• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Frontispiece
 Title Page
 Avant-propos
 Main
 Table
 Back Cover
 Spine






Title: Histoire des désastres de Saint-Domingue, précédée d'un tableau du régime et des progrès de cette colonie, depuis sa fondation, jusqu'à l'époque de la révolution française
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095877/00001
 Material Information
Title: Histoire des désastres de Saint-Domingue, précédée d'un tableau du régime et des progrès de cette colonie, depuis sa fondation, jusqu'à l'époque de la révolution française
Physical Description: xii, 388 p. : fold. map. ; 21 cm.
Language: French
Creator: Descourtilz, Michel Étienne, 1775-1835
Donor: unknown ( endowment )
Publisher: Garnery, an III
Place of Publication: Paris
Paris
Publication Date: 1795
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Colonies -- Santo Domingo -- France   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: avec carte ...
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095877
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: alephbibnum - 000607008
notis - ADD6117
lccn - 16005227

Table of Contents
    Front Cover
        Cover 1
        Cover 2
        Cover 3
        Cover 4
    Half Title
        Cover 5
    Frontispiece
        Cover 6
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Avant-propos
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
    Main
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
    Table
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
    Back Cover
        Page 389
        Page 390
        Page 391
    Spine
        Page 392
Full Text





















.3i








'e





4.































-:







Ex IUbrio
teonia %. grircbni
ZBislopolac glorentang


%jcrin.


UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES













.*-.ii.7CIIW


,a
-i~- i
i;


iI











t- < -s t ~~
& -



t-- t
~~v





~r=r


-t

t'----it .-E -k ;
k' 3p-- .-. t.
t~ t.- --


9-.~-,;wrQt
;c
s:



















































r


I
i















HISTOIRE

DES DSASTRES

DE SAINT-DOMINGUE,








(











ic



i7vmmmiep Franre de au DL -rze


10
k nun~ ctIrac d~auD O ~ t~~19il0 u
~iI YY -YIIIL.YIP~Y ~ UIUIII(~U IiOrt eai i 'l te-
lo ~o eZ
'21 erP i D21 eieLaeei~d %tPd afi~~SLz


't?4"ao
i

IU ; j.
~C-'.1.


pose




jra
~~~~~C />m ia T le (r

h'rnkY'r L


Ii- a- VwzF


J-a zioz e





7 L


file de la


















Dar
A&, CU4Z
IN~
R dc ~ito 14


ortue









elpekt Fond, 'r ,~;

-1..I J~

~r~ -plia
0~


,~ ~gO~r dit C'
Wi ya' bel2U

1. li o

I. '' (e
i~s:.



I AU
~~J -on


K;:E. ,e;~~e


T.U.f 7/


& la .8l""ba& n


7 1EI 3/oon


joauchoir _arre


* c~elfarnWlifct.j'

tcm 1'00 irell
*MilsCrru la






1 f2 '-P- ab
Zb. a du Ciap


J<*\ u~ Ce~- --Iii~- -~


Nad
cFt ~ 2de


-~ d UG#lt~IY iLC' ind


4-I r-


IL de S+iana
Capron &


Att &eh 9oi.
Bap


f
~jF U
4r~lSI






~; dil~ti+-~;Cc
e9 -I~ a


I b I 1ite~-a fla In


Loiy Aid i


J~'~SS BDF ST D~OMLIN(IiF


une des Crandes tilles

Colony; FanvLre et ]3q'ayinole


cie 7Ade
dlirnbaU


Ii oi_~l iiir~Ys i


I


P


I-~ -Ii _iii


I-


r


I


E


I iF~


~

Cu~Gr~Elann
$
~U~ J4crp~bCirid;


rl~/~~ J/J'C b
i
P
f ~dn
uB
r'

3rc~


. 1 1 N - - - .im mi


lc


I


Layrsu


&i.PA




IS. eou
=.
~I ,is


TOIRE


DES DSASTRES

DE SAINT-DOMINGUE,



D'un tableau du regime et des progrs de cette colonies,
d- puis sa foundation, jusqu' l'poque de la Rvolution
franaise i

AV C C I E.


.............. quaque ipse miserrima ptidi,
Et quorum pars magnafui : quis taliafando,
Temperet lacrymri! .................
VIBG. AENEID. lib. II.


A. PARIS,

Clez G A BnN E N r Libraire rue Serpente,
N. 17.


AN III ( 1795).


,V3


Y-_. 1- --.~




-
































-9j









AVANT-PROPOS.

i nr i L qu'ait t la destine du plus grand
numbre d'crits, dont la multitude presqu'in-
nombrable alimente ou fatigue depuis cinq ans
la curiosity du public avide de s'instruire, et de
pntrer les causes et la chane des vnemens
qui l'environnent, cette ide dcourageante
n'empchera pas que je ne hasarde de lui offrir
un nouvel ouvrage, qui sera peut-tre plong
dans l'oubli profound qui a fait justice des pre-
miers, si on le juge d'aprs la manire don't il
est trait, mais qui pourroit paroitre digne de
quelqu'accueil, si l'on veut bien se pntrer de
toute l'importance de la matire, et d'un sujet
qui aura du moins le prix et le mrite de la
nouveaut.
S. Mes foibles talens ne me permettent pas de
S briller par les graces du style, et d'orner mon
S ouvrage de ces images fortes et sombres don't il
toit susceptible : je n'ai pu employer ces des-
criptions et ces peintures touchantes don't la
colors, prodigu sur des faits imaginaires ou
emprunts de mmoires infidles, a fait quel-
quefois toute la reputation d'crivains qui,
ddaignant de se restreindre dans les bornes du
vrai, ne se sont souvent oocups, en traitant
des sujets srieux et purement historiques, que
de parler a l'imagination, et & 'anme, et d'mou-
voir la sensibility. Jc ne prtends qunau mrite
de prsenter au lecteur la vrit seule, toute
entire, les fruits de quelqu'exprience, et le
8) rsultat d'observations faites sur les lieux et au
* centre des vnemens.
a i








Les fits don't je me propose d'offrir le dve-
loppement, se sont passs seize cents lieues
des bords europens. A .travers un intervalle
aussi immense, ils n'ont pu jusqu'ici fixer l'at-
tention, dja trop captive par des vnemens
plus prochains, et qu'on ne chercha jamais
diriger vers eux. Mais ils concernent la colonies
de Saint-Domingue; nommer seulement cette
possession autrefois si florissante, c'est rappeler
l'esprit de l'homme le moins instruit 'ide
de la source la plus abondante des richesses de
la France, une des bases les plus essentielles de
son commerce, et la colonne fondamentale de
sa prosprit.
Cetouvrage content le rcit d'vnnens, qui,
quels qu'en aient t pour tous l'importance et le
rsultat, sont rests inconnus jusqu'aujourd'hui,
ou' don't on ignore du moins les causes l'en-
chanement et la conclusion. Cc n'et, propre-
ment parler, qu'une .rdaction suivie de notes
prises dans cette colonies pendant un sjour d'un
assez grand nombre d'annes, et qui forment
-un tableau rapide des malheurs qui l'ont ruine
et presqu'anantie.' Forc e gar:.ler le silence
pendant le course de la pJus odieuse tyrannie,
je n'en formal le plan qu'a l'poque oI les rayons
de la vrit coummenant a percer de toutss
parts, amenerent les premires discussions tou-
chant les colonies, et lorsque la nomination
d'une commission choisie dans le sein de la
convention national, manifestant sa sollici-
tude sur leur sort, et le dessein de l'adoucir,
me permit d'entrevoir de loin un avenir moins
malheureux, et que tout n'toit pas perdu sans
resource. Ce plan fut presqu'aussitt excut







vii
que conu. L'ouvrage toit termin, il y a six
mois; mais un hiver long et rigoureux, l'loigne-
ment, et quelques raisons gnrales et inutiles
dvelopper, n'ont pas perimis de le prsenter
jusqu'aujourd'hui au public : nanmoins il arri-
vera encore , temps. Les tnbres qui enve-
loppent cette intressante question, sont toujours
galement paisses; et de tant d'esprances don't
il avoit t permis de se flatter, aucune, dans
le long intervalle coul depuis la formation de
la commission des colonies, n'a t encore ra-
lise:... On a seulement adopt une measure
que j'avois os invoquer d'avance, comme seule
capable d'oprer quelque bien. Des reprsentans
du people sont envoys Saint-Domingue ; ils
parent, dit-on, avec les meilleures intentions,
et chargs d'instructions soutenues par un arme-
ment formidable qui va donner tout l'appareil
de la force et de la puissance national une
mission que l'exprience m'avoit fait envisager
come ne devant tre fonde que sur la pru-
dence et la persuasion. J'avois cru, d'aprs le
souvenir si recent du pass, que tout le succs
esprer ne pouvoir tre dsormais que le fruit
de !a sagesse et (le l'habilet d'un ou de plusieurs
homimes qui, plus sensible la gloire qu' la
crainte du danger se s groie.ut gnreusement
dvous l'alternative de sauver Saint Do-
mi gue ou d'y prir.
Mais il en a t aurrement ordonn. De nou-
velles victims vont tre lances dans ce gouffre
avide de l'espce curoplennel, qui ne leur fera
pas plus de grace qu' tant de millers d'hommes
iqu'i a engloutis, dans des temps moins mal-
heureux, et au milieu d'une abundance qu'on
a iv







viii
n'oseroit se.promettre. .... Ciel! exauce les
veux que je forme pour ma patrie et pour Saint-
Domingue! Ecarte loin des reprsentans la horde
excrable et toujours empresse des intrigans;
daigne enfin ne pas laisser inutile l'espoir fond
our un meilleur avenir !)
Le laps de temps a d amener des change-
2nens, et apporter au moins une lgre modifi-
cation l'tat o toient les choses l'poque
laquelle cet ouvrage fut crit. Quelques obser-
vations qui se trouvent dans l'introduction, ont
pu vieillir, ou devenir inutiles; mais je n'y chan-
gerai ni ne retrancherai rien. J'ai dit dans l'intro-
-duction, crite long-temps avant les journes du
~2 germinal et de prairial, que l'affreux terro-
risme tenoit sespoignards suspendus sur la tte
des malheureux Americains. ..... Je ne me
ddirai pas, mme aujourd'hui (2z5 prairial) ,
quel que soit le nombre de ttes couples cette
hydre infernale, toutes ne le'sont pas : le terro-
risme, existe encore il existera tant qu'on verra
le crime impuni, l'innocence opprime, et de
vils brigands assis dans la chaise curule. ......
Si les temps ne sont plus les mmes, si les cir-
constances se sont un peu adoucies, les vrits
qui y sont nonces existent toujours dans toute
leur intgrit, et les maux qui (y sont dvoi-
3s, n'ont eu encore d'autre adoucissement
qu'une lueur d'esprance don't rien ne ga-
rantit le succs, et don't il est bien permits dle
douter, lorsque les auteurs ou complices de
tant de forfeits sont encore libres, tranquilles
et puissans, six mois aprs la formation de
la commission charge d'examiner leur con-
duite.







On doit observer que le tableau qui prcde
l'historique des derniers vnemens arrives
Saint-Domingue et qui renferme quelques
dtails sur le regime et les accroissemens de la
colonie, fut fait sur les lieux, et que je suis
sens l'crire dans les temps florissans d'une
heureuse tranquillit. Ce tableau et t sus-
ceptible d'un plus grand dveloppement : mais
pourquoi trop s'appesantir sur des dtails qui
ne sont propres qu' rveiller d'inutiles regrets,
et don't le souvenir doit tre rang dsormais au
rang des chimres ? Je me suis renferm dans
les bornes de ce qui toit indispensablement
ncessaire l'instruction du lecteur, et pour le
mettre en tat, par une lgre connoissance du
pass, de coinparer et de juger des faits et des
vnemens qui suivent.
La parties historique commence l'poque de
la revolution de 1789, et est conduite jusqu'
celle de la formation de la commission des
colonies, charge de nettoyer les curies d'Aiu-
glas..... Mon examen, mes recherches, pour
scruter dans leur source les principles de tant
de malheurs, ne s'tendront pas au-del des
bornes de Saint-Domingue; et je ne courrai
pas les risques, en cherchant suivre travers
es mers le fil d'Ariadne, de rveiller impru-
demment l'anhnosit et les passions du petit
nombr e negropuidles, philanrtropes, etc. etc.
qui n'ont pas td crass sous les ruins qu'ils
occasion rent eux-mmes en Europe come
eu Amrique. Il n'entre pas non plus dans morn
plan de parler des malheurs de la Martinique ,
et de la dsastreuse conqute de la Guadeloupe,
que le jacobin Victor Hugues, commissaire de








Bobespierre et dii comit d'horrible mmore ;
opposant sa frocit et le courage invincible
d'une poigne de rpublicains I'ennemi qui
s'en toit rendu matre, est parvenu rvolu-
tionner, en soulevant les esclaves, et en faisant
passer les matres sous !e fer de la zgil!otine. Je
laisse d'autres tcnoins impartiaux et fidles,
retracer ces victoires sonilles par les plus
pouvantables excs, et do-nt le fruit se borne
de tristes dcombres : d'autres drouleront les
intrigues, qui du sein de la nmtropole, ont
boulevers les colonies,, et don't le dveloppe-
ment fournira des matriaux intressans pour
l'histoire de la Rvolution franaise. Rsidant
seize cents lieues, je ne peux parler que de ce qui
s'est pass sous mes yeux; et m'attachant mon
objet, je ne ferai connotre les causes loignes
que sommairement, et en racontant leurs ter-
ribles effects. Souvent le lecteur, en parcourant
les affreux vnemens passs Saint-Domingue,
croira entendre le rcit de ceux don't la France
a t le thtre et sera mme de fire de fr-
queris rapprochemens. Cet ouvrage, crit avec
precipitation, n'a galement eu pour objet que
de traiter les vnemens principaux, sans y
nmler aucun des faits pisodiques et accessoires,
si propres y rpandre quelqu'agrment, et
en adoucir la scheresse. Il mn'eLt t facile
d'orner mes rcits, en y entre-mlant des traits
touchans de ma propre histoire, et des imalheurs
qui n'auroient pas eu besoin des secours de la
fiction pour exciter le plus vif intri. Mais je
me suis rigotureusementl attach mion sujet
principal, et j'ai au moinis le lger mirite d'avoir
courageusement rsist la dmaiag eaison si







xi
ordinaire de parler de soi-mme,. et qui et t
excusable dans un home qui a eu une part si
directed dans ces vnemens. Qu'il me soit permits
du moins de cder un instant ici l'attendrisse-
ment que j'prouve au souvenir des dangers
auxquels j'arrachai une jeune pouse et deux
enfans, don't l'un naquit au milieu des flames
de l'insurrection de 1791, et l'autre vit le jour,
sans autre secours que Dieu et la nature, au
milieu des flots des mers du nord, pendant l'hiver
de 1795. C'est mes noirs que je dus mon salut
et celui de ma famille. Dans une occasion ter-
rible, deux d'entre eux scellrent de leur sang
leur attachment et les nombreux tmoignages
de leur fidlit, et prirent pour nous sauver.
Ce sont ceux qui furent autrefois mes esclaves,
qui, travers les bois et les plus horrible dan-
gers, m'aidrent gagner le frele bitiment sur
lequel j'osai ite commettre pour fuir en Europe
c'est enfin leur amour que je devois quelques
dbris pour substanter ma famille ; mais le bar-
bare systme des re'quisitions m'a impitoyable-
ment enlev ces minces resources que les bri-
gands d'Amrique avoient pargnes Il ne me
reste plus que mon intressante famille, et le
dernier refuge des malheureux, l'esprance !
Cet ouvrage est encore moins destin satis-
faire la malignit, et alimenter l'esprit de
haine et de part. N'tant propre en flatter
aucun, il ne peut avoir pour objet que la vrit
et le bien. Je n'ai maliheureusernent rencontr
que trs-raremient des occasions d'accorder des
loges ; mais je me suis aussi constamment
abstenu de jetter le blme sur qui que ce soit
individuellement. J'ai toujours tout rejett sur







XJ
le malheur des temps et des circonstances dans
lesquelles il et t difficile de rester exempt d
tout reprochem; et si, malgr toute attention
viter de nommer les individus, j'en ai dsign
quelques-uns, j'y ai t forc par des droits
bien merits, et par la ncessit d'clairer ma
march, et d'aider, autant qu'il est possible,
l'intelligence des faits. J'ai mis en tte de l'ou-
vrage la carte de l'isle de Saint-Domingue, que
j'ai cru propre mieux faire saisir la connois-
sance des evnemens, et par le moyen de la-
quelle il sera facile de les suivre pas--pas.
Il ne me reste plus qu' supplier le lecteur
de se rappeler constamment le sentiment qui
a dict cet ouvrage, et d'tre indulgent pour le
style, et pour des incorrections qui ne peuvent
avoir manqu d'chapper un home confin
depuis si long-temps au milieu des montagnes
de Saint- Domingue, et qui n'et jamais de
prtention au mrite littraire.














INTRODUCTIONj










INTRODUCTION.

DE tous les grands vnemens qui ont
marqu l'poque jamais mmorable de la rvo-
lution franaise, il n'en toit pas de plus reinar-
quables, de plus dignes d'tre approfondis,
que les troubles qui ont agit et qui agitent
encore les colonies franaises des Antilles. De
tous les crimes qui ont en quelque sorte, terni
l'clat don't est environn le berceau de la plus
majestueuse rpublique du monde ancien et
moderne; de toutes les places qle la sclratesse
et la perversit ont causes a lt France, il n'en
est pas de plus affreuses, de plus sanglantes et
de plus dilficiles cicatriser, (que les inmlheurs
qui, aprs une suite non-interroinmpue d'horribles
convulsions, ont presque totalement ananti,
du noins pour elle, la plus florissante de ses
possessions. Par quelle fatalit aprs une
experience de cinq annes et au moment
mme oi tous les naiux de laiFratice sont mis
ddccmver t; par quel -aveuglement inconce-
vable s'occupe-t-on pine d'un des plus terribles
quell ait pronvs de celui peut tre qai
menace le plus directement, et sa prosprit'; et
son existence Soit qu'on ignore encore que ces







(2)
maux sont leur comble, soit qu'on les ait
jugs moins pressans que ceux qui paroissent
intresser plus directement la sollicitude natio-
nale, peine daigne-t-on se souvenir enfin
qu'il existe une colonie franaise de Saint-Do-
mingue; peine songe.t-on appliquer un
remde aux infortunes qui la dsolent. Mai.
a quelle poque! lorsqu'il n'en est plus temps,
peut-tre.... Que dis-je, porter un remde?..
eh! quel est celui don't on pourroit faire usage,
lorsque la plaie n'est seulement pas sonde et
qu'on ne connot mme pas encore sa nature,
et quelle en est la profondeur. Quoi! la colonie
dle Saint-Domingue toit-elle donc si ignore,
on paroissoit-elle d'une importance si mdiocre,
que le bruit de ses malheurs ait peine pntr
enr Europe, ou n'y dut tre accueilli qu'avec
indifference ? Huit cents vaisseaux et vingt
mille matelots annuellement et. sans inter-
ruption employs par elle, un commerce de 3
4oo millions une balance de: 80 millions
avec l'tranger, les manufactures nationals
vivifies, une multitude de bras qu'elle seule
mettait en movement au sein de la France,
quilui devoit presque toute sa splendeur, toient-
ils des avantages si minces qu'on pit envisager
('un oeil sec et insouciant la perte don't on Ctoit







(3)
menac, et qu'il soit permis de s'aveugler au-
jourd'hui sur la grandeur de celle qu'on a faite ?
Et c'est pourtant aprs cinq annes de mdita-
tions et de connoissances acquises dans le grand
livre du malheur et de l'exprience, qu'on se
trouve encore rduit se demander, quels sont
donc les maux qui ont afflig Saint-Domingue ?
quelles en sont les causes, et quel remde il
seroit ncessaire d'y apporter ? . L'histoire
de cette colonie n'toit pas si trangre celle
de la France, qu'il ft difficile de reconnnotre,
aux traits qui la caractrisent, son analogie
avec elle, et que la revolution colonial toit
une des consequences invitables de la rvolu-
tion francaise. Mais l come ici, de misrables
intrigans regardrent les troubles et la confu-
sion comme leur patrimoine ; l, ils s'effor-
crent galement d'attiser le feu de la discorde ,
de provoquer le choc des passions, et de s'em-
parer des mouvemens irrguliers d'un people
lev pour ses droits ou pour conqurir sa
liberty. Les homes qui ont, dans ces derniers
temps inond la France de sang sont les
.mmes, ou n'avoient pas un but different de
ceux qui, Saint-Doinigue, se sont galement
baigns dans celui des blancs, qu'ils avoient
jur d'exterminer, et des noirs qu'ils prtendent
Aa







(4)
tre venus rendre la libert. Si les comnplots
tnbreux des premiers ennemis de la revolution
bauchrent les dsastres de cettc colonies,
dans l'esprance d'ter la France un de ses
plans puissans soutiens, le project infernal d'a-
nantir le commerce, de ruiner les riches, et
d'exasprer le pauvre, en paroissar t tout fire
pour lui, y mit le comble, et fut incontestable-
ment, en Amrique une des ramifications de
l'affreux systme qui a failli faire de la France,
un objet non moins deplorable que celui
qu'offre aujourd'hui cette isle malheureuse.
Voil ce qu'on ignore, ce qu'on parot peine
souponner. Le crime terrass en Europe, est
encore triomphant au-del des mers, et menace
d'engloutir les dbris chapps ses fureurs.
Le rgne de la justice se rtablit sur tous les
points de la France ,la sagesse de la Convention
national s'empresse de cicatriser 'les blessures
profondes que des sclrats lui ont faites, du
moins le voile qui les couvroit est entirement
dchir :les maux seuls que Saint-Domingue a
soufferts semblent tre encore inconnus; on en
souponne peine l'tendue, et le remde qu'il
seroit instant d'y appliquer parot d'autant
plus loign que le jugement est encore en
suspends pour dterminer quels sont les vrais







(5)
coupables, les vrais auteurs de ses dsastres. Les
tnbres don't l'insouciance et le crime ont enve-
lopp l'histoire des derniers temps de cette
colonie, sont-elles donc si paisses, qu'il soit
difficile ou mme impossible de distinguer de
paisibles cultivateurs d'avec des brigands, assa-
sins et incendiaires ; les victims, d'avec leurs
bourreaux ; des infortuns qui ont tout perdu,
jusqu' l'esprance, d'avec des sclrats gorgs
de sang et de richesses ? y a-t-il donc tant
balancer entire les destructeurs d'une des floris-
santes villes du monde, entire des homes qui
ont tari par le fer et le feu la plus abondante
source des richesses de la France, et renvers
en un instant le merveilleux difice que la main
industrieuse de l'homme avoit mis deux sicles
lever? y a-t-il balancer dis-je, entire de
pareils homes et lin people entier, don't une
moiti a pri victim de tant de forfaits, et don't
l'autre, rfugie sur une terre trangre et diss-
mine dansles deux hmiispi res, y vit dsespre
et sans resourcee? funeste et deplorable incerti-
tude, qui n'empche pas, peut-tre, qu''on ne
souponne et que imagination ne colmminence
cmbrasser toute l'tendu e d utaux affreux que
chaque instant aggrave et rend de plus en plus
irrelmdiables; niais qui ne perme pas mme
A3






(6)
d'entrevoir l'poque laquelle on y doit nettre
un terme, et encore moins d'tre assur d'avance
de l'efficacit des moyens qui seront employs !
Une chose singulire, et non moins affli-
geante, c'est que personnel n'ait entrepris de
jetter quelque jour sur une question si impor-
tante, et don't le rsultat intresse la France
entire : je ne dis pas dans ces temps affreux,
o parler le language de la vrit toit un crime
irrmissible; mais depuis que la tyrannie ayant
pri, accable sous les ruines don't elle s'toit en-
vironne, l'homme just peut se livrer sans crainte
ni incertitude l'amour de la patrie, et profrer
liardiment tout ce qu'il croit utile ses intrts
et sa prosprit; depuisenfin que la Convention
national, s'occupant de remdier aux maux
do la France, a paru porter particulirement
son attention sur ceux qui lui ont t faits
dans ses colonies, et a nomm une commission
dans son sein, pour dcouvrir le fil d'une intri-
gue trop long-temps ignore, et que le crime
a jusqu'ici enveloppe d'un voile a ssi spcieux
qu'impntrable. De tant de tmoins oculaires,
n'y en avoit-il aucun capable de porter le flam-
beau de la vrit dans ce ddale obscur, et de
renverser en son nom, l'difice fantastique lev
par le mensonge et par la calomnie Parmi







'(7 )
tant d'envoys, charges de venir implorer les
secours de la mtropole, en faveur de la plus belle
de ses possessions, un seul n'a-t-il pu tirer jus-
qu'aujourd'huii le rideau qui couvre les vne-
mens, et en peindre toutes les horreurs d'une
main ferme etimpartiale? Je n'ai en connoissance,
jusqu'ici, que de dclamations vagues ; d d-
nonciations incohrentes, appuiyes de faits vrais
ou hasards et imprgnes de cet esprit de haine
et de fureur qui excite la defiance, suspend le
jugement, et auquel l'homme just, qui ne de-
mande qu' tre clair, ne peut accorder sa
confiance. Ce sont des homes coupables, d'au-
tres, parmi lesquels il s'en trouve qui ne sont
pas exempts de tout reproche qui s'accablent
rciproquement des puis odienses imputations.
Ceux-ci dnoncent des crimes don't l'existence
n'est que trop certain, les autres y rpondent
par des rcriminations et des accusations lhai-
lement calcules, et prsentes d'une manire
spcieuse. Les faits dja connus, et don't on ne
peut plus douter, parleroient assez et seroient
suffisans pour trancher la difficult, et dchirer
le masque don't les vrais coupables se couvrent,
si depuis cinq ans l'intrigue et la sclratesse
n'toient parvenues cacher constamment le fil
qui conduit travers les dtours tortueux de ce






(8)
labyrinth, et n'nvoient tellement russi dna-
turer les vnemens et empcher qu'ils fussent
envisags sous leur vrai point de vue, qu'au
moment o la colonie de Saint-Domingue est
presqn'entirement engloutie dans l'abme o
ils l'ont prcipite, et. d'o toute la puissance
humaine tentera bientt en vain de la retire ;
qu'en ce mme moment, dis-je, l'histoire de ses
malheurs est plus obscure pour les Franais que
celle de la revolution de Pologne, et qu'au lieu
de rcl amer hautement secours et assistance pour
cette important parties de la rpublique franai-
se, on se repat avec scurit de contest absur-
des, de chimriques esprances, qui loin d'tre
aussi lgrement adoptes par les hommes ins-
truits ne sont leurs yeux qu'une preuve de
plus de l'ignorance funeste o l'on est sur les
evnemens, et de la lenteur qu'on mettra en
prvenir les tristes rsultats, en supposant mme.
qu'enfin on s'en occupe...... Mais comment la
France n'auroit-elle pas t trompe sur la situa-
tion de ses colonies, elle qui l'atsi cruellement
sur celle de ses contres intrieures Comment
s'imaginer d'ailleurs que des possessions famneu-
ses par leurs richesses ne deviendroient pas la
proie du crime et du brigandage qui l'ont dso-
le elle-mme !






(9)
Une prevention ancienne et malheureuse, et
la precipitation avec laquelle toutes les discus-
sions qui concernoient les affaires des colonies
furent de tout temps traites et juges, ne sont
pas une des moins puissantes causes qui contri-
burent ses malheurs. L'intrigue et l'erreur
provoqurent ou dirigrent les decisions les plus
Simportantes; et si dans le grand nombre il en est
quelques-unes qui eussent pu oprer le bien,
elles furent si foiblernent soutenues qu'elles ne
produisirent aucun effect, et que souvent mme,
loin d'atteindre le but qu'on s'toit propose, elles
devinrent une nouvelle socrrce de malheurs,
parce que, n'tant accoiimpagnes d'aucun des
moyens propres vaincre l'cspri- d'opposition,
et rprimer da malveillance, elles ne servirent
qu' attiser le feu de la 1discorde et redoubler
la fureur de ceux qui avoient intrit perptuer
ces troubles et ces dchiremens. L'incertitude
de l'assemble constituante sur le parti auquel
elle devoit s'attacher irrvocablement, et la ver-
satilit de ses dcrets, produisirent les plus fu-
nestes effects; et en flattant tour--tour les fac-
tions qui divisoient la colonie, n'en satisfirent
aucune, et creusrent insensiblenment labme
dans lequel elle ne tarda pas tre prcipite.
Sans m'tendre ici sur tous les dcrets mis tou-






( 10 )
chant les colonies, je n'en citerai particulire-
ment que trois, qui, fonds sur des principles
absolument opposs, ne remdirent aucun
mal, et concoururent au contraire galement,
exalter les passions et dvelopper les cau-
ses qui ont pouss Saint-Domingue vers sa ruine
total. Le dcret du 15 mai 1791, destructeur
d'un prjug que des lommes mme de bonne-
foi regardoient, d'aprs une longue exprien-
ce, come le fondement le plus solide de l'exis-
tence des colonies, et pu, s'il avoit t accom-
pagn d'un appareil proportionn son impor-
tance, concilier des choses qui avoient paru jus-
qu'alors incompatible, ramener les esprits des
ides, plus saines, et les diriger vers un centre
commun et propre .. les satisfaire tous. Mais
l'opposition qu'prouva ce dcret, mme au sein
de l'Assemble national, et la foiblesse des me-
sures prises pour son excntion, ne firent que
les aigrir, et loin de dissoudre les orages pr-
sens, en firent craindre de plus terrible pour
l'avenir.
Le dcret du 24 septembre, mis par la mme
assemble, fond sur des principles diamtrale-
ment opposes, arriva au moins trop tard et ache-
va de tout perdre. Parvenu Saint-Domingue
au moment o cette colonies toit agite par








d'horribles convulsions, il fut reu presque avec
indifference par la classes des blanks, don't il flat-
toit les ides orgueilleuses, mais que le malheur
et l'exprience avoient dja corrigs et rendus
plus justes et il exaspra les hommes de cou-
leur qui, parvenus acqurir quelqu'influence,
n'toient rien moins que disposs rtrograder
et a perdre en un instant le fruit de tant d'efforts;
indpendamment de la certitude que leurs impla-
cables ennemis, une fois redevenus les matres et
les arbitres de leur sort, ne manqueroient pas de
s'en prvaloir pour tirer une vengeance terrible
(j de leurs forfaits.
i Le dcret du 4 avril 1792, prononc par 1'As-
; semble legislative, et qui embrassoit l'extrmit
- oppose, s'il n'aggrava pas le mal, fut au moins
Sinutile, et ne remdia aucun des malheurs
que les dcrets prcdens n'avoient pu prvenir.
Tout entier en faveur des multres, les blancs
GJ n'y virent qu'une rcompense accorde aux cri-
S mes affreux don't ils avoient t les victims; et
Sales premiers, enorgueillis par leurs succs, ne
bornoient dja plus leurs prtentions aux droits
Squi leur toient accords par la loi, et n'toient
rien moins que disposs se conformer un
--dcret qui, tout favorable qu'il leur toit, les
Sramenoit dans des bornes plus justes, et qui ne





I J
|g.
;1







(12)
convenient dja plus leur orgueil et leurs
esprances.
Les rialheurs qui ne cessrent d'aller en crois-
sant, ne prouvrent que trop l'inutilit de ces
diffrentes measures, sans en excepter la derni-
re, don't tous les hommes-sages et claires par
I'exprience avoient enfin senti la ncessit,
mais que trop de retarderme-It avoit malheureu-
semen:t rendue intempestive.
Enfin la France fit les puis grands sacrifices,
et envoya en 1 792, aux Antilles, des vaisseaux,
une arme d'lite, et des secours immense en
argent et en munitions de toute espce. Mais
il toit crit dans le livre des destines, que ces
secours efficaces, et desquels on toit en droit
de tout attendre, semblables l'arme qu'on laisse
dans les mains d'un furieux, et imprudemment
confis la pervers t et la malveillance, de-
viendroient un moyn de plus de destruction, et
de ruine. C'est de l'poque de leur arrive dans
la colonie que datent ses plus grands malheurs,
et ce fut au moment o l'on osa se flatter qu'elle
alloit tre sauve, qu'on la vit marcher d'un pas
encore plus rapide vers sa dernire heure et son
enter anantissement.
Tel est l'enchanement de fits et de dsastres
sur lequel j'entreprends de jetter quelque clart.







( 3)
Je veux tenter de dissiper les tnbres qui
semblent l'envelopper : tnbres qui sont bien
plutt l'ouvrage de l'artific, et le rsultat des
efforts des sclrats intresss couvrir cette
pouvantable intrigue d'un voile pais que
l'efiet de l'insouciance ou des grands vne-
mns qui, par leur importance et leur proxi-
mit ont captive jusqu'ici l'attention d'une
manire plus directed. Il est natural d'ail-
leurs, qu'on ne s'intresse que foiblernmnt
des malheurs loigns et don't on ignore
l'tendue les dtails et la progression. A
peine le franais d'Europe est-il instruit ,
d'une manire vague et gnrale, que Saint-
Domingue est depuis cinq ans, le thtre d'hor-
ribles convulsions. Mais tous peut-.tre ignorent
qu'on touche au moment de perdre sans- retour
une colonie sans laquelle, puisqu'il faut le
dire, tous les efforts que l'on fait pour rtablir
le commerce de la France, seront vains,
moins de parvenir substituer un nouveau sys-
tme commercial celui don't elle toit la plus
ferme base, systme qui, quelle qu'en soit la
possibility ne peut tre que l'ouvrage des
sicles et de longues combinaisons. Cette perte,
qui d'un instant .l'autre devient de plus en
plus infaillible, ne s'oprera pas par le passage







( 4 )
de cette possession important dans des mains
trangres : bientt l'ambitieux ennemi qui
l'a envahie ne sera pas plus avanc que la
France, qui, luttant contre l'Europe entire,
n'a pu l'empcher de s'y tablir; bientt ce qui
reste encore de ses villes opulentes, de ses riches
habitations sources inpuisables d'immenses
richesses, ne sera plus qu'un vaste monceau
de ruines et de cendres; et le moment n'est pas
loign peut-tre, o les vaisseaux europens
qui recherchoient cette isle avec tant d'empres-
sement, fuiront ses ctes dsertes, et infestes
par des hordes froces, avec plus de soin que
les premiers navigateurs qui tentrent de s'-
tablir en Amrique, n'vitaient les contres
habites par des peuples cruels et antropo-
phages.
Mon premier objet est de donner une con-
noissance certain et aussi dtaille que le
permettent mes foibles talens et ma mmoire,
des malheurs qui, depuis quatre ans, affligent
Saint-Domingue. Mon but le plus pressant est
ensuite, non d'indiquer le remde qu'il con-
vient d'y apporter ( peut-tre ne me croiroit-on
pas; d'ailleurs je suis homme, et je pourrois
me tromper ), mais d'veiller enfin toute la sol-
licitude national, et de mettre un terme tant







( 5 ).
d'incertitudes et une scurit presqu'aussi fu-
neste que le mal mine, en proclamant hau-
tement une vrit don't il n'est dja plus per-
mis de outer. Encore quelques instans de plus,
employs de vaines discussions, au lieu d'une
measure grande et rapide, qui seule est capable de
tout sauver, et il faudra renoncer sans retour
une possession riche et florissante, objet ter-
nel de la jalousie de l'Europe entire, et don't
on sentira trop tard la perte irrparable, lors-
que le tumulte d'une guerre terrible une fois
pass, lorsqu'une paix solide ayant calm l'en-
thousiasme gnreux d'un people qui combat
pour sa libert, lui permettront de sentir la
profondeur de ses blessures et son puise-
ment !..... Ah! qu'on ne se laisse pas abuser
par des rcits insidieux et mensongers, qui
n'ont d'antre but que de gagner du temps, et
de fire perdre la trace de crimes prts tre
dvoils qu'on ne se laisse pas entraner trop
lgrement au charge consolateur d'espran-
ces don't la ralisation pourroit, tout au plus ,
tre effectue dans un temps de calme et do
paisibilit, en se fi;lanrit mme qu'on parviendra
surmonter d'innombrables.difficalts physiques
et morales..... Eq Amrique, comme en Eu-
,rope., une autorit. tendue au-del des bornes,








une confidence tro'p aveuglment accorde des
individus, ont.chrani la chose publique jus-
ques sur ses fondcmens. Trop de scurit sur
les vnemens ultrieurs acheveroit de tout
perdre. Autant les finestes effets-du crime sont
rapides, autant ceux du bien et de l'ordre scint
lents oprer. Il n'est plus permis d'en douter,
et ceci servira de rponse ces homes qui,
intresss a persuader que tout est pour le
mieux, s'4fforcent d'garer l'opinion et la bnne
foi publiques, par les nouvelles artificieus'ement
rpandues, et qui trop convaincus eux-mmes
de l'pouvantable rsultat de leurs operations,
ont la perfidie de reprsenter Saint-Domiiigue
merchant grands pas vers son entier retablis-
sement, et prs de reprendre cette splendear
qui fiisoit, avant qu'ils y eussent abord, le
dsespoir des ennemis de la France et l'admi-
ration de l'Europe tonne. Tel un autre
flau de son pays et de l'humanit annonoit
les malheurs de la Vende entirement finis,
lors mme que le sang franais ruisseloit tra-
vers ses planes infortunes, et que ses villes et
ses villages n'offroient aux, yeux pouvants
que des ruined et des cadavres !....
Il n'est que trop certain, que les p-aines
brillantes de Saint Domingue, ces planes,
autrefois







( 17)
autrefois couvertes de richesses, ne sont plus
qu'un dsert inculte et abandonn. De tristes
dcombres y rappellent peine au voyageur
effray, les superbes tablissemens que n'a-
gures on. y rencontroit chaque pas. C'er
est fait ces mailheurevses contres n'offrent
,mme pas" l'industrie de l'homme laborieux,
les ressources- qu'un terrein vierge et couvert
d'paisses foris prsenta ceux qui osrent
]es premiers cntreprendre de les cultiver. Il
rest peine les fondemens d ces masses de
batimens des manufactures sucre : ces ma-
chines ingnieuses et construites a grands frais,
ont t'rduites en cendres. La destruction to-
tale des arbres antiques, et aussi anciens que
le: monde, qui couvroient Saint-Domingue,
l'arrive de ses premiers conqurans, a fait dis-
parotre tous les, moyens de rparer ces pertes.
Enfin les bras qui vivifioient tout ont prouv
:une diminution effrayante, par les maux invi-
tnbhies de la guerre'et des maladies; et les hom-
mes qui y ont survcu, depuis trop long-temps
accoutums la licence, au meurtre et au bri-
gandage, n'offriront jamais 'agriculture que
des resources incertaines, sinon accompagnes
d'un danger imminent, pour quiconque osera
se charger de les diriger dans un tat don't ils
B







( i8)
ontperdu l'habitude, et qui fut toujours oppose
leur got natural et leurs inclinations.
A l'exception de quelques bouquets de bois,
'que la main de l'homme ambitieux et press
de jouir a pargns -jusqu'aujourd'hui les
mornes de Saint-Domingue, dja moiti rui-
ns avant la rvolution ,. et moiti couverts de
plantations en caf, don't la conservation exi-
geoit un entretien soigneux et rgulier : ces
noriies, dis-je, que l'abandon et la cessation du
travail (ceci sera sensible quiconque a une
lgre ide de la culture colonial) a 'couverts
de halliers, ne sont plus qu'une terre dgrade,
sans sel, et-presque gnralement condamne
une strilit ternelle Imposteurs et brigands !
voil un tableau que j'aurois pu tendre, et don't
je vous dfie de contester l'authenticit. Oscz
maintenant abuser de la crdulit publique et
peindre comme un phnix plrt renatre de
ses.cendres un pays que vous avgz couvert de
sang et de ruines, et que les hritiers de vot-n%
rage homicide, fidles vos instructions, ach-
vent de pousser vers son anantissement. .....
Osez nous reprsenter comme des citoyens pai-
sibles, des-tres que vous avez transforms eh
tigres altrs de sang; et come disposs ren-
-rer dans la cariire de agriculture des








( 19)
homes que vous en avez arrachs, et don't
vous avez dnatur les inclinations et la docilit,
par le long exercise et par l'habitude fortement
enracine du vol, de l'incendie et du carnage.
Ce que je viens d dire sur l'tat actuel de la
colonie de Saint-Domingue, et sur les allarmes
que les vrais amis du bien doivent prouver
pour l'avenir, seroit susceptible d'un dvelop-
-pement utile et lumineux : mais la religion na-
tionale n'est pas encore assez claire; les dis-
cussions touchant les colonies n'ont pas encore
acquis un dgr suffisant de maturity, et ce n'st
pas pendant le rgne de la prevention et de l'in-
certitude qu'il appartient un colon d'aborder
certaines vrits, don't l'exprience et, la r-
flexion amneront avec le temps la connois-
sance, et don't elles peuvent seules assurer le
triomphe. Mais il me sera bien permis du moins
'de ne pas croire toute l'eficacit si proclame
d'nne measure grande et gnreuse en elle-
meme, et qui lentement rnrie, ft revenue
une des poques les plus honorables l'huma-
nit; mais qui, trop prcipitammient hasarde ,
n'a servi juqui'ici qu' creuser son tombeau. et
s s'loigner du but vertueux qu'on s'toit pro-
pos, Souvent le bien mme n'est bien que par
la sagesse et la'maturit qui president soq.
Ba








( 20 )
application et au choix des measures propres &
l'oprer; et ce n'est pas la~ premiere fois que
des intentions pures n'auroient produit que
des fruits amers, par la negligence des moyens
qui auroient d tre employs et qui seuls
toient capable de conduire d'heureux rsul-
tats.
Qu'on ne s'attende pas trouver ici l'apologie
absolue d il'esclavage sur lequel at t fonde
jusqu'ici l'existence des colonies.... J'ai au
contraire, dvoiler des vrits don't l'expo-
sition franche ne tendra rien moins qu' accr-
diter ce reproche. Cependant, je suppose que,
lorsqu'il en toit temps encore, J'eusse t con-
sult sur cette grande determination qui ne tend
rien moins qu' changer la face de la France
.et peut-tre de l'Europe entire, j'aurois dit :
Hommes probes, qui travaillez -la -fois au
bonleur de votre patrie et celui de l'huma-
nit, ah! gardez-vous du pige qui vous est
tendu par le* crime, revtu du masque de la
vertu.... Voyez l'affreux -abme entr'oive'tt
ct mme du bien que vous voulez oprer....
craignez de substituer le nant uep brillante
ralit.... craignez que par trop de prcipita-
tion, de vaines spculations de philantropie
ze tarissent subitement une source abondante







(. 21 -
de richesses, et qu'un fantme cr par l'iha-
gination ne replace en un instant ces res-
sources immenss, fruit du travail de plusieurs
sicles, et auxquelles les besoins de la patrie
vous imposent la loi de ne point attenter! L'hu-
manit vous prescrit des loix; mais les intrts
de la patrie ne vous impotent pas de moindres
devoirs, et vous commandent de grands mna-
gemens; c'est votre prudence tout mrir,,
tout concilier Mais l'arrt en est prononc...
je ne sais plus que m'y soumettre avec respect,
et ma langue schera dans 'ma bouche plutt
que de conseiller un pas rtrograde.... Il n'ap-
partient qu'au temps et l'exprience de dve-
lopper des vrits suspects de la part d'un
home et sur-tout d'un homme intress :
mais en attendant, le mal fait des progrs ef-
frayans les moments present, et il est temps
ou jamais de recourir aux remdes qui peuvent
encore tre de quelqu'efficacit.
Je n'mettrai pas d'une manire plus ten-
due mon opinion sur ceux de ces remdes
qu'il seroit instant d'employer par prfrence.
Je ne dirai qu'un mot, et ce mot sera dict par
,a vrit et par l'amour de mon pays...... Sou-
vent j'entends parler d'armemens qu'on prpare
pour aller au secours de Saint-Domingue....:
B3







( 22)
Quo la France ne s'est-elle pas dja assez
puise en inutiles efforts pour ses colonies?
a-t-on on Li qu'en pleine paix, et lorsqu'elles
offroient encore des resources abondantes pour
leur entretien, ces gouffres dvorateurs lui ont
englouti, en peu d'instans, une escadre bril-
lante et quatorze mille homes de troupes
d'lite don't aucun peut-tre ne reverra jamais
les bords de sa patrie ? Ah ce n'est pas au mo-
ment o elle a besoin de tous ses ihroques en-
fans, qu'il convient d'loigner.de son sein le
nombre suffisant pour asseoir des esprances
fondes de succs 'ce n'est pas au moment o
les ctes de France sont menaces par des forces
de mer formidable, qu'on doit morceler ses
escadres et les envoyer au loin s'anantir en
dtail. Les esprances d'un succs incertain ne
sauroieut balancer la certitude trop assure
de perdre en peu de temps hommes et vais-
seaux. Mais l'ennemi a envahi Saint-Domingue!
Eh! qu'importe la Rpublique que cette source
abondante de richesses ait t dtourne par
les Anglais, ou quelle ait t tarie pour jamais
par la rage exterminatrice des brigands iit-
rieurs peut-tre un jour leur devra-t-on la con-
servation.des seules parties prserves par leur
presence du flau destructeur d'ailleurs, j'ose







( 23
le dire, c'est en Europe qu'il faut forcer lam-
bitieuse Angleterre abandonner ses conqutes
d'Amrique. Vaincue et malheurcuse, la France
eut invitablement perdu ses colonies; triom-
phante par-tout, elle saura bien forcer ses 'enne-
mis s'lumilier devant elle, et lui restituer
celles de ses possessions loignes qu'ils retien-
nent en core.
Miais c'est dans le cour mme de Saint-Do-
mingue qu'existe le mal le plus funeste, celui
auquel, avant long-temps, il sera dsormais
inutile de pourvoir. Lgislateurs, c'est sur l'un
d'entre vous, sur un home ferme, intelligent,
rempli d'intentions pures, et revtu de tout
l'clat de la puissance national, qu'il est encore
permis de fonder quelques esprances. La Con-
ventionnationale ne peut raisonnablement comp-
ter que sur un de ses membres, que des orages
multiplis, et une longue experience, lui ont
appris bien connotre. Dfiez-vous de ces intri-
gans qu'un triste essai n'a que trop fait appr-
cier; de ces homes qui, exerant une tyran-
nie affreus au nom de la libert, qui gorgean t
en parlant d'humanit, qui ruinant et boulever-
Ssant tout. sous le prtexte-driscii'e de rtablir
, l'ordre et la trancuillit, jpiirtnt peine le soin,
en Anmrique comme en Europe, de dguiser l*
B4









sentiment qui les animoit, celui de satisfaire
leur haine, leur ambition, et une basse cupidit!
Au, reste, qu'on ne s'exagre pas d'avance le
succs ultrieur de la seule measure qu'il con-
vient mon avis d'adopter. Quels que soient
les talens et les lumires d'un reprsentant du
, people charge de cette mission honorable et la-
borieuse, les plaies qu'il aura sonder sont
trop profondes pour qu'il parvienne les cica-
triser entirement, et oprer un changement
qui ne peut tre que l'ouvrage du temps et
d'autres circonstances. Il n'appartient qu' un
home instruit par l'exprience, des intrts et
des intrigues coloniales, de prdire, comme il
ne convient qu' un homme courageux et d-
vou la chose publique, de connotre d'avance
les difficults qu'il aura vaincre, les obstacles
et peut-tre les dangers qu'il aura surmonter.
D'autres ont cueilli les fleurs de cette mission,
il n'en reste,pl-s que les pines : mais d'autres
aussi, accumulant forfaits sur forfaits ont tout
perdu, tout boulevers et il seroit digne d'un
membre de la Convention national, quia sauv
la France, de prparer le salut de la plus impor-
tante de ses possessions, et d'arrter le mouve-
ment rapid qui entrane ses tristes restes vers
leur ruine, total. Nulle mission n'offr.it jamais







( 5)
plus de gloire recueillir,, mais aussi nulle ne
prsenta jamais autant de travaux essuyer. Les
functions de reprsentant du people Saint-
Domiingue ne peuvent convenir qu' un homme
sage, courageux,, capable de scruter tous les
replis du cour human, et dou de toutes les
qualits politiques et morales qui constituent
l'homme d'tat et un vrai rpublicain. Sonder
des places profondes, en tudier les causes et la
progression, djouer les intrigues de la scl-
ratesse et de l'aveugle intrt, parvenir, force
de prudence et d'adresse, devenir le rgula-
teur des mouvemens divers et enchaner la
fureur de tigres, prts mconnotre et d-
vorer leurs amis mme ;, mditer enfin sur les
lieux les bases d'un plan qui tendroit conci-
lier le respect et les droits de l'humanit avec
les intrts de la patrie : telle est, en peu de
mots, la tche important qu'il auroit remplir.
Mais je le rpte, la conclusion d'un si grand
outrage est au dessus des forces d'un seul
home : puisse-t il seulement avoir la gloire d'en
prparer les moyens !- puisse-t-il matriser les
passions et procurer un instant de calme et de-
repos une colonies accable depuis quatre ans
par tous les flaux ensemble il aura alors suffi-
samment mrit de la patrie et de l'humanit;







(26 )
mais le complement de ses operations, le rta-
blissement d'an ordre et d'une tranquillit sta-
bles Saint-Dor(cingue, et le retour d'une par-
tie de l'dchLtdont brilloit autrefois cette colunie,
ne peut tre que l'ouvrage du temps, d'ePexpe'-
rience et de la paie don't la France jouira
ap's lavoir donte toute l'Etr.ope (i).:...
Tandis.qu'un homee, quel qu'il soit, revtu
detout l'clat de l;: pisance national, et charge
desinstructidnsbienfaisante2 de la Convention...
ira verser sur les maux .e Saint-Domingue un
heaume salutaire, et approfondi sr les lieux
mme le principe et les causes de ses longues
infortunes, il imported de les fire galement con-
notre la France, trop long-temps abuse. Tel
est l'objet dans lequel j'ai entrepris ce petit ou-
vrage, qui tonsiste dans un expos rapide des
vnemens qui se sont passs Saint Domningue,
depuis l'anne 178.9 jusqu' cette poque. Je
n'ai malheureusement raconter qu'une longue
srie de malheurs; et ces malheurs sont sans
doute aussi dignes, ou plus peut-tre, d'affec.-

i). Graces soient rendues la Convention natioiale, mes
voeux sont rempls Depuis que ceci est crit, elle a 'd.
crt l'envoi de reprsontans du people p:is dans son sein
Saint-Domaingue: rest maintenant savoir sur qui tombera'
c. choix important 1....







(27)
ter la sensibility que ceux don't l'effrayant ta-
bleau t dernirement dvoil aux yeux de
la France et de l'Europe pouvante : mais
comment esprer que le souvenir recent des for-
faits des monstres de la Vende, du Rhne
et, de Vaucluse, aient laiss l'ame -fatigue
et accable pat le rcit de tant d'horreurs, la
facult de s'ttendrir encore et de-sentir avec
la mme nergie des crimes non moins atro-
ces et non moins rvoltans quelqu'loign
qu'en fit le thtre de. plus, la calomnie et
l'aveugle prevention n'ont-elles pas ferm et
prmuni d'avance tous les course contre le re-
,cit de dsastres don't les causes sont attributes
'ceux-l mme qui en ont prouv les plus fu-
nestes effects ? et ce n'est pas l la moins doulou-
reuse de leurs infortunes! Habitans "de Bedouin,
victims d'un sclrat atroce et sanguinaire,
votre sort fut affreux sans doute; mais vous
etes du moins la douceur de voir les repr-
sentans de la France frmir au rcit. des hor-
reurs exerces contre vous-, et.la Rpublique
entire verser des larmes consolantes sur vos
malheurs : mais jamais un mot, un seul mot
de piti et d'intrt ne fut prononc en faveur
des habitans d'une ville qui, de mme que la
vtre, fut livre au fer et aux flames, e,t qui,






( 28
bien plus infortuns que vous, furent forcs
d'aller chercher un refuge sur des bords tran-
grs, et sont encore, au bout de deux ans, ou
plutt de deux sicles de souffrances et de mi-
sre, dans l'affreuse incertitude de ce qu'ils
ont craindre ou esprer. Vous etes la
consolation de voir votre barbare perscuteur
cras sous le faix accablant de l'opinion, et
devenu l'objet de l'excration de quiconque
entendit le dtail de ses crimes, tandis qu'une
ville florissante, renomme, et du sein de la-
quelle une source inpuisable de richesses cou-
loit dans tous les points, de la Rpublique,
aujourd'hui dtruite, anantie par une suite
pouvantable de forfaits non moins affreux,
ne trouve pas un seul dfenseur, un seul
homme qui ose, au nom de l'humanit, imn-
plorer justice et vengeance pour elle! .. Que
dis-je! ses ennemis les plus cruels, les chefs de
gs assassins incendiaires, sont l, qui, parve-
nus force de crimes et d'impudence siger
parmi ses judges, et arms du masque don't ils
ont su se couvrir, se montrent toujours prts
lever la voix, et touffer celle de quiconque
tenteroit de le leur arracher! Les malheureux
habitans de Saint-Domingue ruins calom-
nis, dnus de resources et de protecteurs,







(29)
ne trouvent, au lieu de compassion, que froideur
et indifference. Tel est le- prjug fortement
imprim contre ces infortuns! victims des
plus horribles machinations, chapps peine
Sau fer qui a dtruit leurs families, aux flames
: qui ont dvor leurs proprits, devenus les ob-
Sjets ternels du reproche et de la defiance, au sein
mme d'une patrie qu'ils enrichissoient autre-
fois, et laquelle ils sont venu demander justice
et un asyle; la calomnie ne cesse de s'attacher
leurs pas, et il semble que ce soit leur fire
Grace que de ne pas les .traiter en hommes
;- souverainement coupables. La France entire
clbroit par des cris de joie sa dlivrance du
joug odieux du. plus vil de ses tyrans, lorsque
les colons, avilis, perscuts, gmissoient en,,
core dans d'horribles prisons, et avoient devant
eux la perspective du supplice destin a'^re
'la recompense du crime. Il ne manquoit plus,
pour mettre le comble leur misre, que l'hu-
miliation de parotre devoir la libert ces
mmes hommes qui toient parvenus la leur
fire ravir, et contre lesquels, depuis si long-
Stemps, ils rlament vainement la justice natio-
nale.,.. Mais non! cette justice n'est pas un
vain mot! elle tend insensiblement ses ales
protectrices sur la vaste .tendue de. la Rpu-







( 30 )
'blique franaise, d'o elle a dja chass le
spectre affreux qui y rdgnoit sous son nom
et sa forme; ses effects, pour tre plus lents, n'en
seront que plus terrible : attendons.... Et vous,
sclrats tremblez! voyez votre just supplice
s'avancer d'une manire lente, mais infaillible...
voyez le froce Carrier, sortant du milieu de la
representation national pour monter l'cha-
faud.... voyez ses mules, ces autres flaux de
l'humanit, couverts autrefois d'unmasque non
moins spcieux, non moins impntrable que
le vtre, prs d'obtenir la mme rcompense !
Le moment n'est pas loign peut-tre, o il
vous faudra imiter dans la conclusion ceux
don't vous avez si fidlement suiyi les examples
d'atrocit et de barbarie !
J'ai cru devoir fire prcder le prcis histo-
rique des derniers vnemens de Saint-Do-
iningue, par un tableau succint du regime
,colonial don't on a tant parl, qui donna lieu
aux plus vives rcla-mations, et don't l'abus
devoit' tt ou tard entraner les plus graves
consequences. J'ai tch de-donner une ide de
-son origine, de ses accroissemens, des biens et
des maux don't ce regime fut jusq ' nos
jours une source fconde. Les -colonies, Ren
-gnral, sont les pays de tous les prjugs qui







S3 )
tiennent de prs Porgueil et la cupidite. tL,
totes les passions qui transportent l'homme,
dja exaltes par un climate brlant, le sont
encore plhs par la jalousie, l'mulation, et par
les innombrables facilits de s'enrichir et de
satisfire ses penchans. Mais le colon qu'on
peint dur, cruel et impitoyable, est gn'rale-
ment human, sensible et gnreux : jamais l'hu.
ranit ne inanifesta inutilenment devant li..ses
souffrances et ses besoins; nul people ne ,on-
serva, au milieu de ses infortunes, plus d'atta-
chement sa patrie; aucun ne montra jamais
plus d'obissance aux lob; nul people enfin ne
tmoigna plus de respect pour le pouvoir na-
tional, confi des homdmes qui ne s'en ser-.
virent que pour anantir leurs fortunes, et
attenter leurs vies. Les inculpations, trop
gnralises autrefois contr'eux., n'eurent pour
cause qu'une basse envie, provoque par leurs
succs, de mme que leurs .nalheurs .et, la
calomnie qui les pursuit de nos jours, sont
l'oeuvre de la solrd~esse -et de vils iintrigans,
IMais je n'enenserai pas' leurs erreurs., leurs
prjugs....je ne m'rigerai pas en apologist de
drdits sans principles, et qui, fonds sur l'u-
sage seul, laissoient chacun, selon son incli-
rition,, I'trange liberty, d'tre envers leurs







( 32 )
sujets, des matres justes et bienfaisans, ou des
bourreaux avides et sanguinaires..... Je n'atten-
dis pas la revolution,, et que les ides nouvelles
eussent germ dans tous les esprits, pour'gmir
sur le pouvoir arbitraire qu'un petit nombre
d'hommes s'toit arrog envers une multitude
d'itres faits et organisms comme eux.
Je le dis avec franchise et impartiality :
non! le colon, en gnral, ne dut &re jamais
considr, ne fut jamais un matre barbare,
et abreuv du sang des africains. La splendeur
'de Saint-Domingue en fut la preuve la plus
incontestable. La richesse ne peut-tre le fruit
de la tyrannie intolrable; ,l,' l'homme just et
gnreux ,oyoit tout. prosprer autour de lui.;
l aussi, l'homme avide et inhumain prit tou-
jours ombree pour la ralit; et semblable
Tantale, voyoit devant lui un fleuve d'or' sans
pouvoir y puiser J'ai vu Saint-Domingue un
grand nombre de propritaires bons et sensible,
entours d'atteliers si heureux, qu'en les voyant
on et pu hardiment condolure que cet tat toit
pour le.noir le meilleur.tat possible. Mais, je
l'avoue, cette situation fortune toit absolu-
ment dpendante de la volont de' clui qui
avoit eu la sage prudence de l'assurer au sein
de son petit empire. Les loix protectrices iF
l'esclavage







(.33)
l'esclavage tbient tombes en dsutude : rien
n'toit permanent en bien-, et tout ne l'toit que
trop en mal. Souvent, et les examples en sont
frquens, un fils dissipateur, press de jouir
et inhumain, succdoit un pre conome,
qui, par sa douceur et sa sagesse, avoit su
tablir entire l'esclave et lui une touchante rci-
procit cde bienfaits et de reconnoissance....
Mais le fondateur de cette prudent administra-
tion une fois dcd, tout toit boulevers : cet
homme respectable n'toit plus, dans la bouche
de son avide hritier, qu'un matre foible et
sans discernement. A un gouvernement pater-
nel il en substituoit bientt un autre plus
analogue ses faux principles, et ses ambi-
tieuses ides. La minoire du just, mprise
par celui qui auroit dcl 'imiter, alloit se rfugier'
dans le coeur de l'esclave, qui, la larme l'eil
et l'ame abattue de douleur, l'invoquoit silen-
cieusement an milieu des travaux, don't la tche
devenue plus pesante n'avoit plus ni les an-
ciennes rcompenses ni les mmes encourage-
mens. En, un mot, j'ai vu un grand nombre
d'habitations o rgnoit l'esprit de bienfai-
sance et d'humanit, ou si l'on veut une con-
noissance approfondie ces vrais intrts du
matre ; mais il n'en existoit que trop, o l'oeil
C







( 34 )
toit effray, souill par le spectacle d'une bar-
barie qui et suffisamment motiv la destruc-
tion d'un regime accompagn de ces pou-
vantables excs. Je les montrerai dans tout leur
jour, ces excs sur lesquels les faux prjugs
de l'avarice et de l'gosme cnt trop long-temps
jett un voile, tandis que la -haine et l'envie
s'efforoient d'en gnraliser l'odieux reproche.
Qu'ai-je manager ? craindrois-je d'indisposer
contre moi les homes don't l'humanit m'assure
l'approbation? Eh que m'importe le ressenti-
ment de ceux don't je serois le premier pro-
voquer la punition, et don't la cruelle avarice
est la cause primitiveet principal de notre ruine
entire, et de la calomnie qui nous pursuit !
0 mes compatriotes victims de l'erreur et de
la sclratesse, et d'un concourse de causes et
de circonstances don't toute la prudence hu-
maine ne pouvoit prvoir ni dtourner les fu-
nestes effects seriez-vous assez injustes pour
blmer ma sincrit, pour mconnotre la jus-
tice des motifs qui dirigent ma plume, et qui
animent un de vos frres, non moins plaindre
que vous series vous encore assez ennemis
vous-mme pour rester opintrement attachs
des prjugs don't le rgne antique devoit
trouver son terme et s'anantir devant les cris








(35)
rpts e liberty et d'galit, qui se firent en-
tendre la fois dans les deux hmisphres !
Non, non! instruits l'cole du malheur et de
l'exprience, vous ne donnerez pas de la vrai-
semblance aux calomnies que vos ennemis et
vos perscuteurs s'effoicent d'accrditer contre
vous. Quiconque d'entre vous n'est pas dpourvu
de jugement, a dja senti qu'un changement
dans le systmire des colonies et t tt ou tard
le rsultat inevitable des vnemens gnraux,
quand mme les malheurs qui ont pes sur elles
n'eussent pas t prmaturment provoqus par
la perversit de quelques homes qui, mus par
l'envie, par leur ambition, ou par l'exaltation
de leurs ides, sont parve;us tout bouleverser.
Non vous ne dmentirez pas ce que j'ai.dit de
Svtre attachment la patrie, 'de votre, obis-
Ssance aux loix! Malheureux par la perte de
vos fortunes, plus malheureux encore par 'er-
Sreur et la prevention leves contre vous, vous
ne vous dpartirez pas de la resignation et de la
patience qui vous caractrisent; et vous laisse-
rez au, temps et l'exprience le soin de dvoi-
ler votre innocence, et de prouver que vos int-
rts, ceux de la Rpublique et de l'humanit,
ne sont pas aussi inconciliables que la malveil-
lance s'efforce de le persuader.
Ca







(36)
Mais que veut dire ce singulier silence que
vous gardez au moment o il im orteroit si es-
sentiellement de vous faire entendre et de payer
votre pays le tribute de vos lumires, etde votre
experience ? Ah je le vois l'affreux terroris-
me, ce monstre abreuv du sang d'un million
de Francais, tient encore suspendus sur vos ttes
ss poignards homicides. Son horrible domina-
tion a disparu de toute l'tendue de la France,
et vous seuls tes encore des victims que l'igno-
rance et l'aveuglement abandonment ses 'fu-
reurs, lorsque tous les autres Franais en sont
.affranchis.
Oui, je l'apperois qui, inspirant un de ses
fanatiques complices, et le faisant parler, selon
son usage ,au nom de la justice et de l'huma-
nit, -vient de surprendre des applaudissemens
et d'obtenir toutes les marques d'approbation,
en vous peignant come des bourreaux des
buveurs ie sang africain ,. convert en liqueurs
spiritueuses...... Eh qui ne reconnot claire-
ment les brigands qui, ardens poursuivre leurs
plans et corrompre l'opinion, suggrent leurs
imbcilles et froces clients, ce plat et atroce lan-
gage. 'Infortuns n'toit- ce donc pas assez
de vous punir des prjugs qui vous avoient t
transmis par vos pres, et d'avoir pris l'erreur




\I






(37)
pour la vrit!' et l'on ose vous peindre sous les
traits qui caractrisent les homes le sang l'on
vous identifie avec ces monstres qui ont covert
la France d'ossemen et de ruines, vous qui n'a-
vez plus ni families, ni: biens, et qui, en petit
nombre, n'avez sauv de vos malheurs qu'une
existence sans moyens, et que le crime pursuit
encore avec acharnement! Vous seuls tes en-
core livrs aux angoisses de la terreur, et con-
damns au silence, lorsque tout Franais com-
mence respirer et peut se fire entendre !
Et toi, people magnanime toi, don't la con-
fiance et la religion ont t si cruellement trom-
pes-, reconnois dans ces infortuns des frres,
des amis, des hommes dans les veines desquels
circle ton propre sang que tes yeux dessills
sachent enfin distinguer le crime de l'innocence.
Punis les coupables, quels qu'ils soient; mais
quarante mille individus, tous enfans d'une
Smme patrie, ne sauroient l'tre galement, ou
ne le sont que d'un moment d'erreur que tant
Sd'infortunes et la perte de tout ont suffisamment
expie! que la foudre dornt tu frappas les tyrans
et les tratres, s'appesantisse sur les tres vils que
le sordide intrt rendit sourds aux cris de l'hu-
inanit, et qui, insensibles l'honneur de t'ap.
partenir, ont cru depuis se mettre l'abri des
C3






(38 )
vnemns et de la vengeance en invoquant les
secours trangers : mais que tes bras fraternels
s'ouvrent en faveur du nombre, bien plus grand,
d'hommes dignes de toi, qui ont tout perdu, tout
abandonn pour venir te demander un asyle, ou
ont t forcs d'aller le chercher auprs d'un
people ami. Adoucis enfin, par quelques mar-
ques d'intrt, leur situation dsolante; calme
leurs maux et leur dsespoir par la consolante
certitude qu'ils ressentiront leur tour les ef-
fets de cette justice don't tu as jamais rtabli
l'empire.


/'I









H IST 0 R E

DES DSASTRES


DE SAINT-DOMINGUE.



Tableau du regime et des accroissemzens de la
colonies de Saint Domnigue, depuis safonda-
tiop jusqu' la r'olutioiz de 2789.

PERSONNE n'ignore que Saint-Domingue est, sinon la plus
grande, du moins la plus florissante ds Antilles. La presque
moiti appartient la France; tout le reste est possd
par les Espagnols, qui en firent la dcouverte sous la'on-
duite du. fameux Colomb. Conservant le souvenir de l'im-
m'ense quantit d'or que ses anctres arrachrent des entrailles
de ceite riche terre, co people, -la-fois paresseux et avide,
semble aujourd'hui mpriser des richesses d'un autre genre,
mais bien plus avantageuses, que lui offre sa fcondit. La
parties franaise au contraire, ou l'industrie et l'agriculture
sont parvenues au plus.haut priode, est un glorieix' t/moi-
gnage de ce que peuvent le travail et la patience de l'homme
laborieux, aid'par les influences du. climate le plus heureux
et le plus doux..
Les commencemens de cette colonie offrent une singularit
d'venemens qu'on ne remarque dans la foundation d'aucuno
,polonie ancienne ou moderne. Ils, furent, sur-tout, signa-
C4









ls par des traits de bravoure, de frocit et ae grandeur
d'ame don't la vrit bien constate, tonne aujourd'hui les
ames dela trempe la plus forte, et l'lrosme mme. Je veux
parler des premiers franais qui y abordrent et y firent cause
commune avec un petit nombre d'trangers qui s'toient
mls parmi eux : car leursrivaux ne firent clbres que par
leur avarice, et leur barbarie envers les indignes people
doux et timide.... *
Les Espagnols eurent peine pris possession de cette terre,
qu'elle fut presqu'aussi-tt couverte d'hommes de leur nation,
qui y furent attirs par les merveilles qu'ils avoient entendu
raconter de ses richesses, ou qui accouroient pour se rendre
de l ailleurs, et aller partager le fruit d'autres conqutes
qu'on se disposoit faire. Ce fut de Saint-Domingue et des
isles voisines que partirent les Vlasquez, les Cortez, les
'Pizarre, pour aller soumettre le Mexique, le Prou, le
reste des Antilles, et tous ces vastes pays cq i forment aujour-
d'hui la domination espagnole d'Amrique....
LM bruit exagr des richesses en tout genre qui avoient
couronn la hardiesse ,de ces conqurans, et de ceux qui
marchoient sur leurs traces, ne manqua pas d'exciter la
jalousie des autres peuples d'Europe. Mais pendant plus d'un
sicle, aucun n'osa letter contre l'norme colosse de la puis-
sance espagnole, ni contester la validit du don qui lui avoit
td fait par un pape, non-seulement de tous les pays conquis
en son nom, niais encore de ceux qu'on n'avoit fait que
reconnottre. Enfin .au commencement du dernier sicle,
quelques aventuriers franais osrent les premiers tenter
un essai. S'tourdissant, parl'espoir de s'enrichir, surlesdan-
gers de leur entreprise, et sur ce qu'ils avoient craindre de
la barbarie d'un people jaloux,, qui, pour plus douce pu-
~sition, les et condamns aller ternellement fcuiller les







(41)
mines du continent, ils prirent terre dans la parties de Saint-
Domingue ou est aujourd'hui le port de Paix, don't les
bois inhabiti et peu frquents des Espagnols leur of-
froient un refuge et mme l'esprance d'y vivre cachs et in-
COnnl s.
Mais ce n'toit pas.pour rien que les Espagnols avoient
laiss cette contre dserte et inhabite. Elle ne prolduisoit
ni or, ni aucune des richesses unique objet de leurs recher-
ches. Les nouveaux dbarqus, tromps dans leurs esp-
rances, se virent forces, pour subsister, de donner la chasse
aux taureaux sauvages, don't l'espce, porte Saint-Domingue
parses premiers conqurans, y avoit multipli d'une ma-
nire incroyable, et dans un sicle avoint peupl les vastes
forts don't cette isle toit couverte.' L'habitude de combattre
ces animaux furieux, l'usage de manger leur chair pour toute
nourriture, et de teindre leurs vtemens dans leur sang, ne
tardrent pas rendre ces chasseurs aussi terrible et plus
froces qu'eux. Tels toient les boucaniers lorsque les Es-
pagnols s'appercrent que des individus d'une autre nation.
avoient os mettre le pied sur.une de leurs plus prcieuses
conqutes : ils rsolurent aussi-tt de les en chasser, et
d'exercer sur eux une vengeance capable d'ter d'autres
l'envie d'imiter leur example. Mais ce n'toit dja plus ces,
hommes aussi courageux qu'avares, don't une poigne avoit
vaincu des millions de.Mexicains et de Pruviens. L'Espa-
gnol, nerv par sa mollesse les influences d'un climate
brlant, et par une longue tranquillit, ne conservoit des
anciennes passions qui l'avoient rehdu capable d'entreprises et
de faits incroyables, que son avarice, l'insatiable soif de l'or.
Ses nouveaux adversaires, au contraire forts de leur pau-
vretf, n'ayant pour tout,bien qu'une chemise et.une casaque,
teinte de sang, et un -long fusil; devenus plus que des







(42 )
homes, par une vie laborieuse.et un exercise continue
etsur-tout.par l'affreuse perspective du sort qui les attendoit,
s'ils se fussent laisss vaincre; les boucaniers, dis-je, ren-
dirent inutiles, par leur terrible courage, toutes les tenta-
tives de leurs ennemis pour les chasser de la contre qu'ils
occupoient. Ceux-ci, dsesprant dsormais de les vaincre
.par la force des armes, imaginrent de donner de leur ct,
une chasse gnrale aux taureaux sauvages qu'ils regar-
doient comme la seule resources des' boucaniers pour subsis-
ter, et leurs peaux comme la seule richesse qui les et
attirs Saint-Domingue....
Ce plan, excut avec ardeur et avec toute la patience
castillane, eut son entier effet quant la destruction des
animaux, qui furent tous dtruits ou devinrent extrmement
rares ; mais il manqua de succs l'gard de son principal
objet, la mort ou la retraite des boucaniers. Ceux-ci, de-
venus plus terrible, et don't la confiance avoit augment,
aprs avoir lutt avec advantage contre leurs nombreux enne-
mnis, privs de l'unique resource laquelle ils avoient pr-
tendu jusqu'alors, osrent devenir aggresseurs leur tour,
t firent, dans la suite, bien, repentir leurs antagonists de
la vaine prcautioin qu'ils avoient imagine pour lasser leur
courage. Aids par un petit nombre d'hommes de diverse na-
tions, mais qui n'en form'oient qu'une par leur commune
haine pour le nom espagnol, ils tentrent, sur de frles pi-
rogues de ctoyer lisle de Saint-Domingue, et s'emparrent,
sans peine des premiers vaisseaux qu'ils rencontrrent ,
et qui naviguoient dans ces mers dans la plus profonde scu=
rit. Ces premires prises eurent bientt mis ces nouveau
guerriers en tat de se rpandre au loin, et en peu de temps
toutes les parties des possessions espagnoles d'Amriquo
furent replies du bruit de leurs conqu'tes et de la. terrer3-







( 45 )
ai' nom des Flibustiers : les plus reules ne furent pas
l'abri de leurs hardies et incroyables entreprises.
De fortes escadres espagnoles frrent armes pour les com-
battre et arrter leurs progrs. La petite isle dela Tortue, don't
les Flibustiers avoient faitleur refuge, leur fut enleve, et ses
forts furent dtruits; mais ces checs n'empchrent pas qu'ils
ne devinssent de plus en plus redoutabls et que leur nom-
'brene s'acci-rt par le concours d'une grande quantity
d'hommes, attirs par le bruit de leurs succs, et par l'espoir
de participer aux dpouilles d'un ennemi abhorr de toutes
les nations (i). Enfin vint le moment que, plus tranquilles
dans leurs retraites, les dangers et les fatigues d'un tat aussi
pnible, les rixes quelquefois sanglantes qui devoient s'-
lever entire des hommes d'une origine et de Inngage diff-
rens, et la vieillesse, en fiJrrent un grand nombre d'adopter


(1) Il peut y avoir de l'inexactitude dans l'expos des faits
historiques, que je traie ici avec rapidit et avc le seul secours
de ma mmoire; mais il n'en serviront pas moins donner une
ide just de l'origine et des premiers temps de la colonies franaise
de Saint-Domingue. Parmi ls personnel mme instruites il en
est encore peu qui connoissent les particularit qui accompagn.
rent sa fohdaiion. J'ose dire que cette possession importance
n'toit connue, des villes mr"ne de commerce, que sons le rap-
port des biens immense qui en sorroient pour les enrichir; et ce
n'est vritablement que depuis la rrolution que, d'aprs les dbats
qui ont cu lieu son occasion, on a commence gneralement
se douter de son importance; encore ces foibles lumires sont-
elles le partage d'un bien petit nombre d'individus; le sort de cette
colonie ne depend plus aujourd'lui des caprices d'un ministry et
de la volont d'un seul home; tout franais est devenu juge dans
sa cause, et peut concourir adoucir et rparer ses malheurs II
rst important que quiconque a le droit direct ou indirect de pro-
n.pncer sur es destinies, soit clair, au moins sommairement.







(44)
un genre de vie plus tranquille et plus sdentaire, et les d-
goitrent d'nn mtier don't les profits coinmenoient dimi-
nuer measure 'que les dangers en augmentoient. Les plus
jeunes et les plus ardens, seuls, continurent de s'y livrer
pendant quelque temps encore..........
Tels sont l'origine et les foibles commencement de l'agri.
culture franaise Sai-nt-Domingue : tels fur-ent les premiers
essais, don't les succs obtenus depuis, sont bien plus en
droit d'exciter l'admiration et la jalousie des Europens que
-tout ce qu'on raconte de merveilleux des premiers possesseurs
de cette florissante contre..........
Je vais m'loigner rapidement des temps qui suivirent le
berceau da cette colonie naissante : je ne m'arrterai'que sur
quelques dtails, don't le rapprochement pett tre propre
better du jour t de l'intrt sur l'histoire de la gnration
actuelle.
Saint-Domingue, commenant prendre quelque consis-
tance, le gonvernement franais la crut digne de son initrt
et de son attention soit qu'il prvit ce que cette isle devoit
tre un jour, soit qu'on la jugett utile ai project d'abaisser, en
Amrique, lapuissance espagnole, dja consi'lra blementaffoi-
blie cn Europe. Louis XIV y envoyaun gouverneur, quiy fut
reu comme un gage de sret et le grant d'une protection
assure, contre quiconque oseroit attaquer ces nouveaux
sujets de la France (1).


(i) Les Flibustiers, ou premiers habitans.de Saint-Domingue,
se donnrent volontairement la France, qui, en retour, assura
leurs nouvelles proprits, et les mit par sa protection l'abri
des invasions trangres. Mais quelle disproportion dans la rci-
procit de ces donations politiques! Le voeu libre' et spontan des
notuveaux colons avoit ajout une possession important au do-








( 45 )
Sous la conduite et par les-exemples de quelques hommes
vertueux, qui les gouvernrent moins en chefs qu'en pres de
famille, les premiers habitans de, Saint-Domingue, de guer-
riers froces et intrpides, devenus de paisibles cultivateurs,
sentirent 'amour du pillage et l'humeur sanguinaire qui les
caractri'soient s'vanouir insensiblement de leurs coeurs,
et y faire place aux vertus douces et sdentaires. Ces respec-
tables gouverneurs soit qu'ils suivissent leur inclination
naturelle, soit que les gards don't ils usrent leur fussent
ordonnes envers des homes qui s'toient donns la Franep
de leur propre movement, ont laiss une mmoire qui sera
toujours chre : d'Ogeron, Pouancey, Cussy, Ducasse et
l'Arnage, sont des noms qui, encore aujourd'hui, ne se
prononcent pas sans attendrissement, et qui contrastent d'une
manire bien trange avec ls noms qui les ont suivis des
Fayet, des Bory, des Monbazon, des Bellecombe, ect. ect.
Cette nouvelle colonie fut bientt consolide et tablie
d'une manire stable par les secours de la mtropole, et par
un certain nombre de femmes qu'on se hta d'y envoyer,
don't les charmes achevrent de vaincre la frocit d'hommes


maine national, et leur rcompense fut d'etre livrs presqu'aussi-
t6t au despotisme d'un gouvernement militaire, qui n'toit et no
fut jamais rgl sur des bases fixes, et au monopoly et l'avidit
des companies marchandes..... Il imported plus qu'on ne croit
la gloire et lintrt d'une nation puissante, et qui part dter-
mine prendre la justice pour guide, d'examiner et d'approfondir
la nature d'un pacte et de conversions primitives, don't les effects
imprescriptibles ne devoient pas tre soumis au jeu des passions,
et exigeoient do mres rflexions et des decisions moins prcipi-
tes..... 11 est toujours temps de reconnoitre une injustice; et
peut.-tre est-ce cette condition que le phdix peut renatre ds
ses cendres ....









(46)
qui, depuis long-tempi, ne connpissoient que ceux du pillage
et du meurtre et parvinrent ' les attacker leur nouvel
tat, sans aucun detour ni regret vers celui qu'ils venoient
d'abandonier. Ces femmes, don't la possession devoit tre
d'un prix inestimable pour le cour de ces homes, privs
depuis si long-temps de la presence et de la vue de ce sexe
toiert accordes d'abord au plus vertueux ou celui qui
to it le plus en tat d'en payer une-valeur, jusqu' ce qu'on
en et envoy un nomibre suffLant pour tous.
L'industrie agricoledesinouveaux colons se born long-temps
la culture d'un peu de tabac, derocouet decoton, qu'ils cul-
tivoientdeleurspropres mains, ou aids par un ou plusieursde
ces hommes qui, sous lea ino d'engags, accouroient d'Europe,
et changeoien t momentanment leurlibert centre un ['rix iii-
diocre, et contre l'esprance d'acqurir, dans la suite, une,
proprit dans une colonie qui uffroit des contres immen-
ses dfricher. Quelqu'habitude que ces homes eussent
de ce climate dvorant que de vastes furts et des planes
aquatiques et sans cesse couvertes de brouillards achevoient
de rendre mal-sain on peut s'imaginer avec qu'elle facility
l'europen transplant devoit y prir moins de croire que-
ces inconvniens toient compenss et rendus moins dange-
reux par une vie laborieuse et sobre. Toutefois on en vit un
grand nouibre russir, au point d'tendre singulirement leur
culture et lrs speculations. Le commerce de la mtropole,
foible dans le principle, et se rduisant l'change des
utinces!produits. de la colonIe, contre quelques objets de
premiie ncessit commena prendre de l'accroissement,
et peu--peu fit connoitre au cultivateur les objets de luxe
auanufacturs en Europe. Les bornes de la parties francaise de
Saint-Domingue furent poies et reconnues ' la suite des
traits de paix faits avec l'Espagne. Bientt on vit des villes







47 )
s'lever, et la population s'accrotre, au point qu'on jugea
indispensable d'tablir une foule de nouveaux chefs en sous
ordre, des conseils, des jurisdictions, et tout l'attirail de
l'ancien gouvernement.
Saint-Domingue toit dja arriv au plus haut priode o
il pouvoit parvenir par l'industrie, par les seules forces de
l'europen, que la nature n'a pas form pour travailler sous
ce ciel -la-fois doux et dvorateur ; il n'y avoit qu'un
example suivre pour porter rapidement cette colonie un
point qui devoit effacer les succs passs, et prparer ce dgr
incroyable de magnificence et de richesse o elle a t
conduite de nos jours.
L'Espagnol, capable de s'assujtir des contres immense,
des empires entiers, ne s'toit pas senti la force d'entr'ouvrir
le sein de la terre pour y chercher ces riches mtaux don't
la possession toit l'unique objet de. tant de travaux, de
tant de conqutes entreprises et si heureusement excutes.
Il fallut recourir aux bras de ses nouveaux et infortuns
sujets ; ces peuples, foibles et timides, disparurent par mil-
liers dans ls entrailles d'une terre don't ils savoient
peine gratter la surface, pour obtenir les objets de subsistence
qu'elle leur accordoit avec prodigalit. C'est l qu'ils
furent forcs un travail crasant, qui fit disparoltre en peu
de temps des nations entires. Saint-Domingue toit peupl
par un million d'indignes : on n'en voit pas aujourd'hui la
trace d'un seul.
L'Afrique est peuple en grande parties d'hommes aussi
aimples, aussi dociles que les Amricains; mais plus forts,
mieux constitus, et plus capable de rsister des travaux
pnibles, sous un ciel qui diffre peu, ou presque pas,
de celui qui les a vu naltre. C'est l que l'Espagnol alla
hercher de nouveaux ouvriers, de nouvelles victims d'ua







( 48 )
travail don't le plus grand danger ne consiste pas dans sa
fatigue et dans sa duret (i). C'est l qu' son example,
ardent seconder les efforts du colon franais de Saint-Domin-
gue le commerce alla lui chercher des coopraturs. Mais
quelle difference les premiers toient condamns ne plus
voir le jour, respirer ternellement les miasmes mortels
qui s'exhalent du sein des mines; leurs frres, bien moins
malheureux, ne furent employs qu'' une culture uniform,
un travail doux et lger. On sait combien les premiers
S habitans de Saint-Domingue, borns la possession de
trois ou quatre esclaves, qu'ils avoient achets au prix de
leurs longues pargnes toient craintifs sur tout ce qul
pouvoit les leur faire perdre, et toient jaloux de les mainte-
nir dans un tat de sant et de vigueur. Ils voyoient en eux
les soutiens de leur vieillesse et des homes qui les supple-
roient lorsque leurs forces affoiblies ne leur permettroient
plus de travailler eux-mmes. Nulle difference entire la vie
frugale et la niourriture du blanc et du noir; les soins, les
bons traitemens lui toient prodigus ; la punition des fautes
toit lgre et analogue des moeurs si douces; le ngre
toit moins trait en esclave qu'en infant tendrement
chri. Souvent le matre, en mourant, donnoit tous la
libert s'il n'avoit point denfans ; et dans le cas con-

(3) On remarquera peut-tre que j'ai interverti quelques po-
ques.... Peu imported, qua dans une exposition court et rapide,
j'aie plac un peu plus tt, un peu plus tard, celle o les premiers
noirs furent transplants Saint-Domingue, dans un prcis qui a
pour objet de satisfaire la curiosity sur le vritable tat de ces
hommes si essentiellement ncessaires la prosprit des colonies:
il suffit de fire connotre le principle et les causes d'un vnement
qui fit jaillir, pour toute l'Europe et pour la France en particu-
-sulier, une source inpuisable de richesses'....
traire,








(49)
traire il affranchissoit du moins ceux qui lui avoient
tmoign le plus de zle et de fidlit.
Ce rgimne paternel fut suivi de succs inesprs, et que
de foildes conmmencemens n'avoient pas immie permis de
prvoir. La canne sucre, L'indigo et a comniiencemnent de
ce sicle le cafier, furent tranrplintt's Saiiint-Dominrgue et y
ru sirent au-del tic toutes vsprnnces. Ces n uvelles cul-.
tures exigent des dpenses c. nidlables, et une aiigiien-
tttion de forces. Le commerce national et ses nombieux
vaisseaux pourvurent tout. On vit la colonie de Saint-
Domingue s'lever rali element un haut dgr de splendeur,
et ainorcer dja ;a grandeur future, par les travaux et 'in-
dustrie de ses cultivateturs aid :s par les advances cona.idrables
du n4gcia: t, qfii certain de profits immense sur-tout sur
l'exportation exclusive des prcieuses denrdes coloniales,
n't iit pas dcourag par l'inexactitude ou par la lenteur
des paiemens.
La douceur primitive du regime qui rgno't Saint Do-
mingue, fut sans doute une des principles causes de sa
splendeur progressive, malgr ls entraves du monopole, et
nalgr les dures' loix qui lui firent imposes par des corn-
pagnies avides qui donnrent le premier example d'euvisager
le fruit des sueurs du colon laborieux come un bien qi
leur appartenoit exclusivemenit. Birintit elle trouva sa lin
dans les succs nime qu'elle avoit occasionns. Des ri-
chesses immenses que des pres conomes transmirent
des enfans qui ignoroient ou qui oublirent ce quelles
leur avoient coMt de travaux et de soins ; un Juxe effrayant,
qui en dut tre le rsultat naturel, corrompirent tout. A un
rgime paternel, maintenu jusqu'alors par l'intirt pers nnel,
et par des loix douces qui, mins par. la negligence de ceux
qui toient charges de les faire excuter que par la raret
D







( 5o )
des occasions de les appliquer, toient tombes peu--pet
cans l'oubli, et en dsutude; ce rgime, dis-je, succda
le rgne de l'gosme de l'avarice, de la barbarie et de
tous les vices qui naissent les uns des autres. Bientt la
difference et l'opposition de couleur qui distingue le b!anc et
le noir s'tendirent jusqu' la comparison de leur existence
morale : le maitre ne fut plus qu'un tre privilgi n pour
jouir, et l'esclave, un infortun form par la nature exprs
pour travailler sans cesse et pour souffrir sans aucun ddom-
magement. Des milliers d'hommes furent runis dans une
seule habitation; et d'un bout de l'anne l'autre, et les
annes suivantes tant que leur existence pouvoit y suffire,
ils travaillrent sans relche pour un matre que souvent
ils ne connoissoient pas, et qui, au sein de la mtropole,
dvoroit seul le fruit des sueurs de tant de malheureux et
oublioit, au sein de la volupt et des dlices, les larmes et les
souffrances,qu'elles avoient pu leur coter. Souvent aussi
c'toit un matre doux et human et qui, digne de possder
les biens don't la fortune l'avoit combl, toit rempli d'une
tendre sollicitude pour des homes loigns de lui, et que
present il et trait come ses enfans ; il donnoit des
ordres pressans d'adoucir leur sort, et de les rendre aussi
heureux que l'tat d'esclave le comporte. Mais comment
esprer qu'ils fussent excuts par des charges mercenaires,
et don't les -intrts y toient diamtralement opposes. Un
gouvernement qui n'toit fond sur aucun principle sur
aucune base fixe, et qui n'avoit de durable que le plus lord
despotisme; des rglemens arbitraires et incohrens ; des
loix qui avoient pu convenir des hommes simple, peu
nombreux et faciles conduire, mais revenues plus qu'insuf-
fisantes pour rgler et mettre de justes bornes l'ambition et
la cupidit de leurs descendans ; le funeste mlange des









vices europens aux passions si faciles .s'exalter sous un
climate brlant, tout enfin concourut multiplier les abus
qui firenit bientt disparotre la flicit et l'innocence des
premiers temps et trent aux richesses don't Saint-Do-
mingue toit devenue une source fconde une parties de
leur prix par la consideration des maux qu'elles coutoient
l'humanit.
Je viens l'tat actuel de Saint-Domingue. Sa population
se divise en trois classes ingales, et subdivises entr'elles
par des distinctions de couleur, ou par des nuances plus ou
moins fortement, prononces les blancs, les affranchis, et
les esc'aves.
La premiere est compose de croles, descendans d'anciens
colons, et d'europens attires Saint-Domingue par i'ambi-
tiJn, et par l'espoir de participer aux brillantes rcssources
que ce pays' opulent promet quiconque ne ddaigne pas de
se livrer au travail. Ces deux branches de la mme famille
sont entirement confondues et embrassent les deux tats
par excellence, de commerant et d'habitant. Les premiers
peuplent les villes ; les habitans resident dans les habitati-ns
qui couvrent les planes et les mornes de Saint-Donmingue ,
ou y sont reprsents par des procureurs. C'est eux quii,
la tte de quatre cent cinquante mille esclaves, cultivent
ces prcieuses dcnrcs qui enrichisseit la mtropole eni les
enrichissant eux-minies et que le commerce national vient
charger, l'envi, dans les parts nombreux de la cul nie,
et porte en change aux colons la farine, le vin tuns les
objets de premiere ncessit don't l'ducation europennie, et
l'habitude ont fait pour la plupart d'entr'eux ,' le premier
des besoins, et gnralement tout ce que les manufactures
franaises fabriquent en tout gPiire de plus rice et de plus
luxueux.
Da








( 5a )
Entre les deux classes des matres et des esclaves a exists
jusqu'ici celle des affranchis, ngres libres onu sang-mls,
iiultres, mtis, quarterons ; enfans presque tous issues
d'un commerce avou par l'amour et non par les loix. Les
pres ou les matres ,y qui ils doivent la vie, les biens, et la
liberty, le plus grand de tous, les regardrent toujours come
le boulevard come les garans de keur sret individuelle
centre les insurrections de l'esclavage. Tel toit du moins le
ser' ice qi'ils reurent constamment de leur reconnaissance;
tel est mme, j'ose l'assurer, le sentiment qui anima tou-
jours les gens de couleur. Plus d'un sicle de paix et de tran-
quillit, trouble peine par quelques complots trs-particu-
liers, en est le plus sr tmoignage. Cette touchante rciprc-
cit du bienfait et de la gratitude dureroit encore, si des cir-
constances liognes et imprvues n'toicnt venues l'inter-
rompre et si des conseils et des suggestions perfides fanati-
santces hommes, jusqu'alors si doux et si faciles, ne les et m.
tanmorIphoss en tigres froces, qui, dans leur fureur, confon-
dirent l'innocent et le coupable, et comprirent dans la mme
proscription le colon qui ne les offense jamais, et l'individu
don't les injures, trop long-temps impunies, avoient provoqu
leur just res-entiment.
Enfin vient la classes des esclaves, sept fois plus nombreuse
que les deux autres ensemble (i). Elle est compose en parties

(i) L'infidlit des recensemens, que chaque habitation doit
donneri annuellement, et les fausses dclarations faites par beau.
coup de colons, malgr les peines auxquelles ils s'exposent, pour
se soustraire au paiement d'une parties de la contribution modi-
que, connue sous le nom de droits municipaux, empchrent
toujours de bien connotre quel nombre s'lve la population
noire de Saint-Domingue: on la faisoit monter, en 1775, environ
trois cent mille ttes, de tout ge et de tout sexe. Des lumires plus








( 53')
de noirs croles, ou ns dans la colonie de pres -venus
de Guine, nimis principalement d'africains qui y sont
ports par les vaisseaix du commerce. Il seroit difficile de
prononcer d'une inanire precise et gnrale sur l'tat du
ngre dans la vaste'rgion connue sous le nom de Giine;
on pourroit dire, avec vrit qu'il varie -peu-prs comme
celui des paysans rpandus dans les diffrentes contres de
l'Europe. Les murs et ls usages des diverse peuplades y
varient encore plus. L le noir se iivre au travail pour
.subsister; ici, il vit dans l'inaction et vgte dans la plus
profonde indolence: danger fumer boire du vin de palmier,
et faire la guerre aux btes froces, sont ses seules occupii-
tions. Les t-avaux fatigans de l'agriculture, et tous les d-
tails qui en dependent, sont abandonns aux femmes ; c'est
elles pourvoir la subsistence de leurs maris, o plutt de


exactes, qu'on a pu recueillir depuis, la fixoient, en 1788 et 1789,
quatre cent cinquante ttes.... Cette difference norme, opre
dans un temps si court, est fonde sur l'inexactitude du premier
calcul, et sur les encouragemens que la traite des noirs a reus
dans cet intervalle. On estime que le nombre de ceux que la guerre
oules maladies ont emports, depuis l'insurrection de 1791, monte
soixante mille..... perte effrayante! et que la suspension des
moyens ordinaires de replacement n'a pas permis de rparer!...
Je crois mme cette estimation hypothtique trs-modre, d'aprs
les ravages que les pidmies, mais sur-tout la petite vrole, ont
caussparmi les brigands, livrs eux-mmes, et dpourvus des
secours habituels qu'on leur prodiguoit sur les habitations.... Il
falloit bien fermement computer sur labonne foi des auditeurs,
pour parler la Convention national de sept cent cinquante mille
noirs, brlans de verser jusqu' la dernire gote de leur sang
pour la defense des intrts de la rpublique! i discourses du soi-
disant dput Dufai).
D3








( 54 )
leurs matres, qui, pour grace spciale, daignent les con-
server tant qu'elles sont jeunes, les chassent ou en font' les
domestiques de leurs nouvelles pouses lorsque leurs attraits
et leurs forces ont t affoiblis par la vieillesse. Ailleurs,
on voit des ngres environns d'esclaves, qu'ils traitent avec
une barbarie incroyable. Tous en gnral dependent de
chefs ou de rois plus ou moins puissans que'les premires
relations nous peignent comme des tigres altrs de sang,
mais qui, ramens par leur intrt des usages moins bar-
bares et plus lucratifs, se sont depuis arrog le droit de trou-
ver parmi leurs sujets autant de criminals qu'ils ont d'esclaves
, fournir aux navires qui abordent dans leurs tats pour
faire la traite; criminals, (dis-je, don't le nombre augmente
leur gr en proportion de la concurrence des marchands et
de la volont des acheteurs don't par fois ils remplissent les
demands par des retranchemen s qu'ils font, dans leurs propres
srails, d'un certain nombre de sultanes qui, n'ayant plus
le bonheur de leur plaire, sont condamnes aller cultiver
la canne sucre et le cafler Saint-Domingue, ou dans les
colonies europennes. De sorte qu'on pourroit dire, avec quel-
ques foudement, que tel prince vendroit volontiers sa na-
tion entire, s'il se prsentoit un nombre suffisant de mar-
chands pour l'acheter.
Il en est cependant qui, plus humans envers leurs propres
sujets, ou assez prudens pour prvoir ou craindre les cons-
quences, prfrent de dclarer aux peuples voisins une guerre
injuste et sans motif, dats 'l'unique objet de faire des prison-
niers, destins la traite des Europens que l'avidit y
attire en foule; je les ai mme souvent entendu accuser
d'exciter ces guerres, don't ils sont sutrs de recueillir le prin-
cipal fruit, de quelque ct que la victoire se dclare. Le r-
sultat en est toujours le mme; d'un ct ou de l'autre ce








( 55 )
sont des prisonniers qu'on fait, qu'on leur vend, et don't le
prix, qu'ils se sont arrog le droit presqu'exclusif de fixer,
varie selon la concurrence ou selon le nombre plus ou moins
grand des captifs ou des acheteurs. Il faut convenir que si
leur concours et la traite ont donn lieu cette nouvelle ma-
nire de guerroyer, les Europens n'ont influ en rien sur ces
guerresen elles-mmes. Il ne faut computer sur aucune relation,
oi il est bien constat que, lorsqu'ils commencrent tendre
leurs speculations sur les'c6tes d'Afrique les malheureuses
Speuplades qui les habitoient toient soumises des potentats
don't on raconte des choses qui paroitroient incroyables si
elles n'dtoient suffisamment attestes, toient livres d'hor-
ribles convulsions et disparoissoient quelquiefois toutes en-
tires la suite d'une guerre sanglante. Il'suflit, pour s'en
faire une just ide, de lire l'histoire de la conquite des
royaumes de Juida et d'Ardra par le froce roi de Da-
homai don't Parme victorieuse dvora, en peu de jours,
douze mille prisonniers, et qui, desirant former quelques
liaisons avec le commerce europen tabli Juida, con-
sentit soustraire la mort environ dix-huit cents noirs,
destins prouver le sort des prcdens, et les vendit au
capitaine anglais Snelgrave hommie digne de foi, et qui a
fait iiiie relation dtaille de cet pouvantable vnement.
Les princes ngres ne sont pas les seuls aujourd'hui qui se
mlent de ce traffic : leurs sujets iniient leur example,
comme le seul moyen d'obtenir quelques articles d'utilit et
quelques marchandisesgrossires, qui sont pour eux-des objets
de luxe. Ils s'y livrent mme avec d'autant plus d'ardeur
qu'il sont presque sirs de l'impunit. Ils s'approchent, le plus
secrtement qu'ils peuvent aux environs de l'habitation
d'une peuplade voisin#, ou loigne dans les terres, et ss
tiennent tapis dans les bois, ou dans les halliers qui les en-
D4








( 56 )
vironnent. Malheur aux enfans ou aux jeunes ngres qui
sent s'Ararl rr; ils sont pris baillons mis dans un sac : le
volur les uemporte aCvtc une vitesse proportionne sa joie,
ou la crainte qu'il a il'tre poursuivi, et va sur le champ
vendre sa prise an marchand europen, qu ne s'enquiert
jamais s'il a le droit d'en disposer, ou son dfaut -cer-
tains facteurs ou courtiers ngres, qui se sont tablis dans
les lieux o c commerce est le plus en vigueur et qui plus
intelligens que Ee commun de leurs semblables, travaillent
pour eux-mmes, ou sont charges de veiller aux intrts
des 'rinces marchands.
Il existed une a ttre manire de fire ce commerce. Des forts ou
comptoi s arn s sont rpandus sur divers points de cette cte im-
mense, appartenant aux Anglais, Danois, Hollandais etPortu-
gais. Des marchands, ou des companies de marchand.5,de ces
nations, envoient au loin dans les terres des f:cteurs ngres,
que leur puissance y fait respecter, ou qui sont sous la pro-
tection des princes qui ont un initit direct les manager,
eux et ceux qu'ils reprsentent. Ces homes vont de tout
c6t traiter des. escaves qu'on met aux fers, et quii'i en-
tasse dans des prisons ou bagnes tablis cet effet dans les
forts de 1 i le, o ils r stent jusqu' ce que des btiniens
europens, de tutes les nations, viennent les traitor pour
les loirter aux col nies : c'est ce qu'on appelle le rachat.....
Cette manii e de commerce a IPavantage de pouv< ir s charger
sur le champ, et d'viter les nombreuxet dangereux incon-
viiens qui rsultent d'un trop long sjour sur une cte gn-
raleiment mal saine, soit pour les enclaves dja traits et ren-
'dus board, soit pour les quipages des navires. Mais elle
est infiniment infrieure la traite propreme'nt dite dans
laquelle l'acheteur accepted ou refuse son gr les ttes qu'on
lui prsente ; au lieu que dans le racdat, il est forc d'ache-








(57)
ter en-bloc, etpresque sans examen. De toutes les nations
qui vont demander 1'Afrique ses dociles et robustes en
fans, les Franais passent pour les moins habiles et les moins
heureux ce genre de commerce, soit qu'ils en aient jus-
qu'ici moins bien approfondi les calculus et les speculations
soit que le vice ait son principle dans les abus qui accompa-
gnent les armemens qui parent des ports de France pour la
cte de Giuine. Mais combien il seroit consolant pour
l'humanit, s'il toit vrai que l'ingalit des avantages, et
des succs que les commerans de cette nation retirent de
la traite des noirs, drivent principalement de ce que, d-
daignant quelques bnfices de plus ils prfrent de se livrer
la sensibility cqui caractrise le franais jusque dans un
commerce rprouv par la saine philosoplie, nmai, que nos
besoins, l'habitude et le concours de tous les 1'euples d'Eu-
rope, ont en quelque sorte rendu lgitime. Le nom franais
ne fut jamais entendu, sur les boards africains, avec le mme
effroi que celui de l'anglais froce, ou de l'avare et flegma-
tiqie hollandois; et quelles qu'en soient les raisons les
cargaisons trangres ne sauroient tre compares la'beaut
de celles qui sont destines pour les colonies franaises.....
De manire ou d'autre on peut dire, avec quclquefondement,
que l'africain, resserr entire les bltes froces qui environment
sou habitation la tyrannic de seI princes ou de ses matres,
et l'avare cupidit des europ::ns, est trs-indiffrent sur iun
changement d'infortune, et abandonne sans regret le pays qui
l'a vu natre.
Ds que les cargaisons sont complettes, on part pour les
conduire leur destination. Il y a des examples, mme
nombreux de rvoltes qui ont eu lieu bord des vaisseaux
europens qui transportent des esclaves dans les colonies, i
et qui ont eu quelquefois les suites les pl;s funestes : elles









( 58 )
furent toujours occasionnes par l'incertitude du sort qui les
attendoit ou par les mauvais traitemens auxquels ils toient
exposs de la part des quipages. A moins qu'un capitaine,
ferme et vigilant, ne tienne svrement la main au main-
tien du bon ordre, ces homes grossiers ne tardent pas
traiter des infortuns avec le mpris le plus insultant, la plus
intolerable duret i les-regardent -peu-prs comme ces ani-
maux que l'Afrique produit et qu'on enferme bord dans des
cages, pour les transporter en Europe (i) : ils ne daignent
se douter qu'il puisse rgner entr'eux quelque resemblance,
que pour se vautrer avec les femmes dans l'ordure du plus
sale libertinage. Mais rien n'est plus affreux que l'usage oit
ils sont tous de persuader ces tres simple et borns, qu'on
ne les conduit en Amrique que pour les livrer des an-

(1) Ces dtails, sur unematire que d'autres, avant moi, ont
traite, et mime d'une manire plus tendue, dplairont certaines
personnel. Je suis sr au moins de dire ce qui ne l'avoir pas encore
t; toutefois c'est dans la traite et les vaisseaux trangers que
l'on observe le plus ces dsordres qui font gmir l'humanit. 11
n'est point d'individus plus cruels, plus froces que ceux d'une
nation au sein de laquelle on ne cesse de parler de philosophie, et
d'amour de ses semblables. C'est d'Angleterre que se firent entendre
les premiers cris pour l'abolition de la traite, que le Franais, qsef-'
sible et crdule, accueillit avec enthousiasme !.... C'est de Londres
que partit l'tinGelle qui, aprs avoir pris des accroissemens
Paris, alla embraser-l'infortune colonie de Saint-Domingue. La
France n'a plus de traite, plus de colonies.... En Angleterre, tant
de vaines clameurs ont donn lieu quelques rglemens inutiles;
le commerce des noirs y est plus en vigueur que'jamais, et les An-
glais ont vu tomber entire leurs mains toutes les possessions co!o-
niales de leurs rivaux! Franois rpublicains, donnerez-vous,
come sous le rgne des rois, dans tous les piges que vous tend
sans cesse cette nation perfide, et votre ternelle ennemie!.,..








( 59 )
trrpophages qui les achtent pour les dvorer, et de se
faire un jeu barbare de leur inquitude, et de l'angoisse
qu'ils prouvent. Del souvent naissent les rvoltes, le d-
courag-ment, le dsespoir et les maladies, qui font d'affreux
ravages dans les cargaisons, et les dtruisent entirement
avant d'arriver au terme du voyage. Autant l'acheteur fran-
ais est plus difficile que ceux des autres nations sur le choix
des esclaves qu'il traite tn Afrique, aitant, on lui doit
cette justice, il les surpass dans les soins qu'il prodigue
ces infortuns dans son board, pendant la traverse jus-
qu'aux Antilles. S'il cde en cela un sentiment d'huma-
nit il ne consulate pas moins son intrt qui exige imp-
rieusement qu'il maintienne ses esclaves traits dans un
tat de scurit, et que par ses bons traitemens, il achve
de dissiper les inquitudes qui pourroient leur rester encore.
L'usage gnral e.t de tenir aux fers tou les ngres, ou au
moins les plus vigoureux. Les capitaines franais sont pres-
que les seuls qui les laissent libras au bout de que!ques
jours bien entendu qu'on prend toutes les precautions que
la prudence prescrit, et qu'exige leur propre sretet celle de
leurs quipages, et ils se contentent, la nuit, de faire fire
bonne garde sous les points. Ils surveillent exactement Ieurs
matelots, auxquels par prudence, et pour parer de plus graves
inconvniens ils permettent do se choisir chacun une
compagne parmi les ngresses, qui, relevant d'eux quelques
prsens s'y attachent et sont autant d'espions qui ont l'oeil
ouvert et ne manqueroient pas de donner lallarme sur les
mouvemensirrguliers qu'elles observeroient dans le reste de
leurs compagnons d'esclavage.
Ce n'est pas beaucoup dire que d'avancer que la nourriture
qu'on leur donne rgulirement, est suprieure celle
laquelle ils toient accoutums en Guine. On n'pargne rien








(6o )
pour les divertir; on les fait danser et on s'efforce de-leur
procurer tous les moyens de dissipation les plus propres
maintenir leur sant et 'leur enjouement, et loigner la
tristesse et la preoccupation que leur nouvel tat, et l'in-
quitude de l'avenir auroient pu leur faire contractor. C'est
ainsi, qu' moins d'prouver des pidmies, des malheurs
imprvus, on parvient conduire dans les colonies franaises
ces belles cargaisons, don't une vente aussi prompted qu'avan-
tageuse, paie avec usure les dpenses et les soins qu'on en a
pris..
Aussi-tt qu'un btiment ngrier est arrive dans le port,
on announce sa vente, qu'on n'ouvre qu'au bout de quelques
jours, qui sont employs baigner les esclaves les frotter
d'huile pour rendre leur peau plus brillante et plus noire.
Bientt les acqureurs accourent en foule aux yeux desquels
on les expose tous hommes et femmes nus comme la
main. Ils subissent l'examen le plus scrupuleux ; s'ils con-
viennent, le march est bientt conclu; l'acheteur les con-
duit terre, les fait vtir, et ne tarde pas les envoyer sur
son habitation o ces pauvres malheureux, tourdis par cette
crmonie, arrivent avant d'avoir repris leurs esprits. Quelle
que soit la diversity des contres d'o ces hommes sont sortis,
ils manquent rarement de trouver dans les habitations o ils
doivent rester dsormais quelqu'individi de leurs nations
respective. C'est-l le moment dcisif : les nouveaux venus,
qui ont ignor jusques-l ce qu'on veut faire d'eux, sont
bientt mis au fait par les anciens esclaves, qui ne manquent
pas de les disposer l'gard de leur sort avenir, d'aprs leur
propre manire de voir, et selon le plus ou moins de satisfac-
tion qu'ils prouvent eux-mmes. Heureux alors l'habitant
qui a su s'attacher ses noirs, et leur fire aimer leur tat!
l'esclave nouveau manque rarement de prendre les mmes








( 61 )
impressions heureuses o dfavorables. Dans le premier
cas, le maitre n'a que fire de s'inqiiter ; l'exemple de son
attelier suffit : le ngre nouveau ,-exempt des inquitudes
passes, par le spectacle qu'il a sous'les yeux, s'y incorpore
de lui-mime et en prend rapidement l'esprit et les inclina-
tions ; il abandonne une meilleure nourriture qu'on est dans
l'usage de lui donner, pour partager celle de son compa-
triote, qu'il imite en tout, et qu'il ne tarde pas suivre au
travail, long-temps avant l'poque fixe ordinairement pour
l'y contuire pour la premiere fois. Le changement de climate
et de regime n'y fait plus rien ou presque rien ; son corps
se resent de la disposition de son aine, et acquiert journel-
lement une vigueur qui s'accrot vue d'Soil, moins
d'tre affect par dls causes loignes, don't l'effet se mani-
feste au bout de quelques jours ou de quelques mois de
repos ; tells que les souffrances qu'il a prouves bord
des navires soit par la disette d'eau, soit par un trop long
sjour en cette situation, sur la cte d'Afrique.
Mais quand, arriv au lieu qu'il doit dsormais habiter, le
premier spectacle qui le.frappe est celui d'un attelier malheu-
reux et dcourag ; quand ses inquitudes passes vien-
nent se joindre de iristes et douloureuses ides sur son sort
avenir qu'attendre des services de ce nouveau malleureux ?
quel fi uit peut-on se flatter d'en retire? On a beau, dans les
premiers umomens, l'accabler de soins chercher le di ertir,
le famiiiariser avec les objets qui l'environnent la fatale
impression est dja faite : les soins mme qu'on lui prodigue
lui deviennent insupportables, il se regarded comme une vic-
time qu'on n'engraise que pour la dvorer; une douleur
stupi le s'empare de lui, son ame se fltrit, son imagination
effraye se remplit d tenteroit ea vain de draciner. Son maitre n'est plit ses







(62)

yeux qu'un bourreau sanguinaire, son compatriote lui devient
indifferent, tout le remplit de dfiance; enfin la mort seule
des charmes pour lui : il n'est pas rare d'en voir qui cherchent
dans le suicide le terme de leurs maux ; d'autres tombent
dans un tat de langueur et de marasme auquel on s'efforce-
roit envain de remdier. La maladie la plus commune est
une espce d'hydropisie qui se manifeste par une bouffissure
qui s'accroit journellement et s'tend sur certaines parties,
tandis que d'autres deviennent cailleuses et d'une maigreur
effrayante. . C'est envain qu'on irterroge le malade, il
est aussi dissimul que sa blessure est profonde ; et il finit par
mourir avec son secret, sans avoir rendu le plus lger ser-
vice. Le maitre, constern par cette perte, n'est pas moins
malheureux par les soupons don't son aine est assige. Il en
est qui, ignorans et incapables de remonter, par la rflexion,
vers les causes relles du mal, ne manquent pas en pareil cas
de repaltre leur imagination de chimres, d'ides de sortilge
et d'empoisonnement funestes talents qu'ils se persuadent
tre exercs secrtement par quelque sujet malveillant quil
se cache dans la foule. Del les soupons affreux, del les
perquisitions au milieu des atteliers, don't il n'y a pas un seul
individu qui ne soit frapp de terreur, et qui ne tremble avec
droit priur lui-mme : del enfin des supplices qui fo
frmir l'humanit et qu'une aveugle et barbare vengeance
exerce arbitrairement, sur des preuves qui n'en seroient pas
la dixime parties d'une, auprs des tribunaux les p!us rigou-
reux. . . .. .
Tout homme aussi instruit que moi sur ce chapitre, mais
impartial, et sur-tout s'il est dsintress conviendra que
cette peinture n'est rien moins que charge. Le moyen d't e
cout dans un moment o il imported a tous que je le sois,
est sansa doute de dire la vrit avec franchise et exactitude;







(63 )
j'en serai d'autant plus croyable, et moins suspect dans le
recit des faits propres adoucir ce tableau, et prouver que
ces traits condamnables de barbarie ne sont que trs-particu-
liers. Tant pis pour ceux qui s'y reconnoitront; il en est qui
pourront s'en faire l'application : mais il est aussi just qua
consolant de dire qu'il existe un bien plus grand nombre do
matres doux et humans qui, suivant l'impulsion de leurs
ceurs vertueux et bienfaisans, ou qui, ne se faisant jamais
illusion sur l'tendue de leurs droits et de leurs devoirs, ont
su adopter et maintenir un rgime qui a suffi pour rendre
ces scnes affreuses absolument trangres sur leurs habita-
tions, et qui, indpendamment de la douce sa tisfaction de fire
le bien, ont obtenu des succs don't ceux qui adoptrent des
maximes contraires n'ont assez gnralement saisi que l'om-
bre. Si leur example et t imit si l'homme moins avide
et mieux connu ses vrais intrts, la colonie de Saint-
Domingue n'et pas t moins brillante, le cri de l'humanit6
qui se fit entendre en Europe, ne nous et pas tous envelopps
dans le mme reproche. Que dis-je si les causes n'eusscnt
pas exist', le zle philanthropique n'eut pas clat, n'eut
pas song nous : l'esclave paisible, et content de sou sort,
continueroit d'ent'rouvrir le sein de cette terre fconde la
patrie recueilleroit encore le fruit de nos sueurs, et nous
attendrions d'elle avec scurit des clhangemens qu'elle croi-
roit devoir apporter notre situation, avec des loix rgle-
mentaires, moins pour nous astreindre la pratique, de nos
devoirs que pour obvier ce qu'ils ne pussent tre viols
dans la suite..........
La colonie de Saint-Domingue est compose de trois divi-
sions, connues sous les noms de parties du Nord, de l'Ouesi,
et du Sud. Toutes ont de commun le mme rgime, Ies
mmes usages, les mmes vices, les imes biens et les nimmes







(64)
nmaux. La parties du nord, la plus florissante des trois
consiste dans toute sa longueur en plusieurs planes de
grandeur ingale et resserres entire la mer et une chaine de
tnentagns qui la prolonge dans toute son terdue. La
peinture de ses habitations con'vient gnralement toutes
les autres ; elle a t d'ailleurs le thtre des vnemens
principaux qui dcident aujourd'hui du sort' de la colonie.
entire, don't elle fut le berceau, et don't le reste-se model
toujours sur elle. Ces plaints, parmi lesquelles,brillent mi-
nemment cells du quarter Morin, de Limonade, de la
petite Anse etc. etc. sont couvertes de sucreries ou
manufactures sure plus ou moins importantes mais
toutes considrables, et produisant celte denre prcieuse la
plus parfaite connue en ce genre don't les vaisseaux du
commerce enrichissent la mre patrie, d'o elle passe dans les
pays trangers, sur-tout dans le nord de l'Europe. L'indigo,
cultiv autrefois dans un grand nombre de quarters de la
pe!rtie du nord ie l'est plus que dans quelques endroits de
la dpendance du port de Paix. La culture de cette matire
prcieuse est son ptis haut dg, dans l'ouest aux Go-
naves 'Artibonite, et dans toute la dpendance de Saint-
Marc.
Quiconque n'a pas vu la fameuse pleine du Cap, ne peut
se fire une ide d'un des plus merveilleux spectacles don't
loeil de l'homme puisse tre frapp. . (Hlas! dans ce
quarter si 'ri lie, si brillant, d'o sortoient annuellement
des richesses immense, on ne rencontre aujourd'hui que des
cendres des ruines et une affreuse solitude . Mais
n'anticipons pa, sur la progression des vnemens.) Chacune
des manufactures sucre, la plupart immense, qui en fai-
soient l'ornement toit mise en movement par autant de
bras qu'en renferme le village le plus peupl de la France.
C'est-l








S( '65 )
C'et-l que je vais commence considrer d'une manire
gnrale ltat d'esclave : c'est l, dis-je, que j'emprunterai
une des couleurs sous lesquelles je dois peindre l'esclavage.
Il y a, sans doute, des exceptions fair dans le tableau
que je vais tracercollectivement :mais de ce qu'une fort
est infeste de quelqu s brigands, dignes de toute lanimad-
version, de toute la svrit des loix, est-ce dire que
toute la contre en soit galement peuple ?
Les travaux des sucreries sont les plus pnibles de tous,
non par la culture qui en fait la base, ni par tout ce qui y
tient l'agriculture, mais cause des diffrentes operations
qui ont lieu dans les manufactures depuis que la canne est
crase dans le moulin, jusqu'au moment o son jus est con-
verti en cette denre prcieuse qui ayant subi toutes ses pr-
parations et ses divers points de perfection, passe des sucreries
*danslesmains dungociant, qui doit la vendre oula chargersur
les navires de la mtropole. Ces operations exigent un, grand
nombre d bras, et une vigilance exacte et continuelle.' Mais
de tous les travaux les plus fatiguans pour les noirs sont les
veilles qu'ils doivent faire tour--tour, soit ce qu'on appelle
proprement la sucrerie o se fait la cuite, soit dans le
moulin cannes. Elles seroient crasantes pour ces tres, ls
plus dormeurs qui existent si cet inconvnient n'toit
compens par,un ordre admirable par les soins et les avan-
tages qui en sont la rcompense, et par mille douceurs qui
y sont attaches, telles que de sucer continuellement et ,
discrtio i, en travaillant, des cannes don't le ngre est extr-
mement friend, et de recevoir priodiquement une distribu-
tion des sirops qui. proviennent des sucrese Une manire
sre et infaillible de connotre sans autre examen, le vri-
table tat du noir, le plus o moins de contentement qui
Attache son sort, c'est de jeter un coup-d'oeil sur ce qu'on
STome E








(-66 )
appelle les raffineurs ,'dorit le travail est, de tous ceux qui
tiennent la fabricatiionu -sucre, le plus fatiguant, le plus
sdentaire et le plus dur. C'eit-l que l'obiervateur remarque
avec satisfaction ces homes robustes., aux larges paules,
la peau luisante la fois de sueur et de sant, les plus
intelligens et les plus sages des atteliers, et sur lesquels on
voit briller d'une manire non-quivoque les soins et les
faveurs du matre. Ordinairement ces raffineurs n'ont point,
pour la plupart, de valeur : ils s-nt, pour l'habitant qui a su
les former ou qui les possde j d'un prix inestimadble. .. Il
en est de mme d'un certain nombre d noits choisis entrees
plus adroits t les plus intelligens, et attachs d'autres'
functionss plus ou moins importantes. Ces examples, pria
au milieu d'un attelier nombreux, paroitront peut-tre trs-
particuliers : mais tous n'appartiennent-ils pas au mme
matre, qui peut bien accorder quelques distinctions aux
plus utiles, aux plus industrieux, mais qui n'en est pas moins
directement intress prodiguer tous les mmes soins?
Les atteliers sont soigneusement vtus aux poques fixes par
les ordonnances une heureuse abondance y est constamnient
entretenue. Le territoire des plus belles sucreries est trs-
circonscrit, relativement leur importance etsur-tout com-
parativement nos belles terres de Frace. Le.grand parti
qu'on en tire Saint-Domingue n'empche pas qu'on n'en
sacrifice une parties en divisions, qui coupent les plantations
de cannes en carrs, -et don't le triple objet -d'utilit est
d'arrter la communication d'une pice la atre, en cas d'in-
cendie; d'y planter une immense quantit de vivres, pendant
le longintervalle qui sparele moment o l'on plante la canne
sucre de celui o on la coupe; et enfin de devenir alors
autant de chemins commodes, qui en facilitent l'exploitation.
ne autre parties de ce prcieux terrein est religieusement









consacre ce- qu'on appelle vulgairement jardins oi places
. ngres. C'est- l que chacun a sa petite proprit et se livre
,a son industrie come il P Itend, Ou selon le plus ou moins
de proximit des villes ou bourgs. 'La surveillance du mattr
se borne ce que rien n'y reste en friche. '..'est-l que
le ngre. employee le temps qui, selon les ]oix lui appar-
tient les jours de travail, les dimanches et les ftes, qu'il
clbre en travaillant avec ardeur pour lui-mme et podr ses
enfans. Le voisinage des villes, et sur-tout du Cap-Franais,
procure gnralement aux ngres des habitations qui en sont
porte, une aisance don't on se feroit difficilement une
ide; ailleurs, il y a dans chaque pargisse des marchs, ou
chacun court porter le produit le ses talens, et y trouvte une
vente assure. Par-tout on voit briller une espce de luxe,
*sur-tout dans ls vtemens qui prouve suffisammient com-
bien le noir y est loin du besoin et de la misre, qui n'est
le partage que d'un petit nombre d'ties insoucians et opirii-
trement paresseux, qui ne sauroient tre d'aucune utilit '
'leur maitre ni eux-mmes.
Ce supplement d'abondance et ces precautions ne satisfont
pas entirement la sollicitude d'un administrateur human et
clair. Chaque sucrerie, ou du moins le plus grand nombre,
possde, dans ie mornes voisins, des tablissenmens ou places
vivres, uniquement consacrs cet objet intressant, et
qu' n entretient soigneusement. C'est d'ailleurs un travail
doux et pe fatiguant, qu'on confie ordinaireinent des ingres
foibles ,valtudinaires, et incapables de remplir une, tcie
plus pesante. Le commerce amricain met le comble cetto
heireuse abundance, et les plaines consomment la. majeure
parties' des salaisons du riz, et de tous les comestibles que
ses navires portent l'envi Saint-Domingne.
Si la somptuosit des btimens qui ornent les plaines ,
E 2







(68)
offre le spectacle le plus magnifique et le plus imposant,. et
paroit prsenter les objets d'un luxe dispendieux et d'une
magnificence frivole en y regardant de plus prs on ne
tarde pas de s'appercevoir qu'elle peut contribuer au bien-
tre de ces hommes intressans qui y font tout, et,pour qui,
par un juslrSetour, on doit tout faire... A la bien examiner
cette magnificence ne consiste qie dans un entretien soi-
gueux, et das-une solidit de btimens multiplis et n-
cessaires c genre de travail telle que l'exige une co-
nomie bien entendue dans un pays o les frais de main-
Sd'oeuvre, et sur-tout de rparations, sont immense ou in-
calculables. Rien n'estplus remarquable dans ces habitations
que les cases ngre~ o l'esclave et sa famille sont cou-
verts et logs d'une manire aise et suprieure celle de nos
paysans d'Europe ; et les hpitaus o ils sont soigns dans
leurs maladies avec une attention et une sollicitude qui ne
/ tiennent pas moins un sernliiierti d'ihumanil qu'u un in-
trt bien ,entendu, et la crainte de perdre un objet pr-
cieux...,. Sur ce, point, on pourroit dire avec vrit ,
que de simpless habitations luttent avec advantage avec un
grand nombre de villes d'Europe ; et sur le premier avec le
toit humble et mal sain de nos'paysans.
G'est-l qu'aprs un tiavail doux et uniforme le ngre,
livr lui-mme loin de l'eil des blancs lu'il craint et
envelopp du mystre. qu'il aime, exerce son tourSal do-
mination au sein de sa famille. Il y trouve pour lui et ses
nombreux enfans une subsistence abondante et assure sans
jamais craindre pour l'avenir.. C'est l enfin qu'il se
livre en libert ses gots, l'amour, ce sentiment doux
et consolateur, vers lequel il est entrain avec une violence
qui tient sa constitution. .. .
Europens qui connoissez Saint-Domingue, j'invoque -








(,69 )
votre tmoignage! Est-il de spectacle plus admirable aux
yeux, plus satisfaisant pour le cour de l'homme sensible,
que ces habitations bien ordonnes, o un attelier nombreux
et fortune fait so tir des trsors d'une terre fconde,. et o ,
par un just retour, un maitre bienfaisant et vertueux main-
tient un ordre parfait, et rpand le bonheur sur tout ce qui
l'environne ? L.le'noir, vivant sous un climate constamment
doux et serein, et sous lequel ses travaux sont d'un bout de
l'anne l'autre interrompus par des nuits presques gales
en longueur aux jours, sort de sa paisible chaumire lorsque
le soleil commence paratre sur l'horizon. Ses premiers
rayons servent de signal pour se mettre l'ouvrage; ces
rayons bienfaisans excitent ses clients joyeux, signes certain
de la flicit d nt il jouit et qui, allant dans l'loignemesnt
frapper l'oreille d'un matre, ou plutt d'un pre tendre ,
remplissent son cour d'algresse, et sont la plus douce
rcompense deses bienfaits. A peine la pntrante chaleur de
cet astre a absorb la rose de la nuit, que le signal est donn
aux ouvriers pour faire ensemble un repas frugal, compos,
non d'un pain grossier don't la parties la plus delicate et la
plus substantielle est rserve pour le riche, mais d'une nour-
riture saine, abondante, telle que la nature la donne, et don't
elle a fait presque tous les apprts. L'eau d'une source pure
et limpide les dsaltre, ou peut tre remplace, presque
toute l'anne, par les sucs dlicieux et rafraichissans de la
canned sucre, don't le noir est libre d'user volont. Le
travail recommence aprs, et dure jusqu' ce que le soleil,
parvenu son midi, donne le signal de la retraite..... Sa
chaleur accablante pour le foible Europen, qui peut peine y
rsister., n'a rien que d'~grable pour le noir qui, n sous un
climate brlant, te ses vtemens pour mieux recevoir sur ses
membres nuds ses douces influences, et qui, tandis que le
E3








(70)
1lanc court chercher un abri contre ses ardeurs, emploie ces
instans se liver pour lui mime des travaux qui multi-
plient son aisance le mettent mme en tat d'acqurir des.
richesses, et-d'obtenir un jour la libert.
Pendant qu'aprs quelque rep:)s il emploie le reste du
jour remplir ses devoirs., ses heureux enfans ne souffrent
point de son absence; la maison du maitre leur sert d'asyle.
C'est l que, confondus avec ses propres enfans, ils semblent
ne former avec eux qu'une nombreuse famille. Admis par-
tager les mmes soins, les insmes faveurs, la couleur seule
les distingue aiu milieu des jeux foltres auxquels ils se
livrent ensemble. C'est dans ces innocens dbats dans
la famiiliarit dlu premier ge, que leurs jeunes matres, s'at-
tachant aux compagnons de leur enfance apprennent in-
sensiblement regarder d'avance, comme leurs semblables,
comme leurs gaux aux yeux de la nature, ces tres in-
ltressans destins devenir un jour leurs sujets...
Le coucher d isoleil annon ce la fin des travaux de la
journe alors chacun se rend auprs du matre, quiloin
de leur refuser le titre d'hommes et de les regarder d'une
espce diif're-ite de 'la sienne, leur apprend au contraire.
- onotre et bnir le Dieu qu'il adore ; l sans prtre,
sans autre temple que la vote du ciel matres et esclaves
se conf:ndent ensemble aux yeux de l'autiir de la nature ,
et lui adressent en commun les sentiments de reconnois-
sance que leur inspireit ses bienfaits. Ensuite tandis que
les commanders clargs de surveiller les travaux, rendent:
compete de ceux du jour, et recoivent les ordres pour le len-
demain: le noir, exempt de soins et de noirs soucis, qui
souvent altreni le repos de son vertueux matre, tranquille
sur\l'avenir, rentre dans sa cabane au sein de sa famille:)
et s'y livre des jeux gui servent de dlassement aux fati-







(7i)
guess de la journe; tandis que sa compagne s'occupe des:
soins du mnage il amuse ses enfans attentifs et rassembls.
autour de lui, par des couplets 'africains ou' croles, qu'it
chan te en s'accompagnant du banza x) don't les sons foibles
et peu sonores le provoquent au doux sommeil auquel il
se livre paisiblement sans -crainte sans allarme pour le
lendemain. La tche qu'il aura remplir ne sera pas plu..
pesante que la veille; ce sera toujours un travail doux et
uniform que Pintemprie des saisons, ni les frimats in-
connus sous ce ciel fortun ne rendent jamais plus difficile,
et tandis qu'un maitre human don't l'ame sensible, est.
mise souvent de rudes preuves, garde pour lui les dtails
fastidieux de l'administration don't le premier objet est de
maintenir.l'ordre, le contentement et labondance parmi see
sujets le noir, satisfait de son tat present et peu occupy
de l'avenir, est l'abri des chagrins dvorans don't de&
jouissances plus tendues ne peuvent dfendre son matre.
Si le sein de sa compagne renferme un nouveau fruit, nulle
'inquitude ne se mle l'esprance de voir multiplier sa
famille; la misre, qui lui est inconnue) ,ne lui fait pas en-
visager avec effroi le moment de sa dlivrance, et ne con-
vertit pas en un jour d douleur' le jour le plus doux pour
le coeur d'un pre. Ses soins mme sont inutiles : une
matresse digne de soi,poux veille constamment sur elle,

(i) Instrument compos d'une moiti de calebasse ,couverte d'un
parchemin fortement tend, d'un morceau de bois applati, qui lat
traverse par le moyen de deux trous, et qui sert demanche et: de
bouton, et de troiou quetrecordes boyau. Cet instrumenir, aissi
Simparfai.t q.ue la muique des-Africains en gnral, renddes.sont
4-psu-prs somblables ceux de la guittare, mais beaucoup' plus
Iourds; et n'est pas sans agrment, lorsque -pendant le silence de
la nuit, il est nani par une main exerce.








S-71 ) .
satisfait tous ses desirs et lui prodigue tous les secours de
la plus tendre humanity (i)....
Un signe assur et rarement trompeur du bonheur et
du contentement qui rgnent dans un attelier; c'est la popu-
lation et les naissances.... Il n'est malheureusement que trop
vrai que la colonies, dja peuple d'environ quatre cent cin-
quahte mille esclaves ne sauroit se suffire elle-mme, ni
ses besoins prsens et avenir. Une des causes principles est,
sans doute, que l'agriculture y prend journellement un accrois-
sement rapide, auquel trente ou trente-sixmill]e noirs, impor-
ts annuellement sont mme insuffisans comme le prouvele
prix qui ne cessede hausser, etl'affluencedes acheteurs. Mais
cela ne tient pas moins un vice radical, et un dfaut de soin
et de prvoyance qui ne se fait que trop remarquer ailleurs;
mnais qui j'ose le dire, est aujourd'hui presqu'tranger
l'administration des sucreries et don't je parlerai en son
lieu... Il est constant que dans un temps o les progrs
rapids de la culture du cafier ont fait monster la valeur du
noir nouveau aune hauteur inouie les sucriers se sont assez
gnralement abstenus d'en acheter, n'ayant pas. form: de
speculation capable de-les ddommager d'un prix aussi ex-
cessif. D'ailleurs la plupart des manufactures sucre sont
recommandables par un travail rgl et par une uniformity
sion interrompue. On y sait presque, au commencement de
l'anne, les travaux qu'on aura fair A la fin : chaque genre


(i) Hommes sensibles, amis sincres de l'humanit, don't l'ame
compatissante a it souventmue par des rcits vrais ou exagrs,
croyez que ce tableau n'est pas imaginaire, et qu'ilest calqu siur
un grand nombre d'exemples : ous ne pourrez, sans doute, refuser
votre confiance la franchise avec laquelle je vous peindrai les
examples contraires qui existentmalheureusement.







(73)
Sdouvrage regarded un certain nombre de noirs qui y sont atta-
chs ; on n'y, dtourne point aucun sujet, d'un objet utile,
pour l'occuper un objet plus piess : enfin, jamais on n'y
coninot ce qu'on appelle ailleurs travail forc, parce que
l'attelier y est suprieur, ou au moins quivalent en forces
aux travaux de I'anne, qui sont toujours prvus et fixs
d'avance, et auxquels les vnemens imprvus qui peuvent
survenir n'apportent qu'un lger changement. C'est autant
ce rgime, l'ordre admirable maintenu sur ces habita-
tions qu' leur anciennet et celle des families esclaves,
don't plusieurs y ont fixes depuis une o1plusieurs gnra-
tions, et don't un petit nombre suffit scouv nt pour former
d'immenses atteliers: c'est ces advantages, dis-je, qu'on doit
attribuer la population qu'on y remarque, population plus
que suffisante pour remplacer les pertes, malgr le libertinage
qui rgne aux environs des villes parmi les atteliers qui en
sont porte; et qui, si elle toit gale dans toute la co-
lonie, la- mettroit bientt mme de se passer de,secours
trangers. On la verroit bientt entirement peupl de
ngres croles les plus adroits les plus intelligens de tous,
et don't l'espce domine, mme sans comparison ni pro-
portion, dans un grand nombre d'habitations bien conduites.
Tel est le beau ct du tableau don't il me reste esquisser
les ombres... J'ai mme dja dit avec franchise qu'il y avoit
des exceptions faire.... Quel qu'en soit le nombre, il suffit
qu'il en existe pour craindre que tout le reste ne se laisse
entrainer au torrent d'un'exemple injurieux l'humanit':
y' tout tablissement don't le bien mme est fond sur les cal-
Sculs de l'intrt personnel est toujours prcaire, et peut
S .chaque instant toucher son terme. On ne sauroit rai-
sonnablement, esprer la dure que de ceux qui ont la vertu
pour base, et que des rglemens sages dffendent contre les







( 74 )
entreprises de l'ambition et de la cupidit. Le regime don't
on vient de parler n'est, dans le fait, maintenu par aucune
loi en vigueur ( cela est prouv par l'impunit avec laquelle
on viole journellement celles qu'on dit exister ), qui obvie
ce qu'un nouveau matre ou un nouvel administrateur n'y
substitute arbitrairement un regime oppos.. Les gards et le
respect dus l'humanit n'y semblent entrer pour rien :
jamais l'esclave n'eut la consolation de voir faire quelque-
chose pour lui-mme..... que dis-je jamais on n'eut l'air
de se douter qu'ils pussent tre des homes gaux, selon la
nature, ceux q abusent ou n'abusenit-pas des droits qu'un
usage tabli Iur tr "Iriii ot sur ces tres dociles.... si quelqu'un
osa le penser, ul n'osa jamais le dire.... Ces vices suffi-
.soient sans doute pour motiver un changement, et ncessiter
une rforme, en tablissant de nouvelles loix, en rendant leur
force aux anciennes. Un gouvernement droit et ferme eut
pu l'oprer sans convulsions. On hasarda autrefois une pre-
mire tentative qui fut aussi foiblement soutenue que la.
resistance et l'opposition furent violentes. Un'essai, qui n'-
toit pas: la centime parties de ce qu'on auroit d excuter,
et dont.un peu de fermet et assur le succs souleva tous
.Je esprits. On regard la colonie perdue, et une lgre-gra-
tigniire faite l'orgueil et aux prjugs amricains fut
proclame comme la cause prochaine de son bouleversement.
Les administrateurs publirent l'ordonnance de 1784, en-
Soye par le ministry Castries : mais, soit qu'ils fussent inti-
mids par le, mcontentement gnral ou qu'eux-mmes
fussent imbus des mmes prjugs, ils ne tinrent pas ta main
A son execution, et la laissrent tomber dans l'oubli, don't
aucun n'eut depuis la fermet de la faire sortir.
Un autre mal, qui pour tre moins sensible n'en est pas
moins dangereux, et'qui devoit 4 la fin entraner les plus







I


> &








( 75)
graves inconvniens, c'est l'absence d'un. grand nombre de
propritaires. Beaucoup d'habitations don't ]'tablissement
est trs-ancien, et date mme des premiers temps de la co-
lonie, ont dt naturellement passer par heritage 'des fa-
milles tablis en France, et qui n'en ont jamais quitt le
sol. Dans d'autres, un fils enrichi par la succession d'un
pre laborieux et conome, ou un matre devenu opulent, ne
tardoient pas abandonner un sjour uniform et monotone,
o il est plus ais d'amasser des richesses que de les dpenser;
et couroient jouir dans la mtropole de toutes les dlices qui
y toient le partage de l'opulence, et s'y livroient avec une
ardeur et une profusion qui leur toient particulires, et
ils se faisoient remarquer par le luxe le plus fastueux (x).

(i) Toutes les parties de la colonies de Saint-Domingue offrent
de nombreux tmoignages des succs et des avantages infinis qui
rsultent de la prsence'du.matre... Je n'en citerai qu'un example
que je choisis deprfrence ,-parce qu'il se trouvoit & ma porte,
et presque sous mes yeunx. Beliii de Villeneuve, habitant du quar-
tier du Limbb, obtint des succs brillans, qui, selonrusage, fire,
siffler les serpens de l'envie, mais qui ne liii mritrent pas moins
'la reputation d'un. administrateur clair et d'un cultivateur ha-
bile. Son secret unique fut de joindre A-beaucoup d'exprience
sur la culture, et un examen approfondi du gnie des homes
qui travailloient sous sa direction ,l'exercice des vertus qui carac-
trisent le vritabl ami de l'humanit.A la fois sensible et ferme,
just et bienfaisant, il tablit un ordre admirable, sur spn habita-
tion-, qui, sur tous les points, fut digne de servir de modle ; et se-
cond de son attelier, qui le chrissoit come un pre, ilexcula des
travaux tonnans pour un pays o l'homme ingnieux a milleWobsta
cles surmonter. Ses vertus et ses talens lui valursnt autrefois une
distinction, destine couronner le mrite (le cordon de Saint-Mi-
chel), mais bien moins honorable pour lui, que les motifs quila lui
rent accorder.Unsel trait, que je tiens d'un tmoin occulaire, don"








S(76)
Les una et les autres sont reprsentes Saint Domingue
par des procureurs, qui jouissent de toute l'tendue des droits
et des prrogatives du matre, et qui accumulant sous leur
administration un plus ou moins grand nombre d'habitations
selon leur reputation et la confiance qu'ils ont su s'attirer, ne
ardent gures devenir aussi riches, quelquefois plus que
ceux don't ils sont charges de soigner les intrts. Il nest


nera une ide des principles qui dirigeoient cet habitant estimable.,.
SMathurin, l'un de ses sujets les plus tiles et les plus estims par
une conduite irrprochable, se prsenta un jour lui, tenant un
sac d'argent sous son bras: Monsieur, lui dit le ngre, j'ai une
grace vous demander. .. C'est la liberi, sans doute lui rpon.
dit Belin de Villeneuve, que la vue du. sac mit -peu-prs au fait?
Oh! non, monsieur, rpliqua l'autre, je n'ai pas besoin de !a li-
bert tant que j'appartiendrai un aussi bon matre: mais na
femme est enceinte; on ne sait ce qu'il peut arriver et je desire de
l'affranchir avec l'enfant qu'elle porte dans son sein.... Belin do
Villeneuve accord sur le champ ce qui lui toit demand et
refusa le prix qui lui toit offert. Il est affligeant d'avoir ajouter
que ni'le matre ni l'esclave, ne purent jouir dela douce satisfac-
tion qui accompagne une action vertueuse: la femme du bon Ma
thurin succomba quelques jours aprs, aul douleurs de l'enan.
temient . ..
Des affairs pressantes avoient appel ce colon en France, o
il toit lorsque l'insurrection de 1791 occasional le bouleverse-
ment de son habitation, ainsi que de toutes celles du Limb.Aprs
qu'on en eut chass les brigands, et qn'on y eut tabli des posters,
Belin de Villeneuve, depuis peu de retour dans la colonie, a.s
court sur son habitation, qu'il trouva dserte-.. Mais en pe'
de jours ia nouvelle de son arrive rassembla autour de lui
tousses noirs disperss, l'exception de ceux qui,dansl'intervalle,
avoient pri par la guerre ou par leS maladies. Ces instant mal-








(77)
pas douteux que des hommes don't les talens sont forms par
une longue experience, et qui souvent savent y joindre beau-
coup de lumires et un esprit observateur, ne soient beau-
coup plus propres rgir des atteliers nombreux., maintenir
an ordre dja tabli, ou y en substituer un meilleur, qu'ni
propritaire qui, n'ayant jamais quitt l'Europe, ne connot
la colonie que par les richesses qu'il en reoit i ou qu'un fils


heureux furent oublis, pour ne s'occuper qu' tout rparer. Son
attelier redoubla d'efforts le matre fit les plus grands sacrifices...
Tout reprit une nouvelle vie, et l'tat prcaire du Limb, que les
brigands ne cessrent d'infester parleurs incursions, ne put empb-
cher que l'habitation Belin ne redevnt presque aussi brillante
que dans des temps plus tranquilles... Elle se ressentoit peine des
malheurs passs, et ccmmenoit pr9duire des fruits abondans,
lorsque l'incendie du Cap, et le bouleversement qui suivit cet v-
nement deplorable anantirent une second fois le malheureux
quarter du Limb et forcrent Belin de Villeneuve, comme tant
d'autres infortuns, aller chercher un refuge dans les Etats-
Unis, o peut-tre en ce moment gmit, dans les horreurs
d'une profonde misre, un homme qui, en relevant deux fois sa
fortune, avoit travaill pour sa patrie autant que pour lui-mme,
et qui n'avoit cess de donner Saint-Domingue l'exemple pr;
cieux d'une administration sage, d'une experience consomme,
et de toutes les vertus qui honorent l'humanit.
Je declare que ce tribute d'loges est adress un home que je
ne connus ni ne vis mme jamais, mais que j'ai appris juger sur
sa reputation, sur ses travaux, que j'ai t porte d'admirer, et
aur-tout d'aprs l'estime et la vnration publiques, qui ne sauroient
ktre suspects. Tel est un des colons de Saint-Domingue qui ont
4t' envelopps dans la proscription, et don't les longs travaux, et
-a'e tude approfondie du gnie et du caractre des noirs, ren-
doient les agea consils bien util-s en ce moment!








( 78 )
june et turbulent, qui ne connoissant que encore'uperfciel
element les objets mme qui le frappent habituellement de-
puis son enfance, manqde rarement, lorsqu'il s'avise de de-
venir administrateur en chef, de tout bouleverser, ou d'en-
traver par de fauses measures le movement rgulier qu'il
a trouv tabli.. .. Mais un procureur charge de plusieurs
habitations ne sauroit. tre galement toutes; il choisit or-
dinairement, pour y faire son sjour, celle qui lui offre plus
d'agrmens ou qui flatte le plus son orgueil par les
moyens d'y fair clater une ostentation qui faitht gn-
ralement remarquer cette classes de colons parmi toutes celles
qui couvrent la surface de Saint-Domingue. Reprsentans des
propritaires, ils se font reprsenter leur tour sur les habita-
tions o il ne resident pas, par des grans choisis parmi ceux
qui ont su mriter leur faveur, et qui sachant presque tou-
jours se modeler,, quant au faste, sur leurs protecteurs, sont
souvent loin de les galer par les talens propres I'admi-
nistration. Ils sont, la vrit, surveills par ceux qui les ont
tablis. Un procurer visit les habitatins .conlies ses
soins, une, deux ou trois fois par mois selon l'loigrneient,
quelquefois bien plus rarerment. Il rgne Saint-Doiingue
une maxime gnrale : le blanc ne doit jamais avoir tort
vis-d-vis du, ngre. L'examen se borne donc recevoir les
comptes de gestion, voir si l'administrateur en sous-orilre
a tir du temps le meilleur parti possible : mais rarement, ou
plutt jamais, on ne s'enquiert s'il a exerc envers l'attelier
une conduite sage, une surveillance douce et mesure; s'il
a inflig des individus des chtimens rigoureux et in-
justes... An reste, qui aller faire ces questions, et comment
s'assurer de la vrit? Ordinairement le seul qu'on croye
devoir consulter, est le seul intress tout cacher. Uni
moyen certain d'tre instruit, seroit d'interroger les comman-








( 79-)
' eurs, ou des sujets srs, mais en secret, et aprs les avoir
pralablement raffermis contre la crainte de rester ensuite
en bute une cruelle vengeance. Mais un homme assez zil
pour le bien, assez human pour recourir cette mthode,
seroit bientt dnonc comme un coupable de lze-colonie,
et courroit -les plus grands risques. Un grant est donc sr
de conserver sa place, tant qu'il ne donne pas son patron
des motifs particuliers de mcontentement, ou'qu'il sait tenir
la main ce que les choses ne tombent pas dans un certain
point de dsordre, qu'on n'envisage jamais que du ct du tort
qu'il peut apporter aux intrts du matre, et sur-tout du re-
prsentant (i).
Ces sous-procurations, si faciles diriger et si lucrative
pour les procureurs, sont, proprement parler les bnfices
simples de Saint-Domingue. On ne sauroit rvoquer en doute
les tales d'un grand nombre d'eu tr'eux, qui se manifestent


(i) Parmi leshommes qui ont honor cet tat, jene citerai que
Barr de Saint-Venant, et Odelucq, procureur des habitations
Galiffet qui fut massacre par les noirs rvolts le jourq clata
l'insurrectioa de 1791. Le premier est recommandable par des con-
noissances et par des talens qu'il dveloppa iur la superb habita-
tion Duplaa, don't ses travaux et son administration firent un
objet digne d'admiration, et laissoient dans l'espritdu voyageur
tonn, l'ide la plus imposante de la colonie de Saint-Domingue.
Je nommerai encore Artaud, procureur des habitations Bonneau
au Limb: jeme fais un devoir de rendre cethornma'ge Ia-vrite,
et des homes, qui se distingurent trop par leur esprit, leur
got pour observation, et par une administration sage et hu-
maine, pourne pas les croire au-dessus des prjug- coloniaux. Je
es cite, dis-je, d'a utant plus volontiers que, s'ils toient ac-
tuellement eu France, leurs lumieres et leur experience pourroient
4tre d'uns grande utility.








( 8o)
sur-tout dans les habitations qui sont sous leur administration
directed. Il en est ou le cour le plus sensible est aussi sa-
tisfait que l'oil est agrablement tonn par l'ordre et
P'dir de grandeur qui y brillent. Mais le ngre aussi a ses
prjugs : et un des plus enracins est celui qu'il a conu
centre procureurs, grans, conomes, et gnralement qui-
conque exerce sur lui une autorit qui n'mane pas du droit
de proprit. Ce prjug s'tend dans toute l'tendue de la
colonie, et doit peut-tre son origine l'excessive svrit
qui caractrise la classes des grans et conomes, auxquels
les noirs portent en revanche une haine et un mpris mortels,
qu'ils manquent rarement de manifester toutes les fois qu'ils
en trouvent occasion, sans trop se compromettre avec un
pouvoir qu'ils dtestent, mais qui ne leur inspire pas moins de
terreur. Les matres has de leurs esclaves sont, selon moi,
bien coupables, car ils ne le sont jamais pour peu qu'ils soient
humans. La svrit mme n'y fait rien, pourvu qu'elle soit
fonde sur la justice : mais les conomes !.... Un ngre pr-
freroit mille fois de subir les chtimens les plus rigoureux,
d'tre mnutil par celui don't il se considre lui-mme comme
une proprit, que de recevoir un seul coup de fouet de la
part de celui qu'il regarded comme un valet qui abuse de la
confiance de leur matre commun, pour appesantir sur lui
un joug cruel et insupportable. Il est just de dire qu'il est
bien rare de trouver un seul de ces hommes qui cherche
attnuer ce sentiment humiliant dans ceux qu'il est charge
de diriger : en gnral, ils sont aussi durs, aussi vains,
aussi engous de l'ide de leurs talents en administration,
qu'ils sont ignorans et dpourvus d'humanit et des premires
notions ncessaires pour conduire des hommes comme eux,
et qu'aucun certainement ne s'avisa jamais de regarder comme
tels. Mais comment font-ils donc pour administer? Ils trou-
vent








( 81 )
.vent la machine toute monte ou -peu-prs,, ils continent
la faire aller comme ils peuv nt, sauf tre mis dlliore
s'ils la dtraquent.... Il y a peu ou point d'habitations ou le
maitre rside ou ne rside pas, qui ne change suivi, nt .Ie i. ans
et d'conomes. Del, un redoubleaient de mapri du jdre,
qui ces changenens plaisent beaucoup, vriiebiableiiient
parce que la haine qui l'anime en e.t satisfaite et tdats l'es-
prance d'en tre dlivr une bonne fois.... Et ce sont p,>r-
tant ces homes qui l'on confie l'adminitration d'un
grand nombre, du plus grand nombre mmie, et .'es ilus
considrables habitations de la colonies ... l. Ind mali
labes.
Les mornes de Saint-Domingue n'offrent pas ce coup-d'oil
sauvage et strile des montagnes d'Europe. Plus levs gn-
ralement que nos cteaux de France, ils offrent l'oil satis-
fait une perspective non moins riante et' ausi pittoresque;
elles sont d'une pente douce d'un abord facile : mais l'oub
servateur n'en est pas moins tonn du parti que l'industrie a
su en tirer. C'est l qu'on admire un nombre infini d'habita-
tions, les unes immense, d'autres considrables, et beaucoup
de mediocre importance. Dans toutes on cultive le cafl, cet
arbre prcieux, transplant au commencement de ce sicle
dans nos colonies, don't le produit est aujourd'hui une des
principles richesses de Saint-Domingue et de la France, et
met ceux qui le cultivent en tat de rivaliser avec les habitans
sucriers, leurs anciens en agriculture. Ces mornes renferment
des quarters ou paroisses tendues, peuples et opulentes
c'est l que va la presque totality des noirs imports annuel-
lement Saint-Domingue, soit pour rparer les pertes des
premires habitations tablies soit pour augmenter les
forces de celles moins anciennes, et qui sont susceptibles
d'accroissement; ou pour fournir un nombre de bras suf1,
STomeL ..







C os )
aant pour celles qu'on tablit tous les jours.... En gnral
Ptablissement des quarters des mornes ne date pas de
long-temps : les plus anciens toient en friche et inhabits,
lorsque les plains toient dja florissantes. Aussi remarque-
t-on dans la plupart une foule d'inconvniens insparables
des nouveaux tablissemens: dans les plus anciens mme, on
me voit point rgner cette uniformit, cet ordre admirable
qui distingue les planes. Les sucreries tant depuis long-temps
parvenues leur point de perfection, on ne s'occupe que de
les maintenir dans cet tat : mais dans les mornes une Labi-
tation est ruine, et come on dit Saint-Domingue, enti-
rement d bout, avant que le propritaire ait senti rallentir la
fureur de l'augmenter sans cesse. Il n'en est gas de ces der-
niers terreins comme de ceux des planes. Ceux-ci, extt'me-
ment profonds et d'une fertilit incroyable,.nuisoient dans le
principle, par cela mme, la quality de la canne et
celle du sucre. Parvenus, par le laps de temps et par un tra-
vail successif et habituel, leur point de bont et de perfec-
tion, ils couronnent aujourd'hui et patient avec usure les
travaux qu'ils ont cots, et assurent pour l'avenir au culti-
vateur des resources iinpuisables. En un mot, les planes
seront dans mille ans ce qu'elles sont aujourd'hui, quant
la fcondit. Les montagnes ou mornes de Saint-Domingue
sont couverts seulement d'une couche de terre, ou plutt de
terreau, don't la profondeur varie l'infini, et cause une
varit non moins grande dans la quality et dans le plus ou
moins de bont des fonds : le propritaire d'un terrein abat
une parties de bois, aussi anciens que le monde, et don't la
dpouille a form, par succession des temps, cette crme de
terre (pour m'exprimer ainsi) d'une fertilit laquelle rien
ne sauroit tre compar. Un soleil brflant a bientt desschl








( 83
vient o le feu dvore tout n'pargnant que les troncs
et laisse la place une couche paisse de cendres ; et
par l'opration la plus facile et avec une negligence
don't l'exemple vient des premiers cultivateurs, qui tra-
vailloient comme si leur proprit ne devoit jamais linir
on a bientt termin une plantation caf. Les dIa-
vantages d'une manire d'oprer aussi presse, aussi mal
entendue ne tardent pas se faire sentir. Dans les belles
saisons de l'anne des avalaisons telles qu'on ne con-
not rien en Europe de semblable viennent journellcment
balayer cette surface d'une terre cendreuse et lgre, que
le travail achve de rendre telle. Des torrens d'eau tra.
versent la jeune plantation en tout sens et leurs flots ,
runis dans des ravines profondes emportent dans les
heureuses planes ou la nier cette prcieuse dpouille
des montagnes. En un mot, la nouvelle pice de cafl par-
venue l'ge de deux .ou trois ans, commence peine
produire ses premires grains que la terre a ddja per,lu
tous ses sels et sa flcondit par ces arrosemens rapids
et frquens. La premiere rcolte n'est pas finie qu'oa
voit dja les jeunes arbres dp.rir, et le cultivateur, qui
prroit la fin prochaine de cette resource ne songe gure
soutenir leur existence dbile, et s'occupe dja d'abattre
-une nouvelle parties de bois, et d'y substituer des plantations
nouvelles don't le sort gal est connu d'avance. Telle est la,
manire primitive d'oprer; telle est celle qu'on suit encore
aujourd'hui communment, un bien petit nombre d'excep-
tions pr et qu'on suivra vraisemblablement, jusqu' ce
que les mornes n'tant plus composs que d'une terre d-
graisse sans sel et dpouills entirement de tous ces
bois antiques que le cultivateur avide et peu prvoyant a
aussi peu mnags que s'ils ne devoient jamais finir, ne pri-
F









(84)
sentent plus qu'un ensemble de terreins ruins, et soient
abandonns comme inutiles, pour courir aux lieux s'il en
reste encore qui promettent de nouvelles resources. On
en peut excepter un bien petit nombre d'endroits clair-sems ,
qu'une situation particulire a fait participer aux advantages
desplaines, et qui sont couverts d'arbres caf, ternelspour
peu qu'ils soient soigns et mme sans l'tre......
Il y auroit sans doute des mthodes plus avantageuses,
plus conomiques et plus conservatrices des fonds. Il en
existe certainement dans les mornes mme des examples,
mais que peu se soucient d'imiter. Ces measures lentes ne
sauroient convenir des hommes presss de jouir, et d-
vors de la soif d'amasser. Il faut des forces considrables
pour entretenir d'anciennes plantations il est plus exp-
dient de les abandonner d'abattre du bois debout et
d'en fire de nouvelles. Enfin il faut faire du revenue:
voil le language et le but ternel et exclusif du colon.
Del des quarters entiers uss et bientt inutiles; del ,
dans la plupart des autres ces vastes terreins striles et
incultes, et ces montagnes don't la crime est encore orne
peine de quelques bouquets de bois tandis que leur
croupe est abandonne ou couverte de quelques plantations
prtes l'tre. La devastation de ces terreins prcieux
nest pas en elle-mme le mal qui m'occupe, mais elle
donne lieu des inconvniens que j'ai principalement pour
objet, et auxquels je vais venir.
Ces operations quelles qu'elles soient, exigent un grand
nombre de bras. On se feroit difficilement une ide du
produit en premier rapport d'une pice d'arbres caf. Les
products suivans dclinent progressivement : l'avarice seule
du cultivateur ne decline pas ; un premier succs ne fait




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs