• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Temoignage
 Frontispiece
 L'homme
 Son oeuvre
 La creation et l'organisation de...
 Les realisations du service national...
 L'oeuvre du service national d'hygiene...
 Les grandes realisations du gouvernement...
 Notes














Group Title: Relève
Title: Le bilan du premier mandat du Président Stenio Vincent
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094304/00001
 Material Information
Title: Le bilan du premier mandat du Président Stenio Vincent 1930-1936
Uniform Title: Relève
Physical Description: 351 p. : illus., ports. ; 23 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1936
Copyright Date: 1936
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: Title from cover.
General Note: Special issue, 4. année, no. 9-11, mars-avril-mai 1936.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094304
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 20537920

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Temoignage
        Page 1
    Frontispiece
        Page 2
    L'homme
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Son oeuvre
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
    La creation et l'organisation de service national de l'enseignement professionnel
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Les realisations du service national de la production agricole
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
    L'oeuvre du service national d'hygiene et d'assistance publique
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
    Les grandes realisations du gouvernement du President Vincent dans les travaux publics
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
    Notes
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
Full Text
QUATRIEME ANNEE
POLITIQUE LITTERAIRE
Paraissant chaque mois
JACQUES CARMELEAU ANTOINE
Fondateur-Propritaire
JEAN FOUCHARD
Directeur
JULES BLANCHET
Rdacteur en Chef
i
LE BILAN DU PREMIER MANDAT
DU
PRESIDENT STENIO VINCENT
1930-1936
4-
Nos. 9-10-11 352 pages
PORT-AU-PRINCE (HATI)
Mars-Avril-Mai 19?$ an II de la Libratidl
Edition extraordinaire tire six raille exemplaires distribus gratuitement dans tout le payi ji,;,; .........' ---fiSiSgy "fflnifeste de gratitude de la jeunesse hatienne au Prsident Vincent.


UNIVERSITY OF FLORIDA LIBR ARIES


LA RELEVE
TMOIGNAGE
Voici notre tmoignage devant l'Histoire sur les patriotiques ralisations du Gouvernement du Prsident Stnio Vincent.
Nous voulons faire le point, avant de repartir sur la route lumineuse et droite qu'il a trace pour le Pays, six annes durant et o trois millions d'hommes L'escortent de leur agissante sympathie.
Et pour cela un bilan suffit qui montrera avec des chiffres et des photographies l'uvre labore au chantier national avec un courage inlassable.
Voici la route parcourue et ses tapes jonches de triomphes et d'espoirs.
Notre dsir est d'offrir par ce bilan un hommage de nos curs et de nos consciences de citoyens au Chef qui a libr le Pays de la tutelle trangre et plant sur la terre d'Hati le drapeau de l'Ordre, de la Paix et du Travail.
JEAN FOTJCHARD
Directeur de La Relve


S. E. STENIO VINCENT
Second Librateur et bienfaiteur ae la Patrie.


I
L'HOMME
Une force bienfaisante.:


UtIN AMERICA


Le brillant tat de Services
N Port-au-Prince le 22 Fvrier 1874.
Passa sa premire enfance aux Gonaves o habitaient ses parents, Benjamin Vincent et Madame, ne Iramne Bra, y commena ses tudes primaires, les poursuivit Port-au-Prince. Entra au Lyce vers 1885 l'ge de onze ans, en cinquime. Y resta jusqu' la fin de 1889.
Fut Secrtaire de l'Inspection Scolaire Port-au-Prince, aprs Concours au dbut de 1890. S'inscrivit la mme anne l'cole de Droit. Laurat de l'Ecole la fin de ses tudes; Prix de la Socit de Lgislation de Port-au-Prince; Avocat. 1892-18 96 Secrtaire-Rdacteur au Snat de la Rpublique.
Professeur de lettres l'Institution Plsance et au Collge Louverture de 1893 1896.
Secrtaire de la Lgation d'Hati Paris de 1896 1899. Y suivit les cours de la Facult de Droit et de l'Ecole des Sciences Politiques. Se battit en duel avec Bnito Sylvain en 1898. Secrtaire de la Lgation d'Hati Berlin de 1899 1900. Rentra en Hati en 1902. Fonda le Journal l'Effort.
Nouveau duel, cette fois avec Pierre Frdrique, Directeur de lTm-partial.
Chef de Division au Dpartement de l'Instruction Publique fin 19 02.
1905, Substitut du Commissaire du Gouvernement prs le Tribunal de Cassation de la Rpublique; 1906, Commissaire du Gouvernement prs le mme Tribunal.
1907-1908 Magistrat Communal de Port-au-Prince.
1,910, Commissaire du Gouvernement l'Exposition de Bruxelles; Officier de l'Ordre de Lopold.
1912, Charg d'Affaires la Haye.
Retour en Hati en Juillet 1916.
Secrtaire d'Etat de l'Intrieur Juillet 1916, Fvrier 1917. Avril 1917, Snateur de la Rpublique, Prsident du Snat jusqu' la dissolution du Corps Lgislatif en Juin de la mme anne. Membre Fondateur de l'Union Patriotique.
Dlgu par cette Association aux Etats-Unis avec Paulus Sannon et Perceval Thoby en 1920. Retour de mission en 1921. Dirigea la premire cole de Commerce de Port-au-Prince de 1923 1928, y professa l'Economie Politique. En 1926, Btonnier de l'Ordre des Avocats de Port-au-Prince et rlu en 1927. Prsida les Jubils de trois illustrations du Barreau : Mrs. Luxembourg Cauvin, Edmond de Lespinasse et Auguste Bonamy. Fonda Hati-Journal, en Janvier 1930. Snateur en Octobre 1930. Elu Prsident de la Rpublique le 18 Novembre 1930.
Rlu le 2 Juin 19 3 5, par le suffrage populaire.
5


Notes Biographiques
i
L'ENFANCE
Par la baie d'une rosace au vitrail bris, un rayon incarnat et tide de soleil entra dans le chur. Il farda de garance le surplis blanc du prtre, la figure poupine du bb, et, d'une poussire lumineuse entoura le couple qui le prsentait au ministre de Dieu. La crmonie s'acheva dans le murmure des dernires prires du baptme et le silence un instant troubl de l'glise, par les pas feutrs des quelques personnes qui y faisaient leurs dvotions.
Mon filleul sera un homme, souffla le parrain sa commre en l'aidant monter dans la voiture.
Il y prit place, lui aussi, s'excusa de s'tre, par mgarde, assis sur un pan rose de la robe de sa commre.
N'avez-vous pas remarqu, continua-t-il, qu'il a sembl sourire quand, sur la langue, notre brave cur lui a mis du sel. Il n'a pas pleur.
C'est vrai, rpta-t-elle. Il n'a pas pleur.
La femme enveloppa l'enfant d'un regard affectueux, le parrain lui tapota les joues. Et, dans la gloire crpusculaire de cette fin du jour, le landau s'branla.
Et puis, ma chre commre, reprit-il, que pensez-vous de ce filet lumineux qui lui claira le visage et irisa l'eau du goiuj-pillon au moment de l'aspersion?
C'est l un bon signe, n'est-ce pas.
Croyez-moi, chre comimre. Sans tre prophte, je me connais en pronostics. Ce garon sera quelqu'un et finira dans une apothose.
Ce charmant homme de parrain ne se trompait pas. Cette voiture qui le transportait, cahotait par les rues mouvementes, un citoyen exceptionnel qui, sans se souiller, devait traverser notre fange politique pour arriver, les mains pures, dlier son pays de toutes les entraves et de toutes les servitudes.
Stnio Vincent est n le 22 Fvrier 1874. Il connat l'Hati tumultueuse de nagure, toujours en gsine de rvolutions. Ses
6


premiers souvenirs datent de 1879. Avec amertume, il se rappelle ces gnraux chamarrs, ces fusillades inutiles dont on s'entretenait le soir, lors de la veille familiale. Il se remmore les parades de soldats ignares et les promesses fallacieuses de ces assassins qui, avec un plaisir sadique, teintaient notre terre de sang et, des lueurs de l'incendie, rougeoyaient notre horizon. A ses yeux d'enfant prcoce, cela a paru stupide. Et dans son esprit, confusment, se dessinaient les lignes d'une vie plus calme o les gosses, comme ceux des livres d'images, pourront s'amuser sous l'il quiet des parents, sans crainte de cette tourbe en guenilles ou en uniforme qui, sporadiquement, faisait trembler tout le monde.
Il est le fils de Benjamin Vincent. Son pre tait un homme bon et rigide ; bon, parce qu'il travaillait au bonheur des siens et rigide, cause qu'il tenait des principes d'ordre, de mesure. Sa mre, Iramne Bra, simple et douce, tait Line femme agrable.
Sa petite enfance s'coule aux Gonaves o habitent ses parents. Trs jeune, on le confie l'cole des Frres de l'Instruction Chrtienne de cette ville si fire de son pass et o les preux de la premire indpendance clamrent leur victoire au monde ainsi que leur volont de conserver leurs droits la vie libre conquis dans le fracas des canons. En 1885, il rentre la capitale, est admis au Lyce, en cinquime, en sort quatre ans plus tard. Il a quinze ans. C'est un garon calme, confiant en lui-mme et dont les grands yeux semblent scruter l'avenir.
Le collgien du Lyce National, au temps de sa premire cigarette.
7


II
L'APPRENTISSAGE
L'avenir? Un grand mot vide, si chacun ne lui donne un sens prcis et ne se le forge en commenant par un apprentissage consciencieux.
J'apprendrai donc, dit-il, en serrant les mchoires.
Et il se met l'ouvrage.
Au dbut de 1890, Port-au-Prince, l'Inspection Scolaire a besoin d'un secrtaire. Le poste est tentant. Et, en grand
nombre, des candidats le sollicitent, tous bien prpars. Le ministre de l'Instruction Publique hsite. Il connat plusieurs de ces jeunes gens, connat leurs capacits. Lequel choisir ? Il met la charge au concours. Stnio Vincent y prend part et remporte sa premire victoire.
Ardent au travail, dsireux de s'instruire chaque jour davantage, il ne se juge pas suffisamment occup. Aussi, d'un pas ferme, il se dirige vers l'Ecole de Droit, s'y inscrit. Il en sort, avec un diplme d'avocat, laurat de la Facult et Premier Prix de la Socit de Lgislation de Port-au-Prince. En 1892, il passe au secrtariat du Snat, en qualit de rdacteur. Avec une attention soutenue, entre deux procs-verbaux, il suit les sances du Grand Corps, dcouvre le mouvement des couloirs, les subtilits de la vie parlementaire, comprend la porte d'une phrase bien dite. Et son ide se confirme de la ncessit d'tre tout la fois bien inform et honnte homme pour en imposer aux autres.
Secrtaire de la Lgation d'Hati Paris, l'poque de son duel avec Benito Sylvain, l'le de la Grande-Jatte.


Aucune besogne ne l'effraie. Il fonde avec Auguste Magloire la Revue Express et court, sa sortie du Palais Lgislatif, enseigner les Lettres l'Institution Plsance et au Collge Lou-verture. De front, il mne ces diffrentes tches, avec un enthousiasme gal, jusqu'en 1896.
Il a maintenant vingt-deux ans, une moustache naissante, des diplmes gagns de haute lutte et un dbut de carrire plein de promesses. En vrit, la vie lui sourit, belle et enjleuse. Il s'estime rcompens de ses efforts et se jure de poursuivre cette voie de droiture, de travail silencieux mais fcond, au long de laquelle il a, en se blessant parfois aux pines il est vrai, cueilli ses premiers lauriers et ses premires rieurs.
Ses ides sont dsormais pr- F..................-.........-.........,
cises. Le milieu hatien lui apparat avec ses tares, ses qualits et ses vices. Il comprend le bien qu'une main ferme peut tirer de notre lite cultive mais jouisseuse, et saisit la ncessit imprieuse de canaliser les bonnes volonts par-ses, de leur assigner un but net et de les y conduire. Ce peuple l'attire qui croupit dans l'ignorance et la crasse, mprise par des gouver-
nants qui construisent plus de pri-
, r ,,, Un moins de trente, fier de sa
sons et de forteresses que d coles. moustache naissante.
Il se tait et souffre pour cette masse
anonyme dont il sort un peu, qu'il connat pour la frquenter. Il ptit de la voir spare des hommes au pouvoir, la plupart levs ses frais, par la ligne rouge de prjugs stupides, volontairement nourris et entretenus. Mon Dieu, si seulement, il pouvait Mais non. Il se tranquillise. Son sentiment si prononc de la mesure l'emporte. Et il comprend qu' vingt-deux ans, moins d'tre fils de roi, l'on ne doit pas s'puiser en rvant sottement de gouverner.
En politique, reconnat-il, les crateurs prcoces sont rares dans l'histoire des hommes. Ttons toujours aux mamelles du savoir et tenons ouvert le bon il.
Et il tudie, regarde, coute, observe.


Avec 1896 se ralise un de ses rves les plus secrets : voyager, s'en aller vers les vieilles civilisations et en couter battre le cur. Comme secrtaire de notre Lgation, il part pour Paris. Intimement, il pense que sa premire mission, en dehors des obligations de sa charge, est d'apprendre, de beaucoup apprendre. Evitant la glue nocive des plaisirs faciles, il hante la Facult et suit les cours de l'Ecole des Sciences Politiques. Tout l'intresse. Son regard avide se pose sur toute chose, en fait le tour, tudie le grand mcanisme compliqu, compos de mille pices habilement ouvres et juxtaposes, qui assure la prennit d'une nation. Sans bruit, il note, analyse le rouage, rigoureusement contrl par des chefs responsables, toutes ces institutions qui, l'humanit, procurent un peu de bien-tre. Il visite, enregistre, comprend, retient.
En 1898, il dfend son honneur contre Bnito Sylvain. L'anne suivante, toujours en qualit de secrtaire, il passe notre Lgation de Berlin, y reste un an et rentre en Hati en 1902.
Son apprentissage finit.
Et il a vingt-huit ans.
III
SUR LA ROUTE...
La rvolution bouleverse le pays, endeuille ses familles et, coups de canon, brise son volution dj lente. Cette anarchie l'cure et blesse son sens trs prononc de l'ordre, de la paix, du travail. Ces jours sombres ne disparatront donc jamais o la misre, ne du brigandage, suspend un poignard la ceinture et aux mains met une carabine?
Que tout cela est ridicule, pense-t-il. Notre paysan et l'ouvrier ont plus besoin de bches, de livres et d'outils que de fusils. Le canon ne devait tonner que pour clbrer l'union des curs et nos victoires sur les forces mauvaises qui entravent notre marche vers la clart.
Seul cette fois, il fonde son second journal : l'Effort. Il y met ses ides dans un style pur, nombreux, parfois teint d'une ironie mordante, avec ce courage calme, cette pondration naturelle de l'homme qui distingue la polmique de l'insulte, sr de sa force
10


\
et dcid supporter toutes les consquences de son comportement. En plein dans la mle, il ceint un jour son pe, se bat contre Pierre Frdrique, fougueux et brave directeur de l'Impartial, virulent manieur de la plume, mais pitre escrimeur. Il se contente de le blesser, rengaine, pend l'arme sa panoplie, et dans la presse, poursuit sa croisade contre le mensonge, le dsordre et la couardise.
Il est plein d'ardeur, en belle forme et ne demande qu' servir, dans le sens le plus entier du terme. Pour lui, l'homme d'action veille toujours, ne gesticule jamais et ne s'branle que pour crer. Il sourit des agits qui s'agitent sans agir. Il mprise ceux qui s'exaltent parce que, pour eux, l'exaltation est un pur besoin physique, qui se mouvementent sans jamais rien raliser, parce que leur me, vierge de tout idal, ne participe point leur perptuel branle-bas et demeure incapable, en explosant, de conduire l'tre vers le but qu'elle seule a vis.
A la fin de 1902, il est nomm
chef de Division la Secrtairerie
d'Etat de l'Instruction Publique.
Trois ans plus tard, il est commis-
sionn Substitut du Commissaire
du Gouvernement prs le Tribunal
de Cassation, et en 1906, Commis- Commissaire l'Exposition
, Universelle de Bruxelles.
saire du Gouvernement prs le Publie .
mme Tribunal. Trs estim pour
sa droiture, sa relle comptence et sa vie jusqu'ici sans cassures, en 1908, il brigue et occupe sa premire fonction lective : l'di-lit de Port-au-Prince.
L, confie-t-il un de ses intimes, on peut agir et raliser.
Il agit. Et il ralisa.
Magistrat probe et consciencieux, tous ses collaborateurs et subordonns, il impose l'honntet, rorganise l'administration communale et fait de l'urbanisme. Les fuites d'argent sont bouches, les taxes perues et, balayes les rues de la capitale. Des parcs gayent nos quartiers de leurs fleurs embaumes et multicolores. Les concerts sont jous dans des kiosques couronns
11


Galerie des Maires, au centre le Magistrat Stnio Vincent dont une chanson populaire continue louer le bienfaisant passage la Commune de Port-au-Prince.


de serpentaires et poss au rond-point d'alles bien ratisses et bordes de roses. Canaliss, les ruisseaux abandonnent les trottoirs et vers les gouts conduisent leurs ondes graisseuses. Mordus par le feu, les immondices ne pa.rent plus les carrefours de leurs amoncellements bruissants de mouches. La ville, dbarrasse de sa crasse, luit sous le soleil. Et les faubourgs, coups de balai et grande eau, font maintenant la toilette quotidienne.
Le peuple, reconnaissant, lui tresse des guirlandes. Son nom, sur sa bouche multiplie, voltige, port par les notes joyeuses d'une musique mue et enfantine:
Magistrat Vincent, bon gaon, La rue bale, rigole nettie. Magistrat Vincent, bon gaon.
Mais lui, un rve le hante: crer des cits ouvrires o, avec l'hygine, entreraient le sens du confort et l'instruction, ces deux facteurs importants du travail et de l'volution.
En 1910, il part pour l'Europe, comme Commissaire du Gouvernement l'Exposition de Bruxelles. Pour permettre de distinguer son pays de Tahiti, il y publie Hati telle qu'elle est. Pendant cette mission, il reoit le cordon d'officier de l'Ordre de Lopold de Belgique. Il gagne la Haye en 1912, comm'e Charg d'Affaires de la Rpublique et revient chez lui en juillet 1916. ,
Dcidment, un triste destin semble l'accompagner chacune de ses rentres au pays. C'tait la rvolution en 1902. Aujourd'hui, c'est quelque chose de plus humiliant et grave: l'Occupation amricaine tablie depuis juillet 1915. Est-ce l un double prsage ? Il ne sait et ne pressent point que l'honneur devait lui choir de dbarrasser sa patrie de cette main-mise trangre et de clore l're tumultueuse de nagure.
A peine dbarqu, et avec une ardeur sans cesse croissante, il participe la lutte nationaliste.
Il faut combattre l'Occupation, dit-il. Nous devons la combattre jusqu' la victoire finale, avec fermet, sans cris vains, sans dmarches vainement bruyantes.
En juillet 1916, quelques jours aprs son arrive, Dartigue-nave lui confie le portefeuille de l'Intrieur. Il dmissionne en fvrier de l'anne suivante, refusant, avec sa crnerie ordinaire, de contresigner la prolongation de la convention amricano-
13


hatienne. Elu snateur par ses concitoyens et Prsident du Snat par ses collgues, en avril 1917, il contribue l'organisation de la rsistance parlementaire. Exaspre par l'opposition farouche du Corps Lgislatif, l'Occupation rclame sa dissolution. Vincent, d'un mot vibrant, cingle l'officier Butler qui excute cet ordre. Bouillant de foi, avec des amis, il cre l'Union Patriotique qui, dans les curs, maintient le feu sacr et dirige, inflexible, le combat. Avec Paulus Sannon et Perceval Thoby, en 1920, il part pour les Etats-Unis, dfend vigoureusement les droits la vie libre de son pays, en revient en 1921, continue sans jamais se reposer et perdre confiance, la campagne patrioti-
p^ffc'f >, ^^'"^^^^fe. que. Toujours plein
d'initiative et assoiff de besogne, en 1923, il fonde la premire Ecole de Commerce de Port-au-Prince, la dirige et y professe l'Economie Politique pendant cinq ans. Btonnier de l'Ordre des Avocats
Ambassadeur de bonne volont des revendications nationales Washington.
14


en 1926 et en 1927, il prsida les jubils de Luxembourg Cauvin, d'Edmond de Lespinasse et d'Auguste Bonamy ; prononce cette occasion trois discours dont on se souvient encore et considrs les modles du genre. En janvier 1930, il fonde Hati-Journal, organe de dfense des intrts nationaux, est lu snateur. En novembre il devient Prsident de la Rpublique.
Et depuis, comme toujours, avec la mme ardeur, le mme dynamisme, la mme honntet, la mme foi patriotique, il gouverne.
EDNER BRUTUS
Btonnier de l'Ordre des Avocats.
15


L'colier modle (1)
C'tait, raconte Mr. Beaubriant Beaubrun, ancien juge de paix des Gonaves, sous le Gouvernement du Prsident Salomon. Thmistocle Romain, revenu d'exil avait fond aux Gonaves un Collge o se rencontraient les enfants des familles les plus respectables des Gonaves.
Un jour, l'tablissement reut la visite de l'Inspecteur des Ecoles, Cyrus Dorval. On arriva la classe de seconde compose entre autres lves, de Beauregard Leroy, Clment Benoit, Ablard Dalencour et d'un tout jeune garon g d'environ onze ans, qui n'tait autre que Stnio Vincent.
L'inspecteur Cyrus Dorval le questionne sur les diverses matires du Programme. L'lve rpondit avec bonheur aux questions poses. On arriva la gographie et, une rgle la main, le jeune garon dsignait l'examinateur les points rclams sur la carte.
Comme il arriva indiquer Besanon, Nemours St-Armand, homme cultiv et grand commerant de la place, lui posa la question suivante :
Pouvez-vous nous dire quel est le grand crivain et pote franais n Besanon?
Le jeune Stnio Vincent rflchit un moment, puis regardant en face son questionneur lui rpondit avec assurance : Victor Hugo.
Ce fut dans l'assistance une salve d'applaudissements laquelle participrent inspecteur, directeur, professeurs.
Les examens ayant pris fin, l'inspecteur Cyrus Dorval s'adressant au jeune Stnio Vincent lui dit: jeune lve, vous avez fait honneur votre classe. Malgr votre jeune ge, vous tes l'une des gloires de l'tablissement. Puisse Dieu vous tenir par la main et diriger vos pas travers ce monde. Un jour,vous serez utile votre famille, la socit, et au Pays.
Cyrus Dorval avait t prophte.
(1) Tir de L'Opinion.
16


STNIO VINCENT
Journaliste
Le journalisme tient une place de premire importance dans la vie de Stnio Vincent. En 1895, 21 ans il fonda avec Auguste Magloire la revue Express. En 19 02, seul cette fois il lance l'Effort.
Puis il collabore pendant de nombreuses annes au Matin. La photo ci-dessous que nous devons l'obligeance de Jean le Fureteur le montre en compagnie de la brillante phalange d'hommes de Lettres qui contriburent assurer, ds sa fondation, notre grand confrre de la rue Eugne Bourjolly la place enviable qu'il tient dans la presse hatienne. En 19 3 0, pour la diffusion de ses ides, Me. Vincent fondait Hati-Journal. Et depuis, lev la Premire Magistrature, il n'a jamais cess d'apporter sa collaboration la Presse, Son Excellence tant devenue, comme on sait... le rdacteur en chef du Moniteur.
Assis, le premier gauche, Stnio Vincent et le groupe des rdacteurs du Matin. Brillant chroniqueur, polmiste redoutable et parfait homme de lettres.
-17


STENIO VINCENT
Magistrat Communal
Ce n'est pas par vantardise que le Magistrat Stnio Vincent crivait le 30 Septembre 1908 au Ministre de l'Intrieur de l'poque, Monsieur Villehardouin Leconte : J'ai donn tout ce que je pouvais donner de bonne volont et d'opinitret dans la lutte pour arriver quelques rsultats. Aucun effort n'a t plus grand que le mien.
L'Homme avait conscience de son magnifique effort. Et puis l'uvre tait l et c'tait bien en tmoignage que les rues de la Capitale rsonnaient du refrain dict par la reconnaissance populaire. Magistrat Vincent bon gon
La rue bal, rigole nettie
Magistrat Vincent bon gon.
Le premier ouvrier de l'urbanisme en Hati, le Magistrat Communal Etienne Mathon qui la ville de Port-au-Prince avait offert une mdaille d'or commmorant sa fructueuse administration, pour saluer l'arrive de Stnio Vincent l'dilit lui offrit spontanment son charpe de Magistrat. Ce geste voulait dire que la tche d'embellissement de Port-au-Prince allait reprendre. Et en effet, les ralisations ne se firent pas attendre. Les rues paves d'immondices et coupes de ruisseaux d'eaux mnagres, au mpris de la propret et de l'hygine furent rendues carrossables et soigneusement entretenues. Des parcs embellirent certains coins de la capitale. Un kiosque sortit de terre et permit au Bel-Air de bnficier de concert dominical. La ville en un mot fut dbarrasse de sa crasse et respira enfin un air de propret.
Un petit livre paru ces temps derniers (la Semaine qui finit d'Auguste Magloire) nous offre un tmoignage de la lutte du Magistrat Vincent contre les satrapes imbciles qui abusant de leur autorit se payaient le luxe d'envoyer leurs chevaux, cabrits et autres quadrupdes domestiques brouter les pelouses des places publiques ou prendre le frais le long des principales avenues de la ville. On comprend mal, maintenant, les difficults auxquelles se trouvait autrefois en butte un ouvrier du Progrs et surtout l'importance du travail qui devait tre ralis une poque o il n'avait jamais t srieusement question d'urbanisme. La chose tait d'ailleurs presqu'inconnue. Le mrite, le grand mrite du Magistrat Vincent est d'avoir mis une nergie qui n'est pas ordinaire, sa passion du Beau et du Bien dans des entreprises d'urbanisme qui marqueront toujours son passage progressiste et bienfaisant la Commune de Port-au-Prince.
18


STNIO VINCENT
Ministre du Gouvernement de Dartiguenave
Extrait de sa lettre de dmission (1er Mars 1917)
Ne voulant pas partager la responsabilit de la dcision prise hier par le Cabinet d'accepter la prolongation de la dure de la convention amricano-hatienne comme une des conditions essentielles de l'emprunt de trente millions de dollars, et conformment mes dclarations prcises et formelles faites hier matin au Conseil des Secrtaires, j'ai l'honneur de dposer entre les mains de Votre Excellence ma dmission de Secrtaire d'Etat de l'Intrieur et des Travaux Publics.
Ces lignes ne suffisent-elles pas prouver que les honneurs, l'argent ni les dlices du Pouvoir n'ont jamais pu influencer la patriotique fiert de l'Homme et son civisme inbranlable.
Stnio Vincent qui n'avait pas de fortune personnelle le mettant l'abri des jours de misre et qui trs certainement n'en aura jamais, pas mme sa sortie du Palais National, n'hsita pas une seule minute entre le Devoir et la Trahison.
Monsieur Vincent rentra dans la vie prive, la conscience pure, sans un pli son honneur, sans un accroc sa dignit.
Un pareil geste qui s'lve la beaut d'un exemple est dans la manire de l'Homme. Ce n'est ni le premier ni le dernier de cette vie de droiture.
19


STNIO VINCENT
Prsident du Snat en 1917 et sa fameuse apostrophe au Gai. Butler
Voici un rcit dtaill de la sance dsormais historique du 19 Juin 1917 d Monsieur Abdelkader Acacia qui tait l'poque dput de la 1re Circonscription du Cap-Hatien et tmoin de la dissolution brutale et arbitraire des Chambres Lgislatives:
...Tout coup, un remous dans la foule compacte qui emplit la salle de sance de la Chambre des dputs. Butler en tte, envahit cette enceinte, un revolver au poing. Les issues du Palais, suprme citadelle o semble se rfugier la fiert de tout un peuple, sont aussitt gardes par des gendarmes arms en disposition de combat. Le Gnral Butler se heurte Monsieur le Prsident du Snat. Il veut lui remettre un pli que celui-ci refuse. Regagnons nos siges disent des voix. Chaque parlementaire est sa place. Les Officiers ont comme le pied dans le plat. Monsieur le Snateur Adalbert Lecorps le souligne d'une apostrophe l'adresse du Gnral Butler: Gnral, aucune poque de la Vie hatienne, la soldatesque arme n'a jamais pass le seuil de l'Assemble Nationale. Si vous voulez que Monsieur le Prsident reoive le pli que vous portez, commencez par reculer jusqu'au pristyle.
Et l'on vit alors cette chose extraordinairetant la parole revt certain moment tragique la fiert d'une pe,le Gnral Butler qui ne tremblerait assurment pas devant une arme, soudain plit, rengaine son revolver, se dcouvre et recule jusqu'au banc des Ministres. Les autres Officiers l'imitent.
Tout se tait. Quelque chose de grand va se passer.
Mr. Andr Chevalier, secrtaire gnral de la Gendarmerie reoit le pli du Gnral Butler, et le remet un huissier pour tre transmis Monsieur Vincent. Celui-ci l'ouvre, en prend mentalement connaissance et dit: Messieurs, la Constitution vote et proclame, nous avions lev la sance quand s'est amen le Gnral Butler avec un pli qu'il m'a remis en me le disant provenir de Monsieur le Prsident de la Rpublique. Je l'ai ouvert. C'est un dcret. Or, un dcret ne peut tre transmis l'Assemble Nationale que par l'intermdiaire du Cabinet tout entier ou
20


tout au moins du Secrtaire d'Etat de l'Intrieur. Je regarde en vain au banc des Ministres, pas un seul. Le dcret est donc inexistant et nous n'en prendrons pas connaissance. Huissier, remettez cette lettre au Gnral Butler. Et, il tend la lettre dcachete l'huissier. Celui-ci la retourne au Gnral qui l'empoche en profrant cette parole plus ou moins confuse dans le moment et dsormais inutile : Vous tes dissous !
Qui pourra jamais rendre la beaut du spectacle qui s'offrit au regard ? Oui dira quelle motion nous empoigna tous dans la Maison Nationale?
Le Corps Lgislatif et le Peuple assembls, confondus dans un mme sentiment d'indpendance et de fiert, comprennent mieux alors le geste accompli jadis par Christophe d'allumer un incendie sur les pas agressifs de Leclerc plutt que de se rendre en esclave.
Le Palais remu de fond en comble, dj les archives du Snat et de la Chambre sont sous la main mise. On croit pitiner l'me Nationale, mais elle est au plafond fire et plus belle.
Derrire les grilles de ce monument d'o pendent les bouts de chanes, c'est l'union parfaite. On est tous prisonniers, et voil plus de deux heures que ce dsordre dure. Alors Mr. Vincent que tout semble exasprer au suprme degr, mais qui n'a rien perdu de son sang froid rclame au Gnral Butler l'ouverture des portes. Ah rpartit le Gnral, you want go out, your are not Prsident.
A ces mots, le buste projet en avant et la main leve jusqu' la hauteur du visage dont elle n'est spare que par l'indignation du gentilhomme gardien de l'honneur de toute une Assemble, faisant fi de son existence qu'il parat au contraire heureux de compromettre au gr de la dignit nationale, Mr. Vincent rpond : Pas Prsident Mais je m'en f... ? C'en est fait. Ce mot nous venge. Aussi les tmoins du geste hroque et de la parole sublime font Monsieur Vincent comme un Chef un rempart de leurs curs. Et toutes les poitrines de s'crier: Vive l'Indpendance Vive la Libert Vive le Corps Lgislatif !
Si pour tous ceux qui ont vcu ce jour inoubliable il y avait lieu d'esprer de l'avenir, le plus rude tait pour les Snateurs et les Dputs d'arriver calmer la foule enflamme dont l'attitude disait bien sa volont de disparatre dans une apothose.
21


HAITI-JOURNAL
et le
PROGRAMME POLITIQUE
de
Me. STENIO VINCENT
Le lundi 20 Janvier 1930, Monsieur Stnio Vincent lanait avec le concours de 150 obligataires de Port-au-Prince, Jacmel, Petit-Gove, Cayes, Gonaves, Port-de-Paix et Cap-Hatien, un organe d'informations gnrales et de dfense des intrts hatiens.
Ce journal qui, en raison du prestige moral de son Directeur, avait conquis tout de suite une place de premire importance dans la presse hatienne entra dans la lutte sous une bannire qui fut le signe de ralliement du vrai nationalisme hatien au cours des tumultueux vnements de 1930. C'est en effet au cri de Le pays avant tout que Me Vincent se lana dans la mle. Dans ce manifeste, il clama, avec son courage habituel, les sentiments, les espoirs et les volonts du peuple hatien.
...Il importe au plus haut point, crivait-il, que tous les citoyens montent la gardeet une garde active et entreprenante autour de nos franchises et de nos liberts, afin d'assurer l'avenir de notre nationalit, par le rtablissement de nos institutions dtruites par la soldatesque trangre.
Le rgime de soi-disant coopration grossirement entretenu par une politique de colonisation systmatique, absolument contraire l'esprit du trait de 1915, poursuivi par l'cole, par des mesures conomiques inadquates, par l'application des mthodes qui ont apport des entraves presqu' tous les postes de l'activit prive, au lieu de faciliter les conditions spciales de notre production et de notre travail, par les exactions, les injustices, les humiliations et les violences de toutes sortes, devait aboutir au lamentable fiasco que la conscience universelle a enregistr...
Le peuple hatien veut vivre.
Il demande la paix.
Non pas cette fausse paix, cette paix de machine gun qu'on traduit dans les dpches par ail is quiet now mais une paix
22


de justice et de libert, la seule qui puisse lui permettre de reprendre, dans la joie du Travail et de l'Ordre, l'uvre de son redressement politique, conomique et moral.
Il fallait lutter pour la reconqute de notre terre, crier au monde entier la grande injustice de l'occupation amricaine. C'tait avant tout l'objectif de toutes les consciences hatiennes.
Protester sans cesse
Manifester
Crier
Organiser Agir
Traquer et forcer la Bte...
Elle est dj aux abois.
Elle tombera
Il faut qu'elle tombe
Parce qu'il faut que le Droit triomphe
Parce qu'il faut que la Justice reste la plus forte...
Un matin, au pristyle de la Cathdrale, vex de la brutalit de l'envahisseur, Me Vincent poussa le cri de: Vive la Libert! geste qui le grandissait dans l'estime et l'admiration des populations de la Capitale.
Une des manifestations nationalistes de 1930.
23


A l'arrive de la Commission Forbes, alors que des mirmidons politiques entraient dans les bureaux de la Commission pour dposer des mmoires confidentiels o ils essayaient de masquer, sous des couleurs de vrit, la poursuite de leurs ambitions insenses et de leurs convoitises ridicules, le citoyen Stnio Vincent annonait, en grande manchette, dans Hafi-Journal :
C'est entendu : notre drapeau est en deuil.
Il doit tre cravat de noir.
Il est en outre en permanence.
Les Membres de la fameuse Commission amricaine dite Commission-Forbes.
Tant que la commission restera en Hati, le drapeau doit monter la garde la porte de chaque foyer hatien.
Il est appel clamer nos sentiments, nos espoirs, nos volonts :
Chambres Lgislatives
Souverainet nationale
Indpendance
Dsoccupation.
Cette attitude courageuse et franche de celui qui menait la lutte au grand
24


Une des manifestations de la jeunesse hatienne, lors de la grve historique de Damien.


jour, ennemi des dmarches tnbreuses o l'intrt national tait compromis au bnfice d'apptits particuliers s'ajoutant un pass admirable d'honntet et de civisme fut, avec un programme de salut public, la seule recommandation en faveur du candidat Stnio Vincent dans la formidable campagne lectorale de 1930.
C'est un pareil exemplaire de citoyen que cherchait la Nation un des tournants les plus difficiles de la vie nationale.
La campagne lectorale de 1930.
Aussi, le vincentisme ralliait des partisans dont la sincrit et le dvouement se manifestrent avec un gal enthousiasme d'un bout l'autre du pays. Citons Port-au-Prince Amilcar Duval, Flix Viard, Elie Pierre-Antoine, Ption Roy, Jean Fouchard, Edith Wooley, Germaine Dupoux, Constantin Dumerv, J. B. Dorismond, Clment Desgrottes, Richard Larose, Antoine Fuer-ts et Dupleix Pierre-Louis qui dirigaient la rdaction, les ateliers et l'administration de Hati-Journal et tous ces amis de la premire seconde qui avaient rpondu l'appel de celui que nous considrions dj comme le Chef: Charles Duplessy, Tra-sybulle Laleau, Lon Alfred, Docteur A. V. Carr, Alfred Vieux, Raphal Brouard, les frres Lafontant, Leroy Chassaing, Louis Nicolas, Simon Vieux, Fernand Crepsac, les Desgrottes, Louky Elie, Justin Lon, Jacques Antoine, Jules Blanchet, Edner Bru-tus, les Mathon, Joseph Lebreton, Summer Gaillard, Georges Dugu, Eugne Dgand, P. E. de Lespinasse, Llio Malebranche, J. E. Fanfan, Edouard Nelson, Flix Lavelanet, Maurice Etienne, Joseph Chrtien, Maurice Rivire, Rousseau, Djean, Durand, Scutt, Sylvain Hyppolite, Talbias, Dasny Pasquet, Gaston Wol, les Fouchard, Auguste Lilavois, Henri Mortes, Marcel Baptiste, Somson, les Djoie, Jacques Roumain, Louis Mews, Edouard Jourdan, Louis E. Elie, Antonio Vieux, Numa Rigaud, Hermann et Louis Doret, Joubert Doug, Yrech Chtelain, Georges Les-couflair, Rodolphe Barau, Franois et Flix Carri, Marcel Antoine, Sterne Rey, Flix Diambois, Candelon Rigaud, Em. Th-zan fils, Lorimer Denis, Ludovic Ambroise, Ovide Craan, Da-
26


mocls Vieux, Louis Lestage, Jean Emile Elie, Maurice E. Elie, Andr Vieux, Sabourin Holly, Arthur Holly, Pascal Millery, Maurice Hogarth, Clment Roy, Ernest Rigaud, Edmond Jean-sme, Henri Gardre, Albert Blanchet, Fred. Duvigneaud, Raoul Fils-Aim, Andr Alcgaire, Justin Barau, Paul Elie, Marcel Assad, Frdric et Franck Mirambeau, Louis Malval, Edouard Estve, Octavie Francis, Nicolas Cordasco, Docteur Bouchereau, Charles Lilavois, Chrysostome Beaubrun, Louis Biamby, Docteur Rivire, Flix et Antony Rivire, Justin Anglade, Antonin Tar-dieu, Georges Blanchet, Andr Durosier, Caus Dautant, Fernand Moringlane, Flix Bayard, Madame Dlira Josselin, Lynce Denis, Albert Denis, Cari Jeager, E. D. Mose, Louis Dulyx, Luc Qualo, J. Bouchereau, Zacharie Thomas, Joseph Timmer, Joseph Dlouis, Daniel Pressoir, Constant Leys, Gaston Barjeux, Ren Dreyfuss, Paul Romain, Sterne Rey, Justin Leconte, Eug. Chas-saing, Albert Beaubrun, Franois Vincent, Horace Milfort, Labbe Barbancourt, Lonce Dupoux, etc., etc..
Combien avons-nous oublis dans cette liste forcment incomplte. Combien de dvouements qui s'embellissaient de garder l'anonymat. Combien d'agissantes sympathies qui chaque jour, discrtement, semaient le bon grain pour que la moisson ft belle. Il faudrait aussi ajouter les femmes de Port-au-Prince et d'ailleurs, tous ces amis innombrables et enthousiastes de toutes les villes du pays qui devant la dlicatesse de l'heure taient venus spontanment se grouper sous la bannire du vin-centisme.
Dans les meetings, devant des milliers de citoyens, Me. Vincent exposait son programme. Et c'tait chaque jour de nouvelles adhsions.
Dans les faubourgs, comme dans les quartiers de l'lite, dans chaque foyer trnait la place d'honneur la photographie qu'a popularise la campagne lectorale de 1930: l'homme au feutre noir.
Saluons une nouvelle fois ce cher emblme charg de gais souvenirs ainsi que pour nous tous le faisait un des ntres, le fondateur de notre revue, Jacques Antoine, la veille des lections prsidentielles.
27




Matre, restez couvert.
Un nud de cravate nergique et bien fait. Et le feutre qui met de l'ombre autour des yeux, derrire les verres, comme si la coquetterie du Matre les avait cercls d'une touche de kohl... Les yeux sont bons, quoique svres, autoritaires.
Monsieur Vincent, dans sa photographie, nous et dconcerts, son loquence aussi, habitus que nous sommes regarder des idoles repeintes et vermoulues, si nous n'avions dcouvert, chez lui, en dpt pour nous, la seule ide qui nous soit chre : celle d'une nouvelle Indpendance. Alors... la Jeunesse a march.
On est venu en masse. Et l'on est rest, bien qu'il nous ait reus froidement, sans un sourire, avec des menaces parfois. C'est que les ralits nous avaient brutalement ferm les curs et nous ne demandions plus l'amiti de personne. Notre jeunesse mfiante a perdu le sentiment du respect, parce que des menottes lui mangent les poignets. Elle se souvient que la plupart des ans, pendant la Nuit terrible, se sont dsintresss de son sort, l'ont abandonne pour se tailler dans les broussailles, un chemin aux rayons des toiles du drapeau de l'tranger.
Nous tions dj camps dans les bureaux d'Hati-Journal bien avant que le Directeur et lanc des cartes sollicitant les suffrages. Et comme nous avions essay des vivats sur le nom de Me. Vincent, notre voix monta en clameur au triomphe du 14 octobre.
Nous n'avons pas cherch en l'homme un protecteur. Nous voyons surtout et toujours l'Avocat de notre Cause, que nous sommes prts dsavouer, s'il venait compromettre notre procdure pour la libration.
Matre, on a consenti sur nos ttes, un bail emphytotique que nous refusons de ratifier aujourd'hui.
Votre pass nous garantit l'avenir; car nous avons pu constater, au fort de la campagne snatoriale, quand il tait courant de tomber l'adversaire, que les pes qui avaient port de bien profondes blessures, dans tous les rangs, s'taient croises pour former la vote d'acier, afin de vous laisser passer.
Matre, restez couvert.
JACQUES C. ANTOINE
(Extrait de Hati-Journal du 14 Novembre 1930.)
29


La Journe du 14 Octobre 1930.
Elle fut le beau miracle de la sagesse et du patriotisme du
peuple hatien et le plus clatant dmenti inflig nos dtracteurs.
Me. Vincent se prsenta devant le peuple comme candidat au Snat dans un cartel compos de Messieurs Seymour Pradel, David Jeannot et Lon Nau pour le Snat et Messieurs Jolibois, Vi:tor Cauvin et Rousseau pour la Chambre des Dputs.
La journe fut dbordante d'enthousiasme.
Au soir arrivaient les premiers rsultats des communes du Dpartement de l'Ouest. Ils virent complter le triomphe obtenu la Capitale et qui faisait dj du citoyen Stnio Vincent l'homme le plus populaire de Port-au-Prince. Par 43.044 voix, Me. Vincent fut lu Snateur de la Rpublique pour le Dpartement de l'Ouest.
Le cartel en entier avait triomph aux lections.
La Sance du mardi 18 Novembre.
Mardi 18 Novembre 1930, anniversaire de la bataille de Ver-tires qui a donn la victoire dcisive aux troupes indignes en lutte pour l'Indpendance nationale (1803), a t fix par les destins pour tre le jour de l'lection du Prsident dfinitif ayant la glorieuse mission de travailler avec le peuple, avec les Chambres Lgislatives la seconde indpendance de notre pays.
La sance de l'Assemble Nationale est ouverte dix heures du matin. Quinze snateurs et 34 dputs sont prsents.
Le Snateur Tlmaque propose l'Assemble de consacrer deux minutes de recueillement en souvenir des grands morts de Vertires. Il demande aux Snateurs et Dputs de penser l'acte important qu'ils vont accomplir aux aeux qui nous ont donn notre indpendance. (Applaudissements de toute la salle qu'on peut estimer prs d'un millier de personnes).
Le Snateur Charles Zamor retire sa candidature la Pr-dence. Le procs-verbal de la sance d'ouverture de l'Assemble Nationale sanctionn et lecture de la correspondance faite (Lettres de Candidatures de MM. Antoine Pierre-Paul et Pierre
30


Hudicourt. Une adresse de Me. Rigal. Une lettre de Me. S. Pradel, accompagnant un mmoire tablissant la nationalit de son grand'pre et de son pre) on passe la rponse au Message du Prsident Eugne Roy remettant sa dmission. Le Dput Piou propose qu'il y soit mentionn que le Prsident Roy restera au Palais jusqu'au 19 pour la transmission du Pouvoir. Le Dput Cauvin est de l'avis contraire : le nouveau prsident entrera immdiatement en fonction.
La proposition Piou est rejete. La rponse au Message de dmission vote. La mme dlgation qui annoncera au Prsident Roy que sa dmission est accepte, lui apprendra aussi l'lection de son successeur qui prtera serment immdiatement.
Le Prsident de l'Assemble Nationale ne voit pas d'inconvnient qu'un membre de l'Assemble lui recommande un Candidat. Le Snateur Tlmaque dans une vibrante allocution parle de M. Adhmar Auguste qui a dpens, dit-il, cinquante annes au Service du pays.
Les bulletins sont distribus.
Snateurs et dputs dposent leur vote dans l'urne par appel nominal .
Majorit absolue: 26.
1er tour du scrutin.
Scrutateurs : Snateur Laurent, Dput Rousseau.
Rsultats Rsultats
Stnio Vincent......... 15 voix C. Mayard............... 3 "
Seymour Pradel........ 12 A. Auguste.............. 2 "
Dr. Price-Mars......... 7 D. Jeannot............... 1 "
H. P. Sannon........... 5 P. Thoby................. 1 "
L. Nau.................... 4 "
Applaudissements nourris. MM. Adhmar Auguste et Dr. D. Dsir retirent leur candidature.
2me tour de scrutin.
Scrutateurs : Snateur Elyse, Dput Vaugues.
Rsultats Rsultats
Stnio Vincent......... 21 voix H. P. Sannon......... 4 voix
Seymour Pradel....... 12 voix L. Nau................... 2 voix
Price Mars.............. 11 voix
Nouveaux applaudissements.
31


3me tour de scrutin.
Scrutateurs : Snateur Tlmaque, Dput Piou. Rsultats
Stnio Vincent ........ 25 voix Price Mars.........
Seymour Pradel...... 20 voix
Rsultats
. 5 voix
Applaudissements prolongs.
4me tour de scrutin.
C'est la minute dcisive, la minute angoissante. Scrutateurs : Snateur Zphirin, Dput Gilles. Rsultats
Stnio Vincent......... 30 voix Seymour Pradel....
Blanc .................... 1 voix
Rsultats
. 19 voix
Des applaudissements enthousiastes coups de frntiques Vive Vincent se mlent la grosse rumeur du dehors qu'est l'acclamation de la foule.
A ce moment, le Snateur Seymour Pradel s'avance vers son comptiteur plus heureux, le flicite et lui donne l'accolade.
Proclam en vertu du vote de la majorit exprim en sa faveur, le Prsident Stnio Vincent gravit la tribune et prte serment. Il le fait d'une voix assure, comme du reste, l'allocution qu'il prononce, pour remercier ses collgues de lui avoir accord leurs suffrages.
Il quitte ensuite le Palais Lgislatif sous les vivats de la foule, reoit les honneurs d'un bataillon de la Garde d'Hati tandis que la musique du Palais joue l'Au champ prsidentiel: aprs une tourne en ville, acclam par le peuple, il gagne sa rsidence de Ption-Ville d'o il reviendra vers les cinq heures 1/2 au Palais National pour la transmission du Pouvoir.
La foule masse sur la Place Louverture est immense cette heure-l! C'est une grande rumeur que cette nouvelle acclamation du peuple vers l'Elu de la Nation se mlant aux coups de canon du Fort National!...
32


A la sortie du Palais Lgislatif o il vient d'tre lu Prsident de la Rpubhqu Monsieur Stnio Vincent reoit pour la premire fois les honneurs de l'hymne prsidentiel.


La grande promesse si
Messieurs les Snateurs, Messieurs les Dputs,
Dans l'tat de dpression physique o je me trouve actuellement, aprs les longues motions de cette journe, vous comprendrez que je ne puis faire un long discours. L'honorable Prsident de l'Assemble Nationale l'a aussi compris ; il a t d'une concision de circonstance. Mais je ne puis ne pas remercier mes amis du Snat et de la Chambre d'avoir bien voulu m'honorer de leurs suffrages.
C'est en ce moment l'instant des promesses.
Ma vie publique est connue.
Tout ce que je peux dire en l'occurrence, c'est que, la haute fonction o vous m'avez appel, je ferai ce que j'ai eu l'habitude de faire dans les autres fonctions que j'ai occupes, c'est--dire mon devoir; en tout et partout. Je poursuivrai la libration de notre territoire et je promets d'tre un dfenseur intraitable de l'ensemble des intrts matriels et moraux de la Rpublique.
Criez avec moi : Vive l'Assemble Nationale! Vive la Patrie Hatienne! Vive l'Indpendance Nationale!
5445


PROFIL INTIME
Le pacte avec la modestie.
La vie intime de Stnio Vincent n'a subi aucun changement du
fait des honneurs inhrents sa haute position de Chef d'Etat.
Les amis d'hier qui n'ont pas de raison de s'loigner de lui quand ils le visitent au Palais, le trouvent toujours dispos bien entendu ses heures de loisir raconter des histoires tantt gaies, tantt tristes de sa vie de clibataire irrductible.
On dit mme qu'il met une sorte de coquetterie recevoir ses intimes, sans faon : C'est--dire que, bien que dissimulant la contrarit qu'il prouve de leur visite, quand elle le drange de ses hautes proccupations il ne s'embarrasse pas de circonlocutions pour leur conter une petite histoire du bon vieux temps pass, o il n'tait pas oblig ds 8 heures du matin et la mme heure du soir, d'entendre des mensonges affectueux, mais intresss... Cela dit le plus cordialement du monde, il les invite ensuite djeuner.
Tenez, dit-il un jour, l'un d'eux, ma place qu'auriez-vous mang ce matin?
'Moi, Prsident?
Oui, vous, si vous tiez Prsident, qu'est-ce qu'il vous prendrait fantaisie de croquer ce matin?
Ah! certainement, j'aurais fait, comme on dit, bonne chre!
Eh bien moi, mon vieux, repartit le Prsident, plus ou poulie moins aussi nationaliste que tous ceux qui se le prtendent, je vais dguster, comme je l'ai toujours fait, un bon plat du pays, prpar par une main experte en la matire: Morue et banane boucane, agrmentes de notre excellent beurre vgtal : un avocat bien sec. L'ami ne voulut pas croire ses oreilles. Mais quand il vit une servante dposer ce frugal repas sur une petite table dans le cabinet de travail mme du Prsident, il s'exclama :
Vous avez un pacte avec la modestie !
La bravoure proverbiale.
La discrtion de Stnio Vincent est en fonction mme des dangers qu'il encourt.
35


Une caricature de l'homme au feutre noir.


A ce propos un de ses proches parents nous raconte ce qui suit : C'tait vers 1898; tout jeune encore, Stnio Vincent occupait l'important poste de Secrtaire de la Lgation d'Hati Paris.
A la suite d'un incident dont il sortit mcontent, il appela sur le terrain d'honneur un compatriote qui, son avis, avait dpass la mesure.
Aprs qu'il eut constitu ses tmoins, il leur fit la recommandation expresse et formelle de garder le plus grand secret du lieu de combat, en ajoutant ceci : J'ai ici mon jeune frre. Comme je tiens ce que tous les miens restent dans l'ignorance complte du duel, n'en dites rien personne, pas mme lui.
La rencontre, effectivement, eut lieu, en prsence seulement des tmoins, et des amis de son adversaire.
Quand son frre en fut inform, il se rendit chez lui, pour en avoir certains dtails.
Eh bien que s'est-il pass, demanda-t-il ?
Rien de nouveau. J'ai touch mon adversaire, et l'honneur est sauf.
Et vous ?
Comme mon honneur ; sain et sauf. Et puis, c'est bien pass, parlons d'autres choses.
Et ce fut le dbut de ses nombreux duels dont il sortit toujours vainqueur.
* *
Un mauvais quart d'heure...
Au cours de sa campagne lectorale, Stnio Vincent accompagn de nombreux amis, s'arrta ... o il lui fut offert un grog.
Que dsirez-vous, Snateur, lui demanda son hte ?
Ce que vous voudrez bien m'offrir, rpondit-il en souriant. Vivement on lui servit avec ses compagnons, un dlicieux
rhum mais dans un verre presque opaque, tant sa propret tait douteuse.
En homme de bonne ducation, il but, quand mme. Mais quand il regagna l'auto, il fit une moue, pina ses lvres, cracha, puis murmura en grimaant: J'aurais d boire la bouteille mme.
37


The right man...
L'un des dvous amis de Vincent, qui, tort ou raison, on fait une rputation d'inculte, fut pris, un jour, de la folie de briguer la charge d'Administrateur Gnral des Postes. Le brave candidat fit jouer, en effet, tous les ressorts de la brigue et de l'intrigue pour dcrocher la timbale. Mais le Prsident Vincent, malgr son amiti pour l'homme resta inflexible en dpit d'incessantes dmarches. Enfin nerv, il dit l'un des pistons : Vous voulez quand mme que je fasse de votre ami, que vous savez illettr, un homme de lettres?
Cette question dsarma tout le monde et le candidat dut renoncer ses ambitions... littraires.
Le comble de la bonne amiti.
Lorsque nous publimes(l) notre 1er. Numro de la Semaine Humoristique, notre ami Henri Elie, sous le pseudonyme de Hach, nous donna une brillante page, o, avec une pointe d'humour, la tte de Vincent tait croque. Tout les premiers, nous trouvmes la blague quelque peu ose. Mais Elie insista tant pour qu'elle ft publie, que nous lui accordmes l'hospitalit.
L'article parut un samedi soir. Nous en attendions les effets drastiques, quant au lendemain, Elie reut, en matire de compliment, une invitation de Vincent dner. C'tait le comble de la tolrance et de la bonne amiti.
* *
Le Prsident spirituel.
On a souvent dit que les mots mchants sont la revanche des curs gnreux et tendres. Le Prsident Vincent a sur la conscience quelques mots cruels. Un entre vingt.
(1) Les petites notes qu'on vient de lire sont tires de notre confrre Le Nouvelliste.
38


A une de ces runions sans protocole qui se tenaient nagure la Prsidence en l'honneur de ceux que le Prsident Vincent continue d'appeler aimablement ses confrres, un jeune journaliste qui n'avait pas six mois dans la profession, se saisit positivement du Chef, et tout fier, le harcela pendant plus d'une heure de questions indiscrtes et pressantes. Il ne russit pourtant pas brcher la patience du Prsident qui, comme on le sait, a lev la possession de soi la dignit d'un dogme inflexible.
Ne trouvant plus de questions poser l'illustre amphytrion, le jeune journaliste lui demanda tout de go, et avec un large sourire :
Excellence, que pensez-vous du parlant ?
Je n'en pense rien, dit le Prsident, refusant gnreusement le mot cruel que la vivacit de son esprit et un grand dsir de repos avaient vhicul jusqu' ses lvres.
Malheureusement le jeune homme insista:
Mais enfin, Prsident, le parlant...
Son Excellence sourit alors, et fuyant le trop collant confrre, murmura en s'en allant, et comme si Elle disait la chose la plus banale du monde:
A la vrit, je prfre un bon muet un mauvais parlant... Des gens qui voient quelquefois le jeune journaliste qui, d'ailleurs, n'a pas grandi, certifient qu'il n'a pas encore compris.
L. L.
*
Vendeur de fleurs.
Dans le modeste cercle de la vie hatienne, Monsieur Stnio Vincent, est lui aussi, un Chef aux mains vides, qui a choisi le spirituel. Tout entier pris par la passion du Bien Public, il a travers la rgion du temporel. C'est l le secret de son nergie morale, le secret de sa puissance, qui se traduit par des actes de gouvernement qui comble le pays de surprises heureuses. L'un de ses vieux amis loign de lui, ces jours-ci, me disait un jour : Il a toujours ddaign l'argent. Celui-ci n'est pour lui qu'un moyen et non pas un but.L'exemple est rare dans notre vie publique. Je ne dis pas qu'il est le seul, mais le dsintressement dont il fait preuve au pouvoir,sa tendance se dpouiller avec
39


la simplicit d'une plante, sans souci du lendemain, vivre sans faste, est pathtique, et s'lve la beaut d'un exemple suivre. A l'un de ses intimes qui lui disait : du train o vous donnez tout votre pcule, vous n'aurez rien pour vivre la fin de votre mandat.Que non! rpondit le Chef avec son sourire dsabus de pharaon triste : J'ai ma petite proprit de Kenscoff qui produit de belles fleurs: je vendrai des fleurs! Ce n'tait certainement qu'une boutade, mais cette parole est indicative d'un tat d'esprit. L'homme a choisi la fiert du hros, qui voit de trs haut les splendeurs prissables, sa journe accomplie. Je vendrai des fleurs. Quel joli pendant la charrue de Cincinnatus. C'est pourquoi s'labore, l'avantage de la politique du Prsident Vincent, dans l'me hatienne, une mystique,sans prcdent dans notre histoire.
STEPHEN ALEXIS
Candidat au Snat.
A l'Htel de France, dans une vitrine, taient alignes les photographies de tous les candidats la prsidence. L'aimable grant, pour m'tre agrable peut-tre, avait plac celle de Me. Stnio Vincent bien au milieu. Mais tait-ce hasard ou tait-ce volontaire? un jour d'affluence de touristes, je remarquai que la photo de Me. Vincent dpassait de presque la moiti toutes les autres et, le feutre aidant, les dominait.
Quelles sont ces personnes ? me demanda un touriste.
Des candidats la Prsidence.
Ils sont nombreux ?
Comme vous voyez. Mais au fait, d'aprs vous, interrogeai-je, dites-moi, au jug, qui, d'entre eux sera l'heureux lu?
Pardi celui-ci (en montrant Me. Vincent) qui porte un feutre. Ne voyez-vous qu'il domine tous les autres et est press de les quitter.
Mon vieil ami Gaetjens en fit une telle tte que je dus lui offrir une tourne Constantin Mayard. Evidemment, il me la retourna Stnio Vincent.
40


L'Htel de France tait le quartier gnral du Mayardisme, j'tais peut-tre le seul Vincentiste y frquenter rgulirement.
Un aprs-midi, j'y invitai Me. Vincent et pendant qu'il avalait son ternel limonade-citron, je lui dis :
C'est ici, le gupier. J'y viens chaque jour.
Aucun mal cela mon ami. Mais vitez les discussions et toutes querelles inutiles.
Vous avez une meilleure tribune pour causer: c'est Hati-Journal. N'oubliez pas cela...
L'orateur...
Me. Vincent est un Matre du verbe et de l'improvisation. Aucun de nos orateurs n'a cette loquence prenante, avantageusement servie par une voix au timbre chaud, nuanc et color. On comprend assurment pourquoi, il empaumait les foules qui l'coutaient.
On m'a racont qu' un des meetings du Cartel Jacmel, un jeune collgien traduisit son admiration par cette exclamation lapidaire :
Oui foute : c gnou Orthophonie !
*
Hati-Journal.
Il y avait souvent de quoi pour Me. Vincent d'tre soucieux, mais il ne le faisait point paratre et, mme interrog, il tait rserv dans ses propos. A l'gard de ses collaborateurs du Journal, c'tait l'excellent camarade dont nous fumions, avec sympathie, les bondons de Lucky Strike oublis sur le bureau.
Vous fumez trop, Me. Vincent? lui reprochai-je une fois.
Vous avez raison. Enlevez tout cela; que je ne voie mme pas de cendrier sur le bureau...
Le lendemain, l'envie de griller une Lucky (c'tait sa cigarette de prdilection) lui revenait :
Qu'est-ce qui m'offre une bonne cigarette? demanda-t-il.
41


Dans le tiroir de gauche, Me. Vincent.
Evidemment, je n'avais pas emport toutes les cigarettes et j'avais eu soin de prvenir les habitus du Carr*pour qu'ils n'y
touchassent pas, surtout Ti-Ption qui fumait comme une chemineque c'tait la rserve de Me. Vincent.
Personne n'y toucha jamais. Il y a l une des marques de respect qu'inspirait notre candidat. Il savait notre attachement et nous en remerciait souvent, avec une dlicatesse d'esprit, dont seuls les hommes racs ont le secret, en nous tutoyant ou en nous blaguant. Le soir, trs souvent, en attendant Hati-Journal qui se payait le luxe de paratre en retard, Me. Vincent nous disait des pomes de Verlaine ou de Baudelaire ou chantonnait son ternel refrain: Un pote m'a dit...
Quelquefois, il grognait... mais sur un ton enjou mi-figue mi-raisin. Il ne tenait fcher personne; toutefois avec sa loyaut habituelle, il en profitait pour mettre chacun sa place... Sa voix de baryton alors rsonnait comme le timbre sourd de Antina :
Que voulez-vous ? je ne suis pas aid Le journal parait en retard avec des coquilles ou des oublis inacceptables! Pourtant, ils sont, en bas, nombreux, pour s'en occuper. Mais j'ai deux paresseux la direction.
Tout le monde se moqua parce que j'tais prsent. Piqu au jeu, je hasardai timidement : Vous parlez, pour Duval, Me. Vincent?
Mais non, c'est vous que ce discours s'adresse... rpliqua t-il avec cette bonhomie amuse qu'il garde encore.
Permettez-moi, dans ce cas, lui rpondis-je, en me levant, le chapeau la main, de saluer mon Matre.
Rasseyez-vous, jeune homme, et restez couvert!
Bien fait me dit plus tard Ption Roy. Vous savez que Me. Vincent a la riposte froce! In cauda venenum.
Candidat la Prsidence.
Le matin du 18 Novembre 1930, vers les 7 heures, accompagn
d'Eugne Dgand, le Snateur Stnio Vincent vint m'apporter une entre pour le Palais Lgislatif.
42


Il tait vtu d'un bleu marine qui me paraissait n'avoir jamais t port et dont la coupe rappelait les bords de la Seine.
Le Snateur tait frais et souriant, les yeux bien clairs derrire les lorgnons.
Le grand jour est arriv, les pulsations de mon cur sont plus nombreuses, lui confiai-je.
Pourquoi ? me dit-il.
J'ai peur.
Pas moi !
Comment vous sentez-vous ? En forme.
Et il se mit chantonner sa ritournelle habituelle: Un pote m'a dit qu'il tait une toile!
Et cette toile lla timbale prsidentiellemettait dj ses rayons dans les yeux du Snateur et sur son visage...
*
Prsident.
Au seuil de la Prsidence, la premire pense de Monsieur Stnio Vincent s'exprima par un geste de dlicatesse et de dsintressement. Il se rappela sa campagne lectorale et les braves gens qui l'avaient cout et suivi,lui le candidat pauvre, mais riche de tous les espoirs qu'il portait en lui,jusqu'aux urnes. Il marqua, sans ostentation, son souvenir, en endossant en leur faveur le premier chque (5.000 gourdes) la moiti de ses indemnits.
Dans le recul du temps cela prend le caractre d'un symbole.
Il n'en pouvait tre autrement de sa part. Ce geste tait dans la note habituelle de ses lans. Candidat, il ne gardait rien dans ses poches. Tout tait pour les lecteurs. Je me rappelle que les tiroirs de son bureau Hati-Journal lui servaient de coffre-fort. Prsident il lui fallut un bureau et des tiroirs pareils.
Il ne serrait jamais une main sans y laisser un souvenir.
Un soir aprs dner, il me dit :
Le Prsident de la Rpublique n'a plus que vingt dollars en Banque Il avait distribu la plus grande partie de son traitement. Il ne s'en plaignait pas, connaissant la grande misre du peuple.
43


En caleon.
Dans les premiers jours du Gouvernement et sur le dsir dlicatement exprim par le Prsident Vincent, j'tais rgulirement son hte partir de 6 heures du soir jusqu' pass neuf heures.
Il n'y avait encore rien de bien chang dans notre vie. Le protocole adoucissait certaines rigueurs pour aider le nouveau locataire du Palais se mettre dans ses meubles et ses amis prendre l'habitude des mosaques.
De telle sorte que quelques-uns d'entre nous avaient l'entre libre au Palais comme au bureau d'Hati-Journal, avec cette rserve, cependant, que Matre tait remplac par Prsident. Je dus souvent me surveiller pour ne pas l'appeler Stnio tout court, comme nagure, lorsque le matre tait de bonne humeur.
Un aprs-midi, sur les 5 heures, je frappai la porte de la grande pice du Palais,aujourd'hui amnag au got moderne, o se trouvaient deux grands lits en acajou et une vaste armoire glace. C'tait la chambre coucher, style un peu ancien hatien.
Entrez, me cria une voix de baryton.
Et quand je parus, le Prsident se dshabillait. Il me dit tout de go :
Vous trouvez votre Prsident en caleon!
Je m'en rends compte, Prsident, j'crirai cela quelque jour. Brousson n'a-t-il pas rvl Anatole France en pantoufles. Mais...
Mais quoi? questionna-t-il?
Je ferai une toute petite remarque.
Laquelle ?
Le Prsident Vincent porte le caleon court.
Le Prsident rit de bon cur, sans profrer une seule parole. Je compris ce silence que mon reportage devrait tre au moins aussi court que le caleon.
SAINT-ROBERT
Sans provoquer l'adversaire.
Le rappel des chers souvenirs de la campagne lectorale de 1930 nous reporte la petite halle de la rue Frou (actuel bureau du Nouvelliste) d'o depuis le 20 Janvier 1933, jusqu'au 13 Octobre se rpandaient, en des flots d'une infatigable imp-
44


tuositet toujours sous l'gide de la courtoisieles si vigoureuses ides que chaque jour attendait le public avec tant d'impatience sympathique, pour s'y retremper, s'y fortifier, pour y trouver des raisons de croire encore.
Ce matin-l, l'enceinte tait dserte. Tous, rdacteurs, personnel, collaborateurs et partisans nombreux qui fourmillaient rgulirement entre les quatre murs maculs en de nombreux endroits par l'encre graisseuse des presses, tous taient au bureau de l'Administration (actuellement magasin Anna Riob) o ils campaient, mettant la dernire main un peu fivreuse aux prparatifs... Trop nombreux numrer. La place nous manquerait pour rappeler mme les noms des lieutenants immdiats. Ils taient de tous les ges, et pour citer le plus jeune, certainement pas le moins ardent, un Jean Fouchard, initi dj, tout comme les ans les plus vieux, aux responsabilits prendre courageusement...
Et, le brouhaha de la rue ne semblait nullement proccuper le chef d'atelier Larose, jouant habilement de la linotype dont chaque note transforme si merveilleusement du plomb liquide en de la pense, encore moins Fuerts qui, tout ce qu'il faisait, commenait dj la pagination. Neuf heures a. m.
Comment tes-vous, Messieurs, rompit le silence, une voix chaude et de bonne humeur. Viard n'y est pas?
Viard ? sans doute, Directeur, au bureau de l'Administration, fmes-nous.
Et le compte-rendu de la journe d'hier?
Selon instructions de Viard, je l'ai fait... Les preuves sont mme corriges...
Ah par exemple, non. Il faut que je voie a... Nous devons achever la lutte comme nous l'avons conduite : sans provoquer l'adversaire.
Et, Me. Vincent s'en alla, emportant la bande de papier, que rapportait, une heure aprs, Flix Viard, revenu de rfrner en collaboration avec le Directeur, l'allure trop enthousiaste que j'avais imprime une manifestation lectorale...
Ne pas provoquer l'adversaire !
C'tait la tactique du Chef. Il estimait habile de ne pas crier tout haut, comme je le faisais pleins poumons dans mon entrefilet, que de Port-au-Prince l'Arcahaie, la veille de la mle dcisive, nous avions rencontr la victoire, nous attendant pour nous saluer, si impatiente de nous qu'elle tait venue elle-mme notre rencontre.
MAURICE RIVIERE
45


Le peuple formant cortge au nouvel Elu, envahit la grande cour de la prsidence, dsormais la Maison du Peuple.


DANS LES PREMIERS JOURS DE LA PRESIDENCE
Ce clich malheureusement en mauvais tat montre le Prsident Vincent, au Palais National entour des Secrtaires d'Etat et des Membres du Corps Lgislatif.


Le Prsident Vincent visite les Usines Prince o deux mille travailleurs iacclament.
Escort d'une foule enthousiaste, le Prsident Vincent arrive la Grande Rivire du Nord.


[I
SON OEUVRE
Le Gouvernement actuel ne va pas vers les masses avec des idologies, des thories desschantes ou des rves de l'esprit, mais il leur apporte et il leur apportera toujours des ralits concrtes qui leur assureront dans l'avenir, une tranquillit laborieuse, et dans le calme indispensable, les fruits de leur travail et plus d'aisance dans leurs foyers.
STENIO VINCENT Prsident d'Hati




STENIO VINCENT, LE LIBERATEUR
Dgager le pays, sans heurt, de l'emprise trangre.
STENIO VINCENT (1930)
Considrant que le retrait du territoire hatien des forces militaires de l'occupation amricaine est un vnement cher au cur de tout hatien;
La Chambre des Dputs a rsolu: Art. 1er.Le citoyen Stnio Vincent, Prsident de la Rpublique a bien mrit de la Patrie.
Chambre des Dputs (1934)




STENIO VINCENT
LE LIBERATEUR
L'volution de la politique extrieure du Gouvernement actuel est facile marquer. Une directive unique et obligatoire s'y montre constamment: la magnifique pense de libration, de rnovation nationales. A cet objectif primordial, cette proccupation dominante, se subordonnent les moindres faits, les moindres gestes, les moindres actes, les moindres paroles; ni soubresauts, ni reculs, ni volte-faces : aucune de ces contradictions de la politique internationale europenne qui rendent si aigu le conflit des imprialismes et si profonde l'inquitude que vit notre poque; une formule rsume l'histoire diplomatique de la priode qui va de 1930 1935 : librer sans heurts le pays de l'emprise trangre.
Les ngociations, les concessions mutuelles ont abouti parce qu'elles seules taient possibles, parce qu'elles taient rationnelles et parce qu'elles seules taient susceptibles de provoquer une modification favorable de la politique extrieure amricaine vis--vis de notre pays. Le moyen le plus sr de demeurer dans le statu quo, n'tait-ce pas de s'arcbouter des doctrines nationalistes de parade, de poser des conditions inadmissibles et de faire montre d'une intransigeance strile? Car, ce que la fraction minoritaire oubliait systmatiquement, c'tait la solidit de position du partenaire amricain, c'tait le poids de ses arguments et leur presqu'irrfutabilit dcoulant d'une Convention ratifie par l'Assemble Nationale et renouvele; d'accords, de sous-accords et de rglements en vigueur, accepts par le Gouvernement hatien(l). Ngliger ces circonstances de fait et de droit, ne pas tenir compte des contingences internationales, mconnatre la ralit de la situation vritable de notre pays au regard des Etats-Unis d'Amrique, s'enfermer dans les abstractions du droit international et raisonner sur elles avec une logique affective, crier l'iniquit du fait et le considrer comme une violation des rgles du Droit des Gens : ainsi comprise et situe, la bataille, sur ce terrain, prsentait des handicaps srieux.
(1) Entr'autres accords, celui du 3 Dcembre 1918, relatif au visa du Conseiller Financier, celui du 24 Aot 1918, relatif la communication des projets de lois hatiennes la Lgation des Etats-Unis, Port-au-Prince.


L'chec se dressait au bout, fatal. La libration intgrale et inconditionnelle sous le Gouvernement imprialiste du Prsident Herbert Hoover quivalait une chimre, une utopie dangereuse, subversive mme certains gards, puisque cette idologie nationaliste tapageuse crait un climat de mfiance contre le Gouvernement. La mthode n'tait pas seulement mauvaise et condamne une faillite retentissante ; elle exprimait, une fois de plus, avec la mauvaise foi des politiciens, leur incomprhension totale des problmes de Gouvernement et dj le mythe se dcomposait.
Il fallait repousser cette mthode d'action. Dans quels manuels de droit international les livresques l'avaient-ils puise? O et quand avait-elle t applique, dans une conjoncture semblable? Sous l'influence de quels concepts avait-elle pris naissance? O trouvait-on le prcdent historique dont on pt s'inspirer et qui confrt cette solution un caractre de ralit? De prcdents ou de traditions dans ce sens, il n'en existait pas et jamais, entre peuple occupant et peuple occup, des ngociations ont revtu une forme aussi catgorique, aussi brutalement tranchante c'est--dire aussi peu conforme aux ralits actuelles et ne se sont faites sur le pied d'galit. En principe et en fait, rien qui pt justifier l'adoption d'une pareille attitude.
Donc, la Libration par tapes, tait la politique qui convenait et devait tre applique dans l'ordre de nos revendications politiques et financires. L'lu du 18 Novembre le comprenait excellemment : de la promesse du 18 Novembre 1930 l'entrevue prsidentielle du 5 Juillet 1934, quel souci d'efforts tendus pour l'obtention du rsultat suprme : la Libration.
Et d'ailleurs, la pratique moderne, n'est-ce point de concilier les exigences et les principes rigides des disciplines juridiques aux ralits sociales changeantes? En cela, le Prsident Vincent saisissait admirablement le courant nouveau qui pntrait les relations d'ordre international, suivait la voie salutaire qui mne au but ncessaire. La preuve, c'est que les rsolutions votes la Chambre (1) et au Snat (2) Hatiens dnonant la Convention comme un instrument diplomatique sans effet juridique et
(1) Rsolution Bellerive.
(2) Rsolution Jeannot.
54


la stigmatisant comme un acte illgal n'ont pas fait avancer d'un quart d'heure, la Libration. Dans les conclusions d'accords entre Etats ou dans les ngociations ayant trait la reprise de droits, le facteur temps joue un rle considrable.
Il en est de mme pour les revendications. L'Allemagne qui souffrait, dans son orgueil germanique, du Trait de Versailles, a bien attendu 17 annes avant d'en dnoncer les clauses militaires. Mme conduite pour la remilitarisation de la Rhnanie.
Il fallait donc ngocier. L'intransigeance ou l'esprit avocaillon menaaient de tout gter. Comme on le voit, c'est au milieu des difficults ardues de la politique intrieure que le Gouvernement menait la lutte.
Et la lutte s'tendait tous les fronts, politique extrieure vis vis des Etats-Unis d'Amrique, politique financire et conomique etc.. En un mot, la tche n'tait pas aise.
Tlgramme du 4 Juillet 1931
La pense de libration est dominante chez l'lu du 18 Novembre. Ds la constitution de son Gouvernement, le problme de la libration, plateforme sur laquelle, d'ailleurs, s'taient faites les lections, tait pos et dans l'esprit du Chef, la tche patriotique comportait des responsabilits trs graves car elle conditionnait l'uvre de progrs conomique et de justice sociale. Les ngociations taient en cours entre la Lgation amricaine et la Chancellerie hatienne aussitt aprs les premiers jours de la prise du pouvoir; un mmorandum (1) avait rsum l'essentiel des revendications. Aussi, quand le Prsident Vincent renouvelait au Prsident Hoover, le 4 Juillet 1931. l'occasion de l'anniversaire de l'Indpendance des Etats-Unis d'Amrique, un suprme appel en accord avec son programme affirm depuis si longtemps, il traduisait, une fois de plus, dans une formule belle de conviction, cette volont inconcussible de lutteur obstin et qui, se sentant en force de vaincre, poursuivait la libration nationale :
Il m'est particulirement agrable d'exprimer Votre Excellence mes souhaits les plus sincres et les plus cordiaux l'occasion de la date glorieuse de l'Indpendance des Etats-Unis.
(1) Mmorandum hatien la Lgation des Etats-Unis, Port-au-Prince.
55


A cette occasion, je crois devoir adresser un suprme appel pour une excution plus rigoureuse des recommandations (1) approuves par votre Excellence, en vue d'une rapide cessation des effets de la Convention et de l'occupation militaire.
Une telle mesure apaiserait l'opinion hatienne fort agite et sauvegarderait les excellentes relations existant entre les deux peuples.
Cette pense de libration, souci quotidien du Chef, a constitu le thme vivant de ses discours. Dans tous ses discours prononcs du 18 Novembre 1930 au 5 Juillet 1934, la mme flamme, le mme enthousiasme circulent, aussi quand un mois aprs le tlgramme au Prsident Hoover (un mois un jour exactement), l'accord du 5 Aot fut sign, les masses hatiennes sentirent que la chape de plomb devenait moins paisse, que l'tau se desserrait.
Accord du 5 Aot 1931
Le Gouvernement du 18 Novembre recueillait cette date une lourde succession, un hritage grev, un patrimoine diminu moralement et matriellement. Le Gouvernement provisoire (15 Mai 1930 18 Novembre 1930), ne dpassant pas les strictes limites qui lui avaient t assignes, avait conduit les lections lgislatives du 14 Octobre 1930. Journe de triomphe, o nos masses marqurent par leur correction exemplaire et leur magnifique tenue au cours des oprations, que l'heure pour elles de diriger leur nation ou de participer effectivement son gouvernement, tait venue.
Quand, aprs la chaude bataille du scrutin, Stnio Vincent fut lu sous le signe de Vertires c'est--dire sous le signe de la Victoire, il dfinit, dans une merveilleuse anticipation, la conduite qu'il entendait adopter comme Chef de Gouvernement.
C'est en ce moment l'instant des promesses. Ma vie publique est connue. Tout ce que je peux dire en l'occurrence, c'est qu' la haute fonction o vous m'avez appel, je ferai ce que j'ai eu l'habitude de faire dans les autres fonctions que j'ai occupes c'est--dire mon devoir en tout et partout. Je poursuivrai la li-
(1) Recommandations de la Commission Prsidentielle qui dbarqua Port-au-Prince, le 28 Fvrier 1929.
56


bration de notre territoire et je promets d'tre un dfenseur intraitable de l'ensemble des intrts matriels et moraux de la Rpublique.
Ce qu'il y avait dfendre ce n'tait pas seulement le patrimoine matriel, c'tait aussi et surtout le patriomoine moral c'est--dire l'idal hatien sabot et dtruit. Non pas dfendre seulement mais conserver, mais reconqurir un un tous les attributs de notre souverainet dcapits par l'Intervention pour que dans l'ordre nouveau instaurer, la nouvelle cit et des fondements rationnels et ft marque, dans les rapports de vie et de pense, d'un quilibre social rel.
Oui, notre souverainet tait dcapite sous le rgime hybride amricano-hatien : le Gouvernement de la Rpublique tait nominal; un haut-commissaire administrant et commandant par le truchement du Prsident de la Rpublique ; tous les projets de lois devant recevoir au pralable l'assentiment de la Lgation amricaine ; le Conseiller-financier, omnipotent et seul manipulateur des ressources de l'Etat hatien, prparant, excutant et contrlant le budget avec la participation pro forma du Secrtaire d'Etat des Finances de qui il relve pourtant ; les grands organismes administratifs entirement aux mains des Amricains : le Service National d'Hygine et l'Hpital gnral dirigs par des amricains ; la Direction Gnrale des Travaux Publics, fief de l'Occupant; le Service Technique d'Agriculture, vritable ferme d'exploitation d'une nue d'experts, margeant au budget pour des appointements fabuleux; la Garde d'Hati ayant sa tte un colonel amricain, une institution essentiellement amricaine et destine servir ses intrts ; l'administration des Contributions aux mains des amricains : en un mot, toutes les grandes administrations avaient t amricanises ou avaient t cres pour tre amricanises ; quinze ans durant, le Blanc rgna en matre incontest. Lui disputer cette qualit et travailler reprendre tous les attributs de notre souverainet qu'il avait confisqus, quelques dclarations de principe ou quelques coups de tte n'y auraient pas suffi.
La tnacit du Prsident Vincent et de ses collaborateurs dans la lutte fut admirable. Auss, quand la chancellerie hatienne signa avec le ministre amricain le S Aot 1931, l'accord qui mettait fin cette sujtion administrative, seule s'leva, pour ne
57


pas apprcier cet effort mritoire la clameur envieuse d'une minorit possdant jusqu' l'intoxication le culte du moi. Pour combattre et dnigrer l'accord du 5 Aot, les voix hostiles se firent tapageuses mais sans succs.
Les rsultats tangibles que le Gouvernement Hatien obtenait, moins d'un an aprs sa constitution, cela tait jug insignifiant, anodin et mme inutile. Ah ce n'tait pas assez d'avoir rpt qu'il serait le dfenseur intraitable de l'ensemble des intrts matriels et moraux de la Rpublique, il se montrait tel et dj l'aube de la libration se levait L'accord du 5 Aot fut attaqu ici et l, dchiquet et mis en pices : on lui trouva des vices de forme, des vices de fond, enfin la mauvaise foi allie au levain des passions mchantes et partisanes en firent un crime contre la souverainet du pays hatien.
Or, c'est grce cet accord que les grandes administrations comme le Service National d'Hygine, la Direction Gnrale des Travaux Publics, le Service Technique d'Agriculture, le Bureau de l'Enregistrement faisaient retour au cadre administratif hatien.
ARTICLE II
En consquence, et la date du 1er Octobre 1931, le Gouvernement d'Hati assumera de plein droit et dfinitivement l'administration et le contrle de la Direction Gnrale des Travaux Publics, du Service d'Hygine et du Service Technique d'Agriculture etc. etc..
ARTICLE VII
Le Bureau d'Enregistrement entirement dtach des services du Conseiller Financier, passera ds la signature des prsentes sous la complte direction du Secrtaire d'Etat des Finances.
ARTICLE X
Les parties conviennent de poursuivre leurs pourparlers relativement aux problmes dcoulant du Trait.
De plus, l'accord du 24 Aot 1918 relatif la communication des projets de lois hatiennes la Lgation des Etats-Unis d'Amrique Port-au-Prince, l'accord du 3 Dcembre 1918 relatif au visa du Conseiller Financier sur les mandats de paie-
58


ment mis par le Secrtaire d'Etat des Finances, sur le Receveur Gnral des Douanes, en la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati sont rsilis. (Articles V et VI de l'accord du 5 Aot).
Toutes ces conqutes reprsentent la premire tape de la Libration, car le 1er Octobre, le Prsident Vincent procdait l'installation des nouveaux chefs d'administration. L'Elu du 18 Novembre tait salu par les foules enthousiastes qui redisaient leur confiance inbranlable dans cet homme qui, incarnant un moment de la conscience nationale, posait les premiers fondements de la Nouvelle Cit Hatienne.
Accord du 7 Aot 1933
Cette premire tape du redressement que poursuivait le Prsident Vincent ne constituait qu'un commencement. Il continuait la lutte pitinante, sans relche, avec une louable persvrance patriotique, domin par cet impratif catgorique. Et au fur et mesure, les difficults s'aplanissaient et un dsir de conciliation pntrait les ngociations.
Le 4 Dcembre 1931, le Prsident Vincent hatianisait le Dpartement militaire du Centre.
Le 30 Janvier 1932, c'tait le Dpartement militaire de l'Ouest.
Le 17 Dcembre 1932, hatianisation du Dpartement militaire du Sud. Autant de conqutes, de victoires sur l'ennemi, qui prparaient l'accord du 7 Aot 1933.
Cet accord, c'tait la deuxime tape importante dans l'Oeuvre de la Libration.
Le Conseiller Financier est remplac par un Agent Fiscal.
Les Douanes sont hatianises.
L'Administration Gnrale des Contributions l'tait aussi.
L'accord entrait en excution le 1er Janvier 1934.
Comprenant 27 articles et divis en deux titres, l'accord entre le Gouvernement hatien et le Gouvernement des Etats-Unis d'Amrique prvoyait l'hatianisation de la Garde et la dsoc-cupation militaire du territoire de la Rpublique, un arrangement financier et un amnagement des garanties financires stipules dans le Protocole de 1919 et le contrat d'Emprunt de 1922. Le principe du Rachat par anticipation du solde de l'Emprunt de 1922, c'est--dire de la Libration financire, tait accept conformment aux dispositions de l'Article XXVI du dit accord :
59


ARTICLE XXVI
Le Gouvernement hatien se rserve le droit de racheter, par anticipation, les obligations mises en accord avec le protocole du 3 Octobre 1919 etc.
A cette date, le Prsident des Etats-Unis dAmrique n'tait plus le rpublicain Hoover, riv aux puissances d'argent (Wall Street, Trust du Ptrole) c'tait le dmocrate Franklin Delano Roosevelt. Il recueillait la succession obre de Hoover. Et c'est Lui qui introduisait dans la politique gnrale amricaine l'lment humain.
L'uvre de la Libration se trouvait facilite d'autant. La deuxime tape du redressement marquait de magnifiques rsultats.
Cependant, l'uvre n'tait pas complte : malgr les efforts et les succs du Gouvernement, il restait quelque chose faire.
LE VOYAGE DU PRESIDENT VINCENT A WASHINGTON
Accord du 5 Aot, Hatianisation du Service National d'Hygine, de la Direction Gnrale des Travaux Publics, du Service Technique d'Agriculture, du Bureau de l'Enregistrement, de 3 Dpartements militaires(l). Accord du 7 Aot, Hatianisation de l'Administration Gnrale des Contributions. L'uvre de redressement se poursuivait selon un rythme mthodique. Et le Rve de Libration, chaque jour, prenait plus d'ampleur devant la conscience de l'Homme qui se faisait du pouvoir une conception dynamique. L'objectif se prcisait mesure que la dpense d'effort s'accroissait. Les rsultats obtenus avaient, sans doute, presqu'abouti la liquidation dfinitive du Trait de 1915, mais l'imperfection du travail l'assigeait quand mme, car dans sa pense magnifique de rnovation politique et sociale, la Victoire devait s'inscrire totalement.
Les ngociations, l'aide de mmorandum, par note verbale ou voie de chancellerie, avaient donn l'accord du 5 aot 1931 et l'accord du 7 aot 1933. Les ressorts diplomatiques taient donc uss : une mthode susceptible d'carter les prventions, de faire
(1) Centre, Ouest, Sud.
60


disparatre les prjugs, de rassrner le climat, en un mot, s'imposait : la conversation directe, la diplomatie de chef chef. Elle a lieu exceptionnellement, toujours elle donne des rsultats inesprs. L, face face, mandataires autoriss et populaires de leurs nations respectives, le Prsident Rcosevelt et le Prsident Vincent, en accord d'aspirations et au-dessus des formules conformistes, gnratrices d'gosmes, pouvaient s'entendre, se comprendre. Appuy de la confiance sans cesse grandissante des masses reconnaissantes et mesurant l'intensit de leur ferveur pour l'uvre dj accomplie, le Prsident Vincent joua la partie dcisive.
Cartes sur table
Le voyage fut dcid
Dans l'histoire de notre Seconde Indpendance, le voyage du Prsident Vincent mritera un chapitre part. La reconstitution de cette minute pathtique empruntera l'objet du dbat et aux Personnalits qui le conduisaient sa signification profondment humaine.
Au mois d'Avril, le Prsident Vincent s'embarquait pour Washington, ambassadeur de bonne volont deux fois cit, fascin du dsir de forger un nouveau destin au pays hatien. Devant les paroles sereines des deux Prsidents, les prventions tombrent. Les attitudes traduisirent plus de franchise. Le constructeur New-Deal, celui qui avait labor toutes les mesures ncessaires la reconstruction conomique et sociale de la grande dmocratie amricaine, en avait humanis la civilisation, avait dfini la politique extrieure des Etats-Unis du Nord par des rapports de bon voisinage et reconnue comme rgle im-prative du Droit des Gens amricain, le Principe de non-intervention ralisait les dispositions les plus favorables pour comprendre le Prsident Vincent qui, l'instar de l'inventeur du Brain's Trust, travaillait l'organisation rationnelle de son pays. Ils possdaient les mmes qualits d'me et de cur. Une identit de tche, dans l'ordre humain, les rapprocha et par l'idal commun, le but unique les rejoignit. Le sourire du Prsident Roosevelt avait pris un plissement plus humain et le regard du Prsident Vincent une clart plus comprhensive lorsque les deux Chefs amis arrtrent en principe la Libration du Pays Hatien.
61


Le voyage du Prsident Vincent tait dcisif puisque sans retirer aux ralisations antrieures leur caractre magnifiquement patriotique, il les dpassait toutes en porte et en consquences immdiates. Dfinitivement, le Prsident Vincent marchait vers la libration totale ; intgralement, il voyait son rve de redressement se projeter dans la lumire de la ralit: c'tait le parachvement sans fissures de l'Oeuvre de Restauration.
Entrevue Roosevelt-Vincent (15 Juillet 1934)
Pour la libration territoriale qu'avait fait avancer l'accord du 7 Aot, l'entrevue Roosevelt-Vincent fut dcisive.
Aux rceptions qui furent organises en l'honneur du Prsident Roosevelt, l'accueil enthousiaste que lui fit la population du Cap, masse aux abords du quai et gonfle de tous les visiteurs accourus de partout, aux manifestations clatantes de profonde sympathie que la foule innombrable, l'me tendue vers la libration, lui prodiguait, le Grand Homme d'Etat sourit. Tout ce qui battait en lui de sentiments nobles, d'idal chevaleresque et d'humanit suprieure se conjugua pour dicter le Geste.
La visite du Prsident Roosevelt dpassait le fait visible, le voyage : elle prenait une valeur de symbole, car le Prsident Roosevelt tait le messager de notre Indpendance. L, en effet, dans cette ville du Cap-Hatien, si pleine de souvenirs et de fastes historiques, dans cette mtropole du Nord qu'immortalisa tout jamais le geste prodigieux d'Henry le Magnifique, comme par une concidence historique frappante, le grand amricain, en parfait accord avec sa politique de bon voisinage, mettait fin, sur les instances du Prsident Vincent, la douloureuse preuve de l'Occupation.
Aussi, le 24 Juillet 1934, un accord intervenait comme suite aux conversations du Cap-Hatien, entre les Etats-Unis et la Rpublique d'Hati.
ARTICLE I
Le 1er Aot 1934, les services officiels amricains dans la Garde d'Hati prennent fin. A la dite date, la Garde entirement commande par des Officiers hatiens, sera remise un colonel en service actif que le Prsident d'Hati dsignera comme Commandant.
62


Sur les quais, le Magistrat Duvigneaud, au nom de la ville de Port-au-Prince, salue le retour de l'illustre Messager des revendications nationales Washington.


Le Prsident Roosevelt, en rade du Cap-Hatien.
Au moment de toucher la terre hatienne, le Prsident Roosevelt accompagn du Prsident Vincent, reoit le salut militaire.


ARTICLE II
La Brigade de Marine des Etats-Unis et la Mission Scientifique Amricaine tablie par l'accord du 5 Aot 1931, seront retires dans la quinzaine suivante.
ARTICLE III
Les dispositions du prsent arrangement modifient les stipulations contenues dans les articles I, II, IV de l'accord du 7 Aot 1933.
Et le 1er Aot, conformment aux stipulations de 'PAccord du 24 Juillet 1934, le Second Librateur prsidait la crmonie d'installation du Commandant de la Garde d'Hati. Cette crmonie revtait, aux yeux de tous, un caractre particulier, une signification importante. Car, le Prsident dveloppait dans son discours la ncessit du maintien de l'Ordre.
L'adhsion de la foule runie alors se faisait unanime autour de ces ides d'ordre et de progrs dont le Prsident Vincent soulignait le dynamisme.
L'uvre de la libration du territoire acheve, le plus considrable travail restait faire : consolider cette libration en assurant le triomphe des ides saines, fortes et constructives sur les idologies creuses, au contenu vide.
Les accords du S Aot 1931, du 7 Aot 1933 et du 24 Juillet 1934 rsument une uvre magnifique; les rsultats favorables au'ils consacraient taient le fruit de luttes quotidiennes d'autant plus pres qu'elles taient semes de difficults, hrisses d'entraves qu' souhait faisaient surgir les ternels mcontents.
Or, l'uvre de la libration, pour avoir t ralise dans un dlai minimum, n'en reste pas moins une uvre importante. Les consquences politiques et financires de la libration du territoire sont innombrables.
D'abord, elle a permis de mesurer l'tat de nos forces, la valeur des cadres existants, l'efficience des nouvelles mthodes et l'effort qui reste accomplir pour que notre physionomie so-
65


ciale prsente plus de cohrence et que notre idal social ait plus de cohsion. Notre mot d'ordre doit tre: l'intgration de la technique et la formation des cadres.
Les rsultats donns par les organismes administratifs hatia-niss, la dpense d'effort mental effectuer pour leur assurer un fonctionnement normal et rgulier montrent que les ralisations les plus minimes, pour possder un caractre de dure, exigent un maximum d'nergie. Au fur et mesure, et l'exprience aidant, ils atteindront l'efficience dsirable. Le Service National d'Hygine et d'Assistance Publique, le Service National de la Production Agricole et de l'Enseignement Rural, la Direction Gnrale des Travaux Publics, l'Administration Gnrale des Contributions, la Direction Gnrale de l'Enregistrement et de la Conservation des Hypothques, la Garde d'Hati : c'est autour de ces institutions admirablement organises par l'Amricain que tourne la marche rgulire de la communaut hatienne, c'est de leur fonctionnement parfait que dpend notre volution.
La libration a certainement prouv notre aptitude au self-government et cela seulement aurait pu la justifier. C'est parce que la stabilit politique a t obtenue, c'est parce que la confiance des masses la politique gouvernementale est totale, que la libration marque une re dfinitive. Du 1er Octobre 1931 au 1er Janvier 1936, que d'initiatives fcondes et quel panouissement d'nergie pour rpondre l'attente du Chef.
Du point de vue financier, les rsultats sont encore plus magnifiques. A l'poque o nos grands services se trouvaient sous le contrle de l'Amricain, le budget de la rpublique pour les 2-5 servait payer des appointements allchants et somptuaires au corps imposant d'experts amricains qui nous initiait aux principes scientifiques d'administration. Les sommes fabuleuses qu'a cotes la Rpublique l'entretien de ces matres feraient rver : drainage, gaspillage sans frein : c'tait une vritable cure et les requins se disputaient l'envi les plus grosses prbendes. C'tait le temps o un Ingnieur en Chef, un Directeur du Service Technique, un Directeur du Service d'Hygine touchaient mensuellement $833.33, o le personnel amricain, infiniment extensible, s'tait attribu tous les postes de commande, o le
66


Budget variait entre 37.000.000 et 40.000.000 de gourdes (l'Emprunt de $40.000.000 en faisait les frais) o au chapitre hygine, par an, tait inscrite, pour l'exercice budgtaire, une somme de plus de 3.000.000 de gourdes (crdits extraordinaires non compris) tandis qu'aujourd'hui, le budget de l'hygine arrive peine aux environs de 1.500.000 gourdes.
Les appointements royaux qu'on servait aux employs amricains ont contribu broher le revenu national, appauvrir l'Etat hatien. L'entretien jusqu'au 16 Mai 1936 des civils amricains aurait cot au Trsor une somme astronomique et il est se demander, avec cette contraction progressive du pouvoir d'achat et le dveloppement de la crise, selon un processus acclr, si des rpercussions fcheuses, des perturbations srieuses n'auraient pas compromis l'quilibre du systme lui-mme. Notre budget dpasse peine en ce moment 32.000.000 millions de gourdes (exception faite pour l'exercice 1935-1936: 34.000.000 millions de gourdes) : il et t extrmement difficile de boucler les dficits budgtaires.
L'uvre de la Libration, consolide par la Paix et l'Ordre, porte des semences d'avenir.
Libration Financire.
La politique gouvernementale comprenait des points de politique extrieure et de politique financire : d'un ct, la libration territoriale, de l'autre, la libration financire. Le programme de Gouvernement du Prsident Vincent se rsume dans une double libration. La libration politique, territoriale est obtenue. Les efforts se concentrent aujourd'hui sur la libration financire.
Ds que le solde de l'emprunt sera rachet, le rve de libration intgrale du pays hatien, constituera une merveilleuse ralit; il prendra corps.
L'emprunt de $40.000.000, n'tait pas en soi une mauvaise opration, vu le prix de l'mission et le taux de l'intrt. Mais l'emprunt se trouvait garanti par des clauses politiques.
D'autre part, nos finances se trouvaient compltement aux mains de l'amricain. L'opration, en dfinitive, revenait ceci : emprunter aux capitalistes amricains pour payer de beaux appointements aux officiels du trait. L'emprunt a t gaspill :
67


il n'a pas servi amliorer les moyens de production et l'outillage conomique, crer des rseaux de routes, des travaux d'utilit gnrale, il n'a pas t affect des fins productives et voil pourquoi le revenu national est si faible.
Assainir les finances hatiennes n'tait donc pas chose facile. Il fallait les augmenter, rendre iplus forte notre capacit financire pour faire face non seulement au service de la Dette Extrieure, mais encore aux dpenses de ncessit vitale. Avec des ressources limites, des recettes accusant chaque anne une tendance la moins-value, l'assainissement de nos finances n'apparaissait pas possible. Cet assainissement a t ralis en partie. Le budget hatien ayant atteint ses possibilits normales est de moins en moins menac de dsquilibre.
Maintenant, la lutte se concentre sur le front financier pour arriver dlivrer le pays des servitudes et des entraves conomiques qui retardent l'panouissement des valeurs de production. La libration financire reste la dernire tape raliser pour que la libration soit totale et dfinitive.
Elle est dj commence par l'quilibre du budget, l'ajustement des recettes aux dpenses, en un mot par les mesures rationnelles labores de temps en temps et tendant consolider la situation financire; entre autre, amnagement de l'impt, augmentation de son rendement, cration de nouvelles taxes et de nouveaux impts, conclusion de traits de commerce, amlioration de la production en quantit et en qualit, diversification des denres d'exportation etc..
D'ailleurs, le principe de la libration financire se trouve pos dans l'accord du 7 Aot 1933 qui permet le rachat par anticipation du solde de l'emprunt de 1922 Les amortissements verss rgulirement ont ramen la dette extrieure aux environs de dollars $11.000.000 soit gourdes 55.000.000. Les moyens financiers du pays, encore faibles, ont t dsavantageusement influencs par la crise qui a dsorganis le monde. Les cotations de caf F.O.B. ont flchi par suite du volume de production de caf du Brsil qui lui seul produit le 4/5 du caf mondial. Le coton a subi une baisse aussi. Autant de circonstances dfavorables qui ont paralys la vie financire et jou contre nous, amenant des trous dans les recettes et limitant le potentiel de production.
63


L'exportation de la figue-banane avance avec lenteur, parce que les conditions techniques de production ne sont pas parfaitement ralises.
Nanmoins, un immense et fcond effort a t accompli pour galvaniser la production hatienne, quiper rationnellement l'conomie hatienne, en un mot pour rorganiser les rapports de production et substituer une production anarchique une production contrle. Du point de vue conomique, les rsultats dpasseront les esprances aussitt que seront vaincues certaines difficults relatives aux marchs, aux produits d'exportation, aux producteurs et la superficie cultivable.
Sur le front financier, le Prsident Vincent ne cesse de mobiliser les forces utiles et cratrices de richesse et de revenus. L'achat de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati tmoigne de cette continuit dans l'action, de cette nergie jamais lasse dans le redressement financier.
Aujourd'hui, la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati est une Banque d'Etat, c'est--dire une institution relevant du contrle du Gouvernement, possdant un statut confr par le Gouvernement, et dont le capital social est proprit de l'Etat hatien. Cette Banque est appele jouer un rle important dans le dveloppement de la politique agricole du Gouvernement, dans l'excution des mesures prparatoires devant prcder la mise en uvre d'un vaste programme d'augmentation et de diversification de la production, d'irrigation et de drainage des eaux, de rforme et d'extension du crdit hatien. La Banque Nationale de la Rpublique d'Hati apparat comme le centre d'inervation de l'Etat hatien.
La libration financire est maintenant conditionne par le dveloppement de notre commerce extrieur, de notre crdit, de notre production, moins qu'une opration financire d'envergure ne soit ralise car alors, l'excution de ce programme d'quipement et d'outillage conomiques, de redressement conomique pourrait s'accomplir dans un dlai minimum.
Le nom du Prsident Vincent est li d'importantes ralisations, une uvre d'envergure au bout de laquelle il n'est venu que grce son nergie indomptable, sa continuit dans l'action et sa volont rflchie. Cette uvre le range parmi les Constructeurs.
69


D'avoir fait la seconde Indpendance et de l'avoir consolide, constituent des titres la reconnaissance nationale. Et elle s'est traduite admirablement par deux rsolutions du Corps Lgislatif qui ont consacr que le Prsident Stnio VINCENT a bien mrit de la PatrieAVE, LIBERATOR, pour cette uvre imprissable.
JULES BLANCHET
(Rdacteur en Chef de La Relve.)


L'entrevue Roosevelt-Vincent
La visite du Cap'Hatien
Trois bataillons de la Garde d'Hati avaient pris position dans le rectangle nu, bord par les bureaux de la Douane et le Garage Sanitaire, en face d'un grand mt qui supportait deux beaux drapeaux hatien et amricain.
Sur les deux cts de la Douane taient plants une suite de poteaux peints en rouge et blanc, comme ceux des maisons de barbier de Port-au-Prince dont la file s'allongeait sur les deux rangs des rues, o allait passer le cortge prsidentiel et se reliaient entre eux par des cablots lches orns de milliers de petits pavillons amricains et hatiens, avec lesquels jouait le vent, en les balanant. Nous pouvions, en ce moment, regarder, sans souffrance le drapeau toile, car c'tait, l'instant, des couleurs de fte et non un tendard de conqute.
L bas o le soleil se lve, chaque jour, pour les capois, quatre navires de guerre des Etats-Unis d'Amrique taient venus, silencieusement, mouiller dans la baie du Cap-Hatien, face au cur de chaque hatien attendant de Celui qui allait en descendre vers la terre hroque, la parole de paix et de justice.
Et voici, Franklin Roosevelt arrive.
Au haut d'une plate-forme monte sur un chaland, avec beaucoup d'efforts et de fatigues, en moins de trois jours, le Chef de la Grande Dmocratie du Nord arrive vers nous, lentement, lentement. Et le Prsident Vincent dont la packard vient de stopper sur le quai, reoit les honneurs militaires. Il est neuf heures 25.
La foule s'est range sur les deux cts de la place, et attend en silence l'arrive du Visiteur de qui dpendent, en grande partie, en ce moment, les destines de notre pays. Et cette foule est maigre, un millier de personnes seulement, parce que des instructions de la Communecomme on le ditretiennent chez eux tous ceux qui ne pourront pas se chausser; mais tout l'heure quand elle aura rompu les ordres, la populace prendra la ville d'assaut et ce sera vingt mille poitrines qui feront monter en clameur vers l'honorable Prsident Roosevelt l'hymne de la Reconnaissance et celui de la Vnration pour Son Excellence Stnio Vincent.
71


Au haut des balcons qui font face la mer, ont pris place les gens du monde qui suivent la lunette les diffrentes scnes de la manifestation; Mr et Mme Angelucci les htes aimables et distingus se fendent en quatre pour recevoir les amis, en si grand nombre que cela fait craindre de temps en temps un effondrement. Il y a l de belles jeunes filles et des femmes enthousiastes qui applaudissent, secouent leur mouchoir, ou crient bravo, laissant voir l'oasis des sous-bras ombreux et parfums...
Le balcon des Angelucci est orn d'un opulent drapeau aux couleurs nationales : 4 mtres de long sur 3 de large, le plus grand de la Rpublique.
Le canon tonne du bord. Le chaland est tout prs. Une dernire manuvre et le voici accostant le grand pont construit spcialement pour permettre le dbarquement du Prsident Roosevelt. Et leurs Excellences, fiers et contents de l'entrevue du Jour, se pressent la main, sur la terre hatienne, pendant que la foule applaudit et leur crie des vivats : il est neuf heures 42, dans la pendule des Angelucci.
Et les voici sur le pont qu'ils descendent vers la packard o ils vont prendre place pour la tourne en ville. Le Prsident Vincent est la droite du Prsident Roosevelt, lui parle un bout de phrase en souriant. Et c'est maintenant, les trois bataillons de la Garde qui prsentent les armes, pendant que la Musique du Palais joue successivement l'hymne amricain et l'hymne national. Ils sont en voiture, les deux en costume crme, souriant.
Entendez-vous les vivats et les applaudissements de la foule? Ils montent de partout, du garage sanitaire, de la douane, de la rue, des balcons. Et la foule qui a bris les remparts de bois derrire lesquels la police l'avait place, reprend sa rue, pour dire en toute libert et sa faon, sa gratitude et son allgresse de cette visite. Et c'est un dluge humain qui s'engouffre dans les rues transversales la rue du quai, aprs le passage des deux Prsidents, une foule toute en voix, en applaudissements et en vivats.
Deux fois, sur la place de la douane, il a ot son panama et salu avec un beau sourire la foule de la chausse et, celle des balcons qui lui retourne son salut par des applaudissements et des applaudissements. Comme il sourit franc le Prsident Roosevelt et ce sourire captive tout le monde si bien que le Cap-
72


Les deux Prsidents, aprs le salut militaire, vont ensemble, en voiture, gagner le Club-Union.


Son Excellence Stnio Vincent accompagnant son ami Son Excellence Franklin D. Roosevelt, Prsident des Etats-Unis d'Amrique au cours de sa visite au Cap-Hatien, o fut dcide dfinitivement ta Libration d'Hati.


Hatien, la ville hroque, n'est plus qu'un grand Palais de fte, en ce matin du 5 juillet, o tout le peuple chante l'ovation Celui qui vient par son sourire de conqurir tous les curs, quand 18 annes d'occupation n'ont pas donn un pouce d'aucune me hatienne.
Et c'est le grand circuit du cortge travers la ville avec une suite de 52 voitures, avant de se rendre au Club Union, frachement repeint pour la circonstance et o le Prsident Roosevelt sera reu par les Membres du Corps Lgislatif et la socit ca-poise et, o durant une heure il sera l'hte aim, jusqu' son dpart.
Le Prsident Vincent lui a offert un Rhum d'honneur qu'il dguste longuement, troublant l'chanson qui fait le geste de lui prendre son verre: J'ai bien fini de parler, dit-il, mais pas de dguster votre bon Rhum.
Puis le cortge se refit et partit en sens inverse, vers la mer calme...
Sur le balcon d'en face, chez Firmin, une petite vieille, vtue de noir, regarde, en se tortillant les doigts, les yeux bien secs, sans tristesse et c'est la mre de Charlemagne Pralte.
JACQUES C. ANTOINE
75


LA QUESTION DES FRONTIERES
La libration territoriale, point fondamental de la politique Gouvernementale a t ralise. La libration financire, lie une opration financire d'envergure, est en voie. Il ne restait plus au Prsident Vincent pour excuter son programme que de liquider la vieille question des frontires. Elle l'a t heureuse-ment, la satisfaction des deux peuples qui se partagent l'Ile et dont le dsir est de continuer marcher de l'avant, l'ombre de la Paix et de l'Ordre.
Depuis le trait du 9 Novembre 1874 par lequel la Rpublique d'Hati et la Rpublique Dominicaine dclarent solennellement tre les seules qui possdent la souverainet de l'Ile d'Hati ou St.-Domingue et s'engagent formellement tablir, de la manire la plus conforme l'quit et aux intrts rciproques des deux peuples, les lignes-frontires qui sparent leurs possessions actuelles, la question tait reste pendante.
Ce rglement devait faire l'objet d'un trait spcial le plus tt possible Article 4, paragraphe 2 du Trait du 9 Novembre 1874.
Mais les difficults auxquelles se trouvrent en butte les deux nations, de Novembre 1874 Janvier 1929, placrent la question des frontires un rang secondaire. Les rvolutions, les guerres civiles, les dmonstrations des puissances de proie, toutes ces circonstances n'taient point favorables la conclusion d'un trait de frontires. La scurit intrieure (prises d'armes rptes) et la scurit extrieure (navires de guerre, rclamations diplomatiques) des deux pays taient mal consolides. Et le fait s'aggravait de l'tat lamentable de leurs finances.
Durant 55 annes, les peuples Hatien et Dominicain s'ignorrent et cette incomprhension mutuelle fut la source d'incidents frquents et de frictions perptuelles. Quand fut donc sign et ratifi par l'Assemble Nationale des deux Etats le Trait des Frontires de 1929, une re nouvelle naissait. Une re d'amiti, de fraternit et de coopration. En principe, la vieille question des frontires tait rgle et le travail de dlimitation, de dmarcation fut entam: en vertu du Trait de 1929, des bornes ont
76


t poses sur une longueur de 184 kilomtres sans aucun incident. Ce n'tait pas tout, car la ligne frontire part du Thalweg de l'embouchure du Massacre pour finir au thalweg de l'embouchure des Pdernales. D'autre part, des erreurs matrielles s'taient glisses, provenant de la mconnaissance des lieux. Il fallait les rparer.
L'entrevue fraternelle du 18 Octobre 1933 Ouanaminthe montra les deux Prsidents anims de la meilleure comprhension et du dsir sincre de rgler dfinitivement la question des frontires. Les difficults n'embrassaient plus qu'une tendue de 92 kilomtres parpills en six points distincts.
Le 27 Fvrier 1935, l'Accord Final tait sign et l'pineuse question des frontires tait liquide. Les difficults qui entravaient l'excution du trait de 1929 taient au nombre de cinq (la question de Gros Mare ayant fait l'objet d'une entrevue des deux Chefs d'Etat). Elles ont t rsolues comme en tmoigne l'accord final :
I) La source du Libon tait dtermine comme suit : Prendre comme source ou point de naissance du Libon, le point o s'unissent la rivire Marigoyenne et la rivire des Tnbres pour former, partir de l en aval, la rivire du Libon. En consquence, la frontire ira en ligne droite de la borne, numro 48, situe au Morne Grim, au dit point de naissance du Libon.
II) Le protocole Lamiel rsolvait la deuxime difficult.
III) La troisime difficult a t ainsi rsolue:du point marqu S. P. 4 par la Commission Hatiano-Dominicaine de dlimitation des Frontires dans les parages de San-Pedro sur la rivire Ma-casias, la ligne suivra la crte de la Cordillre descendant Tim-ba la Rosa, passant par Dame-jeanne Casse et le cimetire au point dj tabli dans le fort Cachiman. De ce dernier point, elle ira la rivire Carrizal, laissant le Camino Real en territoire hatien et suivra, en amont, le cours du Carrizal jusqu' sa source.
IV) Quatrime difficult : De la source du Carrizal la Mare Zphir (Rancho de las Muyeres, la ligne passera par la maison de Madame Salomon et de l Canada Miguel.
V) Cinquime difficult: La ligne partira de Gros-Morne Mare pour rencontrer la gorge bien dfinie Mare Orange; de l la source Bonite considre comme source des Pdernales. Les bornes intermdiaires seront places ultrieurement.
77


Le rglement dfinitif de ces difficults liquidait, une fois pour toutes, la question des frontires hatiano-dominicaines. Ds lors, il ne s'agissait plus, pour que ce rglement ft oprant, que de ratifier le Protocole additionnel. Effectivement, et pour marquer sa sympathie inaltrable l'endroit de notre pays, le Prsident de la Rpublique Dominicaine arrivait Port-au-Prince, le Dimanche 8 Mars et le lendemain, Lundi 9 Mars 1936, au Palais National de la Capitale, les deux Prsidents apposaient leur signature au bas du Protocole qui scellait dfinitivement l'amiti hatiano-dominicaine.
La bonne foi totale, absolue et entire triomphait et la victoire de la Paix s'inscrivait magnifiquement au milieu du dchanement des forces antagoniques, du choc et du conflit des imp-rialismes et des luttes inhumaines et fratricides qui ensanglantent le panorama du Monde.
JULES BLANCHET
La premire rencontre des deux Chefs amis Ouanaminthe. Une minute mouvante de la fraternit hatiano-dominicaine.


A Ouanaminthe, la signature du trait des frontires.


Les Prsidents Vincent et Trujillo qui viennent de faire de l'Histoire satisfaits du grand acte qui vient de s'accomplir.


Le Ministre Chtelain donne lecture de l'accord dfinitif des frontires.


LA CRMONIE DU DRAPEAU
Je porte en mon cur le souvenir de cet aprs-midi du quatorze aot, o le drapeau hatien fut hiss la maison Laroche, quartier gnral des marines, au temps de l'occupation amricaine.
Elle fut mouvante et pourtant bien simple, cette crmonie qui avait, dans tous les quartiers de Port-au-Prince, drain une foule grouillante et multicolore pour emplir dborder les pelouses du Champ-de-Mars.
Lentement, du grand mt bard de blanc, fut descendu le drapeau toile que les soldats face ple plirent avec soin et emportrent, comme ils avaient l'habitude de le faire, depuis dix-neuf annes, en silence, avec des gestes militaires.
C'est ainsi que s'accomplit pour la dernire fois, sur la terre natale, le salut au drapeau de l'tranger, pendant que la foule, difficilement maintenue par les cordons de police, envahissait la rue avec toute la chaleur de l'enthousiasme et de la fiert, jusqu'aux grilles de la Brigade.
Alors, au chant de la Dessalinienne, ponctu d'une salve de canon, face au soleil qui n'attendait que la fin de la crmonie pour unir ses couleurs de feu au bleu de la mer, un petit sergent inconnu hissa, au haut du mt, le drapeau des Anctres. Bleu et rouge, il grimpa, alerte et vif et claqua au vent, superbement.
Les applaudissements et les vivats, comme venant d'un seul homme, emplirent la place publique, avec le cri strident des avertisseurs d'auto. Dans le crpuscule tranquille, sabre au clair, l'Empereur a d faire le geste du pardon.
Sur le perron de la caserne, le Prsident Vincent, visiblement mu, se drobe aux ovations, modeste, effac. L'Ouvrier intraitable a regard son uvre. Il est satisfait pour son peuple.
A ct de nous, une vieille femme a les veux embus de larmes. Elle a dit, en sanglotant de joie: Maintenant, je peux mourir en paix.
JEAN FOUCHARD
82


Le Drapeau amricain est amen et te Drapeau hatien hiss au mt de l'ancien Quartier Gnral des Marines (14 aot 1934)


Le Prsident Vincent prononant son discours (1 aot 1934) (On voit sa droite l'ancien commandant de la Garde d'Hati, le gnral Vogel et sa gauche le ministre amricain, Mr. Norman Armour.)


Le Pays n'entend pas tre, une
nouvelle fois, du et humili (1)
En exprimant une dernire fois M. le Gnral Vogel nos plus sincres remerciements pour l'uvre qu'il a accomplie dans la Garde d'Hati et en lui souhaitant de cout cur tout le succs qu'il mrite dans la poursuite de sa noble carrire, je suis heureux de vous apporter mes flicitations personnelles aussi bien que celles du Gouvernement au moment o vous venez d'tre investi du commandement de nos troupes.
Je veux simplement ajouter un mot: c'est la confiance pleine et entire que nous avonset que le pays tout entier partage avec nousque vous saurez, avec l'aide effective et la collaboration loyale des officiers qui vous entourent, non seulement maintenir l'organisation sur le pied splendide o elle se trouve actuellement, mais la fortifier, la consolider, la perfectionner de plus en plus, pour qu'elle soit constamment la hauteur des tches que des circonstances spciales imposent notre force publique organise.
Pour le moment, ces tches diverses peuvent se rsumer en une seule, essentielle, inluctable, vitale : celle de fconder la libration nationale enfin venue... Dans l'affirmation actuelle de tous les espoirs, ce sont les garanties d'ordre, de paix et de travail que vous incarnez qui en constituent les principaux lments.
Le pays, qui n'entend pas tre une nouvelle fois du et humili, et qui allie le sens de son intrt sa foi dans l'avenir, vous a comme intgrs l'uvre de reconstruction nationale qu'il attend. De chacun des hommes qui font partie de votre
(1) Discours du Prsident de la Rpublique l'Installation du Colonel Calixte comme Commandant de la Garde d'Hati. La crmonie eut lieu au Champ de Mars, Port-au-Prince, en prsence d'une affluence considrable, mue et recueillie, le matin du 1er. aot 1934, la suite d'une brillante revue militaire. Treize coups de canon furent tirs du Fort National, en l'honneur du premier Chef indigne de la Garde. Et c'est au cur de cette manifestation que le Prsident de la Rpublique noua de ses mains au cou du Colonel Calixte, la cravate de commandeur de l'ordre Honneur et Mrite.
85


Photo Louis Doret
Monsieur le Prsident,
Je remercie Votre Excellence du plus profond de mon tre, de m'avoir choisi pour commander la Garde d'Hati. Je vais m'vertuer, Monsieur le Prsident justifier cette confiance que vous avez place en m!oi. Je prends ici l'engagement solennel de servir le Pays et Votre Gouvernement en soldat loyal et dvou, de maintenir la discipline dans le Corps; de la Garda, et de faire le sacrifice mme de ma personne lorsque les intrts du Gouvernement et ceux de la collectivit le commanderont.
(1er aot 1934)


C'est avec un plaisir personnel que je noue la cravate de Commandeur de l'Ordre Honneur et Mrite au cou du brillant officier que vous tes.


organisation, il a fait un ouvrier permanent de cette uvre ncessaire. C'est qu'il a saisi d'instinct que le problme que nous confrontons d'abord et avant tout, l'heure o nous reprenons notre rang dans la communaut internationale, est un problme d'ordre.
C'est sur l'ordre que reposent dsormais les assises de notre avenir, parce que, dans la crise pouvantable que traverse le monde, la faillite des dfenseurs de l'ordre nous conduirait fatalement la plus honteuse et la plus mortelle des anarchies.
Vous maintiendrez donc l'ordre, parce que, d'abord, c'est votre devoir de le maintenir, et qu'il ne saurait venir la pense de personne qu'aucun officier hatien, dans les circonstances actuelles, puisse se drober un tel devoir; parce qu'ensuite, c'est par l'ordre maintenu, et impos au besoin, que nous pourrons assurer l'organisation dfinitive de notre production et dvelopper nos ressources matrielles de faon nous permettre de crer les forces morales et sociales qui nous manquent; et parce qu'enfin vous vous souviendrez toujours que c'est l'esprit d'indiscipline, de trahison et d'inconscience de l'ancienne armeouverte, d'ailleurs, priodiquement tous les aventuriers de la politiquequi nous a valu, en dfinitive, tous nos dboires et toutes nos misres et qui a failli compromettre notre existence nationale elle-mme.
Pour atteindre les grands buts nationaux auxquels je viens de faire allusion, le Gouvernement et la Garde ont donc partie lie normalement et par la force des choses : l'un pour la dcision et l'autre pour l'action.
C'est cette exacte et juste comprhension de nos devoirs rciproques et de nos rapports ncessaires qui rpond aux vux les plus fervents de la nation et qui sera dsormais la rgle de nos efforts et de notre collaboration.
STENIO VINCENT
ss


NORMAN ARMOUR Ministre des Etats-Unis d'Amrique Port-au-Prince
que, selon l'expression heureuse du Prsident Vincent, nous nous plaisons considrer comme un citoyen honoraire de la Rpublique d'Hati.


LEON LALEAU Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures
qui, au nom du Prsident de la Rpublique signa avec le ministre amricain, le 24 juillet 1934 son Dpartement, l'Accord fixant le protocole de la dsoccupation du territoire national.


La Un de la douloureuse preuve. Le transport Argcnnc gagne la haute mer, emportant le dernier contingent de Marines.


L'Acte de la Second Indpendance
jKamUJ^ f*J.<~<^ l*.**Q*m., jJ**"**"*-, *K-
/ta*.
1.


Aft^^* ^^m**-*- ^2^3 vX^aoA*-** -cmo^aM-
JL' -fia- wM^.fL
<*Jht^. a< .-WVT|jfii -..--1 Vjj ti-i /-^
Paroles prononces par le Prsident Vincent avant de hisser au Smaphore le drapeau national.


Vive Hati Indpendante!


Le Prsident Vincent hisse de ses mains le Drapeau National au Smaphore (21 aot 1934)


Les Ftes de Ea Libration.
BELLEVUE
Le Doyen des Cercles Mondains qui ouvrit les rjouissances de la Libration, le samedi 18 aot 1934 par un grand bal. Une soire unique de folle gaiet et de distinction dont on gardera longtemps l'agrable souvenir.
PORT-AU-PRINCIEN de nuit
Le Club coquet du Champ de Mars, o se rencontra de nouveau, le 20 aot 1934, toute la gentry dans un bal lgant et plein d'entrain.


Aprs la Crmonie, le Prsident Vincent reoit les honneurs militaires. A sa droite S. Excellence Jacynto Peynado, vice-Prsident de la Rpublique Dominicaine et Ambassadeur Extraordinaire de son Gouvernement aux ftes du 21 aot. De gauche droite, entre les deux officiers, le Sous-Secrtaire d'Etat Lon Alfred, les Ministres Laporte, Titus, S. Ex. le Prsident Vincent, les Ministres Brutas, Laleau et Vaugues.


S. E. VArchevque de Port-au-Prince, Monseigneur Le Couaze qui a prsid la crmonie religieuse du 21 aot 1934.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs