• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 La fin de l'epreuve
 Haitianisation du service...
 Haitianisation du service...
 Discours prononce a Jeremie
 Au congress annuel des ingenieurs...
 Declaration remise a la presse...
 Cablogramme adresse de new-york,...
 A l'union panamericaine, au cours...
 Response au discours de bienvenue...
 Proclamation du 20 mai 1934
 A la ceremonie de remise de decorations...
 A l'entrevue du Cap-Haitien entre...
 Remise de diplomes aux cadets de...
 Ceremonie d'installation du premier...
 Response au discours du ministre...
 Paroles pronouncees aux casernes...
 Reception du president de la Republique...
 Au Cap-Haitien
 En reponse aux voeux du doyen du...
 Proclamation a l'occasion du ier...
 Message au corps legislatif
 Discours devant l'assemblee...
 Discours a la fete de l'agriculture...
 Preface a l'ouvrage
 Aux cayes
 Discours a l'occasion de la fete...
 Proclamation
 Discours a l'occasion d'une manifestation...
 A Fort-Liberte
 Discours a la reception de l'ambassade...
 En response aux voeux du corps...
 Discours a l'occasion de l'ouverture...
 Message au corps legislatif
 Lettre au President Roosevelt pour...
 Discours prononce au banquet offert...
 Discours a l'occasion du xiv congres...
 Au Cap-Haitien
 Discours a l'hotel de ville de...
 Discours au palais legislatif
 A la reception du corps diplomatique...
 La cuestion du cafe
 Inauguration du club militaire
 A la reception du ministre...
 Discours en reponse a celui de...
 Discours a l'adresse du corps diplomatique...
 Au cercle du commerce des...
 Inaguration de la caserne...
 Lettre au president de la republique...
 Discours a l'hotel de ville de...
 Discours a la prefecture cayes
 En response aux voeux du corps...
 Back Cover






Title: En posant les jalons
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094315/00003
 Material Information
Title: En posant les jalons
Physical Description: 5 v. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Vincent, Sténio, 1874-
Publisher: Imprimerie de l'état
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1939
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti   ( lcsh )
History -- Haiti   ( lcsh )
Economic conditions -- Haiti   ( lcsh )
Economic policy -- Haiti   ( lcsh )
Historia -- Haití -- 1844 ****
Condiciones económicas -- Haití
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: A collection of articles and addresses.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094315
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 03490326
lccn - 40014254

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    La fin de l'epreuve
        Page 1
        Page 2
    Haitianisation du service des contributions
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Haitianisation du service des douanes
        Page 7
        Page 8
    Discours prononce a Jeremie
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Au congress annuel des ingenieurs Haitiens
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
    Declaration remise a la presse avant de quitter le S.S. Haiti, a Broklyn, le 26 mars 1934
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Cablogramme adresse de new-york, a l'occasion de la commemoration de l'anniversaire de la mort de Toussaint-Louverture
        Page 33
        Page 34
    A l'union panamericaine, au cours d'une reception organisee en l'honneur du President d'Haiti
        Page 35
        Page 36
        Page 37
    Response au discours de bienvenue du maire de Port-au-Prince
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Proclamation du 20 mai 1934
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    A la ceremonie de remise de decorations a la legation de France
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
    A l'entrevue du Cap-Haitien entre le president F. D. Roosevelt et le President Vincent
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Remise de diplomes aux cadets de l'ecole militaire
        Page 59
        Page 60
        Page 61
    Ceremonie d'installation du premier colonel Haitien
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
    Response au discours du ministre Norman Armour
        Page 66
        Page 67
        Page 68
    Paroles pronouncees aux casernes dessalines
        Page 69
        Page 70
    Reception du president de la Republique Dominicaine au Palais National
        Page 71
        Page 72
        Page 73
    Au Cap-Haitien
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    En reponse aux voeux du doyen du corps diplomatique
        Page 121
        Page 122
        Page 123
    Proclamation a l'occasion du ier Javier 1935
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
    Message au corps legislatif
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
    Discours devant l'assemblee nationale
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
    Discours a la fete de l'agriculture et du travail
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
    Preface a l'ouvrage
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
    Aux cayes
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Discours a l'occasion de la fete de la garde
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
    Proclamation
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
    Discours a l'occasion d'une manifestation des commercants pour l'heurese reglementation du commerce
        Page 218
        Page 219
        Page 220
    A Fort-Liberte
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
    Discours a la reception de l'ambassade francaise aux fetes du tricentenaire du rattachement des antilles a la France
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
    En response aux voeux du corps diplomatique et consulaire
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
    Discours a l'occasion de l'ouverture de la session legislative
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
    Message au corps legislatif
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
    Lettre au President Roosevelt pour appuyer l'idee d'une conference intermamericaine de la paix
        Page 298
        Page 299
        Page 300
    Discours prononce au banquet offert au Palais National en l'honneur du president de la republique Dominicaine
        Page 301
        Page 302
        Page 303
    Discours a l'occasion du xiv congres annuel des ingenieurs et architectes du gouvernement
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
    Au Cap-Haitien
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
    Discours a l'hotel de ville de Port-au-Prince, a l'occason d'une manifestation des commercants de la capitale
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
    Discours au palais legislatif
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
    A la reception du corps diplomatique et consulaire
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
    La cuestion du cafe
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
    Inauguration du club militaire
        Page 339
        Page 340
        Page 341
    A la reception du ministre de colombie
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
    Discours en reponse a celui de l'ambassade Dominicaine aux fetes de la restauration
        Page 346
        Page 347
        Page 348
    Discours a l'adresse du corps diplomatique et consulaire
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
    Au cercle du commerce des Gonaives
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
    Inaguration de la caserne de leogane
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
    Lettre au president de la republique de Colombie
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
    Discours a l'hotel de ville de Jacmel
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
    Discours a la prefecture cayes
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
    En response aux voeux du corps diplomatique et consulaire
        Page 428
        Page 429
        Page 430
    Back Cover
        Page 431
        Page 432
Full Text
EN POSANT
LES JALONS...




STNIO VINCENT
PRESIDENT D'HATI
posant les jalons
TOME III
1934 -1936
IMPRIMERIE DE L'ETAT PORT-AU-PRINCE, HATI 1939




LA FIN DE L'EPREUVE
(1er. Janvier 1934)
La solidarit ncessaire de toutes les Forces Nationales devant la tche de Reconstruction...
Concitoyens,
L'anne qui s'ouvre porte en elle la fin d'une longue et douloureuse preuve.
Le territoire national sera enfin libr dans quelques mois.
Avec une nergie qui ne se dmentira pas et ne connatra pas une seconde de loisirs, mon Gouvernement poursuivra jusqu'au bout la lutte pour l'intgral affranchissement. Et j'ai la conviction inbranlable je suis heureux de le rpter aujourd'hui solennellement qu'avant l'expiration de mon mandat, plus rien ne survivra des vestiges de ce rgime auquel avaient abouti les erreurs et les ttonnements d'un Pass jamais enseveli.
Pour la conqute, au plus tt, de ce but suprme, j'ai besoin, comme toujours, de me sentir paul par toutes les forces nationales conjugues et solidaires. C'est parce que les
En posant les jalons 1
Tome III


2
EN POSANT LES JALONS...
Pres, devant l'Etranger, avaient fait trve de toutes les discussions inutiles et relgu au dernier plan les vaines querelles de famille, que leur front commun rompit le cercle de fer tendu contre leur volont de libration. C'est en soudant les unes aux autres leurs penses et leurs mes, que les fils galeront les anctres, et transmettront ceux de demain la Patrie, telle qu'ils l'avaient reue, c'est--dire orgueilleuse et libre.
En ce jour o nous ranimons annuellement la flamme des grands souvenirs et o notre motion profonde s'avive encore de toute la ferveur de nos patriotiques esprances, je vous fais un suprme appel.
Ne considrons dsormais que la tche ardue qui attend nos curs, nos cerveaux et nos bras. Elle rclame le concours de tous, de tous en mme temps. Tous ensemble donc! Et que notre totale union, sans rpit, ni fissure, rdite, dans la Paix et le Travail, le miracle unique de 1804!...


EN POSANT LES JALONS..
3
HAITIANISATION DU SERVICE DES CONTRIBUTIONS
(3 Janvier 1934)
...Le patriotisme, lorsqu'il est avis, consiste moins se heurter aux circonstances, presque toujours plus fortes que les hommes, qu' tenter de cheminer parmi elles, tout en faisant rendre chaque jour, le maximum de satisfactions lgitimes qu'il comporte.
Messieurs,
Il y a de cela un peu plus de deux ans, le 1er. Octobre 1931 exactement, je prsidais une crmonie analogue. En excution de l'Accord du 5 Aot de la mme anne, aboutissement logique de nos premires ngociations, je prenais possession, officiellement, de trois de nos services et y installais les Hatiens qui allait incomber l'honneur de les diriger, dsormais.
Ma joie de ce matin-l, je la retrouve aujourd'hui identique, mais renouvele et fortifie. C'est que cette runion fixe un autre succs de la politiqe de libration progressive que j'ai choisie, et qui, sans heurt, comme sans inutiles effusions romantiques, nous conduit,


4
EN POSANT LES JALONS...
d'un pas gal, mais dcid, l'intgrale Souverainet Nationale.
Et novis voici l'un des derniers paliers. Nous le gravissons sans essoufflement, et gure fatigus, d'ailleurs. Nous allons donc continuer monter. Cette ascension mthodique, facilite par l'humaine et intelligente politique de bon vouloir du Prsident Roosevelt, et la loyaut de Monsieur Norman Armour qui la reprsente si dignement parmi nous, atteindra son point de perfection, en continuant suivre le rythme que nous lui avons dlibrment et, je crois, assez habilement imprime, en juger par les vnements de ces derniers jours.
Pas une minute la vie nationale n'a t l'aventure et encore moins suspendue. C'est que nous avions compris, nous, et tout de suite, qu'il n'tait pas indispensable, qu'il n'tait pas sage de brouiller les cartes, et que le partiotisme, lorsqu'il est avis, consiste moins se heurter aux circonstances, presque toujours plus fortes que les hommes, qu' tenter de cheminer parmi elles, tout en faisant rendre chaque jour le maximum de satisfactions lgitimes qu'il comporte. C'est cette politique de bon sens et de mthode, politique que justifient des rsultats successifs et fconds,


EN POSANT LES JALONS..
5
que nous devons ce nouvel Accord du 7 Aot 1933 dont l'excution nous rend, aujourd'hui, les services des Contributions et des Douanes, et permet, en Octobre prochain, l'hatianisa-tion complte de la Garde d'Hati et le retrait de l'Occupation Amricaine.
Pour diriger cette Administration, dfinitivement hatianise, et l'une des plus lourdes qui soient, vous m'avez t, Monsieur le Directeur, trs chaudement recommand. Mais ce n'est que par vos qualits et votre seul tat de service. Vous tes un administrateur disciplin, intelligent et scrupuleux. Et, contrairement ce que l'on pourrait croire, c'est votre modestie elle-mme qui conditionne votre autorit vidente. Vous marquerez votre passage la tte de cette Administration, comme vous l'avez lumineusement marqu la D. G. T. P. o les multiples regrets que vous laissez ne se supportent si allgrement que parce qu'ils alternent avec les espoirs d'un retour probable.
J'ai foi en vous, en votre jeunesse, en vos lumires, en votre probit. J'ai la conviction que, si, quelque jour, un de ces chroniqueurs exotiques, en mal de calomnie retentissante, s'oubliait parler de notre inaptitude com-


6
EN POSANT LES JALONS...
mander, j'ai la conviction que votre nom, simplement jet dans le dbat, prendra, mme ses yeux, le caractre d'un dmenti catgorique et la puissance d'un argument sans rplique.
A ce que j'attends de vous, et avec moi, tous vos anciens camarades, et le Pays tout entier, vous jugerez de l'tendue, de la varit et de la dlicatesse de vos nouvelles obligations.


EN POSANT LES JALONS...
7
HAITIANISATION DU SERVICE DES DOUANES
(3 Janvier 1934)
Nous voulons garantir l'efficience de ce service dans l'avenir...
Monsieur le Directeur,
Je suis heureux de vous remettre votre commission de Directeur de la Douane de Port-au-Prince, et, par ce geste symbolique, de consacrer l'hatianisation dfinitive du personnel de toutes les douanes de la Rpublique.
Vous savez, Monsieur le Directeur, toute l'importance de l'administration douanire dans notre conomie financire. C'est surtout de nos douanes que nous tirons les principales ressources qui assurent le fonctionnement rgulier de nos services publics et qui nous permettent de faire face nos obligations extrieures. Entranant ds maintenant un personnel exclusivement hatien aux fonctions de direction et de responsabilit dans les services douaniers, nous voulons ga-


8
EN POSANT LES JALONS...
rantir l'efficience de ce service dans l'avenir, et, par ainsi, tre bien sr que, lorsqu'enfin nous nous serons dgags de nos derniers liens d'ordre financier, et notre espoir de plus en plus ferme est que ce jour ne tardera pas nous trouverons, la tte de nos douanes, des directeurs aviss et conscients de leurs devoirs, pour continuer les administrer honntement, dans l'intrt d'un quilibre permanent de notre budget et dans celui encore plus important de notre crdit l'Etranger...


EN POSANT LES JALONS...
9
DISCOURS PRONONCE A JEREMIE
(4 Fvrier 1934)
Salut Jrmie, aux vivants et aux morts.La question des Frontires est en bonne voie de rglement.La crise conomique.La figue-banane.Ce que le Snat a fait. L'exportation de notre rhum.La Patrie est une cration continue.La Garde d'Hati maintiendra la paix.Le contrle financier.Ce matin d'Octobre 1934...
Monsieur le Prfet,
Mesdames,
Messieurs,
Mon rve d'tre ici, Jrmie, se ralise enfin. Et me voici dans le cadre de ce paysage unique, aux lignes souples, tout imprgnes de l'extase de vos potes, et parmi cette population loyale, accueillante, enthousiaste, dont la vieille rputation d'hospitalit, qui a fait le tour de l'le, se justifie aujourd'hui avec tant d'clat. Je rends grce aux dieux que des circonstances, que j'ai si souvent maudites, aient retard la ralisation de mon dsir, car c'est un peu l'impatience de vous voir, chez vous, qui fait en ce moment la plnitude de ma joie.


10
EN POSANT LES JALONS...
C'est aussi, peut-tre, ce qui me vaut le magnifique accueil de votre sympathie si chaude et si spontane, et qui cre autour de moi une atmosphre si douce respirer. Je sens, en vrit, que j'y puiserai des forces nouvelles, de nouvelles raisons de croire, pour continuer l'uvre progressive et dont la perfection approche de la libration conomique et politique de ce pays, si cher nous tous, plus cher encore nous tous d'avoir, pendant prs de vingt ans, vcu l'preuve douloureuse avec, au cur, l'esprance, chaque jour plus tenace, que la sombre nuit finirait bientt et que l'aube tait proche.
Et voici, en effet, que la nuit va finir. Plus elle aura t longue, plus l'aube, enfin venue, nous inondera de ses clarts consolantes. Souhaitons qu'elle illumine toute l'me nationale et que le souvenir de son attente angoissante ne nous quitte plus, et guide nos pas, encore mal assurs, dans les chemins de l'avenir...
Parmi cette foule gaye de toilettes et de sourires de femmes, il me semble voir passer des ombres. Des ombres graves. Ce sont celles des grands Jrmiens qui gardent la Cit et honorrent la Patrie: Blanchet, Clri, Mar-gron, Brice an, St. Lger Pierre Jean Louis,


EN POSANT LES JALONS...
11
Kerlegrand, Sansaricq, Paul-Emile Jean-Michel, Anthime Merlet, et, les dominant de sa haute taille flexible et de son visage mlancolique de Christ douloureux, cet admirable Edmond Laforest, mon ami, arrach brutalement la vie, avant de nous avoir donn le grand pome de la dsolation nationale qu'il portait en lui. Oui, je sens, je vois vos grandes ombres penches sur l'allgresse populaire. Et puisque les morts, dont la vie fut un enseignement, se joignent, pour m'accueillir, tant de vivants, c'est que je suis dans la voie qu'ils ont toujours suivie, c'est que la politique que j'ai dlibrment choisie, ds le soir du 18 Novembre 1930, et que je poursuis, sans trve ni lassitude, est bien celle qu'il faut pour dgager le Pays de l'treinte trangre et le rendre ceux de demain, tel que nous l'avons reu de ceux d'hier, c'est--dire, sans liens et dlivr de toutes les servitudes humiliantes.
Elle a, d'ailleurs, cette politique, vcu de rsultats. De rsultats patents que seuls ont le triste courage de nier ceux-l pour qui rien de bien n'est possible sans leur collaboration, collaboration qu'obstinment ils refusent pour ne pas perdre leur droit de s'asseoir sur le couvercle de ce puits d'o pourtant monte


12
EN POSANT LES JALONS..,
quand mme la Vrit, chaque jour, comme si elle faisait cortge au soleil...
J'ai dit, ailleurs, dans des circonstances aussi rconfortantes que celles d'aujourd'hui, ce que nous avons tent, ce que nous avons obtenu, et les difficults inextricables travers lesquelles nous avons courageusement chemin pour tre ce stade o nous respirons plus librement et d'o nous pouvons contempler, en toute scurit, le bel avenir que va bientt faonner notre volont collective d'union et de travail.
Paralllement notre action diplomatique dcisive, et aux rsultats pratiques auxquels elle a heureusement abouti, mon Gouvernement envisageait d'autres problmes tout aussi importants pour l'avenir national et la stabilit publique: entr'autres, celui de la question des frontires dominicano-hatiennes, qui semble aujourd'hui,aprs l'historique et fraternelle entrevue que j'eus, le 18 Octobre dernier, Ouanaminthe, avec le Gnralissime Rafal Lonidas Trujillo y Molina, Prsident de la Rpublique Dominicaine, et le travail qu'excutent actuellement les Commissions Dominicaine et Hatienne,entrer rellement dans la voie large d'une solution quitable et


EN POSANT LES JALONS...
13
dfinitive. J'ai bon espoir. Ces travaux s'excutent avec, de part et d'autre, la meilleure bonne foi et le plus sincre esprit de cordialit. Et il n'est pas loin, je suis en droit de le croire, le moment o nous raliserons l'humaine parole de Monseigneur Nouel qui conseillait aux deux peuples, voisins et frres par leur destin commun, de tracer au plus vite leurs frontires pour avoir la joie de les effacer ensuite.
La question conomique ne fut pas la moins rude de celles que confrontrent nos efforts incessants et coordonns. Au plus fort de la crise qui n'a pas encore desserr son treinte, et qui, d'aprs l'un des plus grands spcialistes des problmes financiers, a marqu la faillite de l'intelligence humaine et la vanit de nos prvisions, on s'est rendu compte que les pays les plus atteints sont encore ceux qui ne tiraient leurs moyens de vivre que d'une seule denre. J'ai, tout de suite alors, envisag la possibilit de diriger, sans retard, les activits agricoles hatiennes vers la culture d'une denre de support, capable, aux poques de flchissement des prix du caf, de nous aider boucler notre budget et rpondre nos engagements. La figue-banane tant toujours de-


14
EN POSANT LES JALONS...
mande, j'ai dsign ce produit comme pouvant tre une nouvelle cariatide de l'conomie nationale; et, au cours de mes plerinages travers le pays, j'en ai recommand la culture nos populations laborieuses. Sur ces entrefaites, un contrat pour l'organisation de la production de la figue-banane tait propos mon Gouvernement. Aprs l'avoir minutieusement tudi, et reconnu qu'il comportait, pour un minimum insignifiant de risques, un maximum imposant d'avantages pour le Pays, et qu'il favorisait surtout l'intressante classe des paysans et cultivateurs, nous l'avons sign et prsent au Corps Lgislatif. La Chambre des Dputs, se rendant compte tout de suite de ce que ce contrat reprsentait comme remde au terrible chmage actuel, levant son patriotisme la hauteur des circonstances tragiques o nous sommes, vota presque sans modification le projet du Gouvernement.
Mais, aprs de laborieuses discussions, dont l'cho a d vous parvenir, la majorit du Snat en a rejet le principe, tout simplement, et malgr les manifestations indiscutables de l'Opinion Publique, les avis motivs et ritrs de toute la presse du Pays et les nombreuses ptitions des commerants et cultivateurs aussi bien


EN POSANT LES JALONS...
15
des rgions intresses que de tous les autres points de la Rpublique. C'est que, devant la seconde branche du Corps Lgislatif, la question fut habilement et nettement carte du terrain conomique, et qu'on la fit voluer sur celui plus commode de la politique et des personnalits, o, avec une facilit dconcertante, les rancunes particulires endossent victorieusement la toge-prtexte des nationalismes politiciens. Mais, il n'importe. Le Gouvernement a pris ses responsabilits. Et la majorit du Snat, les siennes.
Il est regretter seulement que la Postrit prenne toujours trop tard la parole et que, le plus souvent, les palmes et les blmes qu'elle dcerne, c'est sur le marbre des tombes qu'elle les inscrit. Et, pendant cette attente de l'opinion saine de l'Histoire, le Peuple souffre, le chmage largit son cercle et les efforts du Gouvernement sont paralyss par ceux-l, justement, qui auraient d les pauler. Et les politiciens, leur but atteint, dsignent naturellement la haine des foules, exaspres par la misre et par la faim, l'Excutifqui a seul, en dfinitive, la responsabilit directe et relle des vritables intrts de la collectivit.


16 EN POSANT LES JALONS...
Mais les uvres mauvaises n'ont pas toujours ces consquences calcules. Le Gouvernement va mettre tout en uvre, il va immdiatement user de tous les moyens dont il dispose, pour que la culture systmatise et le commerce de la figue-banane, la seule planche de salut conomique qui s'offre nous pour le moment, soit un fait accompli avant longtemps. Ce sera sa faon lui de djouer des combinaisons qui n'ont, en somme, d'autres fins que d'essayer maladroitement d'branler la grande popularit que sa bonne foi, ses efforts incontestables, l'nergie qu'il a constamment dploye pour surmonter les pires difficults et son vident souci du bien public, ont su lui assurer parmi les masses la fois confiantes et dsabuses...
Il n'est pas que la culture de la figue-banane avoir attir notre attention et sollicit nos activits. Nous nous sommes occup aussi de notre rhum, pour lequel nous avons trouv un dbouch de tout premier ordre : le march des Etats-Unis d'Amrique. La loi de la prohibition, peine abroge dans les Etats les plus importants, nous avons pass des instructions notre Ministre; Washington, et, la suite de ses pressantes dmarches, nous fmes,


EN POSANT LES JALONS...
17
au moment de la rpartition des contingentements cots pour vingt mille gallons par trimestre. Nous redoublmes d'efforts, et, bien que vis--vis des autres concurrents notre situation ne ft gure des plus brillantes, puisque nous n'avions jamais, avant la prohibition, export d'alcool aux Etats-Unis, notre contingentement fut port cinquante mille gallons pour les trois premiers mois, ce qui nous donne un traitement meilleur que celui de clients plus importants que nous, comme, par exemple, la Russie Sovitique. Nos dmarches continuent. Nous avons maintenant la presque certitude que, d'ici deux ou trois mois, notre rhum ne sera plus contingent, ira en Amrique pour autant qu'on en demandera. Le rhum hatien, ayant sa valeur propre et pouvant, par consquent, con-ciirrencer avantageusement tous ceux qui, par une publicit extrmement coteuse, ont pu dj forcer les marchs, trouvera d'ailleurs, si nous savons bien nous y prendre, d'autres importants dbouchs. La Colombie, notamment, pourrait tre facilement un de ces dbouchs. Dj, tant Baranquilla, au mois de Septembre dernier, j'ai eu avec le distingu Gouverneur de la province de l'Atlantique un


18
EN POSANT LES JALONS...
entretien particulirement intressant, au cours duquel fut envisage la possibilit d'un Accord commercial qui favoriserait l'importation de notre rhum et de notre sucre dans un Etat prospre de notre voisinage.
Voil, rduit au plus bref des bilans, ce qu'au triple point de vue conomique, international et politique, nous avons tent ou ralis depuis l'Accord du 7 Aot de l'anne dernire. Ce qui reste faire? Beaucoup. Beaucoup encore. C'est que l'on n'a jamais fini de travailler pour son Pays et que la Patrie, comme disait un homme d'Etat Franais, est une cration continue. Avec la mme foi, sur laquelle, jusqu'ici, aucun lment mauvais n'a pu mordre; avec le mme courage, la mme tnacit que n'a gure pu paralyser l'aveuglement ni la mauvaise foi de quelques-uns, nous continuerons la patiente et formidable besogne qui nous conduit, sur un rythme gal et sr, la libration nationale, et qui assurera, dans l'ordre, la paix et le travail, la prennit de la Seconde Indpendance.
La Garde d'Hati, arme comme il convient, adapte plus entirement nos murs et nos besoins, la Garde d'Hati dont sont excellents et le moral et la valeur, uniquement


EN POSANT LES JALONS...
19
commande par des officiers hatiens, assurera, sans faiblesse, comme sans inutile rigueur, la paix dans les rues, et de faon telle qu'il semblera, ds Octobre prochain, que c'est la paix des consciences qui se sera tendue jusqu'aux veines des agglomrations.
Quant la palpitante question de la cessation du contrle financier, nous travaillons ardemment lui trouver une solution prochaine. Se conformant aux formelles instructions crites que nous lui avons remises la veille de son dpart, notre Dlgation Montevideo a eu porter ce point essentiel, qui s'inspire, d'ailleurs, du vritable esprit de la nouvelle politique amricaine de non-intervention, devant les grandes assises pan-amricaines du mois de Dcembre dernier, et j'ai tout lieu de croire que nous trouverons bientt le moyen d'en assurer le rglement dfinitif.
Alors, par ce matin d'Octobre 1934, sous le chaud soleil qui ressemblera celui du 1er Janvier 1804, lorsqu'au mt des Casernes Dessalines sera hiss le drapeau de Dessalines et de Ption, ce sera d'une mme voix droite et pleine d'un mme cur en fte, d'une mme me lgre et sereine, et comme renouvele par un bonheur si longtemps attendu,


20
EN POSANT LES JALONS...
que tous les Hatiens de tous les points du Pays crieront: Vive Hati, dsormais, et jamais, indpendante!
Jrmie, j'en ai la conviction la plus formelle, sera de la fte. La fire et loyale Cit qui a la double religion de l'honneur et de la Patrie, ne refusera pas son approbation la politique de vrit et de ralit, inaugure et courageusement poursuivie par le Gouvernement actuel de la Rpublique et qui aura, en moins de temps que nous ne l'avions promis, permis de voir l'arme hatienne aux mains hatiennes, et le dernier des marines amricains quittant enfin, et pour toujours, le sol sacr des Anctres...


EN POSANT LES JALONS...
21
AU CONGRES ANNUEL DES INGENIEURS HATIENS
(16 Mars 1934)
...Le peuple est bien persuad aujourd'hui, qu'il a tout perdre dans ces agitations et ces dsordres systmatiques, et rien y gagner. Il a rflchi depuis dix-huit ans. Il sait trop comment il a toujours t le dindon de la farce. Et l'on aura beau vouloir empoisonner son esprit, il ne tient pas recommencer... L'important pour lui, c'est qu'on ralise.
Messieurs,
On a beau sourire des Congrs, ils ont quand mme leur utilit. C'est dj beaucoup, mon avis, si, comme dans celui-ci, o nous allons entendre d'intressantes communications sur les possibilits de drainage et d'irrigation des diffrentes parties du pays, ils servent nous rappeler que nous sommes un pays essentiellement agricole, s'ils nous portent orienter quelquefois nos rflexions vers la terre et les conditions locales de l'opration culturale, penser qu'il y a encore beaucoup faire, que le plus vaste compartiment de la vie conomique hatienne est l, devant nous.


22 EN POSANT LES JALONS...
presque vide, et qu'il nous incombe le soin de l'accommoder aux formes modernes de la production organise.
Les progrs de la culture du sol et les vastes profits collectifs ou individuels qui en rsultent habituellement sont en fonction d'un outillage et d'un quipement national dont le principal lment est la route.
L'autre problme qui s'impose immdiatement l'attention, ds qu'il est question d'agriculture chez nous, c'est le problme de l'eau, c'est--dire l'amnagement rationnel de la circulation de l'eau dans les terres pour les besoins de la production agricole. Toutes nos plaines et tous nos plateaux attendent encore l'application d'une politique hydraulique dont votre Congrs de cette anne indiquera certainement les grandes lignes. Pour la protection efficace de cette forte paysannerie hatienne, pour la vie mme de ses activits ordinaires, l'action des Pouvoirs Publics est constamment sollicite de s'exercer dans le sens d'un approvisionnement rgulier et scientifique en eau de toutes ces rgions dont on va parler tout l'heure, de toutes ces rgions qui la rclament grands


EN POSANT LES JALONS.,
23
cris depuis longtemps puisqu'elle est de premire ncessit pour la mise en valeur d'immenses richesses latentes.
Alors, soit qu'il s'agisse de prcipiter les eaux de niveaux trs levs pour les mettre au service de l'agriculture, soit que l'on construise des barrages-rservoirs et que les millions de mtres cubes d'eau qui s'y trouveront emmagasins favorisent les cultures et remplissent leur rle producteur, soit que l'irrigation se fasse par le pompage des eaux trop basses, soit qu'en sens inverse on entreprenne des travaux de drainage pour sauver les terres que des excdents d'humidit enlvent la production, tout cela ne peut se faire que par le capital, et tout cela est indispensable au dveloppement de notre agriculture.
Mais voici le cultivateur hatien sur sa terre. Notons, ds maintenant, qu'il la possde, la terre. Elle est bien lui. La dmocratisation terrienne il y a lieu, plus que jamais, de s'en rjouir s'est accomplie ici du premier coup. Et c'est pour nous un fait historique capital. Depuis, le got de la terre s'est de plus en plus rpandu. La cration et le dveloppement de la proprit paysanne furent pour nous une force insouponne,


24
EN POSANT LES JALONS...
condition d'une sorte d'quilibre national qui s'est maintenu malgr vents et temptes...
Et notre dernire loi sur le bien rural de famille, qui procde des mmes ides de prvoyance et dont nous poursuivons activement l'application, va encore consolider davantage cette grande poutre d'tai qui traverse et maintient la charpente mme de notre socit.
Notre peuple possde la terre et la possdera de plus en plus. C'est l un fait particulirement heureux. Mais pourquoi n'a-t-il jamais pu la faire valoir comme il faudrait? Parce que l'agriculture nationale n'a jamais eu ni mthode, ni outillage, ni crdit. Notre production agricole s'est ainsi heurte toutes sortes de difficults inhrentes, d'abord aux conditions mmes de l'uvre culturale, lorsqu'elle n'tait pas entrave, ensuite, dans ses plus modestes efforts, par l'habituel sabotage militariste et politicien des temps prims.
Mais il ne suffit pas de possder la terre. Ses qualits et le travail de l'homme ne peuvent pas suppler aux avances qu'elle exige. Il faut dfricher, niveler, amender, prparer enfin mthodiquement le sol ; il faut planter ou faire des semailles ; il faut construire des immeubles pour l'abri des hommes, des animaux et des


EN POSANT LES JALONS...
25
rcoltes; toute exploitation agricole ncessite un cheptel qui doit y tre attach en vue d'utilisations et de services divers ; il n'y a pas enfin d'activit rurale srieuse sans l'emploi d'un outillage d'exploitation qui apparat, d'ailleurs, ds le travail de dfrichement. Et lorsqu'on a fait toutes ces dpenses et qu'on est parvenu dfendre ses plantations contre toutes les fortunes naturelles auxquelles elles sont exposes, il faut encore attendre l'chance plus ou moins lointaine des rcoltes, il faut trouver des dbouchs, vendre ses produits et en toucher le prix. C'est alors seulement qu'on commence rcuprer les avances faites la terre dans les formes que nous venons de dire, sans parler des dpenses affectes la main d'uvre. Il y a, par consquent, un appel constant de la terre au capital pour son uvre de production. Y a-t-on jamais rpondu dans notre pays? Non. Et alors. N'est-ce pas un fait merveilleux que, sans aide, sans mthode, sans outillage, sans crdit, l'agriculture nationale, puisqu'il faut l'appeler ainsi, ait pu assurer, tant bien que mal, la vie de ce pays pendant plus d'un sicle?
Mais le temps des miracles est pass. Le problme, comme il fallait s'y attendre, s'est


26
EN POSANT LES JALONS...
singulirement compliqu. Depuis une quinzaine d'annes, la situation est alle de mal
en pis.
Un ingnieur franais qui a pass de longues annes dans ce pays et qui est un des plus sincres amis qu'il ait eus, Monsieur Henri Thomasset, crivait en 1903: Le grand facteur d'avenir est, sans contredit, l'agriculture. Or, d'aprs les notes et les voyages que nous avons faits dans les diverses parties de la Rpublique, et aprs six ans d'observations, nous avons tabli qu'Hati avait huit cent mille carreaux de bonnes terres cultivables, et qu'actuellement le chiffre de la superficie cultive n'atteignait pas plus de cinquante mille carreaux; donc, Hati ne cultive que le seizime de sa superficie cultivable. Il y a donc un million d'hectares qui attendent les cultures les plus varies...
Le pays est donc neuf sous le rapport de l'exploitation. Devons-nous esprer entreprendre le travail agricole sans mthode, sans aides, sans capitaux? Non. Il nous faut des praticiens et du capital tranger.
Voil qui est clair. Et cependant, lorsque M. Thomasset crivait, nous n'avions pas encore atteint le fond de notre politique d'anar-


EN POSANT LES JALONS..,
27
chie et de brigandage. De 1910 1915, la situation s'tait aggrave encore. C'tait la consquence force de nos stupides et grotesques rvolutions, passes l'tat endmique...
Donc la terre est l. Les hommes sont l. La main d'uvre est particulirement abondante. Avec les travaux de concentration et de transport de l'eau pour l'irrigation, et la libration des terres par le drainage des eaux nuisibles, nous aurons apport un commencement de solution pratique l'uvre de construction de l'conomie nationale que nous poursuivons.
Ici, l'Etat peut intervenir et raliser, au moyen de ses ressources ordinaires ou extraordinaires, ces belles promesses pour une conomie saine par une production quilibre et diversifie.
Le reste, c'est l'affaire des entreprises d'exploitation agricole. Grandes ou petites, elles ncessiteront toujours des capitaux. Ces capitaux ne peuvent tre que des capitaux trangers, puisque le capital hatien n'existe pas. Au lieu de les repousser, notre devoir est de les attirer et de les protger. C'est ce que commande l'intrt national le plus vident. Les


28
EN POSANT LES JALONS...
verbalismes fatigus d'une poigne de politiciens ne prvaudront pas contre ces ncessits imprieuses.
Nous savons que le pays veut la paix, qu'il veut l'ordre, qu'il veut le travail.
Ce pays rel, nous l'avons vu, hier encore, dans l'arrondissement de Saltrou, comme nous l'avons vu partout o nous avons dirig nos pas, dans le Nord, comme dans le Sud, dans l'Artibonite comme dans l'Ouest et le Nord-Ouest. Nous sommes absolument convaincus qu'il ragira, avec son instinct trs sr et quelquefois une intelligence tonnante de ses besoins, contre toutes les entreprises d'anarchie anti-nationale que quelques tourments de la Capitale ont imagines dj pour contrarier l'oeuvre de libration politique et conmique si nergiquement poursuivie par le Gouvernement.
Nous sommes srs qu'il affirmera, avec clat, sa volont d'apaisement et de mieux-tre contre les ternels exploiteurs de sa misre et de son ignorance, et qu'il se sauvera lui-mme, cette fois, en montrant son vrai visage l'tranger, son vrai visage pacifique et laborieux qui ne souffrira plus le masque hi-


EN POSANT LES JALONS...
29
deux de sdition et de rvolte sous lequel les professionnels de l'agitation rvolutionnaire voudraient toujours le reprsenter.
Car le peuple est bien persuad aujourd'hui qu'il a tout perdre dans ces agitations et ces dsordres systmatiques, et rien y gagner. Il a rflchi depuis dix-huit ans. Il sait trop comment il a toujours t le dindon de la farce dans le pass. Et on aura beau vouloir empoisonner son esprit, il ne tient pas recommencer...
L'important pour lui, c'est qu'on ralise.
Nous continuerons donc raliser avec le concours de votre dvouement et de votre technique.


30
EN POSANT LES JALONS...
DECLARATION REMISE A LA PRESSE AVANT DE QUITTER LE S. S. HATI, A BROKLYN, LE 26 MARS 1934
Je suis heureux de me retrouver aujourd'hui aux Etats-Unis et de revoir, aprs une dizaine d'annes, votre grand Pays et votre grand Peuple.
Je crois, Messieurs, que, avec la facilit des communications modernes, les Chefs des Gouvernements, surtout ceux des Pays voisins, prendront, de plus en plus, l'habitude de se visiter, simplement, sans trop s'embarrasser de protocole, pour se consulter, tudier ou rgler les affaires qui intressent leurs peuples respectifs.
Ce sera peut-tre un des plus heureux effets de cette politique de bons voisins, inaugure par l'honorable et si sympathique Prsident Roosevelt, et qu'il poursuit si sincrement dans les Etats de cet hmisphre.
Rien ne peut mieux contribuer la ralisation de cet idal de paix et de bonne entente internationale vers lequel nous marchons tous et que nous finirons bien par atteindre.


EN POSANT LES JALONS...
31
C'est prcisment dans cet esprit que j'ai voyag. Je suis venu pour confrer amicalement et loyalement avec votre grand Prsident au sujet, notamment, de toutes les questions qui se rattachent la dsoccupation militaire du Territoire Hatien.
Vous savez que, en vertu du dernier Accord intervenu entre les deux Gouvernements, c'est au mois d'Octobre prochain que les Marines doivent laisser Hati.
Nous avons pens que, en raison des exccl lentes dispositions de l'Administration du Prsident Roosevelt envers le Gouvernement et le Peuple Hatiens, aucun moment n'tait plus favorable pour travailler, avec la bonne volont qui nous est commune, apporter le--solutions galement dsires par les deux Gouvernements toutes les questions pendantes entre Hati et les Etats-Unis.
On est convaincu, l-bas, que les Etats-Unis sortiront d'Hati en beaut, c'est--dire qu'ils n'hsiteront pas donner la mesure de tout le bien qu'ils peuvent faire un Etat voisin, lorsqu'ils en trouvent l'occasion, et qu'ils donneront Hati cette chance, en recouvrant sa Souverainet intgrale, de partir de nouveau avec une situation financire solide, une si-


32
EN POSANT LES JALONS...
tuation administrative stable et une amlioration d'ensemble de toute son conomie nationale, par une production ranime et mieux organise, en vue d'assurer au Pays de longues annes de paix et de prosprit.


EN POSANT LES JALONS...
33
CABLOGRAMME ADRESSE DE NEW-YORK, A L'OCCASION DE LA COMMEMORATION DE L'ANNIVERSAIRE de la
MORT DE TOUSSAINT-LOUVERTURE New-York, le 7 Avril 1934.
Ministre Laleau, Port-au-Prince, Hati.
Ce matin du 7 Avril, tout mon cur et toute ma pense rembarquent vers la terre natale, pour se mler au peuple assembl et glorifier avec mes chers concitoyens la mmoire de Toussaint-Louverture. A la veille de la libration du territoire, c'est le gnie du grand prcurseur qui doit clairer les voies nouvelles de la libert hatienne. Aujourd'hui, comme hier, lorsque Toussaint, avant 1804, nous initiait aux pratiques du Gouvernement, c'est par l'ordre, le travail et la paix que la dernire preuve nous aura grandis et qu'en ralisant toutes nos aspirations nationales nous chapperons, pour toujours, l'anarchie des-
En posant les jalons
Tome III


34
EN POSANT LES JALONS...
tructive des socits. Que sa grande ombre protge Hati et la conduise vers les glorieuses destines qu'il rvait pour notre Pays et notre Race.


EN POSANT LES JALONS...
35
A L'UNION PAN AMERICAINE, AU COURS D'UNE RECEPTION ORGANISEE EN L'HONNEUR DU PRESIDENT D'HATI
(Avril 1934)
Monsieur le Prsident,
Messieurs,
Il est naturel que ma premire parole soit une parole de remerciement trs sincre pour l'accueil magnifique et si cordial dont le Prsident de la Rpublique d'Hati est aujourd'hui l'objet de la part des reprsentants autoriss des Rpubliques amricaines ici prsents, assists de l'honorable Dr. Rowe, dont on connait partout, dans nos pays, le dvouement intelligent la cause de la bonne entente interamricaine. L'institution de l'Union Panamricaine tmoignait dj d'une volont de solidarit par un esprit de coopration constructive et de comprhension mutuelle entre les peuples de cet hmisphre. Il faut reconnatre que cet esprit s'est admirablement affirm par la politique de bon voisinage de l'administration du Prsident Roosevelt qui a trouv dans l'idalisme raisonn de l'honorable Secrtaire d'Etat Cordell


36 EN POSANT LES JALONS..,
Hull, la haute interprtation qu'il fallait, pour produire, dans le cur mme de nos masses respectives, la plus utile et la plus profonde des rsonances. Tout nous permet d'esprer, en effet, que la Vilenie Confrence Panamri-caine de Montevideo, dont Monsieur le Prsident de cette Assemble aura t le principal et le plus enthousiaste artisan, a pos le jalon dfinitif dans la voie ncessaire qui mne srement au respect des droits et des obligations des Etats dans cette partie du monde.
Je suis heureux de vous en remercier, Monsieur le Secrtaire d'Etat, au nom du Gouvernement et du peuple hatiens. Vous avez bien voulu rappeler, Monsieur le Prsident, au cours de votre allocution, des souvenirs historiques qui nous sont particulirement chers. Oui, c'est la main de notre grand Ption, franchement et loyalement tendue l'immortel Bolivar, au commencement du sicle dernier et sur la terre d'Hati, qui changea finalement les destines sud-amricaines, alors que, dj, nous avions apport une clatante contribution la cause de la libert des peuples, quand les huit cents fils d'Hati, sous la conduite du Comte d'Estaing, vinrent se battre et mourir Savannah pour l'indpen-


EN POSANT LES JALONS...
37
dance du Grand Pays o j'ai trouv, depuis quelques jours, une si amicale et si large hospitalit !
Si je rappelle ces faits, c'est qu'ils montrent bien le panamricanisme naissant, en mme temps que nos pays respectifs s'entr'aidaient pour leur commune mancipation, et que la doctrine de Monro, dans sa pure essence, formulait les principes qui prcisaient dsormais la situation internationale des territoires du Nouveau Continent.
Le Panamricanisme, qui a sa source dans nos origines mmes et qui est, par consquent, dans nos plus pures traditions, ne peut donc que se fortifier de plus en plus, sous les impulsions nouvelles qui lui sont donnes, par le dveloppement continu de relations de tous ordres destines difier sur des bases solides tout un avenir de paix et de prosprit pour les Nations qui se partagent la souverainet des Amriques.
C'est dans ces ides et dans ces sentiments que je vous remercie encore une fois, Messieurs, d'un accueil qui me rconforte en mme temps qu'il m'honore.


38 EN POSANT LES JALONS...
REPONSE AU DISCOURS DE BIENVENUE DU MAIRE DE PORT-AU-PRINCE
Mon voyage aux Etats-Unis au service des intrts du Pays. La propagande en faveur des produits hatiens s'ajouta ma mission pour la restauration des droits du peuple hatien.
Mon cher Magistrat,
Vous vous doutez bien, comme d'ailleurs tous ceux qui vous entourent, combien, aprs un long mois d'absence, je suis heureux de rentrer dans mon pays et d'y reprendre ma tche accoutume. Et vous savez certainement dj, par les nouvelles qui sont parvenues ici des Etats-Unis et puisque aussi vous voulez bien m'adresser, au nom de vos chers administrs, de si enthousiastes flicitations l'occasion de mon retour, vous savez dj que le voyage que je viens de faire est loin d'avoir t inutile. Il tait mme trs ncessaire, et son double objet politique et conomique a t rempli et a donn des rsultats. La politique et l'conomique sont au-


EN POSANT LES JALONS...
39
jourd'hui intimement lies. Ce sont deux surs jumelles qui ne se quittent pas, on pourrait mme dire deux surs siamoises. Nos intrts conomiques ne m'ont jamais paru moins dignes d'attention que nos intrts purement politiques, puisque, le plus souvent, et c'est bien notre cas, ceux-ci dpendent de ceux-l. Ces deux intrts se confondent, d'ailleurs, toujours dans l'intrt national bien compris. C'est pourquoi, pendant mon sjour aux Etats-Unis, et particulirement New-York, et chaque fois que mes proccupations ou mes occupations me le permettaient j'ai cru qu'il tait de mon devoir de parler de nos produits, des produits hatiens tels que caf, rhum, coton slectionn, figue-banane, toutes denres exportables qui sont absolument sres de trouver immdiatement un march trs intressant sur le territoire amricain, pourvu, bien entendu, que nous prenions les mesures ncessaires pour en assurer une production massive, pouvant satisfaire la capacit d'absorption de l'immense dbouch qui s'offre elles.
J'ai parl de ces produits dans toutes les runions qui ont t organises, tant New-York qu' Washington, en l'honneur du Pr-


40
EN POSANT LES JALONS...
sident d'Hati. J'en ai parl surtout aux groupes de journalistes qui venaient me voir de temps en temps. J'ai fait mieux. Je leur ai fait servir, chaque fois qu'ils venaient ou que je les invitais, du caf et du rhum d'Hati.
Que voulez-vous? A l'Htel Pierre, dans cette fameuse cinquime Avenue de New-York, o le Drapeau hatien a flott pendant prs de vingt jours, nous tions un peu en territoire hatien. Je ne pouvais donc offrir que des boissons hatiennes aux Amricains qui me faisaient le plaisir de me visiter. C'est ainsi que le rhum et le caf d'Hati ont circul, certains jours, sur toute la ligne. Et je vous assure, Messieurs, que ceux qui les ont dgusts en ont t ravis.
Que cette initiative utile n'ait pas t du got d'un de mes excellents amis d'enfance et de jeunesse un ami de quarante ans qui veille avec un soin vraiment trop jaloux sur la dignit de la fonction prsidentielle, et que co remarquable et distingu leader de notre Parlement ait cru devoir mme en faire l'objet d'une interpellation, j'en demeure navr. Mais je crois franchement que ce jeu innocent et pur du Prsident d'Hati ne valait pas cette retentissante chandelle.


EN POSANT LES JALONS...
41
Les produits en question sont les lments primordiaux de la richesse publique de ce pays. Il faut donc bien qu'on en parle pour que, l'intrieur, la production en soit augmente, et pour leur assurer des marchs l'extrieur.
Je n'tais pas all aux Etats-Unis pour faire valoir l'lgance d'une jaquette ou les trente six reflets d'un haut de forme, ni pour prendre des airs solennels et marcher au pas de l'oie au son des musiques officielles. Je faisais un voyage d'affaires. En quoi, en dfinitive, consistent nos affaires, dans l'ordre conomique et commercial? Elles ne se comprennent, pour le moment, que dans une production organise et intensifie de caf, de rhum, de coton-slectionn et de figue-banane.
Il fallait donc en parler, non seulement pour les faire valoir en tant que produits hatiens, mais encore pour qu'on pt leur faire un traitement spcial dans les accords commerciaux intervenir entre Hati et les Etats-Unis. Tout l'heure, en arrivant au Palais National, c'est un rhum que nous prendrons ensemble, mon cher Magistrat, pour vous remercier du beau discours que vous venez de m'adresser. Et ce rhum, je le pren-


42
EN POSANT LES JALONS...
drai avec tous ceux qui seront l. Ce sera, comme nous disons habituellement, le rhum de l'amiti de la grande amiti hatienne enfin retrouve, je l'espre, dans la paix, l'ordre, le travail et la nouvelle indpendance Nationale.


EN POSANT LES JALONS... 43
PROCLAMATION DU 20 MAI 1934
Vers la fin du Contrle de nos Finances par le Gouvernement des Etats-Unis d'Amrique
Concitoyens,
Au cours des ngociations qui ont eu lieu Washington, entre l'honorable Prsident Roosevelt et moi, et qui se sont droules dans une rconfortante atmosphre de cordialit et de confiance, il a t dcid de mettre enfin un terme au contrle de nos finances par le Gouvernement des Etats-Unis d'Amrique. C'est pour atteindre cette haute fin nationale qu'appelaient de leurs vux tous les vrais patriotes, commencer par les honorables Membres des deux Chambres, que mon Gouvernement, en parfait accord avec celui des Etats-Unis, a envisag et ralis le rachat de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati, seul moyen sr, dans les circonstances prsentes, de nous dgager dfinitivement, et sans dlai des liens politiques, de l'Emprunt de 1922.


44 EN POSANT LES JALONS...
Ce contrat sign le 12 Mai de cette anne vient d'tre dpos sur les bureaux de la Chambre des Dputs et du Snat de la Rpublique. Ce qu'il apporte, c'est la libration totale de notre Pays. Nous voil donc au seuil de la dernire tape franchir. Le Gouvernement n'entend la franchir qu'avec l'approbation entire et raisonne de tout le peuple de ce pays, et l'harmonieuse collaboration de ses mandataires constitutionnels. C'est pourquoi le projet d'acquisition de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati par l'Etat, comportant un aspect technique assez marqu, mon Gouvernement s'est mis et se tient encore la disposition de tous les Corps de l'Etat, de la Presse, de chaque citoyen en particulier, pour les renseigner sur le mcanisme, le fonctionnement, la mise en vigueur de la nouvelle organisation de la Banque. Ce qu'il importe de retenir ds maintenant ce sujet, c'est que cette organisation, tant donne la position respective des deux Gouvernements dans la question, devait revtir un caractre spcial jusqu'au remboursement ou au rachat de l'Emprunt de 1922. Par la garantie qu'elle offre aux porteurs des Titres de cet Emprunt, elle satisfait le point de vue intangible duGou-


EN POSANT LES JALONS..
45
vernement amricain, de mme qu'en nous permettant de reprendre la libre administration de nos affaires financires, elle ralise vos desiderata et donne pleine satisfaction au point de vue du Gouvernement hatien.
De plus, la Banque, devenue proprit de l'Etat Hatien, pourra tre un lment important et dcisif dans toute combinaison avec un groupe financier quelconque pour faciliter rapidement une opration de rachat de l'Emprunt de 1922 et pour devenir, avec un amnagement spcial fixer ventuellement avec de nouveaux prteurs, une vraie Banque de dveloppement conomique et commercial, offrant toutes les garanties dsirables aux affaires publiques et prives, et faisant participer l'Etat ses bnfices.
C'est un rsultat inespr que nous n'avons pu obtenir que grce aux bons offices du Gouvernement Amricain, et tout particulirement de son prestigieux Chef, le Prsident Roosevelt, qui a mis toute sa bonne volont nous aider sortir de notre double tutelle conomique et politique.
A ce tournant grave de la vie nationale, la veille d'entreprendre cette ultime monte vers la Libert, mon Gouvernement compte


46
EN POSANT LES JALONS...
sur la totale adhsion de tous les citoyens conscients de leurs devoirs et qui savent quel prix s'attache l'Indpendance de la Patrie. D'ailleurs, si nous dclinions cette dernire transaction qu'a bien voulu accepter et patronner le Gouvernement des Etats-Unis d'Amrique, il ne nous resterait plus que la perspective douloureuse d'un contrle et d'une hypothque sur nos droits les plus prcieux et qui devraient durer jusqu'en 1944, poque laquelle l'emprunt, suivant le rythme qui lui a t imprim, serait entirement et normalement rembours. Et il est peu prs certain car il faut que, comme d'habitude, je vous dise toute la vrit que le Gouvernement Amricain, qui nous sommes lis par des engagements antrieurs mon arrive au Pouvoir ceux de 1919 et de 1922, n'envisagerait plus avec nous, aprs cette dernire tentative qui tmoigne de son vidente bonne foi, le difficile problme de la fin du contrle financier qu'il exerce actuellement en Hati.
J'ai rapport, c'est en toute conscience que je le dis j'ai rapport le maximum de ce qui pouvait tre obtenu. Et cela n'a pas t sans peine, car le partenaire, lui aussi, avait des intrts dfendre; il avait sauve-


EN POSANT LES JALONS...
47
garder la garantie qu'il avait donne aux prteurs de 1922, obligation pour l'excution de laquelle il demeure intransigeant.
J'ai l'absolue certitude que le Corps Lgislatif, aussi soucieux que le Gouvernement de la Rpublique d'assurer au Peuple d'Hati une destine digne de son pass et de ses aspirations, se mettra la hauteur de la situation qui s'impose si nettement son patriotisme et ses responsabilits. C'est son vote qui permettra au Gouvernement Hatien de signer avec le Gouvernement Amricain le Trait appel abroger formellement celui de 1915, et tous les Protocoles et Accords qui en dcoulent directement ou indirectement.
Concitoyens,
Le Gouvernement, dans la pleine conscience de ses propres responsabilits, vient de mettre la dernire main l'uvre de la Libration, telle que la conoivent vos lgitimes et patriotiques revendications. C'est avec une satisfaction sans mlange qu'il considre la tche accomplie, et c'est en toute confiance qu'il attend la dcision du Corps Lgislatif. Il a le ferme espoir que vos reprsentants examineront le projet qui leur a t soumis en pleine harmonie avec le sentiment populaire et le


48 EN POSANT LES JALONS...
haut esprit national avec lequel il a t ngoci par le Pouvoir Excutif. Et ce sera pour le seul profit et la plus grande gloire d'une Hati redevenue libre et qui, dsormais, matresse de ses destines, ayant enfin rsolu ses plus dlicats problmes extrieurs, y compris la vieille question des frontires, pourra, avec ses seuls moyens, se livrer exclusivement, dans la paix et le travail, la grande uvre de rgnration nationale.


EN POSANT LES JALONS...
49
A LA CEREMONIE DE REMISE DE DECORATIONS A LA LEGATION DE FRANCE
(30 Mai 1934)
La cordiale amiti franco-hatienne au service des intrts commerciaux des deux pays.
Monsieur le Ministre,
Vous tes un ngociateur heureux. Et si demain l'envie vous prenait d'crire vos mmoires, je suis absolument sr que l'crivain serait la taille du diplomate. J'hsite un peu, cependant, en dire autant du mmorialiste...
Votre Excellence vient, en effet, d'voquer, avec un bonheur d'expression dont, seuls, ont le secret, les hritiers des grandes cultures et des grandes traditions, la signature de l'Avenant du 10 Mars dernier, les ngociations qui l'ont prcd, les rsultats qu'il faut en attendre. Mais, trop dlicatement, je pense, vous avez oubli, Monsieur le Ministre, que, pour atteindre ce but, il fallait tre deux, qu'en face du ngociateur hatien il y avait le par-


50
EN POSANT LES JALONS...
tenaire franais, et que ce fut ce dernier qui, pour la plus grande part, assura le succs des conversations, grce une large comprhension, non seulement des questions techniques de ce projet, mais encore de l'ensemble de tant d'autres problmes qui constituent le climat de deux collectivits dont les affinits morales et spirituelles sont si nettement marques.
Affinits qui, depuis longtemps, dj, d'ailleurs, s'affirment, mme dans la vie de chaque jour, lorsque, par exemple, la fin de vos repas, ce moment o, selon le mot de Rostand, tous les esprits deviennent aristos, des lvres franaises sirotent, en devisant d'art, de politique ou de littrature, notre excellent caf d'Hati, ou lorsque, sur les tables haitiennes, vos vieilles provinces, avec leurs noms harmonieux, s'voquent: la Bourgogne, tandis que passent ses Chambertin, ses Pommard ou ses Corton, la fois moelleux et corss; la clbre Guyenne, avec ses Graves aimables et ses Sauternes engageants; la riante et pittoresque Touraine, avec ses Vouvray, ses Bourgueil et ses Chinon, si dlectables ; la Champagne et ses vieux crs renomms qui, depuis des sicles, sont complices de toutes les joies humaines;


EN POSANT LES JALONS...
51
toutes celles enfin d'o viennent ces exquis vins de France, qui marient, dans nos veines, le velout de leurs soleils fondus avec les clairs soleils de notre belle Antille bleue...
C'est galement au cours de ces instants dlicieux, et trop rares peut-tre, que nous rembarquons de notre ct et avec quel entrain vers votre incomparable littrature, et que l'on entend commenter quelques-uns de vos bons potes, depuis ce Ronsard si prcieux, qui prtendait que son
Cerveau n'est jamais bien sain Si beaucoup de vin ne l'abreuve,
jusqu' ce Raoul Ponchon, la verve robuste, dont la Muse, au Cabaret ne sortait pas, en somme, de son domaine propre, et qui professait que, s'il
... ose lever la voix Dans le tumulte de la Vie, Ce n'est que pour clbrer Le Vin et l'Amour Et l'amour de sa mie
Si, pour mener bonne fin une ngociation, on ne devait considrer que les sentiments intimes des ngociateurs, certes, nul plus que moi et ceux qui, pendant cette priode, furent pour mon Gouvernement des collaborateurs si intelligents et si avertis,Monsieur Lon Laleau,


52
EN POSANT LES JALONS...
Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures, et Monsieur Lucien Hibbert, alors Secrtaire d'Etat des Finances, n'taient plus qualifis pour les entretiens qui ont abouti l'Accord du 10 Mars. Tous trois, nous avons gard, de votre doulce France et ce fut notre seul mrite, d'inoubliables souvenirs et la nostalgie d'heures qui ne peuvent avoir t vcues que chez vous. Nul plus que nous, par consquent, ne pouvait dsirer davantage toute ralisation qui, sauvegardant les intrts de notre pays, contribuait, en mme temps, fortifier et resserrer les liens qui l'unissent si heureusement votre belle Patrie.
La grande dignit que nous confre le Gouvernement de la Rpublique Franaise augmente encore notre gratitude envers votre pays, gratitude aussi profonde que sincre, et dont Votre Excellence voudra bien transmettre l'expression son Gouvernement.
Le peuple hatien voit dans cette haute marque d'estime confre son Chef une nouvelle preuve de l'amiti de la France pour une petite Nation qui s'est toujours inspire de son grand idal de justice internationale et de fraternit humaine et qui, passionnment attache sa langue, s'est toujours abreuve


EN POSANT LES JALONS..
53
sa culture, source incomparable de beaut et de logique.
En vous remerciant, Monsieur le Ministre, des vux que vous avez formuls pour le peuple hatien et de l'affection sincre que vous lui tmoignez, je lve mon verre Son Excellence Monsieur Albert Lebrun, Prsident de la Rpublique Franaise, au succs de votre dj fructueuse mission en Hati, et la prosprit de la France.


54
EN POSANT LES JALONS...
A L'ENTREVUE DU CAP-HAITIEN
ENTRE LE
PRESIDENT F. D. ROOSEVELT
ET LE
PRESIDENT VINCENT
(Le 5 Juillet 1934)
L'Histoire se rpte, et ce second Vertires, trs pacifique cette fois, ce Vertires souriant, ce Vertires en dentelles, se droule dans le mme cadre que le premier, au milieu des mmes paysages qui virent le dernier grand fait d'armes de nos Pres, en Novembre 1803...
Monsieur le Prsident,
La joie, la trs grande joie que nous prouvons aujourd'hui de vous souhaiter la bienvenue est d'une qualit particulire, et, sans effort, elle gale certainement l'inapprciable honneur que vous nous faites de visiter la terre d'Hati. C'est une joie lgitime, et que justifient avec clat les vnements en cours, une joie qui prend sa source ces profondeurs mmes de l'me o s'laborent les plus purs sentiments de gratitude et de reconnaissance. Nous ne pouvons pas oublier, en effet. et ce pays n'oubliera jamais que c'est


EN POSANT LES JALONS..,
55
votre politique personnelle, cette politique de bon voisinage que votre administration a si gnreusement inaugure dans ses rapports avec les autres Etats de cet hmisphre, que nous devons d'tre, cette heure, au dernier palier par lequel nous accderons bientt notre Souverainet intgrale et dfinitive.
J'ai gard, de nos conversations Washington, le plus prcis et le plus agrable des souvenirs. La sympathie avec laquelle vous avez accueilli et rconfort les aspirations du petit peuple dont j'tais le mandataire, la juste et large comprhension que vous avez montre de ses besoins immdiats et de tout ce qui peut assurer son bien-tre dans l'avenir, faisaient de Vous moins un ngociateur qu'un Grand Ami de la cause de notre Indpendance et de notre prosprit. Je suis on ne peut plus heureux de le rappeler publiquement, en ce jour de fte, et de vous en remercier au nom de mes compatriotes runis ici, au nom des mandataires autoriss de la Nation, et au nom de tous ceux qui, de prs ou de loin, participent l'hommage que le Gouvernement de la Rpublique a tenu rendre son illustre visiteur, dans cette ville du Cap-Hatien que le destin semble avoir marque dcidment pour


56
EN POSANT LES JALONS...
la conscration de nos plus grands vnements nationaux. Voici, en effet, que l'Histoire se rpte, et que ce second Vertires, trs pacifique cette fois, ce Vertires souriant, ce Vertires en dentelles, se droule dans le mme cadre que le premier, au milieu des mmes paysages qui virent le dernier grand fait d'armes de nos Pres, en Novembre 1803...
Des trois points essentiels qui ont fait l'objet des conversations de Washington, deux sont dj des ralisations, du ct, du moins, du Gouvernement Amricain, qui a fait l'effort ncessaire en vue de la cessation de son contrle financier dans ce pays, et qui, spontanment, nous a offert de nous cder si gracieusement une bonne partie du matriel d'quipement qu'il possde en Hati. L'uvre est donc en voie de perfection, et votre troisime promesse sera bientt un fait accompli. Votre Excellence nous avait, en effet, laiss esprer que, aussitt qu'Elle aurait l'autorisation demande au Congrs pour conclure des Traits et accords commerciaux et modifier, selon les circonstances, les dispositions de son tarif des douanes, Elle envisagerait, dans le mme esprit de justice et de bon vouloir qu'Elle a ap-


EN POSANT LES JALONS...
57
port au rglement de la question du contrle financier, un traitement spcial pour certains de nos produits.
Comme les pouvoirs sollicits viennent de Lui tre accords, j'ai la certitude que nous signerons bientt l'Instrument diplomatique qui fixera ces avantages douaniers et que les principales denres et marchandises hatiennes iront dsormais, plus facilement, vers le vaste march amricain qui, par sa proximit, par sa capacit de consommation et par la rapidit actuelle des communications, constitue pour notre commerce d'exportation un dbouch presque naturel.
Voil, Messieurs, ce que nous devons la politique librale et gnreuse du Prsident Roosevelt et ce que nous sommes en droit d'en attendre. Aussi, en le remerciant de sa visite mmorable, en le remerciant de tout ce qu'il a fait et de tout ce qu'il, peut faire encore pour notre cher petit pays, ai-je la conviction d'tre, une fois encore, le porte-parole de la nation entire, et le fidle interprte de la pense intime de chaque citoyen hatien.
C'est pourquoi je lve mon verre avec enthousiasme et vous demande, Messieurs, de


58
EN POSANT LES JALONS...
lever vos verres au Prsident Roosevelt et la prosprit toujours croissante de la Grande Nation amie dont il dirige les destines.


EN POSANT LES JALONS...
59
REMISE DE DIPLOMES AUX CADETS DE L'ECOLE MILITAIRE
(14 Juillet 1934)
L'enjeu est formidable. Il s'agit de l'avenir national. Il s'agit de nous maintenir dans les voies vitales qui doivent l'assurer dfinitivement.
Messieurs les Officiers,
La crmonie de ce jour emprunte aux circonstances actuelles une importance particulire.
En rpondant encore une fois l'appel de Monsieur le Gnral Commandant de la Garde d'Hati pour vous apporter la rcompense de vos efforts et la conscration de votre mrite, je ne peux m'empcher de penser au grand vnement qui vient de s'accomplir et qui fait de notre force publique, aujourd'hui rajeunie, instruite et organise, la premire garante de la Nouvelle Indpendance Nationale.
L'Indpendance de ce pays est dsormais presque tout entire entre vos mains. C'est votre action, d'abord, qu'il appartient de la fconder pour la consolider et pour raliser les esprances de la Patrie.


60
EN POSANT LES JALONS...
Il s'agit de conserver l'hritage et d'en augmenter sans cesse la valeur. Rappelez-vous toujours que le vrai moyen l'unique moyen pour y arriver c'est la paix, cette indispensable paix qui s'impose nous plus que jamais et dont vous devez tre les plus enthousiastes artisans. C'est autour de cet axe essentiel que vos jeunes activits vont bientt tourner, et c'est dans vos curs pleins de promesses et d'Amour que je vous demande de trouver le ciment spcial fait de toute la force et de toute l'angoisse de votre idal pour construire l'difice qui attend vos cerveaux et vos bras, et par quoi notre destin sera la fois clair et fortifi.
Le problme n'est peut-tre pas si complexe qu'il en a l'air. Dans les divers milieux o vous serez appels exercer vos devoirs militaires, avec la haute comprhension de la force que vous personnifiez, vous trouverez heureusement, dans l'ensemble, un pays absolument sain dans ses lments les plus vitaux. Les masses rurales, qui forment, en effet, les neuf diximes de notre population, n'aspirent qu' l'ordre et la paix pour la scurit de leur travail et de leur mieux-tre. Votre tche,


EN POSANT LES JALONS...
61
qui consistera surtout les aider et les protger, sera ainsi plus aise et plus efficace.
Quant aux ternels tenants de l'ignoble industrie politicienne, si, ce qu' Dieu ne plaise, ils tentaient de dpasser les limites permises pour se livrer leurs instincts de rvolution ou d'anarchie, l'inbranlable volont du Gouvernement et la rigoureuse discipline de votre organisation y mettraient bon ordre avec tout l'esprit de dcision et d'exemplarit qu'exigeraient les circonstances.
L'enjeu est formidable. Il s'agit de l'avenir national. Il s'agit de nous maintenir dans les voies utiles qui doivent l'assurer dfinitivement.
Charg de la suprme responsabilit de l'Ordre public pour des fins si leves, la Nation hatienne peut compter que je ne faillirai pas ce devoir sacr...


62 EN POSANT LES JALONS..
CEREMONIE D'INSTALLATION DU
PREMIER COLONEL HATIEN comme Commandant de la Garde d'Hati (1er. Aot 1934)
Le Pays n'entend pas tre une nouvelle fois du et humili. La faillite des dfenseurs de l'ordre nous conduirait fatalement la plus honteuse et la plus mortelle des anarchies, Vous maintiendrez l'ordre parce que d'abord, c'est votre devoir et qu'aucun officier hatien n'a le droit de se drober un devoir.
Monsieur le Commandant,
En exprimant une dernire fois M. le Gnral Vogel nos plus sincres remerciements pour l'uvre qu'il a accomplie dans la Garde d'Hati, et en lui souhaitant de tout cur tout le succs qu'il mrite dans la poursuite de sa noble carrire, je suis heureux de vous apporter mes flicitations personnelles aussi bien que celles du Gouvernement au moment o vous venez d'tre investi du commandement de nos troupes.
Je veux simplement ajouter un mot: c'est la confiance pleine et entire que nous avons et que le pays tout entier partage avec nous que vous saurez, avec l'aide effective


EN POSANT LES JALONS...
63
et la collaboration loyale des officiers qui vous entourent, non seulement maintenir l'organisation sur le pied splendide o elle se trouve actuellement, mais la fortifier, la consolider, la perfectionner de plus en plus, pour qu'elle soit constamment la hauteur des tches que des circonstances spciales imposent notre force publique organise.
Pour le moment, ces tches diverses peuvent se rsumer en une seule, essentielle, inluctable, vitale: celle de fconder la libration nationale enfin venue... Dans l'affirmation actuelle de tous les espoirs, ce sont les garanties d'ordre, de paix et de travail que vous incarnez qui en constituent les principaux lments.
Le pays, qui n'entend pas tre, une nouvelle fois, du et humili, et qui allie le sens de son intrt sa foi dans l'avenir, vous a comme intgrs l'uvre de reconstruction nationale qu'il attend. De chacun des hommes qui font partie de votre organisation, il a fait un ouvrier permanent de cette uvre ncessaire. C'est qu'il a saisi d'instinct que le problme que nous confrontons d'abord et avant tout, l'heure o nous reprenons notre rang


64
EN POSANT LES JALONS...
dans la communaut internationale, est un problme d'ordre.
C'est sur l'ordre que reposent dsormais les assises de notre avenir, parce que, dans la crise pouvantable que traverse le monde, la faillite des dfenseurs de l'ordre nous conduirait fatalement la plus honteuse et la plus mortelle des anarchies.
Vous maintiendrez donc l'ordre, parce que, d'abord, c'est votre devoir de le maintenir, et qu'il ne saurait venir la pense de personne qu'aucun officier hatien, dans les circonstances actuelles, puisse se drober un tel devoir; parce qu'ensuite, c'est par l'ordre maintenu, et impos au besoin, que nous pourrons assurer l'organisation dfinitive de notre production et dvelopper nos ressources matrielles de faon nous permettre de crer les forces morales et sociales qui nous manquent; et parce qu'enfin vous vous souviendrez toujours que c'est l'esprit d'indiscipline, de trahison et d'inconscience de l'ancienne arme ouverte, d'ailleurs, priodiquement tous les aventuriers de la politique qui nous a valu, en dfinitive, tous nos dboires et toutes nos misres et qui a failli compromettre notre existence nationale elle-mme.


EN POSANT LES JALONS...
65
Pour atteindre les grands buts nationaux auxquels je viens de faire allusion, le Gouvernement et la Garde ont donc partie lie normalement et par la force des choses: l'un pour la dcision et l'autre pour l'action.
C'est cette exacte et juste comprhension de devoirs rciproques et de nos rapports ncessaires qui rpond aux vux les plus fervents de la Nation et qui sera dsormais la rgle de nos efforts et de notre collaboration.
En posant les jalons 3
Tome 111


66 EN POSANT LES JALONS...
REPONSE AU DISCOURS DU MINISTRE NORMAN ARMOUR
qui remet un Message de flicitations du Prsident Roosevelt, l'occasion des ftes qui marqurent le dbut d'une re nouvelle pour le pays, aprs la dsoccupation du territoire.
(21 Aot 1934)
Monsieur le Ministre,
Pour raliser de l'Histoire, les Forces immanentes, au moment dcisif, suscitent les ouvriers indispensables. A l'heure marque par elles pour la solution des problmes poss depuis 19 ans devant nos deux Pays, il y eut, Washington, le Prsident Roosevelt et, Port-au-Prince, Votre Excellence.
Dans son important discours du Cap-Hatien, l'Honorable Prsident des Etats-Unis d'Amrique a not que le premier lment de tout accord fructueux est la comprhension mutuelle. Vous avez, tout l'heure, rappel que le second en est la sympathie. Deux paroles profondes de vrit, et qui trouvent une clatante justification dans l'vnement que nous


EN POSANT LES JALONS..
67
clbrons aujourd'hui, et qui prouvent aussr que, lorsque ce sont des hommes de conscience qui sont l'un en face de l'autre, il se trouve toujours une place pour le cur dans les questions o entrent en jeu les intrts primordiaux de deux Pays. C'est parce que, l-bas, le Prsident Roosevelt s'est pench sur la question hatienne avec la volont de la comprendre, comme en tmoigne, une fois de plus, le message mouvant que vous venez de lire ; c'est parce qu'ici, vous l'avez tudie avec sympathie que la voil aujourd'hui rsolue, enfin.
Pour votre sympathie agissante et philanthropique, vous aurez avec vous, en quelque lieu que vous vous trouviez, demain, la pense de ce peuple, de tous ces amis dont vous avez parl avec tant d'motion gnreuse. Elle vous a dj intgr dans la phalange des aptres de notre cause, dont les efforts persvrants, dignes de la gratitude nationale, ont t les soutiens des revendications d'un petit peuple qui, faible, dsarm, mais appuy un pass de gloire et d'hrosme, s'arc-bouta, vingt annes durant, contre l'inexorable, refusant, et parfois contre tout espoir de dsesprer de la Justice et de l'Equit.


68 EN POSANT LES JALONS...
Ces revendications, les voici maintenant, l'une d'elles prs, toutes, des ralits clatantes. C'est le vu du Prsident Roosevelt, avez-vous dit, que soit aussi rsolue la question financire, ce qui mettra fin entirement toute participation trangre dans nos affaires intrieures. Ai-je besoin d'affirmer que c'est aussi le vu ardent de mon Gouvernement, de tout le peuple hatien, dont les mandataires, qui ont, eux aussi, travaill ce qui a t dj accompli, sauront interprter la volont?
Alors commencera je prends plaisir rpter les paroles mmes de votre Prsident, - cette re nouvelle, mane des relations normales, o, la dfiance du Pass, seront substitues la confiance et l'amiti. Epaule contre paule, solidaires dans leur idal de justice avec ceux des autres Rpubliques des deux Amriques, nos peuples considreront avec plus de srnit l'avenir mystrieux o va 8e jouer, avec la Paix du monde, le destin mme de la Civilisation Occidentale.


EN POSANT LES JALONS...
69
PAROLES PRONONCEES
AUX
CASERNES DESSALINES A la crmonie de l'Exaltation du Drapeau National le 21 Aot 1934
Je suis heureux et fier d'arborer aujourd'hui notre drapeau rouge et bleu sur ces casernes qui symbolisaient, jusqu'ici, la longue et douloureuse preuve de la Nation.
Au nom du peuple hatien, dont jamais, autant que ce matin, je ne me suis senti, aussi intgralement, l'interprte et le mandataire autoris, devant les trois Pouvoirs de l'Etat runis, dans une mme pense de foi patriotique, pour marquer solennellement le point de dpart d'une nouvelle Histoire de ce pays, fonde sur une nouvelle et imprieuse discipline nationale, en prsence des Reprsentants des Puissances amies, tmoins attentifs de nos efforts, de nos ralisations et de nos esprances, au nom de tous ceux qui, pieusement, sont morts pour la Patrie hatienne, au nom de tous les grands An-
I


70 EN POSANT LES JALONS...
ctres qui, il y a cent trente ans, l'avaient difie, cette Patrie, dans le fracas des balles et des mitrailles, et dont les ombres augustes, dsormais consoles, planent, cette minute d'allgresse unique, sur nos foules mues et recueillies, au nom des gnrations de demain qui se passeront successivement les flambeaux de la vie nationale et qui, emportes, elles aussi, dans la course accidente et ininterrompue de l'Humanit vers le Progrs, la Justice et la Vrit, claireront mieux, sans doute, les chemins de notre Avenir, je suis heureux et fier d'arborer aujourd'hui notre beau drapeau rouge et bleu sur ces casernes Dessalines qui symbolisaient, jusqu'ici, la longue et douloureuse preuve de la Nation.
Qu'il s'lve jamais dans la pleine lumire de notre ciel et qu'il soit dornavant l'emblme respect d'une petite Nation ayant la volont de vivre, la volont de vivre comme toutes les socits normales et organises, c'est--dire dans la Libert par l'Ordre, et dans le Travail, sous l'gide salutaire de la paix publique!...
Vive Hati Indpendante !


EN POSANT LES JALONS...
71
RECEPTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DOMINICAINE AU PALAIS NATIONAL
(3 Novembre 1934)
Voisins limitrophes, vivant sous deux ciels uniformment pareils et encadrs des mmes paysages, puisant aux mmes terres la mme sve, ayant bu des coupes identiques d'identiques souffrances, et nourrissant le mme idal de prosprit et de libert, Dominicains et Hatiens ne raliseront intgralement leurs destines jumelles que s'ils s'appuient, en toute confiance, l'un l'autre, pour continuer longer la voie lumineuse ouverte devant leur dmarche plus assure et plus alerte.
Monsieur le Prsident et Cher Ami,
C'est ce matin que, pour la premire fois, j'prouve aussi prcisment la grande misre des mots. Je les sens impuissants rendre la haute qualit de ma joie de vous recevoir dans ce Palais, de vous y souhaiter la bienvenue, et de vous remercier de votre visite, tant en mon nom personnel qu'au nom de mon Gouvernement et de tout ce peuple d'Hati qui, depuis hier, congestionne nos rues et nos avenues pour vous voir passer et vous marquer sa sympathie. C'est que votre arrive ici est d'une porte morale si grande qu'elle n'chappe


72
EN POSANT LES JALONS...
personne. Elle a le caractre solennel d'un Trait de fraternit indfinie qui, liant dsormais plus intimement nos deux Peuples, rend la paix et le bonheur de l'un tributaire de la paix et du bonheur de l'autre. Et il est juste qu'il en soit ainsi.
Voisins limitrophes, vivant sous deux ciels uniformment pareils et encadrs des mmes paysages, puisant aux mmes terres la mme sve, ayant bu des coupes identiques d'identiques souffrances, et nourrissant le mme idal de prosprit et de libert, Dominicains et Hatiens ne raliseront intgralement leurs destines jumelles que s'ils s'appuient, en toute confiance, l'un l'autre, pour continuer longer la voie lumineuse ouverte devant leur dmarche plus assure et plus alerte.
L'un de vos prcieux mrites est de l'avoir compris sans effort. La Nation Hatienne vous en sait un gr infini. Et ce qui en tmoigne de la manire la plus clatante, c'est l'accueil enthousiaste qui vous a t fait par le peuple de Port-au-Prince.
Cette rencontre, venant aprs celle du 18 Octobre de l'anne dernire, sera tout aussi fructueuse. Et je me plais croire qu'elle apportera une solution amicale et dfinitive aux


EN POSANT LES JALONS...
73
quelques rares problmes poss devant nos deux Gouvernements, et qu'ils tudient et approfondissent dans un esprit de plus en plus cordial, de plus en plus fraternel.
Dans ces pres conflits d'intrts qui sont le privilge des temps vertigineux de progr-que nous vivons, les meilleurs Ambassadeurs des Peuples sont encore ceux qui les gouvernent et portent, devant l'Histoire, la responsabilit immdiate de leur bonheur. Nous avons, vous et moi, commenc par le prouver, l'anne dernire. Nous achverons bientt cette uvre que les gens de bonne foi, dans nos deux Pays, compteront parmi les plus belles ralisations de nos deux Gouvernements. C'est sous ces heureux auspices, Monsieur le Prsident et Cher Ami, que le Peuple Hatien vous renouvelle, par mon organe, sa fiert et sa joie de vous avoir aujourd'hui comme son hte d'honneur.


74
EN POSANT LES JALONS...
AU CAP-HAITIEN
(27 Novembre 1934)
L'heure de la justice sociale a sonn et cette justice ne peut se raliser que par l'ordre et le travail, qui constituent fort heureusement, l'heure actuelle, les plus relles et les plus logiques aspirations de notre peuple.
La question de la Figue-Banane.Le Contrat de Banque. Tourisme.Trait de Commerce.Question de Frontires.
Mes chers amis,
Notre rencontre d'aujourd'hui est pres-qu'accidentelle. Sans doute, j'avais toujours promis d'apporter moi-mme l'hommage du Gouvernement aux mnes de Charlemagne Pralte ainsi que mon salut respectueusement mu la mre stoque et douloureuse qu'entoure, depuis longtemps dj, l'affection de tout un peuple. Mais il s'en est fallu de bien peu pour que, mes forces trahissant ma volont, ce voyage ft diffr. La besogne de ces derniers jours a t si particulirement crasante!... Et l'anne elle-mme, qui finit, si dure, si fourmillante de faits, si pleine d'Histoire!... Remontez-en donc le cours par la pen-


EN POSANT LES JALONS...
75
se et considrez un instant la somme d'vnements qu'elle contient, la somme d'efforts quotidiens et tenaces qu'il a fallu dpenser pour aboutir aux magnifiques rsultats que vous connaissez...
Ces rsultats demeurent le plus clair et le plus positif des tmoignages. Peut-tre y a-t-il des gens pour ne pas apprcier, sa juste valeur, un tel tmoignage. Que voulez-vous? Dans notre monde politicien, o il y a de pe-lites catgories la fois froces et ridicules, le dnigrement est dlibrment systmatique. C'est l'toffe dont leur vie est faite. Non seulement, on ne proportionne pas l'effort accompli l'importance du succs, mais on a adopt une tactique plus simple. Elle consiste, d'abord, minimiser l'effort, l'infini, pour ne pas avoir le reconnatre ou le dcouvrir, et ensuite, procd beaucoup plus commode, le nier compltement.
Il y a mieux. Vous vous rappelez certainement comment, pendant mon sjour aux Etats-Unis, o je m'tais rendu, au mois d'Avril de cette anne, pour des entretiens ncessaires avec le Prsident Roosevelt et touchant les intrts les plus vitaux de ce pays, entretiens, d'ailleurs, pralablement et diplomatiquement


76
EN POSANT LES JALONS...
arrangs, on tait all jusqu' souhaiter que le Chef de l'Etat subt les pires humiliations et qu'il ne rapportt de son voyage aucune ralisation d'ordre national. Les vux ardents des patriotes, que dis-je, des patriotes? des super-patriotes, c'est--dire de ceux qui se croient aujourd'hui plus patriotes que tout le monde, et qui, hier, taient, pour la plupart, des annexionnistes ou des occupationnistes notoires, ces vux incroyables, qu'ils exprimaient publiquement, un peu partout, par le colportage des nouvelles les plus abracadabrantes, inventes de toutes pices, et qui eurent mme un cho inattendu jusqu' la tribune de l'une des deux branches de notre Parlement, ces vux ne furent heureusement pas exaucs. Et ce fut, naturellement, une grosse dception pour ces super-patriotes. Ils avalrent une nouvelle fois leur bile, et il en rsulta, comme de juste, d'incurables jaunisses dans leurs rangs clairsems...
Vous vous rappelez aussi comment le peuple de Port-au-Prince, debout comme un seul homme, mon retour dans le Pays, fit une justice clatante de ces attitudes regrettables, pour ne pas dire honteuses, par l'accueil incomparable qu'il rserva l'Ambas-


EN POSANT LES JALONS...
77
sadeur de la Nation hatienne qui revenait de sa haute mission les mains assez pleines, et dont la seule prsence l'Etranger avait constitu pour notre cher petit pays, constamment bafou et presque perdu de rputation, une publicit extrmement large et de bon aloi qu'il n'avait jamais connue.
Ainsi donc, pour quelques-uns, le Gouvernement n'avait eu qu' se croiser les bras pour que toutes les alouettes de cette anne, y compris celle de la Libration du territoire, lui tombassent, rties et dores point, de notre beau ciel bleu. Il n'a eu qu' les croquer... Et mme, en croire ces beaux Messieurs, il a eu l'air de leur faire beaucoup d'honneur en les croquant... Et comme, pourtant, les faits sont indniables et qu'il a fallu quand mme les enregistrer on les mit seulement sur le compte des circonstances... et de la chance. Le Gouvernement n'avait pas soulev une paille pour amener ces rsultats, mais la chance lui avait encore une fois souri. C'est la chance qui avait agi pour lui.
Et des gens s'en allaient rptant:
Quel homme veinard quel homme veinard !
L'homme veinard, c'tait moi!


78
EN POSANT LES JALONS...
Je dois dire, cependant, qu'il m'est venu quelque rconfort, et du meilleur, au milieu de ces dpits et de ces injustices. J'ai trouv quand mme l'unanimit de mes amis de la Chambre des Dputs pour proclamer le tact et l'nergie que j'avais dploys pour faire triompher les desiderata de la Nation. Je saisis cette occasion de les en remercier publiquement et de leur en exprimer ma plus sincre reconnaissance. C'est la sance du 31 Aot de cette anne que, voulant consacrer, disaient-ils, par un acte officiel et solennel le vu populaire, ils votrent la Rsolution qui dclare que le citoyen Prsident de la Rpublique avait bien mrit de son pays. Au moins, ce jour-l, et grce mes amis de la Chambre des Dputs, ma ration quotidienne de crapauds vivants fut considrablement diminue.
Voil donc comment se cuisine l'histoire politicienne. Eh! bien, il y a d'autres petites histoires de la mme famille qui se cuisinent peu prs de la mme faon, avec, peut-tre, des sauces un peu plus longues... et plus pi-ces, de vritables sauces ti-malice, comme on dit dans notre savoureux crole...


EN POSANT LES JALONS...
79
En dehors du principal objet de mon voyage, si j'ai tenu cette fois, venir au Cap, malgr mes fatigues, malgr les pluies frquentes qui ont tant abm nos pauvres routes imparfaites, c'est aussi pour le plaisir, toujours nouveau, de vous voir... Car je pense beaucoup plus vous que vous ne le croyez. Et l'un de mes rves les plus chers, c'est de voir votre grande Cit historique reprendre son ancienne splendeur par le dveloppement normal des belles ressources agricoles et autres de votre rgion. C'est pour cela que j'ai sauv de la ruine dfinitive qui les menaait vos magnifiques monuments pour que votre incomparable Citadelle et l'imposante grandeur de votre Palais de Sans-Souci demeurent des attractions d'art et d'histoire, assurant ainsi, de votre ct, l'avenir de notre tourisme et les profits varis que nous pourrons en tirer.
C'est pour cela que j'ai fait entreprendre les travaux qui se poursuivent, en ce moment mme, pour l'achvement de votre superbe Cathdrale dont les gloires lointaines suintent encore travers les vieux murs.
C'est pour cela que, sous mon impulsion personnelle, la Direction Gnrale des Travaux Publics a travaill amliorer sans cesse


80
EN POSANT LES JALONS...
vos routes existantes, en ouvrir de nouvelles de temps autre, effectuer, par ci par l, des travaux de drainage, excuter un programme de constructions de maisons d'coles en commenant par celles de la Grande Rivire, du Trou, du Limbe, de Pilate, sans parler des agrandissements importants apports votre Ecole des Frres et des grosses rparations qui se font actuellement au march Cluny.
Et c'est dans ce but aussi que, ds la semaine prochaine, raffirmant ainsi notre sollicitude pour votre rgion, on ouvrira de nouveaux chantiers pour l'achvement du drainage de Duplaa, pour augmenter l'alimentation en eau potable de votre ville, tablir les routes de Morne Rouge la Plaine du Nord, de Carrefour Mnard Dondon, du Limbe au Borgne, du Limbe au Bas de Limbe et du Quartier-Morin Madeline...
Les ressources de l'Etat sont limites. Leur extrme modicit ne nous permet pas d'aller bien loin dans l'ordre des ralisations matrielles. Nous faisons ce que nous pouvons. Nous sommes pleins de bonne volont. Nous serions trs heureux de faire davantage et mieux... Mais notre rendement ne saurait d-


EN POSANT LES JALONS...
81
passer nos moyens. On semble l'oublier quel-quefois. C'est ainsi qu' la dernire session lgislative, il s'est trouv un honorable parlementaire pour s'crier trs srieusement, au cours d'une sance:
...Pourquoi donc le Gouvernement ne fait-il pas asphalter les routes de la Rpublique?
Ecras par cette demande, la fois lgitime et extravagante, M. le Secrtaire d'Etat des Travaux Publics ne put s'en tirer que par un sourire, mais un sourire qui tait toute une dialectique... Sa rponse fut reconnue satisfaisante, et l'on passa l'ordre du jour.
En tout cas, je peux dire que depuis qu'il y a des chefs d'Etat hatiens, et en mettant naturellement part votre grand Roi Christophe...
Excusez-moi, mes chers amis, j'allais commettre une petite vantardise devant vous. Vous savez bien que a n'est pas dans mes habitudes...
Les affaires de l'Etat n'ont aucun rapport avec la thaumaturgie. Elles s'accomplissent dans l'ordre des possibilits humaines. Et les Gouvernements ne se meuvent que dans les faits et les ralits. Sans doute, les grands desseins et les projets splendides ne leur sont


82
EN POSANT LES JALONS..
pas interdits. Mais ils sont obligs de les plier la loi des circonstances, des circonstances du moment. Et plus leurs vues sont larges et sincres, mieux ils voient les horizons qui limitent leurs perspectives et bornent leurs activits: C'est pourquoi il m'a toujours profondment rpugn de berner mon peuple avec des mots ou des promesses irralisables. J'ai constamment tenu mriter sa confiance par la vrit, mme quand cette vrit pouvait tre exploite contre moi par les adversaires l'afft. La vrit, en somme, est la suprme habilet, en politique comme en tout le reste. J'en ai fait ma mthode et mon systme. Et, croyez-moi, Messieurs, je n'ai pas lieu de m'en plaindre, car c'est cette mthode sre et ce systme honnte qui ont maintenu, jusqu' ce jour, la confiance du peuple dans mon Gouvernement, et qui lui assureront, jusqu'au bout, ce prestige et cette popularit qui dcouragent quelques-uns et exasprent certains autres... Les Gouvernements de demain ne pourront pas se passer d'une telle mthode et d'un tel systme. C'est en les appliquant qu'ils btiront la nouvelle Histoire de ce pays que nous voulons, je le crois, si diffrente de l'autre... Pendant plus d'un sicle, en effet, ce


EN POSANT LES JALONS..
83
sont les phrases grandiloquentes de nos lites responsables qui recouvraient de leurs atours le choc sanglant des ambitions, c'est le romantisme fumeux des plus creuses thories qui se substituait notre impuissance ou notre volont d'organiser l'Etat d'une manire adquate aux ralits et aux ncessits nationales, ce sont des dynasties d'loquences ou d'critures calamiteuses qui rgnaient, presque sans partage, sur ce malheureux pays, et l'ont abruti de misre et d'ignorance. Pendant plus d'un sicle, cette petite Rpublique antilenne n'a rsonn que du bruit de nos pathos et de nos ithos. Vous connaissez trop le rsultat dsastreux de ce torrent de paroles qui avait presque totalement submerg la nation. Tout ce verbe trompeur, prtentieux, passionn, vide, intress, s'tait fait, ds le lendemain de notre premire indpendance, massacre, incendie, pillage, guerre civile, misre, anarchie, et, finalement, inter vention trangre.
En conscience, ne faut-il pas que cela change? Aussi bien, lorsqu'on a regard la situation de ce pays bien en face, la seule conclusion, la conclusion fatale, qui s'impose nos rflexions, c'est que l'heure de la justice


84 EN POSANT LES JALONS...
sociale a sonn, et que cette justice sociale ne peut se raliser que par l'ordre et le travail, qui constituent fort heureusement, l'heure actuelle, les plus relles et les plus logiques aspirations de notre peuple.
Donc, travailler, c'est--dire produire. Tout est l, pour le moment. Les bases de notre production actuelle sont dcidment trop troites pour porter la charge de plus en plus pesante des besoins de l'Etat et de la socit. Il importe de les largir et de leur donner des fondations plus solides.
Notre petit budget, presque rigide, de six millions de dollars, plie dj sous le fardeau des services publics, impuissant donner le plein rendement qu'on pourrait attendre de leur organisation, faute prcisment de moyens disponibles. Il ne suffit pas d'avoir des ingnieurs, des mdecins hyginistes, des agronomes, des directeurs d'instruction publique, etc. Il faudrait aussi que les ingnieurs pussent construire des routes, de vritables routes, et non pas seulement ouvrir des chemins vaille que vaille pour donner quelque apparente satisfaction aux populations qui les rclament d'ailleurs grands cris, ces chemins, et s'en contentent, faute de mieux ;


EN POSANT LES JALONS.
85
il faudrait qu'ils pussent entreprendre des travaux de drainage et d'irrigation indispensables au dveloppement de notre agriculture, construire des wharfs et des quais, tablir la voirie et l'hydraulique des villes.
Il faudrait que le Service d'Hygine pt augmenter le nombre de ses dispensaires, les pourvoir de mdicaments, complter l'amnagement de nos hpitaux, en tablir d'autres, effectuer les travaux divers d'assainissement qu'exige partout le maintien de la sant publique.
Il faudrait que le Service de la Production Agricole pt avoir une quipe plus imposante d'agents, multiplier ses centres d'exprimentation, tablir des plantations modles de manire promouvoir les cultures reconnues propres chaque rgion et diversifier ainsi notre production.
Il faudrait que l'administration de l'instruction publique pt entreprendre la construction de maisons d'coles rurales et urbaines, les quiper comme il convient et dlivrer les instituteurs de leurs salaires de famine.
Voil des besoins indispensables. Il faudrait y satisfaire. Mais avec quoi?...


86
EN POSANT LES JALONS...
Je souris quelquefois lorsque j'entends mener grand bruit, dans la presse ou la tribune, propos de l'quilibre du budget, comme s'il s'agissait d'une de ces graves questions extrmement complexes qui proccupent actuellement les grands pays dont l'organisation conomique et financire a t si profondment trouble par la crise mondiale. Evidemment, le budget de l'Etat doit tre quilibr. C'est une ncessit classique. J'ajoute que nous y sommes tenus, et jusqu' nouvel ordre, par nos obligations internationales. Aussi, le Gouvernement est-il oblig de veiller ce qu'aucune inscription de dpenses, mme utiles, ne vienne dtruire l'quilibre budgtaire, et de le rtablir aussitt, lorsque, d'une manire ou d'une autre, il se trouve rompu.
Mais la question ne me parat ncessiter ni cette dbauche d'encre, ni ce flux de paroles, l'quilibre de notre budget tant, par la force mme des choses, presque automatique.
En effet, de quoi se compose-t-il, notre misrable petit budget de dpenses? Jetez-y un simple coup d'ceil et vous verrez, comme moi, qu'il est compos d'lments extrmement simples et auxquels on ne peut gure toucher. Des six millions et quatre cent mille


EN POSANT LES JALONS..
87
dollars qui en forment environ le total, il y a dj deux millions ou peu prs pour la Dette publique. Et de ce qui reste, il faut compter plus de quatre millions de dollars rpartis en indemnits, appointements, pensions, subventions et autres menues dpenses obligatoires... De telle sorte que nous ne disposons annuellement que de quatre ou cinq cent mille dollars peine pour pourvoir tous les besoins dont nous venons de parler. Ce n'est certainement pas la dixime partie de ce qu'il faudrait.
Je trouve merveilleux, me disait fort judicieusement, un tranger de marque, ce qu'on arrive faire dans ce pays avec si peu d'argent...
La Question de la Figue-Banane
Il nous faut donc faire de l'argent, le plus d'argent possible, pour rpondre au moins nos besoins les plus urgents. Tout se ramne cela, tout, y compris mme le dveloppement de notre instruction publique, cheval de bataille sculaire de ces dmagogues impnitents, court de vues pratiques, et qui ne grimpent priodiquement sur cette vieille haridelle fourbue que pour la traner, de temps en


88
EN POSANT LES JALONS...
temps, l'assaut de vagues lecteurs non avertis... Ce n'est pas, en effet, avec des mots qu'on construira nos maisons d'coles, qu'on relvera le salaire des instituteurs, qu'on fera venir dans ce pays les techniciens de l'enseignement dont le concours nous est encore ncessaire, et qu'on mettra notre population scolaire mme de profiter de l'ducation primaire que l'Etat est tenu de lui assurer. Ces choses-l ne se font qu'avec de l'argent. Et tout progrs, en gnral, est fatalement li des questions d'argent, la valeur des ressources d'un pays. C'est comme cela, mes chers amis, et nous n'y pouvons rien.
Et comme, malgr une formule inexacte laquelle on a fait nagure un sort dans notre milieu, il ne saurait y avoir d'Etat riche dans un pays pauvre, il s'ensuit que c'est plutt la fortune des citoyens qui fait celle de l'Etat. Or, la fortune prive est en fonction de la production organise, diversifie et intensifie, de l'change normal des produits, et des principaux facteurs qui conditionnent, en gnral, la production et l'change, c'est--dire la paix, l'ordre et la stabilit gouvernementale.
C'est un peu aussi, c'est mme beaucoup, pour me permettre de vous rappeler ces vri-


EN POSANT LES JALONS.
89
ts primordiales que je suis venu au Cap. Et, ce sujet, j'avais peut-tre plus le dsir de vous parler que vous n'aviez certainement celui de m'entendre. Un incident rcent, que quelques intresss ont voulu grossir dmesurment, me paraissait justifier l'utilit de ma dmarche. On m'avait pourtant dit que ne dit-on pas? on m'avait mme crit d'ici: ... Ne venez pas. On vous prpare, non pas seulement un accueil glacial, mais une bonne provision de pommes-cuites... ou plutt de figues-bananes pourries... On tenait, parat-il, me signifier, sous cette forme alimentaire, et en me cassant tout ce sucre sur la tte, que j'avais perdu la confiance d'un certain nombre de mes bons amis du Cap, et que tout le mal venait prcisment de cette figue-banane dont quelques-uns tiraient leur petite patate...
Il y a eu, certainement, un malentendu, puisque c'est, au contraire, pour assurer la patate de tout le monde, et surtout la patate mme du pays, que mon Gouvernement a pris en mains, depuis plus de deux ans, l'affaire de la figue-banane, pour en organiser, comme il convient, et la production et le commerce. C'est ce malentendu que je vais essayer de dissiper devant vous.


90
EN POSANT LES JALONS...
C'est peut-tre l'occasion de souligner, en passant, un travers de chez nous qui ne saurait se perptuer sans constituer, dans l'avenir, un rel danger social et politique.
Trop de nos concitoyens, qui veulent passer pour des informateurs clairs et des critiques avertis, ne se donnent mme pas la peine de comprendre les affaires parfois les plus importantes avant de porter leur jugement tranchant et sans appel. Au moins, s'ils cherchaient se renseigner honne source, ils seraient en mesure de connatre la vrit et de s'y conformer. Certains prfrent les racontars qu'ils recueillent de droite et de gauche. D'autres ont, sans doute, intrt fonder sur les ragots leur documentation suppose. D'autres encore colportent eux-mmes les fausses nouvelles qu'ils ont fabriques et les renseignements inexacts qui sont de leur cr, sans oublier, bien entendu, les petites infamies dont ils agrmentent le tout...
Quelle a t et quelle est encore la position du Gouvernement dans cette affaire de figues-bananes, considre du seul point de vue de l'avantage conomique qui peut en rsulter pour nous?


EN POSANT LES JALONS.
91
Ce qui proccupe le Gouvernement, c'est l'avenir de la production de la figue-banane, et, dans notre situation conomique actuelle, l'urgence qu'il y a l'organiser et la dvelopper de manire qu'elle constitue dsormais une nouvelle source de richesse et de prosprit pour ce pays. Pour y arriver, nous tions et nous sommes toujours disposs passer avec les Compagnies intresses des contrats o, en retour d'avantages spciaux qui leur seraient accords, elles s'engageraient, dans les rgions o devraient s'exercer leurs activits, d'abord acheter et exporter toutes les figues-bananes standard des dites rgions, et ensuite apporter, sous certaines conditions, une aide qui assure aux planteurs, aux petits planteurs paysans surtout, une production rgulire et profitable.
Etant donn que tout est spcial et dlicat dans cette industrie, production, coupe, manipulation, transport et commerce et que les conditions des marchs de consommation exigent un soin spcial dans la prsentation du produit, le contrle et la rglementation du Gouvernement s'imposent ipso facto pour l'application de mthodes de cultures et le bon fonctionnement de rouages commer-


92
EN POSANT LES JALONS...
ciaux adquats qui, seuls, peuvent garantir des rcoltes exportables et utilisables.
Il suffit de se rappeler que la figue-banane est une denre minemment prissable, et qu'elle doit tre vendue ds qu'elle est point, sous peine d'exposer le planteur une perte totale, pour se convaincre de la ncessit de ne pas en livrer le commerce aux seules convenances d'acheteurs qui seraient libres d'acheter ou de ne pas acheter, qui seraient libres mme de s'entendre pour acheter ou ne pas acheter, ou qui, agissant au seul gr de leurs intrts, se livreraient entre eux une lutte effrne lorsque les marchs sont favorables, ce qui n'aurait d'autre effet et un effet dsastreux que de favoriser l'exportation des bananes de qualit infrieure, de jeter ainsi le plus fcheux discrdit sur le produit du pays, et de rendre, par consquent, la vente de ce produit malais ou impossible lorsque les marchs seraient moins avantageux. De l, la haute utilit d'organisations spcialises et responsables, qui n'exposent pas nos planteurs et notre produit aux risques graves que je viens d'indiquer, et qui permettent la banane nationale de lutter honorablement avec


EN FUSANT LES JALONS...
93
celle des autres pays sur les marchs du monde o, dj, la surproduction est redoute.
Et c'est bien ce que le Snat de la Rpublique a compris lorsque, en me transmettant ses suggestions votes l'unanimit, pour en tirer tel parti que je jugerais convenable, il a autoris le Gouvernement s'entendre avec la Compagnie maritime et fruitire qui, offrant les meilleurs avantages aux planteurs, se chargerait d'acheter et d'exporter toutes les figues-bananes dans une ou plusieurs rgions du pays, et accepter, contre la garantie d'un fret mort, l'obligation de cette Compagnie d'acheter et d'exporter la quantit de rgimes standard de figues-bananes qui se trouverait quai dans les conditions loyales et marchandes.
Et lorsque l'un de vos Snateurs, mon ami, le Dr. Price Mars, intervient dare-dare pour interprter tout seul l'autorisation snatoriale et en rvler l'esprit ses lecteurs, il me semble que son habitude de se pencher sur des textes sotriques lui a fait confondre le style clair et prcis des considrants et des articles libells par ses honorables collgues avec quelque tablette aristotlique. Proccup, sans doute, d'effectuer, cette occasion, quelques


94
EN POSANT LES JALONS...
utiles rafrachissements de lisire, le distingu Snateur oublia d'clairer sa lanterne en indiquant 1 en vertu de quel mandat il a cru devoir parler au nom du Snat, et 2 les clauses du contrat sign par le Gouvernement avec la Haytian Fruit and Steamship Company qui lui paraissent en contradiction avec la dcision formule le 3 septembre de cette anne par le Grand Corps, et bientt suivie d'une Rsolution, plus large encore, de la Chambre des Dputs.
Heureusement que l'oncle ne parla pas toujours ainsi et qu'il a accoutum, depuis longtemps, ses nombreux auditeurs des dmarches plus sereines de son esprit...
Une autre raison pour laquelle la production et le commerce de la figue-banane ne peuvent pas chapper au contrle protecteur du Gouvernement, c'est la situation mme de ce produit et les conditions particulires auxquelles sa production et son commerce se trouvent assujettis.
Trois grandes Compagnies exploitent actuellement 90% de la production mondiale de la banane: La United Fruit, la Standard Fruit et la Jamaica Producers Association. Les deux premires ont partie lie, et la troisime est


EN POSANT LES JALONS...
95
indpendante. Notre banane n'intresse en ce moment ces Compagnies,je parle surtout des deux premiresque comme appoint, pour combler le vide laiss par deux ou trois pays de l'Amrique centrale qui leur fournissent de la banane en grande quantit, mais dont la production se trouve maintenant arrte par suite de cyclones, de grves ou de panama disease. C'est dire qu'elles sont indiffrentes toute production organise et permanente chez nous, et que la Standard, notamment, n'avait fait irruption sur notre march, hier encore ddaign par elle, que pour prendre tout prix, la figue-banane disponible et nous laisser en plan la premire occasion, et sans autre form de procs. Elle a d'ailleurs en Hati une petite histoire qui n'est pas banale et que je vais vous dire. Car je tiens vous renseigner le plus compltement possible, et vous montrer que, dans cette affaire comme dans toutes les autres, nous n'avons agi et nous n'agissons que dans l'intrt de notre pays.
Les simples individus sont assurment excusables de ne considrer que leurs intrts particuliers, leurs intrts du moment, et d'y conformer tous leurs mouvements ou toutes leurs activits. Mais un Gouvernement a


96
EN POSANT LES JALONS...
d'autres devoirs. Il est plac pour avoir de l'avenir dans l'esprit, prvoir toutes les calamits dont son peuple est susceptible d'tre la victime tt ou tard et le protger contre lui-mme, contre ses emballements inconsidrs ou ses incomprhensions mme agressives.
Il y a un peu plus de deux ans, un vice-prsident de la Standard arrive Port-au-Prince et nous soumet, aprs quelques changes de vues avec le Gouvernement, un projet de contrat pour l'exploitation de la figue-banane. Il repart quelques jours aprs, en promettant de revenir le plus tt possible pour la discussion du projet. Mais il ne revient pas et ne donne plus signe de vie. Je ne me dcourage pas. Je continue cette sorte d'apostolat que j'avais commenc quelques mois auparavant en faveur de la culture de la figue-banane. Tout le pays s'enthousiasme pour l'affaire. M. Brignac se prsente dans l'intervalle et nous demande de considrer un nouveau projet. Nous l'tu-dions, nous le discutons et nous le signons. Le projet est vot la Chambre presqu' l'unanimit. Il passe au Snat o il est rejet une stricte majorit d'une voix malgr le vu nettement exprim de tout le peuple qui travaille. La politique avait jou, l encore, son


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs