<%BANNER%>

DLOC



Courrier (French)
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095067/00118
 Material Information
Title: Courrier (French)
Physical Description: Serial
Language: English
French
Portuguese
Spanish
Publisher: Hegel Goutier
Place of Publication: Brussels, Belgium
Publication Date: 07-2011
 Subjects
Genre: serial   ( sobekcm )
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
System ID: UF00095067:00118

Downloads

This item is only available as the following downloads:

( PDF )


Full Text

PAGE 1

REPOR T AGE Le Nigria Un pays mergentDECOUVRIR LEUROPE LIslande Terre de feu et de glace DOSSIER Tourisme ACP Le baromtre au beau fixewww.acp-eucourier.infoN. 24 N.E J UI LLE T A OT 2011LeLe magazine des relations et cooprations Afrique Carabes Pacifique & Union Europenne C urrier

PAGE 2

SommaireLE COURRIER, N.24 NOUVELLE SERIE (N.S)EDITORIAL 3 PROFIL Jacques Delors, visionnaire pragmatique 4 Architecte du groupe ACP : Sir Shridath Ramphal 5 SANS DTOUR Stephen OBrien 6TOUR DHORIZON Libria va bien, de lextrieur 8 LUniversit panafricaine sur les rails 10 Ken Ndiaye et son Horloge du Sud Bruxelles 11 Un cadre solide pour lagriculture africaine 12 Les plus pauvres, oublis des OMD 13 Naissance de la 54e nation africaine 13 LAfrique du Sud en lice pour hberger le plus grand radiotlescope du monde 14 Phase pilote du Corps volontaire daide humanitaire de lUE 16 Dessiner un monde meilleur 17 DOSSIER ACP: Tourisme Le tourisme ACP a le vent en poupe 18 Le tourisme dans lOcan indien rsiste la rcession mondiale 19 LAfrique est une destination trs courue : Taleb Rifai 20 LAfrique de lOuest monte dans les classements 22 Un projet de lUE pour stimuler le tourisme dans le Pacifique 23 Carabes : plus de visiteurs qui restreignent leurs dpenses 24LA SOCIETE CIVILE EN ACTION AfriKids : De laide et de lespoir aux enfants ncessiteux 26 DOSSIER 18 TOUR DHORIZON 8 Comit de rdaction Co-prsidents Mohamed Ibn Chambas, Secrtaire gnral Secrtariat du Groupe des Etats ACP www.acp.int Fokion Fotiadis, Directeur-Gnral DG EuropeAid Commission europenne ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm Rdaction Directeur et Rdacteur en chef Hegel Goutier Journalistes Marie-Martine Buckens (Assistante Rdacteur en chef) Debra Percival Assistant ditorial et de production Anna Bates Assistant de production T elm Borrs Ont particip ce numro : Sylvia Arthur, Sandra Frederici, Andrea Marchesini, Okechukwu Umelo, Bram Posthumus, Francis Kokutse, Bernard Babb Gestionnaire de projet Gerda Van Biervliet Coordination artistique Gregorie Desmons Conception graphique Loc Gaume Relations publiques Andrea Marchesini Reggiani Distribution Viva Xpress Logistics www.vxlnet.be Agence photo Reporters www.reporters.be Couverture Welcome Statues Ile de Lagos, sculpteur Olubodun Shodeinde reprsentent trois chefs traditionnels. Cette sculpture symbolise les conseils adresss aux visiteurs de Lagos : Ne pas tre lent, ni stupide et ne jamais abandonner ce qui vous appartient. Hegel Goutier Contact Le Courrier 45, Rue de T rves 1040 Brussels Belgique (UE) info@acp-eucourier.info www.acp-eucourier.info T l.: +32 2 2345061 Fax: +32 2 280 1912 Publi tous les deux mois en anglais, en franais, en espagnol et en portugais Pour toute information concernant labonnement, Veuillez consulter notre site web ladresse www.acp-eucourier.info ou envoyez un courriel ladresse info@acp-eucourier.info Editeur responsable Hegel Goutier Consortium Gopa-Cartermill Grand Angle Lai-momo Les opinions exprimes sont celles de leurs auteurs et ne reprsentent pas la position ofcielle de la Commission europenne ou des pays ACP La Commission europenne et les pays ACP ou toute personne agissant en leur nom, dclinent toute responsabilit quant aux informations contenues dans la prsente publication et aux ventuelles erreurs qui pourraient sy tre glisses en dpit dune prparation et dune vrication attentives.Fin du Courrier Comme annonc prcdemment, ce numro 24 de la nouvelle dition du Courrier est le dernier tre publi. Le Secrtariat ACP qui avait voulu de ce projet et la Commission europenne qui lavait financ sont dans un phase de rvision de leur politique de communication. Lquipe du Courrier remercie les lecteurs et les internautes qui lui ont fait confiance et lui ont t dune grande fidlit. Et qui ont, daprs les sondages, apprci dans une grande majorit son objectivit tout en sachant que la publication tait finance par des institutions. C urrierLe

PAGE 3

N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011Les ONG nigrianes : plus pragmatiques et moins critiques 51 Femi Kuti : lhritier incontest de lafrobeat 52 Nollywood, nouvel empire du cinma, a son historien 53 Abuja bouge 54 Diaspora Carabe 54INTERACTIONSStratgie Afrique-UE : une runion ddie la dmocratie et la croissance conomique 55 Prmisse dune nouvelle politique agricole mondiale 56 Migration, commerce et le Sud Soudan : Rencontre avec les ministres ACP et EU 57CRATIVIT Musa. Icne soudanais de lart 58 Couleur Caf 2011 59 'SFINKS Mixed' festival 59 Fetish Modernity 60 Filmes Africaines sur demande 60 MobiCINE 61 Hati prsente pour la premire fois la Biennale de Venise 62AUX PLUS JEUNESOui Le Nigria envoie des satellites en espace 63 LA PAROLE AUX LECTEURS/CALENDRIER 64DE LA TERRELAfrique de lEst, vitrine de la gothermie 28 DCOUVRIR LEUROPEIcelande LIslande, limprvisibilit rige en art de vivre 30 De lAlthing au Parlement europen 31 Ethique et finances 32 Prochain objectif, lEurope 33 Une coopration cible et efficace 34 Reykjavik la littraire 36 De la lave dans les veines 38 COMMERCE BEI et ACP Nouvelle dynamique pour le financement des PME 39 ZOOMZinkp : Le miroir de lme 40 REPORTAGENigria Nigria. En attendant de devenir un pays mergent 42 De la ligne de fracture 44 Objectifs de dveloppement presque atteints 45 Rien moins qu'aider le Nigria devenir une puissance 47 Combattre la mal-gouvernance pour librer dnormes potentiels 49 Dialogue ministriel permanent entre le Nigeria et lUE 50 Plus contre un systme que contre le Chef de l'Etat 50 REPORTAGE 42ZOOM 40DCOUVRIR LEUROPE 30CRATIVIT 58 Farewell Robert Iroga Lquipe du Courrier en profite aussi pour remercier Robert Iroga, membre du Conseil ditorial du Courrier en sa qualit de porte-parole du Groupe ACP. Robert a accompagn le projet dans sa phase de finalisation et au cours de toute son volution avec dvouement et fraternit et a aid la rdaction mieux connatre cette extraordinaire rgion quest son Pacifique natal. Il retourne aux Iles Salomon. Bon vent, Robert.

PAGE 4

2 Planete Nollywood. Lindustrie Nigeriendu divertissement est trs anim En haut gauche / Le comdien Femi Adebayo parle avecune candidate dans le concours Miss Global Nigeria En haut droite / Vicki, danseuse de hip-hop, chorgraphe Centre / Les gmeaux Oshadipe(de droite gauche: Kenny et Taiwo Oshadipe), chanteurs, interprtes, ralisateurs vido En bas gauche / Whitney Wonder, une popstar de 8 ans En bas droite / Koffi, comdien, star de cinma etde la musique Le C urrier

PAGE 5

N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 3Il y a dj presque quatre ans, pour la sortie de la nouvelle dition du Courrier nous soulignions que la publication se voulait en phase avec les changements survenus durant les trois ans environ de suspension du magazine. Ce laps de temps avait surtout vu le dve -loppement de lInternet et nous citions le philosophe franais Alain Finkielkraut pour qui cet outil est le mlange le plus intriqu de vrits et de mensonges. Depuis, lInternet a continu, en conjonc -tion avec dautres supports de communi -cations twitter, tablettes numriques, golocalisation et autres lenvahissement de recoins de la vie prive et publique. Mais surtout le monde a chang dans ses fondements. Lunipolarisation du monde sous la bannire du libralisme occiden tal, trop vite annonce aprs la chute du mur de Berlin, a vite t circonvenue par une multipolarisation, avec la perce de pays mergents dans quatre directions. Qui sont une reconqute de leurs propres marchs intrieurs, lappropriation de technologies des pays occidentaux en devenant leurs usines, la pntration des marchs europens et nord-amricains, et un ancrage prpondrant dans les mar -chs africains. La Chine par exemple a russi une victoire la Pyrrhus sur ses concurrents dans la quasi-totalit des pays africains. Le Brsil y est aussi trs prsent, lAfrique du Sud aussi, videmment. Et jusqu des puissances moyennes asiatiques et latino-amricaines qui y dament le pion lAmrique, lEurope et le Japon.La deuxime grande mutation de ces der -nires annes rside dans la crise cono mico-financire qui a dbut en 2008 et qui est en train de cingler les Etats-Unis et lEurope et qui a fait dire un com -mentateur financier de la Radio tlvision belge francophone (RTBF) : Nous avons longtemps impos des mesures daus -trit aux pays pauvres. A nous de les subir maintenant. Le 1er pays dvelopp en avoir lourdement pti est lIslande, premier pays non-membre de lUE que nous couvrons dans Dcouverte Rgion dEurope. Elle y est candidate. Mutation aussi en Afrique, qui a jusqu prsent rsist plutt bien la crise finan -cire mondiale grce des fondamentaux solides. Le pays qui fait lobjet du grand reportage de ce numro 24 de la nouvelle dition du Courrier le Nigria, est symbo -lique. Malgr ses problmes notamment diniquit sociale, ses rsultats macro-co -nomiques sont au vert. Mme si son boom conomique relatif repose sur le ptrole, de nombreux secteurs y sont prometteurs, comme celui des industries du cinma et des spectacles et celui des infrastructures. Ce pays sapprtait envoyer ses 2e et 3e satellites dans lespace quand notre maga -zine allait sous presse. Au moment aussi dailleurs o lon apprenait que lAfrique du Sud allait construire le plus grand radiotlescope du monde. Ce numro du Courrier en parle, comme il rend compte du classement de lAfrique comme une success story par lOrganisation inter -nationale du tourisme. Qui signale par ailleurs que le Pacifique se positionne dans ce secteur grce laide de lEurope et que la Carabe y maintient ses positions. Il faut aussi retenir dans une analyse go -politique quil y a une extension des dmo -craties formelles et un recul significatif des conflits arms en Afrique. Le prin -temps dans les pays arabes doit aussi tre pris en compte dans leurs futures relations politiques et avec lAfrique sub-saharienne et avec lEurope. Au sein de lUnion europenne, la poli -tique de dveloppement et le nouveau Service europen daction extrieure (SEAE) sont connexes. Au moment o les ACP, premptant de changements importants dans leur coopration avec lUE, ont lanc une rflexion sur ce sujet, les deux partenaires ont sans doute besoin de redfinir la politique de communi -cation sur leurs relations. Le Courrier qui publie son dernier numro, salue les lecteurs qui lont accompagn et espre avoir t pour eux le doigt qui indique lendroit o quelque chose se passe. En tant sr quils regardaient le chemin et pas le doigt. Hegel Goutier Rdacteur en chef Le doigt et le chemin

PAGE 6

Jacques Delors, visionnaire pragmatique Hegel GoutierJacques Delors a, sans conteste, marqu profon dment la consolidation de l'Union europenne durant ses trois man dats la prsidence de la Commission Europenne, de 1985 1994. Les relations entre L'UE et les ACP ont aussi t dpoussires sous sa prsidence, notamment avec une dimension politique plus affirme lors de la rvision de l'Accord de Lom en 1995.Mthode communautaire, compromis et volontLorsque Delors arrive en 1985 la tte de la Commission europenne, ce poste tait celui d'un trs haut fonction naire international. Quand il le quittait, le Prsident de la Commission tait considr l'gal d'un chef d'Etat. Il avait reu un fauteuil, il l'avait transform en trne. Avec pour levier, l'coute de l'autre, la recherche de compromis sans y sacrifier la volont et le cap fix. Avant son arrive la Commission, en tant que ministre de l'Economie et des Finances de France, il avait en juin 1984 labor l'accord dli cat du "rabais britannique", une rduction de la contri bution du Royaume Uni aux finances de la communaut. Il allait s'atteler ds son arrive la tte de la Commission le 6 janvier 1985 au problme plus global des mthodes de fixation du budget de la com munaut. En visitant chacun des chefs d'Etat de l'Union et discuter de ce point et de ses projets. Entre compromis et dtermination il a fini par faire accepter ses propositions par les membres du Conseil. Celui-ci a, dans la foule, ava lis le rapport Delors en vue de l'achvement du march intrieur (avec la libre circu lation des marchandises, ser vices, capitaux et personnes) l'horizon 1992. L'Acte unique adopt en 1986 qui regroupait les diffrents traits rgissant la communaut et rvisait le rle des institutions commu nautaires, inclut les disposi tions relatives ce march. L'objectif fix, a t atteint avec l'adoption du "Trait sur l'Union europenne" plus connu sous le nom de "Trait de Maastricht" en 1992 et l'entre en vigueur en 1995 de la Convention Schengen sur la libre circulation des personnes entre les pays signataires. Une anecdote personnelle. A la fin des annes 90, aprs une intervention du Prsident Delors en salle de presse sur sa conception de la libre cir culation des personnes, nous lui avons demand si cette libert sera aussi garantie aux immigrs lgaux dans l'un des pays de l'Union. Il nous avait rpondu "Monsieur, je prends ici l'engagement devant vous et tous vos collgues journalistes que je me battrai jusqu'au bout pour que ce soit ainsi". Environ un an plus tard, nous l'interviewons sur une autre question et d'emble, il a enchan : "Monsieur je n'oublie pas l'engagement que j'avais pris sur la libre circu lation des immigrs lgaux". Ainsi dit, ainsi fait. Cohrence et l'harmonie d'une vision de l'homme, de la socit et de la politique caractrisent Jacques Delors. Ce qui se reflte dans son action et ses nombreuses publications. Commentant la tlvision, la sortie de 'Mmoires' son refus de se pr senter aux lections franaises de 2005 alors que les sondages le donnaient gagnant, il a rpondu : "Les dceptions de demain seraient pires que les regrets d'aujourd'hui". Jacques Delors est encore aujourd'hui l'une des voix les plus coutes sur l'avenir de l'Europe. Avec raison. 4ProfilJacques Delors Reporters

PAGE 7

Architecte du groupe ACP Sir Shridath RamphalSir Shridath Ramphal est lun des architectes du groupe Afrique, Carabes et Pacifique (ACP). De 1975 1990, il occupait le poste de Secrtaire gnral du Commonwealth. Aujourdhui encore, il reste impliqu dans les dfis environnementaux, gouvernementaux et de dveloppement et est un fervent dfenseur de lintgration caribenne. Debra PercivalSir Shridath Ramphal est considr comme lun des plus minents hommes dEtat des Carabes ; sa carrire a travers les frontires et les continents. Il a suivi des tudes de droit au RoyaumeUni avant de rentrer, en 1953, dans son pays d'origine, l'poque encore appel Guyane Britannique. En 1965, le Premier ministre Forbes Burnham le nomme procureur gnral et il participe la cration de la nouvelle constitution du pays. Le Guyana obtient son indpendance en 1966. En 1970, il est fait chevalier et, deux ans plus tard, il devient Ministre des Affaires trangres et joue un rle prpondrant dans l'laboration de la politique de non-alignement du pays. Il est respect pour ses comptences diplomatiques, qui lui ont permis dentraner 46 nations africaines, caribennes et du Pacifique dans des ngociations sur un accord daide et de commerce de grande envergure avec lancienne Communaut conomique europenne (CEE), qui comptait lpoque neuf Etatsmembres. En 1975, l'Accord de Georgetown, sign au Guyana, institutionnalise le groupe ACP et scelle la Convention de Lom I, conclue avec lUE (19751980). Des liens solidesSelon Sir Shridath, les ngociations en vue de la Convention de Lom I ont offert aux pays du Sud leur premire opportunit de ngocier un rgime global et novateur bas sur des liens conomiques avec le monde dvelopp. Laccord octroyait des prfrences commerciales spciales (pour le sucre, les bananes et le riz) aux Etats ACP. Pour l'Europe, c'tait une exprience nouvelle et salutaire ; pour les pays ACP, ctait une exprience nouvelle et rassurante, a indiqu Sir Shridath, qui a jou un rle prpondrant dans les ngociations. Lors de l'entretien qu'elle a accord au Courrier au dbut de 2011, Carolyn RodriguesBirkett, actuelle Ministre des Affaires trangres du Guyana, a rvl que Sir Shridath lui avait fait prendre conscience des liens forts et durables entre les Etats ACP. LAccord de Georgetown a toujours eu pour objectif dtendre son domaine de comptences et de ne pas se limiter aux seules relations avec lEurope, nous a-telle expliqu. Les rcents changements gopolitiques et lincertitude qui pse actuellement sur les futures relations entre le groupe ACP et lUE au terme de la Convention de Cotonou (2008-2013) ont largi les perspectives des pays ACP. Conformment loptique de Sir Shridath et des fondateurs du groupe ACP, ils cherchent actuellement forger de nouveaux partenariats avec d'autres Etats, dont la Chine, le Brsil et l'Inde. Cependant, le manque de volont politique des responsables caribens pour faire progresser lintgration dans leur propre rgion inquite Sir Shridath. Se rfrant une rcente tude de lInstitut des relations internationales de l'Universit des Indes occidentales, il a dclar, en Jamaque en juillet dernier, que les problmes caribens ncessitaient des solutions caribennes. Le changement climatique, la criminalit transnationale, le dclin des industries rgionales, la scurit alimentaire, les dfis gouvernementaux, la diplomatie internationale, etc. sont des sujets qui ne peuvent tre rgls efficacement que N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 5Sir Shridath Ramphal Reporterspar des mesures rgionales coordonnes, indique ltude. Sur l'chiquier international, Sir Shridath traite aujourd'hui encore de thmes lis au dveloppement, tels que la migration internationale, par le biais du Ramphal Centre, un centre de recherche intellectuel sur les questions politiques bas Londres, quil a fond en 2008. Il a pour but de fournir des tudes dtailles et de proposer des ides afin dassister les 54 Etatsmembres du Commonwealth et les autres nations en matire de politique.Pour de plus amples informations sur le Ramphal Centre, surfez sur : www.ramphalcentre.org

PAGE 8

6Le C urrier Sans Dtour Debra PercivalEn bref, quelles sont actuellement les priorits du Royaume-Uni en termes daide au dveloppement ? Nous sommes en train de revoir notre bud -get ddi l'aide afin d'assurer un impact maximum sur le terrain et de garantir aux contribuables britanniques que leur argent de vaccinations infantiles contre les mala -dies vitables et dviter la mort inutile de 250 000 nouveau-ns. Le Royaume-Uni est-il en bonne voie de respecter ses engagements en matire de pourcentage du PNB accorder laide dici 2015 ? Le Royaume-Uni respecte la promesse quil a faite aux plus dmunis. Lors de lexamen des dpenses de l'an pass, nous avons tabli une mthode pour respecter Le Royaume-Uni remanie ses dpenses en matire de dveloppement Entretien avec Stephen OBrien, Sous-secrtaire dEtat britannique pour le Dveloppement international Stephen O Brien occupe le poste de Sous-secrtaire dEtat britannique pour le Dveloppement international depuis mai 2011. Il est responsable de la politique avec lEurope au sein du Dpartement du Dveloppement international, dirig par Andrew Mitchell, Secrtaire dEtat au Dveloppement international. Connu pour ses actions mondiales contre le paludisme, il a galement occup diverses fonctions au sein de l'opposition conservatrice. Dans un entretien avec Le Courrier, il exprime son soutien aux changements demands par le Commissaire europen au Dveloppement, Andris Piebalgs, qui souhaite que les dpenses de lUE consacres laide soient plus dterminantes et efficaces. Des objectifs que poursuit dj le Royaume-Uni dans le cadre de ses programmes daide au dveloppement bilatraux. Vaccination contre la rougeole, province de Merawi, Ethiopie. Pete Lewis / DFID. La vaccination est une priorit absolue est dpens intelligemment. Nous voulons galement concentrer nos efforts sur un plus petit nombre de pays et dagences afin de dcupler limpact de notre aide. Ces objectifs ncessiteront des programmes dtaills et des mesures strictes de scu -rit pour pouvoir suivre les dpenses et tre sr qu'elles font vraiment une diff -rence. Nous allons galement modifier notre faon daccorder laide, qui dpend actuellement des rsultats enregistrs. Ces rformes vont permettre de scolariser 11 millions denfants, daugmenter le nombre

PAGE 9

7 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 notre promesse daccorder 0,7% de notre produit national brut l'aide au dvelop -pement ds 2013. Nous sommes le 1er pays du G8 avoir labor une mthode pour atteindre cet objectif. Le Royaume-Uni a rcemment revu sa politique de dveloppement. Le pays a mis un terme ses programmes bilatraux avec plusieurs pays en dveloppement et avec certaines agences intergouvernementales. Pourquoi ? Ces rvisions ont rendu laide publique plus cible et efficace, car nous avons tabli des mesures pour loctroyer ceux qui en ont le plus besoin. Le Royaume-Uni va mettre un terme aux programmes bilatraux dans des pays tels que la Chine, le Vietnam et la Serbie, qui nont aujourdhui plus besoin de notre soutien. Nous allons rediriger largent des contribuables britanniques vers des pays o il peut avoir un impact rellement positif pour les plus dmunis. Notre soutien bilatral va se concentrer sur 27 des pays les plus pauvres du monde, qui reprsentent trois dcs sur quatre dans le monde durant la grossesse et prs de trois dcs sur quatre dus au paludisme dans le monde. Prs de deux tiers des programmes se concentreront sur des Etats en conflit et vulnrables, dont la plupart est trs loin d'atteindre les objec -tifs internationaux en matire de pauvret. Nous avons galement adapt notre soutien aux grands organismes daide multilatraux : nous avons mis un terme notre soutien quatre agences, juges trop peu efficaces, et nous avons augment notre aide aux organisations les plus performantes. Tous les organismes multilatraux dont lUE doivent prouver que leurs programmes d'aide sont rellement efficaces. Dans le milieu de laide au dveloppement, on entend beaucoup parler dinstruments innovants. Le gouvernement britannique a-t-il introduit de tels outils ? Nous avons dvelopp des mthodes nou velles et innovantes pour augmenter laide et les investissements dans les pays les plus pauvres. Par exemple, la Facilit internatio -nale de financement pour la vaccination a dj permis dviter 1,4 million de morts dues la fivre jaune, la polio ou la rougeole et le Groupe de dveloppement des infras tructures prives, soutenu par le RoyaumeUni, a dj permis dinvestir 14,5 milliards de dollars dans les tlcoms, lnergie et les infrastructures de transport, et ce au bn fice de 100 millions d'habitants des pays en dveloppement les plus pauvres. Mais cela ne peut pas se substituer notre budget officiel daide publique. Selon un rcent rapport du G8, les huit nations les plus riches doivent encore trouver 19 milliards de dollars pour respecter leur promesse. Mais cela ne peut pas se substituer notre budget officiel daide publique. Selon un rcent rapport du G8, les huit nations les plus riches doivent encore trouver 19 milliards de dollars pour respecter leur promesse. Il est capital que tous les membres de lUE se montrent la hauteur de leurs engage ments, tout comme le Royaume-Uni. Mes collgues et moi continueront de maintenir la pression sur les responsables de lUE au Conseil europen afin qu'ils respectent leurs promesses et maintiennent au moins le pourcentage ddi laide dans le prochain budget long terme de l'UE. Nous navons pas dautre solution pour atteindre les objec -tifs conclus l'chelon international pour lutter contre la pauvret dans le monde.Par ailleurs, dans la Corne de lAfrique, nous assistons la crise la plus catastro -phique de notre gnration. Le Royaume-Uni montre la voie suivre. Nous avons dj offert 90 millions de livres (102 millions d'euros) pour aider plus de deux millions de personnes dans la rgion, en leur four -nissant de la nourriture, de l'eau potable et des abris. En automne 2011, le Commissaire Andris Piebalgs devrait mettre sur la table deux propositions relatives aux modifications des programmes dappui budgtaire et de politique de dveloppement en gnral2. Elles seront dbattues par les ministres de lUE. Quelles sont les recommandations que vous aimeriez entendre ?Le plus important est la faon dont le sou -tien budgtaire est accord. Lorsquelle fournit son soutien budgtaire, lUE doit sassurer de disposer dvaluations rigou -reuses du risque politique, conomique et financier pour chaque pays afin de garantir que laide atteigne bien les bnficiaires qui elle est destine. Laide de lUE en particulier doit viser sortir les plus dmunis de la pauvret. Par ailleurs (en tant que 2e donateur du monde), lUE devrait s'employer stimuler la croissance conomique et dvelopper le secteur priv dans les pays en voie de dveloppement, ce qui leur permettra de sortir de la pauvret. Il est capital que laide de lUE soit plus transparente, oriente vers les rsultats et quelle continue viser les objectifs de pauvret les plus ngligs, y compris dans les Etats les plus instables.Pensez-vous que lintroduction du Service europen pour l'action extrieure (SEAE) va modifier sensiblement les politiques de dveloppement de l'UE ? Le Service europen pour laction ext -rieure a lopportunit damliorer la faon dont lUE fournit son aide, en amliorant considrablement la coordination des politiques trangres et de dveloppement de lUE et en vitant les doubles emplois inutiles. Le Commissaire europen au Dveloppement, Andris Piebalgs, a tou -jours une responsabilit financire claire dans le cadre des dpenses daide publique et il collabore activement avec le SEAE pour assurer une approche plus coordon -ne. Nous travaillons troitement avec le Commissaire au Dveloppement et avec le SEAE pour maximiser les bnfices qu'ils gnrent en coordonnant davantage les politiques europennes en matire de com -merce, conflit, changement climatique et soutien humanitaire afin d'aider les plus dmunis.Pour en savoir plus sur les politiques daide au dveloppement du Royaume-Uni : www.dfid.gov.uk/changinglives. 1 Pour en savoir plus sur la consultation publique mene sur l'appui budgtaire : http://ec.europa.eu/europeaid/how/publicconsultations/5221_en.htm2 Pour en savoir plus sur la consultation publique sur la politique de dveloppement : http://ec.europa.eu/europeaid/how/publicconsultations/5241_en.htmVaccination contre la rougeole, province de Merawi, Ethiopie. Pete Lewis / DFID. La vaccination est une priorit absolue Il est capital que laide de lUE soit plus transparente, oriente vers les rsultats et quelle continue viser les objectifs de pauvret les plus ngligs, y compris dans les Etats les plus instables Stephen O'Brien ( droite) coute Gomun Faustin, qui a quitt la Cte dIvoire pour se rfugier au Liberia Robert Stansfield/DFID

PAGE 10

8Le C urrier Tour d'horizon Bram Posthumus *Tout est en place pour les lections prsiden tielles, affirme James Fromayan, Prsident de la Commission lectorale nationale. Si elles ont lieu en octobre, nous serons prts ; si elles on lieu en novembre, ce sera un avantage. Mais nous sommes prts. On prvoit que la prsidente actuelle, Ellen Johnson-Sirleaf, remportera une victoire incontestable sur les nombreux concurrents. Lune des ralisations de son gouvernement quelle ne se lasse jamais de souligner est le redressement conomique. Il y a cinq ans, elle a hrit dun pays en ruine : des maisons cribles de balles, des ponts dtruits, pas dlectricit, aucun approvisionnement fiable en eau potable. Le Libria sen sort bien lextrieur Les Libriens iront voter la fin de 2011. La prsidente en titre, Ellen Johnson-Sirleaf, se prsente pour un second mandat et sera trs probablement rlue. O en tait le Libria lors de son entre en fonction il y a cinq ans et quel chemin a-t-il parcouru depuis ? Monrovia, un gigantesque chantier Martin Waalboer Ellen Johnson Sirleaf, Prsidente du Liberia Reporters

PAGE 11

9 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Son gouvernement devait relancer lco nomie, crer des emplois, mettre fin la corruption et gurir la nation. RedressementLe redressement conomique sest plu -tt bien droul. La croissance sest av re stable, de 5 10% au cours des cinq dernires annes. Il est vrai quelle tait proche de zro : depuis 1980, le Libria na connu que la mauvaise gestion et la guerre civile. Mais le pays semble bien se trouver dans une meilleure situation aujourdhui quau moment du premier discours de la prsidente le 16 janvier 2006. Traversez la capitale, Monrovia, par la rue principale. Elle sappelle Tubman Boulevard, qui doit son nom lhomme qui a gouvern le Libria de 1944 1971, et tait un parcours dobstacles pour voi -tures et pitons, sans clairage et parsem de nids-de-poule. Aujourdhui, cette longue bande dasphalte lisse est borde de beaux nouveaux btiments abritant des banques et des bureaux, dont celui de la Commission lectorale nationale. Freeport, le port de Monrovia, est un autre endroit o le redressement sera bientt visible. Son quai seffondre suite des annes de manque dentretien et le directeur du port, Brian Fuggle, souhaite le reconstruire durgence. Certaines parties du quai ne sont pas accessibles aux camions parce que cest trop dange -reux. Nous commencerons sa dmolition en octobre et esprons achever le projet dici avril 2013. RessourcesLe redressement sappuie sur lexportation des ressources naturelles : le caoutchouc, le minerai de fer et le bois. Le caoutchouc reste de loin la principale source de devises trangres du Libria, mais le minerai de fer pourrait prendre sa place ds la reprise des exportations, grce au che min de fer rhabilit entre les mines, dans le Nord du pays, et le port de Buchanan.Les esprits et les mesCest cependant en dehors de la capitale Monrovia, surtout dans le sud-est du pays, que le travail reste le plus difficile. Cette rgion a vot contre Johnson-Sirleaf la premire fois et fera exactement la mme chose cette anne. Les comts de Grand Gedeh, River Cess et Maryland se sentent oublis par lessor de la reconstruction. Le ressentiment politique contre Monrovia est palpable. Pourtant, le travail de construc -tion de routes et de ponts a commenc, les banques ont ouvert des succursales, il y a mme une universit flambant neuve Harper, la capitale du comt de Maryland. Jrme Verdier, ancien Prsident de la Commission de vrit et de rconcilia -tion (Truth and Reconciliation), a son avis sur la question : Nous concentrons trop dnergie sur la reconstruction physique ; nous naccordons pas assez dnergie aux esprits et aux mes. De retour au Tubman Boulevard Monrovia, on comprend ce quil veut dire. Les immeubles de bureaux flambant neufs ont remplac les anciens quartiers rsidentiels populaires. La popu -lation a t dplace loin de l, vers les banlieues recules.Elle est partie tranquillement jusqu prsent. Mais cela peut changer trs vite. Verdier dit quil sinquite de la rapidit avec laquelle les gens recourent la vio -lence dans des situations conflictuelles. Un aperu rapide de lactualit rcente semble confirmer son avis : une personne a t tue dans des meutes violentes dans une plantation de caoutchouc, les travail leurs menacent dinterrompre le premier transport dexportation de minerai de fer par la violence, et de nombreuses disputes dgnrent en bagarre. Malgr son succs conomique, ladministration de Johnson-Sirleaf a encore de nombreux dfis rele -ver. Qui seront peut-tre prioritaires si elle est reconduite aprs les lections.* Journaliste free-lanceExploitation forestire durableLe bois est probablement le plus contro -vers des produits exports. Le Libria abrite prs de la moiti de la fort tropicale dAfrique occidentale, mais lexploitation forestire tait vorace sous le rgne ca -lamiteux de lancien Prsident, Charles Taylor. Aujourdhui, le Libria est entr dans un Accord de partenariat volon taire (APV) avec lUnion europenne. Celui-ci vise lexportation exclusive de bois rcolt de manire durable. Moses Wogbeh, Directeur gnral de la Forestry Development Authority, tait trs optimiste lors de la crmonie de signature de lAPV, au mois de mai. LAPV mettra un terme aux exploitations illgales du bois et per -mettra au systme de devenir transparent et responsable, a-t-il affirm en ajoutant que le nouveau mode dexploitation fores -tire bnficierait aussi aux personnes qui vivent sur place. vrai dire, ces habitants locaux ont dautres ides. Ils abattent les arbres pour dmarrer des fermes et des plantations de caoutchouc... Nous concentrons trop dnergie sur la reconstruction physique ; nous naccordons pas assez dnergie aux esprits et aux mesMonrovia, un gigantesque chantier Martin WaalboerVestiges de guerre, Harper, Sud-est du Liberia Martin Waalboer

PAGE 12

10Le C urrierLobjectif de lUPA est de permettre aux tudiants africains dtre pleinement comptitifs lchelle inter -nationale. Chacun des cinq campus correspondant aux cinq grandes rgions dAfrique, concentrera son enseignement sur un des cinq domaines thmatiques jugs cruciaux pour le dveloppement de lAfrique : les Sciences spatiales (Afrique australe, campus dfinir), les Sciences hydrau -liques et nergtiques (y compris le changement climatique) (Afrique du Nord, dfinir), les Sciences fonda -mentales, la Technologie et l'Innovation (Afrique de lEst, Kenya), les Sciences de la vie et de la terre (y compris la sant et l'agriculture) (Afrique de lOuest, Nigeria), et enfin la Gouvernance et les Sciences humaines et sociales (Afrique centrale, Cameroun).Chaque institut comprendra un rseau de centres dj existants et dissmins travers le continent et travaillant sur les mmes domaines thmatiques. Les derniers dtails concernant les trois premiers campus (Kenya, Cameroun et Nigeria) ont t finaliss par les ministres africains de l'Education, runis le 13 mai 2011 Nairobi, au Kenya, sous l'gide de la Confrence des ministres de l'Education de l'Union africaine (COMEDAF). Reconnaissance mutuelleLes institutions participantes devront rpondre des critres ambitieux de qualit. Parmi ceux-ci : une expertise dans les domaines thmatiques priori taires, la participation des partena -riats internationaux et des activits communes de recherche, un niveau lev de slection pour ladmission des tudiants, la prsence dun systme de gestion de la qualit ainsi que suffisam -LUniversit panafricaine sur les railsment dinfrastructures et de personnel. Par ailleurs, la convention dArusha adopte en 1981 et rvise en 2002 garantit la reconnaissance mutuelle des diplmes et dautres qualifications pour lenseignement suprieur.LUE soutient les initiatives telles que lUPA dans le cadre de son par -tenariat avec lUnion africaine sur la migration, la mobilit et lemploi. Lenseignement joue un rle cl cet gard. La Commission europenne soutient la mobilit des tudiants et les jumelages entre les tablissements denseignement suprieur dEurope et dAfrique travers plusieurs pro -grammes, dont Erasmus Mundus et Edulink. M.M.B. Lance par lUnion africaine, soutenue par lUnion europenne, lUniversit pana-fricaine (UPA) doit voir le jour dans le courant de lautomne 2011, a annonc le 30 juin le Prsident de la Commission de lUA, Jean Ping, lors de la session douverture du 17e sommet de lUnion africaine Malabo, en Guine Equatoriale. Trois premiers campus, sur les cinq prvus, seront mis en place. Illustration Gregorie Desmons Ken Ndiaye B. Maindiaux

PAGE 13

11 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Hegel GoutierKen Ndiaye est l'une des figures les plus connues de la dias pora africaine et surtout un trait d'union entre celle-ci et les autres communauts, autochtone et trangres de toutes origines dans cette ville cosmopolite qu'est Bruxelles. Ce danseur de ballet form l'cole Ken Ndiaye et son Horloge du Sud BruxellesMudra de Bjart de Dakar, musicien, anthropologue, a ouvert en 1997, avec un associ belge Paul Jamoulle, un lieu unique, la fois restaurant, caf thtre, centre de runions, atelier d'artiste, L'Horloge du Sud. Mes deuils sont plus gais que vos ftes C'est l'un des rares endroits, modes -tement dcor o un Premier ministre puisse tenir une runion ct d'une petite association de chmeurs immi -grs, o des fonctionnaires UE alle -mands clbrant trs protocolairement un anniversaire et une famille congo -laise commmorant joyeusement une fin de deuil finissent pas se mlanger, les uns partageant la table de l'autre. Le lieu est certes chaleureux mais cela ne suffit pas pour expliquer que mme le parti NVA de Bart de Wever y orga nise une rception, le parti Ecolo des meetings, qu'un premier chevin de la mairie de Bruxelles y passe rgulire ment et que les petites associations du quartier de toutes nationalits et d'im -migrs y tiennent en mme temps leurs runions car le principe de l'Horloge du Sud est qu'on ne ferme pas l'entre pour une rception prive mme pas pour celle du Premier ministre, qui puisse se donner en mme temps que celle de riverains bangladais ou d'une associa -tion de femmes du Kivu. "L'Horloge du Sud est ouvert par dfinition dit Ndiaye". C'est Ken Ndiaye, la recette du succs.Point de dpart : sauver Bruxelles d'une double ruptureA la fin des annes 80, Bruxelles subis -sait une rupture urbanistique entre les quartiers dits europens et ceux proches de la commune d'Ixelles, avec une forte communaut africaine, qui se dsertifiaient, du fait d'oprations immobilires en vue. "Participer faire une jonction entre ces deux mondes, tait ma premire proccupation. La deuxime tait de trouver une place pour l'Afrique culturelle o les jeunes pouvaient montrer leur work in pro -gress, et pour les associations de com munauts diverses" dit Ndiaye. Des artistes comme Denise Blue ou Pitcho avaient dgrossi leurs uvres l'Horloge du Sud et d'autres dj reconnus s'y produisaient juste pour le plaisir, comme Pierre Van Dormael avec Soriba Kouyat (kora), Marlne Dorcna ou Thione Seck, roi de la rumba congolaise.Ken Ndiaye collabore comme expert et conseiller, avec le Muse royale d'Afrique Centrale. A l'origine, il avait mis sur pied, avec un petit groupe d'Africains, un groupe rflchissant sur le rle de cette institution riche d'objets du patrimoine d'Afrique. Maintenant il y travaille sur deux projets euro -pens relatifs respectivement au rle des muses ethnographiques dans le monde d'aujourd'hui et leur lien avec la diaspora. Sur sa modestie et sa rigueur dans le travail, Ken Ndiaye sourit : "Je me fais simplement plaisir, je suis un amateur au premier degr, le premier fan des artistes qui passent chez moi. Et le public, c'est bien qu'il ne vienne pas ici, comme d'autres endroits que je respecte, pour du folklore africain. Je suis heureux que ce soit le lieu o un Camerounais peut rencontrer un Finlandais".Pour donner un autre swing au mot diaspora Ken Ndiaye B. Maindiaux

PAGE 14

12Le C urrier Lconomie de lAfrique conti -nent essentiellement agricole dpend considrablement de sa production agricole. La lutte contre la faim et la ralisation des Objectifs du Millnaire pour le dvelop -pement requirent absolument des efforts cibls dans ce domaine.Il est possible dexploiter bien davan -tage le potentiel de ce secteur, explique Willem Olthof, Chef du secteur en charge de lagriculture, de la scurit alimen -taire et du dveloppement rural la DG Dveloppement et Coopration de la Commission. M. Olthof prcise gale -ment quun rel potentiel du secteur, sur une grande partie du continent, pour -rait bnficier dune augmentation de la production durable et de la productivit. Les investissements dans le secteur de lagriculture se sont rvls efficaces, per -mettant de rduire la pauvret et la faim et de crer des emplois supplmentaires et plus gratifiants. Et cet gard, le PPDAA est un instru -ment cl. Outre le fait quil reconnaisse lnorme potentiel du secteur, il met lac -cent sur une meilleure laboration et mise en uvre des politiques mais galement sur le renforcement des investissements et lamlioration de la transparence et de la responsabilit.Un des avantages majeurs du Programme est quil attache normment dimpor -tance aux connaissances, aux systmes de savoirs ainsi qu lanalyse documente pour la planification, llaboration de stra -tgies, la mise en uvre et lvaluation des programmes, souligne Martin Bwalya, Directeur du PPDAA.Des objectifs concrets ont t fixs en vue de raliser des avances tangibles. Ainsi, en 2003, lors du Sommet de Maputo qui a vu le lancement du programme, les dirigeants africains se sont engags ra -liser lobjectif dune croissance agricole annuelle de 6% et affecter 10% de leurs ressources lagriculture et au dvelop pement rural.Le programme compte quatre piliers, qui correspondent chacun aux diffrentes priorits thmatiques la gestion durable des terres, lamlioration de laccs au march, laugmentation des rserves ali -mentaires afin de lutter contre la faim ainsi que le dveloppement de la recherche agricole et une meilleure diffusion des technologies.Que peut faire lUE pour tre un partenaire efficace ?Si ce programme est une initiative entire -ment conduite et approprie par lAfrique, il est aussi au cur des efforts de dvelop -pement mens dans le cadre de la stratgie conjointe Afrique-UE.Consciente que le PPDAA est un ins -trument trs utile pour la coopration au dveloppement avec lAfrique dans le domaine de lagriculture, la Commission europenne apporte au programme son soutien financier sous la forme de divers projets et programmes.Retenons ici le programme de soutien pour les organisations africaines dagriculteurs. Ce programme renforce la capacit insti -tutionnelle de ces organisations et les aide faire entendre leur voix pour influencer la politique et les programmes de dve -loppement de lagriculture. Nous cooprons avec quatre plateformes rgionales dorganisations dagriculteurs, explique M. Olthof. A travers cette ini tiative, nous avons aussi financ la mise en place du Forum panafricain des agri -culteurs, qui a pour objectif den faire de vritables partenaires de ce dialogue politique.LUE soutient galement la politique foncire et la gestion des terres (pilier 1 du PPDAA), ainsi que le programme de recherche agricole de lAfrique (pilier 4). Ces efforts sajoutent son aide lche -lon rgional et national. Trois instru -ments de financement sont ici utiliss : le Programme thmatique consacr la scurit alimentaire (PTSA), la Facilit alimentaire et le Fonds europen de dve -loppement. Un certain nombre dinstitutions afri -caines sont associes au PPDAA, parmi lesquelles la Commission de lUnion afri -caine, lAgence de planification et de coor -dination du NEPAD (NPCA) ainsi que les communauts conomiques rgionales. Un fonds de fiducie a galement t mis en place pour faciliter le dveloppement des capacits de ces organisations. Il est financ par les Etats-Unis et lUE ainsi que par un certain nombre de ses Etats membres. A ce jour, la Commission y a contribu hauteur de 5 millions deuros.Associer le secteur priv aux efforts En termes de financement, les efforts du secteur priv dans le domaine de lagricul -ture demeurent trs limits. M. Bwalya anticipe et souligne quil faudra relever le dfi de la participation du secteur priv dans les annes venir afin damliorer et de prenniser les rsultats. Exploiter le financement du secteur priv est une piste majeure qui doit permettre de garantir au secteur de lagriculture un financement durable, ajoute-il.Dans ce domaine, des avances devraient pouvoir tre ralises en amliorant la res -ponsabilit vis--vis des principaux acteurs et par le biais de partenariats public-priv. Les institutions de microfinance joueront galement un rle majeur dans ce contexte, en permettant de mettre des fonds privs au service des activits agricoles. Pour en savoir plus sur le Partenariat Afrique-UE : www.africa-eu-partnership.orgPoint de vue : par le comit de rdaction Partenariat Afrique-UEMalgr son importance fondamentale en termes demploi et de production conomique, le potentiel du secteur de lagriculture pour lAfrique est largement inexploit. Le Programme intgr pour le dveloppement de lagriculture en Afrique (PPDAA) contribue assurer le dveloppement du continent au dpart de ce secteur.Un cadre solide pour lagriculture africaine

PAGE 15

13 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Beaucoup defforts restent encore faire pour atteindre tous les objectifs au nombre de huit que se sont fixs les Etats membres de lONU dici la date butoir de 2015 pour rduire la pauvret dans le monde. La Confrence de Rio+20 qui se tiendra Rio de Janeiro, au Brsil, en 2012, sera une opportunit dcisive pour que les promesses faites deviennent des promesses tenues, a soulign Ban Ki-Moon.Le rapport souligne nanmoins que, dici 2015, le taux mondial de pauvret La Haute reprsentante de lUE, Catherine Ashton, prsente aux clbrations de lindpendance le 9 juillet Juba, capitale du nou vel Etat, a dclar : Nous allons conti nuer soutenir une transition pacifique dans le Sud-Soudan, et nous esprons que les dirigeants du pays vont profiter pleinement de loccasion unique quils ont devant eux. LUE sest engage long terme au maintien de la paix et de la stabi -lit dans les deux Soudans et les exhorte vivre ensemble pacifiquement comme deux Etats viables aprs le 9 juillet.De son ct, le Commissaire au Dveloppement, Andris Piebalgs, a vive -ment incit lEtat se doter dun solide tremplin partir duquel lutter contre la corruption, renforcer la gouvernance et les structures tatiques et gnrer des revenus, tant pour lui que pour le peuple. LUE peut sengager avec le Sud-Soudan dans un dialogue tendu et honnte sur ces questions. En tant que partenaires, devrait passer sous la barre des 15%, soit nettement en dessous de la cible des 23%. Des progrs significatifs ont t faits en matire dducation dans des pays considrs comme tant les plus pauvres de la plante. Ainsi, au Burundi, Madagascar, au Rwanda, au Togo ou encore en Tanzanie, lobjectif de lduca -tion primaire pour tous a t atteint ou est sur le point de ltre. Le nombre de dcs denfants de moins de cinq ans a gale ment diminu, passant de 12.4 millions en 1990 8.1 millions en 2009. Le mme constat est observ concernant les dcs lis au paludisme dans le monde. Enfin, nous devrions avoir le courage de nous dire la vrit, mme si celle-ci est parfois difficile entendre. Quoi quil en soit, le peuple du Sud-Soudan peut considrer lUE comme un partenaire de confiance, a-t-il affirm. Depuis 2005, lUE a fourni une aide au dveloppement de plus de 650 millions deuros. Quant laide humanitaire, elle se chiffre 776 millions deuros depuis 2003. En mai, les ministres des affaires tran gres de lUE ont convenu dallouer une enveloppe supplmentaire de 200 millions deuros au Sud-Soudan pour soutenir un plan de dveloppement pour 2011-2013 et pour financer diffrents projets dans les domaines de lducation, de la sant, de lagriculture, de la scurit alimentaire et de la gouvernance dmocratique. M.M.B. Info : Pour plus dinformations sur le Sud-Soudan, lire le reportage dans Le Courrier n22. 1,1 milliard de personnes vivant en zones urbaines et 723 millions de personnes habitant en zone rurales ont accd une source amliore deau potable pendant la priode 1990-2008.Le rapport apporte un bmol : les enfants les plus pauvres restent les plus lss en matire de sant et de nutrition. En outre, note le rapport, les progrs en matire dassainissement ne touchent gnrale -ment pas les pauvres, ni ceux qui vivent en zone rural. M.M.B.Les plus pauvres, oublis des OMD Naissance de la 54e nation africaineCest un rapport en demi-teinte qua prsent le 7 juillet 2011 le Secrtaire gnral de lONU, Ban Ki-Moon, sur ltat davancement des Objectifs du millnaire pour le dveloppement (OMD). Tout en mettant en avant de nombreux succs, notamment en matire daccs au traitement contre le VIH/Sida, les plus vulnrables nont toujours pas accs lducation ou aux soins de sant, a-t-il soulign. Le 9 juillet 2011, le Sud-Soudan est officiellement devenu le 54e pays dAfrique. Une indpendance acquise au terme de dcennies de luttes avec les rgimes qui se sont succd Khartoum, capitale du grand Soudan, et reconnue par lensemble de la communaut internationale, lUnion europenne en tte. Dlgu du Sud-Soudan. Crmonie dadmission de ce pays comme 193 Etat de la communaut des nations. New York, 14 juillet 2011 Reporters/Abaca

PAGE 16

14Le C urrier Debra PercivalCest en 2006 que le comit directeur du SKA a prs lectionn lAfrique du Sud pour hberger ce tlescope emblmatique. Pour son offre, lAfrique du Sud compte sur lappui de ses huit pays partenaires africains : Namibie, Botswana, Ghana, Kenya, Madagascar, Maurice, Mozambique et Zambie. Le seul autre concurrent en lice, lAustralie, a propos un projet en partenariat avec la Nouvelle-Zlande. Une fois que le site aura t choisi par les principaux fondateurs du projet et le comit scientifique et dingnierie du SKA, les travaux de construction devraient pouvoir commencer en 2016 sous les auspices dun bureau de projet situ au Centre Jodrell dastrophysique Manchester, Royaume-Uni. Le tlescope devrait tre oprationnel pour 2024. Cent fois plus sensible que tout autre tles -cope, le SKA permettra aux astronomes dobserver plus dun milliard de nouvelles galaxies. Le principal objectif du projet est de cartographier la rpartition de lhydro -gne dans lUnivers. Ce travail contribuera expliquer lexpansion de lUnivers aprs le Big Bang et la nature de la mystrieuse nergie sombre. Le projet SKA a t conu en 2002 par un groupe dastronomes de renom. Les deux pays chefs de file prslectionns pour hberger le SKA sur les mrites de leurs offres respectives, sont occups achever leurs rapports remettre pour la mi-octobre 2011. LAfrique du Sud pos -sde un site aux conditions proches de la perfection dans la rgion de Karoo, en province du Cap-du-Nord, a expli -qu le Dr Fanaroff, qui tait rcemment Bruxelles. Le site choisi est une zone non sismique caractrise par une faible densit de population et une pollution lumineuse minime. Il possde galement un ciel trs riche pour lastronomie. Un des autres points forts de loffre sud-africaine est labondance de personnel qualifi et de services comparativement peu coteux. De plus, le site propos se trouve suffi -samment prs du Cap, un avantage pour lacheminement du matriel. Les promo teurs du site sud-africain conoivent leur projet comme un cluster technologique appel stendre autour de la ville qui hbergerait le tlescope. Un projet emblmatiqueLa composante majeure du tlescope SKA sera une batterie de quelque 3.000 antennes. La moiti dentre elles seront concentres dans une rgion centrale de 5 km de diamtre, et le reste sera chelonn dans un rayon de 3.000 km autour de cette concentration. La surface de captation combine de toutes ces antennes attein dra un km2, soit un million de m2. Pour le Dr Fanaroff, ce projet reprsente pour lensemble du continent africain une occa -sion dacqurir une rputation de dve -loppement scientifique et de rduire sa dpendance vis--vis dun avenir incertain concernant les matires premires, une perspective qui a trop souvent entran la marginalisation de lAfrique du Sud et de lAfrique dans lconomie mondiale. Pour les pays prslectionns, il est vital de susciter lenthousiasme du plus grand nombre de pays possible lgard du projet car les cots de construction seront levs. Selon le Dr Fanaroff, ces cots devraient atteindre entre 1,5 et 2 milliards deuros, et les cots dexploitation 150 millions deuros par an. Un consortium de pays se chargera de la construction du tles -LAfrique du Sud en lice pour hberger le plus grand radiotlescope du mondeSi lAfrique du Sud remporte en 2012 le contrat relatif au site du Square Kilometre Array (SKA), le radiotlescope le plus puissant du monde, les bnfices afflueraient pour le pays mais aussi pour tout le continent africain, a dclar le Dr Bernie Fanaroff, directeur du projet pour lAfrique du Sud. Dr. Bernie Fanaroff TechCentral

PAGE 17

15 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 cope. Daan du Toit, ministre-conseiller pour la science et la technologie de la mission sud-africaine auprs de lUnion europenne, prcise que lUnion africaine (UA) a accord son appui au projet lors de sa 15e session de lassemble des chefs dEtat et de gouvernement en juillet 2010.Le ciel est la limite pour les bnfices du potentiel de dveloppement en Afrique du Sud, comme on peut en juger : pro -jets de construction, dveloppement des technologies de linformation et de la com -munication (TIC), investissement dans le capital humain et mme conception de nouveaux projets dnergie solaire pour alimenter le SKA. De plus, si Pretoria rem -porte le contrat, le pays bnficierait dun norme lan psychologique, semblable celui qui la stimul pour accueillir la Coupe du monde de football en 2010. Le Dr Fanaroff prvoit que le projet deviendra un laboratoire de dveloppement pour les infrastructures de communication car la vitesse de transfert dimmenses quantits de donnes vers un superordinateur dpas -sera de loin la vitesse actuelle du transfert de donnes via linternet. La construction du MeerKAT qui est considr comme le prcurseur du SKA et sera lun des tlescopes les plus grands et plus puissants du monde prs de la ville sud-africaine de Carnarvon, en province du Cap-du-Nord, est un autre point fort de loffre sud-africaine. Ses 64 antennes paraboliques, dont 7 ont dj t installes, formeront le noyau de tout le rseau SKA et deviendront oprationnelles fin 2016. Des astronomes du monde entier ont dj rserv du temps sur le MeerKAT afin dy poursuivre des projets de recherche individuels. Une gnration entire de scientifiquesDe plus, tant le MeerKAT que le trs attendu SKA susciteront lapparition de toute une gnration de scientifiques. Lanc ds 2005, le Programme de dve -loppement du capital humain du SKA a dj accord 293 bourses et subven -tions des tudiants de tous niveaux. Le Dr Fanaroff souligne galement que les comptences acquises dans ce cadre sont transfrables. Les diplms en physique, par exemple, poursuivent souvent leur carrire en crant de trs fructueuses entreprises commerciales. Par ailleurs, le ministre des Sciences et des Technologies de lAfrique du Sud et la National Research Foundation ont cr des chaires de recherche SKA pour les professeurs du Royaume-Uni, dAfrique du Sud, dIta -lie et du Canada. Plusieurs nations afri -caines le Botswana, le Ghana, le Kenya, Madagascar, Maurice, le Mozambique, la Namibie et la Zambie ont lanc des cours de prparation de licence en astronomie, et lUniversit de Maurice est en train de mettre en place un programme de master en la matire. En outre, le dveloppement ultrieur du SKA comblera un vide dans le rseau mon -dial VLBI (Interfromtrie trs longue base), ce qui aura pour effet de stimuler les comptences dingnierie et de sciences dans tout le continent africain. Il sagira notamment de transformer en radiot -lescopes les antennes paraboliques de 30 mtres de diamtre implantes dans de nombreux pays africains. La construction de rseaux terrestres et marins en fibres optiques sur tout le continent a rendu ces antennes obsoltes. Le continent africain possde actuellement 26 antennes para -boliques terrestres qui peuvent subir cette transformation, explique le Dr Fanaroff. Les gouvernements ngocient avec les oprateurs de tlcommunications afin dobtenir laccs aux antennes obsoltes. Le programme VLBI dmarrera avec la transformation dune antenne de commu -nication satellite Vodafon e de 32 mtres installe Kuntunse, au Ghana. Le ciel est la limite pour les bnfices du potentiel de dveloppement en Afrique du Sud Impression dartiste de SKA SPDO/TDP/DRAO/ Swinburne Astronomy Productions

PAGE 18

16Le C urrierLa priode dessai du Corps volon -taire europen daide humani -taire a dmarr le 17 juin dernier Budapest, la capitale hongroise. Lide de crer un corps volontaire europen est inscrite dans le trait de Lisbonne adopt par lUE en 2009. Suite aux consultations intensives au sujet de la constitution de ce corps, les respon -sables de lUE ont dcid de lancer une phase pilote sur la base de systmes de volontariat travers les Etats membres de lUE. Au total, 90 volontaires vont recevoir une formation en vue dtre dploys sur le terrain par les organisations non gouverne -mentales (ONG) qui ont t slectionnes pour grer les projets pilotes. Un budget communautaire dun million deuros a t allou pour permettre le lancement de cette phase prparatoire en 2011. Le premier projet sera dirig par Save the Children (Royaume-Uni) avec le Rseau daide humanitaire NOHA et Bioforce (France) comme partenaires, et Caritas (Rpublique tchque), Save the Children (Danemark) et Die Johanniter (Allemagne) comme organisations associes.La Fondation africaine pour le renforcement des capaci ts ( African Capacity Building Foundation ACBF) a vu le jour en 1991. Vritable partenariat entre les gou -vernements africains et la communaut internationale des bailleurs de fonds, elle semploie donner lAfrique les moyens de dvelopper ses propres capacits. Cest ce quexplique Frannie Leautier, Secrtaire excutive de la Fondation. Cette dernire sest rendue rcemment Bruxelles afin de mieux expliquer les objectifs et les activits de lACBF aux institutions europennes. A ce jour, lorganisme a financ, lchelon national et rgional, 246 programmes dans 44 pays dAfrique subsaharienne hauteur de 400 millions de dollars.De nombreux bailleurs de fonds insti -tutionnels, parmi lesquels lUnion euro -penne (UE), financent le dveloppement des capacits en Afrique subsaharienne, notamment dans le cadre de programmes de soutien budgtaire. Ce soutien vise renforcer les capacits professionnelles dans les administrations et dautres insti -tutions. Les programmes intgrent souvent une expertise europenne. Frannie Leautier explique que la Fondation entend tre une institution africaine de pre -mier plan pour le dveloppement durable des capacits humaines et institutionnelles. Elle gre un large ventail de programmes qui visent amliorer la gestion de la poli -tique conomique, la gestion financire et la responsabilit du secteur public, renforcer les parlements nationaux et les institutions parlementaires, dvelopper les systmes nationaux de statistiques ainsi qu dvelopper les comptences profes -sionnelles du secteur priv et de la socit civile. Lorganisme est financ en grande partie par la Banque africaine de dve -loppement, le Programme des Nations Unies pour le Dveloppement (PNUD) et la Banque mondiale. LACBF compte 48 pays membres, dont les pays dAfrique subsaharienne, certains Etats membres de lUE et dautres pays dvelopps. D.P. Pour en savoir plus : www.acbf-pact.orgLa Croix-Rouge franaise avec, comme partenaires, les Croix-Rouge autrichienne, bulgare et allemande et la Fdration inter -nationale de la Croix-Rouge (FICR, Suisse), sera la tte dun autre projet qui iden -tifiera, recrutera, formera, prparera et, finalement, dploiera 21 volontaires pour six mois. Voluntary Service Overseas (VSO Royaume-Uni), avec ses partenaires VSO Pays-Bas et Pro Vobis, le Centre national de ressources pour le volontariat en Roumanie, ralisera le troisime projet pilote. Les projets pilotes nous claireront sur la marche suivre pour aller de lavant. Notre objectif est double. Dune part, offrir aux Europens une passionnante opportunit de faire la diffrence dans le monde. Dautre part, apporter une valeur collective aux personnes qui dsirent faire du bnvo -lat dans le domaine humanitaire. Je suis trs enthousiasme lide que les citoyens europens solidaires avec les personnes les plus vulnrables du monde aient dorna -vant leurs premiers ambassadeurs : nos volontaires, a dclar Kristalina Georgieva, Commissaire europenne responsable de la Coopration internationale, de lAide humanitaire et de la Raction aux crises, loccasion du lancement de la phase pilote. Sur la base des rsultats des projets pilotes, la commissaire Georgieva rdigera une proposition lgislative sur la cration dun corps part entire pour le dbut 2012. D.P. Pour en savoir plus sur cette initiative : http://ec.europa.eu/echo/policies/evhac_fr.htm Phase pilote du Corps volontaire daide humanitaire de lUE Dveloppement des capacits : un rle de premier plan pour un organisme africain La commissaire Georgieva rdigera une proposition lgislative sur la cration dun corps part entire pour le dbut 2012 Illustration Loc Gaume

PAGE 19

17 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Cest la cinquime anne conscutive que la Commission europenne organise ce concours. Cette anne, le concours tait ouvert aux enfants des pays de sept rgions : Afrique (deux rgions), Asie, Carabes et Pacifique, Amrique latine, Mditerrane, Moyen-Orient et les pays europens voisins de lUE. Plus de 40.000 enfants ont mani pinceaux et crayons afin dillustrer leur vision dun monde plus juste et plus quitable. Les 14 laurats pro viennent de 13 pays.Aristotelis Bouratsis, Directeur du Dveloppement humain et de la Socit la DG Dveloppement et Coopration EuropeAid (Devco) de la Commission europenne, a fait ce commentaire : Ce concours de dessins, mme si lide en est toute simple, est un instrument trs effi -Des enfants du Zimbabwe, dErythre, de Rpublique centrafricaine, de Maurice et de Trinit et Tobago sont parmi les gagnants du concours international de dessins organis par la Commission euro -penne sur le thme de lgalit entre les femmes et les hommes. Les noms des gagnants ont t dvoils le 29 juin 2011. Chaque laurat recevra un prix de 1 000 euros quil pourra utiliser pour lachat de livres ou dordinateurs. Ou encore pour payer son inscription lcole ou la biblio -thque ou pour acheter du matriel ducatif. Les dessins gagnants ont t slectionns par des lves de huit dix ans la mme tranche dge que les participants de lcole europenne de Bruxelles, Belgique.Des enfants ACP parmi les laurats du concours Dessiner un monde meilleur cace pour inciter les gnrations futures apporter des changements favorables lgalit entre les hommes et les femmes. Cest pourquoi je suis ravi de constater lengouement quil suscite chez un si grand nombre denfants.Les dessins envoys ont t jugs sur la description du thme de lgalit entre les femmes et les hommes dans les pays respec -tifs des candidats, ainsi que sur loriginalit du sujet et la valeur artistique gnrale.En Afrique, les grands gagnants de cette anne sont : Tapawa Kabaura (neuf ans, Zimbabwe), Abigail Alem (dix ans, Erythre), Nestor Bassou (neuf ans, Rpublique centrafricaine) et Fardeen Jumun (dix ans, Maurice).Deus enfants de Trinit et Tobago, Shalinda Ragbir (10 ans) et Kelly Sammy (10 ans), sont les gagnants de la catgorie Carabes et Pacifique. Les meilleurs dessins seront exposs au Muse des Enfants Bruxelles, Belgique, du 7 au 26 dcembre 2011. D.P. Pour en savoir plus sur le concours : http://ec.europa.eu/europeaid/what/gender/ drawing-competition-2011_en.htmUn dessin gagnant de Trinbagonian, Shalinda Ragbir Commission europenne L'galit des sexes Fardeen, Ile Maurice European Commission Nous pouvons tre tout ce que nous voulons tre Kelly, Trinidad et Tobago European Commission

PAGE 20

18Le C urrierHormis un choc occasionnel, en termes de nombres darrives, le secteur du tourisme connat une croissance pratiquement ininterrompue depuis les annes 1950. Cest ce quaffirme lOrganisation mon -diale du tourisme (OMT), une agence spcialise des Nations Unies. Ce secteur cre des emplois surtout dans les petites nations insulaires et favorise le dve -loppement dautres secteurs conomiques comme la construction, lagriculture et les tlcommunications. Des voix slvent en faveur dun renforcement de la coopra -tion lchelon europen, notamment avec lAfrique, afin de promouvoir, grce ce secteur, le progrs conomique et social. A lchelon mondial, le nombre de touristes a augment de prs de 7% en 2010, pour atteindre les 940 millions. Cette volution a permis de gnrer des revenus dexporta -tion hauteur de 919 milliards de dollars (693 milliards deuros), indique lOMT. Lorganisme prvoit par ailleurs une nou -velle augmentation du nombre de touristes, de lordre de 4 5% en 2011. Les rgions ACP devraient bnficier dexcellentes perspectives. En Afrique subsaharienne, le nombre de touristes est pass de 6,4 millions en 1990 30 millions aujourdhui, avec une croissance record de 8% lanne dernire. LAfrique du Sud a attir plus dun quart des touristes de lAfrique sub -saharienne, enregistrant une augmentation de 15% de ses visiteurs en 2010 grce la Coupe du Monde de la FIFA. Dautres pays ont galement sduit davantage de touristes lanne dernire : Madagascar Le tourisme ACP a le vent en poupe DossierDe nouvelles perspectives de coopration avec lUE dans ce secteur en pleine croissanceDebra Percival

PAGE 21

19 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 (+21%), le Cap Vert (+17%), la Tanzanie et les Seychelles (+11% pour ces deux pays en 2010).Les statistiques de lOMT indiquent gale -ment un plus grand attrait pour certaines destinations du Pacifique en 2010. Les les Fidji, une des destinations phares de la rgion, ont ainsi enregistr une hausse de 16% des touristes en 2010 par rapport 2009. Avec 4% de visiteurs en plus en 2010, les Carabes ont quant elles rattrap le dclin enregistr en 2009, toujours selon lOMT. Trois destinations sont ainsi sorties du lot : la Jamaque (+5%), Cuba (+4%) et la Rpublique Dominicaine (+3%). Les Carabes confrontes la concurrencePour la rgion caribenne, lheure est venue de se dmarquer de la concurrence. Lors du Sommet annuel du tourisme cariben, qui a eu lieu Bruxelles en mars 2011, Ricky Skerritt, Prsident de lOrgani -sation touristique des Carabes (CTO), qui est galement Ministre du Tourisme de Saint Christophe et Nevis, a expliqu aux partenaires europens que les htels de la rgion, et les entreprises connexes, devaient amliorer leur comptitivit en vue daffronter lpre concurrence de pays aussi diffrents que la Chine, lInde et Duba. Nos deux meilleurs allis que sont traditionnellement les Etats-Unis et lEurope cherchent dsormais attirer de plus en plus de touristes dans des marchs similaires ceux des Carabes, explique M. Skerritt. Hugh Riley, Secrtaire gnral de la CTO, a indiqu au Courrier que lUE et ses Etats membres devraient explorer les perspectives dune coopration largie, notamment en ce qui concerne le chapitre services de lAccord de partenariat co -nomique entre la rgion et lUE (voir article sur les Carabes). LUE continue de financer des projets tou -ristiques dans les pays ACP, lchelon national et rgional, comme elle la fait dans le pass. Mentionnons galement un nouveau projet rgional pour le Pacifique, financ au titre du 10e Fonds europen de dveloppement (FED), qui vise stimuler le secteur du tourisme. Une rcente cam -pagne de marketing international finance par lUE (2009-2010) visant promouvoir le tourisme kenyan a permis la diffusion de spots tlviss sur CNN, BBC World et Euronews. Le Kenya comme lUE sont satisfaits des rsultats de ces campagnes qui ont contribu relancer le tourisme aprs les tragiques vnements qui ont suivi les lections de 2007. Le nombre de tou -ristes est pratiquement revenu aux niveaux enregistrs cette anne-l, a expliqu au Courrier Ibrahim Laafia, Conseiller auprs de la dlgation de lUE au Kenya.Le trait de Lisbonne, sign en 2007, contient un chapitre sur le renforcement de lUE en tant que destination touris -tique phare dans le monde. Certains Etats membres la France (destination n1 dans le monde), lItalie et lEspagne figurent toujours dans le top 5 des des -Le tourisme dans lOcan indien rsiste la rcession mondiale Lle Maurice et les Seychelles tendent leur offre, mais de manire cologiquement durable.Les Seychelles ont russi rsister la tempte de la rcession mondiale et sont en train de raliser une 3e anne record en termes de visiteurs, surtout grce au partenariat solide entre secteur priv et public, qui a donn une forte impulsion au secteur touristique, indique Ralph Hissen de lOffice du tourisme des Seychelles. Le tourisme reste le principal pilier cono mique du pays, qui essaie de dvelopper sa gamme dactivits de niche, telles que le tourisme de pche et sa plate-forme dactivits touristiques vnementielles. Ces dernires comprennent notamment le Carnaval international de Victoria et le Festival sous-marin des Seychelles SUBIOS, le festival annuel de photogra phie et de cinma sous-marins, qui aura lieu cette anne du 4 au 6 novembre. Prs de la moiti des rares terres du pays ont t rserves comme parcs nationaux et rserves marines, ce qui donne le ton pour le dveloppement futur, dclare Ralph Hissen. Au sud, lle Maurice est la 10e destination la plus prise des touristes sur le continent africain, selon les classements de lOrgani -sation mondiale du tourisme (OMT), malgr une baisse des chiffres en 2009. Le nombre de touristes slevait 871 356 en 2009, ce qui a gnr 6,6% du produit intrieur brut (PIB) du pays, indique Roselyne Hauchler de lOffice du tourisme de Maurice. Un chiffre en baisse par rapport aux 930 456 arrives en 2008, soit 7,9% du PIB. Elle ajoute quun redressement a t constat lanne dernire, le nombre de visiteurs ayant atteint 934 827 arrives (6,9% du PIB). Les plans de dveloppement futurs comptent moins dhtels et davantage de projets de tourisme intgr, notamment des projets combinant la fois des htels et des infrastructures rsidentielles. Le pays est riche en produits touristiques, du tourisme mdical au tourisme matrimonial. Mme Hauchler souligne aussi limportance daxer le futur dveloppement sur le respect de lenvironnement durable. louest des Seychelles et de Maurice, les Comores, lun des endroits les moins visi ts au monde, ont un potentiel touristique important d leur beaut vierge. tinations les plus visites au monde, mais les chiffres de lOMT indiquent quils ont t rcemment rejoints par la Chine. Appuyant le trait de Lisbonne, Daniel Calleja-Crespo, Directeur gnral adjoint de la Commission europenne en charge des entreprises et de lindustrie, estime que les possibilits de coopration dans ce secteur avec lAfrique devraient tre explores lchelon europen. Antonio Tajani, Vice-prsident de la Commission europenne [Ed : Commissaire europen aux Entreprises et lIndustrie] accorde la plus haute importance au renforcement des relations entre lUE et lAfrique, quil qua -lifie de continent de demain. Le tourisme, en particulier, pourrait jouer un rle majeur dans le renforcement des liens entre les deux continents, a expliqu le Directeur gnral adjoint au Courrier Et dajouter : Nous devons prsent uvrer pour raliser ces objectifs et encourager la cra -tion dun environnement propice au dve -loppement des entreprises du secteur, en particulier les PME, tout en promouvant la coopration entre les deux continents. La cration dorganismes touristiques flexibles et efficaces pourrait favoriser la mise en place de conditions plus favorables aux entreprises africaines actives dans des secteurs en rapport avec le tourisme. Les possibilits de coopration sont immenses et il convient de ne pas laisser passer ces opportunits. Pcheur Cape Maclear, Lac Malawi Majority World / Reporters Illustration Loc Gaume

PAGE 22

20Le C urrier Le tourisme en Afrique subsaha rienne a russi sortir indemne de la crise conomique mondiale, explique Taleb Rifai, secrtaire gnral de lOrganisation mondiale du tou -risme (OMT), une agence des Nations Unies tablie Madrid. LOMT, qui compte 154 pays membres et plus de 400 affilis, promeut le dveloppement dun tourisme durable et universellement accessible, en particulier dans les pays en dveloppement. Le Courrier : Comment expliquezvous laugmentation de la fr quentation touristique en Afrique subsaharienne constate lan pass malgr la rcession mondiale ?TR : LAfrique est une destination trs courue. Cest la seule rgion du monde avoir enregistr une hausse des arrives de touristes internationaux pendant lanne de crise qua t 2009. Elle a mme fortement consolid cette position en 2010.La croissance du tourisme en Afrique a t aide par la popularit mondiale de la Coupe du monde de la FIFA organise en Afrique du Sud et par lamlioration notable des performances conomiques de la rgion. La Coupe a, sans aucun doute, donn un fameux coup de fouet cette rgion mais galement dautres desti -nations dAfrique du Sud et, partant, lensemble du continent. De nombreux touristes qui ont effectu de longs voyages pour assister cet vnement en ont profit pour visiter dautres pays pendant leur sjour, ce qui souligne limportance de la coopration touristique rgionale pour la croissance. Cet lan a eu des retombes en 2011 et a galement bnfici des per -formances conomiques de plus en plus dynamiques, dune meilleure image et de laide gouvernementale accorde au secteur touristique dans la rgion. Dautres rgions du continent subsa harien affichent-elles une croissance particulirement vigoureuse ? De fait, lAfrique subsaharienne, en accueillant 31 millions de touristes interna -tionaux, a connu en 2010 une croissance de 8% de la frquentation touristique. Si lon ajoute les 19 millions de touristes arrivs en Afrique du Nord (+ 6%), on obtient pour lensemble de lAfrique une croissance de 7% en 2010 (50 millions darrives de tou -ristes internationaux). Quant aux recettes de la rgion entire, elles ont augment de 4% pour atteindre 31 millions de dollars. Entre janvier et avril, lAfrique a main -tenu cette croissance 2%. A lintrieur du continent, lAfrique subsaharienne a ralis un bond impressionnant de 8%, tandis que lAfrique du Nord a rgress de 11% en raison des rcents vnements qui lont secoue. LAfrique est une destination trs courue Entretien avec Taleb Rifai, secrtaire gnral de lOrganisation mondiale du Tourisme La diversification des produits est primordiale pour les destinations qui tiennent rester comptitives et durablesNosy Iranja, (le Iranja) Madagascar Majority World / Reporters

PAGE 23

21 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 En 2010, la croissance a t trs forte dans toutes les sous-rgions africaines, mais plus particulirement en Afrique occidentale, orientale et australe. LAfrique du Sud, qui absorbe plus dun quart du total des arrives de touristes internationaux en Afrique subsaharienne, a vu ses arrives augmenter de 15% en 2010 pour atteindre 8 millions, surtout grce la Coupe du monde. Les autres pays ayant enregis -tr une croissance particulirement forte en 2010 sont notamment Madagascar (+ 21%), le Cap-Vert (+ 17%), la Tanzanie et les Seychelles (+ 11%). Le fait que le continent tende son march de nouveaux produits touristiques entranera-t-il une croissance encore plus forte dans le secteur ? La diversification des produits est primor -diale pour les destinations qui tiennent rester comptitives et durables. La diversification entrane non seulement une croissance accrue, mais elle rduit aussi la dpendance vis--vis de domaines souvent vulnrables. Ainsi, dvelopper le tourisme culturel permet de diversifier loffre traditionnelle de plages.Aujourdhui, la culture et la nature restent encore les principaux produits touristiques de lAfrique des plus grands marchs sources. Toutefois, ces voyages axs sur la culture et nature pourraient tre offerts en combinaison avec de nombreux autres attraits de lAfrique, par exemple le tou risme de plages. Le secteur des runions est un autre exemple de produit touristique lucratif en croissance qui pourrait tre davantage exploit en Afrique, dautant plus que le continent est en train de renfor -cer ses liens conomiques et commerciaux avec dautres parties du monde, comme lAsie. En mme temps, dautres facteurs comme des connexions ariennes plus nombreuses, peuvent aussi produire des effets trs bn -fiques sur la croissance du tourisme en Afrique. De mme, dimportantes pos -sibilits sont offertes par la coopration rgionale dans des domaines comme la facilitation des voyages (visas) et le mar keting. Dans quelle mesure le secteur du tourisme peut-il contribuer la rduction de la pauvret sur le conti nent ? Le tourisme recle normment de poten -tiel pour sortir les personnes de la pauvret en Afrique. Les arrives de touristes internationaux dans les 48 pays les moins avancs (PMA) du monde africains pour la plupart sont passes de 6 millions en 2000 plus de 17 millions en 2010. Au cours de la mme priode, les recettes du tourisme interna -tional ont grimp de 3 milliards de dollars plus de 10 milliards de dollars. De fait, le tourisme figure actuellement parmi les trois premires sources de recettes dexpor -tation pour prs de la moiti des PMA. Le tourisme est donc un secteur cl pour la participation de ces pays lconomie mondiale. Ces touristes qui voyagent lintrieur et autour du continent donnent lieu des changes de devises, des inves -tissements et des transferts de savoir-faire, autant de facteurs vitaux pour les pays africains. Qui plus est, ces facteurs ont un effet multiplicateur dans dautres sec -teurs de lconomie. Le tourisme peut aussi tre un moteur pour le dveloppement dinfrastructures dans les domaines des transports, de la distribution deau et de lassainissement.Le tourisme est un secteur qui exige nor -mment de main-duvre et constitue un point dentre rapide dans le circuit du tra -vail, surtout pour les femmes et les jeunes. ce titre, il offre aux plus vulnrables des opportunits cruciales concernant un revenu juste, la protection sociale, lgalit entre les femmes et les hommes, le dve -loppement personnel et linclusion sociale. Ce secteur, qui occupe des travailleurs aux formations diverses, ouvre de nombreuses possibilits de croissance, de formation et de promotion de carrire. Nous constatons avec plaisir que le tou risme est de plus en plus reconnu comme un instrument de rduction de la pauvret et quil commence trouver sa place dans lagenda pour le dveloppement. Il reste encore beaucoup faire cet gard mais nous progressons. Ainsi, le tourisme a t, pour la premire fois, inscrit lagenda de la rcente confrence sur les PMA donne par les Nations Unies Istanbul. Dans son discours dinauguration de cette impor -tante runion organise pour dbattre du plan daction dcennal pour les PMA, le secrtaire gnral des Nations Unies a vo -qu le potentiel de dveloppement offert par le tourisme. D.P. Le tourisme figure actuellement parmi les trois premires sources de recettes dexportation pour prs de la moiti des PMASecrtaire gnral de lOrganisation mondiale du tourisme (ONU), Taleb Rifai Imago / REPORTERS

PAGE 24

22Le C urrier LAfrique de l'Ouest monte dans les classementsLes plans de lAfrique de l'Ouest de monter dans les classements touristiques internationaux senracinent la fois au niveau national et rgional. LEtat nigrian du Delta vise un million de visiteurs par an dici 2014, aprs lachvement dun parc aquatiqueLEtat nigrian du Delta vise un million de visiteurs par an dici 2014, aprs lachvement dun parc aquatique. Selon Richard Mofe Damijo, Commissaire dEtat au tourisme, ce parc est le premier dans son genre en Afrique de l'Ouest et il aidera propulser le secteur touristique du pays vers un niveau suprieur. Jusqu prsent, les touristes taient peu nombreux, car la plupart des gens se mfient de la fragilit de la rgion. Le gouvernement fdral coopre avec les autorits de ltat pour amliorer la paix et la scurit dans la rgion du Delta. Nous sommes persuads du retour de la paix et cest pour cette raison que nous investissons dans ces infrastructures, a-t-il prcis dans une interview.Les visiteurs sont galement plus nom -breux dans la rgion tant donn les rcents troubles politiques qui ont caus du tort au tourisme en Afrique du Nord. Les organisations multilatrales se sont engages contribuer au Projet des Parcs en Afrique de l'Ouest lors dune confrence de bailleurs de fonds organise par lOrga -nisation Mondiale du Tourisme (OMT) des Nations Unies Dakar, au Sngal, en juin 2011. Les pays participants sont : la Gambie, la Guine, la Guine Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sngal et la Sierra Leone. Ils prparent des plans pour partager un rseau de parcs et de zones protges, veiller leur conserva -tion et faire une promotion commune de la rgion comme destination touristique. Un outil de dveloppementTaleb Rifai, Secrtaire gnral de lOMT, a dclar aux dlgus prsents la runion : aujourdhui, des organisations interna -tionales de premier plan ont dsign le tourisme comme lun des outils les plus efficaces de la croissance et du dvelop -pement conomiques de lAfrique. [voir linterview avec Taleb Rifai dans cette sec -tion, ndlr]. Il a ajout : Avec leur soutien, le tourisme durable pourra spanouir et gnrer des emplois et des revenus pour les communauts locales tout en prservant la richesse de la biodiversit de la rgion.Le Ghana sest fix comme objectif de monter dans le classement mondial du tourisme. Actuellement, il est la 105e destination prfre des touristes dans le monde et la 10e en Afrique. Nous voulons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour amliorer notre classement, afin que ce sec -teur puisse gnrer des revenus suffisants pour le pays, a dclar Akua Dansua, le Ministre du Tourisme. Francis Kokutse* Lanne dernire, le pays a accueilli 931 224 touristes. Ce nombre tait en aug -mentation par rapport aux 802 779 tou -ristes de lanne prcdente, a indiqu Frank Kofigah, Directeur des oprations lOffice du tourisme du Ghana (Ghana Tourist Board GTB).Les investissements du pays portent sur lamlioration des forteresses et chteaux situs le long de la cte ghanenne qui attirent surtout des visiteurs venus dAm -rique du Nord, eux-mmes descendants des esclaves. Les nombreux succs sportifs du Ghana ont renforc sa popularit auprs de nombreuses personnes dans le monde, tandis que les ralisations de personnalits telles que lancien Secrtaire gnral des Nations Unies, Kofi Annan, ont veill lattention des mdias pour le pays. Outre les sites historiques, M. Kofigah prcise que le Ghana a galement dvelopp plu -sieurs centres dcotourisme travers le pays. Il pense que les nombreux festivals organiss tout au long de lanne dans plusieurs coins du pays mettent en valeur son patrimoine culturel et pourraient tre mis profit pour attirer plus de visiteurs.*Journaliste tabli au GhanaChteau d'Elmina, au Ghana. Trs visit par la diaspora africaine dAmrique du Nord www.kit/nl/publishers

PAGE 25

23 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Un projet quadriennal financ par lUnion europenne vise aug -menter le tourisme, les devises et lemploi dans les Etats du Pacifique du groupe ACP (Afrique, Carabes et Pacifique). Le Programme rgional de dveloppement des capacits en matire de tourisme pour le Pacifique, financ dans le cadre du budget rgional du 10e Fonds europen de dveloppement (2008-2013), devrait dmarrer avant la fin de 2011.Le tourisme est une industrie partage par tous les pays de la rgion. De nom -breuses les dpendent de plus en plus du tourisme, mais celui-ci pourrait augmenter encore, indiquent les autorits de lUE. Dans les Iles Cook, le secteur gnre 90% des devises et 50% du produit intrieur brut (PIB). Par ailleurs, les autorits euro -pennes affirment quactuellement, le tou -risme est la principale source de revenus des Samoa, des Fidji et du Vanuatu et son importance ne cesse daugmenter pour les Iles Salomon et la Papouasie Nouvelle Guine. Le tourisme promet des emplois et un meilleur niveau de vie dans des rgions recules, o il est difficile de lancer dautres entreprises.Dans leur Plan conomique 2010-2012 pour lOrganisation du tourisme du Pacifique Sud (South Pacific Tourism Organisation SPTO), les Ministres du Tourisme de la rgion prcisaient que le tourisme stimulera la croissance conomique durable et lautonomie de la population du Pacifique. La SPTO, lorganisation mandate pour le marketing et le dveloppement du tourisme dans la rgion, comprend treize pays membres et plus de 200 organisations prives. Ce nest pas le premier financement du sec teur par lUE dans la rgion et le nouveau programme consolidera les investissements antrieurs. Un programme trois voletsLe projet travaillera sur trois axes : le dve -loppement et la coordination des politiques rgionales, la recherche nationale et rgio -nale en marketing et le dveloppement des ressources humaines. Des ateliers seront organiss pour runir les petites et moyennes entreprises (PME), qui constituent la plupart des acteurs du tourisme dans la rgion, et les autorits gouvernementales. Le programme ren -forcera aussi la collecte et lanalyse des donnes rgionales et nationales en matire de tourisme. Des stratgies pour lavia -tion dans le Pacifique et pour le tourisme de croisires dans le Pacifique Sud, ainsi quune Stratgie rgionale pour le tou -risme partir de 2014, seront galement labores. Amliorer la notorit du march est un autre aspect du programme. Il comprend la recherche en matire de tourisme mene par des organisations rgionales et natio nales, ainsi que le marketing en ligne et le renforcement des capacits de marketing lectronique au niveau national et rgio -nal. Le troisime volet du programme a pour objectif de stimuler les ressources humaines lgard du secteur grce des formations professionnelles, des bourses dtudes et des stages ltranger tem -poraires. Les autorits de lUE mettent laccent sur le fait que le potentiel touristique contribue la rduction de la pauvret dans la rgion. Six pays de la rgion sont classs parmi les Pays les moins avancs (PMA). Le document de lUE rvle que le tourisme est considr comme une alternative aux autres secteurs, tels que les exploitation forestires et minires peu durables.La plupart des touristes sont originaires dAustralie et de Nouvelle-Zlande (plus de 50% du total des arrives en 2008). 30% viennent dAmrique du Nord et dEurope, tandis que le Japon et lAsie runis repr -sentent environ 9%. Les autres visiteurs viennent du Pacifique et dautres pays. D.P. Plus dinformations : www.delfji.ec.europa.eu www.spto.orgUn projet UE pour stimuler le tourisme dans le Pacifique Le tourisme est considr comme une alternative dautres secteurs moins durables, tels que lexploitation forestire et minireLa rgion veut donner toute sa mesure Illustration Loc Gaume

PAGE 26

24Le C urrierLe secteur du tourisme est le deuxime employeur dans les Carabes, juste aprs le secteur public. Sa contribution au produit intrieur brut (PIB) de la rgion est norme, slevant 40 milliards deuros par an. Selon lOrganisation touristique des Carabes (CTO), plus de 23 millions de touristes ont visit la rgion en 2010, contre 22,1 millions lanne dernire. Leurs dpenses ont toute -fois atteint des niveaux dsesprment bas, retombant pratiquement ceux de 2004. Ce sont surtout les touristes amricains et canadiens qui ont t plus nombreux se rendre dans la rgion. Les experts attribuent la baisse du nombre de visiteurs europens la rcession conomique qui se prolonge au Royaume-Uni et limpact ngatif sur les voyages en avion d la taxe pour les Bernard Babb* En 2011, aprs avoir connu deux annes des plus difficiles, le tourisme cariben montre des signes de reprise. Mais si les touristes trangers ont t plus nom -breux le nombre darrives revenant aux niveaux de 2008 leurs dpenses ont diminu. Do les inquitudes du secteur qui voit ses bnfices se rduire alors que le contexte conomique mondial reste imprvisible.passagers ariens impose par le gouverne -ment britannique (voir encadr).Une fois encore, les pays hispanophones des Carabes, surtout la Rpublique Dominicaine et Cuba, sont les premiers bnficier de la reprise du secteur et les chiffres sont galement encourageants pour des destinations comme la Jamaque, les Bahamas et la Barbade. Mme si la rgion sattend ce que cette tendance se confirme cette anne, les touristes continuent rechercher les promotions et les rserva -tions de dernire minute sont de plus en plus nombreuses. Dans ce contexte, les touristes devraient continuer tenir fermement les cordons de leur bourse, selon la CTO. A la fin 2010, le nombre darrives sur lanne avait augment de 6%, mais les rentres nont pas suivi. Notre secteur a d dployer des trsors dimagination pour faire venir les touristes dans la rgion et les chiffres pour le premier trimestre de cette anne confirment eux aussi que les revenus sont la trane, explique Hugh Riley, secrtaire gnral de la CTO.Promouvoir le tourismeLes hteliers et les agences de voyage ont donc d imaginer des mesures pour Carabes : plus de visiteurs qui restreignent leurs dpenses Illustration Loc Gaume

PAGE 27

25 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Promouvoir le pouvoir dattraction des Carabes Les Carabes souhaitent attirer davantage de touristes. Au-del de son march classique, la rgion semploie aujourdhui dvelopper des htels et des produits haut de gamme ainsi que des produits de niche axs sur les sports, les spas nature, la plonge, les mariages, les lunes de miel, les confrences et les conventions. Cest ce quexplique Carol Hay, Directrice de marketing pour le Royaume-Uni et lEurope lOrganisation touristique des Carabes (CTO). Parmi ces produits et initiatives, retenons le Waitukubuli Nature Trail en Dominique, premier et seul sentier de randonne longue distance des Carabes, qui devrait tre ouvert aux tou -ristes pour la fin 2011. La Confrence sur ltat du secteur, qui aura lieu en septembre 2011, sera pour nous loccasion dexaminer comment les pays des Carabes pourraient cooprer et comment continuer dvelopper notre offre existante. Nous examinerons galement de nouvelles pistes pour garantir lavenir et le dveloppement de notre secteur touristique, indique Carol Hay. Hugh Riley, Secrtaire gnral de la CTO, base sur lle de la Barbade, souligne les possibilits de coopration touristique rgionale avec lUE, au titre de lAccord de partenariat conomique (APE), un accord de libre-change sign en 2008 entre lUE et le CARIFORUM : En signant lAPE, le CARIFORUM et lUE ont ouvert les marchs europens aux services caribens, y com pris le tourisme. Ces services spcifiques sont presque entirement axs sur le secteur priv. Il poursuit : Au-del de lAPE, les besoins des Carabes dans le domaine du dveloppement touristique incluent la re -cherche, ladaptation au changement clima -tique, lefficacit nergtique, le marketing, les normes et les systmes de mesure ainsi que la comptitivit globale. Il appelle donc lUE soutenir la position des Carabes sur les questions embarrassantes de la taxe sur les transports ariens et des missions de carbone. Lintroduction en 2010 dune taxe pour les passagers ariens au Royaume-Uni est lune des raisons pour lesquelles des pays comme la Grenade ont vu le nombre de touristes diminuer de 6,4% lanne dernire par rapport lanne prcdente, explique Carol Hay. Le prix lev des billets davion dans les Carabes et le ralentissement de la croissance aux Etats-Unis sont dautres facteurs expliquant la chute du nombre de touristes dans la rgion lanne dernire. 1 LAPE a t sign le 15 octobre 2008 avec les membres du CARIFORUM : Antigua et Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Dominique, Grenade, Jamaque, Rpublique Dominicaine, Saint Christophe et Nevis, Sainte Lucie, Saint Vincent et les Grenadines, Suriname et Trinit et Tobago. La Guyane et Hati ont eux aussi sign cet accord, respectivement le 20 octobre 2008 et le 11 dcembre 2009. promouvoir les activits du secteur, y compris en proposant des nuites prix casss. Dans certains cas, les tarifs ariens ont t subventionns en partenariat avec de grandes compagnies ariennes. Cette mesure a eu un impact sur les bnfices du secteur. Sagissant de certaines desti -nations, la reprise du secteur touristique a t galement emmene par le tourisme de croisire. Un secteur qui mise sur lexcel -lent rapport-qualit prix des prestations. Toutefois, il est communment admis que cette catgorie de touristes dpense moins que les touristes long sjour, la principale raison tant que ces normes paquebots ont pratiquement tout bord pour rpondre leurs besoins lorsquils quittent leur port de dpart. Cette tendance a t particuli rement perceptible dans les Bahamas, qui ont enregistr un nombre record de visiteurs plus de 5 millions en 2010, alors que leurs dpenses taient loin des niveaux de 2008, avant la crise conomique. Cest ce quexplique Vincent Vanderpool-Wallace, Ministre du Tourisme des Bahamas. Dans le but dattirer les voyageurs sur leurs ctes, de nombreuses les ont revu la hausse leurs dpenses de publicit sur leurs prin -cipaux marchs. Dautres ont organis des festivals et autres vnements majeurs pour sduire la clientle. Des campagnes de vacances la maison ont t lances afin dencourager les rsidents et les ressortis -sants des Carabes rester chez eux pendant les vacances. Le gouvernement jamacain a ainsi augment de 5 millions de dollars amricains son budget de marketing, qui est gnralement de lordre de 30 millions de dollars. En affectant 5 millions de dollars supplmentaires sa campagne annuelle de publicit de 50 millions, la Barbade espre attirer un plus grand nombre de touristes anglais et canadiens.Outre lorganisation dun camp international de sports dt, le pays entend galement exploiter le pouvoir dattraction de Rihanna, star de renomme internationale originaire de lle. Loffice de tourisme de la Barbade vient de signer un contrat officiel de trois ans avec la chanteuse, qui doit contribuer mieux faire connatre le pays. Avec plus de 30 millions de disques et 100 millions de singles vendus un record Rihanna devait officiellement lancer le partenariat le 5 aot, Bridgetown, en Barbade, o elle sest produite dans le cadre de sa tourne mondiale 2011, Loud. Ambassadrice de lle, Rihanna mettra sa notorit au profit du tourisme, faisant connatre la destina -tion par le biais de campagnes publicitaires, dapparitions spciales et dactivits sur les rseaux sociaux. Elle incitera galement les Brsiliens se rendre sur lle lors de la srie de concerts prvus dans ce pays dAmrique du Sud au mois de septembre. Signalons enfin que le tourisme cubain, qui accueille chaque anne plus de deux millions de visiteurs, devrait bnficier dune nouvelle vague de croissance de ce secteur avec la leve des restrictions sur les dplacements des citoyens amricains, prvue pour aot 2011. Jusqu prsent, les touristes venaient essentiellement dEu -rope, du Canada et dAmrique du Sud, mais avec la leve de ces restrictions, lle, pressentie comme La nouvelle destination des Carabes, devrait connatre une forte augmentation des visiteurs amricains. *Journaliste bas la Barbade Loffice de tourisme de la Barbade vient de signer un contrat officiel de trois ans avec Rihanna, qui doit contribuer mieux faire connatre le pays Rhianna Reporters/Fame Pictures

PAGE 28

26Le C urrierIl y a prs de quinze ans, Georgie Fienberg sest rendue au Ghana lors dune anne sabbatique. A cette poque, elle nimaginait pas que cette visite aurait un impact sur le reste de sa vie. Non seulement sur la sienne, mais aussi sur celle de plusieurs milliers denfants du nord du Ghana, grce au tra -vail de lorganisation humanitaire quelle allait crer. Aujourdhui, quinze ans plus tard, AfriKids sauve de nombreux jeunes qui, sans cette intervention, auraient vcu sans espoir. Georgie Fienberg a lanc AfriKids, une organisation pour les droits des enfants tablie dans le Haut Ghana oriental, en 2002. Inspire par lingniosit des per -sonnes rencontres pendant son voyage travers le pays, elle sest sentie oblige dagir. Contrairement aux images dindi -gnes impuissants montres la tlvi -sion, Fienberg a dcouvert une population crative et dtermine, qui faisait tout son possible dans des conditions difficiles. Au lieu de dbarquer et de leur expli -quer comment faire telle ou telle chose, Fienberg a travaill auprs des commu nauts locales afin de les aider dans leurs activits entreprises jusqualors et dans ce qui leur tait ncessaire. Dans la foule, elle a cr une organisation qui emploie actuellement 160 personnes locales au Ghana laide dune petite quipe de sou -tien de dix personnes Londres. AfriKids se distingue des autres organi sations daide au dveloppement par son approche. Elle uvre la rsolution des Reportage sur une organisation humanitaire britannique unique, qui aprs dix annes et plusieurs milliers denfants aids au Ghana, entend fermer ses portes, les Ghanens ayant pris le relais.Sylvia Arthur La socit civile en action Centre medical dAfriKids, Ghana AfriKids De laide et de lespoir aux enfants necessiteux

PAGE 29

27 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Un dimanche, Nich aperu de jeunes enfants non accompagns monter dans un bus pour se rendre Kumasi, dans le sud. Il avait limpression que ces enfants taient entrans par des personnes, un mlange de trafic et dmigration conomique, indique Thornton. Il sest donc rendu Kumasi et vit que ces enfants se retrouvaient entas ss dans des bidonvilles vivant dans une misre noire. Il sest rendu compte quil fallait rsoudre une partie du problme de manire locale, une tche qui allait s'avrer trs complique pour la population locale situe une distance de 600 kilomtres. Partenariat public-privEn rponse ce dilemme, AfriKids a cr plusieurs projets principaux pour sattaquer aux problmes majeurs. Nous avons travaill avec lquipe ghanenne afin didentifier, de financer et dexploiter des entreprises sociales au Ghana, notre hpital tant la plus grande de celles-ci, dclare Thornton. Quand nous avons repris le Centre mdical dAfriKids, il accueillait 5.000 patients par an. Aujourdhui, grce au partenariat public-priv avec le Ministre ghanen de la Sant, nous accueillons 60.000 patients par an et nous avons ralis un profit de 100.000 livres sterling lanne dernire. Les revenus gnrs par le centre mdical suffissent pour payer le salaire des trois quarts du personnel ghanen dAfriKids, dont 60 travailleurs mdicaux du centre. DurabilitLa prochaine tape du dveloppement dAfriKids est la construction dune Eco Lodge. Celle-ci emploiera 30 50 autoch -tones dans lindustrie du tourisme et gn -rera un profit annuel de 180.000 livres, un chiffre qui permettra de financer un tiers de luvre dAfriKids. Le projet sera ralis par des formations professionnelles sur le tas, des emplois long terme et lintroduction de nouvelles sources de revenus dans la rgion. Lanne prochaine, AfriKids clbrera son dixime anniversaire. Le but ultime de lorganisation est de ne pas avoir clbrer une deuxime dcennie. En effet, elle vou -drait fermer ses bureaux au Royaume-Uni dici 2018, ce qui confirmerait lautono mie des activits au Ghana. Et sil existe une organisation qui peut relever le dfi, cest bien AfriKids. AfriKids Ghana a toujours annonc trs clairement que les projets devaient tre durables pour leurs bnficiaires. En tant quorganisa tion, notre quipe ghanenne a souvent assist la disparition de bonnes orga -nisations au sein de leur communaut suite aux caprices des bailleurs de fonds occidentaux. Ils ne voulaient pas partager le mme sort. Ils taient conscients de certaines limites du financement occi -dental et voulaient continuer leur travail de manire approprie au niveau local, conclue Thornton. Nous avons dfini un objectif trs clair pour notre organisation. Voil notre spcificit.Pour en savoir plus sur AfriKids, nhsitez pas visiter www.afrikids.orgcauses profondes des violations des droits des enfants en amliorant les services de soutien communautaire et en assurant laccs lducation de base et aux soins de sant primaires. Notre mission a toujours t axe sur les enfants, dclare Andy Thornton, Directeur dAfriKids au Royaume-Uni. Pour amliorer la vie des enfants, nous sommes conscients quil faut travailler avec tous les facteurs environnants. Nous travaillons donc de manire trs inclusive et holistique. Sattaquer au trafic denfantsAfriKids entreprend de nombreux pro -jets. Ceux-ci incluent des initiatives plus traditionnelles, comme les orphelinats, les coles et les centres pour enfants des rues, mais aussi des projets plus rvolu -tionnaires, qui sattaquent des sujets culturels complexes, tels que le trafic denfants, lexploitation denfants et le phnomne de lenfant-esprit. Le travail avec les communauts autochtones est la cl du succs de leur travail.Le rcit du recrutement du Directeur dAfriKids au Ghana, Nich Kumah, sou -ligne le caractre typique de la manire dont lorganisation recrute, soigne et fid -lise son personnel. M. Kumah apparte nait un groupe li lglise locale. Avec deux amis, il avait transform des toilettes publiques en maison pour enfants des rues. Grce son activisme pratique, il sest fait remarquer par AfriKids. Et cest dailleurs cette reconnaissance du savoir local qui a permis lorganisation huma nitaire davoir un tel impact. Nich Kumah, directeur Ghana dAfriKids AfriKids Un des 60.000 patients du Centre medical dAfriKids AfriKidsCentre medical dAfriKids, Ghana AfriKids

PAGE 30

28Le C urrier LAfrique de lEst, vitrine de la gothermieDe la TerreMarie-Martine Buckens En Afrique, les ressources go -thermiques haute temprature pouvant gnrer de llectricit sont limites aux zones dacti -vit tectonique et volcanique, en particu -lier dans la zone du rift lEst. La valle du grand Rift est caractrise par des dpts volcaniques et fluviaux, affects par un ensemble de failles spectaculaires traversant toute lAfrique de la mer Rouge jusquau Mozambique. Parmi tous les pays que le Rift traverse, le Kenya est considr, du moins actuellement, comme une zone privilgie pour la production dlectricit dorigine gothermique. Le potentiel exploitable pour llectricit est estim 2.000 MW. Actuellement, ce potentiel est partiellement utilis.Forts de leur savoir-faire sculaire dans lart de convertir lnergie de la Terre en nergie, les Islandais (lire le dossier spar sur lIslande) apportent conseils et techniques. En Afrique, mais aussi en Papouasie-Nouvelle-Guine, aux Comores, ou encore en Chine, en NouvelleZlande, aux Philippines, et en Amrique latine. Bref, partout o les forces de Vulcain sont luvre. Aux quatre coins du mondeEn Islande, les socits spcialises dans la gothermie se multiplient. Lune des plus importantes, Iceland GeoSurvey (ISOR), est la proprit de lEtat. Depuis sa cra tion en 1945, elle a dj t sollicite par une quarantaine de pays pour mener bien des projets gothermiques, notam -Les roches chaudes souterraines de la val-le du Rift est-africain offrent une solution de production dnergie prometteuse. Des premiers rsultats ont t enregistrs au Kenya. Sous lgide de lONU et avec le savoir-faire des Islandais. Geyser-Islande Marie-Martine BuckensUsine gothermique, Islande Marie-Martine Buckens

PAGE 31

29 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011ment en Afrique orientale. La gother -mie constitue un moyen de saffranchir de la tutelle des autres pays en matire dnergie, dclarait en 2008 le ministre islandais des Affaires trangres Ossur Skarphedinsson, lequel signalait au cours de lAssemble gnrale des Nations Unies le rle primordial jou par son pays dans le domaine de la gothermie. Cest dail leurs dans le cadre dun programme mis en place par lONU quISOR sest vue confier une mission de premier ordre, celle de former les pays lutilisation de lnergie gothermique. LIndonsie et le Kenya ont dj t initis. Fonde en 2008, Reykjavik Geothermal est pour sa part dj prsente Abu Dhabi, au Kenya, en Papouasie-Nouvelle-Guine et en Inde. Reykjavik Energy Invest, filiale de Reykjavik Energy, est quant elle lorigine dun chantier de centrale gother -mique Djibouti, o quatre forages dune profondeur de 2,5 km ont t raliss. Cours universitairesLagence de coopration islandaise (ICEIDA lire le dossier sur lIslande) participe pleinement ces projets. En particulier dans le cadre du programme ARGeo (lire lencadr). Ainsi, des cours dexploration gothermique ont t orga -niss par lUniversit des Nations Unies de Reykjavik et la Compagnie de gn -ration dElectricit du Kenya (KenGen). Ces cours sinscrivent dans le cadre du programme de formation gothermique dispens par lUniversit des Nations Unies de Reykjavik (UNU/GTP). Le financement du cours fait partie de la contribution de lIslande afin de promou -voir les Objectifs du Millnaire pour le dveloppement adopt par les Nations Unies. Les participants sont venus des Iles Comores, dEgypte, dErythre, dOuganda, du Rwanda, de Tanzanie, du Ymen et dAlgrie.ARGeo Le projet Africa Rift Valley Geother -mal Development Facility (ARGeo) a t mis en place voici cinq ans par le Conseil du Fonds pour lEnvironnement Mondial (FEM). Le projet bnficie dun financement de prs de 15 millions deuros, impliquant le Programme des Nations Unies pour lEnvironnement (PNUE) et la Banque mondiale. Le projet, qui garantit les risques du forage Djibouti, en Erythre, au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie, a commenc au dbut de 2009 et a permis de faire appel lquipement et aux techniques exprimentes par la compagnie dlectricit kenyane KenGen, avec laide dterminante des Islandais. Le Kenya et des investisseurs privs cherchent aussi le soutien financier du Mcanisme de Dveloppement Propre (MDP) du Protocole de Kyoto pour une extension des 35 MW additionnels en phase de validation. La demande en lectricit actuelle au Kenya est denviron 1.000 MW, rappelle le PNUE. Le pays dpend fortement de centrales hydrolectriques, systmes qui ont souffert ces dernires annes des faibles prcipitations et rserves deau. Le pays sest fix lobjectif de gnrer 1.200 MW partir de la go thermie dici 2015.Combattre le changement climatique tout en approvisionnant simultanment en nergie deux milliards de personnes qui ny ont pas accs sont parmi les d -fis centraux de cette gnration, dcla -rait en 2008 Achim Steiner, Secrtaire gnral adjoint de lONU et directeur excutif du Programme des Nations Unies pour lEnvironnement (PNUE). La gothermie est 100% autochtone, respectueuse de lenvironnement et est une technologie qui a t sous-utilise pendant trop longtemps. Fleurs et lectricitLnergie gothermique est exploite, selon la temprature, pour produire de llectricit ou pour le chauffage. Si leau, qui circule dans les failles tectoniques, atteint des tempratures suprieures 100C, on parle de res -sources haute enthalpie. Dans ce cas, leau peut tre capte sous forme de vapeur (dite vapeur sche) ou un mlange des deux phases liquide et vapeur (vapeur humide). Selon la na -ture et les proprits de leau arrivant en surface, diffrents systmes sont utiliss pour produire de llectricit. Cest le cas notamment du champ gothermique dOlkaria au Kenya.Par contre, les ressources basse nergie dont la temprature est com -prise entre 30C et 100C sont princi -palement utilises pour le chauffage urbain et pour le chauffage de serre. Dans une des plus grandes fermes du Kenya, gre par lOserian Deve -lopment Company, 70 hectares de serres chauffs par gothermie pro duisent des fleurs qui sont vendues en Europe. Combattre le changement climatique tout en approvisionnant simultanment en nergie deux milliards de personnes qui ny ont pas accs sont parmi les dfis centraux de cette gnration Geyser-Islande Marie-Martine BuckensUsine gothermique, Islande Marie-Martine Buckens

PAGE 32

30Le C urrier D couvrir l'EuropeLIslande, limprvisibilit rige en art de vivreVous dites Islande ? On vous rpond : krach banquier et ruption de lEyjafjalla -jkull. Deux crises dont le pays sest sorti sans trop de difficult. Bien sr, les Islandais devront encore payer long -temps les erreurs de leurs financiers ces utrasarvikingar, vikings des temps modernes aveugls par les profits faciles et personne na oubli les terribles ruptions du 18 sicle, si meurtrires que la population tait lpoque deux doigts de dserter cette le de glace et de feu, situe juste en-dessous du cercle polaire.Les Islandais ont appris sadapter une nature imprvisible et parfois meurtrire. Et cette capacit dadap -tation explique sans doute en partie la relative aisance avec laquelle le pays est aujourdhui sorti de la rcession conomique qui a suivi la faillite de ses trois principales banques en 2008. Il nempche. La crise financire a ga -lement montr aux Islandais les limites de leur indpendance. Une indpen -dance dautant plus fragile que lcono -mie du pays dpend essentiellement de ses exportations de produits de la pche.Un an jour pour jour aprs lclatement de la bulle financire, le nouveau gou -vernement de centre-gauche dposait officiellement sa demande dadhsion lUnion europenne. Les ngociations viennent de souvrir. Plage de lave, Islande Marie-Martine Buckens Reportage de Marie-Martine Buckens

PAGE 33

31 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 au monde. Une tradition chre au coeur de tous les Islandais qui, aujourdhui encore, se rendent rgulirement dans la vaste plaine de Thingvellir, o les anciens hommes libres dIslande se runissaient une fois par an, en juin, pendant 15 jours. Une runion qui tait aussi loccasion de ftes populaires o la lecture des sagas et de posie avait une place de choix. Pendant cette priode, les Vikings passrent tout doucement du paganisme au christianisme. Les anciens Vikings le savaient-ils ? Cest Thingvellir quune faille, longue de 30 km, marque la limite entre les deux plaques continentales...LAlthing, chambre unicamrale, survcut mme pendant la mise sous tutelle du pays par la Norvge en 1262 et durant la domination danoise en 1536, et ce jusquen 1799. Le Danemark impose la rforme protestante et contrle totalement le commerce de lle. La pauvret sinstalle. Le XVIIIe sicle reste une poque noire pour les Islandais, victimes en outre dun vritable cataclysme : le Laki, lun de ses volcans les plus redoutables, crache ses cendres pendant plus de neuf mois, rdui -sant nant les cultures et asphyxiant paysans et cheptels. Prs dun quart de la population ne survcut pas la famine qui sensuivit.Au XVIIIe sicle, pousss notamment par la rvolution de juillet en France, les Islandais se battent pour leur ind -pendance. LAlthing est restaur mais dmnage en 1844 Reykjavik et le pays acquiert une relative indpendance. Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1944, pour que le pays devienne pleinement indpendant et se proclame Rpublique. La principale tche des gouvernements toujours de coalition qui se sont succds depuis a t de rendre effective lindpendance avec le Danemark. Depuis 1950, la vie politique islandaise a t domine par le Parti de lindpendance, qui a form diverses coa -litions avec le Parti social-dmocrate, le Parti du progrs ou le Parti libral. La crise financire de 2008 bouleversera ce schma et signa la dfaite cuisante du Parti de lindpendance. Le premier gou -vernement de gauche est mis en place avec sa tte Jhanna Sigurardttir. Premire femme Premier ministre dIslande, elle affiche ouvertement son homosexualit et se remarie en 2002 en union libre avec sa compagne, femme de lettres et journaliste, Jnna Lesdttir. Un vnement qui sera vcu paisiblement par le peuple islandais. En juillet 2009, le gouvernement islandais dpose officiellement sa demande dadh -sion lUnion europenne. M.M.B. De lAlthing au Parlement europenAprs 20 sicles dune histoire mouvemente, lIslande, le ne il y a peine 20 millions dannes dun caprice naturel, mi-chemin entre les plaques continen tales amricaines et eurasiennes, devrait rejoindre lUnion europenne dici un an ou deux. Si toutefois sa population, chaude par la crise financire de 2008, donne son aval.Ce sont des moines irlandais, en qute de solitude, qui auraient les premiers foul le sol islandais. Peu de temps aprs, vinrent les Vikings. Ces colons norvgiens, fuyant les conflits dans le Royaume de Norvge stablirent petit petit sur les bords de lle. A Reykjavik en particulier, port naturel et aujourdhui capitale de la Rpublique. Nous sommes en 930. Les Vikings sont regroups en tribus et leurs chefs dci -dent de crer une assemble : lAlthing, constituant ainsi le premier Parlement Thingvellir Marie-Martine Buckens Plage de lave, Islande Marie-Martine Buckens

PAGE 34

32Le C urrier La crise de 2008 a t dune ampleur sans prcdent. Les trois principales banques islandaises ont fait faillite. En ralit, ce fut plus quune crise financire, ce fut un effondre -ment conomique, nous dit demble Vilhjlmur rnason, qui prcise : la dette du pays, principalement dtenue par les banques, a atteint prs de 10.000 milliards de couronnes islandaises, soit dix fois le PIB du pays. Un record mondial tant en termes relatifs quabsolus.La commission, mandate par le parlement islandais et compose de deux philosophes et dune historienne, a rendu son rapport en avril 2010. Un rapport trs attendu et qui fut un vritable succs de librairie. Notre commission avait pour tche de ne pas limiter notre analyse de lthique et des pratiques de travail au monde bancaire, mais de la placer dans un contexte social large. Il ne sagissait donc pas de porter des jugements, mais danalyser pour -quoi des comportements cupides car il sagit bien de cupiditont t possibles. Les utrasarvikingarCest donc une analyse de la socit islandaise que sest attaque la commis sion denqute. La socit islandaise est trange ; nous ne sommes pas trs nom -breux et elle est bien des gards une socit npotique, souligne le philosophe, poursuivant : Dans notre rapport, nous soulignons un fait crucial qui sest droul au tournant de ce sicle, savoir la privati -sation des banques. Une privatisation qui sest accompagne par un assouplissement des lois sur les finances.Les politiciens sont responsables de cet tat de fait et les banques sont res -ponsables de stre avances dans des oprations trs risques. A lpoque, le risque tait peru comme une vertu et les jeunes banquiers comme des vikings modernes, des utrasarvikingar Les mdias ont eux aussi manqu desprit critique. Leur faiblesse tient au fait quils sont pour la plupart exception faite de la radio et tlvision dEtat la proprit de groupes financiers. Avant la crise, il existait une relation de confiance entre les politiques et les conomistes. En ralit cette confiance est un manque de distance profession -nelle impersonnelle. Peut-tre lIslande doit-elle encore voluer vers une socit civile... !Mais ce qui proccupe surtout Vilhjlmur rnason, cest le discours utilis par des ultranationalistes qui prsentent les Islandais autrefois grands vainqueurs dans les annes dor, aujourdhui brims par des institutions et des pays inami -caux. Je suis plus attrist par la manire dont lIslande gre laprs-crise que la crise elle-mme. On exploite la faiblesse des gens au lieu de renforcer le systme dmocratique. Bien entendu, beaucoup de personnes ont commis des fautes, mais ce quil faut retenir, le plus important, cest que les institutions dmocratiques ont chou prvenir une telle crise.Ladhsion lUE ? Cest une excellente chose et je suis attrist aussi de voir que la crise est utilise par les opposants lentre de lIslande dans le club europen, dtournant le peuple de ses responsabi lits. M.M.B. Ethique et finances Au lendemain du krach financier, le gouvernement islandais a nomm une commis sion denqute charge dtudier laspect thique de la crise. Un exercice unique en son genre. Rencontre avec le Prsident de cette commission, Vilhjlmur rnason, professeur de philosophie lUniversit dIslande.Reykjavik Marie-Martine Buckens

PAGE 35

33 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Les liens institutionnels entre lIslande et lUnion europenne sont anciens et bien vivants. Ils traduisent aussi une ralit co -nomique, Reykjavik ralisant plus des deux tiers de son commerce extrieur avec les Etats membres de lUE. LIslande est ainsi membre de lAssocia -tion europenne de libre-change (AELE) depuis 1970 ; deux ans plus tard, elle conclut un accord bilatral de libre-change avec la Communaut conomique europenne. En 1994, elle devient membre de lEspace co -nomique europen et de lespace Schengen, qui permet aux Islandais de voyager et tra -vailler librement dans lUnion. Enfin, lIs -lande est galement signataire du rglement de Dublin relatif la politique europenne en matire dasile, et membre fondateur de lOrganisation du trait de lAtlantique Nord, lOTAN.Prochain objectif, lEuropeLe 27 juin dernier, lIslande est entre dans le vif des ngociations dadhsion lUnion europenne. Des ngociations qui devraient se drouler sans heurts, lexception du diffrend sur la pche, un secteur vital pour lconomie de lle.Juillet 2009. Le pays sort peine dune rces -sion conomique provoque par une crise bancaire sans prcdent. Le nouveau gou vernement de centre-gauche est favorable ladhsion du pays lUE et prsente sa demande au Conseil europen. La demande est accepte et la Commission europenne dcide de modifier lInstrument daide de pr-adhsion afin dinclure lIslande comme bnficiaire. Une aide qui devrait permettre Reykjavik de faciliter son ali -gnement sur les rgles europenne, commu -nment appeles lacquis communautaire. Guerre du maquereauUn alignement qui devrait se faire sans grand effort. Le processus de screening (lexamen du degr dharmonisation des lois islandaises avec les lois europennes, ndlr) a confirm ce que nous savions : lIslande est trs bien prpare ces discussions dadh -sion et les questions devant tre ngocis sont peu nombreuses dclarait en juin lAgence France Presse le chef ngociateur islandais Stefan Haukur Johannesson. Peu nombreuses, mais de taille. A commencer par la politique de la pche de lIslande, qui assure prs de 80% des exportations islandaises, le reste tant principalement assur par la rexportation daluminium, raffin bas prix grce une hydrolec -tricit abondante sur lle partir dune bauxite en provenance de pays dAfrique ou dAmrique du Nord. LIslande est sans doute une petite nation mais elle est un gant lorsquil sagit de pche affirme le dput Gauche-Vert Arni Thor Sigurthsson la tte de la commis sion des affaires trangres du parlement islandais. Si lIslande rejoint lUE, elle per -mettrait lUnion daugmenter de 50% ses ressources provenant de la pche affirme-t-il, estimant quil est de la plus haute importance pour lIslande quelle obtienne un juste traitement dans cette faire Le dput faisait allusion au contentieux entre lUE et lIslande sur la question des droits de pche, illustre dernirement par la dcision unilatrale islandaise daugmenter consid -rablement ses quotas de maquereaux. Lle est aussi en conflit avec lUE sur la question de la chasse la baleine. Autre secteur potentiellement difficile, les services financiers, pour lequel la CE estime que Reykjavik devra dployer des efforts considrables M.M.B. LIslande est sans doute une petite nation mais elle est un gant lorsquil sagit de pche Port de Reykjavik Marie-Martine Buckens

PAGE 36

34Le C urrierLe budget allou la coopration internationale na pas chapp aux coupes claires opres par le gouvernement islandais au lende -main du krach financier de 2008. Depuis 2000, laide publique au dveloppement navait fait que crotre pour atteindre 0,36% du revenu national brut (RNB) en 2008, peu avant leffondrement bancaire. Trois ans plus tard, en 2011, cette mme aide au dveloppement plafonne moins de 0,20% du RNB. Un pourcentage que le gouvernement islandais entend augmenter. Dans sa Stratgie 2001-2014 pour la coopration au dveloppement, qui vient dtre approuve par le Parlement, lAl -thingi, le gouvernement prvoit un effet une nouvelle augmentation qui devrait permettre datteindre 0,23% du RNB en 2014. Le gouvernement entend donner un coup dacclrateur la part des dpenses publiques affectes au dveloppement ds 2013, anne o la Stratgie sera rvise, le but tant datteindre 0,70% du RNB en 2021, objectif fix par les Nations Unies.Renforcer les pcheries africainesNous allons poursuivre la politique mene depuis deux ans, savoir consolider les programmes en cours, nous explique Engilbert Gudmundsson, fraichement nomm (nous sommes en juin 2011) la tte de lICEIDA, lAgence islandaise pour le dveloppement international, directement attache au Ministre des Affaires trangres. Le nouveau directeur de lagence compte dj 26 ans de services dans la coopration dabord au sein du Conseil nordique pour le dveloppement, bas dans la capitale finlandaise Helsinki, ensuite la Banque mondiale, charg de lharmonisation de laide dans le cadre de la coopration multilatrale. Sur le plan gographique, lIslande apporte son soutien aux efforts de paix en Afghanistan et aux rfugis palesti -niens, sous forme de financements ou dexpertises auprs dorganisations inter -nationales. Mais nous sommes surtout prsents, et depuis longtemps, dans trois pays dAfrique, poursuit Engilbert Gudmundsson : le Mozambique, lOu -ganda et le Malawi. Et ce pour deux rai -sons : ce sont des pays trs pauvres et ils possdent des pcheries. Les pches, poursuit le directeur, sont lossature tra -ditionnelle de lIslande et cest un domaine o nous pouvons apporter notre savoir-faire. Ainsi, lIslande a offert ses services pour aider les autorits de ces pays mieux grer leurs ressources halieutiques. Une aide qui a permis certains de ces pays de reprendre leurs exportations de poissons, notamment vers lUnion europenne, un temps geles pour des raisons sanitaires. Ainsi, en Ouganda, o les activits de pches sont intenses dans le lac Victoria, mais aussi dans dautres lacs comme le lac Edouard, les exportations ont chut en 10 ans de 150 1 millions de tonnes par an. Nous avons aid les autorits instaurer Une coopration cible et efficace LIslande met au service de pays en dveloppement ses comptences dans deux domaines o sa rputation nest plus faire : la gothermie et la pche.Notre politique de dveloppement est aligne sur la Dclaration de Paris sur lefficacit de laide et ne devrait pas faire lobjet dajustements lorsque lIslande intgrera lUnion europenne Engilbert Gudmundsson Marie-Martine Buckens

PAGE 37

35 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 des contrles de qualit. Des actions simi -laires ont t conduites au Mozambique en particulier dans le secteur de la pche aux crevettes et au Malawi. Ensuite, ajoute le directeur, nous avons tendu notre aide aux communauts de pcheurs. Dans le cadre des Objectifs du Millnaire, nous avons apport notre soutien deux secteurs cls : lduca -tion et la sant. Toutes ces actions, nous les menons en priorit avec les gouver -nements de districts. Nous sommes un petit pays, et les institutions locales corres -pondent bien notre propre organisation. Ainsi, en 2007, 21% de laide islandaise tait affecte au secteur des pcheries, 31% lducation et 13% la sant. Priorit la formationEn dehors de laide bilatrale, qui profite galement, dans une moindre mesure, au Sri Lanka et au Nicaragua, lIslande apporte sa contribution quatre agences multilatrales : la Banque mondiale, lUnicef, ONU Femmes et lUniversit des Nations Unies. Dans le cadre de cette universit, nous assurons des for -mations dans les secteurs de la pche et de la gothermie, poursuit le directeur de lICEIDA. Au cours de ces formations, les ressortissants des pays en dveloppe -ment se spcialisent dans la gestion des ressources environnementales, prin cipalement la pche et la gothermie. Savoir-faireEn gothermie, lIslande possde un savoir-faire quelle dispense aux quatre coins du monde, notamment en Chine et en Indonsie, en Amrique centrale mais aussi en Afrique. Les experts islandais, au travers de lICEIDA, ont ainsi apport un soutien dcisif la mise en place de lAgence gothermique du Rift africain, ARGeo, qui regroupe six pays dAfrique de lEst au fort potentiel gothermique. Des formations sont assures, dans tous ces pays, avec lappui de nos experts et le soutien des agences onusiennes, prcise Engilbert Gudmundsson. Nous rali -sons galement des tudes et des tests afin de nous assurer que le potentiel gothermique est rentable. Ainsi, si le Kenya produit dj 800 megawatts lec triques grce aux tudes que nous avons finances, nos tests se sont par contre rvls jusquici ngatifs en Ouganda. Tradition douvertureNotre politique de dveloppement est aligne sur la Dclaration de Paris sur lefficacit de laide et ne devrait pas faire lobjet dajustements lorsque lIslande intgrera lUnion europenne, estime le directeur de lICEIDA, se basant sur les conclusions des runions dj tenues entre experts europens et islandais du dveloppement. En outre, la politique de dveloppement est une des rares faire lunanimit au sein tant des partisans que des opposants ladhsion lUE Le directeur poursuit : Nous avons une longue tradition douverture par obli -gation, nayant jamais t autosuffisants et mme si notre budget daide peut paratre bien maigre par rapport nos voisins nordiques qui restent notre prin cipale rfrence dans ce domaine, notre coopration nen demeure pas moins trs vivante. Et elle est suffisante pour faire la diffrence. M.M.B. ICEIDA au Mozambique ICEIDA Pche sur le Lac Victoria Marie-Martine Buckens

PAGE 38

36Le C urrier Reykjavik rejoindrait ainsi le rseau trs pris des Villes littraires, actuelle -ment au nombre de quatre : Edimbourg, Iowa City, Melbourne et Dublin. En attendant, cest Paris, lors du Salon du livre en mars 2011, que la littrature islandaise a t clbre, aux cts de ses surs nordiques. Et tout comme celles-ci, elle a un got mar -qu pour les romans policiers qui ont leurs fans invtrs et signs Arnaldur Indriason, Arni Thorarinsson ou encore Jn Hallur Stefnsson. Mais pour dautres genres galement. La littrature islan -daise moderne est dune telle richesse quun adage populaire dit : la moiti des islandais crivent pour lautre moiti.Transparence de la langueEn Islande, on vous rappellera aussi que la littrature remonte aux sagas mdivales, mettant aux prises des hros comme Egill Skallagrimsson ou Njll le Brul. Des histoires que les coliers lisent dans la langue de lpoque. Car la langue islandaise, autre fiert des Islandais aux cts de lAlthing et des volcans, na quasi pas chang depuis lpoque des sagas. Et aujourdhui encore, les Islandais font preuve din -gniosit pour traduire les nouveauts technologiques. Comme la crit Vigds Finnbgadttir, premire femme lue dmocratiquement la tte dun pays europen en 1980, mais aussi femme de thtre et linguiste : Lesprit islandais Reykjavik la littraireLa capitale islandaise a dpos en fvrier 2011 sa candidature pour devenir Ville de littrature. Quoi de plus naturel pour la capitale du pays o le nombre de livres publis par tte dhabitant est le plus lev au monde.Auur Ava lafsdttir Auur Ava lafsdttir

PAGE 39

37 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 prfre non exige que les mots soient transparents, cest--dire quil puisse dduire des radicaux qui les forment quel en est le centre. Ainsi du mot pour radio en islandais, hljvarp, qui signi -fie le son projet vers lextrieur. Le mot pour tlvision sjnvarp est form de la mme faon : vision projete. Le privilge de linaccessibilit Retenez ce nom : Auur Ava lafsdttir. Son dernier et troisime livre, Rosa Candida a rencontr un succs inattendu et mrit auprs des lecteurs franais, anglais, danois et allemands. Lhistoire est pourtant simple. En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljtur un anti-viking part sans le savoir la rencontre dAnna et de sa petite fille, l-bas, dans un autre den, oubli du monde et gard par un moine cinphile.Comme crivain, expliquait lauteur un critique, je considre comme un privilge le fait de parler une langue comprise par trs peu de personnes. A cause de cette inaccessibilit au monde, la littrature islandaise une longueur davance en termes de mystique. Je vou -lais approcher la partie illogique de la psych humaine de manire musicale, lever les proccupations quotidiennes, mme leur donner une dimension reli -gieuse comme dans Rosa Candida. Lisez le livre, vous serez sous le charme.LEsprit et la paroleOn a affirm que les Islandais ne se laissaient pas convaincre par la logique, peine par largent et encore moins par les arguments de la foi, mais rglaient leurs problmes en pinaillant sur les mots et en cultivant les disputes sur des questions insi -gnifiantes trangres au problme pos. Mais quon en vienne au cur du dbat, et les voil dsempars et silencieux. En revanche, si un ami ou cousin leur demande une chose, les voil prts surmonter les plus grands obstacles pour eux, et il y a dailleurs des sicles et des sicles que les campagnes islandaises se -raient dsertes sil en avait t autre -ment. Il y a encore un mode dargu mentation qui est le dernier recours des Islandais quand tout a dj t tent, et cest lhumour, mme le plus trivial. Ds que quelquun raconte une petite fiction amusante, la socit tout entire retrouve sa douceur lumi -neuse et lme redevient un terrain accueillant. Cest Halldr Laxness, le gant de la littrature islandaise qui la crit. Auteur notamment de Gens indpen -dants son Prix Nobel de littrature en 1955 et sa longvit il a vcu jusqu 95 ans et a commenc crire 17 ans nont pas manqu de faire de lombre aux autres crivains islandais du XXe sicle. A cause de cette inaccessibilit au monde, la littrature islandaise une longueur davance en termes de mystique. Marie-Martine Buckens

PAGE 40

38Le C urrier Il mest arriv souvent que des gens, en voyant notre voiture, viennent nous demander quelles sont les dernires acti vits sismiques dans la zone ou si quelque chose dextraordinaire se prpare, nous explique Karolina Michalczewska, une des nombreuses gologues de lInstitut des Sciences de la Terre de Reykjavik, ajoutant : En ralit, de nombreuses informations sont diffuses rgulire -ment sur internet, par notre institut ou le Bureau Mtorologique dIslande. Tout le monde peut suivre lactivit sismique ou les dformations de la crote terrestre grce aux instruments GPS qui travaillent en continu Et, depuis lruption de lEy -jafjallajkull qui en avril 2010 a paralys lensemble du ciel arien europen, lUE a instaur une cellule de crise et adopt des lignes de conduite en cas dmis sions de cendres volcaniques. Autant de mesures qui, selon la Commission europenne, ont permis de rpondre de manire plus graduelle au lendemain de lruption du Grimsvtn en mai 2011. Mi-chemin Il est difficile, poursuit la gologue, de ne pas sintresser ces choses quand on est en Islande. Il suffit de faire quelques kilomtres en dehors de la capitale pour se retrouver au milieu de champs de lave, dans un paysage non affect par la civi -lisation Car lIslande cest plus de 200 cratres dont 170 volcans actifs, une le couverte de lave, de glace et de prairies de plus de 100.000 km2. Le pays est en ralit la partie merge de la dorsale mdio-atlantique. Les deux bords de la dorsale scartent lune de lautre raison de 2 cm par an, augmentant dautant la distance entre lEurope et lAmrique. Lle est ainsi traverse, du sud-ouest au nord-est, par un norme foss, un graben, ou rift, dont la partie la plus impressionnante se trouve dans la plaine Thingvellir, o se runissait le premier parlement islandais.Laboratoire Une ruption volcanique typiquement islandaise se caractrise par lmission de laves basaltiques le long de longues fissures, dveloppant souvent ce quon appelle un volcan central. Mais, pour -suit Karolina Michalczewska, comme lruption de Eyjafjallajkull lan dernier nous la rappel, ce nest pas toujours le cas. LIslande est un laboratoire volcanique offrant des opportunits incroyables pour tudier et observer la formation de la crote terrestre, ce qui en fait une place spciale pour les scientifiques .En Islande, poursuit la volcanologue, il est ais de voir que notre plante est un orga nisme vivant. Des tremblements de terre sont enregistrs tous les jours et les rup tions de volcans se droulent en moyenne tous les 4 5 ans En automne 2010 un jkulhlaup est observ partir du plus grand glacier de lIslande, le Vatnajkull. Il abrite sous sa calotte de 8.300 km2 six volcans dont le fameux Grimsvtn (lacs masqus). Le jkulhlaup des poches deau qui saccumulent sous le glacier et se librent brusquement est le signe dune activit volcanique. A lpoque, nous nous attendions dj une ruption du Grimsvtn, qui pour finir ne sest produite quen mai de cette anne. Ce qui montre combien il est difficile de prvoir lavance et avec prcision une ruption A prsent, les regards se tournent vers le volcan Katla cach sous le glacier Mrdalsjkull, et quelque peu secou par lruption de lEyjafjallajkull. Enfin, si on se base sur lintervalle de temps entre chaque ruption, le prochain volcan sur la liste devrait tre lHekla. Son rup -tion devrait intervenir dans un avenir proche M.M.B. LIslande est un laboratoire volcanique offrant des opportunits incroyables pour tudier et observer la formation de la crote terrestre De la lave dans les veinesSans volcans, lIslande nexisterait pas. Les Islandais le savent et ont appris vivre avec et, littralement, renatre de leurs cendres. Toujours aux aguets, ils nen cultivent pas moins, ou peut-tre en raison de cela, une douceur de vivre. Et portent une relle affection pour leurs montagnes grondantes. Commerce Pont dtruit suite luption en 1996 du Skeidararsandur Marie-Martine Buckens

PAGE 41

39 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 BEI et ACP CommerceNouvelle dynamique pour le financement des PME Hegel GoutierLa Banque europenne dinvestis -sement (BEI) est passe ces deux dernires annes un braquet suprieur en ce qui concerne le financement des petites et moyennes entreprises ACP. Elle est en phase avec les demandes pressantes du groupe ACP qui a organis le 15 juillet dernier un atelier sur le thme Amliorer laccs au finan -cement pour les PME, colonne vertbrale de lconomie des pays ACP.Daprs les chiffres de dcembre 2010, la BEI a engag pour la microfinance dans les pays ACP un total de 180 mil -lions deuros sous forme de crances et dactions. Ce montant constitue 80% du portefeuille microfinance total de la BEI. Celle-ci traite soit directement avec des institutions spcialises, soit avec des banques commerciales sous-traitant avec ces dernires et le cas chant avec des micro-entrepreneurs. Depuis 2005, la BEI a ainsi acquis des parts quivalant 15,6 millions deuros dans trois holdings op rant en Afrique sub-saharienne : Advans SA SCAR*, MicroCred SA** et Access Microfinance Holding AG, Allemagne.Priorits zones rurales et/ou trs pauvres Au dbut de lanne en cours, ces trois hol -dings avaient dj cr neuf institutions de microfinance avec 54 filiales, dans huit pays dAfrique sub-saharienne et au ser -vice de 97.000 clients disposant chacun en moyenne de 1046 euros. Avec un trs bas taux de portefeuille risque de plus de 30 jours, seulement 1,48%. Les trois holdings se sont souvent associes des institutions rgionales ou des banques locales. Cest le cas au Libria, o la socit allemande Access Microfinance Holding sest adjoint divers partenaires dont la Banque afri -caine de dveloppement pour dvelop -per Access Bank Liberia, la premire du pays en termes de service aux PME. Ce modle, sengage la BEI, est appel se dvelopper encore plus dans les pays ACP. Dans les pays du Pacifique et de la Carabe, la BEI slectionne des parte -naires locaux. Comme en Rpublique Dominicaine, o elle a contribu depuis plus dune dizaine dannes, entre autres, au dveloppement de Banco de Ahorro y Credito Ademi et de Banco Adopem qui soutiennent de nombreuses institu -tions de microfinance dont les clients sont essentiellement des entrepreneurs de zone rurale et/ou trs pauvre. Assistance techniqueDans le cadre de lintervention de la BEI en Rpublique Dominicaine, figure un programme dassistance technique pour aider les entrepreneurs et ceux qui aspirent ltre se doter des moyens de mener bien leurs projets. Et pour sassurer ainsi que les financements sont les plus efficaces possible. Cette constituante est prsente dans un grand nombre des interventions directes ou indirectes de la BEI dans ce secteur. Attente et hommageLes success stories des microfinancements au service des PME ACP sont si lgion que les attentes pour leur dveloppement significatif sont trs grandes. La dcla -ration du Secrtaire gnral ACP, Dr Mohamed Ibn Chambas, par exemple, est la fois incitation et hommage la dynamique dveloppe par la BEI qui, travers la Facilit dinvestissement, a le potentiel daider les pays ACP op -rer une transformation structurelle des PME afin de les rendre comptitives. Advans SA SCAR (cr par Horus Development Finance, anciennement Horus Banque et Finance, France), ** MicroCred SA (socit d'investissement cre par PlaNet Finance et des partenaires : la Socit financire internationale (IFC) du groupe Banque mondiale, la Socit Gnrale et AXA Belgium) Banque europenne dinvestissement CE

PAGE 42

40Le C urrier Hegel GoutierZinkp a expos dans des endroits les plus priss de tous les conti -nents et a obtenu des prix presti -gieux comme le Grand prix jeune talent africain aux Grapholies dAbidjan, il avait alors 23 ans, ou le Prix UEMOA la Biennale de Dakart 2002.Il faut de nouveaux mots pour son artZinkp est dabord un artiste dune inven -tivit dbordante. Ses sculptures sont sou -vent des dmultiplications, rassociations et mtamorphoses dun mme module de base, comme une petite statuette Ibedji du Nigeria. Sagissant de certaines de ses installations, il faut se permettre des nologismes comme move-art et move-artist pour ses vhicules-installations Zinkp (Dominique Zinkp), dessinateur, peintre sculpteur, vidaste et installationiste bninois, est sans conteste lun des artistes les plus surprenants. Il se collette avec des sujets durs de la condition humaine, mais ne sacrifie nullement la beaut la rvolte. Son esthtique en est mme plus prgnante et pleine dhumour mme pour dpeindre linjustice et linsupportable. Zinkp sest entretenu avec Le Courrier loccasion de sa dernire grande exposition, Mtamorphoses, au Fine Art Studio (22 juin -20 aot 2011). ZoomLe miroir de lmeZinkp, bninois, artiste plasticiendune esthtique comme naturelle, se dplaant avec bagages et passagers. Taxi Tais-toi jaloux (2000) ou Taxi Petro CFA (2010) sont poustouflants.Je devais tre inventif. Jai eu la chance de ntre pas pass par les acadmies dart du bloc sovitique o le rgime envoyait cer -tains jeunes qui, leur retour, disposaient dune bonne situation, pourvu quils pei -gnissent les portraits du chef dEtat et de ses proches. Les autres comme moi

PAGE 43

41 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Jai pass une bonne partie de ma jeu -nesse sous le marxisme-lninisme de mon pays. Jai eu des copains artistes empri sonns. Jai compris quil fallait dtour -ner son propos pour sexprimer. Et jai senti que javais en main, avec lart, un outil ingalable. Ctait devenu un acte politique que dtre artiste. Javais alors oubli mes doutes sur la qualit de mon travail. Mon art tait pour dire quelque chose, pas forcment pour dranger mais pour maffirmer. Pas seulement chez moi mais dans toute la rgion.Extension du domaine des arts plastiques Son art va effectivement se manifes ter dans toute la rgion. Le dictateur Eyadema, au Togo, en fera les frais. Invit par lInstitut Franais et le Goethe Institut de Lom, l'artiste sest inspir des pousse-pousse de la ville. Luvre prsente est un cas typique du move-art Les partisans du pouvoir avaient lhabitude dappeler la population des rassemblements en lhon -neur du prsident laide de tracts. Moi, chtif, je conduisais un pousse-pousse avec larrire un bourru ressemblant Eyadema, qui lanait prs du march des tracts bien imits pour un meeting du Prsident. Le subterfuge a march de longues minutes. Au point de presse sur lvnement qui suivait, jai annonc que jallais me dbarbouiller et jai fui par une fentre avec un copain directement en direction de la frontire. Les policiers qui taient venu pour le cueillir sont partis Gros-Jean comme devant. Zinkp a longtemps t triste que son art quil voulait outil politique, ne toucht pas autant quil le rva ses villageois proches qui lui disaient que c'tait beau mais que cela concernait les Europens. Je leur rpondais mais cest vous que je peins. Son acharnement au travail la peu peu, croit-il, rapproch de lessentiel, le portrait de lme que lart doit reflter.Un jour, au march de sa ville, o il expose par principe malgr sa grande notorit, une vieille dame lui a enferm 200 francs CFA (0,30 euros) dans la paume de la main en lui disant : Je ne peux pas acheter la peinture, mais prends cela. Merci dex -primer autant notre pense. Et Zinkp, une larme perlant presque ses yeux : Je garde toujours prcieusement ce billet. Cest le prix le plus lev que jai eu pour une uvre. utilisaient des bouts de ficelle, la terre ou les pigments naturels, tout ce qui tait notre porte.Il y a aussi eu sa rencontre avec Christian Lattier. A 23 ans, aux Grapholies de Cte dIvoire, jai dcouvert Christian Lattier, qui utilisait pour tout matriel des cordes et une seule couleur. Ctait une claque pour moi qui tait attir vers le kitsch. Alors que lessentiel ntait pas l. Je navais pas fait les Beaux-Arts, je doutais de moi. Et je me suis demand ce que je faisais l en de telle compagnie. Il y avait aussi Frdric Bruly Bouabr, dont je trouvais les uvres trop simples, banales, et qui avait dcroch lun des prix prestigieux. Un tohu-bohu dans ma tte. Que valait mon jugement ? Et on annonce le prix du jeune talent, ctait moi. Jai failli fuir, jai pleur, javais peur de ce poids. Je suis rentr chez moi, perturb. On est en 1993. Je me suis mis au travail. Le miroir de lmeLa peinture de Zinkp est toute de flui dit. Quil aborde les thmes qui lui sont chers, du sacr ou du miroir de lme, sous-entendu que son art est une rflexion extrieure de son me. Dessinateur la base, Zinkp a vite abord la peinture et la sculpture, en rendant souvent floue la frontire entre les disciplines. Les sculp tures sont peintes, la lumire prend une grande place dans ses installations qui sinspirent de lesthtique du cirque et de la construction thtrale. Un fantasme pour mieux reprsenter la commedia dellarte de ce monde avec ses petitesses et ses grandeurs. Aiguillon mais pas provocationLa sculpture peinte Ma poule (une poule au corps de femme, le sexe bant, crucifie) prsente lexposition Mtamorphose est symbolique. La pice est dune telle force, dune telle beaut, sans aucune vulgarit ou effet provocant. Elle est la premire bauche dun ensemble prvu pour tre un chemin de croix avec 14 stations, qui sera empreint dhumour, tout en respectant lglise et la religion. Pour un tableau du mme style inspir par linterdiction de la pilule par le pape, Zinkp avait t excommuni par larche -vch de Cotonou. Heureusement, une rconciliation est survenue et lexcom -munication a t annule. Fine Art Studio Pourquoi Zinkp ? Sandra Delvaux Agbessi, directrice de Fine Art Studio de Bruxelles confie au Courrier : "Sur l'art de Zinkp, c'tait un coup de cur ds la premire rencontre, mais il y a eu un cheminement durant dix ans au cours desquels j'ai prsent ses uvres dans des expositions collectives. Maintenant l'artiste a mri. Pas que ses uvres n'avaient pas atteint ds le dbut une trs grande qualit. Mais tout artiste connat un temps de fluctuation dans sa recherche et puis il arrive un point de son volution o il n'a plus rien prouver. Zinkp a atteint cette priode charnire. Il doit tre connu. Je parie sur lui."Publication rcentes de Fine Art Studio www.fineartstudio.be Zinkp. 'Mtamorphose, 2011Pierre Armouche 'Juste au corps' 2011 (photographies faites Lom) G a D : quatre uvres de Zinkp, Soupon , 2010 ; Interdit de pisser 1999, scupture ; Union 2010, sculpture and Pouvoir, 2010 Hegel GoutierZinkp ct de sa peinture Mascarade 2010 Hegel Goutier Sandra Delvaux Agbessi Hegel Goutier

PAGE 44

42Le C urrier un vent d'optimisme, peine assombri par les derniers attentats d'un groupe extrmiste se rclamant de l'Islam. C'est qu'avant son lection, Goodluck Jonathan avait t chef d'Etat temporaire et avait ralis peu ou prou ce quoi il s'tait engag. Entre autres consolider la paix dans le Delta du Niger qui avait longtemps reprsent l'picentre de vio -lences perptres notammen par des jeunes voyous, et de pollution ptrolire. Une telle situation ne favorisait pas le tourisme. Or c'est de cette rgion en convalescence que se lve l'aube de l'espoir pour l'industrie touristique. Des investisseurs locaux et trangers se manifestent. C'est qu'elle peut s'enor -gueillir de lagons bleus et de paysages de rves. Le Nigria offre au total 800 kilomtres de plage de sable, des som -mets frlant les 2500 mtres et des chutes d'eau tombant de 300 mtres, des parcs naturels et autres curiosits. Nigria. En attendant de devenir un pays mergent Hegel GoutierActuellement, l'conomie du Nigria est en plein boom mal -gr un certain recul. Nombre d'entreprises trangres y ont fait leur niche dans de nombreux secteurs, industrie pharmaceutique, construction, tlcommunication, exploitation ptrolire Nglig par les touristes, l'engouement pour ce pays ne tardera probablement pas. Des investisseurs locaux et trangers en font dsormais le pari.La bonne ralisation des dernires lec -tions prsidentielles reconnue par les observateurs intrieurs et extrieurs et surtout le large assentiment de la population, et particulirement de la jeunesse, dont bnficie le prsident lu, semblent faire lever sur le Nigria Le Nigria c'est presque un million de km2, une population de plus de 150 millions d'habitants, 6me producteur de ptrole, qui construit des satellites d'observation, avec un grand nombre d'universits et de centres de recherches, en deuxime position pour le nombre de films de fiction raliss par anne. Reportage Abuja Hegel Goutier Un district fdral construite en moins de 20 ans. Il ya des voies rapides, tels que les autoroutes de six ou dix voies qui relient la ville l'aroport

PAGE 45

43 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Sans compter, dans le Nord, des cits avec des fortifications remontant aux temps lointains, avec encore leurs ttes leurs mirs ou leurs sultans. L'volution de l'conomie a t surpre -nante. Dans les annes 70, le Nigria tait considr comme le 33 plus riche pays du monde. Et tout a chut au point qu'il dgringolera au dbut de ce mill -naire au rang de 26 pays le plus pauvre. Mais depuis l'instauration de la dmo -cratie en 1999, malgr les handicaps, l'conomie est repartie la hausse de faon vertigineuse, avec un boom dans des secteurs comme la tlcommunica -tion ou la finance. Les banques nig -rianes sont de plus en plus prsentes dans de nombreux pays trangers, avec des succursales jusqu'en Amrique ou en Asie. Mme s'il reste relativement bas, le produit intrieur brut par habi tant a doubl entre 2003 et 2009. Les revenus du ptrole ont permis au pays d'apurer le gros de ses dettes extrieures, un record sur le continent. La question n'est plus si le Nigria rejoindra le club des BRICS les pays mergents mais quand il le fera. Tmoin de cet essor, la nouvelle capitale Abuja. Pour imaginer cette ville, oubliez les clichs sur les cits africaines. Le district fdral s'tend sur pas moins de 9000 km2, ce qui laisse la ville des possibilits d'extension. La dcision de sa construction a t prise en 1977. Quatorze ans plus tard, elle tait dj mme d'hberger le pouvoir central dans un dcor ressemblant plutt aux cits nord-amricaines avec leurs autoroutes urbaines, les buildings gigantesques ou les centres commerciaux impression -nants. Certaines voies rapides comme celles la reliant l'aroport passent de 6 10 bandes. Et plutt de bon got, avec une ambiance cosmopolite. En 2001, Abuja comptait 350.000 habitants, sa population est estime en 2009 1,5 million. L'ancienne capitale, Lagos, est une mga-cit autour de 15 millions d'ha -bitants. Malgr ses bidonvilles, malgr l'inscurit relative, elle est fascinante de charme, de surprises. Et d'inventivit. C'est elle qui a donn naissance une industrie de la musique et du cinma bouillonnante. Dont les capitaines sont pour la plupart d'anciens pirates de pro -ductions trangres et qui ont propos aux crateurs locaux un choix particulier : travailler avec eux ou se laisser pirater. Nombre de ces ex-pirates de films et de disques trangers sont devenus les premiers producteurs de Nollywood lieu fictif dsignant l'ensemble du cinma nigrian et qui reprsenterait le 2me producteur en termes de nombre de films, aprs l'Inde, les Etats-Unis tant relgus en troisime position. Surprenant !Aussi mconnu, le niveau de la recherche scientifique dans ce pays d'Afrique. Au moment de mettre sous presse, Nigeriasat-2, le deuxime satellite mis au point par des chercheurs nigrians tait prt pour le lancement sur une base russe. Le satellite nigrian devrait fonctionner en rseau avec ceux de grands pays de la recherche spatiale. Des instituts nigrians conduisent des recherches dans moult disciplines comme la nanotechnologie, le nuclaire, l'nergie solaire, l'informatique. Le pays peut s'enorgueillir par ailleurs d'un Prix Nobel de littrature, Wole Soyinka.Subsiste pourtant au Nigria une situa -tion de sous-dveloppement. Les cou -pures d'lectricit sont frquentes de sorte que chaque building, chaque mai -son, chaque bureau rsonnent de bruits assourdissants de groupes lectrognes polluants, l'eau des rseaux de canalisa -tion est peine potable, la moiti de la population vit en dessous du niveau de pauvret. C'est l'un des rares pays o la poliomylite est encore endmique. Et puis il y a tous les problmes de gou -vernance et de corruption dnoncs par les autorits politiques eux-mmes, sur -tout par le nouveau prsident qui leur a dclar la guerre. Et le banditisme industriel avec la production et la vente de produits pirats. Tout cela, en attendant le grand net -toyage auquel le nouveau pouvoir s'est engag et en attendant d'entrer dans le club des BRICS. Abuja Hegel Goutier Un district fdral construite en moins de 20 ans. Il ya des voies rapides, tels que les autoroutes de six ou dix voies qui relient la ville l'aroportLaol Senbanjo Chiefs @ Hegel Goutier

PAGE 46

44Le C urrier On peut prendre comme repre l'expansion de l'Islam la fin du premier millnaire ap. JC. Favorise par la traite des esclaves la fin du XVe sicle, initie par les Portugais qui ont dvelopp le com merce avec lInde via le Moyen-Orient. Plus tard, la traite se fera par le Sud, le Golfe de Guine qui deviendra la porte de l'vanglisation chrtienne. Une ligne de fracture est dessine en Afrique de l'Ouest. La rgion est divise en petits territoires. L'unification du Nigria sera ralise par le Britannique Frederick Lugard qui en deviendra son gouverneur gnral de 1914 1919. C'est sa femme qui a cr le nom du pays en 1898, de 'niger', noir de peau et 'area'. Peu aprs, les trois importantes constituantes du pays, les Hausa au Nord, les Ibo lEst, les Yoruba lOuest ont commenc revendiquer l'indpendance. L'agenda vers l'indpendance a t gr par le Royaume-Uni et les leaders du futur Etat n'ont pas vraiment ngoci les mca -nismes d'unification d'un ensemble de 250 groupes tribaux et linguistiques. Le 1er octobre 1960 a t le jour de lindpen dance officielle. Suite de coups dEtat Un coup d'Etat a renvers le gouverne -ment du Premier ministre, Sir Abubakar Tafawa Balewa et du Gouverneur gn -ral, Dr. Nnmadi Azkikwe en 1962. Un autre foment en 1966 par un militaire ibo suivra, puis un troisime qui place la tte du pays un jeune officier hausa de 31 ans, le lieutenant-colonel Yakubu Jack Gowon. Un an plus tard, clata la terrible Guerre du Biafra, aprs le mas -sacre de 20.000 Ibo dans le Nord par des Hausa, suivi de reprsailles contre ces derniers dans le Sud. Et une dcla ration de souverainet des Ibo dans leur rgion par le gnral Ojukwu en mai 1967. La guerre du Biafra durera trois ans la fin desquels quelques 3 millions de Biafrais taient confins sur un rduit de quelques km2. Les pomes du pote et De la ligne de fracture entre tribus du Nord et du Sud, Islam et Christianisme Histoireromancier ibo, Wole Soyinka crits durant deux ans de captivit A shuttle in the Crypt sur cette tragdie sont sublimes. Dictateur clair Aprs la guerre le gnral Gowon eut la sagesse de choisir la voix du pardon contre les auteurs de la scession, et de l'oubli vis--vis des pays ayant soutenu le Biafra. Et surtout il a lanc de grands investis sements pour la reconstruction du pays Ibo. Cest peut-tre cela, lacte fondateur de lEtat nigrian. Le ptrole est alors dcouvert. Gowon restera au total 9 ans au pouvoir. Il a lanc la premire grande bataille contre la corruption avec son X squad qui a fait trembler des politiciens autant que des hommes daffaires. Il a aussi lanc lindustrialisation du pays, rservant certaines niches industrielles aux seules entreprises locales. A peine a-t-il dcid de rinstaller le pouvoir civil qu'il est renvers par le gnral Murtala Mohammed. Quand celui-ci meurt, il est remplac par le gnral Olusegun Obasanjo, un Yoruba qui a dcid dinstaurer la dmo -cratie. Celle-ci a tenu 5 ans jusqu'en 1983, suivi de 16 ans de rgime mili taire avant l'lection dmocratique de Obasanjo lui-mme en 1999 et sa r -lection en 2003. Lui succdera en 2007 un Hausa, Umaru Yar'Adua. Dcd, la dernire anne de son mandat, Yar'Adua sera remplac quelques mois par le vice-prsident originaire du Sud, Goodluck Jonathan. En quelques mois, Jonathan allait convaincre. De sorte qu'aux lec -tions prsidentielles de 2011, il a t lu confortablement. Un certain optimisme semble s'tre install depuis au Nigria. Mme s'il est quelque peu assombri par les rcents attentats du groupe islamiste Boko Haram. Le Nigria doit conti -nuer colmater la ligne de fracture. H.G. Muse national de Lagos Hegel Goutier La voiture dans laquelle le prsident, le gnral Murtala Ramat Muhammed a t assassin

PAGE 47

45 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Les rcentes lections libres et dmocratiques au Nigeria, le rle du pays dans la rsolution de conflits en Afrique, sa par -ticipation dans les initiatives de maintien de la paix dans le monde sous mandat de lONU et sa croissance conomique de 7% en moyenne sont autant de signes positifs. Le pays peut esprer atteindre ses objectifs de dveloppement et accder au club des pays mergents. Le Nigeria joue galement un rle prpondrant dans la dfense des intrts de la diaspora africaine, dclare Martin Uhomoibhi dans un entretien avec le Courrier. HG Considrez-vous que votre pays est laube dune re nouvelle, sur tout depuis les dernires lections prsidentielles ?MU Il est vrai que le sentiment existe que le Nigeria est sur le point de raliser ses objectifs de dveloppement. Je pense que tous les Nigrians sentent larrive dune nouvelle re, car, lors des dernires lections, nous avons vu la population sex -primer comme elle ne lavait jamais fait. Nous avons dsormais un prsident issu dlections libres, quitables et crdibles, un prsident originaire dune partie minori -taire du pays, avec un lectorat denviron un demi-million de personnes. Or, la majorit des groupes ethniques du pays a vot pour lui. Le voici avec un mandat de lensemble du Nigeria et de 22 millions dlecteurs, alors que le deuxime candidat aprs lui a obtenu peine la moiti de ce nombre. Mais les progrs ne sont pas tombs du ciel. Ces dernires annes, le Nigeria a connu une croissance conomique formidable de 7% en moyenne. Le pays connat un lan incroyable et ladministration a identifi les priorits. Et il est fort probable que nous assistions un dcollage dans les deux ou trois prochaines annes. HG Pensez-vous que le Nigeria pourrait rapidement intgrer le club des pays mergents ? MU Le Nigeria a le mme potentiel de croissance que ce groupe de pays. Nous dis -posons de ressources humaines et naturelles Nigeria. Objectifs de dveloppement presque atteints Entretien avec Dr Martin Uhomoibhi Secrtaire permanent au Ministre des Affaires trangres normes. Je pense que le Nigeria possde rellement tous les ingrdients pour dcol -ler et accder au club des pays dvelopps. HG LUnion europenne considre que lAccord de partenariat cono mique (APE) est dune importance cruciale pour le dveloppement du Nigeria. Quel est votre avis ce sujet ? MU Le Portugal et lEspagne ont entre -tenu des relations trs troites avec des pays africains depuis le XIVe et le XVe sicle. A lpoque de lindustrialisation, la France et lAngleterre ont pris la relve. Il est donc logique de penser que lEurope doit occuper une place privilgie sur notre continent. Dernirement, lEurope a fait face des concurrents venus dAsie, de Chine ou dInde. Aujourdhui, le monde nappartient plus seulement lEurope : il est mondialis. Beaucoup dpendra de la manire dont lEurope capitalise sur ses atouts historiques et gographiques et joue franc jeu pour crer un partenariat rel et un mcanisme qui permettrait aux APE dtre non seulement un outil de cration de liens commerciaux, mais surtout un accord ayant un objectif de dveloppement concret. HG Quen est-il des inquitudes exprimes dans la presse nationale Dr Martin Uhomoibhi Hegel Goutier Abuja Hegel Goutier

PAGE 48

46Le C urrier et internationale quant linscurit, la mauvaise gouvernance, la corrup tion et liniquit entre les rgions, qui peuvent entraner des violences ? MU Le Nigeria a merg aprs plusieurs sicles de colonialisme. Il vient de fter le 50e anniversaire de son indpendance. Le pays tait compos de plus de 250 groupes ethniques, runis sous ladministration coloniale. Il tait aux prises avec les dfis de lEtat-nation. Une guerre civile de 30 mois a suivi lindpendance en 1967. Nous essayons de construire une nation com -pose dentits multiples. On ne peut pas attendre du Nigeria quil rsolve ces dfis du jour au lendemain. Aprs la guerre, le Nigeria a dclar quil ny avait ni gagnant, ni vaincu et a procd depuis la cration dune grande nation, unie et renforce. Aujourdhui, la paix est tangible. Le Nigeria sen est relativement bien sorti, tout comme plusieurs autres pays africains. Mais nous ralisons que le dveloppement de nos ressources ncessite de mettre de lordre chez nous, de faire face aux dfis de la gouvernance et de la corruption. Et cest exactement ce que nous faisons. HG Quelles sont les priorits du Nigeria en matire de politique tran gre ? MU Le Nigeria est le quatrime contri buteur aux forces de maintien de la paix de lONU et le premier en Afrique. Aujourdhui, 3.400 Nigrians participent au maintien de la paix au Soudan et nos oprations en Cte dIvoire taient tout fait cohrentes avec notre politique de maintien de la paix dans ce pays.Sur le plan conomique, le Nigeria est un march ouvert. Nous ne faisons pas la fine bouche. Nous apprcions lamiti avec nos partenaires traditionnels dEurope et dAmrique. Mais nous apprcions aussi nos nouveaux amis en Chine, en Inde et ailleurs, qui contribuent la construction de notre conomie. Nous navons pas den -nemis et sommes toujours la recherche de nouveaux amis. HG Quelle place la diaspora afri caine occupe-t-elle dans votre poli tique trangre ? Nombre de ceux ( ndlr esclaves) envoys en Hati par exemple taient originaires de lest du Nigeria. Nous avons un programme sp -cial consacr la diaspora. Nous envoyons des experts, des mdecins, des avocats et des enseignants dans les pays dAfrique, des Carabes et du Pacifique. La Nido, lorgani -sation de la diaspora nigriane, soccupe de lensemble de la diaspora africaine. Notre destin est inextricablement li celui de la diaspora noire. Notre politique extrieure reflte une conscience noire. A chaque fois quune personne noire est opprime, cest la communaut nigriane dans son ensemble qui se sent opprime et moralement obli ge dapporter son aide. Le renforcement des relations avec la diaspora est lune des plus grandes priorits de notre politique trangre. Lagos Thtre et Galerie Nationaux Hegel Goutier Tafawa Balewa Square (hippodrome l'poque coloniale) Hegel Goutier. La mtallurgie du fer sans doute merg de l'ancienne NigeriaRecherche spatiale et technologie Lorsque le Dr Dere Awosika, Secr -taire permanent (Directeur gnral) auprs du ministre nigrian des Sciences et des Technologies a ac cord une interview au Courrier, son dpartement avait finalis llaboration dune nouvelle politique scientifique nationale.Grce cette nouvelle politique, la bonne vingtaine dinstitutions de re -cherche semi-publiques travaillant en rseau avec plus de 100 universits bnficieront de ressources suppl -mentaires. La recherche nigriane couvre les domaines de la sant (uti -lisation des nanotechnologies) et des nouveaux matriaux, le traitement des matires premires, la technologie de linformation, les biotechnologies (les rayons gamma utiliss dans l'industrie agro-alimentaire, la culture de tissus et la modification des vgtaux) et la technologie spatiale. N-SAT1, le premier satellite dobservation ter -restre de conception nigriane, est sur orbite depuis plus de 7 ans. Au moment de la mise sous presse du Courrier, deux autres engins avec une meilleure rsolution, N-Sat2 et N-SatX, taient sur le point dtre lancs au dpart dune base russe. Ils ont eux aussi t construits dans le Surrey, au Royaume-Uni.

PAGE 49

47 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011Lambassadeur David Macrae, de nationalit britannique, a t appoint la tte de la stra -tgique dlgation de lUnion europenne au Nigria, il y a un peu plus dun an, en mai 2010. Cet conomiste et spcialiste des sciences agricoles, aprs avoir travaill au sige de la Commission europenne dans la coopration avec les pays ACP, a t Reprsentant permanent de lUE auprs de la Communaut co -nomique des Etats de lAfrique de lOuest CEDEAO. Jeune expert, il avait servi comme conseiller du gouvernement bri tannique en conomie avant d'enseigner cette matire lUniversit de Nairobi au Kenya. L'ambassadeur Macrae, parle au Courrier des grands axes de la coopration europenne au Nigria avec en arrire-fond une analyse pointue du potentiel conomique et politique de ce pays l'chelle africaine et mondiale. InterviewDavid Macrae Cest un moment trs spcial dans lhistoire du Nigria aprs les rcentes lections. Sur le plan de la coopration entre ce pays et lUE, 2010 a t lanne de dmarrage de lexcution des projets au titre du 10 FED car le Document de stratgie du pays et le Programme indicatif national nont t signs quen novembre 2009. Actuellement, 84% du montant de 677 Mio allou dans ce cadre par lUE ont t malgr tout engags. Cette somme importante dans labsolu reprsente moins de 1% du budget du pays. Notre aide est donc petite par rap port aux besoins dans un pays avec une population de plus de 140 millions d'habi -tants dont 60% vivent en dessous du seuil de pauvret. Raison de plus pour l'utiliser bon escient, dans des secteurs o sa valeur ajoute est la plus leve possible. HG Quels sont les secteurs prioritaires de cette coopration UE-Nigria ?DM C'est d'abord la gouvernance, pour aider la cration dun cadre juridique et institutionnel adquat qui permette au pays de mieux bnficier de ses ressources que par le pass. Ds lindpendance en octobre 1960, le Nigria a d faire face au dfi dunifier une nation divise entre une zone ctire profitant de meilleures conditions de vie que le reste. Sen sont suivies la guerre et la dictature militaire, jusqu linstauration de la dmocratie la faveur des lections de 1999. Mais il a fallu attendre lanne 2009 pour quune guerre larve dans la rgion du Delta du Niger cesst, du moins sestompt. Et puis, il y a un niveau de corruption leve vu la faiblesse des systmes de contrle.Nous soutenons beaucoup la Commission sur les crimes conomique et financier EFCC. On lui a fourni du matriel informatique et un partie de lexpertise ncessaire. Cette aide a contribu la rcupration par l'Etat de 11 milliards de dollars dont 9 des secteurs financiers impliqus dans le blanchiment dargent. Des hommes politiques aussi ont t pour -suivis. Par exemple, un exgouverneur du Delta State, arrt et extrad de Duba sur rquisition du Royaume Uni, a d rem bourser environ 500 millions de dollars. Le Nigria confronte de graves problmes de fourniture des services de base, du cation, sant ou lectricit. Il y a un an, le prsident avait fait de cette question et de la rsolution du conflit dans le Delta du Niger ses priorits principales. Il avait ajout la ralisation dlections honntes. Ainsi lUE a fourni une aide importante dans la prparation de ces lections sur lesquelles planaient certaines menaces. Cette anne 2010 avait commenc par la mort du prsident en exercice et lintro -nisation du vice-prsident, Goodluck Jonathan dans une atmosphre de paix. Les lections organises dans la foule et qui ont t gagnes par celui-ci taient de loin mieux organises que les trois prc -dentes, depuis la fin du rgime militaire. LINEC (Independant national Electoral Commission) avec sa tte le professeur Attahiru Jega, issu de la socit civile, bnficie dune rputation dintgrit bien assise. LUnion europenne a accord un soutien important et la socit civile et lINEAC pour leur permettre de bien les prparer. HG Ces lections russies ont-elles entran un optimisme dans le pays mais aussi de la part des bailleurs de fonds ?DM Oui. Lagenda du prsident semble tre soutenu. Il y a de lespoir. Beaucoup dattentes aussi, on ne peut pas dire que tout soit dj parfait. Le management public doit samliorer. Des objectifs du millnaire du dveloppement doivent s'atteindre en termes par exemple deau potable, d'immunisation contre la TB et le VIH-sida o la poliomylite dont le Nigria est un des derniers pays o elle Rien moins qu'aider le Nigria devenir une puissance David Macrae, ambassadeur de l'UE Hegel GoutierEntretien avec David Macrae, Ambassadeur de l'UE

PAGE 50

48Le C urrier est endmique. Cest ce que lUE souli gnera lors de lvaluation mi-parcours en 2015. Nous aimerions voir aussi des progrs dans les Accords de partenariat conomique. HG Quel niveau de progrs sur les APE ? DM Idalement on aimerait en voir au niveau de la CEDEAO dont le Nigria reprsente la moiti de la population. Nous encourageons donc ce pays avan -cer avec nous vers une conclusion la fin de lanne. En octobre, politiques et experts de hauts niveaux des deux cts se runiront Abuja pour valuer les progrs. HG Tenant compte des problmes que vous avez souligns, l'opti misme au sujet du Nigria et par extension de l'Afrique dont il est un moteur, ne serait-il pas exagr ? DM Le monde voit lAfrique diffrem -ment dil y a dix ans. Six des dix plus grandes croissances conomiques se sont enregistres sur ce continent ; lun des six est le Nigria avec une croissance de 7,5%. Il y avait de lintrt pour la Chine, lInde, le Brsil. Maintenant beaucoup regardent le Nigria. Et ce nest pas seu -lement le regard de lEurope, cest un phnomne global. Mais la question de la gouvernance reste cruciale. Un dvelop -pement robuste suppose une amlioration sensible du niveau de vie. Ce qui est utile aprs la paix et la scurit, cest la bonne gouvernance. Pour rsumer, laide de lUE porte sur la paix nous nous intressons par exemple au processus de pacification dans le Delta du Niger ; la lutte anti-corrup -tion entreprise par le gouvernement et la bonne organisation des lections ; et la bonne gouvernance gnrale dans le sens de meilleurs services de lEtat la population. Notre approche est que notre coopration avec le Nigria ait des retom -bes sur dautres pays africains. Grce ses ressources, en gaz par exemple, sil prospre grce une bonne gouver -nance, son progrs se rpercutera ailleurs. Dautant plus quil dispose dune grande et dynamique diaspora trois millions de personnes aux USA et un million et demi au Royaume Uni bien implante dans des secteurs comme la banque, les finances et les sciences dans ces pays mais dans le monde occidental en gnral. H.G. Troisime pont continentale reliant l'le de Lagos au continent Hegel Goutier Le Nigeria connat de srieux problmes avec la fourniture de services de base. Lagos Htel de Ville Hegel Goutier Un domaine prioritaire pour permettre au Nigeria de faire un meilleur usage de ses ressources que par le pass

PAGE 51

49 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Lobjectif fondamental de laide europenne au Nigeria, qui est assez peu leve par rap -port aux besoins du pays, est de contribuer amliorer sa gou -vernance, tant lchelon fdral que rgional. Une stratgie qui devrait per -mettre cet Etat dutiliser au mieux ses ressources afin de lutter contre la pauvret. La coopration entre lUE et le Nigeria avait t sensiblement ralentie par un gel des paiements d au manque de crdibilit des lections prsidentielles de 2007. Le Parlement europen avait alors rclam la suspension de laide au dveloppement. Mais le dialogue entre les deux parties a repris en 2009, et a dbouch sur une allocation de 677 M (millions) deuros affects par lUE au Nigeria au titre du 10e FED (20082013). Pour lutilisation de ce montant, les principaux secteurs cibls par les deux parties sont la paix et la scurit ( 166 M), la bonne gouvernance et les droits de lhomme ( 297 M), ainsi que le com -merce et lintgration rgionale ( 105 M). Les autres domaines cls sont lner -gie, la protection de lenvironnement et lattnuation des effets du changement climatique ( 99 M)*. Huit initiatives sont dtailles dans le Programme daction annuel (PAA) de 2011 de lUE sur la coopration UE-Nigeria. Elles comprennent un pro -gramme de soutien au Delta du Niger, qui entend sattaquer aux causes de la violence dans la rgion, mauvaise gou -vernance, chmage chronique et manque flagrant de services et dinstallations publics. Dautres projets du PAA 2011 ont pour objectif damliorer la gouvernance lchelon national et dans plusieurs rgions. Des actions spcifiques contre la corruption, la drogue et la criminalit organise vont galement tre mises en uvre. Il sagit notamment dune aide mdicale et sociale pour les toxicomanes et de programmes de sensibilisation des modes de vie sains et productifs et ce, dans les familles, les coles et les communauts.Le secteur de la justice devrait gale -ment bnficier dun soutien, dans le but de simplifier laccs aux tribunaux des plus dmunis et des groupes margi -naliss, dont les femmes, les enfants, les personnes handicapes et les sroposi -tifs. Une aide financire sera galement alloue au renforcement des systmes juridiques du gouvernement fdral et des autorits rgionales. Des fonds ont aussi t accords afin de soutenir des rformes dans la gouvernance fdrale, nationale et locale, et ce dans trois Etats septentrionaux et trois mridionaux. Lutte contre la mauvaise gouvernance pour librer un vaste potentielLaide de lUE au Nigeria Outre la somme affecte lamlioration des services de base dans le Delta du Niger, six Etats vont galement recevoir un total de 80 millions deuros pour la rforme de lapprovisionnement en eau et en services sanitaires. Ensemble, les huit projets du Programme daction 2011 se chiffrent 475 millions deuros, dont la moiti sera achemine via des agences de la Banque mondiale et des Nations Unies. Le reste sera allou par le biais dappels doffre ouverts. H.G. http://www.europa-eu-un.org/ articles/en/article_9243_en.htm European Union @ Nations unies partenariat en action Abuja. L'autoroute de la ville en construction Hegel Goutier. Le financement de l'UE soutient l'intgration rgionale parmi d'autres priorits

PAGE 52

50Le C urrier Plus contre un systme que contre le Chef de l'EtatLe Nigeria et lUnion euro -penne entretiennent un dia -logue politique permanent lchelon ministriel. Michaela Wright, en charge du Nigria auprs du Service europen pour laction extrieure (SEAE), explique : Ce dialogue sarti -cule autour des mmes priorits que nos relations avec lUnion africaine : la paix et la scurit, la bonne gouvernance et les droits de lhomme, le commerce et lintgration rgionale. Laccent est mis aussi sur lenvironnement nergtique et dautres facteurs cls pour le dveloppe -ment. Vu limportance du Nigria dans Les critiques de l'opposition contre le nouveau prsident, Goodluck Jonathan ne trouvent pas encore un angle d'attaque confortable. Elles s'en prennent plus un systme plomb notamment par la violence policire et la corruption qu'au prsident. Mais elles insinuent que celui-ci n'aurait pas la capacit de combattre ces tares. L'opposant le plus acerbe est certes le Gnral Muhammadu Buhari, arriv 2 aux lections prsidentielles d'avril 2011 avec 32,4% des voix contre 58,89% l'lu. Le parti nordiste dont il est le leader, le CPC Congress for Progressive Change, demande l'annulation des lections et a dpos une plainte contre l'institution en charge des lections, l'INEC. L'ACN (Action Congress of Nigeria) dont le leader, Nuhu Ribadu est arriv 3 aux prsidentielles, mais qui est le premier parti d'opposition la Chambre, a une rputation de modr. Son "sage", Asiwaju Bola Ahmed Tinubu, n'est pas tendre toutefois dans sa critique globale du parti du prsident : Le gouvernement PDP ( ndlr Peoples Democratic Party, le parti majoritaire) a montr aux Nigrians son incapacit fournir les infrastruc -tures de base la population. Mme llectricit, une chose importante, un acquis pour toute nation, nous ne pou -vons toujours pas en profiter. Nest-ce pas une raison suffisante pour renvoyer ce parti ? la rgion et sur le continent africain dans son ensemble, il est parfaitement normal quen plus des questions spcifiques ce pays, les deux parties tiennent galement tendre les discussions dautres pro blmatiques rgionales. Ce dialogue politique est men dans le cadre dun partenariat, explique Michaela Wright. Ainsi, rcemment, lorsque le thme de la migration et du dveloppement a t inscrit lordre du jour des discussions, le Nigria na pas hsit dfendre les droits de sa diaspora dans les pays europens. H.G. CPC, APN et l'ANPP (ALL Nigeria People Party) de Ibrahim Shekara insi -nuent que le prsident Jonathan serait vellitaire, soulignant son indcision soumettre temps au parlement les noms de ses ministres pressentis de sorte que dbut juillet, deux mois aprs son investiture, peine 8 ministres sur envi -ron 36 taient dj installs. Avec en filigrane, un doute sur ses capacits contrer les grands dfis, comme mettre Dialogue ministriel permanent entre le Nigeria et lUE Critiques de l'opposition au pas les forces de police bafouant les droits de l'homme ou se colleter la cor -ruption. Et l, ils rejoignent une partie de la socit civile, la diffrence que celle-ci prte au moins au prsident la volont de mener ces combats. H.G. Michaela Wright Hegel Goutier Centre-ville de Lagos Island Hegel Goutier "La solution est de fournir davantage d'ducation et de services de sant Les pcheurs la cte l'le de Lagos. Hegel Goutier Une meilleure socit doit tre construite

PAGE 53

51 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Les ONG nigrianes : plus pragmatiques et moins critiquesChom Bagu, directeur de Search for Common Ground, une ONG cre en 2004, explique que les violences qui se sont tendues peu peu tout le pays depuis la fin du rgime militaire, en 1999, touchent surtout deux points chauds, le Nord et en parti culier les Etats de Kano et de Kaduna, o elles prennent un caractre religieux et le Delta du Niger, o cette situation est lie aux revendications rgionales pour le contrle des richesses. Lorganisation utilise les mdias pour promouvoir les intrts communs lensemble de la population nigriane. Depuis septembre 2010, lONG soccupe de la rinsertion sociale de jeunes du delta du Niger (3.000 ce jour) qui avaient t recruts par des groupes arms. Maryam Idris Othman prside la Fdration des associations des femmes musulmanes au Nigeria, la FOMWAN. Base Abuja, elle regroupe des associations de tous les Etats du Nigeria. LIslam englobe tous les aspects de la vie, explique-t-elle. Cette religion influence donc toutes les dcisions politiques. La prsidente de lONG poursuit en expliquant de manire plus dtaille quelques-unes des activits du groupe. La FOMWAN a cr des centres de forma -tion pour adultes, plus de 200 coles cora -niques, quatre hpitaux et trois orphelinats pour filles. Mais elle semploie galement sensibiliser les musulmanes aux valeurs dmocratiques et la bonne gouvernance. Lassociation sefforce aussi damliorer les relations entre les deux communauts. Mais elle ajoute : Nous sommes des femmes et nous ne pouvons donc rester impartiales quand nos maris et nos enfants se font tuer. Aprs les crises, nous avons fourni une aide pratique et une assistance psychologique dans tout le pays. Le FOMWAN dialogue rgulirement avec une srie dassociations de femmes catholiques du pays. Maryam Idris Othman se dit optimiste depuis les dernires lections, mais elle estime que le nouveau gouvernement doit se mettre au travail rapidement car pour chacun de nous, le temps nattend pas.Systme dalerte prcoceLe WANEP, le Rseau ouest-africain pour ldification de la paix, bas Accra, sest surtout attach alerter le grand public sur les consquences malheureuses de certaines dclarations politiques, en mettant en place une sorte de systme dalerte prcoce. Ce rseau sefforce galement dassocier les femmes ldification de la paix. Ifeany C. Okechukwu, coordinatrice de la branche nigriane du rseau, rappelle que les femmes jouent depuis longtemps un rle dans ce domaine, par exemple en Sierra Leone. Le WANEP a t lorigine de la cration de lInstitut africain pour ldification de la paix et travaille en coopration avec la Communaut conomique des Etats de lAfrique de lOuest (CEDEAO).La Cleen Foundation est quant elle active dans le domaine de la scurit publique et de la justice. Pour Chinedu Yves Nwagu, son directeur, elle a pour mission principale de contribuer ldification dune socit plus quitable, en mettant en uvre des actions concrtes, laccent devant tre mis davantage sur loffre que sur la demande. La Cleen Foundation dveloppe ainsi des programmes de formation pour les forces de police dans le domaine de la lutte contre la criminalit. La solution nest pas dache -ter plus darmes, mais damliorer l'accs lenseignement et aux services de sant, explique-t-il. Il rappelle que le Nigeria vit actuellement une transition, aprs avoir connu seulement quatre lections depuis la fin de la dictature. Les Nigrians ont dans lensemble t satisfaits des rsultats des dernires lections. Mais il reste nor -mment de choses faire dans le pays, commencer par amliorer lapprovisionne -ment en lectricit, ce qui permettrait de rduire les cots de production, de crer des emplois, etc. Raison de plus pour garantir la transparence totale des procdures dattri -bution de marchs publics par exemple, ajoute-il pour conclure. Sil voit lavenir avec optimisme, il continue nanmoins de sur -veiller attentivement les secteurs dactivits couverts par sa fondation, afin didentifier temps les ventuelles malversations.. H.G. Les ONG nigrianes sont pour linstant moins enclines critiquer le gouverne-ment. Cette volution pourrait sexpliquer tout simplement par ltat de grce dont bnficient gnralement les nou -veaux chefs dEtat. Mme si les ONG continuent rappeler au gouvernement les actions mettre en uvre court terme, nombre dONG nigrianes se montrent plus pragmatiques que cri-tiques. Lagos Hegel Goutier Le gouvernement du PDP a montr aux Nigrians son incapacit fournir les infrastructures de base a population.

PAGE 54

52Le C urrier Femi Kuti : lhritier incontest de lafrobeat Okechukwu UmeloFemi Kuti a 18 ans lorsque son pre, Fela Kuti, pionnier de lafrobeat, lui offre la possibi -lit de se produire en solo. Ce jeune musicien nigrian jouait dans le groupe de son pre depuis ses 16 ans. C'est dire si les concerts, il connaissait. Aujourdhui g de 49 ans, Femi, inspire dautres types de trmoussements. Sa musique sduit par lattrait universel des mlodies funky, des textes engags et des rythmes qui font danser.Femi est n Londres et a grandi Lagos, au Nigeria. En 1978, il quitte lcole pour jouer du saxophone alto dans le groupe de son pre. Fela tait son apoge, de mme que lafrobeat, le genre quil avait cr. La carrire de Femi dmarre vritablement en 1985, lorsquil est contraint de diriger le groupe de son pre Egypt 80 au Hollywood Bowl, aux Etats-Unis. Fela venait dtre arrt. Cette nuit-l, Femi se rvle lui-mme et son public venu nombreux. Un public quil met dans sa poche en jouant du saxo dans ce style brut, muscl et auda cieux que les fans de Fela avaient appris connatre et apprcier.Diffrent, mais avec quelque chose de familier Femi dirigera le groupe de son pre pendant les deux annes qui suivront avant de le quitter pour crer son propre groupe, Positive Force, la libration de son pre en 1986. 1997 marque un tournant dans la vie de Femi : son pre meurt de complications lies au sida. Depuis lors, Femi est le premier repr -sentant de lafrobeat, quil fait dcouvrir un nouveau public.On ne peut bien sr sempcher de le comparer Fela. Femi a hrit des talents de son pre : il joue avec dyna misme de multiples instruments et cest galement une bte de scne. Mais il a rinvent lafrobeat. Comme son pre, ses textes sont empreints de conscience sociale, de rejet de l establishment Mais il est moins controvers. Des morceaux comme Sorry sorry, Truth don't die et Day by Day dnoncent la corruption, mettent en avant la pauvret endmique et dautres flaux sociaux. Ces morceaux appellent les masses africaines uvrer au changement et ne jamais oublier le pass. Fela serait fier Avant son concert en Belgique, en octobre 2008 Marie-Martine BuckensNous sommes en 1992. Un homme daffaires nigrian essaie dsesprment de vendre une cargaison impor -tante de cassettes vido vierges et finit par les utiliser pour produire un film local petit budget. Living in Bondage, lhis -toire dun homme hant par lesprit de son pouse dcde, devient un succs immdiat et est vendu plus dun demi-million dexemplaires. Nollywood est n.Lindustrie cinmatographique nig -riane se place numro deux au monde en nombre de films produits par an, devant Hollywood et sur les talons de Bollywood. Elle est aussi lun des plus gros employeurs du Nigeria. Avec un petit budget moyen de 20 000 dollars amricains par film, environ 200 films sont produits chaque mois, destins en grande partie au march national de la vido, o ils sont vendus moins de deux dollars pice. Cela limite le cot de production, gnre des bnfices considrables et permet aux masses afri -caines qui nont souvent pas les moyens ou doivent parcourir de longues distances pour aller au cinma dacheter un exem -plaire. Pour quils puissent plaire partout dans le monde, la plupart des films de Nollywood soutenus par un marketing intensif sont tourns en anglais, avec des trames auxquelles les Africains du monde entier peuvent sidentifier.Le revenu annuel de lindustrie repr -sente entre 250 et 500 millions de dollars amricains par an, malgr les conditions prouvantes, le piratage dchan, les res -sources limites et les critiques laccusant de produire des films de mauvaise qua lit. Qui plus est, le succs de Nollywood a contribu inspirer lessor des autres industries cinmatographiques africaines, telles que le Ghallywood ghanen. Tandis que lindustrie continue de rcla -mer plus dinvestissements publics et trangers, de nouvelles sources de finan -cement apparaissent et les producteurs prfrent de plus en plus souvent lam lioration de la qualit et la formation du secteur la quantit. Les Oscars ne sont plus trs loin. O.ULingniosit du Nigeria alimente lessor de Nollywood

PAGE 55

53 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Nollywood, nouvel empire du cinma, a son historienFrank Ikegwuono (Frankie Ike)est la mmoire vivante du jeune et vibrant cinma nigrian dont la production a dpass, en quelques annes, le cinma amricain pour se situer en 2e position mondiale, juste aprs lInde. Ikegwonu, acteur, ra -lisateur, producteur pour Urbanmingles Entertainment, une socit canadienne, publie chaque anne une encyclop -die du Whos Who entertainment in Nigeria, dont la part du lion rserve au cinma. Cette publication est officiellement endosse par le Ministre fdral de lInformation et des Communications du Nigeria. Sur Nollywood, Ikegwuono travaille avec la mthodologie dun his -torien. Conscient, dit-il au Courrier que le surgissement du cinma nigrian symbolise et annonce lavnement global du Nigeria, sinon de lAfrique, sur la scne mondiale.Ikegwonu connat videmment les cou -lisses du cinma nigrian, la naissance et laccomplissement de chaque projet, les grandes russites et les checs. Il raconte Nollywood comme un conte. Au commencement, lore des annes 90, il y avait les jeunes pirates qui copiaient les films amricains et indiens. Aprs, ceux qui commenaient gagner de largent se sont procur le matriel de base pour le tournage et ont commenc par transposer des ralisations tran -gres. A la sauce africaine. Ces films taient vendus bon march sur vido, puis des chanes tl dont certaines nallaient se crer que pour les diffuser. LAfrique regarde lAfrique Ces producteurs ex-pirates, no-ra -lisateurs, ont commenc faire appel de vrais scnaristes. Quelques-uns de belles actrices et sduisants acteurs sont vite devenus des stars dont les cachets ont grimp. Le mme script pouvait tre adapt par six ralisateurs diffrents et jou par le mme petit groupe didoles dont la simple appa -rition garantissait le succs. Le sc -nario, le jeu dacteur ou la qualit de limage importent peu. Il faut du mlo, des pleurs, du comique de situation et beaucoup de rire. Les cinastes nig -rians ont conquis ainsi le public avec une offre nouvelle, inexistante dans la production importe. Ils font vibrer la corde sensible de leurs compatriotes. Qui ont compltement dlaiss les block -busters amricains par exemple et mme les films de Bollywood qui les avaient sduits auparavant. Avec Nollywood, Cynthia Amadi, clbre actrice de Nollywood Hegel Goutier Frankie Ike (Frank Ikegwuono) Hegel Goutier pour la premire fois, lAfrique regarde lAfrique. Mais pour Ikegwonu, le cinma nig -rian doit faire la rvolution de la qua -lit. Il doit collaborer plus avec dautres cinastes et attirer les productions trangres, europennes notamment, qui conomiseraient 40% en tournant en Afrique. Il faut devenir exigeant sur la qualit, conclut-il. Cest le leitmotiv du Nigeria Entertainement International Film Festival and Awards quil a cr. H.G.

PAGE 56

54Le C urrier Interactions Trois pays de la Carabe Jamaque, Trinidad & Tobago et Cuba ont une ambassade Abuja et un reprsentant consu -laire Lagos. Pour Robert Miller, High Commissionner* de Jamaque, Le Nigeria offre dnormes possibilits de coopration avec la Jamaque. Nous essayons dattirer des investisseurs nigrians chez nous, de favoriser par exemple limportation ici de nos produits alimentaires conditionns ou des joint ventures dans des industries culturelles. La communaut caribenne du Nigria est principalement installe Lagos. Lorna Opanubi, lun de ses porte-parole lvalue environ 300 personnes parmi lesquelles environ 200 Jamacains, gnralement des experts de haut niveau, mdecins, juristes, techniciens de laboratoire ou professeurs. Mme Opanubi diplme de nursing en Angleterre, est arrive en 1973. Elle a cr une cole de formation en restauration dhtel, frquente par 80 tudiants. Llection de Miss Global Nigeria le 19 juin dernier Lagos qui participera en Jamaque au concours de Miss Global International, a t patronne par la High Commission de Jamaque et a offert une grande visibilit la communaut cari -benne du Nigria. H.G.*ambassadeur dun pays du Commonwealth dans un autre Miss Global Nigeria 2011, Judith Ilechukwu couronne le 19 Juin 2011 par le Haut Commissaire de Trinidad & Tobago au Nigeria, M. Nyahuma Obika. Hegel GoutierDiaspora Carabe Abuja vibre par une flope de crateurs, presque tous sont jeunes et cosmopolites, son image. Retenons ceux-l. Laol Senbanjo, dessinateur, chanteur, avec son Africa mysterial art, surtout des charbon sur toile, enchevtrements de personnages et dobjets symboliques dune finesse de dentelle. Au studio denregistrement de Sunky, producteur, musicien dont le morceau God has given me de son groupe Styl-Plus est comme un second hymne national ; ou celui de Jerry Otache de Iroko Record Marketing, se dfilent les artistes des plus talentueux. Comme Chics, com -positeur, chanteur rappeur, saxopho -nistedont le disque Caku Republic sorti cette anne est un must. Ou une jeune Jamacaine dune voix rappe et veloute la fois, Roberta Miller trs demande comme background vocal en attendant dtre la star.Autres incontournables : Tom Saater photographe et reporter entre autres pour Time Out de la BBC ; Jenevive Aken, dune inventivit et dune sduc -Abuja bouge Jenevieve Aken Hegel Goutier Chics, Roberta Miller et Sunky Hegel GoutierLOrganisation des Nigrians de la Diaspora (Nigerians in Diaspora Organisation NIDO) est une organisation sans but lucratif qui aide les Nigrians de la diaspora mettre leurs capacits et ressources contribution afin de soutenir le dveloppement du pays.La NIDO a t cre en 2000, linitiative de lancien Prsident Olusegun Obasanjo, et a des antennes en Europe, en Amrique, en Asie et en Afrique. Les antennes de la NIDO organisent des activits de mise en rseau entre communauts de Nigrians de la diaspora et leurs partenaires et aident dvelopper les capacits du pays par linvestissement, le bnvolat et le mento rat. Elles dfendent les positions de leurs communauts de la diaspora sur des sujets lis aux relations entre leur pays dorigine et leur pays daccueil. Elles font aussi la promotion dune image positive du Nigeria ltranger, tout en aidant attirer des investissements dans le pays. La NIDO soutient activement la Journe annuelle de la diaspora nigriane, La NIDO : premire plate-forme de la diaspora nigriane tion rare comme cratrice, photographe et organisatrice de dfils de mode. Et mannequin, elle-mme, pris entre autres par le gnial Chris Aire. Ou Zainab Mohammed du magazine gra -tuit TOP25 couvrant ceux dans le vent Abuja. H.G.un vnement de partage des savoirs organis par le Service national pour le bnvolat du Nigeria (Nigerian National Volunteer Service), qui rassemble plu sieurs centaines de professionnels du Nigeria, de la diaspora et dautres enti ts du monde entier. En 2008, NIDO Europe a lanc un Fonds dinvestisse ment de la diaspora nigriane de 200 millions de dollars amricains. H.G. Site web de NIDO Europe : www.nidoeuropes.org

PAGE 57

55 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011Stratgie Afrique-UE : une runion consacre la dmocratie et la croissance conomiqueCette 5e runion du C-2-C, place sous la direction du Prsident de la Commission europenne, Jos Manuel Barroso, et du Prsident de la Commission de lUnion africaine, Jean Ping, sest focalise sur la dmocra -tie et le dveloppement conomique. Un choix motiv par les troubles politiques en Afrique du Nord et la conjoncture cono mique mondiale.Le Partenariat stratgique entre lAfrique et lUE sest fix des objectifs communs allant au-del des traditionnelles relations donateurs-bnficiaires, dans le cadre dun dialogue sur un pied dgalit. LUE est le principal partenaire commercial du conti -nent africain. En 2009, 36% des impor -tations totales destination de lAfrique provenaient de lEurope. Les institutions europennes sont galement le deuxime donateur du monde pour le continent afri -cain. Au titre de ses divers instruments finan -ciers, la Commission europenne a affect 24,4 milliards deuros entre 2007-2013 la Stratgie commune Afrique-Union euro -penne et ses partenariats thmatiques1. Le Prsident de la CE, Jos Manuel Barroso, a ritr le soutien de lUE lInitiative sur la transparence des industries extractives (ITIE), qui a pour objectif de garantir une rpartition plus quitable des ressources du continent. Les ressources de lAfrique doivent tre mises au service de sa stabilit et de sa prosprit. Au sein de la Commission, nous soutenons lInitiative sur la transpa -rence des industries extractives (ITIE) et nous allons prsenter en octobre une pro -position lgislative obligeant les entreprises publier des informations sur leurs activi ts dans les pays en dveloppement, a-t-il expliqu lors dune confrence de presse. Cette proposition sinscrit dans le cadre de lobjectif damlioration de la gouvernance conomique dfini au titre de cette stratgie.Dans les domaines du commerce, des infras -tructures et de lintgration rgionale, lUE et lUA ont dcid dacclrer le rythme des ngociations sur les accords de parte -nariat conomique (APE) et de prenniser les accords de pche en veillant ce quils soient avantageux pour les deux entits. Agir pour raliser les OMD La dclaration commune publie lissue de la runion insiste sur la ncessit de mesures urgentes et dcisives en ce qui concerne les Objectifs du Millnaire pour le dveloppement. Les deux parties ont renforc leur enga -gement acclrer la mise en uvre des Orientations sur les politiques foncires en Afrique, en soutenant la mise en place dorientations internationales sur laccs aux terres et dautres ressources naturelles. Limportance de lagriculture organique a t reconnue. Un atelier de lancement, visant dfinir une Stratgie sur le dve -loppement de lagriculture biologique en Afrique, a eu lieu Bruxelles, les 11 et 12 juillet 2011. En ce qui concerne les sciences, les technologies et linnovation, la premire runion des hauts reprsentants du Dialogue politique Afrique-UE haut niveau sur les sciences et les technologies doit avoir lieu les 10 et 11 octobre 2011 Addis Ababa, en Ethiopie. LUA et lUE ont exprim leur soutien au projet dagence spatiale africaine et la cration dun institut des sciences spa -tiales au sein de lUniversit panafricaine. D.P. 1 Statistiques de la Commission europenne Cette anne, la Commission de lUnion africaine (UA) et la Commission europenne (UE) ont tenu leur runion annuelle Bruxelles, les 31 mai et 1er juin. Connue sous le nom de Collge Collge (C-2-C), cette runion a encore renforc la coopration politique et technique entre les deux institutions, tout en relanant la mise en uvre de la stratgie commune Afrique-Union europenne. Elle a permis dexaminer la situation politique dans quelques nations africaines, notamment le Sud-Soudan et la Cte dIvoire. Pour la premire fois, plusieurs directeurs des Communauts conomiques rgionales africaines ont pris part aux discussions.Les huit partenariats Paix et Scurit Gouvernance dmocratique et Droits de lhomme Migration, Mobilit et Emploi Commerce, Infrastructures et Intgration rgionale Environnement et Changement climatique Gouvernance conomique Objectifs du Millnaire pour le dveloppement Science, Technologie et Innovation Pour en savoir plus : www.africa-eu-partnership.org InteractionsJean Ping, president de la Commission de lUA, reoit de Jos Manuel Barroso, prsident de la CE, une copie des lettres de Robert Schuman, considr comme lun des fondateurs de lUnion europenne Associated Press / Reporters

PAGE 58

56Le C urrier Prmisse dune nouvelle politique agricole mondialeLagriculture sest donc invite la table de ngociation des 19 pays + lUnion europenne les plus riches de la plante, du moins ceux qui reprsentent 85% du com -merce mondial. Cest une premire pour un cnacle cr en 1999 aprs une suc -cession de crises financires. Une intru sion justifie par les spculations sur les matires agricoles, contribuant elles aussi des crises, mais de nature alimentaire. Sans oublier la dpendance de plus en plus grande des prix agricoles au prix du ptrole depuis lmergence des cultures grande chelle de biocarburants. Un sujet lud lors de la runion de Paris. Le plan daction conclu en juin dernier vise rguler les marchs et lutter contre la volatilit des prix et comprend plu -sieurs piliers : rguler les marchs drivs agricoles, coordonner les politiques pour mieux faire face aux crises, dvelopper des outils de gestion du risque pour les pays les plus pauvres et renforcer linformation pour une plus grande transparence des marchs. Dacian Ciolos a salu des propositions tout fait compatibles avec les enjeux de la rforme de la PAC. Parmi les points com -muns, la corrlation entre dveloppement durable et agriculture : Laugmentation de la production agricole doit respecter la question de la bonne gestion des ressources. Il faut aussi mieux prendre en compte tous les systmes agricoles, la petite comme la grande agriculture Autant dlments que lon retrouvera dans la rforme de la PAC, a assur le commissaire. Par ailleurs, lUE sest engage, comme le prconise le plan daction du G20, four -nir des donnes statistiques amliores sur le march agricole europen. Ces publi -cations chiffres devraient permettre, selon le G20, denrayer la spculation. Les donnes seront intgres dans un nou -veau Systme dinformation des marchs agricoles (AMIS) qui sera bas la FAO, Rome. Reste convaincre le secteur priv y participer. Un enjeu de taille quand on sait que quatre entreprises agroali -mentaires, connues sous le sigle ABCD (Archer Daniels Midland, Bunge, Cargill et Louis Dreyfus) contrlent plus de 90% du commerce mondial des crales.Une PAC de moins en moins ngative pour le Sud Dans ses conclusions, le G20 a rappel que la scurit alimentaire pouvait tre mise mal par les barrires commerciales. A propos des restrictions et interdictions lexportation, je ne conteste pas que, dans certaines circonstances, de telles mesures puissent parfois tre ncessaires a convenu Dacian Ciolos, tout en estimant que la PAC influence de moins en moins nga tivement les autres partenaires .Les ministres du G20 ont galement sou -tenu un programme pilote permettant la cration de rserves alimentaires humani -taires. Ltude de faisabilit a t confie au Programme alimentaire mondial qui disposerait davoir accs aux stocks ali -mentaires temps pour ragir aux crises. Des questions restent ouvertes, comme le reconnat le commissaire europen lAgriculture : O fait-on ces stocks ? Qui les paie ? Qui les gre ? Dans quelles conditions les dclenche-t-on ? Comment coordonne-t-on l'utilisation de ces stocks avec le commerce international ? M.M.B. Laugmentation de la production agricole doit respecter la question de la bonne gestion des ressources. Il faut aussi mieux prendre en compte tous les systmes agricoles, la petite comme la grande agriculture Runis les 22 et 23 juin 2011 Paris, les ministres de lAgriculture du G20 ont dcid de mieux rguler les mar -chs agricoles et de prvenir les crises alimentaires. Des mesures, a dclar le commissaire europen lAgriculture, Dacian Ciolos, tout fait compatibles avec ce quil entend proposer en sep-tembre 2011 dans le cadre de la rforme de la Politique agricole commune (PAC). Illustration Loc Gaume

PAGE 59

57 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011Les ministres ACP et UE dbattent dimmigration, de commerce et du Sud-SoudanLe Conseil conjoint ACP-UE a trouv un accord sur la manire de faciliter ladmis -sion du Sud-Soudan la Convention de Cotonou si le pays intro -duit une demande dadhsion, suite son indpendance le 9 juillet. Jusqu prsent, lUE a allou 200 millions deuros pour favoriser le dveloppement du nouvel Etat. Le Ministre hongrois des Affaires trangres a soulign que lUE ne devait pas oublier le Nord-Soudan, qui est galement confront des problmes conomiques et sociaux graves. Les ministres de lUE ont galement regrett la lenteur des ngociations sur la conclusion dAccords de partenariat conomique (APE) accords de libre change entre lUE et les pays ACP. La rgion caribenne, CARIFORUM, est le seul groupement rgional avoir sign jusqu prsent. Malgr les carts entre approches philosophiques et lgales des partenaires ngociateurs, il est dans lintrt des deux parties de trouver un accord, a indiqu le Ministre Martonyi. Lavenir du groupe ACP au terme de la Convention de Cotonou (2000-2020) tait galement lordre du jour. LACP a cr son propre groupe de travail pour examiner les options sous les auspices de Sutiawan Gunessee, lAmbassadeur de Maurice Bruxelles. mon humble avis, le groupe ACP doit prendre lini tiative dans le processus et dcider de son propre avenir, plutt que dtre pris de court la veille de lexpiration de Cotonou 2020, a dclar le Secrtaire gnral du groupe ACP, Chambas aux journalistes runis. D.P.Limmigration est actuellement un sujet trs sensible pour lUE. Cest ce qua dclar Jnos Martonyi, Ministre hongrois des Affaires trangres, qui prsidait la runion, la Hongrie occupant, cette poque, la prsidence tournante de lUE. Il a ajout que les problmes dimmigration ne pourront tre rsolus que si lUE renforce sa coopration avec les pays dorigine des immigrs : Le point restera lordre du jour et nous continuerons notre travail.La Commission europenne propose 30 milliards deuros pour un nouveau FED Les propositions de la Commission europenne pour le budget 2014-2020 de lUE prvoient 29.998 millions deuros pour les pays ACP au titre dun nouveau Fonds europen de dveloppement (FED), ainsi que 321 millions deuros pour les pays et territoires doutre-mer (PTOM) de lUE. Tous les pays ACP, hormis lAfrique du Sud et Cuba, reoivent des financements au titre du FED, traditionnellement financ directement par les Etats membres de lUE. Le montant propos doit tre compar au budget de 22.682 millions deuros du 10e FED (2008-2013), dont 21.966 millions deuros ont t allous aux pays ACP et 286 millions deuros aux PTOM, 430 millions tant rservs la Commission europenne pour soutenir la mise en uvre du FED.Dans les perspectives financires 2014-2020 de lUE, un montant de 70 milliards deuros est affect aux relations extrieures au titre du poste budgtaire Europe mondiale, soit une augmentation de 71% pour les politiques extrieures autres quavec les pays ACP par rapport au budget 2007-2013 en cours. Ce poste budgtaire comprend un montant de 16 milliards deuros pour les pays du Moyen-Orient et dAfrique du Nord concerns par la Politique europenne de voisinage. Il inclut galement un montant de 21 milliards deuros destin un instrument de dveloppement et de coopration en vue de contribuer la poursuite des Objectifs du Millnaire pour le dveloppement (OMD), notamment la rduction de la pauvret et lamlioration de lducation et de la sant. mon humble avis, le groupe ACP doit prendre linitiative dans le processus et dcider de son propre avenir, plutt que dtre pris de court la veille de lexpiration de Cotonou 2020 Des migrants en provenance dAfrique arrivent Lampedusa, Italie, en mai 2011 Associated Press / Reporters

PAGE 60

58Le C urrier CrativitMusa. Icne soudanais de lart Hegel GoutierMusa a cr une technique propre, une tapisserie dun genre nouveau. Une autre marque de fabrique de lar -tiste : revisiter les grands classiques de lhis -toire de lart, comme lOlympia de Manet, ou les icnes de lhistoire en gnral, comme Josphine Baker, la Vnus hottentote, Che Guevara ou Ben Laden. Souvent emprun tant leurs corps pour ses autoportraits. Ce ping-pong entre lui et les icnes de lart, de lhistoire ou du fantasme, pourrait se rsumer dans un de ses raccourcis : Les images cest comme des coups : on en reoit, on les rend. Entretien HGVous vous tes empar pour un autoportrait dune icne particulire, limage de Ben Laden se mirant dans une glace, comme diffuse par les autorits amricaines. Nest-ce pas risquer dtre mal interprt ?M Non, mon propos est si vident que ce nest pas possible. Sauf par de trs rares personnes au Soudan qui napprcient pas que mon uvre montre un nu fminin. Mais dans lensemble, les gens font la part des choses et comprennent le sens de mon propos. HG Lart et la faon de percevoir lart sont mondialiss et vous tes comme tous les artistes du monde un artiste occidental. Cest bien votre pense ? M Oui. La mondialisation na pas com menc avec la chute du mur de Berlin mais bien avant, quand les Europens staient partag le monde. Chacun avec sa part, cha -cun essayant de former les gens son image. Il y a aujourdhui des Africains qui ne savent pas crire dans leur langue maternelle. HG Comment dcririez-vous votre facture, peinture douce proche du portrait photographique et allant jusqu labstrait la fois foltrant avec une image dEpinal ? M Je rflchis sur les images, les formes, la couleur. Mon plaisir est de sortir, partir de la technique, quelque chose qui plaise lil. Ma passion est de dessiner. Je fais de la calligraphie arabe, je suis aquarelliste, peintre. Jai mlang le tout pour crer des images partir de tissus transparents repeints et mis couche sur couche. Cest un travail exigeant beaucoup dnergie, mais le plaisir de voir limage transparatre aprs un temps est extraordinaire. HG Je prends une uvre, lautoportrait 382 003, comment laviez-vous travaill ? M De temps en temps, je fais des auto -portraits. Quand je nai pas de projets prcis, cela me permet de faire le vide. A lpoque, je travaillais aussi sur des images de Josphine Baker et de Sarah Baartman ( ndlr, lune des deux Sud-Africaines expo -ses comme Vnus hottentote), qui avait t maltraite Londres et Paris. Il y avait alors en France un dbat aberrant sur le Noir, comme si ctait une catgorie poli -tique. Je me suis plac dans cet autoportrait entre Josphine Baker et Sarah Baartman. Je lappelle autoportrait avec ides noires. Jen ai un autre avec ides de couleur aussi. *conjointement avec Fabian Bocart spcialiste de lconomtrie du march de lart qui inter venait sur lArt contemporain africain : un investissement prometteur.Musa (Hassan Musa) est lun des artistes africains dont les uvres ont t prsentes dans un nombre impressionnant de lieux prestigieux : Biennale de Venise, Centre Georges Pompidou Paris, San Diego Museum of Art, Mori Art Museum de Tokyo ou Johannesburg Art Gallery. Il tait en Belgique pour une exposition au Muse de la Tapisserie et au muse des Beaux-Arts de Tournai. Et pour prsenter une confrence, Les icnes de la mondialisation, la Galerie Pascal Polar Bruxelles. Alborosie enchante la foule Couleur Caf 2011 Kevin Manneback Musa Autoportrait Noires Hegel Goutier Des artistes de partout dans le monde au Sfinks festival mixte Jordi Bover

PAGE 61

59 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011Une fois de plus, des grands noms de la musique taient laffiche du SFINKS festival et une fois de plus, celui-ci a fait dcouvrir des talents qui dureront. Du 29 au 31 juillet, pour sa 22e dition, le SFINKS mixed mixed pour ne pas uti -liser le qualificatif de world music quil a toujours vit car toutes les musiques sont des musiques du monde a com -pltement transform la petite ville de Boechout, prs dAnvers, en une capitale cosmopolite.Ce festival, qui est lun des rares garder le caractre dtendu dantan et rester trs abordable quant au prix pratiqus, est un monument du patrimoine culturel du monde. Cette anne, laccent a sur -tout t mis sur la culture tsigane et celle dExtrme-Orient avec, comme toujours, une prsence forte de lAfrique et des Carabes.Parmi les grosses pointures africaines, on se rjouissait de la venue dAlpha Blondy, dont le spectacle tait plus que dhabitude un miroir des chagrins de son pays, la Cte dIvoire. Ses complaintes et rvoltes taient tristement dactualit et ont conquis le public. Ce nest pas une surprise. De la zone carabe, nous retiendrons Joaquin Diaz de la Rpublique Dominicaine, qui est venu avec son Debra PercivalLe festival de musique bruxellois Couleur Caf, qui sest tenu du 24 au 26 juin 2011, ressemblait une grande fte. 80.000 per -sonnes se sont donnes rendez-vous Tour & Taxis pour profiter des ttes daffiche comme Seal, Ziggy Marley et le chanteur ivoirien, Tiken Jah Foley, ainsi que des artistes de la nouvelle gnration tels que la chanteuse belgo-ghanenne dafrobeat, Gloria Boateng.Lors de sa premire dition en 1990, lide tait de proposer un festival tolrant et exotique ddi la musique de fusion, qui offrirait autre chose quune vaste et morne plaine pour lieu de rsidence, un festival qui serait ancr dans le tissu social de Bruxelles, indique lun des organisa -teurs. lpoque, il proposait un cock -perico ripiao, un merengue excitant mariant la fulgurance du rythme avec des relents suaves.Le SFINKS est un festival o les amateurs viennent encore plus pour les rvlations que pour les stars. Et cette anne, ils en ont eu pour leur argent. Bomba Estereo, par exemple, de la Colombie, avec la chan -teuse Li dont on entendra parler, est digne des plus grands du pays le plus cariben de lAmrique du Sud, comme Soraya ou Toto La Momposina. H.G. SFINKS Mixed festival Couleur Caf 2011 le brassage musical bruxelloisLa dcouverte de la musique dailleurs tail dartistes africains et afro-cubains. Aujourdhui, la gamme musicale est plus tendue : R&B, hiphop, afro du monde, reggae, raga, dub, dancehall, Latin, salsa son, ra, rock et dance interprts par des musiciens venus de Belgique et des quatre coins du monde.Cette anne, Tiken Jah Foley a impres -sionn le public avec des morceaux de son nouvel album, African Revolution et Ziggy Marley, le fils de Bob Marley, a chant des morceaux de son dernier disque, Wild and Free ainsi que des reprises de certains morceaux de son dfunt pre. Lancien policier Alborosie, un Sicilien blanc aux dreadlocks blondes migr en Jamaque, a offert au public un avant-got de ses der niers albums, Soul Pirate (2008) et Escape From Babylon (2009), qui rendent hom -mage quelques lgendes du reggae : Black Uhuru, Burning Spear, Steel Pulse et Bob Marley.Alborosie enchante la foule Couleur Caf 2011 Kevin Manneback Des artistes de partout dans le monde au Sfinks festival mixte Jordi Bover SFINKS Mixed Festival Jordi Bover

PAGE 62

60Le C urrier Fetish Modernity Hegel GoutierLexposition Fetish Modernity, prsente au Muse Royal dAfrique Centrale Tervuren, en Belgique du 8 avril au 4 septembre 2011, est rvlatrice du tournant pris depuis plu -sieurs annes par ce haut lieu de la culture et par nombre de muses ethnographiques europens. Le Museo de Amrica, Madrid, le Nprstek Muzeum, Prague, le Museum fr Vlkerkunde, Vienne, le Museum Volkenkunde, Leiden et lEtno -grafiska Museet, Stockholm, prsente ront aussi cette exposition sous dautres variantes. Fetish Modernity relve du projet europen RIME (Rseau inter -national des Muses ethnographiques).Pour les commissaires de lexposition de Tervuren, Anne-Marie Bouttiaux* et Anna Seiderer, la modernit nest rien dautre quune notion ftiche, un clich, une discrimination. Une des sections de lexposition porte un regard critique sur La fabrication de clichs des muses ethnographiques. Un autre Mystic village consiste en une installation dobjets du culte de diverses croyances dont il serait hasar deux de vouloir en dtecter la moder -nit selon lorigine. De lensemble de lexpo, outre le plaisir quoffre un choix duvres de grande beaut et de sens profond, on retient que le vrai moteur du modernisme est simplement le dsir prsent en tout lieu et en tout temps de renouveler la production artistique et les pratiques sociales. Et, comme lil -lustre une uvre photographique dEric Lafforgue montrant un Papou portant un CD-rom en guise dornement nasal, le ftichisme quel quil soit, opre aussi cette projection de dsirs quoi sassi mile toute modernit. *voir interview sur le site du Courrier Des films africains disponibles sur demandeEn Afrique, le domaine des mdias et des tlcommuni -cations se prpare vivre une croissance spectaculaire au cours des prochaines annes. Les op -rateurs investissent dj beaucoup dans lInternet, dans la tlphonie mobile et dans la tlvision, mais le domaine de la production et de la distribution cinmatographiques reste le maillon faible. En effet, les cinastes africains sont souvent confronts des problmes pour trouver un public africain ou non africain, car il est souvent difficile pour ces derniers dacheter ou de louer facile -ment des films. Le nombre de cinmas commerciaux en Afrique diminue et les films sont souvent distribus de faon illgale dans le pays et dans la diaspora mondiale. La plupart des producteurs africains continuent de dpendre forte -ment des programmes europens pour la production et la distribution de leurs films.En raction cette situation, un nou -veau projet, soutenu par le Programme ACP Films, permettra aux spectateurs dacheter ou de louer un large ventail de vidos et de films africains un prix quitable avec la garantie que largent profitera aux ralisateurs, et non aux pirates. Ce projet, intitul AfricaFilms.tv, est une plate-forme de VOD (vido la demande), qui rendra disponible en ligne des films, des sries tlvises, des comdies, des documentaires ou encore des dessins anims africains sur lAfrique et la diaspora avec des sous-titres franais, anglais et espagnols. Une version pilote du portail est dj en ligne actuellement et le dbogage du site web sera achev cet t. Les utilisateurs peuvent slectionner les produits par pays ou par type (film, srie, documentaire, etc.) et pourront avoir accs des films plus ou moins rcents. La plate-forme constituera une vitrine intressante pour la production africaine. Elle permettra galement aux dtenteurs des droits dauteur daugmenter leurs reve -nus tout en faisant profiter le public dun accs plus ais ces produits. A.M.R. Autochtones papous homme portant un disque DVD comme ornement nasalphotographie originale par Eric Lafforgue photo expo 2008 Hegel Goutier

PAGE 63

61 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Fetish Modernity MobiCINE : une nouvelle initiative pour la distribution du cinma africain Andrea Marchesini ReggianiEn avril 2011, 70 lves de lcole fondamentale Patte dOie Builders Dakar ont assist leur premire projection dun film sur grand cran : Le ballon dor de Cheick Doukour. Cette projection tait lune des premires organises dans le cadre du projet MobiCINE, qui teste un systme novateur de projections de films dans deux grandes villes dAfrique occidentale : Dakar et Bamako. En fvrier, sept units de motocyclistes ont t quipes dordinateurs portables, dcrans portables, de haut-parleurs et de groupes lectrognes. Les opra -teurs ont t forms lorganisation de projections de films dans les coles et les centres sociaux des zones urbaines et rurales. Le prix dentre de ces projections est abordable (300 FCFA, soit 0,45) et elles peuvent tre sponsorises par des ONG et dautres institutions. Ce projet de gurilla vise rintroduire le cinma dans les villes africaines, o les cinmas ont progressivement ferm leurs portes. En 1973, le Sngal comp -tait 80 cinmas pour 4.461.000 specta teurs par an. Dakar, les projections de films ne se font dsormais que dans trois lieux : au Thtre national Sorano, au centre culturel franais et lunique complexe de cinma de la ville. Lide derrire le projet est de tester un modle conomique trois tiers, o chaque partie y trouve son compte : le projec -tionniste, les producteurs et MobiCINE, qui devient financirement autonome. Au cours des prochains mois, la faisa bilit de ce modle sera value et si les rsultats sont concluants, MobiCINE verra le jour dans dautres pays. Le projet a t mis en oeuvre par IDmage (Paris) et SOON (Dakar), en partenariat avec SARAMA FILMS (Bamako) et Studio Sankara (Dakar). Un public ravi bnficie d'un sance du MobiCINE Dakar mobiCINE Lensemble Unit de moto du cinma portable mobiCINE

PAGE 64

62Le C urrier Cette anne, la Biennale dart contemporain de Venise a accueilli quatre nouveaux pays qui ont expos leurs uvres dans leur propre Pavillon officiel : lAn -dorre, lArabie Saoudite, le Bengladesh et Hati. Cest la premire fois que ces pays participent cet vnement, la plus importante vitrine internationale du monde de lart contemporain. Un an et demi aprs avoir t dvaste par un terrible sisme, Hati a relev le dfi de se positionner dans le paysage cultu -rel, aux cts de 88 autres nations, en prsentant deux expositions parallles. La premire, Hati, Royaume de ce monde, tait organise la Fondazione Querini Stampalia jusquau 31 juillet. Cette exposition itinrante, ayant pour curateur le Hatien Giscard Bouchotte, a permis aux visiteurs de dcouvrir les uvres des 15 artistes hatiens, dont Mario Benjamin et Maxence Denis. Aux mois davril et mai (voir le numro 23 du Courrier ), Paris avait dj accueilli cette exposition qui fera le tour du monde pendant les trois prochaines annes. Le deuxime vnement lexposition en plein air Mort et Fertilit sest tenu la Riva Sette Martiri jusquau 28 juillet 20011. Imagine par lartiste ita -lien Daniele Geminniani, elle a accueilli les uvres de trois artistes du collec -tif Atiz Rezistance de Port-au-Prince. Dans les ruelles troites du quartier de la Grande Rue, cette communaut dartisans ralise des objets pour les touristes partir de matriaux recycls de ce district ddi la rparation auto -mobile. Les artistes Jean Hrard Celeur et Andr Eugne nont aucune forma -tion artistique officielle mais ont grandi dans un environnement cratif ax sur le recyclage de ferrailles. A eux deux, ils ont mont le projet Atiz Rezistans qui semploie dvelopper le collectif en formant dautres artistes. Dans leurs crations, ils utilisent tout ce qui leur tombe sous la main, combinant ainsi survie conomique, expression artis -tique et rflexion intellectuelle.Les crateurs du collectif, Celeur et Eugne, rejoints par Claude Saintilus, ont t les trois premiers artistes sex -poser la Biennale. Ils y ont prsent des collages sculpturaux de forme humaine raliss partir de ferrailles de lcono -mie prcaire de leur pays. Des montages fabriqus avec des pices dtaches de moteur, de pices dordinateurs et de fragments textiles colors. Leurs sculp -tures expressives, qui ne sont pas sans rappeler les effigies ftichistes, explorent les divers aspects des esprits gd, qui, dans la religion vaudou, incarnent la fois la mort et la fertilit et participent des rituels. Certaines uvres font ga -lement allusion la tragdie du VIH et du sisme, la pauvret et lagita tion politique, des thmes de politique contemporaine.Cette exposition a t prsente dans deux conteneurs de 12 mtres, un bleu et un rouge, disposs en forme de T. Avec ce choix, les curateurs ont voulu reprsenter les couleurs du drapeau ha -tien et le quartier pauvre prs du port de la capitale, l o vivent les artistes. Ce choix fait aussi rfrence lconomie hatienne, base sur lexploitation et le commerce maritime.Le curateur de lexposition, M. Geminiani, a fait appel au photographe anglais Gordon Leah, qui a travaill avec le groupe Atiz Rezistans pendant un certain nombre dannes, participant des recherches, crivant des articles et sassociant la production de textes et dimages pour le site web du collectif (www.atis-rezistans.com), disponible Mort et fertilit : Hati prsente pour la premire fois la Biennale de Veniseen anglais, en franais et en crole. Il a galement produit des vidos prsentes sur le site web de lexposition (www.deathandfertility.org), qui permet aux artistes de dbattre de leur travail par -tir de leurs studios de Port-au-Prince.Lexposition a suscit un vif intrt Venise, le Financial Times la citant parmi les cinq manifestations incon -tournables de la Biennale 2011. H.G. Jean Hrard Celeur, Les cavaliers de l'Apocalypse, 2011, crnes, moto chssis, mtal, bois, cire, peinture, 150 x 220 x 110 cm Daniele Geminiani Jean Hrard Celeur, assis sur la Riva Sette Martiri. Dans le fond, yacht du milliardaire russe Roman Abramovitch "Luna", est amarr en face de la contenants Hati Daniele Geminiani

PAGE 65

63 N. 24 N.E JUILL E T AOT 2011 Jason KibiswaIl y a trs longtemps, nos anctres communiquaient travers lcho de tam-tam. Lcho tait reli dun village un autre par les batteurs professionnel de tam-tam Mze Ally Bakur, veuillez mexcuser, cest un appel de ma maman. Elle appelle pour savoir o je suis Voil, un exemple concret de ce quest devenu la communication de nos jours. La technologie a tellement volue quil est facile et ais dappeler son ami de nimporte o, nimporte quelle heure du jour pour avoir de ses nouvelles. All, maman je suis sous le baobab avec les enfants du quartier, nous suivons les histoires du sage Mze Ally Bakuroui, jarrive la maison dans une heure. Quand jtais jeune, les gens du village qualifiaient ceci de sorcellerie, de magie mais retenez bien ceci les enfants : Samba communique avec sa mre grce un appareil quon appelle satellite Le satellite permet de relier les hommes sur toute la plante terre travers des services tels internet, tlvision, tlphonie Et, vous savez, il y aura bientt deux satellites mis en orbite par un Etat africain! C'est l'Agence Nationale de Recherche Spatiale du Nigria qui a relev ce dfi. L'Afrique ne s'est pas arrte aux tam-tam: la force de son pass ne l'empche pas de jouer un rle actif dans les nouvelles technologies! Ainsi, ils arrivaient dchiffrer le message annonant une crmonie, mariage, naissance, mort, deuil, ou un danger comme la guerrevenant dun lointain village Tlphone portable sonneQuelque part en Afrique de lOuest

PAGE 66

64Le C urrierAgenda La parole aux lecteursADRESSE: LE COURRIER 45, RUE DE TRVES 1040 BRUXELLES (BELGIQUE) COURRIEL: INFO@ACP-EUCOURIER.INFO SITE INTERNET: WWW.ACP-EUCOURIER.INFO 10-12/09 Assemble mondiale CIVICUS, Montral (Canada). Rendez-vous des reprsentants de la socit civile propos de linfluence de celle-ci dans la prise de dcision lchelle mondiale et des mthodes pour lamliorer. www.civicusassembly.org 17-18/09 Africa Web Summit, Brazzaville (Congo). Confrence panafricaine sur les technologies web. www.africawebsummit 21-22/09 Intermodal Africa, Casablanca (Maroc). La plus grande exposition et conf rence annuelle du continent africain ddie aux ports et aux activits portuaires. www.transportevents.com 14-16/10 Agri Food Growth in Africa, engaging the private sector, Bruxelles (Belgique). Forum qui vise renforcer le secteur agroalimentaire en Afrique en encourageant les partenariats, lchange des meilleures pra tiques et les investissements attractifs. www.emrc.be 14-16/10 AidEx, Bruxelles (Belgique) une nouvelle exposition et confrence qui entend aider la communaut humanitaire amliorer lapport dassis tance. Lexposition est ddie lapport des services et qui pements essentiels l'aide d'ur gence et l'aide humanitaire long terme. www.aid-expo.co.uk. 8-10/11 Forum EURAFRIC Eau & Energie en AFRIQUE, Lyon (France). vnement et exposition visant amliorer lapprovisionnement en nergie renouvelable en Afrique www.eurafric.org 14-15/11 4e Forum sur la coopration euro-africaine en matire de recherche sur les TIC, Le Cap (Afrique du Sud). Linitiative euro-africaine sur les TIC est un projet financ par l'UE dont l'objectif principal est de renforcer et de soutenir le dveloppement de projets euro-africains de recherche sur les TIC. www.euroafrica-ict.org 15-16/12 Journes europennes du dveloppement, Varsovie (Pologne). vnement annuel sur le dveloppe ment, le thme des JED 2011 sera Dveloppement et Dmocratie. Ldition 2010 des JED avait attir 5.000 visi teurs. www.eudevdays.eu Jaimerais vous dire quel point j'apprcie vos articles, en particulier le rapport sur le Sud-Soudan du numro 22 Prof. Giovanni Livi, Bruxelles Consultant en Coopration et journaliste AIACE International Commentaire sur larticle sur les nouveaux mercenaires du numro 23 : A tous ceux intresss par la privatisation de la guerre et lhistoire des entreprises militaires prives, je recommande conomique et la ville la plus peuple du pays. Deuximement, Ganvi nest pas inscrit au Patrimoine de lhumanit. Il fait seulement partie des candidats ce titre Merci Souayibou X (commentaire en ligne) BAOBAB for Womens Human Rights accuse bonne rception du numro 23 du Courrier Lagos, au Nigeria. Le magazine est extrmement utile pour nos activits de tmoignage et pour les chers utilisateurs de notre bibliothque merci, Linda Aina, Responsable de la documentation. chaleureusement la lecture du livre de M. Bricet des Vallons : Irak, terre mercenaire, qui offre l'une des analyses les plus pertinentes du sujet. L'ouvrage nexiste malheureusement quen franais. IrakterremercenaireSandra X http://www.acp-eucourier.info/ Have-your-say.5.0.html Commentaire sur larticle sur Ganvi, le village des hommes de leau, du numro 21 : Cet article offre des informations actualises et passionnantes sur Ganvi. Flicitations Jy ai nanmoins repr deux erreurs. Premirement, Cotonou nest pas la capitale du Bnin, cest Porto-Novo. Mais Cotonou est effectivement le centre

PAGE 67

Sommaire UNION EUROPENNE Allemagne Autriche Belgique Bulgarie Chypre Danemark Espagne Estonie Finlande France Grce Hongrie Irlande Italie Lettonie Lituanie Luxembourg Malte Pays-Bas Pologne Portugal Rpublique Tchque Royaume-Uni Roumanie Slovaquie Slovnie Sude PACIFIQUE Iles Cook Fidji Kiribati Iles Marshall Etats Fdraux de Micronsie Nauru Niue Palau Papouasie Nouvelle Guine Iles Salomon Samoa T imor Leste T onga T uvalu Vanuatu CARABES Antigua et Barbuda Bahamas Barbade Belize Cuba Dominique Grenade Guyane Hati Jamaque Rpublique Dominicaine Saint Christophe et Nevis Sainte Lucie Saint Vincent et les Grenadines Suriname T rinit et T obago AFRIQUE Afrique du Sud Angola Bnin Botswana Burkina Faso Burundi Cameroun Cap Vert Comores Congo Cte dIvoire Djibouti Erythre Ethiopie Gabon Gambie Ghan Guine Guine Bissau Guine Equatoriale Kenya Lesotho Libria Madagascar Malawi Mali Maurice Mauritanie Mozambique Namibie Niger Nigeria Ouganda Rpublique Centrafricaine Rpublique Dmocratique du Congo Rwanda Sao T om et Principe Sngal Seychelles Sierra Leone Somalie Soudan Swaziland T anzanie Tchad T ogo Zambie Zimbabwe Afrique Carabes Pacifique et pays de lUnion EuropenneLes listes de pays publies par Le Courrier ne prjugent pas le statut de ces pays, territoires et dpartements, ni lvolution de ce statut. Le Courrier utilise des cartes de diverses origines. Cette reproduction nimplique la reconnaissance daucune frontire particulire ni ne prjuge le statut daucun Etat ou territoire.

PAGE 68

Interdit la vente ISSN 1784-682X Mer de glace Islande Marie-Martine Buckens C urrier