• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Frontispiece
 Dedication
 Preface
 Vilbrun Guillaume-Sam ce mecon...






Group Title: ébauches
Title: Ébauches
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095141/00001
 Material Information
Title: Ébauches Vilbrun Guillaume-Sam, ce méconnu
Alternate Title: Vilbrun Guillaume-Sam, ce méconnu
Physical Description: viii, 175 p. : ill. ; 22 cm.
Language: French
Creator: Price-Mars, Jean, 1876-1969
Donor: unknown ( endowment )
Publisher: Impr. de l'E´tat
Impr. de l'État
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1961
Copyright Date: 1961
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- 1844-1915   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
bibliography   ( marcgt )
individual biography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: Jean Price-Mars.
Bibliography: Includes bibliographical references.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00095141
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 05230568
alephbibnum - 001063267

Downloads

This item has the following downloads:

MarsVGSAMN-B ( PDF )


Table of Contents
    Title Page
        Page i
        Page ii
        Page ii-a
    Frontispiece
        Page iii
        Page iv
    Dedication
        Page v
        Page vi
    Preface
        Page vii
        Page viii
    Vilbrun Guillaume-Sam ce meconnu
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
Full Text



JEAN PRICE-MARS


r O,
M


EBAUCHES ..


VILBRUN GUILLAUME-SAM

Ce Mconnu










IMPRIMERIE DE L'ETAT
PORT-AU-PRINCE, HAITI
1961
















Price s ..:,.. Jean, 1876-1969.

Vilbrun Guillaumne Sain Ce Mconnu :
L -. .. .. .. ... ] Dr. Price-Mars. Port-au-Prince,
Impr. de l'tat, 1961.

1. Sam, Vilbrun Guillaume, Prsident d'Hati. 2.
Hati --Histoire --1844-1915. 3. Hati -Histoire -
Sources.



1. Haiti --History --1844-1915. 2. Haiti --History
--Sources.

.i Bibliotheque hatienne

CDD.: 972.94








































:.. ~..

.




>7 h' ~








VILBRUN' GULLUM SAM Ce meconn








Je dois l'amiti de M. Edmond Mangons, du Gn-
ral Dlens Robinson, de 113. Thomas H. Lechaud, Paul
Lizaire, Ulrich Duvivier fils, Luc Dorsainville, Ernest
Bonhomme, la plupart des dcinment.i. tmoignages oraux
ou crits, traduction de textes, photocopies, photostats
publis dans cet ouvrage.
J'adresse de fervents remerciements Madame Hor-
tense et Mailrice Guillaume-Sam, fille et fils de Vilbrun
Guillaunie-Saii, lMali, ir Auguste Bastien, petite fille de
Side Tlmaque, Madame Vadius Phtire, issues
toutes deux de Guillaume-Sam, leur ricil du ct mater-
nel, 1111. Dmosthnes Simon Sain mort en sa 95.
anne, le 20 Octobre 1961, au moment o cet ouvrage
tait sous press et Justin D. Sam, fils et petit-fils de
Tirsias Augustin Simon Sami, ancient Prsident de la R-
publique, qui ont bien voulu m'assister dans la rdaction
de cet essai biographique par la masse d'informations
qu'ils m'ont fournies sur Vilbrun Guillaume-Sam et sur
la famille Sain en gnral.
Qu'ils trouvent tous ici l'hommage de ma gratitude
infinie.







PRFACE


L'homme que je me suis efforc de dfinir dans
cet Essai, n en Haiti et de souche hatienne, appartenait
la second moiti du 19me. sicle. Et ce sicle avait
vu surgir la nationalit hatienne parmi les horreurs de
l'esclavage florissant dans les Amriques. Il tait donc
la rsultante d'un milieu et d'une poque travaills par
des forces contradictoires qui en ont fait un product
charge de dfauts et de qualits mal quilibrs. Et par
dessus tout, il tait un Ngre don't les anctres venaient
peine de conqurir leurs droits d'tre des hommes
parmi d'autres hommes aprs avoir t considrs moins
que des animaux pourvus simplement d'instincts l-
meintaire', mais come des choses inanimes parmi la
matire brute.
Cet homme jet en pleine action dans une mle
ipre et incessante d'intrcs. d'ambitions, de prbendes
autant que de sacrifices, de dsintressement voire d'h-
rosme, incarna les dfaites et les victoires de son temps
et de son milieu. Son histoire ne pouvait tre que celle
de son poque et de son milieu. Il y a vcu comme tous
les autres. Et il y a trouv une mort ignominiciuee.
Il a voulu y jouer un rle de premier pl:n, mais,
frustr ds sa prime jeunesse des moyens normaux d'y
parvenir, il a us de l'outillage qui fut sa porte. Son
chec s'inscrit dans le context d'autres checs similai-





VIII PREFACE

res. Cependant que la Nmsis impassible tisse inlassa-
blement les fils embrouills d'un tissu historique don't
nul ne peut comprendre la trame complex encore
moins, peut-tre, en prvoir ou en deviner le point final.
C'est tout cela qu'on a essay de dire dans les pages
qui vont suivre.
JEAN PRICE-MARS
Ptionville, Avril 1961







EBAIUCiES...



VILBRUN GUILLAUME-SAM
Ce Mconnu

Depuis plus de 150 aii qu'Hati a conquis son ind-
pendance dans les conditions dramatiques et au prix que
niou- savons, ce pays vit en de telles conjonctures d'insta
bilit politique, conomique et social qu'il est difficile,
le plus souvent, de porter un jugement objectif sur la
plupart des homes politiques qui ont eu la lourde res-
ponsabilit de le gouverner. La raison essentielle en est
que, pendant ce laps de temps, le pouvoir de quelque
denomination qu'ont l'ait affubl ou qiuon l'affuble --
gouvernement militaire, temporaire ou vie, monarchie
ou rpublique camoufl ou non de Constitutions qui,
solenneilement, eu assurent les fondements et en spci-
fient les limits le pouvoir, plus exactement l'exercice
du pouvoir, peu dcexception, n'a jamais t autre chose,
en ralit, qu'un privilege personnel don't le bnficiaire
usait ou abusait sa guise avec la collaboration ou la conm-
plirit d'honmmes de son choix. i1 eu rsulte que l'exercice
de e pouvoir supreme, considr sous cet angle, revt le
plu- souventi la marque oa le stigmate de celui ou de ceux,
qui en ont eu la jouissance.
Une autre consequence logique en dcoule : c'est que
IH:-toiir d'Hati au lieu d'tre l'histoire d'un people don't




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


les conditions d'existence, les modalits de dveloppement
- stagnation, recul ou ascension devaient retenir
l'attention de l'observateur, n'est presque toujours, que
cell des gouvernements qui se sont succd la gestion
des affaires publiques et plus explicitement l'histoire des
chefs qui en ont en le privilege ou la responsabilit. Alors,
il advient que leurs personnalits absorbent presque tota-
lement l'examen de l'historien puisqu'en fait et depuis
toujours, l'Etat et ses chefs se confondent en une entit
presque indistincte. Il s'ensuit donc que la valeur de l'ad-
ministrateur tonalise la valeur de l'administration common
s'il v avait un renversement absolu de la matire en son
essence mme, la chose publique, res public, tant deve-
nue la proprit personnelle et prive du dtenteur du
pouvoir don't, malgr tout, le term du mandate, phmre,
par nature, est toujours imminent soit par chance lgale.
soit pair 1c choc de quelque crise insurrectionnelle, soit
enfin, par la mort inattendue de celui qui en est le bn-
ficiaire. Cette confusion handicap le plus souvent le ju-
gement des analysts de notre histoire national.
Certes, quelques uns d'entre eux projettent le fais-
ceau de leurs investigations come il se doit sur les fait-
et les actes de nos chefs d'Etat avec intelligence et lucidit.
D'autres interrogent les documents du pass pour dcouvrir
les causes de nos malheurs et s'accrochent ce qu'on
appelle maintenant l'histoire vnementielle. Le plus
grand nombre contemporains, acteurs ou spectateurs
bnvoles, ceux d'autrefois comme ceux d'aujourd'hui,
admirateurs ou contempteurs louent ou blment avec
un zle de partisans ou une ardeur d'iconoclastes.
D'autres, embarrasss par les inconnus et les nigmes
don't fourmille la trame des vnements et le comporte-




VILBRUX GUILLAUME-SAM CE MIECONNU


ment des personriages. in-ati-faits de., explicalions coim-
plaisantes eL trop faciles, vacillent d'hypothses en hypo-
thses jusqu' conclure htivement peut-tre la nig;atii
d'une Histoire d'Hati, crite et publie.
Mais, pourrait-on objected, ces derniers. y a-t-il
jamais etn dans le monde une histoire d'aucun pays, d'au-
cune socit Ihumaine diiiitivement connue et crite?
N'est-il pas dans la nature des closes que la dcouverte
d'n doiiicumet, la rvlation d'un fait nouveau, la cim-
fession inattendue d'un acteur, les co:nfidences rvele
en des mmoires indits bouleversent l'intelligence qu'on
a ee de telle priode dtermine et amnent la rectifi-
cation de jugements sculaires? A ce compte-l, l'Histoire
d'Hati comnue celle de tous les pays, ne peut chapper a
la rgle commune savoir que la connaissance qu'oti en
a peut toujours tre revise tant qu'il y aura des cher-
cheurs et tant qu'il y aura des archives publiques et pri-
ves encore inexplores.
Au demeurant, ce que nous voudrions stuggr,'r li
nos annalistes, c'est d'mettre des opinions moins subjec-
tives et moins radicales sur ies donnes de notre histoir-
et sur les personnalits qui en ont conditionn le dvelop-
peinent, c'est de porter des jugements moins sonmaires
tels que ceux que nous avons lus sous la plume de M. Louis
Emile Elie sur Dessalines qui d'aprs lui, ne pouvait pas
concevoir l'ide de l'indpendance parce qu'il tait afri-
cain (1) ou bien tell autre mane du Dr. Franois Dalen-
cour qui a plac Ption aprs le Christ l'chelle des

i1) Cette opinion a t mise par M. Elie dans un priodique de
M. Charles Moravia La Plume ou le Temps', pendant l'Occupa-
tion Amricaine.




VILBRUN GUILLIXUME-SAM CE MECONNU


valeurs tandis qu'il considrait Christophe come l'incar
nation de la plus abjecte tyrannie.
Oserai-je dire que lun on l'autre ne mrite
Ni cet excs d'honneur ni cette indignit.
Ce que je voudrais dceler chez nos historians, c'es:
plus de srnit, plus de justice, voire plus d'intelligence
dans leurs jugements. En fin de compete, ce que je voudrais
leur proposer, c'est d'apporter les mmes efforts de com-
prhension et de discernement la recherche de la vrit
dans l'examen des documents, un mme souci de pn-
tration bio-psychologique de la personnel humane dans la
connaissance de ceux qui ont faonn notre histoire. En
un mot, je voudrais qu'on ajoutt la mthode classique
d'crire l'histoire, celle d'une curiosity psychanalytique
applique aux homes qui nous ont gouverns.
Tche difficile voire irralisable, en bien des cas.
Il nous manquera toujours le tmoignage propre et spon-
tan des personnalits don't il s'agit. En grande parties, elles
appartiennent presque toutes au pass. Et mme, l'infime
minority des survivants se drobera toute confession sur
la nature de leurs actes.
Cependant il nous restera la possibility de recueillir
le tmoignage de ceux qui ont vcu dans leur intimit el
qui ont not des propos families tombs de leurs lvres,
retenu la modalit de leurs habitudes quotidiennes, pho-
tographi leurs gestes involontaires, devin certaines de
leurs ambitions inavoues, applaudi l'effusion de leur
joie aux jours d'euphorie et les ont consols aux heures de
dfaite et d'amertume. Ce sont autant d'lments ngligs
ou mconnus par l'histoire officielle et trs propres, poai-
tant, la pntration psychologique d'un personnage.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Encore une lois, nous avouons qu'unU telle thchi est
aussi delicate que scabreuse. Nous croyons, nanmoins,
qu'employe avec tact et bon escient, elle peut tre f-
conde en rsultats pour une meilleure comprehension de
nos homes publics.
En tout cas, c'est de tout cela qu'il s'agira dans lessai
auquel nous allons nous livrer en nous demandant: qui
tait Vilbrun Guillaume-Sam? D'o venait-il? En quel
milieu a-t-il vcu pendant son enfance, sa jeunesse et a
l'ge de sa maturity?
Quels furent ses ambitions et les avatars de sa vie?
Quelle a t ou pouvait avoir t sa conception mme de
la vie? En avait-il eu une? Quelles furent les pripties
de sa carrire publique? En quelles conditions est-il par-
venu la prsidence de la Rpublique, en quelles condi-
tions en est-il sorti?



Et d'abord, je dois dcliner les qualits qui paraissint
m'habiliter oser mon entreprise.
A la 85me anne de ma vie, je suis l'un des rares
individus qui ont le mieux connu l'homme don't il s'agit
encore que lui et moi nous fussions spars l'un de l'autre
par une difference de 17 ans d'ge. Je veux dire que lors-
qu'il tait dans le plein panouissement de sa jeunesse, je
n'tais, moi, qu'un gamin attach aux jeux de cache-cache
et du cerf-volant. Mais, j'ai vcu, ce moment-l, dans la
mme petite ville que lui, et appartenu au mme milieu
familial. J'ai assist aux dbuts de sa vie publique et
recueilli les chos de la lutte qu'il a mene pour assurer
ses moyens d'existence. J'ai assist son ascension aux




6 VILBRUN GUILL.'UME-SAM CE MECONNU

chelons de la grandeur. Ce fut lui que mes parents ime
confirent quand ils dcidrent de m'envoyer Port-au-
Prince achever mes tudes classiques et entamer mes iu-
des professionnelles. Et Port-au-Prince, ce fut chez lui,
dans une chambre coucher contigu la sienne que j'ai
vcu pendant plusieurs annes avant de m'en aller en
France et en Allemagne poursuivre mes tudes et gravir
les premires tapes de ma carrire diplomatique. Je fus
son secrtaire bnvole, chaque fois qu'il avait besoin de
mes services. Fort souvent, il me prit pour le confident de
sa pense. J'ai largement bnfici de ses conseils et de
son experience. De lui moi, il y avait un lien solide.
tiss d'affection, d'estime et de confiance.
Ainsi dans l'intimit de son home, un moment de
sa vie, pendant qu'il tait clibataire, j'ai vu dfiler bon
nombre d'hommes politiques de toute catgorie. Quelques-
uns lui sont rests fidles jusqu' sa mort, d'autres l'ont
dlaiss ou trahi. Il a eu une longue carrire d'homme
public: Dput, Prsident de la Chambre des Dputs,
Ministre, Gnral d'arme, etc... sur laquelle je peux
porter tmoignage. Je me crois donc en measure de rpon-
dre la question: qui tait Vilbrun Guillaume-Sain.



Il tait n le 4 Mars 1859 Ouanaminthe. Acciden-
tellement. Puis l'anne suivante, le 10 fvrier 1860, Vil-
bon Guillaume, son pre et Csarine Csar sa mre,
dclarrent devant l'Officier de l'Etat Civil de la Grande
Rivire du Nord qu'il tait leur fils natural auquel ilf
donnrent les prnoms de JEAN SLMON. Aucune men-
tion n'a t faite du prnom de VILBRUN selon lequel




VILBRUN GUILLAUME-SAMN CE MECONNU


il a toujours t appel et connu. Et n'tait qu'il fut l'uni-
que enfant de Csarine Csar et qu'il fut reconnu d'a-
bord par son pre et par tous et toujours comme tant
le fils de Vilbon Guillaume, sa denomination de VIL-
BRUN non inscrite dans l'acte authentique dress le 10
fvrier 1860 la Grande Rivire du Nord par l'autorit
comptente, eut pu donner lieu un problme. Mais. en-
suite, on a le droit de se demanider pourquoi y a-t-il eu ce
dcalage de onze mois entire la naissance d'un enfant en
tel lieu dtermin et l'attribution de son tat civil en un
autre lieu que celui o il est n?
Aucune explication ne nous est parvenue qui puisse
claircir pareille dmarche. En l'absence de tout document
indicatif, il est vraisemblable de supposed que les liens
qui unirent Vilbon Guillaume et Csarine Csar d'o
naquit leur fils JEAN SIMON (lit VILBRUN, ont t 1:
rsultat du sjour passage Ouanaminthe du Gnral
(le division Augustin Simon-Sam don't Vilbon tait le
neveu et l'aide-de-camp un moment o le gnral exer-
cait les functions (le commandant de l'Arrondissement
de Fort-Libert ou de Commissaire-gnral des troupes
du Nord, et avait la supervision de la region frontalire
du Nord-Est. Ces jeunes gens Csarine et Vilbon s'y
rencontrrent et se plurent. Il avait 27 ans. Elle en avait
20. Il tait, lui, de la Grande Rivire du Nord, elle tait.
elle. de Ouanaminthe. Elle appartenait une famille aussi
distingue qu'honorable. Quant son compagnon, il pou-
vait s'enorgueillir du prestige de son lieu natal, de cette
Grande Rivire du Nord qui tait le plus grand bourg et
le plus populeux du Dpartement du Nord, la premire
paroisse de l'poque colonial qui rclamt l'application




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


des Dcrets de l'Assemble Nationale sur les Droits de
i',oiin ie, l'un des premiers centres de la rvolte contre
l'esclavage ci o s'iiLustrrent les hros de la guerre de l'in-
dpendance, un Toussaint Louverture, un Dessalines, un
Christophe, un Sans-Souci, un Petit Nol Prieur, etc...
Et. de plus, l s'tait enracine sa famille lui. Car, il
n'tait pas seulement Vilbon Guillaumne mais Guillaume-
Sami. Ce Guillaume Sain tait l'un des descendants d,
SIMON SAM don't la progniture a essaim un nombre
considerable de rejetons dans cette valle de la Grande
Rivire du Nord. Que si nous consignions ici le dnombre-
ment approximatif des membres de ce clan dans un milieu
qui. entire 1794 et 1850, ne (levait avoir que quelques mil-
liers d'individus. nous trouverions un arbre gnalogique
gnreuseinent charge.
Et d'abord l'anctre SIMON SAM sur lequel inous
n' avous aucun renseignement prcis.
D'o tait-il venu? d'Afrique? De quelle region d-
I'Afrique? Etait-il plutt un crole de Saint-Domingue?
Mystre. Or, ce nom Serait-il originaire des les voisines et migr comini
Christophe Saint-Domingue? Esclave? Affranchi? Nul
ne le sait mainlenant. On fera remarquer que peu avant
les troubles qui secourent les assises de Saint-Domingue,
la paroisse de la Grande Rivire comptait, selon M!oreaii
de St.-iMry, 9.500 esclaves et 950 affranchis, quelle
catgorie social appartenaient les Sam? Enigme. Ce qu'il
y a de certain, c'est qu'ils formaient, aprs l'indpendance
iun clan de Grands Ngres come nous disons dans
notre language vernaculaire. Je signalerai que l'une des
notabilits les plus saillantes de ce clan fut AUGUSTIN




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


SIMON SAM. Il tait vraisemblablement l'ane e deux
ou trois frres: don't GUILLAUME, JOHN (?) et d'une
sur ADELINE, ma bisaeule. Augustin est mort vers
1885-1886 92 ans, tandis que sa saur Adcline a vcu,
elle, jusqu'en 1890-1891 et mourut approximativement
97 ans.
AUGUSTIN SIMON SAM tait le type d'un bourgeois
de l'poque. Dans une lettre adresse ai Snat de la Rpu-
blique en 1877 pour rclamer ses droits a une pension
d'officier suprieur en retraite il a, tout la fois dclin
son ge 83 ans et numr ses tats de service :
En l'anne 1811 crit-il j'tais alors an bureau
du notaire de S. M. le Roi, le Baron Legrous. De l je
passai, eu 1812, connme soldat la garde haitienne, com-
mande par le Baron de Louis Pierrot; servant -ans in-
Lerruption, je parcourus les grades infrieurs et fus, en
1816, adjoint sous-officier dans la premiere brigade des
grenadiers de la garde. L'anne 1818 me vit sons-lieute-
nant en second dans la sus-dite brigade. Dans la tourne
que fit S. M. le Roi, dans l'Ouest, jusqu'an pont de Mont-
Rouis, je fus charge de la comptabilit de la mason mili-
taire, en quality de commissaire, toujours sous-lieutenani.
En 1820, aprs la mort dle S. M. le Roi, je fus adjoint
l'arrondissement du Cap-Hatien, sous le gnral Magny
avec qui je marchai, come lieutenant, contre l'insurrec-
tion de Jrme aux Gonaves. Je gardai ce dernier grade
jusqu'en 1824. Cette anne, je fus nomm Adjudant-Major
au second bataillon du 27me. rgiment d'infanterie, tou-
jours lieutenant.
En 1825, toujours au deuxime bataillon du 27me.
rgiment, je fis une garnison de dix-huit mois Santo Do-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


mingo sous les ordres des gnraux Borgella et Guerrier.
Je revins en 1827 de cette garnison, fus promu au grade
de capitaine-adjudant-major dans le sus-dit corps, par le
Chef de l'Etat lui-mme, sur la place d'armes de Port-au-
Prince.
Une accusation porte contre moi, cette anne mme
me fit emprisonner et tomba par mon acquittement. Je
repris donc service en 1843, lors de la prise d'armes de
Praslin et reus le grade de Chef de bataillon, puis Colonel
des gardes nationals de l'Arrondissement de la Grande
Rivire du Nord, mobilis par le Gnral Hrard et mises
en march pour la parties de l'Est, nous tions sous les
ordres du Gnral en Chef de l'Arme, Louis Pierrot. Lors-
que plus tard, ce gnral se souleva contre Hrard, je
devins gnral de brigade, grade qui fut ratifi et confirm
par le Prsident Guerrier. L'anne 1845 me donna les
qualits de Gnral de division sous le Prsident Louis
Pierrot. Comme tel, je commandai successivement les
arrondissements du Borgne, de l'Acul du Nord. En 1853,
je devins Commissaire gnral des troupes du Nord. En
1858, Membre du Comit Dpartemental du Nord. En
1861, Commandant de l'Arrondissement du Fort-Libert
et Aide-de-Camp du Prsident d'Hati. En 1865, Membre
du Gouvernement provisoire au Cap. En 1867, Membre
du Comit, et dans la mme anne, Adjoint au Dparte-
ment de l'Artibonite. Aujourd'hui, je vis sur mes terres
la Grande Rivire du Nord, aprs avoir pass dix-huit
ans dans divers Commandements et diffrentes functions,
savoir :
Commandant de l'Arrondissement du Borgne........3 ans
Commandant de l'Arrondissement de l'Ouest.........5 "




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Commissaire-Gnral des troupes du Nord...........6 "'
Commandant de l'Arrondissement de Fort-Libert...2 '
Directeur des Domaines Nationaux...................... "
Auparavant, j'avais rempli de hautes missions don't
j'avais t charge par diffrents gouvernements et avais
command des arrondissements et diverse communes sa-
voir: celles de la Grande Rivire, de Port Margot etc...

Sign: Augustin SIMON SAM



J'ai eu l'opportunit de connatre et d'approcher le
personnage.
La vision que j'ai eue de son importance dans notre
milieu, eut pour cadre une fte rituelle la Loge le Mon-
thabor No. 23. Je l'ai vu venir la crmonie come un
grand dignitaire de l'obdience, chamarr des insignes de
l'Ordre maonnique. Il tait majestueusement vtu d'une
redingote noire col de velours sur pantalon ray, le chef
coiff d'un chapeau de soie de haute forme, les pieds
chausss d'escarpins boucles d'or. Salu l'approche de
l'difice par une canonade d'honneur, il fut escort par
une dlgation venue sa rencontre qui l'amena la place
qui lui tait rserve. Il me paraissait grand de taille,
rabl, d'un noir d'bne, la tte couronne d'une cheve-
lure toute blanche. Je me suis laiss dire qu'il exerait une
haute magistrature morale dans notre communaut tant
par son ge que par la multiplicit de sa progniture et
les hautes positions sociales qu'elle occupait. N'tait-ce
pas vrai que l'un de ses fils, Tirsias, (1) tait alors com-


(1) Qui devient Prsident de la Rpublique.





VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


mandant de l'Arrondissement du Cap-Hatien et que l'une
de ses filles, Florvina, tait marie Sde Tlmaque,
Commandant (le l'arrondissement de la Grande Rivire?
Et sa progniture comptait prs d'une centaine d'units
en alignant ses enfants, ses petits-enfants, ses arrire-petitI.
enfants, etc...
A ce propos, il est intressant de noter que tard dans
ce pays, nous avons conserve des traits signaltiques de
meurs de l'Afrique noire de l'Afrique occidental
s'entend -et spcifiquement en ce qui concern la mul-
tiplicit des enfants naturels (1). Si, pendant la priode co-
loniale, quelques esclaves et quelques affranchis de St.-Do-
miingue avaient adopt l'thique conjugale monogamique
selon l'endoctrinement catholique, le concubinage n'en
tait pas moins la rgle gnrale pour les masses. Mais,
mme lorsque la minority volue avait adopt le mnage
monogame, souvent les maris se payaient le luxe d'une
polygamie plus ou moins discrte. La brusque mutation
de l'tat de coloniss celui d'honunes libres, n'a pas eu
la vertu de changer pour autant la mentality du plus grand
nombre. Ainsi, la persistence de la polygamie dans totes
les couches de notre socit, discrte et voile dans les
grandes villes, avoue et gnralise dans les communauts
rurales, est l'un des legs les plus notoires de l'Afrique
nloire. Une tell situation tait encore plus vidente Tarmi
lesi deMtx on trois gnrations post coloniales. A la Grande
Rivire du Nord qiu tenait autant du milieu rural qu'ur-
bain, dans la premiere moiti du 19me. sicle, le concu-
binage tait un fait banal don't les plus grands jusqu'aux

(1) John Gunther signal quelque part dans Inside Africa qu'il
a rencontr un homme en Afrique oui avait une progniture
de 200 enfants naturels.




VILBRUN GUILLAUME-SANI CE M4ECONNU


plus humbles en offraient le pertinent tmoignage. Les
Sain si haut placs qu'ils fussent, en donnaient de vivants
examples. Et bien considrer le cas d'Augustin Simon-
Sam, il appartenait par quelques cts aussi bien la fin
de l'poque colonial qu' celle des premires tapes
d'Hati indpendante. Car si l'on suppute la date approxi-
mative de sa naissance en se basant sur celle de sa mort
survenue la 92me anne de son existence, il est vrai-
semblable qu'il tait n vers 1794 puisqu'il est mort en
1885 ou 1886 et que selon ses propres dclarations il
avait 83 ans en 1877. Il avait donc pris naissance une
poque o l'esclavage tait souverainement panoui
Saint-Domingue.
Evidemment, il tait trop jeune pour participer la
guerre de l'indpendance vers 1802-1803, mais assez apte
devenir plus tard une unit de valeur qui assura les ta-
pes du pays vers la constitution de l'Etat moderne puis-
qu'enrl dans l'Arme en 1812, il en devint l'un des plus
hauts grads selon les donnes qu'il nous a fournies dans
sa lettre au Snat de la Rpublique en 1877. Sa carrire
avait commenc la Grande Rivire. Il la poursuivit bril-
lmnmment ailleurs, notamnient en diffrents postes dans le
Dpartement du Nord.
D'autre part, la plus profonde obscurit rgne sur la
vie des frres de Augustin Sain. Tout ce que l'on en sait,
c'est que l'un d'eux, Guillanme, avait t le pre de Vil-
bon, lequel Vilbon, lui aussi, a laiss une dizaine d'enfants
bien qu'il soit mort l'ge de 36 ans dans les sanglantes
ventures de la guerre civil entire Salnave et ses adver-
saires. Csarine, ce moment-l, l'instar de toutes les
mres hatiennes, selon une tradition de courage et d'hon-
ntet, travailla durement pour donner une education




14 VtrLRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

solide son fils. Aprs l'cole primaire, elle le fit entrer
au Lyce Philippe Guerrier du Cap-Hatien. Mais, l'entre-
tien du garonnet dans cet tablissement scolaire, donn.i
de graves soucis Csarine qui s'esquintait par un labeur
pnible et essoufflant pour permettre Vilbrun d'tre
proprement vtu, bien pourvu de l'quipement adquat
la poursuite de ses tudes. L'enfant tait intelligent et
appliqu. Il faisait face victorieusement la competition
que lui offraient des camarades de college. Lui-mme,
devenu adulte, aimait voquer ses joutes scolaires. Il
rappelait souvent que le plus tenace de ses concurrent-
tait Joseph Quentin don't il n'tait jamais arriv limi-
ner l'ardeur competitive tant donn que dans l'chelon
de_ classes, depuis les classes de grammaire jusqu' celles
des humanits, la troisime inclusivement, Quentin et
lui, tenaient les plus hates places dans les competitions,
l'un tant premier, l'autre second, alternativement. Mais,
la fin de la troisime, Vilbrnn. volontairement, abandon-
na la parties. Savez-vous pourquoi? C'est qu' seize ans,
il prit une conscience aigu des sacrifices auxquels sa
mre tait assujettie pour le maintenir l'cole. Alors,
il rsolut d'aller travailler afin d'exonrer Csarine du
souci de son entretien. Pnible et dsolante decision, en
vrit, pour un jeune garon que tenaillait l'ambition du
savor, affligeante resolution qui coupait les ailes de l'es-
perance inavoue d'une conqute de grandeur intellec-
tuelle. Ce fut sa premiere et sa plans cuisante frustration
et qui marqua intensment les directives de sa vie. Ce
rve manqu, il souhaita le voir se raliser dans l'un de
ses descendants. Il en fut bless au plus profound de sa
sensibilit et en garda la douloureuse cicatrice jusqu' sa




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU 15

mort. Son tragique destin ne lui a pas permits de voir en
sa postrit l'closion de son idal.
El donc, priv jeune, de l'assistance de son pre et
face la misre que confrontait sa mre, il rsolut d'aller
travailler. Mais quel genre de travail s'offrait l'avidit
de ce jeune garon qti fut, par ailleurs, trs jaloux de son
indpendance?
Se faire commis de magasin? il n'en voulut pas. Ap-
prendre un mtier de rapport? Il n'y en avait gure. Ni
la cordonnerie, ni la maonnerie, ni la mnuiseric, ni la
coupe ne seyaient son ambition. Il se dcida aller
demander un apprentissage de commerant son cousin
Tirsias plus g que lui et qui, entire deux prouesses iiiili-
taires, avait ouvert Lafossette un faubourg du Cap-
Hatien une soute d'achats de caf. Il y fit un stage
de deux ou trois ans, puis rentra la Grande Rivire pour
y fonder, son tour, un magasin affect la speculation
sur les denres d'exportation: caf, cacao, peaux etc...
La lutte pre contre la misre se durcit. Car, il n'avait ni
capitaux, ni clientele. Il est remarquer d'ailleurs que le
genre de commerce qu'on appelle la speculation en den-
res d'exportation dans certaines rgions du pays, ne laisse
une marge de profits ceux qui l'embrassent que pendant :
3 4 mois de l'anne dure d'une bonne rcolte de
caf quand les prix de la fve sur les marchs ext-
rieurs permettent un fructueux change de products entire
Hati et les pays d'outre-mer. Pendant les huit autres mois
de l'anne qu'on appelle la morte saison, les gens qui ne
pratiquent que ce seul genre de commerce, sont vous
fatalement au chmage. Dans un milieu come la Grande
Rivire qui pendant plus d'un sicle, tait pourtant le
dbouch natural des producteurs de caf non seulement




16 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

de toute la valle Joli Trou, Fonds Chevalier, Bonami,
Bahon, Bois Pin, les Montagnes Noires, les Cormiers etc...
- mais encore des centres avoisinants tels que Dondon,
Saint-Raphal, Pignon, Ranquitte, le march local tait
aussi bruyant et agit pendant la rcolte du caf que terne
et monotone la fin de la saison. Les balances taient d-
montes, les soutes vides et silencieuses. Telle tait la phy-
sionomie de ce coin du pays, telle elle est encore mainte-
nant, qui reflte plus que partout ailleurs les consequences
de la monoculture. Que vouliez-vous que fit Vilbrun, cet
apprenti conimerant, livr sans capitaux ni clientle
dans cette ardente bataille de gagne-pain? Il chma. Aucun
autre choix ne s'offrait sa diligence. Il tait pris dans
l'tau d'un systme de vie conomique qui tait le rsul-
tat lointain du colonialism dominguois.
Sur ce thme, il ne semble pas que nos sociologues
aient assez approfondi, mon gr, les meurs post colonia-
les qui, au lendemain de 1804 prvalurent chez certaines
categories de gens de notre communaut aussi bien dans
les grandes villes que dans les bourgs du littoral et ceux
de l'hinterland. (1) Ce fut, n'en point douter, un pro-
blme important pour toute une multitude d'hommnes
frachement dbarrasss des frustrations de la socit dis-
criminatoire de St.-Domingue et ambitieux de paratre,
de savoir par quels stratagmes ils pouvaient tout la fois
tenir leurs rangs dans la hirarchie social et pratiquer
l'galitarisme qui fut l'objectif official des fondateurs de
la socit hatienne nouvellement merge de l'esclavage.
D'aucuns, ngres et multres, anciens esclaves ou anciens
(1) Cf. Consultez l'tude documente d'Hnock Trouillot sur La
Rpublique de Ption et le Peuple hatien publie dans la Revue
Hatienne d'Histoire, de Gographie et de Gologie No. 107
(Janvier-Avril 1960).




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE 3ECONNU


affranchis, pronmus la dignity (le citoyenCs du nouvel
Etat, encore qu'ils se fussent installs, les uns et les autres,
dans le mme cadre du systme (le classes de l'conomie
dominguoise, cherchrent l'aisance ou la richesse idans If
coirunerce.
Qu'ils fussent plus oi moins de hauts grad>- de
'arne ou de grands fonctionnaires (le 'Etal. qu'ils eus-
sent accapar avec ou sans titre les grands domain: -ei-
gneuriaux abandonns par les colons qu'ils pouvaient
difficilement exploiter d'ailleurs, faute de capitaux et de
matriel human cause du changement mme du regime
du travail-ces homes inus en grands ou petits bourgeois
trouvaient plus profitable d'avoir une mason de commerce
qu'ils dirigeaient eux-mmes ou par l'intermdiaire de
leurs femmes. Ainsi, se gnralisa une classes social qui
s'tendit des grandes villes ctires aux bourgs important
de l'hinterland du Nord au Sud, de 'Est l'Ouest. Il alla
de soi, que cette classes ne pouvait tre homogne ni dans
son recrutement, ni dans son renouvellement. Il v avait
une distinction notoire entire tels individus qui. dans une
grande ville come Port-au-Prince ou le Cap-Hatien,
taient commerants importateurs et exportateurs et tels
autres qui, dans les mmes lieux, revendaient les mar-
chandises venues de l'tranger et achetes des premiers, a
titre de boutiquiers soit directement, soit par l'interm-
diaire de leurs femmes et qui, en mme temps, fournis-
saient l'exportateur les products indignes achets di-
rectement (les paysans. A plus forte raison, la distance
don't il s'agit s'appliquait-elle aux spculateurs en denres
de l'hinterland. Cependant, les uns et les autres apparte-
naient la mme catgorie social et taient placs an
chelon suprieur, au-dessus des masses paysannes qui,




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


elles, taient et sont restes aujourd'hui encore, les vraies
productrices de la matire premiere, fondement de la
richesse national. Si, aprs un sicle et demi de vie so-
ciale, la structure conomique du pays n'a gure change
ce point de vue, elle revtait un aspect plus frappant
d'incertitudes et de fluctuations dans les cinquante pre-
inires annes qui suivirent la proclamation de l'indpen-
dance de ce pays peine remis des terrible secousses de
la guerre dvastatrice de liberation et qui ne peut encore
se dgager des costumes barbares et sanglantes de la guerre
civil.
Et donc, pour les 9 diximes des grands et petits
bourgeois de certaines de nos villes et de quelques un-
de nos bourgs, mme lorsqu'ils furent ou qu'ils sont des
fonctionnaires de l'Etat, tre des spculateurs en denres.
c'est se prvaloir d'une profession en grande vogue hier
conum e aujourd'hui.
Ce fut pourquoi i 17 ans, Vilbrui Guillaume Saii,
aprs les annes 1880, tait devenu come tout le iiionde
spculateur en denres la Grande Rivire du Nord.
L'empreinte colonial, son insu, avait marqu iii
aspect de sa vie.
Nous en dcelerons beaucoup d'autres. Car, il nous
semble que dans notre socit hatienne, l'homme est en-
core psychologiquement dchir par des contraintes ali-
bivalentes qui l'entranent aussi bien vers la double
puissance des traditions du regime colonial et de ses ori-
gines africaines, disparates et honnies que vers l'thique
la plus leve de la civilisation chrtienne.
Mais, revenons au cas de Vilbrun Guillatune-Saim.
Entre 1880 et 1887 pendant cette priode de flottement et
d'instabilit de la vie conomique, il trouva un guide et un




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU 19

protecteur dans la personnel de son alli, le Gnral Sid,'
Tlmiaque qui fut un personnage important de la politi--
que. Cet officer n'tait pas seulenient le Commandant de
l'Arrondissement de la Grande Rivire du Nord, mais l'un
des piliers les plus solides du rgime gouvernemental du
President Saloimon. Sde Tlmaque aprs avoir jou l'un
des premiers rles dans l'avnement de Salomon au pouvoir
partageait avec son beau-frre. le Gnral Tirsias Augustin
imnon Sain, qui, lui, tait Commandant de l'Arrondissement
du Cap-Hatien, la prrogative d'tre la clef de vote
de l'difice salomoniste. A eux deux revenaient la respon-
sabilit et le privilege de maintenir l'ordre dans la region
du Nord et d'y combattre l'panouissement di bazelaisis-
iue. Sde Tlnaque accord sa plus haute estime au jeune
parent de sa femme, Florvina. Il en fit un secrtaire du
commandant de la place aux appointments de vingt-cinq
gourdes par mois. Vilbrun n'occupa pas longtemps cette
modest function. Il opta pour celle d'instituteur l'Ecole
Primaire du bourg don't le traitement mensuel n'tait
gure suprieur celui qu'il venait d'abandonner, mais
of il avait la possibility de revoir des matires scolaires
chres ses souvenirs d'ancien lycen. Au demeurant,
l'une ou l'autre function allgeait si peu son budget fami-
lial qu'il se mit l'tude de l'arpentage et devint l'un des
arpenteurs les plus recherchs de la region par sa comp-
tence et son honntet. Il semble que ce soit pendant cette
priode de sa vie, dans la pleine floraison de sa jeunesse
ardente que se dvoilrent les traits les plus typiques de
son temperament et de son caractre.
Et d'abord, cet homme qui suivant la rgle dsute
et traditionnelle du milieu, ne signait que VILBRUN
GUILLAUME comme son pre VILBON, laissant Par-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


rire-plan le nom de famille SAM auquel il attachait,
cependant, la mme valeur patronymique qu' un blason,
mettait un point d'honneur le faire respecter. Il se fit
le champion en qui s'incarnait la defense de l'honorabilit
et de la dignit de sa famille.
L'une des anecdotes les plus saisissantes et qui au-
thentifient le sens qu'il attachait son rle chevaleresque,
est include dans les faits suivants :
Vers les annes 1886, l'une des filles de Augustin
Simon Sain, Mademoiselle Emilie Simon Sam, pousa M.
Etocle Hector. Celui-ci devint ipso facto un alli de Vil-
brun. Or, des rumeurs plus ou moins fondes prtendirent
qu'Hector faisait la cour clandestinement Horacilia
Guillaume, une autre cousine de Vilbrun. Ce dernier,
bouillant spadassin, s'en trouva vex l'extrme. Au course
d'une runion crmonielle de la Loge le Monthabor, il
provoqua Hector en combat singulier. On vit alors les
deux jeunes homes s'aligner dans la rue, et moins de
20 pas de distance, ils changrent 12 balles de rvolver...
sans rsultat. Puis, aussitt, ils dgainrent leurs poi-
gnards et s'avancrent, farouches, pour s'entre-tuer sans
merci.
La police intervint et arrta les combatants qui fu-
rent conduits en prison. Jamais la Grande Rivire ne fut
plus agite en se partageant en deux camps tumultueux.
J'ai vu les mres affoles accourir sur le lieu du combat,
porteuses de draps blancs destins envelopper les cada-
vres come rsultat ventuel du combat. Heureusement
qu'il n'y eut pas mme de blesss. Les adversaires avaient
t de fort mauvais tireurs. J'imagine que ce fut l'chec
de son duel qui humilia Vilbrun et le dtermina se fair




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


donuer les leons de tir au pistolet et d'escrime au sabre et
l'pe. Il se passionna ce double sport. Longtemps,
plus tard, notamment Port-au-Prince, il eut pour matres
de fleuret et d'pe Rosalva Clestin et Charles de Delva et
pour matres de tir au pistolet des officers de l'arme.
venus de Saint-Cyr.
Mais tait-ce bien l'amour du sport qui l'avait amen
se perfectionner au maniement des armes? J'en doute.
Cet home don't la main tait agile et prompted l'appli-
cation de la gifle ou de la bastonnade, tait trop averti des
consequences qui pouvaient rsulter d'un geste instinctif
de son temperament violent pour n'tre pas attach ac-
qurir la matrise du maniement des armes un moment
o le duel tait la riposte d'un manquement l'honneur.
Sa bravoure autant que sa reputation de bretteur tait
partout rpandue. Il tait craint et respect...



Voici qu'en 1887, un grand vnement politique al-
lait changer profondment le course de son existence.
En cette anne l, le 15 Mai. le Prsident Louis
1y4ius Flicit Salomon, cdant au processus du coni-
iuiismo, alors si gnralis en Amrique Latine, par
lequel les Prsidents de ces dmocraties sui generis obtien-
nent de leurs Parlements le renouvvllement de leurs man-
dats, se fit octroyer une nouvelle investiture prsidentielle
de sept annes par l'Assemble Nationale. Cet home qui,
de 1879 1887, avait t si violemment combattu par des
adversaires de taille tels que les leaders des deux fractions
du parti liberal et qui, notamment, vainquit la formidable
insurrection de Miragone, n'hsita pas se faire rlire





VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


un moment o l'ge et la maladie avaient diminu ses
forces. Ses ennemis le guettaient ce tournant de sa ma-
gistrature agite et, ne pouvant plus l'attaquer directement
par d'autres tentatives d'insurrection, entreprirent de rui-
ner son parti, le parti national, sur lequel reposait la sta-
bilit de son pouvoir. Et d'abord, lui-mme en avait ouvert
les premires fissures de dislocation.

A l'approche de l'expiration de son premier mandate.
il avait oblig Franois Manigat et Dus Lgitime, deux
principaux leaders du parti national prendre le chemin
de l'exil. Lui qui avait une si longue experience des choses
politiques de ce pays, avait commis l'erreur capital, com-
mune tous ses prdcesseurs, d'loigner de sa succession
ventuelle les deux hommes les plus capable de maintenir
la cohsion des forces qui l'avaient amen la prsidence.
Tant il est vrai, que nos Chefs d'Etat, sauf de rarissimes
exceptions, ne peuvent souffrir que dans leur entourage
puissent exister des aspirants leur succession et sans h-
siter, souponneux, inquiets, ils font une hcatombe de
leurs meilleurs amis et des soutiens les plus solides de
leur gouvernement, prparant ainsi la voie leurs adver-
saires tant donn la vracit du propos, qu'en fin de
compete, on ne tue jamais son successeur.

Or, Salomon, aprs le renouvellement de son mandate,
crut opportun d'oprer une rforme ministrielle. Il appe--
la d'autres citoyens la formation de son cabinet. Ce
fut ainsi que le Gnral Tirsias Augustin Simon Sam,
commandant de l'Arrondissement du Cap-Hatien, fut
nomm Secrtaire d'Etat de la Guerre et de la Marine,
Calisthnes Fouchard, Secrtaire d'Etat des Finances et
du Commerce, J. C. Arteaud, Secrtaire d'Etat de l'Int-





VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


rieur, Hugon Lechaud, Secrtaire d'Etat de l'Instruction
Publique et de la Justice, Brutus Saint-Victor, Secrtaire
d'Etat des Relations Extrieures.
Pour remplacer le Gnral T. A. S. Sain la function
de Commandant de l'Arrondissement du Cap, il fit appel
au Gnral Sde Tlmaque ci-devant commandant de
l'Arrondissement de la Grande Rivire, pour qui, il avait
une particulire predilection. A cette dernire function,
il dsigna le Gnral Seymour Bottex, le manchot. qui
jouissait d'une grande reputation de droiture et de res-
pectabilit.
Side Tlmaque n'tait pas seulement un soldat don't
l'nergie et le courage s'taient manifests avec clat en
maintes rencontres dans les rcentes insurrections qui
avaient boulevers le pays depuis la chute de Geffrard et
les terrible campagnes Salnavistes, il s'tait montr aussi
un home politique avis en favorisant l'avnement de
Salomon au pouvoir. Aussi bien, avait-il une place mar-
qne dans la haute consideration du Chef de l'Etat. Une
telle situation rendait sa promotion au poste de Conmnan-
dant de l'arrondissement du Cap come un indice de plus
hates faveurs ventuelles. Les libraux du Cap qui cons-
tituaient ce qu'on appelle dans ce pays "la laute socit'
le high life, l'accueillirent avec une sympathie aussi chaude
qu'empreinte de calculs. Ils l'entourrent d'attentions et
de prvenances. Les invitations an jeu de btes venues
de part et d'autres, o l'on a l'occasion de cause et de se
crer des liens d'intimit, taient la norme de rciproques
amnits. Side Tlmaque en fut flatt et conquis.
Salomon, le malin, fut-il mis au courant de ce ctra-
tagme? Nul ne le sait.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Dans tous les cas, vers le mois de Juillet 1888, un v-
uement formidable surgit de totes ces contingencies.
Salomon don't la sant prcaire alarmait son entou-
rage, rsolut de quitter le pouvoir. Discrtement, il convo-
qua le Conseil des Secrtaires d'Etat et fit part de sa d-
cision ses Ministres en offrant tour tour, chacun
d'eux, de se faire candidate sa succession. Evidemment,
autant par prudence que par peur d'tre pris dans un tra-
quenard, chacun se rcusa aussitt. Alors Salomon solli-
cita leur avis sur le choix de Sde Tlmaque qui lui pa-
raissait trs qualifi pour revtir cette dignit.
A l'unanimit, tous acquiescrent.
Etaient-ils sincres? Du moins, beaucoup d'entre eux
n'avaient-ils pas fait des reserves mentales en donnant leur
adhsion la proposition de Salomon? C'est ce qui dcoule
de la suite e que Iun deux donna la confidence prsiden-'
tielle. En effet, peu aprs la sance du Conseil des Se-
crtaires d'Etat, Boisrond Canal, l'adversaire irrductible
de Salomon, le plus redoutable stratge politique de l'po-
que, fut mis au courant des moindres dtails de la dlib-
ration qui venait d'avoir lien. Le subtil politician ne per-
dit pas de temps pour monster un vritable scenario qui
rduisit nant le plan de Saloimon. Il se dcida duper
Tlnaque. Couiiient s'y prit-il?
On sait qu' ce nmomient-l, les comuuniiications entire
les diverse parties du pays taient trs difficiles. Il n'y a-
vait ni routes carossables, ni cbles sons-marins, ni tl-
graphes terrestres, ni tlphones. Seule la voie maritine
tait valuable pour les cas d'urgence. Encore, fallait-il pro-
fiter de quelque navire partant dans la direction du port
avec lequel on voulait communique. Boisrond Canal s'en-




VILBRUN GUI.L.LUME-SAM CE M3ECONNU


tendii avec le, dirigeants de la Comlpagnie hlatienne til--.
bateaux vapeur Rivire qui dpchaient on navire par
semaine frquenter les ports du Nord et un autre ceux
du Sud. Sous le signed du traffic rgulier, un bateau de la
ligne Ivire quitta la rade de Port-au-Prince pendant la
nuit pour enter au Cap dans les les mmes conditions. A
board du steamer partircet deux missionnaire, de Boisrond
Canal. 11.M3. Horatius Baussan et Cicron Franois, char-
gs expressment d'un message J'adresse de Sde Tl-
iiaque. Boisrond Canal l'informa en terms pressants que
Salomon allait l'appeler Port-au-Prince sous prtexte ide
lui offriir son patronage pour une lvation la prsidentc"
de la Rpublique iuais qu'en ralit il s'agit de le fair
arrter. voire de le fire disparatre. Donc il conseilla
ardemmnent Tlmaque non seulement de ne pas rpon-
dre l'appel prsidentiel, mais de prendre sa revanche
en dclenchant un coup de force par une prompted insur-
rection qui sera certainement triomphale. tant donn
l'tat d'esprit gnral de lassitude et dle dgot qui prva-
lail. disait-il, dans tous les secteurs de l'opinion centre le
rgime gouvernemental de Salomon. Il proposal des date
pour que l'preuve de force capoise eit sa rpercussion
immediate Port-au-Prince.
Les invitations du tentateur taient sduisantes.
Dans l'instantan d'une vocatioi imaginaire, Tl-
maque vit se drouler le film de son triomphe: les accla-
uations des foules assoiffes de nouveauts, l'encens et
les orgues du Te Deuin, le cousin moelleux du fauteuil
prsidentiel, les canouades, les sonneries des clairons et
des trompettes.. et le reste... Ausitl, il provoqua une
rie, i de conciliabules nocturnes av c les liommes minent.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


de la region du Nord et ne tarda pas s'assurer leur adh-
sion et leur concours pour dclencher un movement re-
volutionnaire contre le gouvernement de Salomon. Ainsi,
le 5 Aot 1888, un comit rvolutionnaire fut form aiu
Cap-Hatien qui dcrta la dchance de Salomon du pou-
voir et procda la nomination de Sde Tliaque com-
me Gnralissime des forces insurrectionnelles qui devront
se mettre immdiatement en march sur Port-au-Prince
pour aller instaurer un novel ordre de choses dans la
Rpublique. Tous les arrondissements du Nord firent bloc
autour de Tlmaque. Le Nord-Ouest suivit avec enthou-
siasme. Mais, l'Artibonite o florissait le proconsulat de
Jean Jumeau, regimba. L'obstacle tait d'importance
puisqu'il barrait le passage des troupes de Sde Tl-
maque en route vers Port-au-Prince. On dcida d'y fair
face avec une telle vigueur que cette premiere victoire
dcidera du reste.
En route, la nouvelle rassurante parvint au gnra-
lissime que Boisrond Canal avait vraiment ralis les en-
gagements qu'il avait pris envers lui de susciter un mou-
vement rvolutionnaire Port-au-Prince en correspon-
dance avec celui du Cap. En effet, tandis que, sous le
commandement du Gnral T. A. S. Sain, Ministre de la
guerre, le propre beau-frre de Tlmaque, Salomon ex-
pdiait des troupes loyalists dans la region de l'Artibo-
nite, destines renforcer celles de Jean Jumeau qui
devaient s'opposer aux forces insurrectionnelles du Nord.
une action synchronique clata la Capitale, le 10 Aot,
Boisrond Canal avait russi infuser le virus de la trahison
dans le commandement des forces de scurit qui garan-
tissaient la vie du chef de ]'Etat et le fonctionnement des




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


institutions gouvernementales Port-au-Prince, le, G-
nraux Hrard Laforest, commandant de l'Arrondissenient
de Port-au-Prince, Anscluie Prophte, Chef des quatre
corps de la garden prsidentielle, caserns au Palais Na-
tional, avaient adhr au movement insurreetionnei il
ne restait plus Salomon,. trahi et bafou, qu' dmis-
sionner et quitter le pays en vitesse. Ce qu'il fit le 10
Aot 1888. Sous la haute protection du Corps Diplomia-
tique, il s'embarqua avec sa famille, le mme jour, sur
un bateau mourir quelques semaines plus tard.

La dmission de Salomon n'avait pas rsolu pour au-
tant le problme de sa succession. Si l'arme insurrection-
nelle, parties du Cap, n'avait, dans sa march triomphale
vers Port-au-Prince, chang que quelques escarmouches
avec l'avant-garde du contingent de Jean Jumeau. la
Coupe Haleine, sur le plateau central, don't elle avait
facilement triomph d'ailleurs, elle ne s'arrta qu' St.-
Marc pour une certain pause. Fractionne en deux grou-
pes don't l'un devait attendre les ordres du gnralissime
avant de se dplacer, l'autre suivit Tlmaque et arrival le
18 Aot Port-au-Prince, tout bouillonnant d'ardeur
pour y trouver un climate frang d'hostilits. C'est que la
lutte competitive pour la prsidence venait de s'ouvrir avec
la candidature de Franois Dus Lgitime, frachement
revenue de la Jamaque et qui tait le grand favori de la
population Port-au-Princienne. Il jouissait dans tous les
milieux d'une reputation justifie d'homme modr et
bon. De surcrot, il appartenait la fraction du parti na-
tional qui avait obtenu l'appui des libraux canalistes dan,
les vnemuents qui rcenmment avaient en Port-au-Prince




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNI


pour thtre. D'autre part, les plus aviss savaient qu;il
avait obtenu le support de Boisrond Canal depuis que le
7 Juillet, celui-ci avait particip une runion secrte
la Lgation de France, au course de laquelle, M. de Ses-
maisons, Ministre de France et M. Zohrab, Ministre de la
Grande Bretagne avaient propos M. Thompson, Minis-
tre amricain, de se joindre eux pour tenter une dmar-
che auprs du Prsident Salomon afin de le dcider
donner sa dmission don't Lgitime probablement tirerail
un profit imnndiat. La dmarche ne fut pas entreprise
parce que M. Thompson refusal de suivre ses collgues
dans la voie o ils voulaient s'engager. Il en fit rapport
au Dpartement d'Etat Ce dnonant la Lgation de France
comme tant le quarter gnral o se mijotait la candi-
dature de Lgitime la prsidence d'Hati. Il ajouta que
l'un et l'autre de ses collgues taient des imprialistes qui
cherchaient provoquer des troubles en Hati dans le
dessein d'y faciliter une intervention europenne. Il mit
finalement l'opinion qu'aucune insurrection n'avait de
chance d'aboutir an renversement de Salomon du pouvoir
si elle ne partait du Nord (1). C'tait la rflexion d'un
home bien inform des conditions politiques du Pays.
Donc lorsque la manoeuvre de Boisrond Canal eut d-
termin Sde Tlmaque se soulever contre Salomon,
il menait astucieusement le jeu en faveur de Lgitime.
Dans ces conditions. la competition entire les deux leader.
s'annonait vive et grosse de consequences ultrieures.
Et d'abord. ds l'entre des troupes du Nord la
Capital, le 18 Aot. et pour assurer la continuity de,

(1) Cf. Ludwell Lee Montague.-Hati and the United States i714-
1938. Duke University Press, Durham North Carolina. PP. 332.
133.




ViLBRUN GUILLAUNIE-StAMtl CE MECONNU


affaires administrative, on convint de constituer un gou-
vernement provisoire don't Boisrond Canal devint le
President.

Ce Gouvernement tait, en outre, compost de l'un
et l'autre candidate: Sde Tlmaque, au Ministre de lt
Guerre, Lgitime aux Relations Extrieures, puis de MM.
E. Claude, C. Archin, F. Hippolyte et U. Saint-Armand.
Et enfin, on dcida de convoquer une Assemble consti-
tuante don't la runion pour l'lection du Chef de 'Etat
tait fixe la mi-Octobre.

Mais au fur et measure que la date des lections
prsidentielles approchait, la tension la Capitale entire
les partisans de l'un et de l'autre candidate devint de plus
en plus forte. L'attribution du fauteuil prsidentiel se
disputait cu menaces de violence et d'attentats. Les amis
de Tlmaque affirmaient emphatiquement qu'ils auraient
la majority des suffrages l'Assemble Constituante par-
ce qu'ils comptaient sur l'unanimit des votes de trois
Dpartements: le Nord, l'Artibonite et le Nord-Ouest ap-
paremment plus peupls que le reste du pays. Quant
ceux de Lgitime, ils se rclamaient non seulement de
l'apport des grandes villes tells que Port-au-Prince, Cayes
Jrmie don't les populations sont plus claires que les
masses rurales des trois Dpartements don't se prvalait
l'adversaire, mais ils se vantaient de tenir les leviers de
command puisque Boisrond Canal, leur Chef, tait ins-
tall au Palais National et disposait des moyens de maneu-
vre capable de modifier l'expression des votes de l'Assem-
ble Constituante. Quoi qu'il en ft, les passions s'taient
enflammes avec un tel paroxysme qu'une explosion
tait imminent. De part et d'autre, les accusations de




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


provocation s'entrecroisaient. Dans la premiere quinzaine
de Septembre, l'agitation tait si intense Port-au-Prince.
qu'il tait facile de prvoir l'imminence d'un choc mains
armles.
Et d'abord, une parties des troupes de Sde Tlina-
que values 8.000 homes n'avait pu pntrer la
Capital come nous 'avons vu la suite des d-
marches du Ministre de France M. de Sesmaisons, qui
avait fait valoir aux yeux du gnralissime que la prsencii
d'un si grand nombre de militaires dissmins dans la ville
pouvait y fire clater des pidmies de toutes sortes. En
cas de refus, le diplomat laissa entendre, qu'il agirait de
telle sorte que la pratique des eaux portuaires serait inter-
dite aux companies maritimes en provision d'une menac-,
d'aggravation de l'tat sanitaire de la ville. Sde Tlma-
que cda ses instances en laissant une parties de son
arme Saint-Marc encore que M. Thompson, le Ministre
amricain et protest contre l'assertion relative au mau-
vais tat sanitaire de la ville qui et t aggrav par la
presence du grand nombre de troupes rvolutionnaires. Il
prtendit que l'intervention de M. de Sesmaisons n'tait
que l'un des aspects de l'hostilit de ce diplomat la
candidature la prsidence de Tlmaque (1)
En fin de compete. le gnralissime, ayant laiss le
gros de ses troupes, Saint-Marc, n'avait gard ses ct-
que six divisions.
A quel nombre 'd'honmr es s'levaient les six division-
dont il s'agit? 11 est difficile de le savoir tant donn qu'aii-
cune Loi, aucun Rglement de l'arme hatienne mma


(1) C. L. L. Moutagne ou. cit. P. 133.




VILBIRUN GUILAUME-SAM CE MECONNU


connaissance, du moins n'a jamais fix le nombre do
noldats don't une division devait tre forme.

Dans tous les cas. le gnral leur fit prendre posi-
tion dans une aire qui comprenait les terrains proche,
du palais national tels que la Place Ption, l'extrmit
Est d>, la Rue des Casernes, la section de la Rue Mon-
seigneur Guilloux situe entree, la Rue Dantes Destouches
et la Rue du Champ-de-Mars. exactement la position
qu'occupe le Bureau de la Police en voie de recons-
truction. A la Rue du Centre. entire la Rue des Mira-
cles et la Rue des Fronts-forts, puis l'intersection de la
Rue des Casernes et de la Rue Monseigneur Guilloux, oi
'levait le local de l'ancien Snat rcemment dmoli.
avaient pris position les soldats du 7me. rgiment du
Cap et du 27me regiment de la Grande Rivire du Nord
sous les ordres d'un tat-major qui runissait entire an-
tres les gnraux Nord Alexis et Bottex. Plus loin, allant
vers le Nord. se trouvaient notaimment les troupes du G-
nral Saint-Fleur Paul. commandant de 'arrondissemeni
de Saint-Michel de FAttalaye. Mais le group le plus im-
portant de soldats nordistes tait devant et autour de la
demeure du gnralissime Sdc Tlmaque, laquelle tait
situe l o s'est leve une parties du Palais de Justice.
exactement en cette parties Sud-Est qu'occupe le Tribunal
de Cassation. Cette mason donnait face la dernire
extrmit de la vaste tendue emunre et grillage au
milieu de laquelle tait difi le Palais National dtruit
en 1912 par l'explosion dans laquelle furent engloutis le
President Leconte et 300 units de la garde prsidentielle.
Cet ancient palais tait protg par une enceinte enmmre
et fortifie. Sa principle faade s'ouvrait face l'Ouest




VILBIUN GUILLAUMNIE-SAM CE MECONNU


par une port moinuulentale en fer forg. Sur cette ,'i', I,.
s'levaient deux fortins construits selon l'ancienne con-
ception des forteresses en maonnerie et en ciment come
deux blockhaus. Le premier de ces fortins dfendait len-
tre de l'enceinte et l'autre tait plac l'extrmit Sud de
lenceinte la place de la parties mridionale des caserne?,
Dessalines. Chose trange et singulire, ce fut en face de
ce dernier fortin que Sde Tlmaque vint tablir son
quarter gnral. Et le paradox devient encore plus cho-
quant quand on pense qu'il n'avait mme pas une seule
pice d'artillerie a sa disposition pour parer une agres-
sion ventuelle.
Or. dans la nuit du 28 Septembre 1888, un on des
coups de feu clatrent. O? Contre quii: Les opinion:.
divergent. Accusations et contre accusations se dressent
irrductibles.
Les amis de 1 ,tiiii, prtendirent que ce furent le;
troupes -de Tlmaque qui assaillirent le Palais National.
Ceux de Tlmaque rpondirent qu'ils ne disposaient d'au-
cmln untiliage adquat obusiers, mortiers on autres pi-
ce. d'artillerie -- capable de produire une brche dans
l'enceinte fortifie. Comment auraient-ils pu attaquer une
enceinte fortifie?
Qui donc a t l'agresseur?
Des documents publis l'tranger plus tard ont
rtabli les faits. Par example, il rsulte du rapport adress
par M Thompson an Dpartement d'Etat qu'au moment
o explosrent les premires rafales, il causait avec le
Chef de lune des divisions nordistes qui taient places




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Je plus prs du Palais National et que l'accusation d'avoir
t l'agresseur ne pouvait pas tre impute (1) ce chef
nordiste.
D'autre part. il est incontestable que ce furent les
divisions nordistes qui furent dcimes par les rafales de
mitrailleuses venues de l'enceinte fortifie. On a gale-
ment not que les troupes qui taient places sous les
ordres de Saint-Fleur Paul n'ont pas donn dans l'action.
La ruineur publique a accus ce gnral d'avoir t flon
et on a expliqu ainsi qu'au lendemain de la bataille, il
a pu soutenir devant Lgitime que c'est Tlmaque qui
avait foment le coup. (2)
Ce qui reste acquis dans cette controversy, ce fut que
la maison de Tlmaque fut crible de balles venues du
fort Salnave tirant moins de 20 mtres sur la cible vi-
vante des soldats du gnralissime. Ce qui reste encore
acquis, ce fut que Sde Tlmaque lui-mme fut l'une des
premires victims de cette tnbreuse affaire. Les soldats
du Nord stupidement places dans la priphrie, mouru-
rent, comme des mouches. La seule perte subie par les
lgitimistes fut celle du Gnral Paret qui dboucha, la
rue de Monseigneur Guilloux la tte d'une colonne ve-
nue du Nord de la Ville, destine renforcer l'attaque
contre Sde Tlmaque. Et l'on sait qu'une autre colonne
parties du Morne--Tuf s'tait avance dans la mme di-
rection.
Malgr tous ces faits concordants qui constituent
autant de preuves accumules, certaines gens osrent pr-

(1) et (2) Papiers relating to the Foreign Relations of the United
States, 1888, I, 884 ff. cit par Ludwell La Montagne
Haiti and the United States 1714-1938 Duke University
Press 1940 PP. 134-135.




34 VIILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

tendre qu'il n'y avait eu aucun concert, aucune entente
entree ces divers assailants visant au mme objectif la
destruction de l'arme du Nord. Ce fut en vertu de cette
dialectique sui generis que le manuel du Dr. j. C. Dor-
sainvil a tir la conclusion suivante de cette sanglante
chauffoure: Le Palais attaqu par les troupes du Nord
fat loyalement dfendu par les gnraux Anselne Pro-
phleF. Sully Guerrier, H. Momplaisir....
A la suite de cette meurtrire aggression, les survi-
vants de l'arme du Nord se dispersrent rapidement en
retournant dans leur cantonnement respectif. Ils furen'
suivis par tous ceux qui, parmi les hommes de valeur
du Cap, des Gonaves, de Saint-Marc et d'ailleurs avaienil
fait escorted Sde Tlmaque. Ainsi, Florvil Hippolyte.
Mompoint Jeune, Nord Alexis, Saint-Martin Dupuy etc.
demandrent et obtinrent asile aux Lgations et Consulats
trangers avant de reprendre la route de leurs foyers.
Si matois que fussent les organisateurs de ce coup de
thlitre. ils n'avaient pas tout de mme pressenti la rac-
tion qui allait s'ensuivre dans les trois Dpartements du
Nord. du Nord-Ouest et de l'Artibonite. Maladroitement.
ils laissrent partir pour le Cap les personnalits les plu'
notoires de l'entourage de Tlmaque. Celles-ci au dbar-
qu. protestrent vigoureusement contre ce qu'elles qua-
lifirent de coup d'tat. Elles formrent aussitt un Comit
don't le Gnral Florvil Hippolyte fut nomm Prsident
et don't les membres taient choisis parmi les plus remar-
quables de la cit: Antnor Firmin, Nemours Auguste,
Versane Stewart, Saint-Martin Dupuy, Anderson Duvivier
et Saint-Firmin Blot. Ce ne fut ni plus ni moins une re-
prise de l'action rvolutionnaire rgionale dirige, cette




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


fois, contre le Gouvernement provisoire d'ailleurs disloqu
par la mort de Sde Tlmaque, la dmission de Florvil
Hippolyte autant que de celle d'Ultiio Saint-Armand. Ils
allrent jusqu' proclamer une scession du territoire,
come jadis Christophe difia l'Etat d'Hati en face de la
Rpublique de Ption. En 1888, le group des protesta-
taires dclara s'instituer en Rpublique Septentrionale'>
qui englobait le Nord, le Nord-Ouest et l'Artibonite. ils
formrent leur propre gouvernement et expdirent des
missaires, MM. Nemours Auguste et Frdrique Elie,
aux Etats-Unis plaider devant Washington la validit dl
leurs droits la belligrance afin qu'ils eussent la facuhlt
de battre monnaie, d'acheter des armes et de fire tous
actes d'une nouvelle entit national. La dmarche tait
pour le moins hasardeuse puisque non seulement un autri
arrondissement de l'Ouest celui de Jacmel s'tait
ralli la Rpublique Septenitrionale, mais l'objectif fi-
nal de ce movement tait de contester la lgitimit du
Gouvernement provisgire sigeant Port-au-Prince. D'ail-
leurs, celui-ci s'empressa de rpondre par des actes desti-
ns a consolider sa position. Malgr l'abstention des
constituents des trois Dpartements protestataires, mne
Assemble Constituante se runit Port-au-Prince le 16
Octobre et nomma Lgitime, Chef du Pouvoir excutif
et mme plus tard, le 16 Dcembre 1888, l'lit Prsident
de la Rpublique. Toutes dmarches violemment contes-
tes par les protestataires du Nord. Cependant, il est in-
contestable que la situation chue Lgitime tait la
meilleure. Install la Capitale, il disposait des armes et
des munitions antrieurement dposes dans les arsenaux.
En outre, dans un pays sans routes carossables, il avait
une marine militaire qui comprenait deux avisos de guer-




36 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

re auxquels il avait ajout les trois bateaux de la line
Rivire qu'il avait pralablement arms. Tant d'avantages
auraient d lui permettre d'anantir ses adversaires dans
une offensi e-clair. Le fait est que pendant les sept pre-
miers mois de cette guerre civil, Lgitime semblait srieu-
sement l'emporter sur les insurgs du Nord. Peut-tre une-
telle abundance de moyens avait-elle handicap sa march
la victoire. Sans paradox. J'entends dire que ses gn-
raux en champagne mollissaient avec la certitude que le
temps travaillait pour eux. Ils firent un usage abusif des
advantages don't ils disposaient sans rflchir aux cons-
quences ultrieures de certaines decisions don't ils ne
pouvaient assurer la souveraine execution. Ainsi, Lgitime
dcrta le blocus des ports du Nord et de l'Artibonite sans
qu'il et suffisamment de bateaux pour rendre le blocus
effectif. Le gouvernement amricain n'accepta cette en-
trave la navigation de sa marine marchande qu' la
condition que la measure soit rendue efficace par la pr-
sence des units de guerre hatiennes l'entre des ports
apparemment interdits. Or, un steamer new yorkais le
Haytian Republic ayant t saisi par le Dessalines.
aviso de guerre lgitimiste, en sortant du port de Saint-
Marc don't le bateau de guerre n'avait su interdire l'entre
tant donn qu'il tait hors des eaux du port, suscita une
violent protestation du Dpartement d'Etat qui fit exp-
dier des units de la marine de guerre amricaine pour
faire lcher prise la capture du Dessalines. Dsormais
les bateaux de guerre amricains escortrent les vaisseaux
de la, marine marchande amricaine qui frquentrent sans
distinction tous les ports hatiens. Par consquent, le blo-
cus ordonn par Lgitime tait considr come nul et





VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


non avenue. Ce fut une humiliation inflige au Gouver-
neinent de Port-au-Prince qui ne put empcher les pro-
testataires du Nord d'tre ravitaills en armes, munitions
et autres mairciandises. Naturellemient attitude ameri-
caine ne fut pas moins qu'un abus de la force.

D'autre part, les honmnes de l'Ouest couchs sur ieu;-
lauriers des p remirs jours, avaient p'ntr fort avail
dans les Dpartements de l'Artitonite et du Nord. Le-
Gnral Pollas, parti des arronldissements de Las Cahoha.;
et du Mirehalais poussa ses troupes jiusque dans la Valit
de lai Grande Rivire du Nord. Le Gnral Osman Piquiran
de son ct, ayant dbarqu ses divisions !a Grande S;-
line, avait facilement conquis les positions de Vcrrette-4 :
de Marchand, tandis qec le Gnral Anselne Prophibt
avait pouss tune pointe offensive juscq'' proximity da:
Trou, sa ville natale. Il tablit soln qruartier gni-ra
Cocos-Clairville, peu de distance le de i ville principle.

A ce propose, il n'est pas inutile de reliever une at'ire
erreur du Manuel d'Histoire d'Hati de J. C. Dorsainvil
qui, la page 269 de l'dition de 1958, parlant des acti-
vits des gnraux Osman Piquant. M inistre de 'Intrienc.
Anselme Prophte, Ministre de la guerre, relate qu' occuprent les Verrettes, Marchand, Marmnelelade, la Gran-
de Rivire, le Trou.

L'assertion est tout fait inexacte en ce qui conicrre
ces deux dernires localits. L'erreur est d'autant plun
grande que ce fut prcisment de ces deux villes que partit
la dbcle de l'Arme lgitimiste qui a tellement tonne
rhistorien que n'en pouvant fournir aucune explication,
il a mis l'hypothse d'une trahison.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Il n'y a pas eu de trahison selon les donnes suivantes
don't la vracit a t fixe par des tmoins et des acteurs
don't il va tre question (1).
Et d'abord, il faut considrer les dispositions de la
defense nordiste. Le haut commandant l'avait organise
de telle manire que Ouanaminthe fut le quarter gnral
de Florvil Hippolyte qui en fit un centre d'approvisionne-
ment d'armes et de munitions transmises de la Rpublique
Dominicaine tandis que deux points nvralgiques la
Grande Rivire et le Trou don't l'occupation par l'en-
nemi rendrait le Cap vulnerable l'extrme, devaient tre
dfendus outrance.
Le Gnral Nord Alexis, vieux vtran de nos guerres
civiles, Ministre de l'Intrieur du Gouvernement insur-
rectionnel, tablit son quarter gnral la Grande Rivi-
re et confia la defense du Trou au Gnral Turenne Jean-
Gilles.
L'ennemi n'a jamais attaqu la Grande Rivire. Il
porta le gros de ses efforts sur le Trou.
Dans la nuit du 11 Avril 1889, les services nordistes
de renseignements dnoncrent la concentration d'un con-
tingent d'hommes autour de la ville du Trou don't un
nombre important s'tait infiltr dans l'glise paroissiale
face aux remparts de Jean-Gilles. Nord Alexis qui avait
t prvenu que l'ennemi projetait une attaque massive
sur la ville avec le maximum de ses forces, vint lui-mme
de la Grande Rivire du Nord prendre le commandement
supreme des troupes casernes au Trou. Vers minuit, il
ouvrit le feu sur l'glise, et en enfona les portes. La sur-

(1) Ces donnes proviennent de deux gnraux don't l'un faisait par-
tie de l'tat-major de Anselme Prophte et l'autre combattait
dans les rangs de l'Arme de Nord Alexis au Trou.




VILBRUN GUILLAUME-S.AM CE MECONNU


prise dcontenana les assailants et les jeta dans la plus
grande confusion. Ce fut un massacre des homes qui
s'taient cachs dans le lieu saint. Le chef mme des trou-
pes enemies, le gnral Duly Prophte, le frre d'Ansel-
me, fut tu dans l'action. Cet incident augment la con-
fusion et la dbandade gagna le gros de l'arme au fur et
measure que se droula la bataille. Les premiers fuyards
qui reflurent sur Cocos-Clairville, le quarter gnral
d'Anselme Prophte en rpandant la nouvelle du dsastre,
furent passs par les armes. Mais bientt, le flot en gros-
sissait avec une telle ampleur que le Gnral fit sonner la
retraite gnrale. Cependant, les chapps de la bataille
se pressrent et se mlrent en groups dsordonns au
gros de l'arme. La retraite s'acheva en panique. Et le
gnral Prophte, se sentant poursuivi et craignant d'tre
fait prisonnier, n'arrta sa chevauche prcipite qu'
Port-au-Prince o l'asile d'une Lgation ou d'un Consulat
le mit l'abri des redditions de competes.
Quant son collgue OsUman Piquant, Jean Jumeau
lui infligea une telle dfaite Marchand qu'il synchronisa
sa fuite avec celle de Prophte et alla come lui rflchir
dans une Lgation ou un Consulat sur l'inconstance et la
vanit des victoires phmres...




Mais, s'interrogera-t-on, quelle fin ce suspense de
la guerre civil 1888-1889 insr dans le filin biographi-
que de Vilbrun Guillaume-Sam nous amne-t-il? En quoi
les vnements de ces annes ont-ils intress notre hros?
Par quoi se rattachent-ils son existence?




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


La rponse ces questions, est aussi simple que logi-
que. Quand Sde Tlmaque dclencha son movement
insurrectionnel, Vilbrun Guillaume-Sain, l'instar de tous
les jeunes gens du Nord, le suivit avec d'autant plus de
ferveur que le gnralissime tait son alli et son protec-
teur. Mais il ne fut rien d'autre qu'une unit perdue parmi
la multitude qui voulait porter Tlmaque la prsidence
de la Rpublique. Au moment de la dbcle du 28 Sep-
tembre 1888, il ne fut rien d'autre que l'un de ceux qui
emportaient dans leurs foyers la rancoeur et les dceptioni
des espoirs frustrs. Mais alors, quand vint l'organisation
du systme de defense des protestataires, Nord Alexis qui
s'y connaissait en homes, lui confia la defense du Don-
don qui tait un point stratgique important parce qu'il
barrait le dferlement ventuel des troupes enemies qui
pourraient emprunter la route de la Marmelade pour pren-
dre la Grande Rivire revers par les gorges de Grand Gil-
les et fondre sur le Cap. Le jeune officer tint bon et
justifia la confiance de son Chef. Il prit rang la tte
d'une colonne parmi les troupes victorieuses qui poursui-
virent l'arme ennemie en droute. Il parvint ainsi dans
la Plaine du Cul-de-Sac, l'avant-garde du group don't
Nord Alexis avait le commandment.
Malgr le dsastre qui suivit la bataille du 11 Avri!
et celle de Marchand, malgr le retour de Jacmel au giron
des protestataires (Jacmel qui avait succomb uni
assault victorieux de Dardignac,) malgr l'adhsion de
tout le Sud-Est. puis de toute la presqu'le du Sud passe
l'insurrection nordiste sous le leadership d'Antoine Si-
mon, Port-au-Prince tenait encore. Spasmes d'agonie sans
doute, mais tmoignage de vitality et de bravoure, tout de
nnme.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU 41

Lgitime avait change de Cabinet.
Maxi Momplaisir fougueux, ardent et tmraire, avait
t appel au Ministre de l'Intrieur. Il tenta de contenir
les nordistes qui, mthodiquement, cherchaient investor
Port-au-Prince. L'arme assaillante tait divise en trois
groups principaux: l'un venait du Sud et coupait touted;
communications avec cette parties du territoire, un autr.,
menacait la capital en venant de l'Arcahaie par Drouil-
lard, tandis que l'avant-garde avait tabli son quarter
gnral Frres sous la direction de Nord Alexis. Vilbrui
Guillaume-Sain avait la tche d'envahir Port-au-Prince
par Ptionville. L, il se trouva face face avec les troupes
de Maxi Momplaisir. Plusieurs rencontres meurtrires
eurent lieu en cette direction sans que la position tombt
entire les mains nordistes. Mais alors, les assailants diri-
grent leurs colonies dans toute la priphrie port-au-
princienne, s'infiltrant par les routes montagneuses dat.s
tous les points stratgiques qui, resserrrent leur treinte
sur la capital. Lgitime sentant l'impossibilit d'offrir:
une plus longue resistance se dcida partir pour l'exil
Je 22 Aofit 1889. iippolytc entra la tte de son arme
victorieuse et prit inmmndiatement possession du Palais
National en attendant qu'une Assemble constituante con-
voque cet effect, se runt aux Gonaves pour le confir-
mer dans sa position en l'lisant le 9 Octobre 1889,
President de la Rpublique pour une priode de 7 ans.

La fin de la guerre civil amena galement la dislo-
cation de l'arme insurrectionnelle. Vilbrun Guillaume-
Sam comme tous les autres civils qui avaient occasionnel-
lement endoss l'uniforme pour la defense de ce qu'ils
croyaient tre la violation de leurs droits, reprit le fil de




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE i'4ECONNU


ses occupations antrieures. 11 est vident que l'orientation
de sa vie avait t totalement change. Les deux dernires
annes qu'il venait de vivre lui avaient apport une tell
moisson d'exprience des hommes et des choses qu'elle
avait imprim une directive absolument trangre ses
occupations habituelles. Il rsolut de se lancer dans la
politique. Le sige de Dput de la commune de la Grande
Rivire du Nord tait vacant. Il fit champagne et fut lu
Dput le 10 Janvier 1890.
Ainsi commena sa nouvelle carrire.
De 1890 1897, pendant 7 ans, il prit part aux dlib-
rations de la Chambre des Dputs don't il devint le Prsi-
dent de 1893 1897, son mandate prsidentiel ayant t
renouvel non seulement d'anne en anne mais de mois en
mois, pendant la dure de chaque session legislative ainsi
que le prescrivaient les Rglements de ce Corps, cette
poque. Il y avait dans cette continuity de son mandate
prsidentiel un tmoignage de confiance et de sympathie,
qui lui fut librement accord par ses collgues venus de
toutes les couches sociales des cinq Dpartements. C'tait
pour lui autant d'occasions de notorit que recherches el
empreintes d'influence et de popularity. Et, bientt, la
fin de 1897, au moment o l'agression de l'Allemagne
Impriale nous eut impos l'ultimatum de l'Affaire Lu-
ders, le Gnral T. A. S. Sam, qui venait, l'anne prce-
dente de succder Hippolyte la prsidence de la
Rpublique, rforma son cabinet ministriel, il appela le
Dput Vilbrun Guillaume-Sam la direction des Minis-
tres de la Guerre et de la Marine. A ce poste d'honneur,
il dploya son intelligence et son nergie servir les int-
rts de la nation avec autant de zle que de savoir-faire.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Mais, la 6me. anne de la prsidence du Gnral T. A.
S. Sam, une controversy constitutionnelle fut souleve par
la Presse sur la dure du mandate prsidentiel. D'aucuns
prtendirent que le Gnral T. A. S. Sain ayant t lu le
31 Mars 1896 la succession du Prsident Hippolyte,
mort le 24 du mme mois, sans que ce dernier et rempli
entirement son mandate qui ne devait prendre fin que le
15 Mai 1897, son election relevait de l'application de l'ar-
ticle constitutionnel qui prvoyait que: en cas de dmis-
sion ou de dchance du Prsident, celui qui le replace
est nomm pour sept ans et ses functions cessent toujours
au 15 Mai, alors mme que la septime anne de son exer-
cice ne serait pas rvolue.

D'autres lgistes contestrent le bien-fond de cette
interpretation en se rfrant la lettre mme du Prsident
de l'Assemble Nationale du 31 Mars 1896, qui au nom de
cet auguste aropage avait fix la fin du mandate prsiden-
tiel an 15 Mai 1903.

Pendant quelques mois la discussion fut chaude entire
les partisans de l'une et l'autre thse. Mais le Gnral Sain
qui n'entendait pas s'accrocher au pouvoir si l'origine
constitutionnelle de ce pouvoir devait donner lieu une
nfaste division de la communaut, aprs avoir hsit
entire les deux thses, adopta celle qui fixait la fin de son
mandate au 15 Mai 1902. Le 12 Mai, il envoya sa dmission
l'Assemble Nationale. Immdiatement une bagarre
s'ensuivit aux environs du Palais Lgislatif don't le but
tait d'empcher que cette Assemble lt le successeur
du Chef de l'Etat dmissionnaire. Les meutiers dispers-
rent Dputs et Snateurs accuss de compromissions en-




44 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

vers les trois ou quatre candidates qui avaient surgi dans
l'entourage du Gnral Sam parmi lesquels on citait Cinci-
natus Leconte, Vilbrun Guillaume-Sain, Tancrde Augus-
te. membres du Cabinet, Maxi Momplaisir, Administrateur
des Finances de Port-au-Prince. De vritables combats de
rue eurent lien. En fin de journe, le Prsident T. A. S.
Sam s'embarqua sur un bateau en route pour l'Europe
et les anciens membres du Gouvernement se mirent l'abri
des reprsailles politiques, en demandant asile aux Lga-
tions trangres. Plus tard, quand ils crurent que les pas-
sions taient apaises, quelques-uns regagnrent leurs
domiciles respectifs, tandis que d'autres s'en allrent vivre
hors du Pays pendant quelque temps.
Ces vnements de fin de mandate prsidentiel sont
classiques. Cependant, malgr le dpart des occupants du
pouvoir, l'agitation ne se calma pas pour autant. Au fait,
on tait en pleine anarchie. Il n'y avait plus ni Chambres
ni Gouvernement. Des comits de salut public surgirent
a et l, come des champignons. Alors, d'autres leaders
politiques apparurent sur la scne pour promouvoir leur
candidature la prsidence. Trois hommes Antnor
Firmin, Snque M. Pierre, Calisthnes Fouchard, re-
prsentatifs de courants diffrents d'opinion, brigurent
les suffrages populaires comme candidates la Prsidence.
Des dlgus des comits de salut public se runirent
Port-au-Prince et s'entendirent pour nommer un Gouver-
nement provisoire la gestion des affaires publiques don't
la prsidence encore une fois fut confie Bois-
rond Canal. On lui donna come collaborateurs des hom-
mes qui furent dsigns par les trois candidates ci-dessus
dnomms. Puis, le gouvernement provisoire dcrta les




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


lections lgislatives pour reconstituer les Chambres dis-
soutes et procder l'lection definitive du Prsident de
la Rpublique.
M. Antnor Firmin voulut reprsenter la commune
du Cap-Hatien. A l'occasion de ces lections lgislatives,
un conflict arm clata entire les amis de M. Firmin
runis en parties, dans sa residence prive, et l'autorit
militaire incarne dans la personnel du Gnral Nord
Alexis, Ancien Dlgu des Prsidents Hippolyte et Sani
dans le Nord et exerant la function de Ministre de la
guerre du gouvernement provisoire. Or, ce gnral tait
galement un candidate non avou la prsidence. Il s'op-
posa par la violence l'lection de Firmin la Dputation.
Une chauffoure s'ensuivit don't les troupes de Nord
Alexis furent victorieuses. Firmin qui avait eu le privilege
de rallier un grand nombre de hautes personnalits poli-
tiques et militaires sa double candidature legislative et
prsidentielle, fut accueilli par l'Amiral Killick board de
La Crte--Pierrot en rade du Cap. Bon nombre de ses
amis, de ses parents et des militants de son parti qui l'a-
vaient vaillamment aid, les armes la main, dfendre
l'inviolabilit de son domicile, l'accompagnrent sur le
vaisseau de guerre et tous allrent dbarquer aux Gona-
ves o Jean Jumeau et la population entire de la ville
les reurent avec enthousiasme. 11 n'en fallut pas moins
poir que l'lectorat gonavien rpart !'chec capois de
Firinin en lui offrant le sige de Dput de la circonscrip-
tion. De surcrot, l'accueil triomphal qui fut fait l'mi-
nent homme d'Etat, cra une situation nouvelle non
seulement entire les chefs des deux Dpartements du Nord
et de l'Artibonite. mais aussi entire le Gouvernement pro-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


visoire qui prit position en faveur de Nord Alexis, son
Ministre de la guerre et le candidate Firmin. D'ailleurs
tous ces incidents avaient raviv l'antagonisme latent qui
avait toujours exist entire Nord Alexis et Jean Jumeau.
En some de tous ces faits enchevtrs, un novel aspect
de guerre civil entire le gouvernement provisoire d'une
part, et de l'autre, les partisans de Firmin, groups autour
(le leur Chef militairement soutenu par Jean Jumeau el
les populations artibonitiennes.
Cette nouvelle phase de guerre civil dura un an.
Nord Alexis triompha de ses adversaires firministes, rentri
Port-an-Prince ; la tte de son arme, provoqua un coup
d'tat le 17 Dcembre 1902 et s'empara du Palais National.
Le Corps Lgislatif confirm sa prise du pouvoir en l'li-
sant Prsident de la Rpublique malgr les protestations
ardentes et courageuses d'une minority firministe.




Bien qu'aucun membnre du gouvernement dchu du
Gnral T. A. S. Sam n'et t ml la dissidence qui
mit Firmin aux prises avec Nord Alexis, peu aprs que
ce dernier eut stabilis ses pouvoirs gouvernementaux, i!
dirigea une pousse insidieuse d'hostilits contre ces hom-
eues politiques come une attaque sournoise de rglements
de comptes. Alors, se dveloppa un climate de rancceur-
voire de reprsailles. Ce fut ainsi que se dclencha une
champagne de Presse contre l'opration financire prati-
que par le gouvernement de Sain et appele la consoli-
dation. De quoi s'agissait-il? Voici les faits tels qu'il:
rsultent du procs scandaleux auquel ils donnrent lieu.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Presqu'aussitt que le Gnral T. A. S. Sain eut accd
la prsidence de la Rpublique, la situation conomi-
que et financire du pays se rvla extrmement mauvai-
se. Pourtant, il n'y avait rien eu de change au point de
vue de sa structure de base. C'tait, depuis l'indpendance,
la mme production du rgime de monoculture, hrit de
l'poque colonial, except qu' la culture puisante de
la canne sucre et au rgime de la grande proprit tels
qu'ils taient pratiqus Saint-Domingue avec leur co-
rollaire d'exploitation esclavagiste, s'tait substitu le r-
girme de la petite proprit paysanne, cultive en caf e!
en vivres alimentaires. Peut-tre, l'excdent dmographi-
que en ces 92 ans d'existence national avait-il pu se fire
lentement sentir sur l'insuffisance de la production ci
face d'une progression dmographique ascensionnelle
puisque la naissance de la Nation, nous n'tions qu'aux
environs de 400.000 habitants pour les 27.000m2 et que
vers 1896 nous en tions probablement 1.500.000 habi-
tants, vivant dans la mme superficie de terrain. Peut-tre
les prix des denres exportatrices, avaient-ils subi de-
variations qui en avaient raval la valeur marchande.
Peut-tre s'agissait-il de tout cela? Peu imported, puisqu'au-
cune tude socio-conomique n'a jamais t faite pour
tablir la difference de misre conomique qui a exist
entire les trois administrations prsidentielles: celle de
Salomon, celle d'Hippolyte et celle de Sam.
D'autre part, on ne peut reprocher la dernire d'a-
voir beaucoup plus gaspill les deniers publics que les
prcdentes, encore moins d'avoir augment les dpenses
de l'Etat en quoi que ce soit. Mmes budgets de recettes,
mmes budgets de dpenses. Mme vie amoindrie sinon
vgtative des masses populaires et rurales. Vie plus rele-




48 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

ve de la bourgeoisie des villes. Mme systme de gou-
vernement militaire avec plus ou moins de liberts
civiques selon le temperament modr du dernier Chef
de l'Etat qui n'avait pas de got pour l'arbitraire ni de
penchant pour le despotisme. Pendant six ans de gouver-
nement, on avait cess d'entendre le cliquetis des fusillades
sommaires sauf celles de trois citoyens inoffensifs dues i
l'imptuosit criminelle d'un officer inconsquent et
brutal. Par ailleurs, les rouages du gouvernement repr-
sentatif jouaient selon l'adaptation qu'on en a toujours
faite dans notre milieu o la masse d'analphabtes parti-
cipe des lections au suffrage universal plus ou moins
truques par les agents du Gouvernement central et nantit
les lus d'un mandate don't ils usaient avec plus ou moins
d'indpendance selon leurs caractres mais don't l'invio-
labilit et le respect taient tout de mme observs et ga-
rantis par toute la hirarchie des autorits constitutes.
Telle tait l'atmosphre gnrale des six annes de l'ad-
ministration du Gnral T. A. S. Sani. Cependant, le pli-
nomne de la misre pesa trs lourdement sur cette
administration.
J'ai entendu un Ministre des Finances, rpondant
aux reproches qu'un Dput lui adressait la session
legislative d'avril 1896, de n'avoir pris aucune measure
pour combattre le marasme conomique, dclarer qu'il
n'avait jamais ouvert un livre d'conomie politique; qu'il
n'tait pas un Mose capable de faire tomber la mannc
du ciel. C'tait autant avouer candidement l'tranget de
sa presence au poste qu'il occupait. A part, la court ges-
tion de M. Antnor Firmin qui avait succd ce Ministre
au Dpartement des Finances et avait apport une lgre
amlioration dans les embarras du Trsor, la situation




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


avait empir son dpart de ce poste. Le paiement men-
suel et rgulier des allocations budgtaires tait devenu
un problme insoluble pour le Ministre des Finances. LeC
fonctionnaires publics taient rduits le plus souvent
escompter leurs appointments des taux usuraires. El
l'Etat dans la personnel de son Ministre des Finances tait
oblig de promener sa sbile de comptoirs en comptoir.s
pour obtenir des emprunts court term et des laux
excessifs, hypothquant ses resources fiscales et douanic-
res les unes aprs les autres pour faire face la pnurie
du Trsor.
Ce fut dans ces conditions que le Prsident de la
Rpublique, obsd de trouver une solution ce problme
de plus en plus inquitant s'en ouvrit ses intimes et leur
demand conseil sur le choix d'une personnalit capable
de l'aider juguler la crise conomique et financire.
Nous retiendrons dans une deposition faite par M.
J. C. Artaud devant le Juge du Tribunal Civil du Cap,
qui reut mandate de l'interroger cause de son mauvais
tat de sant l'interdisant de comparatre devant le Ma-
gistrat du Tribunal Civil de Port-au-Prince charge d'ins.
truire le procs de la Consolidation, nous retiendrons, que
ce fut, lui, M. J. C. Artaud, alors Chef du Cabinet du
President T. A. S. Sam qui, aprs enqute, indiqua au
Chef de l'Etat que M. Pourcely Faine se crut en measure
de faire le redressement de la situation financire d'aprs
un plan qu'il avait mrement labor. Donc, M. Faine fut
appel au Ministre des Finances.
Et en quoi consistait ce plan?
Il me semble qu'il ne s'agissait que de convertir en
or selon un taux aussi avantageux pour l'Etat que pour




50 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

ses cranciers, la dette flottante contracte en gourdes
sur le march local. La nouvelle dette devait tre garantin,
par des titres du Trsor rapportant 12'/ et 6'~ d'intrtS
l'an. Evidenmment une telle operation devait tre base;
sur une entente entire l'Etat et ses cranciers. Elle avait
pour objectif de librer les garanties fiscales parpilles
sur l'ensemble des recettes douanires et d'en verser la
masse dans les moyens de trsorerie. Elle allgerait ainsi
les difficults qui s'opposaient faire face rgulirement
aux allocations budgtaires. Cette operation don't le prin-
cipe est absolument recommandable fut mene avec le
concours du haut personnel de la Banque Nationale,
Malheureusement, elle donna lieu des tractations louches
et des combinaisons frauduleuses don't la dcouverte
provoqua un retentissant scandal. Une commission d'en-
qute administrative fut nomme en 1904 qui investigate
sur le nicanisme de l'opration.
Les travaux suscitrent l'intervention de la justice
rpressive. Il en rsulta la mise en accusation du Gnral
T. A. S. Sain ancien Prsident de la Rpublique, des an-
ciens Ministres Pourcely Faine, Vilbrun Guillaume-Sain.
Gdus Gdon, Brutus Saint-Victor, Hrard Roy. Cini--
natus Leconte, Tancrde Auguste, Stphen Lafontant, et
beaucoup d'autres personnages, tels que MM. Dmosth-
nes S. Sain, Lycnrguc S. Sain, fils de l'ancien Prsident,
Jean Chrysostome Artaud, Ancien Ministre et Chef du
Cabinie prsidentiel, Frdrique Bernardin. Ancien Se-
crtaire du Conseil des Secrtaires d'Etat, les gnraux
Edmond Defly, Saint-Fort Colin, anciens commandants
de la Place et de l'Arrondissement de Port-au-Prince, Ma-
dame Constance T. A. S. Sam, MM. Joseph de la Myre
Mory, Ex-Directeur de la Banque Nationale d'Hati, Geor-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


ges Olrich, Ex-Sous-Directeur de la mme banque, Rodol-
phe Tippenhauer, Poute de Puybaudet, hauts fonction-
naires de la Banque Nationale d'Haiti, Fnlon Laraque.
etc, etc... Au fait plus de 25 30 personnel furent accu-
ses d'avoir t auteurs ou complices de dtournements
de fonds au prejudice de l'Etat s'levant la some de
$ 1.257.993.00.
Le procs en ses diffrentes phases dura prs d'une
anne. Tous les accuss l'exception de M. Hrard Roy,
furent condamns des peines diverse: quelques-uns
la rclusion temporaire, d'autres aux travaux forcs
temps, d'autres aux travaux perptuit. Beaucoup s'tant
exils volontairement avant mme que les poursuites eus-
sent t bauches, n'ont pas connu les affres de la prison
et les humiliations de la sellette criminelle. Ceux-l ont
t condamns par contmnace.
Ce n'est pas notre propos de reprendre la discussion
sur le bien fond ou le mal fond du procs de la conso-
lidation dans une tentative de rhabiliter quelques-uns
des condamns, notamment ce Vilbrun Guillaume-Sam
don't nous essayons d'analyser le caractre et de pntrer
le mcanisme psychologique. Il serait vain et inutile de
dmontrer quelle vague motionnelle ont t soumis les
membres du jury pour innocenter ou condamner les uns,
hirarchiser le chtiment des autres. Au demeurant, nous
acceptons comme fonde la matrialit des faits reprochs
certain des accuss sans chercher, cependant, tablie
des nuances et des discrimination qui eussent attnu la
responsabilit de plus d'un. Nous ferons simplement re-
marquer que l'atmosphre dans laquelle s'tait engag et
droul le procs, n'avait rien qui pt rappeler la hau-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


taine et sereine majest de la Justice. Et puis, en fin de
compete, de quoi s'agissait-il? Dmontrer, ce me semble,
quelle dgradation tait tombe la morality publique au
point que les plus hauts gardens de l'honneur national
avaient gliss dans les pires dsordres de dprdations du
Trsor Public.
Soit.
Mais en a-t-il t ainsi? Je veux dire le relvement
de la morale publique a-t-il t le motif fundamental qui
a provoqu l'closion du procs? J'en doute. D'autre part,
considrons l'affaire de la consolidation d'un point de
vue un peu plus restreint. Regardons d'un peu plus prs
quoi ont about tant de passions et de prventions soule-
ves contre les personnalits mises en cause. Demandons-
nous si tout cela avait dtermin par une exaltation de
rendre tmoignage la morality et la justice ou bien
plus simplement l'occasion d'avilir certaines personnalits
et d'en carter d'autres, jamais de la concurrence ven-
tuelle d'une candidature la prsidence de la Rpublique
qui est, le plus souvent, le mobile inavouable des procs
politiques en Hati. N'y a-t-il pas eu un peu de tout cela
dans la pense de ceux qui ont entrepris la poursuite de
l'affaire? Au surplus, demandons-nous quoi ont servi
les restitutions et les condemnations pcuniaires imposes
aux personnalits en cause. N'ont-elles pas constitu autant
de profits illicites accords des partisans selon des ma-
noeuvres don't le mcanisme n'a chapp personnel?
Et peut-on dresser le bilan des crimes similaires con-
tre la morale publique perptrs par des fonctionnaires
avant, pendant et aprs le procs de la consolidation? Vo-
yez-vous, on a tran plus de 20 30 personnel sur la




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU 53

sellette criminelle pour rendre compete du partage illicit
de $ 1..260.000.00 environ, mais que faut-il dire de la
cascade de millions de dollars don't disposent ou ont dispo-
s frauduleusement telles et telles personnalits politiques
entire 1905 et nue poque trs rcente selon les accusa-
tions que la malignit publique a portes contre elles?
On voudrait en douter. Mais quelle source inpuisable
ont elles donc tir les centaines de milliers de dollars qui
leur ont servi construire les somptueuses villas, les palais
seigneuriaux qui attestent l'normit de leur fortune? De
quels procds, de quelle baguette magique s'est-il servi,
cet ancient fonctionnaire, pour laisser trs rcemment
son patrimoine quelque six cent mille dollars sans computer
nombre d'importants immeubles? Est-il exact que certaines
enqutes pousses dans les banques trangres, amricai-
nes, canadiennes et suisses aient rvl que les fonds d-
poss par des hatiens, anciens fonctionnaires publics,
dpassent cinquante millions de dollars? Combien de ces
millions de dollars n'ont-ils pas t les rsultats de la dila-
pidation du Trsor public de ces cinquante dernires an-
nes.
Or, si les remarques nonces ci-dessus ont quelque
valeur, quoi a servi l'exemple du procs de la consoli-
dation? Nos observations n'ont-elles pas des racines en dc
fcheuses et dtestables traditions qui remontent par del
les origins de notre nationalit? Voyons un peu.
Peu aprs la liberation du territoire, nos pres se sont
heurts aux durs problmes de la reconstruction de la
Cit. Ils s'y sont mis avec le mme courage hroque qu'ils
dployrent travers la poudre et la mitraille pour faire
valoir leurs droits d'hommes libres. Qu'il y ait eu des




54 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

dsordres et des rapines dans l'administration pendant
des decades, nous n'avons qu' rappeler les objurgations
de Dessalines contre l'accaparement des terres laisses par
les colons et son farouche dessein d'y mettre un terme, la
fougueuse expedition qu'il entreprit cette fin et qui
aboutit au guet-apens du Pont-Rouge. Il n'y a qu' vo-
quer le laissez-faire de Ption et le gchis qui s'ensuivit
uour retrouver les mfaits et les mmes exactions contre
la morale publique.
Si la main de fer de Christophe, l'honntet et l'in-
traitable austrit de Boyer ont loign d'eux les outrages
la morale publique don't nous nous plaignons, quelle
suite de corruptions et de gaspillages n'avons-nous pas
t livrs depuis 1843 jusqu'au de l de 1915? Et puis,
enfin, quoique nous puissions penser et dire de nos pre-
miers Chefs d'Etat, ils ne furent pas de notre taille, eux,
ils ont fait l'indpendance. Mais nous, que sommes-nous,
qu'avons-nous fait? Et il me semble qu'il y a dans le sicle
et demi de guerre civil, d'affaissements du caractre, d.o
tendances irrpressibles au pillage du trsor public des
causes plus profondes que de simples gots individuals
vers l'enrichissement facile aux dpens de la collectivit.
Placide David dans son bel ouvrage sur L'Hritage
colonial en Hati (1) a trac un tableau saisissant de la
corruption telle qu'elle s'talait Saint-Domingue.
Saint-Domingue, crit-il, tait une cure, d'o les
gens du gouvernement sortaient avec les meilleures pices.
Ils y constituaient une corporation puissante et solidaire
qui tenait la colonie troitement enserre...

(1) Placide David: L'Hritage Colonial en Hati PP. 52, 53.




VILBRUN GUILLAUME-SAAM CE NIECONNU


Gouverneur-Gnral, Intendant et leurs sous-ordres,
gens de la Judicature, arpenteurs, notaires se prtaient
assistance et protection dans leurs operations illicites.
C'est pourquoi la colonies fut saigne blanc.
C'tait tantt des marchls fictifs passs par linten-
dant ou les siibdlgus; tantt des dmes perus au pro-
fit de l'un des administrateurs. Tels taient pour celte
dernire catgorie :
lo) les prlvements sur la vente des esclaves dbar-
qus par les ngriers aux marchs des bossales. A ce ,ujet,
Andr Ducasse crivait : Aux Gouverneurs aussi, il fanu
faire un don de joyeux avnement, si l'on peut dire,
car c'est eux qui reoivent. Pontchartrain m'a fix le taux:
1~% pour les gouverneurs, 05'/i pour le premier lieute-
nant-gouverneur. En fait, la 'l'Iarie-Rose doit cder 4.8
captifs sur 588. Sur 358 ngres vendus par La Paix
l'tat-major du Cap-Franais a prlev six pices d'Inde,
['Intendant a exig 1900 livres pour sou droit de 0,5%-
soit 7.600 livres pour les 2', Et les noms des sieurs d'A-
quin. de Bassac, de Duclos, de Vaucresson reviennent
dans les dolances des capitaines. S'ils crient trop fort,
on les met en prison.
2o) La forte prime sur la iiianii mission des esclaves.
3o) Les revenues des paves, des aubaines, des dsh-
rences, des Btardises, des successions vacantes... Perues
l'origine au profit du roi, ces taxes furent ds l'anne
1721, affectes en principle l'entretien des prisons et des
difices publics, en ralit, des dpenses louches qu'il
tait dangereux de soumettre au control le de la Cour des
Comptes de Paris.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


4o) Le droit vers dans les droits seigneuriaux par un arrt du Conseil
du Cap.
50) Les taxes de page des bacs et les pouns, (les fer-
mes et (les boucheries.
C'tait d'autres fois, la contrebande au grand jour,
laquelle on employait les propres vaisseaux de l'Etat
affects a la chasse des navires contrebandiers...
Parmi les sources de fortune scandaleuse, il y avait
encore, notait M. Chailley-Best, le commerce des marchan-
dises coloniales en France. Il y avait encore les concession,
do terres, les pots-de-vin, les impts percus sans droit.
Qu'un tel tat de choses ait survcu l'abolition du
colonialisine dominguois, c'est ce que historians et so-
ciologues proclaiment sans ambages. Et Placide David en
signalant, entire autres choses, que Hati indpendante a h.
rit de St.-Domingue le imme systme d'autocratie, a mon
tr avec une remarquable vigucur de touche le poids plu-
que sculaire de ce peasant fardeau du patrimoine domin-
guois. Et cette autocratie, crit-il, quell qu'eu soit l'ti-
quette gouvernementale sera l'image de la satrapie
colonial : lourde, intolrante, matresse des vies et des
biens, exerant la puissance publique des fins troite-
mient gostes... Conmme Saint-Domingue, la caisse
publique sera la chose d'une maffia(1).
Faut-il rappeler, ce propos ce que Madiou a dit
de l'administration de Dessalines peu aprs la proclama-
tion de l'indpendance? (2)

(1) Loc. cit. P. 142.
(2) Madiou : Histoire d'Hati 3me. tome P. 162 et 183.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Dans les administrations, n gnral, on inettail
-ans pudcur en pratique, le pillage, le vol, la fourberie
et la contrebande. Chacun s'efforait de faire fortune par
n'importe quel moyen... (1). Dessalines qui domptait les
passions du people ne pouvait contenir les siennes ni cells
de la plupart de ses principaux favors. Les administra-
tions taient dj livres d'horribles dilapidations. Il en
donnait lui-mme l'exemple. 11 entretenait dans chaque
ville des matresses auxquelles il fournissait des sommes
considrables. Il employait toute sorte de sductions, hon-
neurs. richesses, pour vaincre la vertu des femmes qu'en-
tourait certain respectability. 11 n'avait pas besoin
d'employer la violence, car la corruption tait telle dans
les meurs que beaucoup de jeunes et belles femmes pr-
venaient ses dsirs. Le marriage, loin d'tre honor tait
presqu'un objet de mpris. Beaucoup de grands dignitai-
res -de l'empire taient come nous disons chez nous,
places, ou vivaient en concubinage. Plusieurs d'entre eux
pratiquaient la polygamie. Sous Christophe, dans le Nord,
ces dsordres qui anantissaient la famille, seront rpri-
nm aprs la chute de Dessalines.
Voil une peinture si raliste et si vridique de la
mentality des homes qui furent les hros de notre lib-
ration qu'on pourrait l'appliquer sans retouche n'importe
quel autre moment de notre vie national pendant les
1 50 ans qui nous sparent de la glorieuse pope de 1804.
Qu'est-ce dire? Si
Tous les homes sont I'hommie
selon l'apophtegme du pote, il doit y avoir des causes,
des raisons d'ordre human qui expliquent la persistence

(1) Madiou: Histoire d'Hati 3me. tome P. 162 et 183.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


plu- que sculaire de cette tendance considrer le vol,
le pot-de-vin, la rapine au niveau des affaires de l'Etat
comnue une pratique normal. Je suis d'accord avec Pla-
cide David lorsqu'il voque l'exemple nfaste que nous a
laiss le mode administration doininguoise. Les lois de
limitation jadis si chres Tarde ont probablement jou
en l'espce encore que l'hrdit psychologique ne soit
pas une donne admise par la science. Pour ma part,
j'avancerais une hypothse plus ose, plus hasardeuse. Il
me parat qu'une squelle bio-psychologique, le product
dltre de dshumanisation des trois sicles d'esclavage
pratiqu sur les Ngres de Saint-Domingue, a pes et
pse encore lourdement sur l'volution de ce groupement
htrogne qu'est la communaut hatienne don't la conm-
position ethnique faite d'lments originairement dis-
parates n'est pas encore arrive l'tat de fusion, de
stabilisation et de coordination parfaites. Alors, l'homme
qui., dans notre milieu, appartient une catgorie social
suprieure, ayant reu et s'tant assimil une ;culture
qui l'apparente au type le plus hautement qualifi des
milieux amricains et europens, vit en tat d'cartle-
ment psychologique. Il est attir vers les sommets par ce
haut idal de la morale judo-chrtienne laquelle le
rattache la civilisation occidentale tandis que certain ins-
tincts ancillaires 'le ramnent insidieusement vers les
bas-fonds au sens o les functions intestinales appar-
tiennent aux bas-fonds selon l'expression brutale de
Kaiierling.

Et souvent, cet homme-l, tributaire d'une sexuality
qu'il a de la peine refrner, hant par des croyances
puriles don't il a autant de honte que de peur, se meut




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


dans une ddale de contradictions qui droutent l'obser-
vateur le plus averti.
Il ne faudrait pas qu'un pessimisme inconditionnel
nous fasse conclude que ce pays n'est habit que par une
tourbe de chenapans du haut en bas de l'chelle. Il y a
toujours en ici une minority d'hommnes don't la probit
simple et l'infaillible droiture ont contrast constamment
avec ceux qui se rengorgent en fanfaronnade de phari-
siens. Ce que nous voulons faire ressortir, c'est que le
procs de la consolidation par la notorit des condamn.;
et le retentissement don't il fut l'objet n'a apport aucun
redressement au gauchissement de la morale publique
don't nos fonctionnaires sont coutumiers. La plupart d'en-
tre eux restrent et restent impermables la douleureu-e
experience. Pendant et aprs le procs, leur comportement
resta et reste invariable parce que les causes qui ont d-
clench le procs autant que la matire qui en fut l'essence
tiennent des traditions rprhensibles don't les origins
sont multi sculaires.
Or, en ce qui concern Vilbrun Guillaume-Sam, cette
dramatique affaire produisit chez lui la plus profonde
commotion. J'ai l'impression trs nette que ce fut ce
procs qui dtermina sa resolution de devenir un jour
Chef de l'Etat non point pour se venger, j'en ai eu le
tmoignage personnel don't je ferai tat dans cet essai, -
mais pour dmontrer par des actes, que sa personnalit
est autre que celle qui a t cloue au pilori. Et cette d-
termination s'tait d'autant plus enracine en son me
que deux de ses co-condainns, Cincinatus Leconte et
Tancrde Auguste eurent le privilege de devenir Prsident
de la Rpublique.




60 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

Peut-tre, faut-il considrer come un indice signi-
ficatif de cette resolution que ce fut aprs le procs qu'il
se dcida signer SAM. Avant l'affaire, aucun de ses acts
o!';'ieis ou privs ne portait ce nom. Il s'tait content
de suivre la coutume adopte par son pre qui signait
GUILLAUME. Ainsi, par example, au course de son inter-
rogatoire durant le procs, il dclina son prnom et son
nom come suit: VILBRUN GUILLAUME.
Etait-ce donc un dfi que de reprendre le signed pa-
tronymiqui e de son ascendance avec le ferme dessein <'y
effacc" l'opprobre qu'on voulait y atiacher?
En confirmation (lu sentiment que je viens d'expri-
mer a savoir que i'ambition de prendre le pouvoir *'ren-
fona plus profondment chez Vilbrun Guillaume-Sain
aprs l'affaire, il me souvient que certain jour, j'allai lui
rendre visit quand il fut libr. Il travaillait assidinent
sur sa proprit de Paroy, dans la Plaine de Limonade. A
course de notre frugal djeuner, pendant que nous decision,
sur les affairs du Pays, pour la premiere fois, il ime
rvla ses desseins politiques sons une forme sibylline en
me distant: c'est maintenant que je dmontrerai ma cap;a-
cit de chef d'arme. Je compris sa pense sans lui en de-
mander l'explication, qu'il tait dcid faire la conqute
du pouvoir supreme mme par les armes. 11 tint parole.
C'est que cet home orgueilleux et fier qui avait une -i
haute conception de l'honneur et de la dignit, qui tait
si scrupuleux eu marire d'affaires, si fervent de l'ordre
et de la discipline s'tait vu insulter, vilipender pou-
rendre compete de quelques milliers de dollars qu'il tait
accuse d'avoir spoli l'Etat, lui qui avait si premen:
pein pour acqurir une certain aisance aprs avoir con-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


nu les plus grandes privations d'une adolescence et d'une
jeunesse accables de misre. Il eut donc la conviction que
le seul moyen de prouver que l'opinion publique s' ait
trompe sur son compete, c'tait d'arriver la supreme
magistrature de l'Etat et d'y tablir des rgles inflexible
d'ordre et d'honntet. N'avait-on pas vu Leconte entre-
prendre une srie de r'fornme- de la structure dr FEtat
qui le rendit populaire et endeuilla toute la nation quand
il fut criminellemeni sacrifi dans l'explosion du Palais
National le 8 1Aot 1912? N'avait-on pas vu Auguste lui
emboter le pas? Ponrquoi n'aurait-il pas. lui, Vilbrnn
Guillaume-Sani le ferme propose de les suivre. voire de
les dpasser?...

En attendant, il s'attela rigoureusement la besogne
quotidienne sur sa proprit de Paroy don't il voulut in-
tensifier le rendement. Il fut maintes fois sollicit de re-
prendre rang dans la formation des cabinets ministriels
pendant la brve priode des prsidences phmres entire
1911 et 1914, il s'y refusa. Il attendait son here. Il
accept, cependant, d'tre le Dlgu des Finance- au
Cap-Hatien de l'un on l'antre des Chefs d'Etat qui se
succdaient au pouvoir en un rythme acclr, de 1908
1914, parce que les obligations de cette function ne
l'empchaient pas de veiller la prosprit de Paroy. Il
connut mme l'emprisonnement politique sous l'adminis-
tration de Michel Oreste qui avait d'abord sollicit sa
collaboration. Il s'y tait drob toujours, obsd par ses
proccupations de travaux agricoles. Il fut arrt et relax.
Il devint le grand suspect don't on craignait l'action dans
une prise d'armes triomphale. L'autorit locale ne cessait
de faire le guet autour (le sa personnel et l'autorit cen-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


trale ne cessait de s'inquiter des projects qu'on lui prtait
sans qu'il et jamais dvoil le plan qu'il mijotait dans le
secret de sa pense.
Et c'tait alors une poque fertile en insurrections.
Les leaders politiques s'alternaient la prsidence danr
une ronde si fantastique qu'ils voquaient le souvenir des
gouvernements prcaires de 1843 1849.
D'abord, la chute de Nord Alexis, produite par une
insurrection parties des Cayes, qui fit triompher Antoine
Simon en 1908, on vit reparatre dans le Nord, en 1911, nu
phnomne oubli depuis 1870 aprs les deux annes de
guerre civil entire Salnave et ses adversaires. Nous vou-
lons parler de la resurrection des Cacos. Que signifie
cette designation?
Du point de viue linguistique, il semble bien qu'il
s'agisse d'une inthatse qui a transpos le vocable ver-
naculaire tako en celui de caco.
Du point de vue historique, il s'agirait plutt de la
denomination qui avait t attribue aux premiers rvolts
de la bande de Sansouci contre la domination franaise
en 1802. Si l'on s'en rapporte Madion (1), ces insurgs
avaient emprunt ce nom de takos un cuculide friend
d'anolis et qui vit dans les bois, sautillant de branch en
branch la recherche de sa proie favorite.
Dans le Nord, lorsqu'en 1869 les adversaires de Sai-
nave s'opposrent ses partisans, les deux camps se
distingurent l'un de l'autre par des denominations dif-
frentes : les cacos tant anti-salnavistes, les zandolites
tant pro-salnavistes. Cependant, la guerre finie en 1870.


(1) Madiou: Tome II P. 301.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


jamais plus da, les rencontres intestines, on entendil
parler dle cacos et de zandolites 1). Or, brusquement, en
mai 1911, dans toute la region du Nord-Est, de Ferrier,
Capotille, Mont-Organis, Vallires, les paysans se r-
\voltrent contre le gouvernement d'Antoine Simon. Les
cacos avaient reparu dans les annales de la guerre civil.
Au nom de Cincinatus Leconte, ils triomphrent des troupes
.J'Antoine Simon et amenrent Leconte la prsidence, le 11.
Aot 1911. Un an plus tard, le 8 Aot 1912, un myst-
rieux complot fit sauter le Palais National o Leconte
prit avec 300 soldats de la garden prsidentielle. Pendant
ces 12 mois. il avait fait naire de grandes esprances qui
suffisent auroler son nom d'une gloire imprissable.
Aussitt. Tancrde Auguste recueillit sa succession sans
dsemparer. Moins d'un an plus tard hlas! Le 2 Mai.
Tancrde Auguste. lui aussi, s'teignit soudainement. La
rumeur publique parla d'empoisonnement. Michel Oreste.
appel sa succession, le 4 Mai 1913, ne garda le pouvoir
que pendant sept mois. Il s'en alla la suite d'une nouvelle
insurrection issue du Nord-Est. Les cacos avaient repris
les armes en faveur de Davilhar Thodore. Ils avaient
balay tout sur leur passage jusqu'aux Gonaves o Oreste
Zamor. le pro-consul de l'Artibonite, second par son frre
Charles. Dlgu du Gouvernement dans le Dpartement
du Nord. leur infligea une dfaite qui les fit reculer
leur point de dpart. Oreste Zamor exploit sa victoire en
se faisant lire Prsident de la Rpublique en Fvrier 1914
cependant que les cacos, matres du Nord-Est tenaient
encore champagne. Le nouveau Chef de l'Etat, soldat de
% aleur, se transport au foyer de l'incendie rvolution-


t1) Dnomination vernaculaire d'anolis.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


naire pour l'enrayer. Vainement. Aprs huit mois de
combat, il s'avoua vaincu et dmissionna. Une fois de
plus, les cacos triomphants portrent Davilmnar Thodore
au bout de leurs baonnettes la supreme Magistrature en
Octobre 1914. Jamais Chef d'Etat ne fut plus populaire
Port-au-Prince. Dans notre language vernaculaire, si sou-
vent expressif, on l'appela Fr Da. Foc c li. Malheu-
reusement, ce vieillard dbonnaire, faible et bon, ne
pou, ait juguler les impulsions anarchiques des cacos.
Bien qu'il se fit entour de vigoureuses personnalits
telles que Rosalvo Bobo, par example, jamais dans Port-
au-Prince, constern et du, on n'assista un tel dbor-
dement de troupes dchanes et indisciplines. Dans les
rues. les passants taient souvent malmens et pills.
L'inquitude s'tait associe au dsapointement. On aspi-
rait au retour de l'ordre et de la tranquillit. Mme les
plus fervents amis de Thodore dploraient son impuis-
sance matriser les cacos. L'atmosphre d'inscurit don't
la capital tait enveloppe s'tait tendue sur tout le
pays.
Ce fut dans ces conditions que Vilbrun Guillaume-
Sain, entour d'autres lieutenants de Davilmar Thodore
et qui tait lui-mme le Dlgu du Gouvernement dans
le Nord, prit les armes au Cap-Hatien, en Janvier 1915.
En avait-il le droit? Certainement non. Pouvait-il
ne pas le faire? Autre dilemne. Au moment prcis o il
se dcida faire le geste de rvolte, il me semble qu'il ne
jouissait plus de la confiance du chef de l'Etat. Il tait
souponn d'infidlit et mme, certain jour du mois de
Dcembre 1914, il avait t averti qu'une expedition arme
devait partir de Port-au-Prince pour procder sa des-





VILBRUN GUILLAUNIE-SAM CE MECONNU


itution et son arrestation. Il prit toutes les measures adqua-
tes pour rsister l contre. Et voici que la vigie capoise
signal l'arrive d'un aviso de guerre. Le Dlgu qui
n'avait pas t officiellement inform de la mission don't
taient charges les autorits que transportait le vaisseau
de guerre dans les eaux capoises, vint au dbarcadre du
port. entour de ses amis. la tte des homes qui assu-
raient sa scurit. 11 command le dsarmement graduel
des troupes qui dbarquaient de l'aviso au fur et measure
que les chalands les amenaient au port, la grande sur-
prise et la grande confusion du Ministre de l'Intrieur,
Rosalvo Bobo. don't la mission secrte avait t vente et
avait chou.
En tout cas, ds lors. une telle attitude de part et
d'autre marquait un tat latent d'hostilits. Le sort en
tait jet. Il fallait abattre les carte-. Et peu de jour-
aprs, Vilbrun Guillaume-Sain runit les principles no-
tabilits de la ville et du Dpartement, et, fort de l'adh-
.ion de l'arme, fort surtout de la cooperation de maints
chefs cncos les mmes qui avaient endoss la candi-
dat ire de Davilmar Thodore et qui en avaient assur le
triomphe travers maintes pripties de la guerre civil ---
lerta la dr-hance du Chef de l'Etat qui n'avait accd
la prsidence que depuis trois ou quatre mois seulement.
Les actes dresss, les dispositions imilitaires prises, il
l';i la march sur Port-at-Prince.
Au devant de quel destiny allait-il? II ne pouvait le
savoir. Il tait confiant sur le succs de l'entreprise et en
prit la lourde responsabilit avec la conscience d'un hoim-
me qui se croyait capable de forcer la volont des dieux.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


A Port-au-Prince, c'tait la pagaille. Bien que Tho-
dore ft encore en sa residence officielle, on pressentait
la dislocation de son gouvernement. Des groups se for-
maient a et l pour prendre parti en faveur ou contre
tellers et telles personnalits don't on prnait la candidature
ventuelle la prsidence parce que, au fait, personnel
n'tait exactement au courant de ce qui se passait dans le
Nord. Encore moins, savait-on que le Chef de l'insurrec-
tion s'tait assur le concours de quelques personnalits
militaires rputes pour leur valeur intrinsque et le dy-
namisme de leur action. Ainsi lorsqu'on apprit que tels
contingents d'hommes taient placs sous la direction de
l'un et l'autre des frres Saiil Pralte et Charlemagne P-
ralte, tous deux originaires du plateau Central, on en inf-
ra qu'ils reprsentaient les intrts politiques desZamor,
issues come eux de Hinche. L-dessus on btit l'hypothse
que Charles Zamor, asil la Lgation de France, pourrait
tre le bnficiaire possible du movement rvolution-
naire. D'accord avec ce point de vue, quelques sympathi-
sants Zamoristes s'agitrent Ptionville o fut tir
nuitaiiment le canon d'alarme pour faciliter l'entre des
troupes de Charlemagne Pralte qui avaient pris position
4a 1m; les environs. Le june officer s'empressa de profi-
ter de l'aubaine :'n observant le mutisme le plus absolu
sur son appartenance politique jusqu' ce qu'il ret
'erdre du gnral en Chef de faire sa jonction avec le
rest de l'arme qui venait de triompher Saint-Marc du
seul obstacle rencontr sur sa march triomphale du Cap
Port-au-Prince. En effet, l'arme insurrectionnelle di-
vise en autant de groups que de raison sous le com-
mandement supreme de V. G. Sam, eut un choc dur
Saint-Marc avec les troupes gouvernementales places




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


sous la direction du Gnral Horelle Momplaisir domi on
connaissait la bravoure autant que les capacits tactiques.
Mais, en cette bataille don't le succs ou la dfaite dpen-
dait le sort final du Gouvernement de Thodore, le G-
nral HIorellc Momplaisir fut tu. Ses troupes se
dbandrent et ouvrirent la route de Port-au-Prince aux
insurgs. V. G. Sam fit son entre solennelle Port-au-
Prince dans la premiere huitaine de fvrier. L'ordre y
avait t pralablement tabli par Seymonr Pradel qui
avait ralli les partisans de Hilaire venus de Jacmel. En
contrast avec le gchis et l'incohrence don't les cacos
de Thodore avaient offert le spectacle attristant quand
en Octobre pass ils franchirent les portes de la capital,
ces mmes cacos, placs sous la bannire de V. G. Sam,
observrent la plus strict discipline en ce mois de fvrier,
an moment o ils atteignirent l'ultime objectif qui leur
tait assign. Personne ne fut molest dans les rues, aucun
act de brigandage ne pouvait leur tre imput. Pourtant
parmi les officers suprieurs auxquels ils devaient obir.
ils comptaient un Codio, un Ennanauel Philogne. un
Mtlus et tant d'autres chefs intrpides qui les avaient
conduits au triomphe de maintes rencontres insurrection-
nelles. La difference rsidait dans l'autorit effective
qu'exerait le gnral en chef du haut ei bas de l'chelle.
On sentait l'efficience de sa poigne, son souci de l'ordre,
sa volont d'affermir la tranquillit dans la Cit.

Il prit logement provisoirement dans une aile des
Casernes Dessalines o les troupes furent consignes. En
tenue de champagne, durant toute la journe, il reut un
grand nombre de gens venus le saluer.




VILERUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


A l'approche de la nuit, nous nous sommes trouI~
seuis, lui et moi, dans la pice o lait dress son lit.
J'ai voulu prendre cong de lui pour remonter Ption-
ville. Il me retint. Nous entammes un dialogue prlimi-
naire sur l'organisation de sol government. La premiere
chose qu'il me dt, c'est qu'au moment o il conut 1l
dessein de faire son movement, ce fut moi qu'il pensa
confier la direction de son cabinet particulier en cas
de succs. Mais au course de sa march vers Port-au-Prince,
lorsqu'il eut atteint l'Arcahaie, il interrogea Probus Louis
Blot, son compagnon de combat, sur ce que celui-ci dsirait
obtenir dans la formation de son gouvernement. Blot r-
pondit qu'il serait combl si le future Prsident de la
Rpublique voulait le nommer Chef de son Cabinet par-
ticulier.
Alors, poursuit-il, j'acquiesai son dsir sans d-
semparer, tant donn le tmoignage de fidlit et d'at-
tachement qu'il n'avait jamais cess de me donner et don't
la dernire expression a t son troite confraternit
d'action mes cts pendant la bataille de Saint-Marc .
Puis se tournant vers moi, il ajouta :
Quant vous, vous n'avez qu' choisir ce que vous
voulez .
J'approuvai pleinement son geste de reconnaissance
envers Probus Louis Blot et le persuadai, en outre, qu'en
ce qui me concernait, nous avions largement le temps,
lui et moi, d'envisager toute question relative ma posi-
tion personnelle dans le gouvernement.
Il reprit : Voyez-vous, mon ami, j'ai rgl mes af-
faires tout seul jusqu' present. Mais, maintenant, j'ai
besoin que vous m'aidiez. J'ai besoin de vos conseils. Tout





VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


d'abord. c'est a vous qu'il income dle fire la premiere
fatigu. Il a tant donn dans l'action (epuis note dJlpar:
du Cap que je ine veux pas lui imposer cette tche urgent.
Vonlez-vous bien v travailler toui d;e suite. Je voudr.ais
que ce document r;it prt ds remain martin. '\ ous (i0M-
naissez suffisammnent mon opinion sur les problme' do
notre pays pour qu'il soit ncessaire de vous indiqner e'
que doit contenir la Proclamation. D'autre part, il est
ecessaire, que vous et moi nons nous mettions d'ac'(rd
sur la composition de mon Cabinet Ministriel. Sounel-
lez-moi donc une formation ministrielle. Nous en discu-
terons et je ferai prvenir les personnalits sur le eloix
desquelles nous nous serons arrts...
A ce stade de la conversation, je lni fis remarquer
qu'il se faisait tard et que j'allais rflchir dans la pi ec"
d' ct sur la rdaction de la Proclamation et sur la
composition ministrielle.
Je le laissai et revins plus tard avec une bauche
rdactionnelle relative la Proclamation et quatre for-
mules de composition ministrielle. J'y insrai des lists
d'hommes comptents, honntes et laborieux parmi les-
quels il pouvait choisir ses collaborateurs.
Nous reprmes le dialogue.
Les personnalits que vous me proposed, me dit-il
sont toutes remarquables et contribueraient beaucoup
inspire confiance en mon gouvernement. Je me rserv,
de faire appel chacune d'elles au moment opportun. Je
suis oblig, quant present, de tenir compete de certaines
contingencies qui drivent du movement insurrectionnel.
Ainsi, voyez-vous, je dois faire de Codio mon Ministre de
la Guerre. Cela vous tonne? Je vais vous expliquer la




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


raison de ce choix. Codio a trahi Davilmar Thodore en
ma faveur. Je le sens tout prt me trahir en faveur de
quelqu'un d'autre. Il me faut l'avoir constamment sous
les yeux pour surveiller son moindre geste. Il n'est mal-
heureusement pas le seul qui soit dans le mme cas. Que
voulez-vous, c'est la rgle qui prvaut dans la situation
actuelle. En outre, il y a deux de mes amis auxquels je
tiens donner un tmoignage immdiat de gratitude : ce
sont Seymour Pradel et Darius Bourand. Mais je suis
bien embarrass. Je me suis engag envers Bourand de le
maintenir au poste de Ministre de l'Intrieur qu'il occape
provisoirement et voici qu'on m'apprend que Pradel n<
veut d'aucun autre poste s'il n'est pas nomm Ministre de
l'Intrieur. Sa determination me gne. Il est notre ami
commun. Je l'aime beaucoup cause de sa culture, de son
courage et de son civisme. Ne pourriez-vous pas le prier
de me prter son appui comme Ministre de la Justice, par
example ?
Par ailleurs, le choix qui me parat le plus dlicat,
c'est celui que nous devons faire du Ministre des Relations
Extrieures. Vous m'avez propos plusieurs noms, entire
autres, celui de M. Edouard Latortue, des Gonaves. Est-il
mari? Car vous save, je voudrais que le titulaire de ce
portefeuille soit un homme mari cause des obligations
mondaines et sociales que cette function exige. En outre,
il me semble que nous sommes en ce moment en presence
d'une situation international si prilleuse que je vous
demand de m'exposer la position de notre pays vis--vis
des Etats-Unis d'Amrique. Qu'en pensez-vous?
Mon cher Prsident, rpondis-je, jamais Hati n'a
t menace d'un plus grave pril que celui qui peut fondre
sur notre nationalit instantanment.




VLLBRUN GUILLAUME-SAMVl CE IMECONNU


Vous exagrez. interrompit-il surprise et anxieux!...
Non, Mon cher Prsident, ce que je viens de vous
dire n'est que l'expression de la vrit simple et nue tant
donn les dmarches actuelles de la diplomatic Amri--
caine dans notre hmisphre. Rappelez-vous que touted
l'Europe est ligote par la guerre et que de multiples
appeals sont adresss aux Etats-Unis pour qu'ils intervien-
nent aux cts des puissances allies France, Grande-
Bretagne et Russie. Washington va-t-il cder, en fin
de compete? Je n'en sais rien. Mais ce qui est visible, c'est
que la Maison Blanche profit de la situation embarras-
sante des puissances europennes pour intensifier son
action politique dans les Amriques et particulirement
dans la region des Carabes. Le gouvernement amricain
me parat prt applirqer dans les mers des Antilles, dans
l'Amrique Centrale, ce que depuis Thodore Roosevelt
on appelle le big stick, le gros bton, dans le rglement
des affaires inter-amricaines. Au Mexique, au Nicaragua
et plus prs de nous, d'une manire dgnise, en Rpubli-
que Dominicaine, le Dpartement d'Etat associ au Dpar-
tement de la Marine procde des interventions brutales
et inexorables. M. Taft avait camoufl cette politique inter-
ventionniste en lui substituant ce qu'il avait qualifi de
dollar diplomacy, c'est--dire, qu'au lieu de fair usage de
la force d'emble dans les conflicts inter-amricains et
pour carter tout prtexte d'irritation des puissances eu-
ropennes, il fallait jus.ifier la politique interventionniste
amricaine par la ncessit de dfendre les capitaux am-
ricains investis dans l'conomie des pays de l'Amrique
Latine. Ce fut ce point de vue que le Dpartement d'Etat
fit prvaloir lorsqu'ei 1910, le Gouvernement d'Antoine




72 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

Simon voulut contractor le faineux emprunt de cinquante
millions de francs avec la Banque de l'Union Parisienne.
11 s'agissait alors de refondre la structure de la Banque
National d'Hati don't la foundation remontait 1880 et
qui venait d'tre compromise par les tractations de son
haut personnel condamn dans le procs de la Consolida-
tion. Jusque l, je veux dire jusqu'en 1910, l'Etat Hatien
n'avait encore contract aucun emprunt sur le march
amricain et malgr les efforts de la diplomatic amricaine,
le- homes d'Etat hatiens, mfiants, aimaient mieux s'a-
dresser au capitalism europen, spcialement aux ban-
ques franaises, plutt que de solliciter la finance
amricaine d'investir des capitaux dans nos entreprises.
Mais. o~us vous en souvenez, en 1910 le Dpartement
d'Eiit intervint dans les pourparlers entire les reprsen-
taint du Gouvernement hatien et les groups financiers
ira;inai, iit pression sur le gouvernement d'Antoine
Sinon qui venait de lier parties avec des homes d'affaires
mii iiicains par le contract Mac Donald relatif au chemin
,de er de l'Artibonite et son corollaire d'exploitation de
la figue-banane. Le gouvernement allemand, lui, aussi,
intervint dans les tractations de l'emprunt. Finalement,
on admit un compromise selon lequel les souscripteurs de
liemprunt se diviseraient come suit: 6', seraient adju-
gs a l'Allemagne, 15e, iraient trois banques amricaines
dans lesquelles les intrts allemands taient prpond-
rants. 3<,' la National City Bank of New York et le rest
soit 74/' la France. Il tait bien entendu que le profit
net soit 72,3/' de l'emprunt devait tre affect liquider
la dette flottante intrieure, faire face aux obligations
de la dette extrieure de 1875, de 1896 et de celle qu'on
allait contractor. Une some de deux millions de dollars




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU 73

devait tre rserve au retrait du papier-monnaie de faon
assainir compltement l'conomie hatiennc. Mais, voui sa-
vez que par suite des multiples insurrections qui ont en lieu
depuis 5 ans, nous sonunes en ce moment dans une situa-
tion financire extrmement embrouille et qui affected
notre statut international de people indpendant tant
donn notre incapacit de faire face nos engagements
envers les puissances trangres. Les Etats-Unis qui four-
lissent en c imomient armes, munitions et argent au.xn
nations europennes en guerre, en profitent pour se subs-
tituer elles dans ncs relations politit;ue, et "oooi:i, ire-
avec elles. Ainsi ce fit en vertu de ce mandai qu'ils -,
sont attribus ---peut-tre le lui ont-elles effectivement
donn que, en Septembre dernier, un contingent de
matelots du navire de guerre amricain Mathias est
venu s'emparer de la reserve de 500.000 dollars livrs par
la direction de la Banque Nationale d'Hati qu'ils oni
transfrs New York.
Connue vous le voyez, mon cher Prsident, la situa-
tion international de ce pays ne saurait tre plus grave.
Dj, le Ministre Amricain, M. Bailly-Blanchard a t,
dit-on, jusqu' Limonade offrir un trait d'assistance
Oreste Zamor moyennant une rforme douanire qui serait
entreprise par une mission amricaine. Qu'y a-t-il di,
vrai dans tout cela? Je l'ignore. Ce qu'il y a d'incontesta-
ble, c'est que le Dpartement d'Etat est en pleine activity
pour nous imposer un modus vivendi don't je ne connais
pas la nature. En tout cas. le conseil que je me permets
de vous donner, c'est de ne pas opposer un refuse systma-
tique la tentative de ngociation qui vous sera propose.
II faudra discuter, cause. ngocier et tcher de tirer le
meilleur parti des circonstances dramatiqiies dans llestyiellP




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


nous nous dbattons. Dans ces conditions, le choix du
Ministre des Relations Extrieures est de capital impor-
tance. Pour ma part, je vous suggrerais de demander sa
collaboration votre ami Ulrick Duvivier qui a t Minis-
tre d'Hati Washington et qui connat bien la diplomatic
amricaine dans notre hmisphre...
Vilbrun Guillaune-Sam qui avait cout mon expos
avec une attention soutenue, resta un moment silencieux,
puis me dit:
Nous n'avons pas de temps perdre. Je suis tout
fait d'accord avec vous. La situation ne saurait tre plus
grave. II faudrait consulter Duvivier cette nuit mme et
s'il accepted ma proposition, qu'il vienne me voir le plus
tt que possible, remain matin, pour une prise de contact.
La conversation s'acheva sur une entire communion
d'ides en ce qui concern la formation du cabinet. Je-
quittai les casernes 2 heures du matin. Le mme jour,
plus tard, nous reprmes le dialogue un moment o le
President tait seul. Je lui rendis compete de toutes les
missions qu'il m'avait confies. Ensuite, je lui parlai de
la prochaine runion de l'Assemble Nationale au course
de laquelle il devait tre lu Prsident de la Rpublique
en confirmation du succs de sa prise d'armes et de sa
prestation de serment en cette quality. A ce propos, je lui
fis part de certaines apprehensions manifestes par quel-
ques-uns de ses amis. Il s'agissait d'une champagne active,
mene par le Snateur Stphen Lafontant qui, en l'absence
de M. Sudre Dartiguenave, trs populaire dans les milieux
parlementaires et encore retenu l'Anse--Veau, briguait
la prsidence du Snat. On savait que Lafontant et Vil-
brun Guillanme-Sain taient brouills depuis quelquc





VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


temps. On craignait que l'ardent dsir manifest par le
Snateur de prsider l'Assemble Nationale au moment
de l'lection prsidentiel'e, ne cacht quelque dessein de
manoeuvrer l'Assemble lectorale pour faire chec la
candidature du chef de l'insurrection.
Vilbruu Guillaume-Sain sourit en coutant mon pro-
pos et rpondit tout simplement :
Alors, que vent-on que je fasse l contre?.
Je suggrai qu'il fit appel la sympathie des Dputs
et des Snateurs runis la capital afin de djouer touted
maneuvre ventuelle.
Il s'cria : Non, mon ami, j'ai trop souffert de
l'intrusion des Chefs d'Etat dans les affaires internes de
notre parlement durant ma longue carrire de Dput
pour m'engager, moi aussi, dans la perptration de cette
dtestable habitude. Laissons MM. les Snateurs agir libre-
ment l'occasion de l'lection du Prsident du Snat. Ad-
vienne que pourra. D'ailleurs qui, voyez-vous, pourrait
miieux convenir la prsidence de la haute Assemble que
AI. Lafontant.
Je nommai le Snateur Milfort Jean-Francois en
:ijoutant :
Il est un ami sr....
Il rpliqua vivement:
Non, mon cher Price, vous savez comme moi que
Milfort Jean-Franois n'est pas srieux. Je respect trop
MM. les Snateurs pour leur fire proposer d'lire Jean-
Franois la prsidence de leur Assemble.
Ainsi, MM. les Snateurs poursuivirent leurs travaux
prliminaires et lirent M.S. Lafontant la prsidence du
Grand Corps. Il prsida sans incident la sance de l'Assem-




76 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

ble, Nationale au course de liqnelle Vilbrun Guillaume-
Sazi.' fut confirm ia prsidence de la Rpublique et
ur-eta le serinen coji:titit:innl.
Les jours suivants, le sige du Gouvernement fut
iransfr des Casernes la Maison Laroche, ai Champ-de-
Mars qui, plus tard et pendant de longues annes, servit
d'Anbassade aux Etats-Unis d'Amrique. Les apparte-
ients privs du Chef de l'Etat occupaient l'tage suprieur
tandis que le rez-de-chauss logeait les services divers de
la prsidence y compris ceux de son Cabinet particulier.
Vilbrun Guillaume-Sam, aid du Conseil des Secr-
taires d'Etat, prit un soin vigilant rformer le personnel
administratif. Notamment, en ce qui concernait le contrle
des Douanes, il fit appel la competence et l'honntet
notoires des honunes comme Fouchard Martineau, J. P.
Mexile, Manass St.-Fort Colin et tant d'autres. Sans s'en
vanter, son objectif consistait combattre le prjug dfa-
vorable que le procs de la consolidation avait fait natre
contre lui. Ce fut dans ce context que se plaa le sens
de l'observation suivante qu'il nie fit concernant son fils
Horace.
Ce jeune garon de 25 ans environ, sachant de quelle
haute estime son pre accueillait mes conseils et mes avis,
tait venu solliciter mon intervention pour que le Prsi-
dent le nommt un poste administratif. J'abordai le Chef
de l'Etat sur ce thme en faisant valoir que ce jeune hom-
me manifestait le dsir de servir dans le cadre d'une fonc-
tion digne de sa valeur intellectuelle.
Vilbrun Guillaume-Sain fit une moue significative et
nie dit :




VILBRUN GUILLAUME-SAM' CE MECONNU


Quelle function me conseillez-vous de lui don-
ner?
Vous pourriez le fair travailler sous vos yeux
en le nommant Secrtaire-Adjoint au Conseil des Secr-
taires d'Etat?
Ahi! non. Y pensez- ous, Horace n'a pas la
maturity suffisante pour assister aux dlibrations du Con-
seil des Secrtaires d'Etat o tant de hates et importantes
questions sont souvent dbattues.
Mais, alors. nommez-le Payeur au Ministre de
la Guerre!
Il sursauta come si j'avais raviv une blessure sai-
gnante et rpondit promptement :
Je suis sr que cette dernire proposition
n'mane pas de vous spontanment. C'est lui qui vous a
pri de m'en fair la suggestion. Non, mille fois, s'cria-
t-il indign. II n'aura aucune function de cette catgorie.
Il voudrait aller barboter dans les affaires d'argent de ce
Dpartement pour offrir mon nom en pture au public.
Dcidment ce garon n'a rien compris aux vnements
auxquels mon nom a t si malencontreusement ml.
Puis en un geste qui coupait court toute discussion :
Occupons-nous de choses srieuses. Horace attendra...
Je ne fus pas surprise de ce dfoulement qui faisait
jaillir le vritable aspect de cette personnalit encore tout
endolorie des consequences du procs de la consolidation.
J. le laissai se calmer...
Je l'entrepris quelques instants aprs sur la question
dles postes diplomatiques don't quelques-uns mritaient de
changer de titulaires. Nous en discutmes l'opportunit et
tombmes d'accord sur tous les points. Mais, il me fit la
remarque suivante :




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Il y a deux posLes auxquels je ne desire pas toucher:
celui de Washington et celui de Paris. Le premier est oc-
cup par M. Solon Mnos, mon ennemi personnel, don't
j'admire la trs haute valeur. Je ne veux pas qu'il soit dit
que mon gouvernement a dplac un home de cette en-
vergure pour satisfaire une vieille rancune. Quant au
post de Paris, occup par le Dr. Nemours Auguste, il est
difficile de trouver une personnalit aussi brillante pour
y remplacer mon vieil ami. Quand un pays est reprsent
par un Solon Mnos et un Nemours Auguste, il en tire
prestige et considration...
Dois-je clamer que j'tais heureux d'entendre de tels
propose tombs des lvres du Prsident de la Rpublique.
Je me suis laiss emporter sur les ailes d'un optimism
incomparable. Je me disais qu'avec son amour de l'ordre
et de la discipline, son ardent dsir de se rhabiliter, il
allait lancer le pays en des rformes structurelles qui le
tireraient de l'impasse conomique et financire dans
laquelle cinq annes de guerre civil et de brigandages
conscutifs l'avaient enferm. Hlas! au fur et measure
que les jours s'coulaient, j'apprenais que des vnements
nouveaux venaient obscurcir l'horizon.
Et d'abord, peu de temps aprs la prestation de ser-
ment de Vilbrun Guillaume-Sam, des troubles avaient
encore clat dans le Nord. Cette fois, c'tait le Dr. Ro-
salvo Bobo, l'ancien Ministre de i'Intrieur de Davilmar
Thodore don't le prestige intellectual et la grande popu-
larit parmi la jeunesse et la population capoises taient
notoires, qui s'tait mis la tte d'une nouvelle insurrec-
tion. Promptement, il avait balay les autorits locales de
la ville et s'en tait empar. Ce movement fit cho
Port-au-Prince o des conspirations s'ourdirent a et l.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Evidemment, la reaction gouvernementale fut aussi ner-
gique que rapide. Bientt, la prison s'emplit de dtenus
et les Lgations et Consulats dbordrent d'asils. La si-
tuation tait inquitante. Des expeditions d'hommes, d'ar-
mes et de munitions se faisaient de temps autre sur les
champs de bataille. Personnellement, je n'avais pas une
vue trs nette sur l'tendue et la profondeur du mouie-
ment. Le Prsident de la Rpublique ne s'en tait pas
ouvert moi, je ne m'tais pas cru autoris le ques-
tionner. D'autre part. mon ami Probus Louis Blot qui
pourrait ine renseigner, av:ait abandonn -onu 'jcitc (
Chef de Cabinet pour aller sur le terrain faire de 'action.
De faith, en trs peu de temps, qu'il avait t mis la tte
des troupes combattantes, il avait rtabli la situation en
faveur du Gouvernement. Par une action audacieuse, il
avait repris le Cap rput inexpugnable avec les pauvres
moyens don't nous disposons. Selon les habitudes irrpres-
sibles de ce soldat-pocte. Probus Louis Blot, empanach
de romantismue, gris de lyrisme et non moins fervent de
processes hroques, burinait de magnifiques alexandrins
entire deux combats dans la fume capiteuse des mous-
quets et des obusiers.
C'tait tout de mmiie trange de voir deux grand
intellectuals Probus Louis Blot et Rosalvo Bobo se
dresser l'un contre l'autre dans la furie sanglante des iii-
les fratricides. Signe des temps! Image dconcertante des
dissentiments qui ont constamment et maintenant plus
que jamais, empch les lites de ce pays de se joindre en
faisceau pour la gloire et le salut de la patrie commune!
Il y avait l l'un des aspects les plus dplorables de cette
perturbation social dans laquelle se dbat la nation de-
puis ses origins.




80 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

En tout cas, Port-au-Prince, un autre soldat, zel
mais fruste et de plus, cuirass d'oeillres, Charles Oscar,
commandait l'arrondissement. Il tait prpos prvenir
toute closion d'meutes la Capitale. Un phnomne
d'un autre genre, celui-l. Je l'ai connu, nagure, tout au
dbut de sa carrire. Jeune officer, membre du corps des
aides-de-camp du Prsident Hyppolite. Il habitat une
maisonnette de la rue des Miracles, dans le bloc face au
Nord, entire la rue du Peuple et la rue du Dr. Aubry.
Nous tions de proches voisins. Je logeais chez les Dca-
trel. Notre maison joignait celle de Mr. et Mme. Charles
Oscar. De surcrot, je voyais chaque matin le jeune offi-
cier, grand, mince, lgamment sangl dans son uniform
qui faisait manuvrer les soldats de la garde prsiden-
tielle au moment o je traversais la Place Toussaint Lon-
vertnre pour aller faire mon service d'tudiant en
mdecine l'hpital militaire, devenu depuis l'Hpital
gnral.
A ses heures libres, il exerait le modest mtier de
seller. C'tait en 1895-1896. Je l'ai perdu de vue pendani
un assez longtemps pour ne le retrouver que 19 ans plus
tard, en 1914. Jacimc don't il commandait l'arrondisse-
ment, nous tions alors tous les deux en service
command. J'tais, moi, charge par le Dpartement de
l'Education Nationale de faire une inspection pdagogique
en quality d'Inspecteur-Gnral de l'Instruction publique,
dans les arrondissements de Port-au-Prince, de Saltrou, de
Jacmel et des Cayes. Je parties de Ptionville dos de mule,
travers les sections rurales de Trou-Coucou, les valles
et les pics de la Selle pour aboutir Saltron. Les autorits
locales des arrondissements visits avaient reu l'ordre des
Dpartements de l'Intrieur et de l'Edncation Nationale




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


de garantir la poursuite de ma mission en me fournihiant
guides et chevaux au course de cette longue randonne de
plus de trois cents kilomtres. A 1mou passage Jac'mel,
venant de Marigot, Charles Oscar m'accueillit fort aima-
blement. Il me logea dans une pice de l'Htel de lArron-
dissement o le vacarme formidable de la soldatesque,
constamment sur le qui-vive, m'cmpchait le dormir au-
del de vingt-quatre heures. Je pris cong de mon brave
amphytrion et me rfugiai dans une pension de famille
pendant la dure de mon sjour Jacmel. Jusqu'alors.
j'avais trouv chez Charles Oscar un hommne le bon com-
merce sans le complex d'anxit et d'apprhension que
je dcouvris chez lui au moment o, Commndadant de
l'Arrondissement de Port-au-Prince. il devait v maintenir
l'ordre et assurer la scurit du Gouvernement. Or. a
plusieurs reprises je le surprise en flagrant tat de nervo-it.
prt accomplir des actes insenss.
J'en donnerai deux examples typiques.
Un jour, je traversais le Champ-de-Mars du nord au
sud. C'tait alors une place uniformment nue si l'on ex-
cepte l'rection d'une quelconque statue de J. J. Dessali-
nes. J'allais au Palais, Charles Oscar en revenait cheval,
suivi de son officer (l'ordonnance. Du plus loin, qu'il ime
vit, il me fit un signed trs pressant d'appel et me rejoignit
aussitt.
Une bonne nouvelle, m'annona-t-il, exuberant.
Quoi donc?
-J'ai mis la main sur Charles Zamor, s'exclama-t-il.
Comment, m'tonnai-je, un home si mialin a-t-il
pu se laisser entraner quelque douteuse a\enture en




82 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

dsertant la Lgation de France o il tait l'abri de tout
ennui? J'avoue ne pas comprendre un tel besoin de tur-
bulence.
Mais, non, rpondit Oscar. Il n'a pas quitt son
asile.
Alors, expliquez-vous. Je comprends de moins en
moins que vous l'ayez pris.
Vous allez saisir ma pense. Je veux vous appren-
dre qu'un hougan m'a formellement promise de me l'a-
mener...
A ces mots, j'clatai de rire. Oscar se fcha presque
et mue dit en terms narquois :
Vous jouez au blanc. Eh! bien, je vous affirmed
que si le moyen que je crois excellent, ne russit pas. je
pntrerai la Lgation de France pour m'emparer dI'
Zamnor mort on vif.
Et il peronna son cheval en toute hte...
Je restai berlu par la stupidit du propos. Ds que
j'eus atteint le Palais, j'en informal le Prsident qui haus-
sa les paules et qualifia l'algarade d'Oscar de bravade
inconsistante...
Une autre fois, je fus galement choqu d'une action
insolite du Commandant de l'Arrondissement de Port-an-
Prince.
De Ptionville on j'habite depuis si longtemlps, j'avais,
un moment donn, une curie bien monte pour assurer
mes communications avec Port-an-Prince. Mon ami Pradel
avait bien voulu augmenter le nombre de mes chevauxi
d'une unit de valeur. Un dimanche matin, j'expdiai
Montauhan, mon fidle message. Port-au-Prince. sur
le cheval de Pradel. A ma grande surprise deux heures
plus tard, un coup de tlphone m'informa que mon mes-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


sager avait t arrt et dpos en prison aux ordres du
Gnrai Charles Oscar. Je descendis an plus vite pour
4iavoir de quelle infraction il tait accus. Il me fut im-
possible de rencontrer immdiatement le gnral qui tait
en tourne travers la ville. Je fis le tour de Port-au-
Prince avant de me trouver sur ses pas. J'eus toutes les
peines du ionde le dissuader de l'erreur qu'il avait coin
mise en pregnant mon message pour un missionnaire poli-
tique venu de Jacmel l'adresse de Pradel considr
crmme un adversaire du gouvernement puisque le sus-
pect tait sur un cheval de Pradel que lui, Oscar, avait
identifi. Et le gnral se gargarisait d'avoir opr un
magnifique coup de filet policies.

Et voil en quelle trange gageure le gouvernement
de Vilbrun Guillaume-Sain tait englu ayant la tte de
sa police un agent aussi actif que born. Je dois ajouter
qu' ce moment-l papillonnait dans l'entourage du Prsi-
dent une maffia qui tait parvenue lui faire commettre
les erreurs les plus inattendues. L'une de ces erreurs fut la
nomination de Milfort Jean-Franois au Ministre de la
Guerre. J'en fis la remarque au Prsident et lui en expri-
mua mon tonnement en lui rappelant l'opinion svre qu'il
avait exprim sur Jean-Franois. Il ne put s'empcher de
m'avouer avec mlancolie qu'il avait cd la pression de
son entourage. Il ne tarda pas d'ailleurs s'en repentir
amrement puisque le Ministre envoy dans le Nord pour
prendre la direction des operations, montra son agilit d'
zbre au premier contact avec l'ennemi. Mais telle taii
I'atmosphre d'intrigues et de manigances autour du Chef
de l'Etat que ses plus fervents amis s'abstenaient d'aller
le voir. L'un d'entre eux surtout servait de cible leurs





VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


machiavliques combinaisons. Ces dlateurs savaient en
quelle haute estime, Vilbrun Guillaume-Sain tenait Pra-
del. Ils s'efforcrent de le dmolir. Le Prsident malgr
tout rsistait cette pression dmoralisante. A la fin il
s'en ouvrit moi et m'apprit que chaque semaine et de
toute la province lui parvenaient des rapports dnonant
Pradel comme le plus ardent conspirateur contre son gou-
vernement. Tenez, ajouta-t-il, ce soir mme, la police m'a
prvenu qu'entre onze heures et minuit, il doit y avoir
une runion de conjurs chez lui.
Croyez-moi, rpondis-je, tous ces rapports manent
d'une seule et mme source : votre Cabinet. C'est de l
que parent des ordres adresss des agents en province
et dans toutes les directions pour que vous soient mises
sous les yeux des informations relatives une conspiration
pradliste. Vous avez vous-mme condamn Pradel ce
sort lorsque publiquement vous avez fait l'loge de sa
grande valeur d'homme public...
Il y a, dites-vous, un rendez-vous de conjurs chez
lui cette nuit? Eh bien! Je vais m'y rendre l'heure indi-
que pour vous dmontrer le nant de l'information.
Ainsi fut fait. Je frappai la porte de mon ami entire
onze heures et minuit. Il ragea quand il reconnut ma voix.
I! se rveilla en grommelant et nous restmes longtemps a
bavarder sans qu'il et jamais souponn jusqu' sa mort
que j'tais venu chercher le tmoignage d'une dnoncia-
tion calomnieuse.
Et lorsque le lendemain, je prouvai au Prsident quel
tait le mcanisme de ce dmoniaque systme de dmoli-
tion des personnalits qui lui taient attaches, il resta
soucieux et dcontenanc. Il me pria de demander Pra-




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


.lel de venir le voir souvent afin de couper court ce tri-
potage malfaisant.
Quoi qu'il en ft, l'ennemi intrieur ne dsarma pas.
Et le pauvre Chef de l'Eita s'nervait, s'irritait, s'empor-
tait si souvent qu'il avait fini par donner l'impression
plus d'un qu'il s'enivrait. On en donna l'alarme quelques
uni de ses proches. Le vieux Gnral T. A. S. Sain, aveugle
ot invalid ine fit appeler et me tint le propose suivant :
Je me suis laiss dire que Vilbrun vit dans un tat
rpt de colre. On croit qu'il prend un verre de trop.
11 faudrait aller attirer son attention sur une telle situation
qui est pleine de prils pour lui et pour la nation.
Je m'levai vivement contre la mission don't le Gn-
ral T. A. S. Sain voulut me charger en excipant de la d-
licatesse de la dmarche. J'objectai que pareil rle lui
incombait plutt qu' moi. N'tait-il pas l'ancien, charge
d'ge et d'exprience, et qui avait de surcrot l'autorit
d'avoir exerc la hante function don't est maintenant nanti
-on ancient pupille?
Je dclinai mon incompetence. Mais je n'arrivai pas
1' convaincre. Il persista et me fit observer que nous
n'avions pas le droit ni l'un ni l'autre de laisser notre
parent aller au devant d'une catastrophe imminente...
Je cdai ce supreme argument, pris cong du Gn-
ral T. A. S. Sain et me rendis incontinent au Palais Natio-
nal o je fus reu immdiatement par le Prsident. A ma
declaration, que j'tais porter d'un important message
du Gnral T. A. S. Sai son adresse, il m'offrit un sige
en face de lui dans sa salle manger. Mais j'avais remar-
qu la presence de quelqu'un d'autre dans la pice. Je lui




86 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

en fis l'observation en spcifiant que ce don't il s'agit tait
trop grave pour tre entendu par une tierce personnel.
Qu'est-ce donc? Un complot? Une revolution de
palais?
Plus grave que tout cela...
Alors, entrons dans ma chambre coucher...
Je l'y suivis et nous nous assmes cte cte sur son
lit.
Mon cher Prsident, fis-je, le Gnral T. A. S.
Sam, alarm d'un propos qu'on lui a rapport, tant lui
qu' Dmosthnes, m'a charge de vous informer que la
rumear qui court, c'est que vous donnez l'impression
d'un home qui abuse de l'alcool. On a peur de vous
approcher tant on vous trouve irritable...
Au fur et measure que je parlais, came et mesur,
mon interlocuteur ple, les yeux exorbits, exacerb, sem-
blait devenir un fauve, prt bondir.
Il clata soudain:
M'avez-vous jamais vu ivre?
Ah! a non, rpondis-je prcipitamment. Si ja-
mais je vous avais surprise une fois, une seule fois, en un
tel tat je n'aurais pas donn an Prsident T. A. S. Sam
l'opportunit de me faire appeler pour vous en faire le
reproche. J'aurais respectueusement attir votre attention
tout de suite sur le danger qu'une pareille attitude com-
porterait pour vous, pour votre famille, pour vos amis,
pour la nation. Car vous ne vous appartenez pas. Vous
avez endoss une redoutable responsabilit. Vous devez
tre toujours prt y faire face d'une faon lucide et
sense.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Ma rponse produisit un effect foudroyant sur iii. 11
se dtendit instantanment, devint froid et recueilli. Puis,
il nie prit la main et me dit :
--Merci, mille fois merci. Non. non. mon cher Price, il
n'est pas exact que je me laisse aller des excs de bois-
son. Vous pouvez en donner la formelle assurance au
President Sain. Je le jure sur l'honneur. Si je prends quel-
quefois un air bourru et revche, ce n'est qu'un maque.
Je nie sens envelopp d'une telle atmosphere de inen-
songe, de fourberie et de trahison que je crois devoir
inspire une certain terreur afin de dsarmer ceux qui
ourdissent des machinations autour de moi.
11 se leva et alla former toutes les persienne- de la
chambre. Puis, il reprit lentement :
Voyez-vous, mme ma femme n'aurait pas pris l'ini-
tiative de la dmarche qui vous amne ici, ce martin.
Encore une fois, merci...
Et, dans le silence d'une profonde meditation. l'hon-
me entirement absorb par sa propre pense et par la
gravity des soucis qui l'accablaient, pronona les paroles
suivantes come s'il avait un obscure pressentiment du
sort qui lui tait rserv:
Si vous aimez quelqu'un, mon cher Price, ne sou-
haitez pas qu'il devienne Chef de 1'Etat.
Sur ce thme de dsenchantement, je pris cong de
lui.
La situation gnrale continuait inspire des inqui-
tudes de plus en plus grande.
Dans le nord, la guerre civil faisait rage. Une tois
de plus, cette region jadis si florissante s'appauvrissait en
profondeur.




88 VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU

A Port-au-Prince, un fait nouveau proccupait gra-
vement le Gouvernement. Il venait d'aborder l'examen
du plus difficile problme qui puisse se poser devant
l'attention des hommnes d'Etat responsables de l'honneur
et de la dignity de ce pays. Il ne s'agissait de rien de
moins que de la mission doni M. Woodrow Wilson avait
charge M. Paul Fuller auprs des autorits hatiennes
qualifies. Pour donner plus de poids la mission de son
mandataire, le Prsident (les Etats-Unis en avait fait un
Ministre Plnipotentiaire et Envoy Extraordinaire charge
de Mission spciale. Il tait autoris prsenter au gou-
vernement un project de convention politique et finan-
ciere. Le principal objectif de ce project consistait offrir
au gouvernement l'assistance amricaine pour tablir la
paix et la scurit en Hati et sauvegarder les intrt,
trangers engags dans I'conomie hatienne.
Le problme ainsi pos sollicitait une discussion ser-
re de fond et de forme.
Mais, si trange que cela puisse paratre ceux qui
connaissent peu ou proud, la souplesse multiforme de la
diplomatic amricaine, ils s'tonneront de savoir que jus-
qu'en Mai 1915, voire jusqu'au 27 Juillet 1915, le Dpar-
tement d'Etat n'avait pas encore arrt d'une faon nette
et definitive quelle modalit adopte pour oprer unii
interference dans les affairs hatiennes. Les documents
officials accessible maintenant aux investigations des
chercheurs rvlent que Washington oscillait entire l'ap-
plication d'une measure quivalant l'amendement Platt (1)
et celle de nous imposer un Receveur Gnral des Douanes
come l'exprience en avait t faite en Rpublique Do-

(1) C. f. L. L. Montaigue: Loc. cit: PP. 204-213.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


minicaine. On peut encore avancer que le principle iniice
d'une intervention quelconque dans les affaires hatien-
nes tait assez problmatique, un moment donn, du
moins, si l'on s'en rapport aux assurances officielles qui
en Furent donnes a nos reprsentants diplomatiques.
Ainsi. en deux fois, en 1902 et 1905, M. Jacques Nicola.
Lger, alors Ministre Plnipotentiaire et Envoy Extraor-
dinaire d'Hati Washington, s'en tait inquit et en
avait pos la question au Dpartement d'Etat. C'tait,
d'une part, au moment o malgr le vote ngatif du Snat,
M. Thodore Roosevelt avait conclu un Accord excutif
aiec le Gouverineiment Dominicain pour installer chez
nos voisins un Receveur oi Collecteur des recettes doua-
nires. destiny rpartir les revenues de la Rpublique a
-es cranciers strangers an prorata des dettes publiques.
D'autre part, la mime dmarche du Reprsentant
diplomatique d'Hati avait t faite pendant le procs de
la consolidation qui avait provoqu tant de reactions des
puissances trangres contre le gouvernement de Nord
Alexis.
M. Powel. alors Ministre Plnipotentiaire et Envoy
Extraordinaire des Etats-Unis en Hati, avait transmis au
Dpartement d'Etat l'opinion de certain commerants
trangers qui prconisaient contre nous un traitement si-
milaire celui inflig la Rpublique Dominicaine.
A ces diverse dmarches. M. Hay. Secrtaire d'Etat.
avait rpondu par la note suivante:
Le Gouvernement des Etats-Unis d'Amrique n'a
l'intention d'annexer ni la Rpublique d'Hati, ni la Rpu-
blique Dominicaine et n'a pas non plus le dsir de pren-
dre possession ni de l'une ni de l'autre soit par la force.
soit par des ngociations, et mme si les citoyens de l'une




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


et de l'autre Rpublique sollicitaient l'incorporation d.
leur pays lUnion Annricaine, il n'y aurait pas d'incli-
nation de la part du Gouvernement National, ni non plus
dans la sphre de l'opinion publique d'agrer, une tell
proposition. Nos intrts sont en harmonie avec nos sen-
timents en vous souhaitant une paix continue, la pros-
prit et la conservation de votre indpendance. (1)
Sur la foi d'une telle declaration, on pouvait conclure
quc Hati tait indemne de toute menace d'intervention
amricaine dans la solution de ses problmes domesti-
ques une condition, cependant : il fallait que la paix
intrieure ne ft pas trouble et que ne fussent pas dis-
sips les moyens don't nous disposons pour faire face aux
obligations que nous avons contractes envers l'tranger.
C'tait en quelque manire nous proposer de trouver la
solution de la quadrature du cercle tant donn que l'am-
bition invincible de nos candidates la prsidence d'acca-
parer le pouvoir par la force, plonge le pays tous le
quatre ou cinq ans dans la guerre civil.
Evidenmment, entire 1889 et 1902, nous emes une
exceptionnelle priode de paix. Mais, entire 1908 et 1915,
le cycle infernal des insurrections avait t rtabli. D'An.
toine Simon Vilbrun Guillaume-Sam, il y eut une course
prsidentielle chevele : sept chefs d'Etat se sont succd
au pouvoir en sept ans. Nous avions vraiment dpass la
measure du dsordre.
Et quelle fut la situation financire du pays en ce
laps de temps?
Catastrophique.
(1) Cf. Hati and The United States 1714-1938 par Ludwell Lee
Montaigue.- Duke University Press Durham, North Carolina 1940
PP. 190-191.




VILBRUN GUILLAUME-SAM CE MECONNU


Dans une communaut o le budget de 1Etat tait
bas uniquement sur les taxes douanires prleves l'ex-
portation des denres agricoles l'tranger et sur l'impor-
tation des marchandises d'outre-mer, il est certain que les
troubles civils exeraient une profonde perturbation sur le
mode de production du caf qui tait la principal et la plus
rentable denre d'exportation. L'Etat accul, recourut aux
expdients des emprunts sur place des taux excessii's
pour faire face aux dpenses courantes et aux charges
crasantes (les armes mercenaires perptuellement en
champagne. Aux emprunts de 674.000 dollars en 1911
mis au taux de 81%, il fallait ajouter ceux de 609.000
dollars en 1913 ai taux de 78%, ceux de 714.000 dollars
en 1914, puis ceux de Juin 1914 de 525.000 dollars aux
taux de 60%. Les Maisons allemandes de la place de
Port-au-Prince furent les gros souscripteurs de ces divers
emprunts. Il en rsulta que les intrts allemands du point
de vue commercial et financier avaient acquis une impor-
tance considerable dans notre conomie. Ils taient con-
trebalancs par les intrts franais qui, depuis l'poque
colonial, avaient toujours eu la prpondrance dans nos
affaires, tant donn que notre premiere dette extrieure,
en 1825, de $ 30.000.000 avait t cte la Bourse de
Paris pour faire face l'indemnit rclame par la France
en compensation de la valeur des proprits coloniales
confisques par l'Etat aprs notre guerre de l'indpen-
dance. En outre, il faut considrer que le march du
Havre avait toujours t la place favorite de nos tran-ac-
tions sur le caf et que l'article de Paris tait la mar-
chandise la plus recherche de notre commerce. Ce ne
fut qu' une poque fort tardive, vers 1904, que des sp-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs