<%BANNER%>
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Table of Contents
 Main
 Back Matter
 Back Cover














Courrier (French)
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00095067/00006
 Material Information
Title: Courrier (French)
Physical Description: Serial
Language: English
French
Portuguese
Spanish
Publisher: Hegel Goutier
Place of Publication: Brussels, Belgium
Publication Date: 09-2007
Copyright Date: 2007
 Subjects
Genre: serial   ( sobekcm )
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
System ID: UF00095067:00006

Downloads

This item has the following downloads:

00009-2007 ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Front Matter
        Front Matter
    Table of Contents
        Page 1
    Main
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Back Matter
        Back Matter
    Back Cover
        Back Cover
Full Text



LE


LE MAGAZINE DES RELATIONS ET


'43


I14


EIJRIPAN DEVFLOPMEEI UDA


:OC TOB E J :i:"i:7


"~L~~








LE

COURIER 1.
LE MAGAZINE DES RELATIONS ET COOPRATIONS
AFRIQUE CARABES PACIFIQUE ET UNION EUROPENNE





Conseil Editorial
Co-prsidents
Sir John Kaputin, Secrtaire Gnral
Secretariat du Groupe des Etats ACP
www.acp.int
M. Stefano Manservisi, Directeur Gnral DG Dveloppement
Commission europenne
ec.europa.eu/development/

Rdaction
Directeur et Rdacteur en chef
Hegel Goutier

Collaborateurs
Franois Misser (Assistant Rdacteur en chef),
Aminata Niang, Debra Percival

Assistant Editoriale et Production
Sara Saleri

Ont particip ce numro
Marie-Martine Buckens, Sandra Federici, I
George Lucky, Joan Ruiz Valero, Tsigue Shiferaw
SNGHOR
Relations publiques et Coordination artistique JE
Relations publiques
Andrea Marchesini Reggianitr r nair
(Responsable Relations publiques et rseaux ONG et experts) notre partenaire
Joan Ruiz Valero
(Responsable Networking avec les institutions UE et nationals) priull gi le,

Coordination artistique l'ESP fCE SEI GHOR
Sandra Federici I'ESPRCE O nHOR

Concepteur Graphique, Maquette
Orazio Metello Orsini Q itu deux pas des institutions
Arketipa .europennes, dans un quarter
mtiss, l'Espace Senghor s'est
Gestionnaire de contract taill au fil des annes une rputa-
Claudia Rechten tion de centre cultural srieux,
Tracey D'Afters offrant un regard cultural quilibr
sur le dveloppement.
Le centre assure la promotion d'ar-
Couverture tistes venus des pays d'Afrique,
Vue de l'glise St Georges de Lalibela. Carabes et Pacifique et l'change
Photo Franois Misser. cultural entire communauts, au
travers de programmes varis
allant des arts scniques, de la
m musique, du cinma, la tenue de
Contact conferences. S'y rencontrent bel-
Le Courrier ges, immigrs d'origine diverse,
45, Rue de Trves fonctionnaires europens.
1040 Bruxelles
Belgique (UE) Espace Senghor
info@acp-eucourier.info Centre cultural d'Etterbeeh
www.acp-eucou rier.info
Tel : +32 2 2374392 Chausse de Wavre, 366
Fax :+32 2 2801406 1040 Etterbeek (Bruxelles)
Belgique
Public tous les deux mois en franais, anglais, espagnol et portugais Tl. : +32 2 2303140
E-mail :
Pour toute information concernant l'abonnement,
veuillez consulter notre site web w ww.acp-eucourier.info ou contacter info@acp-eucourier.info espace.senghor@chello.be
Site :
Editeur responsible www.senghor.be
Hegel Goutier
Consortium
GOPA-Cartermill Grand Angle Lai-momo Erratum
Une erreur s'est glisse dans le Courrier n 1.
Le Secretariat ACP et l'Union europenne, membres du Conseil Editorial de la revue, dclinent Dans l'article sur le Protocole Sucre (page 9),
toute responsabilit quant aux positions prises dans les articles du magazine Le Courrier. merci de lire (dans la premiere phrase) :
"Arvin Boolell, ministry des Pches et de l'Agro-
Le consortium et la rdaction dclinent toute responsabilit quant aux articles crits par les industries de Maurice" (et non de Mauritanie).
rdacteurs extrieurs l'quipe de rdaction et par tout rdacteur invit.







N 2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


CU RRIER
LE MAGAZINE DES RELATIONS ET COOPRATIONS AFRIQUE CARABES PACIFIQUE ET UNION EUROPENNE


Sommaire
LE COURIER, N 2 NOUVELLE SRIE (N.S.)

EDITORIAL
Dveloppement
ij. r, ,1. -.. : quand cela va de soi

SANS DTOUR
Grands Lacs : Aldo Ajello, faiseur de paix
TOUR D'HORIZON

DOSSIER
Forts tropicales :
opportunits et risques pour les ACP
Un pactole menac

Des forts sous haute surveillance

ACP : une mosaique de forts

INTERACTIONS
Pas de spculations sur l'avenir des ACP

Entrepreneurs dominicains.
L'imagination des petits

JED : maintenir le cap du dveloppement
face aux changements climatiques

Journes du dveloppement :
climate et dveloppement quels changements ?

L'Afrique, priority de politique trangre
de la Prsidence UE

Fs : un trait d'union UE-Afrique

La traverse du dsert et de la mer,
seule option pour les migrants africains

Agenda

COMMERCE
La ngociation des accords de partenariat conomique
ACP-UE est sortie du coma dpass

"Il n'existe pas de plan B", affirmed
le Commissaire europen Louis Michel

Quoi de neuf propos des APE ?

ZOOM
Une journe dans la vie de Ben Arogundade,
Londonien d'origine nigriane


DE LA TERRE
La gnrosit du soleil
3
REPORTAGE
Ethiopie
4 Le chantier du millnaire

L'UE "principal partenaire de dveloppement"

A l'Est, du nouveau dans le chemin de fer

10 Combattre "la famine verte"
en "Ethiopie heureuse"
13
Du mythe la nouvelle vague
17
Les seigneurs de la course
19 DCOUVRIR L'EUROPE
Portugal
2 Portugal : le dsir d'autrui come boussole

Commentaires sur l'histoire,
22 la culture et la gographie

Objectif principal de l'Algarve :
24 la dcentralisation pour mieux se dvelopper

Rencontre avec Antnio Pina
25
Conservation d'un patrimoine natural et vivant.
27 Le chien d'eau

CRATIVIT
2 L'Afrique Venise
31
"Peinture populaire" de Kinshasa

On a aim... La vie et l'euvre
32 de Jean-Claude "Tiga" Garoute,
peintre, pote et dmiurge

33 Le people n'aime pas le people

34 On a aim... La vie et l'euvre
de Sembne Ousmane

AUX PLUS JEUNES
36 Le Club Cotonou contre la pauvret


LE





r


-X4.I


a. g


42


c-.


aV ai

:J'- 54w


a.


-~iF
-c '-!~il~E
*r *c


il ~ rzj


al-


... ..


A
B,*


S ,I
4 .


a'


Sdi


r



I -k


RALC -i
-r '


j.


t;.
:1 d


, il"i .. u ' ..
t;-.

-r'^*Ua^'1
CL*


t


w.L


mi


V.


-a,-


~J







editorial


uand cela va de soi. Qu'un muse d'art
moderne parmi les plus prestigieux au
monde, le Tate Modern de Londres,
reserve l'une des 15 sales de son exposi-
tion "The States of flux (Cubism, Futurism and
Vorticism)" sur des grands courants d'art avoir bti la
pense artistique du XXe sicle, cinq artistes congo-
lais RDC, c'est insolite. Que la presentation de leurs
uvres ne soit alourdie d'aucun discours et d'aucune
interpretation anthropologiques, d'aucune comparison
entire uvres d' "art occidental" et art des ailleurs ; et
que les grands du Congo, Chri Samba, Bodo ou Chri
Chrin ne soient vus qu'avec le regard de l'amateur
d'art comme Braque, Diego Rivera, Gustav Klimt ou
Rodchenko, c'est moustillant. Pour les curateurs du
Tate, cela va de soi.


Chri Samba,
Little Kadogo, 2004.
Acrylique et paillettes
sur canevas, 205 x 246 cm.
Avec l'aimable autorisation
de C.A.A.C. Collection
Pigozzi, Geneva.
Photo Christian Poite.


Cela va de soi, c'est une forme de contraire de la suc-
cess story. C'est le repre du dveloppement et de sa
reconnaissance. Le combat des amateurs de toutes ori-
gines, qui ont soulign depuis des dcennies, la
modernit, l'avant-gardisme de l'art africain com-
mencer par des icones europennes comme Picasso,
Braque, et surtout l'attachement la recherche artisti-
que, la persvrance des artistes africains, leur ing-
niosit ont port leurs fruits.


Ce n'est pas une success story. Rien que du normal. Cela
va de soi. La success story est l'exception pingler,
extraire d'un ocan d'checs, de mdiocrits ou platitu-
des. Quand cela va de soi, c'est l'chec qui est soulign.
Dans un registre au moins aussi vital que l'art, la
recherche et la consolidation de la paix en Afrique par
les Africains eux-mmes, ce qui tait soulign en gras
encore rcemment devient de plus en plus normal.
Coup sur coup, nous apprenons que l'Afrique du Sud
est sollicite par l'Union pour tre l'lment moteur de
ce qui sera la plus important operation de maintien de
la paix jamais conduite par l'ONU, celle au Darfour,
force qui sera par ailleurs africaine dans une propor-
tion substantielle. Cette fois l'Afrique ne fournira pas
seulement les hommes mais aussi les moyens logisti-
ques et renforts. Dj au Darfour prs de 600 soldats
sud-africains et 100 policies sont presents sous le dra-
peau de l'Union africaine. La future force sera
l.. hl! i.i ONU-Union africaine.
Dans la mme foule, le Conseil de scurit a
demand l'Union africaine de maintenir ses troupes
en Somalie pour une dure de six mois. En attendant
que l'ONU puisse dployer ses propres troupes dans
ce pays. La force africaine en Somalie devrait se ren-
forcer pour rpondre aux missions complmentaires
qui lui sont confies savoir, entire autres, protger les
institutions de transition et travailler de concert avec
d'autres une politique national de scurit et de sta-
bilisation.
Et, une fois n'est pas coutume, les lecteurs de Sierra
Leone, aprs les lections exemplaires quant la
transparence qui se sont droules dans leur pays, ren-
dent hommage aux observateurs de l'Union africaine
pour l'efficacit de leurs interventions. A diffrentes
occasions, ceux-ci sont intervenus au moindre soup-
on de fraude ou de manipulations. De sorte que notre
conseur Panapress met en exergue les mots d'un
citoyen du pays : "Les observateurs des lections ne
doivent pas se contenter de rdiger des rapports, mais
ils doivent aussi prvenir les conflicts et prendre des
measures pour la tenue d'lections sans violence,
l'instar de ce que font les observateurs de l'UA".
L'Union africaine protge la rgularit des lections
en Afrique Cela devrait aller de soi.


Hegel Goutier


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007

















































la longue, les dirigeants de la region ont d s'habituer au
parler-vrai de ce vieux loup de la diplomatic. N Palerme
(Sicile) en 1936, Aldo Ajello s'est engag en effet trs tt
en politique, devenant vice-prsident de l'association natio-
nale des tudiants d'Italie, tout en menant de pair une carrire journa-
listique au journal socialist Avanti et au conseil de l'agence Inter Press
Service. Membre du comit central du Parti socialist, tour tour sna-
teur, dput europen et dput italien, il devint Secrtaire gnral
adjoint de l'ONU en 1992. Il s'est surtout fait connatre come chef de
la mission de maintien de la paix de l'ONU au Mozambique.

Franois Misser : Vos origins siciliennes (e.. l. facility votre car-
rire de diplomat ?

Aldo Ajello : On a une tendance humaniste assez forte en Sicile. L'le
est au centre de la Mditerrane. Tout le monde y est pass :
Phniciens, Grecs, Romains, Arabes, Normands, etc. Chacun a laiss
des traces. Le roman Le Gupard de Tomasi di Lampedusa en parle. Je
m'y reconnais parfaitement. Cela vous donne une ouverture mental
que les autres rgions d'Italie n'ont pas et surtout une meilleure com-
prhension du monde au sud de la Mditerrane. Mon experience
auprs des paysans en Sicile m'a appris que leurs reactions et leurs
faons de penser n'taient pas bien diffrentes de celles que j'ai trouv-
es en Afrique.

FM : Notamment au Mozambique...
AA : Ce fut la grande venture de ma vie Une merveille absolue car
j'ai eu une chance monstre. J'ai pris des risques normes et tout ce que
j'ai essay a russi, grce au Secrtaire gnral (Boutros Ghali) qui m'a
donn carte blanche. Car, au dbut, j'avais des problmes avec la
bureaucratic. Je recevais des instructions sans queue ni tte. Mon bou-


lot tait d'appliquer l'accord de paix entire le gouvernement et la rbel-
lion et de remdier au dsquilibre en dfaveur de la second qui pou-
vait engendrer la faillite de l'opration. Le risque tait que les gens qui
avaient sign la paix ne pensent qu'ils avaient t pigs et reprennent
la guerre. C'est pourquoi il fallait donner suffisamment aux gurilleros
rebelles de la Renamo (Rsistance national mozambicaine), pour
qu'ils aient beaucoup perdre reprendre la guerre. Ce n'tait pas
facile car il a fallu expliquer au gouvernement qu'isoler la Renamo,
chaque fois qu'elle faisait quelque chose allant l'encontre de l'accord
de paix, en reaction ce dsquilibre, risquait de faire sauter le proces-
sus. J'ai donc essay de comprendre pourquoi la gurilla violait l'ac-
cord et d'liminer les causes de ces violations. On a dsarm 90.000
personnel en moins de quatre mois. En revanche, au Congo, avec la
Banque mondiale, on est encore loin du compete.

FM : Pourquoi ?

AA : Au Mozambique, l'ONU a pris en charge entirement l'opration
de faon neutre. On a cr des centres de rassemblement dans lesquels
on a fait le tri entire ceux qui voulaient tre dmobiliss et ceux qui vou-
laient entrer dans l'arme, grs directement par nous et a a march
rapidement. Mais au Congo, la Banque mondiale a appliqu les princi-
pes de l'aide au dveloppement la dmobilisation des soldats, en
confiant au gouvernement le pouvoir de dcider en la matire. Rsultat :
on a cr une machine bureaucratique monstre. En definitive, la dci-
sion prendre sur ce processus avait t confie des gens qui
n'avaient pas intrt le faire avancer. Erreur monumental !
En fait, la Banque ne savait pas du tout comment oprer. D'abord, elle a
pris la direction de cette operation impliquant le dsarmement, la dmo-
bilisation et la rinsertion. Puis, elle a dcouvert que ses propres rgles
lui interdisaient de s'impliquer dans le dsarmement. La Banque ne pre-


C(URRIER







ans dtour


nait ces gens en charge qu'aprs cette tape. Donc, on a eu un bouchon
qui s'est cr ds le dbut, parce que sans dsarmement, on ne pouvait
faire le reste. Autre problme : le comptage des soldats. Or, les respon-
sables des forces armes n'avaient aucun intrt le faire car les effec-
tifs qui touchaient un salaire rgulier, taient incroyablement gonfls par
des "fantmes" : des morts, des gens qui n'taient jamais ns, tout un
monde imaginaire, don't les officers voulaient empocher les soldes.

FM : Quel bilan tirez-vous des onze annes passes come envoy
special dans la region des Grands Lacs ?

AA : Au dbut, j'ai eu des problmes gigantesques du fait qu'tant
envoy special de l'UE, j'aurais d reprsenter une position univoque.
Mais il n'y en avait pas. Les positions taient diffrentes et souvent
compltement contradictoires, surtout sur le Rwanda mais aussi sur le
Burundi. Il y a eu des problmes srieux car il n'est pas facile de ven-
dre un produit inexistant. J'ai d donc moi-mme inventer une politique
commune, tenant compete des sensibilits de chacun. Et cette invention
est devenue petit petit la politique commune relle dans la region.

FM : Comment voyez-vous l'avenir du Congo ?

AA : Ca dpend de beaucoup de choses. C'est un pays richissime. Le
potential est l. On a pour la premiere fois un gouvernement lu dmo-
cratiquement mais cela ne veut rien dire parce que la dmocratie, ce ne
sont pas seulement les lections. Il faut une education dmocratique.
Elle doit se faire avec la souplesse et la finesse ncessaires pour ne pas
trouble les esprits et donner le sentiment tous que le pays dispose de
sa pleine souverainet. C'est un pays qui a t trop longtemps sous
tutelle et qui doit apprendre s'autogrer de faon dmocratique. Ce
n'est pas facile. Mais si on se dcide les aider srieusement, on a de
bonnes chances de russir. Or, la russite au Congo signifie la stabilisa-
tion de l'Afrique central.


Pour ce faire, la priority des priorits est la rforme du secteur de la
scurit, sans laquelle vous n'avez ni dveloppement ni rien. L'arme
est mal paye. Elle n'est pas quipe ni nourrie. Elle n'a aucune disci-
pline. Elle compete surtout des officers sans formation militaire don't le
but principal est de se remplir les poches, ayant volu dans les couloirs
du palais prsidentiel et non sur les champs de bataille. Donc, il faudrait
nettoyer tout cela. Nous avons fait pas mal de boulot avec EUSEC
(NDLR : mission europenne de scurit en RDC). D'abord, en met-
tant de l'ordre dans la chane de paiement qui tait entirement identi-
fie la chane de commandement. L'argent des soldes allait de la
Banque central au chef d'Etat-major gnral qui se servait avant de
passer l'enveloppe aux chefs d'Etat-major de la marine, de la force
arienne et de la force terrestre. Et quand l'enveloppe arrivait aux bri-
gades, il ne restait plus rien distribuer. Nous avons dconnect com-
pltement les chanes de paiement et de commandement. Dsormais, la
Banque central, envoie l'argent au bureau d'administration qui le fait
parvenir directement aux brigades. Pour nous assurer que ce mcanisme
fonctionne correctement, nous avons plac deux conseillers europens
dans chaque brigade intgre. Aujourd'hui, elles reoivent leur salaire
intgralement. Maintenant on procde l'tat des lieux de l'arme
congolaise et ensuite on fera la maquette de la nouvelle arme.

FM : Quel fut le plus beau moment de votre carrire ?

AA : Le jour des lections au Mozambique (NDLR : en 1992), quand
on a russi convaincre M. Dhlakama (NDLR : le chef de la Renamo)
qui avait dclar la veille qu'il ne participerait pas aux lections, parce
qu'il avait dcouvert qu'il y avait certainement des magouilles et
annonc qu'il ne participerait pas.

FM : Et le pire ?

AA : C'tait deux jours avant... l


"Pour ce faire, la priority des priorits est la rforme du
secteur de la scurit, sans laquelle vous n'avez ni
dveloppement ni rien. Larme est mal paye.
Elle n'est pas quipe ni nourrie. Elle n'a aucune discipline."
': lll, ,I,-~ h m .lq ,I ,-. .,,I, d l t [:L














L'URGENCE




Du DARFOUR


lors de l'Assemble parlementaire
paritaire ACP-UE, Wiesbaden, ont
about "une resolution capital" sur
le Darfour pour reprendre les terms de la co-
prsidente de l'APP, Glenys Kinnock. La rso-
lution estime en effet que le dploiement de la
force hybride Union africaine-Nations Unies
doit se faire aussi vite que possible. Cette
force de 20.000 hommes devrait tre mise en
place d'ici l'automne 2008 de faon viter
toute aggravation du conflict.
La resolution de l'APP demand galement au
gouvernement soudanais de dsarmer l'ensem-
ble des milices, y compris les Janjaweeds, et de
mettre un terme aux bombardements dans la
region. Elle appelle aussi une cooperationn la
plus large possible" entire la Rpublique
Centrafricaine, le Tchad et le gouvernement du
Soudan pour la scurit de la region.
Elle invite galement toute tierce parties ne
plus exporter d'armes destination de la
region. Durant les dbats, le Commissaire
europen Louis Michel a appel l'tablisse-


ment d'une "feuille de route" dcrivant les
measures stratgiques prendre par la commu-
naut international pour la paix dans la
region. La resolution de l'APP demand au
Mouvement de liberation du people soudanais
(MLPS) de contribuer au rassemblement de
toutes les factions rebelles du Darfour et
appelle le gouvernement soudanais repren-
dre les ngociations avec tous les groups
rebelles.
La resolution insisted par ailleurs sur le rle cl
que peut jouer la Chine dans la mise sur pied
de cette force, en lui demandant de jouer de
son influence pour aider le gouvernement du
Soudan reprendre les ngociations avec l'en-
semble des forces rebelles.
Atem Garang, dput soudanais, s'est flicit
de l'atmosphre positive des discussions, se
rjouissant aussi de la faon don't la resolution
avait t ngocie. Et d'ajouter que si la com-
munaut international avait soutenu le pays
comme elle l'a fait aujourd'hui trois ou quatre
ans auparavant, le conflict n'aurait sans doute
jamais clat. La resolution a par ailleurs iden-


tifi le sous-dveloppement et la marginalisa-
tion conomique et politique des habitants
comme les racines du conflict.

> L'UE salue le dploiement
d'une mission hybride

"J'invite toutes les parties concernes
cuvrer en faveur d'une transition rapide de la
mission de l'Union africaine (UA) au Soudan
(MUAS) vers une mission hybride", a dclar
Javier Solana, le Haut Reprsentant de l'UE
pour la politique trangre et de scurit com-
mune (PESC). Cette declaration datant du 1e
aot fait suite l'adoption par le Conseil de
scurit de l'ONU de la resolution 1769 qui
prvoit le dploiement d'une mission hybride
UA-ONU dans la region.
"L'UE est prte renforcer son soutien cette
fin", a ajout M. Solana, qui a lui-mme
appuy les ngociations en vue d'un rgle-
ment politique pour une "solution durable" au
conflict.
www.consilium.europa.eu a


200 Mis 0an
su caea.s7 1 m






Tour d'horizon


DSACCORD PROPOS



ou ZImIBABWE


L absence de dputs zimbabwens
lors de l'Assemble parlementaire
paritaire (APP) de Wiesbaden a
amen les parlementaires presents
dbattre de la situation du pays, sans toutefois
pouvoir adopter de resolution. Glenys
Kinnock, co-prsidente de l'APP, a expliqu
qu'aucun parlementaire zimbabwen n'avait
introduit de demand de visa. Quatre dputs
du pays taient attendus Wiesbaden, don't
trois du Zanu-PF (Union national africaine du
Zimbabwe-Front patriotique) actuellement au
pouvoir, ainsi que Nelson Chamisa, dput du
Mouvement pour le changement dmocratique
(parti d'opposition) qui avait t victim d'une
violent aggression en mars 2007 alors qu'il se
rendait une runion Bruxelles.
Pour bon nombre de reprsentants, ces discus-
sions n'auraient mme pas d avoir lieu vu
l'absence de dputs zimbabwens. Ibrahim
Matola, dput du Malawi, s'est ainsi oppos
ce que l'Assemble axe le dbat sur les "rap-
ports mdiatiques" et Boyce Sebatala
(Botswana) a estim que le parti zimbabwen
d'opposition tait lui-mme divis et qu'il
"possdait ses propres bandes armes et que les
actes de violence n'taient pas le fait du seul
Zanu-PF". Atem Garang (Soudan) a, quant
lui, dclar qu'il regrettait l'immixtion du
Royaume-Uni dans les problmes du
Zimbabwe. Lola Kisanga, dpute de la
Rpublique Dmocratique du Congo, a dclar
que la situation du pays concernait toute
l'Afrique et a appel une solution pacifique et
durable. Louis Straker de Saint Vincent et les
Grenadines a sous-entendu que cela arrangeait
peut-tre le Zimbabwe d'tre absent de la ru-
nion de Wiesbaden. Nita Deerpalsing
(Maurice) a critiqu un rgime "qui s'est mon-
tr incapable de soulager les souffrances de sa
population".
De nombreux dputs europens ont prsent
des faits et des chiffres mettant en evidence
l'appauvrissement de ce pays. Rolf Berend du
Parti populaire europen (Allemagne) a rap-
pel que l'inflation augmentait en permanence,
alors que le taux de chmage y est de 80% et
qu'un tiers de la population dpend de l'aide
alimentaire. "Si nous voulons viter que les

N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


divergences fassent place au chaos, il nous faut avait dj rejete. Les parlementaires des pays
agir", a-t-il ajout. Ren Radembino-Coniquet ACP et les membres du PE se sont toutefois
(Gabon), co-prsident de l'Assemble, a accords pour exprimer leur soutien aux initia-
appel une nouvelle fois le gouvernement zim- tives diplomatiques en faveur du Zimbabwe
babwen accepter le dploiement d'une mis- menes par Thabo Mbeki, president de
sion d'enqute de l'APP, demand que le pays l'Afrique du Sud. a



" Uictoire diplomatique

de la Chine au Darfour "
el est le titre d'un document de recherche de huit pages public, point
nomm, par Jonathan Holslag, charge de recherche au Brussels Institute
for Contemporary China Studies (BICCS). L'article, paru le 1" aot, exa-
mine la loupe le rle de la Chine dans la ngociation d'un accord politique
entire le gouvernement soudanais et divers acteurs, un accord qui a dbouch sur
Sla decision de dployer une mission hybride UA-ONU forte de 20.000 hommes.
"S'agissant du Darfour, c'tait bien la premiere fois que Pkin ne pouvait plus se
permettre de ne pas faire pression, avec les autres acteurs de la scne internatio-
nale, pour amener un gouvernement accepter le dploiement de troupes tran-
gres sur son territoire." L'article ajoute : "Les besoins nergtiques de la Chine
sont tels que ses sources d'approvisionnement s'tendent de la Libye l'Ethiopie,
tout le long de la frontire ouest du Soudan. La stability rgionale participe donc
Sdsormais la scurit nergtique de la Chine."
Le document examine les aspects positifs apports jusqu'ici par la Chine dans les
pourparlers sa force de persuasion et son soutien conomique au Soudan ainsi
que la clart et le pragmatisme des ngociations mais aussi ses points faibles -
une approche "tat-centrique" qui nglige d'autres acteurs cls du Darfour et continue
cI liir"i-onn d'irmep en direction de h region T I
.. ... 1.. 1.. .i .-.. I



M ~~-1 aI






Tour d'horizon


a mi i 'ra t t p iti

JIo' In Secrtaire Ignra



groupe ACP en estlconvaincu.et l'a souli- i




les.m migratinsre l dvloppmetqu
ls'est ldroul le 10etIil ju ili

cntr sur la dig.nit hmaine et e respect.

mu1 tuell lesi qusion id] i.]'asile [,,' de igra-,

parfI1t d es ObjectifsJ du illar lt p our, lef
deopmn"o lr Si Joh



glbl ot mutdsiln irpemtai
de oease ectpstfdsmga

tins oai p ou oea --l rvni
fadr oeee lserdfsprils
quel lafuie de ceveax etl'ipao
nai ou 'cnmedspy Cl
caact olepu e esne es
dlae lirmn tl ut onrl'm
mirto nlae


r


Les laurats africains


du prix du journalism


de la Commission europenne


caine, est la grande gagnante du
Prix Lorenzo Natali 2006 pour
l'Afrique. Ce prix, qui rcompense
chaque anne les journalists de la press
crite et lectronique au service des droits de
l'homme et de la dmocratie, est dcern en
mmoire de l'ancien commissaire europen
en charge du dveloppement, lequel tait par-
ticulirement attach ces valeurs.
"The Bulb of Life" raconte l'histoire de
Duma Kumalo, qui a pass sept ans dans le
couloir de la mort en Afrique du Sud pour un
meurtre qu'il n'avait pas commis. Il bnficia
d'un report de peine et fut libr la fin du
rgime de l'apartheid. Depuis sa mort, en
fvrier 2006, sa veuve se bat sans relche
pour sa rehabilitation posthume. "Mme si
l'apartheid a t aboli, ses consequences res-
tent trs perceptibles", a expliqu Mme
Farber lors d'une conference de press orga-
nise en mai, Bruxelles, lors de la remise
des prix.


Il


Des prix d'un montant de 5.000, 2.000 et
1.000 euros sont dcerns aux trois laurats
de chacune des cinq rgions : l'Afrique,
l'Asie et le Pacifique, l'Europe, l'Amrique
latine et les Carabes, et le monde arabe, l'Iran
et Isral. Le Grand Prix Lorenzo Natali a t
remis Leu Siew Ying, de Hong-Kong, pour
son reportage sur des manifestations de villa-
geois dans la Chine rurale, public dans le
South China Post.
En Afrique, c'est Robert Mugagga qui a
dcroch le deuxime prix pour "Why it's
dangerous being bor in Uganda", un article
public dans The Weekly Observer sur la pr-
vention de la transmission mre-enfant du
VIH en Ouganda. George Lucky, journalist
au BusinessDay, a quant lui dcroch le
troisime prix pour une srie d'articles consa-
cre un priple de cinq jours en Afrique de
l'Ouest. L'objectif : dcrire le vcu des immi-
grs clandestins tentant d'entrer en Europe.
"Sans dmocratie et sans libert de la press,
le dveloppement ne saurait tre durable", a
dclar le Commissaire euro-
pen Louis Michel, lors de la
remise des prix. Des membres de
Reporters Sans Frontires et
d'Amnesty International figu-
raient dans le jury, prsid par
Femi Oke, prsentatrice vedette
de CNN. Les articles ligibles
l'dition 2007 du Prix doivent
avoir t publis entire le 1 sep-
tembre 2006 et le 31 dcembre
1. 2007 et nous parvenir pour le 31
b janvier 2008 au plus tard.
Pour en savoir plus et connatre
la liste complete des laurats
2006, consultez le site :
www.prixnatali.eu a


Ihosvanny, Urban Sox, 2007.
Installation vido, 4 crans, #1 1'45",
S #22'05", #3_2'56", #4_0'13".
Avec l'aimable autorisation de la
collection africaine d'art contemporain
Sindika Dokolo.


C(URRIER






Tour d'horizon


Marlne Dumas, Big artists are big
people, 1987.
Encre et cire sur paper 31 x 22 cm.
Avec l'aimable autorisation de la collection africaine
d'art contemporain Sindika Dokolo.


Un code de conduite

pour uiter les doublons

dans l'aide europenne

C esser de se marcher sur les pieds pour au contraire cooprer et tirer le meilleur parti
des valeurs ajoutes. C'est l'ambition de la Commission europenne pour accrotre
l'efficacit de l'aide de l'UE aux pays en dveloppement, en vitant les doublons
contre-productifs. Le code de conduite, d'application volontaire, qu'elle a propos le
28 fvrier 2007, doit concrtiser cette ambition, en guidant les Etats membres et la Commission
par des principles, grants de la complmentarit de leurs interventions et de la couverture qui-
table des pays ncessitant de l'aide. Cela pour viter que certain pays ne soient "les chouchous
de l'aide", tandis que d'autres s'en retrouvent "orphelins". Fond sur l'objectif d'une meilleure
rpartition des tches, le code de conduite garantira la complmentarit renforce des interven-
tions au sein d'un mme pays bnficiaire, la limitation des interventions de chaque bailleur de
fonds dans un mme pays partenaire maximum deux secteurs prioritaires, la possibility pour
un pays donateur europen de dlguer un autre l'excution de son programme d'aide dans un
domaine particulier. "Il y a trop de bailleurs de fonds actifs dans les mmes pays, dans les mmes
secteurs. Les chevauchements sont sources de dpenses administrative inutiles. Il n'est pas nor-
mal qu'un ministry des Finances dans un pays en dveloppement reoive en moyenne 200 mis-
sions de bailleurs de fonds par an, et qu'au Kenya, 20 bailleurs de fonds achtent des mdica-
ments par le canal de 13 organes d'appels d'offres diffrents", souligne Louis Michel,
Commissaire europen au Dveloppement, pour expliquer la dmarche. Ce code de conduite a
reu l'aval des ministres europens du dveloppement, le 15 mai dernier Bruxelles. a


Ueillons

ne pas fragiliser

davantage

les producteurs

de bananes

des pays flCP


u sein de l'Organisation mondiale du
commerce, l'Equateur a une nouvelle fois
critique les droits d'entre 176 euros par
tonne qui frappent les bananes en prove-
nance d'Amrique latine leur entre dans
l'Union europenne (UE) alors que les exporta-
teurs des pays ACP bnficient, quant eux,
d'une franchise des droit de douane.
L'Accord de Cotonou prvoit en effet l'entre
de quotas dtermins de bananes ACP en fran-
chise de droits sur le march de I'UE.
"Ces petits intervenants ne menacent nulle-
ment un pays qui domine les marchs


mondiaux et europens. LUE doit continue
se battre au sein de I'OMC pour veiller ce que
les petits producteurs de bananes, dj vuln-
rables, ne soient davantage fragiliss", a expli-
qu Glenys Kinnock, co-prsidente de
l'Assemble parlementaire paritaire ACP-UE lors
de la reunion de I'APP en juin, Wiesbaden, en
Allemagne.
Une declaration commune de trois organismes
exportateurs de bananes des pays ACP la
CBEA, I'OCAB et I'ASSOBACAM* a qualifi en
ces terms la dmarche quatorienne
"L'objectif est d'liminer la production des pays
ACP alors qu'elle ne reprsente que
19% du march europen, contre
68% pour les exportations en prove-
nance des pays d'Amrique latine."


CBEA : Caribbean Banana Exporters
Association /Association des exporta-
teurs de bananes des Caraibes
Gem.cbea@btinternet.com
Assobacam : Association des produc-
teurs de bananes du Cameroun
Banacam.assobacam@wanadoo.fr
OCAB : Organisation central des pro-
ducteurs-exportateurs d'ananas et de
bananes
ocab@wanadoo.fr M








1 U 1h1 iln U i iTi






Forts tropicales Dossier


> RDC : attention la leue
progressive des contraintes
pour accder la fort

Cela dit, de vastes zones ont t prserves.
En RDC, la dsorganisation de l'conomie
sous le rgime Mobutu et les deux guerres de
1996-1997 et 1998-2003 ont mis un frein
l'exploitation de la fort humide congolaise
(110 millions d'ha), qui reprsente plus de la
moiti du couvert forestier de l'Afrique cen-
trale. L'engorgement du port de Matadi et,
jusqu'en aot 2006, l'absence de balisage sur
le fleuve Congo et ses affluents l'ont protg.
Son taux de destruction est faible : 0,26% par
an, contre 0,35% pour l'ensemble de
l'Afrique central. Mais la reunification du
pays et le retour de la paix amnent une leve
progressive des contraintes et facilitent l'ac-
cs aux zones forestires.

> mauuaise gouuernance

Dans ce vaste pays, marqu par une longue
tradition de mauvaise gouvemance, le danger
present est que ne se reproduise le scenario
constat dans une enqute du World Wildlife
Fund de 2002 qui estimait que la moiti du
bois camerounais et 70% du bois gabonais
tait abattu sans permis lgal.
En 2000, une compagnie franaise fut d'ail-
leurs contrainte de retire ses engines de la
reserve naturelle de la Lop au Gabon, o
elle s'tait introduite illgalement tandis
qu'au Congo-Brazzaville, le gouvernement a
d rappeler l'ordre une firme franco-chi-
noise qui se livrait "l'exploitation anarchi-
que", sans respecter les assiettes de coupe.


Dj, les forts du Bas-Congo, proches de
l'Atlantique, sont exploites 90%, dplore
le directeur de l'Institut congolais pour la
conservation de la nature (ICCN), Cosme
Wilungula.
"On observe, confie-t-il au Courrier, des pi-
sodes de scheresse jamais constats
jusqu'alors dans cette province, notamment
une baisse considerable du niveau de l'eau
dans toutes les rivires".

> Agriculture de brlis,
commerce du bois de chauffe,
orpaillage, "ncrocarburants"

En RDC, les menaces se multiplient : agricul-
ture de brlis, braconnage, abattage pour la
production de makala (bois de chauffe) ainsi
que l'invasion par les orpailleurs du Parc natio-
nal de Kahuzi-Bihega (Sud-Kivu). Phnomne
galement constat dans le dpartement fran-
ais de la Guyane. En attendant, l'irruption de
nouveaux adversaires potentiels : la dfores-
tation cause par le besoin de librer des
spaces pour l'levage extensif ou la culture
de biocarburants ("de ncrocarburants" mau-
grent certain cologistes) en Amrique du
Sud et Borno dnonce par l'eurodput
Dan Jorgensen. En fvrier dernier
Bruxelles, lors de la Confrence interatio-
nale sur les forts du Congo, organise par le
gouvernement belge, le Prsident de la Ligue
national des pygmes du Congo (LINA-
PYCO), Kapupu Diwa dnonait la distribu-
tion anarchique dans l'Ituri de concessions
par les chefs coutumiers et la poursuite de
l'exploitation illgale et de la contrebande de
grumes vers l'Ouganda, par les chefs de
guerre locaux.


Des abattages illgaux d'arbres menacent
le sanctuaire des Bonobos, don't l'habitat est confin
une petite region dans un seul pays, la RDC.
SGreenpeace



> RDC : faire respecter le mora-
toire sur l'octroi de nouuelles
concessions

La Banque mondiale reconnat ce risque d'une
expansion de l'exploitation illgale. Le gou-
vernement de Kinshasa a instaur un moratoire
sur l'octroi de nouvelles concessions en 2002,
confirm par un dcret prsidentiel dat de
2005 et l'adoption d'un code forestier. "Un
geste de gouvemance fort" comment le sp-
cialiste "forts" de la Banque, Laurent
Debroux. Qui plus est, en mai 2002, le gouver-
nement congolais a annul 25 millions d'hec-
tares de concessions illgalement attributes.
Mais les autorits congolaises prouvent des
difficults faire appliquer leurs decisions. Le
moratoire a t viol. Sur les 156 concessions
existantes couvrant 22 millions d'hectares,
107 ont t attributes aprs le moratoire,
notamment des socits capitaux portugais


r.9.
t. I > i'
r r1 ~
t. iL a.
w*~PRcz.;~ZC
x~I'LI~E ~ E~'M







Dossier Forets tropicales


et allemands. Selon le Dpartement pour le
dveloppement international britannique, des
titres ont t accords moyennant des "arrange-
ments" avec certaines personnalits de l'lite
politique congolaise, sous le gouvernement de
transition (2003-2007). Et une socit apparte-
nant un homme d'affaires libanais est accuse
d'abattage illegal prs du sanctuaire des singes
bonobos en province du Bandundu et d'avoir
coup de l'afromosia dans les forts autour de
Kisangani ; une espce rpertorie dans l'ap-
pendice II de la Convention sur le commerce
international des espces menaces (Cites). Or,
face cette situation, les agents des eaux et
forts charges de veiller au respect du mora-
toire disposent de moyens drisoires et peroi-
vent des salaires de misre. A Bikoro
(Bandundu), ils ne possdent mme pas de
vhicules pour contrler les concessions.

> Reuue lgale des concessions :
un risque de blanchiment

Dans un tel context, la Banque mondiale
dfend pour le moment le maintien du mora-
toire mais envisage terme la reliance de l'ex-
ploitation forestire, aprs une revue lgale de
la validit de 156 contracts qui doivent tre
convertis en concessions lgales ou annuls.


Mais long de defense de l'environnement
Greenpeace redoute que la revue ne revienne en
fait valider les permis acquis illgalement,
les "blanchir".
Greenpeace exprime aussi des doutes sur le
montant des retombes financires pour le
Congo, rsultant de la rforme de la taxation
des companies forestires et des amliorations
des contracts, don't une parties des recettes doit en
principle aller aux provinces et des projects de
dveloppement communautaire. Ces craintes
sont fondes sur le fait qu'au course des trois
dernires annes, l'argent qui aurait d revenir
aux communauts s'est "vapor" selon l'orga-
nisation cologiste. Selon le ministre des
finances congolais, 45% des taxes dues en 2005
n'ont pas t pays. Et les compensations ver-
ses par les companies aux communauts
locales, sont minimes : Sodefor offre deux sacs
de sel, 18 pains de savon, quatre paquets de
caf, 24 bouteilles de bire et deux sacs de sucre
en change de l'accs une vaste concession.

> Conflits auec
les communauts locales

Sous les hautes frondaisons et dans les clai-
rires de la grande fort quatoriale, les
conflicts couvent et clatent. La socit fores-


tire ITB s'est vue reprocher en 2006 par les
villageois d'Ibenga de leur avoir donn des
compensations drisoires aprs avoir dtruit
au bulldozer leurs plantations de manioc et de
cacao pour l'ouverture de pistes. Les commu-
nauts autochtones se plaignent aussi d'tre
laisses pour compete dans la definition des
politiques forestires. Le president de la
Ligue national des pygmes du Congo se
flicite de la volont de dialogue du Ministre
de l'Environnement mais regrette ce qu'il
considre comme un manque de considra-
tion de la part des autres ministres.
Par del le cas congolais, le pari de la conser-
vation de ces cosystmes prcieux est donc
difficile. Parfois les cris d'alarme, compr-
hensibles, de certain dfenseurs de l'envi-
ronnement pourraient inciter au dfaitisme,
la resignation. Mais beaucoup reste sauver.
En Afrique central, dans les Guyanes, dans
les mangroves des Carabes, en Papouasie et
ailleurs.


1 Lesforts du bassin du Congo : Etat desforts 2006, rap
port co-financ par la Commission des forts d'Afrique cen
trale, la France, la Commission europenne et l'US AID,
www.cbfp.org
2 Burundi : Des lacs qui rtrcissent et desforts dcimes,
IRIN, 7 juin 2007, www.irinews.org


COURIER





Forts tropicales Dossier


Marie-Martine Buckens




DES FORETS SOUS



HAUTE SURUEILLOnCE










Depuis le Sommet de la Terre Rio
en 1992, la protection des forts,
des forts tropicales en particulier,
figure parmi les grandes priorits
environnementales des nations industrialises.
Le dernier Sommet du G8 l'a confirm, en --
adoptant en juin dernier en Allemagne
l'Initiative Fort Carbone qui mettrait dispo-
sition des pays en dveloppement des crdits
pour combattre le rchauffement climatique.
Rio a tent, pour la premiere fois, de faire
rimer dveloppement conomique et protec-
tion de l'environnement. Un exercise prilleux
mais qui a toutefois about l'adoption de
trois conventions internationales, consacres
respectivement au climate, la biodiversit et
la dsertification. Curieusement, la centaine de
chefs d'Etat runis dans la mtropole brsi-
lienne n'a pas russi s'entendre sur un texte
contraignant pour assurer une exploitation
durable des forts. Tout au plus ont-ils adopt
des "Principes concernant les forts", princi-
pes qui se sont effilochs au fil des nombreu-
ses conferences qui se sont chelonnes
depuis. C'est dire l'enjeu. Les forts font l'ob-
jet de toutes les convoitises : de la part de
l'exploitant forestier qui les transforment en
bois d'euvre ou en pte paper, de l'indus-
triel qui les rase pour y faire pousser des esp-
ces haut rendement, du scientifique qui veut
soustraire ses joyaux de biodiversit l'action
de l'homme et, depuis peu, des pays signatai-
res du Protocole de Kyoto prts en monnayer
ses vertus de stockage de CO pour remplir
leurs engagements climatiques. Enfin, i
jusqu'ici grands oublis dans les enceintes
internationales, les peuples des forts font
enfin entendre leurs voix.


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






Dossier Forets tropicales


> Des initiatives multiples

Les politiques mises en euvre par l'Union
europenne pour tenter de rpondre tous ces
dfis ont t et sont multiples. En dehors de sa
participation active aux forums internationaux,
elle a t tout d'abord un partenaire de premier
plan dans le fameux Programme pilote lanc
l'poque par le G7 (le PPG7) pour une gestion
durable de la fort amazonienne du Brsil, pro-
gramme actuellement en dormance en raison
d'un manque de volont politique. Sur le plan
interne, elle a mis en place une multitude de
programmes s'attaquant directement ou indi-
rectement au problme de la dforestation.
Parmi eux, la ligne de credit "forts tropicales",
lance en 1990 sur l'initiative du Parlement
europen, qui sert finance des projects allant
de la gestion durable, la conservation, la
recherche ou la participation des populations
locales. Deux ans plus tard, au lendemain du
Sommet de la Terre, la Commission euro-
penne lance un ambitieux programme rgio-
nal de conservation des forts tropicales,
Ecofac, qui s'appuie pour l'heure sur l'amna-
gement des aires protges dans sept pays du
bassin du Congo. Sous la pression des organi-
sations gouvernementales cologiques, elle


dcide galement de s'attaquer au problme
persistent de l'importation dans l'UE de bois
illegal. En mai 2003, la Commission adopted
son Plan d'action sur l'application de la lgis-
lation forestire, la governance et les chan-
ges commerciaux, mieux connu sous son acro-
nyme anglais FLEGT. Enfin, les forts s'invi-
tent de plus en plus dans les ngociations inter-
nationales sur le climate, comme en tmoigne
l'Initiative Fort Carbone prise par le G8 qui
sera mene sous la houlette de la Banque mon-
diale, en concertation avec les institutions
internationales, don't l'UE.

> Bonne gouuernance
et bois durable

L'UE est le plus gros importateur en valeur de
bois de sciage et de bois rond africain et le
deuxime march du bois de sciage asiatique,
deux rgions du monde o l'exploitation ill-
gale du bois est pratique courante. Selon les
ONG europennes, plus de 50% des importa-
tions de bois tropical de l'UE et plus de 20%
de celles en provenance des forts borales
sont d'origine illgale. Gros consommateur de
bois, 1'UE peut donc jouer un rle important
dans la lutte contre l'exploitation illgale des
forts et le commerce qui y est associ. La


question n'est pas neuve. Des initiatives visant
certifier l'origine "durable" ont fleuri au
course de cette dernire dcennie, la plus
connue en Europe tant le label FSC (Forest
Stewardship Council). Mais devant la multi-
plicit des labels mis en place, 1'UE a jusqu'ici
prfr ne pas prendre position. En 2003, suite
aux pressions rptes des ONG environne-
mentales et sociales, elle prfre se doter d'un
systme volontaire bas sur des accords de
partenariat conclus avec les pays importateurs.
FLEGT, le Plan d'action sur l'application de la
legislation forestire, la gouvemance et les
changes commerciaux, est n.
Il permet surtout d'viter un embargo total des
bois tropicaux, rclam en dernier recours par
les ONG.

"Gros consommateur de bois,
I'UE peut donc jouer un rle
important dans la lutte contre
l'exploitation illgale des forts"

Les Accords volontaires de partenariat (AVG)
reposent sur une srie d'engagements, allant
d'un soutien la governance dans les pays
producteurs la mise en place d'un systme de
licence lequel comprend au pralable la mise
en place d'une structure administrative et tech-






Forts tropicales Dossier


nique fiable qui permette de tracer le bois
jusqu'aux ports et s'assurer qu'il a t produit
de manire "durable". Pour nombre de pays
producteurs, le dfi est de taille. Aussi, pour
aider ces pays respecter ces engagements,
l'UE prvoit d'inclure une aide technique et
financire dans les accords de partenariat.

> Supprimer le bois de la guerre

"Le dfi", estime Iola Leal Riesco, du rseau
europen sur les forts FERN, "est de s'atta-
quer aux racines mmes de l'exploitation ill-
gale du bois : la corruption, un manque de
transparence, de mauvaises politiques et l'in-
fluence excessive de l'industrie forestire,
tant dans le processus que dans la creation de
lois. Poursuivre les communauts locales ou
les exploitants sur le terrain ne servira qu'
accrotre les conflicts et la pauvret ; aussi le
premier pas dans le processus FLEGT est la
mise en place d'un rel dialogue politique,
dans le but d'introduire les rformes politi-
ques et de renforcer les droits des populations
locales".

"L'exploitation illgale
est d'autant plus difficile
combattre qu'elle fait
parties intgrante
de 1 conomie des pays"



La responsible de FERN souligne que l'ex-
ploitation illgale est d'autant plus difficile
combattre qu'elle fait parties intgrante de
l'conomie des pays, soutenant des parties poli-
tiques, la police et des communauts. Et d'es-
timer qu'en RDC, o 70% de la population (35
millions de personnel) dependent de la fort,
l'exploitation a aid finance la guerre civil
qui a tu plus de 3,5 millions de personnel.
Elle rappelle enfin les sanctions imposes
l'poque par le Conseil de scurit des Nations
Unies l'encontre des exportations de bois du
Liberia, un bois don't les revenues ont t utili-
ss pour finance la guerre civil qui faisait
rage dans le pays.
Pour l'heure, l'UE a engag des pourparlers
avec la Malaisie et l'Indonsie en Asie et le
Ghana et le Cameroun en Afrique. Des consul-









LUE participe au financement des co-rangers
charges de surveiller les aires protges.
Wildlife Direct EU /Filippo Saracco


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


stations sont galement prvues avec le Congo-
Brazzaville et le Gabon. En 2004, quelque 17
millions d'euros ont t engags pour soutenir
des projects pilots visant notamment assurer
une verification indpendante des operations
d'exploitation du bois. En 2006, un pro-
gramme d'assistance technique de 15 millions
d'euros a t mis en place en Indonsie.

> Un rseau d'aires protges

Le 31 janvier 2006, la Commission euro-
penne donnait son feu vert l'inclusion de la
Rpublique Dmocratique du Congo (RDC)
dans la liste des pays du bassin du Congo
bnficiaires du programme Ecofac
(Ecosystme forestier d'Afrique centrale.
Une decision attendue de longue date, la RDC
abritant le plus important couvert forestier du
bassin du Congo, mais elle n'avait pu
jusqu'ici bnficier du programme en raison
des troubles politiques. La decision s'est
accompagne d'un nouvel apport financier de
38 millions d'euros, consacrant ainsi la qua-
trime phase du programme. Autre nouveaut :
le lien dsormais affirm entire les efforts de
conservation et de dveloppement des forts
et la lutte contre la pauvret. Il s'agit la fois
de garantir aux populations forestires leur
mode de subsistence mais aussi d'viter les
braconnages facilits par la creation de routes
par les exploitants forestiers.
Ecofac couvre dsormais des aires protges
dans sept pays d'Afrique central :
Cameroun, Rpublique Centrafricaine,
Congo, Gabon, Guine Equatoriale, Sao
Tom et Principe et la RDC. Avec le retour


dans le programme de ce dernier pays, qui
reprsente la moiti des surfaces boises de la
region, le programme couvre dsormais
180.000 km2 d'cosystmes de forts tropica-
les et de savanes dans une region qui abrite le
deuxime systme forestier tropical de la pla-
nte aprs l'Amazonie. Mais Ecofac IV
accord aussi une attention plus soutenue aux
peuples de ces forts. La conservation de ces
forts, reconnat la Commission europenne,
est critique pour le dveloppement de 65 mil-
lions de personnel. Les besoins des popula-
tions locales, extrmement dpendantes des
resources de la fort, constituent dsormais
un pan important du programme qui a invest
beaucoup dans la recherche de strategies et de
moyens capable de concilier dveloppement
human et conservation, avec des projects com-
plmentaires dans le dveloppement rural et
des microralisations.
Le programme a vu le jour en 1992, dans la
foule de la Convention international sur la
biodiversit. Son but : contribuer la conser-
vation et l'utilisation rationnelle des cosyst-
mes forestiers et de la biodiversit d'Afrique
central. L'un des principaux atouts du pro-
gramme est son approche rgionale, qui s'est
traduite par l'appui la mise en place du
Rseau des aires protges d'Afrique central
(RAPAC) don't la vocation est de faire bnfi-
cier de l'exprience ECOFAC d'autres aires
protges de la sous-rgion. Globalement,
plus de 70 millions d'euros ont t engags
lors des 3 premires phases sur les 6e, 7e et 8e
FED. Ecofac IV reprsente l'apport le plus
important de l'UE la mise en euvre du Plan
de convergence tabli par les pays de la







Dossier Forets tropicales


Comifac (Commission des Ministres des
Forts d'Afrique central) et un appui au
Partenariat pour les forts du bassin du Congo
(PFBC), n de l'accord entire les bailleurs de
fonds et les ONG l'occasion du Sommet
mondial pour le dveloppement durable qui
s'est tenu Johannesburg en 2002. En outre,
cette nouvelle phase prvoit galement une
participation au Plan d'action relatif l'appli-
cation des rglementations forestires, la
gouverance et aux changes commerciaux,
le programme FLEGT (lire article spar).

> Les ambitions climatiques

"Du fait de la mise en dfens de l'exploitation
de nos forts, notre pays enregistre un manque
gagner d'environ 1,5 milliard de dollars"
dclarait le 28 fvrier Didace Pembe Bokiaga,
Ministre congolais de l'Environnement, lors
de la Confrence international sur la gestion
durable des forts de la RDC, organise
Bruxelles. Une some que le gouvernement
de Kinshasa entend bien ngocier dans le
cadre de la Convention sur les changements
climatiques. L'ide ? Les services environne-
mentaux offers par les forts tropicales la
plante, du fait notamment de leur "non-
dboisement", ont un prix. Un prix que les
pays dvelopps, principaux responsables du
rchauffement, doivent payer. Comment ?
Via les mcanismes de march prvus par le
Protocole de Kyoto. Un de ces mcanismes, le
MDP (mcanisme de dveloppement propre),
s'y prte puisqu'il permet aux pays dvelop-
ps de gagner des crdits d'missions en
investissant dans des projects durables dans les
pays en dveloppement. Mais pour l'heure,
seuls les projects de reboisement (pour la plu-
part des plantations) ont droit de cit dans le
protocole. Et de poursuivre : "Un autre sys-
tme que nous sommes en train d'explorer
consiste en des concessions de conservation
par lesquelles des gens, des entreprises, des
gouvernements dans le monde pourraient ta-
blir des contracts avec la RDC et avec les
populations locales pour louer des forts et
avoir le droit de ne pas les exploiter de sorte
qu'elles soient gres come des aires prot-
ges mais que les populations locales et le
gouvernement congolais puissent en tirer des
bnfices concrets".

> Une "Facilit Carbone"
pour les forts

Une demand accorde. Partiellement du
moins. En juin dernier, les huit pays les plus
industrialists runis en Allemagne ont donn
leur aval une srie d'initiatives proposes


Amanvi, Blobo Bian l'amant de l'au-del.
SLai-momo 2003


par la Banque mondiale pour rduire l'impact
sur le climate des gaz effet de serre. Parmi
elles, la creation d'un partenariat fortt car-
bone" afin d'viter la dforestation, respon-
sable d'aprs les experts de 20% des mis-
sions de gaz effet de serre. Ce partenariat
consiste en une srie de projects pilots mens
au dpart dans quelques pays cls come la
RDC, le Brsil ou l'Indonsie.
A ce titre, le Ministre Pembe estime que la
RDC pourrait recevoir quelque 6 milliards de


mes de march don'tt la bourse de C02) prvus
par le Protocole de Kyoto qu'en 2012, dbut
de la second phase du protocole sur laquelle
les incertitudes les plus grandes planet
encore.
Les forts sauves par les marchs du car-
bone ? Certains experts en doutent. Pour
Jutta Kill de l'organisation cologique
FERN, cet instrument "qui dpend des finan-
cements des pays industrialists pour fonc-
tionner pourrait tre un chec dans la measure


dollars par an, une some considerable o il ne s'attaque pas aux causes relles de la
quand on sait que le budget total du pays ne dforestation mais risque au contraire d'aug-
devrait pas dpasser les 2 milliards de dollars center les conflicts dans la measure o les
en 2007. Il n'en reste que ces projects ne bnfices ne reviendront pas aux communau-
seront rellement intgrs dans les mcanis- ts locales". a


C(URRIER





Forets tropicales Dossier


fICP


: UE mOSAHQUE


DE FORESTS


Les forts ACP sont multi-
ples : des savanes boises
aux forts tropicales humi-
des du centre de l'Afrique,
du Suriname ou de
Papouasie Nouvelle Guine,
en passant par les mangro-
ves tanzaniennes, sans
oublier ces milliards d'ar-
bres brls ou transforms
en meubles ou flotte guer-
rire laissant derrire eux,
comme en Hati, des paysa-
ges lunaires. Mais l o elle
existe, et cela vaut pour une
majority de pays ACP, la
fort reprsente encore un
enjeu de premiere impor-
tance. Pour les habitants
d'abord, don't, dans cer-
tains pays, une grande
majority dpend directe-
ment des products de la
fort, perptuant ainsi une
conomie dite de "subsis-
tance". Pour les autorits
nationals ensuite, attires
par les gains qu'elles peu-
vent retire de l'exploitation
industrielle de leurs forts et,
plus rcemment, de l'exploi-
tation "climatique" de ces
reservoirs de carbon.



N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


> Le "baobab" africain


r 1 1i ..1 1 ., .


Des trois regions ACP, l'Afrique semble se
rserver la part du lion. Et c'est le cas. Selon
les dernires estimations de l'Organisation
mondiale pour l'alimentation et l'agriculture
(FAO, chiffr le2005), les forts couvriraient m
26% du continent, soit quelque 627 millions
d'hectares. Avec des variantes considrables
suivant les regions. Avec 278 millions d'hecta-
res, l'Afrique central et occidental vient en
tte (45% de superficie), puisqu'elle abrite le
second covert forestier tropical du monde
dans le bassin du Congo. Le Sud-Est africain
dtient 226 millions d'hectares, soit 27% de
superficie forestire, suivi des pays du Sahel
qui ne competent que 8% de superficie boise
rpartie sur 123 millions d'hectares.
L'essentiel des actions de conservation et de .
gestion durable de l'UE se concentre dans le -a
bassin du Congo (lire article principal).



7 i






Dossier Forets tropicales


> La mosaique caribe

Avec peine 3,8% de couverture forestire,
Hati reprsente un cas extreme. Dans les
autres pays des Carabes, la situation varie
considrablement. Il y a le Suriname et le
Guyana, il est vrai, rattachs la fort ama-
zonienne qui, malgr la presence grandis-
sante d'exploitants forestiers peu scrupu-
leux, se targuent d'un couvert forestier avoi-
sinant 94% pour le premier, 76% pour le
second. Suit Belize en Amrique central, o
la Commission europenne a finance un pro-
jet de gestion durable des forts, lesquelles
couvrent encore 72% du territoire. Les les
ACP des Carabes competent quant elles 6
millions d'hectares de forts, soit 26% de
leur superficie global.

> Des forts
de moins en moins pacifiques

De tous les pays du Pacifique ACP, la
Papouasie Nouvelle Guine compete la plus
grande masse forestire (29,5 millions d'hec-
tares, soit 65% de sa superficie). Mais une
masse forestire menace depuis une dizaine


d'annes par la presence d'exploitants op-
rant souvent dans l'illgalit. Dans ce pays,
la CE a notamment finance un programme de
dveloppement (le programme IRECDP) de
formation des communauts afin de leur per-
mettre de tirer profit des resources foresti-
res. La situation n'est gure meilleure dans
les les Salomon (2,2 millions d'hectares de
forts couvrant 78% des les) o l'UE a sou-


tenu un project prnant un usage alternatif des
forts afin de contrecarrer les pratiques
d'abattage destructive, provoquant une
dgradation lourde des forts, des dgts
environnementaux et des troubles sociaux.
Citons galement les les Fidji et Vanuatu,
don't les forts couvrent respectivement 55%
et 36% du territoire.
M.M.B. M


L -e- de la Dmnqe est rich enba-

ts nauelles et en -id Le ter-



d e lafoe et de la fue costtent des
atout prieu qu I en font une deti nats! l"l ion 1




e- e. -rse Enio 65 de la suerfici
de la Dom niqusont cou d'une v t-
tioInturll, qui.coprendla zone de.[ fort L 'B

AntillLes. Ces J dene annes, Z l eJL touri[sme1 1 a
connu une risne raie, base principa

le en su les atrcin nauele de l-ie
Pendant la prod 189199 3, l a.

Dom Lf I iniqu a1 rls l'acco1isseen annIue l

I ne e dpens des. visieu!rs. Lvi


omq la Doinique1dpend"rlLn-
dement del gesto et de la duailt de


coe et ruae AC-U wwcait


18 1 ~ ~ S. O .


Des arbres "hors fort"


Pour nombre de petits Etats insulaires en dveloppement de l'ocan Pacifique, la planta-
tion des arbres hors fort, conjugue aux pratiques traditionnelles de l'agroforesterie et
des connaissances traditionnelles associes, offrent des moyens permettant de remdier la
dforestation. Ils peuvent galement contribuer la conservation de la biodiversity et au
dveloppement durable dans les petits tats insulaires en dveloppement de l'ocan
Pacifique. En dcembre 2001, un sminaire regional sur les arbres hors fort s'est tenu Nadi
(les Fidji). Il visit donner un ordre de priority lev aux actions d'appui la protection et
la plantation d'arbres hors fort. Les participants se sont penchs sur les documents natio-
naux de la Papouasie Nouvelle Guine, des les Salomon, du Vanuatu, des Tonga, des Samoa,
de Niue, des les Cook, de Kiribati et des Palau. Techniquement, les arbres hors fort com-
prennent les bosquets couvrant moins de 0,5 hectare, la couverture arboricole des terres agri-
coles, les arbres en environnement urbain, les arbres le long des routes et des course d'eau,
ainsi que les arbres sur les terres communautaires, y compris les localits et les exploitations
agricoles. Ils regroupent des espces varies : arbre pain, mrier paper, gardnia, casua-
rina, arbre de vie, pin, acajou, bois de santal, cocotier et mangroves.
International Forestry Review (RU), 2002, vol. 4 (4), numro special, p. 268-276. CTA (Centre
technique de cooperation agricole et rurale ACP-UE www.cta.int)




COURIER









Debra Percival




PAS DES SPECULITIOn



sur l'auenir des HCP


Le Darfour et le Zimbabwe ont fait l'objet de discussions et d'changes plutt vifs lors
de cette 13e session de l'Assemble parlementaire paritaire (APP) ACP-UE.
Autres dbats anims au moment d'examiner des questions d'actualit comme les
accords de libre-change entire I'UE et les ACP, les migrations, la gestion des ressour-
ces naturelles et la reduction de la pauvret qui frappe les petits agriculteurs. Bref, des
discussions passionnes, contrastant avec l'ambiance sereine manant du Kurhaus, le
casino de la ville thermale allemande de Wiesbaden, dans la Hesse qui a accueilli la
runion du 23 au 28 juin 2007.


D I emble, tous les participants sont entrs dans le vif du
sujet. Dans son discours d'ouverture, Glenys
Kinnock, co-prsidente de l'APP, a insist sur la dure
ralit des statistiques relatives aux ingalits dans le
monde. A une poque, o il est possible de dresser la carte du gnome
human, a-t-elle rappel, un demi-million de femmes meurent encore
des suites d'une grossesse ou d'un accouchement -les pays en dvelop-
pement enregistrant 99% de ces dcs. Et un tiers des habitants de la
plante n'ont pas suffisamment d'eau pour vivre.
"Il y a deux ans, lors du Sommet du G8 de Gleneagles, les dirigeants
s'taient engags doubler le montant de l'aide en faveur des pays pau-
vres, pour qu'elle s'lve 50 milliards de dollars, et annuler intgra-
lement la dette de ces pays. J'ai le regret de vous informer qu' la veille
du sommet du G8 qui s'est tenu au dbut du
mois, il ne faisait dj plus l'ombre d'un
doute que les pays riches taient loin d'avoir
tenu leurs promesses", a-t-elle ajout.
Malgr son statut d'organe consultatif,
l'APP exerce une influence politique de plus
en plus marque. Ses activits sont d'ail-
leurs suivies de prs par d'autres institutions
dcisionnelles de l'UE qui assistant cette
Assemble semestrielle runissant 79 mem-
bres des Parlements nationaux des pays
ACP et 27 de leurs homologues du
Parlement europen.
Lors du dbat sur les Accords de partenariat
conomique (APE) -les accords de libre-
change que l'Union europenne doit avoir
sign avec les six rgions ACP d'ici le 1er
janvier 2008 -les pays ACP mais aussi de
nombreux dputs europens ont insist
avec fermet pour que le contenu des


accords ne soit pas dtermin au petit bonheur la chance. "Les cons-
quences (des APE) sont videntes pour les pays ACP, confronts des
flux ininterrompus de products d'importation", a dclar Ren
Radembino-Coniquet (Gabon), co-prsident de l'APP. Raison pour
laquelle des organizations non gouvernementales (ONG) ont envahi les
pelouses du Kurhaus pour scander "Stop aux APE", rptant haut et fort
que ces accords pourraient avoir un cot conomique et social lev, en
particulier pour les quatre groups rgionaux d'Afrique (voir rubrique
"Commerce").
Le President allemand, Horst Khler, a par contre dfendu le point de
vue oppos, affirmant que ces accords pourraient amliorer la compti-
tivit, la transformation locale des products de base et l'amlioration des
sources de revenue (voir rubrique "Commerce").


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007







Interactions ACP-UE


> Retard dans le processus
de ratification
de l'fccord de Cotonou

Mohlabi Kenneth Tsekoa, Ministre des Affaires
trangres du Lesotho, a appel une ratifica-
tion rapide de l'Accord de Cotonou, faute de
quoi l'enveloppe budgtaire prvue au titre du
10e FED (2008-2013) ne pourrait tre libre
pour stimuler le financement des measures des
APE. Treize pays ACP seulement et 9 des 27
Etats membres de l'UE ont d'ores et dj ratifi
l'accord, alors que la signature de tous les Etats
membres et de deux tiers des pays ACP est
requise. La problmatique du changement cli-
matique est reste bien prsente l'esprit des
participants tout au long de la semaine. Le -
Commissaire europen Louis Michel a ainsi bats aims dans un en
Dbats animus dans un en
annonc qu'il s'agirait d'un des axes cls du Le casino de Kurhaus dan
partenariat entire l'UE et l'Afrique qui sera lanc de Wiesbaden, Hessen.
Debra Percival
la fin de l'anne l'occasion du Sommet UE-
Afrique qui se tiendra Lisbonne, au Portugal. Au mme moment, des
parlementaires se runissaient dans la ville voisine de Darmstadt, au cen-
tre de contrle de l'Agence spatiale europenne (ASE). Lors de cet ate-
lier, ces parlementaires ont expliqu comment la surveillance du climate et
du changement environnemental par satellite de l'ESOC pouvait apporter
des lments utiles aux dcideurs politiques des pays ACP et de l'UE. Les
dputs ont ainsi appris avec stupeur que les missions de dioxyde
d'azote avaient double en Chine en seulement huit ans.
Sur le front politique, une resolution sur le Soudan a appel au dploie-
ment rapide d'une force hybride UA-UE. Aucune resolution n'a par
contre t adopte au sujet du Zimbabwe, tant donn que les dputs
zimbabwens ont brill par leur absence.
Les discussions ont cependant mis en evidence un soutien aux efforts
diplomatiques du Prsident de l'Afrique du Sud, Thabo Mbeki (voir la
rubrique "Tour d'horizon").
Gertrude Mongella, invite d'honneur et Prsidente du Parlement pana-
fricain, a soulign que ce Parlement avait dj engrang de beaux succs
dans le cadre de ses missions d'enqute dans les pays africains. Sa pr-
sence laisse supposed l'tablissement de liens plus troits l'avenir entire
l'UE et les ACP.
Trois rapports cls prsents lors de cette APP ont plac sous les projec-
teurs la reduction de la pauvret pour les petits agriculteurs des pays ACP,
l'impact de l'exode des travailleurs qualifis sur le dveloppement natio-
nal des pays ACP et l'obligation de transparence et de bonne gouverance
dans l'exploitation des resources naturelles. Les resolutions votes la
suite des dbats ont propos des measures concrtes.

> "Gaspillage de comptences"

Luisa Morgantini, du Groupe confdral de la gauche unitaire euro-
penne (Italie) s'est galement exprime au nom de Sharon Hay Webster
(Jamaique), co-rapporteur absente Wiesbaden en raison d'engagements
lectoraux, pour voquer l'impact des travailleurs migrants sur le dve-
loppement national. Les parlementaires presents ont cit, titre d'exem-
ple, quantits de chiffres tmoignant de l"'exode de cerveaux" en prove-
nance des pays ACP. Ainsi, sur les 600 mdecins forms chaque anne
en Zambie, 50 seulement restent dans leur pays pour exercer. Louis
Straker (Saint Vincent et les Grenadines) a, quant lui, expliqu que
70% des mdecins des Antilles finissent par atterrir au Royaume-Uni ou


vir
s la


aux Etats-Unis. Enfin, 16% du produit intrieur
brut (PIB) de la Jamaique dpend des revenues
perus par ses ressortissants travaillant l'tran-
ger.
La resolution adopte par l'APP a appel la
mise en euvre de politiques visant attnuer
l'impact conomique et social de la migration
sur les pays ACP et amliorer la reconnais-
sance mutuelle des diplmes universitaires de
faon viter un "gaspillage de comptences".
Les parlementaires ont galement insist sur la
ncessit de prvoir des contracts de travail
flexibles et de plus longue dure permettant de
faciliter le retour des travailleurs d'outre-mer
dans leur pays d'origine et ensuite dans l'UE
ainsi que la mise en place de procedures simpli-
fies pour le transfer d'argent.
on t Un rapport sur la bonne governance, la trans-
onnement paisible.
i station thermale parence et la gestion responsible de l'exploita-
tion des resources naturelles dans les pays
ACP a par ailleurs appel une rglementation
plus strict des resources naturelles des pays ACP. Comme l'a expliqu
Evelyne Cheron (Hati), co-rdactrice du rapport, l'objectif est de per-
mettre tous les citoyens de profiter de ces resources afin d'viter, que
"les revenues de ces resources ne soient mis de ct dans une banque et
rservs une poigne de personnel fortunes" come l'a expliqu le
President allemand Khler dans son discours d'ouverture.
Michael Gahler (Parti populaire europen, Allemagne) a rappel qu'un
organisme de normalisation international tait dj en place.
Une resolution a aussi appel une plus grande transparence des bud-
gets publics, un contrle budgtaire indpendant et l'adhsion de toutes
les nations au Processus de Kimberley sur les diamants bruts, ainsi qu'
de nouvelles initiatives obligeant les entreprises oprer de manire
transparent et de se btir ainsi une reputation d"'entreprises propres".
Un rapport sur la reduction de la pauvret chez les petits agriculteurs
des pays ACP a insist vigoureusement sur la ncessit de localiser
davantage le traitement des products de base. Sont particulirement
concerns les fruits, les lgumes et les fleurs. Ce rapport mane de Carl
Schylter (Sude), membre des Verts, et de Kilontji Mporogomyi, dput
tanzanien n'ayant pu se rendre Wiesbaden.
Une autre resolution a demand que les Fonds europens de dveloppe-
ment (FED) mettent davantage l'accent sur l'agriculture, et ce dans l'in-
trt de la scurit alimentaire et de la production locale. Pour viter le
dumping de products agricoles bon march, la resolution recommande
galement l'ouverture slective des marchs ACP aux importations.
Conscients que les habitants des zones rurales patient en outre un lourd
tribute au VIH/SIDA, les parlementaires ont aussi recommand l'inclu-
sion de measures de lutte contre la maladie dans les projects de dveloppe-
ment agricole. L'limination des subventions l'exportation et l'octroi
de fonds supplmentaires pour permettre l'tiquetage des emballages et
le respect des rgles phytosanitaires ont galement t suggrs, ainsi
que la ralisation d'une tude visant valuer l'impact du changement
climatique sur la libralisation des changes, la scurit alimentaire et les
resources nergtiques.
"Les changes commerciaux standard ne suffiront pas et il faudra donc
prendre de nouvelles measures a dclar Mme Kinnock dans son dis-
cours d'ouverture de l'APP. Cette declaration rsume la determination
de cette APP veiller ce que le message soit entendu et traduit en
actes, mais aussi relay par la 14' session de l'APP qui aura lieu
Kigali, au Rwanda, du 19 au 22 novembre 2007. a


C(URRIER











le


r


L'conomie redmarre trs bien depuis trois ans aprs une grave crise montaire, un
nouveau dynamisme des entrepreneurs est palpable. Mais cette fois-ci, c'est la catgo-
rie des petites entreprises qui semble fire preuve d'imagination, d'innovation et de
dynamisme. Le Courrier a rencontr rcemment un producteur de film, Juan Basanta,
qui il arrive de travailler avec les grands tnors amricains.


Globalisation. Etre aussi dans le film


uan Basanta est cinaste et chef de son entre-
prise. Il a fait des tudes Cuba o il a eu
comme professeurs, entire autres, Francis
rd Coppola, Jean-Claude Carrire ou Gabriel
Garcia Marquez. En 1995, il cre sa maison de
production, qui grossit depuis lors.

> Etat des lieux du secteur
Malgr sajeunesse, ce secteur a le vent en poupe
grce aux nouvelles technologies. Elles nous
permettent de donner libre course notre imagi-
nation, en toute indpendance. Nous avons ainsi
repris confiance.

> Uotre entreprise
Nous pouvons nous prvaloir d'une relle poly-
valence et nous ne nous limitons pas un seul
genre cinmatographique. Les documentaires et
les vidos musicales font aussi parties de notre
t... f./.-1;. Ds lors, c'est un peu comme si notre
entreprise tait la fois la plus important et la
plus modest du secteur. Ainsi, nous figurons
parmi les leaders du segment des vidos musica-
les. Mais il n'y a pas que la taille de notre entre-
prise qui compete. Il s'agit aussi de prendre des
decisions commercials intelligentes. C'est--
dire ouvrir des pistes tout en prservant une cer-
taine continuity. C'est un dfi qui m'excite !
Nous nous efforons de travailler en tenant
compete de la mondialisation. Le cinma est un
language universal. Mais il nous arrive aussi de
manquer notre cible -c'est le cas pour des pro-
jets trs originaux qui refltent notre culture,
mais qui utilisent sans doute un "dialecte" un
peu trop couleur locale pour trouver leur public
l'tranger. Nous sommes un group indpen-
dant. Pour un tournage, il nous arrive d'em-
ployer jusqu' 90 personnel, artistes comprise.
En fait, notre activity fait vivre une cinquantaine
de families par mois.


> Les Dominicains soutiennent-ils
l'industrie cinmatographique
national ?
Les Dominicains soutiennent bien sr leur pro-
pre industries cinmatographique et achtent les
DVD locaux. Mais il faut aussi imaginer et pro-
poser en permanence des films d'un nouveau
genre, qui prservent l'envie du public d'aller
dans les sales obscures. Nous nous sommes
ainsi aperu que les spectateurs pouvaient tre
davantage sensibles au silence associ un gros
plan qu' des mots, par example. Nous devons
aussi veiller ce que les films ne deviennent pas
des missions radio. Je vous donnerai un exem-
plaire de mon film Dominicano, un documen-
taire qui dresse un portrait sincre de mon pays.
Cela vous permettra de comprendre d'o je
viens. C'est le reflet de mon propre parcours.

> Soutenir le secteur
Trouver des fonds reste le problme majeur.
Aujourd'hui, les banques demandent gnrale-
ment un intrt de 15 18% sur les crdits hypo-
thcaires. On part donc de rien et on tente de se
dbrouiller en trouvant des partenaires compr-
hensifs. C'est une dynamique tout fait diff-
rente ici. Nous devons tout finance nous-
mmes, products et services de base -comme
l'lectricit -compris.
Ma socit n'est pas raccorde au fournisseur
national d'lectricit et je dois donc utiliser un
gnrateur. Un ralisateur doit donc tre prt
parer toute ventualit.
La Rpublique Dominicaine volue sans cesse,
et ce tous les niveaux. Pendant la saison des
ouragans, le ciel peut tre bleu le matin et gris-
noir dans l'aprs-midi.
Des projects sont cependant sur le point de voir le
jour. J'ai moi-mme travaill avec le gouverne-
ment sur une srie d'initiatives come la cra-


tion d'une cole de cinma et l'laboration de
lois visant protger le secteur, ou encore pour
dgager des fonds. Un studio de cinma est en
construction.
Et il nous arrive aussi de travailler en sous-trai-
tance pour d'autres industries du cinma,
comme Hollywood.
C'est une vritable avance. Nous possdons le
savoir-faire ncessaire et les jeunes peuvent
aujourd'hui passer directement de l'cole au
plateau. Ce qui tait impensable quand j'ai
dmarr. J'ai en fait dbut dans la publicity.

> L'auenir du secteur
Nous ralisons actuellement environ sept dix
films dans le pays, qui content chacun entire
300.000 dollars et un million de dollars. Nous
rentrons dans nos frais et parvenons mme
faire des bnfices. Le secteur de la production
cinmatographique emploie une trentaine de
personnel. S'y ajoutent les productions interna-
tionales filmes ici, comme Miami Vice de
Michael Mann. Ana Garcia et Robert de Niro
ont galement tourn ici. Il nous est aussi possi-
ble de vendre notre produit sur le march rgio-
nal, par example au Venezuela, en Colombie et
mme aux Etats-Unis.
Ce secteur doit bnficier d'une gestion appro-
prie. Or, c'est une chose que les hommes poli-
tiques ne comprennent pas toujours. Nous avons
besoin d'un soutien tous les niveaux.
Simplement pour pouvoir barrer une route pen-
dant le tournage, par example.
Il faut aussi une bonne comprehension du mar-
ch. La plupart des artisans que nous utilisons
sur le plateau sont de simples coiffeurs ou ser-
veurs. J'ai pleinement confiance en l'avenir de
l'industrie cinmatographique de notre pays. Et
qui sait, dans quelques annes, mon rve secret
deviendra sans doiite ralit H.G. M


Dans les prochains numros du Courrier : des reprsentants d'une association de petits producteurs de caf FEDECARES (Fdration de cafi-
culteurs de la region Sud) don't le project est vocation social et cologique, et un gestionnaire, Rafael Diaz, qui a abandonn une situation int-
ressante aux Etats-Unis pour dmarrer un petit project experimental de production semi-artisanale de biodiesel.


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






Interactions ACP-UE


JED


: maintenir le cap


du dueloppement face aux


CHARGEmEnTS CLIMIATIQUES


Entretien avec le Commissaire Louis Michel


Du 7 au 9 novembre, se
tiennent Lisbonne les
seconds Journes euro-
pennes du dveloppement.
Evnement unique, se vou-
lant la fois un Porto Alegre
et un Davos du dveloppe-
ment, rassemblant tous ses
acteurs... Dans cet entre-
tien, l'architecte de l'initia-
tive, le Commissaire euro-
pen au dveloppement
Louis Michel en explique les
fondements et les espoirs et
s'exprime aussi sur l'actua-
lit : le prochain sommet
UE-Afrique et les Accords de


partenariat


conomique


avec les pays ACP.

Propos recueillis par la rdaction


Q, i. i. leons tirez-vous de la premiere di-
tion des Journes europennes du dveloppe-
ment (JED) ? Pourquoi avez-vous dcid d'en
organiser une second Lisbonne ?

La premiere leon que je tire est qu'il existe
maintenant un space qui runit tous les
acteurs de la Famille du dveloppement :
Chefs d'Etats, ONG, experts, Commission
europenne, socit civil, entrepreneurs.
Je retiens aussi le fait que l'Europe est
l'avant-garde du dveloppement et s'assume
come telle : non seulement en tant que pre-
mier donateur mondial d'aide au dveloppe-
ment (48 milliards d'euros en 2006 soit 56%
du total mondial et 100 euros par citoyen euro-
pen) mais surtout come leader de la
rflexion international sur la cooperation
avec ses partenaires. Echanger sur les grandes
problmatiques du dveloppement avec nos
partenaires, en finir avec la dsesprance,
construire une relation constructive et quili-
bre. Je retiens aussi ces mots du Rvrend
Desmond Tutu : "La seule prosprit durable
est celle que l'on acquiert ensemble".
Pourquoi une second dition Lisbonne ?
Parce que le monde a besoin de dialogue pour
trouver des rponses des problmes globaux
et en particulier le changement climatique.

Pourquoi ce thme ?

Parce qu'il y a urgence Le phnomne s'ac-
clre, les catastrophes qui se profilent seront
sans prcdents. Il faut anticiper ces probl-
mes et agir contre ce phnomne. En parler
plus, c'est un devoir. On ne pourra pas dire
que l'on ne savait pas. Chacun sa responsabi-
lit. L'Europe montre un chemin: l'action avec
le march de droits polluer, des engagements
prcis, des nouvelles rglementations, des
financements pour les nergies renouvelables,
pour l'innovation... J'espre que tous les res-
ponsables politiques entendront notre mes-
sage: "Ragissons maintenant !".


Concrtement la Commission a propos une
nouvelle Alliance global sur le changement
climatique, pour aider les pays pauvres face au
phnomne: mise en euvre de measures
d'adaptation; reduction des missions dues au
dboisement; aide ces pays pour qu'ils tirent
parti du march mondial du carbon ; aide
galement pour qu'ils soient mieux prpars
aux catastrophes naturelles et integration du
changement climatique dans les strategies de
cooperation au dveloppement et de lutte
contre la pauvret.
Les Journes europennes du dveloppement
seront l'occasion d'en dbattre. Il s'agira
ensuite, de dvelopper les projects innovants
pour prvenir et gurir face ces bouleverse-
ments, de limiter les missions, de dvelopper
les nergies renouvelables (solaire, olien,
biomasse, hydrolectrique). Tout cela en com-
battant la pauvret !
Enfin, les propositions concrtes ce n'est pas
seulement la Commission qui doit les propo-
ser. Elles doivent venir de nous tous, de la
famille du dveloppement et au-del de la
communaut international.

Au prochain sommet UE-Afrique il sera ques-
tion du partenariat entire les deux continents.
Q,.. i sont les priorits de la Commission
cet gard ?

Chacun doit tre conscient que l'Afrique et
l'Europe doivent tracer ensemble le chemin de
leur avenir commun : celui de la paix, de la
prosprit et de la solidarity. Il faut cooprer
avec l'Afrique en tant que partenaires et en
tant que voisins
L'Afrique est la priority de la Commission en
matire de relations extrieures. Regardez les
chiffres : 60% du total de l'aide pour ce conti-
nent est europenne, 85% des exportations
agricoles africaines sont achetes par l'Europe
et 65% des contributions verses au fonds de
lutte contre le VIH, la tuberculose et le palu-
disme proviennent de l'UE. Nos huit priorits


COURIER







ACP-UE Interactions


sont l'image des dfis qui se posent nous :
paix et scurit; changement climatique; rali-
sation des objectifs du millnaire pour le dve-
loppement; gouverance, dmocratie et droits
de l'homme; nergie; commerce et integration
rgionale; migration, mobilit et emploi;
science, socit de l'information et space.
Enfin l'Union europenne souhaite renforcer
son partenariat avec l'Union africaine. Parce
que notre prosprit en Europe s'est construite
avec des Etats qui ont dcid de travailler
ensemble. Mais je souhaite aussi dresser un
message vigoureux: l'Afrique est en mouve-
ment, sortons des clichs L'Afrique est le
continent aux resources naturelles unique,
celui de la diversity culturelle, c'est la techno-
p.is i,_ .s.tre_ d A tn L. .ne unuque p .li -













L*Lou is 'icl'l I .. lI'i dI'II 1C Aa l l' U'C lIlll

ii ne 'il'nte pdlus L.i' ,lie' tilulair' Rep..Iui Nroi A...ns efuille Iu ds l.II' .,















peinent et le l'aifde hmiaiitaire la C.ieniissi 199 lurcquilennet tant il a iorsu son
en ireI Icdrs r noamlheuses niissi ii que. cins I 1be ui C i i nC qiIi ie Cval .. I
4. .. %U. .-fl pu.ii Lie. 4. t






















Il eprimire sans a .mbages soln cepinion n laissnai personnel indiffrsent qu'on l'approuve sou
non. Refusant le 'scjen[isme" (les c>pprn!s aux O.C, il i. nicntre. sceptique. en. Ter les
partisans cie sancticins systmatiques cc ntre les pays AL-P souipcnn-s i d'a~cir drog i des
clauses de la Cone mention de Cotonou. Il est aussi p aritiqan en d:in ie l'aide bdgltaire,
dsirPu d rspi sObilsr ls pa......rte. .ies. Et surtout il conit so miss ion .c ..e .ell
I'l'horne politique qu'il te. en taint qLe ..hef du IC.uyei.t reforrnite ir ... Belgique
puis N1'inistri des AItaire, etr'ngies et qu'il entend rPstei 'Je le SUIS pas n PunuLqullie poIi-
tiqUe r" .a-t-il decline un jou 1i s dl'une aUdition aiuJ Parlemnent eulopt l n.
Aunem trait !aillant du Cc:Ioniniieaira : engPiient Oui I l'Afriqup qun i remonte a sa priPn
de firctions en tant mhef cie la liplcimatie belge en 1999, lorsqu'il s'lst engag rsolumIen
en taveuir lu rtablissment de la paR en Afrique centrale C'est que l'homme pr.ofe-sse
'l'optimnise e la 'olonti'. eu qui le connaissent cie prs san ent que l'Afrique iest au
eSur e sa vie prc dtessionnelle niais aussi de ses gouLtrs artistiques en t nic igna e sa llei -
tin priv'-t- d l'appuie-n tes F. M.
tion prive d'appule-tetes F.M.


africaines et europennes redoutent qu'ils ne
i.. -,, .. 'i davantage les conomies ACP. Que
leur rpondez-vous ?

L'aide n'est pas l'alpha et l'omga du dve-
loppement. Il faudrait que les Etats les plus
pauvres s'intgrent dans l'conomie mon-
diale et tirent profit de leurs atouts pour ra-
diquer dfinitivement la pauvret. Regardez
les pays d'Asie. Ils ont su pas pas entrer
dans la globalisation, se positionner stratgi-
quement sur certain secteurs, ouvrir progres-
sivement leurs marchs pour finalement
concurrencer les plus grandes puissances.
Notre approche avec les APE est graduelle. Il
s'agit de construire des marchs rgionaux
entire pays ACP. Et d'ouvrir davantage
l'Union europenne aux exportations de ces
pays avec une rciprocit asymtrique, non
automatique, selon le rythme que chacun
peut supporter. C'est une approche qui doit
tre intelligence, responsible, oriente dve-
loppement. Avec ces accords, nos relations
commercials avec les ACP deviennent com-
patibles avec l'OMC. La Commission est
dans son rle, avec une vision d'un monde
globalis mais rgul, fond sur des rgles
claires.
L'Europe, ravage par deux guerres mondia-
les, a su se reliever avec cette stratgie rgio-
nale, souvenons nous-en. Mais, bien sr, il
faut accompagner cette ouverture par une
aide au dveloppement considerable, une
sorte de Plan Marshall pour ces pays. Deux
milliards d'euros annuels supplmentaires
d'aide sont prvus d'ici 2010, le 10e Fonds
europen pour le dveloppement sur 2008-
2013 sera en augmentation de 35%. Il faudra
amortir l'impact social des transitions et des
rformes pour que les bnfices soient trs
largement suprieurs aux cots d'adaptation.
Une conomie performance n'est pas antiso-
ciale, il faut crer de la richesse pour tre en
measure, ensuite, de la redistribuer. C'est le
sens des accords de partenariat conomique,
soyons constructifs, optimistes. C'est mon
sentiment profound.
Je rentre tout just du Forum des les du
Pacifique o j'ai sign les premiers
Documents de Stratgie Pays avec 13 Etats.
Je peux vous dire l'importance de la presence
de l'Europe et combien elle est bienvenue.
Avec nos partenaires du Pacifique, main dans
la main, nous tentons de rpondre concrte-
ment aux problmes globaux (environne-
ment, scurit, biodiversit, changement cli-
matique, nergie...) et notre influence politi-
que, nous l'utilisons aussi pour la normalisa-
tion politique et le retour vers l'tat de droit
et la dmocratie comme aux Iles Fidji. M






Interactions ACP-UE


JOUIRIES DU DEUELOPPEMEInT


climate


et dveloppement quels changements ?


Lisbonne, Portugal : du 7 au 9 novembre 2007


Le texte qui suit est une communication de la Direction gnrale Dveloppement


La premiere dition des
Journes europennes du
dveloppement a eu lieu
Bruxelles, en novembre
2006. L'initiative a rencon-
tr un vif succs et est ds
lors appele devenir un
vnement cl du calen-
drier annuel des responsa-
bles de la cooperation au
dveloppement.


Les Journes europennes du dveloppe-
ment : qu'est-ce que c'est ?

Les Journes du dveloppement sont en quel-
que sorte le Davos de la politique du dvelop-
pement. Elles runissent les plus minents


acteurs de la cooperation au dveloppement et
entendent ainsi gnrer un riche change de
points de vue et d'ides dans les sphres de
l'aide au dveloppement. L'initiative vise
amliorer les politiques de dveloppement et
garantir la cohrence et la complmentarit
dans ce domaine. Un autre objectif est de sen-
sibiliser le grand public et lui faire prendre
conscience du rle de l'Union europenne en
faveur de la cooperation au dveloppement.
Le Consensus europen sur le dveloppement,
les measures visant accrotre l'efficacit de
l'aide, les strategies en faveur de l'Afrique,
des Carabes et du Pacifique, figurent parmi
l'ventail de politiques et d'actions menes
dans le cadre des Objectifs du Millnaire pour
le dveloppement et doivent ce titre tre dif-
fuses auprs du grand public. En effet, mme
si la reduction de la pauvret est l'objectif cl
de toute politique du dveloppement, les
citoyens n'ont pourtant pas toujours
conscience des politiques actives menes
cette fin par la Commission europenne ou ses
Etats membres.

L'dition 2006 des Journes europennes
du dveloppement avait choisi de mettre l'ac-
cent sur "l'Afrique en marche. L'vnement a
attir des personnalits de premier ordre,
parmi lesquelles l'Archevque Desmond Tutu,
plus de 20 chefs d'Etat ou de gouvernement
africains et plus d'un miller de dcideurs
europens. Des reprsentants de haut niveau
d'organisations internationales, des membres
de la socit civil et des experts reconnus du
dveloppement ont galement assist cet
vnement, organis l'initiative de Louis
Michel, Commissaire europen au
Dveloppement.

Les Journes europennes du dveloppe-
ment 2007 privilgient un thme nouveau et
se concentreront sur le changement climatique
et le dveloppement. Les discussions seront
axes sur l'impact du changement climatique
sur la cooperation entire 1'UE et ses partenaires
des pays en dveloppement. Une srie d'v-
nements organiss par la Commission permet-


tront aux participants d'examiner les principa-
les difficults de la cooperation entire l'Union
europenne et ses partenaires.
Aux quatre coins de la plante, le changement
climatique est devenu une question d'une
actualit brlante. Le lien entire ce phnomne
et les conditions climatiques extremes a t
mis en evidence. Rien que depuis juillet 2007,
la Commission europenne a dj offert plus
de 24 millions d'euros aux victims de catas-
trophes naturelles du monde entier. Il est ds-
ormais gnralement admis qu'aucun progrs
significatif ne peut tre espr sans une
rflexion sur les consequences dramatiques du
changement climatique. C'est la raison pour
laquelle la Commission a opt cette anne
pour ce thme.
Dans le sillage de Montral en 1987 et de
Kyoto en 1997, la Commission europenne a
jou un rle de locomotive dans la lutte contre
le changement climatique l'chelle interna-
tionale. En 2003, elle a lanc une stratgie et
un plan d'action de lutte contre le changement
climatique dans le context de la cooperation
au dveloppement. Lors du sommet de prin-
temps du 2007, le Conseil a formul des pro-
positions concrtes pour un accord internatio-
nal contre le changement climatique pour
l'aprs 2012, assorties d'un engagement
rduire de manire drastique des missions de
gaz effet de serre dans l'UE. En 2007, la
Commission a propos une alliance mondiale
pour lutter contre le changement climatique et
aider les pays les plus pauvres. Cette alliance
doit tre scelle entire l'UE et les pays en dve-
loppement les plus touchs et les plus dmunis
face ce nouveau phnomne.
Les Journes europennes du dveloppe-
ment 2007 offriront pour la premiere fois l'oc-
casion d'voquer cette alliance avec les parte-
naires des pays en dveloppement.

Cette conference se droule Lisbonne l'in-
vitation de la prsidence portugaise de l'Union
europenne. Pour en savoir plus sur le nom des
participants, les stands de promotion et autres
informations, consultez le site Internet :
www.eudevdays.eu a


C(URRIER








































> Sur les points important de l'agenda
de la Prsidence portugaise

C'est un agenda charge avec des sujets politiques, institutionnels, des
questions lies la justice, aux affaires intrieures et aux affaires ext-
rieures. Mais la premiere priority, pour rsumer, est de faire le future
Trait de l'Union europenne. On a reu de la Prsidence allemande le
mandate pour le faire avant la fin dcembre. Nous voulons respecter ce
mandate. Non seulement le respecter, c'est notre souhait et nous allons
remplir ce mandate. Sur les questions des relations extrieures, notre dia-
logue renforc avec le Brsil est une priority. Nous avons organis ici
le Sommet Union europenne-Brsil, une initiative de la prsidence
portugaise. Le Sommet a connu un trs grand succs. Nous comptons
faire de mme avec l'Afrique en dcembre.
Evidemment les questions sociales, celles lies l'nergie, l'environ-
nement, aux changements climatiques figurent en bonne place dans
l'agenda. Tout comme celles relatives la migration, lgale ou illgale.
Agenda charge donc, don't je soulignerai spcialement les relations avec
le Brsil et avec l'Afrique.


> Paralllement aux rencontres de l'UE auec le Brsil
et l'Afrique, on assisted un rapprochement
Brsil-ffrique. Le Portugal y a-t-il jou un rle ?

Le Portugal a des relations particulires avec le Brsil. Le Brsil est
un grand pays de l'histoire duquel nous faisons parties. C'est un pays
qui parle notre langue. C'est une puissance d'aujourd'hui, qui a un
leadership, par example au niveau du dialogue nergtique et aussi au
niveau des ngociations commercials.
Mais le Brsil suit son propre chemin. C'est bien que le Brsil,
comme le Portugal, s'engage en Afrique, qu'il ait un intrt pour
l'Afrique. Le Brsil est trs intress.
C'est important aussi que les relations globales soient plus quili-
bres. Ds lors, nous ne pouvons qu'appuyer toutes les initiatives de
dialogue que le Brsil veut avoir avec le grand bloc regional, avec le
continent africain. Pour nous, c'est important, pour une globalisation
plus rgule et plus quilibre. Le fait que le Brsil parle portugais
revt pour nous une signification encore plus spciale. C'est de l'or-
dre du ceur pour nous.


> Les points impulss par la Prsidence portugaise > Sur la perce de la Chine en Afrique


Je dirais toutes les questions lies au nouveau cycle de la Stratgie de
Lisbonne qui concernent l'encadrement du dveloppement conomique
et social et les relations avec l'Europe. Nous devons prparer la revision
de la Stratgie de Lisbonne. Aussi celles lies l'nergie. Mais ce qui
est vraiment de l'initiative du Portugal, c'est le premier Sommet UE-
Brsil et le second Sommet UE-Afrique. Vous savez que c'est avec la
Prsidence portugaise en 2000 qu'on a eu le premier Sommet UE-
Afrique, au Caire. C'est cet engagement qui se renouvelle. Il a fallu
quand mme attendre sept ans pour avoir ce prochain sommet en
dcembre, de nouveau sur l'initiative portugaise. Cela souligne, je
crois, l'importance de l'engagement que le Portugal accord la ques-
tion africaine. Et nous ferons tout pour que l'Europe tout entire s'en-
gage vis--vis de l'Afrique et aussi, bien entendu, inversement, que
l'Afrique s'engage dans un dialogue structure avec l'Europe.


C'est vident que chaque pays, chaque region, chaque continent a le
droit de choisir ses partenaires, de faire sa politique extrieure. Mais
je crois que l'Europe, de par ses liens trs particuliers avec l'Afrique,
ses relations trs troites, a l'obligation d'avoir des rapports trs par-
ticuliers avec l'Afrique.
L'Afrique est plus proche de l'Europe que de la Chine. Je pense que
les Africains, quand ils dcident de voyager ou d'entreprendre des
tudes, vont en Europe plutt qu'en Chine.
Au Portugal, nos entrepreneurs se tournent plus vers l'Afrique que la
Chine. C'est une obligation pour nous de faire tout pour que ces liens si
anciens, si troits, si humans entire l'Europe et l'Afrique soient prser-
vs et dvelopps. Il est natural que l'Afrique diversifie ses relations et
s'engage avec d'autres partenaires. Mais au-del, l'Afrique doit conti-
nuer considrer l'Europe comme un partenaire indispensable.


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






Interactions ACP-UE


> Sur l'absence de prise de
conscience dans l'UE du dsir
d'Europe dans le monde

Peut-tre effectivement que l'Europe n'a pas
bien pris conscience de certaines choses. C'est
qu'aujourd'hui nous sommes en plein choc de
la globalisation. Il faut que nous tous, nous
nous y adaptions. Je dirais presque que nous
avons quelque peu oubli l'Afrique et que nous
ne lui accordons pas toute l'attention que nous
devrions lui porter. C'est peut-tre dans le
cadre d'une certain indifference que l'Afrique
cherche d'autres partenaires ou que d'autres se
portent sur l'Afrique. C'est qu'il y aurait eu un
certain vacuum, qu'on ne peut remplir qu'avec
un engagement mieux affirm de l'Europe.
C'est aussi notre intention d'y attirer l'attention
de nos partenaires. Cet oubli ne doit pas se pro-
longer, il faut d'une faon urgente prendre les
choses en main. Personnellement, j'analyse
plus les relations avec l'Afrique sous l'angle de
cette globalisation. Que l'Afrique reste de ct,
a ne peut pas arriver, je me battrai contre cela.
C'est un nouveau dfi de la globalisation.
Surtout, la socit civil, la jeunesse africaine,
les intellectuals, les Africains. Il faut qu'on
fasse un grand effort dans ce sens, c'est dans
l'intrt de l'Europe.


IMiquel Barcelo, Noyau Noir, 1999. Mdias mlangs surcan
Avec l'aimable autorisation de la collection africaine d'art coi

> Sur le bon cho propos de
l'conomie africaine

Je remarque qu'il y a une situation un peu para-
doxale. S'il y a quelques ples d'excellence, des
choses qui bougent, la socit civil qui se ren-
force, la dmocratie qui se consolide, il y a mal-
heureusement encore des conflicts graves et de


evas, 230 x 285 cm.
ntemporain Sindika Dokolo.

srieux problmes de dveloppement. On a
encore des conflicts, au Darfour, en Somalie, etc.
qui continent poser des dfis et des probl-
mes regrettables. Il y a des choses qui bougent et
qui bougent dans le bon sens. Mais les contras-
tes sont encore bien presents et ce sont ces
contrastes que l'on va essayer d'effacer.
H.G. M


La Prsidence 2007 de l'Europe
www.eu2007.pt

Les rendez-vous de politique international
loc niirc imrnnrtnntc col'nn In PrSceionro nrtalnnico


C(URRIER













































Les deux rives de la Mditerrane, Maroc et Espagne, se ctoient.
Mais se comprennent-elles ? Il suffit de tendre la main pour que
deux peuples runissent deux mondes, deux universe que seuls
sparent 14 km. Comme la mer l'ocan, deux eaux substantiel-
lement identiques, deux sangs identiques.
Cependant, priodiquement des radeaux dbordant d'humanit la
drive prennent tous les risques pour un monde meilleur avec souvent,
pour rsultat, le pire.
Pourtant, un peu plus au sud Fs, chaque anne la mme poque
depuis 13 ans, une lumire scintille. Trait d'union gographique entire
l'Union europenne et l'Afrique, le Festival de Fs et ses rencontres sont
aussi un pont tendu fond sur l'espoir et la dignit entire le Nord et le Sud.
Sous un chne millnaire dans les jardins du Muse Batha de Fs, artis-
tes du monde entier succdent aux hommes de bonne volont et sollici-
tent le meilleur en chacun de nous. Aujourd'hui, cette manifestation est
reconnue comme l'un des vnements les plus important de la scne
musical et culturelle international.
Si Fs est la ville la plus sainte, la plus vnre, elle reste aujourd'hui
fidle son histoire.
Ds le IX' sicle le grand Ibn Rushd en a appel la capacity de l'homme
se comporter de faon responsible. Dj en 818, 20.000 rfugis poli-
tiques chasss de Cordoue fondent le quarter andalou. Quelques annes
plus tard, 300 families tunisiennes (originaires de Kieron) s'installent
Fs et donnent leur nom au quarter de Karauin.
Clbre comme l'une des plus grandes mdinas du monde mditerra-
nen, foyer de dynasties prestigieuses, Fs continue de fasciner, d'intri-
guer. Lieu o les extremes se ctoient, ordre et dsordre se succdent
comme le raffinement et la pauvret, alors que de la majority des demeu-
res se dgage une atmosphere intemporelle.
Dans cette ville, o nous trouvons la plus ancienne et prestigieuse
University islamique, les journes du festival clbrent travers l'art, la
musique et les conferences, la beaut intrieure des cultures avec pour
rfrence le sacr.
En introduisant des raisons spirituelles et culturelles dans le dbat li la


mondialisation, l'esprit de Fs va la racine du malaise mondial suscit
par la problmatique conomique et social. A l'heure de la mondialisa-
tion et face aux hommes qui se sentent acculs l'ultime sacrifice, le
Festival de Fs et ses rencontres sont un laboratoire de renomme mon-
diale incontournable.
Mondialisation signifie aussi information en temps rel pour tout un cha-
cun. L'identification de la lgitimit ou de l',iicusi "li'c des moyens mis
en euvre par les relations internationales et donc de la responsabilit de
qui les initie contribute un monde pire ou meilleur. Dans ce context, Fs
laissera sans nul doute des "traces de lumire".
L'homme rduit une simple condition de consommateur ou l'homme
rduit une identity religieuse fige est par definition parcellaire. Alors
qu'aujourd'hui la notion d'universel est synonyme d'articulation entire les
identits plurielles, et que dans notre modernit il n'existe plus de zones
tampon : ni dsert, ni montagne, la rapidit de circulation des hommes et
de l'information laisse de moins en mois de temps la rflexion.
Le Festival de Fs et ses rencontres ont cr un space o la difference
est d'abord fraternelle.
Ainsi cette manifestation relve les dfis d'un monde meilleur par la
connaissance et la reconnaissance.
Dans cette perspective tout devient cohrent : sortir du triangle anthro-
pologique sacr-vrit-violence ou une cole qui reproduit les ignorance
institutionnalises (voir prof. Mohammed Arkoun, professeur mrite
d'histoire de la pense islamique, Prsident du CCEFR) mais encore un
pass qui ne saurait exister sans un avenir meilleur.
Il ne s'agit pas de se rsoudre une litanie de bons sentiments pour une
conscience apaise bon compete mais bien de contribuer un enseigne-
ment o les ignorance cesseront d'tre reproduites, o le sacr, quel qu'il
soit, sera sanctuaris, et o, sous prtexte de dtenir la vrit absolue, per-
sonne n'usera de violence, qu'elle soit structurellement et conomique-
ment organise ou fonde sur le dsespoir absolu.
"Le modus operandi est de comprendre les differences et d'agir partir
des similarits" (Andrius Masando, Congrs national africain).


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007





Interactions ACP-UE


George Lucky


La trauerse du dsert et de la mer,



SEULE OPTIOn


George Lucky, journalist nigrian, nous
livre un compete rendu personnel du triste
sort des Africains de l'Ouest qui mettent
le cap sur l'Union europenne (UE) dans
l'espoir d'une vie meilleure. George Lucky
est laurat du Prix Lorenzo Natali 2006
de la Commission europenne qui rcom-
pense les journalists au service des
droits de l'homme et de la dmocratie.
Dans son article, il retrace le priple de
ceux qui risquent leur vie pour rejoindre
les ctes de I'UE.

Illustrations
Faustin Titi Une ternit Tanger
SLai momo


Mditerrane a double en trs peu de temps. Et sur le continent,
en Afrique de l'Ouest et au Nigeria en particulier, rares sont les
families don't un proche ne s'est pas install, lgalement ou
clandestinement, dans l'UE. Au point qu'avoir un membre de sa famille
en Europe est aujourd'hui un signed extrieur de richesse.
La contribution de ces immigrs l'conomie de leur pays d'origine,
notamment via les transferts d'argent, augmente elle aussi de jour en
jour. Selon un rapport public rcemment par la Central Bank of
Nigeria (CBN), les Nigrians l'tranger ont envoy leurs families
d'origine l'quivalent de 8 milliards de dollars, rien qu'au course des
six premiers mois de l'anne. Un chiffre qui devrait encore doubler
d'ici dcembre 2007.
Or, il y a quelques dizaines d'annes encore, les gouvernements courti-
saient littralement leurs citoyens pour qu'ils rejoignent le Vieux
Continent afin d'y acqurir une formation l'occidentale. Cela remote
aux annes qui ont prcd et suivi l'indpendance, une poque o ces
jeunes nations avaient besoin d'une main-d'oeuvre qualifie pour assu-
rer la gestion des affaires nationals, et o les jeunes et brillants
Africains recevaient des bourses pour tudier l'tranger.


COURIER







ACP-UE I interactions


Conclu en 1985, l'Accord de Schengen a supprim les contrles
aux frontires entire tous les Etats membres signataires. A ce jour,
30 pays la plupart des pays de I'UE ainsi que trois pays tiers -
l'Islande, la Norvge et la Suisse -y ont appos leur signature. La
Rpublique d'lrlande et le Royaume-Uni maintiennent les contr-
les. Quinze pays mettent en euvre les dispositions prvues par
l'accord, parmi lesquelles des contrles aux frontires communes
et une politique unique en matire de visa. Tous les territoires non
europens du Portugal et d'Espagne, don't Ceuta, Melilla et les les
Canaries, mettent galement l'accord en euvre.


Aujourd'hui, les choses ont bien change. L'accs au monde occidental
n'est plus limit aux Africains duqus, mais tous ceux qui ont les
moyens de se payer la traverse.
En Afrique de l'Ouest, tout le monde sait bien que l'argent et la fortune
ne poussent pas dans les rues d'Europe. Mais les migrants sont attirs
par les nombreuses possibilits offertes aux Africains qualifis ou non
qualifis, et que l'on ne trouve pas sur leur continent.
La cruise conomique est la principal raison qui pousse de nombreux
jeunes Africains migrer n'importe quel prix.
Et les rares qui ont russi vivent mieux que ceux qui sont finalement
rests au pays.
Depuis le dbut des annes 1980, les Africains de l'Ouest non qualifis
migrent massivement, et de leur plein gr, en Europe pour des raisons
conomiques. Ils mettent de prfrence le cap sur l'Espagne, l'Italie et
Malte. Viennent s'ajouter ces travailleurs, les personnel dplaces par
les guerres et les crises qui frappent par example le Liberia et la Sierra
Leone, et, plus rcemment, la Cte d'Ivoire.


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007







Interactions ACP-UE


> fuoir un rue

Mais bon nombre de ces migrants ne peuvent se procurer un visa
auprs des ambassades des pays occidentaux. Alors, il ne leur reste
qu'une seule possibility : se lancer dans la traverse du dsert et de la
mer. Ils savent que l'UE ne les accueillera pas bras ouverts, comme
en tmoigne l'Accord de Schengen, et pourtant, au pril de leur vie,
ils entreprennent cette longue traverse pour tenter de rejoindre la
terre promise. Cette nouvelle vague d'immigration, qui concern les
deux sexes, se compose de menuisiers, de maons et de mcaniciens
vaguement forms ainsi que de personnel n'ayant pas suivi la moin-
dre formation. Selon l'ambassade du Nigeria en Espagne, sur les
18.000 Nigrians qui vivent dans ce pays, prs de 10.000 ne parent ni
n'crivent l'anglais la langue officielle du Nigeria -car ils n'ont
jamais mis les pieds l'cole.


Il en va de mme pour les immigrs en provenance du Ghana, du
Sngal, du Mali et du Cameroun, principaux pays africains de l'mi-
gration. Parmi ces Africains, considrs aujourd'hui comme une
menace pour la scurit de l'Europe, beaucoup ont pay le prix fort
pour rejoindre le Vieux Continent.
Certains ont d dbourser des sommes considrables pour se procurer
un visa, d'autres ont emprunt les voies -terrestres et maritimes -les
plus diverse. Pour se lancer dans ce priple, beaucoup ont vendu
leurs biens ou emprunt des sommes qui devront tre rembourses
dans le temps. Faute de quoi les families restes au pays en subiront
les consequences. Pour viter que leur famille ne leur soit redevable
et amasser rapidement l'argent ncessaire, les immigrs n'hsitent pas
se livrer des activits criminelles, la prostitution ou au traffic de
drogues dures. Une fois dbarqus, ces clandestins non duqus et le
plus souvent sans formation ont du mal s'intgrer.
Les problmes culturels et de langue compli-
quent ou empchent leur integration. Malgr la
menace de dtention, le racism, les barrires
culturelles et le statut de citoyen de second zone
dans certain pays d'Europe, beaucoup relvent
le dfi et se lancent dans ce priple pour amlio-
rer leur situation conomique.

> L'UE est inquite

Ces Africains qui migrent par milliers inquitent
l'UE. Cette volution est mme devenue un
enjeu dans les campagnes lectorales, certain
parties proposant des measures plus strictes pour
contrler ces flux migratoires. S'y ajoutent les
rumeurs, faisant tat de patrouilles maritimes qui
s'en prennent dlibrment aux embarcations des
immigrs pour les couler, histoire de les emp-
cher d'entrer en Europe ou de brutalits don't des
- ,- "- enfants auraient t victims aux Canaries.
Autant de rumeurs qui ne font qu'amplifier le
problme. Pour une Europe plus sre, il convient
d'offrir un emploi et une aide aux immigrs afin
Sde les dtourner de la tentation de commettre des
crimes en Europe. De mme, les exigences de
Schengen en matire de visa doivent tre simpli-
fies si l'Europe souhaite attnuer les pressions
auxquelles sont soumis les immigrs africains.
Qualifis ou non qualifis, des cerveaux ont
quitt le continent africain pour chercher ailleurs
une vie meilleure, crant ainsi un vide tous les
niveaux. Les dirigeants africains ont leur part de
responsabilit dans cet exode outre-mer de res-
sources humaines. A quoi bon rpter que la vie
en Afrique est dure, brve et brutale. La stability
politique, la scurit des biens et des personnel,
une infrastructure de premiere classes et la
chance de pouvoir faire de ses rves une ralit
-tels sont les attraits de l'Europe, de
l'Amrique et de l'Asie pour les Africains.
Un environnement favorable permettrait non
seulement d'endiguer ce movement mais inci-
terait aussi les Africains rentrer dans leur pays
pour aider leur continent prendre vritable-
ment son envol. a


C(URRIER






Agenda IInteractions


Agenda

Octobre Dcembre 2007


Octobre 2007


> 8-10 Runion des ministres
du Commerce ACP.
Bruxelles, Belgique
L'occasion pour les six groups
rgionaux de fire le point
sur les APE
www.acp.int

> 22-26 Runion des ministres ACP
responsables des APE
et du Commerce.
Cotonou, Bnin

> 25-26 28e Confrence des ministres
de la Justice organise par le
Conseil de l'Europe sur
"L'accs la justice pour les
groups vulnrables y compris
les migrants et les demandeurs
d'asile".
Lanzarote, Espagne
www.coe.int

> 28-2/11 12e Confrence mondiale des lacs.
Jaipur, Inde
De la science la culture des lacs,
l'Inde accueille la 12' Confrence
mondiale des lacs, organise par
l'organisation non gouvernementale
la Commission environnementale
international des lacs.
www.taal2007.org

> 31-2/11 Confrence international
sur la gestion ctire.
Cardiff, Royaume-Uni
Un rendez-vous ne pas manquer
pour les gouvernements et
ingnieurs civils en ces temps
de changement climatique
et de pressions exerces
sur les zones ctires.

> 23-7/11 8e Session de la Confrence
des Parties la Convention
sur la lutte contre la dsertification.
Madrid, Espagne
www.unccd.int


nouembre 2007


> 7-9 Journes europennes
du dveloppement 2007, consacres
notamment l'tude des effects
du changement climatique
sur les pays en dveloppement.
Lisbonne, Portugal
dev-days@eu.europa.eu
www.eudevdays.eu

> 14-16 10 session de l'Assemble
parlementaire ACP.
Kigali, Rwanda

> 17-22 14' session de l'Assemble
paritaire ACP-UE.
Kigali, Rwanda
www.acp.int

> 23-25 Runion des Chefs d'Etat
du Commonwealth.
Kampala, Ouganda
I ...,.. i.. les socits
du Commonwealth pour raliser
le dveloppement politique,
conomique et human"
est le thme de la runion
bi-annuelle des 53 ( i,. ir d'Etat
du Commonwealth.
Des sessions sont galement
prvues pour les homes d'c,'.n.
et les jeunes.
www.chogm2007.ug
www.thecommonwealth.org


Dcembre 2007


) 3-4 Confrence "Diasporas
et communauts transnationales".
Wilton Park, Royaume-Uni
Comment les diasporas contribuent
au dveloppement de leur pays hte
et leur pays d'origine
www.wiltonpark.org

> 8-9 Sommet UE-Afrique

> 9-13 Runion des ministres ACP
responsables des APE
Lieu ac.-., ..

> Date confirmer
86' Session du Conseil
des ministres ACP.
Bruxelles, Belgique a


Oladl Bamgboy, Stilllife, 2003.
Series de 4 impressions digitales, 122 x 91,4 cm.
Avec l'aimable autorisation de la collection africaine
d'art contemporain Sindika Dokolo.


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






19ommerce


Aminata Niang


LR nEGOCIRTIOn DES ACCORDS

de partenariat conomique flCP-UE


est sortie du coma dpass

Dernire ligne droite avant leur conclusion


La lumire au bout du tunnel. A tous ceux qui souhaitaient enter-
rer la ngociation des Accords de partenariat conomique
(APE) entire l'UE et six sous-ensembles rgionaux ACP
(Afrique, Carabe, Pacifique)*, quasiment au point mort depuis
2005, la session du Conseil des ministres conjoint ACP-UE du 25 mai
2007, Bruxelles, a oppos une fin de non-recevoir.
A cette date, marquer d'une pierre blanche dans l'histoire des ngo-
ciations extrmement laborieuses entames en septembre 2002 avec
l'ensemble du group ACP, les ministres des 27 Etats membres de l'UE
et leurs collgues des 77 pays ACP ont en effet confirm qu'ils feraient
tout pour conclure dans les temps, soit avant la fin de l'anne 2007, des
APE compatibles avec les rgles de l'Organisation mondiale du com-
merce (OMC). L'objectif est que ces nouveaux accords de commerce,
mis au service du dveloppement des pays ACP, puissent entrer en
vigueur le 1e janvier 2008, quand expirera la drogation aux rgles de
l'OMC autorisant les Etats ACP bnficier de prfrences commer-
ciales unilatrales pour leur accs au march europen, dans le cadre de
l'Accord de Cotonou.

> Libralisation progressive

Mieux : les ministres ont conjointement souscrit l'offre formelle
qu'avait faite la Commission europenne le 4 avril. En vertu de cette
offre, dvoile par Peter Mandelson, le Commissaire europen au
Commerce, tous les pays ngociant un APE se verront offrir, ds le 1"
janvier 2008, un accs au march europen droits nuls et sans contin-
gent pour la quasi-totalit de leurs products -y compris les products
agricoles comme la viande bovine, les products laitiers, les crales et
tous les fruits et lgumes. Des exceptions seraient toutefois prvues,


titre transitoire, pour le riz et le sucre. En some, les ministres ACP et
europens ont marqu leur accord sur un rgime trs voisin de celui
don't jouissent dj quarante pays les moins avancs (PMA), et baptis
"Tout sauf les armes". De tels accords ne seraient pas des accords de
libre-change conventionnels puisque cette offre ne suppose pas d'ou-
verture rciproque des marchs, mais prvoit d'abord et surtout le dve-
loppement de marchs rgionaux entire les ACP comme pralable la
libralisation progressive des changes avec l'UE, avec des priodes de
transition trs longues pouvant aller jusqu' 25 ans, des clauses de sau-
vegarde qui permettront aux pays ACP de protger de la concurrence
europenne leurs products les plus sensibles, et un assouplissement des
rgles d'origine. Il conviendra nanmoins que soit trouve, dans les
ngociations, une solution assurant aux ACP que leurs avantages
jusqu'ici garantis par les protocoles sur les products de base d'impor-
tance vitale pour eux comme le Protocole sucre menac d'un dman-
tlement unilateral par l'UE -soient bien prservs, comme le stipule
l'Accord de Cotonou en son article 36.4. Les ministres ACP l'ont
revendiqu haut et fort, et l'Union europenne s'y est engage sans tou-
tefois donner d'indication sur les modalits.
Le 15 mai, le Conseil des ministres de la cooperation au dveloppement
de l'UE avait confirm sa volont de mobiliser, ds 2010, 2 milliards
d'euros par an pour l'aide au commerce en faveur des pays en dvelop-
pement, tant entendu que les pays ACP en seront les principaux bn-
ficiaires. a


* L'Afrique de l'Ouest, via la CEDEAO, I'Afrique australe, via la SADC,
l'Afrique central, via la CEMAC, l'Afrique orientale et australe, via I'ESA,
la Carabe via le CARICOM, le Pacifique.


C(URRIER






Commerce


"IL n'EXISTE PRS DE PLflI B",






LOUIS MICHEL


La date prvue pour la conclusion des Accords de partenariat conomique (APE)
- les accords de libre-change pour les six rgions ACP approche grands pas. Et
pourtant, malgr cette chance proche, l'Assemble parlementaire paritaire ACP-UE
(APP) qui s'est tenue Wiesbaden du 25 au 28 juin, a mis en evidence des differences
marques entire les participants quant aux implications de ces accords pour les diff-
rents pays ACP.


pays ACP sont inquiets car le
calendrier pour la libralisation des
biens et des services n'a pas encore
t fix. Leurs craintes ? Un sprint final pour
que ces accords soient bel et bien signs d'ici
la fin de l'anne faute de quoi, les prfrences
commercials don't les ACP bnficient depuis
longtemps au titre de l'Accord de Cotonou ris-
quent de s'envoler. Il faut en effet savoir que la
drogation accorde par l'Organisation mon-
diale du commerce (OMC) expire le 31
dcembre 2007.
Le calendrier prvu pour l'ouverture des mar-
chs et la mise en euvre des measures d'aide
accompagnatrices n'tant pas encore fix, le
dput Boyce Sebetela (Botswana) se
demand quel message il va bien pouvoir
transmettre ses homologues une fois de
retour au pays propos de l'impact des APE
en Afrique australe. Pour le dput europen
espagnol M. Josep Borrell groupe socialiste,
"libraliser htivement les biens et les services
n'est pas une bonne solution et ne permettra
pas aux pays de mettre en place les conditions
de base ncessaires pour rejoindre l'conomie
mondiale".
Peter Thompson, Directeur du Commerce la
Commission europenne, a ainsi tent de dis-
siper ces craintes, en mettant en exergue les
points forts de ces futurs accords. Il a expliqu
devant l'APP que conformment aux proposi-
tions prsentes en avril 2007 par l'UE, tous
les products des six rgions ACP, l'exception
du riz et du sucre, entreraient en franchise de
droits sur le territoire de l'Union. Les pays
ACP seront ainsi en measure de "dterminer
leur propre avenir une fois disparue la droga-
tion accorde par 1'OMC".
De son ct, la dpute mauricienne Nita


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


Deerpalsing a fait part de sa crainte de voir son
pays priv d'un quota et d'un prix garantis
pour ses exportations de sucre vers l'UE. M.
Thompson a rpondu que les nouvelles propo-
sitions relatives au rgime applicable au sucre
permettraient une rpartition plus quitable
des avantages, tant donn que d'autres pays,
l'instar de la Rpublique Dominicaine par
example, qui n'appartiennent pas au group
des pays les moins dvelopps (PMD), mais
aussi d'autres PMD pourront alors exporter ce
produit vers les 27 Etats membres de l'UE.

> Un uent de panique automnal ?

Pour le dput europen Carl Schylter (Verts,
Sude), il faut s'attendre ce qu'un vent de
panique souffle en novembre, car les ngocia-
tions APE sont pour l'instant au point mort. Ce
nouvel accord risque selon lui de toucher de
plein fouet les petits agriculteurs. Des propos
qui l'ont entran dans des argumentations de


"my Fair Trade World"

es bananes en guise de cheveux et
une pastille de chocolate pour faire
un joli nombril voici deux (des nom-
breux !) examples de photos prises par
des enfants dsireux de promouvoir le
commerce quitable dans I'UE. Ces
enfants ont particip au concours "My
Fair Trade World" organism par le "Rseau
europen des Magasins du Monde". Le
nom du gagnant du premier prix a t
annonc durant I'APP par Heidemarie
Wieczoreck-Zeul, Ministre allemande la
Cooperation conomique et au
Dveloppement. L'heureux lu est Levy
Henekamp, g de 8 ans et originaire de
Dronten, aux Pays-Bas. a






Commerce


nature philosophique avec Louis Michel, le
Commissaire europen au Dveloppement, au
sujet des principles de base de la politique
europenne de dveloppement.
"Lorsque vous libralisez les marchs, vous en
retirez forcment des avantages, sauf si vous
tes convaincu que l'autarcie mondiale peut
vous permettre de survivee, a soutenu Louis
Michel.
"Si ce dfi n'est pas relev, il faudra sans
doute continue les euvres de bienfaisance."
"Il n'existe pas de plan B. Le montant total de
l'aide au dveloppement quivaut finalement
un accroissement des changes commerciaux
de 1% dans les pays en dveloppement", a-t-il
expliqu devant l'APP. Louis Michel a gale-
ment suggr que la Commission pourrait
dgager des fonds supplmentaires, en plus de
ceux qu'elle s'apprte librer pour soutenir
les accords de partenariat conomique.
Dsireuse de rassurer les pays ACP,
Heidemarie Wieczorek-Zeul, Ministre alle-
mande la Coopration conomique et au
Dveloppement, a dclar que les textes des
APE feraient l'objet d'un suivi troit, afin de
s'assurer qu'ils s'alignent bien sur les objectifs
de dveloppement. Un mcanisme de revision
des accords est galement prvu, a-t-elle
ajout. Pour manifester leur mcontentement,
des organizations non gouvernementales
(ONG) avaient envahi les pelouses du Kurhaus
-o se tenait l'APP -mettant en scne des
sketches sous-entendant que les pays africains
taient contraints et forcs de signer les
accords. Dans l'un des nombreux tracts anti-
APE distribus par les ONG durant la semaine,
Alexandra Burmann de l'association alle-
mande "Brot fiir die Welt", explique comment
les importations de poulets et de tomatoes bon
march vincent dj les producteurs locaux
d'Afrique de l'Ouest de leurs propres marchs.
Plusieurs secteurs des ACP seront menacs
lorsque leurs concurrents de l'UE seront en
measure de choisir librement leurs fournisseurs
de services bancaires, de tlcommunications,
de distribution d'eau ou d'nergie par example.
Des tudes ont montr que les exportations des
ACP n'augmenteront que faiblement si 1'UE
libralise ses marchs, puisque la plupart d'en-
tre eux sont dj ouverts aux products ACP,
comme le soutient le document de Mme
Burmann. La libralisation des services et les
questions dites de "Singapour" comme les
investissements, la politique de la concurrence
et les marchs publics frapperont galement de
plein fouet les pays ACP.
D.P. M

www.ec.europa.eu/trade
www.brot-fuer-die-welt.de


QUOI DE OEUF



propos des lPE ?


Des experts techniques et responsables politiques des
hommes et des femmes au ceur des ngociations sur les
APE s'expriment sur quelques-uns des thmes les plus
pineux abords jusqu'ici ; la suppression des droits
l'importation, le respect de l'chance du 1er janvier
2008 et les measures d'assistance destines soutenir ce
nouveau rgime commercial.


Gilles Hounkpatin est Directeur des douanes, du commerce et du
tourism la CEDEAO* (Communaut conomique des Etats de l'Afrique
de l'Ouest). Il est l'un des principaux ngociateurs pour la region.

Un bon accord
Un bon accord met l'accent sur l'intgration rgionale et l'amlioration de la comptitivit au
niveau de la sous-rgion pour nous permettre d'avoir accs au march europen.

S'intgrer dans l'conomie mondiale
L'APE nous permettra de nous intgrer dans l'conomie mondiale. Dans ce dessein, il faut
d'abord s'intgrer au niveau regional. Nous devons avoir accs au march europen, puis il y
a la question des normes sanitaires et phytosanitaires, etc.

Ressources d'accompagnement ?
L'accent doit tre mis sur la mise niveau des entreprises/industries et l'amlioration de nos
infrastructures pour que nous puissions nous engager dans le dveloppement.

Baisses des taxes d'importation
Dans un premier temps, il y aura des baisses de revenues. Le budget de nos Etats membres
dpend des recettes fiscales. Il faut rgler tout cela, sinon il y aura une cruise social. Nous som-
mes d'avis qu'il faut faire un effort sur le plan conomique et sur le plan de la restructuration.
Nous devons envisager la transition fiscal, c'est--dire vers la fiscalit des impts intrieurs
et indirects, mais tout cela demand un accompagnement.

Respecter l'chance du 31 dcembre 2007
Je mets l'accent sur un bon accord.

*Bnin, Burkina Faso, Cap Vert, Cte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guine, Guine Bissau, Libria, Mali, Niger, Nigeria,
Sngal, Sierra Leone, Togo. M


Mohlabi K. Tsekoa est Ministre des Affaires trangres du Lesotho
et actuel president du Conseil ACP.

ELt drt pirt'pariiou na I'. tIE
I lii ne p Ii. l [ i lllc i IC ll ii-l L r 1111 Ii lin p ['. Ilm .1 lu Il ii i'kL II .n''LI 1 'ill N'tLi iin" pn LI-
' > iin L'iI ll .1 p i, i.ird L. *L. .L.u r -.d i i. pis k l .h tjiL L ri[.I L, a '--'1, I. K ,1r l p.II prl.i 'ri .
j'll lln u l'.Ii lle.1I le .-Il L _' n llllul e 1le' Im lllc c l c1LldJ 11 IL l .[ I II Li.lla il lei-'lJl le
I.iirl'.ill .ir IL' rili! I '!lk'l .. iJiuc iii ll !i' iit iii' 1 i[ni iU'lll hii. IL'. .IIllll.' .il,., P pii!u ,.
l. 'lllllI tII d J l K 'lld .l l | L|J III[L piLll2l .lk=lll. Ji

Oiu wrnil 11 bhou I1PE.
Iiii h1 ,i, -\J'E L' 1i1 .'IrJ II i ltpc rlJr.ii 11.ili .. uIll l .I' . I0 r. I iin s J -. ('P .ih11'1i.i'1 J& 1.1
P1.1l' IL'l p.1 II. 0 [ 's*.e LIl L[ I I[ lL l .111i dJ Il .I. I l l[l lkl i l. u L i 'lllL'.l 1.1' I, I .Itl
du' alppllemenlL


COURIER















Re pi ci du i uliilricr
T',LitL, IL, ILhu I -\'(' cL i L.ii_.iUuu .i

IL d .'l.i ri l[lllql e-l ll d Ii Llu', I il l ll u", I Iar..t
l .i !, i.ir. iii.i'.iiiiiiiii .. l I.i li 'tlir ill, lLLd I
lit'Lu IlI'. .i'Ll' tii i 'l,- I.1 Ii~c 'll ,,. .I L i iii li 'iUl

li ll.,il lr. ir i .i ,ii' l. u iiin .,L ,,r> ,iiI ,ll tjiii,. dJ '





ielt llL t e 'l' N. I-' .ii c ci l L il I l L I L t ille

lillllIille l.li 211211 -L_, s \PE P.iL dJltl ll ll LIIL
11 I'tl|'il' ;lli-LL'!. l L.' 211-I" I I1 'n n[ dl'inl f.ln,

'c 'L ih'iiii L' iIri'-l 'ltiii' N ['"i-i %ii'r Il c il
ticlpi. itli

Li 1 1PE ri'quiitvi-il' dtr dilui r ltu \iliduril
de< P( P .'
lL', -C 'P i 'i1 hiilllii i lh i-nic ILr i'!,.iiii-r. iliiiii
IL''IlIl.IL' N LI- .1' Il,1' [l Ll|I Lll IL'- L '.LL'IL Hu le"
rl, t'!'i I. L.ii'iii' 'la iii Pi, ',iltti hli. II Ui ri'i'.i
L 'LIlt Li ll l


Junior Lodge est le reprsentant
Bruxelles de Cariforum, le Forum
des 16 Etats ACP des Cara'bes*.

Nos aspirations en matire de dveloppement
Nous souhaitons un APE en accord avec nos
aspirations en matire de dveloppement. Cet
accord doit tenir compete des objectifs de
Cotonou, savoir l'radication de la pauvret,
le dveloppement durable et la mise en place
d'un nouveau rgime commercial. Nous avons
besoin d'un dispositif de cooperation au dve-
loppement pour accrotre la comptitivit et
l'innovation et pour promouvoir l'ajustement
fiscal et commercial.

Services
Le secteur des services est l'un des points forts
des Carabes et nous avons besoin d'un accs
amlior, commencer par un quota de travail-
leurs qualifis et non qualifis autoriss venir
s'installer en Europe. La furniture de services
aux consommateurs europens s'en trouverait
amliore tandis que les travailleurs caribens
auraient la possibility d'amliorer leurs comp-
tences avant de rentrer ventuellement dans
leur pays.

Perte de taxes d'importation
Les taxes aux frontires reprsentent 60% des
recettes publiques des pays des Carabes de


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


l'Est. Certains Etats de la region competent
parmi les pays les plus endetts au monde. Le
context d'endettement lev et de perte de
recettes fiscales pousse ces pays la prudence.
C'est prcisment en raison de ce problme de
taxes mais aussi de pratiques de commerce
dloyales de l'UE que nous avons ngoci une
priode de transition de 25 ans pour les products
caribens les plus sensibles. Nous voulons aussi
nous assurer que l'ouverture de nos marchs
aux Europens s'accompagne d'un soutien de
l'UE la rforme de nos rgimes fiscaux.

( piii7priilitu avec les rgles de l'OMC
Pour bnficier de l'accs ce march, nous
devons veiller ce que cet advantage soit com-
patible avec les rgles de l'Organisation mon-
diale du commerce (OMC) et que nous ne ris-
quons pas de nouveaux problmes au sein de
l'OMC, comme ce fut dj le cas pour les bana-
nes et le sucre. Nous ne pouvons nous permet-
tre de perdre notre place au sein de la chane de
valeurs international. Or, c'est ce qui arrive
lorsque planet des menaces de procs. Les
supermarchs avec lesquels nous signons des
accords veulent avoir la garantie que nous
pourrons honorer nos contracts. En dernier res-
sort, nous pouvons toujours avoir recours cer-
taines clauses de flexibility inscrites dans les
rgles actuelles de l'OMC et dans la jurispru-
dence, afin de tester ces measures de flexibility.


Un kit complete d'assistance
Il s'agit d'une offre global. D'une part, nous
souhaitons l'accs au march -parce que nous
dpendons du commerce et que l'UE est une
destination d'exportation majeure -et d'autre
part, nous avons besoin d'une assistance tech-
nique, de joint-ventures et d'un accs aux tech-
nologies appropries.

Pratiques dloyales
Nous devons avoir la possibility de nous atta-
quer aux pratiques commercials dloyales et
disposer d'un mcanisme special de sauve-
garde lorsque les producteurs locaux sont
confronts un afflux massif d'importations.

Echance
Evitons de rechercher une drogation et de sou-
mettre les exportations des Carabes un
Systme gnralis de prfrences (SGP) en
cas de mise en place d'un systme supplmen-
taire de taxes l'importation.
Le risque que cela joue en notre dfaveur et que
les parties puissent tre amenes croire que
les ngociations n'aboutiront pas dans les
dlais est trop important.

*Antigua et Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Cuba,
Dominique, Grenade, C .. ... ii i ir i .... .... i ..11.
Dominicaine, Saint Christophe et Nevis, Sainte Lucie, Saint
Vincent et les Grenadines, Suriname, Trinit et Tobago.
a









-rr








lu i I.ne
I Ilg







s s e. e- -tFnT^B8r^P^>^^B^L^ r^*^^^


Seulement 34 ans et derrire lui une car-
rire d'architecte, de mannequin, d'ac-
teur, de journalist, chanteur ses heu-
res, crivain et crivain de livres rares.
Auteur du best-seller Black Beauty, le dernier
livre qu'il vient de publier en tant que "creative
directeur", coordonnant le travail d'autres
fameux crateurs, est consacr au footballeur
de lgende, Pel. N'y pensez pas trop, peu de
lecteurs du Courrier pourront s'offrir ce joyau
de la maison d'dition atypique Gloria. Le
tirage maximum est limit 2.000 copies,
2.500 euros chacune. Pour les plus fortunes, les
150 exemplaires du nec plus ultra de l'dition
"carnaval" sont parties ds les premires semai-
nes de vente au prix de 4.500 livres sterling le
livre. Certains se revendent dj 10.000 livres
sur des marchs asiatiques.
Pour le grand public travers le monde, Ben
Arogundade est l'auteur de Black Beauty,
lev au rang d'ouvrage de rfrence.
L'dition original date de 2001 a t remise
jour lors de la diffusion de trois missions de
la BBC sur le livre. Mais c'est de peinture
qu'Arogundade a commenc parler. Rendez-
vous tait pris au Tate Modem Museum pour
visiter la salle consacre aux peintres congo-
lais (RDC) dans l'une des ailes prsentant la
collection permanent du muse sous le titre
"States of flux". Ensuite du deuxime livre-


objet d'art publier par Gloria sur lequel il tra-
vaille et qui sera consacr aux yachts. Et un
peu du troisime peine bauch qui mettra en
vedette la grosse pomme, New York.
Il tait dix heures du matin au Tate Modem,
sur le Bankside le long duquel coulent la
Tamise, les longues heures d'immobilit des
artistes de rue se figeant en statues vivantes, et
les foules don't une parties passera devant telle
construction de Ben Arogundade sur le
Southbank, du temps o il se consacrait l'ar-
chitecture.


Une journe dans la vie de Ben Arogundade,
c'est l'occasion de dcouvrir comment cet tre
public, vu de loin comme extraverti, est
rserv. Probablement son aise dans les
mondanits tout en cultivant beaucoup de jar-
dins secrets, de l'intimit et presque de la timi-
dit. La journe de notre hte a commenc
bien avant le Tate, ds 6h30 pour aller faire
son footing quotidien, un bon 5 miles
Wandsworth autour du grand terrain commu-
nal avant de revenir prendre le petit djeuner
chez lui Battersea.
Aprs le Tate et un rapide djeuner, Ben
Arogundade devait interviewer l'un de ces
multiples propritaires de yacht qu'il a ren-
contrer, avant de passer la mason d'dition
Gloria Kentish Town, dans les quarters nord
de Londres o une petite ruche d'une dizaine
de crateurs planche sous sa gouverne sur ces
bateaux de luxe. En fin d'aprs-midi, il rega-
gnera sa maison pour travailler sur un scenario
de film partir de son roman indit, Loveless,
en collaboration avec l'acteur hollywoodien,
Laurence Fishburne.
De tout cela, de sa vie de mannequin, de ses
talents de chanteur, l'homme public a parl de
faon trs prive au Courrier, avec une pudeur
qui contrast avec son image de star extravertie
qui semble se profiler dans la grande press.
H.G. .


C(URRIER






Zoom


> "Des identits clectiques"

Je suis n et j'ai grand Londres, mais je suis
d'origine nigriane. Ca me plat d'avoir en
quelque sorte cette double personnalit, la
fois anglaise et nigriane, dans un corps
d'bne. Je porte un nom nigrian et je cultive
pas mal de valeurs de mon pays d'origine. Ce
qui m'intresse, c'est comment faire pour tre
les deux la fois. Suis-je totalement anglais,
suis-je 100% nigrian... ou un peu des deux
la fois ? C'est LA question culturelle/raciale
d'actualit pour les minorits, ici Londres,
mais aussi ailleurs dans le monde, depuis les
attentats du 11 septembre 2001 et ceux du 7
juillet 2005 Londres.
Dans quelle measure quelqu'un est-il prt se
dfaire de sa culture ?
C'est une question trs personnelle. Et la
rponse dpend en grande parties de ce que
vous faites dans la vie.
Dans certain milieux, comme les mdias, la
musique ou toute autre activity axe sur la
creation, on peut se permettre d'tre moins
conformiste. C'est d'ailleurs exactement ce
que recherchent ces secteurs : la difference.
Par contre, un employ ou un directeur de ban-
que, ou encore quelqu'un qui travaille dans
des milieux plus traditionnels se verra tacite-
ment contraint d'assimiler les valeurs esthti-
ques et culturelles des plus hauts placs.

> Rien qu'un produit
du star-system britannique ?

La seule chose qui intresse les journalists,
c'est d'o je viens -au sens biographique habi-
tuel du terme. En gnral, on ne me pose pas de
question propos de mes racines nigrianes.
Dans la plupart des cas, on se limited discuter
du sujet qui nous occupe.
Quand Black Beauty est sorti, j'ai bien senti
que les journalists voulaient surtout savoir
comment ce thme m'tait venu l'esprit. Le
fait que je sois d'origine nigriane ne leur
important pas vraiment.

> Black Beauty

Selon moi, le problme de l'image se pose
avec beaucoup d'acuit pour toutes les person-
nes noires de peau, partout dans le monde et
tous les niveaux. Je me suis surtout intress
aux vedettes noires amricaines, car les lec-
teurs pouvaient facilement se les reprsenter.
Evoquer Sidney Poitier ou Halle Berry pour
parler de l'esthtisme noir a quelque chose de
plus accrocheur Cela vous permet de diffuser
votre message auprs d'un plus large public


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


que si vous aviez parl d'un illustre inconnu
la peau noire. Mais tout ce don't je parle dans
Black Beauty travers le prisme de la clbrit
concern tous les Noirs en gnral, qu'ils
soient clbres ou non.

> Et le manque de confiance gue
ressentent certain immigres ?

Vous mettez ici le doigt sur une ide cl de
mon livre l'absence d'une confiance esthti-
que particulire dans les coles que l'on
retrouve aussi sur le lieu de travail.
Prenez la situation des femmes, par example.
Globalement, elles sont de plus en plus cra-
ses. Mais que dire alors des femmes de cou-
leur, domines la fois par la culture mascu-
line blanche et par la culture masculine noire.

> Quel lien y a-t-il entire
Black Beauty et Pel, et entire
architecture et criture ?

D'une certain faon, Pel est une proposition
totalement diffrente et pourtant, des similitu-
des existent. Pel est l'une des premires per-
sonnalits avoir compris que les sportifs
pouvaient avoir autant d'influence que les
politicians. Et cela se confirm de plus en
plus. Songez au basketteur Michael Jordan
par example. Les sportifs de haut niveau ont
dsormais autant de pouvoir, d'influence et
d'argent que les hommes politiques et que
certain PDG de grandes entreprises. J'ai pro-
duit cet ouvrage avec l'appui de toute une
quipe et j'ai veill utiliser le meilleur mat-
riau possible. Une dmarche qui se situe selon
moi dans le prolongement de l'architecture...
La mcanique de crativit est identique...
Pour Pel, c'est comme si je m'tais lanc


dans la construction d'une tour, en terms de
volume. D'o un ouvrage trs architectural.

> Project cinmatographique
Loueless

Loveless, c'est un changement de cap par rap-
port Black Beauty. Je voulais faire quelque
chose de totalement different, l o personnel ne
m'attendait... Je suis en train de boucler le
roman et le scenario qui l'accompagne...
Le sujet ? Un drame psychologique sur la cul-
ture des dysfonctionnements relationnels dans
le Londres moderne.

> mannequin et chanteur
ses heures

Si j'ai t mannequin, c'est pour avoir les
moyens -financiers -d'crire Black Beauty...
mais aussi pour tre confront la hirarchie
esthtique du monde de la mode et comprendre
comment l'esthtique finit par rgir une carrire
dans ce milieu. Toutes ces informations m'ont
permis de me faire une ide de la politique
esthtique de ce monde. Pour le reste, a fait
longtemps que je m'intresse la chanson. L'art
lyrique me plat autant que le chant. Mais pour
l'instant, je ne me vois vraiment pas faire car-
rire dans ce domaine mme si crer -musica-
lement parlant -m'attire.
H.G.



Ben Arogundade, Black Beauty, Pavilion Books
Limited, London 2000
www.pavilionbooks.co.uk

Edition franaise : Ben Arogundade Black Beauty,
Les Editions du Collectionneur, Paris, 2001
Il w 'q







Sl e la terre






La gnrosit DU SOLEIL


Le Kenyan John Maina a remport le trophe Global Energy 2006 pour lnergie
renouvelable, remis dans l'enceinte du Parlement europen Bruxelles cette anne.
Il s'agit de la distinction la plus convoite des prix annuels attribus aux meilleurs
projects cologiques apportant une contribution majeure la preservation des reserves
d'nergie de plus en plus rares de notre plante.


S on four de schage
solaire utilise les rayons
du soleil pour scher les
fruits et les lgumes. Il
est fabriqu au Kenya par sa
socit SCODE et n'conomise
pas seulement de l'nergie, mais
amliore aussi la scurit alimen-
taire et l'alimentation, en plus
d'tre un produit d'exportation
potential, selon son concepteur
Maina. Tout cela sans nuire
l'environnement. Les paysans_
amliorent leurs rcoltes sans
recourir des sources d'eau sup-
plmentaires. Crs par l'ing-
nieur et cologiste autrichien,
Wolfgang Neumann, pionnier
S, Ruth Sacks, Don'tpanic, 2005. Vido, 4' 54"
des conomies d'nergie, ces tro- Avec l'aimable autorisation de la collection af
phes ont t attribus neuf
reprises lors de crmonies orga-
nises chaque fois dans une ville diffrente aux quatre coins du monde.
Ils rcompensent surtout de petits projects bon march qui utilisent les
resources de manire prudent et conomique, tout en faisant appel
des sources d'nergie alternatives. Le four schoir est arriv en premiere
position sur 732 projects venus de 96 pays. "Il est minuit moins deux et
nous devons agir", a soulign Hans-Gert Pottering, Prsident du
Parlement europen, s'exprimant au sujet de "l'urgence cologique"
laquelle la plante est confronte. Les prix ont t dcerns par une bro-
chette de stars connues pour leur engagement en faveur de l'environne-
ment, don't l'acteur amricain Martin Sheen, le chanteur britannique
Robin Gibb, l'cologiste indien Maneka Gandhi et l'auteur somalien
Waris Dirie. Les prix rcompensaient trois laurats dans cinq categories :
Terre, Feu, Eau, Air et Jeunesse. Outre son premier prix dans la catgo-
rie Terre, Maina tait aussi le grand gagnant toutes categories.

> Une conception simple

Les parois de son four schoir solaire sont en bois, le fond est un tapis
de papyrus et le sommet est une feuille de polythylne traite contre les
rayons UV. Le tapis de papyrus est couvert d'un matriau qui absorbe la
chaleur. La feuille de polythylne traite contre les UV permet aux
rayons du soleil de pntrer dans le four, ce qui cre un effet de serre
l'intrieur du four. Les products scher sont charges dans le schoir
l'aide d'un bac en bois avec un filet en plastique.


Lorsque les rcoltes de fruits et
lgumes sont abondantes, au
course des 3 4 mois de la saison
des pluies, les surplus haute
teneur en eau, tels qu'ananas,
mangues, tomatoes, choux,
papayes, bananes et manioc, qui
seraient gaspills autrement, peu-
vent tre schs pour tre mis en
vente sur le march local pendant
la saison sche et chaude, lorsque
les rcoltes sont peu nombreuses.
Pour Maina : "Les fruits et lgu-
mes secs ne font pas parties de
l'alimentation traditionnelle des
Kenyans. Le project a cependant
russi encourage de plus en
plus de families introduire des
aine d'art contemporain Sindika Dokolo. fruits et lgumes schs dans leur
rgime alimentaire."
Cette structure simple est bon
march et facile raliser, utiliser et entretenir. Elle cote exactement
3.000 shillings kenyans (ksh), soit 31,25 euros. Une version commer-
ciale un tunnel de schage est vendue 15.500 ksh (soit 161,50
euros). Elle content 6 paniers et permet des chargements plus impor-
tants, par example pour permettre de scher en une seule fois jusqu' 18
20 kilos d'ananas frachement dcoups en trenches. Maina souhaite
maintenant exporter son four schoir : "Nous n'avons pas les resources
suffisantes pour commercialiser cette technologies et l'introduire sur le
march dans d'autres rgions du Kenya. C'est pourquoi nous sommes
la recherche de partenaires financiers qui pourraient nous aider com-
mercialiser les schoirs plus largement au Kenya et en Afrique orientale.
Actuellement, nous n'avons vendu aucun four de schage l'extrieur
du Kenya, car les populations situes en dehors des rgions pilots ne
sont pas au courant de son existence."
Maina recherche aussi des partenaires pour commercialiser les fruits et
lgumes rcolts au Kenya, dans l'ide de tirer profit du march euro-
pen toujours l'afft de nouveaux products biologiques : "Lors de mon
sjour Bruxelles, pour la crmonie du trophe Energy Globe, j'ai ren-
contr des gens intresss par les fruits secs pour la fabrication de cho-
colat bio en Europe. Nous donnons une suite srieuse ces contacts en
vue d'exporter des fruits secs vers de telles socits, o qu'elles puissent
se trouver." D.P.
Courriel : scode@africaonline.co.ke
Site web : www.energyglobe.info a


COURIER


ric














































111 1 I


rop souvent meurtrie par les guerres ou prou-
ve par les famines, la vnrable Ethiopie, fille
aine de l'Afrique indpendante, vient de cl-
brer un autre 11 septembre, symbol d'espoir, celui-
l : celui de l'entre du pays dans le troisime mill-
naire de son calendrier.
Ces clbrations qui vont se prolonger pendant toute
une anne offrent une occasion unique aux visiteurs
d'explorer ce pays, sanctuaire de plusieurs trsors
classs au patrimoine de l'humanit, et sa culture, de
rendre homage ses artistes et aux seigneurs de la


course qui ont conquis plusieurs fois l'or olympique.
Mais ce grand pays a mieux offrir au monde que la
nostalgic d'un grand pass : la demonstration de sa
capacity se transformer et terrasser les flaux de
la pauvret, en parties redevable la forte pression sur
les resources, et du fatalisme, impos par des dcen-
nies de dictature. La volont de vaincre est l comme
en tmoigne une conomie dynamique et qui le sera
d'autant plus que la libert d'entreprendre ira de pair
avec celle de parler et de proposer. C'est la rencon-
tre de cette Ethiopie fconde qu'est all Le Courrier.


N 2 N S SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






eportage Ethiopie


LE CHARTIER








Le 11 septembre dernier, l'Ethiopie a ft son entre dans le troisime millnaire du
calendrier julien. Pendant un an, les clbrations vont se poursuivre.
Occasion selon le Ministre d'Etat des Finances et du Dveloppement Ato Mekonnen
Manyazewal, de faire l'tat des lieux et de designer les objectifs de dveloppement
d'un pays en plein boom.

Immeubles en construction
devant I'glise Medhanielem de Bole
(Addis Abeba).


,.- ;
" !'


es niiis .1 ainL ]' lcviinie lt. .ddi',-Abchia 14 iillinns d'ha-
hiL.inih. lu. capilale. elai en ilel ece'I L cei'cI' Le -Lc.'rl'.iri.l. dtl
MilleniLire du gitieiii'nimiii n de l] ciapJi.ile pl.,iinh.iii sui
uniei ing.ine C i prii'JeLs dnii il I realiiin d'une lihinii', .ide
iiL I l. o i cL dc Cilics dc s~.lile (Ltil[I ltio.iislalJ Lulii' d, ,] li' .ils Jst't liii
les enliil,' dces rlues c> lcus peir, iniic %iriiipi';iLli.s liiiui s.'nsihiliJ'i
l'iipiiiiciin leuis pi 'hi-n'mes .a lia'. rs dI'i rscs i.ini Iesilliins. iiilprid>
lhjtru.ile, in iii;ingie J'iii ni cmi-io-ii tLil pit'gij rnim pait l'htniumnie le
1plus il-che du pias. Sheikh Nhihii aiiiuiie Alhianitid. piocpiiitlire du
She'r.iiin el Ju grtupe MiJroc.
Miiis t eisi 'Ln penuii.iiienc qti'JAdi'i dinnin ] spectacle J'n L iriiiiemis
ch.intir. NciiLe ho'lLi s;itiiu daJi ]ie qtIIJIIeI de BIIle. piS; de l'iaerLipili.
liii iein 'e pir dle' Jiiiniiile'ihl"e n c uiistlc l ioJn, piur la pliiip.r i d' iiiiu-
Me.lu, hIireL'Lu. s\iiiuIIL'e dIu hc'uii. L'Ellitupi iL ctiiini u eni el'lI.t iiun
i,ssa iJin.' du PIB dJ' ,'.- eL' 2(ll)6-21)(I7 et Lii [.lu\ ieLli. iL]ullt e.'sl po-
.let ptir I l'.erit-Lce siii' int. En juin., IL FtdiJs ini'nilitre coi'iiiluitLi quei
le, pe lc'loniiLant s t''s deUi1iie' iLnl iL.icl onrihiii "i"iiiliatiJvi'-


nini i La i lin e la p.luii. ci n dic el p vr i ii iii e hJlisu iiiiiniellk de
'.- dLi rc'L ii l r el Ifleiiiii coinpleli d lu ili J' .i r'issciinile I d iii -gri1-
phlLue Jd 2,7'. 1.



-\AniliipianL r iir el rilc Jd pu Ls n plus inprptliiil qui',iiinii .AJdi', en ilani
quie cL-piLp.il JdL I'lniiin .lni-ic.lniie quiii, ae plus, de I10 .iniiisadJs. 1.lil
lgUl-i de "BIixells. d J ]'. lli iqLjiu"' la (' in st en Il 11.11 d't ii c'ilr 15ti
milliiiii,' de diollas diins la uniriiuon dei l'itnnexe de l'iUA. A\. ii dj;i
Liienniii le pni-iphdriqun de la Lcapi.ile, les eniLucplises t hiniise.s Lien-
nentl d rni nlr h ir- JLes .iintrU.i, JdL l'Ellipiay n Rii.iJs .-utiiliiiit. Dei 'tin
tiLt. l'Addis AhKi.- liIuse DeLelo, pment'l PinjeL- (")J'JL'I piLiiit la
cLinsiruLclini J de 225.' i( ii tii) o iv au lieiii niii s 'ci 1:1 2(1 I( El laj ui iLlitii
iil'n L t un,~iii il d'.JJdi''; ,M l et'IIcILe jaceLruL p.11 son iile JL pilitLL I'-Li ur-
natlni' iiiliiinenltale ui r;eL',ieii J'EhlhioplnA .AirlieLcs (>plus J' un nilliard cle
dilllis JL chifil e J' d'.il lire, c-llt ilnnIe' deCLc-r' par Jan;tess.diJLen iiii'-


COURIER


= I
L r







Ethiopie eportage


ricain Donald Yamamoto et beaucoup d'autres comme la meilleure
d'Afrique. Mais cette croissance spectaculaire, tire par les investisse-
ments directs trangers passs de 149 365 millions de dollars/an
depuis 2001, gnre aussi ses alas. En juillet, l'incapacit d'Ethiopian
Telecoms satisfaire la demand rendait impossible l'achat d'une carte
SIM. Le seul recours tait d'en louer. Les embouteillages Addis et sur-
tout sur la route de Debr Zeit, 50 km au sud, gnrent en permanence
leur overdose de C02, en raison du traffic intense vers le port de Djibouti,
partir des zones industrielles du long de la route, o prolifrent tanne-
ries, usines de textiles, de chaussures ou de mobilier capitaux chinois,
pakistanais, thiopiens et turcs, et mme une unit d'assemblage de Fiat
Regata. Aprs Debr Zeit, vers Nazareth, la route devient franchement
dangereuse, car pour rattraper le temps perdu, les chauffeurs des "Al
Qaida", les petits camions Isuzu, fonant tombeau ouvert vers
Djibouti ou le Kenya, y provoquent souvent des accidents mortels. La
pnurie de ciment est un autre goulet d'tranglement.


Mais pour le dlgu de l'UE en Ethiopie Tim Clarke, cette situation
n'est pas inluctable. "Le pays peut tre autosuffisant", affirme-t-il.
L'une des conditions est l'amlioration de la gestion de son bien le plus
prcieux : l'eau. Chaque anne, pendant quatre mois, le keremt dverse
sur les hautes terres le vritable dluge qui engendre le miracle de la
crue du Nil, sans laquelle il n'y aurait pas d'Egypte. Mais cette manne
est sous-employe. Citons toutefois ce prt recent de 100 millions de
dollars allou par la Banque mondiale un project d'irrigation de 20.000
hectares dans la region du lac Tana ou la decision de l'Inde d'investir
640 millions de dollars dans divers projects agricoles, dans la captation
des eaux de pluie et l'accroissement de la capacity de production de
l'industrie sucrire. Autre paradoxe du chteau d'eau thiopien : si le
taux d'accs l'eau potable est de 70% Addis, il plonge 16% dans
l'Afar, 13% dans l'Ogaden et 18% Gambela.
Mais le potential agricole est considerable. Grce l'accord conclu en
mai avec le courtier amricain Starbucks, l'Ethiopie, premier produc-


Ouvriers de la construction sur un chantier d'Addis Abeba. o Frangois Misser


Mais cela ne devrait pas durer : 14 cimenteries sont en construction
Dire Dawa, Wuchale et ailleurs. Et il y a de la marge pour amliorer
les performances : seulement 54,3% de la capacity du secteur manufac-
turier est utilise, en raison de contraintes comme la pnurie de mati-
res premires ou de l'approvisionnement en eau et en lectricit.





Le boom ne saurait cependant occulter les problmes chroniques du
pays, don't le PIB par habitant n'est que de 170 dollars, qui a connu de
grandes famines et o la scurit alimentaire demeure le principal dfi.
Il souffre toujours en effet d'un deficit cralier de quelque 600.000
tonnes par an, l'une des causes de l'inflation (19% en fvrier 2007 selon
le FMI). Mme si la production s'est accrue de 8,7 11,6 millions de
tonnes entire 2001/02 et 2005/06. Parmi les causes figurent les faibles
rendements agricoles, et le morcellement des exploitations dans un pays
qui doit nourrir chaque anne deux millions de bouches supplmentai-
res ainsi que l'insuffisance de la production semencire.


teur africain de caf avec une rcolte de 300.000 tonnes/an en moyenne,
s'est ouvert une voie pour maximiser les revenues, car il reconnat la
proprit intellectuelle des planteurs et la labellisation des arabicas
"Sidamo", "Harar" et "Yirgacheffe". Dans l'Harar, la production s'est
accrue l'an dernier de 20% suite l'organisation des paysans en coop-
ratives. Les olagineux et l'horticulture connaissent un essor spectacu-
laire, en particulier la floriculture qui emploie 50.000 personnel, en
majority des femmes, autour d'Addis et dans la Rift Valley : les recet-
tes d'exportations ont double 60 millions de dollars l'an dernier. Selon
Anat Harari Degani de Jericho Plc, le secteur est promise un bel ave-
nir, avec une quality quivalente celle de l'Equateur, un des leaders du
march mondial, et des cots infrieurs ceux du rival kenyan.

> L. .

L'Ethiopie entend rsolument tirer parti de son potential hydrolectrique
considerable entiree 30.000 et 40.000 MW), le second du continent aprs
celui du bassin du Congo, qui lui permettra de satisfaire les besoins
d'une conomie en plein boom et de subvenir aux besoins de ses voi-


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007







eportage Ethiopie


sins (Soudan, Djibouti, Kenya). Selon le Ministre des Mines et de
l'Energie Alemayehu Tegenu, quatre centrales en construction (Gilgel
Gibe II, Amerti-Neshe, Takeze et Anabeles), d'une puissance total de
880 MW permettront de doubler la capacity de gnration actuelle
d'ici 2010.
Ds septembre, la socit italienne Salini Costruttori va dmarrer la
construction de la central de Gilgel Gibe III (1870 MW), un investis-
sement de 1,6 milliard de dollars.
Dans le domaine de la distribution, la Banque mondiale vient de
consentir un prt de 130 millions de dollars pour l'lectrification de
295 villes et villages.




L'Ethiopie, don't la structure gologique prsente des similarits avec
le Soudan et le Ymen, aspire son tour devenir une province ptro-
lire et gazire. La socit malaisienne Petronas mne des explorations
dans les bassins de l'Ogaden (o des reserves de 4.000 milliards de
pieds cubes de gaz ont t identifies) et du Gambela, tandis que l'en-
treprise britannique White Nile conduit une tude gophysique dans la
region de la rivire Omo au sud du pays.
Sont aussi sur les rangs les socits Pexco capitaux malaisiens et
Lundin East Africa (Sude), dtentrices de plusieurs blocs dans
l'Ogaden, ainsi que la compagnie amricaine Afar Exploration au nord
du pays.
A terme, le centre du pays et la region de Mekele au nord, seront ga-
lement ouverts l'exploration, confie le directeur du Dpartement des
operations ptrolires du ministre, Abyi Hunegnaw.
Mais la mise en valeur de la manne de l'Ogaden ne sera pleinement
envisageable qu'aprs le retour de la paix dans la region'.
En un an, les recettes d'exportation provenant du secteur minier ont
double, en parties grce l'incorporation dans le secteur formel des
orpailleurs par le ministre.
Longtemps sous-explor, le sous-sol attire les convoitises de socits
indiennes, chinoises, thiopiennes, en qute d'or, de platine, de char-


bon, de tantale et de pierres prcieuses telles que l'olivine. Une ving-
taine de permis a t accorde durant l'anne coule, confie le direc-
teur des operations minires du ministre, Gebre Egziabher. Les expor-
tations ont atteint en 2005/06 1,08 milliard de dollars. Et ce chiffre a
t dpass en 11 mois l'exercice suivant.
Ces performances devraient s'amliorer dans les mmes proportions
que le climate des affaires grce aux rformes apportes dans le
domaine de la regulation dans divers secteurs, relve la Banque mon-
diale. Le concours de la diaspora, don't les remises ont reprsent en
2006/07 davantage que les recettes d'exportations (avec 1,1 milliard de
dollars pour les neuf premiers mois), est un autre atout important,
corollaire de l'exode pendant la dictature marxiste du Derg de nom-
breux intellectuals don't un tiers des mdecins.
Le tourism est un autre secteur d'expansion, favoris par la richesse
culturelle mais aussi par l'exceptionnelle diversity de la faune et de la
flore du pays. La persistence de tensions en pays afar ou la frontire
rythrenne qui expliquent en parties le fait que 8% du budget soit
allou la defense, est peine perceptible dans la capital et dans le
reste du pays o la criminalit est faible. En rsulte une hausse du
nombre de visiteurs, pass de 139.000 227.000 entire 1997 et 2005, et
le triplement des recettes 134 millions de dollars.
L'objectif du gouvernement est aussi de tirer parti du principal facteur
de dveloppement : l'homme. En portant le taux de scolarisation pri-
maire de 79% prs de 100% d'ici 2015 mais aussi en investissant
massivement dans la formation et dans l'enseignement universitaire.
Le nombre d'universits est pass de un huit depuis 1991 et 13 sont
en construction. Le pays est en pleine transformation, notamment en
raison de la politique de dvolution de pouvoir aux rgions entreprise
par le gouvernement qui, en 2007/08, a allou prs du tiers du budget
aux provinces, soit plus de 55% que l'anne prcdente.
F.M. l


1 En avril 2007, une attaque d'un site ptrolier par les rebelles du Front national de lib
ration de l'Ogaden (FNLO), a contraint une firme chinoise interrompre ses travaux de
prospection pour le compete de Petronas.


COURIER






Ethiopie eportage


L'UE "




DE DEUELOPPEIIIET"


Premier partenaire de l'Ethiopie, elle-mme premier bnficiaire de l'aide europenne
aux pays ACP, I'UE mne avec le gouvernement de ce pays stratgique, un dialogue
politique franc sur toutes les questions, y compris les plus dlicates.


elon le Ministre d'Etat des Finances
et de l'Economie, Ato Mekonnen
Manyazewal, "I'UE est le principal
partenaire de dveloppement de
l'Ethiopie" travers son soutien au 5" plan
quinquennal lanc en 2005. En mme temps,
l'Ethiopie est le premier bnficiaire ACP de
l'aide europenne, avec une dotation de 540
millions d'euros pour le 9" Fonds europen de
dveloppement (2002-2007) et un montant
indicatif de l'ordre de 650 millions pour le 10"
FED (2008-2013).
Les infrastructures reprsentent le premier
secteur de concentration de l'aide europenne
(211 millions provenant du 9" FED) et la ten-
dance devrait se poursuivre, mettant l'accent
sur des projects facilitant l'intgration rgio-
nale. "L'objectif est de jeter les foundations
facilitant les investissements directs, pour


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


nous rendre plus comptitifs en rduisant les
cots de transport", indique Ato Makonnen,
ayant l'esprit la conclusion prochaine de
l'Accord de partenariat conomique entire
l'UE et l'Afrique orientale et australe (ESA).
Outre la rehabilitation du chemin de fer
Addis-Abeba-Djibouti, les principaux projects
concernent les routes.
Aprs la construction de l'axe Addis-Awasa
dj acheve et de celle en course vers Jima au
nord, l'objectif est dsormais de construire les
principaux axes vers le nord (Addis-Abeba-
Debre Sina et Kombolcha-Gondar), prcise
Ato Makonnen.
De surcrot, la Banque europenne d'investis-
sement (BEI) qui finance la construction de la
central hydrolectrique de Gilgel Gibe II
(428 MW), tudie la possibility de finance
aussi celle de l'un des plus grands barrages du


continent (Gilgel Gibe III, 1870 MW) don't les
travaux devaient dmarrer en septembre.
Le soutien macro-conomique (96 millions
d'euros sous le 9" FED) est le second secteur
de concentration.
Il vise, explique Ato Makonnen, finance la
promotion des services de base (agriculture,
education, sant, eau) dans les woredas (dis-
tricts), afin d'accompagner le processus de
dvolution de pouvoir de l'Etat fdral vers
les rgions. Enfin, le dveloppement rural et
la scurit alimentaire (voir encadr) qui ont
absorb 54 millions d'euros sous le 9" FED
demeureront prioritaires.
A ces programmes, s'en ajoutent d'autres
concernant les acteurs non-tatiques, la bonne
gouverance, la prevention des conflicts, le
dminage, l'appui au secteur du caf et la
conservation de l'hritage cultural.







eportage Ethiopie


La cooperation volue de plus en plus d'une
approche projects vers une approche sectorielle,
plus institutionnelle, avec des montants sup-
rieurs. Un tournant apprci par Ato Makonnen
le partenaire thiopien. "C'est bon pour nous
dans la measure o cela rduit les cots de trans-
action et aide une utilisation plus flexible des
resourcess, commente-t-il.
Mais la repression par les autorits des manifes-
tations de juin et novembre 2005, ayant fait 193
morts selon une commission d'enqute du par-
lement thiopien, dans la foule des lections
de mai, entaches d'irrgularit selon la mis-
sion des observateurs europens, ont amen la
Commission europenne revoir la faon don't
elle octroyait son appui budgtaire. "Nous som-
mes devenus beaucoup plus stricts dans la faon
don't nous allouons les resources canalises
travers les instances gouvernementales", expli-
que le dlgu de l'UE, Tim Clarke.
Dans le cadre du 10e FED, la Commission
entend mener un vritable dialogue politique
avec le gouvernement, autour du soutien son
Plan pour le dveloppement acclr et durable
de reduction de la pauvret (PASDEP).
Un grand dfi reliever pour atteindre les objec-
tifs du millnaire pour le dveloppement d'ici
2015 est le doublement de l'aide extrieure,
pour rduire la proportion de la population qui
souffre de malnutrition (15%), souligne Tim
Clarke.
Les bailleurs de fonds sont dsireux d'accrotre
leur aide mais des progrs sont ncessaires en
matire de bonne gouverance, considre le
dlgu de l'UE. "Le systme judiciaire ptit
encore de beaucoup de faiblesses. Dans certai-
nes prisons, 80% des dtenus n'ont pas t
jugs. La scurit des contracts constitute un gros
problme pour les investisseurs europens.
Mais il faut rendre justice au gouvernement qui
s'est impliqu dans un tel processus de rforme,
publiant un guide avec des indicateurs prcis.
C'est vraiment impressionnant !", s'exclame
Tim Clarke.
De son ct, Ato Mekonnen rappelle que
l'Ethiopie qui a adhr au mcanisme africain
de revue par les pairs de la gestion gouverne-
mentale, ds sa creation, affirmant : personnele
ne comprend mieux que nous la ncessit de la
bonne gouverance".
"Si l'on avait une perception de stability et de
scurit et si un environnement favorable, cou-
vrant les aspects non seulement conomiques
mais aussi politiques, tait cr, je suis persuade
que les vannes des financements s'ouvriraient
davantage", juge Tim Clarke.


W'


Vu d'Addis-Abeba, un des cueils surmon-
ter dans les relations avec 1'UE est l'attitude
du Parlement europen qui, le 21 juin, a vot
une resolution dplorant le verdict de culpa-
bilit prononc contre le president de la
Coalition pour l'unit et la dmocratie
(CUD) Hailu Shawel et ses 37 co-inculps,
appelant le Conseil europen infliger des
sanctions contre les responsables gouverne-
mentaux thiopiens. Mais leur liberation le


20 juillet pourrait dgeler l'atmosphre.
Tim Clarke estime ncessaire de "jeter des
points Il n'est pas possible que le Parlement
europen soit peru ici come tant "anti-
dveloppement". Admettant qu'il existe en
Ethiopie des problmes de respect des droits
de l'homme, le dlgu considre aussi que le
ministry de la Justice est un home qui veut
vraiment "changer les choses". De son ct,
Ato Makonnen considre d.i ...1 'le vote des
europarlementaires, fond sur la "dsinforma-
tion", qui ne relve pas d'une .ii.i,. .c con-
crte et quilibre", esprant cependant qu'au
fil du temps prvaudra "une meilleure com-
prhension de la situation". "Il faut tenir
compete du fait que nous sommes en train de
btir des institutions, certes imparfaites mais
notre objectif long terme est de construire un
systme politique dmocratique et inclusif',
plaide le ministry.





"L'Ethiopie est un pays fier, avec 3.000 ans
d'histoire et je pense qu'ils ont raison de ne
pas accepter de se voir donner des leons par
les trangers. Les lections qui ont eu lieu en
2005 ont t les plus dmocratiques qui se
soient tenues dans le pays", considre Tim
Clarke. "En mme temps, poursuit-il, il y a des
principles universels en matire de droits de
l'homme respecter. Je sais pour avoir discut
souvent avec le Premier ministry qu'il veut
instaurer des normes internationalement
reconnues en cette matire ainsi que dans celle
de la bonne governancee.
Clarke insisted galement sur le besoin de pren-
dre en compete le rle stratgique de l'Ethiopie.
Addis-Abeba est la capital diplomatique de
l'Afrique et ce pays joue un rle-cl au sein des
institutions panafricaines. "En mme temps,
l'Ethiopie est un acteur considerable au niveau
regional. Ce pays a un rle trs important sur le
plan religieux et cultural" pursuit le Dlgu.
Les diplomats en poste Addis soulignent que
le pays dispose de l'arme la plus puissante de
la region et qu'il fait figure aux yeux de
l'OTAN d'alli dans la lutte contre le terro-
risme, en particulier djihadiste (depuis la fin
2006, l'arme thiopienne s'est dploye en
Somalie pour y soutenir le Gouvererment de
transition contre les islamistes de l'Union des
tribunaux somalis). Par quelque ct que vous
apprhendiez les choses, conclut Clarke,
l'Ethiopie est un acteur-cl.
F.M. l

Travaux de rehabilitation sur la line de chemin de fer
Addis Abeba-Djibouti, hauteur de Metahara.
Franois Misser


C(URRIER

























p..


i. I i cli l I ) I hc 1 'lt I .ll d Ill, .


t l I t Il -Ii. ll lt. t Ill II- 1.1111 '




11 I t t*dit.i' I i E l i l* i i l I I t. iC I Iil
llI !'EhIlil lll, p.. ,. i !, i .: 1 a.ia l IC, ,,t!l.Htu




I il u' l 1.,[ dll C I il, cl l Iu' 1 l. I i .l 'c
Idv Flj.. I l.t i,,ll le I I-III il .
,I l ll .l' i ,iL it .. L t 1.i I i ti lt .1't ii, 111 .l .I ll,



'l1. 1.' .i ti i *,llcl lii t i. I, J 1 .l Ii. I i. l
LI ill. tit, t il |i t i .ll ,.I Ii Ic l l I lc il ,. ic

I .Ill( ,l. .l .1.. II .l,ti IIlHt h. I. l l' .II2


li. t lt I i ,. t l I I I.I t l l .' t ... l ,. h.. '.I t II tI-.
li I l l l l i i I.i1 IIi IIl l p i t .11i .. l ., i -


lICh Il d l.l III j ll il!c lh !c I. 1 I .c h. 'h !l.I
l I hl't'i'llic I Il|c llc j .HhL ,i lll .I- .,,.iill
Ix L.I .IlVi c".' lllu' l, j 1.11 .c l l! ll 1I.I-
ieu dl l .1 I dll 1.ll!,..'! I l !J !11!--
e t ,lu l l' I Ill I !. 1 ,.' dI 1 ..', I i', l ,l '
p h i. ,c.: l u . 1. 1 J ,' 1,. II,.' . 1 -1
1 111 d c 1.1.1 l ,..'i lli, I l c !hIl '! lll '
l ic ll p 1.. Il I I, 'IMI 'II .iii !
le h.l tlh l'lh lll C -1l1 Illi l l !C .1' !-"

L I', : Ii L c I.1 ..I d 1 1 L' II .. I!' ll p 1i,


SJ'i
L ... ', J,,

I I.

iV^ i


t.l ii ii i i iii i!*u, illhi |i.I iI lti i, F l l.i lt II,


*lii i l t s l t .II I~~ I t l II cl. 1 IC L ll .1 c 11.1-


t I I 1. 1 t 1* t lt 1 II lll t i 1 I l tll l l l .. i j i lt. 1 l.l-.
! ., l Il .' ll t t1 ii I j.' tl l i l.' .l! *t I lK.' l l.l-
I l i* l 1.1 1 ill pl l l .ll| l | .l l ll

! l1 .l t .tl I u l i I tl |1 llli.l lli


|1 l il II 1 I I t l tl |!l .ll- i .I '. 11 .llll 'ht l u.
1' III I.IL 1' .1 li Ilp ..ICii i l.l l .' I l li llI' 1i i.
]_'H h ll.l ,l I l l .l lll, ll l l l l I.I ll E .h lL l ..'


l. t1 | h ill . I l ii l it il t lii li. lh. ii .
CIh. 'l !i li , Iill i l .l ,! I h l, ,,!' | hl lII !
Ill.II l III l I l. l llle l II l m d i llI I. ll l l ,.l l.
". i L It ll.I ll a l i j 1' Il IN Il %, ,i!
tli I! i .I I ll i. '! i'" .,i .. II I i < DE _} '
i iii t i ut tltti Ii i i i i- 11 C t *li iC
Flll lI !I' .' M',, l IC l- I illc.'
e vl l .' l!' |l! c l I. ll 1 1 .'! .l C.' l ''il!




F '.I.'ll ,i. C I! C .11'
E.q II ., ,llc D l!l' llCI ,,Il !J DIII' I" ,,!t
. l hc ,!!l J 1 1.lu' I !,, ll ,.,,1 ,)'!J l





i. c p l. l! lh.1 ,l I lll I 1| .! '. ll II, ,C







eportage Ethiopie


.~.7
r- t29~ v.


.-& Z
oe I. -. y 5!t-



f r
r'1 xt 'z, L :vV.
~ .~-.< "


algr une croissance annuelle
du PIB de 10%, l'Ethiopie
demeure confronte au dfi de
l'inscurit alimentaire, en par-
ticulier la region de l'Ogaden o la famine
menaait dbut septembre. Le pays est poten-
tiellement autosuffisant selon le dlgu de
l'UE Addis, Tim Clarke. Mais la dmogra-
phie galopante a pour effet de diminuer la sur-
face des terres disponibles par mnage dans
les zones rurales o l'on compete 6 7 enfants
par famille. Du coup, l'aide alimentaire
demeure ncessaire : en 2006, la Commission
europenne, avec les Etats membres de l'UE,
a fourni 30% du total accord l'Ethiopie,
don't 90.000 tonnes aux personnel les plus vul-
nrables, en achetant une parties sur place pour
ne pas dprimer le course des denres locales.
Mais la rponse au dfi porte de plus en plus
sur les actions de dveloppement, dans le
domaine de la scurit alimentaire strict
sensu mais aussi dans celui de la diversifica-
tion, de la commercialization des autres pro-
duits caf, fleurs, pices) et de la creation
d'infrastructures, en marge de l'amlioration
de la gestion des resources en eau, en soutien


aux actions gouvernementales. "Nous sommes
en train de dissminer auprs des families pay-
sannes des techniques de collect de l'eau,
d'amnagement d'tangs afin de permettre
aux paysans de cultiver pendant les annes de
scheresse et de diversifier les cultures en pro-
duisant des fruits et des lgumes grce des
projects de petite irrigation", explique le
Ministre d'Etat des Finances et du
Dveloppement, Ato Mekonnen Manyazewal.
Depuis 2005, un programme conu par le gou-
vernement et les bailleurs de fonds a permis de
crer des "filets de scurit" procurant ali-
ments et argent liquid aux habitants en diffi-
cult en change de leur participation des tra-
vaux publics. En 2006, 7 millions de person-
nes ont bnfici de ce programme de 220 mil-
lions d'euros, finance 60% par l'UE et ses
Etats membres.
Le paradoxe est que, mme dans les zones les
plus productive, on trouve des poches de mal-
nutrition. C'est le cas dans la region Sud o,
sur financement de l'UE (817.760 euros),
long franaise Inter Aide appuie un pro-
gramme de dveloppement intgr dans les
woredas (districts) de Damot Gale et de Kacha


C(URRIER







Ethiopie eportage


Bira. Parfois appele "Ethiopie heureuse",
cette region fertile et bien arrose aux collins
cultives en terrasses souffre cependant de ce
qu'on appelle la "famine verte". L'habitat y est
dispers mais la densit est trs forte (300
600 habitants/hectare) et les exploitations exi-
gus (un demi-hectare en moyenne) ne per-
mettent pas d'assurer la scurit alimentaire. A
Damot Gale, la moiti des families ont un
revenue annuel compris entire 30 et 100 euros.
En raison de l'altitude (2.000 mtres), l'agri-
culture est base traditionnellement sur la cul-
ture de l'enste, "faux bananier", plante mira-
cle jouant un rle majeur dans l'alimentation
humaine et animal, des crales et d'un petit
jardin vivrier, tandis que crales et lgumi-
neuses jouent le rle de cultures de rente. Mais
l'association de ces systmes de cultures un
petit levage, indispensable pour assurer le
renouvellement de la fertilit, est aujourd'hui
rendue difficile par la faible disponibilit du
fourrage. La pratique de la jachre a disparu et
les techniques sont archaques.
Les paysans se trouvent dans une situation
d'extrme prcarit. Plusieurs families se par-
tagent un beuf ou ne, louent les unes aux
autres leur force de travail et en priode de
disette doivent vendre leur capital, leur btail,
don't le taux de mortality atteint 40% la pre-
mire anne Le rgime foncier (la terre


i l iL ,ii i i l , i i, i i ,,-i


appartient l'Etat, les paysans n'ont que l'usu- des mutuelles traditionnelles paysannes. Avec
fruit) constitute un handicap car les paysans ne l'assistance de long, les paysans creusent
peuvent mettre en gage que leur rcolte future des fosss et rigent des buttes sur les bassins
ou leur btail pour obtenir des prts de campa- versants pour casser les pentes et prvenir
gne, souvent des taux usuraires. ainsi la perte de terre fertile entrane par les
Face cette situation, Inter Aide a mis en place pluies. Ils cultivent du vtiver pour stabiliser
un programme intgr. D'une part, 1.800 les buttes. Cela permet de fournir de quoi ali-
familles bnficient du volet agricole du pro- center le btail en saison sche, de diminuer
jet, bas sur la collaboration avec les iddirs, l'endettement, d'augmenter la production lai-
tire et celle d'engrais naturels. La conserva-
tion des semences et l'introduction de semen-
ces amliores (triticale) est encourage.
L'exprience est concluante. Selon Christophe
Humbert, chef du project, les rendements ont
double la premiere anne Damot Gale.
Le project comporte galement un volet
hydraulique rural. Dbut avril 2007, plus de
14.000 personnel et 5.000 ttes de btail bn-
ficiaient de l'installation partir de systmes
gravitaires, de 31 points d'eau grs par autant
de comits devenus autonomes aprs deux ans,
don't le rsultat attend est l'amlioration de la
sant des homes et du btail, le capital.
Enfin, le programme comporte un volet plan-
ning familial, en conformit avec la stratgie
national de sant reproductive. L'objectif est
de contribuer rduire le ratio population/res-
sources et de donner la femme, agent de
dveloppement, la matrise de son destin. Au
dpart, les mres plus ges, dsireuses de pr-
venir de nouvelles grossesses taient les plus
nombreuses parmi les clientse" mais de plus
en plus de jeunes femmes sont intresses :
1.500 nouvelles bnficiaires taient recenses
en avril 2007. La mthode utilise est l'injec-
tion de Depo-Provera qui suscite moins l'op-
position des prtres, pasteurs ou imams de la
region que le prservatif masculin.
F.M. l


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






eportage Ethiopie


Du




la



L'Ethiopie occupe une place exceptionnelle dans l'histoire de l'humanit. Des origins
du peuplement human la nouvelle vague d'artistes qui n'en finissent pas de se lib-
rer de la chape de plomb impose durant 17 ans par la dictature marxiste du Derg.


ans ce pays, voyager
dans l'espace, c'est aussi
voyager dans le temps",
aime dire le peintre
Geta Makonnen. En effet, c'est quelques
centaines de kilomtres d'Addis, dans la val-
le du Rift que vcut Lucy, notre anctre com-
mune australopithecus afarensis, don't le
Muse national thiopien vient de retrouver la
trace d'un lointain ascendant, un hominid
vieux de 3,9 millions d'annes.
C'est encore au nord du pays, cheval sur
l'Erythre et la region du Tigray, que s'pa-
nouit au IIIe millnaire avant J.-C., la civilisa-
tion de Pount, don't les bas-reliefs gyptiens
vantent la myrrhe, l'encens et l'ivoire. Selon
la tradition thiopienne, c'est encore au Tigray
que Mnlik I, fruit des amours de la reine de
Saba et du roi Salomon fonda la civilisation
d'Axoum, au Ie millnaire avant J.-C., don't
les stles et oblisques, tailles d'un bloc,
dfient toujours les lois de la gravit. Celle


qu'avait emport l'arme de Mussolini en
1937, haute de 24 mtres et pesant 170 tonnes,
restitue en 2005, vient de rejoindre ses seurs.
C'est encore sur ces hautes terres qu'aprs la
conversion du roi Ezana, vers 330 aprs J.-C.,
que l'Ethiopie est devenue l'un des berceaux
de la chrtient, avec ses propres rites, sa pro-
pre doctrine dite monophysite qui affirme
l'union du divin et de l'humain dans le Christ
en une seule nature, son propre alphabet
Ge'ez et son propre calendrier julien, enrichi
par l'apport des Syriens, des Armniens et des
Coptes gyptiens. Mais c'est aussi dans le
Royaume d'Axoum que des disciples de
Mahomet, chasss de La Mecque trouvrent
refuge au VIIe sicle.
Non loin de l, dans la province actuelle du
Wollo, au XIIP sicle, le roi Lalibela de la
dynastie des Zagou fit construire les clbres
glises monolithiques, classes depuis 1978
par l'UNESCO, au patrimoine de l'humanit et
don't l'UE finance les travaux de preservation.


De longue date, Axoum et le royaume du
Prtre Jean ont exerc une puissante fascina-
tion sur les Europens, grecs, allemand et por-
tugais. Au XVI sicle, le Vatican fit l'acquisi-
tion des manuscrits don't, avec d'autres trsors,
l'historien de l'art Jacques Mercier s'emploie
dresser l'inventaire, avec le concours finan-
cier de l'UE. Car qui dit patrimoine inestima-
ble dit galement tentation irresistible pour les
trafiquants. Cette fascination s'est aussi tra-
duite par la solidarity don't firent preuve les
Portugais ; leurs arquebusiers firent parler la
poudre pour sauver le royaume des assauts de
l'mir de Harar, Ahmed Gragne dit le "gau-
cher" au XVI sicle. Ils ont inspir les splen-
dides chateaux aux murailles crneles de
Gondar.
Mais on ne saurait rsumer le patrimoine cul-
turel au seul apport chrtien. L'Ethiopie est
aussi l'un des plus anciens foyers des deux


C(URRIER







Ethiopie eportage


autres grandes religions monothistes :
l'Islam et le Judasme, don't les membres de la
communaut falasha ne seraient autres que les
descendants de la tribu perdue de Dan, selon le
rabbin Ovadia Yosef. L'Ethiopie a aussi abrit
le royaume musulman de Shoa entire les Xe et
XVIP sicles don't les vestiges ont t dcou-
verts en 2006. Le charme de la ville de Harar,
ville sainte de l'Islam, aux murailles encore
prserves, ensorcela Rimbaud. La riche
palette culturelle du pays englobe les tradi-
tions des bergers afar poussant leurs chameaux
dans les planes plus arides, des Somalis, des
danseurs surma des confins du Soudan don't
les rites animistes remontent galement la
nuit des temps. Pas moins de 80 ethnies peu-


I j


plent ce vaste pays aux paysages si varis, de
la depression brlante du Danakil au mont Ras
Dashen (4.620 mtres).

>



Mais dans cette Ethiopie ternelle qui fte
son second millnaire de l're chrtienne
(calendrier julien), la spirituality sous-
jacente, dans le signe de croix furtif du
chauffeur de taxi au passage de chaque
glise, vit des formes nouvelles, trs XXIe
sicle. A sa manire, ce marcheur de la paix,
fermier de 23 ans, arborant le drapeau thio-
pien et un drapeau blanc sur son sac dos,
qui avait parcouru plus de 1.600 km depuis
son village natal de Humara dans le Tigray,
lorsque nous avons crois sa route dans la
plaine de Metahara, les incarne, exprimant le
vu de beaucoup de ses compatriotes de voir
cesser le cycle des guerres qui ont endeuill
la region.
L'Ethiopie est aussi la terre sainte des rastas
comme en tmoigne la communaut de
Shashemene, 240 km d'Addis, et le grand
concert de fvrier 2005 en hommage Bob
Marley auquel ont assist quelque 300.000
rastas, fans et curieux, sur Meskel Square
Addis. Mme si la dvotion envers le dfunt
Ngus Hail Slassi, rvr comme un dieu,
laisse perplexes bien des autochtones.

l I'E' II i cI l L ii! .li I! t l i ic l in i i -


l.lllih I i |. i d ll I, d ll 1.1 l -, .1 C'k


;:: i . k

1 \ J ] ^iiiiii""


la creation de l'Ecole des Beaux-Arts, en
1957, don't l'une des figures de proue a t
l'Armno-Ethiopien Skunder Boghossian,
fondateur de l'art abstract national. Mais avec
la Terreur Rouge impose par le rgime du
Derg (comit) de 1974 1991, un couvre-feu
a mis fin l'effervescence des Nuits d'Addis-
Abeba, narre par le romancier Sebhat
Gubr-Egziabhr' et compltement inhib
l'essor de la creation qui s'tait manifeste
durant les dernires dcennies de l'empire.
Les seules formes d'art dsormais autorises
ont emprunt au socialisme rel, illustr par
ce tableau de Gebre Luel Gebre Mariam
(1979) reprsentant une patrouille rvolution-
naire, qui est la peinture ce que le dtache-
ment fminin rouge fut l'opra maoste...

>'

Mais depuis, on assisted l'closion clecti-
que d'une srie d'expressions allant de l'art
naf inspir par les icnes et appliqu des
thmes profanes comme ces tableaux de
Getachew Berhanou, fils lui-mme d'un ma-
tre de l'iconographie, qui peint aussi bien la
lutte au bton (donga) chez les Surma qu'une
suppose scne d'brit un peu coquine du
peintre Rimbaud, des scnes de la vie quo-
tidienne dans les embouteillages d'Addis ou
les marchs de Harar et aux formes les plus
diverse (symbolisme, impressionnisme, no-
cubisme, etc.). L'volution n'est pas sans rap-
port avec celle de l'autre grande nation ortho-
doxe, la Russie, avec qui l'Ethiopie partage
bien des caractristiques : art iconographi-
que, tradition impriale et stalinisme, avant
de connatre une "nouvelle vague depuis la
fin des annes 1990". L'une des uvres les
plus originales est celle de Geta Makonnen
don't l'autoportrait, des pages imprimes de la
bible, des miroirs, recouverts d'une kalachni-
kov et d'un squelette symbolisent la peur et
l'intimidation qui caractrisent l'identit
thiopienne contemporaine.





Francis Falceto, auteur de nombreux ouvrages
sur la musique thiopienne, dplore que depuis
la fin de la priode noire du Derg, la musique
moderne soit loin d'avoir retrouv son clat
d'antan et en particulier du swinging Addis2.
Mais l'existence d'une industries du disque
locale qui distribue les uvres du vtran
Mahmoud Ahmed, don't les mix de jazz et
musique orientale ont valu depuis longtemps
l'estime de ses confrres et de nombreux ama-
teurs l'tranger ainsi que l'mergence de


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


~ '~' ~ ''


ri
jiF







eportage E' c



I i k 'l i ll i lll ll l .. t 1 I ll'.1 t 'II (i l ( 1 1i

(.' h ,l l l I .. .ll I. l ..11 .. . I! D .1 .'l 1 |.i J. *



!. 11 iii!,C iC LC l.!iii il .111 Di !. i i ii. I I, 'Ci. II. I ii

I I.l I~~l. l"'i l l l i.i ll l d ..'i I i l D i ,I l II .'!

.ii IC I.' I .' ." i I'I 1 ii .'! .' I i' i h.' p i l
CI ...I ll.. lo !h .i!,.jl. dc Jilh.' c. l ... ., 'C. I
, 'IClh I' I '." ll! ,,!' ll !!.!Ll !h.hIII!i l. l~ .
S. i i i i L iii 1 I i l i *. '.' i i i l i .ii i il. .! i! ili

i. c, i t i il L .IL i i, II J ,L ii I I i l 'i

'' .i l i l 'l i l I I I I l l i I l h. I ll

*'. IL i i i i. l .' i l .i i 1thhL .' i 1. i i l i Ci I i i.'
I ji C i 1.[ i J ii 111 Cil C I C i. C ci C tI-
i. i iL i IL li i. .i i '. l i








I. 1ll 1 l iiC l i I l ll .i| i l i l. i i |iiL .I i -






F M
.I .' i ,C c lh ,,, I i i i
F III C |1 .i.ll .' .1 IIi. i ,, 1 C I! i l i, IIC'
- I C l ic 111. IId I Ci cI '1 .' 11C d.' c !C!, 1.' .l !. l l



.. iII . -I, i ' 1' 1..' i i I. i ii .
.d I 1. C

d .' II h il d, !! !le k' l .llll d.lI!l I. l ic l! 'c



F M


-.


W-. -wt -.



I I I*** I* I'f... b
Enr d 'gi e StGoge eLaiea
C& raei .u



F E b Moifdelun ds glse e albeacet sasik sggr l pssbiit e ies nciesenrele lie


C re-uses dans la roche ',olcanique aux tcns rositres sous le rgne de Lalibela entire 1167 et 1 2u7, les o:nze
llises sont liun les lieux de plerinage les plus important pour les Ethicpiens. Les collins environnan-
tes, baplises Mont Tabor, lont des Oli'iers et Mont Sinai ainsi que la ri'.ire du lieu Y rdanos, tmnciitnent .
d'une volont royale de crer en ces parages une seconde terre sainte ', afin 'pargner aux sujets les alas
d'un voyage en Palestine, une poque o crises et niusulnians s'ftrontaiiient dans ce pays rlanifestemient ,. i
influences par le style aoumnie, elles tLimgnent aussi d'influences svrc'-palestiniennes et coptes. .
Mlais au fil des sicles, ce complexie dle lieu de culte, interconnects par des passages souterrains, a subi les
agressions du vent des pluies et des changements climatiques, causant une svre diraciation aux monu-
ments Au point qu'Lpils plusieurs tentatives de restaLJuition, le louvernemPient thiopien a sollicit l'as'is-
tance de l'Union europenne poui les sauvegarder
Le_ travailu don't le o,:t total est estime a 9 millions d euPLos. e:CLJt par Ia hiime italienne Teprin ont ete inauglurs par le patiarche Abuna Paulos en
fvrier 2n07 et deviaient s'ache-ei a la fin de cette ainne. Ils coimprennent la construction de nouCelle< coiLrer tures pour les nionuments, I rection de
colonne< de soutien, la constrLction d'un nouveau centie de contPrence et de barritre, de seCLllitP autour des sites Le prograrmme priVoit aiisi dee
actions de conservation. la creation d'un centre e documentation et I integration de la population locale cette mission de sauvegarde.


COURIER






Ethiopie eportage


Tsigue Shiferaw









de la

i l'Ethiopie est parvenue impose!
sa marque dans le monde de l'athlc -
tisme, c'est d'abord grce Abe'c
Bekila. En 1960, en remportant !c
marathon des Jeux olympiques de Rome, c
soldat fut le premier athlte africain offril .
l'Afrique une mdaille.
Quatre ans plus tard, il remportait unc
second mdaille d'or lors du marathon des i
O. de Tokyo, devenant le seul athlte u ;
monde ce jour reporter deux marathon'
olympiques.
Depuis lors, plusieurs athletes issues des haui
plateaux de l'Ethiopie se sont distingus dans
le 10.000 m, le 5.000 m, le 3.000 m et le
marathon. Les lgendes se sont multiplies
tant chez les homes que chez les femmes :
Hail Gbrselassi, Derartu Tulu et Berhane
Adere pour les plus de 30 ans. Kenenisa
Bekele, Turunesh Dibabaw et Meseret Defar
pour les plus jeunes.
Ce succs est redevable la Fdration thio-
pienne d'athltisme (FEA), cre en 1949, la
plus efficace fdration sportive du pays.
Entre 2003 et 2007, son budget est pass de
777 dollars plus de 3 millions de dollars !
Elshaday Negash, porte-parole de la FEA,
explique ce phnomne par le fait que ce soit
la seule fdration sportive thiopienne ne
pas dpendre des fonds gouvernementaux.
Elle est totalement autosuffisante, grce aux
bourses de la Fdration international
d'athltisme (IAAF) et au soutien de son
principal sponsor, Adidas.
Par del leurs prouesses, tous ces coureurs
jouissent d'une grande popularity notamment
grce leurs activits caritatives. La plupart
sont ambassadeurs pour l'UNICEF ou le
Programme alimentaire mondial et sont rpu-
ts pour leur gnrosit, dmontre encore
l'an pass en faveur des victims des inonda-
tions de Dire Dawa.
Contrairement leurs prdcesseurs des
dcennies 60, 70 et 80, les coureurs actuels
gagnent beaucoup d'argent et en profitent.
Autrefois les bnfices des coureurs aboutis-
saient dans les caisses de l'Etat. A present, ils
lui versent une taxe de 10% et reoivent des
primes de l'Etat en cas de victoires aux


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


Le Ngus du marathon, Ghebray Haile Selassie salue la foule des coureurs.
Nahom Tesfaye


grands championnats internationaux. Du coup,
certain s'investissent dans les affaires.
Hail Gbrselassi est le pionnier dans ce
domaine. Propritaire d'une salle de sport,
d'un cinma et de plusieurs immeubles
Addis-Abeba, son empire est estim 75 mil-
lions de birrs (environ 8 millions de dollars).
Kenenisa Bekele s'est lanc dans l'immobilier.
On estime que ce coureur hors pair a encaiss
1,5 million de dollars au course des trois der-
nires annes. Il envisage de construire un
complex sportif Sululta, quelque 30 km
de la capital, avec piste de course, piscine et
dortoir. Sululta est l'un des nombreux endroits
o les coureurs s'entranent avant de participer
aux grands tournois. Les femmes ne sont pas
en reste, mais restent beaucoup plus discrtes
quant leurs investissements. On sait cepen-
dant que Turunesh Dibabaw a amass en 2005
une fortune de 450.000 dollars, alors qu'elle
n'avait que 19 ans !
Cependant quelques problmes persistent. Le
porte-parole de la FEA estime insuffisant le
nombre de jeunes athletes talentueux. Selon
lui, il n'y a pas assez de clubs ou de projects
privs et rgionaux.
Pourtant, l'athltisme national se porte plutt
bien et se transform en un vritable phno-
mne de masse, auquel participent jeunes et
vieux s'entranant rgulirement. Depuis
2001, a lieu chaque anne la Grande Course
("The Great Run"), un parcours de 10 km


,t'-a


f


Jo


Portrait de Kenenisa Bekele.
SNahom Tesfaye

qui vise rcolter des fonds pour des activi-
ts humanitaires. Pour sa septime dition,
celle du millnaire, pas moins de 30.000 par-
ticipants taient prts courir dans les rues
montagneuses de la capital, pour la bonne
cause. Et les seigneurs de la course thiopiens
esprent encore briller lors des championnats
africains d'athltisme qu'accueillera le pays
en 2008. l


































comme

Le Portugal a longtemps t la porte de l'Europe et l'Algarve, la porte du Portugal.
Pour aller vers les cinq continents et pour ramener en Europe les ides, les techniques
et les gots des peuples de la terre. Une culture de l'coute et de la tolerance et une
vocation de marieur de civilisations et de temporisateur des differences. A la Prsidence
de l'Union europenne actuellement, ce petit pays compete faire partager ses parte-
naires ses ambitions sur la consolidation du continent et sur un quilibre plus harmo-
nieux du monde. Et aussi mieux faire dcouvrir ses richesses intrinsques, la beaut de
ses territoires, comme les paysages de rve de l'Algarve, sa culture et sa sagesse.


Le er'l. l.il r'l 'ilii r du, phi, iew'il. [i.i,, I'Fiii.-li c in.-r~i i le Ilie'iitiei ii


i.ILI[ [I 1- --Il[c LSI'~ .1 ic- II LI' II.iIi CL I 1 jI cilu [1 Ll.ICI i. [1IiI .'I. 2i
r. I L 0i11.11i 1 I'- j' iluitCdellci' 15 il i'.illi lc e i. .152I [i i L I


CIC .' R'if 11 i 1-1 J11 II e.[i1i l' Ii*i .i1l' e Cell (iu -. i C ll iCl L I'- c'L
[` 1 1 Is C 1. -\ ji nc: ii[i 'Lisll s I5i ii .CI.I% 11isLICI .1 s .11U 15. IlH .Je ij L .1P L .I [lI' Ls,


lIL [C UCl 'i iLC I LIC 1.1. iii Lilie CI LIC L1III LIC h 'ilei .11LU C M 21L C il-
LILILke L'111111 Cl j0iiCi .11 C I. L IIi IiiI iii i.


IliIsi UfiLh 'ilic Il i i Lii ICi I c ' ciIJ]I U U ~ I n du [1.1 Li C 1 IL C

I ~ 11.11I.2s~i LI I i .i i 11 p' -\ 11,11h % 1' 1. ILII i i t luC ~ N I. [liC pL i
111C.1 r< 'ILIC LS c el'l 1A i[.~ iLi Ii LLI ,C, I i' [,.LI!- CH I[ i C ii

hIii~LC LC~ 'ii~~~2iS~ L' LCiIiCHh.i'i~fliILIC' CLII. LIC


COURIER







Portugal couvrir l'Europe


l'Algarve tomberont en 1249. Quelques annes plus tard, en 1254,
Alphonse III abandonne une parties de l'Est du Portugal, Algarve com-
prise, la Castille. Les frontires du pays ne bougeront quasi plus.
La dynastie des Avis qui succdera la fin du XIVe sicle et qui rgnera
deux sicles, sera celle des grandes explorations. C'est l'ge d'or de ce
petit pays don't la population ne dpassera pas 2 millions d'habitants et
qui crera sur les cinq continents le vrai empire sur lequel le soleil ne se
couche jamais. Trop peu nombreux pour asservir, il lui fallait convain-
cre, comprendre, couter, crer et sduire. Et faire faire sa politique par
ses nouveaux sujets. L'aventure a commenc en 1385 avec l'avnement
sur le trne du premier des Avis, Jean 1-, hros de la guerre de liberation
contre la Castille. Les conditions de l'expansion taient cres. D'abord
en 1415, la conqute de Ceuta et puis le grand large avec, pour timonier,
Henry le navigateur, fils de Jean, qui convie en 1417 les plus grands
savants de l'poque Sagres, en Algarve encore, un brainstorming sur
la faisabilit d'expditions au-del du sud de l'Atlantique.
La suite sera Madre, les Aores, le Cap-Vert. Sous le rgne de Jean II
intronis en 1481, les navigateurs portugais atteindront la Namibie et
l'Angola en 1487. En 1488, le cap des Temptes rebaptis cap de Bonne-
Esprance est contourn. Dans la course avec les Espagnols, une bataille
important sera perdue en 1492 celle de l'Amrique, les Portugais
approchs les premiers n'ayant pas fait confiance Christophe Colomb.
Ils reprendront vite le pied. Et iront dans toutes les directions la fois
avec heurs et malheurs et ils s'installeront. Brsil, ocan Indien, Kenya,
Ceylan, Ormuz, Goa, Macao. L'empire global portugais ne disparatra


qu'avec l'arrive relativement rcente de la dmocratie au dernier quart
du XXe sicle. En cette fin du XVe sicle et au dbut du XVIe, fleurit l'art
manulin typiquement portugais, du nom de Manuel 1e le Fortun, don't
le symbol en architecture est la colonne torsade.
Mais la priode de gloire du Portugal touche sa fin. Les ventures
hasardeuses de croiss vont donner le coup de grce la mtropole
rabougrie. Et en 1580, l'acharnement de l'Espagne a port, le Portugal
est pass sous sa domination pour 60 ans.
Libr de l'Espagne en 1640, le Portugal va chercher un contrepoids en
signant un trait d'amiti avec l'Angleterre don't il n'a pas tir que des
avantages et don't le moindre des tmoignages aujourd'hui n'est pas les
denominations anglaises des portos. Napolon lui fera payer cette ami-
ti au dbut du XIXe sicle en contraignant le souverain portugais
l'exil au Brsil. Entre-temps, le XVIIIe sicle aura t marqu par le
tremblement de terre de 1755 et le terrible tsunami qui s'en tait suivi
engloutissant des centaines de milliers de vies, don't un grand nombre
en Algarve, prs de laquelle se trouvait l'picentre et dans toute la zone


Petit dictionnaire de la

AZULEJO : le Portugal a fait de sa pauvret une richesse ; les toits en
tuile avec le soin pris pour riger une uvre d'art, le pavement des rues
- des vrais uvres d'art qui vitent d'utiliser des matriaux chers, les
azulejos des chefs-d'euvre d'art, artisanat d'origine mauresque conve-
nant la mticulosit locale pour la propret au dpart, adopt par gnies
et devenu le nec plus ultra de la creation. A visiter parmi des milliers
d'euvres du patrimoine, le Palacio dos Necessidades qui hberge le
ministre des Affaires trangres Lisbonne, si vous arrive vous y
faire inviter.

BACALHAU : more, plat national autour duquel se droulent les lon-
gues discussions familiales et amicales sur l'art et sur la vie.

LUIS DE CAMOES : pote et aventurier (1524 env.-1580) auteur des
Lusiades, pome pique, un des piliers sur lesquels, considrent les
Portugais, reposent leur culture et leur personnalit.

FADO : si vous pouvez le dfinir, faites-le savoir. Il charrie les humeurs
tranges et les douleurs sucres du Brsil, de Macao, du Mozambique et
de toutes les anciennes feitorias dans la brume du terroir portugais, tout
cela jazz avec des langueurs monotones. Voir aussi, mais surtout cou-
ter, Amalia Rodrigues, Mariza, Misia, Carlos Paredes, Madredeus.

FEITORIAS : les comptoirs du Portugal sur les cinq continents, creu-
sets de cultures et de ngoces.

FUTEBAL : expression qui peut surgir mme dans les conversations
les plus raffines. Autres mots : Selecao Nacional, adule, demi-
finale de la Coupe du Monde en 2006 ; Luis Figo, son capitaine
d'alors ; Eusebio, une icone ; Benfica, record Guiness du nombre de
tifosi affilis.

GULBENKIAN (Fondation) : qui transform l'argent en beauts artis-
tiques pour tous les sens. Etablie en 1956 Lisbonne.

ANTONIO LOBO ANTUNES : crivain, tendre mme sur les sujets
secs. Trs aim par ses compatriotes. Entre autres Fado Alexandrino
(1983) sur les 20 ans d'aprs la Rvolution des (Eillets ; La splendeur
du Portugal (1997) sur les amours et les dsamours entire le Portugal et
l'Afrique.

MANUEL DE OLIVEIRA : symbol des cinastes portugais, peu de
bruit, beaucoup de chefs-d'euvre et beaucoup d'amour de la part des
spectateurs en retour.

MANULIN (art) : le baroque portugais, son apoge au XIX' sicle,
symbolism notamment par les colonnes torsades typiques.

MOSTEIRO DOS JERNIMOS (Monastre des Hironymites) :
patrimoine mondial d'architectures ecclsiales. Voir aussi Alcobaa,
Batalia, parmi tant et tant d'autres.

FERNANDO PESSOA (1888-1935) universes complex lui tout seul,
plusieurs personnel et plusieurs personnalits en un seul tre, chacune
sa psychologie, ses propres ambitions artistiques et littraires, toutes se
situant dans une entit auto-dnomme i, i ,..'- u.i, '. Un cas d'cole
tudi partout dans le monde. Pour Alexander Search, Alberto Caeiro,
Ricardo Reis, Alvaro de Campos, Raphael Baldaya, voir Fernando
Pessoa ou vice versa.

JOS SARAMAGO : Prix Nobel de littrature 1998.

VINHO : voir la classification qui suit : Verde, do Dao, do Douro, do
Alantejo, da Barraida, etc. Mais quand il s'agit de porto ou de madre,
prendre un dictionnaire anglais. Il tait d'abord fait pour le got et le
march britannique.


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






couvrir l'Europe Portugal


ctire don't la capital Lisbonne. On en retiendra aussi la determination
et l'ingniosit du Marquis de Pombal reconstruire le pays. Ce XVIIIe
sicle marque aussi l'apoge du baroque portugais dans tous les arts,
thtre, musique, architecture. Le XXe sicle sera celui de la dictature
militaire symbolise par le tyran Salazar et son successeur Caetano.
Et puis, en 1974, la Rvolution des (Eillets. Sous un nouveau soleil
printanier, l'espoir a fleuri au Portugal avec les notes d'une musique
populaire interdite par les dictateurs "Grandla Vila Morena" de Jose
Alfonso qui a donn le signal aux militaires progressistes de gagner les
rues, suivis de peu par le people accrochant des ceillets leurs fusils.
En un jour, la victoire, sans sang, en mtropole come dans les colo-
nies. Libert !
Le reste : le retour des exils, les moments normaux d'incertitude aprs
un tel bouleversement, la consolidation de la dmocratie et douze ans plus
tard, l'entre dans l'Union europenne. La renaissance d'une nation !




Seulement 560 km de long et 220 km de large. Tournant le dos son
seul voisin terrestre, l'Espagne. Regardant le grand large. Le Tage le par-
tage en deux sur une bonne parties de cette longueur du nord au sud-ouest
o il se jette dans la mer Lisbonne. Les montagnes du Nord lui don-
nent sa source come aux deux autres fleuves du pays, le Douro et le
Guadiana. La Serra de Estrela culmine prs de 2000 mtres. Au sud du
Tage commencent les plateaux de l'Alantejo qui vont s'arc-bouter au
sud aux contreforts montagneux de l'Algarve. Le Nord verdoyant est
plus peupl et concentre les cultures de crales, de lgumineuses et les
vignobles. Le centre et le sud arides connaissent l'olivier, l'amandier, les
agrumes et le figuier sans computer l'arbre ftiche, le chne lige, offrant
un carnaval de couleurs la floraison printanire. Dans tout ce dcor, il
faut imaginer les fleurs les plus varies et les plants odorifrantes diver-
ses, iris blanc, citronnier, caroubier, palmier pour parfaire le dcor. La
faune est aussi des plus riches, on y entend les cris et musiques de vari-
ts incommensurables d'oiseaux. Les parcs nationaux sont lgion,
come la magnifique Ria Formosa en Algarve ou la fort de Sintra dans
la region de Lisbonne, lue par Lord Byron pour la fin de sa vie.




Le clich de l'Algarve btonne pour hberger le tourism de masse est
disproportionn. Pour s'en convaincre, il suffit de se promener sur les
plages paradisiaques de Ria Formosa prs de la capital rgionale, Faro
ou de la romantique ville mauresque de Tavira. Les plus petites villes
come Olhao sur la cte ou Monchique dans les hauteurs reclent cha-
cune autant de charges et de surprises. Mme dans les zones les plus
touristiques du sud-ouest, le btonnage n'a rien voir avec les bunkers
de la cte belge ou d'une bonne parties de la Mditerrane espagnole.
D'ailleurs, la region opte de plus en plus pour le tourism de villgia-
ture, dans des petites ou moyennes villes nouvelles de grand luxe o les
jeunes retraits des pays du Nord peuvent habiter quelques pas de leur
bateau et de leur club de golf pour les plus fortunes. C'est le cas de
Villamoura, o peuvent se croiser autant le pensionn de classes
moyenne que les stars du show-business ou les souverains d'Espagne.
Les villes, des bijoux. Faro, la nuit, un dcor d'opra dans lequel une
personnel seule peut musarder et rvasser en toute scurit, d'une
venelle l'autre, d'une placette une place mirifique dans l'atmosphre
baroque ou mauresque, art nouveau ou no-classique. La champagne est
idyllique et les parcs naturels, des enchantements.


commEnTAIRES











Victor Reia-Batista, professeur
la Facult de communication
de l'Universit de l'Algarve


1 y a une culture en Algarve
trs proche aujourd'hui de
celle de l'Afrique du Nord.
On peut voir cela dans l'archi-
tecture ou le vocable "Algarve",
par example, qui signifie
l'Occident, la pointe la plus
occidentale de l'Europe ce
moment. On a donc une position
privilgie pour dialogue sur
ces choses et changer des exp-
riences. Cela pourrait tre un
objectif suivre, profiter de
cette position formidable de dia-
logue qui existait ici dans le
Moyen-Age, au contraire de
beaucoup d'autres pays
d'Europe. C'est une position
diffrente, il y a une posture de
dialogue ici. Aprs la
Revolution du 25 avril 1974, il y
a eu un grand movement de
personnel qui sont revenues au,, ,
Portugal, certaines rentres sou-
vent des colonies avec des ides
colonialistes, d'autres rfugies avec des engagements divers.
Cela a cr un grand problme. Moi, j'avais t oblig de m'exi-
ler en Sude, j'tais dserteur. Presque toutes les families avaient
des cas de separation, d'un ct ou de l'autre. On a russi fire
une integration des diffrentes positions. Aujourd'hui, il y a une
ide assez dmocratique et assez librale de ce problme. Il y a
eu une priode marque par de graves tensions aprs la
Revolution. Heureusement, elle a t relativement court. Et cette
priode n'a pas eu de consequences dcisives sur l'volution
politique du pays. Le problme aujourd'hui l-dessus, c'est plu-
tt la disparition de la mmoire de l'histoire. Il n'est pas facile
d'intresser les tudiants une perspective historique sur ces
questions-l. C'est peut-tre parce que nous avons tendance
occulter les aspects tragiques de notre histoire. Sur l'intgration
du Portugal dans l'Europe, si on considre l'Algarve par exem-
ple, il y a des problmes en ce qui concern la situation de l'agri-
culture ou de la pche mais l'identification l'Europe et ses
valeurs fait parties de l'idiosyncrasie de la population.


COURIER






Portugal couvrir l'Europe


Clara Borja Ramos, diplomat,
porte-parole de la Prsidence
portugaise de I'UE
Clara Borja s'exprime ici plus come
diplomat de carrire et intellectuelle
qu'en tant que porte-parole de la
Prsidence portugaise de 1'UE.

es caractristiques essentielles du
Portugal lui viennent de ces sicles
d'changes varis avec le reste du monde.
La culture et la civilisation portugaises se sont
enrichies au contact des autres continents,
l'Afrique toute proche bien sr, mais aussi
l'Amrique du Sud et mme l'Amrique du
Nord. Les premiers navigateurs ayant dbarqu
en Amrique du Nord auraient t d'ailleurs
des Portugais, bien avant Christophe Colomb.
Ils ont t, et l-dessus il n'y a pas de doute, les
premiers Europens avoir explorer le Japon,
d'o l'influence du portugais sur la langue
japonaise, qui il donnera des mots essentiels
du vocabulaire comme le simple mot "merci",
le "obrigado" lgrement transform.
Sans computer tout ce que le Portugal a ramen


de ses expeditions et dissmin en Europe, des connaissances et des
objets. Comme le th, d'Inde et de Chine que les Anglais ont dcouvert
grce la Reine Catarina la suite de son marriage avec le roi
d'Angleterre. Le constat aujourd'hui est que les rapports entire le Portugal
et ses anciennes colonies ne connaissent nulle tension.
Les vertus du Portugal seraient-elles dues des manques de moyens ?
Pas assez de force pour dominer les colonies ? Il y a certes un fond de
vrit dans cela. Evidemment, le Portugal n'avait pas les moyens de
dominer ni en terms financiers et montaires, ni en terms de personnel
disponibles. Avec une toute petite population, pour maintenir ces colonies
pendant des sicles, il fallait s'intgrer. Mais je ne crois pas que ce soit la
seule raison, mme s'il y en a beaucoup qui partagent cette analyse. Je
crois qu'il y a aussi cette mentality d'accueil et d'intgration. Je crois que
c'est d un esprit de tolerance.
Le Portugal, le pays qui a tout fait pour ne pas ressembler l'Espagne ?
Pourtant, le Portugal ou Lusitanie avait t une colonie romaine dj
indpendante, spcifique. C'est une race diffrente, bien sr avec des
caractristiques communes comme l'invasion arabe. De nos jours, le
Portugal entretient d'excellentes relations avec tous les pays de l'autre
ct de la Mditerrane.
La capital la plus proche de Lisbonne n'est pas Madrid mais Rabat, un
peu moins de 600 kilomtres. Les Portugais se sentent bien au Maroc et
les Marocains au Portugal. Tant en commun, l'architecture, les racines
arabes de mots portugais !
Les liens sont aussi troits avec les pays lusophones d'Afrique, des liens
de ceur. Et actuellement cette entente devient plus forte.


Objectif principal de :


la dcentralisation pour mieux se duelopper


Interview avec Jos Apolinrio, Prsident de la Chambre municipal de faro


Pour l'Algarve, la priority en ce moment
concern la preparation du prochain cadre d'ap-
plication du plan structure 2007-2013. Ne fai-
sant plus parties des rgions de l'Objectif 1, nous
ne bnficions plus de l'assistance des fonds

I F.ii. T,,u i uiii [ i ..ani tJJFI.lC.uiaILl.cl I .i ll ,,


structures europens. Nous devons par cons-
quent nous appuyer sur l'initiative prive pour
lancer de nouveaux projects de financement
d'objectifs publics. L'histoire du Portugal est
une histoire de municipalits faibles et un pou-
voir concentr Lisbonne. Nous sommes main-
tenant dans un processus de creation de struc-
tures dcentralises.
Nous, en Algarve, nous
voulons mettre en place
une structure trs forte
au niveau des 16 muni-
cipalits. Le troisime
plan de travail, pour les
prochaines annes
jusqu' 2015, est celui
du cadre regional, sur
les strategies de dve-
loppement et d'amna-
gement du territoire
a dans la region.


La quality de l'eau est important parce que
nous avons un problme de scheresse. Les
investissements avec les fonds structures au
course des dernires annes avaient t trs
important dans les constructions de barra-
ges, afin de permettre la region de profiter
d'une quantit suffisante d'eau.
L'agriculture biologique est aussi trs impor-
tante, c'est l'activit conomique principal
dans la region. L'innovation technologique
est important comme objectif de dveloppe-
ment. Mais pour le moment nous n'avons
pas des investissements significatifs au
niveau de la nouvelle conomie.
Au Portugal, sur ce plan, il y a deux rgions
qui ont une importance significative,
Lisbonne et Porto. Les autres sont cartes
des decisions d'investissements appuyes
par le gouvernement central.


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007







couvrir l'Europe


Portugal


Faro est la capital de la region. Nous avons la principal porte d'en-
tre au Sud, l'aroport international de Faro. Surtout avec le dvelop-
pement des low-cost, cela favorite le tourism.
Nous connaissons une croissance conomique important. Le tou-
risme a augment ces dernires annes et augmentera encore cette
anne d'environs 5 6%. Surtout avec le tourism rsidentiel et le
tourism de golf et, dans une moindre measure, les sports nautiques.
Les revenues de la region proviennent essentiellement du tourism.
L'agriculture est beaucoup moins important et la pche encore
moins. Sur le plan du tourism, nous ne visons pas seulement les
trangers mais aussi le tourism local. Nous promouvons galement
le tourism environnemental, sportif, cultural et intress la quality
de vie. Nous sommes confronts un problme qu'il faut rsoudre
vite, celui de la circulation Faro. C'est une ville de 60.000 habitants
mais avec une zone d'influence reprsentant prs de 300.000 habi-
tants. Beaucoup viennent travailler Faro ou y passent en transit. Le
transport public regional qui est rgi au niveau national n'offre pas
une rponse adequate. La region a besoin d'une autorit propre en ce
domaine comme celui qu'on instaure actuellement Lisbonne. Nous
l'attendons ici avec la dcentralisation.




En gnral, le pouvoir d'achat dans les municipalits de l'Algarve se
situe dans la moyenne des villes les mieux places au niveau natio-
nal. Ceci est en contradiction avec la situation de pauvret de gens
sans formation et education, ainsi que les populations migrants.
Dans le pass, les situations difficiles concernaient surtout les ressor-
tissants de pays africains lusophones. Ces populations sont mieux
intgres l'heure actuelle. Maintenant, le problme se pose surtout
avec les migrants venant des pays d'Europe de l'Est.





Les liens structures avec les pays de la Mditerrane et de l'Afrique
se font partir de Lisbonne. Ici, avec l'universit et les municipali-
ts, nous avons beaucoup de jumelages avec les villes du Maroc et de
l'Afrique du Nord et avec quelques villes d'Afrique ayant le portu-
gais comme langue officielle. L'universit a des centres d'tudes sp-
cialises sur la Mditerrane ou sur l'Afrique.
Plusieurs villes d'Algarve accordent une grande importance aux liai-
sons culturelles avec l'Afrique. La ville de Faro organise par exem-
ple un festival annuel et a un programme cultural trs fort toute l'an-
ne, avec une forte presence d'artistes africains.




Qu'est-ce qu'il y a de different ici, par rapport d'autres villes
d'Europe ? Ma rponse, c'est la luminosit. Elle influence la ville et
les gens, mme si la population se plaint beaucoup. On ne trouve
cette luminosit nulle part ailleurs. Les gens de Faro ont toujours une
porte ouverte. Ils ont toujours donn une grande importance au statut
social et cultural. C'est une ville de posie. L'Algarve est une region
ouverte. L'Algarve a une musicalit. Et l'identit rgionale est forte,
et sa communaut de vue, surtout quand il s'agit de tancer le centra-
lisme de Lisbonne (rires).







































d'un patrimoine natural et uiuant.





Parc natural de Ria Formosa


arla Peralta parole de sa passion dans Le parc natural de Ria Formosa Quinta de Actuellement, il en rest peine 3.000 indivi-
sa mason qui n'a rien d'un chenil. Maim Olhio abrite le Centre d'ducation dus centre des centaines de milliers il y a peu.
Son fils d' peine trois ans role environnementale de Marim qui prsente un Comme ce sont des chiens trs intelligents,
mme le sol, surmont de trois grand chantillon de l'cosystme du parc : calmes quand il le faut, actifs si c'est nces-
chiots, boules de poils velouts et soyeux, noir marais salants, salines, dunes, fort de pins, saire et de bonne compagnie, beaucoup de
de jais, come des caniches de grande taille. agriculture traditionnelle. S'y trouvent aussi gens veulent en fire des toutous. "La mode
Ces derniers et quelques autres, adults ou petits une ferme traditionnelle, un auditorium, une n'est pas bonne pour les espces. Elle entra-
de fratries diffrentes : le patrimoine conser- bibliothque et un laboratoire de recherche. nerait une variation de la race."
ver. Carole Peralta explique avec passion. C'est dans ce context que Carla Peralta lve "Ce ne sont pas des chiens qui obissent pour
a de, chieoni d'>cre p a-cc Icii pied, piclmio ce- avoir une rcompense. Ce n'est pas non plus
"' """ """ .lnale, s ..'i r et la'!.iohnlde i so I n.e.taleh qu'ils ailment nager, c'est uniquement qu'ils
I'i ,I ..L......es I in- e eus... de m ime qule h ceuqi, y ., sont conscients de collaborer avec le pcheur.
ta HI.u iic-lient .1 !,e.ur -i|!. ec .rsiid'e n.c' .seco.nd Ils le font pour aider le pcheur et ils ne le
,1''. l l llln'. d1' c IIIJll'.l .' ll' .'!h.' front pas s'ils ne se sentent pas respects.
,.I ,l !e tellc !.,e E!! c ,t,.I' i.l i !'i ,.I Un code important chez les chiens d'eau, par
quih,!,,._~ !i !sen l iia q !|al .it hc. example, les petits ne peuvent pas rester en
g. d. Nd .. s .. C...en.lIte 1.d .1e lEi.uo presence d'une autre femelle que leur mre.
1.m, !.i !c'_!,,q d.. c !ii !, !!,, ,.ie i"" .,i,, Cela peut leur tre fatal. Le chien n'aurait plus
le mme comnportement cocoopration avec
.d u Etn un homme qui aurait viol cette rgle."
PAujourd'hui les gros bateaux ont des sonars


S pour dtecter les bans de poisons, des mnachi-
nes pour les chapter. Qu'ioporte si on rejette
mme chaque fois des tonnes de poisons asphyxis !
de js "La pche cologique avec les chiens ?
d Pourquoi pas ? Il existed bien l'agriculture bio-
vlogique. J'y penserai".
o-ii o- 1c1r 1c caoi on opne enetpsnnpu
IC o oc1,.Il I c 1 .hli 1-l uil i e tn g r 's nq e e tq 'l
*c ).... lciC 111 11C 1ic,1-c,1i sn o ncet de c lao re vcl p c er


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






o rativit










Sandra Federici



L'AFRIQUE



UEniSE








P our beaucoup, le Pavillon africain tait m
l'une des plus grandes nouveauts de
l'dition 2007 de l'vnement incon-
tournable quest la Biennale internatio-
nale d'art contemporain de Venise. La Biennale est
ne la fin du XIXe sicle et n'attire pas seulement
les professionnels de l'art, mais aussi un grand
nombre d'amateurs. Le Pavillon africain soulve
plusieurs questions : come expliquer la presence
d'Andy Warhol et de Miguel Barcel dans un __
Pavillon africain ? Pourquoi consacrer tant d'es-
pace un seul collectionneur d'art ? Et o donc sont passs les habituels
sponsors institutionnels ?
Mais commenons par le dbut : Robert Storr, directeur de la 52'
Biennale, souhaitait mettre en evidence le continent africain. Au course de
la semaine professionnelle de la Biennale Dak'Art de Dakar au Sngal,
Storr a visit plusieurs expositions -y compris du programme "off" en
marge du festival -et a particip de nombreuses conferences. Il a aussi
accumul les catalogues et les publications. Le rsultat de ces recherches
est la presence trs diversifie d'artistes africains et afro-amricains lors de
la Biennale international d'Art contemporain intitule "Penser avec
les sens -sentir avec la raison. L'art au present".
Cette exposition est marque par de nombreuses uvres d'art politiques
illustrant des thmes tels que la guerre, le terrorism, la migration, les fron-
tires et la mort. Le parcours est caractris par une succession lente et
rflchie des uvres d'art : photos bien places, tableaux et vidos dans
une configuration claire et simple, qui favorite le dialogue entire les
uvres d'artistes africains et les installations qui les entourent, afin de pro-
duire des interactions riches de sens.
Les enseignes lumineuses bleues d'Adel Abdessemed, installes prs des
sorties des sales de l'Arsenal, indiquent l'Exil, plutt que l'Exit habituel.
L'uvre abstraite et gomtrique du peintre nigrian Odili Donald Odita
brille de l'clat des couleurs africaines. Les tableaux de Chri Samba
racontent des histoires tristes avec une note d'ironie amre. Les merveil-
leux portraits en noir et blanc du photograph malien Malick Sidib, qui a
remport le Lion d'Or pour l'ensemble de son uvre, reprsentent des par-
ticipants qui exhibent firement leur contribution un project d'art qui lutte
contre le sida.


L'uvre la plus tonnante est sans contest les
deux incroyables tapisseries de l'artiste ghanen
El Anatsui, actuellement install au Nigeria. Faites
de botes mtalliques et de capsules de bouteilles,
elles sont intelligemment disposes dans
l'Arsenal, entire deux ranges d'normes colonnes
en brique, brilliant de l'clat du sel marin.
L'ensemble cre une installation gigantesque,
impossible manquer. D'ailleurs, tous les visi-
teurs se sont arrts pour l'admirer. Un autre v-
nement remarquable tait la presentation de ban-
des dessines africaines : une premiere pour la Biennale. Une triste his-
toire de migration est le thme des 46 planches de l'album de bande des-
sine Une ternit Tanger, par Faustin Titi et Eyoum Ngangu. La bande
dessine a reu le Prix "Africa e Mediterraneo" pour la meilleure bande
dessine indite d'auteur africain, attribu par l'association du mme nom.
Storr a fait un autre choix fundamental pour la Biennale : la creation d'un
Pavillon africain. Mme si l'Afrique est prsente la Biennale de
manire individuelle ou collective depuis les annes 1920, seule l'Egypte
disposait habituellement de son propre pavilion.
Pour prparer le Pavillon africain, Storr a lanc un "Appel aux ides".
Bien que cette initiative ait t critique, il est quand mme parvenu ru-
nir pas moins de 30 projects qui ont suscit pas mal d'attentes. Un jury
compos de conservateurs et d'artistes africains et afro-amricains a
dcid de confier le pavilion Simon Njami et Fernando Alvim.
Njami est un critique et auteur camerounais, fondateur de la Revue noire
et commissaire de l'exposition "Africa Remix",une rfrence sur le conti-
nent. Alvim, lui, est angolais, directeur de la galerie Camouflage
Bruxelles et de la Triennale international d'art de Luanda. Leur project
consistait montrer une selection, une "check-list", de la collection d'art
de Sindika Dokolo en y ajoutant d'autres uvres commandes pour
Venise. Le nom de ce jeune home d'affaires congolais a dj fait couler
beaucoup d'encre dans le monde de l'art contemporain. Ses premiers
dtracteurs sont ceux qui ont lanc des initiatives importantes pour l'art
africain jadis Venise et qui, aujourd'hui, se sentent dtrns. Ensuite, il
y a eu l'article de Ben Davis, public par Art Net, un magazine d'art new-
yorkais sur le web, qui accusait le collectionneur d'avoir fait des affaires
plutt louches durant les guerres africaines.


COURRIER






Crativit


La rponse d'Alvim est sans appel : "Si vous voulez vraiment parler de
morale, beaucoup de gens devraient avoir honte : l'Italie et les Etats-
Unis, par example, qui ont attaqu l'Irak sans raison ; les banques, pro-
pritaires de la plupart des uvres d'art, pour leurs investissements peu
fiables ; et les grands collectionneurs avec leur mystrieuse fortune.
Laissons la morale de ct et creusons plutt les projects artistiques.
Pour la toute premiere fois, vous pourrez voir un project entirement
africain, gr et finance en Afrique par des Africains."
Dokolo possdait dj une collection international d'art contemporain.
En 2003, Fernando Alvim l'a persuade d'acheter la collection bruxel-
loise de Hans Bogatze pour viter que sa famille ne la vende aux gale-
ries europennes aprs la mort du collectionneur. Dokolo et Alvim ont
fait appel quelques banques et entreprises angolaises, qui ont finance
l'acquisition, crant ainsi la plus grande collection prive d'art contem-
porain d'Afrique. Cette collection tait la base de la Triennale de
Luanda organise en 2005-2006.
Au course de la conference de press, Alvim explique : "Nous avons
dcid d'ajouter 'Luanda Pop' au titre initial de 'Check-List' pour sou-
ligner le lien direct avec l'nergie puise dans l'aventure de la Triennale
de Luanda de 2005". "Ce n'est pas seulement un project cultural, c'est
une declaration politique", a ajout Simon Njami pendant la conference
de press. "Nous n'essayons pas de montrer un portrait exhaustif de
l'ensemble du continent ou de l'art contemporain africain, qui reste un
concept plutt vague. Nous prsentons simplement notre choix. Voil
ce qui explique aussi les affiches reprsentant des personnages tels que
Franz Fanon, Bob Marley et Gandhi proximity du Pavillon. Mme
s'ils ne sont pas africains, ils ont parl de la liberation de l'Afrique et
ont construit l'Afrique, non pas gographiquement, mais sur le plan
philosophique."
C'est aussi pour cette raison que des uvres d'art d'Andy Warhol et de
Miguel Barcel ctoient les uvres de jeunes auteurs angolais tels que
Yonamine et Ihosvanny ou d'autres artistes de renom tels que Yinka
Shonibare, Marlene Dumas et Kendall Geers l'intrieur du Pavillon
africain. "Il ne s'agit pas d'une collection d'art contemporain africain",
souligne Sindika Dokolo, mais "d'une collection africaine d'art contem-
porain. Une vision africaine. Je considre la creation de ma collection
comme un geste politique. En effet, l'Afrique ne peut pas accder l'es-
thtique de son pass, car le continent a t dpouill de ses meilleures
productions. A ct des besoins de base de l'Afrique, l'art n'est peut-tre
pas une priority, mais je pense que nous devons agir sur les Africains en
tant qu'tres humans. Tant qu'ils ne savent pas d'o ils viennent, tant
qu'ils n'apprennent pas comment exercer leur esprit critique, il n'y aura


aucun progrs possible. Nous devons maintenant examiner comment
nous pouvons avoir un impact concrete sur les gens. Ceci n'est qu'un
dbut. Nous devons nous remuer, tant les artistes que le public, ainsi que
les gouvernements, l'ducation, les muses, les galleries, les collecteurs.
Si nous ne pouvons pas raconter au monde qui nous sommes, si nous ne
leur montrons pas le meilleur de ce que nous pouvons faire, nous ne ver-
rons jamais la fin de l'incomprhension, de la condescendance et des pr-
jugs." Voici, enfin, l'Afrique qui choisit, l'Afrique qui regarded. a

Page 58 :
En haut : Yinka Shonibare MBE, How to blowup two heads at once, 2006.
Installation, 175 x 245 x 122 cm.
En bas : Bili Bidjocka, L'criture infinie #3, 2007. Installation, dimension variable.
Page 59 :
Andy Warhol, Muhammad Ali, 1978. Deux impressions sur paper, 114 x 89 cm.
Images publies avec l'aimable autorisation
de la collection africaine d'art contemporain Sindika Dokolo..


r ------- --- --I

52e Biennale d'Art de Uenise. Exposition d'art international

CHECK-LIST LUANDA POP Pavillon africain Arsenal

Ghada Amer, Egypte Kendell Geers, Afrique du Sud Ingrid Mwangi, Kenya
Oladl Bamgboy, Nigeria Kiluanji Kia Henda, Angola Chris Ofili, Royaume-Uni / Nigeria
Miquel Barcel, Espagne Ihosvanny, Angola Olu Oguibe, Nigeria
Jean Michel Basquiat, Etats-Unis Alfredo Jaar, Chili Tracey Rose, Afrique du Sud
Mario Benjamin, Hati Paulo Kapela, Angola Ruth Sacks, Afrique du Sud
Bili Bidjocka, Cameroun Amal Kenawy, Egypte Yinka Shonibare, Nigeria
Zoulikha Bouabdellah, Algrie Paul D. Miller Aka DJ Spooky, Etats-Unis Minnette Vari, Afrique du Sud
Loulou Cherinet, Ethiopie Santu Mofokeng, Afrique du Sud Viteix, Angola
Marlne Dumas, Afrique du Sud Nastio Mosquito, Angola Andy Warhol, Etats-Unis
Mounir Fatmi, Maroc Ndilo Mutima, Angola Yonamine, Angola

La- ----- ----- --


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007






Crativit





"PEInTURE POPULOIRE"



Ex n SH Sta


Exposition "The States of flux" Tate Modern Museum, Londres


lieux les plus prestigieux au monde
pour l'art moderne, ddie une des 15
sales de l'exposition "The states of
flux" la "peinture populaire" de Kinshasa.
L'exposition se concentre sur des grands mou-
vements artistiques ayant marqu l'art du XXe
sicle, plus particulirement le cubisme, le futu-
risme et le vorticisme considr come un
cubisme anglais incorporant dans son esthtique
les outils de la technologies et de l'industrie. Elle
prsente une parties de la collection du muse et
elle durera jusqu'en mars 2008.
"L'cole de peinture populaire" de Kinshasa,
come l'avait dnomme son crateur Chri
Samba, se compose de cinq figures de proue,
toutes l'affiche au Tate. Chri Samba lui-
mme, Cheik Ledy, son frre, Bodo, Chri
Chrin et Moke. Les huit pices exposes tmoi-
gnent fortement de la moderit de ces artistes et
de l'acuit de leur vision par rapport aux ques-
tions troublant le monde, et pas seulement le
leur. Tous sont en osmose avec les courants
artistiques majeurs du sicle tant dans leur
libert de forme que dans celle de la pense, en
harmonie, et en mme temps en rupture, avec les
proccupations de leur poque. Comme toute
avant-garde. Monde en tourbillon. O l'on va de
Bodo, dans une composition panoramique dense
dpeint dans une allgorie post-11 septembre
l'ventrement, le dchirement et le transperce-


ment de la plante montrant son flanc africain,
par une noria de vhicules et de machines de
haute technologies, laissant deviner l'ombre de
bombes humaines lobotomises et le sifflement
de la messagerie lectronique. Tout cela dans un
dbordement de couleurs mais, paradoxalement,
presque dans une mise en scne sereine. La tech-
nique de l'homme violentant sa terre mre et se
suicidant. L peut-tre une permabilit pourrait
se chercher avec les vorticistes anglais, avec la
sur-prsence de la technique. "O va le monde"
se questionne aussi Chri Chrin mais avec une
euvre un peu plus impressionniste mais de
faon aussi cataclysmique part que c'est de
cataclysme moral qu'il s'agit, sur fond quand
mme du @ d'Interet. Chri Samba aborde la
violence de la guerre fratricide qui a ravag le
Congo RDC et la tragdie des enfants soldats.
Mais n'oublie pas dans ses deux autres pices de
se reprsenter lui, come il en avait coutume, et
de manire trs symbolique dans Une peinture
,. i. ,.i,.' o il fait paravent de son corps dans
une position christique pour dfendre une toile.
Une toile, ou la peinture, ou l'art tout simple-
ment ? L'art ancestral du Congo qui le matre
fait dvotion dans Hommage aux anciens cra-
teurs o il se portraiture devant des sculptures
traditionnelles, come rendant aux crateurs
d'antan la part qui leur revient de la considra-
tion accorde aujourd'hui l'art contemporain
de l'Afrique. H.G. M


Bodo, Monde en tourbillon!!! O l'on va?
2006. Acrylique sur canvas, 153 x 440 cm.
Avec l'aimable autorisation de
C.A.A.C. Collection Pigozzi, Geneva.
Maurice Aeschimann


Chri Samba, Hommage aux anciens crateurs, 1999.
Acrylique sur canevas, 151 x 201 cm.
Avec l'aimable autorisation de
C.A.A.C. Collection Pigozzi, Geneva.
Patrick Gries


COURIER











On a aim...


Jean-Claude "Tiga" Garoute,


peintre, pote et dmiurge




A ct de l'hommage qui
lui a t rendu par Andr
Malraux, de leur vivant
tous les deux dans
L'Intemporel, suivi d'autres come
Breton et Jean-Paul Sartre qui ont fait
le plerinage d'Hati pour le rencon-
trer, sans computer les innombrables
distinctions reues de son vivant, tout
autre homage ne peut tre que
modest. Des pages entires de
L'Intemporel pour expliquer que le
movement socio-picturo-philoso-
phico-sotrique qu'il animait dans
les hauteurs de Saint-Soleil en Haiti
avec pour disciples ou publics d'au-
tres artistes, des maladies mentaux,
des jeunes, reprsentait peut-tre le Tiga, Martine et Liane, 1999.
Croquis sur serviette en paper, 14 x 14.
movement artistique le plus nova- C Hegel Gouber
teur au monde. "Hritire de tant de
gnies audits, cette peinture insolite est une peinture bnie. Et come si la liberty s'accli-
matait ici jusque dans ses ventures insolites, l'exprience la plus saisissante et la seule
contrlable de peinture magique en notre sicle : la communaut de Saint-Soleil. D'o le
maintien, la proliferation d'une indpendance des tableaux non moins confondante que l'in-
dpendance arrache par les troupes de Toussaint Louverture, celles de Napolon. (...) M.
Tiga et Mme Robart (NDLR : la compagne de Tiga) avaient fourni ceux qu'il faut appe-
ler leurs adeptes et non leurs lves, des couleurs fondamentales, des toiles, du paper, des
canvas de pieces et pas de conseils. Tableaux et pieces destins aux copains de la region.
Les peintres apportaient leurs tableaux la maison-mre, o ils taient rests confidentiels
jusqu' l'exposition du muse, et allaient le redevenir". Et ainsi de page en page.
Tiga n'a jamais t un gourou, ou alors le gourou de la liberty, car jamais il n'a essay d'in-
fluencer un jeune artiste crateur qui l'approchait. Il l'adoptait, lui donnait affection, soutien,
confiance en soi mais pas de conseil ni de patten. Il croyait en sa philosophies harmonieuse
de l'existence de la terre et de l'tre. Il croyait que "l'tre est Rve, Possession, Cration et
Folie". C'est ce qu'il essayait de dcrypter dans toute creation humane, la sienne propre,
celle de ses proches, celle des maladies mentaux, des enfants.
Pour cela, il s'est imprgn de philosophies diverse, a acquis des connaissances spcifiques
come celles du code gntique, a pratiqu des arts varis, avec la musique come ponc-
tuation. Sa peinture tait rythme, rythme de vie. Emouvants, ces textes et ses improvisations
sur la musique de Rachmaninov don't il s'imprgnait littralement.
Emouvantes, ces mises en scne spontanes de presentation de ses euvres dans son salon.
Un cadeau unique que d'en avoir t l'invit, et inoubliable.
Et puis, ses euvres sont d'un tel gnie inscrit dans le fonds surraliste merveilleux de
l'Amrique dite latine. Ses "soleils brls" sont d'une ardeur qui cre la lumire de l'ombre,
les couleurs du brl et la joie sereine des gris de l'me.
Tiga est parti en dcembre dernier d'un carcinome, lui qui avait tant essay de rflchir sur
la gense et les retombes de la creation artistique en suivant, entire autres pistes, les messa-
ges, les signaux et les informations continues dans l'acide dsoxyribonuclique et son
contrle ou perte de contrle sur le corps human, qu'il jugeait cabalistiques.
Il a d avoir ce petit sourire en coin, en partant, celui peine perceptible de son humour sous
les traits thtraux, qui nous a fait tant de bien quand nous admirions ses tableaux et savou-
rions, avec ses rhums rares, ses paroles. So long Tiga-son H.G. M


LE PEOPLE







!I hli' li t 1 .11 ll




n uMI* fi l ei
1 ,1 1 011 IL 'il 11'h .1 ,C l -

n fi nj k
-i iK.IC I-iiiicic 1 iii I -nl !c.







*.ii I nIl c I ili!i l u..I I I I l .. i'ii.iC iL Ll

'.11 1 -l, !' LIll Il l'-IlI. (..l. l c l l .l 1 .1 1 1. 11 ,i lP 'l|l !



l 'i lliil. 'i l iit k 1C 1' il I. l Ci lit i 1'.|i i 1ill liC' C i. -
lii iii' l iii iii. l.ll ll iii | l iC Li t ili 'll. lit 'l. | l .l. ll |i.* i l .i 't




| iii i tiil i l CI i |i.i i i' i i C i i ij. I -ii i i I l|'i ri -i
Li iii. i l| 11 i. iL ili .1 i 1.iil li iii i ll .i C -


lin. t.tii C il le dic .i 1 i 1..i h. liC I' tlii l
.i' I l i i i.i. .l''l l 'ilh" l ri'. .I i i i '1 i phl i lt I l ii i l l .
I. ll l .' lll'l lll' l .l ..' I C ll-'l l.l .' I I i 1.1-


. 1 i il- 11C .-I LIC L tln C I. ir l ii
l l.. llll.'l l li 'l. l I"L ll.l :l | l Ilt cll "III. 1. I1 I. l l '.

| ,i ., | i I i.1l.1.' '.Li.. i, .' !.m i l ,C lih | -i l.in ll l.i

d .l|1| .l| l l ,, .l| L l'll ll -l. 1' i l l l ll il' i '-









SI .' .l II ll.' !' i' 'l. l '. . I l. 1. l.' -




r1 ii. l |1i ile l lici l.l.1I Ii .i .. Il I I |i li-' -I I I l-
|,.I' r'i iin u i l i. n I.u I 1i i.i- l .I i il Il- i ll'. -
-.IliI ', l l | I l l.l. l l -.'I ,.I p ljl . l ll,- 1.0 ..i. ,
li ,l .ll . l, l J.il!' l i, l. lil, l l |\ l ll ll.e' ||. I F i 'll c





p. li "l ll l, h.' u ,, hd. l lu C I : ,..] I ,,i |l ,1 I '| l !|.',
|i. I l .i I I i 1. 1" .i 1 -lu ," 'l -.ii! h .-' P.i i l ll .i ei -
a l ..illi ... r. . -



.L l *' i l i l .' d .i !h il l l .i .i '.ill 1. la ll l. .' m. IIl L -I 1 .'






E il. i I i l, .1 L '. i. 1 l .n .1 n m
.1 liii. I i ii L' I ' .*'I ? 1l .' *.1 111: ..1"1. 11.I I 1 . I. l(,














: l. : . ...


N2 N.S. SEPTEMBRE OCTOBRE 2007


Crativit






Crativit On a aimed


On a aim... La uie et l'euure de




SEmIIBInE ousmnInE


d'avoir cr le cinma de fiction en Afrique sub-saharienne. Et
son titre de "Pre du cinma africain" n'est que justice. Mais ce
n'est pas cette antriorit qui lui vaut amour, respect et attache-
ment de tant d'amateurs d'art. C'est tout simplement que Sembne
Ousmane a t un grand crivain, un grand ralisateur de cinma et un
producteur astucieux. Et surtout qu'il a compris que le cinma tait un
outil de dveloppement cultural mais aussi, et bien avant beaucoup
d'autres, un moteur de dveloppement conomique.
Ce cinaste avait presque 40 ans quand il a approch l'art qui allait le
rvler au monde. En 1960, alors qu'il avait dj 37 ans, il alla Institut
Gorki de Moscou. Six ans plus tard, son premier vrai film de fiction La
Noire de..., qui restera dans l'histoire comme le premier film jamais ra-
lis par un Africain, gagne le Prix Jean Vigo au Festival du film de
Cannes. C'tait le premier d'une longue suite de distinctions. En fait,
Sembne Ousmane avait ralis prcdemment trois films passs relati-
vement inaperus. La Noire de... est l'histoire de Diouna qui quitta son
pays, le Sngal, pour devenir bonne en France. Il s'en est suivi son sui-
cide et, par un jeu de conscience et de prise de conscience, le dpart de
ses employers vers Dakar pour raconter l'innarrable ses proches.
Dj l, Sembne Ousmane avait su montrer de la measure et de la
sagesse, lui, militant de la cause noire, a vite bien intgr que la seule
faon de l'tre vraiment dans son art tait de montrer compassion pour
toutes les souffrances de toute personnel humaine et de ne pas faire rimer
militantisme et fanatisme. Et surtout de ne pas faire de ses euvres des
pancartes mais des trenches de vie humaine. Rien que cela, mais cela.


Dans les annes 70, son honntet, comme il en a fait preuve avec
Ceddo (1977) qui fustigea les vendeurs d'esclaves africains, lui vaudra
quelques ennuis personnel et l'interdiction du film dans son propre
pays. Au course de sa carrire de cinaste, Sembne Ousmane aura ra-
lis prs d'une quinzaine de films don't les plus connus resteront La
Noire de..., Ceddo, Xala, 1974 et Faat-Kin, 1999. Son dernier opus
Moolad tait sorti en 2004.
Certains de ces films ont t adapts de ses romans, comme La Noire
de..., Xala, Taaw. Sa carrire de romancier avait commenc prs d'une
dizaine d'annes plus tt que celle de cinaste. Le docker noir, son pre-
mier livre tait sorti en 1956. Ousmane avait 33 ans.
Avant, il avait vivot dans sa Casamance. Elve trs moyen, il avait fr-
quent l'Ecole de cramique de Marsassoum et a fait beaucoup de petits
boulots ds l'ge de 15 ans pour complter les maigres resources de
pcheur de son pre. Durant la Deuxime Guerre mondiale, il servit,
trs jeune, dans les Forces franaises libres de 1942 jusqu' 1944, anne
laquelle il atterrit en France avec ses compagnons de fortune.
Artiste rput et mme vnr, il ne s'est jamais dparti de sa disponi-
bilit et de son coute envers tous ceux qui l'avaient approch ou solli-
cit titre personnel ou pour une cause just.
Un grand artiste. Et plus : un grand homme H.G. M



En haut:
Yonamine, The best of the best, 2007. Installation + vido.
Avec l'aimable autorisation de la collection africaine d'art contemporain Sindika Dokolo.


C(URRIER






r"Falri ji1h

b-


Le Club Cotonou



CONTRE LA PAUURET



,E ii.illlc. ic A1 tI.I .. i (.. I ...11.. > Des roses

.... ,.,, li i i .i. A ct P k F.ii,. peine closes
licliihlcs .... 1 in,,I ..,,.. et des bananes naines
S'c dLl I cI a uL i Ul c u Idllc I [i d'aLl


club runissant vos meilleurs amis. A peu de
choses prs que tout le monde est parpill aux
quatre coins du monde, et plus prcisment en
Afrique, dans les Carabes, dans le Pacifique
(ACP) et dans l'Union europenne. Pour pr-
server cette bonne entente, il vous faut donner
et partager des choses particulires que vous
rservez vos bons amis.
La plupart des pays ACP ayant sign ce
fameux Accord de Cotonou sont d'anciennes
colonies appartenant c'est--dire diriges
par -un des 27 Etats membres de l'UE,
comme le Royaume-Uni, la France, l'Espagne,
le Portugal et la Belgique.
Ces pays ACP ont gagn leur indpendance au
course des 50 dernires annes. Mais l'UE a
tenu prserver certaines de ces relations
commercials privilgies et gagner l'amiti
de ces anciennes colonies, notamment pour les
aider se dvelopper. L'UE a donc dcid de
conclure diverse "conventions" avec tous les
pays ACP. L'actuel "Accord de Cotonou" a t
sign en 2000, dans la capital du Bnin, en
Afrique de l'Ouest.
"Cotonou" se poursuivra jusqu'en 2020. Cette
convention runit certain des pays les plus
riches du monde, comme la Finlande don't le
revenue moyen par habitant est de 29.251 dol-
lars* par an, et certain des plus pauvres,
comme la Sierra Leone, o le revenue ne
dpasse pas 561 dollars. L'objectif cl de
Cotonou est donc l'abolition de la pauvret.
D'o l'aide financire octroye par l'UE ces
pays, par l'intermdiaire du Fonds europen
de dveloppement (FED). Chaque Etat mem-
bre alimente cette cagnotte. "L'Accord de
Cotonou" comprend aussi un volet commer-
cial qui vise garantir que la plupart des pro-
duits agricoles des pays ACP peuvent entrer
sur le territoire de l'UE sans payer de taxes
la douane. Il faut en effet savoir que ces taxes
sur les products que les Europens important
des ACP augmentent leur cot. Dans ce cas, le
consommateur europen risque de rflchir
deux fois avant de les acheter.


Ainsi, en toute saison, on peut acheter des roses
colores en provenance du Kenya, proposes
un prix relativement modique sur les tals de
l'UE. Pourquoi ? Parce que grce l'Accord
de Cotonou, ces fleurs ne sont pas frappes de
droits (les fameuses taxes) leur entre sur le
territoire de l'Union. Le Kenya export ainsi
dans l'Union europenne la moiti de sa pro-
duction de roses contre un quart seulement il y
a 10 ans. Et ces bananes naines qu'on dirait fai-
tes pour les botes tartine des coliers sont
elles aussi expdies hors taxes grce aux
accords de libre-change de Cotonou. Ces aides
l'exportation font vivre les agriculteurs des
Iles Windward des Caraibes et d'autres pays
africains qui les cultivent.
Les pays ACP et les Etats membres examinent
actuellement comment Cotonou pourrait am-
liorer, renforcer et acclrer les changes com-
merciaux entire les ACP et l'UE. Des accords de
libre-change, encore appels "Accords de par-
tenariat conomique", devraient ainsi voir le
jour avec les 6 rgions ACP ; les Carabes, le
Pacifique, l'Afrique de l'Ouest, l'Afrique de
l'Est, l'Afrique australe et l'Afrique central
partir du 1r janvier 2008.
Le montant de l'aide financire que l'UE des-
tine aux ACP, autrement dit le 9e FED (2002-
2007), s'lve actuellement 13,5 milliards
d'euros, rpartis sur cinq ans. Les montants per-
mettront de finance des projects d'aide humani-
taire dans les pays ACP, comme la construction
d'hpitaux, d'coles, de routes et d'aroports
qui visent acclrer le dveloppement cono-
mique et faciliter les changes. L'assistance
financire est aussi destine l'aide alimen-
taire, l'assistance mdicale et la furniture
d'abris d'urgence en cas de catastrophes natu-
relles -sismes et inondations par example -ou
de conflicts, comme celui qui svit actuellement
au Darfour. Le 10e FED (2008-2013) bnfi-
ciera quant lui d'une envelope financire de
22,7 milliards d'euros. Bien d'autres projects, de
plus petite envergure, sont financs au titre du
FED, comme par example des programmes de


formation et des expositions commercials.
L'argent n'est pas destin exclusivement aux
gouvernements nationaux mais aussi aux auto-
rits locales et aux organismes de la socit
civil, par example les ONG. L'UE ne dcide
pas seule des projects qui seront financs. Cette
question est examine en concertation avec ses
partenaires des ACP. C'est d'ailleurs la raison
pour laquelle l'UE compete de nombreux
bureaux dans les pays ACP.
Enfin, des runions permettent aux ministres
des pays ACP et de l'UE de se retrouver rgu-
lirement Bruxelles pour examiner leurs ds-
accords propos de Cotonou, les points d'en-
tente et comment amliorer les choses.
Les questions politiques ne sont pas oublies, et
les ministres tentent donc aussi de voir com-
ment mettre fin aux affrontements au Darfour et
faire respecter les droits de l'homme. Les ds-
accords sont frquents.
Mais l'essentiel, c'est de respecter en toute cir-
constance ses meilleurs amis, d'tre leur
coute et de les aider progresser du mieux
qu'ils peuvent. D.P. M

* Statistiques du PNUD (Programme des
Nations Unies pour le dveloppement) pour
2004.


N. 1 n.s. JUILLET AOT 2007









JOURIEES DU DEUELOPPEMEnT :

Climat et dveloppement quels changements ?

Lisbonne, Portugal : 7-9 novembre 2007
















EUROPEAN DEVELOPMENT DAYS
Journes europennes du Dveloppement IJornadas Europeias do Desenvolvimnento eudevdmayi

Programme prvsoir


> MERCREDI 7 IOUEMBRE
9.00-10.00 CRMONIE D'OUVERTURE
Introduction par Louis Michel
Jos Socrates
Premier Ministre du Portugal, pays hte
Jos Manuel Barroso
President de la Commission europenne
Maumoon Abdul Gayoom
President des Maldives
Gertrude Ibengwe Mongella
Prsidente du Parlement Panafricain

10.00-10.30 ALLOCUTION SPCIALE
Yvo de Boer Secrtaire de CCNUCC

10.30-13.00 PANEL:
ENJEUX ET PERSPECTIVES CONVERGENTES
Modrateur Chris Landsberg
Ogunlade Davidson
Co-Prsident du Groupe de travail III du GIEC
Michel Jarraud
Secrtaire- gnral de l'OMM
Joo Gomes Cravinho
Secrtaire d'Etat, Portugal
Stavros Dimas
Commissaire europen l'Environnement
Philippe Maystadt
President de la BEl
Orateur confirmer

13.00-13.15 CRMONIE DE SIGNATURE
Memorandum of Understanding PALOP

13.15-13.30 CRMONIE DE SIGNATURE


> JEUDI 8 IOUEmBRE
9.00-9.30 ALLOCUTION SPCIALE
Arkalo Abelsen
Ministre de la Sant et de l'Environnement -
Groenland
Georges Handerson
Ministre du Dveloppement durable Polynsie
franaise

9.30-10.10 ALLOCUTION SPCIALE
Kemal Dervis PNUD

10.30-13.30 TABLES RONDES

VULNRABILIT ET ADAPTATION
AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES
Protger et responsabiliser
les plus pauvres

BIENS PUBLICS MONDIAUX
ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES

PAUVRET, TABLISSEMENTS
HUMANS ET MIGRATION
Promouvoir une approche holistique
et centre sur l'homme

MITIGATION, OPPORTUNITS
ET FINANCEMENTS
Mettre le changement climatique
au centre des strategies nationals

14.00-19.00 EVNEMENTS PARALLLES


> UEnDREDI 9 nOUEmBRE
9.00-11.00 PANEL:
PARTENARIATS ET GOVERNANCE
ENVIRONNEMENTALE MONDIALE
Modrateur Tumi Makgabo
Louis Michel
Commission europenne
Achim Steiner
Directeur excutif du PNUE
Valentine Sendanyoye Rugwabiza
Directeur gnral adjoint de I'OMC
Heidemarie Wieczorek-Zeul
Prsidence du G8
Ousmane Sy
Directeur du Centre d'expertises politiques et
institutionnelles en Afrique (CEPIA)
Glenys Kinnock
Co-prsidente de l'Assemble paritaire UE-ACP
Nuno Ribeiro da Silva
Vice-prsident AIP- Business Europe
Orateur confirmer

11.30-15.00 EVNEMENTS PARALLLES

15.00-16.00 CRMONIE DE CLTURE

James Michel
President des Seychelles
Luis Amado
Ministre des affaires trangres du Portugal,
Prsidence UE
Andrej Ster
Secrtaire d'Etat de Slovnie
(prochaine prsidence)
Bernard Kouchner
Ministre des affaires tranares de France








II
Ies pays fIe CI s I Pacifique

et Union eI liiinne


PACIFIQUE
Iles Cook Fidji Kiribati Iles Marshall E.F. de Micronsie Nauru Niue Palau Papouasie
Nouvelle Guine Iles Salomon Samoa Timor Leste Tonga Tuvalu Vanuatu


Les listes de pays publies par Le Courrier ne prjugent pas du statut de ces pays, territoires et dpartements, ni de l'volution de ce statut.
Le Courrier utilise des cartes de diverse origines. Cette reproduction n'implique la reconnaissance d'aucune frontire particulire ni ne priuqe du statut d'aucun Etat ou territoire.


CARAIBES
Antigua et Barbuda Bahamas Barbade Belize Cuba Dominique Grenade Guyane Hafti
Jamaque Rpublique Dominicaine Saint Christophe et Nevis Sainte Lucie Saint
Vincent et Grenadines Suriname Trinit et Tobago


AFRIQUE
Afrique du Sud Angola Bnin Botswana Burkina Faso Burundi Cameroun Cap Vert
Comores Congo Cte d'Ivoire Djibouti Erythre Ethiopie Gabon Gambie Ghana Guine
Guine Bissau Guine Equatoriale Kenya Lesotho Libria Madagascar Malawi Mali
Maurice Mauritanie Mozambique Namibie Niger Nigeria Ouganda Rpublique
Centrafricaine Rpublique Dmocratique du Congo Rwanda Sao Tom et Principe
Sngal Seychelles Sierra Leone Somalie Soudan Swaziland-Tanzanie Tchad Togo
Z a m b ie _i ,l ,:. il. ,-


UNION EUROPENNE
Allemagne Autriche Belgique Bulgarie Chypre Danemark Espagne Estonie Finlande
France Grce Hongrie Irlande Italie Lettonie Litiiini. Luxembourg Malte Pays-Bas
Pologne Portugal Royaume-Uni Rpublique 'hi.-.i.- Roumanie Slovaquie Slovnie
Sude




















EUROPEAN DEVELOPMENT DAYS
Jg mt a eumospr.nnam du OnvIolDpomemal IJoaned;ls Eui unli Der, nVElviimnio emarla i.d





......................................


- x;;


Interdit la vente
ISSN 1784-6803


:iI
Yi~FLk Ii