• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Table of Contents
 Premiere partie: Bassin versant...
 Deuxieme partie: Bassin versant...
 Troisieme partie: Bassin versant...
 Appendix






Title: Resultats de l'enquête de base methode accelerée de la recherche participative sur les bassins versants du Fouta Djallon
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00094297/00001
 Material Information
Title: Resultats de l'enquête de base methode accelerée de la recherche participative sur les bassins versants du Fouta Djallon Projet de gestion des ressources naturelles de la Guinée
Physical Description: v. : ill. ; 28 cm.
Language: French
Creator: Erdmann, Thomas K
Fouta Jalon Natural Resource Management Project
USAID/Guinea
Donor: unknown ( endowment )
Publisher: Chemonics International
Place of Publication: Labe´ Guinea
Publication Date: 1994
Copyright Date: 1994
 Subjects
Subject: Rural development projects -- Guinea   ( lcsh )
Natural resources, Communal -- Management -- Guinea   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Guinea
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references (annex).
General Note: "Août 1994."
General Note: "Contrat No. 624-0219-C-00-2094-00; MARA/DNFC-USAID."
General Note: "Prestation d'assistance technique par Chemonics International et Tropical Research and Development."
Statement of Responsibility: enquête dirigée et rassemblée par Thomas K. Erdmann.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00094297
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 434134485

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
    Title Page
        Page ii
        Page iii
    Table of Contents
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
    Premiere partie: Bassin versant de diafore
        I-i
        I-ii
        Avant propos
            I-iii
            I-iv
        Introduction: Presentation generale du bassin
            I-v
            I-vi
            I-1
            I-2
        Methodologie
            I-3
            I-3a
            I-3b
            I-4
        Renseignements specifiques du bassin
            I-4a
            I-4b
            I-5
            I-6
            I-7
            I-8
            I-9
            I-10
            I-11
            I-12
            I-13
            I-14
        Village de Koune
            I-14a
            I-14b
            I-15
            I-16
            I-17
            I-18
            I-19
            I-20
            I-21
            I-22
            I-23
            I-24
        Village de Kouratongo
            I-24a
            I-24b
            I-25
            I-26
            I-27
            I-28
            I-29
            I-30
            I-31
            I-32
            I-33
            I-34
        Village de Ley Kouratongo
            I-34a
            I-34b
            I-35
            I-36
            I-37
            I-38
            I-39
            I-40
            I-41
            I-42
        Village de Foreya
            I-42a
            I-42b
            I-43
            I-44
            I-45
            I-46
            I-47
            I-48
            I-49
            I-50
        Village de Diabere Mere
            I-50a
            I-50b
            I-51
            I-52
            I-53
            I-54
            I-55
            I-56
            I-57
            I-58
        Village de Dow, Ley et Gadha Diafore
            I-58a
            I-58b
            I-59
            I-60
            I-61
            I-62
            I-63
            I-64
            I-65
            I-66
        Village de Koumbama
            I-66a
            I-66b
            I-67
            I-68
            I-69
            I-70
            I-71
            I-72
            I-73
            I-74
    Deuxieme partie: Bassin versant de Dissa
        II
        II-a
        II-i
        II-ii
        Introduction: Presentation generale du bassin
            II-iii
            II-iv
            II-1
            II-2
            II-3
            II-4
        Methodologie
            II-4a
            II-4b
            II-5
            II-6
        Resultats dans les villages
            II-6a
            II-6b
            II-7
            II-8
            II-9
            II-10
            II-11
            II-12
            II-13
            II-14
        Village d'Amaraya
            II-14a
            II-14b
            II-15
            II-16
            II-17
            II-18
            II-19
            II-20
            II-21
            II-22
            II-23
            II-24
        Village de Donta
            II-24a
            II-24b
            II-25
            II-26
            II-27
            II-28
            II-29
            II-30
            II-31
            II-32
            II-33
            II-34
        Village de Falloulaye
            II-34a
            II-34b
            II-35
            II-36
            II-37
            II-38
            II-39
            II-40
            II-41
            II-42
        Village de Farinta
            II-42a
            II-42b
            II-43
            II-44
            II-45
            II-46
            II-47
            II-48
            II-49
            II-50
            II-51
            II-52
        Village de Fotongbe
            II-52a
            II-52b
            II-53
            II-54
            II-55
            II-56
            II-57
            II-58
            II-59
            II-60
        Village de Hafia
            II-60a
            II-60b
            II-61
            II-62
            II-63
            II-64
            II-65
            II-66
            II-67
            II-68
        Village de Khatiya
            II-68a
            II-68b
            II-69
            II-70
            II-71
            II-72
            II-73
            II-74
            II-75
            II-76
            II-77
            II-78
        Tableaux
            II-79
            II-80
            II-81
            II-82
            II-83
            II-84
            II-85
            II-86
    Troisieme partie: Bassin versant de Koundou
        III-i
        III-ii
        III-iii
        III-iv
        Introduction
            III-v
            III-vi
            III-1
            III-2
        Renseignements generaux du bassin
            III-2a
            III-2b
            III-3
            III-4
            III-5
            III-6
            III-7
            III-8
        Methodologie
            III-8a
            III-8b
            III-9
            III-10
        Resume des resultats dans les villages
            III-10a
            III-10b
            III-11
            III-12
            III-13
            III-14
            III-15
            III-16
            III-17
            III-18
            III-19
            III-20
            III-21
            III-22
            III-23
            III-24
            III-25
            III-26
            III-27
            III-28
            III-29
            III-30
        Themes principaux/interventions potentielles pour l'annee 1993
            III-30a
            III-30b
            III-31
            III-32
            III-33
            III-34
            III-35
            III-36
        Conclusion
            III-36a
            III-36b
            III-37
            III-38
        Villages de Doghol, Nyankou et Tenkere
            III-38a
            III-38b
            III-39
            III-40
            III-41
            III-42
            III-43
            III-44
            III-45
            III-46
        Village de Bassan
            III-46a
            III-46b
            III-47
            III-48
            III-49
            III-50
            III-51
            III-52
        Village de Sigon
            III-52a
            III-52b
            III-53
            III-54
            III-55
            III-56
            III-57
            III-58
        Villages de Netere et Goundoupi
            III-58a
            III-58b
            III-59
            III-60
            III-61
            III-62
            III-63
            III-64
        Village de Madina
            III-64a
            III-64b
            III-65
            III-66
            III-67
            III-68
            III-69
            III-70
        Village de Bendougou
            III-70a
            III-70b
            III-71
            III-72
            III-73
            III-74
            III-75
            III-76
        Village de Ley-Fello et Tyankoye
            III-76a
            III-76b
            III-77
            III-78
            III-79
            III-80
            III-81
            III-82
        Village de Telibofi
            III-82a
            III-82b
            III-83
            III-84
            III-85
            III-86
            III-87
            III-88
        Village de Gueme
            III-88a
            III-88b
            III-89
            III-90
            III-91
            III-92
            III-93
            III-94
            III-95
            III-96
        Village de N'Dantari
            III-96a
            III-96b
            III-97
            III-98
            III-99
            III-100
            III-101
            III-102
        Village de Linsan-Foulbe
            III-102a
            III-102b
            III-103
            III-104
            III-105
            III-106
            III-107
            III-108
        Village de Kokolou
            III-108a
            III-108b
            III-109
            III-110
            III-111
            III-112
            III-113
            III-114
        Village de Linsan-Saran
            III-114a
            III-114b
            III-115
            III-116
            III-117
            III-118
            III-119
            III-120
            III-121
            III-122
        Villages de Kagnegande, Tyewere, Diawbhe et Telire
            III-122a
            III-122b
            III-123
            III-124
            III-125
            III-126
            III-127
            III-128
            III-129
            III-130
    Appendix
        IIIA-1
        IIIA-2
        IIIA-3
        IIIA-4
        IIIA-5
        IIIA-6
        IIIA-7
        IIIA-8
Full Text








































1


Aot 1994


RESULTATS DE
L'ENQUETE DE BASE
METHOD ACCELEREE DE LA
RECHERCHE PARTICIPATIVE
SUR LES BASSINS VERSANTS
DU FOUTA DJALLON

Project de Gestion des Ressources Naturelles
de la Guine
Contrat N 624-0219-C-00-2094-00



MARA/DNFC-USAID
Prestation d'Assistance Technique par
Chemonics International et
Tropical Research and Development


Lab, Rpublique de la Guine













RESULTATS DE
L'ENQUETE DE BASE
METHOD ACCELEREE DE LA
RECHERCHE PARTICIPATIVE
SUR LES BASSINS VERSANTS
DU FOUTA DJALLON


Project de Gestion des Ressources Naturelles
de la Guine

Contrat N 624-0219-C-00-2094-00




MARA/DNFC-USAID

Prestation d'Assistance Technique par
Chemonics International et
Tropical Research and Development



Lab, Rpublique de la Guine


Enqute dirige et rassemble par
Thomas K. Erdmann
Agro-forestier, Projet GRN de la Guine


Aot 1994




I
I
I
I
I


I
I
1
I
I
I
I
I
I
I
I
I










TABLE DE MATIERES


Page

ACRONYMES i

PREMIERE PARTIES
BASSIN VERSANT DE DIAFORE

AVANT PROPOS I-i

SECTION I INTRODUCTION: PRESENTATION GENERAL DU BASSIN I-1

SECTION II METHODOLOGIE 1-3

SECTION III RENSEIGNEMENTS SPECIFIQUES DU BASSIN 1-5

A. Agriculture 1-5
B. Ressources en eau et sol 1-6
C. Ressources forestires 1-7
D. Elevage et pturage 1-8
E. Activits conomiques/entreprises/groupements 1-10
F. Situation des femmes I-11
G. Contraintes principles 1-12
H. Priorits des villages 1-13

SECTION IV VILLAGE DE KOUNE 1-15

A. Renseignements gnraux 1-15
Al. Profil historique 1-15
A2. Infrastructure 1-15
A3. Organisation social 1-16
B. Renseignements spcifiques 1-17
Bl. Agriculture 1-17
B2. Elevage et pturage 1-18
B3. Ressources forestires 1-19
B4. Ressources en eau et sol 1-19
B5. Activits conomiques/entreprises/groupements 1-20
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 1-20
C. Conclusion 1-20
Cl. Contraintes principles 1-20
C2. Priorits du village 1-23
C3. Interventions potentielles 1-23
C4. Sujets tudier 1-24









TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

SECTION V VILLAGE DE DOW KOURATONGO 1-25

A. Renseignements gnraux 1-25
Al. Profil historique 1-25
A2. Infrastructure 1-25
A3. Organisation social 1-26
A4. Organisation politique et administrative 1-27
B. Renseignements spcifiques 1-27
Bl. Agriculture 1-27
B2. Elevage et pturage 1-28
B3. Ressources forestires 1-31
B4. Ressources en eau et sol 1-31
B5. Activits conomiques/entreprises/groupements 1-32
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 1-32 I
B7. Divers 1-33
C. Conclusion 1-33
Cl. Contraintes principles 1-33 |
C2. Priorits du village 1-33
C3. Interventions potentielles 1-33
C4. Sujets tudier 1-34

SECTION VI VILLAGE DE LEY KOURATONGO 1-35

A. Renseignements gnraux 1-35
Al. Profil historique 1-35
A2. Infrastructure 1-35
A3. Organisation social 1-35
B. Renseignements spcifiques 1-35
Bl. Agriculture 1-35
B2. Elevage et pturage 1-35
B3. Ressources forestires 1-36
B4. Ressources en eau et sol 1-36
B5. Activits conomiques/entreprises/groupements 1-37
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 1-37
C. Conclusion 1-37
C1. Contraintes principles 1-37
C2. Priorits du village 1-38
C3. Interventions potentielles 1-38
C4. Sujets tudier 1-38



I










TABLE DE MATIERES
(suite)


Pa ge


SECTION VII VILLAGE DE FOREYA 1-43

A. Renseignements gnraux 1-43
Al. Profil historique 1-43
A2. Infrastructure 1-43
A3. Organisation social 1-43
A4. Organisation politique et administrative 1-44
B. Renseignements spcifiques 1-44
Bl. Agriculture 1-44
B2. Elevage et pturage 1-44
B3. Ressources forestires 1-45
B4. Ressources en eau et sol 1-45
B5. Activits conomiques/entreprises/groupements 1-46
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 1-46
C. Conclusion 1-49
Cl. Contraintes principles 1-49
C2. Priorits du village 1-49
C3. Interventions potentielles 1-49
C4. Sujets tudier 1-49

SECTION VIII VILLAGE DE DIABERE MERE 1-51

A. Renseignements gnraux 1-51
Al. Profil historique 1-51
A2. Infrastructure 1-51
A3. Organisation social 1-51
A4. Organisation politique et administrative 1-51
B. Renseignements spcifiques 1-52
Bl. Agriculture 1-52
B2. Elevage et pturage 1-53
B3. Ressources forestires 1-53
B4. Ressources en eau et sol 1-53
B5. Activits conomiques/entreprises/groupements 1-54
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 1-54
B7. Divers 1-54
C. Conclusion 1-57
Cl. Contraintes principles 1-57
C2. Priorits du village 1-57










TABLE DE MATIERES
(suite)


Pae

C3. Interventions potentielles 1-57
C4. Sujets tudier 1-57

SECTION IX VILLAGES DE DOW, LEY ET GADHA DIAFORE 1-59

A. Renseignements gnraux 1-59
Al. Profil historique 1-59
A2. Infrastructure 1-59
A3. Organisation social 1-60
A4. Organisation politique et administrative 1-60
B. Renseignements spcifiques 1-60
Bl. Agriculture 1-60
B2. Elevage et pturage 1-61
B3. Ressources forestires 1-61 I
B4. Ressources en eau et sol 1-62
B5. Activits conomiques/entreprises/groupements 1-62
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 1-65 |
B7. Divers 1-65
C. Conclusion 1-65
Cl. Contraintes principles 1-65 I
C2. Priorits du village 1-65
C3. Interventions potentielles 1-66
C4. Sujets tudier 1-66

SECTION X VILLAGE DE KOUMBAMA 1-67

A. Renseignements gnraux 1-67
Al. Profil historique 1-67
A2. Infrastructure 1-68
A3. Organisation social 1-68
A4. Organisation politique et administrative 1-68
B. Renseignements spcifiques 1-69
Bl. Agriculture 1-69
B2. Elevage et pturage 1-70
B3. Ressources forestires 1-70
B4. Ressources en eau et sol 1-71
B5. Activits conomiques/entreprises et groupements 1-71
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 1-74
C. Conclusion 1-74



I










TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

C1. Contraintes principles 1-74
C2. Priorits du village 1-75
C3. Interventions potentielles 1-75
C4. Sujets tudier 1-75


DEUXIEME PARTIES
BASSIN VERSANT DE DISSA


AVANT PROPOS II-i

SECTION I INTRODUCTION: PRESENTATION GENERAL DU BASSIN II-1

A. Introduction II-1
Al. Relief II-1
A2. Hydrographie II-1
A3. Climat 11-2
A4. Population 11-2
A5. Infrastructure 11-2

SECTION II METHODOLOGIE 11-5

SECTION III RESULTATS DANS LES VILLAGES 11-7

A. Agriculture 11-7
Al. Cultures vivrires 11-7
A2. Cultures potagres 11-8
A3. Cultures fruitires 11-8
B. Ressources en eau et sol 11-8
C. Vgtation/ressources forestires 11-9
D. Faune II-11
E. Elevage et pturage II-11
F. Activits conomiques/entreprises/groupements 11-12
G. Contraintes principles 11-13
H. Priorits des villages 11-14










TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

SECTION IV VILLAGE D'AMARAYA 11-15

A. Renseignements gnraux 11-15
B. Renseignements spcifiques 11-15
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements II-15
B2. Ressources en eau et sol 11-16
B3. Agriculture 11-16
B4. Elevage et pturage 11-17
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 11-17
C. Conclusion 11-17
Cl. Contraintes principles 11-17
C2. Priorits du village 11-18
C3. Interventions potentielles 11-18
C4. Sujet tudier 11-23

SECTION V VILLAGE DE DONTA 11-25

A. Renseignements gnraux 11-25
B. Renseignements spcifiques 11-25
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 11-25 I
B2. Ressources en eau et sol 11-25
B3. Ressources forestires 11-26
B4. Agriculture 11-31
B5. Elevage et pturage 11-31
C. Conclusion 11-31
Cl. Contraintes principles 11-31
C2. Priorits du village 11-32
C3. Interventions potentielles 11-32
C4. Sujet tudier 11-32

SECTION VI VILLAGE DE FALLOULAYE 11-35

A. Renseignements gnraux 11-35
B. Renseignements spcifiques 11-35
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 11-35
B2. Ressources en eau et sol 11-36
B3. Ressources forestires 11-36
B4. Agriculture 11-36
B5. Elevage et pturage 11-41



I










TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 11-41
B6. Divers 11-41
C. Conclusion 11-42
Cl. Contraintes principles 11-42
C2. Priorits du village 11-42
C3. Interventions potentielles 11-42
C4. Sujet tudier 11-42

SECTION VII VILLAGE DE FARINTA 11-43

A. Renseignements gnraux 11-43
B. Renseignements spcifiques 11-43
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 11-43
B2. Ressources en eau et sol 11-44
B3. Ressources forestires 11-44
B4. Agriculture 11-44
B5. Elevage et pturage 11-49
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 11-49
C. Conclusion 11-49
Cl. Contraintes principles 11-49
C2. Priorits du village 11-51
C3. Interventions potentielles 11-51

SECTION VIII VILLAGE DE FOTONGBE 11-53

A. Renseignements gnraux 11-53
B. Renseignements spcifiques 11-53
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 11-53
B2. Ressources en eau et sol 11-54
B3. Ressources forestires 11-54
B4. Agriculture 11-55
B5. Elevage et pturage 11-56
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 11-56
C. Conclusion 11-57
Cl. Contraintes principles 11-57
C2. Priorits du village 11-58
C3. Interventions potentielles 11-58
C4. Sujet tudier 11-59






1


TABLE DE MATIERES
(suite)


Page g

SECTION IX VILLAGE DE HAFIA 11-61

A. Renseignements gnraux 11-61
B. Renseignements spcifiques 11-61
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 11-61
B2. Ressources en eau et sol 11-62
B3. Ressources forestires 11-62
B4. Agriculture 11-62
B5. Elevage et pturage 11-63
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 11-63
B7. Artisanat 11-63
C. Conclusion 11-66
Cl. Contraintes principles 11-66
C2. Priorits du village 11-66
C3. Interventions potentielles 11-68
C4. Sujet tudier 11-68

SECTION X VILLAGE DE KHATIYA 11-69

A. Renseignements gnraux 11-69
B. Renseignements spcifiques 11-69
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 11-69
B2. Ressources en eau et sol 11-70 I
B3. Ressources forestires 11-70
B4. Agriculture 11-75
B5. Elevage et pturage 11-75 i
B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 11-75
C. Conclusion 11-76
Cl. Contraintes principles 11-76
C2. Priorits du village 11-76
C3. Interventions potentielles 11-76

ANNEXE II-A TABLEAUX II-A-1

1. Rcapitulation des Populations du Bassin II-A-1
2. Inventaire des Points d'Approvisionnement en
Eau Potable II-A-2
3. Principales Formations Forestires et Leurs Essences
Rencontres dans le Bassin de Dissa II-A-3



1










TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

4. Quelques Unes des Espces Forestires les Plus
Communes dans le Bassin II-A-4
5. Les Trois Classes de Sols dans le BRP de Dissa II-A-4
6. Situation des Activits Artisanales et Economiques
dans le Bassin de Dissa (1993) II-A-5


TROISIEME PARTIES
BASSIN VERSANT DE KOUNDOU


SECTION I INTRODUCTION III-1

SECTION II RENSEIGNEMENTS GENERAUX DU BASSIN III-3

A. Les quipements socio-collectifs III-5
B. Organisation socio-spatiale du BRP 111-6
Bl. Un exode masculin trs marqu 111-6
B2. Un problme d'accs la terre 111-7
B3. Un problme de feu de brousse 111-7
C. Interventions rcentes 111-8

SECTION III METHODOLOGIE 111-9

SECTION IV RESUME DES RESULTATS DANS LES VILLAGES III-11

A. Agriculture III-11
Al. Systme tapade III-11
A2. Systme champs extrieurs 111-12
A3. Systme bas-fonds III-13
B. Ressources en eau et sol 111-14
Bl. Eau 111-14
B2. Sol 111-15
C. Vgtation/ressources forestires 111-17
D. Elevage et pturage 111-19
E. Activits conomiques/entreprises/groupements 111-23
F. Contraintes principles 111-26
G. Priorits des villages 111-27










TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

SECTION V THEMES PRINCIPAUX/INTERVENTIONS POTENTIELLES
POUR L'ANNEE 1993 III-31

A. Eau, sol et agroforesterie/foresterie III-31
Al. Eau et sol III-32
A2. Agroforesterie/foresterie 111-32
B. Dveloppement des entreprises 111-33
C. Divers 111-34

SECTION VI CONCLUSION III-37

SECTION VII VILLAGES DE DOGHOL (GAANIN ET TOONIN),
NYANKOU ET TENKERE 111-39

A. Renseignements gnraux 111-39
B. Renseignements spcifiques 111-39
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 111-40 I
B2. Ressources en eau et sol 111-40
B3. Agroforesterie 111-43
B4. Elevage et pturage 111-43 I
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 111-43
C. Conclusion 111-44
Cl. Contraintes principles III-44
C2. Priorities des villages 111-44
C3. Interventions potentielles III-45
C4. Sujet tudier 111-45

SECTION VIII VILLAGE DE BASSAN 111-47

A. Renseignements gnraux 111-47
B. Renseignements spcifiques 111-47
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 111-47
B2. Ressources en eau et sol 111-48
B3. Agroforesterie 111-48
B4. Elevage et pturage 111-48
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-51
C. Conclusion 111-51
Cl. Contraintes principles 111-51
C2. Priorits du village 111-51










TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

C3. Interventions potentielles III-52
C4. Sujet tudier III-52

SECTION IX VILLAGE DE SIGON III-53

A. Renseignements gnraux III-53
B. Renseignements spcifiques III-53
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements III-53
B2. Ressources en eau et sol III-54
B3. Agroforesterie III-57
B4. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-57
C. Conclusion 111-57
Cl. Contraintes principles 111-57
C2. Priorits du village 111-58
C3. Interventions potentielles III-58
C4. Sujet tudier 111-58

SECTION X VILLAGES DE NETERE ET GOUNDOUPI 111-59

A. Renseignements gnraux 111-59
B. Renseignements spcifiques 111-59
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 111-59
B2. Ressources en eau et sol 111-60
B3. Agroforesterie 111-60
B4. Elevage et pturage 111-60
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-63
C. Conclusion 111-63
Cl. Contraintes principles 111-63
C2. Priorits des villages 111-64
C3. Interventions potentielles III-64
C4. Sujet tudier III-64

SECTION XI VILLAGE DE MADINA 111-65

A. Renseignements gnraux III-65
B. Renseignements spcifiques 111-65
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 111-65
B2. Ressources en eau et sol 111-66
B3. Agroforesterie 111-66









TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

B4. Elevage et pturage III-69
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-69
C. Conclusion III-69
Cl. Contraintes principles III-69
C2. Priorits du village III-70
C3. Interventions potentielles 111-70
C4. Sujet tudier 111-70

SECTION XII VILLAGE DE BENDOUGOU 111-71

A. Renseignements gnraux 111-71
B. Renseignements spcifiques 111-71
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 111-72
B2. Ressources en eau et sol 111-72
B3. Agroforesterie 111-72
B4. Elevage et pturage 111-75
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 111-75 |
C. Conclusion 111-75
Cl. Contraintes principles 111-75
C2. Priorits du village 111-75
C3. Interventions potentielles 111-76
C4. Sujet tudier III-76

SECTION XIII VILLAGES DE LEY-FELLO ET TYANKOYE III-77

A. Renseignements gnraux III-77
B. Renseignements spcifiques 111-77
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 111-77
B2. Ressources en eau et sol III-78
B3. Agroforesterie III-81
B4. Elevage et pturage 111-81
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 111-81
C. Conclusion 111-81
Cl. Contraintes principles III-81
C2. Priorits des villages 111-82
C3. Interventions potentielles III-82
C4. Sujet tudier 111-82










TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

SECTION XIV VILLAGE DE TELIBOFI III-83

A. Renseignements gnraux 111-83
B. Renseignements spcifiques III-83
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements III-83
B2. Ressources en eau et sol III-84
B3. Agroforesterie III-84
B4. Elevage et pturage III-87
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-87
C. Conclusion III-87
Cl. Contraintes principles III-87
C2. Priorits du village III-88
C3. Interventions potentielles III-88
C4. Sujet tudier III-88

SECTION XV VILLAGE DE GUEME III-89

A. Renseignements gnraux III-89
B. Renseignements spcifiques III-89
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements III-90
B2. Ressources en eau et sol III-90
B3. Agroforesterie III-91
B4. Elevage et pturage III-91
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-94
C. Conclusion III-94
C1. Contraintes principles III-94
C2. Priorits du village III-95
C3. Interventions potentielles III-95
C4. Sujet tudier III-95

SECTION XVI VILLAGE DE N'DANTARI III-97

A. Renseignements gnraux III-97
B. Renseignements spcifiques III-97
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements III-98
B2. Ressources en eau et sol III-98
B3. Agroforesterie III-101
B4. Elevage et pturage III-101
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-101









TABLE DE MATIERES
(suite)


Page e

C. Conclusion III-101
Cl. Contraintes principles III-101
C2. Priorits du village III-102
C3. Interventions potentielles III-102
C4. Sujet tudier III-102

SECTION XVII VILLAGE DE LINSAN-FOULBE III-103

A. Renseignements gnraux III-103
B. Renseignements spcifiques III-103
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements III-103
B2. Ressources en eau et sol 111-104
B3. Agroforesterie 111-104
B4. Elevage et pturage III-107 I
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots 111-107
C. Conclusion II1-107
Cl. Contraintes principles III-107 I
C2. Priorits du village 111-108
C3. Interventions potentielles 111-108 |
C4. Sujet tudier III-108 I

SECTION XVIII VILLAGE DE KOKOLOU 111-109

A. Renseignements gnraux III-109
B. Renseignements spcifiques III-109
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements III-110
B2. Ressources en eau et sol III-110
B3. Agroforesterie III-110
B4. Elevage et pturage III-110
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-113
C. Conclusion III-113
Cl. Contraintes principles III-113
C2. Priorits du village III-114
C3. Interventions potentielles III-114 |
C4. Sujet tudier 111-114

I


1










TABLE DE MATIERES
(suite)


Page

SECTION XIX VILLAGE DE LINSAN-SARAN III-115

A. Renseignements gnraux III-115
B. Renseignements spcifiques III-115
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements III-116
B2. Ressources en eau et sol 111-117
B3. Agroforesterie III-117
B4. Elevage et pturage III-120
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-120
C. Conclusion 111-121
Cl. Contraintes principles 111-121
C2. Priorits du village 111-121
C3. Interventions potentielles 111-122
C4. Sujet tudier 111-122

SECTION XX VILLAGES DE KAGNEGANDE, TYEWERE,
DIAWBHE ET TELIRE 111-123

A. Renseignements gnraux III-123
B. Renseignements spcifiques 111-123
Bl. Activits conomiques/entreprises/groupements 111-123
B2. Ressources en eau et sol 111-124
B3. Agroforesterie III-127
B4. Elevage et pturage 111-127
B5. Cultivateurs et entrepreneurs pilots III-128
C. Conclusion 111-129
Cl. Contraintes principles III-129
C2. Priorits des villages 111-129
C3. Interventions potentielles 111-130
C4. Sujet tudier 111-130

ANNEXE III-A QUELQUES CITATIONS DES PAYSANS DU BRP III-A-1
ANNEXE III-B BIBLIOGRAPHIE III-B-1







I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
































PREMIERE PARTIES
BASSIN VERSANT DE DIAFORE






I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I









AVANT PROPOS



Nous portions la connaissance des lecteurs que les travaux d'enqute ont t mens
par l'ensemble de l'quipe du Projet bas Kouratongo avec la participation des experts
bass au PMU de Lab.

Les analyses, conclusions et suggestions de ce rapport n'engagent que les technicians
du Project BRP et restent ouvert toutes critiques constructive dans le but de promouvoir la
russite du project dans le monde rural.



L'EQUIPE DU PROJECT







I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I































SECTION I

INTRODUCTION: PRESENTATION GENERAL DU BASSIN







I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I









SECTION I
INTRODUCTION: PRESENTATION GENERAL DU BASSIN



Le BRP de Diafor est une zone 40 km de Tougu et 125 km de Lab. La zone du
project est situe entire 110 27 et 110 39 latitude nord et 1123 et 11034 longitude ouest;
entirement comprise dans la Commune Rurale de Dveloppement (CRD) de Kouratongo, au
district de Kouratongo centre. Le Bassin est limit l'est par la prfecture de Dingueraye,
l'ouest par la prfecture de Koubia et la commune de Tougu, au nord par la CRD de Fello
Koundoua et au sud par la CRD de Koll.

La zone du project et soumise 2 types d'institution: la sous-prfecture dirige par un
sous-prfet qui reprsente l'administration tatique et le president de la CRD lu par la
localit pour un mandate de 4 ans.

Le Bassin est compos de 9 villages Peuhis qui sont: Koun, Dow Kouratongo, Ley
Kouratongo, Diabr-Mr, Forya, Dow Diafor, Gada Diafor, Ley Diafor, Koumbama
et 2 villages trs proches du bassin non tudies mais prises en charge par le project
(Tchiankun et Gonkou). La population du bassin est estime 2.000 habitants avec une
superficie de 65 km2 soit une densit de 30 habitants/km2.

La pluviomtrie annuelle est de 1.200 mm 1.600 mm avec une temperature annuelle
du mois le plus chaud 20,50-260 et une temperature minimum du mois plus froid 14,90. On y
trouve une alternance de 2 saisons (pluvieuse et sche) avec un nombre de mois sec gal 6.

Dans le domaine de terre, plus de 45% (2.925 ha) de la zone du bassin est compos
des bows (surface latritique), 35% (2.275 ha) de surface cultivable et 20% (1.300 ha)
consistent des tapades et quelques bas-fonds. En gnral les sols sont squelettique
d'affleurement de cuirasse, lithique d'boulis sur cuirasse et sur dolrite. Les sols sont trs
susceptibles l'rosion.

L'infrastructure est presque inexistante dans le bassin. Trois coles de 2 classes
chacune mal construites et mal quipes et 1 dispensaire inachev sont au dtriment des
villageois. Toutes les routes l'intrieur du bassin sont en mauvais tat et presque
impraticable en saison pluvieuse. Signalons galement l'intervention du project FIDA dans la
zone par la ralisation d'un forage au chef lieu de la sous-prfecture (Dow Kouratongo). La
zone du project et couverte aussi par la Croix de l'Ordre de Malte qui traite gratuitement les
lpreux et tuberculeux.






I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I-2I






























SECTION I

METHODOLOGIES






I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I









SECTION H
METHODOLOGIE


Pour atteindre l'objectif qu'on s'est fix dans un bref dlai, nous avons utilis la
mthode MARP: Mthode Acclr de Recherche Participative. Cette mthode nous a
permis de:

Recueillir le maximum d'information chez les villageois sur leur mode de gestion
des resources naturelles (sol, eau couvert vgtal)
Connatre le fonctionnement des entreprises et groupements
Connatre les contraintes principles affectant la production agricole
Connatre les actions agro-forestires rencontres dans la zone
D'obtenir quelques renseignements gnraux dans la zone du bassin

Cette MARP possde des avantages par rapport aux autres mthodes classiques qui
sont: fournir le maximum d'information selon les objectifs fixs; utiliser peu de temps pour
le recueil des informations; avoir plusieurs outils nous permettant de vrifier l'information,
introduction de l'quipe par les lus locaux (CRD et les autorits administratives.

Les interviews:

Semi-structures
De group
De group de sexe et d'ges
Individuel et des personnel resources

Les diagrammes les calendriers agricoles
La carte du village
Les transects (sols couvert vgtal et habitation)
Le profile historique de chaque village
Les matrices des contraintes d'entreprise
Les visits des champs et potentialit agricoles
Des prises de contact avec des services techniques prfectoraux pour avoir
quelques donnes de base
Visite des archives prfectorales

Pour confirmer quelques informations, nous avons utilis la triangulation, c'est dire
utiliser plusieurs formes de questions autour d'un sujet afin d'avoir suffisamment de rponse
claire. Pour nous familiariser la mthode, nous avons fait une semaine de formation
thorique et pratique sur le terrain avec les experts homologues (du ler au 5 fvrier) et
ensuite une semaine dans chaque village, soit au total 8 semaines du (ler fvrier au 28
mars). Pour les enqutes nous nous sommes constitus en une quipe de 6 personnel don't:






Le chef de project: Mamadou Saliou Diallo
1 Ingnieur du gnie-rural: Mamadou Aliou Souar
1 Ingnieur Agroforestier: Mamadou Coumbassa
1 Animatrice: Binta Fady Diallo
1 Sociologue: Mamadou Malal Bald
1 Volontaire du Corps de la Paix: Rebecca Furth
Signalons que pour chaque semaine nous sommes assists d'un expert homologue de
Chemonics International:
Robert Gordon Chase; expert en conservation des sols
Stephen Aversa; expert en entreprise communautaire
Thomas Erdmann; expert en agroforesterie
A chaque jour d'enqute les membres de l'quipe se retrouvent la nuit pour tirer les
leons et projeter un nouveau programme. A chaque fin de semaine nous procdons
l'analyse et la rdaction du rapport du village tudi. Aprs les 2 mois d'enqute nous
nous nous sommes consacrs pendant une semaine rdiger le rapport de synthse.

1
I

I

I

I

I

I

I

I

I
1-4I





























SECTION III

RENSEIGNEMENTS SPECIFIQUES DU BASSIN





I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I









SECTION III
RENSEIGNEMENTS SPECIFIQUES DU BASSIN


A. Agriculture

D'une manire gnrale, les villageois du bassin versant de Diafor pratiquent
l'agriculture de subsistence. Compte tenu de la raret des terres cultivables, les villageois du
bassin habitent le long des deux course d'eau (Kouratongowol et Diaforewol). On trouve
certain champs extrieurs tout le long des course d'eau du bassin du fait que les villages du
bassin sont entours en grande parties par les bows (surface latritique). Les villageois se
dplacent une distance de prs de 7-9 km la recherche des terres cultivables pour les
champs extrieurs.

Dans le bassin nous remarquons deux types de champs:

Champs extrieurs qui se trouvent gnralement une distance considerable par
rapport aux villages. Dans ce type de champ, les villageois cultivent: fonio, arachide, mil,
sorgho et un peu de riz. Parmi ses cultures le fonio et le plus important, mais l'arachide
donne de plus.

Les champs intrieurs, ou tapades qui se trouvent aux alentours des cases. Dans ce
type de champ les femmes cultivent du mais, taro, manioc, gombo, patate, tomate, petit
piment et un peu de haricot. Parmi ses cultures les plus importantes sont le mais, le manioc
et la patate. Celles qui donnent de plus sont mas et manioc.

Les villageois du bassin hommess et femmes) affirment une baisse progressive des
rendements des diffrentes cultures durant les 5 dernires annes. Selon les villageois du
bassin, cette baisse progressive des diffrentes cultures est lie la pauvret des sols, par
l'attaque des animaux sauvages qui deviennent toujours plus nombreux (singes, phacochres),
et par l'attaque nocive des termites chez les jeunes plants, les rcoltes et les denres
stockes. Ils s'attaquent galement la matire organique (mulching, fumier) apportes par
les femmes dans les tapades. En plus, les termites s'attaquent aux cases d'habitation en
dtruisant les murs et les toitures.

Les villageois signalent l'attaque des agrumes par les vers de fruits qui provoque la
chute considerable des fruits avant la maturity (oranges). Notons que les arbres fruitiers ne
se trouvent gnralement dans les tapades: orange, avocatier, manguier, corossolier,
goyavier et le kolatier. La culture du bananier se pratique gnralement dans les petits bas-
fonds (dounkir) bordant les course d'eau. L'action marachre est pratique dans certain
villages des superficies trs rduites; elle est limite par un manque d'eau, d'intrants et de
march, selon les femmes.

En considrant la superficie du bassin et vue le rapprochement des villages, nous
avons remarqus que les activits agricoles sont plus ou moins identiques et se pratiquent au








mme moment. Les activits agricoles sont rparties en deux saisons: la saison sche et la
saison pluvieuse.

Saison sche (de dcembre avril). Nous remarquons, pour les hommes, le i
dfrichement des champs extrieurs, la rfection des cltures des tapades, avec le bois vert et
la couvraison des cases d'habitation. Pour les femmes, la mme priode elles effectuent le
dfoncement des tapades.

Saison pluvieuse (de mai octobre). Les actions suivantes sont ralises d'une
manire gnrale par les hommes: le labour, les semis, entretien et rcolte des champs
extrieurs. Pour les femmes, le deuxime labour des tapades, semi du mas dans les tapades
et travaux dans les champs extrieurs avec les hommes.

D'aprs les villageois hommess et femmes) du bassin, les activits agricoles sont plus
intense pendant le semis des grands champs extrieurs (mi-juin et juillet) tout en tenant
compete de l'importance des cultures par ordre de ncessit. Ils ajoutent que c'est la mme
priode que les besoins en main d'oeuvre se font sentir d'une part et d'autre part la priode
des grandes rcoltes (septembre-octobre). Les villageois affirment qu' partir des mois de I
juin, juillet et aot, qu'il y a une grande crise alimentaire dans le bassin. A cela s'ajoute des
prix trs levs du peu de denres livres la vente. Cette priode allant du mois de juin
aot est communment appele "priode de soudure" dans tout le bassin.

Nous remarquons que le petit temps libre des villageois se fait sentir selon leurs
activits, seulement aprs les grandes rcoltes des champs extrieurs jusqu'au dbut des I
dfrichement ultrieurs (fvrier). Ensuite aprs les dfrichements, il y a un autre temps libre
(mars-avril) qui se pursuit jusqu'au dbut de la saison des pluies. Pour le reste des
renseignements sur les activits agricoles, voir les calendriers agricoles pour les villages.

B. Ressources en eau et sol

Eau. Les principaux course d'eau qu'on rencontre dans le bassin versant de Diafor
sont les suivants:

Le Kouratongowol, avec dbit estimatif de 111,8 m3/s au mois d'aot. Il est noter
que ce course d'eau tarit par endroit en saison sche. Le Diaforwol qui tarit compltement
en saison sche, donne un dbit estimatif de 120m3/s au mois d'aot. Le Koumbamawol
tarit aussi pendant la saison sche, mais ce niveau nous signalons que sa source ne tarit
pas. Nous enregistrons un dbit de 95 m3/s au mois d'aot. Le dfrichement intensif des i
rives des diffrents course d'eau pour la culture du riz et du fonio, entranent immdiatement
la destruction du couvert vgtal. Nous remarquons une crise en eau potable pour les
villageois du bassin surtout pendant la priode allant de mars mai. La crise est plus I
accentue dans les villages de Dow Diafor, Ley Diafor et Gadha Diafor. Les femmes de
ces trois hameaux de Diafor sont obliges d'aller la source de Gollo, distant de prs de 2- g
3 km du village, pour s'approvisionner en eau potable.

Nous avons identifi trois mares Forya, amnageables pour la pisciculture.


1-6









Le sol. Dans le bassin versant de Diafor on rencontre 5 types de sols selon les
villageois. Nous avons:

Le toggo. Sol argileux, riche et profound qui se fend en saison sche. Ce type de sol
se rencontre spcialement dans les tapades, et il est trs productif par rapport aux autres
indiqus ci-dessous.

Le dougouwoulen. Sol de couleur rougetre, lger, peu argileux et moins productif
que le toggo, se trouve aussi dans les tapades. Selon les femmes, ce type de sol ncessite
l'apport de la matire organique chaque anne.

Le kessour. Sol un peu gravillonnaire, qui se trouve d'habitude entire les tapades et
les bows, peu productif.

Le hansanghr. Sol lessiv, gravillonnaire rencontr aux alentours des villages.

Le holland. Sol hydromorphie temporaire, qu'on rencontre gnralement entire le
hansanghr et le N'dantari. Ce type de sol est utilis comme pturage pendant la saison
sche.

Nous avons observ une faible utilisation des cordons pierreux dans les champs
extrieurs et les rigoles dans les tapades pour diminuer la perte des terres cultivables
occasionne par les eaux de ruissellement.

Selon les paysans, les terres cultivables deviennent de plus en plus rares par la longue
priode des jachres (7 8 ans dans les bas-fonds et de 10 15 ans sur les montagnes) due
la faible restitution de la matire organique. D'une manire gnrale les villageois du bassin
affirment que ces diffrents types de sol sont pauvres et ncessitent une amlioration
progressive.

C. Ressources forestires

Le bassin versant de Diafor d'une manire gnrale est trs pauvre en resource
forestire. La plus grande superficie est occupe par les bows, avec une vgtation
rabougrie, renfermant quelques essences de valeurs des pieds dissmins telles que le nr
(nt), le karit (kar), le Khaya sngalensis (kahi) le lingu (lingu), le Chlorophora regia
(tyimm), le Pterocarpus eurinacaeus (bani) et le popo.

Parmi ces essences de valeur, nous avons observ la protection total de toutes ces
essences, surtout le nr et le karit, qui font l'objet de la cueillette par les femmes du bassin
versant. A cela s'ajoute quelques essences forestires de faible valeur occupant par endroit
les bows avec une prdominance du Combretum mucranthum (kankaliba) et l'Eurythriphlium
guineensis (tli) surtout, dans les villages de Diafor. D'aprs les villageois, la vgtation
existante est menace par le passage des feux de brousse (fvrier-mars) chaque anne malgr
l'utilisation des feux prcoces.








Les galleries forestires longeant les course d'eau de Diaforwol, Kouratongowol et
Koumbamawol sont menaces par un dboisement intensif. Cela provoque progressivement
le tarissement de ces trois course d'eau pendant la priode d'tiage, donc ncessitant une
protection par l'ensemble des villageois du bassin.

Les essences menaces par les apiculteurs pour la confection des ruches traditionnelles *
sont les suivantes: le Daniellia oliveri (thw) et le Ficus mucusso (pompodogo). Les I
corces de ces essences sont utilises pour la confection des ruches entranant ainsi la
disparition progressive de ces espces. g

En ce qui concern la faune cyngtique susceptible la chasse, elle se rarfie.
Comme petit gibier nous avons le livre, le francolin et un peu de guib-harnach. Nous
avons aussi observ la presence des grandes colonies de singes (cynocphales, singes verts,
singes rouges).

Parmi le gros gibier nous avons galement not la presence des phacochres qui
dvastent les cultures des tapades d'une part, et les champs extrieurs d'autre part. A tout
ceci s'ajoutent enfin les fauves (les panthres, les lions, les hynes, les chacals, le
m'boutobhe, le kakaro) qui s'attaquent aux petits et grands ruminants.

D. Elevage et pturage I

Dans le bassin on lve les bovins de la race N'dama qui sont trs rustiques et
s'adaptent mieux aux conditions de l'endroit.

Aucune technique ne prside l'alimentation. Les animaux sont conduits le matin
dans les anciens champs et y broutent toute la journe. Dans la soire, quelques uns des
villageois les regroupent dans un parc pendant la saison pluvieuse exclusivement.
Exceptionnellement, les vaches laitires reoivent des aliments prpars localement (des
feuilles et des racines sont piles et mlanges du son et du sel). Cette nourriture est
offerte seulement pendant la traite.

Trois fois par an on organise des touppal qui consistent donner aux vaches un
breuvage compos d'un mlange de terre argileuse, de sel, des racines et feuilles. Cette
pratique permet les villageois de corriger quelques carences alimentaires. Les anciens
champs et les bows constituent les pturages des animaux, mais ils sont mal quilibrs avec
une dominance de gramine par rapport aux lgumineuses. Gnralement on rencontre
comme gramine le Pnnicetum soubangoustum, Pennicetum purpurium, Pennicetum (fony
tyolli), Pennicetum violaceum (pukki) etc. Des graves pnuries fourragres se font
remarquer pendant la saison sche de fvrier mai, aprs le passage des grands feux de
brousses et des crises d'eau dans la majeure parties des villages.

La reproduction est incontrle. Elle se fait naturellement avec un intervalle de mise
bas trs longue (2 3 ans). C'est seulement l'ge de 4 5 ans que les gnisses
commencent la reproduction.

I

i-8








Les maladies de la zone sont diverse et le diagnostique n'est pas prcis. Les plus
remarques sont:

Le carbon symptomatique
Le carbon bactridien
La pasteurellose bovine
Le trypanosomiase
Les maladies parasitaires et nutritionnelle

Les mthodes de traitement local ne font pas de trs bons rsultats: on constate
nanmoins la raret des products pharmaceutiques pour le traitement de ces maladies bovines.
L'effet thrapeutique des feuilles, racines et versets de Coran utiliss dans le traitement n'a
pas encore t bien tudi.

L'levage des petits ruminants. Dans le bassin deux espces de petits ruminants
sont domestiques: les moutons et les chvres. Plusieurs facteurs font l'apprciation de cet
levage:

Le cot d'achat est abordable pour tous les villageois.
Les animaux sont utilisables toute occasion et pour tous besoins d'argent liquid
dans le village.
Ils sont sacrifis par les propritaires ou vendus des commerants.
Les petits ruminants savent mieux transformer les aliments toute saison.
L'absence de technique d'alimentation ne se fait pas sentir sur le poids des
animaux, surtout au niveau des chvres.
La reproduction est bonne, 1 3 petits par porte chez les chvres et 1 2
agneaux chez les moutons.
L'intervalle de reproduction est de 6 8 mois. Chez les chvres les maladies sont
rares. Celles que l'on rencontre sont d'ordre parasitaire ou malnutritionnel.
Il arrive que des maladies infectueuses attaquent des noyaux mais ce sont des cas
trs rares.
Les fauves attaquent et dvorent rgulirement les moutons et chvres.
Le logement des petits ruminants est apprciable, ils sont entirement protgs.
contre les intempries; par contre l'espace vital est mal respect.

On constate aisment un confinement de l'air. Les animaux se prominent la journe
entire et le soir on les rentre dans une cabane construite cet effet. Mais en saison sche,
l'abandon est total.

La volaille. Chaque femme entretien un noyau de volaille. Le logement des poulets
(puisqu'il ne s'agit ici que de poulet), est un coin de la vranda des cases aux femmes
propritaires. Dans quelques exceptions on rencontre des cabanes amnages pour la volaille
avec un hygine non desirable. La volaille n'est presque pas alimente. C'est le picorage
dans les tapades o les poules ramassent grains et insects. Il arrive que la peste aviaire et la
variole svissent dans un noyau d'levage et que toutes les poules en meurent au course de la
mme semaine ou du mme mois. La frquence est d'une fois par an.








Signalons en gnral, que ces trois types d'levage constituent les principles activits '
conomiques pour les paysans. Pour certain c'est cet levage qui constitute leur entreprise la
plus rentable.

E. Activities conomiques/entreprises/groupements

Aprs analyse de toutes nos enqutes menes dans le bassin, nous constatons qu'il
n'existe pratiquement pas de groupement, ni d'entreprise proprement dite.

Les activits conomiques existantes sont les suivantes:

Le filage du coton. Une activity des femmes qui tait beaucoup pratique avant,
mais maintenant elle tend a disparatre compete tenu de plusieurs facteurs. La culture du
coton tait pratique dans les tapades en association avec le mas, le manioc, le gombo,
l'haricot, etc. D'aprs les femmes, cette culture a t abandonne cause de la divagation
des ovins et caprins qui empche le dveloppement de la plante cultive. Ensuite, elles ont
abandonn cette culture puisqu'elle n'est plus rentable et le marketing du fil n'est pas facile.
La majeure parties des personnel qui achtent le fil pour en faire des habits rencontre assez de
difficults chez les tisserands. Donc il vaut mieux acheter les tissus au march. Ce sont ces
raisons qui ont pouss les femmes abandonner le filage du coton.

Le tissage des Lefas et Vans. Cette activity est peu pratique dans le bassin par
quelques femmes et hommes. Ils vendent les products mais seulement entire villageois de la
mme localit et l'excdant est vendu dans les marchs hebdomadaires.

Le marachage. Le plus souvent cette activity est pratique par quelques femmes (de
Koun, Koumbama, Kouratongo, et Foreya) en saison sche mais avec un faible rendement.
L'action n'est pas tellement rentable compete tenu du manque d'eau, car les course d'eau
tarissent vite. Les femmes n'investissent pas pour avoir une plus grande production. Selon
elles, l'coulement n'est pas facile, les marchs sont loigns, donc elles rencontrent assez de
difficults pour l'coulement des products; par consquent la rentabilit est faible.

L'levage du petit ruminant. L'levage des ovins et caprins est pratiqu dans
presque tout le bassin et le plus souvent cette activity est purement commercial et rentable.

L'levage de la volaille. Dans le bassin presque toutes les femmes font l'levage de
la volaille, c'est l une source de revenue en argent; elles vendent les oeufs et les poulets et
l'coulement est trs facile. C'est l'une des actions que le project tient amliorer et
encourager.

La cueillette. Quelques femmes du bassin font la cueillette du nr pour avoir les
graines, et le karit pour faire l'extraction du beurre. Les products sont vendus dans les
marchs ou dans les villages mmes. Signalons que les tourteaux ne sont pas utiliss et sont
jets directement dans les tapades.




1-10








L'apiculture. C'est une activity pratique exclusivement par les hommes avec des
mthodes traditionnelles, mais compete tenu de la rentabilit trs faible et des problmes
techniques rencontrs, l'action tend a tre abandonner au profit de la chasse des abeilles.

F. Situation des femmes

Bien qu'il n'tait pas prvu de discuter spcialement le cas des femmes dans cette
synthse, nous croyons que leur importance dans le bassin versant, et pour le project, mrite
une attention particulire. Les femmes font la plupart des activits domestiques et agricoles
dans le bassin. A cause de la forte exode dans le bassin versant de Diafor, les femmes sont
souvent abandonnes par leurs maris et enfants pour faire toutes les activits du foyer et de la
cultivation. Par consquent ce sont les femmes qui ont besoin de la plus grande assistance,
particulirement dans les activits rmunratrices.

L'quipe du project a constat trois problmes majeurs pour les femmes. Les activits
d'entreprise dans lesquelles elles sont dj engages donnent si peu de revenue qu'elles n'ont
pas les moyens de les rentabiliser. Aussi, quand une femme commence gagner une some
d'argent important son mari demand une majeure parties de ce revenue. Plus que a, le mari
s'ingre la gestion de tous ses revenues. Enfin, parce que les femmes sont dj fortement
engages dans les activits domestiques et agricoles, elles ont peu de temps consacrer de
nouvelles activits, ou d'augmenter le temps utilis sur les activits dj engages.

Si le project veut aider les femmes crer un revenue et amliorer leur vie il faut que
ces problmes soient confronts. Un moyen d'acqurir le credit doit tre disponible et
accessible. Les hommes, comme les femmes, doivent tre sensibiliss de l'importance des
activits d'entreprise pour les femmes; et les femmes doivent grer leurs revenues elles-
mmes. Le project doit, aussi, aider les femmes augmenter l'efficacit dans laquelle elles
excutent leurs activits domestiques et agricoles pour augmenter le temps disponible qu'elles
ont pour investor dans d'autres activits d'entreprise.

Les femmes du bassin notent qu'elles ont six grandes contraintes: (1) l'attaque des
cultures des tapades par les termites; (2) manque d'eau potable et d'eau pour le marachage;
(3) l'attaque des animaux domestiques et des cultures par les animaux sauvages; (4) pauvret
des sols des tapades; (5) manque d'eau et de fourrage pour les animaux domestiques en
saison sche; (6) l'envahissement des tapades par les eaux de ruissellement. Ces problmes
doivent tre rsolus pour que les femmes jouissent de leur libert et s'adonnent dans d'autres
activits agricoles ou conomiques.

Les villageois utilisent beaucoup de temps pour un revenue nettement infrieur au gain.
La plupart de ce travail est faite par les femmes. La pauvret du sol et le manque de terre
cultivable dans le bassin sont les principles causes de ces faibles rendements. Les femmes
du bassin notent que ces contraintes, ainsi que celles des termites et d'autres insects, sont
les plus grands problmes.

Le manque d'eau potable ou des points d'eau suffisant pour laver le linge pendant la
saison sche oblige les femmes d'aller plus loin pour s'en procurer; quelques fois elles


I-11









marchent jusqu' 4 km pour laver le linge. Par consquent, les femmes passent beaucoup de
temps pendant la saison sche la recherche d'eau.

En plus, le temps que les femmes doivent utiliser pour garder leur champs contre les
animaux sauvages les empche d'excuter d'autres activits. L'anne passe les femmes ont
dclar qu'elles ne pouvaient pas commencer les cultures marachres temps, non
seulement parce qu'elles taient en train de faire la rcolte dans les champs, mais cause de
leur obligation de garder des champs. Si une solution ces problmes pouvait tre trouve
les femmes auraient plus de temps pour les cultures marachres et d'autres activits.

Pour qu'on amliore la vie des hommes et des enfants dans le bassin, il faut qu'on
assisted les femmes. Leurs activits sont la foundation de la vie dans le bassin versant. Les
besoins des femmes doivent tre pris en charge au mme titre que celui des hommes pour
que le project puisse avoir un succs.

G. Contraintes principles

Selon les femmes

Attaques des cultures des tapades par les termites 9/9 villages
Manque d'eau potable pour le marachage 7/9 villages
Attaque des animaux domestiques et des cultures par les animaux sauvages 9/9
villages
Pauvret des sols des tapades 9/9 villages
Manque d'eau et fourrage pour les animaux domestiques en priode de saison
sche 7/9 villages
Envahissement des tapades par les eaux de ruissellement 4/9 villages
Manque de matriels et intrants 9/9 villages

Selon les hommes

Pauvret des sols 9/9 villages
Attaque des cultures des champs, des tapades, et des cases par les termites 9/9
villages
Manque d'eau potable 6/9 villages
Attaque des animaux domestiques et des cultures par les animaux sauvages 9/9
villages
Manque d'eau et fourrage pour les animaux domestiques en priode de saison
sche 9/9 villages
Manque de terre cultivable 9/9 villages
L'exode rurale 5/9 villages
Manque de moyen de transport 9/9 villages
Erosion des terres 6/9 villages
Revenu trs faible des villageois 4/9 villages (tous les villages ont un problme
de faible revenue mais c'est plus accentu dans ces quatre)



1-12 I








Selon l'quipe


Attaque des cultures des champs, des tapades, et des cases par les termites
Manque d'eau potable et eau pour les cultures marachres
Manque de terre cultivable proximity des villages du bassin
Trs faible revenue
Les insects qui dvastent les cultures
Attaque des animaux domestiques et des cultures par les animaux sauvages
Manque de technique approprie et matriel adquat pour les activits artisanales
apiculturee, forge, marachage, et saponification)
La propagation des feux de brousse en saison sche
Manque de moyen de transport des rcoltes et autres products agricoles
Manque d'infrastructure scolaire au bnfice d'une future gestion de resources
naturelles par l'actuelle gnration
Manque de soin sanitaire et hyginique pour l'levage
L'exode rurale de la quasi-totalit des jeunes pendant la saison sche.

H. Priorits des villages

Selon les femmes

Eradication des termites
Lutte contre les animaux sauvages
Approvisionnement en eau potable et l'eau pour les cultures marachres
Augmentation des rendements des diffrentes cultures des tapades
Augmentation des rendements des champs
Fourrage pour les animaux domestiques
Amlioration des cltures des tapades

Selon les homes

Eradication des termites
Lutte contre les animaux sauvages
Approvisionnement en eau potable et l'eau pour les cultures marachres
Augmenter les rendements des champs
Fourrage pour les animaux domestiques
Accs au credit pour le fonctionnement des actions rentables


1-13


























































1-14






























SECTION IV

VILLAGE DE KOUNE




I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I









SECTION IV
VILLAGE DE KOUNE


A. Renseignements gnraux

Al. Profil historique


Vers 1773:


1905-1925:


1911-1929:

1930-1937:


1937-1946:




1946-1954:

1955-1956:

1958-1984:


Construction de la mosque de Koun, le plus ancien difice du village et
mme de la sous-prfecture.

Rgne de Alpha Amar: Travaux forcs (Sita' Serima, recrutement des
travailleurs-traite d'arachide au Sngal) vente d'esclaves pour l'impt.

Rgne de Alpha Amadou Bailo: Travaux forcent les plus dures impts.

Rgne de Alpha Amadou Oury Loin: Invasion des criquets, famine, impts
durs sous l'effet de la colonisation, migration de la population vers le Mali.

Rgne de Alpha Amadou Oury Kollet: Sous l'appui des colons, instauration
d'une ligne de credit de crales, installation d'une ppinire villageoise
(agrumes). Reboisement avec le Landolphia ivorensis (pour le caoutchouc) sur
le long des Dijolol et immigration.

Rgne de Diallo Yacine: Abolition de la production du caoutchouc.

Invasion des chenilles, une grande famine.

Commercialisation force du btail, reduction de la taille du troupeau. Norme
individuelle de commercialization du crale: reduction considerable des
stocks de denre alimentaire 1965: Cration de l'cole primaire de Koun.


1992: Perturbation pluviomtrique, baisse des rendements surtout du mais.

A2. Infrastructure

Scolaire. Le village de Koun possde une cole primaire inacheve de 3 classes
(1re, 3f et 6eI) qui souffre d'un manque de tables, bancs et de matriels didactiques (une
des classes ne possde mme pas de tableau).

Sanitaire. Le dispensaire le plus proche est Kouratongo (7 km de Koun).
Cependant, cause de l'infrastructure inacheve la population se rend au dispensaire de
Koll (15 km) pour les soins de sant primaires et Tougu Centre (40 km) pour les cas
d'hospitalisation.


1-15





1

Habitat. Les 99% des villageois habitent dans des cases en paille, gnralement I
envahis par les termites. Cette destruction des cases se manifeste partout dans le village.
Les termites attaquent les murs et les toits.

Routire. Le rseau routier du village est en mauvais tat; le dernier entretien date
de 1985. Notons le manque total des ouvrages de franchissement, savoir: dalots, buses et
petits points.

Religieuse. Il existe dans le village une mosque en paille de plus de deux sicles
d'existence.

A3. Organisation social I

Au point de vue organisation social dans le village on rencontre 2 types:

Organisation traditionnelle. L'organisation traditionnelle est compose de quatre
families:

Les Koulounnabhe: Chargs de la gestion administrative de la localit;
gnralement les gouvernants sont choisis parmi eux.

Les Kollebhe: Constituant les chefs religieux, charges de l'ducation des enfants,
la conduite des prires et des problmes culturels. I

Les Dembeleyabhe: Les grands leveurs et cultivateurs du village sont parmi eux.
Ils sont aussi les grands propritaires fonciers.

Les Seleyabhe: Actuellement moins nombreux dans le village par l'effet de
l'migration, ils assument le mme rle que les Kollebhe. I

Notons que ces 4 grandes families se fusionnent en 2 groups: (1) les Ouroubhe
(Koulounnabhe & Dembeleyabhe); (2) les Dialloubhe (Kollebhe & Seleyabhe). Ce type
d'organisation intervient gnralement dans le cadre des crmonies o l'une prside toujours
les crmonies de l'autre.

Organisation politique et administrative

L'organisation politique et administrative se compose comme suit: I

Les chefs de secteur (au nombre de 3) sont dsigns par les 4 families. g

Le conseil administratif de mosque (CAM), au nombre de 7 membres, est charge
des affaires religieuses du village et de l'administration de la mosque. g


1

1-16 g








Notons galement l'existence de deux membres du conseil de sages sous-
prfectoral lus vie et 3 membres du bureau du district de Kouratongo resident
Koun.

Au niveau des femmes et jeunes, l'organisation est presque inexistante. Signalons
nanmoins la presence de deux animateurs au niveau de chaque. Ces animateurs
dsigns par le bureau des femmes et des jeunes du District de Kouratongo ne sont
pas oprationnels faute d'organisation.

March. Il n'existe pas de march dans le village. Le march hebdomadaire le plus
proche est Koll situ 15 km de Koun.

Education

Education formelle. Malgr que l'cole est incomplete, elle reste fonctionnelle avec
un effectif de 80 lves.

1re Anne: Filles: 11 Garons: 25
3me Anne: Filles: 5 Garons: 17
6me Anne: Filles: 2 Garons: 20

corps enseignant: Femmes: 0 Hommes: 3

Education informelle. Consiste prendre en charge l'ducation coranique des
enfants partir de 7 ans. Notons que le niveau d'ducation formelle est infrieur celui de
l'ducation informelle.

Autres organizations

Kill. Le Kill est une forme d'entreaide dans le cadre des actions agricoles qui
commence 12h et se termine 18h. Ceci permet chaque paysan de travailler son champ
le matin.

Sourima. Sourima est un genre de Kill qui commence 8h00 pour finir 12h00.

B. Renseignements spcifiques

Bl. Agriculture

Compte tenu de la raret des terres cultivables dans le village de Koun, les champs
extrieurs sont rpartis de la manire suivante:

Le secteur Dowsar pratique les cultures l'ouest du village, le secteur Misside
occupe les berges du course d'eau et certain versants et le secteur Mosque Ghadha Para
cultive l'est du village.


1-17





1

Nous remarquons la presence de deux types de champs: les champs extrieurs et les I
tapades.

Les champs extrieurs se situent jusqu' une distance de 8 km du village, o on I
rencontre les cultures de fonio, arachide, et mil. Les tapades se trouvent autour des cases.
On y rencontre les cultures suivantes: mas, manioc, taro, patate, aubergine, le petit piment
et le gombo. Les arbres fruitiers (avocatiers, manguiers, rangers) sont en association avec
les autres cultures dans les tapades. Les bananiers ne se trouvent pas dans les tapades mais
dans les bas-fonds (dounkir).

Depuis 6 ans les villageois constatent la baisse progressive du rendement des
diffrentes cultures. Ce facteur est li non seulement la diminution de la fertilit naturelle
des sols, mais au manque d'apport d'engrais organiques d la reduction du cheptel. La
baisse de rendement s'explique aussi par l'existence des termites et les animaux sauvages qui
attaquent les cultures.

Les paysans de cette localit travaillent une jachre qui varie de 5 7 ans dans les
bas-fonds et de 10 15 ans sur les versants. D'aprs les villageois, le temps du travail de la I
jachre se base sur la lenteur de la restitution naturelle de la fertilit du sol.

La culture marachre est gnralement pratique par les femmes dans les zones
humides. On y cultive: oignons, tomatoes, piment et l'aubergine. Les femmes notent que la
difficult d'obtention du bois pour la clture, le manque des semences, intrants et accessoires g
(engrais, arrosoirs, binettes, rteaux, pelles) rendent l'action difficile. Elles remarquent aussi I
que l'attaque des jeunes plants par les insects rduit le rendement.

Calendrier agricole. Les activits agricoles sont reparties en 2 saisons de la manire I
suivante:

Saison sche: janvier, fvrier, mars. Les hommes dfrichent les champs extrieurs, I
rfectionnent les cltures des tapades, tandis que les femmes dfoncent les tapades.

Saison pluvieuse: de mai octobre. Les hommes pratiquent le labour, semis,
entretien et rcolte des champs extrieurs; et les femmes le 2me labour et le semi des
tapades en plus des travaux des champs extrieurs avec les hommes.

Signalons que la demand de main d'oeuvre est trs accentue aux mois de juin,
juillet et aot qui coincide aux intense activits agricoles. C'est cette mme priode que le
prix des denres alimentaires augmente. Cette priode est aussi appele priode de soudure.

B2. Elevage et pturage

Malgr la diminution du cheptel bovin, il existe toujours un noyau dans certaines
families, considr comme trsor qu'ils peuvent vendre suivant les besoins. La volaille est
leve dans presque toutes les families par les femmes et rencontre assez de difficult
sanitaires, surtout par la presence de la peste aviaire et autres maladies pizootiques.


1-18 |








Au niveau du gros btail et petits ruminants, le manque d'eau et de fourrage sont des
contraintes majeures. Les paysans signalent au niveau des bovins un intervalle de vlage trs
longue (2 3 ans) depuis environs 6 ans. Les principles maladies rencontres sont: le
carbon bactrien, la parasitose interne et externe, et la trypanosomiase.

Les zones de pturage sont surtout les bowes, les versants pendant la saison pluvieuse
et les zones humides longeant les course d'eaux en saison sche. Notons que ces pturages
sont pauvres et ne couvrent pas les besoins alimentaires en levage.

B3. Ressources forestires

Notons la presence d'une galerie forestire longeant le Diaforewol. Comme essences
nous avons constat l'Afzelia africana (lingu)', le Khaya senegalensis (kahi), le Mitragina
siliata (popo), le Kadio tchangol (zy), le Butrospermum parkii (kar), le Parkia bigloboza
(nt), Daniellia oliveri (tchw) et le Carapa procera (gobi). On y trouve aussi certaines
plants mdicinales telles que le Hyminocardia acida (pelitoro) et le Phyllantus discodeus.
Quand ces deux espces sont mlanges avec l'corce de time (tyimm) elles sont utilises
pour l'engraissement du gros btail et le petit ruminant.

Notons la presence de quelque pourriture au niveau des cltures des tapades.

B4. Ressources en eau et sol

Dans le village de Koun, il existe 5 types de sols:

Le toggo. Un sol argileux, profound qui se fend en saison sche et que l'on rencontre
dans la plupart des tapades du village. On y cultive le mas, le taro, la patate etc.

Le dougouwoulen est un sol lger peu argileux de couleur rougetre qui ncessite
selon les villageois l'apport de la matire organique. Ce type de sol est aussi souvent
rencontr dans les tapades.

Le kessour est un sol gravillonnaire moins fertile que le toggo qu'on trouve dans les
tapades de Ley Kounet.

Le fello est un sol sur le versant des montagnes pourcentage lev de cailloux
utiliss comme champs extrieurs avec une jachre longue.

Le holland est un sol hydromorphe hydromophie temporaire peu frequent dans le
village, rserv au pturage surtout pendant la saison sche.

Les paysans se servent des cordons pierreux pour diminuer le ruissellement dans
quelques champs extrieurs. Dans les tapades les femmes font des canaux rigoles pour lutter
contre les eaux de ruissellement.


I Nom vernaculaire en pular.


1-19





1


Selon les paysans les terres cultivables deviennent de plus en plus rares d la longue
dure de jachre.

A l'est de Koun environ 4 km, il existe un bas-fond d'une superficie examine 4
ha abandonn depuis plus de 25 ans. Cet abandon s'explique par l'excs d'eau au moment
du semis et la destruction de la culture du riz par les tortues.

Transect: Voir page 1-23.

Dans le village de Koun il y a plusieurs sources d'eau don't la plupart tarissent en
saison sche par manque d'entretien (protection). La presence des puits artisanaux dans les
tapades fait que les paysans s'intressent moins aux sources. Parmi les sources qui ne
tarissent pas nous pouvons citer: Ley Koun, Kounehoun et Tachiankoun Dow Sar. Les
villageois notent que pendant la priode d'tiage ils leur manquent d'eau potable pour
l'alimentation.

B5. Activits conomiques/entreprises/groupements I

Dans le village de Koun il n'y a que des agriculteurs qui pargnent par le troc contre
le petit ruminant ou gros btail. Certains associent l'action fruitire dans les tapades, tandis
que d'autres ne pratiquent que l'agriculture de subsistence.

B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots I

En ce qui concern les entrepreneurs pilots, on rencontre les apiculteurs traditionnels
tel que Mounini. Aussi on trouve: I

Des forgerons. Phily Kant et Adama Kant qui font des instruments aratoires pour
le village et hameaux environnants. I

Les tisserands, qui par manque de matire premires tendent changer d'option. A
cot de ces diffrentes activits, notons la presence d'une femme (Thierno Salematou Bald)
qui fait le savon traditionnel et semi-moderne.

C. Conclusion I

Cl. Contraintes principles g

L'insuffisance des terres. Compte tenu de la raret des domaines cultivables les
villageois de Koun se dplacent des distances considrables pour satisfaire ce besoin.

Les termites. Les villageois disent que les termites attaquent leurs cultures dans les
tapades et champs, ainsi que les murs et toits des cases, et le stock qu'ils garden dans leurs
maisons ou aux champs.




1-20







LEGEND ^
KOUNE
____ ~Route
"- | Rivire
Q Source d'eau 4 V
Puits
L- Cimitire 0
S 3 Case d'habitation
J7 'Galerie forestire ) y
SPotager ^ [
r <'' ". j ^ ^ Maison en tle )
S C Bananeraie
Q1g MQj Mosque 1oIs9L- 2
p3:< -l y Djolol ( I, -J
Dviation
Arr fu e Parawol I
S"- ,Arbre fruitier
IS
,,1 -' Cu .







Toposquence/Transect Koun
Orientation Sud-Nord


NP'

Y- 1' ni *


nm m m m m M mm m M mm m m M m -m


1f)I,:I~


G


Zone Bowal Hansangr Holland Habitations Parawol Habitations Dj61l Habitations Rivire Dantari
Diafor
Occupation Pierres Graviers Pierres Champs Cases Riz Cases Rocher Cases Champs extrieur
des terres Graviers extrieurs
Rochers jachres
pturage
Vgtation Nr Cussonia Kankaliba Anona Ficus sp. Orangers, Mais, Herbes Orangers, Orangers, Cassia Sieberiana
Djallonensis Cussonia Manguiers, Manguiers, Manguiers, imperata cylindrica
Djallonensis Avocatiers, Avocatiers, Avocatiers,
Manioc, Patate, Manioc, Manioc,
Taro Mais, Taro Mas
Sol Latritique Gravionnaire Profond noir Kesour Argileux Kesoure Rocher Kesoure Brun profound
inculte lourd Dougouwoulen profound Dougou- Dougouwou
Toggo woulen len Togho
Toggo
Animaux Singes Francolin Chvres Boeufs Poules Chvres Boeufs Poules Poules Singes Chvres Moutons
Chvres Chvres, Boeufs Phacochres Moutons Boeufs Moutons Chvres Chvres
Boeufs Moutons Chvres Moutons Moutons
Moutons Boeufs
Divers Apiculture
abandonne
cause des
chimpanzs








La difficult d'accs au bois pour faire les cltures des tapades et des champs
extrieurs oblige les villageois de prendre beaucoup de temps et de main d'oeuvre pour
protger les diffrentes cultures.

Fertilit des sols. A Koun il y a une baisse remarquable de la fertilit du sol des
tapades et des champs extrieurs. Les villageois notent que cette diminution de fertilit
augmente la dure des jachres.

Eau. Manque d'eau potable.

Route. A cause du mauvais tat de la route, le village de Koun est peu frquent
par les vhicules.

Fourrage. Le manque de fourrage et de soins vtrinaires rduisent considrablement
le troupeau et rendent l'intervalle de vlage trs long.

Insectes. La presence de Ceratitis capitata (mouche bleue) et autres insects qui
attaquent les rangers et avocatiers causent d'normes pertes de rcoltes fruitires environs
de 30 50%.

Matriel et techniques. Manque de technique approprie et matriels adquats pour
les activits artisanales apiculturee, forge, marachage, saponification).

C2. Priorits du village

Acquisition de l'eau potable (selon les femmes)
Augmentation des rendements des cultures dans les tapades (selon les femmes)
Eradication des termites (selon les villageois)
Amlioration des cltures des tapades (selon les femmes)
L'obtention des soins sanitaires pour les animaux domestiques, surtout pour la
volaille (selon les femmes)
Augmentation des rendements des cultures des champs extrieurs (selon les
hommes)
Promotion du petit levage de volaille (selon les femmes)

C3. Interventions potentielles

Amlioration des cordons pierreux dans les champs expditeurs pour attnuer le
ravinement de la terre cultivable.

Introduction des techniques appropries pour amliorer la fertilit des sols. Surtout
nous voulons sensibiliser les femmes pour amliorer les rendements des tapades.

Introduction des espces fourragres et des essences croissance rapide pour les
haies-vives. A cause des difficults d'obtention du bois des cltures et le manque
de fourrage pour le btail, nous pensions que cette intervention est ncessaire.


1-23









* Amlioration des puits artisanaux et des sources ou la construction d'un forage.
Pour l'approvisionnement en eau potable du village, nous jugeons utile de mettre
en tude la construction du forage. Compte tenu du cot, la creation et
l'amlioration des puits artisanaux est une possibility.

* Lutte contre les termites qui attaquent les jeunes plants et les denres stockes.

* Entretien de la route et construction des points et buses pour permettre la
circulation des engines, surtout pendant la saison pluvieuse.

* Renovation d'une salle de formation pour les villageois de Koun.

C4. Sujets tudier

* Possibility d'amnagement du bas-fond de Koun d'une superficie de 4 ha
* Mlange d'engrais chimiques et organiques applicable dans les tapades et domaines
marachers
* Introduction des ruches amliores ou modernes et formation des apiculteurs


1-24































SECTION V

VILLAGE DE DOW KOURATONGO




I
I
I
I
I
i
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
i
I
I










SECTION V
VILLAGE DE DOW KOURATONGO



A. Renseignements gnraux

Al. Profil historique

1643: Date approximative de l'installation des timbobhes Dow Kouratongo et reprage du
premier point d'eau boundou "soudhidou".

1923: Corve de plantation de Landolphia ivorensis (arbre en caoutchouc).

1938: Invasion des criquets plerin, destruction du couvert vgtal, famine.

1943: Premire action des haies-vives (Ficus polita).

1950: Cessation de la corve pour la production du caoutchouc.

1950: Peste bovine, diminution considerable de la taille des troupeaux.

1957: Construction du bureau de l'arrondissement.

1959: Inauguration du bureau et l'arriv du ler commandant.

1960: Cration de l'cole primaire.

1963: Construction du dispensaire.

1966: Perturbation pluviomtrique, fltrissement des cultures, invasion des termites.

1968: Rapparition au foyer de la peste bovine et construction de la mosque.

1970: Invasion des chenilles sur les cultures.

1970: Aggravation de l'influence des termites sur les cultures et cases.

1984: Crdit de semence riz chinois par la brigade mcanise de production (BMP).

A2. Infrastructure

Scolaire. Une cole primaire de trois classes en mauvais tat selon le personnel de
l'encadrement et en mme temps servant de logement aux matres.


1-25





I


Sanitaire. Un dispensaire en construction (inachev par manque de fonds) par la i
CRD. Une annexe servant de logement de l'infirmier et le dispensaire provisoire.

Administrative i

Un btiment abritant le bureau et logement du sous-prfet.

Deux btiments de la sous-prfecture restaurs par le project servant de logement et
bureau.

Habitat

Une mosque couverte en tle existe aussi dans le village.

Les 96% de la population habitent les cases en paille qui s'inondent en grande
parties sous l'effet des eaux de ruissellement non canalises. Ceci est d au manque
d'entretien du canal de protection assurant la ceinture du village, qui existait depuis
leurs anctres. Mais notons quelques actions de rehabilitation en 1992 par les I
families Timbobhes et Dembeleyabhe qui souffrent en saison pluvieuse sous l'effet
de l'humidit excessive. i

Routire. Toutes les pistes souffrent d'un manque d'entretien depuis plus de 10 ans,
don't certaines sont difficilement praticables en saison pluvieuse. Notons l'existence des puits I
artisanaux dans chaque famille et un forage datant du mois de juin 1992, ralis par le I
FIDA, au sige de la sous-prfecture.

A3. Organisation social I

A Dow Kouratongo il existe quatre grandes families: les timbobhs; les
koulounabhs; les demblyabhs; les demboubhs. I

Les Timbobhes constituent la grande famille, les premiers occupants du village,
propritaires terrien.

Les Koulounnabhes assurent le pouvoir et l'ducation coranique.

Les Dembeleyabhes, un peu rare dans le village, assurent les mmes functions que
les koulounnabhes. I

Les Demboubhs habitent l'est de la mosque et semblent tre venus en dernire
position dans le village.

Contrairement Koun l'Imam n'est pas un facteur discriminant entire les diffrents i
families.

I

1-26 I









A4. Organisation politique et administrative


Dow Kouratongo est un sous-secteur du District de Kouratongo. On y trouve comme
organisation non traditionnelle deux chefs de secteurs. Un conseil administratif de mosque
(CAM), un conseil de sages au nombre de deux, ligue islamique un reprsentant dans le
village, un animateur de la jeunesse, et une animatrice au niveau des femmes. Ces deux
animateurs reprsentent une structure politique non oprationnelle.

Autres organizations rencontres sont comme Koun, des entraides comme le kil,
la sorimma et le ballal. Gnralement ne bnficient de l'entraide que ceux qui ont leurs
beaux fils ou des grandes notables, affirment les villageois.

Concernant les relations extrieures, il y a deux sortes de liens, soit par la religion ou
les crmonies civiles marriage baptme, dcs). Signalons une alliance entire le village et
d'autres hameaux voisins, telles que Koll-Boubhs, zone de culture et Tchankoun par le
pouvoir politique et liens de famille.

March. Il existe un march hebdomadaire tous les mercredis, qui n'est pas prospre
et peu frquent cause de l'enclavement et surtout par la presence du march de Koll 22
km. Les femmes y vont pied avec l'arachide, le manioc, le beurre de karit et les grains
de nr, pour revendre et s'approvisionner en condiments ou autres articles.

Signalons la creation d'un march hebdomadaire tous les jeudis avec l'installation du
project Kouratongo. Le soutien et l'panouissement de ce march sont encourageants pour
le project dans le cadre du dveloppement des entreprises communautaires.

Education. Il existe deux types d'ducation-le premier, l'ducation informelle qui
consiste prendre en charge l'ducation coranique des enfants partir de 7 ans. Notons que
cette education touche presque tous les enfants du village. Le deuxime type est l'ducation
formelle, une cole de trois sales de classes frquente par un faible pourcentage avec un
effectif de 44 lves don't une classes de 6me anne avec 13 lves, une classes de 2me
anne avec 20 lves et une classes de 5me anne avec 11 lves. Les enseignants sont trois
hommes.

Sant. Il existe deux types de traitement. Le premier est purement traditionnel
base des racines et feuilles couramment utilises, selon les villageois. Le second est un
traitement ralis par un agent de sant. Cependant cette forme est rarement utilise par
manque d'quipement et le non achvement du dispensaire.

B. Renseignements spcifiques

Bl. Agriculture

Le village de Dow Kouratongo, d'une manire gnrale, pratique l'agriculture au
nord-est du village (champs extrieurs) et dans les tapades. Dans les villages voisins de Ley
Fello Koll Boubhs, les villageois pratiquent diverse cultures en rotation ou en


1-27





1


association. Dans les champs extrieurs on cultive l'arachide, le fonio, le mil, le sorgho et I
le riz. Dans les tapades on cultive le mas, le taro, la patate, le gombo, le petit piment, et la
tomate.

Les femmes affirment que depuis environ 12 ans, les diffrents rendements des cultures
dans les tapades ne font que baisser considrablement. Malgr l'apport du fumier et
mulching en faible quantit par les femmes, aucune amlioration n'est constate dans les
tapades. Elles signalent galement, le lessivage de la matire organique par les eaux de
ruissellement non canalises, surtout dans les tapades des Demboubhes et Timbobhes. A cela
s'ajoute l'invasion nocive des termites qui attaque les jeunes plants et les rcoltes. Les
arbres fruitiers ne se rencontrent que dans les tapades. Ce sont les rangers, avocatiers,
manguiers, korossoliers, goyaviers et le kolatier (qui est special Dow Kouratongo). i
Quelques agriculteurs ont tendance se stabiliser dans les petits bas-fonds de Ley Fello et
Koll Boubhs et pratiquent la rotation des cultures (arachide, fonio, riz, mil et sorgho) sur
la mme parcelle depuis plus de 6 ans. La culture attele tait pratique par quelques
hommes dans les tapades et les bas-fonds. Les besoins en pices de rechange des charrues et
une technique amliore de la culture attele se font sentir chez quelques villageois.
L'intensification de la plantation du kolatier reste une action remarquable de mme que le I
systme de germination par un citoyen resident.

Les activits agricoles s'effectuent en deux temps. Le premier est dans la saison I
sche (janvier-mars). Pendant cette priode les hommes font le dfrichement des champs
extrieurs et les femmes font le dfoncement des tapades. Pendant la saison pluvieuse (de *
mai octobre), les villageois font les semis, l'entretien, la rcolte pour les champs extrieurs I
et les tapades.

Le besoin en main-d'oeuvre est plus intense et se fait sentir vers les mois d'aot,
septembre et octobre. Il est plus faible aux mois de novembre, dcembre et janvier.

B2. Elevage et pturage I

L'levage est extensif, et les animaux en libert sont souvent attaqus par les fauves.
Nanmoins les quelques petits noyaux qui existent sont gnralement parqus pendant la
saison des cultures (bovins, ovins, caprins). Signalons qu'en gnral l'entretien, la traite des
vaches laitires et l'levage de la volaille s'effectuent par les femmes.

Les animaux vont loin la recherche du fourrage et de l'eau en saison sche. Tous
ceux qui ne parent pas sont victims d'un amaigrissement d au manque du fourrage et la I
consommation des chiffons indigestes et autres maladies parasitaires et infectieuses. Les
plants mdicales utilises apportent peu de remde. La premiere mise bas qui tait de 3 ans
se prolonge jusqu' 4 ans. Chez quelques bovins l'intervalle de vlage qui tait de un an se I
prolonge jusqu' 2 3 ans, affirment les femmes.

La volaille, principal source de revenue immdiat, est toujours ravage par le
Newcastle aviaire et la variole aviaire. Les conditions de logement de la volaille sont
dsastreuses et favorisent la proliferation des parasites externes et menacent mme les I


1-28




Mmm mMm--m -- M M M M MM MM


DOW KOURATONGO


N/V


/PY4~c::fC&J~jL


LEGEND


Route
Source d'eau
Puits
Case d'habitation
Btiment en tles
Ancien canal de protection


16


A







Toposquence/Transect Dow Kouratongo
Orientation Est-Ouest


M M M M M - M M - M M - M M


Zone Bowal Hansangr Habitation Habitation Habitation Habitation
Occupation des terres Pierres, graviers, Terre inculte Cases, maisons, mosque Cases, maisons Cases Cases
rochers

Vgtation Dyarotathus Nr Combretum Orangers, Manguiers, Orangers, Manguiers Orangers, Orangers, Manguiers
Vn Cussonia Micranthum Kolatiers, Dattiers, Manguiers,
Djolbnensis Nr Khaya Manioc, Taro, Mas, Kolatiers
Patate

Sol Latritique Gravionnaire Toggo Dougouwoulen Kessour Argileux profound
Animaux Singes Cacaro Chvres Singes Cacaro Poules Chvres Vaches Poules Chvres Boeufs Poules Chvres Poules Chvres
Moutons Boeufs Boutbh Moutons Boeufs Boeufs
Chvres
Moutons

Divers Apiculture








hommes dans leurs habitations, surtout pendant la saison des pluies. On note que la ponte de
la race locale est mdiocre et le gain de poids faible.

B3. Ressources forestires

On rencontre quelques essences forestires locales Dow Kouratongo. Le Ficus
polita (yibbh), et le pourghre (kiddi) ont t utiliss comme haies-vives par les anctres
pour la maintenance des terres cultivables dans les tapades. Le Cassia siamea est utilis par
les villageois contre l'rosion, notent les hommes.

La cueillette des products forestiers, comme les fruits de karit et nr, reste comme
l'une des sources de revenue principles pour les femmes. A cela s'ajoutent quelques
essences locales utilises dans la pharmacope pour le traitement du petit btail: tel que le
Phyllantus discoideus (keri) associ l'corce du Chorophora regia (tyimm) pour
l'engraissement du petit ruminant. Les essences prfres par les femmes pour le bois
chauffage sont: le Pterocarpus erinaceus (bani) ou vne. Comme bois de service les
paysans utilisent le bambou pour faire les charpentes des cases. Au course des dfrichements
les paysans pargnent les karits, les nrs, les lingus et les kahi.

B4. Ressources en eau et sol

A Dow Kouratongo il existe quelques sources d'eau qui par manque d'entretien sont
envahies par les dbris vgtaux qui les rendent inexploitables. Notons aussi la presence de
nombreux puits artisanaux don't la majeure parties tarissent entire mars-avril-mai. Les femmes
vont jusqu' Kouratongo ou Ghonkou 3 km pour chercher de l'eau pendant la saison
sche.

Concernant le course d'eau Kouratongowol, l'amont du course d'eau qui tait permanent
reste maintenant temporaire par endroit sous l'influence du dboisement jusqu'au lit du course
d'eau d'une part, et l'envahissement du lit par la terre et les dbris vgtaux entrans par les
eaux de ruissellement d'autre part. Il est signaler que les berges du course d'eau ncessitent
une protection. Les petits bas-fonds exploitables se trouvent de Ley Fello Koll Boubhs
surtout bordant un petit ruisseau rgime temporaire. Cette zone enclave rend difficile le
transport des rcoltes des champs au village. Notons que ces domaines maintiennent leurs
fertilits naturelles.

Les domaines cultivables qui se trouvaient aux alentours du village (fello,
hansanghr) sont maintenant abandonns sous l'effet d'une surexploitation abusive. Ces
domaines ncessitent une amlioration par l'introduction de certaines espces croissance
rapide.

On rencontre trois types de sol Dow Kouratongo.

Le dougouwoulen. Cette terre limited le bowal la tapade. C'est un sol lger de
couleur rouge qui ncessite l'apport de la matire organique chaque saison de culture, selon
les femmes. Elles cultivent sur ce sol du mas et taro.


1-31





I


Le n'dantothodo. C'est un sol argileux et profound qui se fend en saison sche et le I
labour n'est possible qu'aprs la tombe des premires pluies. On y cultive le mas, le
manioc, le taro, le petit piment, et le gombo, affirment les femmes.

Le kssour. Le kssour est un sol un peu gravillonnaire, rencontr dans les
tapades. Comme culture, les femmes font le manioc, le mas, le taro et la patate. Le village
connat la lutte anti-rosive depuis de trs nombreuses annes. Le village est entour d'une
digue de protection qui reste mal entretenue, tendant disparatre. Signalons qu'une
rehabilitation prvue depuis deux ans n'a pas vu le jour. La capacity de rtention en eau i
dans les tapades est trs faible, affirment les femmes.

B5. Activits conomiques/entreprises/groupements

Avec la presence des domaines cultivables et fertiles les femmes du secteur de Koll
Boubhs pratiquent dans cette localit la culture marachre d'oignons, tomatoes, et
aubergines. C'est une zone situe hors du bassin mais inclus dans le terroir du village de
Dow Kouratongo. g

En dehors des units de famille on ne rencontre ni groupement ni entreprise. Selon
les femmes, il existait un groupement maracher au temps de l'ancien rgime. Mais le fruit
de leur travail revenait aux responsables politiques, fait qui a dcourag toutes sortes
d'associations ou de groupements agricoles. Actuellement, le marachage se pratique Koll
Boubhs situ 6 km d'un hameau de Dow Kouratongo. A Dow Kouratongo mme le
manque d'eau rend l'action marachre difficile. Avec le prts des terres ct des points
d'eau le gardiennage des animaux domestiques et le vol pendant la nuit, empchent les
femmes de faire l'action marachres loin de chez elles. Les femmes ne connaissent aucune
technique approprie les permettant d'augmenter leurs revenues, sinon que le marachage.
Depuis 6 ans, les paysans ont perdu leur clientle dans l'coulement des agrumes (oranges)
cause de l'tat dfectueux de la route. Cette clientle s'tendait aux marchs de Lab,
Conakry et Dakar.

Le manque de march, des techniques appropries et intrants restent les facteurs
limitatifs du dveloppement des entreprises et groupements.

B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots

Dans le village de Dow Kouratongo, nous avons identifi quelques gros producteurs
tels que: I

Modi Boubacar Bald, qui possde un nombre important d'orangers en production; m
Thierno Saliou Kahir, grand producteur de crale, surtout le riz et l'arachide. Il affirmed
avoir une rcolte annuelle au voisinage de 20 25 sacs de riz paddy de 80 measures. Modi
Amadou Tidia, grand ppiniriste du village, produit des arbres fruitiers, surtout les g
rangers.

1

1-32








Nous avons observ a ct de ceux ci, deux autres producteurs qui habitent les
hameaux de Gomkou, situ 3 km du chef lieu de la sous prfecture et Tyankoun situ aussi
2,5 km. Ce sont Gassimou Diallo, grand planteur d'arbres fruitiers rangersr) et
producteur de crale Gomkou, et Oumar Maon Barry, producteur de crale, reconnu
comme grand maracher et planteur d'arbres fruitiers Thankoun.

B7. Divers

De plus, nous remarquons l'exode de la jeunesse filless et garons) pendant la saison
sche au profit des mines d'or de Kgnba au Mali. Les relations sociales (baptme,
religion, marriage, dcs) restent les principles priorits sociales du village.

C. Conclusion

Cl. Contraintes principles

Attaque des cultures des tapades par les termites
L'exode rurale de la quasi-totalit des jeunes pendant la saison sche
Manque d'eau et de fourrage pour les animaux domestiques en saison sche
Enclavement des petits bas-fonds cultivables
Pauvret du sol des tapades
Trs faible revenue des paysans
Manque de moyen de transport des rcoltes et autres products agricoles
Manque de soins sanitaire et hyginique pour l'levage
Les eaux de ruissellement qui entranent la matire organique et les semences dans
les tapades et champs
La propagation des feux de brousse en saison sche
Humidity excessive des cases de la mauvaise canalisation des eaux de
ruissellement

C2. Priorits du village

Besoin d'une cole de 3 classes selon les villageois
Augmentation des rendements des diffrentes cultures des tapades selon les femmes
Canalisation des eaux de ruissellement qui envahissent les tapades et cases selon les
villageois
Lutte contre les termites qui attaquent les cultures et denres
Les villageois sollicitent l'introduction des espces fourragres pour nourrir le
btail
Les villageois soulignent le besoin en eau potable pour tout le village

C3. Interventions potentielles

Construction d'une cole de 3 classes qui servira galement de centre de formation
villageois


1-33





I

* Rfection de la digue de protection du village contre les eaux de ruissellement qui I
envahissent les cases et tapades
* Amlioration des techniques d'levage de la volaille pour les femmes intresses,
surtout pour viter certain maladies graves
* Amnagement ou enforcement des puits artisanaux pour l'approvisionnement en
eau potable
* Introduction de quelques actions (agroforestire, compostage etc.) de fertilisation
du sol afin de pouvoir augmenter les rendements des diffrentes cultures
* Lutte contre les termites qui sont nocifs
* Introduction des nouvelles espces fourragres pour les haie-vives et l'alimentation
du btail
* Sensibilisation et vulgarisation sur la gestion des resources naturelles pour
augmenter les connaissances et la ncessit d'amnager quelques terroirs villageois
* Encourager l'installation des ppinires prives dans le village, pour ravitailler tout
le village en plants, encourager l'action de plantation des arbres fruitiers et I
arbustes pour le fourrage
C4. Sujets tudier
* Amlioration des soins sanitaires et hyginique appropris pour l'levage
* Etude technique de transformation des agrumes et l'utilisation des sous-produits
* Etude et recherche du march pour les agrumes
* Recherche des possibilits d'amlioration des techniques traditionnelles d'apiculture g
* Trouver une ligne de credit supportable par les paysans (surtout les femmes) pour I
les actions pastorales et agricoles
I

I

I

I

I

I


I

1-34






























SECTION VI

VILLAGE DE LEY KOURATONGO




I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I










SECTION VI
VILLAGE DE LEY KOURATONGO



A. Renseignements gnraux

Al. Profil historique

(Voir rapport de Dow Kouratongo la page 1-25.)

A2. Infrastructure

Compte tenu du rapprochement des deux villages (Ley Kouratongo et Dow
Kouratongo), il n'y a aucune difference du point de vue infrastructure. La piste qui existe
est impraticable par manque de pont et d'entretien.

A3. Organisation social

Au niveau de l'organisation traditionnelle, c'est les Timbobhs qui habitent le village
et quelques anciens captifs en petit nombre.

B. Renseignements spcifiques

Bl. Agriculture

L'agriculture est pratique sur les flancs des montagnes, sur les berges du cours-d'eau
Kouratongowol et au niveau des tapades. On y rencontre comme cultures principles mas,
manioc, taro pour les tapades et fonio, arachide, mil, sorgho, riz pour les champs extrieurs.
A cela s'ajoute la culture fruitire dans les tapades qui comprennent rangers, manguiers,
pamplemoussiers, avocatiers, mandariniers et quelques petites bananeraies ct de cours-
d'eau Kouratongowol.

Le travail des tapades et des petits potagers est d'une manire gnrale assur par les
femmes. Elles travaillent en association avec les hommes dans les champs extrieurs mais
les petites bananeraies appartiennent exclusivement aux hommes.

B2. Elevage et pturage

Les zones de pturage se trouvent Ley Fello qui est hors bassin, ensuite au sud et
l'ouest de Ley Kouratongo. A Ley Kouratongo on pratique l'levage des bovins, ovins,
caprins et de la volaille. Les animaux se prominent librement en saison pluvieuse, ils sont
dirigs par les femmes et les enfants vers les anciens champs et bows qui servent de
pturage. La traite des vaches laitires et les soins sanitaires sont assurs par les femmes.


1-35






1


Les besoins en eau potable pour les animaux domestiques et le fourrage en saison I
sche restent l'une des principles contraintes de l'levage selon les femmes. Le manque de
soin sanitaire appropri et la mauvaise technique d'levage (parcage, traitement et
alimentation) sont remarquables dans le village.

B3. Ressources forestires

On rencontre plus de Karit dans les champs extrieurs de Ley Kouratongo qu' Dow
Kouratongo. C'est ainsi que les femmes de Ley Kouratongo produisent beaucoup de beurre
de karit pour vendre aux marchs de Gonkoun, Dow Kouratongo et Hor Koll.
Quelques plants exotiques sont introduites Ley Kouratongo telles que le Gmlina, qui a t
introduit par les lves du village faisant leurs tudes Tougu. Les paysans reconnaissent
l'importance de ce plant qui est trs apprci par les animaux domestiques. Le sisal, qui a
t galement introduit par un jeune, est utilis comme haies-vives.

L'une des plus grandes contraintes restent les feux de brousse qui ravagent presque tout
leur passage (arbustes et arbres). Nous constatons que les jachres sont trs longues g
cause de la destruction priodique de toute la matire organique par ces feux. Le I
dboisement abusif le long du course d'eau Kouratongowol, fait qu'il tarit avant la priode
d'tiage. La dcomposition des arbres coups le long du cours-d'eau rend inutilisable mme
la quantit d'eau qui s'y trouve par endroit. *

B4. Ressources en eau et sol

On rencontre 3 sources, don't 2 qui tarissent l'tiage et une permanent ct d'une
mare. On y trouve aussi un nombre considerable des puits artisanaux qui tarissent en grande
parties. Deux puits seulement approvisionnent la population en priode critique (avril, mai).
En dehors des tapades et des champs extrieurs, on trouve des petits bas-fonds utiliss pour
la culture du riz, le marachage et les jardins fruitiers. Il existe galement un bas-fond de 3
ha qu'on juge amnageable.

En ce qui concern le sol, les femmes nous informent que malgr leur apport de
matires organiques (fumier et mulching) il y a un faible rendement des cultures dans les
tapades. Nous estimons que ce faible rendement est d la quantit de fumier apporte par
rapport la surface de la tapade ainsi qu' la quality du fumier (bouse de vache sche qui est
gnralement brle) et leur mode d'utilisation. Les tapades sont lessives par les eaux de
ruissellement non canalises qui quittent les fortes pentes dgrades des bows.

Selon les villageois les different types de sols rencontrs sont:

Le toggo. Sol trs argileux et compact qu'on retrouve dans les tapades, moins
pauvres en lments fertilisants.

Le dougouwoulen. Sol de couleur rouge peu argileux qu'on retrouve galement dans
les tapades.



1-36








Le dounkir. Sol profound, lger qu'on retrouve au bord des marigots, quelquefois
hydromorphe. Les villageois y cultivent du riz et du fonio.

Le fello. Sol rencontr sur les pentes quelques fois gravillonnaire o les villageois
pratiquent des cultures itinrantes avec des priodes des jachre allant de 10 15 ans. Nous
avons observ une ancienne pratique des cordons pierreux sur les jachres des sols de fllo
qui date de plus de 40 ans.

Le kessour. Sol gravillonnaire, peu fertile qu'on rencontre entire le dougouwoulen
et les bows.

B5. Activits conomiques/entreprises/groupements

Les actions comme apiculture, arboriculture, cueillette, marachage, artisanat (nattes,
mortiers), sont les principles actions conomiques qu'on retrouve dans le village. Certains
tendent disparatre apiculturee, marachage), alors que les autres sont mal rentabilises soit
par faute de march li au problme d'enclavement, ou par faute de competence technique
approprie et le systme d'organisation. La plupart de ces actions sont ralises par les
femmes. L'apiculture pratique faible intensity reste une action des hommes. Les femmes
font la rcolte du nr et du karit. La preparation du beurre de Karit est une principal
source de revenue.

B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots

L'bniste Amadou Sara est unique dans le village. Il fabrique des nattes, des ruches,
des mortiers et des pilons. Mamadou Maladho, la femme qui cultive le petit piment, a dj
une grande experience et elle nous confirm la rentabilit de cette action avec plus de 50
measures (vendu 1.000 FG la measure ; Mody Diould, qui possde un jardin fruitier et une
tapade riche en agrumes, possde aussi une charrue et des boeufs de labour. Thierno
Mariama Diallo, Kad Kollet Bald, Sira Tenin Diallo et Fanta Diaby sont des femmes qui
ont dj une experience dans le domaine du marachage.

C. Conclusion

Entre Dow Kouratongo et Ley Kouratongo, seule la position gographique les diffre,
c'est dire que les contraintes principles et les priorits ne sont que lgrement diffrentes.

Cl. Contraintes principles

L'exode rurale de la quasi-totalit des jeunes pendant la saison sche
Manque d'eau et de fourrage pour les animaux domestiques en saison sche
Pauvret du sol des tapades
Trs faible revenue des paysans
Manque de moyen de transport des rcoltes et autres products agricoles
Manque de soins sanitaire et hyginique pour l'levage


1-37





1


* Les eaux de ruissellement qui entranent la matire organique et les semences dans I
les tapades et champs
* La propagation des feux de brousse en saison sche
* Humidity excessive des cases due la mauvaise canalisation des eaux de
ruissellement

C2. Priorits du village I

* Augmentation des rendements des diffrentes cultures des tapades, soulignent les
femmes
* Canalisation des eaux de ruissellement qui envahissent les tapades et cases selon les
villageois
* Lutte contre les termites qui attaquent les cultures et denres stockes
* Les villageois sollicitent l'introduction des espces fourragres pour nourrir le
btail
* Les villageois soulignent le besoin en eau potable pour tout le village

C3. Interventions potentielles

* Amlioration des techniques d'extraction du beurre de karit pour diminuer la main
d'oeuvre et augmenter la production
* Amlioration de l'action fruitire: l'introduction des varits amliores la
demand des villageois
* Encourager l'action du petit piment de par sa rentabilit immediate pour les
femmes
* Nettoyage et reboisement du course d'eau par endroit pour maintenir son rgime
hydrique
* Amnagement du petit bas-fond d'environ 3 ha qui se trouve au sud du village
dans l'objectif d'une culture intensive
* Lutte intensive contre les termites qui dtruisent les cases, les plantations, les
cltures et denres stockes

C4. Sujets tudier

* Installation d'un forage pour l'approvisionnement en eau potable pour le village
* Rcupration du tourteau de karit pour l'alimentation de la volaille
* Techniques amliores pour la production du beurre de karit
* Introduction de quelques varits de tubercules (manioc) dans les petits bas-fonds I
* Introduction de quelques varits de bananiers et rangers
* Possibility d'enrichissement des peuplements de karit



1




1-38




m m m m m m m m m m m m m m m m m m


LEGEND
LEY KOURATONGO
Route
" Rivire CU ,A 4 ,r
Galerie forestire


-4 Cases d'habitation
Puits
WL Cimitire
Source d'eau


;d>c5 bVcU(2


eOJ /I






Toposquence/Transect Ley Kouratongo
Orientation Ouest-Est


J'


M m M m m M m m M M M M M M M M M


Il ~ P


Zone Bowal Hansangr Habitation Parawol Rivire Dounki Dantari Bowal
Kouratongo
Occupation des terres Pierres rochers Graviers pierres Cases Riz Manioc Champs Champs Pierres rochers
Banane extrieurs extrieurs
jachres jachres
Vgtation Hyminocardia Kankaliba Nr Orangers Bananiers Herbe Fonio Arachide Cassia Nr Kankaliba
acida Nr Kittaya Manguiers Manioc Sieberiana
Kankaliba Avocatiers Terminalia
Manioc glaucens
Sol Latritique Gravionnaire Dougouwoulen Argileux Argileux Brun leger peu Latritique
Toggo profound profound profound
Animaux Singes Singes Chvres Poules Chvres Chvres Boeufs Chvres Boeufs Chvres Singes Singes
Phacochres Boeufs Boeufs Phacochres Boeufs Phacochres
Chvres Boeufs Boeufs










LES CONTRAINTES DES ENTREPRISES: LEY KOURATONGO


FEMMES:


Main- Connaissance Matriel Production Ecoule-
d'oeuvre Technique et Intrants ment
Apiculture -
Teinture -

Filage 2 3 5 4 3

Saponification 3 5 7 7 2

Tissage 8 9 4 10 8
Marachage 3 2 10 10 3

Cueillette 1 2 1 1 1
Elevage 1 4 6 6 3

HOMES:


Main- Connaissance Mater. et Production Ecoule-
d'oeuvre Technique Intrants ment
Apiculture 3 4 2 10 2

Teinture -
Filage 8 4 8 10 3
Saponification 3 2 8 10 8
Tissage 2 3 4 2 2

Marachage 2 4 5 3 2
Cueillette 2 2 8 3 3
Elevage 5 5 6 4 2


Lgende: 1 = moins de contrainte, et 10 plus de contrainte.


1-41




























































1-42































SECTION VII

VILLAGE DE FOREYA




I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I









SECTION VII
VILLAGE DE FOREYA



A. Renseignements gnraux

Al. Profil historique

Vers 1793. Fondation du village, le premier habitant s'appelle Saa Tenin.

En 1926 le village Doumoun devient Forya au temps de M'Bami Alphonse,
commandant d'arrondissement d'alors.

1945 invasion des criquets, grande famine, crise alimentaire.

1953 dernire priode d'abondance du riz dans le village depuis lors ils utilisent les
galleries forestires pour la culture du riz.

1955 deuxime invasion des criquets.

1980 apparition des chenilles qui ont causes des dgts important sur les cultures;
crise alimentaire, famine.

1986 scheresse due la perturbation pluviomtrique.

A2. Infrastructure

Le village de Forya ne possde ni cole, ni mosque, ni dispensaire. Les enfants du
village frquentent les coles primaires de Koun et de Koumbama. Au point de vue
infrastructure sanitaire, le village bnficie des avantages du poste medical de la sous-
prfecture.

Concernant l'habitat, les 100% des villageois habitent les cases en paille. Au point de
vue infrastructure routire Forya est un carrefour du bassin. Il est travers par les routes
quittant les villages de Koun, de Gholo, et de Koumbama pour aboutir Dow Kouratongo
Centre. Toutes ces routes sont dfectueuses, et ncessitent une rfection. Il n'existe ni
points, ni buses.

A3. Organisation social

Forya est un village constitu d'anciens captifs originaires de la haute Guine.


1-43





1


A4. Organisation politique et administrative

Du ct administratif, Forya relve du secteur de Koumbama. Pour l'ducation il g
n'y a que 10 lves dans le village don't 5 frquentent l'cole primaire de Koumbama, tous I
en 1re anne. Les 5 autres frquentent l'cole primaire de Koun, don't 4 en 1re anne et
1 en 6me anne. Les quelques lves coraniques qui s'y trouvent frquentent le Doudhal de *
Diabr Mr. Dans le domaine de la sant la majeur parties des villageois se font traiter
l'indignat (mthode traditionnel). Les cas les plus graves sont soigns soit Kouratongo,
Koll ou Tougu Centre.

B. Renseignements spcifiques

Bl. Agriculture I

Les villageois de Forya pratiquent l'agriculture de subsistence. Dans les champs
extrieurs, ils cultivent le fonio, l'arachide et un peu de riz. Dans les tapades, les femmes
cultivent le mas, taro, patate et un peu de manioc. Les femmes affirment que depuis 4 ans,
elles ne segment pas le haricot et ne plantent pas le manioc cause de la presence des termites
qui attaquent les boutures de manioc et les jeunes plants de l'haricot.

Le fonio et l'arachide se cultivent sur les pentes; galement le fonio se cultive dans
les petits bas-fonds, disent les hommes. De plus les femmes notent que le mas russit mieux
autour des cases cause des ordures mnagres qui sont jetes cet endroit. Les villageois
affirment qu' cause de la pauvret des sols, ils cultivent des grandes surfaces au niveau des I
champs extrieurs, mais les rendements restent faible depuis plus de cinq ans.

Dans les mme tapades on y trouve les arbres fruitiers rangersr, manguiers, I
avocatiers) qui ne sont galement pas pargns par les termites. Les villageois signalent que
tous les arbres fruitiers russissent sur leur sol.

Plus loin, ils notent que les animaux sauvages s'attaquent aux cultures extrieures de
la priode d'piaison la rcolte. A cause de ce facteur la surveillance des champs est
beaucoup plus intense la nuit. Les travaux champtres sont effectus par les hommes et les
femmes.

Le calendrier agricole est identique celui de Koun.

B2. Elevage et pturage

Les villageois du Forya font l'levage des bovins, ovins, caprins et la volaille.
L'entretien des animaux domestiques (la traite, la surveillance et le traitement) relvent
entirement des femmes et des enfants. Les petits ruminants et la volaille sont attaqus par
les fauves (kotti, boutobi, cynocphales). Les bovins, ovins et caprins sont attaqus par le
carbon bactrien, la consommation des chiffons et plastiques abandonns qui augmentent le I
volume du venture et l'amaigrissement de l'animal, ce qui entrane sa mort. Les villageois se
servent du touppal tous les 4 mois (3 fois/an). Concernant la volaille, notons la presence de


1-44








deux maladies foudroyantes: le New-Castle aviaire (koyoro) et la variole aviaire (bhoutou
koe).

Les hommes pratiquaient l'apiculture, mais ils ont cess depuis 5 ans cause des
gardes forestiers qui les frappent d'une amende, pour l'extraction des corces de Daniellia
oliveri (tyw, en pular) pour la confection des ruches. Les hommes soulignent que c'tait
une action qui leur tait rentable pour leurs besoins en miel. Maintenant les hommes se
contentent de la chasse des arbres habits par les abeilles pour se procurer en miel.

Selon les femmes, le manque de fourrage pendant la saison sche rend trs chtif le
btail.

B3. Ressources forestires

On rencontre quelques essences forestires locales comme le pourghre (kiddi) utilis
comme haies-vives, et le tyimm, Khaya sngalensis (kahi). Le karit reste comme l'une
des sources de revenue principal pour les femmes. A cela s'ajoute quelques essences
locales utilises dans la pharmacope pour le traitement du gros et du petit btail. Le
Phyllantus discodens (kri), mlang l'corce du Chlorophara regia (tyimm) est utilis
pour l'engraissement du petit ruminant.

Le karit, utilis pour l'extraction du beurre de karit, se trouve une distance
considerable Ley-Fello. Les galleries forestires longeant le course d'eau Diaforwol sont
presque entirement dboises. Aucune essence exotique n'est introduite dans la zone.

B4. Ressources en eau et sol

En gnral on trouve des sols pauvres, nanmoins pour leur fertilisation les villageois
utilisent le mulching. Les femmes affirment que les termites attaquent tout le feuillage bien
avant leur dcomposition. Egalement les femmes apportent du fumier faible quantit
qu'elles ramassent proximity du village pendant la saison sche; elles notent que le fumier
en mottes est aussi attaqu par les termites. On rencontre plusieurs types de sols don't:

Le toggo. Sol trs argileux, plus riche que les autres sols en matire organique.
Selon les femmes c'est le sol acceptable et majoritaire des tapades.

Le djoro (n'dantari). Sol moins argileux qu'on rencontre galement dans les tapades
avec une fertilit infrieure au toggo surtout avec une grande infiltration des eaux.

Le dounkir. Sol profound qu'on rencontre au bord du course d'eau. Les villageois
cultivent du fonio. Egalement sur ce dounkir, on rencontre des arbres fruitiers et quelques
actions marachres.

Sur les versants, les villageois cultivent l'arachide et le fonio, avec une dure de
jachre qui varie de 7 10 ans, affirment les hommes. L'rosion est provoque par les
fortes pluies, mais ils utilisent traditionnellement les cordons pierreux ou du bois mort pour


1-45





1


la protection de leur culture surtout sur les versants. Ils ne pratiquent pas les cultures i
atteles, mais demandent des prestations auprs des villageois de Koun qui pratiquent
l'talage. i

Deux course d'eau se rencontrent au niveau du village (le Diaforwol et le
Kouratongowol). Le Diaforwol tarit et s'entrecoupe la priode critique d'tiage. A ct
de ces course d'eau, notons l'existence des puits artisanaux dans les tapades qui galement
tarissent en grand nombre la mme priode d'tiage. Les paysans nous ont fait visit 3
mares qui ne tarissent pas dans lesquelles ils pchent du poisson pendant les 2 saisons.

B5. Activits conomiques/entreprises/groupements

En dehors du petit commerce ou troc de quelques petits ruminants et un peu de
bovins, aucune action d'envergure ne nous a t signale. Nanmoins les villageois nous
affirment que c'est une zone trs propice l'apiculture et que presque tous les paysans du
village en pratiquent. Mais cause de la repression des gardes forestiers qui leur taxent une
amende pour la coupe du raphia, des arbres comme le tyw et le pompodogo, cette activity
est presque abandonne dans le village. Pour la fabrique du petit outillage agricole, Forya |
possde un forgeron.

Il n'existe aucune ligne de credit dans le village, mais les paysans contractent des
crdits auprs des nantis moyennant un remboursement sur les futures rcoltes (argent contre
nature). Ce credit ne se ralise ou n'est accept par le possdant que lorsqu'il obtient des
preuves concrtes (champs dfrich, labour dj effectu, ou une bonne piaison sont les I
seules garanties possibles). Ce genre de credit s'effectue au moment de l'piaison du mais et
au moment du semi des champs.

Le march hebdomadaire le plus proche (Koll) se situe 20 km o les gens vont
pour vendre quelques prlvements de leur rcolte (arachide, mas, fonio etc.) et
s'approvisionnent en condiments et autres intrants.

B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots

A Forya nous avons rencontr un villageois expriment la culture attele. Il s'est
familiaris cette pratique au Sngal grce un project de vulgarisation agricole. Il affirme
avoir la matrise du labour, du semi du binage et battage par la charrue attele. Depuis son
retour, cause du manque de moyens, il utilise la traction animal dans ses activits
agricoles. Nous avons galement rencontr une femme (Satan Diallo) qui a un petit potager
(aubergine, oignon, tomatoes Il existe un apiculteur qui rpond au nom de Thierno Oury
Bela qui dsire investor dans cette action. Un autre paysan, Samba Foula, s'intresse aussi
l'installation d'une ppinire prive.


I



1-46




Smm-m mm m mm m mm mm m-m m-


<.
FOREYA ( o








iP f J( ( -... '-.








LEGENDE

.. Route
Rivire
Galerie forestire
Cases d'habitation
Puits
Cimitire

Mares


Cultures marachres






Toposquence/Transect Forya
Orientation Sud-Nord


m mmmmm mm m-m M- m mmm m m m


Zone Bowal Habitation Habitation Dounki Rivire Dounki
Occupation des Pierres graviers Cases Cases Fonio Riz Fonio, Riz,
terres Potager
Vgtation Combretum Mas, Orangers, Mais, Taro, Fonio Fonio,
Nr Tli Manguiers, Manguiers, Avocatiers,
Avocatiers Avocatiers, Orangers
Orangers
Sol Latritique Dioro Toggo Argileux Argileux
Animaux Singes Chvres Poules Chvres Poules Chvres Poissons
Moutons Boeufs Moutons Boeufs Singes
Divers Sol lger de couleur
rouge ou le
Dougouwoulen








C. Conclusion

Cl. Contraintes principles

Les termites qui attaquent les toits des cases, les denres stockes, les cltures et
mme les arbres fruitiers, soulignent les hommes et femmes
Les animaux sauvages qui ravagent les cultures et s'attaquent au petit btail,
affirment les femmes et les hommes
La pauvret des sols selon les hommes et femmes

C2. Priorits du village

Fertilisation des sols des tapades dans l'objectif d'amliorer les rendements qui
s'affaiblissent d'anne en anne par l'introduction des engrais chimiques (selon les
femmes)
Assistance dans le marachage, pour l'acquisition des semences, l'amlioration de
la technique et l'coulement des products marachers (selon les femmes)
Lutte contre les termites (selon les femmes)
Amlioration de l'arboriculture dans l'objectif d'augmenter leur revenue montaire
(selon les hommes)
Assistance dans les techniques amliores de l'apiculture qui tait une de leurs
actions principles il y a 5 ans
Lutte contre les maladies des bovins, ovins, caprins et volaille (selon les hommes)
Lutte contre les termites et les animaux sauvages (selon les hommes)

C3. Interventions potentielles

Tester des doses d'engrais et des techniques amliores pour la production des
matires organiques (dans les tapades et potagers)
Engager une lutte contre les termites court et long terme
Lutte contre les animaux sauvage dvastateurs des champs et les fauves qui
attaquent le petit btail
Amlioration de la technique de parcage des animaux domestiques en vue d'obtenir
beaucoup plus de matires organiques pour les tapades, de limiter leur divagation,
les protger contre les fauves, faciliter le traitement des maladies et l'introduction
les nouvelles techniques d'levage
Trouver une ligne de credit pour l'achat des semences, instruments agricoles,
intrants pour quelques actions (marachage, apiculture, etc.)
Fournir des plants amliors et des techniques modernes dans le domaine de
l'arboriculture

C4. Sujets tudier

Etude des problmes lis l'action marachre
Amnagement des 3 mares pour la pisciculture
Etude pour la plantation d'une ppinire


1-49









LES CONTRAINTES DES ENTREPRISES FOREYA


FEMMES


Main- Connaissances Mater. et Produc- Ecoule-
d'oeuvre Techniques Intrants tion ment

Apiculture -
Teinture -
Filage 4 4 10 10 2
Saponification 5 6 8 10 2
Tissage 7 9 8 9 6
Marachage 2 2 7 9 2

Cueillette 3 3 4 5 2
Elevage 3 2 5 4 2


HOMMES


Main- Connaissances Mater, et Produc- Ecoule-
d'oeuvre Techniques Intrants tion ment
Apiculture 3 7 6 7 2
Teinture -
Filage -
Saponification 2 7 7 8 2
Tissage -
Marachage 2 7 8 4 7

Cueillette 4 3 3 6 2

Elevage 2 5 7 7 2


Lgende: 1 = moins de contrainte; 10 plus de contrainte


1-50
































SECTION VIII

VILLAGE DE DIABERE MERE




I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I










SECTION VIII
VILLAGE DE DIABERE MERE



A. Renseignements gnraux

Al. Profil historique

Vers 1893 Fondation de Diabr Mr par Alpha Aliou Diallo de la famille des Timbobhs,
installe Ley Kouratongo.

1893 Installation du doudhal (foyer de l'cole coranique)

1936 Introduction de 32 plants d'oranger Diabr Mr venant de la plantation de Koun.

A2. Infrastructure

Le hameau de Diabr Mr ne possde pas d'infrastructure scolaire et sanitaire, il
relve de Kouratongo-Centre. Concernant l'habitat le hameau ne possde que des cases en
paille. Dans le cadre de l'infrastructure routire, Diabr Mr est travers par une route
secondaire qui quite Koun et Forya pour aboutir Kouratongo centre. Signalons que cette
route est dans un tat dfectueux qui ncessite quelques buses et ponceaux.

A3. Organisation social

Le village se compose d'une seule famille des Timbobhs venant de Ley Kouratongo
la recherche des pturages et des terres cultivables. Au point de vue administratif, le
hameau de Diabr Mr est rattach au secteur de Kouratongo.

A4. Organisation politique et administrative

Education. Diabr Mr possde l'une des plus anciennes coles coraniques
(doudhal). Ce doudhal est frquent par la majeure parties des villages environnants ce qui
apporte au matre coranique--considr comme chef du hameau-une main-d'oeuvre
apprciable dans ses activits (agricole et habitat).

Sant. Il existe deux types de traitement:

Traitement traditionnelle. A base des racines et feuilles couramment utilises:
l'corce de karit (thbh kar); le Phyllanthus discodeus (kri); les racines de
Prosopis africana (thlen); les feuilles de Landolphia ivorensis (poor).

Traitement moderne: Le hameau bnficie du mme traitement que le village de
Kouratongo au poste medical.


1-51





1


B. Renseignements spcifiques I

Bl. Agriculture

Le hameau de Diabr Mr pratique l'agriculture du nord-est l'ouest. Pour les
champs extrieurs l'on cultive: l'arachide, le fonio, le mil, sorgho, et rarement le riz. Le
hameau de Diabr Mr possde des terres cultivables Koll Boubhs situes une
distance de 8 10 km qui restent inexploitables par manque de bras valides. Compte tenu de
la richesse en bovins et caprins du doyen du hameau de Diabr Mr, les activits agricoles
du secteur de Koll Boubhs sont ngliges au profit de l'levage. Considrant tous ces
facteurs il affirme tre un grand prteur des domaines fonciers.

Dans les tapades on cultive le mas, le taro, la patate, le haricot, le petit piment et le
gombo. Le fumier sec gnralement brl et le mulching sont appliqus dans les tapades par
les femmes. Selon les femmes, malgr l'utilisation de la matire organique et du fumier en
faible quantit dans les tapades, il existe une diminution progressive des rendements. A cela
s'ajoute les eaux de ruissellement qui transportent une parties apprciable des terres. Les
arbres fruits qui s'y trouvent, surtout les rangers, sont victims des termites, des petites I
fourmis noires en tas (caran) et les vers de fruit (pirimbon). Les arbres fruitiers ne se
rencontrent que dans les tapades rangersr, manguiers, avocatiers).

Notons l'existence d'un verger au bord du course d'eau Kouratongowol. Les cultures
fruitires sont une activity trs ancienne Diabr Mr selon le doyen du hameau, Thierno
Tafsir; 32 plants d'orangers ont t introduits en 1955 en provenance de la ppinire de
Koun dirig par un moniteur d'agriculture. Dans le jardin on trouve bananiers, rangers,
avocatiers, manguiers, ananas et quelques essences exotiques telles que pipinus Khasya,
Gmlina et l'eucalyptus. Le chef du hameau signal qu'en 1992 un marchand d'oranges tait
venu avec un camion dans le hameau de Diabr Mr pour acheter les agrumes.

Les activits agricoles s'effectuent en deux temps-en saison pluvieuse pour les travaux -
champtres et les tapades, et en saison sche pour le dfrichement des champs extrieurs et le
dfoncement dans les tapades.

Diabr Mr le mme calendrier agricole que Dow Kouratongo, appel aussi
Kouratongo Centre. Les paysans signalent que les gardes forestiers empchent le
dboisement de la galerie forestire, lieu propice pour la culture du riz. Surtout ils
considrent cette galerie faisant parties de leur programme de jachre dans l'ensemble de leurs
domaines.

Il a t signal par les paysans du hameau de Diabr Mr que la baisse progressive g
des rendements est due la pauvret des sols et l'attaque intensive des cultures par les I
termites (dans les tapades la priode d'piaison du mais), pour le fonio et le riz pendant la
rcolte et le stockage ainsi que les boutures de manioc, aussi par l'attaque des cultures par
les animaux sauvages (cynocphales, phacochres).




1-52








B2. Elevage et pturage


Diabr Mr possde un noyau d'levage assez important; on y trouve des bovins,
ovins, caprins et de la volaille. L'entretien des animaux (entre et sortie) est assur par les
femmes et les enfants. L'levage des petits ruminants est utilis pour les besoins en argent
immdiat, et le gros btail comme source de capitalisation, selon les paysans de Diabr
Mr. Les animaux sont en divagation durant toute l'anne et sujets d'attaques par les
fauves (panthres et cynocphales).

Les diffrentes maladies rencontres sont le Newcastle et la variole aviaire pour la
volaille, et le carbon symptomatique et le trypanosomiase pour le bovin. Les soins
traditionnels de quelques maladies sont appliqus par les femmes. Cela s'effectue base des
feuilles, racines et corces, telles que les corces du karit (kaar), et Phyllanthus discodens
(kri), les racines de tchilen et pompodogo (en pular) et les feuilles de poor et tibe. A cela
s'ajoute le touppal (cure-sal), appliqu gnralement tous les trois mois, compos d'un
mlange d'argile, eau, sel, feuilles et racines piles. D'aprs les paysans ce touppal a pour
objectif de traiter certaines maladies et carences alimentaires.

En plus de la verdure trouve au bord du course d'eau Kouratongowol, les paysans
exprimentent la culture fourragre avec les essences exotiques telles que le gmlina pour le
petit ruminant (ovins, caprins) et le gros btail (bovins).

B3. Ressources forestires

La galerie forestire qui protgeait le Kouratongowol est compltement dboise au
profit de la culture du riz. Les essences de cueillette telles que le nr se trouvent non loin
du village dans les hansaghrs (sol gravillonnaire, rocheux et non cultivable). Ces types de
sols entourent le village par endroit. Le karit se trouve a une distance de 3-4 km, selon les
femmes. A cause de la distance pour le karit et le manque de main d'oeuvre, la cueillette
est trs faible et n'est pratique que par les enfants.

Quelques espces locales, le pourghr (kidi) et le Ficus polita (tibe), sont utilises
pour les haies-vives. Nous avons observ que ces haies-vives sont utilises seulement pour la
clture des tapades et non pour les champs.

Notons l'introduction de quelques essences exotiques telles que le gmelina,
l'Eucalyptus saligna, et le Pinus khesia. Le gmelina est utilis comme fourrage pour le petit
ruminant et le gros btail et maintient les animaux la priode de la saison sche. Le
bambou qui est couramment utilis pour la charpente des cases se trouve une distance trs
considerable. Les quelques essences de valeur rencontres Diabr Mr sont le linque, le
Khaya senegalinsis, et le tyimm. Les feux sont frquents et causent une contrainte majeure
au dveloppement des resources forestires.

B4. Ressources en eau et sol

A Diabr Mr il existe 5 types de sols:


1-53





I

Le hansanghr. Sol gravillonnaire, caillouteux et incultivable qui se trouve entire le i
bowal et le dougouwoulen.

Le dougouwoulen. Sol lger de couleur rougetre rencontr dans les tapades, pauvre I
en matires organiques d au lessivage des eaux de ruissellement, d'aprs les femmes.

Le toggo. Sol argileux profound qui se fend en saison sche, plus productif que le
dougouwoulen qui se retrouve aussi dans les tapades. Les villageois reconnaissent la fertilit
de ce sol par rapport aux autres cits plus haut.

Dounkir. Sol profound, semi-argileux qui se trouve au bord du marigot;
gnralement sur ce sol les villageois cultivent du fonio, le riz et les arbres fruitiers. Les
femmes y pratiquent le marachage en saison sche (voir transect la page 1-56).

Fello. Situ sur les pentes, quelquefois caillouteux et d'une fertilit rduite. Le chef
de famille nous affirme qu'il n'y a jamais eu crise d'eau cause du course d'eau qui traverse
le village. Nanmoins les femmes nous signalent que dans ces cinq dernires annes, le
course d'eau commence tarir par endroit pendant la priode d'tiage (mars-mai). Nous I
avons observ le dboisement du marigot de l'amont jusqu'en aval qui contribute
probablement ce tarissement.

B5. Activits conomiques/entreprises/groupements

Comme entreprises les villageois ont signal l'existence de la plus ancienne I
bananeraie de Kouratongo. Cette bananeraie reste comme heritage de M. Dioulde Diallo qui
promet de l'agrandir par la multiplication des rejets et la plantation des arbres fruitiers
rangersr, manguiers greffs, avocatiers, et autres). A ct de cette entreprise du village ils
ont ajout la commercialization du petit btail et du gros ruminant. Les femmes nous
signalent qu'elles pratiquaient le marachage mais que maintenant, cause de la divagation
des animaux, le manque de clture et d'intrant, cette activity est abandonne.

B6. Cultivateurs et entrepreneurs pilots

Comme entrepreneur pilote Diabr Mr, notons la presence de Mamadou Diould
Diallo qui pourrait tre intress l'installation d'une ppinire prive ou de l'aviculture.

B7. Divers I

Dans l'action de dsenclavement nous constatons la presence d'une pente raide ct
de Diabr Mr mr qui empche le passage des camions charges l'intrieur du bassin.
Les villageois, les lus, et les autorits administrative cherchent faire une dviation pour I
faciliter le passage des camions.

1



1-54




m m m m m m m m m m m m m m m m m m


DIABERE MERE














LEGEND

c Route
> ?. Galerie forestire
Rivire
SDjolol
Cases d'habitation
l Cimitire
- Puits
F.F r Verger


A


~oQ


e>4


"'V


8h ba e p -


champj
ev>k,







Toposquence/Transect Diabr Mr
Orientation Sud-Nord


I


mm m m mm M mm -mm-m--m- -m M


Zone Bowal Habitation Habitation Dounkigalan Rivire Dounki
Occupation des terres Pierres Cases Cases Fonio Riz Potager Fonio Riz Potager
graviers
Vgtation Combretum Mais Taro Oranger Oranger Manguier Mais Haroungana Raphia Haroungana Tli Cassia Sieberiana
Mucranthum Manguier Bananier Taro Imperata
Nr Cussonia
Djallonensis
Sol Latritique Dougouwoulen Toggo Argileux Argileux
Animaux Singes Poules Chvres Poules Chvres Singes Poissons Chvres Moutons
Chvres Moutons Boeufs Moutons
Moutons
Boeufs









C. Conclusion


Cl. Contraintes principles

* Termites qui attaquent les toits des cases, les denres stockes, les cltures, et
mme les arbres fruitiers
* Les feux de brousse qui prolongent la dure des jachres
* Les animaux sauvages qui ravagent les cultures, imposant une longue priode de
surveillance des champs
* Les fauves s'attaquent au gros et petit btail
* Pauvret des sols (tapades) lie la surexploitation, d'aprs les villageois
* Manque de fourrage

C2. Priorits du village

* Les femmes sollicitent l'amlioration du sol des tapades pour augmenter le
rendement
* Les hommes sollicitent l'action fruitire et l'installation d'une ppinire prive
* Lutte contre les maladies du gros et petit btail
* Dviation de la pente sur l'axe Diabr Mr-Kouratongo permettant le passage des
camions pour Kouratongo-Fello-Koundoua

C3. Interventions potentielles

* Dsenclavement: Koun-Diabr Mr et Diabr Mr-Kouratongo
* Introduction des essences fourragres pour l'alimentation du gros et petit btail
* Introduction d'une varit amliore de volaille dans l'objectif d'amliorer le gain
de poids de la race locale et de la production des oeufs
* Amnagement du point d'eau pour l'obtention d'eau potable
* Introduction de quelques essences croissance rapide pour les haies-vives
* Sensibilisation des gens pour l'utilisation des haie-vives et la protection du course
d'eau
* Vulgarisation des technique amliores pour la protection de l'environnement

C4. Sujets tudier

* Techniques de parcage pour viter la divagation et l'attaque des fauves et pour
faciliter la collect du fumier
* Lutte contre les termites qui ravagent presque tout leur passage


1-57








DES CONTRAINTES DES ENTREPRISES N
DIABERE MERE

FEMMES i


Main- Connaissances Matriel Production Ecoule- I
d'oeuvre Techniques et Intrants ment

Apiculture -
Teinture -

Filage 2 2 10 10 4 I
Saponification 2 2 10 10 4
Tissage 10 10 10 10 4
Marachage 2 2 8 10 4
Cueillette 8 6 1 7 3
Elevage 2 3 2 4 2 j

HOMMES
Main- Connaissances Matriel Production Ecoule- M
d'oeuvre Techniques et Intrants ment
Apiculture -
Teinture -
Filage -
Saponification -
Tissage -
Marachage -
Cueillette 9 2 2 9 2
Elevage 7 6 9 9 2


1 = moins contrainte, et 10 = plus de contraintes


1-58






























SECTION IX

VILLAGES DE DOW, LEY ET GADRA DIAFORE




I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I










SECTION IX
VILLAGES DE DOW, LEY ET GADIA DIAFORE



A. Renseignements gnraux

Al. Profil historique

1693: Fondation des hameaux Dow Diafor par Mama Maloun qui par la suite occupe Ley
Diafor; et Gadha Diafor fut fond au mme moment par les Timbobh Bombi.

1923: Date approximative du tarissement de la source Diaforwol.

1925: Invasion des criquets au temps du rgne de Alpha Amadou Bailo.
Envahissement des hynes qui dvorent les animaux.
Travaux forcs Sita et Srima sous le mme rgne.
Fourniture obligatoire des products nets (fonio et riz), la volaille, les bovins,
ovins et caprins.

1963: Rduction du fourrage et de la production laitire.

1968: Dbut tarissement du marigot Diaforwol.
Rduction du volume des rcoltes.

1970: Invasion des chenilles, destruction de rcolte, et famine.

1971: Aggravation de l'influence des termites sur les cultures et cases.

A2. Infrastructure

Scolaire. Les hameaux de Dow, Ley, et Gadha Diafor n'ont pas d'cole. Les
enfants frquentent l'cole primaire de Koumbama situe 2 km.

Sanitaire. Les hameaux ne possdent pas une infrastructure sanitaire, donc les
villageois frquentent en cas d'urgence, le poste medical de Hor-Koll ( 4 km) ou de
Kouratongo Centre ( 8 km).

Routire. Ces hameaux sont dsenclavs par une piste en mauvais tat. La route qui
quite Koll via Gollo en passant par Ley Diafor semble tre la meilleure pendant la saison
des pluies. Cependant elle ne possde ni buse, ni pont.

Habitat. Les villageois de Dow, Ley, et Gadha Diafor habitent tous dans les cases
en paille. Dans les trois hameaux, nous avons trouv un seul btiment en dur, Dow
Diafor.


1-59




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs