• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Introduction
 Notre politique exterieure
 La politique financiere
 Justice
 Travaux publics
 Commerce
 Hygiene et assistance publique
 Notre politique agricole
 Le relevement des masses rural...
 Transformation de notre enseignement...
 Les colonies agricoles
 Bienfaisance et justice social...
 Tourisme
 L'effort moral et religieux
 Notre force publique
 Conclusion
 Table of Contents














Group Title: Efforts et résultats
Title: Efforts et résultats
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094312/00001
 Material Information
Title: Efforts et résultats
Physical Description: 3 p.l., 9-293 p., 3 l. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Vincent, Sténio, 1874-
Publisher: Imprimerie de l'e´tat
Imprimerie de l'état
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 1938
Copyright Date: 1938
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti   ( lcsh )
Social conditions -- Haiti   ( lcsh )
Condiciones sociales -- Haití
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094312
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 03563181
lccn - 39011651

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Half Title
        Page 3
        Page 4
    Title Page
        Page 5
        Page 6
    Introduction
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Notre politique exterieure
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    La politique financiere
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Justice
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Travaux publics
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    Commerce
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Hygiene et assistance publique
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    Notre politique agricole
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Le relevement des masses rurales
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
    Transformation de notre enseignement national
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
    Les colonies agricoles
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
    Bienfaisance et justice sociale
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
    Tourisme
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    L'effort moral et religieux
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
    Notre force publique
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
    Conclusion
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
    Table of Contents
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
Full Text
STENIO VINCENT
Prsident d'Hati
EFFORTS ET RSULTATS
IMPRIMERIE DE L'ETAT
RUE DU CENTRE
PORT-AU-PRINCE, HATI


UNIVERSITY OF FLORIDA LIBR ARIES


EFFORTS
ET RESULTATS


Cet ouvrage est en vente L'Imprimerie de l'Etat Rue du Centre


STENIO VINCENT
| ) I EFFORTS ET RSULTATS
I
, & / S- / ,V/
IMPRIMERIE DE L'ETAT
RUE DU CENTRE
PORT-AU-PRINCE, HATI


Tous droits rservs


INTRODUCTION




C'est dans la paix et dans la joie des sympathies rciproques que se ralisa, il y a quatre ans, la tche qui nous tait dvolue de rtablir ce pays dans la norme fondamentale de son statut international. Cette tche s'accomplit heureusement, telle que nous l'avions prconise en dehors du pouvoir et telle que nous l'avons poursuivie jusqu'au bout, une fois que la libre volont nationale nous avait charg des responsabilits du Gouvernement. Elle n'tait pas facile cependant. Elle fut mme, par moments, plutt lourde et singulirement complique par la politique intrieure.
Ce fut d'abord un nationalisme outrancier, agressif et ngatif,encore tout bouillant d'une campagne lectorale o les mots les plus tmraires croyaient avoir facilement triomph, sous les tonnelles accueillantes, des contingences et des ralits d'alors,qui se dressa en face du Gouvernement et voulut Yentra-ner dans une diplomatie de jactance et de menaces, aux fins d'une dsoccupation immdiate et sans conditions. Les tenants de cette


10
INTRODUCTION
politique brouillonne allaient mme jusqu' dclarer qu'il fallait bouter l'occupant hors du territoire, ou bien encore risquer le pays pour le gagner. Il est peine besoin de montrer, non seulement comment une telle politique tait absolument impraticable de la part de n'importe quel Gouvernement, mais encore tout le ridicule qui s'y attacherait.
Une autre fraction de ce mme nationalisme, tout aussi intransigeante, mais quelque peu moins porte aux excs et aux aventures, recommandait, pour sa part, et avec une gale vhmence, le retour immdiat la situation d'avant 1915. Si cela n'tait pas possible, il valait encore mieux, disait-on de ce ct, n'entamer ni accepter aucune ngociation qui ne conduirait directement, et du premier coup, ce rsultat dfinitif, le seul conforme aux droits imprescriptibles de la Nation. C'tait le tout ou rien d'un certain nombre d'individus camps dans l'absolu et dont l'entendement ne s'embarrassait d'aucune des nuances ncessaires une juste considration des affaires humaines.
Si l'on se rappelle que l'Occupation trangre, qui avait sa base la Convention de 1915, s'tait, par la suite, hrisse d'accords et


INTRODUCTION
11
de contrats qui liaient, en somme, la Rpublique, bien que, dans les mmes quartiers, on contestt leur valeur juridique, on comprendra aisment pourquoi pas plus l'une que l'autre de ces deux mthodes extrmes, pleines d'incertitudes et de prils, ne pouvait raisonnablement tre adopte par le Gouvernement.
Nous avons pens, au contraire, qu'il fallait une politique objective et conciliante, qui ne brusqut pas les vnements, qui les ordonnt de manire obtenir, sans heurter ni indisposer la grande Puissance avec laquelle nous allions discuter, le maximum de rsultats positifs et concrets dans le moins de temps possible.
Le Gouvernement prit cette direction. Il dcida de ngocier la liquidation de la Convention de 1915 et d'arriver graduellement la remise l'Administration hatienne des grands Services publics qui taient grs jusque-l par les Officiels amricains.
Le Gouvernement des Etats-Unis avait d'ailleurs dcid de mettre fin ses responsabilits en Hati. Il s'agissait tout simplement, pour lui, de la manire d'en sortir, et, pour nous, de l'emploi des mthodes les plus sres et les dIus opportunes pour recouvrer les attri-


12
INTRODUCTION
buts de notre Souverainet. Nous prmes la voie des hatianisations successives par des accords partiels. C'est elle qui nous mena, au mois d'aot 1934, la dsoccupation dfinitive du pays par les forces trangres.
En effet, ds le 4 Dcembre 1930, le Commandement du Dpartement militaire du Centre fut confi un Officier hatien.
Le Dpartement militaire de l'Artibonite et du Nord-Ouest fut hatianis le 30 Janvier 1932; celui du Sud, le 17 Dcembre 1932 et celui du Nord, le 16 Juillet 1934.
L'accord excutif du 5 Aot 1931 remit l'Administration hatienne le Service National d'Hygine et d'Assistance Publique, la Direction Gnrale des Travaux Publics, le Service Technique d'Agriculture, le Bureau de l'Enregistrement.
Les sous-accords des 24 Aot et 3 Dcembre 1918, le premier, faisant obligation au Gouvernement hatien de communiquer la Lgation des Etats-Unis Port-au-Prince tous les projets de lois mans de lui avant de les soumettre aux Chambres, et le second, exigeant le visa du Conseiller financier sur les mandats


INTRODUCTION
13
de paiement mis par le Secrtaire d'Etat des Finances, furent abrogs.
L'Accord du 7 Aot 1933, qui devait entrer en vigueur le 1er Janvier 1934, haitianisait les Douanes, l'Administration Gnrale des Contributions, remplaait le Conseiller financier par un Reprsentant fiscal, prvoyait la dfinitive hatianisation de la Garde et la d-soccupation militaire du territoire de la Rpublique, un nouvel amnagement des garanties financires stipules dans le Protocole de 1919 et le Contrat d'emprunt de 1922 et le droit, pour le Gouvernement Hatien, de racheter par anticipation le solde du dit emprunt.
Au mois d'Avril 1934, je voyageai aux Etats-Unis pour confrer directement avec le Prsident Roosevelt sur quelques points importants qui taient rests en suspens aprs la signature des deux Accords sus-mentionns. L'illustre Chef d'Etat amricain venait prcisment de faire aux Etats du Nouveau Monde sa grande dclaration de paix et de solidarit pan-amricaines.
En effet, au cours d'une session extraordinaire du Comit directeur de l'Union panam-ricaine, tenue le 12 Avril 1933, il avait dfini,


14
INTRODUCTION
de la manire la plus heureuse, le panamricanisme.
Les qualits essentielles d'un vrai panamricanisme, disait-il, sont exactement celles qui sont incluses dans l'expression de bon voisinage, c'est--dire la comprhension mutuelle, et, grce cette comprhension, une apprciation sympathique des points de vue a"autrui. C'est seulement en agissant en conformit avec ses principes, que nous pouvons esprer construire un difice dont la confiance, l'amiti et la bonne volont seront les pierres angulaires.^)
C'est sous le signe de cette nouvelle politique de bon voisinage qu'eurent lieu les cordiales et rconfortantes entrevues de Washington. Aussi, tout fut-il rapidement rgl la satisfaction du Gouvernement et du pays. Et lorsque, deux mois plus tard, le Prsident Roosevelt me retourna ma visite au Cap-Hatien, ce fut devant les reprsentants autoriss de la Nation qu'il proclama lui-mme, dans la mmorable journe du S Juillet 1934 et la runion qui eut lieu l'Union Club du Cap-
Ci) SUR LA BONNE VOIE, p. 130 par Franklin D. Roosevelt, traduit de l'anglais par Pierre Dubray.


INTRODUCTION
15
Hatien, l'heureux aboutissement des ngocia-tions pour la dsoccupation militaire du pays, et quil fit connatre l'Accord intervenu, ce sujet, entre les deux Gouvernements.
Le 15 Aot 1934, quatre heures de l'aprs-midi, aprs les mouvantes crmonies qui eurent lieu Port-au-Prince, au Champ de Mars, les Marines avaient quitt dfinitivement le sol hatien.
Le Gouvernement avait eu surmonter bien des difficults au cours de cette priode particulirement dlicate de son existence. Aux attaques injustes dont il avait t Fobjet, aux impatiences des uns et aux injonctions des autres, il lui suffit de rappeler aujourd'hui comment la position de sagesse rflchie qu'il avait prise, dans le libre discernement des ncessits et des possibilits du moment, se trouva justifie par des rsultats qui, dans le domaine des revendications nationales, avaient rpondu, en dfinitive, toutes les aspirations du pays.
Je m'en voudrais de ne pas rendre hommage au magnifique esprit de conciliation et mme d'amiti, dont firent preuve, lorsque s'coulaient ces grandes heures de notre Histoire, tous les Officiels amricains, diplomates, chefs


16
INTRODUCTION
militaires et directeurs de nos services civils. Cet hommage s'adresse, en particulier, l'Honorable M. Dana Munro, qui connut, sans doute, la partie la plus difficile,et je peux mme dire la plus dangereuse des ngociations au grand Ami des Hatiens, l'Honorable Norman Armour, qui incarna si parfaitement et avec une si large comprhension de la situation hatienne la nouvelle politique de coopration interamricaine du Prsident Roosevelt, et au bon et brave Colonel Little, le dernier en date des Chefs de l'Occupation, qui apporta, dans l'exercice de ses dlicates fonctions, un tel sens de justice et d'humanit, qu'il se fit aimer de tous ceux qui eurent l'avantage de le connatre et de l'approcher. Ils nous aidrent tous faire aboutir ses fins normales l'action d'une diplomatie raliste que nous avons voulu, ds le premier jour, soustraire et la raideur des attitudes thtrales et l'enlisement dans le maquis des procdures irritantes.
*
*
Aprs la restauration de notre statut international, il fallait que le Gouvernement ft assez stable et assez fort, il fallait qu'il conti-


INTRODUCTION
17
nul, malgr une opposition bruyante et passionne, jouir de toute la confiance des lments clairs et pondrs, aussi bien que des masses populaires, pour envisager, dans le calme, les problmes multiples et complexes que soulignait, avec peut-tre plus de nettet et plus de prcision que la veille, la grande ralisation nationale qui venait de s'accomplir. Dj la crise mondiale s'accentuait de plus en plus et nous en prouvions les dsastreux effets. Le prix du caf baissait. Dans le discours que je prononai Saint-Marc, le 25 Mars 1931. j'avais prditet l'on me pardonnera d'avoir t trop bon prophteque ces bas prix ne constituaient pas un phnomne passager, qu'ils se maintiendraient longtemps encore et qu'il ne fallait pas s'attendre ce que leur niveau d'alors ft dpass. J'avais ajout que le caf nous jouerait des tours. Nous subissons, la minute mme o j'cris, les terribles effets de la crise provoque, la fin de l'anne dernire, par la renonciation du Brsil sa politique de valorisation.
La misre? Elle tait dj installe dans le pays lorsque je pris les rnes du Gouvernement. Dans ce mme discours de Saint-Marc, il n'tait question que d'elle et des conseils que


1S
INTRODUCTION
je prodiguais pour amliorer la triste situation conomique dont elle tait la consquence. Et pour comble de malheur, des inondations dans les dpartements du Nord et du Nord'Ouest, qui se renouvellent d'ailleurs priodiquement dans toutes les rgions, venaient de ravager des plantations et de jeter la dsolation parmi des populations entires.
Tous les domaines de l'activit nationale rclamaient en mme temps, et d'urgence, l'nergique intervention du Gouvernement.
Fortifier la scurit publique par l'augmentation de l'effectif et par l'quipement appropri de la Garde d'Hati; dvelopper et diversifier notre production agricole, irriguer les terres, les drainer; arracher des centaines de milliers d'tres humains leur misre physiologique et morale, lever leur standard de vie, leur donner la notion d'un mieux-tre; distribuer Veau potable dans les villes et les villages; amliorer l'tat de nos routes; construire des maisons d'coles, rformer l'enseignement primaire, le dgager de sa gangue livresque et en faire tout simplement l'apprentissage du mtier d'homme; protger les masses ignorantes contre l'exploitation habituelle de certains petits fonc-


INTRODUCTION
19
tionnaires sans conscience, juges de paix, arpenteurs, huissiers, etc.; rpandre, par une cole rurale organise sur des bases nouvelles, le got et l'intrt du travail agricole, de manire attacher de plus en plus le paysan son sol au lieu d'en faire un dracin, ce qui, soit dit en passant, constitue actuellement le plus grave danger d'un enseignement rural qui serait imprvoyant et inadquat; lutter contre le funeste dboisement, crer des rserves forestires et sauver celles qui existent; amliorer nos vieilles denres exportables, notamment le caf, par une prparation et une prsentation qui en facilitent davantage le commerce; doubler la production de cette denre; rpandre l'hygine publique, vulgariser les principes d'hygine prive; embellir et assainir nos villes pour y attirer le touriste et faire du tourisme une source de profits; construire et entretenir des asiles pour les malades, les infirmes et les vieillards indigents; sauver l'enfance pauvre, abandonne ou vicieuse; enfin, fonder et encourager des uvres sociales qui tmoignent de notre esprit de solidarit et de notre souci d'apporter un soulagement aux misres hatiennes, tel est, dans l'ensemble^ le travail immense qui nous sollicitait, ds le


20
INTRODUCTION
dbut, et qu'il fallait entreprendre cote que cote, presque sans ressources, dans la pleine conscience de l'abme qui existait entre le but et les moyens. Nous nous y attelmes quand mme, et rsolument, sans trop rflchir, hlas! aux pnibles conditions d'une action faite plutt de bonne volont que de possibilits ou de perspectives de succs.
C'est le rsultat de ces inlassables efforts exposs au cours de ce livre dont nous avons essay d'attnuer Varidit documentaire par quelques rflexions personnelles que nous livrons la conscience et la mditation de nos concitoyens.
Port-au-Prince, 21 Aot 1938.


NOTRE
POLITIQUE EXTERIEURE




/
La liquidation de la Convention de 1915 avait absorb presque toute notre activit diplomatique, de 1931 au dbut de 1934. Cette liquidation ralise dans les conditions que nous avons dj rappeles (v. introduction), nos relations avec les Etats-Unis d'Amrique avaient continu se dvelopper dans une atmosphre de plus en plus amicale.
De 1934 ce jour, les efforts du Gouvernement pour rsoudre les difficultsquelle que ft leur nature,qui ont surgi entre les Puissances Etrangres et Hati et amliorer le plus possible nos rapports avec Elles, ont t constamment couronns de succs.
Ce rsultat, videmment, n'a pu tre obtenu que grce notre application mthodique concilier, dans le cadre de la raison, de la justice et de l'honntet, les intrts en prsence aussi bien que les points de vue momentanment divergents. La tche, il faut aussi le reconnatre, nous a t de beaucoup facilite par le sincre dsir d'entente rencontr chez tous les Pays reprsents Port-au-Prince.
Les Etats-Unis, cet gard, doivent figurer au premier rang. C'est dans les meilleures dispo-


24 NOTEE POLITIQUE EXTERIEURE
skions d'esprit et avec une relle volont de collaboration amicale qu'ils ont eu examiner avec nous nombre de questions importantes intressant les deux pays. Le Trait de Commerce du 28 Mars 1935 en est un tmoignage clatant. l a largement contribu intensifier le courant d'changes commerciaux entre notre grande voisine et nous. La disproportion qui existait entre les exportations amricaines en Hati et les ntres aux Etats-Unis a, en effet, considrablement diminu, du fait de l'augmentation constante de nos ventes de caf et surtout du placement de nos figues-bananes sur le march amricain.
Pendant ce temps, les difficults d'ordre commercial qui, un certain moment, paraissaient, aux yeux de plus d'un, assombrir nos vieilles et excellentes relations avec la France, maintenaient en perptuel contact, et dans le meilleur esprit, les reprsentants des deux pays. Et grce, prcisment, ce louable esprit de conciliation dont l'un et l'autre n'ont jamais cess d'tre anims, l'accord enfin a pu tre fait entre les Hautes Parties intresses: un important instrument diplomatique l'a consacr le 24 Juin 1938. Il est certain que notre caf, retrouvant ainsi ses anciens et fidles


NOTKE POLITIQUE EXTERIEURE 25
clients, les reconquerra tout fait, d'autant plus qu'il retourne au Havre dans des conditions bien plus favorables qu'auparavant.
L'ide d'organiser une certaine propagande extrieure qui nous aiderait augmenter nos dbouchs, tait, depuis longtemps dj, envisage par mon Gouvernement. La ncessit d'y donner suite se lit assez vivement sentir ds la fin de 1934, en raison des difficults cres par une concurrence imprvue des cafs d'autres provenances, et aussi, il faut le dire, des conditions plutt dfectueuses dans lesquelles notre produit tait export. Le 9 octobre 1934, un Arrt prsidentiel ouvrit la Secrtairerie d'Etat des Relations Extrieures un crdit extraordinaire de 50.000 gourdes qui nous permit de faire notre essai de propagande commerciale. Une Commission fut nomme cet effet. Elle se rendit en Europe o elle tudia, pendant prs d'un an, les causes qui mettaient notre caf en tat d'infriorit ainsi que les moyens d'y remdier. Nous pouvons dire que son travail n'a pas t inutile, puisqu'il en est rsult, en dfinitive, une amlioration relle de notre denre nationale. Cette Commission avait notamment travaill sur les places du Havre et d'Anvers.


26 NOTRE POLITIQUE EXTERIEURE
Ses changes de vues avec les reprsentants qualifis de ces marchs lui avaient permis de renseigner exactement nos Services locaux sur les mesures qu'il y avait prendre, d'urgence, pour que notre caf pt se prsenter dsormais aux acheteurs europens dans des conditions autres que celles qui, depuis quelque temps, l'exposaient perdre compltement sa clientle, en mme temps que sa vieille rputation. Le Gouvernement prit immdiatement les mesures qui s'imposaient la suite de ces informations. Il organisa un contrle svre l'exportation, ferma l'oreille aux rclamations de quelques exportateurs attards dans la routine et la facilit, et affirma, chaque occasion, sa dtermination bien arrte de poursuivre son action pour la rorganisation de notre commerce de caf que les nouvelles conditions des marchs rendaient d'ailleurs indispensable.
Parmi les questions qui, sur le terrain diplomatique, avaient le plus inquit notre Chancellerie,parce que des plus dlicates se trouvait, comme on la dnommait, avec raison peut-tre, l'pineuse question des frontires hatiano-dominicaines. On sait dj que, grce la bonne volont et la coopration efficace des deux Gouvernements, elle a t


NOTRE POLITIQUE EXTERIEURE 27
dfinitivement rgle par un Accorddu 27 Fvrier 1935qui a mis fin aux difficults qui s'taient leves au sujet du trac de la ligne frontire des deux Rpubliques, telle qu'elle est dtermine par le Trait du 21 Janvier 1929. Les erreurs matrielles que contenait ce Trait et qui provenaient notamment de la mconnaissance ou de la confusion des lieux ont t heureusement rectifies. Cela nous a permis de ramener les pertes en territoire, qui, d'aprs le Trait de 1929, devaient tre de 68.240 carreaux, au chiffre de 5.284 carreaux, d'o une rcupration de 62.956 carreaux.
La lettre suivante de Messieurs les Ingnieurs Louis Roy et L. G. Tippenhauer, Membres techniques de la Commission des frontires, qui m'a t adresse le 9 Mars 1935, ainsi que le relev qui l'accompagne, donnent, ce sujet, des dtails qui montrent bien toute l'importance des rectifications dont le Trait de 1929 a t l'objet, en vertu de l'Accord du 27 Fvrier 1935.
Port-au-Prince, le 9 Mars 1935.
Mon cher Prsident,
Ci-inclus un relev qui peut vous tre agr-able ; il permet de constater que, si le Trait


28 NOTRE POLITIQUE EXTERIEURE
de 1929 avait t ralis, tel qu'il avait t conu, la perte hatienne aurait t consid-rable. Les objections souleves par la Sec* tion hatienne de la Commission de dlimi-tation des Frontires ont eu pour cons-quertce de faire natre les longues discussions qui ont abouti un Accord final, qui n'est d, en ralit, qu' votre nergie, votre ini-tiative, car vos dernires suggestions ont per-mis de contourner et d'aplanir les ultimes difficults que les Commissaires, seuls, n'au-raient pu rsoudre.
Grce cet Accord, les pertes en territoire qui devaient tre de 68.240 carreaux ont t ramens au chiffre de 5.284 carreaux.
Lorsque les bornes dfinitives seront po-ses, environ 62.956 carreaux de terre, per-dus par le Trait du 29 Janvier 1929, seront rcuprs et rintgrs dans le territoire ha-tien. Quelle satisfaction pour votre esprit de haute quit et vos sentiments levs de pa-triote.
Avec l'expression de nos sentiments d-vous, agrez, mon cher Prsident, nos salu-tations respectueuses.
LOUIS ROY, Ingnieur.
L. G. TIPPENHAUER, Ingnieur.


NOTRE POLITIQUE EXTERIEURE 29
RELEVE
Abandon du ct hatien suivant le Trait de 1929
Carreaux Carreaux
I. Source du Libon......................... 9.496
IL Rgion de Lamielle................... 30.000
III. Rgion Savane Puerta............... 550
IV. Rgion Artibonite & Macasia... 4.250
V. Rgion Fort Cachiman............. 334
VI. Rgion Rancho de las Mujeres. 7.150
VII. Rgion Nan Baye..................... 450
VIII. Rgion entre Gros Mare et Tte
l'Eau .................................. 21.135
- 73.365
Abandon du ct dominicain suivant le Trait de 1929
I. Rgion de la Cordillre............. 725
II. Rgion du Lac Azuei................. 4.400
- 5.125
La perte hatienne suivant le
Trait aurait t de................ 68.240
Abandon du ct hatien suivant l'accord final-'
I. 125
II. Rgion Artibonite & Macasia... 4.250
III. 334
IV. 900
V. 1.375
VI. Rgion Pitimi-Boucan Tanhou 2.800
9.784
Abandon du ct dominicain suivant l'accord final:
I. Rgion du Lac Azuei............... 4.400
II. Rgion Gros Mare..................... 100
- 4.500
Perte hatienne dfinitive................. 5.2 84
Reprise ..............62.956 carreaux.
Mars 1935.


30 NOTRE POLITIQUE EXTERIEURE
Cet heureux rglement de la question des frontires avait cr entre les deux peuples une rconfortante atmosphre de confiance et de cordialit. Ce n'tait pas une fin; c'tait, comme le disait alors un journal dominicain, le point de dpart d'une re nouvelle de mutuelle comprhension dans les relations entre la Rpublique d'Hati et la Rpublique Dominicaine. Et c'est pourquoi les malheureux vnements survenus en territoire dominicain, au mois d'Octobre 1937, ont t si regrettables tous les points de vue. Les srieuses difficults auxquelles ils avaient donn lieu entre les deux pays ont t rgles par le Trait sign Washington, le 31 janvier 1938, qui leur a trouv la solution honorable et satisfaisante que le pays attendait.
Par sa politique rsolument pacifique et par sa volont constante de conformer sa conduite aux principes proclams dans les diffrents Congrs Panamricains et consigns dans les traits conclus au cours de ces Congrs, la Rpublique d'Hati a vu s'accrotre son autorit et son prestige dans le monde Panamricain. Si, d'une part, l'on considre les faibles moyens dont dispose notre Chancellerie, et, d'autre part, l'isolement auquel semble nous condamner notre


NOTRE POLITIQUE EXTERIEURE 31
langue officielle, diffrente de celles de toutes les autres Nations du Continent, on ne peut qu'tre heureux des liens qui, malgr tout, se sont crs entre nous et les Etats amricains, aussi bien que de la sympathie agissante qui nous a t tmoigne par un grand nombre d'entre eux au cours des dures preuves que nous avons traverses.
Notre pays a t brillamment reprsent toutes les Confrences et runions internationales qui se sont tenues de 1934 ce jour. Il n'est pas ncessaire d'numrer ici les nombreux traits signs durant ce temps par le Gouvernement hatien: il suffit de dire qu'Hati a toujours particip toutes les grandes manifestations internationales de ces dernires annes et que, constamment, dans la mesure de ses moyens d'action, elle a contribu l'uvre de paix et de bonne entente entre toutes les nations du monde, et particulirement entre celles de notre Continent.
C'est, du reste, en vue de faciliter un tel rsultat qu'a t agrandi notre cadre diplomatique en Europe, avec lvation de nos postes consulaires de Varsovie et de Bruxelles au rang de Lgation, et que de nouvelles Lgations ont t cres Caracas, Bogota et Mexico.




LA POLITIQUE FINANCIERE
efforts et resultats 2




Le Budget
Depuis 1934 le Gouvernement sent peser sur sa politique financire la menace dei rpercussions de la crise conomique mondiale.
Le problme financier hatien, dans sa simplicit apparente, se prsente cependant sous un jour assez difficile. Les solutions qui, en temps de crise, peuvent tre adoptes par le Gouvernement, sont d'un ordre fort restreint. Il ne peut tre question, en effet, comme pour certains grands pays, de recourir l'emprunt sur le march intrieur pour combler les dficits, et il ne peut non plus s'agir de crer des ressources par des impts directs, la matire imposable tant de peu d'importance en Hati, puisque nous possdons fort peu d'usines et d'industries et fort peu de richesses acquises, et qu'en outre la population oppose une force d'inertie presque insurmontable la taxation directe.
Ds cette poque cependant, il tait visible pour les esprits avertis qu'Hati ne tarderait pas ressentir les effets de la dpression co-


36 LA POLITIQUE FINANCIERE
noniique mondiale. Il devenait donc indispensable de surveiller attentivement la marche des recettes fiscales et de prendre des mesures immdiates au premier signe de flchissement de ces recettes.
Fidle cette politique de prvoyance, le Gouvernement n'hsita pas lever, pendant l'Exercice 1936-1937, certains impts, notamment la taxe sur les cigarettes et la gazo-line, et la surtaxe sur tout bordereau de douane l'importation qui fut porte de 5% 10%.
Cette politique de sage prvoyance aurait indubitablement suffi nous aider traverser, sans trop d'encombre, la priode de dpression. Malheureusement, au dbut de Novembre 1937, le Brsil abandonnait brusquement sa politique de valorisation du caf, et la baisse immdiate et brutale du prix de cette denre mit le Gouvernement Hatien en face d'une situation exceptionnellement difficile.
Nos prvisions de recettes budgtaires sont bases en grande partie sur les droits de douane que paie notre caf sa sortie. Or, il tait vident qu'avec les bas prix pratiqus sur les marchs mondiaux, le caf ne pourrait continuer payer des droits de douane levs sans


LA POLITIQUE FINANCIERE 37
dcourager, irrmdiablement peut-tre, le producteur hatien, dj rduit la portion congrue, et sans provoquer, qui sait? l'abandon total de cette culture. Nous tions menacs de voir cesser toutes les transactions commerciales intressant notre caf, avec des consquences incalculables sur l'conomie gnrale du pays. Ds lors que le paysan cesserait de produire ou de vendre son caf, son pouvoir d'achat diminuerait, il s'abstiendrait de toute transaction, et il en rsulterait une stagnation gnrale de la vie conomique nationale.
Le Gouvernement n'hsita pas prendre sans dlai les mesures qu'imposait cette situation. Il diminua de moiti les droits l'exportation du caf, sachant bien qu'il en rsulterait tout naturellement une rduction considrable des recettes budgtaires et qu'il se trouverait par consquent dans l'impossibilit de faire face aux dpenses budgtaires, telles qu'elles avaient t prvues pour l'Exercice 1937-1938.
Pour parer cette situation, des ngociations furent entames avec le Gouvernement Amricain et, grce la large comprhension de nos difficults momentanes qu'a bien voulu tmoigner ce dernier, un accord fut sign


3S LA POLITIQUE FINANCIERE
le 13 Janvier 1938, rduisant un montant symbolique les valeurs verser pour l'amortissement de l'emprunt, pour la priode s'ten-dant du 1er Janvier au 30 Septembre 1938 accord qui vient d'tre prolong pour une nouvelle priode d'une anne.
Par ailleurs, le Gouvernement sollicita et obtint l'approbation du Comit Permanent de l'Assemble Nationale pour les mesures suivantes :
1) modification du tarif des droits l'importation, notamment en ce qui concerne le savon, la krosine, les bois de construction, le ciment, les fers et aciers, le poisson;
2) nouvelle rduction des droits l'exportation tablis sur le caf;
3 ) modification de l'assiette de la taxe sur le sel;
4) augmentation de la taxe sur l'irrigation;
5) conversion en taxes internes de la taxe d'identit et des licences d'automobiles, de camions, de tracteurs;
6) nouvelle organisation de la perception des recettes de l'Etat-Civil ;
7) transfert du Service de l'Enregistrement et de la Conservation des Hypothques


LA POLITIQUE FINANCIERE 39
l'Administration Gnrale des Contributions ;
8) fusion des Dpartements de l'Agriculture et du Travail;
9) suppression de fonctions, de tribunaux de paix, de bureaux postaux dont la ncessit n'tait pas absolue;
10) rduction des crdits budgtaires de l'Exercice 193*7-38 de la somme totale de Gdes. 32.935.999.77 celle de Gdes. 28.148.211.32.
Ces mesures nergiques, prises sans hsitation par le Gouvernement, lui permirent de faire face la situation exceptionnelle qu'il confrontait. Afin d'viter toute possibilit de dficit de l'Exercice en cours, ces mesures furent compltes par l'Arrt du 28 Juin 1938 frappant les appointements, subventions, salaires et frais servis par l'Etat, d'un prlvement de 5% et de 10% selon qu'ils s'lvent cent gourdes ou plus, pour la priode allant du 1er Juillet au 30 Septembre 1938.
Le Gouvernement a conscience d'avoir fait, opportunment, tous les sacrifices ncessaires pour rester fidle au principe qui domine toute sa politique financire: l'quilibre du budget. Grce ces sacrifices, il pense qu'il


40 LA POLITIQUE FINANCIERE
peut dsormais envisager l'avenir sans crainte; il croit sincrement les moments les plus difficiles passs, et il a de srieuses raisons d'esprer une amlioration prochaine et sensible dans la situation conomique. Des facteurs nouveaux justifient cet espoir.
Les Marchs du Cafl'Accord Commercial Franco-Hatien
En effet, les difficults qui existaient entre la France et Hati paraissent avoir t dfinitivement liquides, et l'accord commercial sign le 24 Juin 1938 avec la France ouvre des perspectives beaucoup plus rassurantes pour l'coulement de notre principale denre.
Dans le pass, le caf hatien dpendait uniquement du march du Havre, et je n'avais pas manqu, en maintes occasions, de signaler le danger que crait cet tat de choses. Un effort srieux, qu'a second nergiquement le Gouvernement, a t accompli pour introduire notre denre sur le march amricain. Les rsultats obtenus sont trs encourageants. En trois ans, notre exportation aux Etats-Unis est passe de SEPT CENT SOIXANTE DIX sacs plus de CENT MILLE sacs, ainsi qu'il ressort des statistiques de Juillet 1938 qui indi-


LA POLITIQUE FINANCIERE 41
quent que, du 1er. Octobre 1937 au 31 Juillet coul, il a t expdi dans ce pays plus de 7.700.000 kilos de caf. Cependant, la perte du march havrais a t vivement ressentie pendant la dure de nos difficults avec la France, et il est apparu clairement qu'il tait indispensable d'avoir la fois le march franais et le march amricain pour assurer l'coulement de la totalit de notre rcolte des prix favorables. C'est aujourd'hui chose faite, et nous pouvons nous montrer d'autant plus optimiste que beaucoup de pays d'Europe, qui, auparavant, s'approvisionnaient, par l'intermdiaire du Havre, ont pris l'habitude d'acheter directement de nous. Il s'ensuit que nous possdons aujourd'hui une diversit de dbouchs qui met l'abri de toutes les ventualits la vente de nos rcoltes.
Une autre raison d'esprer est l'amlioration constante de la qualit de notre caf. Je n'ai jamais cess de donner les directives les plus nergiques dans ce sens, et bien qu'il reste encore beaucoup faire, on peut, ds aujourd'hui, considrer avec satisfaction les rsultats obtenus. L'ducation des paysans, nulle sous ce rapport spcial comme sous tous les autres, a t patiemment entreprise depuis


42 LA POLITIQUE FINANCIERE
tantt quatre ans par les agents agricoles qui seront bientt seconds dans leur tche par la nouvelle police agricole, en cours d'organisation. C'est en effet, par sa prparation et sa prsentation que notre caf pourra satisfaire au got de la clientle la plus exigeante et obtenir la prime laquelle ses qualits intrinsques lui donnent droit.
Nous avons travaill en mme temps intensifier la production, parce que nous sommes aujourd'hui convaincu que les quantits exportes annuellement pourront tre au moins doubles sans inconvnient. Quant notre politique de diversification de la production, elle s'est galement poursuivie sans relche et non sans quelque succs dj. C'est ainsi que nous pouvons ajouter aujourd'hui la liste de nos produits d'exportation des denres telles que la figue-banane et le manioc, dont les possibilits de placement sont trs intressantes, et qui taient inconnues de notre commerce, il y a quelques annes.
Les Taxes Internes.
Par ailleurs, la question des taxes internes n'a jamais cess de proccuper le Gouverne-


LA POLITIQUE FINANCIERE 43
ment. Il serait minemment souhaitable de pouvoir substituer, aux droits qui frappent nos denres l'exportation, des taxes internes. Un premier pas a t fait dans cette voie par la rduction, impose par les circonstances-et sur laquelle le Gouvernement espre ne pas revenirdes droits qui frappent le caf. Malheureusement, la pnurie de la matire imposable et la ncessit imprieuse d'assurer l'quilibre du budget nous obligent procder avec une extrme prudence.
On peut dire que la pauvret de notre industrie entrave srieusement les efforts du Gouvernement. C'est ainsi qu'il est impossible, jusqu' ce jour, de trouver une solution vraiment satisfaisante la question de taxation de l'alcool et du tabac, produits qui ne sont pas de premire ncessit et qui, dans tous les autres pays, fournissent des recettes considrables l'Etat. Le problme prsente en Hati des difficults particulires que, sans doute, nous ne dsesprons pas d'aplanir, mais sur lequel l'accord est loin d'tre fait. Il en est de mme pour la question du sel qui est actuellement l'tude. Telles quelles cependant, les recettes internes ne cessent de don-


44 LA POLITIQUE FINANCIERE
ner un apport de plus en plus considrable au budget de l'Etat, au point que, dans le budget des voies et moyens du prochain exercice, elles constituent un sixime des prvisions.
Achat de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati.
Toujours dans l'ordre financier, le Gouvernement, dans la pense d'aider la collectivit hatienne, et aussi de faciliter la liquidation complte du contrle financier, a pris l'importante dcision d'acqurir la proprit de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati.
Depuis le 8 Juillet 1935, l'Etat est devenu seul propritaire des actions de cette Banque qui lui ont cot Cinq Millions de gourdes, verses cash en monnaie lgale des Etats-Unis d'Amrique, au taux de cinq gourdes pour un dollar.
L'opration a t ralise selon la procdure tablie par le contrat d'achat. En consquence, la vrification et l'apurement des comptes pour dterminer le dividende de liquidation rpartir entre les anciens actionnaires, et pour payer le prix convenu, ont t effectus par des experts Comptables neutres, assists d'un


LA POLITIQUE FINANCIERE 45
membre du Dpartement des Finances, charg de suivre leurs travaux.
Cette initiative du Gouvernement ne pouvait chapper la critique. Au dire des uns, <^ette ralisation constituait un march de dupe dont notre Pays allait faire les frais. D'autres estimaient que, devenue proprit de l'Etat, la B.N.R.H. tait ncessairement condamne pricliter, en attendant la faillite certaine brve chance.
Aprs plus de trois ans d'exprience concluante, nous constatons, avec une satisfaction lgitime, que Notre Banque Nationale actuelle n'a rien envier sa devancire. Aucun changement n'y a t opr sous le rapport de l'organisation et du fonctionnement. Elle jouit de la mme confiance auprs de ses nombreux clients, du mme crdit auprs de ses correspondants, notamment auprs de la National City Bank of New-York.
Notre Etablissement National de crdit s'affirme de plus en plus, merveilleusement prpar jouer, au moment propice, le rle pour lequel il a t originairement acquis. En attendant, cette acquisition s'analyse en un placement de fonds de rserve rapportant, d'une


46 LA POLITIQUE FINANCIERE
part, des intrts immdiats et disponibles de 6% l'an au moins, et, d'autre part, des profits loigns et invisibles rsultant du droit exclusif d'mission et des avantages certainsbien que difficiles exprimer numriquement avec prcisionque comporte ncessairement ce privilge. Ainsi, par exemple, le montant de tous les billets disparus par destruction ou autrement, de 1922 ce jour, constitue pour la Banque actuelle, et partant pour l'Etat Hatien, un profit net et clair, puisque ces billets ne sont plus susceptibles d'tre prsents au remboursement. Il s'en suit que leur contre-valeur qui se trouve dans les fonds de garantie de la circulation n'en sortira jamais. D'o un profit rel d'autant, quoique non apparent. C'est une vritable rserve invisible qui renforce et consolide indubitablement le Capital initial investi dans la Banque Nationale.
Le dernier bilan de la Banque rvle que les bnfices rsultant des oprations de l'anne financire 1937 se sont levs la somme de Gdes. 306.804,37, ce qui constitue, eu gard la mauvaise situation conomique, un rsultat tout fait satisfaisant.


LA POLITIQUE FINANCIERE 47
Comptoir d'escompte.
Une mesure de haute porte sociale suivit l'acquisition de la Banque. Le Comptoir d'escompte cr par la loi du 4 Fvrier 1936, ralisa le grand dsir des fonctionnaires et employs de l'Etat de se librer de la corporation des usuriers dont les activits constituaient un vritable scandale. Dornavant, l'employ public a la facult de s'adresser la Banque Nationale qui, forte de la garantie donne par l'Etat, fait des avances sur les appointements moyennant un escompte maximum de 1 % par mois.
Emprunts.
Par ailleurs, le problme du chmage a longuement retenu l'attention du Gouvernement. Il avait toujours dsir mettre excution un large programme de travaux publics qui, tout en donnant un essor l'conomie gnrale du pays, permettrait d'amliorer immdiatement la situation en fournissant du travail aux masses de chmeurs qui encombrent actuellement nos villes.


48 LA POLITIQUE FINANCIERE
Contrat de Travaux Publics.
Les nombreuses ngociations menes cet effet furent plutt dcevantes. Elles demeurrent sans rsultat, malgr les assurances formelles qui nous taient souvent donnes par des hommes d'affaires quelquefois munis de plus solides rfrences, ou, mme, par d'importantes maisons de banque. Finalement, nous nous rendmes bien compte que les conditions gnrales des marchs financiers ne se prtaient gure des oprations d'emprunt et qu'il fallait renoncer un projet reconnu irralisable dans l'tat prsent du monde. Cependant, en dernier lieu, des dmarches entreprises et poursuivies par notre Lgation de Washington furent approuves par le Gouvernement, parce qu'elles paraissaient beaucoup plus srieuses que toutes nos tentatives prcdentes. Elles aboutirent, en effet, assez rapidement, la signature d'un contrat avec la J. G. White Engineering Corporation, tablissement bien connu aux Etats-Unis pour sa comptence technique autant que pour sa probit professionnelle.
Le contrat comporte un programme de travaux publics de cinq millions de dollars,


LA POLITIQUE FINANCIERE 49
et le financement de ces travaux est assur par la Import and Export Bank qui accepte de ngocier au pair les bons du Gouvernement Hatien, moyennant un intrt annuel de 5%.
Cette opration a t conclue des conditions exceptionnellement avantageuses pour la Rpublique d'Hati, puisqu'elle ne comporte ni frais de courtage inhrents toute transaction financire, ni perte l'mission, invitable en matire d'emprunt, ni frais d'impression et de placement de titres, etc..
La seule obligation pcuniaire qui incombe l'Etat consiste payer la Socit des honoraires d'Ingnieurs de Cinq mille dollars par mois. Les travaux tant rpartis sur une priode de trois ans, cela fait une charge globale de $180.000 dollars, reprsentant 3,60% du Capital initial de Cinq Millions.
Il est vrai qu'il s'agit ici de la rmunration de l'entrepreneur, c'est--dire d'une dpense qui, par sa nature, est essentiellement diffrente des frais financiers proprement dits rappels ci-dessus.
Toutefois, mme si on assimile ces honoraires des frais financiers, il demeure que le


50 LA POLITIQUE FINANCIERE
financement des travaux est garanti par un emprunt ralis au taux de 96,40% NET, c'est--dire tous frais pays.
Quand on se rappelle que les obligations de l'emprunt de 1922 (Srie A $16.000.000) ont t places au taux, certes intressant, de 92,22% environ; que, du produit brut obtenu ce taux, n'ont pas t dduits les frais de l'opration ( Commission, courtage, impression et placement de titres, rmunration d'Agences fiscales, etc. ), laisss la charge du Trsor pu-blic, il est vident, pour tout homme de bonne foi, que jamais contrat n'a t conclu dans des conditions aussi exceptionnellement favorables que l'actuel contrat de Travaux Publics, et cela, en dpit de la grande dfiance qui rgne dans les marchs financiers mondiaux et des difficults financires momentanes, particulires au Gouvernement Hatien.
Il n'est pas sans intrt de remarquer, en passant, que l'emprunt de 1922 a servi presque exclusivement unifier notre dette publique. SEUL, le produit de la tranche de $16.000.000 a laiss un reliquat relativement faible pour excution de travaux publics. En effet, 6i les titres Srie B ont t remis en paie-


LA POLITIQUE FINANCIERE 51
ment pur et simple aux cranciers de l'Etat, titres dont l'mission originaire tait fixe CINQ MILLIONS de dollars; si les titres Srie C ont servi au retrait des obligations de chemin de fer dont le montant se chiffrait DEUX MILLIONS SIX CENT SOIXANTE MILLE DOLLARS, le produit des titres Srie A (valeur nominale $16.000.000. SEIZE MILLIONS) a servi d'abord acquitter les dettes suivantes:
1.Rclamation Banque Nationale......... $1,853,609.13
2.Achat de 83,500,000 francs............. 6,037,650.00
3.Rclamation National Railroad...... 2,160,856.90
4jDette Intrieure................................. 1,065,152.47
5.Sentences de la Commission des
rclamations ................................ 1,211,100.45
6.Amortissement de Dettes..................... 300,000.00
$12,628,368.95
se chiffrant ensemble la somme de: $12.628.368,95. D'o un reliquat d'un peu plus de DEUX MILLIONS DE DOLLARS seulement, disponibles (sur un emprunt nominal de prs de VINGT-QUATRE MILLIONS), reliquat qui a t dpens principalement dans des travaux de construction d'difices publics, excuts durant la priode comprise entre les annes 1927 et 1932, soit cinq ans environ.


52 LA POLITIQUE FINANCIERE
L'actuel contrat de travaux publics comporte des travaux essentiellement productifs de l'ordre de CINQ MILLIONS DE DOLLARS, rpartis sur une priode de trois ans: travaux de drainage, d'irrigation, d'extension agricole et de construction de routes, qui donneront bientt une impulsion nouvelle l'agriculture, permettront l'accroissement et la diversification de notre production et amneront, le Gouvernement l'espre fermement, une amlioration considrable de la situation conomique du Pays.


JUSTICE




Nous pouvons affirmer que tout a t mis en uvre pour assurer aux citoyens la bienfaisante protection des lois et rendre fconde la haute mission dvolue aux organes chargs de distribuer la justice. Ce souci de bien faire et d'oprer, dans la lgislation hatienne, les rformes qu'appellent l'exprience acquise ou les intrts de la collectivit, s'est traduit par un ensemble important de mesures: lois, dcrets-lois, arrts, circulaires et instructions prsidentielles, qui tmoignent galement de notre volont d'instaurer, avec l'ordre et la paix dsirables, la protection et le relvement des classes rurales trop longtemps mconnues et exploites.
Voici, brivement numres, quelques-unes de ces mesures dont il est peine besoin de souligner l'importance.
Le rgime de la libert des conventions tabli dans notre droit civil bien que juste et quitable quand les deux parties peuvent discuter d'gal gal, donne souvent lieu des contrats lonins entre employeurs et employs. Dans mon programme de Gouvernement, j'avais prvu la protection de la classe


56
JUSTICE
ouvrire par des mesures de prvoyance sociale.
Certains parlementaires aux ides trop avances avaient prsent, en 1931, un projet de loi qui aurait eu pour effet de dsorganiser l'entreprise prive et d'loigner, d'un Pays dj pauvre, le capital honnte et laborieux.
Ce n'est qu'en Aot 1934 que le Pouvoir Excutif a promulgu une excellente Loi sur le contrat de travail dont les dispositions fixent entre autres, le taux de salaire minimum pour les ouvriers, la dure des heures de travail, le droit au cong.
La ncessit de garantir les changes commerciaux et de dvelopper le crdit a amen le Gouvernement crer un organisme permettant aux commerants de rgler rapidement et sans frais dispendieux les contestations qui les divisent. La Loi de Juin 1935, en modifiant les articles 894 916 du Code de Procdure Civile et 620, 621 et 622 du Code de Commerce a, en effet, institu la Chambre de Conciliation et d'arbitrage.
Une exprience quotidienne ayant dmontr l'opportunit de rglementer srieusement


JUSTICE
57
les dclarations d'option et les demandes de dclaration de nationalit, le dcret-loi de Mai 1935 a dict cette rglementation, en tablissant, en mme temps, une taxe d'un rapport apprciable.
Le type de papier timbr employer dans les divers tribunaux de la Rpublique a galement retenu l'attention du Gouvernement. Cette matire a fait l'objet du dcret-loi du 16 Mai 1935 dont le but principal est d'augmenter les frais en matire de divorce, pour la bonne raison que, dans les statistiques des dcisions judiciaires, les jugements de divorce atteignaient un chiffre de plus en plus alarmant. Quoi qu'en pensent quelques professionnels, cette nouvelle barrire dresse contre le divorce et toutes celles qui en compliqueront la procdure, sont susceptibles, sinon de supprimer, du inoins d'affaiblir le courant de dsorganisation de nos familles.
Le mme esprit de protection, s'appliquant aux mineurs en vagabondage, entrains sur les pentes dangereuses du vice et du crime, a dict une modification opportune des articles 229 et 230 du Code Pnal. Par la mme loi, en date du 3 Juillet 1935, furent abrogs les articles 407 et 408 du Code pnal.


58
JUSTICE
En Septembre 1935, un dcret-loi fit une part gale au droit lgitime des populations rurales de s'amuser et au devoir moral de l'Etat de rprimer tous actes ou pratiques susceptibles d'entretenir des croyances superstitieuses ou de nuire au bon renom du pays.
La misre matrielle de certains tribunaux ne nous a pas laiss indiffrent. Les maisons qui les logent ont t compltement rpares. On a construit des maisons spciales pour quelques justices de paix, de mme qu'on a procd l'amnagement complet du Tribunal Civil de l'Anse--Veau. A Fort-Libert, c'est un vritable petit Palais de Justice qui a t difi pour le Tribunal Civil de cette juridiction et l'inauguration duquel nous avons prsid nous-mme.
Le prestige extrieur ncessaire la Justice a t ainsi sauvegard dans toute la mesure des crdits dont nous pouvions disposer cet gard.
La plus srieuse attention des Services comptents fut attire sur la fcheuse habitude prise dans certaines paroisses urbaines, et gnralement dans les campagnes, d'administrer le baptme aux enfants, sans qu'au pralable


JUSTICE
59
les actes de naissance aient t dresss. Les reprsentants des diffrents cultes tablis en Hati furent invits, en vue d'enrayer ces anomalies, exiger, avant tout baptme, la prsentation de l'acte de naissance de l'enfant. La mme formalit fut galement rclame pour les enfants ns dans les hpitaux.
Pour la srieuse application de la loi sur le commerce de dtail, nous avons d faire appel une collaboration active de plusieurs Services du Gouvernement. Il fallait conditionner l'application de cette Loi pour en obtenir bref dlai un maximum d'efficacit. Dj une controverse s'tait tablie autour de l'expression hatien d'origine et alimentait d'interminables discussions devant les tribunaux. Nous avons demand au Dpartement de la Justice de prciser la dfinition lgale de l'Hatien d'origine pour djouer le calcul de certains intresss. Bien que ces derniers n'aient pas cess de mener une campagne trs vive contre cette loi qui, tout en protgeant un intrt hatien absolument respectable, n'a port aucune atteinte aux intrts des commerants trangers tablis chez nous, ils finiront, nous l'esprons,


60
JUSTICE
par s'y conformer loyalement, en se rendant compte qu'elle ne procde que d'une simple ide de justice envers une nombreuse classe de travailleurs nationaux.
Les rapports ns des baux loyers donnaient souvent naissance des difficults inextricables. Le locataire, pour se drober ses engagements contractuels et luder l'application des sanctions lgales, se retranchait dans le maquis de la procdure. Et alors, interminablement, se succdaient les exceptions de chicane, sans que, pourtant, le propritaire, oblig de faire face ses redevances au fisc, parvnt toucher le montant des loyers ou mme entrer en possession des lieux occups. Dans ces conditions, une intervention lgislative s'imposait d'urgence. La rforme, tant souhaite, fut ralise par le Dcret-loi du 8 Novembre 1935 qui a prescrit une procdure clre, en ne laissant aucune place aux moyens dilatoires.
Aprs les dgts, la ruine et la misre occasionns par le cyclone d'Octobre 1935, la prvoyance du Gouvernement s'intressa la situation exceptionnelle faite aux justiciables


JUSTICE
61
des rgions prouves. Le Dcret-loi du 6 Dcembre 1935 les releva de toutes dchances qu'ils avaient pu encourir et recula la date des chances de paiement ralises contre eux.
Le Gouvernement peut revendiquer l'honneur d'avoir apport une amlioration souhaitable aux conditions de retraite des Fonctionnaires qui ont consacr la Magistrature Nationale une bonne partie de leur vie.
L'expos des motifs du Dcret-Loi du 11 Aot 1936, modificatif de la Loi du 5 Fvrier 1923 sur la pension de retraite, exprime l'ide de justice dont procde cette initiative.
Aux termes de ce Dcret-Loi, les Juges des Tribunaux Civils, les Officiers du Ministre Public prs ces Tribunaux, mis ou admis la retraite, sans avoir fourni les 25 annes de service exiges par la Loi, auraient exceptionnellement droit une pension de retraite de CENT GOURDES, si leur tat de service n'est pas infrieur 12 annes.
Puis, levant gnreusement sa pense, le Lgislateur du 11 Aot prcise que, s'il s'agit d'un ancien Prsident du Tribunal de Cassa-


62
JUSTICE
tion ou d'un Commissaire du Gouvernement prs ce Haut Tribunal, le Chef du Pouvoir Excutif, apprciant la rectitude et la distinction qu'auront montres ces hauts fonctionnaires, aura la facult de leur accorder une pension de retraite calcule sur la base exceptionnelle fixe par la loi du 5 fvrier 1923, c'est--dire au quart de leurs appointements.
Le dernier semestre de l'anne 1936 accusait une recrudescence inouie de la contrebande nos frontires terrestres et maritimes. Des trafiquants sans scrupule dtournaient de la caisse de l'Etat le plus clair des revenus du Pays. Un pareil abus devait tre enray.
Le Dpartement de la Justice, par diverses circulaires aux Commissaires du Gouvernement, a prescrit un systme rigoureux et exemplaire de rpression contre les prvenus de contrebande et de dlits fiscaux.
Le Dpartement s'est galement montr vigilant dans la lutte contre le dboisement.
S'inspirant de l'nergique circulaire du 23 Juillet 1937 adresse aux Prfets et aux Commissaires du Gouvernement, il a pass de formelles instructions tous ces Fonctionnaires


JUSTICE
63
d'avoir unir leurs efforts officiels et privs pour combattre le dboisement et prserver de l'rosion la couche arable de la terre hatienne.
L'une des initiatives les plus importantes du Gouvernement, et qu'il convient de signaler tout particulirement, est la loi du 8 Mars 1937, dictant des mesures spciales de protection en faveur des paysans. La nouvelle loi tend surtout mettre nos populations rurales l'abri des spoliations ou des expulsions arbitraires dont elles sont trop souvent victimes.
Tout un ensemble de mesures prventives ont t prises pour empcher l'excution su-breptice des dcisions par dfaut contre les justiciables tablis dans les Sections Rurales: communication pralable au Ministre Public ; droit de veto accord ce fonctionnaire, s'il estime qu'il n'y a pas lieu, soit pour vice de forme, soit pour fausse interprtation ou fausse application de la Loi, soit pour simple mal jug, d'autoriser l'excution requise. Alors un nouveau dbat s'engage, cette fois contra-dictoirementmme en l'absence du justiciable paysan, car le Ministre Public, par un mmoire, fait valoir son avis et ses objections contre la dcision.


64
JUSTICE
Ce n'est pas seulement l du droit nouveau: c'est une conception neuve du devoir de protection effective qui incombe aux Pouvoirs tablis en faveur des classes dshrites.
De nombreuses autres mesures, d'une incontestable utilit, ont t prises, parmi lesquelles il convient de signaler notamment l'arrt prsidentiel du 19 Mai 1932, dterminant la zone territoriale des Officiers de l'Etat-Civil de la Commune des Gonaves, le Dcret-Loi du 19 Mai 1937 qui a mis fin aux srieuses difficults que faisaient natre les actes dresss par les Juges de Paix, en dehors de leur zone j uridictionnelle.
Au point de vue social, une Lgislation sur l'usure s'imposait depuis longtemps, eu gard au scandale, chaque jour croissant, auquel donnaient lieu les oprations usuraires. Cette lacune a t comble par la loi du 5 Mars 1936, qui a fix 12% l'an le taux maximum de l'intrt conventionnel, en matire civile comme en matire commerciale.
Malgr cette loi, les fonctionnaires publics ne continuaient pas moins ptir des dtestables abus de l'usure. Une notable partie de leurs appointements allait des prteurs ha-


JUSTICE
65
hil.es qui avaient trouv le moyen de dissimuler leurs oprations frauduleuses ou illicites sous le couvert de dlgations ou de saisies-arrts suivies d'acquiescements imposs.
Pour enrayer cet tat de choses et permettre la Loi sur l'usure de produire son plein effet, le Gouvernement dut, par le Dcret-Loi du 18 Dcembre 1937, dclarer nulles et non avenues toutes cessions ou dlgations de chques, de pensions, appointements, indemnits des fonctionnaires et employs de l'Etat et des Communes et assujettir les saisies-arrts des formalits rigoureuses, difficiles luder.
Cette mesure de protection a t favorablement accueillie dans le monde des fonctionnaires. Mais, par son caractre exceptionnel, le Dcret-loi sus-mentionn n'tait qu'une disposition provisoire qui devait disparatre sitt atteint le but que visait le Lgislateur. Personne n'a donc t surpris de voir abroger le dit Dcret-loi.
De nombreuses initiatives ont t prises par le Dpartement de la Justice, pour ramener l'ordre et la rgularit dans le Service de l'Etat-Civil. Si, jusqu' cette heure, ce Service ne fonctionne pas l'entire satisfaction du
EFFORTS ET RESULTATS t


66
JUSTICE
Gouvernement, il convient toutefois de remarquer que la rforme opre par le Dcret-loi du 12 Janvier 1938 sur l'Etat-Civil a ralis de notables amliorations.
Notons enfin la modification qui a t faite la loi de 1907 sur la Nationalit. Dans la pense de promouvoir davantage le dveloppement agricole et industriel du Pays, il a t jug utile de faciliter l'accs de la Nationalit Hatienne des trangers recommandables, venus en Hati avec l'intention d'investir leurs capitaux dans des entreprises agricoles ou industrielles. Le dlai de deux annes de rsidence, prvu par la loi de 1907, a t rduit en leur faveur.


TRAVAUX PUBLICS




Le 23 Novembre 1936, clans une adresse la population de Jacmel, j'affirmais, une nouvelle fois, l'effort particulier que mon Gouvernement n'avait jamais cess de poursuivre pour arriver l'excution d'un vaste programme de travaux publics destins amliorer notre situation conomique. Ce plan rationnel d'quipement du pays en vue d'assurer l'augmentation indispensable de notre production ne pouvait videmment tre abord qu'au moyen de crdits exceptionnels. Que pouvions-nous, en effet, avec les ressources ordinaires du Budget quic'est peut-tre inutile de le rediresuffisent peine aux travaux d'entretien et de rparation des ouvrages existants ? D'aucuns reprochaient notre administration des T. P. de ne pas entreprendre des travaux dfinitifs et d'parpiller ses fonds dans l'excution de travaux provisoires, quand il et t prfrable d'utiliser, chaque anne, toutes les valeurs figurant au chapitre: Construction et entretien des Routes publiques, sentiers et Ponts, du Budget du Dpartement des Travaux Publics, la construction d'une route dfinitive...


70
TRAVAUX PUBLICS
Il n'est pas possible de nier la logique de ce reproche. Mais, au fond, cette logique n'est qu'apparente.
Les faits, et mme une certaine justice ncessaire dans la distribution des utilits, l'affaiblissent singulirement. Si, en effet, les quelques centaines de milliers de Gourdes prvues, chaque anne, au Budget, taient, affectes la construction d'une route dfinitive, quels seraient, pendant ce temps, l'tat et le cas des autres routes des diffrentes rgions de la Rpublique?... Faudrait-il se rsigner les priver de toute attention, risquant ainsi la destruction complte de notre rseau routier, constamment endommag par les pluies, et qu'il faut sans cesse rparer? Entendez-vous d'ici les protestations que l'injustice de ce procd soulverait alors parmi les populations abandonnes et rendues incapables de se dplacer ou d'assurer le transport de leurs denres?... Non: dans l'tat actuel des choses, il est impossible d'entreprendre, sur un seul point du pays, des travaux qui absorberaient ou mme dpasseraient les disponibilits budgtaires. Les ncessits conomiques s'ajoutent un certain esprit de prvoyance et de


TRAVAUX PUBLICS
71
justice pour exiger qu'on donne, chaque anne, quelque satisfaction, si modeste qu'elle soit, toutes les rgions de la Rpublique.
Evidemment, cette politique, que l'on pourrait appeler une politique de bon pre de famille, est, en ralit, plutt ingrate. Quelque juste qu'elle soit, elle est constamment bafoue par les forces de la nature. Il faudrait, en effet, des routes solidement construites et, par consquent, trs coteuses,plus coteuses qu'ailleurs peut-tre, si l'on considre la topographie gnrale du pays,pour rsister notre rgime torrentiel et aux inondations qu'il provoque un peu partout, presque chaque anne...
Nous ne voyons pas, toutefois, comment on pourrait renoncer une telle politique; car si, comme le voudraient quelques-uns, l'on se mettait construire, au moyen de nos ressources ordinaires, une seule route parfaite, au cours de chaque exercice budgtaire, cela nous amnerait, mme un rythme financier plus acclr que le rythme actuel, plus d'un sicle pour construire les principales routes de ce pays, sans compter les mille et une petites voies de pntration qu'il serait tout aussi n-


72
TRAVAUX PUBLICS
cessaire d'amnager, afin de permettre aux personnes et aux produits de passer.
Notre effort a donc consist surtout continuer ouvrir le pays, qui tait nagure presque compltement ferm; rendre de plus en plus accessibles ses rgions les plus recules, et plus faciles les communications de ces rgions entre elles. Le rseau routier a t, en effet, augment de prs de 700 kilomtres de routes et sentiers de 1931 1938. Le rsultat en est que l'on peut aisment circuler aujourd'hui, et en voiture, d'un bout l'autre du territoire de la Rpublique. Sans doute, pendant les trois ou quatre mois de la saison pluvieuse, quelques embarras surviennent qui entravent la circulation, soit parce que les rivires sont en crue, ou que des parties de routes sont endommages a et l par les eaux. Mais ces difficults sont toujours leves en moins de 24 heures par les services comptents, moins qu'on ne se trouve en prsence de cataclysmes naturels qui, offrant un caractre exceptionnel, rclament des mesures exceptionnelles, et par consquent plus de temps pour les excuter et remettre les choses en ordre.
Quoi qu'il en soit, malgr les rductions considrables dont le budget des Travaux Pu-


TRAVAUX PUBLICS
73
blics a t l'objet, par suite de la crise que nous subissons depuis le dbut de notre Administration, nous avons pu raliser, dans chacune des branches d'activit des Travaux Publics, une srie d'ouvrages dont la construction, l'amlioration ou l'amnagement sollicitaient notre attention en mme temps et avec un gal caractre d'urgence. Mais c'est plutt par le moyen de crdits extraordinaires que l'on est arriv construire de nouvelles routes, riger de nouveaux ponts en acier ou en bton et installer quelques importants systmes d'irrigation comme, par exemple, celui de la Rivire Bois sur la rive gauche de l'Ar-tibonite. Les exposs d'ensemble et les tableaux analytiques qui suivent montreront comment leur excution a rpondu, dans la plus large mesure possible, aux besoins immdiats qu'ils taient appels satisfaire.
IRRIGATION ET DRAINAGE
Le Service d'Irrigation a entrepris le drainage de la partie Nord-Ouest de la plaine du Cul-de-Sac par le Boucan Brou, et celui de la partie Est par le Trou Caman. Dans la plaine de Logane, les rivires Rouillonne et Cormiers ont t endigues et deux ponts en b-


74
TRAVAUX PUBLICS
ton y ont t construits. Dans la plaine de l'Ar-tibonite, les rivires Artibonite, Estre, Ca-beuil, Coupe l'Inde ont t fouilles et cures et des digues construites sur leurs berges. Sur la rive gauche de l'Artibonite, il a t cr un important systme d'irrigation de 3.000 hectares par la rivire Bois et un rseau de drainage pour les terres basses des cuvettes de Coupon-Deschapelles et Liancourt. On a construit, pour ce systme, outre un barrage de drivation, de nombreux et importants ouvrages d'art, 36 kilomtres de canaux en maonnerie et en terre et 16 kms. d'missaires et de canaux de drainage. Le curage de la Rivire Laquinte, dans la plaine des Gonaves, s'est effectu sur une longueur de 6 kilomtres et des digues ont t construites sur ses berges. Dans la plaine des Caves, le lit de la Ravine du Sud a t amlior et ses berges protges Brefet et aux Gabions. Des travaux de dblai ont t excuts la rivire Renaud et le systme d'irrigation d'Avezac a t amlior par la construction d'aqueducs et de canaux secondaires. Enfin, dans la plaine du Quartier Morin, le drainage des rivires Ma-pou, Any, Quartier Morin, Cada et des Anguilles a t entrepris et les digues de ces rivires reconstruites en partie.


TRAVAUX PUBLICS
75
ROUTES ET PONTS
Le rseau routier de la Rpublique a t augment de 685 kms. de routes et sentiers nouveaux construits par la D. G. T. P. Ces routes se rpartissent comme suit:
a) Dans le Dpartement de l'Ouest, 389 Ions, dont 7 de route asphalte (Type I), 16 de route de 5 M. de chausse avec revtement en gravier et drainage complet, courbes et pentes modres (Type II), 90 kms. de route de 5 mtres de chausse avec revtement en gravier, mais avec drainage et pentes incomplets (Type III) et 276 kms. de sentiers carrossables de 5 mtres de largeur (Type IV).
b) Dans le Dpartement du Nord 44 kms. de Route dont 6 kms. du type II et 38 du type IV.
c) Dans le Dpartement du Nord-Ouest 73 kms. de route du type III.
d) Dans le Dpartement de PArtibonite 34 kms. dont 29 du type II et 5 du type III.
e) Dans le Dpartement du Sud 145 kms. dont 20 du type II, 84 kms. du type III et 41 du type IV.
Ces diverses routes ont permis l'accs en automobile de diverses rgions intressantes du pays, entre autres, Ganthier, Fond Parisien, Saltrou, Savanette, Pignon, Saltader, Cerca-


76
TRAVAUX PUBLICS
La-Source, Anse--Foleur, Jean-Rabel, Port l'Ecu, Marmelade (par le Puilboreau), Petite Rivire des Rayonnais, Corail, Dame-Marie, Pestel, Poste Avanc, Roseaux, Baradres, Bainet, etc.
Concurremment avec la construction de ces routes nouvelles, plus de 15 ponts ont t construits parmi lesquels il convient de signaler le pont suspendu sur la rivire Guayamouc de 450' de porte, sur la route HincheSaltader, les ponts en bton sur les rivires Garde Cognac et Bois de Chne l'Or sur la Route PlaisanceLimbe, les ponts en bton sur les rivires Rouillonne et Cormiers sur la route de LoganePetit-Gove, le pont en bton prs de Milot, celui de Miragone, celui sur le Boucan Brou, etc. D'autres ont t reconstruits ou amliors, tels le pont en acier sur la Rivire Gauche, sur la route de Jacmel; les traves mtalliques du Pont Ption sur la Rivire du Fer Cheval, dans la commune de Mirebalais ; du Pont Dessalines sur l'Artibonite, entre Lascahobas et Hinche et du Pont de l'Islet, l'entre de la ville des Cayes.
TRAVAUX MARITIMES
En vue de l'amnagement des ports et de l'amlioration des rades, des travaux mari-


TRAVAUX PUBLICS
77
times importants ont t excuts, parmi lesquels on peut citer la reconstruction du wharf en fer et en acier avec plancher en bois, au Dock de Bizoton, pour le Service des Gardes-Ctes; l'achvement du wharf en bton des Gonaves; l'amlioration de celui de Jacmel et les importants travaux de protection de la rade de Jrmie.
SERVICE D'URBANISME
Ce service a entrepris d'importants travaux d'embellissement et d'assainissement des villes. A Port-au-Prince, de nombreuses rues ont t pourvues de bordures et de caniveaux, et leurs chausses, asphaltes ou btonnes. Plus de 12.000 mtres linaires de bordures et caniveaux et 50.000 mtres carrs d'asphaltage ont t excuts. Divers travaux d'assainissement ont t en mme temps entrepris dans divers quartiers de la ville; de nouveaux drains ont t construits et les collecteurs amliors. Plus de 3.000 mtres linaires de drains ont t poss. Des places publiques avec jardins, fontaines et ronds points dcoratifs, ont t cres la Saline, la Croix des Martyrs, la Place Ste. Anne, la Place de l'Htel de Ville. Des lampadaires ont t installs la place Dessalines; la Place de l'Intendance a


7S
TRAVAUX PUBLICS
t restaure, et la Cour des Casernes, asphalte.
Des travaux d'urbanisme ont t excuts dans plusieurs autres villes de la Rpublique. Des bordures et caniveaux ont t construits au Cap-Hatien, Jrmie, Petit-Gove, Miragone, l'Anse--Veau, Jacmel, Bainet, Logane, Arcahaie et Hinche sur prs de 8.000 mtres linaires. Des parcs dcoratifs ont t crs Ptionville, la Croix des Bouquets, Logane, au Cap-Hatien. Dans cette dernire ville un got a t construit, et Jacmel, la Rue du Bord de Mer a t btonne.
Des ouvrages importants ont t en mme temps construits par ce service, tels, Port-au-Prince, un pont en bton arm au March Salomon, et la Rue Mgr. Guilloux, sur le Bois de Chne et notamment Saint-Marc, le pont Pierre, sur la Grande Rivire, qui a t compltement reconstruit en maonnerie et en bton arm.
EDIFICES PUBLICS
Ce service a excut d'importants projets de construction et d'amlioration un peu partout pour tous les Services du Gouvernement. Nous en signalons les plus intressants:


TRAVAUX PUBLICS
79
L'uvre de Restauration des Monuments Historiques a tout d'abord permis d'entreprendre des travaux de grande envergure pour la restauration de la Citadelle Henri Christophe, du Fort de La Crte Pierrot, du Palais aux Cent Portes, la Petite Rivire de l'Ar-tibonite, et de la Chapelle Royale, Milot.
Par ailleurs, plus de 20 maisons d'Ecoles ont t construites Port-de-Paix, l'Acul du Nord, aux Cayes, la Petite Rivire, l'Arcahaie, la Gonve, la Tortue, au Trou, au Limbe, Pilate, Jacmel, Mira-gone, au Cap-Hatien, Lamiel, Ravine Rouge, aux Gonaves, Port-au-Prince, etc. Parmi les ralisations les plus importantes de cette srie, on peut citer l'Ecole des Arts et Mtiers, l'Ecole de l'Art Dentaire et la Maternit de l'Hpital Gnral Port-au-Prince, les Ecoles des Frres Port-de-Paix, l'Arcahaie, au Cap-Hatien, Pilate, l'Ecole des Surs Miragone. Des bureaux pour le service des Contributions et la Garde d'Hati ont t construits ou amnags, Jacmel, Ennery, Hinche, Grande Saline, Dessalines, Bella-dre. Un important btiment a t rig Jacmel pour loger les Travaux Publics:


89
TRAVAUX PUBLICS
celui du Cap-Hatien a t amnag et agrandi. Un march couvert a t construit aux Go-naves, et un ahattoir Jacmel ; le march Clu-ny, au Cap, a t restaur. Un btiment d'administration a t construit Jacmel pour la Douane ; Verrettes pour les Bureaux Publics ; aux Cayes pour l'Usine Electrique et Port-au-Prince le Central Tlphonique du Petit Four. Enfin la reconstruction de la Cathdrale des Cayes et de celle du Cap-Hatien a t entreprise, et un Presbytre construit Verrettes.
TELEGRAPHES, TELEPHONES ET RADIOS
La Division des Tlgraphes, Tlphones et Radiocommunications a excut les constructions et amliorations suivantes, depuis le 1er Octobre 1931 :
1. Addition de 300 numros la capacit du Central de Port-au-Prince.
2. Pose de 2 kilomtres de cble de 400 paires Port-au-Prince et de 5 kilomtres de cble de 100 paires pour desservir Ptionville.
3. Achat de 359 tlphones automatiques.
4. Construction d'un Central Automatique de 100 lignes Jacmel.


TRAVAUX PUBLICS
SI
5. Construction d'un Central Automatique de 100 lignes Aux Cayes.
6. Construction d'un Central automatique de 200 lignes au Petit Four Port-au-Prince.
7. Installation d'appareils tlimprimeurs pour la tlgraphie et la tlphonie simultanes entre Port-au-Prince, Gonaves et Cap.
8. Construction de 535 kilomtres de ligne pour relier au Rseau 25 nouveaux postes tlgraphiques crs dans des villes ou villages qui n'en taient pas encore pourvus. La longueur des lignes, qui tait de 3.551 kilomtres au 1er Octobre 1931, est maintenant de 4.086, et le nombre des postes est pass de 97 122.
9. Le nombre des tlphones connects au Rseau automatique de Port-au-Prince s'est lev de 1422 1860.
10. Mise en exploitation commerciale de la Station de Radiotlgraphie laisse par l'Occupation amricaine pour le Service maritime, et cration d'une station ondes courtes pour le trafic des massages avec le monde entier.
11. Cration d'une cole pour la formation, selon les Rglements internationaux, d'oprateurs sansfilistes.


82
TRAVAUX PUBLICS
SERVICE HYDRAULIQUE
Les diffrents systmes hydrauliques des principales villes de la Rpublique ont t amliors considrablement. Les travaux excuts ont ncessit, pour Port-au-Prince et P-tion-Ville, la pose de prs de 58 milliers de pieds de tuyaux de diamtre variant de 16 pouce, la reconstruction de 3 bassins de captage, de 2 rservoirs, de bouches d'incendie, d'un aqueduc, d'un syphon, d'un regard, et la repose de tuyaux sur prs de 4 kilomtres.
Le systme de Desplumes, Ptionville, a t protg par divers travaux, entr'autres le contrle des crues de la Ravine dite Tte de l'Eau.
Des rseaux ont t crs pour l'alimentation des villes d'Aquin, de Miragone et de Petit-Gove. Les rseaux de Saint-Marc, Jacmel, Jrmie et Gonaves ont t amliors. Aux Cayes, le systme hydraulique a t pourvu d'un groupe d'lectro-pompes et le circuit du rseau a t augment de nouvelles lignes de conduite. Au Cap-Hatien, on a fait l'acquisition du puits artsien de la Pine Apple Company et d'une conduite de prs de 12 kms., reliant l'Usine de la Compagnie la


TRAVAUX PUBLICS
83
ville. Une pompe hydro-lectrique a t installe Balan, pour charger les rservoirs en priode de scheresse.
* *
Les dpenses effectues pour les divers travaux qui viennent d'tre numrs, ont t couvertes par des crdits budgtaires, des crdits extraordinaires et des fonds de participation des Communes et de diffrents Services de l'Etat.
Voil, en rsum, ce qui a t fait dans le domaine des Travaux Publics. L'loquence des chiffres et l'importance des ralisations obtenues avec nos maigres ressources, indiqueront suffisamment, je pense, la volont de mon Gouvernement de travailler amliorer la situation gnrale par la cration ou l'extension des utilits collectives.
Le rcent contrat intervenu entre l'Etat et la J. G. White Engineering Corporation va nous permettre de poursuivre un ensemble de travaux plus spcialement destins stimuler la production agricole et faciliter le transport des rcoltes.


84
TRAVAUX PUBLICS
NOMENCLATURE Des Principaux Travaux Raliss du 1er Octobre 1931 au 15 Aot 1938
ROUTES, PONTS ET TRAVAUX MARITIMES
1931
Pont de Miragone
Gourdes
En bton arm de 3 m. 65 sur cules en maonnerie, sur le bras de l'Etang de Miragone .................................................... 17,198.23
Passerelle sur l'Artibonite
Passerelle provisoire de 75' de porte au pont Dessalines sur pieuxRoute Port-au-Prince-Hinche .......................................... 17,068.92
Pont sur Rivire Boucan-Brou
Pont tablier droit en bton arm, cule
en maonnerie .......................................... 12,000.00
Route Digues Artibonite
Digues en terre, construction d'pi de protection. Long. 5 kms................................. 42,534,65
Reconstruction du wharf de Bizoton
Wharf en fer et en acier de 90 m. de long sur 4 m. de large, avec plancher en bois (Dock de Bizoton).................................... 42,000.00
Wharf en bton des Gonaves
Construction en bton arm, avec tablier en bton sur remblai soutenu par des pal-planches galement en bton arm de 310' de long sur deux largeurs de 49 et 9 pieds (Commenc en 1929 et achev en 1931).... 349,101.86
1932
Pont Dessalines sur l'Artibonite
Erection d'une trave mtallique de 75' de
porte, avec tablier en bton arm............ 34,452.43
Pont Dessalines sur l'Artibonite
Erection de 3 traves mtalliques de 75'
de porte, avec tablier en bton arm........ 78,749.84


TRAVAUX PUBLICS
85
Gourdes
Route Croixdes-Bouquets-Fond Parisien
Amlioration de la route Croix-des-Bou-quets-Gan,t!hier-Fond Parisien'Longueur 35 kms..................................................... 20,500.00
Route Lafitteau Cabaret
Construction-Longueur 12 ks. (inacheve) 27,216,35 Route Vign-Williamson
Construction-12 kms. de long.................... 20,501,80
Sentier Bonne Fin-Baradres
Amlioration22 kms. de long................ 46,800.35
Sentier Asile-Cavaillon
Amlioration31 kms. de long................ 25,000.00
Sentier Fland-Savanettes
Construction26 kms. de long................ 232,696,77
Route Fond-Parisien-Fond Verrettes
Construction24 kms. de long................ 143,578.94
Pont sur Rivire Garde Cognac
Pont en ciment arm sur cules en maonnerie de 45' de porte................................ 75,648.79
Pont sur Rivire Bois-de-Chne l'Or
Pont en ciment arm sur cules en maonnerie de 45' de porte, route Port-au-Prince-Cap-Hatien .................................... 59,229.78
Route St.-Raphal Dondon Carrefour Mnard
Construction longueur 24 kms................. 93,977.68
Route Port-de-Paix Anse-Foleur
Construction28 kms. de long. (Inacheve)........................................................... 47,537.60
Route Poste Avanc Rivire GlaceRoseaux
Construction60 kms de long env............. 250,605.83
Pont sur la Rivire Islet
Erection d'une trave mtallique de 70' de porte, avec tablier en bton arm-Route Port-au-PrinceCayes ............................. 22,534.47
Pont sur la Rivire Gauche
Pont de 91' en acier, sur cules en maonnerie et tablier en bton armRoute Port-au-PrinceJacmel ............................ 99,000.00


86
TRAVAUX PUBLICS
1933
Gourdes
Route Ptionville
Asphaltage de la Place Stnio Vincent la rsidence de l'Ex-Prsident Borno 1 km. de long............................................ 19,454.55
Route MarianiLogane
AmliorationElargissement courbes et rampes, empierrement sur une longueur de 22 kms...................................................... 152,509.00
Pont de Milot
Pont, prs Milot, de 6m50 de porte, en bton arm et parapets en briques................ 5,522.57
Route Cap-HatienPuilboreau
Amlioration, consistant en largissement, limination de courbes et rampes et drainageLongueur 63 kms............................. 72,000.00
Route de Corail.
Amlioration de Carrefour Charles CorailLongueur 16 kms............................. 8,091.53
Wharf de Jacmel
Pose 4 pieux en bton, de 45 pieux de cocotiers, reprise de plancher sur 60m2 en bton aprs remblai de 90m3.................... 29,032.82
1934
Pont Ption
Pont sur la Rivire du Fer--ChevalRoute MirebalaisLascahobasErection de 3 traves mtalliques de 75' de porte avec tablier en bton arm................................
Pont La-Rouillonne
Pont en bton arm, de 8m. de porte, sur la Rivire La-RouillonneRoute Logane
Pont Cormier
Pont en bton arm, de 8m. de porte, sur la Rivire CormierRoute Logane Grand-Gove ..............................................
Route Ponds-Verrettes Saltrou
Commence en 1933Longueur 77 kms. 360,000.00
Route Anse--Veaul'Asile
Inacheve18 kms. construits sur 26 kms. 70,000.00
65,907.13 12,500.00
12,000.00


TRAVAUX PUBLICS 87
Route Port-de-PaixJean RabelPort--l'Ecu
ConstructionLongueur 45 kms. environ... 195,000.00
Route JrmiePestel
Construction23 kms. achevs sur 35 kms. 50,000.00
Protection Rade Jrmie
Pose de 500 palplanches mtalliques de 0m40 de largeur et construction de remblai
18m. en arrire........................................ 50,000.00
1936
Route HinchePignonSt.-Raphal
ConstructionLongueur 49 kms................. 31,500.00
Route Los-PalisRoute Internationale
ConstructionLongueur 43 kms. 600........ 25,169.63
Route DondonGrande-Rivire du Nord
AmliorationLongueur 14 kms.............. 20,000.00
1937
Route PuilboreauMarmelade
ConstructionLongueur 15 kms. 5........ 150,000.00
Route LaquintePetite Rivire-des Bayon-nais
ConstructioniLongueur 4 kms. 5............ 15,973.98
Route ChardonniresLes Anglais
ConstructionLongueur 9 kms................. 45,000.00
Gourdes
Route Morne RougePlaine du Nord
ConstructionLongueur 4 kms................. 20,000.00
Route Fond Cochon-Jrmie i
ConstructionLongueur 8 kms.Inacheve ............................................................. 40,000.00
Route ChambellanDame-Marie
AmliorationLongueur 18^ kms............. 85,000.00
Route TrouinBainetJacmel
ConstructionLongueur 60 kms.............. 360,000.00
1935
Pont Stnio Vincent
Pont suspendu sur la Rivire Guaya-mouc, de 450' de porte, cble d'acier, plancher en bton arm............................ 414,304.63


ss
TRAVAUX PUBLICS
1938
Route Internationale Gourdes
Construction16 kms. achevs................. 668,429.00
Avenue Franklin D. Roosevelt
Rectification et asphaltage6 kms. de route asphalte avec chausse de 7 m. de
large ......................................................... 600,000.00
Route Petit-BourgBorgne
Construction en continuation-6 kms.
achevs ...................................................... 208,196.69
Pont de Gros-Morne
Erection de 2 traves mtalliques de 75' de porte avec tablier en bton armSur les Trois-Rivires........................................ 70,000.00
Route Gros MornePort-de-Paix
Construction de 3 kms. de route conduisant
l'Habitation David................................. 11,058.95
Route ChambellanDame-Marie
Amlioration en continuation9 kms.
achevs ...................................................... 57,703.86
GENIE MUNICIPAL ET URBANISME
1932
Port-au-Prince
Amlioration des Rues : Pose de bordures
et caniveaux, asphaltage, drainage............ 40,696.28
Construction d'une pergola la Place Dessalines ....................................................... 7,850.00
Entretien et amlioration de la concasseuse
du Morne Hpital...................................... 29,000.00
Amnagement du Parc Leconte................ 5,200.00
1933
Port-au-Prince
Restauration de la Place de l'Indpendance 4,322.32 Amlioration des Rues : Pose de bordures
et caniveaux................................................ 23,300.00
Rectification du lit du Bois-de-Chne........ 25,000.00
Saint-Marc
Reconstruction du Pont Pierre: Pont en Bton sur cules en maonneriePorte
16 mtres.................................................... 58,700.00


TRAVAUX PUBLICS 89
1934
Port-au-Prince Gourdes
Amlioration des Rues : Pose de bordures
et caniveaux................................................ 14,000.00
Asphaltage de la Cour des Casernes
Dessalines ................................................. 13,700.00
Amnagement du Parc La Saline............ 33,300.00
Installation lampadaires Place Dessalines 1,000.00 Terrassement pour le prolongement de la
Rue Mgr. Guilloux..................................... 4,500.00
Asphaltage Alles Place Louverture........ 9,500.00
1935
Port-au-Prince
Amlioration des Rues : Pose de bordures
et caniveaux................................................ 38,460.00
Pont prs March Salomon, en bton arm,
de 4m50 de porte.................................... 3,000.00
Amnagement de la Place de la Croix-des-
Martyrs ...................................................... 8,800.17
1936
Port-au-Prince
Amlioration des Rues : Pose de bordures
et de caniveaux.......................................... 39,111.00
Construction de trottoirs btonns et d'pis
centraux l'Avenue du Prsident Trujillo 112,429.03
Amnagement Place Stnio Vincent P-
tionville .................................................... 82,722.58
Cap-Hatien
Construction des gouts de la rue 8........ 50,000.00
1937
Port-au-Prince
Amnagement de la Place Sainte-Anne.... 23,876.22 Amnagement de la Place de l'Htel de
Ville.......................................................... 51,322.90
Amnagement de la Rue Monseigneur Guilloux ........................................................... 161,481.16
Drainage de la rue Capois........................ 7,200.00
Pont sur le Bois-de-Chne........................ 32,000.00
Croix des Bouquets
Amnagement de la Place......................... 20,700.51
Logane
Amnagement de la Place......................... 11,127.41


90
TRAVAUX PUBLICS
Cap-Hatien Gourdes
Amnagement de la Place Toussaint-Lou-
verture ....................................................... 9,500.00
193S
Port-au-Prince
Reprise de la chausse btonne et pose de
bordures et caniveaux................................ 5,000.00
Amlioration de la rue Oswald Durand.... 68,106.50
Amlioration de la rue Macajoux............ 120,408.47
Amlioration de la rue du Champ-de-Mars 24,979.75
Amlioration de l'Avenue F. D. Roosevelt 32,179.95
Pose de bordures et de caniveaux au Cap-Hatien, Jrmie, Petit-Gove, Mira-gone, Anse--Veau, Bainet, Verrettes, Logane, Arcahaie, Hinche, de 1932 1937, incl................................................... 41,460.00
IRRIGATION ET CONTROLE DES RIVIERES
1932
Drainage de la Plaine de l'Artibonite
Curage et rectification de l'coulement des rivires de Cabeuil, Estre, Coupe l'Inde, et rectification de berges de l'Artibonite .............................................
Drainage du Boucan Brou
Construction d'Emissaires et Collecteurs pour le drainage de la partie Nord-Ouest de la Plaine-du-Cul-de-Sac (Habitations La Serre, Dessources, Lilavois, Vaudreuil, Pascher, Cesseless)..................................
Irrigation de la Rivire Bois
Construction d'un Barrage, d'un grand bassin de rpartition, de canaux d'amene, d'un pont en bton de 4 m. de porte, d'un radier en bton pour la traverse du chemin de fer Pont Sond.................... 1,400,000.00
Drainage de la Plaine du Quartier-Morin Construction d'une digue en pierres sches et drainage des rivires Mapou, A-ny, Quartier Morin, Cada.................... 44,997.59
119,972.62
234,994.11


TRAVAUX PUBLICS
91
_ 1934 _
Amlioration de la Ravine du Sud et du Rseau d'Avezac
Amlioration du lit de la Ravine du Sud
Protection des berges Breffet et aux Gabions Dblai de la rivire Renaud - Construction d'un bassin collecteur pour recevoir les eaux de la rue du Peuple et d'une partie de la rue Louverture Construction d'un nouveau canal secondaire pour la rpartition des eaux aux habitations Muzaine et Laborde Restauration d'un aqueduc sur la ravine Trou Desmornes Construction d'un canal de drivation Lvy....................
Dsencombrement de la Rivire Laquinte
Construction, dboisement et rectification des rives de la rivire Laquinte....
Dsencombrement du lit de l'Artibonite
Dsencombrement du lit de l'Artibonite, du Pont Sond la Petite-Rivire-de-l'Artibonite. Dboisement des berges le long de la route des digues du pont Sond ...........................................................
Drainage du Quartier Morin
Construction d'un drain la rivire Ma-pou Protection de la grand'route Cap-Hatien contre la submersion priodique de Madeline Carrefour la Mort
Rtablissement des chenaux de la Rivire Any et de la rivire des Anguilles
Construction d'un pont sur la rivire Any, Brossard.....................................
1935
Drainage du Trou Caman
Drainage de la partie Est de la Plaine du-Cul-de-Sac arrose par la rivire Blanche et comprenant les habitations O'Gorman, Beaug, Cottard, Demulseau et Haut Boen.........................................
Gourdes
119,868.06 29,892.43
5,480.37 45,835.54 19,986.17


92
TRAVAUX PUBLICS
Gourdes
pont sur la rivire Cormiers.................... 44,992.24
Protection de la Rivire Laquinte
Travaux de protection de la rivire Laquinte dans la plaine des Gonaves Dboisement Curage Construction de batardeaux et de canaux.................... 14,999.05
1936
Dsencombrement de la Rivire des Orangers et Drainage des Sources Lathan
Curage et drainage................................ 69,999.98
EDIFICES PUBLICS
1932
Construction Ecole Frres de Port-de-Paix
Maison en maonnerie et bton. Dim. 35 m.
20X48m. 60............................................... 99,979.1
Agrandissement Bureau Travaux Publics Cap-Hatien
Addition d'un tage en maonnerie au bti-
timent exisant. Dim. 23 m.X12m............. 12,887.19
Amlioration Bureau Garde d'Hati Jacmel
Vaste immeuble en maonnerie. Dmolition et reconstruction sur radier en bton des murs fissurs............................................... 10,000.00
Ecole Des Surs Acul du Nord
Transformation en maison d'Ecole du vieux local occup par la Garde d'Hati. 400m2. de surface utile. Construction en maonnerie et bois................................................... 27,623.47
Endiguement des Rivires Bouillonne et
Cormiers
Drainage des rivires Rouillonne et Cormiers Construction d'un pont sur la rivire Rouillonne Construction d'un


TRAVAUX PUBLICS
Construction Btiment Travaux Publics Jacmel
Construction en maonnerie et bton. Dim : 11m. 50X20 m. Haut. 10 m.....................
Parachvement Ecole Surs Pte-Rivire Artibonite
Construction en maonnerie Entreprise par la Commune Acheve par la D.G.T.
Citadelle Henri Christophe (Restauration),
Bonnet l'Evque, prs Milot
Forteresse gigantesque construite par Henri Christophe, Roi d'Hati sur le Sommet du Bonnet l'Evque. Dblai et Nettoyage complet du Monument Reprise des murs du Bastion Consolidation de l'peron Rparation des votes et des galeries intrieures...........................................
1933
Fort de Crte--Pierrot, prs de Pte-Rivire Artibonite
Reconstruction de 50% des murs de ceinture. Dblai et nettoyage gnral............
Ecole Industrielle, Aux Cayes
Transformation de l'ancien Thtre du du Sacr-Cur pour loger l'Ecole Industrielle Reprise Gnrale de la charpente et de la boiserie Restauration des dpendances et Peinture Gnrale............
Amnagement Bureau Contributions, Ennery Dpartement Artibonite
Restauration Ancienne Prison Civile en maonnerie. Maison rez-de-Chausse....
93
Gourdes
32,832.56
1,872.46
3,800.00 1,059.10
40,054.87 5,455.15


94
TRAVAUX PUBLICS
Gourdes
CommunalUne cole de 300 lves........ 66,102.29
Bureau Contributions Hinche
Construction en maonnerie et en rez-de-chausse. Dim. de 6m. 80X12m. 80........ 5,512.73
Bureau Contributions Grande Saline (Artibonite)
Mme caractristique que celui de Hinche 4,995.78
Bureau Contributions Dessalines (Artibonite)
Construction basse en maonnerie Dim.
6 m. 80X7 m. 85. Haut. Moyenne 4 m..... 2,789.86
Rparation Douane Port-de-Paix
Enrobement par une maonnerie en bloc de ciment du Hangar mtallique de 39 m.
lg. sur 13 m. 40 de large Haut. 6 m..... 11,558.78
Construction Abattoir Jacmel
Dim. 4 m. 30X3 m. 30 Haut. 3 m..... 4,032.99
Amlioration Palais Lgislatif........................ 7,805.42
1933
Chapelle Royale de Milot (Restauration)
Construction circulaire en maonnerie. Dim. 27 m. de diam. 7 m. de haut, surmonte
d'un dme hmisphrique en bois................ 90,229.04
Agrandissement Bureau Garde d'Hati, Bel-
ladre ........................................................ 44,578.85
Palais aux 100 Portes, (Restauration) Petite-Rivire de l'Artibonite
Vaste construction en maonnerie de briques et de roches en rez-de-chausse. Parquet bton. Couverture en tles. Entirement restaure. Couvre une superficie de 1400 m2. Loge le Service des ContributionsLe Service d'HygineLe Bureau des Tlgraphes et TlphonesLe Service


TRAVAUX PUBLICS
95
1934
Construction en maonnerie tage 27 m.
70X38 m. 20 .............................................. 72,857.77
Rparation Cathdrale de Port-au-Prince.... 30,400.00 Construction Dispensaire La Saline
Dim. 4X8 m................................................ 2,907.59
Construction Bureau Douane de Jacmel
Construction en maonnerie tage : 7 m.
50X19 m. 60 .............................................. 48,017.80
Btiment Usine Electrique Cayes
6 m. 80X10m. 30....................................... 10,138.90
Cit Ouvrire (La Saline) Contribution de l'Etat
Construction en maonnerie de maisons ouvrires ........................................................ 51,796.54
Ecole des Frres de l'Arcahaie
En maonnerie de Briques Etage au
milieu. 9 m. 60X54 m............................... 56,534.36
Btiment Administration Gros-Morne
En maonnerie Etage en partie. 13 m. 20X20 m. 70 ............................................ 30,852.19
Construction Tribunal de Paix Mirebalais
En maonnerie: 7m.X10m........................ 9,999.71
Construction Salle d'Isolement Hpital Cayes
En maonnerie Superficie 80 m2........ 9,998.62
Construction Maternit Hpital Gnral
En roches briques et bton. Superficie
350 m2 ..................................................... 55,000.00
Construction Ecole des Frres Grande Rivire Nord
En maonnerie: 9 m. 90X42 m. 50............ 52,911.82
Construction Ecole de Garons La Gonave
En maonnerie: 5m. 80X13 m. 20........ 11,969.20


96
TRAVAUX PUBLICS
Construction Ecole Art Dentaire Gourdes
En maonnerie et bton: 32m. 50X11 m 54,996.99
Construction Tribunal de Paix, Milot
En maonnerie Surface 42m2............ 4,997.95
Construction Htel de Ville Belladre............ 19,997.83
Construction Ecole de Garons La Tortue
En maonnerie: 5 m. 80X13 m. 20............ 9,957.65
Construction Ecole des Frres Au Trou
En maonnerie Etage au milieu : 6 m.
80X20 m. 90.............................................. 25,000.00
Ecole des Frres du Limbe
En maonnerie Etage au milieu : 6m.
80X20.90 .................................................. 24,993.18
1935
Construction Ecole des Frres Jacmel
En maonnerie et bton A tage :
12 m.X26.30 .............................................. 62,063.80
Construction Ecole des Frres Pilate
En maonnerie Etage du milieu : 6 m.
80X20.90 ................................................. 24,987.53
Rparation March Cluny Cap-Hatien............ 21,794.34
Construction Ecole des Surs Miragoane En maonnerie et bton A tage: 21m.
32X26.80 ...................................................... 73,289.34
Construction Ecole des Frres Cap-Hatien En maonnerie et bton Etage au centre. De 13 m. 75 sur 70 m. 10.................... 90,556.47
Construction Btiment Central Tlphonique
au Petit-Four, Port-au-Prince
En maonnerie Parquet en mosaque.... 600.00
Amnagement Tribunal Civil Fort-Libert.... 19,6 45.01
1936
Construction Ecole Rurale Lamiel
En planches du Pays 5 ra.X7 m......... 1,622.50


TRAVAUX PUBLICS
97
Construction Ecole Rurale Ravine Rouge
En planches du Pays 5 m.X7 m......... 2,377.50
Construction Ecole Nationale des Arts et Mtiers La Saline, P.-au-Prince
En maonnerie et bton. Dim. 69 ra.Xll m. 225,568.85
Construction Lyce Geffrard Gonaves
En maonnerie et bton Superficie
600 m2 ...................................................... 49,358.81
Construction Presbytre Verrettes
En maonnerie Etage: 11 m.20X13 m.70 10,680.15
Cathdrale Cap-Hatien (En Construction).... 88,000.00
Cathdrale des Cayes (En Construction).... 72,976.49
Construction du March couvert aux Gonaves
Hangar mtallique 60m.X30m................. 50,000.00
Fonds comm. Amnagement Btiment Surs Salsiennes
(La Saline)...................................................... 3,308.32
Clture Douane Miragoane............................ 717.87
Erection Monument Pont-Rouge.................... 2,271.73
Kiosque de St.-Marc
En maonnerie et bton............................ 9,614.65
Fonds comm.
1937
Clture en Maonnerie Hpital Gnral........ 6,853.63
Ecole Nationale Arts et Mtiers (La Saline)
Achvement Atelier de Mcanique............ 2,597.73
Collge d'Agriculture Damien
Rparations au Btiment Principal............ 6,531.03
EFFORTS ET RESULTATS 4


9S
TRAVAUX PUBLICS
SYSTEMES HYDRAULIQUES DEPARTEMENT DU NORD
1931-1932
Systme Hydraulique du District du Cap-Hatien.
Contreventement des galeries de la chambre de cap-tage de la Source du Bel-Air.
Rparations des regards de captage des sources de : Desaubry, Saint Jean et Dubuisson dont les ouvertures ont t pourvues de dalles en bton.
1932-1933
Dtartrage de la canalisation du Bois de Chne sur une longueur de 400 mtres et de TAqueduc de Tiphaine sur une longueur de 100 mtres.
1934-1935
Forage de puits artsiens sans rsultats avantageux. 1935-1936
Acquisition du puits artsien de la Pine Apple Company et d'une conduite de 11891 mtres reliant l'Usine de la Compagnie pour l'amlioration de l'alimentation de la Ville du Cap-Hatien. Cot Gdes. 13,514.24.
1936-1937
Installation d'une pompe hydro-lectrique pour la charge des rservoirs pendant la priode de scheresse. Cette pompe peut refouler 250 gallons par minute. Un hangar a t construit Madeline pour abriter la pompe.
DEPARTEMENT DE L'ARTIBONITE 1931-1932
Systme Hydraulique du District des Gonaves.
Echange des tuyaux dont les diamtres ont t trop rduits par des dpts de calcaires sur la canalisation de Lapierre.


TRAVAUX PUBLICS
33
1932-1933
Pose de 16 00 mtres de tuyaux neufs pour amliorer les conditions gnrales du rseau.
1933-1934
Nettoyage de la canalisation de Lapierre sur une longueur de 10 kilomtres.
1933-1934
Systme Hydraulique du District de St.-Marc.
Reconstruction de la couverture du rservoir de Charrette effondre le 9 Octobre 1932. Elle consiste en une dalle en bton arme de OmlO d'paisseur sur 216 mtres carrs de surface supporte par des poutres de 5 mtres de porte reposant sur des piliers intrieurs. Cot Gdes. 6,427.64.
1934-1935
Pose d'une ligne de 2" le long du March pour les besoins du Service d'Incendie.
DEPARTEMENT DU SUD
1931-1932
Systme Hydraulique du District des Cayes.
Electrification du systme hydraulique des Cayes. Les pompes Diesel sont remplaces par des lectropompes.
1935-1936
Rparation du rservoir mtallique des Cayes. 19361937
Installation d'une ligne de 4" pour fermer le circuit du rseau par les Gabions et permettre l'alimentation de la zone comprise entre les Quatre Chemins, Carrefour Torbeck et les Gabions des Indignes.
Dplacement et pose en accotement de la conduite de 10" des Quatre Chemins de faon liminer toutes canalisations de la chausse.


100
TRAVAUX PUBLICS
1934-1935
Systme Hydraulique d'Aquin.
Les eaux de la rivire Boisrond ont t captes pour l'alimentation de la ville d'Aquin. Le systme comprend : un barrage en maonnerie, une canalisation principale de 4" et plusieurs fontaines publiques. Cot G. 58,620.43.
1936-1937
Installation d'une canalisation de distribution la rue David St. Preux.
1931-1932
Systme Hydraulique du District de Jrmie.
Rparation de la charpente de l'entre du rservoir. Construction d'une importante citerne pour le Bourg de Pestel de 800 mtres cubes de capacit. Gdes. 6,842.95.
DEPARTEMENT DE L'OUEST
1931-1932
Systme Hydraulique du District de Port-au-Prince.
Reconstruction du syphon No. 2 de l'Aqueduc de Di-quini pour remplacer le syphon en bton construit en 1921. Conduite mtallique de 16" mesurant 130 mtres de longueur dveloppe, dbitant 212 litres par seconde avec une perte de charge de 0m935: Gdes. 14,707.36.
Pose la Rue Macajoux de 139 mtres de tuyaux de 6" et la Rue Courbe de 18 3 mtres de 2" pour amliorer l'alimentation de ces quartiers.
Amlioration de l'alimentation du Bois de Schultz: pose de 213 mtres de 4'-' la Rue Schultz et de 80 mtres de 2" la Rue Capois.
Installation d'une ligne d'incendie l'Avenue du Travailpose de 372 mtres de conduite de 4" et d'un hy-drant: Gdes. 5,373.10.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs