• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Preface
 Premiere partie: Le trone...
 Deuxieme partie: Les lecons...
 Troisieme partie: La meringue...






Group Title: choc en retour
Title: Le choc en retour
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095926/00001
 Material Information
Title: Le choc en retour roman
Physical Description: ix, 293 p. : ; 19cm.
Language: French
Creator: Cinéas, Jean-Baptiste, 1895-1958
Donor: unknown ( endowment )
Publisher: H. Deschamps
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1948
Copyright Date: 1948
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095926
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 01832087
lccn - 50016724

Table of Contents
    Preface
        Page I
        Page II
        Page III
        Page IV
        Page V
        Page VI
        Page VII
        Page VIII
    Premiere partie: Le trone branlant
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Deuxieme partie: Les lecons l'exil
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
    Troisieme partie: La meringue finale
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
Full Text





PREFACE


Les curieux, les indiscrets, les professionnels du tripotage
seront vite dus : ce Conte noir ne s'apparente, ni de prs
ni de loin, un roman clef. Il n'est gure, non plus, un
pamphlet, la critique ou la satire d'un rgne (1) dtermin
ou la caricature d'une Equipe vue travers une loupe d-
formante. Il ambitionne plutt d'tre la synthse d'un pass
mal connu et, par l, indifferent la Gnration de 1915,
du reste prvenue, et ddaigneuse de l'Histoire, une photo-
graphie sans ombre, une peinture vivante, expressive, colo-
re, fidle, typique d'un monde dfunt; un reportage objec-
tif, mais anim, impartial, suggestif d'une priode prime,
fconde en hroismes et en lchets, en beauts et en lai-
deurs, en grandeur et en misre et qui, dans l'ensemble, se
rvle moralement suprieure au Rgime de l'Occu-
pation.
Ce livre sera diversement interprt, surtout msinter-
prt et suscitera de folles colres et parfaitement injusti-
fies. L'auteur s'y attend, s'y rsigne l'avance, dcid ne
pas s'en mouvoir. A ceux-l qui se croiront viss, il oppo-
sera son inaltrable sourire : A quel trait vous reconnais-
sez-vous, cher ami ? A quelle parties la flche perfide vous
a-t-elle atteint? Donnez-vous la peine de me convaincre
de calomnie, ou tout au moins d'inexactitude. Prouvez-moi
qu'un tableau fidle du Pass, un inventaire prcis consti-
tue un crime de lse-nation, une faute contre le Pays, un
acte d'apatriotisme. A la rigueur, je consens me recon-
natre un tort, un seul : celui de soulever, d'une main quel-

1. Terminologie politique hatienne pour Gouvernement ou Administration.
Tant il est vrai que le Prsident de la Rpublique l'exemple du Roi d'Angle-
terre rgne toujours, alors mme qu'il ne gouverne pas.





PREFACE


que peu lourde, le rideau sur une scne trop sombre; de
hurler, sous le coup de l'indignation une indignation r-
trospective ce que chacun pense et rprouve au fond de
son caur ; ce que les moins peureux murmurent au tuyau
de l'oreille. Mais pass certain ge, peut-on refaire son
temprament ? Et quoi bon, just ciel pour le peu qui
nous reste trainer le boulet de la vie ? Encore que ce soit
imprudent ou excessif, on prouve une certain fiert ne
pas abdiquer, se conserver intact, sans peur ni reproche,
au milieu du dsarroi gnral.
Je consacre mes loisirs mditer, rflchir, rviser les
valeurs, rformer excuse du peu rformer la vie...
par la pense, selon un plan conforme la logique, MA lo-
gique. Forme de folie caractristique! Heureusement inof-
fensive. Je me crois, je suis peut-tre un fou lucide. Fatigu
d'changer des vues avec d'autres fous de mon espce, je
me hasarde l'oeuvre incertaine, prilleuse de construc-
tion... sur le paper. Trop paresseux pour concevoir une
entreprise de grande envergure, de longue haleine, j'ai re-
cours au truchement du conte pour satisfaire mon besoin
de donner corps ma pense. Je me dlivre de mes ides
sans prtention, la hussarde aprs une suggestive au-
dience avec un camarade de ma famille spirituelle. Et j'-
prouve toujours le regret de constater que, aprs la parturi-
tion, il est rare que le petit monstre ne me devienne abso-
lument tranger. Geste de partre qui relve de la patho-
logie !
Pathologie galement, ma passion de l'audience. Ah!
l'audience hatienne. Notre seule originalit, notre plus belle
invention, notre plus douce consolation, notre principal rai-
son de vivre J'ai essay, et plus d'une reprise, de dfinir,
d'analyser ce genre qui a pris naissance et s'est dvelopp
en notre milieu, avec une vigueur prodigieuse. Je suis le der-
nier de grce, ne le rptez pas conserver copie de
mes manuscrits ou des priodiques qui ont bien voulu leur





PREFACE


accorder l'hospitalit, fidle mon principle d'oublier mes
pchs, peine commis. Si l'audience est sduisante et em-
brasse tous les genres, ai-je proclam en substance, les au-
dienciers sont toujours sympathiques et se rvlent potes
et combien humans J'en atteste Justin Lhrisson et sa
merveilleuse audience: LA FAMILLE DES PITITE-
CAILLE.
Ce mince volume est un grand livre, et, sans contest, le
chef-d'oeuvre de l'audience que les auteurs ddaignent pres-
que toujours de recueillir par crit. Il sera lu et avec
quelle volupt alors que des livres plus prtentieux se-
ront, depuis longtemps, effacs de la mmoire de l'homme
hatien. Sans honte, j'avoue en avoir fait mon livre de che-
vet: depuis quarante ans prs, je garden jalousement par
quel miracle mon exemplaire de la premiere dition et
je le relis, une fois par trimestre quand il me plat de re-
venir sur le pass et avec un plaisir toujours vierge.
La grande ambition de ma vie serait de raliser une ple
copie du modle du matre-audiencier. Mais n'est pas Justin
Lhrisson qui veut Par l'acuit de l'observation, par l'es-
prit, le mordant des traits don't le moindre porte -, par
le tour caustique, par le faire adquat au sujet, le ton
gouailleur, inimitable, peuple, le natural confondant l'au-
teur et ses personnages, par le comique dsopilant des sc-
nes incitant au rire en mme temps qu'aux pleurs et la
meditation, par la quality particulire d'humour, la navet
narquoise qui ne trompe que les simples, par le climate si
particulirement hatien qu'il droute l'tranger, non fami.-
liaris avec les meurs hatiennes d'antan : par toutes ces
qualits qui caractrisent le chef-d'euvre, la Famille des
Pitite-Caille restera jamais le plus vridique, le plus for-
midable document sur le Pass, lgu par un courageux et
minutieux observateur. L'tranger, je le sais, ne comprend
rien la peinture de ces mcurs trop spciales. Mais est-ce
la faute de l'auteur ? Toujours l'me d'un people demeurera





PREFACE


une fort obscure pour un autre people, comme l'me d'un
individu pour un autre individu. Les dlicats et les snobs,
qui ne peuvent s'empcher de chicaner leur plaisir, trou-
vent l'ironie un peu grosse, le ton trop peuple, les per-
sonnages trop vulgaires ou trop simples, l'atmosphre trop
canaille la psychologie un peu simpliste, l'art dnu de
raffinement. A mon trs humble avis, ces prtendus dfauts
-par suite de ce parfait quilibre entire le fond et la forme-
constituent l'originalit et le principal mrite de l'auteur.
Et ne vous y trompez pas: sous ce ton badin un mas-
que habile l'Amateurisme littraire hatien ne saurait
offrir rien de plus vrai, de plus amer. C'est, semble-t-il, une
loi de la nature humaine de ne crer de chef-d'oeuvre ou,
tout au moins, d'oeuvres durables que dans la douleur et au
prix de son sang : le rire de Molire n'est qu' la surface, et
souvent, les euvres rputes charmantes et gaies sont plu-
tt dans la veine pessimiste la plus authentique. Seuls, les
critiques inattentifs stupides moutons de Panurge -
s'obstinent encore louer le Doux Racine alors que le
crateur de Phdre se rvle, la lecture et sur la scne, le
plus exact, le plus profound clinicien de l'Amour de la Litt-
rature Franaise...
La Famille des Pitite-Caille a peut-tre inspir, pour une
large part, Le Choc en Retour. Une copie si soigne soit-
elle, il est vrai, ne vaut jamais l'original. Mais elle mrite
parfois de ne point passer inaperue ne serait-ce que par
le rapprochement.
On prte un crivain franais, de passage Port-au-
Prince, cette opinion ose: que l'troitesse du milieu, l'exi-
guit du pays handicapent l'crivain hatien. Jamais mois-
son plus riche et plus abondante, en aucun temps et en au-
cun pays, n'a sollicit le concours des ouvriers de bonne vo-
lont. Les mines semblent inpuisables, encore inexploi-
tes, peine explores, et n'attendent que le travail du pion-
nier. L'crivain hatien a, tout just, entam, par example




PREFACE


l'tude de l'me complex, des meurs tranges du paysan.
Il n'en a encore donn que de rapides analyses et trop rares.
La vie hatienne, comme la vie de tout people, comme la
vie en gnral, offre des aspects diffrents selon les temps
et les circonstances. N'en dplaise nos snobs qui s'int-
ressent exclusivement la vie de l'tranger et mprisent
tout ce qui est hatien, l'tude de la vie hatienne, loin d'tre
fade, fastidieuse, insipide, est tout ce qu'il y a de plus atta-
chant par sa nouveaut. Le talent de l'auteur peut tre
au-dessous de la tche mais la matire reste toujours neuve,
intressante, attendant le robuste ouvrier qui saura l'exploi-
ter. Celui qui, l'exemple de Goethe, prouve plus violem-
ment le besoin de pntrer dan.s l'intimit des hommes et
des choses que d'exprimer potiquement des penses, ce-
lui-l n'a que l'embarras du choix pour difier, en ce pays,
une oeuvre romanesque, base sur l'tude de caractre ou
de murs; et la terreur perptuelle sous laquelle il vit,
cette terreur qui, seule, donne l'intelligence, selon le mot
terrible d'Isae, cette terreur est appele le guider dans
son choix et lui dicter son oeuvre sans grand effort d'ima-
gination.
Pour ma part qu'on veuille bien pardonner cette immo-
destie force, en l'occurrence pour ma part, la nature
s'est montre, quant au don d'imagination, d'une avarice
cruelle. On ne voudra peut-tre pas me croire. Il me faut,
en bon paysan, prendre contact avec le rel, toucher terre,
avant de tenter un vol lourd, sans grce et de court dure.
Ton euvre, me taquine souvent mon ami Thomas H. Le-
chaud, ce sont tes audiences, tes rflexions, tes souvenirs,
tes mditations, tes ventures vcues, tes observations que
tu fixes sur le papier. Fine remarque d'un subtil observa-
teur Ce que je mets en conte, c'est donc une scne de
la vie laquelle j'ai pris part personnellemnt ou qui m'a
t rapporte par un acteur ou un spectateur ami.
Par hasard, un imaginatif un vrai prend connais-




PREFACE


sance d'une nouvelle de moi: Quel gaspilleur me repro-
che-t-il, vous avez gch le sujet d'un roman ! Un diteur,
la lecture d'un manuscrit de contest assez disparates, ne
manque pas de saisir tout de suite mon point faible : Cha-
cun de vos contest content la matire de trois quatre ro-
mans et, titre d'illustration, en homme de mtier, il tire
de ces contest le canevas d'un roman qu'il m'invite crire.
Ce travail ne me tente pas; ma nature de ngre marron
est rebelle toute oevvre de command. Mon esprit exige la
fcondation d'une passion violent ou, tout au moins, d'une
affection raisonnable. Non, dcidment, je n'ai gure d'ima-
gination : cet aveu, dpouill d'artifice, n'est pas du tout
l'honneur d'un barbouilleur de paper qui se croit, qui se
targue d'tre un imaginatif...
Le Choc en Retour doit la vie une nouvelle Le Retour
en Exil qui dormait paisiblement dans un quelconque car-
ton et qui, l'instar de ses surs, semblerait ne devoir ja-
mais affronter la lumire, sans la trop haute bienveillance
de Monsieur Bellegarde. L'auteur des Ecrivains Hatiens
a bien voulu lui accorder une gnreuse hospitality dans le
prochain volume des Prosateurs Hatiens. On dirait, chez
moi, un procd inconscient: toujours une nouvelle forme
le schma de ce que l'amiti dcore du grand nom de ro-
man que ce soit Le Drame de la Terre, la Vengeance de
la Terre, ou l'Hritage... Maudit. Mme phnomne pour
l'Art et les Artistes Populaires : un articulet et des figurines
fantaisistes pour mon plaisir devaient, dans la suite,.
se dvelopper et prendre la proportion d'une assez longue
tude. Vraiment, je n'ai pas beaucoup de souffle. Ma chan-
son est elliptique, pourrais-je rpter la suite d'un grand
crivain franais. Toujours le mme leit-motiv : Votre ro-
man est tout fait. Un petit effort, un rien de dveloppement.
J'ai beau rtorquer l'auteur des Ecrivains Haitiens pour
cacher mon impuissance que le conte est d'un art plus
rafin, plus aristocratique au dire des novellistes et





PREFACE


pose davantage son homme. Mauvaise excuse! Mais le ro-
man, lui aussi, est de naissance noble. Essayez donc ! Et
j'ai essay...
Et voil Le Choc en Retour J'ai d faire violence ma
paresse inne, renoncer ma passion des livres, mon plai-
sir de vadrouiller gauche et droite, par months et par
vaux, du Nord au Sud (1) ; j'ai d rveiller les souvenirs
endormis, saccager de fond en comble les archives de ma
trop sche imagination, remuer en tous sens les tiroirs ou-
blis des vieux papers, voquer les figures d'antan, inter-
roger les tmoins du Pass, provoquer les audiences, frotter
mes mditations et mes observations contre celles de mes
amis, mettre contribution la source tarie de ma sensibility,
rafraichir mes souvenirs, repasser les leons des matres
hatiens; j'ai d, en un mot, tout mettre en oeuvre pour res-
susciter le Pass ce Pass qui, s'il faut en croire le pote,
n'est jamais tout fait effac. C'est reconnatre par l, que
cette vocation du Pass n'est pas une uvre de combat ;
d'ailleurs je n'ai pas de cause attaquer ou dfendre. C'est
confesser que pas un pisode n'est une pure fiction, pas un
trait une pigramme, pas une anecdote qui ne soit authen-
tique. J'ai coup une tranche encore frache d'un cadavre -
qui se conserve merveille pour l'offrir la meditation
ou l'ironique curiosity de mes amis, selon leur tempra-
ment. Ce livre s'est impos mon esprit ; je l'ai conu et
port des annes, depuis que je fus en ge de rflchir sur
la vie hatienne; j'en souffre plus que le plus sensible de
mes lecteurs probables, s'il est vrai que seuls, les violent
ont un sang pour souffrir. Si je me rsigne laisser vivre
et grandir le petit monstre, lui permettre de tenter une
carrire aventureuse, c'est soutenu par l'espoir que sa ma-
gnifique laideur servira de leon tous ceux-l qui le ver-
ront voluer sur la scne...
Il est dans ma destine de toujours porter en moi l'oeuvre

,) Ce mot mchant est de mon ami, Emmanuel Pierre-Louis.





















PREMIERE PARTIES

LE TRONE BRANLANT














LA FETE DU DIEU.


Non, dcidment, ce n'est pas une simple fte de fa-
mille : la clbration de l'anniversaire d'un chef de famille
combl. C'est une announce non dguise, quasi-officielle de
candidature la Prsidence d'un Ministre trs influent, d'un
Vice-Prsident. La transmission du Pouvoir un Prten-
dant. C'est tout simplement inoui !
L'tincelant chroniqueur de la Revue Littraire L'Ame
Hatienne l'un des princes de la mode, chuchota cette r-
flexion l'oreille du plus proche des trois compagnons, jour-
nalistes-amateurs comme lui, avec qui il arpentait le thtre
de la fte, dans ses recoins les plus obscurs, des somp-
tueux salons l'immense cour. Les jeunes premiers chan-
geaient, voix basse, presque imperceptible, presque avec
des signes conventionnels, leurs rflexions amres ou iro-
niques sur la vie hatienne, sur le hros de la fte, l'un des
matres de l'heure. De temps en temps, ils encerclaient
d'autres groups de promeneurs, privilgis de la fortune
qui toute licence est permise et qui ne se faisaient pas faute
de tordre, sans remords, par plaisir, le cou la politesse et
au protocole. Un vigoureux shake-hand, un geste de franche
camaraderie, un mot d'esprit et les groups allaient leur
destin, sous une cascade de fou rire ou une esquisse de sou-
rires discrets, ponctus de malicieux sous-entendus.
Oui, c'est une vraie fte national, continue l'un des
quatre, une reception au Palais de la Prsidence. Quel ta-
bleau magique! Quelle blouissante ferie! Un Barbare
mme ft tomb en extase !
Les Civiliss, c'est Nous surenchrit le rdacteur de
Partout. Quelle socit lgante Quel raffinement Le




4 LE CHOC EN RETOUR
Faubourg et vous devinez bien lequel le clbre Fau-
bourg lui-mme je parle en connaissance de cause ne
pourrait rien prsenter de plus beau, de plus slect. Il est
se demander si certaines petites Cours d'Europe ne nous
envieraient pas cette socit magnifique, blouissante, in-
comparable.
Tu te moques! N'exagrons rien. On ne saurait pour-
tant nier que, au point de vue social, le high-life hatien ait
accompli de sensibles progrs. Mme les politicians lour-
dauds, les ours mal lchs que la Province vomit sur la Ca-
pitale, souvent, plus souvent que de raison, s'adaptent au
milieu avec une surprenante aisance comme en leur l-
ment natural.
Preuve loquente des resources caches de la race !
Mais, entire nous, quelle imprudence que cette fte!
Jupiter commence-t-il toujours par rendre fous ceux qu'il
veut perdre? Le Prsident de la Rpublique est toujours om-
brageux, par nature, par tat; la suspicion est sa vertu car-
dinale; il l'exerce, de faon morbide, contre ses favors, con-
tre ses parents, contre ses propres enfants. Il est plus expos
qu'un autre aux caprices du dieu, le favori qui nourrit de
hautes ambitions csariennes. Notre Catullus Alcibiade Per-
nier qui se croit si fin devait se mfier et se rappeler
que la Roche Tarpienne gt toujours tout prs du Capitole.
Catullus Alcibiade! Quel accouplement ridicule de
remain et de grec Le pauvre homme n'a mme pas eu l'es-
prit de moderniser son prnom et de changer son nom. a
pue son ng-feuille mille lieues. C'est un nom qui tue -
c gros nom qui touy p'ti chien, dit la sagesse populaire.
Malgr toutes les chances apparentes en sa faveur, je n2
miserais pas sur ce poulain, aux prochains vnements.
Qu'en sais-tu ? Notre paradoxal pays est le pays de
l'invraisemblable, le pays de l'impossible. Et puis, soyons
justes: son nom est Pernier. Mais pourquoi faut-il que les
prnoms baroques, don't l'a accabl un parrain factieux ou





LE CHOC EN RETOUR


trop passionn de l'antiquit, subsistent seuls ? Il est le pre-
mier se conformer cette bizarrerie des us et coutumes
de ce pays, en signant de ces deux prnoms, en oubliant le
nom patronymique comme font nos paysans.
Chut Les espions infestent mme cette fte de fa-
mille: yeux, oreilles, langue, ils n'en ont que trop et s'en
servent trop bien et trop mal. Nous sommes les points de
mire de tous les groups.
Soir de fte! Soir de triomphe! Tout le Port-au-Prince
slect, le Port-au-Prince de la Politique, le Port-au-Prince
des Affaires, le Port-au-Prince des Lettres et des Arts, le
Port-au-Prince du High-Life s'tait donn rendez-vous, se
pressait en la princire residence du fastueux et puissant
Ministre de l'Intrieur, Catullus Alcibiade Pernier, favori
ternel de l'Imperator qui rgnait despotiquement sur la
Rpublique d'Esclaves, Matre des vies et des biens, dispen-
sateur instable des faveurs, sadique semeur de catastrophes,
seul dieu de la terre hatienne, plus puissant que le Dieu
du Ciel don't la toute puissance est refrne par la toute-
sagesse.
La Villa L'Avenir, majestueusement dresse sur les
Hauteurs, tout au dbut o les Hauteurs commenaient
dcouronner le Vieux Port-au-Prince des bas quartiers,
faisait l'orgueil du Bois-Verna. Le gnie de dsordre de
l'Hatien se donnait libre course, en gchant de magnifiques
proprits par le percement de ruelles tortueuses, invrai-
semblables dfis au bon got et au bon sens. Les villas s'-
difiaient au petit bonheur, au mpris de toutes les lois de
l'urbanisme. Les magnats de la finance, les matres de la
politique, tous ceux-l qui aspiraient monter, dlais-
saient les quarters du commerce pour escalader les Hau-
teurs. Tel habitat, telle classes. Psychose collective qui en-
votait les mieux quilibrs !...
L'Avenir, illumine giorno, avait arbor une me de
fte, une me de folie. L'lectricit, frachement ne la





LE CHOC EN RETOUR


vie hatienne, rpandait sur les hommes et les choses une
lumire crue, aveuglante. Le jardin enguirland, toil
d'une constellation d'ampoules multicolores, exhalait l'ar-
me capiteux de ses fleurs. La Musique du Palais, sous la ba-
guette magique du Maestro (1), la Musique du Palais, l'une
des trois seules bonnes choses de ce pays, avec le caf et le
rhum d'Hati (2), enfivrait les sens, enchantait les ceurs.
Aux salons, ct des redingotes lugubres, des jaquettes
pittoresques, des smoking sombres, des vestons incolores,
les toilettes clatantes des dames irradiaient. Les rires, les
mots d'esprit jaillissaient comme d'une source vive. Les
groups, runis en raison de leurs relations de bon voisinage
ou d'amiti, leurs intrts ou leurs affinits, bourdonnaient
dans une vive allgresse. Un brusque remue-mnage: Ma-
dame la Ministresse venait d'entrer en scne, flanque de
ses deux filles. Une de ces beauts passes, inexpressives,
plus dsastreuses que la pire laideur. Petite, grassouillette,
congestionnant dans sa toilette trop troite qui exagrait
encore le buste trop court, elle distribuait, dans tous les
sens, de gauches saluts agrments de sourires qui vou-
draient tre gracieux ou spirituels. La dmarche tait sau-
tillante, tout l'tre embarrass. Le luxe de la toilette sem-
blait encore accentuer la vulgarit, presque le paysannisme
de la femme qui caricaturait la grande dame.
Je vous remercie, mes chers amis... Quel honneur,
Mesdames !... Mes compliments, Messieurs !... Le Ministre
va venir. Il vous prie d'excuser son retard. Le Prsident -
qui devait nous faire l'honneur d'tre des ntres s'est
excus la dernire minute et a retenu le Ministre pour
un travail important et urgent. Non, ce n'est pas une petite
btise que le Ministre de l'Intrieur. Ah non, ce n'est pas
de la petite bire.
Nous nous en faisons une ide, Madame... Heureuse-

1) Occide Jeanty.
2) Observation dsabuse de Justin Lhrisson.





LE CHOC EN RETOUR


cension de sa classes. C'est le plbiscite qui se faisait, cette
heure...
Le landau caoutchout tait depuis longtemps dans l'im-
mense alle que l'homme se retournait, pour s'enivrer en-
core du trop fugace encens de la popularity. Il ne pouvait
entendre l'explosion de haine de la rue:
Bande salopes !... Bande voleurs !... Bande assassins !
Bon Dieu bon! Danse-l va fini, yon jou !
-Je n'ai pas de travail : je ne trouve rien manger.
-Mes enfants et ma femme sont malades et je ne peux
rien pour eux.
Ils font bombance, alors que nous prissons.
Une seule de ces toilettes, une seule de ces soires:
c'est une anne de notre vie garantie.
Tout cela, c'est notre sueur ; tout cela, c'est notre sang.
Mais l'homme ne pouvait entendre. Le tonnerre d'applau-
dissements, 'les trpignements de joie, les bravos, les cla-
meurs qui accueillirent son entre branlaient l'atmosph-
re. Il descendit de voiture, avec une gravit olympienne,
en acteur sr de ses effects.
Grand, le visage orn d'une belle paire de moustaches, le
mention ombr d'une impriale taille avec soin, les lvres
un peu trop fortes, le nez sensuel, les yeux en amande, la
tte puissante de Barbare goulu, incline gauche avec une
certain affectation, Catullus Alcibiade Pernier incarnait le
type du noir fin qui attirait naturellement la sympathie.
Malgr le venture bedonnant, barr d'une massive chane
d'or et la dmarche solennelle, il donnait l'impression d'une
bte souple et puissante et ruse, capable de dvorer plus
que sa just part. Les yeux aux reflects changeants taient
magnifiques. Mais c'tait surtout la mchoire, comme d'a-
cier, qui saisissait de prime abord. Il tait habill avec re-
cherche, et mme un certain got: la jaquette de bonne






LE CHOC EN RETOUR


coupe, le pantalon impeccable, le gilet, la cravate de nuance
delicate formaient un ensemble harmonieux.
L'homme gravit l'escalier, tel un prtre montant l'autel.
Les bravos crpitrent drus, frntiques. Son panama de
luxe command exprs pour lui par un ngociant de ses
amis son panama la main, il salua gauche, il salua
droite, il salua de la tte, il salua de la main, il salua du
sourire; c'tait qui recevrait le premier shake-hand du
matre.
Laissez, au moins, passer Madame la Ministresse...
Place aux Mesdemoiselles Alcibiade.
-Permettez que les jeunes Alcibiade embrassent leur
pre...
Pendant que s'accomplissaient ces rites de famille, la Mu-
sique du Palais attaqua La Victoire, le salut de circons-
tance orchestra par le Maestro en l'honneur du Vainqueur,
du Matre de demain. L'ordre se rtablit, chacun prit d'ins-
tinct une attitude militaire. Et le grand lyrique chanta, non
pour un fantoche destin passer, dj pass, inexistant,
une idole d'un jour, objet d'effroi et de mpris, qui vit
dans la peur, comme il inspire la peur. Le fantoche n'tait
que l'occasion de son chant. C'est pour lui-mme qu'il chan-
tait. Un chant vibrant, tumultueux, qui disait les rves im-
menses de l'artiste, ses souffrances refoules, ses esprances
dues, sa foi inbranlable en l'avenir. Le chant s'largis-
sait, clamait les souffrances ternelles de la foule: la voix
profonde des basses sanglotait, hurlait, empruntait le ryth-
me enrag de la fureur populaire ou de l'ocan en cour-
roux. Les cuivres aigus des pistons, des bugles et des trom-
pettes exaltaient les courage et lanaient l'assaut des bas-
tilles des injustices, des prjugs. Les bois, soutenus par la
voix grave et nue des sopranos et des barytons, invitaient
l'amour, l'espoir. Chant de la vie intense. Chant de r-
volte, hymne l'esprance et la foi. On entendait le gron-





LE CHOC EN RETOUR


dement de la foule, les cris des blesss; on voyait l'action.
Enfin, aprs ce rythme tour--tour saccad, fivreux, un
rythme serein voquait le vainqueur, le Matre, l'Elu du
Destin accueillant l'hommage de la foule en dlire. Tout
cela d'un lyrisme exalt, tragique, pique, pntrant ais-
ment le cour des simples et l'intelligence des connaisseurs.
La rue et le salon clatrent en bravos dlirants. Aprs ce
long silence impos par l'admiration et l'motion, il n'tait
que just de donner libre course aux apptits dchans.
Aprs les salamalecs protocolaires, l'offensive se dclencha,
irresistible, contre les campuses bien fortifies. La ptara-
de dsordonne du champagne chantait, son tour, l'hymne
Eros. La douceur de vivre illuminait tous les visages.
L'amphytrion rayonnait. Sa voix prenante, aux modulations
graves et nettes, dominait le murmure confus de l'assistance
et entranait tous les cours.
Justice et Devoir: c'est ma devise, rptait-il, senten-
cieux. Le devoir passe avant le plaisir. C'est le sentiment
du devoir qui manque ce pays. Je vous ai fait attendre.
Je m'en excuse...
-Vous n'avez que failli, Secrtaire d'Etat, jeta un flat-
teur.
Merci de votre gnreuse indulgence. Non, je vous ai
trop longtemps fait attendre. L'exactitude est la politesse
des rois et des... hommes politiques. Pour moi, je l'lve
la hauteur d'une institution, d'une vertu. Je me mourais
d'impatience. Mais le devoir... le devoir...
Le grand homme parcourait les groups, en distribuant
des compliments aux dames et des promesses aux amis. Le
portrait en pied du Patron, de l'Imperator, trnait au beau
milieu du salon. C'tait qui en analyserait les beauts. Le
facies de prince indien du favori lui faisait pendant.
Louanges encore plus dithyrambiques des critiques d'art
improviss. Plus loin, le group de famille. Ple-mle, des





LE CHOC EN RETOUR


chromos horribles; des paysages d'un Orient de conven-
tion, les Adieux de Fontainebleau, l'Anglus de Millet. On
s'extasiait devant le bon got du Matre, le sens artistique
inn de Madame, les talents de ces demoiselles qui iront
loin.
Et l'heure crucial: le supplice des toasts. La main la
poche, dans une pose de chef, Catullus Alcibiade Pernier
subissait le martyre des proses officielles et autres, avant
de martyriser ses bourreaux. Le Chef de division de l'Int-
rieur, avant de se faire l'interprte du personnel de son
Dpartement, d'une voix onctueuse, presque religieuse, don-
na lecture de la Lettre de S. E. le Prsident. Au nom du
President, par pur rflexe, les hommes se mettaient au gar-
de--vous, les femmes s'inclinaient pieusement, comme
l'Eglise, l'offertoire. Un peu plus se serait-on agenouill,
comme le sujet du Mikado, au passage du dieu.
Mon cher Ministre et Grand Ami,
Le Devoir m'enchane et me prive du plaisir d'tre avec
vous, en personnel. Mais de coeur, d'esprit, de pense, je
suis avec le plus dvou de mes collaborateurs, le plus fi-
dle et le plus cher de mes amis. Longue vie, vie de bon-
heur...
La tempte d'applaudissements couvrit la voix du lec-
teur. Il n'y avait plus de doute: Alcibiade tait l'lu de Ju-
piter, et ce que Jupiter veut... Et voici les lettres des Minis-
tres, sauf celle du Ministre des Finances, Claude Delhouys,
la creature du Prtendant, qui, mme mort, aurait
fait installer (1) son cadavre la fte. Les Prsidents des
Chambres, les Commandants militaires de la Capitale et
de la Province, le Haut-Commerce, les Corps Constitus:
c'tait qui rivaliserait de flagorneries et de bassesses. Et
les gerbes immense de fleurs, les souvenirs prcieux de
fte... Un himalaya d'objets d'art, d'objets de luxe, de bi-

1) Crolisme courant employ pour : taler, dposer.





LE CHOC EN RETOUR


joux de prix, capable de soulager la misre de ces dshri-
ts de la rue, un bon mois.
Et le matre remercia. Le silence se fit presque religieux.
La voix en trmolo rsonna solennelle plus que jamais:
Mes chers amis, les grandes motions sont muettes. Vous
devez comprendre mon motion, cette here la plus pa-
thtique de ma vie. Cette fte de famille, vous lui avez don-
n, malgr moi, le caractre d'une fte publique. Ce n'est
pas moi, certes, que vous avez bien voulu fter, mais bien
le grand Vieillard, le noble Soldat qui a consacr son exis-
tence au service de la Patrie. (Tempte d'applaudisse-
ments)
Oui, dis-je, ce Preux, digne mule des Hros de l'Ind-
pendance, qui, au soir de la vie, au soir de la Pense, au
lieu de jouir d'un repos bien gagn, est dcid mourir
debout pro Patria Quel bel example, mes chers amis, de
patriotism vrai Il restera pour nous tous le Matre et le
modle incomparable. Gloire LUI! La grande fiert de
ma carrire politique restera jamais d'avoir t son hum-
ble serviteur, son modest lieutenant. (Tremblement de
terre de bravos).
Vive le Prsident de la Rpublique enchana la voix
d'un flatteur. La foule la rue et le salon lana jus-
qu'au ciel le nom du dieu.
Mes chers amis, j'ai vu l'euvre le noble Patriarche.
L'euvre qu'il a accomplie est une oeuvre de Titan. Mais on
n'a rien fait c'est lui-mme qui me rpte souvent cette
parole historique d'un grand homme on n'a rien fait
pour la Patrie tant qu'il reste quelque chose faire. Le de-
voir nous appelle; il serait criminal de rester sourd sa
voix. Tous, nous devons nous ceindre les reins pour par-
faire l'oeuvre si bien commence. Tous, nous devons sauver
l'euvre de l'Indpendance, mettre notre Pays au premier
rang des Nations civilises; maintenir sa reputation de
Reine et de Perle des Antilles, de Premire Nation noire





LE CHOC EN RETOUR


libre et indpendante. Pour moi, je continuerai me sacri-
fier mon people, ma race jusqu' mon dernier souffle et,
ma mort, on trouvera burin en mon coeur, en traits inef-
faables, un mot, un seul: PATRIE !>
Le supplice des congratulations: les deux bras du grand
orateur restrent ankyloss sous la pression des vigoureux
shake-hands. Et les commentaires explosrent drus, fous,
dlirants :
C'est du Cicron !
Dmosthnes n'a rien de plus fort et de plus mouvant.
Jaurs et sign avec joie une telle page !
De si fortes penses et de si nobles sentiments !
Et cela au pied lev, sans preparation !
Et cette concision impriale!
Ah le talent, le gnie, rien ne saurait le remplacer.
Il faut le reconnatre : la plus forte tte politique et le
plus grand orateur de notre poque.
Les Parlements Franais et Anglais n'ont rien de su-
prieur.
Les garons de service bien styls ne permirent pas de
souffler. Ils prvenaient les dsirs des amateurs. Les mon-
tagnes de sandwiches, de pts, de gteaux, de bonbons s'-
croulaient dans les fleuves de punch, de rhum, de bire, de
liqueurs. L'alcool inspire: on tranchait, au pied lev, tous
les problmes philosophiques, conomiques, littraires,
scientifiques et autres qui mettent la torture l'esprit des
pauvres mortels. Le grand homme merveillait par son
rudition universelle. On enregistrait ses moindres mots
historiques ou d'esprit. Ah! vraiment, il faisait honneur
au nom hatien, celui-l. Et si jamais les grands destins qui
lui sont promise se ralisent, il accomplira des merveilles: le
pays sera, pour de bon, lanc dans la voie du Progrs et de
la Civilisation sous l'gide de la LIBERTE.





LE CHOC EN RETOUR


SSous la pression des libations bachiques trop souvent
renouveles, la Musique du Palais, dans toute sa gloire, te-
nait se surpasser. Les mringues succdaient aux mrin-
gues. Les valses, les masurkas, les one-steps, les danses nou-
velles joues sans interruption eussent rveill un
mort. On ne cessait de manger que pour danser et on ne
s'arrtait de danser que pour manger... ou pour se rafra-
chir.
Madame la Ministresse retrouvait ses vingt ans aux bras
de ses admirateurs. Ses filles mouraient de fatigue, lignes
par tous les jeunes premiers, soucieux de leur avenir. Les
idylles s'bauchaient, les intrigues se nouaient et l'esprit
fusait, comme au thtre. Catullus Alcibiade Pernier dai-
gnait, de temps autre, sous les frntiques bravos de ses
htes, exhiber ses grces de beau cavalier, avec une parte-
naire de choix. Ah que la vie est belle, lorsqu'on est com-
bl par la fortune et que le Pouvoir Suprme nous sourit !...
Hlas il n'est plaisir qui dure ternellement. Le combat
devait cesser, faute de combatants. Lentement, comme
regret, les groups prenaient cong. Sous le coup de minuit,
les plus rsistants s'inclinaient, fortement mchs, devant
l'Homme du Destin. Le chroniqueur de L'Ame Hatienne
troussa un dernier compliment:
Il faudrait votre plume, Excellence, pour voquer di-
gnement la ferie de ce soir...
Je suis palabreur et non crivain. Je parie que votre
palette magique va offrir notre direction la plus tince-
lante, la plus vivante des chroniques comme toujours.
-Si je m'coutais, je n'aurais qu' transcrire ce magni-
fique vers que la soire unique que nous venons de vivre,
semble avoir inspir par anticipation :
C'est le soir de victoire o l'on change le dieu.
Quelle modestie Ce beau vers est de vous.





LE CHOC EN RETOUR


-J'en serais incapable. Je l'ai lu quelque part, sign de
deux initiales mystrieuses : H. B.
Ce n'est pas un mystre: H. B. ne peut tre que Henri
Bergson.
Oh! Matre, rien ne vous chappe: vous savez tout.
Pour russir, il nous faut montrer dix fois plus de
science et de talent que les autres. J'ai d me prparer en
consequence.
Quelle sagesse! Mes respectueux hommages et bonne
nuit, Matre !
Bonne nuit, mon jeune ami !... Nous aurons causer.
Passez me voir au Ministre.
De son pas solennel, Catullus Alcibiade Pernier regagnait
son bureau, son laboratoire, scandant voluptueusement le
vers de Henry Bataille, despotiquement attribu Henri
Bergson: C'est le soir de victoire o l'on chante le dieu...
C'est le soir de victoire o l'on chante le dieu... Le soir de
victoire... O l'on chante... O l'on chante le dieu.
Quelques phrases de La Victoire chantaient en lui, in-
tensifiant son exaltation.
Et il souriait son destin.





LE CHOC EN RETOUR


II

LE REVERS DE LA MEDAILLE.

Dcor oriental. Pose de pacha satur de volupt. Des
fleurs, des fleurs, partout des fleurs. Des livres aux riches
reliures de ceux qu'on ne consulate pas souvent, mais qui
tmoignent du got artistique, de la bibliophilie, du raffi-
nement d'un amateur des lettres et des arts. Sur le bureau
- finement travaill des bibelots curieux, des serviettes
en cuir de Russie bourres craquer, des feuilles parses.
Tout autour, des fauteuils massifs. La lumire, tamise par
les abat-jour aux nuances varies, caressait les lourdes ten-
tures colories et les coins les plus sombres de l'immense
appartement. Aprs le tumulte de la fte, la nuit silencieu-
se semblait se faire plus douce, langoureuse comme une
femme assouvie.
Catullus Alcibiade Pernier, dans son lgant pyjama de
soie, indolemment tendu sur un large divan, les yeux mi-
clos, rvassait. Il tirait de paresseuses bouffes de son ci-
gare don't l'arme suave, dlicat, parfumait la chambre. Il
s'amusait suivre les volutes de fume don't les arabesques
capricieuses prenaient, avant de s'vanouir, les formes les
plus inattendues. Ce jeu puril l'intressait, le charmait
longtemps. Il souriait aux images folles qui mouraient,
peine nes avant que de natre. Parfois, il se soulevait
demi, et embrassait d'un regard de satisfaction et d'orgueil
les monceaux de tlgrammes, de cartes, de lettres, les piles
de cadeaux tals en dsordre dans son cabinet de travail,
son laboratoire qui lui taient adresss de tous les
points du pays, l'occasion de son anniversaire symbol
de sa puissance, de ses hautes relations, de sa popularity,
language loquent des dieux protecteurs du pays qui lui
rservaient l'insigne honneur d'tre le Messie de son people.
Un homme doit venir, une heure doit sonner, murmu-





LE CHOC EN RETOUR


ra-t-il avec amour. Il se leva pour teindre la lumire, ou-
vrir la fentre, laisser entrer les rayons lunaires et le par-
fum du jardin. Une brusque pousse de la porte d'entre
arrta cette operation et une voix sche l'interpella:
M'sieur Catullus, j'ai vous parler. Rien, aucune force
du ciel, de l'enfer et de la terre ne m'empchera de vous
rejeter sur la figure la charge qui, depuis si longtemps,
me pse au cour.
-Marie-Thrse, voyons! Pas aujourd'hui, tout de
mme. Faisons trve, comme cadeau de fte!
Il me faut profiter de l'occasion que m'offrent les cir-
constances. Je ne vous dois pas de cadeau de fte.
C'est vrai que vous m'avez achet une douzaine de cra-
vates... Sont-elles portables ? dit-il, plus bas, comme pour
lui-mme.
Pas moi, vos filles, Monsieur. J'ai autre chose faire.
Je me rsigne. Seigneur, inspirez-moi la patience avec
laquelle on peut supporter la folie d'une femme.
Peut-tre n'entendit-elle pas cette grossiret, ou affecta-
t-elle de ne pas entendre. Elle maneuvra pour attirer son
adversaire sur le divan. Celui-ci, non moins habile tacti-
cien, venta le pige et l'vita. Crmonieusement, il offrit
un fauteuil sa partenaire et se renversa sur le fauteuil
bascule, plac devant son bureau et de son air le plus en-
jou :Veuillez, Madame, satisfaire le contentement qu'a ce
fauteuil de vous embrasser...
a li y encore ?
C'est du Molire ou peu prs.
Dieu merci Je ne suis ni dans mollire (1), ni dans la
boue, ni dans la poussire. Je suis venue pour rgler une
question srieuse.
Cela se voit, ma bonne.

1) Terme populaire. Vase, boue molle. -





LE CHOC EN RETOUR


Elle se laissa choir sur son sige, la poitrine oppresse, les
cheveux sel-poivre en bataille, le kimono criard en dsor-
dre, les yeux dsorbits. Pour lui, si abondante tait encore
la reserve de bonheur de la soire qu'il se flattait, jusqu'
la dernire minute, par un tour de clef magique, de chan-
ger le ton de la scne. Les deux escrimeurs cherchaient res-
pectivement leur point faible, en yue du coup dcisif.
Ce soir, M'sieur Catullus, attaqua-t-elle avec encore
plus de violence, ce soir, c'est le dernier cantique pour le-
ver le corps, c'est le dernier coup pour tuer coucou. (2) Je
voudrais savoir...
Jamais je n'ai vu sermonner ni si tt, ni si tard, inter-
rompit le mari, souriant toujours et allumant un cigare.
Qui parole, a ? Vous continue me guillonner (3)
Ce n'est pas moi, c'est un mot de Voiture.
Qui Voiture a ?
Un homme qui avait ou qui on prtait beaucoup
d'esprit.
C'est trop fort Vous dpassez la measure. Vous voulez
dire que je suis une nguesse sotte. Depuis quand, une voi-
ture est-elle un homme ? Chrtien c chrtien; voiture c
voiture. Je suis assez grand'moune, assez comprenante pour
saisir les choses. Tout--l'heure, vous m'avez dit que c'est
le fauteuil qui sera content de m'embrasser. Il fut un temps
o vous tiez heureux de m'embrasser les pieds, o vous
faisiez le toutou mon derrire, o vous vous baigniez dans
mon crachat.
Le ton agressif, presque haineux tait sans rplique. Ce
fut pour le mari la droute de son ultime espoir de trve
ou d'entente. Il abandonna le top enjou :
Soit, Madame O voulez-vous en venir ?
Ce coup brusque paralysa l'lan de l'adversaire. Il profit

2) Allusion la neuvaine de prire, la champagne. -
3) Moquer, railler.





LE CHOC EN RETOUR


de son hesitation pour lui lancer une flche mortelle qui
ne fera hlas qu'exciter davantage la bte blesse:
..................et sur toute chose,
Observe exactement la loi que je t'impose.
Prte, sans me trouble, l'oreille mes discours.
D'aucun tort, d'aucun cri, n'en interromps le course
.......................................Je vous obirai, M adam e.
En vrit-Dieu Tonn Boul'm Tonn fendde-moin !
L'orage cras'm moin pas vini jouer !
-Moi, non plus, Madame. C'est votre silence qui m'au-
torise constater comment la noble tragdie politique de
Corneille s'est change en une vulgaire comdie domestique.
Je ne suis pas dans la comdie, M'sieur! Je fais tout
dans la vie avec sriosit. Mon pre a t un grand homme,
un grand gnraux srieux, ma mre, une femme srieu-
se; moi-mme, une jeune fille srieuse; je suis une femme
srieuse. C'est vous qui voulez me jeter en btise, avec tous
les vauriens de votre espce, les Vordeille qui vous ruinent,
en raccolant pour vous les grisettes, les poules de luxe...
Pauvre Corneille! Enfin, Madame, pour une dernire
fois, qu'avez-vous me dire ? Ma patience est bout. Je
me verrai dans la triste obligation de vous signifier votre
cong, selon les rgles et mme en dehors des rgles. A cette
heure indigne (1) provoquer un scandal, une scne bte
de jalousie : il n'y a que vous pour faire cette trouvaille !
-Je voudrais savoir, M'sieur Catullus, si oui ou non je
suis votre pouse lgitime devant Dieu et devant les hom-
mes.
Vous l'tes, mon pouse... vous ne l'tes que trop... et
trop longtemps. Les cinq enfants qui me lient vous en
sont un tmoignage loquent, trop loquent. Je vous ai si
toujours traite en pouse, jusqu' cette heure. En pouse
gte, dorlote, envie. Vous series ingrate de ne pas le re-

1) Crolisme pour indue.




LE CHOC EN RETOUR


connatre. Que de femmes bniraient le Ciel d'avoir votre
situation !
Catullus, a-li, li pi raide! C moins qui ingrate! Ou
press vite di'm loup-garou avant, pas vr ? En vrit,
l'homme est n ingrat; mais vous, vous avez dpass les
bornes de l'ingratitude Songez la pluie qui lev votre riz
et votre mas Que seriez-vous sans ma famille ? Vous allez
m'obliger vous mettre les points sur les i et vous rap-
peler le pass. C'est vous qui l'aurez voulu. Quel rang occu-
pait votre famille Port Cramon o les miens tenaient,
depuis des gnrations, la premiere place ? Votre pre n'-
tait qu'un marchand d'herbes... Non, je me trompe; votre
grand'pre. Votre pre, un chef champtre, un souqu-la-
rouse (2). C'est mon pre, un brave gnraux plein d'a-
venir qui vous a retir des mornes et a fait de vous ce que
vous tes pour notre malheur.
Elle s'arrta, incapable de continue ou peut-tre pour ju-
ger de l'effet de ce rappel... Son mari tait impassible. C'est
lui qui lui demand de poursuivre: Je vous coute avec
plaisir, Madame. C'est intressant. Je ne me serais jamais
dout de vos talents cachs.
Plac l'cole du Bourg, vous ftes trouv intelligent.
Mon pre dcida vos parents vous envoyer Port-au-
Prince et leur accord toute l'aide morale et matrielle
don't il tait capable. L encore vous arriviez vous distin-
guer. Vous n'avez pas pu finir vos tudes pour devenir avo-
cat, comme vous le rviez. Mon pre vous employa en qua-
lit de secrtaire et d'adjoint, en. vous favorisant, par tous
les moyens. C'est alors que vous osiez porter vos vues sur
moi, Marie-Thrse Beaulichon, en jouant la perfection la
comdie de l'amour. Je n'tais pas assez pour les deman-
deurs. J'tais jeune, j'tais frache, j'tais jolie... oui, vous
avez beau sourire, j'tais jolie...
2) Littralement : Secouer la rose. Sobriquet et dans un sens pjoratif -
donn aux chefs de section et leurs adjoints obligs de se lever et de com-
mencer leur service tt.






LE CHOC EN RETOUR


Vos prtentions soulevrent un scandal, une revolution
dans notre petit pays. Le petit-fils d'un marchand d'herbes,
le fils d'un marchal-section, d'un chef-champtre, d'un vil
souqu-la-rose, aimer, pouser une demoiselle Beauli-
chon, la fille du Commandant de Place. Quel sacrilge!
Vous menaciez de vous sauver, de vous tuer mme, si je re-
fusais de vous accorder ma main. Mon pre, toujours trop
bon, m'encouragea accepter et j'eus cette faiblesse. Vous
entriez chez nous corps et tles, tles et ferblanc. (1) Et
cette, cette...
La crise de larmes l'empcha de poursuivre. Ce fut son
interlocuteur qui vola son secours : Pourquoi pleurez-
vous, Madame ? Voyez quel point je suis ferme. Permet-
tez-moi : Et cette msalliance, ce marriage morganatique...
cela veut dire: le marriage d'une princess avec un homme
sans quality. Vous pouvez, maintenant, reprendre le fil de
vos ides.
Elle se raidit et avec rage : Et cette msalliance, ce ma-
riage gantique ne fut tolr par la population que parce
que mon pre disposait de la force. Mais l'opinion publique
ne lui a jamais pardonn cette erreur. Il perdit grandement
de son prestige, de l'affection du pays, cause de ce ma-
riage.
Mon pre s'obstina et fit davantage pour vous: il vous
imposa comme Dput, il vous trouva de puissants protec-
teurs, de hautes relations politiques et financires, dans le
Commerce. Il vous recommanda, comme son fils, l'affec-
tion du chef, du Matre, le Dlgu du Gouvernement dans
le Dpartement : c'tait vous mettre le pied l'trier, c'-
tait vous lancer jamais dans les rgions suprieures, inac-
cessibles des dieux.
Tant que vcut mon pre, je n'eus rien vous repro-
cher. Mais lui mort, ce fut la fin de notre bonheur. Vous
vous libriez et avec usure de tous vos liens de fa-
(1) Expression populaire : Nu comme ver.





LE CHOC EN RETOUR


mille, tant vous pesait la reconnaissance envers lui La vie
tait encore tenable. Mais quand, la suite de la Rvolution
qui levait la Prsidence de la Rpublique notre pres-
tigieux Dlgu, vous ftes nomm par le grand ami, le
Protecteur de notre famille, Ministre de l'Intrieur en
souvenir de mon pre, (vivant, il aurait t Ministre de la
Guerre et le personnage le plus influent du rgime, exac-
tement comme vous, cette heure... comme vous...) votre
nouvelle fortune, si inattendue, si inespre, vous fit perdre
littralement la tte: votre premier geste fut de rompre
les cbles, de couper les points avec votre pass, de creuser
un abme infranchissable entire vous et tous ceux-l qui
vous ont aid monter, qui vous avaient combl de bien-
faits, aux heures tragiques de votre dbut.
Aux yeux du monde, j'tais la femme comble du tout-
puissant Ministre de l'Intrieur, l'ami le plus proche du
chef. Hypocritement, vous me montriez les attentions les
plus affectueuses. Mais, dans l'intimit, j'tais la pantoufle
aprs la refise (1), votre nez, je sentais mauvais ; je n'a-
vais... je n'ai mme pas ce qu'on donne aux marchandes
de plaisir: un geste de piti. Vous faisiez chambre part,
et vous le faites encore. Toujours, retenu au dehors par la
politique, les inspections de nuit, les patrouilles, la chasse
aux conspirateurs imaginaires vous fournissaient, ds votre
arrive la Capitale, l'occasion de dcoucher six fois sur
sept, au course de la semaine. Vous mangiez, vous mangez
avec votre famille, seulement un djeuner official. Vos en-
fants ? Vous n'en avez cure. Vous promettez, chaque mois,
de les envoyer Paris parfaire leur education. Vous trou-
vez un prtexte plausible pour renvoyer indfiniment ce
project. Au fond, vous ne vous occupez que de femmes. Des
matresses chaque coin de rue sans computer les pinta-
des de rencontre. La dernire, la belle Hlna Dowe, vous
envote irrmdiablement. Ou cr ou capab' caba race...
1) Expression populaire : objet de mpris. -





LE CHOC EN RETOUR


fenmes Port-au-Prince. (2) Pauvre garon! C ou qui va
puis. Ou mate prend coadjuteur, vicaires gnraux, vi-
caires, sacristain, sonneurs, enfants de chour, c ou qui pou
en bas, c ou ca bouqu. Quand l'argent fini: nan point
l'argent, nan point fanme Alors, M'sieur, vous reviendrez
votre vieille manman-boeuf. Ecarte du bonheur, je subi-
rai, malgr tout, les heures de dche.
On me mprise, parce que vous me mprisez. Vous pen-
sez avoir ce monde vos pieds. Pauvre naf! On ne fait
que vous dtrousser. Au fond, on se moque de vous et
quand vous serez nu comme ver, c'est alors que vous ver-
rez se manifester les vrais sentiments de vos chers amis,
admirateurs enthousiastes, partisans fidles. Vous revien-
drez ng'feuilles, ng-la-cte, zoulou comme devant.
J'ai peut-tre trop parl. Ce que j'ai vous dire, je n'au-
rai pas fini de le dire au bout d'un mois. C'est mon devoir
de femme et de mre que j'accomplis, cette heure. Est-il
encore temps de vous remettre dans le droit chemin, de
vous dessiller les yeux et de sauver l'avenir de nos enfants,
votre propre avenir ?
Elle s'arrta, puise, brise de sanglots. A la fin, la voix
tait devenue grave, sereine, mouvante. Ce n'tait plus
une femme, torture par la jalousie et le dsir, qui rcla-
mait ses droits d'pouse outrage, mais une mre, tenaille
par l'angoisse, qui dfendait les intrts de ses enfants, qui
dfendait son mari contre lui-mme. La passion, la clair-
voyance, le bon sens, venaient d'lever la femme mdiocre
au-dessus d'elle-mme, son insu et comme malgr elle.
Et lui aussi, l'homme du destin, comme malgr lui et
son insu, il tait dompt. Il coutait, il coutait de toute
son me, attentif aux moindres nuances, l'vocation du
souvenir, en apparence, le plus insignificant. La femme avait


2) Vous pensez en finir avec les femmes.






LE CHOC EN RETOUR


fini de parler qu'il l'coutait encore. Mais le brusque silence
rompit le charme et le libra. Il reprit ses sens :
Mes compliments, Madame Mes compliments pour vo-
tre talent d'analyste, de moraliste, de philosophy et d'his-
torien Vous-mme, vous tiez la dernire vous soupon-
ner tant de talent. Et avec cela, orateur de grande classes.
Puis-je vous demander la mme patience et la mme atten-
tion ?
Il persifla :
Prte, sans me trouble, l'oreille mes discourse.
D'aucun mot, d'aucun cri n'en interromps le course.
Je devrais vous remercier genoux des bienfaits don't
votre feu pre, le brave gnraux, le grand homme de
Port-Cramon a bien voulu me combler mon entre dans
la vie, vous remercier de l'honneur que vous m'avez fait, en
m'accordant votre main de princess royale, en me prf-
rant, moi petit paysan sans nom, petit-fils d'un marchand
d'herbes, au service de votre illustre pre, fils d'un pauvre
champtre, d'un vil roturier, souqu la rose, tous les
nobles prtendants qui ne vivaient que pour la gloire de
vos... vos beaux yeux, qui ne rvaient que de vos charmes,
qui mettaient toute leur gloire partager votre couche,
obtenir vos prmices...
Ah! non, ces moqueries...
Madame, d'aucun mot, d'aucun cri... Ces effusions, ces
agenouillements ne sont plus ncessaires. Vous vous tes
paye avec intrt, avec usure. Un bienfait reproch tient
toujours lieu d'offense. Vous m'avez donc rendu service, une
nouvelle fois. C'est de ce nouveau service que je dois vous
remercier. Veuillez donc agrer, Madame...
Mais enfin, quand rend-on service ? O commence l'in-
gratitude ? Il serait intressant d'aborder ce sujet avec
vous: vous ne sauriez comprendre, malheureusement. Fa-
ciliter un jeune homme qu'on croit intelligent pour en tirer





LE CHOC EN RETOUR


parti : est-ce en faire un esclave ternel de la gratitude ?
Seuls, les pauvres d'esprit, les infirmes qui on jette la
pitance quotidienne, sont enchans pour la vie envers leurs
bienfaiteurs. Dans mon cas, j'ai eu le malheur comme
nous tous, hlas! d'tre n pauvre, inconnu, mais plein
de mrite je peux le dire, sans fausse modestie. L'hon-
neur de votre pre est de m'avoir dcouvert et je lui ai
pay en gloire le peu qu'il a fait pour moi. Le village obscur
de Port-Cramon a t le premier bnficiaire de mes talents.
Je l'ai enchss dans l'crin de l'Histoire. Dput, je n'ai
pas t le lgendaire Dput j'approuve qui reprsentait
toujours notre commune. Je n'ai pas t un Dput quel-
conque, un Dput de cinquime classes. J'ai t l'une des
grandes vedettes de la Chambre, Conseiller cout du Pr-
sident, Prsident du Comit des Relations Extrieures, Se-
crtaire, Prsident de Chambre prestigieux, faisant les Mi-
nistres, refusant d'tre Ministre. N'est-ce pas, Madame, que
tout l'honneur est pour votre pre de m'avoir mis le pied
l'trier, lui le pauvre traneur de sabre de cinquime classes
- dj oubli ? Moi, mon nom est crit en lettres d'or dans
le grand livre de l'Histoire. Homme politique, j'ai accompli
des actes politiques, en relation avec les Gouvernements
trangers. Homme du monde, les salons de Port-au-Prince
sont fiers de m'accueillir. Et quand une noble Rvolution et
ncessaire leva sur le pavois notre glorieux Chef, je lui
ai rendu des services qu'il a t le premier apprcier. Mes
relations n'ont pas t celles de matre esclave ; mais nous
avons trait d'gal gal et je suis heureux, fier d'avoir,
ses cts, contribu au sauvetage national. Il a t, il est
encore le bras fort, je me suis rvl la tte puissante de
son Gouvernement. Mais tout cela ne peut que vous d-
passer, Madame.
Nous n'arriverons jamais nous comprendre, puisque
nous voluons sur deux plans diffrents qui ne trouveront,
en aucun moment, un point de rencontre. Les vertus de





LE CHOC EN RETOUR


l'homme priv peuvent constituer, pour l'homme politique,
des pchs capitaux. Vous me reprochez mes liaisons. Je
me sers des femmes des fins politiques comme c'est la
rgle dans tous les pays et dans tous les temps. Trouvez-
moi un seul grand politique qui n'ait pas eu des... des amies,
des favorites, des collaboratrices ? Je ne remonterai pas bien
haut, avec vous. Il n'est pas mme ncessaire de sortir de
l'Histoire d'Hati. Le grand Toussaint lui-mme! Ses amies
blanches taient lgion. Non par snobisme, mais pour des
raisons politiques. Et aussi Dessalines, et aussi Christophe.
Ption et Boyer se partageaient la mme Sultane ct
d'autres lues d'un jour. Hier encore, la Belle Victoire fai-
sait la loi dans la Rpublique : ses moindres caprices taient
des arrts sans appel. Tout le pays tait ses pieds. C'est
triste dire, mais il en sera toujours ainsi, tant qu'il y aura
des hommes placer leurs intrts au-dessus de leur hon-
neur, au-dessus de l'intrt national. Je ne suis pas un mo-
raliste, moi, et je ne prtends pas rformer la nature hu-
maine. Je jouis de la vie telle qu'elle s'offre mes apptits.
Est-ce ma faute, moi, que la Nature m'ait dou de sens
ardents et d'une anatomie puissante, d'un temperament in-
satiable ? Et puis, la femme est !'inspiratrice de l'artiste -
je ne suis pas artiste pour dix cobres la conqute du
guerrier, l'oasis de l'homme politique, le Lth ple o
vont boire nos douleurs. Devrais-je, lunatique incorrigible,
me faire broyer sous les roues impitoyables de l'implacable
Ralit ?
Mais vous-mme, Madame, faites votre examen de cons-
cience si vous en tes capable. N'avez-vous aucun petit
pch vniel vous reprocher ? Vos tout-petits dfauts font
bien contre-poids mes vices et mes grands dfauts sans
nombre. Vous tes imperfectible; pardonnez-moi de me
montrer cruel : c'est vous qui l'avez voulu. Certes, le c-
lbre Ministre de l'Intrieur d'aujourd'hui n'aurait jamais
pens la petite bourgeoise d'un trou de village comme le





LE CHOC EN RETOUR


gratte-papier qui habillait les inepties d'un bbte Com-
mandant de Place. J'tais bien dispos subir la mre de
mes enfants, la fille de mon Protecteur. Peine perdue : vous
tes hlas! reste l'insignifiante demoiselle Beaulichon de
Port-Cramon. Vous semblez destine tre le roc qui en-
combre la route d'un voyageur press. Je ne me laisserai
pas faire : je dois remplir ma destine, gravir les cimes,
attacher les dieux, les toiles mon char. Vous ne com-
prenez rien rien. Les vieilles bonnes femmes qui font pro-
fession d'allumer des chandelles, de monter des neuvaines,
de lire les cartes, les divinors stupides qui corrigent le
destin : voil vos Matres !
-Moi, Catullus, je n'ai jamais t leve dans ces sa-
loperies, je ne suis jamais ouangataire, ni superstitieuse.
Vous l'tes devenue, alors : vous avez ramass ces sa-
loperies. Quand ? Je ne sais. J'ai d dcoucher, parce que
je ne pouvais partager avec ma femme un lit o les sales
ingredients fournis par les papas-loas me picotaient comme
une arme de punaises. Je ne peux toucher des plats con-
diments d'pices propres me rendre impuissant pour
toute autre femme que ma femme lgitime...
Vous osez, Catullus !
-Parfaitement, Madame! Vous avez votre police; j'ai
aussi la mienne et ma police est plus intelligence, plus pers-
picace et me donne un meilleur rendement. Je sais tout.
Oh demain, vos agents vont entrer en action. Vous allez
razzier tout le stock d'assa-fotida des pharmacies, l'indigo,
l'encens des quincailleries, les oraisons de Saint Barthol, des
Sainte Grigi, des Saint Perscuts, des Saint-Pt-Fiel et
autres. Les houngans et leurs intermdiaires vont faire
bombance vos dpens. C'est cela que je devrais jamais
supporter pour tre un bon poux ?
On vous mprise ? A qui la faute ? Vous n'avez rien qui
impose le respect vos relations mondaines. Vous vous con-





LE CHOC EN RETOUR


duisez en femme ridicule don't chaque mot est une catas-
trophe. On n'a pas mpris l'Impratrice Adlina pardon-
nez ce rapprochement immodeste pour moi et sacrilge pour
vous les plus grandes dames de la Capitale se montraient
fires d'tre ses dames d'Honneur. Ce n'est que plus tard,
la chute de l'Empire que, par vengeance, elles ont imagine
des histoires stupides et sur l'Empereur et sur sa noble
pouse. La haute Bourgeoisie Port-au-Princienne a encore
fait mieux : elle a caress les pieds de la fille Victoire, fa-
vorite de S. E. le Prsident d'Hati, comme le chat qui fait
des pattes de velours aux pieds de sa matresse. Ce n'est pas
flatteur pour moi que ma femme n'ait pas pu obtenir ce
qu'une femme publique recevait naturellement, comme une
princess de sang royal. Pour moi, vous croyez qu'on me
mprise comme on vous mprise ? Vous vous trompez
lourdement. Ma main de fer, gante de velours, conduit les
hommes au gr de mes intrts. Je fais et dfais les Mi-
nistres; j'lve les hommes et les brise, volont. J'ai su
montrer ces gens, qui se croient les matres, que ce n'est
pas toujours que les hommes de la cte (1) mettent le
couvert pour les autres, eux qui on reproche de ne pas
savoir manger table. Si vous tiez une collaboratrice di-
gne de moi, je vous rvlerais mes alliances dans tous les
groups, mon action en province et la Capitale.
A quoi bon ? Vous avez cit le nom de la femme de mon
cour, de mes sens, de mon esprit, de ma raison: Hlna
Dowe...
Devant moi, M'sieur Catullus !
D'aucun mot, d'aucun cri... Je vous ai coute jusqu'au
bout... Et puis, vous avez raison. Fermons ce chapitre... Cet
entretien tait ncessaire. Un jour ou l'autre, il nous fallait
en arriver l. Vous avez mal choisi votre jour. Mais enfin...
Votre tact de femelle ourse ne sait jamais rien faire d'autre.
La semaine sera pour nous une semaine decisive. Je solu-

1) Terme de mpris.






LE CHOC EN RETOUR


tionnerai ce n'est pas franais, prtendent les puristes -
je... je rsoudrai les problmes important que vous venez
d'agiter, cette minute qui devrait tre consacre d'au-
tres soucis. Merci, encore une fois, Madame !
Il se leva et signifia son cong la pauvre femme dso-
riente, comme un Souverain qui met fin une audience.
Marie-Thrse Beaulichon de Port-Cramon voyait tout dan-
ser autour d'elle, comme dans un affreux cauchemar. Elle se
raidit et se dressa sur ses pieds. Elle se cramponna au par-
quet, comme pour prendre racine. Puis, sre d'elle-mme,
elle s'avana vers son mari, suppliante. Sans voir le geste
de ddain, de dgot, elle ouvrit les bras pour envelopper,
dans une caresse, celui qui tait encore devant Dieu et de-
vant les hommes, son mari, celui qu'elle n'avait jamais cess
d'adorer, qu'elle dsirait plus que jamais, cette heure.
L'homme comprit, se mit debout et, d'un geste sans rpli-
que, d'une voix mtallique : Non !
La malheureuse s'appuya au bureau pour ne pas choir.
Elle reprit connaissance, graduellement. Les forces reve-
nues, elle regagna la porte de sortie, d'un pas tranant de
bte blesse murmurant des paroles sans suite, comme une
folle : Le jour viendra... Serai l... Bon Dieu bon !... Mon
pre dans l'autre monde... Dieu de Justice !....
Catullus Alcibiade Pernier se renversa sur son fauteuil
bascule, tordillant nerveusement ses monumentales mous-
taches, les yeux gars.
Le timbre moqueur de la pendule grena trois heures.





LE CHOC EN RETOUR


III

EN FACE DE SOI-MEME

Les yeux dans le vide, sans conscience, Catullus Alcibiade
Pernier, rigide statue, restait mdus sur son sige. Mille
penses contradictoires s'entrechoquaient en son me. Des
millions de flches minuscules lancinaient son cerveau. Il
touffait. Ses poumons rclamaient un air frais. Il mobili-
sa ses forces et vola la fentre qui donnait sur la cour.
L'air pur lui fit du bien. Il respira pleins poumons. L'o-
deur mouille du jardin pntra tout son tre. La lune mou-
rante rpandait une clart blme, comme distille, sur les
fleurs. A cette heure, comme aux soirs d't, elles avaient
une langueur de femme. Un murmure confus, vague, s'le-
vait du jardin: on dirait l'ultime soupir de la nuit qui
meurt et le premier vagissement du jour qui s'veille et
s'tire, se prparant la Vie. Par instants, sur les ailes du
silence, arrivaient quelques phrases troubles d'une musique
canaille et les grondements sourds du long tambour coni-
que. Le people, fatigu, avalait gloutonnement les derni-
res bouches du seul plaisir sa porte. Le people, dses-
pr, suppliait ses esprits protecteurs ses pires ennemis
hlas ceux-l qui lui ont toujours rclam des sacrifices
sans nombre, sans aucune compensation en retour. Il lui
faut, au people, un semblant de plaisir si grossier soit-il;
il lui faut une foi si illustre soit-elle : et il n'a pas l'em-
barras du choix. Le panem et les circenses figurent in-
variablement en tte du programme de tous les Rvolution-
naires... qui s'empressent d'oublier, peine au pouvoir. Et,
en dsespoir de cause, le people bafou, mais toujours con-
fiant, attend l'ternel miracle du prochain Sauveur de la
Patrie.
Encore qu'il se flattt de n'tre pas artiste pour dix cobres,
ce qui, selon lui, constituerait la pire dchance pour un





LE CHOC EN RETOUR


homme politique, Catullus Alcibiade Pernier ne pouvait res-
ter insensible cette fte de la nature. Les arts sensuels -
la Musique, la Danse parent seuls aux esprits de cette
famille. Son trouble moral du moment le convertit tempo-
rairement : voluptueusement, il se reput de ce spectacle.
Puis, pas lents, il alla s'tendre sur le divan.
Ah! le doux sommeil, le sommeil rparateur, comme il
voudrait cette heure qu'il en ft visit Comme il vou-
drait qu'il apaist ses sens en fivre Les trop copieuses li-
bations de la fte, l'heure inhabituelle de son repos avaient
chass le sommeil; les penses violentes qui le tenaillaient
en consumaient la dbcle. En vain ferma-t-il les yeux, se
saoula-t-il de tabac, l'encontre de son hygine, se tint-il
tranquille sur le ct le plus propice son sommeil : le fu-
gitif s'obstina ne pas revenir. A sa place, c'est tout son
pass qui ressuscita devant lui comme le noy ou le pen-
du qui revoit les principaux vnements de sa vie, en l'es-
pace de quelques seconds.
La vie calme de Port-Cramon, la vie insignifiante, mo-
notone, la vie morte o un rien prend le caractre d'une
revolution. Incomprhensibles rivalits de families se dis-
putant la premiere place. Dans la mme famille, o le frre
germain n'est pas le camarade de son frre. Survivance
du systme colonial, o les grands crasent les humbles.
N'est-elle pas miraculeuse, l'intervention du vieux Donatien
Beaulichon en sa faveur ? Il avait perdu en mer ses deux
fils ans et leur mre, et son troisime fils, grand nageur,
avait t encore dvor par la gueuse impitoyable. Un stu-
pide procs de succession l'avait brouill avec ses frres.
Par vengeance, il avait dress contre eux ce petit paysan
veill don't on se plaisait vanter l'intelligence et qui, un
jour de fte national, avait lu un discours patriotique qui
fit sensation dans ce milieu perdu.
Oui, vraiment, miraculeuse intervention Le roitelet de
la region, conformment la rgle commune, aurait pu, au





LE CHOC EN RETOUR


rait d briser dans l'oeuf ce petit ngre-morne, propable
rival de demain, au lieu de lui tendre une main affectueuse,
paternelle. Anormal, ce geste!
Puis, l'ascension rapide, vertigineuse, la conqute de la
capital plus facile cela semble paradoxal, de prime a-
bord que celle de son village: plus le milieu est troit,
plus les prjugs y sont tenaces, les mesquineries vivaces.
Sa propre femme, lui, Catullus Alcibiade, aprs plus de
dix neuf ans de vie commune, vient de lui en donnenr l'lo-
quent tmoignage : elle s'est faite, la triste Marie-Thrse
Baulichon, le porte-parole de son village, de sa classes de
petite noblesse. La tache originelle reste jamais impri-
me sur son nom, sur sa personnel physique et morale:
souillure indlbile Mme empereur, c'est lui qui aurait
t honor d'obtenir la main d'une niaise petite oie blan-
che. En vrit, ce pays, selon la pittoresque observation d'un
humoriste de ses amis est le pays le plus dchena, le plus
sans-manman, le plus ou-mort de la terre.
Du moins, la Capitale, l'argent ou le pouvoir abolit tous
les prjugs. On ne demand pas son passport celui qui
se prsente, arm de la puissance gouvernementale: on
s'incline devant lui, comme devant un dieu. On ne demand
pas son passport celui qui blouit par son luxe, qui hu-
milie par son chiffre d'affaires. On ne lui demand pas l'o-
rigine de sa richesse : il suffit qu'elle soit tangible, effective,
insolente. Il a le pouvoir Catullus Alcibiade Pernier, il
saura dompter la cavale; il aura le pays ses genoux et
l'argent viendra par surcrot, la grande richesse. Il sera un
grand nom, un nom historique, l'un de ces noms qui exci-
tent l'envie, qu'on vnre, qu'on redoute.
Mais s'est-il effectivement, profondment enracin dans
la gentry hatienne ? Russira-t-il se stabiliser ? Sa fa-
mille, sa femme, ses enfants ? Son destin tait enroul au-
tour de leur destin, plus que leur destin n'tait enroul au-
tour de son destin, lui. Ses collatraux ceux des mor-
4





LE CHOC EN RETOUR


nes il les avait rejets sans piti, comme les crabes sacri-
fient leurs pattes pour sauver le reste du corps. Sa femme
constitute pour lui un srieux handicap: l'amputation de ce
membre est aussi ncessaire. Ses enfants... ses enfants :
n'est-ce pas pour eux qu'il remue ciel et terre ? Il ne s'est
jamais souci de leur education outre-mesure: il a t pre,
mais point papa, aucun moment de la vie. Il reconnat son
indifference; il se le reproche. Il n'a vcu qu'en vue du
pouvoir. Mont sur le fate, il rparera cette grande erreur,
cette injustice, ce crime. Il sera en measure d'attacher son
char son char de gloire, son char lumineux de victoire -
tous ceux qui lui sont proches par le cur et le sang. Il
n'est miracle impossible au Prsident d'Hati. Tous auront
leur just part, plus que leur just part, l'exception de
sa femme... de sa femme.
Sa femme! Devrait-on se marier, lorsque le Destin n'a
encore rien dcid en sa faveur ? N'est-ce pas une folie de
s'embarrasser d'une femme lorsqu'on est pauvre, dans une
vie si instable ? Et puisque c'est une folie ncessaire par-
fois ne faudrait-il pas attendre qu'on soit quelqu'un, qu'on
soit en tat de donner sa pleine measure avant de se lancer
dans cette venture ? Sa femme La femme du petit secr-
taire du Commandant de Place ne saurait tre la femme du
Ministre de l'Intrieur, Candidat la Prsidence. Il la liqui-
dera. La remplaante est dj trouve: Hlna Dowe! Ce
sera une magnifique operation: operation politique, opra-
tion sentimental. Cette operation sera un coup de matre,
un coup de gnie. La grande bourgeoisie de Port-au-Prince
sera au Pouvoir, en la personnel d'un de ses membres, qui
partage la fortune du Matre de l'heure; elle se ralliera
sa politique; elle servira avec plus de dvouement, plus de
fidlit; elle servira avec plus d'obsquiosit, affectant de
servir sa propre cause; car il n'y a que ces gens qui sa-
chent servir, comme disait l'impriale impertinence du plus
gnial des parvenus. Ils servent intgralement. Ils servent





LE CHOC EN RETOUR


par got, par intrt, par education, par hrdit. Ils ont
servi Soulouque. Ils ont servi la belle Joute. Ils ont servi
l'Impratrice Adlina. Ils ont servi Victoire. Pourquoi ne
serviraient-ils pas Hlna ? Leur profession est de servir,
servir n'importe qui, n'importe quand, n'importe comment,
n'importe o, pourvu que leur service rapporte de large
profits. L'clair de l'pe fascine et l'or n'a pas d'odeur.
Hlna Dowe! Il susurra ce nom avec une mivre dou-
ceur. Le nom de l'adore parfuma ses lvres et illumina
son visage de bonheur. Hlna Dowe! une image envahit
son esprit : la femme de son ceur, de ses sens, de sa raison
s'offrit sa contemplation, son adoration, une femme,
presque une jeune fille par son dveloppement physique.
Grande et mince et souple comme une liane, mais une liane
qui savait quand plier, quand se redresser; une chaude
carnation de sapotille o tous les sangs semblaient avoir
pris plaisir se mlanger : celui de l'indien, celui de l'afri-
cain, celui de l'europen ; de grands yeux langoureux clai-
rant un visage extrmement mobile qui inoculerait la folie
une statue de pierre, quand la bouche moqueuse esquis-
sait un sourire fascinateur, reflet des sentiments les plus di-
vers, les plus contradictoires.
Hlna Dowe! Il sentait les longs doigts doigts d'ar-
tiste jouer en ses cheveux, lui tortiller les moustaches,
le corps souple onduler sous ses caresses, la peau douce en-
fivrer ses sens. Il entendait la voix de soprano l'ensorceler.
Il voyait les grands yeux de dsir le fasciner, sa chair fon-
dre sous les baisers trop savants. Il revivait les sances
folles d'amour au course desquelles ses ambitions, sa soif
d'argent, les honneurs n'avaient aucun sens, la vie se rsu-
mait en la possession ininterrompue de l'tre aim.
Et pour la millionime fois, Catullus Alcibiade Pernier -
- qui raillait les rveurs et mprisait les idologues vo-
quait, avec un plaisir infini, les moindres dtails de sa liai-
son. Une venture banale, en some. Mais les amoureux,






LE CHOC EN RETOUR


qui sont les vrais potes, parent de toute magie de la posie
leurs plus insignifiantes ventures sentimentales. Une
grande dame prcipite dans la misre rclame la pro-
tection du tout-puissant Ministre. Sa fille sert d'amorce. Les
dettes sont payes. Le luxe chasse la misre. L'araigne
attire la mouche dans ses fils tnus et a encore le toupet de
se faire passer pour victim. Quand la mystrieuse dame
Dowe succomba une crise cardiaque vraiment peu cha-
ritable sa fille tait dj la favorite gte du protecteur
qui ne vivait que pour conqurir le monde et le dposer
ses pieds.
Cela durait dj depuis trois ans presque au dbut du
rgne. Mais depuis prs de trois ans, chaque jour, il la
voyait; chaque jour, il l'aimait et chaque jour, il croyait la
voir et l'aimer pour la premiere fois. Ah! c'tait une fine
mouche que la petite Dowe. Avait-elle appris ou possdait-
elle d'instinct, l'art d'tre une matresse idale ? Peu im-
porte Elle tait la matresse de l'esprit, la matresse des
sens: celle qui dompte son prtendu matre, annihile enti-
rement sa volont.
Hlna Dowe Si le geste de suppliante de Marie Th
pouvait venir d'elle Comme il se serait jet dans ses bras,
pleurant, sanglotant, la dvorant de baisers, agenouill
ses pieds, lui chuchotant des mots fous d'amour, sans suite,
la berant dans ses bras, envelopp dans ses longues tresses,
naturellement ondules, s'enivrant du parfum suave qui
s'exhale de son corps, s'enchantant de la mlodie de sa voix !
Hlna Dowe Si elle pouvait tre l, ses cts, en ce
moment! Malgr lui, il soupira Lna! Lna !... Lna et
le miracle s'accomplit: il s'endormit... il s'endormit...
Son sommeil, d'abord calme, est peu peu et visiblement
puis violemment agit, comme travers d'affreux cau-
chemars. En fait, des images fantasques comme dans les
songes des souvenirs douloureux depuis longtemps ense-
velis dans son subconscient des rves cruels et sans suite






LE CHOC EN RETOUR


troublent son repas. La maison paternelle, sa miserable jeu-
nesse, le vieux Donatien Beaulichon s'imposent son esprit,
trente ans, trente cinq ans en arrire. Des compagnons
d'enfance, des jeunes gens de son habitation, de petits cou-
sins lui sourient, battent des mains sa vue, l'entourent
avec effusion, l'lvent sur leurs paules, puis le laissent
tomber, avec des gestes de haine et de maldiction. Sa mre,
son pre se dtournent de lui, refusent son treinte. Le pre-
mier protecteur, son beau-pre, le pursuit de son sabre nu.
La tribune de la Chambre s'effondre sous lui. Le grand Pa-
tron qui le chasse.
Et la foule, la foule, criant, hurlant. Pour l'acclamer ou
le vouer la mort ? Des salves de canon qui se changent en
dtonations de fusil et crpitements de mitrailleuses contre
lui. Les joyeux carillons du TE DEUM qui se muent en
sombres glas du Libera. Un dpart sur un frle cannot, par
un mer dmonte et sans rivage, et une nuit noire et sans
fin. Le dbarquement dans un dsert. Des monstres gigan-
tesques qui lui font la chasse. Un vieillard qu'on jette en
terre, au rythme d'une trange bamboula. Enfin, les coco-
ricos sonores des coqs, la symphonie des oiseaux au milieu
d'une fort inextricable. Le silence... Le silence de la na-
ture impassible.
C'est ce silence, aprs ce dsordre de son imagination, qui
le rveilla : Quel affreux cauchemar! soupira-t-il, en se
frottant les yeux. J'ai trop bu, trop mang, trop rv.
Les premiers rayons du soleil s'infiltraient dans la cham-
bre. Les htes du poulailler piaillaient, caquetaient, chan-
taient. Les oiselets dans leur cage lanaient leur gai solo.
Le jardin embaumait. La vieille Olivina, la servante de con-
fiance venue de Port-Cramon, tait devant lui, attendant
l'ordre de servir le caf.





LE CHOC EN RETOUR


IV

VOIX DES HUMBLES.

Avec une voluptueuse lenteur, petites gorges, Catullus
Alcibiade, en connaisseur, dgustait le chaud breuvage don't
l'arme enivrant se rpandait travers l'appartement tout
entier: Quelle dlicieuse boisson !... Quel lixir divin !...
chanta-t-il dans son exaltation lyrique. En vrit, l'ambroi-
sie, la boisson des dieux ne peut tre que le caf d'Hati,
'l'incomparable, l'unique prpar par la main expert d'une
bonne Vivie...
La vieille Olivina, la gouvernante venue de Port-Gramon,
presque une parent de l'homme politique, l'me de la mai-
son, la chre Vivie faillit avoir un arrt du ceur, force de
bonheur Si longtemps qu'elle avait t sevre d'un mot
flatteur, et mme d'une banale marque d'attention de son
petit CA Ses narines minces palpitrent, ses lvres vio-
lettes des lvres de camite frmirent, ses doux yeux
de vieille s'emburent de larmes. Petite, proprette, mme
coquette, certainement une descendante de Peuls, consi-
drer sa fine peau noire, son nez presque aquilin, son vi-
sage ovale l'instar de la majority de la population noire
de sa region. Elle n'avait pas encore perdu les derniers ves-
tiges de la joliesse de sa rayonnante jeunesse. Elle ne trou-
va rien rpondre, si forte tait.son motion. C'est le Mi-
nistre qui poursuivit :
Vous avez une recette pour faire le caf cette im-
proprit de terme, l'emportant sur le mot propre pr-
parer, lui venait naturellement si elle tait connue, no-
tre pays en tirerait de grands profits conomiques. Il serait
criminal de la laisser se perdre et de ne pas la transmettre
prcieusement nos descendants, n'est-ce pas ? Vivie.
C'est une mthode que nous tenons de nos grand'mou-
nes d'autrefois, Minisse.






LE CHOC EN RETOUR


Catullus ouvrit de grands yeux d'tonnement :
Comment, Vivie, vous m'appelez maintenant Minisse ?
Je ne suis plus pour vous TI CA ? Faudra-t-il vous appeler
Madame Olivina Olibrun ?
C'est que vous tes si loin de nous, maintenant! Je
croyais que vous aviez honte de nous et que vous vouliez
nous traiter en trangre !
C'est vrai, Vivie !... Vous avez peut-tre raison... Ne
pleurez pas. Vous ne pouvez pas savoir. Vous ne pouvez pas
comprendre. Mettez-vous sur mon divan, ct de moi, plus
prs de moi. Vivie, Vivie, je voudrais que vous m'embras-
siez comme autrefois, que vous me donniez un baiser de
mre.
Elle s'excuta en pleurant: Je retrouve mon petit CA.
Vivie, parlez-moi de manman, parlez-moi des miens,
de mon grand'pre, de mon pre, parlez-moi de mon en-
fance, de Port-Cramon.
-Mon petit, votre manman vous ne pouvez vous en
souvenir, vous tiez trop jeune, sa mort mon petit, votre
maman tait belle, la plus belle femme de la section. Si gaie,
si bonne, si vaillante. A l'poque de votre naissance, Dieu
vaait tendu sa bndiction sur le pays. Jamais, il n'y a eu
tant d'argent : les rcoltes taient gnreuses et se ven-
daient bien, et la pche aussi. Un homme qui tait dou du
don de double-vue prophtisait qu'un grand vnement ar-
riverait dans le pays : une Rvolution heureuse qui leva
la tte du Dpartement, l'ami, le protecteur de notre fa-
mille avant d'en faire le Dlgu, puis notre Prsident ac-
tuel, notre cher Prsident. Le mme voyant disait, en exa-
minant votre mre: Elle porte un enfant, appel une
grande destine... Brusquement, vous naissiez, un jour
que votre mre revenait du March, sur un beau cheval
marcheur de votre pre. Elle avait fait une belle vente.
Sans douleur, elle vous mit au monde et je n'eus que le





LE CHOC EN RETOUR


temps de vous recevoir dans mes bras. Un gros garon qui
mit tout le monde en joie. A ce moment-l voisinage c'tait
fanmille. Tous les amis buvaient, chantaient et souhai-
taient bonne fte au nouveau-n. Moi, la cousine, l'amie in-
time, je devais vous baptiser (1), mais je portais aussi
un enfant; c'est cause de cette contrarit que je ne suis
pas votre marraine, PETIT CA.
Mais vous avez t pour moi bonne comme une ma-
man. Pourquoi une femme enceinte ne peut-elle pas nom-
mer un enfant ?
Ne savez-vous pas que l'un ou l'autre des bbs doit
mourir, sinon les deux ?... Et votre mre mourut d'une co-
lique miserere presque la mme poque que votre grand'
pre se perdit en mer. Le corps du noy fut miraculeuse-
ment retrouv.
Mon grand'pre, le pre de papa ? Lui-mme ? Bien !...
Quel souvenir gardez-vous de lui ?
-Celui d'un brave homme, du plus joyeux compagnon
de la vie. Il tait marin de profession, connaissant la mer
comme sa poche. Et aussi samba: nul n'tait meilleur au-
diencier, savait improviser de plus folles chansons, ani~per
les veilles funbres et les coumbites de plus d'histoirtJ
drles et de beaux cantiques ou de couplets entranants. Sa
mort en mer la mort qu'il et souhaite mit la section
en deuil. Le Commandant de Place lui-mme se dplaa
pour assister sa veille. L'Amiral, comme nous le sur-
nommions, avait une belle clientle et de riches relations au
Bourg : tous ceux qui avaient des chevaux l'curie et qui
aimaient les poissons frais taient les clients et les amis de
L'Amiral qui avait la reputation bien mrite d'tre
un homme de parole. Quand ses serviteurs n'taient pas
l'heure, il n'hsitait pas d'aller lui-mme servir sa clientle.
De l le proverbe: Exact comme L'Amiral.

1) Crolisme pour nommer.





LE CHOC EN RETOUR


Je comprends, je comprends, Vivie...
Nous tions malheureux, mais honntes, PETIT CA.
Nous n'avons rien envier personnel, ce point de vue,
mon petit.
Comme vous me faites du bien, ma Vivie Merci !
Votre papa tait destin devenir grand Chef, comme
les Beaulichon. Il a pu apprendre lire et crire. Secr-
taire du Chef de Section, il le remplaa sans qu'il et solli-
cit la place. Il mourut, lui aussi, de la mme mort surna-
turelle que votre mre. On raconte, l'poque, qu'il avait
t empoisonn par son rival. C'est pourquoi, mon PETIT
CA, il faut faire attention ce qu'on mange et ce qu'on
boit. On peut viter les ouangas, mais les poisons qui d-
vorent les tripes sont sans remde.
C'est trs sage, Vivie. Aujourd'hui, on pourrait trouver
les causes de la maladie de mes parents et les sauver.
Peut-tre: zaff-ngues pas piti. Dieu donne trop de
pouvoir aux chrtiens vivants qui en abusent.
Quelles furent les impressions du people mon lec-
tion la dputation ?
Les gros-ng' du Bourg furent tonns et indigns, mais
la famille heureuse et fire. Pensez donc : vous avez lev
la tte de la famille ; tous, nous avions le nez gonfl.
Vous avez fait la gloire de Port-Cramon ; les gros-ng du
Bourg, eux aussi, reconnurent que vous tes un grand hom-
me et vous accablrent de louanges et... de demands.
De demands, surtout.
-A votre premiere election, quand vous avez t pro-
clam Dput, il s'est produit un miracle, signe que Dieu
Lui-mme est avec vous. Le ciel montra une tte couron-
ne : votre portrait et l'orage clata. Les saints du Ciel et les
esprits des eaux se manifestrept en votre faveur. Vous
tiez destin monter haut, et porter la couronne du
Chef... Vous avez beau rire : C'est a !






LE CHOC EN RETOUR


Mais je suis arriv bien haut, Vivie !
Vous arriverez encore plus haut. Un Ministre n'est pas
le President : il n'est que le premier soldat du Prsident.
Il ne donne sa measure qu' la Prsidence. Le Prsident
d'Hati est Dieu sur la terre.
Le Prsident d'Hati est Dieu sur la terre. Catullus Al-
cibiade murmura la formule plus d'une reprise, avec
amour, pour son plaisir, pour sa meditation comme s'il
voulait en puiser le sens : Prsident d'Hati Dieu sur
la terre. Oui, un Matre plus puissant que le Prsident des
Etats-Unis, plus absolu que le Sultan de Turquie et le Czar
de Russie, plus spectaculaire que le Kaiser d'Allemagne,
plus infaillible que le Pape, plus dieu que le Mikado du Ja-
pon. C'est le symbol de la Force, de l'absolutisme. Et il lui
remontait la mmoire cette anecdote conte par son ami,
l'humoriste Socrate Telfort : En France, pour tre Prsi-
dent d'Hati, commenait un sociologue de carrefour. (Ri-
res et protestations de l'auditoire) Je ne suis pas fou,
hurla l'trange matre, je sais bien ce que je veux dire. En
France, pour tre Prsident d'Hati. Le Prsident d'Haiti
est un symbol, comme le Pape. Les rieurs de se sou.
mettre... cette demonstration premptoire.
Oui, le Prsident d'Hati est dieu. Un homme ne peut don-
ner sa pleine measure qu' la Prsidence. Une bonne femme
- de la classes qui, dit-on, ne pense pas, ne rflchit pas, n'a
pas de besoin une bonne femme a trouv cela et au pied
lev. Preuve qu'elle a beaucoup rflchi sur les problmes
hatiens non pas en sociologue mais en personnel d'exp-
rience, qui a tout appris l'cole de la vie.
Je ne comprends pas, Vivie. Comment le Prsident
peut-il tre dieu ?
Dieu lui a dlgu son pouvoir. Tout ce qu'il fait, il le
fait au nom de Dieu: le bien et le mal. Quand il dpasse la
measure, Dieu se retire de lui et l'abandonne ses ennemis.






LE CHOC EN RETOUR


De plus en plus fort: cette femme du people inculte, la
paysanne qu'on pouvait croire borne, impermable tout
sentiment human, cette femme par quel dtour myst-
rieux ? rejoignait les thologiens subtils, les matres de
la casuistique, l'Aptre des Gentils, le formidable Saint Paul
- pilier du Christianisme: Omnis potestas a Deo. C'est
Dieu qui donne le pouvoir. Son interpretation, elle, est
nette et claire et se passe de tout commentaire : Dieu choi-
sit ses lieutenants pour des fins dtermines et les rejette,
quand ces mandataires s'cartent de leur mission. De plus
en plus intress, le Prtendant croit embarrasser son inter-
locutrice :
N'arrive-t-il pas qu'on force la main Dieu ?
Oh! PETIT CA, faites le signe de la croix et deman-
dez pardon Dieu. Dieu fait son calcul autrement que nous
et pour des fins de Lui seul connues. Mais crayon Bon
Dieu pas gaingnin gomme !
Les decisions de Dieu sont sans appel. Il agit selon des
vues de Lui seul connues et pour des desseins qui rentrent
dans les plans prvus par Lui de toute ternit pour Ses
propres besoins et que nous voudrions voir appliquer notre
cause, malgr Lui !
Non, PETIT CA, il ne faut jamais essayer de forcer la
main Dieu : vous tes sr de ne pas russir. Vous avez
connu ce Gnral venu pour tre couronn Prsident:
Side, je crois. Le fauteuil tait sa porte, il n'avait qu'
s'asseoir, il allait s'asseoir quand une main invisible le ren-
versa. Il faut que, d'un commun accord, les saints et les
anges signent pour vous. Heureusement, mon cher petit,
vous aurez cette chance.
Moi ? Qui vous le dit ?
Je ne sais s'il surviendra, dans la suite, des contrari-
ts; mais, maintenant, vous tes l'Elu... Ah! ce jour-l,
quelle fte Je danserai sur mille rangs de piquants, sur





LE CHOC EN RETOUR


des centaines de milliers d'pingles et d'aiguilles, sans me
blesser. Je pourrais mourir de bonheur, aprs l'vnement.
A quoi bon, alors ? Vous ne pourriez pas jouir de ma
prsidence ?
Cela ne fait rien. La famille en jouira. Vous ferez le
bonheur de nous tous. Chien qui pas connain-ou pas sou-
qu la queue pou rou. Vous nous connaissez, vous; vous
serez notre chien de garde et vous nous protgerez. Ah!
PETIT CA, le people n'a pas encore trouv l'homme sorti
de son sein, capable de lui faire effectivement du bien.
Nous sommes maltraits par des matres qui nous consid-
rent comme des esclaves. Et encore Je peux le dire vous,
en toute franchise. Dfunt L'Amiral nous disait qu'il avait
connu sa grand'mre esclave et qui rappelait avec motion
les souvenirs de l'esclavage: Quand on a une bonne mule,
expliquait-elle, on la soigne bien, pour en tirer le plus large
profit. Or, l'esclave tait la mule du colon et cotait cher.
C'est pourquoi on lui donnait manger copieusement, subs-
tantiellement et on le gratifiait d'un bon vin. Le servage
du paysan est bien plus dur...
N'empche Le loup en libert mais traqu par la faim
prfre sa situation au sort du chien gras, bien nourri, mais
enchan. Aucune situation matrielle ne vaut notre gloire
de premiere Nation noire libre et indpendante dans le
Monde...
Vous tes un homme fort, PETIT CA, c'est vous qui
savez ce qu'il nous faut, nous les paysans...
-Je vais vous poser une question delicate, Vivie: Ma
femme est-elle heureuse ? Que vous dit-elle de moi ?
Vous me permettez de vous parler en toute franchise ?
C'est moi qui vous demand de me dire la vrit, sans
rticence.
-PETIT CA, Madame n'est pas heureuse, et je vous trou-
ve dur pour elle. C'est une femme de chez nous qui ne sait





LE CHOC EN RETOUR


pas parler le franais point de Port-au-Prince. Elle n'a
pas l'lgance des belles dames de vos relations. Elle est
une femme simple qui ne sait que se dvouer son mari
et se sacrifier ses enfants; elle ne sait que faire des en-
fants et obir. C'est ainsi que nous sommes. Les autres sont
diffrentes de nous, mais pas suprieures. Elles savent,
mme laides, se rendre jolies. Elles ont une march sp-
ciale, excitante, aguichante et sauf votre respect, leur der-
rire danse: Fais dette, m'a pay Fais dette, m'a pay !
Fais dette, m'a pay ! Madame mrite mieux que cela. Et
dfunt Gnral tait si bon pour vous, PETIT CA !... Les
autres sont les femmes du bonheur... Mais si l'affaire tourne
mal, elles vous donnent le coup de pied, comme une mule
rtive. Seule, Madame vous restera fidle... Oh un homme
peut s'amuser, il n'est pas fait pour une femme seule. Mais
il doit savoir respecter sa caille. Pardonnez-moi ma fran-
chise.
Vivie, embrassez-moi encore... encore... plus fort... plus
fort.
-Vous pleurez... Vous pleurez... PETIT CA... Le cour
est toujours bon. J'ai retrouv mon enfant... Je voudrais
mourir de bonheur, mourir pour voir mon PETIT CA heu-
reux... Vous me faites oublier que je n'ai encore servi per-
sonne et que les enfants ont accoutum de prendre leur caf
au lit, et Madame aussi. Je me sauve... Je me sauve... Le
barbier de Monsieur attend. Peut-il entrer ?
D'instinct, elle avait retrouv le ton de respect, en pr-
sence du Figaro qui le matre fit signe d'entrer. Et elle
se sauva, lgre de bonheur, comme une petite pensionnaire
qui viendrait d'entendre le premier aveu d'amour du Prince
Charmant don't elle rvait en secret.
Le Figaro se courba, en demi-cercle, baisant la terre pres-
que. Son puissant client l'avait dcor du surnom de G-
nral Nacro, en souvenir d'un personnage lgendaire qu'il
avait connu Port-Cramon, dans sa jeunesse, affubl de ce





LE CHOC EN RETOUR


nom ou sobriquet trange, et qui, selon le grand homme, lui
ressemblait comme son jumeau. Un visage de fouine, extr-
mement mobile, suintant la ruse et l'obsquiosit ; des yeux
sournois d'un flin en cage qui attend patiemment une d-
faillance du dompteur; un nez comiquement retrouss, sur-
mont d'un front bas, fuyant; la bouche large et plate, em-
brouissaille d'une moustache tombante; une peau ride
d'une nuance indfinissable; le dos demi-vot, le buste
troit et trop long pour les jambes grles et courts : cari-
cature ambulante qui attire ou rpugne, selofi l'humeur du
moment. Au demeurant le meilleur Figaro du monde,
d'une verve endiable, au courant de tous les secrets, con-
naissant son Port-au-Prince par ceur hommes et cho-
ses ne se faisant pas faute de rapporter ou d'inventer
sur un chacun mille histoires, plus invraisemblables les unes
que les autres. L'audacieux s'tait prsent au nouveau Mi-
nistre avec tant d'assurance et de bonne humeur que le
provincial, en qute de popularity, n'eut pas le courage de
le repousser. Il l'avait gard c'est ainsi que Numitor Si-
milhomme, baptis du sobriquet de Gnral Nacro, tait
devenu un familiar de la maison du grand Ministre.
-Excellence, Mon Excellence, j'ai le grand honneur
de dposer vos pieds divins l'humilit et la foi de mon
respect.
-Les affaires sont bonnes, Gnral, les ciseaux ne res-
tent pas rouilles.
-Un philosophy prend la vie comme elle vient. Quand,
comme moi, on a le bonheur de servir le plus genreux, le
plus noble, le plus puissant des Patrons, il et eu fallu poss-
der la plus consurable, la plus liabolique sans-reconnais-
sance de l'enfer, pour trop se plaindr...
Vous devriez, mon cher ami, marcher avec un diction-
naire Nacro pour vous faire comprendre ou avec un in-
terprte.
-Pou a, Secrtai d'Etat, c a. La langue du Blanc,





LE CHOC EN RETOUR


c'est ma part, Dieu mci Quand j'tais en rhtorique, il
n'tait psonne capable de me battre en disstation philo-
sophique.
Le Grand'Ng, secou d'un rire hystrique, explosa:
Gnral, vous aussi, vous avez fait votre rhtorique
C'est le dernier cantique de la dernire neuvaine. En ce
pays, rien n'est impossible. Qui sait ? En tout cas, mettons-
nous au travail.
-Je vais faire Mon Excellence la plus belle barbe de
sa vie, pour lui pmette d'aller frais l'interpellation de
ce p'tit polisson de dput-marassa de Goreaux, je crois.
Ce fut un clair: le Cabinet devait subir les feux d'une
interpellation, aujourd'hui. Il ne se la rappelait mme pas,
tandis que ce pauvre homme s'intressait cet vnement
capital Et puis, une ide incomprehensible ah l'inex-
plicable processus des associations d'ides ou d'images -
lui traversa l'esprit : le barbier de confiance d'un Prsident
de la Rpublique, accus par ses ennemis qui avaient essay
en vain de le corrompre, de vouloir couper la gorge au chef,
et qui, justement, salua son grand client de la mme for-
mule : Excellence, aujourd'hui, je vais vous faire une barbe
exceptionnelle. Ce fut sa perte tout au moins, la perte
de la confiance don't il jouissait. Et encore l'histoire de ce
Figaro peut-tre, une simple lgende qui se serait ou-
bli dire au Prsident, alors qu'il lui faisait la toilette de
la figure: Ah! President, je n'ai qu' vouloir pour que,
immdiatement, votre succession soit ouverte. -Je le
sais, rpondit l'Excellence prudent. Mais quoi cela vous
servirait-il ? On connat l'ami que l'on perd et on ne sait
pas si son successeur ne sera pas un ennemi. Le barbier se
rengorgea. Mais aprs l'opration, on. l'envoya aux enfers
continue l'exercice de sa profession.
La peur une peur sans cause, une peur morbide, dve-
loppe peut-tre par les conseils de sagesse de Vivie, enva-
hit le Prtendant. Il se vit hach de coups de rasoir se-





LE CHOC EN RETOUR


lon l'nergique expression populaire par ce singulier per-
sonnage, qui ne serait, aprs tout, qu'un espion au service de
ses ennemis politiques. Il fit pourtant bonne contenance et
c'est le plus srieusement du monde qu'il rpliqua :
Vous tes un homme vraiment prcieux, mon cher G-
nral ; rien ne vous chappe et vous n'oubliez rien. Vous
avez la vocation d'un impeccable archiviste. Grce vous,
je vais pouvoir me prparer cette sance de la Chambre
qui menace d'tre chaude. Je n'aurai pas le temps de me
barbifier. Du reste, partir d'aujourd'hui, je tiens chan-
ger de physionomie : je soigne mes favors et je laisse cro-
tre ma barbe.
Tout de mme, Secrtai d'Etat, la moustache suffit.
Arrangez vite mes cheveux et respectez la barbe.
N'ayez crainte : vos appointments ne changeront pas, eux...
Tout en travaillant, racontez-moi un peu ce qui se dit au
dehors.
-L! cette moustache, la plus belle d'Hati!... S'il y
avait un concours de moustaches dans le monde, vous pour-
riez, avec toutes les chances de succs, y prendre part...
Les moustaches clbres de rEmpereur d'Allemagne ne
valent pas les vtres. Un lger coup de ciseaux, ici, l...
-Nacro, vous faites le diplomat avec moi, ce matin.
Vous n'avez pas rpondu ma question.
C'est vrai, Secrtai d'Etat Il se dit ceci, il se chuchote
cela : au fond rien de bien srieux. Je sais une seule chose :
vous tes l'homme du moment ; vous seul tes la barre. On
ne parle que de vous. S'il arrivait un vnement inattendu,
vous avez toutes les chances de prendre le gouvernail la
place de notre vnr Chef. Qui oserait vous dispute la
Prsidence ? Quel petit vagabond, sans aveu, nul, vaurien,
rien-du-tout oserait se mettre en competition avec vous ?
Dieu mci Vous avez de bons amis, des lieutenants fidles
et dvous qui n'attendent qu'un geste de vous. Mes hom-





LE CHOC EN RETOUR


mes, moi, sont toujours prts: les sans-manman de Bel-
Air et de la Saline ne demandent qu' dvorer vos adver-
saires; les chiens enrags de Morne--Tuf ont leurs griffes
et leurs dents dehors, et au moindre acassan, m sirop, b-
ton sur le croupion. Tant pis pour ceux qui pas contents.
Le pays est nous : a qui mang l'argent de Rochambeau,
embaqu ac Rochambeau !... Secrtai d'Etat, sauf vot' res-
pect, ne bougez pas. L... a va. Vous tes maintenant, frais
comme un petit jeune gens de vingt ans -- plus jeune gens,
plus brod que votre fils an. Si on cherchait bien, il y a
du sang royal dans vos veines... Dommage que vous vou-
liez garder la barbe Ce n'est qu'une fantaisie sur laquelle
vous reviendrez... Alors Secrtai d'Etat, il faut soigner Port-
au-Prince. C'est Port-au-Prince qui nomme les Chefs d'E-
tat soit dit sans vous offense. Le Chef du Pouvoir Ex-
cutif arrive la tte de son arme. Bichi Les Bakoulous
de Port-au-Prince font un tour de passe-passe: le Pouvoir
tombe la tte d'un autre, ou le Chef oublie ses amis et
comble les indiffrents, et mme ses ennemis. Nous-l, ce
malheur ne nous arrivera pas. Aujourd'hui, vous leur don-
nerez des leons de bakouloutisme ces fameux-thommes.
Pour la grande politique, pour l'instruction, c pioute C'est
un homme tel que vous que le Pays attend... Tout l'heure,
vous nous verrez la Chambre. L'arme des sans-manman
donnera une rptition gnrale ces fainants qui ne sa-
vent que parler franc. Nous sommes dcids planter une
fort de jeux-bois-macaques sur leur dos. C lh na ou bons
pieds chapp mauv corps... Vous tes parfait, maintenant,
Excellence !
Je sais pouvoir computer sur votre courage, votre d-
vouement, votre intelligence. Croyez, mon cher Nacro, que
vous n'aurez rien regretter: l'ingratitude n'est pas tou-
jours une vertu ngre... Pour vous, ce paquet de cent gour-
des... Ceci, pour arroser l'enthousiasme de votre fidle ar-
me.





LE CHOC EN RETOUR


Mci, Secrtai d'Etat Mci. Si le pays n'avait que des
hommes de votre valeur et de votre ceur !... Mon Excel-
lence, si un jour... le grand jour arrivait, mettez-moi la
tte de la Police de Port-au-Prince, c'est alors que le monde
verrait mon savoir-faire...
Jeu de dupes o il et t difficile de discerner la dupe !
$
*
Le tour du propritaire, la visit matutinale ou crpus-
culaire son jardin pour en suivre le progrs ou admirer le
charme, il y a longtemps que Catullus avait ray cette fu-
tilit de son programme : il se piquait d'un esprit raliste
qui ne pouvait pas s'abaisser ces mivreries. Plus exacte-
ment : esprit prosaque, terre-_terre, ferm toute beaut
esthtique en vrai fils de paysan qui ne comprend que la
danse, n'est sensible qu' la musique, mais est incapable de
jouir d'un beau paysage.
Ce matin, il revit son parterre avec un plaisir vierge, se
promenant pas lents, s'arrtant chaque alle, examinant
chaque bouton, chaque varit nouvelle, respirant avec d-
lices le parfum capiteux, caressant les corolles, encore hu-
mides des pleurs de la Nuit et offrant leur fracheur aux
baisers du Soleil. Les fleurs, longtemps oublies, sembl-
rent l'accueillir avec un soupir d'amour fiances se p-
mant aux caresses du bien-aim. Peut-tre en dpit de lui-
mme, admirait-il surtout l'art savant, mticuleux, dlicat
du jardinier qui ne laissait rien au hasard et qui donnait
l'ensemble une beaut rgulire, ordonne, impressionnante
d'arme de parade.
Le vieux Dorvilus Michel surnomm Major par son
matre qui avait conserv le got peuple des sobriquets -
le scateur d'une main, travaillait, en artiste, coupant, re-
dressant, piquant, mariant les nuances de faon impecca-
ble, avec un got sr qui merveillait. Tout l'air d'un ancien
militaire avec son allure raide, sa taille imposante, son vi-





LE CHOC EN RETOUR


sage nergique, que l'paisse moustache court, en bataille,
semblait rendre encore plus dur. A la vue du Ministre, il
se mit au garde--vous, en homme de mtier. Le patron r-
pondit son salut, avec une bont inaccoutume. En proie
de cuisants soucis moraux, il voulait retrouver son qui-
libre, tter le pouls de la rue, en interrogeant les humbles
qui avaient affaire lui et n'hsitait pas demander con-
seil et remde indiffremment aux hommes et la nature.
Major, mes compliments Vous tes tout la fois un
artiste et un technician: vous connaissez votre mtier et
vous avez du got.
Mci, Minisse! fit-il tonn. Minisse, mci! Dans la
vie, pour bien faire quelque chose, il faut l'aimer. Les ar-
bres, les fleurs, c'est comme les hommes: on doit les cul-
tiver avec soin. Un seul jour de negligence et les mauvaises
herbes envahissent le jardin et c'est recommencer. Alors,
il faut dployer de plus grands efforts, pour rparer les
mfaits de la nature.
C'est bien, Major. Vous prouvez que vous tes un
grand'moune, un homme d'exprience. O avez-vous appris
le jardinage ? Qu'est-ce qui vous a inspir ces rflexions si
pleines de sagesse ?
En garnison, j'tais au service d'un Minisse, comme
aujourd'hui avec cette difference qu'alors j'tais rayon-
nant de jeunesse et aujourd'hui je suis au board de la tombe.
Et puis, Minisse, quand on est malheureux, forcment, on
rflchit beaucoup. Ng qui pass maladie connain remde !
Le service militaire est donc une bonne cole ?
Tout dpend, Minisse! Pourquoi deux poids et deux
measures ? Les fils des gros-ng trouvent leur berceau leur
brevet qui les dispense de toute obligation, tant donn
qu'ils sont officiers-lieutenants, cppitaines, commandants et
mme colonels, du droit de la naissance, tandis que nous,
fils de malheureux paysans, nous passions dix ans, vingt





LE CHOC EN RETOUR


ans, toute notre jeunesse sous les drapeaux. C'est notre lot.
Tous les devoirs, sans aucune faveur : je peux vous le dire,
Minisse sauf vot' respect. Mais que de souffrances Une
ration de cinquante centimes par semaine don't nous ne
voyions jamais ni la couleur ni l'odeur. Nous vivions de ra-
pines, nous vivions de vices, nous vivions en exerant le
mtier de porte-faix. Quand les femmes, les dtaillantes,
les cuisinires des grandes maisons rentraient du march
et criaient : a qui vl pot ?, un soldat en guenilles, d-
vor de poux, de punaises et autres parasites, squelettique
force de jene, ce malheureux se prsentait et prenait h-
roquement le panier de provisions dans l'espoir de re-
cevoir un maigre don, susceptible d'assouvir sa faim. Et
ainsi tous les jours.
En bon diplomat, Major parlait au pass, comme si cette
coutume barbare tait depuis longtemps prime et que,
sous le rgime actuel, le soldat tait un SOLDAT! Le si-
lence de son matre l'incita continue:
Minisse, j'ai assist, un jour, une scne qui ferait souf-
frir Lucifer lui-mme et que je n'oublierai jamais: un sol-
dat demi-nu, qui tombait de misre et qui n'avait rien
trouv porter essaya de drober une patte de bananes
une marchande. Le larcin pouvait tre estim deux ou
trois centimes, entendez bien, Minisse : deux ou trois
centimes. Surpris en flagrant dlit, ce petit paysan qui ne
demanderait pas mieux que de travailler son champ; que
l'Etat, pour le Service de la Patrie, avait enlev sa dure
tche de remuer la terre, ce petit paysan eut les os rompus
sous le bton orange de la police. Il criait fendre l'me.
Nous n'tions pas assez nombreux, nous autres soldats, pour
rsister la police gratt-cochon. (1) Un grand gnral
tir quatre pingles, par hasard, vint passer et s'infor-
ma de l'incident: Gnral, c vol.
1) Police et soldats taient ennemis jurs. Comme la police vivait des btes
abattues dans la rue o elles paissaient en libert, elle se voyait gratifie de ce
sobriquet injurieux.






LE CHOC EN RETOUR


La foule stupid, la foule inconsciente riait, gesticulait,
heureuse de ce thtre o elle tait en premiere loge, sans
bourse dlier.
C vol Touy vol !
Qu'est-ce donc qu'il a vol ? Parlez, mon pauvre ami.
Laissez-le parler.
Gnral, pleurnichait le coupable, deux jours sans
manger... Je n'ai rien trouv porter. La faim me rend
fou et j'ai fait cela...
Est-ce vrai ?
Il a dit vrai.
Qu'on laisse cet homme en libert !... Voici vingt co-
bres pour la marchande de bananes. Mon bonhomme, voici
cinquante centimes pour vous. Allez et soyez plus heureux,
une autre fois.
Oh quel bon papa La foule l'aurait port en triomphe.
Un sourire dsabus dcorait ses lvres et je l'ai entendu
prononcer ces paroles : Quel singulier pays! On tue un
pauvre hre sous les coups parce qu'il a vol quelques reje-
tons de bananes sans valeur, parce qu'on l'empche de ga-
gner sa vie par son travail. Mais moi, si on devait me battre
pour tout ce que j'ai vol la Rpublique et m'obliger
rendre gorge, quelle fort fournirait assez de btons pour
cette operation ? La voix de la conscience s'tait fait en-
entendre, pour une fois.
Le politician affect de ne pas saisir cette allusion : ce se-
rait impolitique de condamner un membre de la classes des
grands fauves laquelle il appartient... et aussi de donner
tort l'un des dshrits don't il pouvait avoir besoin, peut-
tre bientt. Il change le course de l'entretien.
-Major, pourquoi, aprs votre service, avez-vous per-
sist rester Port-au-Prince ? N'auriez-vous pas mieux
fait de rentrer chez vous et recommencer travailler votre
petit lopin de terre ?






LE CHOC EN RETOUR


Hlas je n'avais plus de jus. Le service de l'Etat m'a-
vait totalement suc, au course de vingt-cinq ans. Je m'tais
tabli avec une petite malheureuse comme moi. Nous avions
des enfants: il fallait bien suivre la direction que m'impo-
sait la vie si mauvaise ft-elle.
Ainsi se serait dvoy son grand'pre, lui, Catullus. Sa
progniture en l'occurence, lui-mme, le puissant Minis-
tre, serait, aujourd'hui, un quelconque porte-faix, save-
tier, courtier marron, dbardeur enfin, dclass pitoyable.
Oui, sans doute. Mais ses cousins connaissent-ils un sort
meilleur ? Ne sont-ils pas maintenus dans un servage plus
affreux que l'esclavage? Issue inextricable! Problme qui
rclame un mathmaticien de gnie Faut-il plaindre Major
ou le fliciter ? Que deviendront ses enfants ? Une ques-
tion brlait les lvres du Prtendant :
-Major, avez-vous quelque espoir ?...
Minisse, mon ge, je n'attends de dlivrance que de
Dieu: La mort tarde m'emporter. Mes enfants, je veux
l'esprer, auront leur vie sauve, si jamais un des ntres arri-
ve au Pouvoir... Ah Minisse, si ce qui se dit au dehors pou-
vait se raliser ; je suis dans le people, j'coute et j'enre-
gistre: le Prsident pense vous passer le maillet et la
fte d'hier soir ne fait que confirmer cette ide. Pourvu,
Minisse, que arriv la Prsidence, vous tendiez la main
mes enfants.
Cette rponse faisait cho l'opinion de Vivie. On n'at-
tendait pas de miracles de son ascension. Le people est des-
tin une misre ternelle. Les serviteurs proches trouve-
raient une lgre amlioration leur misre. La voix fran-
che et loyale tait la voix de sa famille et non la voix du
Bakoulou Nacro.
-Je suis heureux de votre franchise, Major. On a tou-
jours intrt causer avec les hommes de votre experience.
Je me paierai ce plaisir de temps autre chaque fois que





LE CHOC EN RETOUR


les circonstances le permettront... Pour votre tabac, en si-
gne d'admiration.
Major n'en revenait pas de la gnrosit du Minisse.

*
La figure ferme de sa fille ane, Claudette, dsesprait
Catullus. Par quel miracle arriverait-il toucher son cour ?
Il avait l'impression, presque la sensation physique de la
haine des siens contre lui. Sa femme a pass l. Comment
ragir ?
Cette grande fille de seize ans tait son portrait. Elgam-
ment enveloppe dans un magnifique lever du matin qui
dcelait sa delicate constitution et bien muscle, elle tait
sduisante. Autoritaire, aussi cline quand elle daignait
tre femme. On ne lui rsistait pas. Distraitement, comme
ennuye, elle touchait aux petits plats que lui passait Vivie
l'esprit ailleurs.
Gilberte est alle l'cole ? demand le pre, d'une
voix mielleuse.
Je lui ai permis de se reposer: nous avons pass une
nuit blanche avec maman, rpondit-elle d'une voix rche,
presque haineuse.
Qu'y a-t-il ? Votre mre serait-elle malade ? Et vous
ne m'avez pas appel ? Tout de mme !...
Une indisposition vraiment malencontreuse, le jour de
votre fte lgre d'abord. Elle menace de devenir grave.
A quoi bon vous dranger ? Elle sommeille, cette minute.
Je ne comprends pas, Claudette...
Pre, c'est nous ne pas comprendre ...Si, en votre
absence, il survenait quelque complication, faudrait-il faire
venir le mdecin ?
Mon Dieu, on me dirait votre bourreau plutt que mari
et pre.






LE CHOC EN RETOUR


Ce n'est pas nous qui le disons. Il y a autre chose et
bien plus grave : Marcel n'est pas rentr, cette nuit. Du
reste, lui aussi et l'allusion tait directed dcouche rgu-
lirement cinq ou six fois, la semaine. Un collage et des pas-
sades droite et gauche. On le voit rarement table. Il
ratiboise maman trop faible, de ce que vous avez la gn-
rosit de nous donner pour la maison. Il y a longtemps que
je voulais vous en parler, mais je n'ai jamais eu le bonheur
d'un tte--tte avec vous, comme ce matin. C'est mon de-
voir de vous mettre au courant du train de la maison.
Il se leva pour gagner la chambre conjugale don't il avait
oubli le chemin depuis belle lurette. Sa fille, avec une fer-
met police, lui en barra l'entre: Pre, laissez maman se
reposer, je vous en prie. A votre retour de la Chambre,
elle sera mieux et on verra ce qu'il y a lieu de faire. Main-
tenant, toute fatigue, toute contrarit pourrait aggraver
son tat.
Le pre de famille s'inclina, le mari obit une volont
plus puissante que la sienne. Il se fit apporter une autre
tasse de caf, qu'il avala, sans rien comprendre de ce qu'il
faisait, puis s'engouffra dans son laboratoire, l'esprit chavir
Malgr lui, il admira sa fille qui ne l'aimait pas. Une
matresse femme qu'il ne ferait pas bon rencontrer sur
son chemin. Si Marie-Thrse tait doue de cette forte
personnalit La petite comprenait tout et le lui disait sans
ambages, avec une pointe d'ironie qu'il aimerait pouvoir
aiguiser ainsi contre ses ennemis. Et lui ne devinait rien du
drame qui se droulait au sein de sa pauvre famille Sa
famille? Jusqu' quel point? Ne menait-il pas une vie
part sa vie o les siens taient svrement tenus l'-
cart ? Est-ce s'occuper de sa famille que de donner un cer-
tain luxe sa femme et ses enfants, sans se proccuper de
leur avenir, sans essayer de cultiver leur cour, de former
leur esprit, de se montrer eux en papa ? C'est ainsi que
la famille hatienne n'a jamais pu se constituer. Il tait sans






LE CHOC EN RETOUR


famille, encore que pre lgitime de cinq enfants, vivant
sous son toit. Sa femme tait la veuve d'un mari vivant.
Ses enfants portaient le nom d'un pre qui les comblait,
mais qui leur refusait son affection. Etait-il encore temps
de rparer le mal ? Cette semaine devait tre, tous les
points de vue, une semaine decisive pour l'homme politique,
pour le pre de famille...
Il demand une nouvelle tasse de caf, sans vouloir gri-
gnoter mme un sandwich. Il portait vraiment jeune et
beau, sous son lgant costume gris. Gilberte, encore en-
gourdie de sommeil, tenait l'embrasser. Ce geste l'mut.
Il lui donna une treinte forte et cordiale, une treinte de
pre... presque de papa. Il contempla longuement sa fille
cadette qui, au dire de Vivie, tait la reproduction de sa
mre. Il promit de rentrer pour le djeuner moins que
les ncessits politiques...
Crispin, avec ses longs favors, l'attendait crmonieuse-
ment. Gilberte fit dposer dans la voiture une bote conte-
nant sa jaquette et autres accessoires vestimentaires : un
Ministre devait, avant tout, observer le protocole. Le frin-
gant tireur anglais piaffait d'impatience.
Catullus aurait bien voulu poursuivre son enqute, en
interrogeant son cocher. D'autres soucis le tenaillaient. Ce
fut le cocher qui, en lui demandal2t ses ordres, lui murmur
comme un conspirateur: Excellence, tout march au
mieux.
Il n'entendit pas. L'image d'Hlna Dowe venait de ba-
layer ses bonnes resolutions et de relguer au muse de
l'oubli sa femme, ses filles, ses garons et la Rpublique tout
entire...





LE CHOC EN RETOUR


V

LE TOURBILLON

Trop vite !... Chrispin... Modrez l'allure fougueuse de
ce fou de Madras. Doucement... Encore plus doucement...
Madras, en joie, semble voler un rendez-vous d'amour.
C'est bien ainsi !
Madras, reniflant de bonheur et comme m par une puis-
sante machine qui augmentait l'infini ses forces naturelles,
trottait, tirait, volait, sans prendre garde aux obstacles de
la rue et aux passants. Le cocher arrivait tout just main-
tenir la bte, prise de soudaine folie. Pour la premiere fois,
le Ministre de l'Intrieur venait de remarquer que l'dilit
n'existait que de nom ; que les citoyens mme nus com-
me ver payaient impt et que l'argent de l'impt tait
affect des fins spciales o n'entrait en rien l'utilit pu-
blique. Pour la premiere fois, il lui tait donn de s'aper-
cevoir que les rues troites, tortueuses taient bosseles,
crevasses, grosses des euvres de l'dilit, riches de fla-
ques d'eau, foyers d'infections, royaumes d'anophles et de
tous les parasites. Pour la premiere fois, il s'apercevait que
le Service d'Hygine tait une institution encore inconnue
- encore que cette institution coutt gros aux contribua-
bles que les immondices s'talaient sur la voie publique;
que les chiens crevs pouvaient, sans inconvnient, incom-
moder tout un quarter deux ou trois jours ou mme da-
vantage ; que les poubelles servaient de lieux d'inhumation
aux matous, morts de faim; que des pauvres faisaient la
chasse aux cadavres, empuantis ou grouillants de vers, des
poules et des dindes, jetes au beau milieu d'une artre.
Pour la premiere fois, il observait que les roues poussireu-
ses et encombres de caillous, de branches d'arbre, de d-
tritus, de dbris de toutes sortes, pouvaient se muer en lacs
de boue collante et sans fond. Pour la premiere fois, il cons-





LE CHOC EN RETOUR


tatait que les rues de la Capitale taient l'avare paturage d3
cochons, de cabris, de boeufs, de bourriques, de vieilles hari-
delles improprement baptises de chevaux. Pour la premiere
fois, il se rendait compete que les Hauteurs, quarter rsi-
dentiel en formation, constituaient un vrai ddale o les
rues se coupaient au petit bonheur. Pour la premiere fois,
il saisissait que Port-au-Prince tait, dans ses beaux quar-
tiers, une ville en gestation et, dans l'ensemble, un camp
tartare o une coquette villa s'difiait ct d'un infect
taudis.
A measure qu'il descendait, Catullus trouvait la vie moins
morte : les gosses, sac au dos, se rendaient en classes, jouant
au foot-ball en shootant les cailloux de la rue; les mna-
gres, presses, allaient au march, en devisant ; les jour
naliers, soucieux, pensaient la journe encore incertaine;
les courtiers chafaudaient des plans compliqus; les hom-
mes d'affaires continuaient un calcul abandonn, la veille;
les fonctionnaires regagnaient leur bureau au pas de sna-
teur; les dames semaient une note de coquetterie dans ce
fouillis; les paysans sales, inquiets, leurs marchandises sur
la tte ou sur leur bourrique qu'ils poussaient en avant -
allaient, l'eil gar, prts fuir. L'homme politique n'a-
vait pas pour ses frres infrieurs la plus lgre marque
d'attention.
Le Ministre tait salu d'un geste obsquieux et d'appa-
rente-amiti. Parfois, on affectait de ne pas le remarquer,
et une rflexion haineuse ou ironique suivait son passage.
Lui, il n'entendait rien, ne voyait rien. Le Champ de Mars
lui inspirait un sentiment de visible dgot : C'est le dsert
du Sahara dit-il tout haut. Mais ce dsert travers d'un
ravin, de trous, de flaques d'eau, de maigres halliers, don-
nait asile toute une bande affame de btes dcharnes
qui corchaient le sol chauve o, philosophes profession-
nels, elles ruminaient leur rve de nostalgique paix ou





LE CHOC EN RETOUR


priaient le dieu des btes de les dlivrer de la vie dans un
pays maudit o on ne pouvait mme pas manger.
Heureusement pour lui, l'homme politique n'tait pas un
fervent de la nature: le tableau magique du Morne-l'H-
pital l'et sans nul doute envot. A travers le rideau
diaphane de cendres bleu-ples semes l'aurore par un
dieu fantaisiste, les rayons incertains du soleil clairaient
les dessins en relief et combien expressifs d'un mys-
trieux artiste, peintre et sculpteur surraliste, dcorant le
massif montagneux : ttes puissantes, aquarelles charman-
tes, saisissantes natures mortes, scnes vivantes de bataille
ou d'idylle. Une game de verts le cadre de ces ta-
bleaux en accentuait encore le charme et l'originalit.
Une exclamation enthousiaste, malgr lui, chappa au Bo-
tien: Quelle nature splendid! Celui qui a choisi la posi-
tion de la Capitale se rvle aussi grand ingnieur que
grand artiste. La mer et la montagne proches. Dans cin-
quante ans, le Port-au-Prince rsidentiel s'tagera la pla-
ce de ces bois. Dans quel monde, hlas continuerai-je
traner mes ennuis ou goterai-je un repos bien mrit,
ce moment-l ?
Madras s'engagea dans la rue, en habitu; Chrispin sou-
rit malicieusement : O faut-il conduire Monsieur ?
-Madras a rpondu d'avance: Chez Alphonsine... Oh!
pour deux minutes, le temps de lui dire un petit bonjour
et de lui remettre une commission urgente.
Le cheval s'arrta de lui-mme devant une maison co-
quet nid d'amour. Une jolie femme brune s'en lana : Al-
phonsine, du type d'Hlna, du type de Lydia, du type de
Marilia et des autres favorites du tout-puissant Ministre.
Tailles dans le mme moule, elles ne different que par
les nuances pidermiques. Les Don Juan ont presque tou--
jours leur canon de beaut qu'ils poursuivent, sans discon-
tinuer, travers la femme aime. Enfin vous voil fit-elle





LE CHOC EN RETOUR


avec une moue d'enfant gte et dans un marivaudage trop
prononc...
Ti-Biade, chri, mon chou, je me croyais dj dlaisse,
oublie. Les hommes sont si inconstants !
Sans rpondre, l'amant lui enlaa la taille et entra avec
elle.
Les yeux hypocritement baisss pour mieux pier, sans
rien laisser paratre, le cocher manoeuvra pour ne rien per-
dre de la scne et chapter les moindres syllabes. La musique
sonore des baisers le tint en veil et lui parvinrent des bri-
bes d'un dialogue, facile reconstituer comme un entre-
tien tlphonique don't on n'entend qu'un seul partenaire:
Alphonsine se plaignait d'tre dlaisse pour une autre -
une autre qui ne pouvait tre qu'Hlna et suppliait son
amant de rester... de lui accorder, comme autrefois, son
jour, le jour auquel elle avait droit. Le Ministre objectait
ses proccupations politiques qui relguaient l'amour au se-
cond plan et, en compensation, avec l'argent don't il la gra-
tifiait, lui annona que, dans la command d'uniformes pour
la police, elle n'tait pas oublie et que l'ordonnance tait
prte. Ah s'il pouvait comprendre les regards de haine qui
poignardaient son retour !...
Et maintenant, Monsieur le Minisse ?
Il ne saisit pas ou fit semblant de ne pas saisir la nuance
moqueuse de l'interrogation. Il jeta ngligemment: Chez
Lydia.
Nouvelle rptition des reproches, des supplications : Ti-
Biade, coutez-moi, ce que j'ai vous dire est grave : votre
situation politique en dpend. Prenez garde de vous en
repentir plus tard qui sera trop tard.
L'image de la pimpante Hlna limina toute ide de pru-
dence, d'amour o elle ne serait pas la partenaire. On brla
les autres. La tourne ministrielle fut courte, au grand
dsespoir de Chrispin que ces scnes amusaient. Son si-





LE CHOC EN RETOUR


lence, au vieux cocher, tait plus loquent que la plus vive
protestation : Ils n'ont le pouvoir que pour chercher fem-
mes. A ces femmes de luxe, tout l'argent du pays. Nous
autres, malheureux, nous ne pouvons trouver que leur re-
but. Et nous n'avons mme pas de quoi donner manger
nos mnagres... Et ces belles cocottes n'moustillent
plus leurs sens blass, tandis que la possession de l'une
d'elles serait pour nous le paradise.
Emport par ses penses, le cocher n'eut aucune action
sur la voiture qui faillit renverser, un dtour: Voyons,
Chrispin, dormez-vous ? Auriez-vous fait bombance, toute
la nuit ? lui cria le Ministre.
Secrtai d'Etat, excuse votre serviteur... Uhe migrai-
ne... Une migraine.
Il s'vada de son rve et empoigna les rnes, en expert.
L'attelage, sans avoir trop su, ni souffl, tait rendu. D'un
pas allgre d'colier, Catullus s'engouffra dans la coquette
villa de la belle Hlna. Chrispin, hlas! ne pourra rien
voir, rien entendre...
Elle l'attendait. Elle savait qu'il viendrait. Elle savait que
cette visit tait son principal acte politique de la journe
- peut-tre son premier devoir, son seul devoir. Molle-
ment tendue sur son divan, dans un lgant peignoir rose-
qui avait particulirement la vertu de l'aguicher et qui
montrait sa forme parfaite, elle, la jeune femme ne bou-
gea pas, les yeux ferms dans une pose thtrale, minu-
tieusement tudie. Il s'agenouilla, l'attira dans ses bras et
la dvora de chauds baisers sur tout le corps la bouche,
sur les yeux, la nuque, aux aisselles. Elle feignit d'tre
fche et ne rpondit pas ces caresses.
-C'est seulement cette heure que tu viens... aprs...
aprs les autres zzaya-t-elle.
Enfant trop aime, tu sais bien que tu es la seule ; tu es
pour moi le monde, la vie, ma desse, mon dieu. De qui
oses-tu parler ?





LE CHOC EN RETOUR


Il se releva et elle aussi, elle s'assit sur le divan. Il ana-
lysa toute sa personnel la bouche, les yeux, le visage, la
nuque, la taille souple, le model parfait des jambes, la d-
licate proportion des lignes, le contour idal des seins, les
pieds divinement mouls, la chaude carnation: une flam-
be de dsir consuma son tre. Il l'analysa en dtail, comme
s'il l'avait vue de prs pour la premiere fois et qu'il devait
la premiere fois recevoir l'offrande de son corps. Il l'en-
veloppa et la mit doucement sur ses genoux comme un
enfant. Elle se laissa faire.
-Mon enfant, mon amour, murmura-t-il sanglotant, ne
sens-tu pas quel point je t'adore ? Je n'aime que toi; je
n'ai aim que toi, je n'aimerai que toi.
A combien de femmes dans la vie as-tu chant ce cou-
plet... us ?
Couplet us ? Pourquoi, mon petit ? Comme tu me fais
souffrir Mettons que toutes les femmes que j'ai aimes ou
que j'ai cru aimer l'ont entendu, ce couplet. Jamais je n'ai
t sincre, comme je le suis avec toi. Que ne nous sommes-
nous rencontrs plus tt ?
Il huma longuement, voluptueusement son parfum et la
couvrit encore de baisers fous. Dans son tat d'exaltation,
l'amoureux ne pouvait pas remarquer que sa matresse n'-
tait pas au diapason. Car, elle n'avait pas perdu son self-
control; elle tait reste matresse d'elle-mme; elle me-
nait le jeu, donnant l'illusion son partenaire de le con-
duire. Tout en faisant semblant de lui rendre ses caresses,
en jouant dans ses moustaches, en lui fermant les yeux, elle
s'vada doucement de ses genoux et la voix charmeuse
chanta:
Chri, j'ai quelque chose te demander pour toi
et pour moi !...
Dj accord! mon amour.
-Je te connais mieux que tu ne te connais toi-mme.





LE CHOC EN RETOUR


Comment ne pas connatre ceux qu'on aime ? Tu es un
grand fou pour qui l'argent n'a pas de valeur. Hlas l'ar-
gent s'il n'est pas tout dans le monde l'argent est la
plus grande parties de la vie. On ne peut rien, sans argent.
La pauvret honnte ne saurait avoir et n'a qu'un mrite
ngatif. J'en sais quelque chose, moi qui ai connu des jours
sans pain, aprs avoir t leve dans l'opulence. Ta femme
et toi, vous ne semblez pas vous faire une ide de la vie.
Vous n'avez pas connu la misre... Par amour pour toi, je
dois penser l'avenir de ta famille. Ce que tu ne peux pas
faire, ni ta femme pardonne-moi ce rappel inopportun -
ce que vous ne pouvez pas faire, cela m'est ais, moi.
Vous ne pouvez pas faire le commerce, par example: moi,
je suis ne dans le commerce. Vous ne pouvez pas prter
de l'argent intrt : mon pre s'tait enrichi dans ce n-
goce. C'est moi qui sais les occasions journalires de rali-
ser des fortunes rapides et peu de frais.
Chrie, tu prvois tout! Laisse-moi t'embrasser pour
cette ide gniale.
Nous sommes dans les choses srieuses, cette mi-
nute... Ecoute au moins. Suis mon raisonnement. Les fonc-
tionnaires publics sont toujours en qute d'argent. On ach-
te les feuilles d'appointements 5%, 10% de leur valeu-.
C'est toi qui nommes les Ministres des Finances pro-
pos as-tu beaucoup de confiance en ton Claude Delhouys ?
C'est mon ombre...
Tant mieux Nous sommes au courant des mois payer.
Au course de l'anne, l'Etat Hatien l'ingnieux, le gnial
inventeur du mois inconnu qui vaut bien entire nous, le
dieu inconnu de la thogonie grecque l'Etat Hatien, di-
sons-nous, dans son infinie bont, paie trois mois d'appoin-
tements par an aux fonctionnaires. Nous nous arrangeons
pour acheter le plus possible de ces mois. C'est une fortune
et bon compete. Nous pouvons encore obtenir pour rien les
mois en souffrance. Nous nous faisons payer. Vive la R-






LE CHOC EN RETOUR


publique Vive l'Indpendance Nationale Libert, Egalit,
Fraternit... Je dois te dire que je me suis fait dj de
grands profits, grce ce traffic. Qu'en penses-tu ?
Tu es une femme prcieuse, mon petit chou. Nous pou-
vons vaincre le monde, si notre alliance dure et reste tou-
jours cordiale. Que te faut-il ?
Vingt mille dollars, pour ta quote-part. Moins riche,
je ne peux disposer que de la moiti de cette some. Avec
cela, nous pouvons nous lancer la conqute de la Toison
d'Or. C'est du 500%. Cela t'agre-t-il, chri ?
Tu parles Je penserai toi pour la prochaine com-
binaison ministrielle ; ton portefeuille est tout trouv : tu
succdes ton ami, Claude Delhouys que tu ne peux
souffrir, que tu hais cordialement...
Que je mprise cordialement. A quand l'argent ?
Ce matin mme. Tu toucheras, en mme temps que
l'ordonnance de dix mille dollars, signe en ton nom. Les
pieces sont prtes.
Il faut qu' midi, je puisse contempler la couleur ado-
rable des trente mille dollars fruit de notre travail, chri.
Il faut qu'avant midi je puisse m'enchanter de la musique
divine des belles pices sonnantes et trbuchantes. Battons
le fer, pendant qu'il est chaud. Un retard peut entraner
des consequences catastrophiques. Mon pre a toujours ra-
cont l'histoire incroyable d'un crancier de l'Etat natu-
rellement, l'Etat Hatien, qui, muni d'un chque, ngli-
gea de toucher, prfrant donner audience avec un ca-
marade, rencontr, par hasard, dans la rue. Quand il Se fut
dcid courir la Banque, il trouva visage de bois. C'tait
un samedi. Le lendemain dimanche, la parade lague.
L'ordonnance fut rejete: l'audience cota ce dilettante
la bagatelle de vingt mille dollars. Et voil petit !
Tu oses insinuer, repartit le politician riant jaune...
Rien du tout, comparison n'est pas raison. Il faut sa-
6





LE CHOC EN RETOUR


voir profiter de l'exprience des autres. Permets-tu une
autre question ?
-Belle Sultane, tes moindres dsirs sont des ukases...
-As-tu pens rgler ma question de terrain, au Bois.
Verna ?
Les pices sont dposes : le notaire n'attend que la
signature de Son Altesse Royale.
Mon amour, cela mrite au moins un gros bo. Tu es
unique.
Un seul bo ?
Un seul et le ceur avec... Quel insatiable !
Et toi, quelle personnel chiche Tout ce qui vient de toi,
si maigre soit-il, est sans prix.
Il se recueillit une minute, mobilisant son courage:
Lna, mon tour, me permets-tu une question ?
Sire, Votre Majest a tous les droits...
Lna, si je divorce et que je te demand de m'pouser....
Sans lui laisser le temps d'achever et plus vivement
qu'elle ne voudrait :
Quelle ide, mon petit Quelle ide Puis lentement :
Tu dois garder ta femme. Tu... dois... garder... garder...
ta femme... ta femme. Nous nous aimons : c'est beaucoup...
c'est beaucoup... Cela suffit... Cela suffit. Mais ne pense ja-
mais au mariage... au mariage... avec moi. Je t'aime trop
pour t'pouser. Ne m'as-tu pas dit, un jour, que le marriage
tue l'amour ? Quelle chose prosaque! Se donner, par de-
voir. Les baisers sans saveur. Ah! non... non... non !...
La voix nigmatique tait lourde de sous-entendus. Mais
lui, sans comprendre c'est le lot des amoureux de ne ja-
mais comprendre jeta une dernire amorce:
Lna, si jamais les grands destins qui me sont promise
se ralisent et que, Prsident, je te demand de partager
ma fortune...





LE CHOC EN RETOUR


Quelle femme intelligence refuserait la main d'un Pr-
sident de la Rpublique quel qu'il soit ? C'est autre chose
que ce que tu me demands l. Le Prsident de la Rpubli-
que peut tout : c'est Dieu sur la terre. En dehors de l'a-
mour, je t'pouserais pour te rendre service. Tu vois quel
point je t'aime, je t'adore, mon matre gnreux.
Je n'en ai jamais dout, Lna, chrie.
Il tenta une manuvre. Mais elle, avec une douce fermet:
Non pas maintenant, mon amour. Je t'attends, ce soir.
Toute une nuit d'amour, nous. Nous dnons ensemble.
Toute une nuit d'amour nous. Pas de temps perdre:
Trente mille dollars, toucher. Et puis, je veux que mon
amour arrive en forme la Chambre et qu'il soit beau de
talent et d'loquence et que ce monde, en le voyant, re-
connaisse son Matre.
Elle s'chappa, volontaire, inflexible. Catullus remonta
en voiture, dconfit colier honteusement conduit...
Mais non, c'est lui qui a tort ; c'est elle qui a raison. Il ne
faut pas mlanger l'amour et les affaires. C'est l'heure des
affaires. Plus tard oh que la nuit tarde venir ce sera
l'heure de l'amour...
Hlna Dowe s'habillait fivreusement. Un jeune homme
d'une beaut mivre, d'une beauty effmine, voulut forcer
la porte de la chambre. La matresse se retourna, lionne
blesse, et d'un geste sans rplique : Tu veux donc me faire
perdre ma situation ? De quel droit ? Tu sais bien que c'est
toi que j'aime... Tu sais bien que je ne peux pas aimer ce
rustre. Mais le luxe m'est ncessaire et c'est lui qui doit et
peut me le procurer. C'est toi qui dois me laver de la souil-
lure de ses baisers, du contact de sa peau de paysan. Mais,
mon petit, pas de btises Tu ne me possderas pas avant
l'heure que j'aurai choisie. Tu ne me possderas pas avant
le marriage devant Dieu et devant les hommes. Il me paie
pour m'avoir, je suis loyale: donnant donnant. Si tu ne






68 LE CHOC EN RETOUR
veux pas attendre, avec mon argent, je pourrai me payer
d'autres fiancs et plus mon got. File, mon bonhomme.
Trente mille... trente mille dollars gagner. Mais file donc.
C'est moi qui dois t'appeler... Trente mille... Trente mille
dollars.
Deux heures plus tard, elle admirait la couleur adorable
des trente mille dollars, fruit de son travail, elle s'enchan-
tait de la musique divine des belles pices sonnantes et tr-
buchantes.






LE CHOC EN RETOUR


VI

LA TACHE MINISTERIELLE.

...-Chrispin, tapez !... Plus vite Encore plus vite Ma-
dras peut encore mieux. Madras doit donner son plein ren-
dement. Je suis en retard et le travail qui m'attend dpasse
les forces humaines.
La voiture n'allait pas assez vite, au gr de ses dsirs. Ses
rves, ses ennuis, ses angoisses rclamaient un movement
prestissimo, un rythme de folie. La vie, cette heure, bat-
tait son plein la Capitale. Les cuisinires revenaient du
march, prcdes de vieilles femmes tremblottantes ou de
soldats en guenilles portant leurs provisions. Sur le Champ-
de-Mars ou un coin de rue, des soldats prparant leur po-
pote. Des femmes lgantes courant aux Magasins, un
rendez-vous de dentist ou de mdecin. Des officers cha-
marrs, cheval. Des landaus de matre ou des buggys de
course s'entrecroisant en tous sens. Des pitons presss fi-
lant vers le Bord-de-mer ou aux Cinq Ministres. Des fl-
neurs, d'un pas indolent, se dirigeant vers un caf. Des ch-
meurs traqus par l'inquitude. Et partout, partout l'invin-
cible, l'innombrable arme des pauvres, des mendiants pro-
fessionnels don't la vocation est d'empoisonner la vie, dj
sursature d'ennuis. Les fantassins malingreux malodo-
rants les cavaliers infirmes, manchots, aveugles, -
les artilleurs vieillards dclasss, injustement malme-
ns par le sort, tous, sous l'impeccable direction d'un sa-
vant tat-major de matres-trapes, matres chanteurs, fi-
lous, voyous, repris de justice ne ratent jamais leur
cible, blessent mortellement alors qu'ils ne semblent que
rafler leurs victims. Leurs pleurnicheries empuantissaient
la rue :
Papa Minisse, m pov !
Tonton Sna, voy les yeux sous pov!






LE CHOC EN RETOUR


Tonton Dpit, charit-pov pou l'anmou de Dieu!
Bon prochain Bon Dieu, secourez pov !
Ah m-zanmis, pitot mand pass vol !
Chrispin, plus vite! Ce n'est pas une vie. Il faudrait
obliger ces gens rester chez eux, travailler leurs terres.
Il descendit de voiture comme une bte traque chap-
pant ainsi la longue thorie des importuns. Il entra en
coup de vent dans son carr, salu respectueusement par
son personnel. Son Chef de Division, l'habile Benot Lovan,
le rejoignit.
Division, je suis en retard, alors que nous sommes me-
nacs d'une journe particulirement charge.
Secrtaire d'Etat, seul l'homme du devoir que vous
tes, penserait venir au Ministre, aprs les fatigues de la
soire d'hier et le travail fourni au course de la semaine.
Ah! mon ami, vous serez mon tmoin devant la Pos-
trit. On pense couramment que le Ministre surtout le
difficile Ministre de l'Intrieur est une sincure. Aprs
deux ans, cela vous dmolit l'homme le plus solide. Les si-
gnatures apposer rclameraient une griffe et un employ
special. Devoir et Justice Buf l'en potence pas peur cou-
teau. Qu'y a-t-il pour ce matin ?
Lettres de province.
Ces gens-l vous reinteraient un Hercule. Ils pensent
qu'on n'a que cela faire. En avez-vous pris communica-
tion ?
Des officielles, oui. Pas grand'chose. Des racontars, des
plaintes, des demands, des serments de fidlit, des sou-
haits...
Toute la lyre, quoi Les rapports politiques, que disent-
ils de particulier ?
Un peu troubles, pleins de sous-entendus. Le vieux d-
mon rvolutionnaire semble vouloir encore se remuer.






LE CHOC EN RETOUR


Bruits de conspiration. Prparatifs de guerre civil, de prise
d'armes.
Tout le bataclan. En some, rien de positif, de bien
dfini, l'ternelle histoire de souquer corps de te-toi
que je m'y mette. La race est incurable des mcontents.
Mme au ciel, l'Hatien trouverait moyen d'tre mcontent
et de dclarer la Guerre au Souverain Matre. Il y en a qui,
mme Prsidents, feraient opposition leur propre per-
sonne et conspireraient contre leur propre Gouvernement:
c'est une maladie. Peut-on gouverner sans provoquer des
mcontentements ? L'euvre de la creation mme est l'objet
de vives critiques. Et Port-au-Prince ? C'est plus srieux,
pour l'instant.
D'abord, les journaux qui, unanimement, donnent des
compte-rendus lyriques de la fte. Ils en profitent pour le-
ver jusqu'aux nues la personnalit et l'oeuvre politique de
Votre Excellence. Je me suis montr large avec ces mes-
sieurs, les directeurs de l'opinion. Monsieur le Secrtaire
d'Etat, part sa collection prive, la collection de sa famille,
trouvera une collection pour ses amis, pour la province. J'ai
fait tirer sur les fonds de police.
Division, vous tes un homme politique extraordinaire.
Vous prvoyez les moindres dtails.
Monsieur le Secrtaire d'Etat n'oubliera pas l'interpel-
lation. J'ai dj mobilis les troupes d'assaut, les chiens en-
rags, les sans-manman. Tout se passera dans l'ordre. Il
semble que les petits bruits de la Province commencent
faire tache d'huile dans les bas-fonds de la Capitale et que
certain groupements de vagabonds voudraient grouiller.
Vi-manman par pour zpina, zpina par pour vi-
manman. Nous leur donnerons une leon auprs de laquelle
la leon de Mabial ne serait qu'un jeu d'enfant. Laissons-les.
Ce ne sont pas eux qui s'agitent, mais les politicians vreux
de Port-au-Prince, toujours assez habiles pour ne pas se





LE CHOC EN RETOUR


montrer et toujours assez heureux pour embaucher des
nafs, pour tirer des marrons du feu pour eux.
Monsieur le Secrtaire d'Etat avait reu la visit d'un
jeune journaliste...
Le rdacteur de L'Ame Hatienne, sans doute.
Monsieur le Secrtaire d'Etat devine toujours just. Ce
jeune crivain prtend qu'une audience particulire lui a
t accorde.
C'est vrai! A-t-il formul quelque dsir special ?
Il voudrait, parat-il, causer avec Monsieur le Secr-
taire d'Etat en tte--tte. Je dois vous dire, Secrtaire d'E-
tat, qu'au bal d'hier soir, il a cintr Mademoiselle Clau-
dette serr-serr...
Mais ma fille n'est qu'une enfant, fit le Ministre sou-
riant...
Elle parat vingt ans. Elle a dj la sagesse d'une gran-
de personnel .Entre nous, Secrtaire d'Etat, ce jeune homme
a des intentions srieuses. Connaissant mon dvouement
pour votre personnel, il m'a laiss entendre que si Monsieur
le Secrtaire d'Etat voulait l'envoyer Paris en quality de
Secrtaire de Lgation, au retour...
Et puis ?
Au retour, le plus grand bonheur de sa vie serait de
se marier contre mademoiselle Claudette.
Se marier contre ma fille ? L'tincelant chroniqueur de
notre grande revue littraire, s'il se rvle un habile di-
plomate, n'ePt pas respectueux de la grammaire franaise.
Sans doute, considre-t-il le marriage comme un match de
boxe : les deux fiancs s'abordant dans un corps-corps for-
midable ou se lanant des coups de poing mortels. Qui sait ?
Il a peut-tre raison. Mais je prfrerais qu'il se marit avec
ma fille.
Monsieur le Secrtaire d'Etat... est trop... puriste et
trop spiritual. La question est digne qu'on y prte attention.





LE CHOC EN RETOUR


Enfin, nous avons encore du temps devant nous... Monsieur
le Secrtaire d'Etat des Finances, le bon ami de Monsieur
le Secrtaire d'Etat, demand qu'on lui donne un coup de
tlphone, ds l'arrive de Monsieur le Secrtaire d'Etat. Et
cela, avant l'interpellation... J'allais oublier: Mademoiselle
Claudette a fait dire Monsieur le Secrtaire d'Etat que le
mdecin tait venu. Il a diagnostiqu un commencement de
congestion crbrale...
Ma femme, un commencement de congestion crbrale ?
-...mais que Monsieur le Secrtaire d'Etat peut vaquer
ses affaires d'Etat. Un lger mieux. Au retour, Monsieur
le Secrtaire d'Etat aura le temps de s'occuper de son pou-
se. C'est une vertu de famille : Justice et Devoir Je ne sa-
vais pas Madame la Ministresse malade Elle qui, hier soir
encore, tait si blouissante, si rayonnante de sant...
Pas bien grave, au dire du mdecin. Avec les femmes...
Justice et Devoir. Nous sommes pays par la Rpublique
pour faire son travail, ce serait la voler que de ngliger no-
tre devoir. Prparez la correspondence. Annoncez mon ar-
rive mon Collgue des Finances. Mes notes sur l'inter-
pellation, veuillez les relire. Je suis au travail : absent pour
tout le monde... pour tout le monde !
Une dame respectable qui se dit amie et mme pa-
rente de Monsieur le Ministre insisted pour tre reue...
Une parent ? Introduisez-la et c'est la dernire. Je
lui accord une audience de trois minutes. Il y a de quoi
devenir fou.
L'honorable dame, la proxnte officielle, Eglie, mettait
tout son art de sduction pour amener le Ministre com-
position. Pour la premiere fois, le grand amateur semblait
indifferent sa proposition :
Secrtai d'Etat, deux bijoux, deux oiseaux rares. Si
vous saviez quelle peine je 'ne suis donne pour les attirer
dans mon filet. C'est pour vous seul que j'aurais dploy






LE CHOC EN RETOUR


tant d'efforts. Si vous les voyez, Secrtai d'Etat, c pioute !
c pa tchatcha Un morceau digne de vous.
Je ne dis pas non, ma bonne Glie. Aujourd'hui, pas
moyen! Je n'ai gure le temps de respirer. Le travail de
l'Etat nous tue, Devoir et Justice!
Et quand ? Faut-il les renvoyer ?
Voil, Glie, pour votre chasse Voil pour soigner les
oiselles en cage. Ds que je serai libre, je vous ferai signe...
Les affaires continent toujours bien marcher ?
Si vous, Secrtai d'Etat, vous m'abandonnez, com-
ment pourrai-je tenir ?
Votre clientle, Glie, est vaste et riche. Bon succs !
Je suis trop pris.
Secrtai d'Etat, si vous arrivez Prsident, comme cela
se dit.
Je vous ferai une rente viagre, Glie, pour services
rendus la Nation !
Dieu vous bnisse, Secrtai d'Etat Mci! M'ap pri
pou rou !...
Le Secrtaire d'Etat des Finances lui succda. Claude
Delhouys tait l'homme-lige de Catullus Alcibiade. Celui-
ci avait fait la fortune du grand financier, de cet conomiste
incomparable don't la jaquette verte, au dire de ses adver-
saires politiques, l'aurait mis en danger, si jamais il s'tait
mis la porte d'une bourrique. Depuis !... La jaquette c-
lbre avait cd la place des complete lgants expdis
de Paris. Sa mthode financire tait des plus simples:
former les yeux sur les contrebandes, car la fortune de l'in-
dividu fait la fortune de l'Etat; favoriser les concussions
des fonctionnaires, car le pays connaitra la paix et la pros-
prit, lorsque tous les groups deviendront riches et ins-
talleront des industries partout. Cette gniale mthode, il
l'appliquait sur la plus grande chelle en faveur de son bien-
faiteur et de sa propre personnel. L'Etat encaissait, mais ou-






LE CHOC EN RETOUR


bliait de s'acquitter de ses obligations envers les fonction-
naires son service. Bel example de morality qui excusait
et justifiait les djobs des malheureux employs aux abois.
Hlas la Majorit tait loin du rtelier...
Les deux complices se comprenaient sans mot dire ou avec
le moins de mots possible.
Tout est rgl, mon vieux, attaqua le grand argentier.
Tout le monde a reu sa just part; les intresss ont tou-
ch et les dpts, selon vos instructions, sont faits en votre
nom dans les maisons ordinaires.
Voil qui est bien! J'aime ce procd expditif. Un
homme politique doit savoir prendre ses responsabilits et
ne pas se perdre dans les palabres et les complications inu-
tiles... Etes-vous prt pour la fameuse interpellation qui
rvolutionne tant le public ?
Archi-prt A propos, une question: est-elle comman-
de pour liminer quelques membres du Cabinet ?
Fou que vous tes On se serait adress un Dput
ami, et non ce Jean-Foutre de Valentin Grgoire, repr-
sentant de la commune de Goreaux qui fait l'intressant.
Nous saurons le mettre la raison. Quoi qu'il advienne, si
jamais il faut en arriver un repltrage pour donner
satisfaction l'opinion publique, vous tes d'ores et dj
parmi les rari nantes, moins que moi-mme je sois em-
port.
-Hypothse qui n'est pas mme envisager !... Et ce
qui se chuchotte ?
Je vais voir le chef. Le tldjole en action: rien de
plus. On voudrait nous faire peur. La propaganda, c'est
nous qui l'avons invente.
Seul, Catullus Alcibiade rflchissait sur la maladie de sa
femme. A ce tournant de sa vie, ce drame domestique vien-
drait-il augmenter ses ennuis ? Sait-on jamais comment vo-
lue une congestion crbrale ? Ne serait-ce pas un dnoue-





LE CHOC EN RETOUR


ment heureux pour lui que la mort de cette femme ? Hlna
Dowe ne consentirait-elle pas l'pouser, le principal obs-
tacle tant supprim ? Il comprend: c'est pour des raisons
religieuses qu'elle refuserait de lier sa vie celle d'un di-
vorc Hlna Dowe Toute une nuit d'amour en perspec-
tive! Pourvu que la triste Marie-Thrse ne lui joue pas
le vilain tour de... C'est par amour qu'elle s'est refuse;
elle veut que son amant sqit en forme, beau de talent et
d'loquence. Il n'y a pas de doute: elle l'aime, comme il
l'aime: passionnment, comme un fauve en rut. En pense,
il revoit ce beau corps, moul par un sculpteur de gnie, un
jour de bonheur. Heureusement, aucun enfantement malen-
contreux n'est venu gcher ce chef-d'oeuvre. Ah! il com-
prend cet autocrate moscovite qui passait des heures con-
templer sa favorite nue et qui souhaitait comme lui -
qu'aucun gosse ne vnt trouble son plaisir Il comprend
que cet Alexandre se ft dcid abdiquer, renier femme
et enfants pour finir ses jours dans les bras de la bien-
aime... sans la bombe des nihilistes. Si Hlna, ce matin,
avait voulu... Il y a plus de bonheur filer le parfait amour
sur une place d'Italie ou de France qu' se voir adorer com-
me un dieu, en quality de Prsident de la Rpublique d'Hati.
Il chassa toutes ses penses contradictoires et sans solu-
tion. Il se rappela sa sance la Chambre. Il voulut revoir
les notes de son Chef de Division. Simple distraction : il
avait confiance en son talent d'improvisateur, en son ma-
gntisme personnel qui, tant de fois, avait dcid de la vic-
toire. C'est son ironie mordante qu'il va employer contre
cet obscur Dput de Goreaux et il ne s'en relvera pas !
Sa main repcha une lettre: Urgente et personnelle. La
suscription de Port Cramon, le nom de l'expditeur: Char-
les Sylvain, tout contribua exciter sa curiosity. Il tira sa
montre: cette heure, ses Collgues avaient dj braqu
leur batterie contre ces palabreurs de la Chambre. Il tait
convenu qu'il viendrait leur rescousse, en pleine bataille.






LE CHOC EN RETOUR


Il pouvait se permettre un lger retard. Et puis, c'est la
Chambre qui doit attendre l'Excutif...
Charles Sylvain, c'est Port Cramon qui vient lui, c'est
son enfance ressuscite.
Charles Sylvain, son frre de premiere communion, son
frre bras son plus vieil ami, son plus dvou, son plus fi-
dle ami, le sage qui ne lui a jamais rien demand, qui est
rest attach la terre, sans aucune ambition politique.
Pourtant, il a fait des tudes, il est intelligent plus
intelligent que lui, il le reconnat aisment mais il met
une espce de coquetterie refuser les functions publiques ;
jamais il n'a daign se porter candidate la Dputation, mal-
gr toutes les sollicitations de la population et du Pouvoir.
C'est un sage qui vit modestement, mais heureux, au mi-
lieu de sa famille ; il ne vient jamais Port-au-Prince... Il
est d'une famille qui ne le cde en rien aux Beaulichon et
si l'amiti comporte quelque honneur, c'est le Ministre Ca-
tullus Alcibiade qui serait honor de son amiti. Pour que
Charles Sylvain se soit dcid lui crire, lui, si avare de
sa prose, c'est qu'il se passe quelque chose de grave.
Catullus, d'une main fbrile, dchira l'enveloppe assez
froisse et il lit:
,Mon cher Catte,
Je comptais voyager en personnel Port-au-Prince pour ce qui fait
l'objet de ma lettre. Une malencontreuse chute de cheval me tient alit.
Pour\vu que cette lettre n'arrive trop tard. Le message qui je la confie
a reu les instructions ncessaires: il ne doit rien ngliger, pour vous
la remettre en main propre, avant la fin de la semaine.
Les vnements se prcipitent: Le Nord et le Sud sont d'accord
pour renverser le Gouvernement. Je n'ai pas le temps de vous donni-
les dtails. L'accord est fait. Qu'allez-vous dcider ? On vous reproche
d'avoir manqu vos belles promesses et de n'avoir le Pouvoir que
pour faire bombance. Pour ce qui est de vous, vous tes l'homme le
plus ha de la Commune et du Dpartement. On vous accuse d'tre le
mauvais gnie de notre vnr Chef. Je suis votre ami, votre plus vieil
ami : la politique ne doit pas nous diviser et je suis l'esprit le plus im-
propre la Politique. Essayez de ragir, mon ami: il peut en tre en-
core temps. En tout cas, avez-vous pens garantir l'avenir de vos en-
fants ? Port-au-Prince mange les hommes sans piti. Dieu veuille que
vous chappiez ses dents voraces.





LE CHOC EN RETOUR


Quoi qu'il advienne, mon cher, vous savez que vous pouvez computer
sur votre vieux frre de toujours surtout dans la mauvaise fortune.
Je n'ai pas manqu de blanchir et de fleurir les tombes des vieux et
de prier pour mon plus cher ami. Dieu lui vienne en aide !
Catullus Alcibiade relut cette trange lettre trois fois,
sans rien y comprendre. Ses mains tremblaient, ses yeux
voyaient trouble. Il se reprit vite comme toujours. Son
ami est un simple d'esprit qui ne comprend rien la vie,
la politique. On lui a suggr cette lettre et il a donn
dans le panneau.
Tout le monde n'a pas le don de sagesse, comme Char-
les Sylvain et cette simplicity d'esprit. En tout cas, un
homme averti en vaut deux.
Un appel discret du Chef de Division interrompit sa m-
ditation :
Monsieur le Secrtaire d'Etat, vos collgues rclament
votre presence la Chambre. La sance menace d'tre
chaude.
-J'y allais, mon ami.
Un quart d'heure, plus tard, Monsieur le Ministre de l'In-
trieur fit une entre sensationnelle, la Chambre sur-
chauffe.





LE CHOC EN RETOUR


VII

L'INTERPELLATEUR

La popularity Popularity aveugle, capricieuse, versatile,
ironique, stupid! A la mme heure, elle claironne aux
quatre coins de l'univers un nom obscur, lve sur le pavois
un inconnu, nimbe un front de l'aurole de la saintet et...
rejette le dieu, l'abandonne, le pitine, le voue aux gmo-
nies, le montre du doigt la vengeance inique de la foule.
Gare l'imprudent qui se laisse griser de l'encens de cette
fantasque !
Parfois aussi mais si rarement elle daigne consa-
crer le vrai mrite, designer l'admiration et la recon-
naissance du people le hros trop modest, celui que les
circonstances ont lu, momentanment, reprsentant du
people, interprte de ses ides, porte-parole de ses revendi-
cations.
Valentin Grgoire, le modest Dput de Goreaux, con-
nut sans la rechercher l'ivresse de la popularity. Son
nom, murmur avec amour ou curiosity, ds que se fut r-
pandu dans le public son project d'interpellation, fut bni
par ceux-l qui vivent dans l'ternelle attente d'une am-
lioration, d'un changement miraculeux et qui, auparavant,
n'avaient jamais prt attention sa personnel. Pas bien
grand, mais athltique, large d'paules, bien proportionn,
vrai type de montagnard, les yeux intelligent et fiers, le
visage ouvert et franc, il pourrait passer inaperu dans une
socit superficielle; mais ds les premiers mots, ds les
premiers gestes, il ne manquerait pas d'attirer l'attention
et la sympathie. Un sage que la Politique, fantaisiste com-
me la Popularit, alla relancer jusque dans sa retraite. Dans
L'Ancien-Rgime, ce phnomne tait plus frequent qu'on
ne le croit ou qu'on ne veut bien l'avouer. Ses humanits
acheves avec succs, il tait rentr dans sa lointaine bour-





LE CHOC EN RETOUR


gade, s'occupant d'agriculture et d'apiculture tout en gar-
dant un contact troit avec ses amis, les livres. Personnage
virgilien lui-mme, Virgile restait son dieu et les Eglogues,
le chef-d'oeuvre de la Posie de tous les temps. Il possdait
fond ses classiques et, sans les ignorer tout--fait, il ne
montrait pas beaucoup de got pour les Contemporains qui
le rebutaient par leur morbidesse, leur complexity et leur
hermtisme. Racine lui suffisait qu'il lisait, chaque jour,
avec plus de comprehension, avec plus d'amour. Il s'ner-
vait qu'on oppost le grand tragique franais au grand dra-
maturge anglais pour placer l'un ou l'autre au premier
rang: C'est un jeu puril de pion vide d'ides! Shakes-
peare est Shakespeare. Racine est Racine. Chacun a son
gnie propre. A quoi bon un parallle sans intrt ? Par
contre, les questions conomiques et sociales faisaient l'ob-
jet de ses constantes proccupations. C'est cet original, ce
personnage antdiluvien que l'ironie de la Politique lut,
malgr lui et presque son insu, Dput du Peuple !
Une election peu banale, l'image de l'homme! Le com-
mandant de la Commune de Goreaux qui admirait et
aimait ce citoyen en marge de la vie politique, rdacteur
de ses discours et rapports des grandes circonstances -
consult sur les Candidats qui pourraient avoir l'agrment
du Gouvernement, mit en tte de liste cet original, cet
homme politique de tout repos et son insu (il au-
rait protest nergiquement et refus la combinaison, s'il
en avait t avis). Par une malice du Sort, le nom plut au
dieu tout-puissant. C'est ainsi que Valentin Grgoire de-
vint Dput, malgr lui et presque son insu. Et tout le
monde fut content : le Pouvoir et la Foule. Tout le monde...
sauf, l'Elu. Prenez garde, Gnral, disait-il son grand
lecteur, prenez garde que vous n'ayez regretter, un
jour, ce geste irrflchi J'ai confiance en votre sagesse,
rpliqua son ami galonn: vous aimez trop votre pays





LE CHOC EN RETOUR


pour jamais tenter un geste ou une dmarche contre lui.
Il nous faut des hommes de votre trempe !
Singulier Dput qui n'appartenait aucun group, qui
ne frquentait aucun salon et vivait l'cart de la vie Port-
au-Princienne A la Chambre, jamais de gestes spectacu-
laires, de discours grandiloquents visant l'effet; mais de
sobres interventions, inspires par l'exprience, la connais-
sance du milieu, et presque toujours suivies. C'est surtout
dans les Comits qu'il donnait sa pleine measure et le Co-
mit de l'Agriculture don't il tait le rapporteur, apprciait
particulirement ses lumires; autant dire qu'il en tait
l'me. Ses collgues l'aimaient parce que toujours prt
rendre service, sans souci de briller leurs dpens et de
faire montre de quelque supriorit intellectuelle ou autre.
Le Dput de cette bourgade inconnue de Goreaux avait
ainsi acquis une haute autorit morale tant dans le Parle-
ment que dans le Gouvernement. Pourtant, la foule le con-
naissait peine. Tout just, si ce silencieux n'tait relgu
parmi les mdiocres ou mme les lgendaires Dputs:
J'APPROUVE.
Le Dput de Goreaux avait, cependant, un ennemi, un
seul qui valait une arme: le tout-puissant favori du dieu
tout-puissant. Les deux hommes prouvaient l'un de l'autre
une rpulsion physique pourrait-on dire non dissimu-
le. Entre eux, aucune affinit. Mieux : leurs atomes n'arri-
vaient point s'agrger ; ne tentaient mme pas de s'agr-
ger. Le Dput tait trop lucide, trop fin pour ne pas saisir
tout de suite le cabotin pompeux, pompier et vide, le bas
jouisseur qui ne reculait devant aucun moyen pour se crer
des resources. Le Ministre se sentait perc. Il nourrissait
contre son antagoniste l'envie secrte que le Vice, malgr
soi, porte la Vertu. Son infriorit intellectuelle et mo-
rale tait trop visible. Il affectait de traiter son adversaire
en lunatique, en songe-creux, aprs avoir essay de le neu-
traliser, de l'annihiler par des faveurs compromettantes.
7





LE CHOC EN RETOUR


Lui aussi, le Dput, il s'tait tout d'abord efforc, en ra-
liste, de canaliser cette influence vers une grande oeuvre
don't le people aurait tir profit. L'accrochage ne russit pas.
Un incident banal banal, en apparence vint mettre le
feu aux poudres: Le Dput de Goreaux, la propre de-
mande du dieu, lui avait soumis, au course d'une audience
particulire et en presence du seul favori, un plan de rfor-
mes urgentes et indispensables: Monsieur le Prsident,
lui avait-il expos en substance, le people apprcie les ef-
forts inestimables de Votre Gouvernement et en gote
dj les bienfaits. Mais puisque Votre Excellence me fait
l'insigne honneur de me demander un plan de rformes
pratiques et urgentes, je me permettrai d'attirer l'atten-
tion de Votre Gouvernement sur le mauvais tat de nos
routes. Nous disons routes, faute d'autre terme. Il fau-
drait plutt dire: fondrires, casse-cou. Depuis l'Indpen-
dance, nous n'avons jamais pens srieusement amlio-
rer notre systme routier ou entretenir les routes colo-
niales. Or, la route, c'est un lment de progrs, c'est la
vie de la Nation. Nous pouvons restaurer la route natio-
nale du Nord au Sud. A part les avantages conomiques,
cette ralisation prsenterait un advantage stratgique et
mme politique: l'arme, en cas d'attaque, pourrait se por-
ter plus aisment d'un point un autre. C'est la fin des
guerres civiles et la march en avant de la petite Commu-
naut Hatienne, si digne d'intrt.
Le dieu approuva de la tte et le Ministre fit signe au
Rformateur de poursuivre.
Il s'enhardit donc : Puisque nous parlons d'arme, Mon-
sieur le Prsident, Votre Gouvernement s'honorera d'ta-
blir l'arme hatienne sur une nouvelle base. Le paysan se
plaint de rester trop longtemps sous les drapeaux et seul
- en presence des fils des grands fonctionnaires, munis
de leur brevet d'officiers ds le berceau, et promus Chefs
du droit de naissance. Or, le soldat-paysan Votre Excel-





LE CHOC EN RETOUR


lence ne manque jamais l'occasion de rappeler avec orgueil
et gloire son passage l'arme le soldat-paysan est loin
d'tre trait comme il le mrite, lui qui use sa jeunesse, ses
forces et parfois sa maturity au service de la Patrie. Cette
question, Votre Excellence la possde fond et mieux que
moi, pauvre profane. Il faudrait, par consquent, rendre
le service militaire effectivement obligatoire. Le contact
journalier du jeune citadin et du jeune paysan les rappro-
cherait intimement et leur permettrait de mieux se con-
natre, s'apprcier, s'aimer. Le petit citadin serait dans
l'obligation d'enseigner son frre de la campagne...
C'est vraiment merveilleux! Mes compliments, mon
cher Dput Personne, jusqu'ici, n'avait envisag le pro-
blme sous cet angle. Du moins, jamais encore, on ne l'a-
vait tudi avec moi, ainsi.
Le Ministre blmit, cette remarque. Souriant contre
mauvaise fortune, il fallait faire bon cour il approuva
d'un signe amical qui dcida le Dput continue. Il en-
chana donc : Une question en entrane une autre. Le re-
censement est indispensable, cette heure. La statistique
est une science sans laquelle on ne peut pas gouverner
avec efficacit. Comment rpartir les impts ? Comment
recruter l'arme, par example, si le chiffre de la population
n'est pas connu ?...
C'est plus que vrai, mon ami, opina le Chef omnipotent.
En mme temps, on pourrait tracer les chemins vici-
naux; grouper les paysans dans des hameaux don't l'em-
placement serait comme choisi par la nature, multiplier le
nombre des coles en vue de combattre l'analphabtisme,
intensifier la production agricole, faire en sorte que cha-
que region soit le prolongement l'une de l'autre, au lieu
d'avoir les mmes intrts et oppose, de ce fait,
l'une l'autre, lever le standard de vie de nos
populations, soigner les maladies qui les ravagent...
La Capitale ne serait pas oublie : Port-au-Prince,





LE CHOC EN RETOUR


par sa situation commercial, par sa position gographique,
est appele devenir une grande ville, une capital mo-
derne. Un Palais, un vrai Palais, digne du Peuple Hatien,
digne de Votre Excellence, devrait s'difier en lieu et place
de ce monument qui date depuis longtemps et qui met en
perptuel pril la vie du Chef de l'Etat... Mais, pardon,
Excellence, j'accapare tout votre temps et je crains de trop
faire attendre les solliciteurs qui attendent leur tour d'au-
dience...
Nullement, mon cher Dput, c'est moi vous remer-
cier et vous demander de venir causer avec moi, de temps
en temps, le plus souvent possible, de ces problmes que je
considre essentiels, vitaux pour notre Pays. Soyez prt
pour mettre ce programme point, au premier signe de
moi. Encore une fois, compliments et merci !
Catullus Alcibiade Pernier accompagna le Rformateur
jusqu' l'escalier et lui prodigua, avec des compliments trop
expansifs, de pur thtre, les plus vives marques d'ami-
ti, en l'assurant de son entier concours et de son admira-
tion sans reserve. Nous sommes ns pour nous entendre,
conclut-il hypocritement.
Deux jours, plus tard, Valentin Grgoire reut du Cabi-
net Particulier un message nigmatique: Compte demi !
Succs certain. Il ne rpondit pas, n'y comprenant rien,
dans son ignorance du language des Calypsos.
En fin de semaine, il fut mand en toute hte au Palais:
l'aide de camp avait reu l'ordre de l'accompagner d'une
faon ou de l'autre.
Le Chef lui rserva un accueil glacial, hostile, auquel il
tait loin de s'attendre et qui devait jamais lui dessiller les
yeux sur le monde politician de notre Pays. Sans daigner lui
tendre la main, sans mme rpondre son salut : Monsieur,
attaqua-t-il, je vous remercie de vos conseils perfides...
Conseils perfides, Prsident protest l'honnte homme.
Lesquels ?





LE CHOC EN RETOUR


Taisez-vous, Monsieur, cria le dieu, taisez-vous, sinon...
Quand je parle, je ne saurais permettre qu'on m'interrompe.
Je vous ai cout, l'autre jour, avec la plus grande patience.
J'ai, au moins, droit, la mme attention. Oui, Monsieur,
conseils perfides, je le rpte, conseils perfides Vous me
demandez de construire une route national: c'est pour
permettre aux hordes rvolutionnaires de courir sur la Ca-
pitale, sans coup frir. Vous me suggrez le service militaire
obligatoire pour tous : c'est dans le but que les jeunes cita-
dins, fils de mes ennemis, soient arms pour me renverser
plus aisment. Vous faites miroiter devant mes yeux les
avantages soi-disant scientifiques du recensement de la po-
pulation : c'est pour que la peste svisse sur le Pays. Oui,
Monsieur, l'Histoire enregistre vous n'tes pas seul lire
dans les gros livres politiques, Dieu merci l'Histoire
enregistre que, chaque fois qu'un pays se livre cette op-
ration, toutes les plaies tombent sur lui; c'est une opra-
tion d'orgueil que Dieu punit svrement. L'Histoire Sainte
a rapport que les dix plaies d'Egypte ont t le chtiment
d'un recensement. Ces calamits provoqueront et justifie-
ront tous les soulvements contre mon Gouvernement. Vous
me demandez d'ouvrir des coles: vous tes le premier
savoir que, par l'instruction, une nation devient ingouver-
nable. Vous me demandez d'intensifier la production agri-
cole: ce n'est un secret pour personnel qu'un people riche
ne peut s'occuper que de rvolutions, fascin par les mythes
de libert, d'galit. Vous me demandez d'tablir des grou-
pements ruraux : le people serait en measure de former ses
bataillons rvolutionnaires avec plus d'aisance contre mon
Gouvernement. Vous me demandez des chemins vicinaux:
les femmes des rebelles pourraient les approvisionner plus
facilement, dans leur soulvement. Vous me conseillez la
construction d'un Palais National: vous savez bien que je
ne pourrais jamais en jouir, mais c'est pour le bien-tre
personnel des sans-aveu de votre acabit et peut-tre de





LE CHOC EN RETOUR


vous-mme, petit ambitieux, dj candidate la Prsidence,
naturellement. Tous les macaques sont candidates la Pr-
sidence, aujourd'hui. Vous avez de la chance, Monsieur,
que je sois just et bon trop just et trop bon et que
j'aie connu votre pre qui, lui, fut un parfait honnte hom-
me. Quant vous, Monsieur, vous tes un miserable. Je
vous aurais fait fusiller, sance tenante et avec justice;
je ne sais ce qui me retient. Vous tes un petit ingrat, Mon-
sieur : vous me devez votre instruction. Oui, Monsieur, c'est
nous, les Chefs Militaires qui, en maintenant l'ordre, avons
permis votre instruction et avons fait de vous ce que vous
tes. Vous tes un petit ingrat, Monsieur: je vous ai lev
l'honneur de la Dputation Nationale et voil comment
vous me remerciez de ces bienfaits sans prix. Vous pouvez
vous retire, Monsieur. Je vous fais grce, cette fois ; mais
sachez que je n'ai qu' lever le petit doigt pour vous cra-
ser. Sachez que la Police a les y.eux constamment ouverts
sur vous. Vous pourrez tre supprim de la circulation, pro-
visoirement. Tenez cet avertissement pour un conseil de
pre de famille. Vous pouvez disposer, Monsieur...
Valentin Grgoire s'inclina et se retira... Sur son pas-
sage, une symphonie de rires fusa du Cabinet Particulier.
Il devait comprendre dans la suite: la camarilla lui avait
propos une affaire. Devant son refus, sa perte fut dcide :
c'est Catullus Alcibiade Pernier qui avait mont le coup.
T1 eut le cynisme de le lui faire entendre, par un mot sign
des initiales : C. A.... Le triste personnage avait, dcid-
ment, renonc au nom des braves gens don't il descendait
pour porter seulement les prnoms de Catullus Alcibiade et
leur donner une clbrit de mauvais aloi. Les deux hom-
mes devinrent ennemis mortels. Le Parlementaire se rvla
plus combattif qu'il ne le croyait lui-mme. Si, aux yeux du
Ministre, il n'tait qu'un Jean-Foutre de Lunatique il ne
se faisait pas faute d'accabler L'Alcibiade, miserable voleur
et majestueux imbcile de ses flches les plus acres. Mais





LE CHOC EN RETOUR


il avait la supriorit sur son adversaire ou l'infriorit -
d'un dossier vierge. Entre les deux ennemis, une lutte sour-
de et sans merci s'tait dclenche...
On comprend la rpercussion de cette interpellation. Le
Dput de Goreaux avait manouvr avec une habilet hors
de pair: le people tait bout de resources, les fonction-
naires n'en pouvaient mais, n'ayant pas vu la couleur de
leurs appointments depuis six mois; les bruits mauvais
de la province s'taient infiltrs dans tous les milieux de la
Capital; le Gouvernement, en butte de graves difficults,
n'tait pas en measure de se montrer aussi arrogant, aussi
arbitraire qu' l'ordinaire. Valentin Grgoire n'avait aucune
peine raccoler quelques Dputs mcontents. Le plan
d'action tait mrement conu. L'excution ne devait en
rien tre infrieure la conception. Chaque acteur avait
appris son rle sans faute et devait le jouer avec brio. D'un
ct, on jouait sa vie, de l'autre, le Pouvoir.
Catullus et le Cabinet avaient tort de sous-estimer trop
bas leurs adversaires. Signe classique de faiblesse Valen-
tin Grgoire, part ses amis qui jouaient le tout pour le
tout avec lui, avait russi neutraliser certain groups,
amadouer les tides, engluer les ambitieux des pro-
messes les plus mirifiques et leur faire comprendre que le
Chef lui-mme en avait assez de ces canailles et voulait
s'en dbarrasser, par son entremise. Le Prsident est d-
cid changer de politique. Le Chef est bon, bien inten-
tionn : c'est son entourage qui est mauvais. L'ternelle
chanson que chacun rpte toujours pieusement. Les ini-
tis savaient que l'interpellation verrait la chute non du
Ministre ou de certain Ministres, mais du Rgime lui-
mme.
Et les dieux de l'Olympe, comme toujours, se divisaient
en deux camps...





LE CHOC EN REOUR


VIII

L'INTERPELLATION.

Marcel Valdor, l'homme-pintade artiste incomparable
de l'acrobatie politicienne, l'ternel Prsident de la Cham-
bre se pencha l'oreille de son premier Secrtaire :
Collgue, ce n'est pas une interpellation, c'est une
rvolte.
Non, Prsident, ce n'est pas une rvolte, c'est une r-
volution, c'est peut-tre une chute de Gouvernement.
Mon ami, cassez moceau ba ng'ou. Qu'y a-t-il ? Ran-
gez aff-nou bain-oui. Moin pas vl mal batte. Rot moune-
mouri sans remde. Dernier coup'd dents chien enrag tou-
jou mortel. Coup'd pieds choual cap couri, c coup'd pieds
touyasse (1)
Nous en reparlerons aprs la sance. Pour l'instant,
cassez feuilles couvri bagaille-la... Le Ministre de l'Int-
rieur fait son entre. La claque donne bien faiblement, ne
trouvez-vous pas ?
La sance est ouverte. Monsieur le Dput Valentin
Grgoire a la parole pour dvelopper son interpellation.
Vraiment, ce n'tait pas une simple sance d'interpella-
tion : c'tait une rvolte, une revolution, une chute de Gou-
vernement. Dans la salle archi-bonde, une chaleur suffo-
cante, le grondement formidable de la foule. Des grappes
humaines suspendues aux fentres, au mpris de toutes les
lois de l'quilibre. Dans la cour, des visages de btes fauves
prtes dvorer. Ils taient l, tous les meurt-de-faim, ceux
de la Saline, ceux de Bel-Air, ceux de Morne--Tuf qui n'ont
d'espoir que dans l'croulement d'un rgime. Ils taient l,
sales, en guenilles, aigris, l'air froce, exhalant l'odeur forte

(1) Mon vieux, mettez votre ami un peu au courant. Qu'y a-t-il ? Ne ngli-
gez pas les precautions. Je n'entends pas tre dupe. Toujours mortels le rot d'un
mort, la morsure d'un chien enrag, la ruade d'un cheval en course.





LE CHOC EN RETOUR


de bouc, l'odeur sui generis de la foule peu soucieuse de
l'hygine. Ils taient l, criant, hurlant, gesticulant, grouil-
lant. Ils taient l dans l'attente de l'ternel miracle. Mais
o taient les chiens enrags, les sans-manman, les irrsis-
tibles troupes d'assaut du Gnral Nacro ? Cette vieille
garde, invincible, se verrait-elle dj impuissante et garde-
rait-elle une prudent perspective ? Aurait-lle pass l'en-
nemi ? N'existerait-elle que dans l'imagination du Figaro
roublard ? La mer en courroux grondait, escaladait les
nues, sans resistance.
Les membres de l'Excutif se regardaient, inquiets, an-
goisss. Les aurait-on attirs dans un guet-apens ? Y aurait-
il, dans le pays, un movement don't ils ignorent l'existen-
ce ? Catullus Alcibiade essaya de sauver la situation : Mon-
sieur le Prsident, la Chambre doit faire respecter ses R-
glements et maintenir l'ordre. Sinon, le Cabinet se verra
dans la cruelle alternative ou de se retire ou de faire ve-
nir la force...
Tempte de protestations. Silence Vous avez intrt
voir la sance se passer dans le calme et l'ordre. Le dsor-
dre n'a jamais rien produit de bon ! Grondement de l'as-
sistance.
Intervention du Dput de Goreaux : Concitoyens, nous
demandons avec instance, nous vous supplions de nous fa-
ciliter la tche. Silence, pour nous permettre de dfendre
vos intrts !
Des : chu-utt chu-utt Des : Silence...Silence...Silence
decrescendo. L'Ordre se rtablit graduellement. Valentin
Grgoire gravit la tribune, du pas mesur de l'homme qui
sait ce qu'il veut, qui se sent matre de lui, qui se sent matre
d'une situation. Une tempte d'applaudissements salua l'o-
rateur avant mme qu'il et ouvert la bouche. Des Vive
la Chambre ! Vive le Dput Grgoire ! explosrent spon-
tanment et de partout. Il fit quelques gestes amicaux de
la main et la tempte s'apaisa, comme elle avait clat.





LE CHOC EN RETOUR


Monsieur le Dput Valentin Grgoire a la parole, an-
nona le Prsident.
Au milieu d'un silence religieux, miraculeux, tant don-
n les circonstances et l'esprit de la foule, l'interpellateur,
d'une voix calme, une belle voix de baryton, bien timbre,
scandant chaque syllabe, commena son rquisitoire, le pro-
cs du rgime en tant que rgime-type d'incompten-
ce, de dpradations, d'arbitraire, d'assassinats.
-Messieurs les Dputs: On nous rendra cette justice
que nous n'avons pas abus de la Tribune de la Chambre.
Nous en avons peine us. Si donc, un group de Dputs
- don't celui de Port Cramon, de Chandor, de Coulines, de
la Capitale... circonscriptions lectorales admirez l'ironie
du Sort, en l'occurrence de quatre des Honorables Se-
crtaires d'Etat que nous sommes heureux de voir au grand
complete au banc de l'Excutif si un group de Dputs,
disons-nous, s'est dcid interpeller le Cabinet, ce n'est
point pour donner un spectacle gratuit un people qui a
plutt besoin de manger (applaudissements... rflexions...)
qui a plutt besoin de travail, plutt que d'entendre des dis-
cours si bien tourns puissent-ils tre. Il se passe quelque
chose de grave et c'est notre devoir d'tre present l'heure
critique, c'est notre droit d'tre renseign pour conseiller
le Peuple, pour venir en aide au Gouvernement.
La Personne du Chef de l'Etat, est, en l'espce, hors
de cause. Nous nous empressons de le proclamer, non point
par un sentiment exagr de prudence, mais en vertu de
la Constitution qui rend les Secrtaires d'Etat seuls res-
ponsables des actes de leur administration respective. Qu'on
n'essaye donc pas de se retrancher derrire la haute, la
forte personnalit du Prsident de la Rpublique qui au-
rait pass des ordres ses collaborateurs immdiats. Si ces
ordres taierit donns en violation de la Constitution, en
violation des lois, rien ne saurait justifier ou excuser les Se-
crtaires d'Etat qui auraient la faiblesse de les excuter:





LE CHOC EN RETOUR


ils n'en seraient que plus coupables, coupables de lchet et
d'ignorance.
Nous avons vot un Budget, Messieurs: Le Secrtaire
d'Etat des Finances oublie son devoir le plus lmentaire
envers les employs de l'Etat qui, depuis six mois, n'ont ja-
mais vu la couleur de leurs appointments, alors qu'ils con-
tinuent leurs services l'Etat sans dfaillance, avec une
constance et un dvouement don't on trouve peu d'exemples
chez les grands fonctionnaires (Mouvements dans la foule...
Silence...) Il est vrai que le systme financier et conomi-
que en vigueur se rduit l'enrichissement d'un group,
la contrebande, et aux djobs (Sensation de l'assistance.)
Monsieur le Secrtaire d'Etat des Finances : Je demand
la parole...
Monsieur le Prsident de la Chambre: N'interrompez pas
l'orateur, Monsieur le Secrtaire d'Etat...
Le Secrtaire d'Etat des Finances : C'est pour une simple
motion d'ordre.
Monsieur le Prsident de la Chambre: Prenez des notes
pour votre rplique. Monsieur le Dput Grgoire, vous pou-
vez continuer.
Monsieur le Dput de Goreaux: Nous avons des
preuves qu'on veut encore imposer un nouvel emprunt
ce pauvre people qui n'en peut plus. L'armature conomi-
que du pays, la restauration de nos Finances, l'intensifica-
tion de notre production agricole, le rtablissement de notre
systme routier, la rforme de notre arme et de notre ma-
rine : toujours les classiques, les lgendaires causes d'Em-
prunt. Nous savons d'exprience ce qu'ont cot ces Em-
prunts ce malheureux Pays En definitive, restauration
de certaines fortunes prives et accentuation, aggravation
de la misre du people. Et comme ces fortunes ne font que
feu de paille, il faut toujours recourir des Emprunts. Nous
n'oserions prtendre que nos Honorables Secrtaires d'Etat





LE CHOC EN RETOUR


empochent l'argent du people: ils n'ont rien. Ils n'ont pas
de compete en Banque, ils n'achtent pas de maisons, ils n'a-
chtent pas de grandes proprits rurales ; ils ne montent
ni industries, ni maison de commerce. Ils conservent un train
de vie qui tmoigne de leur impcuniosit. Mais nous ne
voyons pas l'usage qui est fait de ces Emprunts...
Mais cette fois, la Chambre est dcide ne pas se laisser
faire. On la chassera par la force des baonnettes, on pren-
dra contre elle des measures de dissolution; mais elle prf-
rera toutes ces perscutions, elle prfrera se voir couper
les poignets plutt que de signer une nouvelle hypothque
sur l'avenir de la Nation... (Bravos dlirants, applaudisse-
ments)
Les prisons regorgent de prisonniers politiques qui n'ont
jamais vu le visage de leur juge naturel. Et quand on en a
assez d'eux, et pour faire place d'autres malheureux, on
les expdie, sans autre forme de procs, en l'autre monde
pour rapporter aux Hros de l'Indpendance le noble usage
que nous faisons du patrimoine qu'ils nous ont si pnible-
ment lgu. C'est ce qu'on appelle des actes de Gouverne-
ment!
Notre expos, Messieurs, ne peut tre que bref. Nos col-
lgues signataires de l'acte d'interpellation devront, cha-
cun, dvelopper les questions qui les intressent. La multi-
plicit de ces questions nous oblige aller au plus press.
Mais, mes chers Collgues, pouvons-nous descendre de cette
tribune sans vous saisir d'une question palpitante, capital,
vitale: celle d'un pourparler avec une grande puissance
trangre qui donnerait son appui arm au Gouvernement,
moyennant certain avantages politiques et commerciaux:
autant dire la mainmise sur le Pays, la colonl3ation de ce
people qui a conquis son indpendance, au prix des efforts
hroques que l'Univers entier connat et admire.
Messieurs, si, aprs cela, la Chambre continue accorder
sa confiance ce Cabinet, c'est qu'elle est indigne de se dire






LE CHOC EN RETOUR


la Chambre des Reprsentants du Peuple, indigne d'tre le
Second Pouvoir. Elle ne sera qu'une Chambre d'esclaves au
service de l'Excutif, au lieu d'tre au service de la Nation.
(Applaudissements nourris...)
Par quel miracle la branlante maison du Peuple ne s'est-
elle pas effondre sous les applaudissements, les hurlements,
les grondements, les vivats, les bravos ? C'est un secret de
la nature.
Le Cabinet se concert et demand rpondre avant les
autres Parlementaires. Les amis de Valentin Grgoire, aprs
un bref conciliabule, acceptrent. Ce fut le Secrtaire d'E-
tat des Finances qui monta, le premier, la Tribune. Ja-
quette verte... Jaquette verte... hurla l'assistance sous une
explosion de rires moqueurs. Sagement, le Ministre n'en-
tendit pas. Il prit son air le plus imposant et d'une voix qui
affect le ddain de son contradicteur:
Messieurs les Dputs, les calomnies du Dput de
Goreaux ne sauraient arriver jusqu' nous: elles lui res-
teront pour .compte. Ce sont nos actes d'hommes politiques,
de gouvernement qui parleront pour nous.
C'est une force que l'inconscience, Messieurs, et cette
force, l'minent propinant l'a d'une faon peu banale. Il
n'a pas une ide de l'conomie politique.
C'est pourquoi il est si fort en conomie domestique!
lana la voix gouailleuse d'un loustic. (Cris et rires)
Est-ce notre faute, Messieurs, que le Pays soit si pau-
vre ? On semble oublier dessein l'argent dpens pour la
Dette de l'Indpendance. On semble oublier que le pays a
toujours fait honneur sa signature et que ce sont les Ca-
pitalistes qui courent aprs nous. Preuve de notre prosp-
rit. Le Peuple Hatien a plus de besoins que de rentres
de fonds. Le Gouvernement est surtout ruin par le vieux
dieu rvolutionnaire. Malgr tout, nous nous disposions
payer au course de ce mois deux mois d'appointements. Ja-





LE CHOC EN RETOUR


mais, dans le pass, aucun Gouvernement n'a accompli un
tel effort...>
Il quitta la tribune, aprs une demi-heure de cette tar-
tine, sous les hues de l'auditoire, pour faire place son
Collgue de la Justice.
Messieurs les Dputs, pour l'instant, permettez-moi
de reliever une contradiction dans le rquisitoire violent, in-
juste du Dput de Goreaux. Il reproche l'Excutif de vio-
ler la Constitution et les lois, et pourtant, il lui demand
d'intervenir dans les attributions de la Justice.
La Justice est indpendante. L'instruction se pursuit.
L'Excutif ne fait que prendre les malfaiteurs politiques et
autres pour les remettre leur juge natural. Ce que font
ces Juges ? C'est affaire qui les regarded. Nous nous propo-
sons de vous faire toucher du doigt la culpabilit de ces pro-
fessionnels de dsordre.
Le Ministre des Relations Extrieures se content de d-
mentir les bruits faux accrdits dans le people pour ren-
dre le Gouvernement impopulaire et attiser les passions po-
litiques. Ces bruits tombent d'eux-mmes. Le Gouvernement
ne trahira pas son mandate.
Ces lieux communs taient dbits presque dans l'indiff-
rence gnrale, tant tait grande l'impatience d'entendre le
Chef in partibus du Gouvernement. Quand Catullus Alci-
biade, de sa voix majestueuse, la plus majestueuse, eut de-
mand la parole et eut gravi la tribune, ce fut la vraie r-
volution. Chacun sentait que la parties se jouait, dans un sens
ou dans un autre, avec ce matador superbe. Il jeta un
regard dominateur sur l'assistance, mit la main gauche la
poche de son pantalon, pencha la tte et d'une voix, d'un
air qui affectait le ddain :
Messieurs les Dputs, je ne sais plus quel homme
d'Etat anglais Pitt ou Fox ou les deux eut, un jour,
dire, en rponse l'accusation d'un adversaire politique,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs