• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 A l'ouverture de la 32eme...
 Message accompagnant l'expose general...
 Message aux ecoliers haitiens a...
 A l'union-club du Cap-Haitien
 Circulaire
 La croisade pour la protection...
 Nouvelle circulaire aux prefets...
 A la reception de l'ambassade extraordinaire...
 En response aux felicitations du...
 Message lu a la radio, a l'ocassion...
 Proclamation au peuple Haitien,...
 Message au corps legislatif
 A la remise de la grand'croix de...
 Pour une nouvelle orientation des...
 A l'hotel de la prefecture des...
 A l'union club du Cap-Haitien
 A la remise de la coupe vincent...
 Message au corps legislatif
 A l'occasion de l'anniversaire...
 En reponse aux felicitations du...
 A la reception du nouveau ministre...
 Message au president de la conference...
 A l'hotel de la prefecture des...
 En reponse aux felicitations du...
 A l'ouverture solennelle de la...
 A la reception du premier ministre...
 Message accompagnant l'expose general...
 Pour l'organisation et l'indispensable...
 A la reception du nouveau ministre...
 Message au corps legislatif
 A la reception du nouveau ministre...
 A la reception d'une delegation...
 Hommage au President Roosevelt
 Adresse au peuple Haitien
 Back Cover






Title: En posant les jalons
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094315/00004
 Material Information
Title: En posant les jalons
Physical Description: 5 v. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Vincent, Sténio, 1874-
Publisher: Imprimerie de l'état
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1939
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti   ( lcsh )
History -- Haiti   ( lcsh )
Economic conditions -- Haiti   ( lcsh )
Economic policy -- Haiti   ( lcsh )
Historia -- Haití -- 1844 ****
Condiciones económicas -- Haití
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: A collection of articles and addresses.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094315
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 03490326
lccn - 40014254

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    A l'ouverture de la 32eme legislature
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Message accompagnant l'expose general de la situation
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Message aux ecoliers haitiens a l'occacion du "Jour Panamericain"
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    A l'union-club du Cap-Haitien
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Circulaire
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
    La croisade pour la protection du sol
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
    Nouvelle circulaire aux prefets de la republique relative a la lutte contre le deboisement
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    A la reception de l'ambassade extraordinaire de la Republique Dominicaine aux fetes de la restauration
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    En response aux felicitations du corps diplomatique et consulaire, a l'occasion de la fete de la restauration
        Page 65
        Page 66
        Page 67
    Message lu a la radio, a l'ocassion du 145e anniversaire de la decouverte de l'Amerique
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Proclamation au peuple Haitien, a l'occasion de la fete nationale de l'independance
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Message au corps legislatif
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    A la remise de la grand'croix de l'ordre national au nonce apostolique
        Page 91
        Page 92
        Page 93
    Pour une nouvelle orientation des activities du service national de la production agricole
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    A l'hotel de la prefecture des cayes
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    A l'union club du Cap-Haitien
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    A la remise de la coupe vincent a "l'etoile Haitienne" championne d'Haiti
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
    Message au corps legislatif
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
    A l'occasion de l'anniversaire de la garde
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
    En reponse aux felicitations du corps diplomatique et consulaire
        Page 167
        Page 168
        Page 169
    A la reception du nouveau ministre de la Republique Dominicaine
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
    Message au president de la conference interamericaine de Lima
        Page 174
        Page 175
    A l'hotel de la prefecture des cayes
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    En reponse aux felicitations du corps diplomatique et consulaire
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
    A l'ouverture solennelle de la session legislative
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
    A la reception du premier ministre de l'argentine en Haiti
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
    Message accompagnant l'expose general de la situation
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
    Pour l'organisation et l'indispensable development du tourisme
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    A la reception du nouveau ministre de la Republique Dominicaine
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
    Message au corps legislatif
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
    A la reception du nouveau ministre du Bresil en Haiti
        Page 279
        Page 280
        Page 281
    A la reception d'une delegation sportive de la republique de Panama
        Page 282
        Page 283
    Hommage au President Roosevelt
        Page 284
        Page 285
    Adresse au peuple Haitien
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
    Back Cover
        Page 291
        Page 292
Full Text
EN POSANT
LES JALONS...




STNIO VINCENT
PRESIDENT D'HATI
posant les jalons
TOME IV
1937-1939
IMPRIMERIE DE L'ETAT PORT-AU-PRINCE, HATI 1939




A L'OUVERTURE DE LA 32me LEGISLATURE
(30 Janvier 1937)
...Nous raliserons donc ensemble, Messieurs, parce que notre action constr.uctive doit tre et sera une action d'quipe, parce que nous savons ce que nous voulons, que nous le voulons fortement, avec autorit et discernement, et que les buts .atteindre sont des buts nobles et d'utilit gnrale.
Monsieur le Prsident,
Messieurs les Snateurs,
Messieurs les Dputs,
En assistant cette Sance d'inauguration de la 32me Lgislature et en vous apportant le salut patriotique du Gouvernement de la Rpublique ainsi que mes sentiments personnels d'affectueuse bienvenue, je tiens tout d'abord remercier Monsieur le Prsident de l'Assemble Nationale qui, se faisant l'interprte de votre amiti et de votre loyalisme, a bien voulu m'accueillir dans cette enceinte par des paroles si aimables et si cordialement loquentes.
En posant les jalons 1
Tome IV


2
EN POSANT LES JALONS...
Nous saluons aussi, en mme temps que la Reprsentation Nationale renouvele sous l'empire de la dernire Constitution, l'esprit nouveau qui anime aujourd'hui tous les organes de l'Etat et qui assure leur collaboration harmonieuse et efficace par le contact des intelligences et des volonts tendues vers un mme idal de reconstruction conomique et de progrs social.
C'est cet esprit l qui va dsormais vivifier vos travaux, c'est lui qui adaptera les activits courantes de vos cerveaux aux problmes spcifiquement hatiens, c'est--dire ceux que nous avons hrits de notre formation raciale et nationale et particulire et des conditions gnrales inhrentes notre milieu. C'est par lui, par cet esprit de vie nouvelle, que nous parviendrons une vision plus juste et plus large de ces problmes, une comprhension plus exacte des difficults qu'ils soulvent et trouver, avec le temps ncessaire et un patriotisme opinitre au service des intrts suprieurs de la nation, les moyens de les rsoudre.
Nous aurons ainsi localis nos besoins et nos aspirations, et, des Lgislatifs bavards et striles, des Lgislatifs sans idal et sans


EN POSANT LES JALONS...
3
amour, fauteurs, le plus souvent, de ces intrigues nfastes et de ces rvolutions sanglantes et pillardes qui ont empoisonn nos destins, nous aurons substitu des assembles de prestige, de discussion fconde, agissant en pleine objectivit et participant aux ralisations les plus pratiques et les plus hardies.
Nous ne pouvons pas fermer autrement, Messieurs, la priode si tristement ngative de notre Histoire, c'est--dire tout un sicle de passions, d'excs, de turpitudes et de haines, o, presque toujours, s'gorgeaient alternativement et sans merci des factions armes les unes contre les autres pour l'unique exploitation du pouvoir - et ouvrir alors sa priode positive, celle o notre cher petit pays doit cesser enfin d'tre ce qu'il a t, celle que la postrit peut-tre je m'excuse de le dire ici moi-mme, mais j'y travaille de toute mon nergie, de toute mon intelligence, de toute ma volont, de toute la puissance altruiste qu'un homme peut mettre atteindre un but celle que la postrit peut-tre fera commencer partir du Gouvernement que le peuple de ce pays a instaur le 18 Novembre 1930.


4
EN POSANT LES JALONS..,
Nous raliserons donc ensemble, Messieurs, parce que notre action constructive doit tre et sera une action d'quipe, parce que nous savons ce que nous voulons, que nous le voulons fortement, avec autorit et discernement, et que les buts atteindre sont des buts nobles et d'utilit gnrale. Et n'oubliez pas, Mes^ sieurs, que le dveloppement conomique du pays, qui est la base de toute notre action prsente, sera, en mme temps, une uvre continue de dfense nationale.
Si d'aventure, l'on tentait sur nous une pression d'un ordre quelconque hlas on ne sait jamais, nous pourrions trs avantageusement riposter, non seulement par nos sentiments patriotiques rnovs, mais aussi par l'excellente organisation de notre production par notre prosprit, par tous les progrs accomplis. Et d'ailleurs, jusqu'ici, et quelque extraordinaire que cela puisse paratre, l'agresseur, juridiquement, n'est pas toujours trs bien dfini. Nous sommes en face d'un droit international en perptuel devenir. Qui sait si, un jour, les guerres civiles prolonges, les anarchies intrieures ne seront pas considres comme agression et ne constitueront pas pour les Pays voisins une sorte de provocation?


EN POSANT LES JALONS... 5
La vie internationale est si diverse, si changeante et quelquefois si dcevante!... Et alors, quel serait notre cas si, ce qu' Dieu ne plaise, nous retournions, comme le chien de l'Evangile, nos vomissements rvolutionnaires?
Heureusement qu'il n'en sera plus rien. Nous sommes dans la bonne voie, dans la voie du salut. Nos finances sont saines. La Dette Publique diminue. Nous avons le budget le plus original qu'on puisse rencontrer par le temps qui court, j'entends dire qu'il est quilibr! Le rendement de nos services publics est satisfaisant. Nous continuons nous pencher, avec amour, vers ceux qui, seuls, travaillent encore de leurs mains calleuses l'enfantement de cette Hati nouvelle que nous voulons, vers ce pauvre paysan hatien qui porte, dans ses regards innocents et vides, une lueur si humiliante pour les hommes de cur qui s'en approchent. La paix publique, condition essentielle et primordiale du rsultat de notre grand effort, est assure. L'ordre rgne. La Garde d'Hati est l, vigilante, strictement fidle, comme il convient, ses devoirs militaires. Je rponds de sa discipline et de son efficience.


6
EN POSANT LES JALONS...
Et si, selon la belle parole de Shelley, la joie de l'me est dans l'action, nous avons lieu de nous rjouir.
Mais, ne nous faisons pas illusion. Nos ralisations, quelque videntes qu'elles soient, ne dsarmeront pas nos adversaires. Elles auront, plutt, la vertu de les exciter davantage, de les rendre plus irrductibles. C'est humain. Mais nous les rduirons. Vous nous aiderez, Messieurs, les rduire... par la justice et par la bont!...


EN POSANT LES JALONS...
7
MESSAGE ACCOMPAGNANT L'EXPOSE GENERAL DE LA SITUATION
(3 Fvrier 1937)
...La dignit nationale et la scurit du pays ne peuvent tre envisages aujourd'hui qu'en fonction du travail et de l'effort productif des habitants. Cest l'cole mais l'cole vivante qui doit raliser cette transformation radicale des valeurs sculaires dont dpend l'avenir mme de la socit hatienne.
Messieurs les Snateurs,
Messieurs les Dputs,
Les rapports qui m'ont t adresss par les Secrtaires d'Etat et que j'ai l'honneur de communiquer au Corps Lgislatif rendent un compte exact du fonctionnement des Services Publics, au cours de la dernire anne administrative.
Nous entretenons les relations les plus cordiales avec les Puissances Etrangres. Nos efforts, dans l'ordre extrieur, ne tendent qu' maintenir et fortifier cet heureux tat de choses. Il nous vaut la considration et l'amiti des Gouvernements qui accrditent auprs de nous


8
EN POSANT LES JALONS...
des reprsentants qualifis et favorise notre coopration l'uvre de paix gnrale qui se poursuit, sans relche, travers l'enchevtrement et la complexit des problmes poss devant la conscience internationale. Malgr les angoisses o se dbat le Monde, la paix c'est le suprme espoir des hommes de bonne volont - se ralisera quand mme pour le bonheur des peuples.
Notre pays y a dj contribu d'une manire clatante. Le 9 Mars 1936, Port-au-Prince, Son Excellence le Prsident Trujillo y Molina et moi, nous apposions, en effet, nos signatures sur le Protocole additionnel relatif au Trait des frontires hatiano-dominicaines et le 14 Avril suivant nous changions, Ciudad Trujillo, les ratifications de cet Acte important. Une vieille et pineuse question tait ainsi dfinitivement rgle la satisfaction des deux Nations qui se partagent la souverainet de l'le et qui, livres maintenant leurs activits normales, poursuivent, dans la plus parfaite harmonie, et selon leurs moyens propres, leurs ralisations de progrs social et de rnovation conomique.
Notre prsence la Socit des Nations de mme que notre empressement travailler,


EN POSANT LES JALONS..
9
dans notre modeste sphre d'action, l'dification d'un ordre nouveau bas sur la solidarit interamricaine, tmoignent hautement de notre dsir et de notre volont d'associer l'avenir de notre destine continentale notre idal de concorde universelle.
C'est dans une atmosphre de sympathie et d'estime mutuelle que se poursuivent les ngociations pour le rglement de nos difficults avec la France provenant de la dnonciation, par ce pays, de l'Accord du 5 Juillet 1935 qui rgissait nos rapports commerciaux. Nous avons tout lieu d'esprer que l'arrangement satisfaisant que les deux hautes Parties appellent de leurs vux les plus sincres sera bientt un fait accompli.
L'Exercice 1935-1936 a t surtout marqu par les graves apprhensions qu'avait fait natre la dnonciation de l'Accord commercial franco-hatien. Nos exportateurs taient plutt pessimistes. Ils doutaient fort de la possibilit de placer la totalit de notre rcolte, soit aux Etats-Unis, soit sur les autres marchs d'Europe qui nous restaient ouverts, quoique avec certaines restrictions, tant donn le principe de l'quivalence des achats qui caractrise, de plus en plus, les changes internationaux.


10
EN POSANT LES JALONS...
L'avis du Gouvernement, bas sur de minutieuses enqutes, tait que cela serait ralisable la condition d'obtenir d'abord du producteur une meilleure prparation de la fve, et, ensuite, de l'exportateur, un triage plus soign. Dans le but de remplir le premier point de ce programme, la construction de nombreux glacis fut immdiatement entreprise pour faciliter le schage du caf dans les lieux de production les plus humides, tandis qu'un plus grand nombre d'agents agricoles tait recrut en vue d'exercer une surveillance plus effective sur sa cueillette et son schage. En mme temps, le Gouvernement se proccupait des dbouchs. Certains de nos hommes d'affaires taient chargs de missions officieuses en Belgique, en Allemagne, dans les Pays, Scandinaves et l'Europe Centrale, pendant qu'un actif travail tait accompli New-York par Monsieur Mackey, Prsident de New-York Coffee & Sugar Exchange Inc.. Les rsultats obtenus sont des plus substantiels. J'ai fait, crit, ces jours-ci, Monsieur Mackey, des essais en tasse de tous les chantillons reus avant le dbut de l'actuelle rcolte, et j'ai compar ces essais aux livraisons faites


EN POSANT LES JALONS...
11
depuis l'installation des glacis et l'emploi des autres prcautions qui ont t prises afin de prparer le caf d'une meilleure faon. Nous avons t tonns de constater la grande amlioration obtenue comparativement aux chantillons de l'ancienne rcolte. C'est peine si on pouvait qualifier de passable un des chantillons de celle-ci, tandis qu'il est trs rare de rencontrer dans ceux nouvellement reus un chantillon ayant un got sr ou de terre. J'estime que c'est un grand progrs et que nous devrions nous sentir compltement satisfaits.
Le Consul Gnral d'Hati Anvers crit de son ct : Les prix raisonnables pratiqus par Hati au dbut de cette rcolte et les efforts qui ont t faits de diffrents cts pour en augmenter la vente sur notre march ont t une rclame sans pareille pour vos cafs. Comme vous savez, le got du caf d'Hati est spcial, et une fois qu'il est introduit dans les mlanges, il est difficile de le remplacer ou de le supprimer. Le bon march de vos cafs au dbut de la rcolte les a fait acheter d'une faon anormale. Je veux dire par l qu'ils ont t acquis par des torrfacteurs qui ne les avaient jamais torrfis avant. Le consomma-


12
EN POSANT LES JALONS...
teur s'est habitu son got et il lui sera difficile de s'en passer. Le pourcentage de caf d'Hati devra tre conserv pour le satisfaire: c'est le rsultat qui a t obtenu et que les ex^ portateurs d'Hati devraient pouvoir maintenir par tous les moyens.
Cette affaire semble, en dfinitive, tourner notre avantage. En effet, nous disposons d'un march nouveau et les offres d'achat que reoivent nos exportateurs dpassent beaucoup nos disponibilits. Tous nos efforts doivent maintenant se consacrer l'augmentation de la production cafire, l'extension agricole sous toutes ses formes, au dveloppement de la vie rurale, seul exutoire dont nous disposons car on n'en voit pas d'autre pour occuper le nombre grandissant des sans-travail et donner une nouvelle et dfinitive orienta-taiion notre conomie.
La dignit nationale et la scurit du pays ne peuvent tre envisages aujourd'hui qu'en fonction du travail et de l'effort productif des habitants. C'est l'cole qui doit y aider. Or, nous n'avons pas encore l'cole qu'il nous faut, l'cole active, l'cole o l'enfant apprend travailler et agir, l'cole vraiment


EN POSANT LES JALONS...
13
adapte aux besoins et aux intrts nationaux, l'cole qui prpare la vie, qui duque pour un milieu social dtermin, pour le dveloppement de ce milieu par des lments qui sont appels y vivre et y appliquer utilement leurs connaissances et leurs nergies, l'cole tablie dans un esprit et pour des fins pratiques d'intrt individuel et de progrs collectif et non pas en vue de l'obtention de certificats, de brevets ou autres diplmes qui ne riment la plupart du temps rien, qui gonflent ridiculement les vanits et ne produisent le plus souvent que des tres dpourvus de toute utilit sociale, l'cole primaire urbaine appele former notre classe intermdiaire, et l'cole rurale proccupe surtout d'adapter l'enfant son ambiance particulire et l'y intgrer davantage pour l'amlioration mme de cette ambiance, grce une pdagogie dynamique qui tienne compte de sa nature et de sa destine, l'cole qui cre l'enthousiasme et dveloppe naturellement toutes les belles facults de l'me, grce son cadre de verdure et de gat, o 'enfant apprend lire et s'instruire d'abord dans le grand livre de la nature et non pas seu-


14
EN POSANT LES JALONS...
lement dans ces livres ennuyeux et tristes o sa frache curiosit instinctive se trouve comme emmure, Fcole enfin qui, selon la profonde conception de Tagore, mne la vie l o elle rgne, qui fasse sortir de la salle de classe, qui n'apporte pas les arbres dans la classe mais qui transporte la classe sous les arbres...
Le moment est venu, Messieurs les Snateurs, Messieurs les Dputs, de crer cette cole nouvelle avec ses mthodes bases sur l'exprience et les ralits et de travailler cette transformation radicale des valeurs sculaires dont dpend l'avenir mme de la socit hatienne.


EN POSANT LES JALONS...
15
MESSAGE AUX ECOLIERS HATIENS A L'OCCASION DU JOUR PANAMERICAIN
(14 Avril 1937)
Ecoliers hatiens, travaillez tre de ceux qui font avancer le Monde et l'amliorent, en amliorant, sans cesse, les conditions de la vie conomique, morale et sociale de leur pays.
Ecoliers Hatiens,
En ce jour fraternellement consacr aux Nations de ce Continent, l'Esprit Panamricain, il convient que, sans exception aucune, nous tous, des Amriques, nous levions nos curs...
Mais, l'occasion de cette date commmo-rative, il est tout particulirement demand vous autres, Ecoliers panamricains, vous les hommes de demain, d'avoir, la mme heure, dans chacun des Pays de l'Union Panamri-caine une pense commune, un lan commun vers un mme idal.
Le plus accessible tous, quoique le plus lev, est tout indiqu pour vous tre propos, pare que, sans conteste, le plus hautement


16
EN POSANT LES JALONS...
profitable l'esprit humain. C'est, d'ailleurs, la promesse mme qui a t solennellement faite l'Humanit tout entire par le Divin Matre, quand II pronona ces paroles mmorables :
Paix sur la terre aux hommes de bonne
volont!
Donc, la Paix, voil le bien le plus prcieux indiqu et promis au genre humain.
Mais cette Paix, indispensable au triomphe de toutes les nobles activits, elle ne nous sera accorde que si nous sommes de bonne volont.
Il dpend de nous-mmes de nous la procurer par notre travail, par nos efforts intelligents et persvrants, par notre discipline, par nos luttes incessantes contre nos mauvais instincts et nos propres faiblesses.
C'est pendant le temps qu'on passe l'Ecole qu'il faut engager cette lutte prenante et magnifique.
L'Ecole, en effet, tant la ppinire des mes, le lieu o s'labore, par une ducation approprie, l'avenir des Nations, c'est l surtout qu'il convient et qu'il est possible de prparer la Paix, pour qu'elle soit la grande ralit des gnrations futures. Mettez-vous donc


EN POSANT LES JALONS..
17
au travail pour une formation plus rationnelle et plus intelligente de vos curs et de vos cerveaux. Bannissez-en tout gosme; allgez-les de tout prjug; efforcez-vous de comprendre les hommes comme les choses. Cela vous permettra d'tre justes et bons. Et cela permettra aux hommes de demain de s'aimer un peu plus les uns les autres.
Et des avantages insouponns en seront les fruits incalculables.
Si le monde actuel est si douloureusement boulevers, c'est, il ne faut pas en douter, parce que, dans l'ensemble, les hommes ont cess depuis longtemps d'tre justes et bons. Ecoliers Hatiens,
Si vous dsirez un lendemain meilleur pour vous, pour vos familles, pour le progrs de vos milieux respectifs; si vous voulez que la Paix rgne dsormais parmi les hommes, levez constamment vos curs vers la Justice et la Bont, vers la Beaut...
Travaillez !
Travaillez avec persvrance, avec joie, avec amour !
Travaillez tre de ceux qui font avancer le Monde et l'amliorent, en amliorant, sans


18
EN POSANT LES JALONS...
cesse, les conditions de la vie conomique, morale et sociale de leur pays.
C'est le meilleur conseil que puisse vous donner et que vous donne, affectueusement, celui qui s'intresse vous de tout son cur.


EN POSANT LES JALONS...
19
A L'UNION-CLUB DU CAP-HAITIEN
(1er Mai 1937)
...Ce que nous voulons, c'est accommoder le milieu aux besoins de ses habitants ; c'est mettre en valeur, dans la paix et l'ordre indispensable, les ressources naturelles de notre merveilleux coin de terre... C'est arracher ce petit pays le masque de tribu sauvage sous lequel oa le reprsente encore l'Etranger; c'est lui donner un prestige sans cesse accru par le travail et la dignit de ses habitants.
Monsieur le Prsident,
Mesdames et Messieurs,
Il y a environ un mois, presque tous les chefs d'administration de votre Dpartement, Prfet, Magistrat Communal, Commissaire du Gouvernement, runis, par hasard, la Capitale, pour confrer avec les membres du Gouvernement sur des affaires relevant de leurs services respectifs, me conviaient, au cours des entretiens particuliers que j'ai eus avec eux, visiter, une nouvelle fois, votre grande cit, toujours si accueillante et si hospitalire.


20
EN POSANT LES JALONS...
Tout le monde vous attend au Cap, Monsieur le Prsident, me rptaient-ils qui
mieux mieux. Quand est-ce que vous allez venir?
Paroles aimables sans doute, que je ne demandais qu' croire, puisqu'elles paraissaient exprimer, sur ces lvres autorises, un nouveau tmoignage de votre confiante amiti, mais paroles qui rencontraient aussitt, je dois le dire, mon dsir personnel, mon trs vif dsir de vous revoir, de me retrouver, avec vous, dans votre propre climat, et de respirer, comme ce soir, le parfum dlicat de vos lgantes et gracieuses mondanits capoises.
Aucun discours, Mesdames et Messieurs, n'avait t prvu dans le programme de ce voyage. Ce n'est pas une affaire de coquetterie, comme vous pourriez le supposer. C'est encore moins un caprice. C'est tout simplement parce que les mninges des Chefs d'Etat contemporains, qui sont dans une perptuelle et fivreuse activit, et surtout les pauvres mninges d'un Prsident d'Hati en l'anne 1937 ont droit quelquefois certains mnagements, quelque repos priodique et bien mrit, pour conserver l'quilibre ncessaire


EN POSANT LES JALONS
21
de leur sant gnrale. Cependant, je sais aussi que vous ne me pardonneriez pas de passer sans m'arrter, c'est--dire sans vous donner une petite audience, mme une petite audience de quelques minutes.
Eh! bien, c'est prcisment ce que je vais faire pour ne pas tre en reste avec vous, c'est ce que je vais faire avec la permission de votre sympathique prsident qui vient d'avoir pour moi de si touchantes attentions, ce dont je le remercie cordialement, et en m'excusant auprs de vous tous ici, et notamment auprs de ces dames et de ces demoiselles, de retarder leur plaisir, d'enlever ainsi quelques one steps et quelques meringues leurs jambes impatientes...
Bans ces conditions, vous vous contenterez bien, je le crois, d'un aperu sommaire des activits gouvernementales depuis, notre dernier entretien.
J'y ajouterai, pour votre patriotique gouverne, quelques considrations et rflexions d'ordre gnral, que me suggrent mon exprience du Gouvernement et les srieuses ralits du moment.
Lorsque le 27 Novembre 1934. je vous adressais la parole, ici mme, il y avait des pro-


22 EN POSANT LES JALONS...
blmes extrmement importants qui retenaient presque simultanment, l'attention de l'Excutif.
La question de la figue-banane, l'achat de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati, le trait de commerce avec les Etats-Unis d'Amrique, la question des frontires hatia-no-dominicaines, toutes ces questions, dont quelques-unes avaient fait l'objet des critiques les plus acerbes de nos adversaires et qui avaient t traites longuement devant vous, sont passes dans le domaine des faits accomplis.
Les difficults auxquelles le contrat avec la Standard Fruit avait donn lieu entre le Gouvernement et la Compagnie ont t aplanies, comme vous le savez, par l'arrangement satisfaisant intervenu dernirement entre les deux parties.
La question des frontires est dfinitivement rgle.
Notre trait de commerce avec les Etats-Unis est en pleine excution.
La Banque Nationale de la Rpublique d'Hati, devenue proprit du Gouvernement Hatien, fonctionne normalement. Les fins


EN POSANT LES JALONS...
23
pour lesquelles l'opration d'achat de cet tablissement avait t conclue se raliseront prochainement. Le retard, sur ce point, est d des circonstances qu'il n'est pas opportun de faire connatre actuellement.
Notre caf a pu tre vendu, malgr la dnonciation par le Gouvernement franais de l'accord commercial franco-hatien et malgr tous les prophtes de malheur qui avaient prdit, ce sujet les pires complications.
Des dbouchs nouveaux sont aujourd'hui assurs nos produits. Nous avons sign avec plusieurs Gouvernements trangers de6 accords commerciaux qui ne peuvent que faciliter et avantager notre exportation. Nos ngociations avec la France sont sur le point d'aboutir un nouvel accord satisfaisant.
Et puis, la certitude de l'ordre public, ce que Auguste Comte, voulant y faire entrer comme dans un cadre indispensable, tous les progrs, toute la civilisation elle-mme, appelait, en termes si ramasss et si denses, l'immense question de l'ordre, la certitude de l'ordre public a dfinitivement satisfait aux besoins de scurit des masses laborieuses et plant dans le cur de la Nation des esprances aux racines profondes contre lesquelles ne


24
EN POSANT LES JALONS..
prvaudront plus les manigances impuissantes des professionnels attards des troubles civils d'autrefois.
La Garde d'Hati, organise, discipline, loyale comme cette pe sur laquelle elle a jur de maintenir la paix dans ce pays, pour que son indpendance et sa dignit soient sauvegardes au moyen des uvres vitales de la paix, est absolument consciente de son rle et de son devoir. Ferme aux mortelles sollicitations qui ont fait la bont de notre ancienne arme, c'est elle qui assure aujourd'hui la vie tranquille et saine de ce peuple qui ne demande qu' vivre. On aura beau faire, elle ne s'cartera ni de ce rle ni de ce devoir. Il faut bien qu'on se le tienne pour dit...
Voil donc, peu prs, les principaux postes de l'actif gouvernemental au cours des deux dernires annes.
Mais les techniciens de la propagande car il y a chez nous une vritable technique de la propagande ont pris l'habitude de charger le Gouvernement d'un passif tellement norme, tellement extravagant, qu'il porte naturellement faux et chappe toute vrification.


EN POSANT LES JALONS...
25
On ne peut cependant pas mpriser compltement ce qui se dit; et quelles que soient les sottises que l'on colporte il est bon d'y prter quelque attention, non pas tant pour attacher la moindre importance ces sottises elles-mmes, comme pour considrer les personnes qui les inventent et les mettent en circulation.
l y a dans un livre du Pre Ducatillon, le grand orateur catholique qui vient de remuer toute l'intellectualit hatienne par la logique et la loyaut de sa grande parole chrtienne, un trs joli mot que j'ai pris plaisir noter. Il dit qu'il ne faut pas toujours sous-estimer Satan, parce que quelquefois Satan est un Monsieur trs bien, un monsieur qui, quel que soit le rsultat final de ses activits, poursuit ce rsultat avec une telle sincrit, une telle probit de conscience que l'intelligence ne peut pas ne pas y rendre hommage. C'est d'ailleurs un monsieur qui impressionne par des qualits et des vertus personnelles qui galent au moins, sinon dpassent, celles d'un parfait chrtien.
Or, nos propagandistes, nous, nous savons qui ils sont ; car il est certain que ce n'est ni l'homme de la Fossette, ni l'homme du Bas


26 EN POSANT LES JALONS...
de la Ravine, ni des Exaiis, ni des Pierrism de la plaine et des mornes, qui lancent des nouvelles ou propagent des inventions de nature pervertir l'esprit public chose facile du reste, tant donn l'tat rudimentaire dans lequel il se trouve encore. C'est toujours un homme de ce que nous appelons la socit qui agit ainsi, poursuivant ses fins malhonntes.
En tant qu'lment nuisible, on ne saurait donc le sous-estimer. Comme Satan, le propagandiste, le plus souvent, est apparemment un Monsieur trs bien, puisqu'il suffit, ici, d'une jaquette et d'un faux-col pour faire un monsieur trs bien... C'est donc ainsi, Mesdames et Messieurs, que la scheresse et la mi sre auront fait les frais des dernires propagandes. Vous voyez, par exemple un Monsieur se promener par la ville et parler, de groupe en groupe, de la terrible scheresse qui a svi ces temps-ci dans nos campagnes!... Soyez persuads que, neuf fois sur dix, c'est moins pour dplorer sincrement un tel malheur, que pour en rendre le Gouvernement responsable... D'ailleurs, gnralement, il rie s'en cache mme pas... bien que ce soit, je trouve, une ide plutt bizarre et assez curieuse que celle de se


EN POSANT LES JALONS...
27
servir de la scheresse pour administrer des douches au Prsident de la Rpublique...
Huit mois de scheresse!... Ah! mon cher, on n'a jamais vu a... C'est affreux... Toutes les rcoltes brles, perdues... On ne s'occupe de rien dans ce pays... Que fait donc le Gouvernement?...
Evidemment, le Gouvernement devrait s'arranger, d'une manire ou d'une autre, pour faire tomber la pluie!... Et puisqu'il n'a pas ce pouvoir, c'est tout de suite l'abomination de la dsolation...
Et, comme tout naturellement, ici, se glisse le couplet sur la misre... Ah! la misre!... Si elle n'existait pas, on l'inventerait assurment pour en faire l'autre grand sujet cancans...
La misre!... Il y a des gens qui en parlent comme si c'tait une chose spcifiquement hatienne, comme si on tait heureux partout, except en Hati. Hlas!... Peut-tre n'est-on plus heureux nulle part... Il semble, en effet, que depuis la guerre, le monde traverse une poque expiatoire, dont on n'aperoit gure la fin, en dpit de tous les efforts des hommes de bonne volont. Mais, croyez^moi, s'il y a encore, de nos jours, un coin de la plante o l'on peut vivre tranquille, loin des paniques


2g
EN POSANT LES JALONS...
et des inquitudes de la branlante civilisation moderne, c'est bien notre cher petit pays. Tous les trangers de marque qui nous visitent le proclament l'envi. Il n'y a vraiment que les Hatiens ne pas connatre leur bonheur...
La misre! mes chers amis... voici comment l'illustre Prsident Roosevelt, dans le discours qu'il a prononc le 20 Janvier de cette anne, l'occasion de l'inauguration de ses nouvelles fonctions prsidentielles, la voyait chez lui, aux Etats-Unis d'Amrique, qui demeurent cependant la plus grande et la plus riche puissance de la terre:
Je vois dans cette Nation des dizaines de millions de ses citoyens proportion substantielle de l'ensemble de sa population, qui, en ce moment mme, se voient refuser la majeure partie de ce que les niveaux les plus infimes considrent aujourd'hui comme des ncessits de l'existence.
Je vois des millions de familles qui s'efforcent de vivre d'un revenu si maigre que la sombre perspective d'un dsastre familial pse sur elle de jour en jour.
Je vois des millions de gens dont la vie journalire, la ville comme aux champs, se


EN POSANT LES JALONS..
29
droule dans des conditions juges indcentes, il y a cinquante ans dj, par une socit soi-disant police.
Je vois des millions de gens auxquels sont refuss l'instruction, les loisirs et la possibilit d'amliorer leur sort et celui de leurs enfants.
Je vois des millions de gens qui ne possdent pas les moyens d'acheter les produits de la ferme et de l'usine, et dont la pauvret prive de travail et de productivit plusieurs autres millions de gens.
Je vois le tiers d'une nation mal log, mal vtu, mal nourri. Ce n'est pas dans un esprit de dsespoir que je trace ce tableau, etc.
Et c'est la mme chose dans presque tous les grands pays o le chmage a pris de telles proportions que le problme de sa rsorption, partielle ou totale, demeure incontestablement la plus difficile et la plus grande proccupation des Gouvernements.
En Hati, la misre est un air connu et assez vieux.
Pour ma part, depuis que j'ai l'ge de raison, je n'ai jamais entendu dire que les affaires marchaient bien. Au contraire, a n'allait jamais... La Nation tait toujours plus prospre pendant la dcade prcdente... Tout allait


30 EN POSANT LES JALONS...
toujours mal,- c'est--dire pas l'entire convenance de certains intrts mme en ces temps maudits o la concussion sans vergogne, la contrebande ouverte, les fournitures scandaleuses, les ignobles majorations de contrats de travaux publics dans les Chambres, enrichissaient les uns et les autres, sans parler des fameux Emprunts hatiens dont les fines lames, selon le mot spirituel et froce d'Au-rlien Scholl, se pavanaient si librement nagure au Bois de Boulogne.
Par ailleurs, coutez un peu ce que disait Frdric Marcelin, il y a plus de cinquante ans, dans un article que publiait, le 2 Dcembre 1882, le journal L'Oeil de Port-au-Prince :
L'anne tire sa fin... Jadis, c'tait l priode active des affaires, celle sur laquelle on vivait, le reste du temps... L'anne qui finissait dans le travail, l'aisance et la prosprit, se fondait en quelque sorte avec l'anne nouvelle pour faire toutes nos familles un fonds commun d'esprances et de bonheur. Aujourd'hui quelle diffrence!... Parcourez nos quais... dserts; nos rues... vides. Plus rien qui sente la vie, le mouvement... A tous les


EN POSANT LES JALONS...
31
degrs de l'chelle sociale, lamentations et souffrances !
Celle-ci, c'est la marchande ambulante, maussade et pas rsigne, parce que ses ventes ne vont gure. Cette semaine, on a voulu lui faire prendre une patente; elle a cri trs fort et dclar qu'elle irait trouver le Prsident!...
Cet autre est un ouvrier, peintre, maon, tailleur... Il a cherch longtemps du travail et il arpente maintenant les trottoirs du quartier commercial. Ils sont ainsi quelques centaines qui contribuent donner cette animation factice que vous voyez parfois au bord de mer.
Regardez ce courtier qui monologue. Il ne faut pas tre bien malin pour deviner ce qu'il se dit lui-mme. Les affaires difficiles, un mnage sur les bras, impossible de joindre les deux bouts.
Ah! c'est que les beaux jours sont passs pour la corporation.
Ecoutez maintenant ce commerant. Le front soucieux, l'air ennuy, fatigu, il compare son mtier au tonneau des Danades. Plus il y met de son activit, de son intelligence, moins le tonneau s'emplit...
Ainsi de haut en bas, on pitine sur place ; chacun regarde son voisin, et trouve sur son


32
EN POSANT LES JALONS...
visage la mme expression inquite et souffrante, tourne sur lui-mme, comme si on tait enferm dans un cercle sans issue!
Pourquoi cet abattement, pourquoi cette tristesse? Le mal dont vous souffrez, il est en votre pouvoir d'en gurir!
Oui, le caf qui tait votre principale ressource, ne vaut plus de 4 piastres. En dix ans, il a perdu plus des trois quarts de sa valeur; pour les mmes besoins satisfaire, vous avez trois fois moins d'argent. De l, ce malaise que vous prouvez.
Eh bien, voulez-vous ramener l'aisance et la joie dans vos familles?
Demandez donc votre propre sol ces produits que vous importez et doublez vos exportations de toute nature, caf, coton, cacao, etc.. Je vous vois sourire. Ces conseils vous sont connus, n'est-ce pas? Ils vous ont t donns si souvent et vous vous attendiez assurment quelque chose de plus nouveau. Hlas tous ceux qui tiendront un autre langage, tous ceux qui ne vous diront pas ce que je viens de vous dire, cherchent vous tromper. Il n'y a pas d'autre voie de salut, il n'y a pas d'autre moyen de gurison que ceux-l!


EN POSANT LES JALONS...
33
Le dernier Bulletin de la Chambre de Commerce de Port-au-Prince, o j'ai puis l'article que je viens de vous lire, l'a fait suivre de cette rflexion qui me parat absolument concluante:
Notre socit prsente encore les mmes aspects, et l'insuffisance de la production exportable demeure caractristique de notre conomie.
Pas plus aujourd'hui qu'hier, l'Hatien instruit ne s'inquite des problmes de la terre d'o cependant provient toute richesse?
A une vingtaine d'annes d'intervalle, vers 1902, autant qu'il m'en souvient, le journal Le Soir, que rdigeait Justin Lhrisson, y allait aussi de son couplet sur notre ternelle Misre. Je suis dsol de ne pouvoir vous lire le dlicieux petit article qu'il avait crii ce sujet. Il m'a t impossible de le retrouver... Mais, je me rappelle parfaitement qu'il commenait ainsi, ou peu prs.-
... La saison des avocats va finir. De quoi le pauvre peuple va-t-il maintenant pouvoir se nourrir?...
Et le reste l'avenant...
A partir de 1902, quelques bons Hatiens tentaient de faire pntrer dans le grand pu-
En posant les jalons 2
Tome IV


34
EN POSANT LES JALONS...
blic l'impression du danger qui nous menaait et qui tait d'abord en nous-mmes, on pourrait dire en chacun de nous. Le Centenaire de l'Indpendance Nationale approchait. La fiert qu'apportait son haleine n'tait pas sans mlange. Devant le nant des rsultats, on se mit crier quelques vrits, dans quelques journaux et dans quelques livres. On les voulait fortes pour frapper davantage l'esprit public. Peine perdue. Comme il s'agissait, ce moment-l, de nommer un Prsident en remplacement du Prsident Simon Sam, la question prsidentielle touffa la question nationale.
Un article du journal L'Effort, que je dirigeais alors, tomba comme une grosse pierre dans la mare aux grenouilles. Les grenouilles, un instant interloques, reprirent de plus belle leur monotone chanson. Et ce fut encore une triste anne de guerre civile-La misre tait toujours l. Il fallait bien qu'il en ft question dans l'article vis. Et-je disais moi-mme:
La misre est l'tat endmique, une misre affreuse, inoue. Nos foules affames se rfugient dans l'alcoolisme. Le tafia achve de les abrutir, lorsque les bestialits coutu-


EN POSANT LES JALONS...
35
mires ne leur ont pas dj ot toute conscience. La misre est la plus horrible des tares sociales. Elle est gnratrice de haines, de maladies et de crimes. Le parasitisme, l'excs de pauvret dans la grande majorit produisent de si terribles effets morbides, physiologiques autant que psychologiques, que les socits en meurent quelquefois. Ni commerce, ni crdit, dbcle financire et banqueroute. Avez-vous remarqu le sourire nervant des gens lorsque, dans une conversation, on s'oublie parler d'agriculture?... Bref, sur le terrain conomique, comme ailleurs, absence complte de tout effort srieux et continu.
Et le journal ajoutait, marquant quelques-unes des vraies causes de notre faillite, et formulant, en manire de conclusion, une alternative tragique:
Un conflit permanent et profond autre curiosit existe entre la forme et le fond des institutions et des choses. La forme parat quelquefois brillante, le fond est presque toujours lamentable... On tiquette: Libert, Ordre, Progrs... Grattez lgrement et vous trouverez les choses les plus laides. Une lgislation formidable, des Constitutions 6a-


36
EN POSANT LES JALONS...
vantes et compliques recouvrent cette arma-mature aux cbles vermoulus. En somme, qu'avons-nous fait depuis notre Indpendance? Ayons le courage de l'avouer: Rien!
Croupis dans le marasme ou perdant nos forces dans les agitations striles, nous avons laiss passer le dix-neuvime sicle tout entier le Grand Sicle sans qu'un reflet de son uvre colossale soit venu jusqu' nous sans qu'un souffle de son immortel gnie ait pntr dans nos mes. Aussi hien, pour quiconque a saisi le vritable sens des actuelles conjonctures historiques, l'heure prsente est l'heure suprme: la socit politique hatienne marchera dsormais vers la Civilisation ou vers la Mort.
Vous savez, Mesdames et Messieurs, comment nous avions prfr marcher vers la Mort, puisque douze ans plus tard, c'est la Nation tout entire qui roulait dans l'abme.
* *
Une socit misrable est une socit malade. Lorsque la crise se prolonge comme c'est actuellement le cas pour toutes les socits humaines on voit accourir, de partout, au che-


EN POSANT LES JALONS..
37
vet des Nations souffrantes, des spcialistes insouponns qui prtendent leur apporter dare-dare une gurison et complte. Les plus convaincus, parmi ces spcialistes, sont les conomistes. Ils arrivent avec tout un arsenal thrapeutique de projets et de plans ils sont surtout des planistes, comme on dit aujourd'hui et ils prescrivent...
Il y en avait un, au temps jadis, qui avait nom Fourrier. Il est rest clbre puisque on lui consacre toujours un chapitre dans les livres d'Histoire des doctrines conomiques. Il avait invent un systme original. Le pivot de ce systme tait ce qu'il appelait le travail attrayant, c'est--dire le travail qui serait comme un plaisir, une fte ou un sport, tout fait, je pense, le genre qui conviendrait peut-tre un assez grand nombre de nos chers compatriotes...
Aller au travail comme une partie de tennis, et puis, aprs la douche, passer la caisse et toucher son salaire, il est certain que, pour la grande majorit, c'et t la solution idale apporte notre problme conomique.
Les combinaisons financires de Fourrier taient tout aussi originales et tout aussi chimriques que son systme de travail attra-


38
EN POSANT LES JALONS...
yant. Jacques Bainville rapporte, dans son recueil d'articles conomiques et financiers intitul: La Fortune de la France, que Fourrier avait un plan mirifique pour teindre la dette publique de la Grande-Bretagne. Et il prtendait le pouvoir faire, en six mois seulement et rien qu'avec des ufs de poule...
Vous n'allez pas me demander, je pense, de vous expliquer cette trange combinaison financire. Tout ce que je peux vous dire et je crois que vous serez de mon avis c'est qu'elle m'a toujours fait l'effet de ce qu'on appelle, en bonne cuisine, une omelette baveuse...
L'utopie, en vrit, court le monde et les conomistes, gens pratiques par profession, se rvlent, assez souvent, de vritables pcheurs de lune...
Je lisais, il y a peine quelques jours, dans un journal sud-amricain, que quelqu'un avait soumis un plan d'industrialisation des mangos pour de grands desseins financiers.
N*a-t-on pas propos aussivous vous le rappelez sans doute d'teindre la Dette Hatienne avec de la patate la patate des employs publics?...


EN POSANT LES JALONS...
39
Il y a, certes, un trs gros passif liquider. Il faudra, pour cela, de nombreuses annes et beaucoup de travail.
Mais ce passif gouvernemental, c'est un passif national.
Ses postes les plus importants sont, la fois, historiques et moraux.
Et le poste essentiel de ce passif est surtout l'Hatien lui-mme.
Ne perdons jamais de vue, Mesdames et Messieurs, qu'on ne refera pas ce pays, si nous ne refaisons pas l'Hatien, si nous n'agissons pas, ds maintenant, et de la manire la plus nergique, sur son ducation, sa mentalit, ses murs, pour la formation indispensable de nouvelles lites.
Dans son livre l'Erreur rvolutionnaire et notre tat social, Auguste Magloire, qui est incontestablement l'crivain hatien contemporain qui s'est le mieux efforc de dgager les causes profondes de la honteuse faillite que nos meilleurs crivains, partir de 1902, voyaient venir, tait arriv ces conclusions:
Depuis plus d'un sicle, les pouvoirs publics hatiens n'ont rien pu, ni pour lever les forces hatiennes, agricoles, industrielles et commerciales au niveau de ce qu'elles ont


40 EN POSANT LES JALONS...
t aux meilleurs jours de Saint-Domingue, ni pour amliorer la situation des classes.
Mais, il ajoutait aussitt: C'est que ce n'est pas l, au propre, la besogne de l'Etat...
Auguste Magloire a ses thories politiques et sociales d'lection et je n'entends pas y toucher le moindrement. Mais, ne semble-t-il pas qw'ne considration plus attentive, de sa part, de nos ralits historiques, tout fait spciales d'ailleurs, et d le rendre moins ddaigneux, moins absolu, en ce qui concerne le rle indispensable que l'Etat, par la nature mme des choses, tait appel remplir dans la socit hatienne? La science des socits, la science politique c'est d'abord une science de faits. Elle est par consquent ncessairement empirique. C'est pourquoi nous avons toujours bas notre action gouvernementale sur les ncessits prsentes du milieu, quitte suivre la courbe changeante des besoins nationaux, et y conformer nos directives selon les exigences de notre volution sociale. Or, quel tait le fait, quelle tait la ralit primordiale, au moment o nous commencions notre exprience de self-government?
Au point de dpart, une horde d'esclaves, avec, de ci, de l, quelques individualits plus


EN POSANT LES JALONS...
41
ou moins conscientes, plus ou moins volues. De cela tait ne une socit politique. Il fallait videmment la mettre dans la voie, la sortir de la nuit paisse de ses origines. Telle devrait tre la mission du pouvoir gouvernemental dans le nouvel Etat, au moins jusqu' un certain stade de dveloppement du groupement national qui venait de se former. Mais, prcisment, cette mission n'avait jamais t remplie. Le peuple tait rest dans la nuit, parce qu'il n'avait pas trouv, dans ses gouvernements, le guide, le flambeau ncessaire, l'instrument efficace du progrs national, parce qu'aucun d'eux, ou peu prs, n'avait eu vritablement le souci d'augmenter les forces productives hatiennes, pas plus que de contribuer l'ducation politique et conomique des populations primitives sur lesquelles ils rgnaient. De sorte que, en dfinitive, Auguste Magloire dniait l'Etat un rle que l'Etat n'avait jamais eu remplir. Il lui reprochait des besognes qu'il n'avait jamais faites et qui, par consquent, n'avaient pas pu produire de consquences. La vrit, au contraire, c'est que l'Etat, les Gouvernements, avaient poursuivi des fins qui leur taient propres, et nullement des fins nationales. Ils n'avaient gnra-


42 EN POSANT LES JALONS...
lement organis que la satisfaction de leurs apptits, et rien de plus.
Et cjtte sance macabre avait continu jusqu'en 1915. Et c'est mme ce qui nous a amens, tout droit, l'Intervention amricaine.
Depuis, le milieu s'est lgrement modifi. Mais les esprits et les mes sont rests les mmes. Les dfauts qui ont pes et qui psent encore sur notre bourgeoisie, trop longtemps goste, aujourd'hui dsempare, se sont mme aggravs, au point que, d'aprs le Dr. Louis Mars, nous serions devenus presque tous des paranoaques et des mythomanes. Je n'prouverais, en vrit, aucune gne apporter ce jeune savant courageux le tmoignage de mon exprience et de mes observations personnelles. Ce tmoignage pourrait avoir son poids et l'aider, peut-tre, approfondir davantage ses conclusions. Nous baignons quotidiennement, en effet, dans l'orgueil, la mfiance, les faux jugements, la manie de la perscution, l'esprit de trahison, la mconnaissance de toute discipline, la paresse, l'esprit de lucre, l'envie, l'horreur des responsabilits, la peur du lendemain, la mauvaise foi, la calomnie, la haine et le mensonge... la politique, l'administration, les relations sociales elles-


EN POSANT LES JALONS...
43
mmes, en sont srieusement infestes. Et notre histoire prsente, sous ce rapport, n'est pas moins dcevante que notre histoire passe. Il faut rsister au pessimisme que tout cela distille et bander dsormais nos nergies vers une forte action rnovatrice.
Ce qui manque surtout, dans la crise actuelle, c'est du dsintressement et du patriotisme, du vrai, et non pas de ce patriotisme de commande, insincre et vide, ce patriotardisme qui en impose si facilement la tourbe, constamment victime d'ailleurs, des nafs et des imbciles... On ne calcule que les petits bnfices, on ne se proccupe que du rendement immdiat ou lointain de son activit, quand il y a une activit quelconque.
Et l'on perd ainsi compltement de vue le sort des grands intrts nationaux.
Ce que nous voulons, nous, ce que veut notre Gouvernement, notre Gouvernement d-mophile, notre Gouvernement d'autorit, de vrit et de justice sociale, c'est accommoder le milieu aux besoins de ses habitants; c'est mettre en valeur, dans la paix et l'ordre indispensable, les ressources naturelles de notre merveilleux coin de terre ; c'est faire comprendre enfin que le bien-tre matriel constitue


44 EN POSANT LES JALONS...
l'infrastructure de l'difice social, que tout le reste dpend de la facilit des conditions d'existence, et qu'il n'est pas jusqu'au dveloppement intellectuel et moral des Nations qui ne soit une rsultante de l'abondance des produits et du mouvement des relations d'change.
Ce que nous voulons, c'est arracher ce petit pays le masque de tribu sauvage sous lequel on le reprsente encore l'Etranger; c'est lui donner un prestige sans cesse accru par le travail et la dignit de ses habitants.
Et si, ce soir, Mesdames et Messieurs, nous sommes entrs avec vous, au cur mme des choses hatiennes, c'est parce que nous voulons aussi que vos esprits se transportent vers l'avenir de ce pays et qu'ils se maintiennent sans cesse dans le tourment ncessaire des destines nationales.


EN POSANT LES JALONS.
45
CIRCULAIRE
aux Prfets au sujet de la lutte entreprendre contre le Dboisement
(26 Juin 1937)
Monsieur le Prfet,
L'agriculture constitue l'unique source vritable de notre richesse publique; elle conditionne toutes les activits gnralement quelconques de notre pays. Hati n'existe et ne subsiste que par son agriculture, et, qu'on le veuille ou non, elle ne progressera matriellement et moralement que par l'nergie que ses habitants se seront dcids dployer pour travailler, pour qu'il y ait un meilleur rendement de leur travail cultural, pour construire au lieu de dtruire. Nous avons, par consquent pour devoir, de maintenir et de dvelopper tout prix notre production agricole; nous avons aussi celui, plus imprieux encore, de veiller ce que la capacit potentielle de production de notre pays soit intgralement conserve pour l'avenir.


46
EN POSANT LES JALONS...
C'est dans la terre, facteur fondamental de notre conomie, que se trouve tout le capital de la Nation. Or, cette terre est dj trs limite, trs accidente, en partie impropre la culture proprement dite. Elle n'a pas, ou plutt, elle n'a plus la prodigieuse fertilit que, par une impardonnable ignorance des faits rels, la plupart d'entre nous se plaisent proclamer sans cesse. Elle a dj perdu, en effet, une bonne partie de sa valeur intrinsque par suite d'une exploitation irrationnelle qui l'expose trs gravement l'rosion, cette lpre des montagnes qui s'tend, de plus en plus, et dont les fcheuses consquences se font sentir partout. J'ai parcouru plusieurs fois le pays tout entier. Je peux dire qu'il n'existe aucune rgion o l'on ne remarque, sur nos mornes, mme de fort loin, de larges plaques de terres dnudes, comme rpes, quand ce ne sont pas de profondes blessures blanches, mettant nu le squelette rocheux et strile.
La bonne terre fertile de nos montagnes s'en va de plus en plus. Le dbit des sources et des rivires commence baisser et menace mme de tarir. Bientt, si cela continue, tous nos mornes seront nus et striles, toutes nos sources taries et nos rivires sec. Le caf,


EN POSANT LES JALONS...
47
qui forme l'assiette conomique du pays ne pourra plus se produire que sur quelques plateaux, et toute culture exigeant l'irrigation deviendra difficile, sinon impossible. Ce sera la banqueroute, non seulement pour le gouvernement, mais encore pour le pays lui-mme et cela, d'autant plus srement, que, au fur et mesure que l'tendue et la fertilit de notre sol arable diminuent, notre population qui doit en vivre, augmente, elle, rapidement.
La cause primordiale de cet tat de choses dplorable, c'est le dboisement intensif des rgions montagneuses et la pratique des cultures annuelles sur les terres dclives. Ce sont les arbres de fort ou des cultures pren-niales qui, par le rseau inextricable de leurs racines, retiennent le sol arable sur les pentes, et obligent l'eau de pluie s'infiltrer au lieu de ruisseler la surface et qui, par leurs frondaisons, protgent la terre meuble, son humus et sa fertilit, contre les violences des torrents et l'action mcanique dsagrgeante des pluies battantes.
Si nous voulons assurer l'avenir du pays, si nous voulons que nos enfants puissent continuer vivre sur le sol national et si nous voulons nous pargner les amers reproches et


V4S
EN POSANT LES JALONS...
les maldictions de nos descendants, nous devons donc, sans aucun dlai, mettre un frein la culture de'rapine qui se pratique, de plus en plus, dans les mornes, et, pour cela, interdire nergiquement le dboisement irrationnel et empcher les cultures annuelles sur les terres dclives, en attendant que nous ayons les moyens financiers ncessaires pour raliser ls programmes importants de reboisement qui s'imposent.
Telles sont les raisons pour lesquelles le Gouvernement vient de promulguer le dcret-loi du 23 Juin 1937.
' Mais il ne suffit pas de prendre des dispositions sur le papier; ce qui importe surtout, c'est de les appliquer, et de les appliquer judicieusement, consciencieusement et avec persvrance.
Le paysan, certes, lorsqu'il fait ses bois neufs dans les montagnes, n'agit pas par mauvaise foi, mais plutt par ignorance ou par inconscience. C'est donc aux citoyens clairs et de bonne foi, et en tout premier lieu, aux agents du Gouvernement, et spcialement ceux qui occupent un poste important comme vous, qu'il incombe de le renseigner et de le guider.


EN POSANT LES JALONS...
49
Comme reprsentant direct du Gouvernement, il vous revient plus particulirement de coordonner tous les efforts dans ce sens, d'appuyer de tout votre prestige et de toute votre autorit l'action de vos subordonns, de collaborer troitement et constamment avec les reprsentants autoriss des Services spcialiss du Gouvernement pour des rsultats indispensables.
La lutte contre l'rosion constitue, sans aucun doute, un travail de longue haleine et qui exige un effort soutenu. Vous aurez combattre une routine invtre et la loi du moindre effort. Aussi, aprs vous tre bien pntr des dispositions du dcret-loi, il importe que vous, organisiez d'urgence un plan de propagande srieuse raliser, dans les mornes surtout, auprs des planteurs, par les Magistrats communaux aussi bien que par vous-mme, l'occasion de tous rassemblements habituels de paysans; marchs, ga-gure, services religieux, coumbites, danses, ftes champtres, etc.
Au cours des audiences qui seront ainsi donnes; il devra tre expos bien clairement tous les intresss, et en langage crole:


50 EN POSANT LES JALONS...
1) Les effets dsastreux et irrmdiables de l'rosion sur les terres dclives nues;
2) L'tat de misre pouvantable o se trouvera le pays, dans un certain nombre d'annes, si la situation actuelle devait se prolonger;
3) La ncessit dans laquelle se trouve le Gouvernement de prendre, ds prsent, des mesures svres;
4) L'interdiction de faire dornavant des bois neufs, de couper ou d'abmer des arbres, de brler les sarclures et de faire des cultures annuelles (mas, pois, riz, etc.) sur toutes les terres en forte pente;
5) L'interdiction d'arracher les cafiers et les cacaoyers pour planter la figue-banane.
En outre, vous insisterez beaucoup auprs des paysans pour les porter entreprendre, principalement sur les terres dclives, de nouvelles cultures permanentes, telles que cafiers, cacaoyers, bananiers, manguiers, cocotiers, avocatiers, etc., en leur expliquant que ces plantations, l'inverse des cultures annuelles, contribuent, elles, retenir les terres sur les flancs des mornes.
Pour vous assurer que le programme de propagande que vous aurez arrt est ponctuel-


EN POSANT LES JALONS..
51
lement excut, vous demanderez chaque Magistrat communal un rapport crit, indiquant avec prcision les jours et endroits o les meetings de propagande auront eu lieu.
D'autre part, vous adresserez, chaque quinzaine, au Secrtaire d'Etat de l'Intrieur, un rapport spcial dans lequel vous consignerez les renseignements relatifs aux runions organises par les magistrats communaux aussi bien que celles auxquelles vous aurez pris personnellement la parole pour faire la propagande indique.
Veuillez noter que, pour le but atteindre, un meeting priodique par localit est suffisant. Mais comme je vous l'ai dit plus haut, c'est contre de trs vieilles routines que vous aurez livrer la lutte. Il faudra donc une action continue et que les audiences organises aient lieu, si possible, tous les 15 jours, durant plusieurs mois, dans une mme localit.
Vous signalerez au Dpartement de l'Intrieur les Communes dans lesquelles la propagande n'aurait pas t faite avec tout le zle ou tout le soin dsirable, afin que des mesures disciplinaires soient prises l'gard des Magistrats indiffrents.


52 EN POSANT LES JALONS...
Etant donn que le programme forestier du Gouvernement implique des connaissances techniques, je vous recommande de prparer votre action de propagande en collaboration, soit avec l'agronome dpartemental, soit avec l'agronome de district du S.N.P.A. & E.R. Vous vous ferez donner par cet agronome toutes les indications techniques ncessaires que vous transmettrez vos subordonns, dans une forme aussi simple et aussi comprhensible que possible.
Les cultures potagres ne sont pas proscrire, mais il convient qu'elles ne soient faites que sur des plateaux ou dans des terres dont la pente est faible, moins que les paysans n'amnagent des terrasses rationnelles pour empcher que le sol arable ne soit emport.
J'attire votre attention, d'une faon particulire, sur l'article 17 du Dcret-Loi du 23 Juin 1937.
Il serait, en effet, trs malsant que les fonctionnaires du Gouvernement qui sont appels, en tout premier lieu, pauler son action, violent eux-mmes, les prescriptions qui ont t dictes. Vous veillerez, par consquent, ce que tous les fonctionnaires de votre Prfecture qui possdent des terres et qui contre-


EN POSANT LES JALONS...
53
viendraient au dcret-loi sus-cit, soient poursuivis et punis. J'espre qu'aucun reproche ne vous sera adress pour avoir couvert de votre protection des fonctionnaires contrevenants et pour avoir us de votre influence ou de votre autorit pour les faire relaxer ou faire arrter les poursuites. En l'occurrence, les intrts particuliers doivent tre ventuellement sacrifis l'intrt gnral, et la camaraderie ne saurait tre de mise dans une conjoncture qui intresse un si haut degr l'existence et l'avenir de la communaut hatienne.
Votre rle, dsormais, ne se bornera pas des activits purement politiques ou administratives. De plus larges et de plus utiles attributions d'ordre conomique vous sont dvolues. C'est en les remplissant conformment aux vues et aux directives du Gouvernement que vous tmoignerez d'une conscience prcise de vos responsabilits dans l'uvre d'organisation et de sauvegarde de notre conomie nationale qui s'impose aujourd'hui plus que jamais.


54 EN POSANT LES JALONS...
LA CROISADE POUR LA PROTECTION DU SOL ; Message aux Ecoliers Hatiens
(1er Juillet 19&7)
Chers Ecoliers hatiens,
Vous tes-vous parfois demand quelle est l'utilit des arbres que vous voyez autour de vous? Avez-vous jamais pens ce qui arriverait si tous ces arbres venaient disparatre?
Ces arbres, dont quelques-uns nous fournissent des fruits savoureux, des denres, comme le caf, le coton, le cacao, la figuge-banane, le coco, etc. qui constituent la seule fortune de notre pays et que, d'ailleurs, nous ne produisons pas suffisamment ces arbres, qui nous fournissent aussi des planches pour nos maisons, des bois pour nos meubles, nos canots, nos voiliers, nos cabrouets, et bien d'autres utilits, ont encore un rle plus important dans notre vie.
Pensez-vous que vous pourriez vivre sans, par exemple, pouvoir vous dsaltrer? Sans jamais vous laver?... Savez-vous que ce sont


EN POSANT LES JALONS...
55
les arbres qui permettent la conservation de nos sources. En effet, lorsqu'il pleut, s'il n'y avait pas d'arbres, l'eau coulerait tout de suite le long des pentes et irait se jeter la mer en faisant partout de grosses crevasses. Mais, grce aux feuilles et aux racines, cette eau est arrte, s'enfonce dans le sol, alimente et vivifie ces sources fraches et cristallines si ncessaires notre vie.
L'eau qui ruisselle des pentes des montagnes dnudes ne va pas seulement se perdre la mer sans profit pour personne; elle emporte aussi avec elle la bonne couche de terre qui permet aux plantes qui nous donnent nos aliments de chaque jour, de crotre. Cette eau forme parfois des torrents imptueux qui emportent sur leur parcours, des enfants, des animaux et dtruisent mme des maisons.
Les arbres nous sont encore utiles par l'ombre bienfaisante qu'ils nous procurent pour nous protger contre les ardeurs du soleil. Lorsque vous tes en rcration, pendant les heures chaudes de la journe, vous aimez bien vous asseoir l'ombre des arbres aux branches feuillues.
Les arbres influencent galement les conditions atmosphriques. Ils rgularisent la chute


56 EN POSANT LES JALONS...
des pluies. Ceux d'entre vous qui habitent la campagne connaissent l'utilit des pluies dans les rgions o l'irrigation n'est pas possible. Une priode de scheresse trop prolonge peut ruiner toute une rcolte.
Or, il est arriv que, dans beaucoup de rgions de la Rpublique les crtes et les pentes de nos montagnes ont t compltement dnudes cause de l'ignorance et de l'incurie des habitants. Une telle situation est trs grave. Votre avenir, vous les hommes et les femmes de demain, s'en trouve gravement menac. Que deviendriez-vous si nous n'y mettions pas fin, si nous ne prenions pas les mesures ncessaires pour rparer les dgts causs?
Nous devons donc changer notre attitude d'indiffrence l'gard des arbres. Nous devons aimer et protger ces amis qui sont en mme temps des bienfaiteurs.
Cet amour des arbres chez vous, notamment doit tre actif. C'est pourquoi votre Prsident vous demande de former une vaste association des amis des arbres qui sera compose de toute la jeunesse des coles, garons et filles. Celte association ne se contentera pas de protger, contre la destruction, les arbres dj existants. Elle aura encore pour but d'ai-


EN POSANT LES JALONS... 57
der, d'une faon effective, augmenter le nombre des arbres, planter les pentes de nos montagnes, nos grandes routes, nos places publiques et nos rues, les planter d'arbres qui, non seulement nous donneront leurs fruits savoureux et leur ombre bienfaisante, mais embelliront nos villes, nos bourgs et nos campagnes et nous apporteront la richesse, la san*' et le bonheur.
Je sens que mon appel ne sera pas vain et que, vous tous de la nouvelle gnration, vous vous mettrez au travail pour assurer l'avenir du pays, qui est aussi votre avenir.


r
58 EN POSANT LES JALONS...
NOUVELLE CIRCULAIRE AUX PREFETS DE LA REPUBLIQUE RELATIVE A LA LUTTE CONTRE LE DEBOISEMENT
(20 Aot 1937)
Monsieur le Prfet,
Par ma lettre circulaire du 26 Juin 1937, j'attirais d'une faon spciale, votre attention sur l'importance du rcent dcret-loi sur le dboisement et je vous demandais instamment, aprs vous tre bien pntr de ses dispositions, d'entreprendre un programme systmatique de propagande intense pour bien faire comprendre aux paysans le but et la porte exacte des mesures prises.
J'ai t tenu au courant de l'activit que vous avez dploye pour donner, au cours de nombreuses runions, le plus de publicit possible aux dispositions lgales prises par mon Gouvernement pour remdier l'angoissante question du dboisement et de sa funeste consquence : l'rosion des terres. Mais il me semble que le dcret n'a pas t suffisamment expliqu et comment nos populations rurales


EN POSANT LES JALONS...
59
et que nos paysans n'ont pas t mis au courant, avec assez de prcision, de ce que, dornavant, il leur tait exactement dfendu de faire en vertu de la nouvelle lgislation.
Bien que le dcret soit rdig d'une faon suffisamment claire et prcise, il a donn lieu, dans diffrentes rgions du pays, des interprtations tout fait fantaisistes et plutt regrettables. Elles ont cr, en effet, un certain dsarroi dans la prparation de terres qui ne sont mme pas vises par le dcret et provoqu de nombreuses poursuites contre des citoyens dont la culpabilit n'tait gure tablie, puisque, paysans ignorants et routiniers dans presque tous les cas, leur principal tort tait de n'avoir pas encore bien compris la gravit d'un tat de choses susceptible de compromettre, avec l'avenir des populations rurales, celui du pays tout entier.
Je vous avais pourtant bien fait ressortir qu'il convenait d'agir d'abord par la propagande et par la persuasion, et qu'il vous revenait plus particulirement de coordonner tous les efforts qui seraient ncessaires pour combattre la routine et arriver des rsultats concrets, en dpit de toutes les difficults qui devaient se prsenter. Aussi, je ne m'explique pas qu'un peu


60
EN POSANT LES JALONS...
partout, on ait eu dj dfrer tant de paysans la justice. Il me semble qu'en vertu des directives que je vous avais donnes, ce qu'il y avait faire, dans des cas semblables, c'tait de provoquer d'urgence des confrences entre les reprsentants des diffrents services pour examiner la situation et envisager les moyens d'arriver aux rsultats sans risquer de provoquer de l'inquitude, des mcontentements et des incidents inutiles chez les planteurs
C'est pour obvier ces inconvnients que, aprs avoir confr avec le Secrtaire d'Etat de la Justice qui a d dj passer des instructions ce sujet aux Commissaires du Gouvernement, il a t entendu que les paysans ; considrs comme rfractaires et qui seraient amens dsormais devant le Juge de Paix, doivent tre plutt catchiss de nouveau par celui-ci, que condamns aux peines prvues par le dcret-loi, et cela, pendant un dlai raisonnable, par exemple un dlai de trois mois partir de la date de la prsente.
Tout en vous confirmant ma lettre-circulaire prcdente, je vous demande donc de poursuivre activement la propagande entreprise, en vous attachant davantage bien faire comprendre aux travailleurs ruraux quels sont les


EN POSANT LES JALONS.
61
cas o ils peuvent continuer faire librement les bois neufs et les cultures annuelles, et quels sont les cas o ils ne peuvent plus le faire. Pour faciliter votre tche, j'annexe la prsente un mmento prpar par le S.N.P.A. & E. R. l'usage du public.
S'il est ncessaire de veiller ce que les gens de mauvaise foi, qui, sachant pertinemment qu'ils ne peuvent dboiser ni entreprendre des cultures annuelles dans telle situation dtermine, le font quand mme, soient poursuivis et punis conformment la loi, par contre, c'est par la persuasion et par une propagande intense et rpte qu'il convient surtout d'agir encore pendant un certain temps pour inculquer nos masses rurales une solide notion de leurs nouvelles obligations l'gard de l terre arable du pays, notre seule et unique richesse nationale.


62 EN POSANT LES JALONS...
A LA RECEPTION DE L'AMBASSADE EXTRAORDINAIRE DE LA REPUBLIQUE DOMINICAINE AUX FETES DE LA RESTAURATION
(20 Aot 1937)
...La date du 21 Aot a, pour les peuples de cet hmisphre, une signification qui dpasse les frontires de la Rpublique d'Hati. Elle est le symbole du triomphe du droit obtenu, non par la violence, mais par la volont patiente, l'effort rsolu et la politique gnreuse de coopration et de comprhension internationales... ,
Messieurs les Ambassadeurs,
C'est avec un plaisir tout particulier que je reois de vos mains les lettres par lesquelles Son Excellence le Prsident de la Rpublique Dominicaine vous accrdite auprs de mon Gouvernement en qualit d'Ambassadeurs Extraordinaires l'occasion du troisime anniversaire de la Libration du Territoire Hatien.
Certes, les circonstances qui avaient amen l'occupation militaire du sol national ont depuis longtemps disparu. La politique d'imprialisme qui avait port des troupes trangres


EN POSANT LES JALONS...
63
chez nous, comme plus tard, chez le Peuple Dominicain, a fait place une politique gnreuse de coopration et de comprhension internationales. Il n'en reste pas moins vrai, ainsi que vous l'avez fait si bien ressortir, que la date du 21 Aot a, pour les peuples de cet hmisphre, une signification qui dpasse les frontires de la Rpublique d'Hati. Elle est le symbole du triomphe du droit obtenu, non par la violence, mais par la volont patiente, l'effort rsolu, la tnacit patriotique d'un peuple qui, malgr sa faiblesse numrique, n'a jamais dsespr de sa destine, ni renonc sa volont de vivre libre et indpendant.
Pendant les temps d'preuve, la sympathie agissante que lui tmoigna le Peuple Dominicain a toujours t une source de grand rconfort pour la Nation Hatienne.
C'est une grande joie pour elle aujourd'hui de constater avec quel empressement fraternel la Rpublique Dominicaine que vous reprsentez si dignement, lui apporte, chaque anne cette date dsormais historique du 21 Aot en mme temps que le tmoignage renouvel de sa cordiale amiti, l'affirmation solennelle de la solidarit ncessaire de nos deux peuples, aussi bien dans l'intgrale souverai-


64 EN POSANT LES JALONS...
net de notre grande Antille, que dans la poursuite lgitime de leur plus complet dveloppement conomique et social, au contact des for? ces nouvelles d'organisation et de discipline intrieures qui protgent et garantissent si utilement leur commun avenir d'ordre et de travail. ; ; ;
En vous souhaitant la bienvenue parmi nous, Messieurs ls Ambassadeurs, il m'est extrmement agrable : de vous exprimer les vux que je forme, tant en mon nom propre qu'au nom du Peuple Hatien, pour la paix* la grandeur et la prosprit de la noble. Nation Dominicaine ainsi que pour le bonheur personnel de son minent chef, mon Illustre Ami, le Prsident Trujillo.


EN POSANT LES JALONS...
65
EN REPONSE AUX FELICITATIONS DU CORPS DIPLOMATIQUE ET CONSULAIRE, A L'OCCASION DE LA FETE DE LA RESTAURATION
(21 Aot 193 7)'
s'agit maintenant, pour notre, pays, de rattrapera dans l'indpendance nationale si laborieusement restaure, le temps perdu dans les agitations striles ou les: rvoltes sanglantes des- poques abolies;..., d raliser, en ; un mot, l'intrt national, et d'apporter ainsi la grande famille des nations sa contribution dcisive au progrs de la Paix et de la Prosprit universelle...
Excellence,
Je tiens tout d'abord vous exprimer, tant, en mon nom personnel qu'au nom du Gouvernement et du peuple hatiens,.mes plus vifs remerciements et ma plus profonde gratitude pour les flicitations empresses et les sentiments de haute cordialit que le Corps Diplomatique et le Corps Consulaire accrdits Port-au-Prince ont bien voulu nous apporter ce matin et qui ont trouv, certainement, en Votre Excellence, le plus amical et le plus pathtique des interprtes.
En vous associant avec un tel lan du cur la joie de notre peuple, en essayant de la
En posant les jalons
Tome IV


66
EN POSANT LES JALONS...
comprendre, d'en dgager les causes exactes; en rappelant avec tant de sympathie nos efforts et nos luttes sur le terrain international et leur aboutissement cette grande date historique du 21 Aot 1934 que nous commmorons aujourd'hui, en y applaudissant en des termes si heureux et si touchants, vous ave? rendu, la force, la solidit, la tnacit d patriotisme hatien, un hommage qui nous a fait tressaillir d'une lgitime fiert. ;
Et ela nous est aussi un inapprciable rconfort.
Nous sommes vraiment confus cependant que vous ayez marqu de traits si accuss et si aimables notre rle personnel dans l'uvre accomplie. Ce fut heureusement une uvre de bonne volont. Elle volua constamment, en effet, et malgr la diffrence sensible des intrts en jeu, dans une atmosphre propice aux rsultats attendus. Et elle atteignit enfin son tape dfinitive, comme vous l'avez fort justement rappel, lorsqu'elle rencontra le haut esprit d'Humanit et de Justice qui anime l'homme illustre qui prside actuellement au:c destines de la grande Rpublique Amricain^. Notre Droit triomphait, mais notre Amiti s'affirmait en mme temps.


EN POSANT LES JALONS...
67
Et ce fut ainsi une belle victoire pour le Droit, pour la Justice et pour la Paix.
Il s'agit maintenant, pour notre pays, de rattraper, dans l'Indpendance nationale si laborieusement restaure, le temps perdu dans les agitations striles ou les rvoltes sanglantes des poques abolies, de tirer profit de ses preuves et de ses expriences, de renouveler et d'accrotre toutes ses valeurs spirituelles et temporelles, pour assurer le plein rendement des individus et des collectivits, de raliser en un mot, l'intrt national, et d'apporter ain.i la grande famille des nations sa contribution dcisive au progrs de la paix et de la prospt rite universelles.
C'est la tche souvent ardue, que nous poursuivons depuis trois ans et pour le succs de laquelle Votre Excellence a bien voulu nous marquer la confiance et l'espoir de tous les membres du Corps Diplomatique et du Corps Consulaire ici prsents.
Permettez, Messieurs, que nous vous en remercions une nouvelle fois, et que nous vous exprimions, notre tour, nos vux et nos souhaits les plus sincres pour la prosprit de vos pays respectifs et pour le bonheur personne; de chacun de vous.


68 EN POSANT LES JALONS...
MESSAGE LU A LA RADIO, A L'OCCASION DU 145e. ANNIVERSAIRE DE LA DECOUVERTE DE L'AMERIQUE
(12 Octobre 1937)
... L'intrt commun de nos peuples est que l'exemple pariamricain, suivi et propag dans le monde entier, y fasse triompher et rgner dsormais la confiance et l'amour, les principes de moralit dans les rapports des nations...
L'anniversaire de la dcouverte du Nouveau Monde est i une i heureuse occasion pour les Amriques d'affirmer, par l'organe de leurs reprsentants- autoriss, leur idal de paix, de concorde, d'amiti, de scurit, de justice et de progrs. C'est aussi l'occasion de faire appel, l'poque trouble que nous vivons, toutes les forces spirituelles de notre Continent pour que des barrires imposantes et infranchissables soient rsolument dresses contre l'anarchie internationale menaante et contre tous les systmes de violence et de mpri du Droit qui, s'ils pouvaient se gnraliser, d truiraient, coup sr, la beaut morale et m; trielle de notre civilisation.


EN POSANT LES JALONS...
69
L'intrt commun de nos peuples est que leur amour de l'ordre international, le respect mutuel de leurs droits et de leurs traits, leur haine solidaire des agressions et des guerres et le dveloppement rationnel de leurs cono mies particulires s'aidant et se pntrant, de plus en plus, pour l'aise rciproque de leurs collectivits, servent d'exemple, et que cet exemple panamricain, suivi et propag dans le monde entier, y fasse triompher et rgner dsormais la confiance et l'amour,les principes de moralit dans les rapports des Nations qui sont les seules vraies cariatides de la Paix, idal suprme de l'Humanit.
Ce qui a inspir, surtout, le premier Congrs panamricain, ce qui s'est confirm au cours de nos Congrs ultrieurs, jusqu' la dernire Confrence de Buenos-Aires, c'est bien, n'en pas douter, la possibilit de la ralisation de cette grande Pense, de ce rve magnifique qui est dj une ralit: un Pamricanisme effectif, se dveloppant, se rpandant de proche en proche, chaque jour davantage, et par tous ses actes.
Et la manifestation de ce jour, conforme la rsolution prise la Confrence de Buenos-Aires, conforme la dcision de l'Union Pa-


70 EN POSANT LES JALONS...
riamricaine, n'est rien d'autre, au fond, qu'une nouvelle expression de ce dsir et de cette volont. Ce n'est pas, en effet, de seuls pilotes de vaisseaux maritimes que le Phare de Colomb, qui sera bientt rig dans la plus Vieille mtropole de nos Amriques, dans cette ancienne cit de Santo-Domingo o reposent les restes de l'Illustre Dcouvreur, sera appel indiquer la voie sre. Symbole de Lumire, dans toute la force de ce terme, c'est de sa clart que s'claireront aussi dsormais 'ceux qui se dbattent et se sacrifient pour la sage-conduite de nos peuples; c'est elle qui mettra, dans un admirable relief, notre Pan-Amricanisme de plus en plus agissant et rayonnant; et c'est peut-tre par elle, par la plus lointaine irradiation de notre foi, de nos esprances et de nos salutaires ides interamricaines, que se dissipera enfin la nuit paisse qui voudrait couvrir le monde, et que surgira, au milieu des ombres nfastes, la grande Lu-rtiire de la Paix ternelle.


EN POSANT LES JALONS..
71
PROCLAMATION AU PEUPLE HATIEN, A L'OCCASION DE LA FETE NATIONALE DE L'INDEPENDANCE
(1er Janvier 1938) Cest la Paix qui cre l'Ordre!
... Les rvolutions n'ont abouti qu' la ruine matrielle et morale de la nation hatienne. Elles ont failli compromettre son indpendance politique.
Ne vous laissez plus manuvrer par les fauteurs professionnels de nos troubles civils.
Ils vous trompent... Et ils vous tromperont dans l'avenir comme ils vous ont tromps dans le pass.
Mes chers concitoyens,
Les circonstances douloureuses que le pays traverse ont mis en un relief saisissant l'imprieuse ncessit de la Paix.
C'est la paix qui assure le rglement satisfaisant des difficults extrieures, qui permet au Gouvernement de se pencher sur les problmes pressants qui intressent la vie nationale pour en trouver les indispensables solutions, qui maintient le Pays dans la voie des amliorations et qui, par des transformations conomiques graduelles mais profondes, le


72 EN POSANT LES JALONS...
conduira enfin cet tat de prosprit dfinitive qui doit tre aussi l'uvre de votre volont et de votre discipline.
C'est la Paix qui cre l'Ordre. ,
L'Ordre garantit votre travail, votre scurit, l'aisance de vos familles, l'ducation de vos enfants, le dveloppement de notre production agricole, base essentielle des activits "hatiennes, la bonne march des services administratifs, la collaboration harmonieuse des organes de direction de l'Etat, le libre panouissement des initiatives prives et des entreprises, d'utilit publique, et stimule toutes les nergies cratrices de progrs conomique et social.
\],ne anne qui commence invite toujours la mditation. Remontez alors un peu le cours de notre Histoire et voyez, depuis cette Indpendance si chrement et si glorieusement acquise, les dsastres sans nombre accumuls sur la route par le dsordre et les rvolutions.
Les rvolutions n'ont abouti, en effet, qu' la ruine matrielle et morale de la nation hatienne. .
Elles ont failli compromettre son indpendance politique.


EN POSANT LES JALONS...
73
Elles ont dvor vos fils, incendi vos maisons, dtruit vos plantations, ananti votre commerce, install la misre dans vos foyers, perverti votre sens moral, divis et affaibli vos familles, dsorganis vos forces sociales, tu le crdit national, et vous ont fait mconnatre jusqu' la noblesse et la dignit du travail.
Vous n'y avez jamais rien gagn, parce que, d'abord, les entreprises d'anarchie n'ont d'autre rendement que la ruine et la mort, et parce que, ensuite, entre les mains de rvolutionnaires sans conscience et sans patriotisme, vous n'avez jamais t, vous ne pouviez tre que de simples instruments qu'ils mprisaient. Seules, les petites minorits audacieuses et rivales qui vous poussaient constamment aux pires aventures en vous faisant, chaque fois, les plus fallacieuses promesses de bonheur et d'abondance, s'tablissaient, tour de rle, dans la place, et s'y livraient aussitt aux plus folles et aux plus cyniques exploitations, ne vous laissant que vos yeux pour pleurer des fils et des pres disparus dans la tourmente des ambitions individuelles qui s'entrechoquaient et Vous entranaient toujours plus profondment dans la misre et la dsolation.


74 EN POSANT LES JALONS...
Ce n'est pas aux vtres qu'on accordait les faveurs et les prbendes lorsque, de gr ou de force, vous aviez fini de vous faire tuer pour celui-ci ou celui-l ou au nom de leurs programmes menteurs. C'est exclusivement ceux qui, se mettant lchement l'abri pendant le danger, accouraient au secours de votre soi-disant triomphe pour rclamer frocement leur part de jouissances.
Il en a t ainsi hier. Il en sera srement de mme demain.
Ne soyez donc plus les malheureuses dupes du jeu macabre des rvolutions et des rvoltes traditionnelles.
Ressaisissez-vous.
Ne vous laissez plus manuvrer par les fauteurs professionnels de nos troubles civils.
Ils vous trompent... Et ils vous tromperont dans l'avenir comme ils vous ont tromps dans le pass.
Mes chers concitoyens,
Les temps de vie facile sont rvolus.
Le monde entier est en proie des crises et des transformations auxquelles nous ne pouvons chapper, dans une certaine mesure, que par le travail et l'effort individuel, volon-


EN POSANT LES JALONS..
75
tairement et joyeusement accepts comme un sacrifice au bien commun.
La valeur permanente du travail est prdominante l'poque o nous sommes.
Dans l'adversit qui s'est abattue sur tous les peuples, c'est l'effort utile de chacun et de tous au profit d'une conomie gnrale de plus en plus rigoureuse, qui vous aidera suivre le courant imptueux qui nous emporte, ne pas le laisser dvier vers la haine ou la violence, l'orienter, sans cesse, au contraire, vers la vrit, la justice et l'amour. Oprez sur vous-mmes cette raction salutaire contre toutes les oisivets et tous les pa-rasitismes qui vous sollicitent sournoisement.
C'est le travail constructeur et consolateur, le travail, condition fondamentale de la rnovation nationale, qui vous prservera des dangereuses aberrations idologiques en action et ramnera les mes inquites vers les grandes vrits ternelles et salvatrices.
Travaillez.
C'est dans la Paix, l'Ordre et le Travail que se ralise l'amour de la Patrie.
Que la Paix, l'Ordre et le Travail soient avec vous!


76 EN POSANT LES JALONS...
MESSAGE AU CORPS LEGISLATIF
(10 .Fvrier 1938)
Les principales initiatives prises par le Gouvernement, au cours du dernier exercice : finances, travaux publics, hygine, assistance sociale, instruction publique etc.
Messieurs les Snateurs, Messieurs les Dputs,
En conformit des prescriptions de l'article 37 de la Constitution, je me fais le devoir de vous rendre compte des principales initiatives prises par le Gouvernement, au cours du dernier Exercice, en vue d'assurer l'conomie nationale, d'amliorer le service routier, l'hygine publique, l'assistance sociale et de combattre l'analphabtisme de la masse rurale.
Ainsi qu'en peuvent tmoigner les Rapports dtaills qui m'ont t adresss par les Secrtaires d'Etat, sur le fonctionnement de leurs Services respectifs, et que je vous communique sous ce couvert, tous les efforts du Gouvernement ont sans cesse tendu au redressement moral et matriel du Pays.


EN POSANT LES JALONS...
77
Certes, en dpit de sa constante proccupation de rehausser, de plus en plus, l'tiage du bien-tre gnral et en dpit des efforts qu'il a dj accomplis cette fin dans l'ordre conomique, dans l'ordre politique, aussi bien que dans tous les ordres gnralement quelconques, de l'activit nationale, je ne me dissimule point qu'il reste encore mon Gouvernement beaucoup faire et qu'il ne saurait se passer, dans l'accomplissement de la rude tche qui lui est dvolue, de la collaboration claire et dvoue que les Chambres Lgislatives lui ont constamment mnage.
Une fois de plus, le Gouvernement, au cours du dernier Exercice, s'est vertu protger de son mieux, notre conomie si profondment anmie, contre les invitables rpercussions de la crise dsastreuse qui continue jusqu'ici affecter et bouleverser l'conomie mondiale; et il croit y tre parvenu.
Sous ce rapport, bien plus que sous tous les autres, il s'est appliqu sans relche, avec l'aide apprciable de ses services comptents et celle bien plus apprciable encore du Comit Permanent de l'Assemble Nationale, prendre les mesures les plus rflchies et les plus appropries.


78 EN POSANT LES JALONS...
Notre situation financire et conomique, grce cette troite collaboration, n'a pas t pire durant la priode administrative qui a pris fin le 30 Septembre dernier. Au contraire, les diffrents Rapports mensuels de notre Service fiscal d'Octobre 1936 Septembre 1937 ont dmontr qu'avec des recettes de G. 34.561.-093,10 et des dpenses de G. 35.146.633,35, notre budget se serait de lui-mme quilibr, sans une lgre diffrence de dpenses s'le-vant G. 585.540,25 que les disponibilits du Trsor ont, d'ailleurs, permis de couvrir aisment
Toutefois, par suite de la dcroissance du volume de la dernire rcolte de caf, le rendement de notre principale denre n'a pas t satisfaisant, malgr l'augmentation de prix enregistre du fait des srieuses mesures pratiques pour assurer sa bonne prparation. Nos revenus n'ont pu atteindre le chiffre ci-dessus accus que grce la plus value provenant de nos autres sources de recettes, notamment nos expditions de figues-bananes, et nos taxes internes. Et, il faut le reconnatre, seules les mesures de haute prvoyance prises temps en cours d'exercice ont favoris cette heureuse compensation. D'une part, ces mesures sont


EN POSANT LES JALONS...
79
celles consacres, notamment par les Dcrets-Lois des 19 Novembre, 28 Dcembre 1936, la loi du 11 Mars 1937 augmentant quitable-ment, outre les droits sur la gazoline, notre tarif d'importation de 10% de surtaxe, par le modus vivendi du 29 Mars 1937 conclu avec la Standard Fruit, en vue de donner une impulsion nouvelle et rapide la production et l'exportation de la figue-banane, par le modus vivendi franco-hatien du 28 Avril 1937, assurant notre caf en France, le bnfice du Tarif minimum l'importation et ce, jusqu' due concurrence d'un contingent de 30.000 quintaux utilisable du 1er. Mai au 31 Aot 1937. D'autre part, il faut galement mentionner les Dcrets-Lois des 30 Octobre, 19 Novembre 1936, les lois des 11 et 31 Mars 1937, ainsi que toute une srie de mesures gnrales qu'il serait long d'numrer, qui sont venus modifier et amnager dans le sens dsirable notre lgislation sur les droits de timbres, les taxes de sjour des trangers, les taxes sur les cigares et cigarettes, les droits d'accise tablis sur les vins et l'huile vgtale, la vente des timbres-poste, les perceptions du Service Hydraulique, les droits consulaires et d'affermage de6 biens domaniaux, etc., etc. Quoi


gO EN POSANT LES JALONS..
qu'il en soit, il convient de remarquer que le total des dpenses de l'exercice 1936-37, malgr les crdits supplmentaires et extraordinaires octroys diffrents services publics, pour plus d'un million d gourdes, est rest infrieur celui du prcdent exercice. Cette diffrence provient, n'en pas douter, des srieuses conomies ralises dans les dpenses budgtaires et principalement de l'amortisse ment intgral de l'Emprunt B, opr comme on le sait, en Dcembre 1936 et qui a eu pour effet d'entraner une rduction sensible des allocations affrentes au service de la dette publique.
Au surplus, il n'est pas inutile de montrer dans le tableau ci-aprs le vritable aspect de notre situation financire au seuil du prsent Exercice.
Dette Publique a) Situation au 30 Septembre 1937:
Obligations Srie A en circulation (valeur nominale).................................... $7.486.000,00
Obligations Srie B en circulation (valeur nominale).................................... $8.837,44
Obligations Srie C en circulation (valeur nominale) .................................... $1.135.223,05
Le montant total du capital amorti sur les
trois emprunts, soit $14.029.939,51, dpassait


EN POSANT LES JALONS...
SI
de $8.677.580,26, au 30 Septembre 1937, les prvisions des tableaux d'amortissement pour la mme date.
b) Situation au 1er. Dcembre 1937:
Au 1er. Dcembre 1937, la Dette Publique se chiffrait $8.474.060,49. Aprs dduction des $126.900 (valeur nominale) des titres gards aux Comptes du Trsor du Gouvernement la mme date, il restait un solde net de $8.347.160,49, appert tableau ci-dessous:
Srie
A B C
Solde en circulation valeur nominale
$7.330.000,00 8.837,44 1.135.223,05
$8.474.060,49
Titres du Gouvernement: Valeur nominale
' 90.900,00 36.000,00
126.900,00
Solde net
7.239.100,00 8.837,44 1.099.223,05
8.347.160,49


82 EN POSANT LES JALONS...
Trsor Public
Situation au 30 Septembre 1937:
Fonds liquides du Gouvernement :
A New-York G. 687.906,10
en Hati 1.968.783,42
Total G. 2.656.689,52
Fonds en titres du Gouvernement valeur nominale or $128.900,00 contre valeur
d'achat G. 529.074,10
Fonds en titres de la Garde d'Hati valeur nominale or: $27.300 contre valeur
d'achat G. 121.165,00
Total G.3.306.928,62
Si l'on dduit de cette somme
a) le total des valeurs exigibles (crdits budgtaires et additionnels, service de
banque, etc. G.I.682.473,15
b) le solde de la provision pour nickel provision G. 3.622.500,00
eri caveau 3.381.29:0,92 241.209,08
soit un total de
il se prsente un solde de dcomposable comme suit: titres du Gouvernement titres de la G. d'Hati
espces
1.923.682,23
G. 1.383.246,39
G. 529.074,10 121.165,00 733.007,29
Billets de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati
Le total des billets de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati, qui tait de 30.255. 370 gourdes au 1er. Octobre 1936, s'est chif-


EN POSANT LES JALONS...
83
fr 28.605.370 gourdes au 1er. Octobre 1937, la suite des brlements successifs de billets dtriors en cours d'exercice. La disponibilit au 1er. Octobre 1937, y compris la rserve pour substitution, se dcomposait comme suit:
billets de 1 gourde 6.803.100
billets de 2 gourdes 7.320.800
billets de 5 gourdes 2.372.000
billets de 10 gourdes 1.109.470
billets de 20 gourdes 2.000.000
billets de 50 gourdes 5.000.000
billets de 100 gourdes 4.000.000
La circulation des billets, au dbut du prsent Exercice, tait de Gdes. 7.300.000 environ.
Je dois signaler que la rserve disponible du Trsor qui se chiffrait au 30 Septembre 1935, G. 3.867.097.81 et au 30 Septembre 1936 G. 1.915.860,34, se trouve en ce moment rduite G. 1.383.246,39.
C'est bien ainsi que la situation de notre Trsor s'est trouve la merci des malheureuses ventualits qui ont justifi non seulement l'important Accord conclu avec le Gouvernement des Etats-Unis, en Janvier dernier, rduisant les allocations des mois de Fvrier Septembre 1938, du Service de la Dette Publique, mais qui ont encore contraint le Gouvernement recourir aux compressions et


84 EN POSANT LES JALONS...
aux coupes sombres pratiques dans le Budget du prsent Exercice. Il vous en sera du reste rendu compte, en temps utile.
En attendant, aucun prlvement, ni aucune dpense vitables ne pourront tre faits sur ces rserves dj suffisamment rduites. Aussi la Secrtairerie d'Etat des Finances n'a-t-elle'ipas manqu de faire aux diffrents services publics toutes les sages recommandations d'conomie rclame par cette extrme exigui-t de nos disponibilits et les effets jusqu'ici persistants de la plupart de ces ventualits auxquelles je viens de faire allusion.
Cet expos succinct de notre situation conomique et financire serait certainement incomplet, si je ne soulignais les consciencieux efforts faits par le Gouvernement durant le dernier Exercice, en vue: lo. de promouvoir le dveloppement de la culture et de l'exportation de la figue-banane; 2o. de conjurer les mfaits occasionns par le charanon mexicain notre production cotonnire et aux industries locales des succdans de saindoux; 3o. de favoriser le rtablissement de la convention commerciale franco-hatienne ; 4o. d'as surer la participation d'Hati l'Exposition de Paris 1937 des Arts et Techniques.


EN POSANT LES JALONS...
85
Bien qu'il ne soit pas opportun de m'attar-der mentionner en dtail les innombrables initiatives prises par le Gouvernement au sujet de ces importantes questions qui intressent un si haut point l'conomie nationale, je ne crois pas moins devoir retenir votre attention sur les rsultats auxquels ont abouti les ngociations actuellement en cours et ayant trait au rtablissement tant souhait de la susdite Convention commerciale. Les deux Chancelleries intresses qui, depuis Aot 1937, sont dj tombes d'accord et sur le principe et sur les termes de ce nouvel arrangement, demeurent cependant divises jusqu'ici sur la question essentielle du rglement du solde de l'emprunt 1910 auquel le Gouvernement franais tient encore, semble-t-il, subordonner la signature de l'Accord projet entre les deux parties.
Le mutuel souci qu'ont les deux Nations de leurs intrts commerciaux rciproques, autant que le dsir de maintenir leurs rapports sur un pied de cordialit inaltrable, sont de sres garanties pour l'avenir et nous autorisent esprer une solution prochaine de la question la satisfaction des deux Pays.
Proccup d'amliorer et d'tendre les rseaux routiers, le Gouvernement a utilis, cet


86 EN POSANT LES JALONS...
effet, des crdits extraordinaires et supplmentaires d'environ G. 850.000 autoriss par les Loi et Dcret-Loi des 11 Fvrier et 17 Mai 1937 et par Arrts dats des 22 Octobre, 28 Dcembre 1936, 10 Mai, 12 Juin et 27 Juillet 1937.
Non seulement les facilits de communication ont t ainsi augmentes notablement, mais encore l'excution de ces travaux importants n'a pas peu contribu attnuer le chmage, en procurant de la tche un grand nombre de sans-travail.
Les activits du Pouvoir Excutif n'ont pas t moindres sous le rapport de l'assistance sociale, de la protection des masses, de l'amlioration de l'Hygine publique.
Je me plais signaler, pour en faire preuve, les multiples Dcrets-Lois, Arrts, Circulaires et recommandations mis au cours de l'Exercice prim et s'y rapportant
Il convient dans cet ordre d'ides de mentionner: lo. les pressantes recommandations faites aux Commissaires du Gouvernement prs les Tribunaux civils et aux juges de paix, de se mettre d'accord avec les agents urbains et ruraux de la Garde d'Hati et ceux du Service National de la Production


EN POSANT LES JALONS... 87
Agricole et de l'Enseignement Rural, pour que la plus large publicit prcde la mise en vigueur des mesures prescrites dans l'intrt de la masse rurale, notamment celles ayant trait l'achat, la vente et au transport des denres l'intrieur du Pays; 2o. les mesures gnrales ayant respectivement trait la protection garantie aux paysans en contestation devant les tribunaux, l'indication, dans l'acte d'crou, de la nature de la peine prononce par les tribunaux et des travaux auxquels le condamn peut tre astreint, la protection des populations rurales contre les abus et les injustices dont elles sont souvent victimes de la part de certains officiers ministriels; 3o. la rduction du droit de saisir, la permission accorde aux Juges de Paix d'une section ou des, autres sections d'une mme Commune, d'instrumenter valablement en cas d'infraction et d'accident, en dehors de leur zone juridictionnelle ; 4o. l'obligation faite aux Officiers de l'Etat Civil de fournir au Dpartement de la Justice des statistiques mensuelles des actes dresss par eux; 5o. l'exagration des condamnations prononces par les Tribunaux de simple Police, pour des larcins sans impor-


88 EN POSANT LES JALONS...
tance; 60. l'aide et au secours apports aux migrants hatiens venant de Cuba, etc., etc..
Je tiens galement signaler d'une manire spciale, les mesures prises par le Gouvernement, pour interdire le dboisement, en vue de prvenir de graves consquences conomiques. L'effort du Gouvernement cet gard, a dbut par le Dcret-Loi du 23 Juin 1937 crant une Police agricole et rglementant la matire. Depuis, nombreuses ont t les circulaires et les recommandations par lesquelles le Gouvernement a voulu s'assurer le concours et la bonne volont des agents de tous ordres, afin de rendre effective et efficace cette mesure de haute protection agricole.
Au surplus, je retiendrai votre attention sur un Arrt du 3 Avril 1937 prescrivant que dsormais le programme des cours des Ecoles de la Rpublique, la veille du 14 Avril, dcrt jour panamricain roulera sur l'tude des Amriques et la clbration de ce jour. Cette mesure a t pris pour souligner la haute porte morael et culturelle de cette manifestation internationale et dvelopper dans l'me de la jeunesse hatienne et des futurs citoyens, ct de l'idal national, le concept d'un idal


EN POSANT LES' JALONS...
89
panamricain auquel est li notre avenir de Peuple dans sa participation la civilisation amricaine.
Sous le rapport de l'urbanisme et de l'Hygine publique, il a t pris par le Gouvernement, entre autres mesures, un Dcret-Loi, le 22 juillet 1937, tablissant des rgles spciales relatives l'habitation et l'amnagement des villes' et bourgs, suivant les ncessits de l'Hygine et de l'Urbanisme moderne.
Enfin je mentionnerai, en dernier lieu, trois Arrts dats respectivement des 24 Juillet, 13 et 17 Aot 1937; le premier a pour but de protger efficacement contre les maladies infectieuses et les insectes nuisibles, nos grandes cultures d'exportation; le second a dtermin le primtre de la zone rserve du bassin d^alimentation des sources de Plaisance et de Cerisier, en conformit de la Loi du 7 Mai 1937 constituant en zone rserve le dit bassin, avec dclaration de la dite zone d'utilit publique; le troisime a autoris l'acquisition d'un terrain dpendant de l'Habitation Larue (Quartier Morin), en vue de l'installation d'une ppinire et d'une ferme de dmonstration par le S.N.P.A.
En ce qui concerne les efforts faits par le Gouvernement pour enrayer l'analphabtisme


90 EN POSANT LES JALONS...
des masses rurales, il n'y a rien de particulier noter, dans le cycle de l'Exercice pass. En effet, grce la rcente rorganisation du Ser vice de l'Enseignement Rural, les plus heureux rsultats continuent tre enregistrs, comme en font foi les loquentes statistiques publies ce sujet.
Dans cet expos de notre situation aux divers points de vue commands par le vu spcial de la Constitution en son article 37. l'Assemble voudra sans doute considrer, par dessus tout, le constant souci qui a anim le Gouvernement pour le bien public et auquel on le trouvera toujours fidle pour le plus grand profit de notre Dmocratie. Rien ne contribuera mieux entretenir cette patriotique proccupation du Pouvoir Excutif que le concours empress que les Reprsentants de la Nation ont toujours apport la ralisation de toutes les initiatives dj prises. Quant aux projets que mon Gouvernement se rserve de vous soumettre au cours de la prsente session et dont la plupart ont t annoncs par les diffrents Rapports ci-annexs, ils seront bientt dposs sur vos bureaux et je ne doute point de l'accueil bienveillant que vous aurez leur accorder.


EN POSANT LES JALONS...
91
A LA REMISE DE LA GRAND'CROIX DE L'ORDRE NATIONAL AU NONCE APOSTOLIQUE
(16 Mars 1938)
Excellence,
En vous apportant mes flicitations personnelles et celles du Gouvernement hatien tout entier i ici prsent, d'ailleurs, dans la personne de ses reprsentants les plus autoriss, je tiens dire, en quelques simples mots, la haute signification que nous attachons la remise, qu'il nous est particulirement agrable de vous faire aujourd'hui, des diplmes et insignes de Grand'Croix de notre Ordre National Honneur et Mrite.
A une heure pnible de la vie nationale, et au milieu de circonstances la fois difficiles et douloureuses pour le Gouvernement, vous tres venu un jour et vous nous avez dit, avec une motion dans la voix qui rvlait toute la sincrit d votre dmarche et toute la gnrosit de votre cur : Je sais quel grave diffrend divise les deux pays auprs des-


92 EN POSANT LES JALONS...
quels je reprsente le Saint Sige. Si vous jugez que mon intervention officieuse et dis-crte peut tre de quelque utilit pour un rglement pratique et rapide de cette mal-heureuse affaire, je me tiens entirement la disposition de Votre Excellence.
A ce moinent-l, le Gouvernement avait dj pris l'initiative de mettre en mouvement la procdure des traits interamricains pour le rglement des conflits qui peuvent natre entre les Nations de ce Continent. La force juridique de ces traits, le jeu des organismes qu'ils ont tablis n'avaient d'autre fin que la paix. Nous avons considr qu'en y ajoutant l'influence incontestable de l'immense force spirituelle que vous reprsentez si dignement auprs des deux peuples qui se partagent la souverainet de cette le, vous leur apportiez le magnifique stimulant de vos dmarches encourageantes en faveur de la paix et que vous ajoutiez presqu'une certitude au succs de la solution satisfaisante et pacifique que recherchait le Gouvernement hatien.
Vous aviez ainsi apport au Prsident de la Rpublique une grande satisfaction et un grand rconfort dans l'accomplissement de sa tche si complique et si dlicate. Et ce fut


EN POSANT LES JALONS..
93
dans une atmosphre de confiance et de cordialit que se droulrent alors nos entretiens, domins toujours par votre esprit de paix et la haute comprhension chrtienne du noble but que vous vous tiez assign. Et c'est ainsi que vous avez su faire prvaloir, au cours de nos contacts personnels frquents, les larges vues conciliatrices qui nous ont conduits l'heureux rsultat final.
.C'est le tmoignage de ces nobles efforts pour la concorde et l'entente entre deux peuples que vous aimez, que le Gouvernement est heureux de vous apporter ce matin, sous la forme concrte d'une distinction qui n'exprime, d'ailleurs, que trs faiblement sa reconnaissante apprciation de l'action de toute premire importance que vous avez exerce dans des circonstances inoubliables, en faisant triompher les immortelles ides de Paix et d'Amour prconises par le Souverain Pontife.
Croyez, Excellence, que c'est d'un cur sincre et affectueux que je remplis cet agrable devoir.


94 EN POSANT LES JALONS...
POUR UNE NOUVELLE ORIENTATION DES ACTIVITES DU SERVICE NATIONAL DE LA PRODUCTION AGRICOLE
(Lettre au Secrtaire d'Etat de l'Agriculture)
(20 Mars 1938)
.... En dfinitive, ce qu'il faut, c'est de l'action et non des discussions. Il est temps de dtruire cette casuistique de l'inaction ou du moindre effort. Un programme de rsultats rapides, assurant l'augmentation de la production de nos principales denres...
Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Notre situation conomique actuelle, si prcaire, rclame un effort dcisif pour l'augmentation et la diversification de notre production agricole. Il est temps d'appliquer des mthodes pratiques et mme empiriques qui assurent le plus grand rendement possible de nos terres en produits exportables et en cultures vivrires. Le systme actuel de notre extension agricole doit tre, au moins pour quelque temps, mis de ct pour concentrer les activits de nos diffrents Services publics et notamment celles du Service National de la


EN POSANT LES JALONS...
95
Production Agricole vers toutes les possibilits de rsultats rapides. Depuis prs de quinze ans que ce dernier Service existe, et malgr les dpenses considrables faites pour assurer son fonctionnement, on est oblig de constater que la production de nos vieilles denres (caf, coton, cacao, notamment) n'a pas augment d'une livre. S'il est juste de reconnatre que des efforts srieux ont t faits pour une meilleure prparation du caf, ce qui est de nature favoriser son coulement aux Etats-Unis, la production mme de la denre est reste stationnaire. Et sous ce rapport, nous ne sommes gure plus avancs qu'il y a un sicle. Tout en continuant l'excellent travail de prparation commenc, pour que le caf hatien soit reconnu, de plus en plus, propre aux mlanges auxquels il doit servir aux Etats-Unis et qui sont la condition de son avenir commercial sur ce grand march, il importe, aujourd'hui plus que jamais, d'en augmenter la production. Vous passerez donc des instructions pour que, de quelque manire que ce soit, le S.N.P.A. ait dsormais cette fin en vue et qu'il en fasse un des points principaux de son nouveau programme d'action.


96 EN POSANT LES JALONS...
En ce qui concerne le coton, les travaux doivent tre nergiquement poursuivis pour l'adoption d'un nouveau type annuel et pour en rtablir la production dans les rgions affectes par l'invasion du charanon. Je vous confirme ce sujet ma dpche en date du 10 de ce mois.
Eu dfinitive, ce qu'il faut, c'est de l'action et non des discussions. Il est temps de dtruire cette casuistique de l'inaction ou du moindre effort qui s'tend comme une lpre mortelle travers nos administrations et dans le peuple. Tout le monde doit travailler t vouloir cote que cote un rendement apprciable de son travail.' :
En, rsum, le nouveau programme de votre Dpartement doit tre simple pour tre facilement ralisable. Il doit se borner l'augmen tation ; de la production de nos trois. vieilles denres: caf, coton et cacao, et l'adoption de quatre ou cinq autres nouveaux produits d'exportation, de culture facile et rapide comme, par exemple, en dehors de la figue-banane dj en train, le manioc, certaines plantes olagineuses, le citrus, ou d'autres indiquer par les Services comptents de votre Dpartement et offrant les meilleures et les plus sres possibilits de culture et de marchs.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs