytose ne serait point un droit rel.
Au faith, ce que j'ai affirm sans reserve c'est que
le rapport de M. Ethart, rdig avec une sobrit et une
modestie qui cachent une science des plus avises,
pouvait se soutenir par son propre poids. a
Pour rfuter la conclusion de ce rapport affirmant
que l'emphytose n'est chez nous que le contrail de








I.ETTRES DE SAIr'iT-THHMAS


louage ae'' les modifications qlui sont dans la co,\e-
nance des parties ,, M. Mnos, suivant son )priii':il
usuel, n'lisite pas changer les inol.s 'iest cheznous
par n'est plus de nos jours, ce qui implique une diff-
rence capital dans la discussion nmais tlout votre Ir's
honorable president pense tirer advantage pour sa
r'plique. Nous in verrons plus tard la distinction
l-lablir. Mais il continue ainsi : Celte opinion qui drive
il'iiei interpretation restrictive des articles 526, 543,
218 et 22011 de Code Napolon (art. I'29. 447, 1885
oi 1971 de notre Code civil) est en conmplet dsaccord
avec li jiuri.)prudlence fraiiai( i l'enseignement de la
iluparlt des auteurs. n(t est gnralemenul d'avis qu'il
ny a rien de linilalif daus I'"iidiirtiilaioii des biens
im iieuble.- faite par le lgislateur, don't le silence ne
peut tre invoqui pour dnaturer les conventions
qui ne sont lpas contraires il l'ordre public. n Il y a l
miin affirmiation hiasardeuse et fautive, ilnt NMM. Laleau
et (Georges Sylvain ont faith la base mine et du Rapport
et des Explications don't lecture a t donne votre
runion du 17 novembre 1904. 11 me semble que vous
vous trompez on chIeur, quand vous soutenez quel'nu-
mration de l'article 429 (526i du C. civ. fr.) n'a rien dr
limi/alif. sans qu'une tell opinion juridique soit
appuye d'autres autorits que des bribes de phrases
telles que l'on est gnralement d'avis ,." il est
reconnu ou j'ai dit ...
En effet, non seulement je ne connais aucun juriste
pouvant tre cit l'appui de votre opinion exprime
(l'une faon si dogmatique. excuse mon ignorance
- mais des ouvrages qui font autorit en la matire






L'TRANGEH PEUT iTRE EMPHYTEOTE EN IIAITI 47

inseigiont une doctrine absolument contraire la vlie.
On lit., dans le Droit international priv de Despagnet,
n" /40, page 739 : C. Designation des biens sus-
ceptibles. d'tre hypothqus. La designation (le ces
biens se raLtachc l'organisation de la proprit et
aussi aux rgles de la procedure, qui sont d'ordre public,
puisque l'hypothque peut conduire la saisie et a la
vente (3e dit. Paris, 1898). Qu'est-ce dire C'est
qu'on ne saurait ltendrc le textc de l'article 42!) du Code
civil halienou 526 du Code civil franais, tan t donna
l'article 10 d noire Code civil (G du C. civ. fr.). C'estpour
cela, dit Planiol, qu'il faut consider commune liiiilalive
la listed des droits rels prvus et organisms par la loi et
ne pas permcLttre la creation fanlaisiste de droits nou1
veaux, et suitout de ceux qui ra neiicint l'antique suj-
tion d'une classes de personnel Ai une autre classes.
(Droit civil, L. 1, n" 292-2, p. 118 de la 2" dil.
Paris, 1901.)
Lorsque les jurisconsultes (lisent que l'numration
de l'article 526 du Code civil franais n'est pas complete,
ils ne fontallusion qu'aux droits d'usage et d'habitalion,
qui ne sont d'ailleurs que doS usufruits diminus.
L'usage se rapproche de l'usufruit plus que le tilre
ne l'annonce, dit Planiol. C'est un petit usufruit limil
aux besoins de l'usager. (Ibidem, n" 1742, p. 577.) Le
savant professeur la Facult de Droit de Paris ajoute
plus loin: L'habitation n'offre donc plus aucun carac-
tre propre qui mrite de faire d'elle un droit distinct de
l'usage. (Ibidem, n" 1745, p. 578.) Sans y avoir
recourse, on n'aurait qu' s'arrter sur l'article 512 du
Code civil qui indique bien la grande similitude exis-








LETTRES DE SAINT-THOMAS


tant entire les droits d'usage et d'habitation et l'usufruit.
De l le fondement de la doctrine qui fait entrer daus
l'numcration de l'article 526 (429 de notre Code) les
droits d'usage et d'habitation, ct de l'usufruit, qui
en est le type gnrique. Il y a, en France, une catgorie
d'immeubles qui n'existent pas en Haiti, ce sont les
immeubles par la determination de la loi. Elle com-
prend un certain nombre de droits par eux-mmnes
mobiliers, qui tomberaient sans aucun doute sous l'appli-
cation de l'article 529(432 do notre C. civ.) si une dispo-
sition lgale ne leur avait attribu expressment et par
drogation la quality d'immeubles. On ne saurait, par
suile, tendro la listed de ces droits au del des terms
formels de la loi. (Baudry-Lacantinerie et Chauveau,
Des liens, n" 115, p. 95-96 de la 2", dedit. Paris, 1898.)
Quant au droit de proprit, tous les lgistes, faisant
autorit, enseignent, come Planiol : Le silence de
la loi n'est, pas une lacune. La propritL taut confondue
avec les choses sur lesquelles elle porte (Voy. ci-dessus
n" 782), se trouve dj classe parmi les immeubles en
vertu des articles 518 525 (427 et 428 du C. civ.
lhatinc) qui dterminent les immeubles par nature ou
par destination. Il n'y avait donc pas lieu de s'occuper
d'elle dans l'article 526. (Ibidem, n" 815, p. 314 de
la 2me dit. Paris, 1901.)
Vous voyez, Messieurs, combien il est difficile de
tirer de l'article 429 du Code civil la conclusion aven-
tureuse que le droit d'emiphytose est un immeuble
par l'objet auquel il s'applique. Le droit franais,
dissent Aubry et Rau, ne reconnalt que trois espces de
droits rels, dans le sens complete du mot, savoir: la






L'TRANGER PEUT TRE EMPHYTEOTE EN HAITi 49

proprit, les servitudes relles et personnelles et l'hypo-
thque (Art. 543, 2114 et 2166 du C. civ. hatien, 447,
1881, 1933.) Nous ne mentionnerons parmi les droits
rels ni la superficie qui n'est qu'un droit de proprit
partiel ou restreint, quant son effet, ni l'emphy-
tose , qui, notre avis, ne confre plus aujourd'hui
l'emphytote qu'un droit personnel. (Cours de Droit
civil franais, t. II, 172, p. 50-51 de la 4"" d. Paris,
1869.)
La mme opinion est soutenue au paragraphe 224 bis,
(mme volume). Elle est partage par Demolombe (t. IX,
no- 489-491) et Guillouard (Trait du Louage, t. I,
n 10.) Cette opinion, dit Planiol, s'appuie en outre
sur une consideration srieuse. Il semble bien conform
l'esprit de nos lois de refuser aux particuliers la faculty
-de crer des droits rels nouveaux, autres que ceux
-tablis par le Code. L'organisation de la proprit, le
nombre et la nature de ses dmembrements sont des
rgles d'ordre public auxquelles les conventions prives
ne peuvent pas droger, (Ibidem, n 1931, p. 630.)
Aussi bien, lorsque M. Solon Mnos au lieu de dire
quels sont la plupart des auteurs don't l'enseignement
le porte ne voir rien de limitatif dans les articles 526,
543, 2118 et 2204 du Code Napolon y saisit l'occa-
sion de citer un passage d'un Mmoire prsent par
Rossi l'Acad6inie des Sciences morales et politiques,
passage qui n'a aucune porte sur notre controversy
juridique l'gard du caractre limitatif ou implement
nonciatifde l'article 429, il ne cherche qu' aveugler
son lecteur par une rudition hors de saison.
Les quelques mots extraits de l'arrt du 19 juillet 1832
LETTRES DE SAINT-TIIOMAS 5







LETTIES DE SAINT-TIIOMAS


de la Cour de cassation de France n'ont ici qu'une
valeur jurisprudentielle, come tout ce qui aura t
lir dos arrts bons ou mauvais des divers Irihunaux de
la France, de la Belgique ou d'ailleurs. Ces dcisioin
jurisprudentielles n'ont aucune autorit sur notre lgi.-
lation, surtout en une matire d'ordre public, tel quc h.*
caractre des droits rels. ... Il s'agit, dit M. Asser,
de rgler l'tat juridique des choses, noni dans leurs
rapports avec une personne dtermine, niais objecti-
vement, tel qu'il doit tre reconnu et respect l'gard
do n'importe qui. Telle est bien la nature de ce que l'on
appelle les droits rels: et prcisment parce qu'elle est
tell, il faut reconnattre aux lois qui concernent les
droits rels u onC ractere territorial. (Eleln dc
Droit interna/timial priv.) Il en rsulte qu'une jurispru-
dence trangre, puisant ses molifs dans une legislation
ou des traditions qui n'cxistent pas click nous, ne saurail
tre d'aucun poids, quand il s'agit de la dl d'un droit rel sur e. terriloire Imlien. ('est ce quoi
M. le Prsident n'a point song, eu faisanl si grand
tat do ces arrt. don't nous verrons plus tard la valeur
juridique, mme pour la France.

Il

Toute la course faite par M. Mnos dans le champ'du
droit remain, ne nous apporte rien qui soit de nature
'infirner l'assertion du savant'professeur Gaston May,
don't j'ai cit le passage suivant, dans ina lettre du
20 septembre 1904 : Malgr l'tendue des droits qui lui
sont accords, l'emphytool n'est pas substitu au









I. .'TANGiER PEUT TIrE I.EMPIYTI-OTE EN HAITI 51

dominus. Celui-ci, outre le droit rsultant pour lui du
contiral constitutif de l'empliytose. peut reprendre la
chose lorsque I'emphytose prend fin.
La citation que M. Mnos a faite d'Ortolan me donne
plutt raison. On n'y trouve aucun droit galement attribu l'usufruiiuarius que personnel.
avant ou aprs Ulpien, n'a jamais' confondu a~ec le
dominus. Votre Prsident aurait donc pu se passer de
parler de droit remain ; mais il lui fallail une occasion.
en nous faisant ghrce du texte latin, de nommer tenre
vectigalienne le jus in agro verti.qali. s'appliquianl au
sol provincial, non admis au jus italieum, el ii; se
trouvait ordinaiirement la classes des colons fisc.ux.
Dans la thorie de la propri(t foncire des Romains,
on ne connaissait rien qui piil s'appeler une leltTre.
terme don't la pratique ne se renconire < ue dans I'or,,a-
nisation fodale.
Aprs avoir cite asion May. comme ci-dessus. J'ai
ajout que l'inslitution de l' mphytose passa du droit
remain a l'ancien droit franais. sans avoir changri dle
caractre. M. Mnos. aprs avoir cit deux bribes de
Laurent (La Droit civil international, .t. VII. n"' 357
et 358) elle .cret du 15 septembre-16 octobre 1791,
s'empresse de s'crier que c'est tort, que je pense
ainsi. Mais c'est plutt votre Prsident qui, par un
sophisme que, suivant les terms de l'cole, on nomme
ignoratio etenchi, s'efforce d'tablir une chose nullement
en discussion, savoir "que, comme tenure fodale,
l'emphytose de l'ancien droit franais diffrait de
Femphytose du droit remain; car les deux citations
qu'il a faites de Laurent se rapportent spcialement au






LETTRIES DE SAINT-TIIOMS


droit fodal. La loi des :15 septembre-16 octobre
1791, dit Planiol, qualifiait encore l'cmphytose (de
proprit rversible, c'est--dire de domain utile
susceptible de se runir un jour au domaine direct.
Mais le dcret du 9 messidor an III et la loi du 11 bru-
maire an VII ne voient plus dans l'imphilytose qu'un
simple droit de jouissance sur la chose d'autrui, c'est-
-dire un dmembrement de la proprit et non. un
domaine utile. a (Ibidem, n" 1933, p. 030-631.) Que
rpondra A cela votre illustre Prsident?... Nous verrons.
Par une logique spcieuse, M. Mnos insinue que le
domaine utile, resultant du ddoublement de la proprit,
doit fair infrer que l'emplhyltot a le drloit de disposer
de l'immeuble; mais s'il analyse la jouissance, qui
n'excde point celle d'un usufruitier, il se garde bien
d'expliquer s'il donne au mot disposer son sens tech-
nique qui signifie vendre ou aliner. La citation de
Pothier arrive, come un deus ec- machina, pour le tirer
d'embarras; mais celle cilation se rapport encore
une thse de Droit fodal. Votre Prsident n'a pris
du n" 3 du Traitd du Droit de Domaine e Proprit que
just ce qu'il fallait pour dguiser la source de la distinc-
tion tablie par Pothier. Le vieux jurisconsulte a crit:
Le domaine direct... n'est plus qu'un domaine de
supriorit et n'est plus que le droit qu'ont les seigneurs
de se faire reconnatre comme seigneurs par les propri-
tires et possesseurs d'hritage tenus d'eux, et
d'exiger certain devoirs et redevances recognitifs
de leur seigneurie. Cette espce de domain n'est point
le domaine de proprit, qui doit fire la matire du
present trait. C'est, l'gard des heritages, le domaine







I.' TItANGEI PlEUT ETIIE EMPHYTOTE EN HAITI 53

utile qui s appelle le dloiaine de proprit. Remar-
quons que Pothier, parlait iii domaine de proprit ,
n'enteidail pas s'arriter l'empliytose. plus qu' la
censive, au chaminarl ou autres tenures roturires; il
embrassait la hIiorie dle la proprit, tell lu'lle rsul-
tait du droit fodal. CGest surtout propos du fief, qlue
son opinion est incontestable, quand il dit: C'est,
l'gard des hritages, le domaine utile qui s'appelle le
domain de proprit. Or, nous le savons dj; si,
durant le regime fodal du milieu du ixe sicle la
fin du xvmu sicle des baux emphytoliques furent
souvent contracts avec le caractlrt de tenuree fodale,
l'einmlpytose a plutt gard le caractr e de tenure pure-
ini'tl, foncire. Quant l'emphytose, dit Esnicin, c'est
une institution du droit remain, qui se maintint sans
interruption dans le Midi de la France; il est vrai que
l, l'emplhytose, avec l'tablissement de la fodalit,
prit ordinairement le caractre d'une tenure fodale; ce
lut dans les pays de droit crit, le type common les
lenures roturires. Mais elle sut aussi reprendre le
caractre de tenure purement foncire, sous l'influence
du droit remain (Hist. du Droit franais, 5e dit.
Paris, 1903, p. 689.)
N'avais-je pas raison de dire .que l'emphytose passa
du droit remain l'ancien droit franais, sans avoir
change de caractre ? Mais il s'agit alors de l'emphy-
t6ose ayant le caractre de tenure foncire, la seule, je
le rpte, don't il puisse tre question, depuis l'aboli-
tion de la fodalit.
L'arrt du 23 novembrean VII, que oite M. Mnos, ne
concern encore que l'emphytose fodale. Les emphy-








54 LETTRES DE SAIIT-TIIOMAS
totes auxquels il se rfre sont ermphytlut'iarii feudo-
ruin domini tc non ceux de tenure purement foncire.
L'arrL du 26 juin 1822, cit ensuite par votre president,
en distinguant le domaine direct du domain utile -
comme simple division intellectiille de la proprit -
dit expressment que le domain utile se compose de
la jouissance des fruits qu'il product , ce qui est bien
loin d'tre le droit de proprit. Quant a l'action in rem
qu'il reconiiait au iprecur la faculty d'exercer, durant
le bail, pour se fair maintenir contre tous ceux qui le
troublent et contre le bailleur lui-mme, ce n'cst que
l'action in rem utilis, l'action confessoire d'emphytose,
comparable l'aclion confessoirc d'usufruit, laquelle
n'implique pas exclusivement un droit de proprit
pleine, seule pi prit reconnue cn droit franais,
come en droit hatien. Depuis 1789, dit Planiol, la
proprit pleine, analogue h l'ancien dominium romaine,
est la seule qui existed en France. (Ibidem, n" 951
p. 355.)
M. le president Solon Mnos ne se fatigue pas
de triompher... lodalenient. Il est ais, dit-il, de
constater par cet arrt, come par celui de 1832,
dj mentionn, que la Cour de cassation n'avait' pas
attend, ainsi que le croit M. Firmiti, les rclamations
de la rgie de l'enregistrement pour avoir une opinion
sur l'emphytose... M. le Prsident est vraiment trop
press de me demander me dmettre ou me sou-
mettre Il n'y a urgence pour moi de fire ni l'un ni
l'autre geste. Je passerai simplement la main M. Pla-
niol. Voici ce qu'il a crit, en toutes lettres :
Pendant longtemps, la rgie avait trait les baux








L'ETRANGEII PEUT ETRE EMPHYTEOTE EN HAITI 55

emphytotiques comme des baux i ferme ordinaires et
peru le droil de 0 fr. 20 0/0 sur le montant des
redevances. Vers 1834, elle se ravisa et, au lieu de
tenir compete seulement de la dure, qui lui avait faith
assimiler l'emphytose aux baux dure limite, elle
prtendit exiger le droit de transmission peru sur les
droits immobiliers, en se fondant sur la nature (lu droit
du preneur emphytos. Les procs qui s'levreint
alors donnrent lieu deux arrts de cassation de la
mme date (10r avril 1840), qui donnrent gain de
cause la rgie. Depuis lors le droit de 5 fr. 50 0/0
a toujours t peru, soit sur la constitution, soit sur la
transmission des emphytoses. D) nombreuses contesta-
tions se sont leves contre cette jurisprudence (Dmnante,
JEurei/is.reme'.l, n" 3(62), mais elle est reste immuable
(Ibidem, L. II, no 1776, p. 555, 2e dit. Paris, 1902).
En substance, avais-je dit autre chose ? Votre president
a-t-il rien trouv dans les arris de cassation, cits
tout propose et hors de propos, (lui soit dle nature a
contredire l'affirmalion de l'minent professeur, laquelle
appuie si compltement mon opinion, sinon ma croyance?
A vous d'en juger.
M. Solon Mnos, de plus en plus contentde lui-mme,
voudrait modifier la terminologie juridique gnrale-
ment admise. Vraiment, il montre une ardeur de no-
phyte dans cette question d'emphytose; car s'il s'en
tait srieusement occupy, avant ma lettre du 20 sep-
tembre 1904, comment en viendrait-il subitement
croire que son gnie glossologique soit capable de plus
de nettet que tous ceux qui ont traits le sujet avant lui,
et qu'il lui suffirait de mettre au rebut le terme de






LETTRlES DE SAINT-THOMAS


bail emphytotique (que fera-t-il (le louage emphyto-
tique?) en s'en tenant au mot emphytose tout court,
pour solutionner notre con tr ovrse ?.lc e nie point les apti-
tudespatentesde mon minent contradicteur pour figure
en bonne place parmi les plus illustres glossateurs. Il
estpossible qu'il soit de force en remontrer Accurse,
Irnerius et Barthole; mais attendons que son autorit
soit mieux tablie, avant de nous mettre sa remorque.
Il y ad'aulant plus de raison d'user d'une telle cir-
conspection que M. le president Solon Mnos recourt
ensuite l'article 946 du Code civil, don't le texte devrait
mettre fin toute cette longue discussion, puisque-
dans le silence ou l'obscurit de la loi on ne peut
dclarer qu'un genre de contract est dfendu ou permis,
sans rechercher la commune intention des parties con-
tractantes. Or, cette commune intention ne peut tre-
examine que dans les espces juridiques : elle ne relve
donc que de l'examen des juges, dcidant sur des cas
particuliers. Jamais elle ne doit faire l'objet d'une
opinion doctrinale qui, de sa nature, enseigne une vril
d'ordre gnral.
J'ai dj dmontr que je n'ai jamais reconnu que -
en Ilati l'emplytose est un droit rel et immobi-
lier: il n'y a donc pas lieu d'y revenir. Quant la tra-
dition relative l'application du droit d'enregistrement
sur le bail emphytotique, ce point est parfaitement
tir au clair par la dernire citation que j'ai faite de
M. Planiol. Mais votre brave president n'entend point
s'arrter, sans me convaincre d'ineptie. D'abord,
continue-t-il, le preneur a le droit de jouir de la chose
comme un propritaire et non comme un usager don't







L'TRANGER PEUT ETRE EMPHYTOTE EN HAITI 57

la jouissance diffre de celle du preneur plus que M. Firmin
ne veut l'admeltre. C'est que l'emphytote profit de
tous les services et de tous les products de l'hritage,
nmme de ceux qui n'entrent pas dans la catgorie des
fruits. qlui M. Mnos l'enseigne-t-il ? Les articles
514 et 515 du Code civil sont trop clairs pour permettre
la moindre erreur sur ce point. J'ai dit que la science
du droit n'indique gure de difference formelle entire la
jouissance de l'usufruitier, de l'usager ou de l'emphy-
tote et celle du propritaire . Rien n'est plus vident.
L'observation de M. le president Solon Mnos repose
sud l'absence, chez lui, de tout esprit analylique. .\utre-
ment, il aurait saisi que le proprirlaire jouit de la
chose tanlt comme usager, tantt come usufruitier,
et peut agglomrer les deux espces de jouissance, ayant
les jus utendi et jus abulctdi; mais lorsqu'il se borne
l'usage il ne jouil pas diff'remmenl que l'usager, et
lorsqu'il seborne it l'usu/ruit, il ne jouit pas diffrem-
ment que l'usuf'ruiitier. Voilit lult ce que signifient mes
paroles. Pour s'en convaincre, on n'a qu' lire la
phrase suivante page 14 de ma lettre du 20 septembre
1904 : Lorsque ce dernier (le propritaire) va plus
loin que l'emphytote ou un usufruitier quelconque,
c'est qu'il ne s'arrte pas la jouissance, mais la
pousse jusqu' l'abusus, en vertu (tu droit de dtriorer
et de dtruire que confre lui seulement son titre
de propritaire. n Si je ne savais pas que la jouissance
de l'usager diffre de celle de l'usufruitier et de l'em-
phytote, je l'aurais ajoute ct des deux autres.
Pour le reste, l'article 478 du Code civil dit nettement
que: L'usufruit est le droit de jouir des choses don't







LETTRIES DE SAINT-THOMAS


un autre a la propril come le propritaire. Or,
en droit franais, les lois (lu 9 messidor an III, article 5
du 11 brumaire an VI letarticle 6, ne parent de l'em-
phylose que come un usufruit rsultant de baux
emphytotiques, ou jouissance litre d'emphytose.
Voici la dhfiiition qui, lBaudry-Lacantinerie et Chau-
veau donnent de l'emphytose : Le droit de jouird'un
immeuble appartenant autrui, muoyennalt une rede-
vance priodique. (Des Biens, n0o '89, p. 14'2 de la
2 dit. Paris, 18'9.) tes-vous dispose vous ins-
crire en faux contre :ce.e definition, ei soutenant que
l'imlniuble)l baill cn eiiiliyLosi, n'est pas une chose
d'autrui crl.re les mains de l'cmphyLtole, (qui cn jouit ?
Ce serait lieii vous aventurer, malgr votre puissante
imaginative.
Pour combattre l'argument que j'ai tir (de l'article 1l99
du Code civil sai vir que le droit de transformation
est implicitement coniicdt' au preneur, miire dans les
liaux feriii ordliaires, si cellte iransformialion est la
condition milime, declare, doctoralement que cet argument est futile en ce
qu'il ne repose que sur uin confusion anormale entire
une lolranre r.r'.rcpltwwor l l'exercice d'une facilte
inhlrnte l'ciiphylose. Mais jo, preudrai la libert
de lui dire qu'il y a une profonde erreur dans ces paroles
sentencieuses. Le droit de transformation, dans le sens
pralique eL conomiqii du inot, n'est pas une tolerance
exceptionnelle accolrde au preneur, c'est positivement
une faculty inhrente a tout bail a foirme, la destination
prsume de la chose lant, l, la culture de la terre,
qui ne saurait trc effectue sans de multiples transforma-








L'TRANGEI PEUT TRE EMPHYTOTE EN IAhlTI 59

tions. .le citerai de nouveau les paroles de Beauregard,
qu'une failed de mmoire m'a fail attribuer h Cauws :
Des procds divers, qui se .prifectionnent pou peu,
transformeront les portions cultives et multiplieront
les rcoltes. Les travaux (le drainage, de (lesscliheiient
ou d'irrigation (auta tn de transformations) livreront a
la culture celles qui. jusque-l, ne produisaient rien,
et restaient en friche. Peut-on appeler une tell
dinonstration un argument futile , sans avoir pra-
lablement prouve que transformer est autre chose que
je n'ai dit ou que le texte de l'article 1499 content
autre chose que ce que j'y ai lu '. Vous eii ducider(z,
Messieurs. Le droit d'aliner le bien appartient ga-
leiimet l'eniiphytlolt , dil M1. Minos. Il appuie son
affirmation sur un considrant de l'un des arrts idu
1" avril 18'10, don't. ious avons parle et qui sont vi-
demiiiient (les plus critiquables. Quanl la doctrine
qu'il prtend tirer du Ilpertloi(r de Dalloz (mot Louage
emphyl/olique, ii 8), sans rvoquer en doute la sinc-
ril dle sa citation, il y a lieu (le se demander si la iniii'e
doctrine est toujours enseigne par Dalloz et s'il n'y
aurait pas, ici, une simple erreur de rdaction. La
chose don't l'eimplylote peut disposer par vente,
donation. change (?) ou autrement, ce n'est pas la pro-
pr'il, c'est--dire l'immeuble donn en emphytose,
mais plutt son droit de jouissance. En effet, personnel
n'a jamais soutenu que le fonds de la proprit sur
laquelle le bail emphytotique est consent, appartient
au preneur. Or, en verlu dl l'article 1384 (lu Code
civil et de fadageo Nemo dal quod non habel, il ne peut
disposer ni par vente, ni par donation, ni par change,







LETTllES DE SAINT-THOMAS


d'une chose qui ne lui appartient pas. Il est vrai que
ceux qui soutiennent une tell thorie parent d'une
alienation temporaire avec la charge des iioi'rs (lu
bailleur , lesquels droils ne sont autres que ceux de
p.oprriSt ; mais il ne se conoit pas qu'une seule chose
ait,A la fois, deux propritaires, hors les cas d'indivision.
La rgle (e droit : Il'solubl jure danlis resolvilur jus
accipientis n'est ici intelligible que relativement au
droit de jouissance de l'emphylose, jamais quant la
proprit de l'ineuble ; car l'on ec saurait considrer
le bail emphytdotique come une vente i condition
rsolutoire, rendant la preteudue proprild le l'iiipliy-
tole rsoluble par l'expiration du temps fix pour la
dure du bail. Si donc Dalloz souilicnit srieusement la
doctrine infrer du passage cit par M. Mnos, je suis
oblig de le combattre, en me servant des leons que
j'ai puises, en partli, dans ses propres travaux sur les
principles gnriaux du droit civil.
L'emphytose que Dalloz, d'ordinaire si classique,
appelle ici domaine emphytotique fait rellement
parties de la succession de l'empliytote, elle entire dans
le partage come ses autres biens; et ses cranciers
peuvent fair saisir le fonds... (d'aprs la jurisprudence
franaise; car aucun article du Code civil ou de proc-
dure civil n'en fait mention). Mais en est-il autrement
dans le cas d'un contract de louage ordinaire? L'ar-
ticle 1543 du Code civil prvoit qu'il n'est point rsolu
par la mort du bailleur ni par celle du preneur .
t'outes les constructions ou autres utilits que ce dernier
aurait tablies conventionnellement ou volontairement
mur la ferme et don't il avait la jouissance, on vertu








L'-TItAN;EIt l'EUT ETHiE EMI'IlYTI.OTE EN IIAITI 61
dudil contract de louage, font. partlic le sa succession,
entrenit dans le parlage come ses autres biens et
la f'riS.prudence adicl galement q(ue ses cranciers
peuveni y exercerlasaisie jinmmobilibre,qulii ne s'applique
lgalement qu'au fondis, mais en comprenant le droit
au bail dans cetl: saisie. (Voir Dalloz, Ilecuril prio-
diquei, 1894. 2. 137, note de M. <;lasson. lbidem,
1894. 2. 58,'1 3 consildrant de r l'arrt de la (our
d'appel :de Bordeaux, rendu le 22 fvrier i18!9.) Ces
parlicularils ne suffisenlt donc pas proutr dislinguer le
bail iemp'liylotiique des liaux ordilmaires.
M. le prIsident Solon Mnos. digne de coiinco:iri
pour le prix Montyon, ne veut pas laire son jugeiient
sur li valeur morale de la tllhorie juridique reconiiais-
sant que l'abusus, le droit de disposer de la chose, en
le coonsouinnant, en la d(lruisant malriellrmnint. ien
transformant sa sulbstalice ) esI la prerogative iqui dis-
Iingue le propriltaire de l'usufruitier ou le lout autre
possesseur prcaire. 11 nme laisse, en fuyant, ouimne
.loseph indign de l'audaic de la Pulilihar, la r bilit d'une si grosse immorality. Est-ce li une fleclie
de Parlihe? Mais il n'a pas fait attention que, lii, je n'ai
fait que citer le text mme de M. Planiol. L'minent
professor la Facult de Droit id Paris n'est pas le
seul il reconnatre cette caractlrislique (du droit dle pro-
prit. Aubry et Rau dissent bien : Enfin le propri-
taire est libre de dnaturer sa chose et mme lde la
dgrader et de la dtruire. (Cours de Droit civil
franais, t. II, 191, p. 175 de la 4e dition.) Baudry-
Lacantinerie et Chauveau dissent du propritaire :
... Il peut aussi dnaturer sa chose, la laisser







62 LETTRES DE SAINT-TIOMAS

improductive, mme la dgrader ou la dtruire; son
pouvoir est si absolu qu'il peut aller jusqu' msuser
de la chose; il n'y a qu'une limited lgale ce pouvoir,
la nomination d'un conseil judiciaire au prodigue qui
dissipe sans measure sa fortune. (Des Bie'ns, no 204.
p. 153 de la 20 dition. Paris, 1899.) Les articles 491
et 1494 du Code civil cits par M. Mnos ne sont point
une limited au jus abutendi du propritaire; leur infrac-
tion n'entrainerait que des dommages-intrls rsultant
de l'obligation de ne point nuire aux droits de l'usufrui-
tier ou de ne point changer la forme de la chose loue,
en vertu des principles tablis par l'article 933 du mme
Code. Voil tout.
Suivant mon profound contradicteur, la proprit se
conoit parfaitement sans cet lment du jus abutendi
et son attribut essential permanent est plutt le
droit d'aliner don't, nous l'avons dj vu, dit-il, l'em-
phylote n'est aucunement priv . Mais il n'y a dans
ces dernires paroles que la preuve d'une confusion
regrettable entire la cessibilit du droit de l'emphytote
et l'alination du fonds baill on emphytose, ainsi
que je viens de le dmontrer, avec l'article 1384 du Code
civil.

III

Votre Prsident, en soutenant que l'omphytote
exerce les actions du propritaire, se rclame de la com-
pagnie des auteurs les plus autoriss. Mais voyons
comment! Il cite Ortolan disant de l'emphyteuta ou
emphyteuticarius : On lui accord pour la protection








L'ETIANGE(; PE T ETI1E EMI'IPYTOTE EN HlAITI 6(

de ce droit, mais seulement sous la qualification et
sous la forme d'actions tiles, les actions attributes
ordinairement au propritaire (utilis vindicatio, utilis
publiciana, utilis confessoria vel neyaloria, etc. ; et il
peut exercer cette vindication utile mime contre le pro-
prilaire. Mais tous ceux qui ont tudi la thorie
des actions, en droil remain, verront que l'minent
jurisconsulte, que fut Ortolan, ne dil pas que l'emphy-
tote exerce les actions du propritaire de la faion
absolue que le faisait M. Mnos dans votre runion du
15 juin 1904. Certaines actions utiles ordinairement
attributes au proprilaire lui sont seules accordes
pour la proteclion de son droit, nr'me ron/'r lecpropri-
laire.
Il est certain que l'emphytholoe ne pourrait point
exercer les actions dli proprilaire contre le proprilaire
lui-mnime, d'aprs la rigle do droit .\'eilo rontra se
subrogasse eense.ur. Ces actions utiles lui sont donr
accordes ct des actions du propritaire. Ortolan, en
dtaillant les diverse actions uliles n'en dit pas plus
long que je n'ai dji crit, la page 2 de nia lettre du
20 septembre 1901.
M. Mnos cite ensuite Aubry et Itau. (Cours de Droit
civil, t. 11, 224.) Mais l, c'est n'y rien com-
prendre. Votre Prsident, au mpris de toute probit
scientifique, nous prsente l'appui de sa thse un pas-
sage o ces minents auteurs la combattent positive-
ment. Pour s'en arranger, il s'est content de supprimer
lestement le mot cependant , qui se trouve au com-
mencement de la citation don't il dsirait se servir. En
effect, voici le texie d'Aubry et Rau :








LETTRES DE SAINT-THOMAS


... La jouissance concde l'emphytote, mme
pour un temps indfini, n'tait pas considre comme
un droit de proprit : tout aussi bien que celle de l'usu-
fruitier, elle ne constitute qu'un simple droit rel sur la
chose d'autrui.
Cependant (mot subtilement limin par votre Pr-
sident) come la legislation romaine accordait l'em-
phytote ainsi qu'au superficiaire une action utile en
revendication, les glossateurs imaginrent de lui recon-
naitre une aorte de proprit qu'ils qualifirent de
domaine utile. Le comble, c'est que la fin de cette
citation si dsastreusement faite par M. Mnos, porte
la note 1 o ces auteurs crivent, en toutes lettres :
L'erreur dans laquelle les glossateurs sont tombs
cet gard est d'autant plus singulire, que l'admission
mme d'une action in rem utilis, au profit de l'emphy-
liote, prouve qu'on ne le considrait pas come pro-
pritaire; car en cette quality il aurait eu l'action directed
en revendication. (Schillcr, Commentarius ad jus feu-
date alemanium, 3. Ilofacker, Principia juris
civilis, II, 1034. Sell, op. et loc. cit). Ibidem,
p. 448 de la 4e dition. Paris, 1869.)
Avant d'ouvrir la discussion, M. Mnos (p. 185,
1" col. de la Revue de la Socit de Lg., octobre-
noyembre 1904) a crit ces paroles : Comme je suis
souponn ou de n'avoir aucune ide de la nature du
bail emphytotique ou de me mettre au-dessus de la
science du droit et de ses reprsentants les plus auto-
riss , il m'arrivera souvent d'invoquer des com-
mentateurs ou des arrts l'appui de l'opinion
laquelle je me suis rang, et je prie le lecteur que je






L'ITRANGER PEUT TRE EMPIYTOTE EN HAITI 65

respect infiniment, de demeurer persuade que je ne
citerai pas de mmoire. Voit-on comment mon noble
contradicteur respect le lecteur? C'est que doctus cum
libro, il trompe aperlo libro ceux qui ont la candeur d,
se fier ses connaissances livresques !... J'avoue quc je
prfre me confier au hasard de ma mmoire, laquelle
peut parfois errer, mais rest toujours sincere et loyale,
comme l'esprit auquel elle sert d'tai.
Votre Prsident semble avoir fait de Pothier son
matre prfr; car il est remarquable que c'est sur le
vieux jurisconsulte du xvinie sicle que se base le plus
souvent son argumentation dsute. Je ne nie point la
valeur des euvres de Pothier; mais je doute que les
juristes srieux se contentent de son opinion pour dis-
cuter une question de droit actuel. Le droit est une
science organique, pour ainsi dire ; il volue* avec la
socit qu'il rgit. Lorsqu'on discute, tous les argu-
ments doivent implicitement s'appuyer sur le dernier
tat de la science juridique.Or, ce n'est pas dans Pothier
qu'il faut chercher cela. Voici, d'ailleurs, ce que
M. Marcel Planiol, professeur de droit civil la Facult
de Droit de Paris, crit de lui : Nourri comme Domat
de l'esprit classique, Pothier est un jurisconsulte d'un
grand sens et surtout d'une clart qui ne s'obscurcit
jamais; mais il manque de critique et de vues
personnelles . M. Mnos montre vraiment une trop
grande resemblance d'esprit avec Pothier; car, autre-
ment comment croirait-il avoir trouv un argument
valuable dans le passage. o ce jurisconsulte dit : Il
n'est pas ncessaire non plus, dans notre droit franais
(il faudrait ajouter du xviii sicle ) pour que nous
LETTRES DE SAINT-TIOMAS 6







LETTRES DE SAINT-THOMAS


.ayons la revendication d'une chose, que nous en ayons
le domaine direct; il suffit que nous en ayons le
domaine utile; un emphytote, un engagiste ont cette
action. Par le fait que I'engagiste est mis ct de
femphytote, on doit admettre de deux choses l'une :
ou le mot revendication n'est point usit dans son sens
technique, ou il s'agit d'une doctrine du trs ancien
droit franais qui considrait le gage comme un droit
immobilier.(Voir Frd. Pellier, )u gage immobilier dans
le trs ancient droit franais.)
L'emphylote n'a point la possession civil de
l'immeuble, come l'affirme votre Prsident : dtenteur
prcaire, il n'a que la possession naturelle; autrement,
il pourrait prescrire, par usucapion, la proprit de cet
immeuble contre le propritaire. C'est encore une erreur
inexcusable de la part de M. Mnos que d'avancer que
l'exercice des actions possessoires n'a rien voir, en
principle, avec laproprit du fonds .- La complaint,
dit Planiol, est l'action possessoire par excellence. Elle
n'est donne qu'au veritable possesseur, celui qui a
l'animus domini, et encore faut-il qu'il remplisse une
double condition: il doit avoir une possession example
de vices et avoir possd pendant uue anne au moins
avant le troubledont il se plaint(i)(art.23 duC.de proc.
civ.). Ibidem, t. I, no 927, p. 345). Sans doute, le
juge du possessoire n'a rien voir sur les titres de pro-
prit6 don't se prvaut le demandeur, mais, il faut que
celui-ci se prsente comme propritaire, possdant l'im-
mpeuble animo domini, pour qu'il soit recevable.

i. Cf. Aubry el Rau, Cours de Droit civil franais, t. 11, S 187-2,
p. .5i.







L'ETItANGER PEUT TRE EMI'IYTOTE EN HAITI 67

M. Mnos dplore, en passant, le systme qui con-
siste a faire des citations sans la moindre rfrence.
J'avoue que, pour une fois, il a parfaitement raison et
que je me suis tromp, en portant comme d'Aubry et
RItu la deuxime citation que j'ai faite, la page 12 de
ma lettre du 20 septembre 1904. C'est encore Planiol
que je devais nommer; car j'ai trouv le mime texte
dans son Droit civil (t. I, no 930, p. 347 de la 2e dit.
Paris, 1901). Mais, cette erreur tant confesse, voyez
comment mon honorable et loyal contradicteur s'en est
servi... Rien de plus dconcertant, continue-t-il, et je
suis tent de me demander, dans ces conditions, s'il n'y
a pas ou une mprise touchant un passage attribu
Aubry et Rau et o l'usulruitier, l'usager et l'emphy-
lolo hurleraient plutt de so voir accoupls si on vdu-
luit se rapporter au sentiment veritable dle ces mi-
nents auteurs . En lisant ces paroles, ne scrait-on pas
inclin croire que ces mincnts auteurs enseignent
que l'emphytose a une porte juridique suprieure
celle do l'usufruit, au point de vue du droit de
proprit?... Eh bien, voici ce que je lis dans le mme
volume qui se trouvait dans les mains de votre Prsi-
dent : En rangeant ce droit (de l'emphylote) parmi
les objets susceptible d'hypothque, sous la qualifica-
tion d'usufruit ou de jouissance titre d'emphylose,
les rdacteurs de ces lois (9 messidor an III et 2 bru-
maire an VII) ont nettement indiqu qu'ils n'y voyaient
plus, come les jurisconsultes remains, qu'un droit rel
de jouissance de la chose d'autrui. (Aubry et Rau,
Cours de Droit civil franais, n 224 bis, p. 455.) Si
Aubry et Rau contestant l'emphytote l'exercice de






LETTlIES Eli SAINT-TIIOINAS


l'action possessoirc, c'esl qu'ils soutiennent que les deux
lois hypolhcaires do la priode inlerinmdiaire ont t
implicitemeint abroges par le Code Napolon, en mint
qu'elles accordaient la jouissanc e le l'eniphytiolt le
caractre d(t droit rel innmmolilier. On doit conclure
des observations prcdeiiles, diseii-ils. que, lorsque la
jouissance d'un iinimmouble a pt cde pour uil temps
seulement, ft-ce mme litre di'cmphlyltse, le coutlrat
est rgi par les rgles dii louage., a oins (ue les clauses
dt la convention in mnanifestent claireminul I'iiilention
des parties d'tablir, soil un idroil de supiirficic tempo-
raire, soit uie servitude t(prsonnillc. IIors dle cis liypo-
I.Chss exceptiouucllqs, la jouissaice dli pren.eur "e
constiltue qu'un droit pe)rs susceptible d'hypothque, et qui ne peut former l'objel
d'une action possessoire. (Ibidem, p. 457-458.) En
lisant le verilable sentlimrr tl de ces miiiiciils iiileuiis ,
oi resLo coilslerii du lu haul. scrupule que M. MMnos met
respecter son lecteur. Ma;is qu'estL-ce i dire ?... Il lui
fallait nmoutrir qu'il comiirna ses auleurs, lant persuade
que d'autres ne les connaissent pas. C'esl toujours l'es-
prit fodal qui le domine. C'esl ainsi qu'il contcstc une
Ihsequii, tortLou raison, je n'ai jamais soulenue,
savoir que si l'emphytose est susceptible d'hypothque,
c'est grce aux lois e iiiessidor et de brumaire ci-dessus
mnentionunes. Ce sceail parfait. crit-il, si la facult
d'l ypotllhquer la chose un'lail pas reconnue l'emphy-
tote avant ces deux grades loi hypothicaires de la
1Rvolution et n'avait pas survcu leur abroga-
tion .
Tout d'abord il faut 'aire observer que si M. Mn os









L'TRANGER PEUT ET1IE EM'IIYTEOTE EN HAITI 69

admet, avec Aubry et Rau, Demolombe, Valette, Foelix
et leniriot, lodire et Pont, etc., que les deux grades
lois hypothcaires de l'an III et de l'an VII ont t
abroges, je ne vois passur quelle legislation il pourra
s'appuyer avant la loi du 25 juin 1902 pour
reconnaitrc l'emnphytose le caractre de droit rel
immobilier, mme en France. Cependant, pour rfuter
ma pr tendue erreur, votre docte Prsident s'est complu
a citer un arrt dl la Cour de Paris, en daie (lu 10 mai
1841 estimant qu'avant la promulgation du Code civil,
la jurisprudencee de routes les Cours avait admis, come
principle constant, que la concession titre d'emphy-
t.i'.se longues annes confrail au preneur une pro-
prit immobilire susceptible d'hypothque, etc. .
Nonobstant les terms critiquables de cet arrt, je me
demand comment M1. M1nos a pu en induire que l'cn-
phytose tail susceptible d'hypothque avant les lois
hypothcaires en question (portaint les dates des 27 juin
1795 et l" novembre 17)8), quand l'arrt dit avant
la promulgation du Code civil , laquelle n'a cu lieu
que du 1'' mars 1803 au 1"' mars 1804, au moins huit
ans aprs la date de la premire de ces lois C'est l
ce (lui s'appelle connaitre l'histoire du droit civil fran-
ais come pas un... de ceux qui la connaissent. La
citation de M. Gabriel Demante, avec laquelle conclut
M. Mnos, est dj rduite sa just valeur par toute
la discussion prcdente. En effect. il est prouv que
comme le preneur emplytose, le preneur ordinaire
a le droit de transformer le fonds par la culture et ses
accommodements; pour un temps, et sauf l'obligation
d'acquitter le prix du bail, il est chez lui < (art. 1490






LETTRES DE SAINT-THOMAS


du C. civil, 3e al.); quant aux actions possessoires,
rusager et l'usufruitier, qui ne sont nullement le pro-
pritaire, les exercent galement, dans la limited. de
l'exercice de leur droit, et l'action relle ptlitoire, don't
parle M. Demante, ne peut tre autre chose que l'action
confessoire d'emphytose, comparable l'action con-
fessoire d'usufruit, ainsi qu'on l'a dj vu en droit
remain. (Cf. Planiol, loc. cit., t. I, n" 1651.)
M. Firmin doit tre maintenant compltement difi,
crit M. le Prsident Solon Mnos. Certainement, mais
pas seulement maintenant . Aussi est-ce moi de lui
demander s'il est maintenant difi. S'il ne l'est pas,
je lui expliquerai volontiers la cause de son obstination,
c'est qu'il s'est enferr dans les mailles de l'une de ces
erreurs que Bacon, en son Novum Organum, a nomm
les idoles de la caverne (idola specus). Plein de la
bonne opinion qu'il a de lui-mme, se renfermant dans
la lecture de Pothier et de tous les jurisconsultes
dmods, ne s'layant que des arrts de jurisprudence
qui ont perdu toute autorit, avec les progrs rcents
de la science juridique, son esprit est comme mur dans
une mentality vieillie. Pour sa complete dification,
qu'il me soit donc permis de fire une citation un peu
longue, mais qui projettera la plus vive lumire sur
notre intressante controversy. C'est encore de M. Planiol
que je la tire :

2. CARACTRES ACTUELS DE L'EMPHYTOSE
1933. 'emphytose constitute un simple droit rel
sur la chose d'autrui. Le contraire se trouve nonc
dans les considrants de la plupart des arrts, mais il







L.'ITIIANGER PEUT ETRE EMPHYTEOTE EN HAITI 71

n'y faut voir qu'une fausse conception historique, don't
l'inanit se laisse facilement dcouvrir au moindre
examen. L'incohrence (les ides mises successivement
par la jurisprudence sur ce point est visible. Tantt la
Cour de cassation (lit que l'effet de l'emphytose est de
diviser la proprit en deux parties, l'une forme du
domaine direct, don't la rente... est representative,
l'autre appele domaine utile, qui se compose de la
jouissance des fruits (arrt du 26 juin 1822). Tantt
elle pense que l'emphytose est, sous le Code civil, une
alination temporaire de la proprit; que le preneur-
possde comme propritaire l'immeuble qui lui est
,q transmis; que le bail emphytotique est rellement
( translatif deproprit (arrt du 12e avril 1840. Comp.
arrts du 24 juillet 1843, du 18 mai 1847). Ces deux
points de vue sont inconciliables. Un autre arrt du
12 mars 1845 (D. 45. 1. 105) dit que l'emphytose a
seulement un quasi-domaine, ce qui est encore en con-
tradiction avec les prcdents. L'ide d'une trans-
lation temporaire de la proprit ne peut trouver aucun
argument dans l'histoire, ni dans l'analyse du contract.
L'ide d'un ddoublement de la proprit en domaine
direct et domain utile est contraire aux lois les plus
importantes de la priode intermdiaire; il faudrait
effacer la Rvolution franaise pour y revenir.
Du reste, continue M. Planiol, la rdaction de ces
arrts a beaucoup perdu de sa valeur, depuis que les
travaux publis sur l'histoire du droit ont mieux fait
connatre les transformations de la proprit foncire,
l'influence qu'a eue sur elle la thorie de l'emphytose,
et la nature des rformes opres au course de la Rvo-








LETTRES DE SAINT-THIOMAS


lution. Il est probable que la Cour de cassation ne rdi-
gerait plus aujourd'hui ses arrts en de pareils termes.
Le savant professeur ajoute en note : On doit d'autant
moins parler de domain utile, dans notre droit
moderne, que nous n'avons plus que des emphytoses
temporaires et que, dans l'ancien droit. les emphytloses
perptuelles avaient seules pour effet incontestable de
transfrer le domain utile au preneur. (Tocilesco.
Thse. Paris, 1883, p. 243-2(46). Ibidem, t. I, numero
ci'ato, p. 630.)
Si M. Mnos se croit mme de rfuler ces considra-
tions juridiques, j'espre qu'il aura cette fois le courage le
dire au lecteur que c'est contre M. Planiol qu'il argumienidk
Dans tous les cas, la loi du 25 juin 1902, don't parl
votre Prsident et don't j'ignorais la promulgation, coupe
court toute argutie appuye sur Potiier ou d'autres
auteurs arrirs. Cette loi n'tablit pas un droit nouveau
en France,. mais sanctionne les principles qu'avail cons-
tamment enseigns la saine doctrine, Ioul on redonnant
force de loi .aux provisions des dcrets de messidor
an III et de brumaire an VII sur la susceptibility d'hy-
pothque reconnue l'emphythose.
Il serait oiseux de s'arrter sur les diffrentes 16gis-
lations trangres concernant l'emphytose: nous avons
vu qu'elles ne peuvent avoir aucune influence sur notre
droit interne. propos du caractre de droit rel
immobilier qu'on voudrait y chercher, pour la jouis-
sance de l'emphytote. Egalement oiseuse est la longue
citation tire de M. Gabriel Demante, qui n'a plus d'im-
portance, m&me en France; avec le droit positif existent.
11 tait absolument inutile de citer Pothier, pour







I.'i TrHNGEIt PEUT TI'HE EMPIYTEOTE EN nHATI 7,3

prouver que les baux qui sont faits pour un temps
long sont prsums bau.r vente plutt que de simple
baux loyer ou N ferme, etc. dans le but d'une rfu-
tation intempestive. A la page G de ma lettre du
20 septembre 1904, aprs avoir reproduit les paroles 're
M. Mnos, au sujet des baux de plus de neuf ans q li
sont interdits aux administrateurs des biens d'autrui,
tant rputis actes de disposition , j'ai positivement
ajout: Ces paroles considres en ellc-mOimes sont des
plus orthodoxes. .'niral .iumnililt d'avouer que je ne
m'tais poini enquis de l'opinion de l'illustrc Pothier,
pour piroclminer celle orlhlodoxie dte votre Prsident;
mais ce que je contestais et que je contest encore, c'c 't
le sons d'alination lde la proprit que paraissaient insi-
nuer ces paroles, situes coinme elles taient dans la
discussion du 15 juin 1904. AM. Mnos n'a point os
soutenir que c'est dans ce sens qu'il entendait employer
le term de aces de disposition oppose acted
administration , mais il me lche entire les jamiles
le Trait des Lods de Boutaric!... Pour se fire i ue
just ide de la valour scientifique de cette cita-
tion, on n'a qu' savoir qu'il s'agit, l,, du ptir droit
fodal.
Peu de lecteurs doivent savoir ce que signifie le mot
lods. Voici la definition qu'en donne le Livre' de Jos-
tice et de Plet, XII, 13, : Los si est une cF? se
que l'on doit a seignor quant aucun vent sa terre. Et est
appelez loz de lower : quar la vente n'est ptrfeite devant
que li sires l'ait loe. On voit que je mets le nez dans
les saints arcanes que respire si abondamment mon
trop rudit de contradicteur. En franais de nos jours. il






LETTRES DE SAINT-TiiOMAS


faudrait dire : Le lods est une redevance que l'on doit
au seigneur, quand quelqu'un vend sa terre. Il est ainsi
appel de lower (agrer, fair honneur, approuver, con-
sentir); car la vente n'est pas parfaite, avant que le
seigneur l'ait agre. Le lods montait au cinquime du
prix de la vente, au profit du seigneur du fief dans la
mouvance de qui tait compris le bien vendu. Il tait
rduit 12 0/0 pour les tenures roturires. On com-
prend donc que les seigneurs, qui d6tenaient l'autorit
judiciaire come presque tous les privileges, cette
poque de la predilection de M. le Prsident Solon
Mnos, aient assimil une alienation le simple transport
des fruits pour une priode de plus de dix ans, quand
ils en tiraient un profit si abusif. Mais qu'en plein
xx sicle, on vienne nous servir une telle doctrine
comme argument applicable l'alination de la pro-
prit, il y a se demander si votre honorable Socit
prend au srieux ses propres oracles.
M. Mnos, arguant en barbara, ferio et baroco, essaie
de prouver que l'argument que j'ai tir de l'article 516
du Code civil pour tablir que le pavement des con-
tributions, mis la charge de l'emphytote, n'implique
pas que le droit de proprit lui est transfr * est
d'une telle frivolit qu'on serait bien prs de rpliquer
que celui qui a la pleine proprit est tenu des contri-
butions et pourtant n'est pas un simple habituaire! Le
point d'exclamation est de votre minent Prsident;
mais il s'exclame trop facilement, en oubliant que la
proprit pleine content non seulement l'abusus et
l'usufruclus, mais encore l'usus, qui s'appelle droit
d'habitation, l'usus adium des Romains, quand il a








L. 'TrANG;E PEUT 'TRE ENIPIIYTOTE EN IIAITI 75

pour objet une maison d'habitation. Aussi bien, dans
le propritaire est rnfcrnm l'habituaire; et c'est comme
tel qu'il paie les contributions, quand il n'a pas spar le
droit d'habitation de son droit de proprit, en en dis-
posant en faveur d'un tiers. M. Mnos m'impute crime
de confondre le bail cens avec le bail emphytotique,
propos de la modicit de la redevance annuelle, qu'il
considre come une prsomption de plus du pavement
antrieur du prix vritable. Un tel reproche est tout
simplement curieux, quand on a lu, la page 8 de ma
lettre, les paroles suivantes d'Esmcii : Je dltacherai
seulement la censive pour l'tudier d'un peu plus prs ;
c'tait la plus usite et traditionnellement on la prenait
come le type des tenures roturires. (Hist. du Droit
franais, p. 212-213, 689.) N'tait-ce pas indiquer
suffisamment que je savais que le bail cens est
d'une espce distinct du bail emphytotique, tout en
reconnaissant, avec l'minent professeur la Facuilt
de Droit de Paris, l'Ecole libre des Sciences poli-
tiques et directeur de l'Ecole des Hlautes lu'des, que le
premier est le type des lenures roturires. En y cherchant
la signification de la modicit de la redevance, je n'ai
fait qu'obir aux rgles taxonomiques, qui sont la
boussole de toute classification scientifique dans laquelle
les caractres essentiels du type servent fixer la
valeur ou la porte des modifications rencontres dans
chaque espce du mme group. Cela est aussi vrai
dans les sciences morales et politiques, entrant dans
la sphre des sciences sociologiques, que dans les
sciences biologiques ou naturelles, les sciences phy-
siques et les sciences mathmatiques elles-mnmes.







LETTRE 4 Sis~ AIN 17-ra 17111%


I V

'rouLe cette abisea.ioa nhouilit la lit qaiesli[ail suivante
Le hail e1lhytol les-liq sil iliatel dil ia Jili rauige Par
l'article 6 de lit souteinez m-ec iiiie si Ifee rslauce?
En ii*itlbui viii a ti. str les tex leb i le anis lois eOaisrnea-
riouscamenli etL sernaeaisemtil i mlieirrets (flae 'uar 1.1 doi-
trille la mieiux a l',le puIm ait vouaaaat de la > eicae
juridfiviie actuieille. j'ili rpondui du 20 septLclemb I$>'M.
M. l4itlE.iu, que je [ll*Ii pas ltloilmeul. gia emilliaitre.
doitli le nom je air sais Is > gummle svau alla. ies qui laie liarail le pluis jeuellaaie,
vos iiieailibres. s'e.i. illuge i t'a ligi' 11e sag-iaaeiffiuLioa
aea&Ve fle> danas le semis du~bmeda m us titaailc
Cil sii hIsait- le~s mitas lii ti[ae auvulu
iiiaiiilauaadlt qui se lii veil i a lu iii fle ioisriv al-ticle (6,
tcia iiitea'priail les arlia'Ies 427, -1218 e, I29i du Code
CiVil llihuas un sea;s (lui ferail (le l'eimipihytosc miii
i imimieublep paii l'ob>jet Wufltill il Saujipliilljc . NOus
avonas dj vii commenia't ligietee ial erretl liio est
fausse, aiitaL eaaoistraire et la lt lu lIre ci. l'esprit de la
lui. mais, p'our vous faciliter uan Ir-ioituplite difficile, vous
vous tes arrt,s star une adhsioni tle niu part, ea vertu
dc quio de dIroil rel immobilier. alinrels (luc c p'ast pauire
inadvrtaniiice ,iiiuaucuni dle %ous iia -1eu sotici des moits
sous foules reserres. (lui c>oia inilion adhsiron,
en guise dle dfi il voire dfinitiona. Le passage (ilu j'ai







I. I-:TitAN(;.i l'EUT ETHE EIMIPHYTK~ TE EN IIAITI 77

cil plus haut, page 13 de ima Itii re du 2)0 selptembre
)0)4, prove sur;il)mlain'li que si j'avais accepId
iempl)yldose coimne iin diroil r:'l. ce ie n pourrait lro
qu'en droil francis, suivanil la dlfifiniioni de M. Planiol.
qui y voil lii droil rel di joiissaniice sur la chose
ld'auri i . Cla so rciioil, i cus(e d lai susceplibilitd
d'hlypolhlique suil-il qu'on doi ve lui recnniiallre le mile carnac'tcc te
IIaili? CerlaineiieniIt non la league discussion lablil
plus haut, sujel, nie se'il)e avoir lmis ce point
hours de conicIsle. Cpencdanti coinine vote l'lsideiit ne
inanquerail ipas di hi'rchelcr dins lai Friice acuiiillc un
refuge q(u1i noos lui coriltstliins. il;uiam il se couvre de
l';arllrlte- f1 olale., il vsl iV'.css;il'e il ';pI)uyv r il' opinioniii
id'l n siircrioil dl'ar uiiiii ts ct l uhniuoril.
Tout droit rpiel rIo'auiiilu par' i loi (trangiirire. tl inni
par la niotr e i' lourrail \aloir on Frainie simple droiLt |)'rsounrel. o'llii;inaul uinilh.'i n'nl I' pro-
ili'ilan. eL ses lh ril i'rs te r'sl|u 'r, d vcril I)es)a 'iiel.
... D'apres ce qui a LL dit ci-dessus, il fanduta dlter-
miner la nature lu dr ilil il'ipirs lit loi (lu pays on se-
l'ouve le hieu sur lelucel il port, parcel que li loi Ierri
toriale. d'orice pIi lie .-tr cc poinl. i'nuiiiiiii liiilali-
vemiilen les droils r'els adilissiblhs. DI'oit iite,'nu-
lional priv, p. 733. Paris, IS)8S.)
Elani donn les lx.tes formels des articles 44,8,
1885 eS 2( 8 dle iioitro (Codt civil en l'alsence dle toule
loi aulorisailt l'hvpol lh-que J l'emepiiylyosl c ilrainant
un droil lypothcaire du priieeur, elle rese, en lHali, un
siiiple droit de jouissancl de la chliose d'autrui , elle I11








LETTIRES DE SAINT-TTHOMAS


constitute qu'un droit personnel, qui ne pourra jamais
enlirerdans le cadre des articles 426 et 42') du Code
civil, quand bien mime on y voudrait fair enter
certain droits rels immobiliers non prvus par les
textes. Ainsi tombe, sans recourse, tout l'chafaudage
bas sur ces articles.
Mais les derniers mois de l'article (; de la Constitution
ni acqurir aucun inmmcuble comprennent-ils les
immeubles incorporels'? Il est encore certain que non,
Nul s'il n'est Ilatien, ne peut tre proprilaire dle
biens fonciers en Ilati, a quel titre que ce soit, ni
icquirir auclun7 immeuble. ) On n'a pas besoin dle se
casser la tite pour saisir que a ucun immneuble est
employ, 1, pour aucuns biens immobiliers ; car le
c'onsliituant. ne se lpuoccupait que de I'espce d(e biens
que les strangers ne peuvent acqurir en lali. En.
pareil cas, on ne saurait comprendre les immeubles
incorporels dans la prohibition conslitutionelile. L'ar-
ticle 543 (i447 (le notre Code civil) on humrant les
droits que les particuliers peuvent avoir sur les biens
n'a videmment eu vue que les biens en nature. Dans ce
sens troit le mot bien., exclut tout ce qui est incorporel
cl fail anilithisc aux mots droitls, crances et actions.
(Planiol, ibidem, t. I, no 74 1, p. 288.)
M. Justin Dvot, qui est peut-ltr le plus comptent
de nos civilistes, partage la mime opinion que je soutiens
ici. En distant, crit-il, que l'tranger no pul, acqurir
aucun immeuble, l'article 6( de la constitution se proccupe
surtout des immeubles par nature; quant aux droits
immobiliers, ils rie lui sont refuses (que tout autant
que leur jouissance implique celle du droit de proprit







L'TRAN' ER PEUT TRE EMPIIYTOTE EN IAITI 79

immobilire, tclle, par example, la servitude ou l'action
tendant la revendication d'un immeuble. (La Natio-
nalit et son Influence, no 162, p. 154.)
D'ailleurs, dans ma lettre du 20 septembre 1904,
j'avais implicitement solutionn la controversy que vous
avez souleve sur les articles 426 et 429 du Code civil
on crivant ceci : Ces mots, quelque litre que ce soit,
ne signifient autre chose que l'tranger ne peut devenir
propritaire de biens fonciers, chez nous, ni titre
d'hritier, ni titre de donataire, ni titre de lgataire,
lesquels constituent les diffrentes manires d'acqurir
la proprit, en dehors de l'acquisilion proprerment
dite, rsultant (le l'effet (les obligations, aux terms
de fairliclc 572 du Code civil. En effet, les mots ni
acqucdrir aucun immncuble se rapportent l'acquisilion
d'immeuble par l'cffet des obligations ou des convern-
lions formant, avec les trois prcdentes, les quatre
prinicipales maniiibrs d'acqurir la proprit; quant
l'ace'/'ssion et la prescription, ce sont deux modes secon-
daires d'acquisition que le lgislateur a soigneusement
splmrs des autres, on en faisant un article distinct. En
examinant lus articles, mis en guise dc conference sous
l'arlicle 572, on peut facilemenit voir -(aprs l'art. 573,
s'agissa t do l'acquisition d'immeuble par l'incorpora-
tion ou la prescription ; l'art. 578 et suiv., s'agissant
de l'acquisition par succession ou hritage; l'art. 723
et suiv., s'agissant de l'acquisition par donation et tes-
taments ou legs) qu'il vient ensuite l'acquisition par
l'cffet des conventions, dtermine par l'article 897, qui
dfinit le contract, l'article 929 sur l'obligation (le livrer
la chose et l'article 1368 sur la perfection de la vente et







LETTERS DE SAINI-THOMAS


l'acquisition de la proprit en faveur de l'acheteur. Il
est vrai que ma phrase cite plus haut ne content pas
les explications dveloppes ici; mais je n'avais point
prvu l'tat que vous alliez faire des derniers mots du
fameux article 6, et je pouvais me permettre de croire
que ma simple indication suffirait vous faire saisir
toutes les deductions juridiques don't elle est suscep-
tible.
Verunm anmo salis hec vestigia parva sagaci
Suit.

Lorsque, en 1867, la rdaction actuelle de l'article 6
a t adopte, au n 5 de notre charte constitutionnelle,
le constituent ne pensait h autre chose qu' rester dans
l'esprit de l'article 12 de la Constitution de 1805, disant:
Aucun blanc, quelle que soit sa nation, ne mettra le
pied sur ce territoire H titre de matre ou de propri-
taire et ne pourra l'avenir y acqurir aucune proprit.
En 1805, on ne voyait dans le mot proprit que le
synonyme de biens fonciers ou < immeuble . En
1843, on commena mieux caractriser l'espce de
proprit interdite l'tranger, en disant : Aucun
blanc ne pourra acqurir la quality d'hatien ni le droit
de possder aucun immeuble en lIati. Remarquons
cola : pour ne point rpter le mot acqurir, dans une
preoccupation d'lgance phrasologique, le constituent
de 1843 disait: possder aucun immeuble . mais il
s'agissait certainement de la possession civil, animo
domini, impliquant une acquisition. L'article 7 de Il
Constitution do 1846, rtablit, peu prs, le texte de
l'article 12 de la charter de 1805, mais conserve le mot







L'TrIANGER PEUT TiE EMPIYTEOTE EN lIAITI 81

immeuble la place du mot proprit, en disant:
Aucun blanc, quelle que soit sa nation, ne pourra
mettre le pied sur le territoire hatien, titre de mailre
ou de propritaire et ne pourra l'avenir y acqurir
aucun immeuble, ni la quality d'Hatien. La mme
rdaction fut conserve dans l'article 7 de la Constitution
impriale de 1849. La Constitution de 1867, moins
aggressive, ne parle plus du blanc, qui il est dfendu
de mettre le pied sur le territoire hatien titre de
matre. En effet, on s'tait bien rendu compete que, la
France ayant 'reconnu l'indpendance d'Hati, depuis
1825, et aboli l'esclavage, en 1848, les Franais que
visit surtout la defense constitutionnelle ne pouvaient
plus prtendre mettre le pied en Hati, titre de matres,
c'est--dire propritaires d'esclaves. D'autre part, on
comprit que l'acquisition d'immeuble par l'effet des
obligations ou plutt des conventions, n'tait pas la
seule manire d'acqurir la proprit foncire et, se
basant sur la specification de l'article 572 du Code civil,
alors en vigueur, le constituent rdigea ainsi l'article 5
Nul, s'il n'est Hatien, ne peut tre propritaire de
bien foncier, en HaIti, quelque titre que ce soit, ni
acqurir aucun immeuble.

Depuis 184.3, le mot immeuble a donc constamment
remplac celui de proprit dans la rdaction de nos
chartes constitutionnelles, mais avec le mme esprit
qu'y mettaient les constituents de 1805. Le texte de
l'article 6 de la Constitution de 1889 s'clairait donc
.aisment par l'histoire de notre droit constitutionnel et
la tradition national qui n'a jamais compris la prohibi-


LETTRES DE SAINT-THOMAS







LETTRES DE SAIN.T-THOMAS


lion autrement que contre l'acquisition de biens immo-
biliers par l'tranger.
Dans votre Note, vous avez crit: Ce n'est pas la
Socit de Lgislation, qui a ainsi dcid, ce sont -les
auteurs do la Constitution de 1889. laquelle M. Firmin
a, comme on sait, largement collabor et don't l'article 6
a t vot sans dbat. Je suis bien aise que vous vous
le soyez rappel. Oui, j'ai largement collabor la
Constitution de 1889; il semble donc que je suis particu-
lirement autoris dire dans quel esprit chaque
article a t vot. Eh bien, je certified que, tant dans la
Commission appele fair un rapport sur les articles
modifier, commission laquelle j'ai appartenu, que dans
l'Assemble constituante elle-mme, personnel n'ajamais
pens que les -mots ni acqurir aucun immeuble
signifiassent autre chose que ni acqurir aucune pro-
prit foncire .
Si jamais ces mots pouvaient prter l'quivoque que
vous voulez tablir, je n'aurais point manqu d'en pro-
poser la modification, comme je l'ai fait pour tant
d'autres articles, avec plus ou moins de succs; car ce
n'est pas d'aujourd'hui que mon opinion est faite sur
l'objet de notre discussion. Voici, en effet, ce que j'ai
crit dans le Messager du Nord du 26 janvier 1878 :

Il y a deux forces productive trouver, le capital et la
main d'oeuvre: ce sont en effet les deux principaux agents
du travail; mais ne peut-on pas les rencontrer sans toucher
actuellement et prcipitamment notre Constitution ?...
Nous croyons plutt l'affirmative. Nous pensions que le
jour o nous nous dciderons conqurir le credit par la
scurit des intrts placs dans le pays et par une protec-







I.'ETHANGEli PEUT ITnE EMPIIYTEOTE EN HAITI 83

tion bien entendue de l'industrie national, nous aurons les
capitaux.
11 y aura des immigrants ncessaires qui viendront ta-
blir ici leurs usines, sans fair attention la NUE PIiOPIiETIi
don't l'existence est purement nominal, toutes les fois que,
par un contract lgal, le propritaire en abandonne l'usufruit
au travailleur capitalist, qui a besoin d'exploiter la terre.
Cette proprit superficiaire sera aussi recherchle que la
proprit foncire est actuellement dsire ; et, par les diff-
rents degrs du bail emphytotique que notre legislation
n'interdit pas en faveur de l'tranger, la scurit de l'emphy-
tote ne sera pas trouble dans la jouissance des travaux
effectus.

Cette citation servira aussi, Messieurs, vous
prouver que ce n'lait pas dans le simple but de vous
taquiner que j'ai crit ma lettre du 20 septembre I!)90 :
c'tait pour dfendre des ides que je crois absolument
utiles et patriotiques, et auxquelles je im suis arrti
aprs de mures tudes, depuis plus de vingt-sept ans!




La discussion me semble puise, car, dans les cha-
pitres VI et VII de l'article de 3M. Mnos, je ne trouve
aucun argument qlui n'ait t dbattu. Voyons rapi-
dement le chapitre VI: P" c'est un raisonnement intem-
pestif que celui appuy sur des considerations d'espces
fictives ou relles, qui ne relvent que du juge et ne
sauraient faire l'objet de notre dbat ; 20 il est oiseux de
parler de droit de jouissance perptuit et oiseuse
aussi est la citation de Troplong sur ce point, puisqu'il
n'existe plus d'emphytose perptuelle; 3" ce n'est pas
unc maxime de Loisel qui aurait l'autorit voulue pour








LIETTRES DE SAINT-TIIHOAS


combattre l'opinion d'Aubry et Iau, de Baudry-Lacan-
tineric cL Chauveau, etc... Quant au reste, nous savons
ce qu'il faut penser de la possibility de considrer come
un immeuble le droit de l'emphytole.
M. Mnos, qui n'a eu aucun rare bonheur dans
touted cette discussion, ne partage pas le mien, propose
de l'arr; t de la Cour d'appel de Varsovie ; je l'en crois
sur parole. Toutefois, il se glisse immdiatement dans
son habitude de subtiliser le lcteur, en distant que je
vous ai oppose cet arrt pour en infrer que l'tranger
peut Lre emiphylotl en Ilali. Mais cet arrt de la
Cour de Varsovie n'a 'le cil que pour l'interprlation
des mots qutelque litre que ce soit de l'arlicle 6 de la
Constitulion don't un des vtres semblait tirer des dduc-
tions errones...
Enfin, il est temps de former ma lettre.
Est-il ncessaire que je vous rpte, Messieurs, que je
n'ai jamais voulu dire que vous tes des Xnophobhs?
Je ne le pense pas. PIour moi, je ne suis xnophile
que comee philanthrope, c'est--dire en embrassant
l'tranger dans les sentiments de sympathies et de soli-
darit morale que l'homme doi a l'homme de tous les
pays et le toutes les races, pourvu que les relations
humaines soient bases sur la justice commutative et la
vrit. J'approuve de l'tranger tout ce qui est bon,
surtout les grades universitaires confrs un compa-
triote ; mais je n'en fais pas un ftiche. Est-ce un tort?
Dans la prface de mon livre De l'Egalit des Races
humaines, j'crivais ceci, en 1885:
La plupart de mes amis croyaient mcme que j'aurais
prolit de mion sjour dans la grande capital pour suivre









L.''r N
les course de la Facult de Droit, alin d'obtenir les diplmes
de la licence et du doctorate. Ce serait certainement nn
rsultat bien digne de mon ambition, n'taient les exigences
de la scolarit et mes devoirs de famille. Cependant, part
toute autre raison, j'estime que, lorsqu'on n'a pas eu le bon-
heur de grandir cn Europe, mais qu'on a consciencieusement
travaill chez soi pour mriter le tire que l'on porte, il est
inutile de recommencer la carrire d'tudiant dans une
branch de connaissances dj parcourie avec plus ou
moins de succ.s. 11 y a d'autres besoins de l'espril qui
demandent galement tre satisfaits. En y rpondant, on
compense largement la privation d'un paper inliniment
apprciable, mais don't l'absence ne retire rien au mrite
du travail accompli en dehors des universits euro-
pennes.

Que M. le Prsident Solon Mnos veuille consuller ce
qu'a crit Courcellc-Seneuil sur la valour des diplmes,
il ver:ra que mon opinion est absolument ralioinnille el
que l'illustre membre de l'Arndi'nie des Sciences
morales et poliliques ne pensait pas aulrenienl. D)'ail-
leurs, dans les diverse socits savantes (le Paris,
auxquelles j'appartiens et o il m'est arrive souvent di
prendre pari aux discussions d'un ordre lev, je n'ai
jamais rencontr, comme argument rfulalif soit par
allusion, soit catgoriquement le grade universilaire
d'un contradicteur. Pourtant Dieu sait qu'il n'y manque
pas des gradus du plus haut rang et des plus qualifies.
C'est par sa science qu'on prove son grade ; mais on
ne prove jamais sa science par son grade. Le diplme
n'est qu'une prsomption (le connaissances, dans la
branch d'tudes pour lesquelles on l'a obtenu. On ne
peut en fair une conscration infaillible le savoir
actuel, moins que l'on ne veuille intro:!uire en Ilati







86 LETTRES DE SAINT-THOMAS

les privileges du mandarinat et nous imposer la disci-
pline mental du Chinois.
Ce n'est pas quoi vous travaillez, Messieurs, en
publiant vos discussions, c'est--dire en autorisant cha-
cun les contrler, avec ou sans diplme. Si donc mes
nouveaux arguments vous paraissent avoir quelque
poids, ils pourront bien servir vous fair revenir sur
votre solution antrieuri .
C'est dans cette conviction et cette espdrance que je
vous prie d'agrer, Messieurs, la nouvelle expression
de mes sentiments les plus distingus.

A. FI'MIN

Saint-Thomas, s ojuillet igo5.














Il


HAITI ET LA LEAGUE FRANAISE




INTRODUCTION

Le franais, qui est la langue officielle et national
d'lIali, est un de ces idiomes don't les qualits de
logique, de clart et de sobre harmonie en font le plus
merveilleux vhicule de la pense humaine. Cela est si
vrai qu'on ne va nulle part, dans les hautes sphres
sociales ou dans le monde littraire et scientifique,
sans se trouver dans un milieu o le franais est com-
pris et souvent parl, sinon avec puret, mais avec
une lgance exotique qui a parfois un charm parti-
culier. Ainsi s'explique le fait bien connu que la rpu-
tation des hommes les plus remarquables, dans les
lettres et dans les sciences, n'obtient un retentissement
mondial que par la proclamation de leur talent ou de
leur supriorit intellectuelle par la press franaise.
Nous n'avons donc qu' nous louer de l'hritage
linguistique que nous a laiss l'ancienne colonie de
Saint-Domingue. Mais lorsque l'on considre l'ensemble







LETTRES DE SAINTTIIOMAS


des peuples qui nous entourent et don't l'volution natio-
nale s'accomplit en mme temps que la ntre, on ne
peut nier que nous n'ayons une position dplorable, au
point de vue de la langue. En dehors de la Guadeloupe
et de la Martinique, o l'on trouve environ 360.000 indi-
vidus parlant le franais, c'est l'espagnol qui domine,
dans les Antilles, l'Amrique central ou l'Amrique
du Sud. Non seulement l'espagnol l'emporte sur l'an-
glais, dans cette region du monde, mais la langue de
Shakspeare n'y est parle qu'en des colonies anglaises,
qui n'exercent point le self-government et qui refltent,
comme de pAles satellites, l'volution de la Grande-
Bretagne, don't leur destine, est de fire, de plus en
plus, la Greater Britain.
Cette unit de language, parmi une vingtaine de nations,
comportant une population de plus de 50.000.000 d'ha-
bitants est la vivace empreinte du gnie espagnol dans
l'hmisphre occidental. De routes les contres euro-
pennes, c'est l'Espagne qui a le plus influ sur le
dveloppement des peuples latino-amricains. Elle y a
projet ses qualits de resistance, dc fiert et d'enthou-
siasme; son esprit do chevalerie, la fois amoureuse
et guerrire, religieuse et galante ; .elle y a inocul
aussi ses dfauts de duret, de nonchalance orgueil-
leuse et de marasme moral, son amour de la ralit
ardente et froce, excentrique et provocante. Tout cela
est si vrai que, lorsqu'on parle de l'Amrique latine,
c'est come si l'on disait l'Amrique espagnole.
Il est vrai quele Brsil, avecplusde 16.000.000 d'mes,
parle plutt le portugais; mais la langue de Camons.
peut bien tre considre comme un idiome de la grande-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs