• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Avertissement
 Suite des pieces et documents relatifs...
 Suite des documents et pieces concernant...
 Pieces et documents annexes au...
 Une lettre importante de Madame...
 Notes relatives a l'expertise du...














Group Title: Affaires émile Rigaud
Title: Affaires émile Rigaud
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094307/00002
 Material Information
Title: Affaires émile Rigaud documents et piec̀es judiciaires
Physical Description: 2 v. in 4 : facsisms. ; 21cm.
Language: French
Creator: Vincent, Sténio, 1874-
Publisher: Impr. de l'E´tat
Impr. de l'État
Place of Publication: Port-au-Prince
Port-au-Prince
Publication Date: 1947
 Subjects
Subject: Trials (Fraud) -- Haiti   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094307
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 432433473
lccn - 53020607

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Avertissement
        Page 3
        Page 4
    Suite des pieces et documents relatifs a l'affaire du bon Mayard
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 42a
        Page 42b
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Suite des documents et pieces concernant l'affaire du bon du 15 Mai 1940 et dont la publication a ete involontairement omise dans le premier volume
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Pieces et documents annexes au memoire adresse par Me. Stenio Vincent au tribunal de cassation, le 7 decembre 1943 au sujet du pourvoi exerce par le sieur Emile Rigaud contre le jugement du 30 juin 1943
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    Une lettre importante de Madame Perret Duplessy Louverture au President Vincent
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Notes relatives a l'expertise du faux bon du 15 mai 1940 par le bureau federal d'investigatiion du departement de la justice des etats-unis d'Amerique
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
Full Text




STENIO VINCENT







AFFAIRES EMILE RIGAUD



DOCUMENTS
ET PIECES JUDICIAIRES
(VOLUME II FASCICULE I)


IMPRIMERIE DE L'ETAT
PORT-AU-PRINCE, HAITI
1948














AVERTISSEMENT


Dans ce premier fascicule du deuxime volume
de AFFAIRES EMILE RIGAUD, nous poursui.
vrons, pour information des Honorables Magis-
trats de nos Tribunaux et pour celle du public en
gnral, la publication des documents et pices
judiciaires concernant les dites AFFAIRES
EMILE RIGAUD.
On trouvera ici, faisant suite aux pices dj
publies dans le premier volume et relatives
l'AFFAIRE dite du BON MAYARD':
lo.-L'interrogatoire de M. Stnio Vincent de-
vant le Juge d'Instruction.
2o.-La Correspondance change entire Mada-
me Veuve Constantin Mayard et Monsieur Stnio
Vincent, suivant lettre, en date du 26 Juin 1942.
3o.-Le Rquisitoire de Matre Catinat Saint-
Jean, Substitut du Commissaire du Gouvernement
prs le Tribunal de Cassation de la Rpublique sur
le pourvoi exerc contre lOrdonnance du Juge
d'Instruction Clment Dartiguenave en date du 10
luin 1946.
4o.-L'Arrt du Tribunal de Cassation de la R-
publique en date du 24 Juillet 1947 qui, cassant la










AFPAIRES EMILE RIGAUD


dite Ordonnance, et faisant Ordonnance Nouvelle,
renvoie pour la deuxime fois, le nomm EMI-
LE RIGAUD devant le Tribunal Criminel de Port-
au-Prince pour y tre jug pour FAUX et USAGE
de FAUX au prejudice de Monsieur Stnio Vin-
cent.
D'autre part, parmi les DOCUMENTS et PIE-
CES JUDICIAIRES contenus dans le premier vo-
lume et concernant lAffaire dite du BON du 15
Mai 1940>, affaire qui a fait l'objet du jugement
du Tribunal Criminel de Port-au-Prince en date
du 30 Juin 1943 condamnant le nomm Emile Ri-
gaud trois annes de Rclusion pour FAUX et
USAGE DE FAUX au prejudice de Monsieur St-
nio Vincent, jugement confirm par ARRET du
Tribunal de Cassation en date du 19 Janvier 1944,
quelques omissions ayant t constates, on a cru
utile de les rparer en publiant, en APPENDICE:
a).-Un MEMOIRE adress au Tribunal de Cas-
sation de la Rpublique le 7 Dcembre 1943 au
sujet du Pourvoi exerc par le sieur Emile Rigaud
contre le jugement du 30 Juin 1943, ainsi que tou-
tes les pices qui avaient t annexes au dit M-
moire.
b).-Une Lettre important de Madame Perret-
Duplessy Louverture du 13 Aot 1943 adresse au
President Vincent.
Sc).-Des notes relatives l'expertise du Faux
Bon du 15 Mai 1940, effectue en Fanne 1943 par
le Bureau FEDERAL d'Investigation du Dparte-
ment de la Justice des Etats-Unis.



























SUITE DES PIECES ET DOCUMENTS
RELATIFS A L'AFFAIRE DU BON MAYARD














INTERROGATOIRE DE STENIO VINCENT

L'an mil neuf cent quarante quatre et le 19
Janvier dix heures du matin, Nous Turenne
Thzan, juge d'Instruction prs le Tribunal Ci-
vil du resort de Port-au-Prince, assist de Mr.
Auguste Pierre-Pierre notre greffier et en vertu
de notre ordonnance en date du 18 de ce mois, du
tmoin ci-aprs dnomm. Lequel aprs avoir pr-
t serment de dire toute la vrit et rien que la
vrit, puis, sur notre interpellation, a dpos s-
parment et hors de la presence du prvenu de
la manire suivante:

D.-Quels sont vos noms et prnoms, ge, pro-
fession, lieu de naissance et de demeure?
R.-Je me nomme Stnio Vincent, g de 70 ans,
avocat, n Port-au-Prince et y demeurant.

D.-Voulez-vous renseigner la justice avec le
plus de dtails que possible sur le faux et l'usage
de faux que vous reprochez au nomm Emile Ri-
gaud, relativement au Bon Constantin Mayard de
sept mille dollars.
R.-Comme pour tous les autres faux perp-
trs mon prejudice moral ou matriel par le









AFFAIRES EMILE RIGAUD


sieur Emile Rigaud et par lesquels il semble pren-
dre un malin plaisir me constituer son dbiteur,
c'est par l'assignation qu'il me fit signifier le 25
Juin 1942 que j'ai appris que je serais aussi le
dbiteur de feu Constantin Mayard d'une some
de sept mille dollars, en vertu d'une obligation que
j'aurais souscrite ce dernier le deux novembre
1939 et don't le dit sieur Emile Rigaud serait de-
venu son tour cessionnaire. Bien que j'aie t
prcdemment assign en paiement du faux bon
de cinq mille cinq cents dollars du quinze Mai
1940, je fus quand mme assez surprise de cette nou-
velle dette qu'il m'attribuait parce que, aucun
moment de mes relations avec Constantin Mayard,
il n'y a eu entire nous des affaires d'intrts. Mon
premier movement donc, et c'est celui que j'ai'
suivi, a t d'crire Mme Vve Constantin Ma-
yard, la principal confidence de son mari, pour
lui demander si sa connaissance j'avais jamais
eu des rapports d'intrts avec Constantin Mayard.
Elle me rpondit par la lettre qui se trouve dans
le dossier de l'affaire et qui vous a dj pass
sous les yeux. Cette rponse de Mme Mayard est
catgorique. Elle nie absolument l'existence de
tels rapports et par consquent la ralit de l'obli-
gation invoque par Emile Rigaud dans son as-
signation du vingt cinq Juin 1942. (1) Je ne puis
rien faire d'autre que de dnier avec la dernire


(1) Voir la dite correspondence reproduite page 14.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


nergie, l'existence de cette autre obligation fausse,
comme je l'ai fait pour le faux bon du quinze
mai 1940. Toutefois, il m'est possible de faire les
remarques suivantes:

lo. Remarque: Il saute aux yeux que la lettre du
six Aot 1940 qui manerait de feu Constantin Ma-
yard et don't une photographic est reproduite la
page dix de la brochure que Emile Rigaud dnom-
me, Dossier Stnio Vincent No. 1, a t btie avec
la mme machine crire qui a servi btir ses
autres faux et notamment le bon du quinze mai
1940. Cette constatationn dnote avec la dernire
evidence que tous ces actes faux ont la mme ori-
gine et ont t conus par le mme auteur.

2o. Remarque A s'en rapporter ce qui a t
dit au premier paragraphe de la sus dite lettre du
6 Aot 1940, la prtendue cession que feu Constan-
tin Mayard aurait faite de l'obligation du deux
novembre 1939 serait antrieure la souscrip-
tion du bon du quinze Mai 1940, puisque Mayard
laisse entendre et crit ceci:




Ayant crit au Prsident pour essayer d'obtenir
un remboursement partiel prmatur de notre af-
faire, j'ai su qu'il avait t tellement ennuy que
c'est toi qu'il s'est adress et qui l'as dgag.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


Or il est absolument invraisemblable que feu
Constantin Mayard puisse parler de notre affaire,
en envisageant une crance qu'il avait cde
Rigaud et qui ds lors ne serait plus que l'affaire
du cessionnaire.
Peut-on concevoir, tant donn les doutes que
Emile Rigaud prtend avoir constamment et de
tout temps entretenus mon gard ou plutt l'-
gard de ma solvabilit, qu'il ait pu se dcider
contractor sans difficult l'obligation nouvelle du
quinze mai 1940, alors qu'il tait dj cessionnaire
du Bon Mayard, sans mme prtendre une seule
fois qu'il aurait eu m'en parler.
Jamais, en effet, Rigaud n'a eu allguer que
l'hsitation qu'il a dit avoir mise me prter les
cinq mille cinq cents dollars du prtendu bon du
15 Mai 1940 serait justifie par l'existence de cette
prtendue cession et du non paiement de cette soi-
disant obligation Mayard.

3o. Remarque: Comment un homme d'affaire
qui se dit aussi avis que le sieur Emile Rigaud
aurait-il jamais manqu de me notifier la dite ces-
sion suivant les provisions du Code Civil sur les
cessions de crances et ce pour la plus parfaite con-
servation de ses droits l'gard de tous, cdant,
cd et tiers.

4o. Remarque: Pourquoi le sieur Emile Rigaud
se serait-il abstenu, non seulement de faire des di-








AFFAIRS EMILE RIGAUD


ligences, que Constantin Mayard lui avait recom-
mand de faire auprs de moi l'chance de l'o.
obligation, c'est--dire le deux dcembre 1940, mais
encore de m'assigner en paiement de ce prtendu
bon Mayard, au moment mme o il introduisait
les poursuites contre moi le dix Octobre 1941.
Cette abstention est d'autant plus significative
que le sieur Emile Rigaud serait devenu cession-
naire de cette prtendue crance Mayard, long-
temps avant qu'il ft devenu mon crancier di-
rect. Il faut noter en effet que m'ayant assign en
paiement de son faux bon du 15 Mai 1940 la
date du 10 Octobre 1941, il n'a pens me deman-
der paiement par voie judiciaire du prtendu bon
Mayard que prs de neuf mois aprs, soit le vingt
cinq Juin 1942.
Vous pourrez toujours, Magistrat, vous informer
s'il a eu toujours faire ces diligence auprs de
moi, quelle date prcise ou approximative.

5o. Remarque: Ce qui prouve que Rigaud a
l'habitude de chercher justifier un faux par un
autre faux, c'est la fabrication grossire de la lettre
sans date et sans indication prcise du lieu d'ori-
gine, qu'il a prte Constantin Mayard et don't
la photographic figure la page onze du dossier
Stnio Vincent No. 1 que nous venons de men-
tionner.
Cette lettre don't le context indique qu'elle au-









AFFAIRES EMILE RIGAUD


rait t crite Paris, est entache d'un anachro-
nisme flagrant pour la grande confusion d'Emile
Rigaud.
Il y est en effet, question de naturalisation
fair en vertu de la loi du vingt neuf Mai 1939,
lorsque depuis plus de deux ans Constantin Ma-
yard ne se trouvait ni Paris, ni la tte de notre
Lgation Paris. De fait, il ne pourrait s'agir
d'aucune autre forme de naturalisation que de
celle organise par la dite loi du vingt neuf Mai
1939, sinon l'intress qui voulait se naturaliser
serait oblig de se rendre en Hati pour satisfaire
aux formalits de l'art. 14 du Code Civil et aussi
aux conditions de stage et de residence requises
par la Loi de 1907 sur la naturalisation ordinaire.

60. Remarque: Feu Constantin Mayard est ren-
tr Port-au-Prince plusieurs reprises de 1930
1940 et son dernier sjour Port-au-Prince a t
d'assez longue dure, huit ou dix mois environ. Il
s'agirait alors de vrifier la concordance qu'il y
aurait entire les dates figurant ou rsultant des
faux que je reproche au sieur Emile Rigaud et cel-
les auxquelles selon lui Constantin Mayard a t
effectivement ou Port-au-Prince ou l'tranger.

7o. Remarqud: Comme pour le bon du quin-
ze Mai 1940, le sieur Emile Rigaud a refus de
nous communiquer devant la jurisdiction civil o
il nous avait d'abord appel, le prtendu bon Ma-
yard, c'est chez lui un trange systme.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


C'est alors, comme nous l'avons fait pour le
bon du 15 Mai 1940, que nous avons dpos con-
tre lui notre plainte pour faux et usage de faux, en
ce qui concern le prtendu bon Mayard. Tels sont
magistrat, les renseignements que je peux vous
fournir.

D.--Auriez-vous encore d'autres dclarations
faire devant nous?

R.-Non, je n'ai aucune autre declaration
faire.

Plus rien n'a t interrog, lecture faite au t-
moin de son interrogatoire, il a dclar qu'il con-
tient vrit et qu'il y persiste. Requis de signer, il
I'a fait avec Nous et notre greffier. Trois renvois-
bons- deux mots rays nuls- Deux prolongements
de lines bons.

(S) Turenne Thzan- Stnio Vincent- Aug.
Pierre-Pierre.

Pour copie conforme:


(S.) Emmanuel Lafond.













CORRESPONDENCE ECHANGEE ENTIRE M.
STENIO VINCENT ET Mme. CONSTANTIN
MAYARD, SUIVANT LETTRES EN DATE DU
26 JUIN 1942.


Port-au-Prince, le 26 Juin 1942


Chre Madame et amie,
J'ai t absolument stupfait de recevoir hier
25 juin courant, la requte du sieur Emile Ri-
gaud, une assignation comparatre devant le
Tribunal civil de Port-au-Prince, jugeant en ses
attributions commercials, en paiement d'un Bon
que j'aurais souscrit le 2 Novembre 1939 Cons-
tantin Mayard et don't le montant serait de sept
mille dollars.
N'ayant jamais eu, aucun moment de mes
longues relations amicales, aucune affaire d'in-
trt priv avec Constantin Mayard, je vous se-
rais particulirement reconnaissant de me faire
connatre, le plus tt que vous le pourrez, s'il
est votre connaissance que Mayard a eu me
prter le 2 Novembre 1939, une some de sept
mille dollars ($ 7.000.00) valeur qu'il m'aurait









AFFAIRES EMILE RIGAUD


verse en espces et pour laquelle je lui aurais
souscrit un Bon qu'il aurait cd, je ne sais
quelle date au sieur Emile Rigaud qui en rela-
me aujourd'hui paiement.
Je vous prie d'agrer, chre Madame et amie,
les nouvelles assurances de mes sentiments affec-
tueux et respectueux.
Enregisti Port-au-Prince, le 6 Juillet 1942.
243-244, R. Case 3260 du Registre A. No. 7, des ac-
tes civils.
Peru droit fixe, Une Gourde.

Le Directeur de l'Enregistrement:
Maxi Jean Joseph

Pour copie conforme:
Stnio Vincent.



Port-au-Prince, le 26 Juin 1942


Cher Prsident Vincent,
Je m'empresse d'accuser reception de la lettre
date de ce jour par laquelle vous m'informez
que vous avez reu de monsieur Emile Rigaud
une assignation comparatre devant le tribunal
civil de Port-au-Prince, jugeant en ses attributions









16 AFFAIRES EMILE RIGAUD


commercials, en paiement d'un bon que vous
auriez souscrit le 2 Novembre 1939 feu mon
mari Constantin Mayard et don't le montant se-
rait de sept mille dollars.
Vous me demanded s'il est ma connaissan-
ce que Constantin Mayard ait eu vous prter
le 2 novembre 1939 une some de sept mille dol-
lars, ($ 7.000), valeur qu'il vous aurait verse en
espces et pour laquelle vous lui auriez souscrit
un bon qu'il aurait cd Monsieur Emile Ri-
gaud qui en rclame le paiement aujourd'hui.
En rponse, f affirmed tout ignorer de cette af-
faire et il n'est pas non plus ma connaissance
qu'il y ait eu aucune affaire d'intrt priv en-
tre feu mon mari et vous.

Agrez, cher Prsident Vincent, mes trs sin-
cres salutations.
Louise Mayard.

Monsieur le Prsident Stnio Vincent.
Port-au-Prince

Enregistr Port-au-Prince, le 6 Juillet 1942,
243-244. R Case 3261 du Registre A. No. 7, des
Actes civil.

Peru: Droit fixe: Une gourde.
Le Directeur de l'Enregistrement:
(S) Maxi Jean Joseph.














REQUISITOIRE DE Me. CATINAT St. JEAN

REQUISITOIRE STENIO VINCENT contre
EMILE RIGAUD (Affaire Pnale)

No. 102

Me. Catinat ST-JEAN

Ire SECTION.


Magistrats,
Sur le fondement d'une obligation du 2 Novem-
bre 1939, qu'il prtend lui avoir t cde par
Constantin Mayard, Emile Rigaud assigna Stnio
Vincent, par exploit d'huissier en date du 25 Juin
1942, au Tribunal Civil de Port-au-Prince, en ses
attributions commercials, en paiement de SEPT
MILLE DOLLARS, avec contrainte par corps et
dpens.
Me. Christian Latortue se constitua pour le d-
fendeur et somma l'avocat de Rigaud de lui com-
muniquer, par la voie du Greffe, toutes les pices
appuyant la demand, notamment cette obligation
don't copie a t donne en tte de l'acte d'assigna-
tion.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


Il ne fut pas obtempr la sommation, au con-
traire, un avenir fut notifi, la requte du de-
mandeur.
Stnio Vincent rendit plainte contre le pour-
suivant. Par sa lettre adresse le 29 Aot 1942, au
Commissaire du Gouvernement-Ressort de Port-
au:Prince, le plaignant dnonait la Justice la
fausset du bon de SEPT MILLE DOLLARS en
articulant qu'il n'a jamais eu aucun moment et
pour quelque motif que ce soit le souscrire
Constantin Mayard, avec qui il n'a eu aucune re-
lation d'affaires et que' la signature, appose au
bas de ce document et lui attribue, est entire-
ment contrefaite.
A la date du 8 Juin 1943, un rquisitoire du
Parquet introduisit l'action publique et en saisit
le Juge d'Instruction Turenne Thzan.
L'information tait ainsi ouverte contre Emile
Rigaud, sous la double inculpation de faux en -
criture prive et d'usage de faux au prejudice de
Stnio Vincent, selon les formelles rquisitions du
Ministre Public.
Indpendamment d'amples provisions d'l-
ments d'apprciation utiles fournis par les dclara-
tions combines des tmoins et du prvenu, d'au-
tres faits qui ne sont pas de moindre importance
se signalent au course de l'information.
L'instruction a t traverse par un incident n
d'une demand de prise parties forme par l'in-








AFFAIRES EMILE RIGAUD 19

culp contre le Juge Turenne Thzan mais rejete
par Arrt du Tribunal de Cassation.
A la direction de la procedure, trois Juges Se
sont succd pendant trois ans, non pas sans enga-
ger la Justice dans la voie de la vrit.
L'information s'est mme enrichie du rsultat
d'une demonstration faite par un tmoin sous les-
yeux de l'un des Magistrats instructeurs, une par-
tie de la formule de salutations d'une lettre a t
radicalement efface sous l'action d'un product
chimique.
Le sieur Stnio Vincent s'est constitu parties ci-
vile, suivant exploit d'huissier du quatre Mars
1946.
L'un des Juges d'instruction s'est fait remettre
personnellement en sa chambre d'instruction l'o-
bligation du 2 Novembre 1939.
A la verification, cette pice essentielle de ce
procs pnal donne lieu aux remarques suivantes:
La date de la souscription, celle de l'chance et
le nom de Constantin Mayard sont crits la ma-
chine. Le context du bon est mimographi et sa
parties finale imprime.-Au bas des mots: Par
aval se trouve crit la main et gauche: Pass
l'ordre de Emile Rigaud-Constantin Mayard. Et
droite, au bas du mot: Signature se trouve crit
la main: Stnio Vincent.


Elle est ainsi libelle:








AFFAIRES EMILE RIGAUD


Port-au-Prince, le 2 Novembre 1939.

An 2 Dcembre 1940, je paierai M. Constantin
Mayard ou son ordre la some de SEPT MILLE
dollars, valeur reue en espces pour les besoins
de mon commerce. A dfaut de paiement du pr-
sent bon la date sus-indique en principal et ac-
cessoires, tous les frais de poursuites judiciaires
ainsi que les honoraires d'Avocats (20o) seront
ma charge, mme si le recouvrement se fait l'a-
miable.

(Sign) Stnio VINCENT
Par aval,
Pass l'ordre de Emile Rigaud

(Sign) Constantin MAYARD

Enfin la date du dix Juin mil neuf cent qua-
rante six, instruction aboutit une ordonnance
don't voici le dispositif: Dclarons, en consquen-
ce, qu'il n'y a pas lieu suivre contre Emile Ri-
cgaud, g de quarante et un ans sans profession,
n et demeurant Port-au-Prince, prvenu de
faux en criture prive et d'usage de faux au pr-
qu un bon en date du 2 Novembre 1939, bon
qui lui a t cd par feu Constantin Mayard qui
l'avait lui-mme reu du sieur Stnio Vincent
et pour avoir demand paiement du dit bon ce
dernier, le renvoyons hors de cause, etc.








AFFAIRES EMILE RIGAUD


Sur un recourse rgulirement exerc contre cette
ordonnance de non lieu, le sieur Stnio Vincent,
parties civil, vous en demand la Cassation en
vous soumettant les moyens suivants:

PREMIER MOYEN
Violation et fausse application de l'article 112
du Code d'Instruction Criminelle. Excs de pou-
voir en ce que, pour renvoyer Emile Rigaud des
liens de la double prevention, le Juge d'Instruc-
tion a fait litire des charges et des indices suffi-
sants de culpabilit fournis par les tmoignages
des personnel entendues information.

DEUXIEME MOYEN
Excs de pouvoir pris de contradiction entire les
motifs de l'ordonnance et son dispositif.
Le Juge a retenu dans son uvre la declaration
fate par Stnio Vincent savoir qu'il n'a jamais
eu souscrire le bon en question Mayard parce
Squ'il n'a jamais eu avec lui de relation d'affaires
et en apprciant cette declaration, il a dit qu'il
ne serait pas sant de mettre en doute la parole du
plaignant.
Selon le demandeur en Cassation, un tel raison-
nement de la part du Juge devait conduire cet-
te conclusion: la retenue par ce Magistrat des in-
dices de culpabilit. Cependant il a dcid le ren-
voi du prvenu. D'o contradiction qui doit en-
traner l'annulation de l'Ordonnance.








AFFAIRES EMILE RIGAUD


TROISIEME MOYEN
Excs de pouvoir consistent dans le refus du
Juge d'Instruction de statuer sur la demand d'ex-
pertise qui lui a t propose tant par le sieur St-
nio Vincent, par le Commissaire du Gouvernement,
lorsque ce dernier concluait un supplement d'in-
formation, qup par l'un des substitute dans son r-
quisitoire dfinitif,- Contradiction entire les motifs
et le dispositif de l'Ordonnance attaque, Viola-
tion de l'art. 338 de la Convention international
de la Havane du 20 Fvrier 1928, ratifie par l'As-
semble Nationale Hatienne et devenue Loi posi.
tive intrieure.
Le Juge du 10 Juin 1946 n'a pas ordonn, pr-
tend le pourvoyant, l'expertise don't il reconnais-
sait, dans son uvre, le caractre indispensable et
l'utilit.
En s'arrtant au motif qu'il y a carence en Hati
d'experts attitrs pour carter cette measure d'Ins-
truction, ce Magistrat n'a pas essay de trouver la
solution qui est indique dans ce cas par l'art.338
de la Convention prcite.
A la fin de sa requte, le pourvoyant a conclu
come suit: Par ces motifs, il plaira au Haut Tri-
bunal pour le cas o il ne casserait l'Ordonnance
critique sur les deux premiers moyens proposs,
casser et annuler la dite ordonnance sur ce troi-
isime moyen, rparer par consquent l'erreur
commise par le premier Juge qui ignorait l'exis-









AFFAIRES EMILE RIGAUD


tence d'une loi qu'il aurait certainement appli.
que; faire, en tout cas ce que le Juge aurait d
faire ordonner l'expertise sollicite puisqu'il a
avou que cette expertise et t utile la dcou.
verte de la vrit, etc. etc.
Emile Rigaud formule d'abord une fin de non
recevoir, base sur ce que les griefs noncs au
premier moyen, tendent critiquer une apprcia.
tion de fait laquelle le Juge s'est livr et qui
chappe au contrle du Tribunal de Cassation.
Une deuxime fin de non recevoir est dirige
contre le troisime moyen. Elle est prise de ce que
le Juge d'Instruction est apprciateur de l'oppor-
tunit d'une expertise.
Au fond, le dfendeur au pourvoi a combattu
les trois moyens et a conclu au rejet du pourvoi.

SUR LES DEUX FINS DE NON RECEVOIR.
Si les griefs qu'elles renferment sont pris de
l'apprciation souveraine du premier Juge, il con.
vient cependant de noter que ces fins de non re-
cevoir s'appliquent deux moyens, fonds sur ex-
cs de pouvoir et violation de la Loi. Elles seront
donc apprcies avec les moyens auxquels elles
se rattachent.

SUR LE DEUXIEME MOYEN DU POURVOI.-
Pour examiner d'une faon logique les trois mo-
yens appuyant le pourvoi, il imported d'oprer une









AFFAIRES EMILE RIGAUD


intervertion en commenant par l'analyse du deu-
xime moyen, puisqu'il s'attaque la forme de
I'Ordonnance en indiquant un vice de raisonne-
ment.
En ce moyen, le demandeur en Cassation pr-
tend que la decision attaque renferme une con-
tradiction entire ses motifs et son dispositif:
Par la lecture de l'oeuvre entreprise, on se rend
compete qu'aprs avoir formellement dit qu'il ne
rvoque pas en doute la declaration du plaignant,
selon laquelle celui-ci n'a jamais souscrit d'obliga-
tion Constantin Mayard, le Juge d'Instruction,
apprciant certain faits rappels par Stnio Vin-
cent pour dmontrer que le bon en question n'est
pas son euvre, a considr que ces circonstances
revenues par l'Instruction ne permettaient pas
d'affirmer que le faux est imputable Emile Ri-
gaud.
De telles considerations mises dans les motifs
viss par ce moyen conduisent logiquement au
dispositif o le Magistrat a conclu .l'absence de
charges suffisantes pour justifier le renvoi du pr-
venu devant un Tribunal de repression.
La contradiction signale n'existant pas en fait,
ce moyen dnu de fondement, sera cart.

SUR LE TROISIEME MOYEN.

l s'agit de savoir si, avant de rgler la proc-
dure par son Ordonnnance de non lieu, le Juge









AFFAIRS EMILE RIGAUD


d'Instruction, selon lui, s'est livr une instruc-
tion complete par l'emploi de tous les moyens 1-
gaux que rclamait la cause.
La question que pose ainsi le pourvoi exige d'a-
bord le rappel du principle don't la violation a t
dnonce et la lumire duquel les griefs de ce
moyen seront analysts.
En droit, la mission de la Juridiction d'Instruc-
tion comprend trois ordres d'apprciation.
Aprs s'tre fix sur sa competence et la rece-
vabilit de l'action publique, le Juge d'Instruction
doit:

lo) Vrifier et dire si les faits, objet de la pour-
suite, ont le caractre d'un crime, d'un dlit ou
d'une contravention.
2o) Dclarer s'ils sont imputables l'inculp.
3o) Examiner s'il y a des charges suffisantes
pour que la prevention soit admise ou rejete.

Ce n'est qu' ces conditions qu'il a le droit de
terminer la procedure soit par une Ordonnance
de non lieu soit par une Ordonnance de renvoi
devant une Juridiction rpressive.
Pour accomplir cette mission, il est invest de
pouvoirs tendus.
D'ailleurs le principle a reu de nombreuses ap-
plications dans la Jurisprudence Hatienne, no-
tamment dans un Arrt en date du 24 Mars 1941









AFFAIRES EMILE RIGAUD


intervenu sur le pourvoi de Dupr Pratt centre
une Ordonnance de la Chambre d'Instruction Cri-
minelle de Port-au-Prince (Voir bulletin des Ar-
rts, Exercices 1940. 1941 et 1941-1942, page 164.)
Il convient de rechercher si l'Ordonnance at-
taque s'est conforme ce principle qui domine
toute la piocture de la Juridiction d'Instruction.

On y lit les motifs suivants:

Attendu que le prvenu a maintenu dans tous
ses interrogatoires tre cessionnaire du bon
du 2 Novembre 1939; avoir eu verser les sept
mille dollars feu Constantin Mayard; que la
formule de cession est de la main mme de ce
dernier; que les signatures apposes sur le dit
bon ne sont pas son uvre;
Que pour la dcouverte de la vrit, cet
gard, il et t utile de recourir une exper-
tise.
Que, cependant, vu la carence, chez nous, d'ex-
perts attitrs, cette measure d'Instruction, en une
affaire aussi delicate n'a pas pu tre considre
par le Juge Instructeur.

Et le Juge continue:

Attendu qu'en definitive, le fait de savoir si
les deux signatures que comporte l'obligation du
2 Novembre 1939 sont vritables, si le plaignant










AFFAIRES EMILE RIGAUD


affirm ou infirm que par Constantin Mayard en
personne, si le regrettable vnement de sa mort,
survenu avant l'ouverture de l'information n'y
mettait un obstacle insurmountable.
Que, par consquent, les tmoignages l'in-
truction n'autorisent pas conclure que le pr6
venu a altr la vrit, etc.
Il se dgage de ces motifs dterminants que le
Juge a dcid la mise hors de cause d'Emile Ri-
gaud sans avoir puis sa Juridiction.
En statuant sur l'action, il n'a pas t convaincu
de l'existence ou de l'inexistence des infractions,
mises la charge d'Emile Rigaud, vu que, selon
le Juge, l'Instruction est prive d'lments im-
portants et dcisifs, du double fait du dcs de
Constantin Mayard et de la carence d'hommes de
l'art pour procder une expertise locale.
La premiere parties de sa mission a t nglige.
Il n'a donn d'apprciation prcise et suffisante ni
sur le crime de faux, en ses deux modes de per-
ptration, nettement spcifis et dnoncs la Jus-
tice: contre-faon de signature et fabrication de
convention, ni sur le crime d'usage de faux.
Il a abdiqu les pouvoirs tendus que lui con-
fre la Loi. D'une faon particulire, en ce qui
concern l'expertise, il n'a pas tenu compete qu'en
droit les functions d'expert peuvent tre confies
des trangers et qu'il pouvait, en fait, recourir
une commission rogatoire autorise par l'art.










28 AFFAIRS EMILE RIGAUD


338 de la Convention Internationale du 20 Fvrier
1928, ratifie par 1'Assemble Nationale.
Pour avoir mconnu les principles rglementant
la Juridiction d'Instruction et pour avoir viol les
rgles dictes en matire d'expertise, l'Ordonnan-
ce critique qui n'est pas compltement justifie,
manque de base lgale et comment l'excs de pou-
voir signal dans ce troisime moyen.
C'est ici que se place l'analyse de la fin de non
recevoir oppose ce moyen.
Dans une premiere branch, le dfendeur au
pourvoi soutient qu'en refusant l'expertise, le Juge
n'a commis aucune violation de Loi, car il est de
rgle, prtend-il, qu'un Juge apprcie souveraine-
ment s'il y a lieu ou non d'ordonner une telle
measure.
En l'espce, ce principle certain a t dtourn
de son champ d'application. Ce n'est qu'aprs avoir
consult sa conscience que le Magistrat instruc-
teur a confess l'opportunit et l'utilit de l'exper-
tise qui, selon lui, important la manifestation de
la vrit. Il a avou du mme coup qu'il n'avait
pas les connaissances ncessaires pour se faire une
opinion complete.
Ds qu'il avait reconnu la ncessit de la me-
sure, il ne pouvait se dispenser de l'ordonner
sans compromettre son ouvre.
Le dfendeur au pourvoi prtend que l'expertise
tait inutile car elle n'tait pas appele fournir
un indice contre le prvenu.









AFFAIRS EMILE RIGAUD


C'est inexact. Le prvenu ayant soutenu dans
ses divers interrogatoires que la formule de ces-
sion du bon est de la main de Constantin Mayard,
une telle allegation ne pouvait tre contrle que
par la comparison de l'criture incrimine avec
l'criture soit du prvenu lui-mme,soit de Con-
tantin Mayard.
La confrontation des critures tait susceptible
d'tablir non seulement des indices de faux mais
encore des indices de culpabilit contre le prvenu.
L'expertise tait donc utile dans la cause.
De tout ce qui prcde, il rsulte que ce moyen
est recevable et fond.

SUR LE PREMIER MOYEN.

En rapprochant du cahier d'information tous
les motifs de l'ordonnance querelle, on se rend
compete que, pour dcider, le Juge a omis certain
faits essentiels, rvls l'instruction et sur les-
quels il tait tenu de s'expliquer.
Pour le prouver, il convient seulement de s'ar-
rter aux constatations suivantes.
D'abord, aucune remarque personnelle du Juge
sur le bon n'a t releve l'ordonnance, alors
qu'il avait signal qu'une expertise sur ce docu-
ment tait impossible.
Ensuite le prvenu ayant reconnu, appert pice
No. 40, trouve au procs-verbal de l'information,
que, par jugement en date du 30 Juin 1943, main-
tenu par Arrt, le Tribunal Criminel de Port-au-










AFFAIRES EMILE RIGAUD


Prince l'a condamn pour le crime de faux carac-
tris par la contrefaon de la signature de Stnio
Vincent au bas d'un bon portant la date du 15 Mai
1940 cette circonstance qui renseigne sur les
antcdents d'Emile Rigaud n'a t mentionne
nulle part dama la decision.
Sollicit de donner son opinion sur la dmons-
tration faite au Cabinet d'Instruction le 1er. D-
cembre 1943, le prvenu n'a pas ni que les pro-
duits chimiques qui ont servi cette experience
n'aient t trouvs en sa demeure.
Cette absence de dngation tait d'un certain
poids dans information. Ce point n'a pas t si-
gnal, encore moins apprci.
Enfin l'information rvle que Madame Alberte
Mayard, fille et confidence de Constantin Mayard,
a dit qu'elle ne reconnait pas la signature appose
au bas du bon incrimin pour tre celle de son p-
re, que la formule de cession n'est pas crite de la
main de Constantin Mayard, contrairement ral-
lgation du prvenu. Elle a aussi fait cette obser-
vation que, vu les relations de famille qu'elle a
toujours entretenues avec les Rigaud, elle s'tonne
qu'Emile Rigaud n'ait jamais fait allusion l'o-
bligation de SEPT MILLE dollars, lui cde par
Constantin Mayard au profit de qui elle aurait t
souscrite par Stnio Vincent.


(Voir pice No. 48)








AFFAIRES EMILE RIGAUD


Cependant ces dclarations importantes n'ont
pas t revenues par l'ordonnance pour tre l'objet
d'un examen mme superficiel.
Il n'y a pas seulement ces graves omissions qui
vicient l'apprciation dd fait servant de fondement
la decision.
Elle est entache d'une autre irtgularit. Le
prvenu ayant dit qu'il est cessionnaire du bon du
2 Novembre 1939; qu'il a vers les SEPT MILLE
dollars Constantin Mayard; et que les signatures
apposes au bas de l'obligation n'manent pas de
lui, l'ordonnance attaque a admis ces allegations
sans les analyser.
Il convient maintenant d'examiner la fin de non
recevoir oppose ce moyen. Celui-ci tend, selon
le dfendeur en Cassation, critiquer l'apprcia-
tion de fait laquelle s'est livr le premier Juge,
en dmontrant que, dans la cause, il existe des cir-
constances propres tablir une probability suffi-
sante de culpability pour justifier le renvoi de l'in-
culp par devant le Tribunal rpressif.
Or, soutient Emile Rigaud, la Loi n'ayant pas
dfini les indices ni dtermin les conditions dans
lesquelles ils seront rputs suffisants, le Juge a
fait une appreciation souveraine, chappant la
censure du Tribunal de Cassation, lorsqu'il a dci-
d le renvoi du prvenu hors de cause pour dfaut
d'indices suffisants.
S'il est vrai, comme le prtend le dfendeur en
Cassation, que l'apprciation des indices rputs








AFFAIRES EMILE RIGAUD


suffisants est abandonne aux lumires et la cons-
cience du Juge d'Instruction, mais il n'en est pas
moins d'une vrit vidente que cette appreciation
ne doit ni dnaturer ce qu'a rvl l'information,
ni violer les principles rgissant la procedure de
l'instruction. La contravention la Loi commie
par le premier Juge dans l'apprciation des char-
ges, justifie, en droit, l'intervention et le contrle
du Tribunal de Cassation.

Enl'espce, le Juge d'Instruction ne pouvait af-
firmer qu'il n'y a pas d'indices suffisants et par
consquent qu'il n'y a pas lieu de suivre contre E-
mile Rigaud, inculp de faux et d'usage de faux,
qu' la condition de mentionner, de discuter tous
les faits essentiels et les circonstances importantes,
tablis par l'information, d'apprcier personnelle-
ment le bon incrimin et de contrler le systme
de defense de l'inculp l'aide des autres donnes
de l'Instruction.

Pour n'avoir pas rempli cette condition avant de
rgler la procedure par une Ordonnance de non
lieu, fonde sur l'insuffisance d'indices, le Juge
d'Instruction a viol et faussement appliqu lart.
112 du C.I.C. et a commis un violent excs de pou-
voir.
Ce moyen, recevable et fond, sera aussi accueilli.
La cassation de la decision devant donner lieu
i Ordonnance nouvelle, le Tribunal voudra bien
tenir compete des considerations suivantes que aug-








AFFAIRES EMILE RIGAUD


grent les donnes dj revenues de l'information,
car, quoi qu'en pense le premier Juge, Constantin
Mayard ne saurait emporter irrmdiablement
dans la nuit du tombeau tout le secret de la trame
de l'affaire.
En effet, il resort de la plainte que le faux mis
la charge d'Emile Rigaud est constitu par fa-
brication de convention et contrefaon de signatu-
re.
Stnio Vincent nie formellement avoir eu des
relations d'affaires avec feu Constantin Mayard et
par consquent il ne pouvait lui consentir une obli-
gation. Il nie d'autre part la signature lui attri-
bue et appose au bas du bon. Madame Constan-
tin Mayard et Madame Alberte Mayard ne recon-
naissent ni la signature ni l'criture de la formule
de cession pour tre celles de leur poux et pre.
L'inculp a toujours soutenu que l'obligation
lui a t cde par son bnficiaire; que la formu-
le de cession a t crite de la main de celui-ci et
que la signature trace au bas de cette formule
d'endossement est bien celle du cdant.
Dans l'tat de ces faits rvls par l'information,
et dans l'intrt d'une saine et impartiale justice
il imported de recourir une expertise, seule voie
qui soit de nature projeter une vive lumire sur
cette delicate controversy o s'entrechoquent tant
d'affirmations contradictoires. C'est le seul moyen
prompt et rapide, devant lequel cderont come
par magie toutes les difficults.








AFFAIRES EMILE RIGAUD


Sous le bnfice des diffrentes considerations
mises, le Ministre Public conclut la cassation
de l'Ordonnance entreprise du 10 Juin 1946 sur
les premier et troisime moyens du pourvoi, avec
les consequences de droit.
Faisant Ordonnance nouvelle, qu'il Vous plaise,
Magistrats, avant de statuer au fond, ordonner l'ex-
pertise sollicite par pourvoyant dans sa requte
supplmentaire.
Ce sera justice.



(Sign) Catinat SAINT.JEAN



Pour copie conforme;

Dieudonn POMERO
Greffier, Av.














ARRET DU TRIBUNAL DE CASSATION DE LA
REPUBLIQUE EN DATE DU 24 JUILLET 1947.

Libert Egalit Fraternit
Rpublique d'Hati

Extrait des minutes du Greffe du Tribunal de
Cassation.

AU NOM DE LA REPUBLIQUE.

Le Tribunal de Cassation, premiere section, a
rendu l'arrt suivant: Sur le pourvoi du sieur St-
nio Vincent, ancien Prsident de la Rpublique
demeurant et domicili Port-au-Prince, identifi
au Numro 5168-V, parties civil devant le Juge
d'instruction, ayant pour avocats constitus Matres
Christian Latortue, Louis Raymond et Eugne Le-
gros, avec election de domicile en leur cabinet esi
en cette ville, rue du Magasin de l'Etat, les dits a-
vocats patents aux Nos. 22383, 19225 et 56208,
identifies aux Nos. 4200-A, AA 15 et 15-CC.
CONTRE une Ordonnance du Juge d'Instruc-
tion du Tribunal Civil de Port-au-Prince en date
du dix Juin mil neuf cent quarante six rendue en-
tre lui, le Ministre Public prs le Tribunal Civil

35









AIYFA IRES MILE RIGAUD


de Port-au-Prince et le sieur Emile Rigaud, g de
quarante et un ans, sans profession, n et demeu.
rant Port-au-Prince, prvenu de faux en criture
prive et d'usage de faux au prejudice du' sieur
Stnio Vincent, ayant pour avocats Mes. Franois
Mose, E. eabalat et Emile Cauvin, identifies aux
Numros 59-AA et 98, patents aux Nos. 53292 et
48621;
OUI l'audience publique du deux Juin mil
neuf cent quarante sept, Matre Eugne Legros,
pour le demandeur, en ses observations orales et
toujours pour le demandeur, Matre Christian La-
tortue en une demand d'acte de ce qu'il joint
son dossier douze pieces portant la signature of-
ficielle de Stnio Vincent coincidant avec Ppoe
que o le prtendu bon du deux Novembre aurait
t fabriqu, les dites signatures devant servir de
comparaison si le Haut Tribunal le juge ncessai-
re, avec celle qui se trouve sur le bon du deux
Novembre mil neuf cent trente neuf argu de
faux. (sic).
OUI galement l'audience publique du neuf
Juin mil neuf cent quarante, sept laquelle la con.
tinuation de l'affaire a t renvoye, Matre Ernest
Sabalat et Emile Cauvin pour le dfendeur, en
leurs observations orales et Monsieur Catinat St-
Jean, Substitut du Commissaire du Gouvernement
en la lecture de ses conclusions.
VU: 1) l'acte de declaration de pourvoi; 2) l'or-
donnance attaque et l'exploit de sa signification;










AFFAIRES EMILE RIGAUJD


3) les requtes des parties, les pices l'appui ain.
si que toutes les pices de l'information; 4) les con.
clusions du Ministre Public et les dispositions de
loi invoques.
Et, aprs en avoir dlibr en la Chambre du
Conseil conformment la loi;
Attendu que la demand d'acte produite par St.
nio Vincent n'a t combattue ni par le Ministre
Public, ni par le prvenu Emile Rigaud; qu'elle
West pas non plus contraire la loi et qu'il chet
d'y faire droit.

PAR CES MOTIFS, le Tribunal donne acte au
demandeur de ce qu'il a joint son dossier douze
pieces portant sa signature, lesquelles, s'il y a lieu,
pourront servir de pice de comparison.

SUR LE POURVOI: Attendu qu' la date du
vingt-cinq Juin mil neuf cent quarante deux, E-
mile Rigaud assigna Stnio Vincent devant le Tri.
bunal Civil de Port-au-Prince en ses attributions
commercials en paiement d'un bon de sept mille
dollars que Vincent aurait souscrit Constantin
Mayard et que celui-ci aurait cd au dit Rigaud;
que le bon est ainsi libell: Port-au-Prince, le deux
Novembre mil neuf cent trente neuf. Au deux D-
cembre mil neuf cent quarante, je paierai Mon-
sieur Constantin Mayard ou son ordre la some
de sept mille dollars, valeur reue en espce pour
les besoins de mon commerce. A dfaut de paie-
ment du present bon la date us-indique en










AFFAIRES EMILE RIGAUD


principal et accessoires, tous les frais de poursuites
judiciaires ainsi que les honoraires d'avocats
(20%o) seront ma charge mme si le recouvre-
ment se fait l'amiable. (signature) Stnio Vin.
cent. Pass l'ordre de Emile Rigaud. (sign)
Constantin Mayard.
Attendu que Rigaud, ayant refus de communi-
quer le dit Bon Vincent, celui-ci adressa une
plainte au Commissaire du Gouvernement de Port-
au-Prince et devant le Juge d'Instruction de Port-
au-Prince, se porta parties civil, accusant Rigaud
de faux et d'usage de faux son prejudice; qu'a-
prs avoir entendu l'inculp, la parties civil et cer-
tains tmoins don't Mesdames Constantin Mayard
et Alberte Mayard, le Juge d'Instruction rendit en
faveur d'Emile Rigaud la date du dix Juin mil
neuf cent quarante six une Ordonnance de non-
lieu que la parties civil a dfre la censure du
Tribunal de Cassation.
SUR LE PREMIER MOYEN du pourvoi pris
de violation de l'article cent douze du code d'ins-
truction criminelle, avec excs de pouvoir, en ce
que le Juge, n'ayant pas trouv des lments for-
mant une certitude, a mis une ordonnance de
non-lieu, alors qu'il y avait contre l'inculp des in-
dices graves suffisants pour motiver son renvoi
devant la jurisdiction de jugement.
Attendu que le dfendeur a soulev une fin de
non recevoir contre ce moyen: qu'il y a lieu de
l'examiner q$ pralable;









AFFAIRES EMILE RIGAUD


Attendu que le dfendeur prtend que le pre.
mier moyen est irrcevable tant donn que le l-
gislateur abandonne au Juge d'Instruction l'ap.
prciation de fait qui lui permet de dcider s'il
fin de non recevoir, le Juge d'Instruction dcide
souverainement s'il y a lieu ou non renvoi du
prvenu devant un Tribunal de repression;
Attendu qu'il, est de principle que le pourvoi est
recevable si le demandeur, critiquant l'apprcia-
tion des faits, invoque galement des griefs pris de
violation de la loi et d'excs de pouvoir; que le
premier moyen du pourvoi de Stnio Vincent n-
voque des griefs pris de violation de la loi et d'ex-
cs de pouvoir; qu'il ne reproche pas seulement
au Juge de n'avoir pas considr comme indices
suffisants les faits relevs par l'information, mais
d'avoir recherch dans celle-ci des preuves et non
des indices; Que, si ce grief tait fond il serait
de nature entraner la nullit de l'ordonnance;
qu'il imported donc d'carter la fin de non-recevoir,
comme de fait elle est carte, et d'examiner le
premier moyen.
Attendu que l'ordonnance attaque dclare que
les tmoignages recueillis n'ont apport aucune
prcision sur les circonstances qui ont pu entou-
rer la confection du bon du deux Novembre mil
neuf cent trente neuf! que les observations de la
partie civil sont loin d'avoir une valeur intrin-
sque susceptible de permettre d'imputer au pr-









~IMiTI7ES LR'IILE RIGAUD


venu d'avoir fabriqu lui-mme le bon; que quel-
le que soit la valeur de la declaration d'Alberte
Mayard, elle n'est pas suffisante pour former une
certitude; et que les tmoignages recueillis
l'instruction n'autorisent pas conclure: 1) que
le prvenu a altr la vrit en fabriquant lui.
mme le bon! 2) qu'il a fait usage d'une pice
fausse, etc.
Attendu que ce sont ces motifs qui ont dter-
min l'ordonnance de non-lieu; qu'elle dit bien
pour finir que les indices rsuPlant de l'informa-
tion ne sont pas suffisants, mais par ce qui pr-
cde l'on voit que ce que le Juge entend par in-
dices, ce qu'il a recherch dans 'information, ce
sont des prcisions lui permettant de conclure
la culpabilit de linculp, c'est--dire des preu-
ves.
Attendu que la mission des Juges d'Instruction
consiste seulement rechercher non pas des preu-
ves, mais des indices suffisants, c&es:t-- - e des
prsomptions, une probability de culpabilit et
non une certitude de culpabilit; qu'il n'appar-
tient qu' la jurisdiction de jugement de dcider
si le fait est constant et si l'accus en est convain-
cu; que l'ordonnance qui se fonde, comme c'est
le cas enl'espce, pour refuser de mettre un pr-
venu en accusation, sur ce que sa culpabilit n'est
pas suffisamment tablie ou sur ce qu'il ne rsul-
te pas de la procedure la conviction qu'il est l'au-
teur de ce fait, cette ordonnance est entache de
nullit et eAcourt la cassation.










AFFAIRES EMILE RIGAUD


PAR CES MOTIFS, sur les conclusions con-
formes du Ministre Public, le Tribunal, sans a-
voir besoin d'examiner les autres moyens des par-
ties, dit fond le premier moyen du pourvoi de
Stnio Vincent contre l'ordonnance de non lieu
du dix Juin mil neuf cent quarante-six rendue
par le Juge d'Instruction de Port-au-Prince entire
le prvenu Emile Rigaud, le Ministre Public
prs le Tribunal Civil de Port-au-Prince et Stnio
Vincent, parties civil; ordonne la remise de l'a-
mendel consigne et condamne le prvenu Emile
Rigaud aux dpens liquids la some de......
au profit de Stnio Vincent.

ET FAISANT ORDONNANCE NOUVELLE,
conformment l'article cent quatre, deuxime
alina, de la Constitution de mil neuf cent qua-
rante six.
Attendu que le demandeur advance que le bon
don't on lui rclame paiement est faux; qu'il n'a
jamais eu de relations d'affaires avec Constantin
Mayard; que l'crit a t fabriqu de toutes pi-
ces et que la signature y appose n'est pas la sien-
ne; qu' cela le prvenu Rigaud rpond que le
bon avec la signature de Vincent, lui a t cd
Mar Mayard; que la formule de cession, de mme
que la signature du cdant, sont de la main m-
me de Mayard; que l'opration de la cession du
bon a t faite son bureau, angle de la Rue du
Magasin de l'Etat et de la Rue des Csars; que,










I ..FIRES. EXILE RIGAUD


si faux il y a, le cessionnaire ne doit pas en tre
accus et qu'en ce cas, il se retournerait contre
son cdant ou ses reprsentants.
Attendu qu' la date du Bon, deux Novembre
mil neuf cent trente neuf, Stnio Vincent tait
President de la Rpublique depuis bientt neuf
ans et le sieur Constantin Mayard, son Ministre
Plnipotentiaire depuis un temps gal; qu'il est
invraisemblable qu'un Prsident d'Hati, aprs
neuf ans de pouvoir, pendant lesquels il a touch
des indemnits mensuelles et constitutionnelles
de deux mille dollars soit court d'argent au point
d'tre oblig de solliciter un emprunt de son re-
prsentant l'tranger; que c'est le contraire qui
pourrait se concevoir; qu'en fait, dans un prc-
dent procs entire les mmes parties, il a t vri-
fi que, vers cette poque, Stnio Vincent avait des
dpts personnel en banque s'levant plusieurs
milliers de dollars; que, d'aprs l'inculp lui-
mme, le sieur Constantin Mayard n'avait pas une
situation personnelle lui permettant de consentir
un tel prt, puisqu'immdiatement aprs avoir re-
u le bon de Vincent, il aurait t oblig de le c-
der au dit inculp.
Attendu que Stnio Vincent, ou le sieur Cons-
tantin Mayard, n'tant commerant, il ne se con-
oit pas que soit intervene entire eux une obliga-
tion caractre commercial, souscrite sur une for-
me imprime qu'on trouve dans la pratique l'u.
sage des seuls commerants, impliquant en faveur









'a. : .. .e e d 't.
r, a l;- a .. . 1 le. ere.o













...s ., .tr iis;qonne "O p.s e.- .A .. .t.,.lrd aux. .. ..ed .i-de ,s
uae*qr s de -g-pont l nce p paver de es pores fond
, s,. e,, p nt pr.t.e .t.









''^--^ A. ;' *^:^ -'*% f ^- 4;^i^; :W %.*t*^.,:;- -----^-----" i:\ A '-
|.. .a.... ?'/*- -,^.1. l a r:ns. que le .. t, ,,,,

o.. -- B .... .. ... 4.. ..S ..-:t. ..t








-
:S ''' r"' i *t~'
,.- ,....,..k.,; ..&..t,;' '"t





qu i 'd tt t i

..-- : / -. ,,,", Z I .
,' S'gat ,'.
.: ; t'









Clich du Bon Mayard
t ,:n du 15 Mai 1940 dj reconnu faux par la Justice.

^n~ ~~~~~~~~ -a $ ~ ;~~I:'i ~~6

Oum

vale.nt.re .ue on t.speat. pqixt te., ,ttoi..* 4.ao *o..,
.. .,-.. ... r:-, .;.,. .. .. .- ... .. ..






lS S e.ts a~~IaNal
.'ar :va Sr 4 L

i; ,1.Tel ci;~








t A sontLi
e""t' .tn: 'rda' "- '"'a4 ti"r-1' o. 't"e" : .. "' e 4 :. 7,


a~ h nnp:oeutt''h' p~ 1i eus,~ cb'tta rr~;in





lie d. u et, A n.t .- r.". -., '.












44




Suite clich du . : : 1: ': :."

















: c, . i








wk
.,t .. ,,..'.n.
10 soi P.













., , ,., ,/,.:>,4j. ......447 4. ..t




4 ..t:ys :, -: ,':: .. C .



le. . :. .. .






etson,
-' ':k,' .:'"4 .: 4,p": .:4 , .
4;. p.' j;~






CL1,l .: e -, -1 .. . ..' .
:, ., -. ,. ::' .;.. o ..... < .- ,. ,,a. F F .BB .,"l .. :.....: ..



-'. ", x ' .- . . .. "

. : . ~~' < tt ,'
' ~ ~ ~ ,..,, ,.0. '
, : / .. . . ,:,' -,,. ,, ..: ... ., : -







:,' i:: -!: : ,
k. :: :4 : .... ; .~; r ,.v: :. .o:

,, __ : .








AFFAIRES EMILE RIGAUD


du sieur Mayard, le Ministre et l'ami de vieille da-
te de Vincent, la contrainte par corps contre le
President de la Rpublique et prvoyant vingt
pour cent d'honoraires d'avocat en cas de non paie-
ment, mme si le recouvrement se fait l'amiable;
que les relations qui existaient entire les deux per.
sonnages empchent d'admettre comuie probable,
ni mme comme possible, une telle convention.
Attendu, par contre, que le prvenu Emile Ri.
gaud est homme d'affaires; qu'il ne se conoit pas,
en ce qui le concern, qu'il ait accept une cession
sans date; qu'il n'ait pas signifi la cession son
dbiteur, ni ne l'ait port aucunement sa connais.
sance avant l'assignation du vingt cinq Juin mil
neuf cent quarante deux, qu'il n'ait pas demand
paiement l'chance et qu'il ait attend que Vin-
cent ait cess d'tre Prsident et que le sieur Ma-
yard ait cess de vivre pour rclamer son d; que
d'autre part, le fait par lui d'avoir si obstinment
refus de communiquer le bon rend cette obliga-
tion pour le moins suspect.
Attendu que l'inculp Rigaud a nanmoins al-
lgu que le bon lui a t cd par le sieur Ma.
yard et que ropration de cession eut lieu en sou
bureau d'affaires Port-au-Prince, angle des rues
du Magasin de rEtat et des Csars.
Attendu que ceci constitute le fait justificatif sur
lequel s'appuie sa defense; qu'inculp, s'il n'est
tenu d'apporter l'appui de son allegation une
preuve aussi complete que le dfendeur qui, dans









flcAIRES EM.ILE RIGAUD


son procs civil, invoque une cause de liberation,
du moins est-il oblig quand mme de se justifier,
ne serait-ce que de la probability du fait avanc.
Attendu que cette probability ne resort en rien
des interrogatoires du prvenu; que l'inculp Ri-
gaud n'a pas fait entendre le ou les tmoins qui
auraient vu le sieur Mayard en son bureau, traitant
d'affaires avec lui; qu'habituellement, un homme
d'affaig ne garde pas des valeurs de l'ordre de
sept mille dollars dans son coffre-fort; que l'incul-
p n'a pas justifi du tirage qu'il aurait fait de
cette valeur pour oprer le versement au sieur
Mayard.
Attendu que le prvenu Rigaud a invoqu une
lettre date de Santiago de Chili du six Aot mil
neuf cent quarante qu'il attribue Mayard, mais
cette lettre est ainsi conue:

Mon cher Milo, ayant crit au Prsident pour
essayer d'obtenir un remboursement partiel pr-
matur de notre affaire, j'ai su qu'il avait t tel-
lement ennuy que c'est toi qu'il s'est adress et
qui l'as dgag. Je suis contrari. Je te dois bien
cela. Et ma sant m'inquite de plus en plus. Il
ignore ce jour ce que nous en avons convenu,
miais 1ctc-nc- tu n'aurais qu' lui rclamer l'ar-
gent. Les affaires sont les affaires. Un mot fait
une de mes commres du Portail te sera remis pro-
bablement par elle dans le but de sauver une pe-
tite boutique qu'elle possde depuis les dernires
lections. Occupe-toi d'elle si tu le peux. Et Odette,









AFFAIRES EMILE RIGAUD 45

comment va-t-elle? J'ai fait une carte Ernest ces
jours-ci. Partagez mes amitis. Sans oublier ta ma-
man. (Sign) Constantin Mayard.
Attendu qu'un document crit en si mchant
franais ne peut tre prsum l'oeuvre de l'excel-
lent crivain haitien que fut Constantin Mayard.
Attendu que la veuve de ce dernier et sa fille
Alberte Mayard qui dclare avoir t la confiden-
te de son pre et avoir t au courant de ses af-
faires, ont affirm tout ignorer de cette transac-
tion; qu, mises en presence de la formule de ces-
sion et de la signature attribue au sieur Constantin
Mayard, elles ont dclar formellement ne pas re-
connatre cette signature et encore moins l'criture
de la formule de cession.
Attendu au surplus, que, outre les differences
notables et visible l'oeil nu entire la signature du
bon argu de faux et la signature authentique de
Stnio Vincent, le fait suivant plus que suggestif a
t relev par le Tribunal;
La formule imprime, parties en caractre type
machine crire, parties en caractres ordinaires,
sur laquelle a t dactylographie l'obligation de
Sept mille dol-lars du deux Novembre mil neuf
cent trente neuf est exactement et en tous points
semblable la formule du bon du quinze Mai mil
neuf cent quarante don't la photographic a t pu-
blie la page dix de la brochure du prvenu Ri.
gaud intitule: Dossier Vincent No. 1 et dans le Li-
vre de Stnio Vincent intitul: Affaires Emile Ri-'








AFFAIRES EMILE RIGAUD


gaud; que le bon du quinze Mai mil neuf cent qua-
rante prtendument souscrit par Vincent Rigaud,
a t prcdemment reconnu faux par la Justice;
que les deux formules sont imprimes en mmes ca-
ractres, parties type machine crire,partie caract-
res ordinaires; qu'elles competent le mme nombre
de lignes qui commencent et finissent par les m-
mes mots; qu'entre ces mots il y a les mmes in-
tervalles; que, de deux choses l'une: ou bien c'est
Vincent qui, souscrivant quoique Prsident de la
Rpublique des obligations tout venant, avait
toujours sous la main un lot de ces bons imprims
et l'invraisemblance de cette hypothse saute aux
yeux, ou bien la formule du bon du deux Novem.
bre mil neuf cent trente neuf provient d'Emile Ri-
gaud, comme celle du bon du quinze Mai mil neuf
cent quarante; qu'il faut noter que Rigaud, au pr-
cdent procs o il a t condamn pour faux au
prejudice du demandeur, a dclar que la formula.
du bon du quinze Mai mil neuf cent quarante,
identique encore une fois celle du deux Novem-
vre mil neuf cent trente neuf, avait t dtache
de son carnet souches affairess Emile Rigaud,
jugement de condemnation, au bas de la page 178);
Que, de tout ce que dessus, il rsulte qu'il y a des
indices suffisants permettant, sans avoir besoin de
recourir l'expertise, de renvoyer Emile Rigaud
devant la jurisdiction de repression pour faux et
usage de faux au prejudice de Stnio Vincent.
PAR CES MOTIFS, le Tribunal dit qu'il y a lieu









AFFAIRES EMILE RIGAUD


suivre contre Emile Rigaud, sans profession, g
de quarante trois ans, n et demeurant Port-au-
Prince; En consequence, le renvoie par devant le
Tribunal Criminel de Port-au-Prince, sigeant sans
assistance du Jury, a5in d'y tre jug conform-
ment la loi; le tout 1our avoir fraudluleusement
fabriqu un billet ordre dat de Port-au-Prince
le deux Novembre mil neuf cent trente neuf, por-
tant la fausse signature de Stnio Vincent, alors
President de la Rpublique, par lequel celui-ci se
serait engag payer au sieur Constantin Mayard
don't Emile Rigaud serait le cessionnaire, la some
de Sept mille dollars, valeur que Stnio Vincent
aurait reue pour les besoins de son commerce et
d'avoir en outre, au prejudice de la parties civil,
fait sciemment usage du susdit billet ordre en
faisant poursuivre le prtendu souscripteur en
paiement du dit effet d'aprs l'assignation du vingt-
cinq Juin mil neuf cent quarante deux, crime pr-
vu et puni par les articles 112 et 113 du Code p&
nal; Ordonne que le dit Emile Rigaud soit pris au
corps et dpos en la maison d'arrt de cette ville,
s'il n'y est crou; Ordonne, en outre, que toutes
les pices de la procedure ainsi que le present ar-
rt, soient achemines sans dlai au Commissaire
du Gouvernement prs ce Tribunal telles fins
que de droit.
Ainsi jug et prononc par Nous, Jh. Nemours
Pierre-Louis, Prsident, Jh. Benoit, Monferrier
Pierre, Flix Diambois, Franck Boncy, Juges, en
audience publique du vingt-quatre juillet mil neuf









AFFAIRS EMILE RIGAUD


cent quarante sept, en presence de Monsieur A.
drien Douyon, Substitut du Commissaire du Gou-
vernement, et avec l'assistance de Monsieur G-
rard Paret, commis greffier.
Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de
mettre le prent Arrt execution; aux officers
du Ministre Public prs les Tribunaux Civils d'y
tenir la main; tous commandants et autres offi-
ciers de la Force Publique d'y prter main forte,
lorsqu'ils en seront lgalement requis.
En foi de quoi, la minute du present Arrt est
signe du Prsident, des Juges et du Commis-gref-
fier.
Ainsi sign la dite minute: J. N. Pierre-Louis,
Jh. Benoit, Monferrier Pierre, Flix Diambois,
Franck Boncy, Grard Paret. Pour expedition con-
forme: collationn (sign) Grard Paret, es. gref-
fier.


Pour copie conforme:






















APPENDICE

SUITE DES DOCUMENTS ET PIECES CON-
CERNANT L'AFFAIRE DU BON DU 15 MAI
1940 ET DON'T LA PUBLICATION A ETE IN-
VOLONTAIREMENT OMISE .DANS LE PRE-
MIER VOLUME.











MEMOIRE DU 7 DECEMBRE 1943


MEMOIRE AU TRIBUNAL DE CASSATION
DE LA REPUBLIQUE

Magistrats,

En vous adressant le present mmoire l'oc-
casion du pourvoi exerc par le sieur Emile
Rigaud, contre le jugement du Tribunal criminal
de Port-au-Prince, en date du 30 juin de cette
anne, le condamnant trois annes de rclusion
pour faux et usage de faux commis mon prju.
dice, je ne peux me dfendre d'une certain mo-
tion que vous serez d'ailleurs tout les premiers a
comprendre.
Je n'ai pas pu, en effet, en me dcidant cette
nouvelle dmarche, lgale et si justifie par les
circonstances, ne pas me rappeler que, il y a
quelque trente-huit ou quarante ans, j'ai fait par-
tie de votre haut Tribunal; que j'y ai occup le
sige du Ministre Public, soit comme Substitut
du Commissaire du Gouvernement, soit comme
Chef mme de votre Parquet. Et c'est alors il
n'y a l rien que de trs natural tout un flot
de souvenirs et de regrets aussi qui s'est








A.'FAIRES EMIL RIGAUD


press dans ma mmoire. Souvenirs certainement
agrables, mais regrets bien superflus. Souvenirs
d'un temps heureux, o, parmi vos ans dans la
carrire, qui furent aussi mes grands ans moi,
j'ai vcu dans l'atmosphre la plus saine, la plus
sereine qui existe peut-tre dans ce pays, si l'on
except les Eglises et les Temples, aux heures o,
vids de la foule des fidles, leur climate de spi-
ritualit et de surnaturel s'amplifie, s'intensifie
de tout le mystre de l'ombre, de la solitude et du
silence; souvenirs des longues heures de travail,
o, dans la plus belle, dans la plus complete fra-
ternit de coeur et d'esprit, l'on poursuivait, en
commun, la recherche de la vrit juridique, o
l'on pluchait des textes, souvent obscurs, pour
en dcouvrir, sous la rude corce des mots, le
sens cach, pour en dgager, pour en extraire
tout leur contenu d'utilit -- d'utilit ou politique
ou conomique, ou social avec toujours et
c'est l, Messieurs, ce qui fait l'honneur de votre
Magistrature avec toujours le sentiment profound
de la faiblesse de notre entendement, et aussi la
haute, la suprieure preoccupation de toujours
imprgner vos decisions de toutes les possibilits
de perfection compatibles avec l'imperfection m-
me de notre pauvre nature humaine... Regrets
d'avoir quitt ces lieux tranquilles, ces lieux o
soufflait l'esprit, le meilleur esprit, et o j'aurais
pu poursuivre, jusqu'au bout peut-tre la plus
noble et la plus paisible des carrires, regrets
d'avoir quitt tout cela pour me jeter, pour me









AFFAIRES EMILE RIGAUD


lancer inconsidrment dans le sicle, pouss par
les folles prsomptions de la jeunesse, par cette
ternelle illusion de croire que l'on pouvait,
ce moment-l, exercer, sur un milieu qui tait
alors bien rtrograde, et qui, hlas, ne me pa-
rat avoir change que trs superficiellement de-
puis une action plus immediate et*plus utile.
Mais aujourd'hui les temps sont changes. Au
lieu d'tre ct de vous pour la collaboration,
je suis devant vous, comme un justiciable, sur ce
plan d'galit devant la loi qui constitute le fonde-
ment mme de votre justice et qui demeure la
condition essentielle de toute paix social.
Un justiciable, ai-je dit, oui, sans doute, un
justiciable.. mais, qu'on le veuille ou non car
on ne peut rien l contre les faits un justicia-
ble d'un caractre particulier un justiciable qui
est un ancien Prsident de la Rpublique d'Hati
- que dis-je, un ancien? qui vient d'tre Pr-
sident de cette Rpublique, qui vient d'avoir en
main tout le levier de command de ce malheu-
reux petit pays, qui vient d'tre surtout- et c'est
l ce qu'oxn ne me pardonne pas, ce qu'on ne me
pardonnera peut-tre jamais qui vient d'tre,
dans ce minuscule coin de terre perptuellement
agit par une certain catgorie de ventures et
d'estomacs frntiques, qui vient d'tre le dispen-
sateur de la manne humaine, de cette manne de
places, de functions, d'emplois, de services, de
faveurs de toutes sortes, de cette manne pour la-
quelle on se trane, on s'agenouille, on s'aplatit,








AFFAIRES EMILE RIGAUD


on s'avilit, on se dnonce, on se calomnie, on se
vilipende, on se trahit, on se dchire, on se pros-
titue, et l'on se tue...
Comment s'tonner alors que, lorsque des cir-
constances plus extraordinaires, plus fantastiques
les unes que les autres, comme vous le savez dj,
amnent un. tel justiciable devant vous, comment
s'tonner qu'il ait aprs lui, qu'il ait derrire lui,
toute une meute de passions et de haines encore
fraches, toute une petite leve en masse d'envies
grimaantes et d'ingratitudes agressives... Car en-
fin, Messieurs, je n'aurais qu' me retourner pour
discerner, pour distinguer trs nettement que les
quatre cinquimes de ceux qui composent cette
meute sont des gens (je m'excuse de le dire, mais
Dieu me le pardonnera parce qu'il sait bien. que
ce sont les circonstances qui m'y forcent) des
gens qui, hier encore, je tendais, presque quo-
tidiennement, une main secourable, des gens qui,
par les places qu'ils ont eues, par les functions
publiques qu'ils ont occupes, par la confiance,
oui, Messieurs, par la confiance qu'on avait place
en eux, qu'on tait oblig de placer en eux, et
dans des postes particulirement dlicats, ont t,
en definitive, les plus grands profiteurs, puisque
profiteurs il y a, du Gouvernement que j'ai eu
l'honneur de diriger. L'autre cinquime n'est
qu'un ramassis, un ple-mle d'anciens informa-
teurs de la police, d'anciens moutons, la solde
du Dpartement de l'Intrieur, de quelques va-
gues candidates la Prsidence, connus, inconnus









AFFAIRES EMILE RIGAUD


ou mconnus, qui m'en veulent tous mort de
ce que, la dernire election prsidentielle, ils
n'aient pas t lus presidents, et tous en mme
temps; de groups de rats qui n'ont pas pu
mordre, come ils disent, aux functions qu'ils
convoitaient ou qui n'ont pas eu les functions qui
convenient le plus, qui cadraient le mieux avec
la competence ou l'importance des hommes
comme eux, ou qui n'ont pas pu s'accrocher in-
dfiniment aux functions qu'ils occupaient par
suite des hasards de ce qu'on a appel l'quilibre
dmocratique. Et le reste l'avenant.
Eh bien, Messieurs, lorsqu'on fait de telles cons-
tatations, si tristes et si coeurantes, on se trouve
pris, malgr soi, dans cette alternative tragi-
que. Ou bien, par un dgot profound, par
un dgot irrmdiable de l'humanit, et no-
tamment de cette petite portion si affreusement
bourgeoise de notre humanity port-au-princienne,
- s'enfermer, s'emmurer dans cet gosme froce,
odieux, cruel, que traduit si bien, que traduit si
exactement ce proverbe oriental que vous con-
naissez sans doute et qui dit: Ceux que tu ne
laisses pas mourir ne te laissent point vivre; ou
bien accepter, se soumettre, en toute simplicity
de coeur et en toute humilit d'esprit, au prcepte
chrtien de l'amour du prochain, quels que soient
les risques, et ils sont souvent effroyables, mons-
trueux, insouponns-quels ques soient les risques
que cet amour du prochain peut faire courir
ceux qui le pratiquent. Quant moi, mon choix









AFFAIRES EXILE RIGAUD


est fait depuis toujours. Depuis toujours, j'ai ac-
cept de rpandre, d'panouir mon humanity dans
l'amour du prochain, mme si ce prochain, aprs
avoir reu mes bienfaits, devait se prcipiter sur
moi, s'y agripper comme une pieuvre et chercher
m'touffer de toute la glu et de toute la torture
de ses tentacues...
Tout cela, Messieurs, toute cette ambiance, ar-
tificiellement construite, mais effectivement et in-
tentionnellement nuisible, tout cela ne constitue-
rait-il pas, en definitive, une sorte de handicap,
et de handicap assez srieux? Non, certes pas
pour votre justice qui est place bien au-dessus
de ces misres. Vous avez, en effet, sur les yeux,
votre bandeau traditionnel; vous tenez votre ba-
lance symbolique d'une main que rien ne peut
branler, et malgr tous les tambours et toutes
les trompettes don'tt on a cru devoir accompagner
cette miserable affaire, vos oreilles n'entendent et
ne retiennent surtout que just les paroles qui peu-
vent vous paratre ncessaires l'accomplissement
de votre auguste mission. Le handicap serait donc
uniquement pour moi. Evidemment, il y a bien
des roquets, et des bassets, et de petites levrettes
-de petites levrettes en paletot et de grands
lvriers, et des bouledogues pais qui ont tourn,
qui tournent et retournent encore autour de mes
jambes, crocs au vent, cherchent happer des mor-
ceaux de ma chair, pour m'empcher d'arriver
votre justice et la vrit. Mais comme vous le
voyez, malgr leurs aboiements furieux, malgr









ALFFAIRES Li41LE RIGAUD


leurs hurlements sinistres, j'ai march quand m-
me, puisque me voil encore une fois devant vous.
Il est certain, Messieurs, que, depuis plus de
deux ans, il s'est form, dans cette ville de Port-
au-Prince et dans certain de ses hauts quarters,
une petite clique, un petit group occulte et actif,
qui m'a poursuivi et qui me pursuit encore d'une
haine que vritablement je n'arrive pas com-
prendre tant elle me parat gratuite et injuste.
Car enfin, Messieurs, j'ai encore la navet de
croire que, tandis que j'habitais la grande maison
voisine de votre Palais de Justice, j'ai fait ce
pays, dans ce pays et pour ce pays, tout le bien
humainement possible, tant la collectivit qu'
d'innombrables particuliers don't la plupart hlas...
Et lorsque je remote le course de notre histoire,
je ne vois pas en vrit quelque mauvaise grce
que l'on ait parler de soi de chef d'Etat qui,
comme on l'a crit dernirement, ait fait des efforts
plus consciencieux, ni qui ait about des rsultats
plus concrets, des ralisations plus videntes, aus-
si bien dans l'ordre des activits gnrales internes
que dans le domaine international. Et si je le dis,
Messieurs, ce n'est pas, je vous prie de le croire,
pour en tirer aucune vanit. A l'ge o je suis -
et vous vous rappellerez que si les annes de cam-
pagne competent double, les annes de prsidence,
et de prsidence d'Hati, devraient computer triple,
quadruple, et mme quintuple - l'ge que j'ai
atteint, cet ge o, selon un mot pittoresque et
suggestif de Montaigne, le principal ouvrage de








53 :"A;:.'ES EMILE RIGAUD

la vie est de bastir la mort, le souci d'explorer
et d'approfondir chaque jour davantage le do-
maine do ma vie intrieure ne me permet pas, ne
me laisse guce le temps, et encore moins le got,
de m'enorgueillir de quoi que ce soit. Et d'ailleurs
quoi bon? Ces pierres tombales dans le voisi-
nage desquUers nous vivons tous, jeunes et vieux,
riches et pauvres, vers lesquelles nous nous ache-
minons tous plus ou moins rapidement, n'ont
jamais sauv personnel ni de l'anonymat ternel,
ni de l'ternel oubli...
Si j'ai rappel ces choses, c'est uniquement
pour souhaiter -et du plus profound de mon
coeur que, pour l'aise des gnrations futures,
les efforts du present et ceux de l'avenir dpassent
tellement ceux du pass, qu'ils fassent oublier tout
ce qui avait pu tre ralis dans les poques r-
volues. Cet accroissement continue du bien-tre
intellectual, matriel et social d'un people, c'est
la loi mme de progrs. Et la course du flambeau
don't parle le pote latin n'a pas d'autres signi-
fications.
C'est ainsi qu'on a pu dire just titre que
tout ce qui a t ralis dans les temps modernes
par les rgimes rpublicains et notamment par
la IIIme Rpublique n'a fait que dvelopper
l'oeuvre des quarante rois qui firent la France
et que la patrie est une creation continue...
Mais enfin passons et fermons cette parenthse
dj longue mais qu'il n'tait peut-tre pas tout
fait inutile d'ouvrir.









AYPAIRES EMILE RIGAUD


Donc, malgr mes longues absences du pays,
malgr le laps de temps qui s'est coul depuis
que j'ai laiss ce miserable pouvoir, ce klu-klux-
klan en miniature n'a pas lch prise. Au con-
traire, par lui, j'ai vcu et peut-tre je vis encore
dans une certain atmosphere qu'il m'a cre,
d'hostilit sourde, de trahison concerte et
d'hypocrisie plus ftides encore. Il a exploit con-
tre moi toutes les resources des laideurs et des
lchets de son ignoble milieu. Par lui, par son
action souterraine et toujours implacable, j'ai
connu aussi et c'est peut-tre, Messieurs, ce don't
j'ai le plus souffert -les faiblesses et les prudences
de ces bons amis, de ces Nicodmes, tel celui qui
vint voir Jsus de nuit pour n'tre pas vu, de
ces Joseph d'Arimathie, tel celui qui reste bien
un disciple du Christ, mais en secret, par crainte
des Juifs. Et l'acharnement contre moi de cette
petite bande de cagoulards est tel qu'elle semble
avoir russi cette incroyable gageure de donner,
d'accrditer mme l'impression que je pouvais
tre, moi l'ex-prsident Vincent, comme un hom-
me perscut, comme un exil (on l'a dit, a se
trouve dans les papers du Sieur Emile Rigaud)
sous le gouvernement du Prsident Lescot!... J'a-
voue que j'en ai t quelque peu mortifi et asses
profondment attrist.
Quoi qu'il en soit, Messieurs, ce qu'on a appel,
just titre un odieux scandal, s'est accompli. Il









''J'!RES EXILE RIGAUD


ne m'a gure surprise, parce que je l'avais bien
prvu. Il avait t combin, il avait t machine
et organis de longue main. Des complicits no-
toires, peine dissimules d'ailleurs y avaient
largement travaill. En effet, ds le mois d'Octobre
1941, un journal, qui a disparu depuis, mais don't
le directeur (ans un de ses articles m'avait rendu
responsible (je cite ses propres expressions) de
toutes les vitamins qu'il avait perdues au course
de la dernire dcade, et qu'il entendait rcuprer
cote que cote, ce journal, par esprit de ven-
geance sans doute, et trs certainement pour s'assu-
rer la plus grande provision possible de vitamins
dans l'avenir, s'tait constitu l'agent de publicity
de l'entreprise Emile Rigaud et Cie, entreprise
don't tout le monde connat aujourd'hui l'enseigne
ou le prospectus: spcialit de faux, d'usage de faux
et de photographic de faux; travaux soigns con-
tre les anciens Prsidents de la Rpublique; et
enfin confection de chantage en tous genres avec
ou sans faux en criture prive. Ce journal avait
mme annonc, ds lors, et avec quel fracas! qu'il
y aurait bientt un procs sensationnel qui se
droulerait devant le Tribunal Civil de Port-au-
Prince, jugeant, en ses attributions commercials,
- car alors on ne prvoyait pas, on ne pouvait pas
prvoir la marie paraissait si belle! -on ne
pouvait pas prvoir le tribunal criminel... Mais,
comme dit l'autre, toujours l'inattendu arrive...
On avait ainsi introduit dans le chantage, une
mthode nouvelle. Le chantage, le chantage clas-








AFFAIRES EMILE RIGAUD


sique, tel qu'il est dcrit dans certain recueils de
jurisprudence que nous connaissons, se faisait
d'abord en douce, pour employer une express.
sion que je crois locale, et qui d'ailleurs ne serait
pas plus mauvaise qu'une autre, c'est--dire qu'il
y avait gnralement un premier acte qui se pas.
sait presque toujours sous le manteau de la che-
mine. Le matre chanteur faisait savoir celui
qu'il voulait faire chanter (d'une faon discrte
d'abord, pour ne pas trop effaroucher le client
ds le dbut des operations) que si, dans tel dlai,
il n'avait pas vers, dans tel endroit dtermin,
ou entire les mains de tel individu dsign, une
somme de ....... on dtenait contre lui des pices
compromettantes qu'on livrerait immdiatement
la publicity et qui le feraient sombrer, c'est tou-
jours la mme formule, qui le feraient disparatre
dans un abme de honte et d'ignominie. Le client
marchait ou ne marchait pas. Le matre chanteur
excutait ou n'excutait pas sa menace. Mais l'en-
treprise Emile Rigaud et Cie, avait voulu changer
tout cela. Elle avait voulu innover, elle avait vou-
lu orchestrer son chantage grand. renfort de
cuivres et de grosses caisses. Et de fait, Emile
Rigaud peut dire qu'il a invent quelque chose:
il a cr ce qu'on pourrait appeler le chantage
romantique, une sorte de chantage gilet rouge,
apportant ainsi, dans son mtier ou dans son art,
un frisson nouveau, ou si l'on prfre, puisqu'il
s'agit de musique, une sorte de rythme syncop,
brutal, jusqu'alors inconnu des professionnels









AFFAIRES EMILE RIGAUD


comme lui. Il s'tait dit, en effet, qu'en lanant
le scandal, du premier coup, d'un seul coup,
comme une espce de blitz krieg, il ferait mar-
cher le client plus vite, il le ferait chanter plus
srement...
On disait nagure, Messieurs, (que ne dit-on pas
pour tre agrable un Chef d'Etat, lorsqu'il
est en function! que de menus compliments, que
de petites flatteries, que de paroles musques, les
thurifraires du pouvoir, - Port-au-Prince sur-
tout ne trouvent-ils pas pour emmieller leur
homme, avec toujours, bien entendu, l'arrire
pense de butter une petite patate quelconque).
on disait donc nagure que j'avais une trs belle
voix. Et je me rappelle qu'un journalist com-
plaisant tait mme all jusqu' compare cette
voix un violoncelle. Il exagrait, videmment.
Mais, toutes ces lounges, tous ces loges qu'on
faisait de la voix du Prsident de la Rpublique
n'taient pas prcisment tombs dans des oreilles
de sourds. Il y avait l, aux aguets, l'entreprise
Emile Rigaud & Cie, qui avait pris tout cela, c'est
le cas de le dire, pour de argent comptant. Et
puisqu'il y avait une telle voix sur le march, elle
dcida de l'exploiter et de l'exploiter fond, d'en
tirer le plus de profit possible, d'en faire sortir
enfin des symphonies en or ou des concertos en
greenback. Oui, mais voil, j'ai une belle voix,
c'est possible, ce serait d'ailleurs sans le faire ex-
prs, et je n'y aurais aucun mrite. Mais, que
j'aie ou que je n'aie pas une belle voix, il y a








AFFAIRS EMILE RIGAUD


une chose certain, c'est que je ne chante pas, je
ne sais pas chanter, je ne peux pas chanter, et
personnel ne peut me faire chanter. Donc, je n'ai
pas chant pour Emile Rigaud et Cie. Et c'est l
toute l'affaire. D'o fureur de toute la bande, on
dcida de l)iser ie violoncelle, on tapa dessus
coups de marteau redoubls avec, l'espoir secret
d'en tirer la longue .quelques sons mtalliques.
Mais le violoncelle resta muet. Et comme toute
cette musique n'a pas donn le rsultat qu'on en
attendait, il fallait bien que, pour arriver ses
fins, Emile Rigaud s'enfont dans les manoeuvres
les plus abominables et les plus stupides la fois,
qu'il corst de plus en plus son scandal, qu'il
pilonnt le client rcalcitrant de bombes en pa-
pier toujours plus incendiaires les unes que les
autres. C'est ce qui explique, Messieurs, depuis
deux ans, tout cet enchevtrement de tracts, de
placards, de brochures diffamatoires, de vocifra-
tions dans les rues, de parents et d'amis, d'inscrip-
tions sditieuses sur les murs du BoLs-Verna et de
Turgeau (on tait mme all, chappant une
police pourtant vigilante, jusqu' inscrire sur l'un
de ces murs: Vive Vincent, bas Lescot dans
le but ridicule et puril de me mettre dos dos
avec le Chef de 1'Etat). C'est ce qui explique aussi
les lettres anonymes que je recevais jusque dans
ma retraite de New-York, lettres anonymes don't
je connais parfaitement l'auteur, et enfin cet en-
grenage de faux, de faux jets continues, qui, fa-
talement,- car cela ne pouvait pas continuer- de-








.'FAIrcES EMILE RIGAUD


rait amener Emile Rigaud, le chef ou la victim
de ce diabolique consortium, devant le Tribunal
criminal de Port-au-Prince.

*

Quelle est donc cette affaire qui ds le dbut,
s'est droule dans l'atmosphre que je viens
d'essayer de vous dcrire, et autour de laquelle,
depuis deux ans, Emile Rigaud et ses gens ont
fait tant de bruits dans le dessein vident, car
personnel ne s'y est tromp, d'en noyer l'objet prin-
cipal, c'est--dire le faux et l'usage qu'ils en ont
fait, dans un torrent d'injures, d'insultes, d'outra-
ges, d'intrigues fielleuses et enfin de toutes sortes
d'histoires plus abracadabrantes les unes que les
autres? Comment, devant la Justice qui, elle pla-
nant au tdessus de tous ces vacarmes calculs, r-
gls comme les papers musique du matre chan-
teur, retenait chaque fois le faux parce que le faux
seul surnageait, parce que, si l'on peut dire, le faux
seul tait vrai, comment cette affaire s'est-elle
comporte devant la Justice, jusqu' la phase d-
finitive o elle se trouve actuellement?
A la vrit, Magistrats, elle ne vous est pas tout
fait trangre. Par les deux arrts que le Tri-
bunal de Cassation a rendus, l'un sur la curieuse,
sur l'trange requte en dessaisissement produite
par le sieur Emile Rigaud contre l'Honorable Juge
d'Instruction Odilon Charles, l'autre, sur le pour-
voi exerc par le mme Emile Rigaud contre l'or-









AFFAIRES EMILE RIGAUD


donnance qui le renvoyait par devant le Tribunal
criminal de Port-au-Prince, vous avez pu dj, en
effet, vous rendre compete de ses principaux as-
pects, de ses traits essentiels. Cependant, bien que
mon excellent confrre et ami, Matre Christian
Latortue, dans sa dernire plaidoirie, ait fait tom-
ber, comme un chteau de cartes, les "noyens d-
sesprs de ce pourvoi cacochyme, il ne me pa-
rat pas inutile de reprendre un peu les faits de
la cause, d'en faire une sorte de rcapitulatior
gnrale, de retracer l'itinraire de la fantastique
et malveillante venture dans laquelle Emile Ri.
gaud s'est jet corps et me et qui l'enserre au-
jourd'hui dans un tau, don't certainement il ne
sortira jamais.
Pour plus de commodity et de clart dans l'ex.
pos que nous allons vous faire, nous adopterons
ce qui nous parat tre les grandes divisions, nous
allions crire les divers actes, de l'oeuvre de
basse et malsaine imagination perptre par le
sieur Emile Rigaud, de cette espce de pice de
thtre,- comdie, drame, opra-bouffe, au choix
des amateurs o il est, lui seul, tout le spec-
tacle; o il est, en effet, la fois, representation,
action, caractres, intrigues et dnouement; o il
est le seul personnage agissant, parlant et surtout
crivant; o il ne s'embarrasse, ni des sentiments,
ni des reactions des autres; o rien, ni personnel,
ne parat s'interposer entire lui et la ralit, o
ses mobiles criminals, son effrayante cupidit suf.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


fisent toutes ses combinaisons; o, enfin, c'est
de lui-mme, de son propre fond, qu'il tire toutes
les ficelles par quoi il s'ingnie pntrer, avec
effraction, dans les fonds des autres. Et comme il
s'aperoit qu'un tel personnage, monopolisant
toute la scne, deviendrait la longue monotone
et fastidieux, il l'agrmente de temps autre de
quelque varit, de quelques exploits funambules-
ques qui font parler de lui, qui satisfont son in-
satiable besoin de cabotinage exploiteur. On peut
rappeler ce sujet les fameuses grves de la
faim, que le sieur Emile Rigaud faisait dans la
prison de Port-au-Prince et don't il sortait toujours,
le lendemain, plus gras et plus joufflu que la
veille. Et lorsque des maladies, ou simplement
le besoin de changer d'air le font passer de la
prison l'Hpital Gnral, l encore, il s'inquite,
il se proccupe d'ajouter de nouveaux fleurons
sa gloire ambulancire. Personne, dans cette ville,
n'a pu oublier la folle, Famusante quipe o,
un soir, Emile Rigaud, dguis en soeur de Cha.
rit ou en infirmire, escaladait les murs de h1i.
pital et prenait la cl des champs, sous le pr.
texte que des gens mystrieux, des hommes ha.
bills de noir (des zombie ou des loups-garous,
probablement) pntraient, la nuit, dans sa cham-
bre et le rossaient d'importance avec des btons...
en caoutchouc... C'est ainsi que le sieur Emile
Rigaud jouait au martyr. Mais c'est un rle qu'il
joue trs mal, car chaque fois qu'il s'y essaie, il
verse de plus en plus dansle grotesque.








AFFAIRES EMILE RIGAUD


Nous allons donc vous montrer successivement
1) Emile Rigaud lanant son scandal, 2) Emile
Rigaud devant le Tribunal Civil de Port-au-Prince,
jugeant en ses attributions commercials, 3) Emile
Rigaud devant le Juge d'instruction et 4) Emile
Rigaud devant le Tribunal Criminel. Jespre qu'il
s'en dgagera pour vous une synthse assez prcise
et assez complete de son criminal odysse et qui
pourra vous tre de quelque utility.




A-Emile Rigaud lance son scandal.

Comment le lance-t-il? Par une assignation, sans
doute, mais, comme toujours, sa manire tumul.
tueuse, en l'accompagnant d'un tapage norme.
Avant mme de parvenir son destinataire, cette
assignation, ou plutt ce qui en faisait l'objet,
ce qu'elle contenait, tranait, en effet, dans les
cafs, dans les audiences, dans les rues. On en
parlait dans son monde et la ville. On se mon-
trait les photographies du faux bon qu'il faisait
circuler audacieusement et qui tait mme devenu
un objet de commerce. Et mme, certain jour-
naux sa dvotion car il avait tout prvu-
paulaient dj le scandal, prenaient parti, pre-
naient position priori, sans s'inquiter le moin-
drement, par une sorte de probit intellectuelle
qui est le partage de tout homme d'une culture
mme moyenne, de savoir quel dveloppement









AFFAIRS EMILE RIGAUD


cette affaire allait prendre, ou par quelles pri-
pties elle tait susceptible de passer devant la
justice o l'on venait de nous appeler.
Cette ouverture des matres chanteurs de Port-
au-Prince (ne pas confondre, videmment, avec
ceux de Niremberg, clbrs par Wagner, et qui
n'ont aucun rapport avec les ntres), cette over.
ture des matres chanteurs de Port-au-Prince, fut
assurment une trs grosse surprise pour tout le
monde. Elle le fut surtout, cela va de soi, pour
celui que ce prlude aux sonneries clatantes an-
nonait comme devant tre le motif principal, le
thme central du genre de composition ou de
machination lyrique, qui devaient, par la mme
occasion, assurer au sieur Emile Rigaud la plus
honteuse et la plus retentissante des clbrits.
A la vrit, ce fut pour moi beaucoup plus que
de la surprise. Ce fut littralement de la stupeur..
Considrez, en effet, ceci, Magistrats:
Vous tes tranquillement chez vous, tout la
paix et peut-tre la joie de votre foyer. Vous
n'tes ni un commerant, ni un banquier, ni un
industrial, ni un agent d'affaires. Vous n'avez enfin
aucun rapport avec ces milieux o se brassent et
s'agitent les intrts matriels des hommes. Votre
activity se dveloppe dans une ligne complte-
ment diffrente: vous tes, par example, un pro-
fesseur, un mdecin, un juge. Et votre vie bien
rgle, bien quilibre, s'coule, discrtement, dans
la douceur consolante des climats de l'esprit on









AFFAIRS EMILE RIGAUD


des activits humanitaires. Mais un jour, pour-
tant, vous entendez frapper soudain la porte.
On va ouvrir. Quelqu'un entire. C'est un huissier.
Il tient la main le paper qu'il va vous remettre,
l'assignation qu'il va vous signifier, et son stylo
est dj brandi pour l'indispensable*et fatal par-
lant ......Et de fait, comme on dit dans l'argot
des procedures, il parle votre personne...
-Qu'est-ce que c'est, demandez-vous?
C'est une assignation.
Pour moi?
Oui, Monsieur.
Ce n'est pas possible, il y a erreur.
Et tandis que vous rptez plusieurs fois de sui-
te, comme un homme interloqu, ce n'est pas
possible, il y a erreur, l'huissier s'est clips. Il
a achev sa besogne et vos ennuis commencent.
Vous lisez plus compltement le paper qu'il
vous a laiss. Vous n'en croyez pas vos yeux... C'est
tellement extraordinaire, tellement stupfiant, que
vous en arrive vous demander si ce n'est pas
une farce, une mauvaise farce. Vous relisez avec
plus d'attention. C'est pourtant ce qu'il y a de
plus srieux. C'est clair. Vous devez comparatre
devant le Tribunal pour vous entendre condamner
payer un Sieur X, que vous ne connaissez pas
ou que vous connaissez peine, une some de......
qu'il prtend que vous lui devez depuis des mois
ou des annes, en vertu d'une obligation que vous
lui auriez souscrite telle date...









AFFAIRES EMILE RIGAUD


Vous vous nervez de nouveau.
-Moi, j'ai souscrit une obligation au Sieur X?
Moi, j'ai sign un tel papier?... Mais o? quand?
comment? pourquoi?
Vous passed de l'nervement un vritable tat
de prostration qui dure des heures et mme des
jours. Vous en sortez tout abasourdi, tout meurtri,
de cette tuile qui vous a frapp droit au cour.
Mais il faut vous tirer le plus promptement pos.
sible de la pesanteur et de la langueur o vous
tes, vous ressaisir, reprendre vos sens, pour en.
visager avec calme la situation qui vous est faite
par l'assignation que vous avez reue. Car si vous
ne faisiez rien, si vous restiez dans l'inaction, cet.
te situation serait susceptible de devenir plus en-
nuyeuse pour vous. Vous vous mettez rflchir.
Que faire? Vous vous trouvez en presence d'une
alternative ou bien, par crainte d'un scandal au-
tour de votre nom, composer avec l'escroc ou le
matre chanteur, -car c'est surtout cette peur du
scandal qu'il exploit contre vous- et qu'il ex-
ploiterait davantage, avec une audace et un cynis-
me accrus, si, par hasard, vous tiez un person-
nage politique de marque, comme par example,
un ancien chef de gouvernement --ou bien, si
vous considrez qu'une telle faiblesse serait indi-
gne de vous, et d'ailleurs inutile, mettre toute vo-
tre confiance dans les Juges qui vont connatre de
l'affaire, qui vont juger le procs qui vous est in-
tent, et les aider arracher le masque qui couvre









AFFAIRES EMILE RIGAUD


le gangster cach sous ce sieur X qui vous a si
audacieusement attaqu. C'est naturellement ce
dernier parti que vous prenez. Vous constituez
donc avocat et vous voil faisant des frais de proc-
dure et autres pour une affaire qui, en some,
n'existe pas, n'a jamais exist. Pour vous, en effet,
c'est le nant. Pour l'autre parties, aussi, c'est le n-
ant. Il le sait bien, ce sieur X, qui a fait de vous
arbitrairement son dbiteur. Mais pour lui, c'est un
nant auquel, par une sorte de fiat, il a donn un
semblant d'tre, des apparences de ralit, au point
que ce nant ainsi camoufl en ralit peut mettre
en branle tout l'appareil judiciaire, le faire fono.
tionner vos dpens, et mme le faire servir, si
l'on n'y prend garde, au succs des pires combinai-
sons d'escroquerie on de chantage...
Et avant que la justice -qui, hlas, ne peut
dcidment pas aller plus vite- arrive recon-
natre que le sieur X -votre Sieur X est un escroc
de haut vol, qu'il avait fabriqu de toutes pices
la convention don't il vous rclamait audacieuse-
ment l'excution, que l'obligation dcoulant de
cette convention imaginaire est par consquent fic-
tive, inexistante; que le soi-disant instrument qui
la constate ne peut tre que faux; et avant qu'elle
se dcide lui mettre la main au collet et les me-
nottes aux poings, vous aurez eu, vous, soutenir
an long procs, un procs qui aura dur des an-
nes, o votre repos, la paix de votre foyer aura
t profondment trouble pour le reste de vos









AFFAIRES EMILE RIGAUD


jours si vous tes un homme d'un ge avanc-
et enfin ce sera peut-tre tout un plan d'existence
qui aura t irrmdiablement gch, parce que
vous aurez t accul un combat puisant contre
des ombres forcenes qui passaient et qui ont pas-
s en vous taisant le plus de mal possible.
Que de telles normits soient possibles dans
notre tat actuel de civilisation, et qu'elles trou-
vent surtout s'tayer sur des organizations judi-
ciaires existantes, pour se donner libre carrire,
mme jusqu' un certain point, c'est vraiment
quelque chose qui trouble l'esprit ou le dconcer-
te singulirement...



Ce tableau que nous venons de brosser grands
traits montre bien quels dangers tout le monde
demeure expos par l'audace incroyable des gangs-
ters, par les facilits, par les complicits politi-
ciennes qu'ils peuvent trouver, surtout dans ce
pays, pour perptrer leurs pires forfaits. Il montre
aussi la courbe qu'a suivie notre propre motion,
et comment cette motion s'est exprime, lorsque
je reus New-York, dans le courant du mois d'-
Octobre 1941, la lettre de mon jeune et divou
ami M. Jean Fouchard, me faisant une relation de
tout ce qui s'tait pass Port-au-Prince depuis
la cynique assignation du sieur Emile Rigaud, dit
Milo, et me remettant, en mme temps, un exem-
plaire de la photographic du Bon faux.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


Il me fallait donc, moi aussi, reprendre mes sens
pour envisager bien en face le trouble grave que
le sieur Emile Rigaud venait tout coup de jeter
dans mon existence. Ds le lendemain de la rcep-
tion de la lettre de Jean Fouchard, je lui adressai
un radiogramme ainsi conu: *
Faux sur toute la ligne. Combinaison diaboli.
que. Lettre suit.
Par le courier suivant, je constituai Me. Chris-
tian Latortue pour occuper sur l'assignation Emile
Rigaud et lui donnai les pouvoirs ncessaires pour
formuler et dposer, le cas chant, devant le Com-
missaire du Gouvernement prs le tribunal civil
de Port-au-Prince, une plainte contre le nomm
Emile Rigaud pour faux et usage de faux.
Mais quels renseignements donner Me. Chris-
tian Latortue? Car, pour moi aussi, cette affaire,
c'tait le nant. Elle n'existait pas. Elle ne pou.
vait pas exister. Comment donc tirer quelque chose
du nant pour prouver que c'est le nant? Coming.
ment essayer de rduire nant ce qui est dj le
nant? Sous quelque aspect qu'on l'envisage, le n-
ant demeure le nant. Le nant n'a pas de tmoins.
Aussi, n'en avons-nous cit aucun. Mais c'est prci-
sment, comme je l'ai fait remarquer plus haut, la
caractristique des escrocs, des faussaires ou des
matres-chanteurs, de donner au nant, leur n-
ant, un semblant d'tre, une apparence de ralit,
de l'amnager leur guise, de le colorer de cir-
constances extrieures, de l'habiller d'artifices, de









AFFAIRES EMILE RIGAUD


le nourrir enfin dans une ambiance de ruses, de
mensonges et de fraudes. Mais tout cela, en som-
me, n'est qu'un beau ballon en baudruche -un
ballon d'essai- de leur escroquerie, -que la Jus-
tice, comme dans l'espce prsente, arrive toujours,
tt ou tardp dgonfler, malgr les habilets et
les entraves qu'ils essaient d'apporter cette opra-
tion ncessaire.
C'est donc mes seuls souvenirs personnel que
je dus faire appel pour trouver quelques faits de
nature tablir tout de suite et sans l'ombre d'un
doute, l'impossibilit absolue de cette prtendue
operation qui serait intervene entire moi et le
sieur Emile Rigaud.
Ces souvenirs rassembls m'ont permis de faire
au Juge d'Instruction, lors de mon premier in-
terrogatoire, des dclarations prcises qui peuvent
tre rsumes comme suit:
1.- Je n'avais pas et je n'avais jamais en au.
cune espce de rapport avec le sieur Emile
Rigaud, et encore moins des rapports d'af.
fires.
2. J'avais t pendant longtemps l'ami de son
pre, M. Ernest Rigaud qui a t un des
premiers bnficiaires de mon Administra-
tion. Il avait t nomm, en effet, au dbut
de l'anne 1931, Ministre d'Hati la Ha-
vane et il aurait certainement conserv
cette function jusqu'au terme de mon man-








AFFAIRES EMILE RIGAUD


dat si, lui-mme, en abandonnant son poste,
ne m'avait oblig mettre fin sa mission.
3.- Ayant perdu sa place, M. Ernest Rigaud
cessa tout rapport avec moi. Les membres
de sa famille immediate devinrent aussitt
mes ennemis personnel et ceux de mon
Gouvernement. Un autre de ses file: M.
Georges Rigaud se livra des menes tel-
lement sditieuses que le Dpartement de
l'Intrieur dut faire procder son arres-
tation en vertu de la loi sur l'tat de sige.
Mais aussitt que les circonstances le per.
mirent il fut remis en libert. Je revis, ce-
pendant M. Ernest Rigaud quelque temps
aprs. Il avait fait une dmarche auprs
de moi au Palais National pour me deman-
der de bien vouloir signer en sa faveur un
Arrt concernant sa pension de retraite
qu'il venait de faire liquider au Ministre
des Finances. J'aurais pu profiter de cette
occasion pour me venger de son attitude
et de celle des siens envers moi et refuser
de signer cet Arrt. On sait que ce n'est
pas dans ma manire. Je signal l'Arrt. Et
c'est ainsi que M. Ernest Rigaud jouit, de-
puis prs de dix annes, d'une pension de
Cinq Cents gourdes par mois.
4.- Il demeure donc bien certain que, dans de
telles circonstances, le sieur Emile Rigaud,
fila de M. Ernest Rigaud et, par un formi-
dable et aveugle esprit de famille qui s'est









AFFAIRES EMILE RIGAUD


d'ailleurs rvl ds le dbut de ce procs
scandaleux, solidaire des amitis comme
des inimitis politiques ou autres de son
pre, il est donc certain que le sieur Emile
Rigaud est le dernier individu auquel j'au-
rais eu m'adresser pour un prt d'argent,
mme si, par impossible, et l'poque qu'il
dit, j'aurais eu besoin de faire une opra-
tion de ce genre. J'avais, dans mes relations
personnelles, trop d'amis qui, aussitt que
je leur en aurais exprim le dsir, se se-
raient empresss de se mettre ma dispo-
sition avec ou sans les garanties immobili-
res que j'aurais pu leur offrir.
5. Il demeure non moins certain que pouvant
disposer, au 15 Mai 1940, date fantaisiste,
arbitrairement et maladroitement donne
par le sieur Emile Rigaud son faux Bon,
d'une pargne plus que trois fois suprieure
la some que le dit sieur Emile Rigaud
dit Milo, prtend m'avoir prt, l'opration
la fois inutile, stupid, onreuse et humi.
liante qu'il m'attribue reste absolument in-
concevable.
. -D'aprs le sieur Emile Rigaud, son prten-
du prt devait tre rembours dans un
dlai de deux mois: 15 Mai 1940- 15 Juil-
let 1940 (voir le Bon). En admettant, par
impossible, que je n'eusse pas voulu tou-
cher mon compete d'pargne la Banque








AFFAIRS EMILE RIGAUD


Royale du Canada, (1) j'avais bien d'autres
moyens, en dehors des amis srs auxquels
j'aurais pu m'adresser, de me procurer cette
valeur qui n'atteignait pas mme trois mois
de mes indemnits. Il suffit d'invoquer ici
l'usage courant des dpassements de dou-
zimes budgtaires pour avanices d'appoin-
tements aux fonctionnaires et employs
publics qu'autorisait le Conseil des Secr.
taires d'Etat, ou une dmarche auprs de
la Banque Nationale de la Rpublique
d'Hati qui ne m'aurait pas refus un prt
de Cinq Mille dollars en 1940, une po-
que o j'aurais pu lui offrir des garanties
immobilires, puisque, en 1930 elle n'avait
pas hsit me prter, sans aucune garantie
ni mobilire ni immobilire, une some de
Vingt Cinq Mille dollars qui lui a t rem*
bourse compltement en 1934, capital et
intrts (2). Donc, sous quelque aspect
qu'on envisage la convention fabrique par
Emile Rigaud, il ne tombe pas sous le sens
commun qu'elle et pu tre contracte par
moi avec cet individu.
7.- En dehors de ces souvenirs personnel, je
trouvai dans l'acte d'assignation mme, des
invraisemblances, des maladresses, des

(1) Voir pices cotes a, b, c, pages 115, 116, 117 de
ce volume.
(2) Voir pices annexes cotes d et e, pages 118, 119, 120
de ce volume.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


contradictions, des mensonges au sujet de
la date du Bon, des prtendues visits du
sieur Emile Rigaud au Palais National,
avant, pendant et aprs la conclusion de
sa prtendue convention, de son inaction
qui serait pour le moins trange, aprs
toute l'activit qu'il dit avoir vainement
dploye pour avoir paiement de son faux
Bon chu depuis le 15 juillet 1940, soit
deux mois aprs la date o il aurait t
souscrit, activity qui cessa, en effet, just
au moment o mon mandate venait de pren.
dre fin, c'est--dire au 16 Mai 1941, donc
au moment prcisment o, pour me servir
des expressions de l'assignation, je ne pou-
vais plus abuser de ma quality de Chef
de l'Etat pour ne pas payer la dette. Du
16 Mai 1941 jusqu'au 10 Juin de la mme
anne, du 10 juin 1941 jusqu'au 10 Octo-
bre suivant, mon extraordinaire crancier
qui, tandis que j'tais encore Prsident,
affirme avoir fait tant de dmarches au
Palais pour avoir paiement de son Bon, ne
donne pas signe de vie son soi-disant d-
biteur. Il n'opra aucune saisie sur les fonds
que celui-ci avait en dpt dans les deux
Banques de Port-au-Prince. Il ne prit au-
cune precaution contre son prtendu d-
biteur, et c'est librement, en toute scurit,
que ce dernier pt retire les fonds qu'il
avait et la Banque Royale du Canada et








AFFAIRES EMILE RIGAUD


la Banque Nationale de la Rpublique
d'Hati. Cette trange inaction de la part du
sieur Emile Rigaud, que tout le monde
connat aujourd'hui, n'a qu'une explica-
tion: c'est que, jusqu'au 10 Octobre 1941,
il n'avait pas encore fabriqu sa convention
ni, par consquent, le faux dont il a fait
usage pour en rclamer paiement.
Toutes ces circonstances, plus curieuses
les unes que les autres, ont t clairement
exposes dans mon premier interrogatoire
devant le Juge d'Instruction Odilon Char-
les, interrogatoire auquel je prends la li-
bert de rfrer les honorables Membres
du Tribunal de Cassation pour ne pas trop
prolonger ce mmoire.



B.-EMILE RIGAUD devant le Tribunal Civil de
Port-au-Prince, jugeant en ses attributions
commercials.
Ici, c'est le rideau qui se lve, comme pour une
representation thtrale, et le mlodrame du sieur
Emile Rigaud commence.
Au Tribunal du Commerce o le Rigaud
m'appelle pour m'entendre condamner lui payer
la valeur qu'il prte.d m'avoir prte le 15 Mai
1940 pour les besoins de mon commerce? mon
avocat demand communication de la pice sur-








AFFAIRES EMILE RIGAUD


laquelle mon soi-disant crancier base sa rclama-
tion.
Le sieur Emile Rigaud refuse purement et sim-
plement de faire cette communication. L encore,
il entend se singulariser. La pratique courante, les
usages normaux de la procedure, les dispositions
formelles de Particle 88 du Code de procedure ci.
vile qui, de mmoire de juge ou d'avocat, n'ont
jamais fait r'objet d'aucune discussion devant au-
cun Tribunal, tout cela n'existe pas pour lui....
Il est au-dessus de la Loi. Que la communication
des pices, sur lesquelles une parties prtend fon-
der une action judiciaire quelconque, contre une
autre parties, soit une formalit lgale inconteste,
Emile Rigaud a dcid, lui, que personnel ne ver-
rait le fameux Bon que je lui aurais souscrit. II
en parle, il dit qu'il existe, en distribue des photo-
graphies, cela doit suffire tout le monde, aussi
bien la parties attaque qu'au tribunal lui-mme.
Aussi ne trouve-t-il rien de mieux faire, aprs
son refus de communiquer, que de nous sommer
d'audience pour plaider l'affaire au fond. Cette
attitude malhabile des demandeurs dpassait vi-
demment toute measure. Non seulement elle en-
travait notre droit de defense, mais elle tablissait
clairement -ce que nous savions dj- que si le
sieur Emile Rigaud dtenait un Bon quelconque
qu'il disait avoir t souscrit et sign par moi, ce
Bon ne pouvait tre que faux et l'usage qu'il vou-
lait en faire ne pouvait tre que l'usage d'un faux.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


C'est alors que, conformment au mandate en bon-
ne et due forme qu'il avait reu de moi, Me.
Christian Latortue dposa devant le Commissaire
du Gouvernement prs le Tribunal Civil de ce
resort une plainte contre Emile Rigaud pour faux
et usage de faux.
*

C.-EMILE RIGAUD devant le Juge d'Instruc
tion.-
Sur la plainte que notre mandataire special, Me.
Christian Latortue dposa en notre nom et pour
notre compete, le 21 Octobre 1941, devant Monsieur
le Commissaire du Gouvernement prs le Tribu-
nal Civil de Port-au-Prince, contre Emile Rigaud,
pour faux en criture prive et usage de ce faux,
une instruction fut ouverte et conduite par l'ho-
norable Juge Odilon Charles.
Sur l'ensemble des dclarations faites par le sieur
Emile Rigaud devant ce Magistrat, je prends la
libert de vous rfrer aux Mmoires (pices an-
nexes cotes 1, 1 bis, I ter.) (1) que j'ai eu adres-
ser au Tribunal de Cassation et dans lesquels se
trouvent rsums, point par point, les rfutations
et les dmentis premptoires que je leur ai opposes.
Nous tenons rappeler surtout ici l'attitude plus
que suspect de Emile Rigaud, en ce qui concern
la production de l'original du Bon don't il rcla-
mait le paiement.

(1) Voir la dite pice reproduite aux pages 120 157
de ce volume.








AFFAIRS EMILE RIGAUD


Contre tous les usages en vigueur dans les Tri-
bunaux, en dpit des dispositioins formelle3 de
Part. 88 du Code de Procdure Civile, le sieur E.
mile Rigaud, malgr tous les efforts tents cdans
ce sens lorsque la cause fut appele devant le Tri-
bunal Civil, jugeant en ses attributions commer-
ciales, avait refus comme nous Favons dj dit,
de nous communiquer le prtendu titre sur lequel
il basait la demand continue dans son assigna-
tion du 10 Octobre 1941.
Or Emile Rigaud refuse encore de faire cette
communication devant le Juge d'Instruction. Ds
le dbut de l'information, le Juge Odilon Charles,
comme c'tait son devoir, demand au prvenu de
lui remettre la pice argue de faux. Le sieur E.
mile Rigaud rpond que, dans la crainte de se voir
enlever son paper, il l'avait confi son avocat
et il demand un dlai de cinq jours pour le pro-
duire. Cinq jours, quand on est dans la mme
ville et qu'on peut se voir tout instant, pour aller
chercher un morceau de paper et le rapporter au
Juge! Cinq heures seraient dj un dlai plus que
suffisant.

Condescendant et bnvole, le Juge Odilon Char.
les accord ce dlai de cinq jours. A l'expiration du
dlai, au lieu d'apporter au Magistrat son fameux
Bon, le sieur Emile Rigaud lui adresse une carte
pour lui dire que sa femme tant souffrante, il ne
pourrait passe prsenter son Cabinet et qu'il s'y
rendrait deux jours plus tard, avec son paper.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


Le Juge se montre encore d'une patience incro-
yable. Il attend. Mais toute cette longanimit du
Magistrat instructeur n'a servi rien. En effet, en
guise de la pice indispensable l'information que
le sieur Emile Rigaud lui avait formellement pro.
mis de lui apporter deux jours aprs l'expiration
du premier dlai de cinq jours, c'estune demand
en dessaisissement, pour cause de suspicion lgi-
time, qui lui tombe sur la tte. Emile Rigaud s'-
tait visiblement moqu de lui. Ce mystificateur
n avait ainsi trouv le moyen de bloquer l'infori
mation, car ce ne sera que le 26 mars 1942, soit
cinq longs mois aprs qu'un Arrt du Tribunal de
Cassation viendra rejeter cette demand en des-
saisissement et permettre alors au Juge Odilon
Charles de reprendre les poursuites.
Je n'en finirais pas rappeler toutes les tergi-
versations enfantines et toutes les lucubrations
extravagantes auxquelles le prvenu et son avocat,
recoururent, l'instruction une fois reprise, pour ne
pas obtemprer l'injonction du Magistrat ins-
tructeur de soumettre la pice incrimine.
Ces scnes de comdie n'avaient videmment
d'autre but que de gagner du temps et de permet-
tre au prvenu d'imaginer d'autres moyens, d'au.
tres trucs pour sortir de l'engrenage dans lequel
il se sentait pris sans retour. Mais elles taient en
mme temps absolument concluantes. Car enfin,
si Emile Rigaud tait tellement sr de son droit,
il semble bien que c'est avec le plus grand em-








AFFAIRES EMILE RIGAUD


pressement, au contraire, qu'il produirait la pice
sur laquelle il basait sa demand en paiement. Or,
il refuse d'abord de communiquer la dite pice
au Tribunal de Commerce. Il ne s'meut pas da-
vantage, lorsqu'il se trouve devant le Juge d'Ins.
truction pour faux et usage de faux. Positivement,
il se paie la tte du Magistrat. II le mystifie. Et
finalement il refuse de nouveau de produire la
pice. Il croit pouvoir bafouer avec tranquillit et
la justice civil et la justice criminelle.
Comment donc Emile Rigaud, qui a pourtant
des avocats, peut-il se figure qu'il obtiendrait un
jugement de condemnation en paiement, au civil,
ou qu'il serait renvoy des fins de la plainte en
faux et usage de faux, sans qu'aucun des juges de-
vant lesquels il se prsenterait, et vu la pice qui
tait le pivot de toute l'affaire? Cette crainte, cette
peur presque maladive de montrer cette pice,
n'tait-elle pas suffisante seule pour convaincre
l'esprit le moins prvenu de la culpabilit d'Emile
Rigaud? Ne prouvait-elle pas que la convention
don't il se rclamait tait aussi fictive et inexistan-
te que racte qui le constatait tait faux?
Ainsi en a jug bon droit l'Ordonnance du 16
Juin 1942, qui, nonobstant le refus du prvenu de
lui soumettre l'original de la pice incrimine,
renvoya Emile Rigaud par devant la jurisdiction
comptente, sous la prevention de faux et usage
de faux mon prejudice. (Voir Pice annexe co-
te 2). (1).
(1) La dite pice est dj publie dans le ler vol. faire Emile Rigaud>, pages 49 90.








AFFAIRES EMILE RIGAUD


POURVOI EN CASSATION D'EMILE RIGAUD
contre l'Ordonnance du 16 Juin 1942.-
Jamais pourvoi n'aura t plus tmraire que
celui exerc par Emile Rigaud contre la dite Or-
donnance du 16 Juin 1942. Il est certain que le
prvenu vise bien moins obtenir la rformation
de l'Oeuvre solide et inattaquable de l'honorable
Juge Odilon Charles, qu' trouver une nouvelle
occasion de continue en imposer. En effet. La
requte contenant ses moyens de cassation -un li.
belle la vrit plutt qu'une requte-n'est qu'un
tissu d'injures et de calomnies l'adresse du plai.
gnant, du Juge Odilon Charles, des tmoins qui
ont dpos l'instruction, sans mme excepter une
jeune fille gnralement respecte et surtout de
moi. Et quant aux moyens eux-mmes, leur inanit
manifeste ne pouvait qu'entraner infailliblement
le rejet du pourvoi. Ds lors, on s'aperoit ais.
ment que le but essential poursuivi cette fois par
Emile Rigaud, est surtout d'essayer de rparer ou
plutt d'attnuer sa lourde faute d'avoir laiss
l'instruction se poursuivre et s'achever sans avoir
soumis la pice incrimine. Empruntant alors l'at-
titude et le ton que rclame le nouveau coup de
thtre qu'il veut jouer en la circonstance et aprs
avoir bien calcul l'effet produire, il profit de
l'occasion pour dposer enfin l'original du fameux
Bon don't il ne s'tait content jusque l de ne pro.
duire qu'une photographic.
Comme il tait facile de le prvoir, le Tribunal









AFFAIRES EMILE RIGAUD


de Cassation, par son Arrt dat du 19 Janvier
1943, rejeta comme mal fond le dit pourvoi d'E-
mile Rigaud, et sans s'arrter, au surplus, l'ori.
ginal du Bon qui fut soumis pour la premiere fois
dans les dbats, il dcida que cette pice pourra,
s'il y chet, tre robjet d'un examen special de-
vant la Juridiction de jugement (V. pice annexe
cote 3). (1)
Vritablement cette nouvelle initiative d'Emile
Rigaud ne pouvait aboutir une autre issue.
Dans le dbordement d'injures, d'outrages et
d'invectives que constitute la requte du prvenu,
on cherche en vain des preuves ou des arguments
susceptibles d'amoindrir les indices et charges re-
levs contre lui par l'Ordonnance du Juge Odilon
Charles. Il n'y en a pas. Et c'est prcisment parce
qu'il n'en avait pas son service, qu'il a cru pou.
voir s'en tirer par des grossirets et des imperti-
nences d'une violence telle, que le ridicule du pro.
cd -qui est d'ailleurs classique- l'emporte vrai-
ment sur tout ressentiment.
La precision et robjectivit des dclarations fai.
tes par moi au Juge d'Instruction, contrastaient
trop avec le vague et l'obscurit des faits exposs
par le prvenu et consorts, pour que ces derniers
n'essayassent pas de mesurer M. Stnio Vincent
leur aune. Ils l'ont en effet, dans leur incroyable
requte, accus d'avoir parl du sieur Ernest Ri-

(1) Cette pice est publie dj dans le ler volume: Af-
faires Emile Rigaud, pages 109 123.









AFFAIRES EMILE RIGAUD


gaud, le pre du prvenu -et aussi, disent-ils le
bienfaiteur> (Juste Ciel!) de M. Stnio Vincent-
en termes mensongers et malhonntes.
On remarquera qu'ils se sont bien gards de
prciser ces termes mensongers et malhonntes.
Je ne crois certainement pas m'&re exprim en
termes mensongers et malhonntes envers M.
Ernest Rigaud, lorsque j'ai dit qu'il a t un des
premiers bnficiaires de mon administration et
qu'il avait t nomm, ds le dbut de cette ad-
ministration, Ministre d'Hati la Havane. J'ai
ajout, il est vrai, que M. Ernest Rigaud n'tait pas
prcisment qualifi pour une pareille function,
parce qu'il savait bien qu'il ne possdait pas les
connaissances spciales (Droit, Histoire, Economie
Gnrale, etc...) que requiert l'exercice d'une telle
function. O y a-t-il l des terms mensongers et
malhonntes ?
J'avais t amen faire devant le Juge d'Ins-
truction une sorte d'historique de la conduite de
M. Ernest Rigaud dans ses functions de Ministre
d'Hati Cuba - expliquer comment, ayant cru
devoir mettre fin sa mission diplomatique dans
ce pays et n'ayant pas pu lui donner satisfaction,
en le dsignant pour occuper le mme poste
Berlin qu'il avait sollicit (1) le dit sieur Ernest Ri-
gaud, mcontent, avait immdiatement rompu tout
rapport avec moi et avait pris, ds cette po-

(1) Voir lettre du 31 Mars 1934 d'Ernest Rigaud, repro-
duite en note aux pages 122 et 123.









AFFAIRES EIILE RIGAUD


que, c'est--dire ds 1936, une attitude qui dno-
tait clairement qu'il n'tait plus ni mon ami per-
sonnel, ni celui de mon Gouvernement. C'tait u-
niquement pour montrer au Juge qu'une telle si-
tuation ayant alors exist entire le sieur Ernest
Rigaud et moi? je ne pouvais pas raisonnablement
-aprs m'tre trouv de plus dans la ncessit
d'ordonner l'emprisonnement de M. Georges Ri-
gaud, le frre du prvenu- m'adresser, ni mme
penser m'adresser au fils de M. Ernest Rigaud
et au frre de M. Georges Rigaud pour un prten.
du prt d'argent.
Et c'est tout.
Contrairement aux assertions inconsistantes d'E-
mile Rigaud et consorts, je me surprenais quelque.
fois, -tandis que M. Ernest Rigaud perdant tout
contrle de lui-mme et devenant l'esclave de sa
colre, s'en allait par la ville, vocifrant contre
moi, je me surprenais quelquefois me demander
comment chez un pre de famille de plus de 75
ans peut-tre et chez un oncle dans les environs de
80 84 ans, comment chez ces hommes qui se rap-
prochaient chaque jour davantage de la Grande
Vrit total et finale, n'avait pas surgi, pas mme
une seule fois, une lueur de sagesse et de raison-
comment ils n'avaient pas cherch eux-mmes et
spontanment se faire un jugement sain sur cette
triste affaire, en causant franchement et affectueu-
sement avec leur fils, en lui reprsentant les gra-
ves consequences de l'aventure o, peut-tre, il








AFFAMUES i MI RIGAUD)


s'tait jet tourdiment, entran et chauff blanc
par des politicians de sac et de corde qui encom-
brent ce qu'on appelle la vie politique hatienne.
Mais, au lieu de cette conduite de sagesse et de
raison, il parat qu'ils ont t les premiers pous-
ser la roue. Leur fils avait dit que je lui avais
sign, le 15 Mai 1940, un Bon etc. CGla ne pouvait
tre que la vrit, puisque c'tait leur fils qui l'a-
vait dit. Je m'tonnais que, pas une minute, l'ide
ne leur fut venue que ce fils avait pu tre entran
dans une venture qui pouvait lui tre funeste,
qu'il avait pu, dans un de ces moments d'aveugle-
ment o l'on perd la conscience des choses, s'tre
laiss garer par une dfaillance morale ou par
la passion, la passion politique, la pire de toutes
dans ce pauvre pays et que, prcisment parce
qu'ils aimaient leur fils, c'tait leur devoir, leur
plus natural devoir, d'essayer de tirer au clair une
situation que les circonstances mmes dans les-
quelles elle a pris naissance, commandaient aux
moins clairvoyants d'envisager et de considrer
d'abord sous cet aspect.
Cependant une double dmarche qui fut tente
auprs de moi me laissa l'impression qui ne dura
gure, que cette lueur de sagesse et de raison don't
nous parlions plus haut, avait soudain illumin
l'esprit des parents et des proches allis d'Emile
Rigaud... En effet.

La premiere dmarche fut entreprise par Me.
Luc Thard, alli la famille Rigaud. L'ayant ren-









AFFAIRES EMILE RIGAUD


contr, par hasard, la maison mortuaire de mon
regrett ami le Snateur Morailles, (fvrier 1942),
il demand me parler seul seul. Alors il me tint
peu prs le language suivant:
Mon cher Prsident, me dit-il, est-ce qu'on ne
pourrait pas arranger cette malheureuse affaire
d'Emile Rigaud? Je pourrais volontiers m'y em-
ployer, si vous n'y voyez pas d'inconvnient!...
D'un ton plutt dtach et comme pressentant
l'impossibilit de la chose, puisque le scandal avait
dj clat, je lui rpondis:
Je voudrais bien, mais je ne vois pas comment
elle pourrait s'arranger. A moins que vous trou-
vies vous-mme une formule susceptible de me
adonner pleine et entire satisfaction.
Abondant dans mon sens, Me. Luc Thard parut
se rserver de rechercher cette formule et l-dessus
nous nous sparmes.
Depuis, m'ayant fait autant que je me rappelle,
deux visits amicales Ptionville, avant mon
second dpart pour les Etats-Unis la fin d'Aot
1942, -visites que je lui ai rendues- Me. Lue
Thard ne me reparla plus de l'affaire Emile Ri-
gaud et je ne cherchai point savoir pourquoi.
La second fois, Ernest Rigaud fit personnelle-
ment, avec, disait-il l'autorisation express de son
fils, une nouvelle dmarche auprs de M. Fombrun,
alors Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures,
pour lui demander s'il n'accepterait pas de me








AFFAIRS EMILE RIGAUD


proposer qu'une tierce personnel ft agre dans
le but de trouver un moyen de mettre fin cette
affaire. M. Fombrun qui n'est cependant pas mon
ami (encore la politique!...) consentit faire part
de la dmarche de M. Ernest Rigaud M. Chris-
tian Latortue, un de mes avocats. Celui-ci rpondit
qu'il lui fallait d'abord consulter son client, mais
que, connaissant l'homme de coeur que je suis, il
est peu prs sr que, si le maximum de satisfac-
tion m'tait donn, je n'aurais en ce qui me con-
cerne, aucune objection ce qu'on pt trouver un
moyen de mettre fin l'affaire. Me. Latortue
suggra alors que la tierce personnel pourrait tre
Me. Charles Franck Roy, qui, quoique tant un
de mes avocats, avait assez d'autorit morale et
social, pour inspire confiance l'autre parties.
M. Fombrun promit de transmettre cette sugges-
tion M. Ernest Rigaud, ce qui fut fait, croyons-
nous, ds le lendemain mme. Tout en rendant
hommage au caractre de M. Charles Franck Roy,
M. Ernest Rigaud object que M. Roy tait l'un
de mes avocats dans l'affaire et qu'il serait mieux
qu'on s'entendt sur le nom d'une personnel abso-
lument neutre. Il ne s'agissait pas d'un arbitre,
mais de quelqu'un qui serait charge de transmet-
tre aux parties les propositions de l'une et de l'au-
tre, et de suggrer, le cas chant, les formules de
solution qu'il estimerait les plus appropries.
On en tait l, lorsque M. Fombrun donna sa
dmission de Secrtaire d'Etat des Relations Ext-
rieures. Quelques jours aprs, Me. Christian La-









AFFAIRES EMI4LE RIGAUD


tortue ayant tlphon M. Fombrun pour lui
demander de lui fixer un jour o il pourrait lui
faire une visit de sympathie, M. Fombrun lui
rpondit qu'il le recevrait le lendemain. La visit
eut lieu. Et comme M. Latortue s'informa auprs
de M. Fombrun o il en tait avec la dmarche de
M. Ernest Rrgaud, il lui fit savoir que, depuis sa
dmission, il n'avait eu aucune nouvelle de M.
Ernest Rigaud.
La *ellit de M. Ernest Rigaud avait donc avor-
t aussi soudainement qu'elle avait pris naissance.
Ce qu'on avait pu prendre pour une lueur de sa-
gesse dans la nuit des passions et des haines, avait
compltement disparu. Les tnbres avaient repris
le dessus. Et c'est ainsi que les drglements de
l'Orgueil maintenaient encore Emile Rigaud dans
les piges de la tentation.
Cette dernire dmarche de M. Ernest Rigaud
auprs de M. Fombrun pour le soi-disant carran-
gement qu'il avait l'air de rechercher n'ayant pas
about, nous perdmes ds lors toute confiance dans
ce sursaut de sagesse et de raison qui, dans leur
propre intrt, clairerait la conscience visible-
ment tourmente de Emile Rigaud et courberait
son satanique orgueil. Les vellits inquites et
troubles des proches parents et allis qui agissaient
en son nom, ne nous rassuraient gure. Car, tout
en paraissant dsirer qu'on leur tendt une perche
pour sauver du naufrage leur fameux rejeton qui
se noyait, il ne fallait pas cependant qu'ils nous








AFFAIRES EMILE RIGAUD


en fussent redevables en quoi que ce soit. Ils vou.
laient bien la saisir, mais la condition qu'on ne
vt pas la main qui la leur tendait et qu'on ft
persuade le cas chant, qu'ils s'taient dgags
tout seuls et leur advantage, du tourbillon qui
les entranait. A la vrit, ils voulaient bien au
fond, de la perche, mais d'une perche qui, aussitt
qu'ils la saisiraient, se serait transforme, en leurs
mains triomphantes, en un pige dans lequel tom-
beraient navement notre bonne foi et notre bonne
volont. Calcul chimrique qu'ils durent aban-
donner eux-mmes, lorsqu'ils s'aperurent de son
absurdit et que nous n'tions nullement disposs
en tre dupe.
Et c'est ainsi que l'instruction de l'affaire Emile
Rigaud se poursuivit, avec ses multiples incidents,
jusqu' son aboutissement normal, c'est--dire i
la condemnation de cet individu par le Tribunal
Criminel de Port-au-Prince, ainsi que nous allons
le voir.



EMILE RIGAUD devant le Tribunal Criminel.-
L'accus fait salle comble. On a convoqu le ban
et l'arrire ban des cousins, des cousins, des cama-
rades, des bonnes amies et -initiative immorale
qui a certainement chapp l'attention du Dpar*
tement de l'Instruction Publique et qui aurait d
pourtant entraner l'application de sanctions aussi
lgitimes qu'exemplaires-- jusqu'aux lves d'un








AFFAIRES EMILE RIGAUD


certain tablissement scolaire accompagns de
leurs matres. Tout ce joli monde, bien styl par
des metteurs en scne qui n'ont rien pargn pour
la russite du spectacle, joue son rle merveille.
La pice se droule aussi bien dans la salle que
dans le box de l'accus!
C'est, en effet, dans un prtoire surchauff.
moins par la temperature extreme des ts ca-
rabes, que par les hystries braillarde. de
quelques irrassasies en folie de soi-disant haut
lignage, que se poursuivent les six fastueuses
journes de cette longue farce moyenageuse, avec
ses quolibets et ses facties, les jeux de clown et
les mimiques bouffonnes d'un bateleur paradant
et brlant ses planches. Dans cette atmosphere
bruyante de pique-nique nronien, l'accus est sur
la sellette comme s'il tait dans son salon. C'est
un Monsieur qui reoit. Il vise l'lgance. Il est
ras de frais, poudr et coiff. Il est en tenue de
ville. Il arbore ses plus belles cravates. Il prore,
fait des calembours, dgoise, avec tranquillit, des
ironies et des impertinences faciles. C'est l'histrion
belltre en mal de conqutes et d'applaudisse-
ments, le type classique du criminal matamore,
plastronnant pour la galerie et que la majest de
la Justice n'a jamais intimid. Aucune motion.
Pas la moindre pudeur. Une assurance calcule
o s'ambotent avec aisance ses audaces et ses cy-
nismes. Tandis qu'on se passe les paniers de vio-
tuailles, Monsieur se rafrachit aux entr'actes. Et
des femmes excites demandent boire dans son








AFFAIRS EMILE RIGAUD


verre tout ce qu'il pouvait y laisser de salive ou
de morve. Freud avait prvu cela, lorsqu'il ta-
blissait son systme philosophique sur une sorte
de vie intrieure domine par l'instinct sexuel,
lui-mme refoul par les exigences de la vie social.
Mais il semble que chez nous la vie social est ai
pauvre, si restreinte, que les refoulements n'agis-
sent pas et que, la moindre occasion, l'instinct
clate, dborde et s'tale publiquement.
L'accus Emile Rigaud a t seul citer des t&
moins. Comme nous l'avons dj dit, nous n'en
avons cit aucun. De quoi tmoigneraient nos t-
moins, puisqu'il s'agit d'une affaire sortie tout en-
tire de l'imagination diabolique du dit Emile
Rigaud? Les tmoins dfilent donc un un devant
l'honorable Doyen Edouard Bordes. A sa fantai-
sie, l'accus retient les uns et renonce l'audition
des autres. Mais il arrive ce fait trange qu'aucun
de ces tmoins dcharge et entendus dans la cau-
se ne peut' renseigner la Justice sur l'affaire. Ils
n'en savent absolument rien. Alors l'accus se rabat
sur une lettre d'un nomm Lue Vincent rapportant
des confidences que je lui aurais faites; il se rabat
galement sur une srie de questions tendant
montrer que le plaignant n'avait pas l'habitude
de payer ses dettes. Est-ce que il y a quinze ane
ou vingt ans, le plaignant n'avait pas achet ceci
du sieur X, ou cela de Madame Z, et qu'il n'avait
pas pay? L'accus n'est pas plus heureux dans
ce systme de defense. Il mne alors grand bruit
autour de dettes lectorales qui n'auraient point








AFFAIRES EMILE RIGAUD


t rembourses feu Me. Seymour Pradel, d'un
solde de compete de $159.55 que je serais rest
devoir, douze annes durant, Andr Vieux, te-
nancier d'une maison d'picerie.
Voyons donc un peu de qui et de quoi il s'agit.

A.-Et d'abord, qui est celui qui se fait appeler
LUC VINCENT et qui j'aurais confi avoir sign
une obligation en faveur d'Emile Rigaud?
Sans m'attarder inutilement analyser le pr-
tendu lien de parent don't se rclame le nomm
Luc VINCENT, j'affirme, pour ma part, que cet
individu n'a jamais t accrdit comme tel au.
prs de moi et que je n'ai jamais eu le consid-
rer ou le traiter, aucun titre, comme un mem-
bre de ma famille. J'affirme, du reste, que je n'ai
jamais entretenu avec lui aucune espce de rela-
tions qui pourrait m'entrainer avoir avec lui des
entretiens families, voire mme lui faire la con-
fidence rapporte dans sa susdite lettre Rigaud.
Non seulement, je n'ai pas un temperament com-
municatif ou expansif, mais il est tout fait grotes-
que d'imaginer que je pourrais m'oublier, moi,
Stnio Vincent, confesser un Luc VINCENT,
que je devrais des sommes d'argent celui-ci ou
celui-l, pour m'excuser-de ne pouvoir lui ten-
dre la main.
A la vrit ce n'est qu'une pauvre histoire qui
vaut ce que valent toutes les autres histoires faus-
ses et de faux qui encombrent ces dbats. D'ailleurs








AFFAIRES EMILE RIGAUD


on rpte couramment, depuis que Emile Rigaud
en a fait tat, que cette lettre a t fabrique au
grand jour, en presence de nombreux tmoins,
dans un tripot Carrefour, et que si ce petit pa-
pier en lui-mme ne vaut pas cher, il n'a pas moins
rapport $40 celui qui l'a contresign. Et j'ajou-
terai qu'il est mme surprenant que Emile Rigaud
qui excelle tant ce genre de trucks, n'ait pas pen-
s fabriquer en srie des attestations de mme
acabit, pour corser davantage son odieuse entre-
prise de chantage.
Quoi qu'il en soit, il semblerait, d'aprs ce qui
m'est revenue il n'y a pas longtemps, que ce Lue
Vincent, se faisant .passer pour mon neveu, avait
russi occuper un emploi non budgtaire d'aide
lectricien au Palais National, aux appointments
de CENT Gourdes, et s'y faire maintenir de 1930
1939, sans avoir jamais fourni aucun service ef-
fectif en cette quality. C'est l un fait banal qui se
passant dans l'administration hatienne, grce
la complaisance coupable des uns et des autres,
n'a rien pour tonner personnel.
Or, les vritables activits de ce Luc VINCENT
consistaient plutt recourir aux finasseries et aux
filouteries les plus oses, pour essayer de monnayer
le nom VINCENT qu'il porte sa faon.
Il y a pour en faire foi et renseigner sur la mora-
lit de ce digne compagnon de Milo Rigaud: lo.-
les poursuites judiciaires qu'exera contre lui, M.
Joe Pierre-Louis don't il abusa de la confiance:








AFFAIRES EMILE RIGAUD


2o.-les manuvres qu'il employa vainement pour
essayer de faire dlivrer en franchise par la Doua-
ne de Port-au-Prince, et au nom du Prsident Vin.
cent, une command de marchandises venue de
l'tranger et destine un sieur Ed. Months fils;
3o.-la plainte en abus de confiance et en escroque-
rie qu'en 1941 adressa M. F. Dennis, alors Secr-
taire d'Etat des Relations Extrieures, un sieur
Kurt Zendig, rfugi allemand rsidant Port-au.
Prince, et la suite de laquelle un employ au
Opartement des Relations Extrieures, M. Raoul
Hector et Luc Vincent, son complice, reconnus cou-
pables des faits dnoncs, furent l'un et l'autre r-
voqus sans merci des emplois publics qu'ils occu-
paient.
Ces exploits suffisent seuls pour convaincre que
cette fameuse lettre de Lue Vincent n'est qu'un
tissu d'imaginations grossires et est bien scelle
de la marque de fabrique Emile Rigaud & Cie.

B.-Me. Seymour Pradel, en croire Emile Ri-
gaud, aurait t seul payer toutes les dpenses et
dettes du cartel NAU-VINCENT-JEANNOT-PRA-
DEL-JOLIBOIS-CAUVIN-ROUSSEAU et je me se-
rais drob aprs coup l'engagement que j'aurais
pris de rgler intgralement le montant des dites
dettes une fois que je serais parvenu la Prsi-
dence de la Rpublique. Spcialement l'assertion
tendant accrditer que je serais jusqu' cette
heure dbiteur de cette crance, serait justifie,
ajoute Emile Rigaud, par le propre testament de




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs