• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Quelques opinions sur "ecrivains...
 Rapport au ministre de l'education...
 Half Title
 Preface
 Main






Group Title: Écrivains haïtiens
Title: Ecrivains haitiens
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095923/00001
 Material Information
Title: Ecrivains haitiens notices biographiques et pages choisies. 1. sér
Physical Description: 310 p. : ;
Language: French
Creator: Bellegarde, Dantès, 1877-1966
Donor: unknown ( endowment ) ( endowment )
Publisher: Deschamps
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1950
Copyright Date: 1950
Edition: 2. éd.
 Subjects
Subject: Haitian literature   ( lcsh )
Haitian literature (French) -- Bio-bibliography   ( lcsh )
French literature -- Haitian authors -- Bio-bibliography   ( lcsh )
Genre: Bio-bibliography   ( lcsh )
bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
collective biography   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095923
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 18884353

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 8 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Title Page
    Quelques opinions sur "ecrivains haitiens"
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
    Rapport au ministre de l'education nationale
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Half Title
        Page 1
        Page 2
    Preface
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Main
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
Full Text



DANTES BELLEGARDE


Ecrivains Haitiens


NOTICES BIOGRAPHIQUES ET PAGES CHOISIES












EDITIONS HENRI DESCHAMPS
Port-au-Prince, Hati.
1950











QUELQUES OPINIONS SUR
ECRIVAINS HAITIENS


Le 27 janvier 1948, le Snat de la Rpublique vota une
Resolution recommandant l'ouvrage Ecrivains Hatiens de
M. Dants Bellegarde comme livre de lecture dans les co-
les d'Hati.
Pour donner suite cette Rsolution, le ministry de l'E-
ducation Nationale, M. Maurice Laraque, charge une com-
mission compose de M. Raymond Doret, St-Victor Jn-Bap-
tiste et Amilcar Lamy d'examiner l'ouvrage. Le rapport de
la commission conclut en ces terms : Adoptant les con-
sidrations sur lesquelles le Snat s'est bas pour justifier
sa Resolution du 27 janvier 1948 et y joignant celles que
nous avons exposes plus haut, nous concluons ce que le
Dpartement de l'Education Nationale veuille bien auto-
riser l'usage du livre de M. Dants Bellegarde dans les
coles de la Rpublique, spcialement dans les Cours pri-
maires suprieurs, dans les Ecoles normales d'instituteurs
et d'institutrices, dans les lyces, colleges et autres institu-
tions secondaires .
... Si, quelque jour, on institute un course rgulier de l'His-
toire de la Littrature Hatienne dans nos Ecoles secondai-
res, celui qui en sera charge trouvera, grce ce livre, la
moiti de son travail parfaitement point. Ainsi, une fois
encore, Dants Bellegarde aura efficacement servi son
pays, tout comme il le fait quand, journalist, il se dresse
contre l'inepte prjug de couleur et en dnonce les m-
faits et les exploiteurs, ou que, comme membre du gou-






II QUELQUES OPINIONS SUR ECRIVAINS HAITIENSs

vernement, il fortifie les fondements de notre education
national, moins que ce ne soit comme reprsentant
l'tranger o il dfend, aux grande assises internationales,
la cause de notre race injustement dcrie et inscrit le nom
d'Haiti l'ordre du jour de la conscience universelle.
Lon LALEAU.

*

... Ces pages choisies d'Ecrivains Hatiens confirment a-
bondamment ce que nous savions ou pressentions de l'acti-
vit intellectuelle d'une race qui lutta si vaillamment pour
son indpendance, sa libert. Nous ne pouvons, nous Fran-
ais, qu'tre touchs de son attachment notre langue,
notre culture. Et mme nous en sommes fiers... Le choix
est excellent. Vous avez group historians et littrateurs
d'esprit clair, toujours courageux et de grand sens moral.
Livre propager : je m'y emploie de mon mieux.
Georges LECOMTE,
Secrtaire perptuel de l'Acadmie
Franaise.
*

... En lisant les livres de Dants Bellegarde, et spciale-
ment son anthologie d'crivains hatiens, on dcouvre avec
bonheur une quality de langue, de style, de vocabulaire,
qui leur fait simplement honneur. Le franais don't ils
usent est savoureux, vigoureux, par certain cts plus pur
mme que celui don't se servent maints crivains franais
d'aujourd'hui, avec quelque chose de dru et d'exotique qui
en accrot le charme. Et ces crivains qui portent si joli-
ment de vieux noms de France Antoine Innocent, Lh-






QUELQUES OPINIONS SUR ECRIVAINS HAITIENS. III

risson, Fleury Fquire, Dulcin Jean-Louis mritent
de computer parmi les crivains de la vraie tradition fran-
aise, si mconnus qu'ils soient chez nous...

DANIEL-ROPS
*

La reputation international de M. Dants Bellegarde
fait accueillir l'avance avec ferveur les livres qui sortent
de sa plume comme les discours qu'il prononce avec cette
magnifique loquence don't nous gardons le souvenir. Ce
nouveau livre remplit un apostolat. Il fait connatre au
monde des crivains hatiens, en publiant des pages choi-
sies avec des notices biographiques. Comme M. Dants Bel-
legarde le met en lumire, il y a dans cette littrature d'ex-
pression franaise, comme dans la belge ou la suisse, quel-
que chose d'original, qui tient l'infiltration du gnie afri-
cain dans le gnie europen... La plus vive sympathie doit
tre donne ces branches transplantes en terre amri-
caine de la culture franaise.

Gabriel LOUIS-JARAY.
(France-Amrique Magazine)

*

Several years ago the distinguished Haitian statesman,
patriot and author, M. Dants Bellegarde, published a
series of extracts from authors along with biographical
notices, in the Catholic daily La Phalange. Chosen with
unerring insight, these passages revealed not only the long
and uninterrupted tradition of excellent Haitian writers,
but also their abiding interest in Haitian problems and
themes. Forty of these earlier authors are presented in the






IV QUELQUES OPINIONS SUR ECRIVAINS HAITIENS.

first of a three-volume series. Historians, educators, sociolo-
gists, physicians, lawyers, and political figures are quoted
on subjects as varied as agriculture, Vincent Og, Rocham-
beau, and zombis. Yet, amazingly, a sense of unity emerges
from the heterogeneous excepts. This unity stems both
from. M. Bellegarde's biographical remarks and from the
common focal points of all the selections : Haiti... The
essential oneness of the book is no mere accident; it is
rather a manifestation of the exceptional artistry of Dants
Bellegarde...
When the two remaining volumes appear, Ecrivains Hai-
tiens will doubtless be the closest approach to a history of
Haitian prose. It deserves a place in our college libraries
and French classes.

Mercer COOK
(Howard University, Washington, D. C.)











RAPPORT AU MINISTRY
DE L'EDUCATION NATIONAL


Monsieur le Ministre,
Nous avons l'honneur de vous rendre compete de la mis-
sion que vous avez bien voulu nous confier par votre lettre
du 12 fvrier 1948 en vue de donner suite la Rsolution
du Snat en date du 27 janvier 1948 recommandant l'adop-
tion de l'ouvrage de M. Dants Bellegarde, Ecrivains Ha-
tiens, comme livre de lecture dans les coles primaires de
la Rpublique.
Le livre de M. Bellegarde, sorti en juin 1947 des presses
de la Socit d'Editions et de Librairie de Port-au-Prince,
forme un volume de 302 pages : c'est le premier d'une srie
de trois, don't chacun doit comprendre 40 prosateurs, ce
qui donnera pour l'ensemble de l'ouvrage le nombre impo-
sant de cent vingt crivains reprsentant la fleur de la pen-
se hatienne.
Ainsi qu'il l'indique dans sa prface, l'auteur a considr
comme un devoir patriotique de faire connatre la g-
nration prsente et aux trangers amis d'Hati la plupart
de ces hommes qui ont honor notre littrature en travail-
ant, au milieu des tragiques dificults de la vie national,
l'volution intellectuelle de notre people .
A cette preoccupation patriotique se joint, chez M. Belle-
garde, le souci de montrer la fausset de l'opinion, qui s'est
malheureusement accrdite parmi nous et qui tend fire
croire que les crivains de l'poque antrieure ne se sont






VI RAPPORT AU MINISTRY

gure intresss, dans leurs euvres, aux choses d'Haiti.
C'est le contraire qui est vrai , affirme-t-il. Les longs ex-
traits qu'il a choisis des crits de quarante auteurs pr-
sents dans ce premier volume en de courts mais substan-
tielles notices biographiques et allant de Guy-Joseph Bon-
net (1773-1843) Clment Bellegarde (1878-1909) sont
tous centrs sur Hati, dcrivant ses paysages, sa faune et
sa flore, racontant son histoire et ses lgendes, dpeignant
les moeurs de ses habitants, exposant les besoins de son
people avide de bien-tre matriel et de progrs moral.
Dans le choix de ces extraits M. Dants Bellegarde a t
guid, il nous semble, par un triple souci : 10 donner de
chaque auteur un morceau formant un tout par lui-mme;
20 ne proposer aux jeunes lecteurs que des pages de sai-
ne morale et de pur civisme; 30 mettre sous leurs yeux
les meilleurs modles possibles de correction littraire et
de bonne prose franaise.
Ce n'tait pas l une tche facile, parce que, come le
dit l'auteur, la littrature hatienne est avant tout une
littrature d'action et presque tous nos crivains ayant
milit dans la politique leurs productions, nes dans la
fivre des polmiques, manquent souvent de ces qualits de
fond et de forme qui donnent une valeur durable aux oeu-
vres de l'esprit .
Il faut donc fliciter M. Bellegarde de nous avoir appor-
t une ouvre qui, faite de tant de morceaux divers, offre
cependant une telle unit de pense et qui, en donnant aux
jeunes Hatiens la plus haute opinion de la patrie commu-
ne et de ses fondateurs, soit galement pour eux la preuve
la plus manifeste des qualits d'assimilation et de creation
de la race laquelle ils appartiennent.
Bien que la plupart de ces morceaux puissent servir de
lectures et de dictes dans les coles primaires, il nous pa-






DE L'EDUCATION NATIONAL


rat convenable d'aller plus loin que la recommendation du
Snat en autorisant l'usage d'Ecrivains Hatiens dans les
course primaires suprieurs, dans les coles normales et
dans les tablissements d'enseignement secondaire, o cet
ouvrage former le complement ncessaire d'un course sur
la littrature hatienne.
Nous sommes heureux de nous trouver sur ce point en
parfait accord avec le Dr Mercer Cook, professeur de fran-
ais l'Universit Howard de Washington, qui, dans un
article de The Journal of Negro History d'octobre 1947,
page 517, crit ce qui suit : When the two remaining vo-
lumes appear, Ecrivains Haitiens will doubtless be the
closest approach to a history of Haitian prose. It de-
serves a place in our college libraries and French classes.
Not the least of its merits is that it will stimulate an inte-
rest in and understanding of the Haitian people .
Adoptant les considerations sur lesquelles le Snat s'est
bas pour justifier sa Rsolution du 27 janvier 1948 et y
joianant celles que nous avons exposes plus haut, nous
concluons ce que le Dpartement de l'Education Natio-
nale veuille bien autoriser l'usage du livre de M. Dants
Bellegarde, Ecrivains Hatiens (1re Srie), dans les coles
de la Rpublique, spcialement dans les Cours primaires
suprieurs, dans les Ecoles normales d'Instituteurs et d'Ins-
titutrices, dans les lyces, colleges et autres institutions
secondaires.
(Sign) Raymond DORET, sous-Secrtaire d'Etat l'E-
ducation Nationale; St-Victor Jn-BAPTISTE, chef de di-
vision l'Education Nationale; Amilcar LAMY, profes-
seur de belles-lettres au lyce Ption.

Fvrier 1948.


















ECRIVAINS HAITIENS














PREFACE DE LA 1re EDITION


A la veille du centenaire de l'indpendance national,
l'ouvre des Ecrivains Hatiens, fonde en 1897, confia
quatre de ses membres, Solon Mnos, Georges Sylvain, A-
milcar Duval et moi-mme, le soin de composer un recueil
de morceaux choisis des potes et des prosateurs d'Hati.
Cette anthologie en deux volumes part Port-au-Prince
le 1er janvier 1904. Deux ans plus tard, elle fut couronne
par l'Acadmie franaise qui adressa cette occasion, par
la plume de son secrtaire perptuel, M. Gaston Boissier,
un salut lointain aux Hatiens rests fidles la culture
franaise .
Commentant cet vnement littraire, l'un des auteurs
du recueil, M. Solon Mnos, disait dans un discours du 14
;anvier 1907: ... Telle est l'excellence de l'art que devant
lui s'vanouissent instantanment les malentendus et m-
me les prventions les plus invtres. Le prix dcern pal
l'Acadmie franaise est d'autant plus estimable qu'il s'ap-
plique un ouvrage consacr la glorification de notre in-
dpendance. Il n'est pas tmraire de dire qu'une coznci-
dence aussi significative accrot la haute valeur de cette r-
compense, attribue comme par un dcret de grande natu-
ralisation notre littrature autonome .
< Littrature autonome est bMen l'expression qui con-
vient pour caractriser la production littraire hatienne
durant un sicle et demi d'existence national, sans qu'on
veuille ou puisse donner au mot autonomie le sens ex-
cessif d'autarcie culturelle.






ECRMVAINS HAITIENS


La littrature hatienne a t avant tout une littrature
d'action. La plupart de nos auteurs ont crit beaucoup plus
pour agir que pour faire auvre littraire. Ils se sont en ef-
fet inspirs de la lutte hroque pour la libert et l'ind-
pendance ou se sont consacrs dbrouiller nos origines
historiques et discuter des plans d'organisation social.
Presque tous ont milit dans la politique. C'est pourquoi
le group des historians et sociologues est particulirement
imposant. Et c'est aussi pourquoi leurs productions, nes
dans la fivre des polmiques, manquent souvent de ces
qualits de fond et de forme qui donnent une valeur dura-
ble aux uvres de l'esprit.
Guy-Joseph Bonnet, Thomas Madiou, Baron de Vastey,
Beaubrun Ardouin, Cligny Ardouin, Saint-Rmy, Beau-
vais Lespinasse, Emile Nau, Eugne Nau, Linstant-Pradi-
nes, Saint-Amand, Hannibal Price, F. D. Lgitime, Demes-
var Delorme, Edmond Paul, Armand Thoby, Louis-Joseph
Janvier, Duracin Pouilh, Emmanuel Edouard, J. B. De-
houx, Enlus Robin, Dants Fortunat, Dulcin Jn-Louis,
Justin Bouzon, Joseph Jrmie, Justin Dvot, Frdric
Marcelin, Georges Sylvain, Solon Mnos, Jacques N. Lger,
Joseph Justin, J. B. Dorsainvil, L. J. Marcelin, Edmond
Hraux, Benito Sylvain, H. Paulus-Sannon, Fleury F-
quire, Thals Manigat, Nemours Auguste, Vergniaud Le-
conte, Adhmar Auguste, Justin Lhrisson, L. C. Lhris-
son, Lon Audain, Auguste Magloire, Windsor Bellegarde,
Stnio Vincent, Price Mars, Abel Lger, Gnral Nemours,
Gaston Dalencour, B. Danache, Antoine Michel, J. C. Dor-
sainvil, Duracin Vaval, Franois Dalencourt, Louis Mer-
cier, Placide David, Louis Emile Elie, Jules Faine, Suzanne
Comhaire-Sylvain, Catts Pressoir, Rulx Lon, Camille
Lhrisson, Madeleine Max Bouchereau, T. C. Brutus, Pier-
re Eug. de Lespinasse, Rodolphe Charmant, Candelon Ri-






ECRIVAINS HAITIENS


gaud, Hannibal Price fils, Flix Soray, Flix Magloire, Men-
tor Laurent, Georges Sjourn, Francis Salgado, Hermann
Corvington, Edmond Mangons, Charles Bouchereau, Clo-
vis Kernizan, Etienne Charlier, Louis Maximilien, Klber
Jacob, Lorimer Denis, Franois Duvalier, Louis Mars,
etc-, onm crit des tudes ou essais qui forment une contri-
bution important l'histoire de la socit hatienne.
Peu de potes hatiens ont cherch leur inspiration dans
le folklore national, come l'a fait avec succs le musi-
cien Justin Elie qui a puis dans les chants populaires la
matire de la plupart de ses compositions. Les autres, en
plus grand nombre, sont descendus en eux-mmes et nous
ont racont leurs joies et peines en des pomes intimes ou
dans des confessions lyriques. Quelques-uns ont abord ces
brands thmes ternels l'amour, la mort, la destine hu-
maine, la patrie, Dieu qui sont les mmes pour les potes
de tous les temps et de tous les pays.
La liste des potes, don't certain sont en mme temps des
prosateurs remarquables, est trs longue: Jules Solime
Milscent, Isaac Louverture, Pierre Faubert, Coriolan Ar-
douin, Ignace Nau, C. Sguy-Villevaleix, Virginie Sampeur,
Oswald Durand, Abel Elie, A. Fleury-Battier, Alcibiade
Pommayrac, Ducas-Hippolyte, Pascher Lesps, Tertullien
Guilbaud, Aurle Chevry, McDonald Alexandre, Isnardin
Vieux, Louis Borno, Georges Sylvain, Auguste Scott, Ars-
ne Chevry, Massillon Coicou, Amde Brun, Etzer Vilaire,
Justin Lhrisson, Nerva Lataillade, Edmond Laforest, Da-
mocls Vieux, Probus Blot, Maurice Brun, Jules Rose-
mond, Constantin Mayard, Ernest Douyon, Seymour Pra-
del, Ida Faubert, Charles Moravia, Timothe Paret, Lon
Laleau, Henri Durand, Luc Grimard, Dominique Hippoly-
te, Frdric Burr-Reynaud, G. Lescouflair, Christian Wer-
leigh, Louis Morpeau, Antonio Vieux, L. D. Hall, Emile
2







6 ECRIVAINS HAITIENS


Roumer, Carl Brouard, Jacques Roumain, Jean Brierre,
Roussan Camille, Pierre Mayard, Gervais Jastram, Magloi-
re-St-Aude, Regnord Bernard, Ren Blance, Marcel Dau-
phin, Justinien Ricot, P. Chrisphonte, Ren Dpestre, etc.
Parmi les romanciers et conteurs nous trouvons quel-
ques noms distingus Emric Bergeaud, Demesvar Delor-
me, Janvier, Frdric Marcelin, Justin Lhrisson, Fernand
Hibbert, Antoine Innocent, Justin Godefroy, Jules Dvieux,
Amilcar Duval, Flix Magloire, Edgar N. Numa, J. B. Ci-
nas, Stphen Alexis, Luc Grimard, Lon Laleau, Flix
Courtois, Thomas Lechaud, Richard Constant, Marc Verne,
Clante Valcin-Desgraves, Mme Etienne Bourand, Emile
Marcelin, Ption Savain, Cassus, Jacques Roumain, les
frres Thoby-Marcelin, F. Morisseau-Leroy, Jn-Joseph Vi-
laire, Victor Mangons, Gaston Thard, Lon Lahens, F-
lix Viard, Anthony Lesps, etc.
L'absence de thtres rguliers a toujours t un obstacle
la production dramatique en Hati. Ce genre est cepen-
dant reprsent par des crivains notables: Pierre Fau-
bert, Liautaud Ethart, Fleury-Battier, Henri Chauvet,
Massillon Coicou, Vandenesse Ducasse, Georges Sylvain,
Ed. Saintonge, Amilcar Duval, Duracin Vaval, Fernand
Hibbert, Lon Laleau, Georges Lger, F. Burr-Reynaud,
Dominique Hippolyte, Andr Chevalier, Alphonse Henri-
quez, Augustin, Stphen Alexis, Etienne Bourand, Henri
Durand, Arthur Lescouflair, Paul Savain, Daniel Heurte-
lou, Mme Olivia Manigat-Rosemond, Jean Brierre, Mme.
Jeanne Perez, Pierre Mayard, Roger Dorsinville, Ren Au-
dain, etc.
Ces listes sont loin d'tre compltes. Beaucoup d'oeuvres
de valeur sont restes en portefeuille ou se sont perdues
faute d'diteurs pour les publier. Un grand nombre d'cri-
vains journalists, conomistes, sociologues, conteurs,







ECRIVAINS HAITIENS


potes, qui competent parmi les meilleurs de notre littra-
ture ont sem leurs richesses dans des journaux et re-
vues aujourd'hui introuvables. Une large place devrait
galement tre rserve aux orateurs tels Charles Ar-
chin, Lger Cauvin, F. L. Cauvin, Michel Oreste, Edmond
Lespinasse, Louis-Edouard Pouget, Nemours Auguste, Pas-
teur Albert, Solon Mnos, Emile Deslandes, Etienne Ma-
thon, Pierre Hudicourt, Yreck Chtelain, Franois Mose,
etc., qui, au parlement, au barreau ou dans la chaire, ont
fait preuve d'un talent admirable.
Il m'a sembl que c'tait un devoir patriotique de faire
connatre la gnration prsente et aux trangers, amis
d'Hati, la plupart de ces hommes qui ont honor notre
littrature en travaillant, au milieu des tragiques difficul-
ts de la vie national, l'volution intellectuelle de notre
people.
L'ouvrage, don't j'offre aujourd'hui au public le premier
volume, comprend trois series, chacune de quarante cri-
vains hatiens choisis parmi les prosateurs. J'ai pens que
la meilleure faon de les prsenter tait de donner de cha-
que auteur, avec une notice biographique assez complete,
une page caractristique de son talent, formant un tout par
elle-mme et vraiment intressante pour le lecteur. C'tait
l un choix difficile faire, et cela m'a oblig, pour viter
la monotonie, panacher chacun des trois volumes en
y faisant figure des auteurs de genres diffrents apparte-
nant des gnrations diffrentes.
La lecture de cet ouvrage contribuera je l'espre
faire justice d'une opinion gnralement rpandue que les
crivains hatiens ne se sont gure proccups, dans leurs
euvres, des choses d'Hati. C'est le contraire qui est vrai.
Que, dans l'expression de leurs sentiments et de leurs
penses, les crivains hatiens aient subi l'influence de






8 ECRIVAINS HAITIENS

leurs modles franais et sacrifi bien souvent des modes
littraires passagres, cela est trop natural pour que l'on
s'en tonne. Quelques lus ont pu toutefois se dgager de
ces influences pour fair ceuvre original. Il en est de m-
me dans toutes les littratures : trs rares sont les crivains
qui, ayant eu le pouvoir de s'vader de l'atmosphre intel-
lectuelle dans laquelle ils vivaient, ont apport au monde
des forces d'art nouvelles ou rvl de nouveaux modes
de sentir et de penser.
Il y a exactement cent-dix ans, un prcurseur hatien,
Emile Nau, crivait dans son journal Le Rpublicain, de
1836: Nous ne pouvons pas nier que nous soyons sous
l'influence de la civilisation europenne : autrement, il fau-
drait affirmer que nous ne devons qu' nous-mmes nos l-
ments de sociabilit. Mais il y a dans cette fusion du gnie
europen et du gnie africain, qui constitute le caractre
hatien, quelque chose qui nous fait moins Franais que
l'Amricain n'est Anglais .
C'est ce quelque chose qui donne aux euvres hatien-
nes leur timbre particulier, mme lorsque l'auteur, se rap-
pelant qu'il est citoyen de l'humanit, aborde ces hauts su-
jets don't se nourrit la littrature universelle.

Dants BELLEGARDE.


18 octobre 1946.











GUY-JOSEPH BONNET
1773-1843

N Logne le 10 juin 1773, Guy-Joseph Bonnet mourut
Saint-Marc le 9 janvier 1843, aprs avoir parcouru l'une
des carrires les plus brillantes de l'histoire d'Hati. Ancien
aide-camp de Rigaud, il fut l'un des glorieux acteurs de la
lutte pour la libert, signa l'acte de l'indpendance du 1er
janvier 1804 en quality d'adjudant-gnral, devint gnral
de division et commandant d'arrondissement, fut rappor-
teur de la constitution rpublicaine de 1806, sigea au S-
nat de la Rpublique et, come Secrtaire d'Etat (autre-
ment dit ministry des Finances) organisa l'administration
hatienne, laquelle il donna une solide armature qui s'est
conserve jusqu' ces derniers temps.
Bonnet laissa des mmoires, que son fils Edmond recueil-
lit et publia, en 1864, sous le titre de Souvenirs Historiques
(Librairie A. Durand, 7, rue des Grs, Paris). Cet ouvra-
ge, d'une lecture attachante, apporte sur les premiers temps
de notre histoire comme nation indpendante une lumire
trs vive. On y trouve des aperus d'une tonnante clairvo-
pance sur l'volution du people hatien, et l'on est surprise
d'y voir avec quel sens pratique ce thoricien de la dmo-
cratie a propos et essay d'appliquer les measures les plus
propres rsoudre le problme politique, social et moral
d'Hati.

Le dfenseur d'Og et de Chavannes
La guerre tait partout rallume. Les premiers commis-
saires civils rsolurent de se retire et d'aller rendre comp-
te en France de la situation de la colonie.






10 ECRIVAINS HAITIENS

Cependant, les actes mmorables qui avaient signal la
lutte des hommes de couleur taient parvenus la connais-
sance de l'Assemble franaise. La moderation des concor-
dats leur avait concili l'opinion publique. La justice de
leurs rclamations tait reconnue de tous : la loi du 4 avril
vint consacrer leurs droits la libert et l'galit. De
nouveaux commissaires civils furent nomms: Polvrel,
Sonthonax et Ailhaud arrivrent bientt avec la mission
express de faire excuter la loi.
La lutte prit un caractre nouveau. La faction Lopar-
dine, appelant son aide les forces britanniques, livra au
gouverneur de la Jamaque les principaux points de l'le,
et l'on vit l'tendard du roi d'Angleterre se dployer sur
Jrmie, Tiburon, le Mle, Saint-Marc, l'Arcahaie. Les
Franais, chez lesquels dominant par dessus toute consi-
dration le sentiment religieux de la patrie, se rallirent
aux hommes rgnrs du 4 avril, et ce parti de la libert
soutint les principles de la Rvolution...
Lorsque les commissaires civils tablirent les conseils de
guerre charges de prononcer sur le sort des tratres qui por-
taient les armes contre la patrie, Bonnet fut nomm gref-
fier de la commission militaire sant au Petit-Gove. On
jugeait Dupaty, colon franais arrt dans les rangs des
Anglais. On venait de terminer la lecture de l'acte d'accu-
sation lorsqu'un inconnu, descendu de cheval la porte du
tribunal, se prsenta, bott, crott et peronn, la barre,
demandant dfendre l'accus.
Je suis Viol, dit-il, le seul avocat qui ait os publique-
ment, au Cap, prendre d'office la defense d'Og et de Cha-
vannes.
Aprs avoir retrac les souffrances de ces malheureux
jeunes gens, les tortures qu'ils avaient endures, les efforts






GUY-JOSEPH BONNET


qu'il avait faits en leur faveur, Viol annona qu'il tait ve-
nu dans le but de rendre le mme service son ami Dupa-
ty. En apprenant que celui-ci allait tre jug par un tri-
bunal compos d'hommes de couleur, il avait voyag nuit
et jour, sans prendre de repos, confiant dans leur magnani-
mit.
Mnes sacrs d'Og et de Chavannes dit-il en ter-
minant vous qui, du haut des cieux, avez assist mes
angoisses, je viens, en votre nom, rclamer de vos frres
qu'ils me rendent mon ami Dupaty. Me le refuseront-ils ?
Le tableau navrant des souffrances d'Og et de Chavan-
ries avait rveill tous les sentiments gnreux que l'horri-
ble assassinate de ces martyrs avait laisss dans le cour des
hommes de couleur. Rigaud, qui prsidait le tribunal, s'tait
couvert les yeux, ne voulant pas laisser voir les larmes qui
sillonnaient ses joues. Lefranc, qui, avec sa voix de sten-
tor, concluait toujours par la peine de mort, les paupires
gonfles, la poitrine oppresse, avait perdu la parole. L'-
motion fut telle qu'on dut lever la sance.
Les juges, en reprenant leurs siges, prononcrent un
verdict de non-culpabilit. Les deux amis se prcipitrent
dans les bras l'un de l'autre, et, comme le tribunal se reti-
rait, Viol, allant au-devant des juges, leur dit :
-Messieurs, vous avez rendu un jugement de dieux !

Bonnet et l'Agriculture
Comme commandant de l'arrondissement de Saint-Marc,
je portais l'agriculture une attention particulire. Aux
poques de plantation, mes agents parcouraient les campa-
gnes, engageant les cultivateurs soigner leurs ensemence-
ments. Je m'occupais des travaux de la rcolte et rprimais
le vagabondage. Convaincu que la facility des communica-






ECRIVAINS HAITIENS


tions favorite le dveloppement de l'agriculture, je mettais
tous mes soins la rparation et l'entretien des grandes
routes. Je faisais rouvrir les chemins vicinaux dans toute
la plaine, entretenir les digues de l'Artibonite et rtablir
autant que possible les anciens canaux d'irrigation. Par
ces measures, je prtendais amener l'aisance dans la popu-
lation.
Exciter les hommes au travail tait, selon moi, le vrai
moyen d'assurer la tranquillit publique... Les femmes
s'occupaient des travaux des champs et devaient subvenir
aux besoins de leurs maris, retenus dans les casernes: je
m'attachais reliever la dignit de la femme qui, associe
l'homme dans ses travaux, mritait ses soins et ses
gards...
Je cherchais corriger les meurs en les adoucissant. Un
vieux mntrier, Matre Charles, son violon sous le bras,
parcourait la plaine, et, souvent, s'installant en plein
champ, sous un arbre, donnait en musique des leons aux
cultivateurs. On vit bientt, dans le calinda, la danse au
violon s'installer ct de la danse au tambour, et les gr-
ces que dployaient les habitants de la champagne ne le c-
daient en rien celles des habitants de la ville.
En vue de cimenter l'union et de rapprocher les esprits,
j'appelais ma table les principles autorits, les officers,
l'lite des citoyens. Je trouvais toujours l'occasion, dans ces
runions, d'exposer les principles d'ordre, d'galit, de jus-
tice, de combattre les passions mauvaises qui nous avaient
valu nos dsunions...

Bonnet et la culture intellectuelle
L'Assemble Constituante de 1806, reconnaissant qu'il
important de s'occuper immdiatement de l'instruction pu-






GUY-JOSEPH BONNET


blique, avait insr dans la Constitution un article qui en
rendait la foundation obligatoire.
Ce n'tait pas une phrase banale. Sous le rgime colonial,
les colons, qui considraient comme un danger l'instruc-
tion chez les affranchis, s'taient fait un principle d'y met-
tre des entraves. Ceux des libres qui avaient acquis quel-
ques lumires faisaient exception. Les connaissances
taient concentres chez les blancs, et encore les plus ca-
pables dans l'administration, dans la magistrature, dans
les principles functions, venaient-ils d'Europe.
Il tait donc ncessaire, ds le principle, de propager l'ins-
truction afin de former les sujets que rclamaient les dif-
frentes branches du service public et de rpandre, dans la
population, les connaissances indispensables son am,lio-
ration. Je proposal, en consequence, d'tablir un Athne
o l'on pourrait tudier la littrature, la comptabilit, le
droit, les sciences exactes. Le Prsident Ption avait got
ce project. Il fut convenu que je m'adresserais un an-
cien secrtaire de Rigaud, rfugi aux Etats-Unis, homme
d'une grande rudition qui, bien que blanc et colon, avait
toujours loyalement soutenu la cause de la libert. Une
correspondence fut change. Ce monsieur acceptait, aux
conditions qu'on lui proposait. Dj il s'tait entendu avec
des professeurs; le personnel tait prt. Il ne manquait
plus l'accomplissement du project que les dernires ins-
tructions du gouvernement...


Guy-Joseph BONNET.











BEAUBRUN ARDOUIN
1796 1865

Beaubrun Ardouin a jou un rle considerable dans la
vie politique d'Hati. Il a fait de l'histoire avant de penser
l'crire. N l'Anse--Veau en 1796, il mourut Port-au-
Prince le 30 aot 1865 aprs avoir parcouru une carrire
brillante, traverse par des malheurs effroyables.
Journaliste, Beaubrun Ardouin fonda, en 1842, le
Temps dans lequel il crivit de nombreux articles sur
des questions d'organisation politique. Avocat, il devint
Commissaire du Gouvernement prs le Tribunal Civil de
Port-au-Prince. Il entra ensuite au Snat et occupa, en 1844,
le poste de Ministre de la Justice, de l'Instruction Publique
et des Cultes.
Envoy Paris en 1846 comme ministry plnipotentiaire,
il abandonna cette function en 1849 la nouvelle que son
frre et collaborateur Cligny Ardouin avait t fusill, le
7 aot de cette anne, la Croix-des-Bouquets. Il fut de
nouveau charge d'une mission diplomatique en France en
1859.
Ag peine de huit ans au moment o s'accomplissait
l'pope glorieuse de l'indpendance, Beaubrun Ardouin
n'avait point pris sa part des luttes hroques qui abouti-
rent l'acte du 1er janvier 1804. Mais son imagination en
resta tout blouie, et l'enthousiasme de l'enfant devait se
retrouver plus tard dans les pages vibrantes o l'historien
voque les grands souvenirs de la guerre sacre.
Beaubrun Ardouin ne s'tait point d'abord propos d'-
crire l'histoire d'Hati. Sa filiale amiti pour le gnral J-






BEAUBRUN ARDOUIN


rme-Maximilien Borgella lui avait inspir le project de d-
fendre la mmoire de cet honnte homme qui, apr.s avoir
eu les plus grands honneurs, avait connu la pire disgrace:
celle de voir mconnatre par une gnration frondeuse et
ingrate ses services les plus incontestables. Ayant abord
cette tude avec l'intention bien nette d'crire un plaido-
yer, l'auteur vit s'largir son sujet measure que se drou-
lait devant lui une existence si riche o venaient en quel-
que sorte retentir tous les chos de la grande histoire. Le
plan primitif se modifia peu peu, et la vie du gnral
Borgella ne fut plus dans la conception de l'crivain -
comme elle l'est dans la ralit qu'un pisode dans l'his-
toire d'une nation. Et c'est ainsi que parut en 1855 chez
Dezobry et E. Magdeleine, libraires, 1, rue des Maons-Sor-
bonne, Paris, la premiere dition d'un ouvrage monu-
mental en 11 volumes portant ce titre : Etudes sur l'His-
toire d'Hati, suivies de la Vie du Gnral J. M. Borgella .
Par cette publication, Beaubrun Ardouin, qui avait dj
fait paratre une Gographie d'Hati et un essai historique,
prenait l'une des premires places dans l'quipe brillante
qui eut le souci de dbrouiller les premiers temps de notre
histoire et de fixer les origins de la nation hatienne. Quel-
ques reserves que puisse provoquer le fond ou la forme de
leurs crits, il faut reconnatre que les Emile Nau (Histoi-
re des Caciques); les Bauvais Lespinasse (Histoire des Af-
franchis de St-Domingue); les Cligny Ardouin (Essais his-
toriques); les St-Rmy (Vie de Toussaint-Louverture, P-
tion et Hati); les Vastey (Le Systme Colonial Dvoil,
Rflexions sur les Noirs et les Blancs); les Thomas Madiou
(Histoire d'Hati); les Linstant-Pradines (Recueil des Lois
et Actes d'Hati) ont pos les fondements de notre histoi-
re national en y apportant une contribution de valeur in-
comparable.






16 ECRIVAINS HAITIENS

L'ouvrage de Beaubrun Ardouin eut un grand succs.
Une second dition en fut faite en 1860 l'Imprimerie
Donnaud, 9, rue Cassette, Paris. Il tait devenu rarissime
quand un imprimeur intelligent de Port-au-Prince, M.
Guillaume Chraquit, prit l'heureuse initiative d'en don-
ner une troisime dition en 1924: trois volumes seule-
ment sur onze ont t publis, l'diteur n'ayant trouv ni
du ct du public ni de la part du Gouvernement le con-
cours qui lui tait ncessaire pour continue son utile pu-
blication.
L'ouvrage embrasse la parties la plus important de no-
tre histoire, que Beaubrun Ardouin divise en deux prio-
des : l'une, la priode franaise, allant de 1789 1804; l'au-
tre, la priode hatienne, s'tendant de 1804 1844. Il n'y
a pas d'poque plus capital dans la vie de la nation ha-
tienne puisque c'est celle de ses origins et de son organisa-
tion. Beaubrun Ardouin avait fort bien comprise que c'est
dans l'histoire rvolutionnaire de St-Domingue qu'il fallait
chercher l'explication du present hatien .
L'tude la plus forte de l'ouvrage est celle o l'auteur
montre la jeune nation hatienne luttant contre elle-mme
pour purifier son sang des tares du rgime colonial, car
despotisme militaire, mpris de la vie humaine et de la li-
bert individuelle, aristocratisme prtentieux, esprit rvo-
lutionnaire, prjug de couleur, rivalits provinciales, voi-
l ce qu'Hati indpendante trouva dans son berceau et
don't elle a t pendant plus d'un sicle la palpitante vic-
time.
Aucun de nos historians n'a fait mon avis une analyse
plus pntrante du prjug de couleur et du localitisme
politique que celle qu'en a donne Beaubrun Ardouin:
il faudrait fire connatre tous les Hatiens les pages de
psychologie historique que l'auteur consacre ces erreurs






BEAUBRUW: ARDOUIN


ou malentendus qui ont si douloureusement divis et meur-
tri la socit hatienne.
Peut-tre faudrait-il se montrer plus rserv en ce qui
regarded la priode purement hatienne. L'auteur ne l'ou-
blions pas a jou un rle dans la plupart des vnements
qu'il raconte. Il a connu quelques-uns des personnages
don't il juge les actes. Comment aurait-il pu garder en tou-
te occasion la froide srnit de l'historien ? Mais son ef-
fort d'impartialit est marqu aux meilleures pages de son
livre. Avec quel souci de vrit et de justice ne juge-t-il
pas, par example, le Prsident Boyer, don't il fut l'ami et le
partisan fidle ? Le portrait qu'il a fait de ce chef d'Etat -
en qui qualits et dfauts se mlaient si humainement -
est un modle du genre.
Beaubrun Ardouin n'a pas seulement dress l'acte de
naissance de la nation hatienne. Il a encore dmontr par
son example de quel effort intellectual notre people est ca-
pable. Il avait fait des tudes insuffisantes qu'il complta
grce un incessant labeur personnel. Il appelle lui-mme
lindulgence du lecteur sur la pauvret de son style. Si
cet ouvrage crit-il trouve quelques lecteurs Paris,
ils y verront beaucoup d'incorrections dans le style, encore
plus de fautes centre les rgles de la grammaire : il ne leur
offrira aucun mrite littraire . On sent que Beaubrun Ar-
douin exagre volontiers ses dfauts et qu'il y met mme
quelque coquetterie. Si sa langue n'est pas d'une puret
parfaite et mranque parfois de relief, elle est par contre tou-
jours claire, souvent entranante et prend en certaines oc-
casions un accent d'loquence rellement mouvant.
Ce sera la mission de la critique historique de sparer
le bon grain de l'ivraie dans l'oeuvre de cet crivain, qui fut
un homme de bien et un grand Hatien.







ECRIVAINS HAITIENS


Au Tribunal de l'Histoire

Des circonstances qu'il est inutile de mentionner ici m'ont
amen m'occuper de l'histoire de mon pays dans la capi-
tale mme de cette nation qui en avait fait la plus florissan-
te de ses colonies. Jouissant de la scurit que les tran-
gers sont toujours assurs d'y trouver, de la srnit d'es-
prit que son hospitality bienveillante me laisse loin de ma
patrie, je croirais manquer la haute estime que m'inspire
la France si mon travail devait se ressentir de la moindre
gne lorsque j'ai dvoiler les fautes commises Saint-Do-
mingue par ses gouvernements antrieurs. Ces gouverne-
ments n'ont pas seulement commis des fautes : ils ont t
injustes envers les hommes de la race noire don't je fais
parties. Des crimes, imputables surtout aux colons, ont pro-
duit les rvolutions qui ont amen la separation de cette
ancienne colonie de sa mtropole. Je les signalerai peut-
tre avec quelque chaleur mais sans rancune, sans haine.
La France, d'ailleurs, a noblement rpar ces injustices.
Sous le rgne d'un monarque clair et just, sous le mi-
nistre d'un homme d'Etat don't la loyaut est connue de
tous, la France a compris que ce jeune people, que ses
principles et ses ides avaient appel la libert, tait digne
aussi du respect qu'elle porte toutes les nationalits. Elle
a compris que ce pays, o elle a dpos le germe de sa
civilisation avance, mritait qu'elle l'aidt dvelopper la
sienne encore dans l'enfance. Elle a reconnu ses droits
l'indpendance et la souverainet politique.
Si elle avait agi autrement, la France et manqu sa
mission dans le monde. Depuis 1789, n'est-elle pas en quel-
que sorte le phare de la libert pour les peuples ? Elle a
fait plu-, encore : elle est entre dans cette voie de protec-
tion gnreuse qu'en digne mule de l'Angleterre elle ac-


18







BEAUBRUN ARDOUIN


corde aussi la race africaine, et sa dernire revolution a
port la libert dans ses colonies...
Les intrts qui rapprochent Hati de la France sont fon-
ds sur ce qu'il y a de plus puissant parmi les nations:
conformit de religion, de language, d'ides, de principles, de
legislation, de mours, d'usages, outre le got conserv pour
les products franais. Hati procde de la France comme
l'Union Amricaine procde de l'Angleterre...
En retraant les vnements de l'histoire de mon pays, si
je loue l'nergie de nos pres, je ne dissimulerai pas les ac-
tions criminelles qui ont parfois accompagn la conqute de
leurs droits. Je ne les justifierai pas parce que la morale
rprouve une telle justification, et que les crimes n'enno-
blissent jamais la cause de la libert. Mais je les explique-
rai, je les excuserai peut-tre en raison des atrocits qui
les provoqurent.
Au tribunal de l'histoire comme celui de la justice, l'ex-
cuse peut faire absoudre : elle ne fait pas acquitter. Mais
l'histoire, de mme que la justice, prend toujours en consi-
dration l'tat intellectual et moral des hommes pour les
juger quitablement.
Je ne redoute point son jugement pour mon pays.

La jeunesse de Borgella
Jrme-Maximilien Borgella naquit au Port-au-Prince,
le 6 mai 1773, d'un blanc et d'une quarteronne. La nature
qui, dans l'union entire les deux races, europenne et afri-
caine, se plaisait souvent combiner ses couleurs de ma-
nire confondre l'orgueil de la premiere, fit du jeune Ma-
ximilien un tre don't le physique tait en tout semblable
celui des blancs. Devenu homme public, il eut quelque-
fois occasion de rectifier l'erreur o se trouvaient, ce su-
jet, des Europens qui visitrent le pays.






20 ECRIVAINS HAITIENS

Son pre, Bernard Borgella, grand planteur, avocat au
conseil suprieur de Port-au-Prince, devint maire de cette
ville au commencement de la revolution et fut ensuite pr-
sident de l'assemble central de Saint-Domingue sous le
gouvernement de Toussaint Louverture, don't il tait le
principal conseiller. C'tait un homme de grande capacity.
La mre de Maximilien se nommait Ccile La Mahauti-
re, d'une famille respectable de cette classes de couleur
voue au mpris de la classes blanche. M. Borgella n'et pu
l'pouser sans se msallier et perdre les droits que lui don-
nait son origine europenne. Les murs du temps, le be-
soin de protection, faisaient ces alliances naturelles que les
blancs, auteurs des lois coloniales, fltrissaient ensuite.
Maximilien tait donc un enfant natural, un btard selon
l'expression en usage cette poque. Il ne fut pas, et il ne
pouvait tre reconnu par son pre : celui-ci ne fit mme au-
cun cas de lui dans son enfance. Mais quand ses qualits
personnelles l'eurent fait distinguer, quand sa bravoure sur
le champ de bataille eut t remarque, dcouvrant alors
que son sang n'avait pas dgnr dans les veines de ce
multre, M. Borgella l'aima assez pour saisir l'occasion de
le protger auprs de Toussaint-Louverture.
Maximilien, qui n'tait pas autoris par la loi civil por-
ter le nom de Borgella, le prit cependant comme l'ont fait
la plupart des multres lorsque la loi du 4 avril 1792 eut
tabli la parfaite galit entire tous les hommes libres de
la colonie... Toutefois, le jeune Borgella, en voyant son
pre le rechercher aprs les premiers succs des hommes
de couleur, lui rendit affection pour affection. Il respect
celui don't il honorait dj le nom. Il arriva un temps o
ii tendit son affection sur des seurs blanches, habitant
Bordeaux. Il fut gnreux envers elles, en leur faisant par-
venir des secours pcuniaires : ce fut dans les annes qui







BEAUBRUN ARDOUIN 21

suivirent 1815, poque du rtablissement des relations en-
tre Hati et la France.
Le jeune Maximilien n'avait qu'un an quand il perdit sa
mre. Celle-ci avait une sour, Fillette La Mahautire, qui
prit soin de son neveu avec une tendresse toute maternelle.
Elle le mit l'cole de bonne heure. En 1783, son pupille
ayant atteint sa dixime anie, elle quitta le Port-au-Prin-
ce pour aller habiter les Cayes. Elle voulait l'y emmener
avec elle, mais la grand'mre de cet enfant, Olive Lebeau,
ne put consentir l'loignement de l'orphelin, qui lui rap-
pelait une fille chrie. Cohabitant avec un blanc, M. Ithier,
qui tait procureur gnral de plusieurs sucreries au Cul-
de-Sac, et qui demeurait sur l'habitation Lathan, elle le
garda auprs d'elle. Le petit Borgella y passa trois autres
annes, continuant apprendre lire de M. Ithier, qui tait
son parrain et qui, ce titre vnr dans les colonies, de-
vint son protecteur, un vrai pre. Les principles d'honneur
de cet homme de bien passrent au ceur de l'orphelin d-
laiss par son pre natural : cette education de famille y
germa avec fruit.
La constitution robuste de l'adolescent se fortifia, pen-
dant son sjour Lathan, par des exercices journaliers : il
y apprit conduire son cheval, le matriser. Aussi ses
premires armes furent-elles dans la cavalerie : il en devint
un officer remarquable.
En 1786, M. Ithier rsigna ses functions cause de son
ge avanc. Il alla habiter la Croix-des-Bouquets. Le jeune
Borgella n'ayant que 13 ans, il le fit continue apprendre
lire, crire et calculer. Ce digne homme et-il voulu faire
davantage pour son protg qu'il ne l'aurait pu : le rgime
colonial n'admettait pas qu'il y et Saint-Domingue des
tablissements d'instruction publique o l'intelligence des
multres et des ngres pt se dvelopper... Toutefois, l'ef-
fet des rvolutions tant de dvelopper promptement l'es-
3






ECRIVAINS HAITIENS


prit des hommes par les innovations qu'elles engendrent,
on a vu les multres et les ngres, anciens et nouveaux li-
bres, acqurir une experience dans les affaires, un juge-
ment sr pour les mener leurs fins, qui tonnrent les
blancs eux-mmes. Borgella fut l'un de ces hommes qui
se distingurent sous ce rapport: il tait dou d'un bon
sens qui vaut autant que l'esprit dvelopp que donne une
instruction suprieure.
Par les entraves que le rgime colonial mettait au dve-
loppement de l'intelligence des multres et des ngres, le
complement oblig de- leur education tait de savoir un
mtier quelconque. Cette ncessit tait dans la logique des
faits. Du moment que les affranchis ne devaient point pr-
tendre l'exercice des droits politiques, par consquent.
aux emplois et aux charges qui en drivent, du moment que
certaines professions mme leur taient interdites, il tait
convenable qu'ils se livrassent l'exercice des arts et m-
tiers par lesquels l'homme libre parvient, dans la socit,
la richesse, la proprit, partant l'indpendance person-
nelle. Le travail, d'ailleurs, honore toujours celui qui oc-
cupe ses bras pour gagner honntement son existence; il
moralise les peuples; il acclre leur civilisation; il devient
une sorte de sanction des lois divines et humaines qui ont
pour but la conservation et le progrs incessant des soci-
ts. Un pays o le travail ne serait pas honor par les clas-
ses les plus intelligentes serait condamn prir dans l'a-
narchie... Ce n'est donc pas cet gard qu'il faut condam-
ner le rgime colonial, mais parce qu'en mme temps il
s'opposait l'tablissement d'institutions propres dve-
lopper ]'intelligence des affranchis, de toute la race noire
oui habitat les colonies, afin de perptuer leur asservisse-
ment...
D'aprs cette ncessit du temps, Borgella fut plac,
seize ans, l'apprentissage du mtier de charpentier, sous


22






BEAUBRUN ARDOUIN 23

in blanc qui ne savait ni lire ni crire. Cet homme tait de
la classes des petits blancs et Europen. C'tait une circons-
tance propre ne causer son apprenti aucune humilia-
tion, puisque celui-ci reconnaissait par l qu'en Europe
mme il y avait une portion du people qui n'tait pas
mieux partage que les affranchis des colonies. Mais le d-
sagrment du prjug de la couleur tait que ce matre
charpentier se croyait, cause de sa peau blanche, un hom-
me bien suprieur cet apprenti, qui, un teint identique
au sien, joignait l'avantage de possder les premiers l-
ments des connaissances humaines. Borgella devint le com-
mis de son matre ouvrier; il lui faisait ses critures. Que
de fois ce matre ne dut-il pas sentir intrieurement son
orgueil humili, tant contraint de recourir la plume de
ce jeune homme !
Nous venons de constater l'effet moral de l'habitude du
travail impos aux affranchis. Elle produisait encore un
effet tout physique, don't ils surent tirer parti dans leur
lutte arme contre les dominateurs de la colonie. Le travail
les fortifiait, en les rendant propres supporter les plus
rudes fatigues. C'est ainsi que le service qu'on exigeait
d'eux dans la marchausse ou gendarmerie, pendant trois
ans, leur donnait l'habitude des armes et l'habilet les
manier. En gnral, ces hommes taient d'excellents chas-
seurs, et Moreau de Saint-Mry lui-mme reconnaissait,
avant cette poque, l'utilit don't ils pourraient tre pour
la defense de la colonie. C'est cette aptitude incontesta-
ble, reconnue aux hommes de couleur, que l'on dut l'ide,
suggre sans doute par le Comte d'Estaing, ancien gou-
verneur de Saint-Domingue, d'enrler six cents d'entre eux
pour faire parties de son expedition en Gorgie lorsque la
France soutenait les colonies anglaises insurges contre
leur mtropole...
Beaubrun ARDOUIN












BAUVAIS LESPINASSE
1811 1863

Fils de Jean-Franois Lespinasse et de Cornlie Bauvais,
Bauvais Lespinasse naquit Port-au-Prince en 1811 et
mourut dans la plaine du Cul-de-Sac en 1863. Son pre
- crit Duracin Pouilh fut l'un des hommes les plus
comptents et les plus honorables de l'poque: il occupa
successivement les functions de Commissaire du Gouverne-
ment, de Juge au Tribunal Civil, de Snateur et de Doyen
du Tribunal de Cassation. Grce sa sollicitude, Bauvais,
Dumai et leurs autres frres reurent une brillante ins-
truction au lyce Ption .
Tandis que Dumai, devenu avocat, prenait au barreau
l'une des premires places parmi les clbrits du temps,
les Flon, les Nathan, les Franklin, les St-Amand, et, sui-
vant sa nature imptueuse, se jetait tte baisse dans la
politique, Bauvais se consacrait au commerce. Mais les oc-
cupations de son ngoce ne l'absorbaient pas tout entier: il
appartenait cette jeunesse instruite, qui, sortie du lyce
et de l'Institution Cauvin, tait comme dit encore Du-
racin Pouilh impatiente de voir le pays sortir de l'iso-
lement o il tait des progrs du sicle, et qui avait trou-
v en Dumai Lespinasse son chef de file le plus ardent .
Bauvais collabora au Rpublicain (1836), l'Union
(1837-1839) et travailla particulirement une oeuvre de
grande importance au point de vue de la formation ethni-
que et de l'volution social de la nation hatienne, son His-
toire des Affranchis de St-Domingue en 2 volumes. Le pre-
mier volume seulement fut public par les hritiers de l'au-







BAUVAIS LESPINASSE


teur en 1882 (Paris, Imp. Joseph Kugelmann, 12, rue de la
Grange-Batelire).
L'extrait que nous donnons ici est tir de la prface de
l'Histoire des Affranchis.

La Civilisation Noire et son Avenir
Notre gnration arrte avec orgueil son attention sur
l'poque de notre histoire o les enfants de la race africai-
re chassent leurs oppresseurs, o le pays cesse d'apparte-
nir la France. Mais elle parcourt avec horreur ou avec
indignation les pages de la servitude. Nous sommes trop
prs de l'esclavage pour le juger froidement mais nous ne
pouvons effacer cette priode de nos annales, ni l'ignorer,
ni l'oublier. L'humiliation de notre race n'est point, selon
nous, dans les travaux excessifs, dans les chanes, dans les
roues, dans tous les instruments de torture et de supplice
de l'ancien rgime, mais dans les peines morales poignan-
tes que notre gnration ne connat pas assez et qui doivent
remplir pourtant les pages fondamentales de notre his-
toire.
Des peuples puissants de ce sicle ont vu leur berceau
l'esclavage rgner chez eux. Il y a eu des esclaves blancs en
Europe, comme il y a des esclaves noirs en Amrique. De
tous temps, par des voies plus ou moins directed, les hom-
mes ont abus de leurs semblables. Les peuples oublient les
maux de l'esclavage, quand il est dtruit, comme toutes les
douleurs de leur existence. Mais perdra-t-on aussi facile-
ment le souvenir de l'injure odieuse que le prjug a faite
toute une race d'hommes ?...
L'esclavage tait un crime ancien, et on avait vu des es-
claves de toutes les couleurs sur la surface de la terre. Mais
jusqu'ici la race blanche n'avait pas song exclure la ra-


25






ECRIVAINS HAITIENS


ce noire de l'espce humaine. Cet attentat fut la plus gran-
de et la plus rvoltante audace de l'homme depuis la cra-
tion. Le prjug de couleur fut institu en 1724 par Louis
XV. Quarante-deux ans s'coulrent sans que les colons
blancs de Saint-Domingue, malgr l'active instigation des
gouverneurs envoys cet effet, voulussent admettre dans
leur legislation ou plutt dans leurs mours cette iniquit.
Vaincus enfin tant par la violence que par l'adresse et les
tentations d'une cour corrompue, les blancs de Saint-Do-
mingue se jetrent dans le systme qui consistait exclure
la race noire de la famille humaine.
C'est dans la correspondence qui eut lieu, en 1767, entire
le Conseil suprieur de Port-au-Prince et le ministry des co-
lonies, que l'on voit apparatre les faiblesses de ce Conseil,
jusqu'ici nergique comme celui du Cap, qui ploya ds lors
sous la volont royale et entrana les colons dans l'abme.
L'anne 1767 doit tre indique comme le dbut d'une p-
riode de trente-six ans, o l'or roula d'abord comme un
fleuve a Saint-Domingue, o les colons se noyrent dans
les dlices, mais o se montrrent aussi les lments de
leur ruine, o l'esclavage tomba comme un chafaudage,
o enfin la plus enviable colonie des Antilles fut jamais
perdue pour ceux qui avaient tabli une barrire insurmon-
table entire les deux races...
Deux faits dominant, comme deux pivots sur lesquels
tourne l'histoire de cette revolution : c'est, d'abord, l'esprit
de libert que l'homme de couleur a inculqu au noir; c'est,
ensuite, l'esprit d'indpendance que le noir a inculqu
l'homme de couleur.
Par la naissance du multre, l'esprit de libert eut accs
dans la population esclave de Saint-Domingue vivant dans
l'loignement de toute lumire. La procration de l'homme
le couleur fut le germe de la destruction de la servitude. Le






BAUVAIS LESPINASSE 27

blanc ayant donn de l'instruction l'homme de couleur
parce qu'il tait son fils, l'homme de couleur claira le noir
parce qu'il tait son frre. La revolution de 1791 est essen-
tiellement due l'esprit du multre. Les anciens noirs li-
bres, tous hommes du plus grand dvouement, se laissrent
entraner par cet esprit. Ils s'unirent troiteinent aux hom-
mes de couleur pour armer les esclaves et leur faire con-
natre ce qu'ils ignoraient : leur nombre et leur puissance.
Tel fut le mystrieux travail qui mina l'esclavage et dtrui-
sit l'infme prosprit de Saint-Domingue.
Mais quand la libert fut conquise, il y eut une autre
grande tche accomplir, et ce fut, cette fois, le noir qu.i
en prit l'initiative. L'esprit d'indpendance dcoulait natu-
rellement des ides de la population africaine de Saint-Do-
mingue, devenue libre et victorieuse. Instincts, meurs, ten-
dances, traditions africaines, tout loigne le noir de la Fran-
ce. L'indpendance d'Hati fut amene par l'esprit du noir.
Quoique les hommes de couleur aient pris une part fort
active dans la guerre de l'indpendance, ils n'ont pas moins
t entrans par l'esprit d'indpendance du noir, qui s'tait
montr et dvelopp avant cette guerre...
Les hommes de tous les points du globe sont ns pour
s'entendre. Soyez-en sr, l'industrie, les talents et la ver-
tu les rapprocheront. Un jour, le Noir d'Hati se rconci-
liera sincrement avec le blanc. Ce jour dpend du mou-
vement philanthropique dans le monde. Ce jour arrivera
infailliblement quand l'esclavage sera aboli dans toutes les
Antilles, quand la servitude des Etats du Sud des Etats-
Unis cessera de former un contrast avec les institutions
du people le plus libre de la terre. Alors les noirs d'Hati
S'auront plus redouter la presence des blancs dans tou-
tes les relations de la vie civil et de la vie politique. On
verra les noirs eux-mmes convier les blancs se joindre






ECRIVAINS HAITIENS


eux, car ils seront tourments par les besoins de progrs,
come toutes les nations qui entrent dans les grandes
voies de la civilisation. Si les blancs se distinguent par cer-
taines qualits qui sont le propre de leur organisation, les
noirs se font remarquer par certaines qualits natives que
l'ducation rendra inapprciables en les faisant ressortir.
C'est le contrast qui fera le charme du rapprochement...
L'alliance des blancs et des noirs, qui avait eu lieu mal-
gr l'odielvx rgime colonial, s'effectuera sur une base du-
rable da.ns la socit nouvelle, o l'on voit briller la belle
et int&ressante population noire d'Hati, qui a dj fait tant
tde progrs et qui advance de plus en plus sur les chemins de
la civilisation. C'est l un ordre trac dans le ciel en lettres
ineffaables.
Mais peut-on parler de l'tat politique d'Hati, de l'ave-
nir des Antilles et de la race noire en Amrique sans ar-
rter sa pense sur l'Afrique ? C'est l'Afrique, notre m-
re, que nous devons la couleur qui est encore, aux yeux de
quelques nations, l'emblme de l'infriorit. Ainsi, l'Afri-
que doit tre l'objet de tous nos veux, de toutes nos es-
prances...
Hati, fille ane de l'Afrique, considre son histoire et sa
civilisation comme la premiere page de l'histoire de la r-
habilitation de sa race. Elle doit donner l'exemple ses
jeunes soeurs, en renouvelant sans cesse ses rclamations
pour la civilisation de l'Afrique devant le congrs des na-
tions appeles faire de l'humanit une grande famille de
frres...
Bauvais LESPINASSE












EMILE NAU
1812- 1860


N Port-au-Prince le 26 fvrier 1812, Emile Nau mou-
rut en la mme ville le 27 fvrier 1860. Il publia des arti-
cles dans les journaux Le Rpublicain, L'Union, Le Mani-
feste, et surtout dans La Rpublique, qu'il dirigea lui-m-
me de 1859 la date de sa mort. Son uvre principal est
l'Histoire des Caciques d'Hati, imprime Port-au-Prince
en 1854, rimprime Paris en 1894 (Gustave Gurin &
Co., diteurs, 22, rue des Boulangers) par les soins de M.
Ducis Viard.
Dans la prface, Emile Nau explique en excellent ter-
mes les motifs qui le dterminrent crire ce livre:
Je me suis hasard, dit-il, crire l'histoire des popula-
tions primitives et de la dcouverte d'Hati. Je pourrais
m'inquiter d'avoir bien ou mal russi, mais si les lecteurs
indulgents m'amnistient rien que pour avoir essay de pro-
duire une uvre utile, cela me suffira.
L'histoire entire d'Hati jusqu' ce jour se divise bien
nettement en quatre priodes : d'abord, celle de la dcou-
verte o s'opre l'envahissement du pays par la race euro-
penne et o nous voyons la population aborigne rapide-
ment dvore par la conqute; la second, celle de la colo-
nisation et de l'introduction de la race africaine, o Hati
devient Saint-Domingue; la troisime, poque du conflict des
deux races, des matres et des esclaves, puis celle de la
classes intermdiaire des libres et des affranchis, celle de l'-
mancipation gnrale suivie de la tentative du rtablisse-






30 ECRIVAINS HAITIENS

ment de la servitude et de la guerre de l'Indpendance; la
ouatrime, enfin, celle du triomphe des indignes, de la li-
bert et de la nationalit hatienne, o Saint-Domingue re-
devient Haiti.
Les deux dernires priodes ont t traites avec un ta-
lent qui honore le pays par deux de mes compatriotes. Dans
l'un de ces ouvrages, qui est en plus grande parties public,
la premiere priode, n'entrant pas dans le plan de l'auteur,
a t rsume trop brivement pour offrir tout l'intrt
qu'on y doit trouver. J'ai eu l'intention de combler cette la-
cune. Qu'un crivain national entreprenne maintenant de
retracer l'poque de la colonisation, voil toute l'histoire
'Hati difie par des mains hatiennes. Il est trs hono-
rable assurment pour notre pays que ses annales soient
conserves et transmises par ses propres nationaux. Je
tiens beaucoup, pour ma part, cet honneur. J'ignore les
destines de ma patrie; j'ignore ce qu'elles pourront peser
dans celles de l'humanit; mais, je l'avoue, je me suis tou-
jours vivement proccup de l'importance de sauver son
histoire de l'oubli.
Hati a dj suffisamment de titres l'attention et
l'intrt de la postrit, pour avoir t le berceau de la
civilisation europenne en Amrique. Les premires den-
res tropicales, qui sont revenues aujourd'hui indispensa-
bles et d'un usage universal, c'est elle qui les a prodigues.
C'est l que la premiere glise a t btie, et que la pre-
mire semence du christianisme conqurant un monde nou-
veau a t rpandue. Une race sociable et intressante y a
pri tout entire et sa posie avec elle. Le premier essai
de la colonisation qui a transform cet hmisphre y a t
tent et y a russi. L'esclavage africain avec ses horreurs
a commenc sur ce sol, mais les premiers cris de libert en
sont parties; les premires chanes de la servitude y ont t
brises. Le premier people noir libre s'y est constitu...






EMTLE NAU 31


L'ouvrage d'Emile Nau eut un vif succs en Hati comme
en France. La grande publication parisienne, la Revue Con-
temporaine, en fit une critique logieuse que reproduisit in-
tgralement Le Moniteur hatien du 8 septembre 1854, et
don't nous extrayons le passage suivant :
Ce livre mrite de fixer notre attention parce qu'il fait
revivre de la vie de l'histoire un people entier, un people
doux et inoffensif, que nous avons tu, nous Europens,
nous chrtiens, en lui portant la croix et l'Evangile. Il nous
intresse encore parce qu'il est l'oeuvre d'un Hatien, et
que nous entourons de toutes nos symapthies cette jeune
nation, qui, aprs avoir conquis la libert, s'efforce de crer
une littrature national. L'le d'Hati compete dj quel-
ques potes: Dupr, Chanlatte, Mullery, Oger Longuefos-
se, Milscent et surtout Ignace Nau et Coriolan Ardouin.
Elle possde un publiciste remarquable : M. Linstant; mais
la littrature historique est celle qui jusqu' ce jour a pro-
duit en Hati les ouvres les plus remarquables. Dans cette
carrire difficile se sont distingus principalement : M. Ma-
diou, don't les trois volumes ont obtenu un succs lgitime;
M. Saint-Rmy, auteur d'une Vie de Toussaint-Louverture,
chaudement crite et brillante de colors; M. Beaubrun
Ardouin, don't ici-mme nous avons nagure apprci les
tudes pleines de justesse et de profondeur. Ces travaux
recommandables laissaient, malgr leur tendue, deux la-
cunes dans l'histoire de Saint-Domingue. M. Emile Nau
vient d'en combler une en publiant son Histoire des Caci-
ques, laquelle il s'tait ds longtemps prpar par d'ex-
cellentes tudes sur les antiquits de son pays.
M. Nau a fait prcder son livre d'une introduction con-
sacre tout entire l'histoire de Christophe Colomb, jus-
qu'au moment o ce grand homme aborda aux rivages ha-
tiens. Entrant ensuite en mtire, il dcrit la situation de






ECRIVAINS HAITIENS


'ile l'poque de la dcouverte, l'tat social des indignes,
leurs mours, leur industries, leur religion, leurs croyan-
ces, etc. Ce premier chapitre prsente un intrt particu-
lier. Nous y retrouvons les dbris curieux du systme cos-
mogonique des anciens Aborignes, l'origine du soleil et
de la lune et la gense de l'humanit... Nous sommes en-
trs dans ces dtails pour donner une ide de l'intrt
qu'offre au point de vue archologique le livre don't nous
nous occupons.
C'est une histoire de sang et de larmes que celle des
Hatiens soumis au joug des Espagnols altrs d'or...
M. Emile Nau retrace avec un talent rel ce drame lamen-
table, qui finit par l'anantissement de la classes aborig-
ne... Il a consacr ses deux derniers chapitres mettre en
lumire la belle et noble individuality du cacique Henri, et
ce chef indien tait digne par ses vertus, son courage et
sa gnrosit d'inspirer l'historien d'Hati les plus belles
pages de son livre.
M. Nau termine son ouvrage par un appendice traitant
de la gographie primitive d'Hati, de l'Eldorado imaginai-
re de Banque, de la langue et de la littrature des anciens
Hatiens. Il y a joint enfin une flore hatienne, travail in-
tressant de son frre, M. Eugne Nau. Ce livre, don't nous
venons de donner une succincte analyse, est nettement et
lgamment crit; il intresse toujours et souvent il meut,
parce que l'auteur ne s'est pas content d'y mettre son ta-
lent et qu'il y a laiss couler quelque chose du coeur qui va
cu coeur. Nous n'avons qu'un reproche lui adresser. Il a
laborieusement et consciencieusement recueilli tous les
lambeaux pars de l'histoire primitive d'Hati : il aurait d
indiquer, dans des notes jetes au bas de chaque page, les
sources qu'il a consultes, non pour mettre couvert sa
vracit d'crivain, qui assurment ne sera pas conteste,






EMILE NAU


mais pour fire connatre au lecteur tous les ouvrages aux-
quels on peut se reporter pour tudier, soit dans son en-
semble, soit dans leurs dtails, les annales hatiennes .

Le Cacique Henri
Pendant qu'en Europe la philanthropic s'puisait en vains
efforts pour arracher les derniers vestiges des aborignes
d'Hati au plus dur esclavage et que l'avidit colonial refu-
sait obs;inment de lcher sa proie et de laisser ranonner
ses victims, ces serfs eux-mmes reprenaient en main la
cause de leur mancipation. Ils recommenaient la lutte
interrompue la chute du cacique Cotubanama. Ils n'-
taient plus qu'une poigne; ils taient bout de souffran-
ces et de dsespoir; leur destruction tait inevitable. Ils le
savaient bien, mais ils se dvouaient une fin glorieuse.
Que les derniers Aborignes prissent au moins libres, et
que, par un effort supreme, par une resolution hroque,
ils vengent, en tombant ou avant de disparatre, tout le
sang vers de leur race, toutes les souffrances de leurs fr-
res qui furent asservis et gorgs sans resistance et sans
comba Que le sol reste aux conqurants impitoyables,
mais que pas un seul de ses lgitimes possesseurs n'y soit
enchan et n'y vive dans la dgradation et le dshonneur !
Tel est le serment qu'ils semblent avoir fait. Ils ne se par-
jurrent point. Ils se jetrent dans leurs montagnes, ces
remparts naturels de la libert et de l'indpendance; ils
y soutinrent pendant quatorze annes le choc des conqu-
rants, y devinrent formidable, mirent la colonie deux
doigts de sa perte, et obtinrent enfin une paix honorable,
qu'ils stipulrent sous les conditions d'une entire libert
pour les derniers rejetons de leur race.
Le rcit de cette lutte finale achve l'histoire des Caci-
ques et des Aborignes d'Hati. Henri, le dernier de ces







ECRIVAINS HAITIENS


Caciques, tait un sauvage convert et portait un nom
chrtien. Il l'tait rellement devenu comme la plupart de
ses compagnons d'armes. Il fut le plus grand homme de sa
race. On aime penser qu'il et t digne de commander
un grand people et d'tre, par example, le souverain des
indignes hatiens lorsqu'ils se comptaient par centaines
de mille et qu'ils formaient une nation. Dieu sait cepen-
dant s'il et t plus illustre sous les auspices d'une autre
fortune et s'il et t plus glorieux pour lui d'tre autre
chose que le chef magnanime d'une petite tribu de braves,
se dlivrant de la servitude et contraignant leurs matres
les laisser finir paisiblement, dans la libert et l'honneur,
le reste des jours compts leur race...
S'occupant des moyens de convertir les Indiens au chris-
tianisme, la reine Isabelle avait prescrit que les descen-
dants des caciques fussent placs dans les couvents pour y
tre instruits dans les lettres et levs dans les lumires
et la pratique de la foi. Le jeune Henri, fils d'un cacique du
Bahoruco qui avait pri dans le massacre du Xaragua, sau-
v lui-mme miraculeusement de ce dsastre, fut recueilli
dans le couvent des Dominicains Santo-Domingo. Il y fut
baptis et y apprit bien tout ce qu'on enseignait. Il tudia
le latin et se distingua surtout par la ferveur de sa dvo-
tion.
Une pareille education le prparait au commandement
supreme d'un people, le rendait apte reformer ses
moeurs et sa civilisation : elle ne le faonnait assurment
pas pour l'esclavage. Cependant, dans un moment de diset-
te d'esclaves, on alla jusque dans les couvents arracher de
jeunes Indiens qui, comme Henri, avaient t jusque l
drobs au joug des matres. Henri fut ainsi compris dans
un lot d'esclaves donn un colon qui, peu aprs, mourut
en laissant tous ses biens un fils du nom de Valenzuela.






EMILE NAU


Henri avait russi se faire chrir de son premier maitre,
de sorte que, dans les premiers temps de son esclavage, il
ne sentit pas toute l'horreur de sa nouvelle condition. Mais
il en fut bien diffremment avec Valenzuela. Celui-ci le prit
en haine et le traita plus durement qu'aucun de ses autres
esclaves. Les travaux les plus durs et les plus avilissants
taient son lot. Il n'y avait pas d'humiliations don't on ne
l'abreuvt, pas de mauvais traitements qu'on ne lui infli-
get. Valenzuela, pour combler la measure de ses vexations,
tenta ouvertement d'outrager sa femme, une belle, jeune
et douce Indienne. Alors Henri, pouss bout, entreprit des
dmarches qui aggravrent sa position. Il porta plainte con-
tre son matre au lieutenant du roi, San-Juan. Cet officer
l'couta peine et ne lui fit aucune rponse : il s'inqutait
fort peu d'intervenir entire un matre et son esclave. Henri
s'adressa alors l'Audience Royale, qui se borna le re-
commander par une lettre au lieutenant du Roi. Ce magis-
trat le reut cette second fois avec brutalit et de manire
faire comprendre au plaignant qu'il tait inutile de re-
courir lui.
L'effet de semblables dmarches fut d'aigrir davantage
Valenzuela. Henri n'en fut que plus perscut, tel point
qu'il rsolut de s'enfuir. Il entrana dans sa fuite plusieurs
esclaves indiens de son matre; d'autres se joignirent lui
sur sa route. Ils avaient tous eu soin de se pourvoir d'armes
et de munitions, qu'ils avaient drobes. Ils se rfugirent
dans les pres montagnes du Bahoruco.
Henri avait une parfaite connaissance de ces lieux. C'est
l qu'il avait vu le jour et qu'il avait pass les premires
annes de sa jeunesse. Ses anctres y avaient vcu et rgn.
Il reprenait en quelque sorte possession de ses domaines.
Il s'tait ht de traverser la plaine et d'atteindre ces mon-
tagnes. Lorsqu'il se sentit en sret derrire les premiers






ECRIVAINS HAITIENS


rochers qui pouvaient lui servir de remparts contre ses en-
nemis, il s'arrta pour recenser sa petite troupe et l'organi-
ser. Organiser, tel fut son premier soin : bon augure dans
l'homme qui aspire commander ou dans le chef qui d-
bute Cette quality essentielle marqua toute sa carrire et
lui valut sans doute ses succs. Il forma tout de suite de
cette pigne de conjurs le noyau d'une troupe rgulire
et commena l'exercer la manoeuvre, comme il avait vu
faire aux Espagnols. Mais avant tout il fit jurer ses com-
pagnons de ne plus jamais servir les conqurants et de
mourir jusqu'au denier plutt que de se laisser rasservir.
Et ils ajoutrent tous ce serment le voeu, si le Dieu des
Chrtiens, qui tait le leur, secondait leur resolution, de
briser les chanes de leurs frres.
Pendant ce temps, Valenzuela, qui s'tait bien vite aper-
u de l'vasion d'Henri, requit immdiatement quelques
hommes arms; et les ayant renforcs d'un certain nom-
bre de ses esclaves indiens et africains, il se mit lui-mme
la poursuite des fugitifs. Lorsqu'il les atteignit, ils se trou-
vaient encore l'endroit o ils venaient de former leurs
\rangs et de profrer leur serment de libert ou de mort.
Ds qu'Henri vit arriver son ancien matre, il lui adressa
la parole d'assez loin, lui disant qu'il l'engageait ne pas
l'attaquer et rebrousser chemin; qu'il tait bien dcid
ne pas se laisser prendre et que lui et ses compagnons
avaient tous jur de ne plus servir les Espagnols. Valen-
zuela s'irrita de cette apostrophe, qui lui parut imperti-
nente, et ordonna ses gens de se saisir d'Henri. Ces im-
prudents, ne sachant pas encore quels ennemis ils
avaient a faire, s'avancrent sans hesitation pour excuter
l'ordre de Valenzuela. Henri, alors, se jeta sur les Espagnols
et les tailla en pices. Plusieurs d'entre eux furent tus et
presque tous les autres plus ou moins atteints. Valenzuela






EMILE NAU


lui-mme reut une blessure la tte. Lui et sa troupe re-
culrent en dsordre, et les Indiens, les poursuivant, les au-
raient tous massacrs si Henri n'avait russi, non sans dif-
ficult, contenir l'ardeur de ses hommes et les rallier
autour de lui pour donner aux fuyards le temps de se
sauver.
S'adressant Valenzuela, Henri lui cria: Allez, re-
merciez Dieu de ce que je vous ai laiss la vie, et ne re-
venez plus ici !

Emile NAU.












IGNACE NAU
1812 1845


On n'est pas d'accord sur la date exacte de la naissance
d'Ignace Nau : les uns le font natre en 1812, les autres en
1813. Quoi qu'il en soit, Ignace Nau, n Port-au-Prince,
fit ses tudes au lyce fond en 1816 par le Prsident P-
tion sous la direction d'un Franais, M. Balette. Il s'y dis-
tingua par des qualits qui devaient bien vite faire de lui
l'un des chefs de la jeune literature hatienne.
Runissant autour de lui ses meilleurs amis du lyce, ses
frres Emile et Eugne, d'autres compagnons de jeunesse
comme Dumai et Bauvais Lespinasse, St-Rmy, Andr
Germain, Og Longuefosse, E. L. Devimeux, Ignace Nau
fonda un cnacle qui, en 1836, cra son organe Le Rpu-
blicain , l'instar de L'Abeille Hatienne de 1817-1820 qui
marqua le premier movement littraire inaugur par
Milscent, Colombel et Lapre.
A partir de 1837, Le Rpublicain devint L'Union ,
sans que ce changement de nom dnott la moindre dvia-
tion du but que s'tait assign la jeune cole, don't Emile
Nau avait interprt les vues en crivant dans l'un de ses
articles: Nous ne pouvons pas nier que nous ne soyons
sous l'influence de la civilisation europenne: autrement,
ii faudrait affirmer que nous ne devons qu' nous-mmes
nos lments de sociabilit. Mais il y a dans cette fusion
du gnie europen et du gnie africain, qui constitute le
caractre du people hatien, quelque chose qui nous fait
moins Franais que l'Amricain n'est Anglais .







IGNACE NAU 39

C'est ce quelque chose qu'il s'agissait de mettre en valeur.
Et c'est quoi s'appliqurent les jeunes rdacteurs de
L'Union en s'efforant de montrer, par l'exemple, com-
ment, en s'avivant aux sources d'inspiration locales, notre
littrature, par la fusion du gnie europen avec le gnie
africain, peut atteindre une incontestable originalit .
Les posies, contest et nouvelles publis dans ce journal
par Ignace Nau et ses camarades, don't le plus illustre fut
Coriolan Ardouin, portaient la marque d'une originalit
certain, tandis que les tudes historiques, signes de Tho-
mas Madiou, de Dumai et Bauvais Lespinasse, d'Emile et
Eugne Nau, rvlaient une maturity de pense vraiment
extraordinaire.
Ce movement littraire hatien attira l'attention de l'-
tranger et d'importantes revues franaises, comme La Re-
vue des Colonies, La Revue Contemporaine, La Revue des
Deux-Mondes, reproduisirent, avec des commentaires lo-
gieux, les posies de Coriolan Ardouin et d'Ignace Nau -
ces frres siamois de la littrature hatienne runis dans la
gloire comme ils devaient l'tre dans la mort.
Bien qu'il et survcu de quelque temps son camarade,
emport en 1835 l'ge de 22 ans, Ignace Nau porta jusqu'
la fin de ses jours, en 1845, l'affreux chagrin que lui avait
caus la disparition de son cher Coriolan, don't les posies
furent runies plus tard en brochure par Emile Nau sous
le titre de Reliquiae d'un Pote hatien .
Les oeuvres d'Ignace Nau, publies dans les deux jour-
naux don't il fut le rdacteur en chef, n'ont jamais t re-
cueillies, bien que le pote et lui-mme prpar en vue de
leur publication la matire de deux volumes de vers. Que
sont devenus ces prcieux manuscrits ?... Ses contest, nou-
velles, articles de critique, mriteraient galement d'tre







ECRIVAINS HAITIENS


connus de la gnration prsente. Quelques-uns furent si-
gns de pseudonymes, come cette Histoire de Bri-
gands qui porte la signature de J. Tatin et qui, tout en
rappelant le morceau clbre de Paul-Louis Courier sur les
bandits, a tous les caractres d'un rcit vridique.
Mort trente-deux ans, il y a plus d'un sicle, Ignace
Nau doiL tre considr comme un prcurseur dans l'his-
toire de la littrature hatienne autonome.

Une histoire de brigands
A l'est de la ville de Santo-Domingo s'lve une bourga-
de de quarante-deux feux, connue sous le nom de Los
Llanos. Elle occupe une position agrable, au milieu d'une
vaste savane s'tendant au nord perte de vue et joignant
la superbe Guabatico que connaissent tous ceux qui ont
fait le plerinage de Higuey. La vue se promne avec plai-
sir sur des bosquets entrecoups de petits tangs qui, lors-
qu'ils sont grossis par de fortes pluies, runissent leurs
eaux et font du bourg un lot.
Dix-huit families, la plupart natives de Santo-Domingo,
composent la population du village. Les autres maisons
restent fermes presque toute l'anne, les propritaires ha-
bitant plutt leurs cases de canmpagne et ne revenant au
bourg que pour assister aux ftes qui se clbrent aux
mois de mai et de septembre: la premiere, celle de Saint
Joseph, patron du village, et la second, celle de Las Mer-
cedes. Hormis ces jours de liesse et quelquefois le diman-
che, on voit fort peu de monde Los Llanos.
Mais parcourez la champagne d'alentour et vous y trou-
verez une population nombreuse de deux trois mille
mes. L, le riche et le pauvre, l'homme actif et le vaga-
bond se rencontrent. Les uns s'emploient aux coupes d'a-






IGNACE NAU 41


cajou. D'autres s'occupent de la chasse du sanglier et des
boeufs sauvages. Trs peu d'entre eux s'adonnent la cul-
ture.
Telle tait la situation de cette commune lorsqu'en 1832
je vins l'habiter. Fuyant le tumulte des villes, j'avais choi-
si ce calme sjour afin de me dvouer l'ducation de mon
fils. Depuis plusieurs mois, rien ne faisait diversion la
monotonie de ma nouvelle existence quand un jour l'en-
vie me prit d'explorer les environs. Je sellai mon cheval et,
pregnant au hasard le premier chemin qui se prsentait
moi, j'arrivai, aprs un quart d'heure, une case d'assez
bonne apparence. Press par la soif, je m'arrtai et deman-
dai un verre d'eau.
La matresse du logis avait assez bonne mine. Elle tait
crrosirement vtue et paraissait fort ge, mais elle tait
gracieuse. Elle m'engagea si gentiment descendre de che-
val que je ne me fis pas prier. Aprs m'avoir offert une
chaise, Dona Catalina plaa devant moi une petite table
et me servit, avec le verre d'eau que j'avais demand, un
plat de pignonate bonbon fait avec du coco. Et elle me
dit avec son sourire le plus aimable: Coma dulce antes
de beber agua , ce qui signifie: Mangez du doux avant
de boire l'eau ..
Cet accueil si franc et cette prvenance me surprirent.
J'ignorais que ce ft l'usage, dans presque toutes ces cam-
pagnes, d'offrir l'tranger un peu de pignonate ou mme
une tasse de caf, vrai nectar C'est mme offense votre
hte que de refuser. Je me mis donc table, acceptant l'of-
fre de Dona Catalina avec la franche cordialit qu'elle
avait mise le faire. Mon htesse se retira et me laissa
ainsi matre de la maison.
Je rflchissais tout seul l'extrme politesse de cette
humble femme quand un bruit confus de gens, qui arri-






42 ECRIVAINS HAITIENS

vaient cheval ou pied, me tira de ma rverie. Se bous-
culant pour entrer dans la maison, ils se prcipitrent vers
moi et me donnrent, chacun, une forte poigne de main.
Mais jugez de ma surprise, quand, ayant considr les nou-
veaux venus, je vis qu'ils taient tous couverts de haillons
tachs de sang et qu'ils taient arms de lances, de sabres,
de grands coutelas. Ils avaient des visages farouches. Une
vingtaine de chiens, aussi effrayants que leurs matres,
vinrent se coucher au milieu de la salle. Un instant aprs
cette entre bruyante, un petit enfant de sept huit ans,
que je n'avais pas encore vu, sortit de la chambre et vint
s'agenouiller devant celui qui paraissait tre le chef de la
bande, en lui disant: La bndiction, papa! Mais
pour toute rponse il n'obtint qu'une forte rprimande et
ces paroles, qui me parurent tre pour moi une sentence
de mort: Ne vous ai-je pas dfendu, monsieur, de mar-
cher sans votre manchette ? Retirez-vous et ne vous
prsentez plus devant moi sans tre arm
L'enfant ne rpondit pas et disparut : il revint quelques
minutes plus tard, avec un sabre et un couteau pendus
sa ceinture. Le colloque qui s'engagea entire le pre et le
fils acheva de me donner des soupons, qui n'taient certes
pas rassurants. Dj, je voyais tous ces coutelas levs sur
ma tte pour m'arracher une vie que je n'aurais pu dfen-
3re puisque j'tais moi-mme sans armes. A chaque mou-
vement de ces mains toutes dgtantes de sang, ces af-
freux jurons que laissaient chapper les plus hardis de la
bande, je sentais mon sang se glacer dans mes veines. D-
plorant le sort des victims qui sans doute avaient t sa-
crifies la cupidit de ces malfaiteurs, je vis trouble et
mes forces m'abandonnrent: je tombai lourdement sur le
plancher
Dona Catalina accourut au bruit de ma chute. Aide de






IGNACE NAU 43

quelques-uns des assassins, elle me mit dans un hamac. On
me fit avaler quelque cordial. Revenu moi, j'attribuai
cette dfaillance l'excessive chaleur. Et, confus de ma
faiblesse, je pris cong de Dona Catalina et de ses htes.
Je montai au plus vite sur mon cheval et, en un clin d'oeil,
j'tais rentr au bourg. Je me disposais, ds mon arrive,
aller donner connaissance aux autorits de la rencontre
que je venais de faire d'une bande aussi suspect quand je
trouvai, sur mon chemin, un ami qui je contai mon a-
venture. Il partit d'un grand clat de rire : Cette troupe
de bandits qui vous a caus tant de frayeur, mais c'est Se-
nor Don Francisco, un des plus riches propritaires de la
commune, et ses onze fils : ils reviennent de la monteria,
c'est--dire de la chasse aux cochons marrons. La maison
o vous tiez est la sienne... Tenez, voici votre bande de
voleurs qui revient.
Reportant alors mes regards vers la plaine, je reconnus
non sans surprise mes htes de tout--l'heure, tous che-
val, conduisant un troupeau de boeufs. Nous en tant ap-
prochs quelques centaines de pas, je fus frapp d'un
spectacle nouveau pour moi. Un taureau furieux s'tant
chapp de la troupe, aussitt dix lanciers se jetrent aprs
lui. L'un d'eux, pregnant la tte du peloton, atteignit l'ani-
mal qui s'arrta pour l'attendre de pied ferme. Tournant
autour de la bte avec une habilet tonnante, le cavalier
prsenta sa lance aux yeux du taureau en fureur jusqu'
ce que, l'ayant atteint au cou, il la lui appliqut lgre-
ment et lui ft prendre la fuite. Alors, piquant des deux
et le saisissant par la queue, il le terrassa et, d'un saut,
passa de son cheval sur le dos du taureau. En un clin
d'oeil, la bte furieuse tait matrise... Puis, l'homme, re-
montant sur son coursier qui l'attendait patiemment pen-
dant l'opration, prit la bride et la lance d'une main, et, de






44 ECRIVAINS HAITIENS

l'autre, agitant un mouchoir, il fit faire cent tours au tau-
reau qui, fatigu d'une lutte vaine, reprit tte baisse le
chemin et alla rejoindre le troupeau.
Ce spectacle rappela ma mmoire les jeux agonales de
]'ancienne Rome et, me divertissant un moment, me fit re-
venir de la mauvaise impression que m'avait cause la vue
de ces monteros.
Ignace N1AU.












EUGENE NAU
1814- 1887

N Port-au-Prince en 1814, Eugene Nau y mourut en
1887. Il appartenait cette famille Nau qui a donn la
littrature hatienne le pote Ignace, initiateur du mouve-
ment qui marqua d'un clat incomparable la second po-
que du gouvernement de Boyer, aprs la reconnaissance
par la France de notre independence national, et l'histo-
rien Emile, auteur d'une admirable Histoire des Caciques
d'Hati.
Eugne Nau, qui fit ses tudes au lyce Ption, se spcia-
lisa dans l'agronomie. A plusieurs reprises, le Gouverne-
ment hatien lui confia des missions scientifiques et, pen-
dant de nombreuses annes, il sigea la Commission de
l'Instruction publique de Port-au-Prince. En 1867, il pu-
blia sous forme de thse une brochure intitule De l'in-
fluence de l'agriculture sur la civilisation des peuples .
Cette tude fut rdite la suite de son principal ouvra-
ge paru en 1886 : Agronomie et Agriculture en Hati
(Paris, A. Guyot, diteur).
Eugne Nau s'tait associ aux travaux historiques de
son frre Emile. Il a laiss, entire autres manuscrits indits,
un volume important qui a pour titre Considrations g-
nrales sur l'histoire du Cul-de-Sac et du Port-au-Prin-
ce .
Il fonda en 1881 La Gazette Agricole o il crivit de nom-
breux articles sur l'agriculture hatienne. Le journal offi-
ciel, Le Moniteur, public de lui des rapports et tudes d'un
grand intrt,






ECRIVAINS HAITIENS


L'Agriculture au Mexique et dans les Antilles
en 1492
Indpendamment de l'alcool qu'ils tiraient du maguey
(agava mexicana), les Mexicains se servaient de ses gran-
des feuilles pour couvrir leurs maisons. S'ils avaient trou-
v dans le jus du maguey un excellent succdan du vin,
ils avaient galement rencontr celui du froment dans la
graine pulvrise du mas. L'un de ces vgtaux tait leur
vigne et l'autre, leur bl. Remarquez, en passant, que le
bl et le mas sont tous les deux de la mme famille des
gramines.
La gramine amricaine, que l'Europe, l'Asie et l'Afrique
naturalisrent plus tard dans leurs champs, rendait ces
prtendus sauvages huit cents grains pour un, comme leur
bananier leur produisait vingt-cinq fois plus de matires
nutritives que les meilleures crales de l'Europe. L'pi
de mas gren avec soin, moulu et tamis de mme, leur
procurait une farine jauntre, avec laquelle ils confection-
naient d'excellentes crpes, qui formaient la base de la
nourriture populaire. La patate, la pomme de terre, la pis-
tache et la banane, ainsi que l'igname, le malanga et le
tayo, mettaient l'abri de la famine ces hommes mille fois
plus heureux, mon avis, que les paysans europens, les
Irlandais particulirement. Les Mexicains de la classes pau-
vre avaient bien besoin d'tre convenablement nourris; car,
dans les postes amricaines, seuls ils faisaient l'office de
chevaux et mme de voitures. D'aprs M. Alexandre de
Humboldt, la charge ordinaire d'un de ces courriers tait
de trente quarante kilogrammes.
Puis, venaient en second ligne, dans leur agriculture
tropical, le pite et le coton, avec lesquels ils fabriquaient
des cordes, du fil, des hamacs et des tissus divers; le tabac
don't les feuilles, sches et bourres dans leurs pipes, en-






EUGENE NAU


dormaient leurs soucis et don't la fume bleutre tait pour
eux l'image de la vanit sur cette terre; le cacao, don't la
pulpe transforme en chocolate tait la boisson favorite des
grands; le quinquina, don't la poudre gurissait leurs fivres
opinitres; les pommes de terre, don't les tubercules cuits
sous la cendre assouvissaient leur faim; la patate, don't la
farine sucre leur fournissait de bons desserts; la vanille
don't I'arome et le got dlicat relevaient, avec le roucou,
le piment et le gingembre, la fadeur de leurs preparations
culinaires; le nopal, don't les cochenilles leur donnaient la
belle couleur de l'carlate, seul ou mlang avec la ma-
tire colorante rouge du roucou, et, finalement, le palma-
christi, don't les graines olagineuses procuraient ces
dshrits de la dcouverte l'huile qui alimentait l'claira-
ge de leurs maisons. C'est de la tige du mas qu'ils extra-
yaient le sucre propre dulcorer leur chocolate, leurs cr-
pes ou leur tisane.
Au moindre degr que chez les Aztques, on trouve ga-
lement que les Grandes Antilles Hati, Cuba, Puerto-
Rico et la Jamaque possdaient des populations plus
douces, plus hospitalires que celles des Iles-du-Vent. Cao-
nabo, le seul cacique guerrier et froce d'Hati, venait de
l'le Cibuqueira...
Dans ses relations de voyage, Colomb vante souvent
Ferdinand et Isabelle l'hospitalit des enfants d'Hati.
Les Hatiens retiraient de leurs champs, travaills en com-
mun, peu prs les mmes products qu'obtenaient les
Mexicains, moins la vanille, le maguey, la cochenille et une
foule d'autres richesses agricoles. Ils avaient le mas sans
le maguey, c'est--dire le froment sans le vin, le bl sans la
vigne. Mais, en revanche, que de fruits savoureux dans
leurs forts et dans leurs vergers, don't les plus estims
etaient la figue-banane, le mamey, l'ananas et la sapotille !
A leurs plants farineuses, leurs fruits dlicieux, ils sa-






48 ECRIVAINS HAITIENS


vaient joindre, pour complter leur nourriture, les pois-
sons de leurs golfes et de leurs nombreuses rivires, ainsi
que le gibier don't leurs forts taient alors prodigues. Il
faut cependant reconnatre que les Aborignes d'Hati
taient beaucoup moins avancs en civilisation que les
Mexicains, par la raison que leur agriculture tait plus res-
treinte que celle de leurs devanciers du continent voisin...
Entre les animaux et les vgtaux il existe un rapport
intime, que Dieu a cr dans sa sagesse. Fou qui le nie ou
aveugle qui ne le voit pas quand on tudie ces deux rgnes
de la nature La seule exception qu'il y a, entire les Amri-
cains et les peuples de l'Ancien Monde, est que ces derniers
ont pass par trois tats pcheur ou chasseur, pasteur et
agriculteur pour arriver la civilisation, tandis que les
habitants de l'Amrique n'avaient pass que par deux tats
- pcheur ou chasseur et agriculteur pour atteindre
la demi-civilisation o la conqute les avait trouvs en
1492. Cette difference sensible vient de ce que les grands
quadrupdes ces amis de l'homme, ses associs leur
avaient malheureusement manqu.
La civilisation vient tard chez les peuples don't les mo-
yens sont borns. Mais, quand elle s'tablit au milieu de
deux peuples voisins, le rapport de leurs progrs peut se
dduire mathmatiquement de leurs cultures rciproques,
toutes choses gales d'ailleurs.
Les mmes causes produisent les mmes effects, dans le
nouveau comme dans l'ancien monde. Ceci a lieu dans l'or-
dre physique, pourquoi n'aurait-il pas galement lieu dans
l'ordre moral ? Dans tous les coins de la terre s'est vri-
fie cette rgle gnrale, sans exception aucune, du contr-
le rciproque et providentiel des cultures sur la civilisation
et de la civilisation sur les cultures.
Eugne NAU.













THOFMAS MADIOU
1814- 1884


N Port-au-Prince en avril 1814, Thomas Madiou y
mourut le 26 mai 18S4. Il eut une longue et brillante car-
rire qui l'amena de la direction du lyce de Port-au-Prin-
ce au ministre de l'instruction publique en 1866, au minis-
tre des Relations Extrieures en 1871, au ministre de la
Justice en 1871. Dans l'intervalle, il reprsenta Haiti l'-
tranger, et c'est au course de sa mission diplomatique Ma-
drid qu'il joua un rle important dans les ngociations qui
aboutirent la reconnaissance par l'Espagne de l'indpen-
dance dominicaine, en janvier 1865.
L'euvre capital, qui a plac Thomas Madiou au premier
rang des historians hatiens, est son Histoire d'Hati, don't
les trois premiers volumes parurent, en 1848, l'Imprime-
re Joseph Courtois, Port-au-Prince. L'auteur mourut a-
vant d'avoir pu mettre la dernire main son ouvrage, qui
devait s'tendre jusqu' l'anne 1827. Un 4me volume fut
public par les soins de sa famille en 1906.
Les premiers volumes de l'Histoire d'Hati taient deve-
nus introuvables quand le Ministre de l'Instruction Pu-
blque pensa en donner une dition populaire en 1922. Ce
travail jut confi au docteur J. C. Pressoir par le Ministre
Fernand Hibbert.
Madiou avait profit de son sjour l'tranger pour com-
sulter tous les documents qu'il pouvait trouver dans les ar-
chives concernant l'histoire d'Hispaniola et de St-Domin-







ECRIVAINS HAITIENS


gue. D'autre part, il avait recueilli avec soin, de la bouche
de ceux qui avaient t acteurs ou tmoins des vnements,
tous les renseignements propres l'clairer sur les faits les
plus important du pass d'Hati.
On peut sans doute lui reprocher d'avoir accueilli avec
trop de complaisance beaucoup de ces rcits. On sait en ef-
fet que la tradition orale est souvent matresse d'erreurs
pour les historians. Il crit lui-mme, dans la note qui fer-
me le troisime volume : Nous savons qu'il est presque
impossible que l'historien mme le plus svre, aprs avoir
constat les causes et les effects des vnements important,
puisse toujours tre d'une parfaite exactitude dans les d-
tails secondaires .
La dcouverte ultrieure de documents, don't Madiou n'a-
vait pu avoir connaissance, permettra sans doute de recti-
fier certain de ses jugements ou de combler certaines lacu-
nes de son uvre. Cette uvre n'en reste pas moins consi-
drable.
Dans cette chronique entranante et parfois mouvante
que forment les trois volumes de l'Histoire d'Hati, nous
trouvons tous les lments qui nous permettent de recons-
tituer la vie multiple et complete du people haitien. C'est
une mine trs riche, o nos crivains, historians et socio-
logues ont puis et continueront puiser pleines mains
les matriaux de leurs uvres.
Les hritiers de Thomas Madiou possdent de nombreux
manuscrits laisss par le grand historien et don't il faut
souhaiter la prochaine publication.

Nicolas Geffrard
Nicolas Geffrard naquit en 1761 sur l'habitation Prigny,
quarter de Plaine--Pitres, hauteurs du Camp Prin, dans







51


la commune des Cayes. Il avait pour pre un homme de
couleur, Nicolas Geffrard, et pour mre une Africaine s-
ngalaise, nomme Julie Coudro. Il grandit sur l'habita-
tion de son pre, se livrant aux exercices de la chasse, jus-
qu'au moment o clata la revolution. Par les soins de sa
famille, il apprit lire et crire. Il s'exprimait avec faci-
lit, et, quoique d'une humeur fougueuse, il tait gnra-
lement doux et aimable dans ses relations.
Sergent dans la compagnie Mass ds l'aurore de la r-
volution (1790), Nicolas Geffrard devint lieutenant en 1793,
fit la champagne du camp Drivaux dans les rangs rpubli-
cains, sous les ordres du gnral Rigaud, entra dans la l-
gion de l'Egalit au grade de capitaine de chasseurs, prit
part plusieurs actions glorieuses contre les royalistes de
la Grand'Anse et fut nomm, en l'an 4, par le gnral fran-
ais Desfourneaux, chef de bataillon et commandant du
Camp Prin. Il march en l'an 5 contre Jrmie, en pas-
sant par les mornes de Plymouth.
Elev au grade de colonel par le gnral Rigaud pen-
dant la guerre civil de 1799, il prit le commandement du
4me regiment du Sud. Il se fit toujours remarquer la tte
de ses troupes par un coup d'oeil sr, un grand courage et
une svrit l'endroit de la discipline pousse jusqu' la
duret.
Au moment de la chute de Rigaud, il s'chappa, par un
trait d'audace, des mains de Dessalines, partit de Ca-
vaillon, traversa les mornes de Plymouth, atteignit le Co-
rail, puis Jrmie, et se rendit Cuba, fuyant la proscrip-
tion. Il demeura dans cette le, St-Yague, jusqu' l'arri-
ve St-Domingue de l'expdition franaise de 1802. Il
revint dans le pays avec les autres rfugis rigaudins, des-
cendit au Port-au-Prince et se rendit ensuite St-Marc.


I'HOMAS MADIOIU






52 ECRIVAINS HAITIENS


S'tant enrl comme simple soldat, il combattit Toussaint-
Louverture pendant toute la guerre de trois mois.
Aprs la soumission de Toussaint, Geffrard s'achemina
vers le Sud pour embrasser ses parents, qu'il n'avait pas
vus depuis la chute de Rigaud. Mais aussitt aprs son ar-
rive ]'Anse--Veau, il apprit que les colons, qui se redres-
saient par suite du triomphe des armes franaises, pro-
jetaient de l'arrter. Il se transport au Cap o, par ce qui
se passa sous ses yeux, il dcouvrit le project du gouverne-
ment de rtablir l'esclavage. Il se rallia Ption ds que
celui-ci eut pris les armes contre les Franais, au Haut-du-
Cap.
Dessalines, proclam gnral en chef par les insurgs,
rtablit Geffrard dans son grade de colonel et l'envoya por-
ter la guerre dans le Sud contre les Franais. Aprs la
prise de l'Anse--Veau en janvier 1803, Geffrard fut pro-
mu au grade de gnral de brigade. Il parvint faire ac-
cepter l'autorit de Dessalines par les Indpendants du
Sud, qui avaient en horreur le gnral en chef, depuis la
guerre civil entire Toussaint et Rigaud. Il conduisit la
guerre contre les Franais avec une rare habilet, loin des
regards de Dessalines, livr ses seules resources : il fut
le hros de la guerre de l'indpendance dans le Dparte-
ment du Sud...
Le gnral Nicolas Geffrard tait commandant de la Pro-
vince du Sud quand il mourut, au sein de sa famille, le 31
mai 1806, la suite d'un violent vomissement. La garnison
et presque tous les habitants des Cayes assistrent ses
funrailles, qui furent clbres avec la plus grande pom-
pe. Sa mort rpandit le deuil dans toute la province du
Sud. Son corps, transport dans la forteresse des Platons,
y fut enterr, tandis que ses entrailles taient dposes au







THOMAS MADIOU 53

centre de la place d'armes des Cayes, une lgre distan-
ce l'est de l'Arbre de la Libert.
Nicolas Geffrard avait 45 ans.

L'mouvante entrevue
...Les gnraux francais promettaient d'craser Toussaint
d'un coup. Cependant Leclerc pensa qu'il serait plus pru-
dent et moins barbare d'employer pralablement la voie des
ngociations pour amener l'ex-gouverneur un accom-
modement, en lui proposant la second place de la colonie.
Il croyait que les nombreuses troupes qu'il avait envoyes
dans l'Ouest rpandraient le dcouragement autour de
Toussaint. Mais celui-ci avait un ceur que les obstacles
rendaient de plus en plus nergique; chaque trahison de
ses officers ne pouvait que le fortifier dans sa dtermina-
tion de mourir les armes la main.
Leclerc envoya chercher Isaac et Placide Louverture qui
taient bord du vaisseau le Jean-Jacques et qui n'taient
pas encore descendus au Cap. Frres utrins, ils taient tout
fait diffrents de caractre. Isaac l'an, d'une humeur
froide, d'un esprit lent, possdait une me faible; il tait
incapable de ces resolutions hroques qui distinguent du
vulgaire l'homme passionn. Cependant, il runissait les
qualits de l'homme vertueux. Il avait un cour compatis-
sant. Religieux, il comblait de ses bienfaits les malheureux
qui l'approchaient. Des connaissances assez tendues or-
naient son esprit. Placide, le plus jeune, d'une humeur fou-
gueuse et entreprenante, tait entirement dvou la cau-
se de son beau-pre. Moins studieux que son frre, il ne
s'tait pas livr l'tude avec la mme ardeur. Sa vive
imagination n'avait pu soutenir le poids des sciences abs-
traites : elle ne rvait que la gloire et la libert de son
pays.







54 ECRIVAINS HAITIENS

Personne n'ignorait l'amour que l'ex-gouverneur portait
ses enfants. Les autorits franaises pensaient qu'il fe-
rait bien des concessions la mre-patrie tant que ces deux
jeunes gens seraient entire les mains de la Rpublique. Un
paragraphe des instructions de Bonaparte son beau-frre
disait que toutes sortes d'gards seraient observs envers
les fils de Toussaint -afin de les gagner au service de la
France. Bonaparte semblait croire qu'Isaac et Placide ra-
mneraient leur pre sous les drapeaux de la Rpublique
s'ils se dvouaient la cause de la mtropole.
Quand ils furent conduits en presence de Leclerc, celui-ci
leur dit, en leur remettant la lettre adresse leur pre
par le Premier Consul:
-Je pense que cet crit tablira entire le Gnral Tous-
saint et moi l'accord le plus parfait.
Le 7 fvrier, onze heures du soir, le citoyen Coisnon,
Isaac et Placide partirent du Cap, laissant derrire eux un
thtre de devastation et de carnage : ils reconnurent par-
tout les traces du passage du gnral Christophe. Quand ils
arrivrent aux avant-postes du gnral Desfournaux, l'ad-
judant-commandant Dampierre leur fit l'accueil le plus
flatteur. Ils passrent la nuit dans le camp et en partirent
ds l'aurore. Lorsque le soleil inonda de ses rayons les
campagnes d'Ennery, d'une richesse prodigieuse de vg-
tation et couvertes de nombreux troupeaux, des paysages
d'une rare magnificence excitrent leur admiration. Le fer
et le feu n'avaient pas encore ravag ces cantons. Les vo-
yageurs avaient laiss loin derrire eux la pointe du Mor-
net. Le chemin tait rempli de femmes et de cultivateurs
qui les arrtaient pour les questionner. Isaac et Placide di-
rent le motif de leur voyage : chacun les flicitait de leur
retour au pays, et la foule les suivait en les acclamant.
Elle les accompagna jusqu'au bourg d'Ennery. Leur mre,







THOMAS MADIOU


avertie de leur arrive par les cris d'enthousiasme qu'elle
entendait, accourut au-devant d'eux. Ils entrrent au pa-
lais de leur pre neuf heures du soir, deux jours aprs
leur dpart du Cap.
On expdia aussitt un courier pour le quartier-gnral
des Gonaves o se trouvait Toussaint-Louverture. Celui-ci,
suivi de son tat-major, arriva Ennery le lendemain, 9
ivrier, dans la nuit. Il avait tout de suite saisi la raison
de cette courtoisie du gnral Leclerc. Sa sensibility pater-
nelle tait mise l'preuve.
Toussaint serra ses fils contre son cour, les couvrit de
baisers et leur dit :
Mes enfants, si vous m'abandonnez, vous ouvrirez dans
mon ceur une plaie qui ne se fermera jamais.
Le citoyen Coisnon, voyant son motion et les larmes qui
inondaient son visage, profit de ce moment favorable pour
lui adresser la parole:
-Est-ce le fidle serviteur de la Rpublique que je vois ?
Toussaint, que la dissimulation n'abandonnait presque
jamais, lui rpondit:
Pouvez-vous en douter ?
Coisnon continue :
Le Premier Consul vous envoie vos enfants pour qu'ils
soient auprs de vous les interprtes du gouvernement
franais.
Alors Isaac raconta son pre comment il avait t heu-
reux en France. Il avait vu le Palais des Tuileries, le Pre-
mier Consul, qui ne souhaitait que la gloire de son pre et
le bonheur de St-Domingue. En mme temps il lui prsen-
ta une bote d'or, dans laquelle tait une lettre de Bonapar-







56 ECRIVAINS HAITIENS

te revtue du sceau de l'Etat et suspendue un cordon de
soie.
Toussaint ouvrit la lettre et la lut attentivement...
Aprs cette lecture, Toussaint, toujours calme, en prsen-
ce d'une foule d'officiers de tous grades, de sa femme, de
son beau-frre, de ses nices les demoiselles Chancy, dit au
citoyen Coisnon :
J'prouve pour vous la plus profonde reconnaissance.
Vous avez donn les meilleurs soins mes enfants. Vous
direz au Gnral Leclerc que je ne traiterai avec lui que
lorsqu'il aura arrt les progrs de son arme. Du reste, je
lui adresserai une lettre ce sujet.
Toussaint passa toute la nuit crire. Ses paquets l'a-
dresse du gnral Leclerc furent remis au citoyen Coisnon
par l'adjudant-gnral Fontaine. A quatre heures du ma-
tin, il eut une conversation d'une heure avec ses enfants et
retourna ensuite son quartier-gnral des Gonaves, aprs
avoir entendu la messe : c'tait une habitude qu'il ne ngli-
geait jamais de pratiquer, ds la pointe du jour, avant de
se livrer ses occupations politiques. Aussitt qu'il fut ar-
riv aux Gonaves, il expdia pour le gnral Leclerc un
nouveau paquet au citoyen Coisnon, qui tait encore En-
nery avec ses fils. Le citoyen Grenville, instituteur de son
troisime fils St-Jean, avait t charge de la dpche. Quel-
ques heures aprs, Mme Louverture entra aux Gonaves,
suivie de plusieurs animaux portant, prtendait-on, le tr-
sor particulier de Toussaint...
Coisnon, Grenville et les fils de Toussaint, parties d'En-
nery, arrivrent au Cap au milieu de la nuit et remirent la
lettre de l'ex-gouverneur au gnral Leclerc. Celui-ci, aprs
en avoir pris lecture, entra dans une violent colre. Il
traita Toussaint de rebelle et dicta son secrtaire une






THOMAS MADIOU


missive qu'il charge Isaac et Placide d'apporter leur
pre aux Gonaves.
Quand ces jeunes gens arrivrent destination, Tous-
saint les reut avec froideur. Il lut la lettre de Leclerc et
s'indigna de la rponse arrogante et imprieuse du capi-
taine-gural. Cependant il redevint calme et ne se mon-
tra pas abattu par cet ultimatum. Il dit ses fils qui s'-
taient jets dans ses bras :
-Mes enfants, je dclare la guerre au Gnral Leclerc et
non la France. Je veux qu'il respect la constitution que
le people de Saint-Domingue s'est donne. Je ne puis trai-
ter avec le Premier Consul puisqu'il a dchir l'acte qui ga-
rantit toutes nos liberts. Mes enfants, je ne voudrais pas
contrarier vos sentiments. Je n'emploierai ni la ruse ni la
violence pour vous retenir auprs de moi. Si votre pre de-
venait l'auteur de vos malheurs, il serait toute sa vie pour-
suivi par le remords. Choisissez entire le Capitaine-Gnral
et la libert de votre pays.
Il les carta alors de lui. Son front se couvrit d'anxit et
de douleur.
Eh quoi, leur dit-il, vous hsitez dans votre choix?
L'homme d'honneur doit se vouer une cause et non servir
deux parties la fois.
Isaac s'cria :
Je reste fidle au Capitaine-Gnral, qui reprsente la
France, ma patrie.
Ces paroles obscurcirent le front de Toussaint et rpandi-
rent sur ses traits une profonde affliction.
Il dit voix basse:
Ils ont corrompu son jeune cour. Ils lui ont appris
har son pre,






ECRIVAINS HAITIENS


- Et vous, Placide, m'abandonnerez-vous ?
Placide se prcipita ses genoux en s'criant:
La France, ses plaisirs, sa gloire, j'ai tout oubli. Mon
existence vous est dvoue. Je vous suivrai dans les com-
bats. Je mourrai vos cts.
Toussaint le releva avec transport, le flatta de ses cares-
ses et le montra avec orgueil ses officers.
Il sortit immdiatement du palais du gouvernement, fit
battre la gnrale et runit sur la place d'armes sa belle
garde d'honneur compose d'un bataillon d'infanterie et
de deux escadrons. Il se plaa au centre de ses grenadiers,
ayant ses cts le gnral Vernet et le chef d'escadron
Morisset. Il leur dit d'une voix mue que le gnral Le-
clerc leur proposait la honte et l'ignominie; qu'il voulait
que la constitution, le seul garant de leur libert, ft anan-
tie et qu'ils se missent la discretion du gouvernement
franais. Il leur demand s'ils seraient assez lches pour se
soumettre de tels caprices, s'ils pourraient encore subir
le joug de l'esclavage. Les soldats rpondirent:
Nous mourrons tous pour la libert !
Toussaint leur prsenta Placide au grade de comman-
dant et leur dit :
Il est prt mourir pour votre cause.
Placide fut accueilli avec acclamations par ces vieux
guerriers que n'effrayaient pas les prils de la rude campa-
gne qu'ils allaient entreprendre.
Thomas MADIOU.


(Histoire d'Hati, 2e vol. d. 1923).












EMERIC BERGEAUD
1818 -1858


Le prjug de couleur, que le people hatien a reu com-
me un legs funeste de la socit coloniale de Saint-Domin-
gue, a eu l'une de ses plus touchantes victims et aussi l'un
de ses plus ardents adversaires dans la personnel d'Emric
Bergeaud.
N aux Cayes en 1818, Emric Bergeaud y acquit une
instruction solide qui lui permit de remplir avec succs le
rle de secrtaire de son oncle, J. M. Borgella, l'un des g-
nraux les plus brillants de notre histoire. Forc de s'exiler
sous Soulouque, il mourut de consumption Saint-Thomas
le 23 fvrier 1858. Il composa, pendant son exil, Stella, ro-
man o se trouvent relats, sous le voile de l'allgorie, les
principaux pisodes des guerres de l'indpendance hatien-
ne. Le livre fut public Paris en 1859 avec une prface de
l'auteur et une notice biographique de la plume de Beau-
brun Ardouin, puis rdit en 1887 (sans la prface et la
notice biographique), par les soins de sa veuve, chez Den-
tu, Paris, 3, place Valois.
Nous extrayons de la notice que lui consacra Duracin
Pouilh, dans La Ronde du 15 fvrier 1901, les pages sui-
vantes :
On sait ce qui advint dans le Dpartement du Sud aprs
l'insuccs de la prise d'armes de Louis-Jacques Aquin et
la sanglante journe du 16 avril 1848 Port-au-Prince : ce
fut la chasse la socit. Que d'hommes clairs et inno-
cents, noirs et jaunes, furent moissonns sous la pression






60 ECRIVAINS HAITIENS

des passions honteuses et implacables du piqutisme !
Combien d'autres furent contraints de prendre la route de
l'exil et combien de ces derniers y ont fait une fin malheu-
reuse Tel devait tre le sort de M. Emric Bergeaud, l'une
des plus belles intelligence de la ville des Cayes, que la
tempte emporta et jeta sur le rocher de Saint-Thomas, o
il ne tarda pas, sous ce climate inhospitalier, attraper le
germe d'une maladie qui ne pardonne jamais. Il se rendit
Paris o, par l'intermdiaire de mon parent Louis Au-
dain, qui faisait alors sa mdecine, nous fmes connaissan-
ce en 1857. Il venait chercher au foyer de la science un sou-
lagement ses souffrances morales et corporelles. Mais que
pouvait pour lui la science ? L'exil et l'amour pour la pa-
trie absente avaient dj product leurs fruits amers...
Pour combattre les ennuis et la nostalgia, Emric Ber-
geaud avait consacr ses veilles de dix annes d'exil com-
poser une cuvre de grande valeur. Au moment de repartir
pour Saint-Thomas, il confia son manuscrit M. Beaubrun
Ardouin, avec la recommendation express de s'entendre
avec son pouse pour cette publication, dans le cas o il
succomberait au mal qui le rongeait. Il ne tarda pas mou-
rir et, selon ses volonts, Beaubrun Ardouin fit publier l'ou-
vrage en 1859.
Cet ouvrage, malheureusement peu connu de la gn-
ration actuelle, c'est Stella, cuvre d'imagination, mais o
l'auteur, avec un sentiment de haut patriotism et un ta-
lent littraire incontestable, a mis en relief les principaux
traits de l'histoire d'Hati, en empruntant, pour les orner,
les vives couleurs de la fiction. La revolution de Saint-
Domingue, dit Bergeaud dans sa prface, a donn naissan-
ce quatre hommes qui personnifient les excs et la gloire:
Toussaint, Rigaud, Dessalines, Ption . Et il emprunte
la vie de ces quatre personnages les traits ncessaires pour







EMERIC BERGEAUD 61

peindre Romulus et Rmus, deux frres utrins, l'un noir,
l'autre jaune. Il peint l'Africaine, leur mre esclave com-
me eux, qui, succombant sous le fouet inhumain du colon,
avant d'exhaler son me Dieu, se trane jusqu' la porte
de leur ajoupa , montre du doigt la montagne, indiquant
ainsi ses fils que l taient pour eux la vengeance, la li-
bert et la gloire. Et dveloppant cette fiction dans un sty-
le de posie, l'auteur dcrit les pripties de la lutte san-
glante jusqu'au jour o devait clore l'indpendance natio-
nale. Et le peintre nous tient, de la premiere la derni-
re page, sous le charge de son pinceau : l'ostracisme don't
il est injustement frapp n'attidit pas dans son ceur l'ar-
dent amour de la patrie. Aussi, en ddiant son uvre
Haiti, avec quel sentiment d'admiration, revtu de la for-
me la plus potique, ne dcrit-il pas nos montagnes verdo-
yantes, nos sites pittoresques, nos plages ensables sans
cesse caresses par le flux de la mer...
Aurle Chevry, notre critique mrite, enlev trop jeu-
ne et trop tt la littrature hatienne, faisant en 1873 dans
le Moniteur une brillante analyse de l'ouvre d'Emric
Bergeaud, a dit: Stella, c'est la lumire cleste que
fixaient nos pres lorsqu'ils relevaient leurs fronts abattus
sous le joug colonial; c'est l'toile de la patrie, clairant
l'aurore de notre 1er janvier 1804, et destine prolonger
encore sa bienfaisante influence en venant briller, de nos
jours, sur la littrature hatienne .
Oui, Stella, conclut Duracin Pouilh, c'est l'Etoile de la
Patrie, c'est le trait d'union pour la famille hatienne. Et
nous tous qui cultivons dans nos curs cette union prcieu-
se, nourrissons sans cesse nos esprits des pages rconfor-
tantes de ce chef-d'oeuvre .






62 ECRIVAINS HAITIENS


Le Combat de Vertires
La place tait protge par une puissante ligne de forti-
fications extrieures, de quatre blockaus ou postes fortifis
construits sur des minences, hrisss de canons de gros
calibre et confis la vigilance de fortes garnisons.
C'est contre ces fortifications qu'il fallait marcher.
Les Indignes dressrent une batterie contre un des
blockhaus ennemis. Le feu commena. Au premier coup de
canon, Rochambeau sortit du Cap la tte de ses meilleures
troupes, infanterie et cavalerie, et se tint en observation,
ne perdant aucun dtail de l'affaire, d'o dpendait le salut
de la capital. Il avait amen une pice de canon, qui tira
sans relche.
Entre la place et les postes fortifis se trouvait une po-
sition que les Franais avaient nglig d'occuper et la-
quelle leurs adversaires attachrent une grande importan-
ce, jugeant que de l ils pourraient isoler la ville des forti-
fications extrieures et s'en rendre aisment matres. Mais
la position n'tait pas facile atteindre : les Indignes
avaient contre eux les feux croiss de l'ennemi, l'artillerie
et la mousqueterie des blockhaus, sans computer le canon
de Rochambeau et de srieuses difficults de terrain. Ils
ne se rendirent compete de ces obstacles que pour mieux les
vaincre : rien n'tait comparable leur ardeur.
L'arme assaillante se divisait ainsi : l'avant-garde, ap-
puye d'une cavalerie, qui serait oppose au besoin la ca-
valerie ennemie, obissait un chef d'une valeur prou-
ve, Capois; les principaux corps d'attaque taient dirigs
par deux autres galement braves, Clervaux et Vernet; un
intrpide gnral, Cang, conduisait l'arrire-garde; un
autre, Gabart, qui avait reu just titre le surnom de
Vaillant , commandait la reserve.






EMERIC BERGEAUD


Les diffrents corps s'branlent. Dessalines leur a parl.
Il leur ~ montr la position qu'ils doivent prendre, dussent-
ils disparaitre numro par numro. Et, ses ordres donns, le
fils de l'Africaine s'assied sur une pierre, attendant un r-
sultat qui pour lui n'est pas douteux.
Les indignes marchent l'arme au bras, ainsi que le font
d'habitude les Franais, leurs ennemis, qu'ils ont appris
imiter tout en les combattant, don't ils sont quelques-uns les
descendants, tous les lves, et qu'ils savent honorer autant
que le mritent ces premiers soldats du monde.
Tous les postes tirent l'envi sur la troupe assaillante:
la mitraille laboure ses rangs, la mousqueterie la dcime,
des files entires disparaissent, et pourtant elle advance d'un
pas ferme. L'avant-garde est au pied de la fortification la
plus rapproche du chemin. L, elle essuie un feu terrible.
Quelque hesitation se manifeste parmi les soldats : leur g-
nral les soutient, les press. Ils tentent vigoureusement le
passage, mais l'artillerie ennemie multiple ses coups et
jette la confusion parmi eux. Le dsordre des Indignes
semble vouloir se changer en fuite. Les Franais sortent
alors de leurs retranchements et s'apprtent poursuivre
les fuyards. Mais ils n'en ont pas le temps : la courageuse
avant-garde, ramene promptement au feu par son gn-
ral, les oblige rentrer dans le fort, contre lequel elle se
prcipite avec fureur. La mousqueterie et l'artillerie vo-
missent le fer et la flamme. L'infatigable ardeur des Indi-
gnes remonter ce courant de feu, leurs efforts dsesp-
rs, leur acharnement, leur rage, tous les prodiges d'une
hroque constance, toute la furie de l'attaque et de la d-
fense, toutes les incertitudes de la victoire clatent dans
ce combat et forment un spectacle pique qui absorbe l'at-
tention des deux camps.
L'avant-garde, repousse plusieurs fois et plusieurs fois






ECRIVAINS HAITIENS


revenue la charge, n'a perdu ni gagn du terrain. L'im-
patience de son gnral s'irrite : il la harangue et la lance
imptueusement contre une batterie qu'il veut enlever. On
le voit de loin presser de l'peron le flanc de son cheval,
qui bondit la tte de la colonne. Celle-ci monte l'assaut.
touche dj aux palissades, quand une dcharge foudro-
yante la rejette en arrire. Le cheval du gnral est tu, et
Capois roule avec l'animal au milieu du chemin. On le
croit mort lui-mme, mais il se relve, poudreux et san-
glant, agite son pe et command : En avant !
Soudain, un bruit s'lve du ct o se trouve Rocham-
beau. Son arme crie spontanment : Bravo Un roulement
de tambours succde ce cri. Le combat cesse instantan-
ment et un cavalier franais vient, au nom du capitaine-
gnral, fliciter le gnral qui s'est couvert de tant de
gloire ...
Le compliment tait flatteur, venant de Rochambeau,
don't nous avons dj reconnu la vaillance: malheureuse-
ment, cette quality s'unissait en lui des vices qu'elle ne
rachetait pas. On se rend nanmoins compete de l'enthou-
siasme chevaleresque que lui inspira un trait d'hrosme
qu'il pouvait si bien apprcier. En partant de Saint-Domin-
gue, il se souvint de Capois-la-Mort qui avait excit un
si haut point son admiration et lui envoya, comme derni-
re marque d'estime, un de ses plus beaux chevaux de ba-
taille...
Le combat, un moment interrompu, recommence. Les
corps d'attaque viennent prter leur appui cette vaillante
avant-garde, qui a cruellement souffert. L'arrire-garde et
la reserve donnent successivement. Enfin, le passage est
forc et la position, qui doit dcider de l'issue de la batail-
.e, tombe au pouvoir des Indignes, A peine l'ont-ils con-







EMERIC BERGEAUD 65

quise qu'ils travaillent s'y mettre couvert. Mais il faut
en mme temps rsister l'ennemi, don't tous les efforts
tendent les en dloger...
Au plus fort de la lutte survint une abondante pluie qui
teignit le feu des batteries et rendit l'usage des fusils im-
possible. L'orage du ciel mit fin l'orage de la terre. Il
tait presque nuit. Le combat avait dur prs de douze
heures...
Emric BERGEAUD.













SAINT-REMY
1819 1856


Bien qu'il compete parmi nos meilleurs historians, Saint-
Rmy ne fut pas ml, come ses mules Thomas Madiou
et Beaubrun Ardouin, la vie politique de notre pays, du
moins de faon active. Originaire de la Guadeloupe, o il
naquit en 1819, il vint de bonne here en Hati et exera
aux Cayes et Port-au-Prince la profession d'avocat. Il
collabora au journal Le National des Cayes (1844); mais
passionn d'histoire, il consacra un long sjour en France,
qui devait se terminer par sa mort Paris en 1856, des
recherches laborieuses dans les archives et les biblioth-
ques. En 1850, il fit paratre une Vie de Toussaint-Louver-
ture. En 1853, il dita les Mmoires de Boisrond-Tonnerre
et les Mmoires de Toussaint-Louverture. Son ouvre capi-
tale est Ption et Haiti, en 5 volumes, don't les deux pre-
miers furent publis, Paris, en 1854-1855.

La jeunesse de Ption
Alexandre grandissait, pour ainsi dire, livr ses propres
impulsions. Il savait, l'ge de treize ans, lire et crire:
l se bornait la plus grande some d'instruction qu'on don-
nait dans la colonie aux hommes, noirs et jaunes. M. Bois-
girard le punit un jour pour une espiglerie : c'tait ce que
demandait le mauvais colier. Il s'chappa de la classes, et
malgr les prires de sa mre et la colre du pre, il refusa
d'y retourner. Le dseuvrement auquel il se trouva tout
fait abandonn le conduisit dans les maisons de son voi-







SAINT-REMY 67

sinage, o la douceur de son caractre le faisait gnra-
lement aimer et choyer.
Une des maisons qu'Alexandre frquentait lui tait sur-
tout chre : c'tait celle de M. Guiole, compatriote de M.
Pascal Sabs et fabricant de joaillerie. Mme Guiole avait
pour le jeune garon des soins vritablement maternels.
Elle le conseillait et le dirigeait. Elle seule savait en faire
ce qu'on voulait.
Mme Guiole l'appelait Pichoun, mot provenal qui signi-
fie mon petit . Les ouvriers de l'atelier en firent Pikion,
Pition, et enfin Ption. Ainsi, c'est tort que quelques bio-
graphes prtendent qu'Alexandre prit lui-mme le nom de
Ption par admiration pour le fameux maire qui dirigea
la ville de Paris l'aurore de la Rvolution.
Cependant, M. Sabs, furieux de ce que son fils ne re-
tournait pas l'cole, prit le parti d'en faire un forgeron.
Ption n'alla pas longtemps la forge : de son propre mou-
vement il se mit apprendre l'orfvrerie, dans l'atelier de
M. Guiole. Il tait dj habile ouvrier quand son pre fit
son patron la command de quelques bijoux. C'tait aux
yeux de Ption une heureuse occasion de gagner les bon-
nes grces de son pre en lui prouvant que, malgr les
nuages qui existaient entire eux, il avait convenablement
utilis son temps. Il pria donc M. Guiole de lui confier le
travail. Ce travail tonna le matre. Il croyait la possi-
bilit d'une paix entire le pre et le fils, car la trve devait
avoir apais toute colre. Il envoya Ption faire lui-mme
la remise des bijoux. Mais le vieux Bordelais clata en me-
naces et ordonna au jeune homme de se retire. Il avait
entendu en faire un forgeron, non un orfvre: l'interven-
tion d'Ursule, les larmes de Suzanne, rien ne put flchir
le courroux du vieillard.
Ption alors report sa pense aux premiers jours de son







68 ECRIVAINS HAITIENS


enfance. En remontant la chane des ans, il se rappela le
peu de sollicitude que son pre lui avait marqu, ce refus
de lui donner son nom, cette tnacit ne vouloir faire de
lui qu'un grossier forgeron. Alors, le cour ulcr, il sortit
de la maison paternelle; et, s'il y reparaissait quelquefois,
ce n'tait qu' la drobe, pour saluer sa mre bien-aime.
Depuis cette rupture, qu'on dit avoir t definitive en-
tre Ption et son pre, il resserra son intimit avec les sol-
dats de la garnison. Il avait lou une modest chambre:
l, on rencontrait toujours quelques sous-officiers. Enthou-
siaste plus que jamais du mtier de la guerre, il ne faisait
que les questionner sur les armes diverse. Souvent, pr-
tend-on, on le surprenait l'cart, esquissant au crayon
tantt l'attirail de l'artillerie tantt la perspective d'un
combat naval. Du reste, il tait dou d'un got tout parti-
culier pour le dessin, et je sais que jusqu' la fin de sa vie il
aimait faire mille petites bauches. On prtend encore
que depuis cette poque il prludait aux exercices math-
matiques. Quelques ouvrages de stratgie lui tombrent
sous la main et devinrent sa principal lecture.
De plus, adroit dans tous les exercices du corps, nul n'-
tait plus habile que Ption l'pe, au sabre, au pistolet
et au fusil. Dans les assauts qu'on donnait le dimanche,
chacun admirait son jeu et, surtout, sa prestance, car, d'une
taille assez favorise que ne dfigurait pas un lger embon-
point, il attirait les regards de tous. Mais quant l'quita-
tion, on eut dit qu'il n'tait pas crole , tellement aux
courses il paraissait mal l'aise. Quoiqu'il aimt beaucoup
le cheval, l'aimant jusqu' passer des heures soigner et
panser les siens, il ne parvint jamais, mme tardivement,
savoir en diriger aucun qui et quelque imptuosit.
Ption, dix-huit ans, soldat dans les chasseurs de la mi-
lice, dj matre de toutes les passions dsordonnes qui







SAINT-REMY


flattent, enivrent et dominant la jeunesse, trouvait dans son
mtier les resources ncessaires son existence et ses
plaisirs. Ces plaisirs taient le bal et la chasse. Conciliateur
des diffrends de tous ses amis, il lui arrivait cependant de
rendre personnelles des querelles d'autrui. Ainsi, un
nomm Labastille, qui devint plus tard officer de gendar-
merie, arriv rcemment de France o il avait fait ses tu-
des, tait devenu insupportable aux autres jeunes gens de
couleur du Port-au-Prince par la morgue de ses manires
et le pdantisme de son education. On s'en tait plaint
Ption. Or, dans un bal, Ption reprocha Labastille ses
procds vis--vis des siens. Possdant ds lors un su-
prme degr cette ironie fine qui est le partage des natu-
res intelligentes, le multre inculte des les prouva sa su-
priorit sur le multre lev en Eirope. On en vint un
cartel, et le duel fut fix au Polygone, endroit situ derri-
re la maison du gouvernement. Mais on n'en arriva pas aux
mains, car Labastille, sur les fraternelles remontrances de
Ption, sut avouer ses torts, promit de s'en corriger et de-
vint, entire tous les jeunes gens de la ville, un des plus
doux et des plus modestes.
Les rendez-vous de chasse taient aussi une arne o,
plus d'une fois, Ption prluda sa reputation de bra-
voure. C'tait d'habitude le dimanche, de grand matin
qu'on se runissait la Saline, au nord-ouest de la ville. L,
au mois de septembre, les alouettes et les pluviers abon-
dent. Les blancs du Port-au-Prince allaient aussi chasser
dans cet endroit. Un de ces blancs, nomm Nicolas, jouis-
sait d'une reputation d'adresse et d'intrpidit peu commu-
nes. Avant l'aube, il avait pris son afft. Ption arriva bien-
tt avec ses camarades. Le blanc, habitu jusque-l voir
les multres plier et cder sa volont, enjoignit aux nou-
veaux venus de ne pas faire le premier coup de feu, car
6







ECRIVAINS nAITIENS


il se le rservait. Mais Nicolas ne savait pas quel tait le
multre qui tait pour ainsi dire le chef de la troupe la-
quelle il s'adressait. Je tirerai, lui rpondit Ption, mal-
gr vous et avant vous, aussitt que je verrai le gibier.
Les oiseaux parurent au mme instant : Ption avait tenu
parole. Nicolas ne se possdait pas de l'action que venait
de commettre le jeune indigne : c'tait ce qu'on appelait
alors un manquement de respect aux blancs, c'est--dire un
crime. Aussi, ajusta-t-il soudain son fusil sur Ption. Ption
immdiatement tira des balles de ses poches, en distribua
1' ses compagnons et, tout en rechargeant son arme, il dit
d'une voix tranquille : Tirez donc, si vous l'osez. Et il
ajouta, montrant d'autres balles : En voil ici pour vous,
si vous en manquez !
Nicolas fut atterr en presence de l'attitude audacieuse
mais calme du jeune homme. Il retourna en ville, promet-
tant de former sa plainte contre le tmraire qui avait os
le dfier. Cette venture fit du bruit : elle tonna l'aristo-
cratie colonial, et, sans les grandes proccupations politi-
ques de cette poque, elle et attir la foudre sur la tte du
jeune Ption. En tout cas, ce fut l le premier acte de rsis-
tance l'oppression de la part des hommes de couleur.

SAINT-REMY.













LIAUTAUD ETHEART
1826 1888

N Port-au-Prince, le 9 mars 1826, Liautaud Ethart y
mourut le 21 novembre 1888. Aprs des tudes classiques
faites la capital, dans les conditions difficiles o se trou-
vait alors l'enseignement, le jeune homme alla s'tablir
l'Anse--Veau et y fonda, en 1851, une institution libre. Re-
?,enu Port-au-Prince, il cra, en 1853, le Collge Wilber-
force o il eut, parmi ses plus brillants lves, Armand
Thoby. Ayant t oblig de licencier son tablissement cinq
ans plus tard, il entra, en 1859, au ministre de l'Instruction
Publique en quality de chef de division, puis, ayant t
nomm membre de la Commission central de l'Instruction
Publique, il collabora troitement, avec M. V. Plsance, aux
importantes rformes scolaires du grand ministry de Gef-
frard, Elie Dubois. Liautaud Ethart fut directeu,- du jour-
nal official, Le Moniteur (1869), chef de division au Dpar-
pement de la Guerre (1870-1872), ministry des Finances,
du Commerce et des Relations Extrieures (1872-1873,
1876-1877, 1878-1879), rdacteur des actes officials du Gou-
vernement jusqu'en 1888.
Comme crivain, Liautaud Ethart se distingua particu-
lirement dans le genre dramatique. Nous avons de lui :
r Miscellanes , contenant Gnie d'Enfer , essai drama-
tique en un acte; Guelfes et Gibelins , drame historique
en trois actes; Situation littraire d'Haiti ; De quelques
Opinions sur la littrature du jour (Port-au-Prince, Imp.
Jh. Courtois); Essais dramatiques, comprenant : Deux E-
tudiants , farce-vaudeville en deux actes en vers; Le







ECRIVAINS HAITIENS


Monde de chez nous , comdie en cinq actes; Faute d'un
Habit , monologue, et Binettes de Classiques , vaudevil-
le en deux actes en vers; La Fille de l'Empereur , drame
en trois actes; Un Duel sous Blanchelande , drame histo-
rique en quatre actes et six tableaux. (Paris, Imp. Moquet,
92, rue de la Harpe). D'autres uvres de ce fcond auteur
sont restes indites et doivent tre considres comme
perdues. Il y a lieu de regretter parmi elles un recueil de
posies et une collection de contest croles.
La Fille de l'Empereur est la pice la plus connue de
Liautaud Ethart : elle s'inspire d'un pisode historique que
Thomas Madiou a rapport avec dtail dans son Histoire
d'Hati (3me tome, page 218, Imp. Chraquit).
Chancy, neveu de Toussaint-Louverture, au temps o
celui-ci tait tout-puissant comme gouverneur de St-Do-
mingue et avait Dessalines sous ses ordres, s'tait fait ai-
mer de Climne, fille de Dessalines, et avait la promesse
de sa main. Mais, devenu empereur, Dessalines a d'autres
vises : pour des raisons politiques, il caresse l'ide de ma-
rier sa fille au Gnral Ption. Mais Ption, don't le capi-
taine Chancy est l'aide-de-camp et qui a t mis au courant
par lui de ses heureuses amours avec la princess, ne peut
accder au dsir de l'Empereur. Un conflict dramatique nat
de cette situation, qui se dnoue par le suicide de Chancy,
et le rideau tombe sur ce cri de Climne son pre: -
Sire, vous avez tu le pre de mon enfant !
La pice fut reprise avec un clatant succs en fvrier
1901 avec Antoine Innocent dans le rle de l'Empereur
et Mlle. Henriette Biamby dans celui de Climne au
course de la fte d'inauguration de l'Euvre des Ecrivains
Hatiens, alors prside par le grand orateur Luxemboutg
Cauvin.







LIAUTAUD ETHEART 73

La Fille de l'Empereur
ACTE II, SCENE VI
Ption (entrant par la porte de droite). Empereur et
Libert !
Boisrond-Tonnerre (entrant par la porte de gauche). -
Empereur et libert !
Charlotin (entrant par la porte du fond avec Dessalines
et Vernet). L'Empereur messieurs.
Germain.-Prsentez vos armes (Les officers se dcou-
vrent et saluent trois fois).
L'Empereur Dessalines.-Aprs les amusements, nous
nous devons aux affaires srieuses de la patrie, notre mre
commune. Messieurs, je vous ai convoqus pour vous parler
de quelque chose d'important, de grave et, en mme temps,
de bien doux mon cour. Mais, avant tout, laissez-moi
vous entretenir de notre situation politique. Par mon or-
donnance du 26 juillet, j'ai appel commander en chef
I'arme d'Hati le gnral Christophe et j'ai maintenu au
ministre des Finances Andr Vernet, ici present; celui
de la Guerre, Etienne Elie Gurin. Des circonstances im-
prieuses, jointes un devoir de conscience, m'ont port
confrer ce titre au gnral Christophe : tous ses antc-
dents l'appelaient cette charge honorable. La grande part
qu'il a prise la guerre de l'Indpendance, son courage, ses
talents militaires, sa fidlit mon gouvernement devaient
ncessairement le combler de gloire, lui marquer la secon-
de place dans mon Empire, dans cette patrie, tombeau de
nos perscuteurs. Le Nord, l'Ouest et le Sud ont t parta-
gs chacun en deux divisions, confies au commandement
d'hommes minemment capable : le gnral Ption conser-
ve celui d'une des divisions de l'Ouest... Gnral, qu'avez-
vous dire de ce plan ?






ECRIVAINS HAITIENS


Ption.-Sire, il a t dict par votre sagesse et je n'ai
qu' vous remercier de la grande confiance que vous avez
place en moi.
L'Empereur.-Messieurs, je suis bien aise de voir mes
ides en harmonie avec celles du gnral Ption et de rece-
voir son approbation en cette circonstance. Bientt, nous
aurons amliorer le sort de la brave arme qui a contri-
bu nous rendre matres de ce sol, que nous avons main-
tenant le droit de fouler avec l'arrogance d'hommes libres
et indpendants. Dans peu, leurs gages augmenteront : ils
seront nourris et habills aux frais du gouvernement. De-
venues plus fortes par ces invincibles moyens, nos troupes
pourront opposer leurs baonnettes aux armes dbiles de
nos oppresseurs s'ils pouvaient penser reconqurir Hati,
d'o notre vaillance les a expulss tout jamais. Grce
la sollicitude de mes ministres, le commerce, protg par
des lois sages, prend chaque jour un nouvel essor, la jus-
tice suit son course rgulier. L'agriculture, cette source f-
conde de richesses, nous procure le bonheur, et l'instruc-
tion publique prpare la patrie des citoyens qui consoli-
deront notre ouvre.
Vernet.-Sire, je rponds au nom de mes collgues. Sous
un Empereur tel que vous, Hati marchera dans la voie du
progrs. Si vos ministres ont le bonheur d'arriver une ad-
ministration sage et rgulire, la gloire n'en peut que re-
jaillir sur Votre Majest, qui a la ferme volont de faire
le bien.
L'Empereur.-Maintenant, messieurs, j'ai des remercie-
ments donner chacun de vous en particulier: vous,
Boisrond-Tonnerre, rdacteur de ce fameux acte qui nous
a rendus libres et glorieux; vous, Mentor, qui m'entou-
rez de vos conseils; vous, Darran, l'une des illustrations
e mon tat-major; vous, Germain, qui, aid de votre il-






LIAUTAUD ETHEART 75

lustre chef le gnral Ption, commander si bien cet arron-
dissement. La rcompense de tous ces services ne se fera
pas attendre. Quant vous, Charlotin, vous tes mon bras
droit; je ne puis agir sans vous. Oui, messieurs, travaillons
au bonheur, la prosprit de notre patrie. Formons avant
tout une chane indissoluble, terrible rempart contre le-
quel viandront se briser les intrigues de nos ennemis. Noirs
et Jaunes, qui devez composer les anneaux de cette chane,
n'oubliez pas que c'est en nous unissant, en nous donnant
la main, une main franche et cordiale, que nous pourrons
nous luver la hauteur de nos destines. Hatiens, regar-
dez les couleurs clatantes de ce drapeau qui nous a con-
duits tant de fois la victoire, que nos soldats portent avec
tant de fiert, et dites si vous pouvez le dchirer !... Mais
votre ceur se soulve comme le mien, vous frmissez d'in-
dignation et vous jurez de vivre troitement unis Pour ma
part, je veux que le people hatien devienne bronz par
la fusion des Noirs et des Jaunes : je protgerai les allian-
ces qui se front dans cette intention, et, pour preuve, c'est
dans ma propre famille que j'en donnerai l'exemple. Ne
m'approuvez-vous pas, Gnral Ption ?
Ption.-Sire, tout Hatien doit tre anim des sentiments
que vous venez d'exprimer. Ce que Votre Majest entre-
prend de faire est grand et noble. Et quel homme osera par-
ler encore de prjug de couleur en face du glorieux Fon-
dateur de notre Indpendance, faisant abngation de sa
personnel, de sa famille mme, pour couvrir de honte ceux
qui voudraient semer la division entire les frres, des en-
fants nourris du mme lait Non, Sire, ce serait impossi-
ble !
L'Empereur.-Avancez, Gnral Ption, je vous accord
la main de la Princesse Climne, ma fille. (A ce moment,
la porte du fond s'ouvre et laisse entrer l'Impratrice et
Climne).






76 ECRIVAINS HAITIENS

SCENE VII
L'Empereur.-Entrez, ma fille, et terminons cette soire
de bal par des prparatifs de rjouissances...
Climne.-Mon pre...
Le Capitaine Chancy (un genou en terre).-Sire, qu'il me
soit permits de rappeler au souvenir de Votre Majest... Si-
re, en 1802, vous m'appeliez votre gendre... En 1805, ne me
donnerez-vous pas le mme nom ?
L'Empereur.-Faites retire ce fou de ma presence. Quel
est-il, cet insens, qui ose me parler sans y tre invit ?
Comment a-t-il os pntrer dans cet appartement ? Qu'on
l'entrane loin de moi !
Climne.-Mon pre, c'est le neveu du Gouverneur
Toussaint-Louverture, le fianc qui vous m'aviez promi-
se...
L'Impratrice.-Ma fille, devant cette assemble!...
L'Empereur.-Qu'entends-je ? Ma fille s'unir au neveu
d'un serviteur des Franais !...
Ption.-Pardonnez, Sire... Capitaine Chancy, rendez-
vous aux arrts jusqu' nouvel ordre. (Chancy sort).
L'Empereur--Gnral, j'approuve votre nergie. Mesda-
mes, rentrez dans vos appartements.

SCENE VIII
L'Empereur.-Allons, cela ne doit rien changer nos
plans, et bientt le Gnral Ption pousera ma fille.
Ption.-Sire, encore un instant... Vous tes tmoin de
l'aversion de la Princesse pour ce mariage...
L'Empereur.-Et que m'importe moi, cette aversion ?
Le marriage aura lieu : je l'ai dit, cela sera...






LIAUTAUD ETHEART 77

Ption.-Sire, vous parlez avec franchise : permettez-moi
d'tre loyal mon tour. A peine aviez-vous parl de cette
union entire la Princesse et moi que les circonstances don't
nous venons d'tre les tmoins m'ont empch de prendre
la parole et de vous rpondre. Sire... Je n'aime point le
marriage.
L'Empereur.-Ai-je besoin de redire ce que je viens de
vous exposer tout--l'heure ? EIes hsitations Songez, G-
nral, que le bonheur d'Hati dpend de ce marriage. Son-
gez-y !...
Ption.-Oui, Sire, je dois au pays le sacrifice de mon
sang, de ma vie mme. Mais, de grce, Sire, ne force pas
mes sentiments, j'y tiens plus qu' ma vie...
L'Empereur.-Eh bien le mot est lch Vous refuse
mon alliance, Gnral. On ne m'avait donc pas tromp Je
march sur un volcan Des ennemis, des ennemis cha-
que pas que je fais !... Allons, ayons le courage de rcapi-
tuler tous les rapports qui me sont parvenus. Dans la 2me
division militaire de l'Ouest, plus de biens domaniaux. Gr-
ce au directeur des domaines, les Vastey, les Blanchet ont
mis les fils des colons en possession des biens de l'Etat, au
prejudice de mes pauvres soldats... Prenez garde vous,
ngres et multres Les terres que nous avons conquises
en versant notre sang appartiennent nous tous : j'entends
qu'elles soient partages avec quit. Sous peu, les contre-
bandiers et les prvaricateurs seront punis... Partout les
autorits transigent avec le devoir. On ne se content pas
de dilapider, on conspire, on veut se soulever contre moi !
Mais qu'on ose prendre les armes Qu'on ose seulement le-
ver la tte !... Personne ne me second. Chacun s'efforce
d'obtenir des richesses. L'Empire est une ville prise d'assaut
et livre au pillage. Ceux qui devraient me soutenir me






78 ECRIVAINS HAITIENS

trahissent et tchent de me rendre odieux la population !
Mais, heureusement pour Hati et pour moi, Dieu m'a don-
n du courage et des baonnettes. Eh bien, pour arriver
mes fins, je ferai fusiller, je ferai saccager, je ferai br-
ler !... Hatiens, prenez garde vous Ce ne sont point de
vaines paroles que je prononce en ce moment. Tous les
moyens me seront bons Oui, je ferai tout ce que je dis !
Sur ma foi de Jean-Jacques, je le ferai !... Messieurs, la
sance est leve...

Liautaud ETHEART.












DURACINE POUILH
1826- 1902


Duracin Pouilh naquit Port-au-Prince le 16 dcembre
1826. Il appartint cette jeunesse ardente qui rva de
transformer Hati en lui donnant des institutions librales
et en changeant les conditions d'existence matrielle et mo-
rale du peuple hatien par la diffusion de l'instruction dans
toutes les couches de la socit. Il fut journalist et devint
rdacteur-grant du journal L'Opinion Nationale o il eut
comme directeur, en 1861, Exilien Heurtelou, et comme
principal collaborateur, A. Montfleury. Il administra seul
ce journal qui joua un rle si important dans l'histoire
de la pense hatienne de 1862 1865.
Le mtier de journalist ne nourrit gure son homme en
Hati. Duracin Pouilh entra dans le commerce. Il fut, com-
me dit Georges Sylvain, l'un des derniers survivants,
avec Marmont Flambert, son fidle compagnon, de l're
triomphante du commerce hatien . Il s'tait acquis une
si solide renomme parmi ses pairs qu'ils l'lurent Juge
au Tribunal de Commerce et l'y maintinrent jusqu'en l'an-
ne 1892 o le Gouvernement de Florvil Hippolyte l'envo-
ya siger au Tribunal de Cassation.
Duracin Pouilh mourut Port-au-Prince le 5 fvrier
1902, en ce tragique mois qui vit disparatre Ption Gr-
me, Victorin Plsance, Louis-Wilson Doret, Demesvar De-
lorme. Sa disparition fut un coup sensible pour la jeune
revue littraire La Ronde, laquelle il avait apport ds la
premiere heure sa gnreuse et cordiale collaboration. On






ECRIVAINS IIAITIENS


aimait ce vieillard vnrable, reprsentant d'une poque
disparue, fconde en vertus et en courage, et don't il t-
chait de faire revivre les figures les plus remarquables en
de courts notices, qui sont souvent de la grande histoire
et dans lesquelles le souci de la vrit ne le cde qu' la
simplicity de la forme.
Duracin Pouilh s'tait prodigu dans les journaux de
son temps. Il publia l'Annuaire d'Hati, o l'on trouve des
renseignements gographiques, historiques, conomiques de
grande valeur sur le pays. Mais son ouvre principal, en-
core indite, est un Dictionnaire Etymologique et Biogra-
phique, vritable monument destin perptuer le souve-
nir de tous les Hatiens ayant joui de quelque notorit.
Quelques-unes de ces notices biographiques ont t publies
dans La Ronde, celles sur Fruneau, Joseph Courtois et Mme
Courtois, Daguesseau-Lespinasse, Tertullien Guilbaud, E-
mric Bergeaud.
Un Duel Tragique
Si le devoir ou le hasard vous conduit au morne et silen-
cieux asile des morts Port-au-Prince, prenez droite le
sentier entire le monument octogonal de la famille Rouanez
et celui de la famille Vicxama. Arriv la hauteur ct
sud-ouest de ce dernier, jetez les yeux en face, sur le bord
du mme sentier : vous verrez un carr long, en briques
rouges, fleur de terre et sans la moindre inscription. C'est
l que fut inhum le corps de Fruneau. Peu de personnel
encore le savent : bientt tout le monde l'ignorera.
M. Joseph Courtois avait fond en 1825 le journal La
Feuille du Commerce. A cette poque, les jeunes gens, en-
trs en 1816 au lyce national de Port-au-Prince fond par
l'immortel Ption, taient devenus des hommes clairs, et
la lecture des journaux, o ils trouvaient relat le mouve-
ment progressif des autres nations, devait les rallier







DURACINE POUILH 81

l'opposition qu'avait fait natre l'administration incontes-
tablement honnte mais absolument stationnaire du Prsi
dent Boyer.
La Feuille du Commerce ouvrait ses colonnes d'autant
plus facilement l'Opposition que M. Courtois en faisait
lui-mme parties. Parmi les anciens lycens se trouvaient
aussi des jeunes gens ayant des attaches avec le Gouver-
nement : ils fondrent, de leur ct, en aot 1830, le journal
Le Phare, don't le rdacteur en chef tait Duton Inginac,
fils du secrtaire-gnral (c'est--dire ministry de l'Int-
rieur) et neveu par alliance du Prsident.
Les principles d'conomie politique prconiss par Le
Phare se ressentaient tout naturellement de la position de
son rdacteur en chef, et l'Opposition dut les combattre:
ce fut Fruneau qui s'en charge.
Fruneau appartenait notre race. Il tait arriv de Fran-
ce depuis quelque temps, ayant acquis une brillante ins-
truction qu'il venait mettre au service de sa nouvelle pa-
trie. La discussion s'envenima, devint acerbe et finit par
dgnrer en personnalits offensantes.
Nous avons dj racont que le Prsident Boyer avait d-
sapprouv M. Granville au sujet de sa mission aux Etats-
Unis d'Amrique. Selon M. Beaubrun Ardouin (Histoire
d'Haiti), Granville avait attribu aux conseils du gnral
Inginac les reproches qu'il avait encourus, et Fruneau, qui
tait professeur de mathmatiques au lyce et que Gran-
ville aimait comme son fils, n'ignorait pas ses prventions
contre le secrtaire-gnral.
Au course de la polmique, Fruneau avait dans un article
outrag son adversaire et attaqu l'honneur de sa famille.
Un duel devint inevitable. Il se vida au sabre dans l'aprs-
midi du 13 avril 1831. La rencontre fut fatale : Duton reut
une grave blessure la tte et Fruneau tomba mort.







ECRIVAINS HAITIENS


L'Opposition accusa l'un des tmoins de Duton Lam-
bert Descamps, officer dans la garde prsidentielle et ma-
tre d'armes d'avoir, au moment psychologique, soulev
le sabre de son client et d'avoir t ainsi la cause de la
mort de Fruneau. La vrit ce fut l'opinion impartiale
de mon pre, tmoin oculaire du duel c'est que Fruneau,
qui maniait bien les armes mais qui tait d'un temperament
fougueux, porta le coup sans se couvrir suffisamment. Du-
ton, en s'affaissant, ne fit instinctivement que tendre le
bras : son malheureux adversaire s'enferra !
Le corps de Fruneau fut transport au lyce, o le jeune
homme logeait avec son directeur, local occup par l'an-
cienne Fonderie Nationale. Les anciens lycens ainsi que
les plus gs des lves passrent la nuit veiller leur pro-
fesseur, et le lendemain, quand il fallut faire la leve du
corps, l'Opposition, pregnant le haut bout, dirigea, avec de
grandes demonstrations, le convoi funbre par diverse
rues avant d'aller au cimetire, o plusieurs orateurs se
firent entendre.
En passant devant le palais national, des personnel de
la foule avaient cri : Vive la liberty de la press A bas
la tyrannie et les tyrans C'tait videmment une mani-
festation hostile contre l'autorit constitute. Le Prsident
Boyer tait ce moment l'Arcahaie. A son retour, il cla-
ta en propos violent contre la Commission de l'instruction
publique, la destitua bien tort, accusa Granville de con-
fribuer garer la jeunesse et le rvoqua ainsi que d'au-
tres professeurs. Huit personnel parmi lesquelles se
trouvait M. Courtois furent accuses d'tre les meneurs
de la manifestation : elles furent poursuivies en police cor-
rectionnelle et acquittes.
Le duel Fruneau-Duton Inginac est le souvenir le plus
lointain de mon enfance. J'avais alors un peu plus de qua-







DURACINE POUILH


tre ans. Ma famille habitat la rue des Casernes, en face de
la proprit o a t depuis btie l'Eglise Episcopale. C'-
tait avant le coucher du soleil : quelqu'un entra prcipi-
tamment chez nous, parla ma mre, qui sortit tout aus-
sitt avec lui. Elle revint affole, ouvrit son armoire, prit
ciseaux, fil et aiguille, et ressortit. Je voulus la suivre. Elle
me menaa de la main et je rebroussai chemin. Quelque
temps plus tard, me racontant les circonstances qui avaient
amen le duel, elle m'apprit que ce que je l'avais vue re-
venir prendre ce jour-l avait servi coudre la blessure de
Duton, qui demeurait non loin de nous, ct de la gran-
de proprit Voltaire.
La blessure de Duton se cicatrisa, mais il ne continue
pas moins en souffrir priodiquement. Il dut plus tard
partir pour la France et mourut, croyons-nous, au Havre.
Ses restes furent transports Port-au-Prince et dposs
dans le monument Inginac, l'entre du cimetire int-
rieur.
La mort tragique de Fruneau fut le point de dpart os-
tensible de l'opposition contre Boyer. Elle ne cessa ds
lors de saper son administration jusqu' son renversement
par la revolution de 1843. Mais au triomphe de cette rvo-
ution, don't le beau programme de Praslin n'tait, en dfi-
nitive, comme ceux de toutes nos autres rvolutions, qu'un
vritable trompe-l'oeil, que fit cette Opposition pour
honorer la mmoire du jeune athlte qui avait perdu la
vie pour le triomphe des principles libraux et progressis-
tes ? Elle ne pensa mme pas buriner le nom de Fruneau
sur son mince carr de briques pour indiquer sa dernire
demeure aux gnrations futures !
L'ingratitude est fille chrie de la politique.

Duracin POUILH.


83












DEMESVAR DELORME
1833-1901


Demesvar Delorme naquit au Cap-Hatien le 10 fvrier
1833 et mourut Paris le 25 dcembre 1901. Professeur
'cole primaire de garons de sa ville natale en 1851, puis
au Collge Adlina, il prit en 1859 la direction du journal
L'Avenir . Elu dput en 1862, il vit renouveler son man-
dat en 1867 et en 1878, fournissant pendant ce temps une
collaboration active au Progrs , l'Indpendance Na-
tionale , L'Opinion Nationale .
Delorme devint ministry des Relations Extrieures, de
l'Instruction Publique et des Cultes en 1878. Ministre Pl-
nipotentiaire d'Hati Berlin et prs du Saint-Sige, il
occupa ce poste de 1890 1896. Ses nombreux crits : Hati
et la France, brochure signe Charolais; Les Thoriciens au
Pouvoir (1870); Francesca, roman (1872; Le Damn, ro-
man (1877); Les Races Amricaines; Le Systme Monroe;
La Misre au sein des Richesses; Les Paisibles; l'Albanaise,
nouvelle; La Hollande, tude historique (1898), lui assur-
rent dans le pays une influence considerable, et toute une
poque de la littrature hatienne se trouve marque de
sa puissante empreinte. Son existence politique, mle aux
evnements les plus important qui se sont drouls de
1859 1900, est une page, mouvemente, de l'histoire na-
tionale.
Avant son dernier voyage pour l'tranger, Delorme avait
annonc son ami Duracin Pouilh, aux cts duquel il
avait longtemps combattu dans le journal L'Opinion Na-







DEMESVAR DELORME


tionale la publication prochaine d'un livre Au-Del, o
il se proposait d'exposer sa conception philosophique de la
vie, et d'un volume qu'il avait intitul : Mes Mmoires.
Ces ouvrages sont encore indits.
Les souvenirs de Delorme, qui doivent partir de son
entre dans la vie publique et prendre fin avec sa mission
au Vatican, constitueraient certainement une trs impor-
tante contribution l'histoire politique et littraire d'Hati.
L'auteur du Damn fut dput, ministry; il connut la
prison, l'exil, la misre et la richesse; il reprsenta son pays
Berlin, Rome; il eut l'amiti prcieuse de Lamartine,
entretint des relations cordiales avec Dumas pre, Victor
Hugo, Michelet, et mme l'arrogant Guillaume II lui don-
na des tmoignages de son admiration impriale: il est
desirable que, par la publication de Mes Mmoires , une
si riche moisson de faits soit mise la porte de nos his-
toriens.
Georges Sylvain crivait dans La Ronde du 5 dcem-
bre 1898 : Moi aussi, j'ai, dans mon for intrieur, commen-
c par accoler au nom de Delorme l'intransigeante, l'im-
placable, l'horrifique epithte de vieux bonze. Puis, la r-
flexion est venue. Je me suis dit qu' tout prendre, le s-
duisant esprit qui eut la gloire ses dbuts de rsumer en
lui, pour les avoir loquemment prcises, les aspirations
et les esprances de toute une gnration enthousiaste et
fire, l'crivain de pure ligne, qui connut la joie d'tre
lou par Dumas, Michelet et Victor Hugo, d'tre aim par
Lamartine, mriterait de nous mieux qu'un ddaigneux ou-
bli. Et j'ai saisi avec empressement l'occasion que m'offrait
la publication de ce nouveau livre, consacr la Hollande,
pour payer un just tribute de reconnaissance l'un de nos
devanciers, don't l'oeuvre honore, quoi qu'on en pense, la
littrature nationale... Il m'a pris fantaisie de relire les
7







86 ECRIVAINS HAITIENS

Thoriciens au Pouvoir qui, maintenant comme par le pas-
s, continue d'tre l'ouvre capital de Delorme. Malgr
l'clat des travaux de Fustel de Coulanges, de Martha et
de Boissier qui, parmi tant d'autres, ont renouvel les tu-
des sur l'antiquit, l je ne trouve qu' louer. Il n'a jusqu'ici
manqu ce livre d'une si aimable rudition, d'une veine
si heureuse, qu'un peu de perspective pour tre universel-
lement apprci selon son mrite... A l'exemple de Lamar-
tine, son matre et ami, Delorme, dans les Thoriciens, vise
par dessus tout certaines qualits d'lgance, de finesse
et de correction, qui sans doute paratraient dpourvues de
saveur au gros de nos publicistes. Un style d'une harmo-
nieuse unit, abondant et fluide, qui, sans rien sacrifier des
nuances les plus dlicates de la pense, reste fidle au g-
nie de la langue, fait de clart et de measure, ainsi auraient
pu se dfinir alors ses prfrences d'crivain. Aujourd'hui,
nos gots vont plutt aux traits bien accentus, l'accumu-
lation des tons crus, aux pithtes fortement colores. Pour
que la phrase rponde aux vibrations de nos nerfs tou-
jours tendus, nous avons change le rythme et bris le nom-
bre. Dans notre preoccupation d'tonner, nous oublions
souvent de plaire. Mais les modes passent. Le livre des
Thoriciens est de ceux qui rajeunissent au course des an-
nes .
On trouve, dans cet ouvrage considerable, des descrip-
tions de paysages hatiens, de costumes locales, de scnes
rustiques, des rcits, contest et nouvelles, qui runis en vo-
lume, formeraient un livre d'une lecture extrmement at-
tachante pour nos coliers.

Boisrond-Tonnerre et la France
Aux moments suprmes de notre indpendance, un hom-
me parut, tonnant et incompris, qui, brlant du feu de







DEMESVAR DELORME


l'enthousiasme et de l'inspiration, consacra sa plume ac-
re la premiere phase de notre histoire. Michel-Ange
abrupt et dlirant, il voulut tailler grands traits, dans un
sauvage gnie d'originalit, le fronton du temple que nous
levions la libert de notre race.
La foudre avait secou son berceau, la flamme du ciel
Evait environn de sa rouge et lugubre clart le front pr-
destin de celui qui devait s'appeler Boisrond-Tonnerre. Il
avait gard de cette flamme et de cette foudre dans son
cur, et c'est avec ces lments terrible qu'il crivit, le
premier janvier 1804, l'acte de l'Indpendance d'Hati.
Si l'expression de la colre et de la victoire encore incer-
taine a t pousse jusqu'aux accents convulsifs de la haine,
il faut, pour tre just, faire un peu la part des temps. Le
sang n'tait pas encore sch sur les champs de bataille
innombrables qui marquaient les tapes de cette lutte de
gants; on heurtait encore dans les bois les cadavres,.tout
tides des derniers combats; le vent du soir balanait en-
core aux branches des arbres le bout de corde rompu des
derniers gibets; le drapeau du Premier Consul pouvait en-
core se voir, au loin, l'horizon de la mer; les mes taient
encore haletantes de toutes les violentes motions de la
vengeance, de la victoire et de l'apprhension d'une nou-
velle invasion; les soldats, appuys sur leurs fusils, s'at-
tendaient chaque instant entendre le cri: Aux armes!
s'lever encore du rivage.
D'autre part, le ciel de la France s'claircissait en Euro-
pe. Le Consulat avait partout relev les affaires de la R-
publique. Les rois se taisaient et baissaient la tte. L'offi-
cier d'artillerie du Cap de Toulon allait tre lev sur le
pavois. Le soldat d'Arcole et des Pyramides tait sur le
point de ceindre le diadme des Csars...







ECRIVAINS HAITIENS


Il n'y avait alors aucune raison pour les soldats de Des-
salines de croire que tout tait dit, qu'ils avaient livr leurs
derniers combats, que les lauriers de Vertires avaient om-
brag leurs derniers exploits, que la patrie qu'ils venaient
de fonder ne serait pas, avant six mois, envahie par des
armes plus nombreuses conduites par des Rochambeau
plus cruels... Dans une telle situation, ne fallait-il pas mon-
ter les esprits au niveau des circonstances ? Et ne faut-il
pas excuser le patriote qui, rsumant dans son me ardente
tout le martyrologe de ses frres, avait t appel runir
ses concitoyens autour de l'autel de la Libert et leur
demander le serment de vivre libres ou de mourir ?
Il faut pardonner Boisrond-Tonnerre les cris de haine
et de sang qui assombrissent sa mmoire. Il faut amnis-
tier le Tyrte furieux qui croyait prluder au troisime acte
nu drame sanglant ouvert par Og sur la grande place du
Cap... Son tort, c'est d'avoir ferm les yeux l'avenir. In-
carnant en lui la guerre- de l'indpendance, il n'a vu que
les temps qui l'encadraient.
Ah s'il revenait de nos jours et qu'il et vu le spectacle
de la patrie pacifie et grandissante, rconcilie avec la
France, et merchant d'un pas de plus en plus ferme dans
la compagnie des Nations S'il revenait pour voir la Fran-
ce qu'il maudissait, rentrant dans la grande voie que lui
a trace la Providence, verser son sang sur les champs de
bataille de Crime et d'Italie pour la libert des peuples!
S'il tait l pour entendre cette France, en 1848, parlant
par l'organe de son pote ador, Lamartine, dcrter la
libert de tous les hommes, et voir cet acte sublime de s-
paration, non pas lud et profan -comme la premire. fois,
mais accompli avec enthousiasme dans ses colonies, nos
voisines! Oui, j'en suis bien sr, Boisrond-Tonnerre et
tenu un autre language, et, au lieu de crier vengeance, il


88






DEMESVAR DELORME 89


et demand paix, oubli, embrassement fraternel. Il et ai-
m l'Europe, il et aim la France, comme nous les aimons
nous-mmes.
La France est grande et gnreuse entire les nations. C'est
la terre de la chevalerie, du dvouement, de la posie, du
sentiment. Ceux qui oppriment les hommes, ceux qui p-
trissent leurs plaisirs avec les larmes et le sang des mal-
heureux, la France les dteste comme nous les dtestons
nous-mmes... Elle aussi, elle dplore les malheurs sans
nom qu'ont causs dans son propre sein la tyrannie et la
-iolence des matres... car, elle aussi, elle a eu des matres,
et des matres sans piti, tout comme les Caradeux et les
Montarand... Elle s'est leve la fin du sicle dernier et a
conquis en mme temps les droits de tous les hommes. C'est
elle-mme qui a rveill nos pres et leur a montr le
chemin de la libert.
Si Boisrond-Tonnerre avait vcu jusqu' nous, ces pen-
ses auraient t les siennes. N pour les grandes choses
et pour les grandes ides, il et sacrifi aux dieux nou-
veaux. Charge de porter la parole, un premier janvier, sur
l'anniversaire du grand acte qu'il a inaugur, c'est d'amour
et d'oubli qu'il aurait parl aujourd'hui. Sa parole, sans
rien perdre de cette verve tonnante qui le travaillait, et
tourn sa vigueur et sa fulgurante clart vers l'avenir
de paix et de grandeur que nous poursuivons aprs lui.
Boisrond-Tonnerre a inaugur la littrature hatienne...
Engag plus avant dans la carrire de l'ide et de la pro-
duction artistique, il aurait pu prendre le vol hardi de l'ai-
gle. Il nous aurait parl la langue de Byron : il en avait
l'accent, la colre, le temperament, la vigueur, l'indpen-
dance. Les mmes orages grondaient dans son me et y
perptuaient les mmes temptes d'orgueil et de posie que






ECRIVAINS HAITIENS


l'autre a promenes par toute l'Europe, comme une tra-
ne de feu, jusqu'au camp de Missolonghi.
Je pense avec orgueil qu'un homme (1), don't le nom rsu-
me lui seul toutes les grandeurs intellectuelles de l'es-
pce humaine, retient par cour la pice par laquelle Bois-
rond-Tonnerre s'est manifest parmi nous! Cet homme
est pourtant un Franais, et un Franais qui, en un jour dif-
ficile, a t la France elle-mme.

Demesvar DELORME.


(1) Lamartine,












DULCINE JEAN-LOUIS
1837-1906


Dulcin Jean-Louis naquit Jacmel le 23 dcembre 1837.
Il fit ses premires tudes sous la direction d'un matre
franais nomm Debre, qui lui enseigna les rudiments du
latin. Dans les environs de 1845, les moyens de s'instruire
n'taient gure faciles, mme Port-au-Prince: la situa-
tion tait naturellement pire en province. Le ieune homme
en qute de savoir trouvait parfois un prcepteur, don't la
science n'tait pas souvent trs tendue mais qui pouvait
servir de guide son lve, et la bonne volont de celui-
_ci faisait le rest. Ainsi se forma Hannibal Price. Plus ex-
traordinaire encore fut le cas de ce Dr Rvolu, loquent
parlementaire de la brillante priode legislative de 1872-
1876, qui, ayant appris lire come Toussaint-Louverture
a l'ae de 50 ans, devnt pharmacten, puzs mdecin, fit son
premier voyage Paris dans sa 70me anne et put tre
-utoris oprer Clamart sous les yeux tonns de pro-
Fesseurs tels que Moissenet, Andral, Paul Dubois, de l'ho-
pital de la Charit.
. Dulcin Jean-Louis n'avait pas attend si longtemps pour
faire apprcier sa vive intelligence et les connaissances
qu'il avait acquises par un labeur opinitre. Il entra de
bonne here l'Administration des finances de Jacmel,
don't il devint le chef aprs y avoir pass vingt deux-ans.
A cette poque, chaque Administration financire de la
province envoyait ses recettes mensuelles la capital, et
c'est le jeune Dulcin que l'on avait estim digne, cause




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs