• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 L'obsession raciale et ses consequences...
 Discours, proclamations, "audiences"...
 Le glissement de la nation
 L'occupation Americaine
 Dans la tragique conjoncture
 L'action de redressement du gouvernement...
 Table of Contents
 Back Cover






Title: En posant les jalons
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094315/00001
 Material Information
Title: En posant les jalons
Physical Description: 5 v. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Vincent, Sténio, 1874-
Publisher: Imprimerie de l'etat
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1939
Copyright Date: 1939
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti   ( lcsh )
History -- Haiti   ( lcsh )
Economic conditions -- Haiti   ( lcsh )
Economic policy -- Haiti   ( lcsh )
Historia -- Haití -- 1844 ****
Condiciones económicas -- Haití
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: A collection of articles and addresses.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094315
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 03490326
lccn - 40014254

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    L'obsession raciale et ses consequences nationales
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Discours, proclamations, "audiences" et propos de nos chefs d'etat
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Le glissement de la nation
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
    L'occupation Americaine
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
    Dans la tragique conjoncture
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
    L'action de redressement du gouvernement de 1930
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
    Table of Contents
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
    Back Cover
        Page 429
        Page 430
Full Text
EN POSANT
LES JALONS...


Cet ouvrage est en vente l'Imprimerie de VEtat Rue du Centre au profit de la Fondation a"une nouvelle uvre de protection de Venfance ncessiteuse.


STNIO VINCENT
PRESIDENT D'HATI
posant les jalons
TOME PREMIER
INTRODUCTION
IMPRIMERIE DE L'ETAT PORT-AU-PRINCE, HATI 1939


Tous droits rservs


L'OBSESSION RACIALE
ET SES
CONSEQUENCES NATIONALES...




I
L'OBSESSION RACIALE
ET SES
CONSEQUENCES NATIONALES...
Dans la Prface de son livre, admirable de vrit, de clart et d'honntet, Une rvolution dans la paix, le grand homme d'Etat portugais, M. Oliveira Salazar, marque de traits lapidaires l'inanit et le poncif des exercices oratoires auxquels se livrent habituellement la plupart de ceux qui s'occupent des affaires publiques. Encore l'heure actuelle, dit-il, ce que l'on lit et entend dans beaucoup de pays au sujet de la libert, de la dmocratie, du parlement, des droits du peuple et de la fraternit universelle, tout cela est standardis au point que l'on pour-rait mettre en vente, comme on le fait pour les lettres d'amour, des recueils de discours prts tre prononcs dans toutes les cir-constances. Il faudrait en dire autant et mieux encore peut-tre de la vieille et truculente loquence politique hatienne. En dehors des tirades enflammes, sur la libert,


4
EN POSANT LES JALONS...
la dmocratie, les immortels principes, les droits du peuple (pauvre peuple!) il y avait toujours, dans les harangues locales, et de quelque sujet qu'on voult traiter les invitables couplets dithyrambiques sur nos va-nu-pieds sublimes et aussi et surtout ceux qui servaient l'exaltation de la race noire. On ne sortait pas de ces thmes propices aux phrases effet, et on les dveloppait dans toutes les occasions. Ecrivains, orateurs et potes paraissaient gnralement plus proccups de la race que de la Nation. Lorsque, pour tre la page, nous nous levons quelquefois, dans nos journaux ou dans nos discours, contre le racisme contemporain, nous semblons oublier que nous l'avons quelque peu invent. Nous mettions le pimetat ra-cique toutes les sauces. Nous avions, sans doute, de bonnes raisons pour cela. Le blanc, qui avait opprim nos pres pendant des sicles, demeura longtemps, en effet, notre bte noire... La distinction raciale une distinction de nature antagonique et mme de caractre juridique, constituait une de nos plus fires traditions patriotiques.
La Constitution impriale de 1805 disposait, en effet, que aucun blanc, quelle que


EN POSANT LES JALONS...
5
soit sa nation, ne mettra le pied sur le territoire titre de matre ou de propritaire et ne pourra l'avenir y acqurir aucune pro-prit. Cette disposition avait t reproduite l'envi dans presque toutes les Constitutions qui ont suivi celle de 1805. En principe, il s'agissait tout simplement d'exclure le Blanc de la nouvelle socit hatienne. Et pour que nul n'en ignort pour qu'il n'y et pas d'acception de couleur parmi les enfants d'une mme famille dont le Chef de l'Etat est le pre, notre premire Constitution croyait devoir ajouter que les Hatiens n seront dsormais connus que sous la dnomi-nation gnrique de noirs. ( 1 ) De telle sorte que les quelques groupes de Franais qui avaient chapp la terrible vengeance dessalinienne et que l'Empereur avait lui-mme naturaliss, de mme que les Allemands et les Polonais de Bombardopolis qu'il avait fait admettre en bloc la nationalit hatienne c'est--dire de purs Aryens, comme on dirait aujourd'hui se trouvaient, tout coup transforms en noirs par la seule vertu de la Constitution tout comme l'autre avait
(1) Article 14 de la Constitution de 1805. (Dispositions Gnrales).


6
EN POSANT LES JALONS...
baptis carpe un authentique poulet. Juridiquement parlant, en effet, ces blancs taient des noirs. On ne pouvait pas les dnommer autrement, puisqu'ils taient, dsormais, des hatiens. Tout cela est trs srieux et constitue un important chapitre de l'Histoire de notre Droit constitutionnel. Mais c'tait tout de mme pousser notre racisme un peu loin et lui donner un aspect la fois bizarre et, il faut le dire, assez imprvu...
D'autre part, le mariage du blanc avec une ngresse ou une multresse et vice versa tait virtuellement interdit. La Constitution n'avait pas os le prohiber en termes formels, mais les murs, plus fortes, la compltaient singulirement sous ce rapport. La disposition constitutionnelle concernant le mariage, avait, d'ailleurs, un sens nettement restrictif qui rpondait bien au sentiment populaire. Elle se bornait dire, en effet, que le mariage est un acte purement civil et autoris par le Gouvernement. (1) Elle s'harmonisait ainsi avec l'tat d'esprit ambiant, le mnageait osten-
(1) Art. 14 de la Constitution de 1805 (Dclaration prliminaire).


EN POSANT LES JALONS...
7
siblement au lieu de l'amliorer. Cet tat d'esprit raciste n'tait pas particulier au rgime dessalinien. On le retrouve encore vivace sous le Gouvernement du Prsident Boyer, bien que le code civil, qui venait d'tre promulgua en 1825, n'et dict aucune dfense de mariage entre un blanc et une ngresse ou un-multresse, et vice versa. Quoique, au sein de la Commission appele prparer ce code. crit Firmin, il y et des opinions mises dans le sens de cette prohibition, elles furent en minorit. Et le mme auteur rapporte, d'aprs les Souvenirs historiques du Gnral Bonnet, que, l'poque de la promulgation de ce code, un blanc voulut pouser, en justes noces, une ngresse avec qui il cohabitait ma-ritalement et dont il avait plusieurs enfants. Ceux qui voyaient dans ce mariage un fait anti-social protestrent avec clat. Ils ameu-trent une populace ignorante qui fit une manifestation idiote contre l'union lgale d'un blanc avec une ngresse. Boyer, cdant une pression, crivit l'Officier de l'Etat civil pour lui enjoindre de ne pas dresser l'acte de mariage. Ainsi, une simple lettre tablit l'exclusion que la loi n'avait pas ad-


s
EN POSANT LES JALONS...
mise; il fut ds lors consacr qu'un blanc ne pouvait pouser une native du pays. (1)
Il est assez curieux de remarquer que cette intolrance hatienne vis vis des unions entre Blancs et femmes de couleur se rvlait beaucoup plus rigoureuse que la prescription qu l'on trouve ce sujet dans le Code Noir de 1685. Car l'article 9 du fameux Code n'interdisait que le concubinage entre Franais et
(1) A. Firmin.Mr. Th. Roosevelt Prsident des Etats-Unis et la Rpublique d'Hati, page 3 3 5.
Cette situation dura jusqu'en 1860, poque laquelle le Gouvernement du Prsident Geffrard fit voter la loi sur le mariage entre Hatiens et trangers.
Cette loi, promulgue le 18 octobre 1860, dispose:
... Considrant que l'institution du mariage est trop sainte en elle-mme pour qu'elle ne soit pas encourage, protge et honore par tout peuple civilis ;
Considrant que le mariage entre Hatiens et trangers peut tre rgularis sans porter atteinte la loi fondamentale de l'Etat.
A rendu la loi suivante :
Article 1er.Le mariage entre Hatiens et trangers est autoris; il aura lieu dans les formes voulues par la loi civile, etc.
La Constitution de 1805 avait dfini le mariage: un acte purement civil autoris par le Gouvernement. Autoriser, c'est accorder permission. Il semble donc rsulter de cette dfinition, qu'il fallait avoir une autorisation administrative pour pouvoir se marier, laquelle autorisation, selon la conception de l'poque, ne pouvait tre accorde qu'aux hatiens.
L'article 1er de la loi de 1S60, en disant son tour que le mariage entre Hatiens et trangers, c'est--dire blancs, est autoris, avait voulu sans doute, dtruire dfinitivement une rpugnance absurde que le vieux racisme hatien entretenait jusqu'alors dans l'esprit public.


EN POSANT LES JALONS...
9
Ngresses. Si la fiance tait convertie la religion catholique leur mariage tait autoris.
Il est vrai que, en 1724, on revint sur cette autorisation, et qu'en 1778, l'interdiction s'tendit au mariage des Blancs avec des Multresses. (1) Je ne jurerais pas que, dans le peuple et en juger par certaine manifestation qui eut lieu, il y a quatre ou cinq ans, Port-au-Prince mme, on ne considre, aujourd'hui encore, comme un vnement trange, le mariage d'un blanc avec une hatienne noire ou d'un teint plus ou moins fonc...
(1) Ces mariages qui ne furent jamais dfendus St.-Domingue, taient frquents. Montholon dclare, en 1724, que si l'on n'y prend garde les Franais deviendront rapidement comme les Espagnols leurs voisins dont les trois quarts sont de sang-ml ; et Rochelard observe qu'au quartier de Jacmel tous les habitants le sont dj.
R. P. Cabon, Histoire d'Hati, tome I Chapitre XI, page 145.
Dans quatre mois, crit Mr. de Cussy en 168 8, il s'est fait vingt mariages d'habitants avec des multresses ou des ngresses. Le dsir des biens que l'espce noire acquiert plus aisment par conomie, constate longtemps aprs un autre gouverneur, dterminera en effet insensiblement tous les blancs qui, sans fortune, passent en ce sjour, en avoir par ces mariages avec des ngresses, mariages que les religieux desservant les cures ne font pas difficult, par principe de religion et souvent par intrt, de clbrer. Je me figure que devant Dieu ceste espce est reue gale la nostre et on ne peut par des ordres suprieurs empescher ces unions. Mais je pense


10
EN POSANT LES JALONS..
Pas plus tard qu'au dbut de cette anne, je lisais, dans un journal de Port-au-Prince, une information ainsi conue:
Dcidment, il n'y a pas assez d'hatiens, puisque, ds qu'il s'agit de former un comit d'organisation, il y faut fourrer des blancs.
Il s'agissait de critiquer le rcent Arrt du Gouvernement instituant l'Office National du Tourisme, Office dans la composition duquel on avait fait entrer quelques personnalits
que si le Roy dclaroit tous ceux qui feroient ces sortes de mariages et les suitts qui en viendroient inhabiles possder aucune charge, et qu'il fust en mme temps ordonn de faire servir dans la milice parmi les noirs ceux des blancs qui seroient unis des ngresses ou multresses, ce seroit un frein qui empescheroit ces sortes d'alliances. (1)
(1) Lettre de Mr. de la Rochelar, gouverneur, du 5 Juillet 1734, (Ibid, vol. XXXIII).A l'encontre d'une opinion assez courante, les mariages entre blancs et noires libres ne furent jamais dfendus Saint-Domigue. On vient de lire et on a vu plus haut (p. 65) des textes qui le prouvent. En voici un autre. En 1718, le sieur Cahouet, ayant pous une quarteronne et ce mariage ayant t attaqu, MM. de Chateaumorand et Mithon dclarent expressment que la loi ne dfend pas le mariage des blancs avec les ngresses, pourvu qu'elles soient libres, et qu'il faut chercher ailleurs une raison d'invalidit au mariage de Cahouet (Lettre du 11 Avril 1718, aux A.M.C., Corr. gn., Saint-Domingue, C, Vol. XV).L'dit de mars 1724 (art.6) dfendit, il est vrai, aux blancs de l'un et l'autre sexe de contracter mariage avec des noires peine de punition et d'amende arbitraire ; mais cet dit ne fut jamais appliqu qu' la Louisiane pour laquelle il fut promulgu (Moreau de Saint-Mry, Lois..., t. III, p. 88-95).
(Pierre de Vaissire St.-Domingue, p. 76).


EN POSANT LES JALONS..
11
trangres du Commerce et des Agences de transports maritimes et ariens, particulirement intresses au dveloppement du Tourisme dans ce pays.
Il en rsulte, et c'est bien dommage que si le racisme hatien tend disparatre, il y a encore, quand mme, un certain nationalisme troit qui en demeure, jusqu' maintenant, assez imprgn.
L'Etranger, entendez le blanc, n'tait pas non plus habile devenir hatien. La nationalit hatienne lui demeurait obstinment ferme, s'il n'avait pas dans les veines du sang africain ou indien. ( 1 ) Il a fallu arriver jusqu' la Cons-
(1) Extrait d'une dpche du Prsident d'Hati, au Gnral Francisque, Jacmel, sur les individus habiles rclamer la qualit d'Hatien.
... La Constitution ayant tabli que pour tre reconnu Hatien, il faut tre issu du sang Indien ou Africain, il est vident que ceux qui rclament cette qualit doivent fournir la preuve requise, c'est--dire, prsenter l'autorit des actes authentiques o leur origine soit constate, si, bien entendu, leur piderme ne la dmontre point d'une manire assez patente pour qu'on soit fix cet gard; car, une personne habitant Hati depuis un nombre d'annes plus ou moins grand, peut, par l'indiffrence ou par la tolrance complaisante des autorits, avoir t considre, dans la Socit, comme jouissant des droits attachs la qualit de citoyen ; elle peut avoir t patente comme


12 EN POSANT LES JALONS...
titution de 1889 pour qu'il ft enfin possible tout tranger, sans distinction de race, de devenir hatien par la naturalisation. Et encore, n'est-ce pas sans la mme rpugnance traditionnelle que ce principe fut vot l'Assemble Constituante des Gonaves. C'est grce une intervention nergique et d'ailleurs fort loquente de M. Firmin, qui fut, avec le clbre avocat Lger Cauvin, son adversaire le principal leader de cette Assemble, que 1 nouveau principe fut enfin admis.
Pour ma part, disait M. A. Firmin, l'As-semble constituante, j'estime que l'tran-ger, en demandant se naturaliser hatien, ne peut tre m que par un esprit de sym-pathie. En effet, en se naturalisant, il ne re-nonce pas seulement sa premire patrie,
tel, avoir t admise au service de la garde nationale, aux fonctions mmes de jur, sans que pour cela cette tolrance soit capable de lui donner un droit qu'elle n'a pas. et l'obtention duquel elle ne peut prtendre que par son origine Africaine ou Indienne. Ainsi, la question n'est pas de savoir si celui dont parle ma lettre sus prcite du 19, a joui inconstitutionnellement du droit d'Hatien, encore moins s'il a reconnu par devant l'officier de l'Etat Civil deux enfants comme Hatiens, ce que tous les trangers peuvent faire, si la mre de leurs enfants est Hatienne; mais bien d'tre convaincu ( dfaut de la preuve apparente rsultant de Ppiderme) qu'il est Hatien, ou habile le devenir, parce qu'il est issu du sang Indien ou Africain. Or, rien dans les pices produites, ne justifie que son pre fut de cette origine ; il reste reconnatre et constater que


EN POSANT LES JALONS...
13
mais il renonce encore tous les privilges que notre faiblesse nationale laisse ceux qui gardent leur caractre dextranit. Avouons qu'il faut tre un grand philan-thrope ou un ami dcid du pays, pour con-sentir l'abandon de tout cela dans le seul but de partager notre destine sociale et notre existence politique, avec tous leurs d-boires et toutes leurs misres...
En admettant le blanc comme le noir dans notre jeune socit politique, nous procla-merons un principe qui est devenu un article de foi de ce sicle: le principe de la frater-nit universelle. ( 1 )
En mme temps que nous levions un peu partout, l'intrieur du pays, de nombreuses
celle de sa mre garantit ses droits la qualit d'Hati. Si, d'aprs le nouveau rapport que vous me ferez concurremment avec le commissaire du Gouvernement, le Juge de Paix et le Conseil des Notables, cette qualit est acquise au rclamant, personne ne sera plus dispos que moi lui en assurer la paisible jouissance ; mais s'il ne peut faire valoir que des prtentions nes de la coupable tolrance des autorits, ou de l'oubli de leurs. devoirs, aucune considration particulire ne pourra me porter m'carter du texte comme de l'esprit de la Constitution.
Sign : Boyer
(Lois et Actes Linstant Pradine). Tome VI, page 497.
(1) Assemble Constituante Sance du 4 octobre 1889, Moniteur officiel, du 11 dcembre 1889.


14
EN POSANT LES JALONS...
et ncessaires forteresses pour lutter contre un retour ventuel et agressif des Franais et dfendre cette Indpendance si chrement acquise, nous tablissions, sur le terrain plus mouvant des murs, de vritables bastions ra-ciques par quoi nous pensions nous opposer l'infiltration de la race excre dans notre socit naissante. Cette obsession, cette hantise sculaire du blanc, nous a fait perdre le meilleur de notre temps chercher notre point d'appui dans une impossible et artificielle diffrenciation ethnique que nous voulions maintenir cote que cote dans nos lois et dans nos murs. Il en est rsult un orgueil de race que, malheureusement, en dehors du fait isol et glorieux de l'Indpendance conquise dans le fracas des armes, rien ne pouvait encore justifier.
C'est pendant que la jeune Rpublique se tranait pniblement dans les ornires si profondment creuses par notre politique de folies et d'aventures, et qu'elle ne pouvait pas en sortir, que nos intellectuels la plantaient l, pour courir aprs ces idologies creuses par quoi ils flattaient tour tour et dans un but trop souvent intress la purile vanit des foules. Notre idologie raciale, hlas tait


EN POSANT LES JALONS... 15
loin de rpondre aux humbles ralits dont notre peuple avait besoin pour vivre et se dvelopper. On plaidait brillamment la cause de l'galit des races, et ces procs acadmiques taient naturellement gagns haut la main. Les dfendeurs n'y attachaient qu'une vague importance spculative. Aussi est-ce pleines brasses qu'on nous rapportait les lauriers de ces faciles victoires de l'esprit qui nous grisaient outre mesure.
Sait-on ce que c'est que l'Acte de l'Indpendance d'Hati, d'aprs Hannibal Price, l'un de nos plus minents concitoyens? C'est l'acte de rhabilitation de la race noire, c'est aussi l'affirmation de l'identit de l'homme, et c'est enfin Ze relvement de la Croix du Christ foule aux pieds par les faux chrtiens d'Europe dans la coloni-sation de VAmrique. (1)
Or, l'Acte de l'Indpendance, tel qu'il fut sign aux Gonaves, par le gnral en chef de l'arme indigne et les autres chefs de l'arme, tait la fois plus modeste et plus raisonnable. Il consacrait la rsolution de rendre le pays indpendant, de jouir d'une libert consacre
(1) Hannibal Price De la rhabilitation de la race noire par la Rpublique d'Hati. Page 690.


16 EN POSANT LES JALONS...
par le sang du peuple de cette le et de combattre jusqu'au dernier soupir pour l'indpendance.
Quel dommage que cette claire conception de notre indpendance nationale n'et pas prvalu dans les faits et que nous n'eussions pas compris que notre tche essentielle tait d'organiser tout de suite le pays de manire assurer la vie normale d'une nation pour la fondation de laquelle n'avait t vers, en dfinitive, que le sang du peuple de cette le...
*
* *
Les potes s'en mlrent. Leur sensibilit toujours frmissante, se traduisit en rves grandioses. Tertullien Guilbaud formula, en vers nostalgiques, des visions lointaines.
Et de mon cur l'ternel vu
C'est qu'il flotte aux steppes d'Afrique
Notre beau drapeau rouge et bleu!(l)
C'est
Par les pleurs, les sanglots, de tous le noirs souffrants
qu'il jure, dans un autre pome, que son Pays
vivra...(2)
J'aurais compris que le pote et proclam sa foi profonde dans l'avenir de son pays et
(1) Tertullien Guilbaud Patrie, pages 123.
(2) Ibid .... Page 116.


EN POSANT LES JALONS...
17
qu'il et jur qu'il vivra par l'ducation et le travail de ses fils, par tout un dynamisme d'ordre et de discipline qu'il et fallu, ds le principe, infuser notre peuple pour qu'il pt se tenir debout parmi les nations... Mais que son imagination l'ait entran affirmer par les pleurs et les sanglots de tous les noirs souffrants! que son pays vivra, comme si le levain de ces substances lacrymales devrait suffire faire germer parmi nous les ides et les actions de progrs conomique et social qui conditionnent l'existence de l'Etat, j'avoue, en vrit, que je ne comprends pas...
Pour Massillon Coicou, Dessalines tait surtout
Le bras fort qui ceignit la race en agonie
l'homme qui rvait:
De donner sa race un vigoureux essor...
Et la mission d'Hati, de l'humble Hati
comme le pote le disait lui-mme, est
................................d'aider la race noire(l)
Notre mission primordiale n'tait-elle pas plutt de nous aider nous-mmes, et, sous l'gide de la libert nouvelle, de faire face aux multiples besoins de notre jeune socit, de les satisfaire au fur et mesure, de nous
'1) Massillon CoicouPosies Nationales, pages 97-98.


18
EN POSANT LES JALONS...
consacrer aux belles tches utiles qui taient aussi d'autres batailles et peut-tre de plus rudes offertes nos efforts et nos courages pour la consolidation mme de la grande uvre que nous venions d'accomplir?... Nous ne pouvions pas avoir d'autre mission. Et, vraiment, cette mission-l tait suffisante, seule...
Oswald Durand, un autre de nos grands potes, semblait l'avoir ainsi compris. Il tait, en tout cas, moins hant par l'ide de race. Il s'inquitait du sort de son pays, de la Nation hatienne. Et telle devrait tre assurment la logique de notre Histoire, ds le lendemain mme de notre Indpendance, cette poque o, dj, tout tait faire... ou refaire. Oswald Durand s'criait, en effet, dans un de ses pomes intitul La Mort des Cocotiers. (1)
Il est encore d'autres batailles Qui sont mieux faites pour nos tailles. Ces vieux hros vont nous guider Ils nous ont donn notre Histoire, Notre libert, leur victoire Sachons lutter pour les garder !
(1) Oswald Durand Pires et Pleurs, tome I, pages 131-133.


EN POSANT LES JALONS...
19
Et il prcisait, dans les vers suivants, ce que nous avions faire pour cela:
Quand nous aurons plant sur nos mornes fertiles L'arbre saint du progrs, et que ses verts rameaux Ombrageront un sol o les choses utiles Remplaceront nos deuils, nos guerres et nos maux;
Quand nous aurons ouvert, pour la franche accolade, Nos bras, longtemps ferms, aux trangers, aux blancs;
Quand les vieux prjugs, la haine de l'esclave Pour le matre, finiront devant l'galit; Quand nous aurons teint cette brlante lave Sous l'humide baiser de la fraternit...
C'est alors seulement-Que nous nous sentirons libres sous le ciel bleu.
Il poursuivait la mme ide dans son Chant National:
Creusons le sol lgu par Dessalines : Notre fortune est l...
Bchons le sol qu'en l'an mil huit cent quatre Nous ont conquis nos aeux au bras fort. C'est notre tour prsent de combattre Avec ce cri: Le Progrs ou la mort!
Et il concluait:
Pour fouler, heureux, notre terre, Il nous faut la devise austre : Dieu! le travail! la libert!
Oswald Durand s'tait donc rvl un pote vraiment national, et c'est juste titre qu'il est ainsi dsign dans l'Histoire de notre littra-


20
EN POSANT LES JALONS...
ture. Sa posie rasait peut-tre la terre de trop prs; mais c'tait la bonne terre natale. O pouvait-il mieux se tenir, en vrit, pour montrer la voie son pays, la voie sre que nous aurions d suivre, et que nous n'avons pas suivie? On s'en loignait, au contraire, de plus en plus; notre esprit s'garait dans des Afri-ques idales ; il courait la prtentaine dans des brousses perdues, alors qu'il y avait tant faire dans la maison abandonne...
Il est enfin fort heureux que, depuis 1904, on apprenne chanter, la jeunesse des coles, notre hymne national o se trouve ce simple et loquent couplet:
Pour le pays, pour les aeux
Bchons joyeux Quand le sol fructifie
L'me se fortifie.
C'est certainement la plus belle strophe de l'uvre de Justin Lhrisson, celle qui rpond le mieux aux ncessits de la nouvelle formation de nos enfants.
*
* *
Dans mon livre La Rpublique d'Hati telle quelle est j'avais essay, pour combattre prcisment cette tendance nous hypnotiser


EN POSANT LES JALONS...
21
sur la question de race, ce qui, mes yeux, constituait un srieux handicap pour le dveloppement du pays, de montrer comment la Rpublique d'Hati n'est mme pas, comme on le croit gnralement, un pays de ngres essentiels ( 1 ) et que des mlanges infinis, une incroyable interfusion des sangs avaient fait de la population hatienne une relle curiosit au point de vue ethnique.
En partant des Aborignes, c'est--dire des habitants de l'poque de la dcouverte, que l'on dsigne gnralement,et tortsous le nom d'Indiens, on arrive, en effet, un vritable amalgame racique, en y comprenant tous les lments qui ont contribu la formation actuelle de la population de la Rpublique d'Hati, quelle que soit d'ailleurs leur proportion dans les mlanges. (2)
(1) L'expression est de M. Onsime Reclus (Gographie rapide, Europe).
(2) Stnio VincentLa Rpublique d'Hati telle qu'elle est, pages 49-50. Bruxelles (Socit Anonyme belge d'Imprimerie), 1910.
" Croisement de l'Indien avec l'Espagnol. Croisement du Mtis hispano-indien avec l'Indien pur.
Croisement du Mtis hispano-indien avec l'Espagnol. Union des Mtis hispano-indiens entre eux.
G


22 EN POSANT LES JALONS...
Il y a, crivions-nous, un particularisme sur lequel tout le monde doit tre d'accord, c'est le particularisme national: Notre pays, notre socit,uniquement!... Nous avons dj trop faire pour nous-mmes pour embarrasser notre action d'une sorte d'humanitarisme qui ne rime rien, pour nous astreindre d'encombrantes solidarits de race.
Il ne s'agit pas de renier nos origines ni de fermer notre cur aux appels de la conscience universelle. L'Histoire tmoigne dj fortement de l'altruisme de notre peuple, de sa remarquable contribution la cause de la libert des Amriques. Il s'agit simplement aujourd'hui
' Croisement du Ngre pur avec l'Indien pur. Croisement du Mtis ngro-indien avec l'Indien pur. Croisement du Mtis ngro-indien avec le Ngre pur. Union des Mtis ngro-indiens entre eux. Croisement du Ngre avec l'Espagnol. Croisement du Mtis ngro-espagnol avec l'Indien pur.
Union des Mtis ngro-espagnols entre eux. Croisement des Mtis ngro-espagnols avec les Mtis ngro-indiens.
Mtis hispano-indien avec le Ngre
Croisement du pur.
Croisement du ngro-indien. Croisement du ngro-espagnol. Croisement du Mtis ngro-espagnol avec l'Espagnol. Croisement du Mtis ngro-espagnol avec l'Indien pur. Croisement du Mtis ngro-espagnol avec le Ngre pur.
Mtis hispano-indien avec le Mtis Mtis hispano-indien avec le Mtis


EN POSANT LES JALONS...
23
de ne plus disperser notre effort, de le concentrer sur nous-mmes, de ne pas l'parpiller, de ne pas l'affaiblir ou l'annihiler, en faisant une place exagre un idal racial qui pourrait compromettre l'indispensable panouissement de notre idal hatien.
Et d'ailleurs, n'est-ce pas une question que celle de savoir si, tant donnes la multiplicit des lments ethniques qui ont contribu la composition de la Socit hatienne et la diversit des atavismes qui actionnent nos mentalits, nous pouvons lgitimement prtendre ce beau titre de reprsentant de la race noire qui a trop longtemps berc notre farniente et dans lequel se complat jusqu'ici notre vanit
' Croisement du Blanc avec le Ngre. Croisement du Blanc avec l'Hispano-Indien. Croisement du Blanc avec le Ngro-indien. Union des Mtis du Blanc et du Ngre entre eux. Union des Mtis du Blanc et de l'Hispano-Indien entre eux.
O Union des Mtis du Blanc et du Ngro-indien entre iz j eux.
*!j Croisement des Mtis du Blanc et du Ngre avec les fq Mtis du Blanc et de l'Hispano-Indien.
Croisement des Mtis du Blanc et du Ngre avec les
Mtis du Blanc et du Ngro-indien.
Croisement du Ngre avec les Mtis du Blanc et du
Ngre.
Croisement du Blanc avec les Mtis du Blanc et du
- Ngre.
Stnio Vincent; La Rpublique d'Hati telle qu'elle est.
Pages, 5 0, 51 et 53.


24 EN POSANT LES JALONS...
aussi bruyante qu inoffensive?... Notre collectivit m apparat, au contraire, comme un creuset o se fondent et se combinent, doses ingales, il est vrai, des matires ethniques fort diffrentes. De cette combinaisonj'emploie ce mot dans le sens qu'il a en chimieil rsulte des Hatiens.
En somme, notre population n'est pas moins composite que celle du Brsil, par exemple. Elle est issue des mmes lments ethniques, et, relativement, dans les mmes proportions presque. D'abord, les diffrents groupes autochtones d'Indiens Brsiliens, possesseurs primitifs du sol, puis les conquistadores portugais et espagnols, chasseurs d'esclaves et tueurs d'hommes, se conduisant envers les aborignes absolument comme l'ont fait en Hati les hardis espagnols qui, la fin du XVme. sicle, abordrent notre le dans les caravelles de Christophe Colomb. Vinrent ensuite les premires immigrations,aventuriers blancs de toutes provenances, rebuts des civilisations europennes que l'Histoire, toute rouge du sang des peuples, est en train de faonner,vieux pirates familiers des Ocans, chapps tragiques des guerres, des dominations, des famines et des bagnes,hros anonymes sans feu ni lieu


EN POSANT LES JALONS...
25
que le hasard des destines jeta sur nos plages lointaines,tout ce que nous connaissons enfin, dans notre histoire hatienne, sous les noms de flibustiers et de boucaniers et qui fut le premier afflux, la premire pousse de l'Europe, aussi bien vers les les que vers les continents nouveaux et immenses. Plus tard, lorsque ces civiliss de l'poque, conqurants portugais et fiers Espagnols, avec toute la quitude de conscience puise dans de vieux dogmes abolis qui faisaient de l'extermination de l'Infidle un article de foi, eurent accompli leur uvre de spoliation par la violence et par la mort, et que les indignes rvolts n'chapprent au massacre en masse qu'en se rfugiant dans les forts impntrables,c'est l'Afrique aussi, l'inpuisable rservoir d'hommes, qu'ils demandrent cette main (Fuvre gratuite et sre que reprsentaient les ngres. Cela se passa donc comme en Hditi. Du milieu du XVIme. sicle jusqu'au milieu du XIXme. et malgr la suppression de la traite sous la noble et nergique pression du Gouvernement britanniquedes cargaisons de ngres dbarqurent chaque anne au Brsil et furent rpartis dans les diffrentes parties du pays. Pendant trois cents ans, la grande pourvoyeuse


26 EN POSANT LES JALONS...
d'esclaves fit une fourniture annuelle de 50 80.000 ttes de ngres aux plantations de la vastitude sud-amricaine. ( 1 ) On juge par l de l'importance du facteur chamite dans la composition de la population brsilienne(2), car aucune des migrations modernes ne peut tre compare l'immense et sculaire apport africain. Les contingents anglais, polonais, allemands, franais, italiens, syriens, armniens, (3) venus peu prs simultanment et
(1) R. et G. Hanicotte, chargs de Missions commerciales et correspondants de journaux franais et anglais. La Vrit sur le Brsil, p. 11. (Librairie gnrale et internationale, rue de Savoie, Paris).
(2) La population brsilienne se compose: 1 de Brsiliens blancs purs ou peu prs; 2 de toute la varit des multres, quarterons, octavons, etc., issus de ngres et de blancs; 3 des cafuzos ou caracfuzos, issus de ngres et d'Indiens ; 4 des curibocas, issus de blancs et d'Indiens ; 5 des mamelucos, issus de blancs et de curibocas; 6 des caboclos ou descendants d'Indiens divers degrs; des tapuyos qui sont aussi des descendants d'Indiens, et enfin des multiples combinaisons de ces divers lments.
(3) Au Mexique, au Prou, au Chili, au Brsil, en Argentine, les Japonais sont en train de s'tablir partout suivant une progression rapide et sre; boycotts aux Etats-Unis, ils se sont tourns vers l'Amrique latine, qui regorge de richesses inexploites, faute de bras.
Il parat que les gouvernements sud-amricains apprcient, leur mrite, les innombrables qualits de la race nippone.
Au Chili, l'expansion japonaise est considrable entre toutes.
Au Mexique, c'est un vritable engouement. Les immigrants nippons sont accabls de faveurs : remboursement des frais de voyage, paiement pendant cinquante jours des frais d'entretien, subventions et exemptions de toute nature. (Le Gil Blas, du 17 aot 1910).


EN POSANT LES JALONS...
27
se mlant aux masses prcdentes dj fortement mlanges, il en est rsult un inextricable fouillis de races enchevtres et produisant de nouvelles humanits. De l, un mtissage infini semblable en tous points notre mtissage hatien. Le pigment indien et le pigment ngre teintrent, des degrs divers, la masse de la population brsilienne, et comme les croisements donnent presque toujours naissance des produits ayant toutes les chances de runir les qualits des races procratrices, la slection s'est faite tout naturellement. ( 1 ) Le progrs de cette slection se poursuit galement en Hati tant au point de vue physique que sous le rapport des qualits intellectuelles et morales. Le phnomne est frappant pour tous ceux qui observent attentivement les influences diverses qui ont agi et continuent d'agir sur le caractre ethnique de notre so-
(1) Nous devrions avoir l'audace d'inaugurer, dans la diversit de notre empire qui s'y prte mieux que tout autre, un art des races, entirement moderne, entirement oppos aux navets fanatiques du racisme, art dans lequel se prolongeraient, se rnoveraient, les procds empiriques de l'histoire et de la prhistoire .... ceux dont nous sommes nous-mmes issus.... et qui aurait, entre autres mrites, celui de faire apparatre la notion de race sous son vrai jour: chaque race n'tant qu'une des formules d'adaptation de l'espce humaine la diversit de la terre.
Jules Romains, Cela dpend de vous, page 129.
Flammarion, Editeur .... Paris, 1939.


28
EN POSANT LES JALONS...
cit et qui aboutiront probablement la formation d'un type national, ce qui n'existe pas
encore.
Donc, les Hatiens, pas plus que les Brsiliens ou que tout autre peuple amricain ayant aussi des origines africaines plus ou moins marques, ne reprsentent, proprement parler, aucune race. ( 1 ) Une fatale volution eth-
(1) ...Ils inoculrent leur sang vierge l'artre europenne qui s'appauvrissait, et de ce contact naquit une race mixte aux nuances diverses...
(Jrmie. Prface de l'Indpendance Nationale d'Hati,
par Emm. Chancy.
Cette Mditerrane amricaine, suivant l'expression d'Elise Reclus, qui comprend le golfe du Mexique, la mer des Antilles, les Grandes Antilles (avec l'Archipel de Ba-hama) et les petites Antilles, a t le thtre de grands vnements ethnographiques, politiques et commerciaux : anantissement de la race amricaine, repeuplement par la race blanche et la race noire, etc.
(E. Levasseur, de l'Institut, administrateur du Collge de France, prface du livre de M. Daniel Bellet : Les Grandes Antilles, tude de gographie conomique : pages IX et X.)
...La Rgion Mditerranenne de l'Amrique appartient presque dans son entier la zone tropicale, mais elle est parfaitement accessible l'Homme pour le peuplement et la culture. A cet gard, elle contraste, d'une manire absolue, avec les espaces de l'Afrique situs sous la mme latitude.
(Elise Reclus : Cit par Daniel Bellet, Les Grandes Antilles, etc. page 4.)
Sur l'origine des noirs de la colonie, le R. P. Adolphe Caboni dit :
En Afrique mme, les peuples et les tribus, aujourd'hui encore, ont conscience d'appartenir des souches diverses ; au Sud de l'quateur sont des noirs ou type Bantou pur;


EN POSANT LES JALONS...
29
nique, qu'accentueront encore davantage les prochaines et ncessaires immigrations blanche et jaune, les entrane au mtissage l'infini. D'ailleurs, mme chez les Hatiens des classes leves, o la proportion de sang africain dans les mlanges est encore manifestement prdominante, les avantages de la libert, le dveloppement de l'instruction et de l'ducation, la pratique dj sculaire de la socia-
au Nord, des Boutous, d'une immigration postrieure, et plus ou moins mlangs avec les premiers et avec les Ngrilles ou Pygrrae : ce sont les Noirs de Guine ; plus au Nord enfin, les Soudanais, produit de l'union de diverses races noires avec les blancs autochtones de race mditerranenne ; on conoit sans peine que sur les confins de ces zones les alliances taient frquentes d'un groupe l'autre.
R. P. Adolphe Cabon, Histoire d'Hati, tome I, chapitre IX. (La Population de St.-Domingue), page 91.
De la cte du Sahara et du Sngal c'est--dire du Cap Blanc la rivire de Sierra Leone, vivaient dans la colonie des Maures, qu'on appelait Marabouts, de race arabe, habitants de la Mauritanie mridionale, en petit nombre cependant, prisonniers des Noirs, qu'ils avaient essay de rduire en servitude au compte du Sultan du Maroc ; ils taient vendus leur tour aux traitants d'esclaves.
R. P. Cabon, op. cit. page 92.
Le peuple hatien au 4/5 est un produit de mtissage. On relve rarement chez le type hatien, dans leur puret premire, les caractres anatomiques dominants de la race noire qui, particulirement, contribue le former. Ce mtissage, si l'on s'en rapporte aux rcits des voyageurs qui visitrent l'Afrique ds le XVIIe. sicle avait dj commenc pour la race noire dans cette partie du monde.
Dr. J. C. Dorsainvil, Lectures historiques, chapitre XI. De la formation du peuple hatien, page 98.


30
EN POSANT LES JALONS...
bilit europenne ont tellement influ sur l'ensemble des conditions esthtiques, qu'on peut dire que rien, sauf la couleur, ne rappelle les types grossiers de ces malheureux ngres qu'on croit devoir exhiber priodiquement dans toute Exposition universelle et internationale qui se respecte pour corser les attractions de ces foires mondiales et persuader peut-tre davantage aux blancs, par un triste et inutile spectacle de barbarie et de misre, qu'ils sont rellement des tres suprieurs...
Nous pouvons avouer aujourd'hui que nous ne sommes pas,pas plus les uns que les autres,d'une ngrerie assez franche pour nous poser devant le monde en champions de la race noire et continuer jouer de temps en temps les phnomnes devant la curiosit indulgente des civiliss, ce qui suffit, parat-il, satisfaire la gloriole facile de quelques-unes de nos personnalits les plus notoires. Seul, un groupement de ngres purs, voluant en pleine terre d'Afrique, dans le cadre o d'immmoriales gnrations d'anctres en tous points semblables auraient vcu la mme vie et tiss la mme histoire, parmi des traditions non adultres, extriorisant ses concepts, ses sensations et ses tats d'me d'aprs ses propres


EN POSANT LES JALONS...
31
modes d'expression, ayant des conditions de vie matrielle originales, non empruntes, poursuivant enfin, en vertu de forces de pense et d'action vraiment rvlatrices du gnie d'une race, quelque civilisation sui generis, seul, croyons-nous, un pareil groupement pourrait logiquement revendiquer ce titre. Les Hatiens, parlant la plus belle des langues europennes, bloqus dans leur le par la civilisation blanche, issus de toutes les promiscuits gnratrices dont on a dj parlsont des assimils, des No-latins presque, c'est--dire que F esprit occidental les a marqus de son empreinte ds la priode colombienne, qu'ils ont t touchs en naissant du grand souffle mditerranen, et que la socit qu'ils ont fonde a pris des formes et des directions qui l'-loignent de plus en plus, et tous les points de vue, des pitoyables humanits africaines. Au surplus, les questions de race, l'poque o nous sommes, n'ont plus gure d'importance. Les thses surannes sur leur infriorit, leur galit ou leur supriorit, ne prsentent plus aujourd'hui qu'un vague intrt acadmique. L'ge de Faviation est venu. La distance ne sera plus dsormais qu'un vain mot. Voici que la vieille Humanit, dont les facults d'en-


32
EN POSANT LES JALONS...
thousiasme paraissaient comme mousses par les progrs infinis de la science, vient d'tre galvanise par l'une des plus grandioses manifestations du gnie humain. L'homme a fait la conqute de l'air. Il explore triomphalement les espaces jusqu'alors inaccessibles. L'une des plus heureuses consquences de ce gigantesque vnement sera bientt le rapprochement des familles humaines, la dfinitive interpntration des peuples. On ne demande plus aux socits que d'apporter leur effort dans le grand labeur collectif. On n'a plus le temps de penser la conformation des botes crniennes ni aux nuances pidermiques des gens. Il faut travailler, voil tout. Il faut montrer enfin que nous avons l'intelligence et l'orgueil de nos intrts. Il faut surtout que, dans les actuelles conjonctures historiques, notre action soit assez claire, assez prvoyante, assez habile, assez consciente de l'extraordinaire agitation des nergies dans le monde contemporain, pour que l'union inluctable du peuple hatien avec la civilisation moderne ne se fasse pas au prix de son indpendance nationale... (1)
(1) Stnio Vincent La Rpublique d'Hati telle qu'elle est. Bruxelles, Socit Anonyme Belge d'Imprimerie, 1910, pages 263-270.


EN POSANT LES JALONS..
33
* *
Nous avouons sans peine que nous n'avons pas t bon prophte. Les questions de races sont redevenues, en effet, plus palpitantes e plus aigus que jamais. Le racisme a repris du poil de la bte. Il fait rage en Europe. On le sent tapi dans les vnements d'Asie, dans cette terrible guerre qui ne finit pas et qui n'est peut-tre, au fond,avec ses mthodes concomitantes d'limination du commerce europen et amricain des vastes marchs chinoisque la rude cole o l'on prtend forger, la longue, la future solidarit jaune pour un Asiatisme plus fort, plus ambitieux et plus rsolu...
Les nations de notre hmisphre ont fait justice du racisme la dernire confrence interamricaine de Lima. Elles l'ont unanimement condamn, non seulement dans l'intrt de la paix continentale, mais aussi, je le crois, parce qu'il ne saurait tre question de races et de ra-cismes dans nos Amriques habites par des populations, depuis des sicles, croises et recroises. (1) Je ne suis pas plus anthropolo-
(1) C'est l'honorable Dr. Juan J. Remos, Ministre des Affaires Etrangres de Cuba, qui, interprtant le sentiment de son Gouvernement et de son peuple, souleva la question du racisme la Confrence de Lima et fit adop-
En posant les jalons 2
Tome I


34
EN POSANT LES JALONS...
giste ou ethnologue qu'Amricaniste ou Africaniste. C'est dire que je n'entends apporter ici aucune opinion personnelle sur les problmes obscurs et compliqus des races. Dieu me garde
ter la rsolution contre les perscutions raciales, religieuses et politiques en Amrique. On se rappelle que la proposition du Prsident de la Dlgation Cubaine avait t fortement appuye par la Dlgation Hatienne. L'opportune intervention de M. Dants Bellegarde avait eu mme un retentissement inattendu, grce aux informations inexactes de quelques correspondants de journaux.
Dans une tude sur les problmes raciaux devant la Confrence de Lima, publie dans AMERICA, (Revista de la Asociacion de Escritores y artistas americanos) M. Gilberto Gonzalez y Contreras, pote et essayiste Salva-dorien, a lumineusement marqu la haute signification de la proposition cubaine, en montrant comment l'Amrique est une promesse toutes les forces humaines qui veulent se rencontrer dans la culture de son sol.
... L'admission dsagrgeante du racisme y serait une monstruosit...
... L'Histoire de Cuba est brve, dit encore M. Gon-zalez y Contreras. En elle se transmuent, comme en Ar-gentine, comme au Chili, les sangs des migrations an-tagoniques. En elle, comme dans chacune des petites patries de la Grande Amrique, se greffent la souche blanche, le cuivre de l'indien, le jaune de l'asiatique et le noir de l'africain.
... Le fils des galliciens, des andalous, des escuriens, des ngres et des chinois de Cuba est Cubain et rien que Cubain, comme le fils des juifs de la valle de Cauca ou de Cordoba est Colombien ou Argentin. Soulever des luttes de races en Amrique ne peut tre, dans ces con-ditions qu'une uvre malveillante. C'est pour prvenir ce travail de dissolution, pour s'opposer cette provo-cation de haines, que la proposition contre les perscu-tions raciales a t faite et qu'elle a trouv son vhicule dans le verbe glorieux de Cuba.
La question si complexe du ngre aux Etats-Unis, qui constitue l'un des principaux objets de proccupation de l'heure prsente, a t tudie anthropologiquement et so-


EN POSANT LES JALONS...
35
d'une telle outrecuidance!... Je m'en tiens, sous ce rapport, ce que j'ai lu et ce que mes occupations me laissent le temps de lire encore pour mon information gnrale, et surtout pour
cialement par Herskovits, un des plus remarquables anthropologues amricains de l'poque contemporaine.
La base premire de ses constatations est que les croisements dont sont sortis les Ngres des Etats-Unis, tels qu'ils se prsentent actuellement pour la plupart, ont abouti une vritable combinaison de caractres et non cette simple juxtaposition qu'admettent les thories mendlien-nes. Contrairement des opinions prcdemment mises, il attribue une part notable, dans cette combinaison, s l'lment indien dont il a t question au dbut de cet article, ou, plus exactement, aux races mongoloides qui peuplaient le sud-est de l'Amrique septentrionale et les Antilles avant l'arrive des Blancs.
Herskovits distingue, parmi les ngres des Etats-Unis, quatre classes gnalogiques principales : Ngres purs, sujets plus ngres que blancs, sujets ayant peu prs autant de sans ngre que de sang blanc et sujets plus blancs que ngres.
L'ensemble de ces quatre classes constitue un tout naturellement variable, dans lequel s'affirme cependant une certaine homognit, car les variations ne sont pas ici, sauf celle de la couleur, plus tendues ou plus intenses que celles d'autres stocks ethniques, y compris celui des Blancs. Une population n'ayant que ce degr de variation, peut, d'aprs Herskovits, tre considre comme assez homogne, anthropologiquement, pour constituer un type, et il constate ainsi l'existence de celui des Ngres amricains mtisss, ou, plus brivement, celui du Nouveau Ngre, qui n'est plus ni Africain, ni Europen, ni Mongolode, mais qui est un peu de tout cela. Cest l une vrification de ce qu'avaient pressenti des observateurs anciens, comme d'Orbigny et Quatrefages: pour eux il se formait graduellement, en Amrique, par la seule action de l'ambiance naturelle, croyaient-ils, une nouvelle race, due la modification de la race des Ngres africains jadis imports comme esclaves.
Il serait tentant, dit M. Henri Neuville, Sous-Directeur du Laboratoire d'anatomie compare du Musum d'His-


36 EN POSANT LES JALONS...
une plus exacte explication de notre histoire et de la condition hatienne. Le tome VII de Y Encyclopdie Franaise qui traite prcisment de YEspce Humaine expose, en des pages compactes, le dernier tat de la science sur les
toire: Naturelle de Paris, auteur des belles tudes sur le Mtissage dans le tome VII de l'Encyclopdie franaise, il serait tentant d'piloguer sur de telles donnes, et de chercher entrevoir quelle solution pourra bien recevoir, aux Etats-Unis la question ngre. De quelque ct qu'on se tourne, crivait A. Siegfried, cette solution chappe... Ce problme est un gouffre. Malgr toute son acuit, la question va, sinon en se simplifiant, tout au moins en se modifiant par le fait que la puret de la race blanche s'attnue progressivement, et assez rapidement mme aux dires d'observateurs qualifis, jusque dans les Etats qui chapprent longtemps au mtissage; l'immigration, lgale ou non, les croisements,.... obissant des lois plus fortes que celles qui les interdisent.... font qu'il n'est plus un seul Etat entirement Blanc. Un autre anthropologiste amricain, Reuter, admet que la solution dfinitive sera finalement apporte par un mlange racial assez tendu pour faire dfinitivement tomber la barrire de couleur.
En attendant, les ostracismes varis qui frappent les Ngres des Etats-Unis leur font subir, nous venons de le voir, une sgrgation qui, loin de les fondre avec le reste de la population, les isole un peu plus chaque jour. Peut-tre est-ce l un fait propre surtout la vie citadine. Peut-tre la solution si hardiment envisage par Reuter fera-t-elle son uvre dans la population rurale, surtout en certains Etats, avec une amplitude capable de ruiner les derniers vestiges des barrires de couleur? Peut-tre ar-rtera-t-elle, par le fait mme, la sgrgation qui cre sous nos yeux cette nouvelle race du Ngre des Etats-Unis, laquelle Herskovits ne refuse la qualit raciale que de crainte d'en aggraver ainsi la situation. On peut se demander quelle autre solution serait possible: ni la force, ni la ruse, ne peuvent russir rsoudre le problme.
(Section C. Le Mtissage, Encyclopdie Franaise, tome VII).


EN POSANT LES JALONS...
37
peuples et les races. Avec les savants qui ont collabor, d'une manire si dsintresse, ce magistral ouvrage, le plus rcent et certainement le plus complet sur la matire, je me persuade de plus en plus que les sangs des hommes sont mls depuis des millnaires, que l'histoire et toutes les probabilits prhistoriques tmoignent des sentiments, des vnements et des forces qui les ont entrans et les entranent encore des fusions et interfusions infinieset que les purets orgueilleuses, et, d'ailleurs, tardives, que l'on voudrait proposer ou imposer aujourd'hui certains stocks humains, de mme que les cultures prminentes qui lgitimeraient d'imprieuses volonts d'hgmonie, ne constituent que des chimres renouveles qui, aujourd'hui comme hier, feront leur petit tour dans le siclele XXme. sicle pourtant!et puis s'en iront... (1)
Le malheur est que, en attendant qu'elles disparaissent dfinitivement, elles peuvent engendrer des perscutions, des haines, des fana-
(1) Quelque paradoxale que cela puisse paratre, se rap-pelle-t-on que les Juifs, avant Jsus-Christ, pratiquaient ce que Nietzsche appelle cette fumisterie effronte des races? Les Juifs eux-mmes, en effet, se dclaraient de race suprieure et considraient les croisements avec leur race comme la pire des profanations.


38
EN POSANT LES JALONS...
tismes, des mystiques, des psychoses collectives qui dchaneront les pires catastrophes sur le monde(1)
Si le racisme hatien, n de l'esclavage du ngre par le blanc, et des excs de l'administration coloniale St. Domingue, fut peut-tre une mystique ncessaire avant et pendant les luttes de l'Indpendance, s'il a donn tout le rendement voulu la cause de notre libert, ce ne fut pas moins une profonde erreur de l'avoir maintenu dans nos murs, de l'avoir mme inscrit dans nos lois, et d'en avoir fait le point de dpart de notre politique nationale. Nous avions mieux faire que de substituer purement et simplement notre racisme ngre au racisme blanc, et de nous figurer que, dans l'tat de dtresse matrielle et de dbilit mentale o nous nous trouvions en naissant la vie internationale, nous pouvions nous passer d'aides et de concours extrieurs.
(1) En rsum, l'humanit est depuis longtemps divise en groupes n'ayant plus rien de racial ; dans ces nations, ou plutt parmi ces peuples runis en nations, se dveloppe une certaine homognit artificielle, gnralement trs imparfaite ; il arrive que des similitudes d'intrt viennent renforcer cette homognit, qui a d'ailleurs un fondement non ngligeable dans une communaut de traditions et d'usages aboutissant un ensemble de consentement ou de refus propre chaque nation. Mais les frontires qui sparent les nations, en dpit des heurts passagers o ne


EN POSANT LES JALONS...
39
Prcisment parce que nous avions tant souffert du premier, c'est--dire du racisme blanc, le second, c'est--dire notre propre racisme, ne devait-il pas tre courageusement limin de notre vie sociale et faire place, dsormais, une mentalit d'hommes enfin libres, et librs, par consquent, des haines et des violences du pass? Les Chefs,certains d'entre eux, du moinsqui pouvaient mesurer toutes les ruines que leur action intgrale pour la libert avait amonceles un peu partout dans le pays, ne devaient-ils pas tre plus conscients des responsabilits qui leur incombaient en franchissant l'tape nouvelle? Leur raison, et mme un sens lmentaire du plus vident intrt de la collectivit dont ils avaient dsormais
s'affirment, en gnral, des deux cts, que des concurrences entre groupes sociaux restreints, sont condamnes perdre de leur valeur par la force mme de l'volution gnrale. Les peuples .... qu'on les appelle donc si l'on veut stocks ou races.... ont dsormais trop de besoins pour pouvoir vivre isols ; le manque de libert d'changes entre eux aboutit des catastrophes dont nul ne songerait nier la trop flagrante vidence : or, des changes matriels entranent forcment, la longue, des fusions ethniques ; ce serait en vain que l'on chercherait difier ou maintenir contre ceux-l ou celles-ci les barricades de mystiques raciales gnratrices de cataclysmes dont l'humanit finira vraisemblablement par se lasser.
En mettant les choses au pire, l o de telles conceptions aboutiraient leur rsultat destructeur, d'autres groupes arriveraient, qui engendraient leur tour des fu-


40
EN POSANT LES JALONS...
la direction, ne devaient-ils pas s'opposer l'instinct brutal des masses, enivres de leur victoire, et les faire voluer, en changeant l'orientation de leur discipline, d'ailleurs occasionnelle, vers des notions plus positives et plus utilesnotion de patrie, notion d'Etat, no tion de Gouvernement, notion d'conomie, notion de vie organise et de scurit commune, notion de bien-tre, notion d'hygine publi que et prive - toutes notions diffrentes assurment des simples sensations primitives qui affectaient jusque-l leur condition humaine et sociale?
sions comme celles qui mlrent, jadis, les arrivants bra-chycphales d'anciens occupants dolichocphales ; de nouvelles races se formeraient ainsi, achevant de fondre Blancs, Jaunes et Noirs. Si nous pesons le pour et le contre de toutes les hypothses que nous avons examines ce propos, si nous confrontons les arguments de ceux pour qui l'Orient et l'Occident sont impntrables l'un l'autre, et de ceux qui, au contraire, croient possible et souhaitable une fusion graduelle de toutes les races, nous constatons que les premiers, qu'ils le veuillent ou non, mnent la guerre.... donc la rebarbarisation dsire par quelques Europens de race suprieure.... tandis que les seconds envisagent simplement la persistance des tendances la fusion qui dominent toute l'histoire de l'humanit.
C'est en prsence de cette alternative que nous met finalement l'examen des problmes de races.
Henri Neuville, op. cit. Le Mtissage, Encyclopdie franaise, Section C. Tome VII.


EN POSANT LES JALONS...
41
Les Chefs furent, au contraire, et pour notre malheur les premiers entretenir, comme un feu sacr, les passions et les ressentiments alors ncessaires, j'en conviens qui avaient servi la ralisation du grand fait historique de 1804.
Dans l'Acte de Capitulation de la ville du Cap du 19 Novembre 1803, Dessalines avait plutt donn l'assurance Rochambeau de sa protection aux habitants qui resteraient dans la place, de mme qu'il avait rclam, de la justice du Capitaine gnral franais, la mise en libert des hommes du pays, quelle que soit leur couleur, qui ne devaient pas tre contraints s'embarquer avec l'arme franaise (article 6). Or, quelques mois aprs, presque tous ces habitants blancs, rests Saint-D mingue, hommes, femmes et enfants, avaien t impitoyablement et froidement massacr Il semblait que rien ne pouvait arrter notre mystique raciste dans sa course tragique et vengeresse. ( 1 ) Et lorsque, aprs les journes
(1) J'ai vu deux classes d'hommes ns pour s'aimer, s'entr'aider, se souvenir, mles enfin et confondues ensemble, courir la vengeance, se disputer les premiers coups... Dessalines Proclamation du 28 Avril 1804.
...Bnissons le ciel que les philanthropes d'abord, que la Rvolution franaise, proclamant les droits de l'homme, qu'enfin nos misres, nos souffrances, aient suscit en


42
EN POSANT LES JALONS...
rouges de Mars et d'Avril 1804, cette cruelle mystique devint sans objet, faute de blancs se mettre sous la dent, elle bifurqua de nouveau vers le sous-racisme absurde et antinational qu'avaient fait natre excites par la duplicit coloniale les ambitions et les rivalits de deux grands Chefs hatiens, Toussaint Louverture et Andr Rigaud, au cours de la longue et funeste guerre civile de 1799 qui faillit compromettre l'uvre de l'Indpendance.
* *
Ce sous-racisme devint malheureusement une des constantes de notre politique intrieure. Il faut y ajouter le localitisme, la primaut de l'intrt personnel dans les affaires de l'Etat, l'incomprhension systmatique de l'intrt gnral, le manque de foi
nous des hommes qui, mettant la rancune de ct, se sont laisss guider par d'autres sentiments, des ides plus saines. De leur nombre taient Ption, Geffrard, etc.
C'est dans ces faits que nous devons trouver l'explication des dissentiments qui se produisirent autour de Dessalines, quand il voulut procder au massacre des Franais.
M. B. Bird et J. B. Dehoux.'Des rvolutions d'Hati, de leurs causes et de leurs remdes, page 23.
L'Histoire distingue aussi, parmi ces hommes humains qui avaient fait la guerre de l'Indpendance: Jean Louis


EN POSANT LES JALONS...
43
dans l'avenir du pays, la hantise de la fonction publique, la passion drgle du commandement, l'incapacit de collaboration, la mfiance des uns envers les autres, les procds de violence contre les petits et les humbles, devenus esclaves des plus atroces fantaisies de leurs propres concitoyens, le dgot de l'effort et du travail, l'arrivisme et ses moyens cyniques, j'en passe et des pires. Ensemble, ces constantes s'installrent dans l'organisme national et le minrent sans merci. Ds le dbut, elles engendrrent des intrigues et des haines implacables parmi les grands anctres eux-mmes les propres hros de 1804! qui avaient pourtant fait l'union sacre pour rgler son compte au blanc et conqurir de si haute lutte la libert du peuple hatien. Elles dvelopprent l'esprit d'indiscipline et de rvolte. Elles s'opposrent la formation de notre sens national et de notre
Franois, Frrnont, Bazile, Thomas Durocher, Grin, Bonnet, Borgella, Giraud.
Au Cap, Henri Christophe lui-mme avait recueilli chez lui une vingtaine de proscrits pour les sauver ; mais il fut contraint de les livrer, Dessalines tant dans cette ville.
Des particuliers, des femmes, dans les villes ou bourgs des cultivateurs, hommes et femmes, dans les campagnes, exercrent aussi ces actes d'humanit.
B. Ardouin, Histoire d'Hati, tome VI, pages 58-59.


44
EN POSANT LES JALONS...
sens social. Elles favorisrent des combinaisons et des alliances insouponnes pour l'exploitation du pouvoir. Elles fomentrent ces rvolutions sans cesse renouveles, et accumulrent ces ruines individuelles et collectives qui, travers des souffrances et des humiliations sans nombre, nous amenrent l'effondrement de 1915.


II
DISCOURS, PROCLAMATIONS, AUDIENCES ET PROPOS DE NOS CHEFS D'ETAT.




II
DISCOURS, PROCLAMATIONS, AUDIENCES ET PROPOS DE NOS CHEFS D'ETAT.
A peu d'exceptions prs, nos Chefs d'Etat ne parlaient gure. Il faut entendre par l qu'ils ne prononaient pas de vritables discours sur des sujets de politique, d'administration ou d'conomie. En dehors des Proclamations qu'ils lisaient ou qu'ils faisaient lire sur Y Autel de la Patrie, l'occasion des Ftes Nationales, l'loquence prsidentielle se manifestait plutt dans les audiences. Les audiences taient des espces de causeries btons rompus que nos Prsidents faisaient priodiquement, en gnral le dimanche, et, plus tard, le premier dimanche de chaque mois, aprs la grande parade militaire habituelle, devant un auditoire de fonctionnaires civils et militaires runis au Palais National dans une salle qu'on appelait prcisment la salle des audiences.


48
EN POSANT LES JALONS...
L'Histoire rapporte que, au cours des luttes stupides et sanglantes entre lui et Rigaud, Toussaint Louverture donnait le plus souvent ses audiences, en chaire, l'glise de la ville o il se trouvait. Il prenait alors une attitude spectaculaire de manire faire la plus forte impression possible sur les foules prsentes, attentives ses moindres gestes.
C'est ainsi qu'il a eu prononcer, en 1799, deux discours fulminants: l'un l'glise de Port-au-Prince, l'autre l'glise de Logane. C'est de la chaire de cette dernire glise qu'il lana des menaces contre les hommes de cou-leur, en prenant Dieu tmoin de la justice de sa cause et des torts de Rigaud envers lui.(l)
(1) B. Ardouin .... Etudes sur l'Histoire d'Hati, tome IV, chapitre III, pages 92 et 93.
Dans une lettre Roume, du 18 Messidor, an VII, Toussaint se dfend d'avoir profr des menaces contre
les hommes de couleur.
Vous me dites, crit-il Roume, que la perfidie de Rigaud s'est servie du prtexte du discours que j'ai tenu publiquement au Port-Rpublicain (c'est sans doute le mme discours qui avait t prononc aussi l'Eglise de Logane) pour garer les hommes de couleur, et cela, par suite de l'opinion o vous tes encore vous-mme que rellement j'y ai jur leur destruction.
... Bien loin de m'tre dclar dans ce discours l'enne-mi jur de tous les hommes de couleur, comme Rigaud veut le persuader, je vous rpte, citoyen Agent, je n'ai


EN POSANT LES JALONS...
49
En dehors des circonstances exceptionnelles o il croyait utile sa politique de thtraliser ainsi ses discours, Toussaint ne manquait aucune occasion de parler. Il aimait parler, ou plus exactement, sermonner. Cer-
fait qu'y dvoiler l'imposture de quelques hommes mchants qu'il importait de faire connatre pour arrter l'effet de leurs machinations.
(Arch. Nat.A. F. III 206 Dr 943).
P. A. Cabon, Histoire d'Hati, tome IV, pages 65-66.
Rigaud, de son ct, se justifie de l'accusation porte contre lui par Toussaint, savoir qu'il refuse d'obir un noir.
Il faudrait que je fusse dpourvu du dernier gros bon sens pour que je pusse avoir une pareille ide (refuser d'obir un noir) et encore la produire au grand jour. En effet, si je venais tmoigner que je ne veux pas obir un noir, si j'avais la sotte prtention de croire que je ne suis pas fait pour cela, de quel droit voudrais-je que les blancs m'obissent? Quel funeste exemple don-nerais-je ceux qui sont placs sous mes ordres?
D'ailleurs, y a-t-il donc une si grande diffrence entre la couleur du gnral en chef et la mienne? Est-ce une teinte de couleur plus ou moins fonce qui donne les principes de la philosophie et qui fait le mrite d'un in-dividu? Et, de ce qu'on est un peu plus noir qu'un autre, s'ensuit-il qu'on puisse tout faire son gr? Je ne suis pas fait pour obir un noir? Et, toute ma vie, depuis mon berceau, j'ai t soumis aux noirs. Ma naissance n'est-elle pas semblable celle du gnral Toussaint? N'est-ce pas une ngresse qui m'a donn le jour? N'ai-je pas. un frre an noir pour lequel j'ai toujours eu un profond respect, une grande obissance? Qui m'a donn les premiers principes de l'ducation? N'est-ce pas un noir qui tait matre d'cole dans la ville des Cayes? J'ai t donc accoutum l'obissance envers les noirs, et l'on sait que les premiers principes restent ternelle-ment gravs dans nos curs. Aussi, me suis-je consacr


50 EN POSANT LES JALONS...
taines de ses harangues taient de vritables homlies. ( 1 ) Il composait lui-mme ses auditoires. Il parlait devant ses rgiments ou s'adressait des groupes isols de soldats ou de cultivateurs, tantt en chef militaire, tantt en pre de famille, mais un pre de famille sans cesse moralisant et morignant. Son thme favori tait la culture qu'il considrait comme le premier, le plus honorable et le plus utile de tous les tats. Il le dveloppait sur tous les tons, passait facilement au svre, menaait les paresseux, entendait que ses con-
toute ma vie la dfense des noirs. J'ai tout brav pour la cause de la libert, ds le commencement de la Rvo-lution ; je ne me suis pas dmenti et je ne me dmentirai jamais. D'ailleurs, je suis trop pntr de mes droits d'homme pour croire qu'il y ait dans la nature une cou-sieur qui soit suprieure une autre; je ne connais dans l'homme que l'homme mme.
(Paulus Sannon .... Histoire de Toussaint Louverture,
tome, II, Chap. VI, pages 155 et 156.
(1) Quels sont ceux qui, depuis la rvolution ont caus les plus grands malheurs de la colonie? N'ont-ils pas t tous des hommes sans religion et sans murs? Celui qui mprise Dieu et ses divins prceptes, qui ne chrit pas ses premiers parents, aimera-t-il ses semblables? Pre et mre honoreras afin de vivre longuement, est un des premiers commandements de Dieu. Un enfant qui ne respecte pas son pre et sa mre, coutera-t-il les bons conseils de ceux qui lui sont trangers ? Obira-t-il aux lois de la socit, celui qui a foul aux pieds la plus sainte et la plus douce loi de la nature? etc.
Proclamation du 25 Novembre 1801.


EN POSANT LES JALONS... 51
seils ou ses ordres fussent excuts, car ses conseils ou ses suggestions taient aussi des ordres. Il commentait, partout, son fameux rglement de culture. Il en faisait ressortir l'conomie et l'utilit, rendant ainsi vivantes, directes et presque personnelles, les prescriptions de ce document ou les exhortations d'ordre moral contenues dans ses Proclamations.
* *
Impulsif, colrique, violent, fantasque, extravagant, aussi brutal dans ses paroles que dans ses actions, Dessalines ne faisait pas de longs discours. Il procdait par boutades dans les questions les plus graves. Ses sorties, brusques et brves, jaillissaient d'un premier mouvement qui tait rarement le bon. Elles terrifiaient non seulement l'interlocuteur, mais encore le petit cercle d'officiers et de familiers dont il tait gnralement entour.
De ci de l, cependant, une lgre pointe d'humour perait travers ses propos et en temprait la vhmence habituelle. Mais son naturel violent ne tardait par revenir au galop.
Voici quelques spcimens des boutades des-saliniennes, recueillies par nos historiens.


52 EN POSANT LES JALONS...
Miranda, dont le nom est si intimement li celui de Bolivar, aprs avoir organis une expdition en Angleterre, s'tait rendu aux Etats-Unis d'o il devait se porter sur Cartha-gne pour y faire clater un soulvement contre l'Espagne. On ne sait comment il vint chouer jusqu' Jacmel. On le prsenta l'Empereur qui se trouvait alors dans cette ville. Fort aimablement accueilli par Dessalines, il s'empressa de faire part celui-ci de son projet de proclamer l'Indpendance du Venezuela.
Et comment allez-vous vous y prendre? lui demande l'Empereur.
Je compte runir d'abord tous les notables du pays, convoquer le peuple, et dans cette assemble anime du mme esprit de libert, proclamer l'Indpendance du Venezuela par un acte qui manifestera la volont de tous les habitants de renoncer vivre sous le joug de l'Espagne.
Quand il eut entendu ces paroles, Dessalines prit du bon tabac dans sa fameuse tabatire, et, s'adressant Miranda, il lui dit en crole, et brle pourpoint:
Eh bien, Monsieur je vous vois dj fusill ou pendu: vous n'chapperez pas ce


EN POSANT LES JALONS..
53
sort. Comment vous allez faire une rvolution contre un gouvernement tabli depuis des sicles dans votre pays; vous allez bouleverser la situation des grands propritaires, d'une foule de gens, et vous parlez d'employer votre uvre des notables, du papier et de l'encre! Sachez, Monsieur,que pour oprer une rvolution, pour qu'elle russisse, il n'y a que deux choses faire: coup ttes, boul cailles! (1)
Convaincu que le gnral Geffrard qui commandait le Dpartement du Sud conspirait contre lui, Dessalines avait dcid de se rendre personnellement aux Cayes pour se dbarrasser de son ennemi. Dans l'intervalle, Geffrard tomba malade et mourut.
Lorsque l'Empereur apprit ce malheureux vnement, il dit quelques-uns de ses favoris :
Dommage! Le bon Dieu a t plus press que moi...
Dessalines dit un jour Inginac qu'il avait charg de vrifier les comptes de l'Administration financire des Cayes:
(1) Mots croles qui signifient: coupez les ttes et br lez les maisons.


54
EN POSANT LES JALONS...
Si vous trahissez ma confiance, votre tte tombera comme celle d'un canard...
Lorsque le Gouverneur gnral eut chang ce titre en celui d'Empereur, pour faire comme Bonaparte qui venait de se faire nommer Empereur des Franais, beaucoup d'Officiers et de hauts fonctionnaires s'taient figurs qu'on allait bientt crer une noblesse. Quelques-uns d'entre eux se voyaient dj princes, ducs, marquis, comtes, etc. et, dans leur hte de figurer au nouveau nobiliaire, ils s'en ouvrirent l'Empereur qui leur fit cette rponse dcevante:
Je suis le seul noble en Hati!...
Le Ministre des Finances de Dessalines s'appelait Vernet. C'tait un brave homme.. Il avait fait vaillamment son devoir dans la guerre libratrice. Il tait un des signataires de l'Acte de l'Indpendance. Il avait le grade de gnral de division, mais il tait compltement illettr. Il ne pouvait, par consquent, diriger aucune administration, encore moins celle des Finances. Or, par la volont de Dessalines, il grait les Finances du Gouvernement. Inutile de dire qu'il les grait plutt


EN POSANT LES JALONS..
55
mal. Encore qu'il ne ft pas lui-mme mieux prpar pour l'administration que son ami Vernet, Dessalines s'tait bien rendu compte de l'incapacit de son Ministre. Il lui dit un jour devant tmoins:
Mon pauvre compre... Ah vous ne pensez qu' vos djeuners et votre partie de bte; et vous vous en rapportez Vastey pour tout le reste... Vous ne vous apercevez donc pas que la bourse de Vastey se remplit, chaque jour, tandis que diminue celle de l'Etat!...
Dessalines avait suivi l'usage, inaugur par Toussaint-Louverture, des proclamations adresses tantt aux habitants d'Hati, tantt au peuple et l'arme. Il en a laiss deux qui demeurent certainement les plus clbres de cette catgorie de documents hatiens : celle du 1er Janvier 1804, rdige par le bouillant Boisrond-Tonnerre, et celle du 28 Avril de la mme anne, due la plume enflamme de Juste Chanlatte un autre de ses secrtaires. Boisrond-Tonnerre, Juste Chanlatte et un certain Mentor un martiniquais devenu, on ne sait comment, l'me damne de Dessalines formaient ce qu'on appellerait aujourd'hui son brain trust. Brain trust provocateur et dangereux qui, au lieu d'apaiser les sentiments


56
EN POSANT LES JALONS...
violents du chef, s'appliquait, au contraire, les exciter sans cesse, et les porter souvent leur paroxysme.
On sait avec quelle rage au cur, Dessalines lana son fameux appel au massacre gnral des Franais dans sa proclamation du 1er Janvier 1804:
... Quand nous lasserons-nous de respirer le mme air queux? Qu'avons-nous de commun avec ce peuple bourreau? Sa cruaut compare notre patiente modration, sa couleur la ntre, l'tendue des mers qui nous sparent, notre climat vengeur, nous disent assez qu'ils ne sont pas nos frres, qu'ils ne le deviendront jamais, et que s'ils trouvent un asile parmi nous, ils seront encore les machi-nateurs de nos troubles et de nos divisions.
Et lorsque la terrible vengeance fut consomme, elle fut encore exalte par la Proclamation du 28 Avril o nous relevons ces tirades crpitantes :
... Enfin, l'heure de la vengeance a sonn, et les implacables ennemis des droits de F homme ont subi le chtiment d leurs crimes.


EN POSANT LES JALONS...
57
J'ai lev mon bras, trop longtemps retenu, sur leurs ttes coupables. A ce signal, qu'un Dieu juste a provoqu, vos mains, saintement armes, ont port la hache sur l'arbre antique de l'esclavage et des prjugs. En vain le temps et surtout la politique infernale des Europens, l'avaient environn d'un triple airain; vous avez dpouill son armure, vous l'avez place sur votre cur, pour devenir, comme vos ennemis naturels, cruels, impitoyables. Tel qu'un torrent dbord qui gronde, arrache, entrane, votre fougue vengeresse a tout emport dans son cours imptueux. Ainsi prisse tout tyran de Vinnocence, tout oppresseur du genre humain!
Cependant ds la Proclamation du 1er Janvier 1804, Dessalines paraissait s'inquiter de l'aspect international des vnements qui venaient d'avoir lieu en Hati. Il faut reconnatre qu'il montrait l un certain sens politique. Il recommandait, en effet, aux Hatiens de ne pas faire de proslytisme, de ne pas chercher troubler le repos des les voisines. Une lueur d'avenir avait heureusement pntr dans son esprit.


5S
EN POSANT LES JALONS...
... Gardons-nous cependant que l'esprit de proslytisme ne dtruise notre ouvrage; laissons en paix respirer nos voisins; qu'ils vivent paisiblement sous l'gide des lois qu'ils se sont faites, et n'allons pas, boute-feu rvolutionnaires, nous rigeant en lgislateurs des Antilles, faire consister notre gloire troubler le repos des les qui nous avoisinent. Elles n'ont point, comme celle que nous habitons, t arroses du sang innocent de leurs habitants: ils n'ont point de vengeance exercer contre l'autorit qui les protge. Heureuses de n'avoir jamais connu les flaux qui nous ont dtruits, elles ne peuvent que faire des vux pour notre prosprit.
On retrouve peu prs la mme proccupation la fin de la proclamation du 28 Avril:
... Je recommande de nouveau, et j'ordonne tous les gnraux de dpartements, commandants d'arrondissements et de places, d'accorder secours, encouragement et protection aux nations neutres et amies qui voudront tablir avec cette le des relations commerciales.
Ces recommandations taient, certes, raisonnables. Le malheur est que Dessalines n'ait


EN POSANT LES JALONS...
59
pas compris lui-mme ou que personne autour de lui n'ait pu lui faire comprendre que cette prudence et cette circonspection devaient s'insrer et se vrifier dans les faits. C'tait la seule manire d'inspirer confiance. Or, c'est le contraire qui se produisit. En effet, c'est au moment mme o se faisaient ces dclarations empreintes de tant de sagesse, qu'eut lieu le massacre dlibr de presque tous les blancs franais rests dans l'le. Il n'tait pas possible que les grandes Puissances matresses des colonies esclaves noirs de la Mer des Antilles n'en fussent pas vivement alarmes, et que, ds lors, l'ide d'une sorte de boycottage, au moins moral, du nouvel Etat, ne leur ft pas venue, en dpit de leurs luttes particulires pour monopoliser le commerce dans l'le. Les Hatiens avaient senti d'instinct qu'il y avait des prcautions prendre de ce ct, puisqu'on estima ncessaire de fixer, dans nos premires Constitutions, la politique d'absolue neutralit et de non-intervention dans les affaires des les voisines que le pays entendait adopter et suivre. Les garanties que les circonstances, et peut-tre mme certaines reprsentations indirectes, nous avaient obligs donner aux


60
EN POSANT LES JALONS...
Puissances se trouvaient ainsi formules, d'abord, dans la Constitution de 1806:
Le Gouvernement assure sret et protection aux nations neutres et amies qui viendront entretenir avec cette le des rapports commerciaux, la charge par elles de se conformer aux rglements, us et coutumes de ce pays (art. 25).
Dans la Constitution du 17 Fvrier 1807, vote au Cap-Hatien, sous l'influence certaine de Christophe, la garantie tait encore plus formelle et plus explicite. Elle dnotait une conception beaucoup plus nette des dangers que le racisme et ses sanglantes et inutiles manifestations nous faisaient courir. C'est un titre spcial de cette Constitution, le Titre IX, qui est consacr cette question, et qui porte prcisment la rubrique: De la garantie des colonies voisines. Ce titre contient deux articles ainsi conus:
Art. 36.Le Gouvernement d'Hati manifeste aux Puissances qui ont des colonies dans son voisinage sa rsolution inbranlable de ne point troubler le rgime par lequel elles sont gouvernementes.


EN POSANT LES JALONS...
61
Art. 37.Le peuple d'Hati ne fait point de conqute hors de son le et se borne conserver son territoire.
La mme proccupation d'viter les soupons et de prvenir toutes difficults avec les Puissances esclavagistes voisines se retrouve dans la Constitution revise Grand-Gove le 2 Juin 1816.
Elle dispose, en effet, (article 5) que la Rpublique d'Hati ne formera jamais aucune entreprise dans les vues de faire des conqutes, ni de troubler la paix et le rgime intrieur des Etats et des les trangres. (1)
(1) Tandis que Ption faisait insrer cette disposition dans la Constitution, on se demande si ses relations avec Bolivar et quelques autres gnraux Vnzuliens n'avaient pas greff sur notre racisme des vellits imprialistes qu'il serait trs intressant d'approfondir dans un intrt historique.
...Le gnral espagnol Moirillo assurait le Gouvernement que les classes leves, attaches la cause de l'Indpendance, travaillaient aveuglment en faveur des gens de couleur et, en Novembre 1816, il insiste pour qu'on lui envoie des troupes de rserve, tant par crainte de l'expdition de Bolivar, des Cayes, que parce qu'il s'agissait maintenant d'une guerre de ngres contre blancs et qu'il craignait, naturellement, qu'un soulvement et lieu dans ses propres troupes.
Voici la peinture suggestive que le. gnral espagnol fait de l'tat du Venezuela en mai 1817 : La mortalit et les ravages qu'une guerre aussi cruelle a causs diminuent d'une manire vidente la race des blancs et l'on ne voit presque plus que des gens de couleur, leurs enne-


62 EN POSANT LES JALONS...
Notre droit constitutionnel avait donc ainsi consacr le principe de non-intervention bien longtemps avant qu'il ne devint une doctrine universellement admise du droit international moderne. Malgr toutes ces assurances, notre indpendance nationale ne fut pas reconnue. On nous soumit une priode d'observation qui se prolongea pendant un demi-sicle environ. La France avait maintenu ses prtentions sur St.-Domingue, et les bruits priodiques d'une nouvelle expdition militaire pour en reprendre possession, nous acculaient un continuel tat d'alerte. D'autre part, les Hatiens, dj profondment diviss, avaient commenc se battre, s'entretuer pour le pouvoir. Les brigues, les intrigues, les jalousies, les meurtres, les conspirations, les insurrections, absorbaient tout le temps qu'il et fallu con" sacrer l'organisation de la vie nationale. Ils
mis, qui ont tent d'en finir avec eux. Piar, qui est multre et le plus important des hommes de sa caste, est en relations trs troites avec Alexandre Ption, multre rebelle qui s'intitule Prsident d'Hati, et tous deux se proposent de fonder en Guyane un tablissement qui assurerait leur domination en Amrique et o il est prsumer qu'ils voudront renouveler les scnes du Guarico et autres possessions franaises de St. Domingue.
LAUREANO VALLENILLA LANZ, page 143.^-CESARISME DEMOCRATIQUE EN AMERIQUE, Paris, Edition de l'Amrique latine.


EN POSANT LES JALONS...
63
n'taient pas plus unis qu'unifis. On voyait dj un royaume dans le Nord, une rpublique dans l'Ouest et une autre dans le Sud. Des rivalits de clocher venaient se greffer sur les autres. Et ce gchis s'tendait ainsi de proche en proche affaiblissant et dmoralisant le nouvel Etat et la jeune nation...
Les Etats-Unis n'taient peut-tre pas aussi immdiatement intresss que la France, ]r Grande-Bretagne et l'Espagne dans la situation politique d'Hati. Ils n'avaient pas de colonies, mais ils pratiquaient, chez eux, aussi, l'esclavage des ngres; et cela suffisait, sans doute, pour crer entre eux et les autres Puissances une certaine solidarit, pourvu, bien entendu, qu'elle n'affectt pas l'importance grandissante de leurs intrts dans l'le... Peut-tre faut-il expliquer ainsi la proposition faite au Congrs, de suspendre les relations commerciales entre les Etats-Unis d'Amrique et l'le franaise de St.-Domingue, sur les plaintes formules par le Gouvernement franais en 1805, c'est--dire aprs la proclamation de notre Indpendance. Le Prsident Jefferson, en transmettant au Snat, le 10 Janvier 1806, les documents e papiers relatifs cette affaire, parle aussi de


64
EN POSANT LES JALONS...
File franaise de St. Domingue. On remarque cependant que, dans VAct approuv dfinitivement par le Congrs, le 24 Fvrier 1807, les relations commerciales avaient t suspendues entre les Etats-Unis et certaines parties de l'le de St. Domingue. On ne disait plus l'le franaise de St. Domingue (1).
Le commerce des Etats-Unis avec l'le tait prospre. C'tait un lucrative commerce.
A partir de 1792, il n'avait fait qu'augmenter. La mission Stevens auprs de Toussaint-Louverture avait t un rel succs. En mme temps que se relchait le lien commercial avec la France, Toussaint l'avait singulirement fortifi avec les Amricains. Il s'tait arrog le droit de traiter de puissance puissance avec eux. C'tait ouvertement qu'il leur avait consenti des avantages commerciaux. Le Dpartement d'Etat considrait the terms as perfectly compatible with the ultimate dpendance of St. Domingo on France. Mais de telles initiatives dtachaient de plus en plus la colonie de la mtropole. L'indpendance commerciale annonait l'indpendance politique. Et il esl
(1) Annals of the Congress of the United States, 9th Congress. Proceedings and debates.


EN POSANT LES JALONS
65
manifeste que le Gouvernement des Etats-Unis tait en pleine sympathie avec cette ide: We have strong expectations that Toussaint will dclare the island independent crit M. Pickering, Secrtaire d'Etat, Mr. Rufus King, ambassadeur Londres. Et dans une autre dpche du 22 Avril 1799, le mme Secrtair d'Etat dclare: we confidently reckon on the independence of St. Domingo. (1)
(1) Nous reproduisons ci-dessus, dans le texte anglais, des extraits de deux lettres du Secrtaire d'Etat Pickering Rufus King qui nous paraissent offrir un intrt historique de premier ordre. Elles nous ont t communiques par l'honorable Dr. Clment Lanier, Directeur du Lyce de St.-Marc, qui en a fait, cette anne mme, avec d'autres documents du mme ordre, le sujet d'une confrence trs intressante prononce la Socit d'Histoire et de Gographie d'Hati.
COPY
T. PICCKERING to R. KING Private and Confidential. In ciphen.
Philadelphia, March 12, 1799.
My public letter of this date will inform you of the Proceedings of our Government respecting St. Domingo.
We meddle not with the politics of the Island. T........t
will pursue what he deems the interest of himself and his countrymen ; he will probably dclare the Island independent. It is probable that he wished to assure himself of our commerce as the necessary means of obtaining it. Neither moral nor political reasons could induce us to discourage him ; on the contrary both would warrant us in urging him to the Dclaration. Yet we shall not do it. We go no further than the Act of Congress directs. We shall never receive from the French Republic indemni-fication for the injuries she has done us. The commerce
En posant les jalons
-
Tome I


66 EN POSANT LES JALONS...
of St. Domingo prsents the only means of compensation, and this I have no doubt we shall obtain. We fear no rivais. Toussaint respects the British; he is attached to us ; he knows our position, but a few days'sail from St. Domingo, and the promptitude with which we can supply his wants. He cannot form a black (Colony) ; the blacks are too ignorant. The Government must be military during the prsent war, and perhaps for a much longer period. The commerce of the United States and of other nations (for you will observe we aim at no exclusive privilges) will amply supply ail their wants, and take off ail their produce. So that there will not, and ought not to be, any inducements to withdraw the Blacks from the cultivation of the Island to navigation; and confined to their own Island they will not be dangerous neighbours. Nothing is more clear than, if left to themselves, that the Blacks of St. Domingo will be incomparably less dangerous than if they remain the subjects of France; she could then form with them military corps of such strength in a future war, as no European or other white force could resist. France with an army of those black troops might conquer ail the British Isles and put in jeopardy our Southern States. Of this the Southern Members were convinced, and therefore cordially concurred in the policy of the Independence of St. D. if Tt and his followers will it. Mr. Read was the only exception to this opinion, and his opinions are sometimes unaccountable. Mr. Liston appears to be also equally convinced of the policy of that independence, as it would respect the British Isles. For as he observes, the radical evil is already done, and becomes irrmdiable, in France making the Blacks free. T't will command 5 0 or 6 0,000 Blacks troops, if ne-cessary ; they are jealous of France, that she intends, if Kussible, to bring them back to their former slavery. This jealousy is incurable. We, therefore, confidently reckon on the Independence of St. Domingo. Rigaud is a subordinate chief, and a Mulatto. This race in the Island are but a handful, not above one eighth of the population of the Blacks, and must be crushed if they resist the will of T-1.
COPY T. PICKERING to R. KING
Department of State, April 22, 1799.
In this letter Mr. Pickering sends a copy of an agree-ment made with General Maitland and Mr. Liston, the British Minister, relative to the intercourse of the United


EN POSANT LES JALONS..
67
States and Great Britain with St. Domingo, and spcifies two articles, which at first had met with objections, but were finally adopted.
Providing that the comimercial vessels of both nations should be restrained from entering the port or ports of St. Domingo till a certain day be fixed. Our objections did not proceed from any dsire to obtain for our commerce the earliest market, in prfrence to the British, for we consi-dered that the oprations of Great Britain in St. Domingo, had essentially contributed to that state of things which opened to the United States the prospect of a lucrative commerce with the Island; and that her fleet alone could ensure protection to our commerce, as well as her own ; but Dr. Stevens arriving, as we have reason to believe, at Cape Franois by the Tenth or Twelth of April, we expected him to make an arrangement with Toussaint in a few days, which would enable the Prsident to proclaim a renewal of the commerce of the United States, perhaps two or three weeks sooner than if the awaited the resuit of Genl. Maitland's negotiation; and knowing that our merchants were on tiptoe to recommence that trade, we wished to avoid giving them or others any pretence to complain of delay, and especially that we were sacrificing their interest to promote that of the British merchants.
However General Maitland, who is perfectly acquainted with Toussaint and the affaire of St. Domingo, having strongly expressed his apprhension that the just interests of Great Britain, and especially the safety of the West Indian Colonies, would be hazarded if, by the previous arrangements with Dr. Stevens, Toussaint should consider himself secure of obtaining ail necessary supplies from ?he United States, and also that the existing orders to the British cruizers on that station might occasion vexa-tious and injurions interruptions to our vessels destined for St. Domingo, which by the proposed delay of a few weeks might be prevented ; and considering finally, how important and essential to our respective interests it was, that a perfect harmony should exist beetween the two nations, and particularly respecting the object in question, we assented to the fifth and sixth propositions, before mentioned.
Mr. Pickering says that Mr. King will see that the instructions given to Dr. Stevens in relation to a renewal of the trade, go so far as any that could be proposed to Toussaint by Great Britain.


68
EN POSANT LES JALONS...
Yet for the reasons assigned we saw no middle course, consistently with the safety of our trade. At the same time we considered the terms as perfectly compatible with the ultimate dpendance of St. Domingo on France. It is not, however, to be denied, nor have we aimed at any con-cealment, that we have strong expectations that Toussaint will dclare the Island independent. Unquestionably he has long contemplated that event. But it is absolutely false, what Hedouville declared in his last Proclamation, that the United States had intrigued with Great Britain to bring him into that measure. We have, in fact, not inter-meddled in any manner whatever in the political affairs of St. Domingo. If Toussaint dclares its independency, it will not be owing to the intrigues, nor the advice, nor even the suggestion of the United States. It will be his own act. The negroes and people of colour of St. Domingo, formerly slaves, have become incurably jealous (and I believe with reason) that France intended in the end to bring them back again to slavery, or to destroy them and repeople the Island from Airica.
He further states that the Prsident being absent and the business urgent, General Maitland was informed that the arrangement was subject to the Prsidents dtermination, which the officers of the government had no doubt would be obtained, as they, after careful considration, were satisfied of its wisdom.
This assent was given, as we learn, by a letter of Mr. Pickering to Mr. King of the 9th of May in thse words :
I am very glad you did not detain Genl Maitland till you could hear from me. Upon the whole I think the ngociation has been conducted with caution and prudence, and the resuit has my fullest approbation. (1)
Les officiels franais taient parfaitement au courant de la politique amricaine St.-Domingue. Dans une lettre du 20 Pluvise,
(1) Dans l'ouvrage que Monsieur Marceau Lecorps a rcemment consacr La Politique Extrieure de Toussaint-Louverture et qui, comportant principalement les importantes lettres de Edwards Stevens au Secrtaire


EN POSANT LES JALONS...
69
An X (9 Fvrier 1802) Leclerc, gnral en chef de l'arme et Capitaine gnral de la Colonie, crivait, de son Quartier-gnral du Cap, au Ministre de la Marine:
...Je ne puis compter ici sur aucune maison de commerce; ces hommes ne sont pas franais, ils ne connaissent de patrie que les Etats-Unis. Ce sont les Etats-Unis qui ont apport ici les fusils, les canons, la poudre et toutes tes munitions de guerre. Ce sont eux qui ont excit Toussaint la dfense. Je suis intimement convaincu que les Amricains ont form le plan d'engager l'indpendance toutes les Antilles parce qu'ils espraient en avoir le commerce exclusif, comme ils ont eu celui de St.-Domingue. Il ne serait pas malheureux pour moi que l'Angleterre et la France se runissent pour les intimider. ( 1 )
d'Etat Thimoty Pickering, montre si bien la collaboration indirecte et inavoue de l'Angleterre et des Etats-Unis l'laboration de notre nationalit, le but et les vritables objectifs de la mission de Stevens sont particulirement prciss. Il devait comme dit The American Historical Review, aider Toussaint dans sa politique de sparation d'avec la France et d'crasement de Rigaud, afin de lui permettre de raliser l'indpendance dfinitive de la colonie.
(1) Lettres du Gnral Leclerc, commandant en Chef de l'Arme de St. Domingue, publies par Paul Roussier, Librairie Ernest Leroux, 4 9 Boulevard St. Michel Paris 1937, page 82.


70
EN POSANT LES JALONS...
Et cependant, malgr le bel enthousiasme de cette amiti amricaine, nous avons attendu plus de cinquante ans la reconnaissance du nouvel Etat des Carabes par le Gouvernement des Etats-Unis d'Amrique. ( 1 ) Comment expliquer un tel revirement dans la politique suivie par notre puissant voisin du Nord dans les affaires de St. Domingue sous le Gouvernement de Toussaint? N'aurait-il pas t du par les regrettables vnements qui s'taient accomplis dans le pays au lendemain mme de l'Indpendance et dans les annes qui suivirent? Et ne faut-il pas chercher dans le navrant spectacle de nos misres prcoces le changement qui s'tait opr dans l'attitude du Gouvernement amricain notre gard?...
*
* *
Les proclamations au peuple et l'arme foisonnent dans le prcieux recueil des Lois et Actes du Baron Linstant de Pradines. Ce
(1) Il tait rserv au Prsident Geffrard qui a ralis tant de progrs incontestables dans l'amnagement de notre insuffisant outillage national, de recevoir les lettres de crance du premier Ministre Plnipotentiaire des Etats-Unis. Il s'appelait Benjamin F. Widen. Nomm par le Prsident Abraham Lincoln, le chef du parti abolitionniste


EN POSANT LES JALONS...
71
sont, en gnral, des textes plutt mornes qui, dpouills de leur climat propre, c'est--dire du cadre, de l'apparat, de l'atmosphre spciale qui en entouraient probablement la lecture solennelle sur la place publique, ne laissent que des impressions assez fugitives. Mieux que toute cette littrature protocolaire et officielle, il est certain que les menues improvisations familires, en crole ou en franais, de nos chefs d'Etat, leurs propos prime-sautiers dans les petites audiences ordinaires que frquentaient les favoris ou les habitus de la maison, nous renseigneraient beaucoup plus exactement sur les problmes des diffrentes priodes de la vie hatienne,
aux Etats-Unis, il dbarqua Port-au-Prince le 12 Juillet 18 62.
Notre pays attendit donc cinquante-huit ans, aprs la proclamation de son indpendance avant de possder dans sa capitale un reprsentant diplomatique amricain... Et sans la dfaite des esclavagistes du Sud, nous n'aurions pas eu peut-tre, jusqu' cette heure, une Lgation Amricaine. Cette attitude distante et qui frisait le mpris ne souffre qu'un seule explication. Elle tait impose aux Etats-Unis par l'esclavage dans lequel ils persistaient maintenir les ngres chez eux. Pouvaient-ils, en effet, dcemment avoir des relations diplomatiques avec une nation compose de colored-men, alors qu'ils refusaient l'galit civile et politique ces derniers sur leur territoire?
Ls. Marceau Lecorps La Politique Extrieure de Toussaint-Louverture, page 6.
Chraquit, Imprimeur, 1935.


72 EN POSANT LES JALONS...
sur les questions qui furent d'actualit, sur les passions de l'heure, sur les potins et les cancans d'alors, et enfin sur la propagande de l'poque, qui, depuis toujours, vient mourir, ou vivre d'une vie nouvelle, aux pieds des prsidents. Peut-tre saurions-nous aussi, coup sr, quels conseils de sagesse quelques-uns de nos gouvernants donnaient parfois, dans l'intrt de la collectivit, et quelles consquences heureuses ils eurent sur l'esprit de pas mal d'gars ou de fourvoys ramens ainsi dans les disciplines salutaires. L'Histoire se prcise quelquefois la lueur de simples mots tombs indiffremment des lvres de ceux qui la font, et leur dcouverte, proche ou tardive, claire souvent des vnements dj classs d'un sens tout nouveau et bien diffrent.
Les problmes de la vie nationale ne sont abords que trs superficiellement dans les proclamations et les discours. A distance, rien ne parait plus naf, par exemple, que la joie avec laquelle Boyer s'exclame sur l'accroissement remarquable de la population (1) et
(1) LOIS ET ACTES, tome V, p. 163. Discours l'ouverture de la session lgislative (10 juin 1828) : Nous avons aussi nous fliciter de l'accroissement remarquable de la population et des progrs obtenus dans les soins donns l'instruction publique.


EN POSANT LES JALONS.
73
l'enthousiasme avec lequel il clbre l'extrme fertilit du sol d'Hati. Voyez comme les problmes changent selon les temps et dans les mmes lieux. Ce qui tait vrai hier ne l'est plus aujourd'hui, puisque l'accroissement de la population est devenu pour nous un sujet d'alarme, et qu'on ne peut plus parler maintenant de l'extrme fertilit du sol, devant les mfaits de l'rosion, du dboisement, de l'excs des cultures annuelles en montagne et de la scheresse qui svit pendant neuf ou dix mois de l'anne dans certaines rgions du pays.
Les thmes de ces harangues officielles ne variaient gure. Chaque anne, l'occasion de la fte de l'Indpendance, devant l'arme et le peuple assembls sur la place publique, et plus tard, au pied de l'autel de la Patrie, il tait donn lecture de la Proclamation du Chef de l'Etat. Ces traditionnelles adresses sont toutes des gloses sur la libert, la paix et l'union de la famille hatienne. L'Union de la famille hatienne devint mme une sorte de slogan qui terminait invariablement tous les discours. ( 1 )
(1) On raconte que fatigu d'entendre clbrer l'union de la famille hatienne, malgr les incessantes rvolutions, un gnral qui, en bon militaire, ne savait point farder la vrit, cria la fin d'un de ses discours et l'tonnement de l'assistance: Vive l'union postale!...


74 EN POSANT LES JALONS...
Lorsque, dans la suite, on institua la fte de l'Agriculture, sa clbration annuelle fut encore l'occasion de nombreux discours officiels. Une circulaire au sujet de cette fte(l) nous permet d'voquer toute la solennit des crmonies organises pour honorer les travaux des champs:
On 6e rendra processionnellement l'autel de la patrie sur lequel le conseil des notables fera monter ceux qui doivent recevoir la cou-ronne civique, compose de feuillages et de fleurs; et, en prsence du peuple, au bruit des tambours et de la musique, les couronnes seront places sur la tte de ceux qui les au-ront mrites...
En dehors de ces deux ftes nationales, les Chefs de l'Etat s'adressaient au peuple et l'arme ou au Corps lgislatif, l'occasion des grands vnements de la vie nationale: prise d'armes dans le Nord, insurrection dans le Sud, troubles dans l'Est, avant la sparation, missions franaises charges de ngocier le retour du pays la Mtropole, rumeurs d'expdition militaire dirige contre Hati, etc.
Parfois, aux grandes leons d'union, de paix et de concorde, s'ajoutaient quelques conseils
(1) Lois et Actes, Tome IV, p. 360, Circulaire en date du 17 Mars 1826.


EN POSANT LES JALONS..
75
sur la ncessit des cultures, sur les bienfaits du travail. Mais toutes ces recommandations taient domines par cette commune rsolution: vivre libre. Et c'est avec des accents enflamms qui respiraient encore l'odeur de la poudre que les Chefs d'alors voquaient la glorieuse pope que la victoire couronna le 1er. Janvier 1804. Leur rhtorique tait au got du jour. De grands souffles la traversaient. On ne nourrissait le peuple que du pain verbal de la libert. La libert tait le panache qui ornait tous les discours. Aucun orateur n'oserait se dispenser de rendre son culte la desse la mode...
On comprend d'ailleurs aisment que, au lendemain des luttes sanglantes et des sacrifices hroques qui permirent, sur les ruines de l'opulente Saint-Domingue, de briser les chanes sculaires, les principes de Libert et d'Indpendance, associs ou confondus avec la haine du blanc, fussent rests la mystique salvatrice. Car Libert et Indpendance signifiaient principalement alors la fin des atrocits et du travail forc de l'esclavage. Ce concept, matrialis, en quelque sorte, par l'image encore vivante des servitudes, des souffrances et des humiliations, tait la pense


76 EN POSANT LES JALONS...
quotidienne des nouveaux citoyens de la libre et indpendante Hati. Il n'avait pas d'autre reprsentation dans leur conscience o la notion du travail, marque essentielle de la dignit humaine ou simplement un des attributs les plus lmentaires des hommes et des peuples, n'avait pas encore pntr.
*
* *
Ption manifeste avec une gale ardeur la rsolution du pays de vivre libre ou de mourir. Et lorsqu'il prche que c'est de la reprsentation nationale (1) que le peuple doit attendre sa flicit il ordonne, en mme temps, dans sa circulaire du 26 Juillet 1814 aux Commandants d'Arrondissements, de mettre le pays en tat de repousser une invasion trangre; de prparer des torches pour incendier les villes, (2) des eallebasses pour emmagasiner et transporter la poudre dans les campagnes, de planter des graines et des vivres en abondance dans les montagnes. Et il annonce des plans
(1) Baron Linstant de Pradines, Lois et Actes, Tome II, page 444.
(2) L'article 28 de la Constitution de 1805 disposait Au premier coup de canon d'alarme, les villes disparaissent et la nation est debout...


EN POSANT LES JALONS...
77
de bataille, attaque et dfense, qui leur seront communiqus. Et c'est contre les blancs (P-tion ne dit pas contre les Franais) qu'il appelle aussi son peuple lutter de nouveau. Son racisme rencontre donc ici celui de Dessalines. (1) Nous devons tre bien prpars, dit-il, montrer aux blancs ce que peuvent des hommes rsolus et qui en savent autant qu'eux.
Boyer continua la tradition. S'adressant au peuple et l'arme, l'occasion de son lection (2) Citoyens! dit-il, formons un cercle au-tour de l'arbre de la Libert... pouvantons nos ennemis, l'aspect de notre attitude ferme et imposante, devenons, s'il le faut, un peuple de hros ; l'exprience nous a prouv le degr de notre force: nous sommes, nous devons tre invincibles. Ailleurs, dans une proclamation en date du 15 juin 1818(3) il disait encore: Conservons nos armes... Imitons les peuples de la plus haute antiquit et soyons la fois guerriers et cultivateurs.
(1) Idem, Tome II chez Aug. Durand (Paris) 1860 page 267.
(2) Idem, Tome III, page 15.
(3) Idem, Tome III, page 42.


78
EN POSANT LES JALONS...
C'est Boyer, semble-t-il, qui inaugura les Exposs annuels de la situation gnrale du pays. Ces exposs ne manquent pas d'optimisme et de foi en l'avenir. Car, lorsqu'on s'y reporte, part quelques rares difficults signales et qui n'taient gure des obstacles insurmontables, on voit que tout allait gnralement bien. Et mme trs bien.
A l'ouverture de la Chambre des Reprsentants des Communes, le 15 Avril 1818, Boyer prsentait un bilan assez rconfortant ( 1 ) : La situation de la Rpublique est dans un tat trs rassurant: la tranquillit rgne partout, les cultures, par les soins qu'on y porte, donnent les plus heureuses esprances : le commerce est en grande activit: il sera dgag, j'aime l'esprer, des entraves qui pourraient l'embarrasser. L'administration de la Justice se perfectionne; l'arme est anime du plus pur patriotisme... Enfin, nous devons esprer aussi que les finances seront bientt, par la rgle et l'conomie, tablies dans un tat qui permettra de diminuer les charges de l'agriculteur.
(1) Idem, Tome III, page 26.


EN POSANT LES JALONS...
79
Deux ans aprs, tout allait presqu'aussi bien. ( 1 ) Jugez-en vous-mme : Les recettes ont excd les dpenses de Gdes. 172.839. Cependant le rsultat qui vous est offert n'est pas encore celui que je voudrais avoir prsenter la Nation; il m'a cot des efforts et des peines qui ne peuvent et ne doivent tre connus que de moi... Pour atteindre au but o je vise, il faudrait que l'arme ft, comme le sont rgulirement tous les employs civils, paye de la solde, tous les mois (elle ne l'a t que six fois, l'anne dernire) que toutes les fortifications fussent dans le plus complet tat de dfense,... que les difices publics fussent compltement rpars. J'arriverai, j'ose l'esprer, aisment ces grands rsultats, si je suis second, comme je le dsire, de ceux qui ont intrt voir prosprer l'Etat.
L'anne suivante, parlant l'ouverture de la 5me. session de la Chambre des reprsentants des Communes, le 20 Aot, Boyer exprimait sa satisfaction, dans ces circonstances favorables,(2) d'avoir annoncer que les finances de l'Etat sont dans la situation la plus
(1) Linstant de Pradines (Lois et Actes, Tome III pages 279-280).
(2) Ibid, Tome III, page 396.


80
EN POSANT LES JALONS...
prospre et que les nouveaux concessionnaires de terre se livrent la culture avec ardeur! Tout s'accorde pour confirmer que la fortune publique s'accrotra, chaque anne, dans une progression remarquable... nos relations avec l'tranger sont sur un pied avantageux, l'arme mrite les plus grands loges. Que de motifs de satisfaction!
En 1823 les finances de l'Etat malgr l'-normit des dpenses publiques sont dans une situation favorable... tout garantit Hati les plus heureuses destines.(1 )
Un an plus tard: l'Agriculture a prospr d'une manire remarquable et ls finances de l'Etat sont toujours dans un tat satisfaisant. (2)
Enfin, en 1837, Boyer crut ncessaire d'adresser au peuple une proclamation au sujet de la crise financire en Europe et aux Etats-Unis. Cette crise, nous informe-t-il, a eu sa rpercussion en Hati.Et il poursuit: Livrez-vous donc avec ardeur, l'exploitation de vos terres... Profitez des saisons favorables, pour former des rserves... Attachez-vous de
(1) Ibid, Tome IV, page 586.
(2) Ibid, Tome IV, page 11.


EN POSANT LES JALONS..
SI
prfrence la culture de ces racines nutritives cpii se dveloppent dans le sein mme de la terre, ne redoutent ni la fureur des ouragans, ni l'excs de la scheresse, ni la surabon dance des pluies.(l)
Toute cette littrature, tire de la poussire de nos archives, permet d'voquer, avec je ne sais quel attendrissement, ces temps heureux o n'taient gure connus les mille obligations, les devoirs nouveaux imposs par l'infiltration de plus en plus marque du progrs chez nous et d'un progrs qui, au long des annes, a cr et ne cesse de crer de nouveaux besoins.
L'hygine publique, l'urbanisme, le tourisme, l'assistance sociale, l'intensification et la diversification des cultures, la lutte contre l'appauvrissement du sol, les maladies des plantes et la misre de l'homme, le problme des dbouchs, de l'hydraulique agricole, des communications, toutes ces questions taient pratiquement inconnues ou d'un intrt secondaire.
Cela ne veut pas dire qu'une fois l'Indpendance obtenue, il n'y avait plus qu' se croiser les bras et baver de joie sur les bienfaits de la Libert.
(1) Ibid, Tome V, page 3 5 5.


82
EN POSANT LES JALONS...
Tout tait entreprendre. Sur les cendres de St. Domingue, il fallait construire, relever les ruines, rparer les dgts que l'incendie volontaire avait sem aux quatre coins de l'le, et surtout dtruire cette conception si fausse d'une collectivit d'environ 400.000 mes passe sans transition la libert et pour laquelle cette libert reprsentait, avant tout, le droit de ne plus travailler. Toussaint Louverture lui-mme le constatait bien avant l'Indpendance et en faisait le sujet de plusieurs de ses proclamations. Il ne semble pas que, malgr ses conseils et les manires drastiques dont i les appuyait, il ait russi avoir raison d'un tel tat d'esprit. Et pourtant, sans prparation aucune, sans armature morale, sans outillage, sans les cadres indispensables, sans une direction ferme et intelligente, capable de substituer aux intolrables conditions du rgime de l'esclavage un systme nouveau bas sur l'ordre, la justice et le travail, comment l'volution de la jeune nation et-elle pu et mme avec ces avantages se raliser du jour au lendemain? Mais cet effort devrait-il paratre, ceux qui avaient si glorieusement conquis l'indpendance, plus difficile accomplir que ces faits d'armes uniques qui touchent presqu'


EN POSANT LES JALONS...
83
la lgende? Peut-tre la cause de nos pitinements n'est-elle pas seulement due l'absence de cadres et de prparation, l'incomptence administrative ou l'ignorance de la plupart de nos Chefs. ( 1 )
Notre destin de peuple se joua le 17 octobre 1806. La mort tragique de l'Empereur ouvrait dj! l're maudite des rvolutions et des luttes fratricides. Au carrefour fatal du Pont Rouge, nous nous engagions dans la voie douloureuse des haines et des divisions. Nous prenions, ds cette date, le chemin de 1915. Durant plus d'un sicle, les pages de notre Histoire continueront tre macules du sang des fils d'Hati perptuellement dresss les uns contre les autres.
Les meilleurs efforts de nos Gouvernement? peu d'entre eux chappent cette constata-lion se dpensaient mater des rvolutions. Nos archives regorgent de proclamations et
(1) Les jours qui suivirent le 1er Janvier 1804 furent plus souvent rays d'ombre qu'empourprs de lumire. L're des hrosmes tait close. Celle de l'organisation administrative commenait. Tche ingrate et minuscule, si on la compare l'auguste pope dont la gense avait fait jaillir des bas-fonds de la servitude tant d'hommes transcendants. Tche colossale tout de mme, si d'elle devaient dpendre la stabilit du nouvel tat et la norme de son progrs. Mais la reconstruction de la Cit, les hros d'hier se montrrent fort souvent infrieurs au rle


84
EN POSANT LES JALONS...
d'adresses, de discours et d'audiences, o il n'est question que des mfaits des guerres intestines. La satisfaction la plus lgitime des Gouvernants tait donc d'annoncer que l'ordre et la tranquillit rgnent sur tous les points du territoire. Je voudrais, ce sujet, invoquer un tmoignage personnel.
J'allais souvent, en compagnie de quelques camarades du Lyce, internes comme moi, assister aux audiences du Prsident Salomon. Nous sortions prcisment le 1er Dimanche de chaque mois et nous n'avions gure le choix de nos loisirs. La grande parade militaire et 1' audience publique qui suivait taient donc de vritables attractions offertes notre dsuvrement de ces jours de sortie. Je vois encore l'immense sablier du Champ de Mars (on disait alors plus communment la savane du Gouvernement) sous lequel le Prsident, avec sa nom-
nouveau qui leur tait dvolu. A la discipline du soldat succda l'incomptence de l'administration, l'abngation du patriote se substitua l'ambition anarchique du comptiteur. C'est ainsi que des haines cristallises, des prventions comprimes naquirent les divisions nfastes qui furent les plus efficientes parmi les causes des incertitudes, des ttonnements, des heurts dans lesquels nous avons vcu pendant plus d'un sicle de vie nationale.
Dr. Price Mars Une tape de l'Evolution hatienne,
page 34.


EN POSANT LES JALONS...
85
breuse escorte bigarre, se tenait cheval pour voir dfiler les troupes, en musique. La revue et le dfil duraient une bonne demi-heure d'horloge, car il y avait beaucoup de soldats, plusieurs rgiments dont chacun avait un uniforme spcial. Et toutes ces couleurs, mles aux chamarrures et aux ors des tuniques et des habits des gnraux, faisaient comme un immense parterre anim, grouillant dans la clart du soleil matinal. Aprs la revue,nous longions les murs de la Prison des femmes (actuellement l'Ecole militaire) pour nous rendre, par la Place P-tion, au Palais National dont la faade principale donnait alors sur le btiment des Ministres. Tandis que la salle des audiences se remplissait avant l'arrive du Prsident, la Musique du Palais jouait des airs gais. Et c'est au rythme de nos meringues les plus entranantes que de graves personnages, vieux chevronns de l'arme, de la politique ou de la magistrature, traversaient les couloirs pour aller occuper les premires ranges de siges en face de l'estrade prsidentielle.
Salomon commenait invariablement se? audiences mensuelles par cette formule : Je suis heureux, Messieurs, de vous annoncer que l'ordre et la tranquillit rgnent sur toute


EN POSANT LES JALONS...
l'tendue du territoire de la Rpublique. Je l'avais entendue bien des fois, cette formule heureuse. Elle tait comme strotype sur les lvres prsidentielles. Mes camarades et moi, nous la savions bientt par cur, et nous nous amusions souvent la rpter entre nous, essayant d'imiter, non sans une pointe de malice innocente, la voix sourde et caverneuse du Prsident...
C'est entre deux insurrections que les questions les plus essentielles au prsent et l'avenir du pays purent tre considres. C'est bien dans cette atmosphre de perptuelle inquitude, de paralysie presque permanente des activits constructives que, tant bien que mal, guid parfois par des Chefs conscients et de bonne volont, le pays cheminait clopin-clopant... (1)
Ce perptuel qui-vive des Gouvernements la principale cause de nos pitinements explique toute la place accorde dans les adresse-officielles la paix et la tranquillit publique.
(1) Un autre rsultat vident se dgage de cet historique de nos premires rvolutions : c'est qu'une notable partie de ces 43 ans a t ainsi gaspille en comptitions politiques violentes durant lesquelles aucune des forces sociales vritables reprsentes par l'agriculture, Vin-


EN POSANT LES JALONS.
87
Aprs les traditionnelles manifestations de la volont de vivre libres, aprs ces interminables alarmes que l'ventualit d'un retour du pays l'ancienne mtropole esclavagiste obligeait nos premiers gouvernants entrete-
dustrie, le commerce n'a pu se constituer et qui, au contraire, ont oppos au dveloppement et l'existence mme de ces forces le plus srieux et le plus complet obstacle.
... L'ensemble des rpressions auxquelles dut recourir le Gouvernement de Boyer pour vaincre les insurrections ou les tentatives d'insurrections qui se manifestrent, .... depuis celle de Goman jusqu' celle de Praslin,.... occupa le pays durant un total de 2 ans et 2 mois qui, ajouts aux 14 ans dj relevs, fit que, de 1804 1843, nous passmes plus de 16 annes fomenter des troubles et les rprimer.
A partir de Boyer jusqu' Riche, le pays ne fit que cela, nous l'avons vu par le dtail. Les troubles et leur rpression... depuis celle initiale des Salomon et Castel pre jusqu' l'insurrection d'Acaau dans l'arrondissement de Nippes,... occuprent les diffrents pouvoirs publics durant un total d'une anne.
Ce qui fait que, durant 17 annes, le pays eut tourner tous ses efforts vers le rtablissement incessant de la paix. Et comme ces 17 annes ne reprsentent pas une
priode continue de guerre,.... ce qui et mieux valu.....
mais se rpartissent tout le long des premiers temps de notre vie nationale, il en ressort que notre activit sociale, .... au point de vue de l'agriculture, de l'industrie et du commerce,.... fut priodiquement, mais incessamment entrave par ces sortes d'entreprises, faites de toutes les violences dont peuvent tre victimes les personnes et les proprits.
Peut-on compter les incendies et les pillages dont s'accompagnrent nos insurrections, et dont nous essaierons ailleurs de faire le relev?
Et il ne s'agit ici que de troubles et de rpressions effectifs. Ce n'est plus 17 annes, mais la totalit des 43 qu'il faut que nous mettions au compte de nos troubles ruineux, s'il faut envisager que, dans les rares intervalles de paix


88
EN POSANT LES JALONS...
nir dans l'esprit public, les discours de ne Chefs eurent pour thme principal les horreurs des guerres civiles.
En dehors des ftes nationales, c'est donc l'occasion d'une insurrection, d'un mouvement, d'un couri ou de la trahison de tel ou tel gnral, commandant de tel ou tel arrondissement, que les Chefs d'Etat s'empressaient de s'adresser au peuple et l'arme, sans compter les discours et les audiences prononcs dans les tournes travers les Dpartements, et qui nous renseignent galement sur le prix qu'ils attachaient 1'Union de la famille hatienne...
L'loquence prsidentielle ne se consacrait qu' de pareils exercices oratoires. Elle ngligeait forcment les questions vitales dont
apparente, nous passons encore notre temps tramer de nouvelles insurrections, et le pouvoir, les prvenir.
Si, avec cela, nous avions trouv le temps de faire uvre de progrs quelconque,.... comme certains esprits, gagns par l'apparence des choses, semblent le croire,.... c'est que nous serions, ainsi d'ailleurs que plusieurs le pensent srieusement, un peuple de gnie.
En fait de gnie, nous n'avons que celui de la destruction, et c'est pourquoi nous ne cessons avant tout de l'exercer contre nos gouvernements eux-mmes. Le malheur est qu'ils ne ddaignent pas de nous rendre aussi vertement la pareille.
Auguste Magloire Les Insurrections, Tome premier, 1909, pages 419, 420.


EN POSANT LES JALONS... 89
dpendait l'avenir du pays. Mais pouvait-on les considrer utilement dans cet invariable climat de troubles et d'anarchie, de prils et
d'aventures?...




III
LE GLISSEMENT DE LA NATION




1
III
LE GLISSEMENT DE LA NATION
Il faudrait des volumes pour relater tous les faits topiques d'ordre politique, conomique, administratif, social, moral, qui, tmoignant des tristes conditions gnrales de notre pays, avaient finalement abouti l'ingrence trangre dans nos affaires intrieures. Ces faits se trouvent tantt synthtiss, tantt analyss, dans de nombreux ouvrages d'crivains hatiens, et quelquefois mme dans des pices officielles. Les quelques extraits qui vont suivre en donneront, croyons-nous, une ide suffisamment prcise. Ils manent en gnral de quelques-uns des plus importants tmoins de la crise hatienne et constituent le dossier de notre dliquescence politique, de plus en plus accentue, au cours des 25 ou 30 annes qui ont prcd l'Occupation amricaine.
En 1867, la veille de la plus longue et de la plus meurtrire de nos guerres civiles, parut un petit livre intitul : Des rvolutions d'Hati,


94 EN POSANT LES JALONS...
de leurs causes et de leurs remdes. Les auteurs taient deux des hommes les plus considrables de l'poque: M. B. Bird, pasteur vanglique, et le Dr. J. B. Dehoux, un savant hatien qui avait dirig, pendant plusieurs annes, notre Ecole de Mdecine et de Pharmacie.
Anglais de nationalit, le pasteur Bird fut un sincre ami de ce pays qu'il connaissait bien pour y avoir fait un long sjour. Sa mission vanglique le mettait en contact avec toutes les catgories de la population. D avait beaucoup voyag dans l'intrieur de l'le, n avait approch beaucoup d'hommes dans l'exercice de son ministre, et il avait pu voir et s'expliquer bien des choses. Sa part de collaboration l'ouvrage est trs apparente car il s'y trouve des pages que traverse un grand souffle religieux. Le caractre chrtien de ce travail tait d'ailleurs annonc par les auteurs eux-mmes.
Bird et Dehoux avaient d'abord rapport de leur enqute que Hati a dbut au milieu des circonstances les plus dplorables, quant aux masses. Et, pourtant, ajoutent-ils, au sein de ce peuple, il y avait, cette poque des hommes clairs qui servaient de lumires et


EN POSANT LES JALONS..
95
de piliers. Ils s'aperurent nanmoins que ces piliers n'taient ni assez nombreux ni assez solides pour supporter une construction stable et rgulire.
Du plus illustre de ces piliers, c'est--dire de Dessalines, ils disent:
qu'il et en main la gestion des affaires, mais que, malgr toute l'autorit dont il ft revtu, il montra qu'il n'tait pas fait pour connatre et gouverner les hommes. Il fut valeureux, sut conqurir, eut le mrite de proclamer notre indpendance nationale: mais c'tait une autre spcialit que celle de rgnrer un peuple par une autre force que la puissance matrielle: et n'tait-ce pas en cela que devaient consister dsormais tous les efforts des chefs qui Dieu avait confi la conduite de ce peuple? Dessalines ne parut nullement souponner cette mission autrement importante et ne voulut rgner que par la verge, le bton, le fusil, le sabre et la tyrannie. On voyait avec deuil l'instruction publique compltement oublie, abandonne, la corruption s'tendre, les murs se relcher davantage, la religion sans empire sur les mes.
Certes, ce serait se montrer exigeant que de vouloir que, ds cette poque, Dessalines russt dvelopper, sur une large chelle, le vaste champ des ressources intellectuelles ou morales du peuple hatien; mais il n'en comprenait pas l'importance, malgr qu'il recourt des lecteurs pour lui lire les papiers publics, qu'il aimt entendre les discours de WU~


96
EN POSANT LES JALONS...
belforce sur la traite des Noirs, qu'il sentt la ncessit d'avoir des hommes de plume pour rdiger ses actes; malgr qu'il et assist la marche progressive des ides, des sentiments qui nous amenrent prendre les armes contre les Franais et les prjugs coloniaux. Le respect qu'on avait pour lui, provenait surtout de la terreur qu'il inspirait, et nulle part, durant son rgne, nous n'avons vu substituer la persuasion l'empire de la force brutale.
Quant aux autres piliers, ils se trouvent englobs dans cette remarque gnrale:
Jusqu' prsent les exemples que notre histoire nous a permis d'invoquer, ne sont que des preuves ngatives l'appui de ce sens pratique que nous voudrions trouver en germe dans toutes nos tentatives rvolutionnaires.
La socit hatienne, d'aprs Bird et Dehoux se partage en trois grandes divisions:
/.les masses qui sont dans une profonde ignorance;
2.une arme immense, sans la plus lgre hostilit de la part de l'Etranger;
3.une minorit composant la classe claire.
(1) Dessalines a t arrt dans son uvre, ds le premier pas. Ce serait une imposture que de soutenir qu'il n'a t qu'un tyran qui ne cont aucun programme civilisateur. Il avait des plans de Gouvernement excellents, bien conus, parfaitement excutables.
L. J. Janvier .... Les Constitutions d'Hati, page 47.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs