• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Main
 Table of Contents






Title: Haïti et ses problèmes
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095922/00001
 Material Information
Title: Haïti et ses problèmes
Physical Description: 297 p., 1 l. : ; 20 cm.
Language: French
Creator: Bellegarde, Dantès, 1877-1966
Donor: unknown ( endowment ) ( endowment )
Publisher: E´ditions B. Valiquette
Éditions B. Valiquette
Place of Publication: Montre´al
Montréal
Publication Date: 1941
Copyright Date: 1941
 Subjects
Subject: Haiti   ( lcsh )
Haïti   ( rvm )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: "Composé en grande partie des articles ... publiés, au cours des années 1939 et 1940, dans ... la Phalange."--Pref.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095922
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 05858958
lccn - a 43000261

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Main
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
    Table of Contents
        Page 299
Full Text

DANTES BELLECARDE


e .


e


v' i


ses problmes


fer"rra valiquette
i"nolil '


Printed in Canada.


















Bellegarde, Dants, 1877-1966.
Hati et ses problmes/ Dants Bellegarde.
Montral, editions B. Valiquette [1941?]
297 p., 1 1. 20 cm.
Notes: "Compos en grande parties des articles ...
publis, au course des annes 1939 et 1940, dans ... la
Phalange."-
Hati.





















HATI ET SES PROBLMES







































Tous DROITS RE SRV












PRFACE


A Mgr Joseph Le Gouaze, Archevque de Port-au-
Prince, je ddie cet ouvrage, compos en grande parties
des articles que j'ai publis, au course des annes 1939 et
1940, dans son journal La Phalange.
Cet minent prlat a compris la ncessit pressante
pour l'Eglise de jouer un rle plus actif dans la vie socia-
le du people hatien et il a recouru aux deux moyens les
plus efficaces en ce domaine : la prdication et la press.
Ds 1898. dans une petite revue littraire, La Ronde,
don't j'tais le secrtaire, j'mettais le veu que le Clerg
Catholique intensifit sa champagne de moralisation par-
mi les classes populaires et qu'il ment franchement la
lutte, auprs des classes cultives, contre les doctrines
d'anarchie matrialiste et de scepticisme philosophique,
don't les semences commenaient germer en terre ha-
tienne.
Deux sortes de prdications me paraissaient ncessaires
l'Eglise d'Haiti, pour qu'elle pt travailler avec succs
cette oeuvre de moralisation et d'ducation.
D'abord, une prdication morale trs simple, qui, mise
la porte de tous, amnerait la religion, avec la foule
des mes naves, quelques-unes de ces personnel qu'une
instruction mal assimile a gares et qui, tourmentes
d'un perptuel dsir de sensations troublantes, garden
nanmoins dans le trfonds de leur tre un besoin impr-
cis d'adoration et de foi. Elle ferait sans aucun doute
beaucoup de bien a.. people hatien qui a grand'faim
de cette saine et forte nourriture . Dans les campagnes,
elle serait donne en patois crole pour pntrer plus pro-
fondment dans le cour de nos masses rurales.
A ct de cette prdication sans fard, que sa bonho-
mie et sa franchise d'allure rendraient souvent loquen-





8

te, il y en aurait une autre, d'inspiration plus haute, qui
s'adresserait particulirement l'lite cultive, c'est--dire
aux classes dirigeantes du pays. Elle tudierait les vtces
essentiels de notre organisation social et indiquerait les
moyens d'y porter remde.
Les questions sociales ont pris en notre temps une
trop grande importance pour que l'Eglise s'abstienne de
les discuter. Possdant toute la vrit, elle peut rassembler
les vrits particulires fournies par la science, les exami-
ner la lumire de la foi, en faire la synthse victorieuse
et montrer qu'elles ne sont point en dsaccord avec le dog-
me. Elle ne doit pas rester impassible devant le succs
croissant des doctrines matrialistes qui, en se propageant
dans les socits contemporaines et dans la ntre aussi,
tendent les transformer et y tarir toutes les sources
d'enthousiasme et de foi.
Ce vu que j'exprimais il y a environ quarante-deux
ans est aujourd'hui peu prs exauc.
Nous savons depuis longtemps que les curs de cam-
pagne, en particulier, n'ont jamais nglig cette prdica-
tion de morale pratique, adapte aux besoins spirituels et
matriels de la population paysanne. La plupart d'entre
eux, Franais de France, parent de faon parfaite le pa-
tois, comme ce Pre Valentin Hatien intgral , se-
lon J. B. Cinas, qui se vantait d'avoir oubli le
franais et se jugeait capable d'crire une grammaire cro-
le . Tel aussi ce Pre Monteil, du Petit Sminaire Coll-
ge S. Martial, don't l'loquence savoureuse lui a valh r-
cemment un just loge de M. Franois Mathon, Com-
missaire du Gouvernement prs la Cour de Cassation. Y
a-t-il beaucoup de gens savoir que l'ancien Archevque
de Port-au-Prince, Mgr Conan, possde la perfection
notre parler populaire ? Quand je l'entendis la pre-
mire fois s'exprimer en crole, je n'en voulus point croi-
re mes oreilles : j'avais simplement oubli que le jeune
diacre Conan tait arriv chez nous de sa Bretagne na-
tale l'ge de vingt ans et qu'il tait devenu l'un de ces
vieux serviteurs d'Hati qui n'ont plus d'autre rve que
de mler leurs os la bonne terre hatienne .








C'est pour montrer nettement sa volont d'engager
l'Eglise d'Haiti dans une vigoureuse action catholique
contre les doctrines de dsordre, de destruction et de hai-
ne, que Mgr Le Gouaze invita le R. P. Ducatillon pr-
cher le Carme en 1938. Qui peut avoir oubli la parole
chaude, prcise et entrainante du jeune Dominicain don't
l'loquence avait dj fait retentir les votes de Notre-
Dame de Paris ? Dans une srie de conferences que
vinrent couter des centaines de fidles masss autour de
la chaire de la Cathdrale de Port-au-Prince, et que sui-
virent avec un gal intrt la radio des milliers d'audi-
teurs le savant prdicateur fit le procs du communis-
me, qu'il connat fond pour l'avoir tudi dans ses
causes, ses origins et ses rsultats. Il prit le monstre
bras-le-corps et le terrassa dans l'arne scientifique o le
marxisme prtendait avoir tabli ses plus solides fonda-
tions.
De la Chaire, le Chef de l'Eglise d'Haiti a transport
la lutte dans la press, don't l'action est si considerable
pour la propagation des bonnes ou des mauvaises ides.
C'est cette preoccupation qu'est due la creation de La
Phalange qui, sans se soucier des personnel, mne contre
les doctrines malfaisantes du racism athe et du bolche-
visme sanguinaire sa champagne ardente et vigoureuse.
Il faut combattre par la parole et par la plume ces
theories meurtrires. Mais nous ne devons pas perdre de
Vue que l'un des plus srs moyens d'en empcher la dif-
fusion est de dtruire la misre et l'ignorance, o elles
trouvent un terrain favorable leur insidieuse propagan-
de.
En levant le niveau moral et religieux de nos popu-
lations urbaines et rurales, en leur inspirant le got du
bien-tre et du confort, en leur apprenant se procurer
une alimentation saine et substantielle et se construire
des maisons hyginiques, nous les mettrons l'abri des
maux qui les menacent dans leurs corps et dans leur me.
C'est cette defense ncessaire du corps et de l'me
de la nation hatienne que sont consacres les tudes ru-
nies dans ce volume. Mais il fallait se garder de consid-






10

rer Haiti comme isole dans le monde. Aussi ai-je tenu
marquer sa place dans la socit international et le rle
qu'elle a jou et qu'elle peut jouer principalement dans
l'Union Panamricaine.
Dirai-je ma joie particulire de pouvoir unir dans ce
livre le nom d'Hati celui du Canada ? Les liens qui se
sont forms depuis quelque temps entire ces deux pays
sont devenus si puissants et si doux que rien de ce qui
peut affected l'un ne peut laisser l'autre indifferent. Nous
tions comme deux frres que les hasards de la vie
avaient, pendant de longues annes, tenus spars. Nous
nous sommes retrouvs. Et nous avons reconnu que nous
sommes frres, parce que sur nos lvres chante le mme
parler divin, et que dans nos cours palpite la mme foi
chrtienne.
Des gens qui se disent ralistes peuvent sourire, quand
nous parlons ainsi de rapprochement des peuples par le
sentiment religieux et la culture. Ils se disent ralistes, et
ils ignorent ces puissantes ralits que sont les forces spi-
rituelles. Ils se disent ralistes, et ils ne savent pas que
toute vie individuelle, toute vie social, toute vie inter-
nationale, et mme toute vie conomique serait impossi-
ble si elle ne reposait sur ces principles de libert, d'gali-
t, de fraternity et de justice qui trouvent leur source
dans l'me humaine.
C'est autour de ces principles suprieurs de dmocratie
chrtienne que les peuples rassemblent aujourd'hui leurs
curs pour sauver la civilisation en dtresse.
D.B.
19 mars 1941.
Je tiens exprimer ma trs vive gratitude, pour l'int-
rt et pour l'aide qu'ils ont bien voulu apporter la pu-
blication de ce livre, aux professeurs Philip C. Jessup,
de la section du droit international, et au docteur James
T. Shotwell, de la section de l'Economique et de l'His-
toire de la Dotation Carnegie pour la Paix internationa-
le. L'univers connait dj les activits de cette illustre ins-
titution et c'est pour moi un trs grand honneur de cons-
tater que ce modest ouvrage a t jug digne de quelque
intrt par les deux personnalits nommes plus haut.










NATION, RACE ET CULTURE


Ceux de l'lite hatienne qui rsistrent l'occupa-
tion amricaine un Georges Sylvain par example -
avaient le sentiment trs vif qu'ils ne dfendaient pas
seulement les droits politiques de la nation, mais en-
core sa culture contre l'invasion d'une force trangre.
Y a-t-il donc une culture hatienne ? Quelques-uns
le nient. Ils sourient avec mpris lorsqu'on parle de
prserver l'me national , don't cette culture serait
'expression. Ils ne se rendent pas compete que, ce fai-
sant, ils nient la nationalit hatienne elle-mme. Car
la nationalit, ainsi qu'on l'a dit avec raison, c'est
l'me des groupements humans : les Anglais l'ap-
pellent the spirit of England . les Allemands die
deutsche Seele . les Amricains the soul of Ameri-
ca . Et Ernest Renan la dfinit un tat d'esprit col-
lectif, rsultant d'un long pass historique, de sacrifices
et d'efforts accomplish en commun, d'une volont et
d'aspirations communes dans le present .
Il est difficile de donner une definition complete et
satisfaisante de l'ide de nationality, tell qu'elle est
conue aujourd'hui: le grand historien de la langue
franaise, M. Ferdinand Brunot, a montr que le mot
lui-mme est d'usage relativement recent du moins
dans son acception moderne. Soumise l'analyse. l'ide
de nationality rvle comme lments principaux la
communaut de race ou d'origine, l'identit de language,
l'unit de religion, la communaut d'histoire et de tra-
ditions.
Ces caractres sont plus ou moins prdominants sui-
vant les groups. et bien souvent on constate l'absence
de plusieurs d'entre eux dans les nations connues
cependant pour leur forte cohsion unitaire ou leur es-
prit d'indpendance. Il n'y a pas au monde une nation






12

plus htrogne au point de vue ethnique que la nation
franaise et en mme temps plus unifie. Et la Suisse,
avec ses trois langues officielles et ses populations helv-
tiques, romandes, germaniques et italiennes, a fait
preuve au course de sa dramatique histoire d'une
volont de vivre qui lui a permis de dfendre victorieu-
sement son autonomie contre les convoitises de ses puis-
santes voisines.
Si nous voulons tenter une definition de la nation
hatienne, nous dirons que c'est un group ethnique
d'origine africaine et franaise, de langue et de culture
franaises. chrtien et en majority catholique, formant
un Etat rpublicain indpendant . Nous trouvons ici
runis les lments qui constituent l'ide de nationalit,
avec leurs caractres propres la nationalit hatienne.
De tout cela est n le sentiment national, don't la
base essentielle est la volont de durer, c'est--dire de
vivre en gardant sa personnalit. Cette volont de durer
s'est manifeste dans le course de l'existence politique
de la nation hatienne par les reactions de son instinct
de conservation contre les actes qui pouvaient mettre
en pril son autonomie. Elle s'est exprime, pendant
l'Occupation amricaine, par les armes et j'ose le
dire avec encore plus de force et d'efficacit par la
plume et la parole de ceux des Hatiens que leur con-
naissance de l'histoire et de la psychologie du people
hatien avait rendus plus attentifs aux problmes de la
nationalit et plus prcis dans les analyses qu'ils en
avaient faites .
La culture national dit Arnold Toynbee -
provient d'une volont rflchie de dvelopper l'hrita-
ge ancestral et tout ce qui s'y attache par le moyen
d'un language particulier. Il s'ensuit qu'une culture na-
tionale, lorsqu'elle se manifeste ainsi, devient une force
aussi vivante qu'une dmocratie national, et qu'il se-
rait aussi coupable de la combattre que de letter centre
Dieu mme. Nulle autre culture n'a le droit de lui dis-
puter l'existence.
Or. la lgitimit de cette culture national hatienne






13
qui s'exprime au moyen d'un language particulier, le
franais est mise aujourd'hui en question. Faut-il
renoncer notre culture franaise pour adopter. suivant
nos amricanistes, la civilisation amricaine , ou,
selon nos racistes, les traditions africaines ?
Du 19 novembre 1930 au 11 fvrier 1931. M. G-
rard de Catalogne conduisit dans les colonnes du Figaro
de Paris une enqute sur les Etats-Unis intitule Pour
on contre la civilisation amricaine . Il voulut bien me
demander mon opinion. Voici ma rponse :
Vous m'invitez choisir par consquent juger
en donnant mes raisons entire la civilisation amri-
caine et la civilisation europenne. Cela suppose que ces
deux expressions couvrent des ralits parfaitement
connues. Est-ce le cas ? Si vous voulez discuter, com-
mencez par dfinir vos terms : Le conseil est prcieux,
et il vient de haut. puisqu'il est de Platon. Il me fau-
drait donc dfinir en quelques phrases ce qu'ont tent
d'expliquer ces temps derniers, en de copieux et remar-
quables ouvrages, un Siegfried, un Tardieu, un Ro-
mier, un Cestre, un Duhamel. un Keyserling. un Fir-
min Roz, et tant d'autres I Pour dfinir une chose, il
faut la connatre fond, de telle manire que la dfini-
tion, suivant la vieille formule des logiciens, puisse s'ap-
pliquer tout le dfini et au seul dfini.
Dans la prface que M. Emile Boucher a crite
pour la psychanalyse de l'Amrique , une phrase
m'a frapp : La connaissance vraie n'est point une
suite de raisonnements, mais une prise de possession,
une union, une conqute . Vous me demandez donc.
mon cher confrre, de conqurir l'Amrique quand
mes adversaires se sont jusqu'ici contents, aprs Co-
lomb, de la dcouvrir . Est-ce une sorte de revanche
que vous voulez ainsi offrir mon petit pays occup
militairement depuis 1915 par les Amricains ?... Les
motifs de ressentiment personnel que je pourrais avoir
l'gard des Etats-Unis comme Hatien et comme des-
cendant de race africaine voyez Scnes de la vie fu-
ture de Duhamel rendent plus vif mon souci d'tre






1

just et impartial envers un grand people qui cherche
encore sa personnalit , essayant de crer dans le
monde une conception nouvelle de la production et de
la vie .
C'est ce people qu'il faudrait connatre con-
natre vraiment comme dit M. Boucher pour pou-
voir dfinir et juger sa civilisation. Et c'est l le difli-
cile. Comment faire enter en une formule vraie pour
chacun des 120 millions d'Amricains, une matire
aussi fluide que l'me d'un people, insaisissable comme
le mercury, complete comme la vie. en voie de conti-
nuelle transmutation ? J'ai connu en Haiti ces hom-
mes durs et avides don't parle Valry, par lesquels
malheureusement les peuples entrent d'abord en con-
tact et qui sont les moins faits pour rechercher les ra-
cines communes et dcouvrir avant toute chose la cor-
respondance des sensibilits . Mais je connais aussi des
hommes et des femmes qui se sont faits, aux Etats-
Unis, les plus ardents dfenseurs de la petite rpublique
noire des Antilles. Et je ne peux oublier que le livre le
plus sympathique, le plus tendre, le plus amoureux qui
ait t crit sur le people hatien est sign d'une blanche
amricaine, Mme Blair Niles. Babbitt existe et aussi
John Dewey.
On est rduit, dans ces conditions, ne considrer
que des ensembles et raisonner seulement sur des
moyennes. Cela entendu, le jugement de M. Andr Sieg-
fried conclusion d'une enqute minutieuse sur les
Etats-Unis me parat le plus exact dans l'tat actuel
de la socit amricaine : On est en presence presque
d'une thocratie de rendement , qui vise finalement
produire des choses plus quedes hommes. Ne semble-
t-il pas que ce que nous appelons la civilisation euro-
penne vise plus crer des hommes pour la jouis-
sance des choses qu' asservir les hommes la puissance
des choses ?
La civilisation amricaine conduit la mcanisa-
tion de l'individu ou, pour emprunter Sinclair Lewis
ce mot barbare, a la babbittisation . Il s'agit de nor-








maliser les hommes comme on standardise les briques.
La civilisation europenne considre l'individu comme
le facteur du progrs social. C'est pourquoi elle cherche
par la culture crer la personnalit . Cette creation
de la personnalit implique avant tout la libert .
Je crains bien que ces formulas ne soient trop ab-
solues, par consquent quelque peu arbitraires et injus-
tes. Je ne suis pas sr, par example, que la definition que
je viens de donner de la civilisation europenne s'ap-
plique l'Europe en tous lieux et en tout temps. Jules
Romains met ce sujet dans la bouche de son Jean
Musse des propos fort alarmants. Je ne peux parler avec
assurance que de la civilisation franaise, parce que c'est
celle que je connais et laquelle les Hatiens entendent
rester fidles.
Notre pays est trop petit et sa population trop peu
nombreuse pour que nous puissions crer une civilisa-
tion original, c'est--dire purement hatienne. Quand
nous disons qu'Hati est une province intellectuelle
de la France , cela ne comporte pour nous aucune di-
minution de notre personnalit national, puisque lan-
gue et culture nous sont communes avec la France.
Deux peuples qui emploient les mmes mots pour ex-
primer les mmes joies et les mmes souffrances, qui tra-
duisent par les mmes vocables leurs efforts pour la con-
qute du bonheur et de la connaissance, ne peuvent tre
trangers l'un l'autre : leurs mes communiquent par
des canaux invisibles qui charrient de l'une l'autre
sentiments et penses, et il est tout natural que peu
peu le mme idal de vie et de beaut s'impose leur
esprit. Les conditions physiques de l'habitat humain-
de mme que le rgime alimentaire impos l'homme
par le climate et les resources naturelles qu'il trouve sa
porte ou qu'il transform par son travail ont in-
contestablement une grande part dans la formation et
la diffrenciation des types sociaux. Mais on ne peut
douter de l'influence tout aussi capital de l'atmosph-
re morale o vivent et respirent les mes. Les Hatiens,
par leur commerce constant avec les livres o les Fran-






16

ais ont dpos les trsors de leur intelligence et de leur
sensibility, vivent et voluent dans l'atmosphre cre
par les ides, les traditions, les croyances franaises.
Comment n'en seraient-ils pas profondment impr-
gns ? Et comment s'tonner qu'ils aient la mme con-
ception que les Franais du droit, de la justice, des prin-
cipes suprieurs de vie morale qui font la noblesse et la
dignity de la nature humaine ?
Nous appartenons l'Afrique par le sang; la
France par l'esprit et aussi dans une notable propor-
tion par le sang. C'est cette alliance qui fait notre
personnalit national. Renoncer cet esprit , ce se-
rait nous amputer de la moiti de nous-mmes.
Notre choix est fait : c'est dans les voices de la
civilisation franaise -- conue dans sa puret premi-
re que nous voulons marcher. Certes, nous ne m-
connaissons point la valeur de cette civilisation mat-
rielle que la science et le machinisme ont difie pour le
confort et le bien-tre des peuples. Mais nous savons
aussi comme le constate M. Bergson que toutes
ces inventions merveilleuses de l'intelligence humaine,
tous ces perfectionnements de l'outillage social qui font
la vie plus agrable aux hommes et accroissent la puis-
sance des nations, conduiraient aux plus redoutables
antagonismes et aux pires catastrophes s'il ne se s'ac-
complissait pas galement dans l'humanit un progrs
spiritual correspondent, un effort plus grand vers la fra-
ternit et le rapprochement des mes.
Telle fut ma rponse. Elle tait conforme ma con-
naissance personnelle des Etats-Unis et aux conclusions
des observateurs impartiaux de la vie amricaine.
Dans la Nouvelle Revue Franaise de septembre 1931,
M. Louis Le Sidaner eut la bienveillance de juger ma
rponse l'enqute du Figaro particulirement remar-
quable ct de celles de Siegfried. de Keyserling, de
l'Abb Dimnet et d'Andr Rousseaux. Dans le catalogue
de la New York Library . elle fut range parmi les
opinions du livre de M. de Catalogne favorables aux
Etats-Unis, comme venant de quelqu'un qui connat






I1/

personnellement la vie amricaine. En Haiti, elle pro-
voqua des critiques. Quelques Hatiens, partisans d'une
Hati ferme ou autarcique. trouvrent peu glorieux
que j'aie constat qu'Hati est une province intellec-
tuelle de la France, de mme qu'il leur parat humiliant
que l'Eglise catholique d'Hati soit une province eccl-
siastique de Rome. Ils ne veulent point entendre parler
de culture franaise ou mme de culture latine. Ce qui
est bon pour la Belgique wallonne, pour la Suisse ro-
mande ou pour le Canada franais ne vaut rien pour
Hati. Pourquoi ? Parce que le people hatien est d'ori-
gine ngre. Il devrait donc se proposer comme idal de
former, au centre des Amriques, un lot dahomen,
avec une culture bantoue et une religion congolaise ou
arada. pour l'amusement des tourists yankees et la
grande joie des Seabrook et des Loederer en qute de
sujets sensationnels. Les esthtes qui disent cela ne se
proclament pas moins baudelairiens, ou proustiens, fu-
turistes ou surralistes. Et, aprs avoir crit leurs fan-
taisies la mode du jour, ils se plongent avec dlices
dans les Calligrammes d'Apollinaire ou Le Labo-
ratoire Central de Max Jacob. Il n'y a cependant rien
de spcifiquement ngre chez le juif Max Jacob devenu
pote catholique, ou chez le Polonais Wilhelm Apolli-
naris Kostrowitzky. dit Guillaume Apollinaire, aptre
du modernisme potique .
Il n'y aurait pas lieu d'insister sur de telles exagra-
tions si elles ne rvlaient une confusion assez gnrale
en Hati entire les notions de race et de culture, de na-
tion et de civilisation. La notion de race mrite particu-
lirement d'tre dfinie d'une manire scientifique dans
un pays o elle tient une si grande place dans toutes les
discussions : politiques, littraires, philosophiques, re-
ligieuses ou mme mondaines.
Il y a dj longtemps dit Marcelin Boule dans
son grand ouvrage sur les Hommes Fossiles -qu'en
France, de bons esprits, dans le camp des historians
comme dans celui des naturalistes, ont insist sur ce
que la confusion des mots race, people, nation, langue,
HAITI 2





18

culture ou civilisation, prsente d'extrmement ficheux.
Pourtant, la distinction et l'emploi bien appropri de
ces diffrentes expressions n'ont pas encore pntr dans
le public mme clair. C'est vritablement tort et
travers qu'aujourd'hui encore, les auteurs les plus mi-
nents et les plus acadmiques, quand ils traitent des
groupements humans. se servent du mot race dans un
sens totalement fauss. Il faut bien se pntrer que la
race, reprsentant la continuity d'un type physique, re-
prsente un groupement essentiellement natural, pou-
vant n'avoir et n'ayant gnralement rien de common
avec le people, la nationalit, la langue, les murs, qui
rpondent des groupements purement artificiels, nulle-
ment anthropologiques, et ne relevant que de l'histoire
don't ils sont les products. C'est ainsi qu'il n'y a pas une
race bretonne, mais un people breton, une race fran-
aise, mais une nation franaise, une race aryenne, mais
des langues aryennes, une race latine, mais une civilisa-
tion latine.
J'ajoute tout de suite qu'il n'y a pas une race ha-
tienne, mais une nation hatienne. Que faut-il donc en-
tendre exactement par race, nation et culture ?










LA RACE N'EXISTE PAS


Monsieur Abel Hermant crivait rcemment dans Les
Nouvelles Littraires : Il y aurait moins de malenten-
dus entire les citoyens d'un mme pays et entire les na-
tions si l'on prenait soin de fixer le sens des terms les
plus usuels.
Une fausse conception de l'ide de race a souvent
dress les Hatiens les uns contre les autres, dans des
querelles passionnes ou des luttes sanglantes. C'est elle
qui a donn naissance une idologie qui menace de
mettre le feu aux quatre coins du monde. Elle a cr le
prjug de couleur qui oppose les unes aux autres des
fractions importantes de l'humanit.
La discussion que nous menons ici n'aurait pas grand
intrt nos yeux si elle ne tendait dissiper des ma-
lentendus qui ont fait dans le pass tant de mal notre
pays et don't la science actuelle permet de faire prompted
justice.
Qu'est-ce que la race ? Si vous posez la question la
plupart de ceux qui en parent le plus, ils ne sauront
vous rpondre. Et cela se comprend: la race n'existe
pas. Cette proposition tonnante est le titre mme d'une
tude que M. Henri Neuville, sous-directeur du labora-
toire d'anatomie compare au Museum d'Histoire Na-
turelle de Paris, a publie dans la Revue de Paris du
15 octobre 1937. C'est qu'en effet le mot race a un sens
bien dfini dans la langue scientifique, trs different de
celui qu'on lui donne souvent dans le language courant.
On me permettra de citer ici M. Paul Lester, sous-di-
recteur du Laboratoire d'Anthropologie du Museum
d'Histoire Naturelle de Paris :
Une espce zoologique ou botanique dtermine est
susceptible de presenter des variations qui peuvent ac-
qurir dans certaines conditions et dans certain milieux






20

une grande frquence. Les individus prsentant ces va-
riations deviennent des varits, les croisements entire
individus de la mme varit peuvent rendre hrditai-
res les caractres qui lui sont propres, la varit devient
alors une race. La race est donc une variation de l'esp-
ce plus ou moins fixe par l'hrdit : c'est un fait
strictement biologique. En ce qui concern l'espce hu-
maine, la race doit tre soigneusement distingue des
groupements gographiques (tribus, peuples, nations),
des groups linguistiques et des civilisations. De tous
les groupements humans, la race est donc le seul qui
runisse des individus uniquement apparents par les
caractres physiques, c'est, comme dit Pittard, un en-
semble d'individus semblables issues de parents de mme
sang. Cette definition comporte deux notions fonda-
mentales : celle de resemblance des sujets entire eux et
celle de continuity d'un type physique dans le temps. La
preuve de la continuity d'un type physique dans le
temps est trs difficile administer. Les types raciaux
ont t depuis les origins modifis par la double in-
fluence du milieu et des croisements ; ceux-ci se sont
exercs avec une intensity inconnue dans les autres es-
pces animals depuis la plus haute antiquit, et ce
brassage dsordonn des types humans a entran de-
puis longtemps dj la disparition des races pures, pour
ne laisser que des mtis. Dans ces conditions, les classi-
fications raciales ne peuvent constituer que des essais.
Elles permettent d'isoler un certain nombre de types
humans, mais il faut bien noter que les divisions adop-
tes n'ont rien d'absolu, ni de dfinitif, et que l'on
group sous la mme tiquette racial des lments d'as-
pects souvent assez diffrents.
A cette mme conclusion se sont rallies tous les
savants-anthropologistes, ethnologues et ethnographes
- qui n'obissent ni aux sentiments ni des consid-
rations politiques comme le font les protagonistes alle-
mands et italiens du racism. En veut-on quelques exem-
ples ?
Dans un article de la Yale University Reviesw






Lt

qu'il a intitul Scientific Pitfalls of Racialism , l'An-
glais Julian Huxley crit :
Malgr la nouvelle orientation donne l'tude de
l'homme par le movement darwinien, le concept m-
taphysique, et souvent mystique, de la race comme une
entit sparment existante, continue encore dominer
l'tude des groupements humans. Le concept racial,
analyst la lumire de la gnsique moderne, est pres-
que vide de signification biologique quand on l'appli-
que aux agrgats humans, mais il est extrmement dif-
ficile de le retire de l'usage populaire .
M. Jacques Soustelle, rcemment encore sous-direc-
teur du Muse de l'Homme Paris, crit son tour .
' La notion de race est totalement imprecise. D'innom-
brables caractres (proportions du crne et de la face,
couleur de la peau, nature des cheveux, groups san-
guins. etc.) concourent former des types abstraits,
auxquels nous donnons, faute de mieux, le nom de
races. Mais nous ne savons rien sur la collaboration de
ces caractres. ni sur leur valeur systmatique. Les es-
prances exagres fondes, au sicle dernier, sur les
mensurations sont aujourd'hui bien mortes. Pour l'ins-
tant, nous sommes loin d'une classification objective,
irrprochable, des types humans.
M. Henri Neuville est tout aussi catgorique : La
distinction des races humaines pures dit-il est
d'autant plus illusoire que le terme mme de race de-
meure indfinissable en ce qui concern l'humanit. Les
caractres des groups considrs comme races , si
diffrents qu'ils soient entire les formes extremes de ceux-
ci, se fondent de l'une l'autre en d'inextricables m-
langes. Beaucoup plus que des tats biologiques, ce
sont des tats artificiels, sociaux et multiformes, qui
crent entire les humans des affinits ou des divergences
et deviennent la base de ces distinctions dites racia-
les . que, malgr tous ses progrs, l'analyse biologique
n'arrive pas prciser
La couleur de la peau a longtemps servi de base la
classification des races humaines, et c'est cette classifi-








cation que l'on retrouve encore dans la plupart des ma-
nuels de gographie. Mais nous savons et il faut le
rpter souvent en Hati que la couleur de la peau
n'a sur ce point aucune valeur capital. M. Henri Berr,
Directeur de la Revue de Synthse Historique, le dit en
terms trs nets : La couleur de la peau qui, si long-
temps, a t considre comme propre distinguer les
races humaines ne constitute, au point de vue anthropo-
logique, qu'un caractre secondaire. La psychologie des
groups humans, si elle est en rapport avec tels carac-
tres physiques, ne leur est pas lie. A la longue, la cou-
leur de la peau peut n'exprimer que des conditions plus
ou moins abolies ; elle a beau persister : des conditions
nouvelles ont produit leur effet interne.
Il y a quinze ans, je fus invit par la Fdration In-
ternationale des Jeunesses Universitaires, prside par
M. Robert Lange, donner une conference sur l'gali-
t des races. Parlant le 20 septembre 1925 l'Athne
de Genve, je dis l'auditoire caucasien que j'avais de-
vant moi : Vous tes tous des mtis . Et un jeune
Norvgien, M. Sohlma, dolichocphale aux yeux bleus
et aux cheveux blonds, se leva et rpondit : La scien-
ce vous donne parfaitement raison. Nous aussi, Scandi-
naves, sommes des mtis. Seuls en effet, en Europe,
les Lithuaniens et les Basques de France et d'Espagne
pourraient passer pour des types peu prs purs.
En quittant en juillet 1936 sa chaire d'anthropolo-
gie l'Universit de Columbia, le grand savant amri-
cain Franz Boas disait : Je pense que cette question de
race est particulirement important pour les Etats-
Unis, car ici galement, les gens deviennent fous
(crazy). Elle est en ce moment si aigu qu'on ne sau-
rait en parler trop souvent. On confond hrdit
individuelle avec hrdit racial . L'hrdit in-
dividuelle est une ralit scientifique, mais parler d'h-
rdit racial est un non-sens. Ce que nous connais-
< sons comme race est en grande parties une affaire de
milieu. Il n'y a pas de race pure. Toutes les races eu-
ropennes sont des mlanges de sangs divers. L'Alle-








magne est l'un des groups les plus mtisss d'Europe,
et c'est une parfaite absurdit que de parler d'une race
germanique .
Sur cette absurdit , le nazisme a cependant fait
reposer toute une organisation politique et religieuse, et
c'est en invoquant le mythe aryen de la supriorit
nordique qu'il prtend, non seulement justifier ses per-
scutions contre un Albert Einstein, ou contre les ca-
tholiques allemands, mais un retour au paganisme don't
le gnral Ludendorff ne craignit pas de se faire l'ardent
protagoniste. Au nom galement d'un gobinisme sans
valeur et depuis longtemps discrdit, le Ku-Klux-Klan
pursuit, de sa champagne haineuse dans le Sud des
Etats-Unis, les ngres, les juifs et les catholiques.
Gobineau est la source du racism , disait Jac-
ques Bainville. Et il ajoutait : Je n'admets pas cette
doctrine . Au banquet jubilaire de M. Gratien Can-
dace, dput noir de la Guadeloupe, aujourd'hui vice-
prsident de la Chambre franaise. M. Edouard Her-
riot s'criait : Cette doctrine, je la hais . Et Charles
Maurras, propos d'un livre de M. de Lousse sur l'ary-
nisme, crit : J'ai, pour mon compete, toujours pris
garde de sparer les rflexions sur l'hrdit politique
et conomique d'avec les gnralisations vagues, aven-
tureuses et captieuses sur la strict hrdit physiolo-
gique .
Les fractions les plus extremes de l'opinion fran-
aise sont ainsi d'accord pour rpudier la doctrine de
l'ingalit des races bases sur la puret du sang. Mais
cette doctrine reut un coup encore plus dcisif en sep-
tembre 1936, une session de l'Association Britanni-
que pour l'Avancement des Sciences tenue Blackpool,
en Angleterre. Sir Cyril Fox, directeur du Muse Na-
tional du Pays de Galles, dclara qu'il n'y a aucune
preuve scientifique que les differences entire peuples
viennent de l'hrdit. Et il ajouta : Tout nous
a amne la conclusion que ces differences entire peu-
a ples sont dues leur histoire, leurs traditions, et
leur culture. Cela est vrai mme de ces differences in-








tellectuelles que l'on signal entire groups de blancs
e et de noirs. Et Sir Cyril proposal de supprimer le
mot race du vocabulaire scientifique pour le rempla-
cer par l'expression people ou group ethnique .
Parlant de l'impossibilit de prserver la puret d'une
race quelconque, le professeur Crew dit : Quand un
leveur dsire prserver ce qu'il appelle la puret d'un
animal, qu'est-ce qu'il fait ? Il l'entoure de fils de fer
barbel. Il n'y a pas de fils de fer barbel dans la na-
ture. Mme les montagnes les plus leves, les murs
les plus profonds et les dserts les plus brlants n'ont
pu opposer des barrires infranchissables aux migra-
tions humaines.
Aussi le mtissage est-il la rgle dans l'humanit.
Le mtissage est-il un mal ? Non, rpond M. Jac-
ques Soustelle : Pendant les migrations, les guerres,
les conqutes, toutes les populations du globe se sont
mles les unes aux autres et la plupart des grandes cul-
tures se sont difies sur un fondement ethnique trs
bigarr. Au point de vue biologique, l'ide encore r-
pandue selon laquelle le mtis est infrieur aux deux
races d'o il provient est absolument contredite par les
faits... L'tat physique d'un people dpend de mille
conditions, en particulier de son niveau de vie, et il se-
rait puril de prtendre l'expliquer en toute circons-
tance par le seul jeu des facteurs ethniques... L'histoire
montre que n'importe quel group social, quelle que
soit sa composition ethnique, est capable d'difier de
hautes et belles civilisations lorsqu'il est plac dans les
conditions ncessaires. Il y a eu de grandes civilisations
europennes, asiatiques, africaines, amricaines, cons-
truites au course de l'histoire par des hommes de tous
les types ethniques. Le degr de complication et de per-
fectionnement qu'atteint une civilisation depend en
dernier resort de sa base conomique et du dveloppe-
ment de ses forces de production.











LA SCIENCE ET L'GLISE CONTRE LE
RACISM


Le racism a longtemps prvalu et prvaut encore
dans certaines rgions des Etats-Unis. Il y prend le
nom de nordicisme .
Mon ami Walter White un ngre beaucoup plus
blanc que M. Hitler, puisqu'il a des cheveux blonds et
des yeux bleus a fait brillamment justice de cette
doctrine de haine dans un livre contre le lynchage.
Rope and Faggot , public en 1929. Mais, malgr
les travaux de savants tels que Mall, Pearl, Boas, Gold-
enweiser. Miller, le prjug de couleur continue exer-
cer ses ravages en Amrique. Et c'est avec une certain
surprise que l'on a appris rcemment par les journaux
que les Filles de la Rvolution avaient refus l'usage
de leur salle Washington la grande artiste Marian
Anderson, devant laquelle se sont inclins tant de fois
les auditoires enthousiastes de Stockholm, de Copenha-
gue, de Salzburg, de Vienne, de Paris, de New York.
Un pareil geste fut toutefois considr come un scan-
dale et comme une honte : il provoqua immdiatement
la dmission de cette association de Mme Elonore Roo-
sevelt, et aussi les protestations indignes des plus hau-
tes personnalits de la musique et de la press.
Des manifestations de ce genre n'auraient pu toute-
tefois se produire en Allemagne, o le racism est de-
venu un dogme fundamental de la politique nazie, le
principle essential de la charter et de la legislation du
IIIme Reich.
Avant que le mythe de la supriorit nordique eut
t ainsi consacr dans la loi et les institutions germa-
niques, le racism connut diverse tapes : il fut tout
d'abord une confusion entire la linguistique et l'anthro-








pologie. C'est ce stade qu'il est encore en Haiti, o
plusieurs crivains veulent tablir un lien entire la pa-
tent linguistique et la parent physique . Or, cette
thse a t dmolie depuis longtemps par le philologue
allemand Max Miller : Le terme people aryen -
a-t-il dit est aussi dnu de sens que l'expression
grammaire brachycphale .
Vaincus sur le champ de bataille linguistique, les
partisans de l'ingalit des races recoururent la thorie
morphologique : la race suprieure se trouva tre celle
qui se distingue par la grande taille, la blancheur de la
peau, les yeux bleus, les cheveux blonds et la forme
allonge du crne. Or, il y a relativement peu d'Alle-
mands rpondre un pareil signalement, pas
mme M. Hitler, M. Goering. M. Goebbels ou M. Al-
fred Rosenberg.
Et alors on a invent le mythe du sang, que le dit
Rosenberg exalte dans ces terms lyriques : Aujour-
d'hui, nous voyons une nouvelle foi se rveiller la
vie. C'est la religion du sang qui, elle, prendra aussi
la defense de l'entit religieuse de l'homme. Elle rem-
placera merveille les vieux sacrements ces sacre-
ments qu'elle a dj largement russi supplanter .
C'est sur ce mythe du sang qu'on va difier le monde
nouveau o les Allemands de sang pur joueront le rle
de matres, asservissant tous les autres peuples vous
l'esclavage par l'impuret mme de leur sang. Et le Fuh-
rer dcrte : Ne peut tre citoyen allemand qu'un
membre de race allemande; ne peut tre considr
comme appartenant la race allemande qu'un Alle-
mand de sang pur, sans distinction de confession .
Des savants complaisants essayrent de justifier cette
thorie de la puret du sang en se basant sur les travaux
de Hirszfeld et les lois de Mendel. Mais sur ce terrain
encore ils furent battus : la confrontation des indices
sanguins des diverse populations de l'Allemagne a
pleinement confirm le jugement de Franz Boas que la
nation allemande est l'une des plus mtisses d'Europe.
Aussi n'essaie-t-on plus de chercher une base sciertifique








ce qui ne peut tre qu'un mythe. Mais de ce mythe, on
a fait une mystique, et c'est par cette mystique, fonde
sur un mensonge, que l'Allemagne pretend dominer le
monde et imposer sa loi tous les autres peuples.
Dans l'univers, tel que le conoivent ces Surhommes.
quelle place rservent-ils aux ngres ? Hitler nous le
dit dans son Mein Kampf :
Sans la possibility qui fut offerte l'Aryen d'em-
ployer des hommes de race infrieure, il n'aurait ja-
mais pu fire les premiers pas sur la route qui devait
le conduire la civilisation ; de mme que, sans le
concours de quelques animaux adquats, qu'il sut do-
mestiquer, il ne serait pas devenu matre d'une tech-
nique qui lui permet actuellement de se passer peu
peu de ces animaux... Tant qu'il maintint rigoureuse-
ment sa situation morale de matre, il resta non seule-
' ment le matre, mais aussi le conservateur de la civili-
station qu'il continue dvelopper. A measure que les
sujets commencrent s'lever et, comme il est vrai-
semblable, se rapprochrent du conqurant au point
de vue linguistique, la cloison qui sparait matre et
valet disparut. L'Aryen renona la puret de son
sang et perdit ainsi le droit de vivre dans le paradise
qu'il avait cr. Il s'avilit par le mlange des races.
Tandis que nos peuples d'Europe sont rongs d'une
lpre morale et physique, le pieux missionnaire s'en
va dans l'Afrique Centrale et fonde des missions pour
les ngres, jusqu' ce que notre civilisation suprieu-
re ait fait de ces hommes sains, bien que primitifs et
<( arrirs, une engeance de multres fainants... De
temps en temps, les journaux illustrs mettent sous
les yeux de nos bons bourgeois allemands le portrait
d'un ngre, qui, en tel ou tel endroit, est devenu avo-
cat, professeur, ou pasteur, ou mme tnor. Pendant
que nos bourgeois imbciles admirent les effects mira-
culeux de ce dressage et sont pntrs de respect pour
les rsultats qu'obtient la pdagogie moderne, le Juif
rus y dcouvre un nouvel argument l'appui de la
thorie qu'il veut enfoncer dans l'esprit des peuples et








qui proclame l'galit des homes. Cette bourgeoisie
en dcadence n'a pas le plus lger soupon du pch
qu'on comment ainsi contre la raison, car c'est une folie
criminelle que de dresser un tre, qui est par son origi-
ne un demi-singe , jusqu' ce qu'on le prenne pour
un avocat, alors que des millions de reprsentants de
la race la plus civilise doivent vgter dans des situa-
tions indignes d'eux. On pche contre la volont du
Crateur quand on laisse les hommes les mieux dous
touffer par centaines de milliers dans les marais du
proltariat actuel, tandis qu'on dresse des Hottentots
et des Cafres exercer des professions librales. Car il
a ne s'agit l que d'un dressage, comme pour un cani-
che, et non d'une culture scientifique... La France
est et reste l'ennemi que nous avons le plus craindre.
Ce people, qui tombe de plus en plus au niveau des
ngres, met sourdement en danger, par l'appui qu'il
prete aux juifs pour atteindre leur but de domination
universelle, l'existence de la race blanche en Europe.
L'envahissement de la France par les ngres fait des
progrs si rapids que l'on peut vraiment parler de la
naissance d'un Etat africain sur le sol de l'Europe. Un
Etat qui, une poque de contamination des races.
veille jalousement la conservation des meilleurs l-
ments de la sienne, doit devenir un jour le matre
de la terre .
Cette thse brutale et inhumaine a t plusieurs fois
reprise par les thoriciens du racism et particulirement
par le Dr Gunther Hech, directeur de la Politique Ra-
ciale du Parti National-Socialiste. On sait comment elle
a t et est encore frocement applique dans les pays
soumis au Fhrer. On devine ce qui adviendrait de la
France si elle devait rester dfinitivement sous la domi-
nation de Hitler : cet empire africano-europen devrait
disparatre de la carte du monde.
Quelle a t l'attitude de M. Mussolini l'gard
d'une telle doctrine ? Emil Ludwig qui l'interrogea sur
cette question obtint de lui la rponse suivante : I
n'y a pas de races l'tat pur. Mme les juifs ne sont








pas demeurs sans mlange. Ce sont justement des
croisements heureux qui ont souvent produit la force
et la beauty d'une nation. La race, c'est un sentiment,
non une ralit. Le sentiment y entire pour 95%. Je
ne croirai jamais qu'on puisse faire la preuve biologi-
e que qu'une race est plus ou moins pure... Une chose
analogue n'arrivera jamais chez nous. La fiert na-
tionale ne ncessite aucunement un tat de transe pro-
< voqu par la race...
Engag dans une alliance avec l'Allemagne qui pour-
rait le mener la catastrophe, M. Mussolini a renonc
sa premiere attitude : lui aussi a plong son people
dans un tat de transe provoqu par la race, sachant que
dans cet tat entrent 95% de sentiment, c'est--dire de
haine. La premiere manifestation de cette politique ra-
ciste italienne fut le dcret prohibant toute union lgi-
time ou illgitime entire Italiens et Ethiopiens. Puis, ce
fut la fameuse loi sur les marriages entire Aryens italiens
et personnel non-aryennes. Le Pape intervint aussitt
dans une allocution qu'il pronona au course de l'au-
dience spciale qu'il accord. le 28 juillet 1938, aux
lves du Collge Pontifical de la Propagande. Ce dis-
cours eut un retentissement universal: c'tait la con-
damnation loquente et decisive du racism dj pro-
nonce par la science. Qui ne se souvient de ces nobles
paroles ?
On oublie que le genre human, tout le genre hu-
main. est une seule, grande. universelle race humaine.
L'expression genre human rvle prcisment la
race humaine, bien que certain crivains pensent que
cette dernire expression soit peu sympathique... Ain-
si le genre human est une seule race universelle, ca-
tholique. On ne peut toutefois nier que, dans cette
race universelle, il y air place pour les races spciales,
pour beaucoup de varits diverse, comme pour beau-
coup de nationalits qui sont encore plus spcialises. Et
de mme que dans les vastes compositions musicals, il
y a de grades variations dans lesquelles, nanmoins,
l'on voit le mme motif gnral qui les inspire reve-








nir souvent, mais avec des tonalits, des intonations,
des expressions diverse, de mme, dans le genre hu-
main, il existe une seule grande race humane univer-
' sell, catholique, une seule grande et universelle fa-
mille, et, avec elle, en elle, des variations diverse .
Le Souverain Pontife avait dj condamn le racism
dans une entrevue avec les Cardinaux. Il ne se con-
tenta pas de cette condemnation. Dans un Syllabus
adress sous forme de lettre aux lecteurs des Facults
catholiques, Mgr Ernest Ruffini, au nom de Pie XI,
leur demandait d'appliquer tous leurs efforts et
tous les moyens emprunts la biologie, l'histoire,
la philosophie, l'apologtique, aux sciences juridi-
ques et morales , combattre l'erreur pernicieuse de
l'idologie racist.
C'est donc d'accord avec la Science et avec l'Eglise
que les dlgus d'Hati la huitime Confrence Pan-
amricaine, reprsentants de ces races mprises par le
racism hitlrien et mussolinien, purent faire entendre,
la tribune retentissante de Lima, la protestation de la
Nation Hatienne contre ces theories racistes don't le
seul rsultat est de crer des mythes et des psychoses,
de semer pleines mains les germes de conflict .











LE RACISM A LIMA


La question du racism s'est pose Lima. On ne pou-
vait pas ne pas l'y poser.
Quand la Huitime Confrence Panamricaine se
runit le 9 dcembre 1938 dans la capital pruvienne,
le monde sortait peine du cauchemar des Sudtes. Per-
sonne ne croyait srieusement que l'accord de Munich
et rtabli la paix en Europe, malgr l'assurance for-
melle donne par M. Hitler qu'il n'avait plus d'am-
bitions territoriales. Il avait dit le 26 septembre au
Palais des Sports de Berlin : J'ai assur M. Cham-
berlin que, ds que les Tchques seraient parvenus
un rglement satisfaisant avec leurs diverse mino-
rits, je ne m'occuperais plus des affaires de leur Etat,
don't je serais mme prt garantir l'existence . Mais
il fallait tre bien crdule pour accorder quelque impor-
tance de telles dclarations !
Tous les gens aviss savaient parfaitement que l're
de la violence n'tait point ferme : ce qui le prouvait,
c'taient les terrible pogroms qui avaient suivi en Al-
lemagne l'assassinat Paris du jeune secrtaire d'am-
bassade Von Rath.
Que de si cruelles reprsailles fussent exerces contre
des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants pour un
crime commis par un fou et don't ils taient videmment
innocents, voil qui tait fait pour rvolter la cons-
cience humaine et la soulever contre la doctrine odieuse
qui pouvait inspire de pareils actes.
L'hitlrisme c'est--dire le racism en action -
a provoqu une extreme irritation aux Etats-Unis. S'il
est un principle -crit M. Georges Lechartier- au-
quel les Amricains ont t de tout temps et demeu-
rent encore profondment attachs, c'est celui de la li-
bert. Cette libert doit, pour eux, s'tendre tous








les domaines de la vie intellectuelle et morale. Elle
est plus jalousement rclame et maintenue dans ceux
de la politique et de la religion... L'hitlrisme est de-
venu pour les Amricains, depuis l'assassinat du Chan-
celier Dollfuss et chaque nouvelle experience, le rgi-
me, non seulement indsirable, mais fauteur des cri-
< mes les plus rvoltants contre la justice et la civilisa-
tion, en bref le plus dtestable. le plus inhumain des
rgimes. Depuis la fameuse proclamation de M. Roo-
sevelt, le 16 juin 1936, et sa dnonciation de la me-
nace cache du fascisme jusqu' l'historique dis-
course de Chicago, le Prsident des Etats-Unis n'a ces-
s de s'lever avec une grande nergie contre le rgi-
me de la terreur et du drglement international .
Il n'est pas tonnant que le Secrtaire d'Etat, M.
Cordell Hull, ait tenu, dans son premier discours la
Conference de Lima, le 13 dcembre, montrer le dan-
ger que constituerait pour l'Amrique l'introduction de
la doctrine totalitaire dans l'un quelconque des pays
de ce continent.
Les rpubliques amricaines, dit-il, sont parfaite-
ment conscientes de la menace que constituent les
principles et les institutions qui ont apparu dans le
monde chez des nations professant des idaux tran-
gers aux ntres et qu'elles cherchent imposer par la
force ou diffuser, parce que d'autres systmes de
gouvernement semblent tre affaiblis. A moins que
je ne me trompe profondment, l'attitude qui prvaut
ici est celle des nations amricaines dcides dfen-
dre les principles des institutions qu'elles se sont libre-
ment donnes .
L'attaque directed contre le racism fut mene par la
dlgation de Cuba. Celle-ci prsenta un project de r-
solution condamnant en terms svres toutes per-
scutions de caractre collectif pour raisons de race et de
religion et rclamant de tous les gouvernements l'ap-
plication des principles de tolerance et de respect de la
dignit humaine propres aux nations civilises.
Les dlgus d'Hati se devaient naturellement de








Les dlgus d'Hati se devaient naturellement de
soutenir une pareille resolution, mais ils furent assez
surprise par l'intervention du Secrtaire d'Etat cubain,
M. Juan J. Remos, qui, le 13 dcembre, la sance
d'inauguration de la Premire Commission (Organisa-
tion de la Paix) prside par M. Afranio de Mello
Franco, fit une vigoureuse declaration de principles,
dans laquelle, aprs avoir rendu hommage l'Europe
qui elles doivent leur culture, il affirma l'nergique
volont des rpubliques amricaines de maintenir l'in-
tgrit physique et intellectuelle du Continent et de
combattre, s'il le faut, pour leur idal de libert, d'ga-
lit et de fraternity humaines.
Hati ne pouvait rester muette en une tell occasion:
les dlgus, presents la sance, se consultrent et il fut
dcid que l'un d'entre eux prendrait immdiatement la
parole pour fixer la position de leur pays. Voici com-
ment le Journal de la Confrence, dans son numro du
14 dcembre, page 397, rsuma cette intervention.
M. le Dlgu Bellegarde (Hati) annona qu'
l'une des prochaines sances plnires de la Confren-
ce, le Prsident de la Dlgation Hatienne, M. Lon
Alfred, exposerait officiellement la pense d'Hati sur
les questions qui venaient d'tre souleves par le Se-
crtaire d'Etat Cubain. Mais il dsirait profiter de
cette occasion pour fliciter M. Remos de son brilliant
discours et exprimer son parfait accord avec lui.
M. Bellegarde rappela que son pays, n des prin-
cipes de libert et d'galit de la Rvolution franaise,
ne pourrait accepter des doctrines qui y sont essentiel-
element contraires et qui reprsentent un retour la
barbarie du moyen-ge en crant de nouveaux anta-
gonismes raciaux. Il ajouta que les peuples d'Amri-
que, products d'une cooperation de races, doivent op-
poser de pareils systmes une barrire infranchissa-
ble et empcher le dveloppement parmi eux de la doc-
trine racist qui, manquant de toute base scientifique,
prtend substituer la fraternity universelle une su-
priorit fictive, en faveur de certaines nations. Il sou-
tint avec force que toutes les nations proviennent de
HAITI 3








multiples mlanges de sangs dus aux migrations et
aux croisements et qu'entre les esprits il n'existe pas
de frontires : au contraire, ils doivent s'unir en une
socit idale pour la cooperation international.
Heureusement dclara M. Bellegarde tous les
< peuples de l'Amrique sont d'accord pour lutter de
toutes leurs forces et avec la plus constant nergie
centre des systmes politiques qui sont en complete
< contradiction avec les sentiments dmocratiques des
nations amricaines .
Je m'tais exprim avec force, mais avec measure, me
gardant de toute allusion directed certaines situations
dtermines et m'abstenant de citer nommment les
pays totalitaires qui ont fait de ces doctrines nfastes
l'essence mme de leur politique. Mon attaque tait di-
rige contre le racism en gnral, contre toute distinc-
tion de race, contre le prjug de couleur partout o il
se manifeste. Mais les journaux amricains, qui n'taient
pas tenus la mme reserve, insistrent sur les passa-
ges les plus significatifs de mon discours. Le New
York Times du 14 dcembre, sous la signature de son
correspondent particulier, M. John White, rapporta
mon intervention de la manire suivante :
Dants Bellegarde, d'Hati, parlant en franais, im-
provisa un discours mouvant, pareil ceux qui l'ont
rendu fameux la Socit des Nations Genve. Ses
observations dgnrrent vite en une violent atta-
que contre l'Allemagne. Il dclara que l'Amrique ne
pouvait avoir rien de commun avec une nation qui
est retourne aux coutumes du moyen-ge.
M. de Mello Franco pronona la clture de la san-
ce quand M. Bellegarde se fut assis. Alors les dlgus se
prcipitrent vers celui-ci pour le fliciter, quelques-ans
l'embrassant, les autres lui tapant sur l'paule. Cela
servit montrer que les dlgus s'taient de manire
bien nette rangs contre l'Allemagne.
Pour corser l'affaire, certain journaux des Etats-
Unis rapportrent que deux journalists allemands
avaient, pendant que je parlais, quitt la salle en ma-








niire de protestation. J'appris qu'aucun incident de ce
genre ne s'tait produit, pour l'excellente raison qu'il
n'y avait pas de journalists allemands accrdits au-
prs de la Confrence.
Dans son beau discours prononc la sance pl-
nire du 16 dcembre, le president de la dlgation ha-
tienne, Monsieur Lon Alfred, fut aussi affirmatif sur
notre attachment aux principles dmocratiques qui
constituent le fondement de l'Union Panamricaine.
Au moment, dit-il, o les principles qui forment
la base sculaire de nos dmocraties amricaines sont
menacs par des doctrines de discrimination racial et
de haine de classes, nous avons le devoir de proclamer
la foi intgrale et absolue de la Rpublique d'Hati
dans l'idal de libert, d'galit et de fraternity hu-
maines don't M. Cordell Hull s'est fait cette tribune
< l'loquent dfenseur. Nos nations se lveraient en
masse pour dfendre si un jour ils taient attaqus
parmi nous les principles suprieurs de libert, d'ga-
lit. de justice pour lesquels nous avons combattu
* dans le pass et que nous entendons garder intacts
dans le patrimoine commun de nos rpubliques am-
ricaines .
A la sance du 23 dcembre, la Confrence approuva
la declaration suivante: Les Rpubliques reprsentes
la Huitime Confrence Internationale des Etats
Amricains dclarent : 1 Que, tant donn le prin-
cipe fundamental de l'galit devant la loi, toute per-
scution pour raison de race ou de religion qui rend
impossible un group d'tres humaine de vivre d-
comment, est contraire aux systmes politiques et ju-
ridiques de l'Amrique ; 20 Que la conception dmo-
n critique de l'Etat garantit tous les individus les
conditions essentielles pour l'exercice avec dignit de
leurs lgitimes activits 3 Qu'elles appliqueront
toujours ces principles d'humaine solidarity.
La condemnation du racism se trouve encore plus
fortement formule dans la DECLARATION DE






36

LIMA, don't je donne ici les considrants et les arti-
cles les plus significatifs :
Les groups de l'Amrique ont atteint l'unit spi-
rituelle grce la similitude de leurs institutions r-
publicaines, leur inbranlable dsir de paix, leurs
profonds sentiments d'humanit et de tolerance et
leur adhsion absolue aux principles du droit interna-
tional, de l'galit dans la souverainet des Etats et de
la libert individuelle, sans prjugs religieux ou ra-
ciaux.
En se basant sur les dits principles et dsir, ils re-
cherchent la paix du continent et collaborent, unis,
en faveur de la concorde universelle.
Le respect de la personnalit souveraine et de l'in-
dpendance de chaque Etat amricain constitute le fon-
dement de l'ordre international, appuy par la solida-
rit continental qui s'est manifeste historiquement
dans les dclarations des divers Etats ou dans les ac-
cords qui ont eu leur application et soutien dans les
nouvelles dclarations et traits en vigueur...
1l Les gouvernements des Etats Amricains raf-
firment leur solidarity continental et leur volont de
collaborer au maintien de la dite solidarity.
20 Fidles aux principles noncs plus haut de leur
souverainet absolue, ils raffirment la decision de les
dfendre et de les maintenir contre toute intervention
ou activity trangre qui pourrait les menacer.
Je n'ai pas besoin d'insister sur l'extrme importan-
ce de cette Dclaration qui, complte par celle des
Principes de la Moralit Politique Amricaine , cons-
titue la charte de la solidarity des Nations d'Amrique
et leur garantie contre les entreprises criminelles de la
Force.










LA NATION HATIENNE


Ceux qui m'ont fait la faveur de suivre mes articles
de La Phalange sur le racism ne peuvent pas s'emp-
cher de se rallier la conclusion de M. Henri Neuville:
que la notion de race ne correspond, au point de vue
anthropologique, aucune ralit. Sur un concept si
irrel, en tout cas si incertain et obscur, on ne saurait
non plus fonder une thorie de la nation. Il est non
seulement antiscientifique dit le R. P. Messineo,
un grand savant italien mais tout fait mons-
trueusement illogique de vouloir fonder sur ce con-
cept de race une thorie quelconque de la nation. Bien
que les fanatismes idologiques puissent violenter les
donnes de la science et de l'histoire, tout homme de
bon sens ne pourra faire moins que de repousser d-
daigneusement ces acrobaties de la pense,' vritables
aberrations mentales collectives. L'honneur de la scien-
ce et de l'humanit rclame qu'une bonne fois on re-
lgue parmi les rebuts de telles conceptions arbitraires.
qui n'ont aucun fondement srieux .
Je n'entends pas me livrer ici une discussion sur le
concept de nation, qui, lui aussi, a donn lieu des th-
ses nombreuses et contradictoires. Je ne veux retenir que
la definition la plus commune donne par le dictionnai-
re : Une nation est une runion d'hommes ayant une
originalit et une langue communes, ou des intrts
longtemps communs . Mais le Larousse fait jus-
X tement observer que, homognes dans l'antiquit.
les nations de nos jours rsultent le plus souvent de
peuples divers. Ce qui caractrise la nation moderne,
c'est la communaut de sentiments qui se manifeste
surtout par la communaut de langue ou de religion.
Une nation n'est pas ncessairement constitute en






38

Etat : par example, la nation juive vit disperse depuis
le 1er sicle .
Souvent la nation est confondue avec l'Etat lui-mme
et alors elle se dfinit : l'ensemble des hommes soumis
un mme pouvoir politique .
Que pouvons-nous conclure de ces considerations en
ce qui regarded Hati ? Que, tout d'abord, il serait ab-
surde de parler d'une race africaine d'Hati . Il n'y a
pas de race africaine , mais des races d'Afrique, ou.
pour parler scientifiquement d'aprs le savant anglais.
Sir Cyril Fox, des peuples ou groups ethniques,
qui ont fourni leurs contingents St-Domingue :
Bambaras, Sngalais, Mandingues, Quiambas, Con-
gos, Aradas, Ibos, Foudas, Dahomets, etc. Et mme
quand on parle de races africaines, il ne faut pas oublier
qu'il y a des Africains blancs, et qu'il existe hors d'A-
frique de nombreux peuples noirs. Qu'on se rappelle
que Madagascar est dans la mer des Indes et que l'une
des plus grandes divisions de l'Ocanie, la Mlansie,
doit son nom la couleur noire trs caractrise de ses
populations.
Ensuite, le brassage des contingents de diverse ori-
gines ethniques, imports d'Afrique St-Domingue. et
leur mlange avec les SANGS franais (normand, bre-
ton, angevin, gascon, poitevin. basque, etc.) ont ame-
n le people hatien un mtissage infiniment complex.
Le docteur J. C. Dorsainvil dit avec raison : Le peu-
ple hatien est aux quatre-cinquimes (c'est--dire
80%l) un produit de mtissage. On relve rarement
chez le type hatien, dans leur puret premiere, les ca-
ractres anatomiques dominants de la race noire qui
particulirement contribute le former. Ce mtissage
-si l'on s'en rapporte aux rcits des voyageurs qui
visitrent l'Afrique ds le XVIIe sicle -avait dj
commenc pour la race noire . J'ai moi-mme mon-
tr, dans une conference faite en 1903, sur la formation
ethnique de la population colonial et reproduite dans
mes Pages d'Histoire , combien furent nombreuses
St-Domingue les unions lgitimes et plus souvent ill-








gitimnes entire blancs et ngresses. Les relations entire
blancs et sangs-mls, entire noirs et sangs-mls, entire
sangs-mls et sangs-mls eux-mmes, ont donn nais-
sance la plus riche game de couleurs que l'ont ait
jamais vues runies sur une palette humaine et don't Mo-
reau de St-Mry a tent, avec quelque fantaisie, de faire
la description impossible. Ces differences de coloration
de la peau n'ont d'ailleurs aucune signification psycho-
logique : on les constate souvent entire frres et surs
de mme lit.
Ce serait donc une absurdit plus grande encore de
croire l'existence d'une race hatienne . Ce qui
existe, c'est un group ethnique , formant la Na-
tion Hatienne.
Malgr la diversity et le dosage plus ou moins balan-
c des lments ethniques qui ont concouru sa forma-
tion et sous des dehors parfois dissemblables tenant
des particularits physiques, le people hatien constitute
bien une nation homogne, c'est--dire un ensemble
* d'individus ayant des souvenirs communs dans le pas-
s et tenus de s'adapter un ensemble de circonstan-
ces gographiques immuables .
La communaut d'une double origine (africaine et
franaise), la collaboration fraternelle des noirs et des
jaunes l'oeuvre de l'indpendance, les souvenirs glo-
rieux de la lutte hroque pour la liberty, l'habitude de
vivre ensemble dans des limits territoriales depuis long-
temps fixes, la solidarity des intrts conomiques et,
malgr les differences individuelles d'ducation, de cro-
yances, de fortune et de culture, certaines manires
communes de penser, de sentir, d'agir et de subir la
rpercussion des vnements intrieurs et extrieurs ,
- tout cela a faonn un type hatien qui possde
bien, au milieu des autres groups humans, sa physio-
nomie particulire.
On peut mme dire que le mpris et l'hostilit, aux-
quels se heurta la jeune nation cause de sa filiation
africaine, contriburent lui donner le sentiment de
l'unit, tandis que concourait la mme fin l'usage






40

d'une langue commune, le franais , parle dans tou-
tes les classes de la population sous sa forme fruste de
patois crole. A la macdoine de races que l'Afrique
avait dverses en Amrique crit M. de la Ronci-
re il fallait un lien, un idiome, une religion. L'idio-
me fut aux Antilles le crole qu'un Suisse dfinissait le
franais remis en enfance. J'ajoute que la religion ca-
tholique, suprieure aux divers cultes imports d'Afri-
que et les absorbant dans l'me populaire en une puis-
sante symbiose, fut aussi un principle d'unit pour la
nation hatienne.
Scientifiquement le racism hatien n'est pas plus jus-
tifi que la racism hitlrien. Historiquement, il s'expli-
que. Notre racism -pour parler comme M. Jrmie
- a t dfensif et non agressif . Aujourd'hui com-
me hier, il ne s'inspire d'aucune haine des peuples tran-
gers. Mais Hati a t et est souvent en butte aux pires
calomnies et aux accusations les plus insultantes. Le
Vaudou a t et est encore pour elle une source inpui-
sable d'amertumes.
Sait-on comment l' Encyclopaedia Britannica d-
finit le vaudou ? Voici ce que l'on peut lire dans son
dition de 1930 : Voodou (Crole franais Vau-
doux. sorcier ngre. probablement l'origine une
forme dialectale du franais Vaudois, du pays de
Vaud) nom donn certaines pratiques de magie,
aux superstitions et rites secrets dominants parmi les
ngres des Antilles, particulirement dans la Rpubli-
que d'Hati. Le culte du serpent et des rites obscnes
impliquant l'usage du sang human, de prfrence
celui d'un enfant blanc, taient considrs comme les
caractres de cette religion .
Pensez au dommage que peut faire au bon renom de
notre people une tell definition, donne dans un ou-
vrage de si grande circulation, et auquel ont collabor
tant de savants, historians, philosophes, crivains mi-
nents !
Vous vous expliquez pourquoi les auteurs hatiens,
guids par l'intrt scientifique, autant que par le souci






Il"

de dfendre notre reputation au debors, se sont con-
sacrs l'tude de nos origins historiques et de nos
croyances populaires. Hannibal Price, Dr Elie Lhris-
son, Dr Lon Audain, Dr J. C. Dorsainvil, Dr Price-
Mars, se sont particulirement distingus par leurs tra-
vaux en cette matire, cherchant dgager le Vaudou
de sa gangue ftichiste ou magique et montrant que,
dans sa puret premiere, cette religion primitive carac-
tre monothiste exprime, elle aussi, la supreme aspira-
tion de l'me humaine vers l'infini. Mais, aucun mo-
ment, ces hommes de haute valeur intellectuelle n'ont
pu avoir l'ide de prcher le retour aux traditions afri-
caines sous le vain prtexte de constituer en Haiti une
autarcie spirituelle.
Notre no-racisme a t simplement une reaction
contre l'emprise amricaine. L'Occupation a fouett la
fiert national. En cherchant crer parmi les Hatiens
un complex d'infriorit , elle a en quelque sorte
raviv le sentiment racial et engendr chez quelques-
uns une mystique qui, comme presque toutes les
mystiques, a adopt un mythe , le mythe de la race,
de la race noire suprieure toutes les autres. Attitude
intellectuelle aussi draisonnable que celle de M. Hitler
et que n'aurait pu partager, par example, notre Antnor
Firmin, puisqu'il a crit un livre pour dmontrer l'ga-
lit des races humaines et non la supriorit de l'une
quelconque sur les autres.
La dure preuve de 1915 nous a impos une sorte
d'examen de conscience. Nous nous sommes mis la
recherche de notre me : l'erreur de quelques-uns a t
de croire que cette me n'tait qu'africaine. Tandis
qu'un penseur, tel M. Price-Mars, recommandait l'tu-
de du folklore et des croyances populaires, comme un
moyen de mieux connatre le people hatien, et peut-
tre aussi comme une source de renouvellement de nos
arts et de notre littrature, d'autres simplistes ont cru
que cela suffisait tout. Ils ont os prtendre que, pour
tre compltement nous-mmes, il nous fallait rayer de
la pense hatienne les acquisitions qui y ont t accu-






42

mules, grce la pratique sculaire de la langue fran-
aise cette psychologie cristallise , comme dit
Thodule Ribot, o les Franais ont vers les trsors
de leur sensibility et de leur esprit, c'est--dire les sen-
timents et les ides don't nous avons fait la substance de
notre tre spiritual.
Qui donc pourrait nier l'influence de la langue sur
la pense ? Le psychologue Emile Boirac crit : En se
communiquant nous par l'intermdiaire de language,
la pense de nos devanciers contribute indirectement
former la ntre. Tout vocabulaire est une classification.
toute syntaxe est une logique. Sans nous en apercevoir,
en apprenant une langue, nous apprenons voir les
ides comme le faisaient ceux qui la parlaient avant
nous. Nous hritons notre insu de leur mthode et de
leur esprit
Quel est donc cet esprit, que les Hatiens ont reu en
heritage et auquel on leur demand de renoncer ?










LA CULTURE HATIENNE


Nous n'entendons pas renier nos origins africaines.
Mais nous ne pouvons pas non plus renoncer notre
culture franaise. Nous ne le pouvons, ni ne le voulons.
L'Allemand Ernst-Robert Curtius disait en 1928:
Les ides civilisatrices n'ont jamais pu se dvelopper
chez les autres nations qu'aprs avoir travers la Fran-
cr et trouv l leur formule definitive. Il faut chercher
l'explication de ce mystre dans les trois qualits essen-
tielles du gnie franais : la clart, la sociability et la
sympathie. C'est par l que, pour reprendre un mot de
Guizot, la France est le cour de la civilisation. Or, on
m'a reproch d'avoir dit que Hati est une province in-
tellectuelle de la France. Il est vident qu'en disant
France , j'entendais dire civilisation , puisqu'il ne
peut s'agir ici de suprmatie politique. C'est dans ce
sens que M. Gaston Rageot a pu crire que Paris est
plus grand que la France. parce que pour lui Paris est
la capital, non pas de la region qui s'tend de la M-
diterrane la Manche et de l'Atlantique aux Alpes,
mais de la culture occidentale .
J'ai dit et je maintiens que c'est un grand bonheur
pour Haiti de participer cette civilisation, d'tre,
pour continue la mtaphore de Guizot, l'un de ces
vaisseaux qui, aprs avoir reu le sang du coeur de la
France, l'y ramne revivifi par la jeune sve africaine.
Ainsi pensait mon frre Windsor Bellegarde, lorsqu'il
crivait en 1904 :
Il y a une loi sociologique laquelle n'chappent
pas plus les socits que les individus : la grande loi
de limitation. Nul people n'a pu conserver son ori-
ginalit primitive : s'il devait en tre autrement, l'tat
social type serait la barbarie. Les peuples s'imitent, se
pntrent rciproquement : l est la condition norma-








le du progrs. Nos origins, nos antcdents histori-
< ques nous ont, de bonne heure, impos la France
comme modle. Dans la formation de notre esprit
national, l'apport le plus considerable a t fourni par
elle.
Toutes les fois que nous essayons de pntrer dans
les profondeurs de la science et de l'art universels, c'est
la France que nous demandons des guides, car c'est
elle qui, sans faire attention la couleur de notre
peau, nous ouvre deux battants les portes de ses
Universits. C'est du mme geste maternel qu'elle
tend ses mamelles ses nourrissons, qu'ils soient
blancs, qu'ils soient noirs.
La langue, qui est l'me de la nation, a vite dter-
min entire les deux peuples des affinits intellectuelles
qui apparaissent ds les premires pages de notre his-
toire.
En s'affranchissant de la domination politique de la
France, les fondateurs de l'indpendance hatienne
n'avaient pas un instant pens renoncer la langue
franaise. Seul Christophe eut la vellit de la rempla-
cer par l'anglais dans son royaume du nord : c'est l
d'ailleurs une insinuation qu'aucun fait ne confirm.
Quoi qu'il en soit, sa tentative aurait chou, parce
qu'elle serait alle l'encontre de l'usage qui avait fait
du franais la langue commune de l'ancienne Saint-Do-
mingue.
Sans doute ce franais n'tait-il point la langue pure
qu'crivait Voltaire ou que parlait Chateaubriand. Bien
des lments s'y taient introduits : expressions africai-
nes, locutions espagnoles ou anglaises, quelques voca-
bles indiens ayant survcu la conqute castillane.
Mme les mots franais, en passant par le gosier des
ngres de la Guine'ou du Congo, s'taient transforms
au point de devenir mconnaissables. Les colons venus
de divers points de la France et notamment de la Nor-
mandie. mlaient leur language des provincialismes qui
s'incorporrent au parler local. De tout cela s'tait for-
m le crole . Mais on ne pouvait penser lever ce








patois mixture colonial -- la dignit d'une lan-
gue national. Et il parut tout natural aux fondateurs
de l'indpendance hatienne d'adopter le franais com-
me langue officielle du nouvel Etat. C'est en franais
qu'ils rdigrent l'acte de rupture avec la France et la
proclamation dessalinienne, crite par Boisrond-Ton-
nerre avec les mots brlants que l'on connat, est le pre-
mier monument de la littrature hatienne autonome.
Le choix du franais s'imposait. Le crole, n'ayant
ni grammaire ni littrature crite, ne peut faire la ma-
tire d'un enseignement mthodique. Instable, soumis
de continuelles variations dans son vocabulaire, dans
sa syntaxe et sa prononciation, il n'a point les caract-
res d'une langue fixe et ne peut se conserver ou se trans-
mettre que par l'usag. Idiome local, parl et compris
par un petit nombre d'individus seulement, il condam-
nerait les Hatiens l'isolement s'ils devaient en faire
leur language exclusif isolement non seulement poli-
tique et commercial, mais encore intellectual, qui les
pmpcherait d'entrer en communication avec les grands
esprits, don't les ouvres immortelles ont enrichi le pa-
trimoine de l'humanit civilise. Il y avait donc pour
nous triple ncessit, politique, commercial, intellec-
tuelle, adopter une langue, ayant un caractre assez
universal pour que sa possession pt nous mettre en con-
tact avec le monde entier, assez riche par elle-mme pour
que son tude et la connaissance de ses euvres fussent
pour nous un moyen d'accder la plus haute culture.
Or, aucune langue n'a plus que le franais ce caractre
d'universalit ; aucune ne possde une littrature plus
abondante en chefs-d'euvre ; en aucune autre, la pen-
se philosophique, scientifique, religieuse ne s'est expri-
me, dans les temps modernes, avec plus de clart, plus
de force, plus d'loquence.
Observant la position gographique d'Hati au mi-
lieu de l'immense Amrique. et la voyant entoure de
pays de langue anglaise, de langue espagnole ou de lan-
gue portugaise, quelques personnel dplorent la fatalit
historique qui nous a impos le franais comme instru-






'fo

ment de la pense. Heureuse fatalit, laquelle nous de-
vons notre physionomie original au milieu des autres
rpubliques amricaines et qui nous a permis de prendre
un sentiment plus vif et plus net de notre personnalit
comme nation. Je ne connais pas le Honduras, ni le
Guatemala crit M. Auguste Viatte mais je les
imagine volontiers interchangeable. Hati est unique.
En cette mer des Antilles, au confluent des langues et
des civilisations, elle dfend sa personnalit par son
idiome elle, et cet idiome qui la distingue est cepen-
dant un des plus illustres et des plus universels .
Cette possession d'une langue universelle nous em-
pcherait-elle de nous former une conscience cultu-
relle national ? L'histoire d'Hati me permet de r-
pondre victorieusement cette question. Malgr les obs-
tacles moraux et matriels que nous avons trouvs sur
notre chemin, il s'est dvelopp parmi nous une cul-
ture national ne d'une activity intellectuelle qui s'ex-
erce dans toutes les directions de la pense et qui s'est ma-
nifeste, depuis plus d'un sicle, en des oeuvres d'une
relle valeur, crites en ce language particulier aux Ha-
tiens la langue franaise. La listed est longue des Ha-
tiens qui, dans la science, dans l'industrie, dans le com-
merce, dans les arts, et particulirement dans les lettres.
ont fourni la preuve clatante des qualits d'assimila-
tion et d'invention du people d'Hati.
Quelques personnel reprochent notre littrature de
n'tre pas hatienne. Cela prouve qu'elles n'ont pas lu
les auteurs hatiens. Notre littrature n'est pas seule-
ment national, elle est nationalist : c'est ce qui serait
facile dmontrer.
Nous avions cr, dans les environs de 1900, une as-
sociation : l'Oeuvre des Ecrivains Hatiens, don't le
premier president fut le grand orateur Luxembourg
Cauvin. Pour apporter notre participation la clbra-
tion du centenaire de l'indpendance national, nous
dcidmes de publier deux recueils de vers et de prose
comme un hommage aux fondateurs de la patrie. Cette
ouvre que nous fmes charges de prparer, Solon M-






i '/

nos, Georges Sylvain, Amilcar Duval et moi, eut la
supreme faveur d'tre couronne par l'Acadmie Fran-
aise qui. cette occasion, par la plume de son secrtaire
perptuel, M. Gaston Boissier, adressa son salut la
lointaine Hati, reste fidle la culture franaise .
A propos de ce prix accord nos deux volumes de
Morceaux choisis d'Auteurs Hatiens , M. Solon
Mnos disait : Le prix dcern par l'Acadmie Fran-
aise est d'autant plus estimable qu'il s'applique un
ouvrage consacr la glorification de notre indpen-
dance. Le rapprochement est significatif, et il n'est pas
< imprudent de dire qu'une coincidence aussi caract-
ristique accrot, dans une proportion considerable, la
haute valeur de cette rcompense, attribue com-
* me un dcret de grande naturalisation notre lit-
* rrature autonome .
Littrature autonome : telle est l'expression qui con-
vient pour caractriser la production hatienne au course
d'un sicle d'existence national.
Ces auteurs hatiens se sont consacrs en majority
dbrouiller nos origins historiques et tudier des
plans d'organisation politique : c'est pourquoi le grou-
pe des historians et sociologues est particulirement im-
posant et comporte des noms qui mriteraient d'tre
mieux connus l'tranger aussi bien qu'en Hati o
malheureusement les Ardouin, les Madiou, les Emile
Nau. les Bonnet, les Saint-Rmy, les Vastey, les Delor-
me, les Beauvais-Lespinasse, les Firmin, les Janvier, les
Dvot, les Jacques Nicolas Lger, les Hannibal-Price,
les Mnos, les Sylvain, pour ne parler que de quelques
morts, ne sont lus que par une toute petite lite.
Peu de potes ou de romanciers ont cherch leur ins-
piration dans le folklore hatien, comme l'a fait avec
bonheur le musicien Justin Elie qui a puis dans les
chants populaires la matire de ses admirables Dan-
ses Vaudouesques .
Les autres, en plus grand nombre, sont descendus en
eux-mmes et en sont remonts avec des pomes o ils
nous content leurs amours, peines et joies intimes.






48

Quelques-uns, au souffle puissant, tel un Etzer Vilaire,
ont os border ces grands thmes ternels l'amour,
la mort, la destine humaine, la nature. Dieu qui
sont les mmes pour les potes de tous les temps et de
tous les pays.
Que, dans l'expression de leurs sentiments et de leurs
penses, les crivains hatiens aient subi l'influence de
leurs modles franais en sacrifiant bien souvent des
modes littraires passagres, rien de plus natural Quel-
ques rares lus ont pu se dgager de ces influences pour
faire ceuvre original. Mais combien sont-ils en France
mme, comme en Allemagne, en Angleterre, en Italie,
aux Etats-Unis, en Amrique espagnole ou portugaise,
qui puissent tre considrs comme esprits originaux
pour s'tre vads de l'atmosphre intellectuelle cre
par des sicles de civilisation ?
Il y a exactement cent trois ans, Emile Nau, un pr-
curseur hatien. crivait dans son journal Le Rpubli-
cain de 1836 : Nous ne pouvons pas nier que nous ne
soyons sous l'influence de la civilisation europenne :
autrement, il faudrait affirmer que nous ne devons
qu' nous-mmes nos lments de sociabilit. Mais il y
a dans cette fusion du gnie europen et du gnie afri-
cain, qui constitute le caractre hatien, quelque chose
qui nous fait moins Franais que l'Amricain n'est
Anglais .
C'est ce quelque chose qui donne aux euvres ha-
tiennes leur timbre particulier, mme lorsque l'auteur-
se souvenant qu'il est citoyen de l'humanit aborde
ces hauts sujets don't se nourrit la littrature universel-
le. Un Vilaire ne cesse pas d'tre Hatien lorsqu'il parle
de l'amour, de la mort et de Dieu...
Sans assigner leur effort des limits trop troites,
on voudrait pourtant que nos crivains fussent beau-
coup plus attentifs observer et comprendre le mi-
lieu o ils vivent milieu physique, milieu moral -
et que l'on trouvt plus souvent refltes dans leurs pro-
ductions, la magnificence tropical de notre pays et la
psychologie particulire de son people. C'est de cette








manire que la littrature hatienne aura une significa-
tion vraiment national et contribuera l'enrichisse-
ment de la culture humaine.


HAITI









































i











LE FOLKLORE HATIEN


L'un des moyens les plus srs de comprendre la psy-
chologie du people hatien est l'tude de ses croyances,
de ses sentiments, de ses penses, qui s'expriment dans
ses proverbes, dans ses jeux, dans ses arts, c' .ns ses con-
tes, fables et lgendes, dans ses chansons et ses danses,
don't l'ensemble constitute le folklore.
Il y a une littrature populaire hatienne. Elle est
orale, puisqu'elle n'a pas d'autre voie d'expression que
le crole. Elle consiste en proverbes, nigmes, fables,
contest parls, contest chants, chansons.
Les proverbes experiment la philosophie du people:
ce sont des maximes sur la vie, l'amour, la mort et la
conduite humaine en gnral. Pleins de malice et rv-
lant parfois une certain pntration psychologique, ils
portent gnralement la marque d'une sorte de fatalis-
me auquel l'ironie prte ses sourires. Quelques-uns sont
d'une forme image et pittoresque. John Bigelow, qui
fut ministry des Etats-Unis Paris de 1864 1867, vi-
sita Haiti vers 1854 et fut vivement frapp de la grce
ou de la profondeur de la plupart de ces dictons. Il en
recueillit un certain nombre et les comment dans un ai-
mable petit livre : Wit and Wisdom of the Haitians.
Le journalist J. J. Audain les runit dans une forte
brochure publie en 1872, et rdite par Edmond Che-
net en 1914. On en trouve quelques-uns dans Philologie
Crole. En voici six que peuvent comprendre tous ceux
qui savent le franais :

Bel femme, bel malhr : Belle femme, beau malheur,
grand tracas !
Macaque saoul pas jammes coucher douvant porte
chien.









Le macaque saoul ne se couche jamais devant la porte
du chien.
La rose fait banda toutt temps soleil pas lev.
La rose fait la fire tout le temps que le soleil n'est
pas lev. (Banda, d'aprs Faine, vient de l'espagnol, et
signifie bien vtu. Faire la banda, c'est se pavaner dans
ses beaux atours.)
Femme c bois pourri : La femme est comme du
bois pourri; Il ne faut pas s'appuyer sur elle, avoir
confiance en elle.
Quand mapou tomb, cabritt mang feuilles-li
Quand le mapou (un gros arbre) est tomb, la chvre
mange ses feuilles.
Precaution pas capon : Prendre ses precautions pour
viter un malheur, ce n'est pas se montrer lche.

Les nigmes et charades sont en grand honneur par-
mi les paysans. Mais les fables et les contest ont particu-
lirement leur faveur. Si crit M. Price-Mars -
l'on fait de ces contest hatiens une tude serre, il n'est
pas rare d'y rencontrer des sujets o les genres les plus
varis se coudoient : l'pope, le drame, le comique et la
satire. Il apparat nanmoins que ces deux derniers
genres en donnent la note dominant comme tant plus
expressive de notre tat d'me. D'ailleurs, le comique
et la satire de nos contest clatent le plus souvent, non
point dans la trame du rcit toujours simple et naf,
mais dans le ralisme et le pittoresque des personnages.
Ces personnages s'expriment en paraboles et en senten-
ces. Ils revtent presque toujours un caractre de sym-
boles. Telle est. par example, la conception de Bouqui
et de Ti-Malice. On dit justement que ces deux hros
insparables sont, l'un, la personnification de la bonne
brute, de la force inintelligente et cordiale, tandis que
l'autre est celle de la ruse. N'avez-vous pas reconnu
dans Ti-Malice et Bouqui le Goupil et l'Isengrin du
Roman du Renart ?
Dans une remarquable tude de la Revue du Folklore
Franais et du Folklore Colonial (tome IV, no. 2),









Mme Suzanne Combaire-Sylvain a parl en terms ex-
cellents des contest chants. A son avis. les plus an-
ciens d'entre eux ont commenc par tre tout bonne-
ment des chansons, auxquelles, un jour, un chanteur a
ajout quelques phrases explicatives . A ct de ces
contest drivs directement de chansons, l'auteur en dis-
tingue d'autres de formation rcente, dans lesquels m-
lodie et explication ont t composes en mme temps-
la parties chante tant en gnral mdiocre .
Mme Comhaire-Sylvain fait ces intressantes remar-
ques : J'ai parl de contest anciens et de contest rcents:
cela peut tonner. car d'ordinaire, en pays civilis, le
folklore est ancien. Chez nous, il n'en va pas de
a mme. On peut encore, de nos jours, assister l'clo-
sion de nouveaux thmes populaires... Beaucoup de
nos contest chants se retrouvent, avec quelques va-
riantes, dans le folklore de la Guyane, de la Louisia-
ne et de la Martinique. On peut donc leur supposed
une origine commune et unique. qu'il serait relative-
% ment ais de dpister en examinant le folklore des
pays o l'lment ngre ne s'est pas trouv en pr-
sence de l'lment indien. On les tirait dj l'-
poque colonial, et c'est probablement alors qu'ils ont
pris leur forme definitive. A propos de contest exis-
tant paralllement dans d'autres folklores, savez-vous
que les paysans de Logane se rptent l'aventure des
bossus telle qu'on la racontait en Breragne au sicle
dernier, et peut-tre encore de nos jours ? L'apport
" franais n'est d'ailleurs pas ngligeable dans la for-
mation du folklore hatien : les romances ne sont-
elles pas jusqu' present dans le got du XVIIe et du
XVIIIe sicles franais, et les contest eux-mmes ne
commencent-ils pas par la mme phrase d'introduc-
tion que ceux des marines bretons : Cric-Crac ?
Les contest et rcits fabuleux font le bonheur des en-
fants. Les gens du people ceux des villes comme ceux
des campagnes raffolent de chants et de danse. Ils
ont leurs chansons de travail, que les porte-faix appel-
lent boulas et les mariners chant-godill , celles









qui animent les coumbites 1 et donnent du cour
aux plus paresseux. Ce sont toutefois les airs de danse
qui sont les plus nombreux.
Le plus populaire de ces airs est la meringue. Elle
est fille crit le musicographe hatien Frank Lass-
gue de la danza espagnole et sur de toutes les dan-
ses similaires rpandues aux Antilles et dans l'Amri-
que du Sud, tells que tango, biguine, zapata, rhumba,
danzon et habanera . Comme musique. la meringue
jaillit facilement, comme dit encore M. Lassgue, de la
bouche du populaire : d'un motif et plus souvent de
deux motifs. Elle est nue. frache, voluptueuse . Elle
ne garde pas toujours cette simplicity nave. Les vrais
compositeurs ont compliqu les lments de l'inspira-
tion populaire pour en avoir modifi le rythme et sub-
tilis la mlodie. Ils ont ajout mme celle-ci une fina-
le et parfois un troisime motif, tout en conservant cer-
tains effects de sentimentality qui rapprochent lgre-
ment leurs morceaux des thmes populaires, mais qui
les rattachent plus intimement la facture des dan-
zas . 2
Dans l'excellente tude que nous avons dj signale.
Mme Comhaire-Sylvain donne une numration des
plus intressantes des danses populaires les plus com-
munes et des instruments de musique usits dans les
campagnes hatiennes. Nous ne pouvons mieux faire que
de la citer encore une fois.
Les danses profanes sont : la polika, polka d-
nature comme le nom l'indique ; la bala, d'ori-
gine espagnole: le congo ordinaire qui se rapproche
du charleston (ne pas confondre avec le congo vau-
dou); la martinique, danse colonial dans laquelle

1. Frank Lassgue : Ciselures. Imp. R. Grossel, Albert,
Somme, France.
2. Voir Peasant Songs and Dances of Northern Haiti, dans
a The Journal of Negro History , Avri! 1940, Washington D.
C. L'auteur, M. George Eaton, dit : A coumbite is a coopera-
tive enterprise not unlike the American husking bee .









dame et cavalier ont des pas tout fait diffrents, elle.
se dplaant presque imperceptiblement, tandis que,
lui, tourne autour d'elle la meringue, notre danse
national ; la contredanse ou quadrille hatien ; la
rada et la banda, d'origine africaine ; enfin, le m-
nouett trois ou quatre temps, driv du menuet
franais, avec saluts et rvrences.
Le paysan hatien recherche les differences de tim-
bre en musique, mais il n'a pas la notion de l'harmo-
nie ; il ne conoit pas un accompagnement qu' l'u-
nisson ou l'octave. Dans un cheur d'hommes et de
femmes, les hommes prendront une voix de tte sou-
vent dsagrable pour viter, si possible, mme un in-
tervalle d'octave entire les voix.
L'instrument le plus populaire dans nos montagnes
est le tambour et son alter-go, le tambourin. Il y en
" a de toutes former et de toutes dimensions, depuis les
tambours-jouetes de deux ou trois pouces de haut
jusqu'aux gros tambours-loa de quatre pieds envi-
< ron. On les frappe avec des baguettes, la manire des
peuples civiliss, pour marquer le rythme des chan-
sons, ou bien on les bat avec les mains, ou on les grat-
te avec l'ongle la mode sauvage, pour en tirer des
sons lugubres, quelque chose de dchirant et d'touf-
f. qui tient la fois de la plainte, du hurlement et
du grondement. C'est dj tout un art de gratter con-
venablement le tambour I
La mlodie chante est quelquefois double l'u-
nisson par un accordion ou un vieillon (violon
son aigre) et rythme par des triangles de fortune,
en plus des tambours et tambourins. A certaines po-
ques de l'anne, durant la Semaine Sainte, par exem-
ple, on se sert d'un instrument special : la calorine
ou tambour-maringouin. La veille de la fte, il faut
s'occuper de la confection des calories. Pour cela, on
choisit des tiges droites, souples, ayant une extrmit
en fourche. On plante cette extrmit une certain
< profondeur dans le sol et on relie au =mmet l'un des
bras de la fourche au moyen d'une code unique en









latanier tress. On tend convenablement cette corde
afin de donner l'instrument la forme d'un arc. Puis.
on tasse la terre entire la tige et la corde, afin d'obtenir
une dnivellation que l'on pave avec deux ou trois
pierres, avant de la recouvrir d'un morceau de tache de
palmier perc en son milieu pour laisser passer la cor-
de. Cela constitute une caisse de rsonance sommaire.
On bat la calorine la baguette, ou on la pince avec
les doigts. En variant la hauteur de la tige, la larger
de la caisse de rsonance et la grosseur de la corde, on
obtient peu de frais une srie d'instruments diff-
rents, un orchestra de calories .
Les crmonies vaudouesques s'accomplissent au mi-
lieu de danses rituelles et de chants liturgiques. Ces
chants, crit M. Lassgue, sont longs et plaintiffs et ne
peuvent tre nots que sur une game de cinq notes,
comme la game grecque. et d'aprs la measure pla-
ne . Contrairement aux chants de caractre religieux,
les chansons de danse sont courts, vives ou lentes,
mais empreintes des mmes caractres de mlancolie.
Elles sont rythmes, bien rythmes dans les huit ou
seize measures qui en font la charpente. Elles offrent,
dans ce cas,une diversity rythmique don't les plus ca-
ractristiques sont reprsentes par l'Arada, le Yanva-
lou, movement de valse trs lente, le Pethro, baccha-
< nale tourmente et bizarre, le Congo, plus marqu et
moins vif que la Pasquinade de Gottschalk. On
peut les multiplier l'infini, jusqu' comprendre la
danse des Carabiniers . qui, lgre et gaie, est le
< morceau final de toute ronde. De ces chansons, il y en
a de purement africaines : ce sont les plus rares. Il y
en a qui relvent d'un mode dit hatien : ce sont les
plus frquentes. Dans notre milieu o la tradition ora-
le tient lieu d'archives manuscrites, certaines chansons
< africaines, parce que transmises, et d'autres parce
qu'improvises par les incantateurs, ont subi des d-
formations. Elles ont subi l'influence rythmique et
mlodique de la meringue et des chants coloniaux
franais, celle galement des mlopes indignes.







J/

Donc. les lments rythme et mlodie prsentent des
dviations du type initial. La game africaine qui.
dans les liturgies comme dans les danses, ne porte que
cinq notes, toujours l'exclusion de la sensible, ne se
reproduit pas gnralement dans les airs dits du mode
hatien, lequel est bti sur l'chelle diatonique de la
game moderne.
Par quels procds chants et danses populaires se
transforment ou se dforment au contact de la civilisa-
tion, une anecdote conte par M. Candelon Rigaud
nous en donne un piquant example. L'auteur des ins-
tructives Promenades dans la Plaine du Cul-de-Sac
nous raconte qu'il fut fort surprise, un jour qu'il assis-
tait une crmonie vaudouesque, d'entendre entonner,
comme un chant rituel, l'air clbre du Roi de Thul.
La voix tait jeune et assez just. Il interrogea la chan-
teuse une hounci , c'est--dire une assistant de la
maman-loi et apprit d'elle qu'elle avait t bon-
ne pendant quelque temps chez notre grande cantatrice.
Mme Franck Faubert. Et voil comment Goethe et Gou-
nod ont fourni des thmes la liturgie du Vaudou.
De mme que sa liturgie se pntre de musique euro-
penne, comme ces spirituals des ngres amricains,
fusion de musique africaine et de sentiments chrtiens.
- de mme le Vaudou s'effrite devant le christianisme
ou s'y rsorbe. Si la masse du people hatien mle en-
core la religion chrtienne certaines croyances primiti-
ves hrites des anctres africains. sa foi en la divinit
s'pure de plus en plus avec les progrs de l'ducation.
en mme temps que des conditions de vie meilleure
moussent la rudesse de ses costumes et relvent la qua-
lit de ses amusements et de ses jeux. C'est ainsi que la
Carnaval priode propice l'closion des chansons.
mais qui tait aussi l'occasion de danses lascives et de
combats meurtriers entire les bandes adverse se cl-
bre aujourd'hui avec plus de dcence et moins de bruta-
lit et constitute pour nos villes, chaque anne, une r-
jouissante attraction et un concours d'art populaire,









tant au point de vue de la musique que de la dcora-
tion des voitures.
Wagner a dit que la chanson et la danse sont les
deux sources de la musique . Nos danses et nos chan-
sons sont-elles assez riches de matire pour inspire nos
musicians ? C'est une question laquelle notre colla-
borateur Ludovic Lamothe voudra sans doute rpon-
dre.
D'une part, crit M. Lassgue, on a les chants du
terroir: mlopes des indignes, mringues populai-
res, thmes coloniaux franais ou anglais, et chansons
africaines, qui constituent un heritage bien divers. Et,
d'autre part, on peut considrer les oeuvres de nos
compositeurs, qui reprsentent en majority le produit
d'une education musical exotique. Pour avoir plus
spcialement subi l'influence de la musique europen-
ne, on en est rest longtemps tributaire. D'autres.
tels Thramne Mns et Occide Jeanty, avaient essay
d'en secouer le joug ; mais leurs efforts isols ou incons-
tants n'avaient pas dclench de reaction en faveur de
la composition folklorique. Enfin Justin Elie vint, et
le premier, pour donner une impulsion nouvelle et
srieuse notre musique, recueillit des thmes popu-
laires et en tira des uvres originales. C'est pour s'tre
inspire du movement musical opr en Russie par
Borodine, en Hongrie par Brahms et Liszt, en Nor-
vge par Grieg, qu'il a dfinitivement tourn l'esprit
hatien vers toutes ces chansons intimement lies la
vie national, et desquelles sortira, non sans doute
par des arrangements harmoniques et mlodiques,
mais par des rythmes caractristiques quoique lgre-
ment dforms, une musique hatienne.
Une jeune Amricaine de couleur, Miss Catherine
Dunham, tudiante en sociologie l'Universit de Chi-
cago, obtint rcemment une bourse de la Fondation
Guggenheim qui lui a permis de faire, sur place, une
tude spciale des danses populaires des Antilles. De la
monographie qu'elle leur a consacre, elle a bien voulu
me communiquer quelques pages intressantes, o elle









dcrit les danses hatiennes (religieuses, profanes et car-
navalesques) et montre leurs relations avec celles des
autres les antillaises.
Le point de vue sociologique domine dans l'esprit
de Miss Dunham. On ne peut vivre quelque temps
au milieu de ces populations, crit-elle. sans recon-
natre la supreme importance de la danse dans leur ac-
tivit quotidienne. Elle forme une large part de leur
" vie religieuse et constitute vritablement toute leur
existence social, pntrant mme jusque dans leur or-
ganisation du travail. C'est ma ferme conviction, ba-
se sur des observations personnelles, que si l'on con-
nat les danses d'un people, on poss"y la cl la plus
sre pour comprendre sa psychologie et sa structure
social.
Mais le ct esthtique de ces danses a galement re-
tenu attention de Miss Dunham qui est aussi une bal-
lerine de l'Opra de Chicago. Elle les a tudies au point
de vue des organs qu'elles mettent en movement :
danse des paules, du dos, des hanches, du venture et des
pieds. Les danses crmonielles se font principalement
avec les paules (danse-zpaules) ; avec les muscles
du dos (yanvalou) ; et avec les pieds (pthro ou ma-
gi). Elle y a trouv des lments qu'elle croit utili-
sables par stylisation dans la callisthnie et la chorgra-
phie.
Je peux personnellement tmoigner quel enthousias-
te accueil reurent chaque fois, aux concerts de musique
latino-amricaine de l'Union Panamricaine de Was-
hington, les admirables Danses Vaudouesques de
Justin Elie. Et jamais je ne connus d'motion plus pro-
fonde que le soir o j'entendis la radio, dans un pro-
gramme de l'Orchestre Symphonique de New-York, la
Danse du Dieu Soleil de notre grand artiste, ct
de morceaux clbres de Beethoven, de Moussorgsky et de
Debussy.
Justin Elie est mort : d'autres continueront son eu-
vre et front sans doute pour la musique hatienne -
comme viennent de l'entreprendre Mme Lina Fuss-







ou
mann-Mathon et M. Jaegerhuber ce qu'ont fait pour la
musique ngre amricaine les Dvorak, les James Bland,
Harry T. Burleigh, Nathaniel Dett, Rosamond et Wel-
don Johnson, Coleridge. Taylor, Marion Cook, Wil-
liam Dawson, Shirley Graham. William Still, Came-
ron Clarence White, et tant d'autres. Et peut-tre trou-
veront-ils un Roland Hayes, un Paul Robeson, un Bled-
soe, un Taylor Gordon. ou une Marian Anderson -
la grande, l'admirable artiste pour faire connatre
au monde ces crations hatiennes. Mais je veux haute-
ment dire que ce serait un point de vue trop troit que
de mettre l'estampille haitienne seulement sur les
uvres qui s'inspireraient du folklore. Ce que l'on de-
,mande un artiste, c'est, outre la perfection de la for-
me. que son uvre donne le SON de son me, et il
suffit que cette me soit sincre pour que l'aeuvre soit
original. Un Ludovic Lamothe, sensibility exquise ser-
vie par une technique sre, n'avait qu' descendre en
lui-mme pour entendre les chansons de son cour
innombrable et les fixer en ces lgantes compositions
o la tristesse d'un Chopin s'allie si harmonieusement
la mlancolie foncire des races africaines.
Quand nous entendons un oratorio de Bach, une
senate de Beethoven, une cantate de Mozart, une messe
de Rossini, une rhapsodie de Liszt, une valse
de Chopin. un lieder de Grieg, une mlodie de
Moussorgsky, une danse de Granados, un spiritual de
Nathaniel Dett, un pome lyrique de Saint-Sans ou
une symphonie de Debussy. ou de Ravel, est-ce que
nous nous demandons si ces matres de notre me sont
allemands. autrichiens. hongrois, polonais, norvgiens,
russes, italiens. espagnols ou franais, blancs ou noirs ?
Quand cette musique sacre envahit notre tre, nous sen-
tons que, par elle, nous participons la vie universelle
des tres et des choses toute la vie.
Nul art, autant que la musique, ne ralise cette com-
munion idale des sensibilits et des intelligence. Et
nul autre. en nous faisant communier dans la beaut.
ne nous convainc davantage de l'unit fondamentale de
l'espce humaine.












LE CROLE HATIEN


LE FRANAIS LANGUE DE CIVILISATION


Si la langue franaise n'est pas la premiere du monde
au point de vue du nombre des personnel qui la parent,
elle est sans contest l'idiome don't la connaissance im-
porte le plus aux gens cultivs de tous les pays. Par la
richesse de son vocabulaire (philosophie, science, mde-
cine, droit, thologie, critique), par ses qualits sup-
rieures de clart, de precision, de finesse, elle mrite bien
le nom de langue de civilisation qu'on lui a donn.
Ces qualits, qui l'ont fait admettre pendant longtemps
comme la langue diplomatique par excellence, lui ont
galement assur une diffusion mondiale.
En fait, le domaine gographique du franais dbor-
de largement les frontires de la France. Ce qu'il con-
vient ici de considrer, c'est la quality plus que la quan-
tit. Le chinois et le russe sont parls par des popula-
tions innombrables : qui donc pense recommander
l'un ou l'autre comme langue universelle ?
Certes, l'anglais et l'espagnol sont aussi riches en
chefs-d'oeuvre et constituent de merveilleux instruments
de culture. Ils ont encore l'avantage d'tre parls par les
peuples qui nous entourent. Mais ces peuples sont d'o-
rigine anglo-saxonne ou hispanique : il est natural
qu'ils tiennent garder la langue de leurs anctres eu-
ropens, puisqu'ils n'ont pu adopter, comme vhicule
de leur pense, les multiples dialectes indiens autochto-
nes d'Amrique.
Les Brsiliens nation d'origines europenne,
amrindienne et africaine parent le portugais et font
du maintien de l'idiome lusitanien une des conditions
de leur existence national. L'histoire a fait d'Hati la
fille et l'hritire de la France au centre des Amriques,









en mettant la langue franaise dans son patrimoine.
Nous serions insenss de renoncer un si bel heritage :
nous devons au contraire le conserver et le dfendre,
mme si ce maintien comportait pour nous quelque d-
savantage.
En ralit ce dsavantage n'existe pas. Si nous vou-
lons, au point de vue de la politique international,
nous appuyer sur les pays d'Amrique, nous y trouve-
rons assez de gens cultivs pour comprendre notre lan-
gue et s'intresser nos communes destines. Tous les
peuples hispano-amricains considrent la connaissance
du franais comme une marque de distinction intellec-
tuelle : les dlgus d'Hati la rcente Confrence Pa-
namricaine de Lima pourraient confirmer mon tmoi-
gnage. Et j'tonnerai probablement beaucoup de mes
lecteurs en disant que, nulle part, l'enseignement de la
langue et de la civilisation franaises n'est plus srieuse-
ment organis que dans les Universits amricaines.
D'aprs une communication faite par M. Arsne
Croteau, de Storrs, au 2me Congrs de la Langue Fran-
aise Qubec, il y avait en 1936, dans les High
schools amricaines, 600,000 lves de franais et dans
les Universits, environ 290,000, les frais de cet en-
seignement s'levant pour la dite anne la some ap-
proximative de 58 millions de dollars. J'ai, en 1937,
pass quelques semaines l'Universit d'Atlanta et ses
filiales, Spelman College et Moorehouse College -
o j'avais t invit donner des conferences sur Hati
et sur la Civilisation franaise, et je peux dire qu'il
n'existe rien Port-au-Prince qui soit comparable la
section franaise de la magnifique bibliothque de
ces trois grandes institutions ngres de la Gorgie.
Nos programmes scolaires font l'anglais et l'es-
pagnol une place lgitime parmi les matires obligatoi-
res de l'enseignement secondaire et des coles normales :
des ncessits politiques, intellectuelles et commercials
rendent desirable la diffusion de ces langues en Hati.
Mais ce n'est pas une raison pour que nous portions at-
teinte aux droits imprescriptibles de la langue franaise,









que nos lois constitutionnelles ont toujours respecte
parce qu'elle la base mme de notre vie morale et
qu'elle forme l'une des assises spirituelles de la nationa-
lit hatienne.
Le franais constitute pour nous, pour parler comme
M. Vendrys, la forme linguistique idale qui s'impo-
se tous les individus de notre group social . Et il
serait absurde de prtendre y renoncer au lendemain
du jour o, cause de nous, la Confrence Panamri-
caine de Lima vient de recommander toutes les Rpu-
bliques d'Amrique de donner, dans leurs coles, une
large part au franais ct de l'anglais, de l'espa-
gnol et du portugais. (Rsolution LXXVI vote le 24
dcembre 1938).

LE CROLE. PATOIS FRANAIS

Les trois quarts de la population d'Hati parent le
crole . Ce patois se rapproche du franais beaucoup
plus que certain idiomes locaux parls en France mme.
On sait qu' ct des parlers populaires qui tendent
sur le sol franais une vaste tapisserie don't les couleurs
varies se fondent sur tous les points en nuances insen-
siblement dgrades (Gaston Paris), il existe des dia-
lectes, tels que le breton, le flamand, le basque, l'alsa-
cien, le catalan, le provenal, qui sont rellement dis-
tincts de la langue franaise. de sorte que pour une
bonne parties de la nation franaise, le franais est une
langue apprise .
Si vous cause avec des paysans de n'importe quelle
region d'Haiti, vous constatez que les mots, peu d'ex-
ception prs, par lesquels ils dsignent les objets usuels,
ou experiment leurs sentiments les plus simples, joies
et douleurs, sont exactement des vocables franais, don't
les uns pourraient tre compris par un Parisien frache-
ment dbarqu, don't beaucoup d'autres, par contre,
sont tellement transforms par la prononciation qu'il
faut un certain effort pour les reconnatre. Et encore,
certaines locutions croles qui paraissent incomprhen-







64

sibles aux Franais ne sont pas, comme on serait tent
de le croire, des mots corrompus ou altrs, mais des
expressions bretonnes ou des tournures du vieux parler
normand, ou angevin, ou picard, ou poitevin, ou gas-
con, ou mme basque. qui se sont conserves l'tat
pur dans les campagnes hatiennes 1.
De cela, M. Jules Faine a fait mon sens la dmons-
tration decisive. De mme, il a premptoirement prouv
que le crole est un parler franais non exclusive-
ment hatien, puisqu'on le retrouve, avec quelques l-
gres differences, l'Ile Maurice, la Runion, dans la
Louisiane, partout o l'influence franaise a t pendant
un certain temps prpondrante.
La princess Achille Murat lui donne sur ce point
parfaitement raison. Dans l'intressant recueil Loui-
siane et Texas , consacr par l'Institut des Etudes
Amricaines au voyage de la Mission Cavelier de la
Salle en 1938, elle raconte de manire charmante la vi-
site qu'elle fit ses cousins du Vieux Carr de la
Nouvelle-Orlans, petites-filles de ses arrire-
grand'tantes Clina, Althe. Sraphine, Polymnie, Ura-
nie et Athnas, brochette de croles, belles ravir

1. En veut-on des examples ?
Une femme du people explique sa fille la difference entire
l'eau sale et l'eau sucre. Elle lui dit dans le plus pur crole:
, c d'leau sale. , c d'leau sucre.
Elle dirait sicrs si elle tait compltement illettre.
Voici une phrase assez complique que j'extrais de Philologie
Crole de Jules Faine:
ous besoin faire tout mystre a l pour baille mou-
ne ioun tasse caf ?
Nous traduisons littralement : vous besoin faire tout ce
mystre-l pour donner au monde (aux gens) une tasse de
caf ?
L'auteur signal le sens particulier (soin, precaution, appli-
cation) que l'angevin, comme le crole, donne au mot mystre.
Dans baille, vous reconnaissez le vieux verbe franais bailler, du
latin bajulare, significant donner.









comme un conte de fes, descendant, au mme titre que
sa grand'mre paternelle, de Carie-Clie Rossignol des
Dunes, ne Port-de-Paix, dans l'Ile de Saint-Do-
mingue . Et c'est ainsi qu'elle apprit de leur cuisinire
noire, Marie-Zphyrine, en authentique patois crole,
la recette du gombo fil qui. avec du bon riz, cons-
titue le mets le plus rput de toute la Louisiane :

Suzanne, jolie femme,
Li pas mand lit colonnes,
Li pas mand du vin bourgogne,
Li jist voul gombo fil.

Je signal en passant M. Faine un cas extraordi-
naire de survivance franaise dans le Missouri : M. J.-
M. Carrire a trouv Old-Mines, dans les montagnes
Ozarks, 65 miles au sud de St-Louis, une colonie de
600 families franaises o la langue, les traditions et
les coutumes de l'ancienne division administrative du
pays des Illinois se sont conserves jusqu' la gnra-
tion actuelle. Or, tous ces gens parent un idiome qui se
rapproche fort de notre patois, et leurs contest, qui ap-
partiennent presque tous au fonds traditionnel du folk-
lore franais, contiennent des rcits comme ceux-ci:
Fin Voleur , Corps-sans-me , "Bouki pis La-
pin

LE CREOLE DANS L'ENSEIGNEMENT

Il faut reconnatre que l'usage presque gnral du
crole est l'une des grandes difficults de l'enseignement
du franais en Hati. L'enfant du people arrive en effect
l'cole primaire avec un vocabulaire compos de mots
franais, don't la prononciation, ou quelquefois mme
le sens est altr. N et lev dans un milieu o l'on
parle communment le crole, il a imit gestes et paro-
les de ses parents, traduisant ses premires impressions
dans le puril patois maternel. Puis, son vocabulaire
s'est enrichi measure qu'il acqurait une plus grande


HAITI







o00

connaissance des choses qui l'entourent et que son ho-
rizon intellectual s'largissait. Quand donc il est admis
l'cole primaire, souvent un ge assez avanc, il a
dj contract des habitudes de language pour la plupart
vicieuses ; il s'est accoutum attribuer aux objets des
noms impropres ; il a appris donner certain mots
une acception qui ne leur convient pas ou une pro-
nonciation qui les dfigure. Mis brusquement en con-
tact avec le franais, il est d'abord comme drout, car
cette langue est pour lui quelque chose d'tranger et de
mort, qui ne lui semble avoir aucun rapport avec le
language vivant et expressif au moyen duquel il exprime
sa pense et communique avec ses semblables. Il s'tablit
ainsi entire la langue qu'on lui enseigne l'cole et celle
qu'il parle au dehors un vritable antagonisme. Et cet
antagonisme dure d'autant plus longtemps que le ma-
tre comme c'est presque toujours le cas dans nos
classes fait consister l'enseignement du franais dans
l'tude troite et rebutante de la grammaire, au lieu de
l'appliquer le plus tt possible l'expression vivante -
parle et crite de la pense. C'est pourquoi, dans
son remarquable rapport sur l'ducation national, la
Commission de l'Enseignement secondaire de 1906 re-
commande que le franais ft enseign au dbut comme
une langue vivante trangre, par l'emploi intelligent
de la mthode directed.
Le conflict entire le crole et le franais se dcle ma-
nifestement chez quelques-uns de nos crivains. Leur
style manque de spontanit et de natural, il a souvent
l'air emprunt d'un paysan endimanch. Le franais
n'est pas, en effect pour eux, l'expression jaillissante et
pure de l'ide et du sentiment : ils n'crivent pas, ils r-
digent. J'ai entendu un crivain, M. Mockel, faire
cette subtile distinction et l'appliquer non sans quelque
injustice ses compatriotes belges et aux Suisses ro-
mands.
La question est de grande importance, car c'est la
langue d'un pays qui constitute le plus puissant facteur
de son unit. C'est la parole crite qui, par le livre ou le







S0/

journal, va porter au loin la pense et la communiquer
chaque individu. Comment atteindre la nation tout
entire, la faire vibrer l'unisson, l'enflammer pour une
belle cause, simplement lui enseigner les notions les plus
indispensables d'hygine, de morale et de travail, quand
cette parole crite ne peut tre lue et comprise que par
un petit nombre ? Le franais n'est pas, comme trop de
gens le croient encore, en Hati, un simple outil litt-
raire, un luxe ou une parure permettant de bien parler
dans la socit. C'est un moyen d'acquisition de la
science, l'instrument indispensable de la pense, la clef
qui nous donne accs aux ouvres les plus hautes de
l'esprit human.
Pour les raisons que j'ai dj exposes, le crole ne
peut tre substitu au franais pour remplir ce rle n-
cessaire la formation d'une culture national. Est-ce
dire que l'on doive bannir le patois de l'enseignement
en Hati ? Je ne le crois pas. Dans les coles populaires
et dans les coles de champagne, don't le principal but
est de faire acqurir aux lves des connaissances prati-
ques et immdiatement utilisables, une proscription ra-
dicale du crole risquerait d'aboutir des rsultats d-
sastreux. Le grand vice du systme qui ne tient pas
compete des dialectes populaires , comme crivait si
justement Mistral, c'est de faire le vide dans le cer-
veau des enfants du people, en remplaant les assimi-
nations naturelles et spontanes de l'intelligence en-
fantine par un language factice et essentiellement fugi-
tif de notions disparates qui, en dehors des quatre r-
gles, seront en gnral inutiles l'colier .
Dans une srie de petits ouvrages trs intressants, M.
Frdric Doret a montr quel profit on peut tirer de
l'emploi simultan du patois crole et du franais pour
les commenants. Son livre, Les Premiers Pas dans la
Grammaire , est une excellent demonstration de la
mthode bilingue qu'il prconise, en mme temps que la
mise en regard du texte franais et du texte crole ac-
cuse de faon saisissante l'troite filiation de l'idiome
hatien avec la langue franaise. Pour mieux marquer







68

cette filiation, l'auteur s'est ingni conserver aux
mots croles leur orthographe franaise en laissant au
lecteur, comme il dit, le soin de ne pas prononcer les
r et de mettre le son nasal partout o bon lui sem-
blera, selon les besoins de la phontique qu'il prfre .
Le crole adopt par Doret est quelque peu artifi-
ciel. Il convient cependant de faire remarquer que tous
les mots employs par lui sont emprunts la langue
populaire et peuvent tre compris de n'importe quel
paysan hatien.
Le patois a videmment pins de charme quand il s'ex-
prime librement. Peu d'crivains la vrit ont pu le
saisir dans sa grce nave, parce qu'il est rebelle l'cri-
ture et plein de nuances qui ne se peuvent rendre que
par des injections, des soupirs on de simples gestes. Un
pote, Oswald Durand, a su conserver au crole toute
sa saveur candide dans une pice Choucoune , que
la musique de Maular-Monton a rendue populaire.
Massillon Coicou a aussi crit des morceaux de belle
venue, don't l'un, Les malheurs de Ti-Yette , est em-
preint de grce mlancolique. M. Georges Sylvain a
lui-mme public, sous le titre de Cric-Crac , les fa-
bles de La Fontaine interprtes plutt que traduites en
patois. Ce travail est extrmement intressant, parce
que l'auteur a non seulement voulu rendre en crole du
meilleur aloi les nuances de la langue savoureuse du
fabuliste, mais il a essay d'enfermer dans ses vers toute
la sagesse narquoise et toute la philosophie fataliste de
la paysannerie hatienne. Ceux qui s'intressent ce
sujet prendraient aussi grand plaisir lire l'excellente
tude sur le crole de M. Louis Borno, qui sert de pr-
face au volume de Sylvain. Malheureusement, le lecteur
s'arrte dcourag devant la difficile besogne de dchif-
frer l'orthographe complique que l'auteur a d adop-
ter pour rendre les sons croles. C'est, je le crains, l'obs-
tacle le plus considerable au dveloppement d'une lit-
trature populaire crite en patois. On s'en rend compete
encore mieux quand on a lu la thse de doctorate de Ma-
dame Comhaire-Sylvain, Le Crole Hatien .
Il y a eu nanmoins d'heureuses initiatives qui mri-







69

teraient d'tre suivies. Massillon Coicou. dans une spi-
rituelle comdie de mours locales, l'Ecole Mutuelle, a
dlicieusement utilis les plus piquants de nos prover-
bes en les adaptant exactement aux multiples situations
de la pice. MM. Pollux Paul et Augustin nous ont
donn quelques vaudevilles d'une gaiet tourdissante,
o se signalrent Sterne Rey, P. D. Plaisir, Clment
Coicou, l'impayable Papayoute. C'est l une mine f-
conde d'o l'on pourrait tirer des joyaux prcieux pour
notre people. Dans un genre plus relev, M. Alphonse
Henriquez a compos un Boukman d'une grandeur fa-
rouche, qui sera peut-tre le commencement d'une belle
srie.














L'DUCATION HATIENNE


L'UNIVERSIT, GARDIENNE DU DRAPEAU


Spectacle mouvant Nous avons vu mardi, 18 mai,
dfiler et manoeuvrer, devant les tribunes du Champ de
Mars et en presence du Prsident de la Rpublique, les
3,000 adolescents de nos coles que dirigeaient avec une
souple matrise les instructeurs Bloncourt, Lubonis et
Henriquez. Et nous avons rendu grces au ministry de
l'Instruction Publique, M. Dumarsais Estim, d'avoir
restitu la Fte de l'Universit et du Drapeau sa haute
signification symbolique des premires arnes et d'avoir,
par la place important qu'il a donne dans ces mani-
festations patriotiques aux exercises sportifs, montr de
faon en quelque sorte tangible le triple objet de l'en-
seignement national : culture physique, formation in-
tellectuelle, education morale et civique.
Pourquoi ne dirais-je pas mon motion personnelle
en voquant dans ma pense la premiere clbration de
la Fte de l'Universit, le 18 mai 1920 ? M. Lon La-
leau en fit dans Le Matin une relation touchante, et au-
cun de ceux qui y assistrent ne peut en avoir perdu le
souvenir. L'mouvante crmonie avait t clbre
Parisiana au milieu d'une foule frmissante d'coliers
et d'tudiants. Et ce fut un moment de ferveur intense
que celui o l'Archevque de Port-au-Prince, Mgr Co-
nan, faisant le geste de la croix, appela sur les drapeaux
des coles la bndiction divine. On entendit cette
minute solennelle passer au-dessus des ttes inclines
comme un bruissement d'ailes mystrieux : n'tait-ce
pas l'me de la patrie qui tait venue se poser sur l'ten-
dard bleu et rouge de l'Universit d'Hati ?
La loi du 18 octobre 1901 sur l'instruction publique
fait de l'Universit d'Hati un tre moral, existant au-









dessus des personnel relles qui la composent : matres,
inspecteurs, enfants et jeunes gens des coles. En crant
la fte de l'Universit, je voulus donner ses membres
le sentiment de l'troite solidarity qui les lie les uns aux
autres. En en fixant la clbration au 18 mai, date an-
niversaire de la creation du drapeau hatien, je voulus
montrer le rle de l'ECOLE dans la formation de la
conscience national et son action pour la conservation
de la patrie et le progrs social. Charge de former les
gnrations successives, d'assurer par consquent la per-
ptuit de la patrie hatienne et le maintien de ses ins-
titutions dmocratiques, l'Universit est bien la gar-
dienne du Drapeau, dans lequel se matrialise pour-
rait-on dire l'me national.
Qu'est-ce que l'Ecole ? C'est l'organisme qui, par
l'action qu'il exerce sur la jeunesse, permet la socit
de se perptuer en s'amliorant. Instruire et duquer
l'enfant l'enfant hatien c'est travailler son
adaptation la vie hatienne ; c'est le mettre en tat
d'utiliser ses aptitudes au mieux de l'intrt collectif
hatien ; c'est faire de lui un instrument de progrs in-
dividuel et de perfectionnement national.
Tout systme d'ducation pursuit un ensemble de
rsultats dtermins. Le but essential du ntre doit tre
la formation d'un type d'homme ou de femme physi-
quement vigoureux, d'intelligence claire, de cour droit,
de volont nergique, adapt au milieu hatien et capa-
ble, au besoin, de le dominer pour le modifier dans
le sens du mieux moral, intellectual et conomique de
la nation.
L'organisation de notre enseignement public r-
pond-elle cette conception ?

LE SYSTME HATIEN
D'DUCATION NATIONAL
Dans une lettre l'Acadmie Sudoise qui venait de
lui dcerner le prix Nobel de littrature, Henri Bergson
flicitait ce pays de haute intellectualit qu'est la







/J

Sude d'avoir donn tant d'attention aux questions
morales, d'avoir senti que toutes les autres en dpen-
daient et d'avoir t le premier comprendre que le pro-
blme politique par excellence est le problme de l'du-
cation.
On peut sans doute reprocher Hati de n'avoir pas
pu ou su donner jusqu' present une solution complete
et satisfaisante ce grave problme de l'ducation. Il
serait cependant suprmement injuste de ne pas recon-
natre qu'elle a, ds le dbut de sa vie indpendante,
affirm, comme un principle fundamental de son organi-
sation politique, l'obligation pour l'Etat de rpandre
l'instruction parmi le people et d'tablir cette fin un
systme d'ducation national.
La constitution de 1807 de Christophe prvoyait
qu'il serait tabli une cole central dans chaque di-
vision territorial et des coles particulires dans cha-
que arrondissement et que les traitements des pro-
fesseurs, ainsi que la police de l'cole seraient rgls
par une loi spciale . On sait que le Roi fit venir,
pour diriger quelques-unes de ses coles, des pasteurs
anglicans d'une grande reputation littraire et des ins-
titutrices trangres pour l'ducation de ses filles.
La constitution de 1816 de Ption proclama la gra-
tuit de l'enseignement primaire dans son article 36 :
Il sera cr et organis une instruction publique, com-
< mune tous les citoyens, gratuite l'gard des par-
ries d'enseignement indispensables pour tous les hom-
< mes, et don't les tablissements seront distribus gra-
duellement dans un rapport combin avec la division
territorial de la Rpublique . C'est l'ducation que
le President Ption accord sa plus grande attention. Il
tait presque seul penser, au milieu de ses conseillers
habituels, que l'instruction populaire devait tre le point
essential de tout programme de gouvernement dans une
dmocratie vritable. Il tait en cette matire fortement
imprgn des ides de Condorcet. Il aimait rpter que
l'instruction lve l'homme la dignit de son tre .
Et comme, suivant le mot de Descartes, toute notre









dignit est dans la pense , il croyait que chaque cra-
ture humaine, par consquent chaque Hatien, a droit
la culture intellectuelle ce qui impliquait pour lui
l'instruction universelle. Il estimait d'autant plus nces-
saire parmi le people hatien cette diffusion de la cultu-
re que les esclavagistes continuaient encore prtendre
- comme les racistes d'aujourd'hui que les ngres
ou descendants de ngres sont incapables de tout dve-
loppement mental. C'est pourquoi Ption se montra
si proccup de crer l'enseignement secondaire qui m-
ne aux tudes suprieures indispensables pour la cons-
titution d'une lite intellectuelle formant l'tat-major
de la socit hatienne. Il fonda le lyce de Port-au-
Prince et une cole secondaire pour les filles.
L'enseignement tant ds lors considr comme l'un
des grands services de l'Etat, la constitution de 1843
lui donna une organisation autonome par la creation
d'un dpartement ministriel de l'Instruction Publique,
don't les attributions furent dtermines par la loi du 7
juin 1844. La constitution de 1843 disait, en son arti-
cle 31, que chaque commune devrait avoir des coles
primaires de l'un et de l'autre sexe, gratuites et com-
munes tous les citoyens , et qu'il y aurait dans les
villes principles des coles suprieures o seront en-
seigns les lments des sciences, des belles-lettres et
'< des beaux-arts .
La Constitution de 1867 va plus loin. Son article
29 mrite d'tre cit intgralement : L'enseignement
est libre. La libert d'enseigner s'exerce selon les con-
,, editions de capacity et de morality dtermines par la
loi et sous la haute surveillance de l'Etat. Cette sur-
veillance s'tend sur tous les tablissements d'duca-
tion et d'enseignement, sans aucune distinction. Cha-
que commune a des coles primaires de l'un et de l'a-
tre sexe, gratuites et communes tous les citoyens.
Ces coles sont distributes graduellement raison de
la population. Il sera galement cr par l'Etat, au
centre des sections rurales, des coles primaires agrico-
les dans l'intrt de la propagation de l'instruction









dans les masses. Les villes principles ont, en outre,
des coles suprieures ou secondaires o sont enseigns
les lments des sciences, des belles-lettres et des beaux-
arts. Les langues usites dans le pays (l'anglais et l'es-
pagnol) sont enseignes dans ces coles. Des coles
professionnelles seront institutes aux mmes lieux que
les coles suprieures ou secondaires .
Un principle nouveau fut introduit dans la constitu-
tion de 1874 qui, dans son article 33, dclara l'ins-
truction primaire gratuite et obligatoire . Hati devan-
ait ainsi la France o l'obligation de l'enseignement
primaire n'est devenue effective que par la loi Ferry du
28 mars 1882. La constitution de 1874 prcisa qu'une
cole d'arts-et-mtiers serait cre dans chaque chef-lieu
de dpartement.
La constitution de 1879 tablit, sur une base plus
large et plus librale, le systme national d'ducation
en consacrant la gratuit tous les degrs dj ap-
plique en fait. Voici son article 30 : L'enseignement
est libre. L'instruction publique est gratuite tous les
degrs. L'instruction primaire est gratuite et obliga-
toire. Chaque commune a ses coles de l'un ou de
l'autre sexe, gratuites et communes tous les citoyens.
Il sera cr, au centre des sections rurales, des coles
primaires agricoles. Les villes principles ont en outre
des coles primaires, des coles primaires suprieures,
des coles secondaires ou lyces. Des coles normales
primaires seront fondes pour former les instituteurs
primaires et des coles normales suprieures seront
cres pour former le personnel de l'enseignement se-
condaire des lyces. Les coles professionnelles seront
institutes aux mmes lieux que les coles primaires su-
prieures ou les coles secondaires .
Cette constitution de 1879 comportait donc un plan
complete d'organisation de l'ducation national, bien
qu'elle ft reste muette au sujet de l'enseignement su-
prieur don't elle se content de proclamer la gratuit.
Ce plan comprenait : enseignement primaire et primaire
suprieur, enseignement secondaire, enseignement nor-







70

mal primaire et normal suprieur, enseignement profes-
sionnel agricole et industrial.
La constitution de 1889 et celles qui suivirent ont
consacr les mmes principles : libert de l'enseignement,
gratuit et obligation de l'instruction primaire, gratuite
tous les degrs, que de nombreuses lois sur l'ins-
truction publique sont venues dvelopper au course des
annes.

L'CUVRE ACCOMPLICE

Je n'aurai garde de prtendre que cette organisation
de l'enseignement public hatien soit parfaite. Je recon-
nais volontiers que les efforts faits par certain gou-
vernements pour tablir un systme rationnel d'duca-
tion national ont t intermittent et trop souvent con-
traris par les luttes politiques, la corruption, l'incurie
ou la routine administrative. Mais je considre comme
de la plus noire ingratitutde que, faisant chorus avec
des trangers mal informs de notre histoire, des Ha-
tiens, qui ont eux-mmes profit des efforts accomplish
par leurs devanciers, viennent condamner toute l'oeuvre
des gnrations prcdentes, ou simplement proclamer
qu'elles n'ont absolument rien ralis pour le progrs
du people. Ils oublient que nous sommes parties de zro
et qu'il nous a fallu, dans ce domaine de l'ducation,
btir sur table rase, les colons de Saint-Domingue
n'ayant tabli aucun systme scolaire.
Que les mthodes d'ducation employes pour la for-
mation de l'lite intellectuelle d'Hati n'aient pas tou-
jours t heureusement adaptes aux besoins moraux et
conomiques du people hatien, je l'admets d'autant
plus aisment que j'ai personnellement critiqu ces m-
thodes et essay de les rformer. Mais cette lite -
malgr les fautes et les trahisons d'un trop grand nom-
bre de ses membres, -- a rendu service au pays : c'est
elle que sont dues les transformations d'ordre intel-
lectuel, religieux et social qui se sont produites dans les
conditions de la vie en Hati de 1804 nos jours.







I //

L'lite intellectuelle est peu nombreuse, compare
la masse de la population, compose de paysans, pro-
ducteurs et matres de leurs terres, de commerants, d'in-
dustriels, d'artisans et d'ouvriers. Mais, grce au prin-
cipe dmocratique de la gratuit, elle grossit chaque
jour des apports qui lui viennent des masses populai-
res. Les manuels forment la grande majority du peu-
ple hatien. Ce sont eux qui ont bti nos villes, cons-
truit nos maisons, fabriqu nos meubles, cultiv nos
champs. Nos artisans, petits industries, petits com-
merants ou boutiquiers constituent une classes moyenne
fort important. Quelques-uns sont tonnamment ha-
biles. A un trop grand nombre manque l'instruction
technique. C'est pourquoi les Hatiens pensrent, ds
la proclamation de l'indpendance, crer, nous l'avons
vu, un systme scolaire o l'enseignement professionnel
devait avoir une place prpondrante. La constitution
de 1805 celle de Dessalines prescrivait que cha-
que citoyen devait possder un art mcanique , c'est-
-dire un mtier. La coutume voulait autrefois que
chaque fils de famille et une profession manuelle: l'un
de nos grands potes, Oswald Durand, tait ferblantier.
Il y eut plusieurs tentatives, au course de notre his-
toire, pour organiser un enseignement professionnel
industrial de mme qu'un enseignement agricole s-
rieux. Mais elles ne russirent pas, souvent par manque
d'argent et de matres entrans : plus frquemment la
hideuse politique les empcha d'aboutir. Egalement par
manque d'argent, de matres bien prpars, de bonnes
routes dans l'intrieur du pays, il n'a pas t possible
pendant longtemps d'organiser l'enseignement primaire
rural d'une faon convenable. Aussi le taux d'analpha-
btisme est-il dplorablement lev parmi nos masses
populaires et paysannes. C'est le grand mal qu'il nous
faut combattre et que le gouvernement actuel a pris
charge d'extirper par un systme d'ducation rurale.
Mais analphabtisme n'est pas synonyme de barbarie.
C'est la remarque que faisait rcemment M. Franois
Mauriac au retour d'un voyage au Portugal o, suivant







78

quelques auteurs, le pourcentage d'illettrs atteindrait
80, peu prs celui d'Hati. Si ce renseignement est
exact, disait l'illustre crivain, il prouverait que la
barbarie d'un people ne se measure pas au nombre de
ses illettrs .
Une blanche amricaine, Mme Helen Hill Weed -
beaucoup plus quitable envers Hati que grand nom-
bre d'Hatiens crit : Gratuit de l'instruction pu-
, blique et culture pour tous ceux qui sont capable de
la recevoir, tel fut l'idal des Hatiens pendant plus
d'un sicle. Les longues annes de pauvret qui rsul-
trent du paiement de la lourde indemnit franaise
de 60 millions de francs et les troubles civils qui fu-
rent la consequence de l'volution politique du pays
empchrent Hati de raliser cet idal. Cependant il
s'y est constitu un systme d'ducation publique qui
s'est dvelopp par les subventions accordes par le
gouvernement aux missions catholiques et protestan-
tes. Des lyces, colleges et coles professionnelles
avaient t cres depuis de nombreuses annes avant
'Occupation amricaine de 1915, et ont amen le
people hatien un degr d'instruction suprieur
< celui de maints Etats de l'Amrique Centrale et de
l'Europe. Une lite, possdant la plus haute culture
que la civilisation moderne puisse permettre d'acqu-
rir, reprsente 5% de la population, et de large grou-
pes d'artisans, de boutiquiers, d'ouvriers habiles et de
mcaniciens, pourvus d'une instruction lmentaire,
forment une classes moyenne nombreuse. Les
paysans , gnralement considrs comme illettrs,
ont cependant des rudiments d'ducation acquis par
leurs contacts continues avec les groups urbains dans
les marchs ou dans le service domestique, aussi bien
que dans les pauvres coles de champagne. Probable-
ment 10% de la masse paysanne et 40% de la popula-
tion des villes avaient reu une certain instruction
avant l'intervention des Etats-Unis .









HATI, LITE DANS L'HUMANIT

Dans l'oeuvre de l'ducation national, don't les bases
ont t poses par nos devanciers et que le ministre de
l'Instruction Publique pursuit en ce moment avec une
louable activity, la function de direction appartient au
gouvernement : c'est lui qui, s'inspirant des besoins es-
sentiels de la nation hatienne, doit donner l'orienta-
tion gnrale.
Quels sont ces besoins ? Ce sont ceux que la vie mo-
derne impose toute communaut civilise. Nanmoins,
ces besoins prennent pour Hati certaines formes parti-
culires, strictement nationals, drivant : 10 de la cons-
titution propre de la socit hatienne;
20 de ses origins ethniques ;
30 de sa formation politique;
40 de ses traditions religieuses et culturelles ;
50 des conditions matrielles d'existence dues au
climate, la configuration physique du pays et la com-
position de ses terrains gologiques ;
60 des relations politiques, conomiques, intellec-
tuelles que notre petite rpublique, place au centre des
Amriques, au confluent de trois grandes civilisations
humaines, est oblige d'entretenir avec le monde entier,
et plus particulirement avec les peuples du continent
amricain.
Hati ne peut s'isoler du reste de l'univers, ni se cons-
tituer en autarcie conomique ou spirituelle. Elle fait
parties de la communaut international et de cette autre
patrie suprieure qui s'appelle la chrtient. Sa grande
ambition doit tre en s'organisant en une socit pai-
sible, ordonne, heureuse d'lever son people tout
entier un tat moral, spiritual et matriel tel qu'il fas-
se de lui une lite dans l'humanit.















VAUDOU ET CIVILISATION Cik,TIENNE


NOS ANCTRES,
PARTISANS DE LA CIVILISATION
CHRTIENNE

Il y a dans notre histoire une scne d'une grandeur
cornlienne. Toussaint-Louverture avait envoy en
France, au Collge de la Marche, Isaac et Placide, le pre-
mier son fils lgitime, le second son fils adoptif, n de sa
femme Suzanne Simon et d'un blanc. Pour essayer de le
flchir dans sa supreme decision de rsister l'arme du
gnral Leclerc, Bonaparte lui dlgua ses deux fils sous
la conduit de leur prcepteur. l'Abb de Coisnon.
Quand ils eurent t mis en presence, le gouverneur de
Saint-Domingue resta inflexible. Il laissa ces deux
jeunes hommes le choix de prendre parti pour lui ou
pour la France. Isaac, chair de sa chair, sang de son
sang, se dcida pour la France, en s'criant : Je ne puis
combattre celle qui m'a fait un homme en me confrant
la dignit de la pense . Placide, fils de blanc, se jeta
dans les bras de Toussaint en disant : Je ne peux
abandonner celui qui m'a fait un homme en me don-
nant la libert . Et le vieux ngre, qui s'tait lev par
la seule force de sa pense solitaire jusqu'au sommet de
la grandeur humaine, les embrassa tous les deux et les
loua d'avoir suivi, l'un l'impulsion de son esprit, l'au-
tre celle de son cour. Les Hatiens d'aujourd'hui ne se
trouvent pas dans une alternative aussi cruelle : rien ne
les met en demeure de choisir entire leur cur et leur es-
prit, c'est--dire entire leur attachment la patrie ha-
tienne et leur fidlit la culture franaise.
Avons-nous raison d'ailleurs de parler de culture
franaise ? N'est-ce pas culture humaine qu'il faut dire,


HAITI









ou mieux encore, civilisation chrtienne ? Mais voici que
des Hatiens prtendent repousser cette civilisation chr-
tienne comme trangre la nation hatienne, parce que
leur doctrine racist n'entend reconnatre dans tout ce
qui confre l'individu la quality de l'homme civili-
se c'est--dire en premier lieu dans la religion, la
morale, les sciences et les arts. enfin dans l'organisa-
tion de la socit, de l'Etat et de l'conomie que
les rsultats qui dcoulent naturellement de la race
laquelle il appartient .
Je ne discuterai pas ici cette doctrine qui est la nga-
tion de tout changement ou transformation dans l'hu-
manit. par consquent de toute education, puisque celle-
ci suppose un idal conu de civilisation morale et
matrielle vers lequel on essaie d'entraner tout un peu-
ple en vue de sa perfection et de son bonheur. Ceux qui
peuvent trouver got pareille discussion liront avec
profit un remarquable expos de la question fait par
l'ethnologue M. Beck dans la revue Races et Racisme
(No 5, 1935, Paris) sous ce titre significatif : L'ind-
pendance de la culture l'gard de la race. Retenons
cette forte conclusion de l'auteur :
Les grands crateurs de la culture national ont
toujours t adversaires rsolus d'une autarcie cultu-
< relle. Ils ont toujours eu l'esprit tourn vers les va-
leurs culturelles des peuples trangers. Ils ont criti-
qu implacablement les cts faibles de leur propre
people et combattu toute divinisation national. Par
contre, ceux qui prchent consciemment le repli dans
ce cadre national, qui ont voulu tout prix crer des
ouvres nationals, n'ont jamais pu produire autre
chose que des euvres imparfaites, des pastiches, de p-
les essais d'pigones semblables aux uvres des autres
peuples, cres dans les mmes conditions. L'euvre
intellectuelle, si imprgne de caractre national soit-
elle, est toujours due un libre effort d'un esprit
cherchant crer des normes absolues. II est complte-
ment erron d'affirmer que la culture reprsente un
produit de la race conditionne par la nature du sang.









Ce qui est fait dans des conditions de contrainte n'est
jamais l'expression de l'esprit et de la culture vrita-
ble, mais l'expression de l'instinct, contraire l'es-
prit . Le Franais Molire, l'Espagnol Cervants,
l'Anglais Sakespeare, l'Italien Dante, l'Allemand Goe-
the, sont d'autant plus grands qu'ils sont plus univer-
sels : ils appartiennent l'humanit.
C'est dans ce domaine exclusif de l'instinct que cer-
tains voudraient cependant circonscrire tout l'effort in-
tellectuel ou artistique de l'Hatien. Ceci est hatien ou
cela n'est pas hatien , dcident souverainement quel-
ques personnel qui ainsi que je l'crivais en 1929 -
se sont, de leur propre autorit, proclames papas ,
-parlant au nom du people, prononant des arrts,
condamnant et excluant de la rpublique ceux qui osent
penser autrement qu'elles en matire politique, philo-
sophique, religieuse, littraire, historique, financire, ar-
tistique, juridique ou mme mondaine . Et l'on ne se
gne pas pour dcrter tratres la patrie ou la race-
pour certaines gens c'est la mme chose les Hatiens
qui veulent, par l'ducation, dbarrasser nos masses po-
pulaires et paysannes des traditions, superstitions et pr-
jugs qui les retiennent asservies l'ignorance et la
misre.
Que cette education fasse disparatre de la vie ha-
tienne certain dtails pittoresques ou des coutumes
qu'on peut trouver originales, c'est videmment regret-
table pour les amateurs de couleur locale, mais nous
n'y pouvons rien : les conditions morales et matriel-
les de notre pays ont change. Ce serait draison pure de
vouloir garder nos populations -- quand chaque jour
passent sur leurs ttes les avions de la Pan-American
Airways dans l'tat primitif o vivaient au XVIIe .
sicle leurs anctres du Congo ou du royaume des Ara-
das. Et il est vraiment trange que de jeunes esthtes,
vtus la dernire mode de Paris, ou costumes comme les
danseurs de tape des night-clubs de Harlem, croient
pouvoir imposer leurs compatriotes, crivains, avocats,
professeurs, mdecins, ingnieurs, industries, la men-







Or

talit ou la religion des tribus ftichistes de l'Afrique
Equatoriale. Ce nationalism cultural n'est point du
reste dans la tradition des fondateurs de l'indpendance
hatienne : seuls restent vraiment fidles leur enseigne-
ment ceux des Hatiens qui s'attachent la civilisation
chrtienne et qui y cherchent la vritable voie de salut
et de progrs pour le people d'Hati.
Toussaint-Louverture fut en mme temps qu'un fer-
vent catholique un farouche adversaire du Vaudou, et
son lieutenant Dessalines excuta souvent, d'une mani-
re cruelle, les ordres du gouverneur contre les sectateurs
des. cultes africains. Dessalines lui-mme, qui ses souf-
frances d'esclave avaient inspir la haine implacable des
colons, ne dtestait ni la science franaise, ni la religion
chrtienne : il fit excepter du massacre gnral les sa-
vants, les mdecins, les prtres. Il reprsente quelque
tonnant que cela puisse paratre quelques-uns la
tendance progressiste de nos Anctres, l'oppos des
chefs de bande, Lamour-Drance, en particulier, qui, lui,
reprsentait la pure tradition africaine. Plong dans
de grossires erreurs, dit I'historien Madiou, Lamour-
Drance ajoutait foi aux sortilges, aux prophties
des papas ou prtres du ftichisme africain qui
composaient son conseil. Son systme tait celui de la
barbarie. Ses gens. diviss par tribus, n'taient pas or-
ganiss en troupes rgulires. Quand il marchait au
combat, il tait prcd de bandes de Congos, d'Ara-
das, d'Ibos, de Nabos, de Mandingues, de Haoussas,
qui se prcipitaient contre les bataillons franais avec
une prodigieuse intrpidit, en criant que les boulets
n'taient que poussire. Mais ce courage qu'exaltaient
les superstitions venait se briser contre les remparts de
< fer et de feu des carrs europens. Lamour-Drance ne
e combattait pas pour fonder un Etat indpendant : il
voulait continue l'existence nomade qu'il menait
< depuis le commencement de la revolution .
Jean-Jacques Dessalines et ses compagnons Chris-
tophe, Ption, Geffrard, Capois, Clerveaux emprun-
trent aux Europens, pour les vaincre, leur science de la









guerre. Que firent-ils quand ils eurent proclam l'ind-
pendance ? Jurrent-ils de renoncer la civilisation
franaise, en mme temps qu'ils se dtachaient politi-
quement de la France ? Brlrent-ils les glises catholi-
ques ou les consacrrent-ils aux cultes africains, qu'ils
connaissaient et pouvaient-mieux que nous-juger
leur vritable valeur ? Dessalines n'abandonna mme
pas son nom franais, et c'est sous celui de Jacques ler
qu'il se fit acclamer empereur. Toutes les localits gar-
drent leurs appellations franaises. Personne ne fut
assez tmraire pour envahir les chapelles et y clbrer
des crmonies vaudouesques en dansant le yanvalou ou
le pthro.
Dans sa constitution de 1801, Toussaint-Louvertu-
re avait dj dclar que la religion catholique, apos-
tolique et romaine est la seule publiquement professe
dans l'le. La constitution rpublicaine de 1806 dcrta
que la religion catholique, apostolique et romaine,
tant celle de la majority de tous les Hatiens, est la
religion de l'Etat . La constitution de Christophe de
1807 dit formellement que la religion catholique,
apostolique et romaine est seule reconnue par le gouver-
nement. L'exercice des autres est tolr, mais non pu-
bliquement .
Ce serait un sacrilge de taxer d'imposture Tous-
saint-Louverture, Christophe et Ption. L'histoire ne
rvle aucun fait, ma connaissance, qui puisse faire
douter de leur sincrit. Le Roi du Nord fit construire
pour son logement, non une case-obus la manire
des Monogous du Logone, mais, l'instar de Louis
XIV, un palais somptueux, avec une chapelle royale
que le Prsident Vincent a heureusement restaure ; et
le munificent monarque appela des Anglicans pour di-
riger ses coles, tandis que Ption, dans l'Ouest, ac-
cueillait les Wesleyens. Ni l'un, ni l'autre ngre et
multre ne pensrent lever des autels aux dieux
d'Afrique, ou instaurer une culture bantoue ou con-
golaise conue comme la mieux adapte la mentality
de la jeune nation. Ils savaient que, pour mriter de









garder sa place au milieu des nations civilises, Hati
devait tre chrtienne. Elle est la terre d'Amrique o
la premiere messe catholique a t clbre, donc la
fille ane de l'Eglise dans le Nouveau-Monde. Aussi le
President Fabre Geffrard, descendant de l'un des plus
illustres hros de l'indpendance, tait-il dans la vraie
tradition de notre pays quand il couronna l'oeuvre reli-
gieuse de nos anctres en signant le Concordat de 1860
pour l'organisation de l'Eglise Catholique d'Hati -
province ecclsiastique de Rome.

QU'EST-CE QUE LE VAUDOU ?

M. Octave Homberg crivait en 1928 dans un re-
marquable article de la Reoue des Deux Mondes : Nos
anctres grecs et remains ont t animistes comme le
sont aujourd'hui les Noirs du Niger et du Congo.
Entre les chnes de Dodone et les bois sacrs d'Afri-
que, il n'y a aucune difference essentielle, non plus
qu'entre les devins, les augures et les griots . Ce n'est
pas de cette faon philosophique que la plupart des au-
teurs europens ou amricains ont parl du Vaudou -
survivance parmi le people hatien de l'animisme afri-
cain. Incapables de dgager de sa gangue superstitieuse
et ftichiste l'ide religieuse qui est au fond de ce culte
ou de ces cultes, car il en comporte plusieurs, ils se sont
attachs la parties purement magique ou dmonologi-
que du Vaudou quelques-uns allant mme jusqu'
lui donner comme fondement l'anthropophagie et ne
craignant pas d'accuser le people entier de cannibalis-
me.
Qu'est-ce en ralit que le Vaudou ? Le docteur Louis
Mars en donne cette definition dans une intressante
communication Syndrome maniaque et Croyan-
ces Vaudouiques publie dans le Bulletin du Ser-
vice d'Hygine de mars 1938 : le vaudou est une
religion primitive qui se pratique dans les temples
difis cette fin appels houmforts . Des recher-
ches spcialises un J. C. Dorsainvil (Vdou et







/

Nvrose), un Price-Mars (Ainsi parla l'Oncle), un
Herskovitz (Life in a Haitian Valley) en ont
fait ressortir le caractre purement religieux, dnu de
tout ce cannibalisme que lui imputent l'ignorance de
tous les premiers crivains blancs, une certain press
malveillante et la complaisance candide de l'Hatien
lui-mme. Le rituel coutumier exige le sacrifice de vo-
laille et de quadrupdes en offrande aux dieux divers
de l'Olympe. La danse est de rgle comme pour bien
des religions. Il s'y ajoute des crises de possession qui
panachent l'intrt de telles runions. Ces crises de
possession s'explicitent en phnomnes de dissociation
mental : l'individu est possd de son dieu, change
de voix, modified son accoutrement et parole de lui la
troisime personnel .
Un fait historique a donn prtexte l'accusation de
cannibalisme porte contre nous et continue tre rap-
pel avec complaisance. En 1859, huit personnel furent
accuses d'avoir vol un enfant et de l'avoir tu et en-
suite mang. Condamnes mort par le Tribunal Cri-
minel de Port-au-Prince, elles furent toutes excutes,
bien qu'il se trouvt des femmes parmi elles. Malgr
cette repression brutale, le fait, rapport avec un grand
luxe de dtails par sir Spencer St John dans son livre
antipathique The black Republic , est voqu dans
tous les rcits des prtendues scnes d'orgie et de mas-
sacre don't le culte vaudouique serait l'occasion. Plus
rcemment, en 1934, le capitaine John H. Craige a
voulu exploiter le mme filon dans un livre miserable
Cannibal Cousins , dans lequel il fait de moi le cou-
sin d'un prtendu cannibale, le nomm Cadus Belle-
garde qui, selon lui, aurait t fusill par les marines
Mirebalais pendant l'Occupation amricaine. Or ce
Bellegarde n'tait point cannibale et n'a jamais t fu-
sill, ayant pu s'chapper temps des mains de ses gar-
diens.
En juin 1924, un paysan du Hanovre fut convaincu
d'avoir tu et mang six enfants ; personnel n'accusa de
cannibalisme les Hanovriens. En 1927, vingt-six per-







88

sonnes, hommes et femmes. furent arrtes dans la Tch-
coslovaquie orientale pour avoir tu, dpec et mang
cinq individus, don't elles firent une goulach app-
tissante. prtendaient-elles avec riz au paprika et
pommes de terre : ce ne fut certainement pas le motif
invoqu par l'Allemagne hitlrienne pour s'emparer de
la Moravie et de la Bohme. Et cependant, l'amiral
Knapp ne craignit pas, dans un rapport official de 1919,
d'accuser tous les Hatiens de pratiquer le Vaudou et
d'tre plus ou moins anthropophages, afin de trouver
un semblant de justification aux faits qui avaient pro-
voqu l'enqute Mayo.
Si l'accusation de cannibalisme est implement gra-
tuite et mchante, nous ne devons pas oublier que la
pratique du Vaudou et les superstitions qu'elle entrane
constituent une tare qu'il faut faire disparatre. Le doc-
teur Louis Mars dit bien que le vaudou est une reli-
gion primitive , l'une de celles par consquent que les
sociologues attribuent aux non-civiliss . Serait-ce
donc l'idal hatien de garder notre people dans cet tat
de non-civilisation et de faire de notre pays la
wild Hati que certain prospectus de companies de
navigation prsentent aux tourists ? Et ne faut-il pas
opposer cette Hati superstitieuse notre vraie Hati
chrtienne, avec ses glises et ses chapelles, toujours
pleines le dimanche, dans les villes et les campagnes,
de fidles fervents, avec ses coles trop peu nombreuses
encore pour recevoir la foule innombrable d'enfants de
toutes les classes sociales qui se present, avides de s'ins-
truire, leurs portes, avec ses hpitaux, hospices et dis-
pensaires, avec ses uvres d'assistance social, o nos
masses populaires apprennent se dbarrasser de leurs
maux physiques et, aussi, de cette mentality mysti-
que , qui les asservit la domination malfique des
houngans, bocors, magiciens et sorciers de toutes sor-
tes ?
De bons aptres viennent des Etats-Unis ou d'ail-
leurs nous recommander de garder nos traditions.
murs et cultes africains et de couper tous les points









avec la civilisation chrtienne afin qu'Hati conserve son
originalit : ils veulent que notre pays forme en Am-
rique un blackspot don't la proximity les dispense de
faire les frais d'un long voyage en Afrique pour tudier
les arts et coutumes des non civiliss . Et lorsque,
avec la candide complaisance des Hatiens , comme
dit Louis Mars, ils ont visit quelques houmforts et
recueilli quelques lgendes sur les zombis, et les loups-
garous, ils inondent le march amricain d'un flot de
lack books sur Hati qui font la joie du public cr-
dule des Etats-Unis, prt avaler les histoires les plus
invraisemblables de la prtendue sauvagerie hatienne.
Et contre cette avalanche ne peuvent rien les efforts d'un
Price-Mars, d'un J. C. Dorsainvil, ni mme d'un Hers-
kovitz, parce que leurs uvres sont trop srieuses pour
plaire aux esprits lgers qui constituent la clientle des
Wirkus, Seabrook. Loederer, Craige et compagnie.
Maintenant, ce sont les crivains noirs amricains -
miss Hurston, Arna Bontemps qui, ne trouvant pas
chez eux, parmi leurs douze millions de congnres de
culture anglo-saxonne et de civilisation chrtienne, les
lments de la culture bantoue , viennent les tudier
en Hati.
M. Benjamin Vincent, consul gnral d'Haiti New
York, dans un recent discours l'Association Pana-
mricaine de cette ville, a montr son irritation au su-
jet des livres qui paraissent aux Etats-Unis et qui, si
souvent, prsentent notre pays sous un jour absolument
faux. J'ai connu cette colre. Et toujours j'ai lev la
voix l'tranger pour montrer Hati comme un pays
civilis et chrtien. Et cause de cela, j'ai t accuse par
quelques tranges Hatiens de n'tre pas Hatien !















MENTALITY MYSTIQUE ET SUPERSTITIONS

UNE VISITEUSE ANGLAISE

Vers la fin de l'anne 1923, une dame anglaise, lady
Dorothy Mills, faisait annoncer dans les journaux de
Londres qu'elle se prparait entreprendre un voyage
des plus aventureux. Ayant parcouru l'Afrique dans
tous les sens sur les traces de Livingstone et de Stanley,
elle se disposait aller tudier dans leurs repairs loin-
tains les cannibales d'Hati, gardens des pures tradi-
tions africaines. Et, pour dfendre sa peau contre ces
ngres hatiens qu'elle imaginait friends de chair fra-
che, elle emportait disait-elle avec crnerie un
browning dans son sac main.
La hardie voyageuse dbarqua Port-au-Prince par
un beau matin de dcembre et fut trs tonne de
n'avoir pas se servir de son arme. Tout le monde
avait lu son interview et s'en tait fort amus. Comme
on la savait d'excellente famille britannique. on invita
avec empressement lady Dorothy aux grands bals de la
saison, au Cercle Bellevue et au Club Port-au-Prin-
cien : elle y dansa infatigablement. Un soir, au course
d'un tango entranant, son cavalier lui glissa dans
l'oreille :
Madame, avez-vous pens vous munir de votre
petit revolver? J'ai des inquitudes... Je vois tant d'hom-
mes vous dvorer... des yeux.
Lady Mills rit de bon cour de cet avertissement et
ne sembla nullement s'mouvoir du danger qu'elle pou-
vait courir au milieu de ces hommes en habit noir et en
cravate blanche, galants et empresss, qui ne lui parais-
saient gure diffrents, au point de vue des manires et
de l'ducation, des mondains qu'elle avait rencontrs
dans les salons londoniens ou parisiens.







y /Z

Rentre en Angleterre, lady Mills raconta avec hu-
mour dans un grand journal de Londres son aventu-
re... manque. On lui avait prsent Hati comme le
pays de la magie et dcrit son people comme une nation
de possds , en tat permanent de crise pileptifor-
me. Aussi s'tait-elle attendue trouver chaque coin
de rue de nos villes, dans chaque village de nos planes,
dans chaque habitation de nos montagnes, des grou-
pes perdus de danseurs de Saint-Guy ; dans chaque
hutte, d'horribles mgres lippues faisant cuire, sur un
gril grossier, des cours d'enfants ou des cuissots de
nourrissons vols leurs parents : dans chaque jardin
de nos campagnes, des quipes silencieuses de travail-
leurs, zombis , viens-viens , "corps sans-me".
sarclant, bchant, peinant sous les ordres de quelque
commander farouche. Comme elle se dsolait de quit-
ter Hati sans avoir rien vu de ce qu'elle y tait venue
chercher, des amis complaisants voulurent donner
lady Mills le spectacle d'une danse de Vaudou. Et ce
qu'elle vit lui parut assez banal et inoffensif: elle avait
assist, en Afrique, des crmonies plus pittoresques,
et surtout, plus exciting L'impression qu'elle gar-
da de cette prise de contact avec le vaudou hatien fut
que ce culte a perdu la plupart de ses caractres origi-
naux et qu'il est devenu pour la grande majority des
fidles, un jeu , un divertissement o nos tra-
vailleurs vont chercher, chaque samedi, aprs le dur la-
beur de la semaine, cette dtente si ncessaire au corps
et l'me.
DANSE DU VAUDOU ET NVROSES
Dans le language populaire, pratiquer le vaudou
est synonyme de danger le vaudou . Or, voici com-
ment le docteur Lon Audain dcrit cette danse du vau-
dou : A certaines poques de l'anne, on immole des
boucs. des moutons, des poulets et des pintades....
pour les manger. On boit du tafia d'une manire d-
mesure. On danse au son du tambour, de la clochet-
te, du triangle et du cata, On se livre des tours de









prestidigitation assez remarquables . Ces festins sont
bruyants, et les convives manquent videmment de d-
cence dans leurs attitudes et d'atticisme dans leurs pro-
pos. Ils s'amusent comme ils peuvent, et il nous parat
vraiment excessif de les traiter de sauvages parce que
leur plaisir est de quality infrieure et choque nos dli-
catesses. Ces crmonies o se complaisent nos gens du
people et particulirement nos campagnards ne sont pas
nanmoins compltement inoffensives : leur danger
consiste, remarque L.on Audain, dans l'abrutissement
priodique et intense, dans l'excitation nerveuse des
servants, trop propre engendrer des nvroses telles
que l'hystrie et l'pilepsie, et, du fait mme de ces n-
vroses, certaines suggestions criminelles, plus rares cer-
tainement qu'on ne pense, mais cependant possibles .
Cette conclusion du docteur Audain est pleinement
confirme par les nombreuses observations recueillies
par le docteur Louis Mars, professeur de psychitrie sur
des cas de dlire paranoaque thme mystique greff
sur une psychose alcoolique.
Qu' ces divertissements gastronomiques se mlent des
pratiques superstitieuses, il n'y a personnel qui le nie.
Mais comment s'tonner que des paysans ignorants at-
tribuent des causes mystrieuses les vnements heu-
reux ou pnibles qui leur adviennent et don't ils ne
peuvent trouver en eux-mmes et par eux-mmes l'ex-
plication ? Ils ne jouissent d'ailleurs, en ce domaine,
d'aucun monopole. L'homme se sent enserr dans un tel
rseau de forces invisibles qu'il en vient trs vite, sous
toutes les latitudes, croire que des influences occultes
se font les artisans de son bonheur ou de ses malheurs.
C'est l une tendance universelle laquelle, malgr les
progrs de la science, l'humanit civilise n'chappe pas
entirement jusqu' present.
Du sentiment de frayeur que les premiers hommes
ont prouv devant le dchanement des grandes forces
destructrices de la nature est n ce que les ethnologues
appellent la mentality mystique c'est--dire cette
disposition intellectuelle qui consiste rapporter, soit
des causes absurdes, soit des interventions de forces







94 1

occultes, les phnomnes les plus simples, les intemp-
ries, les accidents, la naissance, la maladie et la mort,
la chance dans le travail, etc. Les ides des non-civili-
ss sur toutes choses , crit M. V. Larock, professeur
l'Ecole des Hautes-Etudes de Gand, sont d'origine
collective : le group, clan ou tribu, les communique
< et les impose ne v a r i e t a r ses membres. Ces ides
sont toujours plus ou moins pntres d'affectivit :
craintes, dsirs, amours et haine s'y mlent intime-
ment .
Cette mentality mystique a donn naissance la
magie, qui prtend, par des moyens bizarre, produire
des effects contraires aux lois naturelles. On ne s'ton-
nera pas que la magie se soit particulirement associe
aux croyances religieuses des Africains, et qu'elle ait
trouv un champ singulirement favorable parmi les
ngres imports St-Domingue : Moreau de St-Mry
constate mme que les sorciers taient nombreux dans
la colonies, parce que les roitelets de la cte d'Afrique,
qui en avaient grand'peur, les vendaient volontiers aux
trafiquants.
On ne saurait dire toutefois qu'il n'y a que supersti-
tions et magie dans le Vaudou hatien. Dans une au-
vre remarquable : Ainsi parla l'Oncle , le docteur Pri-
ce-Mars a tabli que le Vaudou comporte, dans sa
substance, les lments d'une religion primitive :
1 Tous ses adeptes croient l'existence d'tres
* spirituels qui vivent quelque part dans l'univers en
troite intimit avec les humans don't ils dominant
l'activit; ces tres invisibles constituent un Olympe
innombrable form de dieux don't les plus grands
portent le titre de papa ou grand-matre , et ont
droit des hommages particuliers.
20 Le culte dvolu ces dieux rclame un corps sa-
cerdotal hirarchis, une socit de fidles, des tem-
ples, des autels, des crmonies, et, enfin, toute une
tradition orale qui n'est certes pas parvenue jusqu'
nous sans altration, mais grce laquelle se transmet-
tent les parties essentielles de ce culte.









30 A travers le fatras des lgendes et la corruption
des fables, on peut dmler une thologie, un systme
de representations, grce auquel, primitivement, nos
anctres africains s'expliquaient les phnomnes natu-
rels
Un auteur hatien, Duverneau Trouillot, a fait, dans
une brochure aujourd'hui introuvable, la description de
l'Olympe vaudouique, avec ses Legba, Gud, Ogoun,
Dambala Oudo, etc. Quant aux superstitions, actes de
magie et de sorcellerie, qui sont l'accompagnement ordi-
naire du Vaudou, sans pourtant se confondre entire-
ment avec lui, Hannibal Price. dans son livre consid-
rable, De la Rhabilitation de la Race Noire par la R-
publique d'Hati, les rduit compltement nant : je
conseille mes lecteurs de lire les 170 pages qu'il con-
sacre cette matire, et ils apprendront ce que valent ces
pratiques que des auteurs trangers nous reprochent
comme une barbarie et que des Hatiens nous recom-
mandent de conserver comme un monument d'orgueil
national, ou mme racial. Son rcit de la visit d'un
houmfort nous fait pntrer dans le mystre du Vau-
dou, et ce mystre est une mystification.

MYTHES ET MYTHOLOGIES

Le Vaudou peut tre un objet d'tude pour les sa-
vants : il ne peut tre un objet de foi pour le people
hatien, qui a atteint, tout au moins dans quelques-
unes de ses fractions, un dveloppement mental qui ne
lui permet plus de croire, comme des vrits tablies,
au fatras des lgendes , aux fables enfantines, au
systme cosmogonique absurde crs par l'imagination
purile de ses anctres primitifs de l'Afrique de
mme qu'il serait impossible aux Franais d'aujour-
d'hui de retourner aux traditions druidiques de la Gaule
ancienne, bien que certaines coutumes et croyances
paennes persistent parmi des groups isols habitant la
France.
Les religions de l'Antiquit ont invent de beaux







70

mythes don't les potes, parce qu'ils y croyaient, se sont
inspires pour crire des pomes magnifiques, les sculp-
teurs et les architects pour crer des oeuvres admira-
bles. Je ne vois pas comment on peut reprocher Lu-
dovic Lamothe ou Etzer Vilaire de n'avoir pas su
chanter Legba ou Gud, en qui ils ne croient pas I
L'histoire nous offre des mythologies nombreuses:
gyptienne, assyro-babylonienne, iranienne, grecque,
romaine, celtique, germanique, amrindienne, toutes
formes des lgendes et inventions traditionnelles par
lesquelles l'homme a essay, au course des ges et dans
les divers pays, d'expliquer les phnomnes de la vie
et de la nature. Mais si ces lgendes et traditions diff-
rent par leur forme, elles ne different pas dans leur
essence, et l'on est tout tonn de retrouver les mmes
fables, les mmes inventions, les mmes croyances chez
des peuples bien loigns dans le temps et dans l'espace.
N'est-il pas extraordinaire, par example, de retrouver
dans la mythologie germanique quelques-uns des los
et saints du Vaudou sous la forme des esprits et g-
nies de la vieille Germanie : elfes, ondines, nains, ko-
bolds, trolls, etc. ? Et sait-on que la croyance populaire
aux loups-garous a son origine dans une tradition ger-
manique ? Les Germains croyaient en effet que, non
seulement les mes des morts pouvaient reprendre
l'occasion une forme corporelle, mais que l'me des vi-
vants tait elle-mme susceptible de se dsincarner pour
revtir une forme animal : ce second moi s'appelait
fylgia .

LE CHRISTIANISME HATIEN
ET SES ADVERSAIRES
L'erreur de nombreux auteurs trangers et de quel-
ques Hatiens est de croire que le Vaudou constitute une
religion exceptionnelle, propre aux Africains et leurs
descendants, un produit pur de la race noire don't celle-
ci ne pourrait jamais se dtacher et qui ne se rattache-
rait lui-mme aucun autre culte pratiqu dans l'hu-
manit. Les Hatiens seraient ainsi, cause de leur sang







SY/

africain, ternellement asservis au vaudou, religion pri-
mitive que les ethnographes rangent parmi cells qui
sont pratiques par les non-civiliss . Voit-on
quelle conclusion absurde nous entranerait ce racism
cultural ? Une seule race, une seule religion, une seule
culture : ce slogan nazi que les racistes hatiens veu-
lent reprendre leur compte--ne rsiste aucune discus-
sion srieuse. L'tude comparative des religions permet
de classer le culte vaudouique son rang dans la hirar-
chie des formes religieuses par lesquelles l'homme a es-
say, en tous temps et en tous lieux, de traduire son as-
piration vers la divinit, ou, plus primitivement, ses
craintes devant le problme de la destine et l'inconnu
de la mort.
Si des religions nombreuses se partagent mme au-
jourd'hui la faveur des hommes, il faut reconnatre
qu'il existe entire elles de profondes differences qui ne
permettent pas de les placer sur le mme plan moral.
L'lment ethnique est d'importance primordiale pour
dterminer la valeur d'une religion , crit Georges
Galloway, l'auteur de Religion and Modern Thought
et de Faith and Reason in Religion. Or, notre christia-
nisme se place tout au sommet de cette chelle des va-
leurs parce que, comme le dit fort justement M. Price-
SMars, il s'est lev d'emble une hauteur morale
qu'il serait pour le moins difficile de dpasser . C'est
cette hauteur morale que nous devons nous efforcer
d'amener notre people tout entier : y aura-t-il des Ha-
tiens assez mprisants de leur race pour se croire eux-
mmes incapables de s'lever jusqu' cette hauteur ?
La grande leon chrtienne est continue dans cette
parole du Christ, si simple dans sa sublimit : Ai-
mez-vous les uns les autres, car vous tes tous frres .
Egalit des hommes et des races, justice pour tous, fra-
ternit et charit, respect de la vie et du bien d'autrui,
monogamie, qui confre une dignit la femme et as-
sure la constitution de la famille, cellule social : voil
quelques-unes des conqutes prcieuses que le christia-
nisme a apportes au monde et qui seraient pour les


HAITI









peuples, s'ils pouvaient tous les possder, un incontes-
table progrs intellectual, moral et social. C'est parce
que l'Eglise a toujours prch l'amour entire les hom-
mes et l'galit entire les races (elle a admis parmi ses
bienheureux le ngre Martin, l'un des saints les plus
vnrs du Prou), c'est parce qu'elle se fait l'aptre
infatigable de la paix universelle qu'elle trouve ligus
contre elle tous les partisans des doctrines de haine et de
violence bases sur l'ingalit des races et la lutte des
classes.
Mais elle a une catgorie d'adversaires, peut-tre plus
dangereux : c'est la foule des Homais, demi-savants,
quarts ou diximes de savants, qui font profession de
libre-pense et qui, dans l'affirmation de leur incroyan-
ce, se montrent plus fanatiques que les pires sectaires.
Ces pauvres gens, n'ayant ni cherch savoir, ni es-
say de comprendre le secret de la vie et le sens de la
mort, prennent pour des axiomes clatants les formules
vides de sens que leur botisme voltairien rige en lois
absolues et ternelles. Ils ricanent devant la pit d'un
Pasteur ou d'un Foch. Pour ceux-l, le people hatien
n'a pas besoin de religion, ou il peut sans danger gar-
der ses pratiques magiques et superstitieuses.
Et il y a aussi ceux qui se disent de purs artistes.
- Qu'importe la vie des vagues humanits, pourvu
que le geste soit beau ? crivait ce cabotin de Lau-
rent Tailhade au lendemain de l'attentat d'un anar-
chiste. Qu'importe que la plus grande portion du peu-
ple hatien vive dans l'ignorance, dans la misre, dans
la polygamie, dans la maladie, pourvu qu'un pote,
un musicien, un peintre, un romancier, puisse tirer, de cet
affreux spectacle, un chef-d'euvre ? Un jour, la cam-
pagne, Baudelaire vit un cheval crev devant lequel il
passa vite en se bouchant le nez : de cette pourriture,
il fit un beau pome : La Charogne. Eh bien tant pis
si nous n'avons pas de Baudelaire ou de Goya pour
chanter ou peindre ces laideurs. L'ouvre qui s'impose







99

tous les Hatiens conscients de leurs devoirs envers la
Patrie, c'est la rgnration morale et matrielle de
notre people. Le grand pome qu'ils devront crire,
c'est une nation forte physiquement, moralement, in-
tellectuellement. conomiquement. Ainsi l'avait com-
pris un Dulcin Jean-Louis, Hatien authentique et
chrtien fervent, don't je rappelais rcemment la gran-
de mmoire.
Des populations de nos planes et de nos montagnes,
personnel n'a su parler avec plus de sincrit et de ten-
dresse que lui, parce que, ayant vcu et travaill au mi-
lieu d'elles, il connaissait mieux que tout autre leurs
sentiments, leurs croyances, leurs besoins et leurs aspi-
rations. Il les avait vues avides de progrs, abandon-
nant les superstitions qui les maintiennent assujetties
la misre et la maladie, toutes les fois qu'une parole
amie prenait le chemin de leur cour. Il croyait ferme-
ment qu'en levant le niveau moral et intellectual des
masses paysannes, en leur inspirant le got du bien-tre
et du confort, en leur apprenant se bien nourrir, se
vtir proprement et dcemment, se construire des mai-
sons salubres, observer les rgles rigoureuses de l'hy-
gine, se constituer des families rgulires par le ma-
riage religieux, nous les attacherions au sol et leur fe-
rions aimer cette terre d'Hati o elles doivent vivre
heureuses dans la paix des labeurs fconds. Cette u-
vre de justice social, M. Dulcin Jean-Louis voulait
la confier cinq fonctionnaires qu'il plaait au pre-
mier rang dans son estime : le prtre, l'instituteur, le
professeur d'agriculture, l'agent voyer, le mdecin. De-
vant leur foudroyante offensive, le Vaudou et ses mi-
nistres, les houngans, bocors, sorciers et autres charla-
tans de leur espce, ne tarderaient pas disparatre, et les
dtracteurs d'Hati ne trouveraient plus de prtexte
leurs diatribes. Et alors un art plus sain pourrait natre
qui ne chercherait pas son inspiration dans la puanteur
des chairs putrfies, mais dans la vie large, salubre et







100

harmonieuse de la nation hatienne. Nous n'aurions pas
les Fleurs du Mal, mais un Virgile surgirait peut-tre
du sein de nos campagnes, qui chanterait dans des vers
immortels la beaut de nos paysages, la douceur de
notre people et sa foi ardente dans les destines de sa
Patrie.












LA SOCIT HATIENNE


L'HRITAGE


Le ler janvier 1804, sur la Place d'Armes de la ville
des Gonaives, Jean-Jacques Dessalines, Gnral en chef
de l'Arme indigne, entour de ses lieutenants, procla-
ma l'indpendance de l'ancienne colonie de Saint-Do-
mingue, qui reprit son nom indien de Haiti.
Le nouvel Etat entrait dans la vie international
dans des conditions bien difficiles. Il tait issu d'une
revolution violence qui avait dur de nombreuses an-
nes. Ses chefs taient des militaires don't la plupart
n'avaient reu aucune education politique, technique ou
administrative. Presque toute la richesse du pays avait
disparu dans la champagne de destruction systmatique
et de massacre qui avait t ordonne par Dessalines
come le moyen le plus sr d'obtenir une prompted
victoire et de la garantir contre tou:' surprise possible.
Il n'y avait pas de cadres sociaux ,.; professionnels,
pas d'coles, pas d'organisation conomique. De plus,
ayant violemment condamn l'esclavage, la jeune na-
tion se voyait immdiatement en butte l'hostilit de
tous les Etats possesseurs d'esclaves en Amrique : sui-
vant le mot de Frederick Douglass, elle tait un out-
law.
La formation d'une conscience national se trouva
entrave par de nombreux obstacles moraux et mat-
riels. Car c'est un heritage grev de tares que le people
hatien a reu de la socit franaise de Saint-Domingue.
Les Franais qui colonisrent l'Ile taient venus de
toutes les parties de la France : Normandie, Bretagne,
Anjou, Poitou, Angoumois, Aunis, Saintonge, Gas-
cogne, Pays Basque. Ils avaient gard, avec les coutu-
mes particulires et les dialectes de leurs provinces, les







lZU

prjugs de castes qui distinguaient l'ancienne Monar-
chie et auxquels vinrent s'ajouter les rancunes et pas-
sions de l'poque rvolutionnaire.
Les Ngres, d'autre part. arrachs d l'Afrique, ap-
partenaient des races diffrentes, parlaient des langa-
ges diffrents, professaient des cultes diffrents, ils
taient le plus souvent hostiles les uns aux autres, un
grand nombre ayant t des prisonniers de guerre ven-
dus par leurs frres ennemis aux traitants hollandais,
anglais, portugais, espagnols ou franais. Cette hosti-
lit s'est exprime dans un dicton crole encore en usa-
ge dans le people : Depuis lan Guinin ngues ha
ngues Depuis la Guine, les ngres hassent les n-
gres
Haiti fut le creuset o devaient se combiner tant
d'lments divers et disparates. Cette combinaison au-
rait pu cependant s'effectuer assez rapidement, par le
jeu natural des forces sociales, si elle n'avait pas trouv
un obstacle dans le prjug de couleur artificiellement
cr pour servir de base l'organisation colonial. C'est
ainsi qu'un Hilliard d'Auberteuil pouvait crire:
L'intrt et la sret de la colonie veulent que nous
accablions la race des noirs d'un si grand mpris que
quiconque en descend. jusqu' la sixime gnration,
soit couvert d'une tache ineffaable .
De plus, les colons avaient su trs habilement provo-
quer l'antagonisme entire les jaunes, c'est--dire les
sangs-mls, et les ngres. C'est pourquoi Dessalines,
une fois l'indpendance ralise grce l'action collecti-
ve et fraternelle des anciens esclaves et des affranchis,
fit inscricre dans la constitution impriale de 1805, ar-
ticle 14 : Toute acception de couleur parmi les en-
fants d'une seule et mme famille devant ncessairement
cesser, les Hatiens ne seront dsormais connus que sous
la denomination gnrique de Noirs . Un texte cons-
titutionnel ne suffit pas pour supprimer un prjug. Et
ce prjug, exploit par des politicians sans conscience.
a t la cause de malheurs atroces pour Hati.
D'autre part, entire les trois provinces don't se com-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs