• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Title Page
 Remerciement
 Du meme auteur
 Dedication
 Errata
 L'offensive contre la terre
 Le grand ami de la terre
 La fidelite a la terre
 L'abandon de la terre
 L'honneur et le bonheur
 Le retour a la terre
 Le complot contre la terre
 Une noblesse terrienne
 La menace de la terre
 L'enseignement de la terre
 La vengeance de la terre
 La victoire de la terre
 Le judgement de la terre
 Une nuit d'angoisse
 Un feodal
 Back Cover






Group Title: Bibliothèque haïtienne
Title: La vengeance de la terre
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095925/00001
 Material Information
Title: La vengeance de la terre roman paysan
Series Title: Bibliothèque haïtienne
Physical Description: 162 p. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Cinéas, Jean-Baptiste, 1895-1958
Publisher: Impr. du Collège Vertières
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1933?
Copyright Date: 1933
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: par J.B. Cinéas.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095925
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 06763879
lccn - 75593981

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 3 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter
    Title Page
        Page 10
        Page 11
    Remerciement
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Du meme auteur
        Page 15
    Dedication
        Page 16
    Errata
        Page 17
        Page 18
    L'offensive contre la terre
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
    Le grand ami de la terre
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    La fidelite a la terre
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
    L'abandon de la terre
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    L'honneur et le bonheur
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
    Le retour a la terre
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
    Le complot contre la terre
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    Une noblesse terrienne
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    La menace de la terre
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
    L'enseignement de la terre
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
    La vengeance de la terre
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
    La victoire de la terre
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
    Le judgement de la terre
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
    Une nuit d'angoisse
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Un feodal
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Back Cover
        Page 163
        Page 164
Full Text








Il a t tir de cet ouvrage 10 exemplai-
res numrots hors commerce; 100 exem-
plaires de luxe numrots.




BIBLIOTHQUE HAITIENNE


"Toute vraie aristocratic
est terrienne"




La Vengeance


de la Terre
ROMAN PAYSAN




J. B. CINAS



Imprimerie du Collge Vertires
Port-au-Prince, (Hati)






REMERCIEMENT



Encore une nouvelle dette envers mes nomnbrevx amis
de tous les points du Pays. Plus que jamais, ils m'ont
soutenu de leur encouragement moral et matriel. Si je
ne leur dis pas: Merci, ce n'est pas qve la reconnaissance
soit lourde mon coeur, mais bien par impuissance
trouver un vocable qui puisse traduire ma pense. Vou-
draient-ils se contenter de ce petit mot banal le seul
que possde le f-anais pour exprimer la reconnaissance
- mais sincre : MERCI ?

J. B. C.















"Toute vraie aristocratie
est terrienne."









Du mme Auteur


Le Drame de la Terre, Roman

Pour paratre prochainement :

Les Ailes Noires de la Vie, Nouvelles.
Les Reflets trop Vivaces, Nouvelles.
L'Hritage Sacr, Roman.
Le Bilan Spirituel du Nord, fantaisies critiques.

En Preparation :

La Criminelle, Roman
Art et artistes populaires, fantaisies critiques.
Contes et Lgendes.
Silhouettes perdues.







DEDICACE


A mon savant, trs cher et grand Ami,
le Docteur Price-MARS,

tovjours orgueilleaux de ses Anctres esclaves et qui les
honore par la noblesse de son talent et la dignit de son
caractre ;

celui qui rve de si beau destin pour son pays et pour
son humble frre de la Campagne ;

l'homme qui m'aime le plus et que j'aime le plus au
monde,

En tmoignage de sincere admiration, de protfnde gra-
titude et de surjraternelle amiti en souvenir de nos
luttes, de nos souffrances et de nos esprances communes,
de tout coeur,

J'offre ces pages modestes et sans prtention qui ra.
content le drame ternel de la soufirance du paysan ha-
tien et sa sauvage reaction.


J. B. C.







ERRATA


Page 42 au lieu de: la matriser 1
." les plus beaux


ire : le matriser
" les beaux


" 43 une Une
44 Roi 1er Henry ler
47 n'avait rvait que de
56-57 supprimer les tirets
66 plan mora plan moral
68 msure measure
70 Le retour a la terre le retour la terre
75 note. Le article constitutionnel ne].
76 assortors asstors
76 euphnisme euphmisme
92 qui nous treint la ligne : La tristesse
94 Chautain le C hautain
102 Qui ?
103 Mettez les tirets
104 trois "Mais"
109 fouillaient fouaillaient
Matre
125 suppr. tirets dev.Mon cher ami
130 on ne regarded de si prs on ne regarded pas
la perche.














Chapitre I


L'Offensive contre la Terre,



Erucsque coup de tonnerre dans un ciel serein....
La tourbe des vautours s'tait abattue, sinistre, sur
"Despargnes", la belle proprit des Turin: arpenteur,
rclamant, baliseurs, (a) gendarme, hurlant, injuriant,
coupant, brisant, pitinant avec une rage destructive,
suprieure l'ouragan.
Romulus Phaton, l'arpenteur, orchestrait avec maes-
tria ce royal vacarme :
-A gauche, imbcile !... A droite, vareuse troue!...
Culotte perce, sortez de l!... Coupez cette touffe de
bananiers... Faites disparatre ces cafiers... Dbarras.


(a) travailleurb charges de faire place nette, er. coupant tout
ce qui gne.





LA VENGEANCE DE LA TERRE


sez-moi de ce manguier... Piquez!.,. Raidi-Piquez!... (1)...
Quarante-huit... Quarante-neuf... Cinquante,....
Et la foule glapissait cinquante, sans rien comprendre
ce galimatias.
Lui mme comprenait-il ce qu'il faisait? C'tait un
arpenteur extraordinaire, pourvu de sa commission, par
un protecteur factieux, au beau temps des "satrapes,
matres des vies et des biens" et que la dche obligeait,
aujourd'hui, exercer sa "profession". Incapable de
se servir de sa boussole- monte sur un piquet de for-
tune et enfonce en terre avec un charlatanisme con-
somm--- il jugeait cet instrument parfaitement inutile,
sinon nuisible. Ses plans et procs-verbaux avaient
dans le monde de la basoche une clbrit mrite de
cocasserie. Ses jurons qui en imposaient ses collabo-
rateurs d'un jour jalonneur, chaneur, piqueur, ba-
liseurs- sa bonhomie dans les circonstances difficiles,
sa capacity bachique, le dbraill de sa tenue (son gi-
let militaire, ses bottes en caoutchouc taient lgen-
daires), sa monture apocalyptique qui fut peut-tre un
cheval : tout le dsignait l'attention de Calvin Myrtil,
le gnial fondateur de l'occulte et formidable Socit
de la Rclamation des Terres.
Les yeux, abrits par le bleu indigo d'invraisembla-
bles lunettes- comme s'ils eussent craint d'affronter la
lumire--les doigts longs et crochus, caressant sans cesse
la crosse de son browning, le dos vout, le buste troit,

1 Expression familire aux arpenteurs : Tirez sur la chaine et
enfoncez le piquet.






L'OFFENSIVE CONTRE LA TERRE


court, viss sans grce sur de longues jambes grles,
et surmont d'un faces d'oiseau de proie, Calvin Myr-
til, de sa voix de fausset qu'il s'efforait en vain d'en-
fler, excitait les baliseurs dans leur oeuvre de ven-
dales, tantt par des distributions de tabac et de tafia
et des promesses, tantt par des menaces et des inju-
res, avec une parfaite connaissance de ces mes pri-
mitives.
Et la meute docile, enfivre par l'appt d'une r-
compense, enrage d'alcool ou tremblant de peur, lais-
sant libre course ses mauvais instincts, fauchait, cou.
pait, hachait aveuglment. Pauvres petits propritaires
dj dpossds, amarrs par des actes notaris en
bonne et due forme, voisins envieux et malveillants,
ils se rjouissaient de voir la foudre tomber enfin sur
ces "gros-ngres" des Pierre-Turin qui se croyaient,
qui se proclamaient l'abri de ses coups. Mais qui peut
rsister Me Calvin ? De plus grands que ces paysans
orgueilleuxont d, en definitive, amener pavilion. Tou-
tes les autorits le soutiennent, de la Capitale au Bourg.
Il est l'ami du Prsident, des Ministres et de tous les
gros potentats. La Garde lui prte l'appui de sa force:
ses titres de proprit sont les meilleurs de tous... Il
a dj arpent dans tout le Dpartement et mme
ailleurs, sans napier, sans droit-sans rencontrer le
moindre obstacle ni opposition.
Des maisons des Turin, s'lancent furieux cinq do-
gues, aboyant et menaant de leurs crocs redoutables
ceux en qui ils flairent des ennemis. Les envahisseurs
se mettent en garde: les revolvers braqus, les machet-






LA VENGEANCE DE LA TERRE


tw.- et les piques leves, ils attendent de pied ferme . .
- Ici, Lagarde! . Ici, "L'homme-ingrat"! .. Ici,
"Padia"!... (1)
Les Turin, femmes, enfants, jeunes, vieux, la tribu
entire fait front l'agresseur.
--Qu'est-ce que c'est ? Mes amis, baille malhrse
repos (2)
--Bouqu ators: nous fait tropp! (3)
--Fir-Charles, ce n'est rien ; nous faisons une sim-
ple revision de terre, la voix du cauteleux arpenteur
roulait des flots de miel,-vos droits seront respects,
comme ceux de tous les occupants qui auront exhib
leurs titres ....
-Oui, c'est toujours comme a ... Et aprs, vous
n:us chassez ou vous nous obligez racheter nos
biens. Me Calv Calvin, naturellement, devenait Cal-
vaire et Calv--uand finirez-vous d'extorquer le pau-
vre monde ?
Calvin bondit cette provocation.
-- Frre-Charles, attention! Je ne suis pas venu
jouer ... Je suis muni d'un ordre lgal d'arpentage
pour chercher ma terre. Vous ne sauriez empcher mon
operation .

I Noms de chien. Le paysan adore ces noms symboliques
et allgoriques.
Laissez le malheureux en repos.
Cessez maintenant, c'en est trop.






L'OFFENSIVE CONTRE LA TERRE

-Eh bien! Je m'oppose- nous ne sommes pas cits.
-Vous n'en avez pas le droit .. .
Comment ?
-Parce que c'est Fr-Ulysse, le reprsentant de la
famille . .
Les femmes piaffaient, criaient, piaillaient, lanaient
leurs compliments les plus sals !
Voleurs de terre !
Assassins !
Grand'Gout (1)
La Sainte Vierge, manman, dlivrez-nous 1
Cot Fr-Ulysse (2) ?... Allez chercher
Fr-Ulysse.....
Silence I... Moi seul, j'ai le droit de parler ici...
L'ordre se rtablit comme par enchantement.
Fr-Ulysse.
Papa.
Ton-Ulysse.
Les Turin, jeunes et vieux, sont visiblement heureux
de cette arrive inopine du chef, srs que sa seule pr-

1- Trme injurieux : le miserable qui ne trouve pas mnr
ger sa faim.
2 Fr et Ton : ternes de respect, Littralement :
Frre et Oncle.





LA VENGEANCE DE LA TERRE

sence briserait l'audace des voleurs. Le reprsentant
de la famille avait surgi du cafier, comme vomi par la
Terre pour sa defense. Un paysan, grand et fort, char-
pente d'acier, sans ge, portant aussi bien quarante ans
que soixante, les traits nergiques et frais, virguls
de deux courts moustaches grisonnantes, la tte cou-
ronne d'un madras, les pieds mi-emprisonns dans des
savates de caoutchouc, la vareuse et la culotte de gros-
bleu impeccables : un ensemble de distinction, de force
et d'autorit.
-- Qu'y a-t-il ? Que signifie ce brigandage ?
-- Pre Turin, voici: Me Calvin, mon requerant, a
reu l'autorisation d'effectuer un primtre pour trou-
ver un reste de terre ... et forcment nous avons d
passer sur votre proprit. Entre voisins vivant en
bonne intelligence, comme nous, cela ne souffre au-
cune difficult. Nous n'avons pas cru ncessaire, pour
viter des frais inutiles, de vous citer comme voisin.
A l'occasion, nous tolrerions de vous pareille licence ...
Vous savez trs bien que vos intrts seront toujours
respects...
Aprs notre travail, nous inviterons les voisins mon.
trer leurs titres. Ceux qui en auront de rguliers ne
seront pas inquits. Les autres auront tout advantage
pour racheter leur travail.
Phaton dbitait ce discours hypocrite, de son ton
le plus doucereux avec force gestes.
-- Ah! Ah! -- et Ulysse Turin prenait un ton ironi-
que qui contrastait avec la fausse bonhomie de son ad-






L'OFFENSIVE CONTRE LA TERRE

versaire et en accentuait encore la perfidie -- ah! ah!
votre reste de terre s'est envoi et s'est gar sur
mon habitation" et vous organisez une battue pour
le retrouver ? Voyez quel dgt vous avez commis . .
Savez-vous par que] travail on obtient de pareils ba-
naniers? Savez-vous l'effort que demandent de si beaux
cafiers ? Combien de temps un arbuste se dveloppe
avant de devenir un arbre aussi magnifique que ce
manguier ? Ce dsordre nous exaspre ... En vrit,
Messieurs, vous n'avez qu' plier bagage: vous n'irez
pas plus loin .....
Les dbats promettaient d'tre intressants. Les ac.
teurs et les spectateurs palpitaient d'motion et de cu-
riosit. Quelle sera l'issue de ce duel ? Me Calvin crut
le moment propice d'une intervention :
-- Fr-Turin, les gens de bien s'entendent toujours
et je vous dois protection. Du reste, je vous ai toujours
protg ... On ne peut pas voler la Terre : elle se
retrouve toujours. C'est la loi en main, 'avec l'auto-
risation des autorits constitutes -- Prsident, Minis-
tre, Commissaire du Gouvernement, la Garde, les
Contributions, Juge de Paix-- que je fais ce primtre.
Ce n'est pas la premiere fois. Aprs chaque opra-
tion, j'ai toujours respect les droits des occupants
munis de bons titres et j'ai toujours facility les autres
dans le rachat de leur maison et de leurs champs.
Pas de titres, pas de terre; c'est la loi, c'est la raison...
Comment et pourquoi voudriez-vous barer mon pas-
sage ?
Vous n'irez pas plus loin et j'ai dit. D'abord, je





LA VENGEANCE DE LA TERRE

je ne suis pas cit, comme voisin. Ensuite, ce n'est pas
dans ma cour, la porte de ma maison de la maison
de mes frres, de tous les miens que votre terre per-
due peut se retrouver. On vous connat suffisamment,
aujourd'hui..,.
Les deux compres jetrent le masque :
150 nord-est... Baliseurs, en avant...!... Jalon..,
Piqueurs....
Je mets opposition.
Gendarme!
Je suis l pour l'ordre.....
Baliseurs !...
Foute (1) tonnerre Pour une dernire fois, je
mets opposition la continuation de votre pri-
mtre, la violation de ma proprit... Un pas de
plus et,......
Trs bien, je vais mettre un piquet et dresser
mon procs-verbal...
Comme vous voudrez....
Minutes mouvantes. Instinctivement, arms de pi
ques, de machettes, de "manches de pilon", tous les
Turin-frres, neveux, fils, cousins- se rangent au-
tour de leur chef. Les femmes, les jupes retrousses
jusqu'aux reins, sonnaient la charge et fusillaient les
assailants de leurs doigts, renforcs des mitrailleuses
de leur langue.

1 Corruption du mot franais foutre, employ pour donner
plus de force la phrase.







L'OFFENSIVE CONTRE LA TERRE


Me Calvin Myrtil cuma de rage. Il ne voulut pas
avoir l'air de cder un simple paysan devant des
paysans, ses victimes....
-- Tant pis pour vous, M'sieur Ulysse Turin !.... Je
ferai signifier et je reviendrai. Cette fois...
-- Je vous attends. "Vi manman par pour zpina,
zpina par pou vi manman" (1),
-- Caus l'en bouche (2). Rira bien qui rira le der-
nier !
-- Pleurera plus qui pleurera le premier ....
L'arpenteur suspendit la rdaction de son procs-
verbal :
-- Mon cher Calvin, dit-il, nous avons eu tort de ne
pas citer ces brates, pensant avoir affaire des gens
honntes et "comprenants". Nous allons remplir ces
formalits et alors... "Manman-pitite, c mar venture (3).
Ne vous abaissez pas "babiller" comme une femme
avec eas pieds-plats...
-- Non, mon cher, il est bon que je dise leurs quatre
vrits ces "sans-aveu".
Ulysse Turin se cabra sous l'insulte :

1 -- ntraduisible. Tel qui croit surprendre est tout tonn
d'tre surprise par son ennemi encore plus prt que lui.
2 -- Parole en l'air.
3 -- Intraduisible : Les mres devront se ceindre les reins pour
pleurer tellement on se montrera inexorable envers leurs enfants.
Menaces de rpressions impitoyables.





LA VENGEANCE DE LA TERRE


Sans aveu ? Sans aveu ? Mais c'est vous qui, in-
capable de travailler, marchez voler les terres du pau
vre habitantt" don't les titres, selon vous, ne sont ja-
mais bons. C'est vous qui, en compagnie et avec l'aide
d'une bande de fainants, vos propres victirres, re-
vendiquez partout l'hritage de vos grand-pres,
comme si vous tiez les hritiers de toute la Rpublique,
et, avec vos complices, dpouillez le travailleur, comme
des assassins de grand'chemin. C'est vous qui faites
payer cinq fois, dix fois-autant de fois qu'il y a quel-
que chose prendre-les mmes terres vendues par
vos anctres, votre pre et vous-mnre... C'est vous...
Trs bien, je prends bonne note de toutes ces in-
sultes...Vous savez bien que vos titres ne sont pas va-
lables...
Mais c'est votre grand grand-papa qui a vendu
mon grand-pre, c'est votre grand-pre qui a vendu
mon pre, c'est votre pre et vous-mme qui m'avez
vendu, ainsi qu' mes parents. C'est l'Etat qui a donn
mes aeux. Vos titres n'taient donc pas valables ?
Oui, mais vous avez empit sur vos voisins... Et
puis, vous savez bien que c'est une seule branch qui
a vendu et sans partage....
Sans partage ? Tous ont sign les actes de vente,
tous, et partag l'argent. Et ces ventes ont eu lieu depuis
vingt, trente, quarante, cinquante, soixante, quatre-
vingts ans et plus. Vous cherchez aujourd'hui aux pieds
ce que vous avez perdu la tte ?
Vous m'clairerez pour le retrouver.Vous jouissez illga-






L'OFFENSIVE CONTRE LA TERRE


element des terres sur lesquelles vous n'avez aucun
droit... Vous vous tranerez mes pieds. Je refu-
serai de vous vendre un pouce de terre et vous irez cre-
ver Cuba.
Peut-tre, si Dieu veut. L'Etat prendra ces terres
mais pas vous. C'est sur nos cadavres qu'on passera. Il
y aura des pleurs....
-- Nan point a Fer coup fer et dy morne gan-
gnin morne... (1)
Btise Pi piti pi raide L... (2)
Nan point jou! (3) Il faut que je vous aie mes
pieds, suppliant, pleurnichant et je serai inexorable ...
Vous vous trainerez mes genoux, demandant
grce : je resterai inflexible...
Qui vivra verra...
a va ......
Dfi formidable Dialogue tragique o les mots se
heurtaient, s'entrechoquaient comme les pluies du nord
sur les tles!... Lesyeux tincelants de haine, les poings
menaants, les deux ennemis, tout prs, en face l'un de
l'autre, s'entredvoraient en pense : Myrtil, avec des


(1) Blague que cela Une arme est toujours vaincue par une
autre superieure et il faut craindre l'inconnu.
(2) Le plus petit est le plus craindre, il ne faut pas juger de
la force des gens sur l'apparence.
(3) Locution pleine d'ironie : il n'y a pas de jour que cela
puisse se voir,






LA VENGEANCE DE LA TERRE

gestes pileptiques, Turin, plus matre de soi, bouillon-
nant de colre continue.
Les voisinsassistaient, bats de saisissement et d'ad-
miration. Enfin, Me Myrtil, la terreur du paysan, avait
trouv qui parler . Ah s'ils avaient os lui op-
poser la mme nergique rsistarce Mais non, le pot
de terre ne peut lutter contre le pot de fer. Turin, lui
aussi, sera bris. Existe-t-il une loi de protection pour le
paysan? La loi lui confre-t-elle quelques droits?... Au
fond de leur coeur, ils souhaitaient la dfaite de ce voi-
sin qui viendrait grossir l'arme des sans-terre, des
sans-aveu, des sans-maison...
Le coup tait manqu. Plastronnant encore, mais le
prestige enLtam, honteux et confus l'instar des ma-
cous (1) sauvages qui seraient chasss par des rats ti-
miides, les deux aigrefins et leur suite, taient parties,
sous les rires, les quolibets et les insultes de leurs ad-
versaires victorieux. Happs par l'espace, ils se retour-
naient de temps autre pour grimacer un geste de
menace...
Leur rage, ils l'assouvissaient sur leurs harridelles
don't les flancs taient labours de coups de fouet et
d'perons. Peut tre, s'estimaient-ils heureux dE ce d-
nouement qui et pu tre sanglant.....
Les spectateurs ne savaient, dans le doute, pour
qui prendre parti. Prudents, philosopher, ils grapil-


1 Macou : le chat mle particulirement le chat marron.





L'OFFENSIVE CONTRE LA TERRE

laient les "bougons" de patate et de taiauts, les pattes
de bananes bonnes manger.
Deux pauvres hres changeaient leurs rflexions
voix basse.
Cousin, 'ap fini mal-oui... sang ap vers.,. lan
mort ap mett pied. (1)
Complot pi fort pass ouanga.... (2)
Fr-Turia, c neg raid et li gangnin gros-neg la
ville.... (3)
La paix, cette paix consolante qui succde toute
revolution, celle des hommes et celles de la nature,
la paix tait revenue "DESPARGNES". La famille
reprenait ses activits, momentanment interrompues.
Le chef se prpara aux grands vnements futurs. en
repassant ses papiers...
La Terre avait victorieusement repouss cette bru-
tale offensive. Mais saura-t-elle se dfendre jusqu' la
victoire finale ? La ruse ne viendra-t-elle pas bout du
droit et du courage ?


i Cousin, cela aura une issue tragique. Le sang coulera. La
Mort fera son oeuvrF.
2 Proverbe intraduisible. Littralement : Le complot vient
bout du ouangn. Il n'est pas de puissance qui puisse rsister
une coalition surtout lorsqu'elle a des ennemis cachs.
3 Fr-Turin est un personnage puissant et de plus soutenu par
des protecteurs clairs, habitant en ville.












Chapitre Il


Le grand Ami de la Terre.



Pierre Deslys, le seigneur de "La Tourterelle" ren-
voyait Charitable, le "missionnaire" d'Ulysse Turin qui
s'tait empress d'annoncer son ami, son protecteur,
son compre, le grand "vnement" survenu "Des-
pargnes."
Le pauvre diable dpensait tout ce que le ciel lui
avait rparti d'intelligence pour saisir les dernires re-
commandations de "L'Amateur". Celui-ci, patiemment,
bienveillamment, d'un ton bonhomme qui, malgr lui,
prenait le ton du commandement, lui rptait ces ex-
plications pour la dixime fois:
C'est compris. Charitable ?
Oui-non, Amat (1)


1-"Oui-non" signifie tout simplement : Oui. Le paysan dira"
Non-Oui pour non.





LE GRAND AMI DE LA TERRE

Bien Voici la lettre pour votre grand'moune (1)
Fr-Ulysse... Serrez-la prcieusement dans la valise.
Pas besoin p, Amat (2).
-Trs-bien Vous direz en cutre-retenez bien la
commission-vous direz en outre Fr-Ulysse de vive
voix de ne pas se tracasser. Seulement, il mettra op-
position toute tentative d'opration d'arpentage
"Despargnes" et il m'enverra le moindre acte qui lui
aura t signifi, et le jour mme, autant que possi-
ble. Ces voleurs de terre sont capable de tout; mais
leur audace ne seraqu'impuissante, cette fois ci. N'ou-
bliez pas, Charitable.
Oui-non, Amat.
J'ai confiance en vous...Voici, maintenant, le pain
du voyage (3)... Bon voyage!... Bonjour toute la mai-
son !...
L'envoy d'Ulysse Turin, d'un geste rapide et avec
un sourire niais, empocha le billet de deux gourdes,
remercia chaleureusement, se dandina sur sa bte que
d'un vigoureux coup de talon, il mit au trot et gagna
le large.
Deslys, quelques instants, le suivit des yeux, plaignant
ou enviant peut-tre ce pauvre d'esprit don't l'idal ne

1- Grand'moune : le maitre, oppos au serviteur, le p'tit-
moune
2- N'ayez pas peur, Amateur.
3- Le pain du voyage:Rcompense en argent donne un in-
ftieur, partant en voyage.





LA VENGEANCE DE LA TERRE

lui semblait pas de beaucoup suprieur celui de sa
monture. Puis, d'un ras dcid, il rentra la "Biblio-
thque o son ami, Andr Flosel, s'absorbait dans la
lecture d'un gros livre. Il avait russi se contenir,
tout le temps qu'il donnait les instructions au messa-
ger de "Despargnes". Devant Flosel, il laissa clater
sa colre.
-Ah! les voleurs La measure est comble !.. Cette
fois, c'est moi directement qu'ils auront affrire ..
Un sourire ironique de l'avocat arrta l'explosion:
Toujours le mme, quand il s'agit du paysan!...
Mais quel mauvais gnral tu te rvles Tu te bats
contre un ennemi imaginaire. Attends la bataille, au
moins, pour combiner ton plan d'attaque ou de d-
fense. Tu t'puises l'avance ...
Nous ne pourrons jamais nous entendre... Tu n'es
qu'un dilettante...
Flosel vita le reste du discours.
A son habitude, l'avocat tait venu passer ses va-
cances "La Tourterelle" la grande habitation de Pierre
Deslys, son "plus que frre", quand il tomba en
plein drame. Non pas qu'il ft indifferent au sort
des Turin : au contraire. Mais sa reaction, lui, tait
celle d'un homme de loi qui ne se bat que contre les
faits ; qui ne retrouve ses moyens que devant le pa-
pier timbr. Et ne serait-ce que pour taquiner "I'Ama-
teur", il affecterait le plus complete dsintressement
de cette affaire qu'il prenait autant coeur que lui.






LE GRAND AMI DE LA TERRE

"Nous ne pourrons jamais nous entendre." Ce mot
de Pierre Deslys peint justement l'trange et plus que
fraternelle amiti des deux jeunes gens. L'un de leurs
camarades les plus intimes, qui, sous un air badin et mo-
queur, cachait un coeur sensible et un don d'observa-
tion et de jugement peu banal, disait souvent de ces
deux amis : "Je ne sais gure au monde de plus cu-
rieuse amiti que celle de Deslys et de Flosel: deux
frres siamois, amis d'enfance, de quarter, de college,
s'aimant plus que des frres de sang, prts tous les
sacrifices l'un pour l'autre, ceux du sang et de la bourse,
His par un pacte diabolique et capables-s'ils n'taient
des clibataires endurcis de se passer sans motion,
sans jalousie, jusqu' leurs femmes, pour peu que ces
dames consentissent ces fantaisies... Mais, pourtant,
jamais d'accord sur une question quelconque: litt.
raire, morale, artistique ou politique. Desaccord plus
apparent que rel, de forme plutt que de fond-com-
me tous les dsaccords entire hatiens."
Leur commune passion de la Terre, leur amour de la
justice chappaient, seuls, ces discussions perptuelles.
Cette difference intellectuelle tait galement physi-
que:
Andr Flosel : grand, svelte, lgant, fin profile d'ar-
tiste, bien dou pour tous les arts : peintre-amateur,
musician, pote ses heures, causeur blouissant, con-
teur nuanc, homme du monde accompli, professeur in-
tressant, avocat distingu, jouissant de la vie en di-
lettante, mais impuissant donner son plein rende-
ment, par manque de volont et de relle ambition.





LA VENGEANCE DE LA TERRE

Pierre Deslys : plutt petit, mais bien fait, d'une lai-
deur expressive releve par des yeux magnifiques, d'un
" macoualisme (1) original, dtestant le monde, rural
invtr, homme de ralisation, menant une vie de
grand Seigneur sur son habitation " La Tourterelle ",
o ses nombreux amis taient accueillis avec une prin-
cire et cordiale magnificence.
Ce descendant de grand fonctionnaire tait n
" grand planteur ", comme d'autres manifestent, ds
l'enfance, la vocation littraire, artistique ou sacerdo-
tale. Dou d'une culture varie, d'un got sr, raffin
mme, il ramenait tout la Terre : ses plaisirs, ses tu-
des, ses relations. Sans diplme, il possdait des con-
naissances profondes en agronomie, et, plus qu'une
science purement livresque, il avait le culte de la Terre,
l'amour du paysan qu'il connaissait fond.
En retour, il avait conquis l'entire confiance de ses
amis, force de patience, de services et grce son au-
torit ferme, just, intelligence. Ses relations s'ten-
daient aux mornes les plus reculs, l o il y avait un
pouce de terre dfendre et protger. Ses filleuls for-
meraient bien une petite arme qui se recruterait par-
tout, dans toutes les sections de toutes les communes.
Lgion, par contre, taient ses ennemis ouverts ou ca-
chs, tous ceux-l don't l'unique profession tait de d-
trousser le paysan, tous les ennemis de la Terre.
Dans cette oeuvre d'apostolat, il tait puissamment

1- Laissez-aller dans l'habillement.






LE GRAND AMI DE LA TERRE

aid par Me Andr Flosel qu'il n'eut pas de peine
convertir la cause de la Masse toujours perscute.
Il n'tait pas un homme politique et prouvait mme
une rpugnance invincible de la politique au sens
hatien du mot depuis le jour o impliqu dans une
conspiration don't il n'avait eu connaissance que par son
arrestation, il eut le bonheur inespr, au lieu du pelo-
ton d'xcution, de se morfondre deux annes la Ca-
pitale en porte-manteau (1). Cette brutale prise
de contact avec le monde ignoble des politicians effeuilla
les illusions du jeune homme, ptale par ptale. Il s'oo-
cupait pourtant de politique, dans la noble acception de
ce terme. Il suivait avec intrt le movement i:olitique
mondial. Son esprit raliste laborait tout un pinn de
vie pour sa communaut plan de bonheur bas sur la
position gographique de notre le, sa nature physique,
l'origine historique du people h'ltien, ses aptitudes et
ses tendances psychologiques, la politique de notre voi-
sine la plus proche et de la grande Rpublique qui fait
loi dans le Nouveau Monde.
L'organisation qu'il rvait pour ses concitoyens tait
des plus simples: la tte du pays, une lite agricole
qui s'imposerait par son prestige et ses vertus. Ensuite,
la classes des agriculteurs, pourvue de tout le bien tre
moral et matriel desirable, de tout le confort moderne,
laborieuse, digne, gravissant sans heurt les degrds de
l'chelle social. Entre les deux classes, aucune cloi-

1- Bureau militaire transform en prison par faveur spcials,
pour des cas peu graves.






LA VENGEANCE DE LA TERRE


son tanche, mais une compntration devenue natu.
relle, force de justice et d'amour.
C'est ainsi que Pierre Deslys tait devenu le "commet-
tant" (1), le protecteur de la famille Turin -et de com-
bien d'autres- et le parrain d'un petit-fils d'Ulysse
Turin. C'est lui que, naturellement, celui-ci avait
pens pour sa defense, la simple menace de la ban-
de des voleurs de terre .... ..
Il s. rsigns exhaler, seul, ses ressentiments, devan
l'indiffrence de Flosel, de plus en plus plong dans sa
lecture.
Non, ce n'est pas possible .. Ce n'est pas poss!-
ble dc pmassr si loin l'audace, cria-t-il, pour interrom-
pre le liseur . Dcidment, il ne reste plus ces co
quins qu' arner uie flotte de "pris-pris" (2) pour aller
piller New York ... Ils ont donn le pays en cadeau
l'Amricain et l'Amricain, dgot, les remercie de
leur gnrosit . Ils offrent leurs compatriotes sans
succs sur tous les marchs du monde : pas de preneurs
pour cette merchandise indsirable. De dpit, ils lchent
alors la bride leurs instincts de cannibales .. Ah!
non, un saint perdrait patience.
Cette manoeuvre russit pleinement: Flosel ne put
s'empchre de former son livre et d'clater de rire
cette sortie de son ami.

1- Qui a confiance, qui conseille et guide.
2- Radeau primitif fait de bambou, de "bois-trompette" sur
lequel les pcheurs s'aventarent tr. loin en mer.





LE GRAND AMI DE LA TERRE

Il n'y a pas de quoi rire, je trouve ...
Crois bien, mon vieux, que ce n'est pas de plaisir..
Mais encore une fois, attends que les "voleurs de ter-
re" reviennent la charge pour leur faire sentir la
force de ton bras ....
C'est toujours la mme chose. Depuis des annes,
le paysan ne respire plus. Come avocat, tu en sais
plus long que moi: tous les procs ne sont que (les affai-
res de terre, des vendeurs qui viennent rclamer les
biens vendus, sous prtexte que les titres ne sont pas
rguliers; les petits-fils qui veulent reprendre des rprres
vendues par leurs grands pres tout comme les Myrtil
et les Turin. Quand donc ces pauvres gens connaitront-
ils une minute de repos ?
Quand ils seront en measure de se dfendre effecti-
vement ...
Crois bien que Turin saura se dfendre .. J'ai
toujours prch la resistance mes amis et sois sr
que Turin, naturellemnt violent, passionn de sa terre
et avec raison, emploiera bec et ongles et ne reculera
devant aucun sacrifice.
Sans computer que nous serons ses cts,.
.- Et voil! mon ami: les pres ont mang les raisins
verts et ce sont les fils qui en ont les dents agaces.
La Bourgeoisie hatienne a fait faillite et faillite frau
duleuse. Dans sa dbcle, elle a entran la nation en-
tire. Elle a abandonn la terre la terre don't elle
tait l'unique propritaire. Elle s'est faite politicienne,
c'est--dire servante, esclave de l'homme d'un jour . .






LA VENGEANCE DE LA TERRE


Et aujourd'hui, elle entend dpossder l'occupant, celui
qui a travaill des decades sur ce petit lopin de terre
qui l'a vu natre, o il a sa maison, ses champs, ses mo-
yens d'existence. Et nous ne prendrions pas la defense
de l'opprim, du perscut ? Un de ces quatre matins,
ce ne serait pas tonnant qu'un Calvin Myrtil vienne
me chasser de mon habitation, avec la complicit de
l'Etat, contestant ma possession ou mes titres de pro.
prit . Tout est l, mon ami : La fidlit la Terre,
d'un ct, et de l'autre l'abandon de la Terre : Voil le
noeud du problme hatien. N'est ce pas ton avis ?
C'est le mme problme de tous les pays jeunes,
de tous les pays agricoles . Ainsi, je lisais une tude
trs intressante sur la situation social et conomique
du paysan russe. A quelque chose prs, c'est la situa-
tion du paysan hatien.
Je l'ai dj lue . Tu oublies une chose,
mais essentielle : le paysan blanc, la rigueur peut
migrer et refaire sa vie ailleurs, tandis que nous .....
. Le djeuner est prt.
Le garon de Deslys, Massna, vint heureusement
mettre fin cette audience qui, sans tela, durerait des
heures, comme l'ordinaire ......
A table 1 Un djeuner fin donne esprit et lo-
quence ......
Et plus de clart dans les ides, achve Deslys re-
devenu plus serein .. ..











Chapitre III


La Fidlit la Terre.


Seul, Pierre Deslys poursuivait sa laborieuse mdita-
tion. "'Despargnes" en faisait le fond. Depuis la tenta-
tive audacieuse de Calvin Myrthil, le matre de "La
Tourterelle", qu'il ft seul ou en compagnie d'Andr
Flosel, n'arrivait pas s'vader de son ide fixe: "Des-
pagnes" et les Turir. "Prends garde, lui disait parfois
son ami, mi-srieux, mi-plaisantant, prends garde: c'est
une hallucination et dangereuse.
A cette minute, il voquait ses souvenirs de "Des-
pargnes", s'oubliant parfois parler haute voix. "Des-
pargnes"! Vraiement un superbe domaine, digne de
l'insatiable convoitise de Calvin Myrthil et de sa bande
de coquins Oeuvre patient du temps Edifice har-
monieux des gnrations! Chaque laise de terre avait
son histoire: rcompense national, concession condi-
tionnelle, sacrifice familial, prix du sang ou de la
sueur de ces infatigables fils de la Terre, elle proclamait
l'union indissoluble de la famille Turin avec la Terre, cette
terre o cette vielle souche paysanne semblait plante
de temps immmorial; elle chantait l'anciennet de la





L-A VENGEANCE DE LA TERRE

race don't la possession "Despargnes" remontait au
temps des "Blancs"-les premiers colons franais.
Et Pierre Deslys revivait le banal accident de voyage
qui devait le lier jamais aux Turin. C'tait l'epoque
lointaine de son installation. 11 revenait de Bayeux
contractor quelques achats pour "La Tourterelle". La
nuit tombait. Son cheval trs vif, un contour et la
brusque apparition d'une pauvresse trangement accou-
tre, s'lana ct dans un foss, sans donner au ca-
valier le temps de la matriser. La bte se releva boi-
tant d'un pied, incapable de continue le voyage.
Au plus fort de son embarras, survint un autre ca.
vaiier sur une magnifique monture : un homme dans la
force de l'ge, visiblement l'aise, le type du "Grand
Don". La connaissance se fit et la conversation s'enga-
gea le plus naturellement du monde.
-Attendez, Monsieur : j'aurai le plaisir de vous
rendre service. J'ai un parent tout prs . .
Quelques instants plus tard, "Baca", le cheval de
Deslys fut confi un homme sr, et les deux nouveaux
amis continurent leur route de conserve. Il consentit
passer la nuit, chez son sauveur. Tout lui fut un sujet
d'merveillement : l'aisance, la distinction, l'autorit
de son hte . .
Dans la suite, les continues changes de petits ca-
deaux, de services rendus propos, contriburent
fortifier l'amiti. A diverse reprises, Desiys reut
Ulysse Turin "La Tourterelle", sjourna rgulire-
ment "Despargnes" au moins, une fois par an, en de-






LA FIDLIT A LA TERRE


hors des circonstances de famille qui l'y appelaient,
nomma plusieurs petits Turin, se considrant et con-
sidr comme le conseiller, le protecteur, et un mem.
bre plus lev de la famille.
"Despargnes"! C'taient, pour lui, les plus beaux ma-
riages o les femmes talaient de vnrables iobes de
de soie dmodes, aux garnitures d'or qu'on se trans-
mettait pieusement de gnration en gnration, ma-
riages don't il tait presque l'invariable parrain et o
il prononait son invariable discours, toujours religieu-
sement cout : "Le Roi et t content de vowu, car
vous ralisez le parfait modle de la famille qu'il r-
vait de fonder . Pour trouver le bonheur, vous n'a-
vez qu' suivre la noble tradition de votre pre, mon
grand et cher ami, Ulysse Turin, le digne chef de votre
famille."
"Despargnes" Encore les joyeux barbacos, les solen-
nels services des Morts o rien n'tait pargn, o,
sur la table bien garnie, paraissaient les superbes ar-
genteries et la fine porcelaine. "Nous devons tout
nos Morts, lui expliquait Ulysse Turin, comme pour
s'excuser de ses dpenses excessive : il est bon de le
rappeler de temps en temps nos enfants trop enclins
l'oubli.
Et quel noble orgueil de sa famille Et quelle cla-
tante illustration du mot heureux de l'un de nos plus
grands crivains: Nous sommes un people de hros
"une tradition de famille tenace dans un pays o la
tradition s'effrite si vite, quand elle n'est pas mort-ne!-
s'enorgueillissait d'un anctre libre et propritaire,





LA VENGEANCE DE LA TERRE

au temps de la "colonie". Dans la suite, le Roi 1er
d'Hati fit une donation de terre un aeul, hros de
l'Indpendance, et capitaine de sa garde. Bien plus tard,
des concessions conditionnelles de Salomon et d'Hyppo-
lite arrondirent le patrimoine que devaient agrandir des
ventes successives des voisins: Les Myrthil.
"Despargnes"! C'tait la vie rurale, dans son innocent
beaut; les incomparables levers de soleil; l'astre du
jour festonnant avec amour les lgantes touffes de
bambous; les chants des oiseaux, les vibrants cocoricos
des coqs, les gambades des enfants qui, parfois, lui
inoculaient des rves de famille, l'activit de la petite
tribu; les mlancoliques crpuscules, la paix du soir.

"Despargnes"! C'tait l'organisation d'une fmille in-
dfectiblement fidle la terre. Les nouvelles souches
prenaient racine ailleurs; mais le fils an de chaque
branch, en vertu d'une loi tacite mais immuable, occu-
pait la place du pre et acceptait, sans maugrer, l'au-
torit de l'An de la famille, consacr chef de la
tribu' Sans partage effectif, chaque branch cultivait
sa portion, religieusement respecte de ses cohritiers.
La cour commune s'agrmentait d'un petit hameau as-
sez coquet,
Les Turin et Despargues! Leur histoire tait toute sim-
ple: la Terre crait ces paysans et ceux-ci, leur tour,
vivaient uniquement de leur terre et pour leur terre.
On ne saurait concevoir leur divorce. La Terre ? Ils
en avaient la passion, comme d'une desse lointaine,
inaccessible; l'adoration, comme d'une tendre mre, at-





LA FIDLIT A LA TERRE


tentive tous leurs besoins, leurs moindres fantaisies;
la venration, comme d'une image miraculeuse. Les
Turin taient des paysans intgraux.
"Paysans, expliquait-il souvent Andr Flosel, pay-
sans, enfants du pays, comme le pays est constitu par
la terre. Paysans, enfants de la terre, forms du limon
de la terre, qui inventeraient la terre- si elle n'exis-
tait pas. Paysans, mes de la Terre Il ne saurait vi-
vre heureux, ailleurs, le paysan; il mourrait de nostal-
gie et une terre, mine plus belle, mme plus fertile,
ne remplacerait pas la sienne . Paysans drive du
pays. Une terre sans paysan est tout ce qu'on voudra,
mais ce n'est pas un pays. Le professionnel, l'ouvrier,
d'un coeur lger, peuvent migrer non. le paysan,
viss la terre".
Et l'avocat lui rpondait en riant.
Pote, va! . Ton essai d'tymologie n'est certes
pas des plus orthodoxes et la vie ne te donne pas tou-
jours raison . . Mais enfin! Quel philologue n'y
souscrirait avec plaisir ? Et quelle autre definition plus
scientifique rpondrait mieux aux exigenccs du coeur
et de la raison"
Et il disait encore souvent:
"C'est un trs-grand honneur de possder un champ"
Cet alexandrin sans musique, il l'aimait, le trouvait beau,
l'un des plus beaux de la langue francaise, malgr le3
protestations et les railleries de Flosel, ce martyr de
l'image. Cette autre variante compltait sa pensde.
"C'est un trs grand bonheur de possder un champ."





LA VENGEANCE DR LA TERRE


L'imagination En fivre de Deslys levait Ulysse
la hauteur d'un type. Son amiti revtait l'histoire de
"Despargnes" d'un caractre de symbol.
A travers Ulysse Turin, il revoyait toute la srie ant-
rieure des Turin don't il tait, aujourd'hui, l'aboutissant.
Et ces Turin reprsentaient, ses yeux, le pauvre Afri-
cain, frocement arrach sa brousse, courb sur la
terre, dix-huit heures par jour, crant de la richesse
pour le matre avide et jamais satisfait. Ah I ce dsir
d'un lopin de terre soi, qu'on cultiverait pour soi et
les siens Car, en bonne justice, la terre devrait tre
celui qui la travaille, qui la fconde et l'oblige pro-
duire. Evincer le matre qui ne met jamais la main la
pte et se content de jouir du labeur d'un autre, pren-
dre sa place ; voil toute l'ambition du malheureux es-
clave. Pour la raliser, il n'est sacrifice devant lequel il
ait recul : l'incendie, le meutre, le sacrifice de sa vie
et des siens. Les risques de la guerre devinrent son
sport favori. Il dompta ses insticts libertaires, s'enrla
dans les bandes, se discipline dans les lgions, s'inclina
spontanment devant la grandeur et la servitude du
soldat, se mesura et, souvent avec succs, au vainqueur
de l'Italie, de l'Egypte, de l'Allemagne, de l'Autriche
et dc la Prusse : le Lgionnaire de la Rpublique Fran-
aise et de Bonaparte !
Car, c'est pour l'Affranchi que la Guerre de l'Ind-
pendance fut la Guerre de la Libert, la revendication
des droits civils et politiques, de l'galit des Races.
C'est pour les grands Chefs qu'elle fut une occasion de
conqute la conqute du pouvoir et des richesses du





LA FIDLIT A LA TERRE


Matre blanc. Pour l'esclave, elle fut tout simplement
la guerre de la conqute de la Terre et d'un peu de re-
pos. Ces abstractions sonores libert, droits civils et
politiques, galit des Races trop leves pour son
niveau intellectual, ne durent pas mouvoir outre me-
sure le malheureux.
Hlas son hrosme ne conquit qu'une substitution
de matre et un changement de misre. L'Affranchi
n'avait qu' s'installer commodment la place du
Matre blanc don't il devait, au triomphe, revendiquer
la succession, comme hritier lgal. Pourtant, le pauvre
esclave, relgu sur les mornes inaccessibles ou rejet
dans les terres sablonneuses de nul rendement, ne se
laissa point entamer par le dcouragement. Fidle
la terre, pendant la plus grande tourmente, il piocha,
plant avec ardeur et une constance stoque. Lente-
ment, il descendit des mornes vers la plaine et occupa
des parties moins arides. N'est-ce pas ainsi que les Tu-
rin supplantrent les Myrthil et acquirent leurs vastes
domaines, pendant que ces politicians professionnels
taient occups ailleurs ?
Le Matre ngre, pour asseoir dfinitivement son pou-
voir sur son congnre esclave, lui livra une guerre
sourde et sans merci : celle de l'arracher sa terre,
d'puiser sa jeunesse, son ge mr, jusque sa vieillesse
par le service militaire. Exil dans de lointaines et mi-
srables garnisons, promen de ville en ville, le pay-
san-soldat n'en conserve pas moins sa passion de la
terre. Un lopin de terre le consolait de ses souffrances,
les rares loisirs que lui laissait son servage, il les con-





LA VENGEANCE DE LA TERRE


sacrait planter, jeter une htive chaumire et fon-
der un autre foyer sans jamais, pourtant, oublier sa
terre, celle qui l'a vu natre, celle que lui ont lgue
ses anctres, celle qu'il a acquise au prix d'un labeur
hroque. Cette terre, jamais abandonne, tait travail-
l par la femme, la mre qui, courageusement, accom-
plissaient les plus durs travaux rservs l'homme.
Oh la lutte hroque du paysan Sacrifice sans lende-
main Fidlit invincible que rien ne saurait lasser ni
l'inijustice des hommes, ni l'ingratitude de la nature !
La Terre et le Paysan. L'un semble tre cr pour l'au-
fre : l'un ne peut vraiment se passer de l'autre et au-
cune puissance ne saurait les sparer . . .
Des souvenirs rcents venaient fortifier cette convic-
tion en lui. L'chec des grandes companies trangres,
des plantations ambitieuses du citadin maladroit en fa-
ce du succs du petit cultivateur qui connat mieux et
observe scrupuleusement la tradition rgionale de cul-
ture, la dfaite de la science par la routine : la fameu-
se plantation de tabac qui gagna tout le pays, et parti-
culirement le Nord, comme une vritable pidmie et
qui consacra la ruine de la Bourgeoisie Hatienne, est
la dernire de ces ventures.
Serait-ce que la Terre s'obstine repousser les avan-
ces gauches de ses contempteurs qui ont failli leur
mission et qui croient pouvoir la traiter en prostitute ?
Entend-elle encourager ses adorateurs pauvres, mais
fidles qui, patiemment, tenacement, malgr tous les
dboires, ne se sont jamais fatigus de l'entourer de soins
et d'amour ? Entend-elle signifier au monde qu'elle est






LA FIDLIT A LA TERRE


destine appartenir uniquement ces mes frustes
qui ont plac en elle toute leur confiance ? Fidlit
la Terre, Abandon de la Terre : histoire du people
hatien, jusqu' l'arrive de l'Oncle d'Amrique don't
l'offre g6nreuse de Bonheur et de l'Honneur devait je-
ter, dans sa vie une perturbation social, politique, co-
nomique et financire plus forte, elle seule, que nos
troubles civils et nos rivalits sanglantes de plus de
cent ans et don't on est loin de prvoir la fin.
Perdu dans ses rflxions, l'Amateur n'entendit mme
pas Andr Flosel qui venait le relancer pour leur pro-
menade du soir . . .










Chapitre IV


L'abandon de la Terre.


Nonchalamment tendu sur une chaise-longue, au mi.
lieu des volutes parfumes d'un cigare de choix, An-
dr Flosel, coutait avec plaisir et un visible intrt la
savante dissertation de Deslys sur la politique agraire
et agricole du people haitien. Il le laissa parler d'abon-
dance, sans l'interrompre, excitant plutt sa verve,
quand le grand ami de la Terre, ennemi des longs dis-
cours, menaait de s'arrter, par crainte d'ennuyer
son bnvole auditeur.
C'est lui, du reste, qui, bon escient, avait aiguill
l'entretien dans ce sens.
-Je comprends, Pierre, l'attachement du paysan
la terre: c'est forc, puisque, en dehors de ce travail,
il ne peut rien faire d'autre. Mais je n'arrive pas du
tout m'expliquer que tu incrimines ace point laBour-
geoisie de s'intresser la politique. A t'endre, tout
le monde devait avoir une houe et une machette la
main. Si, un jour, tu arrivals la prsidence de la R-
publique, de l'enfant la mamelle au vieillard au seuil





L'ABANDON DE LA TERRE

de la tombe, tout le monde serait occup bcher la
terre. Mais qui donc conduirait les affaires de l'Etat ?
Calme, Deslys prit place en face de lui.
Avoue que tu es d'une insigne mauvaise foi. En avo-
cat que tu es, tu trouves moyen de me faire dire ce que
je n'ai jamais dit et de fausser le sens de ma pense,
pourtant si claire. Ou bien tu as l'esprit assez obtus
pour ne pas comprendre ce qu'un Charitable (1) ou un
Massna ou un gosse de trois ans saisirait du premier
coup . Donne-toi la peine d'couter le plus attenti-
vement que tu pourras. .
Avec toute mon intelligence...
Je ne demand pas toute l'lite de prendre une
machette en quoi mme elle ferait bien du reste- je
lui reproche de ne s'occuper que de politique, d'aban-
donner la terre, de n'avoir plus ni dignit, ni prestige
et d'tre ainsi cause de l'Occupation Amricaine. Cet
abandon de la Terre? Quel douloureux pisode de notre
Histoire mouvemente et sanglante Bien mieux : c'est
la clef de vote de cet difice inharmonique, inachev,
sans foundation, sans toiture qui constitute le people ha-
tien. Ce geste inintelligent projette la plus vive lumire
sur les sombre bas-fonds de notre Tragdie et cette
reaction stupid contre la Nature devait fatalement
entraner notre faillite .... .
Il s'arrta, pour juger de l'effet de son prambule. Le

(1) Nom de domestique, comme Massna.





LA VENGEANCE DE LA TERRE


silence attentif de son interlocuteur l'invita conti-
nuer :
"Tous les peuples qui habiteront cette le seront
agriculteurs" telle est la constitution immuable, en un
article unique, de Dame Nature. Agriculteurs, les In.
diens. Agriculteurs forcs, les Espagnols. Agriculteurs,
les Franais, les matres, les modles incomparables.. ..
Plus tard, les crateurs de notre nationalit, ceux-
l qui lui ont insuffl une me, se soumirent humble-
ment cet "impratif catgorique". Ces hommes d'ac-
tion ont rv et ralis la bienfaisante alliance du sa.
bre et de la charrue, du fusil et de la pioche; le sabre a
fond la Patrie; la pioche, la louchette, la houe du
paysan taient destines sauver l'avenir, maintenir
l'Indpendance. Sachant tout le pouvoir d'un example
vivant, ils tracrent eux-mmes les premiers sillons.
Ainsi se forma cette classes de grandss planteurs" don't
Toussaint Louverture, Dessalines, Christophe furent
les plus illustres reprsentants, avec la mission, dans
leur esprit, de devenir l'lite dirigeante de la jeune
nation. Mais, ds l'origine, une tache dans ce magni-
fique tableau : l'injuste rpartition de la terre, la ten-
dance des Chefs garder les soldats, les frres d'ar-
mes, les compagnons de misre et de gloire en un odieux
servage. Seul, Dessalines-leplus people sinon le seul,
des grands Chefs, le plus prs du soldat par la nais-
sance, le tour d'esprit, l'atavisme. .. tout ce que tu
voudras-seul, Dessalines s'intressait sincrement au
sort de ses'frres d'esclavage etde marronnage "Quand
"aujourd'hui, vous rclamez les terres que nous avons





L'ABANDON DE LA TERRE

"conquises au prix de notre sang, pour vous seuls et
"et comme hritiers des colons, et mes pauvres soldats,
"les instruments de votre victoire et de vos liberts,
"que deviendront-ils? Faudra-il les retourner en Afri-
"que ?"
.-Parole de gnrosit et de justice qu'il devait pa-
yer de sa vie !
Aprs lui, par politique, le Prsident de l'Ouest
opra un partage "Dartiel et partial" des terres. Oeu-
vre imparfaite, qui n'en tait pas moins une bonne
oeuvre et qui aurait pu tre fconde en rsultats, sans
cet habile camouflage qui accordait aux lions du jour,
aux grands seigneurs de la Rpublique, des centaines
et des milliers de carreaux de terre . et aux pauvres
diables, une maigre portion dans les mornes, les mar-
cages, dans les parties incultes ddaignes des autres.
Avec la licence de se saoler, de danser, de s'abrutir
sans travailler dans les bras de quelques femelles, le
paysan citoyen de la Rpublique tait l'homme le plus
heureux de la terre. Et son Bienfaiteur, don't le nom
tait claironn aux quatre coins du pays comme un g-
nie tutlaire de la nation, pouvait computer sur cette
grande popularity, le mobile de ses moindres actes, de
ses gestes les plus insignifiants. Inutile de dire que ces
terres n'taient jamais travailles ni par les Chefs ni
par les soldats . .
Le Roi du Nord, avec son gnie raliste, sa main
de fer qui faisait trembler les contemporains et pou-
vante encore l'Histoire, Christophe devait adopter une
mthode diffrente, plus conforme l'esprit d'un jeune





LA VENGEANCE DR LA TERRE


people frachement sorti de l'esclavage, peuple-enfant
qui il fallait tout apprendre et qui ne pensait qu'
s'amuser: un socialisme d'Etat qui imposait de lourdes
charges aux grands dignitaires du Royaume, s'il leur
confrait par ailleurs des droits tendus. Cette noblesse
terrienne devait effectivement cultiver la terre et le
Matre contrlait consciencieusement, scrupuleusement
ses activits puisque lui-mme tait la tte des pro-
ducteurs et des expditeurs de son Royaume.
C'tait loin d'tre parfait comme toute oeuvre
humaine- mais c'tait inculquer au paysan le got du
travail et au chef, le sentiment des responsabilits, la
conscience du devoir : le grand propritaire avait pour
devoir de soigner son fermier malade, de le protger
de toute aggression du dehors, d'aider son ascension ...
Cette fodalit prsentait pourtant de grands inconv-
nients : trop de terre aux grands et pas assez aux pe-
tits : d'un ct et de l'autre, c'tait la mme injuste
rpartition . ..
Deslys garda le silence, comme impuissant pour-
suivre. Mais Flosel, de plus en plus intress :
Continue donc. C'est passionnant, tu sais . dire
qu'on pense si peu ces questions vitales ... .
Et le narrateur, d'une voix mouille :
Et l'injuste hostility du Destin emporta et Chris-
tophe et son oeuvre. Tu sais le reste, cet abandon pro-
gressif de la terre. Mais telle fut l'emprise du Roi sur
ses sujets que le Temps lui-mme, cet iconoclaste impi-
toyable, eut toutes les peines du monde grignoter et






L'ABANDON DE LA TERRE


dvorer entirement cette passion de la Terre. ..
-Naturellement, la force de l'habitude enchana les
fils des grands dignitaires christophiens sur leur vaste
domaine. Ils y menrent la vie fastueuse don't ils avaient
pris le got la cour de Sans-Souci: "Angrand comme
Bottex !" est un proverbe, dvi de son sens original,
mais qui persiste encore : "Grand Seigneur, fastueux
comme Bottex 1", l'un des plus riches des favors de
Christophe. '

La gnration suivante admire l'oeuvre les petits-
fils des Hros de l'Indpendance : les Nord Alexis, les
Florvil Hyppolite et, aprs eux ou simultanment, 'les
Bliard, les Jean-Gilles, les Dupuy, les Macajoux, les
Manigat, les Blanc Eusbe, les Dmosthne Gentil. Tous
les grands propritaires, civils et militaires, continent
la royale tradition. Je ne pense pas qu'aucun autre D-
partement en dehors de l'ancien royaume, eut rien de
semblable.
La moindre commune s'norgueillit de sa constel-
lation de grands planteurs ". Le chef militaire lui-
mme est un grand planteur : pour le plaisir de cul-
tiver en personnel un bien de famille qu'il rve d'a-
grandir et d'amliorer, il a souvent renonc des situa-
tions plus lucratives, ailleurs . . .
Et la suite des grands planteurs, comme pour la
noblesse christophienne, voici les grands cultiva-
teurs qui, allgrement, gravissent les degrs de l'-
chelle social. Ils mettent tout leur orgueil, toute leur




LA VENGEANCE DE LA TERRE

ambition conqurir ce mirifique bton de marchal :
le titre de '" grands planteurs ".
Et cet envotement de la Terre est tel qu'il trans-
forme ces terriens en fougueux aptres de la Croisade
pour le retour la Terre ou sa conqute, mme lors-
qu'ils occupent les plus hautes situations politiques :
Florvil Hyppolite se dlasse des soucis de la prsiden-
ce, en exploitant Mon Repos "; Tancrde Auguste,
les Prophte prchent d'exemple dans la plaine du
Cul-de-Sac . C'est pour le plus humble soldat en
garnison, un vrai besoin de gratter la terre, de repren-
dre contact avec l'alma mater . . .
Et la voix de plus en plus douloureuse :
En face des politicians, occups jouir, piller et
dsorganiser, le systme de Christophe retardait
l'chance fatale . . L'esprit de jouissances, de bas.
ses jouissances, la longue, devait triompher. Ce n'est
point par une pure coincidence que la disparition de
l'esprit christophien arriva en mme temps que les bri-
gandages des Cacos qui devaient servir de prtexte
l'Occupation Amricaine. La Bourgeoisie a abandonn
la Terre A quoi bon tant de soucis, alors qu'il est si
facile de s'enrichir dans une grasse sincure ? Quelle
folie que cet exil la Campagne, au milieu de frustes
paysans avec qui on n'a pas deux ides communes ?
Quelle folie que ce risque de son capital, alors qu'une
faveur prsidentielle accord fortune, gloire, honneurs
pour le reste de la vie ? Le travail de la Terre ? Travail
dgotant, travail dgradant, travail de paysan Ah !
les Pres, comme ils taient rudes et grossiers d'em-





L'ABANDON DE LA TERRE

brasser cette carrire mprisable Et de renoncer
toutes les douceurs de la vie 1 . A la cure, la con-
qute de la gamelle . .
Un vent de folie, de jouissances et de destruction
branla le pays tout entier, dans ses assises les plus
profondes. Les grandes proprits furent dlaisses,
puis saccages, pilles et incendies. Le champ de l'hum-
ble cultivateur se couvrit de halliers. Le paysan fut
lanc contre son frre, pour la satisfaction d'un petit
group d'ambitieux, l'abri dans leurs somptueu-
ses villas. Sa chair engraissa, des annes, des terres
qui ne devaient recevoir aucune semence . .
La Terre, abandonne de tous, gmit ccmme une
veuve maudissant les oppresseurs de son fidle ami,
le petit paysan enlev de force sa tche et sacrifi
l'ambition de l'ternelle meute de jouisseurs.
Et la Bacchanale fut si longue et si sanglante qu'un
jour, l'aigle fondit sur les combatants et tous, oppres-
seurs etopprims, vainqueurs et vaincus, furent tonns
de se tordre et de geindre sous ses griffes cruelles .... .
Deslys, emport par son sujet, avait atteint, sans ef-
fort, la plus mouvante loquence. Flosel buvait avi-
dement ces dernires paroles.
Ah! mon ami, s'cria-t-il au comble de l'motion et
en saisissant les mains de celui qui venait de parler
avec tant d'me, ah! mon ami, tu es un vieux christo-
phien perdu au milieu de ces dgnrs .. Si tous
ces grands planteurs, comme toi, avaient rpudi la
mthode excessivement svre des anciens grands plan-





L'HONNEUR ET LE BONHEUR

teurs, en inaugurant un rgime plus human, en s'in-
tressant la famille du roturier tenu dans un de-
mi servage aussi dur que l'esclavage, en combattant
le bon combat contre les superstitions, en le defendant
contre les abuse de l'autorit, en dpensant de sa bour-
se pour l'tablissement des coles.. en se mon-
trant le conseiller, le protecteur, l'ami du paysan, peut.
tre n'aurions-nous pas connu les bienfaits de l'honneur
et du bonheur . .
Et ce seul mot voqua toute une priode de martyre
don't l'histoire de Despargnes n'taitqu'un insigni-
fiant pisode, entire mille autres aussi cruels.













Chapitre V


L'honneur et le Bonheur (1)



La grande menace qui planait sur Despargnes "
avait russi projeter son ombre de tristesse jusque
sur La Tourterelle ", Plus de rire, plus de joie, plus
de gat. Les audiences (2) roulaient sur des th-
mes noirs et rendaient une rsonance sinistre, lugubre.
Me Andr Flosel, envelopp de cette atmosphere de
deuil, se rsigna achever ses vacances de Janvier,
rong d'ennuis, lisant des bouquins moroses qui lui of-
fraient un aliment propice ses sombres mditations.
Le moindre incident offrait aux deux amis une occa-
sion de plaintes et de souffrance: un paysan qui im-
plorait protection et secours, la scheresse inaccoutu-
me de janvier, la mvente de l'alcool, les mauvaises
nouvelles reues de la ville, l'absence des amis.

1 L'amiral amricain Caperton, chef des forces extpdition-
naires des Etats-Unis, en pregnant contact avec la population, lors
de l'occupation illgale d'Hati, eut dire cette phrase: "Je vous
apporte l'honneur et le bonheur." Drle a'honneur et de bonheur!
2 Causeries entire amis, plutt joyeuses.






LA VENGEANCE DE LA TERRE

Et voi' les bienfaits de l'honneur et du bonheur !
Au temps pass, a-t-on jamais connu ce soleil de feu en
plein hiver ? Cette perscution des paysans serait-elle
possible ? Et cette misre de la jeunesse qui tue l'ami-
ti, par indifference force ?
Ce leit-motiv expliquait tout. Mais la sincrit des
plaintes, le ton douleureux lui enlevait ce qu'il pourrait
avoir de comique. Me Flosel surenchrissait, comme de
just. C'est lui qui demandait de plus amples rensei-
gnements sur la vie miserable du campagnard, sous
le rgime du Bonheur et de l'Honneur, une plus com-
plte initiation l'histoire de Despargnes "et des
Turin. C'est lui qui, de toutes les leons de son ami, ti-
rait des conclusions pessimistes, couronnes des mots
fatidiques : L'Honneur et le Bonheur !
L'Honneur et le Bonheur La formule ironique, in-
vente par le cruel humour de l'Amricain ngrophobe,
destine une si clatante fortune, le signe du nou-
veau rgime; l'idal trs human, trs noble de tout
tre vivant qui sent et qui pense; le mobile de toute
action humaine: pourquoi faut-il que ces simples mots
qui )es poursuivaient, les obsdaient toute heure du
jour et de la nuit qu'ils fussent seuls, mditant spa-
rment ou changeant des ides pourquoi faut-il
que ces deux mots eussent la vertu de ressusciter en
eux des images et des souvenirs si sanglants et si tra-
giques? Ils ne pouvaient s'en dfendre: ces images et
ces souvenirs toute l'Histoire contemporaine de leur
malheureux petit pays surgissaient de leur subcons-
cient, come des bas-fonds d'une mer houleuse.






L'HONNEUR ET LE BONHEUR


Trente ans d'Histoire se dgageaient du linceul de
l'oubli non pas le froid rcit, sans me, des livres,
maisune vision directed du Pass, fidlement enregistre
par leur memoire et leur intelligence d'enfant :
Les convulsions de 1902 qu'ila ne pouvaient pas com-
prendre et don't quelques scnes typiques s'imposaient
leur imagination. Puis les tentatives rptes des
exils et de leur chef.
L'Artibonite, thtre de ces tragiques vnements,
leur en renvoyait les chos affaiblis. Mais alors, ils re-
voyaient les perscutions des citoyens, les arrestations,
les fusillades nocturnes, les angoisses de toute la popu-
lation, les pleurs secrets des families. Ils taient en
ge alors de comprendre: les citoyens en armes, par la
violence, voulaient dfendre leurs droits mconnus, ac-
qurir un peu plus de bien-tre moral et matriel. C'-
tait dj la conqute de l'Honneur et du Bonheur . ,
insaisissables !
Voici maintenant l'vnement dcisif qui accueillit
leur entre dans la vie : le dlire d'une population accla-
mant le nouveau Christ ". (1)
Quelques semaines plus tard . .
Jour formidable, jour terrible que celui qui vit la r-
surrection des Cacos, ensevelis depuis un demi-sicle...
pour toujours, pensait-on, puisque les morts ne se r-
veillent pas, a moins d'un miracle.

1 Chaque nouveau Prsident, pour les thurifraires, est un
Messie, un librateur, un Christ.





LA VENGEANCE DE LA TERRE

Le miracle ? Ne serait-ce pas la chute incomprhen-
sible et sans cause apparent d'une demi-douzaine de
Chefs d'Etat en moins de trois ans ? Tout cela, en vue
de l'Honneur et du Bonheur !
L'vocation devenait, cette minute, hallucination.
Ils entendaient les chants lugubres des lambis, les hur-
lements d'une dizaine de Cacos, sans armes mettant en
fuite les autorits d'une ville Ils revoyaient le pauvre
petit paysan du Nord, du Sud, de l'Artibonite, de
l'Ouest et du Nord-Ouest, victim de l'ambition effr-
ne de la bande d'aigrefins que leur audace ou leur ruse
rendait matres du pays, incapables- les pauvres sol-
dats de souffler, abandonnant femme, enfants, pa-
rents, chaumire, tiavail. Ils entendaient les noms so-
nores de La Coupe-Michel, Croix-Jsus, Morne-D-
cl, Mont-Organis, Mombin-Crochu, Ouanaminthe,
Ferrier, Morne-Cochon, clbres comme des noms de
victoires, alors qu'ils n'taient que des cimetires o
pourrissaient obscurment et sans spulture les cada-
vres des malheureux fils de la terre Ils rcapitulaient
les avertissements ritrs et courageux des patriots
clairvoyants qui criaient: "casse-cou", qui prchaient
la concorde, rappelaient les lois ternelles don't la vio-
lation entraine la mort de toute socit organise. Ils
revoyaient les menaces rptes de l'aigle ployant ses
large ailes dans notre ciel limpide; ils tremblaient ses
vrombissements furieux de colre et de convoitise. Les
gestes de tous ces patriotses, la bravoure des fils de
Dessalines les rassuraient: Il n'oserait On se battra,
on se fera tuer; on rditera l'Epope de 1804!





L'HONNEUR ET LE BONHEUR

Et pourtant, un jour, l'aigle osa Il enfona ses ser-
res cruelles dans la chair flasque de sa victim: le
pays tout entier retentit d'un long cri de rage, de
de douleur et de stupfaction. Mais les hroques rso-
lutions s'envolrent, comme par enchantement.
Dsarroi gnral Dbandade de cette pseudo-arme!
En groups compacts, tuant, brisant, pillant tout sur
leur passage, les paysans du Nord, mobiliss pour la d-
fense de ces Gouvernements d'un jour, regagnent leur
chaumire. Jets dans une province inconnue, les mal-
heureux fils des autres dpartements, dsempar.-;
dguenills, ombres pitoyables, vivent de la charit pu-
blique. .. .
La brutale prise de contact avec l'envahisseur, son
pas martelant le sol en vainqueur. Le choc au coeur des
jeunes gens. Les larmes muettes et impuissantes.Le pre-
mier geste de l'Occupant: le repatriement des dbris de
l'arme dfunte, aprs avoir soulag la dtresse de
tous ces naufrags Seraient-ils d'authentiques libra-
teurs, ces trangers don't la conduite, apparent ment hu-
maine et gnreuse, est un vivant reproche l'gosme et
l'indiffrence des Chefs, leurs congnres, leurs com-
patriotes? Le geste de l'Officier yarikee d'acheter un
petit oiseau et de lui rendre la libert serait-il un sym-
bole? Tromp-l'oeil? Appt trompeur ? Troublante
nigme !
Non, le Blanc, c'est l'ennemi et l'Amricain, surtout.
professe le mpris du ngre. Il revient remettre au cou
du pays les chanes d'un esclaage moral encore plus
dur que l'autre; il vient voler les terres du paysan.





LA VENGEANCE DE LA TERRE


"Attention Le Blanc va revenir vous voler vos terres!"
Formule magique qui alerte la champagne et galvanise
toutes les indiffrences!
Mais tout cela ne serait-il pas un affreux cauchemar,
un cauchemar collectif don't on va tre bientt dlivr ?
Hlas! c'tait l'horrible ralit. Que voulait l'Occupant?
Il n'en savait rien lui-mme; il n'tait pas arriv, porteur
d'un plan bien dfini, muni d'un programme constructif,
suivant une politique nette et claire. Ses mains
s'ouvraient pour rpandre partout l'Honneur et le
Bonheur ". L'honneur et le bonheur: le mot, aprs la
chose et cette fois, merchant de pair. En tout cas,
il se garda d'oublier le vieux prcepte prconis par
les premiers imprialistes: "Diviser pour rgner!" Le
premier, il s'tonna de son succs facile, trop facile. La
reaction ne s'est pas produite, parce que le people ha-
tien, en tant qu'entit politique, n'est qu'un mythe.
Ce n'est pas un people, a, s'crie Deslys au com-
ble de l'exaspration: des bandes, sans cohsion, sans
lien moral, se hassant, se jalousant ....
Encore moins un pays, rpliqua Flosel, une caricature
de dmocratie mise en coupe rgle par des simulacres
d'hommes, embusqus derrire des vides d'institu-
tions .. ..
Ils taient l'aise pour se remmorer la manoeuvre
de l'Amricain et la conduite inqualifiable du politician
qui provoqua le dgot de l'envahisseur lui-mme, coeu-
r de tant de bassesses. Le politician professionnel,
trouble dans son operation de sang et de pillage, se






L'HONNEUR ET LE BONHEUR

ressaisit immdiatement et se mit sous les ailes de l'ai-
gle, pour continue la cure. A quatre pattes aux pieds
du nouveau matre, l'immonde, l'ternel jouisseur,
l'aise dj dans son rle, chien bien dress, surveillait
le moindre geste de celui qui lui jetait la pte. Son em-
pressement servir tonna le yankee lui-mme :
C'estle pays o nous avons trouv le plus d'espions
et meilleur compete, disait un officer amricain,
mprisant.
En effet, pour quelques pices de nickel, une simple
promesse d'une charge mesquine et souvent pour le
seul plaisir de nuire et de se venger ou encore l'honneur
d'approcher le blanc, le politician d'hier, mtamorpho-
s en dlateur official, en "dteetive", tait dispos ac-
complir les plus basses besognes, se vautrer, vendre
pre et mre. Sa lgre dception lui vint, non pas du
mpris que le matre du jour professa de sa personnel,
mais du ddain qu'il manifesta de sa fille. Ce mot doit
tre retenu pour la postrit, enchss dans une belle
page d'Histoire: "Ils ne daignent mme pas s'intresser
nos filles !"
C'est la seule oraison funbre de la patrie et l'ac-
ceptation enthousiaste du nouveau rgime. Le marriage
avec un blanc ne compense-t-il pas au-del la perte de
l'Indpendance ?
Mais le Marine ne jugea pas la belle hatienne digne
de son alliance, ajouta Flosel amer. Et tout serait perdu,
tout, mme l'honneur, sans l'entre en scne d'un trou-
ble-fte: le patriote sincre qui, jusqu' cette here,





LA VENGEANCE DE LA TERRE

s'tait systmatiquement tenu l'cart de la politique,
qui n'avait pas pris part l'infme pillage et l'effro-
yable hcatombe et don't l'indiffrence et la timidit
avaient laiss le champ libre aux vautours. Il essaie
de rparer sa faute, en organisant, dans la measure de
ses faibles moyens, la lutte sur le plan mora ,..
En terms indigns, Flosel retraa cette lutte pique
de la plume contre l'pe, les amendes colossales, les
emprisonnements arbitraires, la cour prvotale. Il trouva
des mots loquents pour glorifier les hroques victims.
Encore une fois, conclut-il, la division fit la part
belle l'envahisseur. Puis, libre, il se retourna contre
le vrai people, le paysan, don't le retour offensif peut
trouble sa joyeuse conqute. Il s'agit de le terroriser
et de lui montrer la trahison de son faux frre, de celui
qui l'a entran dans l'abme. Hallali ... Sus la
bte! . ..
Et c'est au tour de Deslys d'voquer la chasse im-
placable, sanglante rappelant les beaux jours de Ro-
chambeau. Alors qu'il s'applaudissait d'un peu de paix
qui lui tait toujours refuFe depuis 1804, qu'il commen-
ait bnir l'auteur de ces bienfaits inestimables: le
service militaire et la corve abolis, le paysan demeura
stupid de cette soudaine et inexplicable aggression.
Traqu l'instar d'une bte dangereuse ou d'un crimi-
nel encore rouge de sang, il se vit condamn une
corve d'un nouveau genre, plus froce encore que
celle des satrapes: la corve sur les routes, des lieues
de sa commune, parqu dans des chambres troites, mal.
trait, fusill. Il fallut gagner les bois, come aux






L'HONNEUR ET LE BONHEUR

beaux jours des recrutements militaires. Et toujours,
ct du blanc qu'il excitait, le Bourgeois, le citadin,
bourreau sans coeur, qui ne se laissait apitoyer que
par l'appt de quelques pices de nickel que lui jetait
sa victim. Les dernires conomies fonairent ainsi
plus vite que beurre au soleil ...
Ah ces inestimables bienfaits de l'Honneur et du
Bonheur Le paysan martyris, cimentant de ses os-
sements la grand'rout national, la route militaire qui
devait permettre une prompte repression de toute r-
volte .. Chabert, la Sibrie hatienne. Les spectres
ambulants du Massacre (1) jusqu'au Puylboreau (2) ..
Je crois encore voir ce prisonnier, mort ma bar-
rire, en lapant toute une marmite d'eau que lui -avait
offerte une charit imprudente... Et puis l'Emigration ...
l'Emigration! Le paysan hatien, le casanier par excel-
lence qui dcrte "sans aveu", vagabonds, assassins, tous
ceux que les circonstances obligent laisser leur pays;
lui, don't les connaissances gographiques, en dehors de
sacommun2, imaginent une vague "Guine" "La Domini-
canie" et "le pays des blancs" le paysan connut le ds-
honneur de l'Emigration. Ah! le triste exode vers Cuba
et la Rpublique Dominicaine! Ce joyeux abandon de
cet enfer qu'est son pays! Le Gouvernement lui-mme
renouvelant la traite des Noirs .. Les Consuls hatiens
trafiquant sans vergogne de leurs concitoyens qu'ils

1.- Rivire servant de limits entire les deux Rpubliques.
2.- Chaine de montagnes.





LA VENGEANCE DE LA TERRE

avaient pour mission de dfendre. La Bourgeoisie ven-
dant ses frres et ralisant, grce ce commerce inf-
me, une scandaleuse fortune qui devait-juste chti-
ment! s'crouler encore plus rapidement qu'elle ne
s'tait difie ... Tu te rappelles le pathtique rcit:
"Les Dix-mille". La lugubre odysse du paysan hatien,
on ne peut pas la lire sans que son coeur soit comprim
d'motion. Oeuvre d'un pote, d'un sociologue, d'un
homme d'Etat. Mieux:d'un homme de coeur. On devrait
en faire une plaquette qui serait distribute tous ceux
qui habitent ce pays: hatiens, trangers, officials du
trait, civils et militaires .... Pauvre petit hatien! D-
cidment, pas de chance. En 83. il aida Salomon aux
abois triompher de Miragone; de bon coeur, il donna
au chef son sang, son dernier pcule; et, en rcompen.
se de ses services et de ses sacrifices ... c'est lui qui
fut, qui est cras encore du lourd imrt sur le caf,
alors que le Bourgeois criminal, indemne, respect, ho.
nor, fut mis en measure de perfectionner sa mthode
de dsordre. Et le blanc, qu'il s'apprtait acclamer
comme un sauveur, est revenue tout exprs pour ajouter
encore ses malheurs! Quel crime expie-t-il donc?
Bienfaits de l'Honneur et du Bonheur Cette per-
scution ne tendait qu' parachever l'oeuvre machia-
v0lique de division: brusquement le serf fut affranchi,
jouissant d'une libert insouponne jusqu'ici et fut
tmoin de l'administration de la purge du Bonheur et
de l'Honneur, sous une pluie de matraques, et sous la
menace du browning et des "machines-guns."
L'Honneur et le Bonheur Ce gaspillage de nos





L'HONNEUR ET LE BONHEUR

deniers, avec la complicit de nos Gouvernements, ce
gchis administratif, ces measures incohrentes, sympto-
matiques de la folie ...
Bienfaits de "l'honneur et du Bonheur": les sincu-
res supprimes, en parties; la vanne ouverte pour le
maitre et ses serviteurs fidles; le pactole de l'Emi-
gration tari;les maigres resources de famille consom-
mes; les miettes tombes de la table du matre se ra-
rfiant chaque jour; les dmarches les plus fastidieuses
puises; la faim tenaillant les entrailles; la vie con-
seillant tous les dsespoirs. Que faire? Ces gnraux
dsarms et dsargents, ces douaniers sans emploi et
dclasss, ces parlementaires en disponibilit, ces mi-
nistres l'afft d'un changement, tous ces profession-
nels occultes de l'anarchie et des coups de main, qui,
de loin, armaient les Cacos, tous n'eurent qu'une pen-
se, gniale, salvatrice : le retour la Terre . Le
paysan qui, au fond de son coeur, riait de ces
difficults, tout en recommenant son travail de tou-
jours, celui qu'il continuera jusqu'aux derrjires minu-
tes du monde: gratter, ensemencer la terre; le paysan
se vit soudain aux prises avec un ennemi inconnu, ie
plus cruel de tous: le Rclaimant de terre. Et cela sous
l'oeil amus de l'Oncle Sam dbonnaire Et c'est ainsi
que Calvin Myrtil et sa bande . .. Hlas le petit
paysan n'avait fait que changer de tristesse 1
Ec, en silence, ils reconstiturent les pripties tra-
giques de ce brusque changement de notre vie natio-
nale . .











Chapitre VI


Le Retour a la Terre.



Cette page d'histoire social, ils pourraient la retra-
cer dans ses moindres dtails, tant tait profonde l'im-
pression qu'elle avait grave dans leur jeune intelli-
gence, douloureuse la dviation qu'elle avait apporte
R leur rve d'avenir.
1915 Comment ceux de leur ge, la Gnration des
Sacrifis, pourront-ils jamais oublier cette date fatale
qui devait lourdement peser sur tout le reste de leur
existence? 1915 qui devait craser l'orgueil national,
transformer notre vie social, nos faons de penser et
de sentir? 1915 qui devait changer l'axe de la politique
hatienne,difier de nouvelles fortunes, consacrer des rui-
nes insouponnes, crer d'autres couches sociales, pro-
voquer des besoins inconnus, sans fournir les moyens
de les satisfaire, mettre nu toutes nos tares, toutes
nos laideurs morales, sans arriver les corriger? 1915,
au mme rang que 1804, la date la plus decisive de no.
tre existence de people?






LE RETOUR A LA TERRE


Implacablement mornes, implacablement noirs, les
jours droulaient leur cheveau sans fin.

Ebranl jusque dans ses assises les plus profondes,
tiraill en sens contraires, sans capitaine, sans gouver-
nail, sans machine, sans sextant, sans chronomtre,
sans carte, sans boussole, le pays tanguait sur une mer
dmonte, la drive. Chacun s'exerait apprendre
le rythme compliqu de la nouvelle danse, pour tirer
son pingle du jeu.

Et c'est ainsi que, sans transition, du jour au len--
demain, la vie hatienne se trouva encombre de l'ar-
me innombrable et vorace des parasites don't tout l'ef-
fort, un sicle durant, consistait tromper le people,
sucer la dernire goutte de son sang- et;fomenter le d-
sordre, dans l'ombre. Leur profession: le fonctionnarisme.
La vocation, l'hrdit, l'atavisme, le got, la ncessit
en faisaient d'immuables fonctionnaires. Pendant la
dure de l'ancien rgime, ils n'avaient besoin de se so -
cier d'aucune connaissance prcise, d'aucune spcialit.
Ils taient propres tout, c'est--dire rien, En bons
hatiens, "ils tranaient toutes les charges qu'ils ne
ne pouvaient porter, "passant indiffremment de l'Ad-
ministration la Douane, de la Douane au Comman-
dement militaire, la direction d'un Parquet, au Parle-
ment, la tte d'un IAinistre, de tous les Ministres-
surtout de ceux qui demandent un minimum de con-
naissances spciales- Candidats ternels la prsidence,
glorieux couronnement d'une carrire si bien remplie.
Et cela au pied lev, sans preparation aucune. Au con-





LA VENGEANCE DE LA TERRE


traire, la science, l'honntet, le talent, la dignit
taient fortement tenus en suspicion.
Car le ciel, dans son inpuisable bont, a combl
l'hatien de tous ses dons.
Le fils de Dessalines a la science infuse qui le dis-
pense d'apprendre quoi que ce soit, surtout ce qu'il
doit savoir pour la conduite des affaires de l'Etat. Si la
Providence avait daign rpartir cet enfant privil-
gi un minimum d'esprit de prvoyance et d'ordre,
peut-tre, serait-il le prototype de l'Humanit, le sur-
homme, le Hros rv par les Philosophes.
Magnifique comme un prince oriental, dissipant, jetant
aux quatre vents une fortune qui ne lui cotait mme
pas la peine de la ramasser, le "grand fonctionnaire"
fut surprise par la dbcle, dlest de tout, mme de
l'esprance. Mais qui pouvait penser que la Danse vo-
luptueuse dt s'arrter sur ce brusque et inesthtique
point d'orgue?. ...
Adieu, triomphal titiya! (1)... Csar chamarr de fer-
blanterie, passant la revue d'une bande hve, dgue-
nille, pouilleuse, malingreuse!
Adieu, fantastiques exploits de Cacos! (2) Magnifi-
ques randonnes hebdomadaires la Capitalel Djobs as-
tronomiques la Douane, permettant toutes les extra-
vagances! Finie, finie jamais cette navrante et san-

1-" Aux champs" pr.identiel.
-2 Parti rvolutionnaire faisant une gurillas.





LE RETOUR A LA TERRE


glante mardigrature (1) . Finie, finie pour tou
jours! . .
Hlas! Un bref repos. Simple mtamorphose. Le
souple gnie inventif de l'hatien ne devait pas tarder
changer tout cela, l'accommoder la sauce du jour,
le perfectionner mme. Car il est dans la tragique des-
tine de notre le d'tre une le de sang, de notre Dmo-
cratie d'tre une Dmocratie caricaturale, de perp-
tuelle mascarade. Toutes ces tristesses devaient rena-
tre avec moins de bravoure, moins de risque et d'l-
gance,
Sous la protection des baonnettes amricaines, le
dieu du jour enflera la voix, grondera, frappera du
pied, menacera, insultera, singer Csar- ple Csarion
sans me ni gnie. Les "djobs" (2) plus insolents se
rpartiront en famille, les faveurs les plus immorales
s'octroieront la camarilla, sans gard la misre du
people rduit se nourrir de truculentes proclama-
tions, de pompeux discours qu'il ne pourra ni lire ni
comprendre. Le vice refleurira, plus arrogant, plus
cynique, sr de l'impunit . Augmentation de tris-
tesse et changement de groups et de position: voil le
nouveau rgime.
Donc, les favors dchus, dsaxs, s'ingniaient ti-
rer le diable par la queue-premier effort de leur exis-
tence de sybarites. Mais le diable s'tait coup la queue,
le malin! La faim, inspiratrice des folies et des hros-

-1 Carnaval.
-2 Vols administratifs.




LA VENGEANCE DE LA TERRE

mes, travaillait l'estomac, ce dlicat combl, adul
qui on n'avait jamais laiss le temps de formuler un
dsir.
C'est alors que, par une sorte d'harmonie prtablie,
tous les regards se portrent du ct de la terre. Der-
nire planche de salut !
L'arrire grand'pre tait grard'planteur et grand
propritaire. Le grand'pre, souvent. Le pre, par
dilettantisme, faisait, de temps autre, un petit tour
sur ses proprits. Le fils en oublia compltement le
chemin- plus pratique, plus press de s'enrichir et sans
effort, divorant d'avec la tradition, hommee politique"
exclusivement.
La Terre? Comment n'y avoir pas pens plus tt? On
en a perdu, il est vrai, la possession, on en connat
peine la situation et peut-tre mme le droit de proprit
est-il des plus contestables, puisque la terre est vendue
depuis longtemps ou occupe par de vagues fermiers
qui, au temps jadis, arrivaient, une fois l'an, avec
une charge de vivres ou deux sacs de caf, mais
don't on n'a plus des nouvelles, il y a dj belle lurette.
Mais qu'importe? On doit encore en conserver les titres.
Le paysan a le respect du paper. Avec quelques bouts
d'actes notaris, aucun doute sur l'issue des rclama-
tions. Aucune prescription, aucune acquisition ne sau-
raient tenir l-contre.
Eminente sagesse des Aeux qui ont viss la masse
l'ignorance . Folie impardonnable d'un Christophe
- heureusement court et corrige par son grand suc-





LE RETOUR A LA TERRE

cesseur qui voulait que tout hatien st lire et crire
et apprit un mtier (1). Le Barbare! Le despite Voyez-
vous l'impertinente ide ? Le paysan, oblig de par
la loi, de s'instruire, de s'armer pour la vie! Quel crime
de lse bourgeoisie 1 L'instruction permet de voir clair,
de discerner, de se dfendre. Le mtier l'art mca-
nique confre l'indpendance morale et matrielle.
De quoi donc vivrait l'lite ? Car le paysan est n pour
servir, pour souffrir : c'est le dcret mme de la Na-
ture. Bcher la terre, c'est ce prix seulement qu'il
peut payer, ct des nobles, sa coexistence, sa coha-
bitation sur une terre qui ne lui appartient pas. Com-
ment, au nom de la Libert, lui apprendre des droits ?
La Libert bien entendue demand, au contraire, qu'il
soit livr lui-mme, impos au-del de ses forces -
pour le bien de la Patrie qu'il passe sa vie sous le
drapeau, expos aux balles pour le renversement d'un
" tyran ou la defense de l'phmre et carnavalesque
' Sauveur de la Nation ".
Heureusement avort, ce rve d'un Christophe 1 Le
paysan est rest conforme sa nature : le pauvre dia-
ble corvable et taillable, sans merci, incapable de se
dfendre, sans protection, l'tre inconscient, peine
au-dessus de la bte, et qui n'a de l'homme que la for-
me 1 ... Paysans! horde rpugnante, horde passive qui
se soumet son triste destin, sans grogner, sans une
plainte, sans mme une vellit de rvolte, comme
une loi inluctable de la Vie. Chien fidle et sans exi-

l C'tait un article constitutionnel, le Prsident Boyer fer-
ma toutes les coles ... pour mieux duquer le people /




LA VENGEANCE DE LA TERRE


gence: trois assortors, (1) une chopine de.tafia et quel-
ques pices de nickel jetes dans le ruisseau par le po-
tentat cynique en qute de malsaine popularity et
croyant ainsi effacer ses humiliations passes et son
bonheur est au comble. Comme toujours il marchera...
Et ce fut le retour la terre. Non pas pour la culti-
ver. Mais bien pour une exploitation plus rapide, plus
pratique, moins prilleuse : la vente ces occupants de
bonne foi ...... ces acqureurs rguliers qui,
dfaut de titre, peuvent invoquer une triple et quadru-
ple prescription. On saccagea tous les vieux papers de
famille, respects des insects; on dballa jusqu'aux
lointains souvenirs de parents dfunts si fragiles, si
incertains mais devenus sacrs, pour la circonstance.
Le grand exode vers la Terre commena .........
Et c'est ainsi, conclut Pierre Deslys, que Calvin
Myrthil acquit une rapide clbrit dans cet art d'ex-
propriation. Du coup, il devint Me Calvin Myrtil. Non
pas, tu le sais aussi bien et peut-tre mieux que moi,
qu'il soit avocat, notaire ou mme fond de pouvoirs.
Simplement un agent d'affaires marron ", spcialis
dans les rclamations agraires. Un titre en impose tou-
jours. Hier, le gnral faisait trembler. Aujour-
d'hui, le matre sme la terreur. Par ironie, le pay-
san qui bombarde de ces titres, entend le matre-trappe,
matre-homme euphnisme ingnieux, pour dsi-
gner un matre coquin. Ah! mon ami, si jamais tu as
besoin d'un hros pour tes histoires . je te recom-

(1) Tambours coniques servant pour les danses vaudouesques.





LE RETOUR A LA TERRE


made celui-l. Aucun roman d'aventures ne serait
aussi passionnant que la vie de cet tonnant personna-
ge . que je connais depuis longtemps. Le gnie chez
lui, supple l'intelligence, l'exprience l'instruction,
et ses relations un rang social bien dfini . Il a
jou tous les rles avec un talent exceptionnel. Les
vnements de 1915 le surprirent quarante ans pei-
ne. Mais dj, il avait une carrire politique bien rem-
plie; on l'a vu tour tour juge de paix, magistrat com-
munal, contrleur de douane, dput, gnral d'arme
aussi brilliant la tte des troupes du gouvernement
que dans les rangs des cacos. L'occupation lui brisa les
reins. Sinon qui sait jusqu'o monterait ce type achev
du D'Hati-Thomas (1). J'ai eu l'occasion d'appro-
cher de prs sa famille: cinq enfants assez intressants
et une femme, de beaucoup plus jeune que lui, aussi
efface que son mari est entreprenant, ccurageuse et
bonne l'gal de ces mes simples du people, nes uni-
quement pour le sacrifice ....
Accul en ville, Calvin Myrthil eut la sagesse, avant
de compltement sombrer, de regagner son bourg na-
tal, et sans scrupuleconut l'ide de cette louche soci-
t des Rclamations agraires. Ce fut le trait de gnie,
la fortune. C'est lui aui remit la boussole aux mains de
Phaton, enrla sous sa bannire des types que son flair
sut dcouvrir, perdus de dettes et de crimes, des gens
de sac et de corde, devous son service jusqu' la vie,
jusqu' la bourse: huissiers, greffiers, notaires, juges,
fonds de pouvoirs, qui ,ne reculent devant aucun

1 Surnom donn l'Hatien en gnral.





LA VENGEANCE DE LA TERRE

faux contre les malheureux qui sont impuissants
se dfendre.Ses relations s'tendent jusqu'aux Bureaux
des Contributions, jusqu'aux Ministres. L o les ti-
tres des grands parents ne peuvent passer, l'Etat fait
une entre triomphale, dclenche une offensive irrsis-
tible. L'Etat le "deus ex machine" classique, et aussi
le partenaire commode, le mandant gnreux. C'est en
son nom que s'accomplissent, aujourd'hui, toutes les
revendications, toutes les expropriations trop hasardeu-
ses. L'Etat a promulgu des lois d'exception qui rdui-
sent nant le Code Civil et la Constitution elle-mme.
Le croquemitaine, l'ogre insatiable dvore en silence le
paysan par toute une srie de measures drastiques . .
L'Etat a de lourdes fautes son actif, il ne s'est jamais
souci de crer un cadastre rgulier qui mettrait fin
tous ces procs interminables et ruineux pour le pay-
san; il n'essaie pas de se dfendre contre les voleurs
qu'il connat; il les couvre plutt de sa plus efficace
protection, de sa plus tendre sollicitude. Mais le lche,
fort de la faiblesse du paysan qu'il attaque injustement,
qu'il perscute sans intelligence, au mpris de ses lois,
il le dpouille et le jette sans merci sur le pav au pro-
fit d'audacieux escrocs, insolents de la protection d'en
haut . .
Ah . cette revolution I En son nom personnel, au
nom d'imaginaires mandants, au nom de l'Etat, sans
titre ou muni de faux titres, Me Calvin Myrtil semblait
dispos revendiquer et arpenter la Rpublique en-
tire. Tous se soumirent, sans une ombre de resistance.
A quoi bon une opposition qui n'aboutirait qu' exciter
la colre du rclamant tout-puissant ? mieux vaut






LE RETOUR A LA TERRE


acheter deux, trois fois, son bien que de se risquer dans
un procs interminable et incertain ?
Plus de possession, mme sculaire . A la rigueur
passe-t-on l'ponge pour quelques . titres de propri-
taires, dcids trouble la fte. Les donations de
Christophe ? Elles sont dnues de toute valeur juridi.
que. Le grand manitou du Bureau des Contributions
n'a-t-il pas dcid, ex cathedra, que le Gouvernement
du Roi du Nord fut un Gouvernement rvolutionnaire
et que tous les actes de son administration sont nuis ? ...
Mais enfin, comme il y a des accommodements mme
avec l'enfer, les titres se lgalisaient sous le coup
d'une baguette magique qui, malheureusement .... ne
laissait plus le moindre duvet au bnficiaire . . ..
Non mon ami, les paysans ne meurent pas tous, mais
tous sont frapps . .. . Et aujourd'hui, les rares
survivants du cataclysme, les Turin sont menacs plus
violemmentque tous, parce qu'ils ont un domaine plus
allchant. . .
Ah! Calvin Myrthill-et un geste de rage achve la
phrase du grand planteur mieux que ne sauraient le
faire les mots les plus violent.


Mais si les deux amis taient dous du don de tl-
vision, la mme heure ils pourraient assister ce
conciliabule de Me Calvin et de son insparable associ,
l'arpenteur Phaton:
Comment venir bout de ces vauriens de "Des-





LA VENGEANCE DE LA TERRE

pargnes", consultait-il avec son complice? Ils ont mis
opposition: il fallait s'y attendre de ce paysan insolent,
arrogant, violent qui croit pouvoir nous rsister!
Depuis qu'il a triomph-geste rvolutionnaire
sans prcdent!- de ce juge de paix, qui, abusant de
son autorit, pensa empiter sur lui, il a perdu le senti-
ment du respect qu'il nous doit et en prend son aise
avec tout le monde . . .
Notre grand tort, c'est de n'avoir pas cit rgu-
lirement: nous aurions exig sur l'heure les titres,
tous !es titres, les "baptistres" (1). Nous contesterions
la filiation . . Dj, nous aurions notre jugement:
pourquoi avons-nous notre huissier et nos. .. amis au
tribunal de Paix?
Parfois je crains qu'ils ne m'opposent des titres an-
ciens et des actes de vente mans de mes anctres.
Trve de scrupule! Les donations de Christophe
ne sont pas rgulires. "Pas besoin bton pour touy
couleuvre (2).
-Ily a l'autre danger: Pierre Deslys! PierreDeslys,
le cbmmettant, le compre du Turin, se dressera cer-
tainement contre nous .. .
L'intelligence triomphera de la force brutale:
nous contournons les difficults. . .. .
-Ah! ce Pierre Daslys! Lui, partout et toujours

1- Acte de naissance.
2- Pour tuer ,ne couleuvre, un bton est inutile: la ruse l'em-
porte sur la force brutale.






LE RETOUR A LA TERRE

contre nous! Sans intrt, sans ncessit, par plaisir, il
se met au travers de notre route! Voil un imbcile qui
par plaisir, par dilettantisme, par esprit de nuire plu-
tt, nous empche de vivre, dpensant de son argent
pour dfendre des vauriens avec qui il n'a rien de
commun. Il ne comprend pas, l'animal! que le paysan
n'a aucun frais, qu'il ne se nourrit pas, qu'il ne s'habille
pas, qu'il n'envoie pas ses enfants l'cole, qu'il en-
terre son argent ou le gaspille en crmonies idiotes ou
en pratiques superstitieuses, qu'il constitute un poids
lourd qui arrte l'essor du people hatien; que c'est
nous de l'lite, les vrais soutiens du pays, la fine fleur
de la nation, qui sauverons l'avenir, comme nous avons
cr le pass.
Cet esprit obtus n'arrive pas comprendre cette loi
conomique d'une simplicity enfantine : l'argent doit
circuler et c'est rendre service au pays, en obligeant le
paysan dpenser.
Le paysan a-t-il une me? Ce qu'il y a de certain,
c'est que nous sommes d'une famille diffrente. Peut-
tre mme d'une autre race.
Faut-il tre stupid pour s'intresser ces tres m-
prisables! . .
Le plus curieux, c'est que ce Deslys est un aris-
tocrate authentique, descendant de grands fonction-
naires gure tendres pour leurs serviteurs. Il renie
tout son piss et semble reprocher leur conduite ses
aeux ......
Quel geste pieux! Voil qui est d'un bon fils! Et





LA VENGEANCE DE LA TERRE

ces gens ont la morality et le patriotism plein la Ecu-
che! . . .
Qu'il aurait pu aspirer tout et ne s'occupe m-
me pas de politique . ..
Ah! qui nous dbarrassera de ce triste person-
nage! .. Fichtre.
Qu'il ne nous tombe pas sous la main c'est tout ce
que je lui souhaite . .
-Malgr tous les Deslys du monde, nous retournons
la charge et nous sommes srs de la victoire! . En-
velopper "Daspargnes" dans notre coup de filet! L'-
clatante victoire! Moralement, c'est tuer dans l'oeuf
toute vellit future de resistance. Ensuite, c'est nous
assurer une rente respectable: un carreau de terre sur
lequel se trouvent bties dix maisons en tles! Qua-
rante carreaux de terre au moins, plants en cafs, en
vivres alimentaires et valant, au bas mot, cinq cents
gourdes le carreau I . . Nous vendons la cour et ses
maisons, pour touffer des cris trop bruyants. Nous af-
fermons le reste. Cent gourdes le carreau, c'est un ca-
deau, n'est ce pas? Cela fait bien quatre mille gourdes
de rente annuelle. Par humanity, nous leur facilitons
le paiement en cafs. Huit mille livres de cafs, ce
n'est pas un revenue ddaigner ... "Despargnes"
est nous. . "Rome", (1) prpare ta batterie. Nous
attaquons . . . A la victoire . . .
Trinquons la victoire . . .

1- Petit surnom familiar pour Romulus.






LE RETOUR A LA TERRE

Et dans un rire mauvais, tout bas, ils se dirent au
tuyau de l'oreille ces mots nigmatiques:
"Complot pi fort pass ouanga ..... (1)





























1- Le complot triomphe toujours de la force, de la bravoure.
La trahison est toujours victorieuse du gnie le plus grand, le
plus prvoyant.











Chapitre VII


Le Complot contre la Terre.


. :. Quatre mois de trve qui avait tout l'air
d'une paix definitive. Calvin Myrthil, occup sans
doute d'autres dprdations, semblait avoir renonc
"Despargnes" trop dur avaler.
Dans l'esprit de Deslys et de Flosel surtout, c'tait
une affaire classe. L'avocat en parlait encore pour
avoir l'occasion de taquiner son ami :
Je ne te savais pas si poltron! . . C'est moi qui
avais raison . . comme toujours. "Envie mourri
vant li brave, mais li toujours vit Envie touy! (1)
La force des coquins provient de la timidit des gens
de bien. Si le paysan se montrait dcid se dfendre,
il y a longtemps que ce brigandage aurait cess".
Jusqu' present Turin ne semble pas tre inquit.
Il m'aurait expdi les citations, conformment mes
instructions. Mais qui sait quel complot s'ourdit dans
l'ombre? Avec ces criminals, il faut s'attendre tous

1- L'agresseur tmraire vite toute affaire avec un vrai
brave.






LE COMPLOT CONTRE LA TERRE


les mauvais coups. C'est surtout au dos qu'ils frappent
et la nuit qu'ils travaillent.
Je doute qu'ils recommencent . . . .
Les autres habitus avaient regagn la ville et Me
Flosel prolongeait encore d'une semaine ses vacances
de Pques. Pques fleuries chantaient dans l'me du
seigneur de "La Tourterelle" et de son ami. La mai-
son ne retentissait que de blagues joyeuses et de mu-
sique. Parfois, une audience mlancolique voquait le
pass, leur jeunesse finie, leur vie vide et inutile, la
maturity empreinte de tristesse et la vieillesse sombre
qui les menaait.
-Tu es criminal, Andr, de n'avoir rien fait: tu n'as
ralis que des projects sans lendemain. Talent, comme
noblesse, oblige. Il sera beaucoup demand celui qui
a beaucoup reu . . .
--Tout cela, pour les autres et non pour l'hatien.
Nous sommes encore au stade du balai dans la rue, de
la houe .. . Peut-tre, sommes-nous condamns y
rester longtemps, sinon dfinitivement.
Tu es le seul de notre group ne pas avoir rt
sa vie . .
Souvent j'envie le sort d'un vieux pre de famille de
la champagne, un "grand don" . . .
-Le sort d'un pre Turin . .
Ceux-l, au moins, ne caressent pas de rve am-
bitieux et ils ont vcu . ...






LA VENGEANCE DE LA TERRE

. .-Honneur! . ... Honneur la maison!.... .(1)
- Bonsoir, mon compre!
-Ne dirait-on pas la voix du Pre Turin?
Le Chef de "'Despargnes" tait devant eux. Son vi-
sage dcompos dcelait son inquitude. Les deux amis
ne s'en aperurent que trop. Deslys essaya pourtant
de plaisanter:
--Quel bon vent vous amne ce soir, mon compre?
Nous parlions l'instant de vous et peut-tre avez-
vous entendu citer votre nom?
--Matre, mon compre, sans citation, sans rien du
tout, c'est ce jugement que je vois tomber sur moi .......
Vous comprenez: ils ont mis toutes les choses possibles
et imaginables .. . Les "malhrses" (2) ne peuvent
plus habiter ce pays. En mme temps que ce discours,
il tendit le jugement et un volumineux paquet de pa-
piers son "commettant".
-Ce n'est pas possible mon compre! (3) Ils vous
ont cit.
-Sur ma foi de premiere communion, je jure n'a-
voir rien reu en dehors de ce paper. Vous me connais-
sez, mon compare ...

1 Faon locale de saluer, de la part du visiteur, celui qui
doit le recevoir:
Honneur vous Et l'on rpond : Respect Soyez assur de
tout respect.
2-Le malheureux. Celui qui n'a ni aide ni protection.
3-Nom que se donnent le pre et le parrain de l'enfant.





LE COMPLOT CONTRE LA TERRE

-C'est bien mon compre ... .. Il est tard. On va
vons servir souper. Reposez-vous de vos longues fa-
tigues. Dormez comme un ange. Je dfendrai "Des-
pargnes" comme si la "Tourterelle" tait en jeu.
Avec vos titres, vous n'avez rien craindre. Demain,
Andr entrera en ville pour examiner votre jugement
et prparer votre acte d'appel..... Bonne nuit, mon
compre !.. ...
--Bonne nuit, mon compre. .Bonne nuit ma-
tre! .. .
. . Cette brusque arrive du vieux Turin avait,
du coup, tu la gat des deux amis. Deslys lanait de
furieuses exclamations:" Ce n'est pas possible, les co-
quins les voleurs 1
Les choses de la justice avaient le don de l'irriter
et de l'effrayer, comme tous ceux-l qui n'ont jamais
eu affaire dmler avec Dame Thmis. Flosel avait
une reaction naturellement plus calme. Sa nervosit
se manifestait cependant par son tic de se tirer les
moustaches coupes et de griller sche sur sche.
-Mais, enfin, dit-il, ce n'est pas possible qu'ils aient
pouss si loin l'audace! Ils ont d avoir signifi un acte
quelconque. Turin a t ngligent .. . Nous voulons
bien dfendre le paysan; mais il faut que, d'autre part,
il nous facility la tche et commence par se dfendre
tout le premier . .. Il manque de reaction.
-Turin ne peut mentir . Ces gens l sont capable
de tout . . .





LA VENGEANCE DE LA TERRE

-Tu n'as pas observ cette fureur continue? Tu n'as
pas regard ses yeux? Tu en parles ton aise, mon
ami. De quelle reaction est capable le paysan? Un Turin
est plutt rare. Tu sembles oublier que le paysan trane
une lourde hrdit d'esclave, de chien soumis, du-
qu ne jamais regarder dans le blanc des yeux, le
nouveau matre aussi dur que l'autre, prvenir ses
fantaisies les plus macabres? De quelle reaction est-il
capable, quand, le dos nu et l'estomac creux, il sollicite
de son bourreau faveur insigne 1 un vieux linge
hors de service et la pice de cinq centimes qui apai-
sera momentanment sa faim? Ce pays est le paradise
des coquins, des vicieux, des exploiteurs de tout aca-
bit. Il n'y a de place que pour les Calvin Myrthil.
L'immoralit, secrte ou au grand jour, est le plus
beau titre l'attention de ses concitoyens. Seule, la
violence pourrait efficacement combattre cette force
occulte et d'autant plus dangereuse. Les perscuts
devraient avoir l'intelligence de se grouper, de faire
quelques examples sanglants, susceptibles d'inspirer la
crainte aux voleurs en jaquette, indignes de la corde
du pendu, ils ne devraient reculer devant ni le fer, ni
le feu, ni le poison. La guerre, c'est la guerre.
Flosel essaya de plaisanter:
Ton remde est encore pire que le mal .. Tu
manifestes des instincts bolchvistes inquitants. Je
solliciterai pour toi une mission Moscou pour te per-
fectionner. Prends garde mon vieux. Lcher la tem-
pte est chose facile, mais l'arrter . ..





LE COMPLOT CONTRE LA TERRE


Elle s'arrtera d'elle-mme, l'oeuvre purificatrice
consomme ... .
Vienne, enfin, le Librateur qui organise l'anarchie
d'en bas, paralllement l'anarchie d'en haut !
Un Acaau (1) barbe et dsintress, intelligent et
instruit . . S'exaltant au fur et measure .
Ce fut un grand ami de la masse que ce Commis-
saire Civil qui remit le fusil aux nouveaux libres, en
leur faisant cet loquent discours : Voil l'instrument
de votre libert Gardez-le prcieusement Vus l'en-
lever, c'est vouloir attenter votre lilert . . "
Tu me fais craindre . .. Ta thorie lgitimerait
tous les dsordres . .
Nullement L'ordre, la paix-non pas cette paix
menteuse des rues plus nfaste que toutes les guerres
civiles, mais la paix des coeurs qui maintient l'harmonie,
la justice entire les citoyens, cette paix trouve en moi
son plus fervent adepte. Malheureusement elle est
inexistante chez nous. Dans les jeunes socits en qute
de leurs assises dfinitives, le despotisme et la fureur
des jouissances d'une pseudo-lite doivent tre contre-
balancs par la crainte de la fureur populaire. Le grand
malheur, c'est que l'Amricain soit venu favoriser les
jouisseurs, en muselant les justiciers . .
L'avocat ne crut pas la minute favorable l'ironie. Il
laissa donc son ami s'enflammer loisir.
Avoue, mon cher, que ce pays est n vraiment

(1) Rivolutionnaire hatien.





LA VENGEANCE DE LA TERRE


sous une mauvaise toile. Toute sa tragique histoire
obit deux rythmes contraires aussi nfastes l'un que
l'autre : la licence calcule et le despotisme inintelligent,
voleur . Rappelle-toi les anecdotes suggestives rap-
portes par Frdric Martin, cet Officier de la grande
arme, chou Port-au-Prince, devenu procurateur de
la maison de commerce du GnralBonnet et grand ad-
mirateur de Ption et de Boyer: l'anarchie rige en prin.
cipe de Gouvernement; l'inscurit, la fausse monnaie, fa-
vorise par le pouvoir, le pauvre Noir allant en visit, le
chef seulement couronn d'un castor usag et la dextre
sceptre d'une lgante canne. Et en 1816 La Libert in-
dividuelle dfendait la moindre observation .. pei-
ne permettait elle un sourire ironique. . .Mais, au
nom de cette mme libert, on envoyait les hros de l'In-
dpendance dlivrer l'Amrique du Sud et crever de
misre sur les pontons des frgates anglaises ou rede-
venir esclaves dans des pays o l'esclavage fleurissait
encore dans toute sa beaut . Moralement, avons-
nous jamais rien fait d'autre ? . .
Non, mon vieux, nous n'avons pas de chance Aprs
quatorze ans de sacrifices, le soldat du Roi-trahi par le
Destin jaloux-le pauvre paysan assist, impuissant,
l'enlvement de tout l'argent pniblementamass-son
argent !- la fermeture de ses coles, la remise des
chaines de servage. Cela devait durer un sicle. Cela
dure encore. Nous avons essay des hommes de toutes
les couleurs, de toutes les tendances, de tous les degrs
de culture, plutt ils se sont imposs au pays par lavio-
lence. Chaque fois, une croissante dception. Chaque






LE COMPLOT CONTRE LA TERRE

fois, nous implorons la clmence du ciel :" Seigneur,
envoyez nous un homme instruit, intelligent, dsint-
ress, honnte, de bonne foi . .
Seigneur, suscitez l'homme providentiel, le Sauveur
que nous attendons depuis toujours. Pour la gloire de
votre nom, mettez fin nos misres, Seigneur . .
Aprs deux semaines de changement, nouvelle
supplication au Ciel : Seigneur, par piti, faites dis-
paratre ce pays qui n'a aucune raison d'tre . .
Et depuis, la mme routine, aucune tentative de r-
forme ... mais tout march bien dans la plus belle, la
plus librale, la plus noble Dmocratie (lu monde; la
masse est crase d'impt et l'ternelle meute de jouis-
seurs boit, mange, s'amuse en gaspillant les maigres
resources du pays . .. Bien fous ceux qui se plai-
gnent et ddaignent la cure !
En vrit, c'est se mpriser d'appartenir une
telle communaut . . Notre tristesse suinte par tous
les pores .. On pue . . On voudrait se coucher une
nuit, ne pas se reliever au matin ... On voudrait tre
loin, bien loin, et ne jamais plus entendre parler dece
pays, n'importe o, mais n'importe o. .. Parfois,
trop souvent-je voudrais tre mort .. Et, toi, conser-
ves-tu encore intact le got de la vie ? Si le choix t'en
tait offert, opterais-tu pour la vie ? "
La voix tait mouille de larmes. Flosel ne rpon-
dit pas ....
Un double sanglot dchira le silence .....











Chapitre VIII


Une Noblesse Terrienne


. Dans le silence de la bibliothque, la vcix de
l'horloge s'grenait, lente, sourde, douloureux sanglot.
Seulement neuf heures, ne trouves-tu pas, Pierrot,
les minutes plus paresseuses, ce soir?
Peut-tre, prouvent-elles cet incurable "taedium
vitae" qui nous treint ? La tristesse avait tari leur
verve et jusqu' la source de leurs plaisirs favors,
la musique et la promenade. Sans s'en rendre compete,
Flosel se mit caresser le dossier de Turin, laiss
sur le bureau, et, pli professionnel, en tirer quelques
actes don't la lecture ne tarda pas l'absorber tout
enter.
Ahl- non, non, mon vieux, pas ce soir cette fastidieu-
se besogne! ..
A demain les choses srieuses, protest Deslys.
L'avocat ne parut pas l'entendre. Et lui plaisantant:
C'est pour l'amour de l'art que tu te perds dans ce
fatras ? Ne me dis-tu pas tous les jours que, dans ton
joli mtier, la forme l'emporte sur le fond et que c'est





UNE NOBLESSE TERRIENNE


par l'examen du jugement, de la signification que
doit commencer le travail de l'avocat ? Qu'est-ce qui
te press ?
D'une main fivreuse, Flosel continuait le dpouil-
lement des actes :
Ce n'est pas l'avocat mais bien l'amateur des vieux
papers ...
-Heureuse ide Tu trouveras l des documents
unique qui t'arracheront des rugissements d'admira-
tion .... Sale goiste Tu lis pour toi seul. Tu as toute
l'toffe d'un politician hatien : tu prends ton plaisir,
les autres n'existent pas pour toi . ..
-Le visage d'Andr s'illuminait debonheur. Il s'abs-
trayait dans son rve et ses lvres murmuraient des
syllabes qui n'arrivaient pas jusqu' son ami. Bien-
tt, se levant, gesticulant, il emplit l'appartement de
bruyants cris admiratifs: "Oui pipe! . Oui foute! . .
Oui foute ... Mais c'est un trsor inestimable.
Vieux cachottier, criminal goiste, tu les connaissais,
ces prcieux documents, et tu ne me les avais jamais
signals, . C'est debout qu'il faut lire cette pice.
-Et se mettant au garde vous comme le ferait
un jeune lieutenant de la Garde, d'une voix grave,
scandant chaque syllabe: "Henry, par la grce de Dieu
et la Loi Constitutionnelle de l'Etat, Roy d'Hati, Sou-
verain des Iles de la Tortue, de la Gonve et autres Is-
les adjacentes, Destructeur de la tyrannie, Crateur de
ses Institutions morales, politiques et guerrires, Pre-
mier monarque couronn du Nouveau Monde, Dfen-





LA VENGEANCE DE LA TERRE

deur de la Foi, Fondateur de l'Ordre Royal et Militaire
de Saint Henry.
A tous presents et venir, Salut!
Ivre d'enthousiasme, d'une voix solennelle: "Sa Ma-
jest le Roy" hurla-t-il. Poursuivant sa lecture, sans
suite: "Au Capitaine Pierre Turin.
Conformment notre dit de 1816 accordant des
concessions de terre aux officers, sous-officiers et sol-
dats de notre arme, concdons perptuit pour lui et
ses descendants dix carreaux de terre de l'habitation
"Despargnes", charge par lui. . "
-Pierre admire donc la griffe du lion. Quelle loquence
que cette signature! Admires-en le dtail: Le Chau-
tain orgueilleux qui voudrait commander au Temps et
l'Espace, qui ose se colleter avec la Nature. Vois
come il envelope le reste du nom, comme pour le
Jfendre, la fermet des lignes, la finale impiiale du
paraphe. Rien ne saurait mieux peindre Christophe, de
mme que nul jugement ne peut soutenir la comparai-
son avec ce jugement si fier du Roi sur lui-mme".
Il plia, avec des gestes pieux, l'acte de donation et
en prit un autre, le premier qui vint sous la main :
"Mais non . Mais non . ce n'est pas possible! Une
commission de Toussaint Louverture? Ecoute donc,
Pierre!
Libert Egalit Fraternit
Rpublique Franaise, Une et Indivisible
TOUSSAINT LOUVERTURE
Gouverneur-Gnral de Saint Domingue et gnral
en Chef de l'Arme.





UNE NOBLESSE TERRIENNE

"En vertu de nos pouvoirs discrtionnaires, nom-
mons lieutenant la 3me demi-brigade, le citoyen
Jean Gaou Turin, de l'Habitation "Despargnes", en r-
compense de ses services, de ses talents, de sa mo-
ralit pour, par lui, remplir les functions de son nou-
vel tat et jouir des prrogatives et privileges atta-
chs son grade"
Cap-Franais, IV prairial an VIII de la Rpublique.
sign Toussaint LOUVERTURE.
Mais nous sommes en pleine ferie, Pierre! Tout cela
n'est pas vrai? Mriter d'tre distingu du Matre,
c'est un titre de noblesse! Considre donc la belle ci-
tation du grand homme: l'ascension du paysan, suivant
le rythme vertigineux, foudroyant de sa miraculeuse
ascension . .. L'attachement indfectible de tous ses
lieutenants qu'il forme pour la cause Sainte et don't la
fortune est lie sa fortune . L'amour de tous ces
Gingembres-Trop-fort (1) qui lui seront dvous
jusqu' la vie, jusqu' la bourse? . Les honneurs mar-
chant de pair avec le devoir . Quelle loquente le-
on d'Histoire que ce petit carr de paper que Tous-
saint a tenu en ses mains gniales et qu'il a paraph
de son grand nom !
Se saisissant d'un autre:
-Voil encore mieux, Pierrot: Un jugement de Tous-
saint Louverture

- Nom de guerre adopt et immortalis par un modest chef
de section opiant du ct du Borgne et particulirement dvou
Toussaint- Louverture.






LA VENGEANCE DE LA TERRE


Un jugement de Louverture? J'ignorais ce document.
Lis donc.
-C'est trop long. Je rsume pour toi: Jean Gaou
Turin, en butte aux vexations des agents du fisc,
adresse une petition au Commissaire Civil en vue du
maintien de ses droits sur l'habitation "Despargnes".
Le Franais, prudent, renvoie l'affaire au Gouverneur-
Gnral. Ecoute le verdict csarien: Ne faites pas
aux autres ce que vous ne voudriez pas qui vous ft
fait vous-mme. Rendez Csar ce qui est Csar"
Et Turin est maintenu sur sa portion.
-Cette brivet impriale, cette assurance, cette
application inattendue de l'Evangile dans une contes-
tation de terre, n'est-ce pas tout Toussaint? C'est aux
Maitres que ce discourss'adresse et non quelques mis-
rables agents du fisc:"Rendez Csar ce qui est Csar.
Cette terre, rendez-la ceux qui l'ensemencent, la f-
condent, l'engraissent de leur sueur et de leur sang . .
de peur qu'ils ne la prennent de force. Rendez la li-
bert l'homme noir que Dieu a cr libre, comme les
autres, sinon il conquerra cette libert, les armes la
main. Pratiquez la justice, l'Humanit, la charit en-
vers ceux qui vous sont soumis comme vous series heu-
reux d'trs traits par eux si les rles taient renver-
ss. "C'est un avertissement peine dguis des vne-
ments futurs. Ne te semble-t-il pas voir sourire ce fin
diplomat, cligner malicieusement cet oeil de feu qui
pntre au fond des coeurs et oblige les plus fiers se
baisser devant lui ? ....





UNE NOBLESSE TERRIENNE


C'est toute une noblesse. .... toute une noblesse ter-
rienne .... Ce Gaou Turin tait donc libre Comme
il serait beau de retrouver son acte d'affranchissement!
Plutt, faisons ce rve fou: C'est un Marron qui s'est
affranchi lui-mme. Comme Louverture qui s'est or-
gueilleusement pass de cette formalit ..... Encore
un document unique : Testament de Jean Gaou Turin.
Au Nom de la Sainte Trinit.
Je meurs dans la Sainte Religion Catholique dans
laquelle j'ai t lev. Je suis n en Afrique. J'ignore
o et je n'ai connu ni pre ni mre ....
Le malheureux ignorer jusqu'au lieu de sa nais-
sance Ne jamais connatre ni pre ni mre Tout ce-
la, au nom de la Civilisation C'est une illustration des
vers clbres :
J'ai reu et je vois le jour que je respire
Sans que pre ni mre aient daign me sourire ..
-Poursuivons : Vendu tout jeune Saint Domingue,
je passai de matres en matres, tantt humans,
tantt cruels, pour appartenir dfinitivement
Monsieur de Turin, propritaire de l'habitation
Despargnes, chez qui j'ai servi vingt-cinq ans et
don't je devins le grant. A sa mort, il me lgua cinq
carreaux de terre, je fis mon service militaire sous
Toussaint Louverture qui me nomma lieutenant.
Vieux, je fus rform par le Gnral Christophe,
Commandant en Chef de l'Arme, aprs la guerre de
l'Indpendance. Je revins mon petit domaine, alors
que mes trois fils servaient encore dans les armes du




LA VENGEANCE DE LA TERRE

Roy. Je leur demand de toujours rester fidles leur
Dieu, leur Roy, leur Patrie, la Terre et de vivre
unis, en frres. .
Je laisse . ... ." suivent les legs.
La main de Flosel repchait maintenant des titres de
Salomon, de Florvil Hypolite, des actes de vente des
Myrthii :" c'est toute l'Histoire d'Haiti qui dfile avec
ses beauts et ses horreurs . Je n'ai pas trouv de
donation de Boyer. Comment exuliquer cette absence?
-Devine, je te le donne en cent, en mille ...
-Me prendras-tu pour un hougan (3), par hasard?
-Toi qui te crois si fin! C'est pourtant bien simple:
les Turin n'taient pas en odeur de saintet, sous
Jean Pierre Boyer.
-Comment cela?
-La Tradition rapporte que si le Prsident tait ac-
cueilli avec joie par les gnraux de Christophe qui,
bientt, essaieront en vain de secouer le joug, les sol-
dats se mfirent instinctivement de lui. Un soldat
tenta de l'assassiner: ce fut un Turin ..
-Je comprends!... Je comprends! Tu te rappelles,
Deslys, ton project d'crire une monographie paysanne,
cette Ame de la Terre, don't le seul plan me parut mer-
veilleux. Elle est toute faite, cette Histoire paysanne,
de la Colonie nos jours. L'hrosme du paysan soldat
s'exalte naturellement, sans phrase. Sa vie miserable,

1-- Bocor, Papa-Loa: Grand prtre de Vaudoux qui le populo
accord la faculty d'envoter distance.






UNE NOBLESSE TERRIENNE

son martyre se dpeint avec une fidlit poignante. Il
ne resterait plus qu' recueillir ses lgendes, ses contest,
qu' transcrire ses croyances et montrer comment le
Pays tout entier est victim de la politique goste, in-
grate et inintelligente de l'Elite . .
-Tu parles de pays, comme si nous tions jamais un
vrai people! Elite, Bourgeoisie, Classe: autant de mots
vides: L'histoire d'Hati, ce n'est pas dans les Manuels
mensongers qu'il faut aller la chercher, oeuvre de
partisans et de doctrinaires qui dresse les citoyens les
uns contre les autres au lieu de les unir. Voici l'His-
toire, telle qu'elle est, dans sa belle simplicity: des es-
claves qui luttent pour un lopin de terre.
-A ct de chefs qui s'efforcent de le leur ravir.
-Des concepts opposs qui s'entrechoquent.
-Des haines qui se combattent mort ... .
Ils mditrent quelque temps en silence.
-Sais-tu ce qui me trouble, Deslys, dans cette lutte
tragique? C'est l'indiffrence de nos Chefs. Il ne s'est
pas trouv un seul de nos Prsidents qui ait essay
de sauver l'avenir : Pas un seul de nos crivains qui
ait rpliqu fermement aux insulteurs. Nous avons
laiss enseigner nos enfants que Christophe n'a ja.
mais fait de partage de terre: qu'il fut un barbare,
un despite, un tyran, un ogre; que Dessalines ne
fut qu'une brute. Nous avons absorb tous les poisons
de ces sophistes avec joie. Vainqueurs, nous avons ac-
cept un dguisement de laquais pour prendre part au
Carnaval.





LA VENGEANCE DE LA TERRE

--Tu te trompes, mon ami .... Nous sommes
vaincus, condamns par le Destin lui-mme. Nous su-
bissons le sort des vaincus . .
-Ce fut pourtant si beau, ce rve, que le Ciel mme
devrait le favoriser: une race mprise qui accomplit
seule, sa noble tache de rgnration, qui relve le
dfi d'infriorit que lui jettent ses anciens Matres.
Les Hros sont morts. Leurs fils se rvlent indignes
de leur grande mmoire. Les Turin n'ont pas mont;
peine se maintiennent-ils. Nous autres? nous avons
regress, rous regressons tous les jours .. . Et
nous sommes un people de Hrost.... Ironie du sort!
--Comment en un vil plomb l'or pur s'est-il change?
Deslys lui rpondit par le caractristique haussement
d'paules qui traduit son ironie.
Voil la rponse! Cet esprit d'emprunt que nous ne
pourrons jamais nous assimiler. Nous sommes suspen-
dus en l'air. Nous avons honte de nous-mmes. Nous
avons dfait l'oeuvre si bien commence: Il tait natu-
rel que le people de hros "ft change en une miserable
bande de cochons etde singes". .. Minuit. Ils s'en-
dormirent, au bruit d'invisibles pes et bercs de chants
hroques et de rves piques.











Chapitre IX


La Menace de la Terre


Le silence glacial recroquevillait les mes. Anxieux,
Deslys et Turin observaient Flosel, plong dans l'exa-
men de son dossier. La sance durait. L'avocat restait
froid, attentif trouver le dfaut de la cuirasse.
Et alors ?
Excessivement grave Dchance ....
Turin serait venu trop tard ?
Je le crains . .
Alors, mme avec ces titres, les Turin pourraient
perdre leur procs.
Et demi .. ..
-Mais c'est seulement avanthier que m'a t signifi
le jugement .... Je vais donc perdre mes terres ?

Calmez-vous . Le droit a des resources . .
Le hasard y joue un rle prpondrant, comme la
guerre. Un procs, apparemment facile et sr, se perd
on ne sait comment et l'affaire embrouille sur laquelle






LA VENGEANCE DE LA TERRE

on re fondait aucun espoir se termine par un clatant
triomphe
-C'est injuste !
Mon ami, c'est bizarre, fou, injuste, cruel, barbare,
froce, c'est tout ce que tu voudras, mais nous n'y
pouvons rien, absolument rien. La forme l'emporte
sur le fond et c'est ce qui rend la profession d'avocat
si singulire, si angoissante pour celui qui est dou
d'une sensibility trop aigu . que peuvent les titres
authentiques, les plus irrcusables contre la mauvaise
foi o l'ignorance d'un huissier, l'inadvertance d'un
juge, la distraction d'un avocat, l'immoralit d'un
greffier et tous autres motifs du mme genre . .
Il ne resterait plus qu' prendre sa carabine ...
Parole en l'air Violence inutile l'huissier est
plus puissant que le gendarme. Quant au paper tim-
br . Mes amis .... affrontez la mort, la peste,
la guerre, le tremblement de terre, tous les cataclysmes
de la nature, toutes les rvolutions des hommes, mais
vitez le paper timbr : entrez sous terre sa seule
vue ....
Le faux est pourtant patent ....
Moralement . Il resterait en faire la preuve
matrielle .... C'est la procedure la plus delicate, la plus
dangereuse qui soit. Quant au jugement, une logique
d'enfant le renverserait. Ecoutons ce chef-d'oeuvre:
Attendu que les Turin ont la possession de l'habi-
tation "Despargnes," mais sans aucun titre Attend





LA MENACE DE LA TERRE


que la proprit repose sur les titres: Que le sieur Cal-
vin Myrtil, ayant seul les titres, a seul la possession
effective de la dite habitation: Que la possession des
Turin est prcaire, quivoque .... que, de pre en fiis.
ils ont indment joui de l'habitation "Despargnes ".
-Arrivons au dispositif encore plus curieux, si pcs.
sible : Par ces motifs : Dire que seul Calvin Myrtil
a la proprit de l'habitation "Despargnes" : Condamne
les consorts Turin dguerpir de leur indue possession
dans les trois jours de la signification du present ju-
gement et vu qu'il y a titre authentique . ..
Ordonne l'excution provisoire sans caution .... -
Pourquoi pas la peine capital ?
-Tu es trop press : C'est mal connatre ces oiseaux:
" mme par corps .... une astreinte de dix gourdes,
par jour de retard, cinq cents gourdes de dommages-
intrts pour l'inclue jouissance et aux frais et dpens! "
Mes compliments, Messieurs! Et c'est l votre jus-
tice ?
L'Etat en a pour son argent. Pour une pittance, il
demand talent, competence, morality. Le vrai mrite,
la morality: tout cela systmatiquement cart...
Qu'allons-nous faire ?
Me faudra-t-il prendre ma manchette et me faire
tuer?
Doucement, phre Turin. Ce jugement fourmille de
nullits. Reste cette grade question de signification. Le
jugement a acquis l'autorit de la chose irrvocablement





LA VENGEANCE DE LA TERRE

juge ... Notre appel serait un fol appel: palliatif dan-
gercux, pour gagner du temps. Sinon il nous faudrait
en dsespoir de cause, acquiescer au jugement, deman-
der un squestre qui permette nos amis de ne pas
trainer la drive et porter la bataille sur le terrain p-
titoire ... Mais tout a!
S'il le faut, Turin et moi, nous nous saignerons. C'est
ta parties. Nous te suivons en toute confiance....
Attends .. J'ai trouv le pot-aux-roses . Nous
sommes au sept mai. . Le jugement est du 12 mars.
La signification porte la date du 3 ... Le mois est
obscur. On lit aussi bien 3 Mars que trois mai "
-Comment; mais ?
L'huissier connat sa grammaire: 3 mais dans
la logique de notre officer ministriel, exige le plu-
riel .... L'obscurit de la date quivaut une absence
de date et devrait s'interprter contre les adversaires
en notre faveur. Nous serions en droit de soutenir que
la signification a eu lieu le 3 mars, c'est-.-dire avant le
prononc du jugement .... Tu vois les complications.
L'inscription en faux . Puisque nous n'avons plus
rien perdre, lanons notre appel fol ou sage. Nous
nous inscrivons en faux, carrment .. Advienne
que pourra En mme temps que notre appel, nous
prendrons une ordonnance de rfr pour le squestre...
Ils doivent se dmener comme des enrags, pour obtenir
l'excutoire du Parquet .. .. Pas de temps 'perdre.
En route, Turin ....
Pendant cette longue explication technique laquelle
il ne comprenait rien du tout, Ulysse Turin tait secou






UNE NOBLESSE TERRIENNE


de gestes nerveux, violent qui chappaient Pierre
Deslys, entirement absorb par la demonstration de
Flosel.
Soudain, il bondit de sa chaise comme projet par un
courant lectrique.
Mon compre, gronda-t-il, Matre, je ne dois pas
perdre Despargnes; perdre Despargnes ... c'est
comme le Prsident qui serait renvers . . Perdre
Despargnes, c'est m'assassiner, me crever les deux
yeux, me couper les deux mains, je suis trop vieux
pour recommencer la vie et vivre aux dpens de mes
enfants .. . Matre, le sang coulera . .
Il s'arrta, suffocant de colre, Matre, tonn
cras'm I (1) Tonn fende moin (2) Si la justice ne
me donne pas raison, grce Dieu, il y a le "juge de
paix-morne Le Juge-de paix-morne (3) lui, est just!
Deslys et Flosel restrent ptrifis..... Que signi-
fie cette menace de la terre ?
Fin de la premiere parties.


1 Que je sois cras par le tonnerre. Serment crole.
2 Que la foudre me pulvrise Gradation ascendante du ser-
ment prcdent.
3 Mme sens que hougan. Voir explication de la page.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs