• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Main
 Back Matter
 Back Cover






Group Title: Pages retrouvées
Title: Pages retrouvées
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095311/00001
 Material Information
Title: Pages retrouvées œuvres en prose et en vers
Physical Description: 182 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Brouard, Carl, 1902-1965
Publisher: E´ditions Panorama
Éditions Panorama
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1963
Copyright Date: 1963
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
festschrift   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: Groupées par les soins du Comité soixantieme anniversaire de Carl Brouard.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095311
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 12565499
lccn - 67120295

Downloads

This item has the following downloads:

Pagesretrouv ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Preface
        Page 5
        Page 6
    Main
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
    Back Matter
        Page 183
        Page 184
    Back Cover
        Page 185
        Page 186
Full Text

CARL BROUARD




PAGES

RETROUVEES
(I:L'V LI S I'x i'1' l-' I ':N \ ,'I IlS





Lp E.DiHT 2NiS ]
a 'f4,






CARL BROUARD






PAGES

RETROUVEES

UVRES EN PROSE ET EN VERS
(GROUPEES PAR LES SOINS DU .COMITE SOIXANTIEME
ANNIVERSAIRE DE CARL BROUARD.).



-7- E EDITIONS

PORT-AU-PRINCE HAITI


196;.


















Ce recueil des uvres de Cart Brouard, Pote indigniste, a pu
tre public grce au gnreux concours du Prsident de la Rpublique.
le Docteur Franois Duvalier, Prsident d'Honneur du Comit Soixan-
timne Anniversaire de Carl Brouard,.
Les textes du recueil sont le 'fruit d'un travail de recherches, de
transcription, de classement, men bien par le Comit.
Ce Comit, qui organisa une srie de manifestations artistiques
et mondaines, du vendredi 30 Novembre au mercredi 5 Dcembre 1962,
tait compost de MM :


Roger GAILLARD, Prsident
EMMANUEL C. PAUL, Trsorier
ERNST TROUILLOT, Secrtaire Gnral
Conseillers :
PAUL BLANCHET.
MARCEL DAUPHIN,
GERARD V. ETIENNE,
JEAN FOUCHARD,
ANTHONY PHELPS
RENE PHILOCTETE,
CARLOS SAINT-LOUIS,
FREDERIC TARDIEU-DUQUELA.




























ECRIT SUR DU RUBAN ROSE

-Cahier de Vers. sans date, Port-au-Prince. Imprimerie Modle,
dition rarissime, tirage a moins de cent exemplaires.
- Deluxiine dition par les soins du -Comit Soixantime Anniver-
.i.re Carl Brouard. (Editions Panorama, Dcembre 1962).










INVOCATIONS


Dieu citharde Apollon
et vous, Muses de l'hlicon
inspirez-moi, je chante les fltes muettes
tombes
des lvres mortes, et glaces
des potes.

ECLOSION

Comme on voit les ptales clater, s'ouvrir
sous les baisers frais du zphyr,
mes proses
styles closent.
fleurs mouilles de la rose des fleurs,
tombes du cour.

GENTIL-BERNARD

Dans le parc dsert,
o nagure
erraient de belles joueuses de chalumeaux,
s'essayant aux airs de Rameau,
le pote mdite, morose,
sur l'effeuillement d'une rose.


POEME

Du calme ma pauvre, ma douce sur.
Silencieuse dans ta douleur,
tais-toi tais-toi.


-9-






L-haut, on dit la vie meilleure,
Que les heures coulent douces comme la soie.
Mais si tout a n'tait qu'un leurre.
Ah M'attends rien des heures, des heures
brves, que du silence, du calme, ma sur.

LA BRANCH DE JASMIN

Sur le cristal du bassin,
un jasmin
s'est pench,
se drobant aux caresses du zphyr
qui le pursuit de ses soupirs.
Mobilit de la bien-aime.

ABU-NUWAS

En vain, les appeals rpts et sonores
de la voix d'or
du muezzin convient le pote la prire.
Dans la taverne, bruissante de chansons.
o l'chanson
lui verse on vin doux de l'Iran.
Abu-Nuwvis, sur un luth de Farsistan
chante les appas
troublants de Mes-.-aouda.


JEUNE FILLE

Accoude sa fentre.
Profil d'elle :
un nez busqu,
sourcils en aile d'hirondelle
lvres sinueu.ses.
Rverie des yeux allongs.


- 10 -






OFFRANDES


L'heure sonne. Nous irons vers l'amour,
pieuses victims de chair,
et la nef qui nous emportera vers Cythre,
sera une coupe d'offrandes l'amour.

J'AI PEUR

J'ai peur de frler vos doigts si bruns
si longs.
J'ai peur de vos yeux, de vos regards, de
vos sourires, de votre nom parfum comme
un jasmin du Cap.
J'ai peur mme d'appuyer trop longtemps
mon regard sur votre cher visage.

AUMONE D'AMOUR

Dans les mains tremblantes du mendiant
tu dposes l'aumne bien-aime.
Aux lvres avides de l'assoiff tu portes
la cruche d'argile bien-aime.
Au mendiant d'amour. tu refuses l'aumne
d'un regard.

UN SAGE M'A DIT

Un sage m'a dit : oublie-la. C'est
une perle dans un tas. J'ai hauss
les paules en murmurant, pauvre thoricien.

CE N'EST PAS

Ce n'e.-t pas trne trop abondant,


-- -11





libation, qui me fait presser mon coeur
ae mes deux mains.
Mais ton regard si dur, bien-aime.

EXTASE

Un svelte vase mauve; dedans, une
rose rouge.
Je respire avec dlices, la fleur en pensant
vous.

OUANGA


Mambo habile dans l'art de l'hypnose
des ouangas, je veux d'un envotant
mielleux lixir, pour que la lampe du
cour de l'aime s'illumine jamais
de mon amour.



L'HEURE



A l'glise du Sacr-CSur
l'heure,
l'heure sonne,
et ma mlancolie se droule,
volutes molles,
au rythme du son.
Heures qui sonnez,
heures qui fuyez,
en la nuit brve,
en la nuit brune,
sonnerez-vous mmement
au jour de mon agonie ?

























COLLABORATION

AU PETIT IMPARTIAL, A LA TROUEE.

A LA REVUE INDIGENE, A LA PRESSE

ET A

L'ANTHOLOGIE DE LA POESIE HAITIENNE





SOIR


Tte baisse
elle raccommode une chemise troue.
Sur sa peau lisse et noire
la lampe met de la poudre d'or.
Une brise trempe de pluie
nous apporte l'odeur des buis.
Douceur quite du soir.
Quittant des yeux mon livre, je regarded
ses cheveux ondulant comme de petites vagues
qui seraient noires.

NOSTALGIC

Tambour
quand tu rsonnes
mon me hurle vers l'Afrique.
Tantt
je rve d'une brousse immense,
baigne de lune,
o s,'chevlent de suantes nudits.
Tantt d'une case immonde,
o je savoure du sang dans des crnes humans.

ELEGIE

Dolors
te souviens-tu du pass;
de nos amours clandestines;
dans une rue came de banlieue port-au-princienne.
L'air sentait le jasmin en fleurs
On faisait la noce sans remords.
L'on se fichait carrment de la critique des mours
et des faux cols protocolaires.


- 15 -





Je garderai toujours la nodstlgle de ce soir
de pluie
o tu fus tellement vicieuse.
Parfois,
j'avais mal la tte
et tu me forais avaler
- Dieu sait combien
de cachets d'aspirine
tout en m'inondant
les cheveux et le visage de tafia camphr.
Briss d'amour
on s'assoupissait,
doucement bercs par le phono
et l'on regardait la lune,
girandole ambulance
brilliant dans un ciel toil.
Les choses ont bien change ma chre,
me voici devenu un peu ascte.


FANTAISIE

La mer est pleine de voiles
Le firmament plein d'toiles
Quel arien gramophone
joue le disque monotone
de la lune
sur la dune ?
Ce vieil air
dans l'ther
me verse la sentimentality
en th.
Un ajoupa, du pain, ton coeur,
dsormais front mon bonheur.
Oh la vie deux dans la joie.
Horrible je deviens bourgeois


- 16 -






chaque fois que la lune
sur la dune
joue un vieil air
dans l'ther
qui me fiche de la sentimentality
en th.

SOLITUDE

Seul dans ma chambre.
Il pleut.
Je pense vous.
Ah si vous m'aimiez un peu,
le monde serait mort mes yeux,
puisque je ne penserais,
je ne verrais,
je ne vivrais que par vous.
Aujourd'hui,
des indiffrents ont prononc votre nom
et mon cour a battu trs fort.
Mon Dieu que je suis bte !
Si je possdais un objet de vous
peut-tre
ma tristesse serait moins lourde porter.
Mais
quoi bon me leurrer d'espoirs fous
de rves vains
vous portez l'indiffrence
come on porte une fleur son corsage.


SO AZEIMA

Afin que dorme ma dsesprance
langoureuse Azima, lamente et danse
roule en chantant tes hanches large et douces


-17 -






glisse comme une orange stir la mojkee.
La lune au baiser d'opale est un btlttie
pour les curs meurtris. Le vent lourd d'armes
s'insinue dans le feuillage o4 tW danses
endormeuse de ma d uempance.
Azima la foule enarhourde -
verse, verse longs flot s t humn dor
qui met la joie, le rite st4- }q pYW?,
et apaise du coeur les langues fivres.
Puis, la nostalgique chanson crole
don't nagure tu me betais, molle
Azima, encore dis-la, et danse
afin que dorme ma dsesprance.


MA MUSE

Ma muse
est une courtisane toucouleur
des dents blanches,
une cascade de fous rires
des sanglots profonds jusqu' l'me,
un tumulte sonore
de bracelets et de verroteries.
Ma muse
est une courtisane toucouleure.
Voyez comme elle est belle
avec de la poudre d'or dans ses cheveux
de l'antimoine sur les paupires
et du henn
empourprant ses lvres paisses
mais fondantes comme une
mangue.
Ma muse
est une courtisane toucouleure.


- 18.-






LE TAM-TAM ANGOISSE


Il est ridicule de jouer de la flte
dans un pays o l'instrument
national est le puissant asstor.

NOUS

Nous,
les extravagants, les bohmes, les fous.
Nous
qui aimons les filles,
les liqueurs fortes,
la nudit mouvante des tables
o s'rige, phallus,
le cornet ds.
Nous
les corchs de la vie, les potes.
Nous
qui aimons tout,
tout;
l'glise,
la taverne,
l'antique,
le moderne,
la thosophie,
le cubisme.
Nous
aux cours
puissants comme des moteurs
qui aimons
les combats de coqs
les soirs lgiaques,
le vrombissement des abeilles
dans les matins d'or,


- 19 -






la mlodie sauvage du tam-tam,
l'harmonie rauque des klaxons,
la nostalgic poignante des banjos.
Nous,
les fous, les potes,
nous
qui crivons nos vers les plus tendres dans des bouges
et qui lisons l'Imitation dans les dancing.
Nous
qui n'apportons point la paix,
mais le poignard triste
de notre plume
et l'encre rouge de notre coeur !


VOUS


Vous,
les gueux,
les immondes,
les puants :
paysannes qui descendez de nos mornes avec un
gosse dans le venture,
paysans calleux aux pieds sillonns de vermines,
putains,
infirmes qui tranez vos puanteurs lourdes de mouche-.
Vous
tous de la plbe,
debout !
pour le grand coup de balai.
Vous tes les pilliers de l'difice :
tez-vous
et tout s'croule, chateaux de cartes.
Alors, alors,
vous comprendrez que vous tes une grande vague
qui s'ignore.


20 --






Oh vague,
assemblez-vous,
bouillonnez,
mugissez,
et que sous votre linceul d'cumes,
il ne subsiste plus rien,
rien
que du bien propre
du bien lav,
du blanchi jusqu'aux os.

JE VAIS VOUS DIRE

(pour Jacques Roumi n)

Ecoutez, compagnons,
je vais vous dire des choses...
Tout d'abord, versez boire :
Quand j'aurai claqu, mes chers copains,
ne pleurez pas,
n'crivez point de plaintives lgies,
surtout, ne faites pas de vers In Memoriam
Mais que ma tombe vous soit une tavei ne
o l'on chante,
o l'on se saole,
et que le rythme mystique et sensuel d'une meringue
me berce dans ce moelleux hamac qu'est
le nant.
Je vide ce verre
avec l'espoir
que les toasts qu'il me reste faire
ne seront pas nombreux.

ELEGIE

La lune allume son luminaire d'opale.


- 21 -






La dente, iere des nuits dans la robe ple
du soir, brode des toiles, cependant qu'une
brise odorante, sinueuse, caresse ma brune.
Un sangcot sourd, triste, du bassin.
Quelle muette extase fait frissonner le jardin ?
Ah comme il sera doux nos lvres mles
le th de c7tronne'*e en ces heures lasses.

ANTILLES

Pays chai meurs, Antilles de saphir.
Martinique, lies Turques. les Grenadines,
Hati.
Noms chantants et qui sonnez
comme des grelots d'or
et qui bercez doucement comme un hamac.
Antillets Antilles d'or !
vous tes d'odorants bouquets
que percent sur la mer les vents
alizs, les de saphir,
o ]a lune baigne d'argent
le; palmistes
cepner.dant que l-bas rsonne
sourd, le tam-tam.

LA CROIX DES MARTYRS

A la Croix des Martyrs
les jours
que ne rythme aucune horloge sonore
s'coulent calmes, paisibles
comme un ruisseau.
La petite glise silencieuse
est toujours l,
'f le ,azon vert.


- 22 -





les cretonnes,
les passereaux rouges, lentement oscillent.
Sur l'cran de la vie,
les heures passent au ralenti.

HYMNE A ERZULIE

Desse anthropophage de la Volupt
et des richesses,
aux robes nuances des couleurs de l'arc-en-ciel
Protectrice
des fils de Yayoute.
0 toi
qui tends les dsirs come des cordes !
O dix mille fois ddouble
qui dans le monde lastique et mol des rves
chaque nuit de jeudi
ouvre tes amants les secrets de tes flancs
et l'odeur de ta chair !
Eizu'iie,
lan,
dsir.
cruaut.,
douceur,
nant
je te chanterai,
je te glorifierai
je t'exalterai.
En ton honneur je brlerai l'huile de palma-christi,
l'assa-fetida,
je battrai le hogan
j'agiterai la clochette et l'aon,
et je dirai la chair,
11 chair douce au contact comme du velours,
la chair humble,


- 23 -





joyeuse,
triste,
frmissante,
palpitante,
douloureuse,
la chair plus belle que l'me,
parce qu'un jour
nul ne pourra la sentir sans se boucher le nez.

PARADISE PERDU

Paradis perdu comme se fane 'une rose.
C'tait un lajoupa tapi an creux (des manguiers, fleuri d'hibiscus
et de jasmins des bois, au bord de l'eau courante. Nnette,
nos corps dans l'eau comme un glaon idans la 'bouche. Ton
odeur de Pompia get mon odeur d'eau de Cologne.
Nnette, ma Nnette, ton cour de ;confetti, et puis tes lvres
qui demandent toujours... toujours l'aumne, let ton corps,
ce caramel dlicieux.
La salaison tait chre - nos lvres aprs le bain et l'amour,
et combien excitants le rhum dor, la menthe verte, le cinzano
jaune. O frais paradise perdu !
Tombe sur mon cour, cendre mauve de la mlancolie
et toi, Nnette pche des regrets dans les eaux du Pass.

CONTE DE FEES

Avec les pavots vols Morphe,
belle, im'ont endormi vos doigts de fe
dans la tour
de l'amour.
Moilement emport sur le cerf-volant
du rve, comme la Belle au ;bois donnant
me suis endormi dans la tour
de l'amour.


-24






Perch sur un noir
cyprs, l'oiseau bleu chante jusqu'au soir
prs de la tour
de l'amour.
Mais, princess avenante,
viendrez-vous, diaphane et lente
dans la tour
de l'amour ?

TREFLE INCARNAT

Conte

Ce parfum violent, sensuel et commun tait le .en qui
nous unissait Azeima et moi, notre unit, le fil d'Ar:ane du
labyrinthe de nos mes et de nos corps. Quel subtil alcnimiste
avait fait d'Azeima, du Trfle Incarnat et de moi, ur.e com-
binaison don't le rsultat tait un parfum inconnu du monde
extrieur ? (Ce parfum, je vous dirai son nom quandc 'aurai
parl face face avec le rve).
Une prtresse du Vaudou, parent d'Azeima, avait dou
le Trfle Incarnat d'un fort pouvoir obsesseur (comment ?
je ne saurais le dire) de telle sorte que ce parfum faisait non
seulement parties de mon corps et de mon me, mais des ob-
jets ayant subi mon contact. Mes sensations, mes sentiments,
mes ides, tout du monde extrieur, ne me parvenait pour
ainsi dire qu'au travers de ce parfum. L'eau qui me lavait,
la fume de ma cigarette, ma sueur, mon haleine, tout, tout
n'tait que senteur de Trfle Incarnat; l'ther mme o je
baignais tait un champ de vibrations des atomes de ce par-
fum. Aussi percevions-nous la signification de nos moindres
geste et movements; nos regards taient d'une loquence ex-
traordinairement persuasive. Mes dsirs les plus vagues
taient perus par elle, et aussitt excuts. Il m'arrivait de
souhaiter vaguement que les feuillets d'un livre don't la lec-


- 25-






ture me passionnait fussent coups, toujours je trouvais le
travail fait.
Une nuit, souffrant d'un lger refroidissement, je m'ima-
ginai que la chaleur d'un bras autour de mon cou me guri-
rait; ce vu presqu'informul fut un ordre pour Azeima : ef-
fectivement la toux cessa. Certaines mringues aux rythmes
sensuels et berceurs me ballotaient mollement sur une mer
de parfum et mon imagination libre, telle une cavale, s'lan-
ait dans la vaste prairie du Rvie, s'brouait, se roulait dans
des rves d'une sensualit effrne; rves qu'il m'tait impos-
sible de vivre charnellement, parce que cette lente accumu-
lation des experiences qui formaient mon moi, m'empchait
de goter la sensation dans sa saveur primitive, original.
V m'aurait fallu pour cela, une me et un corps purs de brute.
Mais ces rves eux-mmes si puissamment matrialiss qu'ils
fussent, finiraient par s'mousser, se dissoudre, et ainsi, len-
etment, mais srement, je pourrais reconqurir ma puret
initial. Mais j'avouerai cependant, que souventes fois, Azei-
ma ne percevait point ma pense; ma volont impuissante
n'arrivait pas toujours la grer : au contraire, je percevais
toujours ses ides, parce que mon temperament faible, ma
vo!ont capricieuse, ma sensibility aigue, faisaient de moi
un bon apparel rcepteur. Il faut avouer aussi, que cette
dsagrgation de ma personnalit n'tait pas pour dplaire
mon nihilisme, et m'pargnait la grance si difficile de moi-
mme. Grance difficile de moi-mme Oui, c'tait bien cela,
;ar la lecture de certain livres de mdecine et de psycholo-
gie m'avait prouv que mes dfauts les plus graves, prove-
naient surtout de mon temurament, de ma consf-tuton pa-
thologique; or chacun sait que si le caractre est assez facile-
ment modifiable, le temperament l'est peu. car il y faut. outre
une lutte acharne centre soi-mme, une hygine toute sp-
ciale. Par consquent, Azeima jouissit'd'un advantage immen-
se, cette lutte pre contre moi-mme nervant ma volont.
Pour tre tout fait just, j'ajouterai que tette dpendance.






d'ailtc is heureusement accepte, je ne l'eusse pas admise
d'un hcmme, parce que ma fiert et fait ,ut.n rti'i ,-r..nt
iri option. Ainsi donc, les rles taient curieusement renver-
s-:: j'apportais une mentality toute fminine.. Azeima tout
just,' !e contraire.
Ma matresse et moi tions donc deux instruments dsac-
cord.;, mais vibrant l'unisson, tant tait parfaite la commu-
naut de nos sensations et de nos sentiments. Nous n'avions
mme plus besoin du lit pour jouir de nos corps, l'accord de
nos penses suffisait.
.'Lu.si, bien qu'Azeima me ft beaucoup souffrir plus tard
(et je dirai c.imment) je lui garde une gratitude infinie de
m'avoir prouv la p, -.ihlil. de tirer de son cerveau des jouis.
sances aussi sensuelles (d'autant qu'elles sont plus dangereu-
ses) que celles procures par le corps.

Azeima sut un jour, que je la trompais. Tu me le paieras,
dit-clDe. Je ne tardai pas sentir les effects de sa menace.
Toutes les obsessions de nagure et qui ne servaient qu'
renforcer mon amour, dvirent. Les pattes aigues de la ja-
lousie me fouillrent le coeur. Dix fois par jour, je courais
chez elle, comme un fou, tremblant et dsirant cependant de
rencontrer l'amant imaginaire. Je la trouvais calme, un sou-
rire mystrieux sur les lvres, et alors, je m'abmais dans son
amour. Ces alternatives d'effroi et de bonheur m'affaiblis-
saient considrablement, au point que... mais une comparison
vou. peindrait certainement mieux l'tat o j'tais. Voil.
J'tais comme un malade sous l'influence du chloroform.

Un n:a'aise horrible. Une constant envie de vomir. Un
vag,.e bourdonnant. Les voix autour de lui semblent lointai-
nes et se taisent... et se taisent. Un abme -.'erliq Li:< o il
s'enfance. Le vide : la mort. Angoisse. Angoisse, mon Dieu !.
C'est le moment o le double se dtache lentement du corps.
S",'. 'En allait ce double capricieux et ne revenait plus ?


- 27--





Alors... alors... mon Dieu je vais mourir, se dit le malheu-
reux.
Perspectives fermes
Rideaux baisss
Portes closes
II voit et entend des cloches qui sonnent son enterrement.
Voici la bire dpose sur le catafalque; la voix grave de
l'orgue, et puis, les gestes solennels du prtre. Oh !... l'odeur
des cierges se consumant. Alors, comme pour s'agripper
la vie. il bondit et... retombe. Sommeil. Nant. Longtemps
aprs, joie du rveil miraculeux.
Ainsi s'coulait ma vie, dans une alternative d'angoisse
atroce et de joie dlirante. Mais, vous vous demandez peut-
tre comment finirent ces tortures ?
H par la force des choses, tout simplement.
Et depuis lors ?...
Depuis lors, je vis sous une cloche de verre, sur la-
quelle viennent mourir tous les bruits du monde, respirant
avec une volupt calme l'ther du Silence, et tellement paisse
est la cloche de glace qui recouvre mon cur, que je n'en
entends plus les battements. Mes mains lasses, ddaignent
de cueillir les dsirs les plus proches, les plus juteux. J'es-
time que de se momifier dans le sarcophage dress par la
Destine, calme, satisfait et sans envie, le corps bien enve-
lopp des bandelettes de ses principles, est en vrit une trs
belle et trs bonne chose.

BERCEUSE

Dodo
mon enfant dodo
et je te bercerai doucement
lentement
dans an hamac de toile fine.
Dodo,


- 28 -






mon enfant dodo
et de ton sommneil enchant
j'carterai higailles et maringouins.
Dodo,
mon enfant dodo,
et tu seras roi
au pays des anctres,
au Congo lointain.
Dodo,
mon enfant dodo
et que tes rves (soient d'or.

ELEGIE

Quand je (mourrai, enterrez
moi la Croix des Martyrs
sans pompes et sans vains discours.
Dans l'glise, clbrez
humblement mes funrailles
Cet enclos iltencieux
si paisible, si pieux
et que le vaniteux raille
sera doux mes dsirs
apaiss. De neigeux jasmins
(tels d'odorants souvenirs
plutt d'amoureuses mains)
neigeront Adessus ma tombe
o nulle blanche colombe
ne se viendra,poser. Pour
compagnons, j'aurai l'odeur
des bols et d'autres fleurs
ainsi que mes vieilles amours.

'LES PIEDS D'AIRAIN
Ils se sont gorgs du sang de vos artres. Ils ont pomp la
moelle de vos os, e people.


-29-






E n retotur, quelle pature vous ont-ils abandonne pour assouvir
votre faim. Rien. Rien. Rien. Pas ,mme fla piti.
Lorsque les boyaux meurtris, vous hurliez vos souffrances,
people, ils s'enfonaient la tte 'sous l'oreiller pour itde pas
vous 'entendre.
Pour s'pargner le supplce de vos mains tremblantes et
tendues, people, ils vous ont ,parqu dans de sales faubourgs.
Sachez que vous tes les pieds d'airain .de cet difice d'argile,
Cela, il faut que vous le sachiez, sinon, je vous l'enfoncerai
cups de marteau dans le ,crne. .-

FILLES

Nous sommes les filles
qui mchons point de roses
en soupirant
la uouche en coeur,
et les yeux blancs
Nos regards sont durs et droits
come un couteau
et nos lvres peintes
scnt charges de rires canailles
Avec les types -indiffrents
nous faisons l'amour
la cigarette au bec,
mais pour ceux que ;nous avons dans la peau,
icOs caresses
sent brutales et temptueuses
comme la grande mer.
Nous avons l'inconscience des fleurs vnneuses
et nous empoisonnons
avec un sourire tranquille.

CADENCES CREOLES

Au diable s'en sont alles nos belles amoureuses.


-. 30: -








Loulouse et Dina sont mortes tuberculeuses.
Clara s'est marie, triste fin. Mlanie,
Zulina, sont parties pour la Dominicanie.

Tant de choses, tant de choses, mon Dieu,
dans ce pauvre, ce simple mot : Adieu.












SUR LA PROIE ET L'OMBRE


DE JACQUES ROUMAIN

J'ai lu avidement, passionnment, le mince et suba'nu-il
volume de Jacques Roumain. Et cependant, il me semble
avoir, depuis toujours, connu ce petit livre, bien qu' la vrit
je ne connaisse qu'une des quatre nouvelles dites La Ves-
te publiikt dans la Revue lndigLne. En vrit, ce livre est une
vieille connaissance. Une trs vieille, lointaine et vieille con-
naissance. Cela n'est pas que des signes noirs sur du paper
blanc : c'est Jacques Roumain, Antonio Vieux, Emile Roumer.
Et ce n'est pas tout. C'est encore une peinture de l'hornble
bourgeoisie port-au-princienne. Peinture affreuse, cruelle,
mais si profondment vraie, qu'on est tent chaque instant
de mettre des noms sur certain personinages, l'inoubliable
madame Bailln, par exempJe. Mais laissons ce jeu qui faisait
les dlices du sicle franais. Cela pourrait peut-tre occa-
sionner des ennuis l'auteur. Chut Antonio Vieux a raison,
ce livre est un tmoignage, et combien sincre, mouvant, pa-
thtique
Je me rjouis infiniment que l'indigne Jacques Roumain
ait secou 'influence nietzschenne. Nagure, je lui en faisais
souvent l'amical reproche. Il dfendait alors nergiquement
son auteur favori. Peut-.tre le dfend-il encore, mais conume
un ami trs cher avec lequel on s'est brouill. Tout de mme,
que sa tolerance me permette de prfrer les hommes aux
surhommes, Racine Corneille. Et puis, mon Dieu, les sur-
hommes ne sont-as pas avant tout des hommes, de pauvres


- 32-






hommes parfois. Nietzsche lui-mme, ii'-.Ai pas fini au
cabanon Humains, trop humans, voil la raison pour la-
quelle nous touchent aussi profondment les personnages de
Jacques Roumain. Le jeune crivain possde un rare degr,
le dangereux don d'analyse. Je dis dangereux parce que l
est l'origine du dsespoir acharn .qui frissonne dans chaque
page du volume. Il n'est pas bon que l'homme soit trop avec
soi-mme. Le monde extrieur n'existe pas assez pour Rou-
main, ce monde extrieur qui dilate les coeurs et les rend op-
timistes. Un peu plus d'picurisme ferait certainement du
bien au romancier. Ici, je m'en voudrais de ne pas lui signaler
un cueil pour son prochain roman paysan. Et cet cueil est
justement ce dangereux don d'analyse don't je parlais tout
l'heure. Il ne faut pas qu'il prte ses propres rflexes, ses
propres sensations aux paysans qui volueront dans le roman
annonc. Nous esprons que l'crivain saura se surveiller.
Je n'acheverai pas sans dire la sobre lgance de l'cri-
ture. Ce style-l a de la race. Il est fini, nerveux, tendu jus-
qu' l'angoisse, plein d'une posie profonde qui sourd par en
dessous. Une source invisible et qui murmure dans un paysa-
ge pre, tourment. Les images en sont fortes, neuves, justes.
Sincres compliments l'artiste E. Basquiat.

QUATRAIN

Sainte Vierge ma maitresse m'a lch sans
faon, depuis le .jour (hlas maudit soit-il)
o le R. P. Manise fit 'un indcent
sermon sur la vertu. Hlas ainsi soit-il.

O LOULOUSE

Douce Loulouse
tu buvais de la crme de menthe
du gin


33 --






du Black and White
. et tu. es morte..
0 Loulouse,
tu senta's la pommade moelle de buf
le Pompia
tu. fumais, lJe. tabac de Virginie
et, tu es morte.
Loulouse,
tu te dvtais entirement
quand tu faisais l'amour,
mais tu es morte
et contemples jamais
le bout de tes orteils.

A BORD DU MACORIS

Passagers pas nombreux
et gure amusants.
Je me suis li d'une troite anrti
avec un jeune prtre armoricain,
neurasthnique, et charmant,
malheureusement constip par le roulis,
et auquel je passe des pilules laxatives.
Nous parlons de Sainte '1 helim-e,
de Saint Jean de la Croix,
du pote breton Anatole le Braz.
Le soir, aprs dner,
nous faisons d'miterminable parties de dominos
tout en inguirgitiant de l'orangeade.
Aussi je pisse normment.
Oh douceur de satisfaire ses besoins naturels.

BALKIS, REINE DE SABA

Ces claires, lointaines et chantantes Fonnailles


- 34-






qui tintent, bruissent, linteni au bord des mailles
d'ambre rose que -laisse tomber l'Aurore,
- ces sonnailles sont-ce les clochettes d'or
pendues aux encolures des dromadaires
pensants, ruminant leur nourriture amre ?
Ces ar6mes exquis, ce parfum endormeur
qui baigne dans de la suavit, les cours,
ce vent poussant les blancs flocons de la natte
bleue, viennent-ils du pays des aromates ?
- Ah ces douces et lointaines clochettes d'or
tintinnabulant dans le martin sonore
ces armes, cette brise de l-bas
accourue, annoncent iBalkis de Saba.

CARESSES SPIRITUELLES

Malgr les distances normes
et les imers sans bornes,
nos mes se sont frles, ah divinement.
Mes lvres se sont faites doucement
sinueuses, pousant l'vanescent
contour des baisers lointains, proches cependant.
Et nos mes blotties ensemble
- nuages voyageurs que le vent rassemble -
comme deux sons
confondus ne formant plus qu'un son,
come deux flames
mles ne sont qu'une flamme,
sont une chastement,
p;eusement.

DES IR

Dans la nuit brune de ton % i:agr
tes dents sont un rayon de lumire.






Dans la nuit brune de ton isage
tes lvres sont deux rubans violacs.
Quand je te regarde,
une motion profonde coule en moi,
le sang nie monte au cerveau,
un frisson en entier me parcourt,
et de respirer l'odeur de femielle
exndant de tes aisselles
me fait rcler de dsir.
0 ma brune, veux-tu,
embarquons-nous joyeusement pour l'enfer.
Evoh Ma vie, pour une nuit de plaisir !


-36




























COLLABORATION A EDIPE














AUBE


A Auguste Magloire



C'est l'aube au visage argent. couverte de rose. La
plu'e a cess et l'allgre pipirite s'est tu. Le knpier tout
sonore d'abeilles pand au loin son odeur vanille. Et la brise
qui fait neiger les frangipanes courbe les feuilles humides et
lisses des bananiers. Des perles d'eau courent sans laisser
trace d'humidit sur les choux carabes.

Ecoute le bruit sec du charpentier sur les palmistes
droits, les cocotiers penchs. Ecniile le murmure argentin de
l'eau courante. Ah i ma chrie, qu'il fait bon courir pieds nus
dans l'lerhl, nmuilleu, l'abri du soleil et sans Ipeur des l-
zards frileux qui n'ont pas encore quitt leur trou.

AYDA OUEDO

Svelte et toute blanche sous le cla'r de lune, Ayda Ouedo
songe, les [pieds nus dans l'eau courante. Avec un peigne
d'or, elle parpille ses longs cheveux noirs. Ses t-arines aspi-
rent avec dlices le parfum de la sve tropicale...

Et cependant que la rumeur lointaine des cascade-s herce
sa dolente reverie, la brise charge d'aromes fait 'onduler Iom
voile arc-en-cielis...






REMARQUES


Quand parut La Lgende de Ulenspiegel de Charles
de Coster, des crivains belges firent un tort ce livre de
n'avoir pas la conscration de Paris. Or c'tait ce qui en fai-
sait justement le rare mrite. Ce livre, duquel devait dcouler
toute la littrature national belge, peignant des .-entiments
pcLfiqcuemnti.n. nationaux et don't la saveur ne pouvait tre
pleinement gote que par des Belges. Un crivain hatien
et qui serait vant Paris n'est pas ncessairement ton. Ce-
la prouve tout simplement qu'il a peint des sentiments abs-
traits et gnraux, non pas des sentiments particuliers
l'Haitien. C'est pourquoi, comme l'ont dj compris Amri-
cains, Argentins, Brsiliens, il nous faut employer ces 15l11i
2000 mots qui seuls peuvent nous permettre de rendre nos
tats iite particuliers.

Mots qui appartiennent quatre categories :

1) Vaudou
2) F:'-e
3) F.,u,.
4) Onomatopes.

PAYSAGE RUSTIQUE

C'est comme un jour de la Fte-Dieu. Les jeux 'ombre
et de lumire mettent des couleurs ecclsiastiques sur le paysa-
ge. L-bas, la colline se violace de l'amthyste qui -rne les
doigts des archevques. Les roses sont pourpres comme le
manteau d'un cardinal. Le soleil est un vibrant ostensoir.
L'air sent la fleur fne, l'encens et la communion. La 'uisante
chevelure des palmiers voque un dimanche des Rameaux.
Allgres et joyeuses, les cloches sonnent, sonnent, son-
nent...






SCENARIO DE BALL1r


Clermesine Clermeil

(RIDEAU).

Une tonnelle paysanne. Au fond, l'est, un houmfort.
A l'ouest, une grosse rivire. Clair de lune.

(LEVER DU RIDEAU) Les tambouriniers accordent
leurs tambours. Bavardages, qlats de rires des hommes coif-
fs de foulards multicolores, chausss de mules. Entre le
houngan habill de cotonnade bleue, chauss d'espadrilles.
Salutation des tambouriers et des houncis.
Danses et chansons en l'honneur de Legba, d'Ossangne
et d'Olicha Baguy. Arrt. Bavardages, rires. Une hounci
s'assied l'cart, sur une grosse pierre blanche. Tout coup,
elle est possde par Clermnsine Clermeil et se met chanter,
puis danser. Danse de houncis qui, peu peu, s'arrtent
pour contempler Clermsine Clermeil qui danse, danse, les
yeux hagards, le visage extasi. Danse pathtique et qui
s'avance lentement vers la rivire. Clermsine tombe dans
l'eau qui l'entrane, cependant qu'elle chante toujours.

LES SEPT FEUILLES (1)

Il y a de cela quelques annes, habitat Bizoton un jeu-
ne homme nomm Robert Lenoir. Il vivait l'cart et ne sor-
tait presque jamais. Silencieux et timide, il tait tout le jour
plong dans des livres d'occultisme. Robert ne quittait ses
chres tudes que pour tirer de sa guitar des accords mlo-

(1) De nombreux contest de Carl Brouard ont t publis dans le jour-
naMl dipe Ces mmes c.ntes corrigs ont t Yeproduits plus tard
dans la revue ,Les Griots.. C'est cette dernire version des contest qui
sera offerte dans cet ouvrage.


- 41-





dieux et bizarre. Il tait range . cesmoments-l, baignant
dans une sorte d'Iiypn'..s- avec des gestes automatiques et des
yeux perdus dans le lointain que it' seul pouvait pro:-".oir.
Il tomba malade, et comme il ne se soignait gure, son mal
empirait.. Un soir, aprs avoir brl du benjoin devant son
autel magique et allum sa lampe, une lampe multicolore
et qu'il avait construite avec amour, selon toutes les ri-g]_---
de l'art, il s'endormit. Aussitt, son corps astral s'chappant,
vogua dans le Koma-Loka. Indcis, il flottait a et l 1,r,-ue
vinrent vers lui trois lmentals.
L'un d'eux tait un griffe grand et fort, au visage martial
et aux yeux svres, entirement vtu de rouge. C'tait
Hogoun Badagry. Le second, trs noir, tait un svelte et joli
jeune aux dents blanches, les lvres rieuses et les yeux vifs.
Il portait une jaquette. C'tait Guad Vi. L'autre tait une
griffone ronde et courtaude avec des yeux .re.-..qu,, cruels.
C'tait Erzuli Dantr. Ils taient tous les guides de Robert
dans le mystrieux pays de l'Astral, contre *lanw.r.u.se o
la folie, la mort, les peurs terrifiantes vous guettent. Ces
personnel qu'on trouve mortes dans leur lit un matin, le visage
convuls et les yeux ll31,'-.s par l'horreur sont, le plus sou-
vent, mortes de ces terrifiantes visions.
C :t-,in., une femme accourut vers Robert qu'elle ca-
ressa longtemps, trs !..,ngt.lmp-. C'tait une femme au teint
noir, d'un noir ple et lisse et don't l'obsit n'imp',h.,it pas
la grce inquitante et perverse du succube. Un moucoir tel
q.u'en portent les pnitentes vaudoux, entourait sa tte. Elle
tait vtue d'un caraco bleu et tenait dans la main gauche un
layer plein de feuilles magiques. Robert reconnut M,lm:,
Kelle-Doumba e lui rendit caresses pour caresses. Oh !
mon enfant, lui dit la succube, tu te balui,,- ra-. avec ces sept.
feuilles dans une eau parfume de pomp i. .
Depuis longtemps c'tait l'aurore. Des rayons de soleil
pntraient par la fentre ouverte, frappant les yeux de Ro-
bert qui se rveilla. Dehors, les oiseaux ppiaient gaiement.


- 42 -






Le vent jouait dans la chevelure des cocotiers, un parium
capiteux de rve montait de la terre. Le jeune hommn bloui
se frotta les yeux, s'tira. Son bras heurta la table, d'e nuit.
regard 'et vit les sept feuilles. .




LA'FEMMEDE JEAN

EST MORE CETTE NUIT

Jeadn devait nces.aitemenit-'' visiter 'le -..h--Li'' ancesttral
cause 'de' a"feimme frs malade. Il me pria 'de' I'.i gnir, .J';..[iai Ce 'ntait pas trs loin, 'd'ailleurs. ;Ei le
.lende'main - six hres un' ,i'jairi, l'autobus ine dposait
'Btoton. Aprs av6ir" graVi un coteatt, nous 'dboudcies
dans 'une ,tanire a'bindonne -o" se trouvait naturellement
Sle eposir de' Legba, et di.' >,ilhiiu'.- dans ..un' vallonm.- se
trouvaient deux houmforts, un ajoupa, demeure .'du, gardien
"t de sa femm'e. Je pntrai aprs Jean, dans la petite btisse,
aprs qu'il, eut frapp trois fois. ,,
Les tambours coniques dormaient appuys au mur blanchi
la chaux. Des dessins colors couraient tout autour du
hount. Le pr tait couvert de pots, crutches, vases boissons
etc...
Dans une assiette blanche reposaient, des pierres magi-
ques. Les :., zincs taient recouverts de drapeaux et les
'ouacouas pendaient au plafond. Aprs s'tre r' .n'.ui'l,'. Jean-
jeta un peu d'eau, agita une. clochette, colla une bougie allu-
mrn'au bord d'un pot d'eau qu'il dposa au milieu du seuil.
Il suivit avec anxit la flamme vacllante. Puis nous pa 's-
mes au houmnfort Petro. L, pas de tambours, mais un mor-
ceau de bois bizarrement tail, fich en terre et enchane.
Mon compagnon fit tros 1s "i, n- de kimanga continue dans
un,, boute!'"e enve-oppe de toile rouge. autour des boulets


- 43 -





-datant des guerres de l'Indpendance, fixs sur la chane.
S[-'lus bas, sur les cailloux verdis par la mousse, coulait
un 'grand ruisseau qui contournait deux normes racines
d'un arbre pain, reposoir de Dambala et d'Ayda Oudo.
Tout autour, c'tait un fouillis d'arbustes sauvages domins
par des arbres fruitiers et des palmistes. Nous nous assumes
sur les racines. I y faisait une exquise fracheur. Et. c'tait
sur toute la proprit une atmosphere de mystre, de mlan-
colie et de lointain.
J'admirais les belles filles aux seins fermes qui puisaient
l'eau dans le ruisseau. Une laveuse, assise au milieu de l'eau
. tait superbe; des jambes splendides et d'un noir lisse et doux.
Les. ongles des orteils et la plante des pieds taient d'un rose
violac. Je m'extasiais sur la fermet du venture pourtant un
peu en avant. Les seins tombaient un peu, mais pas trop, atti-
raient la caresse des mains. Des lvres fermes, paisses et
douces, s'ouvraient sur des dents clatantes de blancheur; au-
dessus du nez angui'ux de longs yeux nuance-tamarin-fendus
en amande.
Fort trouble par cette femme qui me mettait le rythme
du ganza dans les artres, j'coutais peine Jean qui chan-
tait une chanson en t'honneur d'Escalin Boumba :

Nan bois nous y
Escalin Boumba m'c loa
m'pas bois pou a.

Il se tut. Peu aprs, il reprit d'une voix douce, les larmnes
aux yeux, la chanson des marassas.
J'ec,-,luti., la chanson douce et triste. Puis brusquement,
il se leva sans rien dire. Il revint, revtu d'une vareuse bleue,
pieds nus et les jambes retrousses.
Un ham'lefr pendait son dos. Il dposa terre une bou-
teille de clairin et me donna la main comme la donnent les
loas Petros. Je compris alors qu'il n'tait plus que le cheval






de Simbi Amidheso. Papa Simbi m'avoua qu'il n'y avait rien
faire pour la femme de Jean. L'heure fatale avait sonn.
Elle mourrait cette nuit. Aprs quoi, il appuya sa tte sur
un arbre, s'endormit. Au rveil, ce n'tait plus Simbi, mais
Jean.
Quoi ?, que s'est-il pass ? me dit mon compagnon
effar.
Simbi m'a caus.
Qu'a-t-il dit ?
Rien, il a bu surtout du clairin.
Une heure aprs, nous tions en ville. A minuit, j'tais
profondment endormi quand j'entendis frapper.
Qu'est-ce qu'il y a ?
La femme de Jean est morte cette nuit.


-45-








TANKS


..I


Ces palmistes chevels
Sont-ce la chevelure d'un gant ?

S' ~II


Ces trkgolrnia- roses
neigKenl-<.lIes de ta louippe ?


La lune : un bouquet d'toiles au travers
dlu manguier.

IV

Au flanc du more,
ce fl.miuhi ;uint en fleurs
est une ravissante ombrelle rouge.

V

Ce citronnier aux fruits d'or
est frique au clair de lune

VI

Le soleil s'est voil. 0 more
couvert de brume come mon coeur .






PAULINE BONAPARTE

Madame Leclerc s'affiche trop. Veux qu'elle parte pour
Saint-Domingue avec son mari, dit Bonaparte. ;
Et Madame de se lamenter devant sa psych : Pourquoi
pleurez, ma belle Pauline ? Les larmes obscurciront le mi-
roir de vos yeux. Dans cette le charmante o mrit l'ananas,
vous goterez la fracheur l'ombre des chadquiers et des
jamroses. Des bambarras vous promneront dans une litire
pareille celle de Cloptre, lui murmure Madame 'd'Abran-
ts. Puis, avisant un madras qui tranait sur un guridon,
elle en orne le front de l'plore. Pauline, laussitt, sourit
son miroir et cesse ses pleurs. La'joie se peint sur son visage.
Ah dit-elle ravie, la Frauce me devra la soumission du fro-
ce Louverture.


-47 -











A PROPOS DE GUEDES.-

LETTRE

AU DIRECTEUR DE HAITI-JOURNAL
MES ENTRETIENS AVEC ARISTE

Mon cher riic-iei-uir,

Une petite note dans votre journal s'tonne qu'oEdipe
ait dfendu les guds. Vous vous tes mme un peu rjoui
de l'arrestation de quelques-uns. Mais quel mal faisaient-ils ?
Ont-ils trouble l'ordre public ? E- -ce- un crime que de s'af-
fubler d'une jaquette et d'un huit-reflets usags ? Il me pa-
rat que non.
Vous avez certainement vu des cimetires de champagne.
Sans doute, ces creux laisss au bas des tombes ont d vous
frapper. C'est l que les paysans, le jour de la Fte des Morts,
illuminent et dposent leur plat de pistaches et mas g-ill-
,iidar..t dans de l'huile d'olive. N'est-elle pas infiniment
potique, cette coutume qui perptue la mmoire des disparus.
des gut-,, des anctres.
Vous-mme, combien de fois n'avez-vous pas dpos des
fli.ur-, sur des tombes chres ? Songez que Gandhi pr:,iqii'.
le culte de la vache, songez que c'est le culte des anctres qui
a permis la civilisation chinoise de durer des mifinaires;
au Japon d'tre une nation si redoutable, la Pologne de res-
susciter pui ..u le culte des traditions est une forme du culte
des anctres. Aimons, comprenons et respectons les coutumes
du people, mme l'art que vous aimez tant, et, ici, laissez-


- 48-





moi vous citer cette pense du pote Irlandais Yeats, qui
remporta le Prix Nobel : L'art du people est en vrit la
plus vieille des aristocraties de la pense, et parce qu'il se
refuse ce qui n'est que passage ou trivial, ou simplement
habile, et joli, ainsi qu' ce qui est vulgaire ou insincre, et
parce qu'il en rassemble en soi-mme les penses les plus
simples et les plus inoubliables des gnrations, il est le sol
o tout grand art s'enracine.
Je n'aime pas les citations, mais permettez-moi cependant
de vous en faire une second, extraite du discours de Fichte :
La perte de l'indpendance entrane pour une nation l'im-
possibilit d'intervenir dans le course du temps et d'en dter-
miner sa guise les vnements... Elle n'en sortira qu' la
condition express de voir natre un monde nouveau don't la
creation marquerait pour elle l'origine d'une nouvelle po-
que, d'une poque personnelle, qu'elle emplirait de son dve-
loppement particulier.
Toutes les proportions gardes, la situation de notre pays
n'est-ille pas analogue celle de l'Allemagne de 1814 ? Et,
puisque notre culture a fait faillite, pourquoi n'en auripns-
nous pas une, issue du Peuple ?
Pourquoi n'aurions-nous pas la grande ambition d'tre
l'Attique noire ?


-49-











MES ENTRETIENS AVEC ARISTE


PREMIER ENTRETIEN -

C'tait l'aube la champagne. Une brise frache soufflait.
Ces brises de l'aube semblent venir des jardins du Paradis.
Elles vous rendent lger, thr, des ailes vous poussent. Le
bonheur vous gonfle comme un fruit mr et la joie clate en
vous come une gousse parfume du matin, coutant le bruit
de sablier. Je me promenais avec mon ami Ariste, respirant
avec dlices les sourdes cascatelles. Un peu fatigu, mon com-
pagnon s'assit sur un pan de mur. Je me suis mis ct de
lui. Il me dit :
Vous avez parl d'une culture national, l'autre jour
dans votre lettre Hati-Journal. Je ne comprends pas
trs bi.n. Expliquez-vous plus clairement.

Moi

Bien volontiers. De quel genre littraire voulez-vous que
nous parlions aujourd'hui ?

Ariste

Choisissez votre guise.

Moi

Tout d'abord, avant de commencer, je tiens vous avertir
que ces projects ne seront pleinement raliss que le jour o


-50






nous aurons la chance d'avoir uin directeur intelligent capable
de prendre en main l'ducation national, de crer des coles
o l'ducation et l'instruction se donneront en dehors des
parents. C'est la seule faon d'avoir des mes saines dans des
corps sains, de crer une me collective et de briser nos pr-
jugs stupides, inintelligents. Maintenant, parlons du thtre
si vous -le voulez bien. Laissons le ct de notre drajmie issu
-de la geste de '1804 et qui existe- d'ailleurs. Vous n'i-gnorez
pas les noms de Liautaud Ethart, Massillon Coicotu. Isnardin
Vieux etc...

Ariste

Vous semblez oublier que nous n'avons pas de salle de
thtre proprement dite.


Moi

J'ai cru devoir vous avertir que nous ne pai-Jon. pas du
present, mais de l'avenir.


Ariste

Bien, continue.


Moi

Ecartons la comdie proprement de murs, et ici je ferai
rremarquer que les crivaiins de Renaissance ne sont pas suf-
fisamment apprcis. Faisons abstraction de l] frie qui
pourrait, qui doit natre du vaudou et parlons de cette come-
die que notre folklore content en germe. Dites-moi, Bouqui,
Malice, etc, ne sont-ils pas des personnages ana'ogues ceux
de la Ccmedia del Arte du thtre classique franais ?


51 -





Ariste


Cela est vrai.

Moi

Remarquez que ces types tant ternels, cette comdie
devra tre aussi une satire politique et social. Pour tout dire,
e'ile devra tre aristophanesque.

Ariste


Continuez.


Ce genre de comdie resemble fort aux atelqanes, une
forme populaire du thtre remain. Vous n'ignorez pas que
les atel.anes taient de courts pices con- acres la peinture
de la vie journalire des petites gens, pleines d'allusions poli-
tiques et sociales. H ne sentez-vous pas qu'un pareil th-
tre doit natre de notre folklore ?

Ariste

Je crois que vous avez raison.


DEUXIEME ENTRETIEN -

Une pnombre trs douce descendait sur Port-au-Prince.
Un zphyr furtif soufflait par instant berant doucement les
arbres. Et dans cette venelle du Morne--Tuf, le silence n'-
tait trouble que par les cris mlancoliques des marchands de





gaz et le passage de quelques rares automobiles. J'aime ces
crpuscules mystiques. Couch dans ma chambre, je suivais
des yeux, le vol presque effar d'un oiseau palmiste dans le
ciel gris, tout en fumant paresseusement des cigarettes quand
Ariste entra en coup de vent. Aprs un change de banalits
et une dgustataion de gaudrine acide et frache, nous repr-
mes notre entretien.

Ariste

Voys m'avez parl de thtre, l'autre jour, parlez-moi
donc. de la musique aujourd'hui.


Moi

Vo'ontiers. Tout d'abord, existe-t-il une musique ha-
tienne ? Presque pas. A part Occide qui a russi faire
vibrer collectivement l'me hatienne quelquefois, notamment
dans le morceau intitul 1804>, il n'y a pas une oeuvre de
musique rellement hatienne. A ce propos, je vous rappelle-
rai un mot de Csar Cui sur Rubinstein. Rubinstein, il est
un Russe qui compose de la musique; mais il n'est pas un
musicien russe, puisque n'ayant rien senti la beaut de nos
chants nationaux. C'est exactement ce que je pense de nos
musicians.


Ariste

Cependant Justin Elie, Ludovic Lamothe ?...


Moi

Je ne parle pas de la valeur intrinsque de leurs oeuvres,
mais simplement du point de vue national.






Ariste


Ah bien.


Moi


J'ai vainement cherch des rythmes:
dans leurs compositions.

Ariste

Vous avez peut-tre raison.


purement hatiens


1Moi


Et cependant, note folklore, notre vaudou, sont si. riches
en chants populaires Pourquoi, donc n'y ont-ils pas puise
comee Abeniz et. Granadps en Espagne ? Remarquez que
po.s hontres, nos cataliers,. nos hoganis, sont des artistes
.tpnnants et qui arrivent tire de leurs primitifs instruments
des effects rellement prodigieux. Il me semble qu'on pourrait
tirer de l de trs beaux effects d'harmonie imitative.

Ariste

A moi aussi.


S. Moi


Enfin, ne dsespions pas de voir un de ces jours nos
musicians faire de la musique national ce que le group des
Cinq a fait en Russie. Maintenant, passons au ballet.

Ariste
Excusez-moi, mon cher, de ne pas vous entendre davan-
tage. J'ai un rendez-vous urgent.






- TROISIEME ENTRETIEN -


C'tait une de ces nuits splendides et silencieuses et
toutes pailletes d'astres. La lune brillait comme un phare.
Pas un brin de vent n'agitait les arbres. Ariste et moi. mar-
chions sur leurs ombres immobiles. Par instants, un ver-
luisant traait une ligne d'or sur le tableau noir de la nuit.

Moi

Mon cher Ariste, avant d'arriver au ballet, il nous faut
d'abord parler de la danse hatienne. Disons d'abord qu'elle
n'est ni sentiment, ni me, mais toute sensualit. Elle n'a ni
la plasticit des danses modernes composes, ni les pirouettes
de la danse classique. Vous y chercherez les lignes gom-
triques des danses asiatiques vainement, le caractre hira-
tique presque statique de la danse gyptienne. Elle est mou-
vement, action. Songez aux movements gracieux et gais des
jambes dans l'Ibo, l'ondulation serpentine des paules dans
le Yanvalou.

Ariste

Jusqu' preuve du contraire, vous avez raison.

Moi

Vous sentez bien que si je vous ai parl des caractris-
tiques de notre danse national, c'est pour que les auteurs
de ballet, librettiste et musicien en tiennent compete.

Ariste

Ncessairement.


- 55 -





Moi


Mais ce n'est pas tout. Il faut aussi qu'ils connaissent
bien la mythologie hatienne, c'est--dire les attributL, des
loas, leurs coutumes, mours etc... afin de btir le scenario
du ballet.

Ariste

Vous avez raison, il y a en germe un ballet essentielle-
ment national.



QUiTRIEME ENTRETIEN -

Etendu sur mon lit, je lisais, peut-tre pour la centime
lois, le passage fameux de Pascal sur le divertissement. En
moi, un dsespoir profound, acharn, s'insinuait. Je mditais
sur l'me si extraordinairement pathtique et douloureuse de
l'auteur des Penses, quand Ariste entra et me dit brle-
pourpoint :
Eh bien De quoi me parlerez-vous ?

Moi

De la posie si vous le voulez.

Ariste

Volontiers.

Moi

Cela est un lieu commun d'avancer que les Grecs s'taient







cr des dieux leur measure. Mesure d'Iadeurs trs harmo-
nieuse. Qualits et dfauts, ils avaient tout des hellnes.
C'hacun d'eux avait son histoire, sa fBiation. Les .anctres
taient diviniss. Comme dit Plutarque, la terre tait confon-
due avec le ciel Cette circonstance permettait aux potes,
tout en glorifiant leurs divinits, de chanter leurs proprc-s
sentiments. Cette posie fut aussi profondment humaine.
Maintenant, dites-moi, nos loas n'occupent-ils pas la mme
position vis--vis de l'imagination populaire ?


Ariste


Il me semble.


Nous avons donc l le principal lment propre nous
donner une posie lyrique de premier ordre.


Ariste


Absolument.


Notez que tous les matriaux sont l. La plupart de nos
chants nationaux sont de purs chefs-d'euvre. Nous avons l
une vraie caverne des quarante voleurs o le pote n'a qu'
se baisser pour ramasser d'innombrables pierreries.


Ariste


Que vous avez raison.






Moi

: Ajoutez cela que l'animisine est profondment poti-
que. D'ailleurs, notre vaudou, est essentiellement ntre.. La
combinaison des lments africains et catholiques en a fait
quelque chose de spcialement hatien.

Ariste

C'est trs vrai.

Moi

Cela tant, cette posie serait ncessairement original.

Ariste

Forcment.

Moi
Et puis, l, tout est si frais, si neuf, si vierge Je supplies
nos jeunes crivains d'abandonner cette posie mivre et faite
de rminiscences qui fut trop souvent la ntre. Qu'ils abdi-
quent leurs prjugs bourgeois et aillent au people. Qu'ils
se souviennent qu'on ne peut comprendre sans aimer. Qu'ils
ouvrent tout grand leurs yeux sur ce monde extrieur, si beau,
qui les entoure. Qu'ils soient des artistes sincres et volon-
taires, et alors, de notre terroir, ils tireront une posie sen-
suelle comme le pignite, ardente comme un chant dans la
nuit, sonore comme un tambour, colore comme l'habillement
d'un loa congo.

CINQUIEME ENTRETIEN -

C'tait un ajoupa charmant. Une galerie courait tout


- 58






autour, pave de pierres multicolored. L'intrieur tait pro-
pret, presque coquet. Des nattes, a et lA, gayaient les deux
chambres ornes de quelques chaises de paille peintes en
rouge, d'un buffet vert et d'une table couverte d'une nappe
blanche comme du camphre. De grands arbres ombrageaient
la cour. On entendait le murmure lointain et coulant d'une
rivire borde de malangas. Je servis mon ami du boubouille
rafrachissant et parfum.

Ariste

Comment ? pas de l.tail ?

Moi

Non, mon vieux. Je suis venu ici pour vivre le Rve,
or l'alcool excite l'action. Il faut de l'conomie dans ces deux
tats.


Ariste

Alors... le laudanum, la cocane...


Moi

Pas besoin de ces excitants poiir exalter le Rve. Tout
au plus des bouquins de mtaphysique, de mysticisme et de
contest de fes. N'oublions pas la contemplation intense des
jolies fleurs. La vue prolonge d'une belle fleur me met dans
cet tat que les Orientaux appellent le kief.


Ariste


C'est une hygine.


- 59 -








Absolument. Le Rve est un ddoublement, une dilata-
tion. Le rveur s'identifie avec la rose que berce la brise, il
est le frmissement du tamarinier, le nuage "',.:y r, l'eau
fluide et niulfit. n. Il est cet homme qui passe, cet autre,
cet autre encore. Il est l'univers. Tout en lui vit d'une vie
scintillante et fourmillante. En lui, tout a une me. 1 de-
vient un panthiste double d'un animiste. Comme Ali-Baba,
il march dans une caverne de gemmes.

Ariste

Vous me disiez l'autre jour que l'animisme tait profon-
dment potique.

Moi

C'est justement o je voulais en venir. Le vaudou tant
profondment animiste, vous sentez l'intense beaut qu'il
content. Nos potes n'ont qu' prononcer le ssame ouvre-
toi pour que s'ouvre la caverne aux milliards.




SIXIEME ENTIETIEN -

Qui dira la some d'inconscience que content la creation
artistique ? Pote vaniteux, tu n'es qu'un ..imple mdium.
Tu penses une chose, une ide, et puis tu t'endors et ton
subconscient travaille. Le lendemain, tu n'as qu' te donner
la peine d'crire. Dcidment, tu n'es qu'un inconscient dou-
bl d'un paresseux. Seulement, voil, tout le monde ne peut
pas y russir. L'art, la magie et l'amour, sont trois soeurs
jumelles qui ne se laissent violer que par leurs lus. N'aime


-60






pas qui veut aimer. Un magicien qui excuterait la plus com-
plique, la plus minutieuse operation magique n'y russira
gure s'il n'a pas la grce; pas plus qu'un homme qui assem-
o!erait les plus beaux mots d'une langue n'crirait pour cela
un pome. Et qui dira pourquoi un homme bloui devant une
beaut pareille celle d'Hlne de Troie aimera une femme
ayant un visage peine mdiocre. J'tais plong dans ces
rflexions quand mon ami pntra dans ma chambre.

Ariste

A quoi pensez-vous ?

Moi

Ma foi, pas grand'chose !
Oh les belles fougres, s'cria mon ami en contem-
plant des scolopendres qui s'panouissaient dans un grand
vase. Cette exclamation me fit songer la botanique natio-
nale. En avons-nous une ? A peine.

Moi

Quel non-sens Nos professeurs enseignent la botanique
avec des lives franais crits pour de jeunes franais. C'est
vous dire qu'on parler nos coliers d'une flore qu'ils ne
connaissent pas.

Ariste

Je vois, Il serait bien plus pratique de les promener dans
nos campagnes.

Moi
Absolument. Outre que cela aurait le bnfice d'une le-


-61






on de chose ils apprendraient aimer leur pays qui est si
beau. Ensuite, on les <..hli'.r.i, dcrire minutieusement telle
fleur, tel arbuste ou tel arbre. Pour cela, on lui ferait tudier
les procds descriptifs de Buffon, Rousseau, Bernadin de St-
Pierre et Chateaubriand.

Ariste

C'est simple et de bon sens.

Moi

N'est-ce pas ? D'ailleurs cela reste encore vrai pour les
sciences naturelles en gnral. Ici, souhaitons que le Docteur
Catts Pressoir continue ses travaux sur l'entomologie. J'ai eu
la chance de lire son travail si intressant sur les termite,
Je vous recommande encore son livre trs instructif sur la
mdecine hatienne.




SEPTIEME ENTRETIEN -

R.'.eil. I de bonne heure, je fus me promener dans le
jardin. L'charpe brune de l'aube s'vanouissait peu peu.
Les coqs dchiraient l'air de leurs chants aigus et de rares
passants causaient dans la rue. D'mn',mbralI.,.. roses taient
closes dans les parterres. Des tubreuses se balanaient sur
leur tige frle, les paresseux avaient des ondulations fmini-
nes. Je cueillis des cerises; leur got acide et frais flatta
agrablement mon palais. ii, vent brusque souffla, et, comme
il avait plu dans la nuit, des gouttes d'eau coulrent des cre-
tonnes. Sveltes ou obses, ces pinte. taient de varits nom-
breuses. Non seulement leurs euills taient admirablement
nuancees, mais ch.ijie arbuste en portait de diffrentes cou-


- 62-






leurs. .Leurs. nervures mdianes et secondaires. sont tantt
d'un, jaune citron, tantt d'un rose hardi, ou encore d'un vert
p'e. La beaut de ce matin, me fit penser une. me morte
den'rimcnt. Pauvre petite, .elle dort dans un coin ignor
du cimetire. Emu,. je me fis apporter un verre de vin que
je bus son souvenir. Tout coup, j'entendis crier mon nom.
Je me retournai. C'tait Ariste.

Moi

Vous tes bien matinal.

Ariste

Je reviens de la messe de cinq heures.
Il pntra dans le jardin et nous nous assmes au board
d'un petit bassin.

Ariste

Notre causerie sur la botanique m'a fait rflchir- Ne
pensez-vous pas qu'il faudrait instituer des course d'Histoire
de l'Afrique dans nos colleges ?

Moi

Assurment. S'il est just, s'il est ncessaire d'en.-eigner
l'Histoire de France, il l'est aussi pour l'Histoire de notre
commune mre. Evidemment on n'crira jamais tout a fait
l'histoire de ce continent mystrieux, presque tous les mat-
riaux manquent. Mais, cependant, depuis qu'Imb Batoutah
le premier pntra dans le centre de l'Afrique, beaucoup a
't fait. Ce course, des hommes comme les Drs. Dorsainvil et
F"-ice-Mars pourraient le faire avec beaucoup de competence.
La pauvre Afrique spare du reste du monde par ses ctes






ihhthspitalires n'a pas pu saisir le fla4mbhoau ambulant de la
civilsation. Elle putcependant drober une toute petite lueur
aux arabes, don't bnficirent les soudanais. Et de ce qu'
peu prs tout ce que nous savons du Soudan a t crit par
des crivains indigns crivant en arabe ne prouve-t-il pas
que les ngre- sont aussi perfectibles que le reste des hom-
mes ? D'aIttiLr-, leur architecture est original.

Ariste

Ne fut-ce que pour la fiert racial que ce course donne-
rait nos collgiens, il mriterait d'tre institu.



HUITIEME ENTRETIEN -

Je .s .ni, ,:is Ida, parties pour le pays ddalen de Gul-
frey. Ce fut un pauvre convoi sous la pluie. Le chemin qui
mne au cimetire me paraissait si 1,,c, si T,.,r,. Des en du
seuil de leur maison regardaient passer le cortge. N'.u-" d-
mes nous arrter un moment pour laisser passer un bus. Je
revoyais vivante, la morte, elle riait avec des dents blanches
comme un ptale de rose blanche. f,.'u- dansions une mrin-
gue voluptueuse. Pauvre petite, elle aura froid, toute seule
dans sa tombe.
Enfin, nous arrivmes au -., de repos. Les fossoyeurs
creusrent le trou en sifflant, puis on laisse tomber le cer-
cueil avec un bruit mat. Quelques femmes p.'ijni,-,t Une
d'elles mots hchs par les sanglots, vanta sa douceur et
sa joliesse. Ces scnes, je les revoyais, une une, minutieu-
sement, quand Ariste me tapa sur l'paule.

Ariste

Eh bien tu as appris l'chec de Pollux Paul. Faute de


- 64 -






spectateurs sa .comdie n'a pu subir les feux de la rampe: ce-
pendant, l'entre gnrale tait d'une gourde.

Moi

C'est honteux. Dire qu'on s'crase la representation
d'un de ces vaudevilles conmmne il en clt tant Par,s chaque
anne. Qu'est-ce que vous voulez, cela flatte la vanil des
bourgeois. Lovs dans leur fauteuil, ils ont l'illu i;n dlire
dans un thtre du Boulevard.

Ariste

Vous avez raison. Mais le malheur est que a nvro
d-irniatuige dou d'esprit crateur et d'observati--. era
sang et cau pour rentrer dans ses frais.

Moi

Mais aussi, pourquoi diable veut-il montrer : _ns
ku rs petites nisires sociales !




-- NEUVIEME ENTRETIEN -


Je me penchai la fentre. Un fragminent de payote divi
nement beau s'talait. Un bouquet d'arbres pench sur la mer
bleue indfiniment prolonge vers le Rve, et sur 'onde un
voilier aux ailes blanches. Oh voilier, emporte-moi vers le
pays des Lotophages o rgne un ternel aprs-midi,, et l.
que libr des liens de la lumire, je vive et meure cans une
extase perptuelle J'tais dans cet accs de lyrisme lorsque
Ariste me frappa sur 1 paule. Je me retournai de fort mau-


- 65 -






vaise humeur, mais son large rire me calma. Alors, mon
tour, lui tapant sur l'paule :
Figure-toi, mon cher, j'ai eu la surprise la plus char-
mante. Passant rue du Quai, un petit magasin don't tous les
articles sont indignes me frappa. J'entrai et fus aimablement
reu. A mes yeux blouis, tout un art tropical, fragile, puril,
exquis s'talait. Tout y rvlait chez la patronne, Mademoi-
selle Burke, le got de l'art, le sens de l'ornementation. Si
vous voulez avoir le salon le plus original, le meilleur march
de Port-au-Prince, faites-lui une petite visit.

Ariste
Ah ?

Moi
Les plus jolies choses du monde rjouiront vos yeux. Ici,
sur une tagre, les rondeurs lisses d'une jarre orne d'ovales
noirs et or; deux tambours coniques d'un dessin hardi et bar-
bare. L des plats-marassas don't les dessins eussent ravi les
cubites, de fragiles petits paniers brods de fleurs stylises,
travailles avec du fil de couleur, des chasse-mouches ravis-
sants. Plus loin, des pantoufles d'un got original, d'exquises
choses en acajou. Voici dans une vitrine des cravates nuan-
ces, d'un tissu trs souple, des bracelets en argent d'un tra-
vail minutieux et dlicat. a et l de fraches nattes invitent
au farniente.

Ariste

Il faudra que j'y fasse une visit.

Moi
Cela est de toute ncessit. Mon cher, il faut saluer bien
bas cette intelligence commerante qui aide tant nos humbles
artistes.


-66 -


























COLLABORATION

A LA LIBRE TRIBUNE










BEHANZIN A BLIDA


Pieds nus dans des sandales de cuir et le corps drap
dans un m'boubou ample, Bhanzin rve, assis sur une natte
orange et noire, cependant qu'immobile, une amazone abrite
sa tte royale d'une ombrelle kongo.
Ah voir Abomey et mourir o les prtresses d'Ayda
Oudo :
Les yeux pleins d'une indii ihli mlancolie, il contemple
plus loin que les palmiers maigres qu'agite la brise crpus-
culaire, plus loin, bien plus loin, au-del du dsert, un pays
de vin, de palme et de miel.
Mais o est le sonore bruissement des bracelets d'or aux
chevilles des amazones ?
Les premires toiles s'allumrent dans le litham du
ciel. L'horizon devint de la couleur du fuolard de Badj~i v.
Le royal exil rvait toujours. .,ik, tout coup, la brise
frachit. Le ivieillard frissonna. Voici venir les tnbres et
le froid, se dit-il. Il faut rentrer. Il se leva. mais au moment
de franchir le seuil de sa demeure force, il se retourna, re-
garda longuement les palmiers nostalgiques et murmura dou-
cement : Ah sans doute je ne verrai Abomey qu'au noir
pays de Gulfrey.

LA LAMPE

.Mes pauvres yeux aveugles force de pleurer. Mon
Dieu, ne plus voir le ciel bleu comme les cotonnades paysan-
n, les roses veloutes et les sabres d'or brandis par l'iu i-
sibles cavaliers que sont les clairs.
El come dans le pays ot j'tais, il faisait toujours nuit.





j'empruntais la lumire d'une lampe, afin que les homes ne
me heurtassent, lorsque je me rendais dans les caboulots
acheter il'ivresse qui berait ma nostalgic du soleil radieux.
Mais les hommes sont-ils donc aveugles, qu'ils me heur-
taient chaque pas ?

POUR AGA;,\THON II

Chaque fois que je lis A.gathon II, je ne peux m'emp-
cher de m'crier : Tiens c'est joli, mais ,o ai-je dj lu
a ? tant cela est manir, artificial, livresque surtout.
Diogne, lanterne en main, cherchait un home, moi je
cherche une phrase, une ide personnelle dans les crits du
diplomat fameux. Du clinquant et des paillons.

Ce derner mot rime d'ailleurs avec haillon. Agallion II
aurait-il frquent quelque Madame de Rambouillet au petit
pied ? Aurait-il sjourn dans quelque chambre o la toile
bleue serait de la cotonnade ?

VERS CHANAAN

Un matin d't, par un holeil radieux et le cour bris
d'espoir nous sommes parties pour le pays de Chanaan.
Malgr nos pieds blesss par les pierres aigues du dses-
poir, nos mains meurtries aux ronces des dsillusions, all-
gres, nous marchions dans l'espoir d'tancher notre soif aux
raisins violets et que le roucoulement des colombes bercerait
notre nostalgic dsespre.

Mais Chanaan recule toujours.
Et voici, nous sommes las. Et nous nous demandons, le

cur anxieux, si le bleu pays satur d'aromates et, tout diapr
du vol des paons ne serait qu'un mirage.


70-





BERCE USE


Variante, le pome a dj paru dans Le Petit
Impartial, transcription de la dernire strophe
qui seule a t modifie).

Et tu seras roi
au pays des anctres, dans la Guine lointaine
Dodo mon enfant dodo, et que tes rves
soient en or fin de Galam.

SCENARIO DE FILM :

LE VAMPIRE ET LE MAGICIEN

Une chambre, pave de mosaques blanches et noires. Au
fond, une tentre ouverte, baigne de clair de lune. Armoire
laque. Le magicien dessine un grand cercle incandescent
l'aice d'une baguette magique. Dans le cercle, un sceau de
Salomon. L'occultiste est vtu d'une robe de lin blanc, brode
de pentacles noirs. Il ouvre l'armoire, prend une cassolette
qu'il dpose au milieu du cercle, puis, aprs une aspersion
d'eau bnite, brle du benjoin, de l'hysope et de l'encens.
Arm d'une pe, il pntre alors dans le cercle et fit une
vocation. Un vampire noir pntre par la fentre en dan-
sant... Danse aux arrts brusques, d'un caractre gonitri-
que, les jambes en losange, les bras tantt formant un triangle
don't la poitrine serait la base, tantt des angles droits. On
sent que son but est d'obliger le magicien sortir du cercle
protecteur. Effroi grandissant de celui-ci qui, tout coup,
pris d'une syncope, tombe en dehors du cercle... Le vampire
se jette sur lui et lui suce le sang.

CASTERA DELIENNE

Des cheveux crpus, une face anguleuse, un regard tran-


- 71 -






ge et des sourcils rebelles. Est-ce un multre ? Je ne sais.
Un home nigmatique et lointain... mais si proche. Un
home pauvre et de... poids. Une perversit, une mchan-
cet satanique, et cependant un cour d'or, une trs fine sen-
sibilit. Du courage et de la pusillanimit. Un type dans
le genre de Camille Desmoulin. Capable d'entrainer une
foule, de faire le coup de pistolet pour rien, par stupidit,
s'il n'tait pas trs intelligent, et de fuir aprs.
Tout cela dpend du moment, des nerfs, etc... L'hommne
le moins stable de la terre. Un bien vilain papillon. Un intui-
tif. Un monsieur qui a des loas. En some, l'tre le plus
disparate, le plus complex que je connaisse. Une mine d'or
pour le psychologue et avec tout ca, un 'type trs sduisant.

HIOGOUN BALINDJO

Gardien des traditions, Agouason, tends sur moi tes
ailes protectrices.
Donne-moi une me valeureuse connue une machette,
un cour chaud comnue des silex heurts. Mne-moi par la
main dans le chemin des traditions. A bobo, a bobo.
Les deux femmes se dirigeaient vers le houmfort, lors-
qu'une voix trange, inoubliable, une voix qui semblait venir
de partout et de nulle part et qui semblait les baigner dans
un fluide sonore retentit : Aroo 'chainin ayo, ogoun Balind-
jo, moutchs tchs.

Ago !
Ago !
Marie, Elise
A bobo, a bobo pour papa Hogoun
Alors, le vieux guerrier nago chanta :
Houncis yanvalou
Ohoo Ohoo !
H moin Yanvalou


-72






damissfr, tagueslo
Houncis Yanvalou
botonns
Oh nous toutes dagousan !
Oh houncis ouande gialvy
Oh houncis yanvalou
Ohoo Ohoo !

Ce qui signifie : Oh mes enfants, je suis mouill. Oh mes
enfants vous pourriez joindre vos efforts pour m'empcher
d'tre mouill dans le gros zin.
Puis 'le tambour rsonna, les couacouas s'agitrent, la clo-
chette sonna, l'aon fut tumultueuse et tout rentra dans le
silence.
En effet, il pleuvait depuis quelques ours. Quand les
femmes pntrrent dans le hotumfr, le gros zin tait moiti
plein d'eau. Alors, il le changrent pieusement de place, aprs
avoir jet l'eau.
Guerrier ai sabre flamboyant, au foulard carlate, veille
sur moi. Donne-moi une ime aussi valeureuse que celle des
iuci riers nagos.

























COLLABORATION

A LA REVUE LES GRIOTS

DON'T CARL BROUARD ASSURA

LA CO-DIRECTION










DOCTRINE DE LA NOUVELLE ECOLI.


28 Juillet 1915. L'amricain foulait notre sol. Hlas, ce
n'tait pas seulement sur cette terre conquise la pointe de
leurs baonnettes que leurs lourdes bottes marchaient, mais
aussi sur nos mceurs. Bien qu'alors en pantalons courts, nous
comprimes que nous tions la gnration de 1 I1 i,,, et la
mlancolie di ii nos yeux.
Alors naquirent la Troue et la Revue Indigne. Revue
indigeste, disait.on, de cette dernire publication qui. dans
!'ordre littraire, comme le Petit Impartial dans l'ordre poli-
tique, n'tait qu'une violent reaction contre la trop .ervile
imitation blanche :.'..u.. remmes en honneur l'assotr et
lacon. Nos regards nosteIgiques se dirigrent vers l'Afrique
doulou-euse et maternelle. Les splendeurs abolies des- civi-
lisations soudanaises firent -..ii'_, i nos coSurs. Virilement
et glorieusement, purilement aussi peut-tre, nous juinmes,
de lahe de notre patrie le miracle ngre, comme !a vieille
Hllade fut le miracle blanc.
Aux splendeurs orientales de l'antique Saba, nous rvinms
de mler la raison latine, et que de ce mlange conforme au
gnie de notre race, naquit une civilisation intgralement
hatienne. Mais cette civilization original. o donc pouvions-
nous la puiser si ce n'est dans le people.
Aussi, nos mes inquites s'intressrent passionnment.
au folklore. A ce moment, tout un monde agonisa en nous,
:.*- yeux aveugles et stupfaits s'ouvrirent dans ce tnbreux
cachot o nos fronts bo-sus ne purent trouver d'ouverture
et o nos btons rsonnrent lugubrement sur les dalles sono-
re-; de la s.!itude.
Ccrmne Goethe m'ou-n:i( demandait de la lumire. avant





que se ferment nos paupires douloureuses, nous voulons voir
poindre l'aurore.

LES GRIOTS

L-bas, dans les pays mystrieux d'Afrique, quand pas-
sent les pfriots, hommes et femmes crachent en signe de m-
pris, car ils sont potes et sorciers, et les hommes ont peur
du mystre. Poignets et encolures charges de ouangas, ils vont,
les yeux pleins .de nostalgia et leurs pas s'enfoncent dans la
brousse du songe. Ils chantent l'amour rouge comme la fleur
du flamboyant, l'immobilit trange de la mort. Les loas
leur parent en des rves Iplus vrais que le rel, le rel n'tant
que l'ombre du rve. Quand ils font rsonner les tambours
de guerre, les guerriers rvent d'apothose. Ils forment une
caste part. Quand ils meurent, leurs mes maudites ne vont
point dans les jardins du Paradis, et leurs cadavres, dposs
loin des cases, deviennent la proie des chacals.

AYDA OUEDO

Accordez les tambours mystiques; agitez les couacouas,
que bruissent les tchatchas et que sonne la clochette. Ruis-
selante de blancheur, Ayda Oudo s'avance, vtue des cou-
leurs de l'arc-en-ciel. Elle danse et ses sandales courbent
peine l'herbe guine. Elle danse et ses longs yeux lunaires
baignent dans l'hypnose come un lac... Et sa robe splendid
oudoie comme une couleuvre versicolore. Accordez les tam-
bours mystiques. Agitez les couacouas, que bruissent les
tchatchas et que sonne la clochette.

V(EU

Le ciel est noir
Le vent siffle,





et les \; itt.- furieuses
balottent a et l le frele bouinba.
Puissant Agouey,
Ica la chevelure glauque
aie piti de nous !
Si tu nous dlivres du pril
nous te donnerons un foulard vert,
des sirops onctueux
de succulents Lrai' 1 faits Port-au-Prince.

PAYSAGE

Derrire l'ventail du palmiste
la lune s'est casse en clats bri'llant,

POEME

Amina, petite lemnne truit, aux joues couleur de pche,
viens t tendre prs de moi sur la natte. Le vent berce les
fougres au bord de l'eau, lutine les abeilHes bourdonnantes,
dispeise le parfum pntrant des goyaves, sur le sol cra-
ses. Nul lieu n'est plus propice la sieste.

MliMIb.E: ET NAGA

Les fes de mon enfance ne dansent plus dans les clai-
rires baigncs de lune, et les pippill.n- de la Saint.Jean se
sont envols au pays des enchanteurs.
1Minime et Naga s'en vont cueillir la flet iiirtrii le(Le
du calbassi et les bonbons captaines dans les buissons au
bord des haies, tout comme moi, lorsque j'tais petit.

D.M'. 1.-\ OUEDO ET LA SI HR iNI

Un moment... arrte, souple et fluide Sirne. Un baiser,






un seul baiser de tes lvres roses come le corail dormant
au fond des eaux marines. Que nies mains present tes lgers
doigts en torme de volutes, qu'elles glissent sur ta souple
queue diapre d'or d'agathe et de nacre, qu'elles tombent en
pente douce sur ta chevelure verte comme les algues. Re-
viens, oh reviens, langoureuse Sirne. Ne t'loigne pas.
Hlas tu fuis, ta croupe recourbe laisse un blanc sillon.
Dj tu t'enfonces et ta belle chevelure s'unit au glauque
ocan.

Maintenant, enlace avec Agouey, tu illumines les palais
de la mer.

A Z O R A

Couche-toi, molle Azora. La natte sera douce ton corps
nu et brun come une nuit o scintillent les toiles de tes
yeux. Vois, le temps est bleu come l'oiseau du conte; les
arbres bruissent doncemient. Les mombins embaument.

Couche-toi Azora. Le murmure de la rivire te bercera,
et mes baisers t'endormiront.

S U L T A N A

Sultana, bijou noir, ton svelte corps est un roseau que le
vent balance.

Ton rire insouciant est un gai friselis d'eau, une source
frache, bruissant sur mon me triste.

Sultana, petite fleur du bton port-au-princien, laisse
moi dposer de nombreux baisers sur tes longs yeux noirs,
tes yeux qui font s'envoler mes chimres, come des papillons
noirs.


- 80-






DIALOGUE DES DIEUX

DAMBALA OUEDO

Le disque ensanglant du soleil est tomb dans la mer.
Des volutes aux nuances bleu, gris perle et rose cuivr cou-
rent sur le ciel ple. Une brise furtive agite la chevelure des
palmistes, et l'charpe mauve du crpuscule s'attarde encore
sur les mornes. Le soir aux sandales d'bne descendra bien-
't.

Ayda Ouedo

Sans doute, les hotuncis aux beaux madras s'apprtent
danger et les tambouriers accordent leurs tambours. Les guir-
landes de papers fins frissonnent sous la tomnnelle. De joyeux
buireurs affals sur les bancs ou couchs a terre chr-ntent et
font des libations.

Dambala Ouedo

Nuit aux pieds rapides, hte.toi de remplacer le Soir, car
il me tarde d'tre a la danse.

Ayda Ouedo

Patience, mon poux Dj les veilleuses d'argent du
ciel s'allument une une et la lune solitaire monte l'escalier
bleu du firmament.

Dambala Ouedo

Deja mes narines respirent l'odeur des foulards et de la
Kalanga; dj la brise nocturne m'apporte le son des tambours.
Bien-aimne, il est l'heure de se rendre la bamboula.


---81 -





Ayda Ouedo


O mon poux, enlevons-nous sur ce rayon de lune.

BOUGE

Ce bouge. (Etait-ce dans un rve ?)
Des prostitutes mlancoliques dansaient la meringue, son-
geant un pass lointain... lointain, et leurs mules cla-
quaient sur le parquet us.
Mlancoliques, elles tournament, tournament comme dans un
rve, aux sons d'un orchestra trange : guitar, grage, triangle,
tambour.
Accoud au comptoir crasseux, un ivrogne braillait une chan-
son obscne. Ce bouge. (Etait-ce dans un rve ?)

SAGESSE

O Carl, disent-ils, tu gaspilles ta jeunesse. Les jours,
comme l'eau fuient et ne reviennent plus. L'heure a sonn o
tu dois prendre la vie au srieux. Pense, ah pense ton
avenir Tes cheveux blanchissent maintenant.
Hommes peu sages, le present seul existe, car le pass
est dans la mmoire, et l'avenir c'est le tombeau. Ni present,
ni pass, ni future : l'ternit du nant.

AFRIQUE

Tes enfants perdus t'envoient le salut, maternelle Afri-
que. Des Antilles aux Bermudes, et des Bermudes aux Etats-
Unis, iis soupirent aprs toi. Ils songent aux baobabs, aux
gommiers bleus pleins du vol des toucans. Dans la nuit de
leur rve, Tombouctou est un onyx mystrieux, un diamant
noir Abomey ou Gao. Les guerriers du Bornou sont parties
peur le pays des choses mortes. L'Empire du Manding est
tomb comme une feuille sche.





Et partout la misre, la douleur et la mort. Dans quel
Feu n'grnent-ils pas l'interminable rosaire de leurs misres ?
Les fils paieront la faute des pres jusqu' la quatrime
gnration, as-tu dit Seigneur. Cependant, la maldiction des
fils de Cham dure encore !
Jusques- quand, Eternel ?
Consolation des affligs, lixir des souffrants, source des
assomTis, sommeils des dormants, mystrieux tambour ngre,
berce les chamites nostalgiques, endors leurs souffrances im-
mmoriales.

L'ART AU SERVICE DU PEOPLE

Lorsque nous serons tous endormis sous la pierre du
tombeau, j'imagine qu'un critique qui voudra caractiriser
d'un trait, les tendances du movement littraire qui naq;it
vers 1925 et. se prolonge plus vivant que jamais, jusqu' nos
jours, n'aura besoin que des mots : social et racial. Pas un de
nous, je crois, ne fait l'art pour l'art. On pourrait mme dire
que nous faisons de la prdication. Et c'est ce qui donne ce
movement son unit profonde. malgr la difference des es-
plits. Ce point de vue a t mis en lumire par Duvalier.
Lorimer Denis et Bonhomme.
Cependant, mon sens, l'Art au service du Pr-uple n'a pas
encore t srieusement envisag, bien que chez nous, le seu.
Art possible, viable, soit issu de lui. Mais il ne sait pas lire,
me rpondez-vous ? Personne ne l'ignore, mon ami. Mais il
faudra bien qu'il le sache un jour. et alors quel imprissable
horreur ce sera pour nous, d'avoir chant ses joies et ses
souffrances, car c'est dans l'me d'un people que rside le
permanent... Hors de l, tout s'crit sur de l'eau, tout est
chimre et vent qui souffle dans le dsert. Et d'ailleurs iL
m'e.-t arrive de lire parfois des pomes un auditaire d'illet-
tth. L'effet en tait sai-i.sant. Certes, ils ne comprenaient
pas grand'chose, mais ils en percevaient la beaut essentielle.


- 83 -






Le lecteur pourra s'en convaincre facilement. Qu'on choisisse
pour cela, certaines posies trs simples et trs mucisales de
Verlaine. Toute me est accessible l'ide du beau, dans le
sens pL'atonicien du mot. Ce n'est pas l une affaire dintel-
ligence, mais d'intuition. Le paysan le plus ignorant sent
quel hontor est plus artiste que l'autre, que te!le hounsi
chante mieux que telle autre, de mme qu'il obira docile-
ment une dictature qui travaille dans l'ordre, le vrai et le
bien, parce que ce sont l des ides innes. L'on trouvera
sans doute que j'insiste singulirement sur la dictature. C'est
que je crois fermement qu'un people n'arrive que lentement,
tape par taspe, au libralisme. Autrement, il pitine sur
place. Le libra'iA:me de Ption sombra dans le despotisme.
On ne viole pas impunment les lois de la nature. Pour ap-
prendre l'alphabet, il faut d'abord connatre la lettre A Mais
cela n'a aucun rapport avec le dbut ? Pardon. L'enseigne-
ment ne sera largement rpandu, qu' cette seule condition.
Et puis mes regards venus de notre plus lointain pass, c'est-
-dire de notre chemin de continuity, (seu'e la tradition rend
un peuple fuit) se tournent vers l'avenir. Crons donc. pour
que p'us tard vienne le perfectionnement. En definitive, et
malgr '.~s pdants qui, tout propos, et hors de propo.s. invo-
quent le matriali-me dialectique, les valeurs de l'esprit ont
la dure. Et c'est par elles, qu'on s'lve la Beaut Suprme.
Le droit chemin de l'amour, qu'on y march de soi-mme
ou qu'on y soit guid par un autre, c'est de commencer par
les beauts d'ici-bas, et de s'lever la beaut supreme, en
passant successivement, pour ainsi dire, par tous les deprs
de l'chelle, dit Diotime de Mantine.

POURQUOI LA REVUE LES GRIOTS

A ETE FONDEE

Que des Europens, i~-us de \ieil!e.- nations et de v cluc-





civilisations, dfendent le libralisme, cela se comprend. Il
permet un point de contact entire des ides nuances, hostile,
qui peut tre utile aux pays trs avancs, possdant de la
maturity politique. Cette doctrine, peu faite pour des peuples
jeunes, nous a value d iiirn:b.i li, discours aussi pompeux
que vides. De Ption nos jours, que d'appels aux ides des
encyclopdistes et de la Rvolution Francaise, aux vifs ap-
plaudissements de badauds qui n'y comprenaient d'ailleurs
rien. Pour le people, n'en parlons pas. Ces paroles sonores
profitaient cependant aux dmagogues. Ils y ,,nriL.int des
ministres, des ambassades. N,,ii',i,,..-. sont les noms qui se
present sous ma plume, et que je ne citerai pas. L'un d'eux,
confrencier moitrinaire, se multiple terriblement ces jours-
ci. Nos lgislations copies plus ou moins servilement sur les
lgislations franaises n'pousaient point notre mentality. Pr-
textes d'loquentes palabres qui, de 1804 nos jours, ne
profitrent qu' ceux qui les dbitaient. Et comment en au-
rait-il t autrement ? Ces intellectuals superbes, ddaignant
de se pencher sur le people, ignoraient systmatiquement nos
traditions, ou plutt une parties de nos traditions, les africaines,
pour ne s'attacher qu' nos survivances franaises. :.'.1 l'ame
d'un peunle ne peut se scinder en deux come une cellule.
Ainsi, l'Histoire d Fi ,i n'est-elle qu'une suite d'oscillations
o tantt l'emportent nos survivances franaises, tantt nos
.-urvivances africaines.
Nos rvolutions ne sont qu'une recherche perdue (le
l'quilibre.
C'est qu'on ne tenait point compete de notre histoire et
de nos besoins.
La guerre civil n'tait pas le creuset o se pouvait former
notre me collective. Elle apportait d'inutiles tueries. le
:.ill;a', l'incendie, la destruction de notre cheptel, la dfaite
de nos commerants vincs par les trangers, bref, la ruine.
En tout cas, ce symptme tait le tmoignage d'une dshar-
monie. L'quilibre n'tait possible que.dans une harmonieuse


- 85 -






synthse de nos traditions afro-latines. Mais encore fallait-il'
se pencher sur le people, pour chapter leurs sources ces loin-
taines survivances. Nous n'avons que trop mpris la pense
de nos anctres. C'est la cendre des morts qui cre une patrie.
Au-dessus des divergences, unissons-nous pour la cohsion de
Pme national. Ayons le culte de nos glorieux anctres.
Qu'un bel effort de concorde rallie enfin les membres de la
communaut national et dans une magnifique synthse unis-
sons le gnie latin au gnie africain. Puissent les formules
traditionnelles progresser dans le sens de l'unit et du Pan-
amricanisme.
C'est pour la ralisation de cet idal que mes collabora-
teurs et moi avons fond cette revue.

QUE SONT LES GRIOTS ?

Dans la vieille Hellade. aprs que dans le mgaron. les
guerriers se fussent rassasis de viandes su culentes et eus-
sent vids d'innombrables cratre, l'ade adoss un pilier,
prludait sur sa cithare. Il chantait Ulysse perdu sur la mer
retentissante, en proie la fureur de Posidon, Hector au
casoue ondoyant, sa divine pouse, les Argonautes dsols
errant sur les flots bleus et les sirnes mlodieuses.
Sa belle voix vibrait longtemps encore aux oreilles des
conducteurs de peuples, aprs qu'elle s'tait tue, et la rverie
adoucissait leurs regards farouches. Plus tard, des rhapsodes
les remplacrent qui, semblables aux artifices modernes, in-
terprtaient les ouvres des autres.
Bien des sicles aprs, dans la France mdivale, les trou-
vres furent les ades du nord et les troubadours ceux du
midi. Ce furent, dit Paul Landormy, des potes qui, depuis
le milieu du XIIme sicle jusqu' la fin du XIIIme, crivi-
rent soit en langue d'ol, (franais), soit en langue d'oc (pro-
venal), des pices lyriques destines tre chantes. Le plus
souvent, ils furent compositeurs ei mime temps que pi-tas.


- 86-





Nobles ou h,.,rg[,i,. ils s'inpir.'-r,-nt surtout de la chanson
populaire. Purement mlodistes, ils sont les lointains anctres
de nos Monsigny, de nos Grtry, de nos Boeldieu. Quelques-
uns d'entre eux chantaient eux-mmes leurs posies, mais la
p' i, r laissaient l'excution de leurs uvres aux ir' ul' ,i -
Sa vile sur le dos, sa besace au ct, le jongleur allait de ch-
teau en chteau, de fte en fte, cherchant les heureux ii:
ont la bourse ouverte. Il faisait d'abord entendre une ri-
tournelle sur sa vile (anctre des violes et du violon) puis
il chantait en s'accompagnant de quelques notes tenues, et
chaque strophe de son chant tait prcde d'une nouvelle
ritournelle.
Citons parmi les trou-rcs : Thibaut IV lde Champagne
qui aima la reine Blanche ecomme lys> et don't les pomes
sont dlicats et spirituels, le chtelin de Coucy, Blondel, l'ami
lgendaire de Richard CSeur de Lion, Qunes de Bthune.
anctre de Sully qui composait des chansons lgres en-
lendre pour ,i .. i. de France, Raoul de Soissons, le tendre
Gace Brul, le duc de Brabant. Colin Muset, spiritual et char-
mant, le vigoureux Rutebeuf.
Mentionnons parmi les troubadours : Jofroy Rudel, prince
lde Blaye, don't Rostand a dramatis les romanesques amours,
le belliqueux Bertrand de Born. Bernard de Ventadour qui
finit sa vie dans un monastre aprs avoir bu jusqu' la lie
la coupe du plaisir, etc. Avec le temps se fit une ventilation
parmi les jongleurs, dit Funck Brentano, les uns devinrent
des potes, trouvres ou troubadours, qui ..'... i ,,t leurs
S uvres et ne les disaient qu'en bonne compagnie; les autres
rcitaient ou chantaient avec accompagnement de musique,
vieille, rote ou psaltrion, les compositions des trouvres; en-
fin, une troisime classes comprit les saltimbanques, faiseurs
de pirouettes, joueurs de marionnettes et montreurs d'ani-
maux savants.
Eh bien, les -r i.t-, ne sont pas autre chose. Tout comme
les trouvres, les troubadours, ils se divisent en trois classes :


- 87 -





les potes, les rcitants, les bouffons. Ces derniers ne sont pas
seulement des baladins mais de redoutables sorciers. Le grand
journalist amricain Seabrook leur a consacr des pages
troublantes. Ils forment une caste part, tantt mprise,
tantt redoute. Comme tous les inspirs, ils chantent l'amour,
les combats meurtriers, la lueur rouge des incendies.

De nombreux griots accompagnaient les troupes de Samo-
ry, d'El Hadj Omar, de Bhanzin, etc... S'accompagnant de
leurs guitars primitives, ils chantaient les exploits de ces
guerriers, la moisson de ttes nombreuses comme des pis de
mas, le crpitement des fusillades, les bien-aimes, au teint
bronz ou noir, vtues de contonnades bleues, s'en allant
puiser de l'eau aux rivires chantantes.


Nous autres griots hatiens, devons chanter la splendeur
de nos paysans, la douceur des aubes d'Avril, bourdonnantes
d'abeilles et qui ont l'odeur vanille des knpiers en fleurs.
la beaut de nos femmes, les exploits de no, anctres, tudier
passionnment notre folklore et nous souvenir que changer
de religion est s'aventurer dans un dsert inconnu; que de-
vancer son destin est s'exposer perdre le gnie de sa race
et ses traditions. Le sage n'en change pas: il se content de
les comprendre toutes, en s'levant a l'intelligence de leur
diversity, de les dpasser toutes, en contemplant leur secrte
et prennelle unit.

SIXAIN

Le soleil s'est voil de ples charpes.
Ses rais, pour arriver jusqu' nous, semblent
Avoir travers l'ocan gris. Les harpes
Des rameaux capricieux murmurent ensemble
De vagues accords dans les arbres frileux
Il pleuvra tt sur les chemins pierreux.


- 88 -






POEME


Un jour, mes dpouilles mortelles
retourneront a la terre maternelle
De mes atomes d;sperss
surgiront une rose au cour de l't
de frles clochettes,
la c,:ssolette balance d'une tubreuse.

ANTILLES

Pays charmeurs, Antilles de saphir.
Martinique. Iles Turques. les Grenadines,
Haiti,
noms chantants qui sonnez
come (des grelots d'or
et qui bercez doucement comme un hamac.
Antill!es : Antilles d'or
vous etes d'odorants bouquets
que percent sur la mer. les vents
alizs, les de saphir,
o la lune baigne d'argent
les palminstes,
cependant que l-bas rsonne,
sourd,
le tam-tam.

PARTANCE

Embarquons-nous
sur le paquebot Rve
Madagascar, le Mozambique, l'lle de Zanzibar
dfileront sous nos yeux.
Nous ferons escale Nossy-B,
o les cocotiers courbs par le vent du large


- 89






nous enchanteront;
ainsi qu' Djibouti,
o des somalis se prominent nonchalamment,
les cheveux rougis avec de la chaux de corail.

AFRIQUE

Ddaigneuse du monde extrieur,
et couche sur l'immense Ocan,
l'Afrique sommeille.
Autour de son corps fauve
elle a lev de formidable remparts,
- ctes inhospitalires, ports introuvables --
Et les yeux clos, contemple
ternellement
son nme,
que dompte un climate inclment.

LA CROIX-DES-MARTYRS

A la Croix-des-Martyrs,
les jours
que ne rythme aucune horloge sonore,
s'coulent calmes, paisibles,
comme un ruisseau.
La petite glise silene;ruse,
est toujours l,
et le gazon vert,
les cretonnes,
les paresseux rouges, lentement oscillent.
Sur l'cran de la vie
les heures passent au ralenti.

LE CANTIQUE DE BOUKMAN
De sombres nuages courent sur le firmament noir comme


- 90 -





nos visages. Des sabres d'or et de feu scintillent. Un dieu
puissant role d'normes pierres sur le dme du ciel. Les
grandes eaux sont dchanes et la tempte furieuse tord,
dracine les figuiers maudits, les mapous gigantesques.
Sois-nous propice, Hohoun Balindjo. Donne-nous le cou-
rage de couper les ttes plus nombreuses que les toiles du
ciel, que nos torches brillent come un soleil couchant. Et
vous, mes frres, sur ce sang que nous allons boire, jurons
d'exterminer les colons 1

PAGANISME ET VAUDOU

A MON PERE.

Les passions de l'amour sont innes. L'amour paternel est
aussi natural que les besoins physiologiques. Ainsi les pres
n'usaient gure, ou presque, du droit de vie ou de mort don't
ils jouissaient l'origine sur leurs enfants. Plus que de la
crainte, ceux-ci avaient pour eux une profonde estime. De l
naquit le respect viril de la vieillesse. A Sparte, tout vieillard
pouvait punir un jeune homme. L'ingalit social ne vint
pas, comme le pensait Rousseau, du droit de proprit, mais
de la vie patriarcale. Les premiers nobles furent des chefs
de famille.

Pres de peuples, les rois jouissaient d'un pouvoir absolu.
C'est qu'ils n'avaient pas seulement le pouvoir militaire, mais
aussi le pouvoir religieux. L'affection filiale cra le tradi-
tionalisme et le culte des anctres. Ce sont ces deux senti-
ments qui assurrent la dure de la civilisation chinoise. La
pit- filiale est la racine de routes les vertus. El'le se divie;
en trois immense sphres :

1 Celle des soins et des respects qu'il faut rendre
ses parents.


91-






2 Celle qui embrasse tous les devoirs envers le principle
et la patrie.

3 Celle de l'acquisition des vertus et de toutes les
qualits qui ont notre perfection.
Ecoutez encore le Hiao-King ou Livre de la Pit Filiale.
Le prince est le pre et la mre de ses peuples : vous le ser-
virez avec une vraie pit filiale, et vous serez un sujet fidle;
vous dfrerez ceux qui sont au-dessus de vous et vous serez
un citoyen soumis. Tout Chinois avait chez lui un autel sur
lequel on dposait des tablettes o l'on crivait les noms des
aeux. C'est l que les cassolettes rpandaient leurs parfums,
tandis que l'on faisait les crmonies. Des mets exquis taient
dposs chaque anne sur les tombeaux.
En Grce, tout comme en Chine, le pre avait droit de
vie et de mort sur sa progniture. La runion de quelques
families format une phratrie, et de plusieurs phratries, une tri-
bu place sous la garde d'un hros divinis. Ainsi, d'aprs la
lgende, Ccrops runit la population de l'Attique en douze
confdrations. Un feu perptuel couvait sous la cendre du
foyer o l'on faisait les libations. Certains jours, de gracieuses
couronnes et des repas funraires taient dposs aux pieds
des stles. Seuls les chefs de famille de phratrie ou de tribu
pouvaient officer.
Mme absolu pouvoir sur la parents chez les Romains.
Les anctres taient diviniss sous les no:ns de lares et de
mnes. Un sanctuaire domestique leur tait dress dans l'a-
trium. Devant l'autel, un feu perptuel, symbol de l'immor-
talit de l'me, levait sa flamme. Le matin, ainsi qu'avant
et aprs chaque repas, le chef de famille disait des prires et
faisait les libations. Les jours fris, l'autel tait abondam-
ment fleuri et on y brlait de l'encens. Les latins s'attachaient
beaucoup leurs pnates.. Voyez l'motion de Catulle retrou-
vant sa petite villa de Sirmio, son retour de Bythinie.
.Ah quel bonheur plus grand que la fin de soucis, quand


- 92





l'esprit rejette son fardeau et que fatigus du voyage, nous
venons nous asseoir auprs de notre Lare et nous reposer
enfin dans notre lit ? Oui, c'est l ce qui seul nous paie de
tant de fatigues. Salut, belle Sirmio, rjouis-toi du retour
du matre. Rjouissez-vous aussi, ondes du lac. Riez, tout
ce qu'il y a chez moi de rires !
Avec des sensibles differences, ces cultes ne ressemblent-
ils pas aux ntres ? Cela n'a d'ailleurs rien d'tonnant. Cer-
taines conceptions, certain sentiments semblent universels.
Si le houmfr n'est pas au cur de la maison, et si le houngan
n'est pas forcment le pre, il est vnr par toute la famille.
Le climate qui dans l'Hellade et l'Italie exigeait que les liba-
tions fussent d'huile et de vin, veut chez nous, du rhum et du
clairin... Ajoutons qu'aucun homme du people ne boit son
caf sans en verser pour les dfunts. Dans nos cimetires
de champagne les tombes ont gnralement une cavit, o les
paysans dposent, certain jours, des pistaches et des grains
de r.iaas baignant dans de l'huile d'olive, ainsi que des repas
lunraires. Les guds ftent le 2 Novembre avec autant
d'indcence que dans l'antiquit, les bacchanales. Si des cultes
privs nous passons aux cultes publics, mme resemblance.
Comme Neptune de son trident, Agu aux yeux verts dompte
la mer retentissante. Iris a pass son charpe la belle Ada
Oudc. Avec son sabre et son foulard rouge, Hogoun conduit
les guerriers au combat tout comme Mars. Nos matresses
d'eau sont aussi gracieuses que les naades. C'est que, chez
tous les peuples priimtifs, tout ce qui entoure l'homme, tous
les phnomnes qui frappent ses yeux ou ses oreilles, ce sont
des recelations de la divinit, ce sont des dieux. Flix Gui-
rand qui Frdric Lefvre demandait d'o provenaient les
simili'd;.es mythologiques, rpondit : Tout simplement de
ce que Le. formes de l'esprit sont limites et que l'imagination
de., h}-mnes surtout des hommes primitifs se meut dans
un cercle relativement restreint. Voil pourquoi certain my-
thes, -.:rtout ceux qui tendent expliquer les phnomnes de






la nature se retrouvent identiques chez des peuples qui n'ont
pas eu entire eux de rapports. Cela resort particulirement
des pages que j'ai tenu consacrer, en dpit des informations
encore disperses, aux mythologies des peuples primitifs d'O-
canie ou de l'Afrique Noire. Je souhaite qu'une quipe de
folkloristes tudie srieusement le vaudou. Un jour viendra
o ce culte ne sera plus qu'un souvenir. Dj, il est srieu-
sement battu en brche par Iles sectes protestantes. A ce
propos, bien que catholique, il me faut reconnatre que le
vaudouisant le plus enrag, convert au protestantisme, aban-
donne dfinitivement les loas, cependant qu'ils font bon mna-
ge avec le catholicisme. A quoi cela tient-il, me demanderez-
vous ? A ce que le protestantisme, religion sans dcor et sans
mystres, est nulle sur l'imagination et la sensibility, la
bndiction des images qui vont ensuite orner les houmforts
la distance qui spare nos prties des ouailles du prolta-
riat.

FOLKLORE.-

LE ROMAN

DE BOUQUI ET DE MALICE

CHAPITRE I

Assis sur une chaise basse devant sa case, les jambes
croises, Bouqui fumait lentement sa pipe. Son large chapeau
de paille reposait ct de lui. Ses yeux vagues regardaient
sans voir le vallon ombreux o coulait un grand ruisseau assez
riche en crevisses. Son fire, Malice, appuy sur un bton,
semblait soucieux. La mre de Bouqui baissait chaque jour,
et la rcolte de mas serait mauvaise.
Bouqui, dii-il tout coup, je crois qu'il serait bon de
prparer une soupe pour maman. Tenez (il tira une gourde de






sa poche) allez au march, o vous achterez vingt centimes
de viande, dix de giraumont et quinze de vermicelle.
Bouqui partit, s'acquitta assez vite de ses commissions
et reprit le chemin du retour. Le soleil commenait monter.
Il se retourna soudain et vit son ombre qui le suivait.
Compre, pourquoi me suivez-vous ?
Celui-ci semblait sourd. Une sueur froide baigna Bouqui.
Ah c'est la viande qu'il vous faut ? Eh bien. voil'
Mais, ce n'tait pas seulement la viande que voulait son
poursuivant, mais aussi la vermicelle et le giraumont que
le demi-frre de Malince lana par dessus son paule.
Hlas, les pas de l'homme taient toujours dans ses pas.
Bouqui qui sentait se resserrer ses fesses, prit la fuite ch je-
tant le reste de monnaie et vint s'abattre tout suffoqu aux
pied.s de Malice.
Eh bien, Bouqui, qu'y a-t-il ? O sont les conmnis-
sions ?
Ouaille, Ti Malice, versez-moi un grog cl u-ili'
Ouaille, j'ai d tout remettre un assassin qui me pouriuv: 1.
mme l'argent, hlas !
Sot, cette heure, il ne passe personne sur la route.
C'tait probablement votre ombie, imbcile. Enfin, j'irai mrai-
mme au march. Vous, prparez le bain tide pour la vieille.
Bouqui se dirigea vers le vallon ombreux, y ramassa des
brindilles qu'il amassa en un petit tas qu'il fit flamber. Ayant
rempli d'eau une marmitte, il la dposa sur le brasier. Puis,
s'tant baiss, il l'venta avec son chapeau, aprs avoir long-
temps souffl dessus. Alors, se sentant fatigu, il s'assit.
Quand l'eau eut bouilli, Bouqui saisit vivement le recipient
et pntrant dans l'arrire pice, le vida d'un trait dans la
baignoire de bois. La vieille, tendue sur une natte, geignait
doucement. Son fils la souleva comme une plume et la dposa
dans l'eau. Les yeux de la pauvresse s'ouvrirent, et ses lvres
s'cartant montrrent des dents trs blanches. Bouqui, satis-
fait, recula un peu. Oh Oh dit-il, comme tu es content,


95-






maman. Tu veux ton cachimbo, sans doute. Attends, attends,
et se baissant, il ramassa un coco-pauvre qu'il enfona pres-
que de force dans la bouche de la baigneuse.
Malice revint.
Et l'eau chaude ? demanda-t-il.
Oh oh maman est au bain, et si content, si c-.ntente
qu'elle m'a pri de lui apporter sa pipe. Viens la voir.
Pntrant dans la chambre, Malice, les bras levs vers
le ciel, hurlait :
Misricorde Bouqui, vous avez tu votre Imre.

CHAPITRE II

Peu aprs, Bouqui prit femme. Un soir qu'il pre-ait le
frais, assis l'ombre d'un sablier, iirant de grosses b',uffes
de sa pipe, son neveu Ti-Boeuf vint passer. N'aimant point
frayer avec Bouqui, il fil semblant de ne pas le voir.
Oh Ti-B(ul. qu'ai-je donc avec vous ? u"..u ne
me dites pas bonjour.
Excusez-mri, mon oncle, je no vous avais pa v.
Et la famille ?
Bien, je vous remercie.
Dites-moi, o habitez-vous ?
M- a famille demeure sous un manguier, non .;0 de la
source. Pour moi, j'habite sous un carnitier, au b' le !a
ravine.
Bien, bien, je viendrai vous voir un de ces so.rs.
Le surlendemain, par une nuit sans lune, presque sans
toiles, Bouqui se dirigea vers la demeure de son neveu, pas
avant cependant de recommander sa femme de preparer
une immense chaudire. Il marchait petits pas. ecartant
prcautionneusement les branchettes. Les lumignons verts de
coucouil'fes, les barbes blanches du cotonnier balance par le
vent l'effrayaient. Une fresaie qui hua le fit frissonner. Un
grand corps apparut tout coup vaguement. Bouqui a.-longea


-96 -






doucement la main. lorsqu'un magistral soufflet lui enleva
quelques dents. Lchant un pet qui rsonna comme un tam-
bour arada, il prit la fuite en hurlant. Sa femme, bouleverse,
lui prpara un th-saisi qu'il avala aprs un grog de cinq
doigts. Le lendemain, il tait devant sa case la mchoire ban-
de, lorsque Ti-Boeuf vint passer, qui lui souhaita le bon
jour d'un air douceureux, une pointe d'ironie dans le coin de
l'mil.
Bonjour, grogna i ..... 'i
Vous tes mialade, cher once '... Pourtant, hier vous
tiez bien portant.
Je n'ai rien... rien.
Au revoir, cher once. Bonne journe.
Adieu, et Bouqui se tournant vers sa femme qui venait
de sortir, lui dit : Mfiez-vous de cet animal de Ti.-Beuf qui
semble, le voir, pouvoir peine craser une fourmi. C','st
un '. 1n.- l-.u 1. r.. Il., 1I se change en tigre la nuit.

CHAPITRE III

Bou-'ui et Malice se chamaillaient sans cesse. Celui-ci,
rsolu d'en finir, couvrit Tante Avline consentante d'une
peau de cabri puante, grouillante de vers. Elle alla passer
devant la case de Bouqui.
Oh oh Tante Avline, est-ce bien vous ? Tanic
Ave:ine, qui donc vous a fait ce mal ? s'cria Bouqui en se
bouchant le nez.
Malice. oui.
Malice : c'est donc un home bien redoutable. Dor-
navant, je me garderai de lui chercher noise.
Le lendemain, au pipirite chantant. Bouqui court chez
le prtendu hc.ungan.
Compre Malice, mon cher, oublions nos querelles.
Vivons en bonne amiti. Pour fter notre reconciliation, de-
main, nous tuerons maman (un houngan l'avait ressuscile an


- 97 -






moment de .la mettre en bire) et nous la mangerons; ensuite,
nous ferons de mme pour la tienne.

Le lendemain donc, la malheureuse fut hache et mange
la sauce malice. Le surlendemain, Malice enferma sa mre
au haut d'une tour, lui recommandant de ne point paratre.
moins qu'il ne lui chante cette chanson :

Maman, maman, adi maman, fil corde,
c ti Malice
Almandia, almandis
c ti Malice
fil corde.

Alors, elle filerait une marmite qui remonterait avec la
nourriture et la boisson ncessaires.
Un moment aprs, Bouqui vint.
Bonjour Malice.
Bonjour Bouqui.
Eh bien, et la chose ?
-- Quelle chose ? Foutez-moi la paix, ou je vous fiche
dans le mme tat que Tante Avline.
Bouqui se retira tout mortifi et la rage au cour.

Un jour, cach derrire un gros mapou, il surprit Malice
qui chantait au pied de la tour :

Maman, maman, adi maman, fil corde
cti Malice
Almandia, almandia
cti Malice
fil corde.

Aussitt la marmite descendit et Malice la remplit de
mets succulents. Bouqui s'en aila, enchant de sa dcouverte.


- 98 -






Le lundemain il revint, au soleil levant, et contrefaisant sa
voix, il chanta :

Maman, :,ianan, adi maman, fil corde
ceti Malice
Almandia, almandia
cti 3Malice
fil corde.

Il tait persuade que sa chanson avait la douceur d'une
flte, cependant qu'on l'entendait dans la Guine come un
orage.
Hum hum se dit la vieille. Ce n'est point la voix
de mon fils. A d'autres, coquin !

Vainement Bouqui tenta d'assouplir son larynx. Ce fut
bie:n pis. Il revint le lendemain, le surlendemain. Peine per-
cie. Cependant. Malice tait au courant de son mange. Aus-
si, un matin que son demi-frre se morfondait au pied de la
forteresse, merchant doucement, pas feutrs, il hli banda
vigoureusement les yeux, et le couvrit d'une peau de cabri,
tout puant. Persuade qu'il tait devenu dans le mme tat que
Tante Avline, Bouqui perdu prit la fuite, hurlant comme un
dmimn.

CHAPITRE IV

Un jour, la chasse, Bouqui cassa l'aile d'un oisillon d'un
coup de fistibal. Il en fit cadeau un enfant qui finit par le
tuer en jouant. Le lendemain. Bouqui vint rclamer son oise-
let,

Comment, dit la mre, n'en aviez-vous pas fait cadeau
l'enfani ? Du reste, le petit oiseau est nmort.
J- e n'en sais rien, remettez-moi mon bien.






Eh bien, prenez un mouton sa place et ne revenez
plus ici.
Le lendemain Bouqui revint.
Mon oiseau !
Mais, ne nous vous avons pas dit hier qu'il tait mort
et n'avez-vous pas pris un mouton sa place ?
Je n'en sais rien, mon oiseau, il me faut mon oiseau.
Eh bien, prenez un autre mouton et ne revenez plus.
Ce fut ainsi six fois de suite. Ce jour-l, le septime jour,
Tigre vint passer et s'tonna de la disparition des btes.
Hlas, dit la dame, Bouqui m'a tout enlev pour un
mis.rab'e oiseau demi moi t qu'i1 donna mon fils. Il ne me
reste plus que ce seul mouton que vous voyez.
Voulez-vous me le donner madame, je vous promets
que Bouqui ne reparatra plus jamais devant vous.
- Prenez-!e donc.
Ayant corch la bte, Tigre le dvora et se revtit de la
peau. Bouqui ne tarda pas.
Madame, il me faut mon oiseau.
Hlas Bouqui, il ne me reste plus qu'un seul mouton,
prenez-le.
Sans regarder droite au gauche, Bouqui charge vi-
goureusement son mouton. Hum hum se dit-il, ce mouton
est gras comme un cochon Il y en a bien pour deux jours.
C'est ma femme qui sera content. Elle se rongera les doigts
a force de sucer.
Hem hem vous ne vous doutez pas de quel gros
ngre vous tes porteur. Bouqui. C'est le gnral Tigre...

A ce nom, Bouqui bondit come s'il avait t piqu par
une pingle. Du plus loin qu'il pt, il cria sa famille qui
prenait le frais devant sa porte : Fuyez, mes amis, vite, vite,
ce n 'est pas un mouton que je porte, mais bien un Tigre. Ce
fut aussitt une fuite perdue. Femme. enfants, se suspen-
dirent un madrier. Arriv devant la maison, Tigre s'assit




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs