• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Title Page
 Avertissement
 Acte d'accusation en date du 11...
 Jugement du tribunal criminel de...
 Requisitoire du ministere public...
 Arret des sections reunies du tribunal...
 Epilogue














Group Title: Affaires émile Rigaud
Title: Affaires émile Rigaud
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094307/00004
 Material Information
Title: Affaires émile Rigaud documents et piec̀es judiciaires
Physical Description: 2 v. in 4 : facsisms. ; 21cm.
Language: French
Creator: Vincent, Sténio, 1874-
Publisher: Impr. de l'E´tat
Impr. de l'État
Place of Publication: Port-au-Prince
Port-au-Prince
Publication Date: 1947
 Subjects
Subject: Trials (Fraud) -- Haiti   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094307
Volume ID: VID00004
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 432433473
lccn - 53020607

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Front Matter
        Page 2a
        Page 2b
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Avertissement
        Page 5
        Page 6
    Acte d'accusation en date du 11 fevrier 1950 du ministere public
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Jugement du tribunal criminel de Saint-Marc, en date du 28 mars 1950
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Requisitoire du ministere public pres le tribunal de cassation de la republique en date du 7 juillet 1950 sur le pourvoi exerce par le condamne Emile Rigaud
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    Arret des sections reunies du tribunal de cassation de la republique, rendu en audience solennelle, le 21 juillet 1950
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Epilogue
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
Full Text
STENIO VINCENT
LES AFFAIRES D'EMILE RIGAUD
dit MILO
PIECES ET DOCUMENTS JUDICIAIRES
VOLUME II QUATRIEME ET DERNIER FASCICULE
X
3^3
V 77V V. 2
IMPRIMERIE DE L'ETAT PORT-AU-PRINCE. HATI


UNIVERSITY OF FLORIDA LIB R ARIES






STENIO VINCENT
LES A F F AIRE 3 D'EMILE RIGAUD
dit M1LO
PIECES ET DOCUMENTS JUDICIAIRES
VOLUME II QUATRIEME ET DERNIER FASCICULE
IMPRIMERIE DE L'ETAT PORT-AU-PRINCE. HATI 1951


iatih s y Sf
AMCRICA ^ '


AVERTISSEMENT
Avec ce quatrime fascicule s'achve la publication des pices et documents judiciaires, relatifs aux AFFAIRES D'EMILE RIGAUD, dit Milo
On y trouvera:
1L'acte d'accusation en date du 11 Fvrier 1950 du Ministre Public, prs le Tribunal Civil de St. Marc, reprsent par le Commissaire du Gouvernement, Me. Marc L. Narcisse, concluant la condamnation, par le Tribunal Criminel de St. Marc, de l'accus Emile Rigaud, dit Milo, pour faux et usage de faux, au prjudice de M. Stnio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique d'Hati.
2.Le jugement du Tribunal Criminel de St. Marc, en date du 28 Mars 1950, statuant en vertu d'un Arrt de renvoi du Tribunal de Cassation de la Rpublique, dat du 27 Avril 1949 et condamnant Emile Rigaud dit Milo, trois annes de rclusion et Mille Dollars de dommages intrts, pour faux et usage de faux, au prjudice de M. Stnio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique d'Hati.


6
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
3Le Rquisitoire du Ministre Public prs le Tribunal de Cassation de la Rpublique, en date du 7 Juillet 1950, sur le pourvoi exerc par le condamn Emile Rigaud, dit Milo, contre le jugement du Tribunal Criminel de St. Marc prcit.
4L'Arrt des Sections Runies du Tribunal de Cassation de la Rpublique, rendu en audience solennelle, le 21 Juillet 1950, sur un second pourvoi de l'accus Emile Rigaud, dit Milo, lequel Arrt casse et annule le jugement du Tribunal Criminel de St. Marc, mais seulement en ce qui concerne la peine prononce, puis jugeant au fond, en vertu de Vart. 104 de la Constitution, condamne l'accus Emile Rigaud, dit Milo, trois annes d'emprisonnement, pour faux et usage de faux au prjudice de M. Stnio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique d'Hati.
5Epilogue.


1Acte d'accusation en date du 11 Fvrier 1950 du Ministre Public, prs le Tribunal Civil de St. Marc, reprsent par le Commissaire du Gouvernement, Me. Marc L. Narcisse, concluant la condamnation, par le Tribunal Criminel de St. Marc, de l'accus Emile Rigaud, dit Milo, pour faux et usage de faux, au prjudice de M. Stnio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique d'Hati.




Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
9
LIBERTE EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HATI
Extrait des minutes du Greffe du Tribunal Civil de St. Marc. St. Marc, le Onze Fvrier mil neuf cent cinquante, An 147e de l'Indpendance.
LE COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT PRES LE TRIBUNAL CIVIL DE CE RESSORT
Expose :
Que par arrt du Tribunal de Cassation de la Rpublique en date du vingt quatre Juillet mil neuf cent quarante sept annulant l'ordonnance de Monsieur le Juge d'Instruction Clment Dar-tiguenave du dix Juin mil neuf cent quarante six et faisant ordonnance nouvelle, le sieur EMILE RIGAUD, sans profession, g de quarante trois ans, n et demeurant Port-au-Prince, a t renvoy par devant le Tribunal Criminel de ce ressort sigeant sans assistance du Jury, pour y tre jug sous l'inculpation de faux en criture prive et d'usage de faux commis au prjudice du sieur STENIO VINCENT, ancien prsident de la Rpublique. Condamn par le Tribunal Criminel de Port-au-Prince en mil neuf cent quarante huit, EMILE RIGAUD s'est pourvu en Cassation contre le jugement. Et par arrt en date du 27 Avril mil neuf cent quarante neuf, le Tribunal de Cassation de la Rpublique a cass le jugement du Tribunal Criminel de Port-au-


10
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
Prince et a renvoy l'affaire par devant le Tribunal Criminel de St. Marc. Le Commissaire du Gouvernement dclare qu'aprs un nouvel examen des pices de la cause il en rsulte ce qui suit:
Le vingt cinq Juin mil neuf cent quarante deux, la requte du sieur EMILE RIGAUD, ayant pour avocat Matre Hermann Benjamin, le citoyen Stnio Vincent fut appel comparatre au Tribunal Civil de Port-au-Prince jugeant en ses attributions commerciales pour s'entendre condamner, avec contrainte par corps, excution provisoire et dpens, payer au requrant sans terme ni dlai, la somme de SEPT MILLE DOLLARS ($ 7.000) en principal et celle de SEPT MILLE GOURDES (G. 7.000) comme honoraires de l'avocat poursuivant. La valeur principale reprsenterait le montant d'une obligation commerciale souscrite le deux Novembre mil neuf cent trente neuf par le sieur STENIO VINCENT, alors prsident de la Rpublique, en faveur de CONSTANTIN MAYARD dcd depuis - qui tait ministre d'Hati l'Etranger, obligation dont RIGAUD serait devenu le cessionnaire. Et l'effet de Commerce tait libell comme suit:
Port-au-Prince, le deux Novembre mil neuf cent trente neuf.
Au Deux Dcembre mil neuf cent quarante, je paierai Monsieur CONSTANTIN MAYARD, ou son ordre, la somme de Sept Mille Dollars,


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
11
valeur reue en espces pour les besoins de mon commerce.
A dfaut de paiement du prsent Bon la date sus-indique, en principal et accessoires, tous les frais de poursuites judiciaires ainsi que les honoraires d'Avocat (20%) seront ma charge, mme si le recouvrement se fait l'amiable.
(Signature) STENIO VINCENT Par aval: Pass l'ordre de EMILE RIGAUD. (Sign) Constantin MAYARD.
Sur cette assignation, STENIO VINCENT constitua avocat et le demandeur fut somm de communiquer le Bon ordre dont il rclamait le paiement. Loin de dfrer une si lgitime sommation, EMILE RIGAUD prtendait brler cette tape rgulire de la procdure et porter l'affaire l'audience. Or, en mme temps qu'il saisissait la justice de cette instance commerciale, RIGAUD pratiquait une double opposition sur les fonds et indemnits de son prtendu dbiteur, Snateur de la Rpublique, la Banque Nationale et s-mains de la Banque Royale du Canada.
Par lettre adresse au Commissaire du Gouvernement prs le Tribunal Civil de Port-au-Prince, STENIO VINCENT dclara, le vingt neuf Aot mil neuf cent quarante deux, n'avoir jamais eu aucune relation d'affaires avec feu Constantin Mayard et n'avoir jamais eu, aucun moment et pour quelque motif que ce soit lui souscrire de bon, pour quelque valeur que ce


12
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
soit; il soutint en consquence premptoirement que le Bon du deux Novembre mil neuf cent trente neuf tait faux puisqu'il ne l'avait souscrit ni Mayard ni personne d'autre et que la signature qui le revtait tait de mme fausse. Il rclama des poursuites contre EMILE RIGAUD, en soulignant que ce crancier imaginaire venait d'tre renvoy devant le Tribunal Criminel pour un prcdent faux perptr son prjudice, dans l'intention de lui soutirer de l'argent. Une instruction fut ouverte le huit Juin mil neuf cent quarante trois. Aprs bien des rsistances, le bon fut enfin, le dix Mars mil neuf cent quarante cinq, deux ans et neuf mois aprs son invocation dans un acte d'instance, soumis l'examen du juge d'Instruction ISNARD RAYMOND qui le dcrivit comme suit:
La date de la souscription, la date de l'chance, le nom de CONSTANTIN MAYARD et le montant du bon sont crits la machine.
Le contexte du bon est apparemment mimo-graphi et en partie finale imprime. Au bas des mots: Par aval: se trouve crit la main et gauche: Pass l'ordre de EMILE RIGAUD: Constantin Mayard. Et droite, au bas du mot: Signature, se trouve crit aussi la main: Stnio Vincent" ................ (Ce bon comporte seize lignes................" Ce bon est crit sur une demi-feuille de papier blanc grand format de forme rectangulaire).


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
13
Ds dclarations du sieur STENIO VINCENT soutenant n'avoir jamais contract d'affaires avec CONSTANTIN MAYARD, dniant la signature qui lui est attribue couine ayant t obtenue par imitation et contrefaon de la sienne et accusant EMILE RIGAUD d'un faux la fois matriel par contrefaon de signature, et intellectuel par fabrication de convention, des diffrents tmoignages recueillis et de tous les faits de la cause, il est permis de relever les considrations suivantes :
loOn ne conoit pas que MAYARD, qui n'tait pas un prteur professionnel pt avoir sa disposition des formules d'obligations, en partie mimographies et en partie imprimes, relies dans un carnet souche et destines tre remplies par des dbiteurs ventuels, or le bon du deux Novembre mil neuf cent trente neuf a t dtach selon toute vidence d'un carnet souches.
2o.La formule et la forme matrielle du bon du deux Novembre mil neuf cent trente neuf ressemble exactement et en tous points celles qui ont servi la rdaction de l'obligation du quinze Mai mil neuf cent quarante dont la photographie a t publie. On se demande alors si c'est VINCENT qui a toujours sous la main un lot de ces bons imprims, ce qui est invraisemblable, ou si plutt le bon du deux Novembre mil neuf cent trente neuf, comme celui du


14
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
quinze Mai, ne provient pas du laboratoire des ateliers ou du Cabinet d'EMILE RIGAUD.
3oLa cession ne comporte aucune date et n'a jamais t notifie au dbiteur principal; ce qui est contraire l'usage commercial et qui dnote une hte et une ngligence incompatibles avec une affaire srieuse.
4oA la date allgue de la signature du bon, deux Novembre mil neuf cent trente neuf, STENIO VINCENT tait, depuis environ neuf ans, Prsident de la Rpublique et CONSTANTIN MAYARD son Ministre Plnipotentiaire l'tranger depuis un temps gal, il est donc difficile d'imaginer que ce chef d'Etat qui avait tant d'amis dvous pt se trouver devant un embarras pcuniaire insoluble au point d'tre accul s'en remettre la discrtion d'un crancier par une clause commerciale qui l'exposait la contrainte par corps et au paiement des honoraires d'un avocat mme au cas d'une extinction amiable de la dette: ce qui tait dans sa position un ensemble de conditions humiliantes et d'autant plus surprenantes qu'il contracterait avec un homme qui tait en quelque sorte son oblig. De telles exigences rappellent peu l'homme que fut MAYARD.
5oLe relev des comptes bancaires de STENIO VINCENT opr par la justice, accusait son crdit, six mois aprs ce prtendu contrat, le chiffre de trente mille dollars, situation qui


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo 15
dispensait largement le chef de l'Etat de recourir un tel emprunt.
60La lettre du six Aot mil neuf cent quarante qui manerait de CONSTANTIN MAYARD, qui insinue l'existence d'une crance envers RIGAUD et dont une photographie est reproduite la page dix de la brochure intitule "Dossier STENIO VINCENT No. 1", a t crite avec la mme machine crire qui a servi btir le bon du quinze Mai mil neuf cent quarante: constatant qui, d'aprs le plaignant, "dnote avec la dernire vidence que tous ces faux ont la mme origine et ont t conus par le mme auteur".
7oOutre que le style incorrect de la lettre offense la mmoire du fin lettr que fut MAYARD, quand cet crit parle de "notre affaire', on n'admet pas qu'il puisse s'agir de l'obligation du deux Novembre qui, une fois cde RIGAUD contre un dbiteur vivant et, jusqu' preuve contraire, solvable, devenait mme provisoirement l'affaire exclusive de RIGAUD.
80Cette lettre intime qui prtend venir d'un homme plein de correction et de bonnes manires, est crite la machine, procd dont MAYARD on le sait n'userait jamais l'gard de ses amis, c'est qu'il tait difficile d'imiter correctement tout un corps d'criture.
9oElle est donc, selon toute vidence, fabrique, elle aussi, de toute pice dans le but de


>
16 Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
justifier et de renforcer l'obligation falsifie en lui confrant une existence vraisemblable.
lOoUn simple commentaire de cette pice dmontre que la cession de l'obligation du deux Novembre mil neuf cent trente neuf, serait antrieure la souscription du bon du quinze Mai mil neuf cent quarante. On se demande alors pourquoi cette dernire crance a t rclame la premire, alors que les deux taient chues. D'aprs RIGAUD, cette prsance ne dpendait que de son plaisir. Mais le bon sens tient un autre langage.
lloCette considration amne une autre question. Pourquoi RIGAUD a-t-il attendu la mort de MAYARD pour faire, pour la premire fois, tat de cette dette, de mme qu'il avait attendu la mort de CALLARD pour parler d'un bon semblable? Est-ce par systme? En tout cas cet atermoiement est trs suspect, d'autant plus qu'il avait intrt liquider cette affaire du vivant de MAYARD alors qu'il savait le croire que la sant de celui-ci lui causait des inquitudes.
12oOn s'tonne que malgr le doute conu par RIGAUD sur la solvabilit de VINCENT, il ne lui eut jamais parl de la cession, surtout quand il en aurait eu l'occasion le quinze Mai mil neuf cent quarante, et quand on considre d'autre part les bonnes relations qu' l'entendre, ils entretenaient.


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
17
13oOn s'tonne encore que, nourrissant avec les MAYARD des rapports de parent, il n'ait jamais pens mme aprs sa mort mettre ses hritiers au courant de l'existence de cette crance, quand ce ne serait que pour savoir si, dans les dispositions testamentaires ou autres, il n'avait pas prvu un mode de libration, ou encore si leur intention n'tait pas de prendre la dette leur charge.
14oPourquoi encore RIGAUD a-t-il attendu que VINCENT ne ft plus au pouvoir pour entreprendre ses rclama lion s? Que n'at-il, VINCENT tant encore Prsident fait intervenir ses amis pour le disposer un rglement amiable supposer qu'il et des apprhensions ou des scrupules? Pourquoi a-t-il nglig mme les diligences prtendument conseilles par MAYARD?
15oD'ailleurs la logique refuse d'admettre qu'immdiatement aprs la signature de l'obligation qui, dans la situation de ces deux hommes, ne pourrait, alors "pour un certain temps du moins revtir qu'un caractre confidentiel, MAYARD, dj pouss par le besoin, se serait empress de la cder RIGAUD, une telle indiscrtion n'est pas le fait d'un diplomate de carrire ".
16oQuand RIGAUD, qui se dit un homme d'affaires, affirme avoir avanc les sept mille dollars sans exiger aucun intrt, cette dclaration est tout simplement renversante.


18
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
17oLa rsistance systmatique oppose par RIGAUD communiquer le Bon aussi bien au seuil de la procdure commerciale engage par lui que devant le Juge d'Instruction, rappelle trangement son comportement son premier procs de faux.
18oLa prsence, comme pices conviction de deux flacons de produits chimiques trouvs chez le prvenu et qui possdent la proprit d'effacer radicalement toute criture appose sur du papier ou d'autres surfaces, est encore une circonstance propre crer autour de lui une atmosphre de lgitime suspicion.
19oLes tmoins, Mesdames Alberte et Louise Mayard ont dni l'criture et la signature du dfunt et dclarent avoir ignor l'existence de l'obligation. Les raisonnements de RIGAUD sur l'attitude de ces dames et le calcul qu'il leur prte sont dpouills de sens commun.
20oUn jugement de la cour d'assises du trente Juin mil neuf cent quarante trois pass en force de chose juge tablit que l'ex-Prsi-dent VINCENT ne savait pas crire la machine et ne disposait, ni dans son cabinet de travail, ni dans ses appartements privs d'une machine crire, des tmoignages ont d'autre part tabli que MAYARD non plus qu'on n'a d'ailleurs jamais vu frquenter le cabinet d'affaires de RIGAUD n'crivait la machine, seule donc une main trangre et criminelle a pu remplir les blancs laisss sur la mimographie en y por-


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
19
tant en caractres dactylographiques, la date du bon, celle de l'chance, le nom du bnficiaire et le montant de l'obligation.
De l'ensemble de ces circonstances et de bien d'autres encore sans compter l'existence la charge du prvenu d'un prcdent faux dj sanctionn par la justice criminelle il ressort qu'il n'est gure ncessaire de chercher plus loin les lments des crimes de faux et d'usage de faux reprochs EMILE RIGAUD.
Ceux qui doivent lgalement concourir former ces infractions sont runis dans la cause et peuvent s'analyser aisment: l'altration de la vrit consiste pour RIGAUD dans le fait d'avoir cr de toute pice une convention imaginaire, en constituant dbiteur de MAYARD pour une somme de sept mille dollars, le sieur STENIO VINCENT qui n'a jamais eu avec celui-ci aucun rapport d'affaires, qui ne lui a sign aucune obligation commerciale, pour aucun motif et aucun moment, et de s'tre prsent lui-mme pour cessionnaire par aval de ce contrat frauduleux: fabrication de convention qui constitue le faux intellectuel et qui peut se perptrer indpendamment de toute altration ou contrefaon d'criture, pourvu que les clauses stipules soient fausses, nuisibles et dommageables.
L'altration de la vrit consiste encore dans la fausse signature appose au bas de l'crit et trs certainement aussi dans l'criture et la si-


20
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
gnature que le prvenu prte au cdant : ce qui ralise le faux matriel. '' si?.-. . .,
L'intention de nuire rsulte non seulement de tout ce que RIGAUD a fait pour porter atteinte la rputation de STENIO VINCENT en le peignant comme un homme malhonnte et un dbiteur rcalcitrant, mais encore de ce que l'obligation fausse, loin de rester dans les tiroirs comme une uvre d'art, tmoin de son habilet manier le crayon ou la plume, en imitant toutes les formes de graphiques manuels, a t invoque dans un acte judiciaire, menaant ainsi d'atteindre une victime. Le prjudice ventuel tait le but arrt par RIGAUD de s'enrichir au dtriment de STENIO VINCENT, en allgeant sa fortune de la somme de Sept mille dollars, sans parler du dommage moral escompt par lui de jeter la dconsidration universelle sur l'ex-chef d'Etat par l'effet d'une condamnation comportant la clause pnale. Le prjudice accompli consiste avoir engag VINCENT malgr lui dans cette double procdure commerciale et criminelle, et d'avoir momentanment bloqu ses fonds, prjudice qui est la fois matriel et moral.
La constance du crime d'usage de faux rsulte de ce que l'obligation fausse a t employe dans un acte judiciaire l'aide duquel RIGAUD qui la savait fausse a tent d'en obtenir le paiement.


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
21
Voil reproduits fidlement les points de fait et les points de droit de l'acte d'accusation du Substitut du Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince, Me. Martial Clestin.
En consquence, le citoyen EMILE RIGAUD, g de quarante trois ans, sans profession, n et demeurant Port-au-Prince, est accus de faux en criture prive et d'usage de faux au prjudice du sieur STENIO VINCENT, ex-Prsident de la Rpublique, crimes rvls par une assignation du vingt-cinq Juin mil neuf cent quarante deux, et qui sont prvus et punis par les articles : cent neuf, cent douze et cent treize du Code pnal.
Fait au Parquet de ce ressort, les jour, mois et an que dessus.
(Sign) Marc L. NARCISSE Commissaire.
Signifi en laissant copie a t l'acte d'accusation qui prcde au sieur EMILE RIGAUD, actuellement dtenu en la prison de Port-au-Prince entre les deux guichets pour tout lieu de libert o tant et parlant sa personne ainsi dclar, par moi, Emmanuel Vil, huissier du Tribunal Civil de Port-au-Prince, identifi au No. 5105-Y pour l'exercice 1949-1950, demeurant et domicili Port-au-Prince, soussign, ce jour-d'hui Treize Fvrier mil neuf cent cinquante. Ce requrant le Commissaire du Gouvernement prs le Tribunal Civil de St. Marc.


22
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
Dont acte le cot est d'une gourde simple droit d'huissier.
Six mots rays nuls et trois renvois.
(Sign) Em. VIL.
Est ensuite crit: Enregistr Port-au-Prince le quatorze Fvrier mil neuf cent cinquante. Folio 347 Case 3278 du Registre A No. 2 des actes judiciaires.
Six mots rays nuls, trois renvois bons.
(S) Paul SALES.
Pour expdition conforme: Collationn
En la prsente: Un renvoi en marge paraph bon. Quatorze mots et deux lignes rays nuls, un mot retouch bon. Le Greffier (S) Jb. V. STACO


2Jugement du Tribunal Criminel de Saint-Marc, en date du 28 Mars 1950, statuant en vertu d'un Arrt de renvoi du Tribunal de Cassation de la Rpublique, dat du 27 Avril 1949 et condamnant Emile Rigaud, dit Milo, trois annes de rclusion et Mille Dollars de dommages intrts, pour faux et usage de faux, au prjudice de M. Stnio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique d'Hati.




Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
25
LIBERTE EGALITE FRATERNITE
Extrait des minutes du Greffe du Tribunal Civil de St. Marc.
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le Tribunal Civil de Saint-Marc comptem-ment runi au Palais de Justice de cette ville a rendu en audience publique et en ses attributions criminelles, sans assistance du jury le jugement dont la teneur suit:
Entre lo-) Le Ministre Public, reprsent par Matre Marc L. Narcisse, Commissaire du Gouvernement et Lavoisier Lamothe, Substitut prs le dit Tribunal, partie publique, d'une part:
Et 2o-) Le sieur Stnio Vincent Ex-Prsident de la Rpublique, propriaire, demeurant et domicili Port-au-Prince, identifi au No pour l'exercice en cours, partie civile au procs, procdant par Matres Eugne Legros, Christian Latortue et Castel Dmesmin identifis et patents au Nos. 26-U, 2477-AA 22-Y, 10667, 10253 pour l'exercice en cours, d'autre part;
Et 3o) Le nomm Emile Rigaud g de 46 ans, sans profession, n et demeurant Port-au-Prince, accus de faux en criture prive au prjudice du sieur Stnio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique, ayant pour conseils Matres Emile Cauvin, Ernest Sabalat et Antoine Rigal, identifis et patents aux Nos
encore d'autre part;
La cause appele du rle aux audiences orales et publiques des lundi, mardi, mercredi, jeudi,


26
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
vendredi 27, 28 Fvrier, 1er, deux et trois mars 1950 et poursuivie les lundi, mardi et mercredi, six, sept et huit mars de la mme anne, fut juge conformment au voeu des textes du Code d'Instruction criminelle rgissant la matire, comme il rsulte des procs-verbaux des dites audiences.
Le Tribunal ayant entendu le Ministre Public en l'expos oral de l'affaire et en son rquisitoire dfinitif, la partie civile en ses conclusions et l'accus en ses moyens de dfense produits tant par lui-mme que par ses conseils qui ont eu la parole les derniers, ordonna le dpt des pices l'effet de prononcer son jugement ultrieurement, ce qu'il fait l'audience de ce jour;
Vu l'Arrt du Tribunal de Cassation de la Rpublique en date du 27 Avril 1949 cassant le jugement du Tribunal criminel de Port-au-Prince et renvoyant la cause et les parties devant le Tribunal Criminel de Saint-Marc sigeant sans assistance de jury, 2o) l'Arrt ordonnance de la mme cour en date du 24 Juillet 1948 renvoyant l'inculp Emile Rigaud, dit Milo Rigaud, par devant le Tribunal criminel de Port-au-Prince, 3o) l'acte d'accusation du Commissaire du Gouvernement, Matre Marc L. Narcisse, dat du 11 Fvrier 1950, 4o) Les citations aux tmoins, 5o) Les procs-verbaux et autres pices de la procdure, notamment le rquisitoire du Ministre Public ainsi libell: "Attendu que par Arrt du Tribunal de Cassation de la Rpublique, le


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
27
jugement du Tribunal criminel de Port-au-Prince condamnant Emile Rigaud pour faux et usage de faux au prjudice de Stnio Vincent 3 annes de rclusion, a t infirm et Emile Rigaud renvoy par devant le Tribunal Criminel de St.-Marc pour tre jug nouveau;
Attendu qu'il rsulte des dbats qu'Emile Rigaud a t dj condamn pour faux au prjudice de Stnio Vincent, jugement qui a t confirm par arrt du Tribunal de Cassation;
Attendu que le bon du 15 Mai 1940 pour lequel Emile Rigaud a t condamn est identique au bon du 2 Novembre 1939 argu de faux quant la formule, partie mimographie et partie imprime, aux espaces entre les mots, aux interlignes ;
Attendu qu'on ne conoit pas que Mayard qui n'tait pas un prteur professionnel pt avoir sa disposition cette formule d'obligation qui n'a pu tre tire que d'un carnet souches, le mme d'o est sortie la formule du bon du 15 Mai 1940;
Attendu qu'il a t prouv que Emile Rigaud n'a dpos le bon argu de faux que plus de deux ans aprs la plainte de Stnio Vincent, que la cession ne comporte aucune date, qu'en ce cas le bon ne pouvait valablement tre oppos aux tiers;
Attendu qu'il a t aussi prouv qu'un flacon contenant un produit chimique pouvant effacer


28
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
tout un corps d'critures a t trouv en la maison d'Emile Rigaud: que Paul Eugne, l'un des tmoins de la cause a affirm que lorsqu'il avait vu la photographie du bon dv. 15 Mai 1940 dans un journal dominicain, il avait eu l'impression que ce bon aurait pu tre tap avec une autre machine crire: cette confidence il l'avait faite aux poux Duplessis Louverture;
Attendu qu'il a t aussi prouv que Stnio Vincent n'aurait pas pu tre prsent la prtendue convention que constate le Bon argu de faux;
Attendu qu'il a t rvl par la lecture de la lettre de Mayard, Ministre Paris, Stnio Vincent, qu'il n'y a jamais eu de relations d'affaires entre Vincent et Mayard;
Attendu que l'explication fournie, savoir que le Bon sign par Vincent rpond aux obligations que Vincent avait contractes lors des lections de 1930, ne peut pas tenir;
Attendu qu'on ne pourrait concevoir non plus que Mayard ait pu prter Sept mille dollars Vincent le 2 Novembre 1939 et qu'immdiatement ou deux jours aprs, Mayard pouss par le besoin ait pu cder le bon Emile Rigaud pour toucher de ce dernier la mme somme de sept mille dollars;
Attendu qu'on ne voit pas le profit qu'a eu tirer Rigaud, homme d'affaires de cette transaction avec Mayard; ... ,


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
29
Attendu qu'on ne conoit pas non plus que Rigaud aprs avoir accept la cession, le deux Novembre 1939, ait pu quelques mois aprs le 15 Mai 1940, prter Vincent cinq mille cinq cents dollars, malgr qu'il ait affirm qu'il savait que Vincent tait un dbiteur retors;
Attendu qu'il a t rvl aux dbats qu'Al-berte Mayard et Mme. Veuve Constantin Mayard, ont dni la signature de Constantin Mayard, appose sur le bon du deux Novembre 1939 et dclar ne pas reconnatre l'criture de ce dernier;
Attendu que cela constitue une forte prsomption relative la fausset de la signature de Constantin Mayard appose sur le bon argu de faux, prsomption corrobore par une expertise ordonne par jugement lors de l'affaire Cicron Labossire-Albert Mayard ;
Attendu que la lettre du 6 Aot 1940 dont une photographie est reproduite la page 10 de la brochure intitule: Dossier Stnio Vincent n'a pu tre crite qu'avec la mme machine qui a servi btir le bon du 15 Mai 1940 et celui du 2 Novembre 1939;
Attendu que le juge peut aussi se faire une conviction en comparant la signature argue de faux, avec les pices qui ont t soumises au Tribunal, pices qui ont t signes par Stnio Vincent vers 1939 et 1940, poques auxquelles elles ont t prtendument souscrites ; qu'il est enseign par la Doctrine et consacr par la Juris-


30
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
prudence que le Juge peut se basant sur ses propres lumires, se dcider sur l'authenticit et eur la fausset d'une signature ;
Attendu que les lments constitutifs du crime de faux se trouvent runis dans la cause: altration de la vrit, intention de nuire et prjudice;
Attendu qu'il a t tabli qu'Emile Rigaud a commis un faux intellectuel par la fabrication de convention et un faux matriel, contrefaon de signature;
Attendu qu'Emile Rigaud a fait usage d'une pice fausse;
Attendu qu'Emile Rigaud a t dj condamn pour faux au prjudice de Stnio Vincent;
Requiert qu'il vous plaise, Monsieur le Doyen, condamner Emile Rigaud pour faux et usage de faux au prjudice de Stnio Vincent sept ans de travaux forcs en vertu des articles 109, 112, 113 et 40 du Code Pnal. Ce sera justice.
(Sign) : Marc L. NARCISSE.
Vu au dossier de la partie civile ses conclusions au numro deux, conues en ces termes: Conblusions pour Monsieur Stnio Vincent, par tie civile, plaidant par Matres Christian Lator-tue, Castel Dmesmin et Eugne Legros, identifis et patents aux Nos. 26-U, 2477-AA, 22-Y, 10667 et 10253 contre le prvenu Emile Rigaud, dit Milo Rigaud, il plaira au Tribunal;


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
31
Attendu que le 25 Juin 1942 le concluant a t assign la requte du sieur Emile Rigaud comparatre par devant le Tribunal Civil de Port-au-Prince en ses attributions commerciales pour s'entendre juger et condamner avec contrainte par corps lui payer la somme de sept mille dollars, montant d'un prtendu bon ordre qu'il aurait, d'aprs Emile Rigaud, souscrit feu Constantin Mayard le 2 Novembre 1939, au moment o le concluant exerait la haute fonction de Prsident de la Rpublique, lequel bon lui aurait t cd par feu Constantin Mayard:
Attendu que le concluant n'ayant jamais eu de relations d'affaires avec Mayard de son vivant, dut accepter le dbat en constituant avocat;
Attendu que le concluant pour pouvoir se dfendre demanda, par l'intermdiaire de ses avocats, en communication, le prtendu bon du 2 Novembre 1939 qui constituait le pivot de l'action de son,^dversaire;
Attendu que cette demande de communication de pices, quoique rgulire et lgale, fut premptoirement refuse aux avocats du concluant, qu'au lieu de dfrer la juste demande du concluant, l'adversaire le somma de plaider le fond de l'affaire; qu'il n'est pas exact de dire que le refus de communiquer le bon fut l'uvre de l'avocat puisqu'il a t rvl Port-au-Prince, l'audience criminelle que lorsque le sieur Milo Rigaud dit son ancien avocat de confier le billet


32
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
ordre une lgation trangre, l'avocat approuva son client;
Attendu que comme dans une premire affaire et de mme nature, l'adversaire fit la mme obstruction au concluant qui dut, en dfinitive, pour la dfense de ses droits, prendre la voie de faux principale, en dposant une nouvelle fois contre Emile Rigaud une plainte en faux et usage de faux devant le Commissaire du Gouvernement qui dfra l'affaire au Juge d'Instruction Tu-renne Thzan;
Attendu que comme le prvenu eut le faire l'gard du juge Odilon Charles il exera une prise partie contre le Juge Thzan; que sa demande fut rejete;
Attendu que le Juge Isnard Raymond l'expiration du mandat de Thzan prit la suite de l'instruction, mais il fut tout de suite remplac par le Juge Dartiguenave qui rendit le 10 Juin 1946 une ordonnance de non lieu en faveur de l'accus malgr les indices graves qui avaient t relevs contre lui;
Attendu que cette ordonnance fut casse par un arrt du 26 Juillet 1947 du Tribunal de Cassation qui, faisant ordonnance nouvelle, dclara que l'accus Rigaud est l'auteur du faux reproch et le renvoya par devant le Tribunal Criminel de Port-au-Prince, sigeant sans assistance de jury, afin d'y tre jug conformment la loi pour avoir frauduleusement fabriqu un billet


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
33
ordre portant la fausse signature de Stnio Vincent, alors Prsident de la Rpublique, et d'avoir sciemment fait usage du sus-dit billet ordre en faisant poursuivre le prtendu souscripteur;
Attendu qu'aux audiences des 11, 12, 15, 16, 17, 18, 19, 21, 22, 23, 24, 25 et 26 Juin 1948 l'affaire fut plaide au Tribunal Criminel de Port-au-Prince et l'accus Rigaud, par jugement en date du 30 Juillet suivant, fut condamn trois annes de rclusion et mille dollars de dommages-intrts en faveur de ia partie civile;
Attendu que ce jugement fut attaqu au Tribunal de Cassation et par un arrt du 27 Avril 1949 le Haut Tribunal cassa le jugement sur le motif que les procs-verbaux d'audience des 11 et 22 Juin 1948 ne comportent point la signature du greffier, conformment l'article 304 du Code d'Instruction Criminelle et renvoya la cause et les parties devant le Tribunal Criminel de St. Marc;
Attendu que l'instruction orale faite Port-au-Prince a rvl que la signature attribue au Prsident Vincent est fausse et que le bon est faux, qu'il en a t de mme de celle attribue feu Constantin Mayard; que le Tribunal de Cassation se substituant au Juge d'Instruction a procd l'expertise du billet ordre;
Attendu que le concluant renvoie le tribunal criminel l'arrt en question, qu'il y trouvera les notables et visibles diffrences l'il nu entre


34
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
la signature du billet argu de faux et la signature authentique du Prsident Vincent, il y verra la ressemblance frappante et suggestive des deux bons des 2 Novembre 1939 et 15 Mai 1940 crits tous deux sur une mme formule imprime et dactylographie ayant les mmes caractres, le mme nombre de lignes commenant et finissant par les mmes mots, ayant les mmes intervalles;
Attendu que devant le Tribunal Criminel de Saint-Marc, quatre tmoins se sont prsents: les poux Duplessis Louverture, les sieurs Alphonse Cameau et Louis Dfay;
Attendu qu'il y a lieu pour le Tribunal de constater, et cela, en harmonie avec la doctrine et la jurisprudence, que le crime de faux est un dlit insaisissable, car il est trs difficile de prouver par tmoignage; qu'au moment de sa perptration l'agent criminel prend trop de prcaution pour permettre de dvoiler son dessein;
Attendu qu'il prend par ailleurs, tant de soins l'excution de sa combinaison criminelle qu'il est encore trs difficile de dire qu'une signature est fausse au regard de la signature relle;
Attendu que, dans ces conditions, et c'est encore l'enseignement de la doctrine, qu'un tmoin ne peut traduire ses impressions personnelles au sujet des signatures qui lui sont reprsentes, que c'est pour ces raisons qu'outre l'expertise, il est reconnu que le crime de faux peut


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
35
tre prouv par tous les moyens de preuves, prsomptions, antcdents ide l'agent criminel et enfin tous autres lments susceptibles de prouver la culpabilit de l'auteur du faux;
Attendu que les rvlations faites par le tmoin Louverture sont plus que suggestives: la dcouverte d'un produit chimique qui a la facult d'effacer un corps d'criture totalement, et qui a t soigneusement cach par le prvenu Emile Rigaud chez lui, sous un meuble et ensuite la remise sur la demande du prvenu, d'une lettre du Prsident Vincent Madame Louverture ; que ce sont l des lments assez troublants et qui prouvent quel emploi le prvenu Rigaud a d en faire;
Attendu, au surplus, qu'un prcdent jugement ayant acquis l'autorit de la chose juge, avait condamn le prvenu Emile Rigaud pour avoir fait usage d'une pice fausse au dtriment du Prsident Vincent;
Attendu que le prvenu Rigaud n'a pas pu, sur cette deuxime action criminelle, prouver soit l'instruction, soit l'audience, quel moment la cession sans date lui a t faite j>ar Constantin Mayard, du bon du deux Novembre mil neuf cent trente neuf;
Attendu dit l'arrt ordonnance du vingt quatre Juillet mil neuf cent quarante sept, si l'inculp Rigaud a allgu que le bon lui a t cd


36
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
par Mayard, et que l'opration eut lieu en son bureau d'affaires Port-au-Prince, angle des rues du Magasin de l'Etat et des Csars, ce fait justificatif sur lequel il appuie sa dfense, s'il n'est pas tenu d'apporter l'appui de son allgation une preuve aussi complte que le dfendeur qui, dans un procs-civil, invoque une cause de libration, du moins est il oblig quand mme de se justifier ne serait-ce que de la probabilit du fait avanc;
Attendu, continue l'arrt, qu'on ne s'explique point que cette probabilit ne ressort en rien des interrogatoires du prvenu et qu'il n'ait point fait entendre le ou les tmoins qui avaient vu le sieur Mayard en son Bureau de travail traitant d'affaires avec lui; que habituellement un homme d'affaires ne garde pas des valeurs de l'ordre de sept mille dollars dans son coffre-fort et qu'il n'a pas justifi du tirage qu'il aurait fait de cette valeur pour en oprer le versement Mayard;
Attendu que pour essayer de se dfendre sur ce point le prvenu Rigaud, Saint-Marc, seulement, a prsent comme tmoin le sieur Alphonse Cameau;
Attendu que ce tmoin pris en flagrante contradiction avec lui-mme ne mrite aucune attention du Tribunal;
Attendu toutefois si Mayard lui a fait la confidence qu'il allait faire une affaire avec Milo


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
37
Rigaud, il n'a point vu celui l rellement au Bureau du dernier et oprer cette transaction;
Attendu qu'il a dit dans sa dposition que Mayard en lui montrant le billet lui aurait dit que le Prsident Vincent l'a autoris faire une affaire, alors qu'il a t dit que Mayard avait vers Vincent, en emprunt, une valeur de sept mille dollars, que ce tmoignage mensonger de Cameau ne sera pas retenu par le Tribunal;
Attendu que l'on ne s'explique point que le prvenu Rigaud ait pu accepter une cession sans date de Mayard, qu'il ait pu garder cet effet cd, sans en rclamer paiement deux annes aprs son chance; qu'il n'ait point pens notifier cette cession son dbiteur avant son assignation du vingt cinq Juin mil neuf cent quarante deux; que ce sont l des prsomptions qui militent contre la sincrit de cette cession et contre le billet ordre lui-mme;
Attendu qu'il rsulte de tout cela que l'accusation de faux mise, la charge de Rigaud est fonde ;
Attendu que trois lments ncessaires, indispensables sont la base du dlit de faux: le fait matriel d'o rsulte l'altration de la vrit dans un crit, le prjudice ou la possibilit d'un prjudice rsultant de cette altration de la vrit et enfin l'intention de nuire, c'est--dire le dessein de se procurer soi-mme ou autrui


3S
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
un bnfice illgitime (Garaud T. 4 page 87 et
suivant) ;
Attendu qu'il n'y a aucun doute que ces lments se retrouvent la base de la plainte porte par le concluant contre le prvenu Rigaud; que la justice le dispensera de les analyser plus amplement et que le prvenu tombe sur le coup des articles cent neuf, cent dix, cent onze, cent douze et cent treize du Code Pnal;
Attendu que le prvenu Rigaud a caus d'immenses prjudices au concluant tant moraux que
matriels;
Attendu que depuis plus de huit ans, il est dans les liens de plusieurs actions judiciaires intentes contre lui par le prvenu Rigaud, en paiement de prtendus billets ordre souscrits par lui en sa faveur et au profit de Mayard qui u aurait cd le sien;
Attendu que l'adversaire pour essayer de le faire chanter a mis tout en uvre; que, pour faire comprendre qu'il a affaire avec un homme de mauvaise foi qui a t Prsident de la Rpublique, qui ne veut pas payer ses dettes lgitimes, il a fait une publicit malsaine contre lui tant dans le pays qu' l'tranger, tout en diffusant les photos des obligations fausses dont il rclame paiement;
Attendu que pour se dfendre, le concluant a d, une premire fois, dposer une plainte en


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
39
faux contre lui, suivi de jugement criminel; que pour sa dfendre utilement il a d constituer avocat qui il a d accorder sur plusieurs instances (deux fois au Tribunal de commerce, au Tribunal de Cassation, cinq fois et deux fois au Tribunal Criminel, des honoraires assez levs;
Qu'il a, pour se laver des graves accusations portes contre lui, d livrer au grand public trois ouvrages de dfense personnelle en dehors de l'action de ses avocats;
Attendu que justement indign de la conduite ignoble de son adversaire, sa sant est gravement compromise et il a d faire des frais normes en traitement et sjour forc l'tranger pour seconder sa sant branle; que tous ces prjudices sont rparables en argent aux termes des articles mille cent soixante huit et mille cent soixante neuf du Code Civil;
Par ces causes et motifs et tous autres, suppler de droit d'office et d'quit, outre les peines requrir par le Ministre Public ou appliquer d'office par le Tribunal, conformment aux articles cent neuf, cent dix, cent onze, cent douze et cent treize du code Pnal, condamner par corps le prvenu Emile Rigaud, payer au concluant, sans terme ni dlai, pour les multiples prjudices tant moraux que matriels lui causs, la somme de trente mille dollars de dommages-intrts conformment aux articles mille cent soixante huit et mille cent soixante neuf du


40
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
code civil, le condamner une anne d'emprisonnement en cas de non paiement, selon les prescriptions des articles, trente-six et trente-sept du code pnal, commettre un huissier pour la signification avec commandement du jugement intervenir ou donner dlgation cette fin au Doyen du Tribunal Civil de Port-au-Prince pour la commise d'un huissier de son Tribunal, et le condamner aux dpens.
Ce sera justice (Sign) Eugne LEGROS C. DEMESMIN, av.
Vvi au dossier de l'accus ses conclusions au numro trois ainsi conues:
Conclusions pour Emile Rigaud contre le Ministre Public et contre le sieur Stnio Vincent, partie civile.
Plaise au Tribunal:
Attendu que sur Iles plaintes de Stnio Vincent, sortirent de l'a Chambre d'Instruction du Juge Clment Dartiguenave, deux ordonnances disant n'y avoir lieu suivre, faute d'indices suffisants;
Attendu que la premire ordonnance, qui ne fut point attaque en Cassation par la partie civile, a trait au bon de trente mille gourdes mis en mil neuf cent trente par Stnio Vincent, candidat la prsidence, en faveur de Louis Callard, journaliste. Ce bon tait payable dans le cas seulement o Vincent serait lu Prsident de la Rpublique. Il reprsente le prix des services


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
41
demands par Vincent Callard tendant diriger ses attaques contre la personne publique et la vie prive de Seymour Pradel, afin de ruiner sa candidature 'la prsidence, facilitant ainsi l'ascension de Vincent au fauteuil de la Prsidence de la Rpublique;
Attendu que pour se soustraire l'excution de son obligation, Vincent fit jeter Callard dans les cachots du Pnitencier National, Port-au-Prince, le soumit des tortures corporelles et le fit mourir;
Attendu que la seconde ordonnance du dix Juin mil neuf cent quarante six concerne le bon de sept mille dollars mis par Stnio Vincent le deux Novembre mil neuf cent trente neuf en faveur de Mayard et endoss par celui-ci en faveur du concluant. Elle fut attaque par la partie civile, fut casse par le Tribunal Suprme;
Le Haut Tribunal faisant ordonnance nouvelle a mis, comme motifs de son ordonnance de renvoi au Tribunal Criminel, les tranges considrants suivants:
"Attendu que le prvenu Emile Rigaud est homme d'affaires; qu'il ne se conoit pas, en ce qui le concerne, qu'il ait accept une cession sans date: qu'il n'ait pas signifi la cession son dbiteur ni ne l'ait porte aucunement sa connaissance avant l'assignation du vingt cinq Juin mil neuf cent quarante deux, qu'il n'ait pas demand paiement l'chance et qu'il ait attendu que Vincent ait cess d'tre Prsident et que le


42
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
sieur Mayard ait cess de vivre pour rclamer son d, que d'autre part, le fait par lui d'avoir si obstinment refus de communiquer Te bon, rend cette obligation pour le moins suspecte .
1. Attendu qu'aucun des motifs de ce considrant n'est lgal, ni vrai. En effet, l'absence de date dans l'endos ne peut tablir la fausset d'un billet ordre, le cdant peut se contenter de signer l'effet;
2. Le Porteur d'un billet ordre n'a aucune notification faire au souscripteur. Il est bien vident que si le paiement demand l'chance, pendant la Prsidence de Vincent, le crancier aurait eu le sort de Callard.
3. Quant la question de communication, elle serait toujours ordonne par le Tribunal saisi de l'action en paiement.
L'en voit donc que les motifs de l'ordonnance nouvelle ne sont ni lgaux, ni vrais.
Attendu, dans tous les cas, que l'arrt de renvoi n'a pas plus de force qu'une ordonnance de Juge d'Instruction, c'est--dire qu'elle n'est qu'indicative de juridiction, ne lie pas le Tribunal de renvoi, qui conserve l'obligation de se dcliner, si l'infraction n'est pas de sa comptence, et la facult d'absoudre si les indices ne se convertissent en preuves;
Attendu que, par suite de la cassation du jugement du trente juillet mil neuf cent quarante huit, le Tribunal Criminel de Saint-Marc est saisi de la connaissance du dlit;


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
43
Attendu que l'accusation a prsent comme lments de preuve, les tmoignages de Monsieur Louis Duplessis Brda dit Louverture et de Perret Duplessis Brda, dite galement Louverture, et deux petits flacons ayant contenu, disent ces tmoins, un liquide capable d'enlever l'empreinte des caractres d'criture.
Elle ajoute ces lments dits preuves, le jugement du trente Juillet mil neuf cent quarante huit intervenu dans une autre affaire.
Il en rsulte que l'accusation n'a aucun fondement.
Attendu, au surplus, qu'il rsulte, au contraire de la dposition des tmoins Alphonse Cameau et Louis Dfay recueillies l'audience et de celle de Fred Woolley et Hermann Benjamin lues l'audience, que l'crit incrimin a t souscrit par Stnio Vincent en faveur de Constantin Mayard, qu'il reprsente le montant des sommes dont avait dispos Stnio Vincent, Prsident et qui devaient revenir Mayard, des bnfices de la Loterie Nationale;
Attendu que dans ces conditions, c'est en vain que, pour se soustraire l'excution de son obligation, Vincent dclarera n'avoir jamais sign, n'avoir jamais eu de rapport d'affaires avec Mayard, et avoir t, l'poque de l'mission du titre, riche de dpts existant dans les Banques d'Hati, s'levant plus de trente mille dollars sans compter les immeubles, les dpts faits


44
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
l'tranger, sa part de l'indemnit dominicaine et des ventes l'tranger de la nationalit hatienne;
Attendu que dans le cas mme o le Tribunal par impossible prononcerait un jugement de culpabilit il ne pourrait considrer Emile Rigaud comme un rcidiviste puisque le bon du deux Novembre mil neuf cent trente neuf est antrieur la condamnation de Emile Rigaud.
Par ces motifs et autres suppler de droit et d'quit dire et dclarer qu'il n'y a pas contrefaon ou altration d'critures ou de signatures, ni fabrication de convention, disposition, obligations ou dcharge ni leur insertion aprs coup dans ces actes, soit par addition ou altration de clauses, de dclarations ou de faits que ces actes avaient pour effet de recevoir et de constater ;
Par consquent, qu'il n'y a ni crime ni dlit, ni contravention, annuler la citation et tout ce qui a suivi, ordonner la mise en libert immdiate du concluant, condamner la partie civile aux frais tant envers l'Etat qu'envers le concluant.
Et aux termes des articles deux cent quatre-vingt dix huit du code d'instruction criminelle: mille cent soixante huit du code civil, vu les prjudices rsultant de sa longue dtention occasionne par la mauvaise foi de la partie civile, qui a acquis s-a grande fortune dans le crime,


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
45
condamner Stnio Vincent cinquante mille dollars de dommages-intrts. Ce sera justice
(Sign) : RIGAL E. SABALAT.
A la date du vingt cinq Juin mil neuf cent quarante deux, le sieur Emile Rigaud procdant par Matre Hermann Benjamin donnait assignation Matre Stnio Vincent comparatre par devant le Tribunal Civil de Port-au-Prince, sigeant en ses attributions commerciales pour s'entendre payer au requrant la somme de sept mille dollars montant d'un bon ordre souscrit Monsieur Constantin Mayard la date du deux Novembre mil neuf cent trente neuf et que celui-ci aurait cd au dit sieur Emile Rigaud: pour s'entendre condamner, en outre, payer l'avocat poursuivant titre d'honoraires la somme de sept mille gourdes. Une sommation de communication de pices de Matre Christian Latortue, avocat du sieur Stnio Vincent, demeure vaine, dtermina celui-ci rendre, la date du vingt neuf Aot mil neuf cent quarante deux au Commissaire du Gouvernement prs le Tribunal Civil de Port-au-Prince, une plainte de faux contre le demandeur l'instance commerciale, plainte o il est dit la partie finale: "Comme je n'ai jamais eu, et aucun moment, et pour quelque motif que ce soit souscrire de Bon Monsieur Constantin Mayard et pour quelque valeur que ce soit, je dclare premptoirement que ce Bon


46
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
du deux Novembre mil neuf cent trente neuf au bas duquel se trouve cette signature qui m'est attribue, est faux, pour ne l'avoir souscrit ni Constantin Mayard, ni personne d'autre, que la signature est galement fausse, parce qu'elle n'est pas de moi".
C'est ainsi que l'affaire, dfre au Cabinet d'instruction de Port-au-Prince sur rquisitoire d'informer en date du huit Juin mil neuf cent quarante trois de Matre Grvy Jean, Commissaire du Gouvernement prs le Tribunal Civil de Port-au-Prince, fut instruite par le Juge Clment Dartiguenave dont l'ordonnance de non-lieu en date du dix Juin mil neuf cent quarante six rendue en faveur du sieur Emile Rigaud fut casse par le Tribunal Suprme de la Rpublique qui, faisant ordonnance nouvelle, conformment l'article cent quatre, deuxime alina de la Constitution de l'anne mil neuf cent quarante six, dit qu'il y a lieu suivre contre Emile Rigaud et le renvoya, consquemment, par devant le Tribunal Criminel de Port-au-Prince, sigeant sans assistance du Jury, afin d'y tre jug conformment la Loi: le tout pour avoir frauduleusement fabriqu un billet ordre dat de Port-au-Prince le deux Novembre mil neuf cent trente neuf, portant la fausse signature de Stnio Vincent alors Prsident de la Rpublique, etc.
Le Tribunal Criminel de Port-au-Prince connut de l'affaire. Le jugement de condamnation,


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
47
qu'il pronona contre l'accus, sur pourvoi en cassation, exerc par celui-ci, fut mis nant par arrt du Haut Tribunal du vingt sept Avril 1949 dont le dispositif est ainsi libell:
Par ces motifs, le Tribunal sur les conclusions conformes du Ministre Public, sans s'arrter aux fins de non-recevoir proposes par le dfendeur et sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens du pourvoi, casse et annule le jugement du Tribunal Criminel de Port-au-Prince en date du trente Juillet mil neuf cent quarante huit qui a condamn l'accus Emile Rigaud trois ans de rclusion, et mille dollars de dommages-intrts en faveur de Monsieur Stnio Vincent, et pour tre statu conformment la loi renvoie la cause et les parties devant le Tribunal Criminel de SAINT-MARC, sigeant sans assistance du jury, etc. L'affaire se prsente donc devant ce Tribunal dans le mme et semblable tat o elle tait avant le jugement de Juillet mil neuf cent quarante huit.
Il convient ainsi d'examiner les questions suivantes:
DROIT.
L'accus Emile Rigaud est-il coupable comme auteur de faux en criture prive au prjudice du sieur Stnio Vincent, pour avoir frauduleusement fabriqu un bon ordre en date du deux Novembre mil neuf cent trente neuf par lequel


48
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
le sieur Stnio Vincent se serait engag payer le deux Dcembre mil neuf cent quarante au sieur Constantin Mayard, la somme de sept mille dollars qu'il aurait reus pour les besoins de son commerce, Bon que ce bnficiaire aurait cd l'accus Emilie Rigaud?
L'accus Emile Rigaud, a-t-il en connaissance de cause fait usage du Bon incrimin l'effet d'en tirer profit?
Le dit accus Emile Rigaud est-il rcidiviste? Y-a-t-il des circonstances attnuantes en sa faveur?
Condamnera-t-il par corps l'accus Emile Rigaud, payer au sieur Stnio Vincent, sans terme ni dlai la somme de trente mille dollars pour les torts moraux et matriels causs ce dernier et en cas de non paiement, une anne d'emprisonnement?
Dira-t-il au contraire que l'accus Emile Rigaud est innocent des faits qui lui sont reprochs et qu'il sera acquitt de l'accusation porte contre lui?
Condamnera-t-il le sieur Stnio Vincent cinquante mille dollars de dommages-intrts au profit de l'accus?
Quid des frais de la procdure? Nomenclature des pices.
Dossier du sieur Stnio Vincent Emile Rigaud.


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
49
Une carte d'indentit exercice mil neuf cent quarante neuf-mil neuf cent cinquante du Prsident Vincent.
Deux radiogrammes de Vincent Fouchard. Trois radiogrammes de Vincent Madame Mayard, deux photos des bons des quinze Mai mil neuf cent quarante et deux Novembre mil neuf cent trente neuf. Quatre Lettres d'Ernest Rigaud Vincent. Cinq Lettres de Mayard Vincent en date du douze Fvrier mil neuf cent trente quatre. Six Cartes de Mayard Vincent. Sept Lettres de Vincent Veuve Mayard. Huit Rponses de Veuve Mayard Vincent. Neuf Deux mandats de Vincent. Dix Onze Douze Treize - Quatorze Quinze Seize dix sept-dix huit dix neuf vingt et vingt et un, des documents Dcrets-Lois et Arrts: Vingt deux copies du jugement du trente Juin mil neuf cent quarante trois. Vingt trois Arrt Cassation. Vingt Quatre Quelques spcimens de signatures authentiques du Prsident Vincent. Vingt cinq Numro Hati-Journal Trente Juillet mil neuf cent quarante sept. Vingt sept La Lanterne vingt quatre Juin mil neuf cent quarante huit. Une enveloppe contenant les pices suivantes:
loCertificat de la Banque du Canada, 2oCertificat de la Banque du Canada, 3oUne enveloppe contenant une carte de Pradel Vincent, 4oUne photo portant la signature


50
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
5oLettre de la Banque d'Hati Vincent,
6, 7, 8oTrois photos des bons du quinze Mai mil neuf cent quarante et deux Novembre mil neuf cent trente neuf,
9oUne proclamation autographe du Prsident Vincent,
lOoReu de Pradel Vincent, Vingt huit Ordonnance de Dartiguenave. Vingt neuf Arrt de Cassation, vingt quatre Juillet mil neuf cent quarante sept.
DOSSIER D'EMILE RIGAUD
Un Une enveloppe du Chef de la Prsidence Monsieur Alfred Henriquez. Deux Une lettre de Stnio Vincent Madame Veuve Henriquez. Trois deux lettres de Stnio Vincent Georges Oswald Durand. Quatre une lettre Monsieur Louis Duplessis de Stnio Vincent. Six Trois lettres de Gognard dans leur enveloppe. Sept Une lettre de Julio Jean Pierre Audain Milo Rigaud dans une enveloppe au chef du Cabinet Particulier. Huit Trois fragments de lettres montrant la diffrence de signature de Vincent. Neuf Une lettre circulaire pour le lancement d'un ouvrage de Candelon Rigaud signe Vincent, Mangons et Rivire. Dix Une lettre X concernant des actions pour le lancement de la Socit Hatienne d'Imprimerie, signe Vincent. Y est joint une de ses actions


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
51
payes Milo Rigaud par Stnio Vincent aprs la condamnation de Juin mil neuf cent quarante trois. Onze Un contrat Arzace Romain, Vincent, Derenoncourt. Douze Une commission Candelon Rigaud par Stnio Vincent. Treize Deux autres enveloppes venant de Constantin Mayard contenant des lettres et cartes Nos, 1, 2, 4. Quatorze Deux Photographies.. Stnio Vincent portant sa signature et son criture. Quinze Une photo d'un fragment de lettre o Stnio Vincent confirme la crance Callard. Seize Une photo d'une lettre au chef de la Prsidence. Dix sept Une photo d'un document politique sign: Stnio Vincent, Estve, Lacroix. Dix huit Quatre petits bons originaux signs Stnio Vincent etc. Dix neuf Une enveloppe Numro 21 du chef de la Prsidence 2o Numro de la Relve Vingt et un Une brochure de Milo Rigaud. Vingt deux Etude graphologique en deux feuillets de l'criture de Stnio Vincent. Vingt trois Sept photographies des procs-verbaux des audiences du Tribunal Criminel de Port-au-Prince. Vingt Quatre Pices manant de Amilcar Duval, lo Une lettre signe Edith. 2o Un mot au crayon soulign de rouge. 3oUne note relative aux pices d'Amilcar... etc. Vingt cinq Une note et un plan. Vingt
six--d'autres pices dposes par le Parquet.
Considrant que le sieur Stnio Vincent a dclar de faon premptoire n'avoir jamais eu de relations d'affaires avec feu Constantin Ma-


52
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
yard, que le bon ordre du deux Novembre mil neuf cent trente neuf est faux, que la signature qui lui est attribue est galement fausse; Considrant que l'accus Emile Rigaud soutient, au contraire, que ce bon lui a t cd par Constantin Mayard, qu'il a t retenu que cette cession ne porte pas de date;
Considrant que pour clairer en la circonstance la religion de la justice de nombreux tmoins ont t proposs de part et d'autre;
Considrant que quatre d'entre eux seulement ont rpondu l'appel et ont dpos aprs l'accomplissement des formalits requises dont deux cits par la partie publique et deux autres la requte de l'accus: Considrant qu'il importe, ds prsent, d'examiner leurs dpositions;
Considrant que le premier d'entre eux Louis Duplessis Louverture a dclar ne rien savoir de l'affaire du Bon du 2 Novembre mil neuf cent trente neuf, mais qu'il pense que comme le bon du quinze Mai mil neuf cent quarante, le bon Callard il a t fabriqu par l'accus Emile Rigaud avec la complicit de sa femme, mais il a affirm que Madame Duplessis, en cherchant une bague qu'elle avait perdue, aurait trouv en la demeure des poux Rigaud dont lui et sa conjointe taient les gardiens deux flacons contenant un produit chimique propre effacer des corps d'criture. Il a rappel en outre une confidence que Paul Eugne lui aurait faite;


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
53
Considrant que Madame Perret Louis Duplessis Louverture a fait peu prs la mme dclaration, en ajoutant toutefois que l'accus Emile Rigaud lui aurait demand un jour de lui communiquer une lettre du Prsident Vincent adresse son mari, lettre qui lui a t remise et qu'il a garde depuis;
Considrant que le tmoin Joseph Alphonse Cameau a dclar ne rien savoir du fait reproch l'accus Rigaud, il se rappelle seulement qu'une fois ayant rencontr son compre Mayard, Place Ption, son retour au Pays au mois de Novembre mil neuf cent trente neuf pour la premire fois, celui-ci serait descendu de sa voiture tenant un papier la main et l'aurait abord en lui disant qu'il tait trs gn, qu'il avait grand embarras, qu'il avait un Bon du Prsident Stnio Vincent et qu'il allait voir Milo Rigaud en vue de contracter une affaire;
Considrant que des questions lui ont t poses ensuite auxquelles il a rpondu de faon si peu prcise qu'il y a lieu de douter de la sincrit de sa dposition.
Considrant que le tmoin Louis Dfay a lui-mme prcis qu'il ne sait de l'affaire de faux et d'usage de faux mis la charge de l'accus que ce qu'en sait le grand public. Il a rapport cependant, avoir appris, sans pouvoir l'affirmer que le Prsident Vincent en retour des dpenses qu'aurait faites Constantin Mayard des dettes


54
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
qu'il aurait contractes lors de sa campagne prsidentielle s'tait engag le ddommager en utilisant les ressources de la Loterie Nationale parce que c'est Mayard qui avait conu le projet de fonder cette Loterie, il a ajout par ailleurs le Bon incrimin du deux Novembre mil neuf cent trente neuf lui ayant t reprsent, avoir reconnu la signature et l'criture de Constantin Mayard dont il avait t le Secrtaire en mil neuf cent vingt six, lors de sa premire campagne prsidentielle. Sur une observation de la partie civile il a fait savoir qu'en des circonstances normales, il aurait affirm solennellement que c'est la signature de Mayard, mais que, vu l'atmosphre qui l'entourait, il ne pouvait prendre une telle responsabilit. Relativement la signature du Prsident Vincent il n'a pas pu fournir aucun renseignement prcis, il a traduit seulement son impression.
Il rsulte de tout ce qui prcde que les tmoins dcharge n'ont jpas tabli que le Prsident Stnio Vincent a souscrit l'obligation querelle Constantin Mayard et n'ont pas dmontr non plus que la signature appose au bas de cette obligation est la sienne;
Ils n'ont pu non plus attester avoir vu le prtendu bnficiaire crire et signer la formule de cession;
De mme les poux Louis Duplessis n'ont pas certifi avoir vu Emile Rigaud fabriquer le bon


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
55
objet du diffrend, ni contrefaire la signature de Stnio Vincent ou celle de Mayard;
Considrant qu'en pareille occurrence le Tribunal, conformment aux textes du code d'instruction criminelle rgissant la matire peut recourir d'autres moyens pour asseoir sa conviction.
Or, considrant qu'il s'agit d'tablir un fait prcis, la fausset ou la sincrit du bon dont la teneur suit:
Port-au-Prince, le deux Novembre mil neuf cent trente neuf. Au deux Novembre mil neuf cent quarante.
Je paierai Monsieur Constantin Mayard ou son ordre la somme de sept mille dollars, valeur reue en espces pour les besoins de mon commerce.
A dfaut de paiement du prsent bon la date sus-indique, en principal et accessoire, tous les frais de poursuites judiciaires ainsi que les honoraires d'avocat vingt pour cent seront ma charge, mme si le recouvrement se fait l'amiable.
(S): STENIO VINCENT
Par aval:
Pass l'ordre de Emile Rigaud. (S) : CONSTANTIN MAYARD
Considrant que la partie publique et la partie civile, au cours des dbats et dans les conclusions dont lecture a t donne au Tribunal, ont sou-


56
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
tenu que le crime de faux est un dlit insaisissable, difficile prouver par tmoins, raison pour laquelle, outre l'expertise, il est reconnu que la Cour d'assises peut se baser sur des indices, des prsomptions et sur les antcdents de l'agent criminel pour rendre son verdict;
Considrant que la dfense, d'avis contraire a combattu cette thorie, objectant que la justice ne saurait se baser sur des probabilits pour condamner un prvenu;
Considrant que les arguments proposs par la dfense ne sont pas des plus topiques puisqu'il est notoire que le juge, en pareil cas, doit toujours faire la discrimination qui s'impose, pour ne pas condamner qui mriterait d'tre renvoy hors de cause, et fortiori, acquitter qui mrite d'tre puni;
Considrant, en effet, que la preuve de la culpabilit peut tre positive ou ne reposer que sur des prsomptions autant que sur des indices; mais, pour qu'il en soit ainsi, il importe que ces indices, ces prsomptions soient de nature tablir une certitude de culpabilit, ou excluent, pour parler comme le grand criminaliste Carnot, la possibilit de l'innocence;
Considrant que vu l'tat de la cause, le juge s'il ne peut se contenter des indices, des prsomptions, suivant l'enseignement de la doctrine et de la jurisprudence, doit: soigneusement apprcier tous les faits allgus, tous les documents qui lui sont soumis, pices de comparaison ou


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
57
autres, afin d'avoir les lments ncessaires en d'autres termes, les preuves qui doivent servir de fondement son jugement;
Considrant que l'accus Emile Rigaud a t prcdemment condamn par le Tribunal de Port-au-Prince pour avoir frauduleusement fabriqu un billet ordre dat de Port-au-Prince le quinze Mai mil neuf cent quarante et portant faussement la signature du Prsident Vincent;
Considrant que la sentence mane du dit Tribunal a t confirme par arrt du Tribunal de Cassation de la Rpublique en date du dix-neuf Avril mil neuf cent quarante quatre;
Considrant que, quoi qu'on en ait pu dire, ce jugement est pass en force de chose juge, ce qui donne le droit d'invoquer ds qu'il en est question la vieille maxime romaine:
Res judicata pro veritae habetur;
Considrant que c'est fort peu de temps avant le jugement du trente Juin mil neuf cent quarante trois relatif au bon du quinze Mai mil neuf cent quarante, que le sieur Stnio Vincent a t appel en justice pour s'entendre condamner se librer de l'obligation du deux Novembre mil neuf cent trente neuf.
Or, il est un principe en droit:
Pas d'obligations sans cause.
Considrant que la cause du bon du deux Novembre mil neuf cent trente neuf, ce qu'on appelle en droit Romain la Causa civilis, n'est pas


58
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
tablie, puisque la question de revenus de la Loterie National (dus Mayard souleve par le tmoin Louis Dfay, sans aucune pice pouvant donner un critrium de certitude son assertion, est dnue de tout fondement lgal. Il est vrai qu'il n'a rien affirm. Quant aux lettres dont lecture a t donne et qui ont fait l'objet de vives discussions, qu'il s'agisse de la lettre du reprsentant d'Hati, Monsieur Constantin Mayard date de Paris du douze Fvrier mil neuf cent trente quatre remise au Prsident Vincent par le Plnipotentiaire Ren T. Auguste, lettre o le reprsentant du Gouvernement Paris, dplore sa situation et rclame l'aide de son suprieur hirarchique, qu'il s'agisse, au contraire, de celle du six Aot mil neuf cent quarante, date du Chili dont l'accus Rigaud lui-mme a lu et expliqu le contenu, aucune d'elle n'explique le pourquoi ou le comment du bon ordre incrimin. Pas d'obligation sans cause;
Considrant que l'accus Rigaud est devenu propritaire du bon sus-vis en vertu d'une cession que lui a consentie le bnficiaire Constantin Mayard;
Considrant qu'aux diverses audiences du Tribunal, il a expliqu que le cdant lui avait expressment demand de ne pas en poursuivre le recouvrement la date de l'chance (deux Dcembre mil neuf cent quarante) parce qu'il se proposait de le racheter son retour du Chili ;


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
59
Considrant que si tant qu'a vcu ce dernier le cessionnaire n'avait fait aucune diligence en vue d'tre pay, on se demande pourquoi aprs sa mort, il n'avait pas rempli toutes les formalits irritantes prvues par la loi l'endroit du souscripteur pour pouvoir au besoin, recourir contre lui valablement la Justice;
Considrant que cette cession n'a pas t notifie au souscripteur, lorsque c'est l une formalit tellement indispensable, que pour des motifs vraiment lgaux, la signification pour tre oprante ne peut pas tre faite une simple rsidence o le dit souscripteur n'aurait pas son domicile lgal;
Considrant que demandeur l'instance commerciale du vingt cinq Juin mil neuf cent quarante deux, le dfendeur qui voulait avoir connaissance de la pice employe contre lui, s'est heurt un refus de communication;
Considrant qu'au Cabinet d'Instruction du Port-au-Prince on eut les mmes difficults pour obtenir que le bon incrimin fut remis la justice, que c'est deux ans et neuf mois aprs que divers juges s'taient succd qu'on put enfin obtenir satisfaction;
Considrant d'autre part, que pour repousser le tmoignage des James Veuve Constantin Mayard et Alberte Mayard, qui ont dclar ne pas reconnatre l'criture et la signature mise au bas du bon du deux Novembre mil neuf cent


60
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
trente neuf, pour tre celles de leur poux et pre, l'accus a argu que seule une expertise pourrait clairer la justice: qu'il en avait sollicit une qui lui avait t refuse;
Considrant que la partie civile a soutenu, en retour, que les dames prdnommes ont parl en connaissance de cause; elle a fait tat, pour appuyer son dire, d'une expertise ralise dans une affaire de Madame Cicron Labossire, introduite contre les sus-dites dames par Me. M. Edmond Pierre Pierre, Frdric Morin Conserve;
Considrant que l'accus a object que ce rapport ne saurait avoir de valeur, parce que d'un ct, il n'y a pas de jugement qu'il l'ait dclar valable, parce que de l'autre, les experts prdnomms ne sont dtenteurs d'aucun diplme et n'ont jamais appartenu aucune cole de graphologie ;
Considrant, que pour tablir de faon dfinitive la fausset de la signature attribue au Prsident Stnio Vincent il a t fait tat aussi d'une expertise faite au Canada par Monsieur R. Fontaine, professeur de Mdecine lgale l'universit de Montral, le vingt et un Septembre mil neuf cent quarante cinq;
Considrant que Matres Riga!, Sabalat et l'accus lui-mme se sont levs l contre-dclarant qu'elle est extra judiciaire et que le dit expert encore qu'il et prt serment, a choisi et pay par Monsieur Vincent lui-mme;


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
61
Considrant que cette objection n'est pas sans importance, car l'expert de l'Universit de Montral n'a jamais t l'objet d'une dlgation judiciaire; que c'est aux Juges et non aux parties dsigner le ou les experts;
Mais considrant qu'en matire de faux, comme en toutes autres, la Cour d'assises peut ne pas recourir une expertise ou se baser sur un rapport d'expert si cela lui parat utile, que son apprciation base sur des constatations de fait est souveraine;
Considrant ainsi qu'une consquence en dcoule, savoir qu'elle peut analyser les arguments proposs par les parties en cause, examiner les documents verss son dlibr en vue d'obtenir la pleine manifestation de la vrit;
Or, considrant que les avocats de Monsieur Vincent, Matres Eugne "Legros et Caste! D-mesmin, dans leurs conclusions poses l'au-dieuce du sept Mars mil neuf cent cinquante attestent que l'arrt du Tribunal de Cassation de la Rpublique, le Tribunal trouvera les nota-biles et visibles diffrences, l'il nu, entre la signature du billet argu de faux et la signature authentique du Prsident Vincent, la ressemblance frappante et suggestive des deux bons des deux Novembre mil neuf cent trente neuf et quinze Mai mil neuf cent quarante crits tous deux sur une mme formule, imprime, dactylographie ayant les mmes mots, ayant les mmes intervalles;


62
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
Considrant, en effet que l'arrt ordonnance invoque signale les faits suivants qui ont dtermin le renvoi de l'inculp Emile Rigaud par devant la justice rpressive;
La formule imprime, partie en caractres ordinaires sur laquelle a t dactylographie l'obligation de sept mille dollars du deux Novembre mil neuf cent trente neuf est exactement et en tous points semblables la formule du quinze Mai mil neuf cent quarante dont la photographie a t publie la page dix de la brochure de l'accus Rigaud intitule:
Dossier No. Un et dans le livre de Stnio Vincent intitul Affaire Emile Rigaud, etc.
Considrant que l'accus a pourtant soutenu que le bon lui a t cd par Mayard et que l'opration de cession eut lieu en son bureau d'affaires Port-au-Prince, angle rues du Magasin de l'Etat et des Csars.
Considrant que c'est l un fait justificatif qui, s'il tait prouv, serait de nature ruiner l'accusation ;
Considrant que l'accus Emile Rigaud n'en a apport aucune preuve, bien qu'il soit enseign que lorsque "l'inculp allgue un fait justificatif, une cause de non culpabilit, il doit en faire la preuve complte ainsi que le dfendeur qui, dans une affaire civile invoque une clause de libration" ;
Considrant tant donn ces prmices, qu'il faut s'interroger l'effet de savoir si, vu les


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
63
relations d'amiti qui ont exist entre Monsieur Stnio Vincent et Monsieur Constantin Mayard, celui-ci et pu lui demander de lui souscrire l'obligation du deux Novembre mil neuf cent trente neuf et si, par ailleurs pris en sa qualit de Prsident de la Rpublique, un moment o comme l'attestent des certificats de la Banque Royale du Canada dats du huit Juin mil neuf cent quarante et un, il tait possesseur de dix huit mille six cent quarante six dollars, de trente mille dollars, en dehors de ses moluments de chaque mois et d'autres frais, il pouvait accepter signer en faveur d'un de ses Ministres, une clause susceptible de diminuer son prestige, de porter atteinte son honneur et la dignit Nationale, puisque, en vertu de cette clause, et vu le caractre de l'effet souscrit, la contrainte par corps pourrait tre ordonne contre lui;
Considrant que, rien, aucun tmoin pas plus qu'aucun document n'a tabli que Monsieur Stnio Vincent a sign une telle obligation;
Considrant que vainement on a essay d'y trouver une cause, ce qui permet de croire que la crance est imaginaire;
Considrant que l'inculp Emile Rigaud a t renvoy par devant le Tribunal Criminel encore une fois pour avoir frauduleusement fabriqu un billet ordre dat de Port-au-Prince, le deux Novembre mil neuf cent trente neuf portant la fausse signature de Stnio Vincent alors Prsi-


64
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
dent de la Rpublique, par lequel celui-ci se serait engag payer au sieur Constantin Mayard dont Emile Rigaud serait le cessionnaire, la somme de sept mille dollars, valeur que Stnio Vincent aurait reue pour les besoins de son commerce et d'avoir, en outre, au prjudice de la partie civile fait sciemment usage du sus-dit billet ordre en faisant poursuivre le prtendu souscripteur en paiement du dit effet;
Considrant qu'il a t prouv, d'une part, que Constantin Mayard ne pouvait verser la somme de sept mille dollars un titre quelconque, ce que prouve sa lettre du douze Fvrier mil neuf cent trente quatre; que d'autre part, aucune pice du dossier ne donne une justice vraiment impartiale le droit d'affirmer qu'il avait contract une obligation envers son prtendu bnficiaire parce que celui-ci aurait "conu" le projet de la fondation de la Loterie Nationale.
Considrant ainsi que l'obligation querelle est dpourvue de cause;
Considrant que la cession de l'obligation n'a pas t signifie, que cette cession ne comporte pas de date;
Considrant qu'il est rsult des dbats que le bon du quinze Mai mil neuf cent quarante et celui du deux Novembre sont crits sur deux feuillets identiques; que les deux formules d'obligation sont les mmes, qu'elles comportent le mme nombre de lignes, les mmes ponctuations ;


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
65
Considrant qu'un examen scrupuleux des deux bons confirme en tous points ce qui est relat ci-dessus;
Considrant que dans le jugement de condamnation du Doyen Bordes, il est rapport suivant le dire mme de l'accus que le bon du quinze Mai a t crit sur un feuillet tir d'un carnet souches qu'il portait toujours dans sa serviette;
Considrant qu'on s'explique difficilement que pour crire le Bon du deux Novembre, le souscripteur ait pu avoir un mme feuillet, et qu'au surplus, Constantin Mayard qui tait Diplomate, homme d'Etat plutt que Commerant ou homme d'affaires ait pu avoir une formule que rien ne distingue de celle du premier effet de mil neuf cent quarante ;
Considrant que la signature de Constantin Mayard a t conteste par son pouse et par sa fille autant que son criture; que la dposition du tmoin Lous Dfay, sur ce point n'est pas des plus catgoriques : en des circonstances normales, dit-il, il aurait affirm solennellement que c'est la signature de Mayard, mais que, vu l'atmosphre qui l'entourait, il ne pouvait pas prendre la responsabilit de le faire: "Que penser d'une telle rponse?"
Considrant que pour ce qui est relatif la signature de Monsieur Stnio Vincent, l'accus lui-mme a avou qu'elle diffre de celle du bon incrimin. Le Tribunal se souvient de la dclaration qu'il a faite: "La lettre plainte de Vin-


66
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
cent offrant pour celui qui l'a signe un trs grand espace blanc lui permettait de ne pas se restreindre pour signer. De l une diffrence de caractre gnral, mais quant aux caractres de dtail de signature, je rponds qu'ils se reproduisent et se reproduisent chez Vincent en ce qui concerne ces deux pices ;
Considrant que la partie civile et la dfense ont dpos de nombreux documents privs et officiels;
Considrant que ceux de cette dernire, pour la plupart, ne portent aucune date;
Considrant que nul ne peut nier qu'entre deux signatures d'un mme individu il peut exister de notables diffrences, de mme qu'on ne peut pas rsister croire que chacun a un trait essentiel de sa signature qui lui permet de la distinguer d'une signature contrefaite;
Considrant qu'en cela il faut toujours s'arrter la question de contcmporanit;
Considrant qu'il importe que des documents produits soient considrs, surtout ceux qui sont d'une mme poque, ou d'une poque assez rapproche de celle o l'criture ou la signature a t produite ;
Considrant que douze pices de comparaison dates de mil neuf cent trente neuf, mil neuf cent quarante, mil neuf cent quarante et un, voire mme mil neuf cent quarante deux, examines avec une attention soutenue permettent


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
67
au Tribunal de dire que la signature qu'on lit au bas du bon du deux Novembre a t contrefaite ;
Considrant que tous les faits et circonstances de la cause dmontrent la fausset de ce bon; aussi ne peut-il avoir, pour auteur que celui qui a fabriqu le bon du quinze Mai mil neuf cent quarante dclar faux pa^ jugement du Tribunal Criminel de Port-au-Prince, confirm par arrt de la Cour Suprme de la Rpublique en date du dix neuf Avril mil neuf cent quarante quatre ;
Considrant qu'il est incontestable que l'accus Emile Rigaud ait fait usage du bon incrimin; que par assignation en date du vingt cinq Juin, mil neuf cent quarante deux, signifie au sieur Stnio Vincent aprs le dcs de Constantin Mayard, et avant que ft notifie la cession qui lui a t faite et pour cause, il en a poursuivi le recouvrement en pratiquant une double saisie-arrt sur les fonds de Monsieur Vincent la Banque Royale du Canada et sur les appointements de ce dernier la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati en sa qualit de Snateur vie;
Considrant qu'il est constant que le faux existe vu le concours des trois lments qui le caractrisent:
Premirement Altration de la vrit dans un crit. Deuximement Le prjudice rsul-


68
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
tant de cette altration. Troisimement L'intention de nuire.
L'accus Emile Rigaud est-il rcidiviste? Considrant que le rcidiviste relaps est-il enseign, est l'individu qui commet une infraction aprs un jugement dfinitif qui l'a condamn pour une autre infraction ;
Considrant que la rcidive se constitue ainsi par une ritration d'infraction la charge du mme agent avec cette circonstance essentielle que l'une des infractions a t dfinitivement juge alors que l'autre est perptre;
Considrant que le bon du deux Novembre mil neuf cent trente neuf est antrieur au jugement de condamnation de mil neuf cent quarante trois, l'accus Emile Rigaud n'est pas rcidiviste.
Y-a-t-il des circonstances attnuantes en faveur du dit accus?
Considrant que l'article trois cent quatre-vingt deux du Code pnal est d'application gnrale puisqu'il a son application en toute matire criminelle ; qu'il est gnralement admis que mme en cas de rcidive, le juge, par une dclaration de circonstances attnuantes, peut abaisser la peine; lgalement l'accus peut en bnficier.
Sur les dommages intrts: Considrant qu'une double saisie-arrt a t pratique sur les fonds de Monsieur Stnio Vincent \a Banque Royale du Canada et sur les ap-


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
69
pointements de ce dernier la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati en sa qualit de Snateur vie, la date du vingt six Juin mil neuf cent quarante deux;
Considrant que l'intention de nuire est manifeste, puisqu'en droit, il est constant qu'aucune saisie valable ne peut tre pratique sur les fonds d'un souscripteur quand, comme en l'espce, il y a cession de crance, sans que cette cession ait t notifie ce dernier;
Considrant qu'un prjudice grave a t caus en cela Monsieur Stnio Vincent; que le scandale soulev bien tort autour de son nom dans les journaux du Pays, dans les brochures publies par l'accus, devant les Tribunaux, lui a caus des torts moraux, matriels tant donn qu'il a fait de grands dbours pour constituer avocats en premire instance et en Cassation par devant le Tribunal de renvoi;
Considrant que tout fait quelconque de l'homme qui cause un dommage autrui doit tre rpar aux termes des articles onze cent soixante huit, onze cent soixante neuf du code civil.
Sur les dpens:
Considrant que les frais sont la charge de la partie qui succombe.
Vu les articles cent neuf, cent douze, cent treize, vingt, trois cent quatre vingt deux, cinquime alina du Code Pnal, onze cent soi-


70
Affaires d'Emile Kigaud, dit Milo
xante huit du Code Civil, articles deux cent quatre vingt onze et trois cents du code d'instruction criminelle, trente six du Code Pnal et trente sept premier alina, Trente sept troisime alina du mme code.
La loi Lespinasse sur la dtention prventive.
Article 109Seront punis des travaux forcs temps, toutes autres personnes qui auront commis un faux en criture authentique ou publique, ou en criture de commerce ou de Banque.
Article 112-Tout individu qui aura, de l'une des manires exprimes en l'article cent neuf, commis un faux en criture prive, sera puni de la rclusion.
Article 113Sera puni de la mme peine, celui qui aura fait usage de la pice fausse.
Article 20Tout individu de l'un ou de l'autre sexe, condamn la peine de la rclusion, 6era employ, dans une maison de force, des travaux dont le produit pourra tre en partie appliqu son profit, ainsi qu'il sera rgl par le Gouvernement.
Article Onze cent soixante huit
Tout fait quelconque de l'homme qui cause autrui un dommage oblige celui par la faute duquel il est arriv, le rparer.
Article 3825me alina du code pnal. Si la peine est celle de la dtention ou de la rclusion, du bannissement ou de la dgradation civi-


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
71
que, le Tribunal appliquera celle de l'emprisonnement, sans pouvoir toutefois en rduire la dure au-dessous d'un an.
Article 291OC. Les demandes en dommages intrts formes soit par l'accus contre ses dnonciateurs ou de la partie civile, soit par la partie civile contre l'accus ou le condamn, seront portes^ au. Tribunal Criminel.
Article 300CIC. L'accus ou la partie civile qui succombera, sera condamn aux frais envers l'Etat et envers l'autre partie.
Article 36L'excution des condamnations l'amende, aux restitutions, aux dommages-intrts et aux frais pourra tre poursuivie par la voie de la contrainte par corps.
Article 371er alina. Lorsque ces amendes et des frais seront prononcs au profit de l'Etat si, aprs l'expiration de la peine afflictive ou infamante, P>emprisonnement du condamn pour l'acquit de ces condamnations pcuniaires, a dur une anne complte, il pourra, sur la preuve acquise par la voie de droit, de son absolue insolvabilit, obtenir sa libert.
Article 37Code Pnal 3me alina. Et lorsque le condamn aura t retenu par les parties plaignantes ou civiles pour dommages-intrts, restitutions ou frais prononcs leur profit, la dure de la contrainte sera de six mois, s'il s'agit de dommages-intrts n'excdant pas cent pias-


72
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
trs, et d'un an au plus si ces dommages-intrts excdent cette valeur.
Loi sur la dtention prventive.
Article premier Pass le dlai de deux mois, la dtention prventive sera impute sur la dure de toute peine temporaire.
Par ces causes et motifs, dit et dclare Emile Rigaud g de quarante six ans, sans profession, n et demeurant Port-au-Prince coupable d'avoir frauduleusement, fabriqu un billet ordre dat de Port-au-Prince en date du deux Novembre mil neuf cent trente neuf portant faussement la signature de Monsieur Stnio Vincent, alors Prsident de la Rpublique et par lequel celui-ci s'engagerait payer Monsieur Constantin Mayard, la somme de sept mille dollars, vingt pour cent, reprsentant les honoraires de l'avocat poursuivant en cas de non-paiement et fait sciemment usage du faux billet du deux Novembre mil neuf cent trente neuf ; tout en lui accordant des circonstances attnuantes; le con damne trois ans de rclusion aux termes des articles cent neuf, cent douze, cent treize, trois cent quatre vingt deux, cinquime alina du code Pnal, Deux cent quatre vingt onze, Trois cents du Code d'Instruction Criminelle, Trente six du code pnal, Trente sept premier alina, trente sept troisime alina du Code Pnal dont lecture a t donne l'audience haute voix


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
73
avant le prononc du prsent jugement; le condamne, en outre, verser la somme de mille dollars de dommages-intrts au Sieur Stnio Vincent partie civile au procs, le condamne enfin aux frais envers l'Etat liquids la somme de
et envers la partie civile celle de non compris le cot
du prsent jugement; dit qu'en cas de non-paiement la partie des condamnations pcuniaires prononces en sa faveur, l'accus Emile Rigaud pourra tre contraint par corps; fixe la dure de cette contrainte huit mois de prison et dclare qu'il bnficiera de la loi sur la prison prventive.
Donn de nous, Justin J. Knol, Doyen, en audience publique de ce jour vingt huit Mars mil neuf cent cinquante, an 147me de l'Indpendance, en prsence de Matre Marc Narcisse, Commissaire du Gouvernement prs le Tribunal Civil de ce ressort, assist de Monsieur Vergniaud Staco, greffier du sige.
Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre excution le prsent jugement, aux officiers du Ministre Public prs les Tribunaux Civils d'y tenir la main, tous Commandants ou autres officiers de la force publique d'y prter main forte lorsqu'ils en seront lgalement requis.
En foi de quoi la minute du prsent jugement est signe du Doyen et du Greffier.


74
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
Trente sept renvois en marge paraphs, etc.
(Sign) Justin Knol, av. B. V. Staco. Pour expdition conforme Collationn.
Dix sept renvois en marge paraphs, un prolongement de ligne de onze mots retouchs bons. Treize mots et sept lettres rays nuls.
Le Greffier (S) B. V. Staco.
Enregistr Saint-Marc, le 7 Septembre 1950, folio 238, Page 2097 du Registre K des actes judiciaires.
Peru: Proportionnel: Cinquante gourdes.
Fixe : Deux gourdes
Dix sept renvois en marge, paraphs, un prolongement de ligne, onze mots retouchs bons et sept lettres rayes nulles.
Le Receveur: (S) Signature illisible.


3Rquisitoire du Ministre Public prs le Tribunal de Cassation de la Rpublique en date du 7 Juillet 1950 sur le pourvoi exerc par le condamn Emile Rigaud, dit Milo, contre le jugement du Tribunal Criminel de Saint Marc.




Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
77
LIBERTE EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HATI
Extrait des minutes du Greffe du Tribunal de Cassation.
REQUISITOIRE
(EMILE RIGAUD)
contre jugement Tribunal Criminel de St. Marc JVGEMENT TRIBUNAL CRIMINEL SAINT-MARC
Magistrats,
Emile RIGAUD s'est pourvu contre un jugement rendu sur renvoi, par le Tribunal Criminel de Saint Marc, le 28 Mars de cette anne, le condamnant trois ans de rclusion pour avoir frauduleusement fabriqu Port-au-Prince, un billet ordre en date du 2 Novembre 1939 et pour avoir sciemment fait usage du dit billet ordre, au prjudice de Stnio VINCENT, ancien Prsident de la Rpublique.
A l'appui de son recours, il soulve six moyens.
SUR LE PREMIER MOYEN, pris d'excs de pouvoir, de violation, fausse application de l'art. 303 C, I. C. en ce que les formalits prvues au sus-dit article n'ont pas t observes par le Juge, notamment celles se rapportant l'obligation qui est faite au Doyen du Tribunal Criminel "d'exhorter le condamn la fermet, la rsignation ou rformer sa conduite".


78
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
L'art. 303 sus-parl ne lait aucune obligation de ce genre au Juge. Le libell mme du texte indique qu'il n'y a cet gard qu'une simple facult. "Le Doyen du Tribunal Criminel pourra, dit le texte, selon les circonstances, etc. etc." Ce n'est donc pas l une formalit obligatoire, prvue peine de nullit de la dcision. Cons-quemment quelqu'irrgulire qu'ait pu tre la dlgation donne par le Juge son greffier laquelle fait allusion le pourvoyant, de se rendre la prison et d'exhorter le condamn au courage et la rsignation, cette faon de procder ne vicie en rien la dcision elle-mme, puisque ce n'tait l qu'une simple facult laisse au Juge, dont il pouvait ne pas user.
Le premier moyen n'est pas fond. SUR LE DEUXIEME MOYEN, pris de violation de l'art. 301 C. I. C, de violation, fausse application de l'art. 382 C. P., en ce que: 1) le Juge n'a pas insr dans le jugement, le texte de la loi dont il a fait l'application; 2) il a prononc, aprs avoir reconnu des circonstances attnuantes au pourvoyant, une peine autre que celle prvue par la Loi.
1).L'art. 301 C. I. C. fait seulement obligation au Doyen du Tribunal Criminel de lire le texte de loi sur lequel il fonde sa dcision. Le dfaut d'insertion n'entrane qu'une amende contre le greffier. Il se constate d'ailleurs que cette formalit a t remplie par ce dernier.


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
79
2).Aux termes de l'art. 382 C. P. 5me alina "Lorsque la peine est celle de la dtention ou de la rclusion, du bannissement ou de la dgradation civique, le Tribunal appliquera celle de l'emprisonnement, sans toutefois rduire la dure au-dessous d'un an".
Par ailleurs, l'art. 112 C. P. qui a t appliqu contre le pourvoyant, dispose "Tout individu qui aura, de l'une des manires exprimes en l'art. 109, commis un faux en criture prive, sera puni de la rclusion ".
Le 1er Juge, ayant reconnu des circonstances attnuantes en faveur du pourvoyant, devait, dans ces conditions, conformment au 5me alina de l'art. 382 plus haut cit, le condamner la peine immdiatement infrieure celle prvue l'art. 112 C. P., c'est--dire l'emprisonne ment.
Sans doute, comme le soutient le dfendeur au pourvoi, l'alina 6 di1 mme article prvoit que "dans tous les cas o une Loi prononce le maximum d'une peine afflictive, s'il existe des circonstances attnuantes, le Tribunal appliquera le minimum de la peine ou mme la peine infrieure". Donc, suivant le dfendeur au pourvoi, le Juge pouvait bien appliquer le minimum de la peine prvue, au lieu de la peine immdiatement infrieure.
Il convient de remarquer qu'en l'espce, l'art. 112 C. P. ne prononce pas le maximum de la


80
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
peine de la rclusion qui est de neuf ans art, 20 C. P. Ce n'est que dans le cas o il aurait prononc le maximum de la peine, que le juge aurait eu la facult, soit d'en appliquer le minimum, ou mme la peine infrieure. En ralit, l'conomie du texte rside dans la pense du Lgislateur de ne toujours frapper l'accus auquel il aurait t accord des circonstances attnuantes, que de la peine infrieure celle prvue pour le crime dont il a t reconnu coupable, mme lorsqu'un texte aurait fix rigoureusement le maximum de cette peine. Mais tandis que dans le premier cas, le Juge doit toujours prononcer la peine infrieure, dans celui prvu l'alina 6, c'est--dire lorsque la loi prononce le maximum de peine, il a le choix entre le minimum de la peine prvue ou la peine immdiatement infrieure. Ce dernier cas n'est pas celui de l'espce juger, l'art. 112 C. P. n'ayant pas prvu le maximum de la peine appliquer contre le pourvoyant. Consquemment, c'est la peine immdiatement infrieure qui devait tre applique, c'est--dire l'emprisonnement.
L'arrt rapport par le dfendeur au pourvoi n'est pas applicable en matire de condamnation au criminel. Il vise plutt les condamnations au correctionnel. La diffrence de rdaction des divers alinas de l'art. 382 est cet gard, frappante. En matire correctionnelle Les juges pourront rduire, dit le texte. Tandis qu'aux alinas prcdents, concernant les


Affaires d'Emile .Rigaud, di* Milo
SI
condamnations au criminel, il est dit: "le Tribunal appliquera". Donc, d'un ct, c'est une facult pour le Juge correctionnel, de rduire l'emprisonnement, c'est--dire de prononcer le minimum de cette dernire peine ou mme de substituer l'amende l'emprisonnement, de l'autre, c'est une obligation, pour le Juge criminel de descendre d'un degr l'chelle des peines.
Le 1er Juge tait donc dans l'obligation de prononcer l'gard du pourvoyant qui il avait reconnu des circonstances attnuantes, la peine immdiatement infrieure, l'emprisonnement au lieu de la rclusion, et ce, conformment la Loi.
Pour avoir agi autrement, il mrite les reproches que le pourvoyant lui adresse en la 2me branche du second moyen qui est, de ce chef, fonde.
SUR LE TROISIEME MOYEN, pris de viola-tion de l'art. 251 C. I. C, en ce que l'un des tmoins, Alphonse Cameau n'a prt le serment prvu par la Loi.
Il se vrifie que le tmoin Cameau n'a pas prt le serment prvu l'art. 251 C. I. C. La seule sanction de cette informante est l'annulation de sa dposition. Cette annulation n'est cependant d'aucune influence sur la dcision elle-mme qui n'est pas fonde sur les tmoignages reus, mais sur un ensemble de faits et de circonstances autres que ceux rapports par les t-


82
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
moins, et qui ont permis au Juge de former sa conviction, comme cela rsulte de la dite dcision
Le troisime moyen n'est pas fond
SUR LE QUATRIEME MOYEN, pris d'excs de pouvoir, de fausse application de l'art. 189 C. I. C, en ce que, malgr l'opposition du pourvoyant, le 1er Juge a permis Me. Legros, avocat de Stnio Vincent de lire, l'audience du 28 Fvrier une partie du cahier d'information contenant la dposition de ce dernier au cabinet d'Instruction, alors surtout qu'une pareille pice ne pouvait se trouver rgulirement en la possession de cet avocat.
Ce moyen n'est pas fond. Le fait que lecture aurait t donne par l'un des avocats de VINCENT, de la dposition de celui-ci au Cabinet d'Instruction ne peut avoir les consquences que voudrait y attacher le pourvoyant, c'est--dire la nullit de la dcision. Aucun texte d'ailleurs ne s'opposait cette lecture qui avait pour but de fixer certains points du procs. Quant la circonstance que cette lecture aurait t faite sans la permission du Doyen, elle n'est, mme tablie, d'aucune consquence, sur la rgularit de la dcision. Me. Legros, ayant obtenu la parole, pouvait bien donner lecture de telle pice qu'il lui plairait, sauf le droit pour le conseil de l'accus de donner la rplique et celui du Juge


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
83
d'y accorder, dans sa dcision, tel gard que de droit.
SUR LE CINQUIEME MOYEN, pris d'excs de pouvoir, de violation des arts. 166 et 253 C. I. C, en ce que, aprs la dposition de chaque tmoin le Juge n'a pas interpell ce dernier sur le fait savoir si c'est de l'accus qu'il avait entendu parler.
Ce moyen manque en fait. Il se vrifie en effet que le 1er Juge, l'occasion de chaque dposition, a demand au tmoin si c'est de l'accus qu'il entendait parler. D'ailleurs cette formalit, si importante qu'elle soit, car elle permet d'apporter la plus grande prcision que possible quant aux faits rapports par le tmoin et quant la personne que visent ces faits, n'est pas prvue peine de nullit.
Ce moyen manque en fait, tout le moins, est mal fond.
SUR LE SIXIEME MOYEN, pris d'excs de pouvoir, de violation de l'art. 1100 C. C, d'erreur dans les motifs ayant exerc une influence dcisive sur le dispositif, de violation, fausse application des arts. 109 et 112 C. Pnal, en ce que: lo) le premier juge a mis la charge du pourvoyant, contrairement la loi, le fardeau de la preuve; 2o) ce Magistrat, pour proclamer la constance du crime, a fait tat de certains faits n'ayant aucun rapport avec l'accusation,


84
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
insusceptibles, par consquent, de fonder un jugement de condamnation.
1).Du jugement attaqu, il ressort que le premier Juge, aprs avoir rappel les dpositions des tmoins entendus au cours de l'instruction orale de l'affaire, a mis le considrant suivant: Il rsulte de tout ce qui prcde que les tmoins dcharge n'ont pas tabli que le Prsident Stnio Vincent a souscrit l'obligation querelle Constantin Mayard et n'ont pas dmontr non plus que la signature appose au bas de cette obligation est la sienne. Ils n'ont pu non plus attester avoir vu le prtendu bnficiaire signer la formule cession. De mme les poux Louis Duplessy n'ont pas certifi avoir vu Emile Rigaud fabriquer le bon. objet du diffrend, ni contrefaire la signature de Stnio Vincent ou celle de Constantin Mayard."
Il semblerait, si l'on ne s'en tenait qu' ce considrant, qu'effectivement le premier juge a condamn le pourvoyant, parce que celui-ci n'aurait pas fourni la preuve de son innocence. Une telle faon de voir serait manifestement contraire la Loi.
Mais le premier juge met tout de suite aprs, le considrant suivant: "CONSIDERANT qu'en pareille occurrence, le Tribunal, conformment aux textes du Code d'Instruction Criminelle rgissant la matire, peut recourir d'autres moyens pour asseoir sa conviction; or, considrant


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
85
qu'il s'agit d'tablir un fait prcis: la fausset ou la sincrit du bon dont la teneur suit".
Le Magistrat de Saint-Marc a donc reconnu que c'est l'accusation qu'il revient d'tablir la constance du crime mis la charge de Rigaud et que ce n'est pas ce dernier qu'il revenait de prouver son innocence. C'est sur ce considrant et sur les autres qui lui font suite qu'est fond en ralit le jugement de condamnation.
La 1re branche de ce moyen n'est pas fonde.
2).Les faits dont le Juge s'est servi pour proclamer la fausset de l'obligation incrimine sont, notamment, les suivants: Une prcdente condamnation de Rigaud pour faux, toujours au prjudice de Vincent, l'absence de cause de l'obligation en question, l'inaction de Rigaud, pendant un temps relativement long, pour avoir paiement du bon, dfaut de notification de la cession qui avait t consentie en sa faveur, par Mayard, refus de communiquer Vincent le bon dont il rclamait paiement celui-ci par devant la Juridiction commerciale, dngation de la sincrit de la signature de Mayard, dj dcd, par sa fille.
Sans doute, le Magistrat de Saint-Marc parait avoir trop envisag ces faits sous l'angle exclusif du Droit Civil, et pas assez sous l'angle du Droit Pnal, en tant qu'indices de culpabilit. C'est ainsi qu'il en est arriv invoquer, en ce qui concerne la prcdente condamnation de


86
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
Rigaud, l'autorit de la chose juge, le principe de causalit de toute obligation, concernant les motifs qui auraient port Vincent signer l'obligation en faveur de Mayard, l'obligation qui est faite tout cessionnaire de notifier la cession au dbiteur etc. etc. Or, il s'agissait ici, moins d'une question de droit que de fait. Mais un des derniers considrants de la dcision est venu prciser la pense du juge "Considrant, dit ce dernier, que les faits et circonstances de la cause dmontrent la fausset de ce bon". C'est donc au point de vue des faits, que le Magistrat de Saint-Marc avait entendu envisager les questions plus haut rappeles.
Mais la preuve par indices, le premier juge a ajout celle de l'examen personnel de la signature de Vincent, attribue ce dernier et se trouvant au bas de l'obligation incrimine. Il l'a juge fausse, aprs l'avoir compare celle du mme se retrouvant au bas de pices officielles dposes son dlibr par la partie civile.
Bien que le pourvoyant n'ait pas critiqu cette dernire faon de procder du Juge, il convient de faire remarquer, que pour susceptible d'erreurs qu'elle soit, comme d'ailleurs tout autre instrument de preuve, elle n'est pas contraire la loi, qui en la matire, s'en remet la conscience claire et droite du Magistrat. La science de l'homme de l'art, qui eut pu faire dfaut la conscience et le sens de responsabilit d'un


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
87
Magistrat de carrire, pour mener bonnes fins, un tel travail, le premier Juge a pens qu'elle n'tait pas indispensable pour dceler un faux qui se rvlait, selon lui, manifeste.
Par ainsi, le Juge a dcid suivant sa souveraine apprciation, son intime conviction, soit dans la recherche des indices, soit dans l'examen personnel de la signature incrimine de faux. Ce faisant, il n'a viol aucun texte, commis aucun excs de pouvoir.
Par ailleurs, pour mettre la charge du pourvoyant, le faux relev dans l'obligation en question, le premier juge a jug galement suivant son intime conviction. Pour sommaire qu'il soit, le motif qui s'y rfre, n'en est pas moins suffisant: "Considrant dit, en effet, le Juge, que tous les faits et circonstances de la cause dmontrent la fausset de ce bon; aussi ne peut-il avoir pour auteur que celui qui a fabriqu le bon du 15 Mai 1940 dclar faux par jugement du Tribunal Criminel de Port-au-Prince confir m par arrt de la Cour Suprme de la Rpublique, en date du 19 Avril 1944". Cet unique motif exprim par le Juge, cet gard, et fond sur le fait unique de la prcdente condamnation de Rigaud pour un crime pareil, contre le mme Stnio Vincent, mme s'il pouvait paratre insuffisant, est naturellement renforc par les nombreux autres dj mis par le Juge l'occasion de l'tablissement du fait matriel mme


88
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
de contrefaon de signature, et fonde sur des faits qui indiquent en mme temps que la fausset du bon, la personne qui en est Fauteur.
Enfin, bien que le Juge se soit born affirmer l'intention de nuire au pourvoyant, en commettant le faux en question, il n'en reste pas moins que cet lment essentiel du crime de faux ressort suffisamment des faits et circonstances mmes de la sause.
Il convient pour toutes ces raisons de dclarer non fond le 6me et dernier moyen du pourvoi.
PAR CES CAUSES ET MOTIFS:Qu'il vous plaise, casser le jugement attaqu sur le deuxime moyen du pourvoi, contrle pralablement fait de l'accomplissement des formalits lgales pour la recevabilit de son pourvoi, ce sous les consquences de droit.
Jugeant nouveau, s'agissant d'un second recours, tant donn les faits et circonstances de la cause et par les motifs que, comme Juges au fond, vous supplerez de droit et d'quit, juger comme le premier juge.
(Sign) Max JEAN-JACQUES
Pour expdition conforme: Collationn
(Sign) Grard PARET Commis-Greffier


4Arrt des Sections Runies du Tribunal de Cassation de la Rpublique, rendu en audience solennelle, le 21 Juillet 1950, sur un second pourvoi de l'accus Emile Rigaud, dit Milo, lequel arrt casse et annule le Jugement du Tribunal Criminel de Si. Marc, mais seulement en ce qui concerne la peine prononce, puis jugeant au fond, en vertu de l'art. 104 de la Constitution, condamnant l'accus Emile Rigaud, dit Milo, 3 annes d'emprisonnement, pour faux et usage de faux au prjudice de M. Stnio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique d'Hati.




Affaires d'Emile Rigr.ud, dit Milo
91
LIBERTE EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HATI
Extrait des minutes du Greffe du Tribunal de Cassation
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le Tribunal de Cassation, en audience solennelle, a rendu l'arrt suivant:
Sur le pourvoi du sieur Emile Rigaud, dit Milo Rigaud, propritaire, demeurant et domicili Port-au-Prince, ayant pour avocats Matres Emile Cauvin, Ernest Sabalat et A. Rigal, avec lection de domicile Port-au-Prince, au cabinet du dernier:
Contre un jugement du Tribunal Criminel de St. Marc, en date du vingt huit Mars mil neuf cent cinquante, rendu, sur renvoi du Tribunal de Cassation, entre le dit Rigaud et le Ministre Public, reprsent par Monsieur Marc L. Narcisse, Commissaire du Gouvernement, partie publique, d'une part et de l'autre, le sieur Stnio Vincent, propritaire, demeurant actuellment New York et domicili Port-au-Prince, partie civile, ayant pour avocats Matres Christian La-tortue, Castel Demesmin et Eugne Legros, avec lection de domicile en leur cabinet Port-au Prince :
Ou, aux audiences solennelles et publiques des deux, seize et vingt trois Juin mil neuf cent


92
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
cinquante, Matre Rigal en ses observations pour le demandeur, Matre Dmesmin pour la partie civile et celle du sept Juillet de la mme anne, Monsieur Max Jean Jacques, Substitut du Commissaire du Gouvernement, en la lecture de son rquisitoire.
Vu la dclaration de pourvoi, le jugement attaqu, les actes de la procdure, les requtes des parties avec les pices l'appui, le rquisitoire du Ministre Public et les textes de lois invoqus.
Et aprs dlibration en la Chambre du Conseil:
1. Attendu que le premier moyen du pourvoi est pris de violation, fausse application de l'article trois cent trois (303) du Code d'Instruction Criminelle, en ce que le Tribunal Criminel de St. Marc, ne voulant avoir aucun contact avec le condamn, aurait refus de le faire comparatre devant lui et dlgu son greffier la mission de lui faire part de ses exhortations au courage;
Attendu qu'aprs le prononc du jugement le condamnant trois annes de rclusion pour faux et usage de faux au prjudice de Stnio Vincent, Emile Rigaud, retir de l'audience et reconduit en prison, en vertu de l'article deux cent trente (230) du Code d'Instruction Criminelle, encourut une deuxime condamnation une anne d'emprisonnement pour outrages au Doyen du Tribunal Criminel de St. Marc;


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
93
Que ces circonstances empchrent ce Magistrat d'adresser lui-mme au condamn les exhortations de l'article trois cent trois du Code d'Instruction Criminelle;
Attendu que cet article accorde au Doyen une simple facult dont il peut user ou non, selon les circonstances;
Qu'il ne met point d'obligation sa charge et n'attache pas la peine de nullit l'omission de cette formalit, encore moins une irrgularit dans son accomplissement, comme celle qui a t releve; que le premier moyen n'est pas fond;
II. Attendu que le demandeur tire son troisime moyen de la violation de l'article deux cent cinquante et un (251) du Code d'Instruction Criminelle: le tmoin Alphonse Cameau a prt le serment de "dire toute la vrit et rien que la vrit" au lieu de prononcer la formule sacramentelle "Je jure de parler sans haine et sans crainte", de dire toute la vrit et rien que la vrit ";
Attendu que cette informalit entrane la nullit de la dposition du tmoin Cameau; Que le jugement participerait de la mme nullit s'il tait bas sur cette dposition;
Mais attendu que le juge a cart tous les tmoignages recueillis comme n'tant pas concluants pour chercher ailleurs les fondements de


94
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
sa conviction; Que sa dcision n'est donc pas nulle pour le motif invoqu en ce troisime moyen qui sera rejet.
III. Attendu qu'au quatrime moyen il est fait au jugement grief d'excs de pouvoir, de fansse application de l'article cent quatre vingt neuf (189) du Code d'Instruction Criminelle: malgr la protestation de l'avocat de l'accus, celui de la partie civile, sans autorisation du Doyen, a lu une partie du Cahier d'Information contenant la dposition de Stnio Vincent, Il ne devait pas en tre dtenteur et le Tribunal ne devait pas approuver ce procd.
Attendu que l'article 189 du C. DT. C. concerne le pouvoir discrtionnaire du Doyen du Tribunal Criminel dont il n'a pas t fait usage en l'occurrence;
Qu'il ne saurait donc, y avoir fausse application du dit article;
Attendit qu'une fois rendue l'ordonnance de renvoi, les parties peuvent prendre communication des pices de la procdure et s'en faire dlivrer copie ;
Qu'elles ont le droit de les employer l'audience pour la dfense de leur cause;
Qu'en l'espce c'est pour repousser une assertion de l'accus que l'avocat de la partie civile a fait tat de la dposition de son client et en a lu un passage;


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
95
Attendu qu'il n'y a point l d'irrgularit ni cause de nullit du jugement;
IV. Attendu que le cinquime moyen n'est pas fond, qui invoque un excs de pouvoir et une violation des articles cent soixante six (166) et deux cent cinquante trois (253) du Code d'Instruction Criminelle, en ce que le Doyen du Tribunal Criminel, aprs chaque dposition, n'aurait pas demand au tmoin si c'est de l'accus prsent qu'il a entendu parler;
Que les dispositions des sus-dits articles n'ont rien de substantiel et ne sont pas prescrites peine de nullit.
V. SUR LE SIXIEME MOYEN, pris de violation de l'article mille cent (1100) du Code Civil, motifs errons ayant exerc une influence dcisive sur le dispositif, violation et fausse application des articles cent neuf (109) et cent douze (112) du Code Pnal: ayant reconnu que les tmoins charge n'ont rien apport l'accusation, le Tribunal devait acquitter l'accus, mais aprs avoir nonc que celui-ci n'a pas prouv son innocence, il s'est charg de crer des preuves.
Attendu que le Juge de St. Marc a bien admis que les tmoignages entendus ne lui permettaient pas de se former une conviction mais il ne s'est pas charg comme allgu, "de crer des preuves c'est--dire de les inventer de toutes pices, il s'est donn la peine de les chercher


96
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
dans la cause, il n'a mme pas voulu se contenter d'indices, de prsomptions qui, excluant "la possibilit de l'innocence" seraient de nature tablir une certitude de culpabilit", il a voulu, comme il exprime lui-mme "soigneusement apprcier tous les faits allgus, tous les documents " lui soumis, pices de comparaison ou autres afin d'avoir les lments ncessaires, en d'autres termes, les preuves qui devaient servir de fondement son jugement".
Que c'est ainsi qu'il a retenu le fait de la prcdente condamnation passe en force de chose juge d'Emile Rigaud, pour faux au prjudice de Stnio Vincent, le fait que n'a pu tre tablie la cause de l'obligation que Vincent aurait souscrite Mayard, celui de la lettre de Mayard, Ministre Paris, dplorant sa situation pcuniaire et demandant de l'aide Vincent, Prsident de la Rpublique, d'o l'impossibilit pour Mayard de se trouver crancier de Vincent d'une somme de Sept mille dollars, l'inconsistance de l'allgation relative la Loterie Nationale, les dclarations des dames Mayard disant ne pas reconnatre l'criture ni la signature de Constantin Mayard, etc;
Qu'au surplus, pour corroborer tous ces faits et prsomptions graves, prcises et concordantes dont l'ensemble et le rapprochement avaient dj frapp son esprit, le Juge s'est livr l'examen personnel du bon incrimin et l'a mis


Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
97
en regard des nombreuses pices de comparaison verses au dossier: le douze pices de comparaison, litron au jugement, examines avec une attention soutenue, permettent de dire que la signature qu'on lit au bas du bon du deux novembre a t contrefaite et par ailleurs: tous les faits et circonstances de la cause dmontrent la fausset de ce bon;
Qu'ainsi donc le juge a bien prcis comment s'est forme sa conviction du faux et de la culpabilit de l'accus, c'est par l'examen des faits, par celui du bon incrimin et sa comparaison avec les autres pices du dossier portant la signature authentique de Vincent;
Attendu que cette apprciation relve de l'intime conviction du juge et ne saurait tre revise par le Tribunal de Cassation; Que dans les affaires sans assistance du jury, le Doyen du Tribunal Criminel fait office de jur;
Qu'aucun mode de preuve ne lui est prescrit pour dterminer sa conviction et sa dcision est un verdict qui chappe la censure de ce tribunal;
Que le sixime moyen sera rejet.
Qu'il reste examiner le deuxime moyen, pris d'excs de pouvoir, violation de l'article trois cent un (301) du Code d'Instruction Criminelle et violation, fausse application de l'article trois cent quatre vingt deux (382) du Code


9S
Affaires d'Emile Rigaud, dit Milo
Pnal: ayant dclar l'accus coupable du crime de faux punissable de la rclusion, et lui ayant reconnu les circonstances attnuantes, le Tribunal l'a nanmoins condamn trois annes de rclusion, lui appliquant le minimum de la peine au lieu de celle immdiatement infrieure.
Attendu que le jugement n'a pas reconnu et dclar qu'il s'agissait, en l'espde, d'criture de commerce, que le faux se rattache un acte de commerce ou que la personne dont la signature a t contrefaite tait commerante, auquel cas la peine appliquer serait celle des travaux forcs temps, pouvant tre, avec les circonstances attnuantes, rduite la rclusion;
Que le caractre commercial de l'crit n'tant pas tabli, c'est d'un faux en criture prive que le demandeur a t reconnu coupable;
Que ce crime entrane la peine de la rclusion;
Attendu que si la peine prononce par la Loi est celle de la rclusion et qu'il soit, comme en l'espce,, reconnu l'accus des circonstances attnuantes, le Tribunal, au vu du cinquime alina de l'article trois cent quatre vingt deux (382) du Code Pnal, appliquera la peine de l'emprisonnement ;
Que Rigaud, cependant, a t condamn
trois annes de rclusion ;
Qu'il s'ensuit que le Tribunal a fait une fausse application de la peine et son jugement, cet


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs