Title: Journal de Saint-Barth
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095774/00206
 Material Information
Title: Journal de Saint-Barth
Physical Description: Newspaper
Language: French
Publisher: Journal de Saint-Barth
Place of Publication: Saint Jean, Saint Barthelemy
Publication Date: July 15, 2010
Copyright Date: 2010
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095774
Volume ID: VID00206
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 1 MBs ) ( PDF )


Full Text


GRAND ARRIVAGE

GfPAPETERIE
-te 0 HELLO




HOTEL
BEACH PLAZA


A qur[que% pas de Man goi
1W kt i .'12 .2 2 rp .1Bie M~ ins
SuT 9r p/p fl W MI 2 IA
Pft-i oje ncr aui ius
Tl: 05 90 87 87 00
nr'riarnlhr'.iril''ai 'hpuairaiim co m
L* n rhii Mwftcach .mlu.am irii


L'AGENCE
iT lAITH REAL IETATE


EISLvotre solution en matire de construction
* GARANTIE DOMMAGES OuvL AoE,
SGARANTIE CCNSmCTEURS NON REALISATEURS,
* GA NTIE Tous RISQUES CHANTIER,
SGARANTIE RESPONSIBILITY CIVIL DCENNALE
* GARANTE RESPONSABILITe CIVIL DCENNALE oE INTERVENANTS
TRANGERS (NOUVEAU PROODUT)

Blue assurancesT
Les Manguf e S.> ean 0590 52 02 71 blueassuracesne c ro

SVOTRE PATRIMOINE VOLUE JOUR APRS JOUR
Parce que votre pathimoine est en movement, qu'il faut savoir l'anticiper
tout instant, la BFC s'engage vos cts pour dvelopper
une approche personnalise et une gestion sur measure pour:
---- SUIVRE SON EVOLUTION ET CELLE DE VOS PROCHES,
LES ACCOMPAGNER DANS LA DUREE
AGENCIES FAVORISER SA TRANSMISSION ET VOUS AIDER
A RALISER VOS PROJECTS
* St Jean ASSURER SA PERENNIT ET L'AIDER GRANDIR
05 90 27 65 88 EN TOUTE SRNIT
- Gustavia POUR CELA, LA BFC MET VOTRE DISPOSITION TOUTE UNE GAME
0590 27 62 62 DE PRODUCTS ET DE PLACEMENTS ADAPTS A VOTRE SITUATION.
N'ite,- pa ,. cosle votr Conseillerene stI 1FJ i on de *l; PatimonelaI:FC.Il


CMI
Claudine Mora
AGENCY IMMOBILIRE
REAL ESTATE


CONSEIL
IMMOBILER




Les Mangliers
Saint-Jean
97133 St-Barthlemy
Tl: 05.90 27 80 88
Fax:05.90278085
claudine.mora@wanadoo.fr


SRue S.iiimuc F1ihIK-rg

5 l 12( '98 89()
11 Ni.1 SL. Niha r ioS

C ptic 2000.lin


du lundi au vendredi
9h/13h & 15h/19h
somedl 9h/13h
Espace du Centenaire
Gustovio
Tl.: 05 90 52 20 91


GarageeanL..ARRIVAGE DE VENICULES
PUIILIC TL..* 0590 27 70 98 garage.budgt@ora nge.fir


N0884 Jeudi 15 juillet 2010



LE JOURNAL
Tl:0590276519-Fax:0590279160 E SAINT B ART
www.journaldesaintbarth.com journalsbh@wanadoo.fr DE AIT ARTH
ISSN : 1254-0110


VEN 1 f.. L--A` CM, 'NU


r.it.il




1 JS 5 julle 201 84 A TUAIT


15juillet 2007 15juillet 2010


Trois ans sous le statut de COM


Au terme de dcennies de revendications et d'un ultime project amorc
en 2002, la Collectivit d'outre-mer (COM) de Saint Barthlemy dote
de l'autonomie tait rige le 15 juillet 2007, il y a 3 ans jour pour jour.
Dtache administrativement de la Guadeloupe, regroupant les comp-
tences d'un dpartement, d'une region et d'une commune, plus d'un
pouvoir de decision dans certaines domaines, la Com ne s'est pour-
tant pas construite en un jour. Au jour de son troisime anniversaire,
o en est-on ? Elements de rponse avec le president Bruno Magras,
premier president de la premiere COM, principal porteur de ce project
indit dans la Rpublique franaise.


Journal de Saint Barth :
Tout d'abord, regrettez vous
cette volution statutaire ?
Bruno Magras : Absolument
pas. Je suis mme tent de
vous chanter Edith Piaf Non
rien de rien, non je ne regrette
rien. Aprs trois ans, la
COM se porte bien, merci.
Il est indniable que dans de
nombreux domaines, ce nou-
veau statut nous a apport des
avances intressantes. Nous
sommes dsormais sur un pied
d'galit avec les autres Col-
lectivits d'Outre-Mer. Nous
n'avons plus d'chelon inter-
mdiaire, nous discutons
directement avec l'Etat. Grce
cette volution institution-
nelle, nous avons une prise
directed sur la gestion de nos
infrastructures. Le flou fiscal
dans lequel nous tions a t
clarifi. La codification d'un
certain nombre de rgles, ainsi
que leur mise en application,
relvent dsormais de l'auto-
rit locale.

JSB : La mise en uvre de la
Collectivit, vous semble t'elle
aujourd'hui acheve ?
Bruno Magras : Pas du tout.
L'essentiel tait de faire adop-
ter ce nouveau statut par le
Parlement. a y est, le train est
sur les rails. Dsormais, l'ave-
nir repose sur une organisation
efficace de l'administration
territorial, sur des decisions
rflchies et sur un manage-
ment rigoureux des affaires
publiques.
La formation du personnel
doit tre poursuivie. Dans


cette optique, nous avons dj
reu deux missions du Centre
National de la Fonction Publi-
que Territoriale d'Angers avec
lequel nous sommes en train
de conclure une convention.
Nous voulons offrir celles et
ceux qui le veulent, la possibi-
lit d'enrichir leur savoir et
d'amliorer leurs performan-
ces. Techniquement parlant,
nos services doivent aussi
devenir plus performants.
Nous venons de recevoir le
rsultat de l'audit que nous
avions command sur notre
systme intranet. Des amlio-
rations sont ncessaires. Pour
autant, rien ne doit tre fait
dans la precipitation. Il nous
faut srier les priorits et avan-
cer progressivement.

Certains services ont dj pris
leur vitesse de croisire, d'au-
tres sont sur la voie d'un ren-
forcement. Nous venons de
recruter un cadre A qui pren-
dra ses functions, en tant
qu'adjoint la Direction
Gnrale des Services ds le
mois de septembre. Dbut
octobre, le service de l'Urba-
nisme bnficiera de l'arrive
d'un technician suprieur qui
sera charge de l'instruction des
dossiers, de la dlivrance des
certificates de conformity et
lorsque ncessaire, de l'mis-
sion des procs-verbaux d'in-
fractions.
Enfin, compete tenu de la com-
plexit de certain textes lgis-
latifs sur lesquels nous som-
mes rgulirement amens
donner notre avis, de l'impor-
tance rdactionnelle des actes


adopts par les lus et de notre
volont d'exploiter, au mieux,
les multiples possibilits que
nous offre la Loi Organique,
nous avons sollicit du minis-
tre de la Justice, le dtache-
ment d'un juriste. Nous som-
mes en attente de rponse.

Depuis le dbut de l'anne
2009, la Collectivit exerce
pleinement ses missions dans
le domaine mdico-social.
Notre Centre Communal des
Affaires Sociales a volu
pour devenir le Service des
Actions Sanitaires, Sociales
et de Solidarit. Ses effectifs
ont t renforcs. Nous
avons procd au recrute-
ment d'une assistant
social, d'une technicienne
et d'une conseillre en Eco-
nomie Sociale et Familiale
ainsi qu' celui d'une duca-
trice spcialise. Au niveau
du dispensaire, les deux
agents du dpartement ont
t mis la disposition de la
Collectivit et une infirmire
puricultrice a t recrute
mi-temps. Paralllement, un
certain nombre de conven-
tions ont t conclues avec
des intervenants extrieurs.
Nos administrs bnficient
dsormais de multiples servi-
ces qui, par le pass, rele-
vaient d'un veritable par-
cours du combattant.

Progressivement, tous les
services de la Collectivit
seront ainsi adapts pour
tenir compete des nouvelles
comptences.


& Notre Cadastre doit tre
rnov.
& Notre bureau d'immatricu-
lation des bateaux doit devenir
pleinement oprationnel.
A Certaines audiences du Tri-
bunal doivent tre tenues sur
place.
& L'ouverture d'un bureau de
l'enregistrement qui nous a t
promise par la direction des
Services Fiscaux de l'poque,
doit tre concrtise...
Malheureusement, certain
niveaux, nous sommes un peu
tributaires des lenteurs coupa-
bles de certain services de
l'Etat.

Vis--vis du monde sociopro-
fessionnel, nous avons cre un
tablissement public territo-
rial, la CEM, qui d'ores et dj
fait un travail remarquable.
Avec l'appui de notre snateur,
nous oeuvrons pour un renfor-
cement de ses comptences.

Dans le secteur de la scurit,
nous avons confi momenta-
nment la gestion de notre
Centre de Premire Interven-
tion au SDIS de la Guade-
loupe. Cependant, pour de
multiples raisons, cette situa-
tion n'est pas pleinement satis-
faisante. Nous avons besoin
d'un vritable Service Territo-
rial Incendie Secours (STIS)
dot des moyens en hommes
et en matriel. Il est cependant
probable que la creation de
notre STIS, passe par l'adapta-
tion de certaines lois qui rgis-
sent le fonctionnement des
SDIS. Nous y travaillons.

Journal de Saint Barth :
Depuis le 15juillet 2007,
comment jugez vous l'attitude
de l'Etat vis--vis de la
Collectivit ?
Bruno Magras : Nous avons
d'excellentes relations avec
Monsieur le Prfet Dlgu.
Il a toujours rpondu present
nos sollicitations et ses ser-
vices sont toujours disponi-
bles et coopratifs. Malheu-
reusement, je ne peux pas
gnraliser cette apprcia-
tion. A titre d'exemple, nous
sommes toujours en attente
de la publication des dcrets
fixant les sanctions pnales
que nous devons intgrer
dans nos codes. Cette ngli-
gence tatique qui relve de
certain ministres, nous
pose quelques difficults.
Pourtant, les articles 6214-5
et 6251-3 de la Loi Organi-
que N 2007-223, sont des
plus prcis. L'Etat dispose


d'un dlai pour donner suite
nos actes, mais cela ne
semble pas proccuper grand
monde.

Journal de Saint Barth : Le
conseil territorial vient de se
prononcer favorablement en
faveur d'un accord entire
l'Etat et la Collectivit
concernant l'assistance
administrative mutuelle en
matire fiscal. Ce n'est pas
une convention fiscal. Ne
jugez vous pas que celle-ci
manque l'appel ?
Bruno Magras : En gnral,
une convention fiscal com-
porte deux volets : l'change
de renseignements et d'assis-
tance administrative et l'limi-
nation des doubles imposi-
tions. Rien ne s'oppose au fait
que ces deux volets puissent
tre signs sparment. Pour
des raisons qui relvent des
obligations de la France, tant
au plan international que vis-
-vis des Etats europens, et
compete tenu de la dmarche
politique que nous avons
engage pour faire voluer le
statut europen de Saint-Bar-
thlemy, la dmarche de Bercy
n'a rien de surprenant. Par ail-
leurs, au regard du type de fis-
calit que nous avons retenu,
contrairement Saint-Martin,
nous n'aurons que trs peu de
cas de doubles impositions.
Enfin, pour ne rien vous
cacher, il existe toujours quel-
ques points de divergences
avec Bercy propos du statut
des fonctionnaires de l'Etat en
poste dans les deux collectivi-
ts. C'est d'ailleurs cette pierre
d'achoppement qui a conduit
les lus de Saint-Martin
reporter la signature de leur
convention fiscal.

Journal de Saint Barth : Le
conseil territorial a adopt
trois codes locaux : un code
des Contributions, un code
de l'Urbanisme et un code de
l'Environnement. La Collec-
tivit, comptente dans bien
d'autres domaines encore,
pourrait-elle dicter de nou-
veaux codes?
Bruno Magras : Certaine-
ment. Mais il est inutile de se
prcipiter. C'est la lumire
de l'exprience que les dci-
sions interviendront. S'agis-
sant de l'accs au travail des
trangers, nous nous rfrons
pour l'instant au droit natio-
nal, mais des adaptations sont
ncessaires.
C'est aussi le cas dans le
domaine de la circulation et
du transport routier o l'dic-
tion de rgles adaptes
devient de plus en plus indis-
pensable, compete tenu de
l'exigut de notre territoire.
Pour ce qui concern le Port
qui, soit dit en passant, cou-
vre les activits de commerce,
de plaisance et de pche, un
Rglement de police a t la-
bor avec le concours d'un
cabinet d'avocats spcialis


en droit maritime. Le Conseil
Territorial a rcemment
dcid de crer un Conseil
portuaire. Ds que celui-ci
sera oprationnel, ce Rgle-
ment de police sera mis en
application. S'il est ncessaire
d'dicter un code, nous le
ferons.
D'autres secteurs sont aussi
organiser et rglementer. Je
pense en particulier notre
aroport o un important tra-
vail de mise niveau a t
ralis en vue d'obtenir son
homologation ou encore
l'utilisation et l'occupation du
Domaine Public Maritime.
Mais dans chaque secteur
d'activit, il nous faut agir
avec discernement. A propos
des plages par example :
Comment concilier la nces-
sit d'offrir le meilleur ser-
vice nos tourists, sans pour
autant donner l'impression
d'en privatiser une parties ?
Faut-il opter pour des conces-
sions, comme en mtropole ?
Vaste dbat.

Journal de Saint Barth :
Quelle diffrencey' a t'il
entire la function de maire et
celle de president ?
Bruno Magras : Plus on
assume de comptences, plus
le champ des responsabilits
augmente. Cela va de soi.
Mais le fait que Saint-Barth-
lemy est une le et que nous
assumions dj des comp-
tences qui relevaient du
Dpartement, cette transition
du statut de Maire celui de
President, n'a eu que peu
d'impacts. Certes, nous avons
plus de travail, mais beau-
coup de decisions relvent
dsormais du Conseil Excu-
tif. C'est par example le cas
en matire d'utilisation et
d'occupation du sol.
Il devrait donc y avoir moins
de suspicion l'gard de
l'homme qui incarne la
function.

Journal de Saint Barth :
Vous avez port ce project
de Collectivit et en tes le
premier president. Les
prochaines lections auront
lieu dans 2 ans.
Serez-vous candidate ?
Bruno Magras : L'volution
statutaire de Saint-Barth-
lemy a t le fil conducteur de
mon engagement politique.
La Collectivit d'Outre-Mer
en est l'ouvre. Mais par del,
il faudrait tre de mauvaise
foi pour ne pas reconnatre
l'immensit du travail ralis
sur cette le depuis 1995. Alors
vais-je tre candidate en 2012
? Il est un peu tt pour rpon-
dre votre question. Je n'au-
rais que 60 ans et pour ne rien
arranger, le gouvernement
s'apprte reporter l'ge de
dpart la retraite !!! Mais
hlas, nous sommes tous vul-
nerables et n'importe qui peut
devenir fou... moi aussi...
Comprenne qui pourra...


f






q ra 1


CANAP Tissu microfibre,
O -0cm pieds chroms
chocolate ou rouge
M g existe en 3 places)


1390E t.
LIT TECK
160x200cm


299e




1 JS 5 julle 201 84 A TUAIT


H


La COM a trois ans:

Trois questions aux opposants

Elus en juillet 2007 sur des listes d'opposition*, Maxime Desouches et Benot Chauvin rpondent ci-dessous trois
questions relatives leur perception de ces trois premires annes de COM.

MS Maxime Desouches


Journal de Saint Barth : La Com a
trois ans aujourd'hui Considrez
vous cette volution comme une
bonne ou une mauvaise chose?
Maxime Desouches : Depuis le
dbut, je suis un farouche supporter
de cette volution statutaire. En pre-
mier lieu parce que cela nous a per-
mis de rapprocher le pouvoir de
decision des administrs. Dans l'or-
ganisation prcdente de commune,
les services dconcentrs de l'Etat se
trouvaient pour la plupart en Guade-
loupe, voire pour certain Saint
Martin, tout comme les excutifs
dpartementaux et rgionaux, qui ne
faisaient que peu de cas de nos parti-
cularismes et ne prenaient pas en
compete les problmes que posait la
double insularit de Saint Barth.
Rien que pour cette raison, l'volu-
tion de Saint Barth en Collectivit
d'outre-mer est une grande avance.

Journal de Saint Barth : La mise en
oeuvre de la Collectivit vous semble
t'elle aujourd'hui acheve ? Sinon,
selon vous que reste t'il accomplir ?


Maxime Desouches: La mise en oeu-
vre de cette collectivit est loin d'tre
acheve et il faudra certainement plu-
sieurs dcennies pour explorer toutes
les possibilits qu'offre la loi organi-
que instituant la Collectivit d'outre
mer autonome de Saint Barthlemy.
Il faut nanmoins pour cela que les
lus se saisissent des dossiers et fas-
sent voluer les choses en cernant
les problmes locaux et, dans les
comptences qui nous ont t dvo-
lues, en adaptant les textes pour sim-
plifier la vie des administrs.
A mon sens, un des gros enjeux de
ce qui reste faire a trait la coop-
ration rgionale. Je pense notam-
ment la pche et la gestion de la
resource. De par la loi organique et
sous certaines conditions, Saint-Bar-
thlemy peut tre habilite par la
Rpublique franaise la reprsen-
ter, signer des accords, ou singer
dans des organismes internationaux
rgionaux. Chacun peut comprendre
l'importance de telles dispositions et
le chemin qu'il reste faire pour sai-
sir pleinement la measure de ces pos-
sibilits.
Je ne sais pas encore s'il est nces-
saire d'en demander le transfer,
mais il m'apparat par ailleurs essen-
tiel d'tudier de manire approfon-
die la possibility d'assumer la com-
ptence de la protection social. Je
suis en effet persuade que nous pou-
vons avoir une meilleure protection
social de nos administrs pour un
cot nettement infrieur et ce fai-
sant, des charges sociales moins
importantes.


Journal de Saint Barth : Y'a t'il des
choses que vous regretted ?
Maxime Desouches : Je regrette que
les choses n'aient pas t davantage
anticipes lors du passage en Collecti-
vit d'Outre Mer, ce qui nous amne
aujourd'hui prendre des decisions
rapides, pour certaines pas suffisam-
ment rflchies. Je pense, par exem-
ple, la dfiscalisation don't on a
limit le champ d'application, sans se
proccuper vraiment des consquen-
ces sur les entreprises locales.
Ceci tant dit, il ne faut pas oublier
que cette volution est une premiere
dans la Rpublique franaise. Ce fai-
sant, nous n'avions pas d'exemple sur
lesquels nous appuyer et nous avons
donc du emprunter des routes encore
inconnues. Ca ne me parat pas anor-
mal d'arpenter parfois des voies sans
issue.
Je regrette le retard de l'Etat et du gou-
verement dans la gestion de nos dos-
siers. J'en veux pour preuve les sanc-
tions pnales qui restent approuver
par le Parlement, alors que pour cer-
tains codes notre demand remote a
plus de deux ans. Ou encore la cra-
tion d'un Tribunal de petite instance
bas Saint Martin qui nous a t pro-
mis, mais, don't la decision comme l'a
indiqu Jean Marie Bockel, secrtaire
d'Etat la justice, en visit Saint
Martin en dcembre dernier a t
repousse plus tard, sans qu'aucune
date n'ait t prcise.
Je regrette sincrement la dmission
de Jean Pierre Magras, qui tait un l-
ment moteur de cette collectivit. Je
regrette que la collectivit ne dispose
pas d'un sige de dput qui lui soit


propre. Car, on le voit travers tout le
travail fait par notre snateur Michel
Magras don't je salue le travail, une
presence est indispensable dans cha-
que chambre du Parlement pour que
les intrts de notre le soient correcte-
ment pris en compete et dfendus. Je
regrette que le Prsident n'ait pas saisi
le Conseil d'Etat pour trancher le dos-
sier de la CSG/CRDS ou encore,
contester la dotation ngative de
compensation des charges, qui grve
notre budget chaque anne de 5,6 mil-
lions d'euros. Je regrette que la collec-
tivit ne soit pas dote de plus de juris-
tes, ce qui viterait des erreurs de
forme dans la rdaction de nos dlib-
rations et de nos actes, et ce faisant
une possibility d'annulation devant la
jurisdiction administrative. Je regretted
qu'en 2010, les reunions du Conseil
Territorial ne soient toujours pas
retransmises sur le Web, que les pro-
cs-verbaux et les enregistrements de
ces reunions ne soient pas accessible
tous, malgr la connaissance du Pr-
fet de cette situation qui lui a t main-
tes fois dnonce. Cette complicity
passive se fait au dtriment de la
dmocratie et du respect des decisions
prises par les lus du people et nous
maintient dans un obscurantisme
administratif partout ailleurs rvolu. Je
regrette enfin qu'il n'y ait pas plus de
personnel, surtout parmi les jeunes,
s'intresser au fonctionnement de la
Collectivit.

* Elus de la liste Tous Unis pour
Saint Barthlemy, KarineMiot, hors
de l'le, n 'tait pas joignable pour la
ralisation de cette interview.


I Benot Chauvin


Journal de Saint Barth : La Com a
trois ans aujourd'hui Considrez
vous cette volution comme une
bonne ou une mauvaise chose ?
Benot Chauvin : Oui, l'volution en
COM est une bonne chose, mme si
cela prend visiblement beaucoup plus
de temps qu'annonc pour se mettre
en place. Le nouveau statut a permits
de clarifier la situation institutionnelle
et la situation fiscal, le jour o celle-
ci ne sera plus en suspend, le jour o
une convention fiscal rglant l'en-
semble des cas particuliers aura t
signe.
Avec l'volution en COM nous dispo-
sons des comptences de la region, de
celles du dpartement, de la commune
bien sr, mais aussi de comptences
propres dans un certain nombre de
domaines qui nous ont t confres
par la loi organique instituant cette
volution. Nous avons ainsi la possibi-
lit de proposer et conduire un project
long terme pour Saint Barthlemy et
ses habitants. C'est une chance que
peu de collectivits, a fortiori de notre


taille, ont ce jour. C'est pour cela
qu'avec mes colistiers de Ensemble
pour Saint Barthlemy nous nous
sommes engags il y a 3 ans. Pour
proposer un project bas sur la satisfac-
tion des habitants et sur un engage-
ment vers un dveloppement plus res-
pectueux de notre environnement, un
project qui anticipe les enjeux des dix
vingt prochaines annes et ne se
content pas du statu quo.

Journal de Saint Barth : La mise en
uvre de la Collectivit vous semble
t'elle aujourd'hui acheve ? Dans le
cas contraire, que reste t'il selon vous
accomplir?
Benot Chauvin : Si vous parlez de
l'aspect institutionnel pur, la mise en
oeuvre de la collectivit est presque
acheve. Restent conclure la conven-
tion fiscal, don't l'adoption semble
repousse aux calendes grecques, et
notre volution statutaire au regard de
l'Europe. Mais cette dernire n'tait
en aucun cas une obligation, a fortiori
une urgence.
Pour la mise en oeuvre des compten-
ces qui nous sont dvolues, nous som-
mes encore loin du compete, ou plus
exactement des objectifs fixs en
2007. La carte d'urbanisme, qu'on
disait presque prte, n'est toujours pas
vote ; les codes de l'Urbanisme et de
l'Environnement ont t adopts, mais
sans tenir compete des spcificits de
Saint-Barthlemy. A se demander
pourquoi on a demand la competence
dans ces domaines. La seule comp-


tence propre que l'on ait demand et
qui a t mise en oeuvre spcifique-
ment est le code des Contributions.
Ce qui resterait accomplir ? Non
plus des volutions statutaires, mais la
mise en oeuvre de choix politiques
autres, comme la mise en place d'un
transport en commun, ou d'une aide
la petite enfance, par example.

Journal de Saint Barth : Y'a t'il des
choses que vous regrettez?
Benot Chauvin : Oui, bien sr.
Comme le fait d'avoir adopt un
code de l'Environnement sans ambi-
tion. Nous avons rat le coche car,
nous aurions pu nous mettre en pre-
mire ligne des territoires cologi-
quement responsables et innovants.
Mais plutt que de revenir sur des
dbats de fond, qui sont l'expression
de divergences de point de vue, je
vais me concentrer sur un point de
regret qui me semble important : le
fonctionnement interne de la
collectivit.
Il y a peu de travail effectu collective-
ment, notamment en commission : les
dossiers sont le plus souvent suivis par
un seul lu, sans veritable concerta-
tion. Ce qui fait que les decisions arri-
vent en conseil territorial sans tre suf-
fisamment prpares, et sont concen-
tres dans les mains de quelques lus.
Peu de dbats en interne entire lus,
mais pas davantage avec le citoyen,
qui a parfois l'impression qu'on lui
impose des decisions de manire
abrupte, voire mme, qu'on refuse de


l'couter quand il fait la dmarche de
s'exprmer massivement, comme cela
a t le cas pour la petition sur les
zones naturelles mene par les asso-
ciations de preservation de l'environ-
nement et du patrimoine. Mais com-
ment intresser le citoyen quand les
sances du conseil territorial ne sont
plus retransmises ni la radio, ni sur
intemet ? Quand aucun compte-rendu
de sance n'est ralis correctement ?
Pas beaucoup plus d'changes non
plus avec les institutions mises en
place par le statut de la COM, je pense
en particulier au Conseil Economique
Social Culturel et Environnemental,
cout mais peu entendu. Tout cela je
l'ai dj voqu plusieurs reprises,
en conseil territorial et dans les
medias. Cela a pu parfois faire avancer
les choses, comme quand le conseil
territorial, sur ma proposition, a dcid
de reporter la question de la rglemen-
tation des transports poids lourds
l'examen de la commission adequate,
ou envisage de procder finalement au
replacement de Patrick Kawamura
qui a dmissionn dernirement du
conseil excutif
Mais ces regrets ne sont pas des
regrets personnel, puisque de toute
faon mes moyens d'action sont limi-
ts et que malgr cela, j'ai essay de
faire bouger les choses. C'est un regret
gnral que collectivement nous
n'ayons pas t et ne soyons pas plus
efficaces, afin de mieux rpondre aux
possibilits que nous offre notre nou-
veau statut.


Fait divers

Vols et traffic

de drogue

en rcidive

Interpell en mai dernier pour une
srie de vols dans les villas et trouv
en possession de 18 grammes de
cocaine et prs de 4000 euros, ce
jeune mtropolitain dans la trentaine
jug en comparution immediate aprs
son dferrement devant le parquet de
Basse-Terre, avait cop d'une peine
de 8 mois de prison don't 6 avec sur-
sis. Une peine qu'il n'avait pas encore
excute et don't il n'a manifestement
pas compris la valeur punitive. Lundi
7 juillet, moins de deux mois aprs
ces premiers faits, il a en effet de nou-
veau t interpell par les gendarmes
qui le suspectaient d'tre l'auteur
d'une srie de vols de scooters don't
trois ont t identifies. Las, les agents
de la force publique n'taient pas au
bout de leur surprise qui, lors de la
perquisition au domicile du suspect,
ont trouv 200 grammes de cocaine et
prs de 850 euros en espces. Il
rpondra de ces nouveaux faits
devant le tribunal correctionnel lors
de l'audience collgiale du 9 septem-
bre prochain.

En vue de la creation
du conseil portuaire

La Cem

recherche

des candidates
Le 15 juin dernier, le conseil territorial
adoptait une dlibration crant le
conseil portuaire. Organisme consultatif
charge d'mettre des avis sur les affaires
du port (dlimitation administrative,
tarifs, taxes portuaires, concessions nou-
velles, avenants aux concessions exis-
tantes, projects de travaux, ou encore
rglements de police, etc), ce conseil
sera constitu de douze membres titulai-
res don't six reprsentants des usagers (et
leurs supplants) qu'il appartient la
Chambre conomique multiprofession-
nelle de proposer. Saisie dbut juillet la
chambre a arrt une rpartition
conformment aux dispositions de
l'alina 5 de l'article R622-2 et de l'arti-
cle R 142-5 du code des Ports mariti-
mes, comme l'indique le courier
adress rcemment aux associations et
aux professionnels du secteur. En vertu
de ces dispositions et pour respecter
une just proportion, les six membres
et leurs supplants seront choisis dans
les categories suivantes :
) Un membre titulaire et son supplant
dsigns par le president de la commis-
sion Transport de la Cem.
) Un membre titulaire et son supplant
reprsentant les usagers des activits de
pche
) Deux membres titulaires et leurs sup-
plants reprsentant les usagers des acti-
vits de commerce et transport du port
maritime de commerce
) Un membre titulaire et son supplant
reprsentant les usagers permanents pro-
fessionnels des installations portuaires
de plaisance
) Un membre titulaire et son supplant
reprsentant les usagers permanents non
professionnels des installations portuai-
res de plaisance.
Toute personnel intresse et s'estimant
reliever des categories prcites doit fair
acte de candidature auprs de la CEM
en compltant avant le 25 juillet un for-
mulaire disponible auprs de la cham-
bre. Plus de renseignements au
0590 27 12 55.





1 -1 u e 0 4T I


Bienvenue la Poste

pour augmenter la satisfaction des clients
mil il B I I Il I I a


Les bureaux de Poste sont res-
ts ferms au public jeudi, tan-
dis que la distribution du cour-
rier tait assure normalement.
La raison de cette fermeture
exceptionnelle ? une reunion
de l'ensemble des agents
accueillant le public autour du
dploiement project Bienve-
nue La poste, un des volets
du programme Cap Relations
Clients 2012, un plan stratgi-
que de l'Enseigne La Poste,
lanc fin 2008 et don't l'objec-
tif est d'amliorer le service
rendu au public pour atteindre
95 % de taux de satisfaction.
Selon Guy Doroth, en charge
du dploiement du project en


Guadeloupe et dans les les du
Nord qui intervenait jeudi der-
nier, ce taux oscillait en
moyenne entire 82 et 85% au
lancement du programme.
Pour atteindre cet objectif,
chaque bureau du territoire se
doit de raliser un project d'ta-
blissement spcifique, en
concertation avec les agents,
qui s'appuie sur un question-
naire de satisfaction des usa-
gers du bureau et qui vise
amliorer quatre points, appe-
ls expriences clients :
l'accessibilit, l'accueil, l'effi-
cacit des services et la quality
du conseil.
L'objectif de la reunion de


r, 'I


jeudi tait de presenter aux
agents les attentes des clients
et de dresser une liste des solu-
tions que ceux-ci prconisent.
Ici, une quinzaine d'actions
ont t revenues pour augmen-
ter la satisfaction client. Parmi
elles, on trouve un allonge-
ment des horaires d'ouverture
des bureaux le mercredi en
forte priode d'activit, la
mise en place d'un guichet
rapide, d'un space libre ser-
vice ou encore le dveloppe-
ment des animations autour du
e-commerce. Pour l'heure, il
ne s'agit nanmoins que de
propositions qui restent encore
tre valides.


Mto
Juin 2010 : chaud et pluvieux


Ci-dessous le bilan mto du mois coul
ralis par Yannick Graux, animateur
l'Espace Mto Caraibes.
Prcipitations
77,1 mm de prcipitations ont t enregistrs au
course du mois de juin la station de relevs de
l'Espace Mto Carabes Gustavia. Une
valeur suprieure la normal qui est de 56,2
mm et qui place juin 2010 dans la moyenne des
20% des mois de juin les plus pluvieux ; trs
loin cependant du record du mois enregistr en
Juin 1979 o il a t relev 245,4 litres d'eau
par m2. Depuis le dbut de l'anne, il est tomb
un total de 371,6 mm normale 343,8 mm).
Temperatures
La moyenne des temperatures minimales est
monte 26,80C au course du mois coul,
suprieure la normal de 25,4C. La moyenne
des temperatures maximales est de 31,4C, elle
aussi suprieure la normal qui est de 30,7C
pour les mois de juin. La temperature la plus
chaude ? 33C enregistrs le 6 juin. La plus
basse ? est 23,7C le 19 juin. La temperature
moyenne est quant elle de 29,10C, elle aussi
suprieure la normal.
La mer toujours chaude, mais:
La temperature de l'ocan est voisine de 29C
et prsente depuis le dbut d'anne, une anoma-
lie positive. Cependant, le mois de juin, en
accord avec la climatologie, a vu le retour en
force de l'anticyclone des Aores sur l'ocan
Atlantique. Les alizs, modrs forts, ont per-
mis un brassage de la surface de la mer et donc
un refroidissement de celle-ci. La temperature
de la mer est responsible des valeurs leves
des temperatures minimales et des taux d'humi-
dit minimales.
Hygromtrie :
La moyenne des minima d'humidit enregistre
l'aroport a t de 67,1%; celle des maxima
de 85%. Le mini est de 62%, enregistr le 7 et
le maxi de 94%, le 26 juin.
Prdominance des alizs
Les alizs ont t prdominants durant le mois
de juin. La moyenne de la force du vent consta-
te est de 20 km/h, au-dessus de la norme. Les


rafales les plus fortes enregistres ont atteint
61km/h le 20 juin dans l'aprs-midi.
Faits marquants
Passage en vigilance jaune pour les les de St
Barthlemy et St Martin du jeudi 17 Juin au
dimanche 20 juin pour pluie, vent et mer avec
l'arrive par le Sud-Est d'une onde tropical
active associe une petite circulation dpres-
sionnaire. A cette occasion, de grosses cellules
orageuses et pluvieuses sont passes proxi-
mit des les qui ont entran des prcipitations
d'une valeur de :
- 50,0 mm Gustavia
- 58,0 mm Lorient
- 49,0 mm Flamand
- 34 mm St Martin
Et des vents en rafale mesurs :
- 61 km/h l'aroport de St Jean:.
- 65 km/h St Martin Grand-Case.
Durant le passage de cette onde, l'houlographe
de la Grande Vigie en Guadeloupe a enregistr
un maximum de vague 5,60 m.
Provisions saisonnires
Les provisions pour les trois prochains mois
font apparatre une anomalie chaude des temp-
ratures sur la Carabe.Les prcipitations
devraient ainsi restes suprieures aux normales
de saison.
Rappel historique :
Le 19 juin 1979, la tempte tropical Ana s'est
forme 1800 km l'Est de Trinidad. Elle
poursuivit sa route vers l'ouest et affect la
Martinique au stade de depression tropical. En
continuant de perdre de l'intensit, elle finit par
disparatre en mer des Carabes environ 500
km dans l'ouest de St Lucie. D'aprs les don-
nes du Centre National Des Ouragans de
Miam, la tempte Ana est l'unique tempte
connue s'tre former si loin en Atlantique,
entire le continent Africain et l'Arc des Petites
Antilles pour un dbut de saison. Le passage de
cette tempte au Sud de nos les est en parties
responsible du record de precipitation men-
tionn auparavant pour un mois de Juin la sta-
tion de Gustavia. La station de Grand-Case a
galement enregistr son record de precipitation
cette mme anne, avec 258,9 mm de pluie.


B


82,61% de russite

au Diplme national du brevet


Avec 82,61% de russite au
DNB (Diplme national du
brevet), le cru 2010 des lves
scolariss au college Mireille
Choisy s'inscrit dans la
moyenne national, calcule
82,6% en 2009. Sur les 69
candidates du college avoir
pass les preuves du DNB (il
y avait 2 absents), 57 ont ainsi
t admis. Sur ces 57 laurats,
37 lves, soit 64,9% dcro-
chent par ailleurs une mention
rcompensant une moyenne
gnrale suprieure 12.


Cette anne, un seul candidate a
obtenu une mention Trs
bien, avec une moyenne de
notes dpassant 16. Quinze
lves ont dcroch une men-
tion bien avec une
moyenne de notes suprieure
14 et enfin vingt cinq autres
lves, une mention assez
bien pour une moyenne com-
prise entire 12 et 14.
Avant mme de passer les trois
preuves -franais, maths et
histoire-go-ducation civi-
que- de l'examen, onze candi-


dats totalisaient dj les 170
points ncessaires l'obten-
tion du DNB. Rappelons que
chaque preuve de l'examen
compete pour quarante points -
soit 120 au total-, mais il ne
suffit pas d'avoir la moyenne
pour dcrocher le diplme. Le
contrle continue des notes
dans toutes les matires ensei-
gnes ainsi que la note de vie
scolaire durant la classes de 3
compete galement pour 220
points dans l'obtention du
diplme.


LES ADMIS AU DIPLME NATIONAL DU BREVET 2010


U Mention Trs Bien
Salom Mathilde BOUCHER
U Mention bien
Tho Nicolas ATTENOUX; Elsa Marie
BRIN, Amandine Laury BRIN; Florian
Etienne CHOQUET, Julie Simone DUGUE;
Julia Annie GOSSELIN ; Sylvia Marie
GREAUX ; Galle Anne-Charlotte GREAUX
; Romy Charlotte KRAIF; Tymie Schele
MAES ; Julien Jean MAGRAS ; Pia MON-
TALTI ; Tainara Anna TERRIER ; Leslie
EffieTOLEDO
U Mention assez bien
Lonie Gisle AUZET; Chlo Eugnie BAR-
DOUIL ; Tara Marie Juliette BLANCHARD ;
Mahina Nora BORDEUX ; Bastien Pierre
BOUSSEAU; Marina Marie Sylvana BRIN;
Marine Tiffany Andrea BRINSTER ; Jenny
Lea Crystel D'ANTONIO ; Elodie Jessica
Adelaide FERREIRA; Nelson FONTANEZ;
Fanny Marion GONCALVES ; Quentin Ray-


mond HAMARD ; Tanguy Bastien HAR-
MANGE; Kimberley Line LATTUCA ; Lou
LESECQ ; Jrme Jean MAXOR ; Quentin
Michel MIGNOT ; Brondone Neiva DA
SILVA ; Maeva Malika TAOUFIK ; Marine
Victoire TOUCET; Nicolas ZACH
U Admis
Victor Laurent BARBIEUX ; Jean-Claude
Jean-Louis BLANCHE; Eliot Yves Paul
CHOVET; Camille DEARING; Juliette
DELPECH ; Nicolas Luis GREAUX; Sidonie
Marie-Ccile GREAUX; Ambre Pierrette
GUILBAUD ; Nora Audrey HERMENGE;
Morgane Ericka JAILLOT ; Raphal Le
BLANC ; Michelle Edith LEDEE ; Quentin
Antoine LELOUP ; Catherine Camille
LIENDO-HACHE; Kevin Henri MARE;
Malik Felix MAXOR ; Marie Chantal MIOT;
lanis Thierry OESAN; Nina Palmeira De
BOAVENTURA; Sbastien David PETER;
Tuicas Emile THOMAS


Disponible en 140 160 -


180cm


Ukir


ouvert du lundi au vendredi
de 9h-12h30 & 15h-17h
samedi de 9h-12h30


DREAMTIME
LO.W COST TEL.: 05 90 52 4616
COROSSOL CELL. : 06 90 35 93 86


u E o mSrM"



NOUVEL ARRIVAGE DE LITS







Les charbonnires de Saint Barth la une de I'actu


Apres une semaine d'observation
dans les mornes en compagnie de
France Amaudo, alias Mre tortue
au mois de dcembre dernier, Ber-
nard Devaux nous avait rvl que
Saint Barth abritait vraisemblable-
ment la population la plus important
de tortues charbonnires de la
Carabe. Cocrateur du village de
Gonfaron dans le Var* et minent
spcialiste de ces reptiles appartenant
la famille des Chloniens, ce rali-
sateur animalier s'tait promise de
faire un long article sur ces charbon-
nires qui ont presque disparues des
autres les de la Carabe, mais ont
trouv ici les conditions idales
leur dveloppement.
C'est chose faite dans l'dition du
mois de fvrier 2010 du magazine
La Tortue que nous a rcemment
apport France Arnaudo. A l'int-
rieur de ce magazine public trois fois
par an par la Soptom*, douze pages
sont consacres nos charbonnires.
On y apprend multitudes de choses et
notamment que les tortues qui peu-
plent nos mornes proviennent origi-
nellement d'Amrique du Sud et
tirent leur non de charbonnires de


leur couleur terre brle qui les font
ressembler un gros morceau de
carbon de bois, seulement illumin
par des aroles jaunes sur sa dossire
et des teaches vives et oranges sur
ses pattes, son cou, sa tte. Comment
sont elles arrives l ? Bernard
Devaux qui signe le reportage relate
trois hypotheses qui pourraient
coexister : amener l par flottaison,
rapporter par les Arawaks et les
Carabes et enfin, sur la foi de tmoi-
gnages recueillis localement, impor-
ter au dbut du 20 sicle par sacs
entiers par les Saint Barth d'alors
qui les ramenaient des les du Sud.
Le spcialiste estime que la popula-
tion charbonnire de Saint Barth
compete vraisemblablement 5000
individus et note qu'elle est en plein
dveloppement depuis une vingtaine
d'annes. Enthousiasm par cette
vitality, Bernard Devaux qui consa-
cre galement une parties de son
reportage un autre reptile present
Saint Barth, l'iguane local, Iguana
Delicatissima, propose que la Sop-
tom envoie ici un co-volontaire
pendant plusieurs mois afin de met-
tre en place un suivi dtaill des dif-


ZOOM SUR LA SOPTOM
Cre en 1988 par Bernard Devaux, l'association SOPTOM, (Station
d'Observation et de Protection des Tortues et de leurs Milieux) compete
aujourd'hui plus de 12 000 membres. A l'origine de la creation du pre-
mier village de Village de tortues Gonfaron dans le Var, elle pratique
une politique d'information trs large en faveur des tortues, dans diff-
rents domaines, en France comme l'tranger. Menes et finances par
la SOPTOM, de nombreuses tudes ont t suscites en France, dans le
village des tortues, mais galement dans en Guyane, en Ouzbkistan, au
Costa Rica, en Equateur, au Sngal ou encore Madagascar.


ferentes zones d'occupation de ces
tortues. Cette volontaire pourrait ta-
blir un tat des lieux complete de l'es-
pce, afin de mieux dterminer son
statut, et surtout envisager des zones
de protection.
France Arnaudo a ramen quelques
exemplaires du magazine qui sont
disponibles la librairie Barnes de
Gustavia et auprs des deux vtri-
naires de l'le. Un exemplaire
consulter est par ailleurs disponible
la reserve naturelle. Vous pouvez
galement commander l'dition
soptom wanadoo.fr



France Arnaudo, alias Mre
Tortue, recherche une solution
de logement pour accueillir
Saint Barth pendant 5 6 mois
l'covolontaire de l'association
Soptom, charge de raliser
l'tude sur les tortues charbon-
nires. L'association prend en
charge les frais de transport ainsi
que de vie sur place, mais n'est
pas en measure d'acquitter les
montants de loyer proposs
Saint Barth. Aussi, France
Arnaudo fait-elle appel la
population pour trouver une
solution d'hbergement. Vous
possdez un studio ou une cham-
bre disponible pour toute la dure
du sjour ou une parties seule-
ment, n'hsitez pas joindre
France Arnaudo au 0590 27 77
80 ou par mail :
arnaudo.france@wanadoo.fr


Spcialiste de la gestion du stock et
de la gestion du froid dans les
dpartements et collectivits d'ou-
tre-mer, Frigodom s'installe dans
les les du Nord. Depuis le ler juil-
let, l'entreprise de logistique du
froid dj implante en Guyane,
Martinique, Guadeloupe et la
Runion, a en effet ouvert une base
Saint Martin destine couvrir les
besoins des deux les du Nord. Les
entrepts situs sur le port de Galis-
bay sont constitus de trois cellules
de stockages :
A une chambre froide negative de
13.000 m3,
A une chambre froide positive de
3.000 m3,
& un space de stockage sec de 300
palettes.
Les professionnels de Saint Martin
et de Saint Barth disposent dorna-
vant d'espaces de stockages qu'ils
1 T


peuvent utiliser tout au long de l'an-
ne ou ponctuellement, en compl-
ment de leurs propres structures.
Lors des pics d'activit touristique,
c'est la garantie de ne plus souffrir
de ruptures de stock!, explique
Ludovic Brun, directeur d'exploita-
tion de Frigodom Saint Martin et
ancien chef du restaurant de l'htel
Christopher.

Frigodom propose un service com-
plet : de la reception des marchandi-
ses, en passant par le stockage,
jusqu' la livraison. Le tout avec un
accs web scuris partir duquel
vous pouvez grer vos products
directement depuis votre bureau.
N'hsitez pas contacter Ludovic
Brun au 06 90 30 58 31 / 0590 528
528 ou par email
saintmartin@frigodom.com


Daniel Gibbs, premier vice-prsident de la collectivit de Saint Martin
et ThibaudAssier de Pompignan, president du Groupe ECOFIP


BRAVO Mr Hughes Bousquet
vainqueur du eu organis par MARCH U en partenoriat


Hughes
encli


AU RAYON FRAIS


avec SEGECO et HTEINEKEN























Bousquet a gagn un cron plot Somsung
wvinant le vainqueur du Mondial 2010. JUSQU'aU LUNDI 19 JUILLET 2010

Centre commercial La Savane Saint-Jean Tl. 05 90 27 68 16
Le magasin est ouvert du Lundi au Jeudi de 8h 13h et 15h 20h
les Vendredi et Samedi de 8h 20h et le Dimanche de 9h 13h et 16h 19h








Prix plus levs dans les DOM
de 6,2% 13% (Insee)


Les prix taient plus levs en 2010 dans les
dpartements d'outre-mer qu'en mtropole
selon une tude mene en mars dernier et
que vient de rendre publique l'Insee, sollici-
te l'an pass par l'ancien ministry de l'Ou-
tre-mer Yves Jgo.

Publie un an aprs le movement social sans
prcdent qu'ont connu les Antilles en 2009, d
notamment la vie chre, cette tude confirm
que l'cart de prix est rel et mme souvent
important, entire la mtropole et les DOM, mais
ne justifie pas lui seul les sur rmunrations
perues par les fonctionnaires dans les DOM -
COM (de 40 53%). "En mars 2010, le niveau
gnral des prix la consommation tait globa-
lement plus lev dans les dpartements d'ou-
tre-mer qu'en France mtropolitaine", crit l'In-
see. "Il tait suprieur de 13% en Guyane, de
9,7% en Martinique, de 8,3% en Guadeloupe et
de 6,2% La Runion". L'Institut national de la
statistique souligne que "les carts de prix sont
plus marqus lorsqu'on retient comme rf-
rence le panier de consommation des mnages
mtropolitains". Ainsi, "s'il gardait son mode
de vie, le budget de consommation d'un


mnage de France mtropolitaine augmenterait
de 19,60% en Guyane, de 16,90% en Martinique,
de 14,80% en Guadeloupe et de 12,4% La Ru-
nion". En revanche, des domiens qui rempli-
raient leur caddie en France mtropolitaine ne
raliseraient qu'une conomie limite.
Les carts de prix la consommation s'expli-
quent en parties par la chert des products ali-
mentaires outre-mer. Il s'agit en effet d'un des
premiers postes de consommation des mnages
et de celui pour lequel les carts de prix sont les
plus marqus entire les territoires En pregnant
comme rfrence la structure de consommation
de chaque dpartement d'outre-mer, les prix de
ces products en France mtropolitaine sont inf-
rieurs de plus de 22% ceux pratiqus en
Guyane, de presque 14% en Martinique, de prs
de 11% La Runion et de plus de 9% en Gua-
deloupe. Avec le panier mtropolitain, les carts
de prix sont plus important, s'talant de +34%
en Guadeloupe +49% en Guyane.
Les carts de prix, hors loyers, par rapport la
mtropole, pour les dpartements des Antilles
ont augment entire 1992 et 2010: 17,6% pour la
Martinique contre 8,4% et 15,9% pour la Gua-
deloupe contre 9,5%.


GUADELOUPE GOSIER- Dans le pare prestigieux de la Residence Vielle Tour.
avec plage du tudio au T4 meubl, parir d 104 0001


rf a a


La mission ministrielle sur
l'approvisionnement en carbu-
rants des Antilles et de la
Guyane penche vers un statu
quo amlior, cartant une fer-
meture de la raffinerie de la
Sara groupe Total) en Martini-
que, qui alimente les trois
dpartements franais d'Am-
rique et la collectivit de Saint
Barthlemy. L'Agence natio-
nale pour l'amlioration des
conditions de travail (Anact)
explique que si l'importation
de carburants en provenance
d'Europe permettrait a priori
de faire baisser le prix de l'es-
sence de 15 17 centimes par
litre et celui du gazole de 7 9
centimes par rapport aux prix
de "sortie Sara", le gain la
pompe pourrait en ralit tre
bien infrieur, selon ses
conclusions rendues publiques
mercredi 6 juillet.
Selon la mission, le cot de
fermeture de la Sara et du
stockage actuel de ptrole brut
en stockage de products
(essence, gazole,...) "pourrait
atteindre 250 millions d'euros,
soit 50 millions d'euros par an


dans l'hypothse d'un tale-
ment sur cinq ans". "Amorti
sur cinq ans, cela reprsenterait
un surcot d'environ 7 cents
par litre de carburant". L'Anact
relve les "difficults ventuel-
les fournir le march" Antil-
les-Guyane depuis l'Europe,
"notamment les deux points
critiques que paraissent tre les
essences aux specifications t
en hiver, et la disponibilit de
gazole". Elle estime que la fer-
meture de la Sara-Martinique
pourrait supprimer au total
"1.000 emplois" directs et indi-
rects, et entraner galement
des pertes de recettes fiscales
pour les collectivits locales,
de chiffre d'affaires pour ses
fournisseurs et une reduction
des investissements raliss.
Elle ajoute que "la baisse du
prix "sortie Sara" ne garantit
pas une baisse du prix la
pompe significative, notam-
ment sur le long terme, comme
le montre l'exemple de la Ru-
nion" (qui imported ses products
de Singapour via une socit
dtenue par Total et Shell). La
baisse peut en effet tre annu-


le par la hausse des marges de
gros et de dtail, mais aussi par
les taxes locales, souligne
l'Anact. L'Agence carte aussi
la solution d'approvisionne-
ment " court terme" dans les
Carabes ou au Venezuela, qui
ferait pourtant baisser le prix
des carburants, "aucune raffi-
nerie ne produisant (actuelle-
ment) de carburant aux normes
europennes sur la zone". Etu-
diant un statu quo pour l'ap-
provisionnement, elle estime
que "la situation actuelle doit
pouvoir voluer", notamment
travers des mcanismes vitant
que les prix locaux soient
dconnects des prix interna-
tionaux. Elle suggre plusieurs
autres pistes: creation d'un
conseil de surveillance ven-
tuellement intgr la Sara,
association des lus aux textes
sur le prix maximal des carbu-
rants, prquation des cots
entire les trois dpartements
(Guadeloupe, Martinique,
Guyane) et affichage la
pompe de la structure des prix.


Corsairfly: pas de survive sans retour
la rentabilit (DG)


Le nouveau directeur gnral
de Corsairfly, Pascal de Iza-
guirre, a dclar vendredi que
la compagnie arienne actuelle-
ment dficitaire ne pourra pas
survive sans un retour la ren-
tabilit", lors d'un point press.
"Il ne peut pas y avoir de survive
sans un retour la rentabilit",
a-t-il dit la Runion, premiere
tape de sa tourne outre-mer
avant les Antilles, o il veut
rencontrer les quipes et discu-
ter de la reliance de la compa-
gnie. M. Izaguirre a dmenti
"les rumeurs de quasi-faillite"
du transporteur ou de sa "ces-
sion Air France", annonant
qu'il ne vient "pas pour former
la compagnie ou pour la faire
vivoter mais pour la dvelop-
per".
Fin mars, la compagnie fran-
aise (ex-Corsair), filiale du


group Nouvelles Frontires
groupe TUI), avait dvoil un
project de rorganisation com-
prenant la restructuration de sa
flotte avant d'annoncer fin mai
un plan de 380 dparts volon-
taires sur deux ans parmi ses
quelque 1.500 salaries. Sur la
ligne de La Runion, Corsairfly
a perdu 8% de sa clientele en
2009 avec 27% de part de mar-
ch (272.209 passagers), se
classant en troisime position
derrire la compagnie runion-
naise Air Austral (39%) et Air
France (' **i.
M. de Izaguirre, ancien diri-
geant d'Air France arrive
dbut juin aux manettes de
Corsairfly, entend mener en
trois ans "un programme de
transformation" du transpor-
teur menac par une chute
d'activit et de rentabilit.


Corsairfly, a-t-il raffirm ven-
dredi, va devenir une "compa-
gnie rgulire long courier
tourne vers le loisir en sortant
compltement du modle char-
ter afin d'largir sa clientele".
Les vols directs vont ainsi tre
multiplis, les frquences aug-
mentes. Dix millions d'euros
seront investis "dans les syst-
mes d'information les plus
performants pour plus d'effi-
cacit" a dit M. de Izaguirre.
"La philosophie gnrale c'est
de tirer la compagnie vers le
haut", a-t-il ajout, observant
le deficit d'image de Corsaifly
sur ce point. "On restera toute-
fois trs comptitif, trs agres-
sif sur les tarifs", a-t-il souli-
gn rappelant que "l'lement
prix est primordial sur le mar-
ch des loisirs"


Tl- 050 296 65 Fax 0690 296 M 606 EMail contaccltimmo cam Sie Web wwwcrnmmocorm
10. Rue du Gnral de Gaule BP 603 97057 SAINT MARTIN CEDEX FW1







GRAND I>DALLA

I) 1, TIX TI LS INDIENS

Cousins, Housses, Dessus de lits et Rideaux toutes tailles, tous colors


*. '. i 1

i




v : ': . '^ j" ...... ;







FASHION & FURNITURE
DESIGNERS
Rue du Gnral de Gaulle
Gusiovia 05 90 27 88 04


( gr,,
J 1 'L *


M


IIr- .,: ::? ,: tT .

--.... ...... .-
.- ,. I- '.T
*J /'r 0 ',i





I 7~IX I ts-lNt:ta


EASY CHIC LIVING
Concept Store
Horaires d't6:
10h-13h & 16h-19h




1~ ~~~~~~. .,-* e. 15jilt21 8 POT A OEODG


Stade de Saint-Jean :
Patrick Perron d'Arc
tire la sonnette d'alarme
Par de son nouveau revtement, le stade de
Saint Jean a logiquement attir des usagers en
plus grand nombre. Toutefois, tous ne sont pas
venus pour le sport, comme le rapporte
Patrick Perron d'Arc, employ au Service ter-
ritorial des Sports qui dresse ci-dessous un
tat des lieux aprs une visit des lieux avec
Nils Dufau, president de la commission des
Sports de la Collectivit.
Dans le cadre de la gestion des quipements spor-
tifs territoriaux, il est important d'organiser le fonc-
tionnement et la scurit du lieu de pratique pour
viter les drives. Depuis le ler juin, j'ai pu obser-
ver un chantillon de la population qui vaque des
loisirs personnel ; des families avec de trs jeunes
enfants, mais aussi de groups de jeunes adolescents
consommant cigarettes et alcohol dur (type Vodka).
L'ouverture au public et au plus grand nombre est
une bonne chose lors d'une inauguration, cependant
le lgislateur et le propritaire sont tenus en ce qui
les concern de rglementer l'accs. Pourquoi ces
normes sociales ? tout simplement pour protger
les concitoyens et protger l'quipement. Le risque
majeur est l'accident mortel qui, si la responsabilit
du propritaire est avere, engendrera la fermeture
du complex sportif.
Dans un second temps, il est intolerable de voir un
quipement neuf se dgrader cette vitesse (mme
si un donateur a offert celui-ci). En ce sens, l'qui-
pement sportif normalis n'a pas vocation se
transformer en Green Park et encore moins en
Place du Village. Nous nous apercevons qu'il y a
des migrations de population au gr des infrastruc-
tures : dans les annes 2000, tout le monde se ren-
dait l'aire de jeux dote de cinq manages. Deux
ans plus tard, tout le monde sur le parking du stade
et aujourd'hui tout le monde en pique-nique sur le
gazon vert ? De toute ma carrire de pratiquant, de
cadre sportif et de parent responsible, je n'ai jamais
vu cela en France et dans le monde.
Cela est regrettable, sans tre alarmiste. Mon devoir
est d'alerter la collectivit et Monsieur le Prsident.
Nous ne pouvons pas continue ne rien faire. Il
faut ragir, car en moins d'une anne la degradation
sera telle que nous n'aurons que nos yeux pour
pleurer.
Gteaux, chocolate boisson en cup et bouteilles tr-
nent chaque jour sur la pelouse ou dans les tribunes.
Les parents sont entirement responsables. Les
poussettes, skate-board et vlos sont logiquement
prohibs, ainsi que les chiens. Et pourtant tout ce
petit monde se ctoie... en attendant l'accident. Les
ados mineurs sans surveillance s'allongent comme
la plage dans le rond central du terrain ou sur le sau-
toir la perche. La piste d'athltisme est envahie de
chewing-gum, idem pour la pelouse. Les jeunes
enfants de 2 5 ans qui recevront un ballon en
pleine tte seront morts sur le coup.
Vive le sport dans une harmonie emprunte de res-
pect et responsabilit collective au service du plus
grand nombre.


Foot ieunes
Stage de dcouverte et de perfectionnement
l'cole de I'AJOE


Herv Happy, entraneur diplm d'Etat
2 degr et superviseur des jeunes de la
Carabe pour l'Olympique de Marseille,
animait un stage de dcouverte et de per-
fectionnement du lundi 5 au samedi 10
juillet au stade de Saint-Jean. Vingt jeunes
de 7 14 ans de l'cole de football de
l'AJOE y participaient. Le bilan avec
Herv Happy.
Le contenu de ce stage tait : dcouverte
du football pour certain et perfectionne-
ment pour les autres. Un programme
charge et bien tabli qui se droulait le
matin de 8 llh et l'aprs-midi de 15
17h. Le lundi : prise de contact, prsenta-
tion du stage, test techniques et de vitesse
et jeu. Le mardi : conduite de balle jongle-
ries et jeu. Le mercredi : jongleries, passe
et jeu. Le jeudi : jongleries, dribles et jeu.
Vendredi : jongleries, dribles, enchane-
ment et jeu. Samedi : test de jongleries et
jeu.
Le bilan technique : Une bonne chose
pour les plus jeunes pour l'initiation au


Coupe du Monde de Football 2010


Premire finale, premiere
Fiesta pour la Roja (nom de la selection
espagnole) qui a remport son premier
titre de Champion de monde de son his-
toire en battant les Pays-Bas 1-0 en finale
de la Coupe du Monde 2010 qui s'est
droule du 11 juin au 11 juillet en Afri-
que du Sud. Le milieu de terrain Andres
Iniesta, joueur du Barca, a libr son
quipe la 117 minute de jeu lors des
prolongations. Championne d'Europe
2008, La Roja a remis le couvert lors du
premier Mondial dispute en Afrique pour
imiter l'Allemagne, jusque l seule
nation avoir double Euro-Mondial
(1972-1974). La France l'avait ralis
dans l'autre sens, gagnant d'abord le
Mondial en 1988, puis l'Euro en 2000.
Les Espagnols sont devenus les premiers
Europens sacr hors du vieux continent,


football et une
future entre
l'cole de football
de l'AJOE. Chez
les plus grands,
j'ai constat un
retard au plan
technique, athlti-
que et mental par
rapport aux jeu-
nes de leurs ges,
voluant dans les
autres coles des
dpartements
(Guadeloupe,
Martinique et
Guyane). J'ai note un bon esprit sportif
durant cette semaine, un cadre de travail
exceptionnel et l'apport de Romo Stakel-
borough, ducateur l'AJOE et qui a per-
mis le bon deroulement de ce stage.
Je remercie la Collectivit pour la mise
disposition du stade, l'AJOE et son prsi-
dent Alain Graux, ainsi que ses dirigeants
et ducateurs pour leur accueil et les
encourage continue le travail deja entre-
pris depuis plusieurs annes avec les jeu-
nes de l'cole de football de l'AJOE. Cette
belle structure sportive qui est ce stade en
synthtique doit permettre de faire pro-
gresser les jeunes rapidement.
Un bmol, il convient de rgler rapide-
ment l'accs au stade. Actuellement cette
structure sportive a tendance se transfor-
mer, en aire d'autoroute certain
moments de la journe. Vu le cot de
celle-ci, et son appellation enceintee spor-
tive) l'accs doit tre rserv exclusive-
ment aux sportifs.


victoire pour l'Espagne
huitime championne de l'histoire.
Comme en 1974 et 1978 les Pays-Bas,
doivent encore une fois se contenter de la
deuxime place.

La finale suivie Saint-Barth
Comme dans le monde entier, la finale de
la Coupe du Monde de football a t trs
suivie Saint-Barth, mme si des quipes
comme l'Argentine, l'Allemagne, le Br-
sil, l'Italie ou encore la France n'taient
pas au rendez-vous. Mme si les commu-
nauts espagnoles ou hollandaises sont
peu prsentes Saint-Barth, quelques
supporters avaient nanmoins enfil le
maillot de la Roja ou des Oranje ou
arbor les drapeaux et des banderoles, en
function de leurs affinits.


Surf


Premire competition international
Licenci au Reefer Surf Club de l'AJOE,
Elliot Ivarra vient de passer trois semaines
au Costa Rica o il a particip sa pre-
mire competition international en catgo-
rie 14/16 ans. Les commentaires de Gilles,
le pre d'Elliot.


C'est a Playa Hermosa sur le spot de La
Curva que s'est droule la competition. Les
conditions de vagues taient parfaites, entire 2
3 mtres. Lors de cette competition, Elliot
s'est hiss en finale, scorant une des meil-
leures vagues 7,67. Il finira 3 de sa catgo-
rie, derrire le Costaricien Manuel et l'amri-
cain Nomar Mc Conagle, de 2 ans son an.
Eliott signe une trs belle performance d'un
jeune sportif franais l'tranger. Dans la fou-
le, Saint-Barthlemy est de nouveau mise en
avant.
L'aventure n'est pas finie pour Eliott qui


Elliot Ivarra sur la 3 place du podium de sa
lre competition international au Costa Rica


pour Elliot Ivarra
rejoindra le Team Antilles en Guadeloupe le
18 juillet. De l il s'envolera pour l'Europe o
il participera au Oakley Pro Junior San
Sebastian en Espagne, ainsi qu' d'autres
competitions en mtropole. Enfin fin aot
la Barbade, il participera une competition de
haut niveau.
L'avenir sportif de ce jeune arriv Saint-
Barth alors qu'il n'avait que quelques mois
semble aujourd'hui 14 ans, tre sur une
bonne voie. Elliot restera licenci l'AJOE et
intgrera la prochaine rentre scolaire une
structure CNED (Centre National d'enseigne-
ment distance) sport/tude, nouvellement
cre en Guadeloupe.
Merci Elliot et sa famille remercient David
Blanchard du Reefer Surf Club, Brigitte
Estienne, QuiksilverBoardrider Club et par-
ticulirement la Collectivit de Saint-Barth-
lemy pour leur aide prcieuse.


EQUITATION
L'association Galops des Iles informed que
les stages d't se drouleront jusqu'au 27
aot. L'accueil des enfants se fera en demi-
journe de 8h30 12h et le tarif est de 25
euros pour les adhrents et 30 euros pour les
non-adhrents.
Les course collectifs pour les adhrents seront
maintenus les lundi, mercredi et vendredi de
16h30 18h30 (thorie et pratique) et le
tarif est de 25 euros.
Les course adults sont maintenus le diman-
che durant toutes les vacances scolaires.
Renseignements et inscriptions auprs de
Cline au 0690. 39.87.01.

ATHLTISME
Depuis le 1er juillet au stade de Saint-Jean
Patrick Perron d'Arc propose des entrane-
ments pour tous ( partir de 13 ans) du
lundi au vendredi de 18h30 20h. L'enca-
drement est assur par un entraneur
diplm d'Etat.

NATATION
Stages d't : pour les enfants de 4 ans et
plus tous les matins de 8h30 11h45. Du 19
au 23 juillet, du 26 au 30 juillet, du 2 au 6
aot, du 9 au 13 aot, du 16 au 20 aot et
du 23 au 27 aot. Le tarif est de 75 euros
pour les 5 jours ou 16 euros la matine. Le
goter est fourni par la piscine. Renseigne-
ment et inscriptions pour la natation au
0590.27.60.96.

TENNIS
* Amandine et Frank, les moniteurs de
l'ASCCO proposent deux formules de stage
de tennis :
Du lundi au vendredi de 9 12h pour les
enfants de 7 11 ans (100 euros la semaine)
Les lundi, mercredi et vendredi de 17 18h
pour les enfants de 4 6 ans (15 euros de
l'heure).
Renseignements et inscriptions au
0690.433.133.

* Le Saint-Barth Tennis Club organise pen-
dant tout l't (juillet-aot) des stages pour
les enfants partir 6 ans du lundi au ven-
dredi de 9 12h. 100 euros la semaine, go-
ter inclus.
Sont organiss galement pour les enfants
de 4 6 ans des course du lundi au vendredi
de 16h 17h30. 12 euros la sance ou 50
euros la semaine.
Renseignements et inscriptions de 16h 20h
au 0590 27.79.81.

JUDO ET ATHLTISME
Le Service Territorial des Sports organise en
collaboration avec le Judo Club de Saint-
Barth et le Saint-Barth Athletic Club, deux
stages vacances durant l't 2010 pour les
enfants partir de 8 ans. Du 19 au 23 juillet,
du 26 au 30juillet et du 2 au 6 aot de 9h
11h30 et de 16h30 19h. Le stage d'athl-
tisme sera encadr par Patrick Perron
d'Arc, diplm d'tat BEES 2 degr.
Pour le judo, un stage pour les 5, 6 et 7 ans
sera programm chaque semaine suivant un
crneau de 1h. Il sera encadr par Mayito
Gonzales, diplm d'Etat BEES 1er degr.
Le tarif est de 100 euros la semaine. Rensei-
gnements par email : ppdasbh@orange.fr

VOILE
Le Saint-Barth Yacht Club organise pen-
dant les vacances d't des stages de voile en
Optimist pour les enfants de 7 12 ans et
RS Feva pour les + 12 ans. Du lundi au ven-
dredi de 9h 11h30 et les aprs-midi du
mercredi au vendredi de 14h30 16h30. Du
19 au 23 juillet, du 26 au 30 juillet, du 2 au 6
aot et du 9 au 13 aot.
Tarifs : 80 euros les 5 demi-journes (cr-
neau matin ou aprs-midi) et 120 euros les 5
journes compltes. La Licence FFV est
obligatoire pour l'inscription. Renseigne-
ments au 0590.27.70.41 ou par email
sbyc420@yahoo.fr









BAIGNADE INTERDITE
En vue de procder la ra-
lisation de travaux de r-
ensablement de la plage de
corossol jusqu'au vendredi
30 juillet inclus, la baignade
est interdite dans la baie de
Corossol.

NOTE AUX USAGERS DE LA
STATION DE CARBURANT
DU PORT DE COMMERCE
Suite la demand de cer-
tains usagers pour un appro-
visionnement en grande
quantit de carburant et afin
de faciliter cette demand, la
direction du port de Gusta-
via informed les usagers que :
- La demand doit tre faite
48h l'avance au bureau du
port de commerce.
- Le minimum de livraison
par camion doit tre de 1500
litres et uniquement en
GASOIL.
- Les livraisons se front
uniquement le matin et en
function de la disponibilit
de la socit effectuant la
livraison.
- Les moyens de paiement
sont: cartes bancaires (VISA
ou Master Card.), chques
ou espces
En esprant pouvoir amlio-
rer la quality du service,
nous vous prions de croire
chers usagers en l'expression
de nos sentiments les plus
respectueux.

MODIFICATION
DE LA CIRCULATION
- En raison de travaux de


1~~~ ~ ~ S 5jilt210-84ATAI


mise en place de glissire de
scurit sur les voies N'209
et 210, jusqu'au lundi 9 aot
inclus, la circulation de tous
les vhicules se fera par
demi-chausse sur une por-
tion des voies N'209 et 210
partant du rond-point de La
Tourmente au droit des tra-
vaux.
- En raison de travaux sur le
rseau tlphonique,
computer du lundi 19 juillet et
jusqu'au lundi 2 aot inclus,
la circulation de tous les
vhicules se fera par demi-
chausse sur une portion de
la voie N9 entire Corossol et
Colombier au droit des tra-
vaux.
Une signalisation rglemen-
taire l'aide de feux sera
mise en place par l'entre-
prise charge des travaux
pendant toute la dure des
chantiers.

BIBLIOTHQUE
TERRITORIAL
La Bibliothque territorial
informed ses fidles lecteurs
qu'elle sera ferme du 14 au
18 juillet 2010 inclus. La
rouverture s'effectuera le
lundi 19 juillet aux horaires
habituels.

CENTRE DE CFE
La Chambre Economique
Multiprofessionnelle vous
informed de la fermeture
exceptionnelle du Centre de
Formalits des Entreprises
mardi 13 juillet et vendredi
16 juillet 2010.


SORTIE DE L'APO SAMEDI
L'Association pour la Protec-
tion des Oiseaux (APO)
organise une sortie ouverte
tous samedi 17 Juillet. Ren-
dez-vous 6H30 sur le par-
king de la plage de Saline.
Ne pas oublier votre matriel
d'observation (longue-vue,
jumelles...). Sortie gratuite
pour les membres de l'APO
et scolaires et 10 euros pour
les non membres. Pour tous
renseignements, contacted le
0590 51 00 55

NOUVELLE SESSION
DE PERMIS CTIER
Une runion d'information
en vue d'une nouvelle ses-
sion du permis ctier se tien-
dra vendredi 16 juillet
17h30 au college Mireille
Choisy. Renseignements
auprs de Soizic au 0590 52
43 09 ou 0690 64 47 38

STAGE DE THTRE
SB ARTISTS
Les stages de thtre conti-
nuent tout l't la salle
paroissiale de Gustavia!
A partir de 7 ans: Du lundi
au vendredi de 9 12h et de
14 17h possibility de
permanence le midi, les
enfants devront emmener
leur djeuner)
Tarif : 120 euros la semaine
et 150 euros avec la
permanence.
Possibility de faire des
semaines de 1/2 journe
(matin ou aprs-midi) 80
euros. Cotisation SB Artists
25 euros pour l'anne.


Pour inscrire vos enfants ou
avoir plus de renseigne-
ments, tlphoner au
0690.65.18.80 ou venir direc-
tement la salle de spectacle
de Gustavia durant les
horaires des stages.

TOURNOI D'CHECS
AU MANAPANY
Dans le cadre de la fte du
quarter de l'anse des Cayes,
SB Echecs organise un tour-
noi d'checs open. Il se tien-
dra dimanche 18juillet
partir de 10h dans une salle
de l'htel Manapany et com-
mencera ds l'arrive des
joueurs de Saint-Martin. Le
tournoi est ouvert tous de 7
97 ans. Inscriptions gratui-
tes mais obligatoires au
0690551214 ou
jeffollner@yahoo.fr
De nombreux lots sont pr-
vus pour toutes les categories
hommee, femme, enfant)

TOURNOI DE POKER
DIMANCHE
L'association 'he Propeller
organise l'occasion de la
fte du quarter d'Anse des
Cayes, un tournoi de poker
'Texas Hold'em No Limit', le
dimanche 18juillet 13 heu-
res sur le terrain de l'associa-
tion. 1er prix : 1 bon d'achat
de 1000 euros chez notre
partenaire Elan Voyages.
Inscriptions par tlphone
auprs de Marjorie au 0690
359 379. Enregistrement sur
place ds 12h. Participation:
30 euros.


E


1 Co mur i quiiai s


AVIS D'ANNONCES LEGALES


VIE DES SOCITS

Tribunal Mixte de commerce de Basse-Terre

CLTURE POUR INSUFFISANCE D'ACTIF
SARL Caris
Parjugement en date du 7 octobre 2009, le Tribunal
Mixte de commerce de Basse-Terre a prononc la clture
pour insuffisance d'actif de :
Socit : SARL Caris
Sige : Pointe Milou, 97133 Saint Barthlemy
Grant : Kerjean Grard
RCS Basse-Terre : 391 195 963
Liquidateur : Me Dumoulin, 66 rue du Morne Ninine,
97190 Gosier
Activity : Prise de participation financires au sein de
socits commercials ou immobilires, acquisitions pour
son compete de biens mobiliers ou immobiliers.
Le Greffier

Tribunal Mixte de commerce de Basse-Terre

CLOTURE POUR INSUFFISANCE D'ACTIF
SARL Antimmo
Parjugement en date du 7 octobre 2009, le Tribunal
Mixte de commerce de Basse-Terre a prononc la clture
pour insuffisance d'actif de :
Socit : SARL ANTIMMO
Sige : Gustavia, 97133 Saint Barthlemy
Grant : Kerjean Grard
RCS Basse-Terre : 348 250 838
Liquidateur : Me Dumoulin, 66 rue du Morne Ninine,
97190 Gosier
Activity : Marchand de biens.
Le Greffier


Tribunal Mixte de commerce de Basse-Terre

CLOTURE POUR INSUFFISANCE D'ACTIF
SARL Immotel
Parjugement en date du 7 octobre 2009, le Tribunal
Mixte de commerce de Basse-Terre a prononc la clture
pour insuffisance d'actif de :
Socit : SARL Immotel
Sige : Pointe Milou, 97133 Saint Barthlemy
Grant : Kerjean Grard
RCS Basse-Terre : 391 160 660
Liquidateur : Me Dumoulin, 66 rue du Morne Ninine,
97190 Gosier
Activity : Acquisition pour son compete de biens mobiliers
ou immobiliers notamment caractre hotelier en vue de
les revendre conformment l'art. 632-2 du code de
commerce et accessoirement d'exploiter lesdits biens en
attendant leur revente.
Le Greffier


Tribunal Mixte de commerce de Basse-Terre


CLOTURE POUR INSUFFISANCE D'ACTIF
SARL immovest
Parjugement en date du 7 octobre 2009, le Tribunal
Mixte de commerce de Basse-Terre a prononc la clture
pour insuffisance d'actif de :
Socit : SARL Immovest
Sige : Pointe Milou, 97133 Saint Barthlemy
Grant : Kerjean Grard
RCS Basse-Terre : 388 212 151
Liquidateur : Me Dumoulin, 66 rue du Morne Ninine,
97190 Gosier
Activity : Prise de participation dans toutes socits ou
entreprises, acquisition et vente de biens mobiliers ou
immobiliers, leur renovation, construction, gestion et loca-
tion par bail.
Le Greffier


LA SEMAINE
5h00 9h00 : Le rveil matin
avec l'horoscope de CHRISTIE en EXCLUSIVIT
9h 19h: BEST HITS / 80's / 90's & nouvautes
19h 20h: SUNSET MUSIC / Lounge Hits






RuSr-Bic 9



t -


.COMf je, Uc,,,,c I
TI:5l277474 k:027mla10 InUmmisa:0sl6a2J
radiostbarth@wanadoo.fr www.radiostbarth.com

RADIO ST BARTH :
LA RADIO MUSIQUES ET INFOS
98.7 et 103.7 St-BARTH et 100.7 St-MARTIN
Rgie publicitaire au 06 90 62 26 93
La radio au coeur

des vnements



voices


St Martin St Maarten St Barths Saba

VOYA ER
www.voy 2.com

Seulement 54e
L'ALLER RETOUR RESIDENT
achet sur intemet, 24h l'avance
VOYAGEZ COMME VOUS LE VOULEZ !






I t vuI cltd. Tl05 81






TEL.: OS 90 8 1'3 68 FAX : OS 6; 67 01 23
SERVICE COAAERCIAL 06 90 49 15 74
SERVICE REDACTION : 06 90 f7 85 15




SSAINT. BARTH

DISPONIBLE GRATUITEMENT
SUR App Store

Tlchargez
ds aujourd'hui
l'application sur
vote iPhone
sicsbh@gmail.com









DERNIER LOCAL COMMERCIAL DISPONIBLE

A 00%

BAIL COMMERCIAL 3 / 6 / 9 BOUTIQUE 38m2
(ANCIENNEMENT CARAIBES ELECTRONIC)
Pour tout renseignement et plans contactez
Alexis PEISSEL au 05 90 29 72 46
ou par email oasis97133@gmail.com


MR AMIDOU
Clbre voyant medium,
d& pe en ils
Rsout vos problmes en tout
genre. Spcialiste Retour de
l'tre aimed Crise conjugale
Dsenvoutrement, Protection
centre les ennemis Chance
aiixrjeux + Russite en affaires
Vente de maisons Impuissance
sexuelle Fidlit entire polu
Trarail sri Face
garan aa 0



PROFESSEUR ABDOUL WAHAB
Une vie difficile, une famille brise,
un amour perdu...
tout problme a une cause et une solution.
Homme de dieu, je peux vous aider dans votre
vie personnelle, professionnelle et familiale.
RISULTATS IMMDIATS ET GARANTIES.
Parle le franais, anglais et arabe

T.:06 90 3596 75
wahabdiaby872@hotmail.com


Motonautisme
AVENDRE Aqua sport de 17"
avec remorque. moteur
Yamaha 85 CV rvis. Bon tat
gnral renseignement au
0690.30.25.14


Automobiles
885- AV RAV 4 Modle
2005-37.000 kms Vignette +
CT OK 5 portes 9000 euros
Tl. : 06 90 77 00 70

886-AV minibus Verika 2 Ans
1/2, 34000km 4x4 clim, idal
pour artisan ou famille
7000euros. Possib. rglement
en 3X- Tel : 0690.31.81.81

Offre de services
888Jeune fille, parlant franais
et anglais propose ses services
de baby sitter le soir. Tl. : 06
90636076.

Offres d'emplois



888-At. couture ch. collab.
diplm couture, autonome,
sachant utiliser et maintenir en
tat de march les diverse
machines (surjeteuse bro-
deuse etc.), crer et tailler 1
patron, bonne prs. et sens de
l'accueil parlant anglais espa-
gnol 06 90 67 38 38


887-Restaurant recherche pour
la saison prochaine ( partir de
nov. 2010), cuisinier polyvalent,
anglais courant, min 5 ans d'ex-
prience. Merci de transmettre
CV + lettre de motivation au
Journal de Saint Barth qui
transmettra. Journal de Saint
Barth BP 602 97098 Saint
Barthlemy cedex
Apts et Maisons
louer
884- Part. loue St Martin appar-
tement 80m2 idal 2 pers. 2
enfants Baie Orient 50m plage
et pisc. 475 euros / sem eau
edf, linge inclus tel:
0690675714

885- A louer villa 3 ch, 2 sdb,
cuisine amricaine, sjour,
salon, jardin, vue mer 2900
euros/mois. Contacter Agence
Ici et L 05 90 27 78 78.

885-Propritaire loue directe-
ment un trs beau local, refait
neuf, comportant 2 pieces cli-
matises et quipes goulottes
avec nombreuses prises lec.et
informatiques. sdb prive.
Excellent emplacement en
tage, au-dessus de la Sup-
rette, aux Galeries du Com-
merce, en face de l'aroport,
dans le plus grand centre com-
mercial de l'le. Accessibility
directed par escalier latral. Pos-
sibilit enseigne, visible de la
route la plus frquente de St-
Barth. Trs grands parking pri-
vs gratuits. Pas de droit d'en-
tre. Bail professionnel ou com-
mercial 3/6/9, avec possibility
crer fonds de commerce. Tl
au 05 90 27 60 60, 05 90 27
50 50, ou adresser mail
sci@sbh.fr


882- Loue l'anne plusieurs
appartement Gustavia. tl. :
05 90 29 71 74
862-Loue garage pour
stockage Gustavia 600
euros/mois. Contact Agence Ici
et L 0590 27 78 78
Demandes
de locations

Looking for Monthly Villa Rental
Dec. 1, 2010- May 1, 2011. 2
rooms, 2 Baths, pool, modern.
Know St Barts well-prefer St
Jean area but open to any loca-
tion with good view. I am friend
of St Barts 25 years. Contact
Ron Federici US (703) 963-
8861 or
DRFEDERICI@aol.com

885-URGENT Jeune fille
recherche appartement ou
colocation. Loyer raisonnable.
Tl.: 0690 4849 42

Occasions d'affaires
885-Particulier vend SANARY
83, droit au bail pour l'activit
de prt porter, lingerie fmi-
nine, accessoires de mode
dans la rue la plus commer-
ante. 47m2 refait neuf. Le
magasin est immdiatement
exploitable. Prix 195.000 euros.
Tl. : 0610 44 51 15 ou
christophe@radwan.org
882-Vends socit sur Saint
Barth cre en 2003, non exploi-
te depuis 2005 Tl : 06 90 37
3894
882- Vends fonds de com-
merce Gustavia, Bail 3/6/9
bien plac, Petit loyer, 110.000
euros. Tl. : 0690 770 070.


Immobilier
Vente

St Barth Sothebys
Properties irniour

A cder, ce bail commercial de
40 m2 situ sur Gustavia un
prix trs attractif. Trs bonne
opportunity pour ouvrir une
boutique de prt porter et
accessoires;
St. Barth Properties
Sotheby's International Realty :
0590 29 75 05
St Barth Sotheby'
Properties i. i

A vendre, charmante villa de 6
chambres rcemment rnove
situe sur les hauteurs de St
Jean. Elle est compose de
trois btiments sur trois niveaux
ce qui la rend idale pour la
location annuelle ;
St. Barth Properties
Sotheby's International Realty :
0590 29 75 05
St Barth Sotheby's
Properties .

A vendre, terrain avec vue spec-
taculaire situ Dv avec per-
mis de construire pour une villa
de 4 chambres avec piscine;
St. Barth Properties
Sotheby's International Realty :
0590 29 75 05

Animaux
885- 2 adorables chatons
donner. Ils ont actuellement 6
semaines. Ils sont trs affec-
tueux comme la maman. Chris-
tophe Sachot 0590 52 09 82.


The Best


Selection


of Villas in St Barth


SReal Estate j Agence Immobilire

a Villa Rentals a Location de Villas

a Villa Management a Gestion de Villas

Visit our villas on / Visitez nos villas sur
www. icietlavillas.com

Sale Vente contact : estate@icietlavillas.com
Rental Location contact : rental@icietlavillas.com

Ph : 05.90.27.78.78 Fax: 05.90.27.78.28 ou 27.72.72
rue Samuel Fahlberg Gustavia 97133 Saint-Barthlemy


St. Barth S b y's
















A n GROS OEUVRE
CHARPENTE
COUVERTURE
SSBEG MENUISERIE
ENTREPRISE GNRALE DU BTP
TEL: 05.90.51.15.85 FAx: 0590.279.917
sbegsaintbarthentreprisegenerale.com


STORES DECOR D

STORES EXTRIEURS ET INTRIEURS,
TOILE SUR MEASURE







O OM:I' O ':591 ,776


(, CARAIBE SECURITYY
INCENDIE PouR PARTICULIERS & ENTREPRISES
VENTE ENTRETIEN RECHARGE
FORMATION
05: 99027/53 89- CELL : 06 90 61 7 19


a SudokuGaj
Solution du precedent numro


8 1 9 7 5 4 2 3 6

3 7 6 8 2 1 4 9 5

5 4 2 6 3 9 8 1 7

4 9 8 5 7 6 1 2 3

1 2 5 4 9 3 6 7 8

7 6 3 1 8 2 9 5 4

2 3 7 9 6 8 5 4 1

9 8 4 3 1 5 7 6 2

6 5 1 2 4 7 3 8 9






LE JOURNAL
DE SAIrI-BART;
Les Mangliers B.P. 602 97098 St-Barthlemy cedex
ISSN: 1254-0110 Td.: 05.90.27.65.19 Fax: 05.90.27.91.60
journalsbh@wanadoo.fr www.journaldesaintbarth.com
Editeur: S.a.r.l. Socit de Presse Antillaise
Grante et dir. de la publication Avigal Haddad
Rdactrice en chef Pierrette Guiraute
Rdaction Rosemond Graux
Commerciaux Ange Patureau, Avigal Haddad
Imprimeur Daily Herald N.V.
Dpt lgal chaque parution. Le Journal de St-Barth decline toute respon-
sabilit sur les annonces publis. Reproduction ou utilisation des textes,
annonces, photos, publicits publis dans le journal interdites sans notre
autorisation crite.


P.s~eq~.iad de 5.,,roes Im4a~iipuum.sI
IDia gc O]EP-IfNNaGE PC



jGERM'. LEDEE


ARTISAN Petits Travaux
Meusre Penue B- -
-ette sc et plm Trvu Dier


Olivier Courroux
0690 75.59.24


Housekeeping
0690 75.79.30


M Sudoku ta
Une grille de sudoku est divise en 9 lignes, 9 colonnes et 9
carrs. Le but est de remplir les cases vides avec les chiffres
de 1 9, de telle sorte qu'ils n'apparaissent qu'une fois par
ligne, par colonne et par carr de 3x3 cases. Vous devriez rapi-
dement russir vos premires grilles. Bon jeu !
Retrouvez la solution dans notre prochain numro


8 9

2 1

1 5 2 3 8

9 6 5 7



1 6 7 8

3 4 9 1 8

6 7

9 3

www. sudokustar.fr


CROSSAG (SAUVETAGE EN MER) 05.96.70.92.92
GENDARMERIE 05.90.27.11.70
POLICE DE L'AIR ET AUX FRONTIRES 05.90.29.76.76
POLICE TERRITORIAL 05.90.27.66.66
HPITAL 05.90.27.60.35
POMPIERS 18 ou 05.90.27.66.13
MDECIN DE GARDE 15 ou 05.90.90.13.13
HTEL DE LA COLLECTIVIT 05.90.29.80.40
Ouvert du lundi au vendredi de 7h30 12h00 et de 13h30 17h00
sauf le mercredi de 7h30 12h30
ETAT CIVIL Numro d'urgence week-ends etjours frs 06.90.33.12.75
SOUS-PRFECTURE 05.90.27.64.10
RSERVE MARINE 06.90.31.70.73
DISPENSAIRE 05.90.27.60.27

MDECINS GNRALISTES
Frappier Gervais Odile 05.90.52.08.43
Husson Bemard 05.90.27.66.84
Husson Chantal 05.90.27.66.84
Kypriotis Patrice 05.90.51.16.59
Maury Philippe 05.90.27.66.50
Rouaud Pierre 05.90.27.64.27
Tiberghien Yann Eugne 05.90.29.71.01
Weil Edgar 05.90.27.62.40
Worthington Theophilus 05.90.27.66.50
Acuponcteur/Homopathe : Tiberghien 05.90.29.71.01
Griatre : Frappier Gervais Odile 05.90.52.08.43
Homopathe/Ostopathe : Worthington 05.90.27.66.50
MDECINS SPCIALISTES
Chirurgien : Grasset Daniel 05.90.27 81 60
Gyncologue : Bordjel Patrick 05.90.27.68.78
Maladie appareil digestif : Vassel Bemard 05.90.87.90.92
Psychiatre : Berthier-Bicas Marie-Claude 05.90.97 60 07
Ophtalmologistes:
Cals Jean-Paul 05.90.87 25 55
Delaplace Yves 05.90.23 59 81
Pallas Alain 05.90.87 25 55
Rident Vronique 06.90.41.93.92 05.90.51.10.90
Oto-rhino-laryngologiste Chirurgie de la face et du cou
De Lanversin Hubert 06.90.73.09.02
Rhumatologue/mdecin ostopathe
Vuala Catherine 05.90.29.61.89
Stomatologue : Chlous Franois 05.90.27.87.31
CABINETS DENTAIRES
Achache Joseph 05.90.52.80.32
Chlous Franois 05.90.27.87.31
Mangel Marc 05.90.27.73.48
Maze Marie-Laurence 05.90.27.65.95
Redon Dimitri 05.90.27.87.28
Vergniault Pascal 05.90.29.86.08
AUTRES PROFESSIONS DE SANT


A.U.D.R.A.
Chiropracteur: Klein Grard
Infirmiers-Infirmires :
Barb Sophie 05
Benoit Hlne
Briscadieu Christophe
Cardon Isabelle
Dechavanne Vronique
Febrissy Graux Corinne
Melinand Ccile
Meyer Marie-Jo
Rillot Brigitte 05
Masseur-Kinsithrapeutes :
Andr Sandrine
Bertin Guylne
Daniel Amaud Marie
Dumergue Cyril
Godfrin Frdric
Jourdan Vronique
Klein Grard
Maingard Bemadette
Marchesseau Christophe
Sorrentino Jean Christophe
Van Hove Frdric
Wormser Nicolas
Orthophoniste : Bouyer C
Ostopathe : Minguy E


05.90.29.27.65
06.90.64.87.40


.90.27.67.55 06.90.62.28.29
06.90.41.88.27
06.90.48.63.69
06.90.62.90.10
06.90.71.83.63
06.90.59.81.67
06.90.37.27.42
06.90.73.93.94
.90.27.72.49 06.90.49.87.29


hristine
3enoit


Wormser Nicolas
Pdicure Podologue : Boutiller Dominique
Psychologue : Ardil-Brinster Monique
Chard-HutchinsonAline
Psychothrapeute M.Laure Penot

PHARMACIES
Pharmacie de l'aroport
Pharmacie Saint-Barth de Gustavia
Island Pharmacie St-Jean
LABORATOIRE D'ANALYSES :
RADIOLOGIE: Centre du Wall House
VTRINAIRES Kaiser Alexandre
Lhermitte Julie
Maille Jean-Claude


05.90.87.20.09
05.90.27.81.32
06.90.53.44.88
05.90.27.67.86
05.90.27.67.86
05.90.29.72.42
06.90.64.87.40
05.90.27.81.32
05.90.29.48.10
06.90.71.53.57
05.90.27.76.37
05.90.27.67.86
05.90.27.88.29
06 90 71.36.15
05.90.27.67.86
05.90.29.24.26
05.90.51.14.40
06.90.71.05.31
05.90.52.00.55


05.90.27.66.61
05.90.27.61.82
05.90.29.02.12
05.90.29.75.02
05.90.52.05.02
05.90.27.90.91
05.90.27.89.72
05.90.27.89.72


RPPAWATION /,,VENTE 1IY
Y1 (EBVAUT


mKsJ


O=-%EUliU'OD Ei TL 1












7j/7'(1


Digicel
Tellement Plus!


I-,i.:l r ii,. n !rl Ii 1 'ri -'": i~ ili-l" ,;r'" :jr', ';I.1 .L k-ijiV : r: 1- LI k-i:< '' vIII- ii.t~ T I ,rli/~r. ri 1':',l: k r/ >!li:



University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs