• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Premiere partie
 Deuxieme partie
 Appendice
 Postface
 Epiphrase






Group Title: Sténio Vincent révélé par la justice et par l'opinion publique
Title: Sténio Vincent révélé par la justice et par l'opinion publique
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094310/00001
 Material Information
Title: Sténio Vincent révélé par la justice et par l'opinion publique
Physical Description: 97 p. : illus. ; 27 cm.
Language: French
Creator: Rigaud, Milo, 1904-
Publisher: H. Deschamps
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1957
Copyright Date: 1957
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094310
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 07974837
lccn - a 58002090

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Premiere partie
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 28a
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 42a
        Page 42b
    Deuxieme partie
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 45a
        Page 45b
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 68a
        Page 68b
        Page 68c
        Page 69
        Page 70
    Appendice
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    Postface
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Epiphrase
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
Full Text
MILO RIGAUD
STENIO
VINCENT
RVL PAR LA JUSTICE ET PAR L'OPINION PUBLIQUE
PRINCIPE POLITIQUE FONDAMENTAL DE VINCENT :
En politique, il faut tout savoir embrasser, mme le cul d'un cochon .
JACQUES ALEXIS ( COMPRE GNRAL SOLEIL )
X
372.3+06
Editions HENRI DESCHAMPS
port-au-prince
hati


UNIVERSITY OF FLORIDA L I B R A R I E S


STNIO VINCENT
1


DU MME AUTEUR:
DOSSIER VINCENT No I CONTRE VINCENT
t
LA TRADITION VOUDOO ET LE VOUDOO HATIEN JESUS OU LEGBA ?
RYTHMES ET RITES (pomes) RITES ET RYTHMES (pomes)
TASSOS (pomes croles)
TRENTE POEMES de Constantin Mayard
LETTRE AUX HATIENS DE TOUTES COULEURS REPONSE AUX ESCLAVES VOLONTAIRES


MILO RI G AU D
STENIO
VINCENT
RVL PAR LA JUSTICE ET PAR L'OPINION PUBLIQUE
PRINCIPE POLITIQUE FONDAMENTAL DE VINCENT :
En politique, il faut tout savoir embrasser, mme le cul d'un cochon x.
JACQUES ALEXIS ( COMPRE GNRAL SOLEIL )
Editions HENRI DESCHAMPS
port-au-prince hati


aux villes de PORT-AU-PRINCE et de SAINT-MARC


PREMIRE
PARTIE
C


EXTRAIT DU DISCOURS DE MAXIME VIEUX, PRESIDENT DE L'UNION DE LA JEUNESSE DEMOCRATIQUE, PENDANT LA REVOLUTION DE 1956 :
* LA NATION, CONFIANTE DANS LA PERSONNE DU PRESIDENT VINCENT, VIT CE DERNIER BAFOUER L'HONNEUR NATIONAL, SEMER TA HONTE ET L'IMMORALITE. "


Il m'est impossible de ne pas m'arrter quelques instants au nom de cet homme (Stnio Vincent) qui, devenu, pour notre malheur, chef d'Etat, exera une influence tellement corrosive sur le pays tout entier, que l'on se demande dans quel abme de honte nous serions descendus, s'il avait russi se maintenir encore quelques annes la tte de la Rpublique.
Jamais homme ne dtesta, ne mprisa plus cordialement les Hatiens, et ne prit un aussi vif plaisir les humilier, les rapetisser, les avilir !
Le peuple, a-t-on dit, a les instincts du chien : il aime les mauvaises odeurs. Si vous le voyez entourer un homme, le prfrer tous ses comptiteurs, lui faire un bouclier de son corps, soyez sur vos gardes : infaillible cet gard, son idole n'est et ne peut tre qu'un vilain personnage. Et ce fut ainsi, port sur les paules du peuple, que Monsieur Vincent arriva la prsidence de la Rpublique. Il laissa alors tomber le masque qui cachait son vrai visage, et se rvla tel qu'il tait, dans sa ralit foncire et lamentable.
Ah non, je n'essayerai pas de mettre le nez clans son administration, et je ne reprocherai Monsieur Vincent ni l'assassinat de Jolibois, ni l'assassinat de Callard, car il est entendu que la libert et la vie d'un citoyen hatien ne sont pas choses sacres pour la plupart de nos chefs d'Etat.
Mais comment lui pardonner sa triste conduite aprs les vpres dominicaines o des milliers de pauvres Hatiens15.000 d'aprs les valuations les plus justes furent massacrs ? Il ne pouvait certes pas bondir 6ur son chassepot et aller tirer vengeance de ce sang innocent, il n'tait pas prt pour la bataille, bien que notre petite arme ne demandt qu' marcher, bien qu'une jeunesse frmissante n'attendt qu'un signal de lui pour voler la frontire. Un acte pourtant s'imposait, un geste tait attendu de lui qui aurait pu au moins sauver l'honneur : rappeler, tambour battant, notre ministre Santo-Domingo, re-
mettre cavalirement son passeport au ministre dominicain Port-au-Prince, puis voir venir. Le crime dont furent victimes nos infortuns compatriotes avait soulev un tel sentiment d'horreur et de rpre bation clans les trois Amriques, que justice nous eut t rendue. Pas un mot ne tomba des lvres de Monsieur Vincent. Lui, si fcond en discours, se tapit silencieusement dans son palais, avalant Finsulte, tremblant dans son pantalon qu'une effervescence populaire ne le culbutt de son fauteuil prsidentiel, ne le congdit de cette table devant laquelle il tait commodment assis, s'empiffrant de mets dlicats, se gorgeant de vins gnreux. Et il essaya de rendre complice de sa lchet ce brave peuple hatien qui tait unanimement dispos donner son sang pour laver l'insulte qui lui tait faite...
L'on connat la suite de cette triste histoire. Le gouvernement dominicain offrit de verser 700.000 dollars pour indemniser les parents des victimes des massacres qu'il avait lui-mme ordonns. Et Monsieur Vincent se hta d'accepter cette proposition afin de pouvoir palper sans retard les 400.000 dollars pays cash.
Et il y eut les colonies agricoles dont la cration fut exige par le gouvernement dominicain lui-mme. Que sont devenues ces fameuses colonies agricoles au sujet desquelles on fit tant de bruit l'poque de leur fondation, et qui engloutirent en quelques mois ces 400.000 dollars ? Une bonne partie de cette somme ne s'gara-t-elle pas en chemin pour tomber en dfinitive dans des poches prives ? Double question qu'il serait intressant d'claircir.
Mais ce n'est pas l tout. Il restait le solde de l'indemnit... Si je tombais du pouvoir avant le versement de ce solde, calcula Monsieur Vincent, c'est mon successeur qui en profiterait. Vite une nouvelle ngociation encore plus honteuse que la premire, ngociation d'o sortit l'escompte perte de ce solde.


// fallait Monsieur Vincent des liquidits lui permettant de poursuivre son uvre de dcomposition sociale.
Il n'existe certainement dans l'histoire d'aucun peuple un acte qui puisse tre compar celui-l, cela n'a de nom dans aucune langue.
Et comment pardonner Monsieur Vincent le pch qu'il a commis contre l'Esprit ?
Il est beau, certes, de crer des bibliothques, de fonder un muse, de restaurer les monuments historiques... Mais quoi servent toutes ces choses, si, d'autre part, vous proscrivez la pense, si vous avilissez les caractres, si vous laissez mourir de faim, quand vous ne les supprimez pas violemment, les journalistes indpendants, si vous prouvez une joie froce voir l'un de vos concitoyens vendre son honneur et sa conscience pour un morceau de pain, si,
en un mot, vous ne vous tes servi de la puissance dont vous tiez temporairement revtu, que pour aplatir ceux qui osaient vous contredire, et vouloir en faire vos esclaves ?
En vrit, je vous le dis, votre uvre la plus mritoire, j'entends les Salsiens, ne fera pas flchir en votre faveur le flau de la balance dans l'autre plateau de laquelle se trouve le crime que vous avez commis contre l'Esprit et votre honteuse politique de dmission nationale
B. DANACHE
Ancien chef du Cabinet Particulier du Prsident Dartiguenave
Le Prsident Dartiguenave et les Amricains


avertissement
Tous les extraits placs en exergue chaque chapitre de cet ouvrage, en rvlant, comme l'enseigne la citation suivante de Michelet, les correspondances de Stnio Vincent avec les nergies des plans divers du monde , prparent progressivement le lecteur la comprhension parfaite des erreurs judiciaires volontaires qui ont prsid aux 3 verdicts de condamnation infligs Milo Rigaud par le tribunal criminel et par le tribunal de cassation.
Ces extraits suffisent expliquer le mal qui a t fait par les juges du tribunal de cassation et ceux du tribunal criminel : Edouard Bordes, Lon Pierre et Justin Knol cupidement terroriss par le Pouvoir Central :
La signature d'un tre ou d'une chose, c'est la marque indlbile des forces naturelles et surnaturelles qui influent sur lui.
C'est la preuve de la correspondance qu'ii possde avec les nergies des plans divers du monde.
(V. E. MICHELET)




9
L'or de Trujillo avait cousu les lvres de Vincent .
HAEOLD HICKS s Blood in the streets
1
A la fin de l'anne 1941, j'assigne Stnio Vincent, ancien prsident de la Rpublique d'Hati, en remboursement d'une dette commerciale de $ 5.500.
Jean Fouchard, son ancien chef de cabinet, encore son homme de confiance, va, aussitt l'affaire connue, chez mon avocat, Me Hermann Benjamin, o il demande voir l'obligation commerciale que l'assignation dclarait avoir t souscrite par Stnio Vincent. Fouchard voit l'obligation commerciale et il reconnat formellement et catgoriquement le bien-fond de
la rclamation par voie de justice, la date de remboursement stipule sur le bon commercial rvlant que Vincent n'avait pas respect cette date. Jean Fouchard prie alors l'avocat de ne pas faire plus de bruit avec l'affaire afin de ne pas mettre Vincent en plus mauvaise posture, vu qu'il a t le chef de l'Etat, offrant, en compensation, de faire payer l'Obligation.
Voici la photographie de cette obligation commerciale :
Portu-
u 1...
iJj ta i
AL
. 4.JuirlOst -J-V40............-.; j
ou a n ordre la. somme de
sina.j8isaJjs.--t. >- ixx*. -.. dollars ,
.leur reu en pos> pour lea- bel* de on ooattrce. A af&uf,
de paiement du preeent. ia 4 i* -in aooesBOire, ton 1 frai de pour**4* Judiciaire ainsi que le
n fait & l'amiable.
Par Av1 :
.!3
!,* *i>u*tg!w, .iujjijur d'aval d:j H-m **i (jttfem Util >yw a-j, surw^ine 'ftttMW" ,Ari!j**t


10
La photographie montre que le bon devait tre pay le 15 juillet 1940 et qu'il ne fut enregistr, pour que l'assignation en paiement put tre btie, qu'en Octobre 1941.
Le crancier tait donc, alors, plus que dans ses droits.
A cause de la personnalit de Stnio Vincent, l'affaire prit une ampleur laquelle il fallait bien s'attendre, au cas, surtout, o le dbiteur tarderait seulement payer. Le journal Les Temps Nouveaux en parla, promettant mme d'apporter, sous la signature de Frdric Burr-Reynaud, des renseignements peu avantageux sur Vincent, non pas en ce qui concernait le bon commercial, mais en ce qui concernait Vincent en gnral. C'est ce moment-l que Jean Fouchard, qui avait dclar chez Benjamin avoir reconnu la signature de Stnio Vincent au bas de l'obligation, dclare que h signature (la mme signature) est fausse, parce que, sans mme avoir demand
voir cette obligation, Stnio Vincent, de New-York o il sjournait, venait de lui faire ce cble : FAUX SUR TOUTE LA LIGNE ...
Vincent reniait donc sa signature, et, en reniant sa signature, il avouait maladroitement qu'il renierait sa signature quant d'autres multiples obligations commerciales du mme genre par cette imprudente partie du cble SUR TOUTE LA LIGNE , car, celte poque, il ne s'agissait que d'une assignation ne concernant qu'une seule obligation commerciale rembourser La suite de l'histoire allait, en effet, prouver qu'il savait ce qu'il disait.
Sachant que le Criminel tient le Civil en tat, peu aprs, Vincent, pour ne pas payer, dposera une plainte en faux pour entraver l'action de son crancier, mais non sans avoir sollicit et obtenu l'aide du gouvernement d'Elie Lescot, son successeur la prsidence, pour accomplir sa mauvaise action.


11
Nos seize ans ont vu Stnio Vincent accder la prsidence dans l'enthousiasme d'une jeunesse frmissante. Et, dix ans aprs, nous l'avons vu laisser le pouvoir dans l'indiffrence d'un peuple meurtri par une dictature froce, du, si fatigue qu'il ne s'est, en somme, mme pas aperu que son tortionnaire tait parti. Cet homme qui ne gueulait qu' la libert, cet homme qui, toute sa vie, s'tait pos en dfenseur extravagant des liberts publiques, devenu chef d'Etat, s'est conduit en VRAI MAITRE DES VIES ET DES BIENS, DEDAIGNEUX DE LA LOI ET DE TOUT, BRAVANT, CHAQUE JOUR, AVEC UN CYNISME STUPEFIANT, CE QUI S'APPELLE L'OPINION PUBLIQUE. ET, PLUS PRES DE NOUS, ELIE LESCOT Et, encore plus prs de nous, Dumarsais Estim
roland chassagne Miserez de la Prsidence
2
Pour intimider le crancier, Elie Lescot, prsident de la Rpublique, s'introduit dans ce dbat priv avec une violence que seuls les termes de la lettre suivante peuvent dcrire, mettant donc carrment de ct le rle des tribunaux pour trancher le dbat judiciaire avec sa force de police politique, car la lettre est adresse exprs au chef de la police :
Le Prsident de la Rpublique d'Hati, 18 Octobre 1941,
Au capitaine A. Merceron, chef de la police, Port-au-Prince.
Capitaine,
Vous allez, sans dlai, convoquer en vos bureaux le directeur-propritaire du journal, Les Temps Nouveaux , car ce n'est pas sans une surprise mle d'indignation que j'ai lu les deux articles publis dans l'dition du samedi 18 Octobre en cours de ce journal et intituls : Sic Transit et Snateur vie , dans lesquels la personne de l'ancien prsident de la Rpublique, M. Stnio Vincent, est bassement mise en cause, en mme temps qu'est lance une attaque contre la constitution qui nous rgit.
Je veux, et j'entends qu'on le sache, que dans l'intrt national cesse immdiatement cette campagne honteuse de dnigrement, car toute atteinte porte
contre la personne de Fex-prsident d'Hati retombe infailliblement sur notre pays dj trop souvent dcri.
Nous ne pouvons admettre que dans le journalisme hatien, qui a besoin de tout son prestige moral pour s'interposer, se montrent pareilles attitudes. Je ne tolrerai pas et ne peux tolrer de tels outrages l'endroit d'un ancien chef d'Etat qui a gouvern pendant dix ans, sans qu'on ait os ni pens attaquer son administration.
Dans les terribles conjonctures internationales prsentes et au moment o j'ai largement ouvert mes bras tous les partis, afin de raliser l'union nationale ncessaire au bonheur de mon pays, je ne saurais souffrir que l'on vienne contrarier et compromettre mon uvre, en dressant des partis les uns contre les autres. Et, si le journal Les Temps Nouveaux persiste vouloir garder son attitude, je saurai prendre toutes les mesures de rpression que dicteront les circonstances.
Si l'ancien prsident de la Rpublique, M. Stnio Vincent, doit rpondre de ces actes privs par devant les tribunaux, seule la justice est appele dire son mot. En dehors d'elle, je conteste tout droit un organe de lui faire son procs et d'en profiter, comme je vous l'ai dj dit, pour attaquer une constitution sous l'empire de laquelle nous vivons.


12
Je veux esprer que vous ne manquerez pas de faire entendre d'une faon nette et premptoire les points de vue que je vous ai exposs et vous prie de recevoir, Capitaine, les assurances de ma parfaite considration.
Elie LESCOT Prsident de la Rpublique
Cette lettre mmorable de Lescot Merceron annonait que, de toute faon, Vincent devait gagner le procs.
Plusieurs agents secrets du gouvernement essayrent alors de me persuader qu'il tait prfrable d'abandonner le pays en renonant dfinitivement la crance. De guerre lasse, ils ne me cachrent pas que, comme Lescot le disait au chef de la police en me visant indirectement, si je persistais, on prendrait contre moi toutes les mesures de rpression que dicteraient les circonstances. Je n'eus pas peur pour cela et, pour montrer Lescot que Vincent ne mritait pas la protection gouvernementale qu'il lui accordait publiquement, je fis paratre le Dossier Vincent No. 1.
Ce dossier, qui date de Dcembre 1941, dnonce de multiples avatars de Stnio Vincent. En voici quelques exemples :
1) A l'occasion des lections de 1930, un cartel politique fut form dont Seymour Pradel fit les frais, lesquels devaient tre rembourss par les membres du cartel, dont Stnio Vincent Vincent eut la chance d'accder la prsidence d'Hati grce PradeL II refusa toujours de payer. Au cours de sa prsidence, il fit mme emprisonner Pradel sous le coup d'une
accusation qu'il savait fausse, et Pradel en mourut peu aprs ;
2) Le Rapport de la Commission Administrative de 1889 parle d'une Ordonnance No 67, dpartement Justice, mise en faveur de M. Stnio Vincent pour la somme de 497 piastres 50 centimes, montant de divers articles qu'il a fournis ce dpartement, et conclut la non acceptation de l'ordonnance parce que le certificat dlivr par le comptable est une pice irrgulire, car Stnio Vincent avait touch le prix des fournitures sans les avoir fournies ;
3) En Fvrier 1930, Vincent mit des obligations pour faciliter le dveloppement de son Journal. Il ne paya jamais ces obligations, faisant mme emprisonner qui les rclamait ;
4) Pour son imprimerie, il signa un contrat de location avec Limousin-Derenoncourt, qu'il refusa de respecter ;
5) Le 3 Novembre 1930, il souscrivit une obligation commerciale Louis Callard, pour trente mille gourdes, qu'il refusa de payer, et, pour ne pas payer, il fit emprisonner Callard et il le fit tuer coups de bton ;
6) Vincent innova la Caisse de l'Assistance Sociale qui ne servit jamais qu' Vincent ;
7) Il innova la Loterie Nationale dont le gros lot fut, 70 fois sur 100, gagn par qui il dsignait ;
8) Il s'appropria les taxes communales ;
9) Il fit mettre des chques pour des employs fantmes ;
10) Il construisit sa maison de Ptionville avec les matriaux de l'Etat.
11) etc..
12) etc..


13
Nous avons mis fin notre carrire politique en dmissionnant comme chef de cabinet du prsident Vincent aprs avoir eu des PREUVES ECRITES que Vincent tait dpourvu de sens moral.
Julio JN-P1EBRE AUDAIN Action Nationale. Bulletin No. 3
3
Le jour mme de la parution du Dossier Vincent No 1, le chef de la police politique nous fit demander, pour nous incarcrer, sans explication, d'ordre du prsident de la Rpublique, M. Elie Lescot.
Mon incarcration prit fin aprs trois jours, parce que je fis la grve de la faim et de la soif.
Ce fut alors seulement que le gouvernement comprit que si je devais tre emprisonn, mme aussi arbitrairement, il fallait m'emprisonner sous une apparence de lgalit. On recourut donc aux offices de deux juges d'instruction, Turenne Thzan, qui, la suite d'une instruction pro forma, dlivra contre moi un mandat d'arrt, et Odilon Charles, qui, la suite d'une instruction charge commande par le gouvernement auquel il communiquait toutes les pices de l'affaire, me reconduisit en prison de manire ce que j'y reste plusieurs annes.
Arrt donc de nouveau en Fvrier 1942, je recommence la grve de la faim et de la soif. Mais cette fois, au lieu de me librer, le gouvernement attend que je 6ois puis par la soif pour me diriger sur l'Hpital Gnral o je suis gard prisonnier. En Mars, je suis encore hospitalis, quoique tout fait remis ; la police tente alors de m'assassiner, une nuit, coups de black-jack ; le chef de la prison est appel en hte et il est oblig, devant l'vidence brutale du fait, de me ramener en prison pour mettre ses responsabilits couvert, car j'avais chapp par miracle aux coups qui m'avaient t ports dans l'ombre de ma chambre o les assassins avaient teint la lumire...
Il est bon de savoir que, quelques jours avant la tentative d'assassinat, j'avais crit cette lettre au sous-secrtaire d'Etat la Justice et la Police Gnrale :
Port-au-Prmce, le 14 Fvrier 1942, (Lettre crite de l'Hpital Gnral)
Mon cher Gontran (Gontran Rouzier),
Je vous cris aujourd'hui en votre qualit de ministre de l'Intrieur et de la Justice (qu'il tait en fait). J'aurais pu le faire comme parent (cousin germain) ; je m'en suis abstenu, n'ayant pas l'habitude de rclamer des faveurs.
Lorsque, pour la deuxime fois, dans l'espace de deux mois, j'ai t forc, par deux arrestations arbitraires, de faire la grve de la faim et de la soif, seul moyen de dfense et de protestation encore en mon pouvoir et que l'injustice me laissait, le gouvernement actuel m'abandonna mon sort, sous prtexte que, si, la premire fois, mon incarcration tait due un acte d'insubordination ( ) elle ne l'tait, la dernire, qu' un grief examin et rendu plausible par la justice hatienne.
Elle semblait donc ne plus relever des attributions du chef suprme de l'Etat qui a, pour devoir, de redresser les torts faits la communaut.
Mais, si, ds la premire minute de mon second emprisonnement, les preuves indiscutables fournies par moi l'instruction et qui sont mme mortelles pour Vincent, ont permis tous de protester ouvertement contre cet acte de vengeance personnelle (Gontran Rouzier m'en voulait pour lui avoir refus un prt d'argent avant la prsidence de Lescot et pour avoir rvl dans mon livre JESUS OU LEGBA certaines particularits tranges sur la mort tragique d'un certain Guy des Rosiers qu'il dit tre son frre), il demeure tonnant que vous soyez rests dans l'ombre, comme des chefs honteux des fonctionnaires du


14
gouvernement qui, allis leur ancien protecteur politique (le juge d'instruction Odilon Charles avait t le ministre de la justice de Stnio Vincent), ont, de l'aveu verbal fait par Turenne Thzan Max Hudi-court et d'autres, combin cette infraction rpugnante au droit sacr des gens.
Aujourd'hui, cet acte parat non seulement plus rpugnant de s'terniser, mais d'tre tolr ; car, lors d'un dernier interrogatoire fait par ce mme Turenne Thzan, assist du greffier Bistouri, et dont furent tmoins mes gardiens et le personnel de l'hpital, cet tonnant juge d'instruction, qui s'tait dj fait le compre du procd politique inavouable de Vincent et de ses esclaves encore dans votre formation gouvernementale, a eu l'indcente audace d'avouer qu'il n'tait pour rien dans ce lamentable tat de choses et que, quoiqu'ayant sign le mandat d'amener et le mandat d'crou, Vincent seul devait en porter la responsabilit pleine et entire.
Cette mmorable et mme incroyable dclaration, faite par un juge d'instruction, a t, par mes soins, immdiatement consigne au procs-verbal de l'interrogatoire fait l'hpital, le 13 Fvrier 1942.
Cela revient dire, sans dmenti possible, que Stnio Vincent, simple civil, assist de ses complices appartenant votre gouvernement, m'a fait arrter (ce sont les termes mmes inscrits au procs-verbal et approuvs par le juge et le greffier qui l'ont sign avec moi) et dposer en prison o, pour protester, sachant mon bon droit, j'ai d recourir, une seconde fois, la grve de la faim et de la soif pendant trois jours. Dirig sur l'Hpital Gnral cause de mon tat de faiblesse qui mettait ma vie en danger (ce qu'ils dsiraient), Stnio Vincent et ses complices politiques m'y maintiennent, jetant le discrdit le plus
parfait sur l'autorit de M. Lecot, en dpit de toute logique et de toute quit. Ce scandale, grotesque et inutile, dpasse le cadre du palais de justice.
Ces flagrants accrocs la Raison me forcent vous demander, tenants officiels et constitutionnels du pouvoir, si le gouvernement auquel vous appartenez compte laisser se perptuer une situation aussi honteuse pour ceux qui l'ont provoque, aussi dplorable pour ceux qui la constatent, et aussi pnible pour moi, tant au point de vue moral que matriel, puisque cette incarcration sans prcdent, sans base juridique et sans limite, m'expose autant dans mes biens que dans ma personne.
Estimant qu'avec les lments fournis, par moi d'abord, ensuite par mon avocat, enfin par ce juge malencontreux, et qui ne peuvent permettre de conclure qu'en ma faveur, le gouvernement se doit honntement d'intervenir, au nom du Droit et de la Saine Justice, pour faire cesser cette iniquit, j'ai le regret de vous annoncer que, bientt, je refuserai nouveau de manger et mme de boire. Or, cette dcision, une fois reprise, j'aurai le droit de vous tenir pour formellement responsable, vous et vo3 suprieurs constitutionnels, car je ne sache pas qu'il y ait jamais eu en Hati un Etat dans l'Etat de ses suites dsastreuses irrmdiables ; parce que, les faits pouvantables qui prcdent, ainsi que leur mobile et leur fin, tant connus de tous, rprouvs par tous, vous serez inexcusables de n'avoir pas accompli votre devoir le plus strict.
Veuillez m'excuser de n'avoir pu disposer que d'un crayon, et agrez, Excellence, mes sincres salutations,
Milo RIGAUD.


15
Nous arrivons maintenant au dernier des gouvernements passs, celui du prsident Stnio Vincent (La) misre se gnralise au point de constituer une calamit nationale : sa provenance dcoule de la dictature ET DU MANQUE DE JUSTICE. LA CORRUPTION AIDA AUSSI (ET) SURTOUT DANS (CE) GOUVERNEMENT... De 1930 1940, il y a eu plus de scandales dmoralisants, dvoils ou cachs, que pendant plus d'un sicle d'histoire, de 1804 1915. JAMAIS LE PAYS N'A CONNU UNE PAREILLE ABJECTION '.
Pour la premire fois dans l'histoire universelle on a vu un gouvernement DANS LE BUT DE BATTRE MONNAIE, autoriser la naturalisation en territoire tranger, racolant COMME UN VULGAIRE MENDIANT RAPACE ET SORDIDE tous les trangers intresss cet abominable trafic de la dignit de la nation hatienne.
Dr. Franois DALENCOUR L'Economiste Hatien, Octobre-Dcembre 1941
4
Reconduit en prison aprs l'infructueux assassinat, j'y demeure 17 mois, de Fvrier 1942 Juin 1943, avant d'tre appel par devant le tribunal criminel o (aprs la lettre de Lescot Merceron, c'tait normal) le juge d'instruction Odilon Charles, ancien ministre de la justice de Vincent, m'avait renvoy.
Pour montrer combien l'quit jouait peu dans cette affaire, disons seulement que notre premier avocat nous ayant abandonn en nous rclamant 4.041 dollars d'honoraires (!!!), le juge qui, plus tard, devait nous condamner, lui permit, par l'ordonnance de saisie suivante, de saisir nos biens.
Nous, Edouard Bordes, Doyen du Tribunal Civil de Port-au-Prince, vu la requte qui prcde, les pices l'appui et les dispositions de loi qui rgissent la matire, permettons Me Hermann Benjamin, avocat, demeurant Port-au-Prince, de pratiquer des saisies-arrts sur le sieur Emile Rigaud, demeurant Port-au-Prince, s-mains des sieurs Paul Rouzier, Lucien Rouzier et d'autres dbiteurs du dit sieur Emile Rigaud et sur tous effets mobiliers qui peuvent
lui appartenir et en quelques lieux qu'ils peuvent se trouver, et ce, pour avoir paiement de la somme de QUATRE MILLE QUARANTE ET UN DOLLARS TRENTE CENTIMES laquelle nous valuons provisoirement sa crance, sans prjudice de tous autres dus et devoir. Et vu l'urgence, autorisons l'usage de notre ordonnance avant son enregistrement.
Fait au Palais de Justice Port-au-Prince, ce jourd'hui 26 Fvrier 1943.
Edouard BORDES.
Quatre mois aprs, c'tait le mme Edouard Bordes qui me jugeait comme doyen du tribunal criminel, et, qui me condamnait. Dans ces conditions, la rdaction de son verdict ne pouvait tre que torture, comme il l'avait lui-mme t par le Pouvoir Central, et si nous faisons grce, ici, de son texte, c'est parce que l'opinion publique, reflte dans les extraits qui suivent, en donnent une ide suffisante.
3


16
Il est incontestable Que c'est la priode sclrate de 1930 1940 (les 2 mandats prsidentiels de Stnio Vincent) qui a t une des plus ignominieuses de notre histoire de peuple.
Rossini PIERRE-LOUIS Dput du Peuple Le Nouvelliste, 29 Octobre 1946
5
Voici les tmoignages publics rendus en ma faveur contre Stnio Vincent l'poque du procs, c'est--dire en Juin 1943 :
A l'issue du procs, la foule a rclam : acquittement et a accompagn l'accus jusqu' la prison.
L'humanit de notre cur nous a command de mnager nos lecteurs et le public en laissant son motion le temps de se remettre de la nouvelle de la condamnation de Milo Rigaud.
Pour cause, nous avons pu nous rendre compte que le procs Rigaud-Vincent avait jou sur le sentiment populaire et que son motion en ressentirait un choc la rception de la dcision du tribunal.
Et le juge laissa tomber la sentence : 3 annes de rclusion Un murmure, comme une vague de fond, monta de l'auditoire. Venait-il d'un remous de la foule ou d'un craquement des curs ? Nous n'emes pas le temps de nous en rendre compte...
Il (Milo Rigaud) changea le climat du procs : d'accus, il s'tait mu en accusateur.
Quand, l'issue de ce procs qui dura cinq jours entiers et qui provoqua l'un des plus forts courants d'opinion qu'un procs ait jamais soulev, la foule, dans son imposante unanimit, rclama grands cris, dans une ovation monstre,l'acquittement d'Emile Rigaud, on ne peut pas y voir l'effet d'une claque.
Le Rveil Directeur : Marc Side
Par l'important service d'ordre organis ds 9 heures du matin autour du Palais de Justice, les
hommes d'exprience de ce pays prsageaient un verdict de condamnation. // y avait eu trop de manifestations en faveur de Milo Rigaud la clture des dbats pour qu'il en ft autrement. Un jugement de condamnation devait tre prononc au milieu d'un service d'ordre trs svre.
Le Nouvelliste Directeur : Ernest Chauvet
Acquittement !
Le procs Rigaud-Vincent a pris, l'ouverture des dbats, un caractre de procs clbre. Plus il se droulait, plus la Dfense semblait aise et plus l'Accusation semblait gne aux entournures. L'atmosphre et l'opinion ont t cent pour cent en faveur de l'accus. Les dbats, en se dveloppant, faisaient, du banc de la Dfense, le banc de l'accusation, de l'accus l'accusateur, et la partie civile, replie, timore, accule, se dfendait comme elle le pouvait, s'accrochant l'accessoire et crant de ridicules incidents.
A deux heures du matin, la salle remplie craquer d'un public de choix, a jug : a jug dfinitivement et sans appel, a jug historiquement : par acclamation, par ovation, le public, l'opinion a proclam : acquittement acquittement
La Nation Directeur : Max Hudicourt


17
Autres Extraits du journal de Marc Side, Le Rveil , du 1er juillet 1943 :
Il est 12 heures 25 a. m. Me Cauvin prend la parole au nom de la dfense.
Point par point il fait la revue de tous les faits de l'instruction avec une dialectique serre. Me Cauvin n'est pas un peureux ; ce sont les faits, la logique qui comptent pour lui. Il s'attache aux preuves qui seules en cette matire ont une valeur. Au bon prsent par Milo Rigaud, dit-il, on n'oppose que la parole de Vincent, le souscripteur. La dfense, fait-il remarquer, n'a pas le fardeau de la preuve, c'est l'accusation apporter les preuves de la fausset du bon. Nous sommes attendre ces preuves depuis 17 mois, et aujourd'hui qu'on nous trane au grand jour de l'audience publique pour nous les fournir, ce n'est toujours que la parole de Vincent... Autant que M. Vincent, dit-il, notre parole doit tre crue. Nous portons un nom honorable et honor. Andr Rigaud, l'aeul de Milo, nous le retrouvons avant mme la constitution de la nationalit hatienne. Mais nous ne nous prvalons pas simplement de cela, nous ne nous contentons pas seulement de cela. Nous vous apportons un bon sign de M. Vincent. Vous nous dtes que le bon est faux ; nous vous demandons de prouver ce fait. Devant votre carence, alors que c'tait vous aller au devant des preuves, nous vous proposons l'expertise du bon. Et, notre grand tonne-ment, c'est vous qui repoussez cette expertise. Bien plus, ds qu'un fait est voqu, c'est nous qui demandons aller au fond de ce fait. Tandis que vous fuyez toujours. Vous avez peur, vous redoutez les preuves. Vous vous accrochez au fait que le bon porte la date du 15 Mai. Vous dtes qu'en ce jour qui est l'anniversaire de l'entre en fonction du Prsident, il y a affluence au palais de 7 heures du matin 8 heures du soir, qu'il n'y a pas ainsi de place pour une semblable opration. Nous vous rpondons que nous n'avons pas conclu en ce jour, mais bien au 24 Mai ; que c'est Vincent qui ce procs nous ouvre maintenant les yeux pour nous tendre un pige coup sr, a choisi la date du 15 Mai en nous disant qu'il nous accordait des intrts antidats pour compenser, comme il nous avait port bloquer no3 fonds. Et l'avocat s'crie en se retournant vers l'ac-
cus : Pauvre jeune homme vous n'aviez pas compris que cette date tait choisie dessein, que c'tait justement pour pouvoir vous opposer l'argument des rceptions au palais.
Mais cela ne tient pas, car quiconque connat Vincent sait trs bien qu'il prendrait de l'argent mme au jour de l'an, et titre d'trennes aussi.
Il conclut l'inanit de l'accusation et demande le renvoi hors des liens de la prvention de l'accus.
Il est 1 heure 45 du matin. Me Sabalat se lve pour lire les conclusions de la dfense. Il est interrompu par Me Latortue qui veut lire les conclusions de la partie civile. La dfense lui cde volontiers le pas. Symboliquement, il conclut 1 centime de dommages intrts. Le juge donne aussitt la parole Me Sabalat. Il lit ses conclusions et rclame 20.000 dollars de dommages intrts.
C'est la fin. Le Juge ordonne le dpt des pices pour rendre son jugement dans le dlai lgal de huitaine.
Il est 2 heures du matin exactement.
La foule aussitt envahit l'estrade du tribunal, elle se rue vers le box de l'accus, qui pour l'embrasser, qui pour lui presser la main. Ceux qui ne peuvent y accder sautent par dessus les bancs. Et c'est une infernale manifestation o le cri ACQUITTEMENT se mle des applaudissements frntiques. La garde fait de vritables gymnastiques pour rtablir l'ordre sans arriver aucune brutalit inutile ni des froissements imprudents. Le commissaire Grvy Jean descend dans la salle pour rappeler le public la mesure ; mais il ne peut mme pas se faire route travers cette foule compacte qui se grossit de tous ceux que le service d'ordre tenait refouls aux abords du palais de justice et qui rongeaient leurs freins.
Il revient pour demander d'emmener l'accus ; mais la foule s'en prend lui et, peu encore, il eut connu un mauvais quart d'heure. L'accus, lui, n'est gure dispos se laisser faire ; il souligne pour le Ministre Public que : C'est une victoire que je remporte sur vous . Un geste du lieutenant Bellande est mal interprt par l'accus et ses parents, et menace d'amener une prise entre l'accus et celui-ci.


18
, Dj les dames qui sont les plus excites montrent des poings menaants et semblent prtes entrer en lice. Il faut tout le tact des officiers de la Garde pour conjurer une bagarre. Le capitaine Magloire sauve la situation.
Sachant la confiance que l'accus a en lui, il le prie de sortir avec lui et le lieutenant Etienne qui se montre trs correct. L'accus y consent et sort au milieu des acclamations, suivi d'une grande partie de la foule.
Que sera le verdict ?
*
Le juge de Milo Rigaud a dit son mot.
L'humanit de notre cur nous a command de mnager nos lecteurs et le public en laissant son motion le temps de se remettre de la nouvelle de la condamnation de Milo Rigaud avant que de la lui confirmer officiellement par l'organe de notre journal.
Nous avons suivi les dbats du commencement la fin ; nous sommes rests toute la nuit du mercredi 23 Juin jusqu'au matin du jeudi 24 2 heures du matin quand le juge dclara la cause entendue, ordonna le dpt des pices et leva le sige pour rendre son jugement dans le dlai de la loi. Nos
oreilles taient tendues tous les murmures, tous les bruits, tous les propos. Nous nous sommes dlibrment mls la foule, nous avons comme men une enqute discrte auprs de l'opinion publique. Pour cause, nous avons pu nous rendre compte que le procs Vincent-Rigaud avait jou sur le sentiment populaire et que son motion en ressentirait un choc la rception de la dcision du tribunal...
Ds 9 heures du matin, le palais de justice tait ceintur d'un contingent de gardes. La foule arrivait en flot ininterrompu.
Vers 11 heures 30 a. m. le doyen Bordes, assist du commissaire du gouvernement, Me Grvy Jean et en prsence de l'accus Rigaud prit sige et commena la lecture des motifs de sa dcision. Le silence est lourd... A mesure qu'on sentait venir la dcision, les respirations se faisaient plus rapides et sifflaient mme au passage des narines. Et le juge laissa tomber la sentence : ... Condamne le sieur Emile Rigaud...
Un murmure, comme une vague de fond, monta de l'auditoire. Venait-il d'un remous de la foule ou d'un craquement des curs ? Nous n'emes pas le temps de nous en rendre compte...
La force aussitt l'entoura et l'emmena. Place La foule ouvrit ses rangs... Des mains trourent le vide, innombrables, pour le saluer...


19
Malgr que la dernire audience de ce scandaleux procs se ft prolonge jusqu' deux heures du matin, l'immense foule qui grossissait tant au sein du tribunal qu'aux abords du Palais de Justice, ne voulut pas abandonner sa place avant d'entendre la dcision finale ET QUAND ELLE PUT SE RENDRE COMPTE DE LA FAIBLESSE DU JUGE, elle ne put contenir son indignation et la rage qui bouillonnait dans toutes les poitrines et cria plein poumon : A bas Vincent A bas Vincent Le mcontentement est extraordinaire. (1)
LA NACION Journal Dominicain 6 Juillet. 1943
6
L'opinion publique hatienne ne fut pas seule tre scandalise par le verdict de Edouard Bordes.
Voici ce qu'en dirent les Dominicains qui connaissaient bien Stnio Vincent comme le dmontre notre prface :
UN PROCES SCANDALEUX A PORT-AU-PRINCE
Un public immense se pressa au Palais de Justice et dans ses alentours, se montrant extrmement hostile Vincent dans une cause o se plaide une dette de celui-ci avec Milo Rigaud.
Il est admis que le tribunal s'est vu forc de condamner Rigaud, parce qu'une condamnation contre Vex-Chef de l'Etat retournerait contre le crdit moral de la nation.
Port-au-Prince, 5 juillet 43. Durant la dernire semaine du mois pass, il est vrai qu'au tribunal criminel de cette ville de Port-au-Prince, se plaidait une cause qui, par les circonstances exceptionnelles qui l'entourent et la qualit de l'un des inculps, a provoqu un grand mouvement et non moins de sensation dans tous les secteurs de la Capitale et dans quelques localits voisines. Il se plaidait la cause de Mr Milo Rigaud, accus d'avoir falsifi la signature de Mr Stnio Vincent, ex-Prsident de la Rpublique. Les origines de ce fameux procs re-
montent un an plus ou moins et ont commenc par une demande au civil de Rigaud contre Vincent, allguant que sa signature avait t falsifie par Rigaud. Un grand public assista, jour par jour, aux audiences. La Police avait t oblige de prendre des mesures nergiques et svres afin de contenir le peuple dans ses vhmentes manifestations en faveur de l'accus et contre Vincent.
L'motion et le mcontentement arrivrent un point culminant quand le reprsentant du Ministre Public, d'une part, et les avocats de Vincent, d'autre part, allgurent, comme base de leur accusation, que Vincent n'eut jamais aucun genre de relations avec Rigaud et qu' la date de l'opration leur client avait plus de 13.000 dollars son compte d'pargne la Banque Royale du Canada, pour cette raison, opinent-ils, Vincent n'avait aucun besoin l'obligeant demander un prt d'argent Rigaud.
Entre temps, la dfense prouva et dmontra, par les tmoignages du Colonel Armand et du Capitaine Lochard, celui-ci ex-chef d'Etat-Major du Prsident Vincent et remplissant actuellement le mme rle dans le Gouvernement du Prsident Lescot, qu' l'poque o fut souscrit le bon, Vincent reut, au Palais National, Rigaud en deux fois pour le moins. Bien plus, la dfense prsenta divers tmoins dont
(6) Sans aucun doute, le reporter du journal dominicain, habitu des cours d'assises, laisse entendre ici que, ds la fin des dbats gnraux du premier procs, la cause tait dj tellement perdue par Vincent, que le juge n'avait pas attendre un dlai de huitaine pour LIBERER L'ACCUSE, mais DEVAIT LE LIBERER AU MOMENT MEME COMME LA FOULE L'EXIGEAIT FRENETIQUEMENT. Mais, loin de l, le juge attendit le dlai de huitaine.., pour condamner Ce dni de justice dclenchait l'odysse du crancier, qui allait durer sept annes !


20
les dclarations mirent en lumire que Mr Vincent avait l'habitude de recevoir des prts et de ne jamais payer. Parmi les tmoins, se prsenta une femme qui Vincent refusa de payer une note pour fritures et, enfin, le dernier terme d'une crance en faveur de Seymour Pradel de 20.000 dollars. Parmi les noms des personnes cites auxquelles Mr Vincent savait emprunter de l'argent, il fut aussi cit, par l'accus le nom de S. E. l'honorable Prsident Tru-jillo.
En dpit des considrations catgoriques et irrfutables dcoulant des dbats particuliers, le Tribunal semble se croire oblig de condamner 3 ans de rclusion Milo Rigaud, en rejetant sa demande
d'expertise.
Malgr que la dernire audience de ce scandaleux procs se ft prolonge jusqu' deux heures du matin, l'immense foule qui grossissait tant au sein du tribunal qu'aux abords du Palais de Justice, ne voulut pas abandonner sa place avant d'entendre la dcision finale et quand elle put se rendre compte de la faiblesse du juge, elle ne put contenir son indignation et la rage qui bouillonnait dans toutes les poitrines et cria plein poumon : A bas Vincent A bas Vincent Le mcontentement est extraordinaire.
Il est superflu, aprs tout ce qui a t rapport plus haut, de signaler le dsappointement notoire et profond du public devant le verdict.
Le mal a t aggrav parce qu'il n'a pas t permis la presse ni de donner le compte rendu dtaill des audiences, ni d'opiner, sous le prtexte que l'une des parties en cause est un ancien Chef d'Etat, qu'en consquence le scandale rejaillirait sur la Nation entire.
En outre, les cris ritrs de A bas Vincent ont t officiellement interprts comme une manifestation d'hostilit et d'antipathie contre le Gouvernement actuel plutt que contre Vincent, parce que ce rgime n'est qu'une continuation de l'antrieur, surtout si on l'examine sous le jour du maintien des principales figures militaires et civiles qui dirigrent avec Vincent.
Comme on le comprend bien, le BON en question a retir Vincent toute valeur morale, en dpit du fait que l'on ait voulu admettre que Rigaud ait falsifi la signature de Vincent, chose que personne n'admet. Les audiences ont nettement tabli que payer ses dettes, surtout quand on peut les payer, n'est pas une vertu de Vincent.
N. D. R.Il nous est profondment douloureux de recevoir de notre correspondant d'Hati, le compte rendu de ce procs o est impliqu l'ex-Prsident Vincent.
Bien que les causes qui rendirent censurable et strile la gestion gouvernementale du Prsident Vincent semblent toujours continuer de faon prpondrante dans la vie politique de l'Etat voisin, nous souhaitons sincrement que des scandales de cette nature ne se renouvellent jamais plus, chose qui nous parat trs facile, parce qu'elle impliquerait un changement de direction contraire aux intrts et aux tendances de ceux qui, chez nos voisins, n'ont d'autres ambitions que leurs fins personnelles au mpris de mille problmes dont les solutions donneraient la famille hatienne l're de paix interne et de bien-tre collectif aprs laquelle elle soupire.
{Extrait de LA NACION , du mardi 6 juillet 1943, page 3, 4/ne, 5me et 6me colonnes. Traduit de l'espagnol par un anonyme).


21
... le rgime infernal vincentiste, lequel est la source de tous les maux dont nous souffrons actuellement...
R. F. LEMOINE L'Action, 4 Dcembre 1956
7
L'entrefilet suivant du journal Le Rveil prouve que, bien longtemps aprs le procs, l'Opinion Publique n'avait pas chang en ce qui concerne le verdict de Juin 1943.
Voici le chapeau dont le directeur du journal coiffait ce billet que je dus lui adresser l'occasion de certaines attaques injustes :
N. D. L. R.Nous donnons d'autant plus vite satisfaction Milo Rigaud que nous gardons jusqu' cette heure la mme impression que nous inspirrent les dbats politiques de son procs avec Vincent. Nous regrettons de n'avoir pu retrouver notre reportage pour le. reproduire.

Port-au-Prince, le 18 Fvrier 1946 Au j ournal Le Rveil >
Mon cher Side,
Regrettant infiniment que le mot que je vous ai remis la semaine dernire ait t gar, je m'empresse, selon votre requte, de tracer celui-ci.
Il est, puis-je vous le rappeler, en rponse ceux qui, dans votre journal et ailleurs, croient devoir me traiter de forat et de bagnard pour la dfense ingrate de M. Vincent et de la suite de M. Lescot : en l'occurrence, la Garde d'Hati dont relve, entr'au-tres dsordres, le dsordre de ce matin.
Dans le mot perdu si malheureusement, je vous demandais tout simplement de bien vouloir reproduire, au bas de ma communication, une partie du reportage que vous ftes du procs Rigaud-Vincent, en Juin 1943 ; ma prfrence allait au passage o vous disiez peu prs ceci : L'accus est si brillant qu'il semble que ce soit lui le PRESIDENT...
Je n'ai pas besoin de vous dire que, mme si vous retrouviez le mot perdu, je sollicite de vous que ce soit celui-ci que vous publiiez ce soir. Je vous fais aimablement cette sollicitation pour ne pas avoir recourir la loi.
Je profite de l'occasion pour vous en remercier et vous renouveler mes meilleures civilits.
Milo RIGAUD.


22
8
Pendant les dbats de Juin 1943, l'un des arguments les plus prcieux de Vincent fut celui-ci : le prsident Vincent ne doit personne et n'a jamais d quoi que ce soit personne. Mes avocats et moi lui opposmes, entr'autres dettes contractes et crances impayes par lui, la crance Pradel dont il est parl au dbut de ce travail. Les avocats de la partie civile rpliqurent que cette crance avait t paye, que Vincent en dtenait mme la quittance signe de Pradel.
Or, le lundi 12 Juillet 1943, voici ce que Victor Constant crivait dans La Nation :
Dans sa revue de la presse du mercredi 7 Juillet en cours, Le Matin publie un article au cours duquel mon trs cher Lux, qui je dois tout, exprime son tonnement de voir voquer, soit en bonne, soit en mauvaise part, de grandes figures de notre histoire tout au cours des dbats de la sensationnelle affaire Rigaud-Vincent et formule, en manire de conclusion, le souhait qui peut tre aussi considr comme un hommage que soit imit le ton et le langage observs par Hati-Journal pendant les cinq jours que dura le procs en question qui trouva dfinitivement son pilogue devant le Tribunal de Cassation.
Bien que n'ayant pas eu exprimer un tel sentiment, nous l'avions, tout comme Lux, prouv. Et c'est ce qui nous autorise en quelque sorte dplorer la perte faite par Hati-Journal (journal de Vincent) du prix de mrite qui lui fut si unanimement accord grce son silence et sa grande modration, en publiant une carte adresse, en l'an de grce 1939,
par Me Seymour Pradel, de regrette mmoire, l'ex-Prsident Vincent, sans pouvoir dterminer les circonstances qui suscitrent ce geste d'crivain.
Il n'est point besoin, pour nous, d'insister sur le caractre de Celui dont la ])lus grande majorit nationale porte le deuil encore et qui, de son vivant, avait la libre passion de servir. Toutefois il est trs opportun de souligner, pour ceux-l qui sont rests perplexes devant la publication faite par Hati-Journal, qu'une telle initiative n'eut lieu que dans une circonstance absolument unique et courtoisement ncessaire.
Si nous apportons ces quelques lignes, c'est parce que nous sommes solidaires de nos grands hommes et que nous avons la mmoire reconnaissante.
Que l'me de tous dtracteurs ou inscripteurs en faux soit en paix comme doit se reposer celle de Me Seymour Pradel.
La vrit est que, comme je l'ai dj dit aux premires pages, Vincent, au lieu de remercier Pradel de l'avoir aid, par ses fonds, accder la prsidence d'Hati, profita d'un mouvement politique o Pradel n'avait rien faire, pour emprisonner son bienfaiteur, ce qui, plus tard, valut la mort ce dernier. Ce fut entre l'emprisonnement qui l'avait terriblement diminu et sa mort que Vincent extorqua la quittance de ce qu'il devait sa victime.
Cependant, comme l'a une fois prouv Le Nouvelliste du 17 Mai 1943, Pradel lana la flche du Parthe en mourant, et cette flche atteignit Vincent pour le blesser mort : dans son testatement, Pradel accuse encore la crance Vincent.


23
Lescot avait promis Vincent d'empcher les hatiens de connatre la vrit sur son administration. L'incorrigible menteur se vit contraint de tenir ses promesses, parce que son complice, A SON TOUR, possdait les moyens de le faire chanter,
L'opinion publique justement mue des consquences dsastreuses du rgime de Vincent eut plusieurs reprises l'occasion de porter des jugements svres sur l'administration prcdente.
Lescot ferma la bouche aux journaux par sa fameuse lettre d'Octobre 1944 invitant le chef de la police prendre des mesures drastiques ncessaires pour mettre fin ce qu'il appelait une campagne honteuse de dnigrement contre l'ex-Prsident d'Hati. ,
LES CIRCONSTANCES PENIBLES DE L'AFFAIRE RIGAUD et de nombreux autres scandales tablissent d'une manire clatante la ralit du pacte Vincent-Lescot.
LE COURRIER D'HATI 28 Avril 1946
9
Au cours des dbats de Juin 1943, l'un des arguments favoris de l'Accusation fut celui-ci : le prsident Vincent n'aurait jamais pu emprunter de l'argent de Milo Rigaud, puisqu'il ne l'a jamais vu au Palais.
Consult, le registre d'entre mme du Palais rvla le contraire : bien que plusieurs de mes visites Vincent aient t soigneusement ratures avant la prsentation de ce registre au tribunal pour vrification, une des visites avait miraculeusement chapp au grattoir !
La Partie Civile dut alors se rabattre sur un curieux procd d'accusation sans pourtant sortir de son mensonge public : la date de cette visite chappe au grattoir du palais national ne concordait pas avec la date de l'obligation commerciale ! !
Nous prsentons aujourd'hui une lettre qui vient montrer que la date de l'obligation commerciale signe par Stnio Vincent pouvait tre autre que celle de la visite chappe au grattoir gouvernemental :
Port-au-Prince, 27 Juillet 1943
A Me Sabalat,
Rue de l'Enterrement, 20,
Cher Matre,
J'ai l'avantage de vous accuser rception de votre
lettre du 23 juillet courant et comme suite, me fais un plaisir de vous rpondre.
En effet, en Novembre 1933, je fus appel par M. Elie Lescot Secrtaire d'Etat l'Intrieur cette poque et sur sa proposition, j'acceptais d'entrer dans le gouvernement. Je fus appoint, comme Attach Spcial ce Dpartement et Chef de la Sret. J'y restais jusqu' fin 1935 ayant remis ma dmission non seulement Vincent mais aussi Titus, ceci non seulement parce que je n'tais pas pay de mes appointements (qui me sont toujours dus jusqu' ce jour) mais pour des raisons autrement importantes, ne voulant pas que mon nom soit ml certains actes que je rprouvais, ces actes m'ayant t demands par Titus.
Depuis ma dmission, j'eus en effet l'occasion de me rendre trs souvent au Palais National afin de voir Stnio Vincent et lui demander d'user de son pouvoir auprs de son ministre, pour que je sois pay de ce qui m'tait d pour mon travail effectu.
Stnio Vincent me fit toujours de vaines promesses et malgr mes dmarches nombreuses, comme dit plus haut, j'attends encore cette valeur soit $ 500.. Mes lettres recommandes avec accus de rception, plus rponse du Palais, peuvent prouver la vracit de ce que je vous dis.
4


24
Il est vident, qu'tant presque un habitu du Palais, vu mes fonctions passes, je me rendais souvent au Palais, jusque les derniers mois du rgne Vincent, esprant toujours jusqu' la dernire minute, que celui-ci me rendrait justice, comme je le lui avais demand. Hlas... Dans ces nombreuses visites, Avril, Mai, Juin, Juillet, etc., feus l'occasion de rencontrer au moins quatre fois Emile Rigaud, tant dans le pristyle du rez-de-chausse qu'au premier tage, et chaque occasion, je lui serrais la main. Lorsque je vis Emile Rigaud au premier tage, le capitaine Lochard allait se diriger avec lui vers les appartements ou bureau du Prsident Vincent. Une autre fois, ce fut le lieutenant Aubry, galement staff-officer de Vincent, qui l'emmenait dans la mme direction.
C'est tout ce que je puis dire ce sujet ne pouvant pas savoir si Emile Rigaud fut reu par Vincent, car je ne me trouvais pas dans le carr rserv aux personnages qui doivent tre reus. Ce petit carr est attenant au bureau mme du Prsident, aile gauche du Palais.
je pense que ces renseignements sont suffisamment prcis et vous donneront satisfaction.
Je vous prie d'agrer, cher Matre, mes bien sincres salutations et me croire, bien cordialement vtre.
Fred. WOOLLEY.
Dans cette lettre, M. Woolley priait de ne pas se servir de son tmoignage, sauf si le procs allait en Cassation, ou, en cas de rvision. Mais, comme il y eut deux procs au lieu d'un d'intents par moi Stnio Vincent et, qu'au second procs, M. Woolley vint produire le tmoignage publiquement devant le tribunal criminel, la restriction qu'il nous imposait tait leve ; ce dont je suis trs heureux, car l'importance de sa lettre n'chappera personne, tant en ce qui nous concerne qu'en ce qui a trait directement la fragilit des engagements d'honneur pris par Vincent, mme lorsqu'il tait chef d'Etat.


25
La police avait t oblige de prendre des mesures nergiques et svres afin de contenir LE PEUPLE DANS SES VEHEMENTES MANIFESTATIONS EN FAVEUR DE L'ACCUSE ET CONTRE VINCENT. L'motion et le mcontentement arrivrent un point culminant quand le reprsentant du Ministre Public et les avocats de Vincent allgurent comme base de leur accusation que Vincent n'eut aucun genre de relation avec Rigaud et qu' la date de l'opration leur client avait plus de $ 18.000 son compte d'pargne la Banque du Canada.
Bien plus, la Dfense prsenta plusieurs tmoins dont les dclarations mirent en lumire que VINCENT AVAIT L'HABITUDE DE RECEVOIR DES PRETS ET DE NE JAMAIS PAYER. IL FUT AUSSI CITE, PAR L'ACCUSE, LE NOM DE SON EXCELLENCE L'HONORABLE PRESIDENT TRUJELLO.
EN DEPIT DES CONSIDERATIONS CATEGORIQUES ET IRREFUTABLES DECOULANT DES DEBATS PARTICULHRS, LE TRIBUNAL SEMBLE SE CROIRE OBLIGE DE CONDAMNER RIGAUD. Comme on le comprend bien, LE BON EN QUESTION A RETIRE A VINCENT TOUTE VALEUR MORALE, en dpit du fait que l'on ait voulu admettre que Rigaud ait falsifi la signature de Vincent : CHOSE QUE PERSONNE N'ADMET. LES AUDIENCES ONT NETTEMENT ETABLI QUE PAYER SES DETTES, surtout quand on peut les payer, N'EST PAS UNE VERTU DE VINCENT.
LA NACION (Journal Dominicain) 6 Juillet 194S
10
Pour dtruire totalement l'argument de la Partie Civile qui consistait faire croire que je n'avais jamais t au palais parce que je n'avais jamais eu de relations d'affaires avec Vincent, je me suis rappel, au cours des dbats particuliers de Juin 1943, que j'avais dpos, l'instruction, une carte de visite petit format : la carte de visite de M. Cognard de Langallerie, de Paris, que j'avais entretenu, lorsque j'tais en France, d'un contrat d'emprunt pour la Rpublique d'Hati, et qui, mon retour Port-au-Prince, m'avait fait savoir par cette carte qu'il restait ma disposition pour me faire trouver cet emprunt ; lass de mon long silence alors qu'il s'tait dmen pour me trouver cet emprunt, il me posait mme cette question : Mais qu'attend donc le prsident d'Hati pour contracter ?
Cette carte tablissait pour le moins que j'tais en relations d'affaires avec Vincent, car personne ne peut s'imaginer que je fusse entr dans des tracta-
tions pareilles avec un Franais de cette importance (l'emprunt tait de $ 100.000.000) sans entente pralable avec le prsident de la Rpublique.
Je rclamai donc cette carte au commissaire du gouvernement, Grvy Jean, qui, comme Partie Publique, soutenait l'accusation avec la Partie Civile. Il ne put jamais montrer cette carte que, d'ordre du gouvernement et d'ordre de Vincent (auxquels le dossier judiciaire avait donc t communiqu !), l'on avait fait disparatre. Une audience durant, mes avocats, Me Franois Mose, Me Emile Cauvin, Me Ernest Sabalat, et moi, perdmes notre temps rclamer la carte Cognard que la justice elle-mme avait fait disparatre !
Le dossier o se trouvait cette carte ayant t, avant d'tre demand cette occasion au tribunal criminel, au tribunal de cassation parce que le juge qui instruisit l'affaire avait t pris partie, je pus savoir, plus tard, que le dossier fut remis au greffe


26
sans la carte, aprs avoir t tudi par le commissaire du gouvernement d'alors prs le tribunal de cassation, Franois Mathon.
Il m'a toujours t pnible de croire qu'un commissaire de gouvernement prs le premier tribunal
de la Rpublique pt se livrer volontairement une si curante manuvre : un simple faux-pas dans les couloirs du palais de justice aura, sans doute, fait glisser la pice par terre.
Mais il y eut tant de faux-pas sous Lescot !


27
La plaidoirie de Me. Louis Raymond en cassation a cru adroit d'insinuer que les visites inexistantes, les $30.000 qu'avait Vincent en banque ET SA POSITION DE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ETAIENT DES FAITS QUI SUFFISAIENT A FORMER LA CONVICTION DU JUGE. (1) Mais IL A RECONNU QUE VINCENT ETAIT DANS L'IMPOSSIBILITE DE PROUVER AUTREMENT LA FAUSSETE DU BON. H est noter que l'argument majeur dont il se sert pour combattre les moyens de la Dfense REPOSE SUR L'ETAT DE SIEGE ET LA SUSPENSION DES GARANTIES CONSTITUTIONNELLES .' ! Cela suffit situer le climat du procs.
Max HUDICOURT La Nation, 20 Mars 1944
11
L'affaire, porte en cassation, retrouve Franois Mathon commissaire du gouvernement prs ce tribunal !
Mathon est alors l'Eminence Grise d'FJie Lescot, Prsident de la Rpublique qui supervise politiquement ce dbat judiciaire.
Ainsi, pour combattre les moyens de notre requte et faire rejeter le pourvoi, voici l'argument que Franois Mathon prsente : Il s'agit maintenant du tmoin Julio Jn-Pierre Audain qui n'a pas t entendu. On sait pour quel motif ce tmoin appel n'a pas pu comparatre. Nous sommes ici en prsence d'un cas de force majeure devant lequel il n'y a qu' s'incliner. Le dfaut d'entendre ce tmoin provient du fait que les agents de la Puissance Publique en ce temps d'Etat de Guerre et d'Etat de Sige ont dclar que M. Audain, en sa qualit de prisonnier d'Etat, ne pouvait quitter la prison pour aucun motif. A cette heure surtout o le pays tout entier, POUR DE GRAVES NECESSITES POLITIQUES, vit passagrement sous le rgime de la suppression des garanties constitutionnelles, reprocher au prsident des Assises d'avoir cd une raison de force majeure aussi premptoire, c'est supposer que ce magistrat avait sa disposition non pas seulement l'autorit morale ncessaire mais aussi la force matrielle indispensable pour rsister cette intervention dans
ces ambiances spciales. (Franois Mathon : Rquisitoire).
Il est utile de rappeler que le tmoin cit, Julio Jn-Pierre Audain, est l'ancien chef de cabinet de Vincent dont il a crit ceci : Nous avons mis fin notre carrire politique en dmissionnant comme chef de cabinet du prsident Vincent aprs avoir eu des preuves crites que Vincent tait dpourvu de sens moral.
Et pour montrer que Vincent n'est pas le seul tre dpourvu de sens moral, je fais simplement remarquer que si son avocat, Louis Raymond, dit, en cassation, pour le prmunir de toute ncessit d'emprunter, que son compte en banque est de $ 30.000, le commissaire du gouvernement prs le tribunal criminel dit, dans l'Acte d'Accusation, $ 17.000.
La dcision du tribunal de cassation de maintenir le verdict d'Edouard Bordes souleva donc une tempte d'indignation dont l'un des juges du tribunal fut le centre. Il s'agit de l'honorable Edgar Thomas qui, cette occasion, dposa cette lettre au greffe du tribunal de cassation pour protester contre la manire dont la dcision avait t prise :
Port-au-Prince le 19 avril (Palais de Justice)
Au Greffier du Tribunal de Cassation, Au Greffe du dit Tribunal.
(1) On remarquera que, chaque fois que ses dfenseurs parlent de son compte en banque, ce compte pourtant le mme varie.


28
Monsieur le Greffier,
Jouissant de la facult que me laisse le 7e alina de l'article 24 de la loi organique du Tribunal de Cassation, j'ai l'avantage de vous remettre, en ma qualit de juge dans la composition appele connatre du pourvoi du sieur Emile Rigaud contre le jugement du Tribunal Criminel de Port-au-Prince, le condamnant comme faussaire en faveur de Monsieur Stnio Vincent, la note qui constate mon opinion dissidente avec les motifs sur l'arrt rendu ce jour.
1. Sur la confrontation demande par l'accus Emile Rigaud, des tmoins Me Herman Benjamin et le Colonel Durc Armand, je soutiens que le Doyen du Tribunal Criminel de Port-au-Prince n'a donn aucune solution la demande formelle de confrontation produite par l'accus lors de la prsence des deux tmoins dans la salle d'audience. Nulle part dans le jugement attaqu, nulle part dans les procs-verbaux d'audience, on n'y trouve la solution positive ou ngative de la mesure d'instruction sollicite. Vainement on a essay cette argutie que l'accus est cens y avoir renonc pour n'avoir pas renouvel sa demande. En droit pnal, il n'y a pas de renonciation tacite une facult, une mesure d'instruction prvue par la loi et sollicite dj par l'accus, car pour peu qu'on soit criminaliste et criminaliste habitu suivre les audiences de nos cours d'assises, on sait que le dfenseur ou l'accus qui requiert une mesure d'instruction dont l'inaccomplissement peut lui rserver un moyen de cassation, n'a pas insister outre mesure sur la demande produite et consigne dans le procs-verbal d'audience, car autrement il aurait attir l'attention du juge qui a toujours la facult de revenir sur l'omission commise ou sur son refus non motiv, tant que les dbats gnraux ne
seraient pas ferms et viter par ainsi un moyen de cassation.
L'omission ou le refus du doyen du Tribunal Criminel de Port-au-Prince est prvu peine de nullit par les articles 251 et 306 2e alina Code d'Instruction Criminelle (dition Hraux) 260 et 315 (dition Rigal).
2. Non reprsentation au tmoin Laleau comme l'avait demand l'accus de la pice prtendue fausse. D'o violation flagrante de l'art 254 Code d'Instruction Criminelle (Hraux) 262 C. I. C. (Rigal) deuxime moyen qui devait amener la nullit du juge-ment critique.
3. Parmi les nullits soulever d'office par le Tribunal de Cassation, il y a encore que les dispositions de l'article 2 de la loi du 20 Juillet 1929, deuxime alina n'ont pas t poses telles qu'elles rsultent de l'acte d'accusation. Le Doyen du Tribunal Criminel s'est attard sur la question de dommages-intrts, sans essayer de poser les questions sur les lments constitutifs du crime de faux et l'usage de la pice fausse. L'insuffisance du questionnaire devait entraner aussi et de droit et d'office la nullit du jugement de condamnation.
Ces trois observations sont faites uniquement au point de vue de la jurisprudence et de la doctrine sans aucun souci des faits mens de la cause.
Je vous prsente, Monsieur le Greffier, l'expression de ma parfaite considration avec le ferme espoir que les formalits prvues en cet article 24 de la loi organique seront pleinement excutes.
Sign : Edgard THOMAS Juge au Tribunal de Cassation
(Trois mots rays nuls)


* La signature du bas est celle du Bon. On voit qu'il n'y a pas plus rie diffrence entre elle et les 2 autres qu'entre les 2 autres elles-mmes,


29
U est superflu de signaler le dsappointement notoire et profond du public devant le verdict (de Juin 1943). Le mal a t aggrav parce qu'il n'a pas t permis la Presse d'opiner (du moins comme elle l'aurait voulu), SOUS PRETEXTE QUE L'UNE DES PARTIES EN CAUSE EST UN ANCIEN CHEF D'ETAT, ET QU'EN CONSEQUENCE, LE SCANDALE REJAILLIRAIT SUR LA NATION ENTIERE. En outre, les cris ritrs de A bas Vincent ont t officiellement interprts comme une manifestation d'hostilit et d'antipathie contre le gouvernement actuel plutt que contre Vincent, parce que le rgime actuel n'est qu'une continuation de l'antrieur, surtout si on l'examine sous le jour du maintien des principales figures militaires et civiles qui dirigrent avec Vincent
LA NACION 6 Juillet 1941
Il faut rvler ou rappeler que Edouard Bordes me condamna sans ordonner F expertise du Bon Commercial argu de faux !
Cela, malgr que la Dfense et rclam, pendant tout le procs, cette expertise : c'tait l'accus qui rclamait donc l'expertise, et c'tait Faccusateur qui la refusait, soutenu par le commissaire du gouvernement et par le tribunal /.'.'
Or, chose plus que renversante, l'accusateur attendit la fin du procs pour commander, lui-mme et l'tranger o il se trouvait, l'expertise que le tribunal, le Parquet, et ses avocats, avaient refuse au cours du procs !
Comme toujours, ses calculs le tromprent, car, il m'est facile de prouver qu'il erra, rien qu'en soutenant que jamais sa signature ne varia : il signa plusieurs fois spcialement pour l'expertise, dans le but de dmontrer qu'il signait toujours de la mme manire, sans la plus lgre diffrence entre les signatures, et il remit aux experts des signatures apposes au bas de pices officielles pour faire voir combien il signait diffremment de la signature que l'accus lui imputait. Rien que cette photographie que nous avons tire de l'expertise qu'il publia dans Hati-Journal enseigne combien Stnio Vincent s'est fourvoy par lui-mme, ne serait-ce que par les changements normes apports former la lettre t du prnom et du nom :


30
. Vincent a fait triompher Lescot : UN HOMME QU'IL CONNAISSAIT POUR L'UN DES PLUS GRANDS COQUINS DU PAYS HATIEN..
SAMUEL DEVIEUX Le Courrier d'Hati
Les associations ENTRE COQUINS peuvent tre solides, mais elles ne sont jamais durables. LA MAISON D'AFFAIRES fonctionna merveille pendant quelque temps. Vincent perut rgulirement $6.000 l'an, mais la suite de circonstances dramatiques, il fut honteusement chass du pays par Lescot... LA MAISON D'AFFAIRES VINCENT & Cie. a fait faillite, mais il serait extrmement dangereux pour les associs malheureux que le peuple hatien soit mis au courant des dtails DE CETTE HONTEUSE BANQUEROUTE.
LE COURRIER D'HATI 28 Avril 1946
H faut qu'ils accomplissent jusqu'au bout LEUR CORVEE D'IGNOMINIE, QU'ILS GAGNENT LEUR DROIT DE VIVRE DANS LA BOUE, DANS LE SANG, ET DANS LES LARMES. IL FAUT ALLER ENCORE A LA CUREE, IL FAUT COURIR TOUJOURS VERS DE NOUVELLES CHAROGNES. TOUTE LEUR VIE, ILS FERONT LEUR TERRIFIANTE BESOGNE DE DECHIRER, DE DEMOLIR ET DE TUER.
LE COURRIER D'HATI 28 Avril 1946
13
La manire dont on m'avait condamn porta mon pre crire au prsident d'Hati une lettre ouverte dans laquelle il lui disait son illusion de le voir apporter un remde ce dni de justice auquel venait de s'associer le tribunal de cassation.
Voici comment La Nation s'exprime ce moment-l dans un entrefilet intitul Sur la Condamnation de Milo Rigaud : Le Matin du 3 courant dit trs sagement l'occasion du procs Rigaud-Vincent : L'incident est donc clos judiciairement mais cela n'empche et n'empchera pas de quelque temps encore qu'on pilogue dans la presse et les conversations sur Ytranget du cas ... L'incident n'est pas clos j udiciairement. L'arrt, le fameux arrt est rendu, mais il reste l'excution du jugement., et la rponse de Son Excellence (le prsident de la R-
publique) la lettre de M. Ernest Rigaud. Les adversaires de Milo Rigaud vont de plus en plus fort. Personne n'ignore que pour excuter un jugement, il faut commencer par le signifier au condamn. Or, il nous est revenu que le jugement a t excut alors qu'il n'a jamais t signifi. C'est incroyable mais c'est vrai. Concidence : les juges en cassation ont huit jours pour dcider sur les affaires qu'ils ont entendues. Pour l'affaire Milo Rigaud, ils ont dcid un mois et trois semaines aprs et... le jour o tout le monde s'intressait la rvision de la Constitution. Et quelle dcision ! Vraiment cela ne va pas dans le monde des magistrats. Le Matin a raison en disant que de quelque temps encore on piloguera sur l'tranget du cas. N'est-ce pas que c'est vraiment trange ? (5 Mai 1944)


31
Or, le Pouvoir Excutif et le Pouvoir Lgislatif se sont associs, dans une uvre de passion violente, pour interdire au Pouvoir Judiciaire le libre exercice de ses attributions essentielles. De la sorte, la Souverainet nationale ne s'exerce plus temporairement ou non, peu importe selon le mode impratif des articles 34 et 35 de la Constitution de 1946. Comme dans la Constitution Fasciste de 1935 (Vincent rgnant), LE POUVOIR JUDICIAIRE EST SUBORDONNE AU POUVOIR EXECUTIF ; IL EST ASSUJETTI PRIVE DE TOUTE INDEPENDANCE. Par cet artifice, LE POUVOIR EXECUTIF ESSAIE DE RENDRE INOPERANTES LES CONDITIONS JURIDIQUES ET POLITIQUES QUI PERMETTENT AUX CITOYENS DE JOUIR, EN TOUTE LIBERTE, DE LEURS FRANCHISES CONSTITUTIONNELLES.
Georges J. PETIT Lettre an Parlement Hatien : S Avril 1949
14
Pour prouver au tribunal de cassation que Stnio Vincent savait devoir et avait pour habitude de refuser de payer ce qu'il devait, et influencer honntement son arrt, pour obtenir ainsi la cassation du verdict d'Edouard Bordes, j'oblige Vincent rembourser, par voie d'huissier, une obligation qu'il avait souscrite le 15 Dcembre 1929.
La sommation de payer date du 26 Novembre 1943. Donc, Vincent, quoique pouvant payer, surtout pendant les dix annes de sa prsidence, est rest 14 annes ne pas vouloir rembourser cette obligation, qui, pourtant, n'tait que de $ 20.00.
Et Vincent dut payer l'obligation pour ne pas
susciter un autre procs. Il me donna encore plu3 raison de dire qu'il devait et refusait de payer en essayant d'viter d'autres rclamations : sachant que ce genre d'obligation avait t mis en nombre depuis 1929, il fit publier un avis dans son journal pour inviter alors seulement les porteurs se faire rembourser par Jean Fouchard.
Malheureusement, le tribunal de cassation resta sourd cette preuve.
Voici la photographie de cette obligation paye moi par Vincent aprs que je fusse condamn sous prtexte que je ne pouvais, d'aucune manire, dtenir une crance signe Vincent :
WM w .................ta-Mlii im iw.st'oie *!**,
MNla,mr tMlllfr 1. pj Mut a* i! - U ItnHh
fjr.MtanwtM p*llatV M x-Mt-t (oaro,. .t am MM** U
les B tir*la *u fcmM' * MfMm a lut'-rat* h*lUin>.:
lAttl JOTSlV1. '
wm svi. ** ist^rmU (MMBoariirl I ousrti jwrttr u p*mt< r rt 11


32
Voici maintenant le texte de la sommation signe de l'huissier P. J. Maximilien :
F No 002910
L'an mil neuf cent quarante trois et le vingt-six Novembre la requte du sieur Emile Rigaud, propritaire, domicili Port-au-Prince, identifi au No AO-2084, ayant pour avocat Mes Emile Cauvin et Ernest Sabalat, identifis aux Nos AB-2394 et AB-152 et patents aux Nos 35150 et 35445, je P. Jules Maximilien soussign, huissier du Tribunal Civil de Port-au-Prince, identifi au No AB-2042, ai fait sommation au sieur Stnio Vincent, demeurant Ption-Ville, en son domicile et parlant sa personne ainsi dclar, de me payer sur l'heure pour mon requrant : t1)
lo) Vingt dollars, montant principal d'une obligation sous seing priv du quinze Dcembre mil neuf
cent vingt neuf, enregistre Ption-Ville le dix-neuf juillet 1942 au folio 89 case 389.
2o) TRENTE DOLLARS, pour intrts jusqu'au premier Novembre courant.
3o) Trois gourdes quarante pour l'enregistrement de l'obligation et la prsente sommation : en tout CINQUANTE TROIS DOLLARS et TROIS GOURDES QUARANTE, le dit sieur Vincent n'ayant pas pay, je lui ai dclar qu'il y sera contraint par les voies lgales.
Et j'ai, tant et parlant comme ci-dessus, laiss au sieur Stnio Vincent copie du prsent exploit dont le cot est d'une gourde.
Un envoi en marge bon. Deux mots rays nuls. Un autre renvoi bon. Un autre mot ray nul.
(s) P. J. MAXIMILIEN h.
(1) Nous signalons que c'est pendant que nous tions en prison, attendant l'arrt de cassation, que nous obligemes Vincent nous payer cette crance vieUIe de 14 ans !


33
Parce que le pouvoir donne l'autorit, nous nous imaginons que nous sommes infaillibles. NOUS AIMONS NUIRE CAR NOUS AIMONS MAL FAIRE. La manire forte s'est perfectionne avec le fascisme, ET NOTRE PAYS A CONNU LA TERREUR FASCISTE : CELLE DE VINCENT ET CELLE DE LESCOT... (L'erreur de Vincent) fut galement celle de Lescot QUI CONSIDERAIT LE PAYS COMME SON FIEF et s'tait entour des plus sonores nullits POUR PILLER L'ARGENT HATIEN.
Le Nouvelliste, 29 Octobre 1946 Ernest CHAUVET, Doyen de la Presse Hatienne
15
Bien avant le jugement de Juin 1943 qui vit ma condamnation par Edouard Bordes, et entre mon renvoi par devant le criminel et le jugement, je voulus influencer honntement encore le tribunal qui allait me juger en lui montrant que le juge d'instruction s'tait pour le moins tromp en croyant que Vincent n'tait et n'avait jamais t le dbiteur de personne : je dtenais une autre obligation commerciale que Vincent avait signe Constantin Mayard et que ce dernier m'avait cde commercialement. Cette obligation me permit d'assigner une nouvelle fois Vincent en payement de son montant, soit $ 7.000, alors que j'tais dtenu pour avoir soi-disant fabriqu la premire obligation et alors que l'instruction concernant cette dernire obligation s'tait termine contre moi !
On a vu que ni ma premire tentative de convaincre les juges par l'obligation Mayard, ni celle de les convaincre par l'obligation de $ 20.00 n'avait abouti. Je fus condamn malgr ces deux preuves. Mais, ces preuves enseignrent sans doute que je pouvais entretenir une action judiciaire assez longue contre Stnio Vincent en paiement d'obligations commerciales de plusieurs ordres. Je reprsentais donc, par ce seul fait, un danger permanent pour Vincent. Le Pouvoir Excutif, associ , comme le dit si bien Georges Petit, au Pouvoir Judiciaire qu'il terrorisait, dcida de me laisser pourrir en prison : j'ai purg la peine que le verdict de Bordes m'avait inflige, mais, je suis gard en prison d'ordre suprieur...
D'ordre suprieur, je sui3 gard en prison de Fvrier 1945 Dcembre 1945, supplmentairement.
Et ce ne fut que pour faire voir combien l'Excutif dominait le Judiciaire que le prsident d'Hati me fit relaxer. Je possde ce sujet une correspondance suggestive : elle montre comment, sous prtexte de s'tonner des lenteurs d'une justice que lui-mme avait suborne pour me faire du mal au profit de Vincent, Elie Lescot commande au juge Bordes, toujours doyen du tribunal civil, de terminer l'instruction de l'affaire Mayard (car l'assignation que j'avais faite Stnio Vincent de payer l'obligation Constantin Mayard avait donn lieu une seconde ngation de sa signature et, ncessairement, une seconde instruction judiciaire).
Voici cette suggestive correspondance entre Elie Lescot et Edouard Bordes :
Palais National, 29 Novembre 1945
Monsieur le Doyen,
Il y a dans l'administration de la justice de ces lenteurs qui sont inadmissibles et qui ne sont pas loin de friser le scandale.
Un magistrat instructeur, notre avis, doit avoir le sens et le courage de ses responsabilits, si non il se doit de comprendre qu'il n'est pas sa place.
C'est pour cela que je suis oblig, aujourd'hui, d'aller l'encontre de l'un des principes directeurs de mon gouvernement pour vous demander de rclamer du juge d'instruction, Me Isnard Raymond, qu'il se dcide terminer l'instruction du procs de Monsieur Milo Rigaud. Il est du devoir de l'Excutif, lorsque la ncessit s'impose, d'oprer partout les redressements indispensables.


34
Esprant que vous ne manquerez pas de prendre Jes mesures adquates, je vous demande de recevoir, Monsieur le Doyen, les assurances renouveles de ma considration distingue.
LESCOT Edouard BORDES Doyen du Tribunal Civil de Port-au-Prince
*
Port-au-Prince, 4 Dcembre 1945
Le Doyen du Tribunal Civil de ce ressort
Son Excellence le Prsident de la Rpublique
au Palais National.
Monsieur le Prsident,
Par votre dpche en date du 29 (Novembre) courant, Votre Excellence me demande de rclamer du juge d'instruction Me Isnard Raymond qu'il se dcide terminer l'instruction du procs de Monsieur Milo Rigaud.
Et Votre Excellence a cru devoir me prvenir qu'en se faisant (sic), elle allait l'encontre de l'un des principes directeurs de son gouvernement.
La lenteur vraiment inexplicable que met le juge Raymond rendre son ordonnance dans cette affaire ne justifie que trop une intervention qui n'est d'ailleurs inspire que par l'unique souci de faire cesser un tat de choses qui n'est pas loin de friser le scandale.
Je me suis empress d'crire au Magistrat dans le sens indiqu par votre dpche. Et j'extrais de sa rponse les passages suivants : Le dossier de l'affaire a t dj communiqu au Parquet de la capitale pour rquisitoire dfinitif. Mais le Commissaire du Gouvernement me l'a retourn le 12 Aot 1945 en vue d'un supplment d'information, ce que mon cabinet poursuit actuellement. J'espre envoyer sous peu le dossier au Commissaire du Gouvernement.
Ainsi, depuis plus de trois mois que l'affaire a t retourne au juge Isnard Raymond par le Parquet
pour un supplment d'informations les choses sont restes stationnaires. Et comme pour s'excuser, ce Magistrat me rappelle qu'il a des dtenus au Pnitencier National. L'affaire Gaze, qui est tout aussi vieille, n'est pas plus avance, malgr mon intervention personnelle et celle des avocats intresss.
Devant une telle force d'inertie, j'estime qu'il y aurait lieu de recourir l'application de l'article 1er de la loi du 30 Septembre 1895 sur la longueur de l'instruction criminelle.
Veuillez agrer, Monsieur le Prsident, mes salutations respectueuses et dvoues.
Ed. BORDES.
Edouard Bordes, qui m'avait condamn en Juin 1943 pour plaire au pouvoir, indiquait alors, sous une pression contraire du mme pouvoir, la loi qui permettait de frapper Isnard Raymond mort Il ajouta donc ceci sa lettre :
Loi sur la longueur de l'instruction criminelle :
Art. 1er.. .Seront rputs dmissionnaires les juges d'instruction qui auront nglig et qui, aprs deux avertissements du Dpartement de la Justice, continueront ngliger l'instruction des affaires eux dvolues, ou qui, les ayant instruites, ne les auront pas soumises la Chambre du Conseil, conformment l'article 109 du Code d'Instruction Criminelle. (Voir Rigal : C. I. C).
Effectivement, Raymond fut rvoqu par ceux qui, pendant des annes, l'avaient encourag, lui et ses prdcesseurs, cette triste besogne qui consistait me retenir emprisonn, particulirement Odilon Charles et Turenne Thzan.
Fin Dcembre 1945, j'tais libr sans conclusion l'instruction.
Mais, alors que, dans ces conditions, l'instruction judiciaire tait cense avoir une conclusion en ma faveur (car la libert que j'obtenais n'avait jamais t sollicite par moi, ni provisoirement ni autrement, et que je ne pouvais tre relax que si l'instruction m'tait favorable), je fus de nouveau arrt, en Juillet 1947 pour tre jug relativement la mme affaire : l'affaire du Bon Constantin Mayard.


35
Voici ce qui s'tait pass : le remplaant d'Isnard Raymond, l'honorable Clment Dartiguenave, profitant de la chute de Lescot en Janvier 1946, dit enfin le mot du Droit. // sortit une ordonnance de non-lieu en ma faveur. Mais, comme la politique ramena au pouvoir les gens de Vincent, ce dernier se pourvut en cassation contre cette ordonnance de non-lieu qui
avait demand QUATRE ANS pour natre la vrit. Naturellement, le Pouvoir Excutif n'ayant pas chang, le tribunal de cassation abma cette ordonnance, et, faisant ordonnance nouvelle sans examen de l'affaire, me renvoya une seconde fois par devant le criminel. Je fus arrt aussitt et remis en prison.


36
Ds que Vincent prit le pouvoir, il maintint le rgime par ses crimes.
CHICAGO DEFKNDER 20 Novembre 1987
16
Je fus repris et remis en prison sous le gouvernement de Dumarsais Estim qui, lve de Vincent, succdait au pouvoir Vincent et Lescot.
Des tentatives d'assassinat furent faites alors pour me supprimer : on en trouve l'cho dans les livraisons des 4, 5, 8, 11 et 25 aot 1947 de L'Action , et des 15 et 17 Septembre du mme journal, ainsi que dans L'Union Hatienne du 25 Septembre 1947.
Le procs dit du Bon Mayard vient en Juin 1948 par devant le tribunal criminel de Port-au-Prince, au vu de l'ordonnance nouvelle du tribunal de cassation.
Ds le dbut, la crainte de manifestations populaires en ma faveur porte le doyen du tribunal, pourtant charg par la loi de faire la police de la salle d'audience, cder tous ses droits la police politique. Nos protestations n'y font rien.
Le procs a lieu quand mme dans cette atmosphre policire, et, termin aprs 14 audiences o, 14 fois, l'Accusation s'est lamentablement effondre quoique soutenue par 4 commissaires pour la Partie Publique et 3 avocats pour la Partie Civile, j'attends, en prison, le verdict de Lon Pierre.
Le Doyen du tribunal criminel montre son embarras en consacrant 5 semaines la rdaction de sa dcision, et, voici dans quel climat politique :
Revue Commerciale (organe de Chicago) : HATI. Comme suite notre dernire note concernant les rcents vnements qui eurent lieu au dbut du mois de Juillet, Port-au-Prince, il s'avre que la situation politique reste trouble et influe grandement sur les activits commerciales, tant intrieures qu'ex-
trieures. La participation de membres importants du gouvernement l'assassinat du jeune Grard Viau est flagrante et n'a pu tre dmentie. Des photographies ont t publies. Aucune sanction n'a t prise contre les coupables, tous appartenant au groupe des Authentiques , noirs qui gouvernent ce pays en ce moment. Du reste, outre des ministres, des sous-secrtaires d'Etat et des secrtaires particuliers de la prsidence, des membres de la Justice et du Parquet ont t compromis dans cette pnible affaire. Le malaise et l'inquitude augmentent par suite des menaces de massacre que ces groupements fanatiques profrent ouvertement contre les multres. Le pillage des maisons de commerce est craindre, ainsi que l'incendie. Nous sommes donc trs rservs en ce moment, quant aux changes commerciaux possibles avec Hati.
Ma vie tait terriblement expose l'ignoble fanatisme politique qui prtendait tout raser de ce qui ne lui ressemblait pas. Le jour de la mort de Viau, tu devant la prison o j'tais enferm, un nergumne du groupe des assassins rapela que Milo Rigaud devait tre descendu. Mon nom tait port des premiers sur la liste des multres devant disparatre. D'ailleurs, les vnements qui ont vu la chute d'Estim un peu plus tard confirment la rsolution de son gouvernement d'abattre ses adversaires, surtout multres.
On m'en voulait d'autant plus que, au cours du procs du Bon Mayard, un incident malheureux, provoqu par le manque de tact du commissaire du gouvernement, Racine, m'avait oblig le gifler publiquement...
Le prtoire s'tait alors transform en champ de bataille...


37
M. Vincent, ayant compris qu'il ne pouvait rien faire pour empcher le dpart des troupes amricaines de l'Occupation, DECIDA D'EMPOISONNER LES LEADERS DE L'OPPOSITION : les snateurs Pradel, Paultre, Hudicourt, Price-Mars, et beaucoup d'autres membres du Corps Lgislatif... Le chauffeur du prsident Vincent, sur qui on essaya le poison, mourut dans les plus atroces douleurs.
LE CRI DES NEGRES Opinion des Hatiens de Paris
Comme leader journalistique de l'Opposition en 1946, entre mes incarcrations, les protecteurs gouvernementaux de Vincent m'en voulaient. C'est ce que prouve un projet de contrat que me proposa Stnio Vincent par le canal de Lon Alfred pour empcher le procs relatif au Bon Mayard. Dans ce contrat, il y a surtout deux choses retenir : la tentative de me faire renier mes articles critiques de 1946, et l'aveu imprudent fait par le rdacteur du document que je ne suis nullement coupable d'avoir falsifi la signature de Vincent J'ai profondment fait ressortir ces points au procs, au point de gner terriblement Lon Alfred cit comme tmoin ; mais le juge ne voulut rien en retenir ; il mprisa cette absolution imprudente et involontaire qui m'tait offerte par mon adversaire, et il me condamna.
Voici la pice ; elle mritait d'tre garde ; je n'ai pas besoin de dire que je refusai cette transaction bien que, dans le fatras des inventions et des impostures qu'elle contient, elle me lave de toute culpabilit par ce passage de l'article 1er : ...l'Arrt sus-vis du 24 Juillet 1947 ne permettant plus d'avoir aucun doute sur le faux qui entache l'obligation du 2 Novembre 1939 dont il (Milo Rigaud) s'est rendu, acqureur, en toute bonne foi. Au surplus, tout en confessant n'avoir ni commis, personnellement, ni mme souponn auparavant le faux en question...
Par devant Me. Eustache Edouard Knol et son collgue, notaires Port-au-Prince, soussigns, le premier patent au No et identifi au No et le second au No patent au No identifi au No
Ont comparu :
Mr. Emile Rigaud, propritaire, identifi au No actuellement dtenu au Pnitencier National, demeurant et domicili Port-au-Prince, assist de son pre, Mr. Ernest Rigaud et de son parent et ami, Mr. Ernest R. Bastien, tous deux propritaires, respectivement identifis aux Nos et demeurant et domicili Port-au-Prince, d'une part ;
Et d'autre part, Mr. Lon Alfred, propritaire, identifi au No demeurant et domicili Port-au-Prince, agissant en qualit de mandataire spcial de Mr. Stnio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique d'Hati, identifi au No et en vertu de la procuration sous seing priv, date au Cap-Hatien, le laquelle sera soumise aux formalits de l'enregistrement en mme temps que les prsentes pour y demeurer annexe.
Avant d'arriver la transaction qui fait l'objet des prsentes, les comparants ont prliminairement expos ce qui suit :
Par exploit en date du 25 juin 1942, ministre de l'huissier Achille Baptiste du Tribunal de Paix de Ptionville, le sieur Emile Rigaud eut assigner le sieur Stnio Vincent comparatre au Tribunal Civil de Port-au-Prince, en ses attributions commerciales, pour 1) s'entendre condamner par toutes les voies de droit et mme par corps, lui payer la somme de $ 7.000, montant en principal d'une obligation que le dit sieur Stnio Vincent aurait eu souscrire, la date du 2 Novembre 1939, feu Constantin Mayard et dont Emile Rigaud prtendit son tour tre cessionnaire et Gdes 7.000 titre d'honoraires.


38
2) voir fixer six mois la dure de l'emprisonnement exercer en cas de non-paiement avec commise d'huissier, excution provisoire sans caution et dpens.
Aux termes de sa plainte en date du 29 aot 1942, adresse au Commissaire du Gt. prs le Tribunal Civil de Port-au-Prince et transmise aux fins lgales au Juge d'Instruction Turenne Thzan, Mr. Stnio Vincent dclara dnier avec la dernire nergie cette prtendue obligation du 2 Novembre 1939 qui lui tait tort prte, en soutenant n'avoir jamais eu aucune relation d'affaires avec feu Constantin Mayard et n'avoir non plus jamais sign ni la dite obligation, ni aucune autre en faveur de ce dernier.
Sur la dite plainte, le Juge d'Instruction Clment Dartiguenave rendit une ordonnance de non-lieu date du 10 Juin 1946 qui, dfre par le sieur Stnio Vincent la censure du Tribunal de Cassation d'Hati, fut annule par Arrt contradictoire en date du 24 Juillet 1947. Le mme Arrt faisant Ordonnance nouvelle, pour les motifs y consigns, renvoya le dit sieur Emile Rigaud par devant la juridiction comptente pour tre jug, sous la prvention de faux et usage de faux au prjudice du plaignant, etc, etc..
En excution de cette dernire dcision de justice, le Commissaire du Gt. prs le Tribunal Civil de Port-au-Prince dcerna ensuite un mandat de prise de corps contre le sieur Emile Rigaud qui, depuis a t crou au Pnitencier National, aux fins de droit.
Les choses se trouvant dans cet tat, le sieur Emile Rigaud autorisa de lui-mme son pre, Mr. Ernest Rigaud et son ami et parent, Ernest R. Bastien d'entrer en rapport avec Mr. Lon Alfred qui est un ami commun aux 2 parties, pour obtenir qu'il accepte intervenir entre elles, l'effet de mettre fin aux poursuites pendantes par une transaction.
Par suite des entrevues et pourparlers qui eurent lieu tour tour, d'une part, en la demeure prive d'Ernest Bastien, sise Ptionville, Rue les
6 et 29 Novembre courant, entre les sieurs Ernest Rigaud, Ernest Bastien et Lon Alfred, et, d'autre part, au Pnitencier National, le II du mme mois, sur la demande expresse du sieur Emile Rigaud,
entre celui-ci et le mme Lon Alfred, ce dernier voulut bien se charger de saisir le sieur Stnio Vincent de la susdite proposition de transaction et de s'entremettre en cette occasion entre les parties. Grce cette amicale et bienveillante intervention, les parties, aprs s'tre mis d'accord sur le principe et les termes du prsent acte, appert acte sous seing-priv ci-annex et qui sera soumis aux formalits de l'enregistrement avec les prsentes, dment sign, d'abord, au Pnitencier National Port-au-Prince, le par Emile Rigaud et ensuite, au Cap-Hatien, le par le sieur Stnio Vincent, ont respectivement dclar prsentement convenir titre de transaction de ce qui suit :
Art. 1er. Mr. Emile Rigaud, assist comme il est dit ci-dessus, tient reconnatre, avant tout, qu'en ce qui le concerne, c'est dlibrment, en toute libert d'actions et d'esprit, sans aucune contrainte et sans enfin obir aucune autre suggestion qu' celles im-pratives de sa conscience, qu'il m'a requis de me rendre auprs de lui, au Pnitencier National, pour dresser le prsent acte de transaction et le signer ensuite, conjointement avec les sieurs Ernest Rigaud et Ernest Bastien qui l'assistent et Mr. Lon Alfred, s-qualits.
Puis, le dit sieur Emile Rigaud a ajout qu'il reconnat que les poursuites commerciales entreprises par lui contre le sieur Stnio Vincent, suivant sa susdite assignation du 25 Juin 1942, de mme que celles actuellement en cours contre lui, sur la plainte du dit sieur Stnio Vincent, ne peuvent en dfinitive avoir aucune issue favorable quant lui, l'Arrt sus-vis du 24 Juillet 1947 ne permettant plus d'avoir aucun doute sur le faux qui entache l'obligation du 2 Novembre 1939 dont il s'est rendu acqureur, en toute bonne foi. Au surplus, tout en confessant n'avoir ni commis mme, personnellement, ni mme souponn auparavant le faux en question et qu'il reconnat maintenant tre effectif, il affirme n'avoir point entendu faire usage d'une pice entache de faux, lorsqu'il entreprit de rclamer paiement de la dite obligation du 2 Novembre 1939, contrairement l'imputation d'usage de faux porte contre lui par le susdit Arrt du 24 Juillet 1947.(1)
(1) Dans ces seules pluascs, on voit toute la profondeur de la paradoxale astuce de l'adversaire qui croyait navement surprendre.


39
En consquence de ce qui prcde, Mr. Emile Rigaud consent sans rserves 1) renoncer dsormais, comme de fait il dclare renoncer toutes prtentions l'gard de la susdite obligation entache de faux du 2 Novembre 1939. 2) se dsister purement et simplement de l'instance introduite par lui contre le sieur Stnio Vincent, par sa susdite assignation du 25 Juin 1942 ainsi que de tous les actes de procdure ou autres qui en ont t la suite, voulant ainsi que la dite instance, de mme que les dits actes, soient d'ores et dj tenus comme nuls et non avenus, s'engageant d'ailleurs n'intenter contre le sieur Stnio Vincent aucune nouvelle action du chef de la susdite obligation fausse du 2 Novembre 1939. 3) affirmer qu'il ne dtient aucune autre obligation d'argent qui serait signe du dit sieur Stnio Vincent.(1)
Art. 2. Le sieur Emile Rigaud, agissant toujours en toute libert, dclare enfin regretter et abjurer sincrement toutes les violences de langage, tous les crits et libelles qu' l'occasion des susdites poursuites et dans la conviction o il tait alors de ne rclamer que des droits parfaitement fonds et justes, il a eu mettre, par la voie de la presse ou autrement, l'adresse du sieur Stnio Vincent contre qui il avoue ne professer aucune haine, ni aucun ressentiment ou encore l'adresse de maintes personnalits et maints fonctionnaires publics absolument trangers ces dbats qu'il reconnat de mme avoir eu tort de prendre aussi parti.
Art. 3.De son ct, le sieur Stnio Vincent, reprsent comme il est dj dit, tout en se disant
satisfait des dclarations faites prsentement par le sieur Emile Rigaud, en ce qui concerne notamment la reconnaissance du faux qui entache l'obligation du 2 Novembre 1939, l'offre de dsistement pur et simple et les regrets que comportent les dites dclarations, consent en toute abngation chrtienne, accepter purement ces offres de dsistement et autres faites par le sieur Emile Rigaud et se dsister son tour de toutes les poursuites dj entreprises et qu'il serait en droit d'entreprendre contre le sieur Emile Rigaud, en raison des faits reprochs dans sa plainte du 29 aot 1942 et retenus par l'Arrt du 24 juillet 1947, ou des propos acrimonieux(2> auxquels il est fait allusion l'art. 2 ci-dessus.
Art. 4.En consquence des susdites offres et acceptations de dsistement d'instance et de poursuites faites respectivement, rciproquement par les parties aux prsentes, toutes les contestations actuellement pendantes en justice entre elles, demeurent irrvocablement teintes.
Art. 5.- Les frais et honoraires des prsentes seront exclusivement la charge de Mr. Emile Rigaud.
Art. 6.Pour l'excution des prsentes, les parties font lection de domicile en leurs demeures respectives.
Dont acte.
Fait et pass Port-au-Prince, au Pnitencier National le
Et aprs lecture, les comparants en leurs qualits respectives susdsignes, ont sign avec les notaires.
(1) Comme nous l'avons dj signal, cette condition dcle ta peur terrible ressentie par Vincent d'tre encore poursuivi pour d'autres obligations dont U sait l'existence.
(2) Le mot < acrimonieux est crit la main dans l'original ; ce qui prouve plias fortement l'influence politique sur le judiciaire dj tellement accuse par l'art. 2 de ce projet de contrat.
6


40
L'agriculture est entirement nglige. Et la raison en est que LA POLITIQUE ACTUELLE Y A AMENE LA PAUVRETE PAR LA CORRUPTION.
Au dpart de l'Occupation, il y avait plus d'un million de dollars dans la caisse. La Seconde Indpendance, les voyages prsidentiels, les inspections, lections, rfrendum n'y ont pas laiss un seul centime. Le Prsident Roosevelt n'est pas responsable de la dpression conomique hatienne. LE BLAME N'EN SERA JETE QUE SUR LE GOUVERNEMENT DE M. VINCENT.
L'indemnit dominicaine fut rduite de $ 750.000 $ 525.000. Vincent a appel CE MARCHE HUMILIANT un haut acte d'esprit panamricain. Il s'videnterait, au contraire, qu'un acte aussi lev dut tre un arrangement qui ne fut pas au dtriment de l'honneur du peuple hatien. Si, la vrit, la thorie du : NOUS PRENONS L'ARGENT DONT NOUS AVONS BESOIN OU IL SE TROUVE est une pratique du gouvernement de la Seconde Indpendance, cette pratique devrait rester at home, mais pas applique dans le cas de transactions diplomatiques, COMPROMETTANT L'INTEGRITE DE TOUTE LA NATION! En fait, M. Vincent, comme le roi, NE PEUT AVOIR TORT. La parole, la Presse, les Actes Libres sont considrs comme des crimes contre le gouvernement de M. Vincent. M. VINCENT IGNORE QUE TOUT CE QU'H, A FAIT EST MAUVAIS. Maintenir la Force en construisant sur la mort et la ruine des autres, c'est prparer un lit de paille sur lequel MOURIR DANS LA HONTE.
. Je fus exil en Fvrier 1938, PARCE QUE JE N'AVAIS PAS, COMME CERTAINS AUTRES, DISPOSE ARBITRAIREMENT DES FONDS DU GOUVERNEMENT.
Avant d'accepter de payer une indemnit de $ 750.000, le gouvernement dominicain protgea les droits des paysans hatiens contre LA PRATIQUE BIEN CONNUE DE LEUR GOUVERNEMENT DE MAL APPROPRIER LES FONDS.
Colonel Dmosthnes CALIXTE Ancien chef de la Garde d'Hati (extrait de HATI)
Colonel Dmosthnes CALIXTE lextrait de Calvaire d'un Soldat)
Il y aurait beaucoup dire de ce que nous appelons Y Acte Impossible : la condamnation que Lon Pierre nous infligea le 30 Juillet 1938. Mais nous prfrons nous limiter le laisser se critiquer lui-mme en produisant le ple du dni de justice o il a d se rfugier pour obir la jussion du Pouvoir Excutif : n'ayant rien pour nous condamner, mais tant mis dans l'obligation de le faire, Lon Pierre falsifia les procs-verbaux d'audience de Juin 1948 pour tayer l'irrgularit de son verdict, ce qui
explique qu'il mit au moins 5 semaines pour le produire.
Voici deux de ces procs-verbaux falsifis ; dans le premier, on voit que le juge, gn par une partie du texte, l'a annule en collant un papier blanc dessus alors que, dj, cette partie gnante avait t annule par une croix de Saint Andr ; tandis que, dans le second, l'criture additionnelle du juge se voit facilement en marge de celle du greffier :


41
Mais o sont donc les 500.000 dollars de l'Indemnit Dominicaine, demanda Philippe ?
Peut-tre finis, dit Lebas. 500.000 diviss par 20.000 tus galent 25 : $ 25 par tte.
Un bon cochon cote ? 30, remarqua simplement Philippe.
Anthony LESPES Les Semences de la Colre
19
L'acte de Lon Pierre tait inacceptable, mme par ceux qui l'avaient pouss le commettre. Il faut dire aussi que ceux-l ne s'attendaient pas ce que Me Sabalat photographit ces procs-verbaux, car on fit tout pour les cacher.
Donc, malgr l'habitude systmatique du tribunal de cassation de rejeter nos pourvois, il dut casser le jugement de Lon Pierre mais tout en s'offrant le luxe de choisir ses termes pour mnager le juge, car, le tribunal de cassation profita de ce que le greffier avait oubli de signer des procs-verbaux, ainsi que le juge lui-mme, pour fondre sur cette aubaine qui lui permettait de passer ct de la faute cardinale sans la voir :
Attendu que l'importance attache au procs-verbal d'audience en matire criminelle par le lgislateur est telle qu'il a dcid, en l'art. 304 C.I.C. in fine que le dfaut de procs-verbal, en cas de condamnation, entranera la nullit du jugement...
Attendu qu'il est gnralement reconnu que le dfaut de signature du procs-verbal d'audience par le greffier quivaut au manque de cette pice ; qu'il est admis que lorsqu'une affaire s'est prolonge, comme en l'espce, pendant plusieurs audiences, chaque audience doit tre l'objet d'un procs-verbal qui relate les faits qui s'y sont passs et que chaque procs-verbal doit tre, peine de nullit, sign du Doyen du tribunal criminel et du greffier ;
Attendu que les divers procs-verbaux qui ont t dresss par le tribunal criminel de Port-au-Prince dans le procs dont s'agit n'ont pas t crits dans un mme contexte la suite les uns des autres ; que ces quatorze procs-verbaux d'audience sus-parls ont
t crits sur des feuilles volantes et sont tout fait distincts les uns des autres ; que chaque procs-verbal est, en l'espce, un acte isol pour lequel l'apposition des deux signatures au bas tait indispensable ; que cette circonstance ne permet donc pas de considrer les quatorze procs-verbaux dont s'agit comme ne formant qu'un seul procs-verbal ;
Attendu qu' l'audience du onze Juin mil neuf cent quarante huit du tribunal criminel de Port-au-Prince, aprs les formalits prliminaires, l'audition des tmoins avait commenc ; que le procs-verbal qui a t dress la suite de cette audience avait pour objet de constater des formalits importantes dont quelques-unes sont prvues peine de nullit ; qu'il en est de mme du procs-verbal du vingt deux Juin mil neuf cent quarante huit ;
Attendu que ces procs-verbaux qui, selon l'art. 304 du C. I. C. devaient tre dresss par le greffier, ne comportent pas la signature de cet officier ministriel ; que lgalement les susdits procs-verbaux font dfaut ;
Attendu que l'absence de ces actes doit entraner la nullit du jugement du trente juillet mil neuf cent quarante huit du tribunal criminel de Port-au-Prince qui a condamn Emile Rigaud trois ans de rclusion et mille dollars de dommages-intrts ; que ce jugement sera donc cass avec les consquences de droit ;
Attendu qu'en raison des circonstances qui ont motiv l'annulation du jugement dnonc il y a lieu, par application de l'art. 304 du C. I. C. de condamner le commis-greffier du tribunal criminel de Port-au-Prince, le sieur Gressau Jn-Baptiste une amende dont le quantum sera fix plus bas ;


42
Par ces motifs, le tribunal, sur les conclusions conformes du Ministre Public, sans s'arrter aux fins de non recevoir proposes par le dfendeur et sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens du pourvoi, casse et annule le jugement du tribunal
criminel de Port-au-Prince... et, pour tre statu conformment la loi renvoie la cause et les parties devant le tribunal criminel de Saint-Marc, sigeant sans assistance du jury...




.4. .'^
.;Y. -m
- r
/
m
3
i


DEUXIME PARTIE


44
7) di
icace
A Justin Knoi, l'homme et le juge qui sigera St-Marc et qui Me Demesvar Alexis crivait ceci dans Le Matin du 28 Dcembre 1949 :
Si celui qui veut calomnier le prochain pouvait, avant de le faire, raliser un srieux examen de conscience, il verrait ses travers lui, ses pauvrets et s'abstiendrait d'agir. Malheureusement, l'homme qui veut tomber son prochain ne se pse pas d'abord.
On tonnerait joliment notre orateur si on lui disait qu'il n'a jamais appris penser juste, s'exprimer d'une manire conforme aux rgles immuables de la raison, du bon sens et du bon got, qu'il n'a point tudi la littrature, lui qui prtend tre un mandarin des lettres et que, partant, dans cette science et dans cet art, il est un charlatan, ni plus ni moins. Mais si le souci du gain raliser peut tre imput crime aux avocats, je me demande si ceux qui ont ralis plus de deux mille carreaux de terre Hatte-Chevreau dans des conditions pas trs claires, ne mritent pas d'tre pendus...
...se disent les dfenseurs du peuple, qui le trompent dans des professions de foi lectorales pour obtenir un mandat de dput, se croisent les bras, indiffrents son sort.
Qui ne se souvient de cet avocat qui, mme aux audiences commerciales, versait des larmes de crocodile pour attendrir les juges sous prtexte de plaidoirie sentimentale ?
Qui, plus que cet avocat, s'est servi du barreau comme d'un trteau pour jouer la comdie ?
Qui, plus que lui, s'est toujours balanc entre le faux et le vrai alternativement ?
Me Demesvar ALEXIS, dans Rplique au Phnix >


45
Les choses les plus odieuses ont t lgalises depuis l'avnement de Monsieur STENIO VINCENT la premire magistrature de l'Etat
R. F. LEMOINE Rnovation, 14 Aot 1050
20
Le jugement Saint-Marc, part l'incomptence notoire du doyen, Justin Knol, que mes avocats et moi devions mnager pour qu'il put diriger les dbats qui le dpassaient, la grande confusion du rgionalisme saint-marcois habitu des comptences juridiques qui ont honor son barreau au lieu de le dshonorer, n'a pas t bien diffrent de ce qu'il fut les deux premires fois Port-au-Prince.
Le Parquet ou Partie Publique, occup par le substitut Lavoisier Lamothe et le commissaire Marc Narcisse, a tout fait pour rivaliser de mdiocrit avec le doyen Knol, arrivant mme lui damer le pion et dpassant parfois en erratisme le Parquet de Port-au-Prince.
Un fait, cependant a marqu ces dbats dplora-blement : de mme que la carte Cognard avait disparu Port-au-Prince entre le greffe de cassation et M. Franois Mathon, pour me priver de la preuve-cl du premier procs, le greffe de Saint-Marc a... gar deux pices-cls que, la veille, aux yeux de l'auditoire, j'avais remises au greffier. Un tel procd stigmatise suffisamment un tribunal ou une juridiction pour pargner tout commentaire mme celui qui en est victime.
La premire de ces pices tait une brochure sur les diffrences qui existent entre les signatures de Napolon Bonaparte : ces diffrences servaient dmontrer indiscutablement, contrairement aux prten-
tions de Vincent, qu'on peut, dans les dtails, signer diffremment (comme je l'ai prouv scientifiquement dans Contre Vincent), mme lorsqu'on est le Prince. Cette argumentation, contre laquelle rien n'tait possible, gnait, et le tribunal de Saint-Marc, prsid par Justin Knol, l'a fait disparatre, comme, Port-au-Prince, la carte Cognard avait disparu.
La seconde de ces pices tait une lettre originale que Constantin Mayard, qui m'avait commercialement cd le Bon argu de faux qui faisait l'objet du second procs, m'avait crite : elle affirmait la crance signe par Stnio Vincent. Comme elle gnait autant, sinon plus, elle dut suivre le livret Napolon dans son vasion. Mais trs heureusement, nous en avions la photographie, que nous reproduisons ici ; elle coupe court toute discussion, prouvant simplement que Vincent devait et n'a pas voulu payer.
La photographie de la lettre est accompagne de celle du Bon Mayard, pour montrer la similitude des signatures de Mayard ainsi que la formule manuscrite de cession qui, parce que manuscrite, rend l'opration indiscutable.
Je fais suivre ces 2 photographies par deux portraits de Stnio Vincent signs de Vincent, o, contrairement la rgularit graphologique de Mayard, les signatures offrent d'tonnantes diffrences, surtout dans l'initiale du prnom, bien que ces signatures de Vincent soient de la mme poque :


3antiago-de-Chile, 6 Aot 1940.
Fon cher MilOi
Ayant crit au Prsident pour essayer d'obtenir un remboursement partiel prmatur de notre affaire, j'ai su qu'il avait t tellement ennuy iue c'est toi qu'il s'eBt adress et qui LWdgag.
J'en suis contrari. Je te dois bien cela. Et ma sant m'inquite de plus en plus.
Il ignore ce jour ce.que nous en avons convenu, mais l'chance tu n'auras qu' lui rclamer l'argent. Lea affaires sont les affaire
Un mot fait un.e ,d.e mes commres du Portail te sera remis iprbableraerjt par elle, dans le but de sauver une petite boutique qu'elle possde deuis les dernires lections. Occupe-toi d'elle... sijtu le peux.
Kt Odette, commenj va-t-elle?
J'ai fait une carj Ernest ces jours-ci.
Partagez mes araitja.
Sans oublier ta maman.






f
47
u Avec la Constitution de 1935, amende en maintes fois, Vincent et Lescot taient deux dictateurs lgaux. Tous les pouvoirs taient concentrs en leurs mains. Les constituants de 1950 ne penseront jamais renouveler une pareille calamit ni rien d'approchant.
RENOVATION 8 Novembre 1950
22
Bien mieux : j'ai produit cette attestation du juge d'instruction Ludovic Vandal devant la cour criminelle de Saint-Marc :
Libert, Egalit, Fraternit. Rpublique d'Hati.
Cabinet du Juge d'Instruction prs le Tribunal Civil de Port-au-Prince
Port-au-Prince ce 4 Mars 1950.
Le juge d'Instruction certifie qu'il existe par devant cette juridiction une plainte du sieur Emile Rigaud, dit Milo, date du 11 Avril 1944, confirme par Me Ernest Sabalat, le 22 Juin de la mme anne, au Juge de Paix de la Section Est qui en a inform prliminairement. le tout suivi du Rquisitoire d'In-
former du Parquet de la capitale en date du 5 Septembre 1944, lequel est sign de Monsieur Grvy Jean, mettant l'action publique en mouvement contre les poux Louis Duplessis Louverture pour fait d'abus de confiance.
En foi de quoi le prsent certificat sur rquisition de Me Ernest Sabalat, a t dlivr.
Ludovic Vandal.
Le juge Justin Knol, cartant des tmoignages comme celui de Frdric Woolley, a prfr retenir ceux des Duplessis pour condamner ! !
Or, lorsqu'un accusateur, fut-il un ancien chef d'Etat comme Vincent, se sert de tmoins tels que les Duplessis dont je viens de donner le pedigree, il mrite que l'on rpte simplement son sujet ce mot de la Somme Thologique : L'infamie tient lieu d'accusateur public .
T


48
Vincent, ce faux aptre de la libration, ce sobre, qui mangeait toujours jusqu' l'indignation, celui pour qui l'argent, au dire de Stphen Alexis, n'tait qu'un moyen et non pas un but, et qui cependant mourra riche...
Ce produit hideux du nationalisme institua une cole qu'il vaut mieux d'appeler VINCENTISME, synonyme de SYBARITISME, du favoritisme, de Pgosme, de l'obscurantisme, de la dloyaut, de l'immoralit, de l'hypocrisie.
Ce monstre infme et odieux poussa vue d'il, nourri qu'il tait par certains lments rputs pour tre des plus honntes, des plus srieux, des plus propres et des plus respectueux des institutions nationales rduits par le ventre suivant la mme mthode du VINCENTISME.
Pour donner libre cours son jeu infernal il se dbarrassa des lments authentiques reprsentants de la gnration amricaine. C'tait l're de l'anarchie organise et de la corruption de l'arme, perturbation dans les murs...
Samuel NICOLEAU Rnovation, 25 Octobre 1950
23
Depuis 1943, Port-au-Prince, Alberte Mayard, fille de Constantin Mayard, et Louise Mayard, Veuve Constantin Mayard, avaient t cites comme tmoins au procs. En 1948, elles avaient dclar, en voyant la signature de Constantin appose sur l'obligation commerciale au bas de la formule manuscrite de cession, qu'elles ne la reconnaissaient pas. Elles devaient venir Saint-Marc rpter la mme dclaration pour laisser supposer que la signature du cessionnaire tait contrefaite ; elles n'en eurent pas le courage.
Puisqu'elles furent cites par Vincent pour le dcharger publiquement, il est ncessaire de rvler que l'une d'elles, pour le moins, a l'habitude de ne pas reconnatre la signature de Constantin Mayard : c'est ce que mes avocats n'ont pas manqu de prouver, pice judiciaire l'appui, depuis Juin 1948, Port-au-Prince, et qu'ils ont rpt Saint-Marc.
Voici la pice :
Libert, Egalit, Fraternit Rpublique d'Hati.
Extrait du plumitif des audiences civiles de la deuxime (chambre) civile du Tribunal de 1re Instance de Port-au-Prince.
Audience civile ordinaire et publique du Vendredi 12 Mars 1948.
Le tribunal prend sige dix heures du matin sous la prsidence du juge Joseph Salomon, en prsence de Me Martial Clestin, Substitut du Commissaire du Gouvernement, assist de Monsieur Weber Polynice, commis-greffier du sige.
Le juge dclare ouverte l'audience civile ordinaire et publique de ce jour................
L'affaire Vve Cicron Labossire contre Alberte Mayard appele est retenue par Me Christian Laporte qui a lu les conclusions No 2.
Me Oswald Olivier obtenant la parole, a lu les_ conclusions No 3.
Le Substitut Martial Clestin cde son sige au Substitut Esmangart Alphonse.
Me Oswald Olivier continuant plaider, a lu certaines lettres de Constantin Mayard Cicron Labossire et celle de Louise Mayard Mme Cicron Labossire, de mme celle lui adresse par Mayard lors de ses lections ; il a produit galement une carte de Mayard lui adresse. Puis il dit que si ces pices ne peuvent servir de pices de comparaison


49
pour tablir le bien fond de l'action et convaincre le juge, celui-ci ordonnera la vrification d'criture, comme le veut la loi.
Me Christian Laporte obtenant la parole a dvelopp ses moyens. Puis il fait tat de deux lettres de Constantin Mayard Labossire en date du 2 Juillet 1925. Puis il dit que le chque mis tait de trois cents dollars et falsifiant l'criture cela devient trois mille dollars. Une autre du 28 Dcembre 1927, o Mayard faisait comprendre Cicron Labossire qu'il ne lui envoyait aucune somme pour lui mais pour contribuer la ralisation d'une cause qu'il entreprend.
Puis Me Christian Laporte dit que la signature dont (s'agit) n'tant pas oppose Mayard, les hritiers de celui-ci disent ne pas reconnatre la signature de (son) auteur d'o ncessit de la vrification de l'criture et Me Laporte demande en communication les pices invoques ce matin par l'adversaire.
Me Olivier demande acte de ce qu'il communique
Me Laporte : 1 Une lettre du 19 Dcembre 1925 signe de Mayard ; une lettre du 13 Octobre 1930 adresse Me Oswald Olivier. 3) Une carte du 8 Novembre 1939 adresse OLIVIER signe de Mayard.
Me Laporte demande acte de ce qu'il a reu en communication les sus dites pices.
L'affaire est renvoye huitaine..............
Le sige est lev.
Sign : jh. S. Salomon, Weber Polynice Pour extrait conforme collationn
(Une signature de greffier)
Le juge de Saint-Marc, au lieu de voir, par cette pice, que les hritiers de Mayard (de qui j'avais commercialement achet le Bon argu de faux par Vincent) avaient pour habitude de nier la signature de Mayard, a prfr retenir leur tmoignage, et, sur ce tmoignage, m'a condamn!!!


50
La Providence a mis part la Race Hatienne pour remplir une mission sacre sur la terre. Seulement, il faut l'effacement total, des Pouvoirs Publics, de tous les politiciens vreux qui ont contribu donner le REGIME INFERNAL VINCENTISTE.
R. F. LEMOINE Rnovation, 27 Octobre 1950
24'
Vincent, pour prouver qu'il ne devait pas Mayard et qu'il ne lui avait jamais d, a produit une correspondance de Mayard.
Mais, chose renversante, Me Emile Cauvin, Me Ernest Sabalat, Me Alphonse Henriquez et Me Antoine Rigal, ainsi que Me Franois Mose ont exploit cette correspondance pour montrer, aux deux derniers jugements, qu'elle enseigne, au contraire, que Mayard tait le crancier de Vincent ; et que, partant, il tait normal qu'il en dtnt une crance signe.
Le juge de Saint-Marc a cart ce tmoignage de Mayard pour me condamner.
Voici ce tmoignage ; il s'agit simplement de le joindre la lettre subtilise au greffe du tribunal criminel de Saint-Marc pour comprendre que Mayard disait dlicatement Vincent qu'il tait grand temps qu'il remplt ses obligations envers lui, parce que le retard qu'il y mettait le gnait terriblement :
Lgation d'Hati.
Paris, le 12 Fvrier 1934.
Mon cher Prsident,
Je profite du dpart de Ren Auguste pour lui demander de vous entretenir verbalement d'un certain nombre de questions...
Il vous dira ce qu'il me gne de vous crire, craignant que, chez nous, distance, on peut croire que les dolances qu'il est si humiliant, si pnible pour moi de reproduire et de multiplier sont la consquence non de souffrances personnelles ou de ncessits publiques, mais d'un got de dpenses somp-tuaires ou de ftes exagres, malgr mon ge et mes occupations de toutes les minutes...
Justin Knol ngligea cette correspondance pour pouvoir condamner celui qui, plus que vraisemblablement, le Bon que je dtenais le prouvait , succdait, par ce Bon, Mayard dcd depuis, pour toucher ce que Mayard ne cessait, comme ministre d'Hati Paris, de reproduire et de multiplier comme demande de remboursement.


51
> Appel au pouvoir suprme de l'Etat le 18 Novembre 1930, M. Stnio Vincent, aprs avoir dissons illgalement l'Union Patriotique dans les premiers mois de 1931, proclamait l'Etat de Sige dans le dpartement de l'Ouest, un moment o la paix n'tait nullement trouble et o le territoire de la Rpublique n'tait menac d'aucune invasion trangre. Les faits de l'histoire sont l pour nous enseigner que le plus souvent l'Etat de Sige a t utilis par nos gouvernements comme une manuvre de diversion pour garer l'opinion publique, en l'intimidant, ou comme un simple billon la Presse pour imposer silence ce silence tombal dont parlait Jean Brire alors que les pontifes de la dilapidation > ETABLISSANT UNE SORTE DE CONFUSION ENTRE LE BIEN COMMUN ET LE BIEN PRIVE, SONT A SECHER LA CAISSE PUBLIQUE ET a DEPECER la REPUBLIQUE, QUAND CE N'ETAIT PAS UNE ARME MEURTRIERE a LAQUELLE CES GOUVERNEMENTS AVAIENT RECOURS POUR DETRUIRE, SANS FORME NI PROCES, LEURS ADVERSAIRES POLITIQUES JUGES REDOUTABLES.
Georges PETIT
25
En Juin 1948 Port-au-Prince, Me Sabalat avait avanc qu'Alphonse Cameau, un intime de Mayard, savait beaucoup de choses au sujet de l'obligation.
Le verdict de condamnation de 1948 sembla, par la suite, passer la Dfense en drision parce qu'elle n'avait pas fait tmoigner Cameau qui en savait si long. Cependant, la faute n'en avait pas t la Dfense, car elle n'avait avanc le fait qu'au cours des dbats, la liste des tmoins tant dj faite. La Dfense avait toutefois mis le tribunal l'aise en disant qu'elle serait infiniment heureuse qu'il voult appeler Cameau, ce que Lon Pierre s'tait aussi bien gard de faire que Edouard Bordes, en 1943, s'tait gard d'ordonner l'expertise lgale du premier Bon.
Mais Saint-Marc, en face de l'Accusation, de la cour criminelle et de la Partie Civile, Alphonse Ca-
meau s'est prsent. Et voici, en synthse, ce qu'il a dit : Un jour, j'ai rencontr Mayard et, en me parlant, il m'a montr le Bon en disant qu'il allait l'escompter chez Milo Rigaud.
Le tribunal fit tout pour porter Cameau se ddire ou se contredire. Quoique malade au point qu'il dut se dplacer de Port-au-Prince accompagn de son mdecin traitant, Cameau tint bon. La Partie Publique s'y essaya aussi en vain. La Partie Civile alla mme jusqu' insulter Cameau, toujours en vain.
On pensait que le procs n'avait plus sa raison d'tre aprs un tel tmoignage, mais non seulement le juge ne ferma pas les dbats (chose exceptionnelle mais qu'il devait faire tant ce tmoignage coupait court toute hrsie), il ngligea ce tmoignage pour pouvoir condamner.


52
Le programme que nous propose M. Stnio Vincent, qui brigue le grand honneur d'tre au timon de l'Etat, ne diffre en rien de celui des vendeurs de patrie.
Alphonse HENRIQUEZ {/Action Hatienne. 1930
26
Aussi, lorsque Justin Knol condamna malgr ce tmoignage, je ne pus m'empcher de le stigmatiser publiquement comme, d'ailleurs, je n'avais pu m'empcher de le faire Port-au-Prince, pour Lon Pierre, en 1948. On vit alors tribunal, parquet et partie civile se couvrir rapidement et se sauver lchement sous les coups de fouet publics du verbe du condamn, qui les poursuivit jusqu'au greffe pour les frapper !
Puisque j'cris l'histoire vraie de ces procs les plus sensationnels qu'ait vus le Barreau hatien il m'est permis de produire ici le tmoignage vivant de la ville de Saint-Marc ; c'est un tmoignage thique contre l'inesthtique de Justin Knol, prsident de la cour criminelle :
Port-au-Prince, 9 Mars 1950
Mr Emile Rigaud (alors emprisonn pendant le procs),
Saint-Marc.
Mon cher Rigaud,
Je suis arriv en bonne sant, pensant encore ces sances mouvantes, o toute une population manifestait en votre faveur.
A Port-au-Prince aussi tous les amis soupirent aprs le moment de votre libration : tous maudissent celui qui n'a pas hsit profiter de son influence pour vous perscuter et vous faire endurer ces longues .souffrances physiques et morales.
Vous en sortirez bientt, souhaitons-le, sans tre humili, puisque tous les hommes de bien sont con-
vaincus de votre innocence. Votre conduite ultrieure confirmera cette puret dont vos dfenseurs et le grand public n'ont jamais dout !
Vous exhorter au courage !
Ce n'est pas ncessaire, puisque vous avez du courage en partage.
J'ai pri Madame Rigaud d'avoir la bont de vou3 renouveler l'expression de mon amiti.
Bien cordialement.
Rigal
(en voyage Port-au-Prince pendant le procs)
* #
14 Avril 1950, Saint-Marc
Monsieur Milo Rigaud Port-au-Prince.
Mon cher Rigaud,
Je m'estime des plus heureux d'tre jug digne de vos sympathies et de celles de Madame votre aimable pouse.
Le souvenir que vous gardez tous deux de moi, m'est donc des plus agrables.
Ancien dput de la commune de Saint-Marc, aux lections libres de Novembre 1930, j'estime que tous ceux qui ont eu confiance en moi pour m'avoir honor de leur suffrage en m'octroyant le mandat d'tre leur organe au parlement mmorable de cette poque et qui n'obissaient qu' leur conscience, pensent encore comme moi, au sujet du malheureux sort qui


53
du public votre endroit, durant tout le cours de ce procs, o les vrais juges, ce qu'on pense, tait ce public. Ce public impartial.
Il faut bien esprer qu'on n'arrivera pas jusqu' la rvision, car il faut ncessairement que vous soyez lav de cette accusation, clans le prsent (l'auteur de cette lettre pensait que le tribunal de cassation n'aurait pas le courage de maintenir, sous une forme ou une autre, le verdict de Saint-Marc), ou dans l'avenir.
Je vous ritre, mon cher Rigaud, les assurances de ma parfaite sympathie et ma confiance au triomphe de votre juste cause.
Prsentez, je vous prie, mes respectueux hommages Madame Rigaud, ce modle d'pouse et mes civilits empresses votre honorable pre.
Marc Cauvin.
P. S.Je me suis acquitt en partie de la mission dont vous m'aviez charg, celle de remercier ce public en votre nom. On a t trs sensible cette marque d'attention de votre part. On vous en tient galement compte.
M. C.
*
5/3/50
Lonce D. Augustin fait part la famille Rigaud de la ju-
bilation de toute lu ville et de sa joie l'occasion de l'heureuse mesure de la libration de Milo et vous renouvelle l'assurance de sa haute considration.
Saint-Marc.
Ce vibrant tmoignage compte non seulement contre la condamnation relative l'affaire du Bon Mayard, mais aussi bien contre ce que fit le juge Knol aprs : aprs que je l'eusse abaiss publiquement, il me fit reconduire en prison sans avoir russi me faire percer de coups de baonnettes par les gardes comme il le leur avait cri ; puis, il m'infligea une anne supplmentaire d'emprisonnement.,. par contumace, et, pour... insulte magistrat !
Il ne faut pas, dit Bernardin de Saint-Pierre dans ses Etudes sur la Nature, feindre, sur son visage, de bonnes qualits qu'on n'a pas dans le cur. Cette beaut fausse produit un effet plus rebutant que la laideur la plus dcide ; car lorsque, attirs par une beaut apparente, nous rencontrons la mauvaise foi et la perfidie, nous sommes saisis d'horreur, comme lorsque sous des fleurs nous trouvons un serpent. La beaut morale est donc celle que nous devons nous efforcer d'acqurir, afin que ses rayons divins puissent se rpandre dans nos actions et dans nos traits.


54
Au demeurant cela fait au total 14 annes d'administration civile rpartir entre Vincent, Lescot et Estim. Et c'est ce qui constitue une faillite civile ? Allons donc, un peu de pudeur. La faillite de la Rpublique d'Hati est une faillite militaire et non civile.
Alphonse HENR1QUEZ Le Justicier, 7 Septembre 1930
27
Contrairement au souhait unanime exprim par les lettres prcdentes, le tribunal de cassation, devant lequel je m'tais pourvu contre les deux dcisions de Saint-Marc, se livra, encore, un jeu dcevant : il cassa le jugement (supplmentaire) d'un an pris en mon absence par Justin Knol, mais, au lieu de le casser sans renvoi comme l'avaient requis mes avocats, il renvoya cette... contumace cre de toutes pices par Knol devant la juridiction des Gonaves, ternisant plutt une tristesse ; et, quant au jugement principal, il le cassa aussi pour ne pas avoir l'air partial et trop directement injuste, car il le reprit exactement pareil ! !
Le tribunal de cassation fit mme mieux : il me jugea et me condamna sans m'appeler, san3 demander le dossier, donc sans les pices du procs, de chic, contrevenant ainsi la loi sur les Sections Runies qui prescrit un rejug formel et public. Le tribunal de cassation, crant de toutes pices, lui aussi, une contumace, me jugea par contumace : alors que, enferm la prison de Port-au-Prince, j'attendais d'tre appel par les juges runis du tribunal de cassation, le tribunal de cassation me jugeait et me condamnait en mon absence !


55
Mais quelle ne fut pas la surprise du public quand, en 1938, c'est--dire 10 ans avant l'expiration du contrat de la Cie Electrique et 7 ans avant le dlai prvu pour la notification de sa radiation, U fut renouvel pour la modique somme de $40.000 distribue entre une quarantaine de parlementaires qui formaient LA LEGISLATURE POURRIE DE VINCENT..
L'ACTION, 20 Novembre 1950
28
Comme le dit si bien Marc Cauvin dans sa lettre, les vrais juges sont le public. C'est--dire l'Opinion Publique. ,
C'est pourquoi j'ai tenu prcder les chapitres de cet ouvrage de citations si diverses et si nombreuses que personne ne pourra dire qu'elles n'expriment pas l'opinion publique, et, sur tous les aspects de Stnio Vincent ; et c'est aussi pourquoi, sans commentaires personnels, j'ai tenu laisser parler le public au sujet de ce qui est dsormais le Procs Rigaud-Vin-cent.
L'opinion publique ayant son centre et son sommet dans la Presse, il est normal qu'au moment o ce procs devait avoir son pilogue dans la justice la Presse Hatienne en ait dit ce qu'elle pensait. Je m'carte donc encore pour la laisser en parler.
L'AFFAIRE MILO RIGAUD
Le tribunal de Cassation de la Rpublique a cass le jugement du tribunal criminel de Port-au-Prince qui avait condamn Milo Rigaud.
L'Affaire est renvoye devant le tribunal criminel de Saint-Marc pour tre entendue nouveau.
Le Nouvelliste, 27 Avril 1949.
< %r m
MILO RIGAUD
Il assigne Vincent en Octobre 1941, en jjaiement d'une obligation commerciale de or 5.000.
Lescot, Prsident d'Hati, le fait arrter, sans mandat judiciaire, par sa police politique, en Dcembre 1941, en prenant ainsi publiquement parti pour Vin-
cent. Aprs une grve de la faim et de la soif, Milo Rigaud est sorti du cachot o il avait t jet et mis en libert sous les menaces violentes de Merceron, alors chef de la police.
Le 2 Fvrier 1942, Milo Rigaud est repris...
On ne le fait passer en jugement que le 17 Juin 1943. Aprs avoir brillamment gagn le procs, du moins sur le plan moral, il est condamn par le juge Edouard Bordes trois annes de rclusion.
Il purge cette peine, le Tribunal de Cassation n'ayant pas cass ce Jugement.
Le 2 Fvrier 1945, date normale de sa relaxation, au lieu d'tre libr, il s'entend dire que, d'ordre suprieur, il doit rester en prison. Il y reste en effet jusqu' la veille de la Rvolution de Janvier 1946.
Pendant cette... rvolution, toutes les affaires Ri-gaud-Vincent,qui pouvaient tre prjudiciables Milo Rigaud cause de l'influence politique jete dans le judiciaire au profit de Vincent, reoivent enfin une solution honnte par des ordonnances de non-lieu de l'honorable juge d'Instruction Clment Dartiguenave. Mais Vincent, qui s'tait pourvu en Cassation, gagne.
Milo Rigaud est repris et encore jet en prison fin Juillet 1947. Ce ne sera qu'en Juin 1948 qu'il passera devant la Cour d'Assises, en ce qui concerne, alors, le bon commercial de or 7.000, dit Bon Mayard. Il gagne encore plus brillamment, toujours sur le plan moral, le second procs, aid merveilleusement en cela par le talent de Mes. Sabalat, Emile Cauvin, Franois Mose et Alphonse Henriquez, Snateur de la Rpublique. Cependant, comme le dossier de son pourvoi en Cassation parait l'avoir dmontr, il est quand mme condamn grce des procds touchant la forme dont nous ne sommes pas
8


56
juge mais que la mme affaire du Bon Mayard, renvoye aprs cassation par devant le Tribunal de Saint-Marc, doit forcment rveiller...
Les affaires Rigaud-Vincent attendent d'tre appeles Saint-Marc parce que, devant les fautes de forme signales par l'arrt mme du Tribunal de Cassation, le jugement de Juillet 1948 a d tre annul.
Il faut toutefois signaler que, pour tre, obligations l'appui, le crancier de Stnio Vincent depuis plus de 8 ans, Milo Rigaud a dj accumul 6 annes de dtention ! (dont 3 prventives quant l'affaire du Bon Mayard )
Chaque fois qu'il s'est agi de le faire passer en jugement, l'on a attendu, la premire fois 17 mois, la seconde fois un an Et chaque fois qu'il s'est pourvu en cassation, le pourvoi a tran, la premire fois prs d'un an, pour tre rejet, la seconde fois 10 mois, pour voir le jugement du juge Lon Pierre cass et confi la juridiction de Saint-Marc.
Ces affaires devraient donc trouver une sorte d'pilogue devant cette juridiction. Mais depuis 4 ou 5 mois que l'arrt de cassation lui a t signifi, Milo Rigaud attend que le Tribunal de Saint-Marc l'appelle. Les grandes vacances sont arrives et ces affaires pourrissent touj ours dans les casiers du greffe de la mme manire que celui qui se dit, pices l'appui, le crancier lgal de Stnio Vincent pourrit dans une cellule du Pnitencier National...
En ce qui a trait ces affaires, nous ne sommes ni juge ni partie intresse. Mais, en tant que Directeur de l'Opinion Publique que nous pouvons nous vanter de connatre, il nous est permis de faire observer que la manire dont elles ont t menes n'est pas l'avantage de l'autorit de ce qu'on appelle et la chose juge et la chose juger.
L'Oeuvre 19 Aot 1949
L'AFFAIRE VINCENT-RIGAUD
Lundi 27 Fvrier dernier, dix heures du matin, le doyen Justin J. Knol annona l'ouverture de l'au-
dience criminelle de ce jour, en prsence de Mes. Marc Narcisse et Lavoisier Lamothe, respectivement Commissaire du gouvernement et substitut, aux siges du Ministre Public.
Aprs l'accomplissement des formalits lgales et l'expos de l'accusation fait par le commissaire Narcisse, l'on procda l'appel des tmoins et l'on retint l'audience le premier tmoin, Louis Duplessy, dont l'interrogatoire a embrass toute l'audience.
Louis Duplessy a dpos d'abondance, tant sur la dcouverte de deux flacons de produits que lui et sa femme avaient faite, dans la maison de l'accus, Emile Rigaud, que sur la dmonstration du Juge d'Instruction de Port-au-Prince avec ces produits en sa prsence.
Il a parl aussi d'une confidence de Paul Eugne, tmoin rgulirement cit, mais qui n'a pas comparu, confidence relative la machine crire qui aurait, prtend-il, servi dans l'affaire du Bon Mayard.
L'audience fut des plus chaudes, mais sans aucune preuve contre l'accus.
Le tmoin fut press de questions par Mes. Rigal, Sabalat, Cauvin, avocats de l'accus et par la partie civile, reprsente par Mes. Legros et Castel Dmes-min. Plusieurs interventions du substitut Lavoisier Lamothe tendaient faire remarquer qu'il tait obligatoire pour l'accus de prouver que le 2 Novembre 1939, Constantin Mayard avait sign le Bon en son cabinet, sis l'angle des rues Csars et Magasin de l'Etat.
L'audience fut suspendue 5 heures 30 pour tre reprise mardi, dix heures du matin.
Audience de Mardi.
A l'heure indique, l'audience fut reprise et le second tmoin, Mme Louis Duplessy fut appele. Cette femme naturellement a confirm la dposition de son mari.
Me. Rigal se leva plusieurs reprises pour acculer l'accusation.
La partie publique et la partie civile ont demand au Prsident de la cour d'obliger l'avocat de la dfense de rester dans les faits de la cause.


57
Le tmoin est un peu excit, car, dit-il, les avocats de la dfense et l'accus, lui-mme, ont tenu, son gard, des propos diffamatoires.
Ce sont ensuite des rpliques assez frquentes entre les membres du Parquet et Me. Sabalat, qui a beaucoup parl de l'immoralit du tmoin. Mais le Ministre Public de son ct a fait remarquer que Mme Louis Duplessy est une de ces femmes honntes qui ont horreur du mensonge, et dont la dposition doit tre apprcie par le tribunal.
L'audience fut suspendue 5 heures, aprs un intressant incident soulev par Me. Legros.
Correspondant.
N. D. L. R.Nous publierons, au fur et mesure qu'ils nous parviendront, les renseignements de notre Correspondant, en attendant que, enfin, finisse ce procs Vincent-Rigaud qui a dj trop dur, et pour que son issue soit la fin des tribulatons d'un citoyen hatien.
Le Nouvelliste, 1er Mars 1950
L'AFFAIRE MILO RIGAUD A SAINT-MARC
Lundi a commenc la plaidoirie de cette fameuse affaire. Au banc de la dfense : Mes Rigal, Emile Cauvin et Ernest Sabalat. Le Ministre Public est reprsent par le Commissaire du Gouvernement et son Substitut.
Dix heures. L'audience commence. Identification de Milo Rigaud, puis lecture longue et fatigante des pices.
Arrive ce moment Me Legros, suivi de Me De-mesmin. Ils demandent et obtiennent acte de leur constitution.
Puis on lit la liste des tmoins qui sont appels.
Seuls Louis Duplessis et sa femme parmi les tmoins de Vincent rpondent l'appel.
Louis Duplessis est retenu les formalits remplies. Il dit que ce qu'il sait de l'affaire, c'est que gardien des meubles et de la maison de Milo Rigaud, il a
trouv un flacon contenant un liquide pouvant effacer. Il a cru de son devoir de l'apporter la Justice.
Le M. P. crie victoire. Voil une charge accablante pour l'accus.
Me Sabalat demande au tmoin d'expliquer quoi a servi ce prtendu liquide dans la perptration du faux. Le tmoin rpond : Je crois qu'il a d servir effacer un libell d'un crit de Stnio Vincent pour le remplacer par celui du bon.
Victoire crie le M. P.
Victoire rpond Me Sabalat, mais pour la dfense. Car cela prouvait que la signature au bas de la pice argue de faux serait sincre.
Vifs applaudissements dans l'auditoire qui... sera vacu... si cela se renouvelle.
Me Legros de la partie civile fait remarquer que jusqu'ici rien de srieux n'a t fait. On n'a pas fait un seul pas... dit-il. Duplessis ne sait rien de l'affaire, il n'est pas un tmoin intressant.
Ainsi, Partie Civile est contre Ministre Public!
Me Demesmin dit que le tmoignage ne peut pas prouver le faux ; il faut les prsomptions, les indices... C'est avec les prsomptions et les indices qu'il fera condamner l'accus.
Me Legros dclare qu'il faut la vrit absolue.
Me Demesmin rectifie : il faut la vrit juridique.
Me Sabalat constate le dsaccord entre ceux qui reprsentent l'accusation.
Il fait remarquer que Duplessis, tmoin de Vincent, cit par l'accusation est l'ennemi de Rigaud (qui), mettant fin son contrat de garde, s'est aperu que beaucoup de ses objets avaient disparu. Il (Rigaud) a d se plaindre tant la Police qu'au juge d'instruction. Parmi les objets qui lui furent vols, un petit fusil air comprim et une canne pe furent retrouvs par la police en possession des Duplessis.
C'est ce qui explique l'attitude des Duplessis l'audience, attitude toute hostile Rigaud.
Puis l'avocat reproche l'accusation d'essayer par de tels procds d'tablir le crime de faux. Il de-


58
mande l'accusation de se joindre la dfense pour la manifestation de la vrit. Il insiste pour que cette vrit ne soit pas altre. Au travail srieux il invite l'accusation.
Puis Me Cauvin fait une magnifique intervention sur l'impossibilit manifeste par l'accusation d'apporter une charge srieuse contre l'accus et l'audience est suspendue pour tre reprise le lendemain matin dix heures.
Il tait cinq heures p. m.
Le Matin, 1er Mars 1950.
L'AFFAIRE MILO RIGAUD
Nous donnons un aperu de l'affaire Milo Rigaud-Vincent qui se plaide actuellement Saint-Marc, n'ayant pas pu chaque jour publier le compte-rendu de chaque audience.
L'accusation est toujours reprsente par Mes. Legros et Demesmin d'une part et le M. P. reprsent par le Commissaire du Gouvernement et son Substitut. La dfense par Me Ernest Sabalat, Antoine Rigal et Emile Cauvin. Me Cauvin a d s'absenter, ces derniers jours.
L'audience a t suspendue vendredi 3 heures p. m. pour reprendre lundi 10 heures a. m.
L'accusation M. P. et Partie Civile n'ont pu prsenter comme preuve que la dposition des tmoins Louis Duplessis Brda dits Louverture.
Surtout que cela ne devait, ne pouvait suffire elle a essay de tirer partie de la dposition faite par la dame Alberte Mayard, puis d'une expertise que Stnio Vincent avait fait faire en dehors de toute participation judiciaire.
La dfense tablit que les dpositions des Duplessis ne peuvent tre retenues parce que : les poux Duplessis avaient d'abord dpos en faveur de Milo Rigaud. Puis ils ont sollicit de dposer disaient-ils contre (lui).
Il reste pour le tribunal se demander pourquoi ce changement et quelle date il est constat.
Les poux Duplessis habitaient la maison de Emile Rigaud comme gardiens rtribus.
Devant laisser la maison qui devait tre loue, ils vouent une haine terrible leur propritaire.
Aprs leur dpart il a t constat la perte de beaucoup d'objets. Plainte a d tre dpose contre eux et la Police et au Parquet.
Parmi les objets qu'ils ne voulaient restituer, se trouvaient un fusil air comprim et une canne pe que la Police, ayant un droit de regard sur de pareils objets, les a contraints remettre.
C'est aprs cela qu'ils ont sollicit de Vincent de venir le voir New York pour une rvlation sensationnelle. Le voyage naturellement devait tre pay par Vincent.
Du reste au cours de leurs dpositions ils n'ont pas manqu de manifester leur haine pour l'accus. Mme si leurs dpositions devaient tre retenues qu'est-ce qu'il en rsulterait ?
Ils prtendent avoir dcouvert un flacon contenant un liquide pouvant effacer un crit. D'aprs eux c'est avec ce liquide que Milo Rigaud aurait effac le libell d'une lettre de Vincent pour le remplacer par la formule du bon.
Donc la signature du bon serait vritable. Or Vincent dit que la signature est fausse.
La dame Alberte Mayard a spontanment dit ne pas reconnatre la signature de son pre, sans pouvoir dire comment elle avait pu faire une pareille affirmation, indiquer les diffrences qui l'auraient dtermine une pareille dclaration.
Dans une autre affaire intressant une dame Labossire, elle a eu la mme attitude. Actionne par cette dite dame en paiement d'une dette de feu Constantin Mayard, elle a dit aussi ne pas reconnatre la signature de son pre.
Quant l'expertise, la dfense a fait remarquer qu'elle a eu pour objet le Bon Vincent (du premier procs de Juin 1943 prsid, Port-au-Prince, par Edouard Bordes) et non le bon Mayard.
Par ailleurs, lors du jugement de l'affaire (du bon) Vincent la dfense avait rclam l'expertise, mais


59
Vincent l'avait combattue cl le tribunal l'avait rejete.
Vous mentez, crie ce moment Me Demesmin Me Sabalat.
En rponse Me Sabalat lut le passage du jugement publi du reste par Vincent, o il est dit : Il n'y a pas lieu de faire droit la demande d'expertise solli cite par la dfense.
Me Sabalat ajoute qu'il n'est pas de l'cole de Vincent o l'on apprend entr'autres vilaines choses, l'art d'insulter. Il prouve de faon irrfutable ce qu'il a dit.
Puis la dfense fait entendre Alphonse Cameau. Son nom avait t cit par Fred Woolley lors de sa dposition au dernier jugement,
Cameau dit :
Repoussant un reproche que lui adressait Cameau de n'tre pas venu le voir, Mayard lui a dit : Mon cher compre, je suis venu en Hati press par un besoin d'argent pour toucher de Vincent une forte valeur qu'il me devait. Vincent m'a dit qu'il n'avait jias d'argent. Ayant vu Milo Rigaud qui m'avait promis de m'en faire trouver mais contre une garantie, je viens de recevoir ce bon de Vincent et je vais chez Milo Rigaud. Des que cette affaire sera rgle, je viendrai te voir.
Mayard a tenu promesse et il est all voir Cameau. Il a encore dit Cameau que Milo Rigaud lui ayant escompt le bon, il repartait immdiatement.
L'honnte pre de famille qu'est Alphonse Cameau, aprs le serment d'usage a encore dit : Je suis pre d'une nombreuse famille, je jure que ce que je viens de dire est l'exacte vrit.
L'accusation a essay de le taquiner, de l'intimider sans succs.
Le Matin, 7 Mars 1950.
VERS LA FIN DE L'AFFAIRE RIGAUD-VINCENT
Lundi, 6 du courant, sous la prsidence de l'honorable Doyen Justin J. Knol, le Tribunal Criminel
de Saint-Marc a tenu sa sixime audience dans l'affaire Emile Rigaud Vincent.
Il est dix heures a. m. Sur la rquisition du Commissaire du Gouvernement, lecture est donne de dpositions de plusieurs tmoins qui ne se sont pas prsents mais qui eurent dposer dans cette affaire devant le Tribunal Criminel de Port-au-Prince.
Les poux Duplessy, sur la demande de la partie civile et de la partie publique, dposrent toujours comme tmoins charge.
Il est ensuite soumis aux dbats un rapport d'experts, relatif une affaire de faux entre Vve Labossire et A. Mayard, et d'une expertise qu'aurait commande , a dit la dfense, l'ex-Prsident Vincent lui-mme.
A cette occasion, il y eut une trs longue discussion entre la dfense et l'accusation : le Parquet se cramponnant dsesprment aux dpositions des tmoins Duplessy dont il tait ais de reconnatre la haine contre l'accus Rigaud, qui leur a reproch d'avoir fait le sac de sa maison qu'il avait confie leur garde.
Quant au rapport d'experts relatif l'affaire Vve Labossire Alberte Mayard, Me Sabalat l'a vigoureusement combattu, en se servant d'arguments tirs d'ouvrages sur Fart de se prononcer sur l'criture de l'homme.
11 fallait, dans ce cas, possder des connaissances spciales, dclara Me Sabalat, telles que la Graphologie, la Graphomtrie, la Graphoscopie, et, nous en passons, et non des moindres, sans compter le laboratoire munis d'appareils spciaux de photographie avec des projecteurs de haut voltage.
Si donc les experts commis pour se prononcer sur la vie, bien plus : l'honneur d'un citoyen prvenu de faux et d'usage de faux, ne se sont pas entours de toutes ces prcautions scientifiques avant de faire leur rapport, il n'est pas possible qu'un tribunal s'en serve pour condamner le prvenu Emile Rigaud.
Or, les conclusions de l'expert de Vincent c'est ce qui rsulte du moins des dbats actuels, sont contraires celles dont l'avocat de la partie civile, Me C. Demesmin, a donn lecture, et pour le prouver, Me Sabalat, avocat d'Emile Rigaud, a lu les conclu-


60
sions de l'expert de Vincent publies dans un numro de Hati-Journal.
En somme, jusqu'au moment o l'honorable Doyen Justin Knol, qui l'on s'est toujours plu reconnatre les qualits d'un juge : comptence, honntet, impartialit ordonnait la continuation de l'affaire au lendemain, c'est--dire hier matin, aucun fait nouveau n'tait apport aux dbats pour tablir, de faon irrfutable, l'existence de la faute reproche l'accus.
L'opinion gnrale Saint-Marc, est que, comme nous l'avons dj crit, prolonger la dtention d'Emile Rigaud constituerait un dni de justice, si ce sont les mmes anciennes accusations qui doivent tre retenues par l'honorable Prsident du Tribunal Criminel de Saint-Marc et si doit tre adopt le point de vue de Me C. Demesmin, savoir que, pour le cas Rigaud, des preuves ne sont pas ncessaires : les indices suffisent
De notre envoy spcial Le Nouvelliste, 8 Mars 1950
LE VERDICT TANT ATTENDU
Il nous revient que ce matin a t prononc le verdict tant attendu dans l'affaire Emile Rigaud-Vincent par le Prsident du Tribunal Criminel de Saint-Marc.
Aprs prs d'un mois de dlibration, ON VA ENFIN SAVOIR SI, SANS PREUVE AUCUNE, UN COMPATRIOTE PEUT ETRE CONDAMNE, PARCE QUE, SIMPLEMENT, SON ADVERSAIRE VEUT QU'IL LE SOIT.
Nous attendons de plus amples renseignements pour pouvoir nous fixer sur le respect qu'on professe de la vie et de l'honneur d'un citoyen que la perscution a livr la conscience ou l'inconscience...-*
Le Nouvelliste, 27 Mars 1950


61
- Mais nos chefs d'Etat n'ont jamais pu comprendre qu'ils taient de simples dlgus du peuple, temporairement investis de la mission de faire respecter les droits qui s'attachent la personne humaine dans l'exercice de ses liberts civiles et politiques.
L'ECLAIREUR L'Action, 27 Novembre 1950
29
Selon l'opinion de la Presse, il faut croire que, pour avoir t condamn quand mme, j'ai t livr l'inconscience ; car, malgr tout ce qu'on a lu, Justin J. Knol m'a condamn, et, dans les mmes termes que Lon Pierre, au point que, si l'on compare les deux verdicts, la mme main semble les avoir rdigs.
A dire vrai, la mme main semble avoir rdig non seulement les deux verdicts relatifs l'affaire Mayard comme celui d'Edouard Bordes en 1943, mais encore toutes les pices judiciaires manes de mon adversaire, depuis les ordonnances de renvoi jusqu'aux actes d'accusation. Je ne les reproduis pas dans cet ouvrage non seulement parce qu'elles sont fastidieuses, surtout la suite de l'opinion publique largement diffuse et qui les rend plus qu'inutiles, mais encore parce que j'ai mieux pour prouver que cette main a exist : dans cette lettre du Dpartement de la Justice, la main apparat sous l'intrt persistant que l'on avait me retenir emprisonn en dpit mme de toute raison lgale...
A la date de cette lettre, je comptais 4 annes d'emprisonnement prventif. Je suis condamn 3 annes de rclusion. Or, voici ce que le titulaire ministriel du portefeuille de la justice rpond Me Rigal sur une requte de mise en libert :
Rpublique d'Hati.
Dpartement de la Justice. No 45
Port-au-Prince, le Juin 27, 1950
Me Antoine Rigal, Avocat, En ville.
Cher Matre,
J'ai l'avantage de vous accuser rception de votre requte en date du 21 Juin courant par laquelle vous sollicitez la mise en libert de votre client, Me Emile Rigaud, qui, tant en prison prventive depuis 4 ans environ, vient d'tre condamn 3 annes de rclusion par jugement du Tribunal criminel de Saint-Marc.
En rponse, mon Dpartement vous informe qu'il regrette de ne pouvoir faire droit la demande de votre client, qui, s'tant pourvu contre le dit jugement, doit attendre la dcision du Tribunal de Cassation.
Recevez, cher Matre, l'assurance de ma parfaite considration.
Emile St-Lot Secrtaire d'Etat


62
Le systme pervers du gouvernement fasciste tabli en 1934 par le Prsident Stnio Vincent, en abolissant les liberts publiques, AVAIT DONNE CARRIERE LIBRE A TOUTES SORTES DE FORFAITS DE LA PART DES HOMMES AU POUVOIR, AVEC LA COMPLICITE D'UN TAS DE POLITICIENS DEFAITISTES ET VICIEUX.. Hlas, M. Vincent ne tarda pas devenir un vulgaire satrape qui supprima les liberts publiques ET QUI SE MIT AU DESSUS DES LOIS ET DE LA JUSTICE. .
Dr. Rodolphe CHARMANT La vie incroyable d'Aldus
30
Mme si, juridiquement, on dut se ranger l'avis du ministre de la justice, Emile St-Lot, on en eut t empch par la suite de l'histoire.
J'ai dj dit qu' la suite de la premire peine qui m'avait t inflige par Edouard Bordes dans les conditions que l'on sait, de 3 ans d'emprisonnement, le prsident d'Hati Elie Lescot, d'ordre suprieur, me garda un an de plus incarcr. Eh bien, le pouvoir central voulut faire la mme chose lorsque le tribunal de cassation, qui retenait la dcision de M. Sl-Lot, eut fini de rendre sa dcision : ainsi, la dcision rendue et connue, les dmarches ritres de mon conseil juridique ne pouvaient aboutir.
Alors, par une trange concidence, le gelier de la prison de Port-au-Prince reut l'ordre de me laisser sortir seulement lorsque je pris ma plume et que j'crivis cette lettre aux tenants du pouvoir central :
Dimanche, 23 Juillet 1950.
Aux membres de la Junte Militaire, le gnral Franck Lavaud, le colonel Antoine Levelt, le colonel Paul Magloire,
Excellences,
En 1941, j'assigne Stnio Vincent en paiement d'une dette commerciale. Lescot, prsident d'Hati, me jette en prison avant tout procs et, en 1943, il
me fait condamner par Edouard Bordes, juge en retraite rappel exprs pour cela. La preuve en a t faite par la correspondance que j'ai change avec Paul Magloire en 1945 : elle dmontre que Lescot m'a fait garder en prison plus longtemps que les 3 ans que Bordes, d'aprs ses ordres, m'avait infligs, et c'est encore cette correspondance qui enseigne que je n'ai t libr en Dcembre 1945 que jxirce que Lescot. l'a bien voulu.
Le jugement pris par Bordes fut rdig par Vly Thbaud, ministre de l'Litrieur de Lescot.
Parce que je prends position en 1946 contre Lescot, vous et Estim, l'ordonnance de non-lieu que le juge Dartiguenave avait prise en ma faveur en 1946 et qui a trait au Bon Mayard d par Vincent est casse en 1947 par le tribunal de cassation, d'ordre du gouvernement d'Estim.
Ce tribunal, qui avait dj maintenu, d'ordre de Lescot, la condamnation injuste de 1943, abme injustement l'uvre impartiale de M. Dartiguenave qui me lavait de l'outrage d'Edouard Bordes.
En 1948, je suis recondamn, sur la deuxime instance relative au Bon Mayard, par Lon Pierre, d'ordre d'Estim qui terrorise ce juge en menaant de le retraiter comme Lescot l'avait fait pour Bordes. Le jugement cass, toujours d'ordre d'Estim qui est encore prsident de la Rpublique nomm et soutenu par vous, Justin Knol, Saint-Marc, reprend, mot pour mot, le verdict de Bordes dj recopi par Lon Pierre. Ce verdict est rdig, cette fois encore,


63
par le ministre de l'Intrieur, ex-avocat de mon adversaire : Louis Raymond.
Vous remplacez Estim au pouvoir en 1950 comme vous aviez remplac Lescot en 1946. Et le mme tribunal de cassation accomplit un acte exceptionnellement remarquable : il casse le jugement de Knol et reprend exactement le jugement !
Il agit ainsi sans juger rellement l'affaire, puisque, d'aprs la loi sur les sections runies, celles-ci ne peuvent rendre un verdict de dernier ressort que quant la forme et au fond. Or, je n'ai pas t appel comme partie et le dossier de Vaffaire n'a mme pas t demand par les onze juges qui sigrent (en principe).
Ils ont donc jug sans les pices du procs ! !
Nul ne doute que ces juges, de mme que les trois du criminel, ont obi, ainsi que Franois Mathon le leur demandait ds 1944 comme commissaire en cassation, des impratifs politiques. Franois Mathon, commissaire du gouvernement, disait en substance : A cause de la situation politique du moment, le tribunal de cassation ne doit pas casser le jugement (de Bordes).
Cette situation n'a gure chang, car ses effets actuels sont les mmes que sous Lescot : le jugement de Saint-Marc ainsi maintenu par jussion, je devais, quand mme, sortir de prison, la peine tant purge au del du temps prescrit : 4 ans pour 3 ans, englobant mme de la sorte les 8 mois supplmentaires aimablement infligs au crancier lgal pour compenser des dommages-intrts de $ 1.000 payer celui qui refuse de payer !
Mais, je suis encore gard en prison, d'ordre de la Junte Militaire. Devant tre libr ds le 21, je suis encore prisonnier le 24 Juillet 1950. Pour excuser ce retard, le commissaire du gouvernement dit Me
Rigal qu'il lui faut plusieurs jours pour vrifier les dates que je lui ai fait soumettre. Si je n'avais donc pas ces dates, comment sortirais-je jamais de prison?
On s'y attendait Cependant, loin de vous le reprocher personnellement, je vous cris pour vous remercier de cette constance du Pouvoir Central mal faire. Car, de s'tre exercs cette forme de justice ds 1941, lorsque le gouvernement (et non la justice) me fit arrter la premire fois pour essayer de me terroriser, tous les chefs d'Etat qui se sont depuis succd ont prouv que les Affaires Rigaud-Vincent n'ont jamais eu que des solutions politiques. Vous venez simplement de refaire cette preuve en ordonnant de me retenir en prison malgr la loi sur la prison prventive dont je dois bnficier. La preuve est publique.
Je n'aurais pu dsirer mieux. Cette gaffe a confr dfinitivement toute l'affaire son sens et son caractre vritables : le gouvernement m'a toujours li les mains manu militari pour aider Vincent me dpouiller pendant 10 ans, et, aussi, en ce qui concerne particulirement la Junte Militaire, pour se venger dloyalement d'un adversaire politique loyal.
Votre mpris des rgles les plus lmentaires de la conduite d'un Etat ne m'en a pas moins valu 7 annes de dtention !
En vous tenant quand mme pour responsables de ce comportement que rien ni personne n'excuse, je vous en remercie trs vivement. Rien ne pourrait davantage me donner raison contre Vincent : il sert, dans l'histoire, fixer les responsabilits.
Je vous prie, brigadier-gnral et colonels, d'agrer mes salutations.
Milo Rigaud Pnitencier National.
9


64
Nous sommes partis, les paules charges de rves, vers les cimes de la libert, et voici que le gouvernement (de Vincent) NOUS INONDE D'UN CREPUSCULE DE BOUE.
BURR-REYNATJD Sance de la Chambre du 29 Mat 1981
31
On s'y attendait !
Et la preuve tait vraiment publique depuis dj longtemps. Car, non seulement l'Opinion Publique, en rcapitulant les excs dont l'toffe des Affaires Rigaud-Vincent avaient t faite, se rappelait certaine clause du projet de contrat Lon Alfred, mais elle se rappelait l'article de L'Action du 18 Mars 1948 :
Probablement, nous prchons dans le dsert. Mais nous continuerons prcher quand mme, car nous croyons en la puissance de la justice, mme quand elle est prisonnire de lu politique...
Et nous croyons qu'avec Milo Rigaud dans les oubliettes du Pnitencier National, la justice est captive pour permettre que contre elle, contre le Droit et l'Equit, la mesquine politique puisse assouvir sa haine et sa vengeance en privant un citoyen du plus prcieux des biens : la libert Un citoyen qui, ayant foi en cette justice, n'a jamais voulu croire que son
pays pouvait tre une ghenne d'o il fallait s'vader!
Tout le monde sait que Milo Rigaud a t arrt depuis environ neuf mois, et que son arrestation fut vraisemblablement motive par un arrt du Tribunal de Cassation.
Mais si l'on veut tre juste et sans passion, l'on ne peut admettre que cet arrt puisse justifier une si longue dtention, s'agissant d'une affaire dj en tat, au moment o le dit arrt tait prononc.
Nous crivons souvent : les civiliss c'est nous . Mais faut-il que nous le prouvions par des actes !
Au moment o Milo Rigaud tait arrt, le public chuchottait malicieusement que c'tait pour lui faire payer ses crits politiques qu'on le coffrait.
Les gens guids par la droite raison repoussaient ces propos comme une propagande purile. Mais aujourd'hui, n'y a-t-il pas des chances que cette croyance s'accrdite ?


65
Par l'important service d'ordre organis ds 9 heures du matin autour du Palais de Justice, les hommes d'exprience de ce pays prsageaient un verdict de condamnation. IL Y AVAIT EU TROP DE MANIFESTATIONS EN FAVEUR DE MILO RIGAUD la clture des dbats POUR QUTL EN FUT AUTREMENT. Un jugement le condamnant DEVAIT ETRE PRONONCE AU MILIEU D'UN SERVICE D'ORDRE TRES SEVERE.
LE NOUVELLISTE, 1943
32
Le condamn libr, l'opinion publique s'exprimera encore ainsi par l'organe du Nouvelliste :
Milo Rigaud est libr !
Dans cette Maison, toutes les fois que nous le jugions efficace, nous avons toujours dplor les circonstances de la longue et injuste dtention de M. Milo Rigaud.
Nos lecteurs, avec nous, partageront la joie de sa famille, en apprenant sa mise en libert.
L'iniquit des dcisions rendues contre lui ne pouvait aller plus loin. Il est enfin dlivr de la perscution !
Ce n'est pas le moment de dire que dans ce j ournal, rien n'a pu nous empcher de protester contre les menes des uns et des autres l'gard de ce concitoyen.
Notre plaisir d'apprendre qu'il est libr suffit.
Le Nouvelliste , 26 Juillet 1950.


66
Il n'est pas dans le pays une uvre d'assistance qui ne reoive la contribution personnelle du Chef.
EVIDEMMENT LA CASSETTE PROVIDENTIELLE EST SOUVENT a SEC. MAIS LE PRESIDENT VINCENT N'HESITE PAS A S'ENDETTER pour apporter un soulagement une famille en dtresse. >
Auteur Anonyme Extrait d'un article paru dan le livre o se trouve l'Acte de la Seconde Indpendance. L'article eut intitul : Le Prsident Vincent, la Providence des Humbles .
A vrai dire, je n'tais pas trs emball et pour deux raisons .La premire, C'EST QUE DE TOUS LES HAUTS FONCTIONNAIRES, CELUI QUI, DANS LE COURANT DU MOIS, EST LE PLUS RAPIDEMENT ET LE PLUS COMPLETEMENT DESARGENTE, C'EST LE PRESIDENT.
Frdric DU VIGNE AUD qui Vincent demandait son concours de magistrat corn-m-unal de Port-au-Prince pour l'rection des masures dv La Saline.
(Mme Livre)
33
Le Matin faisant cho au Nouvelliste, donne aussi son tmoignage :
Milo Rigaud a t libr.
Depuis samedi : Milo Rigaud qui, dans son procs avec l'ex-Prsident Vincent, connut plus de 7 annes de dtention et de perscutions.
Nous en sommes trs heureux pour lui et sa famille .
Le Matin , 27 Juillet 1950.
La seconde partie de l'exergue montre quel point l'Opinion Publique avait raison d'tre contre ces
perscutions : en effet, Duvigneaud, qui tait magistrat communal de Port-au-Prince au moment o il crit, qui avait mme t le ministre de l'intrieur de Vincent, qui tait son ami et son oblig, le livre ainsi en pture l'opinion du fait que Vincent, pour soutenir l'accusation de faux, n'a cess de prtendre qu'il n'a j amais emprunt de qui que ce soit Or, Duvigneaud et l'auteur anonyme enseignent ici qu'il savait souvent emprunter parce que trs souvent et trs rapidement dsargent ; et Duvigneaud laisse mme voir sa rticence l'gard du concours d'argent que lui rclamait Vincent, parce que, sans aucun doute, il avait peur que Vincent ne rembourst pas les revenus communaux qu'il lui prterait.


67
Parmi les vertus mraies, la premire est la justice.
ARISTOTE
Voici enlin une lettre de Georges J. Petit, emprisonn ct de moi Port-au-Prince comme directeur du journal L'Action pour avoir dnonc, en tant que directeur d'opinion, les mfaits de la squelle politique de Vincent reprsente alors par le gouvernement de Dumarsais Estim.
La lettre date de l'poque o Grard Viau tombait, assassin, sous les coups de ce gouvernement pour avoir eu confiance en la justice hatienne : en tablissant le parallle entre les dangers que je courais et ce qui venait d'arriver Viau, l'auteur y montre que, du fait que le pouvoir tait aux mains de cette squelle, la justice et le gouvernement n'taient plus une question d'ordre et de science, mais une entreprise de banditisme :
Mon vieux,
En lisant tes machins, j'ai tout de suite pens la traduction imprime de la lettre de Trujillo Lescot. Il y aurait du travail pour faire connatre au grand public de Port-au-Prince et de la Province ce crime
sans nom force d'tre lche de cette meute de bandits qui font du pouvoir un si affreux usage.
Mais le comprendra-t-on au dehors ?
Je crois que c'est le dernier mot de la barbarie quand la justice d'un pays se trouve avoir particip un tel assassinat.
Mme en grattant beaucoup, peut-on esprer modifier de tels hommes qui, mentalement, n'ont pas cess d'appartenir la brousse ?
Je me disais les choses tant ainsi que le jour o l'on se dcidera t'appeler au tribunal, il faudrait peut-tre observer si certaines binettes d'assassins ne s'y trouveront...
Rien n'tant maintenant impossible, tes parents et les amis devront tre attentifs...
Ni peur ni panique Etre seulement vigilant et ferme.
A toi.
GEORGES.


68
Celui qui doit contre-cur est un ingrat.
SBNEQUE
Le journal de Rither Pressoir, L'Hatien, compltera l'impression de Petit en dissipant ses craintes par cette note :
Deux heures et trente minutes...
L'audience criminelle dont le faux reproch Milo Rigaud (affaire Bon Mayard) venait de faire les frais, avait pris fin. La continuation renvoye au lendemain. Et Milo sandwich entre deux gardes souriait... souriait... souriait d'aise l'instant o il prenait place dans la camionnette du bureau de la police.
Et nous emes une ide, mais une ide trange, quasi diabolique qui se prcisa, prit corps et se rali-
sa dans les pas dcisifs que nous emes pour pntrer dans l'enceinte du prtoire o quatre oui, quatre substituts taient occups qui, recueillir des papiers pars a et l, qui boucler une valise, qui rajuster un nud de cravate, qui se dlester de la toge noire. Et ils vous avaient, eux tous quatre, quelles ttes d'enterrement, quelles mines d'authentiques croque-mitaines, de btes apeures !..
Eux, les accusateurs


12 mJHBMnrr
o ut C.O.HO.'TOB
rtrt^M-WlK &, 21 Jaillit 191,. *;'
Y
vtr*
loprlnur 312, Hu Charbon, 8a TUl.
'.'en char concitoy#nf f
*to *-** amrftj.t iMffl r Wi rl*wlul.'Uivltl Hll lH"i
-mirer-. luse) Ja tox v<-;,i ^mercier du aall!p e raoi-nftrae teignage 4a ajrmpathie 4* ^suit* trs sensible
. .vi- Us hweux d,^eas/donner l'aasurmae tu* ] ca S. ,.:ra.tei.t st rsolu pturau'.rre tc la collaboration rliota las citoyens conscients tela*** s-os as politique d'ordre, de travail et'-4a-paix ' O'Iit-dans osaante'nts que Je vous reno-iml-. la mon char eonito,'en,aTs^-jnes uia-irs eor.pliBanta, l*ex;>r2;.

liberte
egalite fhatlhnite
Pur Ici prsentes
M casusa. AiroasjuaAfc_________. *_______
M/ nomm MH2lI31)S Dl .L'BiOL JUIOTAiEJP5LJ!P.eiI1
Par le Prsident:
Le Secrtaire d'Btsi de la Justice:


Monsieur Louis Puplessla LQlTv*^TURE, St-Micbsl le l*ttalay>
Mon char concitoyen.
Je vous accuse rception de votre lettre du 1er aot en coure J*n.t lue avec le meilleur*) attention.
Je regrette infiniment que votr sjour forcment court ne tous ait pas perais de me visiter. J coenfii* voe sentiments mon gard et n* cesse de vous compter parmi mes arais ls pis* dvous.
Je retiana spei'alerwmt la demanda- :rm vous m'avez fait. Kt il raa ara parti culi?-ront agrable da voua donner satisfaction d-Vs que les circonstances me la pmettront.
Je saiais l'occurrence pour voua adresser, taon aner coritoyen, l'eyrreaaion de mes sentiments distingua.


69
Pour parachever ce travail, il ne me reste plus qu' montrer des pices officielles, donc irrfutables, qui enseignent quel point Vincent signe de manires qui
ne se ressemblent qu'imparfaitement. En voici trois :
36




UPPEnOICE
10




73
teijule suppltoire au Jribtuml de (Cassation
de la HfmffUifue
Avril 1950.
Honorables Magistrats
Je n'ignore pas que le jugement qui doit tre cass pour vices de forme est l'objet d'une procdure qui prtend, malgr les curieuses restrictions apportes cette expression, se suffire elle-mme. Et, en dpit de ces restrictions, je n'entends nullement vous demander de modifier quoi que ce soit de vos habitudes. Cependant et justement parce que vous tes mieux placs que personne pour savoir que les Affaires Rigaud-Vincent ne ressemblent en rien aux autres, hlas il est temps de remarquer que cette procdure en usage ne suffit pas examiner et juger des verdiccts que la vertu de justice, toute seule, est trs loin d'avoir provoqus.
J'entends par l que le vice de la forme va si loin dans la rdaction de ces verdicts que vos propres usages judiciaires se trouvent obligs de se dpasser pour en saisir le systme et le corriger. Autrement, vous lesteriez au-dessous de la tche accomplir moralement. Car, je ne vous apprendrai certainement rien en disant que, malgr tous les droits stricts du monde, le vice de la forme ne saurait rsider dans les contours ou les apparences de la Forme, mais dans l'essence mme de celle-ci : ce qui porte dire que si la Forme n'est pas essentiellement vicieuse elle ne peut avoir de vice.
En consquence, vous casserez non seulement le verdict de Saint Marc pour des vices qui relvent uniquement de l'inobservance d'un texte suppos strict quoique ce genre de faute entache suffisamment en droit pour produire la cassation mais aussi et surtout pour des vices qui, sans pourtant obliger plaider le dbat au fond, s'avrent irrfu-
Jus est ars boni et qui
(le digeste)
tablement la matrice morale des premiers. Voil pourquoi je vous prsente ainsi le jugement donn de Justin Knol contre nous et les procs-verbaux qui lui ont permis de le btir :
Les avocats de Vincent arrivent en retard la premire audience. Les procs-verbaux disent qu'ils sollicitent leur constitution tout au dbut de l'audience.
La Dfense produit une observation au sujet de l'ordonnance nouvelle qui renvoie l'affaire Saint Marc. Les procs-verbaux n'en font pas mention.
Duplessis dpose d'abondance. Le tribunal demande l'accus s'il n'a rien dire, et ce dernier proteste contre tout ce que Duplessis a dit. Le greffier note que l'accus n'a contest qu'une partie de la dclaration du tmoin.
Il s'agit ici de canne pe. Le greffier note sabre .
Me. Demesmin conteste l'accus le droit de poser des questions aprs son conseil. Il faut une dcision. La dcision est prise, mais le greffier n'en fait pas tat.
L'accus interroge un tmoin. Sans dire de quoi il s'agit, le greffier note que le tmoin a rpondu par la ngative !
Le tmoin Duplessis s'embrouille (au point que le public le conspue). Le greffier note qu'il rpond avec prcision.
Le tmoin demande sortir au milieu de l'interrogatoire. Le procs-verbal n'en dit mot.
Me Demesmin prtend que les deux Bons ont t crits dans une seule et mme machine . Ce qui provoque des incidents. Ces incidents ne figurent pas dans les procs-verbaux.


74
Me. Demesmin prtend que le Bon Callard a la mme source. L'accus proteste (soulignant mme qu'il a bnfici d'un non-lieu en la circonstance). Le greffier passe cela sous silence.
Le tmoin Mme Duplessis dclare qu'elle est artiste lyrique. Le greffier crit qu'elle est ptissire !
Le tribunal demande au tmoin de rpter : elle dit alors artiste , en prcisant chanteuse lgre . Le greffier garde ptissire qui figure encore dans les procs-verbaux.
Me. Rigal rvle que la Loterie Nationale est l'uvre d'un Syrien qui, le premier, en a eu l'ide. Le greffier note qu'elle est l'uvre du Pt Vincent .
Me. Rigal pose une question Mme Duplessis relative une lettre du 13 Aot 1943. Le greffier note qu'elle rpond par la ngative sans plus !
L'accus rvle que le procs est sans hase, car Vincent ne l'a jamais accus d'avoir commis un faux mais d'en avoir fait usage. Telle est la teneur de la lettre-plainte qu'il lit. Ce ne sera qu' l'instruction crite que Vincent, pour suivre ses avocats qui avaient outrepass son ide, se dcide accuser Milo Rigaud d'tre l'auteur du faux. Aprs d'inutiles interventions, le M. P. conclut contre la P. C. en prenant l'accusation initiale de faux sa charge comme Action Publique. Il n'y a rien de plus important. Cependant, le procs-verbal de l'audience n'en fait aucune mention.
Louis Duplessis se dplace pour s'asseoir en face de sa femme qui dpose et pour lui souffler ses rponses. L'accus voit la manuvre et la dnonce publiquement. Le doyen est oblig de faire partir Duplessis. Le procs-verbal est muet ce sujet.
Le procs-verbal ne relate pas non plus la production, par l'accus, d'une lettre signe Duplessis o le signataire sollicite un secours matriel de Vincent. Cela, malgr l'importance du sujet.
Me. Legros s'en prend au public. Le public rclame des excuses. Le lendemain, l'avocat est oblig de prsenter publiquement ces excuses : il y met mme plus d'une heure. Le greffier ne mentionne mme pas que Me. Legros a parl !
L'accusation annonce le dpt de deux photographies faites d'aprs les Bons. L'accus en profite pour faire de substantielles observations qui durent 40 bonnes minutes. Le greffier n'en parle pas.
Le juge et le M. P. interrogent le tmoin Alphonse Cameau. L'Accusation prtend que Cameau se contredit. Le greffier ne fait pas tat de ces contradictions, qui seraient pourtant dcisives.
Ici, le tmoin Cameau fait son fameux serment : Je jure sur la tte de mes enfants que je dis la vrit Le procs-verbal de l'audience passe sous silence un fait aussi sensationnel.
Le substitut Lamothe dit qu'il relve des contradictions entre les dpositions l'instruction crite des dames Mayard et celle de Cameau. Pas de trace de ces contradictions.
Avant mme que Defay ait dpos d'abondance, le greffier lui fait dire qu'il ne peut rien affirmer de ce qu'il ne sait pas.
Le greffier ne note pas la sensationnelle dclaration de Defay, faite avant sa dposition, et contre laquelle protestent pourtant et la P. C. et la P. P : Je ne tolrerai aucune insulte de la part des parties .
Me. Sabalat, un moment, requiert du tribunal que le Bon soit prsent au tmoin. Le M. P. et la P. C. protestent contre cette demande. Le greffier ne note la dcision du tribunal nulle part.
Un fait des plus importants : en Juin, Defay avait sembl faire des rserves quant sa dposition Port-au-Prince. L'Accusation croyant pouvoir exploiter cela, l'accus porte Defay dtruire cette impression. Defay confirme son tmoignage pour dissiper toute interprtation maligne. On ne trouve aucune trace d'une chose aussi solennelle dans les procs-verbaux.
Le greffier crit : L'accus a expos que, ayant eu confiance en Mayard, il a accept de celui-ci le Bon sans vrifier si la signature tait fausse . Tout homme de bonne foi refusera d'accepter que l'accus ait pu prononcer une phrase pareille destine prter une lamentable confusion. La phrase est donc invente de toute pice, comme il l'est prouv pour nombre d'autres choses.


75
A un endroit de la minute, le greffier crit : Le tribunal, considrant que jusqu'ici aucune question n'a t pose au tmoin Louis Defay... Et, plus avant, le mme greffier crit : Le tribunal, considrant que le tmoin a rpondu aux deux questions qui lui ont t poses.
Le greffier ose crire des choses pareilles pour faire tat de faits qui se droulent au cours d'un dbat de justice : Deux questions lui furent poses par l'accus, questions auxquelles le tmoin a rpondu par la ngative (sic). Et une dernire question le tmoin a rpondu par l'affirmative (sic). O se trouvent ces questions et ces rponses ? Personne ne peut le dire. C'est ainsi que le greffier transcrit un interrogatoire des plus importants ! !
Plusieurs pices sont communiques Defay. Le procs-verbal n'en note qu'une seule. Le greffier oublie les autres, telle une carte portant la signature de Constantin Mayard.
Le greffier crit : Aprs les observations par lui produites quant au rapport d'expert dont a fait tat Me. Demesmin, Me. Sabalat a rclam... Or, personne ne peut dire o le greffier a marqu ces observations.
Un formidable incident a Heu propos des pices dposes par l'accus, pices dont deux ont disparu le lendemain. Me. Succs Grand-Pierre est mme oblig de protester contre des propos tenus par le M. P. au sujet du barreau de Saint Marc. En fait, deux pices ont disparu. Or, dans la liste des pices dposes, on ne trouve plus celles qui ont disparu Alors qu'il s'agit par exemple d'un livret-Napolon , il n'en est pas du tout parl* dans les procs-verbaux dfinitifs : avec vidence, ces procs-verbaux ont t remanis aprs coup, puisque, devant tout le monde, le livret a t remis au juge qui l'a fait remettre au greffier par l'huissier.
Le greffier crit : L'accus Emile Rigaud, pour acculer Vincent et Mayard... Le procd d'interversion est ici, peut-tre plus encore qu'ailleurs, patent. Car, logiquement, l'accus a intrt mnager Mayard. C'est justement ce procd d'altration des
* Sous cette forme.
propos de la Dfense que le tribunal de cassation doit retenir, parce que ce genre d'altration attaque l'essence, la substance mme de la forme : le juge et le greffier altrent volontairement et obstinment la pense de l'accus et de ses dfenseurs pour pouvoir conclure contre lui en partant de bases fausses. C'est, avec vidence, le travail malheureux auquel s'est livr (surtout) le juge Lon Pierre en Juin 1943 : la Dfense en dtient 7 photographies faites par Me. Sabalat au greffe du tribunal civil de Port-au-Prince. Ainsi, de mme que le juge Lon Pierre s'est bas sur des procs-verbaux qu'il avait altrs, aid de son greffier, pour condamner en Juillet 1948, le juge de Saint-Marc a opr de la mme manire, parce qu'il n'avait aucune preuve contre l'accus.
Le mme systme de confusion joue aux endroits o les procs-verbaux de Sahit-Marc font mention des deux expertises faites par Osborn et Fontaine. Car ces expertises quoique relatives seulement et exclusivement au seul Bon du 1er procs viennent prouver la fausset des signatures apposes sur le Bon Mayard du 2me procs ! Et le juge se base l-dessus pour condamner.
Le greffier crit : L'accus, ayant obtenu la parole, a fait savoir que sous Lescot le Bon du 15 Mai avait t enlev et expdi N. Y. pour tre expertis par un dtective amricain du nom d'Avignon et ensuite remis la justice hatienne. C'est ainsi qu'il obtient la date du 15 Mars 1950 un certificat qui en fait foi. Ce certificat, il le dpose... Tout cela est archi-faux. Car si le nom en question a t cit et s'il a t parl d'expertises l'occasion, la pense de l'accus est ici compltement et volontairement dforme.
A plusieurs reprises, et publiquement, l'accus porte le juge promettre de lui faire ravoir les pices dposes pour qu'il puisse parler. Le greffier ne note jamais ces promesses. Le juge a alors beau jeu refuser ces pices l'accus au moment o il en a besoin !
Le greffier : Puis, l'accus a dpos un certificat manant du juge Vandal . On a beau chercher ce que porte ce certificat, c'est en vain.
Le retentissant incident provoqu par le M. P. en dnonant (sans le nommer) un membre du barreau


76
local (qui aurait dit des choses Me. Sabalat) ne se trouve nulle part dans les porcs-verbaux. Ni la retentissante intervention du btonnier Grand-Pierre. Ni les protestations vhmentes et prolonges de tout le barreau de Saint-Marc prsent l'audience. Ni les interventions de Me. Sabalat rclamant que le M. P. ait au moins le courage de citer le nom de l'avocat dnonc.
L'accus produit de nombreuses observations au sujet des pices disparues. Le greffier en fait si peu cas qu'il est bien difficile d'en trouver trace. Mais il attache une importance capitale ceci qui n'a lieu que le lendemain : le doyen fait lire l'inventaire (qu'on n'avait pas pu lire la veille au moment o l'accus dnonait le fait) des pices dposes, ce qui donne l'occasion au greffier de noter cette chose incroyable : Le Doyen tant donn qu' l'audience prcdente, l'accus avait rclam que le greffier lui communique une lettre de Mayard qu'il n'avait pas dpose, une brochure sur Napolon qui n'a jamais t verse non plus au dossier de l'affaire, ce qui avait produit une certaine impression sur l'esprit du public, trop avide de commentaires favorables l'accus, le doyen pour confondre celui-ci d'imposture ordonne la lecture de l'inventaire...
Le juge trouve si peu de preuves contre l'accus que le procs-verbal du mardi 7 Mars 1950 porte ces lignes : C'est l'accus lui-mme venir nous apporter des preuves... Le tribunal de cassation, dans ses membres, admettra que c'est plus que renversant, d'autant plus que ces paroles ont t prononces par le Ministre Public aux dbats gnraux ! !
Le procs-verbal porte ces lignes qui dnotent l'antipathie que le tribunal criminel a conue pour l'accus : Aprs avoir parl deux heures et plus, l'accus se dfend encore quand le doyen lui fait remarquer qu'il se fait tard et lui demande d'abrger la lecture des extraits de journaux qu'il poursuivait.
Le mme procs-verbal contient mieux encore : Le tribunal demande l'accus d'abrger son discours sous prtexte que le delco du tribunal ne fonctionne pas (ce qui est faux), et il l'invite prononcer son plaidoyer... oralement Voyant que l'accus ne se laisse pas faire, le doyen contre toute logique et
toute coutume renvoie la fin de la plaidoirie au lendemain ! L'accus (et la minute l'avoue) est alors oblig de rclamer que le juge lui laisse la libert de se dfendre, au moins.
Le lendemain, l'accus ayant repris la parole, la minute dit : Celui-ci a dclar qu'il continue donner une ide de l'opinion publique sur l'immoralit de l'ex-Prsident Vincent. Observations du Doyen qui fait savoir l'accus que l'ex-Prsident Vincent n'est pas sur la selette et qu'il doit parler (donc de Vincent) avec dcence et modration. N'est-ce pas vraiment incroyable : le prsident de la cour d'assises prenant la dfense ouverte de l'accusateur, alors que celui qu'il accuse est en train de le confondre ? Il est noter, de plus, qu' ce moment-l, comme d'ailleurs l'avoue navement le procs-verbal, l'accus mettait l'opinion publique crite et non la sienne.
Tels sont donc, Messieurs les honorables magistrats de la cour de cassation, les procs-verbaux des audiences du procs Rigaud-Vincent replaid Saint Marc Vous apprcierez.
Toutes ces annotations dmontrent qu'ils ne refltent en rien le vrai climat des dbats, moins que l'on se soit trouv dans un monde de fantasmagorie. Mais, bien au contraire : le procs a t prcis, net et clair, au point (comme l'avoue le dsappointement du juge vis--vis des ractions du public totalement en faveur de l'accus) que l'auditoire, qui s'tendait bien au del de la salle d'audience, a t plus du de la dcision que l'accus lui-mme habitu cette injustice depuis 1943. Donc, tous les lments du procs ont d tre fausss de la sorte, ou bien oublis systmatiquement, pour que cette dcision ft prise.
La vrit des dbats est volontairement altre dans ces procs-verbaux, du dbut la fin, avec la tendance nettement caractrise de les diriger contre l'accus par voie d'altration discontinue.
Chose effarante : il ressortira mme de ce systme outrancier que le juge, allant au del des exagrations des deux Duplessis que l'accus a confondus pour vol perptr Bourdon (certificat du juge Vandal l'appui), est all jusqu' dpasser la personne de l'accus pour accuser la femme de l'accus. Oui le verdict le dmontre : le juge s'est oubli jusqu' faire


77
de Mme Rigaud la complice de Milo Rigaud, alors que mme contre ce dernier, vous voyez prsent qu'il n'a rien pu trouver.
Vous verrez, en effet, que mme dans ces extraordinaires minutes, les Duplessis n'ont jamais pu dire et n'ont jamais dit malgr qu'ils ne se soient pas fait faute de calomnier tout au cours de leurs tmoignages chose pareille.
Utilisant alors les procs-verbaux altrs pour construire son verdict, voici, alors, le dcevant rsultat qu'obtient M. Justin Knol, prsident de la cour d'assises :
Il fait dire Louis Duplessis qu'il pense que comme le Bon du 15 Mai 1939, le Bon Callard, il (le Bon Mayard) a t fabriqu par l'accus Emile Rigaud avec la complicit de sa femme. Or, le Bon du 15 Mai est le Bon du 1er procs, le Bon ou Reu Callard datant de Novembre 1930 ! Voil comment l'on btit un verdict de condamnation.
Le juge dfigure la deuxime dclaration affirmative de Defay Saint Marc en lui substituant la premire faite Port-au-Prince (qui tait par ailleurs suffisamment affirmative en faveur de la Dfense pour mriter un meilleur sort). Il fait cela pour pouvoir visiblement retourner le sens de la deuxime dclaration par trop en faveur de l'accus, dans le but vident de condamner par mauvaise interprtation.
-A dfaut de preuves, le jugement avoue que le juge s'est content de prsomptions et d'indices pour condamner !
Il mlange volontairement des faits concernant distinctement les deux procs pour pouvoir trouver une base de raisonnement, naturellement fausse.
Il part, pour conclure, de deux expertises faites en dehors de toute justice, et qui ne concernent en rien les signatures du Bon Mayard : les expertises d'Osborn et Fontaine commandes unilatralement par Vincent, payes par lui et excutes sur des signatures spcialement prpares cet effet Le juge cre donc une nouvelle confusion, et volontairement, selon un systme qui date de 1943.
Le juge reconnat nanmoins qu'il est seulement permis de croire que la crance est imagi-
naire . Il reconnat cela dans son jugement Le juge admet donc le doute. Ainsi, comment est-il arriv condamner ?
En disant que Constantin Mayard ne pouvait verser ( Vincent) la somme de... le juge altre volontairement la vrit, encore une fois. Car, ailleurs, il reconnat que la crance est relative la Loterie Nationale, d'aprs les dclarations de Dfay. Donc, le juge va contre la vrit des procs-verbaux dj si malmens mais qui sont obligs de parler de ces dclarations de Louis Dfay confirmes par Fred Wooley.
En disant que la plupart des documents dposs par la Dfense ne portent aucune date , le juge ne dit cela que pour se donner l'excuse d'viter intentionnellement leur analyse. Car le propos est faux : la plupart de ces documents sont dats et signs. Vous pensez bien ils n'ont t slectionns que parce qu'ils sont ainsi, ce qui les rend irrfutables.
-Dans la nomenclature des pices dposes, pas de trace des pices disparues. Pourtant, tout un peuple peut dire et dira toujours qu'elles aussi ont t dposes.
Comme l'a fait le greffier, le juge a volontairement pass sous silence le fameux serment de Ca-meau. Il altre mme la dposition de ce tmoin en dclarant qu'elle est contradictoire. Mais la minute de l'audience elle-mme ne peut prouver cette assertion.
C'est en faisant, par exemple, fi des dclarations affirmatives de Dfay et de Wooley sur la Loterie, base et source de l'obligation, que le juge arrive dire que l'obligation querelle est dpourvue de cause . C'tait un peu trop facile, la lettre de Mayard confirmant cette crance sur Vincent et sa passation Milo Rigaud ayant disparu du dossier.
Cette remarque gnrale s'impose alors l'esprit le moins prvenu : l'identit des termes et de la structure des 3 verdicts, des actes d'accusation et mme de toutes les pices de la procdure mene par la Partie Civile et par le Ministre Public est frappante. Cette identit semble prouver qu'il y a un centre occulte qui les rdige en srie. Cette identit semble


78
prouver qu'il y a toujours eu jussion au criminel pour que l'accus fut condamn. Cette malencontreuse identit semble prouver que les deux procs, loin de recevoir leur solution normale devant les tribunaux qui en ont connu, ont t involontairement et inconsciemment devant un tribunal extra-judiciaire : de telle sorte que MMrs Edouard Bordes, Lon Pierre et Justin Knol ont admis cette ressemblance identifie avec une pression extrieure, laquelle dtruit moralement toute l'autorit de leur pouvoir discrtionnaire de prsidents successifs des assisses devant lesquelles nous avons eu comparatre, pour n'accepter que cette chose impossible : que l'accus, mme reconnu innocent par tout le monde, juge et auditoire, fut condamn n'importe comment, ou, pour remployer l'expression du Nouvelliste : qu'il le soit simplement parce que son adversaire veut qu'il le soit, malgr qu'on n'ait trouv aucune preuve contre lui.
Cette pnible impression s'accentue du fait que, lorsque M. Franois Mathon, commissaire du gouvernement prs le tribunal de cassation, voulut vous porter maintenir le verdict injuste que Edouard Bordes venait de prononcer en Juillet 1943, il ne trouva rien de mieux pour vous convaincre que cette raison stupfiante : Vu la situation cre par l'Etat de Sige et la Loi Martiale...
Or, en ce moment, la situation politique est sensiblement la mme que sous Elie Lescot et Gontran Rouzier, du moins en ce qui concerne l'Etat de Sige. Mais, esprant, malgr cela, que les raisons de Franois Mathon ne prvaudront pas contre la RAISON elle-mme, je vous invite relire le dbut de cette requte suppltoire pour comprendre quel point l'uvre des juges qui vous ont prcds est une uvre injuste qui dshonore la justice.
Je confirme ma confiance dans le plus haut tribunal de la Rpublique, sachant qu'il n'y a pas, de notre chef, litispendance, quant cette instance, et que le renom de la justice ne saurait permettre que ce soit le tribunal de cassation qui le laisse comprendre, ce qui tablirait la jussion jusqu'au plus haut degr de la juridiction et annulerait moralement la dcision, tandis qu'au contraire, c'est le
degr judiciaire que vous reprsentez qui doit prouver que le droit est l'art du bien et du juste .
Devant la situation qu'a cre cette jussion qui empche qu'une saine justice soit rendue, l'examen des simples et seuls moyens de cassation ordinaires ne saurait suffire au tribunal suprme, en dpit du cercle factice (donc insuffisant) d'un droit : il faut tudier et trancher ce dbat la lumire plus universelle du Droit, si vous voulez que ne s'applique votre gestion spirituelle la plus forte parole du Talion Juridique : les juges seront jugs par leur propre jugement . Car, ici, il faut vous rappeler que la cassation nouvelle entrane le procs devant vous pour une dcision finale et non devant un tribunal dont la constitution se contente du juge unique si nfaste aux droits des justiciables. En ne cassant donc pas le verdict injuste de M. Knol, sous prtexte que les moyens de cassation limitent pauvrement vos pouvoirs, vous laisserez l'impression que vous l'avez maintenu pour lui laisser surtout ainsi qu' M. Bordes et M. Pierre la responsabilit d'avoir subi une pression extrajudiciaire. Or, l serait votre plus grande erreur.
Il doit ncessairement en rsulter que vous n'accepterez pas, vous, d'tre les serviteurs d'un ordre de dsordre moral qui ne peut avoir rien absolument de judiciaire ou de juridique. Mais vous ferez plutt vtres ces penses de l'abb Constant qui s'appliquent si bien aux erreurs judiciaires relatives aux Affaires Rigaud-Vincent : Savez-vous ce qui manque le plus au monde l'poque o nous arrivons ? C'est la morale. Tout le monde le sent, tout le monde le dit, et des coles de morale sont ouvertes partout. Que faudrait-il ces coles ? Un enseignement qui inspirt la confiance, une autorit raisonnable, en un mot, au lieu d'une raison sans autorit d'une part, et de l'autre d'une autorit sans raison... Dans l'ordre de la vraie morale, il faut faire le bien pour la volont de Dieu toujours, sans aucun doute, mais aussi pour le bien lui-mme. (Or) le bien est en Dieu le JUSTE PAR ESSENCE, qui ne,limite pas, mais qui dtermine la libert, sa libert. Dieu ne peut pas damner la majorit des hommes par caprice despotique. Il doit exister une proportion exacte entre les actions de l'homme et la cration dterminante


79
de sa volont qui en fait dfinitivement une puissance de bien ou un auxiliaire du mal .
Vous avez donc le choix : entre une procdure trique qui donne toutes les chances aux censeurs de faire triompher le mal et une procdure de courage et de vrit qui fasse triompher la vrit par la raison, ce procs tant justement sa phase dterminante...
Ce procs tant sa phase dterminante, votre devoir est de rechercher sa raison absolue (ce qu'empchent les simples, ordinaires et mme primaires moyens de cassation qui n'ont de rapport moral qu'avec l'apparence trompeuse du vice spcieux de la forme) et non une raison individuelle quelconque, fut-elle celle d'un ancien prsident de la Rpublique ou une raison d'Etat assimile au caractre d'un chef d'Etat pass, dchu. Car, c'est la vertu de la raison absolue de la cause qui, parce que confondre avec la cause, peut seule dterminer un jugement dont l'quit et la conviction judiciaire soient entires, et, entires selon vous comme selon tous : cet absolu seul peut viter une tche votre jugement, parce que lui seul peut dterminer l'erreur sa source et dans toute son tendue et faire jaillir enfin toute la vrit cette vrit qui, paradoxalement, retient le crancier lgal emprisonn depuis 7 ans !
Ds procs-verbaux d'audience qui, pour mnager une partie, refusent de mentionner que l'accus, l'interrogatoire, oblige le M. P. s'avouer publiquement vaincu sous le poids d'une accusation sans base, et qui, pour cela, produit, une question du juge, une pice matrielle qui prouve que son adversaire a essay de l'assassiner mritent certainement mieux que l'tude superficielle consistant casser un jugement parce qu'il serait vici dans sa seule forme extrieure.
Vous casserez donc ce jugement dans son tout, car la RAISON n'est philosophiquement ni partielle ni injuste, et c'est, Magistrats, dans cet esprit, que je vous renouvelle mes respects ainsi que mes meilleures salutations. La Physique Juridique reconnait sous la plume savante de Buttler qu'il y a une analogie totale entre l'univers matriel que certains servent et l'univers moral qu'ils desservent du mme coup. De telle sorte qu'il faut partir de deux axiomes moraux qui ncessitent que je vous demande de juger compltement pour juger juste : Plus l'autorit est juste, plus elle est forte et admise, notre avis , d'o il ressort que c'est la justice de sa force qui nous protge, et non sa seule force comme le dit tort l'abb Constant, parce que toute puissance qui ne rend pas raison d'elle-mme et qui pse sur les liberts sans leur donner de garanties, n'est qu'un pouvoir aveugle et transitoire, l'autorit vraie et durable tant celle qui s'appuie sur la libert, tout en lui donnant une rgle et un frein : ceci exprime l'Abosolu...
En somme, je requiers plus simplement que, chez vous, ce soit l'esprit du texte juridique qui domine, et non la seule lettre sans substance qui a l'excuse un peu trop facile et qui est dpourvue de toute proprit judiciaire. Car, seule la progression morale de la Loi peut lui donner des textes qui suffisent contre les pchs perptrs au prjudice de l'Esprit de sa Lettre. C'est seulement compris et appliqus ainsi que les moyens de cassation suffisent l'esprit profond et inflexible de la Forme et la satisfont : ils ne sont plus, alors, primaires ou secondaires dans l'ordre de la Rpression Juridique, mais minents, parce que l'on dit, juridiquement, que les moyens de la Loi sont ses ministres, puisque, dtenteurs et excuteurs de son esprit, ce sont eux qui la rendent droite et juste.
Milo RIGAUD
11




POSTFACE




Stnio Vincent, rvl par la justice et par l'opinion publique pendant les procs, est dj, comme on le voit, mis nu... C'est le roi nu des Ecritures : il a pch contre l'esprit de la Loi, et Dieu l'a dshabill !
Mais cette nudit moins que reluisante ne lui suffisait pas. En Octobre et Dcembre 1950, il crit un nouveau livre dat de New-York qui prtend terminer la srie des ouvrages qu'il a intituls Les Affaires d'Emile Rigaud livre qu'il fait diter Port-au-Prince et qu'il met en vente en Novembre-Dcembre 1951.
Le livre venait un peu tard des annes aprs les dcisions de justice en sa faveur et ressemble terriblement un remords de conscience. Mais il ne nous appartenait pas de juger et l'opinion publique, comme pendant les dbats judiciaires relatifs au Bon Rigaud-Vincent et au Bon Mayard-Vincent-Rigaud dont nous rclamions le remboursement et dont Stnio Vincent, ex-prsident de la Rpublique d'Hati, niait la signature, l'opinion publique s'est charge d'y rpondre :
L'Action. Jeudi 22 Novembre 1951. Tribune Libre
e dernier livre
Le Nouvelliste , apprciant le livre, parle de haine ou de snilit. Il faut plutt remplacer ces mots par celui-ci : SUICIDE.
Par ce dernier livre sur Les Affaires d'Emile Rigaud , l'auteur s'est fait plus de tort que par ses dix annes de dictature, car le livre est inconsciemment une somme d'aveux et de repentir. Ce n'est pas peu dire.
Dans ce style gras et redondant qui caractrisait ses discours politiques, ce style qui prtend en imposer par autant d'rudition vraie que d'carts et o perce le super-Jsus des Vpres Dominicaines, M. Vincent produit un livre hach qui prend, en majeure partie, la dfense des cinquante magistrats qui ont contribu aux condamnations de Milo Rigaud, son adversaire. Mais pourquoi ces magistrats ont-ils besoin d'tre dfendus, aprs ces condamnations, et par celui qui ces condamnations ont donn matriellement satisfaction ?
de ). Vincent
L'crivain dtruit toute la porte judiciaire des dcisions prises contre Milo Rigaud en racontant que les procs que ce dernier lui a intents ne sont qu'une forme dtourne d'attentat politique qui devait couronner tous ceux que les adversaires de son rgime ont manques pendant ses mandats. Alors, pour mieux accabler Milo Rigaud, il croit de bon ton de s'en prendre aux avocats de la Dfense, mais tout particulirement l'honorable Emile Cauvin.
L'auteur luttant pniblement, au long de deux cent trente-six pages, contre le formidable courant d'opinion publique cr par ces procs, et contre la Presse qu'il dclare avoir t paye prononce un trange rquisitoire APRES DIRE DROIT, contre un condamn qui, lui, est toujours d'un calme rassurant. Il y a l, certainement, une affaire de conscience tourmente. Et le plus fort de l'histoire, c'est que, aprs avoir insult copieusement les 3 journaux qui sont parmi les plus respects de notre


84
milieu LUI, L'ANCIEN JOURNALISTE il met la Socit Hatienne dans le mme sac que Le Nouvelliste, Le Matin et La Phalange. Tout cela, pour finir par avouer que les 2 procs et l'atmosphre qu'ils ont suscite lui ont fait perdre PSYCHOLOGIQUEMENT la vue !
Il termine lamentablement en mlant ses larmes aux malheurs de la Patrie Hatienne Pour quelle raison ? Pour nous donner une leon d'humanisme et... de dmocratie. Qui aurait cru que l'homme qui, dans un projet de rlection rvl par son adversaire au procs de Saint-Marc, disait ses aides politiques, en parlant du pays : Frappez au ventre, et fort, le plus fort possible pour qu'il n'y ait pas de cris serait aujourd'hui notre professeur en dmocratie ?
Pour essayer d'avoir raison devant une opinion pablique qu'il travaille dtourner, M. Vincent s'en prend mme violemment au clerg catholique. Mais bien que ses propos atrabiliaires contre les dignitaires de l'Eglise prouvent qu'il n'est pas Job, il avoue qu'il est sur son fumier. Ainsi, la dtresse morale qui se dgage des dernires pages tonne dans un livre dont l'intention est d'une telle suffisance. Voici ses propres paroles : Que nos souffrances individuelles, unies aux souffrances sculaires de ce peuple infortun, montent vers vous, Seigneur, comme la plus fervente des prires, et qu'elles contribuent dlivrer de l'enfer de leur inhumaine condition, nos grandes masses innocentes, toujours victimes de nos ambitions et de nos turpitudes (page 235).
Quel magnifique ME A CULPA. Mais, quel dommage qu'il n'ait pas dbut en Novembre 1930 !
VIRBIUS
Le Nouvelliste , Vendredi 23 Novembre 1951 MENUS PROPOS
Par Lucien MONTAS AUTOUR du PANIER de CRABES
Le livre du jour, celui dont on parle, partout,
dans les salon3, au Club, dans les salles de rdaction.
qu'on se passe de main en main et qui donne lieu des discussions passionnes et amres sur les murs politiques de ce pays et l'histoire de ces vingt dernires annes, est, sans conteste, le deuxime et dernier tome de Les Affaires d'Emile Rigaud , que vient de faire paratre l'ex-Prsident Stnio Vincent.
On y voit, entre autres, cette chose singulire, on y voit l'auteur tenter avec habilet, de se dcerner un diplme de dmocrate authentique et de se faire passer pour un dfenseur intraitable des droits fondamentaux du peuple que, seule, a contrari, l'action des contingences spcifiques au milieu hatien.
Il convient de rapprocher le volume en question du premier de la srie de En Posant les Jalons comportant cette longue introduction assez prcieuse en tant que sociologie politique et du cinquime et dernier tome de cette mme srie que prcde un avertissement, qui eut, lorsqu'il fut rendu public la premire fois, un grand retentissement.
Ces trois volumes prsentent, en dehors de toute chose, un immense intrt. Les dtails de murs, les faits et les vnements relats constituent une mine prcieuse pour celui qui se penche sur l'histoire de ce pays et qui s'inquite de son destin.
Le politique, le moraliste, le sociologue et le critique y trouveront ample matire des prospections plus pousses dans les dessous dramatiques d'une poque inquite et trouble. On y verra, l'arrire-fond, s'agiter les pantins. On aura l'occasion de s'irriter en constatant, mises nues, les petitesses et les platitudes des uns qu'on croirait grands, d'un caractre bien tremp le cynisme et l'immoralit des autres alors que dans leurs propos il n'est question que de morale et de patriotisme. L'on aura devant les yeux les turpitudes de la mare aux grenouilles ou plutt comme dit l'ex-Chef d'Etat du panier de crabes .
A ce titre, l'ex-Prsident Vincent a rendu un immense service.
Il est vident que des faits aussi tristes ne naissent pas qu'en Hati. Ce n'est pas une manifestation caractristique de la faune politique des pays tropicaux. Non. On en voit de pareille et de pire en des pays dits civiliss, en des milieux d'une plus


85
grande volution sociale. Car, ce n'est que l'une des misres engendres par un systme, un rgime qui, heureusement, se meurt.
Mais, petite et faible nation, expose comme une brebis galeuse tre traite de la pire faon, nous ne saurions nous payer de telles fantaisies. C'est le plus sr chemin qui mne au naufrage.
Il y aurait un grand coup de balai passer et une uvre de prophylaxie tenter de ce ct-l, car c'est un des maux le manque de sincrit qui rongent ce pays et empchent l'panouissement d'un climat sain, favorable l'action constructive et pleine de dignit.
Et c'est l, prcisment, qu'on met le doigt sur le grand crime de l'ex-Prsident Stnio Vincent. D'avoir tolr, encourag la monte de flagorneurs. D'avoir traqu la pense indpendante, la libre closion de la pense objective. D'avoir dcourag les hommes de caractre. D'avoir men presque systmatiquement une politique d'asservissement.
N'aura-t-il pas t le responsable de ce qu'il appela lui-mme les russites fcheuses et courantes de la lchet et de la duplicit dans la vie politique ?
Le crime est plus affreux lorsqu'il vient d'un homme aussi lucide, d'un intellectuel de la classe de Stnio Vincent.
Le rquisitoire qu'il a dress, de main de matre il faut le dire avec une puissance remarquable, se retourne, en fin de compte, contre lui.
Car, ce n'est pas une concidence si la littrature de platitude dont on ne ralise pas assez encore les ravages, a conquis pour ainsi dire, sous son rgime, ses titres de noblesse jusqu' rendre suspecte toute entreprise visant la recherche et l'expression de la vrit.
Il aurait fallu, ds le dbut, aussitt, ragir. Mais, hlas, capiteux a t pour lui le parfum de l'encens.
Et c'est aprs coup, trop tard, aprs avoir permis, tolr un travail de sape effrayant contre la pense, que ce mme homme ralise que ses vrais amis n'taient pas toujours ceux qui ne perdaient jamais une occasion pour le crier sur les toits. On assistait, au contraire, au triomphe de ces derniers qui recevaient
ainsi une prime d'encouragement. L'exemple tait dtestable.
L'action de prophylaxie qui s'avrait urgente dans ce domaine n'ayant pas t entreprise par son gouvernement, ce sera un motif d'orgueil pour le prsent Gouvernement de la mener.
m
L'Action du Jeudi 29 Novembre 1951.
LETTRE OUVERTE A ME. STENIO VINCENT, ANCIEN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE.
Monsieur le Prsident,
J'ai dessein de vous parler de votre rcente publication sur Les Affaires d'Emile Rigaud ou plus exactement de votre Epilogue. Vous avez imagin aprs coup une ddicace d'un prcdent opuscule mon adresse, afin de vous procurer l'occasion de demander si je peux comprendre.
Aprs cette lettre nous saurons tous deux, et le public que vous avez pris a tmoin saura galement, si j'ai compris votre pilogue.
Je n'ai pas vos loisirs et je ne peux pas revenir sur toutes les superfluits de votre ouvrage. Vous 3imez les longues digressions ; vous vous y complaisez mme lorsque le sujet trait ne les appelle pas.
Vous dissertez longuement sur l'opinion publique avant donc la naissance du monde et sa formation ; vous devenez professeur de dmocratie aprs onze ans de gouvernement en marge de la dmocratie ; vous racontez le pril que vous avez couru rellement ou imaginairement ; vous mettez un de vos ministres dans une posture dsagrable. Enfin dans votre uvre, il y a beaucoup de choses dont elle eut pu se passer aisment.
Mme vous avez des incongruits. En vrit, monsieur, on comprend mal qu' l'ge respectable o vous tes parvenu vous n'ayez que la hantise des douairires mafflues et mamelues, aussi dbordantes de graisse que d'ardeur... tourmentes par quelque vieux dmon retardataire et des petites dames aux hormones frntiques . Fi donc prsident octognaire. Est-ce souvenir indlbile de jeunesse ou regret lancinant ? Qu'est-ce qui explique


86
que vous ne puissiez traiter mme un sujet srieux sans demander l'inspiration et l'entrain ces tableaux qui vous aguichent? Si j'ose parler de snilit, vous direz sans doute que je ne comprends pas ; vous prfrez tre sans excuse.
On comprend de moins en moins votre tendance, disons la lgret, lorsque vous rvlez qu' il y a prs de 20 ans depuis que vous tes revenu la religion de votre enfance et que vous tes rentr dans la prire . Si bien que, par une secrte inspiration d'en haut, sous-entendez-vous, Notre Saint Pre le Pape vous a deux fois dcor.
Aprs tout, nul ne saurait vous reprocher votre calcul. Il y a plus de joie dans le ciel pour un pcheur converti que pour un juste qui persvre. Vous prenez le bon billet, comme toujours.
La misricorde divine est sans borne, en effet, et vous pouvez l'escompter tout comme un autre. Aux deux extrmits de sa vie publique le Christ a laiss des exemples de cette misricorde, encourageants entre tous. Un jour, prs du puits de Jacob, c'est Marie Madeleine qu'il appelle la conversion. Expirant sur le bois ignominieux de la croix, qui tend-il le pardon et la promesse du ciel ? un larron qui meurt ct de lui. La promesse est universelle. Elle est faite pour vous aussi. Mais n'oubliez pas qu'il faut un repentir sincre. Dieu seul sonde les curs et les reins. Et nous autres mortels, nous nous arrtons l'apparence.
Je constate avec quelle mchancet vous mettez dans votre ouvrage l'ironie, le mpris, le dnigrement, l'insinuation humiliante, l'injure, la malveillance et toute la gamme possible des torts qu'une plume peut faire au prochain. L'opinion publique, en gnral, les journaux, trois nommment et leurs directeurs, Varchevque, chacun a son lot et le peuple mme en son entier.
Professeur de science politique, vous dites au chef de l'Etat de voir dans les citoyens des assassins cachs. Vous appelez ses foudres sur eux. Tant de fiel entre-t-il dans l'me des dvots ?
Et dans vos hallucinations, vous m'avez fait seigneur Vincent, l'honneur de me croquer. Il est vrai que, pour avoir une proie digne de vos nobles mchoires, vous faites de moi, pour la circonstance, le
plus important et le plus brillant des avocats de Milo Rigaud.
Ainsi, donc, je n'avais pas le droit de plaider contre vous, d'assister Milo Rigaud et c'est un acte d'ingratitude envers vous que d'avoir port la dfense d'un homme que vous accusiez. Encore si, l'exemple de Me Lachaud que vous rappelez, j'avais accabl mon client en admettant la puret des sentiments de son accusateur, laissant planer ainsi un soupon d'infamie sur l'accus. Ce fut un tort de la part de Me. Lachaud. Son client tait totalement innocent, comme celui que vous avez fait condamner.
En tout cas, j'ai une autre conception des devoirs de ma profession et ce que vous me reprochez c'est de n'avoir pas eu de dfaillance dans la dfense d'une cause que je continue de croire juste. C'est pour cela que j'encours votre colre et vos foudres.
Vous dites que vous ne me connaissez pas. Vous tes peu prs sr de ne m'avoir jamais parl. Et vous m'avez peut-tre rencontr une ou deux fois.
Vous savez cependant que je suis de naturel ingrat. Car la seule explication que vous puissiez imaginer de la haine que vous m'attribuez contre vous ce serait un bienfait reu de vous. Et surtout, dites-vous, nous ne lui avons jamais fait aucun bien, ni rendu aucun service. Il n'a jamais t appel aucune fonction publique sous notre gouvernement. On s'explique alors difficilement les raisons qui ont pu porter Me Emile Cauvin dverser sur nous une bile aussi noire.
Votre Epilogue et le passage mme que vous me consacrez prouve que vous avez bonne mmoire. On le voit vos nombreuses rminiscences.
Vos phrases que je viens de citer rappellent tous une rponse d'Aristide Briand. Un interlocuteur lui disant que quelqu'un parlait mal de lui : Je ne me souviens pas, rpondit-il, de lui avoir fait du bien . On se rappelle aisment le sonnet d'Arvers quand on lit sous votre plume que peut-tre Me Emile Cauvin lirait cette ddicace... et ne la comprendrait pas .
Mais vous n'avouez pas vos sources ; vous donnez la pense emprunte un tour qui vous est propre et vous croyez que le costume nouveau en fait votre chose. Il est de notorit publique que vous n'avez pas l'habitude de la restitution.


87
Avec une pareille mmoire si vous manquez la vrit, on ne croirait pas que c'est sans le vouloir.
Et donc, monsieur, vous ne me connaissez pas. Vous tiez btonnier de l'ordre des avocats en 1926 ( Rome alors estimait vos vertus). A l'poque, Me. Luxembourg Cauvin n'allait pas au tribunal. Comme son collaborateur, j'y allais chaque jour et votre nouvelle dignit vous avait appris la frquentation du palais de justice. Cinq jours par semaine nous y tions tous les deux, aux mmes heures. Il est trange que vous ne m'ayez connu.
Le 3 Novembre 1926, un banquet devait suivre la runion qui eut lieu la loge maonnique l'occasion du jubil de Me. F. L. Cauvin. Le dimanche prcdent vous tes all Sea Side Inn arrter les derniers dtails de ce banquet. Vous y tes all dans ma voiture, conduite par moi. Nous tions seuls, l'aller et au retour. Le propritaire de l'tablissement nous offrit un cocktail. Vous ne me connaissez pas.
Vous n'avez pas beaucoup milit comme avocat. Certains disent que l'exercice assidu de la profession exige trop de travail. Quoiqu'il en soit, vous ne pouvez pas avoir oubli les rares affaires judiciaires auxquelles vous avez t ml. Avec Me. T. Taleau vous avez reprsent Madame Philomna Martino dans le partage amiable de la succession de Vincent Martino. Me. Weber Francis m'avait constitu avec lui pour reprsenter Anselmo Martino. Vous n'avez pas eu la curiosit ni l'occasion de connatre ce confrre qui traitait d'affaires professionnelles avec votre cabinet.
En 1930, vous avez fond un journal. Le premier numro a paru le 20 Janvier. Le 27, le journal publiait un article de moi en premire page. Plusieurs fois dans la suite, mes articles signs devaient tre accueillis cette place de choix.
Et vous ne vous tes pas souci de connatre ce collaborateur bnvole.
Un de mes articles remis au mois d'Avril ne parut pas. Vous m'avez convoqu la direction de votre journal, rue des Miracles, pour m'expliquer que j'avais la poigne dure et qu'il faudrait dulcorer certains passages, surtout ceux qui concernaient nom-
mment quelques cooprateurs . Aprs cette conversation vous ne me connaissez pas et vous n'tes pas sr de m'avoir parl ni rencontr.
Quelqu'un m'a fait rappeler la semaine dernire, par le camarade qui m'a remis votre livre que tel jour de 1930, peut-tre l'arrive de la Commission Forbes, quatre personnes taient en compagnie et en conversation, lui, vous, Me. Lon Nau et moi. Et vous ne me connaissez pas.
Un soir de 1931, le Conseil de discipline de l'ordre des avocats de Port-au-Prince organisait une confrence contradictoire de stagiaires. Vous aviez rpondu l'invitation du btonnier Rampy. Et vous aviez votre droite, le btonnier Edmond de Les-pinasse et votre gauche, le membre du Conseil, Emile Cauvin. Toute la soire, vous vous tes entretenu sans faon, tantt avec notre illustre btonnier, tantt avec votre voisin de gauche. On a mme ri ensemble. Vous n'avez pas demand quel inconnu vous parlait ainsi. Vous ne me connaissez pas, vous ne croyez pas m'avoir jamais parl ni rencontr.
J'aurais pu rappeler d'autres rencontres, d'autres conversations. Mais, obstinment, vous ne me connaissez pas Aprs ce coup, Monsieur, je comprends que vous ayez ni la signature du bon Rigaud et du bon Mayard.
Vivez en paix, monsieur, si vous le pouvez encore.
Emile CAUVIN.
Le Matin , Mercredi 5 Dcembre 1951.
LE COMPLEXE DE VINCENT
Les disciples de Freud situeraient volontiers le cas de Vincent entre le sadisme et le narcissisme.
Toutefois l'origine du mal droute le psychiatre.
Souvent les amis de l'ex-Prsident racontent comment avant 1930 il vivait d'expdients, tranait un peu partout, et tendait la main vers les directeurs de journaux et les marchandes de pistaches.
Sans doute, toute la cruaut du Prsident Vincent pour la Presse et les journalistes s'explique-t-elle par
12


88
le souvenir de cette priode difficile pendant laquelle le journaliste Vincent recevait des secours nous ne disons pas secrets discrets des Directeurs et Rdacteurs de journaux.
Et puisque le vieillard aveugle n'a pas de respect pour l'ex-Prsident qu'il est, nous ne sommes pas tenu de le respecter nous-mme. (Nous nous sommes gard d'attaquer le rgime de Vincent aprs son dpart du pouvoir). C'est lui qui directement injustement et inutilement a voulu mettre Le Matin en cause.
Notre Directeur actuel tait trop jeune l'poque pour se souvenir de tous les incidents des relations qui ont existes entre feu Clment Magloire et Stnio Vincent.
Mais s'il fallait dans l'intrt de la pathologie apporter le tmoignage de nos vieux collaborateurs, ils raconteraient certaines scnes des samedis o le rdacteur Vincent rclamait avec insistance l'argent qui devait rmunrer le travail des autres.
Nous ne rappelons ces petites indlicatesses que dans le but d'aider la Science dmler le complexe de Vincent.
Le personnage appartient l'Histoire. Quant l'honneur, on l'et volontiers oubli s'il ne se chargeait de se rendre ridicule en publiant son quatrime et dernier fascicule - un document de premire importance pour la mdecine.
Stnio Vincent n'a pas cit les articles o nous aurions pris parti pour Milo Rigaud.
Nous nous sommes, en effet, abstenu de prendre parti dans une affaire qui tait devant la Justice.
Seulement le malade qui s'oublie j usqu' reprocher Dieu de n'avoir pas rappel La Phalange quelque dette de reconnaissance que le ciel par l'intermdiaire du Vatican, des lves salsiens et de l'Immacule Conception aurait jamais contracte envers le Prsident Vincent et le fils de Benjamin Vincent ne pardonne pas Le Matin de n'avoir pas pris parti dans une affaire tellement obscure.
Mais qui Vincent ne s'en prend-t-il pas ?
Toujours dans le but d'aider la documentation des laboratoires de psychologie que le cas de Vincent intresse, nous rapporterons le tmoignage de nom-
breux amis personnels, de l'ancien Chef d'Etat qui ne font pas du tout un secret des moments o sans aucune raison l'injure coulait de ses lvres, comme l'eau des fontaines.
Cette manie de scrter l'invective s'expliquerait-elle par quelque vieille impuissance que l'ge aurait exacerbe ?
Toutefois, le prtendu chrtien se prpare d'tranges faons paratre devant le juge Suprme pour rendre compte des tortures qu'il a infliges des journalistes et des citoyens qui n'approuvaient pas la politique de corruption du Gouvernement de Stnio Vincent.
Suivant le malade poursuivi par les gmissements de ses victimes, quiconque ne se consacre pas entirement l'aider franchir le seuil du paradis avec sous le bras une liasse de dithyrambes la gloire de Papa Vincent a trahi la conception la plus claire de la dmocratie du rfrendum.
L'homme qui s'est appliqu rabaisser les caractres par la torture et la corruption souffre de ne plus entendre les voix qui le comparaient au fils de Dieu. Cette solitude lui devenant odieuse, il s'en dlivre en rappelant modestement les exemples de Jsus et de Marie Antoinette de France.
Mme les amis qui admirent l'esprit et la voix de Vincent se demandent comment cet homme peut aller si loin dans le ridicule.
L'explication n'est sans doute pas simple. - Mais les asiles d'alins sont pleins de gens qui se comparent Hitler, Mussolini, tandis que d'autres veulent tre Machiavel ou Jeanne d'Arc.
La plus lmentaire prudence recommanderait Vincent d'viter l'emploi de tout mot qui rappelle la dmocratie. C'est justement la conduite contraire que son complexe lui inspire. Comme le criminel qui revient sur le thtre du crime, il est pris d'une dmangeaison qui l'oblige dfinir SA dmocratie. Cette pitre initiative n'est comparable qu' la justification qu'il trouva aux actes les plus abjects de son Gouvernement.
On se trompait donc lorsqu'on parlait du cynisme du politicien. Ce n'tait dj que manifestation de a paranoia critique la phase secondaire.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs